Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Seconde partie. La réforme catholique

Chapitre troisième. L’œuvre de la restauration catholique

Texte intégral

  • 1 On remarquera que les Liégeois qui participèrent au concile ne partirent pour Trente qu’en 1551, a (...)

1L’œuvre de la restauration religieuse au diocèse de Liége procède du mouvement général de la Réforme catholique qui, répondant à la Réforme protestante, trouvait alors son expression la plus haute dans le concile de Trente. Le concile se bornait à faire des lois tandis que les princes-évêques devaient agir, immédiatement et vigoureusement, contre le formalisme, la négligence, la cupidité, malgré les oppositions des uns et les lenteurs des autres. Alors que le protestantisme tendait à révolutionner l’Église, les efforts du catholicisme visent à restaurer sa discipline et à préciser son enseignement. Dans le diocèse, la Réforme catholique est nettement limitée au domaine de la vie pratique. Les préoccupations dogmatiques ne sont pas de son ressort ; il est encore trop tôt, en 1557, pour connaître tous les décrets du concile, et les apôtres de la restauration catholique ne peuvent compter, le plus souvent, que sur leurs seules lumières1. On comprend dès lors qu’ils n’aient obtenu que des résultats partiels, des demi-victoires.

2L’intérêt et l’importance des initiatives de la Réforme catholique au diocèse de Liége n’apparaissent clairement que si ces initiatives sont replacées dans le cadre des institutions religieuses et comparées aux abus déplorés comme aux progrès acquis.

  • 2 Pour la lutte contre l’hérésie, je renvoie le lecteur, une fois pour toutes, à la première partie (...)

3Sans doute, l’unité de religion dans le gouvernement du pays2 explique l’aide que l’État apportera à l’Église dans son activité réformatrice, mais ce serait une erreur de croire que Corneille de Berghes et Georges d’Autriche aient toujours eu à se louer de la dualité de leurs pouvoirs : les exigences du prince rendent souvent l’évêque impopulaire, elles compromettent parfois la sincérité du zèle de ses auxiliaires ou de ses ouailles.

  • 3 Mon exposé des institutions religieuses est valable non seulement pour les vingt ans de règne de C (...)

4Ce que peut vraiment l’influence des principes chrétiens sur l’esprit et sur la conduite du clergé et du peuple, nous ne le saurons qu’en observant le détail des mœurs, en scrutant l’histoire anecdotique, en nous efforçant d’ouvrir ce que l’on a si bien appelé « les archives d’intimité »3.

***

5Les deux princes qui, de 1538 à 1557, se succédèrent sur le trône épiscopal de Liége n’avaient pas, sur la Réforme catholique, les idées généreuses d’un saint Pierre Canisius ou d’un saint François de Sales. Corneille de Berghes ne reçut jamais les ordres sacrés et résida le moins possible dans son diocèse. Il resta indifférent au drame qui se jouait dans les consciences de ses diocésains. Tout ce qu’il put en voir, ce fut l’aspect juridictionnel que le concordat de 1541 modifia et améliora en partie. Corneille signa ce concordat, l’acte le plus important de sa carrière, mais il n’avait aucun titre suffisant pour rétablir la discipline et prendre en mains la direction du diocèse.

  • 4 S. Ehses, Bericht der Trienter Konzilskommission zur Residenz der Bischöfe, dans le Römische Quart (...)
  • 5 Sur le fils illégitime de Georges d’Autriche, voir p. 43.

6Georges d’Autriche lui est certes très supérieur. Fidèle avant la lettre aux prescriptions du concile de Trente, il veilla à ne point s’absenter du diocèse confié à ses soins4. Il fit mieux : il obtint des États du pays, en 1545, un édit général contre les hérétiques ; en 1548, il réunit un synode ; en 1551, il réforma les cours spirituelles ; enfin, en 1553, il publia un Rituel des sacrements. Toutes ces mesures sages, utiles et opportunes font de Georges d’Autriche un beau défenseur de l’Église et de la foi, mais la vie privée du prince-évêque manque de moralité et empêche que nous le considérions comme le pasteur vraiment évangélique que le pays attendait5.

  • 6 Statuta synodalia Leodiensia, Louvain, 1483. — Deuxième éd. à Louvain, 1486. — Troisième éd. à Col (...)

7Dans le vaste domaine de la Réforme catholique, il n’y avait pas de problème plus urgent que la rédaction de Statuts diocésains, sur lesquels les collaborateurs de l’évêque pussent s’appuyer pour convaincre et entraîner les tièdes. Les Statuts en vigueur dataient de 1288. L’évêque Jean de Flandre, qui les avait promulgués, s’était donné comme but de mettre dans les mains du clergé tout à la fois un traité de théologie pastorale, un rituel et les éléments du droit ecclésiastique. Le succès avait récompensé son effort : les Statuts de 1288 restèrent, durant de longs siècles, le code ecclésiastique du diocèse. Légèrement modifiés par Jean de Heinsberg en 1445, ils furent imprimés en 1483 et plusieurs fois édités dans la suite6.

  • 7 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 388.
  • 8 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 389.
  • 9 S. d. Cfr Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia episcopi et officialis (1489 (...)
  • 10 Fredericq, Corpus documenlorum..., t. v, p. 98. — L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 195 (...)

8Dans le dessein de moderniser ce document vénérable et de l’adapter aux exigences de la situation délicate du diocèse, Érard de la Marck, — qui en avait fait faire une édition en 1518, — résolut, en 1535, de convoquer un synode diocésain, mais il se heurta à l’indifférence ou à la mauvaise volonté des prélats et du clergé7. Pour cette fois, le cardinal n’insista pas ; il se contenta, l’année suivante, d’envoyer des délégués au concile provincial de Cologne8. Les Liégeois connaissaient d’ailleurs le réel souci de réforme ecclésiastique de leur évêque. Un mandement, adressé par Érard de la Marck aux doyennés de la Campine, s’élevait contre l’incontinence des clercs et l’affectation des legs pieux à des fins profanes9. Le 15 janvier 1526, un autre mandement, destiné au clergé tout entier, dénonçait ouvertement les abus et l’immoralité des prêtres, et menaçait les coupables de peines canoniques10.

  • 11 Bibliothèque mazarine a Paris, Synodale, n° 1883, fos 45-46 v° ; cfr le n° vi des Pièces justifica (...)

9Je doute que Corneille de Berghes ait repris les projets de son prédécesseur. A son actif, je ne connais qu’une ordonnance, en date du 15 janvier 1541, prescrivant aux clercs de porter la tonsure et l’habit de leur état11.

  • 12 Sur ces questions, voir Pastor, o. c., t. xii, p. 235 sv. — Hefele-Hergen-roether-Richard, Histoir (...)
  • 13 Texte dans Le Plat, Monumentorum ad historiam concilii Tridentini..., t. iv, p. 32 sv., Louvain, 1 (...)

10La politique religieuse de Charles-Quint allait donner à Georges d’Autriche l’occasion de réunir enfin le synode liégeois. Le concile général, ouvert à Trente en 1545, avait été transféré à Bologne deux ans plus tard. L’empereur, mécontent de la lenteur des Pères du concile, profita de cette circonstance pour proposer lui-même une réforme provisoire de l’Église d’Allemagne12. En conséquence, il présenta à la diète d’Augsbourg, le 15 mai 1548, un décret général de réforme qui reçut le nom d’« Intérim »13. Les vingt-six chapitres de l’« Intérim » traduisent assez fidèlement les croyances catholiques ; pour se concilier les princes protestants, Charles-Quint fit en sorte cependant que l’expression de ces croyances restât dans le ton le plus modéré. Il alla plus loin en concédant aux réformés la communion sous les deux espèces et le mariage des prêtres, tout en réservant sur ces points la décision du concile général. Cette largeur de vues n’a rien qui puisse étonner : alors que, dans ses possessions des Pays-Bas, Charles-Quint pouvait persécuter les hérétiques à sa guise, il devait, dans l’empire, ménager les princes gagnés au luthéranisme.

  • 14 Éditée à Louvain, chez Rotarius, dès 1548. — Deuxième éd. à Louvain, en 1549, chez Bathen. — Texte (...)
  • 15 Les synodes s’ouvrirent, à Cologne le 2 octobre, à Paderborn le 16 octobre, à Liége le 7 novembre, (...)
  • 16 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 10.
  • 17 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, fos 1 et 1 v°, cfr le n° xxi des Pièces justificatives. — La prem (...)

11On devine que le pape n’ait pas donné son agrément à ces initiatives et n’ait pas approuvé le zèle intempestif de l’empereur et son intrusion dans le domaine spirituel. C’est alors que, à l’initiative de Granvelle, une « Formula reformationis », qui restait dans l’esprit de l’« Intérim » sans en reprendre les thèses controversées, fut envoyée, le 9 juillet, aux princes ecclésiastiques de l’empire, avec ordre de réunir un synode dans chaque évêché, aux environs de la Saint-Martin, et de s’y appliquer à d’énergiques réformes14. Les évêques répondirent nombreux à cet appel impérial. Comme l’archevêque de Cologne, son métropolitain, Georges d’Autriche, ne tarda pas à convoquer les abbés, prieurs et doyens de son diocèse à participer à un synode local15. L’invitation, le 15 octobre, fixait l’ouverture de l’assemblée au 7 novembre16. Dans l’entre-temps, Georges d’Autriche élabora un mandement au sujet de l’abus primordial contre lequel le synode allait sévir, le concubinage des clercs ; ce mandement est daté du 2 novembre ; nous y retrouvons l’essentiel des décisions approuvées, sur ce point, onze jours plus tard17.

  • 18 Sur Verlerius, voir p. 69.

12La journée du 7 novembre 1548 fut consacrée à l’ouverture du synode. En présence du prince et de ses dignitaires, l’évêque suffragant Gédéon van der Gracht célébra une messe solennelle dans la cathédrale. Ensuite, l’assemblée se rendit au Chapitre de Saint-Lambert, où le prieur des dominicains, Grégoire Sylvius, prononça un discours exaltant l’importance du relèvement spirituel du diocèse menacé par l’hérésie. Enfin, Rudger Verlerius, secrétaire de Georges d’Autriche, donna lecture de la lettre de convocation et de la « Formula reformationis » publiée par Charles-Quint18. Le lendemain, après le dénombrement des membres du synode, — parmi lesquels on pouvait compter les archidiacres Gilles de Blocquerie et Michel d’Enckevort, le doyen Groesbeeck et les représentants des principaux monastères, prieurés et chapitres du diocèse, — le chancelier et écolâtre Guillaume de Poitiers annonça le dessein de l’évêque d’adhérer à la «Formula». Mais, pour qu’on ne le soupçonnât point de vouloir, sous prétexte de réforme, attenter aux « privilèges raisonnables », l’évêque permit de former une commission des députés de tous les ordres, qui, avec les députés épiscopaux, délibéreraient sur la meilleure manière d’appliquer l’ordonnance impériale. Tous les participants en tombèrent d’accord, sauf quelques uns, — des exempts sans doute, — qui émirent des protestations sur lesquelles je ne puis apporter aucune précision.

  • 19 Acta et decreta synodi...,fos 5-9 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 361. — Daris, o. c., p. 175 (...)

13La commission choisie travailla « avec grande diligence ». Le 13 novembre, elle présenta un projet de mandement et de Statuts ; ce projet fut adopté par tous, réserve faite des oppositions qui s’étaient déjà manifestées auparavant. Le lendemain, 14 novembre, une messe d’actions de grâces, suivie d’une dernière lecture des Statuts, clôtura le synode19.

  • 20 Daris, o. c., p. 175.
  • 21 Acta et decreta synodi..., f° 8.

14On peut se demander à qui revient la paternité des Statuts synodaux de 1548. Promulgués au nom de l’évêque, ils lui doivent sans doute quelque chose, mais il est bien certain que Georges d’Autriche a eu des collaborateurs et que la commission, élue le 8 novembre, joua un rôle considérable dans la rédaction définitive. Daris écrit, au sujet du synode, que van der Gracht « paraît en avoir rédigé les statuts »20. Or les « Acta et decreta synodi dioe-cesanae Leodiensis » font bien l’éloge de l’activité du suffragant, mais ils soulignent surtout son intervention en marge de la commission chargée d’adapter la « Formula »21. Van der Gracht ne semble pas, en tout cas, l’unique rédacteur des Statuts liégeois. Groesbeeck, Sylvius, Blocquerie, Enckevort, Poitiers et Verlerius peuvent être cités au même titre.

  • 22 Je crois que M. Tihon, o. c., p. 263, a confondu « Réformation » de Ratisbonne et « Formula reform (...)

15Une question d’un intérêt plus vif est celle des sources auxquelles les auteurs des Statuts ont puisé. Tout d’abord, ils avaient sous les yeux la «Formula reformationis » d’Augsbourg, qui motivait le synode et qui en a inspiré les décisions22. Dès les premiers chapitres des Statuts, on voit que la « Formula » est largement mise à contribution par les Pères du synode. Le texte des Statuts renvoie purement et simplement au document impérial en ce qui concerne les qualités requises des ordinands. Pour le reste, le plan suivi à Liége diffère de celui que proposait la « Formula ». Les Statuts synodaux ont négligé les prescriptions de caractère trop général pour mettre mieux en relief et détailler davantage les mesures disciplinaires applicables au diocèse. C’est ainsi que nous y rencontrons deux chapitres qui n’ont pas leur équivalent dans la « Formula » : l’un est consacré à la portion congrue des desservants, l’autre à la fermeture des cabarets durant la grand’messe.

  • 23 Texte publié ensuite par Hartzheim, o. c., t. vi, p. 235-310.

16Les Statuts du concile provincial de Cologne de 1536 n’ont pas été moins utiles aux auteurs des Statuts liégeois. Une édition des décrets de Cologne venait d’être publiée en 1547 et rendait plus facile la consultation de ce copieux document23. C’est dans les résolutions du synode provincial que les Liégeois ont pu trouver l’exemple d’une déclaration relative aux revenus des desservants, ainsi que nombre de développements qui renforçaient la « Formula » en la confirmant.

  • 24 H. Foerster, o. c., p. 24 sv. — Hartzheim, o. c., t. vi, p. 350-356.
  • 25 Foerster, o. c., p. 75, 108. — Les Statuts liégeois doivent sans doute aussi quelque chose à d’aut (...)

17On pourrait croire que le synode, réuni à Cologne, du 2 au 4 octobre 1548, eut quelque influence sur l’assemblée liégeoise du mois suivant. Il n’en est vraisemblablement rien ; l’archevêque Adolphe de Schauembourg, le prévôt de Liége, s’était contenté d’inviter ses suffragants à convoquer leurs synodes respectifs, puis il avait publié un mandement contre les concubinaires, un autre contre les religieux en rupture de ban ; enfin, il avait fait reconnaître la « Formula reformationis » au nombre des lois ecclésiastiques24. Le synode liégeois fut plus énergique que le synode colonais, particulièrement en ce qui concerne la visite du diocèse25.

  • 26 L’édition des Statuta synodalia Leodiensia compte dix-neuf chapitres par suite nations d’une erreu (...)
  • 27 Chap. 1er : de non promovendis indignis ; inspiré du chap. 1er de la Formula reformationis et des (...)
  • 28 Chap. 4 : de modo celebrandi divinum officium ; inspiré du chap. 4 de la Formula et du chap. 5 de (...)
  • 29 Chap. 6 : de assumendo in qualibet opulentiori Ecclesia theologo qui sacras profi-teatur literas ;(...)
  • 30 Chap. 5 : qui gaudere possint universitatum privilegiis ; inspiré du chap. 6 de la Formula.
  • 31 Chap. 7 : de modo dispensandi bona pauperibus relicta ; inspiré du chap. 7 de la Formula et des ch (...)
  • 32 Chap. 8 : qui ad docendum verbum Dei ex mendicantibus admitti debeant ; inspiré du chap. 8 de la F (...)
  • 33 Chap. 10 : quo tempore sacra celebrari non debeant ; ce chap. a quelques rapports avec le chap. 12 (...)
  • 34 Chap. 9 : de concessa absolvendi auctoritate in casibus ordinario reservatis ; inspiré du chap. 13 (...)
  • 35 Chap. 11 : de numero susceptorum et susceptricum ; inspiré du chap. 10 de la Formula et du chap. 4 (...)
  • 36 Chap. 12 : de solemnibus matrimonii ; inspiré du chap.15 de la Formula et des chap. 40 à 46 de la (...)
  • 37 Chap. 13 : de tollendo concubinatu ; inspiré du chap.17 de la Formula et des chap. 28 de la deuxiè (...)
  • 38 Chap. 16 : de claudendis oenopoliis. Je ne trouve rien de pareil dans la Formula ou dans les Statu (...)
  • 39 Chap. 14 : de tollenda pluralitate beneficiorum ; inspiré du chap. 8 de la Formula et du chap. 32 (...)
  • 40 Chap. 15 : de assignanda parochis portione canonica ; inspiré du chap. 3 de la septième partie des (...)
  • 41 Chap. 17 : de visitatione et modo visitandi ; inspiré du Chap. 20 de la Formula et des chap. 1 à 1 (...)
  • 42 Chap. 18 : de modo exequendi prescriptas ordinationes.

18Les Statuts publiés par Georges d’Autriche étaient divisés en dix-huit chapitres26. Les trois premiers se rapportaient aux ordinations sacerdotales et à l’examen des ordinands27. Le quatrième28 et le sixième29 avaient trait à la vie des collégiales, tandis que le cinquième concernait les études30. Le chapitre septième était consacré aux établissements charitables31. Les chapitres huitième32 et dixième33 traitaient de la prédication et de la messe. Les sacrements de pénitence, de baptême et de mariage étaient étudiés respectivement dans les chapitres neuvième34, onzième35 et douzième36. Les chapitres treizième37 et seizième38 visaient l’immoralité des clercs et l’indifférence religieuse des laïques. Deux abus criants, le cumul des bénéfices et, par contraste, la pauvreté des desservants, étaient dénoncés aux chapitres quatorzième39 et quinzième40. Enfin, le chapitre dix-septième41 détaillait les devoirs des visiteurs du diocèse, et, en guise de conclusion, un dernier chapitre soulignait la responsabilité des dignitaires chargés d’appliquer les nouveaux décrets42.

  • 43 « Per praemissa tamen antiquis synodalibus statutis non intendimus derogare, sed in suo illa robor (...)

19Le synode, en acceptant la « Formula » et en publiant les « Acta et decreta », n’entendait pas supprimer les Statuts antérieurs et, entre autres, ceux de Jean de Flandre. Les Statuts de 1548 ne sont donc pas une refonte des Statuts de 1288, mais plutôt un complément destiné à être réédité en même temps que ces antiques Statuts43.

  • 44 Même délai pour recevoir les excuses des absents ; cfr Acta et decreta synodi,.., f° 8.

20Nous sommes mal renseignés sur les résultats d’une initiative du synode, dont nous aurions pu espérer de précieuses indications sur l’état religieux et moral du diocèse : le 8 novembre 1548, quelques hommes avaient été choisis, au sein de l’assemblée, pour recevoir les plaintes de ceux qui jugeraient à propos d’en présenter et pour en référer au synode ; mais on trouva que le temps faisait défaut, — ce qui laisse croire que les plaintes furent nombreuses, — et, le 13 novembre, on prit le parti d’accorder à cette commission un délai jusqu’à Noël44. Les Actes du synode n’en disent malheureusement pas davantage et rien ne permet de suppléer à leur silence. Je signalerai toutefois que la première édition des Statuts est suivie d’abord d’un mandement épiscopal du 23 décembre 1548, portant sur les examens des clercs, ensuite des « Articles de foi » publiés par la faculté de Louvain. Ces deux annexes ont peut-être été ajoutées aux Statuts à la demande de la commission.

  • 45 Acta et decreta synodi..., f° 2 v°.
  • 46 Archives du grand Séminaire de Gand, Fonds de la Faculté de théologie de l’université de Louvain, (...)

21Le 15 janvier 1549, Charles-Quint accorda à Jacques Bathen, de Louvain, le privilège d’imprimer les Statuts « rédigez par escript en ung quoyer »45. Bathen mit sans tarder le volume sous la presse ; dès le 11 février 1549, l’empereur pouvait en faire remettre un exemplaire à la faculté de théologie de Louvain46.

  • 47 Quelques exemplaires tout pareils, même titre, même format, portent un erratum au f° 28. — J’ignor (...)

22Cette première édition, intitulée « Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis »47, en vingt-huit folios in-quarto, comprend les documents suivants :

  1. Le privilège impérial, du 15 janvier 1549, à l’imprimeur (fos 2-3).
  2. Une préface latine, sans date (fos 3 vo-4 v°).
  3. Un historique latin des réunions du synode, sans date (fos 5-9 v°).
  4. La lettre de convocation au synode, du 15 octobre 1548 (fos 10-11 v°).
  5. Les décrets, du 13 novembre 1548 (fos 12-21 v°).
  6. Le mandement, du 23 décembre 1548 (fos 22-22 v°).
  7. Les « Articles de foi », définis par la faculté de théologie de Louvain le 6 décembre 1544 (fos 23-28).
  • 48 Caesareae maiestatis approbatio actorum in concilio Leodiensi, 2 fos, Jacques Bathen, Louvain, 154 (...)

23Les théologiens louvanistes, favorablement impressionnés par des Statuts qui réservaient une large place à leurs « Articles de foi », firent à l’empereur une réponse, qui ne nous a pas été conservée, mais qui dut être à l’honneur du synode liégeois. Charles-Quint, en effet, le 21 février, approuva les « Acta et decreta » et les adopta pour ses provinces qui ressortissaient au diocèse de Liége48.

  • 49 Outre les deux éditions des Acta et decreta de 1549 et l’édition des Statuta synodalia de la même (...)

24La même année, au mois d’août, Jacques Bathen publia, en un volume de quatre-vingt douze folios, les « Statuta synodalia Leodiensa », édition officielle et complète des divers Statuts, portant, dans son titre même, cet avertissement épiscopal : « Excommunicatio in non habentes ista Statuta »49. L’analyse de ce recueil présente un ensemble suggestif de la discipline ecdésiatique à Liége au xvie siècle. Voici l’énumération des documents édités à nouveau dans ces « Statuta » :

  1. Les Statuts de Jean de Flandre, du 16 février 1288 (fos 2-35).
  2. La conclusion ajoutée par Jean de Heinsberg, le 18 octobre 1445, aux précédents Statuts (fos 35-36 v°).
  3. La modification de ces Statuts, le 4 février 1291 (fos 36 v°-38 v°).
  4. Les Statuts des cours spirituelles, du 28 septembre 1337 (fos 38 v°-43 v°3).
  5. Des additions, du 7 octobre 1337 (fos 43 v°-48 v°).
  6. Une ordonnance contre les collecteurs fautifs, du 22 septembre 1339 (fos 48 v°-50 v°).
  7. La modification des Statuts des cours spirituelles, le 9 juillet 1343 (fos 51-54 v°).
  8. Une déclaration d’Adolphe de la Marck au sujet des causes apostoliques, sans date (fos 54 v°-55).
  9. Un document sur l’interdit, sans date (fos 55-55 v°).
  10. Des Statuts de Jean de Heinsberg contre les usuriers, adultères, blasphémateurs, etc., le 29 mai 1454 (fos 55 v°-57).
  11. Un mandement, approuvé par Arnoul de Hornes, de l’official de Liége au doyen et au clergé du concile de Louvain, le 28 mars 1383 (fos 57 v°-61).
  12. La modification des Statuts d’Adolphe de la Marck, le 20 octobre 1424 (fos 61-63 v°).
  13. Les Statuts des cours spirituelles, du 4 juin 1446 (fos 63 v°-70 v°).
  14. Un accord, sans date, entre l’évêque et les archidiacres de Liége (fos 71-72).
  15. Un accord entre Adolphe de la Marck et l’archidiacre de Brabant, le 24 septembre 1334 (fos 72-74 v°).
  16. Une bulle de Sixte IV, du 9 janvier 1479, confirmant des bulles antérieures qui accordaient des privilèges à la cathédrale et aux collégiales (fos 74 v°-81).
  17. Une autre bulle de Sixte IV, du 27 septembre 1480, concernant les résignations de bénéfices (fos 81-83 v°)50.
  18. Une bulle de Nicolas V approuvant les Statuts synodaux et des cours spirituelles, le 19 octobre 1451 (fos 83 v°-86 v°).
  19. Les décrets du synode, du 13 novembre 1548 (fos 86 v°-91 v°).
  20. Le mandement épiscopal, du 23 décembre 1548 (fos 91 v°-92 v°)51.
  • 52 Creemers, o. c., p. 154.

25Il est permis de se demander si les documents ainsi rappelés à l’attention des prêtres ont été plus respectés, plus fidèlement appliqués. Les décisions du récent synode ont-elles été mises à exécution ? Les Statuts perscrivaient la visite canonique du diocèse, la préparation aux ordres, l’épuration du clergé, l’amélioration des études, bien d’autres réformes encore qui, ainsi que nous le verrons, ne triomphèrent pas en un jour des abus les plus profonds. Je ne connais qu’un cas où le synode imposa une mesure immédiate et radicale : le curé de Weert fut, en 1548 même, destitué de ses fonctions52.

  • 53 Chap. 21.
  • 54 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 158. — Bormans, Répertoire..., p. 376. — Foerster, o. c., p (...)

26La « Formula » d’Augsbourg avait ordonné la tenue annuelle de deux synodes diocésains53. L’évêque de Liége, comme la plupart de ses collègues dans l’épiscopat, ne tint aucun compte de cette sage injonction. Après avoir réuni un synode en 1548, il se borna, l’année suivante, à envoyer Gérard de Groesbeeck et Jean Huet au synode provincial de Cologne. Lui-même s’excusa, alléguant le mauvais état de sa santé et le poids des affaires54.

  • 55 Je ne connais aucun exemplaire de ce Rituel, qui devait être distinct des Statuts de Jean de Fland (...)

27Georges d’Autriche voulut compléter l’œuvre de codification que la publication de nouveaux Statuts synodaux avait commencée. Dans l’intention de donner aux prêtres une doctrine sûre des sacrements et un exposé de leur administration, il chargea les visiteurs d’examiner les Rituels manuscrits, les seuls que les prêtres du diocèse avaient alors à leur disposition55. Des fautes, des variantes graves, des contradictions, entre autres au sujet du baptême, démontrèrent la nécessité d’une édition soignée.

  • 56 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 25 v°. — Sur l’utraquisme, voir G. Constant, Con (...)

28Il est vrai que les Statuts de Jean de Flandre comportaient déjà une part de Rituel, mais ils ne pouvaient plus suffire au xvie siècle, les réformés ayant répandu au sujet des sacrements nombre d’hérésies et d’objections nouvelles. Les Statuts de 1548 avaient, eux aussi, dit quelques mots du baptême, de la pénitence et du mariage ; toutefois ces notes rapides ne pouvaient suppléer à l’ignorance des pasteurs. De plus, le synode n’avait pas voulu reprendre les termes de l’« Interim » qui autorisaient la communion sous les deux espèces. Il avait adroitement esquivé la difficulté en faisant suivre les Statuts du 13 novembre 1548 des « Articles de foi » de Louvain, dont le quinzième point s’opposait hardiment à la concession du calice aux laïques56.

  • 57 Le privilège impérial, au f° 1 v°, est du 5 août 1553.
  • 58 Fos 35-39 v°. — La « lettre aux Arméniens » de 1439, contenant cette doctrine des sacrements, a ét (...)
  • 59 On trouve, aux fos 40-43 du Rituel, les cérémonies de la consécration des cloches.

29En août 1553, l’imprimeur Servais Sassen, de Louvain, publia la « Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis continens ritus, formulas et succinctas quasdam instructiones ad mysteriorum seu sacra-mentorum Dei administrationem spectantes, in usum parochorum vigilanti collatione vetustiorum exemplarium reparatus et edi-tus », brochure in-quarto de quarante-trois folios57. Ce nouveau Rituel, enrichi d’une lettre de Georges d’Autriche aux archidiacres, doyens et curés, ainsi que des décrets du concile de Florence sur les sacrements58, présente une disposition typographique remarquable par la variété et la grandeur des caractères, destinés à indiquer rapidement aux prêtres les paroles à prononcer et les rubriques à observer. Trois sacrements seulement y sont étudiés, le baptême, le mariage et l’extrême-onction. L’évêque avait jugé sans doute que les Statuts synodaux donnaient assez de renseignements sur l’administration de la pénitence et de l’eucharistie ; quant aux sacrements de confirmation et d’ordre, leur place n’était pas dans le Rituel, mais dans le pontifical59.

  • 60 Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis, f° 1 v°. — L’exemplaire de la Bibliothèque de l’Université de (...)

30L’usage de ce Rituel fut imposé aux prêtres comme celui des Statuts synodaux. Cependant, l’évêque toléra que des exemplaires manuscrits en fussent répandus dans le clergé, mais il spécifia que tout Rituel, imprimé ou manuscrit, devait être collationné avec soin60.

  • 61 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 1309 sv. — Sur les missels antérieurs, voir Halkin, o. c., (...)
  • 62 de Theux, o. c., col. 1309 sv.
  • 63 Munters, ms. s., f° 79 v°. — Il s’agit sans doute du Bréviaire imprimé à Rome en 1535 et qui connu (...)
  • 64 Gobert, L’imprimerie à Liége sous l’ancien régime, dans le Bulletin de l’Institut archéologique li (...)

31Signalons aussi les éditions du Missel propre à l’Église de Liége, imprimées à Paris en 1540, à Anvers en 1552, puis à Paris de nouveau en 155761. Une édition du Bréviaire liégeois avait vu le jour en 153562. Cependant, en 1539, l’annaliste Munters note qu’il « commença le nouveau Bréviaire romain », mais je ne sais s’il utilisa un texte imprimé ou manuscrit63 ; en tout état de cause, je ne pense pas qu’il fut question, dès cette date, de l’unification du Bréviaire. Jacques Bathen obtint en effet, en 1547, un octroi pour l’impression du Bréviaire à l’usage du diocèse ; ce Bréviaire n’est pas connu64.

***

32L’étude des rapports du diocèse de Liége et de ses évêques avec le Saint-Siège et la Chrétienté n’est pas inutile à une vue de la Réforme catholique dans l’évêché. Il n’y a pas, à proprement parler, de Réforme catholique particulière à un pays ; chaque diocèse a répondu, avec plus ou moins de ferveur, à l’appel de l’Église ; chaque diocèse a participé, de loin ou de près, au vaste mouvement d’idées et d’action qui caractérise l’histoire religieuse de la Renaissance.

33Durant les épiscopats de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, les manifestations d’unité catholique ne furent pas seulement visibles dans les décrets anti-protestants et dans les efforts de réformation. L’intervention des nonces du pape dans le diocèse, la participation liégeoise au concile de Trente et à la « croisade », l’assistance enfin accordée aux Anglais exilés pour la foi permettaient d’associer aux préoccupations personnelles ou locales le souci de l’Église entière.

  • 65 Acte de Verallo en faveur de Guillaume d’Elderen, le 15 octobre 1545 ; cfr Réceptions de la cathéd (...)
  • 66 Concilium Tridentinum, t. x, p. 258. — Verallo est cité à Liége le 3 mars 1546; cfr Concilium Trid (...)
  • 67 Officialité. Sentences, vol. 42, f° 77. — A ajouter à É. Fairon, Louis Elzevier, citoyen de Liége, (...)

34Les nonces Jérôme Verallo, Pierre Bertano et Jérôme Dandino ne firent que de rares apparitions dans le diocèse. Les actes qui nous en sont conservés ne citent Liége qu’à l’occasion d’une recommandation pour un bénéfice ou d’une faveur accordée à l’un ou l’autre clerc65. Verallo et Dandino s’efforcèrent d’aider Georges d’Autriche à obtenir la réparation des dommages causés dans la principauté par les troupes allemandes66. Quant au nonce Jérôme Murzarelli, il intervint en 1555 dans le procès intenté pour incontinence par l’officialité de Liége, contre Nicolas Helseviers, de Kerckom, un ancêtre peut-être du célèbre imprimeur Elzevier67.

  • 68 Halkin, o. c., p. 211, 293.
  • 69 L. Cardauns, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1553-1559). T. vii : Berickte vom Regensburger und (...)
  • 70 Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 366.

35L’idée d’un concile général, qui aplanirait toutes les difficultés de la réforme ecclésiastique, était familière aux protestants et aux catholiques, dès le début du xvie siècle. Tant de fois, il avait été question de réunir cette assemblée plénière ; des nonces avaient été envoyés aux princes et aux évêques pour préparer le concile, puis, hélas ! pour le proroger68 ! Tantôt l’on proposait d’élire Mantoue comme siège du concile, tantôt même le nom de Liége était mis en avant ; le nonce Morone suggérait, en 1542, de réunir le concile, toujours différé pour des motifs politiques, dans la capitale de la principauté, ville bien orthodoxe et proche de la France comme de l’Allemagne69. Ce beau projet n’eut pas de suite : en 1542, il n’y eut de concile ni à Liége, ni ailleurs. Les retards apportés à cette réunion, dont l’urgence n’échappait cependant à personne, causaient un véritable scandale. On comprend dès lors le sens péjoratif de l’aveu arraché à un hérétique de Louvain, en 1543 ; il confessa qu’il avait « parlé du concile, demandant quand il serait tenu, et si l’on ne s’occuperait pas de régler dans ce pays les matières de foi »70.

  • 71 Heffele-Hergenroether-Richard, Histoire des Conciles, t. ix, passim. — de Ram, Mémoire sur la part (...)

36Enfin, en 1545, Paul III convoqua à Trente le concile qui devait être le plus long et le plus important des conciles, et dont la mission s’étendrait à la définition des dogmes, à la condamnation des hérésies et à la poursuite des abus. Malgré les difficultés que rencontra cette assemblée, du côté des catholiques comme du côté des réformés, elle a cimenté l’union des croyants autour de la papauté, elle a véritablement créé une Église moderne71.

