Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre X. Conclusions.

Texte intégral

1La véritable physionomie des journées de Septembre. — L’attitude de la bourgeoisie, de la noblesse, du clergé et du peuple. — Les mobiles profonds qui poussent les patriotes. — Caractère foncièrement belge de ces journées : importance minime de l’élément français.

2Nous avons exposé dans le détail les événements qui se sont déroulés à Bruxelles et en province, pendant les journées de septembre. Nous voudrions en dégager quelques conclusions. Les journées de septembre ont donné à la Belgique son indépendance. On a très vite conclu qu’il y avait eu un soulèvement général. A Bruxelles, quelques chefs étaient des étrangers et parmi eux plusieurs étaient Français ; on a déclaré que le mouvement était français ; à Bruxelles, les prolétaires se sont battus avec une énergie farouche, alors que les leaders bourgeois gagnaient l’étranger, et on a prêté au peuple des intentions sociales donnant à son attitude les allures d’une lutte de classes. Nous voudrions maintenant au terme d’une étude critique, où nous n'avons jamais employé que des documents contemporains et dignes de crédit, rétablir la vérité historique.

3Les journées de septembre ont un caractère tragique ; ce sont des jours de désespoir, de noirs soucis, des jours de deuil. Sur Bruxelles pèse pendant ces moments une lourde menace et tous les Bruxellois tremblent. Pour les patriotes, ce sont des heures terribles ; ils ne sont qu'une poignée pour résister à une armée solide, et tous leurs espoirs s’effondrent. Pour le peuple, ce sont des jours de famine ; il n’y a plus de travail, il n’y a plus de pain. Il crie misère. On a fait du mélodrame, de la tragi-comédie avec ces combats du Parc. Rien n’est plus faux. Tout cela, parce qu’on a oublié que le premier mouvement révolutionnaire n'a été déclanché que par une minorité. Sans doute bien des gens sont de cœur avec les combattants, mais ceux-ci sont peu nombreux. Les succès évidemment en grossissent le nombre ; mais ceux qui n’ont jamais désespéré de la cause nationale, ceux-là qui n’ont pas craint de s’opposer à la force armée sont rares, et ils sont rares dans toutes les révolutions. Cela n’a rien qui nous étonne. Les révolutionnaires sont toujours une minorité, mais une minorité agissante. Ne sont révolutionnaires que les intrépides et les audacieux ; la masse des hommes pondérés et réfléchis ne pousse jamais à la violence. Avant d’abattre un régime, ils veulent savoir par quoi on le remplacera, tandis que les révolutionnaires ne savent pas eux-mêmes où ils vont.

4Au début, l’idée de la séparation a recueilli beaucoup de sympathie dans toute la Belgique, sauf à Anvers et à Gand. Séparatistes, beaucoup de Belges le furent, mais de là à passer à la guerre civile, il y avait un abîme. Cet abîme, seuls les exaltés le franchissent et ils se lancent dans une folle équipée. Les patriotes, qui vont à l’aventure, sans trop se soucier de ce qui sortira d’une lutte ouverte, ont pourtant des mobiles puissants qui les poussent à agir de la sorte.

5Ces patriotes veulent la liberté. A leurs yeux, la séparation paraissait amplement suffisante pour leur permettre de conquérir la liberté. Être libre, c’est le leitmotiv de tous les articles des journaux belges de 1830. La liberté est le grand rêve, mais il ne peut être accompli que si l’on vit séparé d’un peuple qui n’a ni les mêmes goûts, ni les mêmes idées, ni les mêmes besoins, ni les mêmes intérêts.

6Au 6 septembre, on le croit réalisé. Erreur : la lourde machine parlementaire doit être mise en action. La lenteur des discussions excède les patriotes ; les préparatifs militaires les mettent en défiance. Ils songent à s’armer, non pour attaquer, mais pour se défendre. La soumission du pays par la force armée ruinerait tous les espoirs qu’ils ont mis dans la séparation qu’un roi victorieux n’appliquerait jamais. Pour les patriotes exaltés, un recours à la guerre civile est envisagé. Dès lors le fossé se creuse, au sein même des séparatistes : une scission est inévitable. Les gens pondérés et réfléchis se séparent des exaltés. Jusqu’ici les premiers savaient où l’on allait ; du jour où les exaltés ne reculent plus devant l’éventualité d’une guerre civile, du jour où l’on fait ce saut dans l’inconnu, bien des patriotes abandonnent la lutte. Il n’y a donc plus pour résister au pouvoir royal que les audacieux, les intrépides. Ils se préparent à la défense, mais comme la dissension a tout gâté, que la situation lamentable du peuple l’a poussé à des excès, la défense présente si peu de chances de succès que les révolutionnaires voient leur nombre se fondre, et ils ne constituent plus qu’un noyau. Dans ces moments, ils n’ont qu’un but, empêcher l’entrée des troupes dans Bruxelles et ils ne voient pas plus loin. Une fois l’armée arrêtée, puis repoussée, tout change : la lutte s’est faite pour libérer la patrie : on proclame l'Indépendance nationale. Le décret du Gouvernement Provisoire du 4 octobre fait connaître à tous que le but poursuivi est atteint.

7Dès que la victoire est acquise, le fossé qui sépare « exaltés » et « modérés » se comble. Le but était le même : la liberté. Les moyens différaient pour établir le régime qui assurerait cette liberté.

8La Révolution de 1830, ce n’est donc pas au début un soulèvement formidable. Il y a des révolutionnaires actifs, dévoués, courageux, mais à côté combien de timides, combien de grincheux, combien d’opposants !

9Les timides, ce sont les « légaux ». Il y en a dans toutes les villes et ils excitent la verve des journalistes patriotes et l’indignation des insurgés. Ils ont peur et veulent rester dans les bornes strictes de la légalité. Ils sont loin d'être hollandophiles, car ils sont séparatistes, mais ils attendent leur salut des délibérations de La Haye. Les députés « belges » aux États Généraux, Stassart excepté, sont de ces gens-là, et beaucoup de bourgeois pensent comme eux.

