Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Seconde partie. La réforme catholique

Chapitre deuxième. Les réformes et les fondations monastiques

Texte intégral

  • 1 J. P. R. Stéphani, Mémoires pour servir à l'histoire monastique du pays de Liége (éd. Alexandre), (...)
  • 2 Je prends donc le mot « monastique » dans son sens le plus large, désignant de ce seul terme tous (...)

1Il n'entre pas dans mon dessein de refaire l'histoire de tous les monastères, de toutes les familles religieuses du diocèse, au cours des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d'Autriche. Un tel exposé serait interminable et, pour n'être pas inutile, il serait déplacé dans cet ouvrage. Les « Mémoires » du père Stéphani sur l'histoire conventuelle, grossis des volumes du « Monasticon belge » de Dom Berlière, ne peuvent donner qu'une faible idée du nombre des établissements de religieux ou de religieuses au diocèse de Liége1. Il y avait peu de bourgades qui n'eussent leur prieuré, leur couvent ou, tout au moins, leur hôpital desservi par des frères ou des sœurs. Ce qui mérite de retenir ici l'attention, ce n'est pas l'influence du protestantisme dans les cloîtres, — puisqu'aussi bien cette influence fut presque nulle, — c'est l'action de la Réforme catholique dans le clergé régulier, ses moyens, ses auxiliaires, ses ennemis, ses résultats2.

  • 3 Hartzheim, Concilia Germaniae, t. VI, p. 297 sv., Cologne, 1765.
  • 4 Sur l'attitude d'Érard de la Marck, voir L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 215 sv.
  • 5 Voir Cauchie et Van Hove, Documents... Jérôme Aléandre, t. II, p. 77 sv. — Le même ouvrage, t. i, (...)

2En 1536, le concile provincial de Cologne traçait de la moralité des moines et des moniales un tableau très sombre, et sans doute volontairement outré, pour stimuler la bonne volonté des réformateurs3. La dispersion et l'indépendance du clergé régulier rendaient particulièrement difficile le rôle des princes-évêques dans cette réforme4. L'exemption, en effet, constituait l'obstacle essentiel que l'influence épiscopale rencontrait dans les monastères sans pouvoir en triompher : le chef du diocèse se voyait souvent privé, en ce qui concernait le clergé régulier comme en ce qui concernait le clergé secondaire, du droit de visite et du droit de de correction5.

3Corneille de Berghes et Georges d'Autriche s'efforcèrent de maintenir autant que possible l'exercice de ces droits et de reprendre peu à peu les concessions arrachées par les abbayes et les couvents. S'ils ne réussirent pas toujours dans cette voie, ils obtinrent satisfaction, ici encore, au moins en matière financière.

  • 6 Archives de l'Évêché de Liége, Taxationes Ecclesiae Leodiensis ; cfr Halkin, o. c, p. 218. — Compa (...)
  • 7 Ms. c, f° 45 (1547) : 400 florins à l'occasion de la consécration de l'abbé.
  • 8 Ms. c, f° 45 v° (1547) : 32 florins à l'occasion d'une coadjutorerie et de la consécration de l'ab (...)
  • 9 Ms. c, f° 48 v° (1546) : consécration de l'abbé.
  • 10 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation du prieur.
  • 11 Ms. c, fos 48 v° (1546), 45 v° (1547) : consécration. — Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 68 (4 (...)
  • 12 Ms c, f° 48 (1538) : 600 florins pour la confirmation de l'abbé. — Conclusions capitulaires, vol. (...)
  • 13 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation de l'abbé.
  • 14 Ms. c, fos 45, 45 v° (1547) : confirmation et consécration ; les taxes sont, d'une part, de 1700 f (...)
  • 15 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation et consécration.
  • 16 Ms. c, f° 46 (1547) : consécration.
  • 17 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.
  • 18 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.
  • 19 Ms. c, fos 47 v° (1544), 45 (1547) : consécration. — J'ai écrit par erreur Lies-sies, pour Leffe, (...)
  • 20 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.
  • 21 Ms. c, f° 45 (1547) : consécration.
  • 22 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation.
  • 23 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation.
  • 24 Ms. c, f° 47 v° (1544) : consécration.
  • 25 Ms. c, f° 45 v° (1547) : consécration.
  • 26 Ms. c, f° 48 v° (1543) : confirmation. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 173 (29 janvie (...)
  • 27 Ms. c, f° 45 v° (1545) : confirmation.
  • 28 Ms. c, f° 46 (1547) : confirmation.
  • 29 Ms. c, f° 46 (1547) : confirmation.
  • 30 Ms. c, f° 46 (1547) : consécration.