  • 72 Voir cependant de Ram, o. c., p. 14, 15.
  • 73 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 192 (10 juillet 1551). — Je ne sais si Jean Huet alla à Tre (...)
  • 74 Ernst, o. c., p. 170. — Jadin, Procès d’information..., dans le Bulletin de l’Institut historique (...)
  • 75 P. Ansiaux, o. c., p. 98. — Le Plat, Monumentorum ad historiam concilii... collectio, t. iv, p. 33 (...)
  • 76 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 366. — Jadin, o. c., p. 41.
  • 77 Jadin, o. c., p. 40. — L’analyse indique que Verlerius assista à la fin du concile, mais le texte (...)
  • 78 de Ram, o. c., p. 25.
  • 79 Cité habituellement comme délégué de l’évêque, Guillaume de Poitiers apparaît dans les actes du co (...)
  • 80 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 190 (12 juin 1551).
  • 81 de Ram, o. c., p. 31.
  • 82 Ibidem.
  • 83 de Ram, o. c., p. 42. — de Theux, o. c., t. iii, p. 117.— Bormans, Répertoire..., p. 386, 387. — L (...)
  • 84 de Ram, o. c, p. 43. — Daris, Notices..., t. i, p. 157.

37Aucun Liégeois, à ma connaissance, ne représenta le diocèse durant la première période du concile, de 1545 à 154772. Cette période est d’ailleurs la plus obscure et la plus ingrate de l’histoire de l’assemblée ; on sait que l’« Intérim » et la « Formula » d’Augsbourg suppléèrent ensuite à la carence du concile et que le second de ces actes fut publié à Liége en 1548. Après quelques mois de suspension, les Pères se réunirent de nouveau, en 1551, à l’invitation du pape récemment élu, Jules III. Georges d’Autriche, malade, délégua ses pouvoirs au vicaire-général Jean Huet73, au doyen Gérard de Groesbeeck74 et au dominicain Grégoire Sylvius75. Antoine Génard76, Rudger Verlerius77, et Winand de Wyngaert78 accompagnèrent les délégués, tandis que le chancelier de Liége, Guillaume de Poitiers79, et l’archidiacre d’Ardenne, Arnoul de Bocholtz80, étaient chargés de représenter respectivement l’empereur et l’archevêque de Mayence. Parmi les docteurs de Louvain, qui participèrent au concile comme députés de l’État ecclésiastique des Pays-Bas, je citerai le Hasseltois Jean-Léonard van der Eycken81 et l’inquisiteur Ruard Tapper82 ; leur secrétaire, Charles Langius, était un humaniste liégeois plein d’avenir83 ; Jean-Edmond de Ghyffen, qui devint curé de Looz, les suivit en qualité de bedeau et de notaire84.

  • 85 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 196. — Bormans, o. c., p. 381. — Redlich, o. c., t. i, p. 3 (...)
  • 86 Et surtout à partir de 1548 ; cfr Willocx, o. c., p. 238.

38Pendant que ces théologiens se concertaient à Trente avec les représentants de toute la chrétienté, l’évêque faisait dire des prières publiques pour le succès du concile85. L’œuvre dogmatique et disciplinaire de Trente ne se termina qu’en 1563. Liége n’accueillit pas les décrets conciliaires avec l’enthousiasme que l’on pourrait imaginer, car ils atteignaient les privilèges en même temps qu’ils frappaient les abus. L’esprit du concile inspira néanmoins les essais de Réforme catholique dont bénéficia le diocèse à partir de 154586.

  • 87 Le cas d’un Nicolas Clénard, de Diest, apôtre des musulmans est aussi exceptionnel qu’admirable ; (...)

39Comme le concile, la lutte contre le Croissant occupa tout le xvie siècle, jusqu’à la victoire de Lépante et même encore plus tard. Dans un diocèse éloigné du champ des hostilités, la « croisade » se ramenait à prier, à envoyer des soldats, et surtout à payer les contributions de guerre votées par l’empire87.

  • 88 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549).— Halkin, o. c., p. 210.
  • 89 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 5 sv. — Munters, ms. c, f° 128. — Daris, o. c., p. 128 sv (...)
  • 90 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 1512 (7 février (...)
  • 91 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 3 v° (8 juillet 1544) ; vol. 1, f° 159 v° (18 août 1544) ; vol (...)
  • 92 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 113 v° (16 février 1548) ; vol. 2, f° 43 v° (2 mars 1550). — A (...)
  • 93 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 65, f° 55. — Paquay, o. c., dans le Bulletin de la Société scien (...)

40Le pays de Liége se montra rétif à cet impôt d’un nouveau genre. En 1542, les Liégeois n’avaient pas encore acquitté leur participation à l’« expédition de Vienne contre le Turcq, l’an XVe trengte et ung »88. Or, en 1541, la diète de Ratisbonne, et en 1542, la diète de Spire avaient derechef fait peser sur la principauté de lourdes charges militaires89. Obligés de défendre leur propre territoire contre les dangers d’une invasion française, les Liégeois ne purent obéir aux ordres de Charles-Quint. La Chambre impériale voulut vainement les y contraindre90. Dès le début de son règne, Georges d’Autriche se trouva aux prises avec les mêmes difficultés que ses prédécesseurs ; je ne vois pas qu’il ait été plus heureux91. Chaque année, des crédits sont votés pour la « croisade », chaque année, les mauvais payeurs sont rappelés à l’ordre92. Afin d’obtenir moins malaisément les sommes que l’empereur lui réclamait pour la guerre lointaine, l’évêque sollicita l’intervention pontificale : un bref de Jules III, le 10 juillet 1552, lui permit de lever l’impôt aux dépens des laïques et des ecclésiastiques, nonobstant les privilèges et les exemptions93.

  • 94 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 1312.

41De Theux, dans sa précieuse « Bibliographie liégeoise », cite un « Extraict et recueil des ordonnances, conclusions et recès du Sainct-Empire, touchant la contribution et collecte du commun denier pour la défence de la foy et résistance contre les Turcqz », imprimé par Jacques Bathen, à Maestricht, en décembre 155294. Ce livret, — malheureusement introuvable, — était précédé d’un mandement de Georges d’Autriche.

  • 95 Tihon, o. c., p. 27.
  • 96 Un trait curieux se rapporte à ces événements ; en 1553, disent des chroniques, un tronc fut placé (...)

42La mort de Charles-Quint et l’avènement de Ferdinand Ier compliquèrent davantage encore la situation de la principauté. Le nouvel empereur, qui n’était pas le souverain des Pays-Bas, n’avait plus le même intérêt que son frère à ménager les Liégeois. On le vit bien dans les dernières années du règne de Georges d’Autriche, lorsque la diète de Ratisbonne réclama à la principauté plus de 300 000 florins liégeois95 ; il n’y a pas d’apparence qu’une telle contribution ait pu être réunie dans un pays ruiné par la guerre96.

  • 97 Halkin, o. c, p. 211. — En 1547, Gérard Morinck rappelait à Nicolas van Winghe qu’il avait dîné ja (...)
  • 98 G. Constant, La Réforme en Angleterre..., p. 161, 562, Paris, 1930.
  • 99 É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. I, p. xxvii.
  • 100 Bormans, o. c., p. 365 (11 février 1545). — Un évêque anglais, Thomas Thirlby, intervint à Liége, (...)
  • 101 Daris, Notices sur l’abbaye de Saint-Laurent..., p. 136, ne donne pas le nom du prélat. — Van Guli (...)
  • 102 Daris, l. c.
  • 103 Berlière, Le cardinal Pole et l’abbaye de Saint-Trond, dans la Revue bénédictine, t. xv, p. 138.
  • 104 J. Gairdner et R. H. Brodie, Letters and papers... of Henry VIII, t. xvi, p. 81, 215, 466, Londres (...)

43C’est de meilleur gré que les Liégeois firent accueil aux catholiques anglais expulsés de leur pays en haine de la foi. En 1537, Érard de la Marck avait réservé au cardinal Réginald Pôle une hospitalité généreuse97. Le frère du cardinal, Geoffroi Pole, demeura à Liége jusqu’à l’avènement de Marie Tudor la Catholique98. Maître Roland, prêtre anglais, reçut en 1540 une aumône du Chapitre de Sainte-Croix à Liége99. Un autre prêtre pauvre, de même nationalité, était obligé de mendier pour assurer sa subsistance : la Chapitre cathédral le secourut et le confia à un couvent100. L’archevêque d’Armagh, en Irlande, Georges Douwdale, fut, en 1552 et 1553, l’hôte des monastères de Saint-Laurent101, du Val-Saint-Lambert102 et de Saint-Trond103. C’est aussi un monastère liégeois, mais je ne sais lequel, qui avait accueilli dès 1540 un noble Irlandais proscrit, Gérald Fitzgerald, que Paul III recommandait à Corneille de Berghes104.

  • 105 Gachard, La bibliothèque des princes Corsini à Rome, dans le Bulletin de la Commission royale d’hi (...)
  • 106 Avec l’avènement d’Élisabeth, en 1558, l’exode des catholiques anglais recommença. Nombreux furent (...)

44En 1554, le cardinal Pôle revint aux Pays-Bas ; peu de temps après, la mort d’Edouard VI ouvrit de nouveau l’Angleterre aux catholiques105. Les réfugiés quittèrent Liége pour rentrer dans leur patrie où ils devaient, pendant quatre années seulement, connaître la paix religieuse106.

***

45L’organisation générale du diocèse était confiée à toute une hiérarchie de dignitaires, dont les droits se rattachaient à de très anciennes traditions. Le nombre et le pouvoir de ces hauts fonctionnaires ecclésiastiques se justifiaient amplement par l’étendue du diocèse et l’importance de leurs attributions.

  • 107 On trouvera le détail précis des pouvoirs d’un évêque-auxiliaire d’Utrecht, — à défaut d’un docume (...)

46A l’évêque auxiliaire, appelé aussi suffragant, incombait le soin d’administrer les sacrements de confirmation et d’ordre, de consacrer les églises et de représenter le prince aux grandes solennités liturgiques107.

  • 108 Voir des actes de nomination de vicaires-généraux et scelleurs ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. (...)

47Les vicaires-généraux et scelleurs, ministres des affaires ecclésiastiques, veillaient aux destinées du diocèse avec l’évêque et le Chapitre ; le Conseil privé et le chancelier étaient chargés plus spécialement du temporel108.

  • 109 Voir p. 201.
  • 110 Voir p. 206.

48Le pouvoir judiciaire de l’évêque s’exerçait par l’intermédiaire de son officiai, juge ecclésiastique dont la compétence originairement très étendue fut limitée dans la principauté par les Statuts consistoriaux109, et, dans les Pays-Bas ressortissant au diocèse, par le concordat de 1541110, comme je l’ai développé dans un chapitre précédent.

  • 111 Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres de l’Église de Liége, Liége, 1935, pa (...)
  • 112 On trouvera une abondante bibliographe relative aux archidiaconés et aux doyennés dans mon Introdu (...)
  • 113 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 65 sv. — Voir quelques actes inédits dans : Conclusions cap (...)
  • 114 Ce fut le cas pour Philippe de la Marck, archidiacre de Hesbaye, en 1532 ; cfr Munters, ms. c., (...)
  • 115 Registre archidiaconal de Campine (1523), f° 82 : l’archidiacre a «integros fructus » de l’église (...)
  • 116 Paquay, o. c., p. 110. — Le même auteur énumère les autres émoluments de l’archidiacre.
  • 117 Conseil privé. Dépêches, Vol. 1, f° 144 v° (s. d., sous Corneille de Berghes).
  • 118 L’archidiacre forain a parfois un délégué « foraneus substitutus » ; cfr Archives de l’Évêché de L (...)
  • 119 Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 133.

49Le diocèse de Liége était divisé, pour la commodité de l’administration et le maintien de la discipline, en huit circonscriptions appelées archidiaconés111. Il y avait des archidiacres à Liége, — c’était de droit le prévôt de Saint-Lambert, — en Ardenne, en Brabant, en Campine, en Condroz, en Famenne, en Hainaut et en Hesbaye112. Les droits divers des archidiacres comportaient principalement l’institution et la surveillance des membres du clergé paroissial113. Un don de joyeux avènement114 était payé par les bénéficiers à l’archidiacre qui percevait aussi les fruits des églises en litige115 et les taxes des curés non résidants116. Des collecteurs117 étaient attachés à la cour archidiaconale, qui comprenait un tribunal avec un procureur fiscal et des clercs forains, appelés archidiacres forains118 : en 1550, l’archidiaconé de Hesbaye était confié à neuf forains, établis respectivement à Saint-Trond, Montenae-ken, Waremme, Hasselt, Looz, Bilsen, Tongres, Maestricht, et « in gallica terra citra Mosam »119.

  • 120 A. Domken, Histoire de la seigneurie et de la paroisse d’Othée, dans le Bulletin de la Société d’a (...)
  • 121 Munters, ms. c., f° 114 v°. — Henri Joris, doyen du concile de Tongres, accompagnait l’archidiacre (...)
  • 122 J. Ceyssens, L’archidiaconé d’Ans, dans Leodium, t. xviii, p. 82-99. — Berlière, Les archidiaconés (...)

50Tous les ans, les archidiacres devaient visiter les paroisses de leur ressort, mais ils ne s’acquittaient pas toujours consciencieusement de cette obligation. Aucun registre de « Visitation » n’est conservé pour l’époque que j’ai étudiée. Toutefois, quelques procès-verbaux font encore partie des archives des paroisses. Je citerai la visite archidiaconale que Philippe de la Marck fit à Othée le 21 juin 1541120, et à Curange le lendemain121. Le chroniqueur de Curange rapporte que l’église de son village n’avait plus été honorée de la présence de l’archidiacre depuis trente années. En 1547. l’église d’Ans fut aussi visitée, mais par le doyen de Saint-Pierre à Liége qui jouissait des droits archidiaconaux à Ans, comme les Chapitres collégiaux de Huy et de Tongres dans ces villes, et plusieurs monastères dans les paroisses de leur voisinage122.

  • 123 Trente doyens, y compris le prévôt de Liége et le pléban de Huy. — Sur les doyens en général, voir (...)
  • 124 Élection confirmée par l’évêque et, dans les Pays-Bas, par le pouvoir temporel. Englebert de Mérod (...)
  • 125 Le 6 juin 1538, l’abbé de Stavelot-Malmedy demandait au doyen du concile de Stavelot de conférer l (...)
  • 126 On appelait quartes-chapelles les églises pauvres qui ne payaient que le quart des droits dus à l’ (...)
  • 127 Voir plus loin p. 315.
  • 128 Jean, desservant de Flémalle, ne s’était pas présenté au synode de Hozémont, le mardi après l’octa (...)
  • 129 « Record » de Ciney, en 1538, dans les Analectes..., t. v, p. 189. — « Records » de Saint-Remacle- (...)

51Les archidiaconés étaient divisés en doyennés ou conciles. Trente «doyens de chrétienté» remplissaient ainsi, dans des cercles plus restreints, une mission analogue à celle des archidiacres123. Élus par la « congregatio cleri », ou assemblée des curés de chaque concile124, les doyens possédaient un droit spécial sur les quartes-chapelles qu’ils avaient la charge de visiter tous les ans125. Les bénéficiers leur devaient, comme aux archidiacres, un don de joyeux avènement126. En outre, les doyens étaient tenus de réunir chaque année les synodes conciliaires et les synodes paroissiaux qu’ils présidaient de droit127. Les curés étaient strictement obligés de participer à la réunion de leur concile128 ; c’était dans ces assemblées que s’élaboraient les règlements ou « records » des doyennés129. La juridiction répressive des doyens était faible et subordonnée à celles de l’archidiacre et de l’évêque.

  • 130 En 1554, vingt-deux prêtres et chapelains étaient attachés à l’église paroissiale de Bouvignes ; c (...)
  • 131 J. Kleintjens, De verkiezing van den laatsten abt van Rolduc voor de hervorming, dans les Publicat (...)

52Le diocèse ne comptait pas moins de seize cents paroisses, soit autant de curés, et ce nombre impressionnant ne comprend ni les vicaires, ni les chapelains, ni les recteurs d’autels130. Des religieux desservaient certaines paroisses : en 1557, sur dix religieux de l’abbaye de Rolduc, huit étaient curés dans les paroisses environnantes131.

  • 132 Van der Straeten, Notes sur Herck-la-Ville, dans Leodium, t. xi, p. 5.
  • 133 Texte peu clair ; cfr J. Halkin et C. G. Roland, Recueil des chartes..., t. ii, p. 560.
  • 134 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 333 ; t. iv, p. 69.
  • 135 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 90.
  • 136 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 93. — Bormans, o. c. p. 367.
  • 137 Lahaye, Inventaire... de Saint-Jean-l’Évangéliste à Liége, t. ii, p. 170.
  • 138 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 83 v°.— Ce trait manque à S. Balau, Modave, dans le Bulletin d (...)
  • 139 D. Guilleaume, L’archidiaconé d’Ardenne, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du dio (...)
  • 140 Lahaye, La paroisse de Saint-Martin-en-Ile à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’hist (...)
  • 141 Renier, Histoire du ban de Jalhay, t. ii, p. 79.

53Il sera question plus loin de la formation du clergé paroissial, ou plutôt de l’absence de formation suffisante au ministère des âmes. Je me bornerai à relever ici les noms des paroisses nouvellement érigées ou dont les églises furent construites ou consacrées entre 1538 et 1557. En 1550, Weyer fut démembrée de la paroisse de Herck-la-Ville132, et la chapelle de Grimbiémont put desservir le hameau du même nom, qui dépendait au spirituel du curé de Marche133. Il fut question, en 1554, d’établir une paroisse à Marien-bourg où un prêtre officiait sans se préoccuper des droits de l’évêque de Liége134. Le 15 juin 1539, Gédéon van der Gracht avait consacré l’église de Meer135. Le 22 août 1545, le Chapitre cathédral accordait aux habitants de Haelen un subside pour la construction de leur église136. L’année suivante, à la date du 6 octobre, Georges d’Autriche autorisait le Chapitre de Saint-Jean de Liége à démolir l’église de Gingelom et à en rebâtir une nouvelle137. En 1547, Modave bénéficia d’une semblable permission138 et les habitants d’Arbrefontaine obtinrent de pouvoir ériger des fonts baptismaux dans leur chapelle139. Grégoire Sylvius, en 1553, consacra l’église de Saint-Martin-en-Ile, à Liége140. Vers le même temps, les paroissiens de Jalhay réédifièrent leur église paroissiale141.

54En marge de la hiérarchie ecclésiastique ordinaire, il faut considérer le monde des chanoines de la cathédrale et des collégiales, monde fermé à l’évêque par l’exemption, mais ouvert à d’innombrables privilégiés : les « messieurs » des Chapitres comptaient des centaines de chanoines, des milliers de « suppôts » et de familiers.

  • 142 Voir plus haut, p. 39 et p. 57.
  • 143 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 67.

55Le Chapitre cathédral, — le plus considérable de toute l’Allemagne, — avait vu son pouvoir grandir sous le règne de Corneille de Berghes pour rester stationnaire sous celui de Georges d’Autriche142. Les chanoines de Saint-Lambert, qu’on appelait « tréfonciers », électeurs en droit du prince et membres de l’État primaire, aimaient à donner à leur collège le nom de Sénat ; l’histoire de la principauté montre que ce n’était pas là un vain titre, mais l’expression d’une réalité politique. En face de l’évêque, le Chapitre était une puissance morale et économique, juge privilégié de ses membres et de ses familiers, jouissant, tant au spirituel qu’au temporel, d’une rare indépendance. Les réunions fréquentes de chanoines de la cathédrale n’avaient pas uniquement pour objet l’organisation du Chapitre ou l’administration de ses biens immenses. On peut dire qu’il ne se passait pas dans le diocèse d’événement de quelque importance sans que le Chapitre n’en délibérât. Cette influence se manifestait de la façon la plus formelle au cours des interrègnes, et durait encore après les élections des princes-évêques. Bien rares étaient les princes qui osaient tenir tête au Chapitre. Aussi, nous constatons l’intervention capitulaire à toutes les pages des annales liégeoises. Le Chapitre reçoit des abbés de monastères récemment élus, il désigne des délégués pour conférer avec les représentants des Pays-Bas, il accepte le serment des échevins de Liége et des châtelains de la principauté, il approuve la confirmation des privilèges du clergé secondaire et la nomination des doyens de collégiales, il ne perd aucune occasion de s’affirmer. Granvelle vient-il d’être nommé chanoine par l’évêque, le Chapitre fait une enquête à Besançon, à Cambrai et à Tournai, avant d’admettre ce confrère encombrant143. L’affaire de la coadjutorerie est le prétexte de discussions sans fin ; le Chapitre cédera d’ailleurs, comme nous l’avons vu, pour la désignation des successeurs immédiats d’Érard de la Marck, mais il se sera fait prier ! Les guerres, les armements, les fortifications sont aussi de sa compétence, qui semble universelle.

  • 144 de Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert à Liége, t. iii, p. 82-123. — Ces chiffres marquent une dim (...)
  • 145 Bormans, o. c, p. 239.
  • 146 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 155 ; — Bormans, o. c, p. 376 ; — je ne connais le règlemen (...)
  • 147 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 26 (27 août 1538).
  • 148 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 86. — Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 405.
  • 149 Bormans, o. c., p. 242. — En 1556, les écoliers furent licenciés à cause de la peste; cfr Conclusi (...)
  • 150 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 10 (28 février 1538).
  • 151 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 86 (10 novembre 1540).
  • 152 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 97 (17 février 1541).
  • 153 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 126 v° (5 mars 1542).
  • 154 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 150 v° (21 février 1543).

56Les premières dignités du Chapitre appartenaient au prévôt et au doyen, assistés d’un vice-doyen, d’un officiai, d’un écolâtre et d’autres fonctionnaires de moindre grandeur. Quant aux soixante chanoines, ils étaient recrutés, soit parmi les nobles, soit parmi les « gradués » des universités. Comme il est naturel, les blasons furent mieux accueillis que les parchemins : de 1538 à 1557, quatorze chanoines seulement, sur cinquante-et-un, avaient conquis leurs diplômes144. Le 25 février 1543, il fut décidé au Chapitre que les chanoines nobles de moins de vingt-cinq ans devraient suivre, eux aussi, les cours d’une université145. Un ancien règlement, du Ier septembre 1530, avait promis cent postulats de Homes, par an, aux confrères qui, ayant fait leur première résidence, se rendraient « in universitate aliqua insigni et famosa » ; le 26 octobre 1548, Godefroid Hoen, chanoine noble, réclama l’application en sa faveur de cet engagement146. D’autres chanoines et bénéficiers, trop jeunes pour l’enseignement universitaire, suivaient des cours au collège des jérômites147 ou à l’école de la cathédrale : les « écoliers de Saint-Lambert » comptaient plusieurs tréfonciers dans leur petite troupe148 ; en 1543, Richard Mourin, directeur des études, reçut un muid d’épeautre de chacun de ses élèves149. On connaît d’autres cas d’enfants admis à des prébendes ou à des bénéfices de la cathédrale : en 1538, le canonicat résigné par Corneille de Berghes fut conféré à Raes de Mérode, « adolescens »150 ; en 1540, Winand de Wyngaert, qualifié « adolescens » et « scholaris », était reçu à son tour151 ; il fut suivi en 1541, par Bernard de Mérode, « adolescens », chanoine152, en 1542, par Thierry de Fossato, « duodenus », recteur d’autel153, et en 1543, par Jean Militis, « minor », bénéficier154.

  • 155 Voir p. 186 sv.
  • 156 Sur les statuts des Chapitres, voir Schoolmeesters, Les lois disciplinaires dans l’ancien diocèse (...)
  • 157 Poullet, o. c., p. 50 sv.
  • 158 Nombreux exemples, entre autres, dans Aigret, o. c., p. 84.
  • 159 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, chap. 4.

57J’ai parlé assez longuement des Chapitres collégiaux, à propos des conflits de juridiction155, pour qu’il me suffise de dire ici quelques mots de leur organisation intérieure156. L’exemption obligeait les Chapitres à assurer eux-mêmes la juridiction et la police de leurs collèges157. Aussi, les Chapitres apparaissent-ils comme de véritables juges pour leurs membres, instruisant les procès, emprisonnant les suspects, condamnant les coupables158. Par ailleurs, des représentants du clergé secondaire avaient participé au synode diocésain de 1548. Il est vraisemblable qu’ils protestèrent contre tout ce qui pouvait porter atteinte à leurs privilèges ; toutefois, ils souscrivirent, de bon ou de mauvais gré, au décret « de modo celebrandi divinum officium », qui récompensait par une triple « distribution » les chanoines dont le zèle allait jusqu’à assister, du commencement jusqu’à la fin, aux matines, à la grand’messe et aux vêpres159.

  • 160 Munters, ms. c., f° 152 v°.
  • 161 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 94 v°.
  • 162 de Theux, o. c., t. iii, p. 155. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 316.
  • 163 Archives de l’État a Liége, Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 42 v°. — Le 2 septembre 1543, Jean de (...)

58Tous les chanoines et tous les bénéficiers des Chapitres n’étaient pas prêtres : Jean Oems de Wyngaert, reçu à Saint-Lambert en 1527, ne fut ordonné qu’en 1544, à Herckenrode, par Gédéon van der Gracht160. Le pieux Guillaume de Poitiers, chanoine dès 1535, ne célébra sa première messe que six ans plus tard161. Combien ne dépassaient pas le sous-diaconat, pour pouvoir, comme Jean de Homes et Englebert de Mérode, obtenir une dispense et se marier162 ! A Sainte-Croix de Liége, il avait fallu, par ordonnance du 18 mars 1542, obliger les bénéficiers à se faire ordonner163.

  • 164 M. Devigne, La première Renaissance liégeoise, dans la Fédération archéologique et historique de B (...)
  • 165 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 94.
  • 166 M. Devigne, La sculpture mosane du xiie au xvie siècle, p. 198, Bruxelles, 1932.
  • 167 J. Helbig et J. Brassinne, L’art mosan, t. ii, p. 6, Bruxelles, 1906.
  • 168 Gobert, Liége à travers les âges, t. iv, p. 466.
  • 169 Gobert, o. c., t. iv, p. iii.
  • 170 Thys, o. c., dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xii, p. 176

59Plusieurs Chapitres, malgré les désastres causés par les guerres, firent de généreux efforts pour s’inspirer de l’idéal artistique de la Renaissance164. La cathédrale donna l’exemple ; en 1554, Grégoire Sylvius consacrait la nef de l’église Saint-Lambert165, que Thierry de Bry166 et Lambert Lombard167 avaient enrichie de châsses et de tableaux. A la collégiale de Saint-Paul, — aujourd’hui cathédrale, — d’admirables vitraux datent de cette époque168. La reconstruction de Saint-Martin était alors activement poursuivie169. En dehors de Liége, je ne citerai que l’église Notre-Dame de Tongres dont la flèche fut achevée en 1541170.

  • 171 Bormans, o. c., p. 383 ; voir aussi ibidem, p. 246, 362.
  • 172 E. Polain, Notes sur quelques musiciens liégeois antérieurs au xviiie siècle, dans le Bulletin de (...)
  • 173 Le Chapitre s’élève contre le « modum abruptum iam noviter licet nulliter introductum » ; cfr Sain (...)
  • 174 Le « magister duodenorum » s’appelait alors Philippe Léonard ; cfr Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f (...)

60L’importance du chant dans le vie capitulaire explique les mentions relativement nombreuses des archives à ce sujet. A Saint-Lambert, le Chapitre, après mûre délibération, augmentait les gages d’un musicien, en considération de la beauté de sa voix171, et accordait une robe au chanoine de Saint-Materne, Jacea, pour le récompenser de son dévouement aux chantres de la collégiale172. A Sainte-Croix, le retour au chant grégorien était décidé173, et le « magister » rappelé à la conscience de ses devoirs professionnels : « duodenos in cantu melius instruat »174.

  • 175 Il est impossible d’évaluer en monnaies modernes les revenus du xvie siècle.
  • 176 Hartzheim, o. c., t. vi, p. 250.
  • 177 Formula reformationis, chap. 18.
  • 178 Acta et decreta..., chap. 14.

61Qu’ils fussent de la cathédrale ou des collégiales, les chanoines donnaient au reste du clergé l’exemple déplorable du cumul des bénéfices, et, pour des motifs bassement intéressés, des clercs briguaient ici une cure, là un autel, ailleurs une pension ou une prébende. Les plus habiles arrivaient par ce procédé à augmenter rapidement leurs revenus, sans desservir l’office qui les enrichissait175. En 1536, le concile de Cologne176, en 1548, la « Formula » d’Augsbourg177 et les Statuts synodaux de Liége178, s’étaient vainement élevés contre cet abus odieux. Le synode avait prétendu soumettre à une vérification sévère les lettres de dispenses invoquées par les possesseurs de plusieurs bénéfices ; je ne crois pas qu’il ait pu remédier sérieusement au mal, car c’était de Rome que venaient les concessions scandaleuses et irrationnelles, dont les Liégeois n’étaient pas seuls à profiter, même dans leur diocèse.

  • 179 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1517, f° 40. — Pucci n’est pas cité au nombre des curés de Hervé p (...)
  • 180 M. Vaes, Les curialistes belges à Rome aux xvie et xviie siècle. « I Lieggesi », dans les Mélanges (...)
  • 181 Archives vaticanes, Suppliche, vol. 2 272, f° 12 (14 janvier 1538).
  • 182 Suppliche, vol. 2 462, f° 75 (22 septembre 1542).

62Le 14 novembre 1548, Antoine Pucci, cardinal pénitencier, sans la moindre attache avec le pays de Liége, était pourvu à la fois, en vertu d’une bulle, des canonicats et prébendes de Saint-Denis à Liége et de Saint-Servais à Maestricht, de la chantrerie de Saint-Denis, d’un autel à Attenhoven, d’un autel à Curange, d’un autel à Saint-Gilles de Liége, des cures de Gilze et de Hervé179. Quelques mois plus tôt, un des nombreux « Lieggesi », attachés à la curie180, Pierre Dionanti, familier et commensal du pape, avait reçu l’expectative de trois canonicats181. En 1542, Gilles Huchon, autre clerc Liégeois résidant dans la Ville Éternelle, obtenait la cure de Robe-chies et la permission de conserver en même temps celle de Sainte-Gertrude182.

  • 183 Sur Boels, voir p. 67.
  • 184 J. Vannérus, Documents relatifs à la seigneurie de Houffalize, dans les Annales de l’Institut arch (...)
  • 185 Juten, o. c., p. 44, 45. — Halkin, o. c., p. 88, n. 6.

63Pierre Boels, Englebert de Mérode et Gilles de Blocquerie, parmi les tréfonciers, me semblent très représentatifs de ce genre d’abus. Le premier cumulait des bénéfices à Saint-Lambert, Saint-Denis, Saint-Martin et Saint-Barthélemy de Liége ; il possédait en outre la cure de Mortroux, plusieurs pensions sur des églises rurales et le décanat de Bastogne183. Englebert de Mérode était chanoine de Saint-Lambert, prévôt de Fosses, curé de Sonlez, curé de Nalinnes et curé de Bossière184. Quant au vicaire-général Gilles de Blocquerie, l’archidiaconé de Hainaut et quatre cures lui appartenaient, à savoir Heerlen, Velthem, Kerckom et Houppertingen185.

  • 186 Voici deux bulles qui détaillent des recommandations de cet ordre : l’une, du 3 août 1539, est adr (...)
  • 187 Ce vicaire perpétuel n’a rien de commun avec le vicaire coopérateur. Sur les rapports du curé prim (...)

64La non-résidence était la conséquence logique et malheureuse du cumul. Alors que la réunion, au profit d’un seul bénéficier, de plusieurs prébendes canoniales n’entraînait qu’un désordre sans répercussion profonde, le cumul des cures ne pouvait qu’être néfaste à la vie religieuse, puisqu’il livrait les paroisses à des vicaires, à des prêtres-fermiers ou même à des mercenaires. Les papes avaient essayé de sauvegarder les exigences de l’apostolat sacerdotal en spécifiant, dans les autorisations de cumul, que le ministère des âmes ne devait pas souffrir de la faveur accordée186 : souvent, cette recommandation se traduisait dans la pratique par la désignation d’un vicaire perpétuel ou « vestit », qui desservait la paroisse au lieu du curé titulaire, et vivait de la « portion congrue », qui lui était allouée187. Ce vicaire devenait le véritable curé de la paroisse et ne partageait en rien la situation instable du mercenaire.

  • 188 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 109 v°.
  • 189 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 117.
  • 190 Conclusions capitulaires, col. 113bis, f° 197. — Je ne connais malheureusement pas quels pouvaient (...)

65Il y avait sans doute des curés fidèles au devoir de la résidence( surtout dans les paroisses trop pauvres pour tenter les intrigants ; mais si les paroisses bien dotées tombaient au pouvoir d’un chanoine ou d’un autre ecclésiastique déjà pourvu, celui-ci pouvait aussi affermer « son » église à un desservant qui, en échange de son ministère, profitait des fruits et des émoluments pastoraux diminués du prix de location, souvent assez élevé. Je ne citerai que trois contrats de ce genre : le 20 août 1541, Arnold Nuyens, chanoine de Saint-Lambert, curé de Brée et d’Esneux, louait cette dernière paroisse à Godefroid Braxatoris, au prix de cent-vingt florins par an188 ; le 9 novembre 1541 et le 19 décembre 1544, Englebert de Mérode, trois fois curé, abandonnait ses paroisses de Bossière189 et de Nalinnes190, moyennant quatre-vingt et cent florins de location.

  • 191 Henne, o. c., t. iv, p. 287. — Halkin, o. c, p. 282.
  • 192 Laenen, o. c., p. 401. — Henne, o. c,. t. vii, p. 253. — Lonchay, o. c, p. 221.
  • 193 Redlich, o. c., t. i, p. 233, 375.
  • 194 Formula reformationis, chap. 2.
  • 195 Willocx, o. c., p. 40.

66« Les curés propriétaires, déclarait vers 1540 la régente Marie de Hongrie, ne résident sur les lieux, mais en sont dispensés par les évêques et commettent en leur absence gens pouvant leur rapporter de grosses sommes, ne regardant ni au salut des âmes, ni à ce que les cures soient bien desservies, mais seulement au plus offrant et dernier enchérisseur »191. L’évêque de Liége, l’empereur192 et le duc de Juliers193 s’étaient efforcés de sévir contre les absents, sachant combien la non-résidence des pasteurs faisait tort à l’observance religieuse et préparait les voies à l’hérésie. En 1548, là « Formula reformationis » d’Ausgbourg, bientôt acceptée à Liége, avait rappelé aux titulaires des paroisses, — sans grand succès, je pense, — qu’ils ne pouvaient se reposer sur les mercenaires de la charge d’âmes194. Le mal était si répandu que le concile de Trente n’en put venir à bout195 et que le rimeur français Pantaléon Bartelon pouvait écrire, à la même époque, dans ses « Distiques moraux » :

  • 196 Lyon, 1563. Cité par L. E. Marcel, Le cardinal de Givry, évêque de Langres (1529-1561), t. i, p. 2 (...)