10On ne peut pas les blâmer ; ils réfléchissent et croient sincèrement qu’une opposition est vouée à un échec certain. Ils n’ont par la foi dans un triomphe populaire. Ils le craignent d’ailleurs, ce sursaut populaire, qui seul pourrait après bien des malheurs, donner la victoire. 1789, le 1789 français, n’est pas loin. La Révolution à leurs yeux, c’est le soulèvement de la masse qui souffre ; c’est le pillage, la dévastation, des calamités sans nombre. Cette masse une fois ébranlée, où l'arrêter ? La tournure qu’ont

  • 1 Prince de Ligne, Souvenirs et Portraits, 1830-1856, publiés avec une introduction et des notes par (...)

11prise les soulèvements populaires, fin août, est un avertissement pour les classes dirigeantes. Elles sont parvenues, non sans peine, à rétablir un ordre sérieusement menacé ; elles ne songent nullement à rendre au peuple une liberté dont elles craignent qu’il ne fasse mauvais usage. Aussi, elles donnent tous leurs soins pendant ce mois de septembre, à soulager la détresse des miséreux, que la crise politique qui se double d’une crise économique, a rendue affreuse. La noblesse n’a pas plus de sympathie pour un mouvement violent, bien qu’elle soit en très grosse majorité séparatiste. Un de ses représentants les plus éminents, le Prince de Ligne, explique bien, dans ses Souvenirs, sa conduite et celle de beaucoup de nobles. « J’étais ennemi du roi Guillaume. Je voulais la séparation administrative de la Belgique d’avec la Hollande, mais non une révolution, dans la crainte d’entraîner le pays dans un de ces abîmes dont on ne sait jamais comment l’on sort et au milieu desquels le hasard seul guide les nations1. » Aussi la noblesse se renferme dans ses châteaux et ne prend pas part aux combats.

  • 2 « Il n’est pas rare d'entendre dire encore à la campagne que si le roi Guillaume était resté encore (...)
  • 3 Bergmann à Van Maanen, 29 août. (Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 66.)
  • 4 Van Doorn à Van Maanen. Audenarde. (Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 161.)
  • 5 Moens, op. cit., 258.

12Le clergé montre plus d’empressement ; jamais il ne contrecarre les révolutionnaires, jamais il ne les rappelle au calme. C’est surtout le clergé subalterne qui est gagné à l’opposition et il sait exciter les masses2. Dans certains endroits, à Anvers et à Lierre notamment, les prêtres font tout pour mettre en mouvement les basses classes3. En Flandre, il reste sur la réserve ; il se tait, mais son silence est considéré comme une approbation de l’opposition4. Il est d’ailleurs de l’opposition : il n’aime pas la Hollande protestante et n’a pas oublié les tracasseries dont il a été l'objet. Son attitude est logique et la phrase d’un abbé orangiste, Moens, « Tout le monde a pu remarquer, à la révolte de septembre, que le clergé aurait pu montrer plus de sympathie pour la monarchie des Pays-Bas5 », est touchante de candeur. Toutefois, le clergé ne se jette pas tête baissée dans la mêlée. Avant les victoires de septembre, il reste assez calme. Les dangers d’une révolution n’échappent pas aux prêtres réfléchis. Les Quatre Glorieuses ne sont pas loin et elles ont été anticléricales. Ce n’est pas que ces prêtres redoutent que le mouvement en Belgique prenne semblable allure, mais la crainte d’un retour à la France, solution redoutée pour le lendemain d’une résistance victorieuse, inquiète le clergé.

13Néanmoins il a aussi ses têtes chaudes, ses patriotes fanatiques qui excitent à la révolution, tel cet abbé Janssens de Nivelles, ou ce curé d’Aywières qui, le 23 septembre, adjure Charles Rogier de rentrer à Bruxelles, tel encore cet Antoon, chapelain à Louvain, qui manœuvre un canon le 23 septembre.

  • 6 Buffin, op. cit., I, 84. Mémoires Chazal.
  • 7 Kist, De Belgen voor, gedurende en na den opstand, Rotterdam, 1832 ; 139.
  • 8 Rey à Louis, 30 septembre. (Gedenkstukken, 1830-1840, II ; 32.)
  • 9 « Geestelijkheid verklaarde zich in het algemeen niet tegen de revolutie » dans un cahier de notes, (...)
  • 10 Bartels, op. cit., p. 241.

14Dans les campagnes des environs de Bruxelles, des prêtres bénissent les rebelles, qui partent au combat6 et font prier pour le succès de la lutte7. Certains d’entre eux même courent à Bruxelles8. Mais la participation active de l’ensemble du clergé à la régénération de la Belgique est du mois d’octobre. Il s’est rallié sur-le-champ9 et, par l’influence énorme qu’il possédait, a contribué largement au succès d'une révolution « qu’il pouvait se reprocher de ne pas avoir suffisamment secondée dans ses premiers mouvements10 ». Le clergé, la noblesse et la bourgeoisie, dans leur ensemble, attendent les événements ; ils laissent à une minorité, qui compte d’ailleurs des représentants de toutes classes sociales, la tâche formidable de résister à l’armée. Mais parmi les censitaires, il n’y a pas que des sympathisants ; la bourgeoisie compte bon nombre d’industriels et de commerçants qui sont orangistes par intérêt, nullement par sentiment, et qui rendent difficile la tâche des patriotes. En cela, ils sont aidés par des régences restées fidèles à leur devoir. On a exagéré la faiblesse du pouvoir civil en septembre 1830 en Belgique. Sans doute, dans quelques villes, le bourgmestre et les échevins ont très vite cédé ; encore ces villes sont-elles rares, et il y a bien des exemples de régences qui s’acharnèrent à maintenir la fidélité à Guillaume. Des parquets, par ailleurs, ne sont pas restés inactifs.

15Comme on le voit, la tâche des insurgés n’était pas très aisée, et la timidité des modérés ne peut pas leur être imputée à crime. D’ailleurs une fois la victoire acquise, le fossé entre modérés et révolutionnaires se comble. Les premiers étaient Belges aussi, mais il leur manquait l’audace et surtout la confiance.

