Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Deuxième partie. Valeur primitive des différentes versions

Chapitre I. Les versions considérées comme représentant un récit antérieur a celui de la chanson française

Texte intégral

1. Généralités

1Parmi les nombreuses versions françaises et étrangères qui constituent la tradition générale de la Chanson de Roland, il en est quatre qui ont été considérées à plusieurs reprises comme conservant un récit antérieur à celui qu’offre la version française. Ces quatres textes sont la Chronique latine du pseudo-Turpin, le Carmen de Prodicione Guenonis, le passage consacré à notre récit dans la compilation Scandinave Karlamagnus saga ok kappa Hans, la « Chanson de Roland » flamande intitulée Roelantslied.

  • 1 Romania, t. XI, 1882, pp. 480 ss. ; cfr Littérature française au moyen âge, Paris, Hachette, [s. d (...)
  • 2 A. Pakscher, Zur Kritik und Geschichte des altfranzösischen Rolandsliedes, Berlin, 1885 ; Fr. Pitt (...)

2La priorité du pseudo-Turpin a surtout été défendue par G. Paris dans son article célèbre Le Carmen de Prodicione Guenonis et la Légende de Roncevaux1. De nombreux savants acceptèrent sa démonstration2.

  • 3 Ueber R im Rolandslied (Teil I), Inaugural-Dissertation, Halle, 1901 (partie du travail suivant) ; (...)

3Dans sa conception des premiers stades de l’évolution rolandienne, G. Paris faisait également un sort au Carmen. Pour lui le poème latin représentait le stade intermédiaire entre l’archaïque chronique latine et la chanson française. Certains ne voulurent pas en rester là et l’un d’eux, W. Tavernier, s’acharna, avec toujours plus de rigidité, à défendre la priorité du poème latin sur toutes les autres formes de la légende3.

  • 4 Voir J. H. Bormans, Académie royale de Belgique, Mémoires couronnés et autres mémoires, t. XVI, 18 (...)

4Le Roelantslied néerlandais a eu, lui aussi, les honneurs d’une théorie qui visait à établir son caractère primitif4, tandis que la croyance à l’archaïsme du récit Scandinave apparaît diffuse en maintes recherches.

  • 5 G. Paris, Bibliothèque de l’École des Chartes, 6e série, t. I, 1865, pp. 385 ss., réfute la théori (...)
  • 6 Das Verhältnis des altfranzösischen Rolandsliedes zur Turpinschen Chronik und zum Carmen de Prodic (...)
  • 7 Mitteilungen zur Roland-Turpin, Verhandlungen der 43. Versammlung Deutschen Philologen und Schulmä (...)
  • 8 Grundriss der altfranzösischen Literatur, Heidelberg, Winter, 1905, p. 45.
  • 9 Lég. ép., t. III, p. 395 ; Ch. de R. comm., p. 73, n. 1.

5Ces entreprises variées, qui souvent se contrariaient et s’annulaient5, aboutissaient toutes au même résultat : la Chanson de Roland classique, celle des versions françaises, n’était qu’un remaniement d’un poème original dont le reflet avait été conservé plus fidèlement ailleurs. Cette conception, qui réduisait l’œuvre française à un rôle secondaire, a été vivement attaquée dès 1884 par Ε. Stengel6, qui vit se ranger à ses côtés G. Baist7, Ph.-Aug. Becker8, J. Bédier9. Malheureusement, à part la contribution d’E. Stengel, personne ne s’appliqua à démontrer l’inanité des théories favorables au caractère primitif des versions concurrentes du poème français. Aussi n’est-il pas étonnant de voir aujourd’hui se reposer l’antique problème, avec plus d’acuité que jamais et mieux, au fur et à mesure que décroît le prestige critique de Bédier, de voir ce problème résolu d’un trait de plume, sans recherche spéciale, dans le sens de Gaston Paris et de son école.

  • 10 La Chanson de Roland, Étude historique, Paris, De Boccard, 1933.
  • 11 La Légende de Roncevaux. Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Madrid, Hernando, 1925, t. II, pp. 25 (...)
  • 12 L’épopée française, Origine et Élaboration, Paris, Boivin, 1939, p. 187.
  • 13 La Chanson de Roland, Essai d’interprétation du problème des origines, Quelques suggestions nouvel (...)
  • 14 L’epopea di Roncisvalle, Firenze, Sansoni, 1941, p. 176.
  • 15 La Chanson de Roland et l’Histoire de France, Paris, Michel, 1943, p. 267 (entre autres).
  • 16 La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland, Romania, t. LXX, 1948-1949, p. 451.
  • 17 C. Guerrieri Crocetti, La Chanson de Roland, Problemi e discussioni, Genova, Società editrice univ (...)
  • 18 A. Roncaglia, éd. cit., p. 14.
  • 19 Aux quatre versions considérées jusqu’ici comme concurrentes du poème français, on en ajoute même (...)

6R. Fawtier10 rappelle le ton nuancé que prend le maître pour parler du modèle de la Saga (p. 29, 31) ; il admet que, pour un passage au moins, le Carmen suit une tradition concurrente d’Oxford (p. 56). Ce sont plutôt des insinuations contre la thèse de la priorité du Roland qu’une démonstration serrée et construite. Quelques années avant lui, J. Saroïhandy admettait qu’il n’était pas impossible d’accepter la relation du Pseudo-Turpin comme la forme la plus ancienne de la tradition]11. Plus tard, M. Wilmotte déclarera que le Carmen et le Pseudo-Turpin renferment certains traits plus conformes à l’original perdu que le poème français12 ; M. Mortier proposera un tableau de « filiation » des textes de Roland qui suppose dans le Carmen de Prodicione Guenonis un récit antérieur à celui d’Oxford13. En 1941, le critique italien L. F. Benedetto ira plus loin ; il en revient purement et simplement aux conceptions de G. Paris14, et, prudemment, il se met à la recherche des archaïsmes des deux textes latins. Dans sa curieuse contribution à l’étude historique de notre poème, M. Mireaux s’efforcera de tirer parti de la Karlamagnus saga et du Carmen15. Tout récemment encore, M. Burger n’hésite pas à déclarer plus ancien le récit de la bataille que lui suggère une confrontation du Pseudo-Turpin et du Guide du Pèlerin16. Même si elle continue à avoir d’énergiques défenseurs17 et des partisans convaincus18, la théorie de la priorité incontestée de la version française, si longtemps triomphante n’a plus force de loi. Aujourd’hui tout est remis en question19.

  • 20 Remise en honneur par le Rév. P. Van Mierlo, Intr. à son éd. Het Roelantslied, Kon. Vlaamsche Akad (...)

7Il n’y a plus de dogme. Si la conception de la Chanson de Roland française, première forme de la tradition, est une idole chancelante, la priorité du Carmen ou du Pseudo-Turpin ou de la Saga ou de la geste flamande20 est encore mal établie. Avant toute autre entreprise, cherchons donc à nous faire une religion.

***

  • 21 Voir son éd., Synopsis, p. 38.
  • 22 Das Carmen de prodicione Guenonis, Zs. f. rom. Phil., t. LXII, 1942, pp. 492 ss.
  • 23 Roelantslied et Chanson de Roland, Bruxelles, M. Didier, 1946, pp. 4 ss. — Rappelons que seuls que (...)

8De l’avis de ceux-là mêmes qui les ont étudiés spécialement, nos quatre textes sont plus brefs que la version française correspondante. M. Smyser, un des derniers éditeurs du Pseudo-Turpin, l’a mis en relief pour la chronique latine21, M. Curtius l’a souligné pour le Carmen de prodicione Guenonis22 ; nous-même nous l’avons constaté pour le Roelantslied23 ; et quiconque lira le chapitre de la Saga sur « Roncevaux » sera convaincu que la compilation Scandinave ne fait pas exception à la règle.

  • 24 Auxquels s’ajoutent pour chacune des versions quelques leçons personnelles.

9L’essentiel du débat porte sur un nombre limité d’épisodes qui se trouvent dans la Chanson de Roland, mais font défaut dans nos quatre versions : les épisodes dits de Blancandrin, de Baligant et d’Aude. Le problème consiste à déterminer si l’absence de ces passages-clés24 est originelle, ou si elle est la conséquence d’une suppression accidentelle ou intentionnelle.

2. Épisode dit « de Blancandrin » et ses annexes

10Examinons en premier lieu l’épisode de Blancandrin, l’offre de soumission du roi Marsile de Saragosse par l’entremise de son rusé messager Blancandrin et les scènes qui en découlent, la désignation de Ganelon comme émissaire français et l’ambassade qui s’achève en trahison.

  • 25 Éd. Unger, Karlamagnus Saga ok Kappa hans, Fortaellinger om Keiser Karl Magnus og hans Jaevninger, (...)
  • 26 Il en est de même du Rolandslied de Konrad (voir les vv. 425 ss., éd. F. Maurer, Leipzig, Reclam, (...)

11La Karlamagnus Saga, qui connaît tous ces passages, comme les versions françaises25, est ici hors cause26. Notre étude portera donc uniquement sur le Roelantslied, le Carmen et le Pseudo-Turpin.

A. — Roelantslied27

  • 27 Pour une étude plus détaillée sur le Roelantslied, nous renvoyons à notre mémoire cité ci-dessus, (...)
  • 28 Éd., pp. 50 ss.

12L’agencement des divers fragments conservés permet de se représenter un Roelantslied qui correspond au passage de la Chanson de Roland s’étendant du v. 841 au v. 2607. L’épisode de Blancandrin n’y figure donc pas et le R. P. Van Mierlo28 suppose qu’il n’y a jamais existé et même qu’il n’a jamais existé dans son modèle.

13Le nom de Blancandrin n’apparaît nulle part dans les fragments flamands qui ont échappé à l’anéantissement. Mais dans les versions où l’astucieux conseiller joue un rôle, il n’est en scène qu’au début de l’œuvre, précisément dans les passages disparus du poème flamand. Qu’oserait-on donc inférer du silence des fragments ?

14L’un de ceux-ci, le livre populaire du xvie siècle, qui a recueilli certains vestiges plus anciens, possède deux vers très curieux :

  • 29 Cité d’après l’éd. Boekenoogen, Den droefliken strijt... Leiden, Brill, 1902, p. 13, vv. 20-21 (cf (...)

Ick make u vrij gheweldich heere van Spaengien
Ende Kaerlen verdriven met groter callaengien29.

  • 30 Auquel le livre populaire flamand paraît faire une allusion au v. 27 de la p. 13 : Ick make u quyt (...)

15dit le neveu de Marsile à son oncle. Ces vers attestent sans aucun doute qu’au début du récit le Saragossain Marsile n’était pas le seigneur indépendant de toute l’Espagne et qu’au moment où parle le jeune homme, Charlemagne est toujours dans la Péninsule. Le Volksboek justifie ces deux assertions avec trop d’imprécision. Il se borne à signaler la donnée générale de l’aventure : Charles laisse Roland en Espagne avec une partie de son armée (p. 12, vv. 1-4). Le vers 20 réclame pour être justement compris une autre explication que celle des vv. 1-4 ; il requiert un passage antérieur où Marsile se présente sous les traits d’un homme sans indépendance. Et de qui pourrait-il dépendre, si ce n’est de Charles, que son neveu se promet bravement d’expulser et de tailler en pièces ? Où la tradition rolandienne commune, à laquelle appartient le Volksboek, parle-t-elle d’un lien de dépendance entre Charles et Marsile ? Dans l’épisode de Blancandrin. N’est-ce pas là que le rusé messager allèche l’empereur par une séduisante promesse d’inféodation, renforcée de cadeaux et de richesses ? Où le Pseudo-Turpin fait-il mention de la soumission du roi de Saragosse à Charles et du tribut30 qu’il lui paie ? Au début du chapitre sur la bataille de Roncevaux, à un endroit qui, comme nous espérons le montrer, n’est qu’une altération de l’épisode de Blancandrin. De quelque côté qu’on se tourne, le v. 20 appelle, de loin ou de près, cet épisode. Préférera-t-on l’imaginer dans le Roelantslied dont le Volksboek n’est qu’un déchet attardé, ou dans une œuvre étrangère à laquelle le livre populaire se référerait ? Le choix de la première hypothèse s’impose à mon esprit.

16L’indice tiré du v. 20 paraîtra fragile à certains. Ne pourrait-il être fortifié ? L’histoire que nous conte le Volksboek est invraisemblable, ridicule. Charles est en Espagne (v. 21), maître d’une bonne partie des territoires de Marsile et son suzerain (v. 20). Il paraît victorieux. Et le voilà sur le chemin de la France, abandonnant, une angoisse indicible au cœur, la garde de ses conquêtes espagnoles à Roland et aux siens (p. 12, vv. 1-4). Départ étourdi, stupide. Telle que la présente le Volksboek, l’attitude de Charlemagne est insoutenable et jure avec l’image glorieuse de l’empereur qu’il prétend nous imposer. Le départ de Charles, étrange et périlleux, doit, dans un récit véridique, être soigneusement justifié. Sa justification, c’est l’épisode de Blancandrin. J’ose espérer que le Roelantslied le possédait, je suis convaincu que l’antécédent du Roelantslied en était pourvu. Son absence dans le Volksboek est le fait d’une amputation malheureuse de la part du rifacitore populaire ou du remanieur du xiie siècle, à moins que le grand coupable ne soit le temps.

17L’ambassade de Blancandrin commande toute la première partie du récit, à laquelle le R. P. Van Mierlo dénie toute originalité. Ce début est tout frémissant du conflit violent qui dresse face à face Roland et son parâtre Ganelon. En réponse à l’ambassade de Blancandrin, il faut envoyer un messager à Saragosse. Après divers refus de Charles, Roland propose Ganelon, homme réputé pour son habileté politique. Celui-ci y voit une intention malveillante et n’a plus qu’un désir, se débarrasser de son beau-fils, avec qui il ne semble jamais avoir eu de cordiales relations.

18Ce conflit brutal — conséquence de la mission de Blancandrin — n’existe pas dans les vestiges flamands conservés. En déduira-t-on, avec le R. P. Van Mierlo, qu’il est absent du Roelantslied et de son antécédent ?

19La partie versifiée de Volksboek commence (p.12) par quelques vers qui correspondent à un passage de Roland (par ex. Oxf vv. 841 ss.) où le récit s’arrête en une pause récapitulative. Le texte flamand ne traduit pas exactement le passage français, mais est, comme lui, un résumé des faits acquis qui prépare un nouveau bond en avant. Qu’y lit-on ? Roland est resté en Espagne avec les siens, face aux ennemis de Dieu (vv. 3-4), Charles en est très affligé (v. 2),

Mer die valsche Guwelloen hadt al bedreven
Also wi in die gesten vinden bescreven
Hi waende selve Keyser ende coninck te sine.
Mer quade wercken comen tot quaden fine (vv. 5-8).

  • 31 Une allusion à un épisode n’implique pas de toute nécessité l’existence de cet épisode dans le tex (...)

20Voilà une allusion circonstanciée ! Elle rappelle un épisode inconnu des textes flamands conservés, mais présent selon toute apparence dans le Roelantslied31, certainement dans son modèle.

  • 32 Voir notre étude, p. 9. n. 5. Admettons un instant l’explication du geste par la malignité foncièr (...)

21Cet épisode où Ganelon agit en sorte que Roland reste isolé en Espagne avec une faible garde, au milieu des périls musulmans, n’est-ce pas celui où le traître désigne Roland pour commander l’arrière-garde ? Très vraisemblablement, cette désignation préméditée n’est qu’une cruelle réponse à sa propre désignation pour Saragosse. Elle n’est pas due à la méchanceté congénitale de Ganelon, elle est la conséquence du différend qui l’oppose brutalement à son fillâtre32. Ce différend a été mis en scène, peut-être dans le Roelantslied, à coup sûr dans son modèle.

  • 33 Cité en admettant les transpositions de vers proposées à bon escient par le R. P. Van Mierlo, pp. (...)

22L’indice offert par le Volksboek ne suffit peut-être pas à emporter notre adhésion. En voici un autre tiré cette fois du fragment de Lille : R vv. 71-11933. Le cor de Roland appelle (vv. 71-74). Charles s’émeut (vv. 79-86).

Die verrader Guelloen
Sprac : « Here, wat wildi doen ?
« Hadt een ander gheseit,
« Ic hielt over loghen ghereit »
(vv. 181-184, p. 134).

23A nouveau le cor sonne au secours (vv. 89-92). « Roland doit être en grande bataille » (v. 98), remarque l’empereur. Et Ganelon de le rabrouer vertement (vv. 103-120, pp. 135-136).

24Une troisième fois retentit le son désespéré du cor (vv. 121-126). La riposte hargneuse de Ganelon, pleine de brutalité injurieuse envers son roi, n’est qu’une violente diatribe contre Roland qui répond à l’idée bien arrêtée de le sacrifier. Pourquoi cette haine exacerbée contre Roland ? Les textes flamands conservés restent muets. Pour trouver une réponse, il faut écouter les autres versions du poème, il faut y entendre toutes les phases du conflit entre les deux personnages. Il est vraisemblable que le Roelantslied déroulait, comme les autres versions, toutes les fluctuations de cette lutte ; il est certain que son modèle nous l’offrait dans son intégrité.

25Pourquoi Ganelon s’acharne-t-il à empêcher Charlemagne de voler au secours de son neveu en détresse ? C’est qu’à Saragosse, où Roland l’avait contraint à se rendre, il a habilement concentré sur la tête de son fillâtre toute la colère de Marsile et a fait entendre au roi que la mort de Roland signifierait la fin de ses angoisses. Il a passé accord avec le Sarrasin et s’est engagé à lui fournir le moyen de faire disparaître le « bras droit » de Charlemagne. Aussi la voix désespérée du cor, quelle joie pour lui ! quel triomphe pour lui ! Il ne faut à aucun prix que Charlemagne vienne, par un retour imprévu à Roncevaux, compromettre une victoire que le cor annonce éclatante. Quand Ganelon arrête Charles sur le chemin de Roncevaux, il continue à accomplir la promesse faite à Marsile. Son intervention auprès de Charles, attestée dans les fragments flamands, est la conséquence de son ambassade et de sa trahison à Saragosse. La présence de l’une assure celle de l’autre, sinon dans le Roelantslied, du moins dans son antécédent.

  • 34 Éd., pp. 50-52.

26Ce n’est pas l’avis du R. P. Van Mierlo, toutefois34 ; pour ce dernier, ni le Roelantslied ni son modèle n’ont rien connu de l’ambassade et de la trahison de Ganelon. Un fait semble parler en faveur de cette opinion. Dans certaines versions, Oxf par exemple, quelques seigneurs sarrasins offrent des présents à Ganelon pour prix de sa trahison : Valdabruns (vv. 617 ss.) et Climborins (vv. 627 ss.). Plus tard, quand ces seigneurs se précipitent au combat, les mêmes versions rappellent leur générosité (vv. 1526 ss. ; 1562 ss.).

  • 35 Remarque générale qui répond à l’argument invoqué par le R. P. Van Mierlo, éd., p. 50.

27Le Volksboek possède ces deux derniers passages (pp. 34 ss. ; cfr éd. Van Mierlo, pp. 124 ss.), mais sans se souvenir des cadeaux. Serait-ce que la scène des cadeaux, partant celle de la trahison, faisait défaut dans le Roelantslied ou dans son antécédent ? Quelle illusion ! Que cette scène soit rappelée par la suite, c’est un indice probant de son existence ; mais l’absence de rappel n’est pas la preuve que la scène n’a jamais existé (voir d’autres versions de Roland : Châteauroux, Venise VII [ll. 55 ss.], Venise IV [vv. 539 ss.]). Nous pouvons poser ce principe : telle scène évoquée dans Roland n’est pas absente du Roelantslied du seul fait qu’elle n’est pas évoquée dans les textes flamands venus jusqu’à nous35.

28Nos textes nous conservent d’ailleurs plus d’une trace de la trahison de Ganelon. A plusieurs reprises, ils le traitent de verrader (R v. 181, éd. Van Mierlo, p. 134 ; R v. 140, éd. p. 136) ; ils lui donnent une ascendance criminelle et félonne (R vv. 185-192, éd. p. 138) : depuis ses plus lointains ancêtres, son lignage n’a compté que des traîtres.

29Or rien dans les fragments conservés ne justifie accusation si grave et si précise. On voit Ganelon s’efforcer de nuire à Roland. On ne le voit nullement trahir. Pourquoi Charles et Naimes, quand ils entendent le cor de Roland, soupçonnent-ils immédiatement Ganelon d’avoir trahi ? Parce qu’il appartient à une race traîtresse, comme l’indique le R.P. Van Mierlo ? Ou parce qu’il a eu la possibilité de trahir en allant à Saragosse, parce que au cours de sa dispute avec Roland il a laissé entendre qu’il pourrait trahir ? La seconde explication est la seule valable. Même s’il est traître de naissance, Ganelon ne peut être accusé de trahison si dans le récit même il n’a pas traduit en actes sa méchanceté native. Les propos de Charlemagne et de Naimes ne sont justifiés que si Ganelon a réellement commis une trahison. Et il n’a pas pu la commettre s’il est resté éternellement aux côtés de l’empereur. Il n’a pu la commettre que s’il a été à Saragosse, s’il s’est disputé avec Roland, si Blancandrin est venu au camp de Charles tromper tout le monde et semer la discorde.