« Qui le devoir de pasteur veuille faire,
N’en trouverez un tout seul entre dix.
Chacun sert Dieu par commis ou vicaire
Et par vicaire ira en paradis »196.

  • 197 Juten, o. c., p. 31. — Paquay, Juridiction..., p. 110. — Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 75. — (...)
  • 198 Juten, l. c., estime que le curé payait aussi le « ius placet », mais ce n’est pas vraisemblable ; (...)
  • 199 Acta et decreta..., chap. 2.

67Au diocèse de Liége, les curés non résidants payaient annuellement à l’archidiacre le « ius absentiae »197 ; de leur côté, les remplaçants payaient un « ius placet » correspondant198. L’évêque, le vicaire-général et l’archidiacre appréciaient les motifs invoqués par les curés pour se dispenser de la résidence199. Les dignitaires du clergé n’étaient pas astreints aux taxes, mais ils n’en devaient pas moins pourvoir à leur remplacement.

  • 200 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’hist (...)
  • 201 Lahaye, Les paroissse de Liége, p. 106.
  • 202 Lahaye, La paroisse de Saint-Martin-en-Ile à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’hist (...)
  • 203 Paquay, De pastoors der hoojdkerk van Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. i, (...)
  • 204 Daris, Histoire... de Looz, t. i, p. 174, 178 sv.
  • 205 F. Silveryser, Un pasquin contre G. Wendelen, dans les Verzamelde Opstellen ...te Hasselt, t. i, p (...)
  • 206 Paquay, Gors-Opleeuw, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. x, p. 14, Hasselt. 1934.
  • 207 Paquay, Rutten, dans le Bulletin de la Soiété scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlvi, p. (...)
  • 208 Paquay, Visites archidiaconales..., p. 127.
  • 209 Archives vaticanes, Suppliche, vol. 2462, f° 75.
  • 210 Reg. Vatic. 1517, f° 40. — A. de Ryckel, o. c., p. 166.
  • 211 Reg. Later. 1725, f° 298 (28 octobre 1542). —Sur les bénéficiers mineurs, voir en plus de ce que j (...)
  • 212 Archives de l’Évêché de Liége, Registre archidiaconal de Hesbaye (1556), p. 93.
  • 213 Registre archidiaconal de Famenne (1549-1552), p. 17.
  • 214 Registre archidiaconal de Hesbaye (1556), p. 93.
  • 215 Voir plus haut p. 272.
  • 216 1523 : Antoine de Berghes; cfr Registre archidiaconal de Campine (1523), f° 45.— 1529 : Corneille (...)
  • 217 C. ô Kelly, Deux curés de Rocour, dans Leodium, t. xv, p. 128, 129, Liége, 1922.
  • 218 C.G. Roland, Ossogne, dans les Annales de la Société archéologique de Namur, t. xxxviii, p. 189-19 (...)
  • 219 Guilleaume, o. c., p. 76.
  • 220 Ceyssens, Les doyens ruraux..., p. 180, n. 1.

68Rares étaient les paroisses qui, comme celle de Saint-Jean-Baptiste à Liége, pouvaient exiger de leur curé l’engagement de desservir en personne l’office confié à ses soins200. Trop souvent, les curés s’absentaient, estimant qu’ils avaient fait tout leur devoir en choisissant un « congruiste », un fermier ou un mercenaire, pour l’exonération du ministère. A la Madeleine, à Liége, le curé déclarait, en 1645, que depuis deux cents ans aucun « vestit » n’avait résidé201. Il en était à peu près de même dans la paroisse liégeoise de Saint-Martin-en-Ile202, à Saint-Quentin de Hasselt203, à Looz204, à Geet-Betz205, à Gors-Op-Leuw206, à Russon207, à Membruggen208, à Robechies, à Sainte-Ger-trude209, et dans beaucoup d’autres localités. La personnalité des curés titulaires suffit parfois à démontrer leur absence : il est évident que le cardinal Pucci ne résidait ni à Hervé, ni à Gilze, dont il possédait les cures210, et qu’un curé, encore dans l’enfance, comme Nicolas Damant, curé, à dix ans environ, d’Asten et Lierop, devait recourir à un suppléant211. Les registres archidiaco-naux indiquent en outre des cas comme ceux des chanoines Boels, Huet et Martin Offermans, respectivement curés de Mortroux212, Dorreux213 et Roclenge214, qui pouvaient déserter leurs paroisses sans devoir payer la taxe habituelle. Le vicaire-général et archi Gilles de Blocquerie ne résidait dans aucune de ses quatre cures215. Trois chanoines de la famille de Berghes se succédèrent à la tête de la paroisse de Neerpelt : aucun ne la desservit lui-même216. A Rocour, le curé était un chanoine de Sainte-Croix à Liége, Renier Bormans : son vicaire suppléait en même temps le curé de Milmort217. A Ossogne, le curé, un Français, abandonnait son poste à un recteur d’autel pour fuir les armées impériales, en 1542 ; comme ce remplacement n’était pas réglementaire, l’évêque confisqua les revenus du bénéfice qu’il conféra à un tiers218. On vit même des doyens s’absenter : Pierre Boels, que j’ai déjà eu l’occasion de citer plusieurs fois, aurait dû assister, en 1565, à la réception des décrets du concile de Trente dans son doyenné de Bastogne, mais un vice-doyen présida à sa place la réunion du clergé local219. De même, Gilles Steels, curé de Lummen et chanoine de Saint-Martin à Liége, ne remplissait pas lui-même ses fonctions de doyen de Bee-ringen220.

  • 221 Au xviiie siècle ; cfr Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, p. 97, 98.
  • 222 Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia, n° 11. — Le titre de ce registre est suivi de la (...)
  • 223 Ce registre n’indique aucune absence pour la Hesbaye !

69Il serait extrêmement intéressant de connaître la statistique du clergé non résidant, mais l’entreprise est difficile et incertaine. Nous manquons de « pouillés » complets du diocèse/ indiquant, année par année, tous les absents ; ces registres ont existé, car le chanoine Delvaux en a analysé un qui datait de 1550, dans son « Histoire ecclésiastique »221. Les Archives de l’Archevêché de Ma-lines possèdent encore un « Registrum absentiarum pro anno domini millesimo quingentesimo quinquagesimo tercio, secundum registra »222 ; malheureusement, ce volume ne tient pas les promesses de son titre et est trop incomplet pour rendre de sérieux services223.

  • 224 Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia, n° 15, fos 155-159. — Ce compte n’indique que dou (...)
  • 225 Registre archidiaconal de Campine (1555) et Registre archidiaconal de Campine (1560). — Le registr (...)

70Les « Computus decanales » de 1556, précieux manuscrit conservé comme le précédent aux Archives de Malines, mentionnent un fort contingent d’absences pour les doyennés de Hilvarenbeek, Kuik, Woensel et Beeringen. Ce dernier doyenné comptait cinq curés absents sur douze224 ; ces chiffres sont conformes aux indications des « Registres archidiaconaux de Campine » des Archives de l’Évêché de Liége : sept absents sur vingt-cinq en 1555 ; neuf sur vingt-sept en 1560225.

  • 226 Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, p. 96 sv. — Tihon, o. c., p. 265.
  • 227 Les registres archidiaconaux ne donnent que les noms des « ecclesiae integrae et mediae » ; les qu (...)
  • 228 Voir, à l’Annexe D, le tableau de la non-résidence des curés dans l’archidiaconé de Hesbaye, de 15 (...)
  • 229 L.-E. Halkin, o. c., p. 71 sv. — Comparer aussi aux absences du diocèse de Langres ; à la même épo (...)

71Delvaux estime que plus d’un tiers des curés du diocèse nerésidaient pas dans leurs paroisses en 1550226. Cette proportion est confirmée par l’analyse attentive des « Registres archidiaconaux de Hesbaye », qui ont heureusement échappé à la destruction de la plupart des archives archidiaconales : sur deux cent quarante-et-un recteurs d’églises mentionnées dans les registres227, pour les trois conciles de Saint-Trond, Tongres et Maestricht, il y avait, en 1539 quatre-vingt-dix-huit absents, en 1544 quatre-vingt-dix-neuf absents, en’1551 quatre-vingt-onze absents, et en 1557 cent absents228. Ces chiffres, que j’ai minutieusement relevés dans ces précieux registres et que l’on pourra consulter à la fin de ce volume, sont impressionnants, surtout dans leur progression, car, en 1501, il n’y avait, pour le même nombre d’églises, que soixante-douze pasteurs non résidants229. On voit par là que les « Statuts synodaux » de 1548 n’avaient pu supprimer, ni même atténuer le fléau de la non-résidence ; se consacrer entièrement à une seule mission apostolique était un de ces devoirs que les curés liégeois ne comprendront que très tard, lorsque le concile de Trente leur en aura fait une obligation stricte.

  • 230 Les curés fermiers étaient naturellement moins à plaindre.
  • 231 Acta et decreta... chap. 15. — Sur le même sujet, voir Schoolmeesters, Les Statuts synodaux de Jea (...)
  • 232 Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 164.
  • 233 Pour les Pays-Bas, voir Willocx, o. c., p. 24, 25.
  • 234 Voir plus loin. Parfois même des prêtres vagabonds du diocèse de Liége devenaient desservants dans (...)

72En face du clergé bien nanti de bénéfices, libre de son temps et vivant de l’Église, la non-résidence avait créé un véritable prolétariat ecclésiastique, celui des desservants230. Curés primitifs, patrons et décimateurs cherchaient avant tout à accroître leurs rentes, aux dépens du malheureux congruiste ou du mercenaire et, finalement, aux dépens des paroissiens. Les Statuts synodaux avaient prescrit aux titulaires des cures de veiller à ce que leurs remplaçants fussent pourvus de revenus suffisants231. Je ne pense pas que cet aversement opportun ait été écouté ; à Liége, la plupart des curés vivaient dans la pauvreté232 ; dans le reste de la principauté et du diocèse, nombreux étaient les prêtres que la misère poussait à augmenter le casuel ou à multiplier les quêtes, au grand scandale des fidèles233. En outre, et ceci est plus grave, des prêtres vagabonds et suspects parvenaient à se glisser dans le clergé mercenaire ; c’est dans les rangs du bas-clergé que se rencontreront en plus grand nombre les prêtres ignorants, ivrognes et concubinaires234.

73Une situation aussi désavantageuse pour le bien de l’Église n’avait pu se créer et se perpétuer que grâce au recrutement déplorable du clergé séculier. Le manque de vocation et de préparation, chez les riches bénéficiers comme chez les misérables desservants, explique les abus des uns et des autres.

  • 235 II a été question déjà de l’école cathédrale et du gymnase des jérômites ; pour les écoles collégi (...)
  • 236 Le vicaire-général n’était pas le seul examinateur prévu ; cfr Acta et decreta..., chap. 2.
  • 237 Certains se rendaient aussi aux universités, entre autres à Louvain et à Cologne ; cfr P. Polman, (...)
  • 238 Traduit et cité par Marcel, o. c, t. i, p. 193.
  • 239 de Jongh, o. c, p. 126. — Sur Barlandus, voir É. Daxhelet, Adrien Barlandus et les débuts de l’hum (...)
  • 240 J. Fréson, Notice historique sur l’église collégiale et les anciennes églises paroissiales de Huy, (...)
  • 241 De très nombreuses éditions sont connues. En 1546, des Bibles latines, flamandes et françaises fur (...)
  • 242 Voir p. 256.
  • 243 Voir p. 255.
  • 244 Voir p. 252.
  • 245 Voir p. 252.
  • 246 Halkin, o. c., p. 84.
  • 247 Voir p. 238.
  • 248 de Jongh, o. c., p. 166, n. 3.
  • 249 Voir les enquêtes, dans le duché de Juliers,en 1559 ; cfr Redlich, o. c., passim.
  • 250 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 2 et 1308.
  • 251 Taxes de quatre « stuferi » par ordre majeur; cfr Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 71, (...)
  • 252 Paquay, Juridiction..., p. 75-76.
  • 253 Sur les cérémonies d’une première messe, voir deux relations inédites du temps, dans Munters, ms. (...)
  • 254 Daris, Notices historiques..., t. vi, p. 170, 171.
  • 255 Voir plus haut, p. 192.
  • 256 Patrons laïques ou ecclésiastiques, Chapitres, etc.— Sur les contestations entre les candidats opp (...)
  • 257 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’hist (...)
  • 258 A moins que le prêtre n’obtienne, contre argent, la dispense de la proclamation.
  • 259 Paquay, Juridiction..., p. 75.— Schoonbroodt, Inventaire des archives de l’abbaye du Val-Saint-Lam (...)
  • 260 Ceyssens, o. c. p. 181.

74Les aspirants au sacerdoce n’avaient à leur disposition, à défaut de séminaire, que les écoles de la cathédrale et des collégiales, les collèges des jérômites et surtout les presbytères où les curés initiaient vaille que vaille leurs futurs successeurs235. Lorsque les candidats étaient réputés suffisamment instruits par leurs maîtres, ils se présentaient au vicaire-général ou à l’official pour l’examen préparatoire aux ordres, examen qui ne devait rien avoir de sévère, si l’on en juge par l’ignorance de ceux qui y ont réussi236. Ces prêtres, bien ou mal préparés, et plutôt mal que bien, ne pouvaient acquérir les connaissances indispensables à leur état qu’à l’exemple de leurs confrères et par la pratique personnelle du métier237. D’ailleurs la science requise des curés n’était pas bien longue ! Un ouvrage du temps, la « Cura clericalis », résume comme suit le minimum de notions exigées des ordinands : « Les prêtres doivent être assez savants pour lire bien distinctement, pour comprendre au moins grammaticalement tous les mots que renferme l’office de la messe, les prononcer, les accentuer et ponctuer convenablement. Ils doivent pouvoir discerner ce qui est péché et ce qui n’est pas péché. Ils doivent connaître le nombre des sacrements ainsi que la manière de les administrer. Ils doivent au moins savoir le décalogue et les articles de la foi, afin de les enseigner aux autres »238. L’humaniste belge Adrien Barlandus pouvait se moquer alors des « sacrificuli illitteratissimi », incapables, disait-il, de comprendre leur bréviaire239 ; et que n’aurait-il pas dit de ce curé de Huy, qui ignorait les paroles du Confiteor240 ?... Tous d’ailleurs n’en étaient pas à ce point d’ignorance, et l’on pouvait trouver dans les bibliothèques de certains curés, non seulement la Bible241 et le Bréviaire242, mais aussi le Rituel243, les Statuts synodaux244, les Articles de foi publiés par la faculté de théologie de Louvain245, des ouvrages théologiques de Jean Gerson246, de François Titel-mans247, de Godescalc Rosemondt248, d’Érasme et d’autres auteurs249, ainsi que des abrégés anonymes de la doctrine chrétienne250. J’ai dit plus haut que les ordinands devaient être examinés avant d’être consacrés. Les candidats, moyennant une taxe251, devaient être présentés par l’archidiacre à l’évêque pour recevoir les ordres252. Ordonnés253, il leur appartenait de faire leur carrière : les uns recevaient des canonicats, les autres, — et c’était le plus grand nombre, — cherchaient une cure. Contrairement à l’usage actuel, l’évêque n’était le collateur que d’une trentaine de paroisses de son diocèse254. C’était donc du pape255, des patrons d’églises256 ou, plus rarement, des paroissiens électeurs257 qu’il fallait obtenir un bénéfice pastoral. Ensuite, il fallait de nouveau recourir à l’archidiacre pour obtenir la proclamation des bans. Après un délai de trois dimanches258, l’archidiacre accordait l’institution canonique au nouveau curé259. Pour les quartes-chapelles, les droits archidiaconaux étaient dévolus au doyen de chrétienté260. Pour les nombreux prêtres mercenaires, ces formalités devaient, je pense, être fortement simplifiées.

  • 261 L’illégitimité de la naissance exigeait une dispense pour la réception de la tonsure ; cfr Officia (...)
  • 262 Le chap. 1er des Acta et decreta s’en rapporte à la Formula pour les conditions de ce certificat.
  • 263 « ... ubi curiam nostram residere contigerit » ; cfr Acta et decreta..., chap. 2. — Ce texte ne dé (...)

75En 1548, Georges d’Autriche fit un louable effort pour le bien de son clergé : il consacra les trois premiers chapitres des Statuts synodaux à la préparation au sacerdoce. Tout d’abord, afin d’empêcher les « indignes » de monter à l’autel, il institua un examen sérieux pour les aspirants aux trois ordres majeurs ; cette exigence, qui nous paraît banale aujourd’hui, était alors bien audacieuse ; cependant, elle laissait la cléricature et les ordres mineurs accessibles, sans formalité, à tous ceux que des empêchements patents ne retenaient pas a priori dans le laïcat261. Les Statuts précisaient que les futurs sous-diacres devaient se présenter à Liége, le mercredi des Quatre-Temps, à sept heures du matin, devant les examinateurs nommés par l’évêque ; les sous-diacres ou les diacres qui désiraient accéder à l’ordre supérieur se présenteraient le jeudi des Quatre-Temps ; les uns et les autres étaient tenus de produire un certificat de moralité signé de leur curé, de leur vicaire, ou encore de leurs maîtres ou d’honnêtes gens dignes de foi262. Les examinateurs apprécieraient la valeur des témoignages en interrogeant les candidats au double point de vue de la science et des mœurs. Dans les paroisses des Pays-Bas, ces examens auraient lieu à Louvain263.

  • 264 On connaît de nombreux cas de prêtres liégeois ordonnés, pour des motifs suspects, en dehors du di (...)
  • 265 Acta et decreta..., f° 22. — Statuta synodalia f° 91 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 361.

76Un mandement épiscopal, en date du 23 décembre 1548, prévint les objections de ceux qui, pour échapper à l’examen264, se seraient fait ordonner dans un diocèse étranger ; l’évêque prescrivit de n’admettre à l’exercice des fonctions sacrées que des prêtres soumis à son examen et munis de sa licence265.

  • 266 Lonchay, o. c, p. 221. — Comparer à Laenen, Introduction,.., p. 271.

77Je suppose que ces excellentes dispositions des Statuts furent mises en vigueur, au moins partiellement, dans la principauté. Dans les paroisses liégeoises des Pays-Bas, plus d’un an après la conclusion du synode, rien encore n’avait été fait, et Marie de Hongrie pouvait écrire à l’évêque pour se plaindre à la fois du manque de préparation des prêtres et de leur négligence à remplir personnellement leur office : « Ayant cy-devant trouvé par expérience que en partie les sectes reprouvées par notre mère saincte Église sont esté espandues en mes pays de par-deça par la négligence ou insuffisance de plusieurs curés qui ne sont esté tels qu’ils debvoyent, avec ce qu’ils ne tenoient résidence personnelle au lieu de leurs cures, désirant y pourveoir d’aultant que en moy fut au regard des cures estant à ma présentation, je les ay fait oster hors du rolle des bénéfices estant de mon patronage et ordonné que, quand aucune cures escherront vacantes, que nul y fut dénommé sans information précédente de sa vie, qualité et ydonéyté, et en avoir l’advis d’aulcuns bons personnages et à charge de faire résidence personnelle. Et comme pour la mesme raison m’a semblé convenir que aultres patrons et rollateurs observent ceste voye, chose requise et nécessaire pour obvyer aux inconvénients passés, et ayant entendu que par les décrets de vostre dernier synode il a esté aussi consenti et ordonné que ceulx qui seroyent par les collateurs ordinaires présentés et nommés aux cures estant rière les pays de mon obéyssance debvont estre examinés par tels que députerez à ce, je n’ay voulu laisser vous escripre la présente et par icelle vous requérir que conforme à la conclusion de votre dit synode voulliez faire la dite députa-tion, en chargeait vos vicaires et archidiacres de tenir soigneulx regard que ceulx qui seront pourveus aus dites cures tiengnent personnelle résidence sans les faire desservir par aultres »266.

  • 267 25 février 1555 : Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° xxv des Pièces justific (...)
  • 268 L. Halkin, Les origines du collège des jésuites et dit séminaire de Liége, dans le Bulletin de l’I (...)

78Nous ne connaissons malheureusement pas la réponse qui fut donnée à cette lettre péremptoire. Il est certain que Georges d’Autriche désigna les examinateurs demandés, car, en 1555, il pouvait à son tour élever des doléances sur le même sujet. Voici ce que, dans une lettre à Charles-Quint, il exigeait des prêtres du Brabant « qu’ilz ne fussent admis ou instituez en bénéfices ayant charge d’âmes, sans préalablement se présenter à ceulx que j’ay commis et députez à Louvain pour les examiner et prandre information de leur vye, moeurs, conditions et doctrine ». Le prince-évêque avait d’ailleurs dépassé ses positions de 1548, et il osait maintenant demander l’érection d’un séminaire, d’un séminaire très simple, il est vrai, et qui, sans lien spécial avec le diocèse, serait rattaché à la faculté de théologie de Louvain, sur l’initiative des évêques de la province. « Il seroit aussi nécessaire, déclarait-il, qu’en l’université de Lovain se feit par personnage bien scavant leçon de cathécisme et institution de théologie plus ample et estendue pour instruction singulièrement de ceulx qui s’adonnent et prengnent Testât et charge d’âmes, atendu que touz n’ont la faculté et loisir de persévérer aux lectres jusques ilz puissent parvenir d’estre consommez théologiens ; à quoy par la dirte leçon seroit pourveu, avecque le regard que je faiz prandre sur ceulx qui se présentent aux ordres, qu’il ne se treuveroit tant de gens d’Esglise si peu qualiffiez. Et quant il plairoit aux évesques comprovinciaulx entendre à l’érection d’une telle leçon, bien voluntiers y vouldroye contribuer, attendu que tant il emporte à nostre charge et office épiscopal »267. Cette suggestion fait le plus grand honneur à la clairvoyance de Georges d’Autriche et à son sens des réalités. On sait néanmoins qu’il ne vécut pas assez longtemps pour voir réaliser ses desseins : en 1592 seulement, trente ans après le concile de Trente, Liége possédera son séminaire268.

***

  • 269 Quand elle n’était pas distraite par des fonctions séculières ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 53 (...)
  • 270 Campan, o. c., t. i, p. 538.
  • 271 Redlich, o. c., t. ii, p. 170.

79Mal préparés à leur mission et presque toujours abandonnés à eux-mêmes, les prêtres et les clercs n’étaient que trop tentés de se laisser aller à une vie facile, oisive269, large et, finalement, licencieuse. De plus, le célibat ecclésiastique avait été trop violemment attaqué par le protestantisme pour qu’il ne parût pas à beaucoup un fardeau intolérable. En 1543, Mathieu van Rillaert, curé de Héverlé, déclarait, sans souci de la discipline romaine, qu’il valait mieux qu’un prêtre prît femme plutôt que de commettre le péché de fornication270 Cette théologie spéciale explique et excuse bien des prêtres, sans lumière et sans vocation, sollicités par les abandons charnels et vivant dans l’incontinence : un d’entre eux, « mediocriter doctus », le vicaire de Kaldenkirchen, répondait sans ambages aux visiteurs qui lui reprochaient sa concubine et sa postérité : « se non posse continere »271.

  • 272 Voir p. 43.
  • 273 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 1 ; cfr le n° xxi des Pièces justificatives.
  • 274 Acta et decreta..., chap. 13 ; inspiré du chap. 17 de la Formula. — On a vu plus haut que la Formu (...)
  • 275 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 114, 230. — Henne, o. c., t. ix, p. 66.

80Le 2 novembre 1548, Georges d’Autriche, qui d’ailleurs avait lui aussi fait jadis bon marché de la continence272, signait un mandement contre l’immoralité des clercs273. Quelques jours plus tard, le synode en reprenait les termes presque mot pour mot, dans ses Actes, et menaçait d’excommunication toutes les femmes suspectes qui, après un délai de quinze jours, s’obstineraient à vivre dans les maisons cléricales274. En 1544 et en 1546 déjà, Charles-Quint avait agi dans le même sens en instituant des enquêtes sur la situation morale du clergé des Pays-Bas275.

  • 276 de Marneffe, o. c., t. iii. p. 277, 278.
  • 277 Bormans, Répertoire..., p. 248.
  • 278 Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 49, 50. — Bormans, o. c., p. 248.
  • 279 Conclusions capitulaires, vol. 114, Fos 85. — Nouvelle admonestation le 29 juillet ; ibidem, f° 90 (...)
  • 280 Conclusions capitulires, vol. 114, f° 106.
  • 281 Conclusions capitulaires, vol. 114. f° 117. — Bormans, o. c., p. 370.
  • 282 Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 142, 144.
  • 283 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 144.
  • 284 Raes de (illisible) et Baudouin Massart ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114. f° 134 (18 mars (...)
  • 285 Il s’appelait de Wynalmont ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 218. — Bormans, o. c, p. 3 (...)
  • 286 Bormans, o. c, p. 385.
  • 287 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 239.

81Le Chapitre cathédral ne donnait pas l’exemple de la discipline. Un de ses membres les plus éminents, Thierry Hezius, prétendait que plusieurs chanoines de Saint-Lambert ne voulaient pas d’un coadjuteur aussi vertueux que Guillaume de Poitiers, de peur d’être obligés de changer de vie à l’avènement du futur évêque276. Ce jugement, qui, s’il fallait le prendre à la lettre, serait bien dur pour Georges d’Autriche comme pour ses chanoines, est sans doute excessif, mais il renferme une part de vérité. Les Conclusions capitulaires elles-mêmes trahissent une situation inquiétante dont voici quelques aspects. Tout d’abord de nombreux bénéficiers prêtaient à la critique ; le 21 mars 1544, le Chapitre nomma des délégués, — Hezius entre autres, — pour examiner un projet de réforme de ces bénéficiers277. En conséquence, des statuts nouveaux furent approuvés par les chanoines, le 4 avril, et par les bénéficiers, le 21 avril278. Au début de l’année suivante, le Chapitre décida de prendre des mesures contre les rebelles : le 5 juin 1545, ordre était donné aux bénéficiers de renvoyer leurs concubines et de ne plus célébrer la messe avant qu’ils ne se fussent mis en règle279. Armé de patience, le Chapitre attendit jusqu’au 7 janvier 1546 pour fixer un dernier délai de huit jours aux chapelains Hubert Pysset, Noël Collet, Jean Garry et Jean Dammidde, qui ne jugeaient pas indispensable de vivre dans la continence pour dire la messe280. Les deux premiers chapelains changèrent de vie, car les Conclusions ne citent plus leurs noms. Quant à Jean Garry, il fut, le n août 1546, privé de son bénéfice et incarcéré jusqu’à la Saint-Gilles à l’hôpital de Saint-Mathieu-à-la-Chaîne281. Il obtint cependant son pardon, et retomba dans ses fautes : le 27 octobre 1547, cet incorrigible était condamné par le Chapitre à un an de prison, au pain et à l’eau, dans la tour de l’official282. Jean Dammidde partagea sa pénitence283, ainsi que deux autres bénéficiers concubinaires284. Un clerc attaché à la cathédrale fut puni, en 1553, pour avoir joué du couteau dans l’église285. Le 1er février 1555, plusieurs bénéficiers furent accusés de s’être enivrés286 ; quelques jours plus tard, l’accusation plus grave d’incontinence s’ajoutait à la précédente287.

  • 288 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 254. — Ce bref m’est inconnu.— Sur les divers règlements de (...)
  • 289 Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 94 (5 avril 1554).
  • 290 de Theux, o. c., t. iii, p. 55 (1556).
  • 291 Voir aussi une note du Chapitre à propos d’une rixe entre chanoines ; cfr Bormans, o. c., p. 382.

82Le 15 janvier 1556, le prince-évêque présenta au Chapitre un bref stigmatisant, avec une juste sévérité, les mœurs du clergé. Georges d’Autriche demandait aux chanoines de devenir les modèles du diocèse : on se contenta de nommer une commission pour rédiger un « acte de réforme », et, grâce aux protestations que le prévôt Adolphe de Schauembourg et l’archidiacre Éverard de Manderscheidt élevèrent au nom de leurs privilèges, rien ne fut conclu288. Les tréfonciers valaient cependant mieux que leurs chapelains, mais les testaments de Guillaume289 et d’Englebert de Mérode290, qui citent sans vergogne leurs enfants naturels et leurs concubines, laissent planer des doutes sur la moralité des chanoines et donnent un peu raison au jugement impitoyable que Thierry Hezius portait sur ses confrères291.

  • 292 Daris, o. c, p. 178.
  • 293 Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 2 v°.
  • 294 Ms. c, fos 19 v°, 20, 20 v°, 22.
  • 295 Ms. c., f° 71.
  • 296 Ms. c., f° 46.
  • 297 Ms. c., fos 71 v°-72. — É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. i, p. xxv.
  • 298 Ms. c., f° 128.
  • 299 Saint-Denis. Recès, vol. 28, f° 30.
  • 300 Archives de l’État a Florence, Carte Cervini, liasse 43, n° 27 ; cfr le n° xx des Pièces justifica (...)

83Les collégiales du diocèse souffraient des mêmes maux, et leurs archives nous révèlent des difficultés analogues à celles de la cathédrale. Il faut cependant noter, à l’honneur du clergé secondaire, qu’il accepta, en 1556, le règlement de réforme que Georges d’Autriche lui avait proposé292. Le Chapitre de Sainte-Croix à Liége n’avait pas attendu cette date pour procéder à la correction de ses membres. Le 12 janvier 1540, ce Chapitre absolvait Paul de Fontaine, chapelain de Sainte-Croix et curé de l’église voisine de Saint-Nicolas-aux-Mouches, qui avait causé du désordre dans le chœur de la collégiale293. Le chapelain profita de l’indulgence des chanoines pour récidiver294 : le 15 mars 1543, il était exclu, comme « incorrigible et désobéissant »295. Un de ses confrères, Jean Noël, avait été chassé de la collégiale pour des motifs du même ordre, dès l’année précédente296. Un troisième bénéficier, Jean Goblet, fut condamné, le 17 juillet 1543, sous peine de privation de son bénéfice, à purger une peine de trois jours de prison à Tofficialité de Liége, pour prix de son insolence ; revenant ensuite sur sa sentence, le Chapitre décida de maintenir le coupable aux arrêts, à Sainte-Croix, dans la « chambre des esprèfes »297. Enfin, le 13 janvier 1550, les chanoines s’engagèrent à ne plus s’injurier les uns les autres, « verbo vel facto »298. Un statut semblable avait été proposé au Chapitre général de la collégiale liégeoise de Saint-Denis en 1543299. A Saint-Paul de Liége, le doyen, Jean Stouten, s’efforçait de remédier au concubinage de ses confrères300.

  • 301 On ne lui laissa que cinquante florins par an pour son entretien ; cfr Conclusions capitulaires, v (...)
  • 302 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433.
  • 303 Munters, ms. c., f° 117 (28 août 1541).
  • 304 Doppler, o. c., dans les Publications de la Société historique et archéologique... de Limbourg, t. (...)
  • 305 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433 (1554).
  • 306 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 62 v° (1556).
  • 307 Voir p. 171.
  • 308 Amende honorable.
  • 309 Annales de la Société archéologique de Namur, t. vi, p. 69.

84Je suis moins bien renseigné sur les mœurs des membres des autres collégiales, et je ne puis que grouper quelques notes. A Saint-Barthélemy de Liége, Rodolphe Mulert, diacre et chanoine, fut condamné en 1540 par le Chapitre, pour un motif que j’ignore, à deux ans d’études avec privation des fruits de sa prébende301. En 1554, deux de ses confrères se battirent dans l’église qui dut être réconciliée302. A Maestricht, un chanoine fut frappé de congestion en pleine rue, mais il était ivre-mort303. En 1557, le Chapitre de Saint-Servais était encore réputé pour Tébriété et l’incontinence de ses membres304. A Tongres, le doyen de la collégiale était frappé et blessé par un chanoine dans son église305. A Huy, un chapelain, soupçonné de « cas et excès deshonnestes », était mis dans la prison du Chapitre ; il prit la fuite, fut appréhendé de nouveau, puis absous par l’évêque306. Enfin, à Namur, la collégiale de Saint-Aubain, qui avait été atteinte par l’hérésie307, revenait à la discipline traditionnelle. Le Chapitre, le 17 juin 1550, condamna un chapelain « pour avoir, après bu, donné un mauvais coup à un laïc..., à faire un escondit308 en Chapitre, et un autre escondit en la place où le dit coup avait été donné, et en outre à faire un voyage de Sainte-Anne en la ville de Duren..., à rédimer, s’il veut, par un angelot d’or à la fabrique »309. Ces quelques traits suffisent à caractériser l’état moral des Chapitres ; ils ne nous apprennent malheureusement rien des milliers de « suppôts » du clergé secondaire, alors que l’exemption de la juridiction ordinaire leur apportait trop souvent une impunité monstrueuse.

  • 310 Acta et decreta..., chap. 15.
  • 311 Je n’ai retrouvé aucun registre des excommuniés, document dont l’existence est attestée, entre aut (...)
  • 312 Registre archidiaconal de Hesbaye (1544), p. 28-30, 66-70, 92. — Registrum concernens..., p. 5. — (...)
  • 313 Officialité. Sentences, vol. 24, fos 81 vo, 192 (1537-1538) ; vol. 27, f° 52 v° (1541).
  • 314 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 121 (1549) ; vol. 40, f° 3 (1553).
  • 315 Officalité. Sentences, vol. 33, f° 83 v° (1547).
  • 316 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 140 v° (1537), fos 186, 240, 240 v° (1538) ; vol. 26, fos 103 (...)
  • 317 Officialité. Sentences, vol. 26, fos 125, 127.
  • 318 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 91. — Ce Zutman (Suavius) ne figure pas dans la liste des arti (...)
  • 319 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’hist (...)
  • 320 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 27 v°.
  • 321 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 83 v°.
  • 322 Lahaye, l. c.

