Version classiqueVersion mobile

La Loi navale de Thémistocle

 | 
Jules Labarbe

Première partie. La nature, les arrière-plans et les conséquences de la loi navale

Chapitre premier. Les revenus des mines d’argent et le nombre des navires en cause

Texte intégral

  • 1 J’omets à dessein l’adverbe ὀρχιδόν, qui fera plus loin l’objet d’une discussion suivie.

1Avant que Thémistocle n’entrât en scène, les Athéniens, selon Hérodote, « allaient toucher chacun dix drachmes1 ». Mais « il leur persuada de se construire, avec cet argent, deux cents navires de guerre ». Le chiffre 200 est confirmé par Justin, dans un contexte de caractère très général.

2Pour Aristote comme pour Polyen, dont le récit est semblable à ce qu’on lit dans la Constitution d’Athènes, l’État aurait disposé de 100 talents. Thémistocle, racontent-ils, conseilla de prêter un talent à chacun des cent Athéniens les plus riches. Que sa suggestion fût agréée, et les cent talents seraient portés au compte public ; sinon, on recouvrerait les sommes sur les citoyens qui les auraient reçues. Il obtint l’argent à cette condition et fit Construire cent trières, « chacun des cent en construisant une ».

3Ni Plutarque, ni Cornelius Nepos, ni Libanios, ne parlent du stratagème, mais ils enregistrent, eux aussi, l’exécution d’un programme naval de 100 unités (ἑκατòν τριήρεις, classis centuni nauium, τριήρεις ἑκατόν). Quant à Thucydide, à Aelius Aristide, au pseudo-Nicolas de Myra, ils ne fournissent aucune précision arithmétique.

4100 ou 200 navires ? 100 ou 200 talents ? A première vue, on se trouve devant deux classes de témoignages inconciliables. Aussi l’effort des critiques a-t-il surtout tendu, jusqu’ici, à jeter le discrédit sur une partie de la tradition.

  • 2 C. Fr. Lehmann-Haupt, Griech. Gesch., ap. A. Gercke-E. Norden, Einl. in die Altertumswiss.1, III ( (...)
  • 3 L. Holzapfel, Plutarchs bericht ùb. d. bergwerksgesetz des Them., dans Philol., 42 (1884), p. 585  (...)
  • 4 G. De Sanctis, Ἀτθίς. Storia della repubblica ateniese...2, Turin, 1912, p. 377, η. 1 ; A. Momigli (...)

5La majorité accordent leur préférence au chiffre de 100 trières. Ou bien ils négligent simplement l’autre, soit qu’ils l’aient perdu de vue, soit qu’ils le jugent indigne de discussion2 ; ou bien ils tâchent d’établir que le lancement d’une centaine de vaisseaux suffit à rendre compte de la puissance attribuable, pour 480 avant J.-C, à la flotte militaire athénienne. Dans ce dernier cas, ils raisonnent de deux manières. Tantôt ils se contentent d’alléguer les navires qu’Athènes possédait déjà lors de sa lutte contre Égine et ceux qu’elle peut avoir construits hors du cadre de la loi navale3. Tantôt ils mettent l’accent sur une prétendue possibilité d’identifier le chiffre 100 avec deux autres données numériques : avec les 110 navires que Ctésias signale à Salamine et avec les 127 qui, d’après Hérodote, prirent position à l’Artémision4. Leur commune opinion, exprimée avec une netteté variable, est que le total de 200 bâtiments a été fautivement introduit dans la tradition relative à la loi, alors qu’il avait trait, présument-ils, aux seuls effectifs de la guerre contre Xerxès.

  • 5 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion dans l’ant., Paris, 1897 (Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, (...)

6Certains considèrent comme authentique la somme de 100 talents, sans s’intéresser à l’accroissement subi par la flotte. Ils ne mentionnent pas de somme plus élevée5.

  • 6 Ph.-Ε. Legrand, dans son éd. d’Hdt., VII (Paris, 1951), ad VII, 144, p. 149, n. 2 [sic, = n. 1]. P (...)
  • 7 Ainsi que l’a fait E. M. Walker (chap. Marathon, dans C. Α. H., IV [Cambridge, 1926], p. 265 et n. (...)
  • 8 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (Stuttgart, 1901), p. 358 [= IV, I5 (1954), p. 337, n. 1] ; H. (...)

7Le chiffre de 200 vaisseaux n’a guère eu de défenseurs. Tel érudit l’interprète comme un quantum désiré de bâtiments « en bon état de service », que les constructions navales auraient simplement permis de compléter6. D’aucuns l’acceptent en voyant dans le compte de moitié moindre une correction d’écrivains postérieurs à Hérodote. Mais ils ne se prononcent pas forcément pour l’achèvement de 200 unités nouvelles7. Volontiers, ils parlent d’un programme théorique, qu’Athènes n’aurait pas eu le temps de réaliser avant l’invasion perse : les conditions de cet empêchement, à les en croire, légitimeraient dans une certaine mesure l’émenda-tion ancienne8.

  • 9 E. Cavaignac, Études sur l’hist. financ. d’Ath. au ve s. Le Trésor d’Ath. de 480 à 404, Paris, 190 (...)
  • 10 H. Berve, Griech. Gesch., Fribourg Br., 1931-1933 (Gesch. der führenden Volker, IV et V), I, p. 23 (...)
  • 11 Ad. Bauer, Themistokles, Mersebourg, 1881, p. 164 (acceptant une suggestion de K. W. Krüger). Cf. (...)
  • 12 R. W. Macan, dans son éd. d’Hdt., VII-IX (Londres, 1908), ad VII, 144, 1. 11.

8Il y a là un essai de conciliation. D’autres sont à mentionner, qui portent sur l’argent disponible, sur le contingent naval, ou sur les deux ensemble. On a supposé que les revenus, bien qu’ayant atteint 200 talents, s’étaient réduits à 100, une fois qu’on eut fait la part des dieux et prélevé les crédits nécessaires aux dépenses courantes de l’État9. On a également avancé l’hypothèse inverse : le produit des mines aurait été grossi par des « contributions de riches Athéniens », jusqu’à permettre la formation de cette importante marine de guerre qu’Athènes avait acquise à la veille de l’invasion perse10. On n’a même pas reculé devant des solutions radicales : le mot διηκοσίας a été tenu pour une glose dont il faudrait purger le texte d’Hérodote11 ou pour une leçon fautive à corriger en ἑκατόν12.

  • 13 U. Wilcken, Griech. Gesch.1, Munich, 1951, p. 148 (« etwa 180 »). Cf. Berve, l. I. — Il n’est pas (...)
  • 14 H. Stein, dans sa 5e éd. d’Hdt., VII (Berlin, 1889), ad VII, 144 ; H. Francotte, L’industrie dans (...)

9Comme si la rivalité des chiffres 100 et 200 n’était pas assez gênante, plusieurs modernes ont fait intervenir d’autres valeurs arithmétiques. Par exemple, ils ont ramené de 200 à 180 — mais sans refuser au lecteur la latitude de croire la première donnée arrondie par excès — le total des trières effectivement construites : c’est que, des 200 bâtiments attestés pour l’Artémision, 20 doivent être soustraits, à leur sens, qui représentent par exemple l’ancien emprunt d’Athènes à Corinthe13. Ils ont aussi tablé sur le nombre de 30 000 citoyens qu’Hérodote, selon eux, assigne aux années 499 et 480, et, l’employant comme multiplicateur de la part individuelle de 10 drachmes, ils ont abouti à un revenu minier de 300 000 drachmes, c’est-à-dire de 50 talents. Et de juger qu’il n’y avait pas assez là-dedans pour la flotte nouvelle. Hérodote aurait transporté à l’époque de la loi navale un chiffre de rendement valable seulement pour son époque14.

  • 15 [E.] Orth, art. Bergbau, dans if. E., suppl. IV (1924), col. 151. Cf. Schönbauer, l. l.

10Mieux encore : à partir d’une population de 20 000 citoyens, attestée dans la littérature pour des périodes autres que les guerres médiques, un calcul a été fait qui met en avant un produit de 200 000 drachmes ou 33 talents15.

  • 16 Pas de chiffres : U. Köhler, Die Halle der Athener in Delphi, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891 (...)

11Enfin, plusieurs savants ont commenté la loi navale sans s’arrêter à aucune des quantités litigieuses16.

12Voilà l’état de la question. Devant une telle débauche d’arguments contradictoires, où la subjectivité se donne libre jeu, — encore ai-je dû, pour opérer un classement, renoncer à marquer des nuances secondaires, — la seule méthode possible est d’analyser les textes anciens pour son compte, et sans idée préconçue.

  • 17 Ad. Bauer a fourni un exemple de la faute à ne pas commettre — en un temps où le texte de la Const (...)

13Constatons qu’on a régulièrement fermé les yeux au premier point dont il fallait s’aviser : savoir, que les auteurs chez qui les revenus sont mentionnés en toutes lettres ne leur attribuent pas une origine identique. Hérodote appelle les mines τὰ ἀπò Λαυρείου, Aristote τὰ ἐv Μαρώνεἰᾳ ; Plutarque évoque τὴν Λαυρεωτικὴν πρόσοδον et Libanios τὰ ἐκ Λαυρίου χρήματα ; Cornélius Nepos dit ex metallis, cependant que Polyen emploie l’expression ἐκ τῶν ἀργυρείων. Le cinquième et le sixième de ces témoins restent dans le vague. Chez les autres figurent deux noms, Laurion et Maronée, dont la portée géographique n’est pas évidente de prime abord. Certes, tous deux nous renvoient à la même région minière. Car ce serait une erreur de croire que, par « Maronée », Aristote entende la ville thrace : il s’agit ici de Maronée d’Attique, un endroit réputé pour ses gisements argentifères, — gloire traditionnelle du « Laurion », — comme le prouvent, outre un passage de Démosthène, plusieurs gloses que l’épigraphie a récemment confirmées17. Mais quelle relation existe-t-il, au juste, entre les surfaces désignées par les toponymes rivaux ?

  • 18 Pour une démonstration, voir Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 137-138. Les autres (...)
  • 19 Pour l’étude topographique qui suit, le lecteur est prié de se reporter à la carte de la p. 27. El (...)

14Les savants qui se sont interrogés là-dessus ne prétendaient qu’à expliquer le moins connu des deux ; ils ne se sont pas souciés de comparer ensuite les témoignages relatifs à la loi navale. S’ils ont vu clair en contestant que Laurion et Maronée aient jamais pu avoir la même signification, des réserves s’imposent, cependant, quant à leur façon d’accepter, entre ces lieux, de simples rapports de tout à partie18. A la lumière de la documentation actuelle, la réalité apparaît plus complexe19.

  • 20 Ardaillon (ο. I., p. 214-215) et Kock (art. Laurion, dans R. E., XII, 1 [1924], col. 1024) n’ont d (...)

15Il résulte d’un examen des sources où l’on trouve Λaύρειov (-ρεov, -ριov) que les anciens appelaient ainsi des aires d’une extension très inégale : d’une part, une région, qui embrassait toutes les mines d’argent, ainsi que toutes les installations de surface auxquelles elles avaient donné naissance, d’autre part un district, qui avait pour centre de peuplement une localité homonyme. Les sens restreints ne sont pas moins assurés que l’autre : ils se manifestent surtout dans des inscriptions attiques, dans des tables de polètes (de 367 à 300 environ) qui, cataloguant des concessions minières avec leurs positions et leurs limites respectives, en situent certaines ἐπì Λαυρείωι,, tout comme elles indiquent ailleurs des emplacements ἐπì Σουνίωι, Θορικοῖ, Βήσησι..., etc.20.

  • 21 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 214 (et la carte h. t. d’E. Létot) ; art. Metalla(...)
  • 22 Notamment — voir la carte p. 27 — les repères donnés par rapport à Thorikos. La position de ce der (...)

16On a généralement admis que le bourg dénommé Λaύpειov s’élevait à peu près à l’endroit où l’on trouve aujourd’hui celui de Lavrion (Ergastiria)21. Les repères qu’ont apportés les documents épigraphiques mis au jour témoignent que cette identification a toutes les chances d’être correcte22.

  • 23 Ardaillon, ο. I., p. 136, 215.
  • 24 Xén., Revenus, 4, 3 : oὐδὲ μὴν ὁ ἀργυρώδης τόπος εἰς μεῖόν τι συατελλόμενος, ἀλλ’ ἀεὶ ἐπὶ πλεῖον ἐ (...)
  • 25 U. Kahrstedt (Staatsgebiet..., 1934, p. 30, n. 3) croit que la langue officielle, à l’occasion, co (...)
  • 26 [E.] Orth, dans R. E., suppl. IV (1924), col. 151 ; G. P. Marinos - W. E. Pe-Traschek, Λaύpιov, At (...)

17L’existence d’une même désignation Λaύρειov pour l’ensemble et pour une fraction des terrains argentifères ne se conçoit que comme le résultat d’un glissement sémantique. Est-ce l’application au district (et au bourg) qui doit être tenue pour secondaire ? On pourrait le croire si le territoire du district avait notoirement pris à lui seul, à dater d’une certaine époque, les traits essentiels de la région ; s’il en avait drainé presque toute l’activité industrielle ; si sa production avait été de nature à faire quasiment oublier celle des lieux circonvoisins. Mais les parages d’Ergastiria ne répondent pas à ces exigences ; ils ne se présentent nullement — en ce qui concerne la structure géologique, les restes de travaux, les ruines de bâtiments — comme une γῆ Λανρεωτικὴ d’une qualité ou d’une importance supérieure. En revanche, les études archéologiques d’Ardaillon ont montré que, dans l’arête montagneuse étirée du cap Sounion à Ovrio Kastro, c’est justement le secteur de la pente orientale le plus proche d’Ergastiria qui doit avoir servi de point de départ à l’exploitation rationnelle des gisements23. La marche de l’évolution est donc claire, et bien conforme à l’idée que s’en fait Xénophon lorsque, parlant de la région productrice d’argent, il la décrit comme apte, non point à se resserrer, mais à augmenter sans cesse de superficie24. Les travaux d’extraction avaient commencé dans le district du Laurion. Quand le réseau des galeries le déborda et atteignit d’autres lieux, l’usage quotidien les désigna collectivement par le nom qui avait été celui du premier complexe et qui continuait de lui être réservé dans la langue officielle25. Ainsi, le Laurion au sens large est à imaginer comme un territoire qui s’est accru avec le temps — jusqu’à compter finalement vingt mille hectares26 — et dont la variabilité s’oppose à la fixité du Laurion primitif, aire administrative bornée une fois pour toutes.

  • 27 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 130-134. — Sur la haute antiquité de cette exploi (...)
  • 28 Hdt., I, 64 ; Thuc, VI, 54, 5 ; Ardaillon, ο. I., p. 134-136 ; P. N. Ure, The Origin of Tyranny, 1 (...)

18Cette aire, géologiquement, appartenait au premier contact, au premier plan de rencontre du schiste et du calcaire. Sa mise en valeur ne commença pas avant la seconde moitié du vie siècle : jusque-là, les mineurs occasionnels s’étaient contentés de grappiller, ou de creuser quelques cavités grossières27. Le mérite d’avoir inauguré les recherches méthodiques revient à Pisistrate et à ses fils ; elles furent assez fructueuses, semble-t-il, pour renforcer leur position financière, voire pour les aider à renforcer leur autorité28.