4Un manuscrit des Archives de l'Évêché de Liége conserve le détail des taxes perçues au nom de l'évêque dans les monastères où s'affirmait son pouvoir6. Pour la période qui nous intéresse, j'ai relevé les mentions de droits payés, à l'occasion de la confirmation des supérieurs et coadjuteurs des couvents et de la consécration des abbés et abbesses, à Saint-Jacques7, Saint-Gilles8, Beaurepart9, et aux écoliers10 de Liége, au Val-Saint-Lambert11, à Saint-Hubert12, à Stavelot13 à Saint-Trond14, à Flône15, à Aulne16, à Rolduc17, à Neufmoustier18, à Leffe19, à Waul-sort20, à Brogne21, à Malonne22, à Grandpré23, à Villers24, à Flo-reffe25, à Vlierbeek26,à Hocht27, à Nivelles28, à Heylissem29, et à Averbode30.

  • 31 Ms. c, f° 57 v° (1539-1550). — Halkin, o. c, p. 220.
  • 32 Ms. c, f° 57 v° (1538).
  • 33 Ms. c, f° 57 (1545).
  • 34 Ms. c, fo 57 vo (1553).
  • 35 Ms. c, f° 57 v° (1538).

5L'autorité épiscopale s'affirmait, en outre, par l'établissement, suivant un tarif variable, de « concordes » entre l'évêque et les prélats. C'est ainsi que les abbés de Floreffe31, Averbode32,Ton-gerloo33, Heylissem34, et Sainte-Gertrude de Louvain35, sont inscrits, l'un pour vingt-cinq florins, l'autre pour soixante florins ou davantage.

6On voit, par ces exemples, ce que furent les interventions des princes-évêques dans la vie monastique. Si le manuscrit que j'ai utilisé ne nous renseigne pas sur les dernières années du règne de Georges d'Autriche, il n'y a aucune raison cependant de croire que ce prince ait alors renoncé à ses droits.

  • 36 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 (7 août 1538).
  • 37 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 45 (4 novembre 1539).
  • 38 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 97 V° (21 février 1541).

7Parfois, l'évêque obtint plus qu'une manière d'impôt sur les nominations. Les Conclusions capitulaires nous montrent des prélats fraîchement élus venant rendre hommage au prince et à son Chapitre. Ce fut le cas, en 1538, de Remacle de Marche, abbé de Saint-Hubert36, en 1539, de Hubert de Préaux, abbé de Flône37, et, en 1541, de François de Wislet, abbé de Saint-Gilles à Liège38.

  • 39 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 97 (3 août 1547).
  • 40 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 72 v°.
  • 41 Exception faite évidemment des monastères qui avaient réussi à lier leur sort à celui des collégia (...)
  • 42 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56. — Daris, O. c., p. 246.
  • 43 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 122 v°. — Daris, O. c., p. 246. — Le manuscrit des Taxationes, (...)
  • 44 Berlière, Monasticon belge, t. ii, p. 52.
  • 45 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 50 v° (6 février 1546).

8Parfois aussi, des commissaires de l'évêque administraient un monastère jusqu'à l'élection du nouvel abbé : nous en voyons un exemple au Val-Saint-Lambert en 154739. C'était encore à l'évêque qu'il appartenait d'atténuer certaines rigueurs de la Règle, comme nous l'indique la permission de sortir une fois par an, accordée le 6 janvier 1547, au nom de Georges d'Autriche, à une vieille franciscaine de Peer40. Enfin, — et ceci montre que les exemptions des monastères n'étaient pas aussi bien assises que celles des collégiales41, — le prince-évêque parvint à imposer la visite canonique dans diverses abbayes ou couvent. Malheureusement, je n'ai trouvé de traces de cette visite que dans les documents qui concernent Ter-Beeck42, Orienten43, Saint-Laurent44, et Cornillon de Liége45.

  • 46 Simenon, L'organisation économique de l'abbaye de Saint-Trond, p. 335, Bruxelles 1913.
  • 47 En 1538, à Liége, un franciscain vagabond fut condamné à la prison perpétuelle ; cfr Munters, ms. (...)
  • 48 Archives vaticanes, Arm. 42, vol. 6, f° 437.

