Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Première partie. La nature, les arrière-plans et les conséquences de la loi navale

Chapitre II. Les baux miniers et les répartitions ΟΡΧΙΔΟΝ

Texte intégral

1Une soigneuse discrimination entre le Laurion et Maronée nous a donné la clé de divers problèmes, ainsi que de leurs rapports mutuels. Un détail, toutefois, n'a pas encore été expliqué : la parfaite égalité des revenus qu'auraient procurés les deux districts (100 talents chacun). Aussi importe-t-il d'étudier maintenant les droits exacts de l'État sur les mines et la nature des bénéfices qu'il en retirait.

  • 1 Arstt., Constit. d'Ath., 47, 2. Voir, pour le reste, la documentation rassemblée par Margaret Cros (...)
  • 2 Photios, Lex., s. ν. άγράφου μετάλλου δίκη (p. 23, 1. 24 Reitzenstein) ; Suidas, id. ; [Zonaras], (...)

2On connaît, pour l'Athènes antique, deux modes de perception. L'un est un système de fermages, qu'Aristote a décrit sommairement, et qui peut se prévaloir de plusieurs confirmations, tant épigraphiques que littéraires1 ; l'autre est un prélèvement de 1/24 sur les revenus miniers, pour lequel nos seules autorités sont des lexicographes tardifs2.

  • 3 Par exemple : [A. R.] Rangabé, Du Laurion, Paris, 1874 (Mém. prés, à l’Acad. des Inscr. et B.-L., (...)
  • 4 Sur 76 baux actuellement connus avec leur prix, 30 sont de 150 drachmes, 22 de 20 : Crosby, l. l.,(...)
  • 5 Cf. U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, p. 21.
  • 6 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 189-196. Ardaillon fait valoir : I° que, dans l'a (...)
  • 7 Crosby, l. l., p. 203, n. 44 : If correctly referred to Athens... Cf. Code Justinien, XI, 7 (6) [C (...)
  • 8 Photios, Suidas et [Zonaras], s. ν. ναπογράφου μετάλλου δίκη · οί τὰ ἀργύρεια μέταλλα ἐργαζόμενοι (...)

3Le fonctionnement de cette organisation financière soulève de sérieuses difficultés. La proportion de 1/24, notamment, a été entendue de diverses manières. La solution obvie est de conjecturer que la jouissance locative d'une mine ou d'une partie de mine entraînait le paiement d'une redevance établie sur les produits d'après ce taux de 4,16 %. Quelques modernes ne sont pas allés chercher plus loin3. Cependant, un régime de l'espèce, dans les mines d'État, est en tout cas inacceptable pour la plus grande partie du ive siècle avant notre ère. Les comptes des polètes, — c'est-à-dire des magistrats chargés de la location, — tels qu'ils figurent dans des inscriptions récemment découvertes, présentent des dizaines de lots aux prix fixes de 20 et de 150 drachmes4 : en parlant ici de redevances proportionnelles, on soutiendrait, contre toute vraisemblance, qu'une production identique a été obtenue, durant une période déterminée, dans une série de concessions différentes5. Avec d'autres arguments — un passage de Démosthène, une considération d'ordre technique, une considération d'ordre administratif — Ardaillon, déjà, refusait d'identifier loyers et prélèvements. Selon lui, le coefficient 1/24 n'aurait pas servi au calcul d'une taxe à payer sur les revenus effectifs, mais aurait été appliqué, anticipativement, à une estimation du revenu probable : le résultat de l'opération, pour chaque concession qu'offrait la Cité, aurait été le fermage minimum imposé au preneur, une mise à prix donnant ensuite lieu à des enchères6. Cette manière de voir, il faut en convenir, ne s'accorde pas non plus avec les inscriptions actuellement connues : elle suppose une gamme de prix fort étendue, alors que les baux conservés se caractérisent justement par un retour quasi constant des mêmes chiffres. Pour un peu, on en viendrait à se demander si la redevance de 1/24, analogue à celles qui se percevaient dans les mines de l'Empire romain, a jamais été en usage à Athènes7. Mais la glose qui la mentionne contient des termes techniques propres à l'action publique appelée γραφή, et elle roule sur une exploitation de mines d'argent : deux faits qui nous renvoient, en droite ligne, à la jurisprudence attique8.

  • 9 Photios, Suidas et [Zonaras], ibid. : ... εἴ τις οῦν ἐδόκει λάθρα ἐργάζεσθαι μέταλλον... Même adve (...)
  • 10 Hyper., Pour Euxén. (3), 35 ; Démosth., Contre Pantainétos (37), 36. Chez Démosthène, la prépositi (...)
  • 11 L'émendation ἐκτός, qui remonte à Cobet, a encore été reçue par G. Colin dans son éd. d'Hypéride ( (...)
  • 12 J. H. Lipsius, Das Att. Recht..., II, I (1908), p. 311, n. 8.
  • 13 Hypér., l.l. Cf. R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953), p. 220.

4Le procès ἀ<ναπο>γράφου μετάλλου δίκη, dont la définition, chez les glossateurs, introduit l'allusion au prélèvement de 1/24, était intenté pour ouverture de galeries clandestines9. Il faut en rapprocher une interdiction, que mentionnent deux orateurs, de creuser ἐντòς τῶν μέτρων10. Dans son exégèse de cette dernière formule, peu claire au premier abord, Lipsius a rejeté la solution de facilité, adoptée par certains modernes, qu'est la correction d'ἐντòς en ἐκτòς11. Mais il justifie la préposition en alléguant l'existence de mines privées, dont les exploitants-propriétaires se seraient laissé aller, quelquefois, à empiéter sur le sous-sol détenu par l'État12. L'interprétation n'est pas recevable. Non plus que cette autre, selon laquelle la loi aurait visé les intrusions « dans les limites » de mines contiguës : car beaucoup de mineurs n'avaient pas de voisins immédiats, et tel semble bien avoir été le cas chez l'un des orateurs précités13.

  • 14 Cette manière d'entendre l'expression se rattache aux vues originales émises par Hopper (l. l., p. (...)

5En réalité, conformément à un usage syntactique attesté dans la meilleure langue, ἐντòς τῶν μέτρων désignait toute partie du sous-sol comprise entre des bornages de mines14. Les exploitations minières avaient leurs limites souterraines, jalonnées par des puits, des forages, des accidents géologiques, etc. Mais, exception faite pour de rares cas d'intercommunication partielle, elles ne pouvaient se joindre, comme des terrains de surface, sur une ligne sans épaisseur. Constituant chacune un volume à « vider », elles demeuraient forcément séparées les unes des autres par des murs de roc ou de minerai, tantôt assez semblables à de vrais murs, tantôt constitués par des masses énormes, larges de plusieurs dizaines ou de plusieurs centaines de mètres. C'est dans ces volumes intermédiaires (ἐντòς τῶν μέτρων) que la loi défendait d'amorcer ou de pousser clandestinement une galerie.

  • 15 Hopper, l. l., p. 206-207. L'existence de mines privées ne peut se déduire ni d'hypér., Pour Euxén (...)
  • 16 U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, p. 23.

6Ainsi tombe l'argument le plus intéressant présenté par les modernes qui, tel Lipsius, ont admis une catégorie de mines dont l'État n'aurait pas été propriétaire. Leurs autres preuves ne résistent pas davantage : dans sa récente étude sur le Laurion, Hopper en a fait une critique décisive15 A quoi cela nous amène-t-il ? A repousser l'hypothèse de Kahrstedt, selon laquelle l'obligation de payer la vingt-quatrième partie des revenus d'extraction aurait incombé à des exploitants de mines privées16.

  • 17 A. Momigliano, dans Athenaeum, nouv. série, 10 (1932), p. 255-257. — Selon E. Schönbauer (Beiträge (...)
  • 18 Il s'agit, bien entendu, d'une redevance établie d'après les revenus bruts. Un authentique contrôl (...)

7Les tentatives de conciliation sont vaines : l'impôt de 4,16 % n'a pu coexister avec le système des baux. En revanche, il peut très bien l'avoir remplacé à partir du iiie siècle. Je ferai mienne cette suggestion de Momigliano17. Rien de plus naturel qu'une redevance sur la production effective en un temps où les gisements étaient près de s'épuiser, et où le mineur n'était même pas sûr de recouvrer le montant d'un loyer payé d'avance18.

  • 19 Ardaillon, o. l., p. 190.
  • 20 Après déduction éventuelle d'une somme réservée aux dieux — par exemple, à Athéna. E. Cavaignac(...)

8Toute la discussion qui s'achève concernait des usages relativement récents. Il faut maintenant remonter dans le temps et se demander si, dans les années précédant la guerre contre Xerxès, le régime auquel l'exploitation minière était soumise correspondait à celui du ive siècle. On ne peut pas exclure à priori que l'impôt de 1/24 — bien avant la période hellénistique ! — ait été de règle pour les mineurs qui travaillaient alors au Laurion et à Maronée. L'hypothèse n'est cependant pas à retenir : pour un revenu de 200 talents, il y aurait eu, en principe, une production de 4 800 talents, soit plus de 124 000 kilogrammes d'argent, issus de 63 000 tonnes de plomb d'œuvre, ou d'une quantité de minerais bruts évaluable à près de 2 000 000 de tonnes. Or, avec sa connaissance archéologique de la région argentifère, Ardaillon jugeait déjà impossibles, pour n'importe quelle année, les chiffres de moitié moindres qu'il avait calculés en tenant seulement compte du district maronéen19 Prétendre qu'on a affaire à la somme des redevances proportionnelles de plusieurs années ? Mais aucun des témoignages anciens ne va dans ce sens. Nous voyons des auteurs qui suivaient des traditions différentes offrir, pour deux districts différents, un même chiffre de 100 talents exactement : ceci plaide contre un emploi général du système proportionnel (à 4,16 %, ou à un taux quelconque) et, par surcroît, s'oppose à l'idée que les fonds des décrets navals auraient partiellement tiré leur origine de mines soumises à un tel système. Tout bien pesé, il semble donc nécessaire de reconnaître dans les revenus qui servirent à construire les trières le montant global de loyers acquittés par les mineurs. Des loyers, en effet, l'État pouvait les avoir déterminés de telle sorte que, dans chacun des deux districts exploités, ils dussent lui rapporter une somme de 100 talents20. La découverte des gisements de Maronée et les bruits qui couraient relativement à leur qualité exceptionnelle avaient eu pour conséquence forcée une ruée vers les sources d'argent, mais surtout vers les plus prometteuses : rien d'étonnant à ce que l'État, afin de sauvegarder l'exploitation du Laurion stricto sensu, ait estimé à un prix très élevé les lots du nouveau secteur et ait traité celui-ci comme s'il était appelé à produire autant, à lui seul, que toutes les mines antérieurement en activité.

  • 21 A. Momigliano, dans Athenaeum, nouv. série, 10 (1932), p. 250-251.
  • 22 Apparemment sur le modèle de leurs possessions minières de Thrace, où l'exploitation directe était (...)
  • 23 Voir supra ; p. 32 et n. 3.

9Au moment où furent prises ces dispositions, le régime des baux était-il depuis longtemps en vigueur ? On acceptera, ici encore, certaines remarques de Momigliano21. Un tel régime ne pouvait convenir à Pisistrate ni aux Pisistratides : très avantageux pour les preneurs, il aurait, dans une large mesure, frustré le pouvoir tyrannique de richesses indispensables à son maintien. Il lui aurait même été nuisible, car il aurait provoqué l'apparition de grosses fortunes citoyennes, toutes prêtes à alimenter une sédition. Il y a lieu de croire que Pisistrate et ses fils s'arrangèrent pour exploiter le Laurion directement, en y faisant travailler des esclaves et des mercenaires22. Vint la république clisthénienne. Elle n'avait aucune raison de modifier une combinaison qui avait fait ses preuves23. Les conditions matérielles demeuraient à peu près identiques : sur cette surface limitée qu'était le district du Laurion, elle pouvait sans difficulté exercer un contrôle aussi efficace que celui des tyrans. Mais quand les premiers travaux de Maronée eurent révélé d'énormes amas qui n'attendaient que le pic du mineur, elle se vit confrontée avec une situation d'un genre tout nouveau. L'extension que prenaient subitement les chantiers souterrains, commandant un prodigieux accroissement de main-d'œuvre, allait susciter des fraudes diverses. L'État eût été impuissant à les réprimer. Dans ces conditions, il avait intérêt à s'assurer un fixe, calculé assez largement, qui ménagerait ses droits, désormais, tout en limitant sa responsabilité et tout en laissant le champ libre, pour le plus grand profit de la démocratie, à l'initiative individuelle. Comme l'a bien vu Momigliano, la création du système locatif doit être rapportée, en gros, à l'époque même où la « découverte » de Maronée aida Thémistocle dans son entreprise.