  • 29 Partout où il apparaît, le nom Μαρώνεια doit ou peut désigner le district. Plutôt que de voir dans (...)
  • 30 Voir p. 26, n. 3 (p. 28).
  • 31 Propriétés de Maronée qui appartenaient à des particuliers et sous lesquelles étaient établies des (...)
  • 32 Selon U. Kahrstedt [Staatsgebiet..., 1934, p. 25-31), le Laurion au sens restreint aurait été un d (...)

19C’est en dehors du Laurion proprement dit qu’il faut localiser le district de Μαρώνεια, où se trouvait une petite agglomération de nom identique ou similaire29. Les inscriptions, en effet, ne présentent nulle part d’indication double ἐπὶ Λαυρείωι ἐv Maρωvεíaι, ou l’ordre inverse, donnant à penser que Maronée aurait été un secteur particulier du Laurion stricto sensu ou l’aurait enfermé dans ses propres limites30. D’autre part, les mines des deux endroits ne sont pas définies de la même manière : l’emplacement des « maro-néennes » est régulièrement précisé par la mention de terrains privés (ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/​wiki/​%CE%A6η τοῦ δεῖνα) sous lesquels les concessionnaires pouvaient travailler, alors que ce n’est jamais le cas ἐπὶ Λανρείωι31. Le fait ne correspond pas forcément à une différence de statut ; du moins suggère-t-il que la surface du sol, d’ici là, changeait sensiblement de caractère32.

  • 33 La donnée en question concerne le port Panormos. C’était celui qu’on appelle aujourd’hui Gaïdourom (...)
  • 34 La route de Thrasymos à Thorikos constituait, dans le district de Thorikos, une borne méridionale (...)
  • 35 Dans le Contre Pantainétos (37) de Démosthène, un même chantier, cité deux fois, l’est d’abord com (...)
  • 36 Sur le troisième contact, voir Ardaillon, o., l., p. 18-19, 37-41, 136, 138-140 ; G. P. Marinos-W. (...)
  • 37 Ardaillon, ο. I., p. 17 et n. 3 ; p. 139.
  • 38 Ibid., p. 139-140.

20Extérieurs l’un à l’autre, les deux districts étaient attenants. Certaines données topographiques, dans les registres des polètes, mènent raisonnablement à cette conclusion. Il en est une d’où l’on peut tirer que la localité de Maronée se trouvait à 3 ou 4 km. à l’Ο.-S.-O. de Lavrion-Ergastiria33 ; les autres impliquent que Thrasymos était à 4 km. environ au N.-O. ou à l’Ο.-Ν.-Ο. du même lieu34. Or Thrasymos semble avoir été, au ive siècle, la partie septentrionale du district de Maronée35. Ce dernier occupait donc apparemment, sur le flanc occidental de la grande chaîne montagneuse, un territoire bordant le Laurion par l’ouest. Les gisements, de ce côté, ne sont pas de même espèce que vers Lavrion-Ergastiria : ils appartiennent, non pas au premier, mais au troisième contact, le mieux fourni en dépôts précieux. Ce contact profond était difficile à atteindre ; on ne put l’entamer qu’après avoir exploité le premier en étendue et d’une manière systématique, après avoir longuement perfectionné les moyens techniques et les méthodes de recherche36. Vu l’énormité de la masse métallifère qu’il offrait aux pionniers, vu l’exceptionnelle teneur en argent que révélaient ses produits37, nous ne pouvons douter qu’on ait salué sa découverte comme un grand événement. L’apparition des mines de Maronée, dispensatrices de richesses, prend ainsi une signification précise : elle doit avoir correspondu, ainsi que le fait ressortir Ardaillon38, à l’attaque d’une série entièrement nouvelle d’amas et de filons — la plus intéressante que renfermât la contrée.

21Jusqu’aux temps qui précédèrent immédiatement la guerre contre Xerxès, l’extraction fut limitée au premier contact. Concernait-elle d’autres terrains que le Laurion proprement dit ? Nous n’en avons pas le moindre signe. Il est vraisemblable, au contraire, que la démocratie s’employa d’abord à tirer un profit maximum du lieu qui avait été une source de revenus pour les Pisistratides. Les galeries maîtresses y étaient aménagées, les installations de surface n’y attendaient que d’être reprises ; inutile d’opérer ailleurs, à grands frais, aussi longtemps que le tréfonds auquel on accédait directement n’avait pas fait tout entier l’objet d’une exploration systématique. Le troisième contact a été attaqué à l’endroit où il était le plus rapproché de Lavrion-Ergastiria ; cette circonstance suggère, pour les premières années du ve siècle, une concentration des travaux dans les hauteurs qui avoisinent le bourg, des creusements systématiques jusqu’à la limite du Laurion stricto sensu, enfin un repérage de l’alternance, de l’épaisseur et de la direction des couches géologiques, menant finalement à la conclusion que, plus à l’ouest, sur le plateau et sur l’autre versant de la chaîne, à Maronée en un mot, un trésor souterrain attendait le pic du mineur.

  • 39 Ardaillon (Ο. I., p. 214-215) estime tardif l’emploi du nom Λύpειov, en tant qu’appliqué à l’ensem (...)

22Si l’on retourne maintenant aux textes qui concernent la loi navale, on les verra d’un œil neuf. La faute initiale commise par la critique a été d’assimiler les 100 trières de Plutarque aux 100 trières d’Aristote. On doit abandonner l’idée que, chez ces auteurs, le revenu du Laurion et le revenu de Maronée seraient une seule et même chose. Il s’agit, dans un cas, de la somme qu’avait donnée le district ancien et, dans l’autre, de celle que l’État, continuant à user de son droit régalien, venait de retirer pour la première fois d’un district nouveau. Force est d’admettre qu’Aristote et Plutarque ont eu en vue des groupes de gisements entièrement distincts, dont les produits ne se confondent pas, mais sont à additionner. Du coup, le chiffre de 200 navires devient clair. En parlant du Laurion, Hérodote, contrairement à Plutarque, a donné au nom sa valeur la plus large : il s’est référé à toutes les mines en activité, aussi bien aux nouvelles galeries de Maronée qu’à celles qui dépendaient de l’ancienne exploitation pisistratique39.

  • 40 Leurs narrations sont si proches l’une de l’autre que Th. Bergk (dans Rh. Mus., nouv. série, 36 [1 (...)
  • 41 Sur Éphore source de Cornelius Nepos, voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 625-626 ; 626 (...)
  • 42 Selon [R.] Foerster et [K.] Munscher (art. Libanios, dans R.E., XII, 2 [1925], col. 2511), les Déc (...)
  • 43 Hérodote était une des sources de l’auteur grec utilisé par Trogue-Pompée : Busolt, l. l., p. 625  (...)

23L’interprétation proposée convient aux données numériques des autres témoins. Polyen, qui indique 100 talents et 100 trières, est indubitablement en rapport de source avec Aristote40 : il ne connaissait que la somme provenant de Maronée. Cornelius Nepos (100 navires) a maint point de contact avec Plutarque, car il s’est, comme lui, souvent inspiré d’Éphore41 : il reflète donc la tradition relative au Laurion proprement dit. Le cas de Libanios est semblable, mais encore plus clair, le rhéteur ayant écrit ἐκ Λαυρίου42. Quant à Justin, abréviateur de Trogue-Pompée, sa parenté avec Hérodote est trop bien établie43 pour que son chiffre de 200 navires ne corresponde pas à la donnée financière et topographique fournie par l’historien d’Halicarnasse.

  • 44 Selon Hérodote (III, 57), les Siphniens avaient pris l’habitude de se partager les revenus annuels (...)

24Notre information est triple : les auteurs anciens ont enregistré tantôt le total des revenus, tantôt le premier composant, tantôt le second. Ce point une fois reconnu, on abordera la question de savoir si, antérieurement à la loi navale, il était ordinaire de répartir entre les citoyens les profits que l’État réalisait sur les mines. Faut-il admettre pour Athènes une pratique analogue à celle qui régnait à Siphnos avant 52444 ?

  • 45 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 357 [= IV, I5 (1954), p. 336] ; G. De Sanctis, ‘ATB (...)
  • 46 H. Stein, dans sa 5= éd. d’Hdt., VII (1889), ad VII, 144.
  • 47 Ch. [T.] Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage..., 1924, p. 106-107 ; Greek Coins, 1933 (2e éd. 1 (...)
  • 48 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 198 ; H. Francotte, L’ind. dans la Gr. anc, II (1 (...)
  • 49 U. Kahrstedt, dans R.E., V A, 2 (1934), col- 1689 ; Staatsgebiet..., 1934, p. 50, n. 1.
  • 50 Tel G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 649, n. 2.

25Les modernes, ici encore, ont toute une gamme d’opinions. On les voit opter pour un usage ferme et régulier45 ; limiter cet usage, soit à quelques circonstances exceptionnelles46, soit aux trois ou quatre années d’avant la loi navale47 ; traiter la διανομή comme si elle n’avait jamais été effective48 ; en nier la possibilité49. Parfois, ils se bornent à constater le désaccord des témoins50.

  • 51 Busolt (l. l., p. 626, n. 1) estime que l’expression largitione magistratuum trahit « l’imaginatio (...)

26Ceux-ci, en effet, sont divisés. Plutarque et Cornélius Nepos indiquent, en toutes lettres, une habitude dont bénéficiait la masse : le premier emploie l’expression ἔθoς ἐχόντων διανέμεσθαι, et le second précise que « le revenu se perdait chaque année dans une libéralité des magistrats » (cum pecunia -publica... largitione magis-tratuum quotannis interiret)51. Au contraire, Aristote ne fait aucune allusion à des partages antérieurs : selon lui, Thémistocle aurait agi « alors que certains conseillaient au peuple de distribuer l’argent » (συμβουλευόντων τινῶν τῷ δήμῳ διανείμσθαι τò ἀργύριον).

  • 52 Cf. V. Ehrenberg, Ost und West, 1935, p. 225 (à propos de παυσαμένους) : es kann und muss hier bed (...)

27La tradition implique deux procédés. Tantôt Thémistocle passe pour s’être opposé à une pure suggestion, pour avoir résisté à une innovation qu’il jugeait contraire aux véritables intérêts de la cité ; tantôt on nous assure qu’il dut combattre un système implanté dans l’État. Je ne vois là aucune contradiction. Les deux auteurs qui signalent une coutume sont justement de ceux qui nous renvoient au Laurion originel ; celui qui évoque un projet de répartition n’a considéré que Maronée, district exploité de fraîche date. Mais Hérodote ? Il ne fait mention ni d’une habitude ni d’une proposition estimée désavantageuse. Il indique simplement qu’on dut renoncer à se partager l’argent : τῆς διαιρέσιος ταύτης παυσαμένους. Le choix du verbe semble prouver que lui-même ou du moins sa source avait conscience de la façon dont les choses s’étaient passées. Car si παύομαι se dit normalement de celui qui abandonne une action déjà engagée, il arrive qu’on l’emploie pour marquer l’abstention, le fait de se détourner d’une action à laquelle on songeait ou à laquelle on se préparait52. C’était le mot juste dès que l’on envisageait le revenu des mines dans sa totalité : exact pour le district du Laurion, pour la cessation effective de la διαίρεσς habituelle, il convenait aussi pour le nouveau district, pour la distribution extraordinaire, supprimée alors qu’elle était seulement à l’état de projet.

28Voyons les autres témoignages relatifs à d’éventuels antécédents. Quand Polyen, en rapport de source avec Aristote, déclare que Thémistocle « empêcha un partage » (μελλόντων Ἀθηναίων... διανέμεσθαι κωλύσας), on ne voit pas qu’il ait été informé d’autre chose que des espoirs éveillés par l’exploitation de Maronée. Libanios, en faisant dire à Néoclès que la construction de la flotte « prit la place d’un partage » (ἀvrὶ τοῦ νέμεσθαι) peut très bien marquer la cessation d’une coutume et ne s’éloigne pas des auteurs — Plutarque et Nepos — dans le sillage de qui nous l’avons placé précédemment.

  • 53 Cf. Ad. Bauer, Themistokles, 1881, p. 145-147 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 630.
  • 54 Bauer, ο. I., p. 148-151 ; Busolt, Ζ. I.
  • 55 Aristide : μόνος τῶν πάντων ἐτόλμηαεν ἀντειπεῖν. Plutarque : μόνος εἰπεῖχ ἐτόλμησε παρελθὼν εἰς τò (...)
  • 56 Aristide : ταῦτα μελλόντων εἰκῇ νέμεσθαι. Nepos : cum pecunia publica... largitione... interiret.

29C’est encore du côté de Plutarque et de Nepos que se range Aelius Aristide. Certes, il assigne aux sommes dont il parle une origine vague (ἀπò τῶν ἔργων τῶν ἀργνρείων) qui pourrait correspondre à la région du Laurion : aussi bien compte-t-on Hérodote parmi les écrivains qu’il utilise à l’occasion53. Mais Nepos, qui a écrit ex metallis, ne renvoie qu’au district primitif. Un indice qu’il existe probablement une pareille limitation chez Aelius réside dans ses frappants rapports d’idée ou d’expression avec la tradition dérivée d’Éphore. Comme Plutarque, aux biographies de qui son œuvre s’apparente dans une longue série de passages54, il met en évidence l’audace dont Thémistocle fit preuve en s’opposant au sentiment général55 ; comme Nepos, il ne veut voir dans un argent partagé entre les citoyens qu’un argent perdu pour l’État56. L’expression qu’il a employée, τῆς διαδόσεων ὑπεριδεῖν, « faire fi de la distribution », n’est pas décisive en soi, mais rien ne s’oppose à ce qu’elle ait concerné, sans plus, le changement opéré dans l’affectation des revenus proprement lauréotiques.

  • 57 Les exemples de Progymnasmata auxquels appartient l’Éloge de Thémistocle semblent être l’œuvre, no (...)

30Il reste à signaler le pseudo-Nicolas. Cet auteur encore est apparenté à Nepos et fait partie du groupe qui ignore Maronée : qualifiant de « déraisonnable » (ἄλογον) le débours que Thémistocle « convertit » (μετθηκε) « en un utile effectif de vaisseaux » (εἰς τὴν τῶν νεῶν... χρείαν), il dénonce la futilité des distributions avec les mots mêmes, εικῇ νέμεσθαι, qu’on relève dans le texte d’Aelius Aristide57.

31Résumons-nous. De l’enquête menée ci-dessus il paraît ressortir que la loi navale réglait l’utilisation de deux capitaux d’égale valeur, mais de provenance différente :

32100 talents fournis par le district du Laurion, dont les produits avaient déjà servi à plusieurs distributions :

33100 talents fournis par le district de Maronée et propres, dans la pensée de certains Athéniens, à faire eux aussi l’objet d’une répartition générale.

  • 58 Cf. H. Bengtson, Thasos und Themistokles, dans Historia, 2 (1954), p. 485-486. Entre le siège que (...)

34Soit au total 200 talents, que Thémistocle employa à la construction de 200 trières (100 + 100), peut-être en s’inspirant d’un récent exemple des Thasiens58.

35La manière dont l’affectation fut réalisée mérite de retenir l’attention. Il faut expliquer une étrangeté de notre documentation : le fait que la majorité des auteurs auraient suivi des traditions partielles.

  • 59 Cf. U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 275 et n. 29 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1 (...)

36Celle qui a trait à Maronée comporte, on l’a vu, le récit d’une allocation aux cent Athéniens les plus riches et du stratagème auquel Thémistocle aurait recouru pour faire approuver à l’aveuglette cette allocation. Aristote et Polyen l’exposent en termes analogues : leur source principale, qu’ils doivent avoir utilisée indépendamment, était une Ἀτθίς, genre d’ouvrage qui verse souvent dans l’anecdote et exalte à plaisir les manifestations d’ingéniosité59.

