Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Première partie. Dénombrement critique des versions conservées

Chapitre I. La bataille de Roncevaux

Texte intégral

§ I. Analyse

1En sept ans, Charlemagne a conquis toute l’Espagne. Seule Saragosse reste invaincue, mais Marsile, son roi, est dans l’angoisse. « Seigneurs, dit-il à son entourage, je ne dispose d’aucune armée capable de briser celle de Charles. Que faire ? » — « Couvrez Charles de présents, propose le prudent Blancandrin, feignez d’accepter de vous rendre à Aix pour y recevoir le baptême et tenir votre terre de ses mains ; envoyons-lui nos fils comme gages de notre parole. Sur l’heure son armée se dispersera, Charles regagnera sa capitale. » Le roi acquiesce d’emblée. Et l’ambassade, conduite par Blancandrin lui-même, expose bientôt à Charles les offres de Marsile. Avant d’y répondre, Charles prend l’avis de ses conseillers. Roland avec flamme défend la guerre à outrance. Ganelon veut qu’on écoute la sagesse, c’est-à-dire les propositions de Marsile. « Mais qui enverrons-nous à Saragosse ? » demande Charles.

2« Ce sera Ganelon, mon parâtre », propose Roland. Et les Français d’approuver ce choix excellent. Qui ne se souvient du défi que Ganelon lance alors solennellement à Roland et aux siens, du rire de Roland, de la chute funeste du gant symbolique ?

3Sur la route de Saragosse Blancandrin fait parler Ganelon :

Tant chevalcherent Guenes e Blancandrins
Que l’un a l’altre la sue feit plevit,
Que il querreient que Rollant fust ocis.

4Les voici devant Marsile. Message inouï, ce ne sont pas les conditions implicitement formulées par Charles que Ganelon soumet à Marsile ; ce sont des conditions plus dures, plus rigoureuses, qui frisent l’injure. Et quelle âpreté hautaine ! « Et tout ce que Charles vous enlève, ajoute-t-il, il le donnera à Roland. »

5Petit à petit le Français convainc Marsile que la cause des désastres espagnols, l’unique et suffisante protection de Charles, c’est Roland. Pour avoir la paix définitive, il n’y a qu’à supprimer Roland. Pour cela, Ganelon a son plan. Ils s’accordent, et Ganelon rend bientôt compte à Charlemagne du succès de son ambassade. Les Français lèvent le camp et se mettent en route vers leur douce France. Mais : « Qui fera l’arrière-garde ? » demande Charles. « Ce sera Roland, mon fillâtre », lance Ganelon. Charles, inquiet, voudrait refuser ; mais quelle injure ce serait pour Roland ! Il tend à celui-ci l’arc symbolique.

6Tous les amis de Roland se groupent autour de lui, quelque vingt mille hommes, avec en plus Gautier de l’Hum qui combattra dans les montagnes voisines.

7Chez les païens, les pairs sarrasins s’arment pour le combat, en rivalisant de fanfaronnades, et bientôt la lourde armée s’ébranle.

8D’une hauteur, Olivier découvre leur marche inattendue. Un peu effrayé il court prier Roland de sonner de son cor. Mais ivre d’honneur, passionné d’héroïsme, Roland reste inflexible malgré l’insistance d’Olivier. Les Français s’arment à leur tour ; et au cri de « Montjoie » la lutte s’engage. Ils sont vingt mille contre cent mille païens.

9Une première armée sarrasine conduite par Aelroth, le neveu de Marsile, est détruite par les Français qui perdent beaucoup de vaillants combattants.

10Une deuxième armée sarrasine s’achemine vers Roncevaux, forte de vingt « échelles » et conduite par le roi lui-même. Et voici qu’Engelier, Samson, d’autres pairs tombent, mais ils sont vengés. par Olivier, Turpin et Roland. Et les Sarrasins finissent par prendre la fuite.

11Le roi voit le désastre et marche lui-même au combat. Roland, Olivier, Turpin s’acharnent ; mais que pourrait leur héroïsme ?., Bientôt on ne compte plus que soixante Français en vie.

12Cette fois Roland souffle dans l’olifant pour que Charles vienne venger et enterrer ses hommes. Il souffle avec une telle force que le sang jaillit de sa bouche. Les clairons français là-bas répondent à l’olifant. En route vers Roncevaux. Ganelon le traître est livré aux cuisiniers.

13A Roncevaux, le fils du roi sarrasin est tué ; Marsile a la main tranchée : et c’est la fuite de l’armée païenne.

14Mais l’oncle de Marsile reste sur place, avec ses nègres effrayants. Et c’est la mort d’Olivier frappé dans le dos par l’algalife.

15Tous les Français sont morts, sauf Turpin et Roland : Gautier de l’Hum, revenu, blessé à mort, de ses montagnes, vient d’être achevé. Les clairons de Charles retentissent et les Sarrasins, en un dernier effort, décochent une grêle de traits avant de s’enfuir. Roland et Turpin restent maîtres du champ de bataille.

16Bientôt Turpin, épuisé, s’abat à son tour sur l’herbe. Roland reste seul vivant ; mais la mort le presse, la cervelle lui coule par les oreilles. Un païen maculé de sang rampe vers lui, il veut l’épée du preux ; mais un coup d’olifant lui fracasse le crâne. Et ce sont les adieux à Durendal, l’apothéose du gant tendu à Dieu et la mort de Roland, grandiose et théâtrale, la mort solitaire et fière, sur un tertre, entouré d’immenses montagnes, loin en avant dans le pays ennemi.

17Roland est mort ; Charles atteint Roncevaux, poursuit les Sarrasins en fuite. Un fleuve profond et rapide barre le chemin : l’eau de « Sèbre ». Les païens s’en remettent à leurs dieux et, serrés de près par les Français, plongent dans le fleuve : pas un n’en échappera.

18Marsile, qui avait fui le combat, atteint misérablement Saragosse. Voici précisément qu’avec ses flottes innombrables Baligant, l’émir de Babylone, arrive dans la ville. Sans attendre, il saute à cheval et chevauche vers les Français.

19Ceux-ci ont regagné Roncevaux. Ils enterrent les morts. Les corps de Turpin, d’Olivier et de Roland sont embaumés pour être transportés en France.

20Mais voici les armées de Baligant. Charles invoque Dieu et l’armée française sort des anfractuosités pyrénéennes et fait Balte-en Espagne dans une plaine.

21Bientôt les deux armées sont aux prises. Quel carnage ! Baligant échauffe ses païens : « Frappez, vous aurez des femmes et des fiefs. » Charles stimule ses Français : « Nous avons le droit pour nous. Vengeons les morts de Roncevaux ! »

22La cause de Baligant est perdue : son devin le lui a dit ; néanmoins, il s’acharne en une lutte héroïque contre son destin.

23La nuit tombe, lentement. Les deux souverains se reconnaissent au milieu de la mêlée et se jettent l’un sur l’autre. Duel suprême ! Baligant assène un tel coup que Charles, étourdi et blessé, chancelle ; mais Dieu lui envoie son ange : « Que fais-tu, Charlemagne ? » Le chrétien se redresse et fend en deux la tête de Baligant.

24C’est la fuite des « Arabiz », la poursuite victorieuse, la ruée triomphale des chrétiens dans Saragosse où, à l’annonce de la défaite de son garant, Marsile se retourne sur son lit de douleurs et trépasse. Braminonde sa femme rend la cité, qui sera purifiée des miasmes musulmans et juifs par le maillet, le feu, le fer, le baptême et la bénédiction.

25Le jour suivant, Charles abandonne Saragosse à une garnison de mille guerriers vaillants et s’en revient en France. Il traverse Narbonne, Bordeaux où il fait sur l’autel de Saint-Séverin l’offrande de l’olifant, Blaye où il enterre en de blancs cercueils Roland, Olivier et Turpin, Aix enfin où il convoque tous ses hommes pour juger Ganelon.

26Mais voici qu’une jeune fille accourt vers lui ; c’est Aude, la fiancée de Roland, qui meurt de douleur aux pieds de Charles en apprenant la mort de son bien-aimé. Ganelon, la cause de tout le mal, est solennellement jugé à Aix, le jour de Saint-Silvestre. Charles accuse : « Ganelon m’a pris vingt mille hommes, les douze pairs, Olivier, Roland. » Ganelon se défend : « Je n’ai pas trahi Charles ; j’ai défié Roland et j’ai cherché sa mort, car il avait voulu la mienne. » Trente parents le soutiennent, Pinabel est son garant. Émus, les juges s’abstiennent de juger. Mais Thierry d’Anjou s’avance pour défendre la cause de Charles en un duel judiciaire. Il est vainqueur et Ganelon finit écartelé.

§ II. Les différentes versions

I. Généralités

27Le récit classique de la Chanson de Roland que nous venons d’analyser est conservé, avec plus ou moins de variantes de détail, dans de nombreuses versions.

28Il nous est parvenu, sous la forme assonancée, dans le ms. dit d’Oxford (O ou Oxf), qui compte 4 002 vv., en majorité décasyllabiques et répartis en laisses homophones.

29A côté de cette version, il en existe une autre, de versification composite. C’est celle du ms. dit de Venise IV (V 4), longue de 6 012 vv., répartie en laisses homophones, où le copiste s’est efforcé de présenter à l’œil une apparence de rimes. En réalité, la version est assonancée au début et tend ensuite à présenter des rimes auditives autant que visuelles.

30Une autre version se trouve dans le ms. dit de Venise VII (V 7), de 8 880 vers décasyllabiques, — sauf quelques alexandrins à la fin du poème, — distribués en laisses homophones qui visent à la rime.

31Le ms. de Châteauroux (Ch) nous conte la Chanson de Roland en 8 330 décasyllabes, mêlés, à la fin de l’œuvre, de quelques alexandrins et groupés en laisses homophones tendant à la rime, tandis que le ms. dit de Paris (P) développe le même récit en 6 830 vv. décasyllabes ou alexandrins, — ceux-ci en beaucoup moins grand nombre que ceux-là et localisés surtout à l’extrême fin de l’œuvre, — répartis aussi en laisses homophones. Cette version est rimée, mais çà et là subsistent des assonances.

32Le ms. dit de Lyon (Ly) nous a conservé une Chanson de Roland de 2 933 vv., décasyllabes ou alexandrins, — ces derniers à l’extrême fin, — et divisée en laisses homophones rimées, mais d’où les assonances ne sont pas absentes.

33Une autre version incomplète nous est parvenue dans le ms. dit du Trinity College de Cambridge (Tr), version acéphale et comportant quelques lacunes, de 5 705 vers, décasyllabes ou — à la fin — alexandrins ; ces vers sont répartis en laisses homophones rimées, avec quelques assonances.

34Enfin, il nous reste aussi des débris de versions : les fragments dits « lorrains » (Flo), de 351 décasyllabes, groupés en laisses homophones rimées, avec, de-ci de-là, des assonances ; les deux feuilles éditées par C. Lavergne (Fla), comptant 108 décasyllabes qui ont les mêmes traits caractéristiques de versification que les précédents.

35Au total, neuf versions de la Chanson de Roland ont résisté aux attaques du temps. Ce ne sont pas de simples copies qui viseraient à la reproduction fidèle du modèle ; chacune jouit d’une individualité propre qu’il nous faudra définir.

2. Oxford

  • 1 Il figure sous le n° 1624 dans Gulielmus D. Macray, Catalogi codicum manu-scriptorum Bibliothecae (...)
  • 2 Ch. Samaran, Étude historique et paléographique, précédant la reproduction phototypique de la Chan (...)

36La plus importante et la plus ancienne de ces versions est celle que contient le ms. Digby 23 de la Bodleian Library d’Oxford1. Ce ms. « renferme deux ouvrages écrits à des époques d’ailleurs voisines par des mains différentes : la traduction du Timée de Platon par Chalcidius (fol. 1 à 55) et la Chanson de Roland (fol. 1 à 72 non compris les feuillets de garde de la fin) »2. Le texte de Roland est copié sur une colonne.

  • 3 Ch. Samaran, Étude, p. 3, est moins absolu : « On doit en conclure que les deux manuscrits étaient (...)

37On sait que ce ms. d’origine anglo-normande ne doit pas avoir séjourné ailleurs qu’en pays anglais3.

  • 4 F. Genin, La Chanson de Roland, Paris, 1850, pp. lxxxiv ss., se fondant sur un rapprochement illus (...)
  • 5 Commencement du xiie s. dans sa Lettre à Monmerqué de 1835, (voir J. Bédier, De l’éd. princeps, 1e (...)
  • 6 1re éd. de l’éd., 1872, t. I, p. xlii : entre 1150-1160 ; Épopées françaises, t. 1, p. 242 note, 1(...)
  • 7 Dans son édition La Chanson de Roland, Paris, 1878, p. 32.
  • 8 Das altfranzösische Rolandslied, genauer Abdruk... Heilbronn, 1878, p. vi.
  • 9 Deux notes discordantes : G. Gröber, La Chanson de Roland, Strasbourg, s. d., p. 6 : milieu du xii(...)
  • 10 Moyen terme commode et « parlant », proposé par Gaston Paris, La Littérature française au moyen âg (...)

38Mais de quand date ce manuscrit ? D’un avis presque unanime4, les critiques le placent au xiie siècle. Mais cette belle unanimité s’évanouit dès que l’on cherche à préciser davantage. Francisque Michel hésite entre le commencement et la fin du xiie siècle5 ; Léon Gautier, entre 1150-1160, le second tiers, la seconde moitié et la fin du siècle6. L’année même où Petit de Julleville propose le milieu du xiie7, Edmund Stengel, le premier, étudie paléographiquement le manuscrit et conclut en faveur de la fin du siècle8. Jusqu’à ce qu’un autre paléographe vienne contredire le savant allemand, pour chacun9 la copie oxonienne a vu le jour à la fin du xiie s., aux environs de 117010.

  • 11 p. 30.
  • 12 De l’édition princeps, 2e art., p. 156.
  • 13 p. 29-30, moins les notes, uniquement bibliographiques.
  • 14 pp. 31-32.

39Le contradicteur de Stengel sera M. Charles Samaran, qui, en 1933, publiera les conclusions de ses minutieuses recherches et proposera de dater le ms. du second quart du xiie s.11, entre 1130 et 1150. Toutes les éditions et la plupart des travaux postérieurs considéreront désormais qu’Oxford a été écrit avant 1150. Rares sont ceux qui ne se rendront pas aux arguments de M. Samaran ; mais J. Bédier sera de ceux-là : « Ces raisons [de M. Samaran}, ces impressions plutôt tirées d’expertises d’écriture, n’interdisent pas d’hésiter », écrit-il en 193812. Il appelle de ses vœux une étude linguistique qui doublera l’étude paléographique et en vérifiera le bien-fondé. Comme il importe pour notre étude de dater avec précision les diverses versions conservées, nous avons eu la curiosité de faire cette étude, dont nous ne présenterons ici que les conclusions. Mais auparavant, arrêtons-nous un instant aux raisons de M. Samaran13. Le savant paléographe a été frappé par ce qu’il y a d’archaïque dans la décoration et la forme de l’écriture d’Oxford. Mais ce caractère nous oblige-t-il à supposer le manuscrit du second quart du xiie siècle ? Nous ne le croyons pas. Les concordances d’écritures invoquées par M. Samaran ne constituent pas un argument décisif. Les seuls traits paléographiques bien particularisés (d oncial fermé avec panse reliée sans solution de continuité à la boucle terminale) seraient même plutôt en faveur d’une époque plus avancée. En acceptant même l’argumentation de M. Samaran14 pour expliquer ces traits dans la première moitié du xiie s., nous remarquerons que rien ne nous permet d’écarter la seconde moitié du siècle.

  • 15 Parmi d’autres études paléographiques non encore indiquées, citons : M. Roeder, Die paleographisch (...)

40La paléographie15 nous apprend que la copie d’Oxford appartient au xiie siècle. Rien de plus. C’est l’étude linguistique qui nous apportera le plus de précisions.

  • 16 M. K. Pope, From Latin to modem French, § 1152, 1220. — Un des premiers exemples de aun que nous a (...)
  • 17 M. K. Pope, op. cit., § 1153 ; A. Stimming, Bueves, p. 173, qui cite des exemples ne remontant pas (...)
  • 18 M. K. Pope, op. cit., § 1156 (III) ; A. Stimming, Bueves, p. 207, relève dans le ms. D de Bueves p (...)
  • 19 M. K. Pope, op. cit., § 1223. Les mss de Bueves renferment plusieurs estoit pour estuet (Bvv. 61, (...)
  • 20 M. K. Pope, op. cit., § 1163. Les mss A (xiiie s. ), C (xive s. ) du Voyagé de saint Brandan en of (...)
  • 21 M. K. Pope, op. cit., § 1204. — Le ms S du Comput de Philippe de Thaon (début du xiiie s. ) substi (...)
  • 22 Peut-être ce redoublement est-il le signe d’une légère palatalisation du -l précédé de -i- (cf. le (...)

41Cette étude commence par confirmer et fortifier les données de l’écriture. Le copiste ne note nulle part les graphies vélaires -aun-, -oun- caractéristiques de l’anglo-normand postérieur16. De même, il ne vélarise pas a devant s préconsonantique et n’écrit nulle part chaustel, fausmer ou même paumer17. Un autre phénomène postérieur, la réduction de -ue- à -è-, lui est également inconnu18 ainsi que la notation de la diphtongue -ue- au moyen du digra-phe -oi-19. Autre réduction tardive qu’il ignore : celle de au + consonne en a20. Notre copiste n’omet pas non plus le -l final après un i, comme le xiiie siècle anglo-normand en a l’habitude21 ; au contraire, il prend soin, semble-t-il, d’en bien marquer la présence par le redoublement de la lettre, du moins dans les mots toniques (avrill, v. 3503 ; exill, v. 1862 ; seignurill, v. 151 ; gentill, v. 1853)22.

  • 23 Voir l’éd. maior de G. Bertoni, pp. 70 ss.
  • 24 Voir J. Vising, Étude sur le dialecte anglo-normand du xiie s., Dissertation doctorale d’Upsala, U (...)
  • 25 M. K. Pope, op. cit., § 1246-1247.
  • 26 Nous laissons de côté des formes comme le parfait survesquiet v. 2616, exceptionnelles en anglo-no (...)

42D’autre part, l’état de la déclinaison dans le Digby 23 nous interdit de trop rajeunir ce ms. Elle n’est pas régulière ; le système des deux cas n’est plus intégralement respecté : Bertoni23 relève, pour les substantifs masculins, 2 900 à 2 950 cas où il est observé, contre 450 à 500 où il ne l’est pas ; pour les adjectifs masculins, 650 faits réguliers contre 150 irréguliers ; pour le participe masculin, 230 cas d’accord contre 120 transgressions. Cet état de la déclinaison nous autorise-t-il, toutefois, à dater le manuscrit d’une époque tout à fait tardive ? Non. On sait en effet que Philippe de Thaon, le plus ancien écrivain anglo-normand connu, se permettait dès le début du xiie siècle des accrocs sensibles à la règle ; que Benedeit, l’autre ancêtre, l’auteur de Saint Brendan, n’était pas plus scrupuleux24. On sait également, d’autre part, que dès le début du xiiie siècle, en anglo-normand, la déclinaison est en complète désagrégation : on use sans la moindre discrimination du -s flexionnel, on étend la forme plurielle en -es à des mots tels que hanap ou urs25. Or notre scribe évite de tels écarts ; il semble encore animé d’un certain respect pour la tradition26.

43Le manuscrit Digby 23 n’est pas du xiiie siècle. Serait-il très ancien, de la première moitié du XIIe, comme le propose M. Samaran ?

44Voici toute une série de traits qui nous engagent à ne pas le vieillir à ce point.

  • 27 Opinion défendue par Whitehead, p. xiv, pour le -e final comme pour la plupart des traits que nous (...)
  • 28 Voir Bédier, Comm., p. 254. — On se reportera aux pp. 241 ss. de ces Comm. pour avoir un tableau a (...)
  • 29 Voir Bertoni, éd. maior, p. 68.
  • 30 Voir Bédier, loc. cit.
  • 31 M. K. Pope, op. cit., § 1135 ; B. Schlyter, La vie de saint Thomas Becket par Beneit, Lund-Copenha (...)
  • 32 Voir Stimming, pp. 181 ss. — Nous laissons de côté les formes du type frai pour ferai v. 300 et av (...)

451°. Dans un nombre de cas trop élevé pour que nous puissions y voir une simple erreur graphique27, notre copiste omet un e atone à la fin du mot : guer v. 210, ajust v. 919, servis v. 1406, bataill v. 1887, sembl v. 359528, bel v. 3723 pour bele féminin29, messag v. 367 ; pour confirmer cette instabilité de la muette, le manuscrit offre quelques e inorganiques : remeines v. 2928, luises v. 2317, millere v. 1417, bele pour le masculin cette fois v. 2267, luisante v. 2512, tireres v. 228330. L’instabilité du e est un phénomène de l’anglo-normand qui, sans être inconnu auparavant, s’affirme au cours du xiiie siècle31. L’absence de -e ou sa présence indue sont caractéristiques dans les mss de Bueves32.

  • 33 Voir Mall, p. 59.
  • 34 Voir Vising, Étude, p. 75 ; Waters, p. cxl.
  • 35 Voir Karl Grass, Das Adamspiel, anglonormandisches Mysterium des XII. Jahrhunderts, Dritte, verbes (...)
  • 36 Voir Vising, Étude, p. 93.
  • 37 Sur toute cette question, voir j. E. Matzke, Publications of Modem Language of America, XXI, 1906, (...)

462°. Dès les plus anciens documents anglo-normands, les diphtongues nasales sont confondues : Philippe de Thaon fait rimer remaint avec ateint dans le Comput vv. 2145-2146, desteint avec refraint dans le Bestiaire p. 12433 ; Benedeit associe quaranteine et semaine vv. 133-4, chaeines et semaines vv. 869-70, funtaines et pleines w. 1001-2, etc34 ; le poète du Mystère d’Adam accouple paine et semaine vv. 503-435 ; Fantosme ne fait pas non plus la distinction36. La confusion règne aussi entre ein (ain) et en : Adam fait rimer defens avec mains (m a η ο s) vv. 149-50, Gaimar combine meins et tens37.

  • 38 Cfr marrenes du v. 3982 du Digby 23.
  • 39 Voir ses digraphes ei pour ai et ai pour ei, Grass, p. li. Mais chaque fois saint est noté ai vv. (...)
  • 40 Notons toutefois chez ce dernier seinz (par ex. p. 104 ; XXIII, 2).
  • 41 Voir Waters, pp. 154.
  • 42 Voir Stimming, p. 197.

47Ces confusions sont donc toutes anciennes. Il en est de même de celle des graphies ein et ain ; le ms C du Comput (xiie s. ) écrit semeine pour semaine v. 640, femes pour faimes v. 202838, ateint, ataint pour ataint, ateint v. 2146, mais note correctement maintes v. 2312, remaindrat vv. 3485, 3501. Il en est de même du scribe d’Adam39, de celui des Psaumes d’Oxford, de celui des Quatre Livres des Rois40. Pour rencontrer des formes telles que sent ou sentes du Digby 23 vv. 2197, 2395, remendras v. 1985, il faut plutôt s’adresser à des manuscrits plus tardifs, comme celui du Saint Brandan41 ou le manuscrit D de Bueve42 ou d’autres œuvres plus récentes encore.

  • 43 Voir M. K. Pope, op. cit., § 1151.
  • 44 Tanquerey, op. cit., p. 188.
  • 45 Voir M. K. Pope, loc. cit.
  • 46 Voir Stimming, p. 217.

483°. La dénasalisation est un phénomène bien connu de l’anglo-normand43 : un William de Waddington (xiiie s. ) ne craint pas de faire rimer veums et geluz, devums et nus, non plus d’ailleurs que l’auteur du sermon en vers « Deu le omnipotent »44 ; une association semblable apparaît chez Bozon45. Ce phénomène a commencé de se manifester assez tôt. Le copiste des Psaumes d’Oxford l’atteste en omettant n devant v ou s. Cet exemple sera suivi par ses nombreux successeurs46.

  • 47 Le e du v. 2260 doit s’expliquer comme une simple erreur d’écriture, le se du v. 3098 peut être le (...)
  • 48 C’est à tort que Bertoni, éd. maior, p. 493, voit dans cette forme un simple oubli du signe de la (...)
  • 49 Voir Stimming, loc. cit.

49Mais pour trouver des traces graphiques de dénasalisation analogues à celles du Roland d’Oxford, trechant v. 1301, trecher v. 54, e (en) w. 1036, 209747, flabur v. 180948, su (sum) v. 1157, estrage v. 1236, il faut se tourner vers des copies plus récentes : les manuscrits de Chardri, de l’Estoire des Engleis, le manuscrit Ο de Horn, ceux d’Ipomédon, ceux de Bueves49.

  • 50 Voir Stimming, loc. cit.

50Du n inorganique de ment pour met du Digby 23 v. 1271, les copies tardives de Bueves, de Rom, de Tristan, de Saint Auban offrent maints exemples. Mais ce trait n’est pas inconnu des copistes des Psaumes de Cambridge ni de ceux des Quatre Livres des Rois (deuxième moitié du xiie s. )50.

  • 51 Voir Tanquerey, op. cit., p. 61, n. 1.
  • 52 Voir A. Stimming, p. 195.
  • 53 G. Bertoni, éd. maior, p. 59 y voit des erreurs matérielles qui ne mettent pas en cause le phénomè (...)
  • 54 Voir Tanquerey, op. cit., p. 61 ; Stimming, p. 195 ; Waters, p. 153.
  • 55 On peut songer aussi, il est vrai, à un simple i parasite.

514°. Le ms. d’Oxford présente quelques cas de réduction de -ai-à -a- : grasles v. 2110, bassent v. 3273. Phénomène fréquent en anglo-normand : le ms. C du Comput écrit reparet v. 1434 ; le Psautier de Cambridge, sane pour saine51 ; les Quatre Livres des Rois, fare pour faire52. Mais notre copie va plus loin : par deux fois, elle réduit à -a la désinence -ai du futur indicatif : muvra v. 290, murra v. 186753. Or nous ne trouverons de pareilles formes que dans des documents plus récents54 : manuscrit R de l’Estoire des Engleis du xiiie s., le manuscrit L de Jordan Fantosme du troisième tiers du xiiie s., le manuscrit A de Brendan, les manuscrits d’Ipomédon, de Horn, de Bueves, chez Nicole Bozon, chez Nicolas Trivet. Le passage de -ai à -a paraît donc plus tardif dans les désinences verbales qu’ailleurs, mais il n’est pas impossible dans la seconde moitié du xiie s. ; on peut en voir un indice dans la fausse régression saverait pour saverat que l’on rencontre dans le manuscrit C du Comput au v. 184255.

52Quoi qu’il en soit, les deux futurs signalés plus haut du Digby 23 rattachent plutôt celui-ci au mouvement de l’anglo-normand postérieur.

  • 56 Voir Stimming, p. 219.
  • 57 Il n’est pas question ici des formes cols w. 541 et 1323 où la chute du p est ancienne. Benedeit f (...)

535°. Par deux fois devant une initiale vocalique, le copiste du Digby 23 omet un -p final : tro v. 317, col v. 1948. Ce procédé le rapproche de son confrère, le copiste du ms. D de Bueves qui, lui aussi, écrit par deux fois tro pour trop56. Phénomène assez rare et que l’on ne rencontre pas à la période ancienne57.

  • 58 Voir A. Stimming, p. 225.

546°. Au v. 686, le ms. d’Oxford orthographie le nom du roi de Saragosse Marcilie avec un c alors qu’ailleurs il emploie toujours s. Cette substitution de c à s est un phénomène graphique postérieur dont on a des exemples dans les mss de Bueves, dans le ms. L dé Gaimar, dans ceux d’ipomédon, dans celui de Tristan, etc.58.

  • 59 M. K. Pope, op. cit., § 613, 1203.
  • 60 Voir J. Bédier, Comm., pp. 261 ss.

557°. Dès la fin du xiie s., le -s final commence à disparaître59. La copie oxonienne en offre des indices à la fin des mots proclitiques : le chefs v. 44, le freins v. 2485, a Franceis v. 566, mai saives boni v. 315, mi sire v. 1254, etc.60. Ajoutons-y une graphie erronée ad ocis de la deuxième personne as ocis v. 1609.

  • 61 Voir Grass, p. lxv.
  • 62 Voir Waters, p. 170.
  • 63 Voir A. Stimming, p. 227.