  • 24 Arstt., Constit. d'Ath., 47, 2. Plusieurs mines sont qualifiées d' ἐργάσιμα dans les documents épi (...)
  • 25 Ἀνασάξιμα : I.G., II2, 1582, l. 51 /52, 124, 130 ; Hesp., l.l., p. 214 (n° 5, 1. 48 /49, 70, 74), (...)
  • 26 Ardaillon, o. l., p. 170.
  • 27 M. Crosby, dans Hesp., l. l., p. 196-199 ; R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953). p. (...)
  • 28 L'hypothèse de cette catégorie spéciale est propre à Hopper (l. l., p. 202). Lui-même ne la juge p (...)
  • 29 La parenté avec (να) σάττω est incontestable. Le composé ἀνασάττω est un hapax (Polybe, XII, 25 h (...)

10Cela ne signifie pas qu'il ait fonctionné alors selon le processus connu pour le ive siècle. La Constitution d'Athènes signale deux sortes de mines : les ἐργάσιμα μέταλλα et les συγκεχωρημένα24. D'autres noms de catégories apparaissent ailleurs : ἀνασάξιμα, παραιὰ ἀνασάξιμα, καινοτομίαι25. Ardaillon identifiait d'une part ἐργάσιμα et (παραι) νασάξιμα, d'autre part σνγκεχωρημένα et καινοτομίαι : les « mines en activité » auraient été des « reprises de fouilles », tandis que les mines simplement « concédées » auraient été « vierges de tout travail »26. Les enquêtes récentes de Margaret Crosby et de Hopper ont établi avec sûreté que les termes des inscriptions couvrent des réalités complexes et qu'on doit interpréter la distinction aristotélicienne autrement que ne le faisait Ardaillon27. Il ressort de ces enquêtes : 1° que les ἐργάσιμα des documents épigraphiques correspondent aux ἐργάσιμα de la Constitution d'Athènes ; 2° que les συγκεχωρημένα embrassaient les ἀνασάξιμα et les παραιὰ ἀνασάξιμα, comme aussi les καινοτομίαι — à moins que celles-ci n'aient formé à elles seules une troisième catégorie, omise ou négligée par Aristote28. Selon Margaret Crosby, la qualification d'ἀνασάξιμον aurait dépendu d'un changement de propriétaire ; sans réussir à percer le sens exact du terme, Hopper a montré qu'il était de mise chaque fois qu'une mine demeurait ou passait pour être demeurée à un stade initial de développement29. D'accord sur la nature des ἐργάσιμα « mines en plein travail », les deux savants le sont aussi sur celle des καινοτομίαι « nouvelles attaques de gisements » et sur celle des παλαιὰ ἀνασάξιμα « mines remises (ou à remettre) en activité après une plus ou moins longue période d'abandon ».

  • 30 Crosby, l. l.., p. 199-202 ; Hopper, l. l. p. 237.

11Aristote dit que les ἐργάσιμα donnaient lieu à des baux de 3 ans ; pour les σνγκεχωρημένα, il indique un autre chiffre qui a malheureusement disparu du papyrus. On s'accorde d'ordinaire à rétablir ί [10] ; mais Miss Crosby, en travaillant sur le matériel épigraphique, est arrivée, par divers recoupements, à la conclusion que ζ' [7] serait mieux approprié. Hopper a approuvé cette restitution, qui convient aussi aux locations de καινοτομίαι30. L'important, pour nous, c'est que, dans l'organisation en vigueur vers 325, il y ait eu un terme court et un terme long. Le premier valait pour les affaires en plein rendement. Le second était propre à des concessions « handicapées », présentant au départ un caractère incertain — soit en raison du délaissement dont elles avaient été l'objet et qui, prolongé, pouvait avoir dégradé leurs galeries ou leurs accès (παλαιὰ ἀνασάξιμα), soit en raison du stade embryonnaire de leur exploitation (νασάξιμα), soit enfin parce que les travaux les plus élémentaires y restaient à exécuter (καινοτομίαι).

  • 31 Xén., Revenus, 4, 27-29 (situation vers 355) ; Hypér., Pour Euxên. (3), 36 (situation nettement an (...)

12Les motifs qu'on vient de lire sont précisément ceux qui, vers le milieu du ive siècle, amenèrent nombre de gens à douter que le Laurion fût une affaire sûre ; à restreindre les fouilles ; à ne plus vouloir travailler, pour ainsi dire, que là où le profit du lendemain leur était garanti par les gisements mêmes dans lesquels ils taillaient encore la veille. Sur cette régression insolite, sur la nouveauté des appréhensions dont elle procédait, nous possédons des témoignages significatifs31.

13Ainsi, les conditions dans lesquelles on accordait le « long terme » de sept ans donnent à penser qu'il constituait une sorte de prime, un encouragement imaginé à une date relativement récente pour freiner la décadence qui s'annonçait. Au début du ve siècle, l'abondance des amas vierges ou à peine entamés ne commandait nullement la différenciation qu'a connue Aristote.

  • 32 Le montant de ces baux était-il thésaurisé à Athènes même, ou en quelque endroit de la région mini (...)

14Le système qui a toutes les chances d'avoir été en vigueur, durant la période où se placent les décrets navals, c'est un régime locatif unique, à baux triennaux32.

  • 33 Voir, ad Hdt., VII, 144, les éditions commentées de K. Abicht2 (Leipzig, 1873), H. Stein5 (Berlin, (...)
  • 34 Κ. Prellwitz, Etym. Wörterb. d. griech. Spr., Goettingue, 1892 (2e éd. 1905), s. ν. ὀρχέω. Cf. Mac (...)
  • 35 Ces traductions (ou leurs équivalents en langue étrangère) sont données aussi par des érudits qui (...)
  • 36 Voir les apparats critiques de R. W. Macan (1908) et de H. R. Dietsch-K. Kallenberg2 (Leipzig, 193 (...)

15Hérodote déclare que, sans Thémistocle, les Athéniens auraient reçu « chacun dix drachmes ». Il souligne : ὀρχηδòν ἕκαστος — selon la graphie de nos éditions. Les savants modernes rapprochent généralement l'adverbe ὀρχηδòν, qui n'apparaît dans aucun autre texte, du nom ὄρχος, lequel désigne une « rangée d'arbres », une « rangée de vignes », une « allée », et est apparenté au nom ὄρχατος, « verger », « parc »33 ; tel d'entre eux préfère cependant imaginer un rapport avec ὀρχέω et avec l'idée première d'une marche « en cortège »34. Ils traduisent : « en rang », « l'un après l'autre », « par homme », « par tête »35. L'origine du mot serait bien curieuse : cet alignement de bénéficiaires, plantés apparemment devant un trésorier-payeur, ou défilant devant lui, surprend le lecteur, qui voit mal à quoi peut rimer ici pareille précision. Si ὀρχηδόν signifie « par tête », à la faveur d'on ne sait trop quelle évolution sémantique, pourquoi l'avoir fait suivre du pronom ἕκαστος, qui n'apporte rien de plus ? Cobet et Van Herwerden sentaient le pléonasme : aussi ont-ils expulsé ἕκαστος36.

  • 37 Ce rapprochement avec ὄρχις n'est pas entièrement nouveau. S. ν. ὀρχηδόν, le Thésaurus graecae lin (...)
  • 38 Hésych., s. ν. ὀρχιδόν ήβηδόν (corr. Musurus : ήβινδόν cod.) ; Suid., s. υ. ὀρχηδόν" ώς ήβηδόν. ‘Η (...)
  • 39 Schol. BD à Aristide, 46, 187 (III, p. 599 Dindorf ; renseignement complémentaire sur la propositi (...)
  • 40 Schol. Β au même passage (III, p. 597 D.) : ἦσαν γὰρ οἱ Ἀθηναῖοι ψηφιαάμενοι τοῦτο τò ἀργύριον ὀρχ (...)
  • 41 Arstt., Pol., III, 1278 a 2-6.

16La vérité est que l'adverbe ὀρχηδόν ne se rattache pas à ὄρχος, mais à ὄρχις ; qu'il exprime une notion en rapport avec la virilité37 ; et que, conformément à la leçon de certains exemplaires, il doit plutôt être écrit ὀρχιδόν. Une glose qui nous est transmise de plusieurs côtés — par Hésychios, par Suidas, par deux scholies et deux lexiques à Hérodote, ainsi que par un manuscrit du même — témoigne de prime abord en faveur de cette vue puisque, pour le vocable en cause, elle ne fournit d'autre équivalent que ἡβηδόν, dont le thème évoque souvent l'épanouissement viril38. Deux scholies à Aelius Aristide expliquent que le partage ὀρχ(η)δòν envisagé avant l'intervention de Thémistocle concernait, comme dit l'une, « seulement les hommes et les enfants »39 ou, pour reprendre les termes de l'autre, « les hommes et les enfants, mais non point les femmes »40. Si les commentateurs d'Aristide ont aperçu l'étymologie correcte, il ne s'ensuit pas que leur exégèse doive être retenue telle quelle. L'exclusion des femmes y est une précision superflue : jamais, à quelque titre que ce fût, elles n'ont participé à la vie publique, ni pour en assumer les charges ni pour en recueillir personnellement les avantages. D'un autre côté, on tombe dans une faute certaine en imaginant que l'ensemble des enfants mâles auraient été admis au bénéfice d'une distribution : les États de la Grèce classique ne reconnaissaient aucun droit effectif à ceux qui n'étaient encore, selon une formule d'Aristote, que des citoyens « imparfaits, en espérance »41.

  • 42 Il est curieux de constater combien l'explication par ἡβηδόν (pour ne pas parler de celle des scho (...)
  • 43 Cf. Α. Ernout-A. Meillet, Dict. étym. de la langue lat.3, Paris, 1951, s. v. pūbēs (I°). Et surtou (...)

17Hérodote savait sa langue. Il avait sûrement une raison impérieuse pour écrire un mot aussi caractéristique qu'ὀρχιδόν, et l'on ne peut croire que cet adverbe n'ait rien ajouté à la notion d'une répartition entre citoyens42. L'étymologie par ὄρχις déconcerte au premier abord, mais les sociétés anciennes, il faut s'en souvenir, ne liaient pas toujours la dignité du langage aux mêmes pudeurs qui sont de mise dans la nôtre. Avec son emploi métaphorique de pubes, -is, d'où dériverait indirectement un adjectif aussi banal que publicus, le latin offre, à cet égard, un remarquable point de comparaison43.

18Une glose d'Hésychios, que je n'ai vue citée nulle part, mentionne le vocable à propos d'un autre, bien propre à le justifier, comme à l'éclairer par ressemblance :

  • 44 ὀρχιδόχ scripsi (-χηδ- Küster, Schmidt) : ὀρχίδιοχ cod.

19ἐνόρχην λαόν τòν ἐπì ἤβης ἀϕ’ οὗ καì τò ὀρχιδόν44.

  • 45 Sub verbo, M. Schmidt imprime la glose avec la leçon du manuscrit, λαόχ. Mais dans un de ses index (...)

20Ainsi, un écrivain, qui n'était apparemment ni ionien ni attique (λαόν !), avait qualifié d’ἐνόρχης une partie de la population masculine, comprenant les classes d'âge en possession de l’ἥβη45.

  • 46 Cf. Phot., s. υ. ἡβηδόν- ἡβῶντας... ; Suid. : id. (n° 17 Adler) — Au xve siècle, L. Valla (cité pa (...)

21ὀρχιδόν ne doit pas seulement être rapproché de l'adjectif à cause de l'identité de racine : dans une autre catégorie grammaticale, il servait à marquer la prise en considération d'un groupe analogue à celui qu'évoque ἐνόρχης λαός. En effet, ἡβηδόν, qui, on l'a vu, est donné plusieurs fois comme son synonyme, était la façon d'indiquer adverbialement qu'une action ou un état se rapportait aux ἡβῶντες46.

  • 47 Hippocr., V, p. 700 Littré ; GAL., XVII, p. 792 Kühn. Cf. Arstt., Hist. anim., V, 544 b 27 ; VII, (...)
  • 48 Hippocr., V, p. 312 L. ; GAL., XVII, p. 212 K. Cf. Arstt., o. l., V, 544 b 23-25 ; VII, 581 a 25-2 (...)

22Que faut-il entendre au juste par ἥβη ? Ce nom désigne, en premier lieu, l'étape physiologique de la puberté. Les médecins et les naturalistes grecs la fixaient d'ordinaire, pour les garçons, à 14 ans révolus47. Ils mentionnaient évidemment, parmi ses principaux indices, le développement des organes de la génération48. Un tel phénomène explique à suffisance comment des vocables formés sur ὄρχις en sont arrivés à concerner, au lieu de tous les mâles, ceux-là seuls qui avaient atteint leur maturité sexuelle. On peut, ici encore, produire Hésychios, chez qui les deux extensions apparaissent côte à côte, attestées pour le composé ἔνορχος :

  • 49 S. ν. ἐνόρχης, Hésychios glose : Διόνυσος ἐv Σάμῳ. On a pensé que l'épithète se référait à une con (...)

23ἔνορχα ὄρχεις ἔχοντα, ἔϕηβα49.

