Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Première partie. La nature, les arrière-plans et les conséquences de la loi navale

Chapitre III. L’ostracisme d’aristide et les autres repères chronologiques

Texte intégral

1Il importe maintenant d’établir les dates respectives de l’intervention de Thémistocle et des différents faits liés à cette intervention. Une chronologie précise ne permettra pas seulement de mieux comprendre quelle fut la portée de l’une et des autres : elle est une condition des recherches statistiques qui, par le détour de calculs relatifs à la flotte et aux baux miniers, doivent nous conduire à apprécier l’étendue de la population citoyenne.

  • 1 Plut., Thém., 4, 2 (supra, p. 12) : oὐ Δαρεῖον οὐδὲ Πέρσα ; — μακρὰν γὰρ ἦσαν οὗτοι και δὲος οπά (...)
  • 2 Ibid., 4, 5 · Ἕπραξε δε ταῦτα Μιλτιάδου κρατήσας ἀντιλέγοντας, ὡς ἱστορεî Στησίμβροτοί (107 F 2 Ja (...)
  • 3 Plut., Thém., 3, 4 - 4, 1.
  • 4 Ibid., 3, 5 : Oἱ μὲν γὰρ ἄλλοι πέρας ᾤοντο τοῦ πολέμου τὴν ἐν Μαραθῶνι τῶν βαρβάρων ἧτταν εἶναι, Θ (...)
  • 5 Dans ceux de leurs témoignages qui ont été produits au début du présent ouvrage. Aelius Aristide, (...)
  • 6 Voici ce que dit Thucydide (I, 14, 2 : supra, p. 13-14) : « Et pas mal de temps après que Thémisto (...)
  • 7 Outre Schmidt (l. I.), on peut citer : Ad. Bauer, Themistokles, 1881, p. 162-167 ; L. Holzapfel, d (...)
  • 8 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 7 (supra, p. II). — La date est certaine. Elle est garantie par la so (...)

2Avant 1891, faute du renseignement capital qu’allait fournir le papyrus L de la Constitution d’Athènes, la période même dont relève la décision-clé était objet de controverse. A lire Plutarque, on comprend tout de suite pourquoi. Un trait de sa Vie de Thémistocle nous place indiscutablement avant la bataille de Marathon : l’homme d’État aurait fait approuver la conversion des revenus lauréotiques « sans agiter l’épouvantail de Darios ni des Perses — car ils étaient loin et ne donnaient guère l’impression que leur venue fût à craindre »1. Une citation, par surcroît, tend à accréditer le terminus ante quem de 490 : si Thémistocle réussit à transformer Athènes en une puissance maritime, ce n’aurait été, « selon le récit de Stésimbrotos », qu’une fois vaincue « l’opposition de Miltiade »2. En d’autres endroits de sa biographie, cependant, Plutarque place la mesure après Marathon. C’est poussé par l’ambition d’égaler τò τοῦ Μιλτιάδου τρόπαιον que le fils de Néoclès aurait entrepris de grandes actions, et d’abord (καὶ πρῶτον μὲν), l’exécution du programme naval3 ; en les entreprenant, il aurait eu l’idée toute personnelle que « la défaite barbare de Marathon » ne marquait pas la fin de la guerre, mais « était un prélude à des luttes plus importantes »4. Ces données-ci se retrouvent ailleurs : en partie chez Aelius Aristide, en partie chez Justin et Libanios5. Le second des trois auteurs y joint l’indication expresse que les vaisseaux furent construits post pugnam Marathoniam. Dans Thucydide, la manière dont sont présentés les événements implique déjà la même relation temporelle6. Certains érudits, voici deux générations, n’en tenaient pas moins à situer le début d’accroissement de la flotte dans la première décennie du ve siècle 7. C’est à leur thèse que la publication de la Constitution d’Athènes a infligé un démenti. Aristote est formel : Thémistocle présenta son projet de mise en chantier deux ans après l’ostracisme de Xanthippe, sous l’archontat de Nicodémos, c’est-à-dire en 483 /2 8

  • 9 Que Thémistocle ait été archonte et qu’il ait commencé à construire le port du Pirée dans l’exerci (...)
  • 10 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 312-313 [ = IV, I5 (1954), p. 294] ; H. Bengtson, G (...)

3D’où vient la contradiction que renferme le texte de Plutarque ? De ce que la politique navale de 483 /2 avait été amorcée dès avant la première guerre médique. Car plusieurs documents, contre lesquels on n’a pu élever d’objections sérieuses, établissent que Thémistocle fut archonte éponyme en 493/2 et qu’il profita de l’exercice de sa charge pour commencer les travaux d’aménagement du Pirée9. Sans doute envisageait-il, alors déjà, la création d’une forte marine athénienne10. Mais les moyens lui manquaient encore.

  • 11 Meyer, l. I. ; Bengtson, l. l. ; Wilcken, l. l. — Voir aussi : U. Kahrstedt, dans R. Ε., V A, 2 (1 (...)
  • 12 M. F. Mcgregor a cru à une franche coalition des deux hommes politiques (The Pro-Persian Party at (...)
  • 13 Meyer, ο. I., p. 314 ; E. OBST, art. Miltiades (2), dans R.E., XV, 2 (1932), col. 1689 ; Wilcken, (...)
  • 14 Cf. Walker, l. l., p. 266 ; Mcgregor, l. I., p. 87 ; Wilcken, ο. l., p. 147. — Avant Aristide, don (...)

4Mis à part l’aspect financier du problème, — l’occasion miraculeuse de Maronée ne devait s’offrir que plus tard, — il aurait eu du mal à fonder sur une seule année de pouvoir la tâche de longue haleine qu’était la constitution d’une flotte nouvelle. Obtenir qu’Athènes commençât à se bâtir un vrai port, c’était déjà beaucoup. S’il bénéficia de la sensation qu’avaient causée la bataille de Ladé et la prise de Milet, signes fâcheux de l’aptitude des Perses à attaquer par mer11, nul doute qu’il n’ait rencontré une vive hostilité de principe chez les hommes de parti. Doué d’une intelligence et d’une énergie peu communes, il faisait figure de dangereux outsider. Sous le rapport des tendances, on a pu lui découvrir quelque analogie avec Miltiade, mais ce n’est pas une raison de croire que les deux hommes aient marché la main dans la main. Leurs origines suffisaient à les opposer, et nous ne connaissons aucune circonstance où se soit manifesté entre eux un accord positif ; on pourrait se borner à leur accorder des ennemis communs12. Il est tout à fait vraisemblable que, dans ses desseins, Thémistocle se soit heurté à Miltiade : celui-ci, qui rentrait de Thrace, devait avoir une foi aveugle, après ses multiples expériences personnelles, dans la primauté de l’hoplite grec sur l’archer barbare. Défenseur de l’infanterie lourde, comment n’aurait-il pas vu d’un mauvais œil l’orientation révolutionnaire que Thémistocle voulait donner à la puissance athénienne ? Il avait la tradition pour lui, et bientôt la bataille de Marathon prouva le bien-fondé, dans la lutte contre Darios, de la stratégie qu’il avait préconisée13. On comprend qu’à la suite de ce succès terrestre, — τò τοῦ Μιλτιάδου τρόπαιον, — dont l’ampleur excitait d’ailleurs son envie, Thémistocle ait été forcé de procéder avec une sage lenteur ; on comprend qu’il ait eu à patienter sept ans encore avant de songer à se concilier l’opinion. Peut-être faut-il voir, jusqu’à un certain point, dans la série des ostracismes de cette période l’aboutissement de manœuvres qu’il avait entreprises pour se débarrasser d’adversaires gênants14.

5Somme toute, Plutarque nous a gardé de précieux renseignements sur les antécédents de la mesure thémistocléenne. Son erreur a été de les mêler dans son exposé à cette mesure même, sans faire les distinctions de dates qui convenaient.

6Mentionnant le stratagème et les résultats qu’il permit d’obtenir, Aristote signale que c’était l’époque où fut ostracisé Aristide, fils de Lysimaque :

ὠστρακίσθη δ’ ἐv τoύτoις τoῖς καιροῖς Ἀριστείδης ὁ Λυσιμάχου.

  • 15 Voir notamment G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 651-652 ; 652, n. 1.
  • 16 Plut., Thém., 3, Ι (Ἀριστείδην... τὴν ἐναντίαν aἰ εὶ πορενόμενον αὐτῷ) ; 3, 2 (διετέλουν καὶ περὶ (...)
  • 17 Plut., Thém., I I, Ι (ἐξωστράκιστο γὰρ πρò τοῦ πολέμου καταστασιασθεὶς ὑπò Θεμιστοκλέους) ; Arist. (...)
  • 18 Cf. U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 25.
  • 19 K. J. Beloch, Griech. Gesch.3, I I, 1 (1914), p. 33 ; I I, 2 (1916), p. 142.
  • 20 C. Hignett, A Hist. of the Athen. Constit...., 1952, p. 183, 189.

7On a parfois mis en doute la relation de cause à effet15. Bien à tort. Certes, il est excessif de croire que les deux hommes n’ont jamais cessé de se heurter sur le plan public16. Mais Plutarque, chez qui l’on relève cette opinion, n’est pas pour autant indigne de foi quand il attribue expressément l’ostracisme d’Aristide à une poussée victorieuse du parti de Thémistocle17. Où trouver, sinon dans le programme de constructions maritimes, un point de friction assez dangereux pour que l’un des deux rivaux y ait usé le crédit qu’il possédait ? Au reste, il est possible d’asseoir sa conviction sans quitter la Constitution d’Athènes. Le mot καιρός n’était pas requis pour exprimer une pure coïncidence temporelle (ἐν τούτῳ τῷ χρόνῳ ou simplement τότε aurait fait l’affaire) : si Aristote l’a choisi, ce doit avoir été en raison de l’idée de convenance ou d’adaptation qu’il renferme ordinairement, et le sens réel du passage est qu’Aristide fut écarté « à la faveur des circonstances décrites » — entendons : de celles qu’avaient créées la découverte maronéenne et l’initiative de Thémistocle18. Un dernier argument, décisif. C’est dans une histoire partielle de l’ostracisme que vient s’insérer la narration concernant les produits miniers : elle aurait été déplacée et ne rimerait à rien si Aristote n’y avait vu l’explication du vote qui atteignit le fils de Lysimaque. Celui-c est à regarder, dès lors, comme le chef de l’opposition que suscitèrent les décrets navals, ou du moins l’un de ces décrets. Sur les motifs qui lui dictaient son attitude, on en est réduit aux conjectures. Peut-être estimait-il que l’aventure risquait de mener rapidement Athènes à la ruine financière19 ; peut-être aussi redoutait-il l’ascension politique de la classe inférieure, appelée à former des équipages qui, dans le maintien de la Cité, concurrenceraient les hoplites20.

8Aristide ne peut avoir été expulsé avant l’archontat de Nicodémos (483/2), durant lequel le plan de conversion vit officiellement le jour ; cependant, au stade actuel de notre recherche, rien n’empêche encore que sa résistance malencontreuse l’ait fait condamner après cet archontat. Selon la Constitution d’Athènes, à laquelle nous devons notre terminus a quo, une amnistie collective aurait été, en matière d’ostracisme, la dernière étape de l’entre-deux-guerres :

  • 21 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 8.

La quatrième année, Hypsichidès étant archonte, on accepta le retour de tous les ostracisés, à cause de l’expédition de Xerxès.
Τετάρτῳ δ’ ἔτει κατεδέξαντο πάντας τoὺς ὠστρακισμένους ἄρχοντος Ὑψιχίδου, διὰ τὴν Ξέρξου στρατείαν 21.

  • 22 Ibid., 14, 1 ; 19, 2 ; 2 1, 1 ; 22, 3 ; 6 ; 7 ; 23, 5 ; 26, 3 ; 4 ; 27, 2 ; 34, 1 ; 40, 4.
  • 23 Le rattachement de Calliadès à 480 /79 ne saurait être mis en question : cf. notamment I.G., XII 5 (...)
  • 24 Xanthippos (479/8), Timosthénès (478/7)...
  • 25 On sait que la Chronique d’Eusèbe nous est principalement connue par la version latine de S. Jérôm (...)

9Dans la phrase qu’on vient de lire, le chiffre τετάρτῳ constitue un détail gênant. A compter de manière « inclusive », — vu qu’Aristote, dans le reste de l’ouvrage, procède régulièrement ainsi avec les ordinaux22, — et l’année 483 /2 étant prise comme point de départ, le rappel aurait eu lieu en 480/79, quand l’éponyme était Callia-dès23. En tout état de cause, la possibilité théorique, envisagée plus haut, de choisir pour l’éloignement d’Aristide une date postérieure à 483 /2, est dès maintenant exclue : n’y eût-il le fait essentiel que les successeurs de Calliadès24 sont différents de l’archonte cité par Aristote (précisons-le d’emblée : son nom ne se retrouve chez aucun autre témoin), il resterait que le rappel a été conditionné par l’« expédition de Xerxès » et qu’on n’a même pas le droit de concevoir celle-ci, par une référence un peu laborieuse à Platées et à Mycale, comme débordant sur 479 /8 puisque, lors des combats de Salamine (480), Aristide, adjoint de Thémistocle et chef d’un commando à Psyttalie, était déjà redevenu membre de la communauté athénienne. C’est bien à 483 /2, d’ailleurs, que la tradition des chronographes assigne l’ostracisme25.

