Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Première partie. Dénombrement critique des versions conservées

Chapitre III. Autres versions françaises dignes d’intérêt

Texte intégral

1. Généralités

1Seront indiquées ici uniquement les œuvres françaises présentant de notre thème une version qui ne soit ni un démarcage de la « Bataille de Roncevaux » ou du « Galien » ni le renouvellement que nous offre la chronique latine attribuée par son auteur à l’archevêque Turpin. En effet, la plupart des textes français qui rapportent notre récit copient sans originalité telle ou telle de ces trois versions, spécialement la dernière. C’est le cas, par exemple, de Girard d’Amiens dans son roman biographique en vers Charlemagne, de la partie consacrée à Roncevaux par le roman en prose de Fierabras, des Grandes Chroniques de France. Ces textes ne nous présentent pas un renouvellement du thème de Roland, mais sont des témoins de la persistance d’une forme ancienne.

2Il n’entre pas non plus dans notre propos de relever les innombrables allusions à notre récit qui émaillent les œuvres médiévales françaises. Nous ne retiendrons que celles qui pourraient faire croire à l’existence d’une forme particulière de l’histoire, inconnue ailleurs. Nous pensons, entre autres, à la curieuse allusion de Gaydon qui fait mourir Ganelon sur le bûcher (vv. 45-46), à celle du Roman de Thèbes qui place Roland à la tête de quatre « eschieles » (vv. 8826 ss.).

2. Historia Karoli Magni et Rotholandi ou Chronique du Pseudo-Turpin

3La plupart des versions dont nous allons parler rapportent principalement le récit du chapitre consacré par l’Historia Karoli Magni et Rotholandi du Pseudo-Turpin à la bataille pyrénéenne.

  • 1 Nous résumons le Pseudo-Turpin, d’après l’éd. de Meredith Jones, Paris, Droz, 1938.

4Karolus1 a conquis toute l’Espagne et a fait halte à Pampelune. A Saragosse régnaient deux rois sarrasins, Marsirus et son frère Beligandus. C’étaient les envoyés en Espagne du souverain suprême de la Païennie, l’amiral de Babylone de Perse. Les deux frères étaient soumis à l’autorité de Karolus, mais leur soumission n’avait rien de sincère. Aussi l’empereur de France les somma-t-il de recevoir le baptême et de lui envoyer un tribut. Ganalonus fut chargé de la mission. Les rois saragossains ne se firent nullement prier. Ils s’empressèrent de combler Charles de cadeaux précieux, d’envoyer aux combattants français quarante chevaux chargés de vin pur et suave et mille beautés sarrasines aussi suaves... Ils n’oublièrent pas Ganalonus dans leur munificence. Mais ce ne fut pas sans contrepartie : il s’entendit avec eux pour que les combattants français périssent dans une embuscade.

5Ganalonus, sa mission achevée, rend compte à Karolus du succès de l’entreprise, engage l’empereur à repasser les portus Cisereos et à placer Rotolandus, Oliverus, les meilleurs d’entre les combattants et vingt mille chrétiens à l’arrière-garde. L’armée française s’ébranle, avec Ganelon et Turpin ; l’arrière-garde la protège dans les Pyrénées. Les combattants français prennent grand plaisir aux présents que leur ont destinés les rois de Saragosse. Mais leur débauche, ils la paieront de leur mort.

  • 2 Le Pseudo-Turpin ajoute à ces noms ceux de Turpinus et Ganalonus, qui, selon sa fiction, n’ont pas (...)

6Marsirus et Baligandus sortent au petit jour des bois et des montagnes où ils s’étaient tapis suivant le conseil de Ganelon. Cinquante mille Sarrasins les accompagnent, qu’ils répartissent en deux armées : de vingt mille et trente mille hommes. L’armée la moins nombreuse lance la première attaque, qui surprend l’arrière-garde chrétienne. Du matin jusqu’à tierce, c’est une mêlée furieuse où s’affirme la supériorité des hommes de Rotolandus. Pas un parmi les Sarrasins ne réussit à échapper à la mort. Leurs chefs n’hésitent pas et font donner la deuxième armée sur-le-champ. Celle-ci est plus heureuse ; elle tombe toute fraîche sur des adversaires harassés. Les chrétiens, à leur tour, sont tous tués ; pas un des vingt mille n’échappe au carnage, sauf Rotolandus, Balduinus et Tedricus2. Ces deux derniers disparaissent dans les bois, tandis que les Sarrasins reculent d’une lieue.

7Pourquoi Dieu a-t-il permis que ses défenseurs périssent ? Il n’a pas voulu qu’ils retournassent dans leur pays et retombassent dans leurs péchés charnels. Il a voulu effacer leurs fautes par le martyre du glaive.

8Rotolandus poursuit seul la guerre. Sur son chemin, il rencontre un nègre qui, épuisé, se cachait dans les bois ; il l’attache à un arbre et, après avoir sonné du cor pour rallier les chrétiens dispersés, il lui demande de lui montrer le roi Marsirus dans la foule des Sarrasins qu’il aperçoit du haut d’un tertre. Le noir Sarrasin s’exécute. Rotolandus se précipite, d’un seul coup d’épée tranche un païen géant, renverse tous les rangs ennemis et atteint Marsirus en fuite. Avec l’appui de Dieu il le tue. Les cent chrétiens que Rotolandus avait regroupés autour de lui sont tués, le preux lui-même est percé de graves blessures. Dès que Beligandus apprend la mort de son frère, il ordonne une retraite générale.

9Rotolandus, harassé par les durs combats, affligé par la mort des chrétiens, affaibli par ses blessures, parvient seul, à travers bois, au pied du Portus Cisereus, et là, sous un arbre, à côté d’une énorme pierre de marbre, dans la verdoyante prairie qui surplombe Ronciaevallis, il met pied à terre. Il avait avec lui sa magnifique épée, son incomparable Durenda. Dans la crainte qu’elle ne tombe aux mains des ennemis de la foi, il essaie de la briser sur le roc de marbre ; mais le glaive reste intact. Rotolandus embouche alors une nouvelle fois son cor et fait retentir les airs de ses appels désespérés. Il sonne, sonne, sonne avec une telle vigueur que les veines de son cou éclatent et que le pavillon du cor se fêle. Charles entend la voix du cor, grâce à un ange. Il veut porter secours à son neveu. Mais Ganalonus s’interpose : « Rotolandus est à la chasse et poursuit une bête sauvage à travers bois. »

10Rotolandus gît sur l’herbe du pré, mourant de soif. Son frère Balduinus qui a entendu son appel cherche à le désaltérer. En vain. Voyant sa mort prochaine, il le bénit et se retire sur le cheval du moribond vers l’armée de Charles. Sur ces entrefaites survient Tedricus qui assiste Rotolandus dans ses derniers moments. Le preux, martyr du Christ, trouve, avant de trépasser, la force d’implorer de Jésus son salut et celui de ses compagnons, et d’affirmer sa croyance en la foi chrétienne. Cette longue oraison achevée, l’âme bienheureuse du martyr sort de son corps et est transportée par les anges dans le repos éternel où elle exulte sans terme. Ne pleurons pas le bienheureux qui vit dans le palais des cieux.

11Pendant que l’âme de Rotolandus s’échappait de son corps, moi, Turpinus, je célébrais la messe et j’eus une vision : une noire milice portait l’âme du païen Marsirus aux enfers, tandis que l’archange Michael élevait celle du trompette des hommes vers les cieux. J’en avertis sur-le-champ le roi, au moment où Balduinus, monté sur le cheval de Rotolandus, atteignait le camp. Il nous raconta les derniers instants du preux.

12Quels gémissements dans l’armée chrétienne ! Tous reviennent sur leurs pas, et Karolus retrouve le corps de son neveu, inanimé, les bras en croix. Il se jette sur lui et, d’une voix entrecoupée de sanglots, dit sa douleur, son regret. Au lieu même où gît Rotolandus, il fait dresser les tentes de l’armée, appareiller le corps de son neveu et ordonne de grandes obsèques.

13Le lendemain, l’armée poursuivit sa route, arriva à Roncevaux où chacun retrouva un parent ou un ami. Il y avait des morts, des blessés, des mutilés. Oliverus fut aussi découvert dans un état pitoyable. Tout le monde pleurait, le deuil était innombrable.

14Le roi jure de poursuivre les païens. Dieu vient à son secours en arrêtant le soleil pendant la durée de trois journées. Enfin, l’armée sarrasine est en vue. Elle se repose sur les bords de l’Ebra, non loin de Caesaraugusta. Les chrétiens massacrent les ennemis jusqu’au dernier et reviennent à Roncevaux.

