Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Annexes

C. Examen critique du dossier attribué à Thierry Hezius

Texte intégral

  • 1 Dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 99-160, Bruxelles, 1924. — C’ (...)
  • 2 Dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 1-15, Anvers, 1925.

1M. Émile Fairon a publié, en 1924, une étude très importante pour l’histoire de la Réforme liégeoise, sous ce titre : « Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545) »1. L’année suivante, le même auteur faisait paraître un second article intitulé : « Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545 »2.

  • 3 Archives de l’État a Liége, Conseil privé, liasse 163. — M. Fairon, Un dossier..., p. 99, cite vin (...)

2Ces deux publications, dont la valeur n’a pas été assez remarquée, sont fondées sur le dépouillement de documents d’un intérêt extraordinaire, à savoir vingt-quatre pièces retrouvées par leur éditeur dans les archives du Conseil privé de la principauté3.

3M. Fairon n’aurait fait que signaler ces documents qu’il aurait rendu un grand service à la science. Mais il a fait mieux ; il en a présenté, malgré d’énormes difficultés paléographiques, une édition et un commentaire.

4Examinons d’abord les textes édités. Une attentive révision ne m’a suggéré que quelques leçons meilleures. Je les signale ici-même, et j’y joins quelques passages restés inédits.

  • 4 Voir, au n° xvi des Pièces justificatives, le texte complet de cette « Informatio » dont M. Fairon (...)

5Pages 130-134, le « Memoriale » et l’« Informatio » diffèrent en plusieurs points que l’éditeur, page 130, note 1, signale comme identiques4. Page 135, au lieu de « vir bene doctus, recordatus », lire « vir bene doctus et cordatus ». Page 135, le document publié sous le n° VI porte deux titres, l’un au haut du recto : « Articuli super quibus facienda est inquesta », l’autre au verso : « Articuli certi super quibus facienda erit inquesta Leodii ». Page 136, au lieu de « Joli. Melanton », lire « Ph[ilippi] Melanton ». Page 137, au lieu de « sed tamen panis », lire « sed tantum panis ». Page 137, au lieu de « sermones doctoris... », lire « sermones doctoris predicti ». Page 137, au lieu de « Utrum an audiverint », lire « Item an audierint ». Page 138, au lieu de « eodem persone », lire « eedem persone ». Page 138, le document publié sous le n° VIII porte au dos ce titre : « Consilium Hezii contra luteranos », et cette note : « Dicatur quod taliter isti doctores, spiritu superbie inflati, intro-ducunt tam varias novas sectas, quisquam iuxta fantasiam suam et secundum quod ipse scripturam intelligit, ut fere tot sint secte et fides quod cupitis pro parte qua debet esse communis in una vera fide sancti Dei ». Page 139, au lieu de « proclama iam facienda », lire « proclama iam faciendum ». Page 141, le titre latin publié est une somme des titres du recto et du verso, reliés par « sive » ajouté par l’éditeur. Page 141, au lieu de « radicatione », lire « era-dicatione ». Page 146, au lieu de « mortuorum refugerio », lire « mortuorum refrigerio ». Page 155, au lieu de « penitentia ac emenda », lire « penitentia ac emendatione ». Page 156, au lieu de « novi reverendissimi », lire « economi reverendissimi ». Page 156, note 1, la mise au net porte au verso le titre suivant sous lequel nous la désignerons désormais : « Avisamenta quedam pro confectione edicti nomine rerevendissimi domini Leodiensis contra hereticos et libros suspectos ». Page 159, au lieu de « Ita ex-pediret », lire « Item expediret ». Page 160, au lieu de « Item missi », lire « Item misi ». Page 160, au lieu de « bonum excitum », lire « bonum exercitium ».

6L’attribution de ces documents soulève un problème très curieux, très difficile aussi, sur lequel je ne prétends apporter que quelques lumières diverses, sans me dissimuler les points qui restent obscurs.

  • 5 Fairon, o. c., p. 99. — Sur Hezius, voir plus haut, p. 116.
  • 6 Louvain, 1928.
  • 7 Ne portent pas de signes permettant de les rattacher certainement à Hezius, les documents de 1487 (...)

7Parlant des pièces qu’il publie, M. Fairon écrit : « L’une d’entre elles porte la signature de Th. Hezius, et nous pouvons ainsi les attribuer en toute certitude à ce chanoine »5. Or, le document et la « signature » en question, pages 138-140, ne sont visiblement pas de la même main, bien que M. Fairon écrive, en note de la page 138 : « Pièce autographe de Hezius et revêtue de sa signature ». Cette « signature » présente un aspect étrange : « D[omini] Hesii ». Nous nous trouvons donc devant une indication de provenance, inscrite par un inconnu que je n’ai pu identifier, mais qui ne peut être Hezius. De plus, il n’est pas difficile de se procurer des autographes certains de Hezius. M. de Vocht en a même reproduit un en cliché, à la page xxxviii de ses « Literae virorum eruditorum ad Franciscum Craneveldium (1522-1528) »6. La comparaison des documents, que je regrette de ne pouvoir présenter en photographies, corrobore ce que j’ai dit de la «signature». Par contre, elle apporte à M. Fairon une confirmation éclatante autant qu’inattendue de son attribution prématurée. L’écriture des documents est bien de Hezius. Sur les vingt-quatre pièces, la plupart sont écrites ou annotées par lui7.

  • 8 « On doit distinguer entre un dossier et une liasse de pièces. Un dossier a été formé tandis que l (...)
  • 9 Fairon, o. c., p. 101. — Il y manque aussi, sans doute, la correspondance échangée au sujet de l’é (...)
  • 10 Sur ces documents, voir p. 154. — Il faut remarquer qu’il était impossible de dater avec certitude (...)
  • 11 De ces deux textes, cités sans références par M. Fairon, p. 101-102, le premier aété publié, avec (...)

8Est-ce à dire que ces documents constituent le « dossier » de Hezius ? Certes non. Rien ne nous prouve qu’il s’agisse ici d’un dossier, au sens strict du terme8. Les documents aujourd’hui groupés et classés sous cette rubrique ne représentent sans doute qu’une petite partie de l’ancien dossier relatif à la préparation d’une ordonnance générale contre l’hérésie. Certaines pièces manquent : un édit français, un édit espagnol, un édit impérial9. Pourquoi, par contre, écarter les deux documents qui concernent un conflit de juridiction entre l’official et le magistrat de Diest, en matière de répression de l’hérésie, documents qui datent de 1545 et qui appartiennent à la même liasse10 ? Enfin, cette partie de liasse, telle que M. Fairon l’a délimitée, ne renferme-t-elle pas des documents qui lui auraient été ajoutés postérieurement ? Il en est peut-être ainsi des deux pièces sur les indulgences, qui datent de 1487 et de 1517, et qui n’ont qu’un rapport lointain avec les autres textes conservés11.

  • 12 Aux États du 29 décembre 1545, Georges d’Autriche présentera le mandement rédigé « par advis de no (...)
  • 13 M. Fairon écrit néanmoins, p. 101 : « Nous apportons non seulement les deux édits dont la disparit (...)

9Je crois qu’il est préférable de désigner comme il suit les textes étudiés : documents du Conseil privé relatifs à la préparation de l’édit général contre l’hérésie publié en 1545. C’est au Conseil privé que s’élaboraient les lois12. C’est pourquoi, nous trouvons dans ses archives des projets d’édits, des textes de comparaison, mais non les lois elles-mêmes qui passaient devant les États du pays. Nos archives nous ont ainsi conservé, d’une part, un projet d’édit de 1532, à défaut du texte approuvé le 3 décembre de la même année, d’autre part, un projet d’édit général présenté en 1545, mais non le texte définitif et promulgué13.

  • 14 Fairon, o. c., p. 102. — A noter que ce texte présente quelques variantes avec celui qu’a publié P (...)
  • 15 Halkin, Le Cardinal de la Marck..., p. 164, 181. — C’est sans doute en qualité d’inquisiteur que H (...)
  • 16 Je corrige sur ce point mon travail antérieur Le Cardinal de la Marck..., p. 151. — J’ajoute que G (...)

10Comment dater d’une façon précise l’ensemble des documents ? « 1532 à 1545 », écrit l’éditeur dans le titre de son travail. Or, 1532 ne se justifie guère, car le dossier, — même allégé des documents de 1487 et de 1517, — comprend une ordonnance de 152614. On pourrait croire que Hezius ne devint inquisiteur qu’en 1532, mais rien ne le prouve ; au contraire, dès 1529, Hezius était en charge15. D’ailleurs, il n’y a aucune raison de penser qu’il prit une part spéciale à la préparation de l’édit de 153216. La copie du Conseil privé n’est pas de sa main, et elle figure sans doute dans les archives au même titre que d’autres pièces de comparaison, d’origine liégeoise ou étrangère.

11Le dossier que nous aimerions reconstituer concernait donc essentiellement l’élaboration de l’édit général liégeois de 1545. L’action de Hezius y apparaît prépondérante, mais elle ne fut pas unique.

  • 17 Fairon, o. c., p. 109.
  • 18 Fairon, o. c., p. 133. — Les Epistolae obscurorum virorum (éd. Leipzig, 1858, p. 27) n’appellent p (...)

12Arnold Luyd de Tongres est le premier qui, à ma connaissance, ait travaillé à la rédaction de cet édit. Son nom ne se trouve pas dans la publication de M. Fairon, ou plutôt il y est si bien caché que l’éditeur ne l’a pas identifié17. Hezius lui-même cite son collaborateur. Annotant un « Memoriale pro negocio sancte inquisitionis », il écrit de sa main : « Istud memoriale, saltem pro maiori parti, con-cepit bone memorie magister noster Tungrensis, qui diu exer-cuerat officium inquisitionis in diocesi Coloniensi et per experien-tiam sciebat que et qualia sint necessaria pro bona administra-tione dicti officii »18.

  • 19 Fairon, o. c, p. 160. — Ma citation rectifie l’édition.

13Dans une « Informatio » relative au même objet, Hezius écrit encore : « Item misi memoriale per nos datum reverendissimo de necessariis ad bonum exercitium officii inquisitionis, iuxta infor-mationem doctoris Tungrensis bone memorie19. »

  • 20 Sur Arnold, voir plus haut, p. 109, et ma notice dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 498-50 (...)
  • 21 Forsthoff, Rheinische Kirchengeschichte, t. i, p. 84, 99, Essen, 1929. — Rembert, Die Wiedertäufer (...)
  • 22 Archives de la Ville de Tongres, Registrum plebiscitorum ab anno 1477, f° 132 v° ; cfr Paquay, Ton (...)

14Ce « docteur de Tongres » n’est autre que le célèbre chanoine de Liége et humaniste Arnold Luyd de Tongres, qui avait été longtemps professeur et recteur de l’université de Cologne20. Polémiste habile, théologien averti, Arnold fut inquisiteur de la foi dans les diocèses de Cologne21 et de Liége22. Il mourut à Liége, le 28 août 1540, et Thierry Hezius fut son exécuteur testamentaire.

  • 23 Ce qui écarte l’hypothèse d’une collaboration d’Arnold au projet d’édit de 1532.
  • 24 Archives de l’État a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 33.
  • 25 Paquay, l. c.
  • 26 Arnold de Tongres fut peut-être chargé de résoudre les difficultés que les États du 29 juin 1538 a (...)
  • 27 Voir le n° iv des Pièces justificatives.
  • 28 Fairon, o. c., p. 130-134. — On verra plus loin les raisons qui m’inclinent à dater de l’an 1545 c (...)
  • 29 Nicolas Damidde, cité comme avocat de l’official et licencié U. J. en 1540 Archives de l’État a Li (...)
  • 30 Halkin, o. c., p. 164.
  • 31 Voir plus haut, p. 152.
  • 32 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 63 v° ; cfr le n° v des Pièces jus (...)

15A quelle époque de sa vie faut-il situer sa collaboration à la préparation de l’édit contre l’hérésie ? Évidemment, après le 19 juillet 1533, date de sa réception au Chapitre de Saint-Lambert23. Je crois, en outre, qu’Arnold fut appelé à siéger au Conseil privé,— comme aussi sans doute Hezius et Nicquet, — mais aucun document ne permet de préciser la date de cette promotion très vraisemblable. Tout ce que nous savons, c’est que, le 21 février 1539, Arnold de Tongres fut délégué par le Chapitre cathédral à Maestricht, afin d’y rencontrer les députés de l’empereur et de la régente et de défendre contre eux la juridiction liégeoise24. Le 24 juillet de la même année, nous le retrouvons aux côtés de Thierry Hezius, partageant avec lui les fonctions inquisitoriales25. Il me paraît hautement probable de situer dans les dernières années de la vie d’Arnold, et plus particulièrement à partir de 1539, son activité nouvelle26. C’est à cette date que nous replacerons l’« In-formatio pro negocio sancte inquisitionis », attribuée par Hezius lui-même à Arnold de Tongres27. De ce texte, il nous reste deux versions, quelque peu différentes, qui ne sont de l’écriture ni d’Arnold, ni de Hezius. Le texte publié par M. Fairon, sous le titre de « Me-moriale », est d’une autre main que l’« Informatio » et présente, en plus de certaines variantes, des annotations autographes de Hezius28. Les variantes montrent que le texte édité a été revu et amélioré par Hezius. Que l’on compare en effet les deux versions, et l’on remarquera combien les points communs sont rédigés dans le « Memoriale » avec plus de soin que dans l’« Informatio ». D’autre part, des détails dus à Arnold n’ont pas été conservés par Hezius. Ce sont surtout ceux qui, tenant aux circonstances de personnes et de temps, avaient perdu en 1545 l’intérêt qu’ils pouvaient présenter en 1539 ou 1540 - C’est ainsi que le « Memoriale », rédigé par Hezius ou sous sa direction, a omis les noms des avocats proposés par Arnold : Nicolas Damidde et Henri Velthoven29. De même, le paragraphe concernant l’inquisiteur Simon Sapiens disparaît dans la seconde rédaction. Ce paragraphe importe, car il permet de dater l’« Informatio » d’une façon plus précise. Nous y lisons que le frère Simon ne peut accepter sa commission d’inquisiteur avant que le prince-évêque n’obtienne la permission des supérieurs de l’ordre. Or, Sapiens, que nous voyons revêtu des fonctions d’inquisiteur en 153230 et en 153931, devait recevoir, le 21 novembre 1540, une commission inquisitoriale particulièrement étendue32. Je crois donc qu’il faut situer l’« Informatio » en 1540, et que ce document représente la pensée d’Arnold de Tongres au sujet de l’organisation de l’inquisition et de la préparation de l’édit général. Le « Memoriale » est l’œuvre d’Arnold, corrigée par Hezius, et c’est pourquoi Hezius écrivit en marge de cette seconde rédaction que le « docteur de Tongres » en était l’auteur « saltem pro maiori parte ».

  • 33 « Oportebit reverendissimus dare mandatum générale » ; cfr le n° xvi des Pièces justificatives.
  • 34 Fairon, o. c., p. 141-155.
  • 35 Fairon, o. c., p. 114.
  • 36 Fairon, o. c., p. 141. — Corneille de Berghes ayant pris des mesures contre l’hérésie, il serait a (...)
  • 37 Voir des allusions à la communauté des femmes et au second baptême, dans Fairon, o. c., p. 144, 14 (...)
  • 38 Fairon, o. c., p. 113.

16Arnold de Tongres estimait que le prince-évêque devait publier un édit général contre l’hérésie33. De cet édit, il est vraisemblable qu’il a dessiné les grandes lignes, mais il est impossible de discerner son œuvre personnelle dans l’œuvre de son continuateur principal, Hezius. M. Fairon a publié un « Conceptus edicti » qui est peut-être très proche encore du texte, perdu sans espoir, d’Arnold34. Comme le savant éditeur l’a très bien vu, le « Conceptus » n’a pas Hezius pour premier auteur35. Je pense qu’Arnold de Tongres est le rédacteur probable de ce projet, ou tout au moins d’un projet plus ancien dont le texte conservé reproduit les dispositions principales. Ce qui me fait penser qu’il s’agit bien d’une œuvre antérieure au règne de Georges d’Autriche, c’est que le préambule de notre document cite Érard de la Marck comme le prédécesseur immédiat du prince signataire de l’édit36. Ceci nous reporte aux années 1538-1544, et, comme nous avons constaté l’activité d’Arnold au même temps, j’incline à croire qu’il faut aussi attribuer à Arnold une première rédaction du « Conceptus ». De plus, alors que des allusions à l’anabaptisme figuraient seulement dans la rédaction la plus ancienne37, le nom de Calvin n’y a été ajouté qu’ultérieurement, et en marge, par Hezius38.

  • 39 Fairon, o. c., p. 148, 152, n. i.

17D’autre part, cet avant-projet d’édit est certainement postérieur au 22 février 1540, date de l’index louvaniste dont notre rédacteur s’est visiblement inspiré39.

  • 40 Fairon, o. c., p. 102, 145. — Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 132.
  • 41 Fairon, o. c., p. 138. — Sur l’hostilité manifestée par Hezius contre Érasme, voir p. 348, n. 6. — (...)
  • 42 Fairon, o. c., p. 152. — Les Colloquia ont été sans doute ajoutés tardivement à cette liste.
  • 43 Fairon, o. c., p. 138. — A remarquer que la note en question débutait par ce qui suit, — biffé dan (...)
  • 44 Fairon, o. c., p. 141, 151. — Peut-être faut-il encore ajouter aux corrections nspirées par Hezius (...)
  • 45 Fairon, o. c., p. 109. — De plus, elle est postérieure à la correspondance échangée, en juin 1545, (...)

18On pourrait m’objecter que, dans cette hypothèse, il n’y a aucune raison de ne pas mettre sous le nom d’Arnold le « Conceptus » tel qu’il nous est parvenu. Je vois à cela certaines difficultés. En effet, le texte qui nous est conservé doit quelques unes de ses expressions aux propositions dogmatiques arrêtées par la faculté de théologie de Louvain, en décembre 154440. En outre, une note autographe de Hezius, non datée, demande que les « Colloquia » d’Érasme soient mis au nombre des livres prohibés par l’édit41. Or, le projet d’édit que nous connaissons mentionne explicitement ces « Colloquia » à la fin du paragraphe consacré à l’énumération des ouvrages hérétiques ou suspects42. De plus, la même note de Hezius précise que l’édit doit faire allusion aux peines prescrites par le droit, et en particulier aux peines comminées par l’autorité impériale43. Le projet d’édit donne satisfaction à Hezius sur tous ces points44. J’en conclus que la note autographe de Hezius est antérieure au texte conservé du « Conceptus ». D’autre part, cette note est postérieure au 20 janvier 1545, date de la désignation de Hezius et de Nicquet en qualité d’inquisiteurs du diocèse de Liége45.

19Le « Conceptus » donc, sous sa forme connue, est de 1545, mais, comme certains éléments de ce projet me paraissent plus anciens que d’autres, je présume que Hezius a fait copier un avant-projet, aujourd’hui perdu, d’Arnold de Tongres, après l’avoir amendé une première fois. La note autographe que j’ai citée témoigne de ces corrections.

  • 46 Je rappelle que rien dans la liasse n’est de l’écriture d’Arnold de Tongres, écriture connue par s (...)
  • 47 Fairon, o. c., p. 156 : le 19 juin, Henri Broulhet transmet au vicaire-général des documents de He (...)
  • 48 Fairon, o. c., p. 152. — A noter que les documents réunis par Hezius au sujet des livres à prohibe (...)

