Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre VI. La résistance du peuple bruxellois

Texte intégral

1La situation désespérée le matin du 23 septembre. — Le petit nombre de combattants. —Les conséquences de l'affaire de la rue de Flandre. — Stabilisation des positions. — Lutte d'attente. — Van Halen, commandant en chef le 25. — Ses plans d'attaque qui échouent. — Essai d'encerclement des troupes dans le Parc. — La classe sociale des combattants bruxellois.

  • 1 De Bas, op. cit., IV ; 412-413. Lettre de d'Hooghvorst au prince Frédéric, nuit du 22 au 23 septem (...)

2Revenons en arrière et examinons comment s'est comporte le peuple bruxellois pendant ces quatre journées de combat. De puis le 19 septembre, nous l’avons vu, il est le maître incontesté dans la capitale. Si la garde bourgeoise s'est réformée, tant bien que mal, elle a élargi considérablement son champ de recrutement. D'autorités, il n'en existe plus. Le baron d'Hooghvorst qui, le 21 septembre, a accepté de commander la garde intérieure, a perdu tout pouvoir1

  • 2 « Dans la nuit du 22 au 23, il n'y avait peut-être pas 40 hommes qui veillassent et l'ennemi aurai (...)
  • 3 A.G.R. Papiers Rogier, 49bis. Lettre de Renard à Rogier, 10 août 1859.
  • 4 Rapport Stieldorf, publié dans le Courrier des Pays-Bas du 2 octobre. Une copie se trouve au M.R.A (...)
  • 5 Bataille de Bruxelles, 2e Epoque, p. 26.
  • 6 Van der Meulen, Willem den Koppige, ingedrongen koning der Nederlanden, Bruxelles, 1833-1839 ; 412
  • 7 Mackintosh, La Révolution belge de 1880. Bruxelles, 1831, 121.
  • 8 « J'ai combattu avec mes compatriotes et particulièrement le premier jour de l'attaque à la Porte (...)

3La situation est désespérée : ce ne sont pas les mesures de défense décrétées par Pletinckx et les derniers braves qui arrêteront 10.000 hommes. La nuit, il y a peu de défenseurs aux Portes2 et le matin, il n'y avait peut-être pas 300 hommes disposés à la résistance, disséminés sur une longue étendue : « Il n'y avait ni chefs, ni pouvoir, ni plan arrêté, ni direction3. » Le 23 au matin, à la Porte de Schaerbeek, se réunissent les volontaires de l'ancien corps Rodenbach-Niellon. Les deux chefs ont quitté la ville et c'est Stieldorf qui dirige la défense4. Les Louvanistes de Roussel et quelques Liégeois les rejoignent5. Combien sont-ils ? 400, dit Van der Meulen, et disposant de deux pièces de canons6 ; 120, dit Mackintosh, qui a participé au combat7. Dans tous les cas, peu nombreux, ils ne résistent pas à l'assaut des grenadiers ; certains se réfugient dans les maisons de la rue de Schaerbeek ; d'autres, dans les petites rues latérales à la rue Royale, et abrités derrière des barricades, par pelotons de 4 ou 5 hommes, ils tirent sans relâche sur les troupes qui passent à leur portée ; 50 d'entre eux se réfugient à l'Observatoire et dans les maisons adjacentes, et ils s'y maintiennent une grande partie de la journée8.

  • 9 « Hors d'état de le défendre (étant blessé à la main), n'étant investi d'aucune autorité, convaincu (...)

4Avec l'énergie du désespoir, les derniers défenseurs de la cité, cachés dans les maisons s'opposent en vain à l'avance des grenadiers : le Parc est occupé. Il n'y a plus qu’à s'incliner. La partie est perdue et ceux qui jusqu'au bout avaient espéré, s'enfuient en toute hâte9

  • 10 Lettre de B. Renard, 10 août 1859 à Ch. Rogier, A.G.R., Papiers Rogier, 49 bis.
  • 11 Lettre de Bergenhous à Rogier. A.G.R. Papiers Rogier, 49bis.
  • 12 Le récit assez peu sûr de Charlier (pp. 31 à 34 de ses Mémoires) est contrôlé en cet endroit par c (...)
  • 13 « J'ai l'intime conviction que si les Hollandais, au lieu de s'arrêter au Parc, avaient continué l (...)
  • 14 Les défenseurs de Laeken ont repoussé l'ennemi : « La fusillade se faisant entendre vers la rue Ro (...)
  • 15 Relation des faits d'armes de Parent ; 6.

5Il reste toutefois quelques noyaux de tirailleurs, surtout dans les rues transversales à la rue Royale. C'étaient « des groupes peu nombreux et toutes ces petites fractions agissaient d'une manière indépendante et fort peu raisonnée10 ». De chefs il n'y en a point. « Ceux qui eurent le mérite de donner un corps à la résistance matérielle dès les Portes de Schaerbeek et de Louvain ne le durent qu'à la naïve inspiration de leur généreux dévouement, non à l'impulsion, encore moins à la présence de ceux qui les commandaient la veille encore11. » L'artillerie a cédé aussi. Elle a tiré quelques coups à la Porte de Louvain, puis s'est retirée par les boulevards vers les palais. De là, deux des pièces furent dirigées vers la Porte de Namur et les quatre autres vers la place Royale. Elles n'y restèrent point longtemps : à la vue des Hollandais, les canonniers sont pris de panique et les pièces sont conduites au Sablon où elles restent une heure12. L'arrêt de l'armée dans le Parc, arrêt inconcevable13, permit un regroupement des forces des insurgés. La victoire de la rue de Flandre est connue dans le bas de la ville. Des volontaires s'élancent vers la place Royale, vers la Montagne du Parc14 ; Parent avec quelques hommes, s'embusque au coin du café de l'Amitié15 ; bientôt les Tournaisiens de Renard le rejoignent, ainsi que des tirailleurs bruxellois. Ils s'abritent dans le café et derrière la balustrade en pierre qui longe le commencement de la rue Royale.

  • 16 Sur les opérations place de Louvain et environs, nous renvoyons à l'intéressant rapport de A. Maré (...)
  • 17 Lambinon raconte ainsi la lutte rue de Schaerbeek, après l'entrée des troupes : « Nous étions atta (...)
  • 18 Buffin, op. cit., 177. Staedtler à d'Arenberg.
  • 19 Lettre de Renard à Rogier, A.G.R. Papiers Rogier, 49bis : « dans l'après-midi, c'était tout autre (...)

