Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre V. Les opérations militaires

Texte intégral

1Les effectifs des troupes. — Attaque principale, Porte de Schaerbeek. — Occupation du Parc et des boulevards. — Échec complet Porte de Laeken et Porte de Flandre. — Statu quo pendant 3 jours. — La retraite. — Les fautes commises : peu de jugement des généraux, manque d’ardeur des troupes. — L’indécision du prince Frédéric, qui hésite entre l’emploi exclusif de la force et des tentatives de conciliation.

  • 1 R.A. Staats Secretarie geheim. La Haye, 17 septembre 1830, Q 32 bis.
  • 2 Ibidem et Buffin, op. cit., II, 35 : Journal de Constant Rebecque.
  • 3 Le « Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen in België in 1830 en 1831 » Militair spect (...)

2Le roi, en conseil des ministres, a décidé de faire marcher les troupes sur Bruxelles1 Le 20 septembre, les instructions royales parviennent au prince Frédéric, à Anvers. Ces instructions disent : « Il faut s’approcher de Bruxelles et chercher à s’en emparer, afin d’en expulser les bandes étrangères qui l’occupent et mettre fin à l’anarchie à laquelle elle est en proie2. » Aussitôt, les troupes commencent leur mouvement pour se rapprocher de Bruxelles. Le 22 septembre, le prince et le chef de l’état-major général se préparent à faire leur entrée, le lendemain. Le prince réunit les généraux de brigade et leur donne ses instructions. L’attaque se fera par les quatre portes : le général-major de Favauge, avec 900 hommes, s’emparera de la Porte de Laeken ; le général-major Schuerman, avec 4.700 hommes, entrera en ville par la Porte de Schaerbeek et cherchera à s’emparer de la rue Royale et du Parc ; le général-major Post, à la tête de 2.500 hommes, occupera la Porte de Louvain, gagnera la Porte de Namur et de là, le Par cet la place Royale ; disposant de 800 hommes, le colonel van Bal-veren fera une démonstration sur la Porte de Flandre3.

  • 4 Des conditions de service spéciales étaient exigées, leur désignation était considérée comme une di (...)
  • 5 Le bataillon d’instruction était aussi un corps mixte, mais de valeur. Créé en 1829, il était compo (...)
  • 6 Une afdeeling composée de 3 bataillons actifs et de un de réserve, groupe les miliciens, recrutés p (...)

3Ces troupes sont les meilleures de l’armée royale. Les grenadiers et les chasseurs constituent des corps d’élite4. Le bataillon d’instruction comprend les meilleurs miliciens, belges et hollandais5 et Guillaume Ier a soin de choisir, comme divisions d’infanterie, des corps recrutés en Hollande ; la 5e afdeeling à Gouda, la 9e à Dordrecht, la 10e à Hoorn ; seuls 293 hommes de la 2e afdeeling qui est une division « liégeoise6 » participent aux opérations. L’artillerie et le génie sont en grande partie hollandais, tandis que la cavalerie est mixte.

  • 7 Landolt, op. cit. ; 27 s.

4Les escarmouches du 21 et du 22 septembre, qui ont eu tant de répercussion à Bruxelles, n’effarouchent nullement l’état-major. A 6 heures du matin, le 23, les troupes se mettent en marche. En tête de la colonne centrale, marche l’état-major. Le flank-bataillon des grenadiers constitue l’avant-garde ; 2 compagnies sont dispersées en tirailleurs ; 2 autres suivent comme soutien, appuyées par quelques dragons légers et la section de rijdende artillerie du lieutenant Princen. S’avance ensuite le 2e bataillon de la 9e afdeeling ; un peu en arrière, le colonel Klerk à la tête du 1er et du 2e bataillons des grenadiers. Le reste de la colonne suit7.

  • 8 Du Chastel, 1830, p. 95.
  • 9 Landolt, op. cit. ; 32. Parmi les officiers : le capitaine Perrot, mortellement blessé, le capitain (...)

5La plus grande confiance règne. Le bruit court que les Liégeois ont quitté la ville. La musique joue la marche de La Muette de Portici8. On passe les villages d’Evere et de Schaerbeek, sans rencontrer aucun ennemi, mais, « au débouché d’une maison du faubourg, les éclaireurs sont salués par une fusillade partant de la barricade dressée devant la grille, et des fenêtres des maisons du boulevard. Les éclaireurs s’étendent à droite et à gauche le long du fossé et dirigent un feu de tirailleurs pour répondre à l’ennemi. De Constant Rebecque fait avancer 2 canons de la batterie à cheval n° 2 (lieutenant Sodenkamp), qui battent la grille et la barricade de la porte de Schaerbeek. Après les premiers coups de canon, les « flankers » du capitaine Hardy, un Bruxellois, emporte la grille en renversant les chevaux de frise. A 8 heures 30 du matin, ces troupes ont pris pied sur le boulevard. Hardy et ses hommes se dirigent vers la gauche dans la direction de la place d’Orange (place Madou). Le major Serraris, à la tête des deux autres compagnies du 3e bataillon de grenadiers, les suit. Ils atteignent le Parc par des rues détournées. Le bataillon de la 9e afdeeling, composé de jeunes miliciens à peine exercés et qui suit immédiatement le 3e bataillon des grenadiers, est pris de panique. Malgré tous les efforts des officiers qui par leur exemple s’efforcent d’encourager leurs hommes, le bataillon refuse d’avancer. Le général Schuerman fait intervenir le 2e bataillon. Le major Anthing saute de son cheval, se met à la tête de son bataillon, formé en colonne serrée et s’élance dans la rue Royale, suivi à peu de distance par le 1er bataillon. Les grenadiers, troupe d’élite, dévalent la rue sous un feu nourri qui tombe des maisons. Deux barricades, les arrêtent un instant, l’une à l’entrée de la rue, l’autre près de la rue de Louvain. Cette dernière provoque de l’hésitation. Anthing grimpe sur les pavés, sabre au poing, et hurle « Voorwaarts, grenadiers, voorwaarts ! wij moeten het park in. » Ses hommes repartent pleins d’ardeur, déchargent leurs armes sur les insurgés retranchés dans les maisons, brisent les portes, engagent des luttes à l’arme blanche. Rapidement le Parc est atteint, les deux palais occupés. Les couleurs orange flottent place des Palais. Les pertes sont assez fortes : la 1re compagnie du 2e bataillon est surtout affectée : une centaine de sous-officiers et de soldats sont hors de combat9.

  • 10 Landolt, op. cit. ; 32.
  • 11 A narrative of a few weeks in Brussels, p. 76
  • 12 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 26.
  • 13 Charlier, Mémoires, pp. 34 s.

6Le colonel Klerck obéit aux ordres de Frédéric : se maintenir dans le Parc. Il place le 3e bataillon de grenadiers dans les palais du roi et du prince Frédéric, une compagnie du 1er bataillon dans le palais des Etats Généraux, et le reste dans l’allée centrale du Parc10. Une erreur inconcevable est commise à ce moment par le haut commandement11 : les troupes négligent de s’emparer de la place Royale. Elle était alors quasi sans défenseurs ; 6 éclaireurs ennemis en avaient chassé une centaine de spectateurs12 et les 3 canons qui s’y étaient trouvés, notamment celui de Charlier, avaient dû être retirés vers le Grand Sablon13.

  • 14 Du Chastel, 1830, p. 95.
  • 15 Landolt, p. 34. — Militair spectator, 3e série, III, p. 78.
    Van Sijpestein, Geschiedenis van het reg (...)

7Il y a un arrêt dans le déploiement des forces, qui va permettre à des hommes déterminés de s’embusquer sur la place Royale derrière le coin du café de l’Amitié et d’opposer alors, aux tentatives tardives de l’artillerie royale, une résistance victorieuse. « Les insurgés, revenus de leur première surprise, voyant que les troupes restaient inactives, reprirent courage, se logèrent dans les maisons et dirigèrent sur l’ennemi un feu meurtrier14. » Le major de Krahmer de Bichin fait avancer ses pièces rue Royale, à 150 pas de Belle-Vue ; le lieutenant Sodenkamp le rejoint avec sa pièce, mais les mutins, retranchés dans les maisons de la rue Royale et derrière la terrasse du café de l’Amitié, abattent presque tous les servants. Sur 18 hommes que comptait la section, 13 sont blessés, 9 chevaux de trait sont abattus, 2 autres blessés. Krahmer de Bichin est frappé mortellement et le lieutenant Soden-kamp doit se retirer15.

8En ne pénétrant pas directement sur la place Royale, les troupes ont commis la faute irréparable. Tous les efforts faits, dans la suite, pour s’en emparer échoueront : l’ardeur, l’enthousiasme ont décuplé le nombre des insurgés. Une position, si simple à emporter le 23 septembre à 9 heures 30 du matin, a cessé de l’être, une heure après. Le colonel Klerck, qui a suivi docilement les ordres du généralissime, a accompli sa tâche à la lettre. Ce fut son erreur. Car il est incontestable que si les grenadiers avaient voulu pousser de l’avant, ils auraient réussi à bousculer les quelques défenseurs de la place Royale. La lutte avait été assez sérieuse rue Royale, mais une fois arrivées au Parc, les troupes avaient pu souffler. Aux portes seulement, la résistance avait été bien organisée et les bourgeois complètement désemparés et sans chefs avaient omis de mettre en état de défense et le Parc et la place Royale.

9Le désir de Klerck de se fortifier dans le Parc et d’y attendre le gros des troupes le perdit. Il lui suffisait d’y laisser quelques détachements, de marcher de l’avant pour s’emparer de la position qui commandait le haut de la ville et qui rendait possible une incursion vers l’hôtel de ville, à savoir la place Royale. Le gros des troupes ne devait pas tarder à le rejoindre, car l’attaque par la Porte de Louvain avait remporté un plein succès.

  • 16 Capiaumont, op. cit. ; 88 s. et Landolt, op. cit. ; 81.

10Le 2e bataillon de chasseurs, autre régiment d’élite, forme l’avant-garde de la colonne de gauche. La 1re compagnie, commandée par les premiers lieutenants Capiaumont et Damman, se répand en tirailleur à droite et à gauche de la chaussée de Louvain ; les 3 autres compagnies, le bataillon d’instruction et le 3e bataillon de la 5e afdeeling, les régiments de cuirassiers n° 3 et n° 9 suivent dans l’ordre. Saint-Josse-ten-Noode est traversé sans la moindre difficulté ; à peine quelques coups de feu à mesure qu’on approche de la ville. La grille en fer de la Porte de Louvain est brisée et les chasseurs prennent pied sur le boulevard. Une partie se dirige vers la Porte de Schaerbeek, une autre, vers la Porte de Namur16.

  • 17 Van Sijpestein, op. cit. ; 273-274.

11Le but des premiers est de se joindre aux grenadiers de Ser-raris et de Hardy et de nettoyer toutes les rues, à gauche de la rue Royale. Les efforts de ces braves sont vains : les chasseurs s’emparent de la place d’Orange, s’avancent dans la rue Notre-Dame-aux-Neiges, quand une barricade dressée à la bifurcation des rues Notre-Dame-aux-Neiges et de l’Abricot les arrête, et ils s’en vont rejoindre le gros du bataillon, Porte de Namur. Le bataillon d’instruction veut rétablir les communications avec la Porte de Schaerbeek, mais la fusillade violente qui les accueille, à hauteur de l’Observatoire, les force à se diriger par les boulevards, vers le palais du prince d’Orange. Quant aux fantassins de la 5e afdeeling, ils occupent la Porte de Namur et se répandent dans le faubourg d’Ixelles. Les lanciers et les cuirassiers sont sur les boulevards. Les tirailleurs qui garnissent les maisons du boulevard de Waterloo soutenus par 2 pièces de canon arrêtent la marche en avant de la colonne Post. Il paraît bien d’ailleurs que cette colonne n’a guère tenté de s’avancer vers la porte de Hal. Le lieutenant Voet avec sa batterie, et plus tard une charge de lanciers, dirigée par le maître de cavalerie Eschweiler, les deuxièmes lieutenants Van Capellen, de Bellefroid, van Bijlandt, réduiront au silence les deux canons ennemis17.

  • 18 Esquisses historiques, p. 286 et Wanty, op. cit., 65, capture par Jenneval et Spangen.

12En somme ces deux attaques principales n’ont pas donné les résultats escomptés. Une résistance, à laquelle on ne s’attendait guère, a fait des victimes et les objectifs projetés sont loin d’avoir été atteints ; entre la rue Royale et les boulevards règnent en maîtres les insurgés. Rue de Louvain, ils ont fait prisonniers 150 grenadiers18 et, rue Royale, ils ont redressé la barricade du Treurenberg, coupant les communications directes entre le Parc et la Porte de Schaerbeek. Ces avantages obtenus vers 10 heures du matin révèlent incontestablement une ardeur peu commune chez les révolutionnaires, mais aussi des erreurs grossières chez les chefs et de bien piètres qualités chez certains soldats. Les grenadiers et une batterie d’artillerie dévalent la rue Royale ; la 10e afdeeling les imite, puis on laisse le temps aux rebelles de se regrouper et de redresser la barricade du Treurenberg, et on envoie à l’assaut la 9e afdeeling qui, ainsi que nous l’avons vu, manque de bravoure.

***

13Dans le bas de la ville, les résultats n’étaient guère plus brillants. L’affaire de la Porte de Flandre est connue de tous. Pour les Belges, elle est restée un des épisodes les plus glorieux de la révolution, parce que, avec des moyens de fortune assez bizarres, les commères du quartier, aidées de quelques bourgeois, ont fait subir aux hussards hollandais une cuisante défaite. La gravité de la déroute, les Hollandais ont voulu l’atténuer en accusant les mutins de trahison, de perfidie. Aussi, très tôt la controverse s’est emparée de cet épisode singulier, dont il nous faut bien dès lors retracer les péripéties. Huit cents hommes avaient été dirigés sur cette porte ; l’ordre de marche suivant avait été adopté : un peloton de hussards, un bataillon de la 5e afdeeling, puis, à une certaine distance, les trois escadrons de hussards.

  • 19 Démonstrations tout à fait sincères : ils n’avaient nullement l’intention d’attirer les troupes dan (...)
  • 20 « La retraite commandée par le colonel Van Balveren, effectuée sans nécessité apparente, dut néanmo (...)

14A la porte de Flandre, les troupes reçoivent un excellent accueil de la part des quelques bourgeois qui gardent l’entrée de la ville, et qui jugent toute résistance impossible. Les bourgeois renversent, volontairement, une barricade et distribuent de la bière aux soldats19 Dès lors, Van Balveren pousse ses troupes dans la rue de Flandre, vers le marché aux Porcs, sans crainte aucune et sans prendre de précaution. Marché aux Porcs, une barricade, qui s’étend du coin de cette place jusqu’à la rue Rempart des Moines, les arrête. Une trentaine de bourgeois sont massés derrière et une discussion s’engage entre ceux-ci et les chefs hollandais. Van Balveren, qui a reçu l’ordre de faire une simple démonstration, décide la retraite20. Alors les bourgeois font feu ; à leurs salves répond immédiatement la fusillade des réguliers, fusillade inefficace, car la présence du peloton des hussards en avant de l’infanterie force les fantassins à tirer trop haut. Les habitants de ce quartier populaire, qui n’avaient, certainement, laissé entrer les troupes qu’à leur corps défendant, et qui avaient garni leurs maisons de pavés et autres projectiles, lancent sur la troupe, pavés, poêles, bouteilles, casseroles, seaux d’eau de cuisine et le reste. Van Balveren conserve son calme. Il fait se retirer la cavalerie pour permettre à l’infanterie de manœuvrer plus aisément. Mais l’infanterie est prise de panique ; les soldats jettent leurs fusils, s’enfuient dans les rues transversales. Les hussards s’affolent également, renversent leurs camarades. C’est la débandade complète, la déroute ; les troupes ne purent être regroupées qu’à 5 km. de Bruxelles !

  • 21 « Je fus terrassé par la foule et blessé auprès d’une barricade. Abandonné par mes soldats je fus f (...)

15Les troupes royales ont perdu 100 hommes, sans compter les fuyards, 14 chevaux, beaucoup de prisonniers, dont le lieutenant-colonel Schenofsky et le major des hussards Van Borselen conduits à l’amigo21.

  • 22 De Bas, op. cit., IV ; 426. Rapport Favauge au prince Frédéric. Arch. princ. Capiaumont, op. cit. ; (...)

16Au même moment, à la Porte de Laeken, les Hollandais subissent un échec aussi net. La colonne parvient, sans coup férir, jusqu’auprès de la porte. Les trois grilles qui ferment les arcades sont renforcées par des pièces de bois. Les troupes s’emparent d’une grille latérale, malgré le feu des tirailleurs qui occupent les maisons. L’artillerie du premier lieutenant Van Dassel détruit la grande porte. Les jeunes soldats de la 9e afdeeling pénètrent en ville et font déguerpir les mutins des premières maisons, mais les miliciens dont l’ardeur est décidément vite brisée s’arrêtent22.

17Aussi, de Favauge, jugeant la résistance trop acharnée pour le nombre de soldats dont il dispose, décide de ne pas pousser l’attaque à fond, retire ses troupes à l’extérieur des portes et il perd là des heures sous un feu meurtrier. L’après-midi, il repasse le pont de Laeken et bivouaque le long du canal de Willebroek jusqu’au 29 septembre, son avant-garde étant placée en tête du pont de Laeken. La colonne de Favauge avait perdu 4 officiers, 30 hommes, 10 chevaux, sans avoir atteint son objectif.

  • 23 Pour la position détaillée, voir le plan joint aux Esquisses Historiques, et les Esquisses Historiq (...)

18Les deux attaques faites par le bas de la ville pour prendre les insurgés à revers ont totalement échoué : ceux-ci ont les mains libres de ce côté et peuvent sans crainte courir vers le haut de la ville, véritable théâtre du combat. Le 23 septembre à midi, nous l’avons dit, les Hollandais sont maîtres de la place d’Orange, des palais royaux, du palais des Etats Généraux, du Parc, des boulevards depuis la Porte de Schaerbeek jusqu’à la Porte de Namur. La rue de Louvain, la rue Notre-Dame-aux-Neiges, la place de Louvain et une grande partie de la rue Neuve Royale sont aux mains des rebelles23.

19Les positions sont prises, elles ne se modifieront plus guère les jours suivants. La lutte consiste simplement à s’emparer de maisons, de parties de rues. D’avantage décisif, il est difficile maintenant aux troupes d’en obtenir, car la résistance s’organise petit à petit chez l’adversaire. Les seules opérations réellement importantes sont celles qui ont pour but la prise de la place Royale.

  • 24 Van Sijpestein, op. cit. ; 272.
  • 25 Van Sijpestein, op. cit. ; 272. — Landolt, op. cit. ; 82. — Capiaumont, op. cit. ; 115.

20Les efforts de Krahmer de Bichin et Sodenkamp, du côté de la rue Royale, nous l’avons vu, sont stériles ; ceux du major Nepveu par la rue de Namur ne rencontrent pas plus de succès. A midi, le major de l’état-major général Nepveu projette une offensive sévère par la rue de Namur. Il commande au premier lieutenant Voet de tirer contre la barricade fermant la rue de Namur24 et de réduire au silence le feu de l’ennemi. Puis, à la tête du bataillon d’instruction, il escalade la barricade, pénètre dans les maisons de la rue, les purge de leurs défenseurs, arrive à hauteur de la rue Bréderode, mais là, s’arrête. La fusillade est trop vive et force est à Nepveu de renoncer à son projet25.

  • 26 Van Sijpestein, op. cit. ; 247 s. A narrative of a few weeks in Brussels, p. 83. Courrier des Pays- (...)

21Pendant que le bataillon d’instruction nettoyait la rue de Namur, le 3e bataillon de chasseurs en faisait autant rue Verte et rue Bréderode. Son échec ne rebute pas le très actif major ; il sait très bien que la place Royale est le centre de la résistance. Aussi fait-il appel à des volontaires, parmi les troupes du Parc, pour prendre à revers les défenseurs de la place Royale. Le plan est simple : par les caves du palais royal, déboucher à côté de Saint-Jacques sur Coudenberg avec une cinquantaine d’hommes ; ce serait le signal de l’attaque pour les troupes restées dans le Parc ; à 4 h. 30, il s’en va avec ses volontaires, s’empare d’une grande partie de la Petite Belle-Vue et de la maison Couteaux, débouche par le Borgendael sur la place ; mais les grenadiers qui devaient attaquer de front, bien que soutenus par l’artillerie du premier lieutenant de Constant, sont arrêtés par le feu violent partant des maisons26.

  • 27 Buffin, Mémoires, II ; 43 s. Journal de Constant Rebecque.

22Si Nepveu avait attaqué avec un détachement plus nombreux par le Borgendael, il aurait sans doute réussi à s’emparer de l’hôtel de Flandre et de l’église Saint-Jacques et finalement de la place entière, mais il ne comptait que faire diversion, et il passa le reste de la journée à tirailler de la maison Couteaux. Jusqu’à la nuit, le feu continue dans le haut de la ville, sans amener grand changement dans les positions respectives des belligérants. Le bilan de la journée indique, à l’actif des insurgés, un sérieux appoint. Comme nous aurons l’occasion de le montrer plus tard, leur situation était loin, très loin d’être brillante, le 23 septembre, jour de l’attaque, mais le seul fait d’avoir résisté à l’entrée des troupes, et en maints endroits superbement, justifie pleinement l’opinion du chef de l’état-major de Constant Rebecque qui écrit dans son journal, le 23 septembre : « L’affaire était manquée. Nous n’occupons le haut de la ville que d’une manière imparfaite et nos troupes sont trop peu nombreuses et trop inexpérimentées pour des opérations de vive force et pour se retrancher27. »

23Quelle va donc être la tactique de l’armée dans les journées qui vont suivre ? Le chef de l’état-major lui-même nous le dira :

« Gomme l’ennemi ne se bat qu’à couvert et ne se risque pas en ligne, nous pouvons conserver ce que nous avons, faire des progrès, lasser les assaillants par notre persévérance et obtenir par des négociations la cessation des hostilités et l’occupation du reste de la ville. »

24On se prépare donc à une lutte d’attente ; après trois jours, elle se terminera par une victoire des insurgés. Le plus tenace a gagné la partie. Une fois de Rebecque parti à La Haye le 25, l’état-major donnera l’ordre de retraite. Dès le 23 septembre, cette décision était préconisée ; de Rebecque la combat déjà alors, en déclarant que l’abandon de la ville sera suivi de la perte de tout le Midi et assurera le succès de la révolution. Ses adversaires du haut commandement finirent par avoir raison. Les combats des journées du 24, 25 et 26 septembre ne présentent, du point de vue militaire, qu’un intérêt secondaire : ce ne sont que fusillades continuelles, prise et reprise de maisons.

  • 28 Landolt, op. cit. ; 34 et 83.
  • 29 Landolt, op. cit. ; 35 à 38.

25Le 23 au soir, le feu a cessé et les grenadiers se sont retirés dans les palais. Dans le Parc, on a laissé quelques détachements ; les chasseurs et le bataillon d’instruction ont passé la nuit dans le palais du prince d’Orange28. Au matin du 24, on reprend les positions de la veille, et, comme on n’a aucun renfort, on se borne à la défense du Parc. Rue Verte et rue de Namur, on lutte pour la possession de maisons, et le feu ne cesse pas de toute la journée. A la tombée du jour, on regagne les palais. Le 25, pas de changement ; la troupe est toujours forcée de rester sur la défensive. Les attaques des insurgés, renforcés par les volontaires wallons, se font plus pressantes. A midi, une pluie serrée rend inutilisables les fusils et ralentit le combat. Le 26, la fusillade atteint le maximum d’intensité. On s’apprêtait à reprendre le combat, lors-quarriva l’ordre de retraite29. Les positions, pendant les quatre journées, ne s’étaient guère modifiées. Dès qu’ils s’étaient terrés dans le Parc, les grenadiers avaient perdu la partie. Le 23, ils avaient pris position dans plusieurs maisons qui bordent les Escaliers de la Bibliothèque. Ils s’y renforcent, le 24 et le 25, mais le 26, ils en sont délogés et ainsi toute la rue Royale est aux mains des rebelles.

  • 30 Van Sijpestein, op. cit. ; 232.
  • 31 Ibid., op. cit. ; 246-247.
  • 32 Ibid., op. cit. ; 276-277.
  • 33 Ibid., op. cit. ; 258.
  • 34 Ibid., op. cit. ; 257.
  • 35 Ibid., op. cit. ; 246.
  • 36 Ibid., op. cit. ; 250.

26L’artillerie, pendant ces quatre journées, a été trop négligée. Elle n’est pourtant pas à dédaigner. Elle comprend les batteries d’artillerie montée n° 1 (123 hommes), n° 2 (120 hommes), n° 3 (119 hommes)30. Le premier jour, elle rend des services précieux à la Porte de Schaerbeek, et, si l’on avait donné quelque appui à Krahmer de Bichin, on aurait pu pénétrer place Royale. Son rôle n’est évidemment pas de bombarder la ville ; aussi bien, on ne dispose pas des pièces nécessaires à une telle besogne. Il s’agit de soutenir l’infanterie. Dans le Parc, on place quelques pièces qui font de la très utile besogne ; Belle-Vue et le café de l’Amitié constituent l’objectif principal. La première batterie, le 2331, la troisième, les 24 et 2532, la deuxième, le 2633, ont tiré sur la barricade au débouché de la place Royale et sur les maisons de la rue Royale. A la Porte de Schaerbeek, le 23 septembre, la section du premier-lieutenant Van Raden et celle du premier-lieutenant Tin-dal, (deuxième batterie34), les 24 et 25 la section de Limburg-Stirum35, le 26 celle de Constant Rebecque (première batterie) balayent la rue Royale et la rue de Schaerbeek36.

27Enfin, à différents points stratégiques, on a placé quelques pièces qui veillent surtout sur les boulevards à maintenir les communications entre les différents corps.

28Après quatre journées de combat, il n’y avait de changé que le moral des combattants : les troupes étaient à bout ; les insurgés, de plus en plus nombreux, étaient sûrs de la victoire. L’état-major décida dès lors la retraite.

29Des fautes ont-elles été commises pour qu’une opération militaire dont le succès paraissait certain ait échoué lamentablement ? L’imprévoyance du prince Frédéric, l’impéritie des généraux, les mauvaises dispositions des régiments de milice ont amené un désastre.

  • 37 Voir la lettre de Capiaumont au colonel chef du personnel de la guerre dont le baron Buffin a publi (...)

30Le prince Frédéric, commandant suprême de l’expédition, n’a pas prévu de résistance sérieuse. A ses yeux il ne s’agissait nullement d’une attaque en règle, du siège d’une ville. Les escarmouches des 21 et 22 septembre l’ont renseigné sur le petit nombre de combattants actifs. Des bourgeois de Bruxelles lui ont assuré une coopération effective37. Tout fait prévoir une promenade militaire.

31Néanmoins la prudence a guidé la marche des troupes : on a mis en tête les bataillons d’élite, les grenadiers, les chasseurs. Tous les projets sont déjoués : les quelques centaines de défenseurs retranchés dans les maisons ou derrière les barricades n’ont pas été réduits au silence. Les troupes ont manqué d’audace, n’ont pas poussé à fond l’attaque : alors que la place Royale était ouverte, elles ont préféré se jeter dans le Parc ; des charges à la baïonnette et de la décision dans les rues transversales à la rue Royale auraient fait taire le feu de quelques enragés. On a tardé à mener énergiquement une charge en règle et on a permis ainsi à bien des Bruxellois, inquiets, terrés dans leurs caves jusqu’à 10 heures du matin, de s’avancer sur les lieux du combat.

  • 38 Du Chastel, op. cit. ; 98.

32Si le courage déployé par les soldats manqua d’ardeur et d’élan, les chefs, eux, se montrèrent incapables. La guerre de rues est, dit-on, toujours difficile à conduire. Ce n’est qu’une excuse. Pendant cette matinée du 23 septembre, ces chefs perdent du temps à des mouvements de cavalerie sur les boulevards, à des déplacements de batteries. Ils font parader les troupes38, mais pas la moindre attaque sérieuse, bien ordonnée sur des points essentiels, comme la place Royale ou les rues transversales à la rue Royale. Les grenadiers ont occupé le Parc, mais ils ont négligé de s’emparer des maisons donnant sur celui-ci. Vraiment, la résistance rencontrée aux portes a refroidi le bel optimisme du matin.

33A une confiance peut-être exagérée a succédé une prudence folle qui est bien de la peur. C’est elle qui arrête les troupes dans leur marche en avant. Elles ont peur des traquenards, personne n’ose s’aventurer dans les rues étroites. Personne n’ose descendre vers l’hôtel de ville. Agir avec rigueur, c’eût été la victoire certaine, mais les ordres d’attaque ne sont plus donnés. Dès le matin du 23 septembre, on peut dire que les troupes sont confinées dans la défensive. C’est d’ailleurs une position voulue.

  • 39 Rapport officiel hollandais. Supplément aux Esquisses Historiques, p. 296. « Le général Trip fait a (...)

34Le prince Frédéric se rend bien compte qu’avec les forces dont il dispose et en raison de la couardise réelle des miliciens, il lui faudrait recourir à des moyens qu’un prince royal ne peut décemment employer pour amener la soumission des rebelles39.

  • 40 Rapport de Gumoëns. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 169. Il est vrai que de Gumoëns leur avait conse (...)
  • 41 De Bas, op. cit., IV ; 430.

35La violence n’a pas donné les résultats escomptés ; on a recours à la douceur. Le prince va s’efforcer d’obtenir par des négociations ce qu’il n’a pu conquérir par les armes. Le 23 septembre, dans l’après-midi, il envoie de Gumoëns, lieutenant-colonel de l’état-major général, pour essayer de trouver quelque chef ou quelque autorité et de les amener à discuter avec lui. De Gumoëns est maltraité par des énergumènes, conduit à la caserne des Pompiers, où quelques personnes, munies du pouvoir que donne le prestige et le rang, et parmi lesquelles Mellinet, le Dr Feigneaux, l’officier des Liégeois, Pourbaix, lui font bon accueil. Une première ambassade est envoyée au prince, mais elle est reçue place Royale par une fusillade en règle. Aussi rebrousse-t-elle chemin40. De Gumoëns écrit alors au prince ; il lui expose l’état des esprits et le seul moyen d’arrêter le combat : « Plusieurs personnes dont la plupart ont été chefs de section de la garde urbaine... ont confirmé ce que j’ai observé et éprouvé moi-même, c’est-à-dire que l’animosité du peuple est très grande, et que le parti est pris de se défendre jusqu’à la dernière extrémité. Elles croyent que le seul moyen de faire cesser l’effusion de sang, de prévenir la dévastation de la ville de Bruxelles, qui affligerait Votre Altesse Royale et qu’elle désirait de prévenir en m’y envoyant, en un mot de faire cesser les hostilités, était de faire évacuer la ville par les troupes...41. »

  • 42 De Bas, op. cit., IV ; 430.

36Le prince répond par une proclamation. C’est le témoignage le plus frappant des sentiments qui animent le commandant en chef et du but qu’il poursuit : « J’étais venu, par l’ordre du Roi, vous apporter les nouvelles de paix et pour rendre à cette résidence l’ordre légal, qui seul peut arrêter le torrent des maux auxquels elle est en proie. Je m’étais attendu à votre sincère coopération, pour un but si éminemment favorable à tous vos intérêts. La journée qui vient de se terminer a vu des scènes déplorables qui navrent mon cœur ; cependant il vous est encore ouvert. Concourez avec moi au rétablissement de l’ordre et de la paix ; que la garde urbaine, immédiatement réorganisée, reprenne ses armes et fasse le service de la ville, de concert avec les troupes nationales ; que vos autorités légales resaisissent le pouvoir nécessaire à l’exécution des lois et alors, je m’engage à faire étendre sur les événements de ce jour, l’entier et généreux oubli d’un monarque qui ne veut que votre bonheur à tous et qui s’en occupe, dans ce moment, de concert avec les États Généraux42. »

  • 43 « Le Président et les membres de la Commission provisoire d’ordre public, à son Altesse Royale, le (...)

37Les propositions princières étaient, évidemment, inacceptables pour les rebelles, qui, depuis 12 heures, se défendaient avec acharnement. Les quelques notables, réunis d’abord à la caserne des Pompiers, ensuite à l’hôtel de ville, envoient toutefois d’Hooghvorst, le baron de Coppin, l’avocat Delfosse, accompagnés de deux « aides de camp », J. Palmaert et Debremaker, à Schaerbeek. La retraite des troupes est la condition sine qua non d’un arrangement43. L’accord était donc bien difficile à réaliser.

  • 44 On avait été près de s’entendre, ainsi qu’en témoigne une note de Delfosse : « Le prince Frédéric s (...)
  • 45 « Aussi nous nous séparâmes après une nouvelle discussion en déclarant qu’au contraire nous nous tr (...)

38Il n’empêche que le prince fut sur le point de céder44 mais son chef d’état-major de Constant lui représenta alors les conséquences déplorables d’une telle reculade ; le prince déclara qu’il ne pouvait quitter la ville sans l’ordre de son père et les négociations furent rompues45.

39Le prince revint à la charge les jours suivants. Réduire les rebelles par la douceur, quitte à faire quelques concessions, valait infiniment mieux que de réduire en cendres la capitale du royaume. Et puis, une répression terrible destinée à rétablir le succès d’une expédition mal commencée, écraser la canaille, comme disait de Constant, n’aurait donné que de médiocres résultats. Une victoire obtenue dans des flots de sang aurait été précaire. Toujours, il y aurait eu, entre la dynastie et ses sujets, le souvenir de dévastations terribles et de crimes atroces. La conciliation était dès lors de bonne politique.

  • 46 Buffin, op. cit., II ; 45.

40Le 24 septembre, dans l’après-midi, convaincu de l’influence profonde du clergé sur la masse, il envoie « le curé de Laeken, muni d’une grande croix et d’une proclamation des plus conciliante pour essayer d’obtenir la cessation des combats, mais il n’est point écouté46 ».

  • 47 Buffin, op. cit., II ; 44. De Bas, op. cit., IV ; 444 publie les propositions princières : « Viveme (...)

41Dans la nuit du 24 au 25 septembre, cinq bourgeois, parmi lesquels, MM. d’Hooghvorst, Delfosse et le chef liégeois Pourbaix (de Rebecque écrit Pourbet) se rendent au quartier général du prince. Après de longues discussions, le prince signe une pièce suivant laquelle nos troupes resteront dans le haut de la ville, les bandes liégeoises retourneront à Liége, il y aura cessation d’hostilités et amnistie complète47 ». Ce nouvel effort a été inutile, la députation, à son retour en ville, n’a été écoutée de personne. Cela se conçoit : l’entrée des troupes avait provoqué la résistance désespérée des insurgés, la retraite seule de l’armée pouvait les amener à composition.

42Malgré ces échecs successifs, le prince Frédéric tente encore deux fois, le 25 septembre, d’obtenir une suspension des hostilités.

  • 48 M.R.A. o. 792.d.2. Autographe sans date. Discailles, Charles Rogier, t. II, reproduit cette dépêche (...)

43Le lieutenant en second, adjudant-major H. de Ravenne, est désigné pour porter au gouvernement provisoire les propositions princières. « Malgré sa qualité de parlementaire, de Ravenne est maltraité par la populace ; sous la protection de quelques bourgeois, il est conduit à l’hôtel de ville où il remet la dépêche dont il ignorait le contenu. » C’était une invitation au baron d’Hooghvorst à venir s’entretenir avec lui : « Son Altesse Royale Mgr le prince Frédéric des Pays-Bas invite M. le Baron d’Hooghvorst de se rendre auprès de lui, afin d’aviser ensemble aux moyens de rétablir la paix et la tranquillité dans la ville, il engage sa parole d’honneur qu’il ne sera porté aucune atteinte à la sûreté et la liberté de M. d’Hooghvorst48. » Rogier s’oppose au départ d’Hooghvorst et la commission administrative adresse au prince une réponse énergique :

« Les habitants de Bruxelles et les étrangers qui s’y sont réunis, pour la défense de la liberté, ne réclament point de pardon. Ils ne peuvent donc accepter les conditions de son Altesse Royale. Le Peuple armé n’attend qu’un mot pour recommencer les hostilités, avec une énergie nouvelle et, dans les dispositions où il se trouve, nul ne peut se flatter de réprimer, une heure seulement, sa soif de vengeance. »

De nouveaux renforts approchent, le sang va de nouveau couler. Il dépend de son Altesse Royale d’en éviter l’effusion, si fatale à sa population et à la dynastie des Nassau, en retirant immédiatement les troupes à une rayon de huit lieues. Telles seraient les premières bases de tout arrangement ultérieur.

  • 49 M.R.A. o. 792.d.2. Autographe sans date. Discailles, Charles Rogier, t. II, reproduit cette dépêche (...)

 » Baron Van der Linden d’Hooghvorst49.

 » Ch. Rogier.

  • 50 Buffin, op. cit., I ; 360. Mémoires de Pletinckx. Copie manuscrite au M.R.A. Documents légués par l (...)

 » Jolly50. »

44Miracle ! Le prince Frédéric s’incline devant une telle sommation et il envoie à l’hôtel de ville un billet ainsi conçu :

« Son Altesse Royale le prince Frédéric des Pays-Bas consent à retirer les troupes hors de la ville, à condition que les hostilités cessent de suite et que l’on s’adresse à son Altesse Royale, pour concerter avec elle sur les moyens à prendre pour rétablir l’ordre et la tranquillité.

 » A la Porte de Schaerbeek, le 25 septembre 1830.

  • 51 Discailles, Charles Rogier, II ; p. 11. Autographe, M.R.A. o. 792 d. 3.

Frédéric des Pays-Bas51 »

45La commission administrative lui répond :

« Prince ! Le sang du peuple versé et l’incendie d’une partie de la ville ont rendu aujourd’hui tout traité bien difficile. L’exaspération de tous les esprits est telle en ce moment que nous ne pouvons répondre, que, ce qui serait convenu par nous, serait l’expression de la volonté générale. Toutefois, l’éloignement immédiat des troupes parviendrait peut-être à arrêter le massacre des soldats et à sauver la dynastie.

 » Bruxelles, 25 septembre 1830.

  • 52 De Bas, op. cit., IV ; 441 s.

 » Ch. Rogier, Président. Baron Van der Linden d’Hooghvorst. Jolly. F. de Coppin, secrétaire, Nicolay, secrétaire52. »

46Le ton de cette réponse se comprend assez. Les progrès réali-sés par les insurgés en trois jours sont indéniables. La troupe est enfermée dans le Parc. Des volontaires accourent en masse des campagnes, du Brabant wallon, du Hainaut. Une commission administrative, qui va bientôt devenir un gouvernement provisoire, fonctionne. Un état-major dirige les opérations militaires. De capitulation de la part des rebelles, il en est moins que jamais question.

  • 53 Le récit de l’entrevue von Gagern-de Constant est particulièrement suggestif de l’état d’esprit du (...)

47Le prince Frédéric le comprend bien. Aussi change-t-il de tactique. Il suit les suggestions de son chef d’état-major et se décide à prendre des mesures énergiques. C’est bien à contre-cœur, car il n’est nullement partisan de la violence ; plus les dévastations s’amoncellent, moins grandes seront les chances pour la dynastie de se concilier dans la suite la faveur des Belges. Il est d’ailleurs abattu, le moral chez lui est très affecté. Pour l’instant, le 26 au matin, il laisse pleine liberté au chef de l’état-major. Ce dernier, partisan de la manière forte, dépêche le lieutenant de Nieuland vers le général Cort-Heiligers, qui coupe les communications entre Bruxelles et Liége, avec ordre de s’avancer avec 7 bataillons d’infanterie, 1 batterie à pied et le régiment de dragons n° 5. de Constant se plaint depuis huit jours de la médiocrité et surtout de la prudence excessive des généraux. Aussi envoie-t-il von Gagern à Gand ; il doit en ramener le duc Bernard de Saxe-Weimar, que le prince charge du commandement de l’infanterie en remplacement du général Schuerman53.

48Depuis le début de l’opération, la coordination des mouvements entre les différents chefs militaires a laissé beaucoup à désirer : de Constant qui n’a rien perdu de son calme ni de sa décision, et qui veut un redressement complet, ordonne au colonel Van Balveren, oublié à Assche depuis la triste affaire de la rue de Flandre, d’envoyer un détachement de cavalerie pour intercepter la communication entre Bruxelles et Ath.

  • 54 Buffin, op. cit., II, 46. Journal de Constant Rebecque, 26 septembre. R.A. Archief van den opperbev (...)
  • 55 Von Gagern, op. cit., tome 2a, p. 65.
  • 56 Buffin, op. cit., II ; 46 s. Journal de de Constant Rebecque, 26 septembre.

49Enfin, il signe un ordre du jour aux troupes retranchées dans Bruxelles, un ordre du jour dans lequel le prince les encourage et leur annonce du secours et les mesures prises pour tenir encore quelques jours54. Les décisions énergiques du chef de l’état-major n’ont certes pas contenté tout le monde. Les généraux n’ont pas manqué de représenter au prince les dangers du recours à la violence, pour soumettre une ville qu’ils jugent imprenable55. Dans son indécision et devant les objections de ses généraux, le prince n’a plus que la ressource ou de suivre de Constant ou de le sacrifier aux craintes des généraux. C’est à cette seconde solution que le prince se résigna pour des raisons spécieuses que de Constant lui-même nous a données. « Le prince désirant faire promptement connaître au roi sa situation et avoir son approbation sur les mesures prises, et ma blessure s’étant extrêmement enflammée par le manque de repos et de soins, il veut que je me rende de suite à La Haye avec ses commissions pour le roi et que j’y reste pour m’y faire guérir56. »

  • 57 Von Gagern, op. cit., tome 2a, p. 67.

50Une fois de Rebecque parti, la retraite n’était plus qu’une question d’heures. Déjà, avant de repartir pour Gand, von Gagern s’était rendu compte, à la physionomie du général Trip et du majorp Nepveu, qu’après le départ du général de Constant Rebecque, personne n’insisterait plus auprès du prince pour rester à Bruxelles57.

  • 58 Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 176. De Pestre au Roi, Vilvorde, 26 septembre.
  • 59 R.A. Archief van het Kabinet van H.M. de Koningin, 611. Lettre du Prince Frédéric au Prince d’Orang (...)

51L’ordre de retraite fut donné le 26 septembre, très tard dans la soirée. Cette retraite était inévitable ; si on n’était pas décidé à recourir au bombardement, si on continuait à rester sur la défensive, la position des troupes devenait intenable. Le progrès des insurgés était manifeste : le nombre des volontaires augmentait sans cesse ; ils s’emparaient de toutes les maisons donnant sur le Parc et tournaient les troupes au point que la retraite pouvait devenir impossible58. Attendre sous un feu de plus en plus nourri le renfort de Cort-Heiligers, de ce général dont on était d’ailleurs sans nouvelles, avec des troupes découragées, terrées depuis quatre jours sous la pluie, était bien difficile59. Il aurait fallu des chefs hardis, énergiques, des entraîneurs d’hommes pour obtenir un tel résultat. D’ailleurs, la désertion commençait à faire des ravages. Jusqu’ici les soldats belges, mal renseignés sur la nature des services qu’on leur réclamait, s’étaient bien battus. Ils étaient convaincus qu’il ne s’agissait pas de mater une révolution, mais bien de rétablir l’ordre dans Bruxelles. Mais, petit à petit, le mouvement révolutionnaire s’était amplifié ; il avait pris une autre allure. La résistance farouche de quelques bourgeois, aidés de Liégeois et de gens du peuple, avait gagné toutes les classes de la population bruxelloise. La nation entière se soulevait. Bien des militaires belges se sentirent tiraillés entre leur serment et leur amour de la patrie. La plupart firent entendre au haut commandement des desiderata.

  • 60 Snouckaert van Schouburg à son père. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 188. Du Chastel, 1830, p. 105, (...)

52Le 25 septembre déjà, des officiers veulent aller trouver le prince pour lui déclarer « qu’ils ne voulaient pas être spectateurs de la destruction de leur ville natale ». Le 26 septembre, les officiers belges des différents corps étaient gagnés sinon à la rébellion, du moins au refus formel de laisser bombarder la ville. Les officiers des cuirassiers firent savoir au prince qu’en cas d’attaque ils mettraient bas les armes60. La retraite devenait inévitable.

***

  • 61 Landolt, op. cit. ; 38 et 84.

53A 3 heures 30 du matin, le mouvement de retraite commença, favorisé par un brouillard épais. Il se fit par la Porte de Louvain et dans un excellent ordre. L’arrière-garde, formée d’un bataillon de la 10e afdeeling d’infanterie, de la 1re compagnie du 3e bataillon des grenadiers et de la section d’artillerie du lieutenant de Constant Rebecque, sortit de la ville sans être inquiétée61 Les insurgés ne s’aperçurent en effet de la disparition des troupes que le 27, vers 5 heures du matin.

  • 62 Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 176. De Pestre au Roi, Vilvorde, 27 septembre.
  • 63 Van Sijpestein, op. cit. ; 286.

54L’armée reprit les positions abandonnées le 23 septembre, au matin, entre Dieghem et Schaerbeek, la droite appuyée sur Haren, la gauche sur Nosseghem62. Le bataillon d’instruction se retira jusqu’au Sas du Campenhout. L’artillerie se replia sur Malines, sauf la section du lieutenant Gorkum qui resta à Dieghem63.

55Les troupes fatiguées, découragées, minées par l’esprit insurrectionnel, n’étaient plus capables de tenter une nouvelle opération sur Bruxelles, fût-ce même avec l’appui de Cort-Heiligers. Un seul parti restait au prince Frédéric : se replier sur Anvers, ce qu’il fit, harcelé constamment par des volontaires.

56Alors s’ouvrit la seconde phase des combats. La campagne d’octobre, dont nous ne devons pas faire le récit, a un caractère bien différent des combats des quatre journées. Le mouvement révolutionnaire est devenu unanime, en surface et en profondeur. C’est toute la Belgique qui se soulève : les forteresses tombent les unes après les autres, l’armée se désagrège rapidement, c’est la débandade générale. Quelques milliers de volontaires farouches et décidés remportent des victoires éclatantes sur un ennemi épuisé. Après le bombardement d’Anvers, la Belgique est perdue définitivement pour la maison d’Orange.

***

57Au terme de l’exposé des événements militaires qui ont rempli les journées de septembre, il nous faut rechercher les causes de l’échec des projets hollandais.

58A la réflexion, l’état-major et les généraux ont commis des erreurs grossières. Elles proviennent de divergences de vues au sein même du haut commandement. Le but de l’expédition était de dompter, par un coup de main, la résistance que quelques bandes d’étrangers et de volontaires pouvaient opposer à l’entrée des troupes et d’établir ensuite dans la ville une garnison capable, de concert avec la garde bourgeoise, d’y maintenir le bon ordre et la sécurité.

59L’impossibilité de mater les rebelles, dès le début de l’attaque, modifia complètement l’allure de l’opération, et dès lors se manifesta dans le haut personnel militaire des divergences profondes. Certains préconisent le retrait des troupes ; d’autres, comme le chef de l’état-major général, veulent se maintenir dans le haut de la ville. C’était au prince Frédéric qui dirigeait l’expédition à décider. Diverses solutions s’offraient à lui. Il en écarte d’abord deux : la réduction de la ville, soit par le bombardement, soit par le blocus. Pour cela il a de bonnes raisons. Bombarder la capitale, c’est la perte, à plus ou moins bref délai, de la Belgique révoltée, et c’est soulever l’indignation de l’Europe. Recourir à l’investissement était périlleux : il ne disposait que de 10.000 hommes et, avant que la soumission ne fût obtenue, des jours, des semaines peut-être se seraient écoulées. Or il fallait agir vite. Il lui restait à choisir entre se retirer ou se maintenir sur la défensive. Il s’arrête à la seconde solution, car se retirer, quelle humiliation ! Céder à quelques centaines d’insurgés, s’avouer vaincu après quelques heures de combat ! Le 24 et le 25, il temporise, il négocie, cherche à obtenir la soumission par des pourparlers ; le 26, revirement : sur les conseils de Constant, il se laisse convaincre à employer la force, mais bien vite l’opposition des généraux au plan du chef d’état-major le force à se retirer. L’indécision du chef suprême a évidemment eu des conséquences désastreuses. Savoir où l’on va est la première condition de tout succès. On se convainc rapidement que la faillite de l’expédition tient dans l’échec encouru le 23 septembre dans la matinée, lorsque le faible noyau de rebelles n’a pas été écrasé. Là des fautes très graves ont été commises. Rappelons-les rapidement : c’est d’abord l’absence d’énergie, la trop grande facilité avec laquelle les troupes abandonnent une tâche commencée, l’excès de prudence des chefs : rue Notre-Dame-aux-Neiges, sur les boulevards, à la place Royale, à la Porte de Laeken, les soldats cèdent rapidement.

  • 64 Il est incroyable que ces deux Portes soient restées libres. On voulait permettre l’exode des insur (...)

60Les généraux n’ont pas su stimuler leurs troupes ; ils ont manqué aussi de prévoyance ; l’attaque par la rue Royale s’est révélée dangereuse ; les insurgés sont cachés dans les rues de l’Ecuyer, d’Isabelle, des Douze Apôtres ; pour les déloger, nulle tentative ; faute grave encore : manque de coordination dans les mouvements des diverses colonnes. Enfin, une erreur très lourde fut de laisser la cavalerie inactive sur les boulevards. Une tâche d’une utilité incontestable s’offrait à elle : couper les communications par les Portes de Hal et de Ninove, empêcher ainsi l’afflux croissant de volontaires wallons. Ni Post, ni Boreel n’y pensèrent64.

  • 65 De l’indécision du Haut Commandement témoignent les minutes des ordres de retraite pour le 25 au ma (...)

61L’impéritie des généraux hollandais, l’incapacité des troupes, l’indécision du prince Frédéric, voilà les causes réelles de l’échec d’une opération qui, bien menée, aurait remporté un succès complet65.

Notes

1 R.A. Staats Secretarie geheim. La Haye, 17 septembre 1830, Q 32 bis.

2 Ibidem et Buffin, op. cit., II, 35 : Journal de Constant Rebecque.

3 Le « Dagverhaal betrekking hebbende op de gebeurtenissen in België in 1830 en 1831 » Militair spectator, 3e série, II ; 582 s. indique les effectifs avec beaucoup de précision. Il renseigne un chiffre total de 9.621 hommes, alors que de Constant renseigne 8.900 hommes. Buffin, op. cit., II ; 37 s.

4 Des conditions de service spéciales étaient exigées, leur désignation était considérée comme une distinction et ils touchaient une solde particulière. Ces bataillons avaient été créés par un arrêté du 9 juillet 1829 et compensaient le départ des Suisses ; ces régiments d’élite comprenaient des Belges et des Hollandais, mais de vrais soldats attachés à l’honneur du drapeau, ainsi que de nombreux Suisses ; car, lors du licenciement des régiments suisses, le 3 décembre 1828, la faculté avait été donnée aux sujets suisses de contracter du service dans l’armée des Pays-Bas. (Deleuze, Les Origines de notre armée, aperçus sur l’armée des Pays-Bas, Carnet de la Fourragère, n° 3, pp. 31 s.)

5 Le bataillon d’instruction était aussi un corps mixte, mais de valeur. Créé en 1829, il était composé de petits détachements pris dans toutes les afdeelingen. Ces détachements venaient s’instruire dans leur afdeeling d’origine. Deleuze, o. c, p. 32.

6 Une afdeeling composée de 3 bataillons actifs et de un de réserve, groupe les miliciens, recrutés par région. Les dix régiments d’infanterie des provinces du sud sont intégralement belges. Guillaume Ier fait marcher des miliciens hollandais. Deleuze, op. cit., p. 31 et Wanty, Les aspects militaires de la révolution belge, Bruxelles, 1930, pp. 10 à 12.

7 Landolt, op. cit. ; 27 s.

8 Du Chastel, 1830, p. 95.

9 Landolt, op. cit. ; 32. Parmi les officiers : le capitaine Perrot, mortellement blessé, le capitaine Akersloot van Houten, le lieutenant Daelman, de Schepper, Lebrun, adjudant Coks, blessés.

10 Landolt, op. cit. ; 32.

11 A narrative of a few weeks in Brussels, p. 76

12 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 26.

13 Charlier, Mémoires, pp. 34 s.

14 Du Chastel, 1830, p. 95.

15 Landolt, p. 34. — Militair spectator, 3e série, III, p. 78.
Van Sijpestein, Geschiedenis van het regiment der Nederlandsch rijdende artillerie, p. 261.

16 Capiaumont, op. cit. ; 88 s. et Landolt, op. cit. ; 81.

17 Van Sijpestein, op. cit. ; 273-274.

18 Esquisses historiques, p. 286 et Wanty, op. cit., 65, capture par Jenneval et Spangen.

19 Démonstrations tout à fait sincères : ils n’avaient nullement l’intention d’attirer les troupes dans un guet-apens. Ce sont d’autres bourgeois qui ont tiré Marché aux Porcs.

20 « La retraite commandée par le colonel Van Balveren, effectuée sans nécessité apparente, dut néanmoins paraître provocante, puisqu’elle attira sur la colonne dont je faisais partie des hostilités de tout genre qui la mirent en fuite. » Pétition de Schenofsky au roi des Belges, 30 décembre 1831. M.R.A. 0 373 s.

21 « Je fus terrassé par la foule et blessé auprès d’une barricade. Abandonné par mes soldats je fus fait prisonnier. » MRA, 0 373 s. Sources : De Bas qui raconte l’épisode d’après les archives du ministre de la guerre et du prince Frédéric, op. cit. ; 427 s. — Capiaumont, op. cit. ; 102 s. — Schenofsky, pétition au roi des Belges, du 30 décembre 1831 M.R.A. O 373 s. Schenofsky était lieutenant-colonel et commandait le 1er bataillon de la 5e afdeeling. Pour ce qui concerne les insurgés, voir le rapport du docteur Trumper sur l’affaire de la rue de Flandre à Bruxelles. Supplément aux Esquisses historiques, 158. Le Belge, du 28 septembre, donne 2 noms de bourgeois, défenseurs de la barricade : l’imprimeur Vandooren, sergent de la 1re compagnie de la 3e section et le fusilier Jacob. Courrier des Pays-Bas, 24, 25, 26 et 27 septembre.

22 De Bas, op. cit., IV ; 426. Rapport Favauge au prince Frédéric. Arch. princ. Capiaumont, op. cit. ; 97 s. — Van Sijpestein, op. cit ; 240. Le Belge, 28 septembre. — Notes d’Artot au M.R.A.
L’aisance avec laquelle les rebelles mettent en fuite les troupes apparaît dans le récit d’Artot : « Deux coups de fusil partirent du poste qui se trouvait à l’ancien local de la Grande Harmonie et nous annoncèrent l’arrivée de l’ennemi : ce poste, formé de quelques braves jeunes gens, se replia sur le nôtre et immédiatement tous ces combattants, formant un groupe de 30 à 40 hommes se rangèrent derrière une barricade avec la plus grande rapidité. Notre barricade se trouvait en face de la Porte de Laeken, aboutissant à l’angle de la rue des Commerçants et à l’angle du jardin de la maison de M. Blaes. La grille de la Porte de Laeken était solidement barricadée par les arbres que l’on avait abattus au rond point de la place d’Anvers, par des voitures, des madriers et une énorme quantité de pavés : il n’y avait d’issue pour entrer en ville qu’une petite grille donnant à peu près passage à deux personnes à la fois. A peine étions-nous retranchés derrière notre barricade, que le premier peloton de Hollandais fit irruption par la poterne, en se bousculant de droite et de gauche : leur adjudant-major voulant faire un trait de bravoure s’élança à la grille et en arracha notre drapeau national : à l’instant même un coup de fusil partit de notre barricade et l’adjudant tomba ; c’était un brave ouvrier du canal qui s’étant dressé sur la barricade avait blessé l’adjudant d’un coup de fusil en lui criant : « Dat en zal, godverdomme, niet waer zijn. » A l’instant une bonne fusillade partit de notre côté et jeta le désordre parmi l’ennemi, qui se débanda et s’enfuit. L’artificier Beaumont, entendant la fusillade en ville, sortit d’une de ces petites rues qui donnent sur le chemin de Laeken, avec quelques-uns de ses ouvriers, prit les Hollandais en flanc et par quelques coups de fusils acheva de jeter le désordre et la débandade parmi l’ennemi. La chaussée était couverte de fusils, de sacs, de shakos. Nous sautâmes par-dessus notre barricade et nous ramenâmes une quarantaine de prisonniers qui nous criaient : « Wij zijn ook Bel-gen, wij zijn Noord-Brabanders van Breda, van s’Hertogenbosch. » Nous conduisîmes ces jeunes garçons, tous jeunes recrues, qui tremblaient de peur, au cabaret de la Porte-Verte, rue de Laeken, où nous leur fîmes boire quelques verres de faro : après ils furent conduits à la caserne des pompiers, comme prisonniers. »

23 Pour la position détaillée, voir le plan joint aux Esquisses Historiques, et les Esquisses Historiques, pp. 278 à 280.

24 Van Sijpestein, op. cit. ; 272.

25 Van Sijpestein, op. cit. ; 272. — Landolt, op. cit. ; 82. — Capiaumont, op. cit. ; 115.

26 Van Sijpestein, op. cit. ; 247 s. A narrative of a few weeks in Brussels, p. 83. Courrier des Pays-Bas, 28 septembre. Lettre de l’avocat Couteau reproduite au supplément aux Esquisses Historiques, pp. 160 s.

27 Buffin, Mémoires, II ; 43 s. Journal de Constant Rebecque.

28 Landolt, op. cit. ; 34 et 83.

29 Landolt, op. cit. ; 35 à 38.

30 Van Sijpestein, op. cit. ; 232.

31 Ibid., op. cit. ; 246-247.

32 Ibid., op. cit. ; 276-277.

33 Ibid., op. cit. ; 258.

34 Ibid., op. cit. ; 257.

35 Ibid., op. cit. ; 246.

36 Ibid., op. cit. ; 250.

37 Voir la lettre de Capiaumont au colonel chef du personnel de la guerre dont le baron Buffin a publié un extrait (Buffin, op. cit., I ; 86).

38 Du Chastel, op. cit. ; 98.

39 Rapport officiel hollandais. Supplément aux Esquisses Historiques, p. 296. « Le général Trip fait annoncer au prince qu’on ne pourrait s’emparer de la ville qu’en faisant le siège de chaque quartier et même de chaque édifice, qu’il s’ensuivrait donc une dévastation générale. »

40 Rapport de Gumoëns. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 169. Il est vrai que de Gumoëns leur avait conseillé de se rendre auprès du prince en empruntant la rue de Namur.

41 De Bas, op. cit., IV ; 430.

42 De Bas, op. cit., IV ; 430.

43 « Le Président et les membres de la Commission provisoire d’ordre public, à son Altesse Royale, le Prince Frédéric. Les soussignés ont l’honneur de soumettre à son Altesse Royale les conditions auxquelles seules ils espèrent pouvoir faire cesser l’effusion du sang des habitants de Bruxelles :
 » 1° Les troupes se retireront immédiatement à 6 lieues de Bruxelles et cesseront toute hostilité tant avec cette dernière ville qu’avec les autres villes du royaume ;
 » 2° Oubli général du passé sans restriction aucune ; échange immédiat des prisonniers et otages ;
 » 3° Réunion ordinaire des Etats Généraux dans une ville des provinces méridionales autre que Gand et Anvers.
 » Fait en séance de l’hôtel de ville le 23 septembre 1830 à 10 heures la nuit.
(s.) Baron Van der Linden d’Hooghvorst, F. A. Delfosse, Pour-baix, Jolly, F. de Coppin, Lippens, Vermeulen, Decock, J. Van Hoorde, secrétaire.
De Bas, op. cit., IV ; 431.

44 On avait été près de s’entendre, ainsi qu’en témoigne une note de Delfosse : « Le prince Frédéric se montrait disposé à nous entendre sur plusieurs bases et nous retint, le général (d’Hooghvorst) et moi, pour en référer à son conseil et nous fit rappeler, deux heures après, pour nous déclarer, qu’après avoir revu les instructions du Roi, il lui était impossible de se rendre à nos exigences et qu’il fallait que nous fissions, nous, les démarches nécessaires pour amener nos compatriotes à la modération, ce qui était impossible (MRA. Papiers légués par le colonel Delfosse). L’aide-de-camp Debremaker fut envoyé vers la Commission par le baron d’Hooghvorst « pour faire connaître l’ac- » cueil favorable que le prince avait fait à la députation et la vive émo- » tion qu’il avait paru ressentir au récit qui lui fut fait des événements » de la journée ». Debremaker apportait l’ordre verbal d’empêcher autant que possible un nouvel engagement, dans la crainte de troubler la transaction qui paraissait s’entamer. »
Bataille ou Recueil des événements de Bruxelles et d’Anvers, p. 10 (d’après les confidences de Lippens, de la Commission provisoire d’ordre public).
Voir aussi Juste, Notes historiques et biographiques. Bruxelles, 1874. Notice du baron Jolly, p. 27.

45 « Aussi nous nous séparâmes après une nouvelle discussion en déclarant qu’au contraire nous nous trouverions dans la nécessité de redoubler nos efforts par plus de vigueur. » Note de Delfosse, (M.R.A. Papiers légués par le colonel Delfosse).

46 Buffin, op. cit., II ; 45.

47 Buffin, op. cit., II ; 44. De Bas, op. cit., IV ; 444 publie les propositions princières : « Vivement affecté des événements affreux et imprévus qui viennent de se passer à Bruxelles, S. A. R. offre à ses habitants comme base préliminaire d’une franche réconciliation les conditions suivantes :
Article premier. — Amnistie pleine et entière, sans restriction aucune à tous ceux qui ont pris part aux derniers événements, y compris les étrangers à la ville, pour autant que ces derniers la quittent immédiatement et s’en retournent dans leurs foyers.
Art. 2. — Le prince s’engage à employer toute son influence auprès de Sa Majesté pour obtenir la session ordinaire des États Généraux à Bruxelles, si le calme est rétabli pour cette époque.
Art. 3. — Les anciens chefs de section sont priés de s’occuper sans délai de l’organisation d’une régence provisoire sous la sanction de son Altesse Royale.
Art. 4. — Il y aura un échange immédiat des prisonniers et otages.

48 M.R.A. o. 792.d.2. Autographe sans date. Discailles, Charles Rogier, t. II, reproduit cette dépêche qu’il date du 23 septembre sans preuve. J. Vanderlinden a écrit que, le 25 septembre, « à deux reprises différentes le prince Frédéric envoya à l’hôtel de ville des parlementaires pour entamer des négociations. Il demandait à s’entretenir avec M. le baron d’Hooghvorst et ce fut principalement M. Rogier qui empêcha son collègue d’aller trouver le prince. La première dépêche fut apportée par l’officier des lanciers de Ravenne ». Juste, Notes historiques et biographiques, II ; 40.

49 M.R.A. o. 792.d.2. Autographe sans date. Discailles, Charles Rogier, t. II, reproduit cette dépêche qu’il date du 23 septembre sans preuve. J. Vanderlinden a écrit que, le 25 septembre, « à deux reprises différentes le prince Frédéric envoya à l’hôtel de ville des parlementaires pour entamer des négociations. Il demandait à s’entretenir avec M. le baron d’Hooghvorst et ce fut principalement M. Rogier qui empêcha son collègue d’aller trouver le prince. La première dépêche fut apportée par l’officier des lanciers de Ravenne ». Juste, Notes historiques et biographiques, II ; 40.

50 Buffin, op. cit., I ; 360. Mémoires de Pletinckx. Copie manuscrite au M.R.A. Documents légués par le colonel Delfosse.

51 Discailles, Charles Rogier, II ; p. 11. Autographe, M.R.A. o. 792 d. 3.

52 De Bas, op. cit., IV ; 441 s.

53 Le récit de l’entrevue von Gagern-de Constant est particulièrement suggestif de l’état d’esprit du haut commandement. Von Gagern est venu demander au prince d’envoyer à Gand un général. Frédéric a demandé l’avis de Constant. Celui-ci, après avoir quitté le prince, s’adresse à von Gagern. « Comment ? vous voulez un général à Gand ? C’est ici que nous en aurions besoin, nous n’en avons absolument pas. Je suis le seul qui soutient le moral du prince, tous les autres fléchissent et sont d’opinion de céder. Mais nous ne devons absolument pas céder à cette canaille, il faut l’écraser. — Que pensez-vous du duc (de Saxe-Weimar) ? Vous le connaissez, serait-il propre à relever le moral du prince et surtout à donner de l’élan aux troupes ? En ce cas, le prince le ferait appeler immédiatement pour prendre le commandement de l’infanterie. » Von Gagern répond que le duc a du courage et une grande énergie, mais que la violence de son caractère ne convient peut-être pas dans de telles circonstances et de Constant, de répliquer : « C’est égal, qu’il vienne, je le proposerai au prince, c’est de l’énergie qu’il nous faut. »
H. von Gagern, Das Leben des Generals F. von Gagern, Leipzig, 1856-1856, t. 2a ; 65.

54 Buffin, op. cit., II, 46. Journal de Constant Rebecque, 26 septembre. R.A. Archief van den opperbevelhebber van het leger, 1830-1839. 153 et 156.

55 Von Gagern, op. cit., tome 2a, p. 65.

56 Buffin, op. cit., II ; 46 s. Journal de de Constant Rebecque, 26 septembre.

57 Von Gagern, op. cit., tome 2a, p. 67.

58 Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 176. De Pestre au Roi, Vilvorde, 26 septembre.

59 R.A. Archief van het Kabinet van H.M. de Koningin, 611. Lettre du Prince Frédéric au Prince d’Orange. « Hors la Porte de Scarre-beeke, ce 27 septembre 1830, à 4 heures du matin. » Lettre publiée, en appendice.

60 Snouckaert van Schouburg à son père. Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 188. Du Chastel, 1830, p. 105, raconte un épisode caractéristique : « Le 26 septembre le prince Frédéric inspectait les positions, lorsque arrivé à la Porte de Louvain, un officier belge, le major Martens, placé à la tête de quelques escadrons de dragons lui déclara qu’il lui répugnait de faire une guerre semblable, de voir répandre le sang de ses frères et de ses amis, de voir brûler et saccager sa ville natale, mais qu’il était prêt à tirer le sabre contre les ennemis du pays et qu’on pouvait l’envoyer aux Indes, si on le jugeait convenable. Le lendemain il fut arrêté et conduit en prison à Anvers ».

61 Landolt, op. cit. ; 38 et 84.

62 Gedenkstukken, 1830-1840, IV ; 176. De Pestre au Roi, Vilvorde, 27 septembre.

63 Van Sijpestein, op. cit. ; 286.

64 Il est incroyable que ces deux Portes soient restées libres. On voulait permettre l’exode des insurgés. Du Chastel, op. cit. ; 98.

65 De l’indécision du Haut Commandement témoignent les minutes des ordres de retraite pour le 25 au matin, adressés le 24 septembre 1830 au général Post, commandant la colonne de gauche, au général Favauge, commandant la colonne du centre, en remplacement du général Schuurman blessé, et au colonel Lest commandant l’artillerie. R.A. Archief van den opperbevelhebber van het leger, 1830-1839, 35, nos 91 bis, 92 bis, 93 bis.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search