Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre VIII. Le soulèvement national

Texte intégral

1La marche des volontaires sur Bruxelles. Exposé de la situation dans les différents centres, au 20 septembre. — Les places fortes jugulées. — Louvain et Liége à la tète de l’opposition. — Les tentatives de l’armée sur Louvain et Tirlemont, le 23 septembre. — Les audaces liégeoises : la Chartreuse et Oreye. — Les compagnies liégeoises et louvanistes à Bruxelles. — Les isolés de Flandre, du Namurois et du Tournaisis. Le soulèvement du Brabant wallon et du Hainaut. — Le rôle des volontaires à Bruxelles. Leur classe sociale. — Le calme de la Flandre.

2Dans les chapitres précédents, nous nous sommes attaché à caractériser les journées de combat à Bruxelles, à examiner les réactions du peuple bruxellois en face d’une démonstration militaire, à décrire la génèse du Gouvernement Provisoire. Délibérément, nous n’avons pas insisté sur la part importante prise par les provinciaux dans la victoire de septembre ; ce rôle est considérable au point qu’il mérite une étude spéciale. L’interdépendance de la capitale et du pays est frappante. Dans la lutte contre le gouvernement, ce sont les intérêts de la Belgique qui sont en jeu. Le mouvement d’opposition ne se limite pas à une contrée ; il s’étend à toutes les provinces méridionales. Mais partout, il n’a pas la même acuité ; des intérêts particuliers retiennent certaines catégories de personnes.

3Le défaut d’une direction capable de coordonner les manifestations de mécontentement fait craindre que les efforts ne se dispersent et ne dépassent pas les frontières régionales ; les efforts des hollandophiles y tendent d’ailleurs. D’autre part, au début de septembre, l’opposition tâche toujours de rester dans la légalité, lors même qu’elle en est sortie, car la séparation par la voie parlementaire satisfait la majorité des notables ; dès lors les soulèvements locaux sont sporadiques, sans but précis et sans effet durable. On peut donc y voir la preuve du mécontentement d’un peuple qui souffre misère plutôt qu’une volonté définie de révolution politique.

4De ces soubresauts révolutionnaires, on en signale dans plusieurs villes ; ils sont souvent sanglants, mais sans résultat, étant désordonnés. Verviers en connaît le premier, Mons est déchiré aussi, Anvers n’est pas épargné, Huy est le théâtre des mêmes événements. Le caractère populaire de ces émeutes est fortement accentué et c’est la bourgeoisie qui les réprime.

5Dans d’autres villes, la bourgeoisie se laisse entraîner plus rapidement à une attitude plus patriotique ; les autorités se laissent déborder par les éléments les plus avancés et les frictions entre gardes et peuple sont plus rares. C’est le cas à Liége et à Louvain, où il est établi cependant que le peuple crie famine.

6Le sens national des exaltés est tangible : pour eux, c’est à Bruxelles que se joue la partie et ils mettent tous leurs espoirs dans la garde bourgeoise qui s’y est constituée et qui à leurs yeux paraît plus une force de guerre qu’un agent d’ordre. Ils y envoient des délégations, portant des félicitations exubérantes et promettant des secours importants ; certains gagnent même la capitale et Rogier y court à la tête de ses volontaires. Mais le désir très net, la volonté bien arrêtée des dirigeants bruxellois de rester dans la voie de la modération et de la légalité refroidit l’enthousiasme provincial. Les énergies soulevées se calment : on n’attend plus que le résultat des délibérations de La Haye, et les yeux se tournent vers la situation angoissante du peuple, qui cause maints soucis aux régences et aux commissions de sûreté. Les mouvements de troupes sont un ferment d’agitation encore plus puissant ; ils exaspèrent les esprits ; aussi des frictions se produisent à Mons, le 19 septembre, à Liége, le 20.

7L’absence de cohésion, d’unité dans ces manifestations révolutionnaires leur enlève tout effet. L’autorité militaire se ressaisit. Elle décrète l’état de siège à Namur et à Mons. A Liége, elle envoie un ultimatum. Les autorités civiles redressent la tête ; les efforts des valeureux patriotes, aussi bien en province qu’à Bruxelles, semblent voués à un échec certain. Ils n’étaient qu’une poignée à vouloir un recours à des moyens violents. Le manque d’argent, d’armes, de munitions, l’absence d’entente empêchent tout succès. La masse se laisse d’ailleurs tenter par des meneurs orangistes qui lui représentent la misère où elle est plongée depuis un mois, comme la conséquence des manœuvres patriotiques. Tout va à vau-l’eau. L’exaltation patriotique qui a soulevé les provinces wallonnes a baissé singulièrement. La formule magique : « Séparation » a d’abord rallié tout le monde, hormis les Van Maaniens impénitents. Malheureusement, les formes que pouvait revêtir cette séparation ont provoqué des discussions, des défaillances ; ainsi la zizanie s’est-elle mise parmi les patriotes : les uns veulent tout rompre, d’autres sont prêts à modérer leurs exigences, d’autres enfin se calment dans la crainte de déchaîner une population affamée. Les autorités ont repris le dessus. En province aussi bien qu’à Bruxelles, au 22 septembre, « c’est le commencement de la fin ».

8Coup de tonnerre ! Les Hollandais ont attaqué Bruxelles ! A des désirs patriotiques non formulés, mais profondément sentis, un but est désormais fixé. Défendre Bruxelles, repousser l’envahisseur, car telle apparaît en province l’armée royale, c’est le désir de tous les patriotes. Le soulèvement qui porte sur Bruxelles des centaines et des centaines d’hommes de toute classe et de toute condition a un caractère éminemment national. Le peuple de Bruxelles aidé de quelques bourgeois, qui se bat aux barricades, défend d’abord sa ville. Les volontaires carolorégiens, borains, namurois, nivellois, liégeois offrent leurs bras pour sauver la patrie. Ils accourent au signal de l’attaque, de tous les villages, de tous les hameaux. Brûlants d’enthousiasme, méprisant le danger, ils quittent femmes, enfants et, guidés par des chefs librement choisis, marchent à l’ennemi. Dès leur arrivée à Bruxelles, où leur présence ranime les courages défaillants, ils s’élancent vers le Parc et y font le coup de feu.

***

9Un souffle patriotique puissant a soulevé ces cœurs. Quelles furent les circonstances favorables ou défavorables à l’éclosion et au développement de cet enthousiasme ? Les unes permettaient, les autres empêchaient le départ de volontaires. Il est indispensable d’examiner dès lors ces contingences particulières ; ce sera pour nous l’occasion de juger l’état d’esprit des populations provinciales et de faire d’utiles constatations sur les teintes diverses que revêt l’opposition au gouvernement. Etablir le plus exactement possible la situation dans les centres révolutionnaires au 20 septembre, tel est notre but, car c’est selon que les esprits y seront plus ou moins surexcités, selon que l’exaltation patriotique y sera contenue ou non par l’armée et les autorités civiles, qu’une participation active au triomphe de la révolution qui se décide à Bruxelles sera possible.

10L’émeute du 25 août a déclenché une certaine agitation dans les villes, surtout en Wallonie. Elle est assez vite calmée. La crainte d’un soulèvement social a amené la constitution des gardes bourgeoises, et tout est rentré dans l’ordre. Les bourgeois ont envoyé des députations à La Haye pour demander le redressement des griefs, puis la séparation a réuni bientôt leurs suffrages. Dans la plupart des villes wallonnes on arbore des drapeaux régionaux, des cocardes décorent les boutonnières ; le calme règne et, pourvu qu’aucune tentative militaire ne s’efforce de dompter les sentiments séparatistes et anti-hollandais de la population, il ne sera pas troublé.

  • 1 Cette échauffourée du 3 septembre à Mons est caractéristique de l’absence complète de tout plan. L (...)

11Mais dans les villes qui possèdent une garnison, les sentiments séparatistes ont été contenus, le déploiement des couleurs belges retardé. Les patriotes ont vu tous leurs efforts échouer. La force militaire a tout réprimé, parfois dans le sang. Les gardes bourgeoises, nullement révolutionnaires, mais tout de même extralégales, sont dépossédées peu à peu du pouvoir que la répression des troubles leur avait donné. A Namur, à Mons, à Tournai, les autorités militaires dirigent tout. Les régences, nettement orangistes, abdiquent entre leurs mains. Les soulèvements désordonnés, provoqués par des patriotes éprouvés, suivis docilement par un peuple misérable, sont matés impitoyablement. A Mons, le 3 septembre, le bruit que l’artillerie et les canons de la garnison allaient être conduits à Bruxelles, excite les esprits, et la foule s’empare des Portes de Nimy, d’Havre, de France et du Rivage, occupées par ces troupes, puis les abandonne. Les patrouilles de la garde urbaine s’en emparent. Les autorités militaires ne se laissent pas déborder et, à une délégation de la Régence qui vient demander que les postes restent occupés par les bourgeois, elles répondent que, dans une heure, tous les postes devront être remis aux troupes : fort aisément la reprise se fit le 4 septembre à l’aube1.

  • 2 R.A. Binnenlandsche Zaken, 15 septembre 1830, n° 4 geheim. Lettre du Gouverneur de la Province de (...)
  • 3 R.A. Staats Secretarie, 3468, rapports Van Geen, 13 septembre 1830 et 17 septembre 1830 (de Eerens (...)
  • 4 Ibidem, 115

12A Namur, le 7 et le 8 septembre, des manifestants se promènent dans les rues, et convaincus que la troupe partage leurs sentiments ils montrent quelque audace2. Mais le général Van Geen fait peser sur la ville la menace d’un recours à la violence, empêche qu’on arbore les couleurs belges, permet seulement le port de cocardes noires et jaunes. Aussi les sentiments patriotiques se lassent. Le 12 septembre, l’arrestation d’un « débaucheur de miliciens », Brincour, fait craindre un soulèvement populaire, mais les mesures de précaution de Van Geen empêchent toute démonstration3. L’état de siège annoncé au peuple le 17 septembre annihile toute tentative révolutionnaire4.

  • 5 Soil de Moriamé, La révolution de1830 à Tournai. (Revue Tournaisienne, 1905 ; 150.) Les sentiments (...)
  • 6 Soil de Moriamé, op. cit., Revue Tournaisienne, 1905 ; 180.

13Il n’y a pas que les autorités militaires pour contenir le patriotisme de certains; les gardes bourgeoises de plusieurs localités, en même temps qu’elles maintiennent l’ordre, compriment toute expansion de sentiments belges. A Tournai, le peuple est agité ; le 8, le 9 et le 10 septembre, il manifeste. Mais la Régence, orangiste à tous crins, fait marcher la garde bourgeoise : le 10 septembre, elle recourt à la force ; la garde à cheval exécute une charge et rétablit un ordre parfait5. La Régence, à son aise, prend des mesures draconiennes : « le simple cri de « Vivent les Belges ! » est érigé en crime » ; de son côté, le général de Wauthier ne néglige aucune précaution et à plusieurs reprises menace la ville de la mise en état de siège6. Aussi malgré les efforts de Du Mortier et de quelques patriotes, l’autorité légale maintient son pouvoir.

14A Mons, un nouveau soulèvement populaire est réprimé dans le sang, le 19 septembre. L’arrivée du lieutenant Howen, qui a une terrible réputation et qui est chargé du commandement supérieur de la place, irrite le peuple qui cherche à s’emparer de la personne du général. Tandis que celui-ci se réfugie à l’Arsenal, la foule pénètre dans l’hôtel de ville, chasse le conseil rassemblé, s’empare des armes des gardes bourgeoises et, à 8 heures du soir, s’élance vers la Porte de Nimy, gardée par le capitaine Schwartz, et 80 hommes. Schwartz essaie de calmer le peuple, mais en vain.

  • 7 Slothouwer, Hoe in het jaar 1830 de stad Bergen in opstand kwam. Bijdragen voor vaderlandsche gesc (...)
  • 8 Rousselle, op. cit. ; 26.

15La fusillade commence, et grâce au renfort de deux compagnies qui prennent les émeutiers à revers, l’avantage reste finalement à la troupe. Les émeutiers s’échappent le long des maisons, laissant onze des leurs sur la place et emportant plus de trente blessés7. L’attaque de la Porte de Nimy a échoué, les patrouilles du général Duvivier sillonnent la ville ; Mons va connaître huit jours de terreur. Le 20 septembre, Howen proclame, par la voie de la Régence, qu’il usera de tous les moyens pour garantir de toute insulte, de toute attaque, la garnison placée sous ses ordres et la place de guerre dont la défense lui a été confiée par le Roi8.

  • 9 Rapport du lieutenant-général Howen au prince Frédéric, publié dans le Staats Courant, 25 septembr (...)