  • 26 fr. blass, dans sa 4 e éd. de la Constit. d’Ath. (Leipzig, 1903), p. 133 ; J. Carcopino, L’Ostraci (...)
  • 27 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 5 ; 34, 2.
  • 28 Ces objections sont prises à R. Goossens (Le texte d’Aristote, Constit. d’Ath., XXII, 8..., dans C (...)

10Avant l’archontat de Calliadès, deux années sont vacantes pour celui d’Hypsichidès : 482 /1 et 481 /0. La première a été retenue par Blass et par Carcopino, qui essaient de résoudre la difficulté du texte aristotélicien en prétendant que τετάρτῳ δ’ ἔτει s’inscrit dans la ligne de l’indication antérieure ἔτει δὲ τρίτῳ μετά ταῦτα26 : il y aurait lieu, à leur avis, de calculer la réintégration des ostracisés, non point à partir de Nicodémos, mais à partir du vote contre Xanthippe (485/4). Cette explication justifie mal la circonstance causale διὰ τὴν Ξέρξου στρατείαν, qu’il faudrait rapporter aux seuls préparatifs du Grand Roi. Elle a aussi le défaut de prêter à Aristote un mode de datation dont il n’existe aucun exemple dans la Constitution d’Athènes : le classement de deux événements successifs d’après une même origine et, en l’occurrence, la renonciation à l’emploi tout naturel, attesté dans le traité27, de l’expression τῷ ὑστερῳ (ou ὕστερον) ἔτει28. Certes, Aristote met en évidence l’ostracisme de Xanthippe, début d’une période nouvelle où l’on prit comme victimes des personnalités étrangères au parti des tyrans : mais on ne voit pas pourquoi ce changement lui aurait servi de repère, quand il spécifie que l’amnistie fut collective (applicable, par conséquent, aux ostracisés de 487-485). Enfin, la solution qui consiste à placer Hypsichidès en 482 /1 ne s’accorde d’aucune manière avec la donnée de Plutarque suivant laquelle la mesure dont bénéficia Aristide aurait été décrétée une « troisième année » :

  • 29 Plut., Arist., 8, 1. — Contraint de limiter à un an et demi la durée de l’exil d’Aristide, Carcopi (...)

Τρίτιῳ δ’ ἔτει Ξέρζου διὰ Θετταλίας καὶ Βοιωτίας ἐλαύνοντος ἐπὶ τὴν Ἀττικήν, λύσαντες τòν νόμον ἐψηϕίσαντο τοῖς μεθεστῶσι κάθοδον...29.

  • 30 U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 25-26 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 65 (...)
  • 31 Dans son édition de la Constitution d’Athènes (1[1893], 2[1912], ad loc), J. E. Sandys fixe cette (...)
  • 32 Inutile de critiquer en détail l’erreur que commettent certains savants quand, défendant τετάρτῳ, (...)

11C’est sur ce témoignage, précisément, que plusieurs savants se sont fondés, à la suite de Wilamowitz, pour accorder à Hypsichidès la seconde — la seule — date disponible : 481 /0. Leur raisonnement est simple : puisque le chiffre de Plutarque est τρίτῳ et puisqu’il convient à l’intervalle 483 /2 — 481 /0, on ne devrait pas hésiter à l’introduire dans Aristote à la place de τετάρτῳ, leçon fautive d’un copiste à les en croire30. Quelque séduisante qu’elle paraisse, la correction n’est pas légitime. Car les deux auteurs ne se trouvent nullement en rapport de source. Des observations antérieures l’ont établi, et le cas présent en fournit une preuve nouvelle : en datant le décret de l’époque où Xerxès, « à travers la Thessalie et la Béotie, marchait contre l’Attique », Plutarque l’a rapporté implicitement à l’archontat de Calliadès31. La modification de l’ordinal attesté dans la Constitution d’Athènes est impropre à créer l’harmonie : elle laisse intacte une autre difficulté, qui nécessiterait une autre émendation, bien plus profonde. C’est peine perdue que de vouloir ramener le témoignage d’Aristote à celui de Plutarque ; c’est fermer les yeux à l’évidence que de nier leur désaccord fondamental32.

12Deux textes peuvent d’ailleurs être produits qui, si on les confronte, font écho à ce désaccord.

  • 33 Andoc, Myst. (1), 107.
  • 34 On impute ordinairement à Andocide une confusion entre la première et la seconde guerre : voir J. (...)
  • 35 Andocide précise que le projet de résistance héroïque prit place à un moment où l’amnistie était d (...)

13Andocide, dans son discours Sur les mystères, dit que la décision « de reprendre les bannis et de rétablir dans leurs droits les gens frappés d’atimie » fut prise « au moment où le Grand Roi marcha contre la Grèce »33. Le mot Μαραθῶνάδε de la phrase suivante est une glose fourvoyée, que les éditeurs auraient dû reconnaître comme telle depuis longtemps. On ne saurait l’employer à discréditer l’exposé, qui, d’un bout à l’autre, concerne clairement la seconde guerre médique34. La résolution qui aboutit au rappel y est datée par la proposition circonstancielle ἡνίκα βασιλεὺς ἐπεστράτευσεν ἐπὶ τὴν Ἑλλάδα, c’est-à-dire en fonction de la période durant laquelle Xerxès amenait et massait son armée aux frontières de l’Hellade récalcitrante ; présentée comme nettement antérieure aux premiers combats, elle ne peut être rapportée à un archontat différent de celui d’Hypsichidès35. Andocide fournit ainsi un renseignement analogue à la donnée aristotélicienne, qu’il complète, d’autre part, en nous apprenant que le rappel ne visait pas les seuls ostracisés, mais avait un caractère général.

  • 36 corn. Nepos, Arist., 1, 5.
  • 37 Andocide emploie γιγνώσκω « décider », qui est un terme vague : ἔγνωσαν τούς rε ϕεύγοντας καταδέξα (...)
  • 38 Voir supra, p. 38 et n. 2.
  • 39 Corn. Nepos, Arist., 2, 1 : interfuit autem pugnae nauali apud Salamina...
  • 40 Les chiffres III et VI n’ont-ils pas été confondus, avant ou pendant la copie de l’archétype latin (...)

14L’autre texte est de Cornelius Nepos, selon qui Aristide « ne mena pas à terme la peine de dix ans prévue par la loi ». Et d’en donner aussitôt la raison : « quand Xerxès fut descendu en Grèce, la sixième année environ après avoir été expulsé, il fut réinstallé dans sa patrie par un décret du peuple »36. Deux détails méritent d’être soulignés dans ce témoignage : la précision temporelle postquam Xerxès in Graeciam descendit, qui semble indiquer une pénétration effective du territoire ennemi, et la mention expresse de la forme juridique employée pour le rappel, laquelle aurait été un populi scitum. On trouve là comme un écho de la narration de Plutarque, où est dénoncée une concomitance avec la progression de Xerxès διὰ Θετταλίας καὶ Βοιωτίας... ἐπὶ τὴν Ἀττικήν, et où apparaît, alors que ce n’est le cas ni chez Andocide ni chez Aristote, le mot technique ψήϕισμα, dont pofiuli scitum est un équivalent usuel37. Une parenté se manifeste souvent entre Plutarque et Nepos ; elle est due à leur commune utilisation de la tradition établie par Éphore38. Ici, les chiffres attestés diffèrent du simple au double : Plutarque situe le rappel d’Aristide τρίτῳ ἔτεί tandis que, d’après les manuscrits de l’auteur latin, il aurait eu lieu sexto fere anno quam erat exfulsus. Mais sexto impliquerait un ostracisme antérieur à la fin de l’année 485, car Nepos reconnaît la présence d’Aristide parmi les combattants de Salamine39. Une date aussi haute est inexplicable : on n’entrevoit aucun fait qui, vers 487-485, aurait pu être retenu par un historien ancien comme cause, directe ou indirecte, de la mesure dont Aristide fut victime. Dès lors, je pense qu’il ne faut pas hésiter à ramener Nepos, pour le chiffre lui-même, sur la voie où il marche de pair avec Plutarque : le plus probable est qu’il a mal lu sa source grecque40.

15Retournons au texte de la Constitution d’Athènes. Si on renonce à le corriger d’après Plutarque, y a-t-il moyen d’en résoudre la contradiction interne ? L’archontat d’Hypsichidès devant se placer en 481 /0, le maintien de la leçon τετάρτῳ nous oblige, bon gré mal gré, à admettre 484 /3 comme origine du calcul d’Aristote. L’année n’est celle ni de l’archontat de Nicodémos, ni du décret sur Maronée, ni de l’ostracisme d’Aristide. Mais peut-être avait-elle été marquée, tout de même, par un événement assez significatif pour s’imposer avec force à l’esprit du Stagirite. La longue phrase qu’il a consacrée à l’action de Thémistocle est ainsi libellée :

Ἕτει δὲ τρίτῳ μετὰ ταῦτα Νικoδήμου ἄρχοντος, ὡς ἐϕάνη τὰ μέταλλα τὰ ἐν Μαρωνειᾳ καὶ περιεγένετο τῇ πóλει τάλαντα ἐκατòν ἐκ τῶν ἔργων, συμβουλευόντων τινῶν... διανείμασθαι... Θεμιστοκλῆς ἐκώλυσεν κτλ.

16La datation relative (deux ans après l’ostracisme de Xanthippe) et absolue (Nicodémos archonte) vaut essentiellement pour l’obstruction que rencontra la politique de largesses préconisée par certains Athéniens. Convient-il de l’étendre au contenu des deux subordonnées, introduites par ὡς, qui ont pour verbes ἐϕάνη et περιεγένετο ? La place de ces subordonnées ne permet guère d’autre solution : il serait très hasardeux de soutenir que leurs aoristes, marquant une antériorité par rapport au verbe principal ἐκώλυσεν, en expriment également une par rapport aux données qui les précèdent, ἔτῳ τρίτῳ... Νικόδήμου ἂρχοντος. Cependant, on imagine malaisément une rapidité d’exécution telle que la découverte de Maronée, la mise en exploitation du district selon des règles nouvelles, la perception des premières sommes dues à l’État, aient seulement eu lieu dans l’année où Thémistocle, tirant profit du tout, mena sa campagne de constructions maritimes, combattit son rival et parvint à l’évincer. Aristote traitait de l’ostracisme, et sa préoccupation chronologique était de dater l’événement qui provoqua l’expulsion d’Aristide — autrement dit, le « stratagème des cent talents ». Les faits que nous voyons relatés dans les deux subordonnées étaient mémorables, à ses yeux, dans la seule mesure où ils avaient existé, sous Nicodémos, comme conjoncture favorable. On conçoit, dès lors, qu’il les ait mentionnés à cet archontat, pour la commodité dè son exposé, même s’il les savait plus anciens que le moment où ils jouèrent un rôle dans l’histoire de l’ostracisme.

  • 41 Voir supra, p. 43 et n. 1.
  • 42 Cf. F. Jacoby, Atthis. The Local Ckronicles of Ancient Athens, 1949, p. 87, 90.

17La partie narrative de la Constitution d’Athènes se rattache à une Atthis, dont le témoignage parallèle de Polyen est également tributaire41. Les ouvrages de ce genre avaient une forme annalistique : les faits y étaient rapportés κατ’ρχοντας42. Or on constate que Polyen, en exposant l’intervention de Thémistocle, a parlé des mines et de leurs revenus sans la précision « Maronée » : il évoque τὴνκ τν ργυρείων πρόσοδον, ἐκατòν τάλαντα, comme si le lecteur était au courant de la manière dont les richesses avaient afflué. J’en déduis que l’Atthis utilisée par Aristote et par lui-même ne signalait pas l’origine exacte de l’argent à propos du projet de conversion — entendons, à l’année de Nicodémos. Comment Aristote fut-il informé de cette origine ? Sans doute parce que, plus scrupuleux que Polyen, il avait pris soin de se référer aux notices qui lui étaient offertes pour les archontats antérieurs. Si l’on admet qu’il lisait, après le nom de l’archonte Léôstratos (484/3), un texte relatif à l’importance prise par Maronée et, notamment, à la provenance maronéenne des cent talents qui servirent ultérieurement à Thémistocle, le mécanisme de son erreur n’est plus difficile à comprendre. Bien qu’il voulût présenter la question des mines en arrière-plan, comme ayant simplement été l’occasion du vote dont Aristide fut victime, il ne pouvait manquer d’être frappé par la portée capitale des renseignements qu’il avait recueillis pour l’année correspondant à 484/3. Il les aura inclus mentalement parmi les « circonstances » dont il faisait état en écrivant :

Ὠστρακίσθη δ’ ἐν τούτοις τοῖς κaιpoῖς Ἀριστείδης ὁ Λυσιμάχου.

  • 43 E. Cavaignac (Ét. sur l’hist. finance. d’Ath. 1908, p. 11 - 12) soupçonnait un calcul de dates où (...)

