Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre IX. Les conséquences de la victoire du Parc

Texte intégral

1Chute de toutes les places fortes. — La victoire du Parc provoque la désertion des troupes et des soulèvements populaires. — L’organisation déplorable de l’armée de Guillaume Ier.

2Bruxelles et la province sont solidaires. Au lendemain de la victoire remportée à Bruxelles par les mutins, la révolution fit de nombreux adeptes en province, mais un gros obstacle restait à vaincre : les places fortes, dressées par le Congrès de Vienne contre la France, occupées par des garnisons importantes, retardèrent l’heure de la libération de tout le pays.

  • 1 Il y a peu de déserteurs : les journaux patriotes qui rapportent avec complaisance tous les échos (...)

3Après l’échec de l’expédition sur Bruxelles, le haut commandement hollandais perd la tête. Tout contact entre les diverses forteresses est rompu. Chacune est laissée à son sort, sort qui n’est pas trop malheureux, à condition que les troupes belges restent fidèles. Cette réserve est d’importance. Les miliciens belges, en majorité restés assez calmes pendant tout le mois1 malgré les efforts de quelques patriotes les incitant à la désertion, sont déchaînés, lorsqu’ils apprennent la victoire du Parc.

4Dès lors, le seul frein capable de maintenir l’enthousiasme patriotique des habitants des villes, soulevés eux aussi, se brise entre les mains des autorités. A plus ou moins bref délai, les forteresses capitulent, jamais après une attaque en règle, toujours après des pourparlers, précédés parfois de tentatives violentes du peuple, qui ont convaincu les autorités civiles et les autorités militaires de la nécessité d’un arrangement à l’amiable. Avec de bonnes troupes, mais dans le sang, les Hollandais auraient peut-être conservé les forteresses et maté ainsi les révoltés, mais, sans armée convenable, cette expérience du recours à la violence était pure folie. Aucun commandant de place ne l'a tentée.

5Dans toutes les places fortes, en 24 heures, se produit un changement radical. Jusqu’au 26 septembre, ce sont les patriotes qui sont sur la défensive : ils s’efforcent d'empêcher la dictature militaire ; à partir du 27 septembre, ils passent à l’attaque. Comptant bien sur la défection des miliciens belges, ils ne craignent pas de se soulever et de s’en prendre directement aux troupes. Les tentatives ne réussiront pas toujours, du premier coup, mais elles amèneront finalement l'autorité à composition.

  • 2 R.A. Staats Secretarie, 3474, lettre du lieutenant-colonnel Versteegh à sa femme, et 3475, Ath 28 (...)

6ATH, la première, s’est libérée de l’étreinte. Dès le 14 septembre, le peuple avait relevé la tête, puis tout était rentré dans l’ordre. L’arrivée, le 27 septembre, à l’aube, du colonel Knotzer, envoyé comme commandant en chef avec mission de rétablir le pouvoir royal dans sa plénitude, est le signal de la révolte. Les officiers belges sont gagnés à la cause révolutionnaire et déclarent à Knotzer qu’ils ne veulent plus tirer contre leurs frères ; les soldats se joignent au peuple qui pénètre dans les casernes. Seuls les artilleurs restent fidèles au drapeau orange. Le comte Van der Smissen qui avait commandé plusieurs d’entre eux à Waterloo et qui vient d’arriver de Bruxelles, les rallie à la révolution et s'empresse d'envoyer dans la capitale huit pièces de canon et deux cent mille cartouches : les volontaires athois escortent ce précieux convoi2. La chute d’Ath a les plus détestables effets pour l'armée royale. A MONS, où on l’apprend le 28, elle précipite les événements. Ici, la chute de la ville n’est due qu’indirectement aux patriotes. C’est la garnison elle-même qui se révolte et cède la place à la bourgeoisie.

  • 3 Le 25 septembre, le capitaine Schatt note : « L’excellent esprit qui animait les soldats commence (...)
  • 4 Staring, op. cit. (Militaire Gids, 1893, 113.)

7La nouvelle des combats de Bruxelles relève le courage des révolutionnaires, mais ceux-ci comprennent qu’une attaque franche n’a aucune chance de réussir, et ils travaillent les troupes. Dès le 24 septembre, les soldats belges sont l’objet de sollicitations à la désertion et ils cèdent souvent3. Le dimanche 26, les excitations se font plus pressantes. Les soldats reçoivent la visite de parents et d'amis ; dans les cabarets on leur verse à boire et on leur donne de l’argent. Aussi, ce jour-là, « la désertion n'intéresse plus quelques personnes seulement, mais le chiffre de déserteurs se monte à 100 hommes par bataillon à la 3e afdeeling4 ».

  • 5 « Howen l’interroge, à la suite de quoi il fut placé dans une chambre isolée de l’hôtel de ville, (...)
  • 6 Le récit des événements fait par Chazal dans une lettre au Courrier des Pays-Bas, et que lObserva (...)

8Le corps d’officiers était lui aussi entamé. Il comptait des hommes comme les deux Duvivier, partagés entre le respect du serment prêté au Roi et l’amour de la patrie. On cherche à les rallier au nouveau régime. Chazal, le 27 septembre, à 5 heures du soir, annonce à Duvivier qu’il est nommé lieutenant général par le Gouvernement Provisoire. Duvivier ne bronche pas et fait arrêter le jeune étourdi. Le général Howen fait comparaître Chazal devant lui, l’interroge et le met aux arrêts5. Mais les officiers belges, gagnés à la cause révolutionnaire, interviennent auprès de Howen et obtiennent la mise en liberté de Félix Chazal6.

  • 7 W. Staring, De overgaaf van Mons (Militaire Gids, 1893, 121-122.)
  • 8 Slothouwer, op. cit. (Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 1892, p. 285.)
    W. (...)
  • 9 M.R.A., 0. 25d 14. Déclaration des brigadiers de la maréchaussée royale Harris et Bastenier.

9C’en est fini de l’autorité du commandant de place. Les officiers belges cessent de lui obéir. Le 28 septembre, ils se promènent en habits bourgeois et le général Duvivier envoie à Bruxelles toute la correspondance militaire7. Le soir, les soldats s’insurgent, ils refusent de se déshabiller, crient « Vivent les Belges ! sac sur le dos ! » Après beaucoup d’efforts, le major Herr parvient à les calmer, mais pour quelques heures seulement8. Le 29, à 7 heures du matin, un soldat qui simule l’ivresse sort de l’hôtel de ville, crie sur le marché « Sac sur le dos ! », excite ses compagnons à déserter. Quelques officiers et sous-officiers essayent de le calmer, mais avant qu'ils y aient réussi, une grande partie du bataillon sort avec armes et bagages de la maison de ville. Les officiers veulent faire tirer sur eux les deux canons braqués contre la ville, mais les soldats chargent leurs armes et menacent de faire feu ; les officiers voyant la résistance inutile, les laissent passer. Le général Howen accourt et essaye de se faire écouter des derniers fuyards. On le hue. Pendant ces discussions, deux brigadiers de la compagnie de la maréchaussée, sur l’ordre de l’officier de la Drière, vont arborer le drapeau sur le balcon de l’hôtel de ville9.

  • 10 Buffin, op. cit., I, 163. Mémoires Chazal.

10Les soldats logés à la caserne d’infanterie sortent aussi en débandade, entraînés par les hurlements du peuple et les décharges des fusils, et courent à travers la ville « comme des possédés », tirent en l’air, chantent victoire, puis s'en retournent au logis. Certains d’entre eux cependant vont s'enrôler à Bruxelles sous les drapeaux patriotes. Les soldats qui gardent les portes de la ville délaissent leur poste sans sourciller. Les Hollandais n’occupent plus que l’Arsenal et la caserne d’artillerie. Le colonel de la Sarraz, à la caserne d’artillerie, invite les hommes qui veulent rester fidèles à se joindre à lui et permet aux autres de s’en aller ; avec les artilleurs et quelques miliciens (30 hommes en tout) il se rend à l’Arsenal, charge deux lieutenants de la garde du bâtiment, puis avec sa petite troupe et précédé du drapeau de la 3e afdeeling, il se dirige vers le marché où se trouvaient encore quelques fidèles, entourés de Montois déchaînés. Aussi, pour éviter tout conflit sanglant, des bourgeois demandent à Howen que le maintien de l’ordre soit à nouveau confié à la bourgeoisie et réclament des armes. Les soldats hollandais remettent leurs fusils, les canonniers abandonnent leurs pièces et tous rentrent à l’hôtel de ville. Howen, sur le conseil de la Régence, s’y retire également et là, à 16 heures, il reçoit Chazal, de Puydt et Berten, arrivés de Bruxelles à l’instant, ainsi que quelques notables de Mons ; alors, au nom du Gouvernement Provisoire, Chazal déclare prisonniers tous les officiers hollandais, leur fait jurer de ne pas s'enfuir et leur annonce qu'il les mènera le lendemain à Bruxelles, à l’exception des officiers désignés par le général pour conduire les soldats hollandais dans leur pays10.

  • 11 Sur les événements du 29 septembre à Mons : W. Staring, op. cit. (Militaire Gids 1893, pp. 117-118 (...)

11En 24 heures à peine, le changement de régime est accompli à Mons. La décision de Chazal a contribué sans aucun doute à rattacher plus intimement le soulèvement montois au soulèvement de la nation, qui a son centre à Bruxelles ; mais on ne doit pas oublier que lorsqu’il est arrivé à Mons, il a trouvé les circonstances les plus favorables à la réussite de sa mission : une ombre d’armée, un peuple surexcité et prêt à tout. Avec de pareils atouts, un homme énergique, — et Chazal l’était sans conteste —, ne pouvait échouer11.

***

12Mons est aux mains des insurgés. Le succès est d’importance. La route de France est ouverte. Les volontaires parisiens dont on annonce à Bruxelles l’arrivée depuis un mois et qu’on n’a jamais vus venir, vont pouvoir se précipiter en Belgique, sans rencontrer le moindre obstacle.

  • 12 Soil, de Moriamé, Les milices citoyennes de Tournai (Revue Tournaisienne, 1905, p. 180).
  • 13 Voici les mesures prises : 1° Les postes seront renforcés à l’intérieur et, la nuit, il y aura une (...)

13Mons tombe le 29, Tournai le lendemain. La garnison, forte de 1500 hommes, empêche évidemment tout soulèvement. Mais que les miliciens belges redressent la tête et il ne sera plus possible de contenir l’effervescence populaire. Depuis plusieurs jours, Tournai est agitée. On est sans nouvelles de Bruxelles et le chômage s’accentue12. Aussi la Régence, d’accord avec le lieutenant général de Wauthier et les chefs des gardes bourgeoises et communales, prend des mesures sévères13. Elles permettent de retarder l’explosion populaire de quelques heures. Tant qu’il est sans nouvelles précises de la capitale, le peuple se contient. La Régence y a envoyé un courrier, et son retour le 26 septembre a provoqué un rassemblement, très vite dissipé, ce courrier se gardant bien de raconter au peuple tout ce qu’il sait et se bornant à lui remettre quelques proclamations. Mais le 28 septembre, Tournai a aussi sa journée révolutionnaire qui ne lui assure cependant pas une victoire décisive, mais qui affaiblit considérablement le pouvoir militaire.

