Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Deuxième partie. Valeur primitive des différentes versions

Chapitre II. Les différentes versions de la chanson française

Texte intégral

1. Généralités

1La Chanson de Roland française, fondement essentiel de toute recherche sur les origines, est une riche collection de poèmes, que nous avons énumérés dans notre première partie. Ces poèmes sont unis entre eux par des rapports qu’il convient de déterminer. Jusqu’ici les critiques ont cherché à classer les versions horizontalement, de façon à découvrir la leçon réputée originale. Nous nous appliquerons, tout en les situant horizontalement, à les classer verticalement et à distinguer leur part respective de caractères primitifs.

2La division traditionnelle de la tradition rolandienne, fondée sur la métrique, est la suivante : 1) la version d’Oxford, assonancée ; la partie assonancée de Venise IV ; 2) les versions rimées de Châteauroux, Venise VII, Paris, Lyon, Cambridge, des fragments lorrains et Lavergne, la partie rimée de Venise IV.

  • 1 Le poème de Roncevaux traduit du roman en françois, 1840, pp. 75 ss.
  • 2 Benoît de Sainte Maure und seine Quellen, Kiel, Cordes, 1923, pp. 69, n. 1 ; 170, n. 2.
  • 3 Le manuscrit V 4, p. 49 ; L’épopée française, pp. 186 ss. et p. 187, n. 1.

3Que vaut au point de vue de l’évolution narrative ce classement métrique qui est aussi chronologique ? La question paraîtra vaine à d’aucuns, mais elle doit être posée. Aujourd’hui, en effet, les critiques ne manquent pas qui doutent de la précellence du ms. d’Oxford : pour nombre de vers, les leçons concurrentes leur paraissent plus originales que les siennes, et, en plus, pour certains épisodes parmi les plus fameux, où la relation oxonienne semblait s’identifier avec l’œuvre même du poète, des doutes ont été émis, des préférences ont été esquissées ou nettement affirmées. Sans remonter jusqu’à Jean-Louis Bourdillon, thuriféraire intéressé du ms. de Châteauroux et vilipendeur exacerbé de celui d’Oxford1, nous pouvons invoquer plus près de nous, comme opinion extrême, celle de G. Brockstedt qui renverse l’ordre traditionnel2, et, plus sérieuse, plus troublante, celle de M. Wilmotte qui a répété ses doutes sur l’authenticité de certains des épisodes les plus vantés d’Oxford3. Malgré les apparences, la question que nous nous posons est donc légitime et nécessaire.

2. Examen critique de quelques passages développés : priorité d’Oxford et position respective des autres versions

A. — La scène de l’investiture de Ganelon

  • 4 Nous ne tenons pas compte pour l’instant des différences d’ordonnances dans la présentation d’un mê (...)
  • 5 Bref omis par le remanieur de V 4 (entre vv. 265 et 266) qui s’y perdait un peu dans les insignes s (...)

4Les versions rimées et les versions assonancées racontent en gros le même récit jusqu’au v. 318 d’Oxford4. La scène de la nomination de Ganelon comme ambassadeur tire à sa fin. Dans la version assonancée (Oxf vv. 331 ss. ; V 4 vv.256 ss.), l’empereur remet au messager les insignes de sa mission, ainsi qu’un bref pour le roi de Saragosse5. La Saga rapporte en plus quelques mots de l’empereur. Charlemagne « dicte » à Ganelon le message qu’il doit transmettre verbalement à Marsile :

  • 6 « Charlemagne répondit : Tu es trop plein de menaces. Lorsque tu seras à Saragosse, tu transmettras (...)

Karlamagnús svarađi : Helzti ertu hoetinn. Nú ef Þú ferr til Saraguze, Þá seg Þau tíđendi Marsilio konungi hinum heiđna, at hann taki viđ kristni ok gerist minn mađr at fullu svikalaust, ok soeki á minn fund ok mína miskunn, ok haldi af mér hálft Spanialand, en Rollant skal hafa hálft. En ef hann vil eigi Þat, Þá seg Þú honum, at ek mun bráđliga koma til Saraguze, ok eigi Þađan fara fyrr en ek hefi unnit borgina. En síđan skal hann fara međ mér í böndum til Frakklands, Þar sem hann skal doemdr vera ok dauđa Þola (p. 491)6.

  • 7 Cfr Karlmeinet p. 679, 422, vv. 20 ss. ; le Stricker vv. 2091 ss..

5La chronique galloise présente la même suite d’idées (§ 88), ainsi que Konrad (vv. 1497 ss.)7. Nous les retrouvons aussi dans les versions rimées de Châteauroux et de Venise VII (laisse 27).

  • 8 La raison de l’addition, c’est le silence de Charlemagne dans la version OV 4. Silence, faut-il le (...)

61°) Nous nous trouvons en face du problème suivant : la version assonancée a-t-elle supprimé le discours de Charlemagne, ou le modèle des autres versions l’a-t-il ajouté ? Th. Müller (2e éd., p. 20), L. Gautier (1re éd., t. II, pp.82 ss.) ont, les premiers, je pense, suggéré que Oxf-V 4 étaient ici amputés d’une laisse et, dans ses éditions postérieures, le savant français a récrit la laisse manquante avec l’aide de Ch V 7. E. Stengel (éd., p. 33, l. XXV a) n’a pas manqué de lui emboîter le pas. A bon droit, J. Bédier (Comm., pp. 132 ss.) a défendu l’authenticité de la leçon OV 4 et montré que le modèle de Ch V 7, des proses Scandinave et galloise, de Konrad, a commis en la remaniant un « lourd contresens ». Celui-ci est le résultat d’une anticipation sur les événements. Il met dans la bouche de Charles les conditions insultantes que Ganelon inventera plus tard pour enflammer la colère de Marsile. Le remanieur n’a pas compris qu’il y avait là mensonge intéressé de Ganelon, que celui-ci pouvait fausser le message de Charles. La preuve de cette altération, c’est le rapport de Ganelon à Charlemagne au retour de sa mission. Toutes les versions s’accordent à ne plus parler des exigences injurieuses que le remanieur a maladroitement attribuées à Charles dans notre passage (voir Oxf vv. 692 ss. ; V 4 vv. 624 ss. ; Saga, p. 499 ; Chr. gall. § 96 ; Ch V 7 l. 60 [61])8.

  • 9 éd. Hilka-Rohlfs, p. 10 ; Bertoni, éd. min., p. 115 ; Roncaglia, p. 64.

7Il y a donc ici une interpolation, une faute commune à Ch V7, aux chroniques Scandinave et galloise, au Rolandslied, que les éditeurs « critiques » les plus récents ont eu raison de ne pas reproduire9.

  • 10 Cfr la Saga : En Guinelun jarl skyldi taka viđ ritinu, Þd féll ek se Þér (p. 492), la Chr. gall. § (...)

82°) Après l’intercalation malheureuse du discours de Charles qui s’achève diversement selon les versions remaniées, Ch V7 charge jusqu’au grotesque l’émotion de Ganelon. Celui-ci laisse tomber le bref (l. 27)10, mais aussi le gant (l. 30) et, en plus, brise l’arc que lui tend l’empereur (l. 28). Sur l’interpolation de son modèle, Ch V7 greffe une nouvelle interpolation : celle de la laisse 28, qui montre à l’évidence que, pour lui, l’arc — symbole de délégation guerrière —, le gant et le bâton — symboles de mission diplomatique — sont dépourvus de toute valeur significative. Plus tard Roland réclamera également, pour une tout autre mission, les trois attributs (l. 66 de Ch — vraisemblablement omise par V7). Notre remanieur ne voit en eux que des accessoires scéniques dont il cherche à tirer un effet mélodramatique. Il est également responsable de la laisse 29, inconnue ailleurs, et qui répète oiseusement ce qu’on sait déjà.

  • 11 Mieux par O que V 4 qui n’est pas sans lacune.

9Nous assistons ici à une succession de remaniements intéressants. La version la plus ancienne est représentée par OV411 ; la première retouche apparaît dans Konrad, se trouve aggravée dans la Saga et la prose galloise, et sert de point de départ à la défiguration totale de Ch V7.

B. — La chevauchée solitaire de Ganelon vers Saragosse

  • 12 Voir M. Catalano, Spagna, t. I, p. 208.

10Venise IV est seul (vv. 283 ss.), avec le Carmen (vv. 65 ss.) et le Viaggio12, à mettre en scène l’ambassadeur français chevauchant vers Saragosse, sans la compagnie de Blancandrin. Nous avons vu que cette solitude passagère est le fait du remanieur franco-italien (voir ci-dessus, pp. 116 ss.).

C. — Sur la route de Saragosse

  • 13 Très altéré.
  • 14 Cfr Karlmeinet, p. 687, 447, vv. 17 ss. ; le Stricker vv. 2459 ss.
  • 15 Voir L. Gautier, 1ère éd., t. II, p. 87, qui plus tard, avec hésitation, admettra la laisse de Ch V (...)

11Ganelon et Blancandrin galopent côte à côte vers la capitale sarrasine. L’habile païen a tôt fait de surprendre la haine de Ganelon pour Roland : et les voilà bientôt d’accord pour chercher un moyen de faire disparaître l’encombrant neveu de Charles. La scène est prestement menée dans Oxford (vv. 366 ss.), V 4 (vv. 296 ss.)13, chez Konrad (vv. 1918 ss.)14, dans les textes Scandinaves (pp. 493 ss.) et gallois (§§ 89 ss.). Ch V 7 l’allonge d’un portrait de Ganelon et d’une réplique de Blancandrin, impressionné par la belle prestance de l’ambassadeur (l. 36). Dans cette laisse, le païen tente tout bonnement d’acheter Ganelon. La platitude même du procédé, ajoutée à l’isolement de la leçon dans la tradition générale, est un signe certain de malfaçon postérieure15. Nous pouvons en dire autant de la laisse 38, annonce maladroite des événements à raconter.

D. — Marsile s’étonne de la longévité robuste de Charlemagne

  • 16 En faveur de la correspondance avec la l. 42, il y a la mention de Roland (Saga, p. 497 ; Gallois, (...)

12Il faut à Oxford (ll. 41 et 42) et à V 4 (vv. 446 ss.) deux laisses similaires pour exprimer cet étonnement et pour répéter la réponse calculée et perfide de Ganelon. Des deux côtés, ces laisses sont assonancées en -ié et en -ant. Il y a bien à leur base une version commune. Ch V7 ignore cette répétition, ainsi que la Saga et le texte gallois. Le texte qu’ils offrent paraît correspondre plutôt à la laisse 42 d’Oxford qu’à la laisse 41. L’assonance -ant l’assure pour Ch V 7 (l. 49), tandis qu’il est plus malaisé d’en décider pour les traductions étrangères16.

13La version OV 4 aurait-elle dédoublé les données de son modèle, comme le croit Stengel (éd., p. 57), ou la version concurrente a-t-elle supprimé une des laisses répétées, ou encore chacun des textes représentant celle-ci est-il personnellement responsable de l’omission ?

  • 17 Déplacé d’ailleurs par le remanieur gallois, dans le passage correspondant à la laisse 40 d’Oxford.
  • 18 Avec le même déplacement que dans le remaniement gallois.
  • 19 Il n’y a rien à tirer du récit assez transformé de Konrad (vv. 2255 ss.).

14La chronique galloise présente au moins un trait : « Charles a fatigué son corps par tant de terres » (§ 93)17 qui correspond à la laisse 41 (Oxf v. 540 : Par tantes teres ad sun cors traveillet, opposé à v. 525 Par tantes teres ad sun cors demened cfr V4 v. 435, opposé à v. 553 Par tantes teres est alet cunquerant cfr V4 v. 464). Le groupe Ch V7 présente le même trait qui correspond à la laisse 41 : por meinte terre sera lo cors penez (l. 48)18. Nous pouvons conclure que la version qui est à la base du texte gallois et de Ch V7 a, sinon possédé, du moins connu dans son modèle la laisse 41. Celle-ci est donc ancienne. Le remanieur l’a fait sauter, tout en en utilisant un vers, parce qu’elle a paru faire double emploi avec la laisse 42 et que son assonance en -ié a semblé inadmissible après celle en de la laisse 40. La Saga, de son côté, aurait eu sous les yeux cette version diminuée et l’aurait encore raccourcie19.

E. — Riposte de Roland à son parâtre

15Ganelon a désigné Roland comme chef de l’arrière-garde. Quand il entend cela, Roland

Dunc ad parled a lei de chevaler :

16« Merci, parâtre, de m’avoir choisi. Charles peut aller en toute sécurité. Il ne perdra rien qui ne soit auparavant chèrement payé par l’épée. » Réponse noble et fière (Oxford l. 59, vv. 751 ss.). La laisse suivante est autrement brutale :

Quant ot Rollant qu’il ert en la reregarde,
Ireement parlat a sun parastre :
« Ahi ! culvert, malvais hom de put aire,
Quias le guant me caist en la place,
Cume fist a tei le bastun devant Carie ? » (vv. 761 ss.).

  • 20 V 4 vv. 686 ss. ; Ch V 7 ll. 65 [66] ; Konrad vv. 3113 ss. (d’un esprit très différent, mais sans l (...)

17Les laisses 59 et 60 qui se rapportent au même incident ont une résonance bien opposée ; là c’est le calme hautain, la satisfaction, ici c’est la violence injurieuse. Seul Oxford, dans toute la tradition rolandienne, offre une telle opposition. Les autres versions — V4 y compris — ne connaissent que la fière réplique de la laisse 5920.

  • 21 cfr encore dans Carmen, p. 498.
  • 22 L’idolâtrie de la Chanson de Roland, Mélanges Paul Frédéric, 1904, pp. 75 ss..
  • 23 Passons sous silence les nombreux travaux qui défendent la même opinion antioxonienne (par ex. G. L (...)

18Le problème est d’importance parce qu’il oppose O à tout le reste de la tradition. Si O offre la leçon authentique, il a raison, à lui seul, contre toutes les autres copies réunies. Aussi ce n’est pas d’aujourd’hui que la question a retenu l’attention des critiques. Dans son édition de 1863, Th. Müller a remarqué l’absence de la strophe d’Oxf dans V4 et Ch et a appelé cette strophe une « zweite Version der Anrede Roland’s an Ganelon » (p. 46 note). Son idée était sans doute celle que G. Paris a développée, deux ans plus tard dans son Histoire poétique de Charlemagne, p. 22 : « ... à chaque instant s’introduisent des variantes, surtout aux passages les plus intéressants : ce sont souvent des fragments de rédactions diverses, peut-être de chants héroïques. Je n’en citerai que deux exemples, qui sont décisifs. Quand Ganelon désigne Roland pour commander l’arrière-garde, celui-ci s’en réjouit et le remercie (str. LX du texte d’Oxford) ; dans la strophe immédiatement suivante, il s’en indigne et injurie Ganelon ; évidemment le même poète n’a pu prêter à son héros deux sentiments aussi contradictoires sur le même sujet ; il y avait là-dessus deux versions différentes, toutes deux présentes à la mémoire du rédacteur, qui les a transcrites l’une à la suite de l’autre. » L’explication de Paris n’est qu’une application concrète de la théorie générale des « chants héroïques ». Elle procède plus de celle-ci que de la confrontation des diverses copies. De son ôté Th. Müller dans sa 3e édition qualifie la laisse vv. 761 ss. de « ungehörige Einschiebsel » et l’attribue au remanieur anglo-normand (p. 70 note). Pour lui, comme pour G. Paris, les deux laisses d’O s’excluent ; mais, tandis que le savant français voyait dans leur concomitance un reste discordant des tâtonnements originels21, Müller le considère comme la conséquence de la maladresse du remanieur. Entre ces opinions qui aboutissent au même résultat pratique, il y a toute la différence de la foi romantique et du positivisme concret. Toutes deux devaient d’ailleurs se maintenir pendant les dernières années du xixe siècle, au grand désavantage de la copie d’Oxford. Jules Feller écrira encore en 1904 des phrases remarquables par leur anachronisme, que n’aurait pas désavouées le Paris de 186522. E. Stengel en 1900 adoptera encore la manière de voir de Müller (éd., p. 78)23.

  • 24 Lég. ép., t. III, p. 426, n. 1 et surtout Comm., pp. 150 ss. ; avant lui G. Fraccaroli, L’irraziona (...)
  • 25 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 38 ; E. Faral, La Ch. de R., pp. 86 et 255 ss. ; R. M. Ruggieri, Il pr (...)

19C’est J. Bédier qui défendra le plus vigoureusement l’apparente contradiction d’Oxford. Il en a loué la cohérence et l’authenticité psychologique24, et, à en juger par l’opinion de ses successeurs, il semble avoir gagné la partie. Plus personne ne soutient sérieusement que la leçon d’Oxford soit le résultat d’un remaniement, que la leçon concurrente soit l’originale. Il n’y a plus que des variantes dans l’interprétation psychologique des deux laisses contradictoires du ms. anglais25. Voici la nôtre. Roland, qui a réussi à se contenir, à feindre la satisfaction pour ne pas réagir comme son parâtre a réagi (l. 59), n’en peut plus et explose d’indignation (l. 60) quand celui-ci répond avec ambiguïté : Veir dites, jol sai bien (v. 760).

  • 26 L’opposition des vv. 751-752 et 761-762 a dû lui paraître insoutenable.
  • 27 On pourrait aussi prétendre que chaque remanieur ait indépendamment supprimé la laisse qui paraissa (...)
  • 28 En faisant disparaître la laisse 60, il a même accentué cette opposition.

20La fine notation psychologique de l’auteur, fidèlement enregistrée par Oxf, n’a pas été comprise par l’esprit sans nuance, lourdement logique du modèle des autres versions26. Ce remanieur27 a supprimé la laisse 60, la plus courte, celle où Roland ressemblait un peu trop à Ganelon. Car, dans son incompréhension, il a néanmoins senti justement que l’attitude de Roland devait s’opposer à celle de son parâtre28.

  • 29 Sentiment attribué à Naimes dans V 7 l. 67, dans T l. 2.

21A cette justification littéraire d’Oxford, à cette explication du remaniement des autres versions, nous pouvons ajouter un fait plus positif. Ces dernières nous disent plus tard que le cont Rollant ell’è molt irascu / De so talento ell’è pessimo e du / La reegarda è tome de sor lu (vv. 706 ss. de V 4), que la reregarde a mise sor. R. / li cons s’en vait coroceus et dolant (Ch l. 67)29. Or c’est dans la laisse 60 — omise par ces mêmes versions — que Roland manifeste ces mauvaises dispositions, non ailleurs.

22Nous avons insisté sur ce passage en raison de son importance pour la critique du texte. Nous y voyons Oxford se distinguer nettement de toutes les autres versions et toutes celles-ci — y compris V 4 — s’unir dans une erreur commune.

F. — Roland rassemble ses fidèles pour constituer l’arrière-garde

23Roland a forcé Charlemagne à le laisser à l’arrière-garde.

Passez les porz trestut soürement
Ja mar crendrez nul hume a mun vivant

24ui a-t-il dit (Oxf vv. 790-791). Il monte sur son destrier et ses fidèles s’empressent autour de lui. Telle est la version d’Oxford (vv. 792 ss.).

  • 30 Cfr le Stricker vv. 4021 ss. ; Karlmeinet p. 694, 452, vv. 12 ss.

25Mais cette version qui paraît si aisée est isolée dans la tradition. Entre les vv. 791 et 792, les autres copies présentent une laisse où Roland, juché sur un mont, endosse son haubert, lace son heaume, ceint son épée, se pend l’écu au cou, et, l’épieu en main, se tient prêt à toute éventualité (V4 vv. 721 ss. ; Ch V7 l. 69 ; T l. 3 ; Konrad vv. 3279 ss.30 ; Saga pp. 500 ss. ; poème anglais vv. 285 ss. ; texte gallois § 98). C’est autour de ce chevalier armé de pied en cap que se grouperont dans un élan fraternel Olivier, Gautier de l’Hum, les douze Pairs.

26La laisse de l’adoubement a été réputée authentique par Gautier (p.72) et Stengel (pp.81 ss.), qui l’ont insérée dans leur texte.

27Th. Müller (3e éd., p.74 note) et J. Bédier (Comm. pp. 109 ss.) ont rompu une lance en faveur de O. Müller insiste particulièrement sur l’inutilité et le caractère déplacé du passage et Bédier sur le ralentissement qu’il imprime au mouvement de l’action, nécessairement vif en cet instant où les amis de Roland se précipitent autour de lui, sur l’invraisemblance du geste de Roland qui se lace le heaume comme au moment de foncer sur l’ennemi.

28La défense de Bédier, plus circonstanciée que celle de Müller, est excellente. Ajoutons-y que plus tard le poème nous offrira, mieux en situation, un portrait de Roland en armes qui remplace avantageusement la laisse ajoutée par le modèle des versions concurrentes de O (Oxf vv. 1152 ss. ; V4 vv. 1079 ss. ; P l. 28 ; Ly l. 1 ; Ch V7 l. 129 [120] ; Konrad vv. 3325 ss. ; Saga, p. 508).

G. — Récapitulation des faits avant la bataille

  • 31 J. Bédier, Comm., p. 154.

29Tous les compagnons de Roland se sont ralliés à lui ; Gautier de l’Hum a disparu avec ses mille hommes dans les défilés voisins (vv. 803-813 d’Oxf) Les mss V4 (vv. 754 ss.), Ch V7 (l. 72), T (l.6), les proses Scandinave (p. 501) et galloise (§§ 98-99) arrêtent la progression du récit par une laisse à la fois récapitulative et annonciatrice, superflue et encombrante. C’est le type même de la laisse de transition terne, plate et vide. Sort-elle de la plume du poète ? La « faute du scribe d’Oxford qui l’a rejetée » serait-elle une « heureuse » faute31 ? Non. Cette platitude inutile n’est pas originale. Elle éteint toute l’impression tragique que produit la succession immédiate des laisses vv. 803 ss. et 814 ss. d’Oxf : la laisse vv. 803 ss. s’achève sur l’évocation douloureuse du combat funeste que devra livrer Gautier de l’Hum, seul, perdu dans les gorges profondes, et la laisse vv. 814 ss. nous peint l’armée française, ignorante, attendrie par une douce nostalgie, qui s’éloigne du lieu où a péri pour la protéger sa plus vaillante élite. L’immédiate succession des deux laisses produit un effet émouvant qu’il est impossible de retrouver avec l’insertion de la laisse intercalaire.

30Une fois de plus, Oxford a raison contre tout le reste de la tradition ; et Bédier (Comm., p. 154) et Müller (3e éd., p. 78 note) contre Stengel (éd., p.85) et Gautier (13e éd., p. 74).

H. — Les préludes de la bataille

  • 32 La table de Heiligbrodt, éditée en appendice à la publication de Foerster des copies de Paris, Camb (...)

31Nulle part peut-être, la tradition rolandienne ne ressemble plus à un hallier inextricable. Pour essayer d’exposer clairement la situation, nous suivrons l’exemple de Stengel (éd., p. 106) et dresserons une table de concordance des laisses qui constituent le passage32.

  • 33 Les chiffres entre parenthèses se rapportent à des laisses où Olivier ne prie pas Roland de sonner (...)
  • 34 La laisse n’est pas nouvelle, mais plus profondément différente de celle d’Oxford que d’habitude.
  • 35 Avec, en plus d’Oxford, le v. 1020 de V 4 Sonçe li corno si l’oria Carlomaine, le v. 1459 de la lai (...)
  • 36 Comme la laisse 91, la l. 101 de Ch se rapporte à la l. 82 d’Oxford.

Note (1)33
Note (2)34
Note (3)35
Note (4)36

  • 37 Le modèle de Ch V 7 n’a pas compris le nom d’Anseïs (v. 1835) et a fait de DistAnseis un A Dex aïe.
  • 38 Tandis que Ch V 7 raconte dans cette laisse une nouvelle fois l’adoubement de Roland, P l’attribue (...)
  • 39 La laisse 109 de V 7 correspond, mot pour mot, à la laisse 93 de Ch et est en concordance avec Oxf (...)
  • 40 Olivier ne prie plus Roland, à proprement parler, d’appeler au secours. Mais il dit toutefois El co (...)
  • 41 Le ms. de Lyon commence au passage qui correspond à Ch 129, V 7 120 et P 28. Sa laisse 1 correspond (...)

Note (1)37
Note (2)38
Note (3)39
Note (4)40
Note (5)41

    • 42 La Saga présente l’ordre des versions concurrentes de O (pp. 506-507) : I, III. II.

    Le passage qui nous occupe pose plusieurs problèmes qu’il faut bien distinguer. Le premier, qui concerne les débuts de la tradition, se trouve dans l’opposition entre Oxford et les autres versions aux points II et III du tableau. Oxford place la laisse en avant celle en -ant, les autres la laisse en -ant avant celle en et transforment celle-ci en une laisse en -ée42. Selon l’ordre du Digby 23, Roland justifie successivement son refus d’appeler au secours par son désir de ne point s’avilir aux yeux des Français (l. 83), de n’avilir ni ses parents ni la France (l. 84), de ne point avilir ses parents (l. 85). Selon l’ordre concurrent, il songe à son honneur personnel, puis à celui de sa parenté, enfin à celui de la France. Si l’on veut se souvenir de la technique méditée et graduée du poète, on admettra que cette dernière ordonnance est préférable. Nous n’en dirons pas davantage ici, nous réservant de traiter de ce point dans le chapitre suivant.

    • 43 Elle n’est pas évidente et un Stengel, par exemple, invente une laisse excédentaire à partir des la (...)
    • 44 Cfr Ch felon paien tant mar font ascemblee, l. 94, v. 1451.
    • 45 Voir aussi Th. Müller, 3e éd., p. 102 note.

    Le deuxième problème à résoudre est celui de la laisse 84 d’Oxford en et de ses concurrentes en -ée : point II. Justifions tout d’abord notre assimilation des laisses en -ée de V4 et de Ch à la laisse en de O43. Si on voit dans la laisse en -ée de V 4 une laisse indépendante, cette version possède à la fois une laisse inconnue de O (celle en -ée) et ignore une de O (celle en -é). Or certains détails unissent la laisse en -ée et celle en -é : Secorent nos in l’estraçe contrée (V 4 v. 1009) et Succurat nos li reis (O v. 1061) ; Fellon pain mal sont asenblee (V 4 v. 1014)44 et Felun paien mar i sunt asemblez (O v. 1068). La parenté des deux laisses ainsi démontrée45, quelle est la plus ancienne ? Celle de O ou celle de V 4 Ch, à laquelle on peut assimiler le passage de la Saga ? J’avoue ici ma perplexité. Je n’imagine pas pourquoi le copiste d’Oxford aurait changé l’assonance de son modèle : ce n’est pas dans ses habitudes. D’autre part, la leçon concurrente n’est pas sans valeur : elle n’est déparée par aucun fatras, aucun des défauts qui sont la plaie des remaniements. Un seul argument en faveur de la priorité d’Oxford : la correspondance des hémistiches sunez vostre olifan (v. 1070) et l’olifan car sunez (v. 1059), auxquels la leçon concurrente oppose : car sortez l’olifant (Ch l. 93 ; V4 v. 997) et car sonez la menee (Ch l. 94 ; altéré en sonçe la meslee en V 4 v. 1006). Je ne vois pas pourquoi, s’il avait dans son modèle car sonez la menee, le copiste d’Oxford lui aurait substitué sunez vostre olifan, tandis que je m’explique clairement que le remanieur de Ch V 4, trouvant dans son modèle la répétition d’Oxford, ait cherché à l’éviter. L’argument vaut ce qu’il vaut. Laissons à de plus perspicaces le soin d’élucider le problème.

    • 46 Il en est de même dans l’éd. Stengel à cause de l’insertion superflue de la laisse vv. 1081 a ss. ( (...)
    • 47 Saga, p. 507 ; chr. galloise § 100.
    • 48 Nous ne tenons pas compte ici, naturellement, des modifications personnelles des deux traducteurs é (...)

    La troisième difficulté que nous offre le passage se trouve au point IV. Dans Oxford, Olivier justifie en rappelant les forces respectives des futurs adversaires ses instantes prières auprès de son ami (l. 86). Dans Ch (l. 95) et V 4 (v. 1020), il tente une dernière fois de fléchir Roland : sonez li cors si l’osra K. Meine (Ch v. 1459). Alors que, dans Oxford, il fait trois demandes successives, dans Ch V 4, il est plus tenace et formule quatre fois sa prière46. Un des moyens techniques, à la fois efficace et pesant, mis en œuvre par le poète est celui des « laisses similaires ». Il en use précisément dans notre contexte : les prières d’Olivier et les refus de Roland sont unis dans un ensemble composé de laisses qui se répondent et s’opposent à la fois. Ch V 4 construit quatre laisses similaires, Oxf trois. Or, dans la seconde scène du cor, c’est par trois fois — et non quatre — que Roland suggère à Olivier de lui permettre d’emboucher son olifant (Oxf vv. 1691 ss., 1702 ss., 1713 ss. ; V4 vv. 1790 ss., 1800 ss., 1810 ss. ; Tr ll. 77, 78, 79 ; Ch ll. 184, 185, 186 ; V7 ll. 176, 177, 178). On sait le goût du poète pour les correspondances symétriques. La triple prière d’Olivier est par conséquent mieux dans sa manière. La leçon oxonienne est en plus appuyée par les versions étrangères, Scandinave et galloise47. Ici donc le modèle de V 4 Ch a transformé son antécédent que reproduisent fidèlement Oxford, la Saga et le texte gallois48.