  • 50 Déjà chez Solon (19, 3-4 Diehl3-Beutler).
  • 51 Gal., VI, p. 387 ; XVII, p. 637 K.
  • 52 C'est alors qu'il est apte à témoigner en justice : cf. G. Busolt, Griech. Staatsk., I (1920), p. (...)
  • 53 Isée, 8, 31 ; 10, 12 ; fr. 2, 2 Roussel ; Hyper., fr. 192 Kenyon = 192 Blass3 ; [Démosth.], 46, 20 (...)
  • 54 Exposant l'état de la constitution athénienne vers 325, Aristote est formel : les jeunes gens pren (...)
  • 55 La locution ἐπὶ διετὲs ἠβῆσαι a été correctement interprétée par un lexicographe anonyme (ap. I. B (...)

24L'âge de 14 ans, égal au produit 7x2, joue un rôle dans l'arithmologie où la pensée grecque aimait à prendre appui50. Il correspond à ce que les biologistes indiquent de nos jours pour l'Europe méditerranéenne, et la médecine ancienne lui accordait une réelle valeur pratique, ainsi qu'on le voit par Galien, qui le présente comme une moyenne, en reconnaissant la possibilité de dates plus précoces ou plus tardives51. Le fait que la puberté est un peu différée chez certains individus imposait aux Grecs de choisir un repère supérieur à 14 ans si, pour une raison ou pour une autre, il leur fallait déterminer la classe d'âge dont tous les membres, en principe, pourraient être considérés comme parvenus à ce stade de la vie humaine. Une telle classe d'âge existe dans le droit de Gortyne, où est appelé ήβίων l'adolescent qui vient d'achever sa seizième année52. L'ἣβη dont il est question ici n'est plus la puberté physiologique, mais la puberté légale. Elle se retrouve à Athènes, où elle commençait de même à 16 ans accomplis. En effet, les orateurs rappellent souvent une disposition juridique d'après laquelle on devait nécessairement « être pubère depuis deux ans », ἐπì διεrὲς ἡβῆσαι, pour commencer à jouir de ses droits familiaux53. Or il n'est pas douteux que, même après l'organisation de l'éphébie, qui retarda jusqu'à la fin de la vingtième année la complète obtention des droits civiques, on marquait par l'expression ἐπì διετὲς ἡβῆσαι le moment de la réception parmi les citoyens, autrement dit 18 ans révolus54. C'est à tort que certains lexicographes anciens n'ont pas témoigné dans ce sens et ont fait entendre qu'il existait, dans l'Athènes classique, une ἥβη officielle autre que celle de 16 ans55.

  • 56 Tous les témoignages existants — et surtout Isée, Sur la succession de Philo-ctémon (6), 22, passa (...)
  • 57 Cf. p. ex. K. Latte, art. Phratrie, dans R.E., XX, 1 (1941), col. 749 [1. 60-64] '· 752 [1.661-753 (...)

25La référence adoptée, dans le droit privé, pour définir chronologiquement le passage à la qualité d'Athénien prouve que la reconnaissance de la puberté légale était un acte d'une grande importance, du moins aux yeux de ceux qui avaient imposé la formule. Aussi longtemps qu'elle garda sa valeur juridique, il serait difficile de concevoir qu'elle n'eût pas été liée à un acte tangible, de caractère solennel. En fait, il y avait la cérémonie du troisième jour des Apaturies, κουρεῶτις, au cours de laquelle, offrant des victimes appelées κούρεία, on présentait à leurs phratries respectives les garçons, futurs citoyens, qui avaient atteint 16 ans pendant les douze mois écoulés. Leur « admission », subordonnée à un vote qui suivait le sacrifice, était matérialisée par une inscription dans des registres spéciaux, les φρατορικὰ γραμματεîα56. Durant toute la période classique, l'appartenance à une phratrie fut une condition d'accession à la citoyenneté. Il semble que la règle ait souffert quelques exceptions à partir de la guerre du Péloponnèse, mais tout porte à croire qu'au début du ve siècle, elle était appliquée avec une rigueur extrême57.

  • 58 M. Schmidt, dans l'Index auctorum de son éd. d'Hésychios (V [1868], 2, p. 63), a été contraint de (...)
  • 59 En VI, 21, Hérodote raconte que, Sybaris ayant été prise par les Crotoniates, Μιλήσιοι πάντες ήβηδ (...)
  • 60 Il est exclu, par tout ce que l'on sait des démocraties grecques, que les citoyens les plus vieux (...)
  • 61 En certains cas, la qualité de παῖδες, ordinairement propre aux impubères, pouvait encore être rec (...)

26La signification particulière que la langue officielle prêtait au nom ἥβη, d'autres noms pouvaient l'avoir prise qui, en principe, évoquaient pareillement la puberté physiologique. On n'osera rien avancer au sujet de la locution ἐνόρχης λαός, dont la provenance est inconnue58. En revanche, l'adverbe ὀρχιδόν qui, dans le passage d'Hérodote, exprime une modalité arrêtée par l'administration financière d'Athènes, est sûrement à rapporter au point de repère de la puberté légale, qui vaut pour certains emplois d’ήβηδόν59. Ce qu'il implique donc, tout bien considéré, c'est que le projet de distribution intéressait les mâles au-dessus de 16 ans. Sans limite d'âge supérieure, sinon celle qui correspondait à la durée naturelle de la vie humaine60. Relisant les scholies à Aelius Aristide, on doit concéder que leur glose ἂνδρας καì παîδας eût été correcte si elles avaient précisé παîδας de manière à ne désigner que les deux classes d'âge antérieures à l'acquisition du droit de cité61.

27Mais l'objection qui a été présentée plus haut contre l'existence de παîδες ? bénéficiaires ne vaut-elle pas pour ces deux classes d'âge ? Dans toutes les circonstances où nous voyons l'Athènes classique, démocratie sociale, accorder des revenants-bons, c'est aux citoyens proprement dits qu'elle réservait sa généreuse sollicitude. Pour cataloguer les ayants droit, sa méthode usuelle était le simple assemblage des ληξιαρχικὰ γραμματεîα, des registres communaux conservés par les démarques. Peut-on admettre, dans les années qui précédèrent la bataille de Salamine, un insolite projet de partage qui, au lieu de se régler sur la majorité civile et politique, aurait été déterminé par la puberté légale ?

  • 62 Cf. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 900, n. 4 (sub f.) ; 965 ; 967 /968.

28Observons que l'établissement d'une liste ὀρχιδòν ne soulevait alors aucune difficulté d'ordre pratique. Il suffisait, comme on l'eût fait avec les registres des dèmes, de grouper les φρατορικὰ γραμματεîα. L'inscription dans une phratrie étant de stricte obligation, le recensement ὀρχιδòν garantissait, en principe, qu'aucun des Athéniens ne serait oublié, ni aucun de ceux qui, au cours des deux années suivantes, allaient obtenir la plénitude de leurs droits. Sans doute les φρατορικὰ γραμματεîα contenaient-ils occasionnellement quelques παρέγγραφοι, quelques faux citoyens dont les noms avaient été reçus par erreur ou par fraude. Ce n'est pas à raison de telles inexactitudes, cependant, que l'on se serait abstenu de les employer : les ληξιαρχικὰ γραμματεîα en renfermaient eux aussi62.

29Que les φρατορικὰ γραμματεîα aient pu fournir une base convenable de dénombrement, c'est un point à ne pas mettre en doute. Reste à justifier le caractère anachronique du système, s'il est bien vrai que l'on était disposé à opérer ὀρχιδòν une bonne vingtaine d'années après les réformes de Clisthène, c'est-à-dire après que l'organisation de l'État eut été axée sur les dèmes.

30Le nœud de la question est dans la date à laquelle le peuple résolut de s'octroyer à lui-même les revenus miniers du Laurion stricto sensu, qui avaient d'abord servi à accroître la fortune personnelle des tyrans.

31Or, ceux-ci écartés, la décision de procéder à une répartition entre citoyens ne dut pas se faire attendre longtemps. L'exploitation de la région argentifère continuait, la chose va de soi, malgré les changements politiques. Obligé d'en fixer aussitôt les conditions, le nouveau gouvernement eut également à régler, sans retard, la destination des sommes récoltées par l'État.

  • 63 Arstt., Constit. d'Ath., 19, 6 ; 21, I. Cf., notamment : T. J. Cadoux, The Athenian Archonts from (...)
  • 64 Arstt., o. l., 13, 5.
  • 65 Schol. V à Aristoph., Guêpes, 718 [ξενίας φεύγων] : Τοιούτóν ἐστί, παρόσον v τaῖs διανομαῖς τῶν π (...)

32Hippias perdit le pouvoir sous l'archonte Harpaktidès (511/0), au début de l'été 510 ; les réformes de Clisthène se situent en 508/7, qui est l'année de l'archontat d'Isagoras63. Or Aristote mentionne une révision des listes, effectuée « après le renversement des tyrans » (μετὰ τὴν <τῶν> τυράννων κατάρυσιν), « sous prétexte que nombre d'individus participaient à la vie publique sans y être habilités » (ὡς πολλῶν κοινωνούντων τῆς ποριτείας οὐ προσῆκον)64. Ce διαψηφισμός, il le met en rapport avec la composition du parti pisistratique des Montagnards (Διάκριoi) où figuraient notamment « les gens dont la naissance n'était pas pure » (oἱ τῷ γένει μή καθαροί). Il ne définit cependant pas les circonstances exactes dans lesquelles la population fut contrôlée. Chez les Athéniens, la vérification générale de la citoyenneté, opération dont nous avons quelques exemples, tendait naturellement, entre autres fonctions, à éviter que les avantages matériels de la communauté pussent tomber pour une part entre des mains indignes65. Je crois donc raisonnable de supposer que la mesure discriminatoire appliquée vers la fin du vie siècle eut comme cause fondamentale la première distribution des revenus lauréotiques.

  • 66 Comme ont voulu le faire G. Busolt (Griech. Gesch.2, II [1895], p. 310, n. 2 ; 416) et G. De Sanct (...)
  • 67 Arstt., Polit., III, 1275 b 37. Cf. Constit. d'Ath., 21, 2 ; 4.
  • 68 Hdt., V, 70 ; 72.
  • 69 Ibid. — L'assimilation de l'expulsion au δοαψηφισμòς a été préconisée par U. v. Wilamowitz (Arist. (...)
  • 70 Arstt., Constit. d'Ath., 13, 4-5, à mettre en rapport avec 20, 2-3.

33Μετὰ τὴν τῶν τυράννων κατάλυσιν n'est pas la datation stricte que l'on souhaiterait. Mais Aristote ne se serait sans doute pas exprimé de la sorte s'il avait pu rattacher le διαψηφισμòς à la constitution clisthénienne66. En fait, Clisthène n'était pas homme à provoquer une épuration politique ; nous savons qu'il tâcha, au contraire, « d'associer plus de gens à la vie de l'État » et que ses idées l'amenèrent à faire inscrire « des étrangers et des esclaves »67. Isagoras, lui, agissait en farouche oligarque : quand il appela Cléomène à son secours, 700 familles furent chassées d'Athènes sous la menace des troupes lacédémoniennes68. Expression légale des suffrages du peuple entier promu enquêteur, le διαψηφισμòς était une entreprise compliquée qui n'allait pas sans délais. On se tromperait à coup sûr en l'identifiant avec cette expulsion qui fut réalisée par la contrainte, en vertu de la brutale décision d'un chef étranger69 ; au reste, les sept cents familles avaient partie liée avec les Alcméonides, qui étaient des Paraliens, alors que le διαψηφισμòς visa des Diacriens70. Les choses étant telles, il faut le placer entre l'été 510 et l'année 508/7. C'est la période durant laquelle Isagoras et Clisthène rivalisaient, tirant Athènes à hue et à dia. Rien d'étonnant à ce que la masse, incertaine qu'elle était de sa destinée, se soit alors inquiétée avant tout des petits profits réalisables sous forme de dividendes, et d'un processus qui lui permît de n'en rien abandonner à de faux citoyens. Clisthène et Isagoras avaient un même intérêt « électoral » à ne pas contrarier sa revendication.

  • 71 Wilamowitz est d'accord là-dessus (ο. l., II, p. 276).
  • 72 Dans cet ordre d'idées, il convient de remarquer que la formule ἐπὶ διετὲς ἡβῆσαι peut avoir exist (...)

34A l'époque, les Athéniens ne pouvaient constituer le rôle civique qu'en se reportant aux registres des phratries71. Celles-ci étaient encore les noyaux de la vie politique, et il apparaît que la reconnaissance de l’ἥβη, telle qu'elles la consacraient par une inscription après 16 ans révolus, était la formalité même d'accession à la citoyenneté72. Ne refusons donc pas une extension ὀρχιδòν à la distribution initiale, voire à une ou deux autres, s'il y eut établissement immédiat du rythme annuel dont on parlera plus loin.

  • 73 Cf. p. ex. Glotz-Cohen, o. l, I (1925), p. 471, 476. Plus généralement : Busolt-Swoboda, o. l., II (...)