14Le 28, à l'aube, 50 fusils sont tombés aux mains du peuple. Les excitations de quelques meneurs, parmi lesquels se distinguent Ernest Druez, huissier au tribunal, et l’avocat Charles Motte, ont vite fait de soulever la masse. Celle-ci, après avoir réclamé en vain des armes à la Régence, s’empare des postes occupés par la troupe, affaiblie par la désertion, puis s’attaque aux casernes. Celle des Sept Fontaines tombe en son pouvoir, mais le peuple est repoussé à Saint-Jean et à la caserne des Capucins. L’intervention de la Régence arrête finalement le combat.

15Depuis le matin, la Régence siège en permanence, et dès la première rencontre du peuple et de la troupe, elle s’affaire : elle craint que la citadelle ne tire sur la ville. Aussi envoie-t-elle au général de Wauthier des parlementaires, qui arrivent alors que le commandant de place vient de décider la mise en état de siège de la place et d’ordonner des mesures répressives violentes. Les parlementaires obtiennent, après une discussion très vive, la suspension des hostilités pendant la durée des négociations.

  • 14 Soil de Moríame, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, pp. 200-201).

16Tandis que le conseiller Allard et le patriote du Mortier accompagnent jusqu’aux casernes l’officier porteur des ordres du général, les autres parlementaires continuent la discussion avec les autorités militaires et obtiennent finalement satisfaction : la ville ne sera pas déclarée en état de siège, le poste principal de la Grand’Garde continuera d’être occupé par la garde communale, les portes de la ville seront confiées à la garde bourgeoise, enfin les troupes et le matériel de la caserne des Capucins seront évacués sur la caserne Saint-Jean, l’évacuation étant fixée au 29 septembre, à 4 heures du matin14.

  • 15 Dans sa séance de nuit (du 28 au 29 septembre), le Conseil de Régence « considérant que les compag (...)

17Le peuple par son intrépidité a obtenu sur la troupe une demi-victoire. Il va en remporter une complète sur les modérés : la Régence est forcée par les circonstances d’incorporer le bas peuple dans la garde bourgeoise et de transformer celle-ci en garde urbaine15.

18La Régence, soucieuse de sauvegarder les intérêts de la généralité, a joué jusqu’ici un rôle modérateur. Elle s’est interposée entre le peuple et l’armée et a assez bien réussi à ramener le calme. Révolutionnaire, elle ne l’est pas le moins du monde. Mais les circonstances vont l’entraîner sur la pente de l’illégalité, en attendant qu’elle se sépare nettement de La Haye. La garde bourgeoise, conciliatrice et gardienne de l’ordre, était sa force ; dès le 28 septembre, elle est remplacée en fait par une garde autrement turbulente, mais aussi autrement patriote. La Régence se trouve ainsi impuissante à maintenir l’ordre ancien, mais il faudra la mise en demeure des délégués du Gouvernement Provisoire pour qu’elle se décide à reconnaître Bruxelles. L’adhésion de la municipalité tournaisienne au Gouvernement Provisoire s’est faite avec un tel cérémonial, après des discussions où furent mêlés tous les notables de la ville, que nous croyons utile d’insister sur cet épisode, d’autant plus qu’une relation exacte et officielle de tous ces pourparlers a été conservée. Le 29 septembre au matin, de Nieuport et Hotton, envoyés du Gouvernement de Bruxelles, arrivent à Tournai et adressent à la Régence une lettre où ils réclament la convocation du Conseil. Le collège échevinal, qui prévoit l’importance des questions qu’il faudra débattre avec ces émissaires, convoque le conseil, les commandants et capitaines de gardes bourgeoises et les membres du Conseil électoral.

  • 16 Voici les considérants de la reconnaissance du Gouvernement Provisoire : « Prenant en considératio (...)

19Les commissaires bruxellois soumettent un texte à signer, suivant lequel les membres du Conseil de Régence de Tournai « déclarent reconnaître le Gouvernement Provisoire établi à Bruxelles, en date du 26 septembre, et s’engagent à suivre ses ordres en tout point ainsi que de le seconder de tous leurs moyens. » Le Conseil se retire seul pour délibérer, puis appelle les délégués, ensuite les « Electeurs ». On hésite beaucoup à Tournai à se lancer dans l'aventure et ces bourgeois rassis veulent prendre toutes les précautions. Ils représentent aux commissaires la difficulté de leur position, le danger qu’il y a à s’attaquer à l’armée, car c’est cela que vise Bruxelles dans le dernier alinéa de l’ultimatum. Finalement ils leur arrachent une concession d'importance : les délégués bruxellois suppriment la finale du texte. Alors l’assemblée décide d’adhérer16. mais — ultime réserve —, avant de souscrire à l’acte d’adhésion, l’assemblée « fait la motion qu’elle soit soumise à tous les citoyens dont l’état ou les fonctions pouvaient caractériser la notabilité ». Tous les notables tournaisiens réunis en assemblée plénière déclarent reconnaître le Gouvernement Provisoire, mais, fait digne de remarque, à cette assemblée, le bourgmestre et les échevins sont absents, « les uns retenus ailleurs par un service public, les autres indisposés ».

  • 17 de Wauthier, Mémoires, annotés par M. Louis Leconte (Bulletin de la Commission royale dhistoire, (...)
  • 18 « Cette mesure va répandre la terreur et sacrifier une partie de la population. » « L’assemblée pr (...)

20Les commissaires de Bruxelles agissent dès lors en dictateurs et portent tous leurs efforts vers un seul but : obtenir la capitulation des troupes. Ils écrivent à de Wauthier et lui demandent une entrevue « dans quelque lieu que ce soit, en présence de cent volontaires armés et de cent hommes de ses troupes17, de Wauthier leur répond qu’il désire connaître par écrit l’objet de leur mission ; les délégués insistent pour obtenir une entrevue ; de Wauthier la leur accorde. Le 29 septembre au soir, les commissaires sont reçus par le commandant de place, mais rien n'est décidé. Le 30 septembre, de Wauthier qui veut gagner du temps fait savoir aux deux commissaires qu'il désire connaître l'acte de reconnaissance du Gouvernement Provisoire par la Bégence, puis, avant de rien conclure, veut s’assurer auprès du quartier général du prince Frédéric du véritable état des choses. Les commissaires excédés sont résolus à recourir à une attaque du peuple contre la citadelle. La Régence les en dissuade18 et prend sur elle de mener les négociations avec l’autorité militaire. Elle tergiverse, perd plusieurs heures en vaines discussions et néglige de remettre à de Wauthier l’ultimatum des deux commissaires : payant d’audace, ceux-ci réclamaient la reddition de la citadelle dans les deux heures.

  • 19 Voir le texte de la Capitulation, de Wauthier. Mémoires annotés par M. L. Leconte. (Bulletin de la (...)

21Hotton se présente à nouveau à l’hôtel de ville, s’informe du résultat auquel la Régence est arrivée par la voie pacifique et s’aperçoit qu’on n’a pas avancé d’un pas ; furieux, il déclare « qu’il est décidé à mener l’assaut contre la citadelle : l’artillerie de la citadelle d’Ath fera la brèche et si Tournai ne peut pas ou ne veut pas faire l’attaque, d’autres villes voisines viendront la faire ». La Régence, pusillanime, accepte finalement d'expédier, le ler octobre, à 7 heures du matin, la lettre des délégués. Mais ceux-ci, résolus à faire fi de l'administration communale, passent la nuit à négocier à « l’hôtel du Singe » avec le colonel de Guaita et le capitaine du génie van Lelijveld ; et ils obtiennent la capitulation de la citadelle19.

  • 20 R.A. Staats Secretarie, 3475. Rapport de Wauthier au directeur général de Eerens, 29 septembre 183 (...)
  • 21 de Wauthier. Mémoires, p. 113.
  • 22 Op. cit., p. 113.

22A Tournai, comme dans toutes les autres places fortes, c’est la désertion des troupes belges qui est la cause profonde de la reddition. De Wauthier, qui a tenu tête à l’assaut du peuple le 28 septembre, voit fondre ses effectifs et est bien forcé de céder : dès le 28, de nombreux soldats l'abandonnent. Le 29, le mouvement s'amplifie20. Les officiers belges quittent aussi leur drapeau21 et de Wauthier, resté seul avec les officiers hollandais, quelques artilleurs et un officier du génie, pouvant à peine compter sur le contingent hollandais singulièrement démoralisé22, fut bien contraint de capituler.

23Plus encore à Tournai qu’à Mons, c’est la décision et la fermeté des délégués de Bruxelles qui acculent les autorités militaires à la reddition. Leur tâche cependant fut beaucoup plus ardue que celle de Chazal ; ils ont devant eux une régence d'une prudence extrême.

  • 23 Le 30, la commission de l’intérieur présente un projet qui annonce de nouvelles distributions de v (...)

24Cette régence, qui ne veut rien d’autre que sauvegarder les intérêts matériels de ses mandats, placée entre deux dangers, celui d’un bombardement et celui d’un soulèvement populaire, hésite. Elle ne veut rien trancher, mais obtenir tout par la patience. Le soulèvement populaire l’inquiète autant que l’attitude des troupes23, mais elle ne se rend pas compte que plus elle tarde à régler la situation avec l’armée, plus le peuple s’agite. Il est heureux pour elle que les délégués bruxellois aient eu l’énergie qui lui faisait totalement défaut.

  • 24 Sur la reddition de la citadelle de Charleroi, on trouvera de très amples et très sûrs renseigneme (...)

25Dans le Hainaut, l’armée n'occupait plus qu'une seule place : CHARLEROI. Les efforts persévérants du capitaine Greindl, envoyé du Gouvernement Provisoire, joints aux démonstrations hostiles des populations de toute la région, viennent à bout de l’obstination du major Eckardt, qui a pris soin de renvoyer tous les miliciens belges, le 1er octobre, de façon à n’avoir plus sous les armes que des troupes sûres. Le 5 octobre, après bien des discussions, la capitulation fut signée et la garde urbaine arbora sur la citadelle le drapeau national24.

***

26La chute de toutes les places fortes se poursuit suivant un processus uniforme. Des mouvements populaires se produisent, les commandants de place veulent les réprimer par la force, mais l’armée refuse tout service.

27Ces mouvements populaires ont une origine commune : la victoire du Parc, et la désaffection des soldats et des officiers belges, une cause identique : la proclamation du Gouvernement Provisoire déliant les militaires belges de leur serment.

  • 25 La garnison se composait du 2e bataillon de la 12e afdeeling infanterie, 16 officiers, 850 sous-of (...)
  • 26 M.R.A., 0., 671, d. I « Exposé de la conduite de F.-J. Pariset, fourrier dans la 6e compagnie du 5(...)
  • 27 Van Teijlingen van Hilvarenbeek, Verslag van het gebeurde te Philipstad in September 1830. (Milita (...)