    • 49 Par ex. Ch 119 rappelle O 84 par ses vv. 1893, 1901 ; Ch 120 rappelle O 84 par ses vers 1908, 1912, (...)
    • 50 Ch ll. 77-87 ; V 7 ll. 77-86 ; Tr ll. 10-19. — Autre signe de postériorité : le désir de se venger (...)

    Le quatrième et dernier problème consiste à rendre compte des diverses versions rimées. Celles-ci sont beaucoup plus développées que O, V4, la Saga, la chronique galloise (§§ 100-101), ou le Roelantslied (voir L vv. 1-144 ; H vv. 1-102 ; éd. pp. 108 ss.). Tout dans ce développement trahit l’interpolation, l’addition postérieure faite d’emprunts à d’autres passages ou à d’autres œuvres. Ce n’est qu’un ramassis de topiques épiques (la messe avant le combat, les exhortations), de répétitions d’autres scènes (la plus typique est la répétition des laisses consacrées aux prières d’Olivier, et leur présentation sous une forme nouvelle, mais où survivent encore certains souvenirs de la première version49). Les innovations ont elles-mêmes tous les caractères du rifacimento. La scène, mal conduite et floue, de Roland montant sur un pin n’est qu’un renchérissement malheureux et superflu de celle où Olivier observait la marche des troupes sarrasines. Le remanieur n’a pas pu admettre que son héros principal ne fasse pas lui aussi le guetteur. Mais la plus significative des innovations, c’est l’innombrable suite des laisses consacrées à détailler les gestes sans cesse renouvelés de la plupart des pairs en train de s’armer. Dans les versions assonancées (Oxf vv. 1152 ss. ; V 4 vv. 1079 ss.), seul Roland est gratifié d’une description particulière, et encore n’est-ce pas la relation minutieuse de son adoubement, mais le portrait éclatant de sa fière contenance sous le haubert et le heaume. L’armement des Français, deux vers suffisent à le mentionner (Oxf vv. 1028 ss. ; V 4 vv. 1073 ss.). Judicieuse discrétion, alliée à un sens affiné de la hiérarchie. Toute cette finesse sombre dans les versions rimées. Le modèle de celle-ci, l’interpolateur premier, n’a eu en vue que d’aligner face à la parade des pairs sarrasins50 la théorie des pairs chrétiens endossant gravement leur haubert. Le Carmen de Prodicione Guenonis dont on a vanté et dont on continue à vanter à tort la valeur primitive reflète dans ses vv. 243 ss. la scène interpolée de l’adoubement. Konrad, de son côté, qui étrangle singulièrement tout le passage (Olivier est moins patient chez lui, il ne répète pas deux fois sa prière, vv. 3864 ss.), fait monter également Roland, comme dans les versions interpolées, au sommet d’une colline (vv. 3961 ss.). Gardons-nous toutefois de rattacher Konrad au texte interpolé, car il peut de son propre chef avoir substitué Roland à Olivier dans la mission de reconnaissance.

  • 51 Comment expliquer que Ch raconte deux fois les instances d’Olivier ? 1° Il recopie fidèlement son m (...)

32Parmi les versions rimées, Ch conserve la version la plus ancienne et la plus complète51. Peut-être en était-il de même de P. V. abrège une telle version pour éviter la répétition de la péripétie dramatique, mais ses ciseaux ont coupé la scène ancienne et respecté son rifacimento. De la scène ancienne, quelques laisses ont été exploitées. Tr a écourté le récit : il conserve de temps en temps des laisses qui rappellent quelques-unes des variations de l’épisode. Mais par bonheur pour nous, elles suffisent à nous montrer que son modèle était aussi étendu et interpolé que Ch.

33Ch V7 sont unis par une erreur commune : leur modèle n’a pas compris que la laisse 116 (Ch), 106 (V7) était consacrée à Anséis ; au lieu du dist Anseis (voir P l. 15), il a copié par distraction a dex aïe. Il en est de même pour la laisse suivante ; elle raconte l’adoubement de Roland, qui se promène armé de pied en cap depuis quelque temps déjà ; plus averti P a rapporté la laisse à Hue. Si Ch constitue dans l’état des textes conservés la meilleure copie de la version rimée et interpolée, elle n’est donc pas dépourvue de fautes imputables à son copiste ou à son modèle qui est aussi celui de V7. Dommage que P soit acéphale : c’est peut-être lui qui ici reproduit le mieux le Roland rimé.

34Quelques laisses plus loin, celui-ci nous entraîne dans une nouvelle interpolation (Ch ll. 126-128 ; V7 ll. 117-119 ; P ll. 25-27). Comme à plaisir, il accumule les discours, les exhortations martiales, les sermons édifiants. L’archevêque Turpin prend trois fois la parole ; Estout de Langres et Engeliers de Gascogne se croient obligés d’y aller eux aussi de leur laïus, comme si la virile éloquence de Roland et d’Olivier ne suffisait plus à enflammer les cœurs français. Cette addition est du même esprit que la précédente.

I. — L’exploit de Samson au cours du premier engagement

  • 52 cfr le Stricker vv. 5609 ss.
  • 53 Cfr la chron. danoise p. 301.
  • 54 Cfr le Volksboek v. 458.

35Les seigneurs païens et les seigneurs chrétiens s’affrontent en combat singulier. Chaque chrétien démonte et transperce son adversaire. O (vv. 1275 ss.), V 4 (vv. 1192 ss.), Konrad (vv. 4589 ss.)52, la Saga (p. 510)53, le Roelantslied (L vv. 181 ss. ; éd. p. 117)54 n’ont garde d’oublier le duc Samson. Les versions rimées qui nous avaient raconté avec force détails son adoubement n’ont pas cru bon de consacrer une laisse à sa belle victoire (voir Ch entre 137 et 138 ; V7 entre 128 et 129 ; P entre 36 et 37 ; Tr entre 32 et 33 ; Ly entre 7 et 9). Le texte gallois non plus (§ 104). Le responsable de l’omission est naturellement l’auteur du Roland rimé qui a sauté une laisse de son modèle.

J. — Gautier de l’Hum

36La bataille fait rage. Olivier chevauche, la lance brisée. Il n’en tient plus à la main qu’un morceau. Mais c’est suffisant pour fracasser l’écu et la tête du païen Malon, pour tuer Turgis et Esturgus. Gardien des coutumes d’honneur, Roland le rappelle aux convenances chevaleresques :

Cumpainz, que faites vos ?
En tel bataille n’ai cure de bastun
Fers e acers i deit aveir valor.
U est vostre espee, ki Halteclere ad num ?

37Et Olivier a cette réponse magnifique :

Ne la poi traire
Kar de ferir oi jo si grant bosoign.

38La laisse suivante enchaîne :

Danz Oliver trait ad sa bone espee
Que ses cumpainz Rollant li ad tant demandee,
E il li ad cum chevaler mustree.

39Voici donc Olivier redevenu respectueux des usages. Ce passage, très significatif pour la mentalité des deux personnages, est suivi de l’intervention de Gerin sur son cheval Sorel et de Gerier sur Passe-cerf : Oxf vv. 1351-1378 et 1379 ss. ; Venise IV vv. 1268-1296 et 1297 ss., Konrad vv. 5565-5588 et 5589 ss. — légèrement modifié —, la Saga p. 511, la chr. galloise § 105. Les textes rimés de Cambridge (ll. 40-41 et 42) et de Lyon (ll. 16-17 et 18) offrent la même leçon.

401°) Les mss P (ll. 46-48), Ch (ll. 147-149) et V7 (ll. 138-140) offrent entre la relation des exploits d’Olivier et de Guérin un passage intéressant qui esquisse la lutte livrée à l’écart par Gautier de l’Hum contre le païen Amaury. Quoique attestée par des mss ordinairement interpolés, ces quelques laisses ne manquent pas d’à-propos. Elles visent à donner plus de consistance au mystérieux Gautier, dont l’héroïsme reste caché dans les défilés des environs de Roncevaux. L’à-propos du passage a frappé Léon Gautier qui, avec hésitation, l’a utilisé dans ses éditions tardives (voir 13e éd., pp. 118 ss.). C’était une audace littérairement explicable, mais injustifiable au point de vue des relations entre manuscrits. Plus strict sur la méthode, moins enclin à lui donner des entorses pour satisfaire son goût littéraire, Stengel s’est abstenu de suivre son devancier et a qualifié nos laisses de « Zusatztiraden ».

  • 55 G. Paris, Carmen, p. 503, n. 4 est de cet avis, mais admet l’existence d’une lacune.

41Il a raison. Les trois laisses de P Ch V7 sont interpolées55. La tradition manuscrite l’atteste. Leur banalité, leur fatras le confirment. Mais elles sont un signe d’insatisfaction de la part du remanieur devant le mystère de Gautier, ici traité en comparse insignifiant, là en véritable « homme-lige » de Roland.

422°) Le remaniement du modèle de P Ch V7 ne s’inscrit-il pas dans un mouvement en faveur du pauvre Gautier ?

43Il existe, en effet, un autre passage où la tradition diffère au sujet du combat que livre 1’« homme » de Roland. Olivier vient d’expirer et tous les Français sont morts

Senz l’arcevesque e senz Gualter de l’Hum (Oxf v. 2039).

44L’archevêque, nous l’acceptons, mais pour Gautier, notre étonnement est grand. C’est une véritable résurrection que sa réapparition. Nous l’avions oublié depuis les vv. 803 ss. où il est entré dans la coulisse. Et la brusquerie avec laquelle l’auteur le ramène sur la scène pourrait nous laisser soupçonner qu’il l’avait oublié aussi.

45Je n’en crois rien toutefois. Le combat de Gautier, il n’a pas tenu à en faire la description directe. Ce combat latéral, il l’a présenté de biais, par l’anticipation des vv. 810-813 et la rétrospective des vv. 2040-43 d’Oxford. Celle-ci renoue le récit laissé pendant au v. 813, et le v. 810 est l’annonce tragique de la débâcle des vv. 2040 ss. Il y a là une audace technique qui a fait tort à son auteur, tant dans l’esprit de ses remanieurs médiévaux qu’aux yeux de la plupart de ses critiques modernes.

46Dans Oxford, la vision rétrospective du combat est brève :

  • 56 Semblable brièveté dans le Carmen (v. 421), qui ne peut toutefois entrer ici en ligne de compte en (...)

Repairez est des muntaignes jus ;
A cels d’Espaigne mult s’i est cumbatuz ;
Mort surit si hume, sis unt paiens vencut ;
Vœillet o nun, desuz cez vals s’en fuit56.

47Cette brièveté est en équilibre parfait avec l’anticipation des vv. 810 ss. ; des deux côtés quatre vers sont consacrés à la scène :

  • 57 Légèrement amplifié dans Tr l. 5 ; dans Ch V 7 l. 71 (l’amplification est attribuable au modèle de (...)

N’en descendrat pur malvaises nuveles,
Enceis qu’en seient .VII. C. espees traites.
Reis Almaris, del regne de Belferne,
Une bataille lur livrat le jur pesme57.

48La même brièveté discrète caractérise les propos de Gautier dans Oxf. De la bataille, il ne nous dit rien ; il se borne en quatre vers à décrire son état et à justifier sa conduite :

Ma hanste est fraite e percet mun escut,
E mis osbercs demailet e rumput ;
Par mi le cors hot une lance ferut.
Sempres murrai, mais cher me sui vendut (vv. 2050-53).

49Chacune des relations du combat de Gautier est, dans Oxford, répartie sur quatre vers. Subtil parallélisme, parallélisme précis.

  • 58 Et ici elle ne résume pas.

50La Saga n’en dit pas plus qu’Oxford (p. 521)58.

  • 59 Le texte flamand est sérieusement dépouillé et réduit à quelques phrases.

51Les autres versions ont mis en scène un Gautier plus loquace. Non contentes des quatre vers indiqués, elles lui font raconter toute sa bataille. Venise IV y consacre plus de vingt vers (vv. 2173-2196) et les versions de P (l. 119), Tr (l. 105), Ly (l. 76), frgt Lavergne (l. 2), Ch (l. 216), V7 (l. 202) présentent le même développement, ainsi que Konrad (vv. 6538 ss.), le Roelantslied (H vv. 269 ss., R vv. 359 ss.)59, le poème anglais (v. 357).

  • 60 De l’édition princeps, p. 186. — Voir aussi p. 189 où il est question d’« épisode tronqué ».

52Telle est la situation. Elle a, de tout temps, réclamé l’attention des érudits et suscité leurs réflexions. Sans y être contraint par son système, Th. Müller a jugé O déficient pour des raisons de convenances littéraires (2e éd., p. 139, note). Son avis est partagé par L. Gautier (1re éd., t. II, pp. 166 ss.) qui, sans hésiter, reconstruira une laisse nouvelle (voir 13e éd., pp. 178 ss.). E. Stengel suit son exemple (éd., pp. 220 ss.). Le plus brillant avocat de O, J. Bédier, renonce même à assurer ici sa défense (Comm., p. 190). Plus tard, il qualifiera la strophe manquante dans O de « complément, nécessaire quant à l’idée »60. Si les éditeurs les plus récents ne rétablissent pas la laisse, c’est seulement parce qu’ils ne savent comment la rédiger.

53Oxford serait-il irrémédiablement condamné ? N’y a-t-il pas la prose Scandinave, bien oubliée ici, qui plaide pour lui ? N’y a-t-il pas aussi certaines considérations littéraires qui militent en sa faveur ?

  • 61 Ou bien la discrétion louée dans Oxford est la conséquence fortuite de l’omission de quelques vers (...)

54J’ai déjà attiré l’attention sur le parallélisme minutieux des tableaux que la version d’Oxford brosse du combat livré par Gautier. Ce parallélisme serait-il l’effet du hasard ? Qui oserait le prétendre devant l’équilibre judicieux, élégant, qu’il représente ? Le long discours de Gautier dans les versions concurrentes rompt cet équilibre. D’autre part, on notera que le récit d’Oxford se suffit à lui-même, nous apprend au cours de ses trois parties, tout ce que nous pouvons exiger (combat contre les Sarrasins, Français anéantis jusqu’au dernier, Gautier blessé, ses armes mises en pièces, sa retraite). Le récit développé ne fait, de son côté, que reprendre des idées déjà exprimées et leur donner plus d’ampleur dramatique. J. Bédier pensait à une lacune après le v. 2055. Le cheval brochet, si vient poignant vers lui en interprétant celui-ci « s’il éperonne [Roland] son cheval, s’il court vers lui, c’est sans doute qu’il a quelque chose à lui dire ou à se faire dire par lui... Mais il ne lui dit rien... » (Comm., p. 190). Le simple geste de s’approcher de Gautier me semble assez éloquent pour qu’il n’ait pas à l’expliquer, à l’affaiblir par des paroles superflues : Roland se précipite vers son « homme » et, sans un mot, tous deux se lancent sur les ennemis. Un tel silence a plus de grandeur que les plus nobles paroles. Il est ambigu et doit être ambigu ; car que pense Roland, l’observateur pointilleux des commandements chevaleresques, de la fuite de son vassal ? Sait-il, lui-même, ce qu’il doit en penser ? Le silence d’Oxford marque son incertitude, sa volonté à la fois de ne pas excuser la faute chevaleresque de son homme-lige et de ne pas l’accabler de reproches en ce moment suprême. Le silence de Roland, son acceptation de combattre aux côtés de Gautier sont ainsi un témoignage de son affection pour lui61. Enfin, nous avons vu trois versions Ch V7 P introduire trois laisses inauthentiques au cours de la bataille pour donner plus de consistance au personnage effacé de Gautier. Ces mêmes versions agissent de même ici, en compagnie d’autres. Tout cela ne révèle-t-il pas un même mouvement de l’esprit ? Ce me semble plus probable que l’hypothèse inverse : d’une part, Oxford qui aurait réduit, à la fin de la bataille, le rôle déjà infime de Gautier, et d’autre part Ch V7 P qui, avant la bataille, l’auraient augmenté.

55Les versions d’Oxford et de la Saga offrent ici la leçon authentique. L’auteur s’est appliqué à ne pas placer le combat livré par Gautier dans la lumière crue. Il ne nous en donne qu’un reflet affaibli. Par sa présentation, il marque nettement la différence qu’il voit entre la bataille de Roland et la « guérilla » de son homme-lige. Il aurait pu ne rien dire de celle-ci. A tort, selon moi. Ce combat écarté et mystérieux donne de l’« épaisseur » à son œuvre, apparaît comme une projection du récit principal. C’est comme une planète éclairée par réflexion qui gravite autour de son soleil.

  • 62 Ces laisses auraient été supprimées par T (entre ll. 41 et 42) et Ly (entre ll. 17 et 18), dans leu (...)

56La personnalité de Gautier de l’Hum a conquis les sympathies. Le personnage n’a été éliminé d’aucun remaniement. Au contraire, la réserve de l’original a été prise pour de la pauvreté. Gautier de l’Hum a vu progressivement son rôle se renforcer. Le modèle de V4, des versions rimées et des textes étrangers a imaginé une laisse où le héros décrivait plus longuement son combat, captait plus longuement l’attention et l’intérêt des auditeurs. Un remanieur postérieur, celui d’où procèdent P Ch V7, a renchéri en intercalant au beau milieu du combat de Roland, trois laisses futiles pour rappeler le souvenir de celui qui lutte dans les montagnes62. L’audacieuse conception du premier poète n’a pas été comprise par ses successeurs.

K. — Les présages de la mort de Roland

57Les Français luttent avec vaillance. Quels beaux coups donnent Roland, Olivier et Turpin ! Les païens meurent par milliers, mais les rangs chrétiens se vident peu à peu. Combien nombreux ceux qui ne reverront leurs parents ni Charlemagne ! Pendant ce temps, la France est dévastée par une tempête surnaturelle :

Orez i ad de tuneire e de vent,
Pluies e gresilz desmesureement ;
Chiedent i fuildres e menut e suvent,
E terremoete ço i ad veirement.
De seint Michel de Paris josqu’as Seinz
Des Besençun tresqu’as [porz] de Guitsand,
N’en ad recet dunt del mur ne cravent,
Cuntre midi tenebres i ad granz,
N’i ad clartet, se li ciels nen i fent.
Hume net veit ki mult ne s’essp[o]ant.
Dient plusor : « Ço est le de finement,
La fin del secle ki nus est en present. »
Il nel sevent, ne dient veir nient :
Ço est li granz dulors por la mort de Rollant.

58Tel est le texte d’Oxford, achevé, dense, parfait. Il n’y paraît rien manquer. La progression dans les manifestations naturelles d’un désarroi surnaturel est remarquable d’harmonie et de gradation : au déchaînement de phénomènes habituels succède l’extraordinaire, l’éclipse totale, la nuit en plein midi ; à la description de la nature bouleversée vient s’ajouter celle des hommes bouleversés ; le tout se résolvant dans l’ample vers 1437 qui dit tout.

591°) Les versions concurrentes ne se sont pas arrêtées là. V4 offre une laisse en plus (vv. 1347 ss.), comme Ch (l. 153), V7 (l. 144), P (l. 50, vv. 914 ss.), T (l. 45), Ly (l. 19, vv. 305 ss.). C’est le type même de la laisse où, sous des formes différentes, on répète ce qu’on a dit. Ému par la puissance de son modèle, l’interpolateur a voulu renchérir ; mais dans son impuissance, il n’a pu qu’habiller de nouvelles formules les idées déjà exprimées. La preuve qu’il n’a fait que suivre son devancier, c’est l’ordre de ses vers, à peine différent de l’autre. Mais, comme J. Bédier (Comm., p. 114) l’a bien senti avec sa finesse d’artiste, il a été incapable de conclure la laisse nouvelle par un vers qui fasse écho au ço est le granz dulors for la mort de Rollant. Son addition a de plus le grave défaut d’étouffer la résonance de ce vers remarquable.

60Une nouvelle fois, la leçon d’Oxford est préférable à toutes les concurrentes.

  • 63 Ch vv. 2454 ss. ; V 7 vv. 9 ss. ; Tr vv. 698 ss. ; Ly vv. 313 ss. ; P vv.. 921 ss.

61L’interpolation a été l’œuvre d’un esprit étroit et sec, qui a cru nécessaire d’authentiquer la douleur apocalyptique des éléments devant la mort de Roland, par une référence à une auguste histoire déposée à Saint-Denis63.

62La Saga dont on proclame à tort, encore aujourd’hui, la haute antiquité, se range aux côtés des versions interpolées (p. 512).

  • 64 V 4 vv. 1358 ss. ; Ch ll. 154-155 ; V 7 ll. 145-146 ; P ll. 51-52 ; T ll. 46-47 ; Ly ll. 20-21.
  • 65 Pain s’en fuç per tot la contre... Veent pain che dura è la mesle / Lasent lo camp si se tornent in (...)
  • 66 Cfr V 7 l. 147, v. 3 ; P l. 53, v. 953 ; T l. 48, v. 721. Ce vers qu’escamote Ly et qu’altère V 4 ( (...)

632°) La strophe interpolée est suivie dans V4 Ch Tr Ly P V7 d’une vue panoramique de la bataille qui ne se trouve ni dans O ni dans la Saga64. Le passage ne révèle aucun signe d’ancienneté. Au contraire, il décrit la fuite d’innombrables païens devant la bravoure chrétienne65 et se met en contradiction avec ce qu’il dira lui-même quelques vers plus loin : de cent meillier ne sunt dui en retor (Ch l. 156, vv. 2486)66. En effet, un seul réussit à s’échapper, le beau Margariz.

  • 67 Qui, une fois n’est pas coutume, a mal défendu ici la copie oxonienne (p. 115).

64Les strophes CXI b et CXI c de Stengel, CXX-CXXII de Gautier, originales pour Müller lui-même (3e éd., p. 137, note), mais apocryphes pour J. Bédier67, ne sont pas authentiques.

65Pour tout le passage, Oxford a été le plus fidèle, et la prose Scandinave moins infidèle que V4 et les versions rimées françaises.

L. — Turpin engage Roland à sonner de l’olifant

66Roland et Olivier se querellent douloureusement. L’archevêque les entend et les admoneste. Il donne raison à Olivier, mais engage Roland à appeler Charles au secours (Oxf vv. 1740-1751).

  • 68 Stengel, éd. p. 189, attribue le second discours à Olivier. L’erreur est grave du point de vue arti (...)

67Soulagé, Roland s’empresse d’emboucher l’olifant (vv. 1753 ss.). Telle est du moins la leçon d’Oxford. Les autres versions ajoutent à ces arguments les mêmes arguments (V4 vv. 1852 ss. ; Ch l. 189 ; V7 l. 181 ; P l. 94 ; T l. 82 ; Ly l. 53). Ce n’est pas la première fois que Turpin se répète dans le Roland remanié68 ; ce n’est pas la première fois que le rifacitore invente une laisse disposée dans le même ordre que celle de son modèle qu’il vient de transcrire, en exprimant en des formules flasques et ternes des idées exprimées auparavant avec vigueur ; ce n’est pas la première fois non plus que ses bavardages retardent un geste qui aurait dû être immédiat.

68De nouveau, Oxford a raison contre tout le monde, et J. Bédier a bien fait de contredire L. Gautier et Stengel (Comm., pp. 162 ss.). D’ailleurs, Konrad (vv. 6052 ss.), la Karlamagnus Saga (p. 517) confirment la leçon oxonienne, ainsi que le Roelantslied (R vv. 50 ss. ; éd. p. 133).

M. — Après les sonneries de Roland

69Ch et V7 offrent une curieuse addition. Roland a sonné de tout son souffle. Les païens l’ont entendu :

Paiene gent en est mot esbaie
li plus seurs a sa voie acolie
quant Blanzardins a l’enarme saissie
a un destroit mist sa grant conpaignie
(Ch l. 191, vv. 3063 ss. ; cfr V7 l. 183, vv. 6 ss.).

70Ce Blancandrin qui tombe du ciel indique que le modèle de Ch V7 avait été gêné par sa disparition prématurée. Plus tard, V7 en reparlera encore (l. 190, v. 12).

71L’olifant appelle Charlemagne au secours : voir page ci-contre.

  • 69 Maer si duchten strange / Dat si merren souden lange (R vv. 163-64 ; éd. p. 137) — O v. 1841. Steng (...)

72Telles sont les concordances des diverses versions françaises. Konrad (vv. 6053 ss.) suit en général le même ordre qu’elles et possède le point VII sous une forme assez particulière (vv. 6160 ss.). La chronique Scandinave connaît V et ignore VI, tandis que le Roelantslied connaît VI et paraît connaître V69.

731°) Le premier problème concerne les points V et VII, celui-ci opposant Oxf à toutes les versions, celui-là opposant Oxford, la Saga et le Roelantslied aux autres rédactions françaises.

  • 70 Ce n’est pas un remanieur inspiré qui l’a composée, mais le poète qui avait l’intention d’inventer (...)

74La laisse 138 d’Oxford qui esquisse à larges traits évocateurs le paysage montagneux des Pyrénées est inattaquable (point V)70. L’absence même de cette strophe qui enracine le poème dans son tuf historique et géographique est une des preuves décisives du caractère généralement secondaire de V4 et des versions rimées.

  • 71 Lég. ép., t. III, p. 410 ; Comm., pp. 121 ss..

75L’examen du point VII va nous en administrer une autre preuve. V4, les versions rimées, le Roelantslied font toute la généalogie de Ganelon et le rattachent au pauvre Brutus, le meurtrier de Jules César, source de toute une race de fourbes pour qui la félonie est coutume et loi. Cette laisse pseudo-historique a eu l’heur de plaire à maints critiques. Le R. P. Van Mierlo, encore aujourd’hui, ne résiste pas à son charme étrange (éd., p.56). Et cependant, dès 1878, Th. Müller le perspicace en avait signalé le caractère aberrant (3e éd., p. 194, note) ; et, à deux reprises, Bédier en a démontré l’incompatibilité avec le fondement même de la fiction71. Sagement, les derniers éditeurs ont écarté l’ascendance fabuleuse du traître. Parmi les versions interpolées, le remanieur de V7 renchérit sur son modèle : aux meurtriers de César il ajoute ceux d’Alexandre (vv. 10-11).

  • 72 Ly 54 = P 96 = T 84 ; Ly 55 = P 97 = T 85 ; Ly 56 = P 98 = T 86 ; Ly 57 = P 99 = T 87 ; Ly 58 = P 1 (...)
  • 73 Laisse additionnelle de T qui répète la laisse précédente sur une autre rime.
  • 74 Laisse qui commence par Karlles chevauçe tristes de mautallant / Sa blance barbe sor la broigne gis (...)

Note (1)72
Note (2)73
Note (3)74

  • 75 Les assonances le montrent clairement.
  • 76 Les assonances le montrent clairement.

762°) Le second problème est circonscrit aux ll. 197-201 de Ch. Ces laisses font double emploi avec celles qui sont numérotées 193-195 et ne réapparaissent dans aucune des autres versions rimées. Tout porterait donc à croire qu’elles ont été ajoutées par Ch. La question n’est pas si simple, car les ll. 197 ss. de Ch sont la reproduction presque exacte des strophes correspondantes de O et V475, tandis que les ll. 193 ss., auxquelles répondent les autres versions rimées, s’en éloignent assez76. Malgré les apparences, je crois Châteauroux la version la plus ancienne des textes rimés, et je m’explique ainsi son étrange ordonnance. Le copiste du ms. a fidèlement transcrit son modèle. Celui-ci avait sous les yeux un texte analogue à O ou V4. Il a commencé par changer l’assonance des ll. 134-137 (Oxf), puis les a recopiées telles quelles. On sait qu’il ne lui déplaît pas de raconter deux fois des péripéties qui ont ses faveurs, les scènes du cor par exemple. A moins d’admettre, ce qui n’est pas invraisemblable, que Ch aurait eu sur sa table de travail deux Chansons de Roland et que pour certaines scènes particulièrement agréables à son esprit, il ait transcrit à la file les laisses de l’une et celles de l’autre. Quoi qu’il en soit, les remanieurs suivants n’ont pas trouvé la réduplication de leur goût et ont éliminé la seconde leçon, la plus ancienne. Choix fait au hasard ? Je ne crois pas. C’est, en effet, une constante dans les remaniements que, de deux leçons concurrentes, les rifacitori conservent la plus récente, celle qui répond le mieux à leur penchant et à celui de leurs auditeurs.

  • 77 A dessein nous avons examiné les passages litigieux au fur et à mesure de leur apparition dans le r (...)