16Pour maintenir l’ordre, il n’y a plus que les débris de la garde bourgeoise ; aussi, le gouverneur et le bourgmestre demandent à Howen d’occuper militairement la Grand’Place et l’hôtel de ville. Le 21, au soir, lorsque le peuple se fut dispersé et que les cafés furent vides, Howen dirige deux bataillons d’infan-terie et deux pièces d’artillerie vers l’intérieur de la ville, fait occuper la Grand’Place et dispose des sentinelles dans toutes les rues donnant sur celle-ci. Le drapeau brabançon qui flottait à l’hôtel de ville est descendu et déchiré en mille pièces9.

  • 10 Rapport de de Macar, gouverneur de la province du Hainaut au ministre de lIntérieur. Mons, 21 sep (...)

17Les autorités civiles ne veulent cependant pas abdiquer tout pouvoir entre les mains du général Howen avant d’avoir tenté une réorganisation générale de la garde bourgeoise. La Régence fait procéder à de nouvelles élections d’officiers dont elle se réserve l’approbation et veille à ce que cette garde soit convenable10.

  • 11 Lettre de Howen au prince Frédéric, le 22 septembre. Slothouwer, op. cit., p. 287.

18Mais Howen ne désire nul partage de son pouvoir et il effraye les nouveaux chefs de la garde, — « un tas de jeunes gens dont la majorité n’inspire ni considération ni confiance », - qu’il reçoit le 22 septembre à l’hôtel de ville11.

  • 12 Lettre de Howen au prince Frédéric, le 22 septembre. Slothouwer, op. cit., p. 282.
  • 13 Staring, op. cit., p. 112. Voir le texte de l’ordonnance des bourgmestre et échevins de Mons faisa (...)

19Il leur fait savoir que, puisqu’ils désirent occuper les différents postes avec la troupe, il les rend responsables de tout désordre12. Les gardes montrent peu d’enthousiasme à accepter ces conditions ; aussi le soin du maintien de l’ordre reste-t-il aux seuls militaires. Le 23 septembre, une proclamation d’Howen dissout la Schutterij et la garde bourgeoise et les oblige à remettre leurs armes dans les 48 heures13. Les gardes obéissent en murmurant ; 1263 fusils, dont beaucoup étaient encore chargés, furent livrés. A Mons, l’état de siège rétablit donc complètement le pouvoir royal en même temps que le calme le plus complet. Les sentiments patriotiques sont contenus par la force militaire, mais au premier signal venu du dehors et pour peu que la troupe cède, la restauration vigoureuse du lieutenant-général Hoewen sombrera.

***

  • 14 La commission de sûreté, le 17 septembre, par 19 voix contre 7, décide « qu’en cas d’attaque contr (...)

20Dans les villes wallonnes où une garnison empêche l’expression libre du mécontentement populaire, pendant le mois de septembre, il y a bien de l’agitation, mais toute démonstration violente est étouffée dans le sang. Les régences y dominent, la bourgeoisie ministérielle triomphe, les patriotes se taisent tandis que le peuple souffre. Les grandes villes ont toutes une garnison. Verviers seul fait exception. Le séparatisme y règne évidemment, mais de rupture complète avec la Hollande, de recours à la violence, il n’est nullement question14. Dans les villes de moindre importance, le pouvoir légal a vite repris le dessus, s’il l’a jamais perdu.

  • 15 Willame, La Révolution de 1830 à Nivelles (Annales de la Société archéologique de Nivelles, 1895, (...)

21A Nivelles, une garde bourgeoise a été organisée le 6 septembre, et les jeunes patriotes qui avaient formé une petite compagnie de volontaires voient celle-ci placée sous la même autorité. La garde bourgeoise se confine dans son rôle de gardienne de l’ordre ; les jeunes volontaires remplissent cette mission, mais y ajoutent une activité patriotique qui indispose la Régence ; aussi, le 13 septembre, considérant que « cette compagnie a, par des actes réitérés, manifesté l’intention de se rendre indépendante du commandant de la garde et de l’autorité civile et d’agir contrairement au but de l’institution de la garde ; considérant que quelques hommes de cette compagnie ont dans les journées du 12 et 13 septembre poussé la turbulence au point de paralyser l’action des lois sur la milice », elle décide le licenciement de la compagnie des volontaires et ordonne la remise immédiate à l’hôtel de ville « des armes qui ont été confiées à cette compagnie » et de « celles que des gardes communales peuvent lui avoir aussi confiées15 ».

  • 16 Nimal, Thuin sur le déclin du régime hollandais, Liége, 1907 ; 41. — Lettre du brigadier de la mar (...)
  • 17 Consigne de la garde bourgeoise de Louvain : 1° repousser l’ennemi à l’extérieur ; 2° prêter main- (...)
  • 18 Archives de la ville de Louvain. Inventaire général (n° 22). Dieu, op. cit. ; 49.
    Cette compagnie m (...)
  • 19 Journal de Louvain, 15 septembre 1830.

22A Thuin, à mesure qu'on avance dans le mois de septembre, les bourgeois regrettent les démonstrations timides du début du mois, comme d'avoir arboré des drapeaux et crié « Vive la liberté !16 ». Mais deux villes, Louvain et Liége, sont à l’avant-garde de l'opposition. Ainsi qu'on l'a déjà dit, Louvain, qui, le 2 septembre, a chassé la troupe, est devenue une petite république. La commission de sûreté, composée de patriotes décidés, y règne en maître. La garde bourgeoise, si elle a une mission d’ordre à remplir, est chargée aussi « de repousser l’ennemi à l’extérieur17 » et deux compagnies mobiles à solde sont formées précisément dans ce but18. Mais, pas plus à Louvain que dans les autres villes, l’opposition n’est unanime. Louvain a également ses modérés, que le Journal de Louvain accable de ses injures. A Louvain comme ailleurs, c’est la dispute éternelle entre les raisonnables, « dont la poltronnerie a l’art de découvrir une multitude de dangers qui n’existent point, sans jamais trouver, lorsqu’il en existe de réels, aucun des moyens de salut qui se présentent en foule19 » et ceux qui veulent tout rompre. Ceux-ci dominent ; aussi le 21 septembre, une centaine de volontaires accompagnent, à Bruxelles, les hommes de Niellon et de Rodenbach et, le 23 septembre, lorsque le général Everts attaque la ville, celle-ci sait le forcer à la retraite. Aidée de volontaires accourus de Diest, d’Aerschot et de toutes les communes voisines, elle repousse deux assauts.

  • 20 « Schouten, capitaine de la garde urbaine, et Dubois, avocat, le 21 septembre, viennent trouver le (...)
  • 21 « De divisie Cort-Heiligers van 5 sept.-8 october 1830. » Militair Spectator 3e série, II, 398.
  • 22 Ibidem.
  • 23 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II, 400 et Dieu, op. cit., 67.
  • 24 Rapport de de Neef, commandant des gardes mobiles de Louvain, 2 octobre 1830, publié par Oppelt. H (...)
  • 25 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II ; 400-401.
  • 26 Rapport de de Neef. Oppelt, op. cit. ; 393.

23Le prince Frédéric envoie sur Bruxelles, ce jour-là, le gros de ses troupes, mais il sait aussi que Louvain est une citadelle de la rébellion20 et il donne ordre au général Cort-Heiligers, qui bivouaque à Tongres, de faire une diversion sur Louvain21. Cort-Heiligers charge le général Everts de cette mission et lui donne deux bataillons de la 8e afdeeling, 4 pièces de canon et un escadron de dragons. La mission est précise : « arriver le 23 à Louvain, assiéger cette ville, essayer d’y pénétrer, se mettre en relation avec les troupes venues du Sas de Campenhout et suivre les ordres qu’on lui donnera alors. Au cas où il ne pourrait entrer en ville et, s’il ne reçoit pas d’autres ordres du prince Frédéric, il doit revenir à Saint-Trond et accomplir cette retraite la nuit22. Everts quitte Saint-Trond le 23 à deux heures du matin, arrive à Tirlemont à sept heures, y fait reposer ses troupes pendant une heure, arrive sans encombre à Louvain, vers midi, et prend position devant la Porte (de Tirlemont) qui était barricadée. Le combat commence : fusillade de part et d’autre. Le canon s’en môle : les quatre pièces royales tirent quelques coups brisant notamment la barricade, tandis que les bourgeois accourent avec deux pièces de canon qui font plus de bruit que de mal23. Mais les tirailleurs bourgeois se dispersent sur les flancs de la troupe, tandis que les hauteurs des deux côtés de la route se garnissent de villageois venus de Parc-Héverlé, de Berthem et autres lieux24. La position d’Everts devient difficile : il est sans nouvelles de la colonne qui doit entrer en ville par la Porte de Malines et il comprend alors que, s’il peut pénétrer dans Louvain en immolant beaucoup d’hommes, il ne pourra tout de même pas s’y maintenir. Lorsqu’il aperçut l’ennemi sur ses deux ailes, il donna l’ordre de retraite. Celle-ci commença à trois heures de l’après-midi par la chaussée de Tirlemont25. Tout le long de la route jusque près de Tirlemont Everts fut poursuivi avec vigueur et harcelé de toutes parts26. »

  • 27 Rapport de de Neef. Oppelt, op cit.; 393.

24Avant de forcer à la retraite ces 1400 hommes, les Louvanistes, à 7 h. du matin, avaient déjà repoussé 600 soldats qui s’étaient avancés à quelque distance de la Porte de Malines, mais qui s’étaient retirés vers dix heures « avec une précipitation qui cachait un piège27 ; aussi ne les avait-on pas poursuivis.

  • 28 Dieu, op. cit. ; 63.
    Esquisses historiques ; 355.

25Evidemment, le manque de coordination dans les mouvements de l’armée a causé l’échec de l’expédition. Cet échec fut retentissant à Louvain : aussi donna-t-il tout pouvoir aux révolutionnaires qui rallièrent à leur cause bien des modérés. A Bruxelles, où de Neef fit connaître cette victoire le 24 septembre28, elle excita les cœurs.

  • 29 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II ; 401.
  • 30 A 7 heures du soir la colonne arrive devant Tirlemont « La Porte de Louvain était fermée et l’on d (...)
  • 31 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II, 403-404.

26Tout l’arrondissement de Louvain s’est soulevé à l’annonce de l’attaque : des volontaires sont accourus des communes voisines, certains même de Diest et d’Aerschot. Les paysans qui voient défiler sous leurs yeux une troupe délabrée tirent dessus et, dans tous les villages, les cloches en branle appellent au combat29. Le soir, Tirlemont refuse l’entrée à la colonne Everts30. Le pays est en pleine insurrection et Everts, que des balles ont chassé de Tirlemont, est forcé de bivouaquer à Oplinter. Aussi, voilà toute la partie Est du Brabant en rébellion ouverte ; cependant la crainte de nouvelles attaques retient chez eux la plupart des Tirlemontois et des Louvanistes. Leur crainte n’est pas vaine, car Louvain est menacée, le 27 et le 28 septembre, et Tirlemont voit défiler sous ses remparts toute la division de Cort-Heiligers. Ce dernier a reçu, le 27, l’ordre de marcher sur Bruxelles. Il quitte Saint-Trond le 28 à l’aube et, pour punir les Tirlemontois de leur conduite à l'égard d’Everts, le 23 septembre, il décide que chaque pièce de canon leur enverra quelques boulets. Ils causent peu de dégâts, mais les Tirlemontois, aux aguets depuis quatre jours, accueillent au passage, par une fusillade assez vive, les troupes ennemies : tout le temps que dure le défdé de ces 5.000 hommes, ils tirent sans arrêt, tandis que la troupe se contente de riposter faiblement. Il ne s’agit nullement de s'emparer de la place et les soldats fatigués ne souhaitaient qu'un bon gîte31. Ainsi donc Bruxelles ne peut guère compter sur une aide efficace de ce district de Louvain, gagné pourtant le premier à la cause révolutionnaire ; c’est sur place que les Louvanistes et les Tirlemontois se défendent et peu de ces gens courent à Bruxelles.

***

  • 32 Les chefs, bien que nobles, sont très bien vus. Voici un portrait vivant de de Berlaymont tracé pa (...)
  • 33 Décision du conseil de Régence, 4 septembre. (Archives de la ville de Liége. Procès-verbaux des sé (...)