85Les prêtres et clercs non exempts menaient-ils une vie plus digne et plus pure ? Il est permis d’en douter, sans pouvoir répondre par des chiffres à cette grave question. La pauvreté des desservants excuse leurs abus, comme le soulignent les Statuts synodaux310, mais elle ne pouvait empêcher la contagion du mauvais exemple dans les paroisses livrées à de mauvais prêtres. Les Registres aux sentences de l’official et des archidiacres, malgré leurs lacunes311, nous en apprennent long sur les mœurs des ecclésiastiques ; pour les années 1544 et 1547, nos archives citent quarante-six et dix-neuf cas d’« excessus » ou d’« incontinentiae »312. Nombreuses sont les peines prononcées par les juges spirituels contre les prêtres et clercs adonnés à la boisson313 ou au jeu314, fréquentant les cabarets315 et enclins à la violence316. En 1540, un clerc de Villeraux-sous-Trognée, Walther Weraer, avait pénétré, la nuit, dans l’église, pour y voler des ornements ecclésiastiques ; arrêté et emprisonné à l’officiante de Liége, il allégua pour sa défense qu’il avait agi sous l’influence de l’ivresse ; condamné, comme voleur, à l’exposition au pilori, trois jours durant, « cum mitra supra caput eius », il lui fut ensuite enjoint, pour expier son sacrilège, de se rendre en pèlerinage expiatoire à Jérusalem et de résider dix années hors du diocèse317. Le 9 mars 1545, le curé de Hermalle fut condamné par l’official pour s’être introduit dans le monastère de Flône à la faveur de la nuit, et avoir blessé grièvement l’orfèvre Collin Zut-man, un membre de la célèbre famille qui a donné de si grands artistes au pays de Liége318. Jean de Blendeff, curé de Saint-Jean-Baptiste à Liége, que le chroniqueur de sa paroisse estimait « assez peu discret »319, dut être puni, le 27 août 1547, d’un pèlerinage pour avoir chassé avec scandale un certain Georges Le Catty qui en voulait à ses vignes320 ; le même prêtre ayant frappé un de ses confrères, fut excommunié, quelques mois plus tard321 ; ce sont sans doute ces incidents qui provoquèrent la même année le remplacement du curé de Saint-Jean-Baptiste322.

  • 323 Érard de la Marck, dans son mandement du 15 janvier 1526, s’était plaint de l’abus que constituait (...)
  • 324 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 37 v° (1546) ; vol. 38, f° 145 v° (1552). — Sur l’excommunicat (...)
  • 325 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 37 v°.
  • 326 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 75.
  • 327 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 57.
  • 328 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 156 v°.
  • 329 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 199.
  • 330 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 30.
  • 331 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 41 v°.
  • 332 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 35.
  • 333 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 68 v°.
  • 334 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 113.
  • 335 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 145 v°.
  • 336 Registrum concernens penitentias..., p. 27. — Il s’agit de Guillaume d’Alken, qui mourut curé de G (...)
  • 337 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 123 v°.
  • 338 Officialité. Sentences, vol. 43, f° 62.
  • 339 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 159 v° (1552). — Comparer à Henne, o. c., t. iv, p. 284, n. 1.

86Les prêtres concubinaires étaient sévèrement punis ; pèlerinage, amende honorable, parfois suspense ou excommunication323. Parfois aussi, l’official condamnait la femme avec laquelle le prêtre entretenait des relations coupables324. Les jugements relatifs à rimmoralité des prêtres ne sont pas rares à cette époque. Je n’en citerai que quelques-uns. En 1546, on trouve des prêtres concubinaires à Verlaine325 ; en 1548, à Zonhoven326 et Montegnée327 ; en 1550, à Houppertingen328, Gelinden329, Héron330, Muysen331, Tourinne-la-Chaussée332 et Momalle333 ; en 1552, à Tilleur334, Neeroeteren335 et Looz336 ; en 1553, à Riempst337; en 1556 à Veldwezelt338. Adrien Lambert, desservant de Wezeren, était aussi un débauché ; comme il était admonesté par deux franciscains, il s’irrita et tua l’un d’entre eux, puis il prit la fuite, non sans emporter un calice ; repris, dépouillé du privilège du for, il fut dégradé, livré au bras séculier et indubitablement exécuté339.

  • 340 Redlich, o. c., t. ii, p. 68, 70, 485 et passim.

87Dans le pays de Juliers, plus facilement « soubstraictz de l’obéys-sance épiscopale », la situation était pire. Une enquête ducale, en 1550, accuse, pour cinquante-deux prêtres des conciles de Wassen-berg et Susteren, vingt-huit concubinaires. En 1559, le mal était encore si grave que les desservants de Born-et-Buchten et de Birgden, déjà dénoncés en 1550 pour leur inconduite, étaient demeurés à leur poste, à la tête de familles de six et de quatre enfants340.

  • 341 C’est bien par hasard que je peux citer le cas du curé de Stockheim et de deux prêtres de Maestric (...)
  • 342 Acta et decreta.., chap. 7 ; inspiré du chap. 20 de la Formula et des chap. 1 à 16 de la quatorziè (...)
  • 343 Georges d’Autriche, dans la préface du Rituel de 1553, f° 2 du Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis, (...)

88Telles étaient les tares qui continuaient à déshonorer le clergé séculier au milieu du xvie siècle. Nous avons vu, au chapitre précédent, que la vie du clergé régulier n’était guère plus édifiante. Que conclure de cet affligeant tableau, — auquel je regrette de ne pouvoir comparer celui des prêtres vertueux, que l’histoire ignore puisqu’ils n’ont pas de casier judiciaire, et dont il est impossible de fixer le nombre341, — sinon que la crise dont souffrait l’Église liégeoise proclamait l’urgence d’une double réforme : il fallait d’abord empêcher les indignes et les incapables d’accéder au sacerdoce, en soumettant les vocations à une épreuve sérieuse ; il fallait ensuite limiter les exemptions, s’intéresser à la vie même des prêtres, les sauver de la misère comme du luxe et des autres tentations. Cette œuvre considérable, un évêque ne pouvait la réaliser seul, avant que l’Église n’ait parlé. La visite canonique du diocèse, décidée en 1548342, n’avait pas donné ce que le synode liégeois en attendait343. Lorsque Georges d’Autriche mourut, le concile de Trente, qui allait instituer les séminaires et accroître les pouvoirs de surveillance des évêques, n’était pas encore terminé. Les successeurs de Georges d’Autriche devaient reprendre ses tentatives de restauration religieuse et, grâce à des circonstances plus favorables, réussir là où il avait échoué.

89Sur le point de terminer cet exposé touffu de la situation morale du clergé du diocèse, il me paraît utile de dire un mot de ses droits. J’ai rappelé plus haut la compétence de l’official, juge ordinaire des clercs et des matières spirituelles ; il me reste à préciser les conditions grâce auxquelles les clercs échappaient à la juridiction laïque, par le privilège du for, bénéficiaient d’une protection spéciale contre les laïques, par le privilège du canon, et, enfin, ne supportaient pas tout le poids des impôts publics.

  • 344 Poullet, o. c., p. 44, 302. — Van Hove, o. c., p. 150 sv.
  • 345 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 138.— Bormans, o. c., p. 373 (23 juin 1547).
  • 346 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 162. — Bormans, o. c., p. 376 (22 juin 1549).
  • 347 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 183 (8 octobre 1550) ; f° 185 (22 décembre 1550).
  • 348 Voir p. 186.
  • 349 Article 104. — Poullet, o. c., p. 567, ignorant les textes cités ci-dessus des Conclusions capitul (...)

90Le principe même de l’exemption des clercs de la juridiction séculière n’était pas en cause, non plus que son application aux prêtres, diacres, sous-diacres et bénéficiers ; par contre, le privilège du for était disputé souvent aux clercs minorés ou tonsurés et aux « suppôts » des Chapitres344. « Tenants »345 et serviteurs346 de la cathédrale obtenaient des lettres de familiarité qui leur garantissaient l’exemption, au mécontentement des échevinages347. Il en allait de même des « suppôts » des collégiales348. En 1551, une ordonnance de réforme des cours séculières précisa, en dépit des prétentions des Chapitres, que la familiarité ne pourrait être invoquée qu’au profit des serviteurs attachés d’une façon permanente aux « seigneurs privilégiés »349.

  • 350 C’était le cas habituel : le 16 septembre 1553, l’official condamna plusieurs personnes qui avaien (...)
  • 351 Cas exceptionnels ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 360 (7 août 1543). — Comparer au procès du c (...)
  • 352 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 101 v° (24 février 1540). — Même l’assignation pour dettes est (...)
  • 353 Rahlenbeck, L’Église de Liége et la révolution, p. 259 (31 juillet 1543). — Le chanoine de Sainte- (...)
  • 354 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 82 (1er décembre 1547).
  • 355 En 1539, le sous-maïeur de Tilleur, ayant fait proclamer que nul habitant de Tilleur ne pourrait e (...)

91Pour pouvoir faire appréhender un clerc « notoire », la justice laïque.en dehors des « crimes énormes », devait obtenir un mandat préalable350 de l’official ou l’autorisation du Chapitre cathédral351. Toute infraction à ces règles était punie par l’official : l’assignation d’un clerc devant la justice séculière352, son arrestation par la même justice353, à plus forte raison sa condamnation354, pouvaient entraîner l’excommunication des contrevenants355.

  • 356 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 117 (18 avril 1542).
  • 357 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 3 ; cfr le n° xii des Pièces justificatives. — Statuta consist (...)

92L’official lui-même pouvait priver les clercs du privilège du for, soit en les livrant au bras séculier356, soit en déclarant, comme il le fit par mandement du 11 septembre 1544, que ne pourraient plus jouir de ce privilège les clercs qui, poursuivis au criminel, ne se constitueraient pas prisonniers à l’officialité ou ne déposeraient pas une caution suffisante357.

  • 358 Bibliothèque mazarine a Paris, Synodale, n° 1883, fos 45-46; cfr le n° vi des Pièces justificative (...)
  • 359 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 109.
  • 360 Statuta consistorialia..., fos 47 v° sv. — Voir plus haut, p. 203, 208.
  • 361 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 442.— En 1556, Philippe II faisait allusion (...)

93Les princes-évêques, voyant combien les clercs étaient attachés à leur exemption judiciaire, profitèrent de ce sentiment pour les astreindre, sous peine de privation du for, à une tenue digne de leur état. Le 15 janvier 1541, Corneille de Berghes statua que les clercs désireux de ne pas être attraits devant les justices laïques, devraient porter la tonsure et un habit décent ; il n’était pas encore question de soutane en ce temps358 ». Le 6 mars 1551, Georges d’Autriche écrivit dans le même sens au souverain maïeur de Liége et aux drossarts de la principauté359. Les Statuts consistoriaux, en 1553, insistèrent davantage, rendant obligatoire la tonsure bien visible, renouvelée neuf fois par an à l’occasion des fêtes, et excluant du vêtement clérical les coiffures usitées par les soldats, « déferre non poterunt pileos militares vulgari lingua Leodiensi chappeaux nuncupatos » ; les mêmes Statuts stipulent encore que la barrette devra être noire, sans soie, ni or, ni plumes, ni colifichets ; les vêtements ne seront pas multicolores ou d’étoffes très découpées, comme ceux des laïques, les manteaux descendront au-dessous des genoux ; aucune arme offensive ne sera permise aux clercs qui ne pourront exercer aucun métier manuel ou aucun négoce360. Des dispositions analogues figuraient déjà dans le concordat conclu en 1541 entre Charles-Quint et Corneille de Berghes361.

  • 362 Officialité. Sentences, vol. 33, fos 48 v°, 51 v°, 52, 53, 56 v°. — Quinze cas, du 25 juin au 25 o (...)
  • 363 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 155 ; cfr le n° iii des Pièces justificatives. — Le mandement, (...)
  • 364 Officialiii. Sentences, vol. 26, f° 94 v°.
  • 365 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 47 (14 octobre 1550).

94On comprend l’importance de ces prescriptions vestimentaires lorsque l’on constate, en lisant les sentences de l’official, que beaucoup de prévenus laïques, accusés d’avoir blessé ou frappé des clercs, jurent qu’ils ignorent le caractère clérical de leurs victimes. Ces cas sont extrêmement fréquents, et visent surtout les clercs mariés362. Le 2 janvier 1540, l’official ordonnait aux juges laïques de remettre à la juridiction spirituelle les coupables qui se réclameraient du privilège clérical, ce qui implique l’absence normale d’un costume distinctif363. En 1540 encore, un prêtre recevait par jugement l’ordre de porter une coiffure convenable364. A Saint-Trond, en 1550, Georges de Meren, prêtre, fut surpris dans un lieu suspect au cours d’une ronde nocturne ; habillé d’un vêtement court, il put se sauver sans être reconnu, grâce à la complicité des femmes de la maison ; rejoint par les sergents, il se débattit comme un beau diable ; il fut sans doute livré à l’official, mais les sergents n’en furent pas moins excommuniés pour avoir porté la main sur un clerc365. Tels étaient les abus que les Statuts consistoriaux de 1553 s’étaient efforcés de corriger.

  • 366 François Rythoven, de Hasselt, fut excommunié et condamné à un pèlerinage pour avoir fait arrêter (...)
  • 367 Toute habitation de clerc était ainsi sauvegardée. Henri Druckers, « satelles iusticie secularis v (...)

95Des personnes ecclésiastiques, l’exemption de la juridiction civile s’étendait aux biens ecclésiastiques, particulièrement aux églises et cimetières, lieux d’asile366, et aux presbytères où ne pouvaient pénétrer les représentants de la justice temporelle367.

  • 368 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 192 v° (14 janvier 1538).
  • 369 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 77 v° (25 octobre 1548).
  • 370 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 122 (12 janvier 1549). — Cas à comparer: Officialité. Sentence (...)

96La protection des clercs contre les laïques, en vertu du privilège du canon, donnait aussi occasion à d’étranges débats. En 1538, le desservant de Lorcé avait été assailli par des habitants de Malempré ; aussitôt l’official jeta l’interdit sur Malempré368. Un noble, Jean de Halloy, rendant visite au desservant d’Assesse, « gratia bibendi », le frappa au visage ; il n’échappa ni à l’excommunication ni au pèlerinage expiatoire369. Une femme de Riempst, qui avait manifesté publiquement son mépris pour un prêtre, en paroles et en actes, fut punie de même370.

  • 371 Voir p. 188.
  • 372 J. Laenen, Le clergé rural et l’impôt princier dans le droit local du Brabant, dans les Mélanges C (...)
  • 373 Munters, ms. c., f° 128.

97La participation du clergé aux impôts du pays était votée par les États ; néanmoins, les prêtres des paroisses, comme les chanoines des collégiales371, échappaient en droit à la perception des aides et subsides. En fait, les pouvoirs publics obligèrent souvent les bénéficiers sans exception à contribuer aux dépenses372. L’impôt extraordinaire prélevé pour la « croisade » atteignit même les desservants et vicaires373. L’exemption financière, peu à peu, cédait devant le pouvoir centralisateur.

98Tels étaient les privilèges de « clergerie », diminués ou vengés selon l’occurrence, mais toujours discutés et disputés.

***

99Après avoir examiné la situation morale, matérielle et juridique du clergé diocésain, il importe de décrire le troupeau des croyants, le peuple laïque, fidèle dans son immense majorité à la lettre sinon à l’esprit de la loi ecclésiastique. L’histoire de la religion dans l’âme des simples est trop peu connue. La masse est sans histoire : les « grands hommes » d’une part, les « idées » de l’autre, voilà le plus clair de ce que nous connaissons de l’évolution humaine. C’est pourquoi, je m’efforcerai de tracer, au moins sommairement, le cadre de l’activité des croyants au xvie siècle.

  • 374 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 118, 260. — J. Lyna, De protestansche revolutie te Hasselt, dans les (...)
  • 375 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 2e s., t. viii, p. 118. — La crise était d’ailleurs g (...)
  • 376 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 143 v° ; vol. 114, fos 39, 104, 200, 203. — É. Poncelet(...)
  • 377 Munters, ms. c., f° 139 (église de Gangelt, brûlée le 19 juin 1543). — Conclusions capitulaires, v (...)
  • 378 Munters, ms. c., f° 106 (Alken, 1540).
  • 379 Son cadavre fut exposé, dans le but de stigmatiser le suicide ; cfr Munters, ms. c., f° 120 (Lumme (...)
  • 380 Chambre des comptes, vol. 15465, f° 163 (Fleurus, 1526).

100« L’éveschié est fort mis à l’arrière et grandement endebté », écrit, en 1541, Marie de Hongrie374, qui aurait pu en dire autant des Pays-Bas375. Les pauvres ont faim, la vie est chère376, les armées alliées ou ennemies pillent les villages, brûlent les moissons, apportent la désolation et la peste377. On voit alors une jeune veuve, mère de plusieurs enfants, mettre fin à ses jours378 ; une autre malheureuse créature se poignarde, ne pouvant supporter une disette excessive379 ; « ung pouvre valeton, mennant la charrue, se désespérât par pouvreté, se pendit et estranglat luy-mesme à ung pety arbrisseal »380. La généralité des faits de ce genre me paraît suffisamment établie par l’abondance des renseignements que j’ai pu recueillir, à ce sujet, dans les archives du temps.

  • 381 C’est une question importante que celle de la nature de la bienfaisance dans nos pays au début de (...)
  • 382 Van Hove, o. c., p. 136, 137.
  • 383 Dans la principauté et dans le Brabant ; cfr Acta et decreta..., chap. 7.
  • 384 Le 19 novembre 1547, un mandement épiscopal ordonnait au magistrat communal de Huy de surveiller l (...)
  • 385 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 159 (Oleye, 1537) ; vol. 26, f° 70 (Jemeppe-sur-Meuse, 1539) ; (...)
  • 386 Officialité. Sentences, vol. 29, f° 83 (Wintershoven, 1544).
  • 387 Guillaume Petri, desservant de Bilsen, pour réparer son église, avait pris un arbre dans les biens (...)
  • 388 Registrum concernens penitentias..., p. 2 (1547), p. 30 (1553).
  • 389 Ms. c., p. 2 (1547).

101Pour soulager tant de misères, la charité, publique ou privée, religieuse ou laïque venait au secours des indigents, des faibles et des malades. Dans chaque paroisse, une Table des pauvres, dite aussi Table du Saint-Esprit, centralisait les efforts de la communauté pour le soulagement de ses membres ; chaque Table constituait donc un bureau de bienfaisance paroissial, mais de caractère communal et laïque381. Le concordat de 1541 avait reconnu à l’évêque le simple droit de contrôler la gestion de l’assistance confiée aux laïques382. En 1548, les Statuts synodaux de Liége, qui s’inspirent du même esprit, conféraient à des délégués épiscopaux le soin de visiter les établissements de bienfaisance383 ; les autorités ecclésiastiques concourreront en outre au service régulier des œuvres charitables, mais sans en usurper la direction384. L’official du diocèse punit les « mambours » ou administrateurs des Tables des pauvres qui ont négligé leurs devoirs385, surveille les distributions de pains386 ou interdit au curé de prélever quoi que ce soit des biens des pauvres, fût-ce même pour l’église387. De son côté, l’archidiacre sévit contre ceux qui retiennent les revenus affectés à l’assistance388, ou qui se font rappeler à l’ordre pour répartir un muid d’épeautre dû aux indigents le jour du Vendredi-Saint389.

  • 390 É. Poncelet, Les bons métiers de la Cité de Liége, dans le Bulletin de l’Institu archéologique lié (...)
  • 391 Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. iii, p. 271.
  • 392 M. Bourguignon, Inventaire des archives de l’Assistance publique de Louvain, p. xviii, xix, Tongre (...)
  • 393 Gobert, o. c., t. i, p. 501.

102Dans les villes, l’autorité communale intervint encore davantage dans la direction des entreprises de bienfaisance, aidée par les métiers qui avaient chacun leur caisse des pauvres390. Quelques traits méritent d’être retenus. Vers 1541, le magistrat de Dinant offrit une « pitance » de l’hôpital de Saint-Jean-Baptiste à Nicolas Godart, chirurgien, à condition de soigner gratis les malades pauvres de la ville391. A la même époque, un règlement communal de Louvain déterminait le rôle des Tables du Saint-Esprit : établi pour réprimer la mendicité, il érigeait le paupérisme à la hauteur d’une institution, et provoquait une augmentation considérable des dépenses392. A Liége, l’Aumône de la Cité, qui jouait un rôle considérable, recevait ses statuts de la « généralité », c’est-à-dire du magistrat urbain393.

  • 394 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 66 v°.
  • 395 Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin..., t. xlix, p.141, n. 2.
  • 396 Gobert, o. c., t. iii, p. 534.
  • 397 Berlière, Recherches historiques sur Gosselies, t. i, p. 214, Gembloux, 1926.
  • 398 Bormans, Répertoire..., p. 367. — Le prieur Jean de Lymborch, dont le Chapitre se plaignait, fut e (...)

103Il y avait, dans le diocèse de Liége, un nombre considérable d’hôpitaux, d’hospices, de lazarets ou de « maladreries ». Dans plusieurs de ces établissements, le besoin d’une réforme se faisait sentir. Le 13 avril 1540, le Chapitre cathédral ratifia les statuts du Grand Hôpital de Bois-le-Duc394. En 1541, Corneille de Berghes donna un règlement aux lazarets de Tongres, Saint-Trond et Hasselt395. En 1542, Gédéon van der Gracht consacra la chapelle de l’hospice de Sainte-Agathe, à Liége396. En 1544, l’hôpital Saint-Jacques, de Gosselies, n’était plus entretenu décemment ; les « mambours » des pauvres dénoncèrent cette négligence au magistrat qui leur confia le soin d’y apporter les remèdes nécessaires397. En 1545, le Chapitre de Saint-Lambert se préoccupa de rappeler au respect des statuts les administrateurs de l’hôpital liégeois de Saint-Mathieu-à-la-Chaîne398.

  • 399 Lyna, De gesta..., p. 181, 182.
  • 400 Creemers, o. c., p. 500.
  • 401 Campan, o. c., t. i, p. 390.
  • 402 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 341.
  • 403 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 346.
  • 404 Bormans, o. c., p. 244, 246.
  • 405 Munters, ms. c., fos 142 v°, 143, 145 v°.
  • 406 Munters, ms. c., f° 146 v°.
  • 407 Gobert, o. c., t. iii, p. 547.
  • 408 Straven, o. c., t. ii, p. 440.
  • 409 Mandements et cris du perron (1555-1557), f° 124 v° (d’après le manuscrit des Régestes de la cité (...)
  • 410 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 393.
  • 411 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Archives ecclésiastiques, n° 14558 : « Relevé avec noms (...)
  • 412 Aigret, o. c., p. 110.
  • 413 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 77.
  • 414 Aigret, o. c., p. 110. — Brouwers, Cartulaire de la commune de Namur, t. iv, p. 5. — Papiers d’Éta (...)
  • 415 Baix, Fragments d’une chronique..., p. 55.
  • 416 de Ryckel, Histoire de la ville de Herve, p. 39, Liége, 1906.
  • 417 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 234, 235.— Bormans, o. c., p. 384, 387.— Chapeaville, o. c. (...)
  • 418 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 261. — Bormans, o. c., p. 387.

104On apprécie d’autant mieux l’intérêt porté aux hôpitaux que l’on peut dénombrer les épidémies, qui, presque chaque année, affligeaient les populations et faisaient beaucoup de victimes. En 1538, la peste régnait à Stockheim399, en 1539, la « suette » à Maestricht400 ; à Louvain, en 1540, les malades, obligés de s’écarter des bien portants, se réfugièrent dans les tours de l’enceinte401 ; en 1541, le prince-évêque édicta diverses mesures de salubrité publique dans le dessein d’empêcher l’épidémie de s’infiltrer dans la capitale402 ; en 1542, un nouvel édit spécifiait que ceux qui avaient vécu avec des pestiférés devaient se soumettre à quarante jours d’isolement avant de reprendre leurs occupations habituelles403; en 1543, la peste faisait rage à Liége404, à Maestricht, Curange, Sittard et Ruremonde405, et, en 1544, à Peer, Genck, Hasselt et Bilsen406 ; en 1545, une recrudescence du mal déterminait les villes de Liége407 et de Saint-Trond408 à prendre des mesures plus strictes pour éviter la contagion ; en 1546, un « cri » du perron renouvelait les mesures d’hygiène imposées antérieurement aux Liégeois409 ; en 1547, une ordonnance significative de l’empereur défendait de porter le costume de lépreux sans y avoir été autorisé par des « visiteurs » compétents410 ; cette injonction, qui dévoile les avantages de la vie oisive des lépreux mendiants, fait allusion à l’office des léproseries, telles Cornillon à Liége ou Ter-Banck près de Louvain, spécialisées dans l’identification de la terrible maladie411 ; à Namur, en 1549, un nouvel hôpital dédié à saint Roch, fut ouvert aux pestiférés412 ; en 1550, Georges d’Autriche accordait des lettres à une lépreuse d’Ougrée, contre les habitants de cette paroisse qui avaient refusé de verser leur quote-part de la subvention accordée à cette malheureuse par la communauté413 ; de 1554 à 1556, la peste réapparut à Namur414, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse415, à Herve416 et à Liége417, à tel point que les écoliers de la cathédrale durent être licenciés418.

  • 419 Bonenfant, Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance..., dans la Revue belge d (...)
  • 420 Bormans. Répertoire..., p. 245.— Un règlement communal de Saint-Trond, le 14 octobre 1538, fixait (...)
  • 421 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2° s., t. i, p. 116, 124, 235, 242. — Chapeavi (...)

105Ce n’était pas tout de secourir les indigents et d’hospitaliser les malades ; les transformations industrielles, commerciales et agricoles dues au développement du capitalisme avaient multiplié dans une proportion inouïe le nombre des mendiants et des vagabonds419. Pour parer au plus pressé, la bienfaisance cédera le pas à la répression, afin de protéger les gens paisibles des atteintes du vagabondage, qui frise parfois le brigandage. Une permission de mendier deux fois par semaine, accordée par le Chapitre cathé-dral en 1543, pourrait faire croire que la mendicité était interdite ou, tout au moins, étroitement bridée420. Il n’en était rien : tout l’effort consistait à protéger les mendiants de chaque paroisse et de chaque ville à l’exclusion des mendiants étrangers, réputés à priori vagabonds, et plus ou moins assimilés aux « Égyptiens », « mauvais garçons », « boutefeux » et autres indésirables421.

  • 422 L. Lallemand, Histoire de la charité, t. iii, p. 353 sv., Paris, 1904.— Henne, o. c., t. v, p. 220 (...)
  • 423 Lahaye, Cartulaire de la commune de Dinant, t. v, p. 4, Namur, 1899.
  • 424 Schoolmeesters, o. c., p. 33. — Au quinzième siècle, les curés devaient rappeler à leurs paroissie (...)
  • 425 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 1re s., p. 576.
  • 426 S. d. Cfr Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia epis-copi et officialis (148 (...)
  • 427 Commission, s. d., de Corneille de Berghes pour Dominique de Portenariis, lombard à Diest ; cfr Co (...)
  • 428 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 56 v° (1552), f° 116 (1553) ; vol. 41, f° 104 (1554).
  • 429 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 33.
  • 430 Gobert, Lombard repentant, dans Leodium, t. xiv, p. 119.
  • 431 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. vi, p. 467. — Gobert, Liége à travers les â (...)
  • 432 Pirenne, o. c., t. iv, p. 447. — Gobert, o. c., t. i, p. 510.

106Je rattache à la lutte contre le paupérisme et le vagabondage quelques indications concernant les Tables de prêts, qui ont longtemps tenu lieu de Monts-de-piété422. Les lombards exigeaient des emprunteurs un intérêt de douze à quarante-deux pour cent. A Dinant, cet intérêt était même encore plus élevé423. Les Statuts synodaux de 1288424, confirmés par des ordonnances de Jean de Heinsberg425 et d’Érard de la Marck426 avaient voulu y mettre bon ordre, mais la crise et les dettes donnaient trop d’occasions de petits et de gros profits aux usuriers427. Plusieurs furent condamnés par l’official428 ; excommuniés, ils étaient mis au ban du troupeau fidèle : l’on vit, en 1548, le curé de Saint-Étienne, à Liége, puni pour le seul fait d’avoir donné la communion au trop célèbre usurier Bernardin Porquin429, qui n’avait pas encore amendé sa vie430. L’archidiacre Torrentius s’efforça dans la suite de remédier aux désordres provoqués par l’usure en instituant un véritable Mont-de-piété, puisque le concile de Trente venait d’en faire une œuvre pie431. Il échoua ; en 1622 seulement, son projet, repris en de meilleures circonstances, put être mené à bonne fin432.

  • 433 Munters, ms. c., f° 61 v°.
  • 434 Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 155 v°.
  • 435 C. Vanderstraeten, De Augustijnen en hun klooster te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te (...)
  • 436 Daris, o. c., p. 250.
  • 437 Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 152.
  • 438 Ceyssens, Histoire de la paroisse de Visé, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du d (...)
  • 439 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 101 v°.
  • 440 Bourguignon, o. c., p. xciv, xcv.
  • 441 Bourguignon, o. c., p. xciv.

107Les âmes généreuses ne laissaient pas aux services publics tout le mérite de la charité. Corneille de Berghes lui-même fit distribuer aux pauvres de Curange soixante aunes de drap noir qui avaient décoré Saint-Lambert pour les funérailles du cardinal de la Marck433. Georges d’Autriche, par son testament, légua des vêtements funèbres à cinquante pauvres honnêtes des « vinâves » de la Cité, à condition que les bénéficiaires de ces largesses assistent à ses obsèques434. En 1552, année de misère, le prieur des ermites de Saint-Augustin de Hasselt faisait donner l’aumône, le mercredi et le vendredi, à tous les indigents qui frappaient à la porte du couvent435. Vers 1557, l’abbé d’Averbode secourait de la même façon plus de deux mille pauvres436. De simples particuliers manifestaient une générosité non moins digne d’éloges : un échevin de Liége, désireux d’attirer la foule à la messe dite chaque jeudi en l’honneur du Saint-Sacrement à Sainte-Aldegonde, ordonna, vers 1538, d’y faire à perpétuité une distribution de pain aux miséreux « sans que prélats, curés, gens d’Église, mambours ou autres ayent à co-gnoistre ne soy à entremesler »437. En 1545, Gilles Stassin, chanoine de Visé, légua « tous les vendredi de quaresme, à traize pouvres personnes et manaiges, à chascun une miche de pain d’une livre pesant et un hérang et une pinte de poids pour le potaige et, s’il y a reste, il faudra continuer les vendredis après Pâques »438. Un mandement épiscopal du 19 novembre 1547 rendait hommage aux généreux bienfaiteurs des indigents hutois439. En 1551, Arnoul van Halvermeylen, secrétaire de la ville de Louvain, fonda par testament un hospice pour sept vieilles femmes, bénéficiant chacune d’un logement distinct et d’un secours mensuel en argent440. Son exemple fut suivi en 1555 par Louis van Heylewegem, fondateur d’un second hospice destiné à six vieillards et à une vieille femme441. Enfin, nombre de fondations de messes prescrivaient, à la fin de l’office, une distribution de pain aux pauvres ; il en allait fré-quement de même après les enterrements de personnes notables ou aisées.

  • 442 Pour l’enseignement secondaire, voir Tihon, o. c., p. 274 sv., et ce que j’ai dit plus haut des jé (...)
  • 443 Tihon, o. c., p. 273.
  • 444 L’édit impérial du 7 octobre 1631, qui organisait l’assistance publique, astreignait les enfants d (...)
  • 445 Tihon, o. c., p. 274. — Daris, o. c., p. 238.
  • 446 Silveryser, Godefroid Wendelen, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lviii, p (...)
  • 447 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 230, 307.
  • 448 Sur la question controversée des origines de l’imprimerie liégeoise, voir Tihon, o. c., p. 284.
  • 449 Daris, o. c., p. 234. — Gobert, L’imprimerie à Liége..., dans le Bulletin de l’Institut archéologi (...)
  • 450 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.

108L’instruction du peuple relevait, plus étroitement que la bienfaisance, de l’influence de la paroisse ; elle était confiée aux écoles paroissiales dirigées par un maître en titre ou par le sacristain de la paroisse, parfois même par le vicaire442. Ce que valait cet enseignement et quels étaient ses fruits, nous ne pouvons que le deviner. L’instruction n’était ni universellement gratuite443, ni absolument obligatoire444, et la liberté d’enseignement n’était pas complète445. Les écoles étaient austères : celle d’Herck-la-Ville ouvrait ses portes avant six heures du matin446. Dans les Pays-Bas, Charles-Quint surveillait de près les maîtres ; il indiqua même les livres à utiliser dans les classes447. Georges d’Autriche, dans ses Statuts synodaux, avait promis de donner aussi la liste des livres scolaires convenables, initiative particulièrement opportune puisque tous les livres étaient imprimés sans la surveillance de l’évêque, la principauté ne possédant pas d’imprimerie avant 1556448 ; ce document, — s’il a existé, — ne nous est pas parvenu449. D’ailleurs, il semble que les instructions de Charles-Quint elles-mêmes aient été rapidement oubliées ; en 1555, Georges d’Autriche pouvait, en effet, écrire à l’empereur : « Touchant les escoles où l’auctorité m’appartient, j’en feray le debvoir que vostre majesté désire, mais pour en estre d’autant mieulx assuré, soubs correction, me sembleroit expédient qu’il fût dit et enseigné de quelz libvres les maistres porront user sans qu’ilz soient à chascun parmis en fère à sa fantazye et plaisir, dont la jeunesse ne reçoit petit dommage et n’y pert peu de temps, que mieulx vaudroit conduire par moyens et voyes uniformes sans aus dicts maistres laisser telle liberté en ceste multitude et variété de libvres qui croît jornellement par où la pluspart des dicts maistres qui s’employent à monstrer la jeusnesse font principalement debvoir l’apprendre en disciplines sans leur donner enseignement des fondementz de nostre saincte foy et créance, de sorte qu’après avoir estudié plusieurs années ilz se retreuvent bien sobrement appriz en la foy et religion ; dont me sembleroit fort requis et nécessaire qu’il se feit ung concept d’institution et cathécisme où seroyent contenus les fondementz de nostre dicte foy pour selon ce aprendre et instruire la dicte jeusnesse qui, par ce, s’y retreuveroit tant plus ferme et fondée »450.

  • 451 Chez Luc Bellère. — Cet ouvrage, que de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 2, attribue à saint P (...)

109Cette lettre curieuse amène à souligner l’ignorance religieuse des laïques, plus grande encore, comme il est naturel, que celle des prêtres. Il faut sans doute établir une corrélation entre le catéchisme, souhaité par Georges d’Autriche en 1555, et la « Summa doctrinae christianae in usum christianae pueritiae », imprimée à Liége en 1557 et qui répondait parfaitement au désir du prince451. Le diocèse possédait dès lors son premier catéchisme.

  • 452 Redlich, o. c., t. ii, p. 598.
  • 453 Fairon, Un dossier..., p. 142. — Van Veen, o. c., dans les Publications..., t. xli, p. 331. — Redl (...)
  • 454 Registrum concernens penitentias..., p. 3 (Vliermael, 1547). — Rahlenbeck, Les pays d’Outre-Meuse. (...)
  • 455 Je rappelle les prédications à Liége des saints Pierre Canisius et Pierre Lefèvre, du père de Somm (...)
  • 456 Marcel, o. c., t. i, p. 169. — Hartzheim, o. c., t. vi, p. 272. — Vers 1470, des mandements généra (...)

110La prédication constitue un moyen précieux de remédier à l’ignorance religieuse du peuple ; encore faut-il que les prêtres soient capables de bien prêcher : « Indoctus pastor, rudes et errantes oves », dira mélancoliquement un partisan de la Réforme catholique452. Parfois, les prédicateurs, séculiers ou réguliers, annoncent l’évangile de Wittenberg et non celui de Rome453 ; parfois, les auditeurs protestent contre les paroles de leur pasteur et troublent son enseignement, ce qui leur vaut une pénitence du juge spirituel454 ; mais d’autres prédications, surtout les prêches de carême, remportent un franc succès455 malgré les faiblesses de la chaire chrétienne : « l’emphase, l’abus des citations profanes ou même scripturaires, celles-ci prises souvent dans des sens d’une accommodation fantaisiste et déplacée, l’abandon du terrain dogmatique, les allusions personnelles, les attaques virulentes, un langage tantôt trivial, tantôt scolastique et inintelligible au commun de l’auditoire, voilà quelques-uns de ses défauts sans parler de l’abus d’un thème intéressé, celui des annonces de quêtes et de demandes d’argent »456.

  • 457 Voir p. 174.
  • 458 P. Hermant et D. Boomans, La médecine populaire, passim, Bruxelles, 1926. — E. Polain, La vie à Li (...)
  • 459 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 431, 432. — Foullon, o. c., t. ii, p. 259.
  • 460 Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, f° 71.

111Ignorant des vérités de sa foi, le peuple sombrait presque fatalement dans la superstition. J’ai dit plus haut les poursuites intentées par l’official et les archidiacres contre les devins, diseurs et diseuses de bonne aventure et leurs victimes457. La superstition revêtait toutes les formes : les uns expliquaient les maladies par les « sorts », les autres les guérissaient par des prières singulières qui n’avaient rien de liturgique et souvent même n’avaient pas de sens du tout458. La crédulité n’était pas moins grande. En 1554, « environ la vesprée, vint une femme à une fosse de houlles nomée la fosse de Maire, disant que une femme par elle incognue s’estoit à elle apparue et luy avoit commandé de dire aux ouvriers que tous sortissent hors de la fosse et laissassent l’ouvraige et fisent péni-tance en allant à Sainct-Léonard, car le monde finiroit : de quoy les ouvriers espouvanteis et esmeus sortirent tous hors, allèrent à Saint-Léonard avecques aultres à qui ils avoient dict telles nouvelles, aulcuns tous nuds, aulcuns en leurs chemises et les aultres à pieds nuds, tellement que aulcuns de la Cité se mirent à faire le mesme voyaige, et estoit la presse si grande tant à l’entrée de l’en-glieze que par les rues de Sainct-Léonard que l’ung ne pouvoit passer pour l’autre, et dura ainsi jusques à dix heures du soir, que les portes furent à ceste occasion fermée. Et fut trouvé depuis que la femme messagière estoit folle et innocente »459. Que l’on ne croie pas que le vulgaire seul ait montré tant de naïveté : la crainte superstitieuse était générale. Même les moines du Val-Saint-Lambert virent du surnaturel dans la foudre qui consuma la tour de leur église en 1557 ; « ils eurent recours, dit un chroniqueur ecclésiastique mieux averti, aux exorcismes aussi à la mode que les censures »460.

112Après ce bref aperçu de la vie sociale et intellectuelle du peuple de Liége durant le xvie siècle, venons-en maintenant à l’étude de la paroisse, qui rentre plus directement dans notre sujet.

  • 461 Munters, ms. c., f° 87 (Curange, 1539). — Pour les annonces paroissiales, le curé devait les faire (...)
  • 462 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 107 v°.

113Sous l’ancien régime, bien plus que de nos jours, la paroisse était le centre premier de la vie chrétienne, la cellule religieuse par excellence. C’était à la paroisse qu’appartenait ce qui correspond à notre état-civil ; c’était autour de l’église paroissiale que s’étendait le cimetière ; c’était dans l’église même que l’on annonçait les ordonnances de la commune461 ou que les paroissiens se réfugiaient à l’approche des ennemis462 ; enfin, le curé était l’arbitre naturel des fidèles, leur conseiller, leur protecteur. Mais, pour le peuple, la paroisse représentait aussi la dîme à payer, les prestations à fournir, le casuel à respecter.

  • 463 Laenen, La dîme ecclésiastique dans le droit local du Brabant, dans La Vie diocésaine, t. v, p. 57 (...)
  • 464 Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. i, p. 337 ; t. ii, p. 213 ; t (...)
  • 465 U. Berlière, Recherches historiques sur la ville de Gosselies, t. i, p. 8.
  • 466 Berlière, o. c., t. i, p. 16, 17.
  • 467 R. Ulens, La communauté de Grand-]amine sous l’ancien régime, dans L’Ancien pays de Looz, t. xiii, (...)
  • 468 É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. ii, p. 129.
  • 469 Parfois, le décimateur était généreux ; cfr Bormans, Répertoire..., p. 367.

114La dîme, impôt cultuel à percevoir en nature sur les produits de la terre, ne revenait cependant pas tout entière au curé. Des dé-cimateurs, Chapitres, abbayes ou autres, la percevaient, le plus souvent à charge d’en abandonner une partie au curé463. Les droits et les devoirs respectifs des curés, des décimateurs et des paroissiens étaient fixés par les « records » des doyennés464 ; à Gosselies, l’abbé de Liessies, qui levait la dîme, devait payer les émoluments du curé et du clerc, fournir les ornements, les livres, les cierges, entretenir la sacristie, la nef, la tour, le chœur et pourvoir l’église d’une cloche « si grande qu’on la pourroit ouyr par tout le dismage » ; la dîme pouvait être affermée : l’« obtenteur » devait, en ce cas, satisfaire aux obligations du décimateur465. Lorsque son église fut incendiée, en 1554, par les soldats de Henri II, l’abbé de Liessies — c’était alors le saint prélat Louis de Blois, — malgré sa piété et son zèle, chercha à réduire aux dépens des paroissiens les charges nouvelles qui lui incombaient ; en 1556 encore, l’église était dans un état de délabrement extrême, et il fallut attendre de longues années avant d’obtenir satisfaction466. A Grand-Jamine, les Chapitres liégeois de Saint-Lambert et de Saint-Materne, percevaient toute la dîme et ne remettaient au curé que quatre-vingts florins « in subsidium competentiae »467. A Heur-le-Tiexhe, le décimateur, qui était le Chapitre de Sainte-Croix, refusait de fournir à l’église du lieu des ornements, le calice et le missel468 : dès lors, ces obligations incombaient à la communauté qui ne les acceptait qu’en rechignant, lorsque la fabrique manquait de biens469.

  • 470 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 187 v° (Eygenbilsen, 1538) ; f° 188 (Saint-Séverin-en-Condroz, (...)
  • 471 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 16.
  • 472 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 3 : « ... fatetur quod convertit ligna donata ad usum depingen (...)
  • 473 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 54 (Zonhoven, 1546) ; vol. 35, f° 57 (Montegnée, 1548) ; vol. (...)
  • 474 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 354 ; t. vi, p. 316, 359. — Redlich, o. c., (...)

115Chaque église paroissiale avait ses « mambours » qui géraient ses propriétés et veillaient à faire rentrer ses rentes. Les « mambours » étaient étroitement surveillés par les procureurs de l’official et par les curés ; s’ils se montraient négligents, le juge les condamnait à de petites pénitences pour réchauffer leur zèle470. En 1546, les « mambours » de Walhain-Saint-Paul avaient ouvert un tronc de l’église, ce qui n’avait plus été fait depuis quarante ans ; ils avaient agi à la demande du maïeur et avaient affecté à l’usage de l’église la petite somme des offrandes ; mais le curé se plaignit à l’official de n’avoir pas été consulté : le juge lui donna raison en envoyant les « mambours » faire le pèlerinage de Saint-Hubert471. A Meeuwen, en 1551, un « mambour », chargé de faire exécuter pour l’église une peinture, s’était approprié le bois destiné à la recevoir ; le fait n’échappa point au procureur fiscal qui fit attester par le peintre que le matériel destiné à l’église avait été remplacé472. Quant aux paroissiens qui refusaient de payer la dîme, ou qui tardaient à se mettre en règle ou, plus simplement, qui encourageaient les mauvais contribuables, ils étaient condamnés par l’official ou par l’archidiacre473. Dans les Pays-Bas et dans le duché de Juliers, la perception des dîmes n’allait pas non plus sans récriminations, car la misère était grande et les décimateurs intraitables474.

  • 475 J. Deweert, Jours nataux, jamas, temporats, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. xi (...)
  • 476 Berlière, Recherches historiques sur la ville de Gosselies, t. i, p. 87.
  • 477 A. Hansay, Hasselensia, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 217, Hasselt, 1933.
  • 478 P. Daniels, Quelques notes historiques sur Cosen, dans L’Ancien pays de Looz, t. vi, p. 76, Hassel (...)
  • 479 Lyna, De gesta..., p. 179, 193.
  • 480 Gachard et Piot, o. c., t. ii, p. 274, 275. — Daris, o. c., p. 137. — Coutume semblable à Luxembou (...)

116Les curés, qui ne profitaient de la dîme qu’indirectement ou pour une part, avaient droit, selon la coutume, à d’étranges « oblations », appelées les « jamas ». Ces dons en nature, — absolument distincts de la dîme presbytérale et du casuel, — étaient offerts aux prêtres aux grandes fêtes de l’année, à Noël, à Pâques, à la Pentecôte475. A Gosselies, pendant la grand’messe de Noël et de Pâques, le « mambour » des pauvres présentait au célébrant, aussitôt après l’élévation, un pain blanc qu’il déposait sur l’autel476. A Hasselt, lors des quatre fêtes principales de l’année, tous les chefs de famille étaient tenus de payer trois sous de bonne monnaie au curé ou à son remplaçant477. A Cosen, le curé recevait annuellement de chaque maisonnée deux pains de la grandeur de « cinq hors d’une mesure »478. A Curange, le jour de la Pentecôte, la com: munauté offrait au curé, après la communion de la grand’messe deux florins et demi de Hasselt ; les paroissiens extraordinaires donnaient selon leur rang ; pour chaque jour de grande fête, toutes les familles devaient un « oert » de Brabant ; à Pâques, des « oblations » semblables étaient présentées au curé, mais à l’offertoire de la messe479. Il me semble permis de rapprocher de ces modestes dons, l’offrande que Charles-Quint fit à Saint-Lambert, en 1544, le jour de l’Épiphanie, d’«or, myrrhe et encens en trois coupes »480.

  • 481 Une satire de la fin du xve siècle, mais publiée de nouveau avec l’agrément de Luther, détaille le (...)
  • 482 Les indigents obtiennent réduction ou gratuité. Le recours au texte montre qu’il ne s’agit pas ici (...)
  • 483 A Peer, le curé recevait trente-et-un florins pour cinquante-trois messes célébrées aux frais de l (...)
  • 484 de Louvrex, o. c., t. i, p. 435. — Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgiqu (...)
  • 485 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 9. — Comparer à un acte de l’archidiacre de Brabant, s. d., du (...)

117Les curés n’auraient pu vivre le plus souvent avec leurs revenus augmentés des « jamas ». Aussi l’on comprend que la pauvreté les ait poussés à attendre du casuel leur pain de chaque jour. C’est dans la pauvreté des curés, surtout des desservants, qu’il faut trouver une explication et une excuse à l’âpreté qu’ils manifestèrent parfois481. Le cas de Hasselt est typique. Le desservant de cette paroisse était peu payé par son curé, qui dépendait lui-même de l’abbaye collatrice de Herckenrode ; aussi, un accord, ratifié par le magistrat de Hasselt en 1520, permit-il au desservant de percevoir, pour la célébration d’un mariage, sept sous de bonne monnaie et deux cierges, pour l’administration du viatique, trois sous de bonne monnaie482. Ce tarif est certes déplaisant, mais la gratuité de l’administration des sacrements, rappelée par l’un ou l’autre mandement, cédait devant la coutume des offrandes, spontanées au début, puis traditionnelles, enfin, réglementaires. Les honoraires des messes n’étaient pas fixés ; ils correspondaient sans doute au prix d’une journée d’ouvrier, comme il a été constaté en d’autres diocèses483. La Paix de Saint-Jacques, en 1487, avait ordonné que les obsèques des indigents se fissent sans frais484, mais celles des bourgeois et des artisans coûtaient beaucoup à leurs héritiers ; en 1548, à Russon, le curé ne parvenait pas à se faire payer ses droits d’obsèques et ses honoraires de messes : un jugement de l’official obligea ses paroissiens à lui donner un florin de Brabant485.

  • 486 1553 ; cfr Brouwers, Les aides... de Namur au xvie siècle, p. 68.

118On comprend dès lors que l’estimation d’une cure ne se soit pas faite seulement d’après le traitement du curé ou l’importance de la dîme, mais parfois aussi selon les revenus du casuel. Un compte du temps dit de l’église de Nivelles qu’elle « vault, par an, gros anniversaires, espousailles, funérailles, offrandes et tous accidens, quatre-vingt-dix livres, dix-neuf sous »486.

  • 487 Acta et decreta..., chap. 11. — G. Simenon, Le baptême et la confirmation dans l’ancien droit eccl (...)
  • 488 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 67 v° (1539).
  • 489 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 53 (1552).

119Les cérémonies paroissiales, et particulièrement celles qui entouraient l’administration des sacrements, étaient réglées par le Rituel de 1553 ou par d’antiques traditions. Le Rituel avait réservé une large place aux rites du baptême, tandis que les Statuts synodaux de 1548 s’étaient contentés de limiter à cinq le nombre des parrains ou marraines487. Une discipline stricte devait être observée dans l’administration du sacrement : un prêtre, qui avait transporté l’eau baptismale dans la chapelle d’un château, fut puni par Tofficial488 ; un autre fut gravement condamné pour avoir omis, par inadvertance, de faire couler l’eau sur la tête de l’enfant489.

  • 490 Simenon, o. c., p. 80 sv.
  • 491 Munters, ms. c., fos 139, 152 v°.

120Il n’y a rien au sujet de la confirmation dans les Statuts ni dans le Rituel de Georges d’Autriche ; les règles concernant ce sacrement remontaient à Jean de Flandre490. On sait que les évêques auxiliaires parcouraient le diocèse et confirmaient tous ceux qui se présentaient, à partir de l’âge de sept ans : en 1543, Gédéon van der Gracht confirma à Hasselt, dans l’église de Saint-Quentin ; l’après midi, il y avait tant de monde que la suite de la cérémonie eut lieu sur le grand marché ; l’année suivante, le prélat confirma de nouveau dans la région, mais à Herckenrode491.

  • 492 Acta et decreta..., chap. 9. — Avant ces Statuts, l’absolution des cas réservés appartenait unique (...)
  • 493 Officialité. Sentences, vol .33, f° 2 (1547). — Je suppose cependant que les fidèles pouvaient se (...)
  • 494 Paquay, Juridiction..., p. 36.
  • 495 Munters, ms. c., f° 113 v°.
  • 496 Redlich, o. c., t. ii, p. 522.
  • 497 Schayès, Histoire de l’architecture en Belgique, t. iv, p. 170. — Je suppose qu’à Millen notamment (...)

121Le sacrement de pénitence n’est pas étudié davantage dans le Rituel, et les Statuts de 1548 ne disent que quelques mots des péchés réservés, en accordant aux curés le pouvoir d’en absoudre492. Les paroissiens devaient, au temps de Pâques, se confesser à leur curé493 ; les curés à leur doyen494. Parfois, à l’une ou l’autre fête, les fidèles tenaient à s’approcher du tribunal de la pénitence : en 1541, à l’occasion d’une indulgence, tous les paroissiens de Curange se confessèrent495. Je ne connais qu’un cas de confession collective ; il se présenta, en 1550, à Millen, dans le duché de Juliers, et décèle l’influence du protestantisme chez le curé, d’ailleurs un concu-binaire496 ; il est vraisemblable que peu d’églises du diocèse possédaient alors un confessional, l’usage de ce meuble, qui par sa présence même rappelait la règle de la confession individuelle, ne s’étant introduit dans nos pays qu’au cours du xvie siècle497.

  • 498 Simenon, o. c., p. 140.
  • 499 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 244 v°. — On voit par ce trait que la discipline était satisfa (...)
  • 500 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 97 v°.

122Quant à l’extrême-onction, tout un chapitre du Rituel lui est consacré498. En 1538, un curé, qui avait laissé mourir une de ses paroissiennes, sans lui administrer ce sacrement, fut condamné à un pèlerinage499 ; en 1542, un autre curé, ne parvenant pas à ouvrir les ampoules contenant l’huile bénite, les jeta par terre sans autre formalité : il fut astreint à distribuer trois setiers d’épeautre aux pauvres de sa paroisse500.

  • 501 A Heinsberg, en 1550, les autels étant conférés à des jeunes gens, plusieurs messes fondées n’étai (...)
  • 502 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 60 (1550).
  • 503 J. Freson, o. c., dans les Annales du Cercle hulois..., t. vii, p. 136.
  • 504 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, fos 9, 31, 46, 47 v°, 55 v°, 161 v°. — P. Frédérics, o. c., t. v, (...)
  • 505 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 23 v° (1546).
  • 506 Officalité. Sentences, vol. 24, f° 166 v° (1537) ; vol. 42, f° 31 (1555).
  • 507 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 2 (1547). — Pour l’âge, voir les prescriptions du concile de C (...)
  • 508 Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, liasse 715 : enquête contre Daniel de Maldonade, e (...)
  • 509 Redlich, o. c., t. ii, p. 96. — L. Lahaye, o. c., p. 120. — Berlière, Recherches ...Gosselies, t. (...)
  • 510 Munters, ms. c., f° 114.
  • 511 Gobert, t. iv, p. 138. — Lahaye, o. c., p. 121, 122.
  • 512 Voir p. 232.

123Des prescriptions sévères rappelaient aux prêtres comme aux fidèles le respect dû à l’eucharistie. Le prêtre devait veiller à dire toutes les messes pour lesquelles il était payé501, à ne pas renverser le calice502, à porter la chasuble et les ornements requis503 et à ne consacrer que sur l’autel de l’église : pour célébrer la messe dans une maison privée ou sur un autel portatif, pour biner, ou encore pour se servir du calice d’un prêtre excommunié, une dispense était requise504. Lorsque le Saint-Sacrement était porté en viatique, le prêtre revêtu de la chape505 devait être escorté du sacristain portant une lanterne et une clochette506. Les fidèles devaient faire, dès l’âge de discrétion, la communion pascale dans leur paroisse507 ,à Namêche, nous voyons un paroissien apporter à l’église « une serviette de linge pour administrer sa dicte espeuse », le jour de Pâques fleuries508. L’usage d’offrir une coupe ou une « pipe » de vin, le vin des ablutions, à ceux qui venaient de communier, était général dans le pays509. Le nombre des communions est rarement connu : à l’occasion d’une indulgence prêchée à Curange en 1541, il y eut « beaucoup de communions », mais je ne sais quelle fut la proportion des abstentions510 ; pour la paroisse de Saint-Martin-en-Ile, à Liége, Gobert avance le chiffre de trois mille trois cents communions annuelles, ce qui me paraît beaucoup pour cette époque511 ; on a vu plus haut que des religieuses ne communiaient qu’une fois par quinzaine512.

  • 513 Voir p. 278.
  • 514 Simenon, Le sacrement du mariage dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ccclés (...)
  • 515 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 205 (1538), f° 239 v° (1538) ; vol. 25, f° 27 v° (1538), f° 15 (...)
  • 516 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 204 v° (1538) ; vol. 26, f° 22 v° (1539). — L’anneau aussi est (...)
  • 517 Officialité. Sentenes, vol. 30, f° 31 (1544). — Parfois aussi, l’official note que les promesses o (...)
  • 518 Pain.
  • 519 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 60 v° (1551).
  • 520 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 99 v° (1542).
  • 521 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 67 v° (1539); vol. 26, f° 1 bis (1539) ; vol. 27, f° 32 v° (15 (...)

124J’ai exposé, en parlant de la formation des prêtres, ce qui avait trait au sacrement de l’ordre513. Il me reste à rappeler la législation ecclésiastique du mariage514. Les Statuts synodaux de 1548 et le Rituel de 1553 avaient minutieusement réglé le cérémonial des fiançailles et du mariage. Les archives judiciaires abondent en détails curieux sur le symbolisme des promesses : ici, une pièce est brisée par le fiancé qui en offre une moitié à sa future femme515, là, un anneau est donné par l’homme516, ou un foulard517. Les formules varient peu ; en voici un spécimen : « Voz, Jehene, je vous prometz que je vous prendray en mariage et que jamay ne vous falleré quant deveroy gaingier pons518 sur mes deux genoulx pour vous à mangier »519. En voici une autre, que le prétendant prononça en posant la main sur son front, « supra caracterem sacri baptismatis » : « Je renonce à baptesme sy je te tromperoye ou abandonne pour nulle aultre femme qui soit en christinité »520. Malgré ces serments, nombreux étaient les procès intentés par les fiancées délaissées, qui, sans attendre la célébration du mariage « in facie Ecclesiae », étaient devenues mères. Les mariages clandestins, sans bans, sans témoins et hors de l’Église, n’étaient pas moins nombreux. Les prêtres ne pouvaient célébrer des mariages en temps clos, en dehors du temple paroissial, ou sans tenir compte des empêchements canoniques521.

  • 522 Acta et decreta..., chap. 10.
  • 523 Acta et decreta..., chap. 16.
  • 524 Registrum concernens penitentias..., p. 16 (1550), 46 (1556).
  • 525 Officialité. Sentences, vol. 37 f° 28 (1550).
  • 526 Officialité. Sentences, vol. 38, fos 49, 52 v° (1551).

125L’assistance à la messe du dimanche et des fêtes, obligation de précepte, fit l’objet de deux chapitres, assez inattendus, dans les Statuts synodaux de Georges d’Autriche. Tout d’abord, il était prescrit de ne pas distraire l’attention des fidèles, pendant la grand’messe, par la célébration d’autres messes522 ; ensuite, pour ne pas tenter les tièdes, les cabarets seraient fermés jusqu’à la fin de la dite grand’messe523. Le repos dominical devait être observé, sous peine de pénitences ecclésiastiques : défense était faite, les dimanches et les fêtes, de travailler dans son champ524, de faire un contrat525 et même de rendre la justice526.

  • 527 Munters, ms. c., f° 32 (1536). — Voir aussi, au n° xix des Pièces justificatives, le cas de cette (...)
  • 528 Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, p. 15.
  • 529 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 117. — Cas semblable, la même année, f° 122 : le curé condamné (...)
  • 530 Registrum concernens penitentias..., p. 37, 38.
  • 531 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 46 (1550).
  • 532 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 158. — Le 31 mai, f° 166, la peine fut réduite à la lecture du (...)

126Les infractions à la loi de l’abstinence, comme à celle du jeûne, devaient être assez rares, à en juger par l’importance des peines infligées aux contrevenants, et par l’étonnement que manifeste un prêtre averti, comme Christian Munters, devant ce délit527. Faire gras les jours maigres suffisait pour mettre en branle la justice laïque ou ecclésiastique. En 1538, pour avoir « donné esclandre aux commandemens de nostre mère la saincte Église », en mangeant « chaire ung vendredi publicquement », Jean Godet, de Bouvignes, fut condamné par l’échevinage de la ville à être mis au carcan pendant deux heures, un jour de marché, « portant sur son chief en escript le cas perpétré »528. A Liége, en 1542, quatre accusés prétendirent ignorer le précepte qu’ils avaient enfreint ; l’official les condamna à offrir aux frères-mineurs de la Cité un « mouton gras » ou sa valeur529. L’archidiacre, de son côté, obligeait à des aumônes des bourgeois d’Alken qui, en 1555, avaient oublié le carême530. L’histoire de ce paysan qui avait tué une poule, un vendredi, montre combien la surveillance était rigoureuse : dénoncé à l’official, notre homme eut à produire trois témoins affirmant qu’il n’avait pas mangé la poule le jour où il l’avait tuée531. Des prêtres même étaient dénoncés et convaincus : en mai 1539, le desservant de Gerdingen avoua avoir mangé de la viande un vendredi ; pour réparer sa faute, il fut astreint à l’abstinence complète jusqu’au prochain carême532.

127Il n’est pas difficile de relever, dans les archives judiciaires, des procès de moralité, très nombreux, intentés à des laïques, mais il me paraît impossible d’apprécier exactement la valeur moyenne du peuple. Je ne puis donc que donner quelques exemples de ces abus, par lesquels les laïques se montraient les trop fidèles imitateurs des vices de leur clergé, plus soucieux de l’intégrité de la foi que de la pureté des mœurs.

  • 533 Paquay, Juridiction..., p. 96. — Ceyssens, Les doyens..., p. 197 sv. — Lahaye, o. c., p. 87. — Le (...)

128Dans chaque concile, le doyen, assisté du clerc, forain de l’archidiacre, tenait, chaque année, un synode dans chaque église du doyenné ; les témoins synodaux, « scabini synodales », déposaient sur les cas notoires, appelés de ce chef cas synodaux. Les synodes paroissiaux étaient de véritables tribunaux pour la correction des mœurs ; les délinquants étaient appelés à se justifier ensuite devant le tribunal de l’archidiacre ou de l’official533. Aussi, est-ce dans les sentences de la cour spirituelle que nous rencontrons les traits les plus caractéristiques de la répression de l’immoralité.

  • 534 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 58.
  • 535 Officialité. Sentences, vol. 35, fos 39 v°, 44, 44 v°.
  • 536 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 4 v°.
  • 537 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 54.
  • 538 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 54 v°.

129L’adultère, tout d’abord, exposait à des poursuites sévères. En 1547, un certain Michel Grewers, de Saint-Trond, s’était vanté, après boire, d’avoir séduit sa belle-sœur ; dénoncé à l’official, il dut se purger par son propre serment, et fut condamné à un pèlerinage à Notre-Dame de Cambrai534. L’année suivante, le curé de Haccourt ayant fait des reproches à une de ses paroissiennes sur sa vie adultère, des reproches il passa aux coups, et, comme la scène se déroulait dans un cabaret, la femme jeta une coupe de vin à la figure du prêcheur indiscret ; elle fut excommuniée, mais le curé fut aussi condamné535. En 1549, Mathias Nollet, de Loncin, qui avait chassé sa femme pour la remplacer par sa maîtresse, fut condamné à un pèlerinage536. Les récidivistes étaient plus rigoureusement punis : en 1550, Jean Schelmans, de Neerpelt, avouait être retombé dans son péché ; l’official le condamna à un nouveau pèlerinage, l’avertissant d’avoir à s’amender sous peine d’un voyage expiatoire à Rome537. Dans sa sévérité, le juge ne faisait pas acception de personnes : il punissait, en 1550 encore, la maîtresse du seigneur Hubert de Brusthem par l’obligation humiliante de porter des vêtements blancs pendant la grand’messe de Noël538.

  • 539 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 69 (1539) ; vol. 29, f° 147 v° (1544) ; vol. 33, f° 22 (1547). (...)
  • 540 Officialité. Sentences, vol. 29, f° 56 v° (1543).
  • 541 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 225 (1538) ; vol. 30, fos 87, 87 v° (1545).

130La défloration entraînait, pour le coupable, en plus de la pénitence habituelle, la charge des frais de gésine de sa victime ; si le séducteur se refusait à cette dépense, il était parfois envoyé dans un couvent pendant un temps donné539. Le concubinage pouvait donner lieu à composition avec le clerc forain ; si les concubinaires s’obstinaient, ils devenaient justiciables de l’officialité540. Quant aux incestueux, ils ne pouvaient attendre aucune indulgence du juge541.

  • 542 Bormans, Extraits des cris du péron..., p. 186. — Voir aussi, pour 1549, Bartollet, o. c., n° 289.
  • 543 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 51.

131La débauche et la prostitution étaient poursuivies, malgré une certaine tolérance passée dans les mœurs, par les autorités tant séculières qu’ecclésiastiques. En 1546, deux « cris » du perron bannissaient pour un an sept femmes qui avaient « soustenu touttes manyères de gens en leurs pallardieses et lubriciteis »542. De son côté, l’official, en 1551, punissait Christine Loyken, de Meeuwen, qui entretenait dans sa maison la maîtresse de son fils543.

  • 544 Officialité. Sentences, vol. 25, fos 37, 66 v° (1539) ; vol. 27, f° 34 (1541) ; vol. 36, f° 52 (15 (...)
  • 545 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 29 (1541).
  • 546 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 11 v° (1542).
  • 547 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 22 v° (1542).
  • 548 Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 74.
  • 549 de Ryckel, o. c., p. 244 ; le père du délinquant ayant intercédé pour son fils, le gouverneur de L (...)

132Les désaccords familiaux étaient aussi de la compétence des juges spirituels, gardiens du lien conjugal. Des époux sont-ils désunis, l’official les oblige à reprendre la vie commune544 ; des conjoints, trop pauvres pour rester en ménage, avaient repris logement dans leurs familles respectives : dénoncé au synode, le mari fut condamné par l’official545 ; on voit parfois une femme porter plainte contre son « baron », mais, le jour de l’audience, les deux époux sont réconciliés et l’information est abandonnée546. Les enfants eux-mêmes n’échappent pas à la surveillance et aux sanctions du juge : Christian Bormans, de Hasselt, qui avait négligé de porter le deuil de son père et d’assister à ses obsèques, fut condamné par l’official à un pèlerinage à Saint-Antoine de Maestricht547 ; à Kermpt, Pierre Tielens fut puni d’une amende par l’archidiacre, parce qu’il « avait durement et incorrectement répondu à son père »548 ; à Herve, en 1553, ce fut la cour de justice locale qui condamna un jeune homme, qui avait frappé son père, à participer à la procession de la Toussaint, vêtu de blanc, tête découverte et poitrine nue, un cierge à la main549.

  • 550 G. Des Marez, L’orgnisation du travailà Bruxelles au xve siècle, p. 243, Bruxelles, 1904. — Nous n (...)
  • 551 Les Statuta consistorialia..., f° 45, en citent plus de quarante-cinq, ce qui fait, avec les diman (...)
  • 552 Sur les Chambres de rhétorique, voir de nombreuses monographies et revues locales, concernant les (...)
  • 553 Gobert, Liége à travers les âges, t. ii, p. 125. — P. Delrée, Notes sur le théâtre chrétien à Liég (...)
  • 554 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 121 (1549).
  • 555 Paquay, Juridiction..., p. 37.
  • 556 Munters, ms. c., f° 92. — Comparer au Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 214 ; (...)
  • 557 H. Thomas, De Tungris et Eburonibus..., p. 32, Strasbourg, 1541 ; cité et traduit par M. Polain, o(...)
  • 558 O. Manare, De vita et moribus Everardi Mercuriani praepositi generalis Societa-tis Iesu commenlari (...)
  • 559 Fairon, Recueil des ordonnances..., p. 329. — Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, (...)
  • 560 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 1re s., p. 747. — Comparer à de Damhoudere, o. (...)
  • 561 Gobert, La loterie à Liége dans les siècles passés, dans le Bulletin de l’Institut archéologique l (...)

133Nous connaissons si mal la vie de nos ancêtres, dans leurs détails familiers, qu’il est bien malaisé de dire ce qui leur tenait lieu de nos journaux, de nos sports, de nos cinémas. Les journées de travail étaient plus longues qu’aujourd’hui, puisqu’elles variaient de huit à onze heures et demi550, mais, par contre, les jours chômés étaient beaucoup plus nombreux alors551. Il y avait les kermesses, les Chambres de rhétorique, et les « mystères » : la foi des simples ne devait pas s’offusquer souvent de ce que des représentations de ce genre comportaient de farce ou d’irrévérence552. A Liége, la confraternité des Innocents, donnait, en 1540, des représentations dans les cloîtres de Saint-Barthélemy553. Il faut mentionner aussi les « mimi, lusores et ioculatores » que cite, sans éloge, une sentence de l’officialité554, et rappeler que des mandements défendaient de jouer et de danser dans les églises, les chapelles et les cimetières555. Et il y avait les cabarets, auxquels les Statuts synodaux avaient bien dû consacrer tout un chapitre ! Le grave chapelain de Curange, Christian Munters, notait dans son « Dagboek », à la date du 6 octobre 1539, le baptême de son petit neveu et cette confidence : « consumpsimus viginti sex amphoras vini »556. En 1541, un Liégeois éloquent et disert, Hubert Thomas, écrivait : « personne ne croirait que les Liégeois sont buveurs au delà de toute mesure, et moi-même je n’aurais rapporté cet amour du vin de mes compatriotes si je ne savais qu’aujourd’hui l’art de boire con-grûment n’est pas compté par eux au nombre des vices, mais estimé à l’égal des premières vertus... Celui qui se montre sobre et frugal est méprisé, bafoué : on s’écrie qu’il doit avoir sur la conscience quelque crime qu’il craint de dévoiler pendant son ivresse »557. Éverard Mercurian, avant d’entrer dans la compagnie de Jésus dont il devait devenir général, avait été, entre 1544 et 1548, curé à Waillet, village peuplé d’ivrognes et de goinfres, au dire de son biographe qui ne semble pas s’en étonner autrement558. Les Liégeois n’étaient pas seulement bons buveurs et gros mangeurs ; ils étaient volontiers paillards559, joueurs de dés560 et amateurs de loteries561.