20Il est curieux de remarquer qu’un même scribe a copié, et l’« Informatio » d’Arnold, et le « Conceptus », qui me paraît appartenir en majeure partie au même auteur46. Dans la copie du « Conceptus », ce scribe a incorporé certaines modifications dues n Hezius. J’ignore quel est ce personnage, dont je n’ai pas retrouvé ailleurs l’écriture. Peut-être est-il le secrétaire de Hezius, ou ce Henri Broulhet cité par l’inquisiteur47 ? Ce n’est certes pas un collaborateur de premier plan, car il se permet une correction malheureuse, indigne d’un inquisiteur averti, en écrivant : « Urbani Hessi » pour « Eobani Hessi »48.

***

  • 49 Voir plus haut, p. 115.
  • 50 Sur Nicquet, voir plus haut, p. 64.
  • 51 Fairon, o. c., p. 156.
  • 52 Cette correspondance, signalée par de Jongh, L’ancienne faculté de théologie de Louvain au premier (...)

21Arnold de Tongres étant mort le 28 août 1540, le projet d’édit général fut relégué au second plan des préoccupations du Conseil privé et du prince Corneille de Berghes. Dès 1544 néanmoins, les États de Liége furent saisis de l’intention de Georges d’Autriche, le nouveau prince, de publier un édit de ce caractère49. La désignation des inquisiteurs Thierry Hezius et Charles de Nicquet, le 20 janvier 1545, allait en hâter l’élaboration50. C’est entre cette double nomination et l’acceptation de l’édit par les États du 29 décembre de la même année, qu’il faut replacer toutes les notes de Hezius, dont l’influence prépondérante n’avait pas tardé à se manifester. De ces notes, une seule porte une date : juin 154551. Or, cette date est celle de la correspondance échangée entre Georges d’Autriche et la faculté de théologie de Louvain, au sujet de l’édit que l’évêque cite en ces termes : « Molimur iamdudum edictum pro extirpatione heresium et hereticorum, necnon conservatione vere fidei et religionis in hac nostra ditione et diocesi, quod, adiu-vante Deo, propediem publicabitur »52.

  • 53 Son testament n’est malheureusement pas autographe ; cfr Archives de l’État a Liége, Testaments de (...)
  • 54 « ... edicti per nos facti, et meis litteris » ; cfr Fairon, o. c., p. 156. — Hezius écrit encore, (...)
  • 55 Fairon, o. c., p. 133.

22La collaboration de Charles de Nicquet est vraisemblable, mais je n’ai pu identifier son écriture53. Lorsque Hezius dit que l’édit a été rédigé « per nos », je ne sais s’il fait allusion à Nicquet, à Luyd, à Villegas ou à une autre personne54. D’autre part, c’est bien à Nicquet que doit se rapporter la note suivante du « Mémoriale » de Hezius : « Item reverendissimus suscipiat personas am-borum inquisitorum sub suam salvigardiam »55.

  • 56 Sur ce personnage, voir plus haut, p. 60.
  • 57 Comme l’écrit M. Fairon, o. c., p. 100.
  • 58 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 156-160. Il existe deux minutes de cette pièce, mais Blocque (...)
  • 59 Texte perdu ; cfr Fairon, o. c., p. 156, 160.
  • 60 J’ai pu identifier cet édit grâce à l’extrait qu’en donne Hezius, p. 157, et que l’on comparera au (...)
  • 61 L’édit du 10 juillet publiait l’index de Louvain ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s. (...)
  • 62 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 138-140. — La note de Hezius, p. 160, deuxième alinéa, montr (...)
  • 63 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 130-134, et rappelé p. 160. — C’est l’« Informatio » d’Arnol (...)
  • 64 Lettre perdue ; cfr Fairon, o. c., p. 156.

23Une autre collaboration est plus certaine, celle du scelleur Gilles de Blocquerie56. C’est lui, sans doute, qui avait préparé les propositions que lut Georges d’Autriche aux États du 18 aoùt 1544. C’est lui, peut-être, qui fit nommer les deux inquisiteurs Hezius et Nicquet. C’est à lui, — et non au chancelier alors en fonctions57, — que Hezius fit porter par Henri Broulhet, le 19 juin 1545, une « Informatio seu avisatum de quibusdam edicto inserendis »58, une copie annotée de la version française de l’édit projeté59 une copie de l’édit du roi de France du 23 juillet 154360, une copie de la fin de l’édit impérial du 10 juillet ou du 22 septembre 154061, l’« Avisatum »62 et le « Memoriale » de Hezius63, le tout accompagné d’une lettre de l’inquisiteur64.

  • 65 Et non « novi reverendissimi», comme a lu L. Fairon, o. c., 156. — Il n’y a pas d’autre trace, dan (...)
  • 66 « Oeconomus, aulae magister », écrit Du Cange. — Charles de Blois, maître d’hôtel d’Érard de la Ma (...)
  • 67 Il écrit à Marie de Hongrie, le 17 juillet 1544 ; cfr de Marneffe, o. c., t. iii, p. 90. — Il est (...)

24Ce que fut le rôle de Pierre de Villegas, nous ne pouvons que le deviner par ce que Hezius en dit et par ce que nous savons de son activité en d’autres domaines. Hezius écrit qu’il a agi « ex con-silio et avisato economi reverendissimi »65. Je n’hésite pas à reconnaître, dans cet officier de la maison de l’évêque, son maître d’hôtel Pierre de Villegas66, dont le nom revient souvent dans la correspondance diplomatique de Georges d’Autriche, et qui a même signé quelques lettres importantes67.

  • 68 Fairon, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. (...)
  • 69 Fairon, o. c., dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 12 : « Promoveat dominatio vestra eos [libro (...)
  • 70 Quelques années plus tôt, Marguerite d’Autriche l’avait choisi, et Gilles de Blocquerie avec lui, (...)
  • 71 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 443, 446, 451, 452 ; t. iii, p. 115, 116, 120, 127. — Sur l’intérêt (...)

25Les documents du dossier citent encore les noms de Louis de Schoor et de François de Beeringen. Ce dernier, qualifié de « frère », est un théologien régulier que je ne connais pas mieux que M. Fairon68, mais le premier porte un des grands noms de l’histoire des Pays-Bas69. Louis de Schoor, chef et président du Conseil privé, avait été chargé en 1540 d’une ambassade auprès du Chapitre de Saint-Lambert70. Il s’occupa activement des affaires liégeoises, et il n’est pas étonnant de voir Hezius proposer au prince de consulter le ministre de Bruxelles au sujet d’un édit qui concernait une partie des Pays-Bas71.

  • 72 Lettres publiées dans l’article cité de Le Compas d’or, p. 5-6. — La réponse relative à Érasme per (...)

26On a vu que la faculté de théologie de Louvain fut aussi consultée par Georges d’Autriche, le 9 juin 1545 ; sa réponse date du 13 juin72. Déjà auparavant, l’index louvaniste de 1540 avait été largement mis à contribution par les rédacteurs du projet d’édit général. Hezius, de son côté, utilisera le « Credo » de Louvain de 1544.