15Les morts sont enterrés, les blessés pansés et transportés. A l’endroit où a été retrouvé Rotolandus, le roi ordonne d’instruire le procès de Ganalonus. Un duel judiciaire est décidé. Pinabellus, le garant de Ganalonus, est vaincu par Tedricus, le défenseur de Rotolandus. La trahison de Ganalonus ainsi établie, le félon est écartelé.

16On embaume le corps des martyrs de Roncevaux ; on ramène en France ce qu’on y peut ramener. Karolus fait ramener Rotolandus à Saint-Romain de Blayes, tandis que les corps des principaux combattants sont répartis entre les sépultures de Bélin, de Bordeaux, de Nantes, des Alyscamps près d’Arles, et enfin de Rome.

17Après ces tristes événements, Turpinus, accablé par les blessures et les coups reçus en Espagne, se retire à Vienne et le roi, affaibli, gagne Paris.

3. Œuvre indépendante ou chapitre du Liber sancti Jacobi

  • 3 Voir l’introduction de l’éd. Meredith Jones déjà citée.
  • 4 Réédité tout dernièrement par W. Muir Whitehill et Dom G. Prado, sous le titre Liber Sancti Jacobi (...)
  • 5 Depuis le xvie ou le xviie siècle, elle en est détachée et reliée à part.
  • 6 Édité en 1937 Par H. M. Smyser, The Pseudo-Turpin, edited from BN Fds Latin, ms. 17656 with an ann (...)
  • 7 Éd. citée, pp. 6 ss. M. Meredith Jones imprime ce ms. sur les pages de gauche de son édition.
  • 8 Turpini Historia Karoli Magni et Rotholandi. Montpellier-Paris, Maisonneuve, 1880.
  • 9 Codex quartus sancti Jacobi de expedimento et conversione Yspanie et Galli-cie a beato Turpino arc (...)
  • 10 M. Adälbert Hämel a publié de nombreux travaux sur Turpin. Un des derniers en date est Aus der Ges (...)
  • 11 pp. 5 ss.

18Il ne nous appartient pas ici d’examiner la tradition du Pseudo-Turpin dans le détail, ni d’en faire l’historique ou la bibliographie. Nous nous bornerons, au cours de notre travail, à l’étudier dans ses rapports avec la tradition de la Chanson de Roland. Signalons toutefois que la chronique latine a connu un énorme succès au moyen âge, surtout dans le monde « savant ». Les manuscrits latins que nous en avons sont innombrables3, et sans aucun doute tous n’ont pas encore été découverts. Le plus fameux d’entre eux est le Codex Calixtinus4 (du xiie siècle), conservé dans les archives de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. C’est un vaste ouvrage, consacré à saint Jacques et dont notre Chronique ne constituait à l’origine que le quatrième livre5. Un autre manuscrit ancien de l’œuvre du Pseudo-Turpin est le ms. 17656 nouv. fonds latin de la Bibliothèque nationale de Paris (xiie siècle)6, qui ne conserve pas, comme la copie compostellane, un Liber Sancti Jacobi. Citons aussi le ms. 13774 nouv. fonds latin de la Bibliothèque nationale de Paris, des xiie-xiiie siècles, qu’un des derniers éditeurs de la chronique, M. Meredith Jones, considère comme « le premier de ce grand nombre de manuscrits qui offrent une version de la Chronique qui doit beaucoup ressembler à la forme originale dans laquelle elle fut composée, et qui la font suivre d’autres ouvrages traitant de saint Jacques qui ne se retrouvent généralement que dans le Livre de saint Jacques, dont le Turpin est très différent7. » La Bibliothèque de Montpellier contient sept manuscrits de la chronique, dont s’est servi Ferdinand Castets pour son édition8 ; le n° 31 date des xiie-xiiie siècles. La Bibliothèque vaticane en possède aussi un certain nombre, parmi lesquels le ms. C. 128 qui a été imprimé par M. Ward Thoron9. Le célèbre manuscrit de Ripoll repose aux Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone ; M. Adalbert Hämel travaille sur ce manuscrit depuis des années10. Arrêtons ici notre énumération et renvoyons à l’introduction de M. Meredith Jones, où se trouve un dénombrement très copieux — encore qu’incomplet — des mss de la chronique11.

  • 12 Éd., pp. 17 ss. Avant M. Meredith Jones la thèse avait été proposée par M. Buchner, Pseudo-Turpin, (...)
  • 13 Légendes épiques, t. III, p. 91 ; La Chanson de Roland commentée, pp. 12 ss. ; cfr bien avant Bédi (...)

19Le premier problème qui se pose à qui étudie la tradition manuscrite du Turpin est le suivant : à l’origine, le Turpin était-il indépendant du Liber Sancti Jacobi, ou n’en formait-il qu’un chapitre ? La première thèse a été défendue, pour ne citer que le critique le plus récent, par C. Meredith Jones12, tandis que l’autre a inspiré à J. Bédier quelques-unes de ses pages les plus enthousiastes13.

  • 14 Nous ne discuterons pas ici tous les arguments invoqués, nous réservant d’y revenir dans une étude (...)

20Nous n’aborderons pas ici le fond du problème, qui est quelque peu étranger à notre propos. Nous nous bornerons à indiquer notre opinion et à la justifier brièvement14.

  • 15 Éd. Jeanne Vielliard, Le Guide du Pèlerin de saint Jacques de Compostelle, Mâcon, Protat, 1938.
  • 16 Sans doute s’agit-il, non d’un même auteur qui aurait rédigé les deux ouvrages (idée suggérée par (...)
  • 17 Éd., p. 56.
  • 18 La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland, Romania, t. LXX, 1948-1949, pp. 433 ss.
  • 19 Quant à la thèse de P. David, Études sur le livre de Saint-Jacques attribué au Pape Calixte II, II (...)

21Rappelons tout d’abord l’intimité étroite qui unit les chapitres consacrés par Turpin à « Roncevaux » et un autre livre du Liber Sancti Jacobi, le Guide du Pèlerin de Saint-Jacques15. Le Guide et la Chronique constituent deux aspects d’une seule et même réalité, deux parties d’un même ensemble. La Chronique est en quelque sorte « l’introduction historique » du Guide : elle développe avec une certaine abondance les renseignements historiques que les pèlerins — les touristes de l’époque — ne trouvaient qu’abrégés dans la partie purement pratique du « Baedecker » qu’ils consultaient. Nous ne découvrons pas entre ces deux livres complémentaires les contradictions, les désaccords qui nous engageraient à repousser l’idée qu’une même pensée créatrice a présidé à l’élaboration harmonieuse des deux oeuvres16. La supposition de M. Meredith Jones17, reprise et développée par M. Burger18, que Guide et Chronique dériveraient d’une source identique me paraît difficile à défendre. Selon cette supposition, nous aurions une tradition une à l’origine, utilisée indépendamment par deux compilateurs, dont les œuvres, si semblables, auraient été finalement réunies. Ce passage de l’unité à la dualité, puis de la dualité à l’unité, me laisse assez sceptique19.

22La Chronique et le Guide, indissociable, faisaient-ils partie intégrante à l’origine du Liber Sancti Jacobi ou constituaient-ils un ouvrage indépendant incorporé plus tard dans la compilation compostellane ? Les arguments avancés par M. Meredith Jones en faveur de la seconde hypothèse ne m’ont point convaincu. L’éditeur de la Chronique a été impressionné par le disparate qui règne dans le Liber. Il ne peut concevoir que dans une compilation l’inspiration soit multiple, liturgique et théologique ici, pseudohistorique et géographico-touristique plus loin. C’est le contraire qui, pour ma part, m’eût étonné. Pourquoi, pour avoir droit de figurer dans le Liber Sancti Jacobi original, la Chronique et le Guide devraient-ils répéter ce que les trois premiers livres ont déjà dit ?

  • 20 Voir éd., pp. 88 ss., 92 ss., 102 ss., 168 ss., 228 ss. — Voir d’autres arguments dans M. Defourna (...)

23J. Bédier avait mis tout son talent à montrer la gloire de saint Jacques rayonnant sur la compilation de Compostelle, depuis le premier jusqu’au cinquième livre. Son contradicteur prétend que le patron de l’Espagne ne joue qu’un rôle médiocre dans le Pseudo-Turpin. Il suffit de parcourir la chronique pour se convaincre du contraire. Saint Jacques y apparaît six fois et chaque fois son intervention est décisive20. L’apôtre est une des préoccupations constantes du personnage Charlemagne, un des moteurs efficaces de l’action narrative. Un auteur qui ne se souciait pas de saint Jacques né lui aurait pas conféré le rôle qu’il joue dans la Chronique. Celui-ci n’est pas, en effet, un motif littéraire imposé par la tradition. Le poète de la Chanson de Roland qui raconte les mêmes événements que le Pseudo-Turpin ne se sent nullement obligé de nommer Santiago. Si le chroniqueur latin en parle, c’est qu’il y est attaché, tout comme ceux qui ont rédigé les autres parties du Liber.

  • 21 Éd., p. 23.

24Les arguments tirés par M. Meredith Jones21 de la tradition manuscrite du Pseudo-Turpin peuvent presque tous être retournés contre la thèse qu’on leur demande de justifier. Un examen scrupuleux de cette tradition que nous ne pouvons exposer ici, nous a convaincu que le Codex Calixtinus (qui conserve le Liber entier) représente une version plus ancienne que celle transcrite dans le ms. 13774 nouv. fonds latin de la Bibliothèque nationale de Paris, qui offre la chronique détachée des autres parties du Liber.

  • 22 Éd., pp. 58 ss.
  • 23 Voir le texte dans l’éd. de Meredith Jones, pp. 344.

25L’examen minutieux de la lettre-préface de Calixte II qui ouvre le Codex Calixtinus auquel se livre M. Meredith Jones22 n’aboutit pas à de meilleurs résultats. Sans doute cette épître23 qui « présente. » le Liber ne fait-elle allusion ni au Pseudo-Turpin ni au Guide du Pèlerin. Mais est-ce là une raison pour croire que son auteur ignorait ces deux œuvres ? Pas nécessairement. Cet auteur pouvait ne s’intéresser qu’aux parties liturgiques et cultuelles du Liber. En effet la géographie et l’histoire ne paraissent pas retenir son attention : il ne nomme ni Compostelle ni la Galice.

  • 24 Éd., pp. 61 ss. — Éd. de l’Historia Compostellana, dans Florez, España sagra-da, t. XX, pp. 1 ss.

26M. Meredith Jones invoque également à l’appui de sa thèse l’Historia Compostellana24. Cette célèbre compilation ne fait pas la moindre allusion à Charlemagne ni aux événements racontés dans le Pseudo-Turpin. Mais cette histoire compostellane concorde-t-elle avec les autres parties du Liber ? Raconte-t-elle la découverte des restes de l’apôtre comme lui ? Non. Il n’y a aucun rapport entre les deux œuvres, leurs buts étaient trop différents. Les dissemblances relevées entre le Pseudo-Turpin et l’Historia sont sans force probante.

  • 25 Cfr M. Defourneaux, Les Français en Espagne, p. 89.

27Enfin, quand nous étudions l’économie des divers manuscrits qui conservent le Pseudo-Turpin indépendamment des autres livres du Liber, nous constatons qu’en chacun d’eux (ou presque) la chronique latine est mise en rapport avec des fragments de ces autres livres. La seule conclusion logique à mes yeux est que ces manuscrits sont des dérivés partiels du Liber25 et que les manuscrits les plus proches de l’original sont ceux qui, comme le Codex Calixtinus ou le ms. de Ripoll, font de Turpin un chapitre du Liber.

28Toutes ces raisons — et d’autres que nous taisons ici — militent en faveur de la thèse de Bédier qui veut ne voir dans le Turpin qu’une partie du vaste et disparate Liber Sancti Jacobi, compilation analogue à l’Historia Compostellana, mais d’intention et d’esprit très différents. Comme celle-ci, le Liber a dû être l’œuvre de plusieurs personnes soucieuses de la gloire et du succès de saint Jacques de Compostelle. Une d’entre elles doit avoir dirigé la rédaction de la Chronique et du Guide du Pèlerin.

4. Son auteur. Localisation et date

29Le second problème est celui de la personnalité de cet « auteur ». Qu’est-ce que la Chronique ? La relation cléricale et dévote de la libération de la terre de saint Jacques grâce aux croisades successives de l’armée carolingienne commandée par Charlemagne. La plupart des combats qui ponctuent ces expéditions s’engagent — en France et en Espagne — le long des chemins qui conduisent le pèlerin à Santiago. Qu’est-ce que le Guide ? Le vade-mecum qui réunit pour le pieux touriste tous les renseignements utiles à un bon pèlerinage, salutaire et instructif. La route minutieusement décrite traverse précisément — en France et en Espagne — les lieux illustrés jadis par les exploits de Charlemagne. Le voyageur qui a lu le Pseudo-Turpin et le Guide sait ce qu’il doit faire et ne pas faire, il sait ce qu’il voit, il sait ce qui s’est passé dans les lieux qu’il visite.

30L’esprit qui a présidé à la confection d’ouvrages aussi variés, utilitaires et historiques, espagnols et français, héroïques et dévots, devait réunir un ensemble de connaissances assez vaste.

  • 26 La distinction que nous faisons entre histoire et geste n’existait peut-être pas dans l’esprit de (...)
  • 27 M. Meredith Jones (p. 78) prétend que « le seul endroit, toutefois, au sujet duquel il fournit des (...)

31Notre homme connaît la France. L’histoire de France lui a laissé des souvenirs, qu’il arrange d’ailleurs à sa façon (voir pp. 100 et 101). La geste littéraire de France26 n’a pour lui aucun secret : non seulement il connaît par dizaines les noms de ses héros, mais il sait utiliser plusieurs de ses plus beaux récits. Il connaît aussi en détails la géographie française. Il nomme Paris et sait qu’une de ses églises est dédiée à saint Jacques ; il connaît Saint-Denis, qu’il considère comme l’équivalent en France de Saint-Jacques de Compostelle ; il nomme Liège, les bains et la basilique d’Aix-la-Chapelle. Il connaît Vienne où il fait se retirer son prétendu auteur ; il parle du pont de Mayence. Mais ces connaissances sont imprécises et traditionnelles ; pas un détail curieux, pas une notation pittoresque qui atteste une connaissance vivante27. La région qui visiblement l’intéresse le plus, c’est le Sud-Ouest de la France, la contrée que sillonnent les ramifications françaises du chemin de Saint-Jacques. Il connaît Toulouse, « Axa » en Gascogne ; il situe Saint-Jean de Sordres sur la via jacobitana ; il fait de Bayonne la ville des Basques ; il parle d’Agen et de la Garonne, de Saintes et de Taillebourg, de la Charente et des Landes de Bordeaux, de Blayes et de l’église de Saint-Romain, de Bordeaux et de l’église de Saint-Sevrin ; de Belin et de Nantes, des Alyscamps et de Saint-Gilles ; il rapporte la passion de saint Eutrope, vénéré en Saintonge. Parmi les héros français qui combattent en Espagne, les gens du Sud-Ouest ne sont pas en petit nombre : Roland de Blayes, Engelier d’Aquitaine, Gaufrey de Bordeaux, Hoel de Nantes, etc. L’Aquitaine inspire également à notre auteur une digression aussi gratuite que précise : « Tempore istius Engeleri erat alius contes in Aquitania, scilicet in urbe Pictavorum, de quo non est modo loquendum. Hic vero Engelerus, genere gasconus, dux urbis Aquitaniae erat, quae scilicet urbs sita est infra Lemovicas et Bituricas et Pictavim, quant etiam Caesar Augustus primum in illis horis fecit et Aquitaniam nominavit, eut etiam urbi Bituricas, et Lemovicas, et Pictavin et Sanctonas, et Engolismam cum provinciis suis subjugavit, unde tota patria illa Aquitania vocatur » (pp. 123 et 125).

  • 28 J. Bédier n’a guère insisté sur cet aspect de la question. Pour lui, il importe avant tout de démo (...)
  • 29 M. Meredith Jones, p. 297 rejette cette identification proposée jadis par Dozy, sous prétexte que (...)
  • 30 Voir les identifications dans Meredith Jones, p. 298.
  • 31 Que le ms. 13774, considéré par Meredith Jones comme primitif, a estropié en -lia mecum.
  • 32 Le ms. 13774 en fait Ervina, d’autres mss de la version indépendante (17656, 369 de la Bibl. nat. (...)
  • 33 Voir note de Meredith Jones, p. 272.
  • 34 Voir Bédier, Lég. ép., t. III, pp. 152 ss. ; H. M. Smyser, Harvard Studies and Notes in Philology (...)
  • 35 Voir Meredith Jones, p. 281.
  • 36 Voir E. Lambert, art. cit., pp. 376 ss.
  • 37 Voir à ce sujet, L. Vâzquez de Parga, El Liber Sancti Jacobi y el códice Calixtino, Revista de Arc (...)

32Quoi qu’on ait dit, il connaît aussi bien l’Espagne28. L’histoire de ce pays, même à l’époque musulmane, n’est pas pour lui lettre morte : il parle des Moabitae (pp. 91, 113) qui sont les Almoravides, du roi Texephinus (p. 113) qui n’est autre que le vice-roi d’Espagne Techoufin29, il connaît les noms musulmans de Maimoun, d’Ali et d’Ibrahim (p. 115)30 ; il invente un Fatimus (p. 115) d’après le nom réel Fatima ; il est très bien informé des prétentions de Saint-Jacques de Compostelle et y souscrit entièrement (pp. 169 ss.). Il connaît un nombre considérable de localités espagnoles, galiciennes et portugaises (pp. 95 ss.) et, constatation plus significative, certaines de ces localités sous leur nom vulgaire, en tout (Lamego31, Lugo, Granada) ou en partie (Crunia pour La Coruña où le 0 se prononce très bref32 ; Badaioth pour Badajoz avec th final, qui est peut-être une graphie qui note la prononciation vulgaire ; Sarragocia). Certains noms de lieu qu’il cite sont peu connus (Auchala, qui est Alcalá de Henares33, quelques-uns sont caractérisés par un détail pittoresque (Talavera quae est fructifera, Lucerna ventosa quae dicitur Karcesa, quae est in valle Viridi34, Petroissa in qua fit argentum obtimum35. Malgré certaines erreurs, ce catalogue, s’il n’implique pas « une connaissance profonde » de l’Espagne, atteste tout au moins une information étendue et sans doute acquise sur place de la géographie du pays. De même qu’en France, il existe en Espagne une région qui retient plus particulièrement son attention : c’est la région de l’Est, la Navarre. Plusieurs des épisodes les plus importants de son récit y sont localisés ; Pampelune joue un rôle de premier plan ; Monjardin, Najera, et naturellement Roncevaux, sont le siège de retentissants combats. Notre chroniqueur connaissait fort bien la Navarre. Il décrit le site de Roncevaux avec une netteté que l’on ne retrouve pas ailleurs36 ; il raconte les mouvements de l’armée française aux alentours de Pampelune comme quelqu’un qui a été sur le terrain (pp. 127 ss.) : il nomme le pont sur l’Arga (p. 143), il connaît les régions voisines d’Alava (p. 251), de Vizcaya (p. 251), les villes voisines de Jaca, Huesca, Calahorra, Tarrazona, Tudela. Sa préférence pour la Navarre ne va cependant pas jusqu’à la sympathie ; les Navarrais sont joliment maltraités dans le Guide (pp. 26 ss.)37.

33Pourquoi notre homme manifeste-t-il en France un intérêt spécial pour le Sud-Ouest et en Espagne pour le Nord-Est ? Je vois deux raisons à cet attachement. La première, c’est le chemin de Saint-Jacques qui, passant également par Sahagún, l’incitera à écrire le « de bello Sancti Facundi ubi astae floruerunt » (pp. 109 ss.) et à parler du río Ceja. La seconde est peut-être plus personnelle.

  • 38 Il a pris les dimensions d’un des autels de la cathédrale de Saint-Jacques (Guide, p. 108).

34Sa vision géographique était aimantée par la via jacobitana. Je crois qu’il est vain de le nier. Sachons accepter dans les thèses de Bédier ce qu’elles ont de solide et de juste. Il a dû cheminer vers Compostelle, atteindre la ville galicienne38. Toutefois, il n’en fait pas un tableau détaillé. Il sait que de petite elle est devenue importante (p. 95), il déclare que Charles a concouru à sa prospérité (p. 169), il en exalte la prééminence morale (pp. 171 ss.). Mais laissera-t-il échapper une de ces notations concrètes et pittoresques, signes indubitables d’une connaissance personnelle ? Non. Les seuls noms locaux qu’il cite sont Petronus « El Padrón » (p. 95) et Yria (pp. 95 et 171). Cette discrétion ne signifie pas qu’il n’ait jamais mis les pieds à Compostelle, comme le veut M. Meredith Jones. Il n’a pas décrit Compostelle dans le Pseudo-Turpin — où cette description eût d’ailleurs été inutile — parce qu’il se proposait d’y consacrer le chapitre IX du Guide du Pèlerin (pp. 82 ss.).

  • 39 Les auteurs espagnols n’ont pas tous été animés de sentiments hostiles envers la France. Tous n’on (...)
  • 40 Confirmé par cette phrase « Galleoiani vero genti nostre Gallice magis, preceteris gentibus yspani (...)

35Notre homme ne peut donc être, me semble-t-il, qu’un Français qui connaît l’Espagne, ou un Espagnol qui connaît la France. La francophilie qu’il laisse paraître d’un bout à l’autre du récit, sans la moindre restriction39, le silence dont il enveloppe les efforts réels des princes chrétiens d’Espagne pour reconquérir les terres perdues, l’expression « gens gallica, optima scilicet », confirmée par « Nos, gens gallica... gens nostra gallica » du Guide40, l’absence de toute participation espagnole à la Croisade de Charles, l’idée même d’attribuer la Reconquista de l’Espagne et la fondation de Saint-Jacques à Charlemagne, tout parle en faveur de la première hypothèse.

  • 41 Aimery Picaud ? Voir R. Louis, Girart, comte de Vienne, dans les chansons de geste, Auxerre, 1947, (...)

36L’homme qui se disait Turpin est donc Français. Sans doute provient-il du Sud-Ouest de la France, région à laquelle il semble s’intéresser plus que ne l’exige son sujet et qui confine à la Navarre, région espagnole qu’il semble connaître mieux que les autres. Préciser davantage serait hasardeux. Le Guide du Pèlerin raconte longuement la passion de saint Eutrope, saint particulièrement en honneur en Saintonge. Le Pseudo-Turpin consacre tout un chapitre — et un chapitre détaillé et précis — à « de urbe Sanctonica ubi astae floruerunt » (pp.116 ss.). Mais d’autre part le rédacteur du Guide se laisse aller à des digressions défavorables aux Saintongeais (p.18) et favorables aux Poitevins (pp.16 ss.). Il serait périlleux, je crois, de choisir entre l’une ou l’autre de ces provinces. Qu’il nous suffise de reconnaître en notre auteur un clerc de l’ancien duché de Guyenne41.

  • 42 Sur les auteurs de la Historia Compostellana, voir L. Sala Balust, Los autores de la Historia Comp (...)
  • 43 Voir un autre argument dans M. Defourneaux, Les Français en Espagne, P. 94.
  • 44 Lég. ép., t. III, pp. 90 ss.
  • 45 Art. cit., pp. 382 ss. ; cfr L. Vazquez de Parga, Liber Sancti Jacobi, p. 44 ; E. Lambert, Ordres (...)
  • 46 M. Buchner, Pseudo-Turpin, p. 50 ; Meredith Jones, p. 81, qui ajustement rejeté l’attribution de l (...)
  • 47 Voir le Guide du Pèlerin, le Pseudo-Turpin jusqu’à un certain point, la lettre-préface de Calixte (...)

37Était-il, comme deux des compilateurs de l’Historia Compos-iellana, attaché directement à la cathédrale de Compostelle42 ? Ou, au contraire, écrivait-il en France en faveur de cette cathédrale après avoir visité l’Espagne ? Il est difficile d’en décider. Si la seconde hypothèse me paraît plus proche de la vérité, c’est en raison du silence complet de la Chronique au sujet de l’énergie belliqueuse des princes chrétiens d’Espagne, en raison du parti pris manifeste de n’attribuer la reconquête qu’aux seuls Français. Le Pseudo-Turpin, et avec lui le Livre de Saint-Jacques, me paraît plus français que compostellan, bien que principalement dédié à la gloire de saint Jacques, au chemin de Saint-Jacques, à la reconquête de la terre de saint Jacques43. J. Bédier incline à lui reconnaître une origine clunisienne44. M. Lambert pense que les chanoines de Saint-Augustin pourraient y être pour quelque chose45. M. Buchner a lancé l’idée, reprise par M. Meredith Jones46, du goliard, « ein fahrender Schüler, ein Scholar, ein Vagant ». Quel que soit son milieu d’origine, le Liber Sancti Jacobi a compté des voyageurs parmi ses compilateurs47.

38Quant à la date de la Chronique, il convient de se rappeler qu’elle ne peut être détachée de celle du Livre de Saint-Jacques.

  • 48 Voir Meredith Jones, p. 36 et note 1 ; A. Hämel, Arnaldus de Monte und der Liber Sancti Jacobi, Es (...)
  • 49 Voir Meredith Jones, pp. 350 et 360.
  • 50 Éd. G. Rauschen, Die Legende Karls des Grossen.
  • 51 Nous ne pouvons souscrire aux assertions de M. Buchner, Pseudo-Turpin... pp. 21 ss., qui met l’ori (...)

39En 1173, le moine Arnaud du Mont envoie à l’abbé de Ripoll une missive lui annonçant la découverte du Codex Calixtinus à Compostelle48. Le Codex, qui n’est peut-être pas la plus ancienne copie du Liber, existait donc déjà en Galice, et depuis un certain temps, à cette date lointaine. Un autre document confirme celui-ci : la lettre de Geoffroi, prieur de Vigeois, de peu antérieure à celle d’Arnaud49. En outre, la Vita Karoli Magni, composée en 1165 en vue de la canonisation de Charlemagne sous les auspices de Frédéric Barberousse50, utilise certains chapitres de la Chronique de Turpin, extraits de la version indépendante, selon nous postérieure. La version inscrite dans le Liber Sancti Jacobi est donc antérieure à 116551.

  • 52 Voir M. Buchner, Pseudo-Turpin... pp. 10 ss. ; Meredith Jones, pp. 323 ss.
  • 53 PP. 73 ss.
  • 54 M. Mireaux, La Chanson de Roland et l’Histoire de France, pp. 70 ss., considère la diatribe contre (...)
  • 55 éd. Vielliard, p. 118 ; Bédier, Lég. ép., t. III, p. 81.

40Laissant de côté la relation entre le Pseudo-Turpin et un faux privilège dyonisien de 114752, dont il me paraît impossible de préciser la nature, nous sommes frappés par ce que dit le Pseudo-Turpin de la fameuse statue gaditane d’Hercule. Pour lui cette statue est encore debout, mais il prévoit la chute de ce dernier reste du paganisme. Or, en 1145, elle fut renversée par Ali ibn Mousa ibn Maimoun. Cette prédiction de la chute de l’idole m’incline à penser, à l’inverse de M. Meredith Jones53, que la Chronique est postérieure à sa destruction réelle, mais de peu ; car l’auteur spécule sur le souvenir du moment où elle se dressait encore à Cadix. La Chronique du Pseudo-Turpin serait donc antérieure de quelques années à 1165 et de peu postérieure à 114554 et, avec elle, le Liber Sancti Jacobi mis au point et achevé. Les autres parties du Livre n’infirment pas ces dates. Un miracle de saint Jacques est daté de 1139 ; il a peut-être été ajouté après coup. Le Guide du Pèlerin mentionne la mort de Louis le Gros, survenue en 113755.

  • 56 La lettre-préface du pseudo-Calixte nomme expressément le plus fameux des évêques de Compostelle. (...)

41Il est évident qu’une œuvre collective n’a pu être achevée en toutes ses parties en même temps. Certains compilateurs ont été plus rapides, d’autres plus lents. Mais il semble bien que, vers 1150, — date de commodité proposée par Bédier —, tout était terminé, tout était en place. L’achèvement de l’ouvrage est donc postérieur à l’Historia Compostellana et à Diego Gelmirez lui-même (mort en 1140). Mais il est possible que le Liber soit issu du mouvement de sympathie que celui-ci avait su susciter en faveur de Compostelle56.

42Entre 1150 et 1165, un remanieur a extrait du Livre de Saint-Jacques la chronique de Turpin et, en l’abrégeant quelque peu, lui a donné une vie indépendante. Tandis que le Liber allait être recopié, peut-être après 1164, certainement avant 1173, à Compostelle même, dans le Codex Calixtinus et allait jouir d’une renommée étonnante, la version abrégée et autonome issue de la chronique allait servir d’argument en faveur de la canonisation de Charlemagne et connaître elle aussi une grande célébrité.

5. Traductions ou adaptations du Pseudo-Turpin

43La chronique latine attribuée à l’archevêque Turpin a été traduite et retraduite en langue vulgaire. Il ne nous appartient pas ici de relever et d’étudier toutes ces translations.

  • 57 Éd. Theodor Auracher, Der sogenannte poitevinische Pseudo-Turpin, Zs. fr. rom. Phil., t. I, 1877, (...)
  • 58 Voir la note de l’éditeur, p. 314, n. 2.
  • 59 Voir la liste dans l’art, cit. de Meredith Jones, p. 164.

44Citons la Chronique saintongeaise57 du xiiie s., qui, sans posséder de longues interpolations rolandiennes58, parle des douze pairs59, dédouble l’archevêque Turpin en un Turpin qui reste à Roncevaux avec Roland et en un archevêque de Reims qui accompagne Charlemagne, enfin enterre Aude à Blayes aux côtés de Roland. Outre ces détails intercalés, la Chronique saintongeaise entrelarde son récit de longues interpolations dont certaines visent à compléter les informations fournies par le Pseudo-Turpin sur la région de Bordeaux et de Saintes.

  • 60 Voir par ex. F. Wulf, La chronique dite de Turpin, d’après les manuscrits de la Bibliothèque natio (...)

45A part cette chronique saintongeaise, les autres traductions n’apportent rien de nouveau. Trop de fidélité, trop de dévotion au modèle. Les interventions personnelles se bornent d’ordinaire à parler des douze pairs non nommés par Turpin60.

  • 61 Les Grandes Chroniques de France, le Charlemagne de Girard d’Amiens, le Fierabras en prose, la Fle (...)

46Parmi les œuvres inspirées par la chronique latine, les plus significatives, à notre point de vue, sont les chroniques de Philippe Mousket et de Jean d’Outremeuse et la chronique attribuée à David Aubert61. Combinant des matériaux anciens, elles élaborent un récit partiellement nouveau.

  • 62 Éd. du Baron de Reiffenberg, Bruxelles, Hayez, 1836, 2 vol., Commission royale d’Histoire. La chro (...)
  • 63 t. I, pp. 470 ss. Voir M. Crick-Kuntziger et F. Desonay, Quelques rapports entre des tapisseries d (...)

47Le chroniqueur tournaisien Philippe Mousket (vers 1260) versifie l’affaire de Roncevaux d’après le récit — sans doute mis en français — du Pseudo-Turpin (vv. 6598 — 9573)62·Mais il y intercale des détails repris à la tradition littéraire. La Chronique ancienne, conservée dans un ms. de Tournai du xiiie siècle et publiée par Reiffenberg dans son édition de Mouskes63, ne diffère guère de la relation en vers.

  • 64 Éd. Ad. Borgnet, Bruxelles, Hayez, 1873, t. III, pp. 128 ss. — Voir L. Michel, Les Légendes épique (...)

48La même attitude se retrouve un siècle plus tard dans le Myreur des Histors de Jean d’Outremeuse (1338-1400)64. Sa Geste de Liège, au contraire, ne présente aucun intérêt pour nous.

  • 65 Édition partielle de R. Guiette, Bruxelles, Palais des Académies, t. I, 1940 ; t. II, Première par (...)

49Ce mélange de traditions turpinienne et rolandienne apparaît aussi dans les Chroniques et Conquestes de Charlemaine écrites ou compilées par David Aubert, l’un des copistes de la cour de Bourgogne. Cette histoire poétique de Charlemagne a été achevée en 145865.

6. Carmen de prodicione Guenonis

50La Chronique du Pseudo-Turpin n’a pas été la seule œuvre latine qui ait raconté la bataille de Roncevaux. Il en est une autre, très curieuse par sa forme littéraire et à laquelle maints érudits ont accordé une signification historique considérable. J’ai nommé le Carmen de prodicione Guenonis, petit poème latin de 482 vers répartis en distiques.

  • 66 Suivi de Condita pro donis fraus hic manifesta Guenonis /Per quam decepit Gallos cum dona recepit (...)

51Il est conservé aux folios 153-155 du manuscrit cottonien Titus. Α. XIX du British Museum (xve siècle) et s’ouvre par Incipit prologus in bello de Runcevalle66 (f° 153 r°) pour s’achever par Explicit de tradicione Guenonis. L’œuvre est donc consacrée uniquement à la bataille de Roncevaux racontée selon la tradition rolandienne.

  • 67 Nous n’avons pas vu cette réimpression. Renvoyons à G. Brückner, Das Verhältnis des französischen (...)
  • 68 Rom., t. XI, 1882, pp. 465 ss.
  • 69 Paris, Édition de la Geste Francor, 1941.

52La première édition en a été donnée par Francisque Michel dans son édition princeps du ms. d’Oxford (pp. 228 ss.). Cette publication a été réimprimée en 1839 par Caspar Orellius, Index Lectionum in Academia Zuricensi67. Le poème a été publié une troisième fois en 1882 par les soins de Gaston Paris : Le Carmen de prodicione Guenonis et la légende de Roncevaux68. Édition excellente et d’après laquelle nous citerons le poème. Dans la collection de M. Raoul Mortier, Les Textes de la Chanson de Roland, a paru en 1941 une nouvelle publication du poème, faite par M. Robert Barroux sans qu’il ait eu le ms. sous les yeux, et qui est surtout une émendation de celle de G. Paris : La Chronique de Turpin et les grandes Chroniques de France, Carmen de prodicione Guenonis, Ronsasvals69. On en trouvera une autre de M. Otto Schumann dans la Zs. f. rom. Phil., t. LXII, 1942, pp. 510 ss. : Zum Carmen de prodicione Guenonis.

  • 70 Voir p. ex., G. Paris, art. cit., p. 465 : première moitié du xiie siècle.
  • 71 Das Carmen de prodicione Guenonis, Zs. f. rom. Phil., t. LXII, 1942, pp. 492 ss.

53Ce petit poème latin a joui dans le monde érudit d’une fortune étonnante. Nous verrons que souvent il a été considéré comme le représentant le plus fidèle de la première Chanson de Roland, le reflet le plus exact de l’original. Un tel privilège mérite que nous précisions avec soin la date de ce texte. Les partisans de sa haute valeur primitive ont tendance à le vieillir le plus possible70. Mais l’étude stylistique de M. E. R. Curtius71 a montré qu’il devait être postérieur à 1200, sinon à 1246.

  • 72 M. Catalano, La Spagna, Bologna, Commissione per i testi di lingua, t. I, 1939. P. 209.
  • 73 Éd. R. Guiette, t. II, 1re partie, p. 244.

54Pour ma part, je le croirais volontiers plus tardif encore. Chez lui, la reine païenne Braminonde joue, comme nous le verrons, un rôle de premier plan. Elle illumine la cour sarrasine de sa beauté et de ses parures (vv. 28 ss.). Elle intervient auprès de son royal époux pour qu’il s’apaise, et sauve ainsi Ganelon (vv. 141 ss.). Où retrouvons-nous une présence féminine aussi efficace, aussi mêlée à l’action ? Dans la Chanson de Roland d’Oxford ? Dans les poèmes rimés ? Non ; la reine païenne n’y fait qu’une apparition fugitive. L’austère Pseudo-Turpin, de son côté, n’a pas voulu se souvenir de la belle Sarrasine. Lorsque nous la voyons pour la première fois intervenir aux côtés de Ganelon, c’est dans le Galien de Cheltenham (ms. du xve s.), où elle s’offre à lui en récompense de sa trahison (éd. Stengel, p. 96). Dans le Viaggio di Carlo Magno in Ispagna (2e moitié du xive s.), elle est plus insistante et plus séductrice72. Mais où le rôle de la reine ressemble le mieux à celui qu’on lui fait jouer dans le Carmen, c’est chez David Aubert (xve s.). Marsile s’emporte contre Ganelon « et l’eust Marcille occis, quant la royne sa femme l’en destourna, mal de la faulte. Ce fu grant dommage pour la crestiente que Marcille ne oultra son vouloir sur ce desleal traittre, mais il n’eust mie failly, n’eust este la royne qui l’en garda ; laquelle s’estoit enamouree de lui, et dist a Marcille :... »73. Il est pour le moins remarquable que notre poème latin, conservé dans un manuscrit du xve siècle, en désaccord avec toute la tradition ancienne, nécessairement postérieur à 1200, soit en parfaite harmonie avec des textes tardifs du Roland. Une seule explication me paraît valable : les distiques latins sont eux aussi tardifs, ils ne remontent pas plus haut que les deux derniers siècles du moyen âge, que la fin du xiiie siècle au plus tôt.

  • 74 Zum Haager Bruchstück, Archiv f. das Studium der neueren Sprachen u. Litteraturen, t. 84, 1890, p. (...)
  • 75 Mitteilungen zu Roland-Turpin, Verhandlungen der dreiundvierzigsten Ver-sammlung Deutscher Philolo (...)
  • 76 Das Carmen Rotholandi und sein Verfasser, Archiv f. d. Studium d. n. Spr. u. Litt., t. 135, 1916, (...)
  • 77 Förster l’identifie avec Gautier l’Anglais, archevêque de Païenne (mort en 1194)
  • 78 Beitrage zur Rolandsforschung II Carmen de prodicione Guenonis und Rolands epos, Zs. frz. Spr. Lit (...)

55La patrie du Carmen a fait l’objet de plusieurs études qui ont abouti à des résultats différents. Pour G. Gröber74, le poète a être un Espagnol ; pour G. Baist75 et W. Förster76, un Anglais77 ; pour W. Tavernier78, un Français du diocèse de Reims. Laissant Baist et Förster de côté, qui n’ont pas appuyé leur opinion par une démonstration, bomons-nous à discuter les avis de Tavernier et de Gröber. La localisation du premier est beaucoup trop précise et insuffisamment fondée. Est-on Rémois parce que l’on ne croit pas nécessaire de préciser que Turpin est archevêque de Reims ? Les arguments de Gröber sont d’ordre linguistique : les Français sont appelés Galli et la France Gallia, le spatiari du v. 89 est un hispanisme de même que gentilis (vv. 429, 459), quaerere (v. 202) et mirari (v. 469). M. Curtius (p. 509) a rappelé avec raison que le Pseudo-Turpin, d’origine française, connaît de nombreux Gallia et Galli. En outre, le Carmen possède un Francigena (v. 472) dont Gröber réduit l’importance pour les besoins de sa cause. Quant à querat « qu’il veuille » (cfr quiera espagnol), ce serait un hispanisme dans une œuvre latine d’Espagne ; mais l’emploi de ce terme n’est pas un argument suffisant pour déclarer espagnoles toutes les œuvres où il apparaît (voir le lat. quaerere + infinitif dans le sens de « désirer, vouloir » ; l’afr querre « vouloir », Godefroy, t. VI, p. 504 c). Pour spaciari, nous en donnons plus loin une explication qui exclut toute influence espagnole ; et je ne crois pas valable l’équation mirari = esp. mirar : pour ma part, j’ignore mirar dans le sens « étonner » (voir Diccionario de la Real Academia española, s.v.). Enfin gentilis dans le sens de « païen » n’est évidemment pas particulier au latin d’Espagne.

  • 79 Alliteration in the Chanson de Roland and in the Carmen de prodicione Guenonis, Iowa City, 1921, p (...)

56Pour nous, le Carmen est né en France (voir les vv. 195-6, 467, 471) ; il est l’œuvre d’un Français qui appelle son héros Rollandus (en se souvenant du frç. Rollant ; un Espagnol l’aurait appelé Roldanus ; voir ci-dessous) et son traître Gueno, Guenonis (de l’afr.c.s. Guene). Comme A. Haggerty Krappe79, nous croyons ce poème français, sans découvrir les moyens de préciser davantage.

Notes

1 Nous résumons le Pseudo-Turpin, d’après l’éd. de Meredith Jones, Paris, Droz, 1938.

2 Le Pseudo-Turpin ajoute à ces noms ceux de Turpinus et Ganalonus, qui, selon sa fiction, n’ont pas combattu (pp. 180-181).

3 Voir l’introduction de l’éd. Meredith Jones déjà citée.

4 Réédité tout dernièrement par W. Muir Whitehill et Dom G. Prado, sous le titre Liber Sancti Jacobi Codex Calixtinus, 3 vol., Madrid, 1944, Consejo Superior de investigaciones cientificas.

5 Depuis le xvie ou le xviie siècle, elle en est détachée et reliée à part.

6 Édité en 1937 Par H. M. Smyser, The Pseudo-Turpin, edited from BN Fds Latin, ms. 17656 with an annoted synopsis by... The Mediaeval Academy of America, n° 30. Cambridge (Massachussets), 1937, 125 pp. — C’est également ce ms. qu’a suivi R. Barroux pour son édition destinée au travail d’ensemble de R. Mortier, Les textes de la Chanson de Roland, t. II, Paris, « La Geste Francor », 1941.

7 Éd. citée, pp. 6 ss. M. Meredith Jones imprime ce ms. sur les pages de gauche de son édition.

8 Turpini Historia Karoli Magni et Rotholandi. Montpellier-Paris, Maisonneuve, 1880.

9 Codex quartus sancti Jacobi de expedimento et conversione Yspanie et Galli-cie a beato Turpino archiepiscopo, Boston, Merrymount Press, 1934.

10 M. Adälbert Hämel a publié de nombreux travaux sur Turpin. Un des derniers en date est Aus der Geschichte der Pseudo-Turpin-Forschung, Romanische Forschungen, t. LVII, 1943, pp. 229 ss.

11 pp. 5 ss.

12 Éd., pp. 17 ss. Avant M. Meredith Jones la thèse avait été proposée par M. Buchner, Pseudo-Turpin, Reinald von Dassel und der Archipoet in ihren Bezie-hungen zur Kanonisation Karls d. Gr., Zs. frz. Spr. Lit., t. LI, 1928, pp. 55 ss.

13 Légendes épiques, t. III, p. 91 ; La Chanson de Roland commentée, pp. 12 ss. ; cfr bien avant Bédier, G. Paris, Romania, t. XI, 1882, p. 426 ; Ph. Aug. Becker, Grundriss, p. 45. G. Bertoni, éd. min., p. 45 suit Bédier.

14 Nous ne discuterons pas ici tous les arguments invoqués, nous réservant d’y revenir dans une étude consacrée exclusivement à la chronique latine.

15 Éd. Jeanne Vielliard, Le Guide du Pèlerin de saint Jacques de Compostelle, Mâcon, Protat, 1938.

16 Sans doute s’agit-il, non d’un même auteur qui aurait rédigé les deux ouvrages (idée suggérée par E. Lambert, L’Historia Rotholandi du pseudo-Turpin et le pèlerinage de Compostelle, Romania, t. LXIX, 1946-1947, pp. 372, 376,379), mais d’un même esprit directeur qui aurait agencé et coordonné ceux-ci.

17 Éd., p. 56.

18 La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland, Romania, t. LXX, 1948-1949, pp. 433 ss.

19 Quant à la thèse de P. David, Études sur le livre de Saint-Jacques attribué au Pape Calixte II, III, Bulletin des Études Portugaises, tirage à part daté de 1948, 154 pp., selon laquelle le Guide serait indépendant du Pseudo-Turpin sauf en quelques passages remaniés, elle me paraît faire trop bon marché des ressemblances continues qui unissent les deux œuvres. Ces ressemblances ont également frappé M. M. Defourneaux (voir Les Français en Espagne aux xie et xiie siècles. Paris, 1949. Ρ. 90 ss.).

20 Voir éd., pp. 88 ss., 92 ss., 102 ss., 168 ss., 228 ss. — Voir d’autres arguments dans M. Defournaux, Les Français en Espagne, pp. 87 ss.

21 Éd., p. 23.

22 Éd., pp. 58 ss.

23 Voir le texte dans l’éd. de Meredith Jones, pp. 344.

24 Éd., pp. 61 ss. — Éd. de l’Historia Compostellana, dans Florez, España sagra-da, t. XX, pp. 1 ss.

25 Cfr M. Defourneaux, Les Français en Espagne, p. 89.

26 La distinction que nous faisons entre histoire et geste n’existait peut-être pas dans l’esprit de notre auteur.

27 M. Meredith Jones (p. 78) prétend que « le seul endroit, toutefois, au sujet duquel il fournit des indications très précises est Aix-la-Chapelle. Il semble avoir connu directement cette ville, car il fait la description du palais de Charlemagne, des peintures que l’empereur y fit faire, surtout de son église ronde ; il nous en donne le plan assez complet (sic), avec abondance de légendes locales pour en expliquer les différentes parties. » Nullement. Les indications du Pseudo-Turpin sont celles que la tradition a pu répandre de toutes parts. Le moine de Silos, qui n’a rien d’un Aixois, connaît aussi bien les bains de la ville impériale. Rodrigo Jiménez de Rada rapporte aussi un détail curieux sur l’épitaphe de Charles, sans avoir mis les pieds à Aix. M. Buchner, Pseudo-Turpin..., p. 44, a, de son côté, accordé une signification historique qu’elle n’a pas à la mention simultanée de Liège et d’Aix-la-Chapelle.

28 J. Bédier n’a guère insisté sur cet aspect de la question. Pour lui, il importe avant tout de démontrer que la Chronique était depuis l’origine incorporée au Livre de saint Jacques et que ce dernier était français. M. Meredith Jones pp. 76 ss., tente de réduire au minimum les connaissances espagnoles de notre chroniqueur.

29 M. Meredith Jones, p. 297 rejette cette identification proposée jadis par Dozy, sous prétexte que la forme Texemphinus n’apparaît pas dans les mss de la version du type ms. 13.774, qui porte Teremphinus ; il n’explique pas cette seconde forme, d’ailleurs inexplicable. Pour moi, ce n’est qu’une altération de l’autre, due à un remanieur pour qui Texemphinus ne représentait rien. La possibilité d’explication historique de Texemphinus est un indice supplémentaire de la priorité de la version du Codex.

30 Voir les identifications dans Meredith Jones, p. 298.

31 Que le ms. 13774, considéré par Meredith Jones comme primitif, a estropié en -lia mecum.

32 Le ms. 13774 en fait Ervina, d’autres mss de la version indépendante (17656, 369 de la Bibl. nat. de Paris) en font Erunia (voir note p. 94, 1. XVI). Cet Erunia, Ervina n’est qu’une altération de Crunia. Ervina doit se lire Eruina.

33 Voir note de Meredith Jones, p. 272.

34 Voir Bédier, Lég. ép., t. III, pp. 152 ss. ; H. M. Smyser, Harvard Studies and Notes in Philology and Literature, t. XV, 1933, pp. 49 ss. ; Meredith Jones, P. 275

35 Voir Meredith Jones, p. 281.

36 Voir E. Lambert, art. cit., pp. 376 ss.

37 Voir à ce sujet, L. Vâzquez de Parga, El Liber Sancti Jacobi y el códice Calixtino, Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, t. LIII, 1947, PP. 35 ss. (exemple d’hostilité aux Navarrais dans le livre I du Liber) ; une note du même dans Hispania (Revista española de historia), t. 1, 1940, p. 134 ; les travaux de J. M. Lacarra, El combate de Roldan y Ferragut, Anuario del Cuerpo facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y arqueólogos, 1934,vol. III ; Las peregrinaciones a Santiago, chap. I, partie III, Madrid, 1948-49.

38 Il a pris les dimensions d’un des autels de la cathédrale de Saint-Jacques (Guide, p. 108).

39 Les auteurs espagnols n’ont pas tous été animés de sentiments hostiles envers la France. Tous n’ont pas la haine du moine de Silos ou du remanieur de « Bernardo del Carpio ». Un récit favorable à la France est concevable sous la plume d’un remanieur ou d’un compilateur de la péninsule. La chanson de geste de Ron cesvalles en est la preuve. Mais la sympathie pour les Français n’est pas absolue, sans quelque tempérament.

40 Confirmé par cette phrase « Galleoiani vero genti nostre Gallice magis, preceteris gentibus yspanis incultis, moribus congrue concordantur » (Guide, p. 32).

41 Aimery Picaud ? Voir R. Louis, Girart, comte de Vienne, dans les chansons de geste, Auxerre, 1947, t. I, pp. 372 ss., ainsi que M. Defourneaux, Les Français en Espagne, pp. 84 ss., 98 ss.

42 Sur les auteurs de la Historia Compostellana, voir L. Sala Balust, Los autores de la Historia Compostellana, Hispania (Madrid), t. iii, 1943, pp. 16 ss.

43 Voir un autre argument dans M. Defourneaux, Les Français en Espagne, P. 94.

44 Lég. ép., t. III, pp. 90 ss.

45 Art. cit., pp. 382 ss. ; cfr L. Vazquez de Parga, Liber Sancti Jacobi, p. 44 ; E. Lambert, Ordres et Confréries dans l’histoire du pèlerinage de Compostelle, Annales du Midi, 1943, pp. 369 ss.

46 M. Buchner, Pseudo-Turpin, p. 50 ; Meredith Jones, p. 81, qui ajustement rejeté l’attribution de la Chronique à l’Archipoète proposée par Buchner, pp. 56 ss.

47 Voir le Guide du Pèlerin, le Pseudo-Turpin jusqu’à un certain point, la lettre-préface de Calixte « Dum vero essem scholaris ab infancia aposiolum diligens, qua-tuordecim annorum spacio perambulans terras et provincias barbaras... » (éd. Meredith Jones, p. 344). M. Buchner a attiré justement l’attention sur un aspect du problème assez négligé jusqu’à lui. Mais je ne vois pas de raison suffisante pour attribuer le Liber au milieu goliardique. Les clercs vagants n’étaient pas les seuls voyageurs intellectuels.

48 Voir Meredith Jones, p. 36 et note 1 ; A. Hämel, Arnaldus de Monte und der Liber Sancti Jacobi, Estudis Universitaris Catalans, t. XXI, 1936, pp. 147 ss. (qui sans succès s’efforce de démontrer que le ms. de Ripoll n’était pas la copie du Codex Calixtinus) ; J. Vielliard, Guide, p. xii, n. 4 et pp. 126 ss. ; H. Anglés, El codex musical de las Huelgas, t. I, 1931, p. 60 ; L. Vázquez de Parga, Liber sancti Jacobi, p. 37, n. 6.

49 Voir Meredith Jones, pp. 350 et 360.

50 Éd. G. Rauschen, Die Legende Karls des Grossen.

51 Nous ne pouvons souscrire aux assertions de M. Buchner, Pseudo-Turpin... pp. 21 ss., qui met l’origine de la Chronique en relation avec la canonisation de Charlemagne en 1165. A cette fin, il rejette un peu trop dans l’ombre tout ce qui dans la Chronique ne se rapporte pas à l’empereur. Celui-ci domine tout le récit de son imposante stature, mais il ne le remplit pas tout entier. Il y a saint Jacques, il y a la terre de saint Jacques. Le sujet véritable n’en est pas « Charlemagne », mais « Charlemagne au service de saint Jacques ». D’autre part, si l’Historia Karoli Magni et Rotholandi était issue du mouvement en faveur de la canonisation intéressée de Charles, pourquoi, en même temps et dans les mêmes milieux, en aurait-on extrait des chapitres pour les insérer dans l’Historia Karoli Magni, écrite en vue de la même cause ? Je préfère l’explication traditionnelle qui suppose l’utilisation de certaines parties du Pseudo-Turpin par l’auteur de l’Historia.

52 Voir M. Buchner, Pseudo-Turpin... pp. 10 ss. ; Meredith Jones, pp. 323 ss.

53 PP. 73 ss.

54 M. Mireaux, La Chanson de Roland et l’Histoire de France, pp. 70 ss., considère la diatribe contre la présence des femmes dans les camps et les armées (éd., p. 185) comme une « allusion transparente » à l’« histoire lamentable de la seconde croisade et aux discussions au sein du ménage royal pendant l’expédition » qui « se termina par un désastre militaire et par la brouille conjugale qui devait aboutir au divorce du roi et d’Aliénor. » Et de conclure hardiment : « Le morceau n’a pu exister qu’en 1149. » Avouerai-je qu’il me faut faire quelque effort pour distinguer entre les lignes du Pseudo-Turpin les traits de la charmante Éléonore et du pieux Louis VII. Il ne suffit pas de proclamer « transparente » une allusion pour qu’elle le soit. Il n’est toutefois pas impossible, étant donné la date du Pseudo-Turpin, que ce passage soit un écho des discussions qui se sont élevées à l’époque au sujet de la présence des femmes aux armées, un écho et une prise de position très nette. Ne poussons pas plus loin. Remarquons que seuls les mss de la version insérée dans le Liber possèdent le passage. La version du ms. 13.774 l’a peut-être supprimé parce que, à son époque, il était devenu sans objet. M. P. Lehmann, Erforschung des Mittelalters, 1941, p. 176, date de la chronique de 1147-1168 (reprenant l’idée, suspecte selon nous, de Buchner) — cité par E. R. Curtius, Das Carmen de Prodicione Guenonis, p. 508, n. 2.

55 éd. Vielliard, p. 118 ; Bédier, Lég. ép., t. III, p. 81.

56 La lettre-préface du pseudo-Calixte nomme expressément le plus fameux des évêques de Compostelle. M. Defourneaux, Les Français en Espagne, p. 98 situe la date de composition du Liber entre 1139 et 1145.

57 Éd. Theodor Auracher, Der sogenannte poitevinische Pseudo-Turpin, Zs. fr. rom. Phil., t. I, 1877, pp. 259 ss. — Voir Histoire littéraire de la France, t. XXI, pp. 742 ss. ; Meredith Jones, The Chronicle of Turpin in Saintonge, Speculum, t. XIII, 1938, pp. 160 ss. (surtout, pp. 163 ss.) ; M. Roques, Roland à Saragosse, Romania, t. LXVIII, 1944, pp. 18 ss.

58 Voir la note de l’éditeur, p. 314, n. 2.

59 Voir la liste dans l’art, cit. de Meredith Jones, p. 164.

60 Voir par ex. F. Wulf, La chronique dite de Turpin, d’après les manuscrits de la Bibliothèque nationale [fds frç.] 1850 et 2137, Lunds Universitäts Arsskrift,. t. XVI, 1879-81 ; Th. Auracher, Der altfranzösische Pseudo-Turpin der Arsenal-Handschrift BLF 284, Roman. Forschungen, t. V, 1889, pp. 137 ss. ; etc.

61 Les Grandes Chroniques de France, le Charlemagne de Girard d’Amiens, le Fierabras en prose, la Fleur des Histoires de Jean Mansel (« A Pampelune entra et la print par force et craventa les murs. Puis print Saragoce, une des plus nobles villes de ces parties et retourna en France. Mais en retournant les Gascoings lui firent ung grant desplaisir, car par embusches qu’ilz lui firent, ilz lui tuerent plusieurs de ses plus haulx hommes, dont il fut moult dolent », cité par P. Meyer, Recherches sur l’épopée française, Paris, Franck, 1867, p. 38, n. 2), les Chroniques de France de Guillaume Crétin, Charlemagne et Anseis suivent trop servilement les chroniques latines (Turpin ou ses dérivés, le Speculum historiale entre autres, combiné ou non avec des données carolingiennes — voir l’extrait de Mansel) pour présenter quelque intérêt pour cette étude. Sur les divers mss de Mansel, voir G. de Poerck, Introduction à la Fleur des Histoires de Jean Mansel (xve siècle), Mons et Frameries, Union des Imprimeries, 1936. — Le Fierabras en prose du xve siècle est une fusion des données de la geste de Fierabras et du récit de Roncevaux selon le Pseudo-Turpin. Voir G. Doutrepont, Les Mises en prose, p. 96.

62 Éd. du Baron de Reiffenberg, Bruxelles, Hayez, 1836, 2 vol., Commission royale d’Histoire. La chronique va jusqu’à l’an 1242. — Voir pour la date le P. Nothomb, La date de la Chronique rimée de Philippe Mouskès, Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. IV, 1925, pp. 77 ss. ; pour les sources R. N. Walpole, Philip Mouskés and the Pseudo Turpin Chronicle, Berkeley et Los Angeles, University California Press, 1947.

63 t. I, pp. 470 ss. Voir M. Crick-Kuntziger et F. Desonay, Quelques rapports entre des tapisseries du xve siècle et les textes littéraires. A. La bataille de Roncevaux, Rev. belge de Phil. et d’Hist., t. X, 1931, pp. 1205 ss.

64 Éd. Ad. Borgnet, Bruxelles, Hayez, 1873, t. III, pp. 128 ss. — Voir L. Michel, Les Légendes épiques Carolingiennes dans l’œuvre de Jean d’Outremeuse, Bruxelles, La Renaissance de Livre, 1935, pp. 273 ss.

65 Édition partielle de R. Guiette, Bruxelles, Palais des Académies, t. I, 1940 ; t. II, Première partie, 1943. Sur la bataille de Roncevaux, voir t. II, pp. 241 ss. et pp. 10 ss. En attendant l’introduction de M. Guiette, voir G. Doutrepont, Les Mises en Prose..., pp. 63 ss.

66 Suivi de Condita pro donis fraus hic manifesta Guenonis /Per quam decepit Gallos cum dona recepit / Incipiunt versus de bello.

67 Nous n’avons pas vu cette réimpression. Renvoyons à G. Brückner, Das Verhältnis des französischen Rolandsliedes zur Turpinschen Chronik und zum Carmen de prodicione Guenonis, Inaugural-Dissertation, Rostock, Adlers Erben, 1905, p. 4.

68 Rom., t. XI, 1882, pp. 465 ss.

69 Paris, Édition de la Geste Francor, 1941.

70 Voir p. ex., G. Paris, art. cit., p. 465 : première moitié du xiie siècle.

71 Das Carmen de prodicione Guenonis, Zs. f. rom. Phil., t. LXII, 1942, pp. 492 ss.

72 M. Catalano, La Spagna, Bologna, Commissione per i testi di lingua, t. I, 1939. P. 209.

73 Éd. R. Guiette, t. II, 1re partie, p. 244.

74 Zum Haager Bruchstück, Archiv f. das Studium der neueren Sprachen u. Litteraturen, t. 84, 1890, p. 297, n. 2.

75 Mitteilungen zu Roland-Turpin, Verhandlungen der dreiundvierzigsten Ver-sammlung Deutscher Philologen und Schulmänner in Κöln, 1895, Leipzig, Teubner, 1896, p. 96.

76 Das Carmen Rotholandi und sein Verfasser, Archiv f. d. Studium d. n. Spr. u. Litt., t. 135, 1916, pp. 121 ss.

77 Förster l’identifie avec Gautier l’Anglais, archevêque de Païenne (mort en 1194)

78 Beitrage zur Rolandsforschung II Carmen de prodicione Guenonis und Rolands epos, Zs. frz. Spr. Lit., t. XXVII, Abh., p. 98.

79 Alliteration in the Chanson de Roland and in the Carmen de prodicione Guenonis, Iowa City, 1921, p. 37 (University of Chicago).

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search