Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre IV. L’anarchie à Bruxelles

Texte intégral

1Les sorties audacieuses vers Vilvorde et Tervueren. — Proclamation malheureuse de la commission de sûreté. — Envahissement de l’hôtel de ville. — Désarmement de la garde bourgeoise. — Les détachements. — Premier essai d’un Gouvernement Provisoire. — Le triste état de Bruxelles le 20 septembre. — Le 21 et le 22 septembre, escarmouches à Dieghem, Evere et Zellick. — En ville, débâcle, fuite des patriotes. — Les derniers défenseurs de la cité ; leur activité dans la nuit tragique du 22 au 23 septembre.

  • 1 Le 15 septembre, aux États Généraux, le député Donker-Curtius propose qu’on nomme une commission d (...)
  • 2 Le Belge, 21 septembre. Le récit du Courrier, 21 sept., est identique. Il n’est pas resté de relat (...)

2Nicolaï et Vleminckx, chargés de porter à La Haye les adresses belges aux membres méridionaux des États Généraux sont de retour à Bruxelles dans la soirée du 18. Ils exposent le résultat de leurs démarches à la commission de sûreté et à l’état-major de la garde bourgeoise réunis à l’hôtel de ville. Ils dénoncent les préparatifs de l’armée, la volonté des députés hollandais de ne délibérer avant que Bruxelles ne soit rentrée dans le devoir et qu’elle n’ait reçu dans ses murs la garnison qui en est sortie1. Alors il fallut bien que la commission de sûreté se décidât à faire construire des barricades, tandis que la réunion centrale lançait des patrouilles hors des portes. Les volontaires liégeois répondent les premiers à son appel. Le soir du 18 septembre se forment deux détachements dont l’un se dirige vers Vilvorde, l’autre vers Tervueren. « La patrouille qui avait marché sur Vilvorde fut rencontrée par la diligence de Bruxelles-Anvers : cette patrouille craignait que la diligence ne donnât l’éveil à la garnison de Vilvorde et ne compromît ainsi la vie de tous les citoyens qui la composaient ; elle arrêta cette diligence et lui enjoignit de ne pas la devancer ; il paraît que le conducteur ou le postillon comprit mal cet ordre : toutefois il est de fait que la diligence revint en ville. La patrouille qui s’était dirigée sur Tervueren s’empara de quatre chevaux appartenant à des gendarmes et les ramena en ville2. »

3La commission de sûreté et l’état-major devinent immédiatement le danger : le prince Frédéric va profiter de cette atteinte aux conventions et juger l’occasion propice pour rentrer en ville. La commission doit choisir entre une rupture avec le prince et un désaveu formel de l’attitude des extrémistes. Elle ne pouvait approuver les seconds.

  • 3 Le Belge, 21 sept. Nous suivons le récit de ce journal ; Rogier lui-même nous y invite : « La proc (...)

4Les deux expéditions étaient bien « une violation expresse du droit des gens comme des engagements contractés » et elles détruisaient toute autorité. Mais n’approuvant pas les révolutionnaires, la commission s’en faisait des ennemis. La proclamation que les autorités lancent le 19, à midi, excita le mécontentement du peuple. « Partout elle fut arrachée et lacérée. » Une foule immense se réunit autour de l’hôtel de ville ; la troupe liégeoise s’y porta avec son drapeau et monta, tambour battant, à la commission de sûreté. Elle y fut suivie par un grand nombre de bourgeois. Il paraît qu’une vive altercation s’y éleva entre les citoyens qui réclamaient des fusils et la commission. La présence de Rogier vint tout calmer. Chacun rentra dans l’ordre à sa voix ; il se porta au milieu de la Grand’Place, où il harangua la multitude avec l’énergie qu’inspire le patriotisme ; il l’invita au bon ordre ; il promit de lui délivrer 40 fusils qui appartenaient à son corps ; il demanda que la population de Bruxelles, par sa bonne conduite, prouvât qu’elle voulait la liberté, non le pillage, non l’incendie et que l’on punît sur-le-champ, militairement, celui qui ferait de ses armes un coupable usage ou menacerait la tranquillité publique. La voix de Rogier fut à chaque instant couverte par des cris d’enthousiasme ; il conduisit la multitude, dans le plus grand ordre, à la caserne Sainte-Élisabeth ; les cris de « vive la liberté ! » interrompaient seuls la tranquillité qui régnait dans cette colonne. Lorsqu’elle fut arrivée à la caserne, sur l’ordre de Rogier, on lui en ouvrit l’entrée et les armes disponibles furent distribuées, après qu’on eut pris les noms, qualité et domicile des citoyens auxquels on les confiait. Toute cette troupe partit et forma une patrouille nombreuse qui parcourut toute la ville en poussant des cris de « vive la liberté ! » et en chantant, en chœur, des refrains patriotiques3.

  • 4 Le Charlier, Tableaux historiques, 72. Voir aussi Gedenkstukken, 1830-1840, I, 62, Cartwright à Ab (...)

5Le peuple restait exaspéré : il accusait de trahison les membres de la commission et, évidemment, aussi ceux de la régence : « Notre régence nous trahit ! Les ramifications royales s’étendent jusque dans son conseil et dans celui du comité de sûreté publique. Nous sommes vendus. Où sont la haute classe et les grands seigneurs de Bruxelles que nous appelons à notre aide ? Ils ont disparu, leurs hôtels sont fermés pour nous, mais ils vont s’ouvrir pour la troupe qui vient nous fusiller4 » L’inaction de la garde bourgeoise indigne la masse. Dès lors, celle-ci cherche à s’armer : elle ne trouvera des armes que dans les mains des bourgeois. Elle désarmera la garde.

  • 5 Le Belge, 21 septembre.

6Il n’y a pourtant pas dans le peuple de haine sociale. Ce qu’il reproche à la bourgeoisie, c’est de ne rien faire pour empêcher l’entrée des troupes dans la ville. S’il accuse de trahison d’Hooghvorst et les membres de la commission, c’est parce qu’ils ont montré trop de faiblesse devant le pouvoir militaire. Celui-ci représente le despotisme aux yeux d’une foule qui a faim et qui depuis un mois est ballottée en tous sens. Empêcher l’entrée des troupes, c’est le seul désir du peuple. Si la bourgeoisie veut s’allier à lui dans ses efforts patriotiques, elle sera reçue à bras ouverts. « Dans tous les groupes on entendait protester que l’on ne voulait pas se servir de ces armes contre la bourgeoisie ; en plusieurs endroits de la ville, des colonnes de gens du peuple passèrent devant le corps de garde en criant : « Vive la garde bourgeoise5 ! »

  • 6 Buffin, op. cit., 161. Staedtler à d’Arenberg : lettre du 20 au soir.
  • 7 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la Révolution, p. 10.
  • 8 M. R. A. 0.655 d. 6 : « Levae déclare que dans la nuit du 19 au 20 septembre, il a vu le baron Gér (...)
  • 9 Buffin, op. cit. ; 162. Lettre de Staedtler du 20 septembre.
  • 10 Il convient de remarquer la parfaite bonne foi des « autorités bruxelloises ». « Ces armes n’appar (...)

7Un malheureux accident va élargir le fossé qui sépare peuple et bourgeoisie. Dans le style 1830, Le Belge le rapporte ainsi : « Un homme imprudent, s’il n’est pas un pervers, qui avait l’intention de jeter la discorde entre la bourgeoisie et le peuple, lâcha à minuit, sur la Grand’Place, du milieu d’un groupe, un coup de pistolet ; suivant les uns, le coup fut tiré en l’air ; suivant d’autres, la balle siffla à côté d’un garde bourgeois. Ceux-ci, à leur tour, par une imprudence que tout le monde s’accorde à condamner, firent feu sur le peuple. Un homme tomba roide mort, un jeune homme eut les doigts emportés, deux autres encore furent grièvement blessés. » Le peuple quitte la place, mais furieux, désarme quelques postes6 Les Liégeois sont à la tête de ces ouvriers robustes et résolus, de ces anciens militaires qui veulent du pain et des fusils7. Ils sont plusieurs centaines et l’ordre règne parmi eux8. Sur la place Saint-Michel (place des Martyrs), des ouvriers hurlent des refrains populaires, pendant toute la nuit. Puis ils se dirigent vers la caserne des Liégeois. Là ils trouvent 200 hommes armés et décidés à tout tenter ; 400 à 500 ouvriers s’étaient déjà procuré des armes pendant la nuit. Ils se dirigent tous vers la Grand’Place, suivis d’une foule non armée. Les postes de l’hôtel de ville et de l’amigo sont désarmés sans coup férir. Un cri s’élève tout à coup : « Il y a des armes à l’hôtel de ville ! » Rogier exhorte la foule à s’en emparer. « On enfonça les portes et on monta dans les greniers, où l’on trouva quelques caisses de fusils et de pistolets... A côté de ces armes se trouvaient des caisses remplies de cocardes orange9. Ces découvertes redoublent l’exaspération et font perdre le peu de confiance qui restait dans la commission de sûreté ! La veille, on avait réclamé des armes et elle avait affirmé n’en avoir point ! Quant aux cocardes, elles devaient sûrement servir pour fêter la rentrée des troupes. » Ainsi raisonne le peuple10.

  • 11 Buffin,op. cit., p. 161. Lettre de Staedtler du 20 septembre et mémoires Chazal. Buffin, op. cit., (...)
  • 12 Revue de Belgique, 2e s., XVIII, p. 388.
  • 13 Désarmement caractéristique du poste du Palais de Justice, Niellon, Histoire des événements milita (...)
  • 14 M. R. A., 0.147, dossier n° 4, attestation, sans date, de Gillain et Esquisses historiques. 213.
  • 15 « d’Hooghvorst à la tête de sa section, voyant comment j’avais contenu cette multitude, me chargea (...)

8La Réunion centrale a dirigé tous ces mouvements. Elle a atteint son objectif : supprimer la commission de sûreté11 L’insistance de Rogier à mener l’assaut contre l’hôtel de ville est symptomatique. L’envahissement de l’hôtel de ville provoque la disparition, en fait, de la commission de sûreté. L’acte de décès n’en sera dressé que le lendemain, à l’aube, par Van de Weyer12 Gendebien, d’ailleurs, un de ses membres les plus actifs, avait quitté Bruxelles pour Lille, dès le 18, au soir, avant l’explosion populaire, afin de ramener dans la capitale le tribun de Potter. Les autres s’éclipsèrent. Ils n’avaient plus de rôle à jouer : ils avaient voulu rester dans la légalité. Le peuple, maître aujourd’hui souverain, en était sorti. Le désarmement de la garde s’était poursuivi et étendu pendant toute la matinée. Il s’était opéré dans un ordre relatif, dans la plupart des postes les bourgeois n’offrant aucune résistance13 Avec la disparition de la garde s’évanouissait l’autorité de l’état-major et du conseil qui depuis trois semaines gouvernaient en fait Bruxelles. Mais il restait des bourgeois armés, des sections assez bien constituées et tous les chefs n’avaient pas déserté. D’Hooghvorst avait encore quelque influence ; il eut l’audace de convoquer pour le 21 septembre tous les gardes à l’effet de passer une revue générale, et sa témérité fut récompensée. Néanmoins, les détachements armés du peuple étaient maîtres du pavé. Une discipline assez lâche était imposée par des hommes énergiques. Ernest Grégoire, le Namurois Gillain, le Liégeois Lambinon avaient organisé un premier corps franc14 et, par des trésors de sagacité, ils étaient parvenus à éviter toute friction avec les gardes restés en service et à maintenir l’ordre15.

  • 16 Nous avons vu aux Archives générales du Royaume les états des pillages commis à l’époque de la rév (...)

9Le peuple s’était procuré des armes. Depuis deux jours, il en réclamait pour empêcher l’entrée des troupes. N’était-il pas à craindre qu’il ne s’en servît maintenant pour faire ses propres affaires ? Non, car malgré l’absence de toute autorité, il n’y eut pas le moindre pillage16.

  • 17 Courrier des Pays-Bas, 21 sept. : « Le peuple n’a pris des fusils qu’à ceux qui ne se montraient p (...)

10Les meneurs rappelèrent immédiatement à leurs hommes le but qui avait guidé le désarmement : s’opposer efficacement à la sujétion de Bruxelles. Aussi accepte-t-on avec empressement l’aide des bourgeois prêts à marcher à l’ennemi17. La séance du soir de la Réunion centrale est consacrée entièrement aux mesures de défense et à l’organisation des colonnes mobiles.

  • 18 Niellon, Histoire des événements militaires, p. 19.

11Niellon, qui a participé aux événements de la matinée, s’offre à conduire une de ces colonnes dans la direction de Louvain ; d’autres, à diriger des patrouilles sur la route de Flandre et celle d’Anvers. Il fut décidé que ces colonnes partiraient, dès le lendemain, à 7 heures du matin18.

  • 19 Buffin, op. cit., 164. Lettre de Staedtler, du 20 sept, au soir.

12Le club, maître de Bruxelles, s’apprête à soulever les campagnes, la province ; l’exagération règne chez ces jeunes révolutionnaires, qui préparent pour le 21 septembre, une proclamation appelant la Belgique à un armement général contre la Hollande, dont on fait entrevoir la conquête ( !) et qui, pour comprimer toute désapprobation de leurs actes, organiseront au besoin la terreur19.

  • 20 Esquisses historiques, 214.

13Les Liégeois sont à l’avant-plan. Dans la débandade générale, ils sont un corps organisé. Au surplus, ils sont la force de la réunion centrale. La caserne Sainte-Elisabeth est leur centre de ralliement ; le 19, au soir, Rogier y a distribué des armes ; le 20, au matin, c’est de là qu’on est parti pour le désarmement de la garde ; dans l’après-midi, on y a procédé à une petite revue des effectifs20.

  • 21 Discailles, Charles Rogier, I, p. 208. Ducpétiaux était aussi en tête de la colonne. Gedenkstukken (...)
  • 22 Buffin, op. cit., 162. Staedtler, à d’Arenberg.
    Niellon, Histoire des événements militaires, 18, ra (...)

14Les gens du club vont de l’avant : à 4 heures de l’après-midi, les Liégeois, diverses sections et plusieurs autres corps armés descendent en ville, promenant un nouveau drapeau, jaune et rouge, sur lequel se lisaient attachés en lettres de drap noir, les mots : Gouvernement provisoire, de Potter, Gendebien, d’Oultremont de Liége. D’autres noms écrits à la main sont attachés au drapeau ; ce sont : Van Meenen, de Mérode, Raikem, Van de Weyer, de Stassart. Le tambour du Bois ne cesse de tambouriner et Rogier commande toute la marche, sabre au clair21. La décision avait été prise à la suite des événements de la matinée. Rogier avait mené l’assaut contre la commission de sûreté. On avait abattu une autorité jugée trop tiède. Un gouvernement provisoire s’imposait. Les termes marquaient une rupture complète avec la légalité, le désir d’aller aux extrêmes. C’est la vieille idée révolutionnaire qui reparaît : les députés aux États-Généraux, au début de septembre, ont été sur le point d’en constituer un. La crainte, le désir de conciliation, l’amour invincible de formes légales les en ont écartés. A la réunion plénière du 15 septembre, Rogier a proposé d’établir un gouvernement provisoire. Il est bafoué. Aujourd’hui qu’il est le maître de Bruxelles, le tribun liégeois prend sa revanche. Il préside la séance de la Réunion centrale, où l’on convient de la formation d’un gouvernement provisoire « dont les membres seraient M. de Potter, Gendebien et le comte d’Oultremont, de Liége22 ».

  • 23 Buffin, op. cit., p. 163 s. Staedtler à d’Arenberg, 20 septembre.

15Staedtler, par bonheur, a assisté à cette assemblée mémorable, « qui groupait tout au plus 40 individus, armés et non armés, peu de Bruxelles, mais des Liégeois, et quelques hommes des environs ». Il arrive au moment où la décision vient d’être prise de constituer un gouvernement provisoire. « J’entendis le président dire : « de Potter est à Lille, on s’est mis en correspondance avec lui, M. Gendebien est allé à sa rencontre. De Potter est l’homme du peuple ; Gendebien, celui des classes moyennes ; le comte d’Oultremont est une véritable puissance dans le pays de Liége, il aura pour lui la noblesse. Tous les trois sont tellement compromis auprès du journal que nous ne risquons rien à les mettre en avant. » On rédigea ensuite une proclamation qui devait associer ce nouveau gouvernement au peuple impatient... Cette proclamation déjà livrée à l’impression a été retirée plus tard, puisqu’on a voulu adjoindre au nouveau gouvernement encore quelques membres. Ce sont Félix de Mérode, Van de Weyer, Van Meenen, de Stassart, Raikem ; on aurait voulu de Mérode à la tête, mais il a déclaré ne pas se croire les capacités nécessaires, ajoutant cependant que toute sa fortune était à leur disposition23. »

16Le soir, une liste portant ces noms est placardée dans Bruxelles. Un terme « on dit » y marque bien le peu de confiance que les meneurs avaient dans les patriotes qu’ils nommaient membres d’un gouvernement provisoire, sans leur demander leur avis. « Un gouvernement provisoire s’organise ; on dit qu’il sera composé de la manière suivante :

  • 24 Esquisses historiques, 218.

17MM. Raikem, de Liége, des États Généraux ;
Félix de Mérode ;
Gendebien ;
Van de Weyer ;
De Potter ;
D’Oultremont, de Liége ;
De Stassart, des États Généraux24. »

***

  • 25 Buffin, op. cit., p. 165. Staedtler, lettre du 20 septembre : « Tous les bons citoyens à qui j’ai (...)

18Bruxelles est donc sous la coupe d’un club qui ne dispose, pour l’instant, que de quelques centaines d’hommes armés. A l’intérieur, cette force, aidée de quelques sections de la garde bourgeoise restées courageusement à leur poste, suffit. Elle empêche tout pillage. Aussi bien la populace se tient tranquille. La menace est ailleurs. Les soubresauts révolutionnaires ont été dé clenchés par l’annonce d’une attaque prochaine. Les yeux sont tournés vers l’extérieur, vers l’armée. Bon nombre de bourgeois aussi regardent vers Vilvorde ; ils craignent pour leur vie et pour leurs biens. Jusqu’aujourd’hui le peuple a été contenu par une garde imposante. Ce qui reste de celle-ci serait totalement impuissant à réprimer toute tentative de pillage, de simple vol, fort à craindre dans cette période de chômage et de disette. La bourgeoisie a donc peur de la populace. Mais elle réprouve aussi les excès de langage et d’allure des extrémistes qui par leur attitude vont attirer sur la ville les foudres royales. Volontiers elle se disculperait à La Haye et réclamerait l’entrée des troupes pour rétablir l’ordre social. L’opération militaire se ferait d’ailleurs aisément, et c’est ce qui excuse les bourgeois. Les forces à opposer à l’armée royale sont insignifiantes et le succès de la résistance bien aléatoire. La passivité de la bourgeoisie ne gênera guère les meneurs. Qu’elle réagisse, la situation tournerait au tragique. Mais de cela il n’est point question. On désapprouve la réunion centrale, « mais personne n’agit, on ne veut pas s’exposer, on n’ose déjà plus exprimer son opinion25 ». Sans doute, dans l’ombre, les orangistes travaillent toujours : le 20 septembre, ils répandent une proclamation, mais ils prêchent des convertis, les bourgeois timorés, et les irréductibles, ils ne font que les exciter. S’ils parvenaient à détourner la masse, le fait serait grave ; mais les chefs du mouvement s’entendent à merveille à entretenir les sentiments patriotiques, à ne pas laisser s’émousser l’ardeur combative de leurs troupes.

  • 26 Tableaux historiques (Le Charlier), p. 75 s. A noter que « vu l’état de tumulte de la ville », la (...)

19Le 20 septembre, au soir, le chemin parcouru depuis 24 heures est immense. On est en rébellion ouverte avec La Haye. Cependant les chances de succès sont minimes, pour ne pas dire nulles. Malgré les quelques embryons d’autorités qui subsistent, vraiment on ne peut s’empêcher d’avouer que l’anarchie déchire Bruxelles. Un chroniqueur, peut-être un peu sombre et qui vise au pathétique, avec assez de mauvais goût, résume la situation au 20 septembre, en quelques lignes pourtant suggestives : « La régence n’existe plus ; ses autorités ont pris la fuite. La commission de sûreté est dissoute. L’hôtel de ville est banal, presque tout l’état-major a disparu. On ne voit plus d’hommes à cheval, les postes bourgeois sont abandonnés, on ferme les boutiques, les portes des riches se barricadent à l’intérieur, il n’y a pas de marché pour les provisions de bouche, les campagnards n’osent plus s’approcher des faubourgs ; on ferme les volets et les persiennes ; les riches se cachent dans leurs caves ; on ne voit plus de dames dans les rues, les églises sont fermées, les cloches sont mortes, la populace est armée jusqu’aux dents, des pelotons circulent dans les rues en criant : « mort aux traîtres ! » ; la terreur pénètre dans toutes les maisons ; les honnêtes gens craignent le pillage. Les royalistes dont la disparition est une profession de foi, craignent pour leur vie. La pâleur est sur toutes les figures ; la classe moyenne est consternée, et l’honnête artisan se groupe tristement au sein de sa famille en pleurs, qui leur demande du pain26. »

  • 27 Le Belge, 22 septembre.

20La nuit du 20 au 21 septembre s’écoula dans le calme, calme étonnant, mais qui prouve les excellentes dispositions du peuple. Ce calme favorise certainement la tentative audacieuse de d’Hooghvorst de passer une revue générale de la garde. Elle eut lieu, le 21, à dix heures, sur la Grand’Place, et réunit 3.000 hommes environ. Deux corps de volontaires, celui de Grégoire et celui de Borremans s’étaient joints aux gardes. Après la revue, le baron d’Hooghvorst communique aux chefs des volontaires et aux commandants des sections, la décision prise par le conseil de la garde, quelques heures auparavant : « Lui, resterait à la tête de la garde bourgeoise comme chef civil et pour le maintien du bon ordre intérieur ; mais la direction des forces qui devront se porter à l’extérieur et prendre part à des opérations militaires sera confiée à M. le comte Van der Meere27. »

  • 28 Van der Meere, Mémoires, Bruxelles, 1880, p. 153.

21Par là, Emmanuel d’Hooghvorst reste fidèle à ses principes. C’est un modéré, qui a toujours gardé sa confiance à la dynastie et qui n’a jamais voulu de révolution. Sauvegarder l’ordre dans Bruxelles fut toujours sa grande idée, et il lui aurait donné sa vie. Son attitude ne cesse à aucun moment d’être civique, mais jamais elle n’est révolutionnaire. Grâce à ses efforts, une partie de la garde bourgeoise a surnagé après la tempête du 19 et du 20 ; c’est lui aussi qui provoque, le 21 septembre de très bonne heure, la réunion où le grand conseil de la garde, « pressé par l’impatience d’un peuple soulevé et par l’attitude d’une armée menaçante aux portes de la ville28 », modifie son attitude et se résoud enfin à organiser un corps de troupes destiné à combattre l’armée royale, mais le conseil entend bien conserver à la garde bourgeoise proprement dite son ancien rôle. Ainsi donc, il donne un caractère régulier, officiel, est-on tenté d’écrire, aux colonnes mobiles que depuis 24 heures les hommes de la Réunion centrale ont mises sur pied.

  • 29 Ibidem.

22Le conseil aurait pu jouer un beau rôle. Il aurait pu grouper toutes les forces vives de Bruxelles d’abord, du pays entier ensuite. La plupart de ses membres préférèrent s’éclipser, et le chef lui-même, Van der Meere, le « dictateur » qu’ils avaient placé à la tête des troupes de choc, prit la clef des champs, le 21 septembre, à 9 heures du soir29.

23Après leur fuite, le désarroi va de nouveau régner dans Bruxelles. Le 21 septembre, au matin, on était bien près de l’union sacrée. Le soir, les mauvais résultats des expéditions de la journée, la masse imposante de l’armée royale, la lassitude diminuent l’ardeur des bourgeois.

  • 30 Niellon, Histoire des événements militaires, pp. 24 à 28.
    Buffin, op. cit., t. I, p. 79-82 : récit (...)

24Les plus exaltés étaient absents de Bruxelles ce jour-là. Partis à 6 h. 1/2 du matin, le 21, sous le commandement de Pierre Rodenbach, ces audacieux « parmi lesquels une trentaine de jeunes gens des meilleures familles de Bruxelles » et beaucoup d’hommes du peuple arrivèrent à Louvain à 1 heure de l’après-midi. Ils quittèrent la cité universitaire, en révolte ouverte, elle aussi, dans la nuit, renforcés d’un contingent de volontaires, commandés par Adolphe Roussel, et rentrèrent à Bruxelles, le 22 septembre, dans la matinée30 Les plus bouillants des révoltés avaient exécuté cette escapade, dangereuse surtout par la répercussion que ne laisse pas d’avoir leur absence, assez longue, sur l’état d’esprit des défenseurs bruxellois. Ceux qui étaient restés dans la capitale furent mis également à contribution.

  • 31 Le Belge, 23 septembre.

25La matinée s’était passée dans la plus grande tranquillité. A 2 heures de l’après-midi, l’alarme est donnée : on a vu un détachement de dragons à peu de distance de la porte de Schaerbeek. On sonne le tocsin, on bat la générale ; la garde se range, en ordre de bataille, aux principales portes qu’on barricade de nouveau. Dans toutes les rues, hommes, femmes, enfants dépavent et élèvent des barricades. Vraiment, les habitants sont décidés à la résistance. Les Liégeois sont les plus acharnés ; ils font preuve d’un zèle, d’une activité inlassables. Une heure après l’alarme, l’ennemi ne se montrant pas, ils quittent la ville par la porte de Schaerbeek, avec quelques détachements de la garde bourgeoise et vont à la rencontre de l’ennemi. « Plusieurs centaines de personnes, sans armes, marchent à la suite des compagnies organisées pour remplacer ceux qui seraient frappés d’un coup mortel31. »

  • 32 de Bas, Prins Frederic der Nederlanden. Schiedam, 1913, IV, 406-407, note du prince Frédéric.
  • 33 Relation des faits d’armes de Parent, p. 5.
    Le Belge, 23 septempre, Le Courrier des Pays-Bas, 23 se (...)
  • 34 Bataille de Bruxelles, 2e ép. de la révolution, p. 17 : « L’aspect des postes pendant la nuit du 2 (...)

26Au delà de la porte de Schaerbeek a lieu une escarmouche avec des dragons légers du 4e régiment. Puis on pousse jusqu’à Evere ; les grenadiers venaient d’arriver à Dieghem et préparaient le cantonnement. Les avant-postes sont assaillis, mais la riposte ne se fait pas attendre et les volontaires sont refoulés et rentrent en ville vers 6 heures du soir. Il y a des pertes des deux côtés : les majors Thierry et Kenens sont blessés ; deux volontaires ont été tués et plusieurs blessés32. Un enthousiasme extra-ordinaire s’était emparé des volontaires, et d’une bonne partie des Bruxellois, lorsque l’approche des troupes avait été annoncée. Parmi les Bruxellois, toutefois, il y a beaucoup de spectateurs33. La nuit, nouvelle alarme ; les défenseurs se présentent encore en masse aux portes, mais c’est une fausse alerte qui a des résultats déplorables : les braves bourgeois, harassés de fatigue, ont été sur pied aux premiers coups de tocsin. On les a réveillés sans motif. Leur lassitude augmente34 et il est à craindre qu’en cas de véritable péril ils ne restent chez eux.

  • 35 Discailles, Charles Rogier, I ; 209.
  • 36 Bataille de Bruxelles, 2e ép. de la révolution, p. 16.

27Le soir, les chances de succès avaient bien diminué. On n’avait pas profité de l’exaltation patriotique des « hommes de tous les rangs et de toutes les opinions qui avaient senti bouillonner leur sang à ce cri : « les soldats sont aux portes ! ». Si une autorité forte, reconnue de tous, avait existé, elle eût pu organiser la résistance armée ; « car la vue de cette ardeur entraînait les plus tièdes et les sections auraient concouru presque unanimement à une défense active ». Le gouvernement provisoire dont, la veille, les Liégeois avaient proclamé partout la formation, ne vit jamais le jour. Et pour cause : les clubmen, avec désinvolture, s’étaient passé de l’avis des principaux intéressés qu’ils n’avaient même pas avertis ! On comprend le « grand embarras de Rogier35 » et le découragement profond des patriotes qui « abandonnés d’abord par leurs députés, puis par la commission de sûreté publique, enfin par les élus de leur choix, ne voyant personne qui voulût se mettre en avant pour les diriger, tombèrent dans une sorte de stupeur morne36. »

  • 37 Niellon, Histoire des événements militaires ; 29.
  • 38 de Bas, Prins Frederic der Nederlanden, IV ; 407.
    Buffin, Mémoires, II, 39. Journal de Constant Reb (...)

28Le désir de combattre restait intense chez les volontaires. Le 22, à 8 heures du matin, les colonnes mobiles vont à nouveau harceler l’ennemi. Elles ne comptaient que quelques centaines d’hommes, dont 160 Liégeois, qui rencontrèrent les flanqueurs et les chasseurs du côté de Dieghem et tiraillèrent jusqu’à 6 heures du soir. L’attitude d’expectative de l’armée royale paraît étrange : elle oppose aux insurgés une demi-batterie d’artillerie, des pelotons de cavalerie et un assez fort cordon de tirailleurs. Mais le gros de l’armée ne bouge pas37 Le but semble être d’attirer dans un guêpier ces enragés mutins qui, aux yeux de l’état-major, constituent le seul noyau de résistance. Le danger qu’ils font courir aux soldats est d’ailleurs des plus mince, et ces volontaires, postés dans les maisons et les jardins d’Evere, vraiment se font tuer ou blesser en pure perte. A 6 heures du soir, le baron van Coehoorn se décide à une action plus énergique. Il masque son artillerie derrière un escadron de lanciers, et met en fuite les insurgés. Une charge à fond de l’escadron amène la prise de 100 mutins. « Les autres rentrent en ville38. »

  • 39 Lettre du 13 octobre de Lehon, au comte Van der Meere M. R. A. 0.396 d. I.
  • 40 Relation des faits d’armes de Parent, p. 5 ; 3 tués, 5 blessés à Dieghem. Lehon, dans sa lettre, d (...)

29Du côté de Zellick, la fusillade ne cessa pas non plus de toute l’après-midi. Les volontaires y rencontrèrent les hussards du colonel Van Balveren, arrivés depuis peu d’Alost. On fit venir l’artillerie : 3 pièces sortirent de la porte de Flandre et furent traînées à l’aide de chevaux de réquisition sur la hauteur occupée par les volontaires. Mais les hussards s’étaient éclipsés et force fut de rentrer les 3 pièces. Trois bataillons d’infanterie s’étaient mêlés aussi au combat : ils étaient complètement à découvert, tandis qu’ils n’apercevaient pas les mutins embusqués dans les haies. Mais ceux-ci durent se retirer, des paysans les renseignant sur les manœuvres des hussards « qui faisaient un cercle pour leur couper la ville39 ». Ces escarmouches, qui trahissaient de la part des insurgés l’absence de toute direction, furent plus sanglantes que celles de la veille40.

  • 41 Buffin, Documents, p. 167. Lettre de Staedtler du 22 septembre.

30A l’intérieur, fébrilement, les préparatifs de défense se poursuivaient41. Ils étaient l’œuvre du petit peuple ; celui-ci était maître souverain, mais travaillait sans plan d’ensemble. Il n’y avait plus la moindre autorité. Les chefs de bande, Grégoire, Parent, Rogier, Niellon commandaient à des groupes de fidèles, qui ne comptaient jamais plus de 200 à 300 hommes, et qui, nous l’avons vu, escarmouchaient au dehors des portes.

  • 42 Louis Tencé, Récit exact des mauvais traitements éprouvés par les Belges et les Français faits pri (...)
  • 43 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 17 : « Mais les sections ne paraissaient plus disposées à les (...)
  • 44 Gedenkstukken 1830-1840, I, 65 : Cartwright.
    Gedenkstukken 1830-181,0, II, 22 : Valazé à Molé.

31Un petit nombre de gardes bourgeois ont continué leur service42. Certains se sont joints aux volontaires, la plupart restent en ville43. Ils n’ont d’ailleurs nullement l’intention de s’opposer à la résistance populaire, bien au contraire. Quant à la majorité de la bourgeoisie, elle se cache et réclame instamment l’entrée des troupes, qui mettra fin au régime anarchique pesant sur la ville depuis trois jours et à une crise qui autrement ne se résoudrait que dans le pillage et l’émeute44.

32A l’hôtel de ville, quelques chefs de la garde, quelques officiers des sections siégent en permanence. Le baron Fellner remplace le comte Van der Meere et s’occupe de l’organisation des corps francs.

  • 45 Juste, Félix de Mérode, pp. 49 et suiv.
  • 46 Van der Meere, Mémoires, p. 155.
  • 47 Mémoires Van der Smissen. Revue de Belgique, 2e s., XVIII, p ». 221.

33Les membres de la défunte commission de sûreté sont partis : Gendebien, en mission le 18, Van de Weyer, le 21, de Mérode est à Rixensart le 22 et de là se rend à Solre-sur-Sambre45 ; les chefs de l’état-major de la garde les ont imités. Van der Meere a quitté Bruxelles dans la soirée du 2146 ; Moyard, le comte Van-derburg sont à Valenciennes, le 22 au soir ; le comte Van der Smissen, Fleury-Duray, Hotton abandonnent Bruxelles le 22 septembre à minuit et retrouvent les fugitifs à Valenciennes, à l’hôtel de la Poste aux Chevaux, le soir du 2347.

  • 48 Niellon, Histoire des événements militaires ; 30.
    Chazal, Mémoires. — Buffin, op. cit., I ; 94.
  • 49 Le Franc Parleur, 7 février 1834, n° 38.

34Les révolutionnaires de la Réunion centrale ont pris aussi la clef des champs. Niellon s’en va le 22, Chazal avec le Liégeois Robert quelques heures après lui48. Rogier est de loin le plus courageux, il ne se décide à abandonner la ville que le 23 septembre au matin, lorsque tout espoir de succès a disparu. Levae, de même, ne part que le 23, à 9 h. 30 du matin49.

  • 50 Gedenkstukken 1830-1840, I ; 65. Cartwright à Aberdeen. Gedenkstukken 1830-1840, II ; 23. Valazé à (...)
  • 51 Félix de Mérode a exposé son attitude dans une lettre au Courrier des Pays-Bas du 1er octobre 1830 (...)

35C’est la proclamation du prince Frédéric qui les a effrayés ; elle est connue dès le 22 au matin50 et une phrase les a engagés à gagner l’étranger : « Les auteurs principaux d’actes trop criminels pour espérer d’échapper à la sévérité des lois, les étrangers, qui abusant de l’hospitalité, sont venus organiser parmi vous le désordre, seront seuls et justement frappés. » Ils ont bien compris le peu de chance de victoire : ils disposaient à peine d’un millier de volontaires, de quelques centaines de bourgeois à opposer à une armée de 15.000 hommes. Aucun reproche ne peut leur être adressé : c’était de la folie que de vouloir résister. Pour qui jugeait sainement la situation, le 22 septembre au soir, il n’y avait pas d’autre parti à prendre ; ils étaient les chefs, les seuls visés ; rester à Bruxelles, c’était la mort certaine et sans bénéfice51.

  • 52 Buffin, Mémoires, t. I, 319. Mémoires Pletinckx.

36Cependant des héros restèrent à leur poste : des chefs de la garde bourgeoise et les commandants de volontaires, Parent, Grégoire, Stieldorf, Roussel. Ils voulaient la résistance à tout prix. Tel n’était pas l’avis des notables bruxellois qui n’avaient pas quitté la ville. Ces derniers se réunirent dans une des salles de l’hôtel de ville, le 22, vers 4 heures de l’après-midi ; assistèrent entre autres à cette assemblée d’Hooghvorst, Michiels, marchand de drap, Falise, Thienpont, négociant, De Proft, de l’hôtel de Belle-Vue, les deux frères Baillet52. Les chefs de section y avaient tous été appelés ; quelques-uns seulement s’y rendirent, ainsi que des membres du conseil de la garde, Pletinckx, Nique, Ducpétiaux. Dans cette réunion, il fut principalement question de l’état affligeant de la Belgique et de la ville de Bruxelles, en particulier, menacée par une forte armée du dehors, déchirée par l’anarchie au dedans ; il s’agissait de prévenir la guerre civile avec toutes les calamités qu’elle entraîne à sa suite, de préserver l’honneur avec le sang des Bruxellois. Après une discussion chaleureuse et prolongée, la grande majorité des assistants fut d’avis qu’il y avait lieu d’entrer en pourparlers avec S. A. R. le prince Frédéric, et que tous les moyens honorables devaient être mis en œuvre pour empêcher l’effusion d’un sang précieux. On n’avait rien à attendre à cet égard de la proclamation datée du quartier général d’Anvers ; il fallait s’efforcer d’obtenir d’autres conditions moins absolues, plus rassurantes, plus capables de calmer l’effervescence populaire et de concilier les opinions.

  • 53 Buffin, op. cit., II ; 457 s. Pétition de Ducpétiaux à S. M. le Roi des Pays-Bas. — Anvers, prison (...)
  • 54 Buffin, op. cit., I ; 321.
  • 55 « Séance tenante, fut rédigée l’adresse au prince Frédéric, tendant à la retraite des troupes jusq (...)

37Le principe était admis ; restait seulement à savoir qui serait chargé de cette mission de conciliation et de paix53. Mais tandis que la multitude assiège l’hôtel de ville, de nouvelles discussions s’élèvent. Pletinckx et quelques irréductibles veulent qu’on empêche coûte que coûte l’entrée des troupes, et Pletinckx ordonne aux personnes qui ne font point partie du conseil de la garde de sortir immédiatement des salles de l’hôtel de ville. Dès lors, l’assemblée se disperse. Il ne reste à l’hôtel de ville que MM. Godfroid Nique, Ducpétiaux, le baron Fellner, Ernest Grégoire, Roussel, Ed. Fischer et quelques autres54. Ils sont bien décidés à s’opposer à la soumission de la ville, mais ils se rendent compte des difficultés immenses, quasi insurmontables de leur tâche. Aussi se résignent-ils à tenter une démarche auprès du prince Frédéric55.

  • 56 Buffin, op. cit., II ; 459. Pétition de Ducpétiaux au roi, 28 sept. 1830. De Bas, Prins Frederic d (...)

38Ducpétiaux offre d’aller lui-même trouver le prince à Vilvorde et de lui exposer les conditions capables d’empêcher le recours aux armes : éloignement de l’armée, rétablissement de l’ordre légal, rentrée de la garnison, abandon de la question politique à la loyauté des députés, conservation pour la ville de Bruxelles de tous les avantages dont elle jouissait auparavant, organisation définitive de la garde urbaine comme une juste récompense des éminents services qu’elle avait rendus, oubli des actes extralégaux, mais punition exemplaire des incendiaires et des pillards56.

39Ces derniers patriotes sont sages et prudents. Ils n’ont qu’une confiance limitée dans la démarche qu’un des leurs va tenter. Aussi prennent-ils des mesures de défense. Ils n’ont à leur disposition que des moyens de fortune et peu efficaces. Cependant Pletinckx, devenu chef suprême, « dictateur », reconnu d’ailleurs par un très petit nombre d’hommes, car « c’est le peuple qui commande au peuple », donne ordre de faire brûler ou couper tous les ponts qui donnent issue sur le bas de la ville, place des hommes à Sainte-Gudule pour sonner le tocsin, remplace les défaillants, s’occupe des munitions ; il est secondé par quelques braves : Grégoire arme des volontaires à la caserne du Petit-Château et va quérir l’artillerie aux Annonciades. Les Liégeois Pour-baix et Nique dirigent la confection des cartouches. Adolphe Roussel, le tribun louvaniste, remplit les fonctions de secrétaire de ce comité de défense improvisé.

  • 57 Buffin, op. cit., I ; 322 s. Proclamation de Pletinckx.

40D’autres préoccupations assaillent encore ces dévoués : sous prétexte de découvrir des armes, des malveillants entraient dans les maisons. Pletinckx rétablit l’ordre et fait appel aux bons sentiments du peuple ; résister à l’armée, d’une part, au pillage, de l’autre, voilà la tâche ardue de la dernière, en date, des autorités improvisées à Bruxelles57 Le premier de ces devoirs était, le 23, à minuit, le plus impérieux : la marche en avant des troupes sur Bruxelles n’était plus qu’une question d’heures.

***

  • 58 Buffin, op. cit., I ; 89. Mémoires Chazal.
  • 59 Les volontaires liégeois à Bruxelles étaient désespérés. Dans la nuit du 21 au 22, ils avaient qui (...)
  • 60 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 23.
  • 61 Buffin, op. cit., t. I ; 330.
    Louis Tencé, op. cit. ; 7 : « Tout était calme, malgré que les hommes (...)

41Très peu d’hommes sont prêts à les recevoir. Le corps de Niellon et Rodenbach s’est séparé58 ; les volontaires liégeois ont perdu des leurs et sont à bout59 ; les gardes bourgeois sont dégoûtés du service. Un auteur anonyme dit qu’il y avait 14 hommes au palais du roi, 6 aux États Généraux et 10 à chaque porte60. La nuit, Pletinckx qui visite les postes vers deux heures du matin, trouve à la porte de Laeken un officier et 8 hommes, à la porte de Schaerbeek, un sergent et un caporal, à la porte de Louvain, un officier et 3 hommes et ces braves étaient abattus par la fatigue et surtout par le découragement de se voir dans un tel abandon. Tous se plaignaient de l’absence des chefs qu’ils avaient vus jusque-là à leur tête61.

Notes

1 Le 15 septembre, aux États Généraux, le député Donker-Curtius propose qu’on nomme une commission de dix membres, cinq du Sud et cinq du Nord, pour délibérer et présenter, à l’assemblée, les mesures qui pourraient être prises, en rapport avec les attributions de la Chambre, pour ramener à l’ordre les habitants des villes, et rétablir l’autorité légale, tandis que le député Van Sytzama veut charger les ministres de faire un rapport sur les causes de l’insurrection et sur les moyens employés pour la combattre.

2 Le Belge, 21 septembre. Le récit du Courrier, 21 sept., est identique. Il n’est pas resté de relation de participants à ces expéditions. Une lettre d’un membre de la légion liégeoise en garnison à Bruxelles, envoyée le 20 sept. à 4 h. du soir au Politique raconte ces expéditions, mais en intervertissant l’épisode de la diligence. Il nous dit que les patrouilleurs étaient des Liégeois : « deux compagnies des nôtres se dirigèrent, la nuit, en reconnaissance sur Vilvorde et Tervueren. » Le Politique, 22 septembre 1830.
Charlier dans ses mémoires fantaisistes, p. 18, raconte ainsi l’événement : « Vers 5 heures du soir, on apprit que l’armée hollandaise, concentrée à Vilvorde, se disposait à marcher sur Bruxelles ; on appela des hommes de bonne volonté pour aller faire une reconnaissance. 47 de nos volontaires sortirent des rangs et se formèrent en 2 détachements. L’un se dirigea sur les Deux-Fontaines, l’autre sur Tervueren. » Il exagère le danger couru : « Le premier détachement tira sur la sentinelle hollandaise, attaqua le poste avancé de l’ennemi ; mais n’étant pas en nombre suffisant, ce détachement dut se retirer et rentra en ville le 19 au matin. » Le récit de l’expédition de Tervueren concorde avec les autres sources. Mais il ajoute une troisième sortie faite sous le com-* mandement du capitaine Vandensteen par la Porte de Louvain, pour attaquer un escadron de cavalerie qui devait se trouver à Cortenberg. Pas la moindre rencontre ne se produisit.

3 Le Belge, 21 sept. Nous suivons le récit de ce journal ; Rogier lui-même nous y invite : « La proclamation est lacérée, l’hôtel de ville envahi par les Liégeois, tambour battant. Ma harangue sur la place publique. Je distribue des fusils de la caserne Sainte-Élisabeth. Voir le récit du Belge. » Discailles, op. cit., I, 207.

4 Le Charlier, Tableaux historiques, 72. Voir aussi Gedenkstukken, 1830-1840, I, 62, Cartwright à Aberdeen.

5 Le Belge, 21 septembre.

6 Buffin, op. cit., 161. Staedtler à d’Arenberg : lettre du 20 au soir.

7 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la Révolution, p. 10.

8 M. R. A. 0.655 d. 6 : « Levae déclare que dans la nuit du 19 au 20 septembre, il a vu le baron Gérard Henri de Villers sur la place Saint-Michel, à la tête d’une colonne de quatre à cinq cents hommes du peuple qui venaient de désarmer quelques postes de la garde urbaine et dans laquelle il a maintenu le plus grand ordre pendant toute la nuit. » Déclaration du 12 décembre 1830.

9 Buffin, op. cit. ; 162. Lettre de Staedtler du 20 septembre.

10 Il convient de remarquer la parfaite bonne foi des « autorités bruxelloises ». « Ces armes n’appartenaient pas à la garde bourgeoise de Bruxelles ; elles y avaient été déposées par le propriétaire d’une de nos diligences qui les avait reçues de Paris pour les remettre à plusieurs particuliers de la ville et des environs. C’étaient des armes de luxe qui n’avaient aucun rapport avec l’armement des bourgeois, et les cocardes orange avaient été préparées pour le jour de l’entrée du prince, sans qu’on en eût cependant fait usage. » Buffin, ibid.
D’après la relation de Parent, il y avait 6 caisses de fusils, 1 caisse de pistolets, 1 caisse de cocardes orange (Relations des faits d’armes, de Parent, p. 4.)
D’après la brochure : Bataille de Bruxelles, 2° ép. de la révolution, p. 10, on découvrit 5 à 600 fusils, mais dont près de 200 étaient à deux coups et à piston.

11 Buffin,op. cit., p. 161. Lettre de Staedtler du 20 septembre et mémoires Chazal. Buffin, op. cit., I, 75-76.

12 Revue de Belgique, 2e s., XVIII, p. 388.

13 Désarmement caractéristique du poste du Palais de Justice, Niellon, Histoire des événements militaires, 21, et récit de Lambinon M. R. A. o. 147, dossier n° 1 ; Lambinon, dans une lettre à Jolly, du 2 novembre 1830, fait valoir les services qu’il a rendus.

14 M. R. A., 0.147, dossier n° 4, attestation, sans date, de Gillain et Esquisses historiques. 213.

15 « d’Hooghvorst à la tête de sa section, voyant comment j’avais contenu cette multitude, me chargea de garder les édifices et de me procurer des armes. Je rassemblai 100 fusils et obtins 500 florins de la Régence pour l’entretien des libérateurs de la Belgique. » M. R. A. 0.147, d. I, Requête de Lambinon.

16 Nous avons vu aux Archives générales du Royaume les états des pillages commis à l’époque de la révolution : pas la moindre mention de dégât commis pendant les journées qui vont du 19 septembre au 22 septembre.

17 Courrier des Pays-Bas, 21 sept. : « Le peuple n’a pris des fusils qu’à ceux qui ne se montraient pas très disposés à combattre l’ennemi du dehors. » Le Belge, 21 sept. : « On admire en ce moment la bonne discipline que conservent les nouvelles gardes de notre ville. Déjà beaucoup de nos braves bourgeois sont dans leurs rangs et nous ne pouvons trop engager les autres à suivre cet exemple. »

18 Niellon, Histoire des événements militaires, p. 19.

19 Buffin, op. cit., 164. Lettre de Staedtler, du 20 sept, au soir.

20 Esquisses historiques, 214.

21 Discailles, Charles Rogier, I, p. 208. Ducpétiaux était aussi en tête de la colonne. Gedenkstukken, 1830-1840, I, 62.

22 Buffin, op. cit., 162. Staedtler, à d’Arenberg.
Niellon, Histoire des événements militaires, 18, raconte aussi la séance.

23 Buffin, op. cit., p. 163 s. Staedtler à d’Arenberg, 20 septembre.

24 Esquisses historiques, 218.

25 Buffin, op. cit., p. 165. Staedtler, lettre du 20 septembre : « Tous les bons citoyens à qui j’ai parlé aujourd’hui de cette révolution la désapprouvent. »

26 Tableaux historiques (Le Charlier), p. 75 s. A noter que « vu l’état de tumulte de la ville », la Banque dut se résoudre à suspendre le remboursement des billets. La Société Générale de Belgique, 1822-1922, p. 32.
Le général Valazé ne juge pas autrement la situation : « Voici le commencement de la fin, d’une fin qui ne peut compromettre en rien la tranquillité de l’Europe. » Bruxelles, 21 septembre. Gedenkstukken, 1830-1840, II ; 22.

27 Le Belge, 22 septembre.

28 Van der Meere, Mémoires, Bruxelles, 1880, p. 153.

29 Ibidem.

30 Niellon, Histoire des événements militaires, pp. 24 à 28.
Buffin, op. cit., t. I, p. 79-82 : récit fantaisiste de Chazal.

31 Le Belge, 23 septembre.

32 de Bas, Prins Frederic der Nederlanden. Schiedam, 1913, IV, 406-407, note du prince Frédéric.

33 Relation des faits d’armes de Parent, p. 5.
Le Belge, 23 septempre, Le Courrier des Pays-Bas, 23 septempre.

34 Bataille de Bruxelles, 2e ép. de la révolution, p. 17 : « L’aspect des postes pendant la nuit du 21 au 22 n’était pas rassurant. A peine 10 à 12 bourgeois armés se rendirent-ils à chaque corps de garde, fatiguée qu’était la population de la revue du matin et de l’alarme de l’après-midi. »

35 Discailles, Charles Rogier, I ; 209.

36 Bataille de Bruxelles, 2e ép. de la révolution, p. 16.

37 Niellon, Histoire des événements militaires ; 29.

38 de Bas, Prins Frederic der Nederlanden, IV ; 407.
Buffin, Mémoires, II, 39. Journal de Constant Rebecque.
Capiaumont, Souvenirs ; 74. —- Landolt, Geschiedkundige herdenking aan het 25jarig bestaan der grenadiers en jagers ; 24. — Le Belge, 27 sept. — Le Courrier des Pays-Bas, 24, 25 et 26 sept. — Lettre de Staedtler du 22 sept. — Buffin, op. cit., p. 166. — Gedenkstukken, 1830-1840 ; I, 65. Cartwright à Aberdeen.
Courrier des Pays-Bas, 24, 25 et 26 septembre.

39 Lettre du 13 octobre de Lehon, au comte Van der Meere M. R. A. 0.396 d. I.

40 Relation des faits d’armes de Parent, p. 5 ; 3 tués, 5 blessés à Dieghem. Lehon, dans sa lettre, dit qu’à Zellick il y eut 2 tués.
Les journaux ne donnent pas de précisions.

41 Buffin, Documents, p. 167. Lettre de Staedtler du 22 septembre.

42 Louis Tencé, Récit exact des mauvais traitements éprouvés par les Belges et les Français faits prisonniers de guerre par les troupes du prince Frédéric, pendant les journées de sept. 1830. Bruxelles 1830 ; 3 : « Après avoir monté la garde, rue de Berlaimont, au poste central de la 6e section, le mercredi 22 septembre, je sortis de la ville, accompagné de M. Mary. »

43 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 17 : « Mais les sections ne paraissaient plus disposées à les soutenir, comme la veille, soit qu’elles ne voulussent combattre que pour la défense de la ville, soit que l’absence de tout gouvernement les eût découragés. »

44 Gedenkstukken 1830-1840, I, 65 : Cartwright.
Gedenkstukken 1830-181,0, II, 22 : Valazé à Molé.

45 Juste, Félix de Mérode, pp. 49 et suiv.

46 Van der Meere, Mémoires, p. 155.

47 Mémoires Van der Smissen. Revue de Belgique, 2e s., XVIII, p ». 221.

48 Niellon, Histoire des événements militaires ; 30.
Chazal, Mémoires. — Buffin, op. cit., I ; 94.

49 Le Franc Parleur, 7 février 1834, n° 38.

50 Gedenkstukken 1830-1840, I ; 65. Cartwright à Aberdeen. Gedenkstukken 1830-1840, II ; 23. Valazé à Molé. L’auteur des Esquisses historiques se trompe lorsqu’il dit que la proclamation ne fut connue que le 23 septembre.

51 Félix de Mérode a exposé son attitude dans une lettre au Courrier des Pays-Bas du 1er octobre 1830. « La veille du jour où Bruxelles fut attaqué, je n’attendais aucune résistance utile et, persuadé qu’il n’existait plus de moyen actuel d’agir pour l’indépendance belge, je m’étais décidé à chercher un refuge sur le sol français. » — Un observateur impartial, Staedtler jugeait ainsi la situation : « Tout le monde cependant croyait que malgré les barricades sans nombre, élevées dans toutes les rues, la résistance serait vaine et que bientôt Bruxelles rentrerait sous le pouvoir du roi. » Buffin, Documents, p. 176. « Il y eut, le 22, une grande confusion dans la ville, chacun croyait que tout était perdu, » lettre de Bruxelles au Politique. Le Politique, 28 septembre.

52 Buffin, Mémoires, t. I, 319. Mémoires Pletinckx.

53 Buffin, op. cit., II ; 457 s. Pétition de Ducpétiaux à S. M. le Roi des Pays-Bas. — Anvers, prison civile, le 28 septembre 1830.

54 Buffin, op. cit., I ; 321.

55 « Séance tenante, fut rédigée l’adresse au prince Frédéric, tendant à la retraite des troupes jusqu’à la solution de la grande question de la séparation. Elle fut confiée à MM. Ducpétiaux et Evrard qui s’étaient offerts pour la porter au prince et qui payèrent leur dévouement d’une détention injuste. » Buffin, op. cit. I ; 321. Mémoires Pletinckx.

56 Buffin, op. cit., II ; 459. Pétition de Ducpétiaux au roi, 28 sept. 1830. De Bas, Prins Frederic der Nederlanden, IV ; 411 s., publie les notes de Ducpétiaux et Evrard, remises au major Ceva : « Les troupes se retireront à 4 lieues de distance de ma ville. Il sera fait demain une convention entre le prince Frédéric et une commission nommée par les notables de Bruxelles pour assurer l’entrée de Bruxelles à quelques troupes nationales, par exemple à la garnison qui occupait Bruxelles il y a un mois. Cette convention sera basée sur la nécessité de soulager le service des braves gardes bourgeois. Les gardes bourgeoises demeurent organisées et armées, elles pourront faire le service conjointement avec les troupes. La ville de Bruxelles continuera à jouir de tous les avantages dont elle jouissait auparavant. Toute la partie politique et la juste prétention des Bruxellois et des Belges seront confiées à la loyauté des députés. Les incendiaires et les pillards seront poursuivis. La garde bourgeoise a d’ailleurs déjà arrêté plusieurs d’entre eux. Liberté quant aux couleurs. Deux officiers de l’état-major général, Belges, si possible, viendront traiter de ces objets à Bruxelles. »

57 Buffin, op. cit., I ; 322 s. Proclamation de Pletinckx.

58 Buffin, op. cit., I ; 89. Mémoires Chazal.

59 Les volontaires liégeois à Bruxelles étaient désespérés. Dans la nuit du 21 au 22, ils avaient quitté Bruxelles : « Lors de notre fuite, la nuit du 21 au 22, je fus du petit nombre de ceux qui demandaient de faire halte, ce fut sur ma proposition de rentrer seul en ville pour chercher des informations, que les deux tiers de nos deux compagnies se sont arrêtées à environ 2 lieues de la ville, pendant que l’autre partie que la peur dominait poursuivit son chemin sous les ordres de De Bosse et Danse. Je suis rentré et vous ai rejoint à l’heure fixée ; c’est à ma conduite que l’on doit notre rentrée immédiate à Bruxelles. » M. R. A. 0.22. Lettre de Lambinon à Rogier, 23 février 1831.

60 Bataille de Bruxelles, 2e époque, p. 23.

61 Buffin, op. cit., t. I ; 330.
Louis Tencé, op. cit. ; 7 : « Tout était calme, malgré que les hommes de garde fussent trop peu nombreux. »

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search