28A Philippeville, le 30 septembre, l’insurrection éclate25. Les canonniers se soulèvent les premiers, ils vont chercher les canons à l’arsenal, conduisent trois pièces sur le marché. Des bourgeois se joignent à eux et ils attendent sur la place26. Le colonel Van Teijlingen, pour mater les rebelles, fait avancer sur le marché un bataillon d’infanterie. Il est accueilli aux cris de « Vivent les Belges ! » Il donne ordre au capitaine Van der Poil, commandant la lre compagnie du bataillon, de croiser la baïonnette et de se rendre maître des pièces. Mais les soldats refusent d’obéir et déchargent leurs fusils en l'air27. Une mêlée s’ensuit, plusieurs bourgeois sont blessés, tandis que les officiers hollandais, assaillis de toute part, sont forcés de se rendre. Le pouvoir tombe des mains de l’autorité militaire entre celles de la bourgeoisie qui organise immédiatement une commission de sûreté et une garde bourgeoise.

  • 28 Fivet, op. cit., pp. 56 s.

29À Mariembourg, la chute est aussi pitoyable : un capitaine belge, aidé de ses compatriotes, arrête les officiers hollandais sans rencontrer la moindre résistance28. Dinant se rend, le 2 octobre, sans grande opposition.

  • 29 La garnison, au 30 septembre, est imposante.
    12e afdeeling infanterie 1er bataillon : 11 officiers, (...)
  • 30 Ibidem.
  • 31 Buffin, Documents inédits, 1910, p. 234.

30A Namur, le pouvoir militaire offrira plus de résistance29. L’esprit de la troupe y est resté assez bon. Les journées de septembre remuent le peuple, cependant celui-ci ne se soulève pas encore ouvertement. « Mais la reddition de la garnison de Mons et celle des différentes autres places permettent tous les espoirs et excitent les esprits30. » Encore une fois, c’est l’armée qui s'effondre d’abord. Le 30, la deuxième et la troisième compagnie du 3e bataillon de la 18e afdeeling se soulèvent ; tant bien que mal le colonel rétablit l’ordre. Le calme n’est d’ailleurs que momentané. Le 1er octobre, à 1 heure du matin, nouvelle rébellion. Les soldats, habillés et armés, quittent les chambres, tirent sur les officiers et les soldats restés fidèles. Aussi le conseil de défense arrête « que les miliciens récemment appelés sous les armes étaient libres de retourner dans leurs foyers », et, à l’aube, on conduisit ainsi hors de la ville plus d’un millier de soldats rebelles31.

  • 32 La Grand’Garde était installée dans les dépendances de l’hôtel de la Régence.
  • 33 Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, II, 120).
  • 34 Ibidem.

31Dès les premières heures du jour, le 1er octobre, le peuple occupe les rues. Il est au courant de ce qui s’est passé la nuit et il tente l’attaque des postes occupés par la troupe. Vers 8 h. 45, le combat commence place d’Armes et à la Grand’Garde32. Un feu de peloton meurtrier redouble la fureur populaire et la troupe est forcée de se retirer à la citadelle. Le peuple arrache les pavés, dresse des barricades, et commence l’attaque simultanée de la plupart des postes33. Après avoir désarmé les postes intérieurs ou forcé les soldats à se replier sur les remparts, le peuple assaille les portes de la ville. A la Porte Saint-Nicolas, la lutte est âpre et longue. A 11 heures, elle est reprise, mais une contre-attaque de l'ennemi force les Namurois à se retirer ; nouvel assaut victorieux des insurgés, conduits par un marchand de pipes, Lambert Morel, qui brise le cadenas de la porte et ouvre passage aux volontaires d’Andenne, de Vedrin et des communes voisines. Nouvelle contre-attaque hollandaise, victorieuse, elle aussi ; mais finalement le lieutenant Cielissen étant blessé, et les pertes étant lourdes, après avoir encloué la pièce de canon et rendu inutilisables les munitions, les troupes se retirent vers la citadelle34.

32A la Porte de Fer, le combat est aussi très violent et dure toute la journée. Les assaillants, cachés dans les maisons, tiraillent sur les troupes. A 6 heures, ils franchissent les barricades et s'emparent de la position. Les autres portes, mieux protégées par le feu de la citadelle, restent à l’armée ; les attaques des civils y furent d'ailleurs très faibles.

  • 35 Fivet, Le pays de Namur et la Révolution de 1830. (2e édition 1930) donne le texte de ce message, (...)
  • 36 Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, t. II, 122.)
  • 37 Ibidem, pp. 122 et 123.
  • 38 « La commission, nommée par arrêté de la Régence du 2 octobre 1830 et munie de pouvoirs à cet effe (...)

33Vers 7 heures du soir, le peuple se dispose à marcher à l'assaut de la Porte de Bruxelles, lorsque le capitaine belge Bouhon, de la 18e afdeeling, avec le trompette des dragons, se présente en parlementaire auprès de la Régence, pour lui annoncer que le général Van Geen est prêt à retirer ses troupes de la ville, moyennant certaines conditions. Deux conseillers, d’Acoste et de Garcia, accompagnent Bouhon auprès du commandant de place et lui apportent les propositions de la Régence relatives à l’évacuation de la ville. Van Geen les discute avec son état-major, puis remet aux deux Namurois un message : il subordonne l’évacuation à la remise des pains et farines laissés à la caserne, ainsi que des papiers et effets particuliers faisant partie de l’habillement de la troupe35. Van Geen désire surtout rentrer en possession des 7.000 pains de la caserne : les soldats n'ont plus mangé depuis 24 heures, certains depuis 36, et les fours ne pourront donner du pain que dans 48 heures ; aussi, la troupe qui s'est assez bien comportée pendant les combats, sauf le détachement de cavalerie composé exclusivement de Belges, recommence à murmurer36. Van Geen, qui veut toujours se renfermer dans la citadelle et qui ne songe nullement à capituler, a un ennemi terrible : la famine. Ces 7.000 pains seuls peuvent encore le sauver. La Régence a accepté les conditions du message, mais le peuple, le 2 octobre, l’empêche de livrer les farines. Aussi Van Geen envoie-t-il le général de Roisin auprès de la Régence réclamer la livraison des vivres. La Régence lui explique l’impossibilité où elle se trouve de remplir les stipulations de la convention, « beaucoup de gens sont arrivés de Gembloux, Fosse, Andenne, Templeuve et la classe honorable a perdu toute influence ». L’échec de de Roisin amène une nouvelle rébellion des soldats belges qui jettent leurs fusils. Van Geen délègue alors le capitaine Criesfeld de la 12e afdeeling auprès de la Régence, porteur de la menace : « Si on ne livre pas le pain, je bombarde ». La Régence promet, mais est évidemment incapable de tenir sa promesse37. Rien mieux, au courant de la situation difficile des troupes, sous le prétexte qu’elle ne pouvait remplir ses engagements concernant les pains, elle envoie une commission auprès de Van Geen, chargée de lui présenter un projet de capitulation38.

34Le soir, Van Geen réunit le conseil de guerre et lui lit les propositions de la Régence. Après de longues discussions, le général Van Geen est chargé de régler les conditions de capitulation et le conseil se sépare. Mais voici que de Stassart survient. Son arrivée provoque la réunion d'un nouveau conseil de guerre et des discussions très animées : de Stassart apporte, en effet, les exigences bruxelloises.

  • 39 On en trouvera le texte : Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, II ; 132) et Fivet, op. (...)

35On est sans nouvelles de l'armée, tout le pays est soulevé, la désertion a réduit les défenseurs à 300 hommes. Le Conseil de guerre conclut qu’il ne sert à rien de se défendre et, pendant la nuit, les conditions de capitulation39 sont rédigées.

  • 40 Courrier de la Sambre, 5 octobre 1830 ; Fivet, op. cit. ; 95.

36Mais l’intervention du délégué du Gouvernement Provisoire a effarouché le Conseil de Régence qui délègue quatre de ses membres à Bruxelles. La ville accepte de se décharger de l'exécution de la capitulation, mais elle pose des conditions typiques : « La province de Namur sera représentée au Gouvernement Provisoire par un choix fait dans la dite province » et « la ville de Namur ainsi que les habitants qui ont souffert par suite des événements qui ont amené la dite capitulation « seront indemnisés » sur les valeurs dont la remise est faite. Le Gouvernement Provisoire s’incline40.

37Le 4 octobre, à 4 heures de l’après-midi, triomphalement, au son du canon et des cloches, le lieutenant-colonel Boucher, à la tête de 12 des braves qui avaient combattu le 1er octobre, escorté des bourgeois en armes, fait son entrée dans la citadelle. Le lendemain, la garnison, qui ne comprenait plus que 300 hommes, prenait le chemin de la Hollande.

***

38Namur tombe le 5 octobre. Liége capitule le 6.

39Nous avons vu que le 27 septembre les Liégeois investissent la citadelle. Le général Van Boecop est enfermé avec 800 Belges et 800 Hollandais que la faim exaspère. Il cherche à se ravitailler. Toujours en communication avec le général Dibbets qui domine parfaitement Maestricht, il lui réclame des vivres. Dibbets organise un convoi qui part de Tongres, le 28 septembre, mais qui ne peut pénétrer dans la citadelle malgré le bombardement des barricades de Sainte-Walburge et une sortie des troupes de la citadelle contre ces mêmes barricades. Dibbets ne se décourage pas. Le 29 septembre, il envoie le général Daine escorter un convoi de vivres et il donne à Daine 600 hommes d’infanterie, une compagnie de sapeurs, deux pièces d’artillerie et un escadron de cuirassiers. Van Boecop, de son côté, passe la nuit du 29 au 30 à lancer des boulets sur Sainte-Walburge et force les Liégeois à se retirer vers Rocour.

  • 41 Nous avons suivi le récit fait par Daine lui-même dans une lettre du 4 décembre 1830 au Gouverneme (...)

40L’opération, parfaitement organisée, doit réussir. Mais Daine ne veut pas verser le sang de ses compatriotes et, au lieu d'annoncer à Van Boecop son arrivée par trois coups de canon ainsi qu’il avait été convenu, ce qui devait provoquer une sortie de la citadelle, pour prendre les insurgés entre deux feux, il envoie un officier de cuirassiers avec un trompette en parlementaire au comte de Berlaymont, commandant en chef de la garde urbaine liégeoise. De Berlaymont et Daine concluent un arrangement : des neuf voitures de vivres, cinq entreraient à la citadelle et les autres seraient gardées en dépôt à Liége. Daine fait avancer les voitures du convoi et marche en tête avec de Berlaymont. La petite troupe fait ainsi un quart de lieue, mais un peu en avant de Sainte-Walburge, les Liégeois, bien qu’informés de la convention conclue avec leur chef, s’opposent à la marche du convoi, crient à la trahison, mettent en joue Daine et de Berlaymont, s’emparent des chariots et les font descendre vers Sainte-Marguerite. Les troupes apprenant la violation de la convention se portent en avant et le major Nijpels commande aux cuirassiers de charger ; la charge ne dure guère ; les bataillons franchimontois sont culbutés, mais, une fois arrivée aux barricades et aux premières maisons de Sainte-Walburge, la cavalerie, gênée dans ses mouvements, rencontre une résistance beaucoup plus vive. L’infanterie se joint aux cuirassiers, mais l’élan étant brisé, une seule colonne des gardes bourgeois qui arrive d’Ans suffit pour mettre en déroute les troupes régulières qui abandonnent deux pièces de canon, tout le convoi et se retirent sur Tongres41.