56L’absence de -s final dans les mots proclitiques n’est pas inconnue des mss anglo-normands de la deuxième moitié du xiie s.. Le mystère d’Adam nous en donne quelques exemples : le signes v. 545, mi sires v. 77, mi parail v. 374, mi freres v. 67961. Mais c’est surtout aux siècles suivants que se marquera le phénomène : les mss de Saint Brendan écrivent le pour les, a pour as, de pour des ou l’inverse as pour a, ses pour se62 ; il en est de même dans ceux de Bueves de Haumtone, dans la Vie de saint Auban, dans la copie D de l’Estoire des Engleis63.

  • 64 Susfrir peut s’expliquer aussi comme débutant par le préfixe sus- non étymologique. Oxf présente a (...)
  • 65 Voir A. Stimming, pp. 227 ss.
  • 66 Voir Waters, p. 169.
  • 67 Le s de Ultresport du Liber Censualis (voir Hildebrand, Ueber das franzö-sischen Sprachelement in (...)

57Le phénomène inverse, l’intercalation d’un -s- inorganique devant consonne, apparaît également dans Oxford : nasfret vv. 1656, 2078, 2080, 1965, 1990, 2504, 2771 ; susfrir vv. 1010, 1117, 1257, 165864. Plutôt propre à l’anglo-normand postérieur (mss de Bueves65, mss de Brendan66 etc.), il n’est pas inexistant à la fin du xiie s. Les Quatre Livres des Rois en offrent de rares exemples67.

  • 68 Voir Stimming, p. 199.
  • 69 Voir Waters, p. 155.

588°. Le Digby 23 écrit blancher au v. 261. A ma connaissance, il n’existe pas de verbe blancher en ancien français. La forme de notre ms. est une forme contractée d’un type bien connu en anglo-normand pour blancheer, blancheier. Quoique n’étant pas inconnues de la seconde moitié du xiie s. (nous avons découvert un nent pour neent, neient aux vv. 1882, 2446 des mss C et A du Comput), ces contractions sont plutôt le propre des siècles suivants : les mss de Bueves offrent des nent (ms. B vv. 236, 342 etc. ; ms. D v. 973, 1625, 1779, etc. ), des guerrer (ms. D vv. 2020, 2191, 2264, etc. ), des souder pour soldeer, soldeier (ms. D v. 2015) ; l’Ipomédon, un pescé pour peceié v. 4836, un guerre v. 7280 ; le ms. H de Horn un meiter pour meteer, meteier v. 4210 ; Langtoft, un lel pour leel, leial 1, 3468 ; le ms. A de Brendan, guerrer pour guerreer, guerreier v. 69 et cos-tawt pour costeant, costeiant v. 106369.

  • 70 Comm., p. 257.
  • 71 Op. cit., p. 570.

599°. Disons un mot des fameuses formes Munigre v. 975, balient v. 976, s’alient v. 990, sapide v. 993 dans une laisse en -eie. J. Bédier a retrouvé de semblables formes dans des textes normands70. On peut y ajouter certains exemples anglo-normands. Le ms. C du Comput de la seconde moitié du xiie s. offre un sit pour seit v. 150, et le ms. A de Brendan du XIIIes., Benediz v. 8 et volit pour voleit v. 474. La réduction du -ei- de l’indicatif imparfait est également tardive et très rare. Tanquerey71 cite deux exemples de la troisième personne du pluriel : solient dans les Statutes de 1275 et dans les Early Statutes of Ireland de 1285.

  • 72 Voir Stimming, p. 188.
  • 73 Voir Waters, p. 149.
  • 74 Loc. cit.
  • 75 Voir Mall, p. 54.

6010°. Une fois le Digby 23 orthographie « dix » des v. 3269. C’est un phénomène qui n’est pas inconnu des Anglo-Normands. Le ms. D de Bueves écrit fez pour filz v. 301872 ; le ms. A de Brendan prestrent pour pristrent v. 302, le ms. B remes pour remis v. 139073. a. Stimming74 cite des exemples du ms. L de Sainte Catherine, du ms. L de l’Estoire des Engleis, du ms. A d’Ipomédon et d’auteurs du xive siècle. L’altération paraît donc un phénomène plutôt tardif, quoique les mss du Comput aient déjà tendance à confondre si (s i c) et se (s i)75.

61Voici énumérés les traits graphiques de quelque intérêt pour notre présente recherche. Avant d’en tirer une conclusion, nous voudrions insister sur le caractère assez exceptionnel dans la copie d’Oxford des phénomènes relevés. Guer est employé une fois sans -e final, mais huit fois avec -e ; servis, une fois sans -e final, mais six fois avec -e ; remeines est écrit une fois indûment avec -e final, mais trois fois régulièrement sans -e ; le féminin bele prend une fois la place de bel, mais quinze fois la forme masculine est correctement employée ; on trouve une fois trechant et une fois trecher sans nasale, mais trente-six fois la forme est normalement nasalisée ; un η inorganique est introduit une fois dans met, mais trente-six fois aussi le mot est graphié régulièrement ; à côté d’un murra, nous trouvons de nombreux murrai ; pour quatre mots en -i dans une laisse en -ei, nous en rencontrons d’innombrables en -et ; etc.

62Le Digby 23 se trouve au début de l’évolution qui allait au cours du xiiie siècle transformer profondément, sinon décomposer, l’anglo-normand. Ceci nous situe dans la deuxième moitié du xiie siècle plutôt que dans la première.

***

  • 76 La chanson de Roland ou de Roncevaux du xiie siècle..., Paris, Silvestre, 1837.
  • 77 Citons les plus importantes : J. Bédier, Paris, Piazza, s. d. (1922 et réimprimé en 1924, 1927, 19 (...)

63Depuis l’édition princeps de Francisque Michel76 jusqu’aux plus récentes77, tous les éditeurs ont pris le manuscrit d’Oxford comme base de leur publication. Ils ne diffèrent que par une plus ou moins grande fidélité à la copie anglaise.

  • 78 La même année E. Stengel faisait imprimer à cent exemplaires une reproduction photographique compl (...)

64Il en est d’autres toutefois que se sont bornés à la reproduire sans le moindre amendement : E. Stengel, Das altfranzösische Rolandslied, genauer Abdruck der Oxforder Handschrift Digby 23, Heilbronn, Heinninger, 187878 ; G. Gröber, La Chanson de Roland d’après le manuscrit d’Oxford, Strasbourg, J. H. Ed. Heitz, s. d. [aux environs de 1906], Bibliotheca romanica 53-54 ; R. Mortier, Les textes de la Chanson de Roland : I La version d’Oxford, Paris, « La Geste Francor », 1940 ; La Chanson de Roland d’après le manuscrit d’Oxford, avec une transcription assonancée, Paris, Union latine d’éditions (Librairie Maloine), 1940. C’est d’après ces deux transcriptions scrupuleuses que nous citerons Oxford au cours de cette étude, non sans avoir confronté chaque citation avec la reproduction photographique due aux soins du comte Alexandre de Laborde : La Chanson de Roland, Reproduction phototypique du manuscrit Digby 23 de la Bodleian Library d’Oxford, éditée avec un avant-propos par le comte Alexandre de Laborde ; étude historique et paléographique de M. Ch. Samaran, Paris, S. A. T. F., 1933.

3. Venise IV

  • 79 A. Viscardi, Letteratura franco-italiana, Modena, Società tipografica modenese, 1941, p. 7, n. 1, (...)
  • 80 P. Meyer, note à l’Inventaire des manuscrits en langue française possédés par Francesco Gonzaga I, (...)
  • 81 Voir l’Inventaire p. p. W. Braghirolli, pp. 505 ss. : nos 9, 10, 12. 28, 29, 32 ( ?), 41, 42, 43, (...)

65La Bibliotheca Marciana de Venise compte parmi ses riches collections un ensemble de manuscrits qui lui ont été légués par G. B. Recanati le 12 novembre 173479. Celui-ci les avait acquis en 1708, à la mort du duc de Mantoue Ferdinand-Charles IV80. Ces manuscrits proviennent donc de la Bibliothèque des Gonzague et figurent à l’inventaire qui en a été dressé en 140781.

  • 82 Voir Bekker, Die altfranzösischen Romane der St. Marcus Bibliothek, Probe und Auszüge. Abhandlunge (...)
  • 83 Bekker, p. 291 ; Genin, p. 503.

66Certains de ces volumes renferment des copies de chansons de geste carolingiennes ; l’un d’eux contient le texte de la Chanson de Roland qui nous occupe. Dans l’Inventaire, il porte le n° 41 : Item. Liber aspremontis. Incipit : « Chi voyt intendre vair canzum. Et finit : usque laual desidoil. Continet cart. 98. » Ce manuscrit est devenu à la Marciana le ms. fr. IV (aujourd’hui coté 225). Il contient deux chansons de geste : jusqu’au f° 68 r°, la Chanson d’Aspre-mont ; du f° 69 r° au f° 98, la Chanson de Roland complète82. Un seul scribe a copié le tout83. Le texte est écrit à raison de deux colonnes par page.

  • 84 P. Lacroix, Notices et extraits, p. 347 ; Keller, Romvart, p. 1 ; Michel, éd. princeps, p. 313 ; B (...)
  • 85 F. Genin, édition, p. 503 (milieu du xive s. ) ; Gautier, Ép. frç., t. I, p. 242 note ; Paris, Ext (...)

67On a cru longtemps que ce manuscrit était du xiiie siècle84. Actuellement, on s’accorde à le dater du XIVe85.

  • 86 Note sulla letteratura franco-italiana a proposito della Vita in rima di S. Maria Egiziaca, dans S (...)

68D’après sa langue, on lui assigne une origine italienne. Mais sa langue se veut-elle française, ou se veut-elle italienne ? La question doit être posée, parce qu’un jour Giulio Bertoni soutint que le Roland du manuscrit IV était bel et bien un texte italien86 C’est aller trop loin. Si V4 se veut italien, à quoi riment les nombreuses formes françaises qu’on y compte ? Pourquoi un remanieur italien qui s’adresse à un public italien et veut écrire en italien dépare-t-il son texte par de fréquents gallicismes qui n’ont d’autre conséquence que d’accumuler les difficultés de compréhension ? Dans l’hypothèse défendue par Bertoni, une seule réponse est possible, celle qu’il a lui même donnée : les gallicismes sont dus à l’insuffisance du traducteur qui s’en laisse imposer par son modèle étranger. Une telle explication serait acceptable si l’élément français n’était pas fréquent au point de contrebalancer l’élément italien. Dans les conditions linguistiques de V4, il faudrait reconnaître à notre traducteur une impuissance telle qu’elle dépasserait les limites du vraisemblable. Si le remanieur de V4 a rédigé son poème en italien, il est absolument inimaginable qu’il se soit empêtré, comme il l’est, dans le français de son modèle.

  • 87 De même Alfonso el Sabio écrit ses chansons en gallego-portugais, parce que cette langue était à l (...)
  • 88 Tout n’est pas à imputer à l’ignorance du scribe, comme le faisait encore tout dernièrement R. Bar (...)

69Je crois, pour ma part, que son intention était d’écrire en français, comme Nicolà de Verona, Nicolà da Càsola ou l’auteur padouan de l’Entrée de Spagne. A l’époque, le français était la langue de la « geste francor » ; la mode déclarait le français « langue épique »87. Toutefois, comme notre remanieur s’adressait à un public italien moins bon connaisseur du français que celui des auteurs précités, comme il tenait peut-être aussi à « nationaliser » plus ou moins l’œuvre qu’il transcrivait, il a farci son français d’éléments italiens, il l’a italianisé. Dans cette italianisation, il y a une part d’action volontaire, à laquelle a dû s’ajouter une part inconsciente, sous la forme de traits italiens involontaires88. Notre auteur a « italianisé » son texte en profondeur ; d’autres ne l’ont fait qu’en surface ; d’autres encore s’y sont refusés.

  • 89 Attila, Poema franco-italiano di Nicolà da Casola, Friburgo (Svizzera), Libreria de l’Università ( (...)
  • 90 Bertoni, Attila, p. ix ; Studi su vecchie e nuove poesie, pp. 31 ss.

70Venise IV est un spécimen précieux de la littérature franco-italienne apparue au moyen âge en Italie septentrionale. Bertoni, qui n’a pas été sans changer d’avis, le situe parmi les « poemi deri-vati da originali francesi, per via di trasformazioni più ο men gravi, di aggiunte ο anche invenzioni89. » Cette version prend place à côté des poèmes conservés dans le ms. fr. XIII de la Marciana, du Reinardo e Lisengrino, des mss de Bovo de la Laurentienne et d’Udine, des mss de Huon d’Auvergne de Turin et de Padoue90, et, avec eux, elle s’oppose aux copies italiennes de poèmes français et aux créations en français dues à des Italiens.

  • 91 Die Sprache des venezianer Roland V4, Calw, Oeschläger, 1884 (Thèse de Strasbourg).
  • 92 éd. maior, pp. 23 ss. — En 1907, il admettait encore le caractère peut-être véronais de V4 (Attila (...)
  • 93 Conclusion acceptée par A. Viscardi, Lett. franco-italiana, p. 54.

71Mais d’où viennent les innombrables italianismes que Venise IV accumule ? Au terme d’une recherche insuffisante et mal conduite, Adolf Keller91 conclut que le franco-italien employé par notre remanieur est à base véronaise (de la contrée de Roveredo). Ce n’est guère vraisemblable. Comme Bertoni92 l’a justement fait remarquer, V4 ignore un des traits les plus caractéristiques du véronais : la voyelle -o substituée à -e final. Éliminant aussi toute base padou-ane, le savant italien est partisan d’une origine trévisane93.

  • 94 Sur la langue de V4 nous signalons une autre contribution allemande que nous n’avons pu examiner : (...)

72D’autre part, Bertoni, frappé par l’existence de certains latinismes (pueri v. 2606, inter v. 5205, possunt v. 1409) attire avec raison notre attention sur le caractère lettré de cette version. La remarque est importante : elle enlève à notre texte, qui est au début de la tradition italienne, l’aspect prétendument populaire qu’on pourrait lui attribuer94.

***

  • 95 L’édition du texte complet est précédée d’une reproduction fac-similé des pages microphotographiée (...)

73Le manuscrit de Venise a attiré beaucoup moins l’attention des philologues que celui d’Oxford. Il faut attendre 1877 pour en avoir le texte imprimé dans sa totalité : E. Kölbing, La Chanson de Roland, Genauer Abdruck der venetianer Handschrift, Heilbronn, Henninger, 1877. Ce n’est pas une édition proprement dite, mais une simple impression diplomatique, sans résolution des abréviations, ni séparation des mots à la moderne, ni correction des erreurs, même les plus évidentes. Pour avoir une véritable édition, il faudra attendre la publication de M. Raoul Mortier, La version de Venise IV, Paris, « La Geste Francor », 194195.

