Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Première partie. Dénombrement critique des versions conservées

Chapitre II. Les aventures de Galien

Texte intégral

§ I. — Analyse

1Charlemagne et ses pairs chevauchent sur le chemin de l’Orient. Ils franchissent le Monjeu, descendent en Italie et s’embarquent vers la Terre sainte.

2Les voilà à Jérusalem devant la porte verrouillée de la sainte église. Charlemagne adresse une prière à Dieu et les portes s’ouvrent. Les douze pairs s’installent sur les douze sièges des apôtres ; Charles sur le treizième, celui de Jésus. Le patriarche apprend le miracle et accourt au temple en grande procession. Charles se nomme, et le prélat ne refuse rien au défenseur de la chrétienté.

3Chargés de reliques, les Français s’éloignent de Jérusalem ; ils chevauchent au milieu des miracles ; leurs reliques leur permettent de passer les rivières à pied sec, de guérir, autour d’eux, les malades et les infirmes, de faire disparaître leurs ennemis.

4Enfin nos Français sont en vue de la mirifique Constantinople. Ils aperçoivent dans les prairies des tentes resplendissantes de richesses, tentes dignes d’un roi, où s’abritent les porchers et les vachers du roi Hugon. Celui-ci invite nos barons dans son palais et ordonne en leur honneur un festin fastueux. Toute la famille accueille les étrangers : la reine, les deux princes royaux Thibert et Henry, la fille de l’empereur, la ravissante Jacqueline.

5Le repas s’achève. Les Français se retirent dans leur chambre, où en attendant le sommeil, ils « gabent » à la mode de France. Et chacun y va de sa vantardise. « ...Sire, dist Olivier, je ne gaberai pas mais vous orrez vray compter, car se le roy Hugues me vieult encores nuyt livrer Jacqueline sa fille, croiez moy sans mentir que je lui feray. XV. fois sans reposer la besoigne qu’on ne doit mie dire, Ou sinon, vueil qu’il me face le chief trancher. » Or les seigneurs français n’avaient pas dû inspirer grande confiance au roi Hugon, car celui-ci avait posté dans leur chambre un espion. Celui-ci court raconter tout au roi, qui se met en colère, fait armer ses gens et ordonne aux Occidentaux d’accomplir leurs vantardises. Et l’on commence par l’avenante Jacqueline. Olivier fait ce qu’il peut, mais le sommeil vient trop vite. Heureusement pour notre vantard, Jacqueline le sauvera par un amoureux mensonge. Dieu, de son côté, viendra au secours des autres fanfarons. Suffisamment édifié, Hugon arrête les frais et se déclare le vassal de Charlemagne.

6Huit jours plus tard, les Français quittent Constantinople. Comme Jacqueline était triste, Olivier lui promet de revenir l’épouser dès qu’il pourra prendre congé de Charles.

7Pendant que Charles, rentré en France, organise son expédition d’Espagne, Jacqueline, enceinte, est chassée de Constantinople par son père, qu’on ne s’attendait pas à voir si rigoureux. C’est chez une pauvresse des environs qu’un matin, avec l’aide de deux fées, Églantine et Galienne, elle met au monde un gros garçon. Chacune des fées offre un don au nouveau-né : il sera roi de Constantinople et s’appellera Galien ; il sera roi d’Espagne et restaurera la puissance de Charles et de son baronnage.

8La reine de Constantinople envoie Jacqueline et le bébé chez son frère, le comte de Damas. C’est là que Galien grandit, étonnant son entourage par ses prouesses. Un jour, le comte de Damas vient à Constantinople avec le jouvenceau. Hugon est enchanté de celui-ci ; aussi est-ce avec joie qu’il apprend que c’est son petit-fils ! Jacqueline rentre en grâce, Galien est le favori du roi.

9Mais les princes Thibert et Henry sont jaloux de l’enfant et Thibert lui lance un jour cette injure : « Sale bâtard, fils de putain I » Galien apprend alors de sa mère sa naissance. Il n’a plus qu’une idée : retrouver son père Olivier de Gênes.

10Équipé en prince par le roi Hugon, l’enfant part. En vain, Thibert et Henry cherchent à le faire surprendre dans un bois. Galien entre bientôt à Gênes et arrive au palais ducal. Le duc Regnier et Bellaude essaient de le retenir. Mais Olivier combat en Espagne, et Galien veut aller le retrouver.

11En Espagne, Charlemagne vient de s’emparer de Cordes. Il s’approche de Saragosse. Blanchandin convainc Marsile de tromper Charles par une soumission feinte et se charge lui-même du message. Charlemagne reste perplexe en entendant les propositions inattendues du roi de Saragosse. D’autant qu’il faut envoyer un baron auprès de Marsile pour régler les choses. S’il faut un homme habile en parole, dit Roland, je ne connais d’autre messager que le valeureux Ganelon. — Fort bien, dit Charles, Ganelon, vous porterez mon message. » Ganelon blêmit, injurie Roland et parle de se venger. Roland éclate de rire : « Oui, j’ai proposé votre nom pour me venger de vous. Ne vous souvient-il pas du message que vous m’avez fait porter à Vienne ? »

12A Saragosse, Ganelon fait son message, puis est mené chez la reine, où l’on s’empresse autour de lui. Blanchandin excite ses désirs, allume sa haine. L’accord est vite conclu, mais Ganelon, qui n’est pas sans honneur, refuse de se laisser acheter ; ce qu’il veut, c’est nuire à Roland.

13Ganelon revient au camp français, et chacun se prépare à la retraite. Charles ordonne à Roland et aux siens de faire l’arrière-garde. L’armée française s’ébranle ; l’arrière-garde reste dans les défilés des Pyrénées. Mais Charles est soucieux. Malgré les instances de Ganelon, il ordonne bientôt aux armées de faire halte. Seuls de grands bois le séparent de Roland.

14Et voici qu’un plaisant damoiseau se présente devant lui. Galien — car c’est lui — se nomme et réclame son père. Il demande ensuite que Charles l’arme chevalier pour pouvoir rejoindre Olivier à Roncevaux.

15Pendant ce temps les Sarrasins arrivent à Roncevaux avec cent mille hommes que mènent Marsile, Baligant et l’Augalie.