6A l'autre côté du Parc, grâce à une nouvelle erreur de l'armée, la barricade de la place de Louvain est rétablie et les miliciens de la 9e afdeeling sont repoussés16. A la Montagne du Parc, une barricade solide défend le passage vers Sainte-Gudule. Dans les petites rues, la fusillade n'a pas cessé17. Les insurgés, bien à l'abri, abattent chasseurs et grenadiers. A la panique des premiers moments a succédé un faible espoir. D'heure en heure, il grandira. Tout le monde s'était attendu à l'échec d'un effort aussi inégal18 : des milliers de soldats bien armés, frais, sont opposés à quelques centaines de rebelles, éreintés, découragés ! Mais ces rebelles ne désarment pas, la fusillade ne cesse pas ; au contraire, elle se fait de plus en plus nourrie19. Alors tout change.

7Les volontaires se massent à la Porte de Louvain, à la Montagne du Parc ; ils défendent les barricades rue de Schaerbeek comme rue de Namur. Une avance des troupes devient difficile, pour ne pas dire impossible ; à l'intérieur de la ville, des barricades sont redressées, des pavés portés aux étages des maisons.

8Les efforts de Krahmer de Bichin et de Nepveu sur la place Royale sont repoussés. Les grenadiers se cachent dans le Parc et ne tirent plus qu'à couvert : l'artillerie s'abrite derrière les arbres. Nouveau changement : les insurgés qui jusqu'ici s'étaient défendus, cachés dans les maisons ou protégés par des barricades, voient leur exemple imité par les réguliers. La lutte devient une lutte d'attente, mais les rebelles en aperçoivent l'issue avec angoisse. Les quelques compagnies postées dans les fonds du Parc pouvaient leur résister longtemps, les fatiguer, et les réserves formidables qui occupaient les Palais et le boulevard, les écraser ensuite à leur aise.

9Heureusement la réflexion n'était pas le propre des neuf dixièmes des révoltés. Ils luttaient avec une énergie farouche, sans trop bien se rendre compte de la tâche formidable qu'ils avaient entreprise. Mais l'impossibilité de débusquer l'ennemi du Parc était par trop évidente. Aussi le reste de la journée se passe-t-il en fusillade ; souvent on tire au jugé ou sur les arbres. On gaspille des cartouches, on gaspille des hommes aussi, énervés par l'absorption de trop nombreux verres. Des héros s'élancent vers le Parc, ils sont vite fauchés.

10Enfin, on tient bon jusqu'au soir, et c'est là l'essentiel : tenir. Ainsi les chances de victoire augmentent en même temps que grossit le nombre des combattants. On comptait sur les renforts du Borinage ; ils ont promis de marcher sur Bruxelles à la première attaque. Leur venue n'est plus qu'une question d'heures. Des hommes de confiance ont été leur porter la nouvelle du combat. Tenir, tenir longtemps, en cela se résument les efforts des insurgés le 23 septembre.

11La lutte est partout meurtrière : des imprudences sont commises, et les grenadiers tirent bien. Les heures succèdent aux heures et la résistance ne s'émousse pas. Bien mieux, l'exaltation grandit : les ambassadeurs de Frédéric qui viennent apporter des propositions de conciliation sont très mal accueillis. On veut se battre, se battre jusqu'au bout. Mais la résistance physique a des bornes, et le soir venu, les uns après les autres, les insurgés abandonnent leur poste. Ils regagnent leurs foyers ou les tavernes fumeuses et ils y content des exploits fabuleux.

  • 20 Relation des faits d'armes de Parent, 7.
    Van der Meulen, op. cit., 441.

12Là-bas, sur la ligne frontière, veillent seulement quelques braves. Il peut paraître absurde que des gens luttent sans relâche la journée durant et, le soir venu, laissent à la merci de l'ennemi des positions défendues au prix de leur sang ; mais qu'on n'oublie pas qu'une attaque brusquée de l'armée royale était impossible la nuit dans une ville aux rues étroites et tortueuses, hérissées de barricades. D'ailleurs la nuit ne se passe pas qu'à dormir : il faut réparer les armes et surtout confectionner des cartouches. Les mères, les épouses se livrent avec ardeur à cette besogne patriotique, tandis que des infatigables s'en vont à la recherche de poudre. On en trouve dans quelques maisons. C'est chez l'armurier Goemans qu'on prépare les gargousses. De là, une expédition dirigée par Parent s'en va quérir à la caserne des Annonciades une dizaine de barils de poudre, en tout 325 kg. Et l'auteur de la relation des faits d'armes de Parent n'a pas tort d'écrire : « Sans ce trait de bravoure, la cause des Belges était perdue20. » Le lendemain matin, le combat reprend. Il n'a pas changé de caractère : fusillade continuelle, aux Portes de Namur et de Schaerbeck, rue Royale, lutte indécise pour débusquer les réguliers de quelques maisons. Vraiment on ne sait où l'on va ; l'ennemi, bien abrité dans le Parc ne paraît pas décidé à céder. La lassitude se fait sentir ; heureusement les troupes se tiennent coites et elles n'esquissent aucune attaque sérieuse. Appoint réel, des volontaires accourent d'un peu partout ; la veille, ceux de Wavre sont entrés en ville, aujourd'hui ceux de Nivelles, de Gosselies, de Hal viennent renforcer les cadres.

  • 21 Van der Meulen, op. cit., 445.
  • 22 Kessels, Précis des opérations militaires. Bruxelles 1831 ; 10.
    Van Halen, Les Quatre Journées. Bru (...)
  • 23 Rapport du lieutenant commandant le poste à l'hôtel de Belle-Vue pendant les journées des 24, 25, (...)
  • 24 Bataille de Bruxelles, 2e époque ; 45. — Beaumont, Adventures of 2 Americans in the siege of Bruss (...)

13Les insurgés ont entrepris de percer les murailles des maisons de la rue Royale et, par les derrières, se sont avancés peu à peu vers les Escaliers de la Bibliothèque21. A la place Royale, la position s'est fortifiée : Belle Vue est solidement occupé. Pella-bon et Verreycken y commandent des tirailleurs d'élite, parmi lesquels le Wavrien de l'Escaille se distingue22. Van Halen, à la tête d'une centaine de volontaires, s'est emparé de quelques maisons rue de Louvain23. Les troupes ont fait de même à la Porte de Schaerbeek. La journée du 24 a donc été assez calme : les pertes sont de loin inférieures à celles de la veille. C'est une journée d'attente : les troupes comptent sur le découragement de l'adversaire. Elles n'ont pas tout à fait tort : ce jour-là, le moral est assez bas24. L'issue de la lutte n'apparaît pas clairement. Où va-t-on ? Les petits groupes de révolutionnaires, combattant à leur guise, parfois en amateurs, méprisant toute autorité, n'en savent rien ! Il est grand temps qu'on relève ces énergies abattues, qu'on les organise surtout. Un chef, voilà ce qu'il faut. Les gens de la commission administrative, qui ont pris un pouvoir laissé à la merci du premier venu, pourvu qu'il soit Belge et décidé à chasser les Hollandais, ont vite compris la nécessité de désigner un chef. Van Halen est choisi, sur les conseils de Rogier.