  • 60 N’admettent pas le prêt : Wilamowitz, l. l, p. 275-276 ; G. De Sanctis, Άτθίς...2, 1912, p. 377, n (...)
  • 61 Quand il avait été condamné pour perte ou détérioration grave de son vaisseau. Car on l’astreignai (...)
  • 62 Cette garantie n’est pas contestable : elle transparaît dans le fait qu’on s’adressait aux πλουσιώ (...)

37Maint critique a contesté l’authenticité du prêt ou, tout au moins, des circonstances dans lesquelles il aurait été accordé60. Ce scepticisme ne me semble pas justifié. Assigner un navire de guerre à un particulier, seul responsable, c’est le principe même du système triérarchique, tel qu’on le trouve appliqué au ve siècle et durant une partie du ive. A l’époque archaïque, la flotte était l’affaire des naucraries, c’est-à-dire de groupes de citoyens soumis à des contributions — comme dans les symmories maritimes que l’on instaurera en 357 /6. Pourquoi refuser à Thémistocle un acte administratif que les textes nous invitent à lui attribuer : je veux dire, d’avoir individualisé pour la première fois, à dessein de gagner du temps, les fonctions qui consistaient à tenir un vaisseau prêt pour le service public ? Certes, le triérarque classique se borne à armer, entretenir, réparer le bâtiment dont il est le maître provisoire. Mais il n’en ressemble pas moins aux intermédiaires dont parlent Aristote et Polyen : n’était-il pas tenu de rendre, parfois à la place d’une simple coque munie de ses gros agrès, une trière en bon état de marche ? Il existe même un cas précis où il devait, lui aussi, faire office de constructeur61. Ne sous-estimons pas le rôle des cent citoyens riches : ils étaient contraints de se porter garants, à leurs risques et périls financiers, que leur νανττηγία serait réussie et qu’elle le serait en temps voulu62. Ainsi entendu, comme une ébauche du processus que l’on employa dans la suite pour la conservation de la flotte, l’arrangement contractuel que décrivent Aristote et Polyen a tous les caractères de la vraisemblance.

  • 63 Voir Hdt., VII, 173 (ἐστρατήγεε... Ἀθηναίων) ; VIII, 4 (τòν Ἀθηναίων οτρατηγόν). Une mention des p (...)
  • 64 D’après Plutarque, la chose se fit « quand le Mède, déjà, descendait à l’assaut de la Grèce » (Thé (...)
  • 65 De στρατηγòς ordinaire, et non avec pleins pouvoirs. Cf. Corn. Nepos, Milt., 4, 4 : Domi autem cré (...)
  • 66 Sur la nature et la genèse de cette erreur, voir infra, p. 48, n. 3. — A en croire plusieurs histo (...)

38Que penser de son mode de présentation ? Il faut avouer que la littérature historique des anciens connaît un peu trop d’occasions où Thémistocle aurait eu des ruses efficaces. Mais ce n’est pas une raison pour jeter le discrédit sur toutes ; par tempérament, pour peu qu’il y trouvât avantage, Thémistocle aimait sans doute à feindre ou à s’entourer de mystère. Polyen rapporte qu’il exposa son programme « au cours de la guerre contre Égine », ἐv τῷ πρòς Αἰγινητας πολέμῳ ; on verra plus loin que c’était trois ans avant la guerre contre Xerxès. Durant celle-ci, ses fonctions sont définies comme étant d’un stratège spécialement commissionné63. Or, s’il fut élevé au commandement suprême quand les Mèdes se dirigeaient vers la Grèce, c’est-à-dire au printemps 48064, rien ne prouve qu’il en ait été alors à son premier mandat de stratège. Même à défaut d’un renseignement positif, nous serions en droit de penser qu’on lui avait renouvelé un tel mandat, des reconductions successives ayant l’avantage d’expliquer l’immense crédit dont il jouit, dès le début des opérations, dans le domaine militaire. Mais Cornelius Nepos nous place au-delà d’une simple hypothèse : il affirme que, pendant la lutte d’Athènes contre Corcyre, occasion de son innovation en matière navale, Thémistocle avait reçu du peuple la charge de praetor — autrement dit, de στρατηγός65. L’erreur d’interprétation à la suite de laquelle l’auteur latin a écrit bello Corcyraeo pour bello Aeginetico ressortit à un mécanisme aisément démontable, et l’on ne voit pas pourquoi elle justifierait le rejet de la donnée connexe66.

  • 67 II est à peine besoin de rappeler quelle influence considérable un stratège possédait à Athènes, e (...)
  • 68 G. De Sanctis (Ἀτθίς··2, 1912, p. 377, n. 1) n’a pas saisi la portée de la ruse décrite par Aristo (...)
  • 69 Quand le Conseil siégeait à huis clos, le secret de ses séances était « pleinement respecté du peu (...)
  • 70 Pour l’Athènes du temps de Périclès, Plutarque a bien mis en évidence l’opulence qu’engendraient l (...)
  • 71 Polyen signale que les cent citoyens riches, dans la construction de leurs trières, furent « atten (...)

39Si c’est bien en qualité de stratège que Thémistocle présenta sa motion sur les revenus miniers, il n’y a aucune difficulté à ce que les choses se soient passées à peu près comme les rapportait l’Atthis. Chargé de mener les opérations contre Égine, il pouvait obtenir du Conseil, en séance secrète, que son initiative fût soumise, — sinon au Conseil lui-même, du moins à l’Ecclésie, — sous une forme enveloppée et vague, prétendument exigée par la situation extérieure67. En vérité, le détour qu’on lui attribue relève d’un sens politique trop subtil pour n’être que l’invention d’un écrivain épris de sensationnel. Une fois reconnus les préparatifs et l’humeur agressive des Perses, le problème de la défense athénienne se posait avec une urgence extrême. Mais il fallait convaincre le peuple. Lui annoncer, de but en blanc, pourquoi on allait le priver des gratifications dont certains flattaient son espérance et en remettre le montant total à quelques dizaines de pentacosiomédimnes, c’était s’exposer à des discussions interminables. La finesse de Thémistocle fut de commencer par demander l’argent. Sous condition. (Pour créer du définitif, le plus sûr, souvent, est de faire accepter du provisoire.) A la masse il donnait l’assurance que rien n’était accompli, que la somme « bloquée » pourrait toujours lui revenir ; aux riches il annonçait une liturgie, mais une liturgie d’apparence bénigne, puisqu’elle serait révocable en principe, et réduite à une simple administration de fonds baillés par l’État. Sitôt maître des revenus de Maronée, il put remettre de l’argent à des Athéniens choisis, leur expliquer leur tâche en les engageant à s’y adonner sur-le-champ et, cela fait, dévoiler publiquement ses intentions68 : en montrant à portée de main un éclatant avenir de puissance maritime, il obtenait un effet de surprise qu’il avait calculé. A l’exception de quelques esprits perspicaces et, sans doute, des bouleutes, — mais s’il avait dû les informer en détail, avant de parler à l’Ecclésie, ce n’avait été qu’en leur demandant le silence69, — qui aurait imaginé un programme d’une telle envergure ? Quand l’opposition se ressaisit, il était déjà trop tard. Au fur et à mesure que les coques de trières prenaient forme, Thémistocle ralliait nombre d’hésitants. Les industriels et les artisans avaient un intérêt certain à ce qu’on poursuivît l’effort de préparation militaire70. Quant aux riches qui assumaient la construction, trop heureux d’échapper à une contribution plus lourde, on imagine sans peine qu’ils aient usé de toute leur influence pour éviter que l’affaire, en ce qui regardait chacun d’eux, ne se soldât par une perte sèche correspondant aux frais déjà engagés71. Il ne dut pas falloir longtemps pour que se fermât la porte laissée ouverte, pour qu’il ne fût plus question, dans la majorité des esprits, d’un abandon des chantiers ni du recouvrement des cent talents.

  • 72 Sur la guerre avec Égine, voir infra, p. 172-174. — Selon Cornélius Nepos, Thémistocle aurait pris (...)
  • 73 Clisthène avait porté le nombre des naucraries de 48 à 50, pour l’adapter à la répartition en dix (...)

40Dans leurs témoignages sur le Laurion au sens restreint, Plutarque et Aelius Aristide précisent utilement la circonstance ἐv τῷ πρòς Αἰγινήτας πολίμῳ qui, indiquée par Polyen, trouve déjà un parallèle exact dans l’Aἰγινήταις πολεμοῦντας de Thucydide. Ils soulignent que Thémistocle, au lieu de parler du danger perse, invoqua les nécessités de la guerre avec Égine72 : c’était, on en conviendra, ajouter à l’habileté de son programme que d’en faire saillir le caractère actuel et que de refuser à Xerxès le bon prétexte d’une mesure ouvertement dirigée contre lui. Mais ils ne font pas la moindre allusion au système du prêt ni à des citoyens pourvus d’une tâche spéciale. Hérodote, qui embrasse l’ensemble de la région minière et qui, lui aussi, met en évidence l’opportunité du conflit éginétique, garde un silence tout pareil. L’argent provenant du district originel semble donc avoir été converti en navires par une voie différente de celle que nous connaissons pour Maronée. Si elle n’est pas définie, c’est probablement parce qu’elle avait moins heurté les habitudes. On peut croire que 100 talents furent remis aux 50 naucraries de Clisthène, à charge pour chacune de construire deux vaisseaux, au lieu du vaisseau unique que l’on exigeait jusque-là73.

  • 74 L’intérêt d’Éphore pour le socialisme d’État et les communautés égalitaires n’était pas moins vif (...)

41La loi navale doit avoir été double, comme l’origine des revenus qu’elle concernait. Si l’on se représente deux propositions, deux votes, et deux actes publiés en deux temps, on conçoit que divers auteurs anciens n’aient été informés qu’à moitié. Encore faut-il observer que la lacune dont souffrent leurs narrations n’est pas forcément le résultat d’une faute imputable à leurs guides. L’atthido-graphe qu’ont suivi Aristote et Polyen ne s’intéressait peut-être à la loi que dans la mesure où elle avait été stratagème, et en rapport direct avec la saisissante découverte de Maronée. Quant à Plutarque, à CornElius Nepos, à Aelius Aristide, à Libanios, au pseudoNicolas, il est plausible que leur source commune (Éphore) ait trouvé l’action de Thémistocle relatée dans un ouvrage qui n’avait pas trait à cet homme d’État, mais qui concernait, fondamentalement ou occasionnellement, l’évolution de certaines institutions athéniennes : si un chapitre de cet ouvrage était centré, par exemple, sur les modalités de la démocratie sociale, les distributions effectives de l’argent lauréotique et les circonstances dans lesquelles elles furent interrompues y trouvaient place sans allusion obligatoire aux libéralités dont Maronée avait été un instant prometteuse74. Seul Hérodote a conduit sa recherche historique avec assez de bonheur pour accéder à la version complète. Il ne spécifie pas que la construction des deux cents trières ait été entreprise en deux fois. Mais les phases que l’on a été amené à distinguer pouvaient s’être suivies d’assez près pour qu’on les confondît avec le recul du temps. La mesure relative à Maronée fut la première : les précautions dont Thémistocle l’entoura témoignent qu’il jouait là une partie nouvelle. Au reste, en bonne méthode, l’audacieux homme d’État qu’il était devait s’attaquer d’abord aux revenus extraordinaires, à ceux dont ses concitoyens accepteraient plus facilement l’abandon. C’était tout autre chose de leur enlever les produits du district originel, matière à des partages consacrés par la coutume. Mais dès que l’idée d’une marine puissante eut fait son chemin dans les esprits et obtenu un solide commencement de réalisation, la deuxième étape devenait assez facile à franchir. S’il accorda aux naucraries les cent talents du Laurion stricto sensu, Thémistocle tempéra adroitement, par le recours à un très ancien organisme, — d’ailleurs appelé à disparaître ensuite, — le tour de plus en plus révolutionnaire qu’il donnait à ses entreprises.

  • 75 P. ex. H. Francotte, Mélanges de droit public grec, Liège-Paris, 1910 (Bibl. Fac. Philos, et Lettr (...)
  • 76 Br. Keil, Griech. Staatsaltertümer, ap. A. Gercke-Ε. Norden, Einl. in die Altertumswiss.2, III (19 (...)
  • 77 Polyen : Ταῦτα μὲν ἒδo ξεv.
  • 78 Notamment : μόνος εἰπεῖv ἐτόλμησε (Plutarque), μόνος... ἐτόλμησεν ἀνταπεῖν (Aelius Aristide), oἱ π (...)

42Le terme de « loi navale » (lex nantica, Flottengesetz, naval law) est usuel, mais impropre. Il ne révèle pas la bipartition que les témoignages nous ont paru impliquer. Par surcroît, il suggère que le projet de Thémistocle devint exécutoire sous forme de νόμος. On connaît assez le droit public athénien du ve siècle pour pouvoir présumer que les décisions relatives aux mines furent votées d’une autre façon, soit qu’on réglât la matière précédemment inexistante (cas de Maronée), soit qu’on abrogeât les dispositions antérieures pour leur en substituer de nouvelles (revenus du Laurion, tâche des naucraries). La différence qu’il y avait, à Athènes, entre un νόμος et un ψήhttp://fr.wikipedia.org/​wiki/​%CE%A6ισμα demeure mal définie : faut-il croire, avec certains modernes, qu’elle avait trait au contenu75 ou faut-il, avec d’autres, la considérer comme purement formelle76 ? Quoi qu’il en soit, c’est dans la classe des ψηhttp://fr.wikipedia.org/​wiki/​%CE%A6ίσματα que se rangent le plus naturellement les mesures thémistocléennes. Elles remplissent à la fois toutes les conditions que les tenants de la première opinion et les tenants de la seconde estiment requises pour un décret. Elles avaient un objet insolite ; elles entrèrent en vigueur rapidement, et sans intervention apparente de l’Aréopage ou d’une commission quelconque ; elles ne devaient être appliquées que temporairement ; enfin, dans la tradition qui les concerne, on trouve ἔδoξεv77, souvenir possible d’un terme technique caractérisant les ψηhttp://fr.wikipedia.org/​wiki/​%CE%A6ίσματα, et l’indication expresse de motions présentées non par écrit, mais de vive voix78.

43Aussi parlerai-je désormais des deux décrets de Thémistocle.

Notes

1 J’omets à dessein l’adverbe ὀρχιδόν, qui fera plus loin l’objet d’une discussion suivie.

2 C. Fr. Lehmann-Haupt, Griech. Gesch., ap. A. Gercke-E. Norden, Einl. in die Altertumswiss.1, III (Leipzig-Berlin, 1914), p. 30 ; K. J. Beloch, Griech. Gesch.2, II, 1 (Strasbourg, 1914), p. 33 ; U. Kahrstedt, art. Themistohles, dans R.E., V A, 2 (1934), col. 1689 ; P. Cloché, La démocratie athénienne, Paris, 1951, P- 45

3 L. Holzapfel, Plutarchs bericht ùb. d. bergwerksgesetz des Them., dans Philol., 42 (1884), p. 585 ; U. VON Wilamowitz-Moellendorff, Aristoteles und Athen, Berlin, 1893, I, p. 276 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (Gotha, 1895), p. 650, n. 2 ; W. W. How-J. WellS, A Commentary on Herodotus, Oxford, 1912, II, p. 186 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatskunde, II (Munich, 1926) [Handb. d. Alter-tumswiss., IV, 1, 1], p. 889, n. 5.