77Nous pourrions poursuivre notre lecture et continuer à relever dans le détail les divergences qui séparent nos versions et à les classer selon leur archaïsme narratif77. Ce ne serait pas utile. Presque à chaque coup, la même conclusion serait répétée : la supériorité indéniable d’Oxford sur tous les autres manuscrits, y compris Venise IV pour qui, ces derniers temps, on a manifesté certaines faiblesses. Nul n’est plus respectueux de la forme ancienne de la Chanson, du poème original, que le copiste du Digby 23. Les autres versions, transformées, altérées, repensées, n’en conservent que des traits fugitifs et isolés. La comparaison entre les diverses copies, même celles où l’on se complaît aujourd’hui comme autrefois à discerner un reflet pré-oxonien, sera toujours favorable à Oxford. J’y insiste en raison de la tendance régnante à rabaisser une honnête transcription au profit d’invraisemblables brouillons comme Venise IV, où pour un vestige archaïque il y a dix altérations. Comme exemple, voici une laisse de V4, prise au hasard, avec les indications marginales que suggère la confrontation de toutes les versions :

Marsilio oit un pain apelle
Ço fo Gualdas son mastre texore
In tota Spagna no è nesun si cere 
: addition
Et ello domanda cum aveç uos plaide : addition
L’auer de Çarlo est ello aparecle
Si ert ben per Macomet ase : omission
In contra Gaino li roi est aprosme
Contra son peito soaue la enbrace
Po li a dit molt ve doe auer cer
Çamai no sera çorno che no ue doni del me
Por de Rollant li pugnaor m’aide
Gayno respont no u’estoue parle

78Quelques lignes de la Saga ne seront pas de trop non plus pour marquer la juste place qu’elle occupe :

79« Valdibrun [om.] se leva et remercia le comte Guinelun [add.] pour son conseil et lui donna son épée. Et sur l’épée était gravée l’image de Makon [modification]. Alors il parla au comte Guinelun : Cette épée je te la donne par amitié, de plein gré, parce que tu nous aides à tuer [add.] Rollant [om.] et sa troupe [om.].

80Loin après Oxford, les versions Scandinave, néerlandaise, allemande, ainsi que V4, paraissent avoir, en général, conservé le plus de vestiges anciens (voir A, C, D, H n°4, I). Les versions françaises rimées sont moins archaïques.

  • 78 Müller, 3e éd., p. v (voir aussi Zs. f. rom. Ph., t. III, 1879, pp. 439 ss.) ; F. Bliss Luqiens, Th (...)

81D’autre part, il est indiscutable que le vrai classement des mss est celui proposé par Müller, défendu par Luquiens et Bédier et adopté généralement aujourd’hui78 : O forme à lui seul une branche de la famille rolandienne, et toutes les autres copies françaises et étrangères composent l’autre branche et dérivent d’un remaniement Commun qui a altéré son modèle indépendamment d’Oxford. (voir les conclusions de E, F, G, H 3°, J 2°, K 1°, L, M 1°).

  • 79 En particulier, aux réponses aux objections des tenants du classement Stengel-Foerster remis maladr (...)

82Une fois rappelées par des exemples concrets, ces vérités fondamentales, nous renvoyons pour tout ce qui les concerne aux Commentaires de J. Bédier qui restent toujours la plus solide contribution à la critique textuelle de la Chanson de Roland79. Pour notre part, nous nous bornerons à étudier quelques passages où la tradition rolandienne est particulièrement divergente.

N. — La quête des morts

  • 80 Cfr Karlmeinet p. 715, 465, vv. 18 ss. ; le Stricker vv. 8900 ss..
  • 81 Cfr Chron. danoise p. 307.

83Vainqueur des derniers Sarrasins de Marsile, Charlemagne revient à Roncevaux chercher ses morts, pour leur rendre les derniers hommages, les inhumer et ramener en France les corps de Roland, d’Olivier et de Turpin. Tous les textes de Roland racontent cette scène (Oxf vv. 2855 ss. ; V 4 vv. 3038 ss. ; P ll. 176 ss. ; T ll. 157 ss. ; Konrad vv. 7450 ss.80 ; Saga, p. 52781), tous sauf Ly et Ch V7.

  • 82 Cfr le Stricker vv. 10404 et ss..

84Lorsqu’il a vaincu Baligant et s’est emparé de Saragosse, Charlemagne regagne la France. Oxf (vv. 3675), V4 (vv. 3838), Konrad (vv. 8631 ss.)82, ne précisent pas s’il retraverse la douloureuse plaine de Roncevaux. Les versions rimées l’y arrêtent encore quelques temps et renouvellent ses funèbres recherches et son deuil. Cette fois, Ch (ll. 331 ss.), V7 (ll. 324 ss.) et Ly (ll. 111 ss.) se rangent aux côtés de P (ll. 250 ss.) et T (ll. 225 ss.).

  • 83 Voici un spécimen de ses vers : Karles esgarde vers Espaingne la grant / desoz.I. aubre foillu et u (...)

851°) Nous ne démontrerons pas le caractère apocryphe de cette dernière scène : il est évident83. Faisant franchir une dernière fois les Pyrénées à l’armée française, le rimeur du Roland postérieur n’a pu s’empêcher de la ramener à Roncevaux et de renouveler les lamentations. Les mss de Paris et de Cambridge qui connaissent les deux scènes de deuil reflètent cette forme ancienne du Roland rimé.

862°) Considérant à juste titre que c’était trop de larmes, la version représentée par Ch V7 a supprimé une des deux scènes, la première, l’authentique. Mais, nous le savons, c’est la règle dans les remaniements de sacrifier le vieux au neuf. Sa suppression n’a pas été sans compensation. Son auteur a tenté de remédier à la lacune qu’il créait en écrivant une laisse nouvelle (Ch l. 276 ; V7 l. 269). Un pèlerin y apparaît, le Chartrain Reinier, un inconnu, échappé de la prison de Noitier, autre inconnu, grâce à sa femme Brehas, inconnue aussi. Malgré ses dix-sept ans d’incarcération, ce paumier sait les secrets du palais de Saragosse et en fait part à Charles. Il ne fait d’ailleurs que devancer d’une laisse l’apparition de l’avant-garde sarrasine, qui perd ainsi de sa soudaineté brutale.

87Ly a opéré autrement. Il ne tient pas, lui, à éviter deux scènes funéraires ; il tient avant tout, à chasser Baligant de son récit. S’il a éliminé la première quête des morts, c’est qu’elle était coincée entre deux épisodes où l’indésirable amiral jouait le grand rôle. Faisant disparaître Baligant et tout ce qui le concerne, il supprime du même coup la scène de la quête des morts. Il est possible que l’existence de la seconde scène funèbre, plus « moderne » d’aspect, l’ait induit en erreur, lui ait fait croire que la première, inscrite entre les scènes « plaquées » de Baligant, était elle-même « plaquée ».

883°) D’autre part, P et Ly présentent une laisse (P 252 et Ly 113) qu’ignorent Ch, V7 et T. Addition de P Ly ? Omission de Ch V7 T ? Dans cette strophe, on affirme sans ambages — en oubliant d’ailleurs qu’ils sont déjà en terre — que les .XII. compaingnons enterrrrent le ior (P v. 4566 ; Ly v. 1868), sauf Roland et Olivier. Au moment de quitter Roncevaux, nous lisons dans Ch : Quant l’emperere ot sa gent enterrre / et la compaigne qi fu bone euree / Qi a duel fu en Rencheuals liurée / Chascune biere fut mot bien atornee / sor les somiers et trossee et levre / dex [=des] .XII. pers dont France est adolee (l. 338, vv. 6135 ss. ; cfr V7 l. 331, vv. 1-6 ; T l. 232, vv. 3635 ss. avec quelques variantes de détails). Les XII pairs sont donc, pour ces versions, ramenés en France, contrairement à la version primitive, conformément à la Saga. Le poète ne perdra point ce détail de vue, il s’en souviendra à Blayes : il font les oz destransiz enterrer / les doze pers fisent bien enbasmer / et en sarqes pouser et aloer (Ch l. 392, vv. 7288 ss. ; cfr avec des variantes de détails V7 l. 387, vv. 7-9 ; T l. 296, v. 4963 ; V4 v. 5425). Il y a donc, dans la tradition du Roland rimé, deux mouvements : l’un qui enterre les pairs à Roncevaux (P Ly), l’autre qui les ramène à Blayes (Ch V7 T V4). Quel est le plus ancien ? Ce dernier. A chaque passage postérieur à leur inhumation, dans les Pyrénées, P révèle un embarras qui dénote sa connaissance de l’autre relation : au passage qui correspond à Ch 338, il écrit chascunne bierre fu moult bien atornee / sor les sommiers et chargie et troursee / des .XII. pers fu moult France avillee (l. 258, vv. 4730 ss. ; Ly, plus expéditif, fait sauter tous ces vers). Remarquons la menue modification du v. 4732 qui lui enlève toute fonction dans le contexte et toute raison valable de s’y trouver. Au passage répondant à Ch 392, il écrit : Va sen li rois en terre lait Rollant / et Olivier le hardi combatant /... / les .XII. per qu’orent tant hardement/ et les .XX. mil qui sont mort a torment (P l. 321, vv. 6104 ss. ; Ly escamote de nouveau les vers embarrassants). Nous sommes à Blayes. L’enterrement d’Aude, de Roland, d’Olivier, qui a lieu en la ville même, est attesté par toutes les versions. L’accord de celles-ci sur la mention des XII pairs est la preuve qu’eux aussi dorment à Blayes leur dernier sommeil. De nouveau, P a retouché son modèle en insérant le v. 6107 qui lui permet de parler de l’inhumation des XII pairs après celle des trois protagonistes, sans avoir trop l’air de la situer, comme celle-ci, à Blayes. Nos remanieurs avaient plus de conséquence dans les idées qu’on ne le soupçonne souvent. Pour en revenir à la l. 252 de P et 113 de Ly, elle nous apparaît comme une addition de leur source commune, sans doute sous l’influence détournée de la première scène de la quête. Cette addition et les retouches suivantes sont une tentative de correction.

894°) La seconde quête funèbre, si inutile, si mal composée, si mal écrite, si interminable, est une mine de renseignements sur les rapports réciproques des versions rimées. Ch V7 T V4 reconduisent les douze pairs à Blayes, P Ly les enterrent à Roncevaux. Comment se comportent-ils vis-à-vis de l’archevêque Turpin ? L’armée française se prépare à laisser la plaine désolée. P raconte : copent les branches escuier et serjant / por bierres faire dont trestuit sont dotant / desus leverent Olivier et Rollant / et l’arcevesque cui dex par ama tant / as fors sommiers les font porter auant / de Roncevax sont issu a itant (l. 257, vv. 4717 ss. ; cfr Ly l. 118, vv. 1949 ss.). Pendant longtemps il ne sera plus question du preux évêque, mais P rapportera qu’à Blayes : Va sen li rois en terre lait Rolant / et Olivier le hardi combatant / et l’arcevesque que dex par ama tant (l. 321, vv. 6104 ss.) ; cette fois Ly ne confirme pas P. Pour P il semble bien que Turpin repose à Blayes. Ch V7 T V4 ne paraissent pas de cet avis. Au passage qui répond à P 257, ils passent soigneusement sous silence la mention de l’archevêque : as bieres faire dont trestot sunt dolant / desus leverent Olivier et .R. / a forz somiers les font porter avant (Ch l. 337, vv. 6127 ss. ; cfr V7 l. 330, vv. 11-13 ; T l. 231, vv. 3627 ss.) ; le même silence se répète au passage en regard de P 321 : sor toz les altres font .R. conreer / et Oliver et Audein au vis cler (Ch l. 392, vv. 7291 ss. ; cfr V7 l. 387, vv. 10-11 ; T l. 294, vv. 4916 ss. ; V4 vv. 5424-5425). Des deux opinions sur le sort final de Turpin, laquelle est la plus ancienne ? Incontestablement, celle de P Ly : elle s’accorde avec la version assonancée (Oxf v. 3691) pour donner le seul récit acceptable : comment admettrait-on que le vaillant Turpin soit enterré à Roncevaux, comme un obscur baron, alors que ses inséparables compagnons sont ramenés en terre de France ? Est-il même enterré à Roncevaux ? Nulle part Ch V7 ne l’indiquent expressément. On ne sait ce que devient le corps de l’archevêque après sa mort aux côtés de Roland. V4, de son côté, l’abandonne sur une des charrettes où il devait être conduit en France (v. 3156). La source de nos versions a délibérément et mystérieusement abandonné le corps de Turpin à son malheureux sort.

  • 84 V 7 l. 328, v. 15 et l. 329, vv. 3-5 ; P l. 255, v. 4671 et l. 256, vv. 4679 ss. ; T l. 229, v. 359 (...)

905°) La Karlamagnus Saga (p. 529) rapporte une péripétie qui a fortement impressionné les chercheurs des origines rolandiennes : Charles supplie Dieu de lui permettre de distinguer les chrétiens des païens dans la masse anonyme des cadavres ; Dieu exauce sa prière et couvre les païens de buissons. Le miracle se renouvelle dans la seconde quête de nos versions rimées : car sor chascun fist crostre un albe spin, voilà pour les chrétiens ; des Sarazins ni pot un sol cosir / car Dex les fist en spines devenir / pognanz et aspres si ne poent florir (Ch l. 335, v. 6080 ; l. 336, vv. 6087 ss.84.

  • 85 V 7 l. 328, vv. 16-17 ; P l. 255, vv. 4672 ss. ; T l. 229, vv. 3591 ss. ; Ly l. 116, v. 1924 ss..
  • 86 Celui-ci termine la scène par un autre miracle : Nostre enperere se dreza en estant /lo ciel regard (...)

91La présence du miracle dans la deuxième scène funéraire n’est guère en faveur de son ancienneté. Le Roland rimé l’unit d’ailleurs à des vers qui, pour moi, sont une marque d’indiscutable postériorité : encor les voient li gentil pelerin / qi a seint laque en vont le droit chemin (Ch l. 335, vv. 6081 ss. )85. Ce miracle ne se justifie en aucune façon dans le texte : la première quête des morts a pu s’accomplir sans lui. Se justifie-t-il mieux dans la prose Scandinave ? Non, puisque Charles a pu reconnaître les corps des douze pairs, et celui de Roland. L’apparence des Sarrasins ne différait-elle pas, d’ailleurs, de celle des Chrétiens ? Leurs hauberts étaient-ils les mêmes ? Le poète qui a inventé la Chanson, même s’il les différenciait moins qu’ils ne l’étaient dans la réalité, ne les assimilait nullement. Le miracle des épines et des aubépines est tardif. La Karlamagnus Saga, qui est du xiiie siècle, ne l’oublions pas, traite sa scène funèbre avec des touches récentes (voir d’autres exemples ci-dessus). Il est donc hasardeux d’y chercher des traces d’archaïsme. Malgré les apparences, la relation Scandinave ne semble pas de haute antiquité, elle représente une version remaniée, mais moins remaniée que le Roland rimé86.

O. — La prise de Narbonne87

  • 87 A partir d’ici, nous ferons précéder chacune des discussions d’une analyse détaillée de la chanson (...)

92Charlemagne a achevé dans la gloire et le deuil sa guerre d’Espagne. Il regagne la France :

Carlo çiualça a la barba florie
Guarda sor dextra oit Nerbona scosie
Deo dist li roi dama saincte Marie
Com a nom çella villa ch’e si ben stablie
Respont li dux Naimo no vel çellarai mie
Nerbona a nom pain la ten in bailie
Li roi Alfarise cui Domenede maldie

93Ainsi Venise IV amorce un épisode nouveau qui ne se trouve nulle part dans les manuscrits étudiés jusqu’ici : la prise de Narbonne. La scène est de noble allure. Devant cette ville sarrasine qui, sur le sol même de France, dresse ses tours insoumises, le vainqueur de Saragosse n’a qu’un désir : la conquérir. Il adresse sa requête à Dieu (vv. 3898-3903) qui lui répond en déchaînant un terrible ouragan (vv. 3904-3907).

94Quand la tourmente divine s’apaise, les Français s’emparent de la ville (vv. 3908-3914).

95La ville est aux Français ; Charles et son barnage se réunissent dans la salle principale du grand palais. Qui veut tenir la ville ? Chacun baisse la tête et garde le silence (vv. 3924 ss.). Aucun des hauts barons ne veut accepter. Mais Hernaut se souvient à point qu’il a un jeune fils (vv. 3986-3995) et accepte la ville en son nom.

96Et voilà Hernaut, sur les routes de France, à la recherche de son heureux fils (vv. 4005 ss.). A Paris, il sème les mauvaises nouvelles et déchaîne la pire désolation (vv. 4056 ss.). Enfin il atteint Beau-lande (vv. 4068 ss.).

97La scène du retour du mari est joliment contée (vv. 4071 ss.). Hernaut croise Aimerillet sans le reconnaître, tombe dans les bras de son épouse. Mais les premières émotions joyeuses font place au plus grand chagrin quand on apprend la mort des preux.

Dame ço dist li cont inuer mi intend[é]
El me remembra li çorn e la noe
Quant me parti qui allo da mon terre
E li lassai una piteta rie
O est li ma dame ne mel doueç celle

98Aimerillet rentre justement de la chasse. Quand il apprend le retour de son père, il se précipite et tombe à ses pieds (vv. 4158 ss.). La glace est rompue. Le jeune Aimery fait part à son père de ses rêves :

La noit quant eo dormo in uixion me ve
Ne noit ne ior no me lassa polse
Ço est Nerbona che seit sor regoi del me
Alfaris la tint un fol roi desfae

99Mystère de la prémonition onirique ! Hernaut en profite pour lui annoncer ses hautes destinées : quand tu seras dans ta Narbonne, avec tes enfants et ton épouse, tu verras approcher sur la mer la flotte sarrasine... (vv. 4199 ss.). La maman a tout entendu, elle veut retenir son fils ; mais celui-ci est du sang d’Hernaut de Beaulande :

Mere dist il de niente uos parler
No romaraue por tut l’or de piter
Que eo non prenda Nerbona e li soller

100Aimery et son père quitte Beaulande, disent adieu à la mère et les voilà devant Narbonne (vv. 4230 ss.). Quelle belle ville ! La forêt qui est là du côté de la mer regorge de bêtes sauvages, l’idéal du chasseur (vv. 4252 ss.). « Père, à qui sont ces bêtes ? » — « Fils, au seigneur de Narbonne. (vv. 4256 ss.). Venez, je vais vous présenter à Charles ». — « Inutile. J’irai bien seul » (vv. 4270 ss.). Hernaut n’est guère satisfait d’une telle présomption et s’arrange avec Charlemagne pour rappeler le jeune homme aux convenances (vv. 4282 ss.). La leçon porte ses fruits, et c’est avec humilité qu’Aimerillet reçoit ses éperons, son haubert et son épée de chevalier (vv. 4344 ss.).

101Charles remet Narbone au fils de Hernaut.

Or oit l’enfant porprisa la cite (v. 4409)
In dolçe France reparia l’enperer (v. 4414).

102Tel est l’argument du fameux épisode de Narbonne. La scène est loin d’être sans beauté. Solidement charpentée, puissamment rythmée, elle est émaillée de trouvailles inattendues qui en rehaussent la valeur (Hernaut, le messager de la défaite, qui répand la désolation sur son passage ; les charmantes scènes de Beaulande ; le jeune Aimery qui veut voler de ses propres ailes). La chanson que reproduit V4 devait être une œuvre de choix.

  • 88 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, Paris, 1938, pp. 8 ss. — P. 11 il attribue le développeme (...)

103Personne n’a jamais cru que ce pût être la Chanson de Roland, jusqu’au jour où M. Wilmotte écrivit à ce sujet des paroles ambiguës où, sans rien affirmer, il laisse entrevoir ses doutes sur l’inauthenticité de notre épisode88. Ou l’opinion est hésitante, ou Wilmotte ne veut pas écrire ce qu’il pense.

104Il convient qu’on sache une fois pour toutes à quoi s’en tenir sur le fameux épisode, et par conséquent sur la valeur réelle de Venise IV.

  • 89 éd. R. Guiette, t. II, 1ère partie, p. 11. La situation du passage dans les Croniques entre Blayes (...)

105L’épisode de Narbonne n’est pas une intercalation du jongleur italien qui a agencé Venise IV, comme le croit l’opinion générale. « Narbonne » a existé dans la Chanson de Roland en France même. Les Chroniques et Conquestes de Charlemaine, attribuées à David Aubert, nous en administrent la preuve. Nous y lisons, entre le chapitre consacré à l’inhumation de Roland, Aude et Olivier et celui du retour de Charles à Chartres, un chapitre qui porte la rubrique : « Comment le puissant prince Charlemaine assiega et prist Nerbonne, et la donna au gentil Aymery, filz a Hernault de Beaulande »89.

106Mais cette Chanson de Roland, pour être française, n’en est pas moins postérieure.

  1. Malgré sa beauté intrinsèque, l’épisode de Narbonne est dans Roland une digression intolérable.

  2. S’il se rattache à un vers analogue au v. 3683 d’Oxford, il est intercalé entre des passages de la version rimée (V4 vv. 3867 ss. = Ch l. 335, V7 l. 328, P l. 255, T l. 229, Ly l. 116), dont nous avons montré ci-dessus le caractère postiche et V4 vv. 4418 ss. (= Ch l. 339 » V7 l. 332, P l. 259, T l. 233, Ly l. 120, Fr. Lo l. 11), dont nous allons traiter au chapitre suivant.

  3. L’apparition inattendue de Hernaut de Beaulande est comparable, non à la présence continuelle d’Ogier le Danois dans Oxford (qui n’est qu’un nom glorieux détaché d’une autre légende sans qu’aucun des épisodes personnels de celle-ci soit reproduit), mais à l’apparition subite de Girard de Viane à la fin du Roland rimé (voir ci-dessous).

  4. L’union de l’épisode avec les développements particuliers de la fin du Roland rimé est confirmée par les Croniques et Conquestes (voir pp. 10 ss.).

  5. Le ton de certaines scènes — celle de Beaulande par ex. — contredit formellement celui de la Chanson de Roland ancienne. Par contre les lamentations qui accueillent la nouvelle du désastre ont les mêmes résonances que celles qui éclatent dans les parties personnelles des Rolands rimés.

  6. On y trouve des personnages du cycle de Guillaume d’Orange, inconnus du Roland ancien qui ne cite que les seuls Girart de Roussillon et Ogier le Danois, mais qui existent dans le Roland rimé (scène de Vienne, Girart de Viane).

    • 90 Aymeri de Narbonne, éd. L. Demaison, Paris, Firmin Didot, 2 vol., 1887, S. A. T. F. Bertrand ne par (...)

    La version donnée par V4 de la Prise de Narbonne, qui paraît celle des Croniques et Conquestes, semble postérieure à celle donnée par le poème de Bertrand de Bar-sur-Aube90.

107Oxford représente sans conteste la version ancienne, avec la mention d’une ville que l’on traverse à vive allure, « Nerbone ». A ce vers un remanieur français a accroché le récit de la « prise » de Narbonne, telle qu’il la connaissait par une autre chanson de geste.

  • 91 Avec sans doute la traversée des Pyrénées par Jaca, Canfranc, le Somport et Urdos — ligne normale, (...)

108Il est plus difficile de se représenter les rapports réciproques de V4 et des Rolands rimés. Jusqu’au vers 3846, le texte de V4 se rapporte plutôt à Oxford qu’aux versions rimées. A partir de ce vers, tout va changer. Le nom de « Nerbone » suggère à son auteur l’idée de rimer à sa manière l’histoire de la prise de la ville. Pendant quelques 500 vers, nous voilà loin de la vraie Chanson de Roland. Quand le remanieur, son excursus terminé, reprend le fil de son récit, ce n’est plus au texte d’Oxford qu’il fait penser, mais aux Rolands rimés. Au moment où son récit rejoint celui des Rolands rimés (V4 vv. 4418 ss. ; Ch l. 339, V7 l. 332 ; P l. 259 ; T l. 233 ; Ly l. 120 ; Frgt lorr. l. 11), ceux-ci s’écartent déjà depuis longtemps de la version ancienne (voir même chapitre, N). Dès que Charlemagne a quitté Saragosse, emmenant avec lui la belle Braminonde, V4 et les Rolands rimés s’écartent dans des sens opposés de la ligne droite et ancienne représentée par Oxford : Saragosse, « Nerbone », Bordeaux, Blayes91. L’antécédent de V4 et des Croniques et Conquestes, frappé par l’énigmatique Nerbone, a, si je puis dire, longuement commenté ce vers en racontant l’histoire d’Aimery, puis est revenu sur la route de Blayes, sans nommer l’endroit, pour entendre Charlemagne prier certains seigneurs de se rendre à Vienne, auprès de Girard (vv. 4418 ss.). De son côté, le rimeur qui se trouve à la base des Rolands rimés ramène Charlemagne de Saragosse à Roncevaux où il organise de nouvelles manifestations funèbres (voir N, 4°) et se rend de Roncevaux à Saint-Jean-Pied-de-Port (Ch l. 338 ; V7 l. 331 ; P l. 258 ; T l. 232 ; Ly l. 119 ; frgt lorr. l. 11) d’où il envoie des seigneurs à Vienne.

109La situation est la suivante :

110Nous avons vu au point N, 1°, que la scène funéraire à Roncevaux était manifestement postiche. Nous venons de constater qu’il en est de même pour l’épisode de Narbonne.

  • 92 D’après le Guide du Pèlerin, Saint-Jean-de-Sorde est sur la route habituelle de Roncevaux, et non s (...)
  • 93 Karlmeinet pp. 757 ss., le Stricker vv. 10 770 ss., tout au long de la scène, se conforment aux don (...)

111Ces deux additions concurrentes ne proviennent pas de deux remaniements isolés et autonomes : elles possèdent une laisse en commun (V4 vv. 3867 ss. ; P l. 255 ; T l. 229 ; Ly l. 116 ; Ch l. 335 ; V7 l.328). Un des remanieurs a connu l’ouvrage de l’autre. Ce remanieur est celui que recopie le scribe italien. Le Roland rimé suit dans son récit la route de Roncevaux à Saint-Jean-Pied-de-Port et de là à Saint-Jean-de-Sorde (voir P l. 263 ; T l. 237 ; frgt lorr. l. 15). L’autre conduit ses personnages à Narbonne et, comme il n’ignore pas la géographie du Sud-Ouest, évite de nommer Saint-Jean-Pied-de-Port (laisse 316, vv. 4418 ss.) et plus tard arrête Charles a uns loges (v. 4484). Ce a uns loges, avec un s incongru, n’est autre que Sorges, Saint-Jean-de-Sorde. Son souci géographique l’a poussé à estropier le nom de son modèle. Celui-ci nommait donc Sorge comme les Rolands rimés et, comme eux, ramenait Charlemagne de Saragosse par Roncevaux et Saint-Jean-Pied-de-Port92. Un autre argument en faveur de la postériorité de V4 ici, c’est la brusquerie dont est empreint le passage de la dernière laisse de la prise de Narbonne (v. 4417) à la laisse suivante (v. 4418), brusquerie opposée à l’aisance de la transition dans les Rolands rimés (P ll. 257-8 ; T ll. 231-2 ; Ly ll. 118-19 ; Ch ll. 337-8 ; V7 ll. 331-2)93.

112Utilisant une suggestion de son modèle assonancé, l’antécédent de V4 a évité la répétition de la scène funèbre de Roncevaux que lui offrait son second modèle, rimé cette fois, en introduisant dans. Roland une longue histoire étrangère. Sa besogne accomplie, il a été fidèle à son modèle assonancé en répétant le nom de Narbonne (v. 4449), en éliminant ou en maquillant toutes les indications de son modèle rimé qui pouvaient nuire à l’apparente cohérence géographique de son histoire.

P. — Les fuites de Ganelon

Viennent a Sorges la harbergent le jor
Sor la riviere qui est de grant valor
La vint au roi grans diaus et grans irors
Car li traitres li eschapa le jor
ce est fel Ganes par cui vint la dolors
dont toute France est mise an tenebror (P l. 263)

  • 94 Cfr Karlmeinet, pp. 759 ss., le Stricker vv. 11287 ss., Croniques et Conquestes « Comment le traitr (...)

113Alors commence dans tous nos textes rimés (P ll.263-282 ; T ll.237-255 ; Ly ll. 123-134 ; Frgt lorr. ll. 15-19 ; Ch ll. 343-354 ; V7 ll. 336-347 ; V4 vv. 4480-4709 94 la longue relation des péripéties variées de cette scène romanesque.

114Ganelon sera rejoint, ramené à l’empereur et placé sous bonne escorte jusqu’à Laon. La justice l’y attend. Mais le félon ne s’avoue pas vaincu. Il feint de souscrire au duel judiciaire que lui offre imprudemment Gondebeuf de Frise. Ses parents lui apportent des armes, il vêt son haubert, lace son heaume, saute sur un « noir destrier gascon » et

les grans galos est issuz de Loon
quant il fu fors fuit sen a esperon (P l. 332, vv. 6248-9).

  • 95 Cfr Karlmeinet pp. 797 ss. ; Croniques « Comment le traittre Guennelon s’enfuy la seconde fois ; et (...)

115Nouvelle fuite, nouvelle poursuite (P ll. 332-336 ; T ll. 306-311 ; Ly ll. 176-180 ; Ch ll. 408-412 ; V7 ll. 403-7 ; V4 vv. 5535-5589)95. Finalement rattrapé, il sera jugé sans plus attendre.