134Ces défauts, qui sont de tous les temps, n’empêchaient pas les diocésains des princes-évêques de manifester de façon parfois touchante leur foi et leur dévotion. Bien sûr, il ne faut pas attendre de la masse l’« inquiétude religieuse » : la religion du peuple, au xvie siècle, est plus imaginative que raisonnée, plus pieuse qu’éclairée, elle appartient avant tout au domaine de la vie extérieure. Elle n’apparaît pas telle seulement dans les trouvailles de la charité, elle subsiste aussi, naïve et sincère, jusque dans les superstitions. Les simples croient et pratiquent à leur manière, sans scruter les bases de leur foi et la raison d’être de leurs pratiques. Pour dévôts qu’ils soient, ils supportent mal le fardeau que fait peser sur eux la juridiction ecclésiastique, et, alors que les clercs bénéficient d’exemptions suspectes à leurs yeux, ils paient de mauvaise grâce les droits exigés pour les secours visibles du culte. Ils seront donc facilement anticléricaux et, par exception seulement, irréligieux ; c’est la personne du curé ou du moine qui fait les frais de leurs critiques, bien plus que l’enseignement de l’Église.

  • 562 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 26. — Sur Gilles Le Catty, voir Officialité. Sentences, vol. 2 (...)
  • 563 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 43 v° (1549).
  • 564 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 66 v° (1541).
  • 565 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 132 v° (Membruggen, 1553).
  • 566 Creemers, o. c., p. 154 (Nederweert, 1547). — Officialité. Sentences, vol. 38, f° 58 (Beverloo, 15 (...)
  • 567 « Quia Anna dicta Annon, uxor magni Gerardi de Hermey, rea ad instantiam Lamberti Rockelenge fisci (...)
  • 568 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 77 (Hasselt, 1546).
  • 569 Officialité. Sentenes, vol. 36, f° 162 v° (1550.)
  • 570 « ... columbas in turri nidificantes. . » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 39, f° 128 (1553).
  • 571 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 103 v°.

135Lorsque, le jour de la Pentecôte de l’année 1541, Gilles Le Catty disait au desservant de Sainte-Véronique qui s’apprêtait à chanter les vêpres : « Méchant prestre que tu es, je chanteroie mielx que toi », la boisson et non l’impiété explique cette apostrophe de circonstance562. J’en dirai autant de Jacques Leonardi, de Neeroete-ren, condamné pour avoir entonné le « Te Deum », la nuit, dans les rues de son village563, et des sept paroissiens de Seraing, qui, « le jour des âmes », brûlaient un vieux banc de l’église pour se réchauffer pendant qu’ils sonnaient le glas564, La désinvolture et le désordre des fidèles allaient parfois loin : ici, le prêtre est obligé de quitter l’autel sans achever la messe565 ; là, de véritables batailles ont l’église pour théâtre566 ; on voit aussi des femmes se disputer le passage pour aller à l’offertoire567, ou des mauvais plaisants qui se font des trophées avec les crânes du cimetière568. Il est vrai que les sacristains montraient en certains cas une négligence coupable, témoin celui d’Aelst qui toléra un combat de coqs dans son église569 ; par contre, un délit minime pouvait entraîner un long pèlerinage expiatoire : à Gerdingen, un audacieux qui avait pris au nid les pigeons abrités dans la tour, fut envoyé à Notre-Dame de Duren570. Le cas de Guillaume Vos, d’Emael, me semble tout-à-fait exceptionnel ; cet ancien soldat de l’empereur avoua, en 1548, qu’il avait, au cours de ses campagnes, délesté de son calice un prêtre du parti adverse, et que, après avoir bu dans le vase sacré, « propter carentiam poculorum », il l’avait vendu ; ce méfait ne fut puni que d’un florin de Brabant au profit des cla-risses de Liége571.

  • 572 Sans oublier les blasphèmes (pour autant qu’ils ne procèdent pas de l’hérésie) et les jurons ; voi (...)

136Des esclandres de ce genre n’étaient le fait que d’une minorité572; ils ne peuvent nous cacher l’immense mouvement de piété qui se traduit dans l’art religieux, dans les processions, dans les pèlerinages, dans les confréries, dans les dévotions.

  • 573 Munters, ms. c., fos 103-108 v°. — Il y eut aussi à Curange des processions pour la paix, le 30 no (...)
  • 574 Je n’ai relevé qu’un cas d’opposition : à Overpelt, Catherine Bellarts voulut interdire le passage (...)
  • 575 Redlich, o. c., t. i, p. 320, 325, 421, 497.
  • 576 A Neuville, aux limites de la paroisse, le Saint-Sacrement fut déposé « apud unam arborem, una men (...)
  • 577 Brouwers, Les marchands batteurs à Dinant, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. (...)

137Les processions étaient fréquentes, — il y en eut sept à Curange du 15 octobre au 13 décembre 1540573, — et bien suivies574. Le Saint-Sacrement y était escorté des images de la Vierge et des saints ; parfois même les paysans faisaient défiler leur bétail575 dans le pieux cortège qui s’avançait à travers les champs. Des reposoirs étaient ménagés çà et là et figuraient autant d’autels agrestes576. Les bourgeois rivalisaient avec les campagnards pour organiser de somptueuses processions, dignes de l’« omme-gang » des Flandres ; les processions des batteurs de Dinant, entre 1540 et 1550, furent magnifiques et mémorables577.

  • 578 Sur les confréries liégeoises, voir L.-E. Halkin, o. c., p. 206. — Voir la condamnation, en 1557, (...)
  • 579 Cruls, Le Saint-Sacrement et l’église Saint-Martin à Liége, p.127, Liége, 1881.
  • 580 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 108 v° (17 février 1547). — Lahaye, o. c., dans le Bulletin de (...)
  • 581 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 17 v°.
  • 582 É. Poncelet, Les bons métiers de la Cité de Liége, p. 167.
  • 583 É. Poncelet, o. c, p. 70.

138Des confréries578 avaient été érigées en l’honneur de l’eucharistie à Saint-Martin579 et à Saint-Jean-Baptiste580 de Liége, en 1539 et en 1547. Les statuts de la vieille confrérie des arbalétriers de Liége furent approuvés en 1545 par Georges d’Autriche581. En 1551, les frères-mineurs fondèrent une confrérie destinée aux charpentiers582. Enfin, en 1555, les avocats se réunirent sous le patronage de saint Yves583.

  • 584 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 109 v° (1541). — Testaments de la cathédrale, vol. 5, f (...)
  • 585 Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, liasse 715 : enquête contre Daniel de Maldonade ; (...)
  • 586 Canivez, o. c., p. 217.
  • 587 Bormans, Répertoire..., p. 245.
  • 588 Une indulgence de cet ordre fut prêchée à Curange sous Corneille de Berghes ; cfr Munters, ms. c., (...)
  • 589 A. Hansay, Mélanges, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 59, Hasselt, 1933.

139Les pèlerinages, — je ne parle pas ici des voyages expiatoires, — étaient en vogue : les dévôts se rendaient aux oratoires de la Vierge ou de leurs saints préférés, entre autres les patrons des métiers. Ils faisaient usage, en ce temps déjà, de chapelets, en jaspe ou en corail, ornés d’« intersignes » d’argent584. Parfois, comme ce fut le cas à Jausse-le-Feron, un collecteur d’aumônes déposait une image populaire, celle de Notre-Dame de Walcourt par exemple, au bord de la route, « emprès ung grand arbre », pour stimuler la générosité en même temps que la piété585. Vers 1540, le pèlerinage de la bienheureuse Marguerite de Louvain connut un grand succès586. En 1543, un ménage, qui avait fait le vœu de visiter Jérusalem, demanda au Chapitre cathédral que l’on publiât dans le pays les indulgences accordées aux chrétiens généreux qui viennent en aide aux pèlerins du Saint-Sépulcre587. Les engagements à effectuer l’un ou l’autre pèlerinage étaient alors si fréquents que, à l’occasion d’une indulgence pontificale, les pèlerinages étaient remis à ceux qui désiraient se délier de leurs vœux ; toutefois, la dispense des trois pèlerinage majeurs de Jérusalem, Rome et Com-postelle était réservée au pape lui-même588. Nombreux sans doute étaient les pèlerins de la Ville Éternelle puisqu’il s’en trouvait vingt-et-un, en 1565, pour la seule ville de Saint-Trond589.

***

140Je termine ici cet exposé, — copieux et cependant incomplet, — des efforts et des vicissitudes de la restauration religieuse au diocèse de Liége.

141Essaierons-nous d’en retenir quelques impressions ? On pourrait alors opposer les traits qui étonnent et déconcertent à ceux qui ne paraîtraient pas étrangers au visage de notre temps : d’une part, une chrétienté puissante, enlisée dans la superstition, guidée par des pasteurs trop souvent pauvres de science et de moralité, apportant à la défense de la foi toute la rudesse des mœurs d’une époque qui punit de mort l’hérétique comme le brigand, et impose, sous peine de châtiments temporels, le respect des lois de l’Église, de ses ministres, voire même de sa liturgie ; d’autre part, jadis comme aujourd’hui, un peuple souffrant de la séparation du capital et du travail qui s’appelait alors séparation du bénéfice et de l’office ; jadis comme aujourd’hui, la crise économique favorisant le développement des pèlerinages et des sectes, tandis que le nombre des collectes et la faiblesse de la prédication provoquent une manière d’anticléricalisme parmi les fidèles.

  • 590 Daris, Notices historiques..., t. iii, p. 169.

142Si nous désirons terminer cette étude sur un jugement d’ensemble, nous dirons que l’œuvre de la Réforme catholique resta inachevée, mais qu’elle fut constante et variée. A la Réforme protestante, les princes-évêques ne répondirent pas seulement par la répression de ses doctrines, mais aussi par l’épuration de leur diocèse. Dans le clergé régulier comme dans le clergé séculier, dans le peuple même, il ne fut plus permis de végéter dans l’indifférence morale, désormais il devint impossible d’ignorer le courant nouveau, celui de la Réforme de l’Église. L’idée était en marche, mais elle ne triomphera pas en un jour, — pas même en un siècle, — des abus qui se sont enracinés avant le protestantisme et que le protestan-tantisme, le premier, a dénoncés. « La plupart des réformes disciplinaires que décréta le concile de Trente se trouvaient déjà réalisées au diocèse de Liége avant cette époque », a écrit Joseph Daris, l’historien ecclésiastique presque officiel du pays590. Les pages qui précèdent, ont démontré, je crois, que cette déclaration sans nuances est singulièrement audacieuse et qu’elle raduit bien mal les difficultés immenses de la restaurationt catholique au milieu du xvie siècle.

Notes

1 On remarquera que les Liégeois qui participèrent au concile ne partirent pour Trente qu’en 1551, alors que les principales mesures réformatrices que j’aurai à étudier avaient été prises à Liége, à l’occasion du synode de 1548.

2 Pour la lutte contre l’hérésie, je renvoie le lecteur, une fois pour toutes, à la première partie de cet ouvrage.

3 Mon exposé des institutions religieuses est valable non seulement pour les vingt ans de règne de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, mais pour tout le xvie siècle liégeois jusqu’à l’érection des nouveaux évêchés et jusqu’aux premières applications du concile de Trente.

4 S. Ehses, Bericht der Trienter Konzilskommission zur Residenz der Bischöfe, dans le Römische Quartalschrift, t. xxx, p. 54 sv., Rome, 1922.

5 Sur le fils illégitime de Georges d’Autriche, voir p. 43.

6 Statuta synodalia Leodiensia, Louvain, 1483. — Deuxième éd. à Louvain, 1486. — Troisième éd. à Cologne, 1492. — Quatrième éd. à Louvain, 1500. — Cinquième éd. à Paris et Anvers, 1518. — Sixième éd. à Louvain, 1549. — Septième éd. par Martène eT Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. iv, p. 829-885, Paris, 1717. — Huitième éd. par Hartzheim, Concilia Germaniae, t. iii, p. 684-721, Cologne, 1760. — Neuvième éd. par Polain et Raikem, Coutumes du pays de Liége, t. i, p. 417-477, Bruxelles, 1870.— Dixième édition par Bormans, Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 1re s., p. 86-118, Bruxelles, 1878. — Onzième éd. par Schoolmeesters, Les Statuts synodaux de Jean de Flandres, évêque de Liége (16 février 1288), Liége, 1908. — Corrections à cette édition par Melle Lavoye, Le texte original des Statuts synodaux de Jean de Flandre, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxv, p. 131-156, Liége, 1934.

7 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 388.

8 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 389.

9 S. d. Cfr Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia episcopi et officialis (1489-1543), f° 51 v°.

10 Fredericq, Corpus documenlorum..., t. v, p. 98. — L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 195. — Ce mandement s’inspire de la célèbre « Réformation» de Ratisbonne, publiée en 1524 par le légat Laurent Campegius ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 196.

11 Bibliothèque mazarine a Paris, Synodale, n° 1883, fos 45-46 v° ; cfr le n° vi des Pièces justificatives. — Comparer ce document à Une ordonnance d’Engelbert de la Marck (1345-1363I, publiée par G. Simenon, dans Leodium, t. vii, p. 38.

12 Sur ces questions, voir Pastor, o. c., t. xii, p. 235 sv. — Hefele-Hergen-roether-Richard, Histoire des conciles, t. ix, p. 418 sv., Paris, 1930. — Friedensburg, Nuntiaturberickle aus Deutschlabd (1533-1559).T. x : Legation des Kardinals Sfondrato (1547-1548), p. 232 sv., Berlin, 1907.

13 Texte dans Le Plat, Monumentorum ad historiam concilii Tridentini..., t. iv, p. 32 sv., Louvain, 1784.

14 Éditée à Louvain, chez Rotarius, dès 1548. — Deuxième éd. à Louvain, en 1549, chez Bathen. — Texte dans Hartzheim, o. c., t. vi, p. 741 sv. — Sur l’intervention de Granvelle, voir de Ram, o. c., p. 19.

15 Les synodes s’ouvrirent, à Cologne le 2 octobre, à Paderborn le 16 octobre, à Liége le 7 novembre, à Trêves le 25 novembre 1548, à Osnabruck, Minden, Salzbourg, Strasbourg et Mayence en 1549, à Cambrai en 1550.

16 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 10.

17 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, fos 1 et 1 v°, cfr le n° xxi des Pièces justificatives. — La première partie de ce mandement (qui ne fut peut-être pas publié, ou, en tout cas, qui fut remplacé par les Acta du synode) est conforme à l’introduction des dits Acta ; la seconde partie est un développement du chapitre 13 de ces Acta. — A noter que le mandement du 2 novembre confie aux doyens le soin de punir les coupables, tandis que le synode s’en remet aux officiaux. — Georges d’Autriche a sans doute suivi l’exemple de son métropolitain, qui, dès le 1er septembre 1548 (un mois avant le synode colonais) publia aussi un mandement contre les concubinaires ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 352.

18 Sur Verlerius, voir p. 69.

19 Acta et decreta synodi...,fos 5-9 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 361. — Daris, o. c., p. 175. — Ernst, o. c., p. 165. — Balau eT Fairon, o. c., t. ii, p. 421.

20 Daris, o. c., p. 175.

21 Acta et decreta synodi..., f° 8.

22 Je crois que M. Tihon, o. c., p. 263, a confondu « Réformation » de Ratisbonne et « Formula reformationis » d’Augsbourg.

23 Texte publié ensuite par Hartzheim, o. c., t. vi, p. 235-310.

24 H. Foerster, o. c., p. 24 sv. — Hartzheim, o. c., t. vi, p. 350-356.

25 Foerster, o. c., p. 75, 108. — Les Statuts liégeois doivent sans doute aussi quelque chose à d’autres constitutions synodales d’origine diverse.

26 L’édition des Statuta synodalia Leodiensia compte dix-neuf chapitres par suite nations d’une erreur au f° 90. L’édition des Acta et decreta dioecesanae Leodiensis est plus correcte.

27 Chap. 1er : de non promovendis indignis ; inspiré du chap. 1er de la Formula reformationis et des chap. 6, 18 à 23 de la première partie des Statuts de Cologne de 1536. — Chap. 2 : de examine promovendorum ; inspiré du chap. 1er de la Formula et des chap. 24 à 30 de la première partie des Statuts de Cologne. — Chap. 3 : de qualitate instituendorum in ecclesiis vel dignitatibus ; inspiré du chap. 1er de la Formula et de la première partie des Statuts de Cologne.

28 Chap. 4 : de modo celebrandi divinum officium ; inspiré du chap. 4 de la Formula et du chap. 5 de la troisième partie des Statuts de Cologne.

29 Chap. 6 : de assumendo in qualibet opulentiori Ecclesia theologo qui sacras profi-teatur literas ; inspiré du chap. 6 de la Formula et du chap. 3 de la douzième partie des Statuts de Cologne.

30 Chap. 5 : qui gaudere possint universitatum privilegiis ; inspiré du chap. 6 de la Formula.

31 Chap. 7 : de modo dispensandi bona pauperibus relicta ; inspiré du chap. 7 de la Formula et des chap. 1 à 7 de la onzième partie des Statuts de Cologne.

32 Chap. 8 : qui ad docendum verbum Dei ex mendicantibus admitti debeant ; inspiré du chap. 8 de la Formula et du chap. 8 de la quatrième partie des Statuts de Cologne.

33 Chap. 10 : quo tempore sacra celebrari non debeant ; ce chap. a quelques rapports avec le chap. 12 de la Formula. — Le Chapitre cathédral avait adopté un règlement semblable le 1er décembre 1545 ; cfr Bormans, Répertoire..., p. 369.

34 Chap. 9 : de concessa absolvendi auctoritate in casibus ordinario reservatis ; inspiré du chap. 13 de la Formula et du chap. 37 de la septième partie des Statuts de Cologne.

35 Chap. 11 : de numero susceptorum et susceptricum ; inspiré du chap. 10 de la Formula et du chap. 4 de la septième partie des Statuts de Cologne.

36 Chap. 12 : de solemnibus matrimonii ; inspiré du chap.15 de la Formula et des chap. 40 à 46 de la septième partie des Statuts de Cologne.

37 Chap. 13 : de tollendo concubinatu ; inspiré du chap.17 de la Formula et des chap. 28 de la deuxième partie et 7 de la cinquième partie des Statuts de Cologne.

38 Chap. 16 : de claudendis oenopoliis. Je ne trouve rien de pareil dans la Formula ou dans les Statuts de Cologne, mais le sujet n’était pas neuf. Dans des Statuts chartrains du xive siècle, on peut lire : In tabernis vero diebus dominicis et festivis ante missam parrochialem non admittantur nisi transeuntes; cfr M. Jusselin, Statuts synodaux... du diocèse de Chartres, dans la Revue historique de droit français étranger, 4e s., t. x, p. 87, Paris, 1929.

39 Chap. 14 : de tollenda pluralitate beneficiorum ; inspiré du chap. 8 de la Formula et du chap. 32 de la première partie des Statuts de Cologne.

40 Chap. 15 : de assignanda parochis portione canonica ; inspiré du chap. 3 de la septième partie des Statuts de Cologne.

41 Chap. 17 : de visitatione et modo visitandi ; inspiré du Chap. 20 de la Formula et des chap. 1 à 16 de la quatorzième partie des Statuts de Cologne.

42 Chap. 18 : de modo exequendi prescriptas ordinationes.

43 « Per praemissa tamen antiquis synodalibus statutis non intendimus derogare, sed in suo illa robore volumus permanere »; cfr Acta et decreta synod:..., chap. 18.

44 Même délai pour recevoir les excuses des absents ; cfr Acta et decreta synodi,.., f° 8.

45 Acta et decreta synodi..., f° 2 v°.

46 Archives du grand Séminaire de Gand, Fonds de la Faculté de théologie de l’université de Louvain, n° 8, original. — Je remercie Mgr Claeys-Bouuaert qui, sur ma demande, m’a communiqué obligeamment cette pièce. — Cfr L. Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277.

47 Quelques exemplaires tout pareils, même titre, même format, portent un erratum au f° 28. — J’ignore si le Mandatum Georgii episcopi signalé par de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 2, se rapporte au synode.

48 Caesareae maiestatis approbatio actorum in concilio Leodiensi, 2 fos, Jacques Bathen, Louvain, 1549.

49 Outre les deux éditions des Acta et decreta de 1549 et l’édition des Statuta synodalia de la même année, je citerai quatre autres éditions des Statuts synodaux de Georges d’Autriche : Acta et decreta synodalia Ecclesiae Leodiensis sub Georgio ab Austria et Ferdinando episcopis..., Bruxelles, 1712. — J. C. Lünig, Dritte und letzte Continuation Spicilegii ecclesiastici des teutsches Reichs-Archivs, p. 1104-1110, Leipzig, 1721. Hartzheim, Concilia Germaniae, t. vi, p. 390-398, Cologne, 1765. — Polain, Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e s., t. i, p. 173-179, Bruxelles, 1869.

50 E. Bacha, Documents d’histoire liégeoise, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. vi, p. 234, cite un texte de cette bulle, qu’il croit inédite.

51 La plupart de ces documents ont été republiés dans le Recueil des ordonnances de la principauté de Liége.

52 Creemers, o. c., p. 154.

53 Chap. 21.

54 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 158. — Bormans, Répertoire..., p. 376. — Foerster, o. c., p. 40, 41, ajoute Blocquerie aux délégués liégeois cités par les Conclusions. Daris, o. c., p. 176, écrit, à tort, me semble-t-il, que Nicquet fut aussi envoyé à. Cologne. — Si l’on en croyait le ms. 133 de la Bibliothèque de la Ville de Liége, Fonds Capitaine (cfr Balau eT Fairon, o.c., t. ii, p. 423), il y aurait eu, en 1550, un «concilie provinciale en l’Église de Liége»; d’après M. Fairon, o. c., t. ii, p. 277, cette note serait peut-être de Grégoire Sylvius lui-même, mais j’en doute, car elle renferme au moins une confusion étonnante : en 1550, il n’y eut pas de synode à Liége, et, s’il y en avait eu, il n’aurait pas été appelé provincial ; par contre, il y eut bien un synode provincial à Cologne en 1549, mais seulement un synode diocésain en 1550.

55 Je ne connais aucun exemplaire de ce Rituel, qui devait être distinct des Statuts de Jean de Flandre, puisqu’il ne concernait que les sacrements de baptême et d’extrême-onction ; cfr introduction au Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis.

56 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 25 v°. — Sur l’utraquisme, voir G. Constant, Concession à l’Allemagne de la communion sous les deux espèces..., p. 2 sv. ; p. 457, n. 1, l’opposition de Robert de Berghes à l’utraquisme en 1564.

57 Le privilège impérial, au f° 1 v°, est du 5 août 1553.

58 Fos 35-39 v°. — La « lettre aux Arméniens » de 1439, contenant cette doctrine des sacrements, a été souvent imprimée et est bien connue.

59 On trouve, aux fos 40-43 du Rituel, les cérémonies de la consécration des cloches.

60 Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis, f° 1 v°. — L’exemplaire de la Bibliothèque de l’Université de Liége porte, au dernier folio, cette indication manuscrite : « De mandato reverendissimi domini episcopi Leodiensis, Henricus Iohannes Bloemaerts. »

61 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 1309 sv. — Sur les missels antérieurs, voir Halkin, o. c., p. 195.

62 de Theux, o. c., col. 1309 sv.

63 Munters, ms. s., f° 79 v°. — Il s’agit sans doute du Bréviaire imprimé à Rome en 1535 et qui connut de nombreuses éditions ; cfr Callewaert, Breviarii Romani liturgia, p. 53, Bruges, 1931. — En 1558, il y eut une édition du Bréviaire liégeois.— Le Bréviaire romain officiel de 1568 fut imprimé à Liége dès 1572 ; cfr Daris, Notices..., t. xv, p. 121. — Je rapproche de la note de Munters les termes enigma-tiques d’une requête de Pierre Boels demandant, en 1544, pour divers clercs de son entourage, la permission de lire l’office « d’après l’usage romain antique », c’est-à-dire sans doute en dehors du chœur ; cfr P. Lefèvre, Inventaire des Instrumenta miscellanea des Archives vaticanes..., dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. ix, p. 326. — En 1530, Nicolas Clénard avait demandé une dispense semblable par l’intermédiaire d’Aléandre ; cfr A. Roersch, L’humanisme belge à l’époque de la Renaissance, t. ii, p. 111 sv., Louvain, 1933.

64 Gobert, L’imprimerie à Liége sous l’ancien régime, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xlvii, p. 23, n. 4, ajoute que Bathen reçut un nouvel octroi en 1553 ; on ne sait si l’imprimeur profita de ces octrois.

65 Acte de Verallo en faveur de Guillaume d’Elderen, le 15 octobre 1545 ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 372 v°. — Du même, en faveur de Michel Nuyens, le 18 février 1546 ; ibidem, f° 382. — Du même, dans une contestation entre François de Prado et Thomas van den Dick, à propos d’un canonicat de Saint-Denis de Liége, le 5 mai 1544 ; cfr Lefèvre, Inventaire des Instrumenta miscellanea..., p. 333. — Du même, en faveur de Pierre Thomas, écolier pauvre, vers 1547 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 74 v°. — Acte de Bertano en faveur de Paul Christiani, le 22 octobre 1459 ; cfr Keussen, Mitteilungen aus dem Stadtarchiv von Köln, t. xv, p. 456.— Du même, en faveur de Remy Apheronimus, le 17 janvier 1550 ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 469. — Acte de Dandino en faveur de Louis de Berlaimont, chanoine de Liége, futur archevêque de Cambrai, le 11 novembre 1554 ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 569.

66 Concilium Tridentinum, t. x, p. 258. — Verallo est cité à Liége le 3 mars 1546; cfr Concilium Tridentinum, t. i, p. 517.

67 Officialité. Sentences, vol. 42, f° 77. — A ajouter à É. Fairon, Louis Elzevier, citoyen de Liége, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xiv, p. 7.

68 Halkin, o. c., p. 211, 293.

69 L. Cardauns, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1553-1559). T. vii : Berickte vom Regensburger und Speierer Reichstag (1541-1542), p. 137, Berlin, 1912.

70 Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 366.

71 Heffele-Hergenroether-Richard, Histoire des Conciles, t. ix, passim. — de Ram, Mémoire sur la part que le clergé de Belgique et spécialement les docteurs de l’université de Louvain ont prise au concile de Trente, dans les Nouveaux Mémoires de l’Académie royale des sciences et belles lettres de Bruxelles, t. xiv, passim, Bruxelles, 1841.—A.Gougnard, Notice sur les théologiens belges..., dans l’Annuaire de l’université catholique de Louvain, t. lxxviii, p. 408-412, Louvain, 1914.

72 Voir cependant de Ram, o. c., p. 14, 15.

73 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 192 (10 juillet 1551). — Je ne sais si Jean Huet alla à Trente; le 23 octobre 1551, le même personnage obtenait un congé pour se rendre à Dinant auprès de l’évêque ; cfr ibidem, f° 198. — Bormans, o. c., p. 380, 381.

74 Ernst, o. c., p. 170. — Jadin, Procès d’information..., dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. viii, p. 40, 41. — Je crois que Groesbeeck était déjà en Italie et qu’il se rendit de Rome à Trente ; il était à Rome le 29 septembre 1550 ; cfr Liber confraternitatis Beate Marie de Anima Teutonicorum de Urbe, p. 140, Rome, 1875.

75 P. Ansiaux, o. c., p. 98. — Le Plat, Monumentorum ad historiam concilii... collectio, t. iv, p. 336, Louvain, 1784, cite explicitement Sylvius comme représentant de l’évêque de Liége au concile.

76 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 366. — Jadin, o. c., p. 41.

77 Jadin, o. c., p. 40. — L’analyse indique que Verlerius assista à la fin du concile, mais le texte du manuscrit n’est pas clair ; cfr Archives vaticanes, Processi di Vescovi (1564-1595), f° 69 v°.

78 de Ram, o. c., p. 25.

79 Cité habituellement comme délégué de l’évêque, Guillaume de Poitiers apparaît dans les actes du concile, comme « orator Caesaris » ; cfr Concilium Tridentinum, t. ii, p. 243. — Brom et Hensen, o. c., p. 187. — Finot, Inventaire des archives départementales du Nord..., t. v, p. 162. — Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 192 (17 juillet 1551).

80 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 190 (12 juin 1551).

81 de Ram, o. c., p. 31.

82 Ibidem.

83 de Ram, o. c., p. 42. — de Theux, o. c., t. iii, p. 117.— Bormans, Répertoire..., p. 386, 387. — Lefèvre, o. c., p. 334, 335. — A. Roersch, Charles Langius, dans la Bibliotheca Belgica, t. CLI, p. 4 sv., Gand, 1931. — La troisième période du concile échappe à mon sujet ; aucun Liégeois n’y participa, sauf peut-être André Fabricius ; cfr Leodium, t. ii, p. 2, Liége, 1903.

84 de Ram, o. c, p. 43. — Daris, Notices..., t. i, p. 157.

85 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 196. — Bormans, o. c., p. 381. — Redlich, o. c., t. i, p. 394.

86 Et surtout à partir de 1548 ; cfr Willocx, o. c., p. 238.

87 Le cas d’un Nicolas Clénard, de Diest, apôtre des musulmans est aussi exceptionnel qu’admirable ; cfr Roersch, L’humanisme belge à l’époque de la Renaissance, t. ii, p. 114.

88 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549).— Halkin, o. c., p. 210.

89 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 5 sv. — Munters, ms. c, f° 128. — Daris, o. c., p. 128 sv. — Chapeaville, o. c., p. 343 sv. — Fisen, o. c., t. ii, p. 340. — Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 138, 407, 409, 414. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 193, 197, 201, passim.— L. de Crassier, Histoire de la noble abbaye cistercienne de Sainte-Agathe à Hocht, dans les Publications de la Société historique et archéologique ...de Limbourg, t. lxii, p. 96. — Poncelet, o. c., t. v, p. 328, 333.

90 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 1512 (7 février 1543) ; cfr le n° VIII des Pièces justificatives. — Bormans, o. c., p. 90.

91 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 3 v° (8 juillet 1544) ; vol. 1, f° 159 v° (18 août 1544) ; vol. 1, f° 124 (23 août 1544); vol. 1, f° 124 v» (4 juin 1545). — Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 100 (14 octobre 1545).

92 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 113 v° (16 février 1548) ; vol. 2, f° 43 v° (2 mars 1550). — Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, t. xvi, p. 277. — Daris, o. c, p. 156 sv.

93 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 65, f° 55. — Paquay, o. c., dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire de Limbourg, t. xliii, p. 17. —Voir p. 188.

94 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 1312.

95 Tihon, o. c., p. 27.

96 Un trait curieux se rapporte à ces événements ; en 1553, disent des chroniques, un tronc fut placé à Saint-Lambert, prétendument pour la «croisade », mais l’évêque s’en serait attribué le revenu ; cfr Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 430. — La chronique de Liége jusqu’en 1637, non analysée, non foliotée, des Archives de l’Ëveché de Liége, situe cet incident légendaire en 1554.

97 Halkin, o. c, p. 211. — En 1547, Gérard Morinck rappelait à Nicolas van Winghe qu’il avait dîné jadis à Liége avec Réginald Pole, Hezius et Giberti ; cfr de Vocht, Monumenta.., p. 575 sv.

98 G. Constant, La Réforme en Angleterre..., p. 161, 562, Paris, 1930.

99 É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. I, p. xxvii.

100 Bormans, o. c., p. 365 (11 février 1545). — Un évêque anglais, Thomas Thirlby, intervint à Liége, en 1545, pour excuser les dégâts commis par les soldats du roi d’Angleterre ; cfr Friedensburg, Nuntiaturberichte aus Deutschland. T. viii : Nuntiatur des Verallo (1545-1546), p. 569.

101 Daris, Notices sur l’abbaye de Saint-Laurent..., p. 136, ne donne pas le nom du prélat. — Van Gulik et Eubel, o. c., t. iii, p. 132.

102 Daris, l. c.

103 Berlière, Le cardinal Pole et l’abbaye de Saint-Trond, dans la Revue bénédictine, t. xv, p. 138.

104 J. Gairdner et R. H. Brodie, Letters and papers... of Henry VIII, t. xvi, p. 81, 215, 466, Londres, 1898. — Sur la rébellion de Fitzgerald, voir G. Constant, o. c., p. 411.

105 Gachard, La bibliothèque des princes Corsini à Rome, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. xi, p. 44. — Chapeaville, o. c., p. 372. — Paquay, o. c., p. 20. — Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 573 v°. — Lorsque le catholicisme fut restauré en Angleterre, une grand’messe solennelle célébra cet événement à Liége ; cfr Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 436.

106 Avec l’avènement d’Élisabeth, en 1558, l’exode des catholiques anglais recommença. Nombreux furent les Anglais réfugiés à Liége à la fin du xvie siècle et au commencement du siècle suivant ; je prépare, sur ce sujet, une étude eu collaboration avec M. J. Hubaux.

107 On trouvera le détail précis des pouvoirs d’un évêque-auxiliaire d’Utrecht, — à défaut d’un document semblable relatif à Liége, — dans l’Archief voor de geschiedenis van het aartsbisdom Utrecht, t. xxiv, p. 412.

108 Voir des actes de nomination de vicaires-généraux et scelleurs ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 20 v° ; — Officialité. Sentences, vol. 41, f° 13. — Poullet, o. c., p. 632.

109 Voir p. 201.

110 Voir p. 206.

111 Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres de l’Église de Liége, Liége, 1935, passim.

112 On trouvera une abondante bibliographe relative aux archidiaconés et aux doyennés dans mon Introduction à l’histoire paroissiale de l’ancien diocèse de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lix, p. 161 sv., Liége, 1935.

113 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 65 sv. — Voir quelques actes inédits dans : Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 33 (7 avril 1538) ; — Conseil privé, vol. 337, f° 60 (9 février 1554) ; — Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 221 v° (12 novembre 1552) ; — Officialité. Sentences, vol. 30, f° 69 v° (8 janvier 1545).