16Roland comprend aussitôt la trahison de Ganelon. Les Français lui demandent de sonner de son olifant, mais il refuse avec hauteur. Cependant, il accepte l’idée d’envoyer un messager à Charles, mais aucun de ses barons ne veut quitter Roncevaux pour porter le message.

17Le combat s’engage. Les Français font des prodiges, mais ils sont vingt mille contre cent mille. Finalement Roland consent à emboucher son olifant et sonne jusqu’à ce qu’une veine se déchire dans son cou.

18De son pavillon, Charles entend le son du cor. Galien n’en peut souffrir davantage : « Il y a bataille, Sire. Faites-moi chevalier, que j’aille voir mon père à Roncevaux. » Sitôt demandé, sitôt fait.

19Galien chevauche vers Roncevaux, où le combat devient désespéré. Olivier et Roland sont blessés ; il ne reste avec eux que Turpin et quatre autres seigneurs, tous couverts de plaies et de sang. L’un d’eux, Gondebeuf le Frison, est choisi pour annoncer le désastre à Charlemagne. Il rencontre Galien à mi-chemin de Roncevaux et lui annonce la défaite. Il atteint enfin le camp français : « Sire vous avez tout perdu à cause de Ganelon. » Celui-ci nie, mais n’en est pas moins emprisonné.

20A Roncevaux, les six Français survivants se réfugient dans une caverne dissimulée sous des frondaisons. Là ils battent leur coulpe et se préparent à la mort. Roland songe à son épée Durendal : « Ah ! s’il venait un chevalier de France qui fût digne d’elle ! » Pendant ce temps, Galien approche de Roncevaux. Mais il doit d’abord se défaire de dix païens qui voulaient lui barrer la route, transpercer le redoutable Martingnaus qui se vantait d’avoir tué Olivier, se mesurer avec le chevaleresque et courtois Pinart de Brousseules, le roi païen renommé pour la dureté d’acier de sa chair. D’autres combats le retardent encore. Enfin, les païens, instruits par une cuisante expérience, l’attaquent de loin à coups de flèches et de dards ; Galien est acculé contre une roche. Il invoque saint Denis et appelle à son aide Roland et Olivier.

21Olivier l’a entendu. Malgré ses blessures, il veut aider ce chevalier inconnu. Les survivants sortent de leur caverne et courent sus aux païens. Pas un de ceux-ci ne résiste. Mais Olivier est serré de près par un ennemi ; Galien le dégage et lui sauve la vie. Les deux héros se parlent pour la première fois :

Dont es-tu, de quel terre ? Di le moi, je t’en pri.
— Sire, dit Galien, por Dieu, vostre filz sui...

22Hélas ! Olivier est mourant ; jamais il ne pourra épouser Jacqueline, mais il ne l’oublie pas dans ses adieux, pas plus que son père Regnier de Gênes ni sa sœur Bellaude, qui, elle non plus, ne verra plus son cher Roland.

23Olivier mort, les païens redoublent de rage. Roland et Galien plongent dans leurs rangs et se perdent de vue. Roland à bout de souffle se retire à l’écart. Il essaie, mais en vain, de briser Durendal sur les roches les plus dures. Enfin, il la jette dans « ung grant risel et lé ». A peine l’épée s’est-elle abîmée dans les flots que Galien reparaît. Il essaiera en vain de la repêcher. Galien conduit Roland auprès du corps d’Olivier, et le neveu de Charles rend à Dieu sa grande âme.

24Le jour décline. Galien ceint à son côté Hauteclère, l’épée d’Olivier, et fend en deux un païen qui cherchait Durendal. Galien se propose de veiller toute la nuit, adossé à un pin.

25Tout à coup un griffon se laisse tomber d’un rocher sur le corps du pauvre Béranger et y plante ses puissantes griffes. Galien lui tranche le col.

26Il entend ensuite une grande rumeur dans le lointain. Charles et ses Français arrivent. Il veut rattraper les païens, alors que déjà le jour décline. Mais, ô miracle, Dieu arrête la chute du soleil et les Français peuvent, aux lueurs du crépuscule, forcer les Sarrasins au combat. Enfin les païens sont décimés ; les survivants s’enfuient vers Saragosse et les Français retournent à Roncevaux. Toute la nuit, Charles veille ses morts.

27Charles fait enterrer les héros et ramène à Blayes les corps de Roland, d’Olivier et de Turpin.

28Un jour, Galien entend dire merveilles du château de Monfusain et de sa châtelaine, la belle Guimarde, nièce de Baligant. Il demande à Charles l’autorisation d’attaquer ce château. Par la ruse, Galien passe la poterne et, en un tournemain, Guimarde et Monfusain sont à lui. Il épouse la resplendissante Sarrasine qui deviendra une charmante princesse chrétienne. Baligant essaie en vain de reprendre le château, tandis qu’à Saragosse, Marsile se morfond et que sa femme met en pièces les idoles païennes.

29Baligant vient au secours de Saragosse que Charles assiège. La lutte est longue et variée. Galien sauve les Français dans maintes situations désespérées. A la fin, Charles et Baligant s’affronteront en un combat singulier. Chacun des deux champions prend à son tour l’avantage et accompagne ses coups d’épée de grands coups de langue. Comme il se doit, Charles est vainqueur et Baligant tué. Les païens en fuite, Marsile se suicide, sa femme livre la ville, et la campagne d’Espagne est achevée. Charles chevauche sur la route de Blayes, tandis que Galien regagne Monfusain où l’attend sa chère épouse.

30Mais voici venir un messager de Constantinople : le roi Hugon est mort, empoisonné par ses deux fils ; ceux-ci accusent leur sœur Jacqueline. Elle s’en défend et un duel judiciaire doit avoir lieu entre Burgalant, le champion de Thibert et d’Henry, et le garant que la pauvre Jacqueline pourra trouver. Galien n’hésite pas un instant. Après avoir vengé son père, il sauvera sa mère. Le voilà déjà aux portes de Constantinople !

31C’était justement le jour où Jacqueline devait être jugée. Jacqueline n’a pas pu trouver de champion qui veuille la défendre. Mais Galien paraît et sans se nommer déclare vouloir défendre sa cause.