4 G. De Sanctis, Ἀτθίς. Storia della repubblica ateniese...2, Turin, 1912, p. 377, η. 1 ; A. Momigliano, Sull’amministrazione délie minière del Laurio, dans Athenaeum, nouv. série, 10 (1932), p. 248.

5 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion dans l’ant., Paris, 1897 (Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, yy), p. 190, 192 ; G. M. Calhoun, The Business Life of Ancient Athens, Chicago, 1926, p. 138 ; Ancient Athenian Mining, dans Journal of Economie and Business History, 3 (1930/31), p. 359 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (Paris, 1929), p. 56 ; W. Schwahn, art. Theten, dans R. Ε., VI A, 1 (1936), col. 196. — Ardaillon (0. L, p. 190, n. 1) commet l’erreur d’attribuer à Hérodote la mention des 100 talents, propre à Aristote et à Polyen.

6 Ph.-Ε. Legrand, dans son éd. d’Hdt., VII (Paris, 1951), ad VII, 144, p. 149, n. 2 [sic, = n. 1]. Pour tenter d’appuyer cette interprétation, Legrand (cf. son apparat critique) suggère une addition <ἐς> devant διηκοσίας.

7 Ainsi que l’a fait E. M. Walker (chap. Marathon, dans C. Α. H., IV [Cambridge, 1926], p. 265 et n. 2). — C. Hignett ne signale que le chiffre de 200 vaisseaux (A Hist. of the Athen. Constit. to the End of the Fifth Cent. B. C, Oxford, 1952, p. 189), mais c’est au projet qu’il le rapporte, sans souci de ce qui fut réalisé.

8 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (Stuttgart, 1901), p. 358 [= IV, I5 (1954), p. 337, n. 1] ; H. Bengtson, Griech. Gesch., Munich, 1950 (Handb. d. Altertumswiss., III, 4), p. 153.

9 E. Cavaignac, Études sur l’hist. financ. d’Ath. au ve s. Le Trésor d’Ath. de 480 à 404, Paris, 1908 (Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, 100), p. 11.

10 H. Berve, Griech. Gesch., Fribourg Br., 1931-1933 (Gesch. der führenden Volker, IV et V), I, p. 235 [2e éd. 1951-1953, I. ρ. 241].

11 Ad. Bauer, Themistokles, Mersebourg, 1881, p. 164 (acceptant une suggestion de K. W. Krüger). Cf. K. Hude, dans son éd. d’Hdt., Oxford, 1908, ad VII, 144.

12 R. W. Macan, dans son éd. d’Hdt., VII-IX (Londres, 1908), ad VII, 144, 1. 11.

13 U. Wilcken, Griech. Gesch.1, Munich, 1951, p. 148 (« etwa 180 »). Cf. Berve, l. I. — Il n’est pas sûr que Berve pense, comme Wilcken, aux 20 bâtiments corinthiens. Peut-être a-t-il simplement perdu de vue les 20 trières qu’Athènes prêta à Chalcis avant la bataille de l’Artémision (Hdt., VIII, 1).

14 H. Stein, dans sa 5e éd. d’Hdt., VII (Berlin, 1889), ad VII, 144 ; H. Francotte, L’industrie dans la Grèce anc, Bruxelles, 1900-1901 (Bibl. Fac. Philos, et Lettres Univ. Liège, 7-8), II, p. 196. Cf. E. Schönbauer, Beitrâge zur Gesch. d. Bergbaurechts, Munich, 1929 (Münch. Beitr. z, Papyrusforsch. u. ant. Rechtsgesch., 12), p. 16 ; G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 56 ; A. M. Andreades, A Hist. of Gr. public finance, I (traduit du grec par C. N. Brown, Cambridge Mass., 1933), p. 270, n. 1. — Francotte croit qu’Hérodote songeait à un total de 50 talents, mais il doute de l’explication de Stein, suivant laquelle ce total, relativement faible, aurait été atteint vers 430, époque de grande prospérité pour le Laurion.

15 [E.] Orth, art. Bergbau, dans if. E., suppl. IV (1924), col. 151. Cf. Schönbauer, l. l.

16 Pas de chiffres : U. Köhler, Die Halle der Athener in Delphi, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 7, n. 1 ; P. N. URE, The Origin of Tyranny, Cambridge, 1922, p. 46-47 ; U. Kahrstedt, Staatsgebiet und Staatsangehörige in Athen, Stuttgart-Berlin, 1934 (Gött. Forsch., 4), p. 50, η. 1 ; 192 ; V. Ehrenberg, Ost und West. Studien z. geschichtl. Problematik der Ant., Brünn, 1935 (Schr. d. philos. Fak. d. deutschen Univ. in Prag, 15), p. 225 ; A. Andrewes, Athens and Aegina, 510-480 B.C., dans Ann. Brit. Sch. Ath., 37 (1936/37), p. 3. — Pas de chiffres en dehors d’une citation d’Hérodote : Ch. [T.] Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage before the Pers. Invas., Cambridge, 1924, p. 106-107 ; Greek Coins, Londres, 1933 (2E éd. 1655), p. 92-94

17 Ad. Bauer a fourni un exemple de la faute à ne pas commettre — en un temps où le texte de la Constitution d’Athènes était seulement connu par le papyrus de Berlin (Themistokles, 1881, p. 166 : Sicher ist die Rede von den (μετ)άλλα [sic] τὰ ἐv Μαρωνειᾳ und da liegt am nàchsten an den thasischen Au/stand zu denken, von dem Thuk. I.100, Plut. Cim. lé, Diod. XI. 70 erzählen). Au lieu de penser aux événements de 464/3, Bauer aurait dû suivre Th. Bergk, qui avait correctement rapporté le texte à la loi navale (Zur Aristotel. Pol. der Ath., dans Rh. Mus., nouv. série, 36 [1881], p. 105-112) ; il aurait dû prêter attention au commentaire du premier éditeur, Fr. Blass (Neue Papyrusfragm. eines Histor., dans Hermès, 15 [1880], p. 378), chez qui Maronée d’Attique était déjà signalée, références à l’appui. — Parlent de l’endroit : Démosth., Contre Pantainétos (37), 4 [cf. l’argument] ; Harpocr., S. V. Μαρώνεια ; Suid., id. — Attestations épigraphiques. Nom complètement ou partiellement lisible : Hesperia, 10 (1941), p. 17 (n° I, 1. 59 : ἐv Μαρωνέαι) ; 19 (1950), p. 207 (n° 2, 1. 17 : ἐμ Mαρ [ωvείαι]), 261 (n° 19, 1. 18 : Mαρωvεί[α]<ί> ; 1. 23 / [24] : []v Mαp[ωvείαι]). Nom restitué tout entier : Hesp., 19 (1950), p. 214 (n° 5,1. 54), 236 (n° 14, 1. 4). Voir aussi : ibid., p. 237 (n° 14, 1. 19 :..]ρωvείoυ), 242 (n° 15, 1. 25 /26 : lacune où, d’après le contexte, le même nom serait à restituer au même cas). Dans son commentaire (p. 239), l’éditeur Margaret Crosby propose]ρωvείoυ either a variant of or error for Mαρωvείας. Cf. infra, p. 32, n. 4. — Je ne retiens pas Μ[α]ρώναζε (ibid., p. 213, n° 5, 1. 33). Un nouvel examen de la pierre à Athènes, au musée de l’Agora, m’a convaincu que, si M est presque aussi sûr que AZE, les quatre lettres intermédiaires demeurent des plus problématiques. Là où Miss Crosby a écrit un P, il semble bien que cette lettre est à exclure : les vestiges de la gravure se lisent plutôt comme les deux premières branches d’un M ou d’un N. Je remercie vivement M. Homer A. Thompson, Field Director, de m’avoir permis ce contrôle.

18 Pour une démonstration, voir Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 137-138. Les autres n’ont marqué de tels rapports qu’incidemment : U. Köhler, dans Rh. Mus., nouv. série, 46 (1891), p. 7, η. 1 ; H. Francotte, L’ind. dans la Gr. anc, II (1901), p. 195 ; Ed. Meyer, Gesch. des Alterih., III (1901), p. 357, cf. 35g [= IV, 15 (1954), p. 336/337. cf. 337, n. 1] ; E. Cavaignac, Ét. sur l’hist. financ. d’Ath.1908, p. 9 ; P. N. Ure, The Origin of Tyranny, 1922, p. 46 ; Ch. T. Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage..., 1924, p. 106, n. 6.

19 Pour l’étude topographique qui suit, le lecteur est prié de se reporter à la carte de la p. 27. Elle a été dessinée par Philippe Martin, architecte en mission à l’École française d’Athènes, dont je tiens à souligner ici, avec reconnaissance, l’amicale et précieuse collaboration. Elle constitue une adaptation et une simplification de la carte d’Eugène Létot qu’Ardaillon a jointe à ses Mines du Laurion (1897) ; de la fig. 4977, due à Charles Bonnesseur, qu’il a insérée dans son article Metalla du Dictionnaire des antiquités (III, 2 [1904], p. 1850 a) ; de la carte publiée dans l’Ἐγκυκλοπαιδικòν Λεξικóν (Athènes, Eleftheroudakis, 1927-1931), II, Αττική, carte VIII (face à la p. 673). Sur les points litigieux, elle a été établie en fonction des résultats de l’enquête.

20 Ardaillon (ο. I., p. 214-215) et Kock (art. Laurion, dans R. E., XII, 1 [1924], col. 1024) n’ont distingué qu’entre la région minière et la localité. Kock cite des références en vrac ; il se contente d’affirmer que A. désigne surtout das Dorf, plus rarement den ganzen Bergwerksbezirk, et que, dans de nombreux cas, il nous est impossible de faire le départ avec certitude. Ardaillon s’y était essayé (0. L, p. 214, n. 5), mais il a établi ses catégories de façon arbitraire. Voici les témoignages les plus nets, avec le classement qui me paraît leur convenir. I) Région. Des mentions de la région tout entière se trouvent dans Thuc, II, 55, 1 (armée péloponnésienne ravageant la Paralie μέχρι Ααυρείον, oὗ τὰ ἀpyύpeιa μέταλλα ἐστίν Ἀθηναίοις) ; VI, 91, 7 (perspective de ruine générale pour les Athéniens : καὶ τὰς τοῦ Λavpeίov τῶν ἀργυρείων μετάλλων προσόδους καὶ ὅσα ἀπò γῆς καὶ ἐργαστηρίων νῦν ὠhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ελοῦνται εὐθὺς ἀποστερήσονται) ; Paus., I, I, I (Λαύριον..., ἔνθα ποτὲ Ἀθηναίοις ἧν ἀργύρου μέταλλα, désignation de ce qui s’offre, avant l’île de Patrocle [Gaïdouronisi], à un navigateur parti du Sounion ; comme il n’y a, entre les deux endroits, ni ruines d’un quelconque centre minier ni vestiges d’une réelle exploitation, — cf. la carte ci-dessus, ainsi que les modèles d’Ardaillon, — le « Laurion » de Pausanias ne peut avoir été que la région, considérée dans sa bande côtière méridionale ; pour une autre interprétation, grammaticalement improbable, voir O. Walter, Pausanias vor Sunion, dans Klio, 31 [1938], p. 253-256) ; Hésych., S. ν. γλαῦκες Λαυριωτικαί... ἐv Λαυρίω γὰρ τὰ μέταλλα τὰ ἀργύρεια. II) Localité. Il serait mal à propos de tirer argument du mot τόπος que Suidas (S. V.) et l’Etymologicum Magnum (533, 34) ont employé pour gloser Λαύρειον. En effet, τόπος se dit correctement d’une région (cf. C. Bursian, Geogr. von Griechenland, I [Leipzig, 1862], p. 353, n. 2), et l’on ne saurait douter que Photios (Lex., s. ν. Λαύρειον) l’ait pris dans ce sens : τόπος τῆς Ἀττικῆς, ἐν ᾦ τὰ ἀργύρεια ἧν μέταλλα (cf. τ. Ἀττ., ποιῶν μέταλλον Suid. ; τ. έν Ἀττ., ἕχῶν μέταλλα Et. Magn.). Mais n’est-ce pas une localité que devaient avoir pour origine ou pour aboutissement les routes ἀπò Λαυρείου et ἐπὶ Λaύpeιov choisies comme limites dans les registres des polètes ? Routes ἀπò Λavpeίov (-pέov, -ρίον) : I. G., II2, 1582, 1. 68, 128 ; Hesp., 19 (1950), p. 281 [n° 32 a, révision de /. G., II2, 1587, 1. 21]... etc. Routes ἐπὶ Λaύpε(ι)ov : I.G., II2, 1582, 1.67 ; Hesp., I.I., p. 214 [n° 5, 1.50/51], 219 [n° 6, 1. 6]..., etc. Ces indices épigraphiques peuvent d’ailleurs être recoupés par une observation D’étienne De Byzance (S. ν. Σέρρειον) :... ἔστι καὶ πόλις Σαμοθρᾴκης τò ἐθνικòν... Σερρεώτης, ὡς τοῦ Λaύpειov Λαυρεώτης, καὶ Σepρεάτης, ὡς Λέπρεον Λεπρεάτης... (libellé mettant Aaύpείov sur le même pied que des villes ; cf. infra, p. 33, n. 2 [p. 34]). III) District. On fera état, ici, des concessions minières ἐπὶ Λαυρείωι (-ρέῳ) : I. G., II2, 1582, 1. 52, 63, 64, 78 ; Hesp., 10 (1941), p. 16-17 [n° 1, 1. 42/43, 52/53, 61]. L’indication de l’emplacement par ἐπὶ suivi du datif existe avec d’autres noms propres : il y a des concessions ἐπὶ Σουνίωι, ἐπὶ Σκοπιᾶι, ἐπὶ Θρασύμωι. Elles se distinguent, grammaticalement, de celles qui sont définies par èv et le datif (ἐv Νάπηι, ἐv.Aὐλῶνι...) ou bien par un locatif (Ἀμhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ιτροπῆσιν, Βήσησιν, Ἀναhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6λνστοῖ, Θορικοῖ...) : cf. l’index géographique de Margaret Crosby (The Leases of the Laureion Mines, dans Hesp., 19 [1950], p. 308-310). A mon sens, le type « ἐπὶ + datif » ne désigne pas des localités « tout près desquelles » se seraient trouvées les mines (pour ἐπὶ = « [dicht] bei », cf. Ed. Schwyzer, Griech. Gramm., II [éd. A. Debrunner, Munich, 1950], p. 467), mais bien — réserve faite pour le cas particulier de Thrasymos (infra, p. 35, n. 2) — des districts « sur le territoire desquels » elles étaient établies. De même, ce ne sont pas des localités, mais des districts qui renfermaient les mines signalées selon les deux autres types grammaticaux (ἐv + dat., loc). Prétendre le contraire reviendrait à admettre que les quelque 130 concessions cataloguées dans les tables des polètes étaient sises dans ou contre une quinzaine de bourgades (car tel est le nombre des toponymes qui, dans ces tables, servent à déterminer la position absolue des différents lots). Or, la carte de Létot et la fig. 4977 du Dictionn. des antiq. témoignent d’une dissémination extrême des puits et des entrées de galeries, laquelle, dans la seconde moitié du ive siècle (époque des tables), était déjà un fait accompli, puisque la région ne connut plus, après 300, qu’une activité industrielle négligeable (cf. Ardaillon, 0. l., p. 159-165). Si les concessions avaient été situées par rapport aux agglomérations, points géographiques, on devrait trouver de-ci de-là des expressions comme ἐv μέσῳ (ou μεταξὺ) A καὶ Β. Elles font défaut, et je ne vois décidément pas d’autre solution que de conclure à l’existence de districts. Au reste, comment imaginer une administration efficace sans aires d’exploitation officiellement délimitées ? — Au fur et à mesure que les travaux progressaient, tel ou tel district put être étendu jusqu’à en englober d’autres ; tel ou tel put même finir par coïncider avec un dème. Les districts absorbés n’étaient pas oubliés pour autant. Ainsi s’expliquent, à mon avis, outre l’utilisation parallèle de noms de dèmes et de noms d’autres sortes, les indications doubles attestées exceptionnellement pour certains lots (le premier terme renvoyant apparemment au territoire-district le plus vaste) : Βήσησι ἐμ Παγγαίωι, Θορικοῖ ἐμ Φιλομηλιδῶν, ἐπὶ Σουνίωι ἐπὶ Θρασνμωι, ἐπὶ Σουνίωι ἐν Νάπηι, ἐν Νάπει ἐπὶ Σκοπιᾶι (voir l’index de Crosby, l. I.). J. Young suggère, quand il y a deux compléments jumelés, d’en considérer un comme la simple désignation du bureau où avaient été accomplies les formalités d’enregistrement (A Topographical Note, dans Hesp., 10 [1941], p. 29. Supposition approuvée par R. J. Hopper, The Attic Silver Mines in the Fourth Cent. B. C, dans Ann. Brit. Sch. Ath., 48 [1953], p. 217). Mais il semble avoir eu conscience du brouillamini qu’entraîne le recours à pareille notion, car il applique à l’effort de discrimination que le chercheur moderne devrait s’imposer les qualifications d’often difficult, sometimes impossible. Un fait patent, c’est que l’interprétation d’un endroit comme registry-place ne se fonde sur rien de précis, alors que les routes et propriétés citées comme limites d’une mine apportent généralement la preuve que la référence topographique correspondait à la situation réelle de cette mine (cf. Crosby, dans Hesp., 19 [1950], p. 193, n. 16). Ce qui a amené Young à émettre son hypothèse, c’est l’exemple d’une concession présentée avec deux noms de « dèmes » qui s’excluent mutuellement : ἐπὶ Σουνίωι τῶν έκ τῆς στήλης Λίυκίππειον Βήσησι (Hesp., 10 [1941], p. 17, n° 1, 1. 82-83). Mais les deux noms sont ici séparés : le cas est spécial. Je crois qu’il s’agit d’une mine Leukippeion creusée à Bésa (cf. I.G., II2, 1588,1. 13, revu dans Hesp., 19 [1950], p. 281, n°32b : [Β]ήσ<η>οι Λευ[κ]ίππεον) ; que ses galeries avaient empiété sur le Sounion ; et qu’il arriva un moment où l’on fit une concession séparée de sa portion ἐπὶ Σουνίωι (deux mots avant lesquels on peut, par la pensée, suppléer un verbe [ἐπράθη ? cf. 1. 40 de l’inscription en cause]). Car rien ne s’oppose à ce que Sounion et Bésa, dèmes et districts, aient eu une frontière commune — peut-être Thrasymos : cf. p. 35, n. 1. On possède un autre exemple similaire : Θαλινο[ῖ( ?) Θουτιμίδης Σουνι : μέ]ταλλον πε[γρ]άψατο [ἐρ]γάσιμον ἐκ τῆς σ[τήλης τῆς ἐπ’ Εὐβο]ύλου Ἀρτεμιαιακον ἐv [Nάπ]ηι (Hesp., 19 [1950]> Ρ· 263-264, η° 20, 1. 6-8). Il n’apparaît nulle part que « Thalinos » ait été une partie de Napé. Selon moi, Thoutimidès reçut, d’une mine Artémisiakon traditionnellement classée comme mine de Napé, les prolongements qu’elle avait poussés sur Thalinos. C’est pourquoi son lot pouvait être borné au N. par le μέταλλ[oν Ἀ]ρτεμισιακòν ὃ ἐ[ργάζεται 5]ιων (l’homonymie des deux concessions contiguës résultant de leur appartenance au même creusement). Au bout du compte, il n’y a donc rien dans les registres qui ne confirme l’existence de districts et, parmi eux, d’un district du Laurion. Cf. encore [χα]ράδρα ἡ ἀ[πò Λαυρ]έου (I.G., II2, 1582, 1. 6, revu dans Hesp., 19 [1950], p. 247, n° 16 a + b, 1. 54), à interpréter, sans doute, comme « la ravine qui vient du Laurion district » : car il n’est pas vraisemblable que ce soit la localité Laurion qui ait été le point de départ d’un torrent (voir la carte p. 27 et les commentaires qui en sont donnés plus bas). Autre attestation de la χαράδρα ἡ ἀπò Λαυρεἰο[ dans un des deux fragments encore inédits du musée de l’Agora, à Athènes (Inv. 6168, l’autre étant Inv. 6149 : cf. Hesp., 19 [1950], p. 336), que j’ai pu consulter sur place grâce à l’extrême bienveillance de M. Homer A. Thompson, Field Director. — Sur le district du Laurion comme siège de l’héphaistikon, voir p. 61, n. 3.