114 Ce fut le cas pour Philippe de la Marck, archidiacre de Hesbaye, en 1532 ; cfr Munters, ms. c., f° 10.— Ce fut aussi le cas de Granvelle, archidiacre de Hesbaye, en 1547 ; cfr Archives de l’Évêché de Liége, Registrum iucundi adventus archi-diaconatus Hasbaniae (1547).— Torrentius, archidiacre de Brabant, recueillit un droit semblable en 1559 ; cfr Laenen, Introduction à l’histoire paroissiale du diocèse de Malines, p. 228, Bruxelles, 1924.

115 Registre archidiaconal de Campine (1523), f° 82 : l’archidiacre a «integros fructus » de l’église de Hillensberg parce qu’elle est « litigiosa ».

116 Paquay, o. c., p. 110. — Le même auteur énumère les autres émoluments de l’archidiacre.

117 Conseil privé. Dépêches, Vol. 1, f° 144 v° (s. d., sous Corneille de Berghes).

118 L’archidiacre forain a parfois un délégué « foraneus substitutus » ; cfr Archives de l’Évêché de Liége, Registrum concernens penitentias..., p. 6.

119 Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 133.

120 A. Domken, Histoire de la seigneurie et de la paroisse d’Othée, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xix, p. 250. — Cette paroissa n’est pas citée par M. Paquay, Visites archidiaconales et rescriptions des églises du concile de Tongres (1477-1763), Liége, 1935.

121 Munters, ms. c., f° 114 v°. — Henri Joris, doyen du concile de Tongres, accompagnait l’archidiacre. — Cette paroisse ne figure pas non plus dans l’ouvrage cité à la fin de la note précédente.

122 J. Ceyssens, L’archidiaconé d’Ans, dans Leodium, t. xviii, p. 82-99. — Berlière, Les archidiaconés ou exemptions privilégiées de monastères, dans la Revue bénédictine, t. xl, p. 116-122.

123 Trente doyens, y compris le prévôt de Liége et le pléban de Huy. — Sur les doyens en général, voir J. Ceyssens, Les doyens ruraux dans l’ancien diocèse de Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire..., t. ix. p. 159-224.

124 Élection confirmée par l’évêque et, dans les Pays-Bas, par le pouvoir temporel. Englebert de Mérode, élu doyen de Bastogne, reçut ainsi cette double confirmation; cfr J. Vannérus, Documents relatifs à la seigneurie de Houffalize, dans les Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. xl, p. 253.

125 Le 6 juin 1538, l’abbé de Stavelot-Malmedy demandait au doyen du concile de Stavelot de conférer la quarte-chapelle d’Odeigne ; cfr J. Halkin et C. G. Roland, Recueil des chartes..., t. ii, p. 547.

126 On appelait quartes-chapelles les églises pauvres qui ne payaient que le quart des droits dus à l’évêque ou à l’archidiacre. — Le doyen de Jodoigne perçut des dons de joyeux-avènement au milieu du siècle; cfr Laenen, Introduction..., p. 228.

127 Voir plus loin p. 315.

128 Jean, desservant de Flémalle, ne s’était pas présenté au synode de Hozémont, le mardi après l’octave de la Saint-Jean-Baptiste ; il fut condamné par l’official à un pèlerinage à Saint-Antoine de Maestricht ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 30 (6 septembre 1550). — Robert Trippaerts, curé de Tourinne-la-Chaussée, fut condamné par l’archidiacre à un pèlerinage à Saint-Pierre de Louvain, pour un délit semblable ; cfr Registrum concernens..., p. 43 (14 mars 1556).

129 « Record » de Ciney, en 1538, dans les Analectes..., t. v, p. 189. — « Records » de Saint-Remacle-au-Pont, Ouffet, Bastogne et Stavelot, en 1540, cités par J. Halkin, Inventaire des archives de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, 5e s., t. vii, p. 340. — « Record » de Hanret, en 1547, dans les Analectes..., t. iv, p. 180. — C’était aussi la congrégation décanale qui élisait les sages-femmes ; cfr Analectes..., t. ii, p. 286.

130 En 1554, vingt-deux prêtres et chapelains étaient attachés à l’église paroissiale de Bouvignes ; cfr A. Henri, Notes sur l’histoire de Bouvignes, p. 183, Namur, 1888. — A Looz, à la même époque, il y avait au moins douze bénéficiers d’autels dans l’église collégiale ; cfr Daris, Histoire de la bonne ville, de l’église et des comtes de Looz, t. i, p. 180, 364.— Pour Liége, voir Lahaye, Les paroisses de Liége, dans le Bulletin de l’Institut arhéologique liégeois, t. xlvi, p. 139.

131 J. Kleintjens, De verkiezing van den laatsten abt van Rolduc voor de hervorming, dans les Publications de la Société archéologique et historique..., de Limbourg, t. t. lxviii, p. 61 sv. — Comparer à Berlière, L’exercice du ministère paroissial par les moines, dans la Revue bénédictine, t. xxxix, p. 357 sv. — On trouvera d’excellentes considérations sur le même sujet dans H. Lamy, L’abbaye de Tongerloo, Louvain, 1914, passim.

132 Van der Straeten, Notes sur Herck-la-Ville, dans Leodium, t. xi, p. 5.

133 Texte peu clair ; cfr J. Halkin et C. G. Roland, Recueil des chartes..., t. ii, p. 560.

134 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 333 ; t. iv, p. 69.

135 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 90.

136 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 93. — Bormans, o. c. p. 367.

137 Lahaye, Inventaire... de Saint-Jean-l’Évangéliste à Liége, t. ii, p. 170.

138 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 83 v°.— Ce trait manque à S. Balau, Modave, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. viii, p. 176.

139 D. Guilleaume, L’archidiaconé d’Ardenne, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xx, p. 47.

140 Lahaye, La paroisse de Saint-Martin-en-Ile à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxv, p. 106.

141 Renier, Histoire du ban de Jalhay, t. ii, p. 79.

142 Voir plus haut, p. 39 et p. 57.

143 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 67.

144 de Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert à Liége, t. iii, p. 82-123. — Ces chiffres marquent une diminution du nombre des intellectuels admis au Chapitre: de 1506 à 1538, plus de la moitié des nouveaux chanoines étaient gradués ; cfr L.-E. Halkin. o. c., p. 68. — Sur les prévôt et doyen, voir Daris, Notices..., t. iii, p. 220, 222.

145 Bormans, o. c, p. 239.

146 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 155 ; — Bormans, o. c, p. 376 ; — je ne connais le règlement de 1530 que par cette mention. — Le 3 septembre 1539-Pierre Mercatoris, chanoine de la Petite Table, était nommé receveur des autels dont les recteurs étaient absents, certains pour études ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 39 v°.

147 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 26 (27 août 1538).

148 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 86. — Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 405.

149 Bormans, o. c., p. 242. — En 1556, les écoliers furent licenciés à cause de la peste; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 261. — Bormans, o. c., p. 387.— Sur l’élection burlesque de l’« episcopus puerorum », voir Schoolmeesters, L’episcopus puerorum, dans Leodium, t. x, p. 15.

150 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 10 (28 février 1538).

151 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 86 (10 novembre 1540).

152 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 97 (17 février 1541).

153 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 126 v° (5 mars 1542).

154 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 150 v° (21 février 1543).

155 Voir p. 186 sv.

156 Sur les statuts des Chapitres, voir Schoolmeesters, Les lois disciplinaires dans l’ancien diocèse de Liége, dans Leodium, t. vii, p. 43 sv.

157 Poullet, o. c., p. 50 sv.

158 Nombreux exemples, entre autres, dans Aigret, o. c., p. 84.

159 Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, chap. 4.

160 Munters, ms. c., f° 152 v°.

161 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 94 v°.

162 de Theux, o. c., t. iii, p. 155. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 316.

163 Archives de l’État a Liége, Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 42 v°. — Le 2 septembre 1543, Jean de Gand, recteur d’autel, qui n’avait pas tenu compte de cet avertissement, fut puni ; ibidem, f° 74 v°.

164 M. Devigne, La première Renaissance liégeoise, dans la Fédération archéologique et historique de Belgique, XXIXe Session. Congrès de Liége: 1932, t. iv, p. 234-248.

165 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 94.

166 M. Devigne, La sculpture mosane du xiie au xvie siècle, p. 198, Bruxelles, 1932.

167 J. Helbig et J. Brassinne, L’art mosan, t. ii, p. 6, Bruxelles, 1906.

168 Gobert, Liége à travers les âges, t. iv, p. 466.

169 Gobert, o. c., t. iv, p. iii.

170 Thys, o. c., dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xii, p. 176.

171 Bormans, o. c., p. 383 ; voir aussi ibidem, p. 246, 362.

172 E. Polain, Notes sur quelques musiciens liégeois antérieurs au xviiie siècle, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xl, p. 201.

173 Le Chapitre s’élève contre le « modum abruptum iam noviter licet nulliter introductum » ; cfr Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 17 v° (3 février 1541).

174 Le « magister duodenorum » s’appelait alors Philippe Léonard ; cfr Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 95 (3 février 1545). — Il semble qu’il fut remplacé, dès le 2 septembre 1546, par Jean Belle, « rector duodenorum », au salaire de vingt florins par mois ; ibidem, f° 104.

175 Il est impossible d’évaluer en monnaies modernes les revenus du xvie siècle.

176 Hartzheim, o. c., t. vi, p. 250.

177 Formula reformationis, chap. 18.

178 Acta et decreta..., chap. 14.

179 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1517, f° 40. — Pucci n’est pas cité au nombre des curés de Hervé par A. de Ryckel, Histoire de la ville de Hervé, p. 166.

180 M. Vaes, Les curialistes belges à Rome aux xvie et xviie siècle. « I Lieggesi », dans les Mélanges Charles Moeller, t. ii, p. 100-121.

181 Archives vaticanes, Suppliche, vol. 2 272, f° 12 (14 janvier 1538).

182 Suppliche, vol. 2 462, f° 75 (22 septembre 1542).

183 Sur Boels, voir p. 67.

184 J. Vannérus, Documents relatifs à la seigneurie de Houffalize, dans les Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. xl, p. 253. — de Theux, o. c., t. iii, p. 54. — D. Guilleaume, L’archidiaconé d’Ardenne, das le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xx, p. 475, ignore ce curé de Sonlez. — P.Lejeune, Mon pays et mon village. Histoire de Nalinnes, ne cite pas davantage Englebert de Mérode comme curé de Nalinnes. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fos 117, 197.

185 Juten, o. c., p. 44, 45. — Halkin, o. c., p. 88, n. 6.

186 Voici deux bulles qui détaillent des recommandations de cet ordre : l’une, du 3 août 1539, est adressée à Hubert Mielemans, curé de Saint-Georges à Liége ; cfr Archives vaticanes, Reg. Later. 1660, f° 264. — L’autre bulle, du 25 novembre 1546, est adressée à Jean Huet, prévôt de Saint-Pierre à Liége et official ; cfr Reg. Later. 1782, f° 181 v°.

187 Ce vicaire perpétuel n’a rien de commun avec le vicaire coopérateur. Sur les rapports du curé primitif, du titulaire et du « vestit », voir Laenen, Introduction..., p. 382. — Si le titulaire réside, il est, lui-même, le « vestit ».

188 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 109 v°.

189 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 117.

190 Conclusions capitulaires, col. 113bis, f° 197. — Je ne connais malheureusement pas quels pouvaient être à cette date les revenus correspondants de cette église et des précédentes. — M. Laenen qui donne d’excellents aperçus de ces questions ne dit mot des curés fermiers.

191 Henne, o. c., t. iv, p. 287. — Halkin, o. c, p. 282.

192 Laenen, o. c., p. 401. — Henne, o. c,. t. vii, p. 253. — Lonchay, o. c, p. 221.

193 Redlich, o. c., t. i, p. 233, 375.

194 Formula reformationis, chap. 2.

195 Willocx, o. c., p. 40.

196 Lyon, 1563. Cité par L. E. Marcel, Le cardinal de Givry, évêque de Langres (1529-1561), t. i, p. 208.

197 Juten, o. c., p. 31. — Paquay, Juridiction..., p. 110. — Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 75. — Voir une formule de « remissio absentie » au nom de l’évêque Corneille de Berghes : Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 151.

198 Juten, l. c., estime que le curé payait aussi le « ius placet », mais ce n’est pas vraisemblable ; on notera, à titre de comparaison, que, dans le diocèse de Langres, curé et remplaçants payaient l’un et l’autre ; cfr Marcel, o. c., t. i, p. 75.

199 Acta et decreta..., chap. 2.

200 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxii, p. 35, Liége, 1930.

201 Lahaye, Les paroissse de Liége, p. 106.

202 Lahaye, La paroisse de Saint-Martin-en-Ile à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxv, p. 98, Liége, 1934.

203 Paquay, De pastoors der hoojdkerk van Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. i, p. 101-106, Hasselt, 1923.

204 Daris, Histoire... de Looz, t. i, p. 174, 178 sv.

205 F. Silveryser, Un pasquin contre G. Wendelen, dans les Verzamelde Opstellen ...te Hasselt, t. i, p. 174, n. 1, Hasselt, 1923.

206 Paquay, Gors-Opleeuw, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. x, p. 14, Hasselt. 1934.

207 Paquay, Rutten, dans le Bulletin de la Soiété scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlvi, p. 177, Tongres, 1932.

208 Paquay, Visites archidiaconales..., p. 127.

209 Archives vaticanes, Suppliche, vol. 2462, f° 75.

210 Reg. Vatic. 1517, f° 40. — A. de Ryckel, o. c., p. 166.

211 Reg. Later. 1725, f° 298 (28 octobre 1542). —Sur les bénéficiers mineurs, voir en plus de ce que j’ai dit à propos des chanoines, Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 143 ; — Fairon, Un dossier..., p. 135 ; — Halkin, o. c, p. 292.

212 Archives de l’Évêché de Liége, Registre archidiaconal de Hesbaye (1556), p. 93.

213 Registre archidiaconal de Famenne (1549-1552), p. 17.

214 Registre archidiaconal de Hesbaye (1556), p. 93.

215 Voir plus haut p. 272.

216 1523 : Antoine de Berghes; cfr Registre archidiaconal de Campine (1523), f° 45.— 1529 : Corneille de Berghes ; cfr de Theux, o. c., t. iii, p. 38, qui a lu Nedergelt. — 1540 : Maximilien de Berghes ; cfr Reg. Vatic. 1567, f° 314.

217 C. ô Kelly, Deux curés de Rocour, dans Leodium, t. xv, p. 128, 129, Liége, 1922.

218 C.G. Roland, Ossogne, dans les Annales de la Société archéologique de Namur, t. xxxviii, p. 189-190, Namur, 1927.

219 Guilleaume, o. c., p. 76.

220 Ceyssens, Les doyens ruraux..., p. 180, n. 1.

221 Au xviiie siècle ; cfr Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, p. 97, 98.

222 Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia, n° 11. — Le titre de ce registre est suivi de la mention « Lovanii », alors que le registre de 1497, utilisé par M. Paquay dans Le plus ancien pouillé du diocèse de Liége, porte la mention « Dyest »; ces indications me portent à croire que les registres en question ont appartenu à l’officialité brabançonne, siégeant successivement à Diest et à Louvain.

223 Ce registre n’indique aucune absence pour la Hesbaye !

224 Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia, n° 15, fos 155-159. — Ce compte n’indique que douze églises du concile de Beeringen qui en comptait le double, mais ces douze églises dépendaient étroitement du doyen ; cfr J. De Wit, Notes sur les quartes-chapelles dans l’ancien doyenné de Beeringen, dans L’Ancien pays de Looz, t. xiv, p. 48-60 ; t. xv, p. 1-4, 9-12, 17-19, 25-29, Hasselt, 1910 et 1911.

225 Registre archidiaconal de Campine (1555) et Registre archidiaconal de Campine (1560). — Le registre de 1556 manque.

226 Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, p. 96 sv. — Tihon, o. c., p. 265.

227 Les registres archidiaconaux ne donnent que les noms des « ecclesiae integrae et mediae » ; les quartes-chapelles, comme il a été dit plus haut, relevaient du doyen.

228 Voir, à l’Annexe D, le tableau de la non-résidence des curés dans l’archidiaconé de Hesbaye, de 1539 à 1557. — Il n’y avait annuellement que six à neuf absences motivées par les études universitaires des titulaires. — Delvaux, ms. c., p. 99, dénombre, pour 1550, cent-cinq absents sur deux-cent-quarante-deux curés, mais il ne donne pas le moyen de vérifier ses chiffres.

229 L.-E. Halkin, o. c., p. 71 sv. — Comparer aussi aux absences du diocèse de Langres ; à la même époque, cent trente-huit curés seulement, sur six-cents, observaient la résidence ; cfr Marcel, o. c., t. i, p. 209.

230 Les curés fermiers étaient naturellement moins à plaindre.

231 Acta et decreta... chap. 15. — Sur le même sujet, voir Schoolmeesters, Les Statuts synodaux de Jean de Flandre…, p. 57.

232 Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 164.

233 Pour les Pays-Bas, voir Willocx, o. c., p. 24, 25.

234 Voir plus loin. Parfois même des prêtres vagabonds du diocèse de Liége devenaient desservants dans un autre diocèse ; cfr Redlich, o. c., t. ii, p. 528, 817. — Comparer à L. Pommeray, L’officialité archidiaconale de Paris aux xve-xvie siècles. Sa composition et sa compétence criminelle, p. 262 sv., Paris, 1933.

235 II a été question déjà de l’école cathédrale et du gymnase des jérômites ; pour les écoles collégiales, voir Gobert, o. c., t. i, p. 283. — Eà 1544, une sentence fait allusion « ad scholas divi Bartholomei » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 29, f° 85.

236 Le vicaire-général n’était pas le seul examinateur prévu ; cfr Acta et decreta..., chap. 2.

237 Certains se rendaient aussi aux universités, entre autres à Louvain et à Cologne ; cfr P. Polman, De wetenschappelijke opleiding van den Noord-Nederlandschen clerus secularis in de xvie eeuw, dans Ons Geestelijk erf, t. viii, p. 400. — Acta et decreta..., chap. 5. — Je ne sais à quelles études Jean Pestiaux, curé de Saint-Hubert à Liége, destinait son parent Jean Boenen, en faveur de qui il constituait une pension de trente florins pour lui faciliter l’occession aux ordres sacrés ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 15.

238 Traduit et cité par Marcel, o. c, t. i, p. 193.

239 de Jongh, o. c, p. 126. — Sur Barlandus, voir É. Daxhelet, Adrien Barlandus et les débuts de l’humanisme belge, dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. xv, p. 99-106, Rome, 1935.

240 J. Fréson, Notice historique sur l’église collégiale et les anciennes églises paroissiales de Huy, dans les Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, t. vii, p. 136, Huy, 186.

241 De très nombreuses éditions sont connues. En 1546, des Bibles latines, flamandes et françaises furent publiées à Louvain avec le concours de Ruard Tapper ; cfr de Jongh, o. c., p. 185, n. 1. De très nombreuses éditions sont connues. En 1546, des Bibles latines, flamandes et françaises furent publiées à Louvain avec le concours de Ruard Tapper ; cfr de Jongh, o. c., p. 185, n. 1.

242 Voir p. 256.

243 Voir p. 255.

244 Voir p. 252.

245 Voir p. 252.

246 Halkin, o. c., p. 84.

247 Voir p. 238.

248 de Jongh, o. c., p. 166, n. 3.

249 Voir les enquêtes, dans le duché de Juliers,en 1559 ; cfr Redlich, o. c., passim.

250 de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 2 et 1308.

251 Taxes de quatre « stuferi » par ordre majeur; cfr Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 71, 72.

252 Paquay, Juridiction..., p. 75-76.

253 Sur les cérémonies d’une première messe, voir deux relations inédites du temps, dans Munters, ms. c., fos 127 v°, 148 v°.

254 Daris, Notices historiques..., t. vi, p. 170, 171.

255 Voir plus haut, p. 192.

256 Patrons laïques ou ecclésiastiques, Chapitres, etc.— Sur les contestations entre les candidats opposés par des collateurs divers, voir des cas curieux dans Guilleau-me, o. c., p. 268, 485 ; — Lahaye, o. c. p. 103, n. 4.

257 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxii, p. 14.

258 A moins que le prêtre n’obtienne, contre argent, la dispense de la proclamation.

259 Paquay, Juridiction..., p. 75.— Schoonbroodt, Inventaire des archives de l’abbaye du Val-Saint-Lambert, t. ii, p. 176 (1542). — Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1981, f° 16 v° (1532).

260 Ceyssens, o. c. p. 181.

261 L’illégitimité de la naissance exigeait une dispense pour la réception de la tonsure ; cfr Officialité. Sentences, vol. 24, f° 152 v°. — Sur les empêchements, voir G. Simenon, Le sacrement de l’ordre dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ecclésiastique de Liége, t. xv, p. 265, Liége, 1923-1924.

262 Le chap. 1er des Acta et decreta s’en rapporte à la Formula pour les conditions de ce certificat.

263 « ... ubi curiam nostram residere contigerit » ; cfr Acta et decreta..., chap. 2. — Ce texte ne désigne pas Louvain explicitement, mais la lettre, citée plus loin, du 25 février 1555 (cfr le n° xxv des Pièces justificatives) montre qu’il ne peut être question que de cette ville, où d’ailleurs l’officialité brabançonne avait été transportée en 1545.

264 On connaît de nombreux cas de prêtres liégeois ordonnés, pour des motifs suspects, en dehors du diocèse ; cfr Van Veen, Bijdrage..., dans les Publications de la Société historique et archéologique dans le Limbourg, t. xli, p. 328 ; — Redlich, o. c, t. ii, passim.

265 Acta et decreta..., f° 22. — Statuta synodalia f° 91 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 361.

266 Lonchay, o. c, p. 221. — Comparer à Laenen, Introduction,.., p. 271.

267 25 février 1555 : Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.

268 L. Halkin, Les origines du collège des jésuites et dit séminaire de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. li, p. 170.

269 Quand elle n’était pas distraite par des fonctions séculières ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 535. — Statuta consistorialia..., f° 44 v°.

270 Campan, o. c., t. i, p. 538.

271 Redlich, o. c., t. ii, p. 170.

272 Voir p. 43.

273 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 1 ; cfr le n° xxi des Pièces justificatives.

274 Acta et decreta..., chap. 13 ; inspiré du chap. 17 de la Formula. — On a vu plus haut que la Formula elle-même corrigeait l’Intérim, entre autres, en ne parlant pas du mariage permis aux prêtres.

275 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 114, 230. — Henne, o. c., t. ix, p. 66.

276 de Marneffe, o. c., t. iii. p. 277, 278.

277 Bormans, Répertoire..., p. 248.

278 Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 49, 50. — Bormans, o. c., p. 248.

279 Conclusions capitulaires, vol. 114, Fos 85. — Nouvelle admonestation le 29 juillet ; ibidem, f° 90. — Ces bénéficiers sont d’ailleurs négligents dans la célébration des anniversaires ; ibidem, f° 95. — Un d’entre eux est emprisonné puis absous ; ibidem, f° 102. — Bormans, o. c., p. 366, 367.

280 Conclusions capitulires, vol. 114, f° 106.

281 Conclusions capitulaires, vol. 114. f° 117. — Bormans, o. c., p. 370.

282 Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 142, 144.

283 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 144.

284 Raes de (illisible) et Baudouin Massart ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114. f° 134 (18 mars 1547) ; f° 140 (29 juillet 1547).

285 Il s’appelait de Wynalmont ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 218. — Bormans, o. c, p. 383.

286 Bormans, o. c, p. 385.

287 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 239.

288 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 254. — Ce bref m’est inconnu.— Sur les divers règlements de moralité du Chapitre, voir Bormans, o. c., p. 380, 386, 387. — Daris, Histoire... xvie siècle, p. 178, semble confondre le règlement des collégiales et celui de la cathédrale.

289 Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 94 (5 avril 1554).

290 de Theux, o. c., t. iii, p. 55 (1556).

291 Voir aussi une note du Chapitre à propos d’une rixe entre chanoines ; cfr Bormans, o. c., p. 382.

292 Daris, o. c, p. 178.

293 Sainte-Croix. Recès, vol. 61, f° 2 v°.

294 Ms. c, fos 19 v°, 20, 20 v°, 22.

295 Ms. c., f° 71.

296 Ms. c., f° 46.

297 Ms. c., fos 71 v°-72. — É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. i, p. xxv.

298 Ms. c., f° 128.

299 Saint-Denis. Recès, vol. 28, f° 30.

300 Archives de l’État a Florence, Carte Cervini, liasse 43, n° 27 ; cfr le n° xx des Pièces justificatives. — Jean Stouten, doyen de 1519 à 1556, s’était inscrit, en 1543, à la confrérie de l’Anima, à Rome ; cfr Thimister, Histoire de l’église collégiale de Saint-Paul..., p. 306 ; — M. Vaes, Les fondations hospitalières flamandes à Rome du xve au xviiie siècle, dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. i, p. 254, Rome, 1919.

301 On ne lui laissa que cinquante florins par an pour son entretien ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 87 v°.

302 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433.

303 Munters, ms. c., f° 117 (28 août 1541).

304 Doppler, o. c., dans les Publications de la Société historique et archéologique... de Limbourg, t. lxx, p. 231-328.

305 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433 (1554).

306 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 62 v° (1556).

307 Voir p. 171.

308 Amende honorable.

309 Annales de la Société archéologique de Namur, t. vi, p. 69.

310 Acta et decreta..., chap. 15.

311 Je n’ai retrouvé aucun registre des excommuniés, document dont l’existence est attestée, entre autres, par les Archives de l’Évêché de Liége, Registrum concernens penitentias et sententias archidiaconatus Hasbaniae pro annis 1546-1592, p. 5.

312 Registre archidiaconal de Hesbaye (1544), p. 28-30, 66-70, 92. — Registrum concernens..., p. 5. — Mêmes observations pour le Condroz ; cfr Registre archidiaconal de Condroz (1538-1578), passim.

313 Officialité. Sentences, vol. 24, fos 81 vo, 192 (1537-1538) ; vol. 27, f° 52 v° (1541).

314 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 121 (1549) ; vol. 40, f° 3 (1553).

315 Officalité. Sentences, vol. 33, f° 83 v° (1547).

316 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 140 v° (1537), fos 186, 240, 240 v° (1538) ; vol. 26, fos 103 v°, 122 (1540) ; vol. 29, f° 137 (1544) ; vol. 33, f° 52 (1547) ; vol. 37, fo 48 (1550).

317 Officialité. Sentences, vol. 26, fos 125, 127.

318 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 91. — Ce Zutman (Suavius) ne figure pas dans la liste des artistes de cette famille publiée par Melle Devigne dans la Biographie nationale, t. xxiv, col. 231, Bruxelles, 1929.

319 Lahaye, La paroisse de Saint-Jean-Baptiste à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxii, p. 23.

320 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 27 v°.

321 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 83 v°.

322 Lahaye, l. c.

323 Érard de la Marck, dans son mandement du 15 janvier 1526, s’était plaint de l’abus que constituait le payement d’une amende annuelle par le prêtre concubi-naire, qui, par cette composition, — véritable taxe sur l’immoralité, — pouvait persister dans son inconduite ; cfr L.-E. Halkin, o. c., p. 195. — Sous les règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, je ne vois pas trace d’un abus semblable.

324 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 37 v° (1546) ; vol. 38, f° 145 v° (1552). — Sur l’excommunication dont étaient menacées les femmes suspectes, voir p. 284.

325 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 37 v°.

326 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 75.

327 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 57.

328 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 156 v°.

329 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 199.

330 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 30.

331 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 41 v°.

332 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 35.

333 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 68 v°.

334 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 113.

335 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 145 v°.

336 Registrum concernens penitentias..., p. 27. — Il s’agit de Guillaume d’Alken, qui mourut curé de Grand-Looz ; cfr Daris, Histoire de... Looz, t. i, p. 364.

337 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 123 v°.

338 Officialité. Sentences, vol. 43, f° 62.

339 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 159 v° (1552). — Comparer à Henne, o. c., t. iv, p. 284, n. 1.

340 Redlich, o. c., t. ii, p. 68, 70, 485 et passim.

341 C’est bien par hasard que je peux citer le cas du curé de Stockheim et de deux prêtres de Maestricht qui, en 1544, moururent victimes de leur dévouement en temps d’épidémie ; cfr Munters, ms. c., f° 146 vo. — D’autres prêtres de paroisses nous sont avantageusement connus parce qu’ils ont achevé leur carrière dans un ordre religieux, tels Éverard Mercurian et Nicolas Floris.

342 Acta et decreta.., chap. 7 ; inspiré du chap. 20 de la Formula et des chap. 1 à 16 de la quatorzième partie des Statuts de Cologne de 1536.

343 Georges d’Autriche, dans la préface du Rituel de 1553, f° 2 du Liber sanctae Ecclesiae Leodiensis, cite cependant des visiteurs ; mais, en 1555, l’évêque dira que la visite canonique de la Campine n’est pas encore achevée ; cfr le n° xxv, déjà cité, des Pièces justificatives.

344 Poullet, o. c., p. 44, 302. — Van Hove, o. c., p. 150 sv.

345 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 138.— Bormans, o. c., p. 373 (23 juin 1547).

346 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 162. — Bormans, o. c., p. 376 (22 juin 1549).

347 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 183 (8 octobre 1550) ; f° 185 (22 décembre 1550).

348 Voir p. 186.

349 Article 104. — Poullet, o. c., p. 567, ignorant les textes cités ci-dessus des Conclusions capitulaires, hésite à rapporter aux Chapitres cet article qui les vise certainement.

350 C’était le cas habituel : le 16 septembre 1553, l’official condamna plusieurs personnes qui avaient appréhendé un clerc « non convictum auctoritate iudicis » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 40, f° 25 v°.

351 Cas exceptionnels ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 360 (7 août 1543). — Comparer au procès du clerc Baudouin Collart, attrait devant les échevins de Liége pour « excessus contra personam reverendissimi episcopi Leodiensis » ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 6, f° 36-40 v° (1546).

352 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 101 v° (24 février 1540). — Même l’assignation pour dettes est interdite ; cfr Officialité. Sentences, vol. 40, f° 114 v° (4 avril 1554).

353 Rahlenbeck, L’Église de Liége et la révolution, p. 259 (31 juillet 1543). — Le chanoine de Sainte-Croix, Hubert Mielemans, arrêté par ordre de Marie de Hongrie, est cité en 1539, comme curé de Saint-Georges à Liége ; cfr Archives vaticanes, Reg. Later. 1660, fos 259, 264.— En 1540, un clerc anglais, arrêté à Louvain par le magistrat séculier, dut être livré au tribunal ecclésiastique ; J. Gairdner et R. H. Brodie, Letters and papers... of Henry VIII, t. xv, p. 502.

354 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 82 (1er décembre 1547).

355 En 1539, le sous-maïeur de Tilleur, ayant fait proclamer que nul habitant de Tilleur ne pourrait en appeler un autre en justice, ecclésiastique ou laïque, sinon devant lui, sous peine de trois florins d’or, l’official l’excommunia le 25 octobre ; le 8 novembre, l’accusé s’excusa et fut absous ; le 12 novembre, il présenta une attestation de son curé, confirmant la révocation de l’ordonnance; cfr Officalité.Sentences, vol. 26, fos 55 v°, 60, 61 v°.

356 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 117 (18 avril 1542).

357 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 3 ; cfr le n° xii des Pièces justificatives. — Statuta consistorialia..., f° 47.

358 Bibliothèque mazarine a Paris, Synodale, n° 1883, fos 45-46; cfr le n° vi des Pièces justificatives. — Le mandement est suivi, f° 46 v°, d’une attestation de Jean Lamberti, exécuteur du mandement de l’official, en date du 16 février 1541, précisant qu’il a affiché le mandement en de nombreux endroits, entre autres aux portes des collégiales.

359 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 109.

360 Statuta consistorialia..., fos 47 v° sv. — Voir plus haut, p. 203, 208.

361 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 442.— En 1556, Philippe II faisait allusion à une ordonnance de Georges d’Autriche, en date du 6 juin 1555, relative au costume clérical ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, f° 4. — Je n’ai pu retrouver le texte de cette ordonnance.

362 Officialité. Sentences, vol. 33, fos 48 v°, 51 v°, 52, 53, 56 v°. — Quinze cas, du 25 juin au 25 octobre 1547. — Les Statuta consistorialia, f° 46 v°, s’exprimaient clairement sur ce point : « In dictis nostris civitate et patria, tanta est clericorum primae tonsurae a meris laïcis in nullo discrepantium multitudo ut vix crimen aliquod committi possit quin cum laïcis praesens fuerit aliquis clericus ».

363 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 155 ; cfr le n° iii des Pièces justificatives. — Le mandement, déjà cité, du 15 janvier 1541, réagit en sens contraire, en imposant l’habit clérical.

364 Officialiii. Sentences, vol. 26, f° 94 v°.

365 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 47 (14 octobre 1550).

366 François Rythoven, de Hasselt, fut excommunié et condamné à un pèlerinage pour avoir fait arrêter un délinquant dans un cimetière ; cfr Officialité. Sentences, vol. 38, f° 90 v° (13 février 1552). — Sur le droit d’asile à cette époque, voir le Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e s., t. i, p. 141, 240 ; — Van Hove, o. c., p. 142 ; — Poullet, o. c., p. 453, 715.

367 Toute habitation de clerc était ainsi sauvegardée. Henri Druckers, « satelles iusticie secularis ville de Peelt », fut condamné à un pèlerinage pour avoir voulu entrer dans la maison d’un clerc pour une affaire de sa charge ; cfr Officialité. Sentences, vol. 33, f° 61 v° (29 octobre 1547).

368 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 192 v° (14 janvier 1538).

369 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 77 v° (25 octobre 1548).

370 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 122 (12 janvier 1549). — Cas à comparer: Officialité. Sentences, vol. 26, f° 19 (28 août 1539).

371 Voir p. 188.

372 J. Laenen, Le clergé rural et l’impôt princier dans le droit local du Brabant, dans les Mélanges Charles Moeller, t. II, p. 5. — Brouwers, o. c., p. xxiii, 33.

373 Munters, ms. c., f° 128.

374 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 118, 260. — J. Lyna, De protestansche revolutie te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. x, p. 257 sv. — J. Lyna, Bijdragen tôt de geschiedenis van Hasselt, dans la même revue, t. xi, p. 301.

375 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 2e s., t. viii, p. 118. — La crise était d’ailleurs générale ; cfr Hauser et Renaudet, Les débuts de l’âge moderne. La Renaissance et la Réforme, p. 568.