35Vinrent les innovations de Clisthène. La plupart étaient radicales, mais quelques-unes ont, pour nous, l'aspect de demi-mesures, qu'il appartenait à des réformateurs ultérieurs d'accentuer et de rendre plus agissantes. Dans maint domaine, Clisthène ébranla les institutions en usage sans aller jusqu'à les détruire ; par exemple, il usa de modération à l'endroit de l'Aréopage, à l'endroit des naucraries73. On conçoit fort bien que, touchant la répartition des sommes produites par le Laurion, il ait hésité à modifier des dispositions toutes récentes auxquelles allait la faveur du peuple. Leur peu d'incidence sur la vie profonde de l'État et l'espacement forcé des circonstances où elles trouvaient leur application ne constituaient certes pas des encouragements à l'intransigeance. Pourquoi s'aliéner les ἡβήσαντες de 16 à 18 ans, maintenant retenus parmi les citoyens non encore effectifs, en leur supprimant les gratifications qui, pour commencer, avaient été accordées à leurs classes d'âge aussi bien qu'à leurs aînés ? Prononcer contre eux l'exclusive, ce n'était même pas accroître dans une proportion qui en valût la peine le quantum de chaque Athénien pleno iure.

36Par fidélité à une tradition naissante et pour des raisons d'opportunité sociale, les recensements ὀρχιδòν purent donc être continués après la révolution clisthénienne, chaque fois qu'étaient payés au peuple les bonis de l'entreprise minière.

  • 74 HDX., III, 57.

37La fin de la phrase précédente nous amène à nous interroger sur la périodicité des distributions. C'est une question à laquelle le témoignage de Cornélius Nepos fournit une réponse immédiate : cum pecunia publica... quotannis interiret. Si Plutarque, en l'occurrence, parle simplement d'une « coutume » (ἔθος), on n'a pas le droit d'en inférer que la précision apportée par l'adverbe manque de fondement historique. Elle peut avoir existé chez Éphore lui-même. Une garantie indirecte de son authenticité réside dans ce que nous savons des Siphniens du vie siècle : pour le partage de leurs revenus miniers, — pratique qui orienta sans doute les Athéniens après la chute de la tyrannie, — ils renouvelaient les opérations comptables chaque année, τῷ ἐνιαυτῷ έκάστῷ74.

38Lorsque Thémistocle proposa ses décrets, on venait d'inaugurer le système locatif à bail triennal. Ce changement survenu dans le mode d'exploitation devait-il influer sur le rythme des διανομαί ? L'hypothèse est des moins probable. On n'aurait eu aucun intérêt à déranger le peuple dans ses habitudes de rentier du Laurion ; la bonne tactique était de le gratifier en trois fois, à la même cadence que précédemment, plutôt qu'en une seule après un intervalle triple. D'ailleurs, comme nous le verrons plus bas, c'est par des paiements annuels, à date fixe, que les preneurs s'acquittaient envers l'État : entre rentrées et distributions, la correspondance était trop facile et trop avantageuse pour que les Athéniens, au mépris de la tradition, se missent en quête d'autre chose.

39Ainsi, le partage qui, selon Hérodote, allait assurer 10 drachmes à chaque individu du groupe ὀρχιδòν n'était qu'un des trois partages réalisables durant le terme locatif. Il y en aurait encore eu deux autres, sinon identiques du moins similaires, — chacun à un an d'intervalle, — avant l'épuisement des revenus fournis par les baux.

40Touchant la valeur du quantum, le renseignement hérodotéen trouve une confirmation dans une mesure monétaire qu'Athènes prit à l'époque.

  • 75 Ch. T. Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage..., 1924, p. 105-109.
  • 76 K. Regling a approuvé Seltman d'avoir expliqué et daté la double émission en fonction du passage h (...)

41Après Marathon, elle possédait, en argent, une foule de tétra-drachmes, ainsi que de monnaies divisionnaires (oboles), mais un nombre de drachmes relativement faible. Voici qu'apparaissent ensemble, pour la première fois dans son histoire de démocratie indépendante, deux pièces d'argent qui accusent une étroite parenté : un didrachme et un décadrachme. C'est avec des exemplaires conservés de l'une et de l'autre sorte que Charles Selt-man a formé le groupe de monnaies athéniennes qu'il appelle groupe 075. Les pièces portent au droit une tête d'Athéna casquée, couronnée d'olivier ; au revers, une chouette (de face sur les déca-drachmes), un rameau d'olivier, et l'abréviation ΑΘΕ. Si on les compare aux tétradrachmes émis entre 490 et 480 (groupe N), on s'aperçoit, à certains détails techniques, qu'elles ont vu le jour à une date médiane, soit en 485 environ, et que la frappe doit en avoir cessé dès avant l'invasion de Xerxès. Renonçant donc à voir dans les décadrachmes des « médailles » commémoratives de la bataille de Salamine, Seltman a assigné à l'apparition du groupe Ο une cause dont on ne s'était pas avisé avant lui. Avec perspicacité, il rattache le décadrachme au montant individuel de revenu minier signalé par Hérodote, et il voit dans le didrachme une autre manière d'atteindre commodément ce montant, soit qu'on ait joint la pièce à deux tétradrachmes, soit qu'on l'ait utilisée en séries homogènes de cinq unités. (Un tétradrachme et trois didrachmes faisaient également l'affaire)76.

42Je ne saurais, cependant, suivre Seltman jusqu'au bout. De légères dissemblances dans la tête d'Athéna et une classification tirée de l'usure des coins l'ont poussé à étaler le groupe Ο sur trois années antérieures à l'intervention de Thémistocle — 486, 485, 484, prétend-il — au cours desquelles les citoyens auraient touché trois fois dix drachmes. Cet étalement n'est pas fondé sur des raisons solides. S'il est vrai qu'une évolution se dessine, rien n'autorise à croire qu'elle ait duré trente-six mois plutôt que douze : nous ignorons la cadence à laquelle travaillait alors l'atelier monétaire, où il pouvait y avoir plusieurs frappes simultanées, et nous ne savons pas davantage l'exacte faculté de résistance des coins. Pour que les trois opérations supposées aient pu rapporter une somme identique à chaque Athénien, il faudrait que, dès avant la première, l'exploitation des mines eût été systématisée par la création du régime locatif ; mais alors, les profits maronéens, dont l'apparition suscita ce régime, auraient été répartis trois fois déjà quand Thémistocle les fit affecter au budget naval — une conclusion tout opposée à ce que nous a révélé la mise en parallèle des témoignages sur Maronée et sur le Laurion proprement dit. Observons enfin qu'Hérodote, en signalant le quantum, l'associe à un projet de partage (ἒµελλον λάξεσθαι), et à rien d'autre.

  • 77 Au commencement de la guerre du Péloponnèse, l'impressionnante réserve de l'Acropole consistait, p (...)

43Au temps où ils étaient distribués, les revenus lauréotiques stricto sensu subissaient forcément des fluctuations considérables, puisqu'ils se confondaient avec le bénéfice de la production réalisée directement par l'État. Celui-ci, ne disposant que d'un numéraire réduit, avait sans doute des difficultés à constituer les parts individuelles, et il n'est pas exclu que, parfois, les citoyens « sociétaires » aient reçu de l'argent non monnayé77. Mais avec l'affermage, une rationalisation s'introduisit dans l'administration des districts miniers. L'occasion était belle d'organiser les distributions elles-mêmes pour que, dorénavant, elles s'accomplissent avec la plus grande facilité.

44De la façon dont le montant global des baux avait été arrêté, la distribution initiale « nouveau style » allait assurer 10 drachmes par tête. A la réflexion, il devait apparaître que ce quantum reviendrait plusieurs fois de suite, au moins grosso modo. Quel que fût le mouvement naturel de la population comprise dans le groupe ὀρχιδòν (on en avait une connaissance empirique qui permettait les prévisions), il ne pourrait pas modifier de sitôt, dans une mesure vraiment déterminante, le total des bénéficiaires. Rajuster légèrement la somme correspondant à l'ensemble des fermages suffirait à maintenir la part de 10 drachmes ; et si l'on ne voulait pas toucher aux fermages, les variations du quantum ne seraient point telles, pendant une période appréciable, que les nombreuses monnaies divisionnaires en circulation ne fussent de nature à y répondre. Voilà de quel intérêt pouvaient être, pour Athènes, les décadrachmes et les didrachmes que Seltman a désignés comme groupe O. Que leur émission ait été des plus éphémère et qu'elle n'ait jamais été reprise dans la suite, ce sont des faits qui s'expliquent à merveille par la promulgation des décrets navals : en abolissant les διανομαί, ces décrets rendaient superflues les monnaies nouvelles, et l'on abandonna d'autant plus volontiers le décadrachme que sa réussite technique constituait une manière de gageure.

Notes

1 Arstt., Constit. d'Ath., 47, 2. Voir, pour le reste, la documentation rassemblée par Margaret Crosby, dans Hesp., 19 (1950), p. 189-312.

2 Photios, Lex., s. ν. άγράφου μετάλλου δίκη (p. 23, 1. 24 Reitzenstein) ; Suidas, id. ; [Zonaras], id. (33 Tittmann). — J. H. Lipsius (Das Att. Recht u. Rechtsver-fahren, II, 1 [Leipzig, 1908], p. 409, n. 132) a proposé la correction ά<ναπο>γράφου, qui a pour elle l'apparition répétée du verbe ἀπογράφω dans la glose subséquente et, surtout, la mention d’άναπόγραφα μέταλλα dans Hypér., Pour Euxénippos (3), 34. Si l'on admet qu'une faute a été commise, — et les présomptions sont vraiment fortes en ce sens, — il faut la considérer comme très ancienne : car, chez tous les lexicographes, ἀγράφου μ. δ. figure à sa place alphabétique.

3 Par exemple : [A. R.] Rangabé, Du Laurion, Paris, 1874 (Mém. prés, à l’Acad. des Inscr. et B.-L., Ire série, 2e partie, 8), p. 17, 19, 39, 42, 44. Taxe permanente de 1/24 à côté d'un prix d'achat : A. Boeckh, Ueber die Laur. Silberbergwerke in Att., dans Abhdl. der preuss. Akad. d. Wiss., 1815, p. 112-113 (= Kl. Schr.,V [Leipzig, 1871], p. 32-34) ; — à côté d'un loyer : H. Francotte, L'ind. dans la Gr. anc., II (1901), p. 195-196 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1222 ; — à côté d'un loyer réduit à un « paiement initial » de « un talent ordinairement » ( ?) : E. M. Walker, dans C.A.H., IV (1926), p. 265.

4 Sur 76 baux actuellement connus avec leur prix, 30 sont de 150 drachmes, 22 de 20 : Crosby, l. l., p. 202.

5 Cf. U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, p. 21.

6 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 189-196. Ardaillon fait valoir : I° que, dans l'acte d'accusation du Contre Pantainétos de Démosthène (37, 22), la somme d'argent indiquée ne saurait être un impôt proportionnel ; 2° que l'hypothèse d'un impôt de cette sorte ne s'accorde pas avec le chiffre des revenus utilisés par Thémistocle ; 3° qu'on ne trouve mentionnés nulle part des contrôleurs de mines.

7 Crosby, l. l., p. 203, n. 44 : If correctly referred to Athens... Cf. Code Justinien, XI, 7 (6) [Corpus iuris civilis 8, II, 1906, p. 430 Krüger].

8 Photios, Suidas et [Zonaras], s. ν. <ναπο>γράφου μετάλλου δίκη · οί τὰ ἀργύρεια μέταλλα ἐργαζόμενοι ... πεγράφοντο..., τòν μὴ ὰπογραφάμενον ἐξήν τ ῷ βουλομν ῷ γράφεσθαι καὶ ἐλγχειν. La mise en branle de l'appareil judiciaire par tout citoyen qui en a le désir est une caractéristique de la γραφή. Dans le lemme, le nom δίκη a sa valeur générale de la langue courante, et non pas la valeur propre que lui octroie la langue juridique en l'opposant au nom γραφή (cf. Pollux, VIII, 41 : ἐκαλοῦντο γρ ai γραφαὶ καὶ δίκαι, ού μέντοι καὶ ai δίκαι γραφαί).

9 Photios, Suidas et [Zonaras], ibid. : ... εἴ τις οῦν ἐδόκει λάθρα ἐργάζεσθαι μέταλλον... Même adverbe dans le Lexicon Seguerianum, ap. I. Bekker, Anecd. gr., I (1814), p. 184, l. 27, s. υ. ἀγράφου μετάλλου [glose, d'ailleurs corrompue, qui ne renferme aucune allusion à la taxe de 1/24].

10 Hyper., Pour Euxén. (3), 35 ; Démosth., Contre Pantainétos (37), 36. Chez Démosthène, la préposition est placée en anastrophe.

11 L'émendation ἐκτός, qui remonte à Cobet, a encore été reçue par G. Colin dans son éd. d'Hypéride (Paris, 1946). Le même savant la préconisait pour le passage correspondant de Démosthène, où L. Gernet, cependant, s'est abstenu de l'introduire (éd. des Plaidoyers civils, I [Paris, 1954]).

