Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Appendice

Texte intégral

I. Minute de l'arrêté royal relatif à la marche des troupes sur Bruxelles1.

  • 1 R.A. Staats Secretarie, geheim, 17 septembre 1830, Q 32. Steurs, dans son introduction à l’inventai (...)

1’s Hage, den 17 sept. 1830. Q 32bis.

2Onze beminde Zoon Prins Frederik der Nederlanden wordt, bij dezen, gemagtigd om, zoodra het hem genoegzaam zal blijken, dat ( : zoo als thans wezenlijk reeds het geval schijnt te zijn :) de wensch der goede burgerij van Brussel of wel nieuwe tooneelen van brandstichting en plundering, of wel de geheele miskenning van het wettig gezag in gezegde stad, aanleiding geven om de troupes derwaarts te rigten, eene in allen opzigte voldoende sterkte daar henen te zenden of aantevoeren.

3Z. K. H. zal de noodige schikkingen maken, ten einde, te gelijk met het gerugt der militaire bewegingen in Brussel eene proclamatie inkome ; in den geest van het hier bijgaande ont-werp, doch, naar de omstandigheden gewijzigd, aangevuld of verkort.

4Die proclamatie zoude met voorzorg van geheimhouding, aan het Hoofd Kwartier kunnen gedrukt worden, zoo wel in piano om aangeplakt, als in klein formaat om verspreid te worden, niet alleen in Brussel, maar ook langs den weg en onder het leger. Een afschrift daar van zal insgelijks, op eene geheime wijze, aan den heer gouverneur der provincie Zuid-Braband, en aan den Heer Greban, Raad bij de algemeene Nederlandsche Maatschappijte Brussel, en op eene officiele wijze, aan het stedelijke bestuur en aan den kommandant en de voorposten der Burgerwacht be-hooren toegezonden te worden. Indien er eenigen tegenstand wordt gevreesd, zullen de meest geschikte maatregelen dienen genomen te worden, ten einde de stad met zoo weinig mogelijke bloedstorting en beschadiging, doch op eene vaste en beslissende wijze te bemagtigen.

5Na dat degene zal zijn geoccupeerd, zal :

    • 2 A Anvers le 30 août 1830. DE BAS, O. C, pp. 354-355.

    In navolging van het gene door Hunne Koninklijke Hoogheden te Antwerpen is verrigt2, een behoorlijke verband moeten worden daargesteld tusschen de militaire en burgerlijke magt tot onderling gerief en verzekering van rust ;

  1. De Commission de Sûreté en de Raad of Staf der Burger-wacht moeten worden ontbonden en in plaats der eerst genoemde eene stedelijke kommisie moeten worden aangesteld, om werk en understand aan behoeftigen te bezorgen ;

  2. De sterkte der Garde Urbaine op eene mindere schaal gebragt, en haar personeel gezuiverd moeten worden ;

  3. Door het Stedelijk bestuur maatregelen dienen te worden genomen tegen de attroupementen, met last aan de militaire magt om daar aan de hand te houden ;

  4. De meeste zorg moeten worden aangewend, met opzigt tot de politie over de vreemdelingen en alle verdachte personen van dien aard zoo veel mogelijk dienen verwijderd te worden.

6’S Gravenhage, den 17 September 1830.

  • 3 R.A. Kabinet, 61 I.

7Les minutes de la proclamation en néerlandais et en français accompagnent ce document. Elles ne diffèrent qu’en deux points de la proclamation du Prince imprimée à Anvers chez la veuve L. P. Delacroix, imprimeur du gouvernement3 et publiée par DE BAS dans sa biographie du prince Frédéric aux pages 408-410. Les mots « le Comité de Sûreté », aux articles 2 et 6, sont barrés dans le texte. Mais, comme de Pestre écrit au Roi le 21 septembre 1830 d’Anvers (Gedenkstukken X, 4, p. 139) : « S. A. R. le prince Frédéric avait donné à l’impression la proclamation telle qu’elle avait été envoyée... », on peut présumer que ces ratures n'auront pas été maintenues.

II. Lettre du prince Frédéric à son frère Guillaume4.

  • 4 R.A. Kabinet. Politieke Gebeurtenissen, 61 1.

8Hors la porte de Scarrebecke, ce 27 septembre 1830 à 4 heures du matin.

9Mon cher Guillaume,

10Dans cet instant M. Engelen vient de me remettre votre lettre d’hier, et je m’empresse d’y répondre. Hélas, je ne peux que vous donner de mauvaises nouvelles, car depuis le départ de Constant notre situation s’est empirée au point que j’ai cru devoir donner l’ordre de retirer ce matin les troupes hors de Bruxelles pour prendre la position de Dieghem. Hier, vers le soir, les révoltés se sont portés en masse vers le parc, et y ont fait un feu si terrible que les troupes ne pouvaient plus tenir à l’intérieur, en même temps ils ont mis le feu au palais du Roi, dans la partie que j’occupe en jettant des petites balles enflammées depuis la maison d’accoté dont ils s’étaient rendus maître.

11Devant quitter le palais nous étions réduit à la défense de la rue Ducale et n’avions plus qu’un long boyau à occuper et maintenir, mais qui a une quantité d’issues sur le flanc, par lesquelles les troupes pouvaient être coupées.

12La position me parut donc devenir trop dangereuse pour la maintenir plus longtemps, sans risquer la perte entière des troupes.

  • 5 Louise-Augusta-Wilhelmina-Amelia, fille du Roi de Prusse Frédéric-Guillaume III et femme du prince (...)

13Adieu, mes respects et amitiés à toute la famille et surtout mille choses amicales à Louise5.

14Communiquer tout ceci, je vous en prie en mon nom au Roi. Pour la vie,

15Votre fidèle et dévoué

16Fritz.

III. Lettre du baron Robert Fagel, ministre des Pays-Bas à Paris, 25 septembre 1830, au ministre des affaires étrangères, Vers-tolk van Soelen6.

  • 6 R.A. Buitenlandsche Zaken, 648.

17Le 11 septembre 1830, le Roi transmet à Verstolk van Soelen une lettre datée de Paris, 30 août 1830, d'un jeune étudiant maastrichtois D. van Oosterhoudt, qui séjournait à Paris depuis trois mois : « On organise ici un corps de 5.000 « Zuid Neder- » landers », bien encadré, destiné à partir pour Bruxelles au premier signal. » Le Roi demande à Verstolk d'obtenir du ministre à Paris des informations précises à ce sujet. Voici la réponse de Robert Fagel.

18Ontv(angen) 28-9-1830. Exh(ibitum) »

19Paris, le 25 septembre 1830.

20Monsieur le baron,

21Curieux de connaître la vérité des bruits répandus à Paris d’un bureau d’enrôlement pour la Belgique dans un des cafés de la ville, j’ai cherché à obtenir quelques renseignements exacts à cet égard. Les voici tels que je les ai recueillis, comme par moi-même. Il existe en effet un café, dit Belge, près d’un des nouveaux passages, nommé Verododat, d’après son fondateur, dans la rue Grenelle Saint-Honoré. Beaucoup de personnes de la classe la moins aisée s’y réunissent. Le local y prête moyennant un jardin et deux salles de billard. Un appartement décoré de grands drapeaux tricolores aux couleurs belges, au premier, loué séparément à cet effet, est plus particulièrement affecté à la discussion de nos affaires. Les orateurs d’hier soir, tout en proposant de courir au secours de la liberté menacée en Belgique, prétendaient avoir des ordres d’une commission dans Paris même, qui fournirait au besoin les fonds nécessaires pour défrayer ceux qui désireraient s'enrôler pour la cause : au milieu de tumulte d’une pareille réunion paraît clairement le manque de fonds. Un des orateurs lisait une lettre soi-disant de M. de Potter, annonçant que la cause des Belges était perdue, si on ne se hâtait d’aller à son secours. D’autres accusaient hautement M. de Celles, et les autres députés belges qui se sont rendus à La Haye, de trahison, de s’être vendus au gouvernement, et répétaient que M. d’Hooghvorst et le Prince de Ligne méritaient seuls la confiance.

22Cette assemblée me paraît un ramassis de brouillons et de gens qui ne cherchent autre chose que de faire du bruit, sans autre plan arrêté ; à travers beaucoup de confusion, des orateurs cherchaient à faire croire que des ordres émanés d'une autorité supérieure leur défendaient de sortir, plus de deux à deux, et que le rendez-vous de leurs troupes était dans quelque village sur la route de Flandre.

23Tout cela ne me paraît pas dangereux et je vois dans ce rassemblement, plus de germes de désordres locaux, que de véritables obstacles aux mesures de notre gouvernement.

24Les membres de cette réunion se questionnant entr’eux, désignaient Quiévrain, Mons, Liége, comme les points principaux de direction, et le projet d’après les circonstances de faire une guerre de guerillas.

Notes

1 R.A. Staats Secretarie, geheim, 17 septembre 1830, Q 32. Steurs, dans son introduction à l’inventaire des archives du commandant en chef de l'armée en a publié une partie. Inventarissen van Rijks en andere archieven 1930, p. 224 et De Bas, O. C, p. 399.

2 A Anvers le 30 août 1830. DE BAS, O. C, pp. 354-355.

3 R.A. Kabinet, 61 I.

4 R.A. Kabinet. Politieke Gebeurtenissen, 61 1.

5 Louise-Augusta-Wilhelmina-Amelia, fille du Roi de Prusse Frédéric-Guillaume III et femme du prince Frédéric.

6 R.A. Buitenlandsche Zaken, 648.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search