  • 73 Fairon, o. c., p. 156, 160 ; pour le Chapitre, p. 145. — Voir aussi l’article cité de Le Compas d’ (...)

27Enfin, il faut mentionner, au nombre des inspirateurs sinon des auteurs de l’édit général, les princes-évêques Érard de la Marck, Corneille de Berghes et surtout Georges d’Autriche, sans oublier le Chapitre cathédral73.

  • 74 Ces corrections sont particulièrement visibles, p. 145 de Un dossier..., au deuxième alinéa et à l (...)
  • 75 Fairon, o. c., p. 156-160.
  • 76 Voir plus haut, p. 126.

28Quant à Hezius, il nous offre un exemple admirable de l’écrivain qui se corrige sans cesse. A peine avait-il fait adapter l’avant-projet d’édit d’Arnold de Tongres, qu’il le crible de notes, utilisant entre autres les propositions dogmatiques arrêtées par la faculté louvaniste le 6 décembre 154474. Le 19 juin 1545, il envoyait au scelleur Gilles de Blocquerie une version française de l’édit projeté, mais il y joignait une critique serrée du texte, article par article75. Enfin, le 29 décembre 1545, une rédaction définitive, perdue malheureusement, était présentée aux États, discutée, amendée et approuvée à la même session76.

***

29Telle est l’histoire du dossier de Hezius. L’examen attentif auquel je me suis astreint me permet de proposer un classement nouveau des documents publiés ou simplement cités. Je sais mieux que personne les difficultés de ce travail et les risques d’erreur qu’il comporte. Je ne me suis cependant pas laissé arrêter par cette pensée, car je crois indispensable, pour la clarté de l’exposé que l’on peut lire au chapitre consacré aux ordonnances en matière d’hérésie, de chercher à résoudre les problèmes préliminaires que pose le dossier de Hezius.

  • 77 Je ne m’occupe ici que des documents relatifs à l’édit publié en 1545. Je ne reprends donc ni l’éd (...)

30Voici une série chronologique qui me semble la plus vraisemblable et qui résume mon argumentation77 :

  1. Mandement de Charles-Quint, relatif à la surveillance des livres. Texte flamand inédit, cité par M. Fairon, p. 102. Texte français publié dans le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », 2e s., t. IV, p. 6l, sous la date du g février, avec une note concernant le texte flamand du 15 février 1538.
  2. Index de Louvain, utilisé dans le projet d’édit général, cité par M. Fairon, p. 107 et 152, n. 1. Publié dans l’ordonnance impériale du 10 juillet 1540, dans le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », 2e s., t. IV, p. 210. Le 22 février 1540.
  3. « Informatio » d’Arnold de Tongres. Publiée au n° IV des Pièces justificatives du présent travail, d’après les Archives de l’État à Liége, « Conseil privé », liasse 163. Citée par M. Fairon, p. 130. Peu avant le 28 août 1540, date de la mort d’Arnold de Tongres.
  4. Mandement de Charles-Quint contre l’hérésie, cité par le document précédent et par M. Fairon, p. 156. Publié dans le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », 2e s., t. IV, p. 225. Le 22 septembre 1540.
  5. Avant-projet d’édit général, œuvre d’Arnold de Tongres. Texte perdu ; a servi de base au « Conceptus » publié par M. Fairon, p. 141-155 (n° IX). Après l’« Informatio » et avant le 28 août 1540.
  6. Mandement de François Ier contre l’hérésie, cité par Hezius, dans M. Fairon, p. 156 et 157. Publié par Isambert, « Recueil général des anciennes lois françaises », t. XII, p. 827. Le 23 juillet 1543.
  7. Index des livres prohibés par la Sorbonne. Cité par M. Fairon, p. 108. Publié par Reusch, « Die Indices librorum prohibito-rum des sechzehnten Jahrhunderts », p. 86, Tubingue, 1886. Le 13 août 1544.
  8. Formule abrégée des propositions dogmatiques arrêtées par la faculté de théologie de Louvain. Citée par M. Fairon, p. 103, et utilisée dans l’avant-projet d’édit, p. 145. Publiée à la suite des « Acta et décréta synodi dioecesanae Leodiensis », Louvain, 1549, et dans l’ordonnance de Charles-Quint du 14 mars 1545, dans le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », 2e s., t. V, p. 132. Le 6 décembre 1544.
  9. Mandement de Charles-Quint, instituant une enquête sur les desservants des paroisses. Cité par M. Fairon, p. 102. Texte français inédit. Texte flamand publié dans le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », 2e s., t, V, p. 114. Le 18 décembre 1544.
  10. Mandement de Charles-Quint au sujet des hérétiques réfugiés à Wesel. Cité par Hezius, dans M. Fairon, p. 135. Publié dans le «Recueil des ordonnances des Pays-Bas», 2e s., t. V, p. 123. Le 7 mars 1545.
  11. « Memoriale » de Hezius, comportant la mise au point de l’« Informatio » d’Arnold de Tongres. Publié par M. Fairon, p. 130-133 (n° IV). Après le 20 janvier 1545, date de la nomination de Hezius et Nicquet en qualité d’inquisiteurs.
  12. « Avisatum » de Hezius. Publié par M. Fairon, p. 138-140 (n° VIII). Ce document et le précédent ont dû être soumis au prince-évêque ; c’est pourquoi ils portent l’indication de leurs auteurs respectifs. Après le 20 janvier 1545.
  13. « Informatio iuris », concernant le procès de religion intenté à Diest à Hedwige Strijbosch. Publié au n° XVI des Pièces justificatives du présent travail, d’après les Archives de l’État à Liége, «Conseil privé», liasse 163. Vers mai 1545.
  14. Lettre de Georges d’Autriche à la faculté de théologie de Louvain, au sujet de l’édit en préparation et, en particulier, au sujet des œuvres d’Érasme. Publiée par M. Fairon, dans « Le Compas d’or », 2e s., t. III, p. 5. Le 9 juin 1545.
  15. Réponse de la faculté de théologie de Louvain à Georges d’Autriche. Publiée par M. Fairon, à la suite de la précédente, p. 6. Le 13 juin 1545.
  16. Quatre listes de livres prohibés, ayant servi à la préparation de l’édit général. Citées par M. Fairon, p. 108. Publiées par le même dans « Le Compas d’or », article cité p. 7-15. Entre le 20 janvier et le 19 juin 154578.
  17. Notes de Hezius sur la préparation de l’édit et la poursuite des suspects. Publiées par M. Fairon, p. 138 (n° VII). Entre le 13 juin et le 19 juin 1545.
  18. Articles destinés à une enquête générale, à Liége. Publiés par M. Fairon, p. 135-137 (n° VI). Après le document précédent.
  19. « Conceptus edicti », comportant la mise au point par Hezius, ou sous sa direction, du projet d’édit. Texte latin publié par M. Fairon, p. 141-155 (n° IX). Entre le 13 juin et le 19 juin 1545.
  20. Version française du projet d’édit. Texte perdu, sauf quelques fragments publiés par M. Fairon, p. 156-159 (n° X). Entre le 13 juin et le 19 juin 154579.
  21. Avisamenta » de Hezius, comportant des amendements au texte français du projet d’édit. Publiés par M. Fairon, p. 156-159 (n° X). Entre le 13 juin et le 19 juin 1545.
  22. « Consilium et avisatum » de Pierre de Villegas à Hezius. Perdu, cité par M. Fairon, p. 156. Entre le 13 juin et le 19 juin 1545.
  23. Lettre de Hezius à Gilles de Blocquerie. Perdue, citée par M. Fairon, p. 156. Le 19 juin 1545.
  24. « Informatio seu avisatum » de Hezius, comportant des notes additionnelles aux « Avisamenta ». Publiée par M. Fairon, p. 160 (n° X). Le 19 juin 1545, ou peu après.
  25. « Memoriale in materia inquisitionis » de Hezius. Publié par M. Fairon, p. 134-135 (n° V). Entre le 19 juin et le 29 décembre 154580.
  26. « Memoria pro conservatione iurisdictionis ». Publiée au n° XVII des Pièces justificatives du présent travail, d’après les Archives de l’État à Liége, « Conseil privé », liasse 163. Dans la seconde moitié de l’an 1545 ; avant le 19 novembre 154581.
  27. Édit présenté aux États du 29 décembre 1545 et approuvé à la même session. Texte perdu, reconstitué partiellement grâce aux notes d’Hezius et aux délibérations des États82.