12 J. H. Lipsius, Das Att. Recht..., II, I (1908), p. 311, n. 8.

13 Hypér., l.l. Cf. R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953), p. 220.

14 Cette manière d'entendre l'expression se rattache aux vues originales émises par Hopper (l. l., p. 220-221). Elle leur correspond jusqu'à un certain point difficile à marquer, Hopper ne s'exprimant pas, en l'occurrence, avec toute la clarté ou du moins avec toute la rigueur souhaitable. Sa référence à Hdt., VII, 100 (ἐντός τῶν πρωρων ... καὶ τοΰ αἰγιαλοῡ) n'est pas très significative, car ἐντòς a ici un double régime. Je m'appuierai principalement, pour ma part, sur Thuc, VI, 67, I (ἐντòς τούτων τῶν ἐπιτάκτων : valets d'armée disposés « entre » les huit lignes des troupes de réserve) et VII, 5, 3 (ἐντòς λίαν τῶν τειχν : cavalerie et gens de trait coincés « entre » les lignes de fortification).

15 Hopper, l. l., p. 206-207. L'existence de mines privées ne peut se déduire ni d'hypér., Pour Euxén. (3), 36 [ἴδιοχ = « their concern », et non pas « own property »], ni de ps.-Démosth., Contre Phainippos (42), 3 [τοῡ δημενθέντος μετάλλου — mine « vendue », c.-à-d. louée par les polètes, et reprise — ou en danger de l'être — parce que le ou les preneurs ne respectaient pas leurs obligations], ni de ps.-Démosth., Contre Boiôtos II (40), 52 [l'ώνὴ partagée = une location de mine]. Hopper souligne utilement que la théorie en cause a souvent été fondée sur une assimilation erronée des ἐργαστήρια et des μέταλλα : cf. infra, p. 104, n. 4.

16 U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, p. 23.

17 A. Momigliano, dans Athenaeum, nouv. série, 10 (1932), p. 255-257. — Selon E. Schönbauer (Beiträge..., 1929, p. 18-19), la redevance proportionnelle aurait déjà été instaurée, pour un temps, vers l'époque où Xénophon écrivit le traité des Revenus (circa 355) ; de là viendrait qu'il ne fait aucune allusion aux loyers des mines. Kahrstedt (0. p. 22) a objecté à Schönbauer que le traité ne parle pas non plus d'un prélèvement proportionnel et que, présentant l'exploitant comme le seul lésé en cas d'insuccès complet (Revenus, 4, 28-29), il ne peut même pas impliquer l'existence d'un tel prélèvement. Ce sont là de bons arguments. On rejettera, en revanche, celui qui concerne (o. /., p. 21-22) une prétendue proportion de 50 % des Bruttoer-trages à laquelle « le pseudo- » Xénophon aurait voulu élever le profit de l'État : les références fournies (« πόροι 4, 18 f. 21 ή ne correspondent à rien de semblable, et Kahrstedt doit avoir fait quelque lapsus ou contresens.

18 Il s'agit, bien entendu, d'une redevance établie d'après les revenus bruts. Un authentique contrôle des revenus nets eût été une gageure, avec les grandes possibilités de fraude. Au contraire, en faisant mesurer l'état d'avancement des travaux au début et à la fin d'un exercice fiscal, Athènes pouvait aisément apprécier le volume de minerai extrait durant cette période et, connaissant la teneur moyenne en argent dans la région intéressée, calculer aisément la somme qui lui était due. — Sans doute faut-il reconnaῖtre une allusion aux deux modes successifs d'exploitation (baux et redevance de 1/24) dans la glose d'Harpocration, s. υ. πονομή - ή πόμοιρα, ώς μέρος τι τών περιγιγνομένων κ τών μετάλλων λαμβανούσης τής πόλεως, ἢ ώς διαιρουμένων εἰς πλείους μισθωτάς (ν. l. -τούς), ΐν’ καστος λάβη τι μέρος. Δείναρχος ν τῷ Πρòς τοὺς Λυκούργου παῖδας πολλάκις. Traduction : « Aponomè. C'est la portion constituée, dans le cas où la Cité prélève une part sur les revenus des mines, ou dans le cas d'une division des mines entre un nombre considérable de locataires dont chacun doit recevoir une part des revenus. Dinarque, dans son discours Contre les enfants de Lycurgue, a fréquemment employé le mot (fr. 125 Müller [Orat. att., II, 1858, p. 468-469]). » Ainsi, le nom απονομή aurait désigné deux choses : 1° le pourcentage de la Cité sur les mines [à date récente] ; 2° le profit réalisé [autrefois] par un preneur à bail sur sa concession individuelle. Cette exégèse paraῖt plus satisfaisante que celle de [A. R.] Rangabé (Du Laurion, 1874, p. 19), reprise par Éd. Ardaillon (Les mines du Laurion..., 1897, P. 197 E^ N- 5)> selon laquelle les άπονομαί auraient été les lots de certains fermiers intermédiaires entre les polètes et les exploitants : rien dans notre documentation, dans les inscriptions notamment, ne permet de supposer que les polètes n'aient pas traité directement avec les preneurs à bail. — Le caractère tardif du système « redevance proportionnelle de 1/24 » peut expliquer, en réponse à un argument d'Ardaillon (cf. supra, p. 54, n. 4), que nous manquions de renseignements sur les fonctionnaires chargés de déterminer les produits imposables.

19 Ardaillon, o. l., p. 190.

20 Après déduction éventuelle d'une somme réservée aux dieux — par exemple, à Athéna. E. Cavaignac (Ét. sur l'hist. financ. d'Ath. 1908, p. 11) et G. Glotz-R. Cohen (Hist. gr., II [1929], p. 56) ont estimé à tort que la part « divine » était incluse dans la donnée numérique à accepter comme revenu des mines. Nulle part on ne trouve d'allusion à une dῖme réelle ou symbolique ; si quelqu'une fut prélevée, on n'a pas à en tenir compte, car les textes indiquent à suffisance que les talents (200 ou 100 suivant la tradition reflétée) devaient être intégralement distribués au peuple et furent intégralement affectés aux constructions navales.

21 A. Momigliano, dans Athenaeum, nouv. série, 10 (1932), p. 250-251.

22 Apparemment sur le modèle de leurs possessions minières de Thrace, où l'exploitation directe était le seul système praticable, non fosse altro che per misura di sicu-rezza (Momigliano, l. l., p. 251). — P. N. Ure présume que les tyrans utilisaient, au Laurion, une main-d'œuvre exclusivement mercenaire (The Origin of Tyranny, 1922, p. 49). Mais le rôle fondamental que l'esclavage joua dans les mines d'argent durant la période classique (Ardaillon, ο. l., p. 90-109) ne recommande pas du tout cette hypothèse limitative : cf. Glotz-Cohen, o. l., I (1925), p. 444, n. 96.

23 Voir supra ; p. 32 et n. 3.

24 Arstt., Constit. d'Ath., 47, 2. Plusieurs mines sont qualifiées d' ἐργάσιμα dans les documents épigraphiques : I.G., II2, 1582, 1. 60/61, 64, 77 ; Hesp., 19 (1950), p. 263 (n° 20, 1. 7).

25 Ἀνασάξιμα : I.G., II2, 1582, l. 51 /52, 124, 130 ; Hesp., l.l., p. 214 (n° 5, 1. 48 /49, 70, 74), 264 (n° 20, 1. 21)... Παραι ἀνασάξιμα : I.G., II2, 1582, 1. 46/[47], 56, 119, 136 ; Hesp., l. l., p. 255 (n° 18, 1. 23)... Καινοτομίαι : Hypér., Pour Euxén. (3), 36 ; Pollux, III, 87 ; VII, 98 ; Hesp., l. l., p. 276 (n° 28, 1. [5] /6), 284 (n° 35, 1. 3) ; cf. Xén., Revenus, 4, 28 ; 30 (καινοτομω).

26 Ardaillon, o. l., p. 170.

27 M. Crosby, dans Hesp., l. l., p. 196-199 ; R. J. Hopper, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 (1953). p. 201-203, 234-237.

28 L'hypothèse de cette catégorie spéciale est propre à Hopper (l. l., p. 202). Lui-même ne la juge pas indispensable.

29 La parenté avec (να) σάττω est incontestable. Le composé ἀνασάττω est un hapax (Polybe, XII, 25 h, 2. où ἀνααεσαγμένων θυράκων désigne des « sacs bourrés », espèces de mannequins employés par les peintres pour leurs esquisses). Quant au simple σάττω, il a deux sens fondamentaux : 1° « bourrer, farcir, remplir » ; 2° « remplir de ce qui est nécessaire, équiper, approvisionner ». Hopper (l. l., p. 203) ne croit guère qu'ἀνασάξιμον puisse évoquer la façon dont on évacuait le minerai (au moyen de sacs remplis) ; il marque également son scepticisme à l'endroit de l'interprétation « mine comblée ». Il admet comme une simple possibilité le sens de « mine équipée », qu'il y aurait lieu d'élargir au maximum. Observons que le grec vulgaire emploie aujourd'hui le nom neutre ἀνασάξιμo pour désigner la « réfection », la « remise en état » (d'une maison, d'un toit, d'un jardin, d'un vêtement...) [D. Dimitrakos, Μέγα λεξικòν τῆς έλληνικῆς γλώσσης, Athènes, 1933-1951, s. v.], ce qui suggère pour μέταλλον νασάξιμον la valeur de « mine à restaurer » ou « en restauration » (sur le suffixe -ιμος, cf. R. Kuhner - F. Blass, Ausführl. Gramm. der griech. Sprache. Elementar- u. Formenlehre, II [Hanovre, 1892], p. 288) et, par extension, de « mine à mettre en train » (l'achèvement des travaux d'accès souterrain, dans un creusement nouveau, amenant son classement parmi les ἀνασάξιμα : cf. Hopper, l. l., p. 236).

30 Crosby, l. l.., p. 199-202 ; Hopper, l. l. p. 237.

31 Xén., Revenus, 4, 27-29 (situation vers 355) ; Hypér., Pour Euxên. (3), 36 (situation nettement antérieure à 330).

32 Le montant de ces baux était-il thésaurisé à Athènes même, ou en quelque endroit de la région minière ? Il convient de signaler ici que, dans les comptes des Propylées pour 434/3 (I.G., I2, 366, 1. 14) comme dans les comptes du Parthénon pour 439/8 (ibid., 347, 1. 15) et 438/7 (ibid., 348, 1. 60), on a restitué, sur la foi de vestiges plus ou moins nets — respectivement
[7 ]ιονhεφα..τικοαπολ..ρ[
]απολανρε[
]στικ[
un versement παρὰ ταμιȏν hεφαιστικȏπò Λανρείο, consistant apparemment en 5 /6
[τ]ȏμ πέντε μ[ε]ρȏ[ν]
]έντε μερ[
]ȏv π[
d'une certaine somme (voir à chaque fois la ligne qui suit). Selon W. B. Dinsmoor (Attic building accounts, dans A.J.A., 25 [1921], p. 239), il s'agirait du revenu d'une mine (explication reçue par G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II [1929], p. 184). Mais la présence de trésoriers impliquerait, à cette époque, une exploitation directe de l'État, au moins occasionnelle, dont on ne relève nulle part le moindre signe. Et de quel appoint aurait pu être une mine unique ἐπὶ Λαυρείῳ quand celles que nous connaissons dans ce district ne rapportaient aux finances publiques, vers 350-300, que des sommes de 150, 50 ou 20 drachmes par prytanie (cf. infra, p. 104 /105) ? Il y a bien une mine « d'Héphaistos » que l'on voit servir de limite à une concession du ive siècle (I.G., II2, 1584, l. 14), mais c'est un [Ἡφαι]στιακ[όν], non un Ἡφαιατικόν. Selon U. Kahrstedt, le vocable en cause aurait désigné un sanctuaire (Staats-gebiet..., 1934, p. 51, η. 3)· A quoi l'on peut objecter que les sanctuaires d'Héphaistos s'appellent ordinairement des ‘Ηφαίστεῖα. Par analogie avec les magistrats ἐπὶ τò θεωρικόν, avec le ταμίας τῶν στρατιωτικῶν, avec le ταμίας τῶν τριηροποιϊκῶν, je serais enclin à croire que l’ἡφαιοτικòν était une caisse, nommée d'après le dieu auquel on associait le métal et son traitement par le feu (et sans doute gardée, je le concède, dans quelque ‘Ηφαιστεῖον). Il est impossible de savoir ce que cette caisse contenait au juste — si l'on y mettait tout à la fois les revenus des locations, les taxes sur les ateliers de surface, sur les fours, etc.

33 Voir, ad Hdt., VII, 144, les éditions commentées de K. Abicht2 (Leipzig, 1873), H. Stein5 (Berlin, 1889), R. W. Macan (Londres, 1908). De même : Liddell-Scott-Jones, Gr.-Engl. Lex., s. υ. ; Bailly-Séchan-Chantraine, Dict. gr.-fr., s. υ. ; D. Dlmitrakos, Μέγα λεξικòν τῆς ἑλληνικῆς γλώσσης, 1933-1951, s- υ.