32Le duel classique se déroule et enfin Galien abat son adversaire. Mais Thibert et Henry ne se rendent pas au jugement de Dieu. Ils attaquent Galien ; une belle mêlée s’ensuit, au cours de laquelle le jeune homme et son escorte se débarrassent des félons.

33Alors, en grande solennité, Galien dit son nom et sa naissance. Les bourgeois de Constantinople, les pairs de Romanie, l’archevêque de Naples, tous sont d’accord pour couronner empereur le fils de Jacqueline.

34Mais voici que de mauvaises nouvelles lui parviennent de Monfusain : Guimarde est assiégée dans son château. Après avoir sauvé sa mère, Galien va maintenant sauver sa femme. Il taille en pièces les assiégeants et met en fuite leur chef, l’amiral de Cordres, qui s’échappe sur ses vaisseaux.

35Après quelque temps de bonheur conjugal et tranquille, les devoirs de sa charge impériale rappellent Galien à Constantinople. Il s’embarque avec Guimarde pour l’Orient et Guimarde est couronnée impératrice d’Orient.

36Pendant que Galien se dépensait ainsi pour venger sa mère et sauver sa femme, Charlemagne, vainqueur lui aussi, regagnait la France. Le voici à Blayes où Girard de Viane vient le rejoindre, accompagné de Bellaude. Celle-ci meurt de désespoir en apprenant son malheur.

37Charles regagne alors Laon. Il a hâte d’en finir avec la cause de tous ses malheurs, le traître Ganelon. Sitôt arrivé, il ordonne de former un tribunal pour le juger. Ganelon se défend avec une audace habile. Gondebeuf le Frison s’offre à lui prouver ses mensonges en combat judiciaire. A peine à cheval, Ganelon s’échappe et disparaît dans un bois. Il sera pourtant rattrappé par le jeune Thierry. Ramené devant le roi, il verra son sort décidé par un duel judiciaire entre Thierry et Pinabel. Le bon droit et la justice finissent ainsi par triompher. Ganelon mourra donc : après de longues controverses sur le supplice à lui appliquer, le traître est écartelé.

§ II. — Les différentes versions

1. Généralités

38La tradition de Galien qui, littérairement, dérive de la tradition renouvelée de Roland, coexiste avec elle pendant toute la seconde partie du moyen âge et la prolonge au-delà de 1500, mais reste beaucoup moins riche qu’elle.

39Elle se compose d’une version en vers alexandrins (moins de 6.000 vv.), répartis en laisses homophones rimées, partie d’une compilation poétique, Guérin de Monglane, et de quatre versions en prose dérimée. Deux de ces dernières sont manuscrites ; les deux autres ont été imprimées dès les débuts du xvie siècle et réimprimées, avec ou sans modifications, pendant plusieurs siècles.

2. La version en vers de Cheltenham

  • 1 Par ex. L. Gautier, Ép. frç., t. III, pp. 320 ss. note.
  • 2 Bibliothèque de l’École des Chartes, 5e série, t. II, p. 279.

40Longtemps on a cru perdues les versions en vers de Galien. On savait qu’elles avaient existé, on en restituait de longs passages d’après les mises en prose1, mais on n’espérait guère en retrouver un exemplaire authentique. C’est ce qui arriva cependant. Alors que les érudits remettaient patiemment en vers ce qu’avaient mis en prose les dérimeurs des xive et xve siècles, un manuscrit en vers de Galien dormait à Cheltenham, inconnu de tous, au fond de la bibliothèque privée laissée par sir Thomas Philipps. Il avait bien fait une timide apparition au jour le 6 février 1861, à la vente Savile (n°55 du catalogue), et avait été entrevu par Paul Meyer2, mais depuis lors il avait disparu. Il a été redécouvert quelques temps après et édité.

41Ce Galien n’est pas une oeuvre indépendante. Il forme la dernière partie d’une compilation poétique intitulée Guérin de Monglane, qui est consignée dans le ms. 26092 de la collection Philipps-Fenwick.

  • 3 Voir éd. Stengel, p. 380.

42La partie consacrée à Galien commence, sans titre spécial, comme simple suite à ce qui précède, au f° 83 r°, et s’achève au f° 135 v° par un long explicit3.

  • 4 G. Paris, Le roman de la geste de Monglane, Rom., t. XII, 1883, p. 5 ; E. Stengel, éd., p. 5 note.

43La copie en est tardive ; G. Paris et E. Stengel la datent du xve siècle4. La graphie du texte confirme cette proposition (voir les formes sacher, brocher, trencher avec suppression graphique de i, à côté de rachier (p. 89, 179) ; de même, l’incertitude qui règne dans la notation de son s + consonne qui n’était plus prononcé [eût pour eüst, desrière pour derière), l’orthographe à prétention étymologique et à consonnes « quiescentes », etc.

  • 5 Nous le voyons par exemple corriger des chacïe, mucīe (pour -iee) du modèle en chacee, mucee (p. 1 (...)

44Localiser le Galien de Cheltenham est une entreprise ardue qui n’a jamais tenté personne. Aucune précision historique ne facilite la tâche du chercheur. Le vocabulaire, qui en d’autres circonstances rend de si grands services, n’est ici d’aucune utilité. La chanson de geste est rédigée avec les expressions, les formules habituelles du genre. Le copiste ne se permet aucun souvenir régional. Son usage est peu caractéristique ; c’est le français commun, le « bon français » écrit5. Nous en étonnerons-nous ? Nous sommes au xve siècle, à une époque où l’idéal linguistique français devait être fermement établi. L’absence de régionalismes n’est donc pas nécessairement un indice qui s’oppose à l’origine régionale du texte. Quelques traits provinciaux, quoique rares et faiblement attestés, peuvent par contre être d’un grand secours.

  • 6 Mais cent apparaît aux vv. 46 et 47. La notation ch est très rare au début, dans le passage qui se (...)

45Le plus répandu dans la copie est ch pour c (+ e, i) ou c (+y) ou t (+ y) : Rainchevaulx (p. 1, 166, v.47 ; p.20, 174, v.23 ; etc.) ; menachent (p. 121, 202, v. 18) ; drechast (p.76, 187, v.6) ou drecha (p.97, 194, v.26) ; chent (p.99, 195, vv.44, 456 ; douche (p.103, 198, v. 15) ; fachon (p.116, 199, vv.15, 25) ; courouchés (p. 117, 200, vv. 2, 6) ; etc.