***

16Les révolutionnaires sont donc peu nombreux. Ce sont des hommes d’action, des impulsifs.

17A Bruxelles ce furent des journaliers et des artisans, assistés de quelques rentiers, qui prirent l’initiative de la résistance armée ; dès le lendemain, de la Wallonie accoururent des journaliers, des mineurs, des serruriers, guidés par des grognards de Napoléon, ainsi que par quelques industriels patriotes.

18La présence de ces bourgeois, si peu nombreux furent-ils, suffit pour démolir une thèse, échafaudée hasardeusement, qui ne veut voir dans la révolution de 1830 qu’une insurrection prolétarienne.

19A Bruxelles, le fabricant Bonnel équipe ses ouvriers, les nourrit, les conduit aux barricades ; de Charleroi, de Dorlodot arrive à la tête de ses verriers ; James Hodson et ses fileurs accoururent de Verviers à Liége.

20Il n’y a pas de révolte des journaliers contre les patrons ; pourvu que les bourgeois soient prêts à marcher, le peuple ne demande qu’à unir ses efforts à ceux de ses maîtres. Mais sitôt que la bourgeoisie montre des tendances modérées, le peuple s’irrite. Car le peuple n’aime pas le « Hollandais », il est le tyran, le maître abhorré, et c’est sur lui qu’il rejette tous ses malheurs.

21Le peuple des grandes villes, qui souffre du ralentissement des affaires et qui manque de pain, désire chasser le « Hollandais . Il croit qu'une fois libre, il sera plus heureux.

  • 11 II y a un relevé complet des pillages commis en Belgique depuis le 25 août 1830 jusqu'en 1831. Pend (...)

22C’est une insurrection nationale, non un soulèvement social. Si le peuple qui criait famine, avait été poussé par des préoccupations purement matérielles, s’il n’avait pas eu la haine du Hollandais, il aurait profité à Bruxelles, des journées troubles des 19, 20, 21, 22 septembre pour se jeter sur les propriétés des bourgeois et des riches. Il n’en a rien fait, alors que rien ne l’en empêchait11. Les mineurs du pays de Charleroi, les verriers et tous les journaliers, s’ils avaient répondu à l’appel de la faim et au désir d’assouvir des ressentiments de classe, n’auraient pas gagné Bruxelles, conduits par leurs patrons, pour satisfaire leurs appétits. Ils l’auraient fait sur place en pillant les demeures patriciennes. Il reste cependant que des soucis matériels ont aigri le peuple et que la situation déplorable du prolétariat en 1830 a eu ses répercussions sur les événements politiques d'août et de septembre.

23Sans le peuple, on serait toujours resté dans la légalité. Comme il n’a pas peur d’un recours à la violence, il ne voit pas tous les obstacles qui s’opposent à la victoire et il se jette dans la lutte. A Bruxelles, il est avec les extrémistes de la Réunion Centraie ; en province, c’est lui qui mène l’assaut contre toutes les forteresses. Sans doute, il est poussé par l'instinct national, mais la faim qui le tourmente l’excite aussi.

  • 12 Cf. ci-dessus, p. 219. Cependant l’arrêt du travail dans certaines fabriques à la fin de septembre (...)
  • 13 Les chansons sont caractéristiques de cet état d'esprit. Supplément aux Esquisses Historiques, 260- (...)

24Là où il a du travail, il reste bien plus calme. A Gand, il ne bouge pas12, à Saint-Nicolas non plus, mais à Tournai où l'exploitation des carrières est arrêtée, son exaltation redouble. Le malheur du peuple est bien une des causes profondes de la Révolution. Sa misère l’a poussé à la révolte, mais il se serait résigné à son sort lamentable, s’il n’avait pas eu des sentiments patriotiques confus, mais vivaces. Il déteste cordialement le Hollandais qui est l’agent de la tyrannie royale et la pensée que l'armée « hollandaise », — telle lui apparaît l’armée royale —, pourrait faire peser une domination tyrannique sur le pays lui est intolérable13. C’est avec une énergie farouche et désespérée que le Marollien a arrêté l’armée aux Portes de sa ville ; c’est avec la même énergie patriotique que les gens de Pierreuse ont fait l’investissement de la citadelle de Liége et qu’à Namur les habitants des quartiers populaires ont repoussé l’ennemi dans la forteresse.

***

25Le combattant de septembre veut délivrer son pays du régime « hollandais ». Certains auteurs prétendent qu’il ne souhaitait se libérer de la domination « hollandaise » que pour se mettre sous la domination française. Le mouvement de septembre est un mouvement francophile dirigé par des Français et qui n’a réussi que grâce à l’appui de la France : voilà leur théorie qui paraît séduisante au premier abord. Les Quatre Glorieuses auraient surexcité le peuple belge qui, ainsi préparé, a répondu le 25 et le 26 août avec empressement aux belles paroles des agents secrets des sociétés républicaines parisiennes ; ces agents qui ont vu d’un très mauvais œil la direction imposée au mouvement par la bourgeoisie ont continué leurs menées sourdes et ont poussé le peuple aux solutions extrêmes. Ce sont eux qui inspirent les clubs avancés comme la Réunion Centrale, et aux jours de l’attaque, seuls, ce sont eux qui restent au poste, alors que les chefs belges prennent la fuite. C’est à eux qu’on doit le triomphe du Parc, mais une fois celui-ci assuré, une fois le Gouvernement Provisoire constitué, les chefs revenus de Valenciennes les auraient chassés de leur position et auraient donné à l’insurrection une allure nationale.

26Ces auteurs ajoutent que, seule des grandes puissances européennes, la France était favorable à la Révolution belge et que c’est à son appui et à ses secours que la Belgique doit son indépendance. Parmi ces écrivains il y a à la fois des pannéerlandais, refusant au concept « nation belge » toute valeur et des Français chauvins, qui aiment à croire que rien ne s’est fait sans eux. Leur théorie ne résiste pas à un examen critique sérieux.

27Sans doute la Révolution de Juillet a causé en Belgique de l’agitation et il est incontestable que des agents secrets français se sont remués. A Bruxelles, ils ont dû jouer un rôle les 24 et 25 août, rôle bien difficile sinon impossible à caractériser : ils ont réussi à faire arborer à l’hôtel de ville le drapeau bleu-blanc-rouge, mais la faveur populaire les a très vite quittés et, sans aucune difficulté, un Ducpétiaux remplace le drapeau français par les couleurs noir-jaune-rouge. En Wallonie, fin août, Verviers et le pays de Franchimont manifestent seuls des sympathies pour la France, mais là aussi on abandonne très vite les couleurs françaises pour les anciennes couleurs verviétoises ou liégeoises. Le fait d’ailleurs que les couleurs françaises sont arborées là où l'on a pillé les fabriques, et où le mouvement a pris un caractère prolétarien très marqué n’est pas qu’une simple coïncidence.

28Les drapeaux français qu’on a arborés à Bruxelles et à Verviers, pendant quelques heures, le 26 août, et la Marseillaise que le peuple a clamée ne constituent pas des indices d’une sympathie profonde : le drapeau tricolore c’est l’emblème de la révolte ; la Marseillaise, en 1830, c’est l’hymne révolutionnaire de tous les prolétaires soulevés. A Aix-la-Chapelle aussi, il y a des émeutes fin août ; on y arbore aussi le drapeau tricolore français, on y

29chante aussi la Marseillaise. Ce fut d’ailleurs en entonnant ce chant que les tisserands anglais manifestèrent leur sympathie pour le mouvement révolutionnaire parisien et traduisirent les aspirations de leur classe.

30Ainsi donc les agents français à Bruxelles n’ont pas trouvé l’accueil qu’ils espéraient.

  • 14 Juste, La Révolution Belge de 1830, II, 181.
  • 15 Juste, op. cit., II, 197. Réponse de Gendebien aux questions contenues au procès-verbal de la Réuni (...)
  • 16 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830. Bruxelles 1830, pp. 5-6.

31Une fois la bourgeoisie à la tête de l’opposition, elle lui imprime une direction nettement nationale, bien que modérée. La volonté nationale apparaît dans les envois d’adresses des régences au roi : aussi bien de Bruges que de Tournai, de Louvain que de Verviers, de Courtrai que de Mons. Les ultras ne sont pas plus francophiles. C’est un des leurs, Lesbroussart, qui écrit le 9 septembre à de Potter : « Les journaux du Nord rabâchent constamment que nous voulons devenir Français, tandis que la volonté contraire n’a jamais été plus généralement, plus fortement manifestée14. » Aussi une fois les modérés dépassés par ces extrémistes, ceux-ci n'impriment pas au mouvement une direction différente : « Le but du plus grand nombre des membres de la Réunion Centrale est l’affranchissement de la Belgique sous une même dynastie.15 » La position des patriotes à l’égard de la France est admirablement marquée dans une brochure répandue en septembre dans Bruxelles, Le Petit Catéchisme du Citoyen Belge en septembre 1830. A l’affirmation des Hollandais qui accusent les Belges de nourrir le regret et le désir de la domination française, Le Patriote répond : « C’est une calomnie absurde autant qu’odieuse. — Prouvez l’absurdité ! — Un désir de cette nature ne saurait avoir que deux causes, que deux motifs : les intérêts matériels, les affections. Bruxelles, une des capitales du Royaume, jusqu’ici résidence royale, pouvait envier à La Haye sa Haute Cour, plusieurs centres d’administration, mais tombe-t-il sous les sens que Bruxelles désirât redevenir simple chef-lieu d’un département français ? Anvers appartenant à une puissance nécessairement protégée par l’Angleterre ne voit-il pas son commerce plus en sûreté que s’il devenait port de France ; que s'il faisait partie de cette France, dont (à part quelques trêves) les rois des mers seront toujours les mortels ennemis ? La mesure que met dans sa conduite présente la métropole de notre commerce intérieur démontre assez que celui-ci est loin d’espérer l’occasion d’un envahissement étranger16. »

  • 17 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, Bruxelles 1830 ; 5-6. Un rapport du (...)

32Autre grief contre les Français : « L’un de nos principaux griefs contre la suprématie hollandaise est le monopole des emplois lucratifs : les Français l’ont-ils moins exercé chez nous ? Suppose-t-on que nous l’ayons oublié ou bien que nous ayons la niaise confiance qu’ils en agiraient cette fois avec plus de désintéressement17 ? ».

  • 18 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, Bruxelles 1830 ; 5-6. Un rapport du (...)

33Quant aux affections réciproques, on les exagère. « Entre les Français et les Belges, il existe bien moins de sympathie que l’irréflexion ne croit en apercevoir : et d’abord quant à la religion, incrédules pour plus des nonante-neuf centièmes, ils traitent de superstition notre christianisme de bonne foi ; une tournure d’esprit tout autre les rend insensibles à notre genre de mérite, leur en donne un qui nous manque et dont leur vanité se prévaut sans ménagement, il n’est pas jusqu’aux habitudes les plus indifférentes de notre population flamande, dont plusieurs ne soient pour le français un objet de blâme, de dédain et presque de dégoût18. »

  • 19 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, 6.

34En Wallonie, on pensait différemment ; la France y jouissait certes de plus de sympathie, mais ce n’est pas cette sympathie qui conduit à Bruxelles les volontaires de Bogier, les mineurs de Charleroi, les Tournaisiens. Ces gens n’ont qu’un but : délivrer leur patrie de la « domination hollandaise ». Dans la masse belge en septembre 1830, il n’y a pas de goût marqué pour la réunion avec la France : « les Belges n’ont aucune envie de se donner à la France », et ils ne veulent de secours français qu’au cas d'une intervention prussienne en faveur de Guillaume 1e r . « Si la lutte vient à s’engager entre la nation hollandaise et la nation belge, seuls nous la soutiendrons aussi longtemps que notre adversaire se présentera seul au combat : nous nous penserions déshonorés d'introduire un tiers dans cette espèce de champ clos ; mais nous ne verrions ni honte, ni félonie, à opposer le coq à l’aigle si ce dernier intervenait dans la querelle des deux lions » et on considérerait « comme une calamité très grande » ce recours à la France, mais « de beaucoup préférable encore à l’horreur de voir les Hollandais rentrer chez nous en maîtres châtiant des esclaves19 ».

  • 20 Sur l’attitude de la France au début de la Révolution belge, lire l’article du chanoine de Lannoy, (...)
  • 21 Pétition aux sénateurs et représentants de Belgique par le vicomte de Pontécoulant, 1835 ; 80-81.
  • 22 Ibidem.
    Gabriel Perreux, AUX temps des sociétés secrètes. La propagande républicaine au début de la (...)

35Officiellement d’ailleurs, il ne viendra pas de secours français. Louis-Philippe craint trop la guerre pour intervenir et il résiste aux excitations de l’extrême-gauche20 ; il n’y a donc que les républicains français pour aider les révolutionnaires belges. Aussi bien, c’est sur les secours soi-disant formidables envoyés par les « Amis du peuple » que se porte toute l’attention des historiens qui veulent voir dans les journées de septembre une victoire française. Eh bien ! ces secours arrivèrent trop tard, alors que les Hollandais avaient quitté le Parc. A. Paris, les associations secrètes sont nombreuses ; leurs dehors mystérieux ajoutent à leur prestige et à leur importance. Ce seraient ces clubs républicains qui auraient inondé la Belgique de leurs émissaires et rendu les plus grands services à la cause révolutionnaire. Effectivement, ces clubs se sont intéressés au mouvement belge. « La Révolution belge trouva en France les esprits disposés à la servir », mais ces hommes de gauche qui sont les plus favorables au soulèvement, ont à s’occuper d’abord de leur propre pays, où le gouvernement de Louis-Philippe n’est pas le gouvernement de leur rêve. Toutefois, ils se groupent en sociétés populaires « destinées à favoriser et à soutenir toutes les tentatives d’affranchissement politique des nations circonvoisines, convaincus qu’ils sont que le seul moyen de garantir l’existence du nouvel état de choses en France est de l’environner d’une ceinture de peuples libres retrempés au principe de juillet21 », mais, ayant à se défendre sur place contre des ennemis intérieurs, ils ne songent pas à se lancer dans une aventure étrangère avant d’être renseignés sur les chances de succès qu’elle comporte. Ils attendent les événements ; ceux-ci ne se déroulent pas comme ils le désireraient : la bourgeoisie belge a pris la direction de l’opposition et elle a le souci de la légalité. Ils ne partiront pour Bruxelles que plus tard, lorsque « enfin le journées de septembre viendront donner à la révolution brabançonne une physionomie plus franche et plus nettement dessinée. Les sociétés populaires parisiennes se hâteront alors d’envoyer des secours en Belgique. La société des Amis du peuple enverra un bataillon tout organisé et celle des « 27, 28, 29 » qui était naissante, se trouvera presque dissoute par le départ précipité d'une grande partie de ses membres22 ».

36Les Belges de Paris ne secoururent pas non plus leurs frères de Bruxelles avant le début d’octobre. La présence parmi eux de de Potier et de Bartels les avaient gagnés à la cause révolutionnaire ; mais plusieurs jours s’écoulèrent avant qu’ils passent à l’action. Les exilés participèrent bien à des banquets, mais n’y prirent aucune résolution d’ordre pratique.

  • 23 D’Herbigny, écrivain politique français à la solde de Guillaume Ier, en relations constantes avec l (...)

37Ils décident enfin de se constituer en club. Ils tiennent une première réunion le 17 septembre ; le lendemain, ils se réunissent à nouveau et chargent de Potter de s’entendre avec Gendebien sur l’itinéraire et les instructions que doivent suivre les volontaires belges de Paris. Les discussions des deux leaders qui ne sont d'accord sur rien, retardent l'envoi de cette expédition jusqu’à la fin du mois23.

  • 24 Courrier des Pays-Bas, 3 octobre 1830.
    Un passage des Documents historiques sur la révolution belge, (...)

38L’avant-garde de celte compagnie « La légion belge de Paris » arrivera à Bruxelles le 1er octobre. Elle compte 90 volontaires belges commandés par Zeghers24.

  • 25 M.R.A. O. 480 dossiers 1 et 2. Pétitions de Feyerick au ministre de la guerre et au comte Van der M (...)
  • 26 Prosper Poullet. Relation inédite sur les début de la Révolution belge de 1830. (Revue Générale de (...)
  • 27 Van der Meere, Mémoires, 151.
  • 28 « Humble demande de service que vient me faire le général Mellinet — Refusé — vous pouvez rentrer e (...)

39Ces volontaires, s’ils sont domiciliés en France, sont néanmoins des Belges, et il en est de même de la compagnie de 50 hommes avec laquelle Feyerick vient de Lille à Bruxelles, où il arrive après les Journées25. Les secours de la France n'ont donc pas déterminé la victoire du Parc. D’ailleurs il y avait peu de Français à Bruxelles avant les journées de combat. Beaucoup de réfugiés ont regagné Paris après les Quatre Glorieuses26, et Sieyès, Merlin, Barrère et 18 autres proscrits quittèrent Bruxelles le 10 septembre27. Quant à Valazeé, envoyé extraordinaire chargé d’annoncer au roi Guillaume l’avènement du roi Louis-Phi-lippe, il est fort peu sympathique aux révolutionnaires. Reste Mellinet. C’est vraiment le seul Français qui ait joué un rôle important à Bruxelles. Encore est-ce à sa compétence militaire qu’on a fait appel et, le 24 septembre, quand il s’est présenté a l’hôtel de ville pour obtenir sans doute une place de dirigeant, Rogier l’a rapidement congédié28 Il y a bien encore deux aventuriers, Grégoire et le vicomte de Culhat, mais ils auraient participé à toute révolution, et ils auraient vendu leur âme au diable.

  • 29 Gedenkstukken, 1830-1840, I, 86.

40Le rôle des Français a donc été exagéré. Cartwright, qui, le 2 octobre, écrit à Lord Aberdeen : « Les Français n’ont pas été si nombreux, mais leur expérience militaire et leur exemple a beaucoup contribué à la victoire des rebelles29 », se trompe, parce qu'il considère comme Français un Bouchez, accouru de Fleurus, un Parent, qui est de Tongres, et qu’il ne sait pas que Chazal s’est enfui à Valenciennes. Ce n’est pas, parce que don Juan van Halen est espagnol, que la Révolution de 1830 en Belgique est espagnole ; ce n’est pas parce que Mellinet a commandé l'artillerie bruxelloise les 25 et 26 septembre (les deux jours précédents il ne s’est pas battu) que la Révolution de 1830 est française.

  • 30 Le gouvernement hollandais d’ailleurs a toujours insisté sur le rôle que des Français auraient joué (...)

41Si l’on a toujours exagéré ce rôle des Français en septembre 1830, cela tient à un jugement simpliste. La Révolution ne pouvait profiter qu’à la France, car tous les bons esprits ne pensaient jamais que la Belgique obtiendrait la reconnaissance de son indépendance : c’est donc la France qui a suscité des émeutes30. Cela tient aussi à une erreur d’information des historiens : la réserve prudente des républicains français en septembre n’a pas été remarquée. Ces hommes de parti très bien informés par de Pottter et Bartels des dissensions intestines qui rongent les Belges, au courant des querelles des chefs, du manque d'unité dans l'opposition, ne veulent pas risquer une aventure sans profit, et ils ne partiront qu'à la fin du mois, quand la victoire du Parc permet tous les espoirs.

42La victoire du Parc, qui soulève tout le pays et qui assure le triomphe de la révolution, est bien une victoire belge.

  • 31 London Times, 6 octobre. Lettre de Beaumont. Adventures of 2 Americans in the siege of Brussels, ap (...)

43Nous avons déjà indiqué les causes de l’échec de la démonstration de Frédéric « in opposition to all human foresight31 ». Elles sont surtout d’ordre militaire : les erreurs grossières de l’état-major ont provoqué la retraite, et c’est la défection de l’armée qui entraîne la capitulation de toutes les places fortes. Il apparaît donc bien qu’il faut chercher la cause du succès de la Révolution dans la médiocrité, pour ne pas dire la nullité des chefs de l’armée et dans la mauvaise organisation de celle-ci. Incontestablement, avec une armée forte, avec ses Suisses renvoyés depuis deux ans, Frédéric l’aurait emporté à Bruxelles ; avec des troupes disciplinées, avec de vrais soldats, les commandants de place n'auraient jamais capitulé et l'insurrection aurait avorté.

  • 32 Bartels, op. cit., 241.
  • 33 « Au 1er octobre il y a dans toutes les têtes une exaltation patriotique dont aucun autre pays peut (...)

44La défection des troupes rallie tous les esprits à la Révolution. Les révolutionnaires n’étaient qu’une poignée, mais une fois l'armée en retraite à Bruxelles, ils trouvent des concours nombreux. Le clergé marche à fond, intervient auprès des classes dirigeantes, fournit des ressources32. La noblesse presque tout entière suit. Le mouvement devient unanime et l'exaltation patriotique est portée à son comble33.

  • 34 Van der Duyn à Van der Capellen, 27 septembre 1836. Gedenk-stukken. 1830-1840, IV, 178-179 et le ra (...)
  • 35 Ampt, commissaire de police de La Haye à Van Maanen, 6 octobre 1830. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, (...)

45L’effet des journées de septembre en Hollande fut foudroyant. Pendant plusieurs jours, on n’avait reçu de Belgique que des nouvelles incertaines, qui agitèrent les esprits. On s’attendait à une victoire rapide, aussi l’on gronde et l’on critique le gouvernement34. Le 28 septembre, la nouvelle du désastre parvient à La Haye où elle provoque de l’abattement. Le découragement envahit tous les milieux35.

46Cependant d’heure en heure la situation apparaît plus grave ; les places fortes avec leur immense matériel de guerre sont aux mains des rebelles. Ne faudra-t-il pas défendre le sol patrial ?

  • 36 Ibidem.

47La réserve de la milice est convoquée ; on organise des corps de volontaires, on prend des mesures de défense, mais l’esprit public reste abattu36. Il faut attendre quelques jours avant qu’un revirement se produise et que le peuple Hollandais se redresse.

48L’incompatibilité de caractère et la divergence d’aspirations des deux peuples, juxtaposés par la volonté des traités, expliquent donc bien la Révolution de 1830.

  • 37 Ce sentiment s’élève à l’héroïsme chez les volontaires. Voici une lettre qui témoigne de l’énergie (...)

49Le ralliement rapide de l’immense majorité du peuple belge au Gouvernement Provisoire, démontre l’intensité du sentiment national37.

Notes

1 Prince de Ligne, Souvenirs et Portraits, 1830-1856, publiés avec une introduction et des notes par Félicien Leuridant, Bruxelles, 1930, pp. 52-53.

2 « Il n’est pas rare d'entendre dire encore à la campagne que si le roi Guillaume était resté encore deux ans en Belgique, il aurait fait fermer toutes les églises catholiques. » (Abbé Moens, Considérations sur la Révolution belge de 1833, Liége, I, 256.)

3 Bergmann à Van Maanen, 29 août. (Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 66.)

4 Van Doorn à Van Maanen. Audenarde. (Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 161.)

5 Moens, op. cit., 258.

6 Buffin, op. cit., I, 84. Mémoires Chazal.

7 Kist, De Belgen voor, gedurende en na den opstand, Rotterdam, 1832 ; 139.

8 Rey à Louis, 30 septembre. (Gedenkstukken, 1830-1840, II ; 32.)

9 « Geestelijkheid verklaarde zich in het algemeen niet tegen de revolutie » dans un cahier de notes, intitulé : Gebeurtenissen te begin-nen met het wonderlijk en door oproer bekend jaar 1830 et qui a pour auteur Gérard Scheynen, né à Neesthuizen en 1806, décédé vicaire à Weert en 1836 (Exposition historique de 1830. Prêt de M. Scheynen).

10 Bartels, op. cit., p. 241.

11 II y a un relevé complet des pillages commis en Belgique depuis le 25 août 1830 jusqu'en 1831. Pendant les journées qui vont du 19 septembre au 23 septembre, il n’y eut pas la moindre déprédation à Bruxelles et pourtant le peuple était le maître. (Archives Générales du Royaume. Papiers relatifs à l'exécution de la loi du 1er mai 1842 sur les dommages causés par la Révolution belge. Dossier de la ville de Bruxelles n° 25.)

12 Cf. ci-dessus, p. 219. Cependant l’arrêt du travail dans certaines fabriques à la fin de septembre joint à la nouvelle de la victoire de Bruxelles provoque à Gand certains désordres.

13 Les chansons sont caractéristiques de cet état d'esprit. Supplément aux Esquisses Historiques, 260-268 et P.R.O.-F.O. 238-19 : lettre de H. Lytton Bulwer à Aberdeen, Gand, 29 septembre 1830 : « There is a decided animosity troughout this country towards Holland ; I have not in any part of it, heard a wish expressed for French Interference or assistence. The contest is the Belgian against the Dutch and the enthu­siasm which animates it is every instant increasing. »

14 Juste, La Révolution Belge de 1830, II, 181.

15 Juste, op. cit., II, 197. Réponse de Gendebien aux questions contenues au procès-verbal de la Réunion Belge à Paris dans la séance du 18 septembre 1830.

16 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830. Bruxelles 1830, pp. 5-6.

17 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, Bruxelles 1830 ; 5-6. Un rapport du 22 août 1830 du 1er avocat général près de la Cour de Bruxelles, faisant fonction de procureur général, au Ministre de la Justice est exactement dans le même ton. « Weinige in ons land Fransch gezind zijn... ; eene vereeniging aan Frankrijk (bijzon-derlijke sedert de laatsle veranderingen) is tegenstrijdig met de belangen van onzen adel, van onze priesters, van onzen koophandel. » Ge-denkstukken, IX, t. 2, p. 859.

18 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, Bruxelles 1830 ; 5-6. Un rapport du 22 août 1830 du 1er avocat général près de la Cour de Bruxelles, faisant fonction de procureur général, au Ministre de la Justice est exactement dans le même ton. « Weinige in ons land Fransch gezind zijn… ; eene vereeniging aan Frankrijk (bijzon-derlijke sedert de laatsle veranderingen) is tegenstrijdig met de belangen van onzen adel, van onze priesters, van onzen koophandel. » Ge-denkstukken, IX, t. 2, p. 859.

19 Paridaens, Petit Catéchisme du Citoyen belge en septembre 1830, 6.

20 Sur l’attitude de la France au début de la Révolution belge, lire l’article du chanoine de Lannoy, dans le numéro du 15 juillet 1929 de la Revue Générale, CXXII, p. 21 et de Guichen, La Révolution de juillet 1830 et l’Europe, Paris 1916, pp. 167 et s. La politique de non-intervention du gouvernement français apparaît clairement dans les instructions du comte Molé au marquis de la Moussaye, en date du 29 août 1830. Gedenkstukken, X, 2, p. 3, ainsi que dans les lettres du ministre de la guerre aux gouverneurs militaires et du ministre de l’intérieur aux pré-fets des circonscriptions et départements voisins de la Belgique, 2 et 30 septembre 1830. Arch. Aff. Etr. Paris, Correspondance politique, Belgique 187, C.
Le ministre des Pays-Bas à Paris, Robert Fagel, a la plus entière confiance dans la sincérité du gouvernement français. Il craint seulement qu’il ne soit débordé par les avancés ; mais lorsque son ministre Verstolk van Soelen, erronément renseigné par un particulier sur des secours importants que les clubs parisiens se disposeraient à envoyer en Belgique, lui demande des informations précises sur ces préparatifs, très franchement Fagel réduit ces manœuvres à leur juste proportion. (Voir lettre du 25 septembre 1830 publiée en appendice R.A. Buiten-landsche Zaken, 648-649-651. Voir aussi lettre de Bagot à Aberdeen, P.R.O. F.O. 37/169.)

21 Pétition aux sénateurs et représentants de Belgique par le vicomte de Pontécoulant, 1835 ; 80-81.

22 Ibidem.
Gabriel Perreux, AUX temps des sociétés secrètes. La propagande républicaine au début de la monarchie de juillet 1830-1835, Paris, Hachette, 1931, XLII, p. 398. L’auteur ne renseigne qu’un club, « Aide-toi, le ciel t’aidera », qui se soit intéressé en septembre 1830 à la Belgique.

23 D’Herbigny, écrivain politique français à la solde de Guillaume Ier, en relations constantes avec les autorités militaires et judiciaires françaises à Lille, renseigne La Haye sur le peu d’entente des exilés belges et sur la vanité de leurs efforts. Le découragement qui s’empare de de Potter au 23 septembre, déjà connu par Juste, op. cit., t. II, p. 120, est singulièrement confirmé. R.A. Buitenlandsche Zaken, 648-649-651.

24 Courrier des Pays-Bas, 3 octobre 1830.
Un passage des Documents historiques sur la révolution belge, de Bartels est en contradiction avec ce que nous avançons ici : « Au club de Payelle, tous les Belges de bonne volonté se réunissent. Un comité insurrectionnel fut formé sous la présidence de de Potter ; les autres membres du bureau étaient Tielemans, Zeghers, Renoz, L. Plaisant, Morival, etc..
« Nonobstant les nouvelles décourageantes que ne cessaient de nous adresser nos amis de Bruxelles, l’ardeur des braves ouvriers était admirable. Tous les jours, 10 à 12 se mettaient en route pour le Hainaut à l'aide d’offrandes que nous ne parvenions pas sans peine à obtenir de nos compatriotes plus riches, souvent aussi sans un sol en poche. Je dois citer parmi les plus déterminés, Hebbelynck, Zeghers et Morival, tous trois maintenant capitaines d’infanterie, qui entrèrent en Belgique à la tête des premières colonnes, dix à douze jours avant les combats de Bruxelles. » Bartels, op. cit., pp. 230-231.
Bartels se trompe. Il suffit de lire le procès-verbal de la séance du 18 septembre 1830 de la Réunion belge de Paris qui est bien « le comité insurrectionnel » dont parle Bartels dans Juste : La révolution belge de 1830, II, 194-196, pour savoir qu’aucun départ de volontaires n'a eu lieu à pareille date, ainsi que l’affirme Bartels ; au surplus, Zeghers, « un des premiers partis de Paris » (liste des décorés de la croix de fer, Moniteur belge, 16 avril 1835), et d’après Bartels, entré en Belgique 10 à 12 jours avant les journées, n’arrive à Bruxelles que le 1er octobre (Courrier des Pays-Bas, 3 octobre 1830). Une lettre de Teste, ministre de Louis-Philippe, datée de Paris, 30 septembre à Charles Rogier confirme nos assertions : « Membre du comité directeur de la société « Aide-toi », je suis aussi du Comité spécial qui a pour but de vous faire parvenir des secours en hommes et en armes. Je suis en communication avec vos braves compatriotes Thielemans et Vanderlind (sic) qui sont ici. Nous espérons sous peu de jours vous envoyer quelques-uns de nos braves. » A.G.R. Papiers Rogier, n° 43.
Le registre indiquant les noms, prénoms, lieux de naissance, domicile des personnes qui ont été transportées et soignées pendant les journées de septembre 1830 dans les hôpitaux et ambulances de Bruxelles et les listes de prétendants ou de proposés à la croix de fer ne contiennent pas le nom de dix Français qui se soient distingués pendant les journées. Les Français dont il est fait mention dans ces dossiers se sont distingués dans le courant d’octobre.

25 M.R.A. O. 480 dossiers 1 et 2. Pétitions de Feyerick au ministre de la guerre et au comte Van der Meere chef de l’état-major, du 9 et du 17 octobre 1830.

26 Prosper Poullet. Relation inédite sur les début de la Révolution belge de 1830. (Revue Générale de Belgique, LXVI, lettre de Mier à Metternich, 1er août. — Gedenkstukken, 1825-1830, I, 336. Lettre de Mier à Metternich, 1er août ; du même, lettre du 3 août.)

27 Van der Meere, Mémoires, 151.

28 « Humble demande de service que vient me faire le général Mellinet — Refusé — vous pouvez rentrer en France. » Notes et souvenirs de Rogier A.G.R. Papiers de Rogier 112 C.

29 Gedenkstukken, 1830-1840, I, 86.

30 Le gouvernement hollandais d’ailleurs a toujours insisté sur le rôle que des Français auraient joué dans les événements révolutionnaires, pour obtenir l'intervention des puissances. Les instructions que le ministre des affaires étrangères Verstolk transmet à Falck, ambassadeur à Londres, le 28 septembre, sont significatives de cette politique. Le thème est celui-ci : tout ce qui se passe en Belgique ne peut pas être considéré à part des événements français. A Paris on a recruté des insurgés belges ; à Bruxelles il y avait des officiers et des soldats français. 28 septembre 1830, Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 184.

31 London Times, 6 octobre. Lettre de Beaumont. Adventures of 2 Americans in the siege of Brussels, appendice ; 44.

32 Bartels, op. cit., 241.

33 « Au 1er octobre il y a dans toutes les têtes une exaltation patriotique dont aucun autre pays peut-être n’offrirait l’exemple dans les mêmes circonstances : « Mort aux Hollandais » est le mot de ralliement. La rupture entre les deux peuples est irrévocable », Staedtler, lettre du 1er octobre. Buffin, Documents, 205. « Le mouvement national est vraiment admirable », Buffin, op. cit., p. 216.

34 Van der Duyn à Van der Capellen, 27 septembre 1836. Gedenk-stukken. 1830-1840, IV, 178-179 et le rapport du directeur de la Police à Amsterdam Wiselius au Procureur-général à La Haye, R.A. Justitie, geheim, 27 septembre 1830.

35 Ampt, commissaire de police de La Haye à Van Maanen, 6 octobre 1830. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 210-211.

36 Ibidem.

37 Ce sentiment s’élève à l’héroïsme chez les volontaires. Voici une lettre qui témoigne de l’énergie farouche de ceux-là. Le 24 septembre Gillain de Namur, où il est brasseur, écrit à ses parents :
« Bruxelles, vendredi. »
Chers Parents, » Jeudi, jour mémorable, où les Belges seront immortalisés. J'ai échappé aux plus grands dangers ; une petite blessure seulement très légère ; mais cela n’est rien et ne m’empêche pas d’agir et de me battre. Je suis décidé de mourir plutôt que de céder à ces lâches hollandais. Nous vainquerons (sic). Les renforts nous arrivent de toutes parts et peut-être aujourd'hui nous serons maître de tous les régiments que nous combattons. Nous avons une grande quantité de braves qui sont morts pour défendre leur liberté. Mais en revanche nous avons fait un massacre des jenfoutres qui veulent nous enchaîner. Peut-être que ce soir nous serons maître du Parc ; mon courage ne se ralentira pas et si je dois mourir consolez-vous et vous direz que votre fils est mort pour la liberté.
 » Adieu, je vole au combat.
 » Je vous écrirai, si j’échappe, dimanche ou lundi. » Adieu ne vous mettez pas en peine. » Ayez du courage nous vainquerons.
 » Je vous embrasse tous. » M.R.A. 0. 21, lettre d’Isidore Gillain de Namur à M. Gillain, brasseur à Namur. Original.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search