Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Deuxième partie. Les distributions d'argent dans le contexte démographique des années 510-479 avant J.-C.

Deuxième partie. Les distributions d’argent dans le contexte démographique des années 510-479 avant J.-C.

Texte intégral

1Pour la période qui s’étend entre 510 et 479, entre la chute de la tyrannie et la fin de la deuxième guerre médique, un certain nombre de renseignements concernent, ou ont la réputation de concerner, l’évolution quantitative subie par la population citoyenne d’Athènes. Ils ont suscité, chez les modernes, les interprétations les plus variées. Bien que, de prime abord, ils semblent assez étrangers au sujet du présent ouvrage, il va donc falloir les réunir et les critiquer avant de déterminer — but ultime de l’enquête — la signification démographique des faits liés aux décrets navals.

510-506

LES DÉBUTS DE LA DÉMOCRATIE

  • 1 Arstt., Constit. d’Ath., 13, 5. Cf. supra, p. 74-75.

2On souhaiterait avoir les résultats du διαηϕισµòς qui eut lieu entre 510 et 5081. Aucune donnée numérique, malheureusement, ne nous a été transmise à propos de cette opération.

  • 2 Hdt., V, 72-73.

3En 508/7, à l’instigation d’Isagoras, 700 familles de citoyens furent chassées d’Athènes. Intéressant pour l’histoire des partis en présence, le chiffre est sans conséquence en ce qui regarde le mouvement de la population. Car il correspond à une situation éphémère : sitôt que Cléomène eut quitté l’Attaque, où il ne faisait que d’arriver, Clisthène fut rappelé d’exil, et les 700 familles avec lui2.

  • 3 Arstt., Polit., III, 1275 b 36-37 ; Constit, d’Ath., ai, 2 ; 4.

4De Clisthène, nous savons par Aristote que, recevant dans les tribus des étrangers et des esclaves, il créa « une foule de nouveaux citoyens »3. Mais les moyens manquent qui nous permettraient d’estimer vraiment la quantité représentée par l’adjectif πολλούς. Nous pouvons toutefois présumer qu’elle fut considérable, même en termes absolus. Car la jeune démocratie pratiqua, comme on va le voir, une politique d’expansion dont le régime tyrannique n’avait pas connu l’équivalent.

LA CLÉROUCHIE DE SALAMINE

5Peu de temps après s’être débarrassés des tyrans, les Athéniens installèrent une clérouchie à Salamine. Le fait n’est pas attesté comme tel, mais il s’établit par une série de recoupements.

  • 4 Pind., Ném., 2, 19-21.
  • 5 Schol. BDPTU à Pind., o. l., ad v. 19.
  • 6 [F.] Schwenn, art. Pindaros (2), dans R.E., XX, 2 (1950), col. 1632. L’argumentation de Schwenn par (...)

6Parmi les odes de Pindare, il en est une en l’honneur de Timodémos d’Acharnés, vainqueur néméen au pancrace. On y trouve une phrase qui exalte Salamine pour son aptitude à former des hommes combatifs4. Le rapport entre les deux noms de lieux n’étant pas évident, les exégètes anciens ont cherché à en rendre compte. Et nous connaissons par une scholie l’explication propre à l’école d’Asclépiade de Myrléa : à savoir, que Timodémos figurait au nombre τν τν Σαλαμνα κατακληρουχησάντων θηναίων5. La deuxième Néméenne date très probablement de 4856 ; si Salamine avait pu « nourrir » (θρέψαι) le brillant athlète, il faut croire qu’elle n’était déjà plus, à ce moment-là, une clérouchie de création toute récente.

  • 7 I.G., I2, 1 (et p. 302) ; M. N. Tod, A Sel. of Greek Histor. Inscr., 1933 (2e éd. 1946, réimpr. 195 (...)
  • 8 L. 8-11 (/12). Transcr. Hiller v. Gärtringen (I.G.2) : r]à δ πλα π[αρχεσ]θα[ι] τελεν τ]ριά[κ](...)
  • 9 Cf. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk, II (1926), p. 1276 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1 (...)
  • 10 Guarducci (l. l., p. 239) écarte elle aussi οκõντας (Wilhelm, Hiller v. Gärtringen) au profit d’ (...)
  • 11 Guarducci, l. l., p. 241.

7Une inscription archaïque peut nous apporter un terminus post quem. Il s’agit du célèbre décret attique relatif à Salamine7. Le texte en est malheureusement mutilé, et la simple lecture des fragments ne permet pas de préciser s’il s’appliquait à la population indigène ou aux Athéniens vivant dans l’île. Des suppléments ont été imaginés à l’appui des deux hypothèses. La seconde, cependant, paraît de beaucoup la meilleure. Car une des obligations prévues par le décret est le service militaire, avec un équipement d’une valeur de trente drachmes, que l’archonte (de Salamine) aura pour mission de contrôler8 : ne serait-il pas surprenant qu’Athènes ait voulu dans son armée des étrangers assujettis et, plus encore, qu’elle les ait admis en bloc, sans rien stipuler quant au montant de leurs revenus ? C’est bien à des hoplites que convenaient les coûteux πλα dont il est question. Vu que la condition de clérouque, telle que nous la connaissons par de multiples témoignages, exclut l’appartenance à la classe des thètes et implique régulièrement le service dans l’infanterie lourde9, je crois qu’on ne doit pas hésiter à choisir les restitutions qui, à la 1. i, désignent comme objets du document, non point τος v Σαλαμνι οκοντας, mais τ. . Σ. θηναίους ou κληροχους10. C’est à fixer un statut nouveau que le décret était destiné : son aspect général ne laisse aucun doute à cet égard. Il daterait donc à peu près de l’époque où furent envoyés les colons. Or, — les épigraphistes d’aujourd’hui sont là-dessus unanimes, — ses particularités d’écriture interdisent de le placer avant 51011.

  • 12 Plut., Solon, 8, 4-6.
  • 13 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 217, n. 2 (notamment, sur p. 218).
  • 14 Plut., o. l., 9-10 ; Busolt, l. l. (sur p. 219).
  • 15 Busolt, l. l. (sur p. 219).
  • 16 K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, I, 2 (1913). P- 312-313.

8Exposant comment, au détriment des Mégariens, Athènes s’était assuré la possession définitive de Salamine, Plutarque rapporte deux versions divergentes, dans le détail desquelles il n’est pas nécessaire d’entrer ici. L’une — fort répandue (τ δημώοη τν λεγομένων) attribuait la conquête à une collaboration de Solon et de Pisistrate12. Elle offre, enrobé dans une narration assez fantaisiste, un solide noyau que les historiens modernes ont utilisé à juste titre. Tout en estimant impossible une action conjuguée, ils ont reconnu que les deux hommes politiques devaient avoir eu chacun leur part — ils l’apprécient diversement, à vrai dire — dans la tâche qui consistait à mettre l’île sous la coupe d’Athènes13. Quant à la seconde version, où il est question d’un oracle, les realia anachroniques qu’elle comporte prouvent qu’elle a vu le jour bien après la mort de Solon, et même bien après Pisistrate, à qui elle ne fait jouer aucun rôle14. Sa caractéristique la plus intéressante est de prêter à Solon le commandement d’une troupe de volontaires athéniens, à qui l’assurance aurait été donnée, par décision officielle (δόγματος γενομένου), que, s’ils s’emparaient de Salamine, « ils seraient maîtres de l’administrer » (κυρίους εvai το πολιτεύματος). Avec raison, on a vu dans ces « volontaires » appelés à recueillir des avantages, non point les hommes qui participèrent à la conquête de l’île, mais les clérouques qui y furent envoyés postérieurement, et que mentionne le scholiaste de Pindare15. Pour amener les Mégariens à abandonner leurs prétentions, Athènes aurait demandé, d’après la seconde version, une médiation lacédémonienne. Les noms des cinq arbitres Spartiates nous ont été conservés. Le dernier est Κλεομένης. Une conjecture tout à fait plausible de Beloch identifie ce personnage avec le roi Agide qui appuya les Athéniens entre 510 et 508 /7, depuis le moment où il les aida à chasser Hippias jusqu’à celui où, gagnés aux idées clisthéniennes, ils commencèrent de le traiter en ennemi16.

  • 17 Guarducci, l. l., p. 242-243.

9Margherita Guarducci a écarté les raisons que certains de ses prédécesseurs avaient alléguées pour refuser au document épigraphique une date antérieure à 500, voire à 49017. L’ordre de succession qu’elle assigne aux événements cadre avec tous les éléments de notre information. Je l’adopterai tel quel : « chute de la tyrannie (510) ; arbitrage Spartiate pour Salamine (510-508 /7) ; réformes de Clisthène (508 \7) ; envoi des clérouques à Salamine (508-506 environ) ; décret athénien (immédiatement postérieur) ».

  • 18 Busolt, l. l. (sur p. 219).

10Reste à déterminer l’importance de la colonie. Elle se déduit du témoignage indirect de Plutarque. Comme l’a remarqué Busolt, le nombre des prétendus volontaires doit avoir été suggéré par celui des κλροι qui existaient dans l’île quand fut inventée la seconde version18.

11Ainsi, il y a lieu de penser que c’est un groupe de 500 Athéniens qui, vers 508-6, alla former la clérouchie de Salamine.

LE CAS DE LEMNOS ET D’IMBROS

12Il faut dire un mot de Lemnos et d’Imbros.

  • 19 Les textes principaux sont : Hdt., VI, 40-41 ; 136-140 ; VIII, 11 ; 82 ; Charax, 315 F 18 Jacoby ; (...)

13Durant la période qui nous intéresse, leur histoire n’est pas des plus claires19. Deux faits en ont cependant été dégagés, sur lesquels l’accord semble général : c’est, d’une part, que les Perses eurent ces îles en leur pouvoir depuis 493 environ jusqu’au lendemain de la guerre contre Xerxès et, d’autre part, que Miltiade le Jeune les avait dominées durant le soulèvement de l’Ionie.

  • 20 Busolt, ο. l., II (1895), p. 530-531 ; Glotz-Cohen, o. l, II (1929), p. 26 ; H. Bengtson, Einzelper (...)
  • 21 Ed. Meyer, Forsch. z. alten Gesch., I (Halle, 1892), p. 16 ; Gesch. des Alterth., III (1901), p. 29 (...)
  • 22 Glotz-Cohen, o. /., I (1925), p. 481 [en contradiction avec leurs données du tome II] ; [Ε.] Obst, (...)

14Selon plusieurs historiens, il n’y aurait pas eu d’occupation « athénienne » avant ce soulèvement, c’est-à-dire avant 49920. D’autres défendent l’idée d’une conquête antérieure, effectuée soit par Miltiade l’Ancien à une date indéterminée comprise entre 550 et la chute de la tyrannie21, soit peu après cette chute, vers 510-506, par Miltiade le Jeune précisément22.

15La question est de savoir si, comme Salamine, les îles reçurent un statut de clérouchies. En d’autres termes, si des colons-citoyens y vivaient, dont l’effectif devrait venir en sus de celui qu’offrait la métropole. Nous manquons de chiffres, certes, mais une évaluation s’imposerait quant à cette éventuelle fraction de la population athénienne, tenue sous la coupe des Barbares depuis 493 jusqu’à la fin de la seconde guerre médique.

  • 23 Cf. B. D. Meritt-H. T. Wade-Gery - M. F. McGregor, The Athenian Tribute Lists, III (Princeton, 1950 (...)

16Le statut clérouchique dont nous les voyons pourvues dans la première moitié du ive siècle, Lemnos et Imbros semblent l’avoir obtenu vers 450. En effet, elles bénéficièrent alors d’une diminution de tribut qui tend à prouver une modification partielle de leurs rapports avec Athènes, cette modification elle-même répondant aux termes que Thucydide a employés pour caractériser leur rôle durant l’expédition de Sicile23.

  • 24 M. Segre, Iscrizioni greche di Lemno, dans Annuario della R. Scuola Archeol. di Atene, 15/16 (1932/ (...)
  • 25 Ch. Picard - A. J. Reinach, Voyage dans la Chersonèse et aux îles de la mer de Thrace, 1repartie, d (...)
  • 26 Glotz-Cohen, o. l., I (1925), p. 481, n. 264 ; Ad. Wilhelm, ap. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staat (...)
  • 27 Thuc, l. l. : τ ατ, ϕων κα νομίμοις τι χρώμενοι. Voir Meritt-Wade-Gery-McGregor, l. l., p. 29 (...)

17On a cependant soutenu qu’elles étaient des clérouchies bien avant 450. C’est ce que démontreraient des inscriptions d’origine lemnienne. En premier lieu, deux bornes publiées par Mario Segre, dont l’une concerne une vente π λύσει et paraît avoir été gravée entre 500 et 480, tandis que l’autre, limitant un téménos d’Artémis, remonte vraisemblablement au milieu du vie siècle24. Ces documents, il est vrai, attestent une très ancienne présence athénienne, et le second favorise la thèse selon laquelle les îles auraient déjà été conquises par Miltiade l’Ancien ; mais ils n’impliquent pas que les Athéniens de Lemnos aient été des clérouques. On peut en dire autant d’une inscription découverte antérieurement à Héphaistia. Il s’agit d’une des trois faces d’un cippe que sa gravure ne permet pas de placer après le premier quart du ve siècle. On y relève cinq noms d’hommes. Entre le premier et le deuxième — les seuls de la série à n’être pas restitués par conjecture — figure le nom d’une des dix tribus athéniennes : Ηιπποθοντίς. Selon Ch. Picard et A. J. Reinach, à qui l’on doit la publication du cippe, on aurait affaire à un « catalogue de clérouques athéniens rangés par tribus »25. La mention de l’Hippothoôntis, ont-ils affirmé, — et d’autres après eux26, — révèle une population toujours détentrice de la citoyenneté athénienne. Cette inférence est forcée. Rien n’empêche que des Athéniens installés à Lemnos et devenus juridiquement citoyens de Lemnos aient conservé les noms de ϕυλα en usage dans la mère patrie Un trait de l’espèce s’accorde parfaitement que Thucydide rapporte des Lemniens et des Imbriens qui aidèrent Athènes dans la guerre contre la Sicile, en hommes « qui avaient encore la même langue et les mêmes coutumes »27.

18Relativement à notre enquête, concluons que la population citoyenne des deux îles ne saurait venir en compte, pour la période 505-479, dans les dénombrements de πολται θηναοι.

  • 28 Sur cette troupe : Hdt., VI, 36 ; 39 ; Berve, ο. l, p. 40.
  • 29 Berve, ο. l., p. 50-51, 55-56.
  • 30 Hdt., VI, 136.

19Pour 510-506, elle serait à considérer si nous avions des chiffres globaux, — mais ce n’est pas le cas, — dans la mesure où un prélèvement fut peut-être opéré alors sur l’ensemble des Athéniens. Car c’est d’Attique que Miltiade le Jeune aurait fait venir des colons pour Lemnos (et Imbros ?), non de la Chersonèse de Thrace, où il s’était installé entre 524/3 et 514/3, et où il possédait une troupe de 500 mercenaires28. (Cette initiative, toute personnelle, lui aurait été inspirée par le désir de se concilier le nouveau régime démocratique29 : plus tard, en 489, lors de son fameux procès, ses amis et défenseurs purent rappeler que, Lemnos une fois soumise par ses soins, il l’avait livrée à des Athéniens30.)

506

LA CLÉROUCHIE DE CHALCIS

20Dans le courant de l’année 507 /6, au printemps, les Athéniens eurent à se défendre contre une coalition formée par les Péloponnésiens, les Béotiens et les Chalcidiens. Leurs adversaires du premier groupe étaient en proie à de tels désaccords qu’ils se retirèrent sans coup férir. Ceux du second et du troisième furent battus le même jour — par les mêmes troupes, qui avaient passé de Grèce continentale en Eubée. Doublement vainqueurs, les Athéniens entreprirent de se venger. Ils retinrent un certain temps les prisonniers qu’ils avaient faits sur l’une et l’autre armée ; ils ne consentirent à les libérer que moyennant une rançon individuelle de deux mines. Leurs entraves ignominieuses furent suspendues en ex-voto, à l’Acropole ; on y plaça également un quadrige de bronze, que l’on avait fondu pour Athéna avec la dîme des prix de rachat, et qui s’ornait d’une épigramme commémorative. D’autre part, des sanctions avaient été prises en Eubée :

...les Athéniens laissèrent quatre mille clérouques sur le domaine des Hippobotes ; les Hippobotes, c’était le nom que portaient les « gros », à Chalcis.

... τετρακισχιλίους κληρούχους π τν πποβοτέων τ χώρ λείπουσι oἱ δὲ ‘Iπποβόται καλέοντο oἱ παχέες τν Χaλκιδέων.

  • 31 Hdt., V, 77·– Les combats en 507/6 (plus précisément, au printemps de 506), c’est une date sur laqu (...)
  • 32 Hdt., VI, 100.

21Comme tous les renseignements qui le précèdent, ce texte est tiré d’Hérodote31. Il doit nous intéresser en ce qu’il fournit le chiffre d’un important prélèvement opéré sur la population citoyenne d’Athènes. Car les colons en cause étaient des citoyens. L’histoire générale des clérouchies suffirait à en administrer la preuve, si nous ne possédions un témoignage exprès, d’Hérodote encore : revenant plus loin sur le sort des κληρουχέοντες, il leur attribue, en toutes lettres, la qualité d’Athéniens32.

  • 33 Élien, Histoire variée, VI, 1.

22Dans son Histoire variée, Élien offre un récit qui semble correspondre à celui d’Hérodote, mais s’en écarte sur plusieurs points33 :

Les Athéniens, une fois venus à bout des Chalcidiens, établirent dans leur pays une clérouchie de deux mille lots, qui répondait au domaine appelé le Pacage aux Chevaux (ππόβοτος; ils accordèrent des enclos à Athéna au lieu dénommé Lélanton ; le reste, ils le donnèrent à bail, d’après les stèles érigées près du Portique-Royal, lesquelles, en effet, gardaient copie des contrats de location. Quant aux prisonniers de guerre, ils les mirent aux fers. Et même à ce prix, ils ne laissèrent pas s’éteindre leur animosité contre les Chalcidiens.

θηναίοι κρατήσαντες Χαλκιδέων κατεκληρούχησαν ατν τν γν ς δισχιλίους κλήρους, τν ‘Iππόβοτον καλουμένην χώραν, τεμένη δ νκαν τ θηνν τ Ληλάντω νομαζομένω τόπ, τν δ λοιπν μίσθωσαν κατ τς στήλας τς πρòς τ βασιλέί στο στηκυίας, απερ ov τ τν μισθώσεων πομνήματα εχον. Toς δ αχμαλώτους ἔδησαν, κα οὐδὲ νταθα σβεσαν τòν κατ Χαλκιδων θυμόν.

  • 34 E. Caillemer, art. Colonia, dans Dictionn. des antiq., I (1887), p. 1301 b ; E. M. Walker, dans C.A (...)
  • 35 Ad. Kirchhoff, Ueber die Tributpflichtigkeit der att. Kleruchen, dans Abhdl. d. kgl. Akad. d. Wisse (...)
  • 36 H. Swoboda, Zur Gesch. der att. Kleruchien, dans Serta Harteliana, Vienne, 1896, p. 30-31 ; E. Ober (...)

23On voit l’enjeu de la question : l’émigration de 506 ne concernait-elle que 2 000 clérouques, au lieu des 4 000 dont parle Hérodote ? La donnée numérique de ce dernier a parfois été reçue sans commentaire34. Mais, plus souvent, les érudits ont fait intervenir Élien et l’ont regardé comme l’informateur le plus digne de foi, au moins en ce qui regarde les 2 000 lots : Hérodote exhiberait un chiffre « trop élevé »35. Une autre solution, cependant, a trouvé des défenseurs : elle consiste à rapporter la narration d’Élien, non pas à l’année envisagée par Hérodote, mais à 446/5, date d’une expédition punitive que Périclès fit en Eubée, et au terme de laquelle des représailles furent exercées contre les villes insulaires d’Histiaia et de Chalcis36. Cette distinction chronologique me paraît obligatoire. Mais comme on ne l’a jamais étayée que de raisons vagues ou douteuses, il convient de procéder, pour en démontrer le bien-fondé, à une sérieuse confrontation des textes « rivaux ».

  • 37 Selon Hérodote (V, 77), les prisonniers béotiens étaient au nombre de 700. Ainsi, les rançons des C (...)

24Dans l’hypothèse où le passage de l’Histoire variée aurait trait aux événements de 506, certains silences méritent d’être soulignés. On pourrait admettre que le lointain historien dont Élien reproduit la version se soit dispensé de mentionner les chaînes dédiées sur l’Acropole, le quadrige de bronze, l’épigramme — les souvenirs matériels de la victoire étant autre chose, somme toute, que les mesures décrétées contre les vaincus. Ce qu’on comprendrait moins bien, c’est l’absence d’allusion aux Béotiens qui, après avoir épousé la cause des Chalcidiens, furent mis aux fers en même temps ; c’est surtout le mutisme observé quant à la libération de ces prisonniers, bien remarquable pourtant, puisque, à raison de deux mines par tête, elle produisit une somme énorme37. Inversement, comment justifier l’apparente lacune d’Hérodote, qui connaît la dîme prélevée pour Athéna sur les rançons, mais aurait tout ignoré des τεμένη dîme agraire en faveur de la déesse ?

  • 38 L’Histoire variée n’est en aucune manière le fruit d’un travail directement opéré sur des sources d (...)
  • 39 A vrai dire, διοχιλίονς, chez Élien, admet une variante τεσσάρακοντα. R. Hercher ne la signale pas (...)

25Hérodote disposait manifestement d’une documentation très riche sur la guerre de 506 et ses conséquences ; mais la tradition qu’Élien a suivie, et qui invoquait les stèles gravées du Portique-Royal — sans doute une tradition d’atthidographe38 — appartient à un type que l’on ne saurait traiter à la légère. Et si le nombre de 2 000 est bien attesté, c’est aussi le cas pour celui de 4 000, qui reparaît dans un autre livre des Histoires, appliqué aux mêmes κληρονχéovτες, avec un même consensus des manuscrits39.

  • 40 Pour interpréter correctement le texte de l’Histoire variée, on notera ces traits de vocabulaire : (...)

26Des dissemblances mineures entre les deux témoignages n’interdiraient pas leur mise en parallèle. Mais la vérité est qu’ils s’opposent sur l’essentiel : le processus et la portée de la confiscation. Chez Hérodote, la mesure vise les grandes propriétés, détenues par les Hippobotes. Chez Élien, elle s’applique à tout le territoire rural de Chalcis : elle aboutit à la constitution, non plus seulement d’une clérouchie prise sur les grandes propriétés, mais aussi de maint enclos consacré dans la plaine lélantine et — troisième catégorie — d’une région englobant le reste, pour laquelle les cultivateurs chalcidiens paieront des fermages à Athènes40. Les représailles qu’exposent les deux récits procèdent donc d’intentions politiques différentes : dans un cas, il s’agissait de réduire une classe de riches oligarques, dans l’autre de punir un peuple entier, en asservissant son économie agricole.

  • 41 I.G., I2, 39 Texte du serment chalcidien : 1. 21-32 (il y est question – cf. la fin de la note préc (...)
  • 42 Le décret I. G., I2, 39 ne laisse entrevoir aucune date pour la libération des otages, mais soulign (...)

27La version d’Élien ne convient pas à l’époque où les Athéniens n’avaient pour ennemis, à Chalcis, que la minorité gouvernante contre laquelle ils devaient faire prévaloir leurs nouvelles conceptions démocratiques. Mais elle correspond parfaitement à la situation créée sous Périclès : en 446 /5, en même temps que d’autres villes eubéennes, Chalcis avait refusé d’acquitter son tribut d’État confédéré. Il fallut employer les armes pour en venir à bout, ce que rappellent chez Élien le mot κρατήσαντες et la mention des αχμάλωτοι. Les Chalcidiens avaient agi en véritables rebelles, et le serment qu’Athènes leur imposa prouve bien qu’elle les regardait comme collectivement responsables. Le décret de 445 dans lequel le texte de ce serment nous a été transmis fait allusion à des otages qui garantissaient la convention et que, malgré les instances de leurs concitoyens il n’était pas question de relâcher alors41. Athènes prolongea-t-elle son intransigeance ? On n’en doutera guère si l’on observe qu’à Érétrie ville apparemment moins coupable une liste d’μηροι était encore établie trois ans plus tard42. Après le morcellement du territoire chalcidien et après le traitement infligé aux prisonniers (δεσαν) cette obstination à s’assurer des otages quand la rébellion avait depuis longtemps pris fin a vraisemblablement inspiré l’ultime indication d’Élien :

  • 43 Une telle conclusion, défavorable aux Athéniens, dont elle souligne la rigueur implacable, ne provi (...)

κα οδ νταθα σβεσαν τòν κατΧαλκιδέων θυμόν43.

28Hérodote est notre seul témoin pour la clérouchie du vie siècle. La prétendue variante 2 000 se rattache à des faits postérieurs de soixante ans et ne doit pas entrer en ligne de compte. C’est bien 4 000 Athéniens qui allèrent former, en 506, la colonie chalcidienne ; plus bas, dans l’enquête consacrée à l’année 490, on trouvera une preuve indirecte de l’exactitude du chiffre.

499/8

LA VISITE D’ARISTAGORAS

  • 44 La visite à Athènes eut apparemment lieu durant l’hiver 499/8. Voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (...)
  • 45 Hdt., V, 97.

29Révolté contre Darios, Aristagoras de Milet avait vainement tenté d’obtenir à Sparte le concours du roi Cléomène. En désespoir de cause, il se rendit à Athènes44, où il déploya une éloquence si persuasive qu’on lui accorda vingt navires — les vingt trières dont il a été question dans une analyse antérieure. Hérodote désapprouve cette décision et tout ce qu’elle impliquait. Et d’observer, non sans une cruelle ironie45 :

Une multitude, semble-t-il, est plus facile à leurrer qu’un individu : à Cléomène de Lacédémone, un homme seul, il n’avait point été capable d’en imposer, mais avec trente mille Athéniens son action fut efficace.

Πολλούς... οκε εναι επετέστερον διαβάλλειν να, ε Κλεομένεα μν τòν Λακεδαιμόνιον μονον οκ οός τε γένετο διαβάλλειν, τρες δ μυριάδας θηναίων ποίησε τοτο.

  • 46 G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 987 et n. 2. — L’institution de l’ostracism (...)

30Aristagoras s’était présenté devant le peuple, π τòν δμον. A prendre la donnée hérodotéenne au pied de la lettre, la séance où fut discuté l’octroi du soutien militaire aurait groupé 30 000 citoyens. Bien qu’une importante question fût en jeu, pareille réunion est marquée au coin de l’invraisemblable. On s’en persuadera en considérant certaine disposition de la constitution athénienne. Comme la fréquentation de l’Ecclésie n’était pas obligatoire, une loi avait dû fixer un nombre minimum de votants dans diverses circonstances relatives tant à la politique intérieure qu’à la politique extérieure : or, telle que nous la trouvons appliquée durant la période classique, elle requérait seulement 6 000 votes exprimés. Ce minimum suffisait, entre autres, pour les recours à l’ostracisme, institution qui, au début du ve siècle, venait de voir ou allait voir le jour46. On n’aurait pas adopté le quorum de 6 000 en une matière exceptionnellement grave pour les destinées de l’État si à cette époque une séance de l’Ecclésie pouvait compter environ cinq fois plus de participants.

  • 47 Busolt-Swoboda, l. l. avec n. 3. Cf. R. J. Bonner, The Minimum Vote in Ostracism, dans Class. Philo (...)

31Il ne s’ensuit pas que la donnée des Histoires soit inepte. Car une caractéristique du quorum est précisément qu’il passait, en vertu d’une fiction légale, pour représenter le δμος πληθύων, pour correspondre à une véritable assemblée plénière47. Une valeur stylistique a été conférée aux τρες μυριάδες. Hérodote avait intérêt, pour que son idée frappât le lecteur, à mettre en regard du personnage unique rencontré à Sparte une quantité d’interlocuteurs athéniens aussi élevée que possible. Quand même il aurait su combien de citoyens s’étaient réellement prononcés en faveur d’Aristagoras ou combien avaient réellement assisté à sa réception officielle, — ce sont deux notions différentes, — l’opposition qu’il cherchait lui eût imposé de feindre que l’Ecclésie de ce jour-là avait embrassé tous les individus autorisés à y paraître. Et ainsi, trois myriades n’est rien d’autre que le nombre auquel il a cru devoir fixer leur effectif.

  • 48 Ph.-E. Legrand, dans son éd. d’Hdt., V (1946), p. 132, n. 2.
  • 49 II y a des exemples de μυρίοι « innombrables » (lat. sescenti) dans toutes les grammaires et dans t (...)
  • 50 Πολλα μυριάδες : Hdt., II, 45 ; 61 ; VIII, 71 ; IX, 70. – Seuls emplois de μυρί(οι) : I, 126 [γαθ (...)
  • 51 Voir Hdt., IV, 86 ; IX, 29. Dans ces deux passages, des unités d’autres rangs viennent s’ajouter au (...)
  • 52 Hdt., II, 163 (Apriès arme contre Amasis νδρας πικούρους τρισμυρίους. Il s’agit bien de 30 000 au (...)
  • 53 Eschyle, Perses, 315 (ππου ... τρισμυρίας pour l’escadron d’Artamès — un contingent perse à côté d (...)

32Selon Legrand, la valeur choisie serait indéterminée48 : comme dix mille « est, en grec, un terme convenu pour désigner un grand nombre » et que trois peut constituer un « préfixe augmentatif », trois fois dix mille voudrait dire des milliers. Il faut rejeter cette opinion. Certes, la portée emphatique de maint triplement et l’emploi de μυρίοι (-ίoς), voire du nom singulier μυριάς, comme expression d’une multitude sont des particularités grammaticales bien établies49. Mais nous ne possédons pas la moindre preuve que la combinaison des deux procédés ait jamais été possible. Dans les exemples allégués par Legrand, les chiffres ont bien la stricte acception arithmétique qu’il leur refuse. Dans Hérodote, VIII, 65 ; dans Platon, Banquet, 175 E ; dans Aristophane, Assemblée des femmes, 1 132, des groupes humains définis sont mis en cause : ils appartiennent à des époques différentes (480, 416, 392 av. J.-C.) et se prêtent malaisément à une comparaison (cortège d’Éleusis, foule capable d’attester le succès d’Agathon, ensemble des πολται athéniens tel que le conçoit une servante de comédie). Legrand n’a pas eu égard à la variété des contextes, et il n’a montré d’aucune manière, même pas en se retranchant derrière un historien moderne, que, si les auteurs ci-dessus avaient accordé à 30 000 sa valeur numérique, ils auraient commis chacun une faute proprement incroyable. Lorsque Hérodote évoque une multitude humaine non dénombrée, il l’exprime par μυριάδες accompagné de πολλαί non par μυρίοι, qu’il semble réserver aux choses50. Il n’emploie jamais τρες μυριάδες qu’au sens obvie51. Et τρισμύριοι doit être rendu par « trente mille » aux endroits de son œuvre que Legrand n’a pas considérés52. J’ai cherché dans la littérature des exemples où la quantité « trois dizaines de milliers » ne soit pas appliquée à un recensement d’Athéniens : partout s’impose ou convient la stricte acception arithmétique53.

33Fermons la parenthèse. Hérodote a bel et bien signifié que l’Ecclésie d’Athènes, en 499/8, pouvait théoriquement rassembler 30 000 citoyens.

  • 54 Voir notamment Ed. Meyer, Forsch. z. alten Gesch., 1899, II, p. 180-181 ; G. Busolt-H. Swoboda, Gri (...)

34Ce qu’on peut se demander, c’est s’il ne s’agit pas là d’un chiffre stéréotypé de population athénienne. Outre les trois références que Legrand a reprises à son compte, les modernes signalent un passage du dialogue pseudo-platonicien Axiochos et une réplique tirée de Ménandre54. Je pense qu’il faut citer aussi les Cavaliers d’Aristophane.

35Après examen, on exclura de la série, comme s’appliquant à des réalités tout autres que la masse autorisée à fréquenter l’Ecclésie d’Athènes :

  1. Hdt., VIII, 65. Ce texte est étudié plus bas, à l’année 480.

  2. Platon, Banquet, 175 E, où Socrate prétend, non pas que la tragédie d’Agathon (jouée en 417/6) a remporté le prix devant 30 000 Athéniens, mais que « plus de 30 000 Grecs » peuvent témoigner de son triomphe. Voir également à l’année 480.

    • 55 Ceci est reconnu par Gomme (l. l.). Le témoignage n’en indiquerait pas moins, selon lui, à quel poi (...)

    Ménandre, Arbitrage, 729-732 De Falco (= 653-656 Wilamowitz), où un personnage, pour démontrer que la providence divine n’entre pas, chaque jour, dans le détail des existences individuelles, risque une grossière estimation, fixant à 1 000 le nombre des cités et à 30 000 le nombre moyen de leurs habitants (τρισμύριοι οκοσ κάστην — vers la fin du ive siècle avant notre ère). Le sens du morceau interdit de songer aux seuls citoyens — d’Athènes ou d’ailleurs — et d’écarter les femmes, les enfants, les étrangers, les esclaves, qui sont eux aussi entre les mains des dieux55.

36Mériteraient d’être retenus, en revanche :

    1. Aristophane, Cavaliers, 1156 —un témoignage valable pour l’année 424. Dans ces vers, on voit surgir une rivalité entre le Paphlagonien et le Charcutier sur le point de savoir depuis combien de temps ils se tiennent à la disposition de Peuple. « Depuis trois fois longtemps », τρίπαλαι, a dit le premier. Le second renchérit aussitôt, dans un style qui rappelle le langage enfantin : il est prêt, quant à lui, δεκάπαλαί yε κα δωδεκάπαλαι κα χιλιόπαλαι κα προπαλαιπαλαίπαλαι. Mais Peuple repousse ces protestations d’un zèle qu’il n’a jamais vu se manifester de façon positive : il est dégoûté d’attendre τρισμυριόπαλαι... κα προπαλαιπαλαίπαλαι. Le dernier adverbe est repris au Charcutier, pour faire écho, mais l’autre — également un hapax — est dans la ligne de la progression numérique 3, 10, 12, 1 000. Or, mis à part τρισμυριοπλασίων, simple adjectif multiplicatif, le grec n’offre aucun composé formé sur τρισμριοι, alors qu’il en a de nombreux du type τρι(σ)-, δεκα-, δ(υ)ωδεκα-, χιλι(ο)-. La création aristophanienne ne me paraît explicable que par référence aux 30 000 citoyens dont le personnage de Peuple est la figuration allégorique.

    2. [Platon], Axiochos, 369 A. L’auteur du dialogue, déplorant la violence des passions populaires, fait évoquer par Socrate le procès qui suivit la victoire des Arginuses (406). Seuls Axiochos et Euryptolémos, dit le philosophe, ont élevé la voix en faveur des généraux, « alors que trente mille hommes étaient à l’Ecclésie », τρισμυρίων κκλησιαζόντων.

    3. Aristophane, Assemblée des femmes, 1132. Au moment où la comédie— qui date apparemment de 392 — va se terminer sur l’évocation d’un festin plantureux, on y voit une servante ivre accueillir Blépyros, son maître, en le félicitant de n’avoir pas encore dîné, seul « entre ses concitoyens, qui sont plus de trente mille en nombre », πολιτν πλεον τρισμυρίων ντων τò πλθος.

  • 56 Y a-t-il lieu d’y joindre celle qu’implique le passage de Philémon cité supra, p. 156, n. 5 ? Le gr (...)

37Je renonce à mesurer ici la portée historique de ces trois évaluations56. On ne saurait prétendre à les contrôler vraiment sans avoir étudié, dans le détail, l’évolution subie par la population d’Athènes entre les guerres médiques et la guerre du Péloponnèse. Il est de fait qu’elles ont, à première vue, un aspect figé. Mais on doit bien imaginer une époque où le nombre de 30 000 citoyens avait serré la réalité d’assez près. Au moins chez Hérodote, qui est le premier à le présenter, et qui nous reporte le plus haut dans le temps, une certaine valeur documentaire peut y avoir été attachée.

38Posons nettement la question : Hérodote qui, à l’ordinaire, ne manifeste guère d’intérêt pour la démographie quantitative, a-t-il eu quelque moyen d’apprendre combien Athènes comptait de citoyens, en gros, au moment où Aristagoras présenta sa requête ?

  • 57 Voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 452 ; C. F. Lehmann, Zur Gesch. u. Überlief. d. ion. (...)
  • 58 Hdt., V, 36 ; 124-126. Cf. Busolt, l. l., p. 452, n. 4.

39On répondra par l’affirmative. Dans les chapitres où il raconte les débuts du soulèvement de l’Ionie, il n’est pas essentiellement tributaire de sources attiques. De multiples indices donnent à penser qu’une bonne partie de son information reposait sur Hécatée de Milet ou sur une tradition écrite — voire orale — à l’origine de laquelle s’était trouvé cet historien57. Notamment, il a eu connaissance de séances secrètes, tenues à Milet, auxquelles Hécatée avait assisté comme notable de la ville, et dans lesquelles les chances de l’insurrection et les moyens de les accroître avaient donné lieu à de longues discussions58. Aristagoras, à son retour, dut commenter le refus de Sparte devant le conseil révolutionnaire, mais il apportait en échange l’appui d’Athènes, et sans doute n’était-il pas mécontent de ce résultat. On s’explique que, pour le monter en épingle, il ait tenu à dire l’importance du groupe humain qu’il avait su gagner à sa cause. Hostile aux projets, aux méthodes et à la personne d’Aristagoras, Hécatée avait été dépité d’apprendre quel accueil favorable son adversaire avait rencontré et c’est bien de lui — ou d’un homme de son parti — que semble provenir la remarque acide, inattendue chez Hérodote sur la facilité laquelle s’étaient laissé convaincre les 30 000 citoyens d’Athènes.

40Il est naturel qu’Aristagoras, avant de paraître devant l’assemblée du peuple, se soit informé de sa composition, et on l’imagine sans peine apprenant d’un personnage officiel — un lexiarque ? un syllogeus ? — combien de noms à peu près figuraient sur la liste théorique des entrées.

  • 59 Voir G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1276.
  • 60 Cf. P. Foucart, dans B.C.H., 12 (1888), p. 6.

41Le chiffre 30 000 incluait-il les clérouques de Salamine et de Chalcis ? Soutenir le contraire me paraît impossible. Aristagoras avait un intérêt évident à présenter le potentiel humain d’Athènes sous son jour le plus favorable et, s’il en avait eu la liberté, il n’eût pas manqué d’ajouter aux 30 000 hommes de l’Ecclésie les 4 500 colons qui comptaient parmi les forces vives de la Cité. Hécatée et Hérodote, de leur côté, auraient obtenu, avec 35 milliers contre une unité, une opposition encore plus heureuse. Mais le fond du problème, c’est que les clérouques, à l’époque, étaient presque certainement couchés sur les listes de l’Ecclésie. Plus tard, — au ive siècle notamment, — on les trouve pourvus d’assemblées et de magistratures locales, empêchés par leur statut d’exercer leurs droits politiques à Athènes59. Mais c’est leur éloignement même qui avait déterminé ce statut : il ne convenait pas que, sous prétexte d’aller faire œuvre de citoyen dans la métropole, les Athéniens eussent la latitude de quitter, à tout moment, les postes stratégiques où on les avait placés. La situation géographique de Chalcis et de Salamine créait des conditions différentes : comme Foucart l’a justement remarqué à propos du deuxième endroit, les citoyens qui vivaient là n’avaient pas plus de difficulté à faire le voyage d’Athènes que bien d’autres qui habitaient en Attique à proximité des frontières60. L’importance militaire du constitué par les clérouques de Chalcis — elle se manifestera dans les pages qui suivent — était trop grande pour que les décisions qui engageaient gravement la Cité pussent se prendre sans leur participation directe aux assemblées II est d’ailleurs significatif que les vingt trières accordées à Aristagoras aient reçu l’appoint de cinq trières érétriennes : dans la préparation d’une action commune de l’espèce on imagine mal que les clérouques de Chalcis ville voisine d’Érétrie, n’aient pas joué un rôle essentiel.

490

LE RETOUR DES CLÉROUQUES DE CHALCIS

42La flotte de Darios avait déjà réduit Carystos et allait s’en prendre à Érétrie. Les habitants de la cité menacée lancèrent un appel aux Athéniens

qui furent loin de refuser leur aide. 11 y avait quatre mille hommes installés comme clérouques sur le domaine des Hippobotes chalcidiens ; ce sont ces gens-là qu’ils leur donnèrent comme défenseurs.

... Ἀθηναοι δοκ πείπαντο τν πικουρίην, λλ τoὺς τετρακισχιλίους κληρουχέοντας τν πποβοτέων Χαλκιδέων τν χώρην, τούτους σϕι διδοσι τιμωρούς.

43Cependant, les Érétriens n’étaient pas animés par une commune volonté de résistance. Tandis que certains d’entre eux allaient jusqu’à mettre leur espoir dans les hauteurs de Γ arrière-pays, dans ce que nous appellerions aujourd’hui le « réduit eubéen », d’autres s’apprêtaient à collaborer avec l’ennemi. Un Érétrien des plus influents, Aischinès fils de Nothon, jugea honnête de renseigner les clérouques athéniens, à leur arrivée, sur ce déplorable état de choses, et il les engagea, dans leur intérêt, à regagner leur patrie.

Les Athéniens suivirent ce conseil d’Aischinès. Et, pour leur part, étant passés à Orôpos, ils se mirent en sûreté...

Oἱ δὲ Ἀθηναοι τατα Ασχίνη συμβουλεύσαντι πείθονται. Κα οτοι μν διαβάντες ἐς Ὠρωπòν σωζον σϕέας ατούς ...

  • 61 Hdt., VI, 100. – Il va de soi que les clérouques ne quittèrent pas l’Eubée de leur propre initiativ (...)
  • 62 Sur le caractère héréditaire de la condition de clérouque, cf. p. ex. G. Busolt-Η. Swoboda, Griech. (...)

44Tels sont les faits qu’Hérodote rapporte avant de narrer le siège d’Érétrie61. Relativement à la question qui nous occupe, leur intérêt n’est pas contestable. C’est en 506, on l’a vu, qu’une colonie de 4 000 clérouques avait été imposée aux Chalcidiens. Entre 506 et 490, la mortalité, bien entendu, avait affecté ce contingent initial. Mais sans doute n’avait-elle agi que faiblement : car il est vraisemblable que la grande majorité des émigrants de 506 se trouvaient être des hommes jeunes. La troupe qui, en 490, débarqua sur le rivage d’Orôpos restait, dans l’ensemble, celle qui, seize ans plus tôt, avait gagné l’Eubée. Et n’oublions pas que, pour compenser les pertes dues aux décès, il y avait eu des accessions à la majorité civile et politique, les fils de clérouques devenant régulièrement clérouques à leur tour62.

  • 63 Busolt - Swoboda, l. l.

45Ainsi la métropole, à la veille de la bataille de Marathon, recouvra 4 000 citoyens environ qui, sans perdre la qualité d’Athéniens, avaient habité longtemps en dehors de l’Attique. Nous pouvons avancer une précision quant à leur situation militaire : possédant chacun un κλρος dont le rendement correspondait à un revenu de zeugite63, ils étaient dans les conditions voulues pour être employés comme hoplites. C’est bien pourquoi, du reste, Athènes les avait mis à la disposition d’Érétrie.

LA BATAILLE DE MARATHON

  • 64 Hdt., VI, 109 ; 112. Cf. [Lys.], Or. funèbre (2), 24 ; Isocr., Panég. (4), 86.
  • 65 Hdt., VI, 108.

46Considérons maintenant les effectifs athéniens de Marathon. Hérodote n’en fournit pas de mesure arithmétique. Il se borne à dire que, dans leur camp et dans le camp ennemi, on les trouva « peu nombreux », λίγους64 ; auparavant, il a attiré l’attention sur le fait que les Platéens étaient venus les renforcer « au grand complet », πανδημεί65.

  • 66 [Plut.], Parall. min., 1 (Mor., 305 B) ; Paus., X, 20, 2 ; Suid., s. υ.Ιππίας ( 545 Adler).
  • 67 Corn. Nepos, Milt, 5, 1.
  • 68 Schol. Aristoph., Cav., 781. Repris par Suid., s. υ. διεζιίσω.

47Des nombres, cependant, existent dans d’autres branches de la tradition. Celui de 9 000 Athéniens présents sur le champ de bataille est offert par un pseudo-Plutarque, par Pausanias, par Suidas66. Pausanias lui confère une valeur de maximum : νακισχιλίων... ο πλείους. Suidas lui en associe un autre, qui figure l’appoint de Platées : ατο μν ντες ,θ, Πλαταιέας <δ’> χοντες ,α. Le double renseignement est déjà chez Cornélius Nepos, sous une forme différente : rapportant que les Platéens envoyèrent mille... militum, Nepos enregistre que, grâce à leur arrivée, decem milia armatorum compléta sunt67. Il n’y a pas de total dans les scholies à Aristophane, mais la collaboration de Platées χιλίοις νδράσι y passe de même pour avoir permis de « compléter » le Chiffre des forces grecques (οτω πληρωθέντος το ριθμο τς λληνικς δυνάμεως)68.

  • 69 Justin, II, 9, 9.

48Jusqu’ici, les témoins sont en parfait accord. Une divergence surgit avec Justin, selon qui les 1 000 auxiliaires se seraient ajoutés à 10 000 citoyens (decem milibus ciuium)69.

  • 70 [Κ.] J. Beloch, Die Bevölk. d. griech.-röm. Welt, Leipzig, 1886, p. 60. Comme on le verra, Beloch n (...)
  • 71 G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), P. 35. n. 141.
  • 72 J. Mālzer, Verluste u. Verlustlisten im griech. Altertum, diss. Iéna 1912, p. 12 ; J. A. R. Munro, (...)

49Le nombre de 9 000 Athéniens, qui est le plus fréquemment attesté, n’a pas obtenu, en général, l’approbation des modernes. Beloch l’a intégré à ses calculs de population en le qualifiant de « tout à fait vraisemblable »70, mais ce cas semble unique. Les historiens ultérieurs hésitent entre 9 000 et 10 00071, ou se prononcent pour 10 00072. Cependant, comme on va le voir, la donnée de Justin ne mérite aucun crédit.

  • 73 Paus., IV, 25, 5.

50Dans un passage distinct de celui qui a déjà été relevé plus haut, Pausanias prête aux Messéniens, durant leur révolte de 464, une encourageante méditation des leçons du passé73 :

Et c’est l’exploit des Athéniens à Marathon qu’ils se remettaient en mémoire : le fait que trois cent mille Mèdes avaient été écrasés par des hommes qui n’étaient même pas dix mille en nombre.

.. τó τε Ἀθηναίων ν Μαραθνι ργον νεμιμνήσκοντο, ὡς μυριάδες τριάκοντα ἐϕθάρησαν τν Μήδων πò νδρν οδ ς μυρίους ριθμόν.

  • 74 Hdt., VII, ιο (μονοι θηναοι) ; IX, 27 (μονοι λλήνων) ; Thuc, I, 18, 1 (πρòς θηναίους) ; 73, 4 (...)
  • 75 Lib., Discours, 30, 32.

51Il y a une différence entre « même pas dix mille » et « pas plus de neuf mille ». Pausanias contredit-il ici ce qu’il énonce ailleurs ? Imaginer une inconséquence de sa part serait fermer les yeux à l’allure oratoire de la phrase sur les Messéniens. Estimant les forces mèdes (anéanties : ϕθάρησαν !) à un total de « trente myriades » — qui apparaît chez d’autres auteurs — il obtenait un effet plus sûr si à ces trente myriades il choisissait d’en opposer une, μύριοι, en lieu et place du nombre νακισχίλιοι, lequel n’eût point fait écho. L’adverbe οδ, qui marque une limite non atteinte, comme ο πλείους [νακισχιλίων] marque ailleurs une limite non dépassée, lui a essentiellement servi à accentuer l’antithèse. On se tromperait en interprétant cet adverbe comme un moyen de faire accepter un excès de mille unités. Car, pour pouvoir mettre μύριοι en regard de τριάκοντα μυριάδες, le Périégète n’a pas forcé, à proprement parler, la valeur numérique de l’effectif athénien. Il n’a pas écrit 10 000 pour 9 000 : il a seulement donné à entendre que les 10 000 hommes de l’armée de Marathon étaient tous des ἂνδρες θηναοι. Non qu’il ignorât l’aide platéenne : son autre témoignage nous fournit la preuve du contraire. Mais une tradition s’offrait à lui, née dans l’aura impérialiste du ve siècle avant notre ère, puissamment établie durant la période classique, qui négligeait le rôle de la petite cité, et présentait Marathon comme une victoire des seuls Athéniens74. Cette tradition est celle qu’il a préféré suivre pour rapporter, sous une forme expressive, la pensée des combattants messéniens. Elle avait naturellement suscité d’autres textes où les 10 000 hommes passaient de même pour avoir tous été des citoyens d’Athènes : ainsi Libanios, omettant la collaboration des Platéens, évoquera encore le lustre donné à Marathon δι τος μυρίους... θηναίων75.

52Reprenons le témoignage de Justin. Son originalité — la chose est devenue claire — procède simplement d’une combinaison fautive. Qu’un texte pareil à ceux qui viennent d’être décrits fût mis en relation avec un autre, analogue à la scholie d’Aristophane, où le contingent de 1 000 Platéens se trouvait mentionné, et l’on pouvait en arriver à croire que l’armée de Marathon avait compté 11 000 hommes au total.

  • 76 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 329 [= IV, 15 (1954), p. 309, n. 2] ; W. W. How-J. W (...)

53Bref, il y a lieu de rejeter l’hypothèse selon laquelle l’effectif athénien aurait été estimé sur la base de 1 000 mobilisés pour chacune des 10 tribus76. La variante 10 000 a un caractère secondaire. Toute notre information se rattache, en dernière analyse, à une source selon laquelle Athènes avait aligné 9 000 combattants.

  • 77 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 584, η. 1 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (1914), (...)
  • 78 Sur le caractère relativement sommaire et mal assuré de la narration, voir How-Wells, l. l, p. 354. (...)
  • 79 Cf. A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd., 1894, p. 239.
  • 80 Hdt., VI, 117.

54Faut-il se fier à cette source ? Une objection fréquente est le silence d’Hérodote : un chiffre qui n’apparaît pas chez lui et qui n’y a pas d’homologue ne saurait, de l’avis de certains, être autre chose que la fantaisie d’un auteur postérieur77. Mais le récit qu’Hérodote a laissé de la bataille souffre de lacunes et d’imprécisions : peut-être n’en avons-nous qu’une rédaction hâtive et provisoire à laquelle il eût plus tard apporté des compléments, même en matière numérique78. Une omission volontaire se conçoit aussi : il ne gagnait rien à produire le chiffre de l’armée athénienne si, comme ce peut avoir été le cas, il estimait impossible de déterminer en regard, avec une précision suffisante, l’importance des forces perses débarquées dans la baie79. Quoi qu’il en soit, on commet une erreur, à mon sens, en pensant que la donnée 9 000 n’existait pas dans la tradition la plus ancienne. Car Hérodote, quand il en arrive aux conséquences de la lutte, se révèle étrangement bien documenté en ce qui concerne les pertes de l’un et de l’autre camp80 :

ν ταύτη τ ἐv Μαραθνι μάχ πέθανον τν βαρβάρων κατ ξακισχιλίους κα τετρακοσίους νδρας, θηναίων δὲ ἐκατòν κα νενήκοντα κα δύοπεσον μν μϕοτέρων τοσοτοι.

  • 81 Busolt, l. l., p. 595, n. 1 ; Mälzer, ο. l., p. 13. Cf. Hdt., VIII, 24 ; Xén., Anab., III, 2, 12.

55Les 192 Athéniens étaient connus par un document officiel dont il sera de nouveau question plus bas. Mais les « 6 400 Barbares environ » ? Le chiffre semble à la fois trop précis (descente jusqu’au rang des centaines) et trop vague (arrêt à ces mêmes centaines, adjonction de κατά) pour avoir été lancé au hasard. Des modernes le croient acceptable ; ils allèguent les comptages de cadavres attestés dans mainte circonstance similaire81. Supposons que le total de 6 400 soit historique et qu’on l’ait réellement trouvé sur le champ de bataille : se pourrait-il que, si la tradition préhérodotéenne conservait le nombre des Perses tués, elle n’ait pas sauvé, à fortiori, celui des combattants athéniens ?

56Je ne crois guère, pour ma part, à l’authenticité de la donnée, car 6 400 a le défaut d’être lié arithmétiquement à 192. Que ce dernier nombre soit le triple de 64 paraît être le signe d’un calcul proportionnel opéré sur les effectifs. Faute de mieux, on pouvait avoir eu l’idée d’évaluer les pertes barbares en les fixant au même taux que les pertes athéniennes. Ρ figurant l’armée perse et A l’armée athénienne, nous aurions la relation :

57Or, si A est remplacé par 9 000, l’égalité postule pour Ρ la valeur suivante :

  • 82 Val.-Max., V, 3, ext. 3 ; [Plut.], Parall, min., 1 (Mor., 305 B) ; Paus., IV, 25, 5. – Peut-être ce (...)

58Précisément, c’est à 300 000 que divers auteurs anciens ont estimé le corps expéditionnaire levé par Darios82. Il est permis de supposer que le chiffre avait déjà cours dans les années qui suivirent la bataille. Et qu’Hérodote, sans le connaître, ou du moins sans l’approuver, a accepté comme un renseignement sûr, non comme le résultat d’une opération, ce qu’un esprit audacieux en avait déduit par application du rapport 192/9 000 : une hécatombe de 6 400 Barbares environ.

  • 83 Parmi ceux qui l’ont jugée inacceptable, citons Busolt (l. l., p. 584, n. 1) et Beloch (o. l., II, (...)

59En conclusion, l’absence des « 9 000 Athéniens » au livre VI des Histoires est loin de devoir s’interpréter comme l’indice d’une invention posthérodotéenne. Nous n’avons aucun motif de contester une donnée numérique — approximative, il va de soi — vers laquelle convergent tous les témoignages existants83.

  • 84 Busolt, l. l. ; Ed. Meyer, Forsch. zur alten Gesch., 1899, II, p. 184 ; Gesch. des Alterth., III (1 (...)

60Des auxiliaires platéens, sur lesquels on ne pouvait attendre de lui plus de précision que sur le gros de l’armée, Hérodote affirme qu’ils se trouvaient à Marathon πανδημεί. L’équivalence est-elle légitime entre cette notion adverbiale et le millier d’hommes que citent d’autres témoins ? Certains modernes le nient. Ils trouvent le chiffre trop élevé et font ressortir que Platées, lors des combats qui eurent lieu sur son sol en 479, contribuait à l’infanterie lourde pour 600 hommes seulement — une donnée d’Hérodote lui-même84. Ils oublient qu’il s’était passé, en onze ans, pas mal de choses.

      • 85 Paus., I, 32, 3.

      Comme les Athéniens, les Platéens avaient subi des pertes à Marathon. Pausanias nous l’atteste formellement85. A tabler sur le rapport 192/9 000, on trouve deux dizaines de tués ; mais il serait puéril d’attacher une valeur réelle à ce calcul théorique, qui ne tient aucun compte du capricieux hasard des engagements. Rien ne prouve que les Platéens n’aient pas laissé sur le terrain un pourcentage de tués bien supérieur à 2 %.

    1. Le mouvement naturel de la population citoyenne (balance des décès d’adultes et des accessions à la majorité politique) n’était pas forcément tel, à Platées, qu’une nette diminution de l’effectif mobilisable ne pût se faire sentir au bout d’une dizaine d’années.

      • 86 Hdt., VIII, 16.
      • 87 Cf. infra, p. 180.

      En 480, à l’Artémision, la flotte athénienne fut de beaucoup la plus sévèrement touchée. Parmi les « nombreux morts » que les Grecs comptèrent le troisième jour86, il y en eut nécessairement de cette flotte, à laquelle les Platéens avaient été affectés, et sur laquelle ils n’étaient pas les moins exposés87.

      • 88 Hdt., VIII, 44 ; 50 ; Diod., XI, 14, 5.

      Nous sommes trop mal renseignés sur la situation des Platéens durant les mois qui suivirent les combats de l’Artémision pour avoir le droit de prononcer qu’elle n’entraîna pas de pertes exceptionnelles. Nous savons qu’ils s’arrangèrent, au retour de l’Eubée, pour évacuer leurs familles dans le Péloponnèse, et que Xerxès incendia une ville déserte88. Mais nous ignorons les conditions, sans doute difficiles, dans lesquelles s’effectua leur exode ; les motifs pour lesquels ils ne participèrent pas à la bataille de Salamine ; leur mode de vie à l’étranger.

      • 89 Hdt., IX, 28-29.
      • 90 Hdt., IX, 30.

      On va voir sous peu que les Platéens de 490 étaient une troupe pesamment armée ; pour les 600 de la seconde guerre médique, la chose est indiquée en termes exprès89. Le décalage numérique dénoncé entre les deux groupes ne tient-il pas, pour une part, à une simple question de matériel disponible ? Certains Platéens pouvaient s’être enfuis, en 480, sans avoir le temps de prendre leurs armes et, ruinés par l’incendie de leur ville, n’avoir plus été en mesure, l’année suivante, de remplir les tâches militaires qui convenaient normalement à leur rang social. Thespies, voisine de Platées, fut évacuée, elle aussi, juste avant d’être détruite : or, tandis qu’elle avait pu engager 700 hoplites aux Thermopyles, ses survivants ne servirent, sous les ordres de Pausanias, qu’en qualité de ιλοί90.

61Toutes ces raisons — et la dernière n’est pas la moins digne d’attention — garantissent que l’effectif de 1 000 Platéens, tel qu’on le trouve attesté pour 490, n’est nullement incompatible avec la situation de 479. Il ne saurait donc être invoqué pour jeter la suspicion sur l’effectif correspondant de circa 9 000 Athéniens.

  • 91 Hdt., VI, 112.
  • 92 Ibid. Cf. W. W. How, On the meaning of ΒΑΔHN and ΔΡΟΜΩΙ in Greek Historians of the Fifth Cent., dan (...)
  • 93 Eschyle, Perses, 240 (où il s’agit bien de Marathon : cf. 236, 244).
  • 94 Aristoph., Cav., 781.

62La nature de l’équipement dont ils étaient pourvus l’un et l’autre ne pose pas un problème bien difficile. Depuis la fin du vue siècle, les armées grecques étaient avant tout des armées d’hoplites. Il y a divers motifs pour ne point imaginer que celle de Marathon ait compris des guerriers d’une autre espèce. Hérodote marque, en toutes lettres, qu’elle était « sans cavalerie ni arcs » : οτε ππου παρχοσης σι oτε τοξευμάτων91. (Athènes avait depuis longtemps des cavaliers, comme le révèle le nom de la deuxième classe censitaire, mais l’usage ne s’était pas encore établi de leur assigner un rôle spécial, et ils continuaient, dans les batailles, à se confondre avec les hoplites.) La tactique offensive qui fut adoptée à Marathon prouve que les Grecs n’y disposaient d’aucune formation qui, nantie d’armes de jet, eût pu réaliser un « tir de barrage » ou contrecarrer celui de l’ennemi : en effet, ils prirent le parti de courir, ce qui implique qu’ils n’avaient pas d’autre ressource pour éliminer la zone dangereuse créée par l’action des archers barbares, et que leurs chances de succès résidaient tout entières dans le rapide établissement d’un corps à corps92. Quant aux moyens de combat que les textes leur attribuent, ce sont exclusivement ceux qui constituaient la panoplie ordinaire de l’hoplite. Eschyle parle de εράσπιδες σάγαι « harnois munis de boucliers » et d’ἔγχη σταδαα « dards à tenir solidement en main »93. Aristophane pour définir l’exploit des marathonomaques recourt au verbe διαξιίζομαι « soutenir une lutte avec le glaive »94.

  • 95 Notamment K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (1914), p. 21 ; 2 (1916), p. 80.
  • 96 Paus., I, 32, 3.
  • 97 Paus., VII, 15, 7.

63Une fraction de la critique moderne a supposé que les hoplites grecs de Marathon étaient appuyés par des troupes légères, en quantité au moins égale95. Cette hypothèse n’a pas le moindre indice en sa faveur et, abstraction faite des observations déjà présentées, elle me paraît exclue par un détail que rapporte Pausanias. Décrivant la sépulture des morts de Marathon, le Périégète précise qu’elle comprenait deux tombeaux distincts, dont l’un était réservé aux Athéniens — nommés sur la stèle dans l’ordre de leurs tribus — tandis que l’autre renfermait les restes de Platéens et d’esclaves. Et d’expliquer : « car même des esclaves avaient combattu alors, pour la première fois »96. Plus loin, racontant comment Diaios s’y prit pour recruter une armée d’Achéens et d’Arcadiens (en 146 avant J.-C), il allègue un précédent historique97 :

... et Diaios mettait des esclaves en liberté, sur le modèle de la décision qui avait été celle de Miltiade et des Athéniens avant l’action de Marathon...

... κα δούλους τε ἐς ἐλευθερίαν ϕίει, τò Μιλτιάδου κα θηναίων βούλευμα <τò> πρò το ργου το ν Μαραθνι μιμούμενος...

  • 98 Rachel L. Sargent, The Use of Slaves by the Athenians in Warfare. I, dans Class. Philol., 22 (1927) (...)

64Durant la période classique, l’admission d’esclaves dans les troupes athéniennes fut toujours exceptionnelle, requise par la gravité des circonstances. Et toujours on la voit précédée d’une émancipation, dont le but était « non de récompenser l’esclave, mais de l’élever jusqu’à la fonction qu’on lui demandait de remplir »98.

  • 99 J. A. Notopoulos, The Slaves at the battle of Mar., dans A. J. Ph., 62 (1941), p. 353-354.
  • 100 Sargent paraît être de cet avis (l. l., p. 211) : ...in the emergency when the Spartans did not arr (...)
  • 101 Arstt., Rhét., III, 1411 a 10-11 ; Démosth., Ambass. (19), 303, avec la scholie (438, 16, Oral, att (...)
  • 102 Notopoulos, l. l. (renvoyant à Plat., Lois, XI, 914 A).
  • 103 Hdt., VI, 111.

65L’affranchissement antérieur à la bataille de Marathon créa des hommes libres qui n’étaient cependant pas des citoyens : ceux qui, après en avoir bénéficié, succombèrent en combattant ne furent pas inhumés avec les morts des υλαί, mais avec les morts platéens. Si l’on s’interroge sur l’acte particulier dont découlait pareille mesure, l’impression première est qu’il rangeait les intéressés dans la catégorie des métèques. Mais, comme l’a reconnu Notopoulos, peut-être leur assurait-il plutôt le droit de cité pour le jour « d’après-guerre » où pourraient être accomplies les formalités indispensables à la collation — notamment l’inscription dans les registres des phratries99. Une chose, en tout cas, est à considérer comme quasi certaine : c’est que les esclaves furent libérés sur le terrain même de Marathon100. Rien ne laisse soupçonner qu’il ait été question d’eux dans le fameux décret que Miltiade fit passer à Athènes pour être autorisé à emmener l’armée hors de la ville101. D’autre part, Pausanias rattache leur changement de condition à un Μιλτιάδου κα θηναίων βούλευμα, et ce dernier terme, qui n’a aucune valeur technique dans les institutions athéniennes, est un bon indice, si je ne me trompe, que Miltiade n’avait plus eu le loisir d’opérer dans les formes prévues par la loi. On ne s’étonnera pas qu’au dernier moment il ait eu des esclaves sous la main : l’hoplite qui disposait d’un serviteur le prenait volontiers avec lui en campagne, et sans doute suffisait-il d’une promesse d’indemnisation pour que, dans l’intérêt général, il acceptât de s’en laisser déposséder102. Reste à déterminer la raison qui poussa le stratège à risquer in extremis un recrutement inattendu dont il n’y avait jamais eu d’exemple (τότε πρτον). On ne saurait en trouver d’autre que sa décision d’accepter la lutte malgré l’absence des Lacédémoniens Hérodote relève que les Athéniens et les Platéens avaient été rangés de manière à offrir un front égal à celui des Mèdes et que dans cette disposition leur centre offrait l’inconvénient d’une trop faible profondeur103. On conçoit que soucieux d’en masquer la relative fragilité Miltiade ait tâché d’obtenir un supplément d’hommes au moins capables de faire nombre si leurs qualités guerrières laissaient à désirer. Pour que l’illusion ne fût pas compromise ni la manœuvre empêtrée ces hommes devaient être aussi semblables que possible aux hoplites véritables qui les encadreraient et recevoir des armes identiques Comme on avait eu tout le temps d’organiser le camp sans doute offrait il une réserve d’équipements dans laquelle on put puiser.

66Et j’en reviens à mon point de départ. S’il y avait eu, parmi les troupes de Marathon, des Athéniens mobilisés comme ψιλοί, Miltiade n’aurait pas eu besoin de recourir à des esclaves pour renforcer artificiellement, dans une certaine mesure, les τάξις λίγας du front médian. Convertir en hoplites des citoyens armés à la légère eût été plus facile, plus rapide et plus sûr.

  • 104 Paus., X, 20, 2.

67Là où il note que les Athéniens étaient νακισχιλίων... ο πλείους, Pausanias apporte une précision intéressante, sur laquelle le moment est venu d’attirer l’attention104. C’était, dit-il,

σν λικία τε τ χρεί κα δολοις.

  • 105 Hdt., I, 191 ; Thuc, I, 93, 6 ; II, 6, 4 ; Xén., Hell., VII, 2, 18. Une expression analogue à celle (...)
  • 106 Voir p. ex. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1185-1186.
  • 107 Ibid. – Ce fut le cas une trentaine d’années plus tard, dans la longue guerre contre Égine (461-455 (...)
  • 108 Voir R. Kühner-B. Gerth, Ausführl. Gramm. der griech. Spr., Satzlehre, I (1898), p. 467, Anm.

68Les δολοι en question sont ceux qui combattirent après avoir été affranchis. Mais que faut-il entendre par λικία χρεος ? D’autres textes où apparaît χρεος (littéralement : « inutile ») prouvent que cet adjectif s’appliquait à la partie la moins valide ou la moins capable d’une population ou d’une armée105. Il est bien connu que, parmi les 42 classes d’âge embrassées par le « catalogue » des hoplites athéniens (hommes de 18 à 59 ans), certaines, normalement, ne participaient point aux campagnes. C’étaient les νεώτατοι (-τεροι) et les πρεσβύτατοι (-τεροι) : d’une part les jeunes recrues de 18 et 19 ans, pour lesquelles, vers la fin du ive siècle, fut organisé le système de l’éphébie, d’autre part les « vieux » de 50 à 59 ans. L’histoire militaire athénienne les montre couramment associés. Leur tâche usuelle consistait à assurer la défense des remparts et des places fortifiées106. Mais nous savons que, dans les périls graves ils étaient astreints aux mêmes tâches que l’« active » (hommes de 20 à 49 ans)107. Or l’agression perse créait une situation redoutable et si les hoplites platéens étaient venus à Marathon πανδημεί à plus forte raison faut-il le croire des hoplites athéniens En écrivant σν λικί … τ χρείω Pausanias aura voulu souligner le fait exceptionnel que représentait alors l’adjonction des réservistes — c’est-à-dire à en juger par les usages ultérieurs des deux premières et des dix dernières classes. Ces classes il les comprenait dans son chiffre d’effectifs ainsi que les esclaves dont le nom δολοιτ est coordonné à λικί : quand la préposition σν, comme il arrive souvent, et comme c’est le cas ici, introduit dans un compte une série d’unités (personnes ou choses), les grammairiens ont observé qu’elle marque ordinairement un calcul inclusif108.

69Tout considéré, nous admettrons donc que les effectifs de Marathon comprenaient approximativement 10 000 hoplites ; que 1 000 de ces hoplites venaient de Platées ; et que les 9 000 autres étaient

  1. les Athéniens valides de 20 à 49 ans appartenant aux trois premières classes ;

  2. les Athéniens de 18-19 et de 50 à 59 ans appartenant aux trois premières classes (λικία χρεος;

  3. des « goujats » esclaves, armés in extremis par Miltiade.

70Le nombre des derniers ne saurait avoir été considérable. Les conditions matérielles s’y opposaient. Il est d’ailleurs assez significatif que Pausanias seul ait eu connaissance de l’enrôlement insolite.

71Compte tenu des morts athéniens (192), on peut estimer que, tout de suite après la bataille de Marathon, les citoyens de rang d’hoplite âgés de 18 à 59 ans n’étaient vraisemblablement pas en nombre supérieur à 8 800. Il conviendrait d’abaisser un peu ce maximum si les esclaves survivants ne furent pas inscrits dans les phratries et dotés du droit de cité.

488/7

LE CONFLIT AVEC ÉGINE

  • 109 Hdt., V, 81.

72Athènes et Égine étaient brouillées de longue date. Sans remonter aux origines de cette inimitié, signalons que, peu après 506, les Thébains avaient décidé les Éginètes, d’abord récalcitrants, à porter chez les Athéniens des hostilités non officiellement déclarées (πόλεμον κήρνκτον) et qu’il en était résulté des actes de piraterie contre le port de Phalère, comme aussi contre un grand nombre de dèmes côtiers109.

  • 110 Cf. G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 644-647 [surtout p. 644, n. 3 ; 647, n. 5] ; R. W. Ma (...)

73C’est en 488/7 que le conflit, dépassant le stade des escarmouches, connut sa phase la plus aiguë. Voici comment, à mon sens, il convient de reconstituer la succession des événements110.

  • 111 Hdt., VI, 87.
  • 112 Hdt., VI, 88-92.

74Les Éginètes tendirent une embuscade aux Athéniens. Au Sounion, lieu de célébration d’une fête quinquennale (πεντητερίς), ils leur enlevèrent par surprise le vaisseau des théores, rempli de citoyens éminents qu’ils mirent aux fers111. Les Athéniens soutinrent alors Nicodromos qui, dans l’île, fomentait un coup d’État. Mais leur intervention militaire n’eut pas lieu en temps voulu, et la révolte dont ils comptaient profiter fut noyée dans le sang. Arrivant enfin avec 70 trières, ils battirent la flotte éginétique, égale à la leur112.

  • 113 Hdt., VI, 92-93. – Mon interprétation de cette phase se fonde sur les points suivants : 1. Les 1000 (...)

75Quelques jours ou quelques semaines après leur défaite, les Éginètes purent s’adjoindre 1 000 volontaires d’Argos. Ce secours imprévu amena les Athéniens à dégarnir les vaisseaux qu’ils maintenaient sur place. Nombre d’hommes, descendus à terre, partirent à la rencontre des Argiens, qu’ils finirent par écraser dans une bataille mémorable. Mais pendant ce temps, les Éginètes — contre lesquels, semble-t-il, n’avaient point été prises les précautions indispensables — gagnèrent leur flotte encore armée et s’attaquèrent à la flotte adverse qui, désorganisée, ne put leur résister efficacement. Ils la vainquirent et lui capturèrent 4 navires, avec les équipages. Cette opération audacieuse, sans empêcher le rembarquement des combattants athéniens, fut cause qu’ils ne demandèrent point leur reste et qu’Égine recouvra une totale liberté d’action113.

  • 114 Hdt., VII, 145 ; cf. Plut., Thém., 6, 5. – Des frictions n’en continuèrent pas moins de se produire (...)

76Le fait qu’Égine avait eu le dernier mot fournit à Thémistocle, quatre ans plus tard, un prétexte pour proposer ses décrets navals. Cependant, les trières nouvelles ne furent pas employées contre les Éginètes : en 481, dans l’intérêt de la Grèce, les deux États acceptèrent de renoncer à leur guerre larvée114.

  • 115 Hérodote ne signale que les 3 Athéniens tués, en combat singulier, de la main du chef argien Euryba (...)

77Les faits de 488/7, tout intéressants qu’ils sont, n’apportent pas grand-chose à la statistique démographique ; ne parlons même pas de ceux qui eurent lieu vers la fin du vie siècle. Dans l’histoire du conflit avec Égine, aucun effort d’Athènes n’est accompli πανδημεί ; aucun non plus ne met en cause une fraction déterminée de la population. Il y eut sûrement des Athéniens tués et blessés lors des rencontres, mais il ne semble pas que leur nombre ait été considérable115.

78Un objectif majeur des Éginètes, après Marathon, fut de recouvrer les dix otages de haut rang que Cléomène de Sparte leur avait enlevés, et qu’il avait commis à la garde des Athéniens. C’est pourquoi ils s’emparèrent des passagers de la θεωρίς, voulant en faire l’objet d’une espèce de troc. Ils ne prévoyaient pas qu’Athènes allait les délivrer et les reprendre sans contrepartie après sa victoire navale de 488/7. Mais, ayant à leur tour dominé sur mer, ils purent s’assurer un nouvel atout : les équipages des quatre trières. Je pense que ces prisonniers devaient être rendus en échange des otages et que, dès lors, ils ne demeurèrent pas longtemps hors de l’Attique.

480

L’ÉQUIPAGE DE LA TRIÈRE ATHÉNIENNE

79Avant d utiliser a des fins démographiques les chiffres de tri ères que nous possédons pour les deux grandes batailles navales de 1 année 480, notons que des renseignements surs nous sont offerts quant a 1 importance du personnel requis par les vaisseaux de ce type.

  • 116 Hdt., VII, 184.
  • 117 Hdt., VII, 185.
  • 118 Hdt., VIII, 17.

80Hérodote dit que les 1 207 trières de la flotte asiatique de Xerxès représentaient « 241 400 hommes, à compter 200 hommes par navire »116. Pareillement, il estime à 24 000 hommes les effectifs mis en ligne par les Grecs de Thrace et des îles adjacentes, dont la contribution se montait à 120 trières117. Ailleurs, il parle d’un vaisseau athénien, où 200 hommes se trouvaient sous les ordres de Clinias118.

  • 119 Dans Hdt., III, 14, il s’agit des représailles exercées par Cambyse contre Psamménite. L’équipage e (...)

81Ces témoignages relatifs à la deuxième guerre médique peuvent être renforcés par d’autres, qui ne concernent pas la même époque119.

82Les recherches que les modernes ont effectuées, tant à partir des inscriptions qu’à partir des auteurs, révèlent la composition de l’équipage.

  • 120 A. Cartault, La trière athénienne, 1881, p. 224-235.

831. État-major. Par les lexicographes, nous sommes bien informés sur l’état-major, qui comprenait un triérarque, un κυβερνήτης, un πρῳεύρς (-ράτης), un κελευστς et un pentécontarque, soit 5 officiers120.

  • 121 Cartault, o. l., p. 134-135. Inventaires de la marine : I.G., II2, 1604-1632.

842. Rameurs. Les inventaires de la marine, qui mentionnent pour divers bâtiments les trois espèces de rames normalement en usage, suggèrent un ensemble de 62 thraites, 58 zygites, 54 thalamites (respectivement, 31, 29, 27 de chaque bord), soit 174 rameurs121.

  • 122 Cf. Cartault, o. l., p. 236-237 ; C. N. Rados, La bat. de Salam., 1915, p. 92 (en bas).

853. Matelots. Nous savons que, dans la pratique, ils n’étaient pas clairement distingués des rameurs — signe probable que ces derniers pouvaient concourir à l’exécution des manœuvres et au maniement de la voilure, laquelle ne jouait qu’un rôle de second plan, mais réduisait, une fois hissée, l’activité de la chiourme122. Le nombre des matelots était sûrement peu considérable, mais il ne nous a pas été transmis.

86Tous les hommes recensés jusqu’ici servaient à assurer la bonne marche du navire. D’autres étaient nécessaires, cependant, pour qu’il devînt une unité de combat, mise à part la puissance directement offensive que lui conférait son éperon :

  • 123 Cartault, o. l., p. 237.
  • 124 Plut., Thém., 14, 2.

874. Épibates. L’effectif de ces « combattants de bord » a varié selon les lieux et les époques, décroissant nettement en même temps que la tactique navale se perfectionnait123. Plutarque nous apprend qu’ils étaient 18 sur chaque trière attique de Salamine : 4 archers et 14 hoplites124.

  • 125 En VII, 184, il fait un compte spécial pour 30 épibates admis sur chaque trière de la flotte asiati (...)

88Que les épibates doivent être compris dans l’effectif du bâtiment, Hérodote en fournit une preuve en calculant les contingents humains d’après les contingents de vaisseaux : il n’eût pas manqué d’ajouter les épibates après coup s’il ne les avait pas inclus dans son chiffre de base125.

  • 126 Cartault, ο. l, p. 235. Le texte de Callixène sur lequel il s’est fondé (1 Müller [F.H.G., III, p. (...)
  • 127 Cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 352.
  • 128 Cartault, ο. l., p. 237, n. 6 (série de recoupements que permet le texte de Thucydide).
  • 129 Je dis : « quelques rameurs ». Il n’est pas question d’en admettre seulement 150. Ce chiffre, qui a (...)
  • 130 Dans la ligne de ses propres calculs, Rados (l. l.) a estimé que 8 matelots par trière pouvaient su (...)

89Une remarque cependant. Avec 18 épibates, 174 rameurs, 5 officiers, et 200 hommes au total, le nombre des matelots spécialisés n’aurait été que de 3. C’est peu, il faut l’avouer. Cartault l’estimait à 17, mais sans autre indice que le rapport connu pour une tessaracontère de la fin du nie siècle avant notre ère (4 000 rameurs, 400 matelots) — une analogie dont la précarité saute aux yeux126. Observons que les inventaires navals où sont catalogués les avirons datent de la période 377/6 — 323/2. Or au ve siècle, durant la pentacontaétie, la trière avait subi, même dans le profil de sa coque, plusieurs modifications destinées à améliorer ses performances127. Il est vraisemblable que, parallèlement, la chiourme avait été renforcée : aussi bien la réduction numérique des épibates permettait-elle — ils ne seront plus que 10 par navire durant la guerre du Péloponnèse128 — de procéder à un léger accroissement sans engendrer ni encombrement ni surcharge. En 480, il pouvait y avoir quelques rameurs de moins que les 174 comptés par Cartault129 et, ipso facto, quelques matelots spécialisés en sus des 3 hommes trouvés plus haut130.

90Cette considération aidant, je crois tout à fait légitime l’opération qui consiste, pour évaluer le personnel de la flotte attique employée contre Xerxès, à multiplier le nombre des trières par 200. L’étude de détail qu’on vient de lire montre que ce chiffre de base n’était ni une estimation en l’air ni une grossière moyenne ; c’est vers un quantum réel de 200 hommes par trière que tend la somme des différents éléments.

LES COMBATS DE L’ARTÉMISION

  • 131 Hdt., VIII, 1. Cf. B.C.H., 76 (1952), p. 386-405.

91A l’Artémision, compte tenu d’un bâtiment éclaireur et du détachement de l’Euripe (53 unités), les Athéniens amenèrent un total de 201 trières. Mais ils n’en montaient que 181 : ils en avaient prêté 20 aux Chalcidiens, leur laissant le soin de fournir les équipages131.

  • 132 A. Böckh (-M. Fränkel), Die Staatshaush. der Ath.3, 1886, I, p. 501. Cf. W. W. How-J. Wells, A Comm (...)
  • 133 Hdt., VIII, 46.
  • 134 S.I.G.3, 31 (M. N. Tod, A Sel. of Greek Histor. Inscr.2. réimpr. 1951, n  19) ; Paus., V, 23, 2.
  • 135 Ad. Kirchhoff, dans Abhdl. Akad. Berlin, Philol.-histor. Kl, 1873, p. 18.
  • 136 H. Swoboda, dans Serta Harteliana, 1896, p. 30-31. A l’un ou l’autre détail près, les trois phrases (...)

92L’identité de ces alliés directs appelle un mot de commentaire. On a voulu voir en eux — partiellement remplacés au cours des années — les 4 000 colons de la clérouchie athénienne de 506, lesquels, rappelons-le, regagnèrent l’Attique en 490, peu avant la prise d’Érétrie132. Ils auraient de nouveau occupé leurs lots eubéens après la bataille de Marathon et, à raison de 200 hommes pour chaque bâtiment, ce sont eux qui se seraient vu confier les 20 trières vides (200 X 20 = 4 000). La théorie est inadmissible. Hérodote ne peut avoir appelé Χαλκιδες des citoyens athéniens installés à Chalcis comme clérouques. Dans son catalogue des forces grecques de Salamine, il n’aurait pas pris la peine de souligner, à propos des 20 trières sur lesquelles ils étaient encore embarqués, que ces Χαλκιδες, comme les Érétriens, appartenaient à la race ionienne133. Et si ce n’était pas réellement la cité de Chalcis qui combattit contre Xerxès, on ne s’expliquerait pas que, sur la colonne offerte à Delphes, de même que sur l’ex-voto d’Olympie, les Χαλκιδες aient eu droit à une glorieuse mention indépendante134. Kirchhoff, à qui j’emprunte ces objections, jugeait vraisemblable, cependant, que les κλροι, après la première guerre médique, eussent été réoccupés par les colons135. Rien n’est moins plausible, comme l’a montré Swoboda, que ce retour non attesté136. Athènes, aurait mal servi ses intérêts en traitant sans libéralité un peuple « d’avant-poste », dont la défection, dans le cas d’une récidive eût été grosse de conséquences D’autre part elle devait maintenant y regarder à deux fois avant d’éparpiller ses forces : il s’en était fallu de peu qu’à Érétrie ses 4 000 coloris fussent immobilisés ou pis encore Enfin si clérouchie avait continué d’exister à Chalcis après 490 il serait étrange que l’on ne sache absolument rien de son destin durant les quarante-quatre années suivantes (déjà lors des événements de 480 !) et qu’elle n’ait rien tenté en 446 pour enrayer ou limiter la révolte de l’Eubée.

93Du fait qu’elle renonçait à lui appliquer plus longtemps le statut clérouchique, Athènes ne cessait pas forcément de tenir Chalcis dans sa dépendance. Je ne crois pas fortuite l’égalité arithmétique qui se manifeste entre le nombre des κλροι et celui des hommes d’équipage requis par les 20 trières.

  • 137 Hdt., IX, 28. Les Chalcidiens engagèrent à Platées 400 hoplites – auxquels pouvaient avoir été adjo (...)
  • 138 Supra, p. 151 et n. 2.
  • 139 Plut., Pér., 23, 4.

94Elle indique que le territoire colonial fut réparti, après la défaite des troupes de Darios, entre autant de Chalcidiens qu’il y avait eu de clérouques. En 506, l’objectif des Athéniens avait été de réduire l’aristocratie locale et de prévenir toutes nouvelles menées de sa part. En 490, il dut leur apparaître que, sans détériorer cette politique, ils la rendraient plus souple et plus habile si, au lieu de prolonger leur occupation personnelle, ils remettaient le domaine des Hippobotes à des Chalcidiens choisis par eux, à des hommes de condition médiocre qui leur sauraient gré de leur générosité. Un solide noyau de 4 000 démocrates indigènes, voilà en quoi se mua sans doute la clérouchie. Liés à Athènes par des avantages matériels, les « remplaçants » l’étaient naturellement d’autre manière. Des obligations d’aide militaire leur incombaient, qui font comprendre les vingt équipages de 480 et la participation de Chalcis à la bataille de Platées137. On peut penser aussi au paiement d’une redevance locative — du moins jusqu’à la deuxième guerre médique ou jusqu’à la formation de la ligue de Délos : d’abord, parce qu’Athènes perdant le de 4 000 citoyens essaya vraisemblablement de s’assurer une compensation ensuite parce qu’une telle redevance envisagée comme un précédent serait propre à expliquer pourquoi en 446/5 on choisit d’imposer un système de baux au territoire non clérouchique de Chalcis138. En un demi-siècle ou presque les exploitants du fertile « Pacage aux chevaux » avaient eu le temps de s’enrichir d’accroître leur influence et de ressembler jusqu’à un certain point aux gros propriétaires de 506 : aussi n’y a t il pas lieu à mon avis de contester la phrase de Plutarque selon laquelle en 446/5, les Athéniens « expulsèrent parmi les Chalcidiens, ceux qu’on appelait les Hippobotes gens qui pour la richesse et la réputation avaient une place hors de pair »139.

95Ayant étudié la nature des équipages qui montaient les 20 trières prêtées à Chalcis et trouvé qu’ils étaient probablement constitués par d’authentiques ressortissants de cette cité, nous avons maintenant à nous occuper des 181 trières qui formaient la flotte athénienne proprement dite.

96Elles représentaient un ensemble de 36 200 hommes (200 X 181).

  • 140 Cf. Rachel L. Sargent, dans Class. Philol, 22 (1927), p. 278-279.

97Ce n’étaient pas tous des citoyens athéniens. Non que des esclaves aient été employés comme rameurs : les habitudes de l’époque interdisent de le supposer140. Mais on bénéficiait du concours de certains étrangers :

  • 141 Hdt., VIII, 1.

981. Les Platéens, selon Hérodote, « contribuaient à remplir les vaisseaux des Athéniens », συνεπλήρουν τοσι θηαοισι τς νέας141. L’historien fait état « de leur vaillance et de leur ardeur » (πò δ ρετς τε κα προθυμίης) qui balançaient « leur inexpérience de l’art nautique » (πειροι τς ναυτικς όντες). Jointe au fait qu’il ne les a pas mis sur le même pied que les Chalcidiens, détenteurs provisoires de trières athéniennes, cette précision suggère qu’ils étaient répartis entre de nombreux bâtiments, comme épibates.

  • 142 Sur l’évolution numérique des forces platéennes depuis la bataille de Marathon, voir supra, p. 167- (...)

99A Marathon, mobilisés au complet (πανημεί), les Platéens formaient un corps de 1 000 hoplites ; à la bataille de Platées, ils ne seront plus que 600. On peut estimer qu’ils fournirent à la flotte athénienne de l’Artémision quelque 800 hoplites, combattants de bord142.

  • 143 Ctés., Pers., 26.
  • 144 Plut., Thém., 14, 2.
  • 145 Voir B.C.H., 76 (1952), p. 438-439.
  • 146 Eschyle, Perses, 460-461.

1002. Au témoignage de Ctésias143, des archers crétois jouèrent un rôle dans la deuxième guerre médique. Mandés βουλ Θεμιστοκλέους θηναίου (lequel n’était pas le généralissime des forces grecques), c’est naturellement aux Athéniens qu’ils durent prêter leur concours. Nous savons par Plutarque que, sur chaque trière athénienne de Salamine, 4 archers combattaient avec les hoplites144 ; il est légitime de penser qu’ils venaient effectivement de Crète, puisque l’armée athénienne, jusqu’alors, n’avait jamais inclus de soldats de ce genre. Eschyle confirme leur existence, à défaut de leur origine : racontant le carnage de Psyttalie — qu’accomplirent, à mon sens, les effectifs de 10 trières athéniennes145 — il cite l’arc parmi les armes des assaillants146 :

... τοξικς τ πο
θώμιγγος ο προσπίτνοντες λλυσαν.

  • 147 B.C.H., l. l., p. 407-408 ; 408, n. 1.

101Les archers crétois se trouvaient-ils déjà sur les trières athéniennes à l’Artémision ? Ctésias semble les mentionner à propos de Salamine, mais l’épitomé que Photios a fait de son œuvre, et où les combats d’Eubée sont entièrement passés sous silence, ne nous offre qu’un pâle et sans doute peu fidèle reflet de ce qu’il avait écrit au juste147. Certes, lesdits combats pourraient avoir été, par l’un ou l’autre aspect, la cause qui détermina Thémistocle à faire venir des spécialistes de l’arme familière aux Perses, étrangère à l’usage attique. Je doute, cependant, qu’il s’y soit pris aussi tard. La bataille de Marathon avait déjà apporté, en la matière, les enseignements les plus nets, et l’homme qui s’appliquait à doter Athènes de bons et nombreux navires eût agi bien étrangement en n’étudiant pas, dès avant l’offensive perse, la meilleure façon de constituer les corps d’épibates. Du reste, si le recours aux archers n’avait eu lieu que vers l’époque de l’évacuation, il aurait probablement laissé une trace en dehors des Persica de Ctésias, la phase intermédiaire entre l’Artémision et Salamine étant de celles que la tradition historique nous présente avec le plus de détails. Ces raisons me poussent à croire que Thémistocle s’adressa aux mercenaires crétois avant que Xerxès eût attaqué la Grèce pendant la période d’accords et de préparatifs que nous connaissons seulement dans ses grandes lignes.

  • 148 Cf. [H.] Hommel, art. Metoikoi, dans R.E., XV, 2 (1932), col. 1446 : Zum Militärdienst scheinen die (...)

102Les précisions que nous possédons touchant le rôle des Crétois, celui des Platéens, celui des Chalcidiens, contrastent avec le silence absolu des sources anciennes quand on y cherche un renseignement sur les métèques d’Athènes. Nous n’avons pas le moindre indice que ces étrangers domiciliés aient été engagés dans une phase quelconque de la guerre contre Xerxès. A cette époque où l’on comptait encore la participation aux opérations militaires parmi les grands privilèges du citoyen, leur rôle se borna sans doute à maintenir, à l’arrière, ce qui pouvait subsister de vie économique148.

103Les 36 200 hommes que comprenait la flotte athénienne de l’Artémision se répartissaient apparemment de la façon suivante :

  1. environ 800 hoplites platéens ;

  2. 724 archers crétois (4 X 181) ;

  3. quelque 34 650 à 34 700 Athéniens (36 200 - 800 - 724 = 34 676), parmi lesquels 1 734 hoplites appelés à combattre comme tels ([14 X 181] -800).

  • 149 Grecs tués : Πολλαί μν δ τν λλήνων vέες διεϕθείροντο, πολλο δ vδpες (Hdt., VIII, 16). Au moi (...)
  • 150 Hdt., VIII, 18. Voir B.C.H., l. l, p. 409-411. – La trière éclaireuse de la flotte athénienne avait (...)

104Les engagements se soldèrent, du côté grec, par des morts nombreuses et par l’abandon d’au moins 1 000 prisonniers149. Il est impossible de déterminer dans quelle mesure exacte les troupes athéniennes furent atteintes, mais leurs pertes en hommes ne sauraient avoir été minimes quand leurs pertes en matériel, que nous pouvons calculer, se montaient à 71 trières150.

LA PRISE D’ATHÈNES

  • 151 Hdt., VIII, 51-53.

105Un certain nombre d’Athéniens défendaient l’Acropole. Ils ne furent réduits qu’après une résistance opiniâtre. Ceux qui avaient survécu au tir des archers perses moururent quand les assiégeants parvinrent jusqu’à eux : les uns en se jetant du haut de la muraille, les autres dans le temple où ils s’étaient réfugiés comme suppliants, et où on les massacra néanmoins151.

  • 152 Hdt., VIII, 51. Cf. supra, p. 133 et n. 3.

106Des non-mobilisables, tels étaient les éléments de la garnison héroïque : « vieux » et, pour une petite part, très jeunes gens qui, avec certains malades ou « physiquement inaptes », n’avaient point voulu tenter l’aventure de l’exode, soit à cause de l’oracle ou de la modicité de leurs moyens pécuniaires, — ainsi que l’affirme Hérodote152, — soit pour d’autres raisons encore.

107En 479, peu avant la bataille de Mycale, les Perses désarmèrent leurs alliés samiens. Ils leur reprochaient d’avoir racheté et renvoyé frauduleusement en Grèce continentale « des Athéniens qui, demeurés en Attique, y avaient été faits prisonniers par les troupes de Xerxès » (θηναίων αχμαλώτων ... τος λαβον νά τν ’Aττικν λελειμμένους ο Ξέρξεω...). Hérodote, qui relate cette libération, en souligne le caractère général (πάντας) et précise qu’elle avait porté sur

  • 153 Hdt., IX, 99.

πεντακοσίας κεϕαλς τν Ξέρξεω πολεμίων153.

  • 154 La tradition propre à Ctésias, selon laquelle la garnison de l’Acropole se serait échappée de nuit (...)

108La double mention de Xerxès nous renvoie indubitablement à la première prise d’Athènes — celle de 480. Comme l’indique le complément ἀτν ττικήν, il ne s’agit pas ici de prisonniers faits sur l’Acropole (d’où personne ne réchappa), mais d’individus capturés sur tout le territoire de l’Attique154. Les fameux défenseurs n’étaient donc point seuls à n’avoir pas été évacués. Qui étaient les autres ? Sans doute des hommes qui, comme eux, n’étaient plus (ou pas encore) astreints au service sur les trières. Peut-être aussi des déserteurs. On pensera même à des femmes et à des enfants de citoyens, car il vaut la peine de remarquer qu’Hérodote a écrit πεντακοσίας κεϕαλάς, non πεντακοσίους νδρας.

LA VISION DE DIKAIOS

109Peu avant la bataille de Salamine, alors que l’Attique était tombée aux mains des Perses, deux hommes, dit-on, assistèrent dans la plaine de Thria à un événement miraculeux. Ils appartenaient à la suite de Xerxès : l’un était Démarate, ex-roi de Sparte, l’autre un Athénien banni du nom de Dikaios. Ils auraient vu s’avancer depuis Eleusis une abondante poussière apparemment soulevée par la marche d’une foule considérable. A peine commençaient-ils à s’interroger là-dessus que, de surcroît, ils auraient entendu une rumeur, rappelant tout à fait l’invocation mystique à Iacchos. Dikaios aurait expliqué à son compagnon en quoi consistait la procession éleusinienne annuelle et aurait émis l’opinion qu’ils étaient tous deux témoins d’un divin présage, défavorable soit à l’armée terrestre de Xerxès soit à sa flotte. Cependant que Démarate recommandait le silence pour le moment où ils rentreraient au camp, la poussière, ayant formé dans l’air une sorte de nuage, se serait portée vers la région de Salamine où étaient les Grecs, comme pour les protéger et rendre manifeste que Xerxès allait être vaincu sur mer.

110L’intérêt de cette singulière histoire narrée par Hérodote réside pour nous dans une indication numérique, la poussière « venant d’Eleusis » étant

telle qu’en auraient soulevé quelque trente mille hommes,

  • 155 Hdt., VIII, 65. – D’autres auteurs rapportent le prodige avec des variantes de détail, sans fournir (...)

ὡς ἀνδρών μάλιστά κη τρισμυρίων155.

  • 156 M. Duncker, Ein angeblicker Gesetz des Perikles, dans Sitzungsber. der kgl. preuss. Akad. der Wiss. (...)

111Certains érudits, et non des moindres, ont utilisé le témoignage d’Hérodote dans leurs recherches sur la population athénienne du ve siècle156. On doit donc tâcher de déterminer à quoi il correspond exactement.

  • 157 Marie Delcourt, L’Oracle de Delphes, 1955, p. 130 ; R. Crahay, La litt. oraculaire chez Hérod., 195 (...)

112En ce qui concerne l’anecdote elle-même, je me bornerai à renvoyer à des études toutes récentes qui, avec sagacité, nous invitent à y voir un thème de propagande imaginé et mis en circulation par Thémistocle après l’incendie de la ville, à un moment où le découragement s’emparait des Athéniens157.

  • 158 Dans une fraction de la tradition posthérodotéenne (Schol. ABC à Ael. Arist., 13, 143 [III, p. 185 (...)

113Réfléchissons à la composition de cette foule νδρν μάλιστά κ τρισμυρίων qui, dans la vision, semblait soulever l’énorme nuage de poussière. L’assimiler aux 30 000 citoyens convaincus par Aristagoras en 499/8, c’est abuser d’une coïncidence numérique. A aucun moment, Dikaios ne songe exclusivement à des hommes pourvus de la qualité d’Athénien. Qu’admet-il, au terme de sa méditation ? Que les divinités d’Éleusis, puisque les circonstances empêchaient la procession traditionnelle de parvenir jusqu’à elles, ont fait partir de leur sanctuaire comme un εδωλον de cette procession, afin que leur influence bénéfique aille tout de même toucher les Grecs dignes de secours158. Au cortège fantôme Hérodote devait prêter la composition du cortège véritable. Or, dans celui-ci, d’après ce que nous savons des coutumes éleusiniennes, il n’y aurait pas eu seulement des citoyens d’Athènes, mais aussi d’autres Grecs, et pas seulement des hommes, mais aussi des femmes et des enfants. Le mot νδρν a induit en erreur plus d’un interprète moderne. La vérité est qu’il ne répond pas à uirorum, mais à hominum. L’aspect de la poussière qui s’élevait du sol pouvait donner la nette impression qu’une troupe humaine se mouvait dans le lointain Comment préciser davantage ? Démarate et Dikaios lui-même en étaient tellement incapables qu’ils commencèrent par se demander avec surprise selon Hérodote,

τòν κονιορτòν τεων κοτ εη νθρώπων...

  • 159 « Plut., Thém., 15, 1.
  • 160 Hdt., I, 164 ; III, 22 ; 114 ; 149 ; IV, 90 ; V, 9.

114Voilà le mot attendu, que Plutarque a employé quand il décrit la rumeur née dans la plaine de Thria ς νθρώπων μο πολλν τν μυστικν ξαγόντων ακχον159. Notons qu’il ne manque pas d’autres endroits, chez Hérodote, où νήρ est pris dans le sens d’« être humain »160.

  • 161 Ael. Arist., 19, 259 (I, p. 421 D.). Sur l’impropriété du nom qu’Aelius donne au sanctuaire d’Éleus (...)

115Et nous en arrivons à l’idée que l’on a parlé de 30 000 personnes parce que la procession éleusinienne avait la réputation de grouper, en gros (μάλιστά κ dans Hérodote), ce nombre élevé de participants. Une observation d’Aelius Aristide peut ici nous éclairer. Dans son discours sur Eleusis, parlant du sanctuaire local, auquel il donne indûment le nom d’Éleusinion, Aelius relève l’aptitude — prétendue — de ce sanctuaire à recevoir autant de monde qu’il y en avait dans la cité athénienne161 :

... κα τατν ἦν τε πόλεως πλήρωμα κα το λευσίνιου.

  • 162 Arstt., Constit. d’Ath., fr. 385 Rose = Lex. de Patmos, dans B.C.H., 1 (1877), p. 152 ; Schol. A à (...)
  • 163 Les citoyens en question étaient des hommes de plus de 16 ans (cf. p. 75 et n. 3). On peut prendre (...)
  • 164 Les dimensions réduites qu’avait le τελεστήριον éleusinien, antérieurement à l’époque de Périclès, (...)
  • 165 Plat., Banquet, 175 E.

116Μέγιστον κα θενότατον, telles sont les épithètes superlatives que le fait lui semble mériter. Il n’y eût pas attaché tant d’importance, je crois, et il ne l’eût pas regardé comme surnaturel s’il n’avait eu quelque sérieux motif de le rattacher à une ancienne tradition éleusinienne. Or, une combinaison numérique que rapportent divers grammairiens et qui, bien avant eux, était admise par Aristote attribuait à l’Athènes d’avant Clisthène un effectif de 10 800 citoyens162. Ce chiffre, dont la précision est artificielle, mais qu’on a le droit de tenir pour une assez bonne approximation, correspond normalement à une population citoyenne de l’ordre de 30 000 têtes163. Le clergé d’Éleusis ayant jugé un jour, à tort ou à raison, que la procession des Grands mystères groupait un nombre de participants égal à ce qu’était alors le πλήρωμα τς πόλεως, l’estimation à trois dizaines de milliers a pu devenir usuelle, et le rester, indépendamment des transformations subies par la collectivité qui avait servi de référence164. Elle a même pu s’étendre à d’autres réunions solennelles, non limitées aux citoyens, aussi diversement composées que le cortège éleusinien ; j’expliquerais volontiers de cette manière les πλενr τριαμριοι λληνες qui, d’après Platon, reconnurent le talent d’Agathon le Tragique au théâtre de Dionysos (417/6)165.

117L’effort militaire accompli par Athènes en 480 suffit à montrer que l’on était déjà fort loin, alors, de l’époque où le nombre de 30 000 habitants de l’Attique s’était figé, selon mon hypothèse, comme mesure type de la foule dévote qui faisait chaque année le pèlerinage d’Éleusis.

118Concluons : l’histoire de Dikaios est impropre à nous éclairer sur la situation démographique où se trouvait Athènes à l’époque de la guerre contre les Perses.

LA BATAILLE DE SALAMINE

  • 166 Hdt., VIII, 46 ; Plut., Thém., 14, 2. Ces chiffres sont dignes de confiance : voir ma critique géné (...)

119A Salamine, les Athéniens mirent en ligne 200 trières ; les équipages de 20 d’entre elles, comme à l’Artémision, étaient fournis par les Chalcidiens166. Restaient 180 trières, requérant 36 000 hommes (200 X 180).

  • 167 Hdt., VIII, 44.

120Un point remarquable, c’est que les Platéens, ici, n’intervenaient plus dans la composition des corps d’épibates. Ils ne participèrent même à la bataille d’aucune manière. Les Athéniens étaient « seuls », μονοι167 — exception faite, bien entendu, pour les 4 archers crétois dont chacun de leurs navires était pourvu.

  • 168 Diod., XI, 13, 4. Cf. Hdt., VII, 144 ; Plut., Thém., 10, 4.

121Leur effectif total, résultat d’une mobilisation πανδημεί168, s’élevait donc à 35 280 hommes ([200-4] X 180), parmi lesquels 2 520 hoplites combattant comme tels (14 X 180).

479

  • 169 Hdt., IX, 90 ; 100 ; 101 (τς ατς μρης) ; Diod., XI, 34, 1 ; 35, 2 (κατ τν ατν μέραν) ; cf (...)

122Pendant l’automne de l’année 479, quelques semaines après le début de l’année 479/8, Athènes servit la cause hellénique sur deux théâtres d’opérations. Les troupes qu’elle y employa formaient deux ensembles distincts, entre lesquels aucune compénétration n’est imaginable. En effet, s’il est douteux que les batailles de Platées et de Mycale aient eu lieu le même jour, du moins n’en peut-on rejeter la quasi-coïncidence temporelle, et la distance entre les deux endroits est telle que des renforts, si minimes qu’on les suppose, ne furent certainement pas transférés de l’un à l’autre169.

LA BATAILLE DE PLATÉES

123L’armée grecque de Platées comprenait des hoplites et des troupes armées à la légère.

  • 170 Hdt., IX, 28-29.
  • 171 Plut., Arist., 2, 1.

124Hérodote fournit, pour la première catégorie, une liste détaillée qui a toutes les chances d’être véridique. Nous y voyons que le contingent athénien était de 8 000 hoplites, commandés par Aristide, sur un total de 38 700170. Chez Plutarque, dont c’est le seul chiffre d’effectif, Aristide est présenté de même, sans qu’il y ait lieu de croire à une filiation du témoignage, comme τν θηναίων κτακισχιλίους πλίτας ναλαβών171. Transmise de part et d’autre sans variante, la donnée est tout à fait digne de crédit.

  • 172 Hdt., IX, 29.
  • 173 Hdt., IX, 30. Total des troupes légères : 69 500 (= 35 000 + 34 500). Total des troupes grecques, T (...)
  • 174 P. ex. : Hdt., II, 9 ; 145 ; VII, 187.
  • 175 Cf. pourtant K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 2 (1916), p. 75 : wobei Herodot sich um 800 Mann ve (...)
  • 176 C’était l’explication de [J.] Schweighäuser (ap. J. C. F. Baehr, dans son éd. d’Hdt., IV [1861], ad (...)

125Passons aux ψιλοί. Hérodote ne les classe pas d’après leurs cités d’origine. Il se borne à les répartir en deux groupes : les combattants hilotes attachés aux Spartiates, et les auxiliaires amenés par « le reste des Lacédémoniens et des Grecs »172. Les premiers étaient sept pour un hoplite : leur effectif se montait à 35 000 hommes pour 5 000 Spartiates. Les seconds, ο τν λοιπν Λακεδαιμονίων κα λλήνων, formaient un corps de 34 500 hommes, πεντακόσιοι κα τετρακισχίλιοι κα τρισμύριοι σαν. Dans la phrase qui les concerne, entre le sujet et l’attribut, Hérodote a inséré la proposition ς ες περ καστον ν νδρα. On y voit souvent la base même du calcul, un signe que l’historien aurait voulu, sans plus, égaler le nombre des fantassins légers à celui des fantassins lourds. L’ennui est que le total de ces derniers, correctement établi peu auparavant, se monte à 38 700 : eu égard aux 5 000 Spartiates escortés d’hilotes, c’est un chiffre de 33 700 ψιλοί, et non de 34 500, qui devrait avoir été enregistré Excluons l’hypothèse d’une corruption paléographique la suite du texte offre les résultats unanimement attestés de deux additions d’effectifs où 34 500 est un. terme obligatoire173 II existe dans quelques passages hérodotéens des opérations arithmétiques qui â première vue sont entachées d’erreur ° la critique des manuscrits et une exégèse conduite en profondeur ne réussissent pas à les faire toutes rentrer dans l’ordre174. Mais comment admettre qu’Hérodote ait pu se tromper de 800 unités dans un compte aussi simple que celui qui consistait à ôter 5 000 d’un nombre transcrit par lui moins de dix lignes plus haut175 ? La solution qui s’impose est d’expliquer ς, dans le membre de phrase ς ες περ καστον ν νδρα non point comme une particule causale à joindre au participe (« vu qu’il se trouvait un ψιλòς attaché à chaque hoplite »), mais comme un adverbe modifiant la donnée numérique (« un ψιλός, à peu près, se trouvant attaché à chaque hoplite »)176. Hérodote savait, ou avait trouvé par soustraction, que l’effectif des ψιλο non-hilotes comprenait 34 500 hommes ; en l’indiquant, il aura éprouvé le besoin de remarquer, sous forme d’une espèce de parenthèse, combien le rapport 34 500 : 33 700 (1 : 1, pour ainsi dire) était inférieur au rapport 7 : 1, d’où venait d’être tiré le chiffre 35 000.

126C’est en vain que l’on s’est employé à identifier les 800 ψιλο prétendument excédentaires. Mais certains modernes ne pouvaient éviter de poser ce faux problème, car, suivant leur interprétation abusive du texte hérodotéen, les combattants des deux catégories, exception faite pour les hilotes et les Spartiates, auraient été égaux en nombre jusque dans chaque contingent particulier. Il y a quelque naïveté, on l’avouera, à se figurer que plus de vingt cités grecques connaissaient en 479 — sans parler des caractères propres, par tradition, à leurs régimes militaires respectifs — des conditions militaires et démographiques qui leur eussent permis d’aligner chacune 50 % d’hoplites, 50 % de ψιλοί.

  • 177 Schweighāuser, l. l. ; cf. H. Stein, dans sa 5e éd. d’Hdt., V (1893), ad IX, 29 [celui-ci avec une (...)

127La correspondance constatée par Hérodote, « approximativement homme pour homme », valait dans l’ensemble, non dans le détail, et si tels effectifs, peut-être, avaient un fantassin léger à côté d’un fantassin lourd, tels autres devaient en avoir davantage, tels autres moins ou pas du tout177.

128Je crois qu’Athènes se trouvait dans le dernier cas, pour ce qui est de son armée de citoyens. Jusqu’alors, aucun ψιλòς n’avait participé à ses campagnes terrestres (même à celle de Marathon, comme on l’a vu). Et il est significatif que Plutarque, arrêtant l’attention de son lecteur sur les troupes qu’Aristide amenait à Platées, mentionne seulement κτακισχιλίους πλίτας. On notera enfin que ni lui ni Hérodote, malgré leur complaisance à montrer les Athéniens « en gros plan », ne signalent à aucun endroit un quelconque mouvement ou une quelconque action de fantassins légers appartenant réellement à cet effectif. Deux épisodes semblent faire exception, desquels il faut toucher un mot : l’escarmouche où brilla le commando d’Olympiodôros, et certaine intervention sollicitée par Pausanias.

  • 178 Hdt., IX, 22.

1291° Quelques jours avant les combats proprement dits, des Mégariens détachés vers Érythres eurent à soutenir une attaque subite de la cavalerie perse. Leur situation ne tardant pas à devenir critique, ils envoyèrent un héraut à Pausanias. Celui-ci demanda des volontaires. Personne ne s’offrit, hormis les Athéniens, qui consentirent à dépêcher 300 hommes d’élite. On lit chez Hérodote178 :

Voilà ceux qui se chargèrent de la tâche et qui, à l’avant-garde de tous les Grecs présents là-bas, furent postés à Érythres, avec les archers qu’ils s’étaient adjoints.

Οτοι σαν ο τε ποοεξάμενοι κα o πρò τνλλων τν παρεόντωνλλήνωνςρυθρς ταχθντες, τος τοξότας προσελόμενοι.

130Plutarque, de même, en exaltant l’action des trois cents combattants choisis, souligne qu’il y avait

des archers confondus dans leurs rangs

  • 179 Plut., Arist., 14, 5. — Diodore (XI, 30, 4) cite les combattants d’élite (τoὺς ἐπιλέκτoυς), mais ne (...)

τοξόταςναμεμειγμένους σν ατος179.

1312° En pleine bataille, pressé par les cavaliers ennemis, Pausanias envoya aux troupes d’Athènes un message où il requérait leur appui. Et de préciser :

Si vraiment vous êtes en proie à quelque difficulté qui vous interdise de venir vous-mêmes à notre secours, au moins envoyez-nous vos archers pour nous rendre service.

  • 180 Hdt., IX, 60.

E δρα ατος μέας καταλελάβηκε δύνατóν τι βοηθειν, μες δ μν τος ˂γε˃ τοξότας ποπέμψαντες χάριν θέσθε180.

  • 181 Voir A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd.. 1894, p. 461 ; Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., (...)
  • 182 Ctés., Pers., 26.

132Les archers ainsi mentionnés en deux circonstances témoigneraient, selon maint érudit, qu’il y avait bel et bien des ψιλο athéniens à Platées181. Mais Ctésias, dans son récit de la deuxième guerre médique ou, plus exactement, dans le résumé que nous en avons conservé, apporte sur leur origine un renseignement qui contredit cette opinion182 :

A l’instigation de Thémistocle l’Athénien et d’Aristide, des archers sont mandés de Crète et viennent en renfort...

Βουλ δ Θεμιστοκλέους θψαίου κα ριστείδου τοξόται μν πò Κρήτης προσκαλονται κα παραγίνονται...

133Aristide, qui ne sortit de son isolement que peu d’heures avant la bataille de Salamine, n’avait pas eu la moindre occasion de participer aux préparatifs de 480. Le rôle que Ctésias lui reconnaît vaut donc pour 479, et il est légitime de penser que les archers de l’armée athénienne, à Platées encore, se trouvaient être des mercenaires crétois. Hérodote lui-même, bien qu’il n’insiste pas là-dessus, sait que c’étaient des étrangers. En effet, dans le message qu’il prête à Pausanias, il n’établit pas de distinction entre, ex. gr., μέων τος πλίτας et (μέων) τος τοξότας, mais il oppose τος τοξότας à ατος μέας et à μες, signifiant que le généralissime, lorsqu’il s’adressait aux Athéniens, ne pensait point aux archers en cause comme à une partie de ses interlocuteurs, mais comme à un corps distinct que ceux-ci avaient à leur service.

LA BATAILLE DE MYCALE

134Pour déterminer dans quelle mesure les Athéniens participèrent à la bataille de Mycale, il convient d’étudier les mouvements opérés par la flotte grecque après la bataille de Salamine.

135Un examen des textes fait apparaître les phases que voici :

      • 183 Hdt., VIII, 108 ; 111-112 ; Plut., Thém., 21, 1.

      De Salamine, la flotte se porta sur Andros, qui lui servit de base pour une politique d’intimidation envers quelques îles183.

      • 184 Hdt., VIII, 121.

      Elle se tourna contre Carystos, qu’elle dévasta184.

      • 185 Ibid.

      Elle revint à Salamine, où l’on procéda au partage du butin et à la constitution de présents pour les dieux185.

      • 186 Hdt., VIII, 123 ; Ael. Arist., 46, 218 (II, p. 288 Dindorf).

      Elle se rendit à l’Isthme, où le premier prix de la valeur devait être décerné au Grec le plus méritant186.

      • 187 Hdt., VIII, 124.

      Vu l’impossibilité de parvenir à un accord en matière dριστήια, elle se dispersa, et les différents contingents regagnèrent par mer leurs cités d’origine187.

      • 188 Hdt., VIII, 131-132 ; Diod., XI, 34, 2.

      On la retrouve à l’époque où elle vint mouiller dans les eaux d’Égine188.

      • 189 Hdt., VIII, 132-133 ; Diod., l. l.

      A la demande des Ioniens qui conspiraient contre le tyran de Chios, elle fit voile vers l’Asie mineure, mais elle s’arrêta en cours de route, à Délos189.

      • 190 Hdt., IX, 96.

      Quand arriva le moment de passer à l’action, elle mit le cap sur Samos190.

      • 191 Hdt., IX, 98.

      De Samos, elle gagna Mycale191.

  • 192 Hdt., VIII, 131.

136La sixième phase est pour Hérodote l’occasion de fournir un chiffre d’effectifs192. Il la date du printemps (sc. de l’année 479). La venue des beaux jours et la présence de Mardonios en Thessalie réveillèrent, dit-il, l’ardeur des Grecs :

Toς δὲ Ἓλληνας τό τεαρ γινόμενον γειρε κα Μαρδόνιος ἐv Θεσσαλῃ ἐών.

137Et il ajoute :

L’armée terrestre ne se rassemblait pas encore, mais l’armée navale arriva à Égine, comptant cent dix vaisseaux. Le général et navarque en était Léotychidas fils de Ménarès... [suit la généalogie du personnage, en remontant jusqu’à Héraclès, et l’indication de ceux d’entre ses ancêtres qui régnèrent à Sparte]... Quant aux Athéniens, leur stratège était Xanthippe fils d’Ariphron.

μν δ πεζòς οκω συνελέγετο, δ ναυτικòς πίκετο ς Αγιναν, νέες ριθμòν δέκα κα κατόν. Στρατηγòς δ κα ναύαρχος ν Λευτυχίδης Μενάρεος... θηναίων δ στρατήγεε Ξάνθιππος ρίφρονος.

  • 193 Hdt., VIII, 132-133.

138Puis, passant à la phase suivante193 :

139Lorsque tous les vaisseaux furent présents à Égine, des messagers des Ioniens arrivèrent au camp des Grecs... Ils leur demandaient d’aller débarquer en Ionie ; ils eurent du mal à les faire avancer jusqu’à Délos... Or, tandis que les Grecs naviguaient vers Délos, Mardonios se trouvait en Thessalie, dans ses quartiers d’hiver.

140ς δ παρεγνοντο ς τν Αγιναν πσαι α vες, πίκοντο ώνων γγελοι ς τò στρατόπεδον τν λλήνων,... τν λλήνων δεόμενοι καταπλσαι ς τν ωνίην o προήγαγον ατος μόγις μχρι Δήλου... O μν δ λληνες πλεον ς τν Δλον, Μαρδόνιος δ περ τν Θεσσαλίην χείμαζε.

  • 194 Hauvette, ο. l., p. 443 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 719 ; Ed. Meyer, Forsch. zur al (...)

141Les 110 navires passent, d’ordinaire, pour avoir englobé la participation athénienne194. Et c’est bien ce qui semble ressortir des textes transcrits ci-dessus. Dès le printemps, le contingent attique aurait mouillé à Égine avec les autres et les aurait accompagnés à Délos.

142Cependant, si l’on voit ainsi les choses, plusieurs faits demeurent inexplicables. La présence des Athéniens, parmi les effectifs navals des Confédérés, n’entre à aucun moment en ligne de compte dans les projets, messages, discussions, qui se multiplièrent depuis le printemps jusqu’à la veille des hostilités proprement dites. Un silence très surprenant ne cesse d’être observé relativement à leur prétendu stationnement sur les côtes de Délos. L’allusion attendue fait défaut

    • 195 Hdt., VIII, 136.

    quand Mardonios songe à réduire la Grèce en obtenant l’alliance de la flotte athénienne195 ;

    • 196 Hdt., VIII, 140. Cf. Diod., XI, 28, 1.

    quand Xerxès, Mardonios et Alexandre argumentent successivement pour tâcher d’amener Athènes dans le camp barbare196 ;

    • 197 Hdt., VIII, 141.

    quand les Lacédémoniens, délibérant entre eux, se prennent à redouter que les Athéniens ne concluent un accord avec les Mèdes197 ;

    • 198 Hdt., VIII, 142. Cf. Diod., l. l.

    quand les députés Spartiates dissuadent les Athéniens de prêter l’oreille aux propositions d’Alexandre198 ;

    • 199 Hdt., VIII, 143-144. Cf. Diod., XI, 28, 2.

    quand les Athéniens répondent à Alexandre et quand ils répondent aux députés Spartiates199 ;

    • 200 Hdt., IX, 4.

    quand Mardonios fait une nouvelle et ultime tentative pour gagner Athènes à la cause perse200 ;

    • 201 Hdt., IX. 7.

    quand les envoyés athéniens, avec ceux de Mégare et de Platées, vont se plaindre à Sparte de l’inaction des troupes terrestres201 ;

    • 202 Hdt., IX, 9.

    quand le Tégéate Chiléos conseille les Lacédémoniens202 ;

    • 203 Hdt., IX, 11.

    quand, devant les éphores Spartiates, les députés athéniens menacent d’abandonner la défense de la Grèce203.

  • 204 Plut., Arist., 10, 10. — Pour écarter la difficulté, Busolt (l. l, p. 721, n. 5) propose de reconna (...)

143Selon Plutarque, ces députés dont l’envoi à Sparte aurait été résolu par décret, sur une proposition d’Aristide, se trouvaient être Cimon, Xanthippe et Myrônidès204. Nouvelle étrangeté, s’il faut croire que le second exerçait la stratégie à Délos : il aurait, sans que cela soit indiqué nulle part, abandonné son commandement pendant un temps appréciable.

  • 205 Sur la seconde évacuation, voir Hdt., IX, 6 ; Diod., XI, 28, 5 ; Plut, Arist., 10, 7. — Passage des (...)

144Enfin, on ne voit pas bien comment les Athéniens, dont le rôle à Mycale — et plus tard devant Sestos — suppose un fort effectif naval, auraient encore eu assez de vaisseaux disponibles, malgré leur amarrage à Délos, pour assurer commodément la seconde évacuation de la population attique tout entière, voire pour ramener sur le continent les troupes appelées à combattre en Béotie205.

  • 206 Hdt., VIII, 132.

145Il n’est pas question de nier que le début du printemps ait vu une concentration de bâtiments helléniques à Égine, et leur départ vers Délos. Cette donnée s’accorde avec une tradition apparemment solide : avec le souvenir de la période trop longue durant laquelle, postés les uns à Délos les autres à Samos, Grecs et Perses s’observèrent avec prudence, sans oser prendre la moindre initiative. « Dans l’esprit des Grecs » dit Hérodote « Samos était aussi éloignée que les Colonnes d’Héraclès »206. La raillerie est acerbe. Dirigée contre une flotte dont les Athéniens, marins experts et intrépides, auraient constitué un élément essentiel, n’eût-elle pas porté à faux ?

  • 207 Dans le cadre d’une argumentation différente (dont plusieurs termes ne me semblent pas recevables), (...)
  • 208 Cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929). p. 93.

146Cette difficulté se résout, et les autres avec elle, si l’on suppose que le rassemblement de printemps des forces grecques n’incluait pas le contingent athénien et que celui-ci alla seulement rejoindre Léotychidas vers le milieu de l’été, quand se préparait le grand choc des armées terrestres207. L’époque en cause coïncide avec celle où les Grecs eurent enfin le courage de quitter Délos et de reprendre la mer en direction de l’Ionie : il est historiquement plausible que leur sursaut d’énergie ait été déterminé moins par la requête samienne que par l’arrivée du renfort athénien208.

  • 209 Plut., Thém., 20, 1-2 ; Arist., 22, 3.
  • 210 Ailleurs, pour avoir utilisé une source attique, il appelle λληνες les Athéniens du détachement de (...)
  • 211 Hdt., VIII, 109.

147Le passage où Hérodote relate la concentration à Égine et le départ pour Délos offre cette caractéristique de renfermer une généalogie détaillée de Léotychidas. Il y a de sérieuses chances pour qu’il se rattache, au moins indirectement, à une source spartiate. Cette source pouvait parler des λληνες en désignant ainsi les membres de la ligue péloponnésienne — les Grecs à l’exclusion des Athéniens. Un tel emploi est attesté chez Plutarque à propos des événements de l’hiver 479/8 : évoquant le dessein qu’aurait formé Thémistocle, après la victoire de Mycale, d’asseoir la thalassocratie athénienne en faisant incendier les autres flottes grecques, alors au port, — peut-être cette tradition malveillante naquit-elle également dans les milieux laconiens, — Plutarque mentionne, comme mis en péril, τν λλήνων στόλος, τò νεώριον τν λλήνων, τò νασταθμον τν λλήνων209. Je crois qu’Hérodote s’est laissé aller à un abus de langage similaire210. Certes, il cite les Athéniens dans le cadre du mouillage à Égine, mais c’est uniquement pour opposer au nom de Léotychidas, navarque et généralissime, le nom de leur stratège particulier : θηναίων δ στρατήγεε... Ξάνθιππος ρίφρονος. Sans doute se réservait-il de déplacer plus tard cette note hâtive cette parenthèse inopportune pour l’intégrer à une relation du mouvement propre qui eu été amena les vaisseaux athéniens à Délos Seulement il négligea cette relation à l’endroit où elle devait venir là où commençait le récit des opérations navales. En se relisant, il put n’être point frappé par son oubli et ignorer la nécessité de soustraire clairement les Athéniens au « rassemblement d’Égine » : n’avait-il pas fait état d’un discours prononcé après Salamine au terme duquel Thémistocle engageait ses compatriotes à attendre le retour du printemps (µα … τ αρι) pour mettre le cap sur l’Hellespont et l’Ionie211 ?

  • 212 Diod., XI, 34, 2.

148Considérons maintenant ce passage de Diodore212 :

Léotychidas de Lacédémone et Xanthippe d’Athènes, qui avaient la conduite des forces navales et qui, à la suite de la bataille de Salamine, avaient regroupé la flotte à Égine, ne passèrent que peu de jours en cet endroit : ils voguèrent vers Délos, avec deux cent cinquante trières.

Λεωτυχίδης γρ Λακεδαιμόνιος κα Ξάνθιππος θηναος γούμενοι τς ναυτικς δυνάμεως, κα τòν στόλονκ τς περ Σαλαμîνα ναυμαχίαςθροίσαντες ες Αγιναν, ἐν ταύτδιατρίψαντες μέρας τινςπλευσαν ες Δλον, ἔχοντες τριήρεις διακοσίας κα πεντήκοντα.

  • 213 Hérodote dit vέες : mais cf. supra, p. 126, n. 1.

149Diodore fait partir les navires athéniens d’Égine, et il les fait partir en même temps que les autres. Toutefois, il ne donne nullement à entendre que c’ait été au printemps, ni que le séjour à Délos se soit prolongé. Il semble avoir commis l’erreur de croire que l’accostage dans cette dernière île précéda de peu la bataille de Mycale et que le trajet depuis Égine jusqu’en Ionie fut l’affaire de quelques jours seulement. En ce qui regarde sa mention d’un rassemblement général à Égine (θροίσαντες ες Αγιναν), peut-on y accorder de l’importance quand on le voit omettre tant d’étapes intermédiaires entre Salamine et Égine (Andros, Carystos, l’Isthme, les ports d’attache des divers contingents) ? Au rebours d’Hérodote, qui a été hypnotisé par le premier état de la flotte grecque, Diodore n’a vu celle-ci qu’au complet, au moment même où elle était sur le point de combattre. Et si le chiffre d’Hérodote représente l’effectif qui arriva à Délos au printemps, celui de Diodore correspond sans doute à celui qui partit de l’île quelques mois plus tard. Chez l’un comme chez l’autre, c’est de trières qu’il s’agit213. Les 110 de la ligue péloponnésienne étant déduites du total de 250, on assignera finalement aux Athéniens, pour la bataille de Mycale, un contingent de 140 trières.

150Pour monter 140 trières, il fallait 28 000 hommes (200 X 140). Étaient-ce tous des citoyens ? La seule réserve à faire concerne les archers. Il y en avait sans doute à bord, comme à Salamine ; ce devaient être, comme à Platées, des Crétois mandés par Aristide. Leur nombre aurait été de 560 (4 X 140), à côté des 1 960 hoplites (14 X 140) qui constituaient le gros des épibates.

151Si j’ai correctement interprété les chiffres transmis pour Platées et pour Mycale, les Athéniens, mobilisés πανδημεί, auraient donc participé aux campagnes de l’été 479 à raison de

Notes

1 Arstt., Constit. d’Ath., 13, 5. Cf. supra, p. 74-75.

2 Hdt., V, 72-73.

3 Arstt., Polit., III, 1275 b 36-37 ; Constit, d’Ath., ai, 2 ; 4.

4 Pind., Ném., 2, 19-21.

5 Schol. BDPTU à Pind., o. l., ad v. 19.

6 [F.] Schwenn, art. Pindaros (2), dans R.E., XX, 2 (1950), col. 1632. L’argumentation de Schwenn part de l’idée, émise depuis longtemps, que la 2e Néméenne ne saurait être postérieure à 480 : car, à l’encontre de ses habitudes de poète, et bien que le développement s’y prêtât, Pindare a mentionné Salamine sans aucune allusion à la glorieuse bataille. Touchant ce silence, les hésitations d’A. Puech ne me semblent pas justifiées (éd. et trad. de Pindare, III [Paris, 1923 ; 2e éd. 1952], notice, p. 30). - A noter que C. Gaspar proposait la date de 487, toute proche de celle que Schwenn a retenue (Essai de chronol. pindarique, Bruxelles, 1900, p. 53). Cf. encore A. Severyns, Bacchylide. Essai biographique, 1933, p. 67, avec les n. 51-52.

7 I.G., I2, 1 (et p. 302) ; M. N. Tod, A Sel. of Greek Histor. Inscr., 1933 (2e éd. 1946, réimpr. 1951), n  11. Pour la bibliographie plus récente et pour une critique générale des restitutions, voir Margherita Guarducci, Il decreto ateniese per Salamina, dans Riv. di filol. class., nouv. série, 26 (1948), p. 238-243.

8 L. 8-11 (/12). Transcr. Hiller v. Gärtringen (I.G.2) : r]à δ πλα π[αρχεσ]θα[ι] τελεν τ]ριά[κ]οντα δρ[αχµάς], [πλίζει]ν δ [τ]òν ρχο[ντα — Transcr. Tod : τ] ‘]όπλα π[αρχεσ]θα[ι πò : τ]ριά[κ]οντα : δρ[αχµν], [πλίξει]ν δ [τ]òv ρχο[ντα — Transcr. Meritt (Hesp., 10 [1941], p. 307) : τ]ά δ [h]όπλα π[αρέχεο]θα[ι ατòς : τ]ριά[κ]οντα : δρ[αχωõν :] hο[πλισµνο]ν δ [τ]òν ρχοντ[α τà hόπλα κρίν]εν :

9 Cf. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk, II (1926), p. 1276 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 200-201, 342.

10 Guarducci (l. l., p. 239) écarte elle aussi οκõντας (Wilhelm, Hiller v. Gärtringen) au profit d’ θεναίος (Meritt) ou, mieux, de κλερόχος (Luria, Tod).

11 Guarducci, l. l., p. 241.

12 Plut., Solon, 8, 4-6.

13 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 217, n. 2 (notamment, sur p. 218).

14 Plut., o. l., 9-10 ; Busolt, l. l. (sur p. 219).

15 Busolt, l. l. (sur p. 219).

16 K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, I, 2 (1913). P- 312-313.

17 Guarducci, l. l., p. 242-243.

18 Busolt, l. l. (sur p. 219).

19 Les textes principaux sont : Hdt., VI, 40-41 ; 136-140 ; VIII, 11 ; 82 ; Charax, 315 F 18 Jacoby ; Zénobe, III, 85 ; Hésych., s. ν. ‘Eρμών<>ιος χάρις ; Suidas, id.

20 Busolt, ο. l., II (1895), p. 530-531 ; Glotz-Cohen, o. l, II (1929), p. 26 ; H. Bengtson, Einzelpersönlichkeit u. athen. Staat z. Zeit des Peisistratos u. des Miltiades, dans Sitzungsber. d. Bayer. Akad. d. Wissensch., Philos.-histor. Abt., 1939, 1, p. 40 ; cf. Griech. Gesch., 1950, p. 143-144.

21 Ed. Meyer, Forsch. z. alten Gesch., I (Halle, 1892), p. 16 ; Gesch. des Alterth., III (1901), p. 297 [= IV, 15 (1954), p. 278, n. 3) ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, I, 1 (1912), p. 388, n. 2 ; [C] Fredrich, art. Imbros (1), dans R.E., IX, 1 (1914), col. 1106 ; art. Lemnos, ibid., XII, 2 (1925), col. 1929.

22 Glotz-Cohen, o. /., I (1925), p. 481 [en contradiction avec leurs données du tome II] ; [Ε.] Obst, art. Miltiades (2), dans R. Ε., XV, 2 (1932), col. 1686-1687 ; H. Berve, Miltiades. Studien z. Gesch. des Mannes u. seiner Zeit, dans Hermes. Einzelschr., 2 (1937), Ρ· 49-50.

23 Cf. B. D. Meritt-H. T. Wade-Gery - M. F. McGregor, The Athenian Tribute Lists, III (Princeton, 1950), p. 290-293. Observant que le tribut de Lemnos fut allégé en 450, interprétant I.G., I2, 947 et 948 comme des listes de clérouques, ces auteurs fournissent pour Thuc, VII, 57, 2 la seule interprétation réellement satisfaisante – celle d’où il ressort que les Lemniens et les Imbriens, en 415, étaient partim des ἄποικοι partim des κληροχοι.

24 M. Segre, Iscrizioni greche di Lemno, dans Annuario della R. Scuola Archeol. di Atene, 15/16 (1932/33 [1942]), p. 305-306 (n° 11, Héphaistia) et p. 294-297 (n  4, Myrina).

25 Ch. Picard - A. J. Reinach, Voyage dans la Chersonèse et aux îles de la mer de Thrace, 1re partie, dans B.C.H., 36 (1912), p. 330-338. (Le texte de l’inscription a été repris ad I.G., I2, 948.)

26 Glotz-Cohen, o. l., I (1925), p. 481, n. 264 ; Ad. Wilhelm, ap. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1273, n. 1 ; Obst, l.l.

27 Thuc, l. l. : τ ατ, ϕων κα νομίμοις τι χρώμενοι. Voir Meritt-Wade-Gery-McGregor, l. l., p. 292/293.

28 Sur cette troupe : Hdt., VI, 36 ; 39 ; Berve, ο. l, p. 40.

29 Berve, ο. l., p. 50-51, 55-56.

30 Hdt., VI, 136.

31 Hdt., V, 77·– Les combats en 507/6 (plus précisément, au printemps de 506), c’est une date sur laquelle les modernes sont tombés d’accord : G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 442 ; Glotz-Cohen, ο. l, I (1925), p. 480 ; Ph.-E. Legrand, Hérodote. Introd., 1932, p. 34 ; H. Bengtson, Griech. Gesch., 1950, p. 134 ; H. Berve, Griech. Gesch., 1951, I, p. 236. L’installation de la clérouchie, qu’Hérodote associe étroitement à la victoire (νικήσαντες ... κληρούχους ... λείπουσι), et qu’il signale avant de décrire le traitement des prisonniers, eut sans doute lieu durant cette même année 506. Je présume qu’on l’effectua au plus vite, afin que les colons pussent encore profiter de la moisson et des récoltes. Cf. d’ailleurs Diod., X, 24, 3 : ε ὐ θ ς πò τς μάχης Χαλκίδος κυρίευσαν. – Pour le quadrige de bronze, voir A. E. Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis, Cambridge Mass., 1949, nos 168 (p. 191-194) et 173 (p. 201-205). Vers le milieu du ve siècle, probablement après la bataille d’Oinophyta (457), l’épigramme primitive (I. G., I2, 394 11 = [Simon.], 100 a Diehl2) fut regravée avec une interversion des hexamètres (I.G., I2, 394 1 = (Simon.], 100 b D.2).

32 Hdt., VI, 100.

33 Élien, Histoire variée, VI, 1.

34 E. Caillemer, art. Colonia, dans Dictionn. des antiq., I (1887), p. 1301 b ; E. M. Walker, dans C.A.H., IV (1926), p. 161 ; V (1927), p. 96. Parmi les éditeurs ou commentateurs d’Hérodote, ni H. Stein5 (1894), ni W. W. How-J. Wells (1912), ni Ph.-E. Legrand (1946) ne renvoient le lecteur à l’Histoire variée.

35 Ad. Kirchhoff, Ueber die Tributpflichtigkeit der att. Kleruchen, dans Abhdl. d. kgl. Akad. d. Wissensch. zu Berlin, Philol.-histor. KL, 1873, p. 18 [zu hoch gegriffen] ; Busolt, l. l, p. 444, n. 1 [offenbar zu gross] ; O. Schulthess, art. Klerouchoi, dans R.E., XI, 1 (1921), col. 818 [wohl zu hoch gegriffen] ; Glotz-Cohen, l. l., p. 481, n. 262 [« le nombre plus vraisemblable de deux mille est donné par Élien »]. — R. W. Macan, dans son éd. des 1. IV-VI d’Hdt. (1895), ad loc, ne recommande pas formellement de se fier à Élien, mais trouve le chiffre d’Hérodote suspiciously large. A peu près dans le même sens : P. Östbye, Die Zahl der Bürger von Athen im 5. Jhdt (Skrifter udgivne af Videnshabsselskabet i Christiania, 1894 [1895], II : Historisk-filosofisk Kl., n  5), p. 7 et 9. – Seul, à ma connaissance, A. Böckh a nettement affirmé la précellence d’Hérodote sur Élien en ce qui concerne le chiffre des clérouques (Staatshaush. der Ath.3, Berlin, 1886, I, p. 501).

36 H. Swoboda, Zur Gesch. der att. Kleruchien, dans Serta Harteliana, Vienne, 1896, p. 30-31 ; E. Oberhummer, art. Chalkis, dans R.E., III, 2 (1899), col. 2082-2083 ; Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., IV (1901), p. 17 [= IV, 15 (1954), P.668.n. 2] ; Fr. Geyer, Topogr. u. Gesch. der Insel Euboia. I. Bis zum peloponnes. Kriege, Berlin, 1903 (Quellen u. Forsch. z. alten Gesch. u. Geogr., 6), p. 47, n. 3 ; 49 ; E. Ziebarth, dans I.G., XII 9 (1915), testim., p. 149 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., 11 (1926), p. 881, n. 1. — Swoboda passe ordinairement pour l’auteur de cette interprétation, qu’il a présentée comme originale. Bien avant lui, cependant, un des premiers membres de l’École française d’Athènes, J. Girard, avait rapporté le texte d’Hérodote à l’année 506, celui d’Élien à l’année 446/5 (Mém. sur l’île d’Eubée, dans Archives des miss, scient, et litt., 2 [1851], p. 658-659) : cf. Geyer, ο. l., p. 47, n. 3. – Sources littéraires anciennes pour l’expédition de Périclès en Eubée : Plut., Pér., 23, 3-4 ; Schol. Aristoph., Nuées, 213 ; cf. Diod., XII, 7. – Il serait vain de s’arrêter à l’opinion de K. J. Beloch (Griech. Gesch. 2, I, 1 [1912], p. 401, n. 3). Ne nie-t-il pas l’existence même de la clérouchie dont parle Hérodote ? Imputer à ce dernier, sans preuve aucune, une Vordatierung der Ereignisse von 445, c’est pousser l’hypercritique à un degré surprenant. Avant Beloch, Kirchhoff (l. l.) avait songé à une influence possible des événements du ve siècle sur la tradition relative à ceux du vie, mais il limitait cette influence au chiffre 4000, qu’Hérodote aurait tiré aus der Kopfzahl der Kleruchen..., welche zu Anfang des peloponnesischen Krieges auf den euböischen Ländereien sassen. (Pour Kirchhoff, rappelons-le, la donnée numérique d’Élien s’applique à 506, et doit être considérée comme exacte.)

37 Selon Hérodote (V, 77), les prisonniers béotiens étaient au nombre de 700. Ainsi, les rançons des Chalcidiens non comprises, Athènes récoltait déjà plus de 23 talents. A. E. Raubitschek (Dedications..., 1949, p. 193) fait valoir qu’un certain nombre de captifs peuvent n’avoir pas payé le prix imposé. Mais 200 drachmes ne devaient pas être alors impossibles à rassembler pour des hommes qui, dans leurs armées respectives, avaient servi au moins comme hoplites. Le témoignage ne permet d’ailleurs guère de croire qu’il y ait eu des exceptions : χρόνω ὲ ἔλυοάν σϕεας δίμνεως ποτιμηάμενοι. Hérodote a écrit σϕας (= τοὐς v ϕυλακ), et non τιvας, ou πολλούς, ou τούς πλείστους.

38 L’Histoire variée n’est en aucune manière le fruit d’un travail directement opéré sur des sources de la bonne époque : voir F. Rudolph, De fontibus quibus Ael. in var. hist. componenda usus sit, dans Leipz. Stud., 7 (1884), p. 93. Elle se rattache aux compilations de Favorinus et à celle de Pamphila, que Favorinus avait déjà exploitée : ibid., p. 137. Mais, comme telle, elle ne laisse pas de transmettre maints renseignements anciens de la plus grande valeur. La référence aux stèles du Portique-Royal (G. Busolt, Griech. Gesch.2, 11 [1895], p. 444, n. 1 : nach guter Quelle) me paraît caractéristique d’une recherche d’antiquaire ; et, des cas se rencontrant où Élien prolonge, sur quelque point, la tradition d’Androtion, de Phanodème, ou d’Istros (Rudolph, o. l., p. 35), on est fondé à croire que, par divers détours, son récit des « malheurs de Chalcis » dérive d’un noyau atthidographique (mais cf. infra, p. 153, n. 3).

39 A vrai dire, διοχιλίονς, chez Élien, admet une variante τεσσάρακοντα. R. Hercher ne la signale pas dans l’adnotatio critica de son édition de 1858 (coll. Didot) [celle de 1866, dans la coll. Teubner, ne comporte qu’un index mutationum, et celle de 1887, ibid., n’a plus aucun appoint critique]. Mais elle est connue de R. W. Macan (ad Hdt., V, 77), et elle figurait dans le texte même publié par K. G. Kuehn (1780), lequel reproduit cependant un commentaire de J. Voorbroek (Perizonius) : Certe XL sortes sunt nimis exiguae numéro. Il n’est pas douteux que τεσσαράκοντα apparemment mal représenté dans la tradition – est une simple faute de lecture, par laquelle ιοχιλίους se trouve indirectement confirmé. Un exemplaire correct portait εs, β κλήρους (B est la leçon que Perizonius attribue à un ms.) ; sous la forme ,u, le chiffre aura été lu μ (c.-à-d. μ.)

40 Pour interpréter correctement le texte de l’Histoire variée, on notera ces traits de vocabulaire : 1° γ est un terme plus général que χώρα (cf. J. H. H. Schmidt, Synonymik d. griech. Spr., III [1879], p. 56-57) ; 2° χώρα sert notamment à désigner une région dans laquelle se manifeste une certaine unité (ibid., II [1878], p. 8) ; 3° un τόπος peut être compris dans une χώρα (ibid., II, p. 14). Avec le type de sujétion imaginé par Athènes, le territoire [rural] de Chalcis (Χαλκιων γ) apparaissait comme la somme de trois catégories : a. les 2000 κλροι, résultat d’un morcellement de la région particulière (χώρα) connue sous le nom d’ ππόβοτος (« le Pacage aux chevaux ») ; b. les τεμέvη pour Athéna, sur le τόπος appelé Λήλαντον ; c. les terrains de reste ( λοιπή, sc. γ), objets de μισθώσεις, et constitués en domaine d’État. Il faut rejeter les tentatives qui ont été faites pour confondre ou imbriquer ces trois catégories, qu’Élien met en parallèle et présente comme nettement distinctes. On concédera que Λήλαντον, c’est-à-dire la plaine lélantine (cf. Strabon, X, 1,12 ; 3, 6, à rapprocher de 1, 3, 16 ; X, 1, 9), doit avoir relevé de l’ ππόβοτος χώρα, car il est naturel que les riches ‘Iπποβόται aient eu entre les mains la région la plus fertile du pays (selon E. Kirsten, l’élevage des chevaux se pratiquait effectivement dans la plaine lélantine [Beiträge..., ap. A. Philippson, Die griech. Landschaften, 1, 2, Francfort, 1951, p. 675]). Mais le témoignage d’Élien n’implique nullement que les τεμένη aient compté parmi les 2000 κλροι (malgré ce qui se fit en 427 à Mytilène, où, sur 3000 κλροι, 300 furent mis de côté pour les dieux : Thuc, III, 50, 2). Il n’implique pas davantage que ces κλροι aient eu quelque chose à voir avec la λοιπ γ. Plusieurs modernes raisonnent comme si Élien avait écrit : κρατήσαντες Χαλκιδέων κα κατακληρουχήσαντες ἐς δισχιλίους κλήρους ατν τν γν, τν ππόβοτον καλουμένην χώραν, τεμένη μν νκαν..., τήν δ λοιπν μίσθωσαν... De leur nombre sont Ad. Kirchhoff (dans Abhdl. Akad. Berlin, Philol.-hisior. Kl., 1873, p. 18) ; P. Foucart (Mém. sur les colonies ath. au cinq, et au quatr. s., dans Mém. prés, à l’Acad. des Inscr. et B.-L., 1re série, 9,1 [1878], p. 344-345) ; M. Duncker (Gesch. des Alterth.3–5, VI [Berlin, 1882], p. 576, n. 1) ; H. Swoboda (dans Serta Harteliana, 1896, p. 31) ; Fr. Geyer (Topogr. u. Gesch. der Insel Euboia. I, 1903, p. 49). Posant plus ou moins clairement l’équivalence « o κλροι = ή λοιπή (= ή γ Χαλκδέων ou ππόβοτος χώρα moins les τεμένη) », ils défendent l’idée que les lοts furent donnés en location. Pour Kirchhoff, Foucart et Duncker, les locataires auraient été les clérouques eux-mêmes. Après U. Köhler (Att. Volksbeschluss, dans Ath. Mitt., 9 [1884], p. 121 et n. 1), Swoboda a rejeté avec raison une conception aussi étrangère à la nature et aux objectifs de l’institution clérouchique. On n’approuvera pas pour autant son hypothèse personnelle, selon laquelle des gens du pays auraient été les fermiers des clérouques athéniens, comme à Mytilène après 427 (Thuc, l. l.), ni l’hypothèse de H. Nesselhauf, selon laquelle les κλροι ne devraient pas s’interpréter comme une κληρουχία (Unters. z. Gesch. der delisch-att. Symmachie, dans Klio. Beihefte, 30 [1933], p. 138-139). On ne se rangera pas non plus aux vues de B. D. Meritt-H. T. Wade-Gery - M. F. McGregor (The Athenian Tribute Lists, III [1950], p. 296), qui limitent le morcellement du territoire chalcidien aux κλροι et aux τεμένη, et proposent de corriger τν λοιπν en τò λοιπòν : quand bien l’inscription qu’ils allèguent (I.G., I2, 376 + Hesp., 12 [1943], p. 28), et qu’A. E. Raubitschek date de 426/5 (dans Hesp., l. l, p. 32-33), démontrerait d’une manière irréfutable la μίσθωσις des τεμένη mêmes signalés par Élien, elle ne saurait impliquer qu’un système de location ait été exclu ailleurs — en l’occurrence, dans cette λοιπ γ qu’ils écartent du témoignage. La division en trois catégories, requise par la forme grammaticale de ce dernier, a été opérée comme il fallait par J. Girard (dans Archives des miss, scient, et litt., 2 [1851], p. 659), Köhler (l. l.), P. Guiraud (La propriété foncière en Grèce, Paris, 1893, p. 201), G. Busolt (Griech. Gesch.2, II [1895], p. 444 ; cependant, Griech. Gesch., III [1897], p. 432, n. 1, le même se rallie à l’opinion de Kirchhoff). Mais aucun de ces savants ne dit que la λοιπ ait été donnée à bail à des indigènes. Or tel fut nécessairement le cas. Si les Chalcidiens n’avaient plus eu de terres à cultiver, on comprendrait mal que leur tribut, dans les années qui suivirent la rébellion, ait encore pu se monter à 3 talents, c’est-à-dire à 60 % de ce qu’il était auparavant : voir les relevés de Meritt - Wade-Gery - McGregor, The Athenian Tribute Lists, I (Cambridge Mass., 1939), p. 438-439.

41 I.G., I2, 39 Texte du serment chalcidien : 1. 21-32 (il y est question – cf. la fin de la note précédente – du tribut à payer : 1. 25-27). La prestation de ce serment incombait à τòς hεβõντας hάπαας (1. 32-33), toute dérobade individuelle étant punie de sanctions aussi graves que l’atimie et la confiscation des biens (1. 33-36). La livraison des otages avait été réglée par un décret antérieur, que les Athéniens ne consentaient pas à modifier pour l’instant (1. 47-49 : περ δ τõν hομέρον ποκρίνασθαι Χαλκιδεσιν τι νμ μν θεναίοις δοκε v κατ τ ϕσεϕισαμένα).

42 Le décret I. G., I2, 39 ne laisse entrevoir aucune date pour la libération des otages, mais souligne, au contraire, que celle-ci dépendra du bon vouloir athénien (1. 49-52 : hόταν δ δοκει, βολευσάμενοι ποέσοσι τν διαλλα[γ]έν, καθότι, ν δοκέι πιτδειov vaι θεναίoις κα Χαλκιδεσιν). Cas d’Érétrie : Hésych., s. v. ρετριακòς κατάλογος ; Photios, Lex., id. (-τρικός). On appelait « catalogue érétrien » la liste des otages qui avaient été choisis à Érétrie, dans les familles riches, sous l’archontat athénien de Diphilos (442/1).

43 Une telle conclusion, défavorable aux Athéniens, dont elle souligne la rigueur implacable, ne provient certes pas du lointain atthidographe. Fr. Geyer a voulu y voir une interpolation, qui commencerait déjà à la proposition τοὐς δὲ αχμαλώτους δησαν (Topogr. u. Gesch. der Insel Euboia. I, 1903, p. 49, n. 2). Ce serait une glose inspirée par le passage d’Hérodote (entendons : par l’indication ἐv πέδαις δήσαντες, et par le second hexamètre de l’épigramme citée, δεσμ v χλυόεντι σιδηρέ σβεσαν βριν). Mais rien ne nous permet de contester qu’il y ait eu, en 446/5, des αχμάλωτοι δεθέντες. Quant à l’observation morale, comment croire qu’elle n’appartient pas au texte de l’Histoire variée, alors que les paragraphes 1-5 du livre VI sont justement un catalogue de divers exemples de cruauté et d’orgueil ? Dans le premier de ces exemples, après avoir exposé les sanctions athéniennes, il était naturel de marquer le sentiment dont elles avaient procédé – un θυμός σβεστος et, dès lors, βριστικός. Peut-être Élien n’a-t-il pas eu à intervenir : selon F. Rudolph (dans Leipz. Stud., 7 [1884], p. 41), les cinq récits qu’il nous transmet avaient été réunis antérieurement, s. υ. βρις, dans un lexicon rerum. Je crois qu’on peut reconnaître dans l’auteur de ce lexique l’auteur même de la proposition κα οδε νταθα ... θυμόν. Lui avait-elle été suggérée par Hdt., V, 77 ? H. Swoboda, qui l’attribue à Aelian oder seiner Vorlage (dans Serta Harteliana, 1896, p. 77), — en citant lui aussi l’étude de Rudolph, — se prononce résolument pour l’affirmative. Afin de démontrer l’βρις athénienne, le sens de l’épigramme aurait été retourné (en effet, il y est question de l’βρις des Chalcidiens !). Je doute fort, quant à moi, qu’un rapport de filiation existe entre les deux idées : σβεσαν se retrouve de part et d’autre, mais peut-on fonder quelque chose sur un verbe qui, dans son emploi figuré, était banal ?

44 La visite à Athènes eut apparemment lieu durant l’hiver 499/8. Voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 537, n. 3 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 2 (1916), p. 58 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 31.

45 Hdt., V, 97.

46 G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 987 et n. 2. — L’institution de l’ostracisme, ordinairement attribuée à Clisthène, ne date peut-être que de 488 : voir C. Hignett, A Hist. of the Athen. Constit. ..., 1952, p. 159-164, 185.

47 Busolt-Swoboda, l. l. avec n. 3. Cf. R. J. Bonner, The Minimum Vote in Ostracism, dans Class. Philol, 8 (1913), p. 225.

48 Ph.-E. Legrand, dans son éd. d’Hdt., V (1946), p. 132, n. 2.

49 II y a des exemples de μυρίοι « innombrables » (lat. sescenti) dans toutes les grammaires et dans tous les dictionnaires. Sur τρες et τρίς comme renforcements, voir H. Usener, Dreiheit, dans Rh. Mus., 58 (1903), p. 357-358 ; G. Germain, Homère et la mystique des nombres, Paris, 1954. P. 12.

50 Πολλα μυριάδες : Hdt., II, 45 ; 61 ; VIII, 71 ; IX, 70. – Seuls emplois de μυρί(οι) : I, 126 [γαθά] ; II, 37 [θρησκείας] ; 172 [γαθά] ; de μυρί(ος) : II, 136 [ιν; 148 [θμα] ; VI, 67 (bis) [κακότητος, εδαιμονίης].

51 Voir Hdt., IV, 86 ; IX, 29. Dans ces deux passages, des unités d’autres rangs viennent s’ajouter aux τρες μυριάδες, l’ensemble exprimant une mesure précise (distance en brasses, dénombrement d’une armée d’hoplites).

52 Hdt., II, 163 (Apriès arme contre Amasis νδρας πικούρους τρισμυρίους. Il s’agit bien de 30 000 auxiliaires, et non pas d’auxiliaires « innombrables », comme on le voit clairement en II, 169 : πλήθεϊ δ πολλ λάσσονες όντες). En VII, 184 ; IX, 28 ; 29 (effectifs divers), τρισμύριοι s’accompagne d’unités des rangs inférieurs.

53 Eschyle, Perses, 315 (ππου ... τρισμυρίας pour l’escadron d’Artamès — un contingent perse à côté d’autres, dont la valeur numérique est soulignée [μυρίας ππου 302, χιλίαρχος 304, μυριόνταρχος 314. πεντήκοντα πεντάκις νεν 323] ; les chiffres d’Eschyle sont peut-être factices, mais les noms propres dont il a semé le passage prouvent qu’il visait à un effet réaliste, c’est-à-dire à donner l’impression d’un catalogue véritable) ; Aristoph., Ois., 1136 (ς τρισμύριοι γέρανοι : le mot ς, servant à marquer l’approximation, impose l’interprétation « arithmétique ») ; ibid., 1179 (τρισμυρίους έρακας πποτοξότας : le texte n’est vivant et drôle que si le messager fournit un nombre réel. Cf., outre la référence précédente, 100 brasses de hauteur pour le mur de Coucou-les-Nuées [v. 1131], 10 000 cigognes travaillant comme maçons [v. 1139, où la leçon μύριοι doit être préférée à μυρίοι], plus de 600 porphyrions envoyés comme troupes de choc [v. 1251], plus de 10 000 immigrants attendus [v. 1305, où la variante à choisir est encore μύριοι, l’idée de supplément exprimée par πλεν montrant bien que μυριοι est un nombre]) ; Philémon, 89 Kock, v. 7/8 [C.A.F., II, p. 504] (τρισμυρίας ἀλώπεκας : la suite du fragment – non identifié – suggère que le nombre de 30 000 renards doit avoir été choisi par référence à un groupe social ou politique bien déterminé dont le personnage qui parle est un élément).

54 Voir notamment Ed. Meyer, Forsch. z. alten Gesch., 1899, II, p. 180-181 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 766, n. 3 ; A. W. Gomme, The Population of Athens in the Fifih and Fourth Cent. B.C., Oxford, 1933 (Glasgow Univ. Public, 28), p. 3 et n. 1.

55 Ceci est reconnu par Gomme (l. l.). Le témoignage n’en indiquerait pas moins, selon lui, à quel point le nombre de 30 000 citoyens était devenu conventionnel. Mais comment une mesure de convention ne cesserait-elle pas d’être telle quand on l’applique à une réalité insolite, différente de celle qu’elle servait à mesurer ? Supposé que 30 000 ait été un nombre « classique » de citoyens, il semble que Ménandre aurait justement dû en choisir un autre, plusieurs fois aussi élevé, pour que la réflexion de son personnage ne fût pas comprise de travers. En outre, le chiffre de 20 000 Athéniens, que Gomme considère comme également stéréotypé, est caractéristique d’auteurs du ive siècle (Plat., Critias, 11 D ; Démosth., Contre Aristogiton [25], 51 ; cf. Philoch., 328 F 95 Jacoby) : cliché pour cliché, n’est-ce point le plus récent, le plus « actuel », qu’on s’attendrait à trouver chez Ménandre ?

56 Y a-t-il lieu d’y joindre celle qu’implique le passage de Philémon cité supra, p. 156, n. 5 ? Le groupe auquel se réfère le poète comique serait le nombre présumé des Athéniens (à la fin du ive siècle ou au début du me). Seulement on peut y voir, avec autant de vraisemblance, un total de population, comme dans Ménandre. Ou autre chose encore, que le défaut de données plus étendues ne permet pas de préciser.

57 Voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 452 ; C. F. Lehmann, Zur Gesch. u. Überlief. d. ion. Aufstandes, dans Klio, 2 (1902), p. 337-339· Entre Hécatée et Hérodote, Lehmann met un intermédiaire : Denys de Milet. Cf. aussi F. Jacoby, art. Herodotos, dans R.E., suppl. II (1913), col. 439.

58 Hdt., V, 36 ; 124-126. Cf. Busolt, l. l., p. 452, n. 4.

59 Voir G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1276.

60 Cf. P. Foucart, dans B.C.H., 12 (1888), p. 6.

61 Hdt., VI, 100. – Il va de soi que les clérouques ne quittèrent pas l’Eubée de leur propre initiative. Ils avaient dû envoyer à Athènes un rapport où ils faisaient état des révélations d’Aischinès, en même temps que de leur impression personnelle également défavorable.

62 Sur le caractère héréditaire de la condition de clérouque, cf. p. ex. G. Busolt-Η. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1276.

63 Busolt - Swoboda, l. l.

64 Hdt., VI, 109 ; 112. Cf. [Lys.], Or. funèbre (2), 24 ; Isocr., Panég. (4), 86.

65 Hdt., VI, 108.

66 [Plut.], Parall. min., 1 (Mor., 305 B) ; Paus., X, 20, 2 ; Suid., s. υ.Ιππίας ( 545 Adler).

67 Corn. Nepos, Milt, 5, 1.

68 Schol. Aristoph., Cav., 781. Repris par Suid., s. υ. διεζιίσω.

69 Justin, II, 9, 9.

70 [Κ.] J. Beloch, Die Bevölk. d. griech.-röm. Welt, Leipzig, 1886, p. 60. Comme on le verra, Beloch n’est d’ailleurs pas resté fidèle à sa première opinion.

71 G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), P. 35. n. 141.

72 J. Mālzer, Verluste u. Verlustlisten im griech. Altertum, diss. Iéna 1912, p. 12 ; J. A. R. Munro, dans C.A.H., IV (1926), p. 239-240 ; J. Kromayer (-G. Veith), Heerwesen u. Kriegfuhrung der Griechen u. Römer, 1928, p. 45 ; J. Carcopino, L’Ostracisme athénien, 1935. P. 107.

73 Paus., IV, 25, 5.

74 Hdt., VII, ιο (μονοι θηναοι) ; IX, 27 (μονοι λλήνων) ; Thuc, I, 18, 1 (πρòς θηναίους) ; 73, 4 (μóνοι) ; [Lys.], Or. funèbre (2), 20 (μόνοι), etc. Voir Jacqueline de Romilly, Thuc. et l’impérialisme athénien, Paris, 1947, p. 207-208. – Hérodote souligne que, lors des grandes fêtes pentétériques de son époque, le héraut continuait, en mémoire de Marathon, à formuler des « vœux de bonheur » ἅμα τε θηναίοισι... κα Πλαταιεσι (VI, 111). C’était là un usage officiel. Les références produites ci-dessus témoignent que la littérature et l’opinion ne se souciaient guère, elles, de faire encore un sort aux vaillants alliés de jadis. Quand il en arrive aux pertes de Marathon (VI, 117), Hérodote oppose τν βαρβάρων... θηναίων δέ : il oublie déjà les Platéens. La tradition exclusive et ingrate explique, dans une certaine mesure, le peu de soutien qu’Athènes accorda à Platées en 428/7. Après la chute de la ville, elle se maintint d’autant plus facilement que les Platéens survivants reçurent la citoyenneté athénienne : cf. Lys., Contre Pancléon (23), 2 ; Isocr., Panath. (12), 94.

75 Lib., Discours, 30, 32.

76 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 329 [= IV, 15 (1954), p. 309, n. 2] ; W. W. How-J. Wells, A Comment, on Herod., 1912, II, p. 114 ; Mälzer, l. l. ; Munro, l. l. ; Carcopino, o. l, p. 107, n. 2 [corriger le lapsus ou la faute d’impression « 100 hommes par tribu »].

77 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 584, η. 1 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (1914), p. 22, n. 1. Cf. Munro, l. l.

78 Sur le caractère relativement sommaire et mal assuré de la narration, voir How-Wells, l. l, p. 354. Sur le fait qu’Hérodote pourrait n’avoir pas eu le loisir de réviser dûment l’ensemble de son œuvre : Ph.-E. Legrand, Hérodote. Introd., 1932, p. 169, n. 3.

79 Cf. A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd., 1894, p. 239.

80 Hdt., VI, 117.

81 Busolt, l. l., p. 595, n. 1 ; Mälzer, ο. l., p. 13. Cf. Hdt., VIII, 24 ; Xén., Anab., III, 2, 12.

82 Val.-Max., V, 3, ext. 3 ; [Plut.], Parall, min., 1 (Mor., 305 B) ; Paus., IV, 25, 5. – Peut-être cette estimation reposait-elle sur le chiffre des effectifs terrestres que Xerxès octroya, après la bataille de Salamine, à son lieutenant Mardonios : τριάκοντα μυριάδες (Hdt., VIII, 100 ; 101 ; 113 ; IX, 32 ; Plut., Arist., 10, 1 ; 19, 5).

83 Parmi ceux qui l’ont jugée inacceptable, citons Busolt (l. l., p. 584, n. 1) et Beloch (o. l., II, 1 [1914], p. 21 ; 2 [1916], p. 79). Tous deux se fondent sur des chiffres d’effectifs qui apparaissent à l’époque de la guerre du Péloponnèse – une soixantaine d’années plus tard. Mais tandis que le premier croit nécessaire d’élever les 9 000 unités à 13 000 au moins, l’autre est d’avis de les ramener à 7 000, voire à 6 000 unités !

84 Busolt, l. l. ; Ed. Meyer, Forsch. zur alten Gesch., 1899, II, p. 184 ; Gesch. des Alterth., III (1901), p. 329 [= IV, 15 (1954), p. 309, n. 2] ; How-Wells, l. l. Moins affirmatif : Munro, l. l. Cf. Hdt., IX, 28.

85 Paus., I, 32, 3.

86 Hdt., VIII, 16.

87 Cf. infra, p. 180.

88 Hdt., VIII, 44 ; 50 ; Diod., XI, 14, 5.

89 Hdt., IX, 28-29.

90 Hdt., IX, 30.

91 Hdt., VI, 112.

92 Ibid. Cf. W. W. How, On the meaning of ΒΑΔHN and ΔΡΟΜΩΙ in Greek Historians of the Fifth Cent., dans The Class. Quart., 13 (1919), p. 42.

93 Eschyle, Perses, 240 (où il s’agit bien de Marathon : cf. 236, 244).

94 Aristoph., Cav., 781.

95 Notamment K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (1914), p. 21 ; 2 (1916), p. 80.

96 Paus., I, 32, 3.

97 Paus., VII, 15, 7.

98 Rachel L. Sargent, The Use of Slaves by the Athenians in Warfare. I, dans Class. Philol., 22 (1927), p. 212 [avec la n. 1, où figurent les mots guillemetés, une citation d’A. Croiset].

99 J. A. Notopoulos, The Slaves at the battle of Mar., dans A. J. Ph., 62 (1941), p. 353-354.

100 Sargent paraît être de cet avis (l. l., p. 211) : ...in the emergency when the Spartans did not arrive...

101 Arstt., Rhét., III, 1411 a 10-11 ; Démosth., Ambass. (19), 303, avec la scholie (438, 16, Oral, att., II, p. 637 [Müller-]Hunziker) ; Plut., Quaest. conv., I, 10, 3, 3 (Mor., 628 E).

102 Notopoulos, l. l. (renvoyant à Plat., Lois, XI, 914 A).

103 Hdt., VI, 111.

104 Paus., X, 20, 2.

105 Hdt., I, 191 ; Thuc, I, 93, 6 ; II, 6, 4 ; Xén., Hell., VII, 2, 18. Une expression analogue à celle qu’a employée Pausanias figure dans Thuc, II, 44, 4 : Périclès, vers la fin de son oraison funèbre, range la partie âgée de la population, les « vieux », v τ χρεί τς λικίας.

106 Voir p. ex. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1185-1186.

107 Ibid. – Ce fut le cas une trentaine d’années plus tard, dans la longue guerre contre Égine (461-455) : Myrônidès y utilisa les réserves que constituaient, selon ps.-Lyslas (Or. funèbre [2], 50), ο γεραίτεροι κα o τς λικίας ντòς γεγονóτες.

108 Voir R. Kühner-B. Gerth, Ausführl. Gramm. der griech. Spr., Satzlehre, I (1898), p. 467, Anm.

109 Hdt., V, 81.

110 Cf. G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 644-647 [surtout p. 644, n. 3 ; 647, n. 5] ; R. W. Macan, Herodotus. The fourth, fifth, and sixth Books, II (1895), p. 108-120 ; W. W. How-J. Wells, A Comment. On Herod., 1912, II, p. 101-102 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. Gr., II (1929), p. 55 ; A. Andrewes, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 37 (1936/37 [publié 1940]), p. 1-7. Ces modernes n’ont pas tous respecté la trame des Histoires. Je n’y vois rien, pour ma part, qui nécessite de violentes distorsions. Hérodote est trop souvent resté dans le vague. Mais pour rendre ses données cohérentes, il n’est pas besoin de les modifier : il suffit de combler un vide çà ou là.

111 Hdt., VI, 87.

112 Hdt., VI, 88-92.

113 Hdt., VI, 92-93. – Mon interprétation de cette phase se fonde sur les points suivants : 1. Les 1000 volontaires argiens ne se trouvaient pas encore à Égine quand les Éginètes furent battus sur mer. 2. Leur troupe se constitua seulement quand la cité d’Argos eut refusé toute intervention officielle (deux faits qui supposent un certain délai). 3. Ils furent apparemment les seuls combattants auxquels les Athéniens eurent affaire dans l’île (d’où l’on peut déduire qu’ils étaient venus pour attirer les Athéniens sur la terre ferme et permettre à la « Résistance » éginétique d’opérer tranquillement ailleurs). 4. L’engagement avec les Argiens eut lieu περικατημένων θηναίων Aγιvav (Hdt., IX, 75), une expression où l’on a voulu voir la preuve d’un siège d’Égine consécutif à la victoire navale des Athéniens, mais qui, à mon avis, marque simplement le stationnement prolongé, sur les rivages de l’île, de leur « flotte occupante ». – A l’époque de l’affaire de Corcyre (433), les députés corinthiens rappelèrent aux Athéniens que Corinthe leur avait jadis prêté 20 navires pour lutter contre les Éginètes (πρòς τòν Αγινητ πρ τ Μηδικά πόλεμον) et que ce service, joint à l’attitude de la même cité pendant la révolte de Samos (440), avait amené Αγινητν μν πικράτησιν, Σαμίων δ κóλασιν (Thuc, I, 41, 2). Le mot ἐπικράτησις s’oppose-t-il à ce que les Éginètes aient réussi, en 488/7 (l’année du prêt), à rétablir leur situation compromise ? Il me paraît que non. Si Athènes avait alors eu l’avantage, Thémistocle n’aurait pu, quelque quatre ans plus tard, axer son gigantesque programme sur les nécessités de la guerre éginétique. La thèse de Corinthe était probablement la suivante, assez spécieuse : « Sans les vingt trières que nous vous avons accordées, vous auriez été écrasés par Égine avant la deuxième guerre médique ; grâce à nous, vous avez, du moins, pu tenir cette cité en respect ; ainsi, nous sommes la cause lointaine du triomphe définitif que vous avez remporté sur elle beaucoup plus tard » (sc. en 457, à une date plus rapprochée de la Σαμίωv κόλασις).

114 Hdt., VII, 145 ; cf. Plut., Thém., 6, 5. – Des frictions n’en continuèrent pas moins de se produire, même au plus fort de la guerre contre Xerxès : voir B.C.H., 76 (1952), p. 428-429.

115 Hérodote ne signale que les 3 Athéniens tués, en combat singulier, de la main du chef argien Eurybatès (VI, 92.)

116 Hdt., VII, 184.

117 Hdt., VII, 185.

118 Hdt., VIII, 17.

119 Dans Hdt., III, 14, il s’agit des représailles exercées par Cambyse contre Psamménite. L’équipage entier d’un navire de guerre ayant été exterminé à Memphis, les juges royaux prononcèrent que, pour chaque victime, 10 Égyptiens de haut rang devaient périr : or c’est 2000 adolescents qui furent mis à mort en exécution de la sentence (10 X 200). – Il ressort de Thuc, VI, 8, 1 et 31, 3 que, durant l’expédition de Sicile, au taux d’une drachme par marin et par jour, 60 talents ou 360 000 drachmes constituaient le total des soldes mensuelles nécessaires à 60 trières (360 000 = 60 X 30 X 200). — Fixant à 60 000 le nombre des circonscriptions territoriales et militaires de l’Atlantide (Critias, 119 A-B), Platon précise que, à raison de 4 marins chacune, elles fournissaient de quoi remplir 1200 vaisseaux (60 000 X 4 = 1 200 X 200).

120 A. Cartault, La trière athénienne, 1881, p. 224-235.

121 Cartault, o. l., p. 134-135. Inventaires de la marine : I.G., II2, 1604-1632.

122 Cf. Cartault, o. l., p. 236-237 ; C. N. Rados, La bat. de Salam., 1915, p. 92 (en bas).

123 Cartault, o. l., p. 237.

124 Plut., Thém., 14, 2.

125 En VII, 184, il fait un compte spécial pour 30 épibates admis sur chaque trière de la flotte asiatique de Xerxès : c’étaient là des épibates surnuméraires, χωρς κστων τν πιχωρίων πιβατέων (qui, eux, se trouvent clairement inclus parmi les διηκόσιοι vδες v κάστη νη).

126 Cartault, ο. l, p. 235. Le texte de Callixène sur lequel il s’est fondé (1 Müller [F.H.G., III, p. 55-56] = Ath., V, 203 E-204 D) mentionne aussi 2850 épibates. Ce chiffre énorme est vraiment hors de proportion si l’on institue une comparaison avec la trière. Toutes les indications de Callixène prouvent que la tessaracontère était un bâtiment sui generis, appelé à manœuvrer d’une façon spéciale, et n’autorisant aucune inférence quant au nombre des matelots que réclamait le τύπος τριηρικός.

127 Cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 352.

128 Cartault, ο. l., p. 237, n. 6 (série de recoupements que permet le texte de Thucydide).

129 Je dis : « quelques rameurs ». Il n’est pas question d’en admettre seulement 150. Ce chiffre, qui a joui d’une certaine faveur chez les modernes, ne repose que sur une conception fautive du rôle dévolu au πεντηκόνταρχος. La trière n’avait point, pour 3 escouades de 50 rameurs, 3 officiers ainsi nommés. Elle en possédait un seul, qui s’occupait de l’intendance et qui, vu l’importance de ses attributions, avait rang de « commandant d’une pentécontore ». Voir Cartault, o. l., p. 168, 233-234.

130 Dans la ligne de ses propres calculs, Rados (l. l.) a estimé que 8 matelots par trière pouvaient suffire.

131 Hdt., VIII, 1. Cf. B.C.H., 76 (1952), p. 386-405.

132 A. Böckh (-M. Fränkel), Die Staatshaush. der Ath.3, 1886, I, p. 501. Cf. W. W. How-J. Wells, A Comment. on Herod., 1912, II, p. 42.

133 Hdt., VIII, 46.

134 S.I.G.3, 31 (M. N. Tod, A Sel. of Greek Histor. Inscr.2. réimpr. 1951, n  19) ; Paus., V, 23, 2.

135 Ad. Kirchhoff, dans Abhdl. Akad. Berlin, Philol.-histor. Kl, 1873, p. 18.

136 H. Swoboda, dans Serta Harteliana, 1896, p. 30-31. A l’un ou l’autre détail près, les trois phrases suivantes reproduisent son argumentation.

137 Hdt., IX, 28. Les Chalcidiens engagèrent à Platées 400 hoplites – auxquels pouvaient avoir été adjoints des ψιλο plus nombreux (cf., à propos de la bataille, ma remarque sur le sens de l’expression hérodotéenne ς ες πεp καστον ἐὼv νδρα).

138 Supra, p. 151 et n. 2.

139 Plut., Pér., 23, 4.

140 Cf. Rachel L. Sargent, dans Class. Philol, 22 (1927), p. 278-279.

141 Hdt., VIII, 1.

142 Sur l’évolution numérique des forces platéennes depuis la bataille de Marathon, voir supra, p. 167-168.

143 Ctés., Pers., 26.

144 Plut., Thém., 14, 2.

145 Voir B.C.H., 76 (1952), p. 438-439.

146 Eschyle, Perses, 460-461.

147 B.C.H., l. l., p. 407-408 ; 408, n. 1.

148 Cf. [H.] Hommel, art. Metoikoi, dans R.E., XV, 2 (1932), col. 1446 : Zum Militärdienst scheinen die M. etwa seit Mitte des 5. Jhdts. verwendet worden zu sein.

149 Grecs tués : Πολλαί μν δ τν λλήνων vέες διεϕθείροντο, πολλο δ vδpες (Hdt., VIII, 16). Au moins 1 000 Grecs prisonniers [i. e. 200 X 5] : Αγύπτιοι·.... o... vaς ατοσι νδράσι ελov λληνίδας πντε (VIII, 18). Soin des cadavres : O δ λληνες ... τν μν νεκρν ... πεκράτεον (VIII, 18). – Hérodote n’envisage dans leurs conséquences que les engagements du troisième jour, mais on doit noter que ce furent les derniers, et de beaucoup les plus importants.

150 Hdt., VIII, 18. Voir B.C.H., l. l, p. 409-411. – La trière éclaireuse de la flotte athénienne avait été capturée par les Perses, mais son équipage avait pu s’échapper et regagner Athènes par la voie terrestre (Hdt., VII, 182).

151 Hdt., VIII, 51-53.

152 Hdt., VIII, 51. Cf. supra, p. 133 et n. 3.

153 Hdt., IX, 99.

154 La tradition propre à Ctésias, selon laquelle la garnison de l’Acropole se serait échappée de nuit avant l’assaut final et l’incendie (Pers., 26), doit sans doute son origine à une confusion des deux groupes. Ctésias savait que des Athéniens non évacués avaient survécu, et il aura expliqué pourquoi – à sa manière.

155 Hdt., VIII, 65. – D’autres auteurs rapportent le prodige avec des variantes de détail, sans fournir de chiffre : Plut., Thém., 15, 1 ; cf. Phoc, 28, 3 ; Ael. Arist., 46, 213-214 (II, p. 282 Dindorf). avec Schol. ABC à 13, 143 (III, p. 185 D.) et Schol. Oxon. à 46, 213 (III, p. 648 D.) ; Schol. Aristoph., Nuées, 304. Cf. Polyen, III, 11, 2 ; Libanios, Discours, 30, 32. – La relation qu’on trouve chez Aristodème (104 F 1,8 Jacoby) est pareille à celle d’Hérodote, mais plus ramassée ; elle mentionne comme objet de la vision de Dikaios κονιορτòν ώς διαμυρίων νδρν. Dans le texte d’Aristodème, elle constitue une interpolation manifeste, une addition inspirée par la lecture des Histoires : voir la notice générale et le commentaire particulier de Jacoby (F.Gr.H., II, C [1926], p. 320). La variante numérique qu’elle présente est, à mon sens, une corruption paléographique propre à la tradition aristodémienne. Dans celle-ci, le nom du visionnaire Δίκαιος apparaît, en début de phrase, sous la forme fautive ïvεoς, fruit d’un orthographicum (ε pour αι) et d’une altération d’un autre type (ιv pour διk), qui n’a rien à voir avec la prononciation byzantine et semble avoir été provoquée par la finale d’λλησιν, dernier mot de la phrase précédente. Au stade INAIOC, plutôt que de corriger le nom propre, un lecteur l’avait probablement glosé en le surmontant des lettres qui rétabliraient la forme hérodotéenne :
Δ IC
INAIOC
Plus tard, n’ayant pas compris le sens de la note interlinéaire, un copiste déchiffra les lettres ΔΙC et, trop scrupuleux pour n’en pas tenir compte, les transcrivit en marge du texte. Mais δισ n’avait aucun sens, sauf pour celui qui, lisant τρισμυρίων dans les parages immédiats, pouvait y voir une invitation à écrire δισμυρίων. Telle a été, je pense, l’erreur commise.

156 M. Duncker, Ein angeblicker Gesetz des Perikles, dans Sitzungsber. der kgl. preuss. Akad. der Wiss. zu Berlin, 1883, p. 939 ; [K.] J. Beloch, Die Bevölk. d. griech.-röm. Welt, 1886, p. 59, n. 2 ; Ed. Meyer, Forsch. zur alten Gesch., II (1899), p. 180.

157 Marie Delcourt, L’Oracle de Delphes, 1955, p. 130 ; R. Crahay, La litt. oraculaire chez Hérod., 1956, p. 300, 303-304.

158 Dans une fraction de la tradition posthérodotéenne (Schol. ABC à Ael. Arist., 13, 143 [III, p. 185 D.]), le symbole change de valeur. La nuée se porte κατ Περσικν τριηρών : elle n’est plus bénéfique, mais signe d’hostilité.

159 « Plut., Thém., 15, 1.

160 Hdt., I, 164 ; III, 22 ; 114 ; 149 ; IV, 90 ; V, 9.

161 Ael. Arist., 19, 259 (I, p. 421 D.). Sur l’impropriété du nom qu’Aelius donne au sanctuaire d’Éleusis, voir [C] Wachsmuth, art. Eleusinion, dans R.E., V, 2 (1905), col. 2333.

162 Arstt., Constit. d’Ath., fr. 385 Rose = Lex. de Patmos, dans B.C.H., 1 (1877), p. 152 ; Schol. A à [Plat.], Axioch., 371 E (p. 413 Greene) ; Harpocr., s.v. τριττύς. Voir aussi : Pollux, VIII, iii ; Harpocr., s. ν. γεννται ; Schol. BT à Plat., Phil., 30 E (p. 51-52 Gr.) ; Schol. AO à Plat., Lois, IX, 878 D (p. 350 Gr.) ; Eust., 239, 37. – Le nombre 10 800 correspond au produit : 4 (tribus) X 3 (trittyes ou phratries) X 30 (génè) X 30 hommes. Certaine critique moderne lui a dénié toute portée réelle, à cause de la relation qui, selon Aristote lui-même, aurait été établie entre ces termes et les divisions de l’année : 4 tribus comme les 4 saisons, 4x3 trittyes (phratries) comme les 12 mois, 4 X 3 X 30 génè comme les 360 jours (30 par mois). Certes, tout cela est naïvement systématisé. Le chiffre des génè paraît beaucoup trop fort, et les citoyens en cause sont assimilés à tort aux γεννάται, qui n’en étaient qu’une partie : cf. G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. iii, n. 2. Mais comment ne pas s’étonner du quatrième facteur de la multiplication, les 30 hommes par γένος, qui ne prolongent en rien la comparaison avec la mesure du temps ? Si Pollux (l. l.) assimile le γένος au groupe de parents dénommé τριακάς « trentain », c’est là une explication audacieuse qui lui appartient en propre : le nom τριακάς ne figure ni dans les différentes rédactions qui citent nommément Aristote, ni dans les autres témoignages complémentaires. Les deux réalités 4 et 12 avaient donné l’idée d’une construction arithmétique que l’on poursuivit artificiellement jusqu’à l’obtention du produit 360 (sans souci du nombre réel des γίνη). Pourquoi, à ce stade, choisit-on de multiplier une nouvelle fois par 30 ? C’est, je crois, parce que l’opération 360 X 30 permettait de conférer un air d’authenticité au calcul entier — autrement dit, parce qu’il existait une donnée ancienne et solide relative à un effectif de quelque 10 000 ou 11 000 citoyens.

163 Les citoyens en question étaient des hommes de plus de 16 ans (cf. p. 75 et n. 3). On peut prendre comme base, en vue d’un calcul sommaire, la table publiée par A. W. Gomme (The Population of Athens..., 1933, p. 76-77), dans laquelle sont relevés, pour divers pays européens, à diverses dates comprises entre 1871 et 1928, les pourcentages des grands groupes d’âge. La col. 10 fournit le pourcentage des hommes 18-59 par rapport à la population totale, la col. 7 celui des deux sexes 60-100+ qui, divisé par 2, donne grosso modo celui des hommes 60-100+ ; quant au pourcentage des hommes 16-18, il est très proche de celui des hommes 18-20, et on peut l’estimer par détermination de la différence entre les hommes 18-59 (col. 10) et 20-59 (col. 8). Le pourcentage approximatif des hommes 16-100+ résulte ainsi d’une simple addition de trois termes. On le trouve, dans toute une série de pays, compris entre 32,3 % et 36,1 %. Hollande 1920 : 32,3 % – Danemark 1921 : 32,3 % – Angleterre et Pays de Galles 1911 : 32,4 % – 1921 : 33,0 % – Italie 1921 : 33,0 % – Allemagne 1925 : 33,4 % – Belgique 1910 : 33,6 % – France 1911 : 35,4 % – 1921 : 35,6 % – Belgique 1920 : 35,8 % – France 1926 : 36,1 %. Pour 10 800 citoyens exactement on aurait, avec 36,1 %, une population citoyenne totale (deux sexes) de 29 916 têtes ; avec 32,3 %, de 33 436 têtes.

164 Les dimensions réduites qu’avait le τελεστήριον éleusinien, antérieurement à l’époque de Périclès, ne sauraient être invoquées ici. Le groupe des initiés, en effet, n’était qu’une partie minime de la foule qui participait à la procession. Il faut se garder de confondre : cf. Fr. Wehrli, Die Mysterien von Éleusis, dans Archiv für Religionswiss., 31 (1934), p. 86.

165 Plat., Banquet, 175 E.

166 Hdt., VIII, 46 ; Plut., Thém., 14, 2. Ces chiffres sont dignes de confiance : voir ma critique générale des témoignages apparemment divergents dans B.C.H., 76 (1952), p. 421-441.

167 Hdt., VIII, 44.

168 Diod., XI, 13, 4. Cf. Hdt., VII, 144 ; Plut., Thém., 10, 4.

169 Hdt., IX, 90 ; 100 ; 101 (τς ατς μρης) ; Diod., XI, 34, 1 ; 35, 2 (κατ τν ατν μέραν) ; cf. Plut., Cam., 19, 5. — Juste avant de combattre, les Grecs de Mycale auraient appris que ceux de Platées étaient déjà victorieux. Hérodote allègue des signes divins (IX, 100) ; selon Diodore, l’État-major aurait lancé la nouvelle à tout hasard, pour fortifier le moral des hommes (XI, 35, 2-3). Ces versions n’auraient pu naître sans une simultanéité au moins approximative. Cf. Diod., XI, 35, 3 : τò γρ μέγεθος το διαστήματος λεγχεν δύνατον οσαν τν προσαγγελίαν.

170 Hdt., IX, 28-29.

171 Plut., Arist., 2, 1.

172 Hdt., IX, 29.

173 Hdt., IX, 30. Total des troupes légères : 69 500 (= 35 000 + 34 500). Total des troupes grecques, Thespiens non compris : 108 200 (= 38 700 + 35 000 + 34 500).

174 P. ex. : Hdt., II, 9 ; 145 ; VII, 187.

175 Cf. pourtant K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 2 (1916), p. 75 : wobei Herodot sich um 800 Mann verrechnet hat.

176 C’était l’explication de [J.] Schweighäuser (ap. J. C. F. Baehr, dans son éd. d’Hdt., IV [1861], ad IX, 29) : « unies fere circa quemque virum ». Il faut avoir égard à la dissemblance grammaticale des tournures ς όντων πτ περ καστον νδρα et ς ες περ καστον ν vδpa. D’un côté, un génitif absolu, où le mot ς porte sur le participe qui le suit immédiatement ; de l’autre, une construction au nominatif où ς précède ες. cependant que le participe est rejeté plus loin. Dans le premier cas, on a affaire à une proposition causale. Mais dans le second (où ς = circa), il s’agit d’une apposition distributive avec participe (cf. R. Kühner-B. Gerth, Ausführl. Gramm. der griech. Spr., Satzlehre3, I [1898], p. 287).

177 Schweighāuser, l. l. ; cf. H. Stein, dans sa 5e éd. d’Hdt., V (1893), ad IX, 29 [celui-ci avec une explication incorrecte du mot ς].

178 Hdt., IX, 22.

179 Plut., Arist., 14, 5. — Diodore (XI, 30, 4) cite les combattants d’élite (τoὺς ἐπιλέκτoυς), mais ne parle point des archers.

180 Hdt., IX, 60.

181 Voir A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd.. 1894, p. 461 ; Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 408 [= IV, 15 (1954), p. 385, n. 1] ; R. W. Macan, dans son éd. d’Hdt., VII-IX (1908), ad IX, 29 ; W. W. How - J. Wells, A Comment, on Herod., 1912, II, p. 295 ; E. obst, Der Feldzug des Xerxès, Leipzig, 1914 (Klio, Beihefte, nouv. série, 12), p. 67. Selon ces historiens et commentateurs, les « archers athéniens » auraient été au nombre de 800 : une hypothèse visant à justifier — mais il n’y a pas lieu de le faire, ainsi qu’on l’a vu plus haut — la différence entre les sommes partielles 34 500 et 33 700. Hérodote aurait oublié d’attirer l’attention, à la place voulue, sur ce supplément de ψιλοί.

182 Ctés., Pers., 26.

183 Hdt., VIII, 108 ; 111-112 ; Plut., Thém., 21, 1.

184 Hdt., VIII, 121.

185 Ibid.

186 Hdt., VIII, 123 ; Ael. Arist., 46, 218 (II, p. 288 Dindorf).

187 Hdt., VIII, 124.

188 Hdt., VIII, 131-132 ; Diod., XI, 34, 2.

189 Hdt., VIII, 132-133 ; Diod., l. l.

190 Hdt., IX, 96.

191 Hdt., IX, 98.

192 Hdt., VIII, 131.

193 Hdt., VIII, 132-133.

194 Hauvette, ο. l., p. 443 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 719 ; Ed. Meyer, Forsch. zur alten Gesch., 1899, II, p. 184 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (1914). p. 52 ; Fr. Miltner, dans R.E., suppl. V (1931), col. 871 ; H. Bengtson. Griech. Gesch., 1950, p. 163, n. 5.

195 Hdt., VIII, 136.

196 Hdt., VIII, 140. Cf. Diod., XI, 28, 1.

197 Hdt., VIII, 141.

198 Hdt., VIII, 142. Cf. Diod., l. l.

199 Hdt., VIII, 143-144. Cf. Diod., XI, 28, 2.

200 Hdt., IX, 4.

201 Hdt., IX. 7.

202 Hdt., IX, 9.

203 Hdt., IX, 11.

204 Plut., Arist., 10, 10. — Pour écarter la difficulté, Busolt (l. l, p. 721, n. 5) propose de reconnaître en ce Xanthippe, non point le stratège, mais l’archonte de 479/8 (I.G., XII 5, 444, 1. 69 [ép. 52 du « marbre de Paros », 263/2] ; Diod., XI, 27, 1). Il me paraît peu croyable que la charge d’archonte par excellence ait été compatible avec une mission officielle en pays étranger. D’ailleurs, qui étaient les deux autres envoyés ? Myrônidès, stratège en 479/8 (Plut., Arist., 20, 1), et Cimon, qui pourrait bien avoir eu la même qualité dès cette année-là (on lui voit exercer la stratégie en 478/7 : Arist., 23, 1 ; Cim., 6, 1). Selon l’école d’Idoménée de Lampsaque (338 F 6 Jacoby), les remontrances athéniennes auraient été présentées à Sparte par Aristide lui-même ; cette version simpliste, à laquelle Plutarque était en mesure d’opposer la teneur du ψήφισμα réglant l’ambassade (Arist., 10, 10), a ceci de remarquable qu’elle donnait également un stratège comme porte-parole.

205 Sur la seconde évacuation, voir Hdt., IX, 6 ; Diod., XI, 28, 5 ; Plut, Arist., 10, 7. — Passage des troupes athéniennes de Salamine sur le continent : Hdt., IX, 19.

206 Hdt., VIII, 132.

207 Dans le cadre d’une argumentation différente (dont plusieurs termes ne me semblent pas recevables), J. A. R. Munro retardait déjà pareillement le départ du contingent athénien (Some Observ. on the Persian Wars, II, dans J.H.S., 24 [1904], p. 147) : The Athenians probably did not join Léotychidas until midsummer, after ihey had landed their army in Attica... Hence Xanthippus was still able to go on the embassy to Sparta... — Il me faut justifier mon indication « vers le milieu de l’été ». Terminus post quem : le moment où Mardonios quitta la Mégaride pour revenir en Béotie (Hdt., IX, 15 : Μετ δ τατα Mαρδovίῳ λθε γγελίη ὡς λες εησαν o λληνες v τ ’Iσθμ). Terminus ante quem : le moment où les troupes d’Aristide, une fois débarquées en Attique, opérèrent leur jonction, à Éleusis, avec les Péloponnésiens qui arrivaient de l’Isthme (IX, 19). Le premier événement était notablement postérieur à la nouvelle occupation d’Athènes, laquelle survint peu après la mi-juin 479, puisque Xerxès avait atteint la ville vers la mi-août 480 (p. 99, n. 2) et que cette βασιλέος αρεσις ς τν στρην τν Μαρδονίου πιστρατηίην δεκάμηνος γνετο (IX, 3)· Quant à la jonction sur le territoire d’Éleusis, compte tenu du premier campement grec au pied du Cithéron (IX, 19), des attaques de Masistios (IX, 20-23), du déplacement vers Platées (IX, 25), des douze jours d’inaction (IX, 39-41 ; 52), elle précéda de deux ou trois semaines au moins la grande bataille terrestre (3 Boëdromiôn 479 /8 [Plut., Cam., 19,5], en principe 354 ou 384 jours après le 3 Boëdromiôn 480/79, soit vers le 26 août ou vers le 25 septembre 479 [cf. p. 91, n. 3], mais la seconde date est exclue, vu que la bataille de Mycale, à peu près simultanée, fut livrée un temps appréciable avant le début de l’automne [cf. Hdt., IX, 117], autrement dit avant le lever d’Arcturus [= 18 septembre, cf. W. W. How-J. Wells, A Comment, on Herod., 1912, II, p. 336]). Bref, c’est vers la fin de juillet ou vers le début d’août que les navires athéniens purent mettre le cap sur Délos.

208 Cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929). p. 93.

209 Plut., Thém., 20, 1-2 ; Arist., 22, 3.

210 Ailleurs, pour avoir utilisé une source attique, il appelle λληνες les Athéniens du détachement de Chalcis (VII, 183 ; 192). J’ai tâché d’établir quel fut le rôle de ces « Grecs » durant les combats de l’Artémision : voir B.C.H., 76 (1952), p. 392-4°5.

211 Hdt., VIII, 109.

212 Diod., XI, 34, 2.

213 Hérodote dit vέες : mais cf. supra, p. 126, n. 1.

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search