Version classiqueVersion mobile

Les Journées de septembre 1830 à Bruxelles et en Province

 | 
Robert Demoulin

Avant-propos

Texte intégral

1Les journées de septembre 1830, événement capital de la Révolution belge, n’ont jamais fait l’objet d’une élude critique. Sans doute, les historiens de la révolution leur consacrent de nombreuses pages, mais, il faut bien le dire, le bouleversement profond produit par les événements de septembre a impressionné la généralité de ces historiens et ils ont donné à ces journées une physionomie différente de la réalité.

2On a jugé les événements en fonction de leurs conséquences ; du côté belge, on a cru qu’une pareille victoire devait être le fait d’un soulèvement patriotique, unanime et intense ; l’échec de l’expédition militaire sur Bruxelles a conduit les Hollandais aux mêmes erreurs : qu’une armée de 10 000 hommes n’ait pas pu se rendre maître d’une ville, c’était donc que la résistance y était organisée et formidable. La plupart des historiens exposaient la Révolution belge dans son ensemble et se contentaient de se reporter, pour les récits des combats de septembre, à des ouvrages détaillés comme les « Esquisses Historiques » de de Wargny. D’autre part, insérant le récit des Journées dans une histoire complète, qui visait le plus souvent à établir une thèse préconçue, ils insistaient sur la part prise par telle ou telle classe de citoyens, ou exagéraient l’importance de la participation étrangère. Les erreurs de jugement provenaient de l’absence de sources : lettres, rapports, écrits au moment même des combats et qui ne furent dénaturés en rien par la tournure que prirent, dans la suite, les événements. Pour juger sainement les journées de septembre, il fallait attendre la publication de sources nouvelles.

3Le baron Buffin et M. Colenbrander répondirent à cette exigence. Le premier en nous donnant, en 1910, ses Documents inédits sur la Révolution belge et, en 1912, ses Mémoires et Documents Inédits sur la Révolution belge et la campagne de dix-jours. Le second en nous livrant une masse de documents dans ses Ge-denkstukken der Algemeene Geschiedenis van Nederland, 1830- 1840, t. 1, 2, 3, 4. Dès lors il était possible de fixer la véritable physionomie de ces événements. C’est ce que tenta le général de Bas, dans son panégyrique du prince Frédéric Prins Frédéric der Nederlanden, au tome IV. Du côté belge, ces publications permirent de juger, avec beaucoup plus de sérénité, les journées de septembre, mais dans des ouvrages synthétiques, comme Le régime hollandais et la révolution de 1830, de M. Van Kalken, et /’Histoire de Belgique, t. VI de M. H. Pirenne, où, évidemment, il ne s’agissait pas de s’arrêter à des détails.

4Une étude approfondie des journées de septembre à Bruxelles s’imposait donc ; mais un travail complet sur le mouvement révolutionnaire en province était aussi opportun. L’aspect qu’avait pris l’insurrection dans les différentes villes, surtout pendant la semaine critique du 19 au 26 septembre avait été négligé. Les ouvrages généraux se contentaient d’énumérer les capitulations de places fortes, fin septembre et début d’octobre.

5Or, la participation de la province à la victoire de Bruxelles est considérable, qu’on envisage les effectifs de volontaires ou qu’on tienne compte des répercussions qu’a eues, sur les belligérants, l’arrivée de ces gens dans la capitale. A part quelques articles de revues locales, jamais on n’avait étudié dans le détail la part des différentes régions à la victoire du Parc, jusqu’au jour tout récent où M. Victor Ernest, avec une minutie extraordinaire, établit, documents à l’appui, le rôle des volontaires de Carolo-régie. M. Fivet fit le même travail pour Namur ; en recourant à des sources identiques, nous avons pu dresser un tableau d’ensemble des volontaires de 1830. Au surplus, ce n’est là qu’un aspect du problème provincial de la Révolution ; outre la marche sur Bruxelles, il y a eu, dans, de nombreuses villes, des soulèvements locaux. Des érudits leur avaient consacré leurs recherches et avaient communiqué les résultats de leurs travaux, dans des articles de revue, écrits à l’occasion du Cinquantenaire, du soixante-quinzième anniversaire, ou du Centenaire de l’Indépendance nationale. Il y avait là une quantité considérable de documents dispersés, qu’il convenait de grouper et de confronter avec les récits, toujours précis, de nombreux officiers hollandais, qui ont confié à des revues militaires leurs souvenirs sur les dernières journées du Régime en provinces.

***

6Des recherches d’archives, la lecture attentive des journaux de 1830, pour nous imprégner de l’atmosphère réelle de l’époque, la critique de tous les documents imprimés sur les journées de septembre, à Bruxelles et en province, nous ont permis de faire la relation détaillée de la phase principale de la Révolution belge.

7Dès le 25 août 1830, la Belgique se trouve dans une situation anormale : des désordres ont éclaté à la fin de la représentation de La Muette de Portici, à la Monnaie ; l’agitation a gagné la province. Les manifestations violentes à Bruxelles, l’émeute prolétarienne de la fin août dans la banlieue bruxelloise et dans le pays de Franchimont sont des épisodes restés, en bonne part, mystérieux. Qu’il y ait eu des agents français et que le peuple soulevé ait profité du désordre pour faire ses propres affaires, cela ne paraît point douteux. Ces événements provoquèrent à Bruxelles la retraite de l’année et la réunion d’une garde bourgeoise ; en de multiples villes de province, la constitution de gardes, chargées du maintien de l’ordre ; en quelques autres, la formation de commissions de sûreté, organismes extra-légaux. Mais, fait sur lequel on ne saurait trop insister, au début de septembre, il ne s’agit pas encore de rompre brutalement avec La Haye ; on ne songe pas à des mouvements de grande envergure pour chasser les troupes du pays et établir un régime nouveau. Il existe toutefois des noyaux de véritables rebelles ; à Bruxelles, les extrémistes, qui plus tard se réuniront en un club, « la Réunion Centrale » ; à Liège, les volontaires de Rogier et une bonne part de la masse populaire ; à Louvain, une garde bourgeoise très avancée et, dans beaucoup de communes, des extrémistes. Mais ces exaltés sont incapables de faire une révolution, parce que la grande majorité de la bourgeoisie, du clergé et de la noblesse n’en veut pas. Les extrémistes finiront par l’emporter. Pourquoi ? Parce que l’armée royale en marchant sur Bruxelles a déchaîné le patriotisme.

8Le succès inattendu et extraordinaire des rebelles peut tromper sur les causes profondes du soulèvement.

9On les trouve dans les vices originels du régime ; elles se manifestent dans les pétitionnements de 1828 et 1829. Toutefois les formes du mécontentement de la nation n’ont, jusqu’au 25 août, rien de révolutionnaire. Le 25 août, on doit craindre que le mécontentement ne prenne un caractère traduisant mal le désir de l’opinion, sous l’effet des démarches des agents français et des pillages opérés par les prolétaires. Avec l’envoi d’adresses au Roi réclamant la séparation, on rentre dans le droit chemin. Les extrémistes restent dans la même voie que les séparatistes modérés. Tout simplement, ils accélèrent l’allure. L’intervention du prince Frédéric met fin à la situation ambiguë, force chacun à prendre position, si bien qu’on se trouve bientôt en pleine révolution. La victoire sourit aux rebelles et le fossé entre modérés et extrémistes se comble. Les premiers limitaient leurs exigences aux bornes du possible, les seconds osaient courir un risque grave.

10Ainsi la révolution de 1830 manifeste la volonté d’un peuple à former une nation indépendante. Sans doute, ce désir est souvent confus dans l’esprit des acteurs obscurs et il peut parfois s’y mêler des intentions moins nobles, mais sans cette aspiration ardente, rien ne s’explique, ni l’arrivée de Rogier et de ses hommes à Bruxelles, ni la marche forcée des Hennuyers sur la capitale, ni la victoire du Parc, ni la libération des places fortes.

***

11Tel est l’objet de cette étude dont la difficulté n’altéra jamais notre ferme résolution de la mener jusqu’au bout.

12Nous tenons à exprimer, ici, toute notre gratitude à M. Herman Van der Linden, professeur à l’Université de Liège, sur les instances de qui ce travail a été entrepris ; il nous a guidé excellemment de toute son autorité dans nos recherches laborieuses et n’a cessé de nous aider de ses précieux conseils. Nous associons à ce sentiment de reconnaissance M. le professeur Henri Pirenne et M. l’Archiviste général J. Cuvelier qui, en appréciant favorablement nos efforts, nous ont largement récompensé de notre peine. C’est aussi un devoir très agréable pour nous de remercier MM. Closon, P. Harsin et Magnette, professeurs à l’Université de Liége, ainsi que M. Discry, professeur à l’Athénée royal de Huy, pour l’intérêt qu’ils ont pris à notre travail. Que M. Victor Tourneur, conservateur en chef de la Bibliothèque Royale, M. Leconte, conservateur en chef du Musée Royal de l’Armée, M. Pergameni, archiviste en chef de la ville de Bruxelles, M. P. Bonenfant, professeur à l’Université libre de Bruxelles et archiviste de l’Assistance publique de Bruxelles, MM. Tihon et Boisée, conservateurs-adjoints aux Archives générales du Royaume, M. Wilmet, conservateur-adjoint du Musée Royal de l’Armée, M. Debouxhtay, bibliothécaire en chef de la ville de Liége, M. Dantinne, bibliothécaire-archiviste de la ville de Huy, M. Mossay, archiviste du Gouvernement provincial de Liége, M. Meurice, archiviste du Gouvernement provincial de Hainaut, M. l’archiviste du Gouvernement provincial du Brabant, trouvent également ici l’expression de nos remerciements pour l’obligeance qu’ils ont mise à nous aider dans notre tâche. A La Haye, enfin, à Londres et à Paris nous avons reçu l’accueil le plus ouvert. Nous en remercions très vivement M. Rigault, directeur aux Archives du Ministère des Affaires Etrangères à Paris, M. Japikse, directeur des Rijks Geschiedkundige Publicatiën, le Jhr Mr D.P.M. Graswinckel, MM. Bonder et Brouwer du Rijks Archiev.

13Qu’il nous soit aussi permis d’adresser un hommage ému et reconnaissant au regretté archiviste en chef de la Ville de Bruxelles, M. Des Marez, professeur à l’Université libre de Bruxelles, qui mit si complaisamment à notre disposition tous les dossiers réunis à l’Exposition historique de 1830.

© Presses universitaires de Liège, 1934

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search