  • 42 Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen. (Militair Spectator, 3e série, III, pp. 117-1 (...)

41L'opération avait échoué par la « faute » de Daine : il n’avait pas prévenu Van Boecop et lorsque celui-ci, au crépitement des balles, fait sortir 300 hommes pour soutenir le mouvement des troupes royales, il était trop tard : Daine avait déjà commandé la retraite. Ces 300 hommes dirigés par le colonel de Favauge s’emparent d'une barricade dressée à peu de distance de la citadelle, et, malgré une vigoureuse défense des insurgés, atteignent l’extrémité du faubourg : mais elles ne rencontrent ni troupes, ni convoi. Force fut donc à ces 300 hommes de rentrer à la citadelle. Cette démonstration inutile avait coûté aux Hollandais 2 morts et 3 blessés42.

  • 43 Lettre de Louis Jamme, bourgmestre de la ville de Liége, du 18 avril 1831. M.R.A., O. 412, d. 5. C (...)
  • 44 Ibidem.

42L’échec de ces deux tentatives a des conséquences déplorables pour van Boecop. La faim irrite ses soldats aussi bien hollandais que belges et ceux-ci se rebellent. Aussi van Boecop donne l'ordre de laisser sortir la partie belge de la garnison, mais le major l’Olivier, un Belge convaincu que « si la garnison hollandaise restait seule, elle se porterait à des actes hostiles contre la ville, persuade aux Belges de rester avec lui et de faire à la sûreté de la ville, le sacrifice des privations infinies qu’ils éprouvent et de l’avantage qu’ils étaient sûrs de trouver au dehors43 ». Les Belges suivent le conseil de l’Olivier, mais à contrecœur et ils se remettent vite à conspirer : il s’agit d’enclouer les canons et d’incendier le quartier des Hollandais. L’Olivier, pour éviter une lutte sanglante, conseille de retarder le soulèvement. Il y parvient à grand’peine. La privation de vivres pousse van Boecop à recourir à une solution hardie : il songe à faire piller toutes les habitations hors murs de Hocheporte. Le major l’Olivier, persuadé que cette sortie désespérée provoquera sûrement une lutte sanglante entre soldats belges et hollandais, va trouver van Boecop et le décide à capituler. L’Olivier est chargé de négocier la capitulation. Il fut convenu « que lui, major l’Olivier, stipulant au nom du général van Boecop garderait, au nom du Roi, la citadelle, pendant 10 jours, avec la partie belge de la garnison ; que la troupe hollandaise l’évacuerait et que, passé ce délai de 10 jours, il la remettrait à la garde urbaine liégeoise44 ». Le 6 octobre, van Boecop et les 900 Hollandais sortaient de la citadelle avec les honneurs de la guerre et rejoignaient Maestricht.

43Liége libérée, la Wallonie entière est purgée de tout Hollandais, les quelques officiers et soldats d’Arlon et de Bouillon ayant dû eux aussi céder devant la rébellion des miliciens belges.

***

  • 45 P.R.O. — F.O. 10/3. Fauché à Aberdeen, Ostende, 28 septembre 1830 : « The spirit is everywhere ver (...)
  • 46 R.A. Staats Secretarie, 3474. Rapport général Goethals, commandant la garnison de Bruges au lieute (...)

44En Flandre, les patriotes ont redressé la tête, quand ils ont appris qu’au Parc les Bruxellois résistaient, et le soulèvement est d’autant plus prompt et le succès plus rapide qu’on est plus éloigné de Bruxelles ; avec la distance, les combats du Parc ont pris les proportions d'un triomphe45. C’est ainsi qu’à Bruges, le 25 septembre, le peuple s'ameute, parcourt les rues en un cortège précédé d'un drapeau tricolore, mais se contente de briser treize réverbères. Le lendemain, des gamins chantent sur la Grand’Place et narguent les soldats du corps de garde, puis sillonnent toute la ville ; des jeunes gens, avec un grand drapeau belge, les rejoignent ; la bande grossit et, le soir, un bagarre se produit, Grand’Place, entre la foule et les soldats. La troupe fait feu, tue trois manifestants, en blesse cinq et disperse le peuple, qui passe la nuit à se procurer des armes. Les autorités militaires prennent peur ; elles décident de se retirer sur Ostende, place capitale. Aussi, à 5 h. 30 du matin, le 27 septembre, le conseil de régence reçoit une lettre du major Klump annonçant que la garnison se retire. A 8 heures du matin elle prend le chemin d’Ostende. La joie la plus folle règne en ville ; partout on arbore des drapeaux, on distribue des cocardes, on verse à boire, mais l’ordre le plus parfait est conservé, malgré les craintes de la Régence qui avait été jusqu'à écrire au général Goethals pour protester contre le départ des troupes46.

  • 47 Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen. (Militair Spectator, 3e série, III, 113.)
  • 48 Het garnizoen van Ostende. Een geschiedkundige aanteekening betreffende de Belgische Revolutie van (...)
  • 49 Ibid., p. 486.
  • 50 Ibid., pp. 486-487.
  • 51 P.R.O. — F.O. 10/3. Fauché à Aberdeen Ostende, 29 septembre 1830, raconte le soulèvement populaire (...)

45A Ostende, pendant tout le mois, l'ordre a été maintenu sans difficultés, mais le récit de personnes venant de Bruxelles, de même que les nouvelles de soulèvement dans différentes places, à Bruges notamment, ne sont pas sans écho dans la population. Le 26 septembre, les rues sont encombrées de curieux ; la foule conduite par un vieil officier de marine, Bataille, se porte sur le marché, devant le corps de garde et refuse de se disperser47. Un des insurgés, armé d'un fusil de la « schutterij » tire. La troupe riposte et une sortie de la compagnie logée à la caserne nettoie la place. La soirée et toute la nuit, des patrouilles empêchent tout désordre. Les mesures de défense prises par l'autorité militaire se révèlent efficaces ; le 27 septembre, tout est calme. Les patriotes ont pris un chemin détourné, ils poussent les troupes à la désertion. C’est une proie facile. La garnison ordinaire a été renforcée, le 27, à 1 heure de l'après-midi, par les 1.100 hommes du général Goethals, venus de Bruges (3e flankbataillon et cadre de la compagnie école de la 6e division infanterie). On dispose de peu de nourriture et les nouveaux arrivés se plaignent de n’avoir comme lits que de la paille étendue par terre48. Aussi, le mécontentement de la troupe ne tarde pas à éclater. Le 3e bataillon se rebelle la nuit du 27 au 28, et bien des soldats prennent la clef des champs49. Privé de troupes et averti des sentiments hollando-phobes des Ostendais par la Régence, le général Goethals, de gaîté de cœur, semble-t-il, force les officiers hollandais à partir pour Flessingue, malgré le désir de certains de ceux-ci de se défendre coûte que coûte50 L’embarquement se fait le 29 septembre au matin : Ostende est belge51.

  • 52 Proces-verbaal inhoudende het voorgevallene in de vesting Meenen op den 28sten, 29sten 30sten Sept (...)
  • 53 Proces-verbaal inhoudende het voorgevallene in de vesting Meenen op den 28sten, 29sten, 30sten sep (...)

46A l’autre bout de la Province, Menin ne tarde pas non plus à se libérer. Encore une fois, deux forces conjuguées obligent les Hollandais à se retirer : l’insurrection populaire et la désertion des miliciens belges. Celle-ci commence le 30 septembre52 ; les moqueries et les humiliations journalières, l'arrivée de déserteurs d’Âth, le bruit qu’à Ostende Goethals a renvoyé les Hollandais chez eux, l’arrivée de perturbateurs, incitant les soldats à la désertion, et narrant, avec force détails, la victoire du Parc, provoquent le départ des miliciens53. Le 30 au soir, le peuple s’agite, réclame l’élargissement d’un adjudant dixmudois, Feys, enfermé pour patriotisme, puis promène autour du marché un drapeau brabançon en papier. La garde bourgeoise et la « schutterij » prêtent main-forte à la troupe et le colonel Boelaard van Tuijl, avec un détachement de 40 hommes, s’empare du drapeau. La population quitte la place et court du côté des casernes, excite les soldats à la désertion, commence même à grimper sur les palissades ; la vue de deux pièces de canon chargées disperse cependant les assaillants.

47Jusqu’à ce moment la troupe s’est assez bien conduite, malgré le départ d’une centaine de miliciens ; mais au cours de la nuit du 30 septembre au 1er octobre, la désertion prend des proportions effrayantes. Les soldats se mutinent. Le colonel Moltz-berger demande aux miliciens s’ils veulent rester ou partir : ils s'en vont tous et avec leurs armes.

  • 54 Les événements révolutionnaires à Menin sont notés avec précision dans le Proces-verbaal inhoudend (...)

48Les soldats qui gardent les portes les imitent. La foule se dirige vers les casernes, qui ne sont plus défendues que par les artilleurs. Leur capitaine ordonne de faire feu : le brigadier van Lauwen refuse d’obéir. Le capitaine veut s’emparer de la mèche, le maréchal des logis van Damme lui assène un coup de sabre sur le bras. La dernière résistance tombe. L’autorité militaire n'a plus qu’à se retirer. La garde communale et la garde bourgeoise s’emparent des postes, les soldats hollandais sont internés, tandis qu’à l’hôtel de ville flotte le drapeau belge et que tout le monde arbore la cocarde tricolore54.

  • 55 Archives générales du Royaume. Archives du Gouvernement Provisoire n° 1, lettre 14. Lettre de Duka (...)

49La désertion provoque aussi la chute de Nieuport le 30 septembre, sans qu’il y ait eu le moindre choc entre la population et la troupe. A Ypres, jusqu’à la fin du mois, les ministériels ont dominé la population et empêché tout mouvement. L’arrivée du général George, au milieu du mois, a encore renforcé la contrainte qui pesait sur les patriotes, mais apprenant la victoire de Bruxelles, la troupe se mutine et comme partout, il ne reste au général George qu'à céder, ce qu'il fait le 1er octobre55.