34 Κ. Prellwitz, Etym. Wörterb. d. griech. Spr., Goettingue, 1892 (2e éd. 1905), s. ν. ὀρχέω. Cf. Macan, l. l. — Όρχηδόν ne figure sous aucune rubrique dans les dictionnaires étymologiques d'Ém. Boisacq (Heidelberg-Paris, 1916) et de J. B. Hofmann (Etym. Wörterb. des Griech., Munich, 1949).

35 Ces traductions (ou leurs équivalents en langue étrangère) sont données aussi par des érudits qui ne se réfèrent pas expressément à ὄρχος (ou à ὀρχέω). Les uns ont mis en évidence la prétendue notion originelle de « rang » : W. Pape, Etym. Wörterb., Berlin, 1836, p. 422 ; Gr.-D. Handwörterb.2, Brunswick, 1874 (3e éd. 1880), s. v. ; R. P. Keep, dans son éd. comm. (Stories from Herod. and the sev. Book of the Hist.2, New-York, 1887) ; W. W. How-J. Wells, A Comment, on Herod., 1912, II, p. 186. Les autres n'ont retenu que l'idée distributive : J. Schweighäuser, Lex. Herod., Strasbourg, 1824, s. v. ; J. E. Powell, A Lex. to Herod., Cambridge, 1938, s. v. ; C. F. Smith-A. G. Laird, dans leur éd. comm. (Herod. Books VII and VIII, New-York-Cincinnati-Chicago, 1908) ; W. Dindorf (Paris, 1844), H. Cary (Londres, 1908), A. D. Godley (Londres - New-York, 1922) et Ph.-E. Legrand (Paris, 1951) dans leurs traductions respectives.

36 Voir les apparats critiques de R. W. Macan (1908) et de H. R. Dietsch-K. Kallenberg2 (Leipzig, 1933).

37 Ce rapprochement avec ὄρχις n'est pas entièrement nouveau. S. ν. ὀρχηδόν, le Thésaurus graecae linguae reproduit une note de Schweighäuser dans laquelle l'adverbe est interprété quasi dicas κατ’ ὄρχεις, qui mares virosque suo testimonio demonstrant. Mais il convient d'observer que Schweighäuser a écrit cela, entre diverses remarques de portée mal définie, pour la défense de la traduction « viritim » (celle qu'il a adoptée dans son lexique d'Hérodote) et de la traduction « in singula capita » (κατ' ὄρχεις répondant, selon lui, à des expressions comme κατὰ κεφαρήν ou κατ’ ἄνδρα), ainsi que pour tenter de justifier une vulgata lectio όρχειδόν, dont je n'ai retrouvé la trace dans aucun apparat critique.

38 Hésych., s. ν. ὀρχιδόν ήβηδόν (corr. Musurus : ήβινδόν cod.) ; Suid., s. υ. ὀρχηδόν" ώς ήβηδόν. ‘Ηρόδοτος (corr. Portus : ὀρχηδόνως codd.) ; Schol. AB à Hdt., ad. loc. (II, p. 440 Stein [Berlin, 1871]) : ỏρχηδόν · ἡβηδόν ; Lex. Herod. (Version A), II p. 464, 1. 13 Stein : id. ; (Version Β), II, p. 468, 1. 9 : id. Cf., par un plaisant retournement, (Version Β), II, p. 466, 1. 3 : ἡβηδόν ... ὀρχηδόν. Le manuscrit hérodotéen qui porte ἡβηδόν, glose fourvoyée, est celui que Stein appelait d : le Laurentianus LXX 6 (a. 1318). — La forme ὀρχιδòν est offerte de première main par trois exemplaires des plus anciens, chefs de file des deux grandes traditions médiévales des Histoires : d'une part A (s. x) et B (s. xi), d'autre part D (s. xi /xii). Elle apparaῖt aussi dans Hésychios, où elle est originelle, à mon sens (χηδ- Musurus, Schmidt), vu l'ordre alphabétique ὄρχεα — ὀρχεΐται — ὀρχηατής — ὀρχήστρια — ὄρχια( ?) ὀρχιδόχ ὀρχίρον. Les appuis que l'on découvre à όρχηδόν sont plus nombreux, certes, mais de qualité moindre. Ils sont fournis : I° par CPRSV (s. xiv — sauf C : s. xi) ; 2° par A2B2D2 ; 3° par les scholies et lexiques à Hérodote, ainsi que par Suidas (cf. l'ordre ὄρχεις — ὀρχηδόν — ὄρχησις — ὀρχήστρα — ὀρχίπεδον), 4° par des scholies d'inspiration hérodotéenne qui feront l'objet des deux notes suivant celle-ci. Leurs rédacteurs peuvent avoir utilisé des manuscrits de la tendance CPRSV. La même remarque vaut pour (la source de) Suidas, qui renvoie nommément à Hérodote. Quant aux corrections A2B2D2, elles ne prouvent pas qu'ABD aient été rappelés à l'ordre pour avoir mal transcrit le texte de leurs modèles : elles sont plutôt le fait de lecteurs ou de réviseurs à qui ὀρχιδòχ ne disait rien, et qui ont introduit -ηδòν sur la foi des scholies ou des gloses auxquelles ils s'étaient reportés pour information. Une très ancienne faute d'iotacisme dans la tradition hérodotéenne suffit à rendre compte de toutes les manifestations de la divergence graphique. Or cette faute avait bien plus de chances de se produire dans le sens -ιδòχ : - ηδòν que dans le sens inverse, la langue grecque présentant quelque 130 adverbes en -ηδòν contre une dizaine seulement d'adverbes en -ιδόχ (statistique fondée sur P. Kretschmer-E. Locker, Rückläuf. Wörterb. d. gr. Spr., Goettingue, 1944, p. 141-142). Bref, la critique textuelle est en faveur d' ὀρχιδòν. — Cette forme, qui ne saurait venir d'ὄρχις, est-elle défendable, grammaticalement, à partir d'ὄρχις ? Les thèmes vocaliques offrent peu de points de comparaison. On trouve νєκυ- η-δóν (Schol. Vat. à Denys De Thrace, p. 276,1. 10 Hilgard — restitué dans Euphorion, fr. 88 Powell), avec l’η analogique de liaison qui est ordinaire dans les adverbes du genre, mais *ὀρχιηδόν n'est attesté nulle part. Ce qu'on retiendra, c'est βοτρυ-δόν (Homère, Aristote, Théophraste, Lucien ; cf. Schol. Denys, p. 276, 1. 6 H.), vieille formation qui fournit un exemple sûr de l'adjonction directe du suffixe -δόχ. (Pour l'emploi du thème ὀρχι-, cf. ὀρχιπέδη, att.). A mentionner aussi σπυρι-δόν (Schol. Denys, p. 190, 1. 37 ; p. 191, 1. 1 H.) qui, dérivé de σπυρίς /-ίδος, n'a cependant point pris la forme * σπνριδ-η-δόν (cf. τετραποδ-η-δόν). Même au cas où Hérodote aurait écrit ὀρχηδòν, un rattachement à ὄρχiς ne serait pas invraisemblable, l'analogie ayant pu jouer, à une époque ancienne, comme elle l'a fait, tardivement semble-t-il, pour ἁλυσ-ηδάν, d'après ὄλυσις (chez un pseudo-Manéthon du ive siècle de notre ère : Apotelesm., IV, 486).

39 Schol. BD à Aristide, 46, 187 (III, p. 599 Dindorf ; renseignement complémentaire sur la proposition de Thémistocle) : ταῦτα ἐψηφίσαντο Ἀθηναῖοι ὀρχηδòν μερισασθαι, τουτέστι τοὺς ἄνδρας μόνον καì τοὺς παῖδας.

40 Schol. Β au même passage (III, p. 597 D.) : ἦσαν γὰρ οἱ Ἀθηναῖοι ψηφιαάμενοι τοῦτο τò ἀργύριον ὀρχηδòν μερίσασθαι τουτέστιν ἄνδρας καὶ π αῖδας, γυναῖκας δὲ οὔ.

41 Arstt., Pol., III, 1278 a 2-6.

42 Il est curieux de constater combien l'explication par ἡβηδόν (pour ne pas parler de celle des scholies sur Aristide) a peu retenu l'attention des modernes. Les dernières traductions en date n'appelleraient pas de changement si Hérodote avait simplement écrit ἔκαστος au lieu d' ὀρχ(ι)δòν ἔκαστος. Il y a cent ans ou plus, on ne perdait pas aussi facilement de vue la glose ancienne. Un effort pour en tenir compte est manifeste de la part des traducteurs A. F. Miot (Paris, 1822) : « à tous les citoyens adultes » ; I. Littlebury (Oxford, 1824) : « every citizen not under âge » ; G. Rawlin-Son (Londres, 1860) : « among the full-grown citizens » ; ou encore, de la part du commentateur J. W. Blakesley (Londres, 1854) : a every grown man ». (C'est moi qui souligne.) — Liddell-Scott-Jones (Gr.-Engl. Lex., s. υ. ὀρχηδόν) signalent l'équivalent ἡβηδόν, mais seulement dans Hésychios, et en le dissociant du passage héro-dotéen : also, = ἡβηδόν Hsch. A la référence de VII, 144 ils ne joignent que celles des scholies à Aristide, dont ils condamnent la teneur : wrongly explained as = ἂνδρας καὶ παῖδας, γυναῖκας δὲ οὔ...

43 Cf. Α. Ernout-A. Meillet, Dict. étym. de la langue lat.3, Paris, 1951, s. v. pūbēs (I°). Et surtout (rapprochement ἡβηδόν : *pubice] : E. Benveniste, Pubes et Publicus, dans Revue de philol., 29 (1955), p. 7-10.

44 ὀρχιδόχ scripsi (-χηδ- Küster, Schmidt) : ὀρχίδιοχ cod.

45 Sub verbo, M. Schmidt imprime la glose avec la leçon du manuscrit, λαόχ. Mais dans un de ses index (V [1868], 2, p. 63), reprenant le lemme, il lui assigne la forme λεών. La cause de cette variation m'échappe.

46 Cf. Phot., s. υ. ἡβηδόν- ἡβῶντας... ; Suid. : id. (n° 17 Adler) — Au xve siècle, L. Valla (cité par J. Schweighäuser, dans le Thésaurus gr.l., s. v. ὀρχηδόν) avait proposé une traduction du passage hérodotéen dont la précision, en somme, surpasse celle de toutes les traductions récentes : Eaque (pecunia) esset aeque dividenda viritim dénis in singulos pubères drachmis.

47 Hippocr., V, p. 700 Littré ; GAL., XVII, p. 792 Kühn. Cf. Arstt., Hist. anim., V, 544 b 27 ; VII, 581 a 11-13.

48 Hippocr., V, p. 312 L. ; GAL., XVII, p. 212 K. Cf. Arstt., o. l., V, 544 b 23-25 ; VII, 581 a 25-27.

49 S. ν. ἐνόρχης, Hésychios glose : Διόνυσος ἐv Σάμῳ. On a pensé que l'épithète se référait à une conception de Dionysos comme dieu de la génération (p. ex. L. R. Farnell, The Cuits of the Greek States, V [Oxford, 1909], p. 127). Mais l'hypothèse d'une représentation phallique ne s'impose pas : cf. M. P. Nilsson, Gesch. der griech. Relig., I (Munich, 1941) [Handb. d. Altertumswiss., V, 2, 1], p. 560 (2e éd. 1955, p. 593). Bien qu'elle ait encore été reçue dernièrement (J. Marcadé, Hermès doubles, dans B.C.H., 76 [1952], p. 606, n. 7), il faut lui préférer la vieille explication de G. Welcker (Griech. Götterlehre, Goettingue, II, 2 [1860], p. 622), approuvée par A. Schultz (ap. W. H. Roscher, Ausführl. Lex. der griech.-röm. Mythol., I, i [Leipzig, 1884-1886], col. 1249-1250), selon laquelle les Samiens révéraient simplement un Dionysos Éphèbe — par opposition aux autres âges auxquels on se figurait ce dieu (cf., p. ex., Macrobe, Sat., I, 18, 9).

50 Déjà chez Solon (19, 3-4 Diehl3-Beutler).

51 Gal., VI, p. 387 ; XVII, p. 637 K.

52 C'est alors qu'il est apte à témoigner en justice : cf. G. Busolt, Griech. Staatsk., I (1920), p. 247.

53 Isée, 8, 31 ; 10, 12 ; fr. 2, 2 Roussel ; Hyper., fr. 192 Kenyon = 192 Blass3 ; [Démosth.], 46, 20 ; 24.

54 Exposant l'état de la constitution athénienne vers 325, Aristote est formel : les jeunes gens prennent place parmi les démotes à dix-huit ans (révolus), ὀκτωκαί-δεκα ἔτη γεγονότες (Constit. d'Ath., 42, 1). Celui-là est refusé qui, à l'examen par le Conseil (δοκιμασία), paraῖt « n'avoir pas atteint dix-huit ans », νεώτερος ὀκτωκαίδεκ’ ἐτῶν εἶναι (ibid., 42, 2). Les inscrits doivent, comme « éphèbes », un service de deux ans, à l'expiration desquels (διεξερθόντων ... τῶν δνεῖν ἐτῶν) ils se trouvent dorénavant sur le même pied que les autres citoyens, ἢδη μετὰ τῶν ἄλλων εἰσἰν (ibid., 42, 5)· Ailleurs, dans un passage qu'on cite moins souvent, Aristote parle des diétètes, citoyens « qui en sont à leur soixantième année », oἷς ἄv ἑξηκοστòν ἔτος ᾖ, et précise que l'on constate leur âge d'après les quarante-deux éponymes des classes (ibid., 53,4) : ce chiffre confirme clairement que la première classe, civile et militaire (ibid., 53, 7), correspondait à la 19e année. (La découverte du papyrus de Londres a ruiné la théorie, très répandue au siècle dernier, selon laquelle la limite aurait été le début de la 18e année, ou 17 ans accomplis : cf. Ad. Hoeck, Der Eintritt der Muendigk. nach att. Recht, dans Hermès, 30 [1895], p. 347-354 ; J. Oehler, art. Ephebia, dans R.E., V, 2 [1905], col. 2737.) C'est seulement en recevant la plénitude de leurs droits, à 20 ans révolus, que les éphèbes voyaient leur nom couché sur le πίναξ ἐκκρησιαστικός : sinon, comme on l'a observé (G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II [1926], p. 966, n. 2 ; U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, P- 77), il n'y aurait pas eu de raison valable pour qu'un pseudo-Démosthène (44, 35) traitât à part l'inscription dans le ληξιαρχικòν γραμματεῖον, ou « registre du dème ». Les éphèbes, nouveaux πορῖται, figuraient sur celui-ci dès 18 ans, âge où, conformément à l'étymologie ancienne et moderne de ρηξιαρχικό ;, ils obtenaient certains droits civils leur assurant « maitrise » sur leur lot légitime, ou λῆξιṣ (cf. Busolt-Swoboda, l. l., p. 965) : notamment, ils pouvaient ester en justice περὶ κλήρου καὶ ἐπικλήρου (Arstt., Constit. d'Ath., 42, 5). Ainsi donc, quand les orateurs, après l'entrée en vigueur du système de l'éphébie (vers 337) emploient l'expression ἐπὶ διετὲς ἡβῆσαι dans une affaire de succession ou de fille épiclère, c'est bien l'achèvement de la 18e année qu'ils entendent par là. Comment la situation se présentait-elle antérieurement ? Deux textes d'ISÉE, datant grosso modo du second quart du ive siècle (8, 31 ; 10, 12), font de l’ ἢβη, en s'appuyant sur les mêmes lois qui seront encore invoquées plus tard, la condition nécessaire à l'entrée en possession d'un héritage, et divers recoupements permettent d'établir que la δοκιμασία, contrôle normalement lié à l'enregistrement du citoyen, avait lieu, avant comme après 337, à 18 ans révolus : cf. Kahrstedt, l. l. La seule différence perceptible, c'est que, dans la démocratie d'avant la bataille de Chéronée, la totalité des droits était acquise, semble-t-il, dès l'inscription au ληξιαρχικòν γραμματεῖον, sans qu'il fallût attendre deux ans : en effet, on pouvait intenter des actions judiciaires différentes de celles qu'Aristote dit exclusivement permises aux éphèbes (cf. Lys., 10, 31) et aussi, comme Glaucon dans les Mémorables de Xénophon (III, 6,1), discourir à la tribune de l'Ecclésie οὐδέπω εἲκοσιν ἔτη yεyovώs. (Le cas d'Alcibiade [Plat., Alc. I, 105 A /B ; 123 D] est parallèle à celui de Glaucon, car rien ne prouve que, μάλα ὀλίγων ἡμερῶν, il aurait eu son anniversaire [au contraire, cf. ἔτη οὐδέοπω γεγονὼν σφόδρα εἴκοσιν], ni qu'on aurait immédiatement enregistré sa 20e année accomplie, ni qu'il n'eût pas déjà été à l'Ecclésie en auditeur, ni qu'il n'eût pas eu le droit d'y prendre la parole plus tôt. Le délai de « très peu de jours » est apparemment celui qui séparait de l'entretien fictif le jour d'une séance régulière au cours de laquelle Alcibiade se proposait de briller.)

55 La locution ἐπὶ διετὲs ἠβῆσαι a été correctement interprétée par un lexicographe anonyme (ap. I. Bekker, Anecd. gr., I [1814], p. 255, 1. 15). Mais d'autres se sont mépris sur la valeur que lui reconnaissent les orateurs classiques. Tel Didyme (ap. Harpocr., s. v. ; Schol. B à Eschine, 3, 122 ; cf. Etym. M., 359, 16), qui faisait coïncider cette limite avec l'âge de 16 ans, en alléguant que l' ἢβη se plaçait à 14 — substitution de la puberté physiologique à la puberté légale (cf. cependant infra, p. 75, n. 3). On trouve aussi l'aptitude à posséder la λῆξις et l'inscription dans le ληξιαρχικòν γραμματεiον reportées à 20 ans accomplis (Harpocr., I. I.), voire à la 20E année (Pollux, VIII, 105 ; Schol. TW à Plat., Alc. I, 105 A, p. 89 Greene [d'après Pollux, avec une mauvaise interprétation du texte platonicien, le dialogue étant daté ici, par rapport à Alcibiade, de peu avant τῆς ἀρχῆς τοῦ εὶκοα-τοῦ ἔτους]). Dans le cas des 20 ans, on est parti de l'âge où l'Athénien devenait éphèbe au sens légal. Mais il n'existe aucune preuve que le nom ἢβη ait jamais servi, dans l'usage juridique d'Athènes, à désigner 18 ans accomplis aussi bien que 16 ans accomplis, comme semble le croire U. Kahrstedt (Staatsgebiet..., 1934, p. 77). Une telle dualité est invraisemblable à priori, en raison des confusions qu'elle n'aurait cessé d'entraῖner. Ce qui semble être en sa faveur, c'est une indication relative aux orphelins de guerre, que la Cité se chargeait d'élever μέχρι ήβης. L'expression est employée dans une proclamation de héraut qu'eschine rapporte en style indirect, avec une littéralité contestable (3, 154) ; elle figurait déjà à la fin de l'oraison funèbre que Thucydide fait prononcer par Périclès (II, 46, 1). Il est certain que les orphelins de guerre échappaient à la tutelle de l'État après 18 ans, dès leur inscription au ληξιαρχικòν γραμματεῖον. Non seulement parce qu'une scholie à Lucien situe alors la capacité d'hériter et l'indépendance des orphelins en général (Schol. Zeus trag., 26 [p. 67,12 Rabe]), mais aussi parce que, au cours de la cérémonie qui marquait leur émancipation, les « pupilles de la nation », selon Platon (Ménéx., 249 A) et selon Eschine (l. l.), recevaient une armure complète et étaient autorisés, pour la première fois, à aller commander au foyer paternel. Platon (ibid.) situe d'ailleurs cette cérémonie ἐπειδὰν εἰς ἀνδρòς τέλος ἲωσιν, locution qui équivaut apparemment à la formule
εἰς ἂνδρας ἐγγράφεσθαi, employée pour les nouveaux citoyens. Il ne suit pas de tout cela que l'égalité μέχρι ἢβης = μέχρι ὀκτωκαίδεκα τν, reconnue par un scholiaste à Thucydide (II, 46, 1), demeure valable si l'on supprime la préposition. Dans son sens de « puberté physiologique », le nom ἢβη pouvait désigner, au lieu de l'époque exacte où survenait le phénomène, les années qui s'écoulaient ensuite jusqu'à une nouvelle étape de la vie (p. ex., 14-25 ans : GAL., XVII, p. 791-792 Kühn). Il est compréhensible que, de même, on ait appelé ἢβη, en se plaçant au point de vue légal, la période consécutive à la reconnaissance officielle de la puberté. Chez Thucydide et chez Eschine, μέχρι ἢβης constitue une limite non pas ponctuelle, mais linéaire, et doit être interprété : « jusqu'à leurs années de puberté ». Que ni l'un ni l'autre n'aient cru devoir préciser s'explique par comparaison avec les passages où, après citation textuelle d'une loi contenant ἐπί διετὲς ήβῆσαι (ήβᾶν), un orateur y renvoie en parlant simplement de παῖδες ἡβήσαντες : [Démosth.], 46, 20 ; 24. C'est que, parmi les ἡβήσαντες, les plus « remarquables » étaient ceux qui, passé 18 ans, prenaient place dans la communauté des citoyens effectifs ; aussi n'est-il pas surprenant que l'État, au ive siècle, leur ait réservé le terme d'έφηβοι (déjà usuel pour les individus qui possédaient l'17187 ; physiologique).

56 Tous les témoignages existants — et surtout Isée, Sur la succession de Philo-ctémon (6), 22, passage dont plusieurs savants, à la suite de J. H. Lipsius, ont faussé la portée chronologique — mènent à la conclusion que le κούρειον était sacrifié lors d'une sorte de rite de passage, consécration officielle de la puberté légale, c'est-à-dire d'un âge de 16 ans révolus. Voir mon étude L'âge correspondant au sacrifice du κούρειον et les données historiques du sixième discours d'Isée, dans Bull. Acad. R. Belg., Cl. des Lettres, 5e série, 39 (1953), p. 358-394. L'admission n'avait lieu aux Thargélies que dans des cas d'urgence : ibid., p. 389 et n. 2. Le report de l'inscription à l'année suivant celle du sacrifice n'est connu que pour la phratrie des Démotionides, où il fut décidé en 396/5. L'usage général du ve siècle ne peut avoir été que celui auquel les orateurs ultérieurs font allusion (ISÉE, 6, 21-22 ; [Démosth.], 43, 82) : admission et inscription (éventuelles) dès l'oblation de la victime. — Des φρατορικὰ (alias κοινὰ) γραμματεῖα sont mentionnés dans I.G., II2, 1237, 1. 20-22, 97 /98 (règlement de la phratrie des Démotionides, Ire moitié du IVe s.) ; ISÉE, 7, 16-17 ; [Démosth.], 44, 41 ; Harpocr., s. υ. κοινòν γραμματεῖον καὶ ληξιαρχικόν. Inscriptions « chez les phratères », postulant la tenue d'un registre : Isée, 7, 27 ; 43 ; Démosth., 39, 4-5 ; [40], n ; [44], 44. — Il y a lieu d'observer que κοινòν γραμματεῖον, en dehors des cas précités, peut désigner d'autres espèces que le φρατορικόν (le ληξιαρχικόν notamment) : cf. J. J. E. Hondius, Quid sit τò κοινòν γραμματεῖον, dans Mnemos., nouv. série, 50 (1922), p. 87-90.

57 Cf. p. ex. K. Latte, art. Phratrie, dans R.E., XX, 1 (1941), col. 749 [1. 60-64] '· 752 [1.661-753 P-8].

58 M. Schmidt, dans l'Index auctorum de son éd. d'Hésychios (V [1868], 2, p. 63), a été contraint de ranger ἐνάρχην λεών (voir supra, p. 65, n. 5) sous la rubrique Ano-nymi. En s'inspirant de ce qu'il suggère ad υ. δευρόλας, on peut admettre que la glose figurait dans Aristophane de Byzance et, plus précisément, dans la partie des Λέξεις intitulée Περὶ ὀνομασίας ἡλικιῶν. Sur cette dernière étude, où le grammairien rassemblait les expressions relatives aux âges, en traitant séparément, dans l'espèce humaine, le sexe masculin et le sexe féminin, voir [L.] Cohn, art. Aristophanes (14), dans R. Ε., Il, 1 (1895), col. 1001.