18Et, devant ensuite effectuer un calcul de date, il se sera laissé entraîner à prendre comme point de départ ceux des καιροὶ qui appartenaient à l’archontat de Léôstratos43.

19Quant à la dissonance que nous avons remarquée entre Plutarque et lui, touchant le moment de la réintégration, elle se résout aussi, pour peu que l’on étudie les contextes. Comme Andocide, Aristote envisageait l’amnistie dans son application d’ensemble, sans égard pour tel ou tel ostracisé. Plutarque et Cornelius Nepos, au contraire, n’en ont parlé que par référence au cas particulier d’Aristide. La double datation vient, à mon sens, de ce que ce cas offrait la caractéristique de n’avoir point été réglé en une seule étape. On va voir comment il est possible de la concilier avec les résultats obtenus jusqu’ici.

  • 44 Xerxès était parti de Sardes ἄμα τῶ ἕαρι (Hdt., VII, 37). Pour le terminus ante quem, voir supra, (...)
  • 45 Que Thémistocle ait été l’instigateur du rappel est attesté par Plutarque (Thém., n, 1 : sans indi (...)
  • 46 Dans sa Vie d’Aristide (8, 1), Plutarque allègue la crainte que l’on avait de voir le grand homme (...)
  • 47 L’évacuation est aisément datable. Postérieure au retour des trières athéniennes de l’Artémision, (...)
  • 48 Élien, Nat. anim., XII, 35 ( = Arstt., fr. 399 Rose ; Philoch., 328 F 1 16 Jacoby) ; Plut., Thém., (...)
  • 49 Tel Dikaios fils de Théokydès, un banni qui collaborait avec les Mèdes (HDT., VIII, 65) ; tel auss (...)
  • 50 Hdt., VIII, 79.
  • 51 Aristodème, 104 F 1, 4 Jacoby ; Plut., Thém., 12, 6. C’est R. Goossens qui a le premier attiré l’a (...)
  • 52 Notamment d’avoir pu échanger avec ses concitoyens les πίστεις καὶ ὅρκους μεγάλους dont parle Ando (...)
  • 53 Ἐξ (ἀπ’) Αἰγίνης : Hdt., VIII, 79 ; 81 ; Plut., Arist., 8, 2 ; Schol. BD Oxon. à Aelius Arist., 46 (...)
  • 54 Hdt., VIII, 41. Cf. B.C.H., 76 (1952), p. 409.
  • 55 Plut., Thém., 11, 1
  • 56 Ael. Arist., 46, 185 (II, p. 248 Dindorf). — En comparant Arist., 8, 1 et Thém., n, 1, on s’aperço (...)

20Sous l’archontat d’Hypsichidès, à une époque où Xerxès avait déjà commencé sa campagne, mais était encore éloigné de la Malide, soit entre la fin de mars et la fin de juin 48044, les Athéniens résolurent de rappeler toutes les victimes de l’ostracisme. Ils le firent par décret, sur la proposition de Thémistocle45. Que ce dernier, comme le suggère une partie de la tradition, ait surtout voulu se garder d’Aristide est une explication hautement probable46. Xanthippe fils d’Ariphron, chassé depuis 485 /4, se trouvait à Athènes quand on entreprit l’évacuation de la ville, vers le deuxième quart d’août 48047 ; une anecdote nous a été conservée sur la fidélité qu’un chien lui aurait témoignée en cette occasion48. Nous ignorons combien d’amnistiés étaient pareillement rentrés avant l’exode. Un fait assuré, c’est qu’il y eut des manquants49, et qu’Aristide était du nombre. En effet, lors de sa première entrevue avec Thémistocle, laquelle eut seulement lieu à quelques heures de la bataille de Salamine, Hérodote le présente comme ἀνρ θηναος μέν, ἐξωστρακισμένος δὲ πο το δήμου50. Il faut avoir égard au participe parfait, qui se retrouve dans des textes parallèles d’Aristodème et de Plutarque : quand il vint à Salamine, Aristide était toujours un ostracisé51. Entendons qu’il lui manquait de s’être soumis aux formalités prévues par le décret52. Égine, d’où il arrivait, était le lieu où il avait vécu tout son exil ; il n’avait pas revu Athènes53. Est-ce à dire qu’il n’avait pas encore repris contact avec ses concitoyens ? Le prétendre serait oublier qu’Égine fut précisément un des trois lieux d’asile — avec Salamine et Trézène — entre lesquels on répartit la population non combattante54. Hérodote n’a retenu que le moment où Aristide s’était présenté aux pouvoirs constitués et avait enfin accepté le bénéfice de la clémence officielle. Mais un autre, auparavant, sans être aussi dramatique, n’avait pas été dénué d’importance : c’est celui où, dans l’île qui l’hébergeait depuis son expulsion, il avait vu débarquer une foule de réfugiés. De certains d’entre eux il avait dû recevoir confirmation de la mesure votée sous Hypsichidès, et mainte invitation pressante à se laisser reprendre par la Cité ingrate. Aussi ne peut-on s’étonner qu’une tradition abusive ait traité la « rencontre d’Égine » comme la circonstance même où les Athéniens auraient rappelé Aristide. Cornelius Nepos et Plutarque l’ont suivie après Éphore. Leurs indications respectives postquam Xerxès in Graeciam descendit et Ξέρξου διὰ Θετταλίας καὶ Βοιωτίας ἐλαύνοντος ἐπὶ τὴν Ἀττικήν répondent chronologiquement — la seconde surtout — au débarquement d’une partie de la population athénienne sur la terre éginétique, et ce n’est sans doute point par hasard que, dans sa Vie de Thémistocle, Plutarque a raconté l’évacuation juste avant l’amnistie55. Mais là, comme dans sa Vie d’Aristide, il généralise le cas particulier : tous les μεθεσττες, selon ses données, auraient été rétablis dans leurs droits à la veille du sac d’Athènes. C’est lui qui est responsable de cette nouvelle entorse à la vérité historique. Il a combiné indûment deux passages de sa source. Car nous entrevoyons quelle était, dans cette source, la doctrine : la manière dont Éphore exposait le rappel du fils de Lysimaque ne l’avait pas empêché de mentionner quelque part le rappel collectif. Un auteur qui dépend de lui en fournit la preuve : au rebours de Nepos, lequel a seulement eu égard au personnage dont il écrivait la biographie, Aelius Aristide ne signale l’amnistie que dans son application globale, sans aucun détail sur ses bénéficiaires, simplement désignés comme ὅσοι τῶν πολιτῶν μεθειστήκεσαν56.

  • 57 Comme on peut le déduire de la confrontation de deux notes antérieures : p. 91, n. 3 (p. 93) ; p. (...)
  • 58 Voir J. Carcopino, L’Ostracisme athénien, 1935, p. 69-70 ; O. W. Reinmuth, dans R.E., XVIII, 1 (19 (...)
  • 59 Si la Ire prytanie de 480/79 commença vers le 20 juillet 480, la 8e prytanie de 483 /2 avait appar (...)

21Reste à justifier le τρίτῳ ἔτει de Plutarque, ou plutôt d’Éphore, s’il est vrai que Nepos, comme je l’ai supposé, a écrit sexto fere anno pour tertio fere anno. Un calcul par archontes, depuis Nicodémos jusqu’à Calliadès, déjà en fonctions avant l’exode57, aurait conduit à parler de quatrième année. Mais Nepos ni Plutarque ne dressaient un catalogue de faits politiques pareil à celui de la Constitution d’Athènes, où l’indication des années administratives et de leurs intervalles est bien adaptée à la nature du sujet. Ils se bornaient l’un et l’autre à retracer la carrière d’Aristide. Il est naturel d’entendre leur « troisième année » comme signifiant que, du début à la fin de l’épisode bien défini constitué dans cette carrière par l’ostracisme, s’écoulèrent deux années pleines et une fraction. Leur système implique qu’Aristide, ayant obtenu sa « grâce » dans le deuxième quart d’août 480, aurait été expulsée entre la mi-août 483 et la mi-août 482. Il est tout à fait correct sur ce point. Car c’est à la 6e prytanie que les Athéniens décidaient s’il y avait lieu de procéder à un ostracisme et, dans l’affirmative, c’est avant la 8e que, par un vote à la majorité relative, ils désignaient la victime de l’année58. Frappé sous l’archontat de Nicodémos, pour la période 483 /2, Aristide dut quitter l’Attique vers février ou mars 48259.

  • 60 Non seulement le décret sur Maronée, mais aussi le décret sur le Laurion stricto sensu, qui fut à (...)

22Au terme de la longue analyse qu’exigeait l’histoire de cet exil, nous voici amenés à préciser davantage l’époque de l’intervention thémistocléenne. Pour qu’Aristide ait été évincé avant la 8e prytanie et pour que le peuple ait senti, dès la 6e, le besoin d’exprimer énergiquement ses préférences politiques, il faut que les décrets navals aient été promulgués dans la première moitié de 483 /260.

23Quand Thémistocle commença d’exposer son plan, les fonds qu’il visait se trouvaient déjà à l’actif de l’État. Depuis quelle date ? Depuis que les concessionnaires s’étaient soumis aux exigences du nouveau genre d’exploitation que constituait le système des baux. Voyons quels indices sont capables de nous éclairer sur l’époque où s’effectuaient les locations et sur la manière dont le montant en était acquitté.

  • 61 Voir Margaret Crosby, dans Hesp., 19 (1950), p. 192.

24Si l’on se réfère à l’usage du ive siècle, le seul qui soit connu par les inscriptions, on constate que des attributions de mines sont attestées à divers moments de l’année : en 367 /6, les polètes « vendirent » des parcelles pendant chaque prytanie, exception faite de la 6e, de la 8e et de la 10e. Cependant, l’importante documentation dont nous disposons témoigne que la grande majorité des contrats étaient établis durant la première prytanie61. Ceci reflète sans doute le régime ancien. Les locations « tardives » pourraient bien n’être qu’une dérogation consentie dans le demi-siècle qui suivit la guerre du Péloponnèse, au temps où l’exploitation du Laurion passait par une phase difficile : l’État devait alors faire flèche de tout bois, et il aurait mal servi ses intérêts en refusant les concessionnaires après le terme prescrit.

  • 62 Ces suggestions ont été faites respectivement par A. Momigliano (dans Athe-naeum, nouv. série, 10 (...)

25Sur la façon dont les loyers se réglaient au ive siècle, les érudits présentent trois hypothèses : 1° les prix indiqués dans les comptes des polètes seraient globaux et correspondraient à toute la durée du bail ; 2° ils s’entendraient de sommes dues chaque année ; 30 ils représenteraient le montant de versements égaux exigibles à des intervalles plus brefs, par exemple à chaque prytanie62.

  • 63 Crosby, l. l., p. 204, n. 48.
  • 64 Démosth., Contre Pantainétos (37), 22.
  • 65 Démosthène transcrit le texte d’une plainte déposée par Pantainétos, contre qui est dirigé le plai (...)

26Margaret Crosby ne rejette pas la théorie du paiement unique, favorisée, à son avis, par le nom même du concessionnaire, ὠνητής, qui le présente comme un acquéreur63. Mais une valeur probante ne peut être accordée à un vocable qui, de toute manière, était détourné de son sens normal. Miss Crosby doit d’ailleurs reconnaître que, chez Démosthène, la somme déboursée par un mineur exploitant est appelée καταβολή, ce qui veut dire « versement partiel »64. Quand on aura observé que, dans ce passage de l’orateur, la καταβολὴ est précisément mise en relation avec l’action de πρίασθαι, synonyme d’ὠνεῖσθαι65, on jugera que la théorie du paiement unique est loin d’y trouver un appui.

  • 66 R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953), p. 237-239. — Pour tenter de justifier les rev (...)

27A propos des séries de prix qui figurent sur les stèles locatives, et d’abord sur celle de 367 /6, intégralement conservée, Hopper a démontré que l’hypothèse d’un système de paiements par prytanies est la seule qui fournisse des ordres de grandeur acceptables. Les autres mènent à des totaux ridiculement bas, sans rapport avec le rôle que la région minière continuait de jouer dans l’économie athénienne66.

  • 67 Arstt., Constit. d’Ath., 47, 3-4. Dans le second de ces paragraphes, le chiffre du complément circ (...)
  • 68 Andoc, Myst. (l), 73 : νς πριάμενοι ἐκ το δημοσίου μ κατέβαλoν τ χρήματα... τούτοις μὲν ἔ (...)
  • 69 Le lecteur voudra bien observer que, si j’optais ici pour un système originel de paiements κατ πρ (...)