  • 96 Cfr Oxf vv. 1818 ss. ; V 4 vv. 1920 ss. ; Ch l. 195 ; V 7 l. 187 ; T l. 87 ; P l. 99 et Ly l. 57, ( (...)

1161°) Le caractère postiche de ces scènes d’aventure est évident. Comment Ganelon, livré au maître-coq Besgon, gardé par cent cuisiniers, enchaîné comme un ours96, pourrait-il s’échapper, sans tromper la surveillance de ses geôliers ? Or, quand les versions rimées amorcent sa première fuite, elles présentent un Ganelon en apparente liberté :

  • 97 Cfr V 7 l. 336 ; P l. 263 ; T l. 237 ; Ly l. 123 ; frgt lorr. l. 15 ; V 4 vv. 4490 ss. ; Karlmeinet (...)

Guenes s’adobe com on de grant ferorel dester monte Garin de Mont Arsor en fuie tome n’ot cure de sejor (Ch l. 343, vv. 6246-8)97.

117Charlemagne va-t-il au moins châtier les mauvais gardiens ? Non. Le maître-queux, ou le « maître comte », et tous ses compagnons ont disparu du poème. Le fil du récit est mal renoué.

  • 98 L’objectif de sa fuite varie selon les rédactions : Tolete o as altres manois (Ch V 7 l. 344 [338] (...)

118Ganelon réussit à prendre la clef des champs. Ce ne lui a pas été bien difficile. Il a sauté sur un destrier et il a disparu. Mais alors, pourquoi a-t-il tant tardé à le faire ? Pourquoi n’a-t-il pas profité de la bataille contre Baligant pour s’esquiver et atteindre Saragosse, encore amie à ce moment ? Quel refuge compte-t-il trouver en Espagne, maintenant qu’est tombé le dernier bastion antifrançais98 ? La fuite de Ganelon était un thème littéraire qu’on pouvait exploiter ou du moins amorcer au cours de l’épisode de Baligant, pas après. Sa situation dans le récit dénonce son origine. La manière dont il est traité le confirme. Il est inutile d’insister.

  • 99 P l. 330 ; T l. 304 ; Ly l. 174 ; Ch l. 405 ; V 7 l. 400 ; V 4 vv. 5508 ss. ; Karlmeinet pp. 794 ss

119La seconde fuite, plus conforme à la psychologie des personnages, — c’est la dernière fourberie de Ganelon, — plus habilement introduite, — elle est précédée d’un début de procès avec accusation, défense et défi99, — n’est pas plus authentique que la précédente. C’est la même technique littéraire voyante, la même imagination romanesque, la même sens du rebondissement de l’action, le même souci de ranimer l’attention du public par des moyens énergiques. Les deux fuites de Ganelon sont du même remanieur.

  • 100 Pour ne pas parler de la Saga, du Carmen, du Roelantsleid, abrégés ou mutilés à la fin.

120Oxford et Konrad qui les ignorent100 se situent à un stade plus ancien de l’évolution narrative.

  • 101 Karlmeinet et le Stricker se rangent aux côtés de ces dernières.

1212°) La tradition des textes interpolés n’est pas uniforme. La première fuite est contée plus longuement dans P T que dans Ch V7 V4 Ly.101.

122Harassé par sa course, Ganelon s’est endormi sous un arbre, au sommet d’un pic. Otes, qui le recherche avec deux autres seigneurs, gravit prudemment la côte. Mais le destrier du traître veille et par ses hennissements réveille son maître. Celui-ci saute sur ses armes et obtient d’Otes de remonter à cheval. Un combat s’engage entre eux. Dans leur ardeur tous deux roulent à terre. Le duel se poursuit jusqu’à l’arrivée des deux compagnons d’Otes. Ganelon renonce à leur échapper, rend son épée et se laisse emmener (Ch ll. 347-352 ; V7 ll.340-345 ; V4 vv. 4554-4669 ; Ly ll. 127-132).

123P et T racontent l’affaire avec plus de péripéties. Jusqu’à ce que Otes et Ganelon aient dans leur fureur belliqueuse vidé les étriers, le récit est le même. A terre, les deux hommes s’acharnent. Ganelon invite Otes à continuer la lutte sur leurs destriers. Otes accepte et Ganelon, d’un bond, enfourche le cheval de son adversaire et pique des deux, tandis que son fidèle cheval le suit au grand galop. Othes remest a pie enz an sablon et voit Ganelon s’échapper parmi la roche delez le desrubant. Mais il sera aidé par un événement miraculeux. Soudain Ganelon perd le contrôle de sa monture. Celle-ci piaffe, se cabre, rue. Et voilà Ganelon par terre. Otes qui a vu de loin la scène se précipite et, Dieu lui donnant des ailes, tombe sur le désarçonné. Les brands s’entrechoquent à nouveau. On s’attend à une terrible bataille, quand Ganelon offre à Otes de se livrer à lui : Ber tien m’espee au poing d’or noelé. Étonnement de celui-ci qui, par prudence, exige aussi le heaume et le haubert. La bataille recommencera jusqu’à l’arrivée des deux compagnons d’Otes. (P ll. 272-280 ; T ll. 246-253).

  • 102 Cfr V 7 l. 343, vv. 7-9 ; P l. 270, vv. 4996 ss. ; T l. 244, vv. 3878 ss. ; Ly l. 130, vv. 2118 ss. (...)
  • 103 Cfr. V 7 v. 12 ; P v. 5002 ; X v. 3883 ; Ly v. 2121 ; V 4 v. 4634.
  • 104 Il s’en est d’ailleurs aperçu et en a quelque peu corrigé l’effet en laissant entendre que Ganelon (...)

124Aucune des deux versions n’est satisfaisante. Chacune possède une erreur. Quand Ganelon invite Otes à le laisser combattre à cheval (première invitation dans P T), celui-ci répond : trop estes engeignos / se estiez el destriers rabinos / ja fuiriez parmi cez vals erbos (Ch l. 350, vv. 6395 ss.)102. Puis, deux vers plus loin, se ravisant : prenez l’escu si montez sor le ros (Ch l. 350, v. 6400)103. Ses soupçons étaient d’ailleurs parfaitement injustifiés ; une fois à cheval, Ganelon ne cherche pas à détaler, mais, au contraire, lutte vaillamment. Le premier remanieur a commis l’erreur de suggérer l’idée d’une fuite possible de Ganelon104. Cette erreur ne peut donc être imputée à Ch V7 V4, dont le récit n’éveille pas d’autre soupçon.

125Quelle différence avec P ! Après avoir tiré parti avec une habileté pittoresque de l’idée de fuite suggérée par son modèle, il s’embarque dans des complications dont il ne sortira pas sans commettre des maladresses : les écus, les heaumes, les hauberts mis en pièces à plusieurs reprises ; l’offre de Ganelon, incompatible avec le contexte, de remettre son épée à Otes et de se livrer à lui, sa colère lorsque son adversaire exige ce qu’il vient de lui proposer. Ces maladresses sont le signe que P T a allongé son modèle et représente un stade postérieur à celui de Ch V7 V4 Ly.

  • 105 Cfr Karlmeinet pp. 800 ss..
  • 106 Voir Ch l. 411, v. 7576 (= V 7 l. 406, v. 9, = T l. 310, v. 5149), anticipation fautive de Ch l. 41 (...)

1263°) La seconde fuite est également l’objet d’une variante intéressante. Gondebeuf a rejoint le fuyard. Lors s’entre fierent enz escus demanois / plainnes lor lances s’abatent el chaumois. Ils vont dégainer quand d’autres seigneurs signalent leur arrivée par des cris (P l. 335 ; T l. 309 » Ch l. 410, V7 l. 409 ; V4 vv. 5577 ss.). Guenes est entouré et ramené à Charlemagne (P l.336, T l. 311, Ly l. 180, Ch l. 412, V7 l. 407, V4 vv. 5588 ss.). T l. 310, Ly l. 179, Ch l. 411, V7 l. 406 imaginent en plus quelques courtes répliques entre les personnages105. Cette laisse n’est qu’une mauvaise anticipation, déparée par des erreurs106. La leçon première est celle de P V4. La base de Ch V7, Ly et T l’ont altérée par leur interpolation aussi grossière que superflue.

Q. — La mort d’Aude

127Chacun se rappelle la fugitive apparition de la belle Aude dans le manuscrit d’Oxford (vv. 3705-3733). Konrad n’a guère besoin de plus de vers pour évoquer la fiancée de Roland (vv. 8683-8728). Le prosateur de la Karlamagnus Saga, à en juger par la chronique danoise (p. 308), n’a pas été plus long.

128Les rimeurs français n’ont pas été aussi discrets. Ils ont mis en scène la douleur de la jeune fille en une série d’épisodes habilement découpés qui constituent une nouvelle complète, presque indépendante, mais finement adaptée dans l’ensemble.

  • 107 Cfr Karlmeinet pp. 764 ss. ; le Stricker vv. 10 969 ss. ; Croniques et Conquestes : « Comment le do (...)

129Après une nuit passée en lamentations à Saint-Jean-Pied-de-Port, Charlemagne envoie ses messagers à Vienne : il veut avoir auprès de lui le duc Girart et la belle Aude, il veut réconforter lui-même la pauvre fiancée. De même il mande à Mâcon d’autres seigneurs qui lui ramèneront sa sœur Gille, l’épouse de Ganelon, la mère de Roland. Aux uns comme aux autres, il ordonne de cacher la tragique réalité et de feindre un optimisme de bon aloi. Tandis qu’ils s’éloignent, Charles chevauche vers Sorde, où Ganelon tentera de lui fausser compagnie (P ll. 259-262 ; T ll. 233-236 ; Ly ll. 120-122 ; frgt. lorr., ll. 11-14 ; Ch ll. 339-342 ; V7 ll. 332-335 ; V4 vv. 4418-4480)107.

  • 108 Cfr Karlmeinet, pp. 765 ss. ; le Stricker vv. 11.017 ss. ; Croniques : « Comment les messages et ch (...)

130Pendant que Ganelon tente de regagner les terres maures (voir ci-dessus) et que l’empereur entre dans la ville de Blayes toute endeuillée, les messagers approchent de Vienne. Ils transmettent à Girart les ordres royaux, dépeignent la campagne d’Espagne comme un succès éclatant et invitent Aude à venir à Blayes épouser Roland. Joie de Girart et de Guibourc. Celle-ci court annoncer à la jeune fille la grande nouvelle. Dans ses plus riches atours, Aude se prépare à rejoindre son fiancé. (P ll. 283-292 ; T ll. 256-266 ; Ly ll. 135-142 ; Ch ll. 355-363 ; V7 ll. 348-356 ; V4 vv. 4710-4776)108.

  • 109 Cfr Karlmeinet pp. 771 ss. ; Croniques : « Comment la belle Ande fu doubteuse de la mort du vaillan (...)

131Accompagnés d’une belle escorte, Girart et Aude chevauchent vers Blayes. Naguère joyeux, le cœur de la jeune fille est plein d’anxiété. Certains songes l’inquiètent. Elle fait venir un clerc et lui raconte ses cauchemars. Le clerc en comprend toute la tragique signification. Mais quoi ? Va-t-il alarmer la jeune fille ? Il préfère la réconforter par une interprétation rassurante (P ll. 293-297 ; T ll. 267-272 ; Ly ll. 143-147 ; Ch ll. 364-369 ; V7 ll. 357-362 ; V4 vv. 4777-4966)109.

132Blayes. Charlemagne prie chacun d’oublier son chagrin et d’accueillir joyeusement Girart et Aude. Et les dames de caroler et de danser la tresche, les écuyers de behorder, les enfants de se divertir. A peine Aude est-elle arrivée auprès de Charlemagne qu’elle s’enquiert de Roland et d’Olivier. Charles s’empêtre dans ses généreux mensonges : il imagine des trahisons de Roland et d’Olivier, des amours avec de belles sarrasines. La jeune fille n’est pas dupe :

n’a famme en terre nen cest siecle vivant
qui me partist de l’amor de Rollant
ie l’ai perdu gel sai a enciant (P l. 302, vv. 5727 ss.).

133L’empereur ne sait que soupirer et verser des larmes. Il prend Girart à l’écart et lui révèle la catastrophe. Sur ces entrefaites on annonce l’arrivée de sa sœur Gille. Charles prend moins de précautions avec elle. A peine l’a-t-il saluée :

Bele suer Gille savez vos la dolee
mors est Rollans ni a mestier celee (P l. 304, vv.5755 ss.)

  • 110 cfr Karlmeinet pp. 779 ss. ; Croniques et Conquestes, plusieurs chapitres (voir éd., t. II, 1ère pa (...)

134On comprend que la malheureuse mère s’effondre. Aude apprend d’elle la terrible nouvelle. Longtemps la jeune fille reste pâmée dans les bras de l’empereur. Revenue à elle, elle n’a qu’une idée : revoir son frère et son ami une dernière fois, puis mourir elle aussi (P ll. 298-310 ; T ll. 274-287 ; Ly ll. 148-161 ; Ch ll. 370-381 ; V 7 ll. 363-374 ; V 4 vv. 4967-5228110.

135Le moutier de Blayes. Derrière un pilier se consument des chandelles et des cierges qui éclairent deux cercueils de leur faible lueur. Aude s’avance dans la nef. Elle se précipite sur son fiancé, le dépouille de son suaire et, devant la chair blessée et cruellement noircie, tombe en pâmoison. Puis elle demande à l’empereur d’être seule.

136Seule avec ses morts, elle adresse à Dieu une longue oraison :

faitez vrais Dex ancui demonstrement
a moi chaitive qui el monstier atent
que Oliviers me die son talent (P l. 314, vv. 5962 ss.).

137Une lumière céleste envahit l’église ; et Olivier, ressuscité un instant, invite sa sœur à venir goûter avec lui les joies célestes.

138La lumière s’éteint. Aude demande un confesseur, et, après un adieu émouvant à ses affections terrestres, meurt dans les bras de Charlemagne.

Joste Oliver li noble pugneor
E dan Rollant li ardi ferior
La ont colçe al nom del criator (V4, vv. 5362-5364).

  • 111 Ou bien Olivier est enterré avec sa sœur, et Roland est couché dans une autre « arche » (V 4) ; ou (...)
  • 112 Cfr Karlmeinet, pp. 785 ss. ; Croniques et Conquestes, deux chapitres (voir éd. t. II, 1ère partie, (...)

139L’inhumation définitive a lieu peu après ; et, on ne sait pourquoi, Roland et Olivier sont séparés111 (P ll. 311-319 ; T ll. 288-294 ; Ly ll. 158-168 ; Ch ll. 382-392 ; V7 ll. 375-387 ; V4 vv. 5229 ss.)112.

1401°) L’opposition entre la version d’Oxford et la version rimée est absolue. La première cherche l’émotion intense dans la rapidité, la soudaineté brutale ; l’autre dans la lente accumulation d’effets puissants et gros. Selon le goût de chacun, selon la conception générale que chacun se fait de l’évolution du genre héroïque, on admettra la priorité de l’une ou de l’autre technique. Pour beaucoup même, la question de priorité ne se pose pas : ils connaissent Oxford et ignorent toute autre version. Pour d’autres, elle n’est même pas à poser : elle est résolue d’avance. La supériorité littéraire d’Oxford est tellement évidente, pour eux, qu’elle ne peut pas ne pas impliquer aussi sa priorité.

  • 113 Ne l’oublions jamais. Au moyen âge comme de nos jours, la réussite littéraire n’est pas nécessairem (...)

141Attention ! L’équation supériorité littéraire = priorité chronologique n’est pas un axiome absolu. Elle ne se vérifie pas à tout coup. Un exemple nous est fourni par le romance espagnol Esta en Paris doña Alda (voir ci-dessous), qui atteint la perfection dramatique à force d’élaguer, de condenser, d’intensifier les suggestions de ses sources. Notre équation est une vérité qui doit se démontrer pour chaque cas particulier113.

  • 114 J. L. Bourdillon, Le poème de Ronceveaux, pp. 80 ss. ; G. Brockstedt, Benoît de Sainte-More, p. 170 (...)

142La question de priorité se pose. Elle a même parfois été résolue dans un sens défavorable à la version lapidaire tant admirée114.

143Pour moi, l’opinion traditionnelle est la bonne. Je n’invoquerai pas de raisons de goût littéraire, subjectives et inaptes à résoudre un problème d’évolution thématique ; mais je me fonderai sur certaines discordances narratives :

  1. La fin de l’épisode rimé de la belle Aude trahit la morale de toute l’œuvre. Roland et Olivier étaient inhumés côte à côte. Aude vint. On les sépare à jamais.

  2. La longueur infinie des invocations à Dieu, comparée à la brièveté de celle d’Oxf, est un signe de postériorité. En effet les longues prières n’apparaissent que dans les gestes tardives.

  3. Intervention de personnages de la geste de Guillaume : Girart, Guibourc, (voir ci-dessus).

    • 115 Voir Ch ll. 373-374 ; V 7 ll. 366-367 ; P ll. 301-302 ; T ll. 276-277 ; Ly l. 151 ; V 4 vv. 5008 ss (...)

    Dans les Rolands rimés, on discerne les données d’Oxford115. L’inverse n’est pas vrai.

    • 116 Cet idéal est le romanesque (voir ci-dessous)
    • 117 Abus des topiques édifiants les plus employés dans les gestes tardives, (invocations avec l’énuméra (...)

    Analogie d’idéal littéraire116 et de « facture »117 entre l’épisode d’Aude et ceux des fuites de Ganelon et de la quête des morts, tous deux interpolés (voir ci-dessus).

  4. La lèvre fendue de Roland, dont il n’est pas question dans la bataille (Ch l. 383 ; V7 l. 376 ; P l. 312).

144La version brève d’Oxford, de Konrad et de la Saga est antérieure. La version longue en est un développement, dû à l’imagination du rifacitore qui a transformé la fin de notre poème. C’est l’opinion traditionnelle, ai-je dit, mais je ne sache pas que quelqu’un ait jamais pris soin de la démontrer.

  • 118 Cfr Karlmeinet pp. 768 ss. ; le Stricker vv. 11094 ss..
  • 119 Cfr pour la laisse Ch 370, V 7 363, P 298, T 273, Ly 148 que V 4 omet en trahissant son interventio (...)

1452°) Les poèmes rimés ne diffèrent guère entre eux, dans la rédaction de l’épisode. La scène de Vienne est toutefois plus courte de trois laisses dans V4, trois laisses superflues pour la marche du récit (Ch ll. 361-363 ; V7 ll. 354-356 ; P ll. 289-291 ; T ll. 262-263 avec une laisse en plus ; Ly l. 141118), dont la superfluité même peut avoir amené l’élimination119. On retrouve, en effet, dans ces laisses la manière minutieuse de celui qui a imaginé toute la scène. Venise VII, pour sa part, allonge le discours de la belle Aude à son frère et à son fiancé (ll. 376, vv. 8-15 ; 377 ; 378) au moyen des poncifs les plus éculés du planh médiéval.

R. — Le plaid et le supplice de Ganelon

  • 120 Cfr Croniques et Conquestes (éd., t. II, 1ère partie, p. 11).
  • 121 Voir ci-dessus pour la Karlamagnus Saga et Turpin.

146Cet épisode final nous retiendra moins longtemps que celui de la belle Aude. Ici Oxford (vv. 3742 ss.) et Konrad (vv. 8729 ss.) d’une part, V4 (vv. 5600 ss.), Ch (ll. 413 ss.), V7 (ll. 408 ss.), P (ll. 337 ss.), T (ll. 312 ss.) et Ly (ll. 181 ss.)120, d’autre part, rapportent tous le même récit121. Les deux types s’opposent uniquement par des différences d’exposition.

  • 122 Voir le commentaire de R. M. Ruggieri, op. cit., passim.
  • 123 L’écartèlement auquel Ganelon est finalement condamné n’est même pas le plus cruel de ceux qui ont (...)

147Celles-ci sont suffisantes pour marquer sans conteste l’antériorité de OK sur l’autre groupe. Dans celui-ci, il n’y a pas de procès véritable : il y a un long duel entre Pinabel et Thierry et un long débat sur le supplice le plus cruel à infliger à Ganelon. La scène complexe et difficile d’Oxford122 a été simplifiée, réduite à sa partie la plus spectaculaire et celle-ci interminablement allongée. La digne réserve d’Oxford sur le choix du châtiment n’a pas été suivie par le remanieur qui prend plaisir à nous dépeindre les hauts barons de l’empire imaginant avec une verve sadique le supplice idéal123.

148La tradition manuscrite des Rolands rimés est assez uniforme. A part les inévitables dissemblances verbales, peu utiles pour notre recherche, il n’y a rien de notable. Bornons-nous à relever l’addition intéressante de T l. 336 : après la victoire de Thierry

fuiant sen vait Richart Berenger et Huon
ensemble O eux Hervie qui sirez est de Leon
ne veulent pas atendre la grant deciplaison
qui demain sera faite du traitre Guennelon (vv.5507 ss.).

S. — La fin de la chanson

1491°) Qui ne se rappelle la fin d’Oxford ? Braminonde qui devient chrétienne sous le nom de Juliane, Charlemagne qui aspire au repos, mais qui doit de nouveau se lever à l’appel de la chrétienté menacée (vv. 3975 ss.).

  • 124 Voir la traduction de L. Gautier, 1ère éd., t. II, p. 263.

150En rapport direct avec cette version se trouve la tradition Scandinave, représentée ici par la seule chronique danoise. La prose nordique résume l’expédition124 que, dans Oxf, Charles est seulement invité à mener.

151Les autres versions mettent un point final après la conclusion heureuse du plaid de Ganelon, et, preuve du caractère apocryphe d’une telle fin, d’apparence si parfaite, en oublient Braminonde que Charles avait cependant emmenée avec lui (V4 v. 3844 ; Ch l. 330, v. 5883 ; V7 l. 323, v. 9 ; P l. 249, v. 4418 ; T l. 224 v. 3402).

  • 125 La Ch. de R. et l’Hist. de France, p. 39.
  • 126 Le roi Vivien, la cité d’Imphe (v. 3996), la terre de Bire (v. 3995) n’ont pas encore livré leur se (...)

152Si le ms. d’Oxford est déficient, ce n’est pas par excès, comme le laisse entendre M. Mireaux, par exemple125, mais par défaut. Nous ne rappellerons pas le débat sur la dernière strophe de la Chanson d’Oxford, restée malgré tous les commentaires enfermée dans son mystère126. Nous préférons étudier le rôle de cette strophe dans l’économie générale du poème. Ainsi nous parviendrons peut-être à établir si elle est originale dans la forme où l’offre Oxford.

  • 127 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 10. — Voir aussi I. Siciliano, Le origini delle canzon (...)

153Il ne manque pas de critiques pour lui dénier ce privilège. M. Mireaux n’y voit qu’« une transition vers un autre récit ». M. Wilmotte le considère comme un passage tronqué127.

154La leçon d’Oxford pourrait se justifier par une préoccupation intéressée de son auteur. Celui-ci amorce un récit nouveau, appelle dès sa Chanson de Roland l’attention de ses auditeurs sur une œuvre prochaine qu’il se propose de leur chanter. Explication « publicitaire », si je puis ainsi m’exprimer, de l’énigmatique annonce.

155Autre justification, esthétique cette fois. Le poète, en vrai poète, qui sait la puissance émouvante de l’inachevé, de l’indéfini, éveille l’imagination de ses lecteurs à une nouvelle aventure qu’il ne raconte pas. Il prolonge son œuvre dans une perspective de rêve. Quand le livre est fermé, quand le jongleur a laissé tomber sa dernière syllabe et joué sa dernière note, la Chanson de Roland n’est pas finie, elle se continue dans la rêverie du lecteur. Explication « romantique », peut-être trop moderne.

156Ni l’une ni l’autre ne me satisfont toutefois, parce qu’elle contredisent une vérité fondamentale de l’œuvre : sa concentration sur une aventure unique, son unité d’inspiration et d’élaboration.

  • 128 K. Heisig, Die Geschichtsmetaphysik des Rolandsliedes und ihre Vorgeschichte, Zs. f. rom. Phil., t. (...)

157Pour moi, l’énigmatique laisse finale n’est ni l’annonce ni l’évocation d’une aventure future de Charlemagne, bien définie, bien particularisée : c’est une manière concrète de manifester son découragement présent, sa lassitude désespérée, son chagrin intime. On s’est étonné, en effet, que l’empereur de la Chrétienté, le bras droit de Dieu, se plaigne de devoir secourir des chrétiens en péril128. S’il se plaint, son abattement en est la cause, sa douleur de la mort de Roland et des autres victimes en est la cause. La perspective d’une nouvelle guerre acceptée à regret n’est que la mise en scène de l’état moral de l’empereur après Roncevaux. Cette laisse n’est pas extérieure à la chanson. C’est la conclusion suprême de l’œuvre : sans elle, jamais nous n’aurions cru Charlemagne si affecté. Cette laisse, en apparence tournée vers l’avenir, traduit en réalité le passé. Sa précision concrète importe peu, les noms propres peuvent être fictifs ; sa vraie portée, c’est ce qu’elle trahit du personnage de Charles.

158Le remanieur Scandinave qui était un compilateur n’a pas senti cette signification, y a vu un épisode nouveau dans la vie guerrière de Charles qu’il a fait suivre d’un résumé de la bataille des Saisnes.

159Le remanieur des versions rimées a cru cette laisse excédante et l’a supprimée, ainsi que la précédente, le baptême de Braminonde, pour terminer son récit par la mort de Ganelon.

1602°) La tradition remaniée du Roland rimé n’est pas uniforme. Ch (l. 452), V7 (l. 447), T (ll. 354-355). Ly (l. 213) s’accordent à donner une laisse de plus que P et V4. Cette laisse nous montre Charlemagne prenant congé de tous ses barons et restant seul, « dolanz et abosmez ». Conclusion réussie. Sans avoir la subtilité poignante de celle d’Oxford, elle ne laisse pas d’être émouvante.

161P et V4 se terminent sur la laisse précédente consacrée à cet obscur discours de Charles :

  • 129 Vers repris a l’éd. Foerster (cfr la seconde édition de F. Michel). R. Mortier, Le texte de Paris, (...)

Baron dist Karles or ai quant que ie voil
quant cel ai mort qui m’a tolu l’orgoil129
Rollant et Olivier par cui repolser soil
les .XII. pers a mis en mal aquoil
por tant com vive nes verront mais mi oil
par euls conquis Jone et Tyre et Marsoil
J’ai laissie la columbe et l’escharboucle a foil
bien le puet on veoir jusques el ual de Doil
(P l.. 373, cfr V4 vv. 6004 ss.).

162Outre qu’elle n’a rien de final, cette laisse a le désavantage de terminer le récit sur l’image d’un Charlemagne entouré de ses barons.

163Les adieux de la leçon concurrente, la douloureuse solitude de l’empereur sont incomparablement supérieurs. Cette leçon est-elle pour la cause la plus ancienne ? Toutes réflexions faites, non. Un remanieur avec la mentalité de P ou de V4 conservera la fin du récit telle que l’offre Ch par exemple, s’il la trouve dans son modèle. Elle s’adapte trop exactement aux faits pour qu’il soit tenté de la supprimer ; ne raconte-t-elle pas le départ, après le supplice de Ganelon, des barons mandés spécialement pour juger le criminel ? Au contraire, nous voyons très bien un remanieur comme Ch arrêté par une fin de récit analogue à celle de P — fin de récit qui n’en paraît pas une — et s’appliquant à rimer une dernière laisse pour mettre le vrai point final.

164A moins d’une lacune accidentelle et de cause matérielle, toujours possible à la fin d’une œuvre, nous croyons la leçon P V4 plus ancienne que celle de Ch V7 T Ly.

165Parmi ces dernières versions, T (ll. 354-355) offre le texte le plus rajeuni : Charlemagne délivre les otages de Ganelon avec une humanité opposée à la conception originelle et donne des cadeaux et de l’argent à ses vassaux, générosité assez inattendue quand on se souvient de leurs hésitations à condamner Ganelon. De son côté Ly profite du dernier vers pour annoncer une nouvelle aventure (vv. 2930-31).

T. — Considérations finales

1661°) L’évolution narrative de la Chanson se modèle sur son évolution métrique. Les doutes que l’on a pu émettre à ce sujet ne sont pas fondés.

  • 130 Cfr l’addition de Ch 235 et V 7 228 (bavardages de Turpin moribond), de Ch 231 et V 7 224 (souvenir (...)

1672°) Parmi les versions rimées, il est malaisé d’établir un classement horizontal, de fixer des parentés collatérales. Que Ch et VT procèdent d’une version analogue, c’est certain (voir nos points A, 2° ; H, 4° ; N, 2°)130.

  • 131 Cfr le développement sur deux laisses de la mort de Malprimes (P ll. 228-229) avec un effort d’adap (...)
  • 132 Cfr l’insertion commune des laisses P 78-79 = Ly 43-44 apocryphes, la première qui répète celles qu (...)