Notes

1 Dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 99-160, Bruxelles, 1924. — C’est à ce travail que se rapportent, sauf indication contraire, mes références.

2 Dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 1-15, Anvers, 1925.

3 Archives de l’État a Liége, Conseil privé, liasse 163. — M. Fairon, Un dossier..., p. 99, cite vingt-trois pièces, mais le document qu’il publie, p. 156, est représenté par deux textes assez différents.

4 Voir, au n° xvi des Pièces justificatives, le texte complet de cette « Informatio » dont M. Fairon a publié trois paragraphes, p. 133-134.

5 Fairon, o. c., p. 99. — Sur Hezius, voir plus haut, p. 116.

6 Louvain, 1928.

7 Ne portent pas de signes permettant de les rattacher certainement à Hezius, les documents de 1487 et de 1517 concernant les indulgences, ainsi que le projet d’édit de 1532 ; ces documents sont cités par M. Fairon, p. 101, 103. — En outre, d’autres documents portent, au verso, des titres ou analyses dont l’écriture ressemble à celle du copiste du testament de Hezius ; cfr Archives de l’État a Liége, Testaments de la cathédrale, vol.5, f° 72. J’ai relevé, entre ces documents divers, d’étranges ressemblances de filigranes.

8 « On doit distinguer entre un dossier et une liasse de pièces. Un dossier a été formé tandis que les documents étaient encore un organisme vivant ; une liasse a été formée par un archiviste postérieur, après que les archives sont devenues un être inanimé ». Cfr S. Muller, J. A. Feith et R. Fruin, Manuel pour le classement et la description des archives (trad. Stein et Cuvelier), p. 140, La Haye, 1910.

9 Fairon, o. c., p. 101. — Il y manque aussi, sans doute, la correspondance échangée au sujet de l’édit en préparation et à laquelle Hezius fait allusion ; cfr o. c., p. 156. — Je n’ai pu identifier l’édit espagnol.

10 Sur ces documents, voir p. 154. — Il faut remarquer qu’il était impossible de dater avec certitude ces documents avant d’avoir retrouvé leur contre-partie brabançonne. Or, l’élément chronologique est ici très important pour la reconstitution du dossier.

11 De ces deux textes, cités sans références par M. Fairon, p. 101-102, le premier aété publié, avec fac-similé de l’original, dans le Bulletin de la Société des Bibliophiles liégeois, t. x, p. 239, Liége, 1912.

12 Aux États du 29 décembre 1545, Georges d’Autriche présentera le mandement rédigé « par advis de nostre Conseil » ; Archives de l’État a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 30 v°.

13 M. Fairon écrit néanmoins, p. 101 : « Nous apportons non seulement les deux édits dont la disparition était si regrettable... ».

14 Fairon, o. c., p. 102. — A noter que ce texte présente quelques variantes avec celui qu’a publié P. Fredericq, Corpus doumentorum inquisitionis haereticae pravitatis Neerlandicae, t. v, p. 98, Gand, 1902.

15 Halkin, Le Cardinal de la Marck..., p. 164, 181. — C’est sans doute en qualité d’inquisiteur que Hezius, en 1530, fit prohiber les livres d’Érasme de l’enseignement des jérômites de Liége ; cfr de Vocht, Monumenta humanistica Lovaniensia, p. 510, Louvain, 1934.

16 Je corrige sur ce point mon travail antérieur Le Cardinal de la Marck..., p. 151. — J’ajoute que Gilles de Blocquerie, vicaire-général en 1532 comme en 1545, me paraît l’inspirateur des deux édits.

17 Fairon, o. c., p. 109.

18 Fairon, o. c., p. 133. — Les Epistolae obscurorum virorum (éd. Leipzig, 1858, p. 27) n’appellent pas autrement Arnold Luyd : « Sicut Reuchlin doctor, qui est Speculi Ocularis auctor, quem magister noster Tungarus probavit esse hereticus ». — Le « magister Tungrensis » cité dans une lettre de Gérard Morinck à Hezius, en 1537, n’est pas Gilles de Blocquerie mais Arnold de Tongres; cfr De Vocht, o. c., p. 531. — Le « Tongrensis » non identifié à qui le cardinal Pole écrit, en 1538, en même temps qu’à Hezius, est aussi Arnold; cfr J. Gairdner, Letters andpapers... of Henry VIII, t. xiii, 1re partie, p. 56 ; 2e partie, p. 273.

19 Fairon, o. c, p. 160. — Ma citation rectifie l’édition.

20 Sur Arnold, voir plus haut, p. 109, et ma notice dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 498-500, Bruxelles, 1931.

21 Forsthoff, Rheinische Kirchengeschichte, t. i, p. 84, 99, Essen, 1929. — Rembert, Die Wiedertäufer im Herzogtum Jülich, p. 124, Berlin, 1899.

22 Archives de la Ville de Tongres, Registrum plebiscitorum ab anno 1477, f° 132 v° ; cfr Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlviii, p. 148, Tongres, 1934.

23 Ce qui écarte l’hypothèse d’une collaboration d’Arnold au projet d’édit de 1532.

24 Archives de l’État a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 33.

25 Paquay, l. c.

26 Arnold de Tongres fut peut-être chargé de résoudre les difficultés que les États du 29 juin 1538 avaient soulevées en matière de religion ; cfr p. 110. Son intervention me paraît en tout cas postérieure à cette réunion d’États. De plus, il eut peut-être à préparer les mesures générales de répression que les exécutions de 1538 justifiaient. Le préambule du « Conceptus » fait allusion à « plurimas utriusque sexus personas usque ad mortem... »; cfr Fairon, o. c., p. 141.

27 Voir le n° iv des Pièces justificatives.

28 Fairon, o. c., p. 130-134. — On verra plus loin les raisons qui m’inclinent à dater de l’an 1545 ces annotations.

29 Nicolas Damidde, cité comme avocat de l’official et licencié U. J. en 1540 Archives de l’État a Liége, Officialité. Sentences, vol. 26, f° 99 v°.

30 Halkin, o. c., p. 164.

31 Voir plus haut, p. 152.

32 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 63 v° ; cfr le n° v des Pièces justificatives. — Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liége pendant le xvie siècle, p. 140, Liége, 1884. — Fairon, o. c., p. 109. — Sur Sapiens, voir plus haut, p. 141.

33 « Oportebit reverendissimus dare mandatum générale » ; cfr le n° xvi des Pièces justificatives.

34 Fairon, o. c., p. 141-155.

35 Fairon, o. c., p. 114.

36 Fairon, o. c., p. 141. — Corneille de Berghes ayant pris des mesures contre l’hérésie, il serait anormal que Georges d’Autriche omît son nom. On remarquera en outre que le « Conceptus », p. 145, cite respectueusement l’opinion du Chapitre cathédral ; cette attitude cadre parfaitement avec ce que nous savons de l’influence capitulaire sous Corneille.

37 Voir des allusions à la communauté des femmes et au second baptême, dans Fairon, o. c., p. 144, 148.

38 Fairon, o. c., p. 113.

39 Fairon, o. c., p. 148, 152, n. i.

40 Fairon, o. c., p. 102, 145. — Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 132.

41 Fairon, o. c., p. 138. — Sur l’hostilité manifestée par Hezius contre Érasme, voir p. 348, n. 6. — de Vocht, Monumenta..., p. 510.

42 Fairon, o. c., p. 152. — Les Colloquia ont été sans doute ajoutés tardivement à cette liste.

43 Fairon, o. c., p. 138. — A remarquer que la note en question débutait par ce qui suit, — biffé dans le manuscrit et inédit : « Fiat in edicto reverendissimi nostri relatio ad edictum impériale Wormaciense ». Hezius a remplacé cette proposition par la suivante qui en reprend l’essentiel : « In edicto reverendissimi fiat relatio in generali ad penas a iure atque ex imperii ordinatione in transgressores statutas ».

44 Fairon, o. c., p. 141, 151. — Peut-être faut-il encore ajouter aux corrections nspirées par Hezius la mention « de libris sacre scripture... Antwerpie ab Adriano de Bergis, Ioanne Zel, Christophoro de Ruremonda impressis » ? Cfr Fairon, o. c., p. 153. Or, ce passage se retrouve presque textuellement dans l’édit impérial du 14 octobre 1529 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2° s., t. ii, p. 578-579. — Adrien van Bergen et Christophe van Ruremonde avaient fermé leurs ateliers en 1540 (renseignement transmis par M. J. J. Delen).

45 Fairon, o. c., p. 109. — De plus, elle est postérieure à la correspondance échangée, en juin 1545, entre Liége et Louvain au sujet d’Érasme ; cfr Le Compas d’or, article cité, p. 6.

46 Je rappelle que rien dans la liasse n’est de l’écriture d’Arnold de Tongres, écriture connue par son testament ; cfr Archives de l’État a Liége, Testaments de la cathédrale, vol. 3, f° 140.

47 Fairon, o. c., p. 156 : le 19 juin, Henri Broulhet transmet au vicaire-général des documents de Hezius. Peut-être d’ailleurs le secrétaire et Broulhet ne font-ils qu’une seule personne ?

48 Fairon, o. c., p. 152. — A noter que les documents réunis par Hezius au sujet des livres à prohiber portent le nom étrange mais exact de « Eobani », comme d’ailleurs l’index de Louvain ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210.

49 Voir plus haut, p. 115.

50 Sur Nicquet, voir plus haut, p. 64.

51 Fairon, o. c., p. 156.

52 Cette correspondance, signalée par de Jongh, L’ancienne faculté de théologie de Louvain au premier siècle de son existence, p. 258, 261, n. 4, Louvain, 1911, a été publiée par M. Fairon, o. c., dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 5, Anvers, 1925.

53 Son testament n’est malheureusement pas autographe ; cfr Archives de l’État a Liége, Testaments de la cathédrale, vol. 7, f° 1.

54 « ... edicti per nos facti, et meis litteris » ; cfr Fairon, o. c., p. 156. — Hezius écrit encore, p. 155 : « Ita nobis videtur expedire ».

55 Fairon, o. c., p. 133.

56 Sur ce personnage, voir plus haut, p. 60.

57 Comme l’écrit M. Fairon, o. c., p. 100.

58 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 156-160. Il existe deux minutes de cette pièce, mais Blocquerie n’aura reçu que la mise au net, sans les additions reproduites p. 160.

59 Texte perdu ; cfr Fairon, o. c., p. 156, 160.

60 J’ai pu identifier cet édit grâce à l’extrait qu’en donne Hezius, p. 157, et que l’on comparera au texte suivant repris dans Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, t. xii, p. 827 : « ... occults conspirateurs contre le bien et prospérités de nous et de nostre Estât, rebelles et désobéyssans envers nous et justice et comme tels voulons qu’ils soient punis par tous nos juges ressortissans sans moyens en nos cours de parlemens, chacun en son destroit. A sçavoir les laiz ou simples clercs qui n’auroyent encores ordres sacrez, si témérairement ils ne s’ingéroyent de ce faire, des peines telles que de droit. Et quant aux gens ecclésiastiques, ayans ordres sacrez, de peine d’amende honorable, bannissement de nostre royaume, et confiscation de leurs biens patrimoniaux si aucuns en ont, ou autrement ainsi que nos dits juges verront estre à faire par raison ».

61 L’édit du 10 juillet publiait l’index de Louvain ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210. — Celui du 22 septembre ajoutait des dispositions spéciales ; comme son texte est assez long et que le « Conceptus » semble s’en inspirer (cfr Fairon, o. c., p. 153), je crois que c’est plutôt de cet édit que Hezius a envoyé un extrait à Blocquerie ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 224. — De plus, ce dernier édit a vraisemblablement été appliqué à Liége ; cfr p. 113, 155.

62 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 138-140. — La note de Hezius, p. 160, deuxième alinéa, montre qu’il s’agit bien de cet « Avisatum », car c’est dans l’« Avisatum » que se retrouve l’allusion au pardon promis aux abjurants.

63 Texte publié par M. Fairon, o. c., p. 130-134, et rappelé p. 160. — C’est l’« Informatio » d’Arnold de Tongres revue par Hezius.

64 Lettre perdue ; cfr Fairon, o. c., p. 156.

65 Et non « novi reverendissimi», comme a lu L. Fairon, o. c., 156. — Il n’y a pas d’autre trace, dans les Archives du Conseil, de l’intervention de Villegas.

66 « Oeconomus, aulae magister », écrit Du Cange. — Charles de Blois, maître d’hôtel d’Érard de la Marck, faisait partie du Chapitre cathédral ; cfr de Theux, o. c., t. iii, p. 61. — Le chanoine Jérôme van der Noot est cité, en 1549, comme « oeconomus » de Georges d’Autriche ; cfr Archives de l’État a Liége, Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 249 v°.

67 Il écrit à Marie de Hongrie, le 17 juillet 1544 ; cfr de Marneffe, o. c., t. iii, p. 90. — Il est cité dans une lettre de Blocquerie du 27 septembre 1545 : Idem, p. 116 ; — Guillaume de Mérode et Henri de Berlaimont lui répondent, le 3 novembre 1545 : p. 161. — Il intervient, en 1544, dans le paiement des mercenaires ; cfr Gairdner et Brodie, o. c., t. xix, 2e partie, p. 6.

68 Fairon, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 7, n. ii.

69 Fairon, o. c., dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 12 : « Promoveat dominatio vestra eos [libros] apud dominum Schoere, etc.». — L’auteur n’a pas identifié ce personnage important, mort en 1548, dont le nom est parfois orthographié Schoer ; cfr de Marneffe, o. c., t. iii, p. 115.

70 Quelques années plus tôt, Marguerite d’Autriche l’avait choisi, et Gilles de Blocquerie avec lui, comme avocat de la reine d’Angleterre, dans l’affaire du divorce de Henri VIII ; cfr de Vocht, Monumenta humanistica Lovaniensia, p. 35.

71 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 443, 446, 451, 452 ; t. iii, p. 115, 116, 120, 127. — Sur l’intérêt porté par de Schoor à la répression, voir Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. ii, p. 517, Bruxelles, 1863.

72 Lettres publiées dans l’article cité de Le Compas d’or, p. 5-6. — La réponse relative à Érasme permet de situer, entre le 14 et le 19 juin 1545, le document publié par M. Fairon, Un dossier..., p. 138, puisque ce document, qui condamne les Colloquia, est postérieur à la réponse de Louvain et antérieur à la rédaction conservée du « Conceptus » dont une version française fut remise au scelleur le 19 juin ; cfr Fairon, o. c., p. 156.

73 Fairon, o. c., p. 156, 160 ; pour le Chapitre, p. 145. — Voir aussi l’article cité de Le Compas d’or, p. 5, 12.

74 Ces corrections sont particulièrement visibles, p. 145 de Un dossier..., au deuxième alinéa et à la dernière ligne. Le texte portait d’abord : « deque votis monasti-corum et eorum obligatione ». Le « Credo » de Louvain portait : « Recte vota Deo facimus, tam monastica quam alia ». Aussi Hezius corrige-t-il le premier texte en : « deque votis tam monasticorum [monasticis ?] tam aliis ».

75 Fairon, o. c., p. 156-160.

76 Voir plus haut, p. 126.

77 Je ne m’occupe ici que des documents relatifs à l’édit publié en 1545. Je ne reprends donc ni l’édit de Worms, ni les édits liégeois de 1526, 1532 et 1533, ni l’édit gueldrois de 1534, ni le concordat de 1541.

78 Ces listes ne citent pas Calvin ; c’est pourquoi je les crois antérieures au « Conceptus » qui reprend l’essentiel de ces listes en y ajoutant les noms de Calvin, Bucerus et autres, mais les listes en question mentionnent déjà les Colloquia. Aussi le texte qui nous en est parvenu est vraisemblablement postérieur au n° 15. — Bucerus avait été dénoncé à Georges d’Autriche par la faculté de Louvain, dans une lettre inédite du 18 mars 1545 ; Archives générales du Royaume a Bruxelles, Fonda de l’université de Louvain, vol. 443, f° 15 ; voir le n° xv des Pièces justificatives. Cfr, à ce sujet, de Jongh, o. c., p. 261, n. 4.

79 Le texte français est postérieur au texte latin, comme il appert des corrections apportées. Ainsi, là où le texte latin, dans Fairon, o. c., p. 153, parlait d’une université quelconque, le texte français cite explicitement l’université de Louvain, p. 157. De même, le « sub pena... » de la p. 153, en bas, est complété à la p. 158, lettre I.

80 Ce document, qui cite le mandement impérial du 7 mars 1545 (relevé plus haut), me paraît postérieur au « Conceptus » et aux documents s’y rapportant directement. En effet, l’« Informatio seu avisatum » de Hezius comportait une question relative à la répression en dehors de la principauté, p. 160. Le « Memoriale » y répond dans son premier alinéa, p. 134. Le «Conceptus», p. 151, prévoyait la confiscation sans plus. Le «Memoriale», p. 134, l’explique par la nécessité de couvrir les dépenses de l’inquisition. Le « Conceptus», p. 155, ne connaissait que les « inquisitores nostros Leodii residentes ». Le « Memoriale », p. 134-135, prévoit des inquisiteurs en Brabant, Gueldre et Juliers. Enfin, le « Memoriale » me paraît antérieur à la réunion des États du 29 décembre, comme d’ailleurs tous les documents du « dossier », car il y est encore question de la confiscation des biens, pénalité résolument écartée par la décision des États ; de plus, le « Memoriale » fait allusion à la clémence montrée aux accusés abjurants et non relaps, alors que cette clémence disparaît vraisemblablement dans l’édit.

81 Ce document et celui qui est cité sous le n° 13 sont écrits de la même main, sur un papier semblable. — Au 19 novembre 1545, il fut fait mention d’une sentence rendue par le tribunal ecclésiastique. Or le document n° 26 est antérieur à cette sentence. Voir plus haut, p. 157. Cfr Archives générales du Royaume a Bruxelles, Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, f° 44 v°.

82 Voir plus haut, p. 118-126.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search