46Il en est d’autres assez fréquents aussi : la deuxième personne pluriel -és au lieu de -ez : avrés (p. 99, 195, v. 44) : lairrés (p. 99, 196, v. 6) ; etc. ; cfr lés pour lez (p. 114, 198, v. 27) ; les adjectifs possessifs de la pluralité : no pensé (p. 37, 178, v. 29) ; vo salut (p. 43, 180, v. 14) ; cfr les nos pour les nostres (p. 337, 244, v. 7).

  • 7 Voir Stengel, éd., p. 242, note.

47Les autres indices sont beaucoup plus rares : quelques c + a notés c : capple (de capler, cappulare (p. 350, 257, v. 44) ; cercier (cĭrcare ; p. 197, 225, v. 38) ; etc. — on (unu ; p. 10,171, v. 27). — cieulx (pour chez ; p. 37, 178, v. 26) ; cfr aincheulx que (pour ainçois que ; p. 130, 207, v. 5). — l’absence d’épenthèse dans venrra (pour vendra ; p. 209, 228, v. 28), atenrie (pour atendrie ; p. 243, 239, v. 12), tenrour (pour tendror ; p. 334, 253, v. 1). — meittieu, meileu (pour milieu ; p. 16, 174, v. 43 ; p. 201, 226, v. 39). —peux (pïlos ; p. 215, 230, v. 24 ; p. 245, 239, v. 42). — la confusion des e, ai et oi7.

48Le caractère provincial de notre copie est indéniable. Si les textes parisiens de la fin du moyen âge renferment parfois des régionalismes, ceux-ci restent exceptionnels et isolés. Aucun texte parisien n’offrira une série de ch pour c (+ e, i) aussi nombreuse que celle du Galien de Cheltenham.

49L’examen géographique de l’ensemble de ses traits régionaux nous pousse à lui attribuer une origine plutôt picarde, en dépit de quelques confusions entre en et an (gant <gente, p. 366, 266, v. 35 ; an <in, p. 2, 167, v. 32), signes d’une influence française croissante.

50La copie est défectueuse et révèle un scribe négligent, qui se soucie peu d’une métrique régulière.

***

  • 8 Ausgaben und Abhandlungen aus dent Gebiete der Romanischen Philologie, t. LXXXIV.

51La seule édition parue du Galien de Cheltenham est celle d’Edmund Stengel, Galien li Restorés, Schlusstheil des Cheltenhamer Guerin de Monglane, unter Beifügung sämmtlicher Prosabearbeitungen... Marburg, Elwert, 18908.

3. La version en prose du ms. 3351

52A la fin du moyen âge, à l’inverse des poèmes de Roland, les Galiens en vers ont été dérimés. Nous possédons plusieurs versions de ces mises en prose, certaines manuscrites, d’autres imprimées.

  • 9 Voir G. Doutrepont, Les Mises en prose des Épopées et des Romans chevaleresques du xive au xvie si (...)

53Le Galien en prose est contenu dans le ms. 3351 de la Bibliothèque parisienne de l’Arsenal (anc. B. L. F. 226). Ce ms. est une compilation qui contient le récit des aventures de Hernaut de Beaulande, de Milon de Pouille, de Renier de Gênes, de Girart de Viane, de Galien, d’Aimeri de Narbonne, de la reine Sibille. On lui a donné improprement le nom de « Garin de Montglane »9. L’histoire de Galien, précédée de la relation du voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, occupe les fos 180-269. Elle commence au chapitre intitulé :

Comment Olivier de Vienne engendra Galien en la fille de l’empereur de Constantinople en revenant de Jérusalem.

54pour tourner court à la fin.

  • 10 L. Gautier, Épop. frç., 2e éd., t. III, p. 316 note ; t. II, p. 548 note ; G. Doutrepont, Les Mise (...)
  • 11 Sechs Bearbeitungen des altfranzösischen Gedichts von Karls des Grossen Reise nach Jerusalem und C (...)

55Cette compilation date du xve siècle10. L’écriture, l’orthographe, la grammaire, tout indique le moyen âge finissant. Koschwitz, sans se prononcer avec précision sur la date, est enclin à la considérer comme la plus ancienne des mises en prose de Galien11.

56La langue employée est le français littéraire, mais avec une légère coloration régionale, en particulier picarde. Ne citons que la notation de ch pour c (+ e, i), l’absence d’épenthèse entre η et r, la graphie -iés ou -es pour -iez, -ez certaines formes comme signeurs, fieulx (<filius), etc. Il n’est pas impossible que le copiste soit du nord de la France.

57Pour avoir une connaissance complète du récit de Galien consigné dans le 3351, il faut encore aujourd’hui recourir au manuscrit lui-même. Le texte n’en a été publié, en effet, que partiellement. Mais les diverses éditions modernes sont largement suffisantes pour nous permettre de nous représenter avec justesse le travail du translateur.

  • 12 Koschwitz a collationné son texte avec une copie que G. Paris avait fait prendre (voir Sechs Bearb (...)

58Le début de la partie consacrée à Galien, et qui se rapporte au voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople (ms., fos. 180 r°-204 r°), se lira avec la plus grande aisance aux pages 40-72 de la précieuse publication d’E. Koschwitz : Sechs Bearbeitungen déjà citée12.

59Si le lecteur désire prendre connaissance du récit de la réception de Charlemagne à Vienne et des fiançailles de Roland et d’Aude qui précèdent le pèlerinage en Orient, il se reportera à l’édition de Galien déjà citée d’Edmund Stengel, pp. 380-385 (ms., fos 174 r°-180 r°).

  • 13 Nous citons l’édition de Stengel dans l’ordre de succession du ms. (avec entre parenthèses l’indic (...)
  • 14 Voir l’éd. d’Aimeri de Narbonne par L. Demaison, pp. cclxvii. ss.
  • 15 L’édition Stengel ne reproduit pas le texte de ces g folios.
  • 16 L’édition Stengel ne reproduit que très partiellement le texte de ces 12 folios.
  • 17 Voir L. Demaison, Aimeri de Narbonne, pp. cclxxii ss.

