Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre II. L’attitude du gouvernement au 17 septembre. — Habileté de Guillaume Ier

Texte intégral

  • 1 R.A. Staats Secretaire, 1830. Arrêtés royaux du 28 août 1830, nos 56 et 57. Les grenadiers de La H (...)
  • 2 Gedenkstukken, 1830-1840. III, p. 4.

1L’attitude du gouvernement, c’est celle du roi, puisque c’est celui-ci qui décide. Le 28 août, dès qu’il apprend les événements de Bruxelles, le roi convoque les Etats Généraux pour le 13 septembre, donne l’ordre aux troupes de se porter sur Bruxelles et y envoie ses deux fils1. Le 28 août il demande à son cousin Frédéric-Guillaume III l’aide des troupes prussiennes pour le cas où ses moyens ne suffiraient point à maintenir le royaume des Pays-Bas, ainsi que ses droits, dans l’état assuré par les traités2.

  • 3 « Il aurait fallu beaucoup moins il y a peu de jours, maintenant je crains bien qu'il ne faille be (...)
  • 4 Mier, ministre autrichien, raconte à Metternich le 10 septembre son entretien du 6 septembre avec (...)
  • 5 Staatscourant, 9 septembre 1830 et R. A. Staats Secretarie. Geheim. Lettre du ministre de l'Intéri (...)
  • 6 Staatscourant, 9 septembre 1830 et R. A. Staats Secretarie. Geheim. Lettre du ministre de l'Intéri (...)

2Les princes quittent La Haye le 28 août au soir. Frédéric reste à Vilvorde avec les troupes. Le prince héritier, Guillaume, entre à Bruxelles, le 1er septembre et y reçoit un accueil réservé. A La Haye, les députations belges exposent au roi les desiderata du pays. Le roi cède sur un point : il renvoie Van Maanen, mais, souverain constitutionnel, remet aux Etats Généraux la décision sur toute modification à la Loi Fondamentale. Le 5 septembre, il lance une proclamation qui ne contente personne3 Le roi est désespéré4 Malgré tout, il veut toujours s’en tenir à la légalité. Il ne pouvait ni céder à l’émeute, ni la réprimer par la force. Car il perdait à tout coup : d’une part, la Hollande, d’autre part, la Belgique. En suivant la marche légale, il reste souverain des deux peuples séparés. Néanmoins, il ne lui était pas possible de laisser l’opposition se renforcer et s’étendre, en attendant la décision des Etats Généraux. Il prend des mesures répressives : il ordonne aux chefs militaires, tant de l’armée de campagne que de l’armée de forteresse, de n’épargner ni soins ni mesures qui pourraient tendre au maintien du repos, et, s’il le faut, de repousser la force par la force. Aux gouverneurs, son ministre de l’Intérieur recommande de s’intéresser spécialement aux semeurs de discorde, de surveiller la composition des gardes bourgeoises et « de veiller à ce qu’elles ne s’écartent pas du but de leur institution5 ». Le but avoué est évidemment de protéger les personnes et les propriétés6.

  • 7 R.A. Staats Secretarie, geheim, 14 septembre 1830, 31 bis, Lettre de Ch. Durand au Roi, La Haye, 7 (...)
  • 8 R.A. Staats Secretarie, geheim, 13 septembre 1830, N31. Lettre de Charles Lecocq, secrétaire de la (...)
  • 9 R.A. Staats Secretarie, geheim, 16 septembre 1830, W31. Rapport de la Coste au Roi La Haye, 13 sep (...)
  • 10 R.A. Staats Secretarie, geheim, 17 septembre 1830, M32. Lettre de Lauts, Amsterdam, 15 septembre 1 (...)

3Le discours du trône, à l’ouverture des États Généraux, le 13 septembre, ne fut qu’une paraphrase de la proclamation du 5 septembre. Depuis huit jours, à La Haye, on n’a pas avancé d’un pas. Un passage du discours irrite tous les Belges : « Les intérêts du royaume au milieu des circonstances actuelles demandent impérieusement la réunion de la milice au delà du temps fixé pour l’époque ordinaire des exercices ». Le roi descend la pente qui l’amènera à recourir à la force. Il reçoit de Belgique des avis opposés. Certains lui conseillent « de ne faire la paix, qu’après la victoire ; on se montre d’abord le plus fort, puis on fait des concessions7 ». D’autres insistent sur la nécessité de proclamer un assentiment formel à la séparation8 Mais en tant que Souverain, il ne peut abdiquer devant le peuple soulevé et dès lors l’obligation de rétablir tout dans la légalité se fait impérieuse9. Des informateurs lui ont représenté l’opposition des clans à Bruxelles, et ont insisté sur les dispositions favorables de la grande majorité des « bons citoyens » qui ne demandent que le rétablissement de l’ordre légal10.

  • 11 R.A. Staats Secretarie, geheim. Rapport du ministre de la Coste au Roi, La Haye, 15 septembre 1830 (...)
  • 12 R.A. Staats Secretarie, 3465. Van Doorn au Secrétaire d'Etat. Gand, 15 sept. 1830, reçu le 17 sept (...)
  • 13 R.A. Staats Secretarie, 3468. Van Geen à de Eerens, 13 septembre 1830, communiqué au Roi le 15 sep (...)

4Le 15 septembre, De la Coste, ministre de l’Intérieur, lui soumet un rapport : Bruxelles reste un point noir, on y craint de nouveaux mouvements11 ; de Gand, le gouverneur Van Doorn réclame la réduction de la capitale12 Le prince Frédéric, rentré à La Haye pour le mariage de la princesse Marianne avec le prince Albert de Prusse le 14 septembre, a exposé à son père la situation des troupes. Le 15, le directeur général de la guerre de Eerens remet un exposé complet : les autorités militaires réclament plus de rigueur, le général Van Geen demande le pouvoir d’établir l’état de siège à Namur13.

  • 14 R.A. Staats Secretarie, 3465. Arrêté royal n° 71. Lt General Howen, commandant en chef de la place (...)

5Dès ce jour le Roi incline à la répression : Van Geen est autorisé à proclamer l’état de siège ; des hommes énergiques sont envoyés dans les places fortes : le lieutenant-général Howen à Mons. le général Dibbets à Maestricht14.

  • 15 Gedenkstukken, 1830-1840, X, 3, p. 15.
  • 16 R.A. Staats Secretarie, geheim. La Haye, 17 septembre 1830, Q 32 bis.
    Nous publions en appendice ce (...)
  • 17 « Le prince reçoit des ordres et des instructions du roi qu'il me communique. Sa Majesté, sur les (...)
  • 18 R.A. Staats Secretarie, 17 sept. 1830, Q 32 bis et R.A. Staats Secretarie, geheim, 21 octobre 1830 (...)

6Quant à Bruxelles, son sort n’est pas encore réglé. Le 16 septembre, le Roi préside un conseil extraordinaire des ministres. Rien n’a transpiré des décisions qui y furent prises. Le ministre de Prusse, Waldburg-Truchsess, écrit à Frédéric-Guillaume III que « le roi semble hésiter encore sur ce qu’il y a à faire15 ». Le 17 septembre, l’expédition sur Bruxelles est décidée16 Le Roi tarde cependant avant d’envoyer à son fils l’ordre de marche : la décision est prise le 17, elle parvient seulement le 20 à Anvers17. Guillaume Ier a horreur du sang et il n’a qu’un désir : soumettre Bruxelles avec le moins de fracas possible. Il attend que les querelles qui déchirent les rebelles, et qu’il excite d’ailleurs, aient fait disparaître toute volonté de résistance18.

  • 19 Gedenkstukken, 1830-1840, tome II, p. 3. (La Moussaye à Molé, 28 août.)
  • 20 Le système adopté : laisser les rebelles se disputer entre eux, mais se fortifier à Anvers et Maes (...)
  • 21 Grovestins. Portrait du roi d'après Van der Duyn, p. 3.

7Le plan royal était parfait : le gouvernement ne sort à aucun prix de l’ordre légal pendant plus de quinze jours. Il s’efforce tout juste d’empêcher l’émeute de s’étendre. Il laisse les petites républiques se débattre dans des difficultés politiques et économiques qui finissent par devenir inextricables. A Bruxelles, à Liége, à Verviers, il ne tente rien ; dès le 28 août, le très fin diplomate La Moussaye avait vu juste19. Il entrait dans la politique du gouvernement de laisser les mécontents se déchirer entre eux. Le roi a temporisé ; il a lassé les gardes bourgeoises ; des agents orangistes ont excité la populace. Les bourgeois ont fini par demander des garnisons pour le maintien de leur sûreté20. Le plan royal a cependant échoué. La folie des derniers patriotes retranchés dans Bruxelles a jeté bas les plus belles combinaisons. Les graves erreurs militaires commises le 23 septembre ont achevé de réduire à néant les plus chères espérances d’un homme qui avait beaucoup d’esprit et trop de finesse21.

Notes

1 R.A. Staats Secretaire, 1830. Arrêtés royaux du 28 août 1830, nos 56 et 57. Les grenadiers de La Haye et le bataillon d'instruction sont envoyés à Anvers par des bateaux à vapeur.

2 Gedenkstukken, 1830-1840. III, p. 4.

3 « Il aurait fallu beaucoup moins il y a peu de jours, maintenant je crains bien qu'il ne faille beaucoup plus. » Greban à Van Gobbel-schroy. Gedenkstukken, 1830-1840, t. IV, p. 106.
« Quel espoir peuvent avoir les Belges dans la convocation des Etats Généraux où leurs intérêts ont été constamment méconnus par une majorité hollandaise renforcée par quelques-uns de nos mandataires qui ont sacrifié la patrie à leur ambition. » Le Belge, 9 septembre.

4 Mier, ministre autrichien, raconte à Metternich le 10 septembre son entretien du 6 septembre avec Guillaume Ier et nous dépeint le roi : « Ses traits sont entièrement décomposés. Il n'avait plus cet air d'assurance, cet air moqueur ; on voyait bien qu'il se sentait humilié. Il n'a pas dit un mot qui dénotât quelque peu d'énergie. Il est entièrement à bas. » Gedenkstukken, 1830-1840, III, p. 153.

5 Staatscourant, 9 septembre 1830 et R. A. Staats Secretarie. Geheim. Lettre du ministre de l'Intérieur aux gouverneurs des provinces méridionales, 8 septembre 1830.

6 Staatscourant, 9 septembre 1830 et R. A. Staats Secretarie. Geheim. Lettre du ministre de l'Intérieur aux gouverneurs des provinces méridionales, 8 septembre 1830.

7 R.A. Staats Secretarie, geheim, 14 septembre 1830, 31 bis, Lettre de Ch. Durand au Roi, La Haye, 7 septembre 1830 (à son arrivée de Gand).

8 R.A. Staats Secretarie, geheim, 13 septembre 1830, N31. Lettre de Charles Lecocq, secrétaire de la Chambre de Commerce de Tournay, au Roi. Bruxelles 7 septembre 1830 à midi et du même 9 septembre ; ibid

9 R.A. Staats Secretarie, geheim, 16 septembre 1830, W31. Rapport de la Coste au Roi La Haye, 13 septembre 1130, à la suite de la communication des lettres de Lecocq.

10 R.A. Staats Secretarie, geheim, 17 septembre 1830, M32. Lettre de Lauts, Amsterdam, 15 septembre 1830. L'informateur, professeur à Bruxelles, a été forcé de quitter cette ville le 11 septembre. R.A. Staats Secretarie, Confidentieel Verhaal, 5450, de Knijff de Gontreuil, directeur de la police à Bruxelles, « en sûreté » à La Haye, à Van Maanen, La Haye, le 15 septembre 1830 : « J'ai l'honneur d'informer votre Excellence que d'après des rapports que je reçois de Bruxelles, la consternation parmi les bons bourgeois devient de jour en pour plus grande ; ils voyent enfin qu'ils seront les victimes des meneurs et ils commencent à désirer pour la plupart que le gouvernement vienne à leur secours. » Lettre remise au Roi le 16 septembre et R.A. ibidem, 5455 et 5456. « Notes sur les Evénements du 13 au 15 septembre, et note sur la situation morale de Bruxelles du 15 au 17 septembre inclusivement. » Ixelles, les 16 et 18 septembre. Tarte cadet, avocat, à De Mey de Streefkerk, Secrétaire d'Etat. R.A. Staats Secretarie, 3468, du général Aberson à de Eerens. (Anvers 12 septembre 1830. « Découragement à Bruxelles désir de voir rentrer la troupe. »
Voir également la lettre du 16 septembre de Couvreur-Van Malde-ghem ; Buffin, op. cit., II, pp. 446-453 ; une lettre adressée au roi publiée par de Bas, Prins Frederic der Nederlanden, IV, p. 386 et une autre lettre encore du 17 septembre, ibid. pp. 400 et suiv.

11 R.A. Staats Secretarie, geheim. Rapport du ministre de la Coste au Roi, La Haye, 15 septembre 1830 (renvoyé au ministre le 17 septembre 1830, Q 32).

12 R.A. Staats Secretarie, 3465. Van Doorn au Secrétaire d'Etat. Gand, 15 sept. 1830, reçu le 17 sept. 1830, n° 99.

13 R.A. Staats Secretarie, 3468. Van Geen à de Eerens, 13 septembre 1830, communiqué au Roi le 15 sept. 1830.

14 R.A. Staats Secretarie, 3465. Arrêté royal n° 71. Lt General Howen, commandant en chef de la place de Mons, et ibid., 3468, Van Geen à de Eerens. Namur, 17 sept. 1830-34 et Dibbets à de Eerens. Maestricht, 19 sept. 1830.

15 Gedenkstukken, 1830-1840, X, 3, p. 15.

16 R.A. Staats Secretarie, geheim. La Haye, 17 septembre 1830, Q 32 bis.
Nous publions en appendice ce document important.

17 « Le prince reçoit des ordres et des instructions du roi qu'il me communique. Sa Majesté, sur les demandes qui lui ont été faites de tous côtés, veut que le corps d'armée s'approche de Bruxelles et cherche à s'en emparer, afin d'en expulser les bandes étrangères qui l'occupent et mettre fin à l'anarchie à laquelle, elle est en proie. » Journal du lieutenant général de Constant Rebecque. (Buffin, Mémoires et docu-ments inédits, tome II, p. 35.)

18 R.A. Staats Secretarie, 17 sept. 1830, Q 32 bis et R.A. Staats Secretarie, geheim, 21 octobre 1830, C40 et 28 octobre 1830, B 42 25 000 florins ont été remis au ministre de l'Industrie Nationale Van Gobbelschroy, qui est Belge, et a beaucoup de relations à Bruxelles « om de intrede van de Koninklijke Troepen in Brussel te bevorderen ».

19 Gedenkstukken, 1830-1840, tome II, p. 3. (La Moussaye à Molé, 28 août.)

20 Le système adopté : laisser les rebelles se disputer entre eux, mais se fortifier à Anvers et Maestricht, porte déjà ses fruits : découragement à Liége et Bruxelles. Le but de cette politique est d'amener ces deux villes à réclamer la rentrée des troupes. Gedenkstukken, X, 4, p. 145. Van Zuylen van Nieveld, homme de confiance de Verstolk van Soelen, ministre des affaires étrangères, à son ami Van den Hoop.

21 Grovestins. Portrait du roi d'après Van der Duyn, p. 3.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search