168Que P et T aient eu une base analogue, le § P, 2° nous en fournit une preuve indiscutable131. La relation entre P et les frgts lorrains est également établie par des fautes communes personnelles : ainsi l’addition intempestive de P 216 et Fr. lorr. 5 qui sépare deux laisses nécessairement contiguës, celles des exploits de Rabel et de Guineman, les héritiers de Roland, et entraîne la transformation de Guineman en Elinan (P l. 217, v. 3949 ; frgt l. 6, v. 75). L’insertion de P 252 et Ly 113 unissent également ces deux versions (voir N. 3° ; cfr J, 2°). L’insertion de P 118, Ly 75 et frgt Lavergne 1 unit ces trois versions (voir notre § J, 2°)132. L’addition de P 124, T 110, Ly 81, répétition anticipée de la laisse suivante (Oxf vv. 2115 ss. ; V 4 vv. 2258 ss. ; Ch l. 222, V7 l. 214 ; P l. 125), combinée avec la suppression de cette dernière dans T et Ly assurent l’existence d’une relation entre P, T et Ly d’une part, d’autre part d’un rapport secondaire entre T et Ly.

169Devant ces relations, on serait tenté d’admettre le classement des versions rimées établi par Müller :

  • 133 C. r. de la 3e éd. de Müller par W. Foerster, p. 164, n. 1.

170Note (4)133

  • 134 Pour ne citer que quelques noms d’éditeurs, voir G. Paris, Extraits, pp. xxx ss. ; G. Gröber, éd., (...)

171Ce classement, fondé sur la nette séparation du groupe Ch V7 et du groupe P T Ly Flo et Flav, a été accepté de confiance134.

  • 135 Par ex. la laisse additionnelle Ch 165, V 7 156, P 67.
  • 136 Auquel on peut adjoindre V 4.
  • 137 Cfr les laisses additionnelles T 300-1, Ch 398-9, V 7 396-7 auxquelles on doit adjoindre V 4 vv. 54 (...)
  • 138 Voir cependant notre § S, 2°.

172Mais comment cette théorie rendra-t-elle compte de l’erreur commune à Ch V7 P relevée sous J, 1° et confirmée ailleurs135, de l’erreur commune à Ch V7 T136 relevée sous N, 4° et confirmé par notre § P, 3° où, cette fois, Ly est également en cause137 Quelle place fait-elle à V4 rimé qui s’accorde plutôt avec Ch V7 T (voir notre N, 4°), qu’avec P138 ?

  • 139 Je ne sache pas que personne se soit jamais ouvertement déclaré sur la question. Ni Müller ni Foers (...)
  • 140 Personne n’a étudié les versions rimées en elles-mêmes et pour elles-mêmes. Elles n’ont jamais serv (...)

173Le classement, admis depuis de nombreux lustres, pèche par un schématisme excessif ou par une discrimination arbitraire parmi les fautes qui groupent les diverses versions139. Il nie une évidence : les relations entre les groupes Ch V7 et P T Ly. Il simplifie un ensemble complexe : le groupe P T Ly. Il oublie une version : Venise IV. Si tout le monde s’en est contenté depuis si longtemps, c’est que personne n’a cherché à en éprouver sérieusement la solidité140.

  • 141 Nous laissons de côté les fragments lorrains et Lavergne, trop brefs pour permettre des conclusions (...)

174L’examen comparatif de nos diverses copies nous a conduit à reconnaître l’existence simultanée des groupements suivants : Ch V7 contre P T Ly141, Ch V 7 T Ly contre P, Ch V 7 T contre P Ly, Ch V 7 P contre T Ly, et, en faisant intervenir V 4, Ch V 7 T V4 contre P Ly, et peut-être P V 4 contre Ch V 7 T Ly.

  • 142 J’emploie le terme dans toute sa force. La même origine des copies nous y engage.
  • 143 Je n’ai pas rencontré de cas où V 4 offre seul la leçon exacte contre toutes les autres versions ré (...)

175Cette multiplicité de formules opposées nous enseigne plusieurs choses : la cohésion du groupe Ch V7, fondé sur un modèle commun142, la complexité interne du système P T Ly, l’existence de relations particulières entre certaines versions de celui-ci et Ch V7, la position de V4 penchant plutôt vers le groupe Ch V7, sa situation vraisemblablement secondaire143, l’impossibilité pour nos groupes de procéder l’un de l’autre.

  • 144 Un seul exemple, pris parmi les passages correspondant à la chanson assonancée : l’addition intempe (...)

176D’autre part, il existe à la tête de toute la tradition rimée une œuvre première144.

177Toutes nos versions dépendent de cette Chanson de Roland rimée plus ou moins directement, par un plus ou moins grand nombre d’intermédiaires.

178La plupart de nos remanieurs, enfin, me paraissent avoir utilisé plusieurs modèles.

179Ainsi V4 procède d’un antécédent de Ch V7 et doit avoir connu une version dont dérive P. P procède d’un antécédent de Ch V7 et, au moyen d’un intermédiaire, de la version de base PT Ly. Ly dérive également de cette version fondamentale, mais n’a pas ignoré des antécédents directs de P et de T. T, enfin, dérive indirectement de la version P T Ly, non sans avoir quelque relation avec un antécédent de Ch V7. Par contre nous ne voyons pas que Ch ou V7 aient eu d’autre source que leur modèle commun.

***

  • 145 Et avec le danger de prendre pour des accords significatifs de simples coïncidences verbales.

180La comparaison menée jusqu’ici a été fondée principalement sur des laisses. Nous aurions pu la faire porter systématiquement sur des vers ou sur des mots, sans avantage appréciable145 et sans bénéfice pour la clarté. L’impression d’enchevêtrement que nous ressentons en nous basant sur les laisses aurait été décuplée.

181Les quelques accords que nous percevons auraient été impitoyablement étouffés.

182Le phénomène du remaniement ne sera jamais qu’entrevu. Par sa nature même, il est rebelle à tout schématisme géométrique.

1833°) L’opinion traditionnelle veut que le groupe Ch V7, arbitrairement séparé de P T Ly, représente un remaniement moins poussé que ce dernier. La raison en est sa moins grande étendue.

  • 146 Ces laisses racontent la découverte des corps de Roland, d’Olivier, par les païens de Baligant. Il (...)
  • 147 Sauf en des cas extrêmes, comme le très raccourci Ly.

184Chaque version constitue un organisme fait de respect et d’audace. Chaque remanieur est à la fois traditionaliste et novateur. Quand il innove, il peut intervenir par addition, mais aussi par suppression. C’est ce qu’on n’a pas vu dans le cas de Ch V7. Innombrables sont les passages que cette version a fait disparaître. Nous en avons donné un exemple à notre § N, 2°. Nous pouvons y ajouter une laisse entre ll. 48 et 49 correspondant à Oxf vv. 537 ss. et V4 vv. 446 ss., une laisse entre Ch 292 et 293 V7 285 et 286 correspondant à P 200 et T 179, une laisse entre Ch 298 et 299 V7 292 et 293 correspondant à P 207 et T 186, peut-être quatre laisses entre Ch 307 et 308 V7 300 et 301 correspondant à P 219-222, T 195-198 et frgt lorr. 8-10146. La profondeur plus ou moins accusée d’un remaniement n’est donc pas147 en raison de la plus ou moins grande ampleur de l’œuvre remaniée.

185Ch V7 ne m’apparaît ni plus ni moins remanié que les autres versions. Ici, Ch a la leçon rimée la plus ancienne (voir notre § H, 4° ; M, 2°) ; là, T possède ce privilège (voir notre § 1°) ; ailleurs il faudra nommer P ou V4 (voir notre P, 3°). Nous pourrions opposer à ces traces traditionnelles de nombreux signes de retouches, tant de Ch ou de V7 que de P, T ou Ly.

186L’important, dans un remaniement, ce n’est pas cette comptabilité de plus ou de moins, mais l’esprit qui a présidé au travail de refonte, les buts, vacillants souvent, que se sont proposés les rifacitori. Nous essayerons dans la section suivante d’entrevoir certaines de ces intentions.

1874°) Venise IV, manuscrit énigmatique et déroutant, juxtaposition de deux morceaux de Chanson de Roland d’âge différent. Les chercheurs d’origines et d’original n’ont eu leur attention captée que par sa première partie, l’assonancée, l’ancienne ; la seconde est restée dans l’oubli.

188Cette seconde partie mérite cependant mieux que ce dédain. Elle commence par le fameux épisode de Narbonne, qui, loin d’être original ou d’être le développement de quelques laisses originales, comme le suggérait M. Wilmotte, n’est qu’un moyen pour le jongleur d’éviter la répétition de la quête des morts (voir notre § O). C’est un remaniement de remaniement. Remaniement français, — et non italien, comme pourrait le suggérer la ressemblance avec certains développements du Padouan, auteur de l’Entrée de Spagne, — comme le prouve la correspondance entre V4 et le pseudo (ou le vrai) David Aubert. La partie rimée de V4 est donc la copie infidèle de la fin d’un Roland rimé français.

189Ce Roland rimé, pour lequel nous n’avons pas l’assurance d’une relation directe avec l’original, se présente sous la forme d’une œuvre très remaniée (voir nos §§ N, 4° ; O ; Q, 2°).

190Mais le manuscrit conservé à la bibliothèque de Saint-Marc ne contient pas seulement une fin de Roland rimé. Celle-ci est précédée d’un début de Roland assonancé. Et, ma foi, l’organisateur de V4 a eu ici la main plus heureuse que pour son Roland rimé. La version assonancée qu’il a exploitée présente certains traits primitifs indéniables (voir nos § § A et D) et sera de grande utilité quand Oxford présentera une leçon altérée. Mais gardons-nous de le hisser au même rang que ce dernier ou de rabaisser celui-là pour faire croire que la distance entre eux est moins grande. Venise IV est d’utilisation dangereuse. Texte trompeur, à cause de la réelle ancienneté de son récit et des traits récents qui s’y dissimulent. Au § C nous avons vu un exemple de péripétie faussement archaïque. La copie est, en outre, continuellement altérée par des omissions, des déplacements, des condensations maladroites. Il n’est pas impossible non plus que le Roland rimé ait agi par anticipation sur la partie ancienne (voir par ex. v. 433 Veclo effranes e de molt grant eter pour Oxf v. 523 Il est mult vielz, si ad son tens uset, mais Ch V7, l. 48, v. 808 Viels est et fraile mot est grant ses aez ; v. 437 Tant çentil rois conduit a mendiger pour Oxf v. 527 Tanz riches reis cunduit a mendisted pour Ch V7 l. 48, v. 811. Tant gentis rois a vencuz e matez ; etc. Rappelons enfin que V4 se range avec toutes les versions étrangères, avec toutes les versions rimées, dans le groupe opposé à Oxford (voir ci-dessus).

  • 148 Les suggestions de M. Graff, Le texte de Conrad, Avant-propos, en faveur de l’authenticité de maint (...)

1915°) Konrad, la Saga, la chronique galloise, le Roelantslied se trouvent dans la même position que V4. Dépendant tous d’un remaniement de l’archétype différent de celui d’Oxford, ils possèdent les erreurs de cet archétype et y ajoutent leurs innovations personnelles et celles de leurs prédécesseurs. Ils ont aussi leur part de primitif, tout comme V4148.

192Évitons toutefois de demander à ces versions plus qu’elles ne peuvent donner. Évitons d’y voir des échos de chansons primitives. Chacune renferme des passages tardifs qui enlèvent toute force à l’hypothèse de leur haute antiquité (voir pour la Saga, notre § N, n° 5 ; pour le Roelantslied, éd. Van Mierlo, p. 56).

193La remarque vaut aussi pour le Carmen de prodicione Guenonis qui résume aux vers 243 ss. une scène interpolée des versions rimées (voir notre § H, 4°).

  • 149 éd., Paris, 1850, pp. cvi ss..

1946°) Face à toutes les autres versions se dresse Oxford, incomparable pour sa teneur primitive. Du premier coup d’œil, Génin avait vu juste quand il défendait « Théroulde » contre les remanieurs149. Le texte oxonien n’est pas une « misérable » copie, incomplète et délabrée, comme certains se plaisent à le dire aujourd’hui. C’est, confrontée avec les autres, une transcription honnête. Sans doute est-elle déparée, comme toute copie, d’erreurs accidentelles et matérielles, de bévues d’écriture, mais celles-ci ne pullulent pas comme ailleurs. Je l’apprécie particulièrement pour nous avoir conservé dans les moments subtils de l’œuvre un texte intelligible et sensible. Son scribe, par finesse d’esprit ou rigueur automatique, s’est abstenu d’intervenir là où ses confrères brisaient de leurs doigts pesants la fine mécanique du poète. Ses erreurs passagères ne doivent pas faire oublier sa grande fidélité.

195Bonne copie donc que celle d’Oxford. Serait-elle parfaite ? Serait-elle la reproduction fidèle de la Chanson de Roland ?

3. Déficiences d’Oxford

  • 150 Tout en disant le contraire par précaution oratoire.

196Certains l’ont cru ou ont feint de le croire. La plupart ont agi comme si Oxford et la Chanson de Roland originelle constituaient une même réalité150. Cette attitude, aussi tendancieuse que celle qui tend à ravaler Oxford au rang des autres versions, n’a guère plus de fondement qu’elle. Oxford a ses déficiences.

A. — La désignation de Ganelon pour l’ambassade

  • 151 Konrad (vv. 1364-1537) ordonne sa scène d’une façon originale. Roland, approuvé par tous les prince (...)
  • 152 Rapporté selon la numérotation d’Oxford.
  • 153 Saga pp. 490-492, cfr chronique danoise p. 298 ; V 4 vv. 206-265 ; Chronique galloise §§ 87-88 ; Ch (...)
  • 154 Fr. Michel, Fr. Genin, qui ne confrontaient pas Oxf avec les autres copies, ont imprimé le texte du (...)
  • 155 Müller, 2e éd., pp. 17 ss. est le premier à avoir adopté l’ordre opposé à Oxf (cfr 3e éd., pp. 21 s (...)

197La tradition rolandienne se divise en deux mouvements151 : d’une part Oxford (vv.274-341) avec l’ordre : ll.20 (vv.274 ss.), 21 (vv.296 ss.), 22 (vv.303 ss.), 23 (vv.310 ss.), 24 (vv.319 ss.), 25 (vv. 331 ss.), 26 (vv.336 ss.) ; d’autre part toutes les autres versions avec l’ordre152 : 11.20 (vv.274-279), 24 (vv.319-330), 23 (vv. 310-318), 20 (vv. 280-295), 21 (vv.296-302), 22 (vv. 303-309), 25 (vv.331-336), 26 (vv.337-341)153. La critique se divise en deux camps : ici les défenseurs d’Oxford154, là les partisans de l’ordre concurrent155.

198Les deux relations manuscrites s’opposent en ceci : dans Oxford, à peine désigné par Roland, Ganelon lui riposte immédiatement, sans attendre la ratification de Charles ; les propos de l’empereur si recevez le bastum et lu guant (v.320) précèdent la remise du gant, du bâton et du bref à Ganelon (vv. 331 et 341). Selon l’autre ordonnance, la désignation proposée par Roland est confirmée immédiatement par Charlemagne, et Ganelon s’adresse au roi avant de s’emporter contre Roland ; l’ordre de venir recevoir les insignes de messager n’est pas accompli sur-le-champ par Ganelon.

199Dramatiquement, les deux relations peuvent se justifier et ont été habilement justifiées. Grâce à la subtile complexité du caractère de Ganelon, on a pu rendre compte autant de son éclat immédiat que de sa colère contenue. Le jugement littéraire ne résout pas la question de priorité. Il vaut mieux s’adresser à la critique textuelle.

200L’ordre concurrent d’Oxford détermine-t-il dans le texte des inconséquences ?

  • 156 Au lieu de Tut fol, pur quei t’esrages ?, il dit Ne laimerai a trestut mun vivant ; au lieu de jo (...)
  • 157 Ganelon ne visait à rien de moins qu’à contraindre Charles à revenir sur sa décision.
  • 158 Quelle est la signification exacte de ce mot ? Gautier, 1ère éd., t. III, Glossaire, s. v. traduit (...)

201Peut-être Ganelon, furieux, se tourne-t-il trop tard contre Roland pour l’apostropher. Son geste de se débarrasser de ses peaux, dans sa spontanéité brutale, manifeste une émotion soudaine et extrême. Le ton menaçant des paroles qui l’accompagnent pourrait mieux convenir à une riposte jaillissante qu’à un éclat retardé. L’ordre d’Oxford serait donc préférable. Mais ne peut-on justifier tout autant le geste dans le contexte concurrent ? Roland a lancé le nom de son parâtre. Les Français ont approuvé immédiatement cette suggestion. Fort de cette approbation unanime, Charles donne son assentiment. Ganelon prend alors la parole. Il s’adresse à l’empereur ; mais ses propos, comme autant de traits acérés, sont dirigés contre Roland et les siens (v.24). Il y a donc de sa part réplique immédiate et vibrante, tout comme dans Oxf. Mais elle est indirecte et, de ce fait, moins triviale et plus solennelle156. Sur un nouvel ordre de Charlemagne, Ganelon rappelle l’ambassade précédente de Basile et de Basan, insiste sur le danger de la mission dont on le charge, s’efforce de fléchir, d’apitoyer l’empereur en se donnant comme sacrifié, en se faisant pathétique (ll.24-23). En vain. Un moment ému, Charles répète son ordre (fin de la laisse 23). Et, alors, devant l’inutilité de ses efforts157, se sentant sacrifié, il en fut mult anguisables158, il se débarrasse de son manteau et se retourne avec la violence du désespoir contre celui qui l’a sacrifié (l. 20, vv. 280-295). La virulence même de ses propos est celle d’un homme qui se sait perdu.

  • 159 R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, p. 169 a habilement justifié la place du portrait de Ganelon d (...)

202L’ordre concurrent d’Oxford est conséquent. On relèvera seulement que la riposte « Tut fol, pur quei tesrages ? » (v.286) demanderait une réplique immédiatement antérieure de Roland, réplique qui n’existe pas dans les versions autres que O ; que le vers ço set hom ben que jo sui tis parastres (v.287) est bien éloigné de celui auquel il paraît faire écho : ço ert Guenes mis parastre (v.277)159.

203L’ordre d’Oxford offre-t-il à son tour des inconséquences ?

  • 160 Caries comendet que face sun servise / En Sarraguee en irai a Marseilie (vv. 298-299). S. Pellegrin (...)
  • 161 On a invoqué aussi en faveur de cette nécessité les interventions personnelles de l’empereur pour r (...)

204Ganelon dit et répète : « Puisque Charles me commande d’aller à Saragosse, je suis prêt à obéir »160 ; Charlemagne insiste aussi : Puis quel comant, aler vus en estoet (v. 318). Or, à ce moment, l’empereur n’est pas encore intervenu, n’a encore rien « commandé » à Ganelon. Il y a là une difficulté qui n’est pas passée inaperçue. Les défenseurs d’Oxford tentent de l’expliquer ainsi : la simple désignation d’un baron, pour autant que l’approuve la masse des Français, ne demande pas à être ratifiée expressément par l’empereur. Justification spécieuse ! Le texte de Roland, Oxford y compris, ne dit-il pas justement le contraire ? Charlemagne n’y ratifie-t-il pas expressément le « jugement » de Roland, approuvé par les Français ? Les vers 319-321 sont là pour établir la nécessité de semblable ratification personnelle161, l’insuffisance du simple assentiment des Français unanimes.

  • 162 J. Bédier, Comm., p. 100. — Ch. A. Knudson, Études, p. 91 rejette cet argument important, tiré de l (...)
  • 163 Cette attitude de Charles enlève à la trahison de Ganelon une partie de ce qu’elle a d’odieux, lui (...)

205Le texte d’Oxford offre un autre inconvénient. L’attention de la critique a été attirée sur la correspondance qui unit notre scène avec celle de la désignation par Ganelon de Roland comme chef de l’arrière-garde. Il est évident que cette dernière est l’exacte réplique de la nôtre. « Par un calcul très apparent, (les deux strophes sont bâties sur la même assonance), le poète a voulu que la phrase dite par Ganelon : « Rollanz, cist miens fillastre ! » fît écho à la phrase dite naguère par Roland : « Ço est Guenes, mis parastre ! » Roland se trouvant placé à Roncevaux précisément dans la situation où naguère lui-même avait placé Ganelon, que fera-t-il ? Se comportera-t-il comme le Ganelon de la version O ou comme le Ganelon de l’autre version ? »162 Or Roland se comporte comme le Ganelon de O. Et J. Bédier conclut, triomphant : « Il apparaît donc, non seulement que l’ordre de la version O dans la scène du défi de Ganelon est le plus cohérent et le plus beau, mais encore qu’on ne peut le modifier sans détruire certains des rapports de symétrie que le poète avait tenu à établir entre cette scène et la scène de Roncevaux » (p.101). Non, Roland ne doit pas se comporter comme Ganelon. Les deux attitudes doivent être opposées. Tout se contredit dans les deux épisodes symétriques, tout se veut contradictoire. Si Roland accepte sa désignation avant que Charles ait eu le temps d’intervenir, s’il force son oncle à accepter le choix de Ganelon, c’est pour contredire celui-ci qui a attendu l’ordre impérial, qui a tenté misérablement de s’y soustraire. La scène de l’investiture de Roland est précieuse en ce qu’elle montre l’ordre inverse de celle de l’investiture de Ganelon. Elle confirme ainsi la version concurrente d’Oxford. Les réactions de Charlemagne sont également éloquentes. Ganelon a lâché : Rollant, cist miens fillastre. Charles sursaute : Vos estes vifs diables (v.746). Ce n’est pas une confirmation. Il ne confirmera jamais cette haineuse investiture. Il l’acceptera malgré lui, la fierté de Roland l’y contraindra. Dans le débat qui heurte Ganelon et Roland, l’empereur est d’une évidente partialité pour celui-ci, son beau-frère n’a pas ses faveurs163. Aussi ne doit-il pas agir vis-à-vis de lui comme vis-à-vis de Roland ? Ne doit-il pas laisser son investiture incertaine ? Alors qu’il se refuse à approuver le choix de Roland, il doit approuver sur-le-champ celui de Ganelon. L’ordre des laisses qui, dans Oxford, « égalise » les attitudes de Roland et de Ganelon uniformise le comportement de Charlemagne, ne peut être regardé comme inattaquable.

206Aux vv. 298-299 et 309 d’Oxford surtout, Ganelon semble bien décidé à affronter le danger. Erreur ! Ses propos suivants tendent d’émouvoir l’empereur (vv. 312-316), de forcer celui-ci à renouveler son commandement (v. 318). Rappelé à l’ordre une fois, Ganelon le sera une deuxième fois (v. 328) pour avoir repris ses menaces contre Roland (vv. 322-326). Se taira-t-il enfin ? Non, in extremis il rappelle le tragique précédent de Basile et Basan (v. 330). Pour un baron qui a de l’orgueil et du cran, il se révèle ici bien vil. Son manque de dignité des vv. 310 ss. contredit les vv. 298-299, 308-309 où il semblait d’une autre race.

207Les vv.321-322 sont la réplique directe des vv. 277-279. Au v.321, Charlemagne justifie sa ratification en invoquant l’unanimité française des vv. 278-279 et au v.322 Ganelon rappelle le v.277. Or, dans Oxford, les deux passages sont séparés par une quarantaine de vers.

208L’allusion à l’ambassade tragique de Basile et Basan (vv. 329-330), ultime tentative pour fléchir Charles, reste dans Oxf sans réponse. Elle est sans fonction.

209Aucun des deux ordres concurrents ne satisfait entièrement l’esprit avide de perfection. Mais qui oserait préférer celui d’Oxford, chargé de quatre contradictions graves, responsable d’une altération des rapports de symétrie, à celui de Ch V7 V4 déparé seulement par deux légères faiblesses ?

  • 164 L. Michel, art. cit., pp. 295 ss. a raison de critiquer ces termes vagues et suspects.

210Celui-ci doit bénéficier d’un inconstestable droit de priorité, non pour une clarté d’exposition plus grande, une plus évidente simplicité164, mais pour sa justesse et sa cohésion psychologiques, sa conformité intime avec l’art du poète, son enchaînement narratif, pour son absence d’incohérences majeures.

211N’est-il pas remarquable, d’ailleurs, que les nombreuses discordances d’Oxford se résolvent à merveille, lorsqu’on transfère les deux laisses déplacées là où les offre l’ordre concurrent ? N’est-il pas remarquable qu’ainsi retouchée, la Version d’Oxford devient soudainement, elle aussi, conséquente, riche d’authenticité psychologique et de vérité dramatique ?

  • 165 Le même souci a animé V 4, mais il a agi autrement par la transposition des vers qui suivaient le v (...)

212Enfin, si le remanieur est Oxford, les motifs de son intervention apparaissent clairement, et ces motifs ne sont pas logiques mais artistiques : rapprocher les deux mentions de parastre pour plus de résonance dramatique, faire un sort brillant au geste « des peaux de martre » et au portrait de Ganelon en le présentant sous un éclairage favorable, rapprocher les vv. 320 et 331, 341, achever la scène sur le défi solennel165. Le contraire n’est pas vrai, à moins d’accepter que le remanieur aurait plus de cohérence ordonnatrice, plus de talent organisateur que le poète. Dans le cas de Roland, qui admettrait pareille contre-vérité ? L’esprit réussit à déduire Oxford de Ch V7 V4... mais s’efforce en vain dans la direction inverse. Constatation décisive qui établit, mieux que des préférences artistiques, le sens du mouvement qui a présidé au remaniement : Ch V7 V4 Saga chr. galloise → Oxford.

213Le groupe concurrent est plus ancien qu’Oxford sous le seul aspect de l’ordre des laisses. Pour le contenu de celles-ci chacune des copies présente par rapport au Digby 23 des traces indéniables de postériorité.

B. — Roland refuse de sonner de l’olifant

214Qui n’a présentes à la mémoire les laisses qui marquent l’héroïque obstination de Roland à s’opposer au sage conseil d’Olivier ? Refus hautain et dur, mais qui, chaque fois, est motivé.

215Oxford ordonne ainsi la succession des motifs :

216l. 83 (vv.1053-54) :

Jo fereie que fols !
En dulce France en perdreie mun los.

217l. 84 (vv.1062-64) :

Ne placet Damnedeu
Que mi parent pur mei seient blasmet
Ne France dulce ja cheet en viltet !

218l. 85 (v.1076) :

Jo n’en avrunt reproece mi parent !

219Le motif de la laisse 85 est moins général que celui de la laisse 84. Après avoir gagné en ampleur de la laisse 83 à la laisse 84, l’argumentation de Roland s’affaiblit, se rétrécit.

220Défaut inconnu du groupe concurrent. Prenons Châteauroux comme exemple :

221l. 92 = O 83 :

trop fous seroie lor en douce France en perdroie m’onor

222l. 93 = O 85 :

ja n’en aront reprocie mi parant

223l. 94 = O 84 :

  • 166 Cfr V 4 vv. 984 ss., 997 ss., 1006 ss. ; Saga, pp. 506-507.

mex vuel morir qe France en soit blasmee166.

224A chaque laisse Roland se détache davantage de son honneur personnel. Son argumentation met en cause toujours plus de choses et sans cesse acquiert une force de persuasion accrue.

225La plus grande efficacité dramatique, la meilleure progression ne sont pas du côté d’Oxford.

  • 167 F. B. Luquiens, The reconstruction, pp. 123 ss. n’a pas, selon moi, défendu d’une façon convaincant (...)

226Nous ne le répéterons jamais assez : supériorité littéraire ne signifie pas automatiquement priorité chronologique. Mais ici l’équivalence est vraie ; la répétition progressive n’est-elle pas un des ressorts dramatiques qu’actionne le poète avec le plus de précision et d’efficacité ? Marsile ne dit-il pas ailleurs (il s’agit de Charlemagne) : par tantes teres ai sun cors demened (O v. 525), par tantes teres ad sun cors traveillet (O v. 540), par tantes teres est alez cunquerant (O v. 553)167 ?

227Nous n’avons pas ici à admirer une judicieuse restauration du modèle de V4 Ch V7 et de la Saga, mais à déplorer une interversion de laisses dans Oxford.

C. — Margariz

228Quand nous confrontons la Chanson de Roland avec la Chanson de Guillaume, par exemple, sa régularité architecturale nous apparaît dans toute sa rigueur. Les scènes se répondent directement, s’enchaînent en une progression calculée, s’éclairent les unes par les autres. Il n’y en a pas d’importante qui n’ait son écho.

229A une exception près : Margariz de Sibilie.

  • 168 Cfr V 4 vv. 903-908 ; Ch l. 85 ; V 7 l. 85 ; T l. 18 ; Konrad vv. 3725-3731 Saga p. 505 ; Roelantsl (...)

230Le problème de Margariz est hautement instructif. Margariz est un des rares païens dont le portrait s’illumine de teintes à la fois pittoresques et souriantes (Oxf vv. 955-960)168.

  • 169 Cfr V 4 vv. 1230 ss. ; Ch l. 142 ; V 7 l. 133 ; P l. 41 ; T l. 37 ; Ly l. 13 ; Konrad vv. 5067 ss.  (...)

231C’est le seul païen qui échappe au massacre général de la première armée (Oxford vv.1311-1319)169.

232L’art des correspondances pratiqué par notre poète nous invite à chercher une fonction narrative au salut insolite de Margariz. S’il ne l’a pas abattu sous les coups foudroyants d’Olivier, s’il lui a refusé le sort de ses compagnons, c’est qu’il entendait se servir encore de lui.

  • 170 Le choix du nom Margariz (µαργαρίτης), le renégat, l’apostat, qui est aussi le surnom d’Isembart da (...)

233La version où réapparaîtra Margariz170 est plus conforme à sa manière que celle où le salut du personnage ne serait l’amorce d’aucun épisode nouveau.

  • 171 Voir pour cette scène V 4 vv. 1386-1402 ; P ll. 54-55 ; T ll. 49-50 ; Ly ll. 23-24 ; Ch 157-158 ; V (...)

234Or, dans Oxford, Margariz échappé à la mort s’évanouit à jamais. Les versions concurrentes, au contraire, le reconduisent, les armes en pièces, le corps en sang, jusqu’à son roi auquel il annonce la défaite de la première armée et crie : Bon roi d’Espagna a esforç ciualcie (V4 v. 1402)171.

235Voilà pourquoi il s’est sauvé, pourquoi Olivier a eu, pour une fois, la main peu sûre. Margariz est comme l’agent de liaison entre la première armée païenne et la seconde. Son salut et sa fuite servent d’articulation entre le premier et le deuxième tableau de la bataille.

236Cette charnière, le remanieur d’Oxford l’a fait délibérément sauter.

  • 172 Comm., pp. 182 ss..

237J. Bédier172, qui reconnaît l’existence d’une lacune dans Oxford, a pris plaisir à montrer que, dans les versions concurrentes, notre fuyard arrive trop tard. Ce n’est pas lui qui engage Marsile à faire donner la seconde armée. Quand il arrive, le roi sarrasin est déjà en route pour Roncevaux. La démonstration est attrayante, tant par la verve avec laquelle elle est menée que pour les perspectives pré-oxoniennes qu’elle fait entrevoir. Si la fuite de Margariz, en effet, ne joue aucun rôle organique, à quoi bon cette fuite ?

238Les mss P (l.53), Ch (l. 156), V7 (l. 147), T (l. 48), qui correspondent à Oxford (vv. 1438 ss.), font entrer Marsile trop tôt en scène. Ly (l. 22), V4 (vv. 1375 ss.), le prosateur Scandinave (p. 512), le chroniqueur gallois (§ 106) se sont montrés moins pressés et plus avertis.

  • 173 Le manuscrit de V 4, pp. 39 ss.
  • 174 Cfr Ch V 7 vv. 2494-5 [11-12], P vv. 960-961, T vv. 729-730.
  • 175 supprimé par Ly (l. 22).
  • 176 non traduite par la Saga. Le texte gallois nous laisse plus indécis.

239Considérer avec M. Wilmotte173 Venise IV (ou toute autre version cohérente) comme fidèle au modèle ne résout le problème qu’en apparence. L’inquiétant accord fautif entre O et P T Ch V7 demeure inexpliqué. Or cet accord qui porte sur quelque quatre vers, remarquables par le choc, répété dans chaque copie, des vv. 1447-1448 (Oxf)174, ne peut résulter d’une coïncidence. Influence de O sur P T Ch V7, alors ? Pas davantage. C’en serait le premier signe. N’est-il pas troublant aussi que la leçon cohérente s’offre dans les versions qui, à l’accoutumée, abrègent leur modèle ? L’indice que leurs auteurs sont intervenus, ici comme ailleurs, je le découvre dans les vers De cent mil non poit garir ma un (V4 v.1377)175, amorce évidente de la fuite de Margariz, exactement situé comme dans O, P, T, Ch ou V7, séparé donc du message du fuyard par une réplique de l’archevêque (ou de Roland) et une référence à la geste francor176.

  • 177 Dans le remaniement O, nous pouvons déceler en plus une autre intention dont nous parlerons plus lo (...)

240Les laisses consacrées au sémillant Margariz sont parmi les plus mal transmises de toute la chanson. Je soupçonne que ni O n V4 ne reflètent fidèlement leur modèle. O élimine le message et conserve à sa place le vers Li reis Marsilie od sa grant ost lor surt (v. 1448) ; V4 élimine ce vers et conserve le message. L’un et l’autre ont partiellement agi avec la même logique177, l’un et l’autre ont tenu à éviter une contradiction qui les frappait.

  • 178 Et relative (voir la fin ajoutée de la laisse 53 en P, 48 en T, 156 en Ch et 147 en V 7).

241Selon moi, cette contradiction entachait leur modèle commun, l’archétype de toute la tradition manuscrite ; et les copies qui, pour une fois, ont montré le plus de fidélité — fidélité aveugle178 — sont les versions rimées.

242La supposition d’une erreur aussi grave dans l’archétype de nos versions, erreur qui dépouille un épisode intéressant de sa fonction narrative, pose une nouvelle question que nous aurons à résoudre : cet archétype et la Chanson de Roland originelle s’identifient-ils ?

D. — Le deuxième combat de Roland

2431°) Épisode d’Abisme. — Oxford et les autres versions présentent les vv. 1467-1509 (Oxf) dans un contexte différent. Où sont-ils à leur place ?

244Ces deux laisses rapportent que, devant le martyre des siens, Marsile fait sonner toutes ses fanfares et se précipite au combat. Il est précédé de son porte-étendard, le farouche Abisme, le bien-nommé, aussi téméraire que vicieux et félon, à l’âme aussi obscure que son teint de poix. Ce Sarrasin paraît bien hérétique à Turpin qui lance son magnifique destrier contre lui et, d’un coup de lance, l’expédie au fond de l’enfer. Ces deux laisses, principalement descriptives, consacrées aux portraits du sombre Abisme et du brillant Grossoille, le cheval de l’archevêque, nous montrent, d’une part, Marsile qui chevauche personnellement au combat et, d’autre part, Turpin qui réussit un exploit remarquable.

245Dans Oxford, les deux laisses sont insérées entre les vv. 1449-1466, où Marsile rassemble et ordonne son armée et où Roland se fortifie l’âme pour affronter le terrible danger, et les vv. 1510-1525, où l’archevêque Turpin ranime l’ardeur des Français, un moment découragée devant les multitudes païennes. L’assaut de celles-ci est décrit en détails dans les vers qui suivent (1526-1690) : Climborin a raison d’Engelier, mais succombe sous les coups d’Olivier ; Valdabron se débarrasse de Samson, mais Roland venge son ami ; Malquiant abat Anséis, mais en est châtié par Turpin ; Grandoine enfin fait un carnage sans précédent, mais ne peut rien contre Roland ; la bataille est atroce, les païens se découragent, abandonnent la partie et appellent Marsile à leur secours. Admiration de Roland et d’Olivier pour l’archevêque.

  • 179 Nous laisserons Konrad de côté, qui s’est créé un ordre original (voir vv. 5853 ss. et auparavant v (...)
  • 180 La péripétie est longuement développée à grands frais de répétitions et de formules de remplissage. (...)
  • 181 Voir la relation en prose qui précède ces vers, pp. 41-42, éd. Boekenoogen, ainsi que la remarque d (...)

246Dans les autres versions, nos laisses se situent plus loin. Marsile répartit son armée en deux corps (Ch l. 159 ; V7 l. 150 ; P l. 61 ; T l. 53 ; Ly l. 27 ; V 4 vv. 1460 ss. ; Carmen vv. 294 ss. ; Konrad vv. 5829 ss. ; Chr. gall. § 107). Le premier corps est lancé à l’assaut des Français ; il est commandé par Grandoine, mais emmené par Climborin (Ch l. 163 ; V7 l. 154 ; P l. 65 ; T l. 57 ; Ly l. 31 ; V 4 vv. 1498 ss. ; Saga, p. 513 cfr chr. dan. p. 302 ; chr. gall. § 107 ; Carmen vv. 305 ss.)179. Engelier tombe le premier, mais sa mort est vengée par Olivier. Les assauts se poursuivent dans la même succession que dans Oxford, jusqu’à la victoire de Roland sur Grandoine. Découragement chez les païens, qui s’enfuient jusqu’à Marsile et implorent son aide (Ch ll. 163-175 ; V7 ll. 154-166 ; P ll. 65-77 ; T ll. 57-68 ; Ly ll. 31-42 ; V4 vv. 1498-1671 ; Saga pp. 513-515 ; Carmen vv. 305-328 ; Roelantslied (Vb vv. 575-720) ; chr. galloise § 107-108). C’est ici que s’intercalent les deux laisses voyageuses : Marsile s’avance, enfin, en personne avec Abisme que pourfend Turpin sans autre forme de procès (V4 vv. 1672-1717 ; Ch ll. 176-177 ; V7 ll. 167-168 ; P ll. 79-83180 ; T ll. 69-70 ; Ly ll. 44-46 ; Saga pp. 515-516 ; Carmen vv. 329-346 ; Roelantslied (Vb vv. 721-722)181. L’exploit de l’archevêque est chaleureusement applaudi par Roland et Olivier (V4 vv. 1718-1723 ; Ch l. 178 ; V7 l. 169 ; P l. 84 ; T l. 71 ; Ly l. 47 ; Saga p. 516).

  • 182 Voir les éd. de Michel (éd. princeps, pp. 57-59 ; 2e éd., pp. 46-47), de Genin (pp. 125-128), de Gr (...)
  • 183 Voir les éd. de Müller (2e éd., pp. 104-108 ; 3e éd., pp. 163-167), de Hofmann de Böhmer (pp. 45-46 (...)

247De ces deux ordonnances, laquelle est antérieure ? Tout le problème est là. Les érudits, comme bien on pense, se sont partagés en deux clans : tantôt Oxford a toutes les faveurs182, tantôt la préférence va à la leçon opposée183.

248Nous n’hésitons pas à nous ranger aux côtés de ces derniers. Voici nos raisons.

  • 184 Cfr Müller, 3e éd., p. 144, n. ; Knudson, art. cit., p. 68 (qui réfute sans peine la faible défense (...)

249La simple lecture du résumé des deux contextes convaincra tout esprit non prévenu que les éloges décernés par Roland à Turpin : « Sire cumpaign, sel volez otrier / Li arcevesque est mult bon chevaler, / Nen ad meillor en tere ne suz cel ; / Ben set ferir e de lance e d’espiet » (O vv. 1672-1675), conviennent mieux après un exploit de celui-ci (comme dans V4 Ch V7 P...) qu’après une fuite des païens et un exploit de Roland lui-même (comme dans O)184. Ajoutons que le dernier triomphe de Turpin sur l’obscur Malquiant (O vv.1605 ss.) ne mérite pas de pareils éloges : l’archevêque n’accomplit pas là un exploit qui sorte de l’ordinaire (la laisse ne compte d’ailleurs que 7 vers). La réponse d’Olivier Kar li aluns aider, (O v. 1676), n’est rien moins qu’incongrue dans le contexte d’Oxford, puisque, depuis près de septante vers, il n’est plus question de l’archevêque.

  • 185 Cfr Knudson, art. cit., p. 70.

250Si l’absence de l’épisode rend dans Oxford intempestifs, malencontreux, les vv. 1671 ss. qui le suivent normalement, sa présence devant les vv. 1510 ss. détermine une étonnante contradiction. Turpin vient de réussir un magnifique coup : le noir Abisme, l’ami de la trahison et du meurtre, le sombre porte-dragon, a été fendu en deux par le vigoureux prélat. « Dient Franceis : Ci ad grant vasselage ! / En l’arcevesque est ben la croce salve » (vv. 1508-1509). Quel exemple pour eux ! L’exploit de Turpin, qu’ils savent apprécier, va les enflammer d’ardeur belliqueuse, sans nul doute. La suite du récit se déduit d’elle-même... Eh bien ! non. Le geste de Turpin reste sans effet moral. Mieux, la laisse suivante nous dépeint une troupe déprimée, dont l’archevêque doit ranimer le courage par des promesses de salut éternel (vv. 1510 ss.). A icest mot si s’esbaldissent Franc (v. 1524). Que ne se sont-ils « ébaudis » plus tôt !185. L’absence du triomphe de Turpin se fait cruellement sentir avant les vv. 1671 ss. ; sa présence est de trop avant les vv. 1510 ss. Comment ne pas croire à un fâcheux déplacement de laisses de la part de O ?

251Mais d’autres arguments peuvent être invoqués. Tels qu’ils se présentent dans O, les vv. 1669-1670 (Cel n’en i ad ki ne criet : « Marsilie ! / Cevalche, rei ! Bosuign avum d’aïe ! ») restent sans réponse et sont sans objet, puisque on nous a déjà dit que Marsile chevalchet od sa grant ost banie (v. 1469). Dans la leçon concurrente, au contraire, ces vers ont un écho : Marxilio uede de soa çent lo martire / Si fa soner ses grailes e ses busine / Possa çiualça a sa grant ost bandie (V4 vv. 1672-74, pour ne citer que lui). Les appels des païens en fuite constituent, comme la fuite de Margariz étudiée ci-avant, la liaison entre la défaite de Grandoine et l’entrée de Marsile dans la bataille. Ces appels ont, dans V4, dans les versions rimées et étrangères, une fonction définie ; dans Oxford, ce sont des paroles vaines.

  • 186 Seul Roland a le privilège de tuer plusieurs païens.

252Au cours du premier assaut, celui où charge Aelroth, chacun des douze pairs chrétiens a remporté une belle victoire. Surgit la deuxième armée païenne. Les premiers héros français tombent, mais chacun est vengé par Roland, Olivier, Turpin. Il y a une parfaite symétrie entre tous ces doubles duels, comme il y avait une parfaite symétrie entre les victoires françaises du premier combat. Cette harmonieuse symétrie est dérangée en O par Abisme, le seul païen qui ne réussit pas à pourfendre son chrétien et par Turpin qui tue deux païens au lieu d’un seul186. Dans la version concurrente, Abisme et Turpin ne troublent nullement l’ordre préétabli.

253La composition de la Chanson de Roland est fondée sur la régularité. L’ordre y règne en maître. Tout est à sa place, tout est annoncé, tout est lié. Mais comme ordre ne signifie pas pour notre poète simplicité, la version la plus complexe et la mieux agencée pourra être réputée la plus authentique.

254Ganelon avait conseillé à Marsile :

  • 187 Cfr V 4 vv. 508-513 ; Ch V 7 l. 52 ; la Saga parle de trois « batailles » p. 497.

De voz paiens lur enveiez. C. milie :
Une bataille lur i rendent cil primes ;
La gent de France iert blecee e blesmie ;
Nel di por ço, des vos iert la martirie.
Altre bataille lur livrez de meïsme :
De quel que seit Rollant n’estuertrat mie.
(Oxf vv. 588-593)187.

255Marsile a-t-il bien suivi les avis autorisés du baron français ? Pour la première armée, oui : A icez moz li XII [per] s’alient /Itels. C. milie Sarrazins od els meinent (O vv. 990-991) ; De cent millers n’en poent guarir dous (O v. 1440).

  • 188 Cfr F. Scholle, Der Stammbaum, pp. 22 ss. ; — Ch. A. Knudson, Études pp. 71 ss. distingue au contra (...)

256Pourquoi n’aurait-il pas été aussi docile pour la seconde armée ? Selon moi, il n’y a eu que deux armées sarrasines : la première commandée par Aelroth, le neveu du roi, la seconde commandée par Marsile lui-même ; il n’y a eu par conséquent que deux batailles188.

257Avec le récit de la seconde bataille surgissent les différences dans la transmission des textes. Oxford paraît engager d’un coup toute la seconde armée. Marsile chevauche avec elle ; Abisme le précède — on sait son aventure — ; Climborin, Valdabron... Grandoine vainquent, puis sont vaincus. Le combat perd alors de sa netteté jusqu’au moment où, enfin, Marsile débouche sur le champ de bataille (vv. 1889 ss.), fait un grand massacre, puis s’enfuit, le poing coupé par Roland (vv. 1903 ss.). Son oncle achèvera la besogne (vv. 1914 ss.). C’est là le récit d’un seul et même événement, mais un récit un peu flou.

  • 189 Je ne vois pas, dans les vv. 1685-1690 d’Oxford (cf. Ch l. 183 ; V 7 l. 175 ; T l. 76 ; Ly l. 49 ; (...)

258Les manuscrits concurrents se comportent autrement. Marsile prend des dispositions tactiques avant de livrer la seconde bataille. Il n’y engage pas toutes ses forces. Il divise son armée en deux corps : l’un qu’il gardera en réserve auprès de lui, l’autre qu’il lance dans la mêlée sous les ordres de Grandoine. Il ne fera donner le second corps qu’à l’annonce de la déroute du premier. Grandoine vaincu, il s’approche personnellement de Roncevaux, et engage ses réserves sous la direction d’Abisme, tandis qu’il se tient lui-même à l’écart de la mêlée. La prouesse de Turpin, le cran des troupes françaises font refluer les païens vers Marsile, qui les relance en avant. Malgré les prodiges de Roland, d’Olivier et de Turpin, la résistance acharnée des Français, les païens du deuxième corps lancent cinq assauts, dont le cinquième réussira à affaiblir gravement l’armée française189. Pendant que Roland sonne du cor, le combat se poursuit, acharné, entre les quelques chrétiens survivants et les innombrables sarrasins. Enfin, Marsile se décide à payer de sa personne. Il passe comme l’ouragan pour s’enfuir misérablement. La garde noire de son oncle tiendra jusqu’à l’annonce du retour de Charles.

259Le dessin de Ch V7 V4 P..., en dépit d’additions postiches, apparaît plus ferme, plus compliqué, mieux lié aussi, que celui d’Oxford. Il offre en plus l’immense supériorité de montrer vivement la pusillanimité de Marsile, le faible et cruel roi de Saragosse, plus rusé que vaillant, qui évite jusqu’au dernier moment la vraie bataille et dont l’entrée fracassante se transforme vite en une fuite honteuse.

260L’agencement de V4 et des versions rimées ou étrangères me paraît, pour toutes les raisons indiquées, supérieur à celui de O, et surtout mieux en concordance avec l’art « géométrique » du poète.

2612°) L’agencement de la seconde bataille pose deux problèmes connexes que nous ne voudrions pas éluder.

  • 190 Cfr Ch ll. 173-174 ; V 7 ll. 164-165 ; P ll. 75-76 ; T ll. 66-67 ; Ly ll. 40-41.
  • 191 Cfr Ch l. 175 ; V 7 l. 166 ; P l. 77 ; T l. 68 ; Ly l. 42. Cette laisse a été connue également du t (...)
  • 192 Nous n’en aurions pas d’autres exemple (voir le tableau des assonances dans la rééd. par G. Rohlfs (...)
  • 193 Citons In sangue vermio si vanno inτresque al corp/ trosqui a Marsilio va la traine di mort (V 4 vv (...)

262Le premier est de nouveau un problème d’ordonnance. Dans Oxford, les ll. 125 (-ant) et 126 (-i...e) se succèdent dans cet ordre. Dans V4, la disposition est inverse : vv. 1634 ss. (-i...e) et vv. 1649 ss. (-ant)190. Les versions concurrentes d’Oxf ajoutent en plus à ces deux laisses une troisième, fondée sur l’assonance ou la rime q, avant de raconter la chevauchée d’Abisme (V4 vv. 1659 ss.)191. En replaçant les deux laisses d’Abisme dans leur vrai contexte, comme nous y invite la discussion précédente, nous aboutissons à cette succession strophique : l. 125 (-ant), l. 126 (-i...e), l. 113 (-i...e), l. 114 (-a...e), l. 127 (-ié), entachée par la contiguïté de deux laisses de même assonance192. Pour y échapper, nous n’avons qu’à ouvrir V4 et les versions rimées. Elles nous donnent la clef du problème : l’interversion des ll. 125 et 126 de contenu et de mouvement semblables, l’insertion entre les ll. 126 et 113 d’une laisse intercalaire, analogue aux précédentes. Ou le remanieur d’Oxford a interverti ses laisses 125-126, ou il a omis la laisse V4 vv. 1659 ss., ou encore il est coupable des deux retouches. La première et la deuxième solutions, en apparence plus simples, se révèlent, à la réflexion, les moins plausibles. Le texte qu’elles supposent ne se reflète aujourd’hui dans aucune copie. Les interventions qu’elles requièrent mettent en cause le remanieur de Ch V7 V4 (qui paraît bien avoir respecté ici la ligne — sinon le détail — de son modèle) autant que celui du Digby 23. Certains vers de la laisse V 4 vv. 1659 ss. ne manquent pas d’ailleurs d’énergie, ni d’émotion.193.

263Quelles mesures tactiques Marsile prend-il avant d’engager la seconde bataille ? Pour Oxford

Marsilie vient par mi une valee
Od sa grant ost que il out asemblee.
.XX. escheles ad li reis anumbrees...
............................
Puis si chevalchet od sa grant ost banie.
(vv. 1449-1451, 1469).

  • 194 V 4 vv. 1452-1497 ; Ch ll. 159-161 ; V 7 ll. 150-152 ; P ll. 61-63 ; T ll. 53-55 ; Ly ll. 27-29. La (...)

264Il paraît engager dès le début tous ses effectifs. Dans les mss concurrents, il use, comme nous l’avons vu, d’une tactique moins simpliste : l’armée, scindée en deux corps, ne sera engagée que progressivement, selon les besoins et les vicissitudes de la lutte194.

265Ces dernières dispositions dépeignent Marsile comme un stratège prévoyant et prudent, habile à tirer enseignement d’une défaite. Dans la première bataille, où l’élément de surprise jouait en sa faveur, il a lancé toute sa première armée en un flot qui se voulait irrésistible, il a engagé ses effectifs d’un bloc, pour ébranler le front ennemi jusqu’en ses fondements. Sa tentative d’irruption massive, tentative légitime puisqu’il gardait en réserve sa seconde armée, n’a réussi que partiellement. Va-t-il renouveler cette tactique, maintenant qu’il n’a plus de réserves sous la main ? Oxford dit oui ; les versions opposées disent non. D’un point de vue stratégique, celles-ci ont raison. Du point de vue littéraire aussi : le personnage du « général » Marsile y est dépeint avec des traits autrement étudiés que dans Oxford.

  • 195 Cfr Mireaux, Ch. de R. et Hist. de Fr., p. 218.

266Si nous acceptons l’ordre de ces versions pour l’épisode d’Abisme, et la scission de l’armée en deux corps qu’il implique, nous admettrons aussi le passage où s’est opérée cette division195.

  • 196 Signalée par F. Scholle, art. cit., et Zur Kritik des Rolandslied, Zsf. f. rom. Phil., t. IV, 1880, (...)
  • 197 Comm., pp. 115 ss.
  • 198 Autre argument de Bédier.

267Deux difficultés surgissent devant nous. L’une196 est une maladresse. Les laisses où l’armée sarrasine s’organise en deux groupes mettent en scène Grandoine ; c’est à lui qu’incombe la direction de la première troupe. Plus tard, ce Grandoine réapparaît et, selon M. Knudson, « est présenté d’une façon qui semble indiquer que c’est la première fois qu’on parle de lui. » La difficulté soulevée par Scholle est réelle, mais secondaire. Elle empêchera peut-être d’admettre Grandoine dans les laisses où Marsile divise son armée (c’est une simple question de noms), mais ne portera pas atteinte pour la cause à l’authenticité de celles-ci. L’autre difficulté, dont J. Bédier tire argument contre V4 Ch V7...197, c’est l’association aux dispositions tactiques de Marsile de trois sermons de Turpin. Bédier compare ces trois discours aux trois laisses où Roland s’efforce de briser Durendal, aux trois laisses où Roland refuse d’appeler Charlemagne. « Mais, en toutes ces autres scènes, ce que le poète décrit à trois reprises, c’est une même situation ou, plus exactement, ce sont des moments successifs, et presque identiques, d’une situation qui se prolonge. Il n’a garde, quand il passe d’une laisse à une autre, de changer le décor et, par exemple, il n’a garde d’interrompre la querelle de Roland et d’Olivier pour nous transporter dans le camp sarrasin : il sait bien que, s’il le faisait, l’effet qu’il attend des laisses similaires serait brisé. » Je ne serais pas aussi sévère que Bédier à l’égard de V4 Ch V7... L’idée de montrer en trois laisses successives à la fois le quartier-général sarrasin et le camp français me paraît, au contraire, une trouvaille qui enrichit le poème d’un procédé technique habile. C’est une manière subtile de confronter deux scènes simultanées, d’opposer le mouvement progressif de l’une (la païenne, où l’armée approche petit à petit de Roncevaux) à la fixité de l’autre (les discours répétés de Turpin, qui ne sont injurieux que s’ils s’adressent aux mêmes soldats198.

268Le remanieur d’Oxford a gravement bouleversé le récit des premières phases de la deuxième bataille. Il en a dérangé la construction par des déplacements et des suppressions de laisses. Son œuvre de transformation ne tient pas à une cascade d’accidents malheureux, mais à une transfiguration délibérée de la scène dans son plan et sa présentation. Par ses interventions, notre rifacitore a voulu rompre avec une certaine formule descriptive, une certaine tradition raidie, en un mot, il a voulu innover. Dans la partie suivante, nous tâcherons de caractériser cet effort qui, comme nous venons de le constater, n’a pas été sans conséquences fâcheuses.

E. — La fuite de Marsile

269Margariz s’est enfui. Le copiste du Digby 23 s’est refusé à rapporter cette fuite. La seconde bataille est un flux et un reflux continuel de soldats païens. Le copiste du Digby 23 s’est refusé à accorder à leur fuite une fonction narrative.

  • 199 Ch l. 206 ; V7 l. 193 ; P l. 105 ; T l. 94 ; Ly l. 63 ; V4 vv. 2031 ss. ; cfr Konrad vv. 6322 ss. ; (...)

270Le roi Marsile s’enfuit également. Comment va se comporter notre copiste ? Un hémistiche (v. 1913) lui suffit pour nous en informer (par prétérition). Les autres manuscrits, au contraire, se montrent plus généreux : une laisse entière est consacrée à la fuite royale199.

  • 200 Voir A. Salmon, La laisse 144 de Roland, Romania, t. XXII, 1891, p. 529 et Comm., p. 164 (Pourquoi (...)
  • 201 Hilka-Rohlfs, Bertoni, Roncaglia, Whitehead, Soufflet.

271Hémistiche ou laisse ? Les tenants du système Foerster-Stengel ont évidemment opiné pour la laisse, mais aussi un éditeur « libre », comme Müller (3e éd., p. 201, note), mais aussi J. Bédier lui-même qui s’était laissé convaincre par une petite étude d’A. Salmon200. Les éditeurs les plus récents sont sans doute partisans de l’hémistiche, car ils impriment le texte d’Oxford sans la moindre ligne de commentaire201.

  • 202 Peut-être en est-il de même de la laisse V4 vv. 2307 ss., P l. 130, T l. 113, Ly l. 85, Ch l. 228, (...)

272Le parti pris curieux, mais évident, de l’auteur d’Oxford contre les fuites, nous porte à donner raison à ceux qui réputent authentique la laisse concurrente. La fuite de Marsile est, comme celle de Margariz, une charnière qui articule le récit ; et, de plus, peut-on admettre que le poète ait dédié trois vers à la fuite inutile des païens (O vv. 1910-12) et un seul hémistiche à celle, organique et fonctionnelle, du roi Marsile ? La tournure même de l’hémistiche Se fuit s’en est Marsilies, plutôt allusive, parle en faveur de l’existence de la laisse202.

F. — Considérations générales

273Pas plus qu’un autre manuscrit rolandien, pas plus qu’une autre copie de chanson de geste, le texte d’Oxford ne reproduit mécaniquement son modèle. Comme tous les autres, il a ses scories : les erreurs matérielles de copie ; comme tous les autres, il a ses touches personnelles : les transformations préméditées du modèle. Notre copiste n’est pas une simple machine : c’est un créateur qui adapte son modèle.

274Ses interventions ont tendu, non à allonger la chanson, mais à la réduire et, par place, à en modifier l’ordonnance. Elles ont porté sur la manière d’agencer les laisses plutôt que sur la matière vivante que constituent les vers.

  • 203 Ce n’est pas qu’il n’ait pas dérogé quelquefois à cette règle (voir par ex. une omission entre les (...)

275Devant celle-ci, dont il a peut-être goûté la beauté subtile, il est resté plus passif, plus respectueux203. Et c’est ce qui fait pour nous le prix incomparable de son œuvre. Notre énumération peut paraître longue (note 1), le copiste ne s’en est pas moins montré très humble devant son modèle, en comparaison de la liberté que prenaient d’ordinaire ses confrères. La copie oxonienne doit être considérée moins comme un rebrassage profond du modèle, selon un idéal nouveau, que comme une reproduction fidèle, avec çà et là quelques retouches.

4. Conclusions

  • 204 Dont on a eu conscience au moyen âge même : « Ut fieri solet in cantileni, quod veteribus assiduita (...)
  • 205 Hormis certaines interventions énergiques.

276La tradition multiforme de Roland est une masse solidaire animée d’un mouvement continu204. Elle se transforme par d’innombrables modifications qui n’osent jamais s’aventurer trop loin205, mais qui se renouvellent sans cesse.

