Version classiqueVersion mobile

Genèse, structure et destin d’Adolphe

 | 
Paul Delbouille

Deuxième partie. La structure du roman

Note sur l’état du texte

Texte intégral

  • 1 La plupart des éditions postérieures à 1830 reproduisent le texte de cette troisième édition. Rudl (...)

1Afin de faciliter la lecture des pages qui vont suivre, il m’a paru nécessaire de donner les références au texte d’Adolphe d’après une édition aisément accessible. Mon choix s’est porté sur celle que M. Jacques-Henry Bornecque a procurée dans la collection des Classiques Garnier. Le texte qu’elle reproduit est, très logiquement, celui de la troisième édition (1824), la dernière qui ait été revue attentivement par l’auteur1. L’édition Garnier présente en outre l’avantage d’être à la fois parfaitement maniable, très lisible et largement répandue. Elle a connu de nombreux tirages depuis 1955, mais la pagination est restée inchangée malgré l’adjonction d’illustrations en 1960 et d’un « itinéraire biographique de Benjamin Constant » en 1968.

  • 2 Quelques-unes de ces fautes ont été corrigées dans les tirages récents. Je fais suivre leur mentio (...)

2Il est cependant de mon devoir de signaler que son texte est fautif sur plusieurs points de détail2 :

  • p. 13, ligne 11, lire « Il m’est égal, me répondait-il » et non « me répondit-il » ;
  • p. 14, ligne 1, lire « des journées entières » et non « les journées entières » ;
  • p. 20, ligne 27, lire « nos impressions les plus profondes » et non « les impressions » ;
  • p. 27, ligne 23, lire « tandis qu’en entrant » et non « tandis qu’en y entrant » ;
  • p. 42, ligne 26, lire « ouvrir ma fenêtre » et non « ouvrir la fenêtre » ;
  • p. 43, ligne 14, lire « un groupe d’hommes » et non « un groupe d’hommes » ;
  • p. 64, ligne 25, lire « La conversation avait pris » et non « avait prit » ;
  • p. 66, ligne 13, lire « elle était tout occupée » et non « elle était occupée »;
  • p. 71, ligne 29, lire « que leur répondre » et non « que de leur répondre »;
  • p. 79, ligne 26, lire « du bonheur ou du calme » et non « du bonheur et du calme » ;
  • p. 89, ligne 17, lire « elle semblait les respirer avec avidité » et non « elle semblait respirer avec avidité » ;
  • p. 98, ligne 2, lire « une liaison inconvenable » et non « inconcevable » (à ce propos, voir plus bas, pp. 297-298, n. 123) *;
  • p. 102, ligne 23, « prononcés peut-être au hasard » et non « prononcés au hasard » ;
  • p. 103, ligne 18, lire « j’aurais été mille fois heureux » et non « mille fois plus heureux » * ;
  • p. 105, ligne 5, lire « séparé comme par un abîme » et non « séparé par un abîme » ;
  • p. 107, ligne 5, lire « quelque infortuné » et non « quelque infortune » * ;
  • p. 116, ligne 1, lire « une confiance sans bornes » et non « sans nombre » : il s’agit en effet là d’une leçon fautive due à la distraction d’un éditeur moderne (voir plus bas, p. 293) ;
  • p. 116, ligne 10, lire « où son procès devait être jugé » et non « où son procès devrait être jugé »* ;
  • p. 117, ligne 4, lire « dans la conduite et dans les manières » et non « dans la conduite et les manières » ;
  • p. 120, ligne 19, lire « de mes longs sacrifices » et non « services » ;
  • p. 123, ligne 24, lire « éprouva quelque joie » et non « plus de joie » ;
  • p. 125, ligne 29, lire « Tout le public » et non « Tout le monde » ;
  • p. 127, ligne 13, lire « paraissaient » et non « paraissait »* ;
  • p. 127, ligne 21, lire « décidé à lui tout dire » et non « à tout lui dire » ;
  • p. 140, ligne 1, lire « elle fut plus tranquille » et non « elle fut tranquille ».
  • 3 Pour être complet, je crois aussi devoir rappeler les remarques que j’ai faites plus haut (p. 76, (...)

3En outre, il convient, selon moi, de lire, p. 50, ligne 18, « mérité-je », leçon de M1, et non « méritai-je », leçon injustifiée de M2, des premières éditions et de la plupart des éditions modernes * ; de lire aussi, p. 65, ligne 12, « vie contrainte » et non « vive contrainte », leçon probablement fautive de P suivie cependant par toutes les éditions postérieures ; de lire enfin, p. 122, ligne 2, « première visite », leçon des manuscrits et des premières éditions, et non « dernière visite », leçon fautive et dépourvue de sens de la troisième édition (voir plus haut, p. 97, et plus bas, p. 298, n. 124)3.

4N’accablons pas trop M. Bornecque sur la foi de cette liste relativement longue de menues erreurs. Depuis 1830, le texte d’Adolphe s’est altéré lentement, au fil des rééditions. En fait, il apparaît qu’aucune des éditions postérieures à la mort de Constant ne reproduit fidèlement le texte de 1824 et, en tout cas, il est sûr qu’aucune des éditions actuellement dans le commerce n’est vraiment satisfaisante.

5Comme nous avons vu, d’autre part, que le travail de Rudler lui-même était déjà sujet à caution en quelques endroits, il ne reste guère qu’à attendre l’édition enfin correcte et complète de tous les états connus d’Adolphe qui pourra voir le jour quand le manuscrit de Lausanne sera enfin accessible.

Notes

1 La plupart des éditions postérieures à 1830 reproduisent le texte de cette troisième édition. Rudler, pourtant, a pris pour base le texte de Londres, ainsi qu’il le dit lui-même (édit. Manchester, p. lxxxv). Baldensperger, de son côté, se fondant sans doute sur la phrase par laquelle Rudler commence son introduction critique (« Le manuscrit sur lequel cette édition s’appuie ... », p. lxix), félicite ce dernier d’avoir pris pour base le texte de 1810 et annonce qu’il le suit dans cette voie. Première distraction qui se double d’une autre puisque, en réalité, et exception faite de quelques menues retouches par lesquelles sont effectivement réintroduites quelques leçons du manuscrit, le texte que nous présente Baldensperger n’est autre que celui de 1824 ! En fait, les raisons qu’ils invoquent l’un et l’autre pour fonder leur choix ne paraissent pas convaincantes. J’ai dit pourquoi Rudler me semblait téméraire quand il accuse la troisième édition de n’avoir pas fait l’objet des soins de Constant (voir pp. 97-99). Quant aux raisons de Baldensperger, on me permettra d’en sourire : s’il ne lui paraît « pas possible de laisser à Adolphe son maximum d’authenticité intérieure sans recourir à son texte le plus ancien », on voit mal pourquoi il n’imprime pas purement et simplement le texte de 1810, sans la « Lettre à l’éditeur » et sans la « Réponse », sans le début du chapitre iv aussi, tous morceaux qui ne figurent pas dans le manuscrit.

2 Quelques-unes de ces fautes ont été corrigées dans les tirages récents. Je fais suivre leur mention de l’astérisque.

3 Pour être complet, je crois aussi devoir rappeler les remarques que j’ai faites plus haut (p. 76, n. 52) sur la manière dont M. Bornecque note certaines variantes, et signaler qu’à la page 126, ligne 27, il omet une variante intéressante (voir plus bas, p. 294, n. 112).

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search