Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Deuxième partie. Les distributions d'argent dans le contexte démographique des années 510-479 avant J.-C.

La population citoyenne d’Athènes à l’époque des guerres médiques

Texte intégral

1Voilà rassemblée toute la documentation dont nous avions besoin pour pouvoir considérer sous un dernier angle — celui de leur portée démographique — les circonstances que Thémistocle sut mettre à profit.

2Classons les chiffres globaux qui, à l’examen, nous ont semblé dignes d’être retenus pour la période 510-479.

I. Population citoyenne.

3En 499/8, Athènes comptait quelque 30 000 citoyens. Ils ne vivaient pas tous en Attique ; parmi eux doivent être inclus les membres des deux clérouchies voisines, Salamine et Chalcis — respectivement 500 et 4 000 Athéniens environ.

II. Effectifs militaires.

A. Hoplites (18-59 ans).

  1. En 490, les hoplites qu’Athènes envoya à Marathon formaient un ensemble légèrement inférieur à 9 000 hommes. Après la bataille, ils n’étaient pas plus de 8 800.
  2. En 479, durant la double campagne (Platées et Mycale), leur contingent se montait, en principe, à 9 960 hommes.

B. Armée entière (18-59 ans).

  1. En 480, il y avait 34 650 à 34 700 Athéniens sur les trières qui combattirent à l’Artémision.
  2. En 480 encore, sur celles de Salamine, ils étaient 35 280.
  3. En 479, c’est — théoriquement — au nombre de 35 440 qu’ils se trouvèrent mobilisés pour la double campagne.

4La longue analyse à laquelle il a été procédé dans la première partie de l’ouvrage conduit, elle aussi, à des chiffres globaux. Le moment est venu de les calculer, en précisant à quoi ils correspondent.

51. Le lecteur voudra bien se rappeler les nouvelles frappes monétaires de 484/3, grâce auxquelles devaient être aisément constituées des parts de 10 drachmes. C’était là le revenant-bon destiné annuellement à chaque citoyen, comme aussi, en vertu d’une survivance, à chaque fils de citoyen légalement pubère et admis par une phratrie. La somme à distribuer s’élevait à 200 talents (100 + 100), total des baux locatifs pour la période couvrant les trois années 484/3, 483/2, 482/1.

6La part individuelle — ou la somme entière que les locataires auraient à payer — avait été déterminée en fonction de ce qu’on estimait devoir être, relativement à la première période de location, le nombre de parts à accorder. Pour retrouver ce nombre de parts, il suffit de diviser par 10 le nombre des drachmes comprises dans 200 talents :

71 200 000 : 10 = 120 000.

8Quant au nombre approximatif des ayants droit, nous l’aurons en divisant par 3 (nombre des distributions en perspective) le total des parts prévues :

9120 000 : 3 = 40 000.

10Le chiffre de 40 000 n’était pas celui de l’année 484/3, où l’on frappait les décadrachmes et les didrachmes. A moins que la population citoyenne n’ait été stationnaire, les 200 talents n’auraient pas assuré, pendant la période triennale qui commençait en 483/2, une part de 10 drachmes à chaque citoyen. Selon toute apparence, 40 000 était le nombre de bénéficiaires que l’on escomptait, en moyenne, pour 483/2, 482/1 et 481/0. C’est donc à l’année 482/1 qu’il convient de le rapporter de préférence.

112. En étudiant la formation de la flotte athénienne, je suis arrivé à la conclusion que la caisse des constructions navales, quand Athènes fut évacuée pour la première fois (mi-août 480), pouvait encore contenir quelque 288 000 à 300 000 drachmes. Si l’on a admis mon raisonnement, on verra dans ce reliquat le χρημάτων πλῆθος que Thémistocle, secondé par l’Aréopage, distribua aux équipages des trières, à raison de 8 drachmes par tête. D’où se déduit une indication sur le nombre des combattants de Salamine. Il aurait été de l’ordre de 36 000-37 500 (288 000-300 000, à diviser par 8).

12Le dernier résultat recoupe ce qui a été rappelé plus haut, en II B b. Car ce n’est pas aux seuls Athéniens que l’on accorda la gratification de 8 drachmes. Aristote dit ἑκάστῳ, qui devient chez Plutarque ἑκάστῳ τῶν στρατευομένων, et Cleidémos désigne comme bénéficiaires τοὺς ἑμβαίνοντας εἰς τὰς ναῦς. Aux 35 280 citoyens d’Athènes il faut ajouter les 720 archers crétois.

13Ainsi, le chiffre de 36 000 mobilisés est assuré de deux manières, par deux voies indépendantes : comme produit du nombre des hommes d’équipage par le nombre des trières mises en ligne (200 X 180) et comme quotient d’une opération où le diviseur est le quantum de 8 drachmes et le dividende la moins forte des sommes dont Thémistocle nous paraissait avoir pu disposer (288 000 : 8).

14Quel rapport existe-t-il entre l’évaluation de 499/8 et celle qui concerne 482/1 ? Elles ne répondent pas à des groupes de nature identique. L’une a trait à l’ensemble des citoyens (18-100+), l’autre à l’ensemble des pubères selon la loi (ὀρχιδόν, c’est-à-dire 16-100+). L’écart 16-18 n’est cependant pas assez considérable pour empêcher une comparaison. Il est d’ailleurs autre qu’on ne l’imagine à première vue. Car, dans la pratique, il ne comportait pas exactement deux classes d’âge. Voici pourquoi.

  • 1 Voir, p. ex., G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 943 et n. 3.
  • 2 Une présentation secondaire pouvait avoir lieu aux Thargélies (vers mai). Elle était réservée aux (...)

L’inscription des nouveaux citoyens se faisait en une fois, au début de l’année administrative. En Hékatombaiôn (vers juillet), on recevait les jeunes gens qui, depuis la dernière session, avaient atteint 18 ans révolus1.
L’ἥβη légale était reconnue aux adolescents qui, d’une session à l’autre, avaient eu 18 ans accomplis. Mais ce n’est pas en Hékatombaiôn que les phratries recevaient les sacrifices des κούρεια : c’est à la fête des Apaturies, en Pyanepsiôn — grosso modo trois mois plus tard ou, si l’on veut, neuf mois plus tôt (vers octobre)2.
Le décalage chronologique qui existait entre les deux cérémonies créait une situation toute particulière.
En Hékatombaiôn, juste après les inscriptions nouvelles, la première classe d’âge citoyenne comprenait des garçons de 18 à moins de 19 ans.
A la même date, il y avait deux sortes d’ἡβῶντες non encore citoyens :

  1. tous les garçons qui, présentés aux dernières Apaturies, étaient maintenant âgés de 16 ans 3/4 à 17 ans 3/4 ;
  2. un reliquat des avant-dernières Apaturies : des garçons maintenant âgés de 17 ans 3 /4 à moins de 18 ans3.

En Pyanepsiôn, juste après les Apaturies, la première classe d’âge citoyenne comprenait des garçons de 18 ans 1/4 à 19 ans 1/4.
A la même date, il y avait trois sortes d’ἡβῶντες non encore citoyens :

  1. tous les garçons qui, nouvellement présentés, étaient âgés de 16 à 17 ans ;
  2. tous les garçons qui, présentés aux Apaturies de l’année précédente, étaient maintenant âgés de 17 à 18 ans ;
  3. un reliquat des Apaturies célébrées deux ans plus tôt : des garçons maintenant âgés de 18 ans à 18 ans 1/4.

Ainsi donc, vers le début de l’année administrative, le groupe ὀρχιδòν était composé :

  1. de non-citoyens entre 16 ans 3/4 et 18 ans ;
  2. de citoyens 18-100+ ;

au lieu que, vers le début du deuxième quart de la même année, il comprenait :

  • des non-citoyens entre 16 ans et 18 ans 1/4 ;
  • les citoyens, alors âgés de 18 ans 1/4 à 100 ans ou plus.
  • 4 Supra, p. 103 et n. 3.

15C’est le début de l’année qui, antérieurement, nous a semblé convenir le mieux aux distributions d’argent4. Avec les chiffres que nous avons sous les yeux, la probabilité se trouve renforcée en faveur de cette date. Car si la démocratie athénienne, dans un mouvement de générosité, maintenait parmi les bénéficiaires les pubères non citoyens, on ne la voit guère choisissant, pour ses gratifications, la période durant laquelle ils étaient le plus nombreux. En opérant pendant le premier trimestre, elle économisait, sans le moindre accroc aux principes, autant de parts qu’il lui en aurait fallu pour 3/4 de la classe d’âge comprise entre 16 et 17 ans. Mais considérons plutôt les incidences numériques de l’un et de l’autre système.

  • 5 On trouvera les éléments nécessaires dans : Annuaire statistique de la Belgique [et du Congo belge(...)

16Pour évaluer le nombre des pubères non citoyens inclus dans les 40 000, force est de recourir à des éléments modernes de comparaison. J’ai cru bon de constituer un échantillonnage avec quelques pays européens notablement différents au point de vue démographique, en tenant compte, pour chacun, de deux recensements au moins. Seront utilisées les données fournies par la Belgique (1846, 1856, 1866, 1880, 1890, 1900, 1910, 1920, 1930, 1947), par la Grèce (1920, 1928), par la Hongrie (1920, 1930), par la Bulgarie (1887, 1892, 1900, 1905)5.

  • 6 Belgique 1947 : 48,1 ‰ — 1930 : 53,1 ‰ — Hongrie 1930 : 65,1 ‰ — Belgique 1866 : 65,3 ‰ — 1920 : 6 (...)

17Soit d’abord l’hypothèse selon laquelle le groupe ὀρχιδòν aurait compris, outre les citoyens (18 ans 1/4 - 100+) des non-citoyens entre 16 ans et 18 ans 1/4. Si l’on calcule quelle proportion de la population (de la population mâle, quand les recensements en donnent séparément le détail) représentent les classes d’âge 16-17 et 17-18, augmentées d’un quart de la classe 18-19, et si l’on rapporte ladite proportion à celle des classes 18-100+, diminuées d’un quart de la classe 18-19, on trouve des taux dont le plus bas est 48,1 ‰ (Belgique 1947), le plus haut 88,3 ‰ (Bulgarie 1900)6. A tabler sur ces extrêmes, le groupe ὀρχιδòν de 482/1 aurait représenté entre 1 048,1 ‰ et 1088,3 ‰ de la population citoyenne. Celle-ci, dès lors, aurait inclus quelque 36 754 à 38 164 individus.

  • 7 Soit r la raison de progression géométrique par laquelle la population a été multipliée 17 fois. C (...)

18De 499/8 à 482/1, c’est-à-dire en 17 ans, l’augmentation aurait atteint 6 754 – 8 164, ou 225,1 - 272,1 ‰ de la population citoyenne initiale. Ce qui suppose, en moyenne, l’action permanente d’un taux d’accroissement annuel égal à 12,01 - 14,25 ‰, ou encore, une raison de progression géométrique égale à 1,01201 - 1,014257.

  • 8 Belgique 1947 : 26,8 ‰ — 1930 : 29,3 ‰ — Bulgarie 1887 : 34,9 ‰ — 1892 : 35,7 ‰ — Belgique 1866 : (...)

19Soit maintenant l’hypothèse selon laquelle le groupe ὀρχιδòν aurait compris, outre les citoyens (18 ans - 100+), des non-citoyens entre 16 ans 314 et 18 ans. Si l’on calcule quelle proportion de la population (de la population mâle, quand les recensements en donnent séparément le détail) représente la classe d’âge 17-18, augmentée d’un quart de la classe 16-17, et si l’on rapporte ladite proportion à celle des classes 18-100+ on trouve des taux dont le plus bas est 26,8 ‰ (Belgique 1947), le plus haut 46,9 ‰ environ (Grèce 1920)8. A tabler sur ces extrêmes, le groupe ὀρχιδòν de 482/1 aurait représenté entre 1 026,8 ‰ et 1 046,9 ‰ de la population. Celle-ci, dès lors, aurait inclus quelque 38 208 à 38 955 individus.

20De 499/8 à 482/1, c’est-à-dire en 17 ans, l’augmentation aurait atteint 8 208 – 8 955, ou 273,6 - 298,5 ‰ de la population citoyenne initiale. Ce qui suppose, en moyenne, l’action permanente d’un taux d’accroissement annuel égal à 14,32 - 15,48 ‰, ou encore, une raison de progression géométrique égale à 1,01432 - 1,01548.

21A quelles variations le groupe des citoyens était-il sujet ?

22Ses accroissements bruts résultaient des inscriptions nouvelles opérées au début de chaque année administrative. Un autre facteur peut avoir joué, secondairement, de manière accidentelle : l’octroi de la citoyenneté athénienne à des hommes que leur naissance n’avait point habilités à la recevoir. A vrai dire, nous ne connaissons, pour 499/8 - 482/1, aucune « naturalisation » collective analogue à celle que Clisthène avait imposée vers 508, ou à celles que la Cité admettra plus tard — notamment aux heures sombres de son histoire, quand son effectif humain aura été décimé par les guerres. Il y a bien le cas des esclaves qui combattirent en 490, mais il ne saurait avoir suscité, de toute façon, qu’un très petit nombre de citoyens extraordinaires. Les collations de citoyenneté, pour l’époque qui nous intéresse, semblent avoir été insignifiantes au regard des inscriptions normales.

23Les réductions du groupe citoyen étaient dues, en premier lieu, à la mortalité naturelle des Athéniens de 18-100+ ans. Comme causes de mortalité exceptionnelle, je ne vois, en l’absence d’épidémies connues, que les opérations militaires. Celles-ci supprimaient des Athéniens de 18-59 ans, tués sur le champ de bataille ou décédés prématurément des suites de leurs blessures ; une mortalité 60-100+ entrerait également en compte si la population athénienne avait été exposée aux représailles de quelque vainqueur, mais aucun fait de ce genre ne se produisit entre 499 et 482. Quant à la mortalité exceptionnelle 18-59, pendant la période, elle n’a pas joué de rôle considérable : les 192 citoyens athéniens inhumés après la bataille de Marathon, les pertes subies durant le conflit avec Égine (même en 488/7, elles paraissent s’être réduites à peu de chose), voilà qui ne pouvait guère retentir fortement sur la mortalité de 17 années. Il existait un troisième type de réductions, provoquées par les mesures d’atimie. Mais celles-ci, que je sache, étaient trop peu nombreuses pour modifier de manière sensible un nombre compris entre trois et quatre dizaines de milliers

24Bref, l’évolution de la population citoyenne, à Athènes, entre 499/8 et 482/1, était essentiellement commandée par la relation qui s’établissait entre trois facteurs : la mortalité adulte actuelle, les naissances masculines qui avaient eu lieu 18 ans plus tôt, la mortalité à laquelle le contingent de nouveau-nés avait été soumis pendant 18 ans.

25Ces facteurs nous échappent, hélas ! Il y a pourtant quelque chose à faire : rechercher si les augmentations trouvées plus haut, en fonction de deux hypothèses bien distinctes, sont du domaine du possible.

26L’annuaire hongrois vient ici à notre secours. Il offre en effet cette particularité, précieuse pour notre nouvelle enquête, de signaler de diverses façons les accroissements et décroissements de population — notamment entre 1920 et 1930.

  • 9 Ann. stat. hongrois, nouveau cours, 45 (1937 [1939]), p. 10.
  • 10 Ibid., p. 12.
  • 11 Ibid., p. 13.
  • 12 Ibid., p. 12.
  • 13 Log r = 1/10 log r10 = 1/10 log 1,163.

Les chiffres qui nous intéressent y forment trois séries, où sont respectivement mesurés : 1° les accroissements (décroissements) effectifs ; 2° les accroissements (décroissements) naturels, c’est-à-dire ceux qui résultent de la simple balance des naissances et des décès (taux bruts) ; 3° les différences de migration (balance des entrées et des sorties), chaque fois égales, il va de soi, à l’écart qui sépare l’accroissement naturel de l’accroissement effectif9.
Ces données ont l’inconvénient de concerner les deux sexes à la fois. Mais, pour 1920-1930, elles peuvent être précisées grâce aux enseignements d’un tableau spécial10.
En 10 ans (1920-1930), l’accroissement naturel de la population hongroise des deux sexes fut de 96 ‰ son accroissement effectif de 87 ‰, son émigration nette de 9 ‰. L’annuaire nous fournit les moyens d’évaluer le pourcentage de population effective que les classes 18-100+ représentaient en 1920 (630,4 ‰) et en 1930 (667,4 ‰)11. Il indique aussi que la proportion effective des mâles, entre 1920 et 1930, était passée de 485 à 489 ‰12.
En combinant ces éléments, nous pouvons établir qu’à 1 000 unités de population effective répondaient, en 1920, environ
1 000 x 0,6304 x 0,485 = 305,74 mâles 18-100+,
lesquels étaient devenus, en 1930, environ
1 000 x 1,087 x 0,6674 x 0,489 = 354,75 mâles 18-100+.
L’accroissement effectif du groupe des mâles 18-100+ fut ainsi, en 10 ans, de
(354,75 – 305,74) : 305,74 = 0,160, ou 160 ‰.
Pour obtenir son accroissement naturel, nous devons v ai ou ter une part d’émigration nette au moins égale, proportionnellement, à la place qu’il occupait dans la population totale (grosso modo : 1/3) :
160 + 9 x 1/3 = 163 ‰.
Ce qui suppose, en moyenne, l’action permanente d’un taux d’accroissement annuel égal à 15,22 ‰, ou encore, une raison de progression géométrique égale à 1,0152213.

  • 14 Ann stat. hongrois, p. 19.
  • 15 On s’en convaincra aisément en consultant le tableau publié dans A. W. Gomme, The Population of At (...)

27Cette raison est supérieure à celles que nous avons trouvées par la première hypothèse, et voisine de la raison la plus élevée que nous avons trouvée par la seconde (1,01548). Or, de 1920 à 1930, la Hongrie a eu des taux bruts de natalité compris entre 31,8 et 25,1 ‰, et des taux bruts de mortalité compris entre 21,4 et 15,5 ‰14. De tels taux n’ont rien d’extraordinaire dans l’histoire de la démographie européenne, et leur différence moyenne, 9,25 ‰, est d’un ordre numérique pour lequel on pourrait fournir de nombreux exemples, puisés un peu partout, et à toutes les époques15.

28On vient de voir qu’il n’y aurait nulle audace à admettre, pour une population initiale de 30 000 Athéniens, une augmentation naturelle de 6 754 – 8 164 ou de 8 208 – 8 955 individus. Ce point traité, une autre épreuve s’impose, qui consiste à calculer quelle pouvait être, au début de 480/79, la proportion des vieillards (hommes âgés de 60 ans et plus).

29Les effectifs de l’Artémision sont inutilisables : on ne nous dit pas qu’ils aient été le résultat d’une mobilisation πανδημεί. Mais ce fut le cas pour le contingent de Salamine, lequel réunissait, en principe, 35 280 Athéniens 18-59.

  • 16 Sur les exemptions de ce genre, voir G. Busolt - H. Swoboda , Griech. Staatsk., II (1926), p. 1185

30Observons, cependant, que les Athéniens mobilisés avant Salamine n’étaient pas tous les Athéniens de 18 à 59 ans accomplis. Non que, dans une circonstance aussi grave, on ait exempté les membres du Conseil ou les magistrats16 — la chose n’est pas vraisemblable, — mais parce qu’il se trouvait nécessairement, parmi les hommes de 18 à 59 ans, un résidu d’invalides et de malades tout à fait incapables de servir sur la flotte.

31Supposons que, du début de 482/1 au début de 480/79, c’est-à-dire en 2 ans, la population citoyenne 18-100+ ait continué à croître au même rythme que précédemment.

32Dans notre première hypothèse (pubères non-citoyens = 16 ans - 18 ans 1/4), elle aurait atteint de

3336 754 X 1,01201 X 1,01201

34à

3538 164 X 1,01425 X 1,01425

36c’est-à-dire :

37de 37 642 à 39 259 individus.

38Dans notre seconde hypothèse (pubères non-citoyens = 16 ans 3/4-18 ans), elle aurait atteint de

3938 208 X 1,01432 X 1,01432

40à

4138 955 X 1,01548 X 1,01548

42c’est-à-dire :

43de 39 310 à 40 170 individus.

44Un minimum de 35 280 citoyens 18-59 implique, dans notre première hypothèse, une proportion de vieillards 60-100+ comprise entre

45(37 642 — 35 280) : 37 642 = 0,062

46et

47(39 259 — 35 280) : 39 259 = 0,101

48c’est-à-dire, entre 62 ‰ et 101 ‰ de la population citoyenne 18-100+.

49Le même minimum implique, dans notre seconde hypothèse, une proportion de vieillards 60-100+ comprise entre

50(39 310 — 35 280) : 39 310 = 0,102

51et

52(40 170 — 35 280) : 40 170 = 0,121

53c’est-à-dire, entre 102 ‰ et 121 ‰ de la population citoyenne 18-100+.

  • 17 Mêmes références que supra, p. 202, n. 2. Voici le détail des taux calculés : Belgique 1856 : 125  (...)

54Or, dans les pays qui forment notre échantillonnage, la proportion des classes d’âge 60-100+ aux classes d’âge 18-100+ se chiffre par des taux dont le plus bas est 125 ‰ (Belgique 1856), le plus élevé 195 ‰ (Belgique 1947)17. Dans l’ensemble, ces taux s’écartent sensiblement des résultats obtenus.

55Encore partais-je d’un groupe d’âge 18-59 égal au contingent militaire d’avant Salamine, c’est-à-dire inférieur à la réalité. Par là, les 62-121 ‰ (62-101 d’une part, 102-121 d’autre part) courent le risque d’être des taux un peu surfaits. D’autant que je n’ai pas tenu compte de la mortalité exceptionnelle entraînée par les combats de l’Artémision. Le chiffre de 35 280 Athéniens mobilisés à Salamine représente un état du groupe 18-59 postérieur à ces combats ; au contraire, les raisons de progression géométrique utilisées pour passer de 482/1 à 480/79 m’ont conduit à évaluer la population citoyenne 18-100+ telle qu’elle pouvait être au début de 480/79, sans mortalité exceptionnelle autre que la moyenne (très basse) des années 499/8 - 482/1. Signalons cependant un fait qui vient en sens inverse des précédents et les compense dans une certaine mesure : la date de la bataille de Salamine étant postérieure de plus de deux mois au commencement de l’année 480/79, le chiffre 35 280 comprenait très probablement un bon nombre des nouvelles recrues citoyennes de cette année-là, non incluses dans mon estimation de la population 18-100+.

  • 18 On pourra consulter des classements selon les trois grands groupes d’âge (0-19, 20-59, 60-100+) co (...)

56Quoi qu’il en soit, au juste, des variations secondaires en plus et en moins, la grande majorité des taux de vieillesse auxquels nous avons abouti sont trop bas, même si Athènes, à la fin du vie siècle ou au début du ve, avait une forte mortalité adulte 18-59. Seuls les plus élevés d’entre ces taux — vers 121 ‰ — paraissent correspondre à des conditions démographiques normales18.

57Nous écarterons donc définitivement le système selon lequel les distributions d’argent auraient eu lieu à un moment autre que le début de l’année administrative et selon lequel les pubères non citoyens du groupe ὀρχιδòν en cause auraient eu de 16 ans à 18 ans 3/4. Nous attribuerons à ces pubères un âge de 16 ans 3/4 à 18 ans, et nous retiendrons comme le plus satisfaisant de tous un taux d’accroissement qui se situe vers notre maximum de 15,48 ‰ (raison : 1,01548).

58Celui-ci impliquerait, durant la période 481-479, un excédent annuel théorique de 600 - 620 nouveaux citoyens (différence entre les inscriptions à 18 ans et la mortalité naturelle 18-100+ = circa 40 000 X 0,01548). Il laisserait assez de place à la mortalité exceptionnelle pour que, malgré les batailles navales de 480/79, les Athéniens aient pu, au début de 479/8, compter 160 combattants de plus qu’avant Salamine (35 440 — 35 280).

  • 19 Log r = 1/11 log r11 = 1/11 log 1,132.

59Disons maintenant un mot des hoplites 18-59. Leur nombre, point supérieur à 8 800 après Marathon, serait passé à 9 960 avant Platées et Mycale, c’est-à-dire en 11 ans. Cette augmentation de 1 160 (132 ‰ de l’effectif initial) suppose, en moyenne, l’action permanente d’un taux d’accroissement annuel égal à 11,34 ‰ ou encore, une raison de progression géométrique égale à 1,0113419.

60Le décalage est considérable par rapport à la raison et aux taux auxquels nous nous sommes arrêtés pour l’ensemble de la population 18-100+. On ne doit pas en être surpris, car le corps des hoplites en âge de servir évoluait tout autrement que cet ensemble.

61Ses accroissements bruts consistaient en nouvelles accessions à la citoyenneté (de rang d’hoplite), mais procédaient aussi, pour une part, de l’enrichissement de certains thètes 18-59 qui, ayant atteint le revenu légal, passaient dans la classe censitaire supérieure avec les obligations incombant à leur âge.

62Ses réductions dépendaient de la mortalité naturelle 18-59 (plus faible, en proportion, que la mortalité naturelle 18-100+), de la mortalité exceptionnelle 18-59 (hoplites tués sur le champ de bataille ou décédés prématurément des suites de leurs blessures). Mais surtout, les hoplites en âge de servir perdaient chaque année la classe qui arrivait à 60 ans.

63Vaine avec l’ensemble de la population 18-100+, une comparaison vaut d’être tentée avec la fraction combattante de cette population, avec le groupe hoplites 18-59 plus thètes 18-59. N’eussent été les passages d’une classe censitaire à l’autre, dont rien ne prouve qu’ils aient été nombreux alors, les thètes devaient évoluer, numériquement, selon un rythme assez semblable à celui des hoplites. Après Marathon, de 490 à 479, il n’y eut guère que des batailles auxquelles ils participaient ; certes, ils n’étaient pas à la pointe du combat, mais ils n’avaient pas non plus les moyens de défense des hoplites et, maniant la rame, ils étaient fort exposés lors des rencontres entre vaisseaux. On ne saurait affirmer qu’ils aient toujours eu, en proportion, moins de tués ou de blessés que les épibates.

64En 479, à Platées et à Mycale, les hoplites (9 960) figuraient dans l’ensemble de l’armée (35 440) pour 28,1 ‰. Plaçons-nous au début de l’année 490/89, à une date où, n’ayant pas encore combattu à Marathon, ils étaient un peu moins de 9 000. Si nous appliquons 9 fois (autant qu’il y a d’années entre le début de 499/8 et le début de 490/89) à une population initiale de 30 000 Athéniens un taux d’accroissement annuel de 15,48 ‰, nous trouvons, pour le début de, 490/89, 34 448 Athéniens 18-100+, ou encore, en admettant une proportion de vieillards 60-100+ égale à 121 %0 de la population citoyenne totale, 30 280 Athéniens 18-59. Les hoplites auraient alors figuré dans l’ensemble de l’armée pour quelque 29,7 % et, après la bataille, pour quelque 29,2 % (8 800 :30 080). Ces taux théoriques sont remarquablement proches de celui que nous avons obtenu pour l’année de Platées et de Mycale.

***

65Il doit être entendu que je n’attache de valeur stricte à aucun des rapports ni des chiffres qu’a fournis cette enquête démographique. Plusieurs éléments de base étant de pures approximations, les combinaisons où on les fait entrer ne sauraient prétendre à l’exactitude. Pour réduire la marge d’erreur, il importait de mener les calculs avec minutie, comme si de véritables données statistiques figuraient dans les textes. Je m’y suis efforcé, tout en évitant, là où l’analogie de la démographie contemporaine était le seul recours, de choisir arbitrairement un pays déterminé, à une date déterminée : mieux valait marquer des limites à partir d’un échantillonnage et observer, à chaque fois, si les chiffres de la tradition jouaient à l’intérieur ou en dehors de ces limites.

66Je tiens les résultats obtenus pour les ordres de grandeur les plus plausibles auxquels notre documentation puisse conduire. Que la population athénienne ait connu une phase de rapide croissance au début du ve siècle, que le nombre de ses citoyens (hommes de plus de 18 ans) ait passé grosso modo, entre 500 et 480, de trois dizaines à quatre dizaines de milliers, c’est assurément le point capital. Il explique, pour une large part, qu’Athènes se soit montrée si audacieuse, sur le plan politique comme sur le plan militaire. Il rend compte de l’énergie qu’elle employa à devenir une thalassocratie prééminente et de la généreuse promptitude avec laquelle elle consentit, bien qu’ils dussent la priver de maint avantage immédiat, à l’application des décrets navals de Thémistocle. En analysant ces derniers, j’ai eu le souci de ne négliger aucun de leurs aspects, aucune de leurs relations avec le contexte historique et institutionnel. Me permettra-t-on d’y insister une fois encore ? il s’agissait d’étudier un ensemble dont toutes les parties sont solidaires. La relative facilité avec laquelle se sont harmonisés des témoignages multiples, relevant de traditions indépendantes et portant sur des objets souvent très différents, me fait espérer, au moment de terminer l’ouvrage que la réalité antique s’y trouve reflétée assez fidèlement.

Notes

1 Voir, p. ex., G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 943 et n. 3.

2 Une présentation secondaire pouvait avoir lieu aux Thargélies (vers mai). Elle était réservée aux cas urgents : voir ma remarque dans Bull. Acad. R. de Belgique, Cl. des Lettres, 5e série, 39 (1953), p. 389, n. 2. Elle avait un caractère très exceptionnel, et il n’y a pas lieu d’en tenir compte dans une statistique générale.

3 C’est la catégorie où se rangeait l’aîné des fils d’Alké, dont Isée a raconté les déboires dans son sixième discours (Pour la succession de Philoctémon). Admis en 367/6 (aux Thargélies, après avoir été repoussé aux Apaturies), il fut reçu comme citoyen, non pas au début de 365/4 (date à laquelle il demeurait en deçà de 18 ans accomplis), mais seulement au début de 364/3 : voir ma chronologie, l.l., p. 390-392.

4 Supra, p. 103 et n. 3.

5 On trouvera les éléments nécessaires dans : Annuaire statistique de la Belgique [et du Congo belge], 31 (1900 [Bruxelles, 1901]), p. 64-65 ; 45 (1914 [1920]), p. 68-69 ; 54 (1931-1932 [1932]), p. 26-27 ; 58 (1936), p. 30-31 ; 75 (1954). p. 36-38 : Arm. stat. de la Grèce, 7 (Athènes, 1936), p. 51 ; Ann. stat. hongrois, nouveau cours, 45 (1937 [Budapest, 1939]), p. 13 ; Ann. stat. du Royaume de Bulgarie, 1 (1909 [Sofia, 1910]) p. 46-48. Le détail des classes d’âge masculines, en pourcentages de la population masculine, est connu pour la Belgique et la Bulgarie. Dans le cas de la Grèce et de la Hongrie, les proportions valent pour les deux sexes à la fois. Mais le taux de masculinité est pratiquement négligeable dans une évaluation comme la nôtre : peu importe que certains calculs, quand il s’agit avant tout de fixer les idées, comportent une différence de 2 ou 3 ‰ par excès ou par défaut. — Les annuaires grec et hongrois ne livrent les pourcentages que par groupes de cinq classes d’âge. J’ai donc du estimer les classes 15-18 et 18-20, le quart de la classe 18-19 et (plus loin) les 3/4 de la classe 16-17 d’après l’étendue de la classe 15-20 : ici encore, l’erreur est négligeable. — Partout ou il convenait de le faire, j’ai déduit, avant de déterminer les rapports, le pourcentage de population d’âge non déclaré.

6 Belgique 1947 : 48,1 ‰ — 1930 : 53,1 ‰ — Hongrie 1930 : 65,1 ‰ — Belgique 1866 : 65,3 ‰ — 1920 : 65,7 ‰ — 1910 : 67,5 ‰ — 1856 : 69,6 ‰ — 1846 : 69,7 ‰ — Bulgarie 1887 : 70,5 ‰ — Belgique 1880 : 70,88 ‰ — 1900 : 71,0 ‰ — Bulgarie 1892 : 72,6 ‰ — Belgique 1890 : 76,0 ‰ — Hongrie 1920 : 76,3 ‰ — Bulgarie 1905 : 80,5 ‰ — Grèce 1928 : 84,7 ‰ — 1920 : 85,3 ‰ — Bulgarie 1900 : 88,3 ‰. Les taux en italiques correspondent à la population des deux sexes, les autres à la seule population masculine.

7 Soit r la raison de progression géométrique par laquelle la population a été multipliée 17 fois. Connaissant 30 000 x r17 et, partant, r17, il est facile de calculer r grâce à la formule logarithmique : log r = 1/x log rx (en l’occurrence : log r = 1/17 log r17). Le taux ‰, naturellement, vaut (r — 1) x 1 000.

8 Belgique 1947 : 26,8 ‰ — 1930 : 29,3 ‰ — Bulgarie 1887 : 34,9 ‰ — 1892 : 35,7 ‰ — Belgique 1866 : 35,7 ‰ — Hongrie 1930 : 35,9 ‰ — Belgique 1920 : 36,0 ‰ — 1910 : 37,3 ‰ — 1846 : 37,8 ‰ — 1856 : 38,1 ‰ — 1900 : 39,0 ‰ — 1880 : 39,2 ‰ — 1890 : 41,9 ‰ — Hongrie 1920 : 42,0 ‰ — Bulgarie 1905 : 42,7 ‰ — 1900 : 44,5 ‰ — Grèce 1928 : 46,6 ‰ — 1920 : 46,9 ‰. Le taux supérieur n’est ici qu’une approximation (cf. l’avant-dernière note), mais on peut l’utiliser sans crainte : il est proche du taux de 44,5 ‰ qui, lui, présente toutes les garanties souhaitables.

9 Ann. stat. hongrois, nouveau cours, 45 (1937 [1939]), p. 10.

10 Ibid., p. 12.

11 Ibid., p. 13.

12 Ibid., p. 12.

13 Log r = 1/10 log r10 = 1/10 log 1,163.

14 Ann stat. hongrois, p. 19.

15 On s’en convaincra aisément en consultant le tableau publié dans A. W. Gomme, The Population of Athens, 1933, p. 76-77. Voir aussi : Ad. Landry , Traité de démographie2, Paris, 1949, p. 179-180.

16 Sur les exemptions de ce genre, voir G. Busolt - H. Swoboda , Griech. Staatsk., II (1926), p. 1185.

17 Mêmes références que supra, p. 202, n. 2. Voici le détail des taux calculés : Belgique 1856 : 125 ‰ - 1846 : 135 ‰ — 1920 : 136 ‰ — 1910 : 137 ‰ — Hongrie 1920 : 142 ‰ — Belgique 1900 : 143 ‰ — Hongrie 1930 : 145 ‰ — Grèce 1928 : 145 ‰ — Belgique 1890 : 150 ‰ — 1866 : 151 ‰ — 1930 : 153 ‰ — Grèce 1920 : 153 ‰ — Belgique 1880 : 154 ‰ — Bulgarie 1900 : 158 ‰ — 1905 : 162 ‰ — 1892 : 167 ‰ — 1887 : 174 ‰ — Belgique 1947 : 195 ‰.

18 On pourra consulter des classements selon les trois grands groupes d’âge (0-19, 20-59, 60-100+) comme ceux qu’ont publiés, en choisissant des populations dans le monde entier. Ad. Landry (o. l. p. 128) et A. Sauvy (La population2, Paris, 1948 [Coll. Que sais-je ?, n° 148], p. 64-65). On constatera que la proportion du groupe 60-100+ à la somme des groupes 20-59 et 60-100+ atteint jusqu’à 20 % et ne descend guère au-dessous de 13 % (mis à part des pays comme l’U.R.S.S., le Chili, le Mexique, les Indes). Or, la proportion du groupe 60-100+ à la somme des groupes 18-59 et 60-100+ est à chercher fort peu en deça de l’autre.

19 Log r = 1/11 log r11 = 1/11 log 1,132.

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search