277Personne ne reste passif ; mais personne n’a l’audace ni la puissance de tout transformer. Il faudra attendre longtemps l’éclosion d’un nouvel esprit pour assister, en Italie, à des efforts plus poussés et plus achevés. Mais, même à ce moment, un Pulci ne pourra que rimer de brillantes nouveautés autour du drame de Roncevaux ; un Boiardo, un Arioste ne pourront qu’emprunter au récit traditionnel des noms, des traits décoratifs, une toile de fond.

278Ce récit, qui reste fixé au cours du moyen âge dans son architecture générale et certaines de ses parties majeures, a dû, un jour, être composé. Un jour, ce récit a été agencé ; un jour, ses divers membres ont été rapportés, diverses intentions ont été groupées en un ensemble harmonieux ; un jour des matériaux épars ont été réunis et mis en œuvre à des fins artistiques. Il y a eu un jour de création.

279Ce jour, nous voudrions le retrouver. Ce récit premier, nous voudrions le connaître.

280Pour cela, il nous faut le déceler à travers les mille modifications qu’il a subies au cours de son évolution séculaire. L’aide la plus précieuse, nous la recevrons d’Oxford.

  • 206 Voici la figure schématique :

281Oxford reproduit mieux son modèle que toute autre copie. Mais ce modèle, qu’est-ce ? L’archétype de toutes les versions conservées, étrangères et françaises, latines et vulgaires, le point de départ de l’évolution rolandienne206.

282Rappelons-en le découpage :

  1. Les préliminaires du combat

  1. l’épisode de Blancandrin.

  2. l’ambassade de Ganelon.

  3. l’arrière-garde postée à Roncevaux, l’armée française sur la route de France.

  1. La bataille de Marsile et de Roland : le glorieux anéantissement de l’arrière-garde.

  1. le premier combat de Marsile.

  2. la fuite de Margariz.

  3. le deuxième combat de Marsile.

  4. la fuite de Marsile.

  5. la mort de Roland.

  1. La victoire française.

  1. La noyade dans l’eau de Sèbre.

  2. La quête des morts à Roncevaux.

  3. L’épisode de Baligant : la bataille de Charles et de Baligant, l’écrasement des païens.

  4. L’épisode de la belle Aude.

  5. Le jugement et le supplice de Ganelon.

283Ce récit fondamental, est-ce la Chanson de Roland originelle, la création première ?

Notes

1 Le poème de Roncevaux traduit du roman en françois, 1840, pp. 75 ss.

2 Benoît de Sainte Maure und seine Quellen, Kiel, Cordes, 1923, pp. 69, n. 1 ; 170, n. 2.

3 Le manuscrit V 4, p. 49 ; L’épopée française, pp. 186 ss. et p. 187, n. 1.

4 Nous ne tenons pas compte pour l’instant des différences d’ordonnances dans la présentation d’un même épisode.

5 Bref omis par le remanieur de V 4 (entre vv. 265 et 266) qui s’y perdait un peu dans les insignes symboliques du messager, le bâton et le gant (Oxf vv. 247, 268, 320 ; V 4 vv. 175, 198), auxquels vient s’ajouter soudainement un bref. Oxford n’est pas, en effet, très explicite, dans sa lettre du moins. A la formule répétée « le gant et le bâton » qu’a bien compris V 4, il substitue subitement le bastun et le bref (v. 341). Notre copiste n’a pas entendu son modèle, il n’a pas vu que Charles a fait deux gestes successifs, a remis le gant (v. 331) et, en suite, le bâton et la missive. Pour se tirer d’embarras, il a fait sauter le vers correspondant à Oxf 341, mais rapporte, comme Oxf vv. 483 ss., la remise de l’écrit à Marsile (v. 370 : Tenisto breue si saça ço chel di) et la lecture de celui-ci par le roi (vv. 383 ss. ; cfr Oxf vv. 485 ss.).

6 « Charlemagne répondit : Tu es trop plein de menaces. Lorsque tu seras à Saragosse, tu transmettras à Marsile ces conditions : il doit devenir chrétien, accepter sans déloyauté d’être mon vassal et chercher mon pardon. Il aura la moitié de l’Espagne en fief et l’autre moitié sera au pouvoir de Roland. S’il refuse ces conditions, sous peu je serai devant Saragosse et ne m’en retirerai avant de l’avoir conquise. Alors il sera traîné en France chargé de fers, où, après jugement, il sera exécuté. »

7 Cfr Karlmeinet p. 679, 422, vv. 20 ss. ; le Stricker vv. 2091 ss..

8 La raison de l’addition, c’est le silence de Charlemagne dans la version OV 4. Silence, faut-il le dire, très naturel : non seulement la réponse de l’empereur coïncidait, en gros, avec l’offre spontanée de Marsile, mais, en plus, la mission de Ganelon se bornait à présenter au roi païen le bref de Charlemagne. Ganelon n’était chargé d’aucun message verbal, il n’était qu’un instrument passif. Dès qu’il a pris la parole à la cour sarrasine et est sorti de la réserve diplomatique, Ganelon a « trahi » la confiance de Charles.

9 éd. Hilka-Rohlfs, p. 10 ; Bertoni, éd. min., p. 115 ; Roncaglia, p. 64.

10 Cfr la Saga : En Guinelun jarl skyldi taka viđ ritinu, Þd féll ek se Þér (p. 492), la Chr. gall. § 88 ; dans Oxf vv. 331 ss. ; V 4 v. 258, Konrad vv. 1435 ss., c’est le gant qui tombe. La chute du gant, signe de l’ambassade, est symbolique : il annonce que celle-ci échouera. La chute du bref — qui n’est pas un attribut diplomatique — est sans signification. Nouvelle erreur commune à Ch V 7, à la Saga et au texte gallois. Cette fois, Konrad se range du bon côté. — La Saga paraît ne mentionner que le bref, mais en réalité elle a connu également le bâton et le gant que signalent les mss B et b (p. 492, n. 1). C’est le ms A qui, ici, les a supprimés. D’autre part, dans les mss B et b, il n’est pas question d’une chute du bref. Seul le ms. A en parle et, cette fois, est conforme à la leçon Scandinave la plus ancienne.

11 Mieux par O que V 4 qui n’est pas sans lacune.

12 Voir M. Catalano, Spagna, t. I, p. 208.

13 Très altéré.

14 Cfr Karlmeinet, p. 687, 447, vv. 17 ss. ; le Stricker vv. 2459 ss.

15 Voir L. Gautier, 1ère éd., t. II, p. 87, qui plus tard, avec hésitation, admettra la laisse de Ch V 7 dans ses éd. postérieures, en l’arrangeant à sa façon. L’accord avec Konrad (vv. 1898 ss.), indiqué par Stengel, éd., p. 43, s. v. 401, — qui n’accueille pas la laisse — me paraît peu probant.

16 En faveur de la correspondance avec la l. 42, il y a la mention de Roland (Saga, p. 497 ; Gallois, § 94 ; cfr Oxf : tant cum vivet Rollant, v. 557, cfr V 4 v. 468, Ch V 7 l. 49, tandis que dans la laisse précédente Oxf dit tant cum vivet sis nies v. 544, cfr V 4 v. 452).

17 Déplacé d’ailleurs par le remanieur gallois, dans le passage correspondant à la laisse 40 d’Oxford.

18 Avec le même déplacement que dans le remaniement gallois.

19 Il n’y a rien à tirer du récit assez transformé de Konrad (vv. 2255 ss.).

20 V 4 vv. 686 ss. ; Ch V 7 ll. 65 [66] ; Konrad vv. 3113 ss. (d’un esprit très différent, mais sans la brutale opposition d’Oxf ; cfr le Stricker vv. 3853 ss.) ; Saga, p. 500 ; la chr. galloise § 97 ; la chanson anglaise vv. 157 ss..

21 cfr encore dans Carmen, p. 498.

22 L’idolâtrie de la Chanson de Roland, Mélanges Paul Frédéric, 1904, pp. 75 ss..

23 Passons sous silence les nombreux travaux qui défendent la même opinion antioxonienne (par ex. G. Laurentius, op. cit., p. 15, Perschmann, Die Stellung von O, p. 24, et les autres « chorizontes » allemands) et remarquons que L. Gautier, en général peu favorable à Oxford, a conservé dans son texte la laisse litigieuse. De son côté, C. Hofmann l’a déplacée avant la laisse des vv. 751 ss, et en a fait la fin de la laisse des vv. 737 ss.

24 Lég. ép., t. III, p. 426, n. 1 et surtout Comm., pp. 150 ss. ; avant lui G. Fraccaroli, L’irrazionale nella litteratura, Torino, Bocca, 1903, p. 277.

25 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 38 ; E. Faral, La Ch. de R., pp. 86 et 255 ss. ; R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, pp. 185 ss. ; L. F. Benedetto, L’ép. di Ronc., pp. 194 ss. Voir aussi sur le passage E. Auerbach, Mimesis, Bern, 1946, pp. 98 ss.

26 L’opposition des vv. 751-752 et 761-762 a dû lui paraître insoutenable.

27 On pourrait aussi prétendre que chaque remanieur ait indépendamment supprimé la laisse qui paraissait jurer avec le contexte. Cette explication, qui n’affaiblit pas notre défense de la leçon d’Oxford, me paraît toutefois plus difficile à admettre que l’autre. Il serait en effet étonnant que tous les remanieurs aient eu, sans exception, le même geste.

28 En faisant disparaître la laisse 60, il a même accentué cette opposition.

29 Sentiment attribué à Naimes dans V 7 l. 67, dans T l. 2.

30 Cfr le Stricker vv. 4021 ss. ; Karlmeinet p. 694, 452, vv. 12 ss.

31 J. Bédier, Comm., p. 154.

32 La table de Heiligbrodt, éditée en appendice à la publication de Foerster des copies de Paris, Cambridge et Lyon, ne sert ici qu’à embrouiller les choses.

33 Les chiffres entre parenthèses se rapportent à des laisses où Olivier ne prie pas Roland de sonner du cor. Entre crochets se trouve le type d’assonance ou de rime. Le chiffre suivant permet d’indiquer les correspondances entre les diverses versions.

34 La laisse n’est pas nouvelle, mais plus profondément différente de celle d’Oxford que d’habitude.

35 Avec, en plus d’Oxford, le v. 1020 de V 4 Sonçe li corno si l’oria Carlomaine, le v. 1459 de la laisse 95 de Ch sonez li cor si l’osra K. Meine, qui fait de cette laisse une quatrième prière d’Olivier.

36 Comme la laisse 91, la l. 101 de Ch se rapporte à la l. 82 d’Oxford.

37 Le modèle de Ch V 7 n’a pas compris le nom d’Anseïs (v. 1835) et a fait de DistAnseis un A Dex aïe.

38 Tandis que Ch V 7 raconte dans cette laisse une nouvelle fois l’adoubement de Roland, P l’attribue à Hue.

39 La laisse 109 de V 7 correspond, mot pour mot, à la laisse 93 de Ch et est en concordance avec Oxf 85. 77a donc ici une prière de plus que Ch.

40 Olivier ne prie plus Roland, à proprement parler, d’appeler au secours. Mais il dit toutefois El cor soner n’est mie grant outrage (Ch v. 1931) et Roland répond comme s’il avait renouvelé sa demande (Ch vv. 1932 ss.). — Cfr les vv. correspondants de V 7, de P v. 389.

41 Le ms. de Lyon commence au passage qui correspond à Ch 129, V 7 120 et P 28. Sa laisse 1 correspond à Ch 129, V 7 120 et P 28 ; sa laisse 2 à Ch 130, V 7 121, P 29 et T 27 a. ; sa laisse 3 à Ch 132, V 7 123, P 31, T 28. Pas plus que ce dernier il ne connaît la laisse Ch 131, V 7 122, P 30.

42 La Saga présente l’ordre des versions concurrentes de O (pp. 506-507) : I, III. II.

43 Elle n’est pas évidente et un Stengel, par exemple, invente une laisse excédentaire à partir des laisses en -ée de V 4 et Ch. — M. R. Mortier, Le manuscrit de Châteauroux, p. 41 fait la même concordance que nous.

44 Cfr Ch felon paien tant mar font ascemblee, l. 94, v. 1451.

45 Voir aussi Th. Müller, 3e éd., p. 102 note.

46 Il en est de même dans l’éd. Stengel à cause de l’insertion superflue de la laisse vv. 1081 a ss. (voir pp. 110-111).

47 Saga, p. 507 ; chr. galloise § 100.

48 Nous ne tenons pas compte ici, naturellement, des modifications personnelles des deux traducteurs étrangers.

49 Par ex. Ch 119 rappelle O 84 par ses vv. 1893, 1901 ; Ch 120 rappelle O 84 par ses vers 1908, 1912, 1920 et O 85 par ses vv. 1910 et 1913 ; Ch 121 correspond plutôt à O 86, mais son vers 1930 rappelle O 87. Nous pourrions en dire autant de chacune des versions rimées.

50 Ch ll. 77-87 ; V 7 ll. 77-86 ; Tr ll. 10-19. — Autre signe de postériorité : le désir de se venger de Ganelon est comme le leit-motiv de toute l’interpolation.

51 Comment expliquer que Ch raconte deux fois les instances d’Olivier ? 1° Il recopie fidèlement son modèle et, quelques laisses plus loin, en modifie les détails pour donner l’apparence qu’il ne radote pas ; 2° Ch ou son modèle a sous les yeux un texte ancien et un remaniement plus récent qu’il copie à la suite. Les deux explications sont acceptables.

52 cfr le Stricker vv. 5609 ss.

53 Cfr la chron. danoise p. 301.

54 Cfr le Volksboek v. 458.

55 G. Paris, Carmen, p. 503, n. 4 est de cet avis, mais admet l’existence d’une lacune.

56 Semblable brièveté dans le Carmen (v. 421), qui ne peut toutefois entrer ici en ligne de compte en raison de sa tendance générale (voir ci-dessus) ; dans la Saga (p. 521). Le texte d’O se retrouve à peu près dans V 4 vv. 2156-2159, P l. 117, T l. 104, Ly l. 74, Ch l. 215, V 7 l. 205, Konrad, v. 6529.

57 Légèrement amplifié dans Tr l. 5 ; dans Ch V 7 l. 71 (l’amplification est attribuable au modèle de ces versions). — La Saga y consacre une ligne résumée p. 501 tandis que Konrad modifie le texte vv. 3369 ss. — Voir aussi la chanson anglaise vv. 315 ss.. — Le texte gallois omet l’anticipation (§ 98). — Venise IV (vv. 750-753) offre à peu près textuellement le texte du Digby 23.

58 Et ici elle ne résume pas.

59 Le texte flamand est sérieusement dépouillé et réduit à quelques phrases.

60 De l’édition princeps, p. 186. — Voir aussi p. 189 où il est question d’« épisode tronqué ».

61 Ou bien la discrétion louée dans Oxford est la conséquence fortuite de l’omission de quelques vers et, dans ce cas, ce sont les versions rimées qui ont raison de faire parler Roland. Ou bien la discrétion d’Oxford est la reproduction fidèle du modèle original — que nous savons délicat — et alors les remanieurs des versions rimées — que nous savons gauches dans les passages qui sont en nuances — ont fait preuve d’incompréhension et — comme en maints autres endroits — ont complété ce qu’ils ne comprenaient pas. Des deux hypothèses, je préfère la seconde parce qu’elle s’accorde avec ce que je sais à la fois de l’attitude générale du copiste d’Oxford et des habitudes des rifacitori du Roland rimé. La première, au contraire, contredit les unes et les autres.

62 Ces laisses auraient été supprimées par T (entre ll. 41 et 42) et Ly (entre ll. 17 et 18), dans leur tendance à être brefs. La tendance à amplifier le rôle de Gautier apparaît encore plus accentuée dans les laisses 118 de P, 75 de Ly et 1 des frgts Lavergne qui doublent en quelque sorte les ll. 119 de P, 76 de Ly et 2 des frgts Lavergne, dont nous venons de voir le caractère postiche.

63 Ch vv. 2454 ss. ; V 7 vv. 9 ss. ; Tr vv. 698 ss. ; Ly vv. 313 ss. ; P vv.. 921 ss.

64 V 4 vv. 1358 ss. ; Ch ll. 154-155 ; V 7 ll. 145-146 ; P ll. 51-52 ; T ll. 46-47 ; Ly ll. 20-21.

65 Pain s’en fuç per tot la contre... Veent pain che dura è la mesle / Lasent lo camp si se tornent in fue (V 4 vv. 1362 et 1364 ; cfr P ll. 51 et 52, ; T ll. 46. et 47 ; Ly ll. 20 et 21 ; Ch ll. 154 et 155 ; V 7 l. 145 et l. 146).

66 Cfr V 7 l. 147, v. 3 ; P l. 53, v. 953 ; T l. 48, v. 721. Ce vers qu’escamote Ly et qu’altère V 4 (v. 1377) rappelle Oxf v. 1440 : De cent millers n’en poent guarir dous et auparavant Ki ne s’enfuit de mort n’i ad guarent (v. 1418).

67 Qui, une fois n’est pas coutume, a mal défendu ici la copie oxonienne (p. 115).

68 Stengel, éd. p. 189, attribue le second discours à Olivier. L’erreur est grave du point de vue artistique (l’obstination aveugle d’Olivier cesserait soudainement) et du point de vue méthodologique (toutes les versions s’accordent à ne pas citer Olivier dans la laisse). Voir J. Bédier, Comm., p. 163.

69 Maer si duchten strange / Dat si merren souden lange (R vv. 163-64 ; éd. p. 137) — O v. 1841. Stengel qui a fait ce rapprochement est dans l’erreur quand il croit trouver une correspondance entre la laisse 138 d’Oxf et la laisse 88 de T (éd., p. 196).

70 Ce n’est pas un remanieur inspiré qui l’a composée, mais le poète qui avait l’intention d’inventer un récit ayant pour cadre un paysage de montagnes. Si nous attribuons au remanieur la laisse où est esquissé le décor, nous serons forcé d’admettre que le poète ne s’est guère soucié de situer son action. Au contraire avec l’hypothèse inverse, le créateur place son combat dans le décor que réclame le sujet et le remanieur supprime le décor dont l’évocation lui paraît inutile. Des deux hypothèses la seconde est préférable.

71 Lég. ép., t. III, p. 410 ; Comm., pp. 121 ss..

72 Ly 54 = P 96 = T 84 ; Ly 55 = P 97 = T 85 ; Ly 56 = P 98 = T 86 ; Ly 57 = P 99 = T 87 ; Ly 58 = P 100 = T 89 ; Ly 59 = P 101 = T 90.

73 Laisse additionnelle de T qui répète la laisse précédente sur une autre rime.

74 Laisse qui commence par Karlles chevauçe tristes de mautallant / Sa blance barbe sor la broigne gisant (vv. 3147 ss.) cfr P vv. 1793 ss. (avec une légère différence) ; T vv. 1361 ss. ; Ly l. 58, vv. 901 ss. (avec la même différence que P).

75 Les assonances le montrent clairement.

76 Les assonances le montrent clairement.

77 A dessein nous avons examiné les passages litigieux au fur et à mesure de leur apparition dans le récit. Il n’y a pas eu choix de notre part.

78 Müller, 3e éd., p. v (voir aussi Zs. f. rom. Ph., t. III, 1879, pp. 439 ss.) ; F. Bliss Luqiens, The reconstruction of the original Chanson de Roland, Transactions of the Connecticut Academy of Arts and Sciences, t. XV, 1909, pp. 109 ss. (voir aussi Romanic Review, t. IV, 1913, pp. 112 ss.) ; J. Bédier, De l’autorité du manuscrit d’Oxford pour l’établissement du texte de la Chanson de Roland, Romania, t. XLI, 1912, pp. 331 ss. et Lég. ép., t. III, 1913, pp. 461 ss. (3e éd. de 1929) ; éd. comm., Avant-propos et Commentaire ; De l’édition princeps de la Chanson..., Romania, t. LXIII, 1937, pp. 433 ss. ; lxiv, 1938, pp. 145 ss., 489 ss. ; G. Bertoni, La Chanson de Roland, éd. minor, 1935, pp. 19 ss. (cfr éd. maior, 1936) ; F. Whitehead, La Chanson de Roland, Oxford, Blackwell, 1942, pp. vii ss. ; Th. S. Thomov, La Chanson de Roland, Sofia, 1942 ; A. Roncaglia, La Chanson de Roland, Modena, 1947, p. 42 ; etc.

79 En particulier, aux réponses aux objections des tenants du classement Stengel-Foerster remis maladroitement en honneur par Mireaux, op. cit., p. 224. Seule la défense contre les rigueurs de la loi de Bartsch appelle quelques remarques. Aux points 1°, 2°, 3° de la démonstration, il ne suffit pas de corriger aisément l’erreur commune de O et V 4 pour que cette erreur cesse d’en être une. Au point 4°, B. admet que le poète du xie ou du xiie siècle ne respectait pas la loi promulguée en 1863. Les rieurs seront du côté de Bédier, mais Bartsch n’aurait pas induit sa loi si la distinction é : ié n’avait pas existé dans les textes médiévaux. Le point 5° ne résout pas la difficulté qu’il prétend résoudre, non plus que le point 6° La discussion 7° est plus valable. Mes remarques ne visent pas à réaccréditer l’opinion que veut ruiner Bédier, mais à formuler quelques avis sur sa pertinence. Il est dangereux de trop demander à la langue altérée de textes comme Oxf et V 4, copiés dans des régions linguistiquement étrangères et peut-être par des étrangers. L’étude métrique de diverses gestes étrangères m’a appris qu’il ne faut pas exiger des copistes ou même des poètes ce qu’ils ne prétendent pas nous offrir. Il y a une tendance prononcée à respecter les règles métriques, mais cette tendance ne doit pas être érigée en loi : les poètes eux-mêmes pouvaient s’en écarter passagèrement. Les poètes de gestes, qui ne sont ni des géographes ni des historiens, ne sont pas davantage des métriciens comme les poètes lyriques. Ce sont des conteurs de gestes pour qui l’assonance est une aide, et non une entrave.

80 Cfr Karlmeinet p. 715, 465, vv. 18 ss. ; le Stricker vv. 8900 ss..

81 Cfr Chron. danoise p. 307.

82 Cfr le Stricker vv. 10404 et ss..

83 Voici un spécimen de ses vers : Karles esgarde vers Espaingne la grant / desoz.I. aubre foillu et uerdoiant / la iut li cors que il desirre tant / li empereres i est uenus esrant / fresques au cors ni ala arrestant / descent a terre dou bon cheval corrant / si s’agenoille lez lui en souzpirant / devers les pies toucha le cors devant / touz frois les sent lors ot le cuer dolant / enz en la bouche li mist son doit plus grant / par grant dolor li ala estraingnant (P l. 251, vv. 4537 ss.). Et le reste est à l’avenant. Charlemagne est comme saint Thomas : pour croire il doit sentir. Mais ne sait-il pas que, quand il traverse pour la troisième fois le cimetière de Roncevaux, son neveu est mort et refroidi ?

84 V 7 l. 328, v. 15 et l. 329, vv. 3-5 ; P l. 255, v. 4671 et l. 256, vv. 4679 ss. ; T l. 229, v. 3590 et l. 230, vv. 3597 ss. ; Ly l. 116, v. 1923 et l. 117, vv. 1929 ss.. Cfr Karlmeinet p. 756, 491, vv. 34 ss., le Stricker vv. 10 819 ss.

85 V 7 l. 328, vv. 16-17 ; P l. 255, vv. 4672 ss. ; T l. 229, vv. 3591 ss. ; Ly l. 116, v. 1924 ss..

86 Celui-ci termine la scène par un autre miracle : Nostre enperere se dreza en estant /lo ciel regarde par merveillos talant / vit la clarte des angles chantant / qil vont les armes a grant joie menant / les morz enterrent Borguegnon et Normant / ainz qil se partent i fist Dex vertu grant / permi les fosses vont les tonbes [coudres] croissant / beles et droites fresches et verdoiant / qi a toz jors i sunt aparissant / colpent cez perches chevalier et serjant / as bieres faire dont trestot sunt dolant (Ch l. 337 ; cfr V 7 l. 330, P l. 257, T l. 231, Ly l. 118). Si Charles a dans la Saga (p. 529 : Oh hina naestu nótt eptir sögđu Þeir konunginum guđs englar í draumi, at hverr Þeirra var hólpinn er fallit Hafđi af liđi Karlamagntis konungs), comme dans le Roland rimé, la certitude du salut de ses hommes, — peut-être à la suite d’une même influence de la chronique de Turpin, — il ne voit pas dans la prose Scandinave les tombes se charger de coudriers verdoyants. Pour poétique et primitif — dans le folklore — qu’il soit, le détail est d’insertion tardive dans Roland.

87 A partir d’ici, nous ferons précéder chacune des discussions d’une analyse détaillée de la chanson rimée, qui offre une version très différente d’Oxford ou des éditions modernes de la Chanson.

88 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, Paris, 1938, pp. 8 ss. — P. 11 il attribue le développement sur Narbonne au remanieur de V4, mais p. 14, après avoir attiré l’attention sur les obscurités du passage correspondant d’Oxford, il ajoute : « Or c’est là qu’est la soudure dans V 4, qui donne la bonne leçon de » 3682 [déficient, selon lui, dans O] et substitue à 3683 [obscur, selon lui, dans O] » un long et curieux développement, qui a d’autant moins de raison d’être négligé » qu’il procède de même pour l’épisode d’Aude ». On verra que Wilmotte doute de l’authenticité de la version qu’en procure O. Plus loin nous trouvons : « Et voici le vers 3679 qui soulève une dernière difficulté et autorise un dernier recours à Venise ; car quelques vers plus loin, commence la prise de Narbonne » (p. 47). Voilà un « car » qui en dit long. « Enfin, à la dernière page (p. 50) : « S’il [V 4] y a annexé un long épisode (et rien ne prouve que cette opération ne fût déjà accomplie avant que le texte français ne tombât... entre ses mains) ». Tantôt « Narbonne » est regardé comme interpolé tantôt on doute de son caractère nécessairement postiche.

89 éd. R. Guiette, t. II, 1ère partie, p. 11. La situation du passage dans les Croniques entre Blayes et Chartres est évidemment absurde. La vraie localisation est celle du V 4.

90 Aymeri de Narbonne, éd. L. Demaison, Paris, Firmin Didot, 2 vol., 1887, S. A. T. F. Bertrand ne parle pas de la tempête divine qui réduit en cendres les fortifications de la ville sarrasine. Celle-ci est prise de vive force par le jeune Aymeri. Cet exploit est autrement glorieux que celui d’accepter une ville déjà soumise. Les refus successifs des vieux barons, fatigués de combattre et de souffrir, sont plus valables s’ils s’opposent à l’offre de s’emparer d’une ville ennemie, que s’ils répondent à l’offre de gouverner une ville pacifiée.

91 Avec sans doute la traversée des Pyrénées par Jaca, Canfranc, le Somport et Urdos — ligne normale, et qu’il était inutile de préciser —, de Saragosse à Bordeaux.

92 D’après le Guide du Pèlerin, Saint-Jean-de-Sorde est sur la route habituelle de Roncevaux, et non sur celle de Canfranc, par exemple (éd., p. 21).

93 Karlmeinet pp. 757 ss., le Stricker vv. 10 770 ss., tout au long de la scène, se conforment aux données des Rolands rimés.

94 Cfr Karlmeinet, pp. 759 ss., le Stricker vv. 11287 ss., Croniques et Conquestes « Comment le traitre Guannelon eschappa a ceulx qui l’avoient en garde ; et comment il fu chasse et, l’endemain au plus matin, retrouve et repris » (voir éd. R. Guiette, t. II, 1ère partie, p. 9).

95 Cfr Karlmeinet pp. 797 ss. ; Croniques « Comment le traittre Guennelon s’enfuy la seconde fois ; et comment il fu pris de rechief et ramene » (éd., t. II, 1ère p., p. 11).

96 Cfr Oxf vv. 1818 ss. ; V 4 vv. 1920 ss. ; Ch l. 195 ; V 7 l. 187 ; T l. 87 ; P l. 99 et Ly l. 57, (Tandis que Ch V 7 transformait le maître queux en maître comte — ce qui ne veut rien dire — P et Ly ont chassé du récit toute l’armée des gâte-sauce) ; Konrad, vv. 6114 ss. ; Kalmeinet p. 705, 459, vv. 1 ss. ; le Stricker vv. 7169 ss. ; Saga p. 518 (cfr Chronique danoise p. 304 où Ganelon est étrangement enfermé dans un tour) ; Roelantslied (R vv. 140 ss. ; éd. p. 137).

97 Cfr V 7 l. 336 ; P l. 263 ; T l. 237 ; Ly l. 123 ; frgt lorr. l. 15 ; V 4 vv. 4490 ss. ; Karlmeinet p. 759 ; le Stricker vv. 11287 ss.

98 L’objectif de sa fuite varie selon les rédactions : Tolete o as altres manois (Ch V 7 l. 344 [338] qui y ajoute en son reigne « dans ses propres terres », addition personnelle, puisque toutes les versions le montrent, la laisse suivante, au grand galop sur la route de Saragosse) ; Toulouse ou a Chastel Monroil, enz ou regne espaingnois (P l. 264) ; en Espaignois, ou a Tollete ou coste Morrois (T l. 238 — la leçon la plus cohérente) ; en son regne Espaignour, ou a Toulete ou a Sens en Morous (Frgt lorr. l. 16).