27La Cité Ardente est dans une situation à peu près comparable à celle de Louvain. Mais elle est sous la menace constante d’un bombardement. L’armée s’est retirée à la citadelle ; aussi, dans leurs démonstrations, les patriotes sont encore tenus à quelque réserve. Depuis le 7 septembre, le pouvoir y est aux mains de l’état-major de la garde urbaine, qui ne compte que des patriotes éprouvés. Le comte de Berlaymont a été élu commandant en chef et il a choisi pour adjudant le comte E. d’Oultremont, le baron de Waha-Grisard, Grisard-Limbourg fils, et l’avocat Bayet ; pour secrétaire, l’avocat Forgeur et pour secrétaire-adjoint, l’avocat Lebeau32. Le recrutement de cette garde lui donne un caractère particulier, bien différent des gardes bourgeoises qui maintiennent l’ordre dans la plupart des communes du pays : elle réunit tous les citoyens domiciliés à Liége, d’une moralité connue et de l’âge de 18 à 50 ans33.

  • 34 Le Politique, 9 septembre.
  • 35 R.A. Staats Secretarie, 3473. « L’état de l’Industrie est désastreux : tenu par un accès de goutte (...)
  • 36 R.A. Staats Secretarie, geheim, 18 septembre 1830, W32. Rapport, de l’avocat général Dandrimont au (...)
  • 37 La prise se fit sans peine. Dans une pétition au Régent du 12 mars 1831, Prosper Lochtmans déclare (...)

28Les éléments avancés y ont pris place. Elle est dès lors « une force capable de repousser toute agression34 », mais elle n’oublie pas son rôle de gardienne de l’ordre. Sa tâche sous ce rapport est malaisée: beaucoup de pauvres à Liége et qui réclament du pain35. En outre la Régence continue à administrer la ville et cela exaspère les extrémistes5. Il y a des bagarres, une petite émeute même, le 15 septembre ; heureusement la garde conserve le dessus36. L’ordre rétabli, l’agitation ne cesse pas ; les lenteurs parlementaires, les mouvements de la troupe inquiètent les esprits. Un incident —, un soldat avait tiré sur un jeune Liégeois qui s’était aventuré sur le glacis de la Citadelle —, redouble l’agitation. Le 20 septembre, la Chartreuse est aux bourgeois37. Ce succès obtenu très aisément, — il n’y avait que quelques soldats pour garder la forteresse —, fait perdre toute réserve. Le 22 septembre, on parle de déplacements de troupes en Hesbaye, qui ont pour but d’interrompre les communications avec Bruxelles. Le soir, 600 volontaires, commandés par un ex-major, Mathot, avec deux pièces d’artillerie, conduites par l’écuyer Emile de Damseaux, et un peloton de cuirassiers qui avaient déserté les cantonnements de Lanaeken et de Vroenhoven, se dirigent sur la route de Bruxelles, dans l’intention de surprendre à Oreye, à trois lieues et demie de Liége, un détachement de troupes. L’expédition ne réussit pas pleinement. On voulait surprendre l’ennemi : une sentinelle donna l’alarme, les éclaireurs liégeois se jetèrent sur elle, mais une autre tira. Aussitôt les citoyens, sur quatre files, se portèrent en ordre de bataille vers l’intérieur du village. Les soldats, logés dans les maisons, alertés, firent feu. Riposte très vive des Liégeois qui brisèrent portes et fenêtres. Les soldats prirent la fuite ; mais la nuit empêcha toute poursuite, et les Liégeois reprirent le chemin de la cité, où ils arrivèrent, scindés en trois groupes, aux premières heures de la matinée.

  • 38 Huit d’après une lettre d’un correspondant anonyme à de Borghgrave. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; (...)
  • 39 En voici une autre preuve : le 20 septembre de Berlaymont nomme Donckier, colonel en retraite, « c (...)
  • 40 Courrier de la Meuse, 24 septembre; Politique, 24 septembre 1830.
  • 41 Lettre de Van der Meer du 4 février 1831 à Ch. Rogier. « Le 23 septembre, je tins tout l’après-dîn (...)
  • 42 Le désir d’exaltés de se battre au dehors est de la folie. Firmin Rogier dans une lettre à son frè (...)

29Ils ramenaient avec eux une vingtaine de prisonniers, et la caisse militaire assez bien garnie. Un garde communal liégeois avait été tué, plusieurs personnes étaient blessées tandis que les troupes comptaient quelques tués38. Cette expédition de volontaires appartenant à la garde bourgeoise et à la garde communale montre bien le caractère militaire des gardes liégeoises39 et qu’à Liége on est prêt à tout. Une telle démonstration devait exciter la masse populaire et lui représenter la chute de la forteresse comme réalisable. Elle veut des armes : elle se transporte chez l’armurier Devillers, aux Degrés Saint-Pierre, et y enlève toutes les armes, puis elle va chercher tous les fusils des magasins Ancion, rue Sur-la-Fontaine40. Cependant rien encore n’est tenté ce jour-là. Liége ne sait pas très bien ce qui se passe à Bruxelles. Certains veulent y courir, finalement l’indécision persiste41. Attaquer n’est le désir que des radicaux ; se défendre, la volonté quasi-unanime42. Aussi lorsque le 24, vers neuf heures du matin, les cris « aux armes ! l’ennemi est aux portes de la ville ! les Hollandais descendent de la Citadelle ! » se répandent dans la cité, « tout le monde quitte son ouvrage, les ouvriers désertent leurs ateliers, on bat la générale, le tocsin sonne dans la plupart des églises de la ville et des faubourgs, les boutiques se ferment, les hommes courent avec leurs fusils et se rassemblent aux différents postes désignés, les femmes et les enfants se mettent à dépaver les rues ; des barricades s’élèvent à tous les endroits par où l’on peut pénétrer dans l’intérieur de la ville.

  • 43 Courrier de la Meuse, 25 et 26 septembre 1830.

30Dans plusieurs quartiers, des pavés sont portés au premier étage et rangés en dehors aux fenêtres. Des jeunes filles remplissent des bouteilles d’eau et les portent aux étages de leurs maisons. Des femmes même s’arment de fusils. Des compagnies de houilleurs se forment en un instant et arrivent au secours de la ville43. » 12.000 personnes, d’après le Courrier de la Meuse, sont armées, prêtes à défendre la ville. Mais ce qui a mis en branle toute la cité n’est qu’une fausse alerte : on a pris pour une sortie de troupes, une simple corvée de soldats à la recherche de pommes de terre.

  • 44 « 25 septembre ordre à Lucas », commandant des ordonnances, d’organiser une expédition pour se tra (...)
  • 45 Une lettre de Firmin Rogier à son frère Charles, du 25 septembre 1830 est pleine d’enseignement su (...)
  • 46 Sur l’expédition Lucas nous avons trouvé quelques renseignements au M.R.A., dans le dossier 568, n(...)

31Tout se calme bientôt et les regards se tournent vers Bruxelles. On est dans l’incertitude complète sur ce qui s’y passe44. Depuis trois jours on est sans nouvelles directes et on attend ; cependant de Berlaymont se décide à organiser une expédition pour porter du secours aux Bruxellois45. Le lendemain Lucas se met en marche vers 4 heures du soir, avec cinq à six cents hommes et deux pièces de canon mal servies. Ces 600 hommes indisciplinés, sachant à peine charger leurs armes, passent la nuit à Jemeppe et à Flémalle et, le 27, à 6 heures du matin, gagnent la Hesbaye. Ils n’iront pas loin : à Noville-en-Hesbaye, Lucas reçoit l’ordre de de Berlaymont de rétrograder et de venir bloquer la citadelle de Liége, car Bruxelles a vaincu et tout renfort y est devenu inutile. Lucas rejoint un second contingent liégeois commandé par Mathot et marche sur Sainte-Walburge46. C’est enfin l’attaque de la Citadelle.

***

32De cet aperçu général sur la situation politique dans les grandes villes, qui dès la fin août connaissent l’agitation, il ressort clairement que, hormis Louvain et Liége, aucune de ces grandes cités n’est en état de faire une révolution. Bien peu de leurs habitants y songent d’ailleurs ; dans les quasi-républiques que sont Liége et Louvain, on pense plus à se défendre qu’à attaquer. Ce n’est donc pas ces grandes cités qui fourniront des contingents de volontaires pour aider Bruxelles à repousser l’agresseur.

33Ces volontaires accourront des petites villes et des villages du Brabant wallon et du Hainaut ; nulle force militaire ne les retient et les obstacles que certaines régences et certaines gardes bourgoises opposent à leur départ, ils les brisent.

34Les appels enflammés d’émissaires bruxellois les décident à partir ; aussi, bien peu assistent à la première journée du combat, la journée décisive, qui fut surtout bruxelloise. A part quelques isolés qui ont quitté leur province dès avant la nouvelle de l’attaque sur Bruxelles et qui sont venus en curieux, en aventuriers et en patriotes, il y a peu de provinciaux à Bruxelles, le 23 septembre.

35Des groupements solides cependant de gens résolus à tout, et qui joueront un rôle important dans la défense de la ville, sont les « compagnies provinciales ». La plus importante, sans conteste, est celle que Charles Rogier a amenée le 7 septembre ; l’autre, c’est la compagnie louvaniste d’Adolphe Roussel, arrivée le 22 septembre à 10 heures du matin.

  • 47 II y eut plusieurs départs de volontaires liégeois : le 2 septembre un certain nombre de jeunes ge (...)

36Elles ne sont pas très riches en effectifs, car il faut savoir que les journaux et les on-dit ont grossi à plaisir le nombre de ces volontaires. Au départ, les Liégeois étaient assez nombreux, mais leur effectif a fondu en cours de route et tous les volontaires ne sont pas restés à Bruxelles. Ainsi, le 19 septembre, Rogier ne commandait que 63 combattants. L’autre compagnie liégeoise, celle de de Bosse, n’était pas mieux fournie47.

37Singulièrement actifs, ces Liégeois ont joué un rôle de premier plan. Les chefs poussaient aux solutions extrêmes tandis que les hommes envahissaient l’hôtel de ville, escarmouchaient à Dieghem. Le 23 septembre, la plupart d’entre eux sont les premiers défenseurs à la Porte de Schaerbeek, bien que certains de leurs chefs les aient abandonnés.

  • 48 Niellon. Histoire des Evénements militaires et des conspirations orangistes de la Révolution en Be (...)

38La compagnie louvaniste comprend une centaine d’hommes. Le 21 septembre, au matin, les membres de la Réunion Centrale, des jeunes gens de bonne famille et pas mal d’hommes du peuple ont quitté Bruxelles. Pierre Rodenbach a été choisi comme chef et l’on est sorti de la ville par la Porte de Louvain. Les manœuvres de l’avant-garde ennemie ont coupé la retraite à ces volontaires irréfléchis, les ont forcés à se réfugier à Louvain. Là, ils sont reçus à bras ouverts par la population patriote. Les chefs, Rodenbach, Niellon, Chazal, Stieldorf, ont une entrevue avec Van Meenen et les autres leaders louvanistes. On juge « que ce qu’il y avait de plus pressé à faire, c’était de renforcer le plus possible les défenseurs de la capitale » et, le soir, un détachement de Louvanistes, commandé par Adolphe Roussel, accompagnait à Brulaxelles Rodenbach et ses volontaires48. Le 22, à 10 heures du matin, ils faisaient leur entrée dans la ville, puis allaient rejoindre les Liégeois à la caserne Sainte-Elisabeth. Le 23, ils étaient à la Porte de Schaerbeek.

  • 49 Buffin, op. cit., I, 318. Mémoires Pletinckx.

39Un troisième groupe de volontaires est à Bruxelles le 23 septembre : il est formé de Tournaisiens. Renard, le futur général, dirige ces braves qui ne sont qu’une poignée, une trentaine en tout. Enfin, trente paysans d’Uccle arrivèrent à Bruxelles le 22 septembre au matin et ce fut un brave entre les braves, Gillain de Namur, un fils de brasseur, qui garda avec eux la Porte de Namur49. Gillain est un de ces isolés, venus d’un peu partout, depuis le début du mois. Tous ces solitaires, résolus à tout, ne lâcheront pas un pouce de terrain, le 23 septembre, sans s’être défendus d’arrache-pied. Mais ils ne sont pas cent en tout et il appert donc que, le 23 septembre, ce sont surtout des Bruxellois qui font le coup de feu, mais que le petit nombre de provinciaux qui se trouve ce jour-là à Bruxelles, combat aux postes d’honneur.

***

40Le son du canon et la rumeur publique, en attendant les appels désespérés d’émissaires aux abois, font accourir dans la capitale des habitants des faubourgs et des villages de la périphérie bruxelloise.

41Vers le soir du 23, un groupe de Wavriens entre en ville. Ils ne combattent pas ce, jour-là, mais le 24, à 4 heures du matin, ils sont sur pied et vont faire le coup de feu, rue de Namur.

  • 50 La conduite du commandant des Wavriens n’est pas exempte de reproche, ainsi qu’en témoigne cette d (...)
  • 51 Buffin, op. cit., I, 342. Mémoires Pletinckx.

42Les Wavriens constituent le seul groupe organisé qui arrive à Bruxelles le 23 septembre50. Les fuyards abattus se souciaient peu d’exciter les paysans ou les bourgeois à courir au secours de la capitale, et, à Bruxelles, dans les premières heures de la journée du 23, dans ces moments de désarroi et de découragement, peu d’hommes songeaient à demander du secours au dehors. Dans l’après-midi, cependant, certains se mettent en campagne. Pletinckx et son ami Godefroid Nique s’en vont dans le Brabant wallon : ils passent à Nivelles où ils précipitent les événements, visitent les communes voisines et réunissent ainsi plusieurs centaines d’hommes51.

43Henri Rosart et Joseph Nique partent pour soulever le pays de Charleroi où Rosart a de nombreuses relations. Chemin faisant, ils stimulent tous les patriotes. Ils passent par Genappe, puis filent sur Gosselies ; là ils se mettent en rapport avec les chefs de la garde urbaine, et le départ du premier contingent de volontaires est décidé pour le même soir. Nique, à franc étrier, part pour Valenciennes, afin d’y relancer Van de Weyer et consorts, tandis que Rosart court à Lodelinsart. Il y dément les racontars des agents ministériels, puis se rend à Charleroi. Il se présente au poste avancé de la garde urbaine et a la chance d’y rencontrer un patriote éprouvé, Fafchamps, qui réunit les principaux révolutionnaires. Aux premières heures du 24, par petits groupes, 150 Carolorégiens partent pour Bruxelles.

  • 52 Sur cette mission, M Ernest, dans son ouvrage remarquablement documenté sur La Révolation belge de (...)

44Rosart prend quelques heures de repos à Charleroi. Le 24 il jette l’alarme à Gilly et provoque le départ de 15 volontaires ; à Fleurus, il soulève l’enthousiasme52.

  • 53 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 18
  • 54 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 17.
  • 55 « Lesbroussart. Arrivé le 25 mai à midi avec les volontaires de Seneffe et des environs. » (Rappor (...)

45La mission Rosart a été fructueuse : Gosselies fournit 69 hommes armés53 ; Charleroi, plusieurs pelotons qui, en tout, comptent 125 à 130 volontaires ; Gilly envoie 15 braves et Fleurus 50. En route, ces détachements se renforcent encore54. L’avocat Isidore Plaisant, le professeur Lesbroussart ont parcouru aussi le Brabant wallon, le 23 dans la soirée. Le 24, ils se dirigent sur Bruxelles à la tête d’une troupe nombreuse. A Seneffe, ils ont rallié 20 volontaires, parmi lesquels les deux Dechamps, dont l’un deviendra cardinal et l’autre ministre. A Fayt, ils en ont réuni 22, à la Hestre 8, à Morlanwez une dizaine et ils seront, le 25, à midi, à Bruxelles55.

  • 56 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 82.

46Le bruit des combats de Bruxelles se répand dans les communes voisines : à Fontaine l’Evêque, le 24, le départ est décidé et le lendemain dans l’après-midi 27 volontaires prennent le chemin de Bruxelles56.

47Des émissaires bruxellois réunissent ainsi quelques centaines d’hommes. Dans d’autres régions du Hainaut, qui, depuis le 21 septembre, sont aussi sans nouvelles de Bruxelles, des patriotes désirent se renseigner sur ce qui s’y passe. Ils envoient donc dans la capitale des hommes sûrs s’enquérir de la situation exacte : ce sont les rapports de ces gens qui provoquent le départ des volontaires.

  • 57 « Bersou Denis-Benoît, 24 ans, commerçant, 4 enfants, arbora le 5 septembre le drapeau brabançon s (...)
  • 58 Archives de la province du Hainaut. Dossiers Croix de fer. Lettre du bourgmestre de Leuze au gouve (...)

48Bersou quitte Soignies le 24 au matin pour Bruxelles et en revient le jour même ; le soir, 37 volontaires se mettent en marche57. De Leuze, on envoie en éclaireur Defery le 24 au matin58, mais avant son retour, on apprend du nouveau ; les patriotes se soulèvent et, le soir, une centaine de volontaires commandés par Degallais partent pour Bruxelles.

  • 59 Lettre de Bodson, envoyé spécial du Gouvernement Provisoire, au 329. D’après les dossiers des prét (...)
  • 60 Lettre de Bodson, envoyé spécial du Gouvernement Provisoire au Commandant de la garde communale de (...)
  • 61 Cambier, op. cit., p. 23.

49Sapin et Bodson, envoyés par le Club Patriotique de Jemappes, dès le 22 septembre, et rentrés au pays, le 23, travaillent le Borinage, mais sans grand succès. Sapin réunit seulement 15 volontaires le 24 septembre à Jemappes59. Mons est sous la férule du général Howen et le plat pays s’en ressent. Les autorités locales font d’ailleurs bonne garde et s’opposent au départ de volontaires et surtout à la distribution des armes de la garde communale60. Des nouvelles plus rassurantes arrivées de Bruxelles déterminent le départ de différents contingents, le 26 et le 27, mais ils arriveront lorsque l’ennemi se sera retiré. A Dour, l’avocat Cambier61 réunit 130 hommes et part le 26 septembre vers onze heures du soir ; le commis-voyageur Leleux réunit 68 volontaires à Saint-Ghislain et aux environs et arrive à Bruxelles le 27 septembre ; le 15 septembre, le chirurgien Malengrau bat le rappel à Pâturages et s’en va le 26. Outre les obstacles que dressent les autorités, il y a bien des difficultés matérielles à vaincre ; il faut assurer l’armement, l’équipement et la nourriture de gens souvent sans ressources. Pour avoir des armes, on recourt à la violence ou à la menace et l’on se fait remettre celles de la garde communale. Le patriotisme des habitants et leur générosité procurent des fonds.

50Fontaine-l’Evêque, en une demi-heure, recueille 400 francs ; Dour, en quelques heures, 1001 fr. 71.

  • 62 A Nivelles, l’administration communale fait des distributions d’argent aux femmes et aux parents d (...)

51Une seule administration communale, celle de Gouy-lez-Piéton, prend à sa charge les frais d’équipement des volontaires de sa commune62.

***

52Ainsi donc le Hainaut tout entier est soulevé, hormis les places fortes où, seule, la force contient l’explosion patriotique. Toute une région est traversée par les gens de Valenciennes qui rentrent au bercail. Joseph Nique, le 24 septembre, a retrouvé à l’hôtel de la Poste aux Chevaux, Gendebien, Van de Weyer, Niellon, Chazal, Vandersmissen, Van der Meere, etc.

  • 63 Mémoire Vandersmissen. Revue de Belgique, 2e série, XVIII ; 221-222. Le récit du retour, dans les (...)

53« On se bat au Parc, la troupe y est retirée » annonce-t-il63.

  • 64 « Appel au Peuple !
    Aux armes ! braves Belges ! Les Hollandais ont osé attaquer Bruxelles, le peupl (...)

54Les leaders belges décident de rentrer à Bruxelles. Les préparatifs terminés, ils partent le soir même et par Péruwelz, Leuze, Ath, Enghien et Hal gagnent Bruxelles. Dans toutes les communes qu’ils traversent ils lancent des proclamations rédigées et imprimées à Valenciennes64. Ainsi ils rassemblent des volontaires ; en route, ils rejoignent le corps important des Leuzois et font leur rentrée dans la capitale, le 25 septembre, à 5 heures de l’après-midi.

***

55Le départ de ces volontaires ne se fit pas sans difficultés. Les autorités s’y opposèrent souvent. A Nivelles, la querelle tourna au tragique. Le 23 septembre, les patriotes sont aux abois. A Bruxelles, il y a sûrement du nouveau, mais on n’est pas bien renseigné. Le « passage de particuliers paraissant désespérés de la cause du peuple » incline à croire que tout val mal dans la capitale ; le bruit même « de l’entrée de Frédéric court, et est répandu avec joie par tous les ministériels ». Cependant les patriotes ne désespèrent pas. Ils font une démarche, évidemment infructueuse, auprès de la Régence pour obtenir les armes enlevées aux volontaires, le 13 septembre, puis décident de s’en emparer de vive force. Pletinckx les a mis au courant de la situation à Bruxelles. Ils battent la générale, excitent le peuple et marchent à l’assaut de l’hôtel de ville, gardé par 80 bourgeois. Une salve en l’air accueille la multitude que du Cléty, commandant de la garde bourgeoise, tente en vain d’apaiser ; à ses paroles, elle répond par des pierres. Du Cléty réplique par des feux de peloton qui dispersent la foule. Deux patriotes sont tués et 14 blessés.

  • 65 G. Willame, La révolution de 1830 à Nivelles. Annales de la Société Archéologique de lArrondissem (...)

56Les événements de la nuit ont effrayé la bourgeoisie, et, le 24 au matin, sans aucune peine les patriotes s’emparent des armes de la garde communale cachées à l’hôtel de ville et de la poudre déposée à la gendarmerie. Ainsi armés, ils se mettent en marche pour Bruxelles, guidés par G. Nique. A 10 heures du matin, une première compagnie s’ébranle ; à 13 heures une seconde suit : 160 Nivellois vont renforcer l’armée de la Nation. Ils sont tous armés, et deux voitures qu’on a enlevées au commandant du Cléty sont pleines de fusils, de piques et de cartouches65.

  • 66 Chappuis Alexandre-Joseph, 40 ans, taillandier, 8 enfants « se montra partisan de la révolution da (...)
  • 67 Lettre du bourgmestre de Leuze au Gouverneur de la Province du Hainaut. 11 février 1824. Archives (...)

57A Soignies, le 24 septembre, pour se procurer des armes, les patriotes doivent recourir aussi à la force, mais là du moins le sang ne coule pas66. A Leuze, la régence ne se montre pas hostile, mais prudente. Le matin du 24, quelques patriotes se présentent à la Régence et y réclament des armes « dans l’intention de se mettre en mouvement sur Bruxelles »; mais la Régence leur déclare « qu’à défaut de nouvelles précises de la capitale, elle trouvait le mouvement encore prématuré ! » ; elle accepte tout de même de délivrer à l’un de ces patriotes une carte de sûreté. Muni de celle-ci, « il se mit de suite en route à l’effet d’aller s’enquérir de l’état de la capitale67 ».

***

58Arrivés à Bruxelles, les volontaires vont à l’hôtel de ville ; ils y demandent des instructions pour le combat ; on les envoie à Van Halen qui les dissémine tout le long de la ligne de feu. Souvent ces corps sont disciplinés et ils obéissent à des chefs librement choisis, accomplissant ainsi d’utiles besognes. Les Gosseliens défendent la rue de Namur, s’emparent de l’Athénée, puis vont tirailler au Parc. Les Leuzois de Degallais sont envoyés à l’extrême-gauche ; ils gardent la rue du Marais et le boulevard du Jardin Botanique. Les Wavriens, qui comptent en de l’Escaille un tireur émérite, ont placé quelques-uns des leurs à l’hôtel de Belle-Vue. Les Carolorégiens de Fafchamps participent à la sortie sur les étangs d’Ixelles le 26 ; les Nivellois sont dispersés derrière les barricades et la masse flottante des volontaires, arrivés par petits groupes ou en solitaires, se bat au petit bonheur, les uns cachés dans une maison rue Royale, les autres rue de Namur, derrière une barricade.

59L’arrivée de ces combattants à Bruxelles, — arrivée qui s’échelonne sur plusieurs jours, — eut les effets les plus heureux sur le moral des Belges. La masse bruxelloise sent que la province se soulève et elle ne veut pas être en reste avec elle.

  • 68 Biographie Nationale. Article Engelspach, rédigé par Alvin d’après des documents inédits.

60Hommes décidés qui ont fait le sacrifice de leur vie, ces volontaires, tous bien armés, en même temps qu’ils apportent leurs bras au service de la Cause Nationale, amènent du matériel : des armes, de la poudre. Engelspach manque de tout. Le 24, à 10 heures du soir, il fait dresser un relevé des munitions et il constate qu’il reste 4.600 cartouches. Heureusement Fafchamps lui apporte, le 25 à 10 heures du matin, 5 à 6 kg. de poudre ; le soir, Niellon revenant avec la caravane de Valenciennes amène quatre barils et Snel, envoyé à Castiteau revient le 26 entre 3 et 4 heures du matin avec 80 barils68.

61Bien plus encore sur l’état-major de l’armée royale l’arrivée ininterrompue de ces volontaires fait impression. Le prince Frédéric se convainc qu’il ne lui est plus possible de réussir son expédition, puisque, loin de diminuer, le nombre des combattants augmente. Le découragement des rebelles sur lequel il a compté se mue, avec l’arrivée de ces Wallons, en une ardeur folle : ces gens poussent la hardiesse jusqu’à pénétrer dans le Parc. Sagement, il ordonne la retraite.

62La venue de ces renforts l’amène à penser par ailleurs que le mouvement d’opposition a plus de profondeur qu’il ne le croyait et qu’on ne le croyait à La Haye. Incontestablement, la marche sur Bruxelles de ces quelques centaines de Brabançons et de Hennuyers a très largement contribué au succès final de l’insurrection de 1830, mais c’est surtout l’appoint moral qu’ils apportaient avec eux qui doit être considéré.

63Dans ces communes, quels sont ceux qui sont partis ? Les journaliers sont en très grand nombre dans le contingent fourni par les villes, de même que les ouvriers des petits métiers et les artisans. Ils sont conduits par des chefs d’industrie, par des rentiers estimés, par de jeunes avocats, souvent aussi par d’anciens grognards de Napoléon. Dans les communes rurales, ce sont principalement les cultivateurs qui décrochent le fusil, mais surtout de ces petits tâcherons qui n’ont qu’un lopin de terre et sont tous d’enragés braconniers. Il y a parmi eux des pères de famille qui abandonnent, certains jusqu’à six enfants ; le goût de l’aventure les pousse peut-être sur les chemins de la capitale, l’amour de la patrie les excite bien davantage. Chez ces rustres, chez ces simples, l’amour de la Patrie est un sentiment confus, indéfini. L’idée de la nation leur est totalement étrangère. Le sentiment n’a pas pour cela moins de force active. Si on avait demandé à ces braves, pourquoi ils se battaient, ils auraient répondu : « pour chasser le Hollandais de Bruxelles ». A cela se bornait leur patriotisme. Il est surtout négatif ; ils ne se soucient nullement de construire ; ils ne songent pas à ce qui remplacera le régime établi. La Liberté! Pour elle, ils sont prêts à mourir. Liberté et Patrie, voilà les deux leviers qui soulèvent les masses. Ils sont soudés l’un à l’autre. Et dans ces consciences simples on ne les sépare pas.

64Voilà dans quel esprit deux mille volontaires wallons arrivèrent à Bruxelles dans les derniers jours de septembre 1830.

  • 69 Van Doorn à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 120 et 161.
  • 70 R.A. Staats Secretarie, geheim. Rapport Van Doorn au Prince Frédéric, 18 septembre 1830. Copie env (...)
  • 71 Catholique des Pays-Bas, 18 septembre.
    « Le procureur du roi Félix et le van maanien Henry Liefmans (...)
  • 72 A Termonde, le 11 septembre. R.A. Staats Secretarie geheim, 16 septembre 1830, Z31, rapport Van Do (...)
  • 73 Van Doorn à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 162.

65Ce sont donc des Wallons, mais d’une partie de la Wallonie seulement ; nous avons expliqué plus haut pourquoi. Il y a peu de Flamands. L’hostilité déclarée de la bourgeoisie industrielle et commerçante flamande à l’égard des rebelles bruxellois a empêché une aide immédiate. Les autorités militaires n’ont rien cédé de leur pouvoir, les parquets ont fonctionné avec diligence, tout mouvement patriotique a été comprimé. A Audenaerde, les patriotes, tous des jeunes gens, conduits par Camille de Smet et par un marchand de toiles, Raphaël Annels, ont essayé d’arborer le drapeau tricolore dans les premiers jours de septembre, mais ils ont été réduits à la raison. Le calme a été rétabli et le Parquet a poursuivi de Smet qui n’a trouvé son salut que dans la fuite69. A Grammont, le jeune patriote René Spitaels est arrêté et conduit à la prison d’Audenaerde70. Sur les campagnes, comme l’écrit le Catholique, « pèse un régime de terreur71 ». Le gouverneur Van Doorn tient en main les autorités civiles, il envoie des hommes de confiance aux régences pour empêcher l’envoi d’adresses au Souverain et il réussit72. Il surveille le clergé et il dénonce à l’évêque un vicaire qui, dans un village du plat pays, a affiché un manifeste encourageant le pétitionnement pour la séparation73.

  • 74 Bartels, Les Flandres et la Révolution belge, Bruxelles, 1834. p. 220.
  • 75 Bartels, op. cit., 217-218.
  • 76 Gey Van Pittius. « Verhaal van de gebeurtenissen te Gent gedurende de maanden September en October (...)
  • 77 Von Gagern, Das Leben des Generals F. von Gagern, 1856-57, tome IIa, 45.

66Van Doorn est un « homme d’une rare capacité74 » et, sous sa poigne de fer, les patriotes gantois ploient le genou. La bourgeoisie industrielle est orangiste par intérêt, et elle fait le service de la Garde avec un dévouement farouche. La noblesse, moins attachée au gouvernement hollandais, reste sur une prudente réserve et se retire dans ses châteaux75. Le peuple, tiraillé par le clergé et méprisant les réformés, qu’il appelle « gueux »76 a de l’ouvrage grâce aux mesures gouvernementales, et tant que les mécaniques tourneront, il se donnera à sa besogne et restera calme77.

  • 78 Idem, tome 2a ; 45.
  • 79 R.A. Staats Secretaire, geheim, 16 août 1830, J 26. Lettre au ministre du Waterstaat, de l’Industr (...)

67Gand n’avait eu qu’à se louer de l’union des dix-sept provinces. Elle y avait gagné une université, un canal et un port. En peu d’années, le nombre des fabriques de coton était passé de quasi rien à nonante78. Aux difficultés économiques provoquées par la surproduction, qu’un développement industriel aussi rapide devait fatalement amener, le gouvernement avait pallié artificiellement en passant des commandes, fin août79.

  • 80 Von Gagern, op. cit., tome IIa, p. 45.
  • 81 Eggermont à Van Maanen. Gedenkstukken 1830-1840, IV, 117

68Il n’y avait donc qu’une seule cause de fermentation à Gand : les menées du clergé ; or celui-ci n’a jamais poussé à la violence ; il attendait la tournure que prendraient les événements de Bruxelles. Dès lors, rien d’étonnant à ce que les Gantois restent impassibles durant le mois de septembre80. En Flandre Occidentale, le mouvement d’opposition jusqu’à la fin septembre, n’a pas beaucoup plus de consistance, mais certaines villes font entendre avec fermeté leurs desiderata. Courtrai, notamment, a ses « jacobins et ses papistes81 » qui veulent forcer la Régence à arborer le drapeau tricolore et à réclamer la séparation.

  • 82 Courrier des Pays-Bas, 9 septembre. Lettre particulière du 6 septembre.
  • 83 Prims. De arbeidersstand te Antwerpen in 1830-1881. (Bijdragen tot de geschiedenis, 1930, t. XXI.) (...)

69Bruges, qui est la seule ville flamande où des désordres ont eu lieu fin août (la populace a pillé et incendié la maison du président du tribunal Sandelin), est rentrée dans le calme le plus complet. Une commission de sûreté, établie le 29 août pour rétablir l’ordre avec la Régence et groupant quelques personnalités libérales en butte aux tracasseries des ministériels, donne bientôt sa démission. La Régence la remplaça par une commission, d’où se trouvèrent exclus « les citoyens les plus influents par leur libéralisme et leur popularité82 » et jusqu’au 25 septembre, la Régence, après avoir toutefois voté vers le 6 septembre une adresse demandant la séparation, se préoccupe uniquement de la situation économique détestable de la ville déchue. Il faudra attendre les nouvelles de Bruxelles pour que le peuple se soulève et chasse la garnison. La province d’Anvers ne montre guère plus d’empressement. Il est vrai que Chassé est un dictateur peu commode. Il a des troupes fidèles, du matériel excellent et il trouve dans la bourgeoisie anversoise un auxiliaire précieux. Dès lors, le petit peuple anversois, foncièrement brabançon et nettement anti-hollandais, ronge son frein en silence. La police est sévère et les curés remuants sont incarcérés. Une tentative de soulèvement, le 28 août, a été étouffée dans l’œuf et, jusqu’au 24 septembre, à Anvers c’est le calme plat83. Les avocats patriotes qui pétitionnent en faveur de la séparation en sont pour leurs frais ; tout le haut commerce envoie le 10 septembre au Roi une adresse réclamant le statu-quo.

  • 84 Bergmann à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 150.

70Lierre et Malines restent calmes également84.

71Ainsi, la Flandre ne se soulève pas avant que le canon n’ait tonné à Bruxelles. Aucune bagarre ne se produit entre les patriotes et l’armée ; il n’y a pas de gardes urbaines nettement séparatistes, de commissions de sûreté anti-hollandaises. Le mouvement qui, en Wallonie, avant le 23 septembre manque d’unité, de consistance même, et n’est révolutionnaire que dans l’esprit d’une minorité, est encore bien moins prononcé en Flandre.

  • 85 P.R.O. — F.O. 10/3 Fauché à Aberdeen, Ostende 22 septembre 1830 « the whole population of thèse Pr (...)

72Mais il suffit de la victoire du Parc pour que le bel édifice élevé en Flandre par des Van Maaniens énergiques et intelligents s’écroule sous les coups de butoir du peuple déchaîné85. La promptitude avec laquelle le peuple flamand se soulève, chasse l’armée, et balaie les ministériels est l’indice le plus sûr que les sentiments belges de la population préexistaient, mais refoulés par l’appareil militaire et judiciaire.

  • 86 Prims. De Belgische omwenteling te Antwerpen. De belgischgezinde deelnemers. (Bijdragen tot de ges (...)

73La Flandre n’a donc envoyé qu’un très petit nombre de combattants à Bruxelles, des isolés comme ce Berten, étudiant à Gand, patriote acharné, incarcéré huit jours pour avoir manifesté, le 28 août, et qui part, avec quelques amis, le 17 septembre ; ou ce médecin anversois Jaak Loos, qui quitte ses trois enfants pour aller à Bruxelles et y distribue de l’argent aux combattants86.

74Quelques jeunes gens d’Alost et de Ninove sont aussi à Bruxelles depuis les premiers jours de septembre, et de Roulers est venu Pierre Rodenbach qui a formé un petit corps de volontaires sous le drapeau duquel les jeunes Flamands se groupent.

75Quelques Flamands, les Liégeois de Rogier et de Bosse, les Louvanistes de Roussel, les deux douzaines de Tournaisiens de Renard et les quelques Namurois de Gillain, voilà tous les volontaires provinciaux à Bruxelles le 23 septembre.

76Le principal appoint est donc bien celui fourni par le Brabant wallon et le Hainaut dès l’après-midi du 23 ; voilà les volontaires de septembre, et l’arrivée de ces braves est la démonstration vivante du lien qui unit la province à la capitale.

77Le 19 septembre, Bruxelles porte les espoirs bien faibles des derniers patriotes. De son sort dépend le sort de la cause révolutionnaire. La nouvelle de la résistance fait battre tous les cœurs, soulève les communes libérées de l’emprise militaire. Jusqu’ici Bruxelles a tout donné au pays. Le pays lui apporte son sang ; et grâce aux secours en hommes, en munitions, en vivres, en argent, les Bruxellois forcent l’armée à la retraite. Bruxelles a reçu de la province une aide efficace, décisive. Elle la lui rend tout de suite et au centuple : la nouvelle du triomphe des quatre journées brise les résistances, déchaîne un patriotisme exacerbé, force les commandants de place à capituler. La victoire de Bruxelles rend possibles les capitulations de Mons, de Tournai, de Menin, de Namur, de Charleroi ; Bruxelles vaincue, c’en était fait de la Révolution. Sans le secours des volontaires provinciaux à Bruxelles, le découragement des vaillants Bruxellois aurait permis à Frédéric de s’emparer de la ville, si pas de vive force, du moins par la voie d’arrangements. L’intime collaboration de la capitale et de la province dans ces journées tragiques, l’action et la réaction de l’une sur l’autre sont les preuves irrésistibles du caractère national de la Révolution belge de 1830.

Notes

1 Cette échauffourée du 3 septembre à Mons est caractéristique de l’absence complète de tout plan. Le peuple a abandonné sans motif les postes qu’il venait d’occuper et les patrouilles de la garde bourgeoise s’en emparent pour ne pas les laisser sans défense, puis, les remettent à la troupe sans opposer aucune résistance.
Observateur du Hainaut, n° du 5 septembre 1830, et Slothouwer : Hoe in het jaar 1830, de stad Bergen in opstand kwam. (Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis en oudheidkunde, 1892. 3e série, VI, 276-277.

2 R.A. Binnenlandsche Zaken, 15 septembre 1830, n° 4 geheim. Lettre du Gouverneur de la Province de Namur, d’Omalius au ministre de la Coste. Namur, 8 septembre 1830. R.A. Justicie Geheime Stukken, 21 septembre 1830. R36 rapport du procureur criminel à Namur, Plunus, au Procureur-général à Liége. Namur, le 10 septembre 1830. — R.A. Staats Secretarie, 3463, 12 septembre 1830, n° 92, rapport du général Van Geen au Prince Frédéric, 8 septembre 1830.

3 R.A. Staats Secretarie, 3468, rapports Van Geen, 13 septembre 1830 et 17 septembre 1830 (de Eerens, directeur général de la guerre au Roi, 15 et 20 septembre 1830).
« Herinnering nopens de gebeurtenissen en krijgsverrichtingen in de stad en vesting Namen in 1830. » Militair Spectator, 3e série, II, 114.

4 Ibidem, 115

5 Soil de Moriamé, La révolution de1830 à Tournai. (Revue Tournaisienne, 1905 ; 150.) Les sentiments ministériels de la Régence de Tournai sont très vifs. Le 9, elle rejette la demande de quinze jeunes gens de voir arborer le drapeau tricolore à côté de celui du Tournaisis, arboré le 8. (Soil de Moriamé, op. cit. ; 149). Elle s’oppose de toutes ses forces à la formation d’une commission de sûreté. (Soil de Moriamé, op. cit. ; 180). Elle reste toujours dans la légalité la plus absolue et ne prévoit aucun événement grave. Témoin, cette réponse au lieutenant-colonel de la Garde urbaine qui avait demandé l’autorisation pour la garde à cheval de porter un uniforme qui lui donnât les allures d’un véritable corps militaire : « Ne nous reconnaissant pas le droit d’agir en cette circonstance, comme autorité compétente, nous nous sommes empressés de transmettre et d’appuyer ces vœux auprès de M. le général de Wauthier qui vient de nous informer que lui-même n’a pas qualité pour accorder une semblable autorisation...
Nous pensons ne pouvoir mieux répondre à vos intentions qu’en nous adressant à M. le gouverneur pour faire parvenir à l’autorité supérieure l’objet de votre demande avec prière instante d’y faire statuer d’une manière conforme à vos désirs. Sitôt qu’il nous sera donné avis de cette décision, nous nous empresserons de vous la transmettre. » Soil de Moriamé, op. cit., Revue Tournaisienne, 1905 ; 179.

6 Soil de Moriamé, op. cit., Revue Tournaisienne, 1905 ; 180.

7 Slothouwer, Hoe in het jaar 1830 de stad Bergen in opstand kwam. Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis en oudheidkunde, 1892, 3e série, VI, 273-281.
Rousselle. Mons pendant la Révolution de 1830, Bruxelles 1882 ; 24-25. — Courrier des Pays-Bas, n° du 23 septembre, correspondance particulière de Mons, 20 sept.

8 Rousselle, op. cit. ; 26.

9 Rapport du lieutenant-général Howen au prince Frédéric, publié dans le Staats Courant, 25 septembre. — Slothouwer, op. cit., p. 281. — W. Staring, op. cit., pp. 110, 111. — Courrier des Pays-Bas, n° du 23 sept. (Correspondance particulière.)

10 Rapport de de Macar, gouverneur de la province du Hainaut au ministre de lIntérieur. Mons, 21 septembre 1830. Copie au M.R.A. Papiers légués par le colonel Delfosse. Ainsi que l’écrit le gouverneur, on s’efforcera d’y parvenir « en tâchant de désarmer ceux des individus suspects qui depuis les diverses scènes qui ont eu lieu, se trouvent détenteurs d’armes de diverses espèces ».

11 Lettre de Howen au prince Frédéric, le 22 septembre. Slothouwer, op. cit., p. 287.

12 Lettre de Howen au prince Frédéric, le 22 septembre. Slothouwer, op. cit., p. 282.

13 Staring, op. cit., p. 112. Voir le texte de l’ordonnance des bourgmestre et échevins de Mons faisant connaître la décision du lieutenant-général Howen dans le Recueil des Ordonnances et autres actes de la Régence de la ville de Mons, 1830.

14 La commission de sûreté, le 17 septembre, par 19 voix contre 7, décide « qu’en cas d’attaque contre la ville de Liége » elle n’enverra pas » des secours en hommes armés » à cette ville. Fohal, Les événements de 1830 à Verviers. Verviers 1930 ; 28.

15 Willame, La Révolution de 1830 à Nivelles (Annales de la Société archéologique de Nivelles, 1895, V ; 187-188).

16 Nimal, Thuin sur le déclin du régime hollandais, Liége, 1907 ; 41. — Lettre du brigadier de la maréchaussée de Thuin au général-inspecteur, 19 septembre. « Les bourgeois baissent le ton. Ils sont devenus aussi timides qu’ils avaient été arrogants en pleine fête. Ils semblent regretter leur incartade dont ils appréhendent les suites. Le bourgmestre est toujours resté fidèle au Roi et ce n’est que contraint qu’il a pris la cocarde. »

17 Consigne de la garde bourgeoise de Louvain : 1° repousser l’ennemi à l’extérieur ; 2° prêter main-forte à l’autorité légale et en particulier aux employés pour la perception des droits municipaux ; 3° maintenir la tranquillité et le bon ordre intérieur. (Archives de la ville n° 11.107 de l’Inventaire général n° 25. M. Dieu, op. cit., p. 50.)

18 Archives de la ville de Louvain. Inventaire général (n° 22). Dieu, op. cit. ; 49.
Cette compagnie mobile fit le service aux portes de la ville à partir du 13 sept. (Archives de la ville de Louvain, n° 11.239 de l’Inventaire général. Dieu, op. cit. ; 59.)
Les membres des compagnies mobiles seront salariés à 50 cents de paie et ration d’une livre et demie par jour. Journal de Louvain, 6 sept. 1830.

19 Journal de Louvain, 15 septembre 1830.

20 « Schouten, capitaine de la garde urbaine, et Dubois, avocat, le 21 septembre, viennent trouver le prince Frédéric et réclament du secours, lettre de de Pestre au Roi. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 159-160.

21 « De divisie Cort-Heiligers van 5 sept.-8 october 1830. » Militair Spectator 3e série, II, 398.

22 Ibidem.

23 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II, 400 et Dieu, op. cit., 67.

24 Rapport de de Neef, commandant des gardes mobiles de Louvain, 2 octobre 1830, publié par Oppelt. Histoire générale et chronologique de la Belgique de 1830 à 1860. Bruxelles 1861 ; 393.

25 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II ; 400-401.

26 Rapport de de Neef. Oppelt, op. cit. ; 393.

27 Rapport de de Neef. Oppelt, op cit.; 393.

28 Dieu, op. cit. ; 63.
Esquisses historiques ; 355.

29 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II ; 401.

30 A 7 heures du soir la colonne arrive devant Tirlemont « La Porte de Louvain était fermée et l’on dut quérir le bourgmestre pour la faire ouvrir. Quelques messieurs de la Régence arrivèrent enfin pour inviter le général à entrer en ville et la porte fut ouverte. Le général et son adjudant entrèrent à la tête de la colonne, mais à peine eurent-ils dépassé quelques maisons, qu’un feu soutenu partit de toutes les fenêtres. Heureusement la nuit était sombre et l’ennemi avait révélé trop tôt sa basse trahison, de sorte que nous ne perdîmes quasi personne en reculant vers la porte. Quelques soldats furent blessés et quelques chevaux dont ceux du général et de son adjudant. Lorsque le général eut heureusement quitté la ville, il jugea ne pouvoir mieux faire que de passer sur la gauche de Tirlemont et de faire reposer ses troupes pendant la nuit à Oplinter».
« De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II ; 401.
Le délégué de la Régence se disculpa en affirmant que les « goedgezinde burgers » n’étaient plus maîtres de la masse. Militair Spectator, 3e série, II ; 401.

31 « De divisie Cort-Heiligers. » Militair Spectator, 3e série, II, 403-404.

32 Les chefs, bien que nobles, sont très bien vus. Voici un portrait vivant de de Berlaymont tracé par Lochtmans, valeureux combattant : « Berlaymont a une grande popularité. C’est un brac qui monte parfaitement à cheval. Très aimé du bas peuple, disant bonjour en liégeois à tout le monde et faisant quoique avec assez peu de moyen marcher le militaire ; enfin je crois que c’est l’homme qu’il nous faut, mais tenant aux joujoux envoyez-lui quelques bamboches d’honneur, cela lui donnera du courage. Du reste, il fait respecter notre pouvoir. » Lettre du 17 octobre 1830 de Lochtmans à Rogier. A.G.R. Papiers Rogier, n° 43.
Tous ces gens de l’état-major « sont les chefs de l’insurrection ». « Quant aux orangistes, ils siègent à la Régence et au palais de justice : de Thierry, procureur du roi, de Thier son substitut, de Lantremange, Brandès, de Mélotte, bourgmestre, Leignes », de Warzée d’Hermalle à Van Maanen, 13 octobre 1830. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 224-225.

33 Décision du conseil de Régence, 4 septembre. (Archives de la ville de Liége. Procès-verbaux des séances du conseil de Régence.) Courrier de la Meuse, 7 septembre 1830.

34 Le Politique, 9 septembre.

35 R.A. Staats Secretarie, 3473. « L’état de l’Industrie est désastreux : tenu par un accès de goutte depuis 13 jours je n’ai pu qu’aujourd’hui sortir de nouveau et j’ai été affligé de voir la suite des rues excepté aux endroits où les groupes se réunissent, les boutiques ne font rien, le roulage est nul. » Sandberg, gouverneur de la Province de Liége à Van Gobbelschroy, ministre du Waterstaat et de l’Industrie Nationale, 15 septembre 1830 et R.A. Staats Secretarie, 3468. Lieutenant-général Cort-Heiligers au directeur général de la guerre( Tongres 17 septem-bre 1830 : « les fabriques devront bientôt être fermées par manque d’argent liquide, « die van de heer Coqueril heeft f. 15.000 noodig » tegen aanstaande donderdag » (23 septembre). Le comte de Gloes, camerier de Sa Majesté m’a imploré de porter à votre connaissance ce défaut de moyens monétaires. »

36 R.A. Staats Secretarie, geheim, 18 septembre 1830, W32. Rapport, de l’avocat général Dandrimont au ministre de la Justice, Liége 16 septembre 1830 et ibidem, 19 septembre 1830, Z32. Avocat général de Warzée d’Hermalle au Ministre ; le rapport du commissaire de police de Liége au procureur général est joint à la lettre.

37 La prise se fit sans peine. Dans une pétition au Régent du 12 mars 1831, Prosper Lochtmans déclare s’être emparé avec M. Clermont et 15 volontaires du fort de la Chartreuse. M.R.A. 0. 892, d. 42.
La veille, une première tentative avait échoué. « Avec une vingtaine de jeunes gens et de porte-faix, on enfonça les 2 portes extérieures, celle de la poterne fut entamée à la hache, mais beaucoup s’en retournèrent et en voulant monter sans échelle je tombai dans le fossé. » Lettre de Van der Meer à Rogier. A.G.R. Papiers Rogier, 149, n° 973.

38 Huit d’après une lettre d’un correspondant anonyme à de Borghgrave. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 165 ; vingt d’après le Journal de la Province de Liège du 24 septembre. Pour ce combat d’Oreye nous avons eu recours au dossier 0. 166 du M.R.A. qui renferme un récit de Mathot, aux journaux liégeois et aux documents militaires hollandais. C’est d’après ce dossier que nous donnons le chiffre de 600 volontaires liégeois. Les premiers rapports hollandais sur cet épisode (celui du colonel Monhemius, commandant du 1er bataillon de la 7e afdeeling, dont faisait partie le détachement d’Oreye, et celui de l’officier chargé de faire une enquête par Cort-Heiligers sur la conduite de l’officier du poste d’Oreye) sont en parfaite concordance avec les récits de Liégeois. Voici la déclaration du colonel : « Le poste d’Oreye entre onze heures et minuit a été attaqué et surpris, plusieurs soldats sont morts et un grand nombre prisonniers. Le reste a fui en désordre. » (De divisie Cort-Heiligers. Militair Spectator, 3e série, II, 398.) Quant à l’officier enquêteur, il déclare : « Que les Liégeois étaient arrivés en très grand nombre, une partie en diligence, et même avec de l’artillerie. » Ibid., p. 399.
Aussi ne pouvons-nous nous ranger à l’opinion de l’auteur de l’article « De divisie Cort-Heiligers » qui écrit que c’était simplement une bande de 100 hommes, dont une partie était venue dans la diligence. » Ibid., p. 399. Quant à l’accusation portée par cet auteur contre le chef du poste d’Oreye : « Il fut prouvé aussi par après que bien que le commandant de ce poste ait été averti de l’attaque, dès 10 heures du soir, il s’était laissé attaquer dans les maisons et les granges, sans avoir pris la moindre mesure de sûreté », ibid., p. 399, nous la rapportons sans nous prononcer sur sa valeur, faute d’éléments.

39 En voici une autre preuve : le 20 septembre de Berlaymont nomme Donckier, colonel en retraite, « commandant de la place ». Courrier de la Meuse, 23 septembre 1830.

40 Courrier de la Meuse, 24 septembre; Politique, 24 septembre 1830.

41 Lettre de Van der Meer du 4 février 1831 à Ch. Rogier. « Le 23 septembre, je tins tout l’après-dîner un drapeau sur la place Saint-Lambert et exhortai tout le monde à marcher sur Bruxelles. » A.G.R. Papiers Rogier 49, n° 973.

42 Le désir d’exaltés de se battre au dehors est de la folie. Firmin Rogier dans une lettre à son frère, datée de Liége, 25 septembre 1830, écrit : « Derrière nos barricades et dans nos maisons, nous tiendrons, mais en pleine campagne ce serait s’abuser que d’y croire. » A.G.R. Papiers Rogier, 43.

43 Courrier de la Meuse, 25 et 26 septembre 1830.

44 « 25 septembre ordre à Lucas », commandant des ordonnances, d’organiser une expédition pour se transporter au dehors, de Berlaymont. M.R.A. O. 568, d. 21.

45 Une lettre de Firmin Rogier à son frère Charles, du 25 septembre 1830 est pleine d’enseignement sur l’attente anxieuse des Liégeois : « Nous sommes depuis 3 jours sans nouvelles directes de Bruxelles. Celles qui nous sont parvenues par Namur annoncent qu’on se bat et qu’on fait des sorties et des prisonniers. Un homme, venu de Saint-Trond, dit qu’il y est arrivé plusieurs charrettes pleines de Hollandais blessés. Les gens de la campagne prétendent entendre le canon dans la direction de Malines. Au milieu de tous ces bruits, ce qui semble probable, c’est que le prince Frédéric n’a pas l’avantage, puisqu’on l’ignore encore ici. S’il triomphait, 20 estafettes nous l’auraient déjà annoncé. Le vilain côté de tout ceci, c’est qu’on n’a pas d’hommes supérieurs, c’est qu’on manque de direction, que nos administrateurs perdent la tête ou font pis peut-être. Nous sommes menacés d’une hideuse anarchie, si nous ne sortons pas avant peu de cette situation amphibie. Nous ne comprenons pas comment l’ami C (harles) écrit de Genappe : les nouvelles publiées par le Courrier de la Sambre disent que les Liégeois se sont distingués dans les sorties des 21 et 22. L’ami C (harles) s’y est trouvé sans doute ; s’il s’est éloigné de Bruxelles, tout y est donc désespéré ; pour moi je m’y perds. Quelques mots de plus dans sa lettre nous auraient tirés d’une cruelle incertitude. Où sont donc Paul D (elvaux) et L (ignac) qui ne nous écrivent pas plus que s’ils étaient morts. Que l’ami C n’oublie pas qu’à Orbaix il trouvera de bonnes gens qui le recevront avec plaisir. Je conserve encore de l’espoir ; si Bruxelles se soutient et repousse les attaques, tout ira bien. Sinon... au revoir mon bon ami... »
(Lettre non signée adressée à M. À. Godefroid, négociant à Genappe, datée de Liége, 25 septembre 1830. A.G.R. Papiers Rogier, 53.)

46 Sur l’expédition Lucas nous avons trouvé quelques renseignements au M.R.A., dans le dossier 568, nos 20 et 21 : La copie des différents ordres donnés à Lucas par de Berlaymont, et un récit de l’expédition par Lucas lui-même, dans une pétition au Roi, datée du 30 juin 1837 et qui contient des erreurs de date. Ainsi l’expédition est du 26 et non du 25, comme l’écrit Lucas dans cette pétition. — Voici la copie des différents ordres :
« 25 septembre. Ordre à Lucas « commandant des ordonnances, d’organiser une expédition pour se transporter au dehors (s.) de Berlaymont ».
 » 26 septembre. Ville de Liége. A l’hôtel de ville.
 » Le commandant général de la Garde Urbaine Liégeoise remet à M. Alexandre Lucas le commandement de l’expédition qui marche au devant des ennemis de la Liberté. Le comte Berlaymont.
Le secrétaire Bayet. »
« 27 septembre. Le commandant général de la Garde Urbaine Liégeoise ordonne à Lucas, commandant en chef de la colonne mobile stationnée à Jemeppe de se diriger à l’instant sur Vrees, où nous allons faire jonction avec M. le commandant de la seconde expédition Mathot, afin de sommer la citadelle de se rendre. D’après les nouvelles reçues aujourd’hui nous sommes vainqueurs à Bruxelles et ils n’ont pas besoin de renforts ; mais des déserteurs arrivés de la citadelle nous ont appris qu’ils étaient prêts à se rendre, si on les cernait, ils sont dans la plus grande misère, et maintenant on sonne les cloches de joie à Liége, (s.) Le comte de Berlaymont. » M.R.A. 0. 568, d. 21.

47 II y eut plusieurs départs de volontaires liégeois : le 2 septembre un certain nombre de jeunes gens partent pour Bruxelles par la diligence (Discailles, op. cit., I ; 191).
Le 3 septembre « Je réunis sur le champ un noyau de 14 jeunes gens les plus aisés de la ville et partis avec eux le 3 septembre au soir, escortant 5 caisses d’armes, que j’avais fait mettre sur l’impériale de la diligence. Nous avons traversé plusieurs postes ennemis entre autres la garnison de Louvain qui en avait été chassée cette même nuit ». M.R.A. 0. 4, n° 4, lettre du chevalier de Saint-Hoch au Régent, 13 avril 1831.
— La même nuit Firmin Rogier et Lignac partent en poste (Discailles, op cit., I ; 191) et le rapport au Roi de l’inspecteur-général de l’Instruction Publique, à Liége, Walter, nous apprend que le 2 septembre « 51 jeunes gens des plus fougueux à la tête desquels se trouvait Firmin Rogier » partirent par la diligence pour Bruxelles. « Ils emportèrent avec eux deux caisses d’armes. » R.A. Slaats Secre-tarie, geheim, Bruxelles le 18 septembre 1830.
Le 3 septembre, le chevalier François-Joseph de Bosse de Villenfagne part à 10 heures et demie du soir, à la tête de 500 hommes et avec deux pièces de canon, écrit-il. (M.R.A. 0. 664, d. 3, lettre de de Bosse au Roi, octobre 1831.) Mais Charlier qui conduisait une de ces pièces dit dans ses Mémoires qu’au départ il y avait 1.500 hommes, mais qu’à Oreye on n’était plus que 123, et d’après les papiers de Rogier, Discailles nous dit qu’ils étaient 130 (op. cit., I ; 192). Leignes, substitut de service, remplaçant le 1er avocat-général, écrit le 4 septembre au ministre de la Justice : « Vers 8 heures du soir, à peu près deux cents jeunes gens sont sortis de la ville se dirigeant sur Bruxelles emmenant deux pièces de canon et un caisson. » R.A. Staats Secretarie, geheim, 7 septembre 1830, F 29.
Enfin, le 4 septembre départ de Rogier à la tête de 106 volontaires (M.R.A. Papiers de Charles Rogier et liste nominative de Discailles, op. cit., t. I, pp. 198 à 200), à Jodoigne le 6 septembre, la troupe s’augmente de 16 unités (mêmes sources).
Les deux groupes de Bosse et Rogier se rejoignent à Auderghem le 6 septembre et font leur entrée à Bruxelles le 7 vers midi.
Les effectifs réunis lors de l’entrée à Bruxelles étaient donc de 252 hommes. Le Courrier des Pays-Bas qui est porté à exagérer le nombre des patriotes, écrit le 9 septembre : « Vers midi, (le 7), les deux détachements liégeois composés d’environ trois cents hommes et conduisant avec eux deux pièces de canon sont entrés en ville conduits par Charles Rogier et de Bosse. » Voici ce que Staedtler pense de ces volontaires : « Quelques centaines de gardes populaires de Liége viennent d’arriver. Ce sont des hommes en sarraux et haillons qui semblent plus disposés à nous piller qu’à nous protéger. Tous sont bien armés et leurs officiers, hommes de bien, à ce qu’il paraît, répondent d’eux. » Staedtler, lettre du 8 septembre 1830. Buffin, op cit.; 97. Le gouverneur Van der Fosse n’est évidemment pas mieux disposé à leur égard : « Trois à quatre cent Liégeois de la plus vile canaille sont ici dans la caserne. On les nourrit, on les exerce, on veut les habiller, les enrégimenter. C’est le seul moyen de préserver la ville du pillage, que d’imposer à ces bandits une discipline militaire quelconque. Je crois que M. Sandberg (gouverneur de la Province de Liége), nous les a envoyés pour s’en débarrasser. » R.A. Binnenlandsche Zaken geheim, Bruxelles, 8 septembre 1830.
Ces 250 volontaires ne restèrent pas tous à Bruxelles. De Saint-Roch et Renoz, par exemple, retournèrent à Liége dès le 5 septembre pour y chercher du matériel et des hommes, mais, sur l’ordre du conseil de la garde bourgeoise de Bruxelles, de Saint-Roch fut forcé de disjoindre la compagnie qu’il avait formée. Accompagné de Renoz, il repartit toutefois pour Bruxelles avec deux pièces d’artillerie, mais n’arriva dans la capitale que le 24 septembre. M.R.A. O. 4, dossier de Saint-Roch, M.R.A. O. 142, d. 1, dossier Renoz. Les moyens de subsistance de ces volontaires étaient médiocres ; certains démunis de ressources furent forcés de rentrer à Liége. Un Liégeois, Van der Meer, dans une lettre à Rogier raconte son équipée, puis ajoute : « manquant d’argent je dus rentrer à Liége ». A.G.R. Papiers Rogier, 49, n° 973.
Leur détresse était telle que Rogier réclama un subside à la Régence de Liége, qui s’empressa évidemment de le lui refuser. Cette demande de Rogier vient confirmer les renseignements sur le nombre de volontaires, qu’il nous a laissés dans ses papiers (M.R.A.). Voici le texte de décision du Conseil de Régence de Liége, dans sa séance du 16 septembre 1830 : « Le Conseil, vu la demande du sieur Ch. Rogier par laquelle il réclame le paiement à charge de la ville de la solde des 70 hommes qui l’ont accompagné à Bruxelles. Après avoir pris l’avis du Comité Consultatif où étaient présents MM. Dehasse-Comblen, Forgeur, avocat, Lamarche-Vincent, Lambinon-Martiny, de Sanzeille, Ernest, Ansiaux, professeur, Destrivaux, idem, Renard-Collardin, Picard, Bellefroid Ch., avocat, Plumier-Malherbe, Behr Charles, Rossius, négociant, Lamine (de), négociant, Lefebvre J., fabricant, Dandrimont, avocat général, Willmar, ingénieur, Francotte-Pieltain, négociant, John Cockerill, fabricant ;
Attendu que l’objet de cette demande ne rentre pas dans les attributions du conseil de Régence de Liége.
Décide qu’il n’y a pas lieu de délibérer sur la demande de M. Charles Rogier. » Archives de la ville de Liége. (Procès-verbaux des délibérations du Conseil de Régence de la ville de Liège 1830).
Aussi le 19 septembre la compagnie de Ch. Rogier ne compte-t-elle plus que 58 Liégeois et 5 Jodoignois, et la compagnie de de Bosse 63 hommes. (M.R.A. Papiers de Charles Rogier.)
Sur ces volontaires liégeois, lire l’article consacré par Leconte à « Charlier, Jambe de bois », dans La Belgique en 1830, n° décembre, pp. 11-16.

48 Niellon. Histoire des Evénements militaires et des conspirations orangistes de la Révolution en Belgique. Bruxelles, 1868 ; 25-28.
Chazal, dans ses Mémoires, raconte le retour de la compagnie Rodenbach de Louvain à Bruxelles et écrit qu’à « mesure qu’on avançait, des hommes tombaient ou se couchaient le long de la route et s’endormaient, sans qu’il fût possible de les réveiller ; d’autres s’esquivaient. Bientôt il ne resta plus que quelques Louvanistes, solides et déterminés qui se mirent dans les rangs des Bruxellois ». Buffin. Mémoires et Documents inédits sur la Révolution belge. Bruxelles, 1912, I, 84. Le Courrier des Pays-Bas dans son numéro des 24-25-26 septembre évalue le contingent louvaniste à 150 hommes.

49 Buffin, op. cit., I, 318. Mémoires Pletinckx.

50 La conduite du commandant des Wavriens n’est pas exempte de reproche, ainsi qu’en témoigne cette déclaration du Dinantais Lambi-non, combattant farouche. « A l’arrivé des Wavriens je me rendis sur le Sablon où ils se trouvaient déjà. Ayant demandé au capitaine de marcher sur la rue de Namur, il s’y refusa, disant qu’il n’avait pas d’ordre. Lui ayant répondu que Bruxelles était sans général, soit crainte, soit qu’il ne crut pas en moi, il s’y refusa encore. Alors je fis une demande aux hommes de bonne volonté et ils vinrent tous, se battirent bien et ne quittèrent leur poste de toute la journée. Nous eûmes 3 hommes tués, 5 blessés. » M.R.A. 0. 147, d. 1, lettre de Lambinon à Jolly, 2 novembre 1830, ce qui est confirmé par une attestation de dix Wavriens. « Les Wavriens certifient que le 24 vers 4 heures du matin sur le Grand’Sablon Lambinon (Napoléon) de Dinant les engagea à marcher sur la rue de Namur et se mit à leur tête. » M.R.A. O. 147 d. 2.

51 Buffin, op. cit., I, 342. Mémoires Pletinckx.

52 Sur cette mission, M Ernest, dans son ouvrage remarquablement documenté sur La Révolation belge de 1830 en Carolorégie, Bruxelles, 1930, a fait pleine lumière (pp. 85 à 92). Il a retrouvé dans les archives communales les différents certificats délivrés à Henri Rosart dès 1830. Tous insistent, comme le remarque M. Ernest, sur les obstacles dressés par les autorités et les agents ministériels pour empêcher le départ de volontaires. Les certificats des administrations communales de Lodelinsart (Ernest, op. cit., p. 88) et de Charleroi (ibid., p. 90) sont surtout suggestifs à cet égard.

53 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 18

54 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 17.

55 « Lesbroussart. Arrivé le 25 mai à midi avec les volontaires de Seneffe et des environs. » (Rapport de Van Halen à la Commission des Récompenses. Exposition Historique de 1830. Papiers appartenant à M. Schoentjes.)
« Plaisant Isidore, capitaine des volontaires de Seneffe, s’étant mis en ligne aussitôt sa rentrée à Bruxelles le 25. « (Rapport de Van Halen, ibidem.)

56 Ernest, Les Volontaires de Carolorégie, p. 82.

57 « Bersou Denis-Benoît, 24 ans, commerçant, 4 enfants, arbora le 5 septembre le drapeau brabançon sur le perron de l’hôtel de ville, partit le 24 septembre pour Bruxelles et en revint le même jour avec une proclamation du Gouvernement Provisoire qu’il publia à l’instant. Il repartit immédiatement pour Bruxelles, comme commandant en second la compagnie de volontaires dont M. Plasschaerd avait le commandement en chef, arriva le 25 à Bruxelles. » Archives de la province du Hainaut. Dossiers Croix de fer, 4e Etat, n° 64.

58 Archives de la province du Hainaut. Dossiers Croix de fer. Lettre du bourgmestre de Leuze au gouverneur de la province. 17 février 1834.

59 Lettre de Bodson, envoyé spécial du Gouvernement Provisoire, au 329. D’après les dossiers des prétendants de la Croix de fer, le départ de ces volontaires ne se fit que le 25.

60 Lettre de Bodson, envoyé spécial du Gouvernement Provisoire au Commandant de la garde communale de Saint-Ghislain :
« Saint-Ghislain, 24 septembre.
 » Monsieur le Commandant de la Garde communale,
 » Chargé d’une mission spéciale de la part du Gouvernement Provisoire, je viens d’apprendre que l’administration communale de votre endroit ainsi que vous, mettez des entraves au départ des volontaires de la commune. Je dois vous prévenir que cette manière d’agir dans les circonstances où nous nous trouvons, peut attirer bien des embarras et des désagréments. Je vous engage donc, ainsi que le bourgmestre, à ne pas paralyser leur patriotisme, car mal vous en adviendrait. »
Cambier, La Compagnie des Volontaires du bourg de Dour en 1830, p. 21.

61 Cambier, op. cit., p. 23.

62 A Nivelles, l’administration communale fait des distributions d’argent aux femmes et aux parents de volontaires. A.G.R., 1115.

63 Mémoire Vandersmissen. Revue de Belgique, 2e série, XVIII ; 221-222. Le récit du retour, dans les Mémoires de Chazal, est faux de A jusqu’à Z ; quant à celui de Gendebien, il l’est tout autant. Il veut prouver qu’il est rentré à Bruxelles le 24 septembre et dès lors il se voit obligé de prendre des libertés avec la vérité. Nous suivons le récit de Vander smissen et celui de Niellon, qui ont au moins la franchise de reconnaître qu’ils ne sont rentrés à Bruxelles que le 25 septembre. Le passage suivant du rapport du général Aberson, commandant en chef de la Maré-chaussée, à de Eerens, Anvers 27 septembre 1830. R.A. Staats Secretarie, 3473, « Suivant nouvelle de Mons, du 26, une voiture dans laquelle se trouvaient quatre hommes armés de sabres et de pistolets est arrivée à Quievrain dans la nuit du 24 au 25 venant de Valenciennes et allant à Bruxelles » —, concerne selon toute vraisemblance les leaders belges.

64 « Appel au Peuple !
Aux armes ! braves Belges ! Les Hollandais ont osé attaquer Bruxelles, le peuple les a écrasés, mais de nouvelles troupes peuvent tenter une nouvelle attaque. Nous vous conjurons, au nom de la Patrie, de l’honneur et de la liberté, de voler au secours des braves Bruxellois.
Comte Félix de Mérode.
Sylvain Van de Weyer.
Alexandre Gendebien. »

65 G. Willame, La révolution de 1830 à Nivelles. Annales de la Société Archéologique de lArrondissement de Nivelles, 1895, V, 292. Récit de Godefroid Houzé du 22 décembre 1833.

66 Chappuis Alexandre-Joseph, 40 ans, taillandier, 8 enfants « se montra partisan de la révolution dans toutes les réunions publiques, se trouva au nombre de ceux qui enfoncèrent la porte du magasin de l’hôtel de ville dans lequel se trouvaient enfermées les armes qui furent distribuées aux volontaires et fournit, pour faire sauter la serrure qui résistait à tous les efforts, l’un des marteaux de sa forge. » Archives Gouv. Provincial du Hainaut. Dossier, Croix de fer, 4e Etat, n° 62.

67 Lettre du bourgmestre de Leuze au Gouverneur de la Province du Hainaut. 11 février 1824. Archives du Gouv. Provincial du Hainaut, Dossier, Croix de fer.

68 Biographie Nationale. Article Engelspach, rédigé par Alvin d’après des documents inédits.

69 Van Doorn à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 120 et 161.

70 R.A. Staats Secretarie, geheim. Rapport Van Doorn au Prince Frédéric, 18 septembre 1830. Copie envoyée au ministre de la Justice, 20 septembre 1830, G33. De Portemont, Histoire de Grammont, Gand 1870, 209. — Courrier des Pays-Bas, 18 septembre. — Récit de l’arrestation : Catholique des Pays-Bas, 19 septembre 1830.

71 Catholique des Pays-Bas, 18 septembre.
« Le procureur du roi Félix et le van maanien Henry Liefmans, avec des hussards et des maréchaussées ont fait une descente à Eenaeme, chez M. Van Hoobrouck de Fiennes. » Catholique, 18 septembre.
Autres arrestations : de Clercq, distillateur et grand propriétaire à Houtem-Saint-Liévin et quelques habitants d’Herzeele ont été enlevés par des hussards et conduits sur une charrette dans les prisons de cette ville. » (Audenarde.) Catholique, 18 septembre.
Ce fait est en partie confirmé par ce qu’écrit Audoor à Van Maanen le 21 septembre « l’assesseur d’Herzeele arrêté près d’Alost ». Gedenkstukken, 1880-1840, IV, 161.

72 A Termonde, le 11 septembre. R.A. Staats Secretarie geheim, 16 septembre 1830, Z31, rapport Van Doorn au ministre de la Justice, 12 septembre 1830 et R.A. Verbaal van den Secretaris van Staat, 1830, rapport Van Doorn au Secrétaire d’Etat, 14 septembre 1830. Courrier des Pays-Bas, 18 septembre. Lettre particulière de Termonde du 14 septembre.
A Grammont le 11 septembre. Courrier des Pays-Bas, 14 septembre.

73 Van Doorn à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 162.

74 Bartels, Les Flandres et la Révolution belge, Bruxelles, 1834. p. 220.

75 Bartels, op. cit., 217-218.

76 Gey Van Pittius. « Verhaal van de gebeurtenissen te Gent gedurende de maanden September en October 1830. » Militair Spectator, 3e série, IV, 292.

77 Von Gagern, Das Leben des Generals F. von Gagern, 1856-57, tome IIa, 45.

78 Idem, tome 2a ; 45.

79 R.A. Staats Secretaire, geheim, 16 août 1830, J 26. Lettre au ministre du Waterstaat, de l’Industrie Nationale et des Colonies : intervenir auprès de la Société Générale pour que la succursale de cette banque à Gand soutienne les industriels en difficulté. Staats Secretarie, geheim, 29 août, J 26. Arrêté royal : ouverture d’un crédit de f. 200.000 pour venir en aide aux fabricants. — Invitation à la Handel Maatschappij d’augmenter ses commandes. Staats Secretarie, geheim, 3 septembre, D 29. Lettre du Directeur de la Société de Commerce Schimmelpenninck à son agent à Gand, Grenier Wambersey fils, 30 août 1830, confidentielle n° 502 « nous avons résolu de donner plus d’extension aux ordres qui sont entre vos mains et en maintenant toutes nos prescriptions concernant les aunages et les qualités, que nous vous avons données, nous vous autorisons par la présente à augmenter nos achats de calicots écrus qui répondent à nos conditions jusqu’à une somme de f. 200.000 ce qui vous mettra à même d’acheter ce qui existe en ce moment et ce qui pourrait être prêt d’ici à quelque tems. Vous appréciez facilement le but de cet ordre qui consiste à remettre une partie majeure de la population en activité et nous espérons que ceci pourra avoir une influence favorable sur l’Etat Commercial de votre place. »
Ces mesures ne suffirent pas : le 21 septembre 1830 O33 (Staats Secretarie, geheim) un arrêté royal met à la disposition du gouverneur de la Flandre Orientale 150.000 florins pour l’achat de cotons imprimés et autres fabricats. » Ces secours tardèrent à arriver ou furent trop faibles, car le 25 septembre 1830, le gouverneur Van Doorn envoya par estafette un rapport au ministre des Finances et réclama instam-ment l’envoi de fonds : le manque d’argent aggravant la position déjà si difficile de l’autorité... « zonder dat kunnen wij het zeer zeker niet staande houden ». R.A. Verbaal van de Secretaris van Staat, 1830. Van Doorn au Secrétaire d’Etat, 25 septembre 1830. Ce besoin de moyens monétaires était si urgent que dès le 25 septembre cinq grandes fabriques fermèrent leurs portes. Cela ne sera évidemment pas sans influence sur l’agitation des esprits, excités par les nouvelles de Bruxelles. P.R.O. White à Fauché, Gand, 26 septembre 1830. F.O. Belgium 10/3.

80 Von Gagern, op. cit., tome IIa, p. 45.

81 Eggermont à Van Maanen. Gedenkstukken 1830-1840, IV, 117

82 Courrier des Pays-Bas, 9 septembre. Lettre particulière du 6 septembre.

83 Prims. De arbeidersstand te Antwerpen in 1830-1881. (Bijdragen tot de geschiedenis, 1930, t. XXI.) « Le mois de septembre est si calme que les rapports journaliers de la Garde bourgeoise et les archives de la Justice hollandaise ne contiennent rien d’autre que quelques désobéissances individuelles sans conséquences, » p. 164.

84 Bergmann à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, 150.

85 P.R.O. — F.O. 10/3 Fauché à Aberdeen, Ostende 22 septembre 1830 « the whole population of thèse Provinces is ready to rise en masse, should the Bruxellois succeed with the troops ».

86 Prims. De Belgische omwenteling te Antwerpen. De belgischgezinde deelnemers. (Bijdragen tot de geschiedenis, XX, 293.)

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search