59 En VI, 21, Hérodote raconte que, Sybaris ayant été prise par les Crotoniates, Μιλήσιοι πάντες ήβηδòν ἀπεκείραντο τὰς κεφαλὰς καὶ πένθος μέγα προσεθήκαντο. (Cf., d'après Hérodote, Tzetzès, Chil., VII, 995 : κεφαλὰς κείραντο πανηβηδòν οί πάντες.) On n'a point affaire — il serait plaisant de supposer le contraire — à une initiative de tout individu parvenu à la maturité physiologique. Une si belle unanimité dans le deuil implique une décision gouvernementale, et la fixation d'une limite précise, liée à des formalités administratives. Cette limite n'était pas l'âge d'accession à la citoyenneté (Μιλήσιοι πάντες aurait suffi), mais l'âge de la puberté légale (ήβηδόν), qui peut d'ailleurs avoir été différent à Milet de ce qu'il était à Athènes. (Même remarque pour Chalcis, où le serment d'allégeance envers Athènes obligea, en 445, τòς hεβôvτaς hάπavτaς, équivalent du πάντες ήβηδόν qu'on vient de voir : I.G., I2, 39, 1. 32-33.) La puberté légale est pareillement en cause dans le fragment où Heraclite blâme les Éphésiens d'avoir chassé Hermodôros, leur citoyen le plus capable (121 Diels6-Kranz) : ἂξιον ’Eφεσίοις ήβηδòν ἀπάγξάσθαι πᾶσι καὶ τοῖς ἀνήβοις τὴν πóλιν καταλιπεῖν... L'ήβη qui sert ici de démarcation entre les responsables et les non-responsables de l'expulsion doit avoir été celle par laquelle on entrait, fût-ce avec des droits encore restreints, dans le concert de la vie publique, dans le monde « officiel » dont Hermodôros avait été la victime. — Au contraire, ἡβηδόν doit être entendu au sens de la puberté physiologique chez les auteurs qui évoquent des massacres de populations : Diod., III, 54, 4 ; XII, 55, 8 ; 76, 3 ; Denys D'halic, Antiq. rom., II, 16, 1 ; Philon, Vie de Moïse, I, 167 ; II, 172 ; Anonyme, ap. Suid., s. v. (n° 17 Adler) ; ap. [Zonaras], s. v. (972 Tittmann). (Toὺs ἡβῶντας correspond à cet ἡβηδόν chez Dion Cassius, XLII, 46, 3.) Dans leur colère, conquérants ou justiciers n'allaient pas s'embarrasser de registres : les ordres qu'ils donnaient aux exécuteurs concernaient tous les individus mâles aptes à procréer, facilement séparables, primo aspectu, des τέκνα (ou, dans un sens restreint, παῖδες), que l'on réduisait en esclavage avec les femmes (Diod., H. II.). — En deux passages de Lucien, deux grincheux, respectivement Héraclite et Timon (Sectes à l'encan, 14 ; Timon, 37), exposent que leur désir est de voir tout le monde « aller geindre ailleurs », πάντας ἡβηδòν οίμώζειν. Ils prônent ainsi une généralisation de l'affliction qui est le fond de leur nature, tout en indiquant (car telle est la valeur d'οίμώζω en attique familier) qu'ils envoient les gens paῖtre. Qu'entend Lucien par' ἡβηδόν ? Peut-être simplement l'ensemble des « grandes personnes », les enfants échappant seuls à la malédiction. Mais une parodie du langage officiel n'est pas moins vraisemblable : Timon comme Heraclite (surtout si Lucien a connu Héracl., l. l.) diraient alors leur fait, en quelque sorte, à « tous les individus légalement pubères ». — Dans Hdt., I, 172, est décrit un cortège religieux auquel prirent part, un jour, ἂπαντες Καύ-νιοι ἠβηδόν, τύπτοντες δόρασι τòν ἠέρα... Les Lexiques d'Hérodote (Version A, II, p. 452, 1. 46 Stein ; Version Β, II, p. 466,1. 3) interprètent à tort « μετ ισχύος, μετ ἀκολασίας » (bis μετ’ Β). De même Suid., s. ν. ἠβηδόν (η°18 Adler) : μετ ασχύνης, μετά κορασίας. Comme il est dit peu auparavant que le peuple en question pratiquait des beuveries en commun, on aura pensé à ἡβάν · .. .εύωχεῖσθαι, μεθύσκεσθαι (ita Hsch. ; cf. Anacr., 70, 2 Diehl2 ; Schol. Aristoph., Guêpes, 855) et à ἤβη ... ἀκολασία (ita Hsch.). L'autre sens proposé, μετ' ἰσχύος, a sans doute été déduit de la présence du participe τύπποντες, qu'on liait indûment à ἡβηδόν : « frappant avec vigueur » (puisque l' ἤβη est l'âge de la force !). L'explication propre à Suidas résulte d'une corruption de Metaicxyoc, lu machinalement Metaicxynhc sous l'influence de l'idée que contenait μετ ἀκολασίας : celle d'un manque de retenue. Selon Hérodote, les Cauniens étaient en armes (ένδύντες τἀ ὅπλα). Il y a donc lieu de penser à un groupe défini avec précision vers le bas : ces Barbares, en effet, ne pouvaient pas s'être abstenus de déterminer le moment à partir duquel les adolescents, chez eux, participeraient à la vie militaire. La même observation vaut pour les armées ennemies du peuple hébreu dont Philon raconte, dans sa Vie de Moïse (I, 218 ; 261), l'extermination ἡβηδόν.

60 Il est exclu, par tout ce que l'on sait des démocraties grecques, que les citoyens les plus vieux n'y aient pas bénéficié d'une faveur accordée aux plus jeunes. Néanmoins, si l'on désire un texte sur quoi se fonder pour admettre qu' ὀpxiδόν couvrait les classes d'âge 16-100+, on pourra faire état de ce que les lexicographes ont dit d'ἡβηδόν sur la foi de leurs sources anciennes (notamment Aristophane de Byzance περὶ ὀνομασίας ἡλικιῶν ?). On lit dans l'Etymologicum Magnum (417, 48) ‘Hβηδόν, ἀθρόον ὅρα καθ’ ή ἡλικίαν, ἢ κατὰ νεότητα ἡβῶντας, ς τὰς στρατείας (-τιάς ?)- Cette glose fait le départ entre deux valeurs de l'adverbe. Elle signifie apparemment qu'il pouvait s'appliquer : 1° « sans exception, à tous les êtres en âge (de puberté) » ; 2° « à des hommes possédant la vigueur de la jeunesse, comme c'est le cas dans les expéditions (les armées ?) ». Le deuxième emploi convient au passage d'hérodote sur les Cauniens (I, 172) et, mieux encore, aux deux endroits de Philon (Vie de Moïse, I, 218 ; 261) qui traitent d'ennemis exterminés par les Hébreux. Il fait penser à l'usage lacédémonien — mais non athénien — de désigner les classes d'âge mobilisables par la locution άφ' ἤβης précédée d'un nom de nombre cardinal (type τὰ δέκα ἀφ' ἤβης, cf. Xén., Hell., II, 4, 32 ; III, 4, 23 ; V, 4, 13 ; VI, 4, 17, l'ἤβη lacédé-monienne étant ici 20 ans, et non 18, comme l'ont écrit par erreur Liddell-Scott-Jones, Gr.-Engl. Lex.,s. v. : cf. [Th.] Thalheim, art. Hebe, dans R.E., VII, 2 [1912], col. 2583). En revanche, là où il ne s'agissait pas de recrutement militaire, l'Etymologicum Magnum indique bien que la jeunesse physique n'était pas en cause, mais seulement le fait d'avoir dépassé l’ἡλικία ἡβητική. Que ce fût l'âge variable de la puberté physiologique (comme dans les massacres de population) ou l'âge fixe de la puberté légale (comme pour le deuil national de Milet [Hdt., VI, 21], comme pour la regrettable décision des Éphésiens [Héracl., 121 Diels6-Kranz]), les vieillards étaient alors compris dans le groupe total et compact (ἀθρόον ὅρα) qu'évoquait ἡβηδóν. — Sont à rapprocher de l'Etymologicum Magnum, mais avec moins de netteté dans la rédaction : Phot., Lex., s. υ. ἡβηδóν, Suid., id., n° 17 Adler (les mss donnent ici καθ' ἡλικίας, qui pourrait s'interpréter « par classes d'âge », « classe après classe », sans que la glose change de valeur pour autant ; mais il y a -κίαν ailleurs et, dans l'Etym. M., une correspondance avec κατὰ νεότητα.) Trop vagues : Suid., s. v., n° 18 Adler (σὺν πάση ἡλικία [entendre : άφ' ἤβης]) ; Eust., 1524. 34 (...ἡβηδóν ἀνελεῖν, ἀντί τον κατά ἢβην, ὅ ἐστί πάντας τοὺς ἡβῶντας).

61 En certains cas, la qualité de παῖδες, ordinairement propre aux impubères, pouvait encore être reconnue à des adolescents de 16 ou de 17 ans. On remarquera notamment une formule employée à propos des individus que l'assemblée du dème refusait d'inscrire εἰς τοὺς δημότας (on trouve ailleurs εἰς ἄνδάρας) parce qu'ils ne remplissaient pas les conditions d'âge voulues : « ils retournent » dit Aristote « dans la catégorie des enfants », άπόρχονται πάλιν εἰς παῖδας (Constit. d'Ath., 42, 1). Plus loin, le même auteur désigne par τοῖς παισί (56, 7) les garçons en tutelle, lesquels, on le sait, demeuraient sous l'autorité de leurs ἐπίτροποι jusqu'à 18 ans révolus.

62 Cf. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 900, n. 4 (sub f.) ; 965 ; 967 /968.

63 Arstt., Constit. d'Ath., 19, 6 ; 21, I. Cf., notamment : T. J. Cadoux, The Athenian Archonts from Kreon to Hypsichides, dans J. H. S., 68 (1948), p. 112-114.

64 Arstt., o. l., 13, 5.

65 Schol. V à Aristoph., Guêpes, 718 [ξενίας φεύγων] : Τοιούτóν ἐστί, παρόσον v τaῖs διανομαῖς τῶν πυρῶν ἐξητάζοντο πικρῶς οἴ τε πολῖται καὶ μή.... Cf. Busolt-Swoboda, ο.l., II (1926), ρ. 900, n. 4·

66 Comme ont voulu le faire G. Busolt (Griech. Gesch.2, II [1895], p. 310, n. 2 ; 416) et G. De Sanctis (‘Aτθίς ...2, 1912, p. 337).

67 Arstt., Polit., III, 1275 b 37. Cf. Constit. d'Ath., 21, 2 ; 4.

68 Hdt., V, 70 ; 72.

69 Ibid. — L'assimilation de l'expulsion au δοαψηφισμòς a été préconisée par U. v. Wilamowitz (Arist. u. Ath., 1893, I, p. 31). G. Glotz - R. Cohen la rejettent avec raison (Hist. gr., I [1925], p. 467, n. 201).

70 Arstt., Constit. d'Ath., 13, 4-5, à mettre en rapport avec 20, 2-3.

71 Wilamowitz est d'accord là-dessus (ο. l., II, p. 276).

72 Dans cet ordre d'idées, il convient de remarquer que la formule ἐπὶ διετὲς ἡβῆσαι peut avoir existé avant la réforme démocratique avec une valeur différente de celle que Clisthène lui donna. En fixant la majorité à 18 ans révolus, il exigeait que l'on eût « depuis deux ans », en principe, la puberté légale. Mais avant lui, la majorité à 16 ans était peut-être définie comme postérieure de deux ans à l'âge (moyen) de la puberté physiologique. Ne perdons pas de vue qu'il existe un témoignage de Solon, fixant cette puberté à 14 ans (19, 3-4 Diehl3-Beutler).

73 Cf. p. ex. Glotz-Cohen, o. l, I (1925), p. 471, 476. Plus généralement : Busolt-Swoboda, o. l., II (1926), p. 886-887.

74 HDX., III, 57.

75 Ch. T. Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage..., 1924, p. 105-109.

76 K. Regling a approuvé Seltman d'avoir expliqué et daté la double émission en fonction du passage hérodotéen ; or, pour sa part, il l'avait toujours placée après la deuxième guerre médique (c. r. de l'ouvrage dans Philol. Woch., 45 [1925], col. 221). Depuis, de nouveaux arguments ont été présentés en faveur d'une frappe commémorative, mais ils ne me semblent pas devoir prévaloir contre la thèse de Seltman. La chouette qui figure de face sur les décadrachmes, et qui rappellerait la chouette ominale de Salamine (γραῦξ διαπετομένη), n'est pas vue en plein vol comme le prétend J. H. Jongkees (Notes on the Coinage of Athens, dans Mnemos., 3e série, 12 [1944], p. III) : à preuve la position de ses ailes (ouvertes en éventail, mais non déployées à l'horizontale) et celle de ses pattes (fermement tendues, au lieu d'être repliées). Quant au « croissant » gravé sur les tétradrachmes contemporains, l'interprétation en demeure extrêmement douteuse, malgré l'ingénieuse théorie élaborée par H. Sorge pour l'identifier avec la lune que purent voir les combattants de Salamine (Der Mond auf den Münzen von Athen, dans Jahrb. f. Numism. u. Geldgesch., 2 [1950/51], p. 10-13). D'ailleurs, pourquoi le croissant est-il absent des décadrachmes, où l'on aurait pu le faire plus grand, d'un dessin plus net et plus évocateur ? Il est difficile de concéder à Sorge que les tétradrachmes commémoraient Salamine, les décadrachmes (et les didrachmes) seulement Platées.

77 Au commencement de la guerre du Péloponnèse, l'impressionnante réserve de l'Acropole consistait, pour une bonne part, en argent non monnayé. Et, durant les opérations militaires, c'est de l’ἄσημον ἀργύριον qu'Égeste fournit aux Athéniens, en vue de l'expédition de Sicile. Voir Thuc, II, 13, 4 ; VI, 8, I.

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search