60La relation des aventures de Galien proprement dites, et qui font suite au texte imprimé par Koschwitz, se trouve, morcelée, dispersée, incomplète, dans l’appareil critique ou les additions de la même publication de Stengel, aux pages suivantes13 : pp. 385-389 (fos 204 v°-2o6 v°) ; pp. 12-13 (fos 206 v°-207 r°) ; p. 389, 11. 28-41 (f° 207 r°) ; p. 13, note sous les vv. 20-21 ; p. 389, 11. 51-54 ; p. 13, note sous le v.24, note sous les vv.25-26, note sous le v.27 ; p. 390 (tirade XVIII, f° 207 r°-207 v°) ; p. 14, note sous les vv.46-47 ; pp. 14-15, note sous le v. 174, 1 ; p. 390 (tirade XIX) ; p.391 (fos 207 v°-2o8 r°) ; p. 18 (f° 208 r°) ; pp.21, 23-35, 37-39 (fos 208 v°-211 r°) ; pp. 52, 56-57, 62 (fos 211 r°-212 r°) ; p. 66 (f° 212 r°) ; pp. 104-107 (fos 212 r°-214 r°) ; pp. 135-138 (fos 214 r°-2i5 v°) ; pp. 147, 149-153 (fos 215 v°-218 r°) ; pp. 156, 161-168, 170-172 (fos 218 r°-220 r°) ; pp. 184-189 (f° 220 r°-220 v°) ; pp. 194-198 (fos 220 v°-221 r°) ; pp. 201, 203-208 (fos 221 r°-222 r°) ; pp. 212, 218, 232 (f° 222 r°-222 v°) ; p. 255 (f° 223 r°) ; à ce moment l’histoire de Galien est subitement interrompue : Mais apresent se taist l’istoire de lui [Galien] et parle de Aymery de Beaulande, auquel sont consacrés les fos 223 r° à 231 v°14 ; pp. 255-269 (fos 231 v°-237 v°) ; pp. 272, 274-279 (fos 237 v°-240 r°) ; pp. 281-291, 293-301 (fos 240 r°-247 r°) ; p. 315 (fos 247 r°-248 r°) ; p. 318 (fos 248 r°-257 v°)15 ; p. 319 et note (fos 257 v°-209 v°)16. Le récit de Galien est suivi par celui de Aimeri de Narbonne, au cours duquel notre héros sera encore nommé, mais ne jouera plus aucun rôle important17.

4. La version en prose du ms. 1470

61La seconde version en prose de Galien se trouve dans le ms. 1470 fonds frç. de la Bibliothèque Nationale de Paris. Ce manuscrit n’est pas une compilation de récits héroïques comme celui de l’Arsenal, il est exclusivement consacré aux aventures du fils d’Olivier. Néanmoins, le récit est rattaché à la geste de Montglane, et plus précisément à Girard de Viane.

  • 18 L. Gautier, Épop. frç., 2e éd., t. III, p. 302 note ; Doutrepont, Mises en prose, p. 104 ; Koschwi (...)

62La mise en prose date du xve siècle18. Un petit fait orthographique confirme cette date tardive : la notation chaize pour chaire (éd. Koschwitz, p.74), dozé pour doré (éd. Koschwitz, p. 78).

  • 19 F. Brunot, Hist. lang. frç., t. II, 2e éd., pp. 251 ss.
  • 20 Pope, From Latin, p. 210-, § 581.

63Le français employé par le copiste est relativement pur. Rares sont les provincialismes. Il en est un cependant qui apparaît souvent sous sa plume : ou au lieu de ο : groux (éd. Stengel, pp.21, 351), encloux (St., p.105), grousse (St., p.25), etc. Cette forme, qui connaîtra la vogue au xvie siècle et suscitera une fameuse querelle19, appartient plus particulièrement aux régions méridionales de la France d’oïl20.

64Le texte n’est pas sans lacunes involontaires ; voir, par ex., f° 41 v°, Stengel p.47, où le copiste a sauté une phrase.

65Comme la compilation de l’Arsenal, le ms. 1470 n’a pas été publié in extenso. Mais les deux éditions de Koschwitz et de Stengel, signalées plus haut, permettent d’en lire la plus grande partie.

  • 21 E. Koschwitz a eu connaissance de la copie que G. Paris avait fait prendre du ms. (Voir Sechs Bear (...)
  • 22 Noté par erreur dans l’édition 51 v°.
  • 23 Stengel ne donne que l’argument de ce passage.

66Le début, consacré au voyage des barons français en Orient (fos 1 r°-27 r°), se trouve dans la publication de Koschwitz aux pp. 73 à 9721 ; la suite, réservée à Galien (fos 27 r°-233 r°), dans celle de Stengel, aux pages suivantes : pp. 385-389 (fos 27 r°-28 v°) ; p. 12 notes sous les vv. 8, 9, 10,11 (f° 28 v°) ; p.389 (fos 28 v°-29 r°) ; p.13 notes sous les vv. 20-21 (f° 29 r°) ; p. 389, tirade XVII, nos 22-24 (f° 29 r°) ; p. 13, note sous les vv. 24, 25, 26, 27 (f° 29 r°) ; p. 389, tirade XVIII (f° 29 r°) ; p. 390 (f° 29 r°) ; p. 13-14, note sous les vv. 31a, 32, 33 (f° 29 r°) ; p.390, tirade XVIII, nos 34 ss. (f° 29 r°-29 v°) ; p. 14, note sous les vv.38, 39, 40 (f°29 v°) ; p.390, tir. XVIII, nos 41 ss. (f° 29 v°) ; p. 14 note sous les vv. 46, 47, 174, 1 (f° 29 v°) ; p.390, tir. XIX (f° 29 v°) ; p. 15 note sous les vv. 13, 14 (f° 29 v°) ; pp. 390-1, tir.XX (f° 30 r°-30 v°) ; pp. 16-28 (fos 30 v°-35 r°) ; pp. 30-68 (fos 35 r°-51 r°) ; pp. 104-106 (fos 51 r°-52 v°) ; pp.85-87 (fos 52 v°-55 r°) ; pp. 107-114 (fos 55 r°-61 v°) ; pp. 135-139 (fos 61 v°-64 v°) ; pp. 147, 149-155 (fos 64 v°-67 r°) ; pp. 157-232 (fos 67 V°22-98 v°) ; pp. 237-238 (fos 98 v°-99 v°) ; pp. 244-245 (f° 100 r°-100 v°) ; pp. 250-269 (fos 100 v°-113 v°) ; p. 270 (fos 113 ν°-138 v°)23 ; pp.323-331 (fos 139 r°-146 v°) ; pp. 331-358 (fos 146 v°-158 r°) ; pp. 362-364 (fos 158 r°-159 r°) ; pp. 233-235 (fos 159 r°-161 r°) ; pp.246-250 (fos 161 r°-164 v°) ; pp. 273-317 (fos 164 V°-183 r°) ;p. 318 (fos 183 r°-203 r° ; pp. 318-319 (f° 203 r°-203 v°) ; pp. 319-320 (fos 203 v°-226 r° ; pp. 320-321 (fos 226 r°-227 r°) ; pp. 368-380 (fos 227 r°-233 r°)

5. La version en prose du Galien imprimé

  • 24 L. Gautier, Êpop. frç., t. III, 2e éd., p. 316 n. ; G. Doutrepont, Mises en prose, p. 105.
  • 25 L. Gautier, Épop. frç., t. III, 2e éd., p. 340 note en donne l’argument.
  • 26 Elles suivent le remaniement « lyonnais » du récit.
  • 27 Voir L. Gautier, Êpop. frç, t. III, 2e éd., pp. 317 ss. note ; C. Nisard, Livres populaires, pp. 4 (...)

67La première version en prose imprimée se trouve dans l’ouvrage que les érudits ont dénommé le Galien incunable ou imprimé24. Ce texte a été publié d’innombrables fois. La première édition que nous ayons est datée de 1500 et a été imprimée pour Antoine Vérard à Paris, pet. in-f° goth. (un exemplaire existe à la Bibliothèque Nationale de Paris). Les éditions se succèdent au cours du xvie siècle. L’une d’entre elles, celle de Claude Nourry à Lyon (1525), présente un certain intérêt pour nous. Elle contient un récit nouveau de la mort de Galien25 et a créé une tradition nouvelle (la Bibliothèque de l’Arsenal contient un exemplaire de ce remaniement, cote 13090). La vogue de notre texte ne fléchit pas durant tout le xviie siècle. Les éditions fournies par la maison Oudot de Troyes se succèdent sans en épuiser le succès26. Le xviiie siècle lit lui aussi sans se lasser les aventures de Galien, qui seront encore réimprimées au cours du xixe siècle dans des éditions de colportage|27.

68Le Galien imprimé se borne aux faits et gestes de Galien et est divisé en chapitres. Le chapitre I raconte « Comment le Roy Charlemaingne print devotion d’aller visiter le Sainct Sepulchre de Hierusalem », et les derniers le procès et la mort de Ganelon.

  • 28 Épop. frç., t. III, 2e éd., p. 317 note ; à la page 305 note, il précise davantage « second tiers (...)
  • 29 G. Paris avait fait copier notre texte, mais il a cédé au savant allemand sa copie (voir G. Paris,(...)
  • 30 Voir Doutrepont, Mises en prose, p. 108.
  • 31 Voir éd.,pp. 10 et 380. L’édition imprimée par Le Noir qui n’est citée ni par Gautier ni par Doutr (...)
  • 32 Jusqu’à présent Stengel a reproduit le texte de l’édition de 1500. Dorénavant il reproduira la réé (...)
  • 33 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.
  • 34 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.
  • 35 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.

69D’après Léon Gautier, l’imprimé reproduit une version en prose du xve siècle28. La langue employée est un français littéraire très pur, sans scories dialectales. Le texte du Galien qui a eu les honneurs de l’imprimerie fait l’effet d’être l’œuvre d’un remanieur soigneux et diligent. Il n’y a pas de reproduction moderne in extenso de cette œuvre. C’est de nouveau grâce à Koschwitz et à Stengel que ce texte intéressant est à la portée des érudits. Koschwitz en a imprimé les premiers chapitres, qui traitent du pèlerinage en Orient, dans ses Sechs Bearbeitungen..., pp. 98-13329, Les impressions reproduites sont celles de P. Sergent30 et de Nicolas Bonfons (1528), cette dernière par l’intermédiaire de la copie de G. Paris. Les chapitres suivants se liront pour la plupart dans l’édition déjà nommée d’E. Stengel qui a utilisé conjointement l’édition princeps de 1500 et celle de 1507 imprimée par Michel le Noir31. Il faut se reporter successivement aux pages ci-après pour suivre le récit du Galien imprimé : pp. 385-388 (chap.XI, fos 21 r°-22 r°) ; p. 389 (chap. XII, f° 22 r°) ; p.12 note sous les vv. 7, 8, 9, 10, 11 (chap. XII, f° 22 r°) ; p. 389, tir. XVI, n°12 — tir.XVII, n° 19 (chap. XII, f° 22 r°-22 v°) ; p. 13, note sous les vv. 20, 21 (chap.XII, f° 22 v°) ; p. 389, tirade XVII, nos 22-24 (chap.XII, f° 22 v°) ; p. 13, note sous les vv. 24, 25, 26, 27, 28 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 389, tirade XVIII — p. 390, même tirade, n°31 (chap. XII, f° 22 v°) ; p.14, note sous le vers 33 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 390, tirade XVIII, nos 34-38 (chap. XII, f°22 v°) ; p. 14, note sous les vv. 38, 39, 40 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 390, tirade XVIII, nos 41-44 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 14, note sous le v. 171, 1 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 390, tirade XIX (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 15, note sous les vv. 13, 14 (chap. XII, f° 22 v°) ; p. 390, tirade XX-p.391 (chap. XIII, f° 23 r°) ; pp. 16-28 (chap. XIII-XIV, fos 23 r°-25 r°) ; pp. 30-68 (chap.XIV-XXII, fos 25 r°-33 r°) ; pp. 104-106 (chap. XXII, fos 33 v°-34 r°) ; pp. 85-88 (chap. XXIII, fos 34 v°-35 r°) ; pp. 107-114 (chap. XXIV-XXV, fos 35 v°-38 v°) ; pp. 135-139 (chap. XXVI, fos 38 v°-39 v°) ; pp. 147, 149-155 (chap. XXVI-XXVII, fos 39 v°-41 r°) ; pp. 157-182 (chap. XXVII-XXX, fos 41 v°-45 v°32 ; pp. 183-206 (chap. XXX-XXXII, pp.84-93 de l’éd. 1507) ; pp. 207-232 (chap. XXXIII-XXXVII, pp. 94-104) ; pp. 237-238 (chap. XXXVII, pp. 104-106) ; pp. 244-246 (chap. XXXVII-XXXVIII, pp. 106-107) ; pp. 250-269 (chap. XXXIX-XLIV, pp. 107-122) ; p. 270 (chap. XLV-LIV, pp. 122-14933 ; pp. 323-331 (chap. LV-LVII, pp. 149-157) ; PP. 331-358 (chap. LVII-LX, pp. 157-170). PP. 362-364 (chap. LX-LXI, pp. 170-171) ; pp. 233-236 (chap. LXI, pp. 171-173) ; pp. 246-250 (chap. LXI-LXII, pp. 173-176) ; PP. 273-317 (chap. LXII-LXV, pp. 176-194) ; p. 318 (ch. LXVI-LXX, pp. 195-213)34 ; pp. 318-319 (chap. LXXI, pp. 213-214) ; pp. 319-320 (chap. LXXII-LXXVII, pp. 214-23635 ; pp. 320-321 (chap. LXXVIII, pp. 236-237) ; pp. 368-380 (chap. LXXIX-LXXX, pp. 237-243).

6. La version en prose du Guérin imprimé

  • 36 Voir G. Paris, Le roman de la Geste de Monglane, Romania, t. XII, 1883, p. 3.
  • 37 G. Paris, art. cit., p. 4.

70La seconde version en prose imprimée se trouve dans le Guerin de Montglane imprimé. Le récit consacré à Galien ne constitue qu’une partie de cette compilation qui, comme le Guerin de Montglane du ms. de Cheltenham ou celui du ms. de l’Arsenal, appartient plutôt au cycle de Guillaume d’Orange. Outre Galien, la compilation comprend les histoires de Girart de Viane, d’Hernaud de Beaulande, de Milon de Pouille et de Renier de Gennes36, le tout constituant un « Girart de Viane » « renouvelé et amplifié »37. Le récit de Galien est précédé, comme ailleurs, de la relation du Pèlerinage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople ; mais ici cette relation est très abrégée, réduite à une dizaine de lignes. Ce n’est en quelque sorte que l’amorce du passage consacré à Galien, tandis que, dans les autres versions, c’en est la première partie. Le récit de Galien est rattaché à celui de Girart de Viane.

71Le Guerin de Monglane est divisé en chapitres. Les préliminaires de Galien commencent au chapitre 73 (f° 73 v° de l’éd. Jehan Trepperel). Le chapitre 89 clôt les aventures du fils d’Olivier (f° 94 v° de la même édition). Le récit ne s’étend que sur 21 folios.

  • 38 Voir L. Gautier, Bibliographie, p. 109, ainsi que H. Pfeil, Das Gedicht Galien Rethoré der Chelten (...)
  • 39 Voir Brunet, loc. cit. ; Gautier, loc. cit., et Épop. frç., t. II, p. 603 note ; G. Doutrepont, Mi (...)

72La plus ancienne édition connue de notre compilation paraît être celle de Jehan Trepperel38. Il y en eut d’autres. Tirons à part celle de Michel Le Noir qui, en 1518, réunit en un seul volume les histoires de Guerin de Montglane et de Maugis d’Aigremont39.

  • 40 Qu’il me soit permis de faire une remarque sur la langue employée par nos quatre versions en prose (...)

73Le texte imprimé reproduit une version en prose du xve siècle. La langue dont use le prosateur est débarrassée de toute influence provinciale. C’est le français littéraire de l’époque40.

  • 41 Stengel donne aussi quelques variantes de l’éd. Nicolas Chrestien.

74On trouvera, dans l’édition de Galien par Stengel, le texte des chapitres consacrés par l’imprimé au fils d’Olivier et de Jacqueline : pp. 380-381 (ch. 73, fos 73 v°-74 r° de l’éd. Jehan Trepperel41 ; p. 384 (ch. 74, f° 74 r°) ; pp. 27 -30 note (ch. 74-76, fos 74 r°-75 r°) ; pp. 27-32 (ch. 76, fos 75 r°-76 v°) ; pp. 33-35 (ch. 76, f° 76 v°) ; p. 37 (ch. 76, f° 76 v°) ; pp. 69-85 (ch. 76-79, fos 76 v°-79 v°) ; pp. 88-103 (ch. 79-81, fos 79 v°-82 r°) ; pp. 114-135 (ch. 81-84, fos 82 r°-86 r°) ; pp. 139-148 (ch. 84, fos 86 r°-88 r°) ; p. 156 (ch. 84, f° 88 r°) ; p. 163 (ch. 84, f°. 88 r°) ; p. 185 (ch. 84, f° 88 r°) ; pp. 187-189 (ch. 84, f° 88 r°-88 v°) ; pp. 194-199 (ch. 84, fos 88 v°-89 r°) ; pp. 204-208 (ch. 84, f° 89 r°-89 v°) ; p. 212 (ch. 84, f° 89 v°) ; p. 215 (ch. 84, f° 89 v°) ; p. 218 (ch. 84, f° 89 v°) ; p. 224 (ch. 84, fos 89 v°-90 r°) ; p. 227 (ch. 84, f° 90 r°) ; pp. 232-233 (ch. 84, f° 90 r°) ; pp. 236-7 (ch. 85, f° 90 v°) ; pp. 238-246 (ch. 85-6, fos 90 v°-91 v°) ; pp. 270-272 (ch. 86-87, fos 91 v°-92 r°) ; pp. 365-372 (ch. 87-88, fos 92 r°-93 r°) ; pp. 374-377 (ch. 88, fos 93 r°-94 r°) ; PP- 379-380 (ch. 89, f° 94 ro-94 v°).