30Par quelque côté qu’on les aborde, les fragments flamands conservés sont incompréhensibles si on se refuse à admettre l’épisode de Blancandrin et ses conséquences dans le Roelantslied ou, tout au moins, dans son modèle.

B. — Carmen de Prodicione Guenonis

31Assez différent est le récit du Carmen. Ici on ignore également tout de Blancandrin, de son ambassade, des offres musulmanes de soumission ; mais on sait tout de la violente altercation qui oppose Ganelon et Roland, de la trahison à Saragosse.

  • 36 Dans ma recherche, je ne tirerai aucun parti des noms de lieu, parce que les renseignements qu’ils (...)

32Selon le poème latin, la chanson commence ainsi. Depuis sept ans, l’incomparable Charlemagne guerroie victorieusement en Espagne. Tout le pays se trouve à sa merci (vv. 11-16). Il achève la conquête de Morindia (v. 17)36. Soudain il se sent pris d’une nostalgie invincible : il n’a d’autre préoccupation que de rentrer dans ses états (vv. 19-20). Roland s’indigne devant un désir aussi incompréhensible : avant de retourner en France, il faut en finir avec Saragosse, la ville qui échappe encore aux Français (vv. 21-28), il faut envoyer au roi Marsile un émissaire qui lui ordonne de se soumettre (vv. 29-32). Le roi se range à l’avis de Roland. Il fait rédiger un bref lapidaire :

« Da Karolo regnum. Dic : Do, tunc esse superstes
Fors poteris ; sed dic : Abnuo, nullus eris ;
Non sic nullus eris, quia non tantummodo nullus,
Immo minor nullo, si minor esse potes. » (vv. 35-38).

  • 37 Le poème dit spaciantem du verbe spatiari. G. Paris, éd. n. sous le vers 89, écrit : « Spaciantem (...)

33Sur l’avis de Roland, Ganelon est chargé, malgré lui, de présenter à Marsile cette énergique épître (vv. 39-48). Charles apaise la colère de l’ambassadeur. Ce dernier chevauche sur le chemin de Saragosse : son courage est assez vacillant (vv. 49-74). Mais à la fin sa force de caractère l’emporte : il pénètre dans les palais royaux (vv. 75-87). Il trouve Marsile étendu37 sous un large pin (vv. 89-90) et folâtrant avec son épouse resplendissante et parée (vv. 91-100), au milieu de toute sa cour (vv. 101-104).

34Sur un ton violent, Ganelon transmet au roi sarrasin les exigences de Charles (vv. 109-132). Marsile se laisse emporter par la colère ; les deux hommes vont en venir aux mains (vv. 133-138), quand la reine païenne, séduite par la prestance du légat français, fait appel aux sentiments chevaleresques de son mari et l’engage à ne pas frapper un messager loyal (vv. 139-144). A l’instant, Marsile s’apaise et entreprend d’attirer Ganelon dans son jeu :

Rex ita : « Si Karolo carus cordique fuisses,
Nostros non sineret te peragrare sinus.
Forsitan instinctu Rollandi mitteris : idem
Quanti te faciat mente repone tua. »
Accedit proprius rex Guenonique propinat,
Excepturus eum, verba daturus ei ;
Rollandum rex hunc jubet ut seducat, et ejus
Blandiciis animum pascit et ere manum :
Multa sibi donans se spondit plura daturum,
Promittitque fero munera queque fere.
Donat eum donis, quia donantur sibi vasa,
Vestis, quadrupedes, aurea, pulcra, citi (vv. 145-156).

35Ébranlé, Ganelon glisse jusqu’à la trahison (vv. 157-170). De retour au camp français, il rapporte à Charles la promesse trompeuse de Marsile (vv. 183-188).

  • 38 Pour traduire consulit, voir O. Schumann, Zum Carmen de prodicione Guenonis, p. 512.

36L’armée française se réjouit tout entière de cette belle entente, espoir d’une paix durable (vv. 189-190). On lève le camp et le chemin du retour paraîtra trop long. Cependant Charlemagne, qui n’est pas sans inquiétude, décide38 de se protéger sur ses arrières. Qui commandera l’arrière-garde ? « Roland », s’écrie Ganelon qui a la mémoire longue (vv. 191-206).

37La relation du Carmen est déparée par un certain nombre de discordances qu’il convient de signaler.

38a) Tout d’abord, il y a l’attitude de l’empereur qui veut laisser inachevée la conquête de l’Espagne, attitude étrange chez le « clipeus regni, tutela piorum, contemptor sceleris, sanctio juris » (vv.3-4), attitude en désaccord absolu avec le panégyrique que le Carmen nous fait par ailleurs de Charlemagne (vv. 5-6).

  • 39 Ce point a été développé avec bonheur par E. Stengel, Das Verhältnis..., pp. 511 ss.

39b) Il y a ensuite l’invraisemblance du changement d’attitude de Marsile vis-à-vis de Ganelon39. Les deux antagonistes, au sommet de la colère, vont se colleter. Braminonde empêche la rixe en insistant sur la loyauté de l’émissaire français. Jusqu’à présent, rien qui ne soit parfaitement conséquent, mise à part la magnanimité inattendue du roi sarrasin.

40Ganelon n’a été pour Marsile qu’un ennemi implacable, déchaîné, injurieux, qui s’est refusé à tout ménagement verbal, qui s’est ingénié à le heurter de face, à blesser impitoyablement son orgueil. Rien dans les paroles, rien dans les propos pacificateurs de la reine, n’autorise Marsile à imaginer qu’un forcené comme Ganelon pourrait trahir son roi. Aussi n’est-ce pas sans effarement que nous le voyons passer sans transition de la colère la plus vive à l’apaisement le plus politique, que nous l’entendons tenter de circonvenir l’intraitable messager.

  • 40 Et même « absurde » (E. R. Curtius, Carmen, p. 507).

41Ces efforts eux-mêmes ne laissent pas d’éveiller la plus légitime suspicion. Le roi de Saragosse paraît doué de double vue — qualité que ne lui reconnaît pas le Carmen, ni aucune version rolandienne. Il soupçonne, sans que Ganelon en ait soufflé mot, que ce dernier a été désigné par Roland pour la périlleuse mission de Saragosse ; il sait qu’il en est furieux, qu’il médite des projets de vengeance. Que le roi païen connaisse la réputation belliqueuse de Roland, voilà qui est vraisemblable. Mais qu’il touche aussi juste pour tous les événements qui se sont déroulés au camp français, voilà qui est suspect40. Il connaît si bien la haine de Ganelon pour son fillâtre que, sans même attendre la moindre réaction de sa part, il lui enjoint de tromper Roland et achève de le gagner à sa cause par des flatteries et des cadeaux. Marsile sait tous les secrets de l’armée française ; Ganelon ne pourra lui fournir que des renseignements secondaires.

  • 41 C’est donc à tort que G. Paris, Carmen, p. 501 y reconnaît des traces d’ancienneté ; la ressemblan (...)

42Le Carmen renverse la situation narrative avec la plus criante invraisemblance. Ce n’est plus Ganelon qui excite le roi sarrasin contre Roland pour assouvir sa soif de vengeance, c’est le roi sarrasin qui charge Ganelon de présents pour l’amener à accomplir son plus cher désir. Un tel récit, en contradiction avec ses données de départ, ne peut être que -gravement altéré par des retouches maladroites41.

43c) Ganelon rapporte que Marsile invite Charles à retourner en France en toute sécurité. Mais comment Marsile peut-il savoir le désir nostalgique qui s’est emparé de l’empereur ? En a-t-il été question dans les tractations diplomatiques auxquelles nous avons assisté ? Pas un seul instant.

44d) Satisfait de la promesse de Marsile, Charles s’éloigne du dernier bastion païen d’Espagne, les clefs de Saragosse en poche. Toute son attitude respire la confiance. Or il n’est pas homme plus anxieux que l’empereur, nous dit le Carmen : la servilité de Marsile l’inquiète (v. 197), la loyauté de Ganelon ne lui paraît pas à toute épreuve (vv. 215 ss.). Et cependant il quitte l’Espagne, il rentre en France. Imprudence coupable ! L’empereur accomplit à la lettre ce que Roland lui reprochait de méditer après la prise de Morindia (vv. 22 ss.) ; et, cette fois, son neveu se tait. En s’éloignant de Saragosse, l’armée française sacrifie le seul moyen qu’elle possède de forcer Marsile à accomplir sa promesse.

  • 42 E. Stengel, Das Verhaltnis..., p. 512 a relevé une autre invraisemblance du Carmen. Ganelon trouve (...)

45Tel qu’il est dans le Carmen, le récit des débuts de « Roncevaux » n’est qu’un tissu d’incohérences et de contradictions42.

  • 43 On voit que M. Fawtier a fait « la mariée trop belle » quand il qualifie le récit du Carmen de « c (...)

46Ce récit est défiguré43. Il est en effet remarquable que chacun des passages altérés perd son incorrection si l’on y admet — comme dans le Roland — la proposition de soumission formulée spontanément par les païens eux-mêmes et que symbolise l’astucieux Blancandrin.

  • 44 Seul Ch V 7 l. 46 attibue, par erreur, les paroles de Blancandrin à Marsile.
  • 45 E. Stengel, Das Verhältnis..., pp. 511-512 qui, bien avant nous, a proposé une explication analogu (...)

47Le retour en France de Charlemagne n’est justifié que grâce à cette offre dûment garantie. Elle seule, confirmée par Ganelon, l’envoyé personnel de l’empereur, autorisera celui-ci à quitter l’Espagne. Avec elle s’évanouit l’incohérence signalée sous le point c. Le départ de Charles, un des points principaux des tractations diplomatiques, la préoccupation dominante de Marsile, est rappelé judicieusement dans la communication de ce dernier. Avec elle, l’absurdité relevée sous a) disparaît également : fort de l’offre volontaire des derniers résistants païens, Charlemagne peut rejoindre sa chère France sans être taxé d’imprudence, d’irréflexion, sans être le contraire de ce qu’on veut qu’il soit. La présence de Blancandrin rend aussi toute son authenticité psychologique au changement d’attitude de Marsile indiqué sous b). Dans les versions où il paraît, l’ambassadeur et conseiller sarrasin qui a pris langue avec Ganelon intervient discrètement auprès de Marsile courroucé pour lui chuchoter le vrai sentiment de l’émissaire français (par ex. Oxf vv. 506-507)44. Le changement d’humeur soudain qui se marque chez Marsile ne peut psychologiquement s’expliquer que par une semblable démarche45. Par voie de conséquence, si Blancandrin conseille à Marsile d’inciter Ganelon à trahir, c’est qu’il sait, grâce à une conversation particulière, que le Français ne se raidira pas devant une telle idée. Si on combine cette donnée avec celle de l’offre spontanée de soumission sarrasine, on en arrive à supposer, sous-jacent au Carmen, un récit analogue à celui de la Chanson de Roland française.

  • 46 Nous ne pouvons par conséquent faire nôtre la position de M. Robert Fawtier, La Ch. de R., p. 56, (...)

48Selon nous, le modèle du poème latin a bel et bien connu l’épisode de Blancandrin, et son ablation a entraîné le remanieur à retoucher le début du récit. La relation du Carmen suppose donc celle de la Chanson de Roland classique46.

49L’attitude de Roland, quoiqu’elle conserve la même allure générale que dans le modèle, se colore de certaines nuances nouvelles. Si, des deux côtés, le neveu de l’empereur se donne pour un ennemi implacable des païens, son hostilité est moins guerrière, moins meurtrière dans le Carmen que dans le poème français : ici il implore Charles de ne pas se laisser détourner de la conquête militaire de Saragosse par les propositions pacificatrices de Blancandrin ; dans les distiques latins, il invite son oncle à envoyer un ambassadeur à Saragosse. Roland parle d’ambassadeur dans le Carmen, contrairement au modèle, parce que ce dernier parlait d’un ambassadeur en d’autres circonstances, et que le remanieur ne pouvait escamoter cette idée importante.

  • 47 G. Paris, Carmen, p. 499 ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 72.

50En faveur de l’ancienneté de la version latine, on a souvent invoqué le détail de la chevauchée solitaire de Ganelon vers Saragosse (vv. 65-86)47. Pour notre part, nous croyons que, si Ganelon est seul, c’est parce qu’on lui a enlevé son compagnon Blancandrin. Il y a eu, de la part du remanieur, adaptation du récit à la situation nouvelle qu’il a créée et que souligne le v. 66 Huic comes est probitas, et sibi nemo comes, et substitution au dialogue entre Ganelon et Blancandrin d’un débat psychologique qui vise à dépeindre les sentiments contradictoires qui animent Ganelon.

  • 48 L’épopée française, p. 187, n. 3 et auparavant Le Manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 49.
  • 49 La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., pp. 159 ss.
  • 50 C’est l’opinion défendue par W. Tavernier, Beiträge II, p. 86.
  • 51 « Era quaxi ora del primo sogno : la luna era bella e giaria » (voir M. Catalano, La Spagna, t. I, (...)

51G. Paris avait rapproché le voyage solitaire de Ganelon des vv. 283-295 de Venise IV. Cet accord imprévu, rappelé par M. Wilmotte48, est largement invoqué par M. Mireaux49. Dans le Carmen il est naturel que Ganelon chevauche seul puisque Blancandrin est absent ; dans Oxford, et la plupart des versions vulgaires, il est naturel que Ganelon chevauche avec Blancandrin puisque Blancandrin est présent. Dans Venise IV, Blancandrin est également présent ; il serait donc étonnant que Ganelon y chevauchât seul. Il ne le fait d’ailleurs pas ; Blancandrin est à ses côtés, Blancandrin qui soudainement lui parle dès le v. 296. La soudaineté même de cette apparition fait présumer que tout le passage de V4 est altéré : les vv. 283-295 n’ont rien d’original ; ils résultent d’une insertion de la part de V 4, une insertion de remanieur franco-italien50. La confusion dans les assonances, la présence du mot italien paura (v. 284) dans dans une laisse féminine o, ü-e [a], la proximité entre la relation V 4 et celle du Viaggio di Carlomagno in Ispagna51 rendent vraisemblable notre hypothèse. L’accord entre V 4 et le Carmen est illusoire : l’affabulation des deux passages ne présente aucun point de contact.

  • 52 Nous ne parlons pas ici de la présence active de Braminonde dans les scènes initiales du Carmen. C (...)

52La suppression de l’épisode de Blancandrin a déterminé une refonte assez profonde du récit. Le remanieur a tenté d’ajuster logiquement sa nouvelle relation aux conditions nouvelles qu’il s’était imposées. Il a mutilé, mais a essayé de regreffer. Son histoire n’en est pas moins mal agencée et incohérente52.

C. — Le Pseudo-Turpin

  • 53 Charlemagne a même fait « occuper » Saragosse par les troupes grecques et apuliennes qui servaient (...)

53L’offre de soumission volontaire du roi de Saragosse à Charlemagne n’existe pas dans Turpin. C’est l’empereur lui-même qui mande aux Sarrasins de recevoir la foi chrétienne et de lui payer un tribut. C’est à la suite de l’ambassade de Ganelon que le roi de Saragosse annonce à Charles son intention de se faire chrétien. Cependant tout au début de l’épisode, avant l’arrivée de Ganelon à Saragosse, avant même que Charles n’ait conçu le désir de baptiser le roi païen, celui-ci lui est inféodé53 et le sert en tout, mais avec simulation. L’ambassade de Ganelon se déroule par conséquent dans un milieu apparemment ami et favorable.

  • 54 Le tribut et le baptême sont en effet les signes de la soumission. La première soumission sans dou (...)

54La soumission préalable de Saragosse à l’empereur est étrange. Elle s’accorde mal avec l’objet de l’ambassade de Ganelon : selon Turpin, Charles ordonne à des sujets qu’il croit dévoués, de se faire baptiser, de payer un tribut, c’est-à-dire de se soumettre à lui une seconde fois54. Suzerain exigeant, Charles voudrait mettre le feu aux poudres qu’il n’agirait pas autrement avec des vassaux en qui, d’autre part, il paraît avoir confiance. L’inféodation préalable de Saragosse aux Français s’harmonise mal — même en la déclarant feinte pour les besoins du récit — avec le contexte. Elle me paraît une création de l’auteur du Pseudo-Turpin, soucieux de coucher l’Espagne tout entière, Saragosse y compris, aux pieds de Charlemagne, de faire du roi de France le reconquérant incontesté de toute l’Espagne.

  • 55 Das Verhältnis..., pp. 512 ss.
  • 56 Ueber R in Rolandslied, p. 9.

55Mais cette soumission préalable et simulée, si discordante dans le contexte du Turpin, n’est-elle pas un reflet lointain et déformé d’une autre soumission préalable et simulée, de l’offre spontanée de soumission que Blancandrin vient porter à Charlemagne ? E. Stengel55 et W. Tavernier56 l’ont cru.

  • 57 Nulle part ailleurs que dans l’épisode de Blancandrin, le Chanson de Roland n’exprime l’idée de te (...)

56Reconnaissons toutefois que l’indice est assez frêle pour supporter une aussi grave hypothèse. On peut y ajouter, encore que ce ne soit pas tout à fait probant, la mention des « triginta equos honeratos auro et argento gazisque yspanicis » (pp. 179-181), qui rappellent les « mulets chargés d’or et d’argent » de la Chanson de Roland (par ex. Oxf v. 32), que Blancandrin suggère d’offrir à Charles. Les paroles mêmes de Ganelon, « dicens quod Marsirus vellet effici christianus, et praeparabat iter suum ut veniret ad Karolum in Galliam, et ibi baptismum acciperet, et totam terrant yspanicam amplius de illo teneret » (p. 181) font écho aux propositions de Blancandrin dans Roland (par ex. V 4 v.44 ; Ch-V 7 l.13, v.17)57.

57A la suite du retour de Ganelon au camp français avec l’acceptation de Marsile, Charles regagne la France, confiant dans la parole du païen et dans celle de son ambassadeur. Ce départ n’est qu’une bévue, car il enlève au roi de France le seul moyen de forcer le roi de Saragosse à se conformer à ses injonctions. Pour qu’il ne soit pas une erreur, il faudrait autre chose qu’une acceptation païenne aux ordres des Français.

  • 58 C’est au fond également l’avis de M. Burger, La légende de Roncevaux, p. 443 qui considère tout ce (...)

58Tout bien pesé, tout bien pensé, il semble que la relation sciemment défigurée du Pseudo-Turpin n’ait rien d’authentique, contrairement aux affirmations des G. Paris et Brückner. On peut y reconnaître certaines traces fuyantes de l’épisode de Blancandrin, que le chroniqueur latin a éliminé et utilisé au profit de sa relation nouvelle58.

  • 59 On sait que le motif de la trahison pour de l’or est la pierre angulaire de l’argumentation de G. (...)

59Il a de même transformé la scène de la désignation de Ganelon par Roland, qui était la conséquence de cet épisode. Le texte latin se borne à indiquer que Charles envoie Ganelon à Saragosse (p. 179). Qui a guidé l’empereur dans son choix ? Turpin n’en souffle mot, mais c’est Roland. Tous ceux qui entendront plus loin Ganelon conseiller à Charles de placer Roland et les siens à l’arrière-garde (p. 181), empêcher Charles de voler au secours de son neveu en détresse (pp. 193 ss.), comprendront, sans même se laisser influencer par la Chanson de Roland classique, que l’ambassade de Ganelon à Saragosse a été une idée de Roland. Si l’auteur du Turpin ne l’a pas précisé comme son modèle, c’est qu’il voulait faire de la trahison de Ganelon, non pas une vengeance personnelle, mais une vile entreprise de convoitise et d’avarice. Notre clerc avait le dessein de transformer Ganelon en un nouveau Judas (« Ο Ganaloni pravum consilium, Iudae proditoris tradicioni comparatum » s’écriera-t-il dans un moment d’exaltation significatif (p. 195)59.

60Au terme de nos trois études, nous aboutissons à la même conclusion : chacune des versions qui ignore la scène de Blancandrin et ses conséquences conserve des indices qui attestent l’existence de cette scène dans leurs antécédents respectifs. Il est donc impossible de tirer argument d’aucune d’entre elles en faveur de l’inauthenticité de l’épisode tel qu’il est raconté dans la Chanson de Roland classique.

3. Épisode dit « de Baligant »

61Autre scène du poème qui a fait couler des flots d’encre : l’épisode de Baligant, le millier de vers qui racontent l’arrivée de l’armée païenne de renfort sous les ordres de Baligant, la lutte décisive entre elle et l’armée française commandée par Charlemagne en personne, le duel entre Baligant et Charlemagne, le triomphe de l’empereur chrétien.

  • 60 C’est ainsi, semble-t-il, que le R. P. Van Mierlo, éd.., pp. 51 et 155, a vu les choses, puisqu’il (...)

62Ni le Pseudo-Turpin, ni le Carmen de prodicione Guenonis, ni le Roelantslied ni, cette fois, la Karlamagnus Saga ne rapportent ce glorieux épisode60. Ce quadruple silence reproduit-il fidèlement la réalité première ? Ou n’est-il que le résultat d’une quadruple omission ? Présentées ainsi, les deux hypothèses paraissent à l’esprit de valeur inégale. La première l’emporte sans conteste ; la seconde, qui suppose la réalisation quatre fois répétée, et sans doute indépendante, du même coup de ciseaux, semble irrémédiablement invraisemblable.

63Invraisemblable peut-être, mais, après tout, possible. Nous avons, en effet, la preuve historique d’autres coups de ciseaux amputant le récit au même endroit : la version rimée du ms. de Lyon qui n’a rien de primitif (xive siècle) a fait sauter de son modèle l’épisode de Baligant (entre les laisses 110 et 111) ; le Galien en prose du ms. 3351, le Guérin de Montglane en prose imprimé l’ont également supprimé (voir éd. Stengel, pp. 324 ss.). Si trois versions ont refusé le fameux épisode, les quatre autres qui nous occupent ont pu faire de même. Notre esprit n’inclinait donc en faveur de l’hypothèse d’une priorité des versions sans « Baligant » que par goût pour la simplicité.

64La meilleure méthode est, ici encore, d’analyser une à une nos quatre versions supposées primitives et de voir si cet épisode absent n’a pas laissé des traces d’une présence antérieure. Nous nous abstiendrons pour l’instant de discuter l’authenticité de l’épisode dans la Chanson de Roland.

A. — Roelantslied

65Le Roelantslied ou son modèle a-t-il comporté l’épisode de Baligant ? Le R. P. Van Mierlo est convaincu que non, et cette conviction est à la base de sa démonstration tendant à établir le caractère primitif de la geste flamande.

66Le fragment de Looz, qui pousse le récit le plus loin, ne possède pas notre épisode et ne l’a jamais possédé. Il s’achève sur une prière adressée à Dieu, sainte Marie et saint Michel, qui n’est rien d’autre qu’un explicit (vv. 559-565, éd. Van Mierlo pp. 165-166).

  • 61 Le Rolandslied de Konrad est hors de question. Baligant y joue le même rôle que dans la chanson fr (...)

67Cette invocation finale peut être propre à la version de Looz61 et n’avoir jamais existé dans ses antécédents, dans le Roelantslied. Sa présence dans L n’est donc nullement un argument en faveur de l’inexistence de « Baligant » dans le Roelantslied.

68Harassé, Charlemagne s’étend à même le sol et s’endort (Frgt de Looz, vv. 450-455). « Enen inghel van hemelrike » lui envoie un rêve (vv. 457-459), qui est plutôt un cauchemar effrayant :

  • 62 Van Mierlo, éd., note sous le v. 1746, déclare que le rêve « zinspeelt op den ondergang van het le (...)

Dat.III. griffoenen quamen
Daer si grote scade bi namen,
Ende een onghewederte groot ;
Ende dochten Roelant wesen doot.
Oec docht hem comen een vier
Alte snel ende onghehier 62
Doer na Kaerle vernam,
Dat een lioen quam
Grammelic te hem wert,
Doer hi seer af was ververt,
Dien hij ontgaen niet en conste.
Te roepene hi begonste
In sinen droem harde zeer.
Dus lach Kaerle, die heer,
Van droemene tonghemake.
Nochtans en wert hi niet in wake (vv. 460-75, éd. Van Mierlo p. 162).

69Quel rôle joue ce rêve dans l’organisation générale du poème ? Est-ce un simple détail d’agrément pour orner le récit, pour créer une diversion passagère ? Je ne le crois pas. S’il en était ainsi, pourquoi déranger un « ange du ciel » ? Cette présence céleste fait du songe une prémonition de Dieu. Celui-ci informe Charles de son avenir, obscurément, métaphoriquement, par une fantasmagorie étrange et troublante. Tout ce fantastique de cauchemar n’a pas sa fin en lui-même ; il signifie autre chose, le lecteur doit pouvoir percer le mystère.

70L’allure dramatique du rêve, rempli de grote scade, de onghewederte groot, de een lioen quam Grammelic te hem wert, déchiré de cris stridents, ne permet pas de douter que l’événement annoncé sera un douloureux combat. Charles en personne sera attaqué par un héros plein de superbe et de vaillance, il devra l’affronter malgré son effroi et ses douleurs.

71Cet événement futur ne peut être que le combat de Charles et de Baligant, au cours duquel se mesureront les empereurs de la Chrétienté et de la Païennie. C’est ce duel gigantesque que préfigure symboliquement l’assaut du lion contre Charles. Les détails eux-mêmes coïncident. Charles pousse des cris dans son rêve et se montre effrayé. Dans la bataille, il connaît un court instant de défaillance (par ex. Oxf v. 3608). Dans son rêve, Charles souffre. Au cours de la bataille, l’épée de Baligant lui fracasse le heaume sur la tête, non sans lui emporter un bon empan de chair (par ex. Oxf vv. 3603-3606). Les assauts collectifs des griffons annoncent, pour leur part, la lutte grandiose des Français et des Sarrasins.

  • 63 Vers ajouté par Bormans et accepté par le R. P. Van Mierlo.

72Pour être dûment interprété, le rêve des vv. 460 ss. du fragment de Looz requiert la présence postérieure de l’épisode de Baligant. Les deux passages sont intimement unis ; le premier n’a de signification et de fonction narrative que par le second. Impossible de les dissocier dans la pensée créatrice du poète63.

73Un autre indice vient renforcer notre conviction de l’existence de l’épisode dans le Roelantslied ou dans son antécédent. A la vue de son mari mutilé, Braminonde (appelée Braymonde) fond en larmes :

Den amirael hetic bloot,
Hine bringhe sijn macht groot
Ende behoude dit lant,
Oft Kaerle winnet alte hant (frgt de Looz, vv. 544-7, éd. Van Mierlo p. 165).

74Appel évident à l’émir de Babylone pour qu’il secoure le pauvre roi Marsile incapable de défendre lui-même ses propres territoires.

75Cet appel restera-t-il sans réponse ? Braminonde lance-t-elle le nom de Baligant sans espoir ? L’auteur introduit-il indirectement ce personnage pour n’en rien tirer dans la suite ? Si le récit original s’achève comme dans le fragment de Looz, cette insertion in extremis est sans raison, le poète lâche gratuitement le nom de l’amiral, feint de relancer son récit dans une nouvelle aventure et dépose la plume. Attitude inconséquente et malhabile. La chanson s’achève sur la perspective d’une intervention possible du puissant Baligant, d’une défaite possible des Français. Quelle erreur ! La physionomie morale de l’œuvre est déformée, altérée, trahie.

  • 64 Esclave de sa thèse, le R. P. Van Mierlo, éd., pp. 51 ss., est forcé d’admettre chez l’auteur du R (...)

76Si le poète a ressenti le besoin d’introduire le nom de l’amiral, inconnu jusque-là, dans les paroles de Braminonde — sans que rien ne l’y contraigne —, s’il a pris soin de laisser entendre que Baligant pourrait aider Marsile, c’est qu’il avait l’intention de lui assigner un rôle effectif dans la suite de son récit. L’allusion anticipée des vv. 544 ss. n’est que l’annonce discrète, mais précise, de l’épisode de Baligant. Les deux passages sont étroitement soudés l’un à l’autre ; le premier implique le second64.

77Enfin, les auditeurs enthousiasmés, tout au long du poème, pour la cause de Roland et de Charlemagne, accepteraient-ils que Marsile restât en vie, invaincu, roi de Saragosse, après que Roland a été tué ? Telle que le fragment de Looz l’abandonne, la Chanson s’achève sur une criante et audacieuse injustice. L’auteur du Roelantslied n’en peut porter la responsabilité. Et encore moins l’auteur de son modèle. Étrange geste d’esprit français, celle qui, Roland mort, laisserait Marsile en vie, qui laisserait Saragosse hautainement invaincue. La geste flamande a dû, comme la plupart des autres poèmes, venger la mort glorieuse de Roland par la mort misérable de Marsile, contraindre les orgueilleux Saragossains à ouvrir leurs portes aux soldats de l’empire.

78Pourquoi la mort de Marsile et la prise de Saragosse, qui paraissent moralement et narrativement si nécessaires, sont-elles omises par le fragment de Looz (ou une copie antérieure) ? Parce qu’elles sont liées à l’épisode de Baligant. Faisant l’ablation de celui-ci, on a supprimé tout ce qui y adhérait.

79Notre conclusion est formelle. L’épisode de Baligant, couronné par le duel gigantesque de l’empereur des Chrétiens et de l’empereur des Païens, des deux souverains qui se partagent le monde, a existé dans le Roelantslied ou dans son modèle, contrairement aux allégations anciennes de J. H. Bormans, que le R. P. Van Mierlo a habilement renouvelées, il y a une dizaine d’années. Tout laisse supposer que, si les fragments conservés ignorent cet épisode, le grand responsable en est « le temps destructeur ».

B. — La Karlamagnus Saga

  • 65 Laissons de côté les différences internes aux épisodes pour nous en tenir aux différences d’épisod (...)

80Dans l’ensemble, la Saga Scandinave diffère assez peu du récit tel que l’offre la Chanson de Roland classique (par ex. Oxford)65. Elle s’en écarte toutefois sur deux points importants : les épisodes de Baligant et de la belle Aude. Examinons celui de Baligant.

  • 66 La Karlamagnus Saga proprement dite.
  • 67 La Karls Magnus Cronike.
  • 68 Qui précède dans Oxf, l’épisode de Baligant.

81Lorsqu’on lit la prose Scandinave, sous sa forme norroise66 ou danoise67, on ne s’aperçoit pas qu’une lacune pourrait exister après la scène consacrée à la quête des morts68. Ayant retrouvé ses glorieux morts, Charlemagne les fait translater au cimetière des Alyscamps, où ils sont solennellement inhumés (Saga, pp. 529-530 ; Chron. danoise, pp. 307-308). Rien de plus lié, de plus conséquent. Aussi pourrait-on admettre avec certains que la Saga procède d’une chanson dépourvue de l’épisode de Baligant.

82Néanmoins, ce récit d’apparence si cohérente ne laisse pas de nous heurter en certains endroits. Et ces endroits sont, chose de prime abord étonnante, ceux mêmes où les fragments néerlandais nous ont paru déficients.

83Dans la Saga, comme dans le fragment de Looz, après avoir contraint les Sarrasins à une noyade générale dans l’Èbre, Charlemagne passe la nuit tout armé à la belle étoile :

  • 69 Éd. Unger, p. 527. La traduction allemande d’E. Koschwitz se trouve aux pp. 344-345. L. Gautier a (...)

84Eptir Þat fór hann at sofa viđ mikla úgleđi sem Þreyttr mađr. En engill guđs kom til hans ok sat undir höfđi honum alla nótt. Siđan dreymdi hann, at hann Þóttist sjá ókyrrleik mikinn í lopti, hvassviđri mikit, regn ok snjó ok ákafligr logi. Ok Því naest féll sú furđa ά hans menn, svά at Þeir hraeddust ok oeptu allir hάrri röddu ok kalla ά Karlamagnús konung sér til hjάlpar, ok ί ofanfalli Því lömdust vápn Þeirra. Ok Því naest syndist Karlamagnúsi konungi margir vargar ok dýrin úörgu, ok margr fugl sá er gammr heitir ok allskonar dýr ógurlig, ok Þótti honum sem Þeir vildi eta hans menn, en hann Þóttist vilja duga liđi sínu. Jafnskjótt kom hit úarga dýr eitt, hljóp at honum ok fékk báđa leggi hans ί munn sér ok lét sent Þat vildi fást međ hann eđa eta hans menn, ok vissi hann eigi hvárt Þeirra féll. Ok vaknađi konungr enn eigi69.

  • 70 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 60 note dans le même sens : « ... au traducteur norrois de la Karlama (...)

85Ce rêve prémonitoire de Charlemagne joue dans les textes Scandinaves le même rôle que dans la geste flamande, que dans toute la geste rolandienne. C’est l’annonce voilée d’un épisode futur où l’armée française subira un formidable assaut, où l’Empereur engagera personnellement la lutte avec un personnage sarrasin, fameux entre tous. Aucune des péripéties subséquentes de la Saga ne concorde avec ces indications. Seul l’épisode de Baligant les traduit en clair70.

  • 71 La chronique danoise confirme la saga norroise (voir éd. Michel, p. 305).

86L’absence de cet épisode laisse, d’autre part, le lecteur insatisfait concernant le sort de Marsile et de sa capitale. Mutilé par Roland, accablé par la mort de son fils, Marsile s’enfuit vers l’Espagne (éd. Unger, p. 519). Mais, selon la Saga, il n’atteindra jamais Saragosse ; il court encore, du moins il n’est plus question de lui71. Or, si l’auteur n’a pas fait mourir Marsile d’un coup de Durendal, c’est qu’il se proposait de s’en servir à nouveau plus loin. Pourquoi n’en est-il pas ainsi ? Parce que la scène postérieure où devait réapparaître Marsile est liée à l’épisode de Baligant. La fuite du roi de Saragosse est un sûr indice de l’existence de cette scène et, par suite, de l’épisode dans un antécédent du récit Scandinave.

  • 72 Olivier dit : « En ef ek hefđa ráđit, Þá mundi Karlamagnus konungr hér kominn, ok mundi Marsilius (...)

87Ajoutons, enfin, que celui-ci, comme la version flamande, ne punit pas Marsile de ses méfaits, laisse Saragosse aux infidèles ; Marsile peut encore y régner, même s’il a perdu la main doite. Les conclusions auxquelles aboutit la relation Scandinave sont aussi absurdes et contraires aux buts clairement exprimés de l’œuvre72 que celles des fragments néerlandais. Contradiction due à la seule absence de l’épisode de Baligant auquel se rattachent les scènes de la mort de Marsile et de la conquête de Saragosse.

88D’ailleurs, ce fameux Baligant, dont la Saga semble si soucieuse de taire les exploits, est bel et bien nommé dans le texte nordique. Ganelon rapporte à Blancandrin les projets de Roland :

  • 73 Éd. Unger, p. 494. « Le comte Ganelon répondit à cela : « Cela c’est Rollant qui l’a voulu, que l’ (...)

Guinelon jarl svarađi Þá enn : « Þat vildi Rollant, at eigi koemist saett ά leiđ ί Þessu sinni, ok vildi hann leggja undir sik Spanialand. Síđan vildi hann fara til Babilonar ok drepa Amiral konung, eƒ hann vill eigi skírast láta73.

89Ce roi Amiral de Babylone n’est autre que notre Baligant, « l’amiraill de Babilonie ». L’allusion de Ganelon ne se retrouve dans aucune autre version de Roland, sauf chez Konrad (vv. 1870 ss.) ; elle remplace l’obscur souvenir de la prise de Carcassonne par Roland (par ex. Oxf vv. 381 ss.). Un remanieur qui ne comprenait plus ce dernier a eu l’idée, pour lui substituer quelque chose, de lire plus avant le récit même de Roland qu’il retravaillait, et, dans l’ordre, d’annoncer la conquête de l’Espagne et la défaite de l’Amiral de Babylone. Indice que son récit racontait la lutte contre ce dernier. La Karlamagnus Saga dérive lointainement d’un tel récit, mais, en raison même de cet éloignement, transforme le titre païen d’« amiral » en un nom propre de roi païen.

90Nous pouvons conclure, je pense, que la saga nordique se place à la suite d’une version où la défaite de Marsile était suivie de celle de Baligant et qui racontait tout au long cette dernière. Il ne paraît pas, toutefois, que le compilateur Scandinave soit responsable de l’amputation. Il a connu la Chanson de Roland par un récit qui avait supprimé l’épisode.

C. — Carmen de Prodicione Guenonis

  • 74 Pour les indications bibliographiques sur la question de « Baligant » dans le Carmen, voir E. R. C (...)

91Pas d’épisode de Baligant dans le poème latin et, cette fois, pas la moindre mention de l’émir de Babylone, pas le moindre indice positif74.

92Nous venons de voir que, pour la Karlamagnus Saga, la survie immorale et inacceptable de Marsile est due à la suppression de la scène de sa mort, entraînée par celle de l’épisode de Baligant. Nous pourrions faire la même démonstration pour la version rimée de Lyon : même fuite de Marsile (l. 63), même absence de châtiment (Lyon ignore le passage correspondant aux laisses 246 de Paris et 221 de Cambridge où Marsile meurt en apprenant la défaite de Baligant), même absence de « Baligant ». C’est en effet une règle dans la tradition rolandienne conservée que là où il y a l’épisode de Baligant, Marsile meurt et paie ses fautes, et là où l’épisode de Baligant fait défaut, le roi de Saragosse reste injustement en vie, survit à ses victimes françaises et chrétiennes. D’une part, nous avons les diverses versions françaises de la Chanson (Oxf vv. 3640 ss. ; V4 vv. 3804 ss. ; Ch l. 327, V 7 l. 320 ; Ρ l. 246 ; Τ l. 221) ainsi que le Rolandslied de Konrad (vv. 8595 ss.) et ses suites allemandes. D’autre part, nous avons la saga Scandinave, la version française de Lyon. Il semble que la présence de « Baligant » entraîne celle du juste châtiment de Marsile, que la suppression de « Baligant » entraîne celle de ce châtiment, laisse éternellement le roi païen en fuite.

93Le Carmen parle pour la dernière fois de Marsile en ces termes :

Jam minus est audax rex, non ausus remanere ;
Gens regis fugiens cum fugiente fugit (vv. 395-6).

  • 75 E. Stengel, Das Verhältnis, p. 511, n. 1, relève, en faveur de l’épisode de Baligant, la présence (...)

94Les deux derniers vers racontent donc la fuite éperdue du roi païen. Comme dans la Saga, comme dans Lyon. Cette fuite, ici comme là, c’est le signe de la présence subséquente de l’épisode de la mort du roi, donc de l’épisode de Baligant75.

  • 76 Des deux côtés, Gautier de l’Hum fait une soudaine apparition au cours de la bataille, sans qu’il (...)
  • 77 S’étonnera-t-on que « Baligant » n’ait laissé aucun indice positif dans le Carmen ? Non. Pour les (...)

95Comme la Karlamagnus Saga, avec qui il a plus d’un trait commun76, le Carmen de prodicione Guenonis suppose l’existence antérieure d’une version de la Chanson qui opposait les deux pôles du monde, Charlemagne et Baligant77. Mais il n’est pas interdit de croire que le modèle immédiat du rhétoriqueur latin avait déjà supprimé le fameux épisode. Peut-être ce modèle appartenant à un stade secondaire de l’évolution faisait-il partie de la même famille que celui de la Saga.

D. — Pseudo-Turpin

96L’épisode de Baligant est inconnu de la chronique, mais non le personnage de Baligant. Celui-ci y est cité, y apparaît à plusieurs reprises, dans l’ombre de Marsile. Tous deux sont fraternellement unis sur le trône de Saragosse (p. 179, éd. Meredith Jones). Tous deux se postent avec leur armée pour surprendre l’arrière-garde (éd., p. 183). Enfin, lorsque Marsile est tué, Baligant prend la fuite et disparaît du récit (éd., pp. 187-189).

97La note caractéristique du rôle de Baligant, c’est son insignifiance. Jamais Baligant n’intervient personnellement dans l’action si ce n’est pour fuir ; jamais il n’apparaît sans Marsile. S’il est l’égal de ce dernier dans la fiction, il lui est tout à fait sacrifié dans la présentation des personnages.

  • 78 M. Burger, La légende de Roncevaux, pp. 441, 443 ne paraît pas avoir été frappé par l’inconsistanc (...)

98En réalité, Baligant est inexistant. Il règne à Saragosse avec son frère, mais Ganelon ne parle que de ce dernier quand il rapporte à Charles le résultat de son ambassade : « rediit Ganalonus ad Karolum et dedit et gazas quas reges illi miserant, dicens quod Marsirus vellet effici christianus, et preparabat iter suum ut veniret ad Karolum in Galliam, et ibi baptismum acciperet, et totam terrant yspanicam amplius de illo teneret » (p. 181). Le combat touche à sa fin. Roland se fait désigner le chef de l’armée sarrasine. Qui ? Naturellement Marsile : « Si mecum veneris et Marsirum michi demonstraveris, vivum te dimittam, alioquin te interficiam » (p. 187). De Baligant il ne se soucie nullement. Roland se lance à la poursuite du roi sarrasin et le tue : « Mox Rotolandus Dei virtute fretus intravit inter acies Sarracenorum, illos ad dexteram et ad laevam praecipitando, et consecutus est Marsirum fugientem et potenti virtute Dei illum inter altos peremit » (p. 187). Marsile mort, va-t-il se précipiter sur Baligant en fuite ? Non, il le laisse s’échapper comme s’il n’existait pas. De même Charles, d’après la lettre du récit, lorsqu’il achève les restes de l’armée sarrasine sur les bords de l’Èbre : « Ilico, Mo post illos currente cum sua tantum militia, sol stetit immobilis, et prolongata est dies Ma quasi tres dies, et invenit eos iuxta fluvium Ebra nomine iuxta Caesaraugustam, iacentes et comedentes. Tunc quatuor milibus ex his interfectis, reversus est rex noster cum sua militia ad Runciamvallem » (p. 209). Il est évident que, pour les autres personnages, Baligant n’existe pas et que, pour les lecteurs, ce n’est qu’un double inconsistant de Marsile78.

  • 79 G. Paris, Carmen, pp. 493 ss. ; G. Brückner, Das Verhältnis, pp. 55 ss.

99Le créateur du récit de Roland aurait-il inventé un tel personnage, comme d’aucuns le prétendent79, pour ne lui accorder aucune efficacité narrative, pour n’en faire qu’un nom ? Nous ne le pensons nullement. A notre avis, l’inconsistance de Baligant est une preuve qu’il n’apparaissait pas originairement dans l’histoire avec les fonctions que lui attribue le chroniqueur latin. D’autre part, comme sa mention dans la chronique est un indice qu’il existait dans l’antécédent de celle-ci, nous conclurons que le pseudo-Turpin a remanié une histoire qui présentait Baligant dans un contexte différent, mais n’a pas voulu laisser se perdre le nom du chef païen ni certaines de ses attributions politiques et militaires.

  • 80 L’expression se retrouve ailleurs dans la chronique (p. 147).
  • 81 L’union fraternelle de Marsile et de Baligant rappelle les relations favorables qui unissent les d (...)

100Notre chroniqueur a une expression curieuse : Marsile et Baligant sont, selon lui, les délégués en Espagne de l’amiral de Babylone de Perse, qui apparaît comme une sorte de suzerain suprême de la païennie80. Dans la Chanson de Roland (Oxf vv. 2614-2615, V 4 vv. 2804-2805 ; Τ l. 143, vv. 2227-8 ; Ch l. 261, vv. 4520-1 ; V 7 l. 254, vv. 6-7), c’est précisément Baligant qui joue ce rôle éminent, qui porte ce titre souverain. Il n’est pas impossible que l’antécédent ait ressemblé à la Chanson de Roland sur ce point. La proximité même des noms de Baligant et de l’Amiral dans le texte latin (p. 179), appuyée par certaines ressouvenances obscures du récit rolandien81, nous engage à adopter cette solution.

101Celle-ci nous contraindrait à supposer de la part du pseudo-Turpin une altération consciente de son modèle : la réduction en une des deux principales scènes guerrières, et, comme conséquence le dédoublement de Baligant, émir de Babylone, en deux personnages, la substitution entre Baligant et Marsile d’un rapport d’égalité à un rapport de supérieur à inférieur. Toutes ces transformations viseraient à réduire les parties héroïques du modèle. Nous en étonnerons-nous, quand nous savons que le pseudo-Turpin n’a pas le propos de raconter une histoire de guerre, mais d’utiliser des récits héroïques à des fins pieuses ?

  • 82 Ce combat sur les rives de l’Èbre n’est pas, à notre avis, un rappel défiguré de l’épisode de Bali (...)

102L’épisode de Baligant aurait donc existé dans le modèle de la chronique. Nous avons une autre raison de le croire. Charlemagne demande à ses douteux alliés de Saragosse de se faire chrétiens, de lui payer un tribut. Convaincu, après la mort de Roland, de leur perfidie, il se précipite à la poursuite de leurs derniers survivants et les massacre « iuxta fluvium Ebra... iuxta Caesaraugustam » (p. 209)82. Voilà notre empereur à deux pas d’une Saragosse sans défense. Enfin la ville infidèle est à lui, il va y pénétrer sans coup férir. Non. « Tunc quatuor milibus ex his interfectis, reversus est rex noster cum sua militia ad Runciamvallem » (p. 209). Il s’éloigne de la capitale sarrasine pour n’y plus revenir. De retour en France, facilement satisfait de lui-même, il se considère comme vainqueur de la gent païenne : « qui sibi vim dederat gentem paganam vincendi » (p. 219). Mais Saragosse mire toujours dans l’Èbre l’orgueil de ses remparts.

103Récit maladroit, récit inachevé, que celui du chroniqueur latin qui oublie en cours de route son objectif. Et cependant ce récit reproduit celui de la Chanson de Roland. Elle aussi, elle conduit Charlemagne sur les bords du fleuve, à deux pas de Saragosse (par ex. Oxf vv. 2461 ss.). Elle aussi, elle le ramène à Roncevaux après une nuit passée en cauchemars inquiétants. Elle aussi, elle l’éloigne de la proie tant convoitée, à l’instant même où celle-ci est à portée de sa main. (Oxf vv. 2482 ss., 2845 ss.). Mais, attention ! cet éloignement n’est pas définitif. Charlemagne reviendra sur les bords du fleuve, après avoir vaincu Baligant, et, cette fois, ne négligera pas le but suprême de toute son entreprise (Oxf vv. 3648 ss.).

104Dans la Chanson, la prise de la ville est la conséquence de la défaite de Baligant, le dénouement de l’« épisode de Baligant ».

105Pourquoi le pseudo-Turpin n’est-il pas aussi conséquent que la Chanson ? Parce qu’il omet l’épisode de Baligant. Cette suppression entraîne celle de la chute de la capitale sarrasine.

106Si, dans son modèle, la prise de la ville n’avait pas été soudée à la victoire française sur Baligant, jamais notre chroniqueur, si gauche fût-il, ne l’aurait oubliée. Elle se serait située après le succès décisif de Charles sur l’Èbre et, avant de ramener l’empereur vers ses morts de Roncevaux, le pseudo-Turpin n’aurait pas manqué de faire allusion, en une phrase, à la ruine de la ville. Cette phrase manque dans tous les manuscrits, et cette absence est le signe certain que notre auteur suit lointainement une relation semblable à celle de la Chanson de Roland. Il ne la suit pas jusqu’au bout.

107Quand vient l’ « épisode de Baligant », il l’escamote, mais ne peut s’empêcher de retenir le nom illustre de l’Amiral de Babylone.

108Au cours de notre démonstration, nous avons négligé de discuter quelques-uns des arguments qui ont été avancés, principalement par Gaston Paris, en faveur de l’originalité du récit turpinien.

  • 83 Carmen, p. 495. Cfr G. Brückner, Das Verhältnis, pp. 45 ss.
  • 84 Cfr A. Burger, La légende de Roncevaux, p. 440.
  • 85 Signalons entre autres sa façon de nommer Saragosse Caesar-Augusta, alors qu’il connaît le nom vul (...)
  • 86 Texte d’après Roncaglia, éd., p. 228. — Dans le même sens que nous, voir V. Crescini, Sulla Canzon (...)
  • 87 Texte d’après R. Fawtier, La Ch. de R., p. 156, n. 1 qui se réfère à l’éd. Kurze.
  • 88 G. Paris, Carmen, p. 495, n. 3 est d’avis que juger de la sorte est faire fausse route. Dans ce ca (...)

109Un des gros arguments de Paris, c’est la réalité historique de la relation latine. « Il y avait réellement à Saragosse deux chefs musulmans, qui avaient fait à Charles une soumission apparente »83. Nous nous abstiendrons de discuter longuement cet argument spécieux parce que, d’une part, certains doutes sont possibles sur la valeur historique du récit attribué à l’archevêque84, et, d’autre part, parce qu’il est vraisemblable que le pseudo-Turpin, « intellectuel », « historien » de l’époque, pour imposer sa relation au détriment de la Chanson, se soit attaché à lui conférer quelque apparence historique85. Enfin, si l’on veut tirer argument des coïncidences avec la réalité historique, le Pseudo-Turpin n’est pas seul à en offrir. La Chanson de Roland, elle-même, en présente, dans les parties où elle s’oppose à la chronique latine. Elle parle d’otages sarrasins qui sont livrés à Charles (par ex. Oxf vv.40, 87) ; le pseudo-Turpin tait ce détail qui, si on le voulait, pourrait être regardé comme un souvenir déformé de cet événement consigné dans les Annales Royales : « acceptisque quos Ibinalarabi et Abuthaur, quosque alii quidam Sarraceni obtulerunt obsidibus... »86. Les mêmes Annales Royales racontent que les rois musulmans firent une démarche auprès de Charlemagne à Paderborn : « Venit in eodem loco ac tempore ad regis praesentiam de Hispania Sarracenus quidam nomine Ibin el Arabi cum aliis Sarracenis sociis suis, dedens se ac civitates, quibus eum rex Sarracenorum praefecerat »87. Cette offre spontanée de soumission ne rappelle-t-elle pas l’épisode de Blancandrin de la Chanson88 ? Nous ne croyons guère qu’on puisse invoquer unilatéralement l’histoire en faveur de la priorité d’une version quelconque du récit.

  • 89 Carmen, p. 493.
  • 90 E. Stengel, Das Verhältnis, p. 517 ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 53.

110Un autre argument fondamental de la thèse de G. Paris, dont nous n’avons pas parlé, c’est l’existence de « divers textes... qu’on » ne peut regarder comme ayant puisé dans Τ [pseudo-Turpin] [et » qui] nous représentent Marsile et Baligant comme les deux frères, » régnant ensemble à Saragosse, et attaquant ensemble Rollant à » Roncevaux »89. Parmi les textes allégués par Paris, il n’en est pas un seul, on l’a reconnu depuis longtemps90, qui appuie réellement la priorité de la chronique latine.

  • 91 La Ch. de R., p. 61.

111A propos de l’épisode de Baligant, M. Fawtier91, après avoir signalé son absence dans les versions que l’on sait et sa présence dans la Chanson de Roland, s’abstient de formuler une conclusion précise et parle d’une tradition légendaire qui semble avoir varié. Nous serons plus audacieux que l’historien de sainte Catherine de Sienne, et nous reconnaîtrons que le pseudo-Turpin, aussi bien que le Roelantslied, la Karlamagnus Saga, le Carmen, s’inscrit dans l’évolution narrative à un stade moins ancien que la Chanson classique.

112Ces quatre textes supposent l’existence de l’épisode de « Baligant ». Sa disparition est due dans les vestiges flamands à des accidents matériels, la perte de quelques feuilles de parchemin. D’autre part ni le versificateur du Carmen ni le consciencieux traducteur Scandinave ne sont responsables de l’absence de « Baligant » dans leurs versions. Il faut l’attribuer à leurs modèles immédiats, qui ne sont peut-être pas sans relation entre eux. La position du faux archevêque de Reims me paraît différente. Il doit avoir personnellement utilisé une chanson qui possédait le fameux épisode et n’en avoir retenu que le nom et le titre du principal personnage.

  • 92 Les pp. 275-6 de l’Hist. poét. de Charl, de Paris me paraissent toujours excellentes et plus juste (...)

113Quoi qu’il en soit de ces précisions, aucune des versions considérées ne peut être invoquée à l’appui de la thèse d’un « Baligant » inauthentique et secondaire92.

4. Épisode dit « d’Aude »

114Qui n’a dans le cœur le souvenir des deux laisses frémissantes que la Chanson de Roland du manuscrit d’Oxford a consacrées à la fiancée de Roland, la belle Aude, qui n’apparaît que pour mourir d’amour (Oxf vv. 3705 ss.) ?

  • 93 Par ex., W. Tavernier, Zur Vorgeschichte, pp. 187 ss.

115Ce court épisode que plusieurs considèrent comme le moment le plus exaltant de l’œuvre93 n’apparaît dans aucune des quatre versions dont nous examinons la valeur primitive.

116Nous savons que les bribes de manuscrits conservées à Lille, Looz, Bruxelles, La Haye et Rotterdam ne nous transmettent pas le Roelantslied complet, ne nous en offrent qu’un fragment délabré et mutilé. La mort d’Aude, ce fragment ne la raconte pas. La geste originale flamande ou son modèle auraient-ils, pour la cause, ignoré aussi la douce fiancée ? Une allusion du Volksboek a tôt fait de nous détromper :

Maer ick segt u hier te voren
Eest dat ghi blaest uwen horen
Ende mi noch die fortuyne mach gheschien
Dat ick mijnder suster mach sien
Ick sweere u dat met eede stijf
Nemmermeer en wort si u wijf.
(éd. Boekenoogen, p. 47, vv. 12 ss.).

  • 94 G. Paris, Carmen, p. 510, n. 1.

117L’austère pseudo-Turpin tait également le nom de la jeune fille. Serait-ce donc que la jeune fiancée n’existait pas dans la source inspiratrice de la chronique94 ? Pourquoi voudrait-on qu’il en soit ainsi alors que les études précédentes ont montré que le pseudo-Turpin ne craignait pas de refaçonner son modèle ? Il a pu détacher sans difficulté l’épisode d’un contexte auquel il n’adhérait que légèrement. Il a pu sacrifier l’émouvante fiancée comme il a sacrifié la belle Braminonde, pour ne pas éclairer de présences féminines son édifiante et sévère relation d’un martyre collectif. Dans la nouvelle fiction du chroniqueur, où la triste jeune fille aurait-elle pu trouver place ? Sur le champ de bataille même, à Roncevaux, où l’on juge et exécute le criminel Ganelon — épisode qui, comme celui d’Aude, se situe à Aix-la-Chapelle dans Oxford ? Mais quelle contradiction avec l’esprit qui anime le pseudo-Turpin, cette fiancée éperdue courant après l’armée où combat son amoureux ! La voit-on, au contraire, à Blayes, comme dans les versions rimées de la Chanson française ? Ou à Belin où est enterré son frère Olivier ?

  • 95 On ne la voit pas davantage paraître avec naturel au concile de Saint-Denis (pp. 217 ss.), poser d (...)

118Ou à Bordeaux, à Nantes, aux Alyscamps, stations de l’armée française ? Ce ne serait alors qu’une ombre errant de tombe en tombe, de cimetière en cimetière, de basilique en basilique, puisque pour le pseudo-Turpin une ville n’est qu’une nécropole surmontée d’un clocher d’église95. Il n’y a pas de place pour la belle Aude dans la chronique, elle n’a pas su charmer le cœur insensible du pseudo-Turpin, tout à Dieu, à saint Jacques et à la Via Jacobitana.

119L’absence, attendue et si naturelle, de la jeune fille dans l’Historia Karoli Magni et Rotolandi n’engage pas le modèle de celle-ci.

  • 96 G. Paris, loc. cit. ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 232 ; W. Tavernier, Zur Vorgeschichte, pp. 1 (...)
  • 97 W. Tavernier, Beiträge II, pp. 93 ss., s’est dépensé en vain pour convaincre ses lecteurs que le C (...)

120Si le prudent archevêque a de bonnes raisons pour ne point troubler ses pieux lecteurs par des visions féminines, on ne peut en dire autant du croqueur d’hémistiches du Carmen de prodicione Guenonis. Et il nous le montre bien en parant la resplendissante Braminonde de toutes les grâces et des plus précieux atours (vv. 91 ss.). Si Braminonde la belle illustre son récit, Aude la douloureuse peut aussi y mourir d’amour. Rien de tel, toutefois : pas d’Aude, pas le moindre souvenir de son existence. N’aurait-elle pas existé dans le texte dont s’inspire notre versificateur96 ? Ce serait là une conclusion hâtive. Souvenons-nous en effet de sa tendance abréviatrice97, que nous avons déjà vue se manifester vigoureusement. Éparse dans toute l’œuvre, cette tendance sévit d’une manière particulièrement grave à la fin, à l’endroit où pourrait apparaître la belle Aude. Pressé d’en finir avec son récit, notre rhétoriqueur a escamoté la fiancée de Roland, alors que Braminonde, qui entre en scène au début de l’œuvre, il la présentait brillamment, avec toutes les ressources de son art scolaire et figé. Nous noterons enfin qu’il n’est pas prodigue en noms propres, surtout quand il s’agit de personnages de second plan du genre de la belle Aude.

121Un dernier point reste à élucider. Nous avons vu que le Carmen et la Karlamagnus Saga peuvent être dérivés, sinon d’un même modèle, — ce qui tiendrait du miracle, du moins de modèles étroitement apparentés. L’attitude de la chronique Scandinave vis-à-vis d’Aude nous apportera donc quelque éclaircissement sur celle du poème latin.

122Lisons le livre VIII de la Saga à la recherche de la fiancée perdue. Nous ne la trouverons pas dans l’édition Unger, c’est-à-dire dans les manuscrits A, B et b de l’œuvre. Mais lisons la chronique danoise qui descend elle aussi de la Saga, par une voie indépendante des mss norrois conservés, Aude nous y attend :

  • 98 Traduction dans L. Gautier, 1re éd., t. II, p. 263. Cette traduction qui ne se réfère pas au texte (...)

123En Dag efter Keiserens Ankomst til Paris indkom Olivers Söster og spurgte Keiseren ad : hvor er Oliver min Broder og Roland min Fästemand ? Keiseren taug, omsider sagde han : min Kjäre Jomfru, Roland og Oliver bleve slagen faa Runtsevals Hede. Jomfruen styrtede ned for keiserens Födder, οg af Sorrig brast hendes Hjerte sönder. Keiseren daanede of Medynk over hende, og faldt paa Liget ; da han kom til sig igjen, lod han begrave hendes Liig med stor Värdighed. (éd. Michel, p. 308)98.

  • 99 G. Paris, La Karlamagnus Saga, Histoire islandaise de Charlemagne, Bibliothèque de l’École des Cha (...)

124L’épisode nous est raconté avec la brièveté poignante qu’il a dans Oxford (vv. 3705 ss.) ou dans le Rolandslied de Konrad (vv. 8685 ss.). Rien dans le texte danois ne permet de supposer qu’il ait été influencé par l’une ou l’autre de ces versions. L’épisode d’Aude n’est pas une interpolation du remanieur danois, mais vient de beaucoup plus loin, de la première Karlamagnus Saga, perdue, dont l’édition Unger et les diverses traductions qui en ont été faites, ne donnent qu’une version remaniée, abrégée, celle du modèle des mss anciens A, B, b99. L’épisode d’Aude a existé dans la Karlamagnus Saga originale. Les mss A B b qui en dérivent indirectement confirment d’ailleurs cette existence, en prononçant à leur tour le nom de la jeune fille, comme dans la Chanson de Roland française, au cours de la seconde discussion entre Roland et Olivier :

  • 100 Telle est la version du ms. A. Celle des mss. Β b ne fait que la confirmer, du moins pour la menti (...)

Oliver svarar : Eigi skal Þat at mínu ráđi, ok Þat veit ek víst, ef ek fynda Auđu systur mína, at Þú skyldir aldri síđan hvíla ά millum armleggja henni (éd., p. 517)100.

125Nous pouvons conclure que la Karlamagnus Saga a connu l’épisode de la belle Aude. Il en était de même de son antécédent, donc de celui du Carmen de prodicione Guenonis, qui lui est apparenté.

5. Bilan provisoire

  • 101 Sauf la geste flamande, dont l’état actuel de délabrement nous interdit de nous prononcer sur l’ab (...)
  • 102 R. Fawtier, La Ch. de Rol., p. 62.

126Dressons un bilan provisoire des résultats atteints. Aucune des versions qui ignorent les épisodes capitaux d’Aude, de Baligant et de Blancandrin ne peut prétendre remonter à un stade de l’évolution narrative antérieur à celui qu’atteste la Chanson de Roland classique. Toutes montrent des détails qui ne se peuvent justifier que par tel ou tel des épisodes absents ; toutes supposent, avant elles, l’existence de ces épisodes ; toutes les ont supprimés101. Ne nous étonnons pas d’une semblable amputation collective. Il y a eu au cours de l’évolution narrative de Roland un mouvement abréviateur, à côté d’un mouvement interpolateur. La même dualité se retrouvera, comme nous le verrons, dans l’évolution de Galien le Rhétoré. Quelles étaient les scènes les plus menacées, celles qui tentaient le plus les « écourteurs » ? Les scènes latérales, celles du début, — « Blancandrin » —, celles de la fin — « Aude » —, celles qui leur paraissaient moins intimement attachées au récit — « Baligant » —. Si la partie centrale de la relation a été moins retravaillée que les parties latérales, ce n’est pas parce qu’elle était mieux que celles-ci fixée dans ses grandes lignes et dans beaucoup de ses détails102, mais simplement parce qu’elle était centrale et compacte, et, de ce fait, moins vulnérable.

127Les versions que nous venons d’étudier sont, à notre avis, moins un reflet de la période prélittéraire, que des manifestations concrètes de la période littéraire. N’attribuons pas à la période légendaire toutes les variations du récit. On a travaillé, on a retouché, on a modifié autant après l’an 1100 qu’avant, et, selon nous, beaucoup de transformations narratives sont postérieures à cette date. Toutefois ne passons pas d’un extrême à l’autre. Gardons-nous de croire que toute œuvre littéraire, toute création artistique — qu’il faut distinguer de la phase préparatoire où s’entassent les matériaux — commence avec la version que le hasard favorable nous a conservée. Les fragments flamands sont là pour nous rappeler à une plus juste conception des choses.

  • 103 Attitude de L. F. Benedetto, Ep. d. Ronc., p. 176 ; E. Mireaux, La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., pa (...)

128Pour en revenir à des considérations moins théoriques, notre longue étude comparative sur les versions plus brèves que la Chanson de Roland classique nous a amené à cette conclusion : ni la Saga ni le Carmen ni le pseudo-Turpin ni les textes néerlandais ne peuvent être invoqués pour appuyer l’hypothèse d’un récit antérieur à celui qu’atteste le poème français de Roland103. Mais qu’on y prenne garde, l’insuffisance et l’incompétence de ces témoins ne sont pas une preuve ni même un indice que ce stade n’ait pas existé.

6. Gautier de l’Hum

129Jusqu’à présent, nous n’avons examiné que les épisodes qui manquent dans telle et telle version. Il convient de jeter un coup d’œil, à présent, sur ceux qui sont racontés chez elles ou chez certaines d’entre elles autrement que dans la Chanson française. Nous nous en tiendrons aux passages les plus significatifs.

130Dans le récit classique de la Chanson de Roland, Gautier de l’Hum apparaît deux fois. Roland rassemble tous ceux qui feront avec lui l’arrière-garde : Olivier, Gerin, Gerier, Otes, Berengier, Anseïs, Turpin et d’autres.

« E jo od vos, ço dist li quens Gualters ;
Hom sui Rollant, jo ne li dei faillir... (Oxf vv. 800-801).

131Il s’éloigne du corps principal de l’arrière-garde et s’en va tenir les « deserz e les tertres ».

Od mil Franceis de France, la lur tere,
Gualter desrenget les destreiz e les tertres :
N’en descendrat pur malvaises nuveles. (Oxf vv. 808-810).

132Et, en effet, il n’en sera plus question avant longtemps. Combattant loin du champ de bataille principal, livrant un vrai combat de montagne, il échappe longtemps au regard du poète braqué sur Roland et la plaine de Roncevaux. Il ne réapparaîtra qu’à la fin, quand on l’a oublié, quand

Morz sunt Franceiz, tuz les i ad perdut
Senz l’arcevesque e senz Gualter de l’Hum.
Repairez est des muntaignes jus (Oxf vv. 2038-40).

133Il ne réapparaît que pour mourir près de Roland (Oxf v. 2076).

  • 104 Éd. Van Mierlo, pp. 149 ss.
  • 105 Éd. Kloeke, Tijd. v. ned. Taal-en Lett., t. LIX, 1940, pp. 93 ss.

134Les manuscrits conservés de la chanson flamande (H vv. 253-300 ; R vv. 355-377104 ; Ro p. 98)105 et le Carmen de prodicione Guenonis (vv. 421 ss.) ne nous ont conservé que cette seconde apparition. Gautier fait irruption dans ces récits à la fin du combat, revient des montagnes couvert de sang et de blessures pour combattre quelques instants aux côtés de Roland et de Turpin et mourir percé par les dards sarrasins. La soudaineté de cette apparition n’est pas sans étonner. A notre avis, elle engage à supposer, dans le Roelantslied ou son modèle, une première scène où Gautier se séparait de Roland et allait se poster dans les montagnes. Si nous ne la connaissons pas, c’est parce que les fragments n’ont conservé du récit que les parties postérieures à cette péripétie.

135La situation du Carmen est plus délicate. Nous y trouvons ces vers :

Pars parat insidias, pars obtinet arta viarum,
Pars scandit scopulos, ne quis obesse queat.
Hos omnes vexant, terrent, reprimit juga, valles
Ardua, terribiles, terribilisque timor (vv. 211-214).

  • 106 Carmen, p. 503.
  • 107 Zur Vorgesch., pp. 70 ss., note.
  • 108 Notre interprétation du passage nous autorise à rejeter les considérations de W. Tavernier, Zur Vo (...)
  • 109 Cfr v. 389 (pour le fils de Marsile), 305 (pour Engelier), 267 (pour Samson, Turpin), 316 (pour An (...)
  • 110 Signalons en passant la curieuse transformation tentée par la version Β de la Karlamagnus Saga : s (...)

136G. Paris106 les interprète ainsi : « par ceux qui occupent les hauteurs C entend certainement Gautier du Hum, détaché par Rollant pour aller occuper la montagne ». Ce n’est pas l’avis de W. Tavernier107 : « Il ne me paraît nullement assuré que C 212 se rapporte à l’arrière-garde, car le hos omnes du v. 213 se rapporte certainement au gros de l’armée. Aussi faut-il peut-être traduire le passage ainsi : Ainsi une grande partie des héros reste à l’arrière-garde sous la conduite de Roland ; une (autre) partie suit l’armée en marche (formant le gros de l’armée) à cheval ou à pied ; de nouveau une (autre) partie préserve (les colonnes) d’une attaque éventuelle et [notre citation latine commence ici] une partie occupe les défilés (qu’ils sont en train de passer), une autre les hauteurs (des deux côtés). Tous ceux-ci (parties du gros de l’armée), les montagnes et les vallées escarpées et redoutables les tourmentent, les effrayent, les paralysent... » Il n’est naturellement pas question, pour Tavernier, de Gautier de l’Hum. Les vers du Carmen ne sont pas limpides. Nous y voyons un entrelacement de deux thèmes ; celui de Roland qui reste à l’arrière-garde (v. 209 : Sicque ducum duce Rollando pars magna reducta), celui du gros de l’armée qui s’éloigne (v. 210 : Pars eques insequitur agmina, parsque pedes). Au premier thème appartiennent les vv. 211-212 (cfr Oxf vv. 805 et 808), au second les vv. 213-214 (cfr Oxf vv. 814-816). Si les vers 211-212 se rapportent à l’arrière-garde, comme nous le croyons, ils ne peuvent faire allusion qu’à la scène de Roland où Gautier s’enfonce dans les montagnes. Mais cette scène, le Carmen la rapelle sans nommer le héros108. D’autre part, quand il surgit près de Roland, rien ne précise dans le texte latin qu’il descend des montagnes avoisinantes (v. 421). Gautier n’aurait-il pas combattu dans les défilés et les escarpements pour l’auteur du Carmen ? N’en croyons rien. La brusque apparition de Gautier aux côtés de Roland et de Turpin est conforme à une tendance caractéristique du poète latin qui supprime toute présentation des personnages de second plan109 : le poète aura omis les quelques vers où les personnage était présenté ou simplement nommé ; il aura fait sauter, dans son effort d’abréviation, la première apparition de Gautier comme il a fait sauter celles d’Anseis, d’Engelier, du fils de Marsile. Cette attitude trois fois répétée dénote chez lui une intention délibérée dont il faut tenir compte. La Karlamagnus Saga, qui n’est pas sans relation lointaine avec le poème latin, est d’ailleurs conforme à la Chanson française et fait entrer Gautier deux fois en scène (voir éd., pp. 501 et 521)110.

137Quant au faux Turpin, il ignore tout à fait Gautier de l’Hum. Pour lui Gautier est à ranger parmi les personnages qui, n’apparaissant pas ailleurs que dans la Chanson de Roland, n’ont pas été jugés dignes de figurer dans la chronique.

7. Le sort de Durendal

  • 111 Doen leit hij onder hem wale / Beide den Horen ende Duerendale (L vv. 352-3, éd. Van Mierlo, p. 15 (...)
  • 112 L’olifant a inspiré au poète ces vers qui en sont les dernières mentions : Hunc adeunt obitum gent (...)

138Que devient Durendal dans nos quatre textes ? Négligeons la chanson flamande mutilée, qui laisse l’épée et l’olifant précautionneusement cachés sous le corps de Roland111, et le Carmen qui, ne lui accordant aucune attention particulière, la laisse, comme le cor, dans les mains du preux112 ; examinons uniquement la Saga, le Turpin et la Chanson classique.

  • 113 Lég. ép., t. III, p. 388, n. 1.
  • 114 Ronsasvals, Troisième article, Romania, t. LXVI, 1940-41, p. 453.

139La tradition de celle-ci est très variée. Oxford, confirmé par V 4 et Konrad, fait passer l’épée de Roland — et son olifant — des mains du héros dans celles de Rabel et de Guineman, qui s’illustreront au cours de la bataille contre Baligant (Oxf vv. 2359 et v. 3017 ; V 4 v. 2520 et v. 3205 ; Konrad vv. 6824 ss. et 7770 ss.), mais laisse mystérieusement dans l’ombre tout ce qui concerne ce transfert. On présume que Charles, quand il a retrouvé le corps de Roland, a également retrouvé son olifant et sa Durendal. Ce silence a alarmé le goût littéraire de J. Bédier113. Il y voit une « bizarrerie » de l’auteur, qui reste pour lui une énigme. Je crois, pour ma part, avec M. Mario Roques114, que le poète tait ce qui va de soi, ce qu’il n’est pas indispensable de dire. Or, découvir l’épée qu’il cache sous lui en découvrant Roland, c’est une de ces évidences inutiles à indiquer.

  • 115 M. Roques, ibidem.
  • 116 La Ch. de R. comm., p. 317.
  • 117 Rotta di Roncisvalle c. VIII, ott. 19 ; Spagna in rima c. XXXVII, ott. 9-to ; Viaggio di Carlo Mag (...)
  • 118 Il s’agit de Durendal et non de Hauteclaire, malgré la mention d’Olivier.

140Le sort final de l’épée est autrement singulier. Que devient Durendal après la victoire sur Baligant ? Oxford ne le précise pas, alors qu’il dépose l’olifant, en offrande115, sur l’autel de Saint-Seurin (vv. 3685 ss.). Même laconisme chez Konrad. J. Bédier admet ici que les scribes ont laissé tomber un ou plusieurs vers116. Cette nécessité de préciser le sort de Durendal n’a pas convaincu M. Roques. Il juge que l’épée devrait revenir, après le combat, tout naturellement à Charlemagne qui « la garderait pieusement, en son « escrin », dans son trésor, avec Joyeuse, sa sœur, comme reliques insignes de ce qui fut sa gloire et sa tendresse. » Ce retour a dû paraître si naturel au poète qu’il n’a pas cru devoir le formuler. Avouerai-je que ce retour ne me paraît pas aussi attendu qu’il puisse justifier le silence du poète ? Quand, dans d’autres versions, Durendal revient à Charles, les auteurs prennent toujours un soin méticuleux à nous conter la scène117. Je m’explique autrement l’abstention d’Oxford. Aux vv. 3014 ss., l’épée et l’olifant de Roland sont remis à Rabel et à Guineman118. Guineman est tué peu après (vv. 3463 ss.), tandis que Rabel échappe à la mort (cfr V 4). Si l’olifant a été offert à Saint-Seurin, c’est qu’il n’a plus de possesseur, c’est qu’il a été remis au pauvre Guineman. L’épée, au contraire, continue à servir, intacte et victorieuse, aux mains du comte Rabel. Durendal aurait subi un sort analogue dans Oxford et dans le Viaggio où elle passe aux mains de Galeant et ensuite d’Ogier le Danois.

  • 119 Autre exemple de concordance entre la Chanson et le Guide : les douze pairs (Guide, p. 78) dont le (...)
  • 120 L’auteur s’est laissé entraîné à faire un sort dévot à Durendal comme à l’olifant et a oublié que (...)

141Oxford offrait l’olifant au trésor de Saint-Seurin de Bordeaux. Le pseudo-Turpin dépose l’épée et le cor à Saint-Romain de Blayes auprès de Roland et précise que, si le cor se voit aujourd’hui à Bordeaux, c’est à la suite d’une translation indigne (p. 213). Nous avons deux raisons de croire à l’antériorité du récit d’Oxford. Tout d’abord, le principe de la lectio difficilior. Ne voyant pas plus que les commentateurs modernes ce qu’était devenue Durendal, le pseudo-Turpin l’a enterrée à Blayes avec Roland, en a enrichi l’église Saint-Romain. Cette élucidation du mystère est bien conforme à ses préoccupations dévotes. La seconde raison, c’est le Guide du Pèlerin. Ouvrons-le à la page consacrée à Blaye : « Deinde apud Blavium in maritima, beati Romani presidia petenda sunt, in cujus basilica requiescit corpus beati Rotolandi martiris... » Devons-nous chercher à ses côtés la fameuse Durendal ? Le Guide ne nous y invite nullement ; et, cependant, il n’est pas sans se souvenir de l’épée : « Hic tanta fortitudine repletus fuit, quod petronum quemdam ut fertur, in Runciavalle, a summo usque deorsum, sua framea per medium, trino ictu scilicet scidit... » L’olifant, il nous annonce que nous l’admirerons à Bordeaux (p. 78). Le Guide, qui devait tâcher de donner des renseignements exacts, concorde, chose étonnante, non avec le pseudo-Turpin, mais avec la Chanson d’Oxford elle-même119. C’est celle-ci qui est dans le vrai, c’est le pseudo-Turpin qui altère la réalité, sans doute pour d’obscures raisons d’ordre narratif120.

142La tradition française de la Chanson de Roland ne se conforme pas tout à fait aux données d’Oxford. Nous retrouvons cependant l’olifant et l’épée (devenue écu en certaines versions), dans Ρ l. 188 Τ l. 169 (avec l’altération indiquée), dans Ch l. 280 et V 7 l. 273, aux mains de Guineman et de Rabel (ou de son substitut Renault en T), et nous relevons la même insouciance sur leur sort postérieur que dans Oxford. C’est auparavant que les versions rimées ont porté quelque intérêt au destin de l’épée : Ch l. 246, V7 l. 239, Τ l. 128, (mais non Ρ l.144 et Ly l. 98) nous racontent que Roland moribond a tenté d’anéantir Durendal en la jetant dans un ruisseau marécageux. Cette idée réapparaîtra dans les Galiens où l’épée s’abîme aussi au plus profond d’une rivière et ne peut être repêchée par Galien (pp. 224 ss.). Toutes ces versions se caractérisent par un effort plus ou moins bien conduit pour faire un sort à Durendal.

  • 121 Trad. Koschwitz, p. 346 ; Gautier, 1re éd., t. II, pp. 249 ss.
  • 122 La chronique danoise a repris également la scène : l’épée est, pour elle, jetée i en Sö (éd. Miche (...)

143Le Ronsasvals provençal offre la même tendance. Charlemagne reprend l’épée à Roland (vv. 1601-1602) et la jette dans un grand lac (v. 1607). Les données du récit provençal se retrouvent dans la Karlamagnus Saga (p. 528)121 : ici aussi Roland remet son épée à son empereur et suzerain ; ici aussi, l’empereur la fait disparaître dans une eau profonde122. Comme les précédentes, les versions provençale et Scandinave s’attachent à faire un sort à l’épée de Roland.

  • 123 Pour ma part, je crois que le créateur de la Chanson de Roland a voulu faire de Durendal l’épée to (...)

144Cette idée me paraît postérieure à celle qui laissait mystérieusement l’épée aux mains de Rabel ou ne se prononçait pas explicitement sur sa destinée123. C’est la leçon du type Oxford, imprécise, mystérieuse, qui a engagé les uns à imaginer Roland noyant ou tentant de noyer Durendal, les autres, à inventer un Charlemagne sacrifiant l’épée que personne n’est plus digne de porter, les Italiens enfin, à mettre en scène un Roland, ressuscité pour un instant, rendant solennellement son épée à son seigneur. Le remaniement en ce sens paraît plus vraisemblable que celui qui supposerait pour Durendal, à l’origine, un sort bien défini, exprimé sans énigme, et remettrait à plus tard les incertitudes et l’obscurité.

145Nous avons une autre raison de croire à la postériorité de la tradition assurée par Ronsasvals et la Saga. Nous avons vu que, dans la scène de la quête des morts, il n’était pas dit comment Charlemagne retrouvait l’épée de Roland cachée sous lui. Le poète a jugé inutile de consacrer un vers à ce qui va de soi. La Saga Scandinave renferme précisément le passage superflu :

  • 124 Trad. Koschwitz, p. 345 ; L. Gautier, t. II, p. 249 : « ... et trouvèrent Rollant gisant entre qua (...)

146...ok fundu Rollant liggja í millum fagra steina 4, ok lá sverđ hans undir höfđi honum, ok hélt hann hoegri hendi sinni um međalkafta en hinni vinstri hendi hafđi hann horn sitt Olivant (p. 527)124.

  • 125 La leçon de la Saga, que J. Bédier, Lég. ép., t. III, p.388, lui-même admettait pouvoir être primi (...)

147Face à la « réserve » aristocratique des divers Rolands français, les précisions inutiles de la prose Scandinave font l’effet de la retouche d’un amateur d’évidences125.

148Ni le pseudo-Turpin ni la Saga ne fournissent un récit antérieur à celui de la Chanson française.

8. Les sépultures des héros

  • 126 Cfr Konrad, vv. 8667 ss. — Les vers d’Oxford ont été parmi les plus commentés. Il paraît vain d’en (...)

149La sépulture des martyrs de Roncevaux. Beau thème à variations clérico-littéraires ! La Chanson de Roland classique reconduit les corps des héros à Saint-Romain de Blayes (vv. 3689-3693 d’Oxford126).

150La Karlamagnus Saga est d’une autre opinion. Ce n’est pas Blayes qui a l’honneur de conserver les restes des glorieuses victimes : c’est Arles en Provence. Les douze pairs reposent pour l’éternité au cimetière des Alyscamps (pp. 529-530). L’inhumation s’accompagna des cérémonies les plus pieuses et les plus pompeuses. Charlemagne se montra généreux : il fit offrande de douze cents marcs d’argent, établit de grosses rentes et des prébendes (p. 530).

  • 127 Que confirme partiellement le Guide. On s’est étonné que le Guide signale la tombe de Roland à Bla (...)
  • 128 Nous nous opposons ainsi aux idées d’A. Burger, Légende de Roncevaux, pass.
  • 129 A travers l’énumération prolifique du pseudo-Turpin, on devine que ces deux sépultures ont pour lu (...)
  • 130 Malgré certaines ressemblances lointaines, il est impossible de songer ici à une influence du Turp (...)

151Le pseudo-Turpin concilie les deux récits précédents : Roland est à Blayes, mais de nombreux martyrs reposent en Arles. Il disperse en outre les corps des combattants aux quatre coins de la France méridionale : à Belin (où gisent Olivier et d’autres héros), à Bordeaux (où en plus du cor de Roland, ont été ramenés quelques-uns des vainqueurs de l’Espagne païenne), à Nantes (où ont été inhumés les combattants bretons), à Rome enfin (où reposent le préfet Constantin, les Romains et les Apuliens). Le faux archevêque multiplie les sépultures et répartit plus ou moins ses morts selon leur région d’origine : à Nantes les Bretons, à Rome les Italiens, en Arles — sur la route du Lyonnais et de la Bourgogne — les Bourguignons et les gens de l’Est, à Blayes le comte de Blayes, à Bordeaux Gaiferus rex Burdegalensis, Engelerus dux Aquitaniae (pp. 213 ss.). D’autre part, la chronique ramène d’Espagne, avec la pire invraisemblance, toutes les victimes de la Croisade, contrairement à la Chanson pour qui seules les plus éminentes ont ce privilège. Cette dissémination intéressée127, cette multiplication des tombeaux à vénérer et à couvrir d’offrandes, ce catalogue publicitaire des nécropoles épiques, rien de tout cela n’est primitif128. Il y a là utilisation édifiante et systématisation intéressée de la double suggestion de la tradition littéraire : sépulture à Blayes, sépulture en Arles129. Nous en revenons ainsi aux indications de la Saga130 et de la Chanson.

152Blayes ou Arles ? Ou encore Blayes et Arles ? Qu’avons-nous à l’origine ?

  • 131 Rappelons que l’identification de Narbone avec « Arbonne » (près de Biarritz), proposée par un éru (...)
  • 132 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 13.

153Le passage d’Oxford consacré à Blayes n’est pas sans éveiller certains soupçons. Le v. 3683 Passent Narbone par force et par vigur reste un mystère131 que n’élucide point le passage correspondant de V 4 (vv. 3848 ss.) ; mais seule l’identification du toponyme est mystérieuse, seule la question de la précision géographique de l’auteur est en cause, rien de plus. Le vers « ils poussent vigoureusement à travers la ville de... » est bien en place. La lacune du v. 3684, Vint a Burdeles la citet de..., aisée à combler par renum ou valur, n’engage que la responsabilité du scribe. Le v. 3682 Repairez sunt a joie a baldur, qui a choqué M. Wilmotte132, peut s’expliquer soit comme une formule littéraire clichée (on regagne sa patrie, on est donc plein de joie), soit comme la juste expression des sentiments réels des soldats français (sunt) — et non de Charlemagne — qui, même s’ils ont perdu Roland, Olivier et les douze pairs, se réjouissent à l’espoir de rentrer au pays. En apparence incorrects, les vers d’Oxford consacrés à Blayes peuvent se justifier dans la lettre. Il convient toutefois de signaler que ces vers paraissent ne pas avoir été d’une grande importance pour leur auteur : c’est un renseignement donné en passant au lecteur, qui est un peu détaché du récit même. Il ne convient pas d’en faire la clef de voûte de tout l’édifice.

  • 133 Version A confirmée par 6. Trad. « A présent Rollant alla chercher ses compagnons et trouva à cet (...)
  • 134 Version A confirmée par B. Trad. de la fin : « Rollant et Oliver et l’archevêque Turpin et tous le (...)
  • 135 La scène où Roland réunit autour de lui tous ses compagnons pour former l’arrière-garde ne jette a (...)
  • 136 Quand le prosateur emploie avant la traduction des « 12 pairs » le pronom personnel Þeir, Þeirra, (...)

154Le passage de la Saga consacré à la ville d’Arles ne présente pas en apparence d’obscurités inquiétantes. A la réflexion, toutefois, il est moins rassurant. Qui est enterré en Arles ? Les douze Pairs ? Il semble aller de soi que Roland et Olivier fassent partie de la célèbre cohorte. Le prosateur Scandinave — et son modèle français — n’en paraissent pas aussi convaincus. Une fois c’est oui, une fois c’est non. Ici Olivier est bien compris dans les douze Pairs : Nú fór Rollant at leita félaga sinna, ok fann Þá alla jafningja nema Oliver (p. 522)133. Là Olivier et Roland ne doivent pas être comptés parmi eux : svá ok ávalt eru Þeir framast Rollant ok Oliver ok Turpin erkibyskup, ok allir 12 jafningjar er fylgdu Þeim... (p. 512)134. En réalité, notre auteur reste hésitant, et son indécision135 se marquera dans les expressions assez ambiguës dont il usera pour parler des Pairs : ganga Rollant ok Þeir 12 jafningjar (p. 503) ; er kurust ί móti Rollant ok Þeim 12 jafningjum (p. 510) ; nú er Rollant ok Oliver ok 12 jafningjar (p. 501), ok Olivers ok allra 12 jafningja (p. 504), ofdrambi Reliants ok Olivers ok Þeirra 12 jafningja... á móti Rollant ok Oliver ok öllum Þeim 12 jafningjum (p. 505), Hvar ertu Rollant ok Oliver eđa Turpin erkibyskup ? Hvar eru Þeir 12 jafningjar ? (p. 525), etc. expressions qui ne distinguent pas nettement Roland et Olivier des douze pairs, mais qui ne les y assimilent pas non plus136. Quand vient la scène des sépultures, le prosateur maintient tout d’abord l’équivoque : ok lét leggja ά lík Þeirra Rollants, ok 12 jafningja ok höfđingja... (p. 529), mais, par après, — et précisément au moment de l’inhumation en Arles, — il ne parle plus que des 12 lík (p. 529) et des 12 jafningjar (p. 530), sans reprendre le nom de Roland ou d’Olivier, contrairement à son habitude. A n’en pas douter, il évite de déclarer franchement que les deux preux ont été enterrés aux Alyscamps, il évite de contredire ouvertement la tradition qui les enterrait ailleurs. Cette attitude hésitante enlève toute force péremptoire à la localisation arlésienne. Celle-ci ne vaut pas plus que la blaisoise.

155Il est remarquable que tous les passages traitant des sépultures mettent les commentateurs dans l’embarras, éveillent chez le simple lecteur une gêne irrépressible. Impression ne trompe pas souvent. C’est que les mentions de Blayes, d’Arles ou d’ailleurs sont peut-être « plaquées ». C’est que la Chanson de Roland n’est peut-être pas une fleur poussée dans un cimetière.

  • 137 Nous n’avons à parler ni des fragments flamands, incomplets, ni du Carmen de prodicione Guenonis, (...)

156Même pour les sépultures, aucune des versions concurrentes de la Chanson française ne permet, pas plus que celle-ci, de retrouver la forme primitive du récit137.

9. Le plaid de Ganelon

157Encore une scène : celle du jugement et de l’exécution de Ganelon. La Chanson de Roland classique lui confère une ampleur grandiose, lui donne les couleurs graves et solennelles d’une grande scène d’apparat (Oxf vv. 3742 ss.).

  • 138 Les commentaires sur le procès de Ganelon ne manquent pas. Voir entre autres : L. Gautier, 1re éd. (...)

158L’épisode est minutieusement agencé et détaillé : les tortures populaires, les accusations, la plaidoirie, l’indulgence humaine, la rigueur du jugement de Dieu qui s’exprime par un duel judiciaire entre les champions des deux causes, enfin le châtiment du coupable et des garants de sa cause démoniaque. C’est le digne couronnement de toute l’œuvre138.

159Moins de péripéties dans la Karlamagnus Saga (pp. 530 ss.), mais autant de solennité et de pompe. Le procès se déroule à Paris, dans la capitale, devant les chefs de chaque province, réunis en assemblée générale. Après des hésitations, celle-ci se range à l’avis du sage Naimes, et Ganelon est condamné à être traîné tout autour du Frankenland jusqu’à ce que mort s’ensuive.

160L’atmosphère des deux scènes est empreinte de la même grandeur : des deux côtés, c’est un grand procès d’état qui intéresse toutes les régions de l’empire jusqu’aux plus lointaines marches. La conclusion est, malgré les apparences, la même : le coupable est durement châtié par l’écartèlement, dont le supplice de la Saga ne me paraît qu’une altération malheureuse.

  • 139 Cfr dans les versions rimées.
  • 140 La chronique danoise, très résumée, paraît supposer le même récit (éd. Michel, p. 308).

161La grave différence qui oppose les deux récits, c’est le duel judiciaire que raconte la Chanson139 et dont la Saga ne dit mot. Pour celle-ci, l’éloquence abondante et habile de Naimes suffit à triompher de l’incertitude des juges140.

162Nous savons que le choix du sage Naimes comme avocat est attendu : c’est le prudent conseiller traditionnel de l’empereur, c’est l’éternel donneur d’avis pondérés. Mais, toutefois, peut-il juger ici en toute impartialité ? N’est-il pas, comme intime de Charlemagne, gagné à sa cause ? S’ils savaient argumenter, ou si le prosateur Scandinave ne leur coupait pas la parole, les partisans de Ganelon ou les indécis du conseil pourraient détruire l’effet de son discours en le taxant de partialité. Malgré toute sa mesure, toute sa réflexion, Naimes est trop engagé dans l’affaire pour pouvoir émettre une opinion sereine. Il ne peut que plaider contre Ganelon. Et, dans la Saga, il n’est que l’avocat de Charlemagne. Le jugement et la terrible condamnation de Ganelon ont le vice fondamental de toutes les décisions humaines. Avec la Saga, nous restons sur plan strictement humain, où tout est relatif et incertain.

  • 141 Escrient Franc : « Deus i ad fait vertut » (Oxf v. 3931). Voir R. M. Ruggieri, Il processo di Gano (...)

163Et cependant, l’affaire de Roncevaux n’a pas été sans intéresser Dieu lui-même qui, à plusieurs reprises, a montré, par des signes non équivoques, où était le vrai et où était le faux. N’est-ce pas lui qui doit trancher, en souverain juge, l’affaire Ganelon ? N’est-ce pas lui qui doit se substituer à la faiblesse des hommes, comme il a secouru le faible Charlemagne au cours du combat ? Dieu a départagé le bien et le mal : les hommes n’ont pas le regard assez lucide encore ; les juges barguignent et penchent pour une clémence injuste : Dieu se doit d’intervenir. Son intervention, c’est le duel entre Pinabel et Thierry ; la victoire de Thierry, du juste, du bien, du vrai, c’est son jugement. Tous en reconnaissent le caractère divin141.

  • 142 Voir pp. 502, 522, 527.

164Le duel judiciaire me paraît être, comme le châtiment collectif de tous les garants de Ganelon, du même esprit surnaturel que les songes prémonitoires qui dévoilent à Charles son avenir douloureux, que le soleil arrêté sur l’horizon pour permettre la victoire chrétienne. Or cet esprit rayonne autant dans la Saga que dans la Chanson142. S’il disparaît de la scène du jugement dans la Saga, c’est en raison d’une altération.

  • 143 Comm., p. 319.

165Le prosateur Scandinave, ou plutôt son modèle français, a « humanisé » le procès de Ganelon, dont il ne connaît plus la signification absolue ; le jugement découle, pour lui, d’un débat tout humain. Le châtiment, s’il reste cruel pour le coupable, n’affecte que lui-même. Par sensibilité, il s’est refusé au « massacre à froid », comme dit Bédier143, des partisans du coupable. Pour ne pas devoir les massacrer, il a préféré les chasser de sa fiction.

166De son côté, la chronique du pseudo-Turpin mentionne toutes les péripéties détaillées dans la Chanson : le duel judiciaire entre Thierry et Pinabel qui s’achève sur la victoire du champion de la justice, l’écartèlement de Ganelon, les débats préalables sur sa culpabilité (pp. 209 ss.). Toutes les circonstances de l’épisode judiciaire unissent les deux versions. Mais quelle différence entre elles ! Le chroniqueur expédie l’épisode en quelques lignes, tandis que l’auteur de la Chanson construisait une scène ample et belle. Le chroniqueur ne fait pas de Charlemagne un président sans pouvoir réel, comme dans le poème, mais rassemble dans ses mains omnipotentes tous les fils de l’action : il convoque le plait (comme dans la Chanson), mais aussi désigne Pinabel et Thierry pour le duel judiciaire et ordonne l’écartèlement du coupable.

167Reconnaissons que la lecture du Turpin nous étonne quelque peu : Pinabel délégué par l’empereur lui-même pour défendre Ganelon est une victime, ni plus ni moins, cruellement sacrifiée à une mauvaise cause. Le chroniqueur a omis un détail, sans aucun doute, qui expliquait la présence de Pinabel aux côtés de Ganelon : le détail de sa parenté avec le traître que fournit la Chanson. D’autre part, de quel droit l’empereur s’autorise-t-il pour choisir lui-même le champion de sa cause et celui de la cause adverse ? Il y a là un effort maladroit du pseudo-Turpin pour renforcer l’autorité impériale, qui s’accorde avec l’esprit général de la chronique, magnification absolue du grand Croisé des temps passés, du grand Exemple.

168Le procès de Ganelon s’instruit et se déroule à Roncevaux ; le châtiment est subi sur les lieux mêmes du crime. Et, ma foi, cette idée n’est pas sans vigueur mélodramatique. Mais ce plait obscurément ouvert au fond des Pyrénées sera loin d’avoir le retentissement d’un procès ouvert dans la capitale impériale, après convocation de tous les peuples de l’Empire. L’auteur clérical, qui n’avait pas le sens de la grandeur, rapetisse le jugement et, en même temps, rétrécit la portée de l’acte de Ganelon, de la bataille de Roncevaux : la trahison n’est plus qu’une mesquine affaire privée qui se règle en hâte sur le terrrain même ; ce n’est plus un crime d’état, un crime contre l’Empire, qui met en péril toute la chrétienté.

  • 144 Cfr A. Burger, La lég. de Ronc, p. 450.

169Selon nous, il y a amoindrissement de la part du pseudo-Turpin144 plutôt qu’élargissement de la part du poète de Roland, non pour des raisons de préférence esthétique, mais parce que la courte relation turpinienne ne peut s’admettre que si on lit entre les lignes latines les vers français (voir ci-dessus pour Pinabel).

170Il est encore possible que la localisation du procès à Roncevaux soit le résultat de convenances narratives. Le chroniqueur aurait divisé son récit en deux parties : les péripéties militaires et politiques — préliminaires nécessaires — (ch. XXI-XXVI) et l’inhumation des morts — centre de l’intérêt réel du chroniqueur — (ch. XXVII-XXIX). On remarque, en effet, qu’après le ch. XXVI, le récit ne compte plus que des scènes de translations. Comme la scène du plait détonne ! Comme elle aurait détonné aussi dans les parties consacrées au concile de Saint-Denis, au retour de Charles à Aix, à la mort de l’empereur ou au miracle grenoblois de Roland ! Comme elle aurait détonné si le chroniqueur l’avait placée à Aix-la-Chapelle comme la Chanson ! Épisode politique, il n’avait que faire dans les pieuses scènes qui achèvent la chronique, il était bien en place comme conclusion aux scènes d’ambassade et de combats. Mais pour réunir le plait aux scènes de même esprit, il fallait dans l’économie du récit le situer à Roncevaux.

  • 145 Carmen, p. 512. — Cfr R. Fawtier, La Ch. de R., p. 61, n. 1.
  • 146 Le nom de « Roncevaux » n’est d’ailleurs pas cité dans le Carmen, sauf dans la rubrique.

171En faveur de la priorité du récit turpinien, G. Paris a invoqué la similitude de celui-ci avec le Carmen de prodicione Guenonis145. Celui-ci aussi, en effet, paraît châtier Ganelon à Roncevaux : le roi arrive dans la plaine fatale (v. 474), y pleure ses morts (v. 476) et y mande Ganelon pour être châtié (v. 479). Mais ce peut n’être qu’une apparence. Le poème offre trop de signes d’abrégement, trop d’omissions — principalement à la fin de l’œuvre, après la mort de Roland — pour qu’on puisse soutenir que la localisation du v. 465 vaut pour le v. 479, même si l’action ne paraît pas s’être déplacée146.

  • 147 Éd., pp. 51 ss.

172Quant au Roelantslied, il a connu, quoi qu’en dise le R. P. Van Mierlo147, l’épisode qui nous occupe. On peut sans difficulté en relever quelques traces dans les débris de Looz, de Lille et dans le Volksboek. Le rêve qui visite Charles aux vv. 476-491 du fragment de Looz est l’annonce métaphorique du plait et son symbolisme ne se justifie que par lui. Lorsque Naimes a accusé Ganelon de « trahison », Charles fait arrêter le criminel (R vv. 140-150) et jusqu’à la fin, celui-ci reste aux mains de ses geôliers. Son châtiment, serait-ce l’incarcération ? Quelle clémence incompatible avec la gravité du crime ! Quelle injustice ! Le châtiment doit être proportionné au crime. Roland est mort, Ganelon doit mourir. L’enchaînement de Ganelon n’est qu’une mesure d’attente ; plus tard le juste châtiment viendra. Il doit être venu dans le Roelantslied ou dans son modèle, mais il est en dehors des fragments conservés. D’ailleurs le Volksboek n’a-t-il pas annoncé

  • 148 Pour une démonstration plus détaillée, voir notre mémoire cité, pp. 17 ss. — Nous avons laissé de (...)

Mer quade wercken comen tot quaden fine
(p. 12, éd. Boekenoogen)148 ?

10. Conclusions

  • 149 Je fais exception pour M. A. Burger qui, dans sa Légende de Roncevaux, dont nous ne partageons pas (...)

173Ces derniers temps, par une réaction naturelle et attendue contre la précellence du manuscrit d’Oxford affirmée par M. Ph. Aug. Becker et magnifiée par J. Bédier, on a souvent fait appel aux quatre versions plus brèves dont nous venons d’examiner la valeur primitive. Contre la critique esthétique de Bédier, on a remis en honneur les tentatives déjà lointaines de Gaston Paris et de ses émules pour distinguer dans les versions latérales les traces des premiers stades de la légende. La philologie littéraire est un éternel retour. Al cabo de los años mil, torna el agua a su cubil, dit l’Espagnol. Bédier renouait le fil méprisé de la critique classique ; MM. Fawtier, Mireaux, Benedetto renouent avec ferveur le fil dédaigné de la critique romantique, tout animée de remous légendaires. Avec plus ou moins de conviction, chacun croit retrouver, dans la Saga, le Carmen ou la Chronique du pseudo-Turpin des signes précurseurs de ce que sera la Chanson de Roland, dont nul ne nie la primauté artistique. Malheureusement, personne ne remet sur le banc d’épreuve les récits invoqués. On se contente d’un acte de foi dans l’opinion de Paris et de ses contemporains, ou d’un jugement général et sommaire149.

174Lorsqu’on pénètre plus profondément le problème, on est étonné de voir combien ces versions sont inaptes à nous reporter dans les âges reculés de la genèse rolandienne. Toutes ne sont que la réduction, l’adaptation, plus ou moins adroites, du récit que nous offre la Chanson de Roland française sous une forme plus belle et plus achevée.

175Dans l’évolution de la tradition, elles se situent, toutes, à un stade narratif plus avancé que celle-ci et ne sont d’aucune utilité pour discerner dans les ombres du passé les premiers stades. Le seul reflet distinct, éclatant, des âges anciens, c’est la Chanson de Roland.

  • 150 Et j’ajouterai le Rolandslied de Konrad, dont la confrontation avec les autres manuscrits français (...)

176C’est d’elle qu’il convient de partir pour s’aventurer à la recherche de l’histoire perdue. La saga, le poème latin, la chronique latine, la chanson flamande150 ne doivent intervenir que dans la mesure où elles permettent de redresser ses erreurs de détail.

Notes

1 Romania, t. XI, 1882, pp. 480 ss. ; cfr Littérature française au moyen âge, Paris, Hachette, [s. d.], p. 59 ; Extraits de la Chanson de Roland, p. ix. Cette théorie, suggérée déjà par W. Grimm, Ruolandes Lied, p. xciv, était pour le savant français en quelque sorte un repentir. Dans son Histoire poétique de Charlemagne, pp. 270 ss., il voyait plutôt dans la chronique latine un récit dérivé du poème français (voir surtout les notes).

2 A. Pakscher, Zur Kritik und Geschichte des altfranzösischen Rolandsliedes, Berlin, 1885 ; Fr. Pitto, Rolando nella storia e nella poesia, Torino, Casanova, 1901 ; G. Brückner, Das Verhältnis des französischen Rolandsliedes zur Turpinschen Chronik und zum Carmen de prodicione Guenonis, Rostock, 1905. — L’idée de l’ancienneté du récit turpinien, devenue une thèse grâce à la démonstration de G. Paris, agréait aussi à G. Laurentius, Zur Kritik der Chanson de Roland, Altenburg, Blücher, 1876 et à P. Graevell, Die Charakteristik der Personen im Rolandslied, Marburg, Pfeil, 1880, qui rédigèrent leurs mémoires un peu avant la parution du fameux article.

3 Ueber R im Rolandslied (Teil I), Inaugural-Dissertation, Halle, 1901 (partie du travail suivant) ; Zur Vorgeschichte des altfranzösischen Rolandsliedes, Berlin, Ebering, 1903 ; Neuere Arbeiten über das Rolandslied, Zs. frz. Spr. Lit., t. XXV, 1904 (II), pp. 145 ss. ; Beiträge zur Rolandsforschung II : Carmen de prodicione Guenonis und Rolandsepos, Zs. frz. Spr. Lit., t. XXVII, pp. 83 ss. ; etc.

4 Voir J. H. Bormans, Académie royale de Belgique, Mémoires couronnés et autres mémoires, t. XVI, 1864, 224 pp. (voir pp. 61 ss.),

5 G. Paris, Bibliothèque de l’École des Chartes, 6e série, t. I, 1865, pp. 385 ss., réfute la théorie de Bormans. W. Tavernier s’oppose de toutes ses forces à l’idée de l’ancienneté du Pseudo-Turpin.

6 Das Verhältnis des altfranzösischen Rolandsliedes zur Turpinschen Chronik und zum Carmen de Prodicione Guenonis, Zs. f. rom. Phil., t. VIII, 1884, pp. 499 ss.

7 Mitteilungen zur Roland-Turpin, Verhandlungen der 43. Versammlung Deutschen Philologen und Schulmänner in Köln, Leipzig, 1896, pp. 96 ss., ; Variationem über Roland 2074, 2156, Beiträge zur rom. und engl. Philologie, Festgabe für W. Fœrster, Halle a/S., Niemeyer, 1902, pp. 213 ss. (sp. pp. 224, n. 2 ; 279).

8 Grundriss der altfranzösischen Literatur, Heidelberg, Winter, 1905, p. 45.

9 Lég. ép., t. III, p. 395 ; Ch. de R. comm., p. 73, n. 1.

10 La Chanson de Roland, Étude historique, Paris, De Boccard, 1933.

11 La Légende de Roncevaux. Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Madrid, Hernando, 1925, t. II, pp. 259, 274 n. 1.

12 L’épopée française, Origine et Élaboration, Paris, Boivin, 1939, p. 187.

13 La Chanson de Roland, Essai d’interprétation du problème des origines, Quelques suggestions nouvelles, Paris, Union latine d’éditions, 1939, entre les pp. 122 et 123. Tableau reproduit dans son éd. d’Oxford de 1940, p. viii.

14 L’epopea di Roncisvalle, Firenze, Sansoni, 1941, p. 176.

15 La Chanson de Roland et l’Histoire de France, Paris, Michel, 1943, p. 267 (entre autres).

16 La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland, Romania, t. LXX, 1948-1949, p. 451.

17 C. Guerrieri Crocetti, La Chanson de Roland, Problemi e discussioni, Genova, Società editrice universale, 1946, pp. 45 ss. — Avant lui, E. Faral, La Chanson de Roland, Paris, Mellottée, 1932 ; G. Bertoni, éd. min., p. 46 (« Su questi due testi Carmen, Turpin primeggia la « Chanson » nella redazione del ms. di Oxford... ») ; R. M. Ruggieri, Il processo di Gano nella « Chanson de Roland », Firenze, Sansoni, 1936, pp. 116 ss. ; etc.

18 A. Roncaglia, éd. cit., p. 14.

19 Aux quatre versions considérées jusqu’ici comme concurrentes du poème français, on en ajoute même une cinquième, celle de l’Allemand Konrad (voir J. Graff, Avant-propos à sa traduction du texte, dans la collection de R. Mortier, Le texte de Conrad, Paris, 1944, pp. x ss.).

20 Remise en honneur par le Rév. P. Van Mierlo, Intr. à son éd. Het Roelantslied, Kon. Vlaamsche Akademie voor taal- en letterkunde, Verslagen en Mededeelingen, 1935, pp. 50 ss.

21 Voir son éd., Synopsis, p. 38.

22 Das Carmen de prodicione Guenonis, Zs. f. rom. Phil., t. LXII, 1942, pp. 492 ss.

23 Roelantslied et Chanson de Roland, Bruxelles, M. Didier, 1946, pp. 4 ss. — Rappelons que seuls quelques fragments néerlandais sont venus jusqu’à nous.

24 Auxquels s’ajoutent pour chacune des versions quelques leçons personnelles.

25 Éd. Unger, Karlamagnus Saga ok Kappa hans, Fortaellinger om Keiser Karl Magnus og hans Jaevninger, Christiana, Jensen, 1860, pp. 484 ss.

26 Il en est de même du Rolandslied de Konrad (voir les vv. 425 ss., éd. F. Maurer, Leipzig, Reclam, 1940).

27 Pour une étude plus détaillée sur le Roelantslied, nous renvoyons à notre mémoire cité ci-dessus, pp. 6 ss.

28 Éd., pp. 50 ss.

29 Cité d’après l’éd. Boekenoogen, Den droefliken strijt... Leiden, Brill, 1902, p. 13, vv. 20-21 (cfr éd. Van Mierlo, vv. 45-46).

30 Auquel le livre populaire flamand paraît faire une allusion au v. 27 de la p. 13 : Ick make u quyt van alle desen stride / Dat ghi binnen uwen tijde / Nemmermeer dach en leeft / Dat ghi Kaerlen eenighen tzijs gheeft.

31 Une allusion à un épisode n’implique pas de toute nécessité l’existence de cet épisode dans le texte même qui contient l’allusion, celle-ci peut se rapporter à une œuvre étrangère. Ici il ne doit pas en être ainsi. Toutes les versions de Roland qui connaissent l’allusion connaissent l’épisode. A-t-on des raisons de croire que le Roelantslied ferait exception à la règle ?

32 Voir notre étude, p. 9. n. 5. Admettons un instant l’explication du geste par la malignité foncière de Ganelon, que signale le fragment de Lille (R), éd. Van Mierlo, vv. 185 ss. Cette méchanceté n’apparaît qu’au détriment du seul Roland. C’est une animosité personnelle. Elle n’éclate dans le poème flamand que là où elle se déchaîne dans les autres rédactions de Roland qui, de toute évidence, en font une conséquence du conflit entre les deux héros. La vraisemblance veut qu’il en soit de même dans le Roelantslied ou du moins dans son modèle.

33 Cité en admettant les transpositions de vers proposées à bon escient par le R. P. Van Mierlo, pp. 134 ss.

34 Éd., pp. 50-52.

35 Remarque générale qui répond à l’argument invoqué par le R. P. Van Mierlo, éd., p. 50.

36 Dans ma recherche, je ne tirerai aucun parti des noms de lieu, parce que les renseignements qu’ils nous fournissent ne permettent d’atteindre aucune certitude, ni même aucune présomption. Constatant qu’au début de l’aventure espagnole Charles se trouve à Pampelune dans le Pseudo-Turpin, Morindia dans le Carmen et Cordres dans le poème français, G. Brückner, op. cit., p. 39, conclut, d’après la plus ou moins grande conformité de ces noms à la géographie et à l’histoire, que le Pseudo-Turpin représente le premier stade, le Carmen le second (Morindia étant « Miranda del Ebro ») et la Chanson de Roland le troisième (Cordres étant « Cordoue »). Cette conception est fondée sur l’arbitraire : Brückner identifie Morindia avec Miranda et écarte son identification avec Mérida pour des raisons de convenance géographique ; ne devrait-il pas agir de même pour l’identification de Cordres avec Cordoue qu’il accepte ? N’y a-t-il pas en Navarre la petite ville de Cortes qui géographiquement conviendrait mieux ? (voir P. Boissonnade, Du nouveau sur la Chanson de Roland, p. 128). Il sera toujours aléatoire de tirer parti des noms de lieu pour déterminer le caractère primitif d’une version au détriment d’une autre, tant qu’on ne parvient pas à les identifier avec certitude et qu’on ignore la compétence géographique de l’auteur premier.

37 Le poème dit spaciantem du verbe spatiari. G. Paris, éd. n. sous le vers 89, écrit : « Spaciantem paraît vouloir dire ici « se reposant, se donnant de l’aise », sens que je n’ai pas rencontré ailleurs ; voy. cependant dans Du Cange quelques passages où spatiari paraît signifier « jouer, se divertir ». W. Tavernier, Zum Vorgesch. p. 48 interprète le verbe par « est assis », tandis que M. Curtius, Das Carmen, p. 501 y voit le verbe spazieren, « se promener » et invoque l’annominatio pour rendre compte de l’image extrême du roi qui, tout en se promenant, couvre la reine, assise, de baisers. Pour ma part, j’interprète spatiari par « s’étendre » ; à côté du sens dynamique « se répandre, aller çà et là », le verbe peut avoir un sens statique « se déployer sur un certain espace, se coucher sur un certain espace ». (Ovide parle de spatiantes alae « ailes déployées », de spatiantia brachia « branches luxuriantes »). Notre interprétation a l’avantage de mieux s’accorder avec le contexte (le roi s’étend sous un pin, il lui est plus difficile de se promener sous un pin) ; de supprimer la difficulté des baisers donnés à la belle Braminonde, assise à sa gauche, à chaque allée et venue ; enfin de correspondre plus intimement avec la nonchalance de Marsile telle que nous la dépeint le poème français (Oxf v. 11 où le roi est étendu ; v. 407 ss. où il est assis sur un faldestoet à l’ombre d’un pin).

38 Pour traduire consulit, voir O. Schumann, Zum Carmen de prodicione Guenonis, p. 512.

39 Ce point a été développé avec bonheur par E. Stengel, Das Verhältnis..., pp. 511 ss.

40 Et même « absurde » (E. R. Curtius, Carmen, p. 507).

41 C’est donc à tort que G. Paris, Carmen, p. 501 y reconnaît des traces d’ancienneté ; la ressemblance qu’il invoque entre le Carmen et le Viaggio, texte très tardif, est sans force probante. W. Tavernier, Ueber R im Rolantslied, p. 10, n. 19 ; Beiträge..., II, p. 91, accepte l’idée d’un récit incohérent, mais s’ingénie à l’expliquer autrement que par un remaniement. Pour lui, l’auteur du Carmen aurait mis dans la bouche de Marsile avec la plus insigne maladresse ce que lui, auteur, pouvait seul savoir. Interprétation valable et même excellente pour le v. 147, trop circonstancié, quel que soit le contexte, mais qui n’explique pas la volte-face de Marsile dès le v. 145.

42 E. Stengel, Das Verhaltnis..., p. 512 a relevé une autre invraisemblance du Carmen. Ganelon trouve à Saragosse un Marsile insouciant, paisible et joyeux comme si aucun danger d’investissement immédiat ne pesait sur sa capitale, ou comme si ce danger ne l’affectait nullement. L’accord que Stengel veut voir entre les vv. 90 et 101-103 du Carmen et les vv. 11 et 13 de Roland (version d’Oxford) n’est pas rigoureusement nécessaire. Les vv. 90 et 101-103 du poème latin répondent plus naturellement et plus strictement aux vv. 407 et 410 de Roland (cfr W. Tavernier, Ueber R, p. 10, n. 20 ; Beiträge, pp. 91 ss.). On peut d’ailleurs aisément imaginer que la scène voluptueuse décrite par le Carmen n’est qu’un moment passager de détente — le jour de la fête du roi, v. 101 — au milieu des soucis et des inquiétudes.

43 On voit que M. Fawtier a fait « la mariée trop belle » quand il qualifie le récit du Carmen de « clair, logique, cohérent » (Ch. de R., p. 56) — propos repris par M. Mireaux, Ch. de R. et H. de Fr., p. 163.

44 Seul Ch V 7 l. 46 attibue, par erreur, les paroles de Blancandrin à Marsile.

45 E. Stengel, Das Verhältnis..., pp. 511-512 qui, bien avant nous, a proposé une explication analogue à la nôtre, a été critiqué par Brückner, Das Verhältnis, p. 77. Mais l’explication de Brückner ne s’applique qu’au v. 147, et laisse entière la question de la volte-face de Marsile, la seule significative ici. Celle-ci peut s’expliquer comme Tavernier, Ueber R im Rol., p. 10, n. 19 l’a proposé, par une substitution maladroite et inconsciente du poète à son personnage. Mais le ton insinuant des vv. 145-146 — preuve que Marsile ne sait pas que Ganelon est décidé à trahir — rend peu probable semblable substitution. On peut supposer aussi l’omission d’une réplique de Ganelon où celui-ci laisserait apparaître son hostilité à l’égard de Roland (autre hypothèse de Tavernier, loc. cit., et Zur Vorgesch., p. 59), omission qui, par un hasard heureux, conformerait le récit du Carmen à celui du reste de la tradition. On peut supposer aussi une malfaçon dans les paroles de Marsile au v. 147 (autre hypothèse de Tavernier, Ueber R im Rol., p. 10, n. 19), malfaçon verbale que rien ne décèle. La multiplicité des hypothèses inventées par le principal et le plus habile défenseur du Carmen n’est pas de nature à fortifier notre confiance en aucune d’entre elles.

46 Nous ne pouvons par conséquent faire nôtre la position de M. Robert Fawtier, La Ch. de R., p. 56, qui admet l’existence concurrente de deux traditions légendaires touchant la trahison de Ganelon et les circonstances de celle-ci,

47 G. Paris, Carmen, p. 499 ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 72.

48 L’épopée française, p. 187, n. 3 et auparavant Le Manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 49.

49 La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., pp. 159 ss.

50 C’est l’opinion défendue par W. Tavernier, Beiträge II, p. 86.

51 « Era quaxi ora del primo sogno : la luna era bella e giaria » (voir M. Catalano, La Spagna, t. I, p. 209), à rapprocher de Civalça Gayne di e noite a la luna (V 4 v. 283). D’autre part, dans le Viaggio, Blancandrin surgit aussi soudainement auprès de Ganelon que dans V4 (M. Catalano, loc. cit.).

52 Nous ne parlons pas ici de la présence active de Braminonde dans les scènes initiales du Carmen. Cette présence procède d’un esprit très différent de celui qui commande la suppression de Blancandrin et le « ravaudage » grossier qu’elle nécessite. Plutôt que de prendre la place de Blancandrin, la belle princesse prend celle de l’Alcalife et des meilleurs Sarrasins (Oxf vv. 451 ss.).

53 Charlemagne a même fait « occuper » Saragosse par les troupes grecques et apuliennes qui servaient dans son armée (voir p. 169).

54 Le tribut et le baptême sont en effet les signes de la soumission. La première soumission sans doute ne comportait ni tribut ni baptême, ce qui est pour le moins étonnant de la part du Charlemagne épique.

55 Das Verhältnis..., pp. 512 ss.

56 Ueber R in Rolandslied, p. 9.

57 Nulle part ailleurs que dans l’épisode de Blancandrin, le Chanson de Roland n’exprime l’idée de tenir « toute » l’Espagne. Dans la scène où Ganelon transmet son message aux païens, il n’est jamais question que de la « moitié » de l’Espagne.

58 C’est au fond également l’avis de M. Burger, La légende de Roncevaux, p. 443 qui considère tout ce que dit Turpin de Ganelon comme interpolé.

59 On sait que le motif de la trahison pour de l’or est la pierre angulaire de l’argumentation de G. Paris, Carmen, pp. 496 ss., en faveur de la priorité du récit de Turpin. Malheureusement les raisons qu’invoque l’éminent maître ont toute la subjectivité inconsistante des arguments sentimentaux. Pour lui, l’appât de l’or est antérieur à la rivalité haineuse. Pourquoi cet ordre ? Pourquoi pas l’inverse ? Si l’on se sépare des textes, comme le fait Paris, un ordre n’a pas droit de priorité sur l’autre : c’est une question de psychologie individuelle. Par conséquent l’évolution harmonieuse et logique qu’imagine G. Paris est une brillante construction de l’esprit qui, du moins pour ses premiers stades, ne repose pas sur la réalité des versions conservées. Ainsi Paris suppose (p. 497) que la parenté imaginée entre Ganelon et Roland ne sert qu’à expliquer le mauvais vouloir du premier contre le second. Mais il avoue n’avoir rencontré nulle part ce motif développé. N’est-ce pas une raison suffisante pour s’abstenir d’y croire ? La thèse de G. Paris, qui est aussi celle de Laurentius, op. cit., pp. 11 ss., de Brückner, Das Verhältnis..., pp. 94 ss., nous paraît sans fondement. La tradition cupide de Ganelon, si elle n’est pas une « Verschlimmerung » (expression de Stengel, Das Verhältnis, p. 517) de la trahison vengeresse, en est une modification et une simplification. Tout ce qui est simple ou plus simple n’est pas nécessairement primitif ; le simple peut n’être que du simplifié. Souvenons-nous aussi « qu’un Ganelon qui trahit seulement pour de l’argent s et en des circonstances telles qu’il est à peu près sûr de ne pas jouir de cet argent, » n’est qu’un sot » et que « la version la plus simple et la plus sotte n’est pas nécessairement la version primitive » (J. Bédier, Lég. ép., t. III, p. 405, n. 1).

60 C’est ainsi, semble-t-il, que le R. P. Van Mierlo, éd.., pp. 51 et 155, a vu les choses, puisqu’il attribue la pièce au copiste de Looz.

61 Le Rolandslied de Konrad est hors de question. Baligant y joue le même rôle que dans la chanson française (voir vv. 7149 ss.).

62 Van Mierlo, éd., note sous le v. 1746, déclare que le rêve « zinspeelt op den ondergang van het leger ». Phrase imprécise qui ne permet pas de saisir la pensée de l’éditeur. Quelle qu’elle soit, notre rêve ne se rapporte pas à la défaite encourue par Roland, puisque Charlemagne y est assailli personnellement, par un être bien individualisé. — Oserait-on d’autre part supposer que le poète a imaginé le rêve de Charlemagne sous sa forme symbolique, sans en donner plus loin la clef ? oserait-on attribuer la mise en clair à un remanieur intelligent ? Certes non. On transformerait le cauchemar de Charlemagne dans l’œuvre originale en un mystérieux et inutile ornement, on lui enlèverait toute fonction narrative.

63 Vers ajouté par Bormans et accepté par le R. P. Van Mierlo.

64 Esclave de sa thèse, le R. P. Van Mierlo, éd., pp. 51 ss., est forcé d’admettre chez l’auteur du Roelantslied les maladresses que nous avons relevées, comme J. H. Bormans, éd., p. 42, avait dû les admettre avant lui. Ni l’un ni l’autre n’apportent des arguments convaincants en faveur de leur thèse. Préoccupé d’affirmer la « primitivité » du récit thiois, Bormans accepte d’une part que les vv. prononcés par Braminonde annoncent l’épisode de Baligant (p. 42, n. 1), s’étonne de leur existence chez un poète soucieux de supprimer cet épisode (p. 42, n. 1) et, d’autre part, attribue au poème flamand un caractère primitif parce qu’il ignore le même épisode. Pour Bormans, notre poème est primitif parce qu’il ignore un épisode qu’il a supprimé ! — Juste raisonneur, le R. P. Van Mierlo prend garde de ne pas tomber dans les illogismes de celui dont l’introduction lui paraît toutefois remarquable (éd., p. 34). Mais il n’a guère plus de succès que son devancier. Il ne prouve pas sa manière de voir, il ne l’étaye pas d’arguments acceptables. Il se contente (pp. 52 ss.) de donner le sens général de la scène sans chercher à démontrer ni même à expliquer comment les paroles de la reine ont pu exister dans la pensée créatrice de l’auteur sans être suivies et éclairées par l’épisode de Baligant.

65 Laissons de côté les différences internes aux épisodes pour nous en tenir aux différences d’épisodes.

66 La Karlamagnus Saga proprement dite.

67 La Karls Magnus Cronike.

68 Qui précède dans Oxf, l’épisode de Baligant.

69 Éd. Unger, p. 527. La traduction allemande d’E. Koschwitz se trouve aux pp. 344-345. L. Gautier a donné une traduction française du passage au tome II de sa première édition de la Chanson de Roland, p. 248. La voici, avec quelques légères retouches : « Après cela, tout oppressé de sa grande douleur, Karlamagnus se mit à dormir comme un homme fatigué. Or un ange de Dieu vint à lui et s’assit à son chevet toute la nuit. Puis il rêva... Il lui semblait voir une grande agitation en l’air, une tempête horrible, la pluie, la neige, et une flamme violente. Et aussitôt ce prodige tomba sur ses hommes, si bien qu’ils eurent peur et qu’ils criaient à haute voix et appelaient le roi Karlamagnus à leur secours, et ce qui tombait du ciel brisait leurs armes. Et incontinent apparurent au roi Karlamagnus un grand nombre de loups et de lions, et de ces oiseaux qu’on appelle gamm (griffons), et toutes sortes de bêtes effroyables. Et il lui sembla qu’elles voulaient dévorer ses hommes et lui il pensait pouvoir les défendre. Mais vint aussitôt un lion qui sauta sur lui, prit ses deux bras dans sa gueule et fit comme s’il voulait se saisir de lui et dévorer ses hommes. Mais Karlamagnus ne sut lequel des deux succomba. Et le roi ne s’éveilla pas encore. » — La Chronique danoise offre un résumé du passage (voir le texte dans l’éd. princeps de F. Michel, p. 303 et la traduction française dans la première édition de L. Gautier, t. II, p. 258).

70 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 60 note dans le même sens : « ... au traducteur norrois de la Karlamagnussaga, qui a bien inséré dans son texte le rêve de Charlemagne attaqué par un lion, dans lequel on peut voir l’annonce de Baligant. »

71 La chronique danoise confirme la saga norroise (voir éd. Michel, p. 305).

72 Olivier dit : « En ef ek hefđa ráđit, Þá mundi Karlamagnus konungr hér kominn, ok mundi Marsilius konungr annat tveggja drepinn eđa höndum tekinn » (éd. Unger, p. 517). D’autre part, l’engloutissement des païens dans le fleuve, le supplice de Ganelon sont la preuve deux fois administrée que la Saga se propose comme toute autre version de raconter le châtiment des meurtriers de Roland. Marsile serait-il moins coupable que le plus obscur de ses soldats qui achève sa carrière sur les sables gris du fond de l’Èbre ?

73 Éd. Unger, p. 494. « Le comte Ganelon répondit à cela : « Cela c’est Rollant qui l’a voulu, que l’accord ne se réalise pas cette fois ; c’est lui qui a voulu soumettre l’Espagne. Après il se propose d’aller à Babylone et d’y tuer le roi Amiral, si celui-ci ne veut pas se laisser baptiser. » La même mention apparaît dans Ch V7, l. 35, vv. 9 ss. ; dans la chr. galloise (§ 90).

74 Pour les indications bibliographiques sur la question de « Baligant » dans le Carmen, voir E. R. Curtius, Das Carmen de prodicione Guenonis, p. 494.

75 E. Stengel, Das Verhältnis, p. 511, n. 1, relève, en faveur de l’épisode de Baligant, la présence active de Braminonde. La Chanson de Roland ne la met en scène en effet avec une certaine insistance que dans l’épisode. W. Tavernier, Beiträge II, p. 93 réplique avec véhémence à la timide proposition de son compatriote. La remarque de Stengel ne méritait point pareille riposte. C’est plutôt une observation secondaire qu’un argument précis.

76 Des deux côtés, Gautier de l’Hum fait une soudaine apparition au cours de la bataille, sans qu’il soit précisé, comme dans Oxf v. 2040 ou V4 v. 2156, qu’il descend des montagnes avoisinantes (Saga, p. 521 ; Carmen, v. 421). —Des deux côtés, Turpin ne paraît pas recevoir de blessures, comme dans Oxf v. 2084 ou V4 v. 2228, et cependant, à la fin, il en est couvert et exsangue (Saga, p. 522 ; Carmen, vv. 443 ss.). — Les différences qui séparent le Carmen et la Saga sont justiciables des manières dissemblables des deux écrivains et ne nécessitent pas la supposition d’un modèle différent.

77 S’étonnera-t-on que « Baligant » n’ait laissé aucun indice positif dans le Carmen ? Non. Pour les versions de Roland qui possèdent l’épisode, ces indices sont extrêmement rares dans les parties qui correspondent au poème latin. L’absence de ces signes dans celui-ci s’explique par sa « facture » spéciale. Le songe prémonitoire de Charles ne s’y trouve pas, mais notre auteur ne retient rien de surnatuel. Le titre de Baligant « amiral de Babylone » ne se rencontre pas davantage dans les distiques, mais notre auteur se montre fort avare de noms païens et aucun titre païen particulier ne trouve grâce devant lui.

78 M. Burger, La légende de Roncevaux, pp. 441, 443 ne paraît pas avoir été frappé par l’inconsistance du personnage de Baligant.

79 G. Paris, Carmen, pp. 493 ss. ; G. Brückner, Das Verhältnis, pp. 55 ss.

80 L’expression se retrouve ailleurs dans la chronique (p. 147).

81 L’union fraternelle de Marsile et de Baligant rappelle les relations favorables qui unissent les deux rois dans Roland. Leur association sur le trône de Sarargosse est militaire et politique. Roland ne dit pas autre chose. W. Tavernier, qui, comme E. Stengel, Das Verhältnis, p. 517, j. Bédier et d’autres, croient à l’existence de l’épisode de Baligant dans le modèle de Turpin, note en plus les rapprochements suivants : « Ps. T., qui voulait écrire l’Histoire, ne s’expose pas évidemment à racon- » ter à ses lecteurs savants ce que présente la Chanson, c’est-à-dire que l’Émir de » Babylone est venu en Espagne et a lutté avec l’Empereur. Pour cela, il fait de » Baligant le co-seigneur de Marsile et les présente tous deux comme délégués de » l’Émir en Espagne. Ainsi nous avons un souvenir obscur du voyage militaire de »Baligant. »

82 Ce combat sur les rives de l’Èbre n’est pas, à notre avis, un rappel défiguré de l’épisode de Baligant, qui, dans Roland, se déroule près de Roncevaux, mais de la courte scène de Roland, où les restes de l’armée sarrasine disparaissent dans les flots du fleuve aragonais (par ex. Oxf vv. 2458 ss.). L’absence de Baligant dans le passage de Turpin s’explique donc par la chanson française. Il ne faut pas attribuer au chroniqueur latin une omission qu’il n’a pas commise.

83 Carmen, p. 495. Cfr G. Brückner, Das Verhältnis, pp. 45 ss.

84 Cfr A. Burger, La légende de Roncevaux, p. 440.

85 Signalons entre autres sa façon de nommer Saragosse Caesar-Augusta, alors qu’il connaît le nom vulgaire Sarragucia.

86 Texte d’après Roncaglia, éd., p. 228. — Dans le même sens que nous, voir V. Crescini, Sulla Canzone di Rolande, proemio alla traduzione di A. Moschetti Torino, Clausen, 1895, p. xxvii, n. 2.

87 Texte d’après R. Fawtier, La Ch. de R., p. 156, n. 1 qui se réfère à l’éd. Kurze.

88 G. Paris, Carmen, p. 495, n. 3 est d’avis que juger de la sorte est faire fausse route. Dans ce cas, n’est-ce pas faire fausse route aussi de tirer parti d’Ibn el Arabi et d’Abuthaur pour déclarer primitif le couple saragossain Marsile-Baligant ?

89 Carmen, p. 493.

90 E. Stengel, Das Verhältnis, p. 517 ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 53.

91 La Ch. de R., p. 61.

92 Les pp. 275-6 de l’Hist. poét. de Charl, de Paris me paraissent toujours excellentes et plus justes que celles que le grand savant a écrites plus tard sur le sujet.

93 Par ex., W. Tavernier, Zur Vorgeschichte, pp. 187 ss.

94 G. Paris, Carmen, p. 510, n. 1.

95 On ne la voit pas davantage paraître avec naturel au concile de Saint-Denis (pp. 217 ss.), poser devant les peintures des sept arts qui ornent le palais d’Aix-la-Chapelle (pp. 221 ss.), assister le faux Turpin dans sa vieillesse, s’émerveiller devant les miracles de son Roland à Grenoble (pp. 235 ss.).

96 G. Paris, loc. cit. ; G. Brückner, Das Verhältnis, p. 232 ; W. Tavernier, Zur Vorgeschichte, pp. 187 ss.

97 W. Tavernier, Beiträge II, pp. 93 ss., s’est dépensé en vain pour convaincre ses lecteurs que le Carmen n’est pas une œuvre abrégée. M. Ernst-Robert Curtius, le dernier savant qui ait consacré une étude monographique à cette œuvre, admet, lui aussi, comme tout le monde, que le Carmen est une « Kürzung ». Répondant à Tavernier, il écrit : « In der Tat hat der Verfasser des Carmen alles Poetische und Dramatische unterdrückt » (Das Carmen de Prodicione Guenonis, p. 499).

98 Traduction dans L. Gautier, 1re éd., t. II, p. 263. Cette traduction qui ne se réfère pas au texte imprimé par Michel, est adaptée ici au texte que l’on a sous les yeux : « Un jour que l’Empereur revint à Paris, la sœur d’Olivier vint à lui et lui demanda : Où est Olivier, mon frère, et Roland, mon fiancé ? L’Empereur se tut, enfin il lui dit : Ma chère demoiselle, Roland et Olivier sont restés parmi les morts dans la plaine de Roncevaux. La jeune fille roula aux pieds de l’Empereur et la douleur intense lui brisa le cœur en pièces. L’Empereur s’évanouit de la grande compassion qu’il eut pour elle, et tomba sur son cadavre. Lorsqu’il revint à lui, il fit enlever son corps avec de grands honneurs. »

99 G. Paris, La Karlamagnus Saga, Histoire islandaise de Charlemagne, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XXVI (6e série, t. I), 1865, p. 36 remarque, à propos de la Chronique danoise : « Cependant la chronique danoise..., qui..., suit le texte  » le plus ancien, nous permet de le rétablir au moins approximativement.... » Cfr C. R. Unger, éd., p. xxxii.

100 Telle est la version du ms. A. Celle des mss. Β b ne fait que la confirmer, du moins pour la mention d’Aude : at ef ek finn Auđu systur mina (éd., p. 517, n. 5). La traduction est la suivante : « cela ne se fera pas avec mon assentiment et je sais fermement que, si je revois ma sœur Aude, tu ne reposeras jamais plus dans ses bras ». — La chronique danoise confirme la saga norroise : Oliver sagde : dat er ikke mit Raad, og aldrig skal du faae min söster i din Sang, om du gjör dat (éd. Michel, p. 304). Traduction de L. Gautier : « Ce n’est pas mon avis, et jamais tu n’amèneras ma sœur dans ta couche, si tu fais cela ».

101 Sauf la geste flamande, dont l’état actuel de délabrement nous interdit de nous prononcer sur l’absence ou la présence chez elle des épisodes étudiés. Pour certains d’entre eux il est possible que le modèle du Carmen et de la Saga soit le responsable de la suppression et non les auteurs de la Saga et du Carmen eux-mêmes.

102 R. Fawtier, La Ch. de Rol., p. 62.

103 Attitude de L. F. Benedetto, Ep. d. Ronc., p. 176 ; E. Mireaux, La Ch. de R. et l’Hist. de Fr., passim, parmi les plus récents. — Je voudrais examiner brièvement ici l’article paru cette année de M. A. Burger, La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland, que nous avons déjà cité plusieurs fois. Ce travail constitue une des plus sérieuses contributions apportées à la connaissance de la période prélittéraire de la tradition rolandienne. Il est basé sur des données précises et apporte des fruits positifs M. Burger extrait du Pseudo-Turpin, à l’aide des indications fournies par le Guide du Pèlerin, un récit « hagiographique » de la bataille qui, selon lui, est antérieur au récit épique, héroïque, de la Chanson classique. Laissons momentanément de côté la façon dont le critique se représente la forme de ce récit pour en examiner les détails narratifs. A la différence du poème français, le récit hagiographique aurait ignoré la parenté de Roland avec Charlemagne ; substitué à la trahison de Ganelon, comme cause du désastre, la fornication des guerriers français ; abaissé à 40.000 le chiffre des armées de Marsile et de Charlemagne ; fait périr les combattants de Roncevaux, non seulement par l’épée ou la lance, mais aussi par le bâton et sur le bûcher, écorchés ou pendus ; fait périr Roland de soif, après avoir été souffleté, battu, moqué ; fait écorcher vif Olivier et l’aurait enterré à Belin avec Ogier le Danois (p. 450). En un mot ce récit aurait raconté un martyre, qui, pour M. Burger, ne peut avoir été écrit après que la chanson classique se fut répandue. Une telle conception, je le crains, accorde trop de prestige au poème que nous admirons. La chanson classique (version du type Oxford) n’a nullement fixé les formes du récit. C’est le but même de notre travail de montrer comment celles-ci ont été modifiées jusqu’à la fin du moyen âge. Pourquoi l’auteur du récit hagiographique imaginé par M. Burger n’aurait-il pas agi comme les nombreux jongleurs qui ont retouché le poème, comme le clerc du Carmen qui en a transformé certaines parties ? D’autre part, l’idée de dépeindre une bataille sous les aspects d’un martyre ne doit pas nécessairement précéder la description « épique » de cette bataille. Si nous entrons dans le détail des arguments invoqués, nous ferons les observations suivantes : 1° il n’est pas établi que le récit hagiographique n’a pas fait de Roland le neveu de Charlemagne, le Guide l’appelle « comes » (p. 78), mais le Pseudo-Turpin l’appelle continuellement « nepos » ; d’ailleurs n’est-il pas l’un et l’autre dans la Chanson ? 2° La fornication, cause du désastre français, s’accorde trop bien avec l’esprit général du pseudo-Turpin pour qu’on puisse, sans l’accord du Guide, lui enlever la paternité d’une telle idée ; 3° Le nombre des combattants français peut avoir été abaissé après la diffusion de la chanson classique, puisque nous voyons qu’à l’intérieur même de la tradition de celle-ci certains remanieurs l’abaissent ; 4° Le thème de « Roland mort de soif » peut être postérieur à la version classique : nous le voyons concurrencer celle-ci même dans les remaniements du poème français ; 5° La dispersion des corps des héros dans divers sanctuaires est la conséquence de la tendance manifestée par le pseudo-Turpin (et le rédacteur du Guide) d’enrôler pour la guerre d’Espagne tous les héros épiques de la geste française. L’auteur du récit hagiographique supposé par M. Burger aurait-il fait de même, lui qui ne raconte qu’un épisode de cette guerre ? Aurait-il consacré une sépulture particulière à des héros qui ne jouent aucun rôle spécial dans son récit ? Enfin, ce récit aurait comporté, dans la représentation que s’en fait M. Burger, certaines invraisemblances que nous avons déjà étudiées ou que nous étudierons (Baligant aux côtés de Marsile, Thierry et Baudouin).

104 Éd. Van Mierlo, pp. 149 ss.

105 Éd. Kloeke, Tijd. v. ned. Taal-en Lett., t. LIX, 1940, pp. 93 ss.

106 Carmen, p. 503.

107 Zur Vorgesch., pp. 70 ss., note.

108 Notre interprétation du passage nous autorise à rejeter les considérations de W. Tavernier, Zur Vorgesch., p. 70 pour qui Gautier n’a, dans le Carmen, occupé aucun pic ni aucun col des Pyrénées, mais a peut-être tout simplement combattu aux côtés de Roland (voir pp. 106 ss., de son mémoire).

109 Cfr v. 389 (pour le fils de Marsile), 305 (pour Engelier), 267 (pour Samson, Turpin), 316 (pour Anseis).

110 Signalons en passant la curieuse transformation tentée par la version Β de la Karlamagnus Saga : substituer notre Gautier à l’archevêque Turpin.

111 Doen leit hij onder hem wale / Beide den Horen ende Duerendale (L vv. 352-3, éd. Van Mierlo, p. 158).

112 L’olifant a inspiré au poète ces vers qui en sont les dernières mentions : Hunc adeunt obitum gentiles unus et alter (la correction de Paris de adeunt en credunt est inutile, voir O. Schumann, art. cité, p. 518), Et cornu capere curat uterque suum : Aspiciens hos, obliquo cornu feriente, Se secus utrique dat moriendo mori (vv. 459-62). Quant à l’épée, elle n’a éveillé aucun écho en lui. Si l’on en croit G. Brückner, Das Verhältnis, p. 261 note, le détail adnixus scopulo (v. 457) laisse supposer que son modèle racontait la fameuse scène de l’épée. C’est très vraisemblable, même si le détail invoqué peut avoir une autre signification (il rappelle le acostado a un pilare du fragment esp. Roncesvalles, v. 28).

113 Lég. ép., t. III, p. 388, n. 1.

114 Ronsasvals, Troisième article, Romania, t. LXVI, 1940-41, p. 453.

115 M. Roques, ibidem.

116 La Ch. de R. comm., p. 317.

117 Rotta di Roncisvalle c. VIII, ott. 19 ; Spagna in rima c. XXXVII, ott. 9-to ; Viaggio di Carlo Magno in Espagna (voir M. Catalano, La Spagna, t. I, p. 214).

118 Il s’agit de Durendal et non de Hauteclaire, malgré la mention d’Olivier.

119 Autre exemple de concordance entre la Chanson et le Guide : les douze pairs (Guide, p. 78) dont le Pseudo-Turpin ne cite jamais le chiffre. Nous ne pouvons par conséquent souscrire aux conclusions de M. Burger, La légende de Roncevaux, p. 437 qui prétend que le Guide n’a rien de commun avec la Chanson.

120 L’auteur s’est laissé entraîné à faire un sort dévot à Durendal comme à l’olifant et a oublié que l’épée ne se trouvait pas réellement aux côtés de Roland gisant ; de plus, il n’a pu admettre, pour la même logique simpliste, que l’olifant n’ait pas été un moment à Blaye aux pieds du héros. Il y a moins de contradiction qu’il ne paraît entre la chronique et le Guide. La chronique se place au point de vue historique et rapporte ce qui a été ou a pu être, le Guide décrit ce qui est. Il n’empêche que le Guide en confirmant la Chanson de Roland assure la priorité de celle-ci sur le Pseudo-Turpin.

121 Trad. Koschwitz, p. 346 ; Gautier, 1re éd., t. II, pp. 249 ss.

122 La chronique danoise a repris également la scène : l’épée est, pour elle, jetée i en Sö (éd. Michel, p. 307), « dans un lac ». La concordance avec le poème provençal est encore plus frappante. — Le choix de « l’eau » pour faire disparaître Durendal est peut-être dû au souvenir de légendes qui à la fabrication ou à la garde des armes mêlent des démons aquatiques » (M. Roques, art. cit., p. 451 ; A. H. Krappe, Zur Wielandssaga, Archiv, t. 158, 1930, pp. 9 ss. ; t. 160, 1932, pp. 161 ss. ; t. 161, 1932, pp. 1 ss.

123 Pour ma part, je crois que le créateur de la Chanson de Roland a voulu faire de Durendal l’épée toujours vivante, qui survit à Roland pour poursuivre la lutte chrétienne (le héros ne parvient pas à la rompre). La version qui s’identifie avec cette conception ou s’en rapproche le plus a droit de priorité. C’est Oxford et les versions françaises rimées. En jetant Durendal au fond de l’eau, Charlemagne ou Roland lui-même contrecarre des desseins supérieurs qui voulaient l’épée toujours active et l’avaient rendue plus dure que le roc. Contra R. Fawter, La Ch. de R., pp. 126 ss. : « Il semblerait que la tombe de Roland ait entraîné à sa suite les deux » autres reliques du héros. »

124 Trad. Koschwitz, p. 345 ; L. Gautier, t. II, p. 249 : « ... et trouvèrent Rollant gisant entre quatre belles pierres. Son épée gisait sous sa tête ; il tenait sa main droite autour de la poignée, et, dans sa main gauche, il avait son cor Olivant. »

125 La leçon de la Saga, que J. Bédier, Lég. ép., t. III, p.388, lui-même admettait pouvoir être primitive, n’entre même pas pour nous en concurrence avec celle d’Oxford.

126 Cfr Konrad, vv. 8667 ss. — Les vers d’Oxford ont été parmi les plus commentés. Il paraît vain d’en détailler ici la bibliographie.

127 Que confirme partiellement le Guide. On s’est étonné que le Guide signale la tombe de Roland à Blayes, d’Olivier et de ses compagnons à Belin, et ne dise rien des sépultures épiques des Alyscamps ou de Saint-Seurin de Bordeaux. Ne serait-ce pas parce que ces deux cimetières ne renfermaient que les tombes de héros secondaires ?

128 Nous nous opposons ainsi aux idées d’A. Burger, Légende de Roncevaux, pass.

129 A travers l’énumération prolifique du pseudo-Turpin, on devine que ces deux sépultures ont pour lui plus d’importance (malgré le chap. XXVIII, p. 212, « plaqué »). Cette préférence du chroniqueur, qui se marque par le relevé des dons de l’empereur aux deux églises, est un reflet de la tradition littéraire sous-jacente.

130 Malgré certaines ressemblances lointaines, il est impossible de songer ici à une influence du Turpin sur la Saga.

131 Rappelons que l’identification de Narbone avec « Arbonne » (près de Biarritz), proposée par un érudit gascon, mise au point par C. Jullian, De la précision géographique dans la Chanson de Roland, Revue des études anciennes, t. I, 1899, p. 233 et acceptée par J. Bédier, Lég. ép., t. III, pp. 332 ss., par G. Bertoni, éd. min., p. 404, et d’autres, n’a pas convaincu tout le monde (voir par ex., A. Pauphilet, Sur la Chanson de Roland, Romania, t. LIX, 1933, pp. 167 ss.). Le débat reste ouvert (voir R. Mortier, La chanson de Roland, p. 137, n. 2).

132 Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 13.

133 Version A confirmée par 6. Trad. « A présent Rollant alla chercher ses compagnons et trouva à cet endroit tous les Pairs sauf Olivier. »

134 Version A confirmée par B. Trad. de la fin : « Rollant et Oliver et l’archevêque Turpin et tous les 12 Pairs qui les suivaient. »

135 La scène où Roland réunit autour de lui tous ses compagnons pour former l’arrière-garde ne jette aucune clarté sur le problème (p. 500). Quatorze personnages sont nommés. Pour obtenir les douze pairs, faut-il soustraire l’archevêque Turpin et Gautier, ou Roland et Olivier ?

136 Quand le prosateur emploie avant la traduction des « 12 pairs » le pronom personnel Þeir, Þeirra, Þeim, selon le cas, il a bien dans l’idée, je crois, que Roland et Olivier ne font pas partie de la phalange célèbre. Les traducteurs — Koschwitz, Gautier — nous induisent en erreur par leur manque de précision.

137 Nous n’avons à parler ni des fragments flamands, incomplets, ni du Carmen de prodicione Guenonis, abrégé et écourté après la mort de Roland.

138 Les commentaires sur le procès de Ganelon ne manquent pas. Voir entre autres : L. Gautier, 1re éd., t. II, pp. 235 ss., (qui reproduit quelques pages de son Idée politique dans les Chansons de geste, Revue des Questions historiques, 1869, pp. 101 ss.) ; Épopées françaises, t. III, pp. 620 ss. ; M. Pfeffer, Die Formalitäten des gottesgerichtliches Zweikampf in der altfranzösischen Epik, Zs. f. rom. Phil., t. IX, 1885, pp. 1 ss. ; G. Baist, Das gerichtliche Zweikampf nach seinem Ursprung und im Rolandslied, Rom. Forschungen, t. V, 1890, pp. 436 ss. ; le même, Der Zweikampf im Rolandslied, Zs. f. rom. Phil., t. XVI, 1892, pp. 508 ss. ; W. Tavernier, Vom Rolandsdichter, Zs. f. rom. Phil., t. XXXVIII, 1917, pp. 421 ss., 703 ss. ; J. Bédier, Comm., pp. 317 ss. ; surtout R. M. Ruggieri, Il processo di Gano nella « Chanson de Roland », Firenze, Sansoni, 1936 ; P. Rousset, La croyance en la justice immanente à l’époque féodale, « Le Moyen Age », t. LIV (4e série, t. III), 1948, pp. 237 ss.

139 Cfr dans les versions rimées.

140 La chronique danoise, très résumée, paraît supposer le même récit (éd. Michel, p. 308).

141 Escrient Franc : « Deus i ad fait vertut » (Oxf v. 3931). Voir R. M. Ruggieri, Il processo di Gano, pp. 11 ss.

142 Voir pp. 502, 522, 527.

143 Comm., p. 319.

144 Cfr A. Burger, La lég. de Ronc, p. 450.

145 Carmen, p. 512. — Cfr R. Fawtier, La Ch. de R., p. 61, n. 1.

146 Le nom de « Roncevaux » n’est d’ailleurs pas cité dans le Carmen, sauf dans la rubrique.

147 Éd., pp. 51 ss.

148 Pour une démonstration plus détaillée, voir notre mémoire cité, pp. 17 ss. — Nous avons laissé de côté comme peu significative ici, la substitution à l’écartèlement — supplice appliqué aux régicides, aux criminels contre l’état — du bûcher, du supplice par le feu (voir Gaidon, vv. 45 ss., éd. F. Guessard et S. Luce, Paris, Franck, 1862, Anciens poètes de la France, t. VII).

149 Je fais exception pour M. A. Burger qui, dans sa Légende de Roncevaux, dont nous ne partageons pas toujours les vues, a soumis le récit du pseudo-Turpin à un nouvel examen approfondi et minutieux.

150 Et j’ajouterai le Rolandslied de Konrad, dont la confrontation avec les autres manuscrits français, ne me paraît pas, à l’inverse de M. Graff, Le texte de Konrad, p. x, devoir ruiner la thèse de la précellence d’Oxford. Les suggestions du traducteur de Konrad ne me convainquent pas. Du simple accord de Konrad avec d’autres versions, contre Oxf, on ne peut conclure automatiquement à la déficience de celui-ci.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search