99 P l. 330 ; T l. 304 ; Ly l. 174 ; Ch l. 405 ; V 7 l. 400 ; V 4 vv. 5508 ss. ; Karlmeinet pp. 794 ss.

100 Pour ne pas parler de la Saga, du Carmen, du Roelantsleid, abrégés ou mutilés à la fin.

101 Karlmeinet et le Stricker se rangent aux côtés de ces dernières.

102 Cfr V 7 l. 343, vv. 7-9 ; P l. 270, vv. 4996 ss. ; T l. 244, vv. 3878 ss. ; Ly l. 130, vv. 2118 ss. ; V 4 vv. 4629-4631.

103 Cfr. V 7 v. 12 ; P v. 5002 ; X v. 3883 ; Ly v. 2121 ; V 4 v. 4634.

104 Il s’en est d’ailleurs aperçu et en a quelque peu corrigé l’effet en laissant entendre que Ganelon sur son « ros » ne pourrait guère distancer le moreau d’Otes.

105 Cfr Karlmeinet pp. 800 ss..

106 Voir Ch l. 411, v. 7576 (= V 7 l. 406, v. 9, = T l. 310, v. 5149), anticipation fautive de Ch l. 412, v. 7582 (= V 7 l. 407, v. 4 = P l. 336, v. 6292 ; T a conservé la leçon fautive et a éliminé la bonne pour ne pas faire une contradiction ; tout est réduit au minimum dans Ly).

107 Cfr Karlmeinet pp. 764 ss. ; le Stricker vv. 10 969 ss. ; Croniques et Conquestes : « Comment le dolent Charlemaine enuoia par devers le noble duc Gerard de Vienne et Ande, la sereur du conte Oliuier, faintement pour les faire venir vers luy, auant qu’ilz sceuscent la mort des barons de France et par especial du preu Oliuier » (éd., t. II, 1ère p., p. 10). — La sœur de Charles s’appelle Gille dans P, Ly, les frgts lorr., les Croniques ; Berte dans Ch., V 7, Karlmeinet et V 4. T l’appelle tantôt Gille, tantôt Berte.

108 Cfr Karlmeinet, pp. 765 ss. ; le Stricker vv. 11.017 ss. ; Croniques : « Comment les messages et chevaliers du noble Charlemaine alerent querir Gerard de Vienne et Ande, sereur a Oliuier, audit Vienne » (éd., t. II, 1ère p., p. 10).

109 Cfr Karlmeinet pp. 771 ss. ; Croniques : « Comment la belle Ande fu doubteuse de la mort du vaillant duc Roland et du conte Oliuier, son frere, par aucuns songes qui lui vindrent au deuant, ou elle reposoit » (éd., t. II, 1ère p., p. 10).

110 cfr Karlmeinet pp. 779 ss. ; Croniques et Conquestes, plusieurs chapitres (voir éd., t. II, 1ère partie, pp. 10-11).

111 Ou bien Olivier est enterré avec sa sœur, et Roland est couché dans une autre « arche » (V 4) ; ou bien Roland et Aude sont unis dans la mort, et Olivier est écarté dans un autre moutier (autres versions).

112 Cfr Karlmeinet, pp. 785 ss. ; Croniques et Conquestes, deux chapitres (voir éd. t. II, 1ère partie, p. 11).

113 Ne l’oublions jamais. Au moyen âge comme de nos jours, la réussite littéraire n’est pas nécessairement l’œuvre première, les remaniements de celle-ci ne sont pas nécessairement des abâtardissements. Mais reconnaissons que ce mouvement décroissant est plus constant que l’autre, du moins dans la littérature médiévale de France.

114 J. L. Bourdillon, Le poème de Ronceveaux, pp. 80 ss. ; G. Brockstedt, Benoît de Sainte-More, p. 170, n. 2 ; M. Wilmotte, Le manuscrit V 4, pp. 14, 49, ; L’épopée française, pp. 186 ss..

115 Voir Ch ll. 373-374 ; V 7 ll. 366-367 ; P ll. 301-302 ; T ll. 276-277 ; Ly l. 151 ; V 4 vv. 5008 ss..

116 Cet idéal est le romanesque (voir ci-dessous)

117 Abus des topiques édifiants les plus employés dans les gestes tardives, (invocations avec l’énumération la plus longue possible de miracles, par exemple)

118 Cfr Karlmeinet pp. 768 ss. ; le Stricker vv. 11094 ss..

119 Cfr pour la laisse Ch 370, V 7 363, P 298, T 273, Ly 148 que V 4 omet en trahissant son intervention par le v. 4967 incompréhensible dans son nouveau contexte. Karlmeinet suit la version non abrégée (p. 779).

120 Cfr Croniques et Conquestes (éd., t. II, 1ère partie, p. 11).

121 Voir ci-dessus pour la Karlamagnus Saga et Turpin.

122 Voir le commentaire de R. M. Ruggieri, op. cit., passim.

123 L’écartèlement auquel Ganelon est finalement condamné n’est même pas le plus cruel de ceux qui ont été proposés. Le remanieur ne l’a admis que sous la contrainte de la tradition. Preuve indirecte du caractère postiche de ses descriptions de tortionnaire.

124 Voir la traduction de L. Gautier, 1ère éd., t. II, p. 263.

125 La Ch. de R. et l’Hist. de France, p. 39.

126 Le roi Vivien, la cité d’Imphe (v. 3996), la terre de Bire (v. 3995) n’ont pas encore livré leur secret. Dans le glossaire de L. Foulet, les trois noms sont déclarés inconnus. Pour Vivien, rappelons l’identification souvent proposée avec le neveu de Guillaume ; pour Bire, les propositions consignées par A. Roncaglia dans sa 2e éd., sous le mot Ebire : « Epiro ?, la provincia di El-bira nella Spagna méridionale ? Beira in Portogallo ? Biregik sull’ Eufrate ? » (p. 239). L’identification de la terre de Bire ou d’Ebire avec l’Épire a été défendue par H. Grégoire, La Chanson de Roland et Byzance, Byzantion, t. XIV, 1939, pp. 265 ss.. Tout récemment M. Grégoire a proposé d’identifier l’énigmatique Imphe avec Amphion, Aimphe Dyrrachium, c’est-à-dire Durazzo (Imphe, la ville d’Amphion en terre d’Épire, Mélanges E. Hoepffner, pp. 183 ss.).

127 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 10. — Voir aussi I. Siciliano, Le origini delle canzoni di gesta, p. 106.

128 K. Heisig, Die Geschichtsmetaphysik des Rolandsliedes und ihre Vorgeschichte, Zs. f. rom. Phil., t. LV, 1935, p. 86.

129 Vers repris a l’éd. Foerster (cfr la seconde édition de F. Michel). R. Mortier, Le texte de Paris, p. 183 a lu Quant j’ai vengié Rollant le tres sené.

130 Cfr l’addition de Ch 235 et V 7 228 (bavardages de Turpin moribond), de Ch 231 et V 7 224 (souvenir intempestif de la Belle Aude), etc. ; l’omission du passage correspondant à Oxford vv. 2312 ss., P l. 142, T l. 126, Ly l. 96 (laisse où Roland se souvient de ses conquêtes « françaises »).

131 Cfr le développement sur deux laisses de la mort de Malprimes (P ll. 228-229) avec un effort d’adaptation. Seule la première laisse de P est authentique. T n’en conserve que la seconde (203).

132 Cfr l’insertion commune des laisses P 78-79 = Ly 43-44 apocryphes, la première qui répète celles qui la précèdent ; la seconde qui annonce celles qui la suivent ; cfr P 82 et Ly 45.

133 C. r. de la 3e éd. de Müller par W. Foerster, p. 164, n. 1.

134 Pour ne citer que quelques noms d’éditeurs, voir G. Paris, Extraits, pp. xxx ss. ; G. Gröber, éd., p. 12 ; J. Bédier, Comm., pp. 68 ss. ; G. Bertoni, éd. min., pp. 14 ss. ; A. Roncaglia, 2e éd., pp. 38 ss. ; Whitehead, p. vi.

135 Par ex. la laisse additionnelle Ch 165, V 7 156, P 67.

136 Auquel on peut adjoindre V 4.

137 Cfr les laisses additionnelles T 300-1, Ch 398-9, V 7 396-7 auxquelles on doit adjoindre V 4 vv. 5464-5489 (laisses contradictoires).

138 Voir cependant notre § S, 2°.

139 Je ne sache pas que personne se soit jamais ouvertement déclaré sur la question. Ni Müller ni Foerster qui en sont les promoteurs n’ont donné leurs raisons. On pourrait, il est vrai, attribuer les fautes communes des §§ N, 4° ; J, 1° ; P. 3° ; S, 2° à des rencontres fortuites des copistes dans l’erreur. Mais pourquoi accorder ce caractère à celles-ci plutôt qu’aux points étudiés aux §§ A, 2° ; H, 4° ; N, 2° ; P, 2° ou J, 2°, qui mettent en cause les groupements Ch V 7 et P T Ly ? Aucun critère intrinsèque ne nous permettrait de faire la distinction. Seul notre désir de clarté simple pourrait nous pousser dans cette voie périlleuse.

140 Personne n’a étudié les versions rimées en elles-mêmes et pour elles-mêmes. Elles n’ont jamais servi qu’à corriger Oxford, qu’à permettre d’entrevoir le Roland original.

141 Nous laissons de côté les fragments lorrains et Lavergne, trop brefs pour permettre des conclusions fondées. Dans leur état conservé, ils se rangent d’ailleurs aux côtés de P ou de P Ly.

142 J’emploie le terme dans toute sa force. La même origine des copies nous y engage.

143 Je n’ai pas rencontré de cas où V 4 offre seul la leçon exacte contre toutes les autres versions réunies.

144 Un seul exemple, pris parmi les passages correspondant à la chanson assonancée : l’addition intempestive de la laisse Ch 162, V 7 153, P 64, T 56, Ly 30, qui n’existe pas dans V 4 ou les versions étrangères, et anéantit l’effet de la laisse suivante, authentique celle-ci.

145 Et avec le danger de prendre pour des accords significatifs de simples coïncidences verbales.

146 Ces laisses racontent la découverte des corps de Roland, d’Olivier, par les païens de Baligant. Il est vraisemblable que cet épisode a été imaginé par celui qui a allongé l’histoire d’une deuxième quête des morts, pour justifier celle-ci. Le remaniement à la base de Ch et de V 7 ne conservant qu’une seule quête des morts a éliminé cette justification désormais inutile.

147 Sauf en des cas extrêmes, comme le très raccourci Ly.

148 Les suggestions de M. Graff, Le texte de Conrad, Avant-propos, en faveur de l’authenticité de mainte leçon de Konrad, ne m’ont pas convaincu. Je ne crois pas, par exemple, que la Chanson originale « a dû commencer par un rêve de Charlemagne lui ordonnant son expédition en Espagne » (p. xvi).

149 éd., Paris, 1850, pp. cvi ss..

150 Tout en disant le contraire par précaution oratoire.

151 Konrad (vv. 1364-1537) ordonne sa scène d’une façon originale. Roland, approuvé par tous les princes, désigne Ganelon. Celui-ci riposte à son fillâtre et l’accuse de convoiter son héritage. A son retour de Saragosse, Roland lui paiera cette désignation. Charles veut apaiser Ganelon, lui offre les insignes d’ambassadeur, lui fait ses recommandations. Ganelon accuse de nouveau Roland, mais Charles le rappelle à l’ordre : c’est lui Charles qui lui ordonne de partir. Ganelon laisse choir le gant. Mauvais présage ! Ganelon implore aux pieds de l’empereur : Roland veut lui prendre son héritage. Réplique de Roland. Charles coupe court à une nouvelle dispute en donnant à Ganelon son congé. — L’ordre, adopté par Konrad, présente des signes de remaniement : la double mention de Baldewin, de l’héritage convoité, de la femme de Ganelon, la double remise du gant et du bâton, séparée de celle du message. Konrad a disposé dans une suite nouvelle la plupart des détails de son modèle.

152 Rapporté selon la numérotation d’Oxford.

153 Saga pp. 490-492, cfr chronique danoise p. 298 ; V 4 vv. 206-265 ; Chronique galloise §§ 87-88 ; Ch V7 ll. 20-31.

154 Fr. Michel, Fr. Genin, qui ne confrontaient pas Oxf avec les autres copies, ont imprimé le texte du ms. anglais sans y soupçonner une erreur possible (éd. princ., pp. 12-13 ; éd. Genin, pp. 24-29 ; cfr la 2e éd. de Michel, pp. 9-11). Cfr Boehmer, pp. 8-10, Petit de Julleville, pp. 126-130 dans leurs éditions. L’ordre concurrent, qui avait toutefois fini par s’imposer, allait subir au début de ce siècle un vigoureux assaut de la part de Bliss Luquiens, The Reconstruction, pp. 133-134, appuyé et renforcé par J. Bédier, De l’autorité du manuscrit d’Oxford, pp. 332-338 ; Lég. ép., t. III, pp. 462-469 ; Comm., pp. 93-101. (Cfr F. Duhourcau, Le roman de Roncevaux, Paris, « Excelsior », 1932, pp. 76-78 ; E. Faral, La Ch. de R., pp. 67-70). La cause d’Oxford paraît gagnée chez les éditeurs : Hilka-Rohlfs, pp. 8-10, Bertoni, éd. min., pp. 112-116 et note p. 374 ; ed. maior, pp. 188-192 et note, p. 470 ; Whitehead, pp. 8-10 ; Roncaglia, pp. 61-64 (malgré la note sous les vers 280 ss.) ; Soufflet, pp. 18-22 ; etc. Les critiques n’étaient pas astreints à la prudence des éditeurs (voir note ci-dessous), beaucoup ont attaqué l’ordre d’Oxford ; certains d’entre eux ont été, à leur tour, sérieusement pris à partie par S. Pellegrini, L’ira di Gano, Cultura neolatina, t. III, 1943, p. 157 et note 1 ; par L. Michel, Les origines et les transformations de la Chanson de Roland, Rev. belge de Philologie et d’Histoire, t. XXV, 1946-1947, pp. 293 ss..

155 Müller, 2e éd., pp. 17 ss. est le premier à avoir adopté l’ordre opposé à Oxf (cfr 3e éd., pp. 21 ss., et note sous le vers 280 où il donne ses raisons) ; Hofmann l’a suivi dans sa restauration, ainsi que L. Gautier, 13e éd., pp. 29 ss. (après avoir été au début de l’avis opposé, 1re éd., t. II, p. 77), L. Cledat, 5e édit. et E. Stengel, éd., pp. 26 ss. Si les éditeurs accepent aujourd’hui, avec plus ou moins d’enthousiasme, la leçon d’Oxford, les critiques ne manquent pas qui lui préfèrent celle des autres copies : R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, pp. 164 ss. ; A proposito dell’ ira di Gano, Cultura neolatina, t. IV-V, 1944-45, pp. 161 ss. ; Ch. A. Knudson, Études sur la composition de la Chanson de Roland, Romania, t. LXIII, 1937, pp. 82 ss. ; M. Wilmotte, Le manuscrit V 4 de la Ch. de R., pp. 26 ss. ; E. Mireaux, La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., pp. 210 ss. — Voir aussi A. G. Krüger, Die Handschuh-episode im Rolandsliede, Neuphilologische Mitteilungen, t. XXXIV, 1933, pp. 145 ss.

156 Au lieu de Tut fol, pur quei t’esrages ?, il dit Ne laimerai a trestut mun vivant ; au lieu de jo t’en muvrai un si grant contraire, il dit desfi les ci, sire, vostre veiant.

157 Ganelon ne visait à rien de moins qu’à contraindre Charles à revenir sur sa décision.

158 Quelle est la signification exacte de ce mot ? Gautier, 1ère éd., t. III, Glossaire, s. v. traduit « plein d’angoisse ». Cfr Avril, p. 66 ; Saint-Albin : « dans une grande angoisse » ; Genin, p. 24 ; Chamard, pp. 18 ; Bédier, éd., p. 25 ; Comm., p. 334 ; Duhourcau p. 76 ; Bertoni, éd. min., pp. 112 et 418 ; Whitehead, p. 132 ; Mortier, p. 17 ; etc. Pour S. Pellegrini, Vira di Gano, p. 160, et note 13 le vrai sens est « irritato » ou « offeso ». Je n’en crois rien : voir les vv. 3444, 3126. Dans le contexte de O, anguissable doit se rendre par « désespéré ».

159 R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, p. 169 a habilement justifié la place du portrait de Ganelon dans V4 Ch V7...

160 Caries comendet que face sun servise / En Sarraguee en irai a Marseilie (vv. 298-299). S. Pellegrini, Vira di Gano, p. 157, n. 3 voudrait interpréter ce vers par « se Carlo me ne dà l’ordine... » Interprétation audacieuse, voir R. M. Ruggieri A proposito, p. 164, et qui ne. résoud pas le problème des vv. 308 ss., 310 où Ganelon exprime la même idée : Dreiz emperere, veiz me ci en present / Ademplir voeill vostre comandement (vv. 308-309) ; En Sarraguce sai ben qu’aler m’estoet (v. 310).

161 On a invoqué aussi en faveur de cette nécessité les interventions personnelles de l’empereur pour refuser Naimes, Roland, Olivier, Turpin. L’argument n’est pas inattaquable. Là Charles intervient négativement et son silence présent pourrait équivaloir à un consentement. — Les vv. 776 ss. (Naimes invite Charles à ratifier la désignation de Roland) sont une autre preuve plus valable de cette nécessité.

162 J. Bédier, Comm., p. 100. — Ch. A. Knudson, Études, p. 91 rejette cet argument important, tiré de l’art même du poète, sans l’aborder de front.

163 Cette attitude de Charles enlève à la trahison de Ganelon une partie de ce qu’elle a d’odieux, lui donne quelque apparence de justification. On sait que le poète n’a nullement voulu noircir son personnage (voir R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, pp. 159 ss. qui force la portée d’une idée juste).

164 L. Michel, art. cit., pp. 295 ss. a raison de critiquer ces termes vagues et suspects.

165 Le même souci a animé V 4, mais il a agi autrement par la transposition des vers qui suivaient le v. 218 après le v. 250.

166 Cfr V 4 vv. 984 ss., 997 ss., 1006 ss. ; Saga, pp. 506-507.

167 F. B. Luquiens, The reconstruction, pp. 123 ss. n’a pas, selon moi, défendu d’une façon convaincante l’ordre d’Oxford.

168 Cfr V 4 vv. 903-908 ; Ch l. 85 ; V 7 l. 85 ; T l. 18 ; Konrad vv. 3725-3731 Saga p. 505 ; Roelantslied (V b vv. 115-120).

169 Cfr V 4 vv. 1230 ss. ; Ch l. 142 ; V 7 l. 133 ; P l. 41 ; T l. 37 ; Ly l. 13 ; Konrad vv. 5067 ss. ; le Stricker vv. 6085 ss. ; Saga, p. 510 ; Roelantslied (Vb vv. 484 ss. ; H vv. 143 ss.).

170 Le choix du nom Margariz (µαργαρίτης), le renégat, l’apostat, qui est aussi le surnom d’Isembart dans Gormont et Isembart (vv. 422, 436, 451, 462, 585, 628 noté ici Margariz, éd. A. Bayot, Paris, Champion, 1931) n’est sans doute pas indifférent. Seul des païens échappe à la mort celui qui, un moment, a connu la lumière de Dieu. L’expression de prime abord étrange Deus le guarit (v. 1316) ne serait donc pas une formule vide de sens et stéréotypée. Sur le nom, voir P. Meyer, Romania, XIV, p. 15, n. 1 ; P. Rajna, Romania, XIV, p. 418 ; R. Zenker, Zs. f. rom. Phil. 1899, p. 250 ; Rom. Forsch., XXXIX, pp. 437 ss., 468 ; J. Bédier, Lég. ép., t. IV, pp. 44 et 46.

171 Voir pour cette scène V 4 vv. 1386-1402 ; P ll. 54-55 ; T ll. 49-50 ; Ly ll. 23-24 ; Ch 157-158 ; V 7 ll. 148-149 ; Konrad vv. 5631-5668 ; le Stricker vv. 6733 ss. ; Saga, p. 512 ; Roelantslied (V b vv. 673-686) ; Carmen de prodicione Guenonis vv. 279-288 ; Chr. gallois § 106.

172 Comm., pp. 182 ss..

173 Le manuscrit de V 4, pp. 39 ss.

174 Cfr Ch V 7 vv. 2494-5 [11-12], P vv. 960-961, T vv. 729-730.

175 supprimé par Ly (l. 22).

176 non traduite par la Saga. Le texte gallois nous laisse plus indécis.

177 Dans le remaniement O, nous pouvons déceler en plus une autre intention dont nous parlerons plus loin.

178 Et relative (voir la fin ajoutée de la laisse 53 en P, 48 en T, 156 en Ch et 147 en V 7).

179 Nous laisserons Konrad de côté, qui s’est créé un ordre original (voir vv. 5853 ss. et auparavant vv. 5191 ss.).

180 La péripétie est longuement développée à grands frais de répétitions et de formules de remplissage. Turpin ne pourfend pas moins de quatre barons sarrasins à la file : Abisme (l. 80), Malprimes de Sartaingne (l. 81), Aboismes (l. 82) et Malcuidant (l. 83).

181 Voir la relation en prose qui précède ces vers, pp. 41-42, éd. Boekenoogen, ainsi que la remarque du R. P. Van Mierlo, éd., pp. 56 ss.

182 Voir les éd. de Michel (éd. princeps, pp. 57-59 ; 2e éd., pp. 46-47), de Genin (pp. 125-128), de Gröber (pp. 67-68), de Bédier (pp. 124-126), de Hilka-Rohlfs (pp. 41-42) ; de Bertoni (éd. maior, pp. 265-267 ; éd. min., pp. 189-191) ; de Whitehaed (pp. 43-45), Roncaglia (pp. 113-114), Soufflet (pp. 96-98). Les principaux défenseurs de l’ordre oxonien ont été F. Scholle, Der Stammbaum der altfranzösiscken und altnordischen Überlieferungen des Rolandslieds und das Wert der Oxforder Handschrift, Berlin, 1889, pp. 22 ss. ; F. B. Luquiens, The reconstruction, pp. 134 ss. La supériorité de la disposition de O est admise par Miss M. K. Pope, The Order of Battles in the Chanson de Roland, Medium Aevum ; t. I, 1932, pp. 81 ss. par J. Bédier, Comm., pp. 158 ss..

183 Voir les éd. de Müller (2e éd., pp. 104-108 ; 3e éd., pp. 163-167), de Hofmann de Böhmer (pp. 45-46), de Gautier (1ère éd., voir t. II, p. 143 ; 13e éd., pp. 144-146), de Petit de Julleville (pp. 226-228), de Cledat (5e éd.). Le principal défenseur de cet ordre est Ch. A. Knudson, Études sur la composition de la Chanson de Roland, pp. 66 ss. Voir aussi E. Mireaux, La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., pp. 217 ss.

184 Cfr Müller, 3e éd., p. 144, n. ; Knudson, art. cit., p. 68 (qui réfute sans peine la faible défense esquissée par Luquiens en faveur de O).

185 Cfr Knudson, art. cit., p. 70.

186 Seul Roland a le privilège de tuer plusieurs païens.

187 Cfr V 4 vv. 508-513 ; Ch V 7 l. 52 ; la Saga parle de trois « batailles » p. 497.

188 Cfr F. Scholle, Der Stammbaum, pp. 22 ss. ; — Ch. A. Knudson, Études pp. 71 ss. distingue au contraire trois ou quatre batailles. Tous les événements guerriers relatés après le vers Marsilie vient parmi une valee (O v. 1449, cf. V 4 v 1421) font partie d’une seule scène, se rapportent à une seule armée païenne : la « grant ost » de vingt échelles qui accompagne Marsile. Plutôt que de parler d’une deuxième et d’une troisième batailles, ce qui suggère l’idée de la participation d’armées distinctes, je parlerai de première et deuxième phases de la seconde bataille, auxquelles prennent part des corps différents de la « grant ost ». M. Knudson, art. cit. p. 78 hésite sur une quatrième bataille ou bien sur une dernière étape de la troisième bataille, à propos des cinquante mille nègres de l’Alcalife ou de Marganice. Pour moi, cet épisode n’est que la troisième et dernière phase de la seconde bataille : le vers Remes i est sis uncles (O v. 1914 ; cf. V 4 v. 2039) montre que la noire phalange était engagée dans le combat avant la fuite de Marsile (voir aussi O vv. 1906-1909 ; cfr V4 vv. 2024-27).

189 Je ne vois pas, dans les vv. 1685-1690 d’Oxford (cf. Ch l. 183 ; V 7 l. 175 ; T l. 76 ; Ly l. 49 ; Roelantslied (V b 810 ss.), avec M. K. Pope, art. cit., un résumé de toute la bataille de Roncevaux, mais l’énumération des derniers assauts du deuxième corps. Cfr Ch. A. Kudson, art, cit., pp. 75 ss..

190 Cfr Ch ll. 173-174 ; V 7 ll. 164-165 ; P ll. 75-76 ; T ll. 66-67 ; Ly ll. 40-41.

191 Cfr Ch l. 175 ; V 7 l. 166 ; P l. 77 ; T l. 68 ; Ly l. 42. Cette laisse a été connue également du traducteur norvégien (p. 515). P Ly allongent encore le passage par deux nouvelles laisses (P 78-79 ; Ly 43-44).

192 Nous n’en aurions pas d’autres exemple (voir le tableau des assonances dans la rééd. par G. Rohlfs de l’Altfrz. Rolandslied de Hilka, p. 138).

193 Citons In sangue vermio si vanno inτresque al corp/ trosqui a Marsilio va la traine di mort (V 4 vv. 1662, 1671 ; cfr Ch l. 175, vv. 2819, 2823 ; V 7 l. 166, vv. 7, 11 ; P l. 77, v. 1425 ; T l. 68, vv. 1044, 1048 ; Ly l. 42, vv. 682, 689).

194 V 4 vv. 1452-1497 ; Ch ll. 159-161 ; V 7 ll. 150-152 ; P ll. 61-63 ; T ll. 53-55 ; Ly ll. 27-29. La laisse Ch 162 ; V 7 153 ; P 64 ; T 56, Ly 30 est une malencontreuse addition du Roland rimé.

195 Cfr Mireaux, Ch. de R. et Hist. de Fr., p. 218.

196 Signalée par F. Scholle, art. cit., et Zur Kritik des Rolandslied, Zsf. f. rom. Phil., t. IV, 1880, p. 217 ; acceptée par Ch. A. Knudson, art. cit., p. 79.

197 Comm., pp. 115 ss.

198 Autre argument de Bédier.

199 Ch l. 206 ; V7 l. 193 ; P l. 105 ; T l. 94 ; Ly l. 63 ; V4 vv. 2031 ss. ; cfr Konrad vv. 6322 ss. ; Saga p. 519 ; Roelantslied (V b vv. 1048 ss.).

200 Voir A. Salmon, La laisse 144 de Roland, Romania, t. XXII, 1891, p. 529 et Comm., p. 164 (Pourquoi Bédier place-t-il sa remarque dans « Le trompe-l’œil des autres versions » ?)

201 Hilka-Rohlfs, Bertoni, Roncaglia, Whitehead, Soufflet.

202 Peut-être en est-il de même de la laisse V4 vv. 2307 ss., P l. 130, T l. 113, Ly l. 85, Ch l. 228, V7 l. 221 (cfr Saga p. 522), qui décrit la débandade finale des païens de Marsile et compte ce vers-clef Dist l’uns a l’autre : vencu nos a Rollant (V4 v. 2308).

203 Ce n’est pas qu’il n’ait pas dérogé quelquefois à cette règle (voir par ex. une omission entre les vv. 33 et 34, 136 et 137, 190 et 191, 240 et 241, au v. 526, entre 629 et 630, 706 et 707, entre 888 et 889 ; des altérations aux vv. 58, 269, 364 (?), 407 (?), 457, 458, 460, 461 (Quandoque bonus Homerus dormitat), 509, 580, 602 (?), 603, 604, 605 (id.), 722, 738, 796, 797, 798, 801, 805, 835 (?), 870, 901, 919, 930 (?), 959 (?). 995. 996, 1014, 1016, 1021, 1297 (?), 1862, 2429, 2594, 3832, 3983, 3984 ; de rares additions, v. 373).

204 Dont on a eu conscience au moyen âge même : « Ut fieri solet in cantileni, quod veteribus assiduitate fastiditis, novae frequentius in dies repetitae delectabilius audiuntur », écrit Alpertus Metensis (vers 1080) (cité par le R. P. Van Mierlo éd., pp. 76-77).

205 Hormis certaines interventions énergiques.

206 Voici la figure schématique :
Image 6.jpg

Table des illustrations

Légende Note (1)33Note (2)34Note (3)35Note (4)36
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Note (1)37Note (2)38Note (3)39Note (4)40Note (5)41
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Note (1)72Note (2)73Note (3)74
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search