4. Venise VII

744. La Bibliothèque de Saint-Marc possède un autre roman de Roncevaux qui lui est venu également de la librairie des Gonzague par l’entremise généreuse de G. B. Recanati : le poème conservé dans le ms. fr. VII (aujourd’hui côté n° 251).

  • 96 Inventaire, p. p. Braghirolli, p. 511.

75Il porte dans le catalogue des Gonzague de 1407 le n° « 43. Item. Liber karoli magni. Incipit : Carie le rois a la barbe grifagne. Et finit : Chascun sent en son regne entreze. Continet cart. 139 »96.

  • 97 Voir W. Foerster, éd. citée ci-dessous, p. xii ; L. Delisle, dans l’éd. Foerster, p. xii, note ; L (...)

76C’est un manuscrit complet de 138 folios écrits d’une seule main, sans corrections étrangères ni lacune, à raison d’une seule colonne par page. L’aspect de l’écriture révèle qu’il fut écrit en Italie à la fin du xiiie siècle97. Mais, contrairement à celle de V4, sa langue n’est pas fortement italianisée ; c’est un français littéraire encore très pur. Un exemple entre mille : le -e muet français est toujours respecté ; pas de -a (voir cependant chamins l. 398, v. 11), ou de -o à sa place. Notre copiste n’était toutefois pas Français : il confond et -ié (voir, par exemple, laisse 66) ; mais il semble surveiller sa langue. Ce scribe a plutôt fait œuvre de copiste que de remanieur, sans s’interdire cependant d’intervenir ici et là.

***

  • 98 Publié dans l’Altfranzösische Bibliothek, t. VI.
  • 99 Sur sa manière de procéder, voir son éd., p. xiv.

77Nous ne possédons pas de véritable édition de Venise VII. Dans son volume Dos altfranzösische Rolandslied, Text von Châteauroux und Venedig VII, Heilbronn, Henninger, 188398, W. Foerster ne nous présente qu’une simple collation en correspondance continue avec le ms. de Châteauroux. Sous la leçon de Ch donnée in extenso, il note « diplomatiquement » ce qui en Venise VII en diffère99. Quant au volume V des Textes de la Chanson de Roland édités par R. Mortier, il se compose d’une reproduction photographique du manuscrit précédé d’une table de concordance et d’une courte étude paléographique. Nous citerons V7 d’après l’impression de Foerster contrôlée sur les photographies de M. Mortier.

5. Châteauroux

  • 100 Inventaire, p. 513.

78Dans l’inventaire de 1407, l’article 52 est libellé ainsi : « 52. Item. Rocevay. Incipit : Carie roys a la barbe grifagne. Et finit : auter iour de mort resusistenz. Continet cart. 125 »100. Dans leur commentaire, G. Paris et P. Meyer ont proposé d’y voir une mention du ms. dit de Châteauroux. Les recherches ultérieures ont permis de confirmer leur hypothèse.

  • 101 Voir V. Rossi, Il libro e la stampa. t. I, 1907, p, 131 (cité par Bertoni, éd. maior, p. 27, n. 1)
  • 102 De là le nom de ms. de Versailles qu’il porte dans certaines éditions anciennes.
  • 103 Cette copie moderne est conservée à la Bibliothèque nationale de Paris sous la cote fds frç. 15108 (...)
  • 104 Voir la Notice sur Jean-Louis Bourdillon, par Joseph Patureau, imprimée par Foerster, éd. p. xxi ; (...)
  • 105 Notice de Patureau, pp. xxi-xxii ; P. Thibault, p. ix.
  • 106 Sur les aventures de Ch, voir Genin, éd., pp. cvii ; Foerster, éd., pp. v ss.

79Comme V4 et V7, Ch appartint donc aux Gonzague et, comme eux, il entra dans la bibliothèque de G. B. Recanati. Mais à partir de là le hasard les a séparés. Tandis que V4 et V7 entraient à la Marciana, Ch passa à la « libreriâ Soranzo »101 et, de là, au cabinet privé des manuscrits de Louis XVI à Versailles102. Il y resta jusqu’à la Révolution. Des mains du roi de France, il tomba dans celtes du préfet de Versailles, Germain Garnier. Vers 1818, H. Guyot des Herbiers en prit copie en vue d’une édition qui ne vit pas le jour. La copie fut remise en don à la Bibliothèque nationale de Paris, le 14 décembre 1818103. En 1822, notre manuscrit changea de nouveau de propriétaire. Il fut acquis par Jean-Louis Bourdillon104, qui allait l’étudier avec amour, le défendre avec enthousiasme et l’éditer sans critique. Les pérégrinations du manuscrit ne prirent pas fin dans le cabinet de Bourdillon. Celui-ci, qui appartenait à une famille originaire de Châteauroux, conserva toujours une vive affection pour la patrie de ses ancêtres. Aussi, le 20 juillet 1855, légua-t-il par testament toute sa fortune, ses collections et ses livres à la Bibliothèque municipale de Châteauroux105. C’est ainsi que notre manuscrit est conservé aujourd’hui dans une bibliothèque du Bas-Berry et est appelé, depuis Foerster, manuscrit de Châteauroux106.

  • 107 W. Foerster, éd., p. vii (seconde moitié du xiiie s. ), suivi par L. Gautier, Bibliographie, p. 17 (...)
  • 108 L. Gautier, Ep. frç., t. III, p. 500 note (fin du xive) ; Bertoni, éd. maior, p. 27 (première moit (...)

80Ce manuscrit complet a été écrit par une seule main et sur une seule colonne. Pour le dater, les érudits balancent entre le xiiie107 et le xive siècle108. Nous proposerons les environs de 1300.

  • 109 L. Gautier, Ep. frç., t. III, p. 600 note ; G. Bertoni, éd. maior, ρ. 27, n. 1 ; W. Foerster, éd., (...)

81Le pays d’origine du ms. est moins facile à déterminer qu’il ne paraît. La paléographie nous invite à le chercher dans les régions méridionales. Mais est-ce l’Italie, comme le croient L. Gautier et G. Bertoni, ou le sud de la France, comme le prétendent W. Foerster et P. Thibault109 ? L’expertise paléographique est inapte à résoudre la question. L’étude linguistique sera-t-elle plus efficace ? Elle se heurte à une difficulté majeure : Ch est une copie écrite en français correct, où les « régionalismes » sont l’exception. La graphie la plus remarquable est Ζ ou Ç (en moins grand nombre) pour noter [ S ] ou [ S ] (tarzent v. 2421, brozent v. 2551, Ençeler v. 2627, Blançardin v. 34). Son caractère franco-italien me paraît certain. Autres « italianismes » à signaler : l’absence de e- prosthétique dans de nombreux mots commençant par s + cons. (spée v. 1886, spoisse v. 6763, schermis v. 702, scosie v. 742, etc. ) ; la notation enscanble, anscenble v. 120-4. Signalons aussi le i qui apparaît constamment dans Roncisval, quelle que soit la manière de graphier le mot (Rochivals v. 1278, Rencivals v. 1290, Roncivals v. 1321, Ronchivals v. 1312, etc. ). Ces quelques particularités sont en faveur d’une origine italienne de la copie. Signalons toutefois agutz v. 2728, recreantz v. 3464 qui sont des « occitanismes ». Si Ch a été transcrit en Italie comme V7, son copiste n’était pas sans avoir lu des œuvres provençales.

82Il reste, d’autre part, très discret dans ses interventions : il copie plutôt qu’il ne remanie.

83Le texte de Roland occupe les fos 1 r° à 125 v°.

***

84Mises à part les transcriptions modernes de la Bibliothèque nationale qui ont été plusieurs fois imprimées en fragments, la première édition complète de Ch est l’œuvre de son ancien propriétaire, Jean-Louis Bourdillon. Elle porte le titre inattendu et assez mystérieux de Roncisvals mis en lumière, Paris, Treuttel et Wurtz 1841.

  • 110 Le poème de Roncevaux, traduit du roman en français par Jean-Louis Bourdillon, Dijon, Fantin, 1840 (...)
  • 111 pp. 88 ss.

85Singulier éditeur ! Ses intentions sont avancées pour l’époque ; mais quelle exécution ! Écoutons le sympathique amateur exposer sa méthode : « J’ai commencé, écrit-il en 1840, un an avant de sortir son édition110, par apprendre à peu près par cœur le texte de mes manuscrits. Cela obtenu, une fois bien ferme sur ce terrain, j’ai pris l’ordre des idées et j’ai appelé les vers, qui alors, sans peine, sans effort, et d’eux-mêmes, sont venus se ranger sous ma plume et c’est ainsi que notre poème, si l’on peut l’assimiler à une statue, s’est trouvé, non pas sorti du bloc de marbre, mais dégagé des haillons dont la main des hommes pendant plusieurs siècles l’avait affublé. Ce travail s’est achevé de telle façon, qu’en vérité je ne crois pas avoir omis dix vers appartenant à l’auteur. Quand je voulais m’écarter un peu à droite ou à gauche, je trouvais ses vers si pitoyables, clochant par le sens, par la mesure et par la rime, comme s’ils fussent sortis d’une tête battant la campagne ou bien d’une incohérence d’idées attestant qu’ils n’ont pu être conçus que par des gens sans littérature et sans éducation111. »

86Laissons Bourdillon à ses procédés originaux, et avançons dans le temps.

  • 112 Voir ci-dessus, p. 47.
  • 113 Voir éd., pp. xv ss.

87En 1883, Wendelin Foerster imprime Ch in extenso dans l’ouvrage que nous avons déjà cité à propos de V7112. Foerster nous présente une copie fidèle et lisible : les abréviations sont résolues, les noms propres commencent par une majuscule, tandis que l’initiale de chaque vers à l’intérieur de la laisse est, contrairement au ms., en minuscule ; mais les interventions de l’éditeur ne vont pas plus loin113.

  • 114 Nous citons Ch d’après cette édition, qui constitue le t. IV de la collection » Les textes de la C (...)

88Récemment, enfin, a paru, dans « Les Textes de la Chanson de Roland » de R. Mortier, une nouvelle transcription de notre copie avec fac-similé photographique de la première page, avant-propos de M. Mortier et étude historique et paléographique par M. Paul Thibault, administrateur de la bibliothèque de Châteauroux : Le manuscrit de Châteauroux, Paris, « La Geste Francor », 1943114.

6. Paris

  • 115 Bourdillon, trad. p. 74 est le seul à préférer le début du xive siècle.
  • 116 On peut lire la signature de Pithou au haut du premier feuillet et au bas du dernier.
  • 117 Voir P. Paris, Les Manuscrits françois de la Bibliothèque du Roi, Paris, Teche-ner, t. VII. 1848, (...)

89Outre la copie de Guyot des Herbiers, la Bibliothèque nationale de Paris conserve un manuscrit de la Chanson de Roland : le célèbre ms. fonds fr. 860, ancien 7227 /5, du xiiie siècle115 ; il fit partie des bibliothèques de P. Pithou et du président Jacques-Auguste de Thou116, entra dans celle du président de Mesnars, beau-père de Colbert et, de là, passa dans celle du célèbre ministre117. Le texte, disposé sur deux colonnes par page, va du f° 1 r° au f° 36 v° a.

  • 118 Éd.. p. vi.

90La copie est malheureusement acéphale, elle a été complétée par une copie moderne d’après Ch. La langue employée est le français littéraire de l’époque avec une coloration dialectale peu marquée. W. Foerster la veut picarde118. L’absence totale du c pour c (+ a) ; de ch pour c (+ e, i) n’est pas en faveur de cette opinion.

91Parmi les rares traits qui peuvent aider à découvrir le lieu d’origine de ce manuscrit, signalons :

  1. L’absence continue de consonne épenthétique entre n et r : venra v. 1982, convenra w. 2070, 2334, atenrie v. 575, formes auxquelles il convient d’ajouter panre vv. 509, 1770, etc., paîtront v. 1694 pour prendre, prendront. Ce phénomène est assez général. Il apparaît aussi bien en Picardie, en Wallonie, qu’en Lorraine, en Franche-Comté et en Champagne119. Le type panre n’est signalé par Schwan-Behrens qu’en Lorraine et en Champagne120.
  2. La désinence -arent à la troisième personne du pluriel du passé simple : montarent v. 465, escriarent v. 1975, etc. Cette désinence particulière, analogique sur -ames et -astes, se rencontre surtout dans les textes de l’Est et du Nord-Est, mais elle n’est pas inconnue ni de l’anglo-normand ni des régions d’oïl en bordure du domaine provençal121, régions qui n’ont rien à voir ici.
  3. Quelques mots ont un w- à l’initiale : wivres pour guivres v. 2956 ; weut <volet (nombreuses fois), welent <volent (souvent), wisdier <vocitare v. 1253. Ajoutons-y aweugle v. 5940. Le w- germanique subsiste surtout dans les régions septentrionales et orientales122. A. Bayot cite certaines graphies w pour v dans des mss du Poème moral123.
  4. e + 1 pal. -f consonne : solaus v. 2783, vermaus v. 1611. Ces formes apparaissent, selon Miss Pope, dans les régions du Nord-Est> de l’Est et du Sud-Est124. Signalons aussi un chevox <capil-los v. 3726.
  5. Le possessif de la pluralité, première personne, est parfois no, nos : no cheval v. 2874, no rachatement v. 3578 ; cfr de vos tout seul ai bien vengie les nos v. 2032. La forme réduite apparaît dans la région septentrionale, en particulier dans la région picarde125, mais elle est employée dans la langue littéraire de textes issus d’autres régions126.
  6. La voyelle é entravée est diphtonguée dans iestre <essěre v. 2902, etc. ; dans iestez <estis v. 2410, etc., mais reste intacte dans les autres mots soumis aux mêmes conditions. La diphtongaison de la voyelle § entravée est un phénomène picardo-wallon et lorrain127.
  7. Notre texte accouple à la rime ou à l’assonance an et en l. 154 etc. et il écrit porpanser v. 2696. On sait que la distinction de en et de an est un des traits les plus caractéristiques du picard et du wallon128. Le lorrain, lui, admet la confusion et offre des indices anciens de cette confusion129.
  8. Dans le sens de « brin d’herbe », P emploie le mot poiz <pelu et l’orthographie peuls v. 2154. Inversement, il écrit doloir pour douleur v. 2743130. Nous songeons immédiatement au eu du wallon liégeois issu de e, et dont on a des exemples anciens131. Mais nous retrouvons peus dans Richard li biaus132 qui n’a jamais été attribué à la Wallonie, dans le Galien en vers du ms. de Cheltenham (p. 215, 230, v. 24 ; p. 217, v. 47 ; p. 227, 234, v. 3 ; etc. )133 ; et nous savons, d’autre part, que la forme teûle « toile » est attestée en Meurthe-et-Moselle134.
  • 135 Même en y ajoutant ceux qui sont sans objet ici.

92Le ms. de Paris est incontestablement d’origine provinciale, en dépit du nombre relativement peu élevé de ses dialectismes135. Les traits linguistiques significatifs nous portent à l’attribuer aux régions orientales. Nous hésitons entre la Wallonie et la Lorraine ; si nous penchons en faveur de cette dernière, c’est surtout en raison de phénomène n°7, la confusion de e + nas. + cons. et a + nas. + cons. que nous y avons relevée.

***

  • 136 Paris, imprimé par autorisation du roi à l’Imprimerie royale.

93Le manuscrit de Paris a été analysé pour la première fois par Henri Monin dans sa Dissertation sur le Roman de Roncevaux, parue en 1832136, qui marque les débuts des recherches systématiques sur notre poème.

  • 137 pp. 163 ss., laisse 81 (Paris, Firmin Didot, 1869).
  • 138 Altfranzösische Bibliothek, t. VII.

94La première édition complète de Ρ est celle de Francisque Michel, en 1869. A la suite du texte d’Oxford, Michel imprime le ms. Ρ sous le titre Roman de Roncevaux137. L’édition de Michel sera remplacée par celle de W. Foerster : Das altfranzösische Rolandslied Text von Paris, Cambridge, Lyon und den sog. Lothringischen Fragmenten mit R. Heiligbrodt’s Concordanztabelle zum altfranzösischen Rolandslied ; Heilbronn, Henninger, 1886.138.

95Le texte de Paris est publié in extenso : édition diplomatique rendue lisible par la résolution des abréviations. Chacune des laisses est mise en rapport avec la laisse correspondante des versions de Cambridge, de Lyon et des fragments lorrains dont nous allons parler.

  • 139 Les textes de la Chanson de Roland, t. VI. — Nous citons d’après cette dernière édition.

96En 1942 a paru, dans la collection à laquelle préside M. Mortier, une nouvelle transcription complète de Paris : Le texte de Paris, Paris, « La Geste Francor », 1942139.

7. Lyon

  • 140 Voir Delandine, Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon. Lyon ( ?), 1812, t. I, p. 409, n° 649.

97La Bibliothèque municipale de Lyon possède une copie de notre poème. Elle est conservée dans le manuscrit côté 984 (anciennement 649)140. Ce manuscrit débute d’une façon inattendue par dix vers empruntés à un roman arthurien. Puis le récit tourne court : les chevaliers arthuriens s’effacent devant les Sarrasins et Agolant, les octosyllabes courtois s’allongent en décasyllabes épiques : Et les compaignes de Sarrazins sont granz De la grant traison que i fist Agolant. Nouveau revirement : Agolant disparaît pour faire place à Roland, et au v. 13 du manuscrit commence le poème de Roncevaux, non pas à son début, mais lorsque l’aventure est déjà bien en train, au moment où va s’engager le premier combat.

  • 141 Éd., p. vii.
  • 142 Voir Chanson d’Aspremont, éd. L. Brandin d’après le ras. de Wollaton Hall., vv. 39 ss.

98W. Foerster qui reproduit les douze premiers vers141 ne sait comment expliquer ce début singulier. Je crois pour ma part que le copiste n’a nullement eu l’intention de copier un roman arthurien ; je ne crois pas qu’il ait changé d’avis après dix vers. Singulier caprice ! Son propos a été de transcrire l’histoire de la bataille de Roncevaux, débarrassée de ses scènes préliminaires. S’il a introduit dans ses premiers vers Artus et ses chevaliers, s’il y associe Agolant, ses armées et sa « traison », c’est-à-dire le défi solennel que celui-ci lança à Charlemagne142, c’est que ces deux événements ont en commun leur date : la Pentecôte. L’autre événement que le remanieur y associe, la bataille de Roncevaux, s’est donc, dans son esprit, déroulé également à la Pentecôte. Mais je vois dans l’étrange début de Ly autre chose encore qu’un simple moyen de situer chronologiquement la fameuse bataille : tandis qu’à la cour bretonne, les preux chevaliers d’Arthur célèbrent la grande fête qu’est la Pentecôte en festoyant, en se divertissant, en courtisant les dames, bref dans une atmosphère de repos et de gaieté, à l’armée de Charlemagne, armée de croisade, on est en butte, même en ce jour de fête, à la trahison (Agolant) et à la mort (Roland). Le scribe, utilisant ses connaissances littéraires, veut faire ressortir, par cette association, par cette opposition, tout ce que l’épisode de Roncevaux a de grave, de terrible, de tragique. C’est aussi la raison pour laquelle notre scribe ne reprend le récit qu’au moment pathétique où va s’engager le cruel combat. C’est volontairement, et selon une intention littéraire précise, que sa version est « acéphale ».

  • 143 Voir Foerster, éd., p. ix.

99Le texte du poème occupe les fos 1 r° à 60 r°, à raison d’une colonne par page ; il se termine par cet explicit : Ci finit li chançons des. XII. combatant Explicit la desconfite de Roncevaux (l. 213, vv. 7-8). Après la chanson, la même main a copié d’une écriture plus petite une vie de sainte Marguerite en octosyllabes. Ensuite le ms. comprend la Pleure-Chante, et enfin des prières et des litanies en latin143.

  • 144 Fr. Michel, éd. princeps. p. liii (premières années du xive s. ) ; J. -L. Bourdillon, Le poème de (...)

100D’un commun accord, les érudits datent Ly du xive siècle144. Par contre, ils ne se sont jamais souciés, à notre connaissance, de le localiser. La langue du texte présente cependant certains caractères significatifs. Elle révèle tout d’abord de nombreux provincia-lismes : l’instabilité du i (i inorganique dans pluis pour plus vv. 1007, 1024, dans sainz pour sans v. 1169 ; disparition anormale du i dans francos pour francois v. 386, dans mo pour moi v. 2478) ; la chute du u dans des mots comme yame pour hiaume vv. 2809, 2816 ; la 3e personne du pluriel accentuée -ont pour -ent (perdiront v. 291 ; firont v. 2665 ; pansont v. 2575) ; la 2e personne du pluriel du futur en -oiz (troveroiz v. 377, avroiz v. 463) ; les formes auz pour eux, pauz pour pieux vv. 8318, 966, etc. ; les subjonctifs présents vigne pour vienne, pregne pour prenne vv. 2009, 2431. Ces provincialismes sont, dans plusieurs cas, surtout, des orientalismes.

101La copie de Lyon possède d’autres orientalismes plus spécifiques :

  1. -ĭcŭlu, -ĭcŭla, -ĭliu, -ĭlia donnent -ouz, -oile et -oil : sol(e)-ouz vv. 1, 512, 1620, soloil vv. 1609, 1838, mervoille v. 42145. On peut y joindre duouz v. 2401 pour dueuz qui suppose un cas régime duoil pour dueil, dueil.
  2. -ḗna donne -oine : moine v. 1678, Ardoine v. 1753, poine vv. 340, 842, etc., amoinent v. 2615146.
  3. La forme miaudre pour mĕlior : v. 1085147.
  4. Les graphies meidi v. 307, miedi v. 1916, medi v. 2661 pour midi (mĕdiu)148. La forme meidi est surtout caractéristique.

102Ces orientalismes apparaissent non seulement dans la partie septentrionale du domaine, mais aussi dans la partie méridionale.

103Notre manuscrit présente des traits plus particulièrement méridionaux :

  1. Les formes du verbe suivre avec une occlusive palatale sonore : seganz v. 17, sieguent v. 2030149.
  2. La notation par une voyelle bien timbrée de la voyelle muette française : pellarin v. 1924, benoiçon vv. 463, 471, emperaor v. 741, paor v. 1175, chanuz v. 854, damidieu v. 1837150.
  3. La forme dénasalisée pour la forme nasalisée : bie v. 101, tresbie v. 633 pour bien.
  4. Les graphies ganchi vv. 993, 2834, etc. sans la notation du w, ce qui permet d’éliminer les régions orientales du Nord qui ont maintenu le w initial intact151.
  • 152 Dans le modèle de Ly, la femme de Ganelon se trouve à Mâcon (P 260 ; F. Lor. l. 12 ; Ch l. 340 ; V (...)

104L’examen linguistique de la copie de Lyon nous incline à la localiser dans les régions du Sud-Est de la France d’oil, en Bourgogne ou en Franche-Comté152. La langue, plus régionale que celle de Ρ, reste cependant un bon spécimen de français littéraire. Né dans le Sud-Est de la France septentrionale et conservé aujourd’hui à Lyon, le manuscrit ne paraît pas avoir beaucoup voyagé, à l’inverse de certains de ses concurrents.

***

  • 153 Tome VIII des Textes de la Chanson de Roland ; nous citons Ly d’après cette édition.

105Il n’a été publié que deux fois : tout d’abord par W. Foerster dans le t. VII de l’Altfranzösische Bibliothek dont nous avons parlé à propos de Ρ et par M. R. Mortier, Le texte de Lyon, Paris, « La Geste Francor », 1944153.

106Manuscrit, donc, sans histoire compliquée, manuscrit apparemment peu intéressant mais qui ne manque pas d’originalité, comme nous le verrons.

8. Cambridge

107La copie connue sous le nom de Cambridge se trouve dans le ms. R. 3. 32 de la bibliothèque du Trinity Collège de Cambridge. Elle est acéphale : tout le début du poème fait défaut jusqu’au passage correspondant d’Oxford v. 766. D’autre part, elle comporte deux lacunes : une entre les fos 88 et 89 (l. 285 et 286, de l’éd. de Mortier), l’autre entre les fos 94 et 95 (l. 302 et 303, de la même édition). Le texte de Roland s’achève au f° 107 r°.

  • 154 Petit de Julleville, La Chanson de Roland, 1878, p. 33 maintient le xvie s. ; R. Mortier, Le texte (...)

108La copie, d’une écriture courante et rapide, n’est pas antérieure à la fin du moyen âge. Francisque Michel la croyait même du xvie siècle. Aujourd’hui, on s’accorde à la dater de la fin du xve siècle154.

109Dans quelle région recopiait-on encore à une époque aussi tardive un texte du Roland rimé, vieux de quatre siècles ? L’examen de la langue nous permettra de proposer une localisation approximative.

110Cette langue est un français littéraire dont l’orthographe se ressent déjà de la mode latinisante de l’époque. Elle est peu régionalisée. Il est cependant possible de déterminer la patrie de notre copie : la France occidentale, c’est-à-dire les régions qui s’étendent de l’Orléanais à la Normandie.

111Voici un groupe de phénomènes qui nous en administrent la preuve :

  1. La première personne du pluriel asigmatique : devon v. 494 ; prendron v. 249 ; scavon v. 328 ; etc.155.
  2. Le e encore noté ei (ey), ais, e : Franceys v. 437, etc. ; courtais v· 593, etc. ; vait pour videt v. 1049 ; nersie pour noircie v. 1060 ; ver pour veru v. 2201 ; bombaies pour bobois v. 2795 ; vaisin v. 3023 ; dans les rimes, incertitude du copiste entre ei, oi, e et ai (l. 309, par ex.)156.
  3. Le o encore noté souvent ou157 : traitour v. 3707, soul v. 3761 et soulle v. 4729 ; nevou v. 4111 ; merveilloux v. 4403 ; proux v. 5069158.
  4. La graphie -oi à la désinence de la première personne du sing. de l’indicatif futur : irot w. 4518-4519 ; rendroi v. 5110 ; une fois sero v. 4231,159.
  5. La désinence -ge au subjonctif présent : haige de haïr v. 4 ; vienge v. 2326, viengent v. 5135 ; augent d’aller v. 4525160.
  6. el <in illo noté constamment eu v. 534, etc. ; cfr ceu v. 3840, etc. ; y ceu v. 2009161.
  7. On rencontre une fois l’imparfait fiout de fier v. 3867, forme occidentale exceptionnelle au xve s.162.
  • 163 Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 232 ; Pope, From latin, p. 162, § 408.
  • 164 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 34.
  • 165 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part, § 11 ; Pope, From latin, p. 107, § 232.
  • 166 Pope, Étude sur la langue de Frère Angier, Paris, Champion, 1903, p. 43, relève une forme analogue (...)
  • 167 P. Fouché, Le Verbe, p. 382, cite un exemple du Roman de la Rose, v. 8045.

112Notre copie présente d’autres traits qui, sans être caractéristiques des régions occidentales, y sont dûment attestés :
-ïliu, -ĭcŭlu, -a, notés -ail, aille : solail v. 343, etc. ; consail v. 3195 ; orailles v. 928163 ; chevache pour chevauche, faconcel pour fauconcel v. 4306, etc.164 ; les formes avec i parasite prey v. 573, etc. ; ney v. 3781 ; comperey v. 1208165 ; vensismes première personne du pluriel du parfait de venir v. 1046166 ; retourra pour retournera v. 1262167.

  • 168 Pope, From Latin, p. 487, § 1 ; p. 488, § V ; p. 494, § III ; p. 193, § 513 ; Schwan-Behrens, Gram (...)

113Il est hasardeux de préciser davantage la localisation du manuscrit. La langue est composite. On y relève de rares picardismes : 1° trenchies pour trenchiees v. 1696, 2° vo terre v. 441, etc. ; 3° Besenchon v. 679 et Huichent v. 679 à côté de gaune v. 4684 et catouiller v. 5643 ; 4° la forme chair de cadere v. 5426. Ces picardismes sont aussi des normandismes du Nord et apparaissent dans des textes qui n’ont rien de picard168. D’autre part, certains traits nous orientent plutôt vers la Normandie méridionale et les régions de la Loire :

  1. La notation timbrée de l’atone en hiatus : chaue v. 1129 ; paour v. 10, etc. ; vaïst pour veïst v. 1172. Ce phénomène, que nous avons déjà invoqué ci-dessus, est plutôt méridional169.
  2. Le suffixe -aticu est noté -ege dans damege v. 4293170.
  3. Le pronom féminin singulier li au cas régime prépositionnel est noté lie v. 4457 forme qui, à l’Ouest, appartient plutôt aux régions méridionales171.
  4. Midi (mĕdiu-) est noté miedy v. 5147, forme assez généralisé mais qui de nouveau, à l’Ouest, est plutôt méridionale172.

114Le simple examen linguistique ne nous autorise guère qu’à formuler cette conclusion générale : le remanieur de Τ écrit une langue hétérogène dont le caractère occidental est indéniable.

  • 173 Table, p. 419.

115Peut-être devrions-nous éliminer, des provinces occidentales, celle du Mainne que le remanieur de Τ cite, gratuitement, d’une façon très défavorable (vv. 2838 ss. ). Mais ne nous engageons pas trop loin : tout d’abord ce n’est pas parce qu’on est hostile à une région qu’on lui est nécessairement étranger ; ensuite nous restons sceptique quant à l’identification, proposée par E. Langlois173, du Mainne de Τ avec la vraie province française du Maine.

116Pour éviter tout risque d’aventure, nous préférons conclure en deçà plutôt qu’au-delà des prémisses. C’est dans l’Ouest de la France septentrionale qu’un remanieur s’est chargé, à l’époque de François Villon, sinon à celle de Marot, de recopier et de retoucher l’antique récit de Roncevaux.

***

117On doit à W. Foerster la publication intégrale du manuscrit de Cambridge. On trouvera son texte mis en parallèle avec celui de Ρ et celui de Ly dans l’édition citée ci-dessus de l’Altfranzösische Bibliothek, t. VII.

  • 174 Tome VII des « Textes de la Chanson de Roland ». — Nous citons Τ d’après cette édition.

118En 1943, M. Raoul Mortier en a imprimé une nouvelle transcription complète : Le texte de Cambridge, Paris, « La Geste Francor », 1943174.

9. Fragments dits « lorrains »

  • 175 Foerster, éd., p. ix.

119Outre les manuscrits que nous avons cités, il existe des fragments épars de textes relatifs à Roland. Les premiers connus sont deux fragments lorrains, découverts par H. Michelant vers 1840 aux environs de Metz175 et conservés actuellement à la Bibliothèque Nationale de Paris, Nouv. acq. fr. 5327.

  • 176 Éd., p. 489. L’hypothèse de Genin, rappelée par R. Mortier, Les fragments lorrains, p. v, selon la (...)
  • 177 Ép. frç., t. I, p. 243 note ; t. III, p. 500 note ; édition, p. xxiv, n. 2.

120Fr. Génin croit le manuscrit des premières années du xiiie siècle176. C’est aussi l’opinion de Léon Gautier177, qui, toutefois, se borne à parler du xiiie siècle. Cette date a été tacitement acceptée par tous les critiques.

121Les deux fragments sont indubitablement d’origine orientale ; nous en avons la preuve dans :

  1. La profusion des i parasites : branleie ν. 1 ; teil v. 5 ; clartei v. 62 ; etc.
  2. L’absence de consonne épenthétique entre n et r dans revanront ν. 44 ; remanront ν. 45 et surtout, l’existence de formes telles que panre v. 66.
  3. Solaus au cas sujet v. 62, etc.178.
  4. La vélarisation de a suivi de l : amiraul v. 3 ; vassaul v. 7. chevaul v. 16179.
  5. Le passage de ei + nasale à oi : moinnent v. 5180.
  6. Le passage de ei + l palatalisé à oi : soloil v. 110181.
  7. La notation aus pour ĭllos v. 72182.
  8. La nasale inorganique dans amins pour amis v. 99, etc.183

122La langue des fragments est, comme on le voit, chargée de traits régionaux. Il n’est guère possible de dire, vu les dimensions réduites des fragments, s’ils appartiennent au Nord ou au Sud du domaine oriental. L’origine lorraine est toutefois la plus vraisemblable.

***

  • 184 pp. 491 ss.
  • 185 Tome IX des « Textes de la Chanson de Roland ».

123La première édition que nous ayons des fragments dits lorrains se trouve en appendice à l’édition de Génin184. Vient ensuite celle de W. Foerster, avec les textes de Paris, de Cambridge et de Lyon, et enfin en 1943 paraîtra la transcription de M. R. Mortier, Les fragments lorrains, Paris, « La Geste Francor », 1943, pp. 9 ss.185, d’après laquelle nous ferons nos citations.

10. Fragments dits de « Lavergne »

124En 1906, M. C. Lavergne publiait, dans Romania, t. XXXV, pp. 445 ss., le fragment d’un nouveau manuscrit de la chanson.

125En voici les principaux traits régionaux (le texte en fourmille) :

  1. Les i parasites, très répandus : jai vv. 3, 4 ; etc.
  2. L’ouverture fréquente de e en a : drace v. 6 ; arcevaque vv. 33, 45, 60 ; etc.
  3. L’effacement du l + consonne : bliat v. 7 ; Gatier v. 11 ; etc.
  4. Le suffixe -aige pour -aticu : coraige vv. 43, 96, 105 ; etc.
  5. La forme poinne de pena v. 65.
  6. Le maintien de la forme lo au cas régime du pronom personnel atone, 3e personne du singulier v. 3.
  7. La curieuse forme eaz pour οcŭlοs v. 83, 107.
  8. Quarreas pour le pluriel de quarrel v. 88.
  9. Le maintien du -t final non appuyé : kardit v. 62.
  10. Varsement pour vraiment v. 67.
  • 186 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 1.
  • 187 Pope, From Latin, p. 494, § VI ; Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 27.
  • 188 p. 496.
  • 189 p. vii des Fragments lorrains déjà cités.

126Tous ces traits réunis nous conduisent de nouveau dans la zone orientale du domaine français, sans qu’il soit possible de préciser davantage. La Wallonie paraît cependant devoir être exclue en raison du trait n° 2186 et de graphies telles que fieremant v. 44, vangison v. 51, ensamble v. 81, etc. ; et la Bourgogne aussi, en raison du trait n°9187. C. Lavergne188 pensait au lorrain, idée reprise par M. Mortier dans sa réédition des fragments189. Il se peut. Mais la région lorraine des fragments Lavergne ne serait pas celles où sont nés Paris ou les fragments lorrains.

Notes

1 Il figure sous le n° 1624 dans Gulielmus D. Macray, Catalogi codicum manu-scriptorum Bibliothecae Bodleianae pars nona, codices a v. c. Kenelm Digby anno 1634 donatos complectens, Oxonnü e typographeo clarendoniano, 1883.

2 Ch. Samaran, Étude historique et paléographique, précédant la reproduction phototypique de la Chanson de Roland. Paris, Société des anciens textes français, 1933, p. 1. Pour l’histoire détaillée du ms., ainsi que pour l’examen de toutes ses particularités paléographiques, nous renvoyons à cette remarquable étude, pp. 1 ss.

3 Ch. Samaran, Étude, p. 3, est moins absolu : « On doit en conclure que les deux manuscrits étaient entre des mains anglaises et vraisemblablement en pays anglais, sinon dès le xiiie s., tout au moins dès le xive. » C’est qu’il n’a pas tenu compte du caractère indubitablement anglo-normand des retouches du reviseur (tut f° 3 r°, v. 122 ; suvent f° 14 r°, v. 738 ; bastun f° 14 v°, v. 772 ; muntez f° 19 r°, v. 1017 ; etc. ).

4 F. Genin, La Chanson de Roland, Paris, 1850, pp. lxxxiv ss., se fondant sur un rapprochement illusoire entre notre copie et un texte de 1009, la place au xie s. W. D. Macray, dans son Catalogue déjà cité, descendrait très volontiers pour sa part jusqu’au xiiie s. (p. 19). Bourdillon dans sa trad. citée ci-après, p. 75, ne craint pas de le déclarer au xive. Ce sont là des avis discordants.

5 Commencement du xiie s. dans sa Lettre à Monmerqué de 1835, (voir J. Bédier, De l’éd. princeps, 1er art., p. 464) ; fin du xiie dans son édition princeps de 1837 (p. lxix). Dans son Rapport à M. le Ministre de l’Instruction Publique sur les anciens monuments de l’histoire et la littérature de la France qui se trouvent dans les bibliothèques de l’Angleterre et de l’Écosse, Paris, Silvestre, 1839, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, il se borne prudemment à parler du xiie s.

6 1re éd. de l’éd., 1872, t. I, p. xlii : entre 1150-1160 ; Épopées françaises, t. 1, p. 242 note, 1re éd. 1865 ; 2e éd. 1878 : second tiers du xiie ; Épopées françaises, t. III, p. 500 note, 1re éd. 1867, 2e éd. 1880 ; 13e éd. de son éd., p. xiv, 1883 : seconde moitié du xiie s.

7 Dans son édition La Chanson de Roland, Paris, 1878, p. 32.

8 Das altfranzösische Rolandslied, genauer Abdruk... Heilbronn, 1878, p. vi.

9 Deux notes discordantes : G. Gröber, La Chanson de Roland, Strasbourg, s. d., p. 6 : milieu du xiie s. ; la New Paleographical Society, fasc. de 1914 : second quart du xiie s.

10 Moyen terme commode et « parlant », proposé par Gaston Paris, La Littérature française au moyen âge, Paris, 1re éd., 1889, p. 274 et adopté, entre autres, par J. Bédier, Légendes Épiques, t. III, p. 186 ; éd., avant-propos, p. ii ; Commentaires, p. 66 ; par R. Fawtier, La Chanson de Roland, Paris, 1933, p. 27.

11 p. 30.

12 De l’édition princeps, 2e art., p. 156.

13 p. 29-30, moins les notes, uniquement bibliographiques.

14 pp. 31-32.

15 Parmi d’autres études paléographiques non encore indiquées, citons : M. Roeder, Die paleographischen Varianten des altfranzösischen Rolandsliedes, Diss. de Greifswald, 1902, 42 pp. ; Waters, Gleanings for ms. Digby 23, Modem Language Review, t. XXV, 1930, pp. 95 ss. ; Ch. Samaran, Lecture sous les rayons ultra-violets : Chanson de Roland (Manuscrit d’Oxford), Romania, t. LV, 1929, pp. 401 ss. ; A. Ewert et M. Roques, L’accident du vers 2242 de la Chanson de Roland, Romania, t. LIX, 1933, pp. 81 ss.

16 M. K. Pope, From Latin to modem French, § 1152, 1220. — Un des premiers exemples de aun que nous avons relevés se trouve chez Simund de Freine : espaune : aune (Vie de saint Georges, w. 1034-35, éd. Matzke, Paris, 1909, S. A. T. F. ). Ce texte appartient, selon l’écriture, à l’extrême fin du xiie s. Au xiiie, apparaissent quelques exemples isolés : enchauntement, braunches, dans un Lapidaire en prose de la première moitié du siècle (Pope, § 1152) ; pounz dans un Sermon en vers (Pope, § 1120) ; vaundit dans une Charte de 1258 (Schwan-Behrens, Gramm., 3e part. p. 115) ; seaunt dans le fragment de Rome d’Amadas et Idoine (v. 253), écrit vers 1220 (voir l’éd. de J. R. Reinhard, Paris, 1926, p. iv-v et 15) ; aunciens, dans le fragment de l’Université de Göttingen d’Amadas et Idoine, à dater du xiiie siècle et non du xiie comme le déclare Reinhard, éd. cit., p. v. Le ms. D de Bueve de Hamtone du xiiie s. offre également de rares exemples tels que baunc (v. 3274),. doune (v. 958) ou redoune (v. 1065) (voir A. Stimming, éd., pp. 173 et 192, Halle, 1879, Bibl. norm. ). Une Prière à saint Nicolas de la fin du xiiie s. présente aussi un graunt (v. 6) (voir P. Meyer, Mélanges de Poésies Anglo-Normandes, Romania, t. IV, 1876, p. 374). Le manuscrit du Pèlerinage de Charlemagne, de la fin du xiiie ou du début du xive, présente maund’ai (v. 22) et dount (v. 72) (voir l’éd. Koschwitz, Leipzig, 7e éd., 1923). Au xive s., les graphies en question sont monnaie courante : voir le ms. B de Bueve, le Roman de Fouke Fitz Warin (éd. L. Brandin, Paris, 1930, C. F. M. Α. ), Nicole Bozon (fin du xiiie- début du xive), d’autres exemples tardifs cités par E. Mall, Li Cumpoz Philippe de Thaün, Strasbourg, 1873, p. 46, la 1re pers. plur. -ouns (Tanquerey, L’évolution du verbe en anglo-français, Paris, 1915, p. 179), le participe présent -aunt signalé dès 1268 (voir Tanquerey, op. cit., p. 452).

17 M. K. Pope, op. cit., § 1153 ; A. Stimming, Bueves, p. 173, qui cite des exemples ne remontant pas au-delà du xiiie siècle ; Tanquerey, op. cit., p. 204 ne cite que des exemples de la fin du xiiie — début du xive s. (voir aussi p. 663) le copiste de la Folie Tristan d’Oxford note paumés (v. 424, éd. E. Hoepffner, Paris, 1938) ; J. Vising, Anglo-norman Language and Literature, London, 1923, p. 29.

18 M. K. Pope, op. cit., § 1156 (III) ; A. Stimming, Bueves, p. 207, relève dans le ms. D de Bueves plusieurs qer pour quer (cuer) (vv. 985, 989, 1042, 1080, 1222, etc. ).

19 M. K. Pope, op. cit., § 1223. Les mss de Bueves renferment plusieurs estoit pour estuet (Bvv. 61, 438, 927), voit pour vuet (volet, D vv. 979, 1021, 1022, 1296, etc. ), poyt ou poit pour puet (D vv. 1366, 2744, 2744) (voir Stimming, pp. 207 ss. ). Il en est de même de ceux du St Brandan : voilt (C v. 148), poit (A v. 1392), poient (D v. 1789) (voir Waters, Oxford, 1928, pp. 158 ss. ). Le dernier cas cité peut s’expliquer aussi par l’insertion d’un i intercalaire inorganique entre deux voyelles en hiatus. Le ms. S du Comput note voilent pour volent, vuelent (v. 106). Un estoit apparaît aussi dans le ms. de la Vie de saint Gilles, v. 1340 (xiiie s. ). — Il n’est naturellement pas question ici des formes telles que orgo-ill, vo-illet ou po-ent qui se rencontrent dans le Digby 23.

20 M. K. Pope, op. cit., § 1163. Les mss A (xiiie s. ), C (xive s. ) du Voyagé de saint Brandan en offrent également certains exemples, ainsi que des l inorganiques dans alval, ms. A v. 172 qui se rencontre ici avec le ms. D (xiiie s. ) (voir éd. Waters, p. 160).

21 M. K. Pope, op. cit., § 1204. — Le ms S du Comput de Philippe de Thaon (début du xiiie s. ) substitue il i (y) v. 143, écrit ki pour quil v. 145. Le ms. A de Brendan (xiiie s. ) note ci pour cil (v. 17) ; chil pour qui (v. 889) (voir Waters, p. 161). Les mss de Bueves connaissent également des i pour il, B v. 803, D v. 1003 (Stimming, p. 212). Stimming, loc. cit., cite des exemples de l’Estoire des Engleis (ms. du xiiie s. ), de N. Bozon, des mss d’Ipomédon. Des il pour i(y) apparaissent également dans Bueve D, Ipomédon (mss). Le copiste de la Folie Tristan d’Oxford laisse aussi tomber quelquefois l après i (Hoepffner, p. 41). Il n’est pas impossible que le phénomène soit un peu antérieur au xiiie s. : au v. 145 cité ci-dessus du Comput, nous trouvons dans le ms. C daté de la seconde moitié du xiie s. qui pour quil ; au v. 241 d’Adam (ms. du xiie ou du xiiie s. ) on relève quil pour qui. Il peut s’agir cependant de simples erreurs graphiques sans fondement phonétique ou même — dans le premier cas — de l’emploi du relatif seul.

22 Peut-être ce redoublement est-il le signe d’une légère palatalisation du -l précédé de -i- (cf. les notations soleitt, cunseill, genoill, orgoill).

23 Voir l’éd. maior de G. Bertoni, pp. 70 ss.

24 Voir J. Vising, Étude sur le dialecte anglo-normand du xiie s., Dissertation doctorale d’Upsala, Upsala, Edquist, 1882, p. 98.

25 M. K. Pope, op. cit., § 1246-1247.

26 Nous laissons de côté des formes comme le parfait survesquiet v. 2616, exceptionnelles en anglo-normand (voir Tanquerey, op. cit., pp. 598 ss. ), qui ne sont de la part de notre copiste que la transcription mécanique de son modèle continental (elles apparaissent à l’assonance abatiet v. 1317, respundiet v. 2411 où elles sont sans signification particulière pour lui). Nous n’avons pu tenir compte non plus de formes archaïques telles que cruisiedes v. 2250, guastede v. 703, qui sont employées dans les divers mss du Voyage de saint Brendan (voir Waters, p. 169, § 46), datés du xiiie s. ; telles que afaitad v. 215, aled v. 2878, oud v. 845, etc., qui appartiennent à l’usage graphique du copiste du ms. Douce de la Folie Tristan d’Oxford (voir Hoepffner, p. 40), des scribes de Saint Brendan (voir Waters, p. 184), etc. Sur ces participés passés dans l’usage des auteurs, voir Tanquerey, op. cit., pp. 459 ss. ).

27 Opinion défendue par Whitehead, p. xiv, pour le -e final comme pour la plupart des traits que nous relèverons par la suite.

28 Voir Bédier, Comm., p. 254. — On se reportera aux pp. 241 ss. de ces Comm. pour avoir un tableau assez complet de l’usage de notre copiste.

29 Voir Bertoni, éd. maior, p. 68.

30 Voir Bédier, loc. cit.

31 M. K. Pope, op. cit., § 1135 ; B. Schlyter, La vie de saint Thomas Becket par Beneit, Lund-Copenhague, 1941, p. 47.

32 Voir Stimming, pp. 181 ss. — Nous laissons de côté les formes du type frai pour ferai v. 300 et avera (au’ra) pour avra, parce qu’elles appartiennent déjà, les unes à l’usage de l’auteur de Brendan (voir J. Vising, Étude, p. 70 et Waters, pp. xlvii ss. ), les autres à celui du scribe des Quatre Livres des Rois (Voir M. K. Pope, op. cit., § 1134, 1173).

33 Voir Mall, p. 59.

34 Voir Vising, Étude, p. 75 ; Waters, p. cxl.

35 Voir Karl Grass, Das Adamspiel, anglonormandisches Mysterium des XII. Jahrhunderts, Dritte, verbesserte Auflage, Halle (Saale), M. Niemeyer Verlag, 1928, Rom. Bibl., n° 6, p. li.

36 Voir Vising, Étude, p. 93.

37 Sur toute cette question, voir j. E. Matzke, Publications of Modem Language of America, XXI, 1906, pp. 636 ss.

38 Cfr marrenes du v. 3982 du Digby 23.

39 Voir ses digraphes ei pour ai et ai pour ei, Grass, p. li. Mais chaque fois saint est noté ai vv. 833, 837, 885 ; cfr remaindre vv. 665, 708, maindre vv. 84, 85.

40 Notons toutefois chez ce dernier seinz (par ex. p. 104 ; XXIII, 2).

41 Voir Waters, pp. 154.

42 Voir Stimming, p. 197.

43 Voir M. K. Pope, op. cit., § 1151.

44 Tanquerey, op. cit., p. 188.

45 Voir M. K. Pope, loc. cit.

46 Voir Stimming, p. 217.

47 Le e du v. 2260 doit s’expliquer comme une simple erreur d’écriture, le se du v. 3098 peut être le réfléchi se et non s’en.

48 C’est à tort que Bertoni, éd. maior, p. 493, voit dans cette forme un simple oubli du signe de la nasalisation. Dans tous les autres exemples de flambe vv. 3093, 2535, flambient v. 3659, flambius v. 1022, reflambeit v. 1003, reflambes v. 2317, la nasale est toujours écrite. Seul reflambent v. 3616 est abrégé. Néanmoins, compte tenu que dans les environs du v. 1809 le copiste n’use jamais du tilde abréviatif — sauf pour mp — il convient de considérer flabur comme une forme à lui.

49 Voir Stimming, loc. cit.

50 Voir Stimming, loc. cit.

51 Voir Tanquerey, op. cit., p. 61, n. 1.

52 Voir A. Stimming, p. 195.

53 G. Bertoni, éd. maior, p. 59 y voit des erreurs matérielles qui ne mettent pas en cause le phénomène anglo-normand de réduction de -ai à a. Pour ma part, je n’en crois rien. Ces deux formes se trouvent dans un manuscrit anglo-normand, dans un manuscrit qui appartient à un groupe linguistique dont une des tendances est de réduire parfois -ai à a. Pourquoi se refuser à établir un rapport entre les deux faits ? L’examen du ms. n’engage d’ailleurs nullement à chercher à ces formes une justification simplement paléographique.

54 Voir Tanquerey, op. cit., p. 61 ; Stimming, p. 195 ; Waters, p. 153.

55 On peut songer aussi, il est vrai, à un simple i parasite.

56 Voir Stimming, p. 219.

57 Il n’est pas question ici des formes cols w. 541 et 1323 où la chute du p est ancienne. Benedeit fait rimer dans son Saint Brendan cols et vols w. 511-512.

58 Voir A. Stimming, p. 225.

59 M. K. Pope, op. cit., § 613, 1203.

60 Voir J. Bédier, Comm., pp. 261 ss.

61 Voir Grass, p. lxv.

62 Voir Waters, p. 170.

63 Voir A. Stimming, p. 227.

64 Susfrir peut s’expliquer aussi comme débutant par le préfixe sus- non étymologique. Oxf présente aussi une alternance curieuse : osberc (le plus souvent) : halberc (deux fois).

65 Voir A. Stimming, pp. 227 ss.

66 Voir Waters, p. 169.

67 Le s de Ultresport du Liber Censualis (voir Hildebrand, Ueber das franzö-sischen Sprachelement in Liber Censualis (1086), Zs. f. rom. phil., t. VIII, 1884, pp. 344, 361) n’est pas inorganique. Ultresport, c’est le Tréport dont la première syllabe est tres-trans (A. Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, Librairie Générale, 1937, p. 234, n° 552). Pour les Rois voir P. Schlosser, Die Lautverhältnisse der Quatre Livres des Rois, Diss. de Bonn, 1886, p. 72.

68 Voir Stimming, p. 199.

69 Voir Waters, p. 155.

70 Comm., p. 257.

71 Op. cit., p. 570.

72 Voir Stimming, p. 188.

73 Voir Waters, p. 149.

74 Loc. cit.

75 Voir Mall, p. 54.

76 La chanson de Roland ou de Roncevaux du xiie siècle..., Paris, Silvestre, 1837.

77 Citons les plus importantes : J. Bédier, Paris, Piazza, s. d. (1922 et réimprimé en 1924, 1927, 1928, 1931, 1938) ; T. Atkinson Jenkins, Boston-New-York-Chicago-London, D. C. Heath and Cy, 1924 (réimprimé en 1929) ; A. Hilka, Halle, Niemeyer, 1926 (2e éd. de G. Rohlfs, 1942) ; G. Bertoni, éd. minor, Firenze, Olschki, 1935 ; ed. maior, Firenze, Olschki, 1936 ; F. Whitehead, Oxford, Blackwell, 1942 ; Th. S. Thomor, Sofia, Presses Universitaires, 1942 ; E. Soufflet, Angers, J. Petit, 1943 ; A. Roncaglia, Modena, S. Tip. mod., 1947 ; etc.

78 La même année E. Stengel faisait imprimer à cent exemplaires une reproduction photographique complète du ms. : Photographische Wiedergabe der Handschrift Digby 23..., Heilbronn, Henninger, 1878.

79 A. Viscardi, Letteratura franco-italiana, Modena, Società tipografica modenese, 1941, p. 7, n. 1, Istituto di filologia romanza della R. Università di Roma, Testi e Manuali, n° 21. On trouvera dans cet important petit livre toute la bibliographie de la question.

80 P. Meyer, note à l’Inventaire des manuscrits en langue française possédés par Francesco Gonzaga I, capitaine de Mantoue mort en 1407, Romania, t. IX, 1880, Ρ. 499.

81 Voir l’Inventaire p. p. W. Braghirolli, pp. 505 ss. : nos 9, 10, 12. 28, 29, 32 ( ?), 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 49, 51. 53. 58, 64.

82 Voir Bekker, Die altfranzösischen Romane der St. Marcus Bibliothek, Probe und Auszüge. Abhandlungen der Königlichen Akademie der Wissenschaften zur Berlin, Aus dem Jahre 1839, Berlin, 1841, Philologische und historische Abhandlungen, pp. 252 ss. ; Adalbert Keller, Romvart, Mannheim, Bassermann ; Paris, Renouard, 1844, pp. 1 ss. ; Jacob (Paul Lacroix), Sur les manuscrits relatifs à l’histoire de France et à la littérature française conservés dans les bibliothèques d’Italie, p. dans les Dissertations sur quelques points curieux de l’histoire de France et de l’histoire littéraire, VII, 1839, pp. 150 ss. (réimprimé par Champollion-Figeac en 1847 dans ses Documents historiques inédits, t. III, p. 347 ss. Collection des Documents inédits sur l’Histoire de France, sous le titre Notices et extraits des manuscrits concernant l’histoire de France et la littérature française conservés dans les Bibliothèques d’Italie) ; Fr. Genin, La Chanson de Roland, Paris, 1850, pp. 503 ss.

83 Bekker, p. 291 ; Genin, p. 503.

84 P. Lacroix, Notices et extraits, p. 347 ; Keller, Romvart, p. 1 ; Michel, éd. princeps, p. 313 ; Bourdillon, trad., p. 82 ; Gautier, Bibliographie, p. 171 (milieu du xiiie s. ) ; Ep. fr., t. III, p. 500 note (vers 1230-1240) ; 13e éd. de la Chanson, p. xxi ; Bauquier, Bibliographie, p. 5 (xiiie s. : 1230-1240) ; Groeber, p. 11.

85 F. Genin, édition, p. 503 (milieu du xive s. ) ; Gautier, Ép. frç., t. I, p. 242 note ; Paris, Extraits, p. xxiv ; Litt. Frç., p. 60 ; Bédier, Lég. ép., t. III, p. 187 ; Comm., p. 67 ; Bertoni, éd. minor, p. 13 ; éd. maior, p. 21 ; Wilmotte, Le manuscrit V 4 de la Chanson de Roland, p. 3 (début du xive siècle) ; Whitehead, éd., p. v ; Roncaglia, éd., p. 39 ; Mortier, La Chanson de Roland, p. 124 ; La version de Venise IV, p. iii (vers la fin du xiiie s. -début du xive).

86 Note sulla letteratura franco-italiana a proposito della Vita in rima di S. Maria Egiziaca, dans Studi su vecchie e nuove poesie e prose d’amore e di romanzi, Modena, Orlandini, 1921, pp. 230 ss.

87 De même Alfonso el Sabio écrit ses chansons en gallego-portugais, parce que cette langue était à l’époque dans la péninsule ibérique la langue lyrique.

88 Tout n’est pas à imputer à l’ignorance du scribe, comme le faisait encore tout dernièrement R. Barroux, La version de Venise IV (Recueil Mortier), pp. xxii ss.

89 Attila, Poema franco-italiano di Nicolà da Casola, Friburgo (Svizzera), Libreria de l’Università (O. Gschwend), 1907, p. ix. Colectanea Friburgensia, Publications de l’Université de Fribourg (Suisse), Nelle série, fasc. IX (18e de la collection). Cfr Bertoni, 17 duecento, Milano, Vallardi, 1930, p. 72. Storia letteraria d’Italia.

90 Bertoni, Attila, p. ix ; Studi su vecchie e nuove poesie, pp. 31 ss.

91 Die Sprache des venezianer Roland V4, Calw, Oeschläger, 1884 (Thèse de Strasbourg).

92 éd. maior, pp. 23 ss. — En 1907, il admettait encore le caractère peut-être véronais de V4 (Attila, p. ix, n. 1).

93 Conclusion acceptée par A. Viscardi, Lett. franco-italiana, p. 54.

94 Sur la langue de V4 nous signalons une autre contribution allemande que nous n’avons pu examiner : Fritz Kelleter, Ein Beitrag zur Sprache des venezianischen Roland-Manuskriptes V4, Programm des k. Kaiser-Wilhelm-Gymnasiums zu Aachen ; R. Mortier, La Version de Venise IV, pp. xv ss.

95 L’édition du texte complet est précédée d’une reproduction fac-similé des pages microphotographiées des trente-neuf premiers feuillets du texte original (c’est-à-dire du texte correspondant à celui d’Oxford), d’un avant-propos dû à la plume de l’éditeur et d’une étude paléographique de M. Robert Barroux. Chaque vers de V4 est mis en concordance avec son correspondant éventuel dans O. Nous citerons V4 d’après cette édition en recourant, quand la nécessité s’en fera sentir, à la photographie du manuscrit et à l’impression de Kôlbing.

96 Inventaire, p. p. Braghirolli, p. 511.

97 Voir W. Foerster, éd. citée ci-dessous, p. xii ; L. Delisle, dans l’éd. Foerster, p. xii, note ; L. Gautier, Bibliogr., p. 171 ; J. Bédier, Comm., p. 68 ; Bertoni, éd. maior, p. 27 ; Whitehead, éd., p. vi ; Roncaglia, éd., p. 40. — A. Keller, Romvart, p. 27, le croyait du xive s., ainsi que Michel, éd., p. 313, P. Lacroix, Notices et extraits, p. 352, Bourdillon, trad., p. 82 ; tandis que L. Gautier, avant de se ranger à l’opinion de Foerster, proposait comme date les environs de 1250 (Ep. frç., t. I, p. 243 note ; t. III, p. 501 note ; 13e éd., p. xxix, n. 2) et était suivi par J. Bauquier, Bibliog., p. 6. — Voir Foerster, éd., p. xii. — R. Mortier, Le manuscrit de Venise VII, p. l date la copie de la fin du xiiie s. ou du début du xive s.

98 Publié dans l’Altfranzösische Bibliothek, t. VI.

99 Sur sa manière de procéder, voir son éd., p. xiv.

100 Inventaire, p. 513.

101 Voir V. Rossi, Il libro e la stampa. t. I, 1907, p, 131 (cité par Bertoni, éd. maior, p. 27, n. 1).

102 De là le nom de ms. de Versailles qu’il porte dans certaines éditions anciennes.

103 Cette copie moderne est conservée à la Bibliothèque nationale de Paris sous la cote fds frç. 15108 (anc. Suppl. frç. 254. 21). Sur cet incident, voir Francisque Michel, éd. princeps, p. xlvi.

104 Voir la Notice sur Jean-Louis Bourdillon, par Joseph Patureau, imprimée par Foerster, éd. p. xxi ; celle de P. Thibault sur le ms. de Châteauroux, dans R. Mortier, Le Manuscrit de Châteauroux, pp. ix ss.

105 Notice de Patureau, pp. xxi-xxii ; P. Thibault, p. ix.

106 Sur les aventures de Ch, voir Genin, éd., pp. cvii ; Foerster, éd., pp. v ss.

107 W. Foerster, éd., p. vii (seconde moitié du xiiie s. ), suivi par L. Gautier, Bibliographie, p. 171 ; Bauquier, Bibliographie, p. 6 (xiiie s. ) ; J. Patureau, Notice cit. p. xxi de l’éd. Foerster (milieu du xiiie) ; Whitehead, éd., p. vi (fin du xiiie) ; Roncaglia, éd., p. 40 (fin du xiiie) ; Bédier, Comm., p. 68 (extrême fin du xiiie) ; Bourdillon, trad., p. 74, (milieu du xiiie) ; Thibault, p. xvi (deuxième moitié du xiiie s. ).

108 L. Gautier, Ep. frç., t. III, p. 500 note (fin du xive) ; Bertoni, éd. maior, p. 27 (première moitié du xive) ; Delisle, voir éd. de Foerster, p. viii (avec réserves, début du xive).

109 L. Gautier, Ep. frç., t. III, p. 600 note ; G. Bertoni, éd. maior, ρ. 27, n. 1 ; W. Foerster, éd., pp. vii ss. (qui cite l’avis circonspect de L. Delisle) ; P. Thibault, art. cit., p. xvi. — Avouerai-je que l’argument paléographique invoqué par Foerster et M. Thibault contre l’origine italienne du ms. ne me convainc nullement ? A les en croire, l’Italie n’aurait jamais produit que des mss écrits avec des lettres arrondies. Dans la tradition même de Roland, V4 et V7 sont là pour montrer le contraire.

110 Le poème de Roncevaux, traduit du roman en français par Jean-Louis Bourdillon, Dijon, Fantin, 1840. Une longue introduction précède la traduction.

111 pp. 88 ss.

112 Voir ci-dessus, p. 47.

113 Voir éd., pp. xv ss.

114 Nous citons Ch d’après cette édition, qui constitue le t. IV de la collection » Les textes de la Chanson de Roland ».

115 Bourdillon, trad. p. 74 est le seul à préférer le début du xive siècle.

116 On peut lire la signature de Pithou au haut du premier feuillet et au bas du dernier.

117 Voir P. Paris, Les Manuscrits françois de la Bibliothèque du Roi, Paris, Teche-ner, t. VII. 1848, pp. 25 ss.

118 Éd.. p. vi.

119 Schwan-Behrens, Grammaire de l’ancien français, première partie, § 186 rem. et 3e partie, § 38 ; cfr partiellement Pope, From Latin to modem French, p. 489, § XIII ; p. 494. § VIII.

120 Op. cit., 3e part., § 38.

121 Schwan-Behrens, op. cit., 2e part., § 355 rem. et 3e part., § 73 ; Nyrop, Gramm. hist., t. II, p. 131 ; P. Fouché. Le Verbe français, p. 248 ; Pope, From Latin, p. 374.

122 Schwan-Behrens, op. cit., 1re part., § 30, b, 3, rem. et 3e part., § 26 où sont énumérés des exemples qui vont de la Normandie septentrionale (Tréport) et l’Angleterre jusqu’à la Champagne en passant par la Picardie, la Wallonie et la Lorraine ; Pope, From Latin, pp. 487 et 228 ; Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 428 ; Remacle, Le problème de l’ancien wallon, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, fasc. CIX, 1948, pp. 72-73.

123 Le Poème moral, Bruxelles, « La Renaissance du Livre », 1929, p. xc. Cfr M. Wilmotte, Études de Philologie wallonne, Paris, Droz, 1932, p. 69, n° 50.

124 From Latin, p. 189, § 501, II.

125 Schwan-Behens, Gramm., 2e part., § 329, 1, rem. et 3e part., § 54 ; Pope From Latin, p. 328, § 853.

126 Nyrop, Gramm. hist., II, p. 413 cite Villehardouin, E. Deschamp, A. Gréban ; le Poème moral n’ignore pas non plus de pareilles abréviations, voir Bayot éd. citée, p. lxxi, n° 31.

127 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 5 ; Pope, From Latin, pp. 491 et 494 ; Fouché, Le verbe français, pp. 411 et 412 ; Valkhoff, Vade mecum, p. 37 ; Wilmotte. Études, pp. 57 et 127 ; Remacle, op. cit., pp. 49 ss.

128 Cfr en Normandie (Pope, From Latin, p. 502) sous certaines conditions.

129 Remacle, op. cit., pp. 57 ss.

130 Ce dernier exemple est plus sujet à caution ; doloir peut en effet n’être que l’infinitif substantivé.

131 Remacle, op. cit., pp. 54 ss.

132 Éd. Foerster, Halle, 1874.

133 Éd. Stengel, voir ci-dessous. — Pour d’autres ex., voir H. Meyer, Die Chanson des Saxons Johann Bodels in ihrem Verkältnisse zum Rolandslliede. Ausg. u. Abh., t. IV, pp. vi et 14 ; J. Altona, Gebete und Aufrufungen in den altfrz. Chansons de Geste, t. IX, p. 31 ; Galien, t. LXXXIV, p. 214 de la même collection.

134 Atlas linguistique de la France, carte « toile », n° 1308.

135 Même en y ajoutant ceux qui sont sans objet ici.

136 Paris, imprimé par autorisation du roi à l’Imprimerie royale.

137 pp. 163 ss., laisse 81 (Paris, Firmin Didot, 1869).

138 Altfranzösische Bibliothek, t. VII.

139 Les textes de la Chanson de Roland, t. VI. — Nous citons d’après cette dernière édition.

140 Voir Delandine, Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon. Lyon ( ?), 1812, t. I, p. 409, n° 649.

141 Éd., p. vii.

142 Voir Chanson d’Aspremont, éd. L. Brandin d’après le ras. de Wollaton Hall., vv. 39 ss.

143 Voir Foerster, éd., p. ix.

144 Fr. Michel, éd. princeps. p. liii (premières années du xive s. ) ; J. -L. Bourdillon, Le poème de Roncevaux, p. 75 (milieu du xive s. ) ; F. Genin, éd., p. cix ; L. Gautier, Ep. frç., t. III, p. 500 note ; Bauquier, Bibliographie, p. 6 ; L. Gautier, Bibliographie, p. 171 ; J. Bédier, Comm., p. 69 ; Bertoni, ed. maior, p. 30 ; Whitehead, p. vi ; Roncaglia, p. 40 ; R. Mortier, Le texte de Lyon, p. i.

145 Herzog, Zs. f. frz. Sp. Lit., t. XXIII, p. 302 ; Brunot, Hist. langue frç., t. I, p. 318 ; Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 231, § 207 ; Pope, Front. Latin, p. 495.

146 E. Bourciez, Précis, p. 86 ; Brunot, Hist. langue frç., t. I, p. 313 ; Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 241 ; Pope, From Latin, p. 495 ; Schwan-Behrens, Gramm., 1re partie, p. 146, § 258, 2, rem. et 3e partie, § 19 où est cité un exemple picard qui n’infirme pas le caractère oriental du trait ;

147 Schwan-Behrens, Gramm., 1re partie, p. 141, § 243, rem. 2 ; E. Hoepffner, intr. à son éd. de la Folie Tristan de Berne, p. 28.

148 Schwan-Behrens, Gramm., 1re partie, pp. 47 ss. § 50, rem. 1 ; 3e partie, § 3 ; Bourciez, Précis, p. 70 ; Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 225 ; Pope, From latin, pp. 491, 494. 503

149 Fouché, Le verbe français, p. 100 (cite siegre et segre) ; Schwan-Behrens, Gramm., 1re part., p. 107, § 155, rem. ; 3e part., § 32). L’occitanien dit segre.

150 Schwan-Behrens, Gramm., 1re part., p. 69, § 87, rem. ; 3e part., § 23 ; Pope, From latin, pp. 116, 488, 489, 494.

151 Schwan-Behrens, Gramm, 3e part., § 26 ; Nyrop, Gramm. hist., t. 1, p. 428 ; Pope, From latin, pp. 487, 494 ; Remacle, op. cit., p. 72.

152 Dans le modèle de Ly, la femme de Ganelon se trouve à Mâcon (P 260 ; F. Lor. l. 12 ; Ch l. 340 ; V7 l. 333 ; V4 v. 4452). Nous chercherons en vain cette précision peu favorable à la Bourgogne dans notre copie. Son origine bourguignonne paraît donc très vraisemblable.

153 Tome VIII des Textes de la Chanson de Roland ; nous citons Ly d’après cette édition.

154 Petit de Julleville, La Chanson de Roland, 1878, p. 33 maintient le xvie s. ; R. Mortier, Le texte de Cambridge, p. iii, paraît hésiter entre la fin du xve et le début du xvie s. Tous les autres éditeurs du poème l’ont daté du xve.

155 Pope, From latin, p. 339, § 894.

156 Schwan-Behrens, Gramm., 1re part., p. 136, § 225 rem. ; 3e part., § 13 ; F. Brunot, Hist. lang. frç., t. I, p. 321 ; Pope, From latin, p. 498, § IV ; p. 502, § VI.

157 Cette notation n’est significative qu’en raison de la date tardive du ms.

158 Schwan-Behrens, Gramm., 1re part., p. 139, § 237 rem. ; Pope, From latin, p. 502, § V.

159 Pope, From Latin, p. 365, § 966.

160 P. Fouché, Le Verbe français, pp. 206 et 418, n. 4 ; W. Meyer-Lübke, Gramm. lang. rom., t. II, § 231 ; Pope, From Latin, p. 344, § 910 ; p. 499, § XVIII ; p. 503, § XVII.

161 Pope, From Latin, p. 325, § 843.

162 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 70 ; Pope, From Latin, p. 499, § VII et p. 503, § XVI ; Nyrop, Gramm. hist., t. II, p. 125.

163 Nyrop, Gramm. hist., t. I, p. 232 ; Pope, From latin, p. 162, § 408.

164 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 34.

165 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part, § 11 ; Pope, From latin, p. 107, § 232.

166 Pope, Étude sur la langue de Frère Angier, Paris, Champion, 1903, p. 43, relève une forme analogue : tensit.

167 P. Fouché, Le Verbe, p. 382, cite un exemple du Roman de la Rose, v. 8045.

168 Pope, From Latin, p. 487, § 1 ; p. 488, § V ; p. 494, § III ; p. 193, § 513 ; Schwan-Behrens, Gramm, 3e part., § 14.

169 Sud-Est et Sud-Ouest, voir Schwan-Behrens, Gramm., 1re part., p. 69, § 87 rem. ; 3e part., § 23.

170 Parmi les régions « occidentales », surtout les bords de la Loire, le « centre sud », voir Pope, From latin, p. 499, § X.

171 Pope, From latin, p. 323, § 839.

172 Pope, From Latin, p. 503, § 1.

173 Table, p. 419.

174 Tome VII des « Textes de la Chanson de Roland ». — Nous citons Τ d’après cette édition.

175 Foerster, éd., p. ix.

176 Éd., p. 489. L’hypothèse de Genin, rappelée par R. Mortier, Les fragments lorrains, p. v, selon laquelle le ms. aurait appartenu à la Bibliothèque des ducs de Bourgogne, n’est pas confirmée par les catalogues des livres ayant fait partie de cette librairie (voir G. Doutrepont, La littérature française à la Cour des ducs de Bourgogne, Paris, Champion, 1909, pp. 1 ss. ).

177 Ép. frç., t. I, p. 243 note ; t. III, p. 500 note ; édition, p. xxiv, n. 2.

178 Pour tous ces traits, nous renvoyons aux références citées à propos de l’examen linguistique du ms. de Paris.

179 Pope, Front Latin, p. 494, § XVI ; Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 7.

180 Pope, Front Latin, p. 495, § XIX ; Schwan-Behrens. Gramm., 3e part., § 19.

181 Pope, From Latin, p. 162, § 408 ; p. 495, § XXII.

182 Pope, From Latin, p. 494, § IX.

183 Voir K. Balcke, Der anorganische Nasallaut im Französischen, Beiheft, t. 39 de la Zs. f. rom. Phil., Halle, Niemeyer, 1912.

184 pp. 491 ss.

185 Tome IX des « Textes de la Chanson de Roland ».

186 Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 1.

187 Pope, From Latin, p. 494, § VI ; Schwan-Behrens, Gramm., 3e part., § 27.

188 p. 496.

189 p. vii des Fragments lorrains déjà cités.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search