376 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 143 v° ; vol. 114, fos 39, 104, 200, 203. — É. Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lambert à Liége, t. v, p. 329, 330, 331. — Daris, Histoire... xvie siècle, p. 253. — Lahaye, Inventaire... Saint-Jean-l’Évangéliste, t. ii, p. 188. — Bormans, o. c., p. 245, 369. — État noble. Journées d’États, vol. I, f° 18. — Conseil privé. Dépêches, vol. I, f° 126. — Officialité. Sentences, vol. 24, fos 204, 228 v°. — Henne, o. c, t. viii, p. 48. — Tihon, o. c., p. 25-27, 56. — de Marneffe, o. c., t. iv, p. 92, 166, 167. — Mandements et cris du perron (1551-1555), f° 143.— Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, f° 1.— Munters, ms. c., f° 88 v°. — Bartollet, o. c., n° 340. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 336, 352, 353, 357. 358, 366, 367, 370, 372, 381. — Tihon, o. c., p. 24. — Creemers, o. c., p. 155. — Straven, o. c., t. ii, p. 427 ; t. iv, p. 453, 455, 462, 464, 467, 472.

377 Munters, ms. c., f° 139 (église de Gangelt, brûlée le 19 juin 1543). — Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 28, 255. — Bormans, o. c., p. 243. — Brouwers, o. c., p. xxix, xxxi, xl, xliii, xliv. — Daris, o. c., p. 132. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 345, 346, 347, 349. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 201, 271 ; t. iii, p. 14 etc, — Publications de la Société historique... de Limbourg, t. xlvi, p. 174. — Poncelet, o. c., t. v, p. 332. — Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 418, 464.

378 Munters, ms. c., f° 106 (Alken, 1540).

379 Son cadavre fut exposé, dans le but de stigmatiser le suicide ; cfr Munters, ms. c., f° 120 (Lummen, 1542).

380 Chambre des comptes, vol. 15465, f° 163 (Fleurus, 1526).

381 C’est une question importante que celle de la nature de la bienfaisance dans nos pays au début de l’époque moderne. On trouvera des renseignements autorisés à ce sujet dans Laenen, Introduction..., p. 199 sv.; — P. Bonenfant, Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance publique aux Pays-Bas sous le règne de Charles-Quint, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. v, p. 898 sv.; — Henne, o. c., t. v, p. 212 ; — Gobert, o. c., t. i, p. 500-510 ; — S. Reicke, Bas deutsche Spital und sein Recht im Mittelalter, t. i, p. 196 sv., Stuttgart, 1932; — M. Fosseyeux, Les premiers budgets municipaux d’assistance. La taxe des pauvres au xvie siècle, dans la Revue d’histoire de l’Église de France, t. xx, p. 407, Paris, 1934.

382 Van Hove, o. c., p. 136, 137.

383 Dans la principauté et dans le Brabant ; cfr Acta et decreta..., chap. 7.

384 Le 19 novembre 1547, un mandement épiscopal ordonnait au magistrat communal de Huy de surveiller la distribution, vu « les grands abuz » ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 101 v°.

385 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 159 (Oleye, 1537) ; vol. 26, f° 70 (Jemeppe-sur-Meuse, 1539) ; vol. 33, f° 32 v° (Gingelom, 1547).

386 Officialité. Sentences, vol. 29, f° 83 (Wintershoven, 1544).

387 Guillaume Petri, desservant de Bilsen, pour réparer son église, avait pris un arbre dans les biens de la Table ; cfr Officialité. Sentences, vol. 30, f° 210 (1545).

388 Registrum concernens penitentias..., p. 2 (1547), p. 30 (1553).

389 Ms. c., p. 2 (1547).

390 É. Poncelet, Les bons métiers de la Cité de Liége, dans le Bulletin de l’Institu archéologique liégeois, t. xxviii, p. 36, Liége, 1900.

391 Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. iii, p. 271.

392 M. Bourguignon, Inventaire des archives de l’Assistance publique de Louvain, p. xviii, xix, Tongres, 1933.

393 Gobert, o. c., t. i, p. 501.

394 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 66 v°.

395 Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin..., t. xlix, p.141, n. 2.

396 Gobert, o. c., t. iii, p. 534.

397 Berlière, Recherches historiques sur Gosselies, t. i, p. 214, Gembloux, 1926.

398 Bormans, Répertoire..., p. 367. — Le prieur Jean de Lymborch, dont le Chapitre se plaignait, fut emprisonné à Huy en 1553, sans doute pour ses malversations ; cfr Gobert, o. c., t. v, p. 192.

399 Lyna, De gesta..., p. 181, 182.

400 Creemers, o. c., p. 500.

401 Campan, o. c., t. i, p. 390.

402 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 341.

403 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 346.

404 Bormans, o. c., p. 244, 246.

405 Munters, ms. c., fos 142 v°, 143, 145 v°.

406 Munters, ms. c., f° 146 v°.

407 Gobert, o. c., t. iii, p. 547.

408 Straven, o. c., t. ii, p. 440.

409 Mandements et cris du perron (1555-1557), f° 124 v° (d’après le manuscrit des Régestes de la cité de Liége, de M. Fairon).

410 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 393.

411 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Archives ecclésiastiques, n° 14558 : « Relevé avec noms et adresses des personnes du Brabant, du pays de Liége, et du Hainaut soupçonnées d’être atteintes de la lèpre et amenées à Ter-Banck pour y être visitées (1411-1551) » ; cfr d’Hoop, Inventaire des archives ecclésiastiques du Brabant, t. iv, p. 243.

412 Aigret, o. c., p. 110.

413 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 77.

414 Aigret, o. c., p. 110. — Brouwers, Cartulaire de la commune de Namur, t. iv, p. 5. — Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771 (septembre 1556).

415 Baix, Fragments d’une chronique..., p. 55.

416 de Ryckel, Histoire de la ville de Herve, p. 39, Liége, 1906.

417 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 234, 235.— Bormans, o. c., p. 384, 387.— Chapeaville, o. c., t. iii, p. 374. — Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2° série, t. i, p. 247.

418 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 261. — Bormans, o. c., p. 387.

419 Bonenfant, Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance..., dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. vi, p. 888, Bruxelles, 1927.

420 Bormans. Répertoire..., p. 245.— Un règlement communal de Saint-Trond, le 14 octobre 1538, fixait des jours pour mendier; cfr Straven, o.c., t. ii, p. 420.

421 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2° s., t. i, p. 116, 124, 235, 242. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 335, 336, 337, 341, 342, 343, 351. — Gobert, o. c., t. i, p. 518. — Mélart, o. c, p. 342. — Straven, o. c., t. iv, p. 477. — Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 404. — Bormans, o. c., p. 239, 243, 384. — Fremder, Les vagabonds bohémiens principalement dans l’ancien pays de Liége, p. 21, Liége, 1856.— En 1539, des voleurs dévalisèrent l’église de Heusden ; cfr Munters, ms. c., f° 93. — Sur des vols de calices, voir Officialité. Sentences, vol. 29, f° 129 (1544) ; — Bormans, o. c., p. 243. — Sur les « joyaulx » volés à l’église de Bossière, cfr Chambre des comptes, vol. 15465, f° 207 (1541).

422 L. Lallemand, Histoire de la charité, t. iii, p. 353 sv., Paris, 1904.— Henne, o. c., t. v, p. 220. — Pirenne, o. c., t. iv, p. 446. — J. Gessler, Les rentes hassel-toises, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lii, p. 164, Liége, 1927.

423 Lahaye, Cartulaire de la commune de Dinant, t. v, p. 4, Namur, 1899.

424 Schoolmeesters, o. c., p. 33. — Au quinzième siècle, les curés devaient rappeler à leurs paroissiens l’excommunication encourue par les usuriers du fait des Statuts synodaux ; cfr Paquay, Juridiction..., p. 34.

425 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 1re s., p. 576.

426 S. d. Cfr Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia epis-copi et officialis (1489-1543), f° 45.

427 Commission, s. d., de Corneille de Berghes pour Dominique de Portenariis, lombard à Diest ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 101 v°. — Sauf-conduit du même, s. d., pour la veuve d’un lombard de Liége ; ibidem, f° 102 v°.

428 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 56 v° (1552), f° 116 (1553) ; vol. 41, f° 104 (1554).

429 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 33.

430 Gobert, Lombard repentant, dans Leodium, t. xiv, p. 119.

431 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. vi, p. 467. — Gobert, Liége à travers les âges, t. i, p. 508. — Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 666.

432 Pirenne, o. c., t. iv, p. 447. — Gobert, o. c., t. i, p. 510.

433 Munters, ms. c., f° 61 v°.

434 Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 155 v°.

435 C. Vanderstraeten, De Augustijnen en hun klooster te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 241, Hasselt, 1933.

436 Daris, o. c., p. 250.

437 Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 152.

438 Ceyssens, Histoire de la paroisse de Visé, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. vi, p. 125, Liége, 1891.

439 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 101 v°.

440 Bourguignon, o. c., p. xciv, xcv.

441 Bourguignon, o. c., p. xciv.

442 Pour l’enseignement secondaire, voir Tihon, o. c., p. 274 sv., et ce que j’ai dit plus haut des jérômites, des jésuites et des sépulchrines, p. 238 sv.

443 Tihon, o. c., p. 273.

444 L’édit impérial du 7 octobre 1631, qui organisait l’assistance publique, astreignait les enfants des indigents à fréquenter une école, à moins qu’ils ne fussent mis en apprentissage ou en service ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iii, p. 265.

445 Tihon, o. c., p. 274. — Daris, o. c., p. 238.

446 Silveryser, Godefroid Wendelen, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lviii, p. 104, Liége, 1934. — Dubois, L’instruction à Huy à la fin du xvie siècle, dans les Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, t. xiv, p. 235-247, Huy, 1905. — L. Blonden, De oudste latijnsch stadschool te Maastricht, dans les Publications de la Société historique et archéologique... de Limbourg, t. lxvi, p. 13 sv., Maestricht, 1930. — J. Notermans, Maastrichtsche schoolmeesters uit de xvie eeuw, dans Limburg, t. xi, p. 129, Millen, 1929. — Paquay, De volksschool in de landelijke gemeenten, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. iii, p. 50, avec une bibliographie, Hasselt, 1927.

447 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 230, 307.

448 Sur la question controversée des origines de l’imprimerie liégeoise, voir Tihon, o. c., p. 284.

449 Daris, o. c., p. 234. — Gobert, L’imprimerie à Liége..., dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xlvii, p. 22, Liége, 1922.

450 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.

451 Chez Luc Bellère. — Cet ouvrage, que de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 2, attribue à saint Pierre Canisius, avait été imprimé déjà à Louvain en 1555 avec l’approbation de Ruard Tapper, mais il semble que Georges d’Autriche n’ait pas connu cette édition. — Voir aussi L. P. Gachard, Analectes historiques, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, 2e s., t. v, p. 217.

452 Redlich, o. c., t. ii, p. 598.

453 Fairon, Un dossier..., p. 142. — Van Veen, o. c., dans les Publications..., t. xli, p. 331. — Redlich, o. c., t. ii, p. 726, 765.

454 Registrum concernens penitentias..., p. 3 (Vliermael, 1547). — Rahlenbeck, Les pays d’Outre-Meuse..., p. 213. — L.-E. Halkin, Un procès de religion à Liége en 1530, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xxvi, p. 15, Liége, 1935.

455 Je rappelle les prédications à Liége des saints Pierre Canisius et Pierre Lefèvre, du père de Sommal à Dinant ; voir p. 238 et 239. — Pour Gembloux, voir Namèche, o. c., p. 316. — Pour Hasselt, voir Gessler, Analecta Hasselensia, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. iv, p. 73, Hasselt, 1928. — Pour Namur, voir Aigret, o. c., p. 105-106. — Pour Louvain, voir A. Poncelet, o. c., t. i, p. 23. — Pour les prédications de carême à Liége, voir É. Poncelet, Mélanges, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xxiv, p. 117, Liége, 1894.

456 Marcel, o. c., t. i, p. 169. — Hartzheim, o. c., t. vi, p. 272. — Vers 1470, des mandements généraux à proclamer aux synodes des conciles de Brabant ordonnaient aux curés d’empêcher les quêteurs de prêcher sans autorisation dans les églises; cfr Paquay, Juridiction..., p. 36. — Érard de la Marck, par mandement du 15 janvier 1526, avait ordonné à tout prédicateur de se munir d’une licence du vicaire-général ; cfr Fredericq, o. c., t. v, p. 99. — Les Statuts synodaux de 1548 reprirent cette mesure de précaution contre les moines, par leur chap. 8 : « qui ad docendum verbum Dei ex mendicantibus admitti debeant ». — Sur l’opposition aux quêteurs, voir un cas obscur dans Officialité. Sentences, vol. 35, f° 209 (Vivegnis, 1549). — A Namur, nous voyons Daniel de Maldonade, suspect il est vrai, qualifier de « larrons » les quêteurs ; cfr Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, passe 715 : enquête contre Daniel de Maldonade ; déposition de Jean Tona, le 29 novembre 1549.

457 Voir p. 174.

458 P. Hermant et D. Boomans, La médecine populaire, passim, Bruxelles, 1926. — E. Polain, La vie à Liége sous Ernest de Bavière, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lv, p. 118 sv., Liége, 1931.

459 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 431, 432. — Foullon, o. c., t. ii, p. 259.

460 Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, f° 71.

461 Munters, ms. c., f° 87 (Curange, 1539). — Pour les annonces paroissiales, le curé devait les faire à l’offrande ; le curé de Muysen, qui avait lu les annonces après la préface de la messe, fut condamné à un pèlerinage et à une amende honorable devant ses paroissiens ; cfr Officialité. Sentences, vol. 35, f° 57 v° (1548),

462 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 107 v°.

463 Laenen, La dîme ecclésiastique dans le droit local du Brabant, dans La Vie diocésaine, t. v, p. 57 sv., Malines, 1911.

464 Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. i, p. 337 ; t. ii, p. 213 ; t. iii, p. 180 ; t. iv, p. 169 ; t. v, p. 189, etc. — J. Halkin et C. G. Roland, o. c., t. ii, p. 549. — É. Poncelet, Cartulaire... Saint-Lambert, t. v, p. 333. — P. Daniels, Document touchant les charges des décimateurs, dans Leodium, t. v, p. 79, Liége, 1906. — Laenen, Introduction..., p. 142 sv.

465 U. Berlière, Recherches historiques sur la ville de Gosselies, t. i, p. 8.

466 Berlière, o. c., t. i, p. 16, 17.

467 R. Ulens, La communauté de Grand-]amine sous l’ancien régime, dans L’Ancien pays de Looz, t. xiii, p. 9, Hasselt, 1909.

468 É. Poncelet, Inventaire... Sainte-Croix, t. ii, p. 129.

469 Parfois, le décimateur était généreux ; cfr Bormans, Répertoire..., p. 367.

470 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 187 v° (Eygenbilsen, 1538) ; f° 188 (Saint-Séverin-en-Condroz, 1538).

471 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 16.

472 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 3 : « ... fatetur quod convertit ligna donata ad usum depingende certe imaginis in usum proprium, sed dicit quod in locum illorum dedit alia ligna ecclesie, prout attestatus est pictor ».

473 Officialité. Sentences, vol. 32, f° 54 (Zonhoven, 1546) ; vol. 35, f° 57 (Montegnée, 1548) ; vol. 39, f° 89 (Houthalen, 1552) ; vol. 43, f° 94 (Riempst et Herderen, 1557). — Registrum concernens penitentias et sententias archidiaconatus Hasbaniae..., p. 22 (Brouckom, 1551).

474 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 354 ; t. vi, p. 316, 359. — Redlich, o. c., t. ii, passim.

475 J. Deweert, Jours nataux, jamas, temporats, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. xiv, p. 863-872, Bruxelles, 1935.

476 Berlière, Recherches historiques sur la ville de Gosselies, t. i, p. 87.

477 A. Hansay, Hasselensia, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 217, Hasselt, 1933.

478 P. Daniels, Quelques notes historiques sur Cosen, dans L’Ancien pays de Looz, t. vi, p. 76, Hasselt, 1902.

479 Lyna, De gesta..., p. 179, 193.

480 Gachard et Piot, o. c., t. ii, p. 274, 275. — Daris, o. c., p. 137. — Coutume semblable à Luxembourg en 1540 ; cfr J. Bertholet, Histoire ecclésiastique du... Luxembourg..., t. viii, p. 18, Luxembourg, 1743.

481 Une satire de la fin du xve siècle, mais publiée de nouveau avec l’agrément de Luther, détaille les malheurs du clergé paroissial ; cfr A. Werminghoff, Die Epistola de miseria curatorum seu plebanorum, dans VArchiv für Reformalionsges-chichte, t. xiii, p. 200-227, Leipzig, 1916. — Sur le casuel en général, voir Laenen, Introduction..., p. 162 sv.

482 Les indigents obtiennent réduction ou gratuité. Le recours au texte montre qu’il ne s’agit pas ici de l’extrême-onction.— Sur ce sujet, voir A. Hansay, Hasse-lensia, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 217; — Hansay, Un document de l’année 1520 concernant le clergé paroissial de Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen..., t. x, p. 152 ; — Paquay, Stoolrechten te Hasselt in 1520, dans Verzamelde Opstellen..., t. x, p. 225, Hasselt, 1934. — Comparer à Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 89, 131, 138. — Schoolmeesters, Jean de Moregny et la confraternité de Saint-Luc, dans Leodium, t. ix, p. 44, Liége, 1910. — Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. iv, p. 175 ; t. v, p. 193. — Daniels, Quelques notes historiques sur Cosen, dans L’Ancien pays de Looz, t. vi, p. 76, Hasselt, 1902. — de Louvrex, o. c., t. i, p. 435, 436.

483 A Peer, le curé recevait trente-et-un florins pour cinquante-trois messes célébrées aux frais de la fabrique et onze halsters de froment de la part de la Table des pauvres ; cfr A. J. Hendrix, Peer, dans L’Ancien pays de Looz, t. xi, p. 38, Hasselt, 1908. — Pour Langres, où les honoraires d’une messe correspondaient au salaire d’une journée d’ouvrier, voir Marcel, o. c., t. i, p. 209, n. 2. — Je n’ai pu consulter K. J. Merk, Das Messstip, Munich, 1929.

484 de Louvrex, o. c., t. i, p. 435. — Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. ii, p. 218. — de Chestret de Haneffe, Les statuts somptuaires du clergé dans le diocèse de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xxiii, p. 25.

485 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 9. — Comparer à un acte de l’archidiacre de Brabant, s. d., du xve siècle, permettant la saisie-arrêt des biens meubles pour défaut de paiement des droits d’obsèques ; cfr Paquay, Juridiction..., p. 105.

486 1553 ; cfr Brouwers, Les aides... de Namur au xvie siècle, p. 68.

487 Acta et decreta..., chap. 11. — G. Simenon, Le baptême et la confirmation dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ecclésiastique de Liége, t. xiv, p. 69 sv., Liége, 1922-1923.

488 Officialité. Sentences, vol. 26, f° 67 v° (1539).

489 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 53 (1552).

490 Simenon, o. c., p. 80 sv.

491 Munters, ms. c., fos 139, 152 v°.

492 Acta et decreta..., chap. 9. — Avant ces Statuts, l’absolution des cas réservés appartenait uniquement à l’évêque ou à ses délégués. Une commission de Corneille de Berghes, permettant d’absoudre de ces cas, fut accordée au croisier Rodolphe van den Broich ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 102 v°. — Voir aussi Simenon, La pénitence et Vextrême-onction dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ecclésiastique de Liége, t. xiv, p. 133, Liége, 1922-1923.

493 Officialité. Sentences, vol .33, f° 2 (1547). — Je suppose cependant que les fidèles pouvaient se confesser à des prêtres étrangers à condition de présenter à leur curé un billet de confession, formalité prévue par le concile de Cologne de 1536 ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 283. — En 1565 encore, l’officialité liégeoise de Louvain priait les religieux de cette ville de ne pas entendre les confessions dans leurs églises durant le temps pascal, mais de prêter leur concours au clergé paroissial ; cfr Laenen, Introduction..., p. 331. — Comparer à une situation analogue à Liége ; cfr L. Lahaye, Les paroisses de Liége, p. 119.

494 Paquay, Juridiction..., p. 36.

495 Munters, ms. c., f° 113 v°.

496 Redlich, o. c., t. ii, p. 522.

497 Schayès, Histoire de l’architecture en Belgique, t. iv, p. 170. — Je suppose qu’à Millen notamment il n’y avait pas encore de confessional en 1550.

498 Simenon, o. c., p. 140.

499 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 244 v°. — On voit par ce trait que la discipline était satisfaisante à Liége, par comparaison avec des diocèses allemands où l’usage de l’extrême-onction était tombé en désuétude ; cfr Constant, Concession à l’Allemagne..., p. 54.

500 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 97 v°.

501 A Heinsberg, en 1550, les autels étant conférés à des jeunes gens, plusieurs messes fondées n’étaient plus célébrées ; cfr O. Redlich, o. c., t. ii, p. 319, 734. — L’official punissait les prêtres négligents dans la célébration des messes dues ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 26 (1550).

502 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 60 (1550).

503 J. Freson, o. c., dans les Annales du Cercle hulois..., t. vii, p. 136.

504 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, fos 9, 31, 46, 47 v°, 55 v°, 161 v°. — P. Frédérics, o. c., t. v, p. 100. — Pour la binaison : Officialité. Sentences, vol. 25, f° 23 (1538). — Voir une licence, s. d., d’Érard de la Marck permettant de célébrer avec le calice et les ornements d’un prêtre suspens et excommunié ; cfr Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia episcopi et officialis (1489-1543), f° 53.

505 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 23 v° (1546).

506 Officalité. Sentences, vol. 24, f° 166 v° (1537) ; vol. 42, f° 31 (1555).

507 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 2 (1547). — Pour l’âge, voir les prescriptions du concile de Cologne de 1536 ; cfr Hartzheim, o. c., t. vi, p. 283. — M. Lahaye, o. c., p. 124, parle de la quinzième année comme âge normal de la première communion.

508 Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, liasse 715 : enquête contre Daniel de Maldonade, en 1549 et 1550 ; déposition de Antoine de Forny, desservant de Namêche.

509 Redlich, o. c., t. ii, p. 96. — L. Lahaye, o. c., p. 120. — Berlière, Recherches ...Gosselies, t. i, p. 87. — Heysse, Le vin des communiants à Hasselt, dans L’Ancien pays de Looz, t. xii, p. 17, 72, Hasselt, 1907. — J. Gessler, La sorcière d’Aldeneyck, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. vi, p. 75, Hasselt, 1930. — Simenon, L’eucharistie dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ecclésiastique de Liége, t. ix, p. 393, Liége, 1913-1914. — C’est par erreur que D. F. Cabrol écrit que l’usage de donner du vin aux fidèles après la communion ne remonterait qu’à 1564 ; il n’y a pas de rapport ici entre le vin des ablutions et l’utraquisme ; cfr Cabrol, De la communion sous les deux espèces et de quelques autres usages, dans Eucharistia, p. 568, Paris, 1934.

510 Munters, ms. c., f° 114.

511 Gobert, t. iv, p. 138. — Lahaye, o. c., p. 121, 122.

512 Voir p. 232.

513 Voir p. 278.

514 Simenon, Le sacrement du mariage dans l’ancien droit ecclésiastique liégeois, dans la Revue ccclésiatique de Liége, t. xv, p. 333, Liége, 1923-1924. — Je prépare une étude sur le mariage dans le droit liégeois et dans le folkore.

515 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 205 (1538), f° 239 v° (1538) ; vol. 25, f° 27 v° (1538), f° 152 v° (1539).

516 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 204 v° (1538) ; vol. 26, f° 22 v° (1539). — L’anneau aussi est parfois brisé ; cfr Officialité. Sentences, vol. 26, f° 91 (1540).

517 Officialité. Sentenes, vol. 30, f° 31 (1544). — Parfois aussi, l’official note que les promesses ont été faites « en buvant » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 27, f° 128 (1542).

518 Pain.

519 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 60 v° (1551).

520 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 99 v° (1542).

521 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 67 v° (1539); vol. 26, f° 1 bis (1539) ; vol. 27, f° 32 v° (1541), f° 100 (1542) ; vol. 28, f° 102 (1543), f° 117 v° (1543) ; vol. 31, f° 72 v° (1546), f° 78 v° (1546) ; vol. 32, f° 39 v° (1546) ; vol. 33, f° 76 v° (1547) ; vol. 35, f° 164 v° (1549) ; vol. 36, f° 84 v° (1549) ; vol. 38, f° 71 (1551), f° 100 v° (1552). — Registrum concernens penitentias et senlentias archidiaconalus Hasbaniae pro annis 1546-1592, p. 47 (1557) ; etc. etc. — Une formule de dispense des bans, s. d., de Corneille de Berghes, aux Archives de l’Archevêché de Malines, Leodiensia. Acta varia episcopi et officialis (1489-1543), f° 110 v°.

522 Acta et decreta..., chap. 10.

523 Acta et decreta..., chap. 16.

524 Registrum concernens penitentias..., p. 16 (1550), 46 (1556).

525 Officialité. Sentences, vol. 37 f° 28 (1550).

526 Officialité. Sentences, vol. 38, fos 49, 52 v° (1551).

527 Munters, ms. c., f° 32 (1536). — Voir aussi, au n° xix des Pièces justificatives, le cas de cette femme qui se serait crue damnée pour un manquement à l’abstinence. — Sur le jeûne, voir Munters, ms. c., fos 113 v°, 137.

528 Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, p. 15.

529 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 117. — Cas semblable, la même année, f° 122 : le curé condamné devra dire, en chaire, le motif de la sentence qui le frappe.

530 Registrum concernens penitentias..., p. 37, 38.

531 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 46 (1550).

532 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 158. — Le 31 mai, f° 166, la peine fut réduite à la lecture du psautier, deux fois par semaine, jusqu’au carême prochain.

533 Paquay, Juridiction..., p. 96. — Ceyssens, Les doyens..., p. 197 sv. — Lahaye, o. c., p. 87. — Le 9 mars 1537, Léonard Schonckeren était cité à l’officialité « super excessibus synodalibus » ; cfr Officialité. Sentenes, vol. 24, f° 38. — Le 15 janvier 1549, une femme était citée au tribunal de l’archidiacre de Hesbaye, après avoir été « monita vigore sancte synodi » ; cfr Registrum concernens penitentias..., p. 6. — A. M. Königer, Quellen zur Geschichte der Sendgerichte in Deutschland, Munich, 1910, p. 112 sv., publie le texte du règlement du synode de Laurensberg, du milieu du xvie siècle, avec le serment des échevins synodaux et celui de la sage-femme du village.

534 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 58.

535 Officialité. Sentences, vol. 35, fos 39 v°, 44, 44 v°.

536 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 4 v°.

537 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 54.

538 Officialité. Sentences, vol. 37, f° 54 v°.

539 Officialité. Sentences, vol. 25, f° 69 (1539) ; vol. 29, f° 147 v° (1544) ; vol. 33, f° 22 (1547). — Voir un cas de rapt, au vol. 37, f° 52 (1550).

540 Officialité. Sentences, vol. 29, f° 56 v° (1543).

541 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 225 (1538) ; vol. 30, fos 87, 87 v° (1545).

542 Bormans, Extraits des cris du péron..., p. 186. — Voir aussi, pour 1549, Bartollet, o. c., n° 289.

543 Officialité. Sentences, vol. 38, f° 51.

544 Officialité. Sentences, vol. 25, fos 37, 66 v° (1539) ; vol. 27, f° 34 (1541) ; vol. 36, f° 52 (1549).

545 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 29 (1541).

546 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 11 v° (1542).

547 Officialité. Sentences, vol. 28, f° 22 v° (1542).

548 Registre archidiaconal de Hesbaye (1550), p. 74.

549 de Ryckel, o. c., p. 244 ; le père du délinquant ayant intercédé pour son fils, le gouverneur de Limbourg reçut celui-ci à composition.

550 G. Des Marez, L’orgnisation du travailà Bruxelles au xve siècle, p. 243, Bruxelles, 1904. — Nous ne disposons malheureusement d’aucun travail comparable pour Liége.

551 Les Statuta consistorialia..., f° 45, en citent plus de quarante-cinq, ce qui fait, avec les dimanches, au moins cent jours chômés par an ou un jour sur trois.

552 Sur les Chambres de rhétorique, voir de nombreuses monographies et revues locales, concernant les Chambres de Hasselt, Tongres, Saint-Trond, Tirlemont, Diest, etc.

553 Gobert, Liége à travers les âges, t. ii, p. 125. — P. Delrée, Notes sur le théâtre chrétien à Liége au xvie siècle, dans La Scène catholique, n° 7, Bruxelles, 1928. — C’est à cette époque que Grégoire Holonius, de Liége, publia ses tragédies en vers latins ; cfr de Theux, Bibliographie liégeoise, col. 1315.

554 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 121 (1549).

555 Paquay, Juridiction..., p. 37.

556 Munters, ms. c., f° 92. — Comparer au Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 214 ; t. vi, p. 80, 424.

557 H. Thomas, De Tungris et Eburonibus..., p. 32, Strasbourg, 1541 ; cité et traduit par M. Polain, o. c., dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lv, p. 113.

558 O. Manare, De vita et moribus Everardi Mercuriani praepositi generalis Societa-tis Iesu commenlarius, p. 3, Bruxelles, 1882. — Ce texte indique que Mercurian fut curé de Voët ; on identifie habituellement ce nom étrange avec Waillet près de Marche.

559 Fairon, Recueil des ordonnances..., p. 329. — Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e s., t. i, p. 129.

560 Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 1re s., p. 747. — Comparer à de Damhoudere, o. c., p. 279.

561 Gobert, La loterie à Liége dans les siècles passés, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xxxiv, p. 258 sv. — Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 85 (loterie au profit de l’église Saint-Jacques de La Haye, 14 août 1547). — Antwerpsche archievenblad, t. ii, 4, p. 167 (loterie anversoise, 1550). — Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 125 v° (loterie au profit de l’église du Saint-Sépulchre à Saint-Trond, 11 juillet 1550). — L. Van der Essen, De groote en générale staatsloterij der Neder-landen (1556-1578), dans les Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis en oudheid-kunde, 1913, p. 280. — Gobert, Liége à travers les âges, t. v, p. 639 (vers 1557).

562 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 26. — Sur Gilles Le Catty, voir Officialité. Sentences, vol. 25, f° 5 ; vol. 33, f° 27 v°. — Dans un cas semblable, le paroissien insolent fut condamné à demander pardon à son curé, le dimanche, devant le peuple assemblé au cimetière ; cfr Officialité. Sentences, vol. 26, f° 19 (1539).

563 Officialité. Sentences, vol. 36, f° 43 v° (1549).

564 Officialité. Sentences, vol. 27, f° 66 v° (1541).

565 Officialité. Sentences, vol. 39, f° 132 v° (Membruggen, 1553).

566 Creemers, o. c., p. 154 (Nederweert, 1547). — Officialité. Sentences, vol. 38, f° 58 (Beverloo, 1551).

567 « Quia Anna dicta Annon, uxor magni Gerardi de Hermey, rea ad instantiam Lamberti Rockelenge fisci super excessibus citata, confessa fuit se fecisse insolen-tias in ecclesia parochiali de Hermey tempore divinorum et traxisse Evam uxorem Iohannis Lhoest toga ne eandem precederet eundo ad offertorium... » ; cfr Officialité Sentences, vol. 24, f° 190 v° (1538).

568 Officialité. Sentences, vol. 31, f° 77 (Hasselt, 1546).

569 Officialité. Sentenes, vol. 36, f° 162 v° (1550.)

570 « ... columbas in turri nidificantes. . » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 39, f° 128 (1553).

571 Officialité. Sentences, vol. 34, f° 103 v°.

572 Sans oublier les blasphèmes (pour autant qu’ils ne procèdent pas de l’hérésie) et les jurons ; voir plus haut p. 178.

573 Munters, ms. c., fos 103-108 v°. — Il y eut aussi à Curange des processions pour la paix, le 30 novembre 1541 et le 7 juillet 1542 ; cfr ms. c., f° 119 ; — Lyna De gesta..., p. 292. — Sur les processions des « croix banales », voir Paquay, L’origine de la coutume des Croix de Verviers, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxv, p. 79, Liége, 1934.

574 Je n’ai relevé qu’un cas d’opposition : à Overpelt, Catherine Bellarts voulut interdire le passage de la procession sur ses terres ; elle fut condamnée à une réparation par l’officialité, le 19 octobre 1541 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 27, f° 48 v°.

575 Redlich, o. c., t. i, p. 320, 325, 421, 497.

576 A Neuville, aux limites de la paroisse, le Saint-Sacrement fut déposé « apud unam arborem, una mensa cum una mappa nitida » ; cfr Officialité. Sentences, vol. 32 f° 27 v°.

577 Brouwers, Les marchands batteurs à Dinant, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxviii, p. 128, n. 2, Bruxelles, 1909.

578 Sur les confréries liégeoises, voir L.-E. Halkin, o. c., p. 206. — Voir la condamnation, en 1557, d’un maître de la « confrérie de Dieu Tout-Puissant, de la Vierge et de tous les saints », dans l’église Saint-Thomas à Liége, qui avait aliéné les biens de la communauté ; Officialité. Sentences, vol. 43, f° 107 v°.

579 Cruls, Le Saint-Sacrement et l’église Saint-Martin à Liége, p.127, Liége, 1881.

580 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 108 v° (17 février 1547). — Lahaye, o. c., dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxii, p. 23.

581 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 17 v°.

582 É. Poncelet, Les bons métiers de la Cité de Liége, p. 167.

583 É. Poncelet, o. c, p. 70.

584 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 109 v° (1541). — Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 54 (1552).

585 Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, liasse 715 : enquête contre Daniel de Maldonade ; déposition de Jean Tona, le 29 novembre 1549.

586 Canivez, o. c., p. 217.

587 Bormans, Répertoire..., p. 245.

588 Une indulgence de cet ordre fut prêchée à Curange sous Corneille de Berghes ; cfr Munters, ms. c., f° 137. — Comparer à Cauchie et Van Hove, o. c., t. ii, p. 361.

589 A. Hansay, Mélanges, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. ix, p. 59, Hasselt, 1933.

590 Daris, Notices historiques..., t. iii, p. 169.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter