Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Chapitre premier. L’évolution des esprits. — Du redressement des griefs à la séparation. Patriotes extrémistes et séparatistes modérés

Texte intégral

1La révolution belge de 1830 ne fut pas préméditée. L’opposition au gouvernement, de 1828 à 1830, reste dans les bornes de la légalité. L’Union des catholiques et des libéraux réalisée depuis 1828 a organisé le pétitionnement : elle réclamait les libertés de presse et d’enseignement, l’application loyale de la Constitution. Mais nulle part n’apparaît, le désir d’un bouleversement. La lutte contre les empiétements du pouvoir est menée par des parlementaires et dans le cadre des institutions existantes. Elle conserve un caractère toujours digne et modéré. Les journaux unionistes s’occupent d’augmenter aux États-Généraux la représentation des antiministériels, en éveillant l’esprit public et en expliquant le mécanisme des élections.

  • 1 Garsou, Alexandre Gendebien, sa vie, ses mémoires. Bruxelles, 1930, p. 210.

2Les « Quatre Glorieuses » chassent de France Charles X, « le tyran ». La température politique monte d’un degré en Belgique. Quelques exaltés, ayant pleine confiance dans l’appui du nouveau gouvernement français, croient le moment propice à un soulèvement. Paris se charge de les calmer. L’armée française est dans une situation déplorable et il faudrait « attendre pendant trois mois au moins sa réorganisation qui serait encore fort incomplète1 ».

  • 2 Bartels, Documents historiques. Bruxelles, 1836, p. 294.

3De Potter et Bartels, alors à Paris, et les porte-drapeaux de l’anti-Hollande ne font rien non plus. « De Potter et moi, dit Bartels, nous n’avons jamais prévu ni voulu la Révolution2. »

  • 3 Courrier de la Meuse, 29 août.
  • 4 On trouvera, aux pages 34 et 35 du livre de M. Paul Harsin, Liége et la Révolution de 18S0, une li (...)
  • 5 Courrier des Pays-Bas, 1er septembre.

4Au 20 août, personne ne songe à une révolution, du moins à date rapprochée. Le 25, jour anniversaire de la naissance du Roi, on pille à Bruxelles ; le peuple qui a faim et qui reporte sur les Hollandais, qu’il n’aime pas, la cause de ses misères, se soulève. « Mouvement désordonné » et sans but, l’émeute dure deux jours. La bourgeoisie, devant la carence de l’armée, descend dans la rue et rétablit l’ordre. Dans le pays, la nouvelle des événements de Bruxelles provoque de l’agitation : des pillages sont signalés à Verviers et à Bruges, mais, finalement, la populace cède devant la bourgeoisie armée. A Louvain et à Liége, effervescence, mais nul excès. A Liége les troupes se retirent à la Citadelle, le gouverneur Sandberg, s’abouchant avec quelques tenants de l’opposition, arme la bourgeoisie. Dans toutes les autres places fortes, à Mons comme à Anvers, à Gand comme à Namur, le pouvoir militaire et le pouvoir civil ne cèdent pas. Et si des gardes bourgeoises sont constituées, elles n’ont qu’un but : maintenir l’ordre. Une fois les manifestations violentes du mécontentement populaire calmées par la bourgeoisie, celle-ci fait entendre sa voix ; ce qu’elle veut, « c’est la franche et entière exécution de la Loi Fondamentale, le renvoi du ministère antipopulaire dont les actes ont spécialement frappé la Belgique3 ». Elle envoie au roi des députations pour lui exposer les griefs de la nation4. Dans son attitude il n’y a rien de révolutionnaire. Elle ne pousse pas à une révolution, elle n’y songe pas. Les journaux patriotes conservent la même mesure : « Nous ne sommes ni en révolution, ni en insurrection, nous ne voulons qu’une satisfaction à de longues souffrances, qu’une garantie à un meilleur avenir5. » Il suffirait d’un redressement des griefs pour contenter l’opposition. Par des arrêtés, Guillaume Ier pourrait donner quelques satisfactions aux Belges ; il n’oublie pas qu’il a des devoirs envers les grandes Puissances, et il remet toute décision aux États Généraux.

  • 6 Il paraît bien que ce sont les exilés, de Potter et Tielemans, qui ont lancé les premiers le mot e (...)

5Les gens de l’opposition savent bien qu’ils y trouveront difficilement une majorité favorable à leurs projets ; très vite ils se, rendent compte que le redressement des griefs, vu le désaccord profond entre les deux peuples belge et hollandais, n’est possible que dans un changement complet des institutions. Des députés belges aux États Généraux, réunis à Bruxelles le 3 septembre, lancent la formule magique : « Séparation6 ». Elle réunit tous les suffrages des patriotes.

  • 7 Courrier de la Meuse, 5 septembre.

6Le Courrier de la Meuse est plein d’enthousiasme : « Ne nous efforçons plus d’opérer une fusion entre des éléments qui se combattent ; ne rêvons plus ce monstrueux amalgame, cette chimérique centralisation, cette union contre nature. En un mot, ayons une législation et une administration différente... Soyez Hollandais, nous resterons Belges7. »

7Le Courrier des Pays-Bas déborde d’allégresse. Le Journal de Verviers exulte : « Dorénavant, tout sera Belge en Belgique. Quels immenses résultats doivent découler de ce seul fait ! Quel avenir ! Quelle magique et bienfaisante révolution ! »

  • 8 Le Politique, 6 septembre.

8Le Politique ne cache pas sa joie : « Que la dynastie demeure, mais soyons nous-mêmes, soyons Belges, ayons nos chambres belges, notre constitution belge, nos lois belges, notre armée belge ; nous avons le plus beau et le plus riche pays du monde ; qu’il soit séparé de la Hollande, que nous possédions cette forme de gouvernement qui assure le règne de l’opinion nationale, ces institutions libérales qui vont donner tant de force à la France, et que nous manquerait-il encore ? Alors nous aurons une patrie, une patrie qui ne sera plus un mensonge, une patrie qui ne nous aura pas été imposée par un congrès, mais dans nos cœurs ; alors nous pourrons être gouvernés selon nos mœurs, selon un intérêt, selon nos vœux... Nous n’aurons plus, dans notre marche progressive, à traîner comme un lourd boulet cette Hollande stationnaire et rétrograde dont ni les vœux, ni les mœurs, ni les intérêts ne s’accordent avec les nôtres8. »

  • 9 Les arguments des économistes sont péremptoires : la séparation, c'est la mort d'Anvers. « La Soci (...)
  • 10 Staedtler, Lettre à d'Arenberg, le 8 septembre, Buffin, Documents inédits sur la révolution belge, (...)

9Le prince d’Orange va faire connaître à La Haye les désirs des sujets de son père. Beaucoup de régences, celle de Bruxelles, ‘la première, le 4 septembre, adressent au roi des suppliques l’invitant à exaucer les vœux de la nation, en prononçant la séparation. La joie n’est pas de longue durée. Le roi, dans sa proclamation du 5 septembre, remet la décision sur cette grave question aux États Généraux. Le haut commerce s’insurge d’ailleurs contre une mesure qui peut causer sa ruine. Il craint la fermeture de l’Escaut et l’établissement de douanes9. Les patriotes s’efforcent de tourner cette difficulté : « Les lois actuelles sur les douanes resteront en vigueur », mais un observateur ne peut manquer de remarquer : « Le Courrier voudrait donc rester uni et se séparer alternativement selon les seules convenances de la Belgique10. »

  • 11 Loc. cit.

10On ne réclame donc plus que la séparation « pour l’administration, l’ordre judiciaire, la législation ». La discorde est entre les Belges. « C’est cette question de la séparation, qui semblait si propre à donner à l’insurrection un assentiment national qu’on doit maintenant regarder comme opposant à son triomphe des obstacles insurmontables11 »

11Mais les considérations d’ordre économique et de haute politique sont peu accessibles à la masse ; elles ne la frappent pas. Le refus du Roi d’accorder la séparation, les mouvements de troupes, les attaques des journaux hollandais exaspèrent les esprits. D’autre part l’industrie et le commerce subirent le contrecoup de l’agitation politique. Dès lors, dans les villes libérées de l’armée, la bourgeoisie, qui jusqu’ici s’est cantonnée sur le terrain de la légalité, va devoir céder la place aux extrémistes. Pour ceux-ci, la confiance dans les Etats Généraux est une faute, les solutions modérées, une utopie ; devant les menaces de la troupe royale, il n’y a plus qu’à s’armer. Ce recours à la violence trouve peu de partisans. Seules, les villes libérées de l’armée comptent de ces gens qui expriment ouvertement leur désir de courir aux armes. Ces extrémistes n’ont d’ailleurs pas attendu la mi-sep tembre pour se mettre en mouvement ; dès la fin du mois d’août, ils ont claironné leurs intentions belliqueuses, non qu’ils cherchent à chasser l’armée du territoire belge, mais ils ne veulent à aucun prix que Guillaume Ier brise l’opposition par la force.

12Ces extrémistes ne réussissent à diriger le mouvement que dans quelques villes wallonnes, à Liége surtout, et dans une ville flamande, à Louvain. Ici, le 26 août, une garde bourgeoise s’est réunie. L’arrivée de cent cinquante miliciens et des bruits d’intervention armée ont irrité le peuple, qui veut chasser la garnison. La troupe s’est défendue et a fait des victimes chez l’assaillant. Cela provoque un sursaut d’indignation et pour éviter une mêlée générale le commandant de place a décidé le retrait des troupes de la ville. Privée de tout appui, la Régence s’est séparée et le pouvoir est passé en fait aux « Belges » : Jean de Neef, le vicomte de Schrynmakers de Dormael, l’avocat Van Meenen, Eugène Claes, Adolphe Roussel. Le 4 septembre, une commission de sûreté et de police de onze membres et qui compte tous les adversaires du régime, est constitué et la défense de la ville est organisée par un comité présidé par Jean de Neef. Le 6 septembre, la formation de deux compagnies mobiles, à solde, est décrétée ; le 13, elles sont sur pied. Louvain est vraiment une petite république et tout à fait à l’avant-garde du mouvement.

13A Liége aussi, l’opposition a pris un caractère plus violent ; dès le 26 août, le gouverneur de la province, Sandberg, avait cédé le pouvoir aux bourgeois, représentants qualifiés de l’opposition parlementaire, en décrétant la formation d’une commission de sûreté, mais les députés liégeois envoyés auprès du roi le 27 août, ne rapportent de La Haye que de mauvaises nouvelles. Le peuple se soulève le 2 et le 3 septembre, et la commission de sûreté doit céder la place à des gens plus avancés. Charles Rogier et le peuple sont maîtres dans Liége, où une garde urbaine, populaire et non plus exclusivement bourgeoise, maintient l’ordre. On est allé très loin à Liége, le 2 et le 3 septembre. Le 2, les magasins du fabricant d’armes Devillers sont pillés ; le 3, Chazal, Ducpétiaux et Ple-tinckx, accourus de Bruxelles pour réclamer le secours des Liégeois, ont excité le peuple à s’armer et à gagner la capitale. A 10 h. 30 du soir, 500 Liégeois conduits par le chevalier F. Joseph de Bosse de Villenfagne et munis de deux pièces de canon, qu’on est allé chercher à la caserne des Ecoliers, ont pris le chemin de Bruxelles. Le lendemain, Charles Rogier, à la tête d’un deuxième contingent, part aussi pour Bruxelles. Le 7 septembre, les deux détachements se réunissent aux portes de la capitale ; leur arrivée y bouleverse les esprits et l’on verra plus loin le rôle que ces volontaires joueront dans les luttes révolutionnaires.

  • 12 L'épisode curieux de la prise de la forteresse de Huy, gardée par quelques très vieux soldats, le (...)

14Comme c’est de Bruxelles qu’est partie l’explosion du mécontentement populaire et que c’est Bruxelles qui a fait connaître, la première, les desiderata de la nation, c’est à Bruxelles que courent les volontaires de Rogier, c’est à la garde bourgeoise de Bruxelles que les patriotes de nombreuses communes envoient des félicitations et des promesses de secours, en cas d’attaque de l’armée. Les intentions belliqueuses de ces gens sont simplement défensives. Si les troupes restent sur leurs positions, il ne se produira rien ; qu’elles avancent, les patriotes courront aux armes12

15A ce moment, telle était l’opinion de ces extrémistes. Leur nombre est d’ailleurs assez restreint. Ce sont des Wallons en grande majorité. En Flandre, les autorités ne cèdent pas une parcelle de leur pouvoir et ne permettent pas la moindre démonstration séparatiste ; au surplus, la bourgeoisie est ministérielle ; elle reçoit trop du gouvernement pour ne pas le payer en retour d’une fidélité qu’inspirent les services rendus. Les patriotes décidés sont peu nombreux : des avocats, des étudiants, des rentiers, quelques industriels qui trouvent dans la masse des auxiliaires précieux.

16La province attend les événements, prête à marcher au signal d’une attaque sur Bruxelles. Dans la capitale, on s’efforce de maintenir l’exaltation patriotique à un haut degré. Malheureusement, l’état d’incertitude dans lequel on vit, irrite le peuple, ce qui inquiète la bourgeoisie. Aux déclarations des exaltés, les gens rassis répondent aisément : « Nos députés sont à La Haye, attendons leurs décisions ! Le prince d’Orange nous a d’ailleurs promis que tant que la garde bourgeoise maintiendrait l’ordre, l’armée ne rentrerait pas dans Bruxelles. » Il n’y a donc qu’à attendre ; c’est ce que fait la Commission de sûreté.

17Mais les extrémistes sont excédés par l’intransigeance royale, les lenteurs parlementaires et surtout les mouvements de troupes, et ils affichent leur mécontentement. Le peuple qui a faim suit évidemment les excitations de ces mécontents. La menace d’une intervention prochaine de l’armée le jette sur la bourgeoisie, parce qu’il veut se défendre et qu’il n’a pas confiance dans des gens qui, depuis quinze jours, n’ont pris aucune mesure efficace. L’anarchie déchire Bruxelles. Le roi qui a attendu que les Belges se disputent entre eux, envoie contre la ville son fils, le prince Frédéric, à la tête de douze mille hommes de bonnes troupes, pour y éteindre la dernière flammèche de la rébellion. L’entreprise paraît aisée : des bourgeois implorent son secours, les révolutionnaires ne sont qu’une poignée. Malgré cela les erreurs grossières de ses généraux, le peu de courage de ses troupes ont fait échouer cette démonstration militaire, qui devait réussir ou provoquer une révolution.

18C’est donc à Bruxelles que se joue la partie. C’est bien pourquoi, après avoir essayé de fixer l’attitude du gouvernement, nous exposerons l’évolution des esprits à Bruxelles, l’anarchie qui déchira la ville du 19 au 24 septembre et raconterons les combats du Parc ; nous aborderons ensuite l’étude du soulèvement national et des mouvements locaux.

Notes

1 Garsou, Alexandre Gendebien, sa vie, ses mémoires. Bruxelles, 1930, p. 210.

2 Bartels, Documents historiques. Bruxelles, 1836, p. 294.

3 Courrier de la Meuse, 29 août.

4 On trouvera, aux pages 34 et 35 du livre de M. Paul Harsin, Liége et la Révolution de 18S0, une liste détaillée des griefs de la bourgeoisie liégeoise, liste remise à la Commission de Sûreté de Liége le 27 août, dans l'après-midi.

5 Courrier des Pays-Bas, 1er septembre.

6 Il paraît bien que ce sont les exilés, de Potter et Tielemans, qui ont lancé les premiers le mot et l'idée. Lire à ce sujet une lettre de Tielemans à de Gamond, datée de Paris, 29 août : « Il me semble que les Belges doivent se tirer seuls d'embarras, se constituer en gouvernement provisoire, offrir au roi la souveraineté de la Belgique, mais de la Belgique entièrement séparée, entièrement indépendante de la Hollande et gouvernée d'après une constitution qui lui convienne et qu'elle ait librement faite ou acceptée. » Juste, La révolution belge de 1830, Bruxelles 1872, II, appendice p. 172 et une lettre de de Potter à Gendebien, Paris, 31 août : « Votre attitude est inexplicable. Réclamez la séparation parlementaire et administrative d'avec la Hollande. » Ibidem p. 173. Gendebien dans une lettre à de Potter, du 16 septembre, écrit « qu'il a pensé pour la première fois à la séparation, lors de son entrevue avec de la Coste, ministre de l'Intérieur, le 30 août, à La Haye ». Ibid., p. 191.

7 Courrier de la Meuse, 5 septembre.

8 Le Politique, 6 septembre.

9 Les arguments des économistes sont péremptoires : la séparation, c'est la mort d'Anvers. « La Société de Commerce ne conduirait ses marchandises d'importation que dans les ports du Nord et prendrait les produits européens pour la composition des cargaisons de sortie, de préférence dans tels pays industriels où le meilleur marché l'y engagerait. » L'industrie actuelle verrait ses débouchés se fermer, et, par contrecoup, les exploitations des houillères souffriraient du ralentissement des affaires. L'agriculture elle-même serait frappée : « protégés par des droits très forts nos grains trouvent aujourd'hui en Hollande, de même que nos charbons, un débouché avantageux ; mais aussitôt que nos grains seront assimilés en Hollande aux grains étrangers, la chose changera de face ». Journal d'Anvers, 10 septembre.

10 Staedtler, Lettre à d'Arenberg, le 8 septembre, Buffin, Documents inédits sur la révolution belge, Bruxelles, 1910, p. 99.

11 Loc. cit.

12 L'épisode curieux de la prise de la forteresse de Huy, gardée par quelques très vieux soldats, le 7 septembre, est symptomatique. La façon dont les journaux patriotes rapportent l'événement l'est autant. « Quiconque a su apprécier la crise actuelle a prédit que tout symptôme d'hostilité aurait pour résultat d'exalter les esprits au lieu de les comprimer. Les nouveaux détails que nous recevons sur l'occupation du fort de Huy justifient cette précision. Aussi longtemps que les habitants ne se crurent menacés d'aucune agression extérieure, l'effervescence n'alla point jusqu'à paralyser l'action des autorités ; mais à peine le bruit de l'approche d'une partie de la garnison de Namur fut-il répandu que, d'une voix unanime, les Hutois s'écrièrent qu'il fallait s'emparer du fort. Les exhortations des magistrats ne furent point écoutées, et en quelques minutes l'occupation fut opérée. » Courrier des Pays-Bas, 11 septembre.
Les rapports de l'autorité militaire sont concordants R. A. Staats Secretarie, 3 463, rapport du lieutenant général, Van Heldring, commandant le 5. Grand Militaire Commando, au Prince Frederic, Maes-tricht, 9 septembre 1830.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search