9Mais Georges d'Autriche connut aussi la résistance de ses monastères. C'est ainsi que, en 1554, l'abbé de Saint-Trond, à qui était réclamée sa quote-part des subsides votés pour la défense du pays, répondit qu'il ne paierait pas un denier tant qu'on ne lui fournirait pas le détail des listes de cotisation46. Bien plus grave était la situation créée par les moines errants, vagabonds, mendiants et suspects47. Le 7 décembre 1555, le prince recevait du pape le pouvoir de corriger ces misérables, quels que fussent leurs appels à l'exemption48.

  • 49 Voir p. 191.
  • 50 U. Berlière, La commende aux Pays-Bas, dans les Mélanges Godefroid Kurth, t. i, p. 185, Liége, 190 (...)
  • 51 C. B. D. R., Les élections abbatiales dans les Pays-Bas avant le xixe siècle, dans les Analectes.. (...)

10Si, dans la principauté de Liége, l'autonomie des monastères était grande, ce qui présentait l'avantage de sauvegarder la liberté des élections abbatiales, dans les Pays-Bas, au contraire, qui ressortissaient en partie au diocèse de Liége, le pouvoir civil ne craignait certes pas de faire acte d'autorité, et les élections même n'étaient plus libres. Charles-Quint avait obtenu du pape de s'immiscer dans le choix des abbés et d'imposer ses candidats49. Le but avoué de l'empereur était de mettre un frein à la commende, par laquelle les papes disposaient trop souvent des bénéfices réguliers du pays en faveur de leurs créatures, ou pour payer les pensions qu'ils attribuaient aux cardinaux et à leurs officiers50. En fait, l'empereur se réserva la haute main sur les monastères belges et ne leur laissa qu'un simulacre d'élection51.

11Aussitôt après la mort d'un abbé, les moines devaient avertir le gouvernement qui désignait des commissaires chargés de présider à l'élection. Chaque religieux se présentait à tour de rôle devant ces représentants du souverain, pour nommer les trois candidats qu'il jugeait les plus aptes et les plus dignes, avec l'indication sommaire des motifs de son vote. La commission notait le tout, appréciait les suffrages et en transmettait les résultats au Conseil privé. La nomination finale appartenait au souverain.

12Ce système présentait de multiples inconvénients. Néanmoins, là valeur personnelle des commissaires permettait le plus souvent de se fier à leur avis. D'autre part, le gouvernement pouvait, à chaque élection, connaître la situation morale du monastère et y remédier plus facilement.

  • 52 L. Lahaye, Étude sur l'abbaye de Waulsort, de l'ordre de Saint-Benoît, dans le Bulletin de la Soci (...)

13Parfois cependant, les propositions des commissaires n'étaient pas confirmées. Ce fut le cas à Gembloux en 1552, et à Heylissem en 1553. Parfois aussi, mais ce fut exceptionnel, les commissaires prolongeaient indiscrètement leur séjour dans les abbayes pour profiter de l'opulence de la maison. L'un d'eux, Philippe Le Cocq, président du Conseil provincial de Namur, fut accusé d'abus de ce genre, à Waulsort, à Floreffe et à Grandpré52.

  • 53 Entre autres, les exemptions des franciscains et des dominicains ; cfr Recueil des ordonnances des (...)
  • 54 Recueil des ordonnance des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 406.
  • 55 Munters, ms. c, f° 97.
  • 56 Paquay, Actes pontificaux et documents diplomatiques..., dans le Bulletin de la Société scientifiq (...)

14L'importante question de la visite canonique des couvents préoccupa aussi Charles-Quint, qui avait bien dû reconnaître, d'une manière générale, les exemptions des réguliers53. Pour pouvoir restaurer, là où il le jugeait nécessaire, l'ordre et la discipline, l'empereur ne se contenta pas de pourchasser les religieux vagabonds ou défroqués54, ou encore de faire expulser les religieux ré-fractaires à la réformation55. Il obtint, le Ier octobre 1552, un bref qui diminuait l'influence des supérieurs étrangers sur les maisons religieuses des Pays-Bas. Ce document spécifiait que les délégués des monastères non réformés des Pays-Bas s'assembleraient en Chapitre général de leur congrégation et désigneraient un visiteur général de leurs couvents56.

  • 57 R. Koerperich, Les lois sur la mainmorte dans les Pays-Bas catholiques, p. 46-49, Louvain, 1922. — (...)
  • 58 Archives de l'Évêché de Liége, Documenta Leodiensia, vol. 3, f° 181 v°.
  • