Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Première partie. La nature, les arrière-plans et les conséquences de la loi navale

Chapitre IV. L’oracle du « mur de bois » et la formation progressive de la flotte athénienne

Texte intégral

  • 1 En principe, 366 + 36 jours avant la date du 20 juillet 480 : cf. supra, p. 91, n. 3.

1Décidé et agréé en 483/2, le programme naval ne fut évidemment pas mené à terme cette année-là. Sa réalisation dépendait des encaissements. Quand Thémistocle proposa le prêt des revenus maronéens à titre expérimental, il dut le limiter, dans la pratique, à une partie des cent citoyens riches ou, s’il les faisait tous entrer en ligne de compte dès l’origine, à une partie du talent prévu pour chacun. De même, sur les fonds du Laurion stricto sensu, il ne put munir les cinquante naucraries en une fois. C’est seulement après l’échéance constituée par la 9e prytanie de 482/1 qu’il entra en possession des dernières sommes dont les concessionnaires de mines étaient redevables. Ainsi, vers la mi-juin 4811, un important groupe de trières restaient encore à construire.

2La date à laquelle ces bâtiments et les autres se trouvèrent achevés demande à être étudiée de près. Pour la déterminer, on dispose notamment d’un témoignage d’Hérodote, celui-là même qui a été transcrit dans l’introduction du présent mémoire. Ayant noté que la guerre contre Égine, telle que Thémistocle l’avait prétextée, contraignit Athènes à devenir une cité de marins et fut décisive pour le salut de la Grèce, l’historien souligne le changement d’affectation des deux cents vaisseaux :

S’ils ne servirent pas à ce pour quoi on les avait construits, il reste que la Grèce, ainsi, les eut à point nommé.

3Et il ajoute :

Outre ces navires, faits précédemment, dont les Athéniens disposaient déjà, il leur fallait en mettre une autre série en chantier.
Αὗταί τε δὴ αἱ νέες τοῖσι Ἀθηναίοισι προποιηθεῖσαι ὑπῆρχον, ἑτέρας τε ἒδεε προσναυπηγέεσθαι.

  • 2 Hdt., VII, 141 :
    Οὐ δύναται Παλλὰς Δἱ’ Ὀλύμπιον ἐξιλάσασθαι,
    λισσομένη πολλοῖσι λόγοις καὶ μήτιδι πυ (...)

4La phrase est importante. Parce qu’elle affirme, sans ambages, que le projet de Thémistocle put être entièrement réalisé (αὗται... αἱ νέες désigne les νέας... διηκοσίας dont il a été question peu auparavant), mais aussi — mais surtout — parce qu’elle fait état d’un supplément de trières neuves dont on aurait senti le besoin, et dont la construction aurait encore paru possible au moment considéré. Le récit où elle s’insère et où s’insère le rappel de la conversion subie par l’argent lauréotique (au sens large) est celui de la décision que prirent les Athéniens en recevant le fameux oracle du « mur de bois »2 :

Il n’est point possible à Pallas d’apaiser tout à fait Zeus Olympien : elle a beau supplier, avec force discours, et serrant son dessein. Pour toi, voici derechef un avis, que je dirai
[après l’avoir trempé comme l’acier.
Si tout cela doit être subjugué que la montagne de Cécrops
limite avec le défilé du Cithéron cent fois divin,
reste le mur de bois pour Tritogéneia, donné par Zeus
[le maῖtre de l’espace
comme unique moyen de briser les assauts. A toi, à tes enfants il servira.
Ne va point, pour ta part, de la cavalerie attendre l’arrivée
[et de l’armée terrestre
qui affluent d’un continent. Ne reste pas sur place : il te faut reculer,
tourner le dos. Un jour, crois-moi, tu finiras par faire front.
Divine Salamine !... Ainsi, tu vas anéantir les enfants nés de femmes
quand quelque part se répandra le blé de Déméter ou quand en aura lieu
[l’amassement !

  • 3 Ayant ouvert une parenthèse sur les oracles que les Athéniens obtinrent à Delphes, il conclut son (...)
  • 4 II n’est pas superflu de le rappeler : l’idée de regrouper la flotte grecque dans les eaux de Sala (...)

5Un détail grammatical du contexte montre qu’Hérodote tenait cet oracle pour antérieur à l’organisation de la confédération défensive3. Cependant, la forme sous laquelle il le produit interdit d’accepter pareille datation : la Pythie ne peut avoir invoqué Salamine à une époque où l’on ne savait encore absolument rien du développement des opérations militaires4. Est-ce à dire que le morceau qui lui est attribué doive être regardé comme une création post eventum ? Dans ce cas, le récit de la controverse provoquée par l’expression τεῖχος ξύλινον serait une fable sans le moindre fondement réel, et l’on s’expliquerait mal qu’aucun auteur ancien n’ait exercé dessus son esprit critique — que tous, au contraire, se soient empressés de lui faire accueil. Il met tant de gens en cause qu’Hérodote n’aurait probablement pas osé ou pas pu s’y attarder avec complaisance, lui dont les premiers lecteurs (et auditeurs) étaient, pour une part, des gens qui avaient vécu la guerre contre Xerxès.

  • 5 Dans Hérodote (VIII, 41), c’est pour la deuxième fois déjà que les Athéniens réglaient leur condui (...)
  • 6 Hdt., VII, 140-141.
  • 7 L’intervention de Timon est tout à fait plausible. La première consultation des théores, pour laqu (...)
  • 8 L’évacuation ne s’étant pas faite en un jour, on nἈurait disposé que d’une semaine (au grand maxim (...)
  • 9 Les engagements de lἈrtémision sont caractérisés comme ναυμαχίη καρτερή (Hdt., VIII, 12), ναυμαχία (...)
  • 10 Pour Δημήτηρ = ὁ σῖτoς, « le blé » — tantôt à l’état naturel, tantôt moulu ou même panifié — (lat. (...)
  • 11 Dans lἈttique ancienne, la moisson se faisait normalement en juin, parfois dès la fin mai. Certain (...)

6L’historicité des discussions entre exégètes laissant peu de place au doute, il faut chercher ailleurs un moyen de se tirer d’embarras. On pourrait supposer que l’oracle venait seulement d’être délivré quand fut résolue l’évacuation d’Athènes ; aussi bien la majorité des témoignages ne le mettent-ils en rapport qu’avec cette circonstance précise5. Ainsi conçue, la prévision du rôle de Salamine ne heurterait pas la vraisemblance. Mais trop de points demeurent gênants pour que l’explication mérite d’être retenue. A la veille de l’exode, c’eût été une folle entreprise que de vouloir se rendre à Delphes : l’avance barbare exposait des envoyés athéniens à se faire intercepter, à l’aller ou au retour, et la Pythie, de son côté, ne devait guère être disposée aux vaticinations. Or, les théores qui la consultèrent eurent droit, dit-on, à une double séance : outre l’oracle traduit plus haut, Hérodote en signale un autre qu’ils auraient reçu d’abord, et dont le pessimisme extrême les aurait poussés à retourner au sanctuaire en qualité de suppliants6. Admettons que les réponses leur aient été données à quelques heures de distance — hypothèse peu compatible avec le fait qu’un notable delphien, Timon fils d’Androboulos, eut à s’employer, après la première, pour triompher de leur abattement7 : même dans ce cas, le court espace de temps compris entre le retour des navires de l’Artémision et le début de l’embarquement général n’aurait pas suffi à l’accomplissement intégral de la mission et aux délibérations qui lui succédèrent8. Deux traits, dans la prophétie du « mur de bois », s’adaptent d’ailleurs malaisément à l’époque de la pause en question. La promesse que les Athéniens finiraient bien un jour par affronter l’ennemi eût été saugrenue après leur stationnement sur la côte septentrionale de l’Eubée άντίοι ils avaient eu l’occasion de l’être plus d’une fois et c’étaient des combats d’importance qu’ils avaient déjà livrés9 Quant à la donnée du vers 12 selon laquelle Salamine allait être funeste « ou bien pendant les semailles ou bien pendant la récolte du blé10 », l’imagine-t-on conçue en août 480 ? Il n’y avait aucune raison de penser que la rencontre devenue inévitable dans le golfe Saronique correspondrait peut-être à ce qu’exprime le second terme de l’alternative : la seule moisson en perspective était celle — combien lointaine ! — de l’été 479, et personne, semble-t-il, n’aurait commis la faute d’affaiblir la portée de l’oracle en y introduisant une incertitude tout à fait superflue11.

  • 12 A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd., 1894, p. 326, n. 1 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, I (...)
  • 13 Cf. Crahay, o. l. p. 298. — La tradition ne nous offre pour l’oracle (n° 2) aucune citation textue (...)

7Cette dernière remarque vaut aussi contre le genre d’explication qui consiste à ne rapporter au moment de l’exode que les seuls vers 11 et 12. En effet, certains modernes voient dans le los final de Salamine un ajouté dont aurait été enrichie, pour les besoins de la cause, une prédiction notablement antérieure12. Ce n’est pas une solution satisfaisante. La deuxième fois comme la première, à en juger par la relation d’Hérodote, la Pythie prononça douze hexamètres. Je crois imprudent de détruire cet équilibre arithmétique : il n’est pas fortuit, puisque Apollon remplaçait sa déclaration initiale, trop accablante13.

  • 14 Résumant la réponse de la Pythie et les explications qu’elle suscita, Cornélius Nepos (Thém., 2, 6 (...)
  • 15 C’est chez Oinomaos que la discordance est mise en lumière (6 Mullach [F. Ph.G., II, p. 367 a]) : (...)
  • 16 Schol. BD Oxon. à Aelius Aristide, 46, 186 (III, p. 595, 1. 22-25 Dindorf).

8Un recours demeure : admettre que l’oracle du « mur de bois », tel que nous le lisons chez Hérodote, avait existé, avant l’époque critique de la mi-août 480, en une version sensiblement différente, encore que de même longueur. On est d’autant plus fondé à supposer une telle version que certains auteurs parlent de la prophétie pythique comme si le nom de Salamine n’y figurait pas14 : auraient-ils volontairement négligé un élément aussi frappant ? Sous sa forme traditionnelle, un ancien l’observait déjà, la fin de la prophétie adjoint bizarrement à un détail géographique très précis — le nom de l’ῖle — une formule chronologique des plus vagues : ἤ που σκιδναμένης Δημήτερος ἤ συνιύσης15. Il est permis de se demander si, à l’origine, cette fin n’était pas tout entière indéterminée. Une scholie à Aelius Aristide offre la citation16 :

θεἰα (sic) Σαλαμίς, ἀπoλεῖς δὲ σὺ τέκνα γυναικῶν
ἠμὲν δυσομένου Ὑπερίovos ἠδ’ ἀνιόντος.

  • 17 La vulgate homérique, en a 24, ne connaῖt que la leçon οἱ μὲν... oἱ δ’, cautionnée par Aristarque (...)

9Cette variante, presque identique à l’un des tout premiers vers de l’Odyssée (α 24), n’est pas forcément due à une confusion du scholiaste. Elle peut avoir été reçue in extremis dans quelque version orale ou même écrite de la prophétie, à la place du vers 12 rapporté par Hérodote, dès que, la mention de Salamine ayant été introduite, un doute sur la saison ne se justifia plus17. Mais je croirais volontiers qu’avant de se substituer à la circonstance qui fixait la rencontre décisive « ou bien pendant les semailles ou bien pendant la moisson », elle lui était associée et ajoutait une notion de durée, prédisant — à bon compte — qu’on s’affronterait « tant au coucher qu’au lever du soleil ». Bref, une version initiale est concevable avec une fin ainsi libellée :

... ἔτι τοί ποτε κἀντίος ἔσσῃ
ἠμὲν δυσομένου Ὑπερίονος ἠδ’ ἀνιόντος,
ἤ που σκιδναμένης Δημήτερος ἤ συνιούσης.

  • 18 Hdt., VII, 142 ; VIII, 51 ; Ael. Arist., 46, 186 (II, p. 249 Dindorf) ; Paus., I, 18, 2 ; Polyen, (...)
  • 19 C’est pour fixer les idées que je me permets de suggérer, de façon toute gratuite (en pensant à la (...)

10Cependant, on n’exclura pas que le vers n, au lieu de revêtir la forme ci-dessus, ait d’abord contenu une indication géographique d’un caractère très général. Plusieurs citoyens, on le sait, identifièrent le τεῖχος ξύλινον avec une vieille palissade de bois ceignant l’Acropole18. Au vers II, là où nous lisons « Salamine », quelque chose figurait donc peut-être antérieurement qui leur fournissait, autant qu’aux partisans de la flotte, une raison de se croire sur la bonne voie19.

  • 20 Plut., Thém.,10, 1 texte sur lequel Mme M. Delcourt (dans Rev. Hist. Rel., 148 [1955], p. 135 ; L’ (...)
  • 21 Plut., o. l., 32, 4 : ἅ τε Φύλαρχος, ὥσπερ ἐv τραγῳδίᾳ τᾖ ἱστορίᾳ μονονοὺ μηχανὴν ἄρας καὶ προαγαγ (...)

11Je ne choisirai pas entre les deux hypothèses. L’important est de rechercher dans quelles circonstances et à quelles fins avait été produit le texte fondamental, vierge encore de la correction qui servit plus tard aux tenants de l’exode — en premier lieu, à Thémistocle. Plutarque dit que ce dernier se comporta, en préconisant l’évacuation de la ville, « comme si, au cours d’une tragédie, il avait fait monter la machine », c’est-à-dire comme un régisseur de théâtre : « embarrassé » explique-t-il « pour amener la multitude à soi grâce aux humaines raisons, il dirigeait contre elle des signes divins et des oracles »20. L’expression ὤσπερ ἐv τραγῳδίᾳ μηχανὴν ἄρας se retrouve dans un autre passage de la Vie de Thémistocle, où elle caractérise un procédé abusif de l’historien Phylarque ; la notion qui y est incluse — ce passage le prouve — est celle d’une exhibition trompeuse21. Ainsi, dans la tradition représentée par Plutarque, Thémistocle passait apparemment pour avoir, jusqu’à un certain point façonné ou arrangé l’oracle du mur de bois »

  • 22 Les auteurs qui signalent l’exégèse du vers sur Salamine la font coïncider avec celle du « mur de (...)

12On n’hésitera pas, dès lors, à lui attribuer la refonte qui a amené un toponyme au v. 11. C’est lui qui, au moyen de l’invocation θείη Σαλαμίς, θείη prévenait victorieusement les objections, fit miroiter aux yeux des Athéniens un espoir immédiat, compensation au lourd sacrifice que constituait l’abandon de leurs foyers. Dans la confusion et l’angoisse générales, il ne dut pas avoir grand mal à faire accroire, d’une manière ou d’une autre, que la variante de dernière heure avait bien une origine apollinienne22.

  • 23 Opposition à l’intérieur : Plut., Thém., 7, 1-2. A l’extérieur : Corn. Nepos, Thém., 3, 1.
  • 24 Cf. Ph.-E. Legrand, dans son éd. d’Hdt., VII (1951), p. 146, n. 4 ; 147, n. 2. Ce savant a suggéré (...)
  • 25 En acceptant les suggestions de Thémistocle, le sanctuaire ne laissait pas de prendre ses sûretés. (...)

13Mais c’est lui aussi, selon toute vraisemblance, qui avait déjà été l’instigateur de la prédiction entière, sous sa première forme. Rappelons-nous qu’elle fut délivrée après une autre, de même longueur, dont le ton était sinistre. Rappelons-nous les conseils du Delphien Timon et comment il décida les théores athéniens à insister auprès du dieu. Il est difficile de ne pas voir dans les deux consultations l’effet d’une véritable mise en scène. La stratégie exclusivement maritime dont Thémistocle rêvait suscitait une sérieuse opposition, tant à Athènes que dans les autres cités23. Pour persuader ses compatriotes, — car c’est surtout cela qui importait, — il n’avait pas de meilleur moyen que de mettre Apollon dans son jeu. Aussi s’employa-t-il, avec l’aide de Timon, mais à l’insu des théores, à diriger le clergé delphique dans le sens souhaité24. D’abord il fit évoquer, avec des détails suggestifs, les catastrophes — incendies et carnages — qui, selon ses prévisions, allaient s’abattre sur la Grèce continentale, « corps » dont aucune partie ne serait épargnée. Chez eux, les Athéniens ne réussiraient pas à soutenir le choc ennemi. Leur devoir ? Fuir hors de leur territoire. Ayant suscité ainsi une première déclaration, capable d’épouvanter les esprits et de les préparer au pire, Thémistocle s’arrangea pour que fût présentée, dans la seconde, la solution qui lui tenait à cœur : malgré sa sévérité, elle aurait, aux yeux du grand nombre, la couleur même du salut25.

  • 26 Hdt., VII, 173 ; Diod., XI, 2, 5 ; Plut., Thém., 7, 2. Cf. Ael. Arist., 46, 190 (II, p. 254 Dindor (...)
  • 27 Hdt., l. l.
  • 28 Plut., Thém., 7, 1-2.
  • 29 Ibid. Pour R. Crahay (La litt. oraculaire..., 1956, p. 301-303), comme pour Mme M. Delcourt (L’Ora (...)

14Amener Athènes à abandonner toute velléité de résistance terrestre et à ne plus compter que sur ses navires constituait un reniement de l’esprit de Marathon. Nul autre moment n’est possible, pour ce tournant décisif, que celui où Thémistocle revint de Thessalie. Il s’y était rendu à la tête d’une infanterie qui, avec celle du capitaine lacédémonien Euainétos, formait un ensemble de 10 000 hoplites, appuyé par la cavalerie indigène ; le projet était de tenir la vallée de Tempe26. Peu importe que des influences macédoniennes aient concouru, ou non, à faire mesurer la précarité de cette ligne de défense27. Ce qu’on doit surtout remarquer à propos de l’expédition, c’est combien elle contraste avec l’état de choses qui exista plus tard, lors de l’invasion perse : aucun détachement athénien ne se battait aux Thermopyles à côté de Léonidas, et aucun n’était inclus parmi les forces de l’Isthme. Or Plutarque le laisse entendre : dès avant l’expérience thessalienne, décidée contre son gré, Thémistocle était convaincu que toute position choisie sur le sol grec courait le risque d’un effondrement rapide et que, pour Athènes, la victoire serait navale ou ne serait pas28. On peut donc penser qu’il régla le scénario pythique avant d’aller à Tempe, et qu’il avait déjà fait envoyer les théores quand la volonté du grand nombre le contraignit à cette opération continentale. La présumant mort née, mais résolu, en cas de besoin, à en favoriser l’échec, il n’avait plus qu’à attendre le jour où arriverait, de Delphes, une solennelle approbation de son idée maῖtresse : la partie perdue d’avance si Athènes s’obstinait sur terre. Ainsi, la seconde prophétie vint à point nommé justifier le repli : c’est dans le contexte de l’affaire de Tempe, et là seulement, que les vv. 8-10 ont une réelle signification. « Ne va point, pour ta part,... » y est une exhortation manifeste à ne plus calquer la stratégie de la Cité sur celle des Péloponnésiens. Et l’on comprend mieux que, « dès son retour de Thessalie », comme le dit Plutarque, « les Athéniens aient prêté plus d’attention à Thémistocle en ce qui regardait la mer »29.

  • 30 Hdt., VII, 174.
  • 31 Hdt., VII, 173 : Ἒμειναν δὲ ὀλίγας ἡμέρας ἐνθαῦτα…
  • 32 Corn. Nepos, Thém., 2, 6 : Huius (sc. Xerxis) de aduentu cum fama in Graeciam esset perlata..., mi (...)
  • 33 Il atteignit Athènes vers la mi-août (supra, p. 99, n. 2). Le trajet depuis la côte européenne de (...)
  • 34 Hdt., VII, 144. Le second oracle, rendu lors d’une consultation extraordinaire, date à peu près de (...)

15L’expédition de Tempe eut lieu, selon Hérodote, « quand le Roi se disposait à passer d’Asie en Europe et que, déjà, il était à Abydos »30 ; d’autre part, elle dura « peu de jours »31. Qu’elle ait appartenu à la même période que la consultation de la Pythie, on en aura maintenant un nouvel indice si d’Hérodote on rapproche Cornélius Nepos, pour qui cette consultation eut lieu « après que la nouvelle de l’arrivée de Xerxès eut été colportée en Grèce »32. Il est aisé de calculer que Xerxès avait atteint Abydos dès la mi-avril 48033. C’est donc probablement vers la fin d’avril que Thémistocle proposa à ses concitoyens l’oracle du τεῖχος ξύλινον, dans lequel l’expression ἰόντα... ἀπ’ ἠπείρου confirme que la cavalerie et l’armée de Xerxès étaient bien, alors, en train de quitter un continent — l’Asie. La réception du texte sacré fut suivie du débat au cours duquel l’astucieux stratège fit prévaloir son « interprétation » sur celle des chresmologues et de certains vieillards. Au terme des délibérations, on résolut de « rencontrer le Barbare sur les vaisseaux, après une mobilisation générale », τòν βάρβαρον δέκεσθαι τῇσι νηυσὶ πανδημει34.

  • 35 Corn. Nepos, Thém., 2, 8.

16Les νέες sur lesquelles on comptait embrassaient en tout cas les deux cents trières qui, l’analyse l’a montré, furent prêtes dès le milieu du printemps 480. Mais n’oublions pas la série de constructions additionnelles (ἑτέρας... προσναυπηγέεσθαι, comme dit Hérodote) dont la nécessité s’imposa alors aux esprits. Demeurèrent-elles à l’état de projet ? C’est peu vraisemblable, puisqu’on avait encore du temps devant soi. Cornélius Nepos nous empêche d’ailleurs de le croire : il raconte que les Athéniens, persuadés par l’exégèse et les avis de Thémistocle, ajoutèrent effectivement des trières à celles qu’ils venaient de construire : Tali consilio probato addunt ad superiores totidem nauis trirèmes35. Cependant, il ne saurait être question de suivre l’auteur latin jusque dans son chiffre. Nepos ne connaissait que les revenus du Laurion stricto sensu et les 100 bâtiments (superiores) dont ils avaient assuré la mise en chantier. Vu que le contingent athénien fut de 200 trières à l’Artémision, il aura naïvement imaginé que les 100 trières de différence (totidem) étaient issues du programme complémentaire.

  • 36 Éphore avait été très concis et avait manqué de netteté en ce qui concernait le premier des deux r (...)

17Éphore faisait allusion à l’exécution de ce programme (Plutarque doit avoir tiré de là sa constatation que les Athéniens, après l’affaire de Tempé, μᾶλλον ἤδη τῷ Θεμιστοκλεῖ προσεῖχον περὶ τῆς θαλάσσης), mais il n’apportait probablement aucune précision numérique36.

18Ce n’est pas une gageure, pourtant, que de vouloir supputer combien de trières virent le jour en sus des deux cents. Sur les chantiers nouvellement aménagés pour répondre aux exigences insolites des décrets thémistocléens, un certain rythme de construction n’avait pu manquer de s’établir, qui était fonction des rentrées financières. Or une durée de 27 à 33 mois sépare le moment où les premières unités furent commencées (entre juillet 483 et le début de 482) de celui où les deux cents du programme fondamental — y compris la tranche entamée seulement vers la mi-juin 481 — en étaient venues à constituer une flotte en ordre de marche (début de mai 480). Les Athéniens étaient donc capables de lancer, par mois, de 6 à 8 trières en moyenne Attendu que, par la force des choses, toute construction navale leur fut interdite après le départ pour l’Artémision (mi-juillet 480), on conclura que le programme complémentaire entrepris au début de mai 480, dut leur fournir un appoint de 15 à 20 trières.

  • 37 B.C.H., 76 (1952), p. 418.
  • 38 Hdt., VIII, 1.

19Ils possédaient ainsi de 215 à 220 trières neuves pour soutenir la lutte contre Xerxès. Mais leurs disponibilités totales, calculées à partir des chiffres d’effectifs, de pertes, de réserves, nous ont paru, dans un précédent mémoire, se monter à 271 trières37. Une recherche s’impose maintenant touchant les unités qui, au nombre d’une bonne cinquantaine (271-215/220), aidaient à composer la flotte. Elles ne provenaient pas d’un achat ou d’un emprunt de dernière heure : outre que nos sources n’en signalent pas, on voit mal les Athéniens, si un recours du genre leur avait été nécessaire, s’empressant ensuite de prêter, comme ils le firent, vingt trières aux gens de Chalcis38. Dès lors, la seule explication possible est que les bâtiments en cause existaient déjà avant que Thémistocle songeât à utiliser les ressources de l’exploitation minière.

20L’état de la marine athénienne antérieurement aux guerres médiques est caractérisé à grands traits dans le passage de Thucydide que l’on a pu lire parmi les testimonia initiaux :

Car les Éginètes, les Athéniens et autres peuples ne possédaient que des flottes médiocres, d’ailleurs composées d’une majorité de pentécontores.
Aἰγινῆται γὰρ καὶ Ἀθηναῖοι καὶ εἴ τίνες ἄλλοι βραχέα [i. e. ναυτικὰ] ἐκέκτηντο, καὶ τούτων τὰ πολλὰ πεντηκοντέρους.

  • 39 Thuc., I, 13,2-14,2.

21L’assertion, qui précède une remarque sur l’initiative de Thémistocle, fait suite à un relevé des étapes les plus importantes par lesquelles avait passé, dans les temps anciens, la puissance maritime grecque : 1° progrès techniques, luttes et prospérité de Corinthe ; 2° création des forces navales ioniennes ; 3° impérialisme de Polycrate de Samos ; 4° victoire des Phocéens sur les Carthaginois ; 5° position dominante des tyrans de Sicile et des Corcyréens. Contrairement à leurs prédécesseurs, qui utilisaient surtout des pentécontores et des vaisseaux longs, les maῖtres groupes de la cinquième phase possédaient, selon Thucydide, des trières « en foule » (ἐς πλῆθος). Et il leur accorde les dernières flottes qui, avant l’expédition de Xerxès, eurent en Grèce une situation considérable (ταῦτα γὰρ τελευταῖα πρò τῆς Ξέρξου στρατείας ναυτικὰ ἀξιόλογα ἐv τῇ Ἑλλάδι κατέστη), justifiant son point de vue par l’armement mineur, en qualité comme en quantité (βραχέα ναυτικὰ,.. πεντηκοντέρους), des trois catégories d’États que l’on eût peut-être eu l’idée de leur opposer pour l’époque39.

  • 40 Hdt., VII, 158 ; 168.

22Cet exposé a laissé à plus d’un lecteur l’impression que les Athéniens, jusqu’à ce que Thémistocle s’en mêlât, étaient à peu près dépourvus de trières. On doit voir les choses tout autrement. Il n’est pas vraisemblable qu’Athènes ait pu réussir en peu de temps, sur une très vaste échelle, un genre de construction avec lequel elle n’aurait pas été assez largement familiarisée. Les autres cités qui amenèrent à l’Artémision et à Salamine des trières déjà nombreuses ou bien en disposaient depuis plusieurs années ou bien n’avaient été en mesure de les lancer in extremis que grâce, elles aussi, à une certaine expérience antérieure : dans les deux hypothèses, leur exemple avait dû pousser Athènes à produire, bien avant les décrets navals des navires à triples rangs de rameurs La notion de βραχὺ ναυτικόν est toute relative. Pour ne pas nous y tromper, songeons que le Sicilien Gélon parlait, en 481/0, de fournir 200 trières aux Confédérés et que les Corcyréens, juste avant l’invasion perse, n’en équipèrent pas moins de 60, à titre de participation40 ; comme l’éloignement du théâtre d’opérations éventuel exigeait que des réserves fussent prévues de chaque côté pour la défense locale c’est par référence à des flottes très riches en trières — sans compter leurs compléments en bâtiments d’autres types — que Thucydide a jugé « médiocres » celles des Éginètes des Athéniens et εἴ τινες ἄλλοι.

23La période qu’il avait en vue répond moins aux dernières années πρò τῆς Ξέρξου στρατείας — repère marquant la circonstance où la supériorité d’Athènes se manifesta — qu’aux toutes premières années du ve siècle. En effet, c’est « peu avant les guerres médiques et la mort de Darios » que Siciliens et Corcyréens eurent leurs trières en abondance. La limite n’est pas ponctuelle, mais s’étend sur les années 490-485 ; elle est significative de la chronologie sommaire, par larges tranches mal définies, que Thucydide a adoptée dans le passage. Vu qu’il avait une tendance compréhensible à sous-estimer la marine athénienne des débuts, par opposition à ce qu’elle devint sous l’impulsion de Thémistocle, rien n’empêche que, vers 495, voire vers 500, cette marine ait déjà compté des trières en quantité non négligeable.

24Certaines de ses interventions nous sont connues, avec des données numériques qui vont nous permettre d’y voir plus clair.

  • 41 Hdt., V, 97. — Pour l’équivalence νηῦς = τριήρης (pentécontores et triacontores appelant au contra (...)

25En 499/8, à la demande d’Aristagoras de Milet, les Athéniens résolurent d’envoyer 20 navires aux Ioniens. Hérodote les appelle νέας, du nom qui, chez lui, était usuel pour désigner des trières41. Un fragment textuel de Charon de Lampsaque, sur le même sujet, lève d’ailleurs toute hésitation :

  • 42 Charon, 262 F 10 Jacoby.

Ἀθηναῖοι δ’ εἴκοσι τριήρεσιν ἔπλευσαν έπικουρήσαντες τoῖς Ἴωσι 42

  • 43 Hdt., V, 99.
  • 44 Hdt., VIII, 1 ; 46.

26Ces vingt unités ne constituaient pas toute la flotte triérique : si Athènes acceptait de les dépêcher vers un théâtre d’opérations aussi lointain, c’est qu’elle en possédait davantage. On notera que Mélanthios, chef du contingent, emmenait avec lui, par surcroῖt, 5 trières d’Érétrie43. Le chiffre est intéressant, au regard des 7 modestes trières que les Érétriens purent engager à l’Artémision et à Salamine44 : il confirme ce qui a été dit plus haut des antécédents maritimes à admettre pour les τινὲς ἄλλοι.

  • 45 Hdt., VI, 132. Voir aussi Corn. Nepos, Milt., 7, 1.

27En 489, à la veille d’une expédition contre les insulaires « collaborateurs », Miltiade demanda et obtint, suivant Hérodote, νέας ἑβδομήκοντα, c’est-à-dire des trières au nombre de 7045.

  • 46 Hdt., VI, 89 ; 92. Cf. Thuc, I, 42, 2.
  • 47 Corn. Nepos, Milt., 7, 4.
  • 48 U. Köhler, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 6.
  • 49 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 644, n. 3 [sur p. 645/6] ; cf. p. 597, n. 1.

28Mais en 488/7, les Athéniens ne disposaient plus que de 50 bâtiments pour se mesurer avec Égine. Ils durent en emprunter 20 aux Corinthiens ou, plutôt, les leur acheter au prix fictif de 5 drachmes l’un ; c’est seulement ainsi qu’ils eurent 70 vέες (« trières ») à opposer aux 70 vέες des Éginètes46. La différence de situation, à deux ans d’intervalle, ne laisse pas de surprendre, d’autant plus que Miltiade, après l’affaire de Paros, avait regagné Athènes sans perte aucune47. On a conjecturé qu’Hérodote, faute de connaῖtre l’étendue du contingent emmené alors, l’avait imprudemment égalé à la flotte de la guerre contre Égine48. Busolt, sans rejeter cette manière de voir, a suggéré une autre explication qui me paraῖt meilleure : l’éventualité que, dans l’entre-temps, des navires vieillis aient été mis au rebut49.

  • 50 Plut., Thém., 2, 8.
  • 51 Cf. ibid., 2, 7 (à propos des erreurs de jeunesse du personnage) : ... ὡς ὕστερον αὐτòς ὡμολόγει.
  • 52 W. Kolbe, Zur athen. Marineverwaltung, dans Ath. Mitt., 26 (1901), p. 397 ; H. Fränkel, Att. Insch (...)
  • 53 Hdt., VI, 39.

29Qu’il y eût alors, près d’Athènes, un « cimetière » des trières devenues inutilisables, j’en trouve une preuve dans une anecdote relative à Thémistocle adolescent : son père, nous apprend Plutarque, l’aurait conduit au bord de la mer et lui aurait montré τὰς παλαιὰς τριήρεις ἐρριμμένας καὶ παρορωμένας, images du destin réservé aux leaders politiques quand ils ont cessé de plaire50. Ce récit n’est pas forcément une légende : il peut se rattacher à des souvenirs d’enfance que Thémistocle avait évoqués au cours de sa vie publique et qui furent recueillis par quelque historien51. Inventé, il indiquerait au moins ceci : les auteurs dont Plutarque se réclame (oἱ λέγοντες...) jugeaient vraisemblable que la flotte athénienne, vers la fin de la tyrannie pisistratique, eût déjà été amenée à se débarrasser de trières hors d’usage. Telle qu’on a pu la calculer à partir des inscriptions navales, la vie d’une trière était, en moyenne, de 20 ans52. Si 20 unités (70 - 50) furent rejetées vers 489/8, il y a lieu de croire, en principe qu’elles avaient été construites vers 509/8 Mais un point mérite d’être pris en considération qui est la soudaineté de leur évincement : compte tenu de l’aubaine que représentait la fourniture corinthienne (dictée par les mobiles politiques et économiques que l’on devine) il est curieux qu’Athènes ait renoncé tout d’un coup à des navires dont peu de mois auparavant elle avait encore utilisé les services Sa décision s’explique à mon sens par la différence profonde qui existait entre les opérations contre Égine et celles qu’avait conduites Miltiade Une flotte destinée à. une démonstration de force à une parade d’intimidation pouvait comprendre des bâtiments fatigués juste bons à. tenir encore sur l’eau mais du moment que de véritables combats s’annonçaient mieux valait renoncer à ce qui n’eût constitué qu’un poids mort Les vingt trières étaient sans doute à l’extrême limite de leur résistance quand elles allèrent à Paros. Et comme elles appartenaient à un type de bateau encore rare, appelant un soigneux entretien, il est vraisemblable que leur durée, au moment où on les écarta, avait été, dans l’ensemble, nettement supérieure à 20 ans. En définitive, elles se présentent donc à nous comme une escadre datant des Pisistratides, et que l’État démocratique n’avait été que trop heureux de reprendre. A l’appui de cette conclusion, on peut produire un renseignement d’Hérodote, valable pour une année comprise entre 524 et 514 : quand Miltiade le Jeune fut choisi pour remplacer Stésagoras, καταλαμψόμενον τὰ πρήγματα ἐπὶ Χερσονήσου ἀποστέλλουσι. τριήρεϊ oἱ Πεισιστρατίδαι53.

  • 54 Cleidémos, 323 F 8 Jacoby. Cf. supra, p. 49, n. 1.

30Quant aux 50 trières (70 - 20) qui, en 488/7, demeuraient prêtes pour la lutte contre Égine, l’identification en est facile : comment ne pas voir là le résultat d’un effort militaire propre à la démocratie nouvelle ? Clisthène avait établi 50 naucraries, au lieu des 48 qui existaient jusqu’alors et auxquelles incombait, par tradition, la tâche de produire chacune un navire de guerre54. On présumera qu’après 508/7, une série de 50 trières furent mises en chantier avec leur aide — selon un programme échelonné de telle sorte que, vers 499/8, date du secours aux Ioniens, Athènes ait possédé un ensemble de trières nettement supérieur au contingent de 20 unités dont Mélanthios assura le commandement et assez réduit, d’autre part, pour justifier l’appréciation de Thucydide.

  • 55 Pisistrate, qui se garda de modifier les principes de la constitution ou les cadres de la cité (cf (...)

31Contre Égine, à en juger par les données d’Hérodote, Athènes n’engagea aucune pentécontore, et ultérieurement — par exemple, lors du grand déploiement de forces de la deuxième guerre médique — ce type de bâtiment ne fait plus partie de sa flotte. Or Clisthène avait dû trouver 48 pentécontores dans les arsenaux ou les bassins, en sus des quelque vingt trières déjà disponibles, où il est légitime de voir une acquisition personnelle des Pisistratides55. Sa réorganisation des naucraries avait donc tendu, selon toute apparence, à opérer le remplacement des pentécontores au fur et à mesure de leur dégradation. Admettre que ce remplacement aboutit, entre 508/7 et 499/8, à la construction d’une dizaine ou d’une douzaine de trières supplémentaires est un moyen de remplir les conditions énoncées dans le paragraphe précédent : Athènes ne peut guère avoir dépêché 20 trières en Ionie sans que restât à son service immédiat au moins un tiers du total qu’elle possédait en vaisseaux de ce précieux modèle, et avec 15 trières nouvelles, soit 35 trières en tout contre 35 pentécontores (48 - 13, si l’on a égard aux deux trières que pouvaient fournir les deux naucraries ajoutées par Clisthène), on obtient une répartition égale qui ne cadrerait déjà plus avec l’indication de Thucydide, τὰ πολλὰ πεντηκοντέρους.

  • 56 Hdt., VI, 93.

32Comme une trière durait en moyenne vingt ans et qu’Athènes, au moment de résister à Xerxès, était trop bien fournie pour s’encombrer de vaisseaux fortement détériorés, il y a lieu de croire qu’en 480, toutes les unités produites avant 499 par l’État démocratique avaient fait leur temps et avaient été mises au rancart. D’autre part, durant la guerre avec Égine, les Athéniens furent contraints d’abandonner 4 trières à l’ennemi, et celui-ci, qu’on sache, ne les leur restitua pas dans la suite56.

33Ainsi, les 70 trières qui avaient constitué leur effectif en 488/7 étaient probablement réduites, en 480, aune bonne cinquantaine (70 - ca 10/12 - 4). C’est le chiffre même auquel nous avons abouti, plus haut, en déduisant des disponibilités totales de la lutte contre Xerxès (271 trières) le résultat du programme naval (200 trières) et du petit complément qu’il reçut après l’expédition de Tempe (15/20 trières).

  • 57 Hdt., VIII, 14. Voir B.C.H., 76 (1952), p. 390-405.
  • 58 Sur les 127 trières : Hdt., VIII, 1. Sur les 3 trières éclaireuses : VII, 179-182.
  • 59 Hdt., VIII, 46. Voir B.C.H., l. l., p. 438. L a position que la flottille occupait au moment de Sa (...)
  • 60 Comme les garde-côtes d’Égine, lesquels, en cas de besoin, auraient été sou tenus par les réserves (...)

34Déjà repérés de deux manières, les anciens vaisseaux que comprenait la flotte athénienne de 480 s’offrent à nous, si je ne me trompe, sous un troisième aspect : comme éléments delà formation qui joua un rôle important avant et pendant les engagements initiaux. J’ai parlé ailleurs de ces 53 trières, qui avaient été préparer le camp maritime de l’Artémision ; qui occupèrent ensuite la position stratégique de Chalcis ; qui enfin, en pleine bataille, regagnèrent la côte septentrionale de l’Eubée et y opérèrent leur jonction avec le gros des forces grecques57. Leur nombre et, pareillement, le nombre complémentaire des 127 trières athéniennes prévues pour la défense directe ne laissent pas d’étonner : ils ne sont divisibles ni l’un ni l’autre, circonstance défavorable aux exigences tactiques, et ils semblent procéder d’un partage bien peu rationnel. Il est vrai que 3 trières éclaireuses — dont une athénienne — accompagnaient primitivement les 53, mais ces adjonctions ne changent en tout cas rien au groupe des 12758. L’anomalie s’explique si les Athéniens avaient choisi de mettre à part, pour des tâches spéciales, tous ceux de leurs bâtiments qui n’étaient pas sortis de chantier au cours des trois années précédentes. Rien n’empêche qu’ils aient procédé de la sorte. Au contraire. Surveiller l’aménagement d’un mouillage ; défendre une passe étroite qui, par nature, constituait déjà un obstacle redoutable ; aller rejoindre le contingent principal dès que la défense en question ne paraῖtrait plus nécessaire : voilà qui répondait bien aux aptitudes de trières un peu fatiguées. Du reste, la flottille que les Éginètes firent croiser dans le golfe Saronique s’opposait à leur escadre de combat en ce qu’elle ne renfermait pas les trières meilleures marcheuses59. On conçoit qu’un matériel inférieur — parce que vétusté — ait été employé de même pour le détachement athénien qui, selon les plans de l’État-major, servait de pendant à la flottille éginétique60.

35Si les vieilles trières d’Athènes étaient au nombre de 53 ou de 54, le programme complémentaire avait suscité, en principe, 17 ou 18 unités (271-53/54), coûtant 17 ou 18 talents. Les fonds qui permirent cette ναυπηγία particulière, de quoi dérivaient-ils, sinon des baux miniers et, plus précisément, des versements effectués au cours de l’année 481/0 ? Or il est improbable qu’après la période triennale 484/3 — 482/1, de grands changements soient intervenus dans les tarifs (tout nouvellement fixés) ou dans l’étendue de la zone argentifère prise en location, et le montant total des annuités de concessions, pour 481/0, pouvait encore avoir été de l’ordre de 66 ou 67 talents (= 200 : 3). C’est donc 48 à 50 talents (66/67 - 17/18) qui seraient restés en caisse au moment où, sous l’empire de la nécessité, on interrompit les constructions navales pour aller affronter le Perse.

  • 61 Arstt., Constit. dἈth., 23, 1.
  • 62 Cleidémos, 323 F 1 Jacoby = Plut., Thém., 10, 6-7.

36Le sort ultérieur de ce reliquat n’est pas impossible à déterminer. Il se cache dans le récit que deux auteurs nous ont laissé de certaine mesure financière. L’immense crédit dont l’Aréopage bénéficia μετὰ τὰ Μηδικὰ fut une conséquence, selon Aristote, de l’énergie avec laquelle ce corps politique avait pris les affaires en main « quand les stratèges étaient dépassés par la situation et avaient proclamé un sauve-qui-peut général » : en effet, il aurait « fourni et distribué huit drachmes par tête, et assuré l’embarquement sur les vaisseaux », πορίσασα δραχμὰς ἑκάστῳ ὀκτὼ διέδωκε καὶ ἐνεβίβασεν εἰς τὰς ναῦς61. Plutarque, après avoir rapporté la version aristotélicienne, lui en oppose aussitôt une autre, due à Cleidémos62. Pour celui-ci, l’instigateur de la largesse aurait été Thémistocle, qui y aurait employé un nouveau stratagème de son cru :

Tandis que les Athéniens descendaient au Pirée, dit-il, on perdit le bouclier à décor de Gorgone qui était attaché à la statue de la déesse. Mais voilà que Thémistocle, en feignant de chercher et en procédant à une enquête minutieuse, découvre une somme énorme dissimulée dans les bagages. Il la porta au compte public, et ceux qui s’embarquaient sur les vaisseaux eurent une large indemnité.
... εὐπορῆσαι τοὺς ἐμβαίνοντας εἰς τὰς vαῦς ἐφοδίων.

  • 63 Plut., Thém., 10, 8 : Ἐκπλεούσης δὲ τῆς πóλεως...

37Le moment de la distribution est nettement défini chez les deux écrivains : c’est celui où les Athéniens se résignèrent à abandonner leurs demeures et, pour reprendre une image de Plutarque, à faire « appareiller » la Cité63. Aristote introduit son récit par une caractérisation de l’Aréopage comme cause déterminante τῆς περὶ Σαλαμῖνα ναυμαχίας et, chez Cleidémos, le transport de la statue d’Athéna (τῆς θεοῦ τοῦ ἀγάλματος) suffit à dénoncer la phase la plus critique de la guerre contre Xerxès.

  • 64 P. ex. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 72-73 [« ... on parvint à donner huit drachmes (...)

38Mais si, par là, est exclue la mobilisation initiale, celle des hommes qui, sur la flotte athénienne, eurent à soutenir les combats de l’Artémision, la nature de l’embarquement évoqué de part et d’autre (τοὺς ἐμβαίνοντας, ἐνεβίβασεν) n’en prête pas moins à confusion. Selon certains modernes, les bénéficiaires des huit drachmes auraient été les évacués et, plus spécialement, les indigents64.

  • 65 Liddell-Scott-Jones, Gr.-Engl. Lex., s. υ. ἐφόδιον, (ι) : esp. of an army. Cf. Hdt., IV, 203 ; Thu (...)
  • 66 Hdt., VIII, 51. — Selon W. F. J. Knight (The Defence of the Acropolis and the Panic before Salamis (...)
  • 67 Plut., Thém. 10,5. La primauté de Trézène comme lieu dἈsile offert aux évacués athéniens est affir (...)
  • 68 Au temps de Périclès, dἈprès les calcules de G. Glotz (Le travail dans la Grèce ancienne, Paris, 1 (...)

39La lettre des témoignages n’appuie pas cette interprétation. Le terme ἐφόδια, qui figure dans le fragment de Cleidémos, s’applique spécialement aux provisions des militaires en campagne65. Aristote, de son côté, mentionne la distribution pour l’heureuse incidence qu’elle eut sur la marche de la guerre, et non pas comme une manifestation de solidarité civique ; Plutarque l’a bien entendu ainsi puisque, citant librement la Constitution d’Athènes, il ajoute de sa propre autorité au datif έκάστῳ la détermination τῶν στρατευομένων. Autre point : pour expliquer que de pauvres gens soient demeurés sur l’Acropole, retranchés tant bien que mal, et y aient attendu l’arrivée de Xerxès, Hérodote allègue, outre leur interprétation fautive de l’oracle pythique, l’insuffisance de leurs ressources, circonstance qui les aurait empêchés de partir pour Salamine (ὑπ’ ἀσθενείης βίου οὐκ ἐκχωρήσαντες ἐς Σαλαμῖνα)66. Mais l’argument décisif tient dans un renseignement que Plutarque nous transmet touchant l’hospitalité de Trézène. Cette cité, où se trouvaient la majorité des réfugiés athéniens, décréta, sur la proposition d’un nommé Nicagoras, qu’elle les nourrirait à frais publics, en leur accordant deux oboles par personne ; qu’elle autoriserait leurs enfants à puiser partout dans les récoltes, et que des maῖtres d’école recevraient un salaire pour s’occuper desdits enfants67. On le reconnaῖtra : le sacrifice financier des Trézéniens serait une absurdité si chaque évacué d’Athènes était arrivé chez eux nanti de huit drachmes, c’est-à-dire d’une somme considérable, propre à assurer la subsistance d’un individu pendant six ou sept semaines au moins68.

  • 69 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 195, n. 4 ; G. Glotz - R. Cohen, Hist. gr., II (1929), P (...)
  • 70 G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1050-1051 ; Glotz-Cohen, l. l., p. 288, 29 (...)
  • 71 Le terme ψήφισωα figure, en toutes lettres, dans Plut., Thém., 10, 4 ; 5 ; Ael. Arist., 13, 139 (I (...)
  • 72 On lit sur une borne d’enclos sacré découverte à Samos, et datant de 440/39, ou un peu postérieure (...)
  • 73 Plutarque (Thém., 10, 4) et Aelius Aristide (13, 139 [I, p. 226 Dindorf] ; 46, 192 [II, p. 256 D.] (...)
  • 74 Que la mise en sûreté des familles ait été laissée à l’initiative individuelle, c’est ce que disen (...)

40L’indemnité dont parlent Cleidémos et Aristote était un avantage insigne consenti aux mobilisés. Il reste que l’atthidographe et le philosophe-historien diffèrent d’opinion sur plusieurs points, et d’abord en ce qui regarde le promoteur de la distribution. L’Aréopage, que le second désigne avec éloge, ne semble pas avoir été pourvu, dans la réalité, d’une gestion financière précise. Cependant, lorsque Êphialte le frappa, en 462/1, il avait la haute main sur l’administration tout entière69. On sait aussi que la Boulé, héritière notoire d’une partie de ses fonctions, assumait, dès l’époque de Périclès, un assez grand nombre de charges comptables70. Il y a donc de sérieuses probabilités pour qu’il ait contrôlé et pour qu’il ait eu à sa disposition, en 480, sinon l’ensemble des caisses publiques, à tout le moins telle ou telle. Admettre cela ne revient point à nier que Thémistocle ait agi efficacement dans le même domaine. Aristote, il est vrai, oppose au zèle de l’Aréopage le défaitisme qui aurait caractérisé « les stratèges ». Mais les tendances antidémocratiques de sa source doivent l’avoir entraῖné à commettre ou à reproduire une erreur touchant ce qu’il donne pour la proclamation d’un sauve-qui-peut général. L’annonce d’une belle « prime de campagne » ne fut certes pas le motif qui décida les Athéniens à prolonger, devant Salamine, leur résistance à Xerxès. La tradition détaillée que Plutarque a suivie avec d’autres auteurs — celle d’Éphore — signale une mesure prise à un moment où, selon toute apparence, la question d’une gratification aux combattants n’avait pas encore été effleurée : loin de céder à la panique et au désordre, l’Ecclésie exprima son sentiment dans un décret en bonne et due forme71. Les termes de ce décret ne nous ont pas été conservés Mais ce qu’en disent les auteurs précités impose la conviction qu’outre une consécration collective à Athéna protectrice des émigrants — l’Ἀθηνᾶ Ἀθηνῶν μεδέoυσα attestée dans des textes épigraphiques72 — il renfermait des avis de deux espèces ‘ I° pour les non-mobilisables catégorie qui comprenait les femmes et les enfants un très pressant encouragement à accepter l’évacuation étant entendu que chacun une fois rendu à destination se tirerait personnellement d’affaire ; 2° pour tous les citoyens en âge de servir un ordre de mobilisation sur la flotte de guerre73. Il est invraisemblable que les plus hauts chefs militaires aient recommandé la débandade quand le corps politique constitué par le peuple lui-même manifestait une telle fermeté. Et nous n’avons aucun signe que l’Aréopage soit intervenu alors. On appréciera donc plus correctement l’attitude des stratèges si l’on pense qu’ils avaient éclairé l’assemblée sur la situation, conformément à leur rôle, et que, ce faisant, ils avaient su l’amener à accepter leurs solutions extrêmes. Aristote, lorsqu’il les accuse d’avoir voulu jeter le manche après la cognée, donne une extension abusive à la clause qu’ils défendaient et qu’entérina l’Ecclésie : la « population civile », hormis qu’on lui offrait les moyens de gagner certains lieux de refuge, ne pourrait compter sur aucune aide ni sauvegarde de la part de l’État74.

  • 75 Lui attribuent nommément la proposition de décret : Démosth., Ambass. (19), 303 ; Schol. ad loc. ((...)
  • 76 Cf. Cic., De off., I, 75 : et Themistocles quidem nihil dixerit, in quo ipse Areo-pagum adiuuerit, (...)

41Dans l’action des stratèges, Thémistocle eut naturellement la part prédominante que lui valait son grade de commandant suprême75. Quant à l’allocation de huit drachmes, on conciliera Cleidémos et Aristote en présumant qu’il rêvait de cette mesure et que l’Aréopage, dont il était membre, employa tout son pouvoir à lui en faciliter l’exécution76.

  • 77 Cf. Hdt., VI, 116 (époque de la bataille de Marathon) ; Corn. Nepos, Thém., 6, I ; Diod., XI, 41, (...)

42Les détails propres à Cleidémos relèvent de la fable. C’est un anachronisme que la « descente des Athéniens au Pirée » : seule, à cette époque, la baie de Phalère était aménagée de manière à abriter une flotte de guerre et à permettre l’embarquement massif des marins et des épibates, pour ne pas parler des réfugiés qu’on dut transborder vers Trézène, Égine, Salamine77. L’erreur sur le heu de départ suffirait à discréditer le récit pittoresque relatif aux bagages et à leur mystérieux contenu si, pour le reste, il n’était tout empreint d’invraisemblance. Ou bien les richesses provenaient de fonds publics, et Thémistocle, dans sa situation, n’aurait pu feindre de tomber dessus par le plus grand des hasards ; ou bien elles appartenaient à des personnes privées, et l’on ne voit pas comment leur confiscation ex abrupto, véritable brigandage inconciliable avec la légalité démocratique, eût été accomplie sans véhémentes protestations des victimes. Coïncidence trop belle, aussi, cette sorte de réponse immédiate d’Athéna à la Cité qui avait imploré son soutien cette perte opportune du γοργóνειον cause de l’enquête.

  • 78 Plut., Thém., 10, 6 : οὐκ ὄντων δὲ δηµοσίων χρηµάτων τοῖς Ἀθηναίοις

43En réalité, il n’existait pas de tradition sérieuse sur l’origine de la somme grâce à laquelle une quotité de huit drachmes avait pu être assurée aux combattants de Salamine. Mais Plutarque nous rappelle utilement qu’à l’époque où la mesure fut prise, l’État ne possédait pas de Trésor proprement dit78. Son administration financière n’était pas réglée par un budget périodiquement établi, mais reposait sur des caisses multiples, dont chacune avait ses rentrées et ses affectations propres. L’existence d’un tel système suggère que les crédits nécessaires à l’octroi de l’allocation furent procurés par le fonds spécial que l’on avait réservé aux besoins fondamentaux de la flotte de guerre, par celui qu’alimentaient, depuis plusieurs années, les revenus des mines d’argent. Tel est le χρημάτων πλῆθος que Thémistocle avait sous la main et qu’il convertit, avec l’assentiment de l’Aréopage, en parts individuelles de huit drachmes.

44Or, plus haut, en nous fondant sur l’histoire de la marine triérique, nous avons trouvé que le reliquat disponible, vers la mi-août 480, au chapitre « revenus miniers — constructions navales », était une somme de 48 à 50 talents. C’est donc quelque 288 000 à 300 000 drachmes que Thémistocle et l’Aréopage auraient été en mesure de faire distribuer.

45Dans la deuxième partie de l’ouvrage, que nous abordons maintenant, seront tirées les conséquences démographiques de ce résultat.

Notes

1 En principe, 366 + 36 jours avant la date du 20 juillet 480 : cf. supra, p. 91, n. 3.

2 Hdt., VII, 141 :
Οὐ δύναται Παλλὰς Δἱ’ Ὀλύμπιον ἐξιλάσασθαι,
λισσομένη πολλοῖσι λόγοις καὶ μήτιδι πυκνῇ
3 σοὶ δὲ τόδ’ αὗτις ἔπος ἐρέω, ἀδάμαντι πελάσσας.
Τῶν ἄλλων γὰρ ἁλισκομένων ὅσα Κέκροπος οὖρος
ἐντòς ἔχει Κευθμών τε Κιθαιρῶνος ζαθέοιο,
6 τεῖχος Tριτoγενεῖ ξύλινον διδοῖ εὐρύοπα Ζεύς
μοῦνον ἀπόρθητον τελέθειν, τò σὲ τέκνα τ’ ὀνήσει.
Mηδὲ ού γ’ ἱπποσύνην τε μένειν καὶ πεζòν ἰόντα
9 πολλòν ἀπ’ ἠπείρου στρατòν ῆσυχος, ἀλλ’ ὑποχωρεῖν
νῶτον ἐπιστρέψας’ ἔτι τοί ποτε κἀντίος ἔσσῃ.
Ὠ θείη Σαλαμίς, ἀπολεῖς δὲ σὺ τέκνα γυναικῶν
12 ἤ που ακιδναμένης Δημήτερος ῆ συνιούσης.

3 Ayant ouvert une parenthèse sur les oracles que les Athéniens obtinrent à Delphes, il conclut son excursus en ces ternies (VII, 145) : Τὰ μὲν δὴ χρηστήρια ταῦτα τοῖσι Ἀθηναίοιοι ἐγεγόνεε. Le plus-que-parfait indique, sans équivoque possible, une antériorité par rapport à ce qu’on trouve ensuite, et qui est la relation des premières décisions prises par les Grecs — sans doute au « Congrès de l’Isthme » — en vue de la résistance à Xerxès (Ibid. : Συλλεγομένων δὲ ἐς τωὐτò τῶν Ἑλλήνων... On notera δέ, répondant au μέν de la phrase précédente). Cf. Ph.-E. Legrand, dans son éd., VII (1951), notice, p. 131-132.

4 II n’est pas superflu de le rappeler : l’idée de regrouper la flotte grecque dans les eaux de Salamine ne vint aux Athéniens quἈprès leur départ de lἈrtémision, quand ils eurent été informés de lἈttitude égoïste et pusillanime que l’infanterie péloponnésienne avait adoptée en matière stratégique. Voir Hdt., VIII, 40 ; Plut., Thém., 9, 3.

5 Dans Hérodote (VIII, 41), c’est pour la deuxième fois déjà que les Athéniens réglaient leur conduite sur les injonctions de la Pythie. Mais plusieurs auteurs s’ex priment comme s’il n’y avait pas eu d’occasion antérieure à l’exode : Corn. Nepos, Thém., 2, 7-8 ; Juncus, Sur la vieillesse, ap. Stob., IV, 50 c, 95 (Wachsmuth-) Hense ; Justin, II, 12, 13-16 ; Suidas, s. υ. ἀνεῖλεν. Plutarque (Thém., 10, 3) est à ranger parmi eux : sa proposition τῷ δέ χρησμῷ πάλιν ἐδημαγώγει ne signifie pas « il se servit une seconde fois de l’oracle » (Marie Delcourt, Cychreus, dans Rev. Hist. Rel., 148 [1955], p. 135], mais bien « avec l’oracle il tâchait de nouveau dἈmener le peuple à soi », « l’oracle lui était un second moyen de séduire le peuple » (le premier ayant été τò τοῦ δράκοντος σημεῖον).

6 Hdt., VII, 140-141.

7 L’intervention de Timon est tout à fait plausible. La première consultation des théores, pour laquelle Hérodote ne signale aucune anomalie, rentrait apparemment dans le cadre des consultations publiques et régulières. Mais pour obtenir la faveur d’une seconde, extra ordinem, il fallait le parrainage d’un Delphien. Sur ce dernier point, cf. P. Amandry, La mantique apollinienne à Delphes, Paris, 1950 (Bibl. des Éc. fr. dἈth. et de Rome, 170), p. 83-85, 111-112. Pourquoi la seconde consultation prit-elle le caractère d’une supplication ? Parce que seul le rite supplicatoire avait ici une vertu contraignante. Les rameaux magico-religieux et la menace, sans doute conseillée aux théores par Timon, de ce que Mme Marie Delcourt appelle « une sorte de sitting-dharna » (L’Oracle de Delphes, Paris, 1955, p. 129) obligeaient le dieu à faire la chose inouïe qu’on lui demandait : revenir sur les paroles prononcées. Voir A. Delatte, Le baiser, lἈgenouillement et le prosternement de lἈdoration chez les Grecs, dans Bull. Acad. Royale Belg., Cl. des Lettres, 5e série, 37 (1951), p. 445-446.

8 L’évacuation ne s’étant pas faite en un jour, on nἈurait disposé que d’une semaine (au grand maximum) pour aller interroger Delphes et tirer les conséquences de ce recours : cf. supra, p. 99, n. 2.

9 Les engagements de lἈrtémision sont caractérisés comme ναυμαχίη καρτερή (Hdt., VIII, 12), ναυμαχία ἰσχυρά (Diod., XI, 12, 6 ; 13, 2). Cf. aussi Hdt., VIII, 16-18. Dans la version de l’oracle que présente Oinomaos (6 Mullach [F. Ph. G., II, p. 366 a/b]) et dans celle qu’offre un scholiaste à Aristophane (Cav., 1040), on trouve κἀντίος ἔσται au lieu de κἀντίος ἔσσῃ. C’est la deuxième personne qui est originelle. La variante ἔσται (sujets : ἱπποσύνη τε καὶ πεζòς [sans στρατός : cf. infra, p. 114, n. 2]) est lἈdaptation machinale d’un copiste qui, au début de l’hémistiche (ἔτι τοί ποτε...), aura compris τοι, non point comme particule affirmative, mais comme le datif de σύ (interprétation facilior, au point de vue grammatical, après σύ γε du vers précédent) : cette erreur entraῖnait une modification de la forme verbale, l’idée d’« opposition » se trouvant renversée. R. Crahay, selon qui l’oracle vit seulement le jour au moment où l’on décidait d’évacuer Athènes (La litt. oraculaire chez Hérod., Paris, 1956 [Bibl. Fac. Philos, et Lettres Univ. Liège, 138], p. 301-302) ne semble pas avoir été frappé par les implications chronologiques de l’hémistiche ἔτι τοί ποτε κἀντίος ἔσσῃ — malgré la traduction qu’il en donne (p. 296) : « un jour viendra où tu pourras faire face ».

10 Pour Δημήτηρ = ὁ σῖτoς, « le blé » — tantôt à l’état naturel, tantôt moulu ou même panifié — (lat. Ceres), voir le vers attribué à Homère par un pseudo Plutarque (Vie et poésie d’Hom., 23), cité par Plutarque sans nom dἈuteur (Isis et Osiris, 66) : (τ) ῆμος ὃτ’ αἰζηοὶ Δημήτερα κωλοτομεῦσι(ν) (fr. incert. II Kinkel [Epic. gr. fr., p. 73]). Et voir Euboulos, 75 Kock (C.A.F., II, p. 191) ; Matron, ap. Ath., IV, 137 B (v. 117) ; Opp., Halieut., III, 463 ; 484 ; [Cynég.], I, 434 ; Hésych., s. υυ. Δήμητρα (= τòν σῖτον. Γλαύκων) ; δαματρίζειν (= τò συνάγειν τòν Δημητριακòν καρπόν. Κύπριοι) ; cf. s. υ. δημητριάς (= κριθὴ ἑξάστιχος). Métaphore similaire avec Δηώ : Antiphane, 52 Kock (C.A.F., II, p. 31) ; Antiphile De Byz., dans A.P., VI, 257, 3 ; Clém. DἈlex., Protr., II, 26, 2 (Δηὼ τòν σῖτον, ὡς Ἀθηναῖοι). — Σκίδναμαι et σύνειμι sont insolites en parlant du blé semé et récolté, mais se justifient par comparaison avec dἈutres emplois : p. ex., le premier verbe se dit bien de l’éparpillement des embruns (Hom., Λ 308) ou de la poussière (Π 375), le second d’une concentration de lἈir (Plat., Timée, 49 C) ou de l’humidité (Théophr., Causes des plantes, II, 19, 3), ou encore d’un afflux de richesses (Hdt., I, 64 ; IV, 1). DἈutre part, les légères déviations de sens sont fréquentes dans le langage oraculaire : elles en accentuaient la solennité, contribuant à faire sentir qu’il venait d’un autre monde. Le terme ἢ συνιούσης évoque soit l’engrangement, soit une phase comprise entre la coupe et le dépiquage, et qui était la mise en tas. (Sur cette opération, cf. A. Jardé, Les Céréales dans lἈnt. gr., I, Paris, 1925 [Bibl. des Éc. fr. dἈth. et de Rome, 130], p. 45, n. 2.)

11 Dans lἈttique ancienne, la moisson se faisait normalement en juin, parfois dès la fin mai. Certaines régions de la Grèce connaissaient (et connaissent encore) des moissons plus tardives, mais août représente une limite extrême, atteinte seulement en montagne. Cf. G. Busolt, Zur Chronol. d. peloponnes. Krieges, dans Hermès, 35 (1900), p. 576 ; Jardé, l. l. Dans l’hypothèse considérée, on voit mal (en dépit de lἈdverbe που) comment la récolte de 480 aurait encore pu entrer en ligne de compte. Crahay (o. l., p. 298, n. 4 ; cf. p. 302), pour justifier l’élément d’incertitude, invoque « les règles du jeu oraculaire ». Excellent en principe, lἈrgument sἈpplique mal au cas du v. 12. Si, à la veille de Salamine, on avait renchéri sur l’équivoque (bien suffisante) des expressions τεῖχος ξύλινον et τέκνα, γυναικῶν, si, sans la moindre nécessité, on avait accordé une chance sur deux à une circonstance temporelle hors de question (Δημήτερος συνιούοης), les adversaires de Thémistocle nἈuraient pas manqué dἈccuser ce point faible et de plaider que l’époque à laquelle le dieu attachait une promesse de victoire était précisément celle qui ne reviendrait pas de sitôt. Or nous ne voyons nulle part que leurs objections aient concerné la date de la bataille.

12 A. Hauvette, Hérod. historien des guerres méd., 1894, p. 326, n. 1 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 661, n. 4.

13 Cf. Crahay, o. l. p. 298. — La tradition ne nous offre pour l’oracle (n° 2) aucune citation textuelle qui se limite aux vv. 1-10. Mais des versions plus courtes que celle d’Hérodote sont attestées par Oinomaos (6 Mullach), chez qui manquent le second hémistiche du v. 2, le second hémistiche du v. 4, ainsi que les vv. 5 et 9 ; par Suidas (s. υ. ἀvεῖλεv), chez qui manquent les vv. 1-5 ; par un scholiaste à Aristophane (Caυ., 1040), chez qui manquent les vv. 1-5 et 9. La raison d’équilibre invoquée dans mon développement n’est pas la seule qu’on pourrait opposer à ces formes « brèves » si quelqu’un était tenté de les considérer comme plus proches de l’Ur-Orakel, comme encore exemptes — à des degrés — divers dἈdditions intempestives. Tout dénonce en elles de simples abrègements de la forme à douze hexa mètres. L’essentiel de la prophétie étant le τεῖχος ξύλινον, il était naturel qu’un auteur songeât à ne commencer que là, puisque ce qui précède introduction et données circonstancielles — souffrait fort bien d’être laissé de côté. Que les vv. 1-5 manquent chez deux des témoins à la suite d’une omission volontaire, on en verra un signe indirect dans le mode de citation du troisième, Oinomaos : la nature de ses « blancs » (deux hémistiches non conjoints et le vers sur lequel enjambe le second d’entre eux) ne s’explique que par une volonté de raccourcir, de tailler dans ce qui n’était pas indispensable. Suidas et le scholiaste à Aristophane auront fait la même chose, mais d’une façon plus radicale. Quant à lἈbsence du v. 9 chez Oinomaos et chez ce même scholiaste, son origine accidentelle est révélée par un mot du v. 10. Si Oinomaos fournit ἐπιστρέψας (comme Hérodote), c’est ἐπιστρέψαις qu’on lit dans la scholie. Or, sans le v. 9, le participe, sur lequel tend à porter la négation μηδ’, n’est plus défendable quἈu prix d’une acrobatie grammaticale ; quant à l’optatif, il ne sἈccorde guère avec le ton catégorique de la prophétie. Il y a donc lieu de voir en -ψαις une correction de -ψας, consécutive à la chute du v. 9.

14 Résumant la réponse de la Pythie et les explications qu’elle suscita, Cornélius Nepos (Thém., 2, 6-7) et Justin (II, 12, 13) ne font ressortir que le « mur de bois ». Simple hasard ? Il est difficile de le croire quand on voit comment Polyen (I, 30, 1-2) a cité et commenté le v. 11 ( θείη Σαλαμίς...) et le v. 6 (τεῖχος Tριτoγεvεῖ ξύλινον...) : les deux expressions-clés, qu’il rapporte dans un ordre inverse de l’ordre attendu, font l’objet, chez lui, de deux narrations, conçues sur le même patron (déclaration du dieu, interprétation thémistocléenne, résultats pour Athènes), mais tout à fait indépendantes, et donnant l’impression de deux oracles distincts.

15 C’est chez Oinomaos que la discordance est mise en lumière (6 Mullach [F. Ph.G., II, p. 367 a]) : Πῶς δέ, ὦ μάντι, ὃτι μὲν ἡ θείη Σαλαμὶς ἀπολεῖ τέκνα γυναικῶν ᾔδεις, πότερα δὲ σκιδναμένης Δημήτερος ἤ συνιούσης οὐκέτ’ ᾔδεις ; — Selon R. Crahay (La litt. oraculaire..., 1956, p. 302, n. 1), la prédiction étant publiée en automne, le v. 12 pourrait avoir servi à lui conférer la valeur d’un oracle de printemps, délivré à la consultation régulière du mois de Bysios. Je ne vois pas comment σκιδναμένης... αυνιούσης se ramènerait légitimement à une opposition de l’espèce, puisque la moisson était considérée comme un travail d’été (cf. le verbe θερίζειν), puisque les semailles se faisaient au début de lἈutomne et, secondairement, au printemps. DἈilleurs, c’est de l’époque de la future bataille qu’il est question au v. 12, et nullement de la date à laquelle l’oracle a été émis.

16 Schol. BD Oxon. à Aelius Aristide, 46, 186 (III, p. 595, 1. 22-25 Dindorf).

17 La vulgate homérique, en a 24, ne connaῖt que la leçon οἱ μὲν... oἱ δ’, cautionnée par Aristarque (Strabon, I, 2, 24 [30 C.]). Cratès de Mallos paraῖt être le seul à avoir jamais écrit ἠμὲν... ἠδ’ (ibid.). Le vers a 23 concerne les « Éthiopiens », chez qui Poséidon est allé festoyer : Αἰθίοπας, τοὶ διχθὰ δεδαίαται, ἔσχατοι ἀνδρῶν. Après une telle proposition, les pronoms οἱ μὲν... oἱ δ’ conviennent mieux que la coordination ἠμὲν... ἠδ’ à la disjonction annoncée — très forte, assurément, puisqu’elle met en cause l’opposition de deux points cardinaux. Comme la coordination est tout à fait absente de la tradition directe et que Cratès l’estimait (à tort, selon Strabon) plus favorable à son exégèse géographique du passage, il n’est pas téméraire d’y voir une correction. Mais Cratès n’en a-t-il pas pris l’idée dans l’hexamètre variante de la prophétie (tiré d’Homère et légèrement adapté, parce que les pronoms οἱ μὲν... oἱ δ’ y étaient irrecevables) ? On formulera dἈutant plus volontiers cette hypothèse qu’un tel hexamètre avait pu passer dans la langue comme expression semi-proverbiale.

18 Hdt., VII, 142 ; VIII, 51 ; Ael. Arist., 46, 186 (II, p. 249 Dindorf) ; Paus., I, 18, 2 ; Polyen, I, 30, 2 ; Schol. Aristoph., Cav., 1040 ; cf. Argum. Vhglop à Eschyle, Perses (p. 4-6 Dähnhardt). Suivant les deux premiers auteurs, une palissade aurait existé dans le passé, et les tenants de l’interprétation nἈuraient eu qu’à la rétablir.

19 C’est pour fixer les idées que je me permets de suggérer, de façon toute gratuite (en pensant à la « mer », à la nappe d’eau saumâtre de lἈcropole : cf. Hdt., VIII, 55) : Ἒστί θάλασσ’ ἀγαθοῖς, ἀπολεῖ δέ τέκνα γυναικῶν. Et parce que cela me fournit l’occasion de deux remarques. L’une sur lἈpostrophe à Salamine (...δὲ σὺ) qui, dans la version conservée, n’est pas d’un heureux effet après une série de deuxièmes personnes désignant Athènes : cette rupture pourrait être, elle aussi, l’indice d’un replâtrage du v. 11. LἈutre remarque, sur τέκνα γυναικῶν, dont les modernes n’ont pas souligné la valeur exacte. Il me paraῖt que γυνή est pris ici dans un sens péjoratif (cf. Hom., Θ 163 ; Hdt., VIII, 88 [Xerxès disant : οἱ μὲν ἄvδρες γεγόνασί μοι γυvαῖκες] ; IX, 20 [sur les Grecs de Platées que les Perses γυναῖκας... ἀπεκάλεον]), un sens destiné à rejaillir sur l’expression entière : ceux qui seront anéantis, ce sont les « rejetons des femmelettes ».

20 Plut., Thém.,10, 1 texte sur lequel Mme M. Delcourt (dans Rev. Hist. Rel., 148 [1955], p. 135 ; L’Oracle de Delphes, 1955, p. 130) et R. Crahay (La litt. oraculaire..., 1956, p. 300-301) ont eux aussi attiré lἈttention. Les « signes divins » (σημεῖα δαιμόνια), comme Plutarque l’explique tout de suite après, sont ceux que fournit le serpent gardien de lἈcropole, dont l’histoire figure déjà chez Hérodote (VIII, 41)

21 Plut., o. l., 32, 4 : ἅ τε Φύλαρχος, ὥσπερ ἐv τραγῳδίᾳ τᾖ ἱστορίᾳ μονονοὺ μηχανὴν ἄρας καὶ προαγαγὼν Νεοκλέα τινὰ καὶ Δημόπολιν... ἀγῶνα βούλεται κιvεῖv καὶ πάθος, [] οὐδ’ ἂν ὁ τυχὼν ἀγνοήσειεν ὅτι πέπλασται.

22 Les auteurs qui signalent l’exégèse du vers sur Salamine la font coïncider avec celle du « mur de bois ». Mais comme ils diffèrent d’opinion sur la date de la controverse Hérodote (VII, 142-143) la situant bien avant l’exode, alors que, pour dἈutres (Plut., Thém., 10, 3 ; Suidas, s. υ. νελεν), elle lui serait immédiatement antérieure, — il n’y a rien que de naturel à la dédoubler et à conjecturer que la mention de la « divine Salamine » fut mise en discussion à un moment où le problème du « mur de bois » était déjà résolu depuis un certain temps. Au reste, un tel dédouble ment correspond au témoignage de Polyen (supra, p. 115, n. 1). — Il se peut que le v. 11 ne soit pas le seul à avoir été affecté. Un changement conjoint du v. 12 n’est pas exclu : supra, p. 115. De surcroῖt, j’hésite à admettre que le second hémistiche du v. 7 ait eu, dans la prophétie originelle, la forme que lui assignent, outre Hérodote, Aelius Aristide (46, 211 [II, p. 279 Dindorf]) et Suidas (l. l.) : τò σὲ τέκνα, τ’ ὀνήσει. Qu’il soit le résultat d’une retouche, c’est ce que pourrait indiquer la variante offerte par Oinomaos (6 Mullach) et par le scholiaste à Aristophane (Cav., 1040) : διὰ Παλλάδα κούρην. (On ne trouve pas cette variante dans l’édition même de Mullach. Elle est cependant présentée par tous les mss de lἈuteur à qui nous devons la citation d’Oino maos : Eus., Prép. évang., V, 24, 2 [p. 266, 1. 17 Mras]. Mullach aura indûment corrigé dἈprès Hérodote !). L’hémistiche διὰ Παλλάδα κούρην, qui complète ἀπόρθητον (alors que lἈutre est une relative dépendant de τεῖχος), surprend un peu, à première vue, puisque Pallas Athéné figure déjà auparavant dans la phrase, sous sa dénomination de Τριτογενής. Mais la meilleure syntaxe grecque fournit maints exemples de répétitions plus gênantes : cf. R. Kuhner-B. Gerth, Ausführl. Gramm. d. griech. Spr., Saizlehre 3, I (1898), p. 556, n. 2. Le remplacement de διὰ Παλλάδα κούρην, addition quasi redondante, par la proposition significative τò σὲ τέκνα τ’ ὀνήσει, me semble dἈutant moins improbable qu’en ajoutant à la prophétie des τέκνα manifestement athéniens (puisque liés à σέ), on les différenciait en quelque sorte des τέκνα γυναικῶν du v. 11 — un argument possible contre ceux qui mettraient ou avaient déjà mis en doute que les « enfants des femmelettes » fussent nécessairement les Perses.

23 Opposition à l’intérieur : Plut., Thém., 7, 1-2. A l’extérieur : Corn. Nepos, Thém., 3, 1.

24 Cf. Ph.-E. Legrand, dans son éd. d’Hdt., VII (1951), p. 146, n. 4 ; 147, n. 2. Ce savant a suggéré (Prophète et Pythie à Delphes, dans R.E.G., 64 [1951], p. 298) que Timon jouait un rôle « dans le gouvernement de l’oracle » comme familier et collaborateur du prophète, dont la Pythie nἈurait été que l’interprète docile. — Tout en reconnaissant que le rôle de Timon favorise l’idée de consultations réglées par Thémistocle, A. Hauvette nie que celui-ci, « chef d’une démocratie remuante », incarnation du « système de gouvernement le plus contraire à celui quἈpprouve le sanctuaire amphictyonique », promoteur du « parti de la défense », soit parvenu à faire soutenir son point de vue par les prêtres de Delphes (Hérod. historien des guerres méd., 1894, p. 326). A quoi il faut répondre que, pour vaincre les répugnances d’ordre politique ou autre, Thémistocle avait un argument des plus solide : lἈrgent. Diverses anecdotes, dont les détails sont parfois contestables, mais non l’esprit général, montrent qu’il pratiquait volontiers le système des pots-de-vin : Hdt., VIII, 5 ; Phanias d’Érésos, 7 Mülier (FM.G., II, p. 295) ; Plut., Thém., 6, 2. De son côté, le sanctuaire delphique, au moins depuis la fin du vie siècle, n’en était plus au stade du parfait désintéressement. Nous connaissons les manoeuvres de corruption opérées par les Alcméonides en général (Hdt., V, 63), par Clisthène en particulier (V, 66), par le roi Spartiate Cléomène (VI, 66 ; 75). Certes, on avait destitué la prophétesse Périalla, complice du dernier personnage, et exilé Cobon, un Delphien ayant servi d’intermédiaire (VI, 66). Mais c’est le scandale provoqué par la révélation de cette intrigue personnelle (dont la cible et victime unique avait été le roi Démarate) qui avait contraint les prêtres à sévir ostensiblement, et leur vertueuse rigueur dἈlors n’est pas une preuve que, huit ou neuf ans plus tard, un accommodement avec Apollon ait été impossible. Hauvette a fait la part trop belle à la constance « sentimentale » du sanctuaire.

25 En acceptant les suggestions de Thémistocle, le sanctuaire ne laissait pas de prendre ses sûretés. Par là s’explique déjà, dans le premier oracle, le choix de l’expression ἔσχατα γαίης, dont le sens me paraῖt triple : 1° « le bout du monde » (interprétation ordinairement donnée par les modernes) ; 2° « les confins de la patrie [attique] » ; 3° « les bords où sἈrrête la terre [et où commence la mer] », c’est-à-dire « les rivages ». Thémistocle voulait dissuader ses concitoyens de résister en Afrique et, plus généralement, sur le continent. Mais tenait-il à ce que fût proposée, en même temps, une émigration collective vers quelque pays lointain ? Envisagea-t-il jamais pour Athènes un recours aussi désespéré ? On se fonderait difficilement sur sa menace dἈller peupler Siris, en Grande-Grèce (Hdt., VIII, 62), car elle était plus oratoire que réelle. Au demeurant, Siris ne se trouvait pas « au bout du monde ». Ἒσχατα γαίης est une ambiguïté calculée par le clergé delphique : si la résistance tournait mal, il pourrait toujours prétendre que le salut, pour les Athéniens, eût été de se mettre hors de portée des Perses. Dans la deuxième prophétie, l’introduction est conçue de manière à ne pas écarter tout à fait la déclaration initiale. Jusqu’à quel point Pallas arriverait-elle à fléchir Zeus ? Apollon ne le précisait pas (cf. les pertinentes remarques D’Oinomaos [6 Mullach] : Εἴτε γὰρ σώζοιντο, ἰδοὺ αἱ τῆς Παλλάδος λιταὶ προμεμήνυνται, ἱκαναὶ οὖσαι κάμψαι τήν τοῦ Διòς ὀργήν εἴτε καὶ μή, oὐδὲ τοῦτο τῷ μάντει ἀκατάσκευον οὐ γὰρ δύναται Παλλὰς τòν Δία ἐξιλάσασθαι κτλ.). La suite du texte comporte des obscurités que Thémistocle nἈvait pas demandées, certes, et qui compliquèrent sa tâche de commentateur. En ce qui regarde la notion clé τεῖχος ξύλινον (et l’éventuelle restitution θάλασσα ?), il est possible que l’équivoque nἈit pas été volontaire et que personne nἈit même soupçonné, à Delphes, le subtil détour par lequel certains Athéniens allaient trouver là une évocation de lἈcropole. Toujours est-il que la Pythie, en consentant à exalter la flotte, n’excluait pas qu’elle dût simplement servir à une expatriation. Dire que les Athéniens « finiraient bien un jour par faire front » ne revenait pas à leur conseiller la lutte contre Xerxès. Si, dans la version délivrée aux théores, il était déjà question de τέκνα γυναικῶν promis à lἈnéantissement, rien ne prouvait que cette prédiction particulière n’eût pas trait à des combats entre les Perses et des Grecs autres que les Athéniens. Et Thémistocle eut à réfuter les chresmologues parce qu’ils recommandaient une solution outrancière : ἐκλιπόντας χώρην τὴν Ἀττικὴν ἄλλην τινὰ οἰκίζειν (Hdt., VII, 143).

26 Hdt., VII, 173 ; Diod., XI, 2, 5 ; Plut., Thém., 7, 2. Cf. Ael. Arist., 46, 190 (II, p. 254 Dindorf).

27 Hdt., l. l.

28 Plut., Thém., 7, 1-2.

29 Ibid. Pour R. Crahay (La litt. oraculaire..., 1956, p. 301-303), comme pour Mme M. Delcourt (L’Oracle de Delphes, 1955, p. 130, et dans Rev. Hist. Rel., 148 [1955]. P 136, 140), il faudrait quasiment exclure que Delphes ait joué un rôle dans l’élaboration de l’oracle ; Thémistocle en aurait supposé et diffusé le contenu, peu avant Salamine, afin dἈmener les Athéniens à abandonner leur ville. Cette interprétation ramène très justement notre texte à un acte de propagande politique, mais, pour le reste, je ne saurais lἈccepter. Elle ne tient pas compte du fait que l’oracle fut employé dans deux circonstances distinctes : une fois pour axer la défense dἈthènes sur une stratégie exclusivement navale (sans qu’il fût question d’évacuer le territoire : Hdt., VII, 144), une autre fois pour faire admettre l’évacuation (Hdt., VIII, 41). Elle néglige un détail capital, sur lequel sἈccordent des traditions différentes (voir la suite de mon exposé) : à savoir que, l’oracle une fois connu et dûment expliqué, on put penser à une nouvelle série de constructions maritimes. Replacer l’oracle dans le contexte historique où Hérodote le mentionne, parmi les circonstances qui concoururent à la formation de la flotte, est aussi important et aussi nécessaire que de le rapprocher, comme Crahay lἈ fait à bon droit, des prodiges que Thémistocle sut fabriquer avant l’exode. Qu’il y ait eu une deuxième utilisation dans une aura de propagande directe ne doit pas faire oublier la première et n’empêche nullement que celle-ci ait eu lieu par le détour de Delphes. Les questions de chronologie et de rituel ne constituent pas de réels obstacles : supra, p. 112, n. 2 ; infra, p. 122, n. 1. Quant à la forme poétique et au style, il n’y faut certes pas chercher la preuve que le texte nἈurait pas été émis par le sanctuaire delphique (j’entends : la première fois) : étrange faussaire que celui qui, travaillant à duper Athènes, sinon la Grèce entière, aurait inventé un oracle tout différent, par lἈspect, de ceux que rendait habituellement la Pythie !

30 Hdt., VII, 174.

31 Hdt., VII, 173 : Ἒμειναν δὲ ὀλίγας ἡμέρας ἐνθαῦτα…

32 Corn. Nepos, Thém., 2, 6 : Huius (sc. Xerxis) de aduentu cum fama in Graeciam esset perlata..., miserunt Delphos consultum quidnam facerent de rébus suis.

33 Il atteignit Athènes vers la mi-août (supra, p. 99, n. 2). Le trajet depuis la côte européenne de l’Hellespont [Sestos] lui avait pris trois mois (Hdt., VIII, 51), et il lἈvait quittée un mois après être arrivé sur la côte asiatique [Abydos] (ibid.). Cf. K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 2 (1916), p. 52.

34 Hdt., VII, 144. Le second oracle, rendu lors d’une consultation extraordinaire, date à peu près de la mi-avril. Mais depuis combien de temps Timon, pour servir les desseins de Thémistocle, retenait-il les théores à Delphes en vue du suprême et terrible recours que serait la séance de supplication ? Des jours néfastes, ἀποφράδες (cf. P. Amandry, La mantique apollinienne à Delphes, 1950, p. 82-83), avaient peut-être concouru à imposer un délai relativement long. Je ne vois aucune difficulté, pour ma part, à ce que le premier oracle ait été rendu le 7 du mois delphique de Bysios (sur cette date : Plut., Quaest. gr., 9 [Mor., 292 E-F] ; Amandry, ο. l., p. 81-82). Selon E. Bischoff (art. Kalender, dans R.E., X, 2 [1919], col. 1589), Bysios correspondait à février/mars. Mais la nature des calendriers de l’époque rend l’équivalence assez aléatoire dans le cas précis de lἈnnée 480. (Notamment : un mois intercalaire Ποιτρόπιος β’ pouvait faire déborder Bysios sur avril.) Plutarque (l. l.) signale que Bysios « marque le début du printemps » (ἔαρος ἄρχει). Au début du printemps, il n’était pas trop tôt pour dire aux Athéniens quels dangers ils allaient courir, ni pour les préparer à l’idée d’une lutte « hors de lἈttique », c’est-à-dire sur mer. Si Thémistocle, alors, ne distinguait pas nettement la teneur du texte qu’il aurait à suggérer à Timon pour la seconde prophétie, du moins pouvait-il lancer la première phase de son opération de propagande oraculaire en faveur de la guerre navale. Envoyés, à son instigation, pour la consultation publique et régulière, les théores athéniens restèrent à Delphes, contraints et forcés, durant un laps de temps assez considérable, mais qui peut très bien nἈvoir guère excédé trois semaines.

35 Corn. Nepos, Thém., 2, 8.

36 Éphore avait été très concis et avait manqué de netteté en ce qui concernait le premier des deux rôles dévolus à la prophétie - inciter les Athéniens à concentrer tous leurs efforts sur la marine de guerre. Aussi Nepos a-t-il altéré son témoignage. Il nἈ pas seulement inventé un chiffre pour combler une lacune. Il a commis, par surcroῖt, l’extraordinaire bévue de placer l’évacuation avant l’envoi de Léonidas et les combats des Thermopyles. On comprend pourquoi : hypnotisé par les services que l’oracle rendit la seconde fois (quand l’embarquement de la population athénienne se révéla nécessaire), il se sera laissé entraῖner à traiter l’exode comme une conséquence immédiate du recours à Delphes. Il aurait dû voir que, ce faisant, il transformait le programme complémentaire en une impossibilité historique : car leurs trières dἈppoint, d’où les Athéniens les auraient-ils donc « ajoutées », s’ils ne s’étaient plus trouvés en Attique pour les construire ? L’intérêt de la faute est de mettre en évidence que, pour Nepos, la consultation de l’oracle avait bien eu lieu avant tout engagement. Notons-le, du reste : si, dans sa phrase de Thém., 2, 6, on donne à de aduentu fama, comme il est légitime, le sens de « la nouvelle qu’il arrivait », et non point de « la nouvelle qu’il était arrivé », sa datation du recours à Delphes, correspondant au moment où Xerxès, quittant Sardes, marchait en direction de l’Hellespont (Hdt., VII, 37 : ἅμα τῷ ἔαρι), se révèle singulièrement précise.

37 B.C.H., 76 (1952), p. 418.

38 Hdt., VIII, 1.

39 Thuc., I, 13,2-14,2.

40 Hdt., VII, 158 ; 168.

41 Hdt., V, 97. — Pour l’équivalence νηῦς = τριήρης (pentécontores et triacontores appelant au contraire une mention expresse), voir VI, 8 ; VII, 184 ; 185 ; VIII, 2 ; 48 ; et aussi VIII, 64 (νέα), à mettre en rapport avec VIII, 83 ( ἀπ’ Αἰγίνης τριήρης). Cf. C. N. Rados, La bataille de Salamine, Paris, 1915, p. 60.

42 Charon, 262 F 10 Jacoby.

43 Hdt., V, 99.

44 Hdt., VIII, 1 ; 46.

45 Hdt., VI, 132. Voir aussi Corn. Nepos, Milt., 7, 1.

46 Hdt., VI, 89 ; 92. Cf. Thuc, I, 42, 2.

47 Corn. Nepos, Milt., 7, 4.

48 U. Köhler, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 6.

49 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 644, n. 3 [sur p. 645/6] ; cf. p. 597, n. 1.

50 Plut., Thém., 2, 8.

51 Cf. ibid., 2, 7 (à propos des erreurs de jeunesse du personnage) : ... ὡς ὕστερον αὐτòς ὡμολόγει.

52 W. Kolbe, Zur athen. Marineverwaltung, dans Ath. Mitt., 26 (1901), p. 397 ; H. Fränkel, Att. Inschr., ibid., 48 (1923), p. 23 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 890, n. 1.

53 Hdt., VI, 39.

54 Cleidémos, 323 F 8 Jacoby. Cf. supra, p. 49, n. 1.

55 Pisistrate, qui se garda de modifier les principes de la constitution ou les cadres de la cité (cf. Hdt., I, 59 ; Thuc, VI, 54, 6 ; Arstt., Constit. dἈth., 14, 3 ; 16, 2 ; 8 ; Plut., Solon, 31), nἈvait pas touché au système des naucraries, déjà ancien quand il instaura le régime tyrannique. Pour ses entreprises sur mer, cependant, il avait besoin d’une flotte supérieure à celle que pouvait procurer le fonctionnement de ce système : cf. Busolt-Swoboda, l. l., p. 866 et n. 6. Les richesses considérables que lui assuraient ses possessions thraces et la perception d’un impôt sur les revenus du sol, nous savons qu’il les employait, en partie, à recruter et à entretenir des troupes entières de mercenaires : ibid., p. 862-863 ; cf. Hdt., I, 64 ; Thuc, VI, 55, 3 ; 57, 1 ; 4 ; 58, 2 ; Aristoph., Cav., 448, etc. On a le droit de présumer qu’il s’en servit également pour renforcer la marine de guerre. Et comment ses fils, sinon lui-même vers la fin de son règne, nἈuraient-ils pas choisi dἈcquérir, ou de se faire construire sur place, un certain nombre de ces bâtiments up to date qu’étaient alors les trières ? Polycrate de Samos, avec qui ils rivalisaient courtoisement dans tous les domaines (cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., I [1925], p. 247/248), possédait en propre, outre 100 pentécontores (Hdt., III, 39 : ἔκτητο δπεντηκοντρους... κατόν), une escadre de 40 trières qu’il mit, en 526, à la disposition de Cambyse (Hdt., III, 44. Cf. Maxime de Tyr, 29, 2 b Hobein : ἐκέκτητο ... τριήρεις πολλάς). A vrai dire, si le renseignement sur les trières samiennes a été admis par Fr. Miltner (art. Seekrieg, dans R.E., suppl. V [1931], col. 866 ; art. Triere. ibid., VII A, 1 [1939], col. 117) et par Th. Lenschau (art. Polykrates, ibid., XXI, 2 [1952], col. 1729), dἈutres savants l’ont contesté, tels H. Stein (dans sa 4e éd. d’Hdt., III [1893], ad III, 44) et Ph.-E. Legrand (dans son éd. d’Hdt., III [1939], p. 70, n. 2), pour qui l’escadre envoyée à Cambyse aurait été composée de pentécontores. A mon sens, il faut considérer : I° que, si Hérodote nἈ pas parlé de trières dès III, 39, c’est ou bien par une négligence dont son œuvre offre dἈutres exemples (en III, 45, les ἐπίκουροι µισθωτοὶ ne sont-ils pas mentionnés pour la première fois ?) ou bien (cf. Miltner, art. Seekrieg, l. l.) parce que les unités de ce genre n’étaient venues accroῖtre la flotte que plus tard ; 2° que, pour engager 60 trières à la bataille de Ladé (Hdt., VI, 8), les Samiens devaient avoir une habitude déjà longue du τύπος τριηρικός ; 3 que, si Hérodote a appliqué lἈdjectif ὀλίγοι aux Samiens de l’escadre rebelle (III, 45. Cf. Legrand, ad loc, p. 71, n. 1 : « Peu nombreux sur quarante vaisseaux ? »), c’est parce que l’effectif combattant de cette escadre (1600 épibates représentent un maximum : cf. Hdt., VI, 15 ; A. Cartault, La trière athénienne, 1881, p. 237) n’était réellement pas à la mesure des troupes terrestres qui protégeaient Samos. La phrase de III, 44, ἐπιλέίξας τῶν ἀστν τοὺς ὑπώπτευε µάλιστα ἐς ἐπανάστασιν ἀπέπεµπε τεσσεράκοντα τριήρεσι, έντειλάµενος Καµβύσῃ ὀπίσω τούτους µὴ ἀποπέµπεν, n’implique pas que Polycrate ait trouvé assez de citoyens suspects pour remplir 40 trières. Elle signifie que les citoyens suspects avaient été répartis sur les 40 trières du contingent. Naturellement, ces conspirateurs en puissance étaient, pour la plupart, des hommes d’un certain rang social, comptant donc parmi les épibates et les officiers de bord. Polycrate nἈvait pas prévu qu’ils mutineraient l’escadre. Dans son esprit, celle-ci devait rester sous la surveillance perse jusqu’à ce que Cambyse la renvoyât, sans les suspects (ὀπίσω τούτους µὴ ἀποπέµπιν). Rien ne s’oppose à ce qu’elle ait compris, sinon la totalité, du moins la grande majorité des trières samiennes. Mettre ses meilleurs bâtiments au service du Grand Roi, voilà qui était bien dans la ligne d’un tyran µεγαλοπρεπέστατος (cf. Hdt., III, 125). Si l’on accepte les conclusions de la brève analyse ci-dessus, les trières et les pentécontores de Polycrate se trouvaient dans un rapport au moins égal et peut-être pas supérieur à 2 : 5 (40 : 100). N’est-il pas intéressant que nous ayons justement été conduits à accorder aux Pisistratides une vingtaine de trières contre 48 pentécontores ? La similitude de ces proportions n’est apparemment pas l’effet du hasard, mais le signe que les tyrans athéniens avaient jugé l’organisation navale de Polycrate bien adaptée aux conditions du temps, et digne d’être imitée dans leur propre État.

56 Hdt., VI, 93.

57 Hdt., VIII, 14. Voir B.C.H., 76 (1952), p. 390-405.

58 Sur les 127 trières : Hdt., VIII, 1. Sur les 3 trières éclaireuses : VII, 179-182.

59 Hdt., VIII, 46. Voir B.C.H., l. l., p. 438. L a position que la flottille occupait au moment de Salamine lui avait été dévolue dès avant les combats de lἈrtémision : ibid., p. 388-390 ; cf. p. 428-429.

60 Comme les garde-côtes d’Égine, lesquels, en cas de besoin, auraient été sou tenus par les réserves de Pôgôn (B.C.H., l. l., p. 421), les 53 trières athéniennes assumaient un rôle de couverture : elles servaient à prévenir toute attaque que la flotte perse pouvait tenter contre la Grèce continentale sans passer par le canal de Trikeri. Cf. ibid., p. 395. Il est permis de ranger parmi elles la trière que Clinias possédait à titre personnel et avec laquelle il se distingua à lἈrtémision (Plut., Alcib., 1, 1), durant les combats du troisième jour (Hdt., VIII, 17). Elle nἈurait pas été toute neuve, ce qui se comprend bien, car, à partir de 483, les chantiers durent être exclusivement au service de l’État. Peu importe, du reste, l’âge de cette unité spéciale, à laquelle, dans des calculs approximatifs comme les nôtres, il serait vain de vouloir faire un sort.

61 Arstt., Constit. dἈth., 23, 1.

62 Cleidémos, 323 F 1 Jacoby = Plut., Thém., 10, 6-7.

63 Plut., Thém., 10, 8 : Ἐκπλεούσης δὲ τῆς πóλεως...

64 P. ex. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 72-73 [« ... on parvint à donner huit drachmes par personne aux indigents pour vivre à l’étranger »] ; p. 219 [« chaque émigrant reçut huit drachmes »] ; U. Kahrstedt, dans R.E., V A, 2 (1934), col. 1690 [die Auszahlung einer Barsumme an die Evakuierten].

65 Liddell-Scott-Jones, Gr.-Engl. Lex., s. υ. ἐφόδιον, (ι) : esp. of an army. Cf. Hdt., IV, 203 ; Thuc, VI, 31, 5 ; 34, 5 ; Xén., Hell., I, 1, 24 ; Démosth., Olynth. III (3), 20 ; Polybe, III, 24, 8, etc.

66 Hdt., VIII, 51. — Selon W. F. J. Knight (The Defence of the Acropolis and the Panic before Salamis, dans J.H.S., 51 [1931], p. 174-175), Hérodote, se méprenant sur l’ἀσθενείη dont parlait sa source, aurait présenté comme « pauvres » des citoyens « physiquement inaptes ». Tout en reconnaissant qu’il n’y eut pas, sur lἈcropole, de résistance organisée par l’État-major, je crois devoir rejeter l’hypothèse d’une telle confusion. Le groupe qui demeura à côté des ταµίαι τοῦ ἱροῦ ne comprenait que des Athéniens libres d’obligations militaires (un décret, on le verra, avait obligé tous les autres à s’embarquer sur la flotte), mais il ne coïncidait pas pour autant avec the physically un fit élément. Les vieillards avaient eu lἈutorisation de partir, tout comme les femmes et les enfants, et l’on ne saurait douter que les malades ou les infirmes aient pu être emmenés également. Si les défenseurs de lἈcropole nἈvaient été que des invalides, comment justifier qu’ils aient tenu ἐπὶ χρόνον συχνόν (Hdt., VIII, 52) — même s’il faut inclure dans cette durée les essais de pourparlers des Pisistratides et que leur principale tactique ait été de faire audacieusement dévaler des quartiers de roc sur l’ennemi ? L’explication d’Hérodote est la bonne : il sἈgissait de gens qui auraient pu être évacués, mais qui préférèrent rester sur place, à la fois par esprit religieux (fidélité à l’oracle dans sa signification le plus étroitement « athénienne ») et parce que, dépourvus dἈrgent, ils appréhendaient l’incertitude d’un séjour sur une terre étrangère. (Les temples devaient avoir gardé quelques stocks de vivres rassurants et, avant lἈrrivée des Perses, il y avait sans doute pas mal à glaner dans les maisons abandonnées.) Parmi ces citoyens pauvres, un certain nombre avaient assez l’habitude de l’effort physique et étaient encore assez vigoureux pour entreprendre de leur propre mouvement, avec leurs seuls moyens, une véritable défense de lἈcropole.

67 Plut., Thém. 10,5. La primauté de Trézène comme lieu dἈsile offert aux évacués athéniens est affirmée dans ce passage et, en outre, dans Hdt., VIII, 41 ; Frontin, Strateg., I, 3, 6. Cf. B.C.H., 76 (1952), p. 409 et n. 1-4.

68 Au temps de Périclès, dἈprès les calcules de G. Glotz (Le travail dans la Grèce ancienne, Paris, 1920, p. 341), une obole par jour suffisait à un ouvrier pour avoir sa nourriture complètement assurée, et deux oboles par jour pour que tous ses besoins fussent satisfaits. Le problème de la nourriture était le seul, peut-on dire, que les évacués de 480 avaient à résoudre, et il va de soi que la ration moyenne de ces femmes, de ces enfants, de ces vieillards, nἈtteignait pas celle d’un travailleur de force. Dans des circonstances qui n’encourageaient certes pas à la prodigalité, 48 oboles leur auraient permis d’envisager le proche avenir avec une certaine confiance.

69 G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 195, n. 4 ; G. Glotz - R. Cohen, Hist. gr., II (1929), P 138.

70 G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1050-1051 ; Glotz-Cohen, l. l., p. 288, 290.

71 Le terme ψήφισωα figure, en toutes lettres, dans Plut., Thém., 10, 4 ; 5 ; Ael. Arist., 13, 139 (I, p. 225 Dindorf) ; 46, 192 (II, p. 256 D.) ; Libanios, Déclam., 9. 38 (V, p. 477, 1. 6 Foerster) tous tributaires d’Éphore. Cf. aussi Démosth., Ambass. (19), 303. (Démosthène peut avoir utilisé Éphore : voir, à propos d’une autre concordance relative à Thémistocle, Ad. Bauer, Themistokles, 1881, p. 83.)

72 On lit sur une borne d’enclos sacré découverte à Samos, et datant de 440/39, ou un peu postérieure : [hό]pos : τεµέ[νος Ἀ]θεναίας Ἀθενôv µεδεόοης (Ath. Mitt., 44 [1919], p. 2, n° 1). Sur une autre, de même provenance, et attribuable à la période 411-404 : ỗρος τεµένεος Ἀθηνς Ἀθηνῶν µεδεόσης (ibid., p. 3, n° 2). A ces textes on peut en joindre deux autres, dont les restitutions sont très probables : [τὲν Ἀθεvαίαv τὲν] Ἀθενôν µεδέoσ[αν] (I.G., I2, 14, 1. 4/5 : décret relatif à Colophon, antérieur à 446/5) et [τῆς Ἀθηναί]ας τῆς Ἀθηνῶµ µ[εδεόσης] (I.G., XII i, 977. 1 10/11 : décret honorifique relatif aux insulaires de Karpathos, et datant de 394 ou de 393 av. J.-C ). C’est à l’étranger que le besoin se faisait sentir de vénérer la déesse en exprimant ainsi sa qualité de « protectrice dἈthènes » ; dans la métropole, elle était simplement ἡ θεός. Cf. M. P. Nilsson, Gesch. der griech. Relig., I (1941), p. 406 e t n. 3 [2e éd. 1955, p. 433 et n. 4].

73 Plutarque (Thém., 10, 4) et Aelius Aristide (13, 139 [I, p. 226 Dindorf] ; 46, 192 [II, p. 256 D.]) détaillent clairement ces trois dispositions du décret : la consécration à Athéna Ἀθ. µεδ. (simplement désignée comme τῇ πολιούχῳ θεῷ par Aelius1) ; l’éloignement, à obtenir vaille que vaille, des παῖδες καὶ γυναῖκες (καὶ ἀνδράποδα ajoute Plutarque, tandis qu’Aelius2 cite à part τοὺς πρεσβύτας) ; l’embarquement - ἐμβαίνειν εἰς τὰς τριήρεις (Aelius1 : προβαλέσθαι τὴν θάλατταν) — imposé à ceux que Plutarque appelle τοὺς ἐv ἡλικί πάντας (pour Aelius1, ce sont αὐτοί, i.e. « les Athéniens » par opposition à leurs enfants et à leurs femmes ; Aelius2 dit τους ἄλλους). Le résumé de Plutarque (où, remarquons-le en passant, la mention des citoyens ἐv ἡλικίᾳ précède celle des non-mobilisables) est apparement le plus fidèle au décret original. On ne peut avoir autant de confiance en Aelius Aristide, qui varie d’un endroit à lἈutre. (Sans doute est-ce de son cru, par anticipation, qu’il a introduit dans le décret le nom du lieu de refuge : παῖδας δὲ καὶ γυναῖκας εἰς Τροιζῆνα. En 46,192, il va jusqu’à préciser : τοὺς δὲ πρεσβύτας εἰς Σαλαμῖνα. Mais cf. B.C.H., 76 [1952], p. 409. η. 4·) Il y a comme un souvenir des termes du ψήφιομα (la consécration exclue) dans l’opposition marquée par Justin (II, 12, 16) : probato consilio coniuges liberosque cum pretiosissimis rébus abditis insulis relicta urbe demandant (Aelius1 : παρακαταθέσθαι) : ipsi naues armati conscendunt.

74 Que la mise en sûreté des familles ait été laissée à l’initiative individuelle, c’est ce que disent clairement Hérodote (VIII, 41 : κήρυγμα ἐποιήσαντο, Ἀθηναίων τῇ τις δύναται οῴζειν τὰ τέκνα καὶ τοὺς οἰκέτας) et Plutarque (l. l. : παῖδας δὲ καὶ γυναῖκας καὶ ἀνδράποδα σῴζειν ἕκαστον ὡς δυνατόν).

75 Lui attribuent nommément la proposition de décret : Démosth., Ambass. (19), 303 ; Schol. ad loc. (438, 16, Orat. att., II, p. 637 [Müller-] Hunziker) ; Plut., l. l. ; Ael. Arist., 46, 192 (II, p. 256 Dindorf) ; Libanios, Déclam., 9, 38 (V, p. 477, 1. 6 Foerster) ; Frontin, Strateg., I, 3, 6.

76 Cf. Cic., De off., I, 75 : et Themistocles quidem nihil dixerit, in quo ipse Areo-pagum adiuuerit, at ille uere a se adiutum Themistoclem...

77 Cf. Hdt., VI, 116 (époque de la bataille de Marathon) ; Corn. Nepos, Thém., 6, I ; Diod., XI, 41, 2 ; Paus., I, 1, 2. C’est encore au Phalère que mouilla la flotte de Xerxès : Hdt., VIII, 66 ; 91 ; IX, 32.

78 Plut., Thém., 10, 6 : οὐκ ὄντων δὲ δηµοσίων χρηµάτων τοῖς Ἀθηναίοις

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search