Notes

1 Par ex. L. Gautier, Ép. frç., t. III, pp. 320 ss. note.

2 Bibliothèque de l’École des Chartes, 5e série, t. II, p. 279.

3 Voir éd. Stengel, p. 380.

4 G. Paris, Le roman de la geste de Monglane, Rom., t. XII, 1883, p. 5 ; E. Stengel, éd., p. 5 note.

5 Nous le voyons par exemple corriger des chacïe, mucīe (pour -iee) du modèle en chacee, mucee (p. 12, 173, vv. 1 et 2), des verroulīe, laissie en verroulee, laissee (p. 3, 168, vv. 1, 3).

6 Mais cent apparaît aux vv. 46 et 47. La notation ch est très rare au début, dans le passage qui se rapporte au Pèlerinage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople. Voir sur ch la note de Stengel, éd., p. 242.

7 Voir Stengel, éd., p. 242, note.

8 Ausgaben und Abhandlungen aus dent Gebiete der Romanischen Philologie, t. LXXXIV.

9 Voir G. Doutrepont, Les Mises en prose des Épopées et des Romans chevaleresques du xive au xvie siècle, Bruxelles, Palais des Académies, 1939, p. 122.

10 L. Gautier, Épop. frç., 2e éd., t. III, p. 316 note ; t. II, p. 548 note ; G. Doutrepont, Les Mises en prose, p. 122.

11 Sechs Bearbeitungen des altfranzösischen Gedichts von Karls des Grossen Reise nach Jerusalem und Constantinopel, Heilbronn, Henninger, 1879, p. x.

12 Koschwitz a collationné son texte avec une copie que G. Paris avait fait prendre (voir Sechs Bearb., p. xii et G. Paris, La Chanson de Pèlerinage de Charlemagne, Romania, t. IX, 1880, p. 2, n. 3).

13 Nous citons l’édition de Stengel dans l’ordre de succession du ms. (avec entre parenthèses l’indication de la pagination correspondante du ms.).

14 Voir l’éd. d’Aimeri de Narbonne par L. Demaison, pp. cclxvii. ss.

15 L’édition Stengel ne reproduit pas le texte de ces g folios.

16 L’édition Stengel ne reproduit que très partiellement le texte de ces 12 folios.

17 Voir L. Demaison, Aimeri de Narbonne, pp. cclxxii ss.

18 L. Gautier, Épop. frç., 2e éd., t. III, p. 302 note ; Doutrepont, Mises en prose, p. 104 ; Koschwitz, Sechs Bearb., p. xi.

19 F. Brunot, Hist. lang. frç., t. II, 2e éd., pp. 251 ss.

20 Pope, From Latin, p. 210-, § 581.

21 E. Koschwitz a eu connaissance de la copie que G. Paris avait fait prendre du ms. (Voir Sechs Bearbeitugen, p. xii et G. Paris, La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne, Romania, t. IX, 1880, p. 2, n. 3)

22 Noté par erreur dans l’édition 51 v°.

23 Stengel ne donne que l’argument de ce passage.

24 L. Gautier, Êpop. frç., t. III, 2e éd., p. 316 n. ; G. Doutrepont, Mises en prose, p. 105.

25 L. Gautier, Épop. frç., t. III, 2e éd., p. 340 note en donne l’argument.

26 Elles suivent le remaniement « lyonnais » du récit.

27 Voir L. Gautier, Êpop. frç, t. III, 2e éd., pp. 317 ss. note ; C. Nisard, Livres populaires, pp. 475 ss. ; Brunet, Manuel du Libraire, s. v.

28 Épop. frç., t. III, 2e éd., p. 317 note ; à la page 305 note, il précise davantage « second tiers du xve siècle » ; cfr Doutrepont, Mises en prose, p. 105 ; G. Paris, La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne, Romania, t. IX, 1880, p. 2.

29 G. Paris avait fait copier notre texte, mais il a cédé au savant allemand sa copie (voir G. Paris, La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne, p. 2, n. 3). Celui-ci croyait que cette dernière reproduisait l’édition de la veuve Trepperel (1521) (Sechs Bearbeitungen, p. xiii), mais en réalité elle était fondée sur celle plus tar-dive de Nicolas Bonfons (1528) (voir G. PARIS, loc. cit. ; Koschwitz, op. cit., p. 185, Berichtigungen).

30 Voir Doutrepont, Mises en prose, p. 108.

31 Voir éd.,pp. 10 et 380. L’édition imprimée par Le Noir qui n’est citée ni par Gautier ni par Doutrepont, n’est sans doute qu’un nouveau tirage de la précédente.

32 Jusqu’à présent Stengel a reproduit le texte de l’édition de 1500. Dorénavant il reproduira la réédition de 1507 avec quelques variantes de l’édition princeps. (Voir note à la page 183). La pagination en est modifiée.

33 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.

34 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.

35 Stengel ne donne que les rubriques de ces chapitres.

36 Voir G. Paris, Le roman de la Geste de Monglane, Romania, t. XII, 1883, p. 3.

37 G. Paris, art. cit., p. 4.

38 Voir L. Gautier, Bibliographie, p. 109, ainsi que H. Pfeil, Das Gedicht Galien Rethoré der Cheltenkamer Handschrift und sein Verhältnis zu den bisher allein bekannien Prosabearbeilungen. Inaugural-Dissertation, Marburg, 1888, pp. iv ss., pour la date de l’édition.

39 Voir Brunet, loc. cit. ; Gautier, loc. cit., et Épop. frç., t. II, p. 603 note ; G. Doutrepont, Mises en prose, p. 125.

40 Qu’il me soit permis de faire une remarque sur la langue employée par nos quatre versions en prose. Les deux versions manuscrites sont encore légèrement teintées de dialectismes. Les deux versions imprimées en sont absolument dépourvues. Cette constatation nous incline à penser, comme M. Delbouille nous l’a suggéré à plusieurs reprises, que l’imprimerie a joué son rôle dans la consécration de la suprématie du français. Si elle n’a pas imposé le français central au détriment des français provinciaux qui s’écrivaient au moyen âge, elle a concouru à éliminer les dernières traces dialectales involontaires de la langue écrite des œuvres populaires, elle a achevé la « dédialectalisation » du français littéraire.

41 Stengel donne aussi quelques variantes de l’éd. Nicolas Chrestien.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search