Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre III. La bourgeoisie et le peuple bruxellois

Texte intégral

1A. — La garde bourgeoise. Ses effectifs et sa composition. — Les autorités. — Le pouvoir passe de la Régence à la commission de sûreté. — La rupture entre les modérés et les extrémistes : le 15 septembre à la réunion plénière à l’hôtel de ville. — Formation d’un club révolutionnaire : la Réunion centrale.

2B. — La crise économique et le peuple ; le chômage consécutif aux dévastations des fabriques ; les travaux publics. — Arrêt du commerce et de l’industrie. — Difficultés monétaires. — L’irritation de la masse. Découragement.

  • 1 Mier à Metternich. Gedenkstukken, 1830-1840, tome III, p. 144.
  • 2 Du Chastel, 1830, Les Hollandais avant, pendant et après la révolution, Bruxelles, 1908, p. 81.
  • 3 Mémoires de Gendebien, éd. Garsou, p. 205.

3La bourgeoisie est descendue dans la rue pour y rétablir l’ordre. Les 27 et 28 août, elle a désarmé la populace par la force ou par des distributions d’argent. Elle a une organisation, des armes ; elle va en profiter, pour extorquer au roi les concessions réclamées, depuis longtemps, par les Belges1. D’une révolution il n’est pas question : une telle idée lui paraît absurde2. Toutes les revendications seront présentées, en suivant la légalité ; à la réunion du 28 août qui groupe les chefs de la bourgeoisie, le plus grand nombre des assistants voient, dans les désordres, des troubles à apaiser et non une révolution qui peut et doit fatalement arriver à terme3 L’annonce d’une arrivée prochaine de troupes reconstitue le front unique. Tout Bruxelles court aux armes, le 31 août et dresse des barricades.

  • 4 « La ville jouit du plus grand calme ; tout le monde attend avec impatience les nouvelles de La Ha (...)
  • 5 Mémoire Van der Smissen, Revue de Belgique, 1896, 2e série, XVIII, p. 215.

4Mais une fois les troupes hors de Bruxelles, le calme renaît. La bourgeoisie a confiance dans les démarches du prince d’Orange4 Puis les retards, les lenteurs gouvernementales ont un double effet : elles provoquent d’une part la lassitude chez bien des gens, que l’arrêt des affaires et un service pénible accablent ; elles excitent, au contraire, des caractères mieux trempés, des citoyens qui n’ont rien à perdre dans des perturbations violentes. La bourgeoisie dispose d’une force importante : la garde. Elle compte 8.000 hommes bien armés, dix pièces de canon. Elle a un commandant qui réunit tous les suffrages, Emmanuel d’Hooghvorst, un état-major nombreux, un conseil composé de l’état-major et de quelques civils, qui dirige les mesures de défense contre les excès d’une populace toujours dangereuse et contre une rentrée toujours possible des troupes. La garde bourgeoise a d’ailleurs une existence légale. Le 1er septembre, en entrant à Bruxelles, le prince d’Orange s’est empressé de se déclarer colonel général de la garde bourgeoise5 et le 27 août, déjà, le ministre de l’intérieur, de la Coste, a prescrit aux gouverneurs de province de mettre sur pied les « schutterijen » et de constituer des gardes bourgeoises pour aider les premières.

  • 6 Staedtler à d’Arenberg. Buffin, Documents inédits, Bruxelles, 1910, pp. 89 s.

5Imposante par ses effectifs, la garde laissait à désirer quant à la qualité. Staedtler assiste le 6 septembre à une revue sur la Place Royale ; il y trouve « beaucoup d’hommes d’une apparence ridiculement insignifiante » et il constate « que s’il s’agissait de se battre contre les troupes du Roi, la plupart des fils de bons bourgeois se retireraient ; leur but n’a jamais été que de veiller à la tranquillité de la ville6 ».

  • 7 Van Bijlandt, Verhaal van het oproer te Brussel 25 Aug. 1830 en volg. dagen, ‘s Gravenhage 1831, p (...)
  • 8 Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 36. Lettre du 10 sept. de Cart-wright à Lord Aberdeen.
  • 9 Lettre du 14 de Cartwright à Lord Aberdeen, ibid. p. 45.
  • 10 Proclamation d’Hooghvorst, 11 septembre. Esquisses historiques, p. 162.

6Elle ne comptait d’ailleurs pas que des bourgeois. Dès le 1er septembre, écrit Bijlandt, toutes les classes y sont mêlées ; on voyait à côté d’un de Mérode ou d’un Chasteler « een sjouwer, een pakkendrager » (portefaix) et d’autres gens des classes les plus basses7. Un millier d’hommes de la populace ont été enrôlés dans la garde bourgeoise ; ils reçoivent un florin par jour8 et remplacent les bourgeois pusillanimes qui ont quitté la ville9 ou qui manquent d’énergie10.

***

  • 11 Délibérations du conseil de Régence de Bruxelles. Archives de la ville de Bruxelles, séances du 6 (...)

7Le conseil de la garde a le pouvoir effectif dans la ville, bien que la régence ne cesse de siéger, du 28 août au 14 septembre. Les décisions de cette dernière ont pour but de préserver de la misère la population ouvrière, en lui procurant du travail et du pain. Elle ouvre des crédits pour acheter des armes à Liége et alloue 60 cents par jour aux Liégeois logés à la caserne Sainte-Élisabeth11. Elle est pourtant orangiste ; mais elle veut maintenir l’ordre. Recourir toujours à ce conseil, dévoué au pouvoir central, devait déplaire à tous les séparatistes, qui forment l’immense majorité des Bruxellois. Établir un pouvoir autonome comblerait tous les vœux. Aussi, le 8 septembre, 32 députés des sections de la garde, des membres des États Généraux, l’état-major de la garde, des notables établissent une liste de 16 membres, parmi lesquels la régence est appelée à choisir 8 membres. Le souci de la légalité est toujours vivace. Le rôle de la commission est d’ailleurs strictement limité ; elle est chargée : 1° de veiller au maintien de la dynastie ; 2° d’assurer le maintien du principe de la séparation du Nord et du Midi ; 3° de veiller aux intérêts commerciaux et industriels. Au sein du conseil de régence, des irréductibles ne veulent pas se laisser déposséder. Le bourgmestre de Wellens, le secrétaire Stevens, les conseillers Cattir et Bourgeois invoquent l’illégalité d’une telle nomination. Les arguments de Stevens sont excellents. « Le maintien de la dynastie est dans le cœur de tous les habitants bien pensants de notre cité ; il n’est besoin d’aucune autorité nouvelle pour faire prévaloir ce principe. »

  • 12 Revue de Belgique, mémoire Stevens, 2e série, XVIII, pp. 379 s.
  • 13 Gedenkstukken, 1830-1840, IV, p. 147. Les raisons qu’elle donne de son attitude sont consignées da (...)
  • 14 Lettre de Gendebien à de Potter, 16 septembre. Juste, o. c, t. II, append. p. 192.

8Quant à la question de la séparation, le vœu a été adressé au roi, mais la régence ne peut pas, par les armes, faire admettre le principe par d’autres villes ou provinces. A Bruxelles, il n’y a pas besoin de le faire prévaloir, puisque tout le monde est d’accord ; et enfin « en ce qui concerne les mesures à prendre dans l’intérêt de l’industrie et du commerce, le conseil de régence, où siègent des négociants, des banquiers et des fabricants est plus à même qu’une autorité nouvelle de connaître les vrais besoins du commerce12 ». La majorité du conseil est pourtant d’avis de concourir à la formation d’une commission de sûreté publique, chargée : 1° d’assurer la conservation de la dynastie ; de maintenir le vœu, par les voies légales, de séparation du Nord et du Midi ; 3° de prendre les mesures nécessaires dans l’intérêt du commerce, de l’industrie et de l’ordre public et de désigner 8 membres. Trois de ceux-ci refusent leur mandat ; Gendebien, Van de Wyer, de Mérode. Meeus et Rouppe ne veulent pas accepter une nomination faite dans de telles conditions. Le 10 septembre, ils envoient une lettre signifiant leur refus. Le 11 septembre, la régence de Bruxelles cède13. La commission de sûreté se substitue dès lors à celle-ci et prend possession du pouvoir communal et de sa police. A-t-elle joué un rôle national ? Fut-elle un gouvernement provisoire, comme de Wellens le craignait le 8 septembre ? Il ne paraît pas. Gendebien qui en faisait partie écrit, le 16 septembre, à de Potter que « la commission de sûreté, dont il a le malheur de faire partie, a un mandat exprès et très limité qu’elle tient des sections et de la régence de Bruxelles ; elle ne peut donc, sans contrevenir à son mandat, se mettre en contradiction avec la représentation nationale, se constituer en gouvernement provisoire14 ».

  • 15 De Gerlache. Histoire du royaume des Pays-Bas depuis 1814 jusqu’en 1830. Bruxelles 1839, tome II, (...)
  • 16 « Le roi nous a convoqués, en vertu de la loi fondamentale, et il en a le droit, car nous ne somme (...)
  • 17 Juste, o. c, tome II, appendice, p. 181. Lesbroussart à de Potter.
  • 18 Ibid., p. 184. Gendebien à de Potter, le 10 septembre.
  • 19 Ibid., p. 192. Gendebien à de Potter, le 16 septembre.

9Elle prend une seule décision révolutionnaire ; elle se débarrasse du procureur du roi Schuermans. Mais elle ne peut pas aller de l’avant : les députés sont à La Haye, et il faudrait rompre avec la représentation nationale. La décision prise par ces derniers à Bruxelles, le 8 septembre, d’assister à la session extraordinaire est donc capitale. Le 3 septembre, ils déclarent attendre à Bruxelles le résultat de la démarche du prince d’Orange, auprès de son père ; le 6 septembre, ils persistent dans leur attitude ; le 7 septembre, au soir, ils vont trouver à Vilvorde le prince Frédéric et le supplient de représenter à son père, la nécessité d’accorder rapidement la séparation15. Un revirement se produit le 8 septembre, au matin. Ils partent pour La Haye ; c’était la seule attitude possible. Rester à Bruxelles, c’était se mettre en révolte ouverte. Obtenir la séparation comblait tous les vœux. Un chemin y conduisait ; la voie parlementaire ; sans doute elle était longue, mais le but serait atteint16. Il n’empêche que ce départ fut jugé une reculade par les exaltés. Lesbroussart écrit à de Potter : « C’est une grande faute née de la faiblesse, de l’égoïsme ou d’une étrange erreur de jugement17. » Gendebien écrit au même : « Les députés revenus de Paris et ceux qui se sont joints à eux ont paru se mettre à la tête du mouvement tout légal ; puis ils ont fléchi et tout gâté. Ils vont discuter lentement et lâchement à La Haye18 », et le 16 septembre, il revient encore à la charge : « Après avoir tout compromis, après nous avoir jetés dans la position la plus fausse, ils nous ont abandonnés, accablés de toutes les chances d’anarchie pour aller, eux, se mettre en sécurité à La Haye et discuter lentement une question déjà résolue en fait et qu’un seul mot de leur part pouvait consolider19. » Dès ce jour la scission est faite entre modérés et exaltés. Entre ceux qui s’en remettent aux décisions des États Généraux et ceux qui n’ont pas confiance dans les voies légales, la scission ira s’accentuant. La commission de sûreté, qui compte cependant parmi ses membres Gendebien, de Mérode, Van de Weyer, reste dans les limites de son mandat. Dès lors plus de doute possible : des frictions vont se produire. L’armée est toujours aux portes de la ville, les journaux hollandais injurient bassement les Belges. Le discours royal du 13 septembre n’annonce aucune concession immédiate, la machine parlementaire est lente à mettre en marche. Les Liégeois soufflent sur le feu. Le peuple souffre, crie misère. La rupture complète entre les deux grands groupes de l’opposition est proche.

  • 20 Le Belge, 17 septembre.

10Le 15 septembre, réunion plénière à l’hôtel de ville. Le voile va se déchirer. Le discours du trône avait provoqué des manifestations. Aussi le conseil de la garde convoque-t-il pour le 15 septembre, au matin, 4 députés par section (32 en tout) auprès de la commission de sûreté et de l’état-major pour aviser aux mesures à prendre. L’assemblée « fut, unanimement, d’accord que le discours du roi avait produit une impression pénible et une effervescence dont il importait de prévenir les résultats ; d’après cela, la commission de sûreté publique présenta un projet d’adresse aux députés des provinces méridionales du royaume, pour protester, par un récit exact des faits émanant de la population entière de Bruxelles, contre l’exposé infidèle de ces faits contenu dans le discours du trône et pour rappeler aux députés les devoirs que leur impose l’état actuel des choses20 ».

  • 21 Le Belge, 17 septembre.
  • 22 Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 48. Cartwright à Aberdeen, 15 septembre.
  • 23 Ibidem.

11La séance fut rendue publique et les députés de chaque section furent invités à donner individuellement leur avis. « Alors un membre de la réunion demanda la parole pour une question préalable ; il désirait savoir s’il ne convenait pas d’insérer dans l’adresse la mention de l’établissement prochain d’un gouvernement provisoire, à défaut d’obtenir promptement justice. Une vive discussion s’éleva : un député de la première section soutint, à l’encontre de cette proposition, que l’adresse était inopportune et intempestive21 » Elle était cependant modérée, aussi bien dans le fond que dans la forme, ce qui lui aliéna tous les extrémistes. Aussi elle souleva une discussion orageuse qui dura trois heures entre « Girondins et Montagnards ». Les Liégeois reprochent aux Bruxellois leurs précautions et passent aux menaces : « On fera marcher le Borinage » crient-ils, lorsque les Bruxellois déclarent vouloir rester dans la légalité. Les modérés Spinnael, Jottrand, Claes leur répondent : « Vous n’avez pas d’argent22. » Finalement, la scission se trouva consommée : les Liégeois et les extrémistes, Ducpétiaux en tête, s’étaient retirés à l’hôtel de la Paix23, tandis que les délégués des sections et les notables décidaient qu’un comité de rédaction modifierait le projet d’adresse, jugé vraiment trop protocolaire.

  • 24 Gedenkstukken, 1830-1840, I, 48. Cartwright à Aberdeen.
  • 25 Procès-verbal de la délibération du 15 sept. Juste, o. c, II, p. 83.

12Le soir, le projet amendé fut adopté à l’unanimité des représentants de la bourgeoisie bruxelloise. Mais les Montagnards n’étaient plus là. A l’hôtel de la Paix, ils avaient rédigé une adresse aux députés, les sommant de rentrer sur le champ, s’ils n’obtenaient pas la séparation immédiate24 ; à la commission de sûreté, ils avaient envoyé un factum, la requérant de prendre des mesures énergiques, des mesures proprement révolutionnaires : a) organisation et armement complet de la garde bourgeoise et élargissement de ses cadres ; b) organisation de compagnies franches dans les campagnes ; c) choix d’un chef pour commander les forces nationales ; d) surveillance de la rentrée des deniers publics et leur destination à la cause nationale ; e) surveillance rigoureuse du service des postes et des autres administrations dont les agents pourraient se mettre en opposition avec la cause nationale ; f) rappel à Bruxelles des députés belges, du moment que le principe de la séparation ne serait pas consacré dans l’adresse ; g) appel sous les drapeaux nationaux des militaires belges25.

  • 26 Texte du règlement : Événements de Bruxelles, chez de Greef-Laduron, p. 79 s.
  • 27 Discailles, Charles Rogier d’après des documents inédits. Bruxelles, 1892-1895, I, 206.
  • 28 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la révolution, p. 6.

13Ils s’étaient donné rendez-vous, pour le soir, à la salle des beaux-arts, rue de Bavière. Là toutes les têtes chaudes sont réunies ; elles veulent déborder les timides et à cette fin, agir sur le peuple. Elles choisissent un local plus vaste, la salle Saint-Georges, et décident la fondation d’un véritable club, d’un organisme solidement établi, ayant un règlement et un comité. Le but de la société est de « favoriser l’émission libre et la discussion calme de tout principe patriotique, ainsi que la proposition et l’exécution énergique de toute mesure jugée utile au triomphe des intérêts moraux et matériels des provinces méridionales ». Le règlement stipule bien que la Réunion centrale se mettra en rapport avec les autres villes de la Belgique26. Rogier est acclamé président, mais il refuse cet honneur, en sa qualité d’étranger à Bruxelles ; il recommande Ducpétiaux pour la présidence et accepte la vice-présidence27. Feigneaux fils, Grégoire, Adolphe et Félix Bayet, Van Halen, Niellon, Chazal, Stieldorf, Engelspach-Lari-vière, Nique, Leclercq, Renard, Rodenbach sont les membres les plus actifs. Ce sont pour la plupart des jeunes gens exaltés, bruxellois, liégeois, tournaisiens, tous hommes d’action. Les Liégeois y dominent par leur énergie et le talent oratoire de leur jeune chef, Charles Rogier28. Leur intention de « forcer la main à la Commission de sûreté publique et de la déborder au besoin » apparaît nettement. Le 16 septembre, un inconnu, J. Donies, propose :

14« 1° D’envoyer une députation près de la commission de sûreté, à l’effet de prendre des mesures tout de suite pour faire surveiller les opérations de la banque, afin qu’elle n’envoie plus de fonds hors de Bruxelles ;

15 » 2° De faire verser à la dite commission l’argent qui se trouve entre les mains des receveurs d’ici et de ses environs ;

16 » 3° De faire surveiller, avec attention, l’entrée et la sortie des individus de Bruxelles.

  • 29 Juste, o. c, II, p. 84.
  • 30 Ibidem.

17La Réunion centrale adopte évidemment cette proposition29 Le 17 septembre, nouvel assaut ; la Réunion centrale adresse à la commission de sûreté un véritable ultimatum : « Messieurs, des nouvelles alarmantes parviennent de tous côtés à la réunion centrale, appuyées de preuves authentiques. Tous les citoyens armés pour la défense de la patrie s’émeuvent. Les soussignés demandent au comité de sûreté publique quelles sont les mesures qu’il a prises et se propose de prendre pour tranquilliser les esprits et repousser l’agression du gouvernement30. »

  • 31 Le Belge, 20 septembre.

18Le 18 septembre, la Réunion centrale est vraiment devenue le centre révolutionnaire. On y reçoit des adhésions de volontaires provinciaux, des nouvelles des soulèvements locaux. Devant l’imminence d’une attaque, un membre proposant de faire élever des barricades, il est décidé que si, le lendemain, la commission de sûreté n’a pas ordonné ces travaux, la réunion les ordonnera elle-même31 La Réunion centrale va déborder la commission de sûreté. En fin de séance, il est décidé : 1° que des vedettes et sentinelles seront placées hors de toutes les portes ; 2° que la moitié de la garde bourgeoise sera invitée à rester sous les armes.

  • 32 A narrative of a few weeks in Brussels, by a resident. Brussels, 1830, p. 59.
  • 33 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la révolution, p. 6.

19L’influence de ce club sur la masse du peuple fut très forte et contribua réellement à entretenir son irritation32 Le résultat le plus clair qu’il obtint fut de faire perdre toute confiance dans la commission de sûreté dont on méprise, dès lors, les ordres toujours anodins33.

  • 34 Juste, t. II, p. 197. Réponse de Gendebien aux questions contenues au procès-verbal de la réunion (...)

20Établir un gouvernement provisoire qui dictàt au roi les conditions de la soumission paraissait aux exaltés de la réunion centrale le meilleur moyen pour obtenir l’affranchissement de la Belgique, sous une même dynastie que la Hollande34.

21La commission de sûreté et la majorité des bourgeois ne voulaient pas entendre parler de gouvernement provisoire. Il fallait donc soulever le peuple, prêt d’ailleurs à répondre à toute excitation.

***

  • 35 « Un hiver aussi rigoureux que prolongé est venu accabler une grande partie de la population, mult (...)
  • 36 De Boer, twee memorien over den toestand der Britische en Zuidnederlandsche ijzerindustrie door G. (...)
  • 37 Van Hogendorp, Brieven en Gedenkschriften, s’Gravenhage 1901-1903. VII, p. 243 (réflexion du 8 fév (...)
  • 38 R.A. Binnenlandsche Zaken. Exh., 3 sept. 1830, n° 3, geheim. Rapport gouverneur du Luxembourg Will (...)

22Le prolétariat en 1830 était dans la misère. L’hiver avait été désastreux35. Les salaires étaient beaucoup plus bas qu’en Angleterre et seulement un peu plus élevés que dans les pays les plus pauvres de l’Europe36 Les impôts étaient devenus de plus en plus lourds. Ils n’avaient jamais été aussi écrasants en Belgique, ni sous l’Espagne, ni sous l’Autriche, ni sous la France37. Autre source de misère : la récolte était mauvaise et les-vivres à un haut prix38 En outre la situation de l’industrie en août 1830 était difficile. Les créations de Guillaume Ier souffraient des conséquences d’un trop rapide développement et des maux de la surproduction. Dès avant le 25 août les demandes de secours parviennent à La Haye et les fonctionnaires provinciaux engagent le gouvernement à intervenir énergiquement.

  • 39 R.A. Staats Secretarie, geheim, 16 août, J. 26. Rapport Van Gob-belschroy, ministre de l’Industrie (...)
  • 40 R.A. Justicie, geheim. 11-9-1830 Z33. Bourgmestre de Tournay, comte de Béthune au gouverneur du Ha (...)
  • 41 R.A. Justicie. 21 sept. 1830 R36. Leignes, substitut du procureur général à Liége, au ministre de (...)

23Le textile gantois ne peut écouler tous ses produits et réclame des fonds au ministre de l’Industrie Nationale, des ordres d’achat à la Société de Commerce39. A Tournay, une grande fabrique de tapis, qui occupe plusieurs milliers d’ouvriers n’a plus de commandes40. Des difficultés semblables frappent l’industrie minière et métallurgique. Hannonnet-Gendarme, qui possède dans la région de Couvin la plus importante exploitation du fer après John Cockerill, arrête le travail dans ses mines au début de septembre41

  • 42 R.A. Staats Secretarie, 3473. Dès avant juin des calamités ont affligé le commerce et l’industrie (...)

24Guilmain qui vient de créer à Prayon un grand établissement pour le traitement des métaux est à court de capitaux42

  • 43 R.A. Binnenlandsche Zaken. 17 septembre 1830, n° 1, Geheim. Copies de deux lettres de la direction (...)

25Par ailleurs le grand établissement de crédit, la « Société Générale des Pays-Bas pour le développement de l’Industrie Nationale » éprouve, elle aussi, des embarras. Le 1er septembre, les événements politiques l’ont obligée à retarder d’un jour l’expédition des escomptes présentés au conseil de la Direction et elle en a rejeté un cinquième ; de plus elle voit son crédit ébranlé, car les effets escomptés par elle ne sont pas acquittés à mesure de leur échéance43.

  • 44 M. Dinger Hattink dans son livre De Brusselsche opstand van Augustus 1830, Amsterdam, 1930, a mont (...)
  • 45 Courrier des Pays-Bas, 28 août. Voir aussi Mémoires de Capiaumont, p. 677.
  • 46 Courrier des Pays-Bas, 28 août. Voir aussi Mémoires de Capiaumont, p. 677.
  • 47 Le 4 septembre 1830 Wilson informe le gouverneur de la Province, Vanderfosse, qu’il a continué à p (...)

26La situation économique n’était donc pas claire aux alentours du mois d’août 1830. Rien d’étonnant que, fin août, le peuple réclame du pain à Bruxelles, à Verviers, à Liége. Les premières mesures prises par les autorités tendent à satisfaire les besoins matériels44 Dès le 26 août, la régence de Bruxelles supprime l’impôt-mouture « pour calmer les classes inférieures que l’augmentation du prix des grains et du pain irritait45. Le Courrier46 conjure tous les habitants qui par leur position peuvent exercer quelque influence sur la population ouvrière d’intervenir promptement : « Qu’on donne aux ouvriers du travail, même inutile, s’il le faut. » Il y a des sans-travail : la racaille a pillé chez Wilson, à Uccle ; on a saccagé chez Bosdevex-Bal, chez Rey47.

  • 48 Courrier des Pays-Bas, 1er septembre et Kort Verhaal der voor-naamste gebeurtenissen te Brussel, p (...)
  • 49 M. Horis, chargé de ces travaux extraordinaires « tant aux anciens remparts qu’en autres lieues » (...)

27A partir du 1er septembre, les travaux du canal de Charleroi à Bruxelles en absorbent un certain nombre48, et la ville fait exécuter des travaux extraordinaires aux anciens remparts. Manquant d’argent, elle y emploie au début peu d’ouvriers49

28Dans toutes les villes d’ailleurs où les événements de Bruxelles ont eu leur répercussion, c’est à adoucir la misère populaire que les autorités ont immédiatement veillé.

  • 50 Lejear, Histoire de la ville de Verviers, période hollandaise et révolution belge de 1830 (Bulleti (...)
  • 51 Journal de Verviers, 2 septembre 1830.
  • 52 « Le bureau central de bienfaisance fera distribuer aux comités de secours de la ville une somme é (...)

29A Verviers, le 29 août, la commission de sûreté a décidé la séquestration des machines à tondre, une baisse de 10 cents sur le prix du pain de trois kilos et la restitution de tous les gages en dessous de 10 florins50. Le 1er septembre, elle abolit provisoirement la taxe municipale établie sur le beurre et toute espèce de fromage51. A Liége, la séance du 30 août du conseil de régence est consacrée à des préoccupations identiques52.

  • 53 Leignes à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, p. 89.
  • 54 Observateur du Hainaut, 5 septembre 1830.
  • 55 Dieu, Louvain pendant la révolution belge de 1830. Louvain 1930, p. 53.
  • 56 Proclamation de la Régence et de la commission de sûreté, 8 septembre 1830. « Nous ferons tous nos (...)

30A Namur, le 30 août, le droit d’octroi sur l’abattage est aboli53 ; à Mons, le 4 septembre, l’impôt sur le charbon est supprimé54 ; à Louvain, mêmes soucis ainsi qu’en témoigne une proclamation de la régence du 9 septembre55. A Huy, la régence et la commission de sûreté prennent aussi des mesures qui tendent à soulager la détresse effroyable du prolétariat, dont témoigne une requête d’un garde bourgeois, Daxhelet, à la commission de sûreté de cette ville56.

  • 57 Mier à Metternich, Gedenkstukken 1830-1840, III, p. 149.
    Hallo, Bijdragen tot de geschiedenis der N (...)
  • 58 Événements de Bruxelles (de Greef-Laduron), p. 48.

31A Bruxelles, la situation va de mal en pis. La cherté des vivres est excessive57. Au 5 septembre, la question politique reste sans doute, au premier plan, mais on espère de La Haye une réponse favorable qui permette « de jeter un regard en arrière, de sonder enfin la plaie affreuse du commerce et de porter l’attention sur l’état horrible de la misère publique58.

  • 59 Buffin, o. c. p. 100. Lettre de Staedtler du 8 septembbre. Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 36. Let (...)

32 » Le mal va s’étendre ; les manufactures renvoient leurs ouvriers » ; le commerce et tous genres d’industrie languissent59. Aussi les meneurs excitent-ils les ouvriers à se porter à des excès.

  • 60 Le Belge, 12 septembre.
  • 61 La Société Générale de Belgique (1822-1922). Bruxelles 1922, p. 31.
  • 62 Esquisses historiques, p. 161.
  • 63 Gedenkstukken, 1830-181/0, I, p. 36 : lettre du 10 septembre de Cartwright à Aberdeen.
  • 64 Esquisses historiques, p. 161.
  • 65 Buffin, op. cit., 119. Lettre de Staedtler du 12 septembre.
  • 66 Ausführliche Darstellung der Ursachen und Begebenheiten der belgischen Revolution, Stuttgart 1830  (...)

33Les mesures de la régence se révèlent insuffisantes. Dans la nuit du 9 au 10 septembre, des ouvriers tentent, mais en vain, de désarmer des pelotons de la garde bourgeoise60. Les salaires des ouvriers employés aux travaux de la ville vident les caisses. Heureusement la direction de la Société Générale consent un prêt de 100.000 florins61. Le 13 septembre, la régence fait commencer les travaux du boulevard entre la porte de Hal et la porte d’An-derlecht. Les salaires sont dérisoires62. Le crédit public est ébranlé. La Banque ne change ses propres billets qu’en donnant 1/5 en argent, de sorte qu’une personne présentant un billet de 500 florins obtient seulement 100 florins en argent et le reste en billets de banque63 L’état-major et le conseil de la garde s’efforcent de rassurer le public par une proclamation du 10 septembre : « Les principaux négociants s’engagent entre eux et dans l’intérêt du commerce, en général, à accepter ces billets en paiement, et il vient d’être enjoint à tout receveur des deniers publics et taxes de les recevoir aussi, en paiement de taxes et contributions de toute espèce64. » En dépit de ces mesures, la confiance est détruite et la misère augmente. « La crise commerciale et industrielle est, à la vérité, telle que, si les circonstances ne changent pas bientôt, la ruine du pays est inévitable », écrit Staedtler le 15 septembre65 Les pauvres assiégent les portes des hôtels du haut de la ville et on leur distribue du pain, jour par jour. Par surcroît, les ouvriers réclament une augmentation de salaire de 25 cents. Armés de pioches et de pelles, ils se présentent, le 16 septembre, devant l’hôtel de ville. On leur accorde 10 cents. Ils se dispersent peu satisfaits et déclarent qu’ils sont bien décidés à revenir bientôt pour obtenir le reste66.

  • 67 « Notre commerce est anéanti par l’état bâtard dans lequel on nous laisse, faute d’oser prendre un (...)
  • 68 Juste, op. cit., II, p. 187.
  • 69 A narrative of a few weeks in Brussels by a resident, Bruxelles 1830 ; 51. Sur la propagande orang (...)

34La situation économique va provoquer un désastre67. Pareille situation ne pouvait que hâter l’heure des violences et dans la ville que guette l’anarchie, les agitateurs ont beau jeu. Les têtes chaudes de la réunion centrale, les agents orangistes se disputent le peuple. Levae écrit à de Potter « qu’un pouvoir occulte excite les ouvriers à élever des prétentions insoutenables ou ridicules » et il craint qu’on ne les pousse un jour à une contre-révolution dont les bons citoyens seront les victimes68 Un Anglais, auteur anonyme de la Narrative of a few weeks in Brussels, note que les classes ouvrières, privées de leurs moyens ordinaires de subsistance, par la stagnation générale des affaires, écoutent avec empressement les agitateurs machiavéliques qui infestent les cabarets de la capitale69.

  • 70 Gendebien à de Potter, 16 septembre. Juste, op. cit., II, p. 193.
  • 71 « Les bons bourgeois se retirent de la garde », lettre de Staedtler du 14 septembre. Buffin, op. c (...)
  • 72 Bataille de Bruxelles, 2e époque ; 5.
  • 73 Le 18 septembre, Van de Weyer avoue à Staedtler qu’il ne voit pas d’issue et Jottrand, rédacteur d (...)

35Le grand danger d’ailleurs, c’est que la populace ne fasse ses propres affaires, comme au 25 août, et qu’elle ne se mette à piller. C’est bien là-dessus que comptent les agitateurs orangistes. Les ouvriers crient famine ; sans pain, ils s’en procureront par des moyens violents. La garde bourgeoise fatiguée, comptant dans ses rangs, à côté de bourgeois craintifs, des hommes du peuple, sera incapable de s’opposer aux excès de la classe ouvrière. La bourgeoisie dès lors réclamera à cor et à cri la rentrée des troupes. Ainsi réfléchissent les ministériels. Le peuple n’écouta pas ces excitations malsaines, mais les discours de Rogier l’enflammèrent. Au 16 septembre, Gendebien voit juste quand il écrit à de Potter : « Nous serons débordés par le peuple qui agira bien ou mal selon la direction qui lui sera imprimée70. » Gendebien cependant garde peu d’espoir ; la lassitude finira par vaincre les hommes les mieux disposés. L’enthousiasme dans la garde bourgeoise a sensiblement diminué71. Nombre de gens appellent de tous leurs vœux le rétablissement de l’ancien ordre. La situation de Bruxelles, au 15 septembre, est trouble72 La commission de sûreté est sans autorité73. La Réunion centrale fait de la surenchère. Le peuple crie famine. La bourgeoisie, menacée à la fois par le roi et par la populace, se trouve dans la position la plus critique. Mais le dénouement approche : l’annonce de la marche des troupes royales sur Bruxelles, les récits « apocalyptiques » de Vleminckx et Nicolaï précipitent les événements.

Notes

1 Mier à Metternich. Gedenkstukken, 1830-1840, tome III, p. 144.

2 Du Chastel, 1830, Les Hollandais avant, pendant et après la révolution, Bruxelles, 1908, p. 81.

3 Mémoires de Gendebien, éd. Garsou, p. 205.

4 « La ville jouit du plus grand calme ; tout le monde attend avec impatience les nouvelles de La Haye et le retour du prince dans nos murs. » Le Belge, 6 septembre.
« Le pays tout en continuant ses armements se livrait aux plus bruyantes espérances (dans le prince d’Orange). Malgré les apparences belliqueuses, la révolution, on peut l’affirmer et tous les hommes de 1830 le diront avec moi, n’était pas encore entrée dans les vœux de la Nation. » Luesemans, 1830. Liége-Bruxelles, Liége, 1880, p. 77.

5 Mémoire Van der Smissen, Revue de Belgique, 1896, 2e série, XVIII, p. 215.

6 Staedtler à d’Arenberg. Buffin, Documents inédits, Bruxelles, 1910, pp. 89 s.

7 Van Bijlandt, Verhaal van het oproer te Brussel 25 Aug. 1830 en volg. dagen, ‘s Gravenhage 1831, p. 88.

8 Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 36. Lettre du 10 sept. de Cart-wright à Lord Aberdeen.

9 Lettre du 14 de Cartwright à Lord Aberdeen, ibid. p. 45.

10 Proclamation d’Hooghvorst, 11 septembre. Esquisses historiques, p. 162.

11 Délibérations du conseil de Régence de Bruxelles. Archives de la ville de Bruxelles, séances du 6 et du 8 septembre. Le conseil « ouvre un crédit de 40.000 florins pour acheter des armes à Liége ».

12 Revue de Belgique, mémoire Stevens, 2e série, XVIII, pp. 379 s.

13 Gedenkstukken, 1830-1840, IV, p. 147. Les raisons qu’elle donne de son attitude sont consignées dans le rapport que Stevens adresse à La Haye, le 11 septembre. Motifs :
a) Les explications données en séance par d’Hooghvorst ;
b) La déclaration du gouverneur qui considérait cette commission comme utile et très durable ;
c) Vu les circonstances très graves, ce qu’on a en vue, c’est le salut du peuple, donc le maintien de la dynastie ;
d) D’ailleurs l’établissement d’une commission de sûreté n’a rien de contraire à leur serment.
Voir également Revue de Belgique, 2e série, XVIII, p. 383.

14 Lettre de Gendebien à de Potter, 16 septembre. Juste, o. c, t. II, append. p. 192.

15 De Gerlache. Histoire du royaume des Pays-Bas depuis 1814 jusqu’en 1830. Bruxelles 1839, tome II, p. 53.

16 « Le roi nous a convoqués, en vertu de la loi fondamentale, et il en a le droit, car nous ne sommes point légalement séparés de la Hollande. Refuser de se rendre à l’appel du roi, c’est se constituer en révolte ouverte. Or est-ce là ce que nous voulons ? Que demandons-nous ? le redressement des griefs ! Et pourquoi ? Pour prévenir les calamités qu’aucun de nous n’oserait appeler sur son pays. La question de séparation s’agite à La Haye ; nous devons y aller, pour être conséquens avec nous-mêmes ; nous devons y aller pour tâcher de faire prévaloir cette combinaison dans laquelle nous voyons un moyen de salut. » De Gerlache, Histoire du royaume des Pays-Bas depuis 1814 jusqu’en 1830, tome I, p. 519.

17 Juste, o. c, tome II, appendice, p. 181. Lesbroussart à de Potter.

18 Ibid., p. 184. Gendebien à de Potter, le 10 septembre.

19 Ibid., p. 192. Gendebien à de Potter, le 16 septembre.

20 Le Belge, 17 septembre.

21 Le Belge, 17 septembre.

22 Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 48. Cartwright à Aberdeen, 15 septembre.

23 Ibidem.

24 Gedenkstukken, 1830-1840, I, 48. Cartwright à Aberdeen.

25 Procès-verbal de la délibération du 15 sept. Juste, o. c, II, p. 83.

26 Texte du règlement : Événements de Bruxelles, chez de Greef-Laduron, p. 79 s.

27 Discailles, Charles Rogier d’après des documents inédits. Bruxelles, 1892-1895, I, 206.

28 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la révolution, p. 6.

29 Juste, o. c, II, p. 84.

30 Ibidem.

31 Le Belge, 20 septembre.

32 A narrative of a few weeks in Brussels, by a resident. Brussels, 1830, p. 59.

33 Bataille de Bruxelles, 2e époque de la révolution, p. 6.

34 Juste, t. II, p. 197. Réponse de Gendebien aux questions contenues au procès-verbal de la réunion belge à Paris dans la séance du 18 septembre.

35 « Un hiver aussi rigoureux que prolongé est venu accabler une grande partie de la population, multiplier ses besoins et occasionner une grande cherté dans les objets de première nécessité. » (Mémorial administratif du Brabant. Exposé de la situation de la province du Brabant méridional, présenté par la députation permanente à l’ouverture de la réunion ordinaire de 1830).
« Les dons de la charité privée se sont mis en proportion avec les besoins extraordinaires qu’avait fait naître l’hiver dernier, parmi les classes nombreuses des nécessiteux ; l’extrême misère qu’on devait craindre pour ces classes a été prévenue grâce à ces efforts généreux. » (Exposé de la situation de la province de Liége présenté par la députation permanente à l’ouverture de la session des Etats provinciaux de 1830.)

36 De Boer, twee memorien over den toestand der Britische en Zuidnederlandsche ijzerindustrie door G. M. Roentgen uit de jaren 1822 en 1823. Economisch Historisch Jaarboek, 1923, p. 149.

37 Van Hogendorp, Brieven en Gedenkschriften, s’Gravenhage 1901-1903. VII, p. 243 (réflexion du 8 février 1832).

38 R.A. Binnenlandsche Zaken. Exh., 3 sept. 1830, n° 3, geheim. Rapport gouverneur du Luxembourg Willmar au ministre, 30 août 1830. « Excessive cherté des vivres dont les classes inférieures des villes de Luxembourg et d’Arlon souffrent péniblement. Le prix de la main-d’œuvre ne suffit pas pour fournir le pain aux familles... Les causes qu’on indique sont qu’à cette époque s’achètent les grains pour les semences dont le prix est toujours élevé, que les grains de la récolte ne sont pas battus, que celle-ci laisse appréhender un manquant considérable, que les provisions de pommes de terre sont épuisées, que ce qui en reste et le vieux grain sont fournis aux marchés avec parcimonie et à des prix exorbitans. » et R.A. Justitie, 1830, geheim. « La récolte sous le rapport des céréales destinées à la nourriture des personnes présente un fort mauvais résultat. » de Lantremange, premier avocat général, faisant fonction de procureur général, au ministre de la Justice. Maestricht, le 3 septembre 1830 après une « tournée d’inspection dans les environs de Waremme.

39 R.A. Staats Secretarie, geheim, 16 août, J. 26. Rapport Van Gob-belschroy, ministre de l’Industrie Nationale au Roi, 14 août 1830.

40 R.A. Justicie, geheim. 11-9-1830 Z33. Bourgmestre de Tournay, comte de Béthune au gouverneur du Hainaut, de Macar, le 22 août 1830, met en cause les successeurs de Piat-Lefebvre et Cie, Schumacher, Overs-man et Cie « quand ils ont acheté la fabrique ils avaient pour 18 mois de commande, ils ont voulu gagner de l’argent, ont augmenté leurs ateliers et en 8 mois ils ont fait ce que prudemment ils n’eussent dû faire qu’en 18 ».

41 R.A. Justicie. 21 sept. 1830 R36. Leignes, substitut du procureur général à Liége, au ministre de la Justice, 9 septembre 1830, et R.A. Staats Secretarie, 3468. Général Van Geen au directeur général de la guerre, 11 sept. 1830.

42 R.A. Staats Secretarie, 3473. Dès avant juin des calamités ont affligé le commerce et l’industrie dans la province de Liége. « De nombreuses et considérables faillites éclatant coup sur coup avaient répandu partout l’alarme et la défiance. Le crédit atteint dans ses sources rendait l’escompte ou ruineux ou extrêmement difficile. Se faire de l’argent en un mot était chose à peu près impossible. » Guilmain au gouverneur de la Province de Liége, Sandberg. Liége, le 14 septembre 1830.

43 R.A. Binnenlandsche Zaken. 17 septembre 1830, n° 1, Geheim. Copies de deux lettres de la direction de la Société Générale, en date du 3 et du 9 septembre 1830 au gouverneur de la province de Hainaut.
La Société Générale manqua bientôt d’espèces. Le 17 septembre 1830, elle implore le ministre des Finances d’intervenir auprès du Syndicat d’Amortissement, afin d’obtenir un emprunt de 3 millions de florins. R.A. Staats Secretarie, geheim. 22 sept., S33, gouverneur de la Société Repelear van Driel au ministre Tets van Goudriaen. Bruxelles, 17 sept. 1830.

44 M. Dinger Hattink dans son livre De Brusselsche opstand van Augustus 1830, Amsterdam, 1930, a montré les dessous économiques de l’émeute du 25 août 1830.

45 Courrier des Pays-Bas, 28 août. Voir aussi Mémoires de Capiaumont, p. 677.

46 Courrier des Pays-Bas, 28 août. Voir aussi Mémoires de Capiaumont, p. 677.

47 Le 4 septembre 1830 Wilson informe le gouverneur de la Province, Vanderfosse, qu’il a continué à payer leur salaire aux ouvriers qu’il ne pouvait plus employer vu l’état de ses fabriques, mais il réclame un secours rapide. « Les transactions commerciales se trouvant paralysées dans ce moment et plusieurs dépenses à faire pour ma fabrique étant d’une nécessité urgente. » Les frères Rey espèrent que dans peu de temps ils pourront occuper le même nombre d’ouvriers que ci-devant, mais toujours grâce à l’appui gouvernemental, tandis que Bos-devex et Bal demandent une avance de 25.000 florins pour donner du travail « à nos pauvres ouvriers qui vont manquer de pain et qui déjà viennent nous trouver pour avoir une occupation quelconque que nous ne sommes pas en état de leur procurer ». Or le secours de l’Etat ne vint pas, et l’on se demande si ces industriels ont pu continuer leurs débours.
R.A. Binnenlandsche Zaken. 8 septembre 1830, n° 5. Rapport du gouverneur Van der Fosse au ministre : 6 septembre 1830 avec les lettres des industriels datées du 4 septembre 1830 et R.A. Staats Secretarie, geheim, 21 septembre 1830, K33. Lettre au ministre du Water-staat. de l’Industrie Nationale et des Colonies.

48 Courrier des Pays-Bas, 1er septembre et Kort Verhaal der voor-naamste gebeurtenissen te Brussel, p. 28.

49 M. Horis, chargé de ces travaux extraordinaires « tant aux anciens remparts qu’en autres lieues » paye aux ouvriers : du 30 août au 4 septembre 1.514 florins 41, du 6 au 11 septembre 1.926 fl. 55 ; du 13 au 18 septembre 4.550 fl. 24 ; du 20 au 25 septembre 8.807 fl. 97 ; du 27 septembre au 2 octobre 6.198 fl. 97, et reçoit de la Régence de la ville de Bruxelles le 4 septembre 1.000 florins, le 11 septembre 1.600 florins, le 17 septembre 2.000 florins, le 18 septembre 2.500 florins, le 24 septembre 1.500 florins reçus de la commission centrale, le 28 septembre 2.800 florins, le 1er octobre 10.150 florins. Les travaux continuèrent jusqu’au 8 janvier 1831 ; 237.472 florins 18 furent distribués en salaires ; 236.250 florins furent reçus par M. Horis, Archives de la ville de Bruxelles. Pièces à l’appui des comptes, 40-110. Le salaire étant de 50 cents par jour pour les ouvriers de plus de 18 ans, de 25 cents pour ceux qui ont entre 14 et 18 ans, on peut évaluer approximativement les ouvriers occupés à partir de 13 septembre à 1.500.

50 Lejear, Histoire de la ville de Verviers, période hollandaise et révolution belge de 1830 (Bulletin de la société verviétoise d’archéologie et d’histoire, 1906, VII, 211 et s.).

51 Journal de Verviers, 2 septembre 1830.

52 « Le bureau central de bienfaisance fera distribuer aux comités de secours de la ville une somme égale à celle que l’on paye pour un demi-mois d’hiver. Les secours ne seront distribués qu’aux seuls ouvriers inoccupés... A partir de demain, mardi, 31 août courant les comités de secours sont autorisés à distribuer à domicile des bons pour obtenir le pain dit de ménage à raison de 20 cents. La différence sera bonifiée aux boulangers par la Régence sur la représentation des bons. » Procès-verbal de la séance du 30 août 1830 du conseil de Régence de la ville de Liége. (Archives de la ville de Liége. Registre des délibérations du conseil de Régence.)

53 Leignes à Van Maanen. Gedenkstukken, 1830-1840, IV, p. 89.

54 Observateur du Hainaut, 5 septembre 1830.

55 Dieu, Louvain pendant la révolution belge de 1830. Louvain 1930, p. 53.

56 Proclamation de la Régence et de la commission de sûreté, 8 septembre 1830. « Nous ferons tous nos efforts pour secourir des indigents qui manquent momentanément d’ouvrage. A partir de demain, il leur sera délivré à domicile des bons pour obtenir le pain de 22 cents à raison de 11 cents. » Rapports de la commission de sûreté publiés par M. E. Dantinne, La Révolution de 1830 à Huy. Huy 1931, p. 100.
Le garde Daxhelet suggère de parfaire la rétribution des ouvriers de la garde par une souscription. « Ces ouvriers accablés en ce moment de la plus grande misère, par suite de la privation d’ouvrage, n’auraient plus à lutter contre des bourgeois, mais seulement contre l’étranger et nous rendraient dès lors une tranquillité plus assurée. » Archives de la garde urbaine, E. Dantinne, o. c, p. 95.

57 Mier à Metternich, Gedenkstukken 1830-1840, III, p. 149.
Hallo, Bijdragen tot de geschiedenis der Nederlanden, Amsterdam 1830-1831, p. 96 : « le prix des vivres augmentait journellement, le pain coûtait alors le double du prix ordinaire et la livre de viande, 1 florin »

58 Événements de Bruxelles (de Greef-Laduron), p. 48.

59 Buffin, o. c. p. 100. Lettre de Staedtler du 8 septembbre. Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 36. Lettre de Cartwright à Lord Aberdeen, 10 sept. — Gedenkstukken, 1830-1840, I, p. 40. Lettre de Falck à Wellington, 12 septembre : « Le syndic des bouchers est venu se plaindre que la consommation de viande était réduite à la moitié, ce qui prouve surtout l’absence des résidents anglais. » Le Belge, 10 septembre : « Une assez grande fermentation continue à régner dans le peuple par l’incertitude dans laquelle on nous laisse, incertitude qui entrave les opérations commerciales, à tel point qu’un grand nombre de petits fabricants et manufacturiers suspendent leurs travaux et grand nombre d’ouvriers privés d’ouvrage sont rejetés, exaspérés au milieu d’une population, si facile dans la situation actuelle, à soulever. »

60 Le Belge, 12 septembre.

61 La Société Générale de Belgique (1822-1922). Bruxelles 1922, p. 31.

62 Esquisses historiques, p. 161.

63 Gedenkstukken, 1830-181/0, I, p. 36 : lettre du 10 septembre de Cartwright à Aberdeen.

64 Esquisses historiques, p. 161.

65 Buffin, op. cit., 119. Lettre de Staedtler du 12 septembre.

66 Ausführliche Darstellung der Ursachen und Begebenheiten der belgischen Revolution, Stuttgart 1830 ; 23. — Gedenkstukken, 1830-1840, II, 18 : Valazé à Molé, 17 septembre.

67 « Notre commerce est anéanti par l’état bâtard dans lequel on nous laisse, faute d’oser prendre un parti : par là beaucoup d’ouvriers se trouvent sans travail et il en résulte des attroupements et des scènes tumultueuses, Juste, op. cit., II, p. 187. Levae à de Potter, 15-16 sept.
« Le commerce souffre et se plaint, l’industrie est aux abois et cent mille ouvriers seront sans pain avant trois jours. » Juste, op. cit., II, p. 192. Gendebien à de Potter.

68 Juste, op. cit., II, p. 187.

69 A narrative of a few weeks in Brussels by a resident, Bruxelles 1830 ; 51. Sur la propagande orangiste, voir la lettre de L.-J. Couvreur au prince d’Orange, 16 septembre 1830, Buffin, op. cit., II, p. 447. Couvreur distribue 1.500 exemplaires de la brochure Appel aux bons habitants de Bruxelles. Une proclamation fut également répandue dans Bruxelles le 20 septembre. Voir le Journal de Gand du 26 septembre. Staedtler en touche un mot dans sa lettre du 18 septembre (Buffin, op. cit., 153).
Le Courrier des Pays-Bas, le 18 septembre, attire l’attention de ses lecteurs sur les sourdes menées d’une police occulte et ministérielle à Bruxelles. Le lendemain, nouvelle allusion : « Le ministre compte sur des troubles intérieurs pour intervenir. Il les désire, il les fomentera. » Cette propagande fut organisée. 25.000 fl. y furent consacrés. Voir également : R.A. Staats Secretarie, geheim, 21 octobre 1830 ; R.A. Staats Secretarie. Confidentieel Verbaal. Lettre de Knyff à Van Maanen. Le Haye 15 sept. 1830 et Libry Bagnano au même, 14 sept. 1830 (n° 5450).

70 Gendebien à de Potter, 16 septembre. Juste, op. cit., II, p. 193.

71 « Les bons bourgeois se retirent de la garde », lettre de Staedtler du 14 septembre. Buffin, op. cit., p. 129. — « Les gardes nationaux sont dégoûtés de leur service », Valazé à Molé, 17 sept. Gedenkstukken, 1830-1840, II ; 19.

72 Bataille de Bruxelles, 2e époque ; 5.

73 Le 18 septembre, Van de Weyer avoue à Staedtler qu’il ne voit pas d’issue et Jottrand, rédacteur du Courrier, convient que si le gouvernement promettait dès à présent l’oubli de tous les actes politiques, un accommodement deviendrait facile. Buffin, op. cit., p. 155.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search