***

50Au 1er octobre, toute la Flandre Occidentale est belge. C’est la province la première libérée, bien que la plus éloignée de Bruxelles, cela n’a rien d’étonnant : avec la distance, les succès de Bruxelles et autres lieux ont été grossis démesurément, et les autorités militaires abandonnées à elles-mêmes n’ont pu contenir plus de 24 heures leurs troupes travaillées par des gens qui, ainsi que le note un officier hollandais, leur racontaient « des fables ».

  • 56 Catholique des Pays-Bas, 26 septembre.

51La Flandre Orientale est secouée par le canon qui gronde au Parc ; cependant les mesures d'une autorité prévoyante et dictatoriale retardent de quelques jours l’explosion populaire. A Gand, depuis le 20 septembre, on attend avec anxiété les nouvelles de Bruxelles. Le Journal de Gand triomphe les premiers jours et le Catholique des Pays-Bas fait triste mine. Puis, on retombe dans l’incertitude. Orangistes et Belges sont aussi inquiets les uns que les autres. Le 24 et le 25 septembre, les gens s’accostent, se demandent des nouvelles et personne ne peut en donner de sûres. Mais le Journal de Gand ne publie toujours pas les détails d'une victoire qu’il a claironnée, et, le 24, des ordres ont été envoyés aux capitaines de la garde bourgeoise prescrivant les mesures à prendre au premier signal d’un mouvement populaire. Tout ne marche donc pas à souhait à Bruxelles, messieurs les ministériels, pensent les gens du Catholique56.

52Coup de théâtre, le 26 au matin : le Journal de Gand fait distribuer des feuillets : « Gand 25 septembre 10 heures du soir. Nouvelles officielles arrivées d’Anvers le 25. »

  • 57 R.A. Staats Secretarie. Verbaal van den Secretaris van Staat, 1830. Van Doorn au Secrétaire d’État (...)
  • 58 R.A. Staats Secretarie. Verbaal van den Secretaris van Staat, 1830. Van Doorn au Secrétaire d’État (...)
  • 59 Gij van Pittius, dans son Verhaal van de gebeurtenissen te Gent, donne les effectifs au 1er octobr (...)
  • 60 « Je me suis maintes fois assuré de l’excellent état d’esprit des troupes par mes entretiens famil (...)
  • 61 De gebeurtenissen te Gent in October 1831. (Militair Spectator, 3e série, I, 458.)
  • 62 Ibid., 459.

53« Les troupes sont maîtresses du Parc et du haut de la ville, ainsi que de quelques Portes. Les révoltés sont encore dans le centre de la ville. La rue Royale n’existe plus. Le combat a duré toute la journée. » Et il fait suivre ces lignes officielles de renseignements officieux aussi optimistes. « D’après une lettre particulière que nous recevons à l’instant, une vive fusillade a eu lieu dans l’intérieur de la ville ; nos troupes ont fait des progrès et elles se sont emparées du Grand Sablon ; on est maintenant sur le chemin pour arriver à l’hôtel de ville. Les soldats sans distinction sont animés du meilleur esprit. » Le Catholique ne peut répondre que par des extraits de lettres particulières reçues d’Assche et d’Alost, et il insiste évidemment sur le succès des patriotes à Louvain, le 23 septembre. Dans la soirée, il prendra sa revanche ; il fait paraître une feuille supplémentaire reproduisant le numéro extraordinaire du Courrier des Pays-Bas des 24, 25, 26 septembre. Le gouverneur Van Doorn qui a tout fait pour maintenir le pouvoir légal désespère de pouvoir réussir dans ses efforts pour mater la révolte en Flandre57.Le 27, la diligence de Bruxelles arrive avec Le Belge et des lettres ; toutefois on n'a pas encore de certitude sur le résultat de l’expédition du prince Frédéric. L’agitation couve cependant, et les nouvelles parvenues de Bruges ne sont pas pour la calmer, mais il faut attendre le 28 septembre, date à laquelle la retraite des troupes royales est officielle, pour que les rassemblements prennent plus de consistance. A 7 heures du soir, sur la place des Récollets et sur le Marché aux Grains, des barricades sont dressées au moyen de diligences et de charrettes. La troupe les abat après une sérieuse friction avec le peuple ; il y a des blessés et des tués des deux côtés58. Le lendemain, nouveaux désordres ; aussi, le 30 septembre, les autorités civiles et militaires se réunissent en conseil, et la retraite des troupes dans la citadelle est décidée59. Ces troupes qui, jusqu’ici, ont fait leur service avec entrain60 commencent à rechigner. L’arrivée d’un bataillon de la 5e afdeeling, — celui-là précisément qui a essuyé à la Porte de Flandre, le 23 septembre, un échec retentissant et qui est dans un état lamentable, — a une influence défavorable sur les soldats de la garnison61, et, le 2 octobre, la rébellion éclate ; les troupes se mutinent en criant : Notre mois est fini62 ».

  • 63 Les sentiments patriotiques des Gantois étaient tièdes. Hanssens, chargé des fonctions de directeu (...)

54Beaucoup de Flamands s’en vont ; il reste cependant assez d’hommes pour conserver au Roi, jusqu’au 17 octobre, une citadelle solidement bâtie et pourvue d’un excellent matériel. A Gand en effet, les deux forces, que partout ailleurs nous avons vues se conjuguer : soulèvement populaire et rébellion de la troupe, n'ont pas agi. La population gantoise n’a tenté aucune attaque contre la citadelle63 ; il faut attendre l’arrivée de Pontecoulant, le 17 octobre, avec sa Légion Parisienne, pour que la crainte d'une attaque en règle décide le colonel des Tombes à capituler.

  • 64 R.A. Rapport de Prové au Gouvernement Provisoire (A.G.R. Gouvernement Provisoire I, n° 33, 8).
  • 65 Saint-Nicolas fut le théâtre d’un touchant épisode de patriotisme. Le 4 octobre, les habitants de (...)

55En province, la victoire du Parc est bien accueillie. Dans les villes où il n’y a pas de troupes, le ralliement est immédiat : ainsi à Ninove, ainsi à Grammont64, ainsi à Alost. Dans le Nord, les régences hésitent, ne font rien à la hâte et attendent que Gand ait pris position. A Saint-Nicolas, où la bourgeoisie est orangiste à tout crin, et avec quelque raison, car la ville connaît depuis quinze ans une prospérité remarquable, c’est le 3 octobre que la Régence fait arborer le drapeau tricolore, après s’être renseignée sur ce qui avait été fait à Gand et à Lokeren ; l’attitude menaçante du peuple a forcé l’autorité à se rallier à Bruxelles65.

  • 66 Gij van Pittius, Verhaal van de gebeurtenissen te Gent gedurende de maanden September en Oclober 1 (...)
  • 67 De gebeurtenissen te Audenaerde. (Militair Spectator, 3e série, I, 591.)
  • 68 La garnison comprenait deux compagnies de la 17e afdeeling, une compagnie d'artillerie, un détache (...)

56Là où une garnison s’efforce d’empêcher toute démonstration, l’explosion est simplement retardée. Ainsi à Audenaerde, « après l’affaire de Bruxelles, certaines têtes chaudes commencent à monter quelques cabales dans la ville et les environs66 » et les rassemblements populaires deviennent plus nombreux67. Pour les disperser, il faudrait une troupe fidèle. A Audenaerde, la troupe devient moins sûre aussi68. Le colonel Kenor juge préférable d’éloigner des casernes les hommes en qui il n’a pas confiance. Il renvoie d’abord 20 miliciens, mais les autres, jaloux d’une telle faveur, se mutinent ; Kenor est forcé de renvoyer de très nombreuses mauvaises têtes ; aussi, sa troupe est-elle bientôt réduite à de faibles effectifs.

  • 69 Lettre du 4 octobre 1830 de la Régence d’Audenaerde au Gouvernement Provisoire (A.G.R. Papiers Rog (...)
  • 70 Gij van Pittius, op. cit., (Militair Spectator, 3e série, IV, 352.)
  • 71 De gebeurtenissen te Audenaerde. (Militair Spectator, 3e série, I, 591.)

57D’un autre côté, la Régence, gagnée à la Révolution, demande à pouvoir arborer le drapeau belge. Kenor refuse, bien qu'il ne se fasse plus guère d’illusion sur son sort : le peuple se soulève69 et on est sans nouvelles de Gand. Avant de céder, Kenor veut tout de même savoir ce qui s’y passe. Le 1er octobre, il y envoie un officier qu’accompagne un membre de la Régence. Ils reviennent le même jour annoncer la victoire des révolutionnaires et la retraite de la garnison dans la citadelle. La Régence s’empresse d’arborer le drapeau brabançon, tandis que les officiers tiennent un conseil de guerre qui dure une grande partie de la nuit. De toutes les troupes il restait 60 à 70 fantassins, 10 à 12 artilleurs, et 35 hussards70 ; aussi, la retraite sur Gand fut-elle décidée. Elle eut lieu le lendemain et elle fut pitoyable : à Gand il ne restait quasi plus que les hussards71.

58Seul Termonde reste aux mains de l’armée ; le 21 octobre, un ordre du général Chassé décide la retraite ; jusque-là les troupes étaient restées fidèles, et le peuple n’avait pas bougé.

***

  • 72 Box à van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 174. Buffin, op cit., Verhaal van het voorgevalle (...)

59A Anvers, pendant les combats de Bruxelles, le peuple s'agite. La proclamation du prince Frédéric aux Bruxellois, connue le 21 septembre, provoque des murmures ; la nouvelle qu'il y a des morts au Parc soulève l’indignation. La Régence, le 25 septembre, commet d’ailleurs une grosse erreur. Elle fait enfermer à la Bourse pendant seize heures, à ciel ouvert, 100 prisonniers, amenés de Bruxelles. Le 26, elle les fait conduire au port, puis les ramène au château, et toutes ces démarches se font au milieu d’un peuple qui gronde72. Mais celui-ci n’a pas d’armes ; la garde bourgeoise est solide, dure dans la répression, et Chassé tient ses hommes en main.

  • 73 Box à Van Maanen. Gedenkstukken 1830-1840, IV ; p. 174 et P.R.O. —F.O. 10/3 de Hochepied Larpent à (...)
  • 74 Cette proclamation a été exposée au palais d’Egmont lors de l’exposition historique de 1830. Elle (...)
  • 75 Klinkhammer à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 177.
  • 76 Buffin, op. cit. Verhaal van het voorgevallene in Antwerpen, II, 186. Staedtler écrit d'Anvers le (...)
  • 77 Le 28 septembre de Caters, bourgmestre, adresse aux bourgeois « qui font montre de faiblesse » une (...)
  • 78 « J’ai trouvé établi le régime militaire le plus sévère, à peine y osait-on parler politique ; les (...)

60La résistance de Bruxelles rend cependant de plus en plus audacieux les partisans de la révolte73 ; le bourgmestre, dans une proclamation officielle mensongère, s’efforce bien de les décourager74, rien n’y fait : « les jeunes gens, les petits avocats, les étrangers, les cléricaux excitent les esprits75 », et lorsque, le 28, on apprend la retraite des troupes, le peuple ne cache plus sa joie76 ; mais la garde urbaine encore renforcée et épurée des bourgeois indécis77 empêche tout soulèvement78. Les patriotes continuent à travailler dans l’ombre, mais ne parviennent pas à troubler la tranquillité. Le 17 octobre, une bagarre a lieu entre le peuple et la troupe à la Porte de Malines ; toutefois, il faut attendre le 26 octobre, pour que le peuple se soulève. Ce jour-là, il désarme les postes militaires à l’intérieur de la ville et, le lendemain, il fait sa jonction avec les blouses bleues de Niellon et de Mellinet.

61Il ne nous appartient pas d’étudier l’attaque de la citadelle, le bombardement, les négociations qui l’ont précédé et qui l’ont suivi ; qu’il nous suffise de dire que, à la fin d'octobre la ville d'Anvers était belge.

***

  • 79 « L’effectif de la milice devait atteindre un pour cent du chiffre de la population, avec une levé (...)

62Ainsi donc, en quelques jours, toutes les places fortes, sauf Termonde, Anvers et Maestricht, sont aux mains des rebelles. La désertion des miliciens belges est la grande cause du succès révolutionnaire. Succès considérable : une fois les places perdues, il devenait impossible à ce qui restait de l’armée royale de reconquérir la Belgique, et le triomphe de la Révolution était assuré définitivement. Bien pourvues de matériel, ces forteresses avec des troupes fidèles auraient pu résister longtemps aux assauts de quelques centaines d’insurgés. Car, à Tournai, à Namur aussi bien qu’à Liége les attaques du peuple sont assez aisément repoussées. Mais une fois la troupe gagnée à la révolte, toute résistance est inutile. Le succès de la Révolution est donc dû à une cause foncièrement nationale, racique. Dès le 26 septembre, un abîme se creuse entre soldats hollandais et soldats belges ; des rixes, des querelles éclatent ; les officiers hollandais sont l’objet d’insultes et de menaces. Le régime militaire hollandais, le système du recrutement régional et les congés très nombreux des miliciens, qui passent peu de jours à la caserne, s’est révélé déplorable79.

  • 80 Herinnering nopens de gebeurtenissen en krijgsverrigtingen in de stad en vesting Namen in 1830. (M (...)
  • 81 P.R.O. —F.O. 10/3. White à Fauché, Gand, le 3 octobre 1830 : « All the troops here are disbanded o (...)

63Les périodes de rappel des miliciens avaient lieu au mois de septembre. Les miliciens, hormis ceux des provinces où le soulèvement a pris très vite des teintes accentuées, ont répondu à leur convocation80, mais lorsque dans les derniers jours du mois, au lieu de rentrer chez eux comme ils l’espéraient, ils sont forcés de prolonger leur temps de milice, ils grondent. A des motifs égoïstes se joignent des motifs plus nobles : ils ne veulent pas tirer sur leurs frères. Il était impossible de contenir de tels soldats ; aussi l’autorité militaire est-elle forcée de libérer les semainiers, ce qui provoque la jalousie chez les autres et finalement la désertion81.

64La chute si rapide des places fortes a des causes secondaires : la négligence de bien des chefs à se pourvoir en vivres, et surtout l’oubli impardonnable du Haut Commandant Hollandais de garder la liaison entre toutes les places fortes, et de se tenir au courant des événements dans chacune d’entre elles. Mais il apparaît clairement que ces erreurs grossières, du point de vue militaire, n’ont fait que précipiter une ruine inévitable. Le 1er octobre, en Belgique, les Hollandais sont en pays ennemi avec des troupes mutinées. Si la désertion des troupes est la cause fondamentale de la chute de toutes les places fortes, on ne doit pas méconnaître le rôle intelligent et énergique des commissaires du Gouvernement Provisoire qui en ont imposé à bien des commandants de place, non plus que les démonstrations des patriotes qui empêchent le ravitaillement, redoublent le mécontentement des miliciens et qui, dans maints endroits, ne craignent pas de recourir à la force. Car la victoire du Parc qui a fait éclater, au sein de l’armée, des sentiments contenus jusqu’alors, tant bien que mal, par une discipline sévère, libère aussi de leurs craintes, d’ailleurs fondées, bien des patriotes qui reculaient devant une révolte ouverte. Ainsi tout s’enchaîne et tout se ramène aux quatre Journées de Bruxelles.

Notes

1 Il y a peu de déserteurs : les journaux patriotes qui rapportent avec complaisance tous les échos d'une agitation dans l'armée et ne manquent pas d’exagérer leur importance, doivent se contenter, avant le 27 septembre, de peu de cas de désertion. Ont sûrement déserté : Lucas et une douzaine de cuirassiers qui, le 11 septembre, ont quitté leur cantonnement de Vroenhoven et se sont rendus à Liége (Archives du gouvernement provincial de Liège. Dossier Croix de fer. 5e État des propositions faites d’office) et un détachement de 32 hommes et de 4 sous-officiers, de la IIe afdeeling, stationné à Freeren près de Wi-hogne, qui, sortis de Louvain, le 2 septembre ont gagné Liége avec armes et bagages. (Herinneringen uit de dagen van de belgische op-stand. Het Vaandel 1re année, 1860, p. 336.)
Dans les places fortes, jusqu’au 25 septembre, l’esprit de la troupe reste assez bon, au témoignage de tous les officiers.

2 R.A. Staats Secretarie, 3474, lettre du lieutenant-colonnel Versteegh à sa femme, et 3475, Ath 28 septembre 1830, rapports des premiers lieutenants de l’artillerie Van Schoor et Gobins. Flessingue, 29 septembre 1830 (ces deux officiers ayant pu prendre la fuite). Mémoire justificatif du général Van der Smissen, M.R.A. 0. 268, d. I. Nous reproduisons ici le récit de la mission de Van der Smissen à Ath, que de Kerchove de Denterghem a omis dans sa publication du mémoire de ce général, (de Kerchove de Denterghem, Les préliminaires de la Révolution belge de 1830. Revue de Belgique, 2e série, XVIII, pages 206-222). « Dans la nuit du 26 au 27 septembre, il communiqua au Gouvernement Provisoire à l'hôtel de ville de Bruxelles l'idée de prendre la ville d’Ath ; il partit avec le comte Duval de Beaulicu et le colonel Hotton, à 4 heures du matin. A son arrivée à Ath, la ville venait de se soulever, mais l’artillerie s’était retirée par les différentes issues ; les canonniers étaient à leur pièce, mèche allumée ; lorsque, en présence du comte Duval, M. Rouillé, le colonel Hotton et du capitaine Lecoq, il franchit le mur de séparation aux cris de « Vivent les Belges, vive la liberté ! », les canonniers le reconnurent pour leur ancien chef à Waterloo ; étonnés et entraînés par sa présence, ils hésitèrent ; profitant de ce moment d’émotion, il se jette au milieu d’eux, disant : « Oui, mes amis, c’est moi ; crions ensemble, vivent les Belges ! vive la liberté !... etc. » L’arsenal fut à lui ; de suite une batterie complète de 8 pièces avec deux cent mille cartouches d’infanterie fut envoyée à Bruxelles avec artilleurs et les volontaires athois ; ce fut la première force militaire qui parut à Bruxelles et il ose le dire, qui assura la Révolution, car il n’y avait plus une livre de poudre à Bruxelles pour résister au prince Frédéric. »

3 Le 25 septembre, le capitaine Schatt note : « L’excellent esprit qui animait les soldats commence à s’affaiblir fortement. Quelques volontaires et tambours qui avaient beaucoup de relations avec les bourgeois commençaient, dans leur ivresse, à se permettre des expressions qui, en temps ordinaire, auraient été sévèrement punies, mais qu’on laissait alors impunies par manque de fermeté ou peut-être par dessein prémédité. Ce n’était pas non plus sans tristesse que l’on s’apercevait que le soir plus souvent qu’à l’ordinaire des soldats manquaient à l’appel et que la désertion commençait dans la division. » Slothouwer, op. cit., Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 1892, 283.

4 Staring, op. cit. (Militaire Gids, 1893, 113.)

5 « Howen l’interroge, à la suite de quoi il fut placé dans une chambre isolée de l’hôtel de ville, sous la garde du lieutenant adjudant Pfeiffer, jusqu'à 9 h. 30 du soir, puis il fut conduit aux arrêts par quatre maréchaussées, et, ce qui est singulièrement étrange, le lendemain, avec Bona et Caroli (deux agitateurs) il fut remis en liberté. » Staring, op. cit. (Militaire Gids, 1893, p. 115.)

6 Le récit des événements fait par Chazal dans une lettre au Courrier des Pays-Bas, et que lObservateur du Hainaut publie le 3 octobre, est identique à celui des officiers hollandais, mais diffère de ton des belles aventures racontées par Chazal dans ses Mémoires. « Dès mon arrivée à Mons, je me suis rendu chez le général Duvivier à qui j’ai remis la lettre dont le Gouvernement Provisoire m’avait chargé, en lui faisant part des événements de Bruxelles. Pour toute réponse, ce général m’a fait arrêter et conduire devant le général Howen qui, après m’avoir fait plusieurs questions, m'a dit que je serais fusillé le lendemain matin ; j’ai été conduit par les gendarmes dans un cachot où j’ai passé la nuit. Pendant ce temps, les officiers supérieurs belges de la garnison se sont réunis, ont répondu de moi au général et l'ont pour ainsi dire forcé à me mettre en liberté. Je dois rendre cet hommage à la loyauté de ces braves militaires belges, à qui je dois la vie. » Lettre au Courrier des Pays-Bas. Observateur du Hainaut, 3 octobre.

7 W. Staring, De overgaaf van Mons (Militaire Gids, 1893, 121-122.)

8 Slothouwer, op. cit. (Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 1892, p. 285.)
W. Staring, op. cit., (Militaire Gids, 1893, pp. 116-117.)

9 M.R.A., 0. 25d 14. Déclaration des brigadiers de la maréchaussée royale Harris et Bastenier.

10 Buffin, op. cit., I, 163. Mémoires Chazal.

11 Sur les événements du 29 septembre à Mons : W. Staring, op. cit. (Militaire Gids 1893, pp. 117-118) ; Slothouwer, op. cit., Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 1892, pp. 285-286 ; LObservateur du Hainaut, Journal politique, commercial et littéraire, nos du 30 septembre et 3 octobre ; Buffin, op. cit. ; I, Mémoires Chazal, pp. 163-165 (ce dernier pour les événements de l’après-midi) et R.A. Archief van het Kabinet des Konings, n° 182. Lettre du lieutenant-général Howen au Prince Frédéric, écrite à Bruxelles, « en détention à la prison des Petits Carmes », le 1er octobre 1830.

12 Soil, de Moriamé, Les milices citoyennes de Tournai (Revue Tournaisienne, 1905, p. 180).

13 Voici les mesures prises : 1° Les postes seront renforcés à l’intérieur et, la nuit, il y aura une compagnie entière de la garde bourgeoise au poste de l’hôpital, une autre à celui de la rue Madame ; 2° Le commandant de la garde communale obtient que le poste de grand’garde soit porté à 50 hommes ; 3° De Wauthier écrit à la Régence qu’il a renforcé les gardes des portes, commandées chacune par un officier.
Soil, de Moriamé, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 180.)

14 Soil de Moríame, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, pp. 200-201).

15 Dans sa séance de nuit (du 28 au 29 septembre), le Conseil de Régence « considérant que les compagnies bourgeoises, exténuées de fatigue, ont besoin d’être renforcées. Que beaucoup d’artisans et d’ouvriers qui n’en font point partie se sont armés aujourd'hui des fusils d'une partie de la garnison.
 » Enfin qu’il y aurait utilité sous plusieurs rapports de sûreté publique de les incorporer dans lesdites compagnies.
 » Vu ces motifs, décide de mettre à la disposition de chaque capitaine une somme de 50 florins qui servira à attirer dans la Garde bourgeoise ces artisans et ouvriers. A cette fin, autorisation est délivrée au receveur communal de payer la somme totale de 800 florins. »
Soil de Moriamé, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 202).

16 Voici les considérants de la reconnaissance du Gouvernement Provisoire : « Prenant en considération les derniers événements de Bruxelles et rétablissement dans cette capitale d’un Gouvernement Provisoire pour toute la Belgique, considérant aussi 1O Que le premier besoin d’un peuple est d’être gouverné, qu’au nombre des nécessités les plus impérieuses est celle de prévenir l’anarchie ; 2° Que le vœu général se prononce pour la reconnaissance du Gouvernement Provisoire ; 3° Que les magistrats d’une ville doivent avant tout pourvoir au salut public, en maintenant autant qu’il est en eux l’ordre et la tranquillité et en employant tous les moyens de faire respecter les personnes et les propriétés, l’assemblée est d’avis d’adhérer, mais avant que de souscrire l’acte d’adhésion, elle fait la motion qu’il soit soumis à tous les notables dans la salle ordinaire des séances. » Soil de Moríame, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 204).

17 de Wauthier, Mémoires, annotés par M. Louis Leconte (Bulletin de la Commission royale dhistoire, 1921, XC, 114).

18 « Cette mesure va répandre la terreur et sacrifier une partie de la population. » « L’assemblée prie Messieurs les délégués de considérer qu'il y a une énorme différence entre la population de Tournay, composée de 24.000 individus, dont 16.000 dépendent de la charité publique et la population des villes d’Ath, de Mons et de Bruxelles. » « Ici vous ne trouverez pas 1500 hommes qui courront aux armes pour l'attaque de la forteresse qui nous menace. Les citoyens armés sont harassés de fatigue et n’ont pas assez de munitions. N’agitons pas le peuple, n’inspirons pas de terreur, soyons calmes au moment de la crise et, avec le calme, nous serons plus forts que ceux de la citadelle. » Soil de Moriame, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 208).

19 Voir le texte de la Capitulation, de Wauthier. Mémoires annotés par M. L. Leconte. (Bulletin de la Commission royale dhistoire, 1921, XC, 117.)

20 R.A. Staats Secretarie, 3475. Rapport de Wauthier au directeur général de Eerens, 29 septembre 1830 « du 27 au 28 : 635 déserteurs. — La situation est désespérée ». Soil de Moriame, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 207).

21 de Wauthier. Mémoires, p. 113.

22 Op. cit., p. 113.

23 Le 30, la commission de l’intérieur présente un projet qui annonce de nouvelles distributions de vivres et promet du travail aux ouvriers. En même temps, une circulaire aux maîtres des pauvres les engage à visiter fréquemment les pauvres de leur quartier, à les exhorter au calme et à les inviter à remettre les armes qu’ils peuvent détenir à la grande garde où chaque fusil leur sera payé 4 francs. » Séance du 30 septembre du Conseil de Régence de Tournai. Soil de Moriamé, op. cit. (Revue Tournaisienne, 1905, p. 212).

24 Sur la reddition de la citadelle de Charleroi, on trouvera de très amples et très sûrs renseignements dans l’ouvrage de M. Ernest, La Révolution belge de 1830 en Carolorégie, pp. 120-135.

25 La garnison se composait du 2e bataillon de la 12e afdeeling infanterie, 16 officiers, 850 sous-officiers et soldats ; 1 compagnie d’artillerie du bataillon n° 5 forte de 2 officiers, 86 sous-officiers et soldats, d'un officier et de 5 à 8 maréchaussées. Tous wallons et luxembourgeois.

26 M.R.A., 0., 671, d. I « Exposé de la conduite de F.-J. Pariset, fourrier dans la 6e compagnie du 5e bataillon d’artillerie à Philippeville dans la journée du 30 sept. 1830. » Signé Pariset, 11 octobre 1830. Attesté par l’administration communale de Philippeville, 11 octobre 1830 — 4 signatures.

27 Van Teijlingen van Hilvarenbeek, Verslag van het gebeurde te Philipstad in September 1830. (Militair Spectator, 2e série, VI, 121-124.)
Le récit d’un correspondant du Courrier de la Sambre (Courrier de la Sambre, 16 octobre 1830), est concordant, de même que le rapport du gouverneur de la province, de Stassart, sur les événements révolutionnaires à Philippeville (Namurcum. Chronique de la Soc. Arch. de Namur, 3e année, 1926, pp. 60-61) et le récit de J. Gilliaux, témoin oculaire (récit publié par M. Fivet, Le Pays de Namur et la révolution de 1830, Namur 1930, 60-61-62).

28 Fivet, op. cit., pp. 56 s.

29 La garnison, au 30 septembre, est imposante.
12e afdeeling infanterie 1er bataillon : 11 officiers, 31 sous-officiers, 415 soldats. 2e bataillon : 3 officiers, 7 sous-officiers, 124 soldats. 3e bataillon : 16 officiers, 31 sous-officiers, 805 soldats.
(Le reste du 2e bataillon est à Philippeville.) 18e afdeeling infanterie 1er bataillon : 7 officiers, 18 sous-officiers, 25 soldats
(Le reste du bataillon est détaché à Charleroi.) 2e bataillon : 17 officiers, 29 sous-officiers, 608 soldats. 3e bataillon : 18 officiers, 31 sous-officiers, 580 soldats.
Artillerie
5e bataillon : 20 officiers, 35 sous-officiers, 489 soldats. Régiment dragons n° 5 : 1 officier, 3 sous-officiers, 25 soldats. Maréchaussée : 2 officiers, 8 sous-officiers, 50 soldats.
(Il faut décompter 1 compagnie de 2 officiers et 86 soldats détachée à Philippeville et un petit détachement à Mariembourg et à Dinant.)
Herinneringen nopens de Gebeurtenissen en krijosverrigtingen in de stad en vesting Namen in 1830. (Militair Spectator, 3e série, II, 118.)

30 Ibidem.

31 Buffin, Documents inédits, 1910, p. 234.

32 La Grand’Garde était installée dans les dépendances de l’hôtel de la Régence.

33 Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, II, 120).

34 Ibidem.

35 Fivet, Le pays de Namur et la Révolution de 1830. (2e édition 1930) donne le texte de ce message, p. 82.

36 Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, t. II, 122.)

37 Ibidem, pp. 122 et 123.

38 « La commission, nommée par arrêté de la Régence du 2 octobre 1830 et munie de pouvoirs à cet effet, pour éviter l’effusion du sang des citoyens, propose la capitulation suivante à Son Excellence le lieutenant-général Van Geen :
1° Remettre la citadelle de Namur à la garde de la Régence de cette ville sous sa responsabilité ;
2° Offrir à toute la partie de la garnison qui voudra se retirer des garanties pour arriver avec armes et bagages et tous les honneurs dus à des braves militaires, au point que son Excellence le général Van Geen jugera convenir. Fait à la citadelle de Namur, le 2 octobre 1830. (s.) J. de Renesse, Mohimont-Bivort, Prisse, Hubau, de Garcia de la Vega, Urban. » Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, II, 131).

39 On en trouvera le texte : Herinneringen... (Militair Spectator, 3e série, II ; 132) et Fivet, op. cit. ; 85.

40 Courrier de la Sambre, 5 octobre 1830 ; Fivet, op. cit. ; 95.

41 Nous avons suivi le récit fait par Daine lui-même dans une lettre du 4 décembre 1830 au Gouvernement Provisoire. Nous avons contrôlé ce récit par les rapports du général Dibbets au directeur général de la guerre de Eerens, 28, 29, 30 septembre et ler octobre n° 14 (R.A. Staats Secretarie, 3474 et 3475) le Rapport au Gouvernement Provisoire du 2 octobre 1830. (Allognier, Dissertations historiques sur la légitimité de la révolution belge de 1830, Bruxelles 1835) ; par la narration de Voermanek, témoin oculaire, Coup d’œil sur le règne de Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, suivi d’un essai de l'histoire de la Révolution belge de 1830, Gand 1880, et surtout par les renseignements fournis par Van der Kemp, De Belgische omwenteling in Luik en Limburg, La Haye 1904, I, 57 à 69. Van der Kemp publie notamment une lettre du 30 septembre de de Berlaymont au général Dibbets, où il raconte les événements (pp. 67 à 69).

42 Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen. (Militair Spectator, 3e série, III, pp. 117-118.)
Il est à remarquer que ce sont des volontaires accourus de Verviers, de Hodimont, de Dison et de Hervé qui ont eu à soutenir la charge des cuirassiers et qui ont laissé plusieurs morts dans la plaine de Rocour.

43 Lettre de Louis Jamme, bourgmestre de la ville de Liége, du 18 avril 1831. M.R.A., O. 412, d. 5. Cette lettre éclaire les sentiments d’officiers belges favorables à la Révolution, mais qui « liés par leur serment ne font rien de contraire à l’ordre et à l’honneur ».

44 Ibidem.

45 P.R.O. — F.O. 10/3. Fauché à Aberdeen, Ostende, 28 septembre 1830 : « The spirit is everywhere very bad as fear that in a few days the whole oj Belgium will be indépendant of the government ».

46 R.A. Staats Secretarie, 3474. Rapport général Goethals, commandant la garnison de Bruges au lieutenant-général Ghigny, commandant le 3e Grand Commandement militaire. Bruges 26 septembre, Ostende 27. Ryelandt, La révolution de 1830 à Bruges. (Annales de la Société d’Emulation de Bruges, 1905, LV, pp. 267 à 270. — Rodenbach, Episodes de la Révolution en Flandre, Bruxelles, 1833, pp. 97 à 102. — Staats-Courant, 30 septembre.

47 Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen. (Militair Spectator, 3e série, III, 113.)

48 Het garnizoen van Ostende. Een geschiedkundige aanteekening betreffende de Belgische Revolutie van 1830. (Militair Speclator, 3e série, V, 484.)

49 Ibid., p. 486.

50 Ibid., pp. 486-487.

51 P.R.O. — F.O. 10/3. Fauché à Aberdeen Ostende, 29 septembre 1830, raconte le soulèvement populaire, la désertion des soldats belges et le départ des troupes hollandaises qu’il organisa lui-même.

52 Proces-verbaal inhoudende het voorgevallene in de vesting Meenen op den 28sten, 29sten 30sten September en 1 October 1830. (Militair Spectator, 3e série, III, 283.)
La garnison comprenait une compagnie d'artillerie de siège, un bataille de la 16e afdeeling, le ler bataillon de l’état-major de la 6e afdeeling (Rembry-Barth, Histoire de Menin, III, 225).

53 Proces-verbaal inhoudende het voorgevallene in de vesting Meenen op den 28sten, 29sten, 30sten september en 1e October 1830. (Militair Spectator, 3e série, t. III, 285-286.)

54 Les événements révolutionnaires à Menin sont notés avec précision dans le Proces-verbaal inhoudende het voorgevallene in de vesting Meenen op den 28sten, 29sten September en ler October 1830. (Militair Spectator, 3e série, III, 283-286.) Le docteur Rembry-Babth, dans son Histoire de Menin, III, 225-228, a raconté aussi les faits, mais il a réuni sur une même journée les événements qui se sont déroulés le 30 septembre et le 1er octobre. Le soulèvement du peuple et la démonstration du postillon Neyrinck sont du 30 septembre, tandis que l'occupation des casernes est bien du 1er octobre.

55 Archives générales du Royaume. Archives du Gouvernement Provisoire n° 1, lettre 14. Lettre de Dukayon, avocat, sur la reddition de la citadelle d’Ypres le 1er octobre.

56 Catholique des Pays-Bas, 26 septembre.

57 R.A. Staats Secretarie. Verbaal van den Secretaris van Staat, 1830. Van Doorn au Secrétaire d’État, Gand 26 septembre 1830.

58 R.A. Staats Secretarie. Verbaal van den Secretaris van Staat, 1830. Van Doorn au Secrétaire d’État 28 et 29 septembre 1830 ; Staats Secretarie, 3474 et 3475 rapports lieutenant-général Ghigny au directeur général de la guerre, 27, 28, 29 et 30 septembre 1830 et Gij van Pittius, Verhaal van de gebeurtenissen te Gent gedurende de maanden September en October 1830. (Militair Spectator, 3e série, IV, 340.)

59 Gij van Pittius, dans son Verhaal van de gebeurtenissen te Gent, donne les effectifs au 1er octobre : 1.920 hommes de la 17e afdeeling, 110 hommes de l’artillerie de campagne, 1 détachement du 8e hussard, du génie (p. 344).

60 « Je me suis maintes fois assuré de l’excellent état d’esprit des troupes par mes entretiens familiers, coutumiers d’ailleurs, avec les sous-officiers et les soldats, et chez tous je croyais découvrir une grande répugnance à l’égard de la canaille séditieuse... » « Le service était mieux fait qu’on ne pouvait l’attendre de soldats qui étaient revenus sous les armes pour quelques semaines seulement et lorsque je devais faire quelques remarques à des sentinelles, ils me répondaient qu'ils péchaient seulement par ignorance, tandis que d’autres qui venaient de Wallonie se plaignaient qu’on leur donnait les ordres dans une langue qu’ils ne connaissaient pas (c’est nous qui soulignons). Le bataillon jusqu’au 29 septembre eut seulement 9 déserteurs et ce nombre doit être considéré comme infime, si l’on prend en considération que les miliciens à l’époque du Grand Congé (1er octobre) avaient toujours un violent désir de retourner dans leurs pays, et cette époque était toujours caractérisée par diverses désertions. » De gebeurtenissen te Gent in October 1831. (Militair Spectator, 3e série, t. I, p. 458.) Il s’agit évidemment des événements de 1830.)

61 De gebeurtenissen te Gent in October 1831. (Militair Spectator, 3e série, I, 458.)

62 Ibid., 459.

63 Les sentiments patriotiques des Gantois étaient tièdes. Hanssens, chargé des fonctions de directeur de la police par la ville de Gand, le 1er octobre, écrit le 4 au gouvernement provisoire : « Le civisme des habitants de cette ville n’a pas encore atteint le degré dont il est susceptible — les employés déposés cherchent à inquiéter le peuple sur la prétendue intervention étrangère. Cela fait qu’on n’arbore pas assez généralement les couleurs nationales. Quelques négociants, détenteurs d’objets de fabriques nuisent aussi à l’esprit public par leurs conjectures sur la suite des affaires politiques. (A.G.R. Gouvernement Provisoire, I, n° 36.)
Les autorités voulurent d’ailleurs, le 1er octobre, arborer l’étendard noir et jaune, former un gouvernement provisoire flamand et ignorer le bruxellois. Le colonel en chef de la garde bourgeoise, Charles Coppens, s’opposa à la réalisation de ce plan et exigea qu’on arborât les couleurs nationales. Une députation de la Régence se rendit alors à Bruxelles pour reconnaître le Gouvernement Provisoire. Rodenbach, Episodes de la Révolution dans les Flandres 1829, 1830, 1831, p. 118.

64 R.A. Rapport de Prové au Gouvernement Provisoire (A.G.R. Gouvernement Provisoire I, n° 33, 8).

65 Saint-Nicolas fut le théâtre d’un touchant épisode de patriotisme. Le 4 octobre, les habitants de Tereecken, faubourg ouvrier de Saint-Nicolas, se cotisèrent pour l’achat d’un drapeau belge qu’ils portèrent en cortège, précédés d’un violon et d’une clarinette jusqu’à la chapelle de Notre-Dame, au bout de leur quartier, où ils l’arborèrent sur la tourelle au son de la clochette à 6 heures de l’après-midi. Puis ils récitèrent le rosaire pour le repos des âmes des combattants morts à Bruxelles pendant les journées de septembre. » Willemsen, Les événements de 1830-1831 à Saint-Nicolas (Annales du Cercle Archéol. du pays de Waes 1905, XXIV, 24).

66 Gij van Pittius, Verhaal van de gebeurtenissen te Gent gedurende de maanden September en Oclober 1830. (Militair Spectator, 3e série, IV, 348) (récit du lieutenant-colonel van Kerkwijk).

67 De gebeurtenissen te Audenaerde. (Militair Spectator, 3e série, I, 591.)

68 La garnison comprenait deux compagnies de la 17e afdeeling, une compagnie d'artillerie, un détachement du régiment de hussards n° 1, de la maréchaussée.

69 Lettre du 4 octobre 1830 de la Régence d’Audenaerde au Gouvernement Provisoire (A.G.R. Papiers Rogier 40).

70 Gij van Pittius, op. cit., (Militair Spectator, 3e série, IV, 352.)

71 De gebeurtenissen te Audenaerde. (Militair Spectator, 3e série, I, 591.)

72 Box à van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 174. Buffin, op cit., Verhaal van het voorgevallene in Antwerpen van den 28n Augustus 1830 tot den 1en Mei 1881, door een ooggetuige, (II, 185.)

73 Box à Van Maanen. Gedenkstukken 1830-1840, IV ; p. 174 et P.R.O. —F.O. 10/3 de Hochepied Larpent à John Bidwell, Anvers, le 27 septembre 1830 : « To use the words of the Authorities, we stand upon a volcan. » Chassé n’était pas tellement sûr de la fidélité de ses troupes et il ne se faisait aucune illusion sur l’état d’esprit de la majorité de la population. Ibidem et lettre du même du 2 octobre 1830.

74 Cette proclamation a été exposée au palais d’Egmont lors de l’exposition historique de 1830. Elle est reproduite par Discailles, op. cit., II, 15.

75 Klinkhammer à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 177.

76 Buffin, op. cit. Verhaal van het voorgevallene in Antwerpen, II, 186. Staedtler écrit d'Anvers le 28 septembre : « Ici même où le commerce a tant prospéré sous le gouvernement royal, les esprits sont extrêmement montés. » Buffin, Documents, 192.
Fl. Prims, De Belgische omwenteling te Antwerpen. De belgischgezinde deelnemers (Bijdragen tot de geschiedenis, 1929, XX ; 281) : « Un maître-plafonneur parcourt les rues d’Anvers avec tous ses ouvriers ayant tous la cocarde tricolore au chapeau et le ruban à la boutonnière, manifestant hautement leurs opinions patriotiques. »

77 Le 28 septembre de Caters, bourgmestre, adresse aux bourgeois « qui font montre de faiblesse » une lettre « les priant de remettre leurs armes à leurs chefs au cas où leurs occupations les empêcheraient de continuer le service. » Prims, Antwerpiensia, 3e Reeks 1929 ; 305.

78 « J’ai trouvé établi le régime militaire le plus sévère, à peine y osait-on parler politique ; les feuilles de Bruxelles n’y entraient pas ; on en craignait l'effet sur l’esprit public qui n’était nullement favorable au gouvernement parmi les classes inférieures. » Lettre de Staedtler du 30 septembre. Buffin, Documents, 198.

79 « L’effectif de la milice devait atteindre un pour cent du chiffre de la population, avec une levée annuelle du cinquième, et le licenciement d’un effectif équivalent. Seul un quart des miliciens restait sous les armes d’une façon plus ou moins permanente, effectuant environ un an de service coupé de nombreux congés de faible durée. Quant au reste du contingent, il était envoyé dans ses foyers en congé de longue durée avec des rappels de loin en loin, à raison d’un mois environ par an. » Wanty, Les aspects militaires de la Révolution belge, p. 10. Des arrêtés royaux du 11 et du 24 juillet 1830 avaient fixé au 1er septembre 1830 la période de rappel pour les classes 1826-1827-1828 et déterminé un certain nombre d’exemptions. Lorsque les événements de Bruxelles se produisirent, le Roi par arrêté du 28 août 1830, n° 54, rappela également les miliciens primitivement exemptés.
Le 9 septembre 1830, 19.771 sont rentrés sur un total de 38.200 ; le 13, 24.138 ; le 24, 29.131. Sur les 9.069 absents, 5.701 étaient Belges. La plupart des manquants étaient originaires des provinces de Brabant Méridional, Liége et Namur. (R.A. Staats Secretarie, 3463, 3465, 3474. Rapport du directeur général de Eerens au Roi, 10 septembre, 14 septembre, 25 septembre 1830 et lieutenant-generaal van Dam van Isselt, 1831-1ste Augustus 1931, p. 24.)

80 Herinnering nopens de gebeurtenissen en krijgsverrigtingen in de stad en vesting Namen in 1830. (Militair Spectator, 3° série, II, 91.)

81 P.R.O. —F.O. 10/3. White à Fauché, Gand, le 3 octobre 1830 : « All the troops here are disbanded or disbanding as fast as possible ... I find the road to Antwerp swarms with disbanded and drunken soldiers. » Le même, Anvers, le 4 octobre 1830 : « ... the troops are completely demoralised. »

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search