21 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 214 (et la carte h. t. d’E. Létot) ; art. Metalla (pour la fig. 4977, dessinée par Ch. Bonnesseur), dans Dictionn. des antiq., III, 2 (1904), p. 1850 a ; Kock, dans R.E., XII, 1 (1924), col. 1024. — Selon E. Kirsten (ap. A. Philippson, Die griech. Landschaften, I, 3 [1952], p. 822, n. 1), une localisation dans la vallée de Legrana, à l’Ο. du Sounion, serait durch-aus moglich. Cette opinion semble fondée exclusivement sur Paus., I, 1, 1 : mais cf. supra, p. 26, n. 3 (p. 27).

22 Notamment — voir la carte p. 27 — les repères donnés par rapport à Thorikos. La position de ce dernier dème-district est certaine. Il avoisinait les baies appelées aujourd’hui Frankolimani et Portomandri ; son nom a survécu dans celui du port actuel de Theriko. Cf. Ardaillon, o. l., p. 212 ; W. Wrede, art. Thorikos, dans R.E., VI Α, 1 (1936), col. 338-339. Une route reliait les localités de Thorikos et de Laurion. Au Laurion, elle marquait la limite orientale d’une concession minière (I. G., II2, 1582, 1. 66-67) : sur Thorikos, elle servait de borne septentrionale (Hesp., 19 [1950], p. 219, n°6,l. [5]-6 ; p. 273, n° 25, 1. 18 ; p. 277, n° 29, 1. 5-6). Grosso modo, elle suivait donc une direction E.-O. dans le second district, mais N.-S. dans le premier. Pareil détail implique qu’elle faisait un coude à quelque distance du bourg de Thorikos. Comme ce bourg se trouvait sur la côte, une partie du district du Laurion doit être cherchée au N.(-N.)-0. ou au S. (-S.)-0. de Thorikos. Mais nous connaissons également une ravine dite « des gens de Thorikos » (ἡ χαράδρα ἡ Θορικίων), apparemment par référence à son origine, et qui, dans le district du Laurion, constituait une limite méridionale, c’est-à-dire de sens approximatif E.-O. ou O.-E. (Hesp., 10 [1941], p. 17, n° 1, 1. 56). Ainsi peut être exclu, parmi les deux emplacements indiqués plus hauts, celui du N.(-N.)-0. : en effet, la nature du relief interdit de croire que les eaux de ruissellement aient coulé de Thorikos vers le nord. Au contraire, on les voit très bien dévalant vers le sud et formant, au Laurion, un torrent à peu près perpendiculaire à la côte. Que les alentours de Lavrion-Ergastiria aient été leur aboutissement probable, c’est ce qui pourrait ressortir du fait que Nyktokhori était jadis un îlot, « soudé à la terre ferme » par l’accumulation de dépôts alluvionnaires provenant des hauteurs (Ardaillon, O. l, p. 9).

23 Ardaillon, ο. I., p. 136, 215.

24 Xén., Revenus, 4, 3 : oὐδὲ μὴν ὁ ἀργυρώδης τόπος εἰς μεῖόν τι συατελλόμενος, ἀλλ’ ἀεὶ ἐπὶ πλεῖον ἐκτεινόμενος http://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ανερός ἐστιν.

25 U. Kahrstedt (Staatsgebiet..., 1934, p. 30, n. 3) croit que la langue officielle, à l’occasion, connaissait elle aussi Λaύρειov comme désignation de la région minière. Il se fonde sur /. G., II2, 1582, 1. 60 sqq., où ἐπὶ Λαυρέωι introduit, selon lui, une série de mines localisées, presque toutes, en dehors du bestimmtes... Areal : en effet, fait-il observer, si la première des concessions qui suivent se trouve être « du Laurion », la deuxième est de Thorikos, et plusieurs autres d’Amphitropé, Anaphlystos..., etc. Mais je ne comprends pas pourquoi les polètes auraient éprouvé le besoin de se référer nommément à la région minière, alors que leurs descriptions précises ne laissaient place à aucune équivoque. Je comprends moins encore pourquoi ils auraient introduit cette référence au beau milieu de leur catalogue, les lignes 1-60 du document ayant déjà trait à des concessions. La vérité est que ἐπὶ Λαυρέωι (1. 63) vaut exclusivement pour la mine Hermaïkon décrite 1. 63-69. On aurait tort d’être gêné par la répétition, 1. 64, avec la même portée, des mêmes mots ἐπὶ Λαυρέωι. Pour mesurer combien l’interprétation de Kahrstedt manque de pertinence, il suffit de considérer, 1. 135-138, l’enregistrement d’un Artémisiakon de Thorikos (selon la révision de Hesp., 19 [1950], p. 250) : Θορικοῖ Τιμοκρῆς Φανοκ[…… ?]ρα : μέταλλον ἀπεγράψατο παλαιòv ἀνασ[άξιμον κα]ὶ ἐπικατατ[ομὴν] Ἀρτεμισιακòν στήλην [ἕχον Θορι] κοῖ ἐv τ[οῖς ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ε]σι κτλ. Cf. aussi I.G., II2, 1587. 1· Ι4_15 : [] μhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ιτροπῆσιν Ἀθηναιϊκόν·Κόνων Κόνω[νος … Ἀ] θηναιϊκòν καὶ συντομς Ἀμhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ιτροπ[σι]. Pour l’Athénaiïkon, la redite vient peut-être de ce qu’on voulait attirer l’attention sur l’appartenance des « galeries annexes » elles-mêmes (συντομαί) au district d’Amphitropé, duquel relevait la mine proprement dite. Comme Θορικοῖ suit immédiatement l’expression στήλην ἕχον (I.G., II2, 1582, 1. 137-138), ainsi ἐπὶ Λαυρέωι (ibid., 1. 64) la précède : il semble que les polètes aient insisté sur l’emplacement d’une « borne » indiquant, p. ex., l’entrée de la mine (à propos de στήλην ἕχον, cf. Margaret Crosby, dans Hesp., 19 [1950], p. 194). Il n’est pas exclu que l’Artémisiakon et l’Hermaïkon en question aient débordé sur d’autres districts (l’Artémisiakon possède déjà une ἐπικατατομὴ sur Thorikos) : la concession se serait bornée aux mines en tant qu’elles demeuraient sur leur site originel. On aurait ainsi avec elles — et même avec l’Athénaiïkon — de nouvelles preuves en faveur de la théorie proposée plus haut pour les indications doubles (p. 26, n. 3 [p.28]). Voir encore Hesp., I. l.,p. 250, n° 16 a, 1. 140-143 ; p. 251, n° 16 b, 1. 3-5. — Le fragment de décret athénien sur la monnaie, datant de 423 /2 environ.qu’a publié B. D. Meritt (dans Hesp., 14 [1945], p. 119-120, n° n), et qui traiterait (1. n) de l’obligation incombant aux prytanes d’introduire une question [περὶ τõν μέταλλο » τõν ἐ]πὶ Ααυρείοι ne constitue pas une preuve que Λαύρειον ait été employé au sens de « région du Laurion », sinon dans les registres des polètes, au moins dans d’autres documents officiels. En effet, les mots περὶ τõν μετάλλον τõν ne sont, avec ce qui les précède sur la même ligne, qu’une « restitution audacieuse » parmi d’autres (cf. J. et L. Robert, Bull, épigr., dans R.E.G., 59/60 [1946/47], p. 315). On ne saurait les invoquer pour appuyer l’opinion de Kahrstedt. D’autant moins qu’il pourrait s’être agi des mines du Laurion proprement dit. Je n’y crois guère, cependant, car ce district ne semble pas avoir joui d’un statut extraordinaire — de « domaine public », p. ex. (p. 33, n. 2) — qui aurait justifié une décision valable seulement pour sa production particulière. On peut imaginer une réalité toute différente des μέταλλα que Meritt met en cause. A titre d’exemple, le nombre (présumé) de lettres s’y prêtant exactement : [περὶ τõν χρεμάτον τõν ἐ]πὶ Λαυρείοι. Ou encore : [περὶ τõ hεhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6αιστικõ τõ ἐ]πὶ Λαυρείοι. Sur les χρήματα et l’http://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6αιστικòv du Laurion-district, voir p. 61, n. 3.

26 [E.] Orth, dans R. E., suppl. IV (1924), col. 151 ; G. P. Marinos - W. E. Pe-Traschek, Λaύpιov, Athènes, 1956 (Γεωρογικαὶ καὶ Γεωhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6νσικαὶ μελέται, 4. 1), Ρ· 224.

27 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 130-134. — Sur la haute antiquité de cette exploitation rudimentaire (par delà Solon, elle pourrait remonter jusqu’à la période mycénienne), voir Xén., Revenus, 4, 2 ; Ardaillon, ο. I., p. 126-130 ; E. Cavaignac, Ét. sur l’hist. financ. d’Ath. 1908, p. 9 ; J. N. Svoronos, Tò Μητρῷον τοῦ Ἰλισοῦ καὶ ἡ ζωοhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6όρος αὐτοῦ, dans Journ. intern. d’archéol. numism., 18 (1916/17), p. 116 ; U. Kahrstedt, Staaisgebiet..., 1934, p. 31, n. 3 ; C. D. Ster-Ghiopoulos, Les finances grecques au vie siècle, Athènes, 1949 (Coll. de l’Inst. fr. d’Ath., 16), p. 46 ; Marinos - Petraschek, 0. L, p. 1.

28 Hdt., I, 64 ; Thuc, VI, 54, 5 ; Ardaillon, ο. I., p. 134-136 ; P. N. Ure, The Origin of Tyranny, 1922, p. 45-46 ; P. Cloché, La démocr. ath., 1951, p. 45. — G. M. Calhoun (The Business Life of Ancient Athens, 1926, p. 137 ; cf. p. 36) a sous-estimé les travaux lauréotiques de la seconde moitié du vie siècle, car il les réduit à un scratching, à l’extraction çà et là, by primitive methods, de petites quantités d’argent et de plomb. Cette façon de voir ne s’accorde ni avec les indices que nous possédons de profits miniers réalisés par les tyrans, ni avec le très brillant essor, signe d’une technique notablement évoluée, que les mines connurent avant la deuxième guerre médique.

29 Partout où il apparaît, le nom Μαρώνεια doit ou peut désigner le district. Plutôt que de voir dans [Μα]ρωνείον, avec Margaret Crosby, « une variante de, ou une erreur pour, Μαρώνειας », je croirais volontiers que Μαρώνειον — origine, semble-t-il, d’une route (vers Panormos) — était le nom caractéristique de la lοcalité, bourg ou village, qui servait de « centre » aux travailleurs du district. Références supra, p. 25, n. 1.

30 Voir p. 26, n. 3 (p. 28).

31 Propriétés de Maronée qui appartenaient à des particuliers et sous lesquelles étaient établies des mines : Hesp., 19 (1950), p. 261 (n° 19, 1. 18-20, 23-24) ; cf. p. 214 (n° 5, 1. 54-55) ; p. 236 (n° 14, 1. 4-5).

32 Selon U. Kahrstedt [Staatsgebiet..., 1934, p. 25-31), le Laurion au sens restreint aurait été un domaine public, établi à côté des dèmes. D’abord bien des tyrans, il aurait fait l’objet d’une confiscation en 510 ; Clisthène l’aurait exempté de sa division administrative ; l’État y serait demeuré propriétaire en surface, comme il l’était manifestement en profondeur. Kahrstedt ne pouvait encore relever, en 1934, que trois concessions ἐπὶ Λαυρέωι [I.G., II2, 1582, 1. 51-56, 63-69, 75-83). Trois autres — ἐπὶ Λαυρείωι — sont aujourd’hui connues : Hesp., 10 (1941), p. 16-17 (n° 1, 1. 42-44, 52-57, 60-62). Elles confirment son observation : la donnée ἐv τοῖς ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6εσι τοῦ δεῖνα n’apparaît pas dans les descriptions de mines proprement lauréotiques. Est-ce à dire qu’il faille recevoir sa théorie ? Je ne le pense pas. Elle s’accorde mal avec certaines limites que les διαγραhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6αdes polètes assignent aux concessions : περίβολος Αιοτίμου Εὐων(υμέως) au N., et Καλλίου http://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ελλεύς, également au N., dans le document des J. G.2 ; τὰ χωρία τὰ Ἐξωπίον à l’Ε., Διοπείθης Εὐωνυ(μεύς) au Ν., et τò Ἐξωπίο χωρίον, d’orientation indéterminée, dans le document nouveau. Certes, on pourrait supposer que Callias et Exôpios, cités sans démotique, ne sont pas contemporains de l’enregistrement, et qu’ils avaient seulement, deux ou trois siècles plus tôt, laissé leur nom à des propriétés en leur possession ; que le περίβολος de Diotimos et la référence à Diopeithès concernent, non point des fonds acquis par ces personnages, mais des ateliers édifiés par eux sur le sol commun ; que des terrains privés ont éventuellement servi de bornes à des concessions tout en étant eux-mêmes en dehors du Laurion. Mais ce sont là des hypothèses gratuites, d’autant moins plausibles qu’il faudrait les combiner entre elles, aucune ne suffisant à rendre compte de tous les points gênants. Il semble difficile de contester que de simples citoyens aient eu part, dans le district du Laurion, à la propriété du sol. Et du moment qu’on l’admet, il n’y a plus de motif sérieux pour prêter à ce district un statut différent de l’autre. Cependant, l’absence constatée jusqu’ici de mines ἐπὶ Λαυρείωι ἐν τοῖς ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6εσι τοῦ δεῖνα ne saurait guère être l’effet du hasard. J’ai procédé à une enquête touchant les concessions qui, dans les actes des polètes (/. G., II2, 1582-1589 ; Hesp., 10 [1941], p. 14-17 ; 19 [1950], p. 206-285, nos 1-38), sont présentées avec un nom de district apparent sur la pierre, ou restitué de manière probable, et dont la διαγραhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ή apparaît assez nettement, malgré les possibles mutilations du texte, pour qu’y soit perceptible la présence ou le défaut de la mention ἐv τοῖς ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6εσι τοῦ δεῖνα (ou d’une de ses variantes plus rares ἐv τοῖς χωρίοις τ. δ., ἐv τοῖς τ. δ.). Il ressort de cette enquête, dont je ne puis évidemment songer à donner ici le détail, que les mines pourvues de la mention sont aux autres (Laurion non compris) à peu près comme 5 est à 3 (j’ai compté 48 oui contre 29 non). La proportion, par une curieuse coïncidence, se retrouve dans chacun des deux documents — embrassant des districts variés — où sont cataloguées les concessions ἐπὶ Λαυρέωι /-ρείωι (c.-à-d. I.G., II2, 1582 ; Hesp., 10 [1941], p. 16-17, n° 1)·Des endroits autres que le Laurion stricto sensu apparaissent sans ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6η, mais ils sont trop pauvrement attestés pour qu’on puisse les mettre sur le même plan : εμ Φιλομηριδν (2 ex.), la colline Bambideios (I ex.) [Aulôn — I ex. — figure dans un texte très abîmé, où l’absence d’ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6η n’est pas démontrable]. Les cas vraiment analogues à celui du Laurion sont significatifs : Anaphlystos a 4 ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6η sur 6 concessions, Napé 4 sur 5, Maronée également 4 sur 5. Dans aucun des districts mieux fournis (Sounion, Thorikos..., etc.), les concessions sans ἐδάhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6η ne sont en majorité. Ainsi, le Laurion représente bel et bien une exception : il s’opposait aux autres parties de la région, notamment à Maronée, en ceci que le nombre de ses mines sous terrains privés, s’il n’était pas nul, demeurait au moins très inférieur à la moyenne — soit que l’acquisition de parcelles de son sol fût peu avantageuse, soit que l’État eût quelque intérêt à la contrecarrer. Mais, à mon avis, la singularité n’allait pas plus loin. Pour ce qui est de la conception du Laurion comme territoire exempté, hors dèmes, elle n’est pas moins sujette à caution que sa prétendue qualité de domaine public. On se demande en effet quel équivalent du démotique pourraient bien avoir reçu, lors de la réforme clisthénienne, les citoyens fixés dans le district. Où sont leurs descendants ? D’où viendrait qu’on ne trouve jamais, dans la prosopographie attique, de personnages caractérisés par une mention οἰκῶν ἐπὶ Λαυρείῳ, ou quelque chose de ce genre ? Un dérivé Λανρεώτης nous a été gardé par Étienne De Byzance (S. V. Σέρρειον), mais sa nature d’hapax ne permet guère de croire qu’il ait eu une portée officielle. On n’y verra pas davantage une qualification de tout homme vivant dans la région minière. Rare à ce point, il doit n’avoir été appliqué qu’aux habitants de la petite bourgade Λαύρειον (voir p. 26, n. 3), et seulement dans le langage courant — sans préjudice des démotiques réguliers. Kahrstedt se fonde sur le fait que, tout en n’étant pas un dème, le Laurion offre des concessions ἐπὶ Λαυρέωι, comme il y en a ἐπὶ Σουνίωι, Θορικοῖ, Βήαησι..., etc. Mais de ce que certains districts aient pu coïncider avec des dèmes, on n’a plus le droit d’inférer, à la lumière de la documentation actuelle, qu’un district qui ne porte pas un nom de dème aurait échappé à la division normale du territoire attique. Au ive siècle, ἐπὶ Λαυρείωι, sans plus, était une référence assez claire au plus ancien de tous les districts, même si le Laurion faisait alors partie d’un dème-district plus vaste (Thorikos ? Cf. Schol. ABGLM à Eschyle, Perses, 238 [241 Dâhnhardt], sur l’existence de mines d’argent ἐν Θορικῷ...καὶ ἐν Λαυρίῳ — couple de noms de lieux tout à fait insolite, où καὶ adjoint peut-être à un tout sa partie la plus remarquable). Il demeure d’ailleurs possible que ce dème-district soit attesté un jour grâce à une trouvaille épigraphique. Relevant dix mines ἐπὶ Θρασύμωι dans les documents des J. G.2, Kahrstedt concluait à l’existence d’une aire de Thrasymos hors dèmes, mais non domaniale (vu que des εδάφη τοῦ δεῖνα y apparaissent) ; or on connaît aujourd’hui bien d’autres mines « thrasymiennes », dont l’une est décrite comme située ἐπὶ Σουνίωι ἐπὶ Θρασύμωι (Hesp., 10 [1941], p. 17, n° 1, 1. 77) — preuve directe que, pour Thrasymos non plus, il ne faut pas imaginer de régime spécial.

33 La donnée en question concerne le port Panormos. C’était celui qu’on appelle aujourd’hui Gaïdouromandra, et qui se trouve 1,5 km. au S. de Lavrion-Ergastiria : cf. J. Young, Studies in South Attica, dans Hesp., 10 (1941), p. 168, n. 13 et 15. Si Éd. Ardaillon (Les mines du Laurion..., 1897) l’a signalé incorrectement sur la carte qu’il a fait dresser par E. Létot, — comme le remarque Young, — du moins ne s’est-il plus mépris dans la fig. 4977, dessinée par Ch. Bonnesseur, de son article Metalla (Dictionn. des antiq., III, 2 [1904], p. 1850 a). La route qui menait de Maronée à Panormos formait, semble-t-il, la limite méridionale de deux concessions : Hesp., 19 (1950), p. 237 (n° 14, 1. 19-20) ; p. 242 (n° 15, 1. [25]-26). Elle allait donc à peu près d’ouest en est, ce qui situe la localité de Maronée (Μαρώνειον ?), vu qu’elle appartenait nécessairement à la région minéralisée, quelque part dans le quadrilatère Val Agrileza - Megala Pefka - Souriza - Val Botzaris.

34 La route de Thrasymos à Thorikos constituait, dans le district de Thorikos, une borne méridionale (I.G., II2, 1582, 1. 48-49) et, probablement aussi, septentrionale (Hesp., 19 [1950], p. 219, n° 6,1. [10]-11), c’est-à-dire de sens approximatif O.-E. ; d’autre part, celle de Laurion à Thrasymos fournissait tantôt une limite occidentale (I.G., II2, 1582, 1. 67-68, 127-128), tantôt une limite orientale (Hesp., I. L, p. 247, n° 16 a + b, 1. 53/54), signes d’une direction générale N.-S. Vu les positions relatives de Thorikos et de l’actuel Lavrion-Ergastiria, Thrasymos doit s’être trouvé vers Kamariza ou vers le Val Mercati (conclusion analogue, obtenue par une méthode différente : G. P. Oikonomos, Eine neue Bergwerksurkunde aus Athen, dans Ath. Mitt., 35 [1910], p. 299 ; U. Kahrstedt, Staatsgebiet..., 1934, p. 28, n. 8). On ne peut chercher plus à l’est, ni plus à l’ouest. Car, dans le premier cas, Thrasymos aurait relevé de Thorikos et, dans le second, de Bésa, dont une partie au moins, si l’on en juge par une indication de Xénophon (Revenus, 4, 44), occupait l’emplacement dénommé aujourd’hui Synterini (cf. Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 139-140, 212-213). Or, l’existence d’une concession localisée avec précision ἐπὶ Σουνίωι ἐπὶ Θρασύμωι (Hesp., 10 [1941], p. 17, n° 1,1. 77) nous interdit d’intégrer le district de Thrasymos à un dème-district autre que celui du Sounion. (Ardaillon n’a pu se prononcer pour Bésa qu’en sollicitant ou en déformant la maigre documentation épigraphique dont il disposait. Notamment en faisant état [ο. I., p. 215 et n. 3 ; cf. p. 214, η. I !] d’unhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ροδισιακòν de Bésa, qui n’a jamais figuré dans le CI.Α., quoi qu’il en dise. Le fin mot de la chose est qu’il a cité de seconde main, d’après J. H. Hansen [De metallis Atticis, diss. Strasbourg 1885, p. 11]. Pour le reste, la preuve est aujourd’hui obtenue qu’on ne peut rien fonder sur la simple homonymie de deux concessions : cf. Margaret Crosby, dans Hesp., 19 [1950], p. 193.) Si le district de Thrasymos correspondait, dans une certaine mesure, à la région de Kamariza ou du Val Mercati, il englobait les gisements les meilleurs et les plus abondants, ceux qui s’imposent à l’archéologue comme ayant fait l’objet de l’exploitation la plus poussée (Ardaillon, 0. /., p. 138-139). Rien ne saurait mieux s’accorder avec le fait que les concessions ἐπὶ Θρασύμωι sont celles qui apparaissent le plus souvent dans nos inscriptions. Elles y forment, à elles seules, près de 20 % (25 /130) des concessions localisables, le reste étant réparti entre une quinzaine d’autres endroits, dont le mieux fourni (13-14 %) est justement Bésa, un district sur lequel, conformément à ma représentation, se prolongeaient des gisements de Thrasymos.

35 Dans le Contre Pantainétos (37) de Démosthène, un même chantier, cité deux fois, l’est d’abord comme se trouvant ἐv τoῖς ἔpyoιs ἐv Μαρωνείᾳ (§ 4), ensuite comme établi ἐπὶ Θρασύλλῳ (lire -ύμῳ) [§ 25]. La seconde expression figure dans un extrait de l’acte d’accusation, c’est-à-dire dans un document de portée juridique, où convenait une localisation stricte. L’autre, employée par le défendeur, peut avoir été la désignation générale dont s’accommodait le langage parlé. C’est un premier indice que le district de Thrasymos était une partie de Maronée, et non l’inverse. On en verra un second dans le fait qu’Harpocration (s. y.), Suidas (S. V.) et l’Etymo-logicum Magnum (359, 51) donnent ἐπὶ Θρασνλλῳ (lire -ύμῳ), mots de Démosthène, comme un équivalent, habituel en attique, de ἐπὶ τῷ θρασύλλου (lire -ύμου) μνήματι « (tout) près du monument de Thrasymos ». Bien qu’on ne connaisse ni ce monument ni ce personnage, le renseignement mérite d’être pris en considération. Or il implique que le nom en cause, dans son acception géographique, désignait un simple lieudit (peut-être dépourvu d’habitations). Déterminées grammaticalement, non point, selon l’usage, par le territoire sur lequel elles se trouvaient (ἐπὶ !), mais par une stèle ou par un petit édifice auquel elles étaient attenantes (Schol. MQ à Eschine, Contre Timarque [1], 101 : ἦν δὲ πρός aὐτῷ [sc. τῷ Θρασύλλου μνήματι] μέταλλα ἀργυρίου), les mines de Thrasymos doivent avoir constitué, malgré leur importance, un district de superficie modeste, borné à un centre minier et industriel ; vouloir y inclure la bourgade de Maronée, ce serait, contre la vraisemblance, lui supposer plusieurs kilomètres de longueur. Comme son secteur de Thrasymos (ἐπὶ Σουνίωι), le district de Maronée était apparemment compris dans celui du Sounion. (Si Ardaillon l’a placé dans Bésa [ο. I., p. 140], c’est à cause de son erreur sur Thrasymos, dénoncée dans la note précédente.) — Sur le nom θράσυμος et sa fausse graphie Θράουλλος, due à une confusion d’onciales, cf. G. P. Oikonomos, dans Ath. Mitt., 35 (1910), p. 298-300. (Cependant, l’assertion d’Oikonomos, selon laquelle une andere Uber-lieferung bei Suidas [ ?] ajouterait à celle d’Harpocration dass sich das Grabmal bei Maroneia τόπῳ τῆς Ἀττικῆς befand ne correspond à rien dans la réalité : sauf une inversion de mots, Suidas offre exactement la même glose qu’Harpocration.)

36 Sur le troisième contact, voir Ardaillon, o., l., p. 18-19, 37-41, 136, 138-140 ; G. P. Marinos-W. E. Petraschek, Λαύριον, 1956, p. 109, 231.

37 Ardaillon, ο. I., p. 17 et n. 3 ; p. 139.

38 Ibid., p. 139-140.

39 Ardaillon (Ο. I., p. 214-215) estime tardif l’emploi du nom Λύpειov, en tant qu’appliqué à l’ensemble de la région minière. Son unique argument est qu’Héro-Dote n’a pas recouru à ce nom dans un passage (IV, 99) où il considère le « triangle du Sounion qui s’appuie sur Thoricos et Anaphlystos ». Mais Λύpειov, si on l’employait au sens large, ne pouvait jamais être que l’extension prise, au moment de l’emploi, par la région en exploitation (cf. supra, p. 30-32). Or rien ne prouve qu’Hérodote ait déjà connu des creusements dans le district d’Anaphlystos, ou que ceux du district d’Amphitropé, extérieurs à l’aire qu’il voulait indiquer, n’aient pas été en activité de son temps ; d’autre part, des dèmes entiers qui faisaient partie du triangle peuvent n’avoir renfermé de mines à aucune époque (Atènè p. ex. : cf. Margaret Crosby, dans Hesp., 19 [1950], p.205, n. 51). L’abstention de l’historien s’explique donc très bien par un souci de précision géographique ; à moins qu’il n’ait reculé devant une appellation ambiguë, qu’un lecteur distrait aurait indûment rapportée au district.

40 Leurs narrations sont si proches l’une de l’autre que Th. Bergk (dans Rh. Mus., nouv. série, 36 [1881], p. 107-108), disposant seulement du fragment de Berlin de l’Ἀθηναίων πολιτεία, put en identifier pour la première fois le contenu et en tenter une restitution approximative avec l’aide des Strategemata.

41 Sur Éphore source de Cornelius Nepos, voir G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 625-626 ; 626, η. 1 ; A.-M. Guillemin, dans l’introd. à son éd. de Nepos (Paris, 1923), p. xvn. — Sur Éphore source de Plutarque : Busolt, /. I., p. 627-628 ; W. Schmid-O. Stâhlin, W. von Christs Gesch. der griech. Litter.*, I (Munich, 1912) [Handb. d. klass. Altertumswiss., VII, 1], p. 531 ; II, 1 (Munich, 1920) [Handb., VII, 2, 1], p. 523 ; K. Ziegler, art. Plutarchos, dans R.E., XXI, 1 (1951), col. 912.

42 Selon [R.] Foerster et [K.] Munscher (art. Libanios, dans R.E., XII, 2 [1925], col. 2511), les Déclamations 9 et 10 trahiraient une forte utilisation d’Hérodote, ainsi que du discours d’Aristide Πρòς Πλάτωνα ὑπὲρ τῶν τεττάρων. Mais ce n’est en tout cas pas de ces auteurs que Libanios a tiré ses données sur la loi navale : ni l’un ni l’autre, en effet, ne présentent comme lui le chiffre de 100 trières. Si l’on considère les passages parallèles que Foerster a indiqués, dans son édition, pour les Déclamations 9 et 10, on s’aperçoit qu’il n’en existe aucun d’Aristote ni de Polyen, mais qu’une bonne dizaine sont de Plutarque (Libanii opéra, V [1909], p. 461, 462, 464, 480, 490, 498, 499, 504). Il est douteux que Plutarque lui-même ait jamais servi à Libanios (R.E., l. I., col. 2532), mais les rencontres signalées, et d’autres encore, s’expliquent fort bien si l’on suppose que le rhéteur a parfois suivi une tradition dérivée d’Éphore : c’est précisément ce que Foerster admet pour la Déclamation n (Lib. op., V [1909], p. 508, η. 1 ; R.E., l. I., col. 2511).

43 Hérodote était une des sources de l’auteur grec utilisé par Trogue-Pompée : Busolt, l. l., p. 625 ; F. Jacoby, art. Herodotos, dans R.E., suppl. II (1913), col. 513 ; W. Schmid-O. Stâhlin, Gesch. der griech. Liter., I, 2 (Munich, 1934) [Handb. d. Altertumswiss., VII, 1, 2], p. 666, η. 1 ; A. Klotz, art. Pompeius Trogus, dans R.E., XXI, 2 (1952), col. 2309. Mais cf. infra, p. 82, n. 3.

44 Selon Hérodote (III, 57), les Siphniens avaient pris l’habitude de se partager les revenus annuels de leurs mines d’or et d’argent. C’est leur richesse qui excita la convoitise des Samiens révoltés contre Polycrate. L’attaque dont ils furent l’objet de la part de ces derniers date de 524 environ. Cf. G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., I (Paris, 1925), p. 284 ; P. De La Coste-Messelière, AU Musée de Delphes, Paris, 1936 (Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, 138), p. 243 et n. 2.

45 Ed. Meyer, Gesch. des Alterth., III (1901), p. 357 [= IV, I5 (1954), p. 336] ; G. De Sanctis, ‘ATBÎS...2, 1912, p. 377, η. 1 ; C. Fr. Lehmann-Haupt, Griech. Gesch., ap. A. Gercke-E. Norden, Einl. in die Altertumswiss.2, III (1914), p. 30 ; [E.] Orth, dans R.E., suppl. IV (1924), col. 151 ; E. Schönbauer, Beitràge zur Gesch. d. Bergbaurechts, 1929, p. 15-16 ; A. Momigliano, dans Athenaeum, nouv. série, ro (1932), p. 249 ; W. Schwahn, dans R.E., VI A, 1 (1936), col. 196 ; U. Wilcken, Griech. Gesch.1, 1951, p. 148.

46 H. Stein, dans sa 5= éd. d’Hdt., VII (1889), ad VII, 144.

47 Ch. [T.] Seltman, Athens. Its Hist. and Coinage..., 1924, p. 106-107 ; Greek Coins, 1933 (2e éd. 1955), p. 93 ; G. M. Calhoun, dans Journal of Economie and Business Hist., 3 (1930/31), P- 359.

48 Éd. Ardaillon, Les mines du Laurion..., 1897, p. 198 ; H. Francotte, L’ind. dans la Gr. anc, II (1901), p. 196 [n’indique que la proposition de partage] ; E. Cavai-Gnac, Ét. sur Γ hist. finanç d’Ath..... 1908, p. n [id.] ; G. Glotz- R. Cohen, Hist. gr., II (1929), p. 56 ; H. Berve, Griech. Gesch., I (1931), p. 235 [2e éd., I (1951), p. 241] ; V. Ehrenberg, Ost und West, 1935, p. 225.

49 U. Kahrstedt, dans R.E., V A, 2 (1934), col- 1689 ; Staatsgebiet..., 1934, p. 50, n. 1.

50 Tel G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 649, n. 2.

51 Busolt (l. l., p. 626, n. 1) estime que l’expression largitione magistratuum trahit « l’imagination du Romain ». C’est en effet la remarque qui s’impose, à la lumière d’autres passages moralisateurs de Cornélius Nepos (Milt., 6, 4 ; Ham., 3, 3) où largitio est pareillement pris dans un sens péjoratif. (Sur ce sens, cf. W. Ensslin, art. Largitio, dans R.E., XII, 1 [1924], col. 835-836.) Nepos avait présentes à l’esprit certaines mœurs discutables de sa patrie et de son temps (p. ex. celles des édiles : cf. Cic, De off., II, 57-60), et il s’est figuré les magistrats athéniens comme portés à complaire bassement au peuple, en lui abandonnant des sommes pour lesquelles ils auraient dû recommander une utilisation meilleure. Jamais les fonctionnaires de la démocratie clisthénienne n’eurent assez d’initiative ni de liberté d’action pour pouvoir jouer les largilores avec les fonds publics. Cependant, si le blâme de Nepos porte à faux, rien ne nous prouve que la mention même des magistratus ne lui ait pas été suggérée par sa source : celle-ci était peut-être suffisamment informée pour spécifier par quels intermédiaires officiels s’était opérée la distribution des revenus miniers. (De même, il est concevable que, dans Milt., 6, 4, Nepos ait eu en vue une réalité grecque bien précise : p. ex., le collège τῶν ἐπὶ τò θεωρικόν.)

52 Cf. V. Ehrenberg, Ost und West, 1935, p. 225 (à propos de παυσαμένους) : es kann und muss hier bedeuten, dass sie von der beabsichtigten Verteilung Abstwnd nahmen : genau der gleiche Wortgebrauch : Her. I 74, 3. La référence d’Ehrenberg est malheureusement sans valeur : il s’agit là d’une bataille « interrompue » (τῆς μάχης·... ἐπαύσαντo) alors qu’elle était déjà « en train » (τῆς μάχης συνεστεώσης !). Hérodote présente un exemple de παύομαι marquant l’abstention, mais c’est en I, 27, où il parle précisément d’une flotte, que Crésus songeait à construire pour s’en prendre aux insulaires (ἐπενόεε vέας ποιησάμςνος ἐπιχερέειν τοῖσι νησιώτησι). Tout étant prêt pour ses travaux (ἐόντων δέ oἱ πάντων ἑτοίμων ἐς τὴν ναυπηγίην), Bias — ou Pittacos — vint à Sardes et révéla au Lydien les sentiments qui s’étaient emparés de ses futurs adversaires à la nouvelle qu’il allait construire des vaisseaux pour les attaquer (ἐπείτε τάχιστα ἐπύθοντό σε μέλλοχτα ἐπὶ σhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ίσι ναυπηγέεσθαι vέας). Frappé de ce qu’on lui disait, Crésus se laissa convaincre et renonça à son projet d’armements maritimes (πειθόμενον παύσασθαι τῆς ναυπηγίης). Voir aussi Plut., Thém., 20, 2 ; Arist., 22, 4, où παύσασθαι — « s’abstenir ».

53 Cf. Ad. Bauer, Themistokles, 1881, p. 145-147 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 630.

54 Bauer, ο. I., p. 148-151 ; Busolt, Ζ. I.

55 Aristide : μόνος τῶν πάντων ἐτόλμηαεν ἀντειπεῖν. Plutarque : μόνος εἰπεῖχ ἐτόλμησε παρελθὼν εἰς τòν οῆμον. (Signalé par Bauer, Ο. L, p. 148.)

56 Aristide : ταῦτα μελλόντων εἰκῇ νέμεσθαι. Nepos : cum pecunia publica... largitione... interiret.

57 Les exemples de Progymnasmata auxquels appartient l’Éloge de Thémistocle semblent être l’œuvre, non point de Nicolas de Myra, mais d’un rhéteur si proche d’Aphthonios qu’il est difficile de ne pas l’identifier avec Aphthonios lui-même : cf. W. Stegemann, art. Nikolaos (Rhetor), dans R.E., XVII, 1 (1936), col. 455-457. De toute façon, leur auteur se rattachait à l’école de Libanios. Dès lors, il devait être familiarisé avec le fameux discours Προς Πλάτωνα ὑπὲρ τῶν τεττάρων, et avec les commentaires auxquels il avait donné lieu. Cette école, en effet, révérait Aelius Aristide comme un classique : cf. W. Schmid, art. Aristeides (24), dans R.E., II, 1 (1895), col. 892 ; [R.] Foerster-[K.] Munscher, ibid., XII, 2 (1925), col. 2531 ; Stegemann, l. I., col. 446.

58 Cf. H. Bengtson, Thasos und Themistokles, dans Historia, 2 (1954), p. 485-486. Entre le siège que leur fit subir Histiée de Milet (494 /3) et la complète soumission que Darios exigea d’eux (491 /o), les Thasiens avaient consacré leurs importants revenus, en bonne partie miniers, à se construire des trières et à ceindre leur ville d’une muraille plus forte (Hdt., VI, 46). Il n’est pas sans intérêt qu’après l’exécution du programme naval, l’autre objectif majeur de Thémistocle, sitôt la paix revenue, ait justement été de doter Athènes de nouveaux remparts.

59 Cf. U. v. Wilamowitz, Arist. u. Ath., 1893, I, p. 275 et n. 29 ; G. Busolt, Griech. Gesch.2, II (1895), p. 34, n. 2. — Il est incontestable que, dans la première partie de sa Constitution d’Athènes (1-41), Aristote a utilisé divers atthidographes, notamment Androtion : G. Mathieu, Introd. à l’éd. de cette œuvre (1930), p. χ ; F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Ane. Athens, Oxford, 1949, p. 211-213 ; 234, n. 36 (et passim). Polyen, qui avait consulté de nombreux historiens (cf. Fr. Lammert, art. Polyainos [8], dans R.E., XXI, 2 [1952], col. 1432), lui est étroitement lié en deux autres passages voisins, où il suit la même ligne de narration : Strateg., I, 21, 2 ~ Constit. d’Ath., 15, 4 ; Strateg., I, 22 ~ Constit. d’Ath., 18, 4-5. Les différences de détail, dans lesdits passages, s’expliquent au premier chef par la méthode de re-création qu’utilisait ordinairement Aristote, mais on ne peut refuser à Polyen lui-même l’initiative d’additions ou de suppressions occasionnelles.

60 N’admettent pas le prêt : Wilamowitz, l. l, p. 275-276 ; G. De Sanctis, Άτθίς...2, 1912, p. 377, n. 1. — Le jugent possible, tout en niant le stratagème : G. Busolt, l.l. p. 649, n. 3 ; 650, n. 3 ; G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 889, n. 5.

61 Quand il avait été condamné pour perte ou détérioration grave de son vaisseau. Car on l’astreignait alors, soit à la rétrocession de ce qui en restait et au paiement d’une taxe fixe de 5000 drachmes, soit à la construction d’un bâtiment neuf, avec remploi éventuel du matériel encore utilisable de l’épave. Voir M. Brillant, art. Trierarchia, trierarchus, dans Dictionn. des antiq., V (1918), p. 461 b ; Busolt-Swoboda, 1.1., p. 1204-1205.

62 Cette garantie n’est pas contestable : elle transparaît dans le fait qu’on s’adressait aux πλουσιώτατοι (cf. infra, p. 47, n. 1). Pourvu que leur gestion fût sans défaut, rien n’indique qu’ils aient eu à engager des fonds personnels, soit après l’achèvement des vaisseaux (pour des tâches identiques à celles que comprendra plus tard la triérarchie proprement dite), soit au cours de la construction elle-même. G. Glotz-R. Cohen tiennent que l’« avance » consentie par l’État était « sans doute inférieure à la dépense » (Hist. gr., II [1929], p. 355). Mais Aristote et Polyen semblent établir une équivalence entre cent talents et cent trières fin prêtes. On a estimé qu’au ive siècle, pour une trière, le prix de revient de la coque et des grosses pièces du matériel était de l’ordre d’un bon talent et demi (Busolt-Swoboda, l.l., p. 1220) ; on a aussi supputé que l’ensemble des agrès valait autour d’un talent (A. Cartault, La trière athénienne, Paris, 1881 [Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, 20], p. 17). D’autre part, il est intéressant de remarquer que, moyennant un appoint fixe de 5000 drachmes, une trière juste bonne à la récupération, mais tout de même pas assez détruite pour qu’on n’eût pas réussi à la ramener au port, était censée correspondre à une neuve (voir la note précédente). Pour vagues qu’elles soient, ces données ne permettent guère de croire que le prix global de la construction et de l’équipement ait pu, au ive siècle, excéder trois talents. Or, le renchérissement de la vie, entre les guerres médiques et le ive siècle, a bien été de 300 à 400 % (cf. G. Glotz, Le travail dans la Grèce ancienne, Paris, 1920, p. 285 et n. 1). La somme d’un talent allouée par Thémistocle dut donc suffire à un montage complet, d’autant plus que les trières de Salamine étaient dépourvues de toutes sortes de perfectionnements et d’aménagements que comporteront celles du ive siècle. (Par exemple, elles n’étaient pas entièrement pontées : Thuc, I, 14, 2 [supra, p. 13-14].) Ladite somme paraîtrait presque trop élevée, s’il ne fallait tenir compte des conditions matérielles dans lesquelles les chantiers athéniens travaillaient alors, à la veille de la guerre contre Xerxès ; encore médiocres, au moins par comparaison avec ce qu’elles allaient être plus tard, elles entraînèrent nécessairement, sur certains points, des frais considérables.

63 Voir Hdt., VII, 173 (ἐστρατήγεε... Ἀθηναίων) ; VIII, 4 (τòν Ἀθηναίων οτρατηγόν). Une mention des pleins pouvoirs se lit chez Eschine Le Socratique (I Krauss [p. 33-34] : εἰς Σαλαμῖνα ἔhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6υγον, ἑλόμενοι Θεμιστοκλέα στρατηγόν, καὶ ἐπέτρεψαν ὅ τι βούλοιτο τοῖς ἑαυτῶν πράγμασι χρήσασθαι). On en trouve une autre chez Plutarque, qui parle de Thémistocle στρατηγοῦντος αὐτοκράτορας (Arist., 8, 1). Il n’est pas croyable que le titre d’αὐτοκράτωρ ait été octroyé à l’époque des guerres médiques (cf. ibid., Il, 1 : Aristide l’aurait eu à Platées !). Voir M. Scheele, Στρατηγòς αὐτοκράτωρ, diss. Leipzig 1932, p. 6-8. Mais Thémistocle fut désigné comme chef de l’État-major pour les opérations à venir. La primauté qu’on lui accorda sur ses neuf collègues ne saurait être mise en doute : elle ressort, à suffisance, de certains traits de la campagne contre Xerxès, ainsi que l’a bien montré A. Hauvette-Besnault (Les stratèges athéniens, Paris, 1885 [Bibl. des Éc. fr. d’Ath. et de Rome, 41], p. 74). Cf. Scheele, Ο. I., p. 6, n. 12.

64 D’après Plutarque, la chose se fit « quand le Mède, déjà, descendait à l’assaut de la Grèce » (Thém., 6, 1 : Ἤδη δὲ τοῦ Μήδου καταβαίνοντoς ἐπὶ τὴν Ἑλλάδα), et elle ne serait pas allée sans difficultés, vu que Thémistocle aurait eu à écarter un rival en la personne du démagogue Épikydès (ibid. ; Compar. Nie. et Crass., 3, 4 ; [Reg. et imper. apophth.], Them., 3 [185 A]). Quoi qu’il faille penser de l’anecdote, le repère chronologique doit être correct : à l’époque où les Grecs allèrent prendre position dans la vallée de Tempe, qui est l’époque où Xerxès séjournait à Abydos (Hdt., VII, 174), Thémistocle était déjà le stratège des Athéniens (outre Plut., Thém., 7, 1-2, voir Hdt., VII, 173 ; Diod., XI, 2, 5). C’est vers le début du printemps (Hdt., VII, 37) que Xerxès était parti de Sardes pour l’Hellespont, où il ne resta qu’un mois (VIII, 51). L’accession de Thémistocle aux fonctions de général en chef remonte donc au printemps 480. Eschine Le Socratique (l. I.) dit bien que les Athéniens quittèrent leur territoire et ce se réfugièrent à Salamine. après avoir choisi Thémistocle comme stratège » — c’est-à-dire « comme stratège prééminent », ainsi que le prouve la fin de la phrase — mais on ne doit pas déduire du participe aoriste ἑλόμενοι qu’un tel choix, à son avis, aurait précédé immédiatement l’évacuation. Plus haut, tout en dénonçant les intentions du Grand Roi sur la Grèce, à peine a-t-il écrit le mot ἐστράτευσε (p. 33, 1. 9 Krauss) qu’il passe d’emblée à l’événement mémorable de Salamine, sans allusion ni à l’armée terrestre de Thessalie, ni aux combats des Ther-mopyles, ni à ceux de l’Artémision ; en somme, il s’est borné à placer la nomination de Thémistocle à un moment de la στρατεία perse, et il ne contredit nullement que le personnage ait déjà été stratège en 481 /0.

65 De στρατηγòς ordinaire, et non avec pleins pouvoirs. Cf. Corn. Nepos, Milt., 4, 4 : Domi autem créant decem praetores qui exercitui praeessent, in eis Miltiadem.

66 Sur la nature et la genèse de cette erreur, voir infra, p. 48, n. 3. — A en croire plusieurs historiens, Thémistocle aurait déjà été stratège à la bataille de Marathon (p. ex., G. Glotz-R. Cohen, Hist. gr., II [1929], p. 54 ; P. Cloché, La démocr. ath., 1951, p. 38). Cette opinion repose sur une interprétation très contestable d’un passage de Plutarque (Arist., 5, 4) : cf. R. Flacelière, Sur quelques points obscurs de la vie de Thémistocle, dans R.E.A., 55 [1953], p. 17 et n. 6.

67 II est à peine besoin de rappeler quelle influence considérable un stratège possédait à Athènes, et combien lui était facile l’accès de la Boulé. L’histoire des ve et ive siècles offre plusieurs exemples de séances secrètes tenues par cette assemblée à la demande d’un chef militaire ou d’un magistrat civil : voir P. Cloché, L’importance des pouvoirs de la Boulé athénienne..., dans R.E.G., 34 (1921), p. 248-254. L’une d’elles eut lieu en 478 jy, quand Thémistocle proposa son plan de reconstruction des murs à l’insu de Sparte (Diod., XI, 39, 5 ; cf. Cloché, l. I., p. 249). Ni Aristote ni Polyen n’indiquent qu’il ait passé par l’intermédiaire du Conseil pour faire agréer sa proposition sur Maronée. Mais ce que nous savons des rapports des stratèges avec l’Ecclésie impose l’idée que, si telle était sa charge, il ne put entrer d’autre manière en contact avec le peuple délibérant : cf. G. Busolt-H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 1125.

68 G. De Sanctis (Ἀτθίς··2, 1912, p. 377, n. 1) n’a pas saisi la portée de la ruse décrite par Aristote (et Polyen). C’est pourquoi il présente cette ruse sous une forme caricaturale, refusant de croire que Thémistocle ait réussi à faire construire cent trières senza che li Ateniesi sapessero ne volessero. — En écrivant, l’un ἐὰv μὲν ἀρέσκῃ τò ἀνάλωμα..., εἰ δὲ μὴ..., l’autre κἂν μὲν ἀρέoῃ τò πραχθησόμενον..., ἐὰv δὲ μὴ ἀρέῃ..., Aristote et Polyen n’ont nullement signifié que le peuple avait à donner son agrément après l’achèvement des travaux, ni que la somme d’un talent devait échoir à chaque constructeur seulement après livraison d’une trière en ordre de marche. Certes, il faut admettre un contrôle à posteriori, et que la fortune des cent citoyens riches servait de caution. Mais caution et contrôle ne sont impliqués que par le choix des cent πλουσιώτάτοι : il n’est pas permis d’en trouver la mention expresse dans l’alternative conditionnelle. Car il est exclu que το άνάρωμα puisse s’entendre du résultat de la dépense, ou τò πραχθησόμενον, c.-à-d. « l’opération à effectuer », — notons le futur, que Th. Bergk a indûment corrigé en un aoriste πραχθὲv (dans Rh. Mus., nouv. série, 36 [1881], p. 107), — du résultat de la construction (πράττω n’est pas ποιέω !). Certains modernes ont pourtant interprété de la sorte, plus ou moins ouvertement. Typique est la paraphrase fautive d’Aristote et de Polyen présentée par H. Strasburger (art. Trierarchie, dans R.E., VII A, 1 [1939], col. 107) : doch sollte die Summe nur dann dem Bauherrn verfallen, wenn seine Arbeit Billigung fand, bei ungenügender Ausführung war dem Staat das Geld zurüch-zuerstatten.

69 Quand le Conseil siégeait à huis clos, le secret de ses séances était « pleinement respecté du peuple », quoiqu’il s’agît là « d’atteintes (partielles, mais peu contestables) à son omnipotence » : P. Cloché, dans R.E.G., 34 (1921), p. 250.

70 Pour l’Athènes du temps de Périclès, Plutarque a bien mis en évidence l’opulence qu’engendraient les travaux publics de toute sorte, sources de besoins multiples auxquels différents métiers avaient à faire face, pour leur plus grand avantage (Pér., 12, 4-6).

71 Polyen signale que les cent citoyens riches, dans la construction de leurs trières, furent « attentifs à la beauté et à la vitesse » (σπουδῇ χρηαάμενοι κάλλους καὶ τάχους). Cette indication n’est pas forcément du remplissage : le sentiment patriotique était assez fort à Athènes, au début du ve siècle, pour que les ναυπηγοί occasionnels missent toute leur conscience et tout leur amour-propre à satisfaire l’État.

72 Sur la guerre avec Égine, voir infra, p. 172-174. — Selon Cornélius Nepos, Thémistocle aurait pris son initiative bello Corcyraeo, « pendant la guerre de Corcyre ». La circonstance ne correspond, dans l’histoire athénienne, à aucun événement connu ; ce n’est, à mon sens, qu’une inférence fautive à partir d’un élément fourni par Éphore. Après avoir parlé du prétexte que Thémistocle trouva dans la lutte contre les Éginètes, Plutarque explique que cette lutte battait alors son plein et que « les insulaires, grâce à une foule de vaisseaux, avaient la maîtrise de la mer », κατεῖχον οἱ νησιῶται πλήθει veῶv τὴν θάλατταν. La leçon νησιῶται, qui figure dans le ms. S, admet dans les mss UMA une variante Αἰγινῆται. En un autre endroit de la Vie de Thémistocle (25, 2), ayant à choisir entre Θάσον (S) et Νάξον (UMA), R. Flacelière a plaidé pour l’authenticité de la donnée propre à S, l’exemplaire qui, d’ailleurs, « jouit de la plus grande autorité », et montré que celle de UMA devait être le fruit d’une correction (dans R.E.A., 55 [1953], p. 6). De même, dans le témoignage sur la loi navale, on retiendra νησιώται, comme l’ont fait la plupart des éditeurs, et l’on rejettera Αἰγινῆται, qui est issu d’une glose fourvoyée. Cette glose était correcte : en parlant d’« insulaires », c’est bien aux Éginètes précités que Plutarque entend renvoyer le lecteur. Je pense qu’Éphore avait déjà employé le nom commun d’une manière analogue et que, dans des traditions sœurs de celle que suivait Plutarque, l’assimilation nécessaire ne fut pas toujours faite. Aussi bien le pseudo-Nicolas indique-t-il, comme conséquence de la mesure thémistocléenne, que les Athéniens arrivèrent à dominer « les îles et les Éginètes » (un renseignement qu’Aelius Aristide ne lui offrait pas, mais qu’il avait peut-être trouvé, sans recherche spéciale, dans la littérature exégétique sur cet auteur [cf. p. 42, n. 1]) : κρατοῦσι τῶν νήσων καὶ τῶν Αἰγινητῶν. Du moment qu’il n’était pas rapporté aux Éginètes, le terme νησιῶται devait exciter l’imagination des commentateurs. Le résultat de leurs recherches, exposé en long et en large, était capable de repousser au second plan la mention d’Égine — voire de l’étouffer complètement, ce que nous constatons chez Nepos. Comment fut-on aiguillé vers Corcyre ? A cause de cette « foule de vaisseaux » qu’auraient eus les « insulaires » (πλήθει vεῶv chez Plutarque). Un célèbre passage de Thucydide (I, 14, 1 : cf. supra, p. 13) signale que, dans les années précédant la guerre contre Xerxès, les deux marines importantes de la Grèce étaient celle des Siciliens et celle des Corcyréens, États où des trières furent produites « en foule » (τριήρεις... ἐς πρῆθος ἐγένοντο). Ajoutée au fait que, dans la guerre contre Égine, les Corinthiens, ennemis invétérés de Corcyre, prêtèrent des vaisseaux aux Athéniens (Hdt., VI, 89 ; Thuc, I, 41, 2), cette indication pouvait créer le sentiment qu’Athènes et Corcyre avaient été ennemies sur mer. Il s’agissait en effet d’expliquer comment, dès avant les combats de Salamine, Athènes était devenue la thalassocratie de la Grèce. Thucydide (I, 13, 5) insistait sur le fait que l’apparition d’une importante marine corinthienne avait provoqué l’anéantissement de la piraterie : c’est un détail très favorable à l’interprétation suggérée ci-dessus que Cornélius Nepos ait justement lié la guerre « avec Corcyre » à l’écrasement, par Thémistocle, de prétendus maritimi praedones.

73 Clisthène avait porté le nombre des naucraries de 48 à 50, pour l’adapter à la répartition en dix tribus. Ce renseignement de Cleidémos (323 F 8 Jacoby) ne peut être révoqué en doute. C’est à tort qu’on lui a opposé un passage d’ Aristote (Constit. d’Ath., 21, 5), où l’institution des dèmes est présentée comme ayant amené la suppression des naucraries : Aristote a mêlé à la question des considérations d’ordre territorial qui n’y avaient que faire. Il faut voir dans les naucraries — au moins dans celles de Clisthène — non point des circonscriptions (comment les concilier avec le système des 30 trittyes ?), mais des groupements de personnes, de citoyens « imposables » auxquels incombait la tâche, assignée un siècle et demi plus tard aux cent symmories (Cleid., I. L), de fournir l’État en navires de guerre. Voir notamment : K. J. Beloch, Griech. Gesch. 2, I, 2 (1913), p. 325 ; G. Busolt - H. Swoboda, Griech. Staatsk., II (1926), p. 881-882 ; 882, n. 1. — A l’époque ancienne, chaque naucrarie était tenue de fournir un vaisseau : Pollux, VIII, 108.

74 L’intérêt d’Éphore pour le socialisme d’État et les communautés égalitaires n’était pas moins vif que celui de son maître Isocrate : cf. R. Von Pöhlmann (-Fr. Oertel), Gesch. d. sozialen Frage u. d. Sozialismus in d. ant. Welt3, Munich, 1925, I, p. 81, 91, 108, 113.

75 P. ex. H. Francotte, Mélanges de droit public grec, Liège-Paris, 1910 (Bibl. Fac. Philos, et Lettres Univ. Liège, série gr. in-8°, 4), p. 8-11, 22-23. Francotte envisage séparément la période antérieure à 411.

76 Br. Keil, Griech. Staatsaltertümer, ap. A. Gercke-Ε. Norden, Einl. in die Altertumswiss.2, III (1914), p. 379-382 ; G. Busolt, Griech. Staatsk., I (1920), p. 457-459.

77 Polyen : Ταῦτα μὲν ἒδo ξεv.

78 Notamment : μόνος εἰπεῖv ἐτόλμησε (Plutarque), μόνος... ἐτόλμησεν ἀνταπεῖν (Aelius Aristide), oἱ πεpὶ τῶν ἐκ Λ. χρημάτων λόγοι (Libanios).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 657k

© Presses universitaires de Liège, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search