  • 25 Buffin, op. cit., I ; 344. Mémoires Pletinckx. « Dès lors je restai auprès de lui comme chef de so (...)
  • 26 Beaumont, Advent. of 2 Amer, in the siege of Brussel ; 24 s.
  • 27 Beaumont, op. cit. ; 26.Buffin, op. cit., I ; 344 (Pletinckx). Charlier, Mémoires, 54 et Van de (...)

14Van Halen est un choix excellent. Son nom est bien belge, et si l'homme est d'origine espagnole, c'est un « révolté » très capable de diriger ces combats de rue. Il se prend très au sérieux et organise immédiatement un état-major complet25. Cette nomination fait grand honneur à la perspicacité des gens de l'hôtel de ville. Ils ont des fautes à faire oublier auprès de ceux qui sont restés crânement à Bruxelles, le 23 septembre ; et les habitués de l'hôtel Pletinckx, les révolutionnaires acharnés qui luttent sans doute pour la « patrie », mais bien plus encore pour la « liberté » ne voient pas d'un très bon œil la place prise par des bourgeois. Rogier qui les a fréquentés pendant près d'un mois et qui depuis s'est imposé à l'hôtel de ville, choisit un des leurs pour général en chef et lui laisse toute initiative. Van Halen est plein d'enthousiasme. A peine investi du commandement en chef, il se retire à l'Hôtel de la Paix et y prépare un plan d'attaque nocturne sur le Parc. Il ne dispose que d'« un misérable petit avorton de plan de Bruxelles et des environs, arraché à un livre de deux penny, décrivant Mannekenpis et les autres beautés de la ville ». Il reste plusieurs heures sur cette carte à établir un plan d'opération. Autour de lui règne le plus bel enthousiasme. Pletinckx verse à boire, les toasts succédant aux toasts. Ces gens « qui avaient tous l'aspect de brigands » sont sûrs maintenant de la victoire26. Vers minuit, Van Halen flanqué de son état-major va, sur la Grand’Place, haranguer les « soldats citoyens », mais ceux-ci déclarent ouvertement qu'ils n'iront pas à la boucherie. Van Halen remet l'attaque au lendemain et visite différents postes qu'il trouve sérieusement dégarnis27.

  • 28 Staedtler à d'Arenberg. Buffin, op. cit. ; 185.
  • 29 Kessels, op. cit. ; 9 s.

15Le lendemain 25 septembre, cependant, les insurgés sont de nouveau à leur poste et en plus grand nombre ; l'incendie qui a ravagé le Manège, la veille au soir, a exaspéré les esprits. La commission administrative a lancé une proclamation tendancieuse : « On a promis deux heures de pillage à la troupe. » Des renforts arrivent toujours de l'extérieur. Néanmoins, la lutte est moins acharnée encore que la veille, surtout pendant la matinée28. Les troupes ne se départissent pas de leur étrange attitude et Van Halen, qui prépare une attaque pour l’après-midi, s'efforce tant bien que mal de modérer l'ardeur de ses hommes. On a souvent insisté sur le peu de crédit que Van Halen trouva chez les insurgés. C'est une erreur. Sans doute, de la Porte de Schaerbeek à la Porte de Namur, règne l'indiscipline la plus absolue ; on combat par petits groupes sans trop se préoccuper de ce que fait le voisin. Un moment, on se bat rue de Namur, puis une heure après on tiraille rue de Louvain29. A cette désorganisation complète ne succédera pas immédiatement un ordre rigoureux, mais Van Halen qui a réuni autour de lui les chefs des petits noyaux d'insurgés, les hommes qui ont une réputation bien établie de bravoure et d'audace, forme ainsi un groupement solide de 200 à 300 combattants et se fait obéir.

  • 30 Dans ses Mémoires, pp. 22 s., Van Halen s'excuse de cette attaque du 25 septembre en en faisant re (...)
  • 31 Mémoires Pletinckx, Buffin, op. cit., I ; 348.

16Il prépare donc un plan d'attaque du Parc ; c'est une folie. Il dispose d'effectifs trop réduits pour réussir pareille entreprise. Pourtant il règle tout, comme un grand capitaine30 : « Trois colonnes devaient marcher simultanément sur trois points : celle de droite, confiée à Ernest Grégoire, devait arriver par la place Royale ; celle du centre, sous le commandement de Van Halen, par la Montagne du Parc. et celle de gauche, dont la conduite était réservée à Pletinckx, devait déboucher à la fois par la rue Royale, en venant par la rue de Louvain et en travers du palais des États Généraux, dont il devait tout d'abord, avant l'assaut général, déloger l'ennemi31 »

  • 32 Van der Meulen, op. cit. ; 459. Lettre de Feigneaux, Strens, du Pré, .J. Strens au Courrier des Pa (...)

17Ce fameux plan échoua ; malgré tous ses efforts, Pletinckx ne put s'emparer du palais des États Généraux. A la place Royale, où le matin on avait repoussé un assaut des grenadiers, Kessels s'élance à la tête de quelques braves ; il est très vite arrêté. Van Halen ne veut cependant pas s'avouer vaincu ; le soir, par la place de Louvain, il fait une reconnaissance dans le Parc. Cette simple démonstration, tentée incontestablement pour inspirer confiance et pour asseoir son autorité, ne lui valut aucun avantage. En dehors de ces efforts organisés, des combattants isolés accomplissaient des exploits extraordinaires, mais sans profit, comme de planter des drapeaux dans le Parc. D'autres se livraient à des besognes plus utiles : le percement des murs par exemple, rue Royale, se fit ce jour-là, avec ardeur. La plupart des maisons sont occupées. Seuls les Escaliers de la Bibliothèque restent au pouvoir de l'ennemi ; le lendemain, il en sera chassé32.

18Des bourgeois prennent également position dans les maisons de la rue de la Loi et ils arrivent par le même travail de sape jusqu'à l'Hôtel de Galles. Ces mouvements, qui tendaient à encercler les troupes dans le Parc, étaient autrement profitables que des sorties comme en dirigeait Van Halen. Le succès de pareils assauts était impossible : les volontaires marchaient sans ensemble et il fallait affronter le feu des troupes rangées derrière les massifs ou retranchées dans les Palais. Une réussite momentanée eût été un désastre : les insurgés, une fois dans le Parc, rien n'eût été plus facile aux cuirassiers et aux lanciers massés en réserve sur les boulevards que de les massacrer tous.

  • 33 On peut en trouver une preuve dans les demandes de secours qui lui sont adressées, par exemple ce (...)
  • 34 Van der Meulen, op. cit., p. 468. — Bataille de Bruxelles, 2e époque, Révolution, p. 54. — M.R.A. (...)

