Version classiqueVersion mobile

Le Mythe de Yayāti dans la littérature épique et purānique

 | 
Michel Defourny

Conclusions

Texte intégral

I. Les personnages

1On a pu voir que le mythe de Yayāti était fort complexe. Non seulement le récit met en scène des personnages divers qui apportent des connotations très variées au récit mais, de surcroît, le récit lui-même comporte des variantes apparemment inconciliables.

YAYĀTI ROI

2Yayāti est le roi par excellence ; sa première apparition le montre à la chasse, occupation royale s’il en fut.

3Le roi Yayāti a tant multiplié les sacrifices qu’il en a marqué la terre, c’est un roi scrupuleux dans l’application du dharma, connu dans le monde pour sa richesse exceptionnelle. Il n’a cessé de donner avec beaucoup de générosité et de désintéressement.

4Le mythe ne prête au roi Yayāti aucun exploit héroïque au sens habituel du terme. En revanche, sa perfection se manifeste par le fait que, deux fois, il sauve des brahmanes d’une situation désespérée. Par sa force, il tire Devayānī du puits. Par la richesse que représente Mādhavī, il permet à Gālava de s’acquitter d’un salaire impossible.

5La perfection de Yayāti comporte en elle-même un certain danger, c’est de succomber à la démesure ou à l’orgueil. L’orgueil de Yayāti apparaît tard dans le récit du Mahābhārata : l’idée n’est exprimée que dans l’épisode final de Mādhavī. Quant à la démesure du roi, elle constitue le ressort même du Padma Purāṇa.

6Le roi Yayāti intervient comme une sorte d’arbitre entre les deux premières fonctions, entre les brahmanes et les kṣatriya. Son premier mariage solennel avec la brahmane Devayānī consacre la supériorité du premier varṇa, tandis que son union de type inférieur avec Śarmiṣṭhā situe les kṣatriya au second plan.

7En tirant Devayānī du puits, il sauve la terre et inaugure une ère nouvelle, apparaissant comme un roi primordial. Roi parfait, il provoque naturellement la prospérité pour son royaume et en fait bénéficier son peuple.

8Mais l’équilibre harmonieux que Yayāti fait régner est fragile. Poussé par son kāma, le roi accorde sa préférence à Śarmiṣṭhā et à sa descendance. Il donne un enfant de plus à la fille de Vṛṣaparvan et, pour assouvir ses désirs sexuels, le roi abandonne la royauté. Pendant mille ans, il recherche le plaisir d’une manière effrénée en compagnie de la nymphe Viśvācī, qui représente la femme tentatrice.

9La fin de la vie de Yayāti nous le montre pratiquant l’ascèse, seule voie véritable pour trouver l’apaisement, après avoir découvert combien il était vain de vouloir épuiser le désir.

YAYĀTI ENTRE LES DIEUX ET LES ASURA

10Le double mariage du roi comporte des connotations cosmiques. Yayāti épouse en effet Devayānī, petite-fille d’Indra, fille de Kavi Uśanas, lui-même descendant de Bhṛgu adopté par Śiva et, d’autre part, Śarmiṣṭhā, la fille du roi des asura. Le roi humain apparaît comme le médiateur entre le monde céleste des dieux et le monde inférieur des asura.

11On a longuement souligné les liens qui unissent Devayānī au monde des dieux, malgré la présence de son père Kavi Uśanas au service des asura. Néanmoins, on ne peut se dissimuler que le kāma de Yayāti favorise les prétentions du monde asurique.

12Il préfère Śarmiṣṭhā, fille de Vṛṣaparvan, roi des asura, à Devayānī, qui est très attachée au monde des dieux. Enfin, dans le Padma Purāṇa, la perfection de Yayāti, qui trouve son origine dans une autre forme de kāma, fait atteindre à la terre une prospérité qui porte ombrage aux dieux. Au système triangulaire de la majorité des récits se substitue, dans cette version du mythe, une conception qui oppose le roi de la terre, Yayāti, au roi des dieux, Indra.

YAYĀTI, ANCÊTRE DE KṚṢṆA

13Dans une partie du récit donnée par l’ensemble des versions et qui semble avoir eu la plus grande importance, le mythe de Yayāti constitue un chaînon dans un ensemble mythique important ; Yayāti est un des ancêtres les plus fameux de Kṛṣṇa. Le roi humain Yayāti et son épouse Devayānī, d’origine divine, lèguent à leur fils aîné, Yadu, le brahman et le kṣatra. Il fallait la conjugaison de ces deux éléments fondamentaux de l’idéologie indienne pour que naisse l’avatar qui viendra sauver le dharma en péril.

YAYĀTI ET SA DYNASTIE

14Le roi Yayāti, qui semble être seul à assurer le gouvernement du monde, lègue la royauté à Pūru, son fils cadet ou le fils aîné ou unique de Śarmiṣṭhā, mais son royaume est partagé entre ses fils. Dans le mythe de Mādhavī, il transmet ses propres qualités à ses petits-fils, ce qui exprime la même idée.

15Comme les grands rois de l’histoire, Yayāti n’aura pas de successeur qui hérite de toutes ses prérogatives et qualités. De la même manière, il n’a guère de prédécesseur, il est certes appelé partout fils de Nahuṣa, mais, hormis dans le Padma Purāṇa, où cette filiation est soulignée pour mettre en évidence le risque cosmique des prétentions du roi, le rôle de son père Nahuṣa ou de ses aïeux n’est souligné nulle part et les implications que pouvait avoir le règne de ceux-ci ne sont pas mentionnées.

YAYĀTI ET SON PEUPLE

16Roi par excellence, point de contact privilégié entre le ciel et le monde inférieur, Yayāti incarne tout son peuple. Il le consulte plusieurs fois. Il ne s’agit pas évidemment d’une apparence de démocratie, mais l’indication souligne combien la perfection du roi entraine celle de ses sujets et, partant, de l’humanité entière.

YAYĀTI ET LES HÉROS DU MAHĀBHĀRATA

17Yayāti, le roi humain, et Devayānī, la première reine, fille d’un brahmane yogin et petite-fille du roi des dieux, ont eu un fils aîné, exclu de la royauté, qui réunit en lui le brahman et le kṣatra. De Yadu, naîtra Kṛṣṇa, l’avatar de Viṣṇu. Yayāti obtiendra de sa seconde épouse, la fille du roi des asura, un fils qui lui sera pleinement dévoué. Pūru est le cinquième fils de Yayāti et le troisième de Śarmiṣṭhā. Alors que tout l’écartait de la succession royale, c’est pourtant lui qui la recueille. Il devient le fondateur de la dynastie des Paurava, dans laquelle naîtront les héros du mythe-cadre du Mahābhārata, les Pāṇḍava et les Kaurava. Kṛṣṇa, l’avatar, descendant de Yadu, et Arjuna, le héros royal par excellence de la grande épopée, descendant de Pūru, deviendront des beaux-frères par le mariage d’Arjuṇa avec Subhadrā, « Auspicieuse », la sœur de Kṛṣṇa. L’entente parfaite d’Arjuna et de Kṛṣṇa restaurera le dharma menacé et assurera à la terre une nouvelle prospérité.

YAYĀTI, HÉROS HUMAIN

18Yayāti est le roi dont le règne est prospère dans la mesure où il est parfait, mais, derrière la dignité royale, se profile le personnage humain, non certes dans ce qu’il peut avoir de psychologique, mais plutôt comme paradigme d’humanité.

19Yayāti, c’est l’être humain qui intervient entre les dieux et les asura, qui sauve la terre en retirant Devayānī du puits. C’est aussi l’être humain précaire, trahi par son corps vieillissant, même s’il avait un moment — dans le Padma Purāṇa — caressé le chimérique projet de se doter d’un corps immortel à l’égal de son âme.

20Yayāti, c’est encore l’homme soumis à son kāma, qui s’efforce de trouver le bonheur auprès de la nymphe Viśvācī, avant de se retirer dans l’ascèse et d’atteindre au svarga.

***

21A côté de Yayāti, le mythe met en scène d’autres personnages dont les relations et les rôles ont été analysés précédemment. On se bornera à rappeler les traits principaux de quelques-uns d’entre eux.

KAVI UŚANAS

22Kavi Uśanas domine tout le début du récit. Fils de Bhṛgu, lié à Brahmā, à Varuṇa et surtout à Śiva qui l’adopte, le fascinant personnage est à la fois yogin et chapelain. Grâce à lui et au secret qu’il détient de la saṃjīvanī, il assure aux asura, dont il est le purohita, une indéniable supériorité sur les dieux. Il accepte, néanmoins, comme disciple, Kaca, fils de son collègue Bṛhaspati, chapelain des dieux et il lui livre son pouvoir extraordinaire.

23Chapelain des asura, il ne leur est en rien inféodé. Au contraire, pour éviter qu’il ne quitte leur ville à la suite de sa fille Devayānī, Vṛṣaparvan ira jusqu’à donner sa fille Śarmiṣṭhā comme esclave à Devayānī, après avoir offert toutes ses richesses terrestres. C’est encore à l’instigation de Devayānī qu’il maudit Yayāti et le condamne à un vieillissement subit.

24Dans la descendance de Kavi Uśanas par Devayānī, apparaît Kṛṣṇa. Le côté destructeur de certains actes de l’avatar guerrier trouverait peut-être son origine dans les traits śivaïques de Kavi Uśanas. Il s’agit là d’une possibilité et non d’une certitude car, d’une part, la composante kṣatriya comporte aussi cet aspect destructeur et, d’autre part, Śiva n’intervient que dans certaines versions. Néanmoins, on peut invoquer l’exemple d’un autre avatar guerrier, Paraśurāma (ou Rāma Jāmadagnya). Quoique celui-ci ait déjà en lui le brahman et le kṣatra, le Reṇukāmāhātmya fait de son père et de sa mère, Jamadagni et Reṇukā, des incarnations de Śiva et Pārvatī.

DEVAYĀNĪ

25Un des traits du mythe de Yayāti est le rôle important qu’y tiennent les femmes.

26Fille de Kavi Uśanas, petite-fille d’Indra, selon certaines versions, Devayānī marque de sa personnalité agissante toute la première partie du mythe. Elle est la śakti de son père avec lequel elle forme une véritable totalité. Fille du chapelain des asura, elle tend à se rapprocher des dieux dont elle est l’intermédiaire dans le monde de leurs ennemis. Après avoir permis de sauver Kaca à plusieurs reprises, après avoir été l’agent principal dans la transmission de la saṃjīvanī, elle contribue à la restauration du dharma en contraignant Vṛṣaparvan à lui donner sa fille comme servante.

27Ainsi qu’il est fréquent dans la mythologie indienne, elle paraît, en tant que figure féminine, intimement liée à la terre et lorsque Yayāti la tire du puits, c’est en quelque sorte la terre qu’il sauve.

28D’autre part, en tant que brahmane, descendante de Brahmā lui-même, elle se trouve dépositaire du premier principe qu’elle transmettra à son fils Yadu.

ŚARMIṢṬHĀ

29Le personnage de Śarmiṣṭhā joue dans le récit un rôle moins long, mais non moins important. Comme sa rivale, elle manifeste une volonté d’action délibérée. Śarmiṣṭhā est la fille de Vṛṣaparvan, le roi des asura. Alors que Vṛṣaparvan se conduit en bon asura en reconnaissant son infériorité, Śarmiṣṭhā cherche à accroître la prospérité de son loka. Elle incarne la tendance asurique à dominer le monde par usurpation. Conformément à la dynamique que révèle l’analyse de son nom, elle s’efforce constamment de reléguer à la seconde place la brahmane Devayānī. Elle s’empare des vêtements de celle-ci, elle la précipite dans un puits et croit l’avoir tuée, elle séduit le roi et obtient de lui trois enfants alors que sa rivale n’en a que deux.

30Elle n’en est pas moins la mère de Pūru, qui recueille la royauté et qui, à l’opposé de Yadu et de ses frères, obéit aux ordres de son père. La soumission de Pūru compense l’aspect inférieur de ses origines partiellement asuriques.

MĀDHAVĪ

31Mādhavī est la fille de Yayāti, considérée comme son enfant unique. Elle obéit en tout point au désir de son père ; elle sauve le brahmane Gālava. Son action développe celle de son père : elle propose au disciple de Viśvāmitra la solution de ces mariages successifs. Sa volonté de ne pas quitter Yayāti et d’atteindre à la perfection se marque dans le refus d’un nouveau mariage où elle aurait l’initiative de choisir son époux. A la fin du récit, elle apparaît pour résoudre le problème qui se pose, nimbée de l’autorité que lui confèrent ses mérites ascétiques.

32Les fils de Mādhavī sont particulièrement liés à leur grand-père maternel, auquel ils offrent conjointement leurs mérites, ce qui a pour effet de faire remonter au ciel Yayāti qui en était tombé.

II. Le récit

33Pour la commodité de l’analyse, on a suivi les grandes divisions du récit telles qu’elles apparaissent dans le Mahābhārata : la version trop particulière du Padma Purāṇa a été analysée séparément.

34Le premier épisode est centré sur le personnage de Kavi Uśanas et de sa fille Devayānī, il décrit leur rôle dans la dispute qui opposa les dieux aux asura. Kaca, fils du purohita des dieux, obtient la saṃjīvanī de Kavi Uśanas, grâce à l’appui de Devayānī. La tentative de Devayānī d’épouser Kaca, le refus de ce dernier et la malédiction qu’il lance ouvrent la crise qui trouvera son aboutissement dans le mariage de Yayāti, roi qui épouse une brahmane. Devayānī prend une importance toute particulière dans la mesure où, de son mariage avec Yayāti, naîtra Yadu dont descend Kṛṣṇa. La deuxième partie du récit est liée à la première. Yayāti paraît, il sauve Devayānī et par le geste même qui la sauve, il l’épouse. Il épouse ensuite Śarmiṣṭhā, mais il s’agit d’un mariage moins noble. La préférence que son kāma le pousse à manifester envers Śarmiṣṭhā provoque la juste colère de Devayānī et, par conséquent, la malédiction de Kavi Uśanas. Le roi échange sa soudaine vieillesse contre la jeunesse de Pūru, seul à s’être soumis aux désirs de son père. Après mille ans de recherche du plaisir, en compagnie de la nymphe Viśvācī, il choisit une vie ascétique avant de mourir, conformément à la doctrine des quatre āśrama. Auparavant, il a partagé son royaume entre ses cinq fils et laissé la royauté à Pūru. Yayāti apparaît, dans tout le récit, comme un monarque prestigieux, primordial, qui réunit en lui des qualités extraordinaires, qui joue un rôle capital dans l’histoire du monde et qui se trouve à l’origine de plusieurs dynasties dont les représentants régneront sur toute la terre.

35Le troisième épisode se présente sous un jour très différent. Sans ignorer complètement les héros de la deuxième partie du récit, il les laisse dans l’ombre. Le rôle essentiel est tenu par Mādhavī, fille de Yayāti, qui fait figure d’enfant unique du roi. En toutes choses, Mādhavī se conforme aux vœux de son père. Le roi est ici un homme d’âge moyen dont la richesse est amoindrie. Il règne conjointement avec d’autres rois, dont trois sont dépourvus de descendance. Grâce à Mādhavī, le roi sauvera le brahmane Gālava, il donnera une descendance à trois rois et à Viśvāmitra qui en sont dépourvus. Après une faute qui l’a exclu du svarga, Yayāti y retourne grâce aux mérites des quatre fils de sa fille, auxquels s’ajoute une partie de ceux de Mādhavī et de Gālava. Au lieu d’être le point de départ, l’origine de dynasties, le roi apparaît plutôt dans ce passage comme celui qui sauve, est sauvé et ramène tout à lui.

36Malgré l’utilisation d’éléments que l’on retrouve dans les autres récits, le Padma Purāṇa semble très différent; il est cependant équivalent en signification.

37Dans les autres versions, Yayāti, soumis à son kāma, avait bouleversé l’ordre cosmique en favorisant les prétentions du monde asurique représenté par Śarmiṣṭhā. Pour satisfaire son désir, il s’était détourné de la royauté pour s’adonner à la jouissance. Dans le Padma Purāṇa, le kāma du roi a revêtu d’autres formes qui ont pris l’apparence du dharma. La perfection du roi bouleverse l’ordre cosmique. Par sa perfection même, Yayāti acquiert, pour lui-même et pour ses sujets, un corps immortel l’égal de son âme. Il transforme la terre en svarga. Or, il ne peut y avoir qu’un seul ciel. Devant la menace que représente Yayāti, les dieux sont inquiets et ils recourent à une ruse afin de faire pécher le roi. Aśrubindumatī, qui personnifie le kāma mis au service des dieux, fait renoncer Yayāti à ses folles ambitions et elle l’entraîne au svarga. Dans les autres versions, Yayāti avait également renoncé ; il n’avait pu trouver l’apaisement de ses désirs avec Viśvācī.

III. Le mythe de Yayāti : royauté et renoncement

38Le mythe de Yayāti est essentiellement un mythe royal. La fonction centrale qu’occupe le roi au sein de la société indienne y est nettement soulignée. La perfection dharmique du roi se traduit par les sacrifices innombrables qu’il fait célébrer par les brahmanes, auxquels il donne la première place dans la hiérarchie. Il assure ainsi la prospérité et la richesse à son royaume. Il maintient l’équilibre et garantit l’ordre social.

39Mais la fonction royale déborde le cadre de la société humaine. Le roi humain se trouve être le médiateur entre le monde des dieux et le monde des asura.

40Point de rencontre de tant de forces en conflit, le roi est constamment menacé. L’équilibre risque d’être rompu, soit qu’il s’adonne à un kāma d’origine sexuelle, soit qu’il recherche une perfection excessive. La faute du roi peut, à tout moment, bouleverser l’ordre du monde et entraîner la ruine du royaume par le triomphe de l’adharma.

41Après avoir été le roi dharmique par excellence, Yayāti s’est laissé entraîner par son kāma. Devant l’impossibilité de satisfaire son désir, il découvrira l’apaisement final dans l’ascèse. L’épilogue du mythe exalte ainsi une des valeurs essentielles de la pensée indienne, le renoncement.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search