28Voilà pour le deuxième et le troisième tiers du ive siècle. Les échéances étaient-elles les mêmes quand le régime des baux commença à fonctionner ? Je ne le crois pas. Les paiements par prytanies, qui entraînaient une foule de calculs et qui ne pouvaient aller sans complications, risquent fort de n’être pas primitifs, mais de constituer une précaution prise par l’État au temps où, les filons s’appauvrissant, la solvabilité de certains mineurs devenait douteuse. Il est permis de conjecturer qu’ils succédèrent, non point à un système de paiements uniques, pour lequel il n’existe aucun indice, mais à un système d’annuités, de paiements à la neuvième prytanie. Cette échéance qui, à l’époque d’Aristote, était marquée par les rentrées d’argent les plus fortes67, obligeait entre autres, avant le décret de Patroclidès (405), les gens « qui avaient acheté des fermes au Trésor » ; elle les obligeait même gravement, car les retardataires s’exposaient au doublement de leur dette, à la confiscation de leurs biens, à la privation de leurs droits civiques. Andocide, de qui nous tenons le renseignement, ne mentionne que la seule ἐνάτη πρυτανεία pour les versements partiels (cf. μὴ κατέβαλον) des ὠνὰς πριάμενοι ἐκ τοῦ δημοσίου68. Du fait qu’il détaille avec soin, dans le cadre de son argumentation, toutes les catégories possibles de débiteurs publics on conclura que les ὠνηταὶ μετάλλων, à la fin du ve siècle, s’acquittaient comme les autres affermataires. S’il y a une réglementation à transporter aux années d’avant la seconde guerre médique, c’est celle-là, et non pas celle du ive siècle. Aussi admettrai-je, dans la suite de l’exposé, que les baux triennaux se payaient en trois fois, à chaque neuvième prytanie69.

29En étudiant au point de vue chronologique le témoignage de la Constitution d’Athènes, nous avons vu qu’Aristote devait avoir été égaré par une information sur Maronée, indiquée dans sa source à l’archontat de Léôstratos (484/3). Cette information comprenait à tout le moins le chiffre des revenus tirés du nouveau district, tel que nous le trouvons mentionné dans la proposition circonstancielle (ὡς) περιεγένετο τῇ πóλει τάλαντα ἑκατòν ἐκ τῶν ἔργων. Il convient, dès lors, de fixer à 484/3 les contrats que les polètes établirent relativement aux mines maronéennes, pour une valeur totale de 100 talents. Et si ces contrats virent le jour à la première prytanie, comme le suggère le régime ultérieurement en vigueur, c’est de 485 /4 que l’on datera l’invention des baux triennaux, applicables à toute la région minière — au Laurion stricto sensu aussi bien qu’à Maronée — et leur organisation en vue d’une période initiale couvrant les années 484 /3, 483 [2, 482 /1. La découverte de Maronée (ὡς ἐϕάνη τὰ μέταλλα τὰ ἐν Μαρωνείᾳ) n’est pas postérieure à 485 /4· Remonte-t-elle beaucoup plus haut ? C’est improbable, car les filons étaient trop riches pour ne pas donner lieu à une exploitation immédiate.

30Les fonds sur lesquels Thémistocle fit opposition dans la première moitié de 483 /2 étaient destinés à trois distributions, qu’on aurait calculées ὀρχιδóν pour 483/2, 482/1, 481/0. Mais ces deux cents talents ne se trouvaient pas en caisse au moment où les décrets furent proposés. A raison des deux tiers, ils ne constituaient qu’une rentrée prévisible. Le tiers effectivement versé par les concessionnaires de mines l’avait été en 484 /3, à la neuvième prytanie — peut-être à la première et à la neuvième, car il est assez vraisemblable que, lors de la prise en location, l’État ait exigé un acompte. Toujours en 484/3, après la dernière des διανομαὶ auxquelles aboutissait, annuellement, l’ancien mode d’exploitation directe, on put frapper les décadrachmes et les didrachmes, en vue de constituer les parts dont l’octroi devait se faire en 483 /2.

31La succession probable des principaux événements est résumée dans le tableau ci-dessous :

Notes

1 Plut., Thém., 4, 2 (supra, p. 12) : oὐ Δαρεῖον οὐδὲ Πέρσα ; — μακρὰν γὰρ ἦσαν οὗτοι και δὲος οπάνυ βέβαιον ὡς ἀϕιξόμενοι παρεῖχoνἐπισείων.

2 Ibid., 4, 5 · Ἕπραξε δε ταῦτα Μιλτιάδου κρατήσας ἀντιλέγοντας, ὡς ἱστορεî Στησίμβροτοί (107 F 2 Jacoby). — Miltiade mourut en 489, peu après l’affaire de Paros, qui date probablement du printemps de cette année-là : cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 41. La bataille de Marathon avait eu lieu à la fin de l’été 490 (ibid., p. 37 ; T. J. Cadoux, dans J.H.S., 68 [1948], p. 117, n. 253). Il serait peu vraisemblable qu’entre la victoire et l’expédition, Thémistocle ait eu barre sur Miltiade, ou que ce dernier, après son échec et sa mauvaise blessure, ait encore été capable d’une résistance politique.

3 Plut., Thém., 3, 4 - 4, 1.

4 Ibid., 3, 5 : Oἱ μὲν γὰρ ἄλλοι πέρας ᾤοντο τοῦ πολέμου τὴν ἐν Μαραθῶνι τῶν βαρβάρων ἧτταν εἶναι, Θεμιστοκρῆς δ’ ἀρχὴν μειζόνων ἀγώνων...

5 Dans ceux de leurs témoignages qui ont été produits au début du présent ouvrage. Aelius Aristide, 46, 187 : νομίζων τὴν Μαραθῶνι μάχην ὡσπερεὶ προοίμιον γεγενῆσθαι τοῖς Ἀθηναίοις, εἶναι δ’οὐ πέρας τοῦ πολέμου τοῦ παντòς οὐδὲ τελευτήν, ἀλλ’ ἀρχὴν μᾶλλον καὶ παρασκευὴν ἑτέρων ἀγώνων μειζόνων. — Justin, II, 12, 12 : post pugnam Marathoniam, praemonente Themistocle uictoriam illam de Persis non fïnem sed causam maioris belli fore... — Libanios, Déclam., 10, 2 7 : ἑπεθύμουν ἐμαυτòν ἐξισῶσαι τῷ Μιλτιάδῃ... Τριήρεις ἑκατόν Ἀθηναίοις ἐποίουν. (En 9, 98,° τοῦ Μαραθῶνι τροπαίου ζῆλος est mentionné après οί περι τῶν ἑκ Λαυρίου χρημάτων λόγοι. Mais il n’y a pas lieu d’y voir une discordance. Dans la pensée de Libanios, « l’ambition d’égaler le trophée de Marathon » peut avoir servi d’annonce aux exploits proprement stratégiques de Thémistocle : interprétation de l’oracle, victoires de l’Artémision, décret d’évacuation, triomphe de Salamine — autant d’événements postérieurs au changement d’affectation des revenus lauréotiques.) — Qu’Aelius Aristide et Libanios se rencontrent avec Plutarque est explicable, de prime abord, par leur commune utilisation d’une tradition qui se rattachait à Éphore : cf. supra, p. 38, n. 2-3 ; p. 41. En ce qui concerne Justin, on pourrait s’étonner de le trouver en semblable compagnie puisque, pour le chiffre des navires, il s’est révélé tributaire d’Hérodote (supra, p. 38, n. 4). Mais c’est un fait depuis longtemps souligné que l’auteur grec dont s’est servi Trogue-Pompée, s’il recourait à Hérodote sur certains points, avait eu comme premier guide Éphore lui-même : voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 625 [avec les références de la n. 4].

6 Voici ce que dit Thucydide (I, 14, 2 : supra, p. 13-14) : « Et pas mal de temps après que Thémistocle eut persuadé aux Athéniens, durant la guerre contre les Éginètes, et cependant que le Barbare laissait prévoir sa venue, de se construire les navires avec lesquels précisément ils combattirent sur mer, ces navires mêmes n’avaient pas encore de pont sur toute la longueur. » Quoiqu’elle ait rencontré peu d’accueil auprès des érudits, la ponctuation d’Adolf Schmidt est la seule qui donne un sens acceptable (Das perikleische Zeitalter, Iéna, 1879, II, p. 11 - 13) : il faut, après ἐναυμάχησαν, non pas un point en haut — signe encore admis, dans leurs éditions respectives du livre I, par A. Maddalena (Florence, 1951), J. De Romillv (Paris, 1953), O. Luschnat (Leipzig, 1954) — mais une simple virgule, en sorte qu’on ait affaire, non pas à une coordination, mais à une subordination entre les propositions dont les verbes sont ἔπειoν et εἶχον. Thucydide a voulu exposer les étapes, relativement peu rapides, de la formation des marines helléniques, et sa remarque sur Athènes, si on la comprend comme Schmidt, s’insère harmonieusement dans l’ensemble, tout en correspondant à un fait précis, puisque nous savons par Plutarque que c’est seulement sur les directives de Cimon et juste avant la bataille de l’Eurymédon qu’un passage fut aménagé entre les ponts avant et arrière de la trière athénienne (Cimon, 12, 2). Mais on ne peut plus suivre Schmidt quand il soutient que, pour Thucydide, « le temps où le Barbare était attendu » coïncide avec la période d’avant Marathon. Cette position, il l’a prise à cause de la circonstance connexe de la « guerre contre les Éginètes » (Αἰγινήταις πολεμοῦντας), et sur la foi de Thuc, I, 41, 2, texte où des Corinthiens, parlant en 433, situent ladite guerre πὲρ (« par delà ») τὰ Μηδικά. C’était entendre l’adjectif substantivé avec trop de rigueur que de croire qu’il embrassait nécessairement la bataille de Marathon ; surtout dans un contexte où il est question de vaisseaux, Schmidt aurait dû envisager l’hypothèse que Thucydide avait choisi comme repère l’épisode majeur de la lutte contre Xerxès (cf. Arstt., Polit., V, 1307 a 4-5 : Παυσανία στρατηγήσας κατὰ τον Μηδικòν πόλεμον). En fait, il en a bien été ainsi : ἅμα τοῦ βσρβάρου προσδoκίμου ὄντος (I, 14, 2), circonstance concomitante de la lutte avec Égine et de l’adhésion d’Athènes au projet thémistocléen (επεισεν), s’explique tout naturellement par l’expression πρò τῆς Ξέρξου στρατείας, employée quelques lignes plus haut, et marque que l’armée dont on appréhendait la venue était bien celle contre laquelle on combattit sur mer (τας vaῦs... αἷσπερ καὶ ἐναυμάχησαν).

7 Outre Schmidt (l. I.), on peut citer : Ad. Bauer, Themistokles, 1881, p. 162-167 ; L. Holzapfel, dans Philol., 42 (1884), p. 585.

8 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 7 (supra, p. II). — La date est certaine. Elle est garantie par la somme des intervalles chronologiques qu’Aristote détermine depuis Marathon. Et aussi par les correspondances que Denys D’halicarnasse a marquées avec l’histoire romaine (Antiq. rom., VIII, 83, 1 ; cf. I, 75, 3) : U. v. Wilamo-Witz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 25 ; G. De Sanctis, Ἀτθίς...2, 1912, p. 376, n. 4 ; T. J. CADOUX, dans J.H.S., 68 (1948), p. 118. — La leçon Ν[ικ]οδημο[υ] du pap. Β de la Constitution d’Athènes admet, dans le pap. L, une variante Νικομηδους ; chez Denys, totalement indépendant d’Aristote, Νικoδήμου est présenté par l’ensemble des manuscrits. Dans R.E., « Nikodemos » n’a pas été reçu comme nom de l’archonte de 483 /2 (XVII, 1 [1936], col. 347-348 — ni dans le suppl. VII [1940]), mais est signalé à l’art. Nikomedes (1) de J. Kirchner (XVII, 1, col. 492). Ce savant, dans sa Prosopographia attica (Leipzig, 1901-1903), avait déjà préféré la forme Νικομήδης (n° 10973) ; en addendum, cependant, il avait fait un sort à Νικόδημος (n° 10853 a). Le rapport entre les deux lectures est celui d’une faute par métathèse, à laquelle s’est spontanément superposé un changement de déclinaison (variation -ου / -ους) [pour une corruption identique, voir Paus., I, 29, 15 ; III, 19, 4 ; IV, 31, 12, à mettre en rapport avec I.G., II2, 3055 ; cf. Cadoux, l. I., p. 118, n. 257]. Ou bien la forme correcte était Νικόδημου, et il suffit de supposer une erreur de copie dans la tradition L d’Aristote. Ou bien la forme correcte était Νικομήδους, et deux opérations doivent être imaginées : I° une faute dans la tradition de Denys ou dans celle de l’auteur qu’il suivait ; 2° une faute similaire ou une « correction » d’après Denys (la source de Denys) dans la tradition Β d’Aristote. Je crois qu’il ne faut pas hésiter à préférer la solution simple : celle qui postule un Νικoδήμου originel chez Aristote et chez Denys.

9 Que Thémistocle ait été archonte et qu’il ait commencé à construire le port du Pirée dans l’exercice de cette charge, Thucydide l’atteste en traitant de l’achèvement des travaux (I, 93, 3) : ὑπῆρκτο δ’ αὐτοῦ πρότερον (i. e : avant 477 /6) ἐπὶ τῆς ἐκείνου ἀρχῆς ἧς κατ’ ἐνιαυτòν Ἀθηναίοις ἦρξε. On a voulu que l’ἀρχὴ en question désigne une autre magistrature. Assez partisan d’un tel point de vue, A. W. Gomme a même suggéré celle d’ἐπιμελητής τῶν νεωρίων (A historical Commentary on Thucy-dides, I 2 [Oxford, 1950], p. 261-262), une hypothèse entachée d’anachronisme puisque la surveillance des arsenaux, dans les dernières années du Ve siècle, incombait encore aux νεωροί, dont les έπιμεληταί τ. v. furent les successeurs, et une hypothèse d’autant moins acceptable que, préférant pour κατ’ ἐviαυτòv le sens de « year by year » à celui de « for a year », Gomme a imaginé, sans égard pour la règle en vigueur dans presque toutes les magistratures athéniennes (la στρατηγία est une exception), un maintien de Thémistocle au même poste durant trois ou quatre années consécutives. Le passage parallèle de Thuc, VI, 54, 6, où il est question d’un archonte éponyme, et que Gomme rappelle sans en faire grand cas, me paraît hautement probant : καὶ ἄλλοι τε αὐτῶν ἦρξαν τὴν ἐνιαύσιον Ἀθηναίοις ἀρχὴν καὶ Πεισίστρατος κτλ. (cf. R. Flacelière, dans R.E.A., 55 [1953]. Ρ· 16, n. 7 : κατ’ ἐνιαυτòν équivalent d’eviauatav [ita] comme καθ’ ἡμέραν [I, 2, 2 ; II, 37· 2, etc-] l’est de ἡμερήσιος). Déjà C. Wachsmuth le jugeait décisif (Zur Gesch. d. att. Burgerrechts, dans Wiener Siudien, 7 [1885], p. 160) à l’occasion d’une critique qu’il dirigeait contre H. Schenkl (même titre, ibid., 5 [1883], p. 73), et aucun des exemples que ce dernier a fournis en guise de réponse (ibid., 7 [1885], p. 337-339) ne prouve qu’ἀρχή, au singulier, ait jamais pu se dire, sans précisions apportées par le contexte, de fonctions étrangères à l’archontat. A Thucydide on peut joindre Pausanias, qui ne l’a pas forcément copié là où, décrivant le Pirée, il indique que le créateur en fut Θεμιστοκλῆς... ὡς ἦ ρ ξ ε (I, 1, 2) ; on peut joindre Plutarque, qui cite une prétendue réponse de Thémistocle πρòς τòν εἰπόντα καλῶς άρξειν αὐτòν Ἀθηναίων ἄνπερ ἴσος ᾖ καὶ κοινòς ἄπασι (Arist., 2, 5 ; de même Praec. ger. reip., 13 [Mor., 807 Β] ; cf. H. T. Wade-Gery, Themistokles’ Archonship, dans Ann. Prit. Sch. Ath., 37 [1936/37, publié en 1940 = Papers presenled to Prof. J. L. Myres], p. 268) ; on peut enfin joindre Aristote, qui rapporte que Thémistocle fut Aréopagite (Constit. d’Ath., 25, 3), charge inexplicable sans un archontat antérieur (cf. Gomme, l. /.). Les termes de Thucydide en I, 93, 3, fortifiés par une comparaison avec VI, 54, 6, tendent nettement à établir qu’il s’agissait du plus élevé. Dès lors, quand on lit chez Denys D’halicarnasse (Antiq. rom., VI, 34, 1) que les consuls de la 260e année de Rome entrèrent en charge ἄρχοντος Ἀθήνησι Θεμιστοκλέους, le doute n’est plus légitime : le fils de Néoclès fut archonte éponyme en 493 /2, ainsi que l’ont admis la plupart des modernes — et, parmi eux, T. J. Cadoux (dans J.H.S., 68 [1948], p. 116 et n. 252). Quelques dissidents ont plaidé pour une homonymie accidentelle. Leur principal argument est que, selon Hérodote (VII, 143), Thémistocle était encore, à la veille de Salamine, ἀνὴρ ἑς πρώτους νεωστὶ παριών : l’adverbe, selon eux, n’aurait pu être employé si le personnage avait déjà été à la tête de l’État treize ans plus tôt. Parler ainsi, c’est négliger trois points importants : 1° qu’Hérodote peut avoir été bien informé sur le compte de Thémistocle sans avoir eu vent de son archontat (il ne parle pas non plus des travaux du Pirée !) ; 2° que l’archontat, à son époque, était une magistrature vénérable, mais plus riche de privilèges que d’autorité réelle, et que, transportant indûment cet état de choses au temps des guerres médiques, il peut n’avoir pas rangé les ἄρχοντες parmi ceux qu’il appelle les πρῶτοι de la Cité ; 3° que la proximité temporelle indiquée par νεωοτί est toute relative (cf. Thuc, VI, 12, 1) et que, chez Hérodote lui-même (VII, 148), les Argiens paraissent se référer en 480 à un événement de 494, la mort de six mille d’entre leurs soldats, en appliquant à ces victimes l’expression νεωστὶ... τεθνάναι (cf. G. Busolt, Griech. Gesch.2, II [1895], p. 642, n. 1 [p. 643] ; W. W. How-J. Wells, A Comment, on Herod., 1912, II, p. 185). Si, acceptant que Thémistocle ait été archonte éponyme, on veut trouver pour l’exercice de sa charge une année administrative de peu antérieure à 480, la seule qui s’offre comme vacante est 482 /I (les autres dates depuis Marathon étant déjà prises, hormis 486 /5 [cf. Cadoux, l. l.], déjà trop haute pour l’idée que certains se font du sens de νεωστί). R. Flacelière l’a adoptée récemment (dans R.E.A., 55 [1953], p. 17), à l’exemple de Krüger. Mais il a perdu de vue que le collège des archontes, depuis 487 /6, était tiré au sort dans un groupe de candidats douze fois et demie plus nombreux qu’auparavant (500 au lieu de 40). Personne ne trouvera vraisemblable que Thémistocle, après avoir joui d’un pouvoir assez étendu pour imposer ses décrets navals en 483 /2 — comme on l’a vu, il faut présumer qu’il exerçait déjà la stratégie — ait estimé opportun de se faire admettre l’année suivante parmi les 500 πρόκριτοι des dèmes, ni que l’obligation de la reddition des comptes lui ait permis d’agir ainsi, ni, surtout, que le hasard ait fait sortir son nom au lieu d’un quelconque des 49 autres de la même tribu (supposé, par surcroît, que cette tribu fût justement appelée alors à fournir l’archonte éponyme). — Il est remarquable que la date de 493 /2 et celle de 483 /2 apparaissent, au bout du compte, comme les deux grands moments de la politique navale pratiquée par Thémistocle : nous touchons peut-être ici à la raison déterminante du décalage de dix ans auquel une partie de la tradition antique soumit plusieurs faits de la vie du personnage. (Sur ce décalage, voir How-Wells, 0. II, p. 184.) — Soit pour appuyer soit pour contester l’archontat thémistocléen, on a voulu tirer parti d’une épigramme dédicatoire due aux neuf archontes qui, « lorsqu’on commença à fortifier le Pirée » consacrèrent la statue d’un Hermès « de la Poterne » (ὁ πρòς τῇ πυλίδι) : p. ex. Th. Lenschau, art. Peiraieus, dans R.E., XIX, 1 (1937), col. 72, 88 ; A. W. Gomme, A histor. Comment, on Thucyd., I2 (1950), p. 262. Le texte et la portée de cette épigramme nous sont connus par un fragment de Philochore (328 F 40 Jacoby). Mais la vérité est qu’elle n’a rien à voir avec les travaux de 493, auxquels on n’arrive à la rapporter qu’en substituant, dans les deux citations qui nous fournissent le fragment, le chiffre ӯ au chiffre ε (donné pour celui du livre de l’Atthis d’où le passage a été extrait). Comme Jacoby (après C. Wachsmuth, Die Stadt Athen im Alterthum, II [1890], p. 34-35), il faut la mettre en rapport avec le mur relevé et transformé par Conon (395/4).

10 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 312-313 [ = IV, I5 (1954), p. 294] ; H. Bengtson, Griech. Gesch., 1950. p. 147 ; U. Wilcken, Griech. Gesch.7, 1951, p. 143.

11 Meyer, l. I. ; Bengtson, l. l. ; Wilcken, l. l. — Voir aussi : U. Kahrstedt, dans R. Ε., V A, 2 (1934), col. 1687. — E. M. WALKER est allé trop loin (dans C.A.H., IV [1926], p. 172) en conjecturant que Thémistocle inspira à Phrynichos sa tragédie La Prise de Milet ; il y a une réelle audace à tirer cela du simple fait qu’il fut le chorège du poète en 476/5 (cf. Plut., Thém., 5, 5).

12 M. F. Mcgregor a cru à une franche coalition des deux hommes politiques (The Pro-Persian Party at Athens, dans Harvard Stud. in class. Philol., suppl. 1 [Ath. Stud. pres, to W. S. Ferguson, 1940], p. 94). Il n’existe pas de témoignage en ce sens : cf. P. Cloché, La démocr. ath., 1951, p. 37. Au contraire, Aristote rapproche Thémistocle de Xanthippe et présente Aristide, le rival du premier, comme le continuateur de Miltiade (Constit. d’Ath., 28, 2). Il semble que, tout en étant démocrate dans l’âme, Thémistocle ait surtout joué un jeu personnel (Wilcken, l. l.). Miltiade et lui communiaient dans le désir de faire d’Athènes une puissance capable, non seulement de résister aux Perses (ibid.), mais encore de s’accroître aux dépens des autres Grecs (Cloché, o. p. 37-38). Ils s’opposaient l’un et l’autre aux μηδίζοντες et aux « isolationnistes », mais c’était là toute leur ressemblance.

13 Meyer, ο. I., p. 314 ; E. OBST, art. Miltiades (2), dans R.E., XV, 2 (1932), col. 1689 ; Wilcken, ο. I., p. 143.

14 Cf. Walker, l. l., p. 266 ; Mcgregor, l. I., p. 87 ; Wilcken, ο. l., p. 147. — Avant Aristide, dont il sera question plus bas, les ostracisés furent Hipparque fils de Charmos (487), Mégaclès fils d’Hippocratès (486), un anonyme (485), et Xanthippe fils d’Ariphron (484) : Arstt., Constit. d’Ath., 22, 3-6. — On a longtemps pensé que l’anonyme devait être identifié avec Alcibiade l’Ancien (le grand-père du fameux Alcibiade), contre qui fut un jour prononcée la dure sentence. En se fondant sur de nouvelles trouvailles d’ostraca, E. Vanderpool est arrivé à la conclusion que la victime de 485 était plutôt Hippocratès fils d’Anaxiléôs (The Ostracism of the Elder Alkibiades, dans Hesperia, 2 1 [1952], p. 8).

15 Voir notamment G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 651-652 ; 652, n. 1.

16 Plut., Thém., 3, Ι (Ἀριστείδην... τὴν ἐναντίαν aἰ εὶ πορενόμενον αὐτῷ) ; 3, 2 (διετέλουν καὶ περὶ τὰ δημόσια στασιάζοντες) ; Arist., 3, 1 (τοῦ Θεμιστοκλέους... πρòς πᾶσαν αὐτῷ πολιτείαν ἐνισταμένου καὶ διακόπτοντος) ; 25, 10 (χρησάμενος γὰρ αὐτῷ παρὰ πᾶσαν ὁμοῦ τὴν πολιτείαν ἐχθρῷ). Une rivalité d’enfance et d’adolescence aurait préludé, sur le plan privé, à celle qui marqua « constamment » l’âge mûr : cf. Plut., Arist., 2, 2-4 ; Élien, Hist. variée, XIII, 44. Est-il besoin de rappeler qu’Aristide et Thémistocle collaborèrent étroitement pendant la guerre contre Xerxès et au lendemain de cette guerre ?

17 Plut., Thém., I I, Ι (ἐξωστράκιστο γὰρ πρò τοῦ πολέμου καταστασιασθεὶς ὑπò Θεμιστοκλέους) ; Arist., 25, 10 (δι’ ἐκεῖνον ἐξοστρακισθεὶς) ; Comp. Arist. et Cat., 2, 4 (ἐξοστρακισθεὶς καὶ καταοτασιασεὶς υπò Θεμιστοκλέους). Cf. Corn. Nepos, Arist., I, 2 (a Thémistocle collabefactus testula illa... multatus est

18 Cf. U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 25.

19 K. J. Beloch, Griech. Gesch.3, I I, 1 (1914), p. 33 ; I I, 2 (1916), p. 142.

20 C. Hignett, A Hist. of the Athen. Constit...., 1952, p. 183, 189.

21 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 8.

22 Ibid., 14, 1 ; 19, 2 ; 2 1, 1 ; 22, 3 ; 6 ; 7 ; 23, 5 ; 26, 3 ; 4 ; 27, 2 ; 34, 1 ; 40, 4.

23 Le rattachement de Calliadès à 480 /79 ne saurait être mis en question : cf. notamment I.G., XII 5, 444, 1. 67 (ép. 51) [« Marbre de Paros », 263 /2] ; Diod., XI, 1, 2 ; Denys D’halic, Antiq. rom., IX, 1, 1 ; Diog. Laërce, II, 45.

24 Xanthippos (479/8), Timosthénès (478/7)...

25 On sait que la Chronique d’Eusèbe nous est principalement connue par la version latine de S. Jérôme. Dans la plupart des manuscrits de cette version, la notice Aristides cum ignominia eicitur est accolée à la 2 e année du règne de Xerxès (190, 26 Fotheringham). Au contraire, le Chronicon Paschale place la proposition Ἀριστείδης ἐξωστρακίσθη sous une rubrique constituée par les années 3-4 du règne (302, 16-17 éd. de Bonn). Inutile de tenir compte de Georges Synkellos pour ses mentions Ἀριστείδης ἐξωστρακίσθη (470, 4 éd. de Bonn) et Ἀριστείδης ὁ λεγόμενος δίκαιος ἐξωστρακίσθη μετά πολλοὺς πόνους ὑπò Ἀθηναίων (472, 5) : elles figurent toutes deux dans un même paragraphe intitulé σποράδην, dans un de ces « pêle-mêle » sans dates auxquels Synkellos se résignait volontiers. Eusèbe, qui admet 36 ans pour le règne de Darios (184, 25-26 ; 190, 18 F.), fait commencer la 2e année de ce souverain dans le courant d’ol. 65, 1 (186, 15-21 F.). Pour lui, Darios était donc mort dans le courant d’ol. 73, 4. C’est alors que Xerxès serait monté sur le trône : effectivement, la tradition de S. Jérôme signale le début de l’ol. 74 entre les années 1 et 2 de Xerxès, i. e. pendant l’année 1. Tout autre est la combinaison du Chronicon. On observera d’abord qu’il produit, pour le règne du fils de Darios, une déconcertante succession d’olympiades : de 7 1 à 75, soit de 496/5 ( !) à 480/79. Comme A. Severyns l’a montré dans un cas précis, — à propos de l’acmé de Bacchylide, — cette série ne saurait être que le résultat d’une bévue de copiste (Bacchylide. Essai biographique, Liège-Paris, 1933 [Bibl. Fac. Philos, et Lettres Univ. Liège, 56], p. 24-25). Faut-il songer, avec le professeur Severyns, à un décalage de chiffres marginaux ? Je crois plutôt que la source du Chronicon se bornait à indiquer une olympiade initiale ŌΔ, que ce nombre fut lu ŌΔ, et que les quatre olympiades suivantes furent numérotées en fonction de la méprise. Compte tenu de cette correction, une particularité du Chronicon est d’intercaler l’ol. 74 entre les années 2 et 3 de Xerxès, autrement dit dans le courant de l’année 2 (et non plus de l’année 1, comme Eusèbe). Ce type de datation me semble refléter une théorie fondée sur Hérodote. Au livre VII des Histoires, 3 années sont dénombrées à partir de la bataille de Marathon (ch. 1), puis une 4 e marquée par la révolte de l’Égypte (ch. 1), puis une 5e qui aurait été celle du décès de Darios et de l’avènement de Xerxès (ch. 4). Or, la bataille de Marathon avait eu lieu à la fin de l’été 490, dans le courant d’ol. 72, 3. La 5 e année hérodotéenne, pour qui voulait faire un calcul par années d’olympiades, était donc à cheval sur ol. 73, 3 et ol. 73, 4. Laquelle choisir comme début de la Ire année de Xerxès ? On pouvait utiliser ce renseignement supplémentaire que, 4 années pleines (ch. 20) avant d’entamer son expédition contre la Grèce, c’est-à-dire au printemps de 484, Xerxès était redevenu maître de l’Égypte, attaquée plus d’un an après la mort de Darios (ch. 7). Par l’effet de ce calcul, il se révélait avoir reçu la royauté avant le printemps de 485, soit avant ol. 73, 4 ; et ainsi, la 1re année de son règne correspondait à deux parties conjointes des années olympiques 73, 3 et 73, 4, la 2e à deux parties conjointes des années olympiques 73, 4 et 74, 1. Voilà pourquoi l’auteur du Chronicon Paschale ne marque la nouvelle olympiade qu’après avoir enregistré la 2e année de Xerxès. A tort ou à raison. Toujours est-il que situer, comme il l’a fait, l’expulsion d’Aristide aux années 3-4 de Xerxès (partie d’ol. 74, 1 + ol. 74, 2 + partie d’ol. 74, 3) ne peut signifier qu’une chose : son rattachement à la tradition suivant laquelle cet ostracisme datait d’ol. 74, 2, i. e. de 483 /2. Je ne doute pas qu’Eusèbe ait eu exactement la même date à sa disposition. Dans son système, la 1re année de Xerxès couvrait une partie d’ol. 73, 4 et une partie d’ol. 74, 1. Il pouvait donc fort bien signaler l’ostracisme à la 2e, puisque celle-ci lui apparaissait comme la période pendant laquelle ol. 74, 2 avait pris naissance.

26 fr. blass, dans sa 4 e éd. de la Constit. d’Ath. (Leipzig, 1903), p. 133 ; J. Carcopino, L’Ostracisme athénien, Paris, 1935, Ρ· 153-157

27 Arstt., Constit. d’Ath., 22, 5 ; 34, 2.

28 Ces objections sont prises à R. Goossens (Le texte d’Aristote, Constit. d’Ath., XXII, 8..., dans Chron. d’Egypte, 39 /40 [1945], p. 133).

29 Plut., Arist., 8, 1. — Contraint de limiter à un an et demi la durée de l’exil d’Aristide, Carcopino (O. l., p. 155) ne rejette pas pour autant l’indication τρίτῳ ἔτει : Plutarque, à l’en croire, l’aurait tirée du chiffre rond « deux ans ». Mais c’est une dangereuse sollicitation du texte que de plaider pour l’égalité « troisième = deuxième ». Pourquoi ne pas choisir 481 /0 comme année d’Hypsichidès et 483 /2 comme point de départ du comput Aristotélicien si l’on a le droit de concevoir τετάρτω ἔτει », dans la Constitution d’Athènes, comme l’équivalent d’un chiffre rond « trois ans », mis pour « deux ans et demi » ?

30 U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 25-26 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 651, n. 4 ; G. De Sanctis, Ἀτθίς.3, 1912, p. 376, n. 4 ; O. W. Rein-Muth, art. Ostrakismos, dans R.E., XVIII, 2 (1942), col. 1679-1680.

31 Dans son édition de la Constitution d’Athènes (1[1893], 2[1912], ad loc), J. E. Sandys fixe cette marche au printemps 480, comme s’il énonçait une évidence. Cependant, l’entrée en Thessalie eut lieu le 9e jour après le départ de Thermé et l’entrée en Béotie vers le 23e. Ces jours correspondent respectivement au 24/25 juillet et au 7/8 août — autrement dit, à des moments du plein été : voir mon article Un témoignage capital de Polyen sur la bataille des Thermopyles, dans B.C.H., 78 (1954), P- 20-21 [cf. 76 (1952), p. 404, n. 6]. La date à laquelle Calliadès prit la succession d’Hypsichidès peut être déterminée approximativement. D’abord, nous avons une indication sur le début de l’année civile 480 /79. Une équivalence connue pour la bataille de Salamine (περὶ τὰς εἰκὰδας de Boëdromiôn [Plut., Cam., 19, 6 ; cf. Polyen, III, 1 1, 2] = ἡμέρας ὀλίγας avant l’éclipsé de soleil du 2 octobre [Hdt., VIII, 113 ; IX, 10 ; K. F. Ginzel, Handb. d. mathemat. u. techn. Chronologie, II (Leipzig, 1911), p. 526]) donne à croire que le 1er Hékatombaiôn de 480/79 fut antérieur de peu de jours au 15 juillet 480. En fait, il a de sérieuses chances de s’être situé vers le 8 juillet, qui fut marqué, en 480, par la première nouvelle lune visible après le solstice d’été (29 juin : voir Ginzel, Ο. l, II, p. 578 — nouvelle lune astronomique au soir du 5 juillet : ibid., I [1906], p. 551 — deux jours comme délai normal de visibilité : ibid., II, p. 318, n. 1 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch. II, 2 [1916], p. 48). Mais l’archontat athénien coïncidait-il alors avec l’année civile ? En affirmant, le premier, l’existence d’une année administrative particulière instituée par Clisthène, Br. Keil en a fait une année essentiellement bouleutique, à laquelle l’archonte n’aurait pas été assujetti (Athens Amtsjahre u. Kalenderjahre im V. Jahrhundert et Das System des kleisthen. Staatskalenders, dans Hermes, 29 [1894], p. 32-81, 321-372 [voir spécialement p. 73/74]). Beloch, lui, a nié qu’il y eût une année autre que civile (l. l., p. 230), sa critique de Keil ne l’empêchant pas d’être tacitement d’accord avec ce savant sur le moment où l’archonte entrait en fonctions, puisqu’ils admettent tous deux que c’aurait été le commencement d’Hékatombaiôn. Avec son hypothèse d’un rigoureux cycle de 40 ans qui aurait régulièrement ramené l’accord entre le calendrier administratif (années ordinaires de 360 jours, intercalaires de 390) et le calendrier civil (années ordinaires de 354 jours, intercalaires de 384), Keil est indiscutablement allé trop loin. Sa thèse d’un double comput ne doit pas être rejetée pour autant : les corrections et interprétations arbitraires de Beloch n’ont rien pu contre elle. Il est naturel que Clisthène, en organisant les dix prytanies pour ses dix tribus, ait prévu un calendrier mieux adapté que le calendrier usuel au bon fonctionnement de la neuve démocratie. (Qu’on songe à la Révolution française de 1789 !) Tel que le concevait Keil, avec des années de 360 et de 390 jours, il n’apparaissait réglé ni sur la lune ni sur le soleil : Beloch a tiré de là une sérieuse objection de principe. Elle ne tient plus, cependant, maintenant que W. K. Pritchett et O. Neugebauer, en approfondissant une documentation épigraphique d’ailleurs enrichie, ont été conduits à la notion d’une année administrative propre au ve siècle, et qui aurait eu une durée normale de 366 jours [6 prytanies de 37 jours + 4 de 36] (The Calendars of Athens, Cambridge Mass., 1947, p. 94-108). Les deux savants ne définissent pas ses rapports avec l’archontat. Mais c’est bien l’année administrative, et non l’année civile, qu’il faut considérer comme archontique : on verra là-dessus les remarques présentées — contre Keil — par A. Mommsen (Archonten und Schreiber in att. Urk. ǎltérer Zeit, dans Philol., 62 [1903], p. 348-356). Une année de 366 jours était évidemment une évaluation, par excès, de la durée d’un cycle solaire — grosso modo 365 jours 1 /4. (Pourquoi l’avoir choisie plutôt qu’une évaluation par défaut, à 365 jours seulement ? Sans doute compte tenu du fait que, pour de futurs rajustements occasionnels, les décalages par rapport aux années civiles de 354 et de 384 jours s’annonçaient ainsi plus faciles à éliminer, plus faciles à répartir entre les prytanies.) On imagine mal qu’en instituant l’année « solaire » administrative, Clisthène ne l’ait pas fait commencer approximativement au solstice d’été — c’est-à-dire le 29 juin, ou à une date toute proche (cf. la table de Ginzel, Ο. l., II, p. 578, que l’on peut extrapoler sans difficulté au-delà de 500 avant J.-C). Si la réforme eut lieu vers 508/7, le début de l’année administrative bouleutique et archontique pouvait être, en 480, d’une vingtaine de jours postérieur au solstice, à condition qu’il n’y ait pas eu, dans l’intervalle, l’une ou l’autre année compensatoire de moins de 366 jours. Ainsi donc, Calliadès remplaça Hypsichidès au plus tard vers le 20 juillet 480 — avant la progression de Xerxès διὰ Θετταλίας καὶ Βοιωτίας ἐπὶ τὴν Ἀττικὴν (24 juillet - mi-août), mais aussi avant la bataille des Thermopyles (qui dura du 31 juillet au 2 août, ou du Ier au 3 août), et avant la fin des jeux olympiques (qui culminèrent le 21 juillet) : cf. B.C.H., 78 (1954), p. 20-21. Des textes peuvent être produits à l’appui des deux derniers points : 1° Diodore (XI, 1, 2) place sous l’archontat de Calliadès la célébration, en Élide, des jeux de la 75e olympiade « où Astylos le Syracusain gagna la course du stade » ; 2e S. Jérôme, adaptateur de la Chronique d’Eusèbe, cite la bataille des Thermopyles en même temps que la bataille de Salamine, dans une rubrique immédiatement postérieure à celle où il relate l’incendie d’Athènes sub principe Callia [sic] (p. 191 Fotheringham), et il apparaît, là-dessus, en accord complet avec la version arménienne (p. 191-192 Karst) : l’erreur commise sur le bellum quod in Thermopylis gestum est s’explique bien si cet événement, dans une source d’Eusèbe, était rapporté au même archontat que les deux autres.

32 Inutile de critiquer en détail l’erreur que commettent certains savants quand, défendant τετάρτῳ, ils croient tout arranger par l’adoption de 484 /3 comme date de l’ostracisme litigieux (tels J. E. Sandys, dans son éd. de la Constit. d’Ath. 1[1893], 2[1912], ad 22, 7 ; W. Judeich, art. Aristeides [1], dans if. Ε., II, 1 [1895], col. 880- 881) ; la fausseté de leur position ressort suffisamment du fait qu’ils ont méconnu le lien nécessaire entre cet ostracisme et l’archontat de Nicodémos.

33 Andoc, Myst. (1), 107.

34 On impute ordinairement à Andocide une confusion entre la première et la seconde guerre : voir J. M. Stahl, Ueber athen. Amnestiebeschliisse, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 253 ; Fr. Blass-C. Fuhr, dans la 4e éd. de la coll. Teubner (Leipzig, 1913), ad loc. ; G. Dalmeyda, dans l’éd. des Belles Lettres (Paris, 1930), p. 51, n. i. Cf. A. D. J. Makkink, Andokides’ Eerste Rede met inleiding en commentaar, Amsterdam, 1932, p. 282. Il est contestable, à priori, qu’on ait le droit d’ouvrir à un homme politique du ve siècle un tel crédit d’ignorance ou de distraction. Comment les choses se présentent-elles ? Andocide relève successivement : 1° la marche belliqueuse du Grand Roi (βασιλεύς ἐπεστράτευσεν) ; 2° la conscience que l’on avait de l’ampleur des malheurs imminents, ainsi que des préparatifs du Grand Roi (τῶν συμϕορῶν τῶν ἐπιουσῶν τò μέγεθος καὶ τὴν παρασκευὴν τὴν βασιλέως) ; 3° l’acte d’amnistie ; 4° un échange de gages de foi et de serments solennels ; 5° une résolution qu’auraient prise les Athéniens de servir de rempart à tous les Grecs en se portant au-devant des Barbares (ἠξίουν... ἀπαντῆσαι τοῖς βαρβάροις — et c’est ici que les manuscrits ajoutent Μαραθῶνάδε, « à Marathon »), dans la conviction bien assise que leur valeur pourrait s’opposer efficacement à la multitude des Perses (τῷ πλήθει τῷ ἐκείνων) ; 6° la victoire obtenue, qui assura la libération de la Grèce et le salut de la patrie athénienne ; 7° le concours qu’apportèrent les amnistiés à la renaissance nationale, après qu’on eut trouvé la ville ruinée de fond en comble, les sanctuaires en cendres, les murailles et les maisons écroulées. Les deux derniers points nous renvoient sans équivoque aux événements de 480 /79. Les deux premiers, à l’examen, ne se révèlent guère susceptibles d’une autre interprétation : a) en 490, à prendre la proposition au pied de la lettre, il n’y eut pas πιστρατεία du Grand Roi, mais seulement de ses généraux Datis et Artaphernès ; b) c’est ordinairement dans le cas de la seconde guerre médique que les auteurs anciens soulignent les dangers courus par la Grèce, de même que le caractère gigantesque de la mobilisation et des armements perses. En ce qui regarde les faits numérotés plus haut 3° et 4°, on doit bien constater que, nulle part, il n’en est mentionné de semblables pour l’année 490. Pour 480, au contraire, un échange de serments est attesté indirectement (voir infra, p. 100, n. 5). On admettrait, à la rigueur, qu’Andocide ait réuni les deux guerres ; on ne peut concevoir qu’il ait cité Marathon et se soit ensuite dispensé, évoquant le sac d’Athènes, de citer pareillement Salamine. A mon sens, le passage tout entier a trait à la guerre contre Xerxès. Μαραθῶνάδε n’y figure qu’à la suite d’une insertion fautive : ce doit avoir été une note marginale ou interlinéaire qu’un copiste ou un lecteur, antérieurement à l’établissement de notre archétype, avait apposée au texte pour préciser, au point de vue historique, la portée de la phrase ἠξίουν σϕᾶς αὐοὺς προτάξαντες πρò τῶν Ἑλλήνων ἁπάντων ἀπάvτῆσai τοῖς βαρβάροις. Mais cette phrase, en réalité, ne visait pas l’exploit de Marathon. Elle était le reflet d’une tradition que l’on retrouve chez Isocrate (Panég. [4], 90), et d’après laquelle les Athéniens auraient commencé la lutte, à l’Artémision, en affrontant l’ensemble de la flotte barbare avec soixante de leurs trières : cf. B.C.H., 76 (1952), p. 391, 403. Pareille exégèse s’accorde avec le rappel de la « multitude » ennemie (τῷ πλήθει) que les Athéniens, suivant Andocide, comptaient balancer avec leur seule ἀρετή.

35 Andocide précise que le projet de résistance héroïque prit place à un moment où l’amnistie était déjà devenue effective et où l’on avait pu se réconcilier avec les rapatriés : πράξαντες δὲ ταῦτα (i. e. τούς τε ϕεύγοντας καταδεξάμενοι καὶ τοὺς ἀτίμους ἐπιτίμους ποιήσαντες) καὶ δόντες ἀλλήροις πίστεις καὶ ὄρκους μεγάλους, ἠξίουν... ἀπαντῆσαι κτλ. Or l’arrivée devant l’Artémision des navires athéniens d’avant-garde (cf. la fin de la note précédente) doit avoir eu lieu au jour 4 de la chronologie relative (celle qui a pour origine le moment où Xerxès quitta Thermé), c’est-à-dire le 19 ou le 20 juillet 480 : voir B. C. H., 76 (1952), p. 404, n. 6 ; 78 (1954), p. 20-21. Les navires étaient donc partis de l’Isthme avant le 18 juillet. Le rôle qui leur avait été dévolu — préparer l’installation du gros de la flotte grecque au N. de l’Eubée (cf. B.C.H., 76 [1952], p. 392) — suppose un plan d’action dont on ne saurait croire qu’il ait été improvisé en dernière minute. Compte tenu du temps que prit la réintégration des bannis dans la Cité, du temps qui leur avait été nécessaire pour revenir de l’étranger, du temps qu’il avait fallu pour les toucher, on ne doutera point que la décision de lever les sanctions d’ostracisme et d’atimie ait été, comme Andocide la présente, bien antérieure au 18 juillet. Dès lors, elle ne peut relever que de l’archontat d’Hypsichidès : cf. supra, p. 91, n. 3 (p. 93).

36 corn. Nepos, Arist., 1, 5.

37 Andocide emploie γιγνώσκω « décider », qui est un terme vague : ἔγνωσαν τούς rε ϕεύγοντας καταδέξασθαι... Aristote s’en tient à ce dernier verbe, exprimant la réintégration : κατεδέξαντο πάντας τοὺς ὠστρακισμένους. De même un pseudo- Démosthène, qui fait sommairement allusion à l’ostracisme d’Aristide (Contre Aristogiton II [26], 6) : ἕως ὁ δῆμος αὐτòν κατεδέξατο. — Pour l’équivalence, cf. p. ex. Forcellini-Corradini, Lex. totius latinit., s. v. populiscitum.

38 Voir supra, p. 38 et n. 2.

39 Corn. Nepos, Arist., 2, 1 : interfuit autem pugnae nauali apud Salamina...

40 Les chiffres III et VI n’ont-ils pas été confondus, avant ou pendant la copie de l’archétype latin ? C’est l’hypothèse que faisait G. Loeschcke (Ephorosstudien I : Die schlacht bei Salamis, dans Jahrbücher f. class. Philol., 23 [1877], p. 27, n. 12). Mais une telle confusion a moins de chances pour elle que celles dont une mélecture de la source grecque peut avoir été cause — notamment par la faute de Nepos lui-même. G. De Sanctis impute ainsi à Nepos une erreur qui aurait été de prendre 3° (représenté par gamma) pour 6e (digamma) [L’Ἀθηναίων πολίτεία di Aristotele, dans Riv. di filol., 20 (1892), p. 152, n. 4]. Encore doit-on reconnaître exactement par l’intermédiaire de quelles formes se serait opérée la substitution : le digamma qu’il faut faire intervenir ici est du type, tout proche de Γ, que l’on trouve relevé par U. Wilcken, avec le n° 1, comme ayant appartenu à l’écriture des papyrus du iie siècle avant J.-C. (partie paléographique de ses Observ. ad historiam Aegypti provinciae romanae, diss. Berlin 1885, p. 49 /50). Autre solution : il n’est pas exclu que Γ ait eu dans la source la valeur d’un nombre cardinal et que ἕξ dérive du préverbe employé pour marquer l’expulsion d’Aristide. Par exemple, compte tenu du mot fere, on imagine assez bien une proposition comme οὐδὲ γ’ ἔτη ἐξωστρακισμένος ἀποδημήσας que Nepos aurait interprétée, à cause de la scriptio continua : οὐδὲ γ’ ἔτη ἐξ ὠστρακισμένος ἀποδημήσας.

41 Voir supra, p. 43 et n. 1.

42 Cf. F. Jacoby, Atthis. The Local Ckronicles of Ancient Athens, 1949, p. 87, 90.

43 E. Cavaignac (Ét. sur l’hist. finance. d’Ath. 1908, p. 11 - 12) soupçonnait un calcul de dates où l’on peut découvrir quelque analogie avec la solution proposée. Mais pour lui, c’est le point d’aboutissement qui aurait donné lieu à une méprise : employant l’expression διὰ τὴν Ξέρξου στρατείαν, Aristote aurait songé à l’archontat de Calliadès, et cette circonstance même l’aurait poussé à indiquer fautivement τετάρτῳ ἔτει. Je ne puis concevoir un tel processus mental quand les mots ἄρχοντος Ὑψιχίδου figurent dans la phrase, écrits en toutes lettres — d’autant moins que « la quatrième année » et « Hypsichidès étant archonte » précèdent la circonstance « à cause de l’expédition de Xerxès ». L’hypothèse de Cavaignac est une simple variation de celle par laquelle on a cherché — à tort — à introduire dans Aristote le chiffre de Plutarque. Toutefois, Cavaignac a reculé devant la correction de τετάρτῳ en τρίτῳ, et il a conjecturé justement que la difficulté du texte remontait à l’auteur.

44 Xerxès était parti de Sardes ἄμα τῶ ἕαρι (Hdt., VII, 37). Pour le terminus ante quem, voir supra, p. 94, n.

45 Que Thémistocle ait été l’instigateur du rappel est attesté par Plutarque (Thém., n, 1 : sans indication chronologique) et par Aelius Aristide (46, 185 [II, p. 2 48 Dindorf]) tous deux tributaires d’Éphore (supra, p. 38, n. 2 ; p. 41).

46 Dans sa Vie d’Aristide (8, 1), Plutarque allègue la crainte que l’on avait de voir le grand homme politique « se joindre aux ennemis et détourner de nombreux citoyens de leurs devoirs en les poussant vers le Barbare ». Il s’exprime à peu près de même dans sa Vie de Thémistocle (II, I), non sans faire d’abord état, cette fois, d’un regret généralisé dont le fils de Néoclès aurait également dû constater l’existence. Mettre ici en cause tous les Athéniens, c’est verser dans l’exagération oratoire. Mais d’importantes fractions de la population éprouvaient sans aucun doute les sentiments qui viennent d’être dits. Point n’était besoin d’admirer farouchement Aristide ni d’appartenir à son bord pour estimer que, dans les heures critiques qui s’annonçaient, sa présence et ses qualités particulières pourraient être utiles à la Cité. Qu’il ait songé à passer du côté des Perses, Plutarque ne le croit pas un instant : ceux qui ont conçu un tel soupçon « connaissaient mal le personnage » (Arist., 8, 1 : οὐκ ὀρθῶς στοχαζόμενοι τοῦ ἀνδρός). Cependant, il a dû y avoir des gens de cette sorte. Aristide, comme on le verra plus bas, était à Égine. Or, au plus fort de la guerre contre Xerxès, cet État s’attirait encore, de la part de certains Athéniens, le reproche de « médiser » (cf. B.C.H., 76 [1952], p. 428-429). Ne nous étonnons pas que son hôte ait pu être, lui aussi, un objet de méfiance. (D’aucuns inventèrent même que le Grand Roi avait tenté de le corrompre : Suidas, S. ν. Ἀριστείδης [n° 3903 Adler] ; s. ν. δαρεικούς [n° 72] ; cf. Schol. Luc, Zeus trag., 47 [p. 81, 17 Rabe]). De quelque façon qu’une partie de l’opinion publique agitât le nom d’Aristide, Thémistocle avait à en tenir compte. On ne partagera pas le scepticisme de J. M. Stahl (dans Rh. Mus., nouv. série, 46 [1891], p. 255, n. 1) quant aux raisons mises en avant par Plutarque. Si elles étaient authentiques, prétend-il, on comprendrait mal que l’amnistie ait valu pour des ostracisés autres qu’Aristide et qu’elle ait été, comme Andocide l’indique, étendue aux ἄτιμοι. Stahl n’a pas vu que proposer une amnistie collective était le meilleur moyen de sauver la face, de rappeler un rival sans paraître céder aux pressions populaires.Thémistocle déguisait d’autant mieux sa manoeuvre si, dans le groupe des futurs amnistiés, il comptait à côté d’Aristide l’un ou l’autre adversaire mineur (cf. Aelius aristide, 46, 185 [II, p. 248 Dindorf] : ὅσοι τῶν πολιτῶν μεθειστήκεσαν..., ἐν οἱς καὶ τῶν διαϕόρων τίνὲς ἧσαν αὐτῷ) — par exemple, de plus anciennes victimes de l’ostracisme, comme Xanthippe (supra, p. 87 et n. 1).

47 L’évacuation est aisément datable. Postérieure au retour des trières athéniennes de l’Artémision, puisque ce furent celles-ci, encore au nombre de 110 environ, qui servirent à transporter la population non combattante, elle ne peut avoir commencé qu’après le jour 23 de la chronologie relative, soit après le 7 ou le 8 août : voir B.C.H., 76 (1952), p. 407-409 ; 404, n. 6 ; 78 (1954), Ρ·21. Au Jour 22. Xerxès quittait les Thermopyles, et l’on estime, en fonction de l’allure moyenne à laquelle son armée terrestre avait progressé depuis le début de la campagne, qu’il lui fallut une semaine ou une semaine et demie pour atteindre Athènes, alors vidée de ses habitants : voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 673, n. 9 [p. 674] ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 2 (1916), p. 51. Ainsi donc, si l’évacuation n’était pas entièrement terminée le 15 août, elle le fut, en tout cas, dans les deux ou trois jours qui suivirent.

48 Élien, Nat. anim., XII, 35 ( = Arstt., fr. 399 Rose ; Philoch., 328 F 1 16 Jacoby) ; Plut., Thém., 10, 10 ; Cat. maj., 5, 4.

49 Tel Dikaios fils de Théokydès, un banni qui collaborait avec les Mèdes (HDT., VIII, 65) ; tel aussi Hipparque fils de Charmos, l’ostracisé de 487, que, par contumace, l’on condamna pour trahison après la guerre (Lycurgue, Contre Léocrate, 117). Hérodote nous apprend que, sitôt l’Acropole conquise, Xerxès « convoqua les bannis athéniens qui accompagnaient son armée » (VIII, 54 : συγκαλέσας Ἀθηναίων τος ϕυγάδας, ἑωυτ δὲ ἑπoμένους...).

50 Hdt., VIII, 79.

51 Aristodème, 104 F 1, 4 Jacoby ; Plut., Thém., 12, 6. C’est R. Goossens qui a le premier attiré l’attention sur la valeur du temps qu’emploie Hérodote (dans Chron. d’Egypte, 39/40 [1945], p. 135-136).

52 Notamment d’avoir pu échanger avec ses concitoyens les πίστεις καὶ ὅρκους μεγάλους dont parle Andocide (Myst. [1], 107). Un curieux texte de Polyen signale une réconciliation survenue entre Aristide et Thémistocle « au moment de l’agression perse » (I, 31 : τοῦ δὲ Πέρσου δὴ ἐπιόντος...). Ils se seraient rendus tous deux « hors de la ville », se seraient avancés jusqu’à un lieu déterminé, et auraient fait le geste d’abaisser la main droite, doigts repliés : « Nous déposons ici notre querelle » se seraient-ils écriés « jusqu’à ce que nous soyons venus à bout du Perse. » Après cette déclaration, ils auraient élevé les mains, doigts écartés comme s’ils avaient déposé quelque chose. Puis ils auraient comblé « le trou » (τòν βόθρον) et seraient retournés sur leurs pas. D’où leur concorde prolongée, cause majeure de la victoire remportée sur les Barbares... Le rite magique minutieusement décrit dans cette anecdote est conforme à l’esprit de l’époque (cf. l’engagement solennel entre Aristide et les Grecs d’Asie, au moment de constituer la ligue de Délos : Arstt., Constit. d’Ath., 23, 5 ; Plut., Arist., 25, 1 — à rapprocher D’hdt., I, 165 [autre circonstance, plus ancienne]), et son symbolisme très remarquable nous dissuade de le traiter comme une pure invention. Mais les personnages que Polyen met en scène sont-ils bien ceux qui ont fait les gestes ? Toute son information relativement à leur différend tient dans la phrase initiale Ἀριστείδης κα Θεμιστοκλς ἐχθρότατοι πάντων διεπολιτεύοντο, où Aristide apparaît comme un homme politique agissant, et point du tout comme un ostracisé qui avait à reprendre sa place dans l’État. Or, une historiette nous a été conservée de divers côtés, selon laquelle Aristide et Thémistocle se seraient entendus, à l’occasion d’une ambassade commune, pour « abandonner leur querelle », pour la « laisser à la frontière » (Plut., Praec. ger. reip., 14 [809 B] ; [Reg. et imper, apophthegm.’], Arist., 3 [186 B] ; Schol Luc, Cal. non tem. cred., 27 [p. 27, 26 Rabe] ; Suid., S. ν. Ἀριστείδης [n° 3903 Adler]). Ladite historiette paraît n’être, en tout et pour tout, qu’un naïf essai de justification de l’accord total dont témoignèrent les deux chefs quand, avec Habrônichos fils de Lysiclès, ils se retrouvèrent à Sparte, en qualité de πρέσβεις, pour achever de duper les Lacédémoniens sur le nouveau mur qu’Athènes venait de se donner (Thuc, I, 91, 3). Je pense qu’elle était connue de Polyen ou de l’auteur dont Polyen s’est inspiré. A cause du détail ἐπὶ τῶν ὅρων (ὁρίων), elle aura été combinée avec un récit où il était pareillement question d’une sortie τῆς πόλεως ἕξω, vers le temps de la seconde guerre médique. Ce récit ne concernait pas Aristide : c’était une relation du cérémonial employé au retour des ostracisés et des ἄτιμοι qui, avant l’exode général, avaient profité de la mesure d’amnistie. Voilà au moins pour une part, si je ne me trompe, les « gages de foi et grands serments » d’Andocide : un enterrement hors d’Athènes, avec formule appropriée, de toutes ces rancunes anciennes qui, entretenues dans la πόλις, en auraient gravement compromis le salut final.

53 Ἐξ (ἀπ’) Αἰγίνης : Hdt., VIII, 79 ; 81 ; Plut., Arist., 8, 2 ; Schol. BD Oxon. à Aelius Arist., 46, 194 (III, p. 6 1 3 Dindorf). C’est là qu’Aristide s’était rendu après que la sentence d’ostracisme l’eut frappé : [Démosth.], Contre Aristogiton II (26), 6 ; cf. Aristod., 104 F 1, 4 Jacoby.

54 Hdt., VIII, 41. Cf. B.C.H., 76 (1952), p. 409.

55 Plut., Thém., 11, 1

56 Ael. Arist., 46, 185 (II, p. 248 Dindorf). — En comparant Arist., 8, 1 et Thém., n, 1, on s’aperçoit que Plutarque n’y a pas opéré sa généralisation de façon identique : au premier endroit, il écrit τοῖς μεθεστῶοι, au second τοῖς ἐπὶ χρόνῳ μεθεστῶσιν. Le témoignage d’Aelius révèle que c’est l’appellation « les bannis », de plus grande extension, qui a été tirée d’Éphore (lequel savait donc, comme Andocide [supra, p. 93], que les ostracisés n’avaient pas été amnistiés seuls, mais en compagnie des ἄτιμοι). L’addition ἐπὶ χρόνῳ est de Plutarque lui-même : en écrivant sa Vie de Thémistocle, il aura été plus sensible à l’incidence que le décret eut sur le sort d’Aristide, et il n’aura voulu retenir que la levée de l’ostracisme, de l’exil « à temps ». Cf. J. M. Stahl, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 254.

57 Comme on peut le déduire de la confrontation de deux notes antérieures : p. 91, n. 3 (p. 93) ; p. 99, n. 2.

58 Voir J. Carcopino, L’Ostracisme athénien, 1935, p. 69-70 ; O. W. Reinmuth, dans R.E., XVIII, 1 (1942), col. 1677 ; C. Hignett, A Hist. of the Athen. Constit. 1952, p. 164-166.

59 Si la Ire prytanie de 480/79 commença vers le 20 juillet 480, la 8e prytanie de 483 /2 avait apparemment débuté quelque (366 X 2) + (36 X 3) jours plus tôt, soit vers le 1er avril 482, et la 6e prytanie de la même année (36 + 37) jours avant cette dernière date, soit vers le 18 janvier 482. Pour les éléments du calcul, voir supra, p. 91, n. 3.

60 Non seulement le décret sur Maronée, mais aussi le décret sur le Laurion stricto sensu, qui fut à peine postérieur à l’autre (supra, p. 50). La suite de l’étude montrera que le revenu locatif des deux districts était disponible dès avant la première prytanie de 483 /2. Or, celui du Laurion stricto sensu était destiné, par tradition, à un partage entre les citoyens : on comprendrait mal que l’affectation n’en ait pas encore été réglée à la 6 E prytanie.

61 Voir Margaret Crosby, dans Hesp., 19 (1950), p. 192.

62 Ces suggestions ont été faites respectivement par A. Momigliano (dans Athe-naeum, nouv. série, 10 [1932], p. 254), Éd. Ardaiixon (Les mines du Laurion..., 1897, p. 191), G. M. Calhoun (dans Journal of Economie and Business History, 3 [1930/31], p. 360). En les rapportant, avec le nom de leurs auteurs, je ne fais que suivre Miss Crosby (l. l. p. 203 et n. 45).

63 Crosby, l. l., p. 204, n. 48.

64 Démosth., Contre Pantainétos (37), 22.

65 Démosthène transcrit le texte d’une plainte déposée par Pantainétos, contre qui est dirigé le plaidoyer. Pantainétos accuse l’esclave de son adversaire d’avoir, par ordre, dépouillé son propre esclave d’une somme d’argent : τòργύριον το ἐμο οκέτου, ϕερεν καταβολή ν τ πόλει το μετάλλου, ἐγ ἐπριάμην ἐνενήκοντα μνν... Ne nous méprenons pas : le contrat pignoratif sur lequel roule le procès n’avait pour objet qu’une installation de surface, un « atelier » (ἐργαστήριον), avec les trente esclaves qui y travaillaient. Si l’adversaire, par surprise, a fait saisir la καταβολή, c’est pour recouvrer des intérêts qui lui restaient dus aux termes dudit contrat : s’estimant lésé, il a pris l’argent où il le trouvait. Mais la καταβολή ne regarde en rien la convention particulière qu’il avait passée avec Pantainétos : elle s’inscrit dans la ligne des obligations que ce dernier avait envers l’État, non plus en tant qu’exploitant d’un atelier, mais comme locataire d’un μεταλλον, d’une parcelle du sous-sol argentifère. Ces précisions ne sont pas superflues, car il est arrivé à plusieurs modernes de confondre ἐργαστήριον et μέταλλον (p. ex. à R. Dareste, Les plaid, civils de Démosth., Paris, 1875, I, p. 254-255 : trad. des § 5 et 9 du discours) : voir la mise au point D’ardallion (ο. I., p. 172) et la traduction rectifiée de L. Gernet (éd. des Plaid, civils, I [1954]).

66 R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953), p. 237-239. — Pour tenter de justifier les revenus très modiques auxquels elle aboutit avec le système du paiement unique, voire avec celui des paiements annuels (car elle se refuse finalement à choisir entre les deux). Miss Crosby (l. l, p. 203-204) allègue XÉN., Revenus, 4, 23-24, passage où aucune allusion n’est faite aux profits que l’État retirera des baux. Mais Xénophon exposait de nouveaux modes d’exploitation, et il a pu mettre l’accent sur le supplément à en attendre sans évoquer les revenus ordinaires, même si ces derniers étaient importants et devaient, grâce à sa méthode originale, devenir plus importants encore. Porter en compte cet élément habituel aurait nui à la netteté de sa démonstration : cf. Hopper, l. l., p. 238.

67 Arstt., Constit. d’Ath., 47, 3-4. Dans le second de ces paragraphes, le chiffre du complément circonstanciel ἐπὶ τῆς θ’ πρυτανείoς a été ajouté par Kaibel. Mais les mentions antérieures ἐπὶ τῆς ἐνάτης πρυτανείας ne permettent pas d’autre restitution que θ’, et c’est donc bien à la 9 e prytanie que renvoie Aristote quand il écrit ensuite : διò κα πλεστα χρήματα ἐπὶ ταύτης συλλέγεται τῆς πρυτανείας.

68 Andoc, Myst. (l), 73 : νς πριάμενοι ἐκ το δημοσίου μ κατέβαλoν τ χρήματα... τούτοις μὲν ἔκτεισις ν ἐπὶ τῆς ἐνάτης πρυτανείας, ε δὲ μ κτλ. Sur les sanctions, cf. en outre : Démosth., Contre Pantainétos (37), 22 ; Ardaillon, o. l., p. 202.

69 Le lecteur voudra bien observer que, si j’optais ici pour un système originel de paiements κατ πρυτανείαν, il n’y aurait pas grand-chose à changer aux développements ultérieurs. Ni la chronologie des constructions navales ni les résultats statistiques ne seraient affectés sensiblement dans l’hypothèse où l’Athènes d’avant la deuxième guerre médique, au lieu de recueillir 1 /3 des loyers à la 9e prytanie de chaque année, aurait disposé de 10 /30 à la 10 e prytanie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search