19Les échecs essuyés, le 25, par Van Halen ne le découragent nullement, et il passe la nuit à préparer un nouveau plan d'attaque. Le 26, les circonstances sont autrement favorables. Dans la ville, à la panique des premiers jours, a succédé une certaine confiance ; un gouvernement provisoire est solidement établi et il met un peu d'ordre dans l'anarchie générale. On ne marche plus à l'aveuglette : bien des bourgeois qui avaient jugé stupide de résister à une armée de 10.000 hommes ont fini, après trois jours de lutte, par croire à la possibilité d'une victoire et ont pris le chemin du combat. Les volontaires de l'extérieur arrivent toujours plus nombreux et l'autorité de Van Halen s'affermit tant bien que mal33. Van Halen combine donc un nouveau plan ; il vise toujours le Parc ; car il semble à tous les insurgés qu'avec la prise du Parc, c'est la délivrance. Aussi tous les volontaires se ruent-ils contre lui. A côté des attaques « officielles » dirigées par l’état-major, combien de sorties audacieuses de tirailleurs atteignent parfois les premiers arbres du Parc. Ces tentatives désespérées sont rendues plus aisées depuis que le peintre Brias et quelques vaillants ont délogé l'ennemi des maisons bordant l'escalier de la Bibliothèque34. Dès lors, toutes les maisons de la rue Royale faisant face au Parc sont aux mains des rebelles. Toutefois, c'est avant cette victoire importante que Van Halen a engagé le combat. Il a confié au comte Van der Meere, rentré la veille de Valenciennes, le commandement de l'aile gauche des troupes, avec mission de s'emparer des maisons de la gauche du Parc. A droite, Pletinckx, assisté de Parent et de Kessels, manœuvre l'artillerie, tandis qu'au centre, à la Montagne du Parc, le capitaine Bouchez, ancien officier de Napoléon, à la tête des Fleurusiens, tire sans relâche sur les grenadiers.

  • 35 Suppl. Esquisses Historiques, p. 200. Rapport officiel de l'artillerie bruxelloise et liégeoise da (...)

20Ces derniers ont essayé à nouveau, le 26, vers 10 heures du matin, de pénétrer vers la place Royale. Peine perdue, Mellinet manœuvre superbement ses pièces et repousse cette ultime démonstration35. Les volontaires s'élancent vers la place des Palais, mais, bien vite, ils sont arrêtés et forcés de reprendre position derrière la barricade.

  • 36 Kessels, op. cit. ; 21.

21Il apparaît donc bien que les troupes occupent un réduit inexpugnable. Van Halen s'obstine néanmoins : il ordonne à Kessels « d'abandonner momentanément le commandement de sa batterie sur la place Royale, de se mettre à la tête de tous les hommes de bonne volonté qu'il pourra réunir, pour s'emparer des caissons et des canons que l'on voit abandonnés par l'ennemi, à l'entrée du Parc, en lui recommandant d'allier, dans cette entreprise périlleuse, la prudence au courage et d'opérer ensuite, à la tête de sa colonne, une attaque dans le centre du Parc36. »

22Le premier objectif fut atteint et Kessels, aidé de 23 braves, ramena les deux caissons au Grand Quartier Général, mais l'attaque sur le Parc échoua encore lamentablement. Elle se fit par la Montagne du Parc « sans précision, ni ensemble » et avec de très faibles effectifs. Une dernière tentative de Kessels, cette fois, à la tète de volontaires de la place de Louvain, subit le même échec.

  • 37 Kessels, op. cit. ; 24.

23Vraiment, le 26 septembre au soir, on n'avait encore obtenu aucun résultat positif et « les deux partis occupaient encore, à très peu de chose près, les mêmes positions qu'elles avaient la veille37 ».

  • 38 Le Belge, 28 sept., 1re page, 2e col.

24Si l’état-major avait fait porter les efforts principaux sur le Parc, il n'avait toutefois pas négligé les autres positions. La défense de la ville basse réclame son attention. On craint surtout les troupes stationnées au delà du pont de Laeken. Aussi des mesures sérieuses de défense sont-elles prises : le pont du Diable et un autre sur la Senne sont détruits, et la nuit des sentinelles sont placées depuis la Porte de Ninove jusqu'à la Porte de Laeken38.

  • 39 A.G.R. Papiers Rogier, 137.

25Van Halen, faisant preuve ainsi de plus de sang-froid que les hauts gradés de l'armée régulière, occupe les Portes de Hal et d'Anderlecht39. Jusqu'ici les insurgés ont combattu intra muros. L'apathie des troupes les pousse à des excursions nocturnes en dehors des portes. Elles se font toutes avec l'autorisation de Van Halen.

  • 40 A.G.R. Papiers Rogier, 137.
  • 41 Niellon, op. cit. ; 38 à 44 a fait de cette expédition nocturne un raid extraordinaire. Chazal (Bu (...)
  • 42 Requête au Gouvernement Provisoire A.G.R. Gouvernement Provisoire, n° 1, 1. 15.
  • 43 « Quartier Général de Bruxelles, le 26 septembre 1830. » Il est ordonné à M. G.-H. de Villers, com (...)

26Le Wavrien Marchouw se propose de surprendre le quartier général ennemi pendant la nuit. Il échoue40. Niellon, qui a repris la direction de son corps franc, comptant encore 150 hommes disciplinés, sort par la Porte de Hal et excursionne vers les étangs d’Ixelles, mais inquiète à peine l'ennemi41. Ce qui cause de l'effroi chez ce dernier, et entraîne peut-être sa retraite, ce sont les incendies qui, après avoir détruit plusieurs édifices, menacent dangereusement le Palais. Le matin, l'hôtel Torrington a été la proie des flammes. Le soir, entre 5 et 6 heures, le feu est mis aux maisons situées entre le Palais Royal et l'Hôtel de Belle-Vue42. C'est le fait de volontaires isolés, agissant sans ordre et désirant incendier le Palais où des troupes sont retranchées43.

  • 44 Kesseus, op. cit. ; 25.

27Ces incendies ont peut-être décidé le prince à donner l'ordre de retraite : les Palais perdus, il fallait se défendre dans la rue Ducale, position très défavorable. Quoi qu'il en soit, les chefs des rebelles ne s'attendaient nullement à une fuite aussi précipitée. On passe la nuit du 26 au 27 septembre à renforcer les barricades d'attaque44 et à prendre des dispositions pour un coup décisif, le lendemain. Mais le lendemain, l'ennemi n’était plus là. Il avait quitté la ville, sans que les quelques sentinelles éparpillées le long de la rue Royale se fussent le moins du monde aperçues de leur départ. A l’étonnement succède une joie folle. L'effet de la victoire est magique. Dans le succès, les cœurs battent toujours à l'unisson. L'union sacrée, en marche déjà depuis 24 heures, se réalise pleinement à Bruxelles. Les chefs ne perdent pas une minute : le Gouvernement Provisoire lance à travers le pays la nouvelle du triomphe. L’état-major se dispose à transformer en débâcle l'échec de l'armée royale et à repousser au delà des frontières ce que tout le monde appelle « les hordes de Frédéric ».

28L'exaltation patriotique est à son paroxysme. L'impossible a été réalisé : une victoire qui à tous paraissait une gageure a récompensé les efforts désespérés de quelques braves. Il ne reste plus qu'à cueillir les fruits du triomphe. L'effet moral de la victoire de Bruxelles est énorme : la Belgique entière se soulève. Les Hollandais n'ont plus qu'à vider les lieux.

29Il peut paraître superflu d'insister sur le bouleversement complet des esprits provoqué par la retraite de l'armée royale. Lui seul cependant explique le succès de la révolution de 1830. La très grosse majorité du peuple belge en 1830 ne se pliait pas, de gaîté de cœur, à tous les ukases des Van Maaniens. Il y avait de l'irritation. Mais le Belge moyen réduisait ses désirs aux possibilités. Il n'avait jamais pensé à une révolution. Et voilà qu'une minorité d'exaltés chasse de la capitale 10.000 réguliers ! Du coup, la crainte de la force armée disparaît et les sentiments de liberté et de patriotisme, contenus par la crainte, se libèrent partout. Dans les villes et dans les villages, la révolution est faite. Il ne reste plus qu'à bouter dehors le Hollandais, jusqu'ici supporté tant bien que mal, et maintenant chargé de toutes les hontes et de tous les crimes. Si l’armée tient encore dans quelques citadelles, on l'en chassera.

***

  • 45 Ce registre, dont nous devons la communication à M. le professeur Bonenfant, « a été déposé aux ar (...)
  • 46 Archives Provinciales du Brabant.

30Les combattants de septembre ont donné à la Belgique son indépendance. Ces braves, dont 300 moururent en héros, qui étaient-ils ? Combien furent-ils ? La question est d’importance. La classe sociale des combattants de septembre a toujours fait l'objet de controverses passionnées. Nous voudrions clore définitivement un débat pénible, en nous appuyant sur des documents sérieux. Nous nous servirons à cet effet du Registre indiquant les noms, prénoms, lieux de naissance, etc., des personnes qui ont été transportées et soignées, pendant les journées de septembre 1830, dans les hôpitaux et ambulances de Bruxelles45 .Quant aux survivants, nous en avons une liste détaillée dans les états de service des citoyens ayant réclamé la croix de fer46.

31Nous ne tiendrons compte ici que des combattants bruxellois qui sont d'ailleurs la grosse majorité, nous réservant d'examiner la participation de la province dans un chapitre spécial.

32Incontestablement, c'est le prolétariat qui versa le plus généreusement son sang, mais les petites gens des corps de métier, les artisans comptent aussi beaucoup de morts et de blessés ; les petits commerçants n'ont pas été épargnés non plus ; quant aux gens exerçant une profession libérale, ils ne sont pas très nombreux et on voit surtout dans leur rang des artistes, des écrivains, mais peu de vrais bourgeois.

  • 47 A l'appui de ces constatations il convient de noter les évaluations des combattants faites par le (...)

33De l'étude de ces documents il ressort aussi que le nombre des combattants ne fut jamais très élevé, ce qui est confirmé par maints témoignages47.

34Donc le petit peuple de Bruxelles a surtout couru aux barricades. Des volontaires des environs viennent très tôt l'aider : il se trouvait d'ailleurs des Liégeois, des Louvanistes et des « isolés » au 23 septembre, à Bruxelles, qui ont été les premiers défenseurs de la cité, et, du Hainaut, un millier de volontaires sont accourus du 24 au 27 septembre.

  • 48 Buffin, Documents, 211. Lettre de Staedtler du 2 octobre.
  • 49 Buffin, op. cit., 212. Lettre de Staedtler du 2 octobre.
  • 50 M.R.A., 0.396 d. I. Pétition de Le Hon à Van der Meere du 13 octobre 1830 : « Les trois autres jou (...)

35Le peuple a donc fourni beaucoup plus de combattants que la bourgeoisie. En somme, c'est logique, mais on rencontre dans les listes soit de tués, soit de prétendants à la croix de fer, un nombre si faible de bourgeois que l'on se demande d'où provient une telle disproportion. Il suffit de se rappeler les événements antérieurs au 23 septembre : beaucoup de bourgeois « voyaient avec indifférence l'entrée des troupes » et « espéraient même par là le rétablissement de la sûreté publique48 ». Ils n’ont donc pas couru aux Portes, lorsque les troupes se sont présentées, et si beaucoup d'entre eux « sont allés prendre les armes quand ils ont vu comment l'autorité militaire traitait la ville49 », ils l'ont fait alors que le combat était bien moins meurtrier50, ce qui explique le petit nombre de bourgeois combattants blessés ou tués.

36D'ailleurs, ce n'est pas un motif social qui pousse les gens à se battre le 23 septembre à Bruxelles, et c'est dénaturer les intentions de tous les combattants que de les parquer en « groupes sociaux ». S'il y eut plus de prolétaires que de bourgeois, cela prouve simplement que l'ardeur patriotique n'était pas retenue dans le peuple par des considérations d'intérêt et par des craintes légitimes quant à l'issue problématique d’une lutte inégale. Se sont battus à Bruxelles les patriotes les plus exaltés, ceux qui ne voulaient à aucun prix voir entrer dans leur ville une armée considérée comme étrangère ; il s'en est trouvé davantage dans les rangs du peuple, c'est tout à sa gloire ; heureusement pour la bourgeoisie, quelques rentiers, quelques propriétaires, des négociants, l'un ou l'autre fabricant ont sauvé son honneur et se sont retrouvés unis avec le peuple sur les barricades. Ce ne sont pas des mobiles sociaux qui poussent les vaillants à courir au combat, c'est l'ardeur du patriotisme. Si des bourgeois craintifs se sont enfermés dans leurs caves, si certains pusillanimes ont été jusqu'à réclamer l'entrée des troupes, tous les journaliers, tous les ouvriers n'ont pas non plus répondu, d'un même élan, à l'appel du tocsin. Prirent place derrière les barricades, aux fenêtres des maisons, les hommes au cœur bien accroché, les âmes bien trempées, et on ne peut faire entre ces braves de distinction de classe. Ce sont les gens les plus résolus qui ont fait le sacrifice de leur vie, qui luttent pendant les quatre jours ; la présence parmi ces héros d'un grand nombre d'anciens militaires, d'anciens soldats de Napoléon montre bien le caractère du combat : aux barricades, il y a place pour tous, mais n'y prennent position que les hommes de cœur.

37La bourgeoisie dans son ensemble s’est d’ailleurs vite reprise. Au découragement profond qui l’étreint les 21 et 22 septembre succède peu à peu une certaine confiance et, une fois l'ennemi arrêté, il est des tâches urgentes qui lui sont réservées et qu'elle accomplit : ce n'est pas tout de combattre, il faut rétablir l'ordre, organiser la défense, propager le mouvement insurrectionnel, procurer aux combattants des armes et des munitions, soigner les blessés. Des bourgeois de Bruxelles, pendant quatre jours, donneront tout leur temps à ces besognes capitales.

Notes

1 De Bas, op. cit., IV ; 412-413. Lettre de d'Hooghvorst au prince Frédéric, nuit du 22 au 23 septembre : « Il n'y a qu'un instant lorsque j'ai eu l'honneur d'annoncer à Votre Altesse Royale que j'allais convoquer les chefs de section, pour leur faire connaître la volonté de Votre Altesse sur la publication de sa proclamation, je croyais encore à quelque autorité. Mais je me trompais. Plusieurs chefs venaient de donner leur démission et l'effervescence générale dans la ville était devenue telle que je n'ai pu par là-même remplir les promesses, que j'avais faites à Votre Altesse Royale, et ainsi je me vois déchu par la force des circonstances du poste où j'avais été appelé par mes concitoyens. »

2 « Dans la nuit du 22 au 23, il n'y avait peut-être pas 40 hommes qui veillassent et l'ennemi aurait pu prendre possession de la ville sans coup férir ; le matin, nous n'étions peut-être pas 300, décidés à la résistance, en dispersion sur une longue étendue. » A.G.R. Papiers Rogier 49bis : lettre de Renard à Rogier, 10 août 1859 et Discailles, Charles Rogier, II ; 5. « Je jure devant Dieu et Patrie que le matin du 23 peu affrontèrent le premier choc (nous n'étions que 8 à 10 à la Porte de Schaerbeek à 7 h. 30, 8 heures) », lettre du lieutenant-colonel Bergenhous, du 6e de ligne, à Rogier, août 1859. A.G.R. Papiers Rogier 49 bis. A la Porte de Laeken, lors de l'attaque il y avait 30 à 40 défenseurs (mémoire Artot M.R.A.).

3 A.G.R. Papiers Rogier, 49bis. Lettre de Renard à Rogier, 10 août 1859.

4 Rapport Stieldorf, publié dans le Courrier des Pays-Bas du 2 octobre. Une copie se trouve au M.R.A. O. 775. d. 10.

5 Bataille de Bruxelles, 2e Epoque, p. 26.

6 Van der Meulen, Willem den Koppige, ingedrongen koning der Nederlanden, Bruxelles, 1833-1839 ; 412.

7 Mackintosh, La Révolution belge de 1880. Bruxelles, 1831, 121.

8 « J'ai combattu avec mes compatriotes et particulièrement le premier jour de l'attaque à la Porte de Schaerbeek où j'ai été obligé de me retirer, à côté de l'observatoire. Là j'ai monté au premier étage de la maison avec 15 hommes, d'où nous avons fait un feu continuel sur l'ennemi qui s'avançait en tirailleurs... nous fûmes obligés de rester là toute la journée. » Pétition adressée à MM. les membres du Comité de la guerre par Charles Dumoncel (sans date, mais du début d'octobre 1830). M.R.A. 0. 529 d. 4. Le chiffre de 50 est donné par les Esquisses Historiques, p. 274.

9 « Hors d'état de le défendre (étant blessé à la main), n'étant investi d'aucune autorité, convaincu que toute résistance était impossible, puisqu'une poignée d'hommes, sans chefs, sans ordre, luttaient seuls contre des milliers d'ennemis, voyant les Portes de Schaerbeek, de Louvain et de Namur envahies, le Parc, toute la rue Royale, encombrée de troupes, n'ayant aucun moyen d'action sur la multitude, je quittai les murs de la ville vers 9 h. 30 du matin, dans un moment où le feu était suspendu et qu'on parlait d'arrangement. » Article de Levae, dans Le Belge du 8 septembre 1833. « Le 23 septembre, après l'occupation du Parc par les troupes hollandaises et quand la cause paraissait perdue aux yeux de tous, je suis sorti un des derniers de Bruxelles. » Réponse de Rogier au directeur du Journal de Bruxelles, août 1859. A.G.R., papiers Rogier, 49bis.
« Le jeudi 23 septembre, vers 9 h. du matin, M. le colonel (depuis général) Van Halen vint m'avertir, au bureau du Courrier des Pays-Bas que je rédigeais alors, de l'entrée des troupes hollandaises dans Bruxelles et de leur approche du quartier où je me trouvais. Les troupes du roi Guillaume, me disait le colonel, étaient déjà dans la rue Royale, à la hauteur de la Montagne du Parc ; le bureau du Courrier des Pays-Bas était rue des Douze Apôtres, n° 13. Je quittai mon travail pour me rendre à l'hôtel de ville, afin d'y prendre des renseignements sur l'exécution des mesures de défense que j'avais vu préparer la veille. Chemin faisant, je rencontrai M. Rogier, auquel je manifestai mon intention de sortir de Bruxelles, si la résistance ne s'organisait pas. Nous nous séparâmes et, de l'hôtel de ville, où je montai ensuite et où je ne trouvai que M. le baron Emmanuel d'Hooghvorst et le major Felner, qui me paraissaient attendre là les événements sans solution arrêtée, je me dirigeai vers la Porte de Hal pour gagner un canton rural où je voulais prendre un refuge momentané chez des membres de ma famille. » Dans la forêt de Soignes, il monta dans la diligence des messageries Briard et il y trouva Rogier, Bamps et Renoz (ces deux derniers également volontaires liégeois). Lettre de Jottrand( La Patrie, Bruges, jeudi 11 août 1859, A.G.R., Papiers Rogier, 49bis).

10 Lettre de B. Renard, 10 août 1859 à Ch. Rogier, A.G.R., Papiers Rogier, 49 bis.

11 Lettre de Bergenhous à Rogier. A.G.R. Papiers Rogier, 49bis.

12 Le récit assez peu sûr de Charlier (pp. 31 à 34 de ses Mémoires) est contrôlé en cet endroit par ce qu'écrit Staedtler : « Du côté de la rue de la Régence, les bourgeois étaient les maîtres, ils occupaient aussi le Grand Sablon où ils avaient 3 canons qui avançaient ou reculaient, selon le succès du combat. Un de ces canons donnait dans la rue entre les 2 Sablons, les 2 autres dans la rue Bodenbroek ou vers la rue de Namur. » Buffin, op. cit. ; 184. Lettre de Staedtler.

13 « J'ai l'intime conviction que si les Hollandais, au lieu de s'arrêter au Parc, avaient continué leur mouvement en avant, la résistance n'aurait pas duré une demi-heure et la révolution avortait. » Lettre de Renard A.G.R., Papiers Rogier, 49bis.

14 Les défenseurs de Laeken ont repoussé l'ennemi : « La fusillade se faisant entendre vers la rue Royale, plusieurs des nôtres se portèrent vers la barricade du Treurenberg pour prendre en flanc les grenadiers, lorsqu'ils passèrent au carrefour de la rue Royale et de la place de Louvain. » Mémoire Artot, M.R.A.

15 Relation des faits d'armes de Parent ; 6.

16 Sur les opérations place de Louvain et environs, nous renvoyons à l'intéressant rapport de A. Maréchal (M.R.A. 0. 473 d. 3).

17 Lambinon raconte ainsi la lutte rue de Schaerbeek, après l'entrée des troupes : « Nous étions attaqués sur trois points de notre derrière, à la fois par les rues du Pachéco et les deux petites rues donnant de la rue Royale dans la rue de Schaerbeek. La poudre commençait à manquer. Dans ce moment, de lieutenant que j'étais, à défaut d'autres, on me nomma capitaine avec prière de prendre le commandement. J'ordonnai aux femmes de construire une forte barricade en aval des rues de Schaerbeek et Pachéco, pour nous retirer en cas de besoin ; dans cette malheureuse situation, où l'ennemi avait partout sur nous l'avantage de la position et du nombre, j'appris par des bourgeois qui passaient sous le feu pour nous apporter de la poudre, l'événement de la rue de Flandre. Je crus devoir payer d'audace pour donner le change à l'ennemi sur notre situation. Vers onze heures, j'ordonnai l'attaque de la barricade qu'il occupait en tête de la rue faisant mine de vouloir déboucher, nous enlevâmes cette barricade à l'arme blanche avec perte de 4 hommes tués et 3 blessés, dont moi au ventre. Une batterie placée sur la route nous prenant en travers nous força de l'abandonner ; nous nous sommes retirés et logés dans les maisons à trente-cinq pas de là, d'où nous avons fait beaucoup de mal à l'ennemi et même fait taire son feu. » M.R.A., 0. 22, n° 12.
Lettre de Lambinon à Rogier, 23 février 1831.

18 Buffin, op. cit., 177. Staedtler à d'Arenberg.

19 Lettre de Renard à Rogier, A.G.R. Papiers Rogier, 49bis : « dans l'après-midi, c'était tout autre chose. Bruxelles d'abord indifférente, se soulevait enfin ; l'espoir revint dans nos cœurs ; et les combattants sortaient comme dessous terre ».

20 Relation des faits d'armes de Parent, 7.
Van der Meulen, op. cit., 441.

21 Van der Meulen, op. cit., 445.

22 Kessels, Précis des opérations militaires. Bruxelles 1831 ; 10.
Van Halen, Les Quatre Journées. Bruxelles 1831 ; 15.

23 Rapport du lieutenant commandant le poste à l'hôtel de Belle-Vue pendant les journées des 24, 25, 26, 27 septembre 1830 à M. le commandant en chef des forces mobiles le général don Juan Van Haleri. Rapport fait le 28 septembre 1830 à 9 heures du matin. M.R.A. 0. 224, d. 5 (copie).

24 Bataille de Bruxelles, 2e époque ; 45. — Beaumont, Adventures of 2 Americans in the siege of Brussels, Cornhill 1831 ; 22.

25 Buffin, op. cit., I ; 344. Mémoires Pletinckx. « Dès lors je restai auprès de lui comme chef de son état-major, dont j'organisai sur sa demande et vu qu'il connaissait peu de nos hommes, tout le personnel, à l'exception de deux amis espagnols Urculo et Verloe, qu'il attache spécialement à sa personne. En voici la composition :

Le lieutenant-colonel Pletinckx, chef d'état-major ;
Baron Felner, adjudant ;
Graux, médecin, adjudant ;
Godf. Nique, capitaine, aide de camp ;
Ernest Grégoire, capitaine, aide de camp ;
Lakenans, capitaine, aide de camp ;
Dewys Habekeek, capitaine, aide de camp ;
Eusèbe, officier d'ordonnance ; Kessels, commandant d'artillerie ;
J. Palmaert, à l'état-major ;
Van Dormael, aide de camp chargé de la garde des Portes de Flandre et de Ninove. »

26 Beaumont, Advent. of 2 Amer, in the siege of Brussel ; 24 s.

27 Beaumont, op. cit. ; 26.Buffin, op. cit., I ; 344 (Pletinckx). Charlier, Mémoires, 54 et Van der Meulen, op. cit., 455 insistent aussi sur l'abandon des postes.

28 Staedtler à d'Arenberg. Buffin, op. cit. ; 185.

29 Kessels, op. cit. ; 9 s.

30 Dans ses Mémoires, pp. 22 s., Van Halen s'excuse de cette attaque du 25 septembre en en faisant retomber la responsabilité sur les gens de l'hôtel de ville : « Ces derniers voulaient absolument qu'on s'empare du Parc. C'était impossible. Il fallait préalablement s'emparer des maisons, des hôtels environnants. Mais pour satisfaire aux clameurs de ces gens, il commande une attaque vers 4 heures de l'après-midi dans le seul but « d'inspirer confiance ».
Pletinckx donne des détails nombreux et précis sur les préparatifs et la réalisation de cette attaque (Buffin, op. cit., I ; 345 s.) et Beaumont, op. cit. ; 24, écrit, lui, que Van Halen était déjà d'avis d'attaquer dans la nuit du 24 au 25.

31 Mémoires Pletinckx, Buffin, op. cit., I ; 348.

32 Van der Meulen, op. cit. ; 459. Lettre de Feigneaux, Strens, du Pré, .J. Strens au Courrier des Pays-Bas, citée par De Bavay, op. cit. ; 175 s.

33 On peut en trouver une preuve dans les demandes de secours qui lui sont adressées, par exemple ce billet : « Les habitants de la rue des Petits Carmes prient le général de leur envoyer quelques hommes pour repousser la troupe qui menace d'y entrer. Lesdits habitants s'engage (sic) à loger et nourrir les hommes qui seront destinés à défendre leur rue. Le chef de poste : Vandervaeren, sergent-major, Bruxelles, 26 sept, au matin. » M.R.A. 0. 792, dos. n°7 (originaux). Voir de même 0. 792, d. n° 5.

34 Van der Meulen, op. cit., p. 468. — Bataille de Bruxelles, 2e époque, Révolution, p. 54. — M.R.A. 0. 276, d. 3. A.G.R. papiers Rogier, 137. Lettre de Dens de janvier 1831 au Gouvernement Provisoire.

35 Suppl. Esquisses Historiques, p. 200. Rapport officiel de l'artillerie bruxelloise et liégeoise dans les journées de septembre.
A narrative of a few weeks in Brussels, 89 s.
Kessels, op. cit. ; 19.

36 Kessels, op. cit. ; 21.

37 Kessels, op. cit. ; 24.

38 Le Belge, 28 sept., 1re page, 2e col.

39 A.G.R. Papiers Rogier, 137.

40 A.G.R. Papiers Rogier, 137.

41 Niellon, op. cit. ; 38 à 44 a fait de cette expédition nocturne un raid extraordinaire. Chazal (Buffin, op. cit., I ; 116) exagère également l'importance de l'épisode et fait durer la sortie toute la nuit. « Parmi des notes prises par l'état-major dans la nuit pendant que j'étais (Van Halen) à cheval aux avant-postes » (nuit du 26 au 27 sept.), on lit ceci : « M. Niellon, chef d'un corps franc est venu vers 10 h. 30 pour visiter le général en chef, il est sorti à la Porte de Hal, il a pris sur la gauche d’Ixelles, où se trouvaient plusieurs avant-postes, il a eu des escarmouches avec des patrouilles. Il est convaincu plus que jamais que l'ennemi se gardait très mal. Il se trouve à la tête de 150 hommes disciplinés. » Il était donc de retour au début de la nuit. A.G.R., Papiers Rogier, 137.
C’est ce que confirme le mémoire d’ARTOT : « Vers onze heures du soir, je rencontrai place de la Chancellerie les commandants Chazal et Niellon, à la tête d'une soixantaine de volontaires. Ils venaient d'avoir fait plusieurs reconnaissances dans les environs de Bruxelles » M.R.A.

42 Requête au Gouvernement Provisoire A.G.R. Gouvernement Provisoire, n° 1, 1. 15.

43 « Quartier Général de Bruxelles, le 26 septembre 1830. » Il est ordonné à M. G.-H. de Villers, commandant la demi-colonne de gauche qui occupe la position de la place Royale de détacher de suite des hommes de la colonne pour éteindre l'incendie qui vient de se déclarer dans la maison joignante du palais. Il donnera en conséquence des ordres pour que les pompiers et toutes les pompes disponibles se rendent sur les lieux et fera soutenir les travailleurs par un fort détachement en cas que l'ennemi ferait une démonstration pour empêcher d'éteindre l'incendie. Il est responsable de l'exécution du présent ordre dont il sera donné communication à M. Bicheroux, commandant de la demi-colonne de droite.
 » Le commandant en chef, » Juan Van Halen. »
A.G.R. Papiers Rogier, 137 s.

44 Kesseus, op. cit. ; 25.

45 Ce registre, dont nous devons la communication à M. le professeur Bonenfant, « a été déposé aux archives communales (de Bruxelles) le 30 avril 1862, l'authenticité de ce document ayant été, au préalable, attestée par les soussignés membres de la commission centrale pour les hôpitaux et ambulances et directeurs de l'hôpital établi par ordre du gouvernement provisoire. (S.) F. de Page, Dr. Vleminckx, G. Pelseneer. » De Wargny dès 1831 avait publié dans le supplément aux Esquisses Historiques, pp. 19 à 47, une liste des victimes des combats de septembre. Nous avons comparé les tableaux dressés par De Wargny et ce registre, et nous avons acquis la conviction que si de Wargny a eu en mains, ainsi qu'il l'affirme, des documents officiels, il les a mal copiés ; aussi avons-nous suivi les indications du Registre officiel. L'examen des listes des blessés de 1830 soignés dans les hôpitaux bruxellois, publiées par M. Bonenfant dans les Bulletins de la Commission Royale d'Histoire, 1930, VII, 483-507, si elles contiennent 41 noms sur 177 qui ne se trouvent pas dans le Registre, entraîne des conclusions analogues à celui du Registre officiel. Nous avons fait un relevé des professions des morts et aussi des blessés domiciliés dans la capitale ou dans la périphérie : 219 ouvriers, 179 journaliers, 238 artisans, 8 maîtres-artisans, 23 domestiques, 16 pompiers, 33 petits commerçants, 3 cultivateurs, 17 employés, professions libérales : 33, ex-militaires : 4. Les listes des prétendants à la croix de fer indiquent une même proportion : 107 ouvriers, 44 journaliers, 150 artisans, 20 maîtres-artisans, 16 petits commerçants, 15 négociants, 6 domestiques, 6 pompiers, 17 employés et commis, professions libérales : 33 (14 écrivains, 4 artistes peintres, 1 compositeur, 2 avocats, etc.), 21 ex-militaires.

46 Archives Provinciales du Brabant.

47 A l'appui de ces constatations il convient de noter les évaluations des combattants faites par le général Valazé. Sans doute il minimise à l'excès les forces des insurgés, à l'effet de tranquilliser son gouvernement, mais il n'a pas complètement tort :
Le 23 septembre « 400 à 500 pauvres diables ». Gedenkstukken, 1830-1840, II ; 23 ; le 24 septembre « le nombre d'ouvriers armés n'a pas augmenté ». Ged., 1830-1840, II ; 24 ; le 26 septembre « y compris les renforts ils ne sont pas plus de mille ». Ged., 1830-1840, II ; 24.
Des témoins belges insistent aussi sur le petit nombre de combattants, surtout le 23 septembre. « Qui pourra croire que dans cette journée dont le burin sacré de l'histoire immortalisera la mémoire dans les partis belges, huit à douze cents combattants à peine armés ont tenu en échec sur tous les points près de dix mille hommes de troupes régulières et d'élite. »
Relation des faits d'armes de Parent, pp. 6 et 7.
Van der Meulen, Willem den Koppige, p. 26 : « 500 à 600 hommes armés parmi lesquels certains ne savaient même pas charger un fusil. »
Révolution belge, 2e époque, p. 11 : « Quelques volontaires, quelques ouvriers, quelques paysans, ils n'étaient pas 2.000, sans pain, sans argent, sans chefs, le premier jour, ont arrêté une armée régulière et l'ont vaincue ». Un esprit aussi sérieux que de Gerlache, qui sans doute était à La Haye au moment des combats, écrit que le nombre de défenseurs, le 23 septembre, était de 1.200 à 1.500 au plus (op. cit., II . 287). — Enfin, Van Halen lui-même, dans un rapport à la commission des récompenses honorifiques a écrit : « Si le nombre de volontaires s'était élevé dans Bruxelles à plus de 4.000. jamais (même le 26), on ne vit de notre côté sur le terrain plus de douze cents combattants et encore c'était durant le jour ; car, vers la brune, tous ces braves, malgré les efforts des chefs, malgré toute la sévérité de la consigne, abandonnaient ce même terrain qu'ils avaient disputé et souvent arrosé de leur sang, pour aller raconter, sous le toit domestique, leurs exploits de la journée. » Exposition Historique de 1830, Papiers prêtés par M. Schoentjes.

48 Buffin, Documents, 211. Lettre de Staedtler du 2 octobre.

49 Buffin, op. cit., 212. Lettre de Staedtler du 2 octobre.

50 M.R.A., 0.396 d. I. Pétition de Le Hon à Van der Meere du 13 octobre 1830 : « Les trois autres journées (24, 25, 26), quoique moins meurtrières, ne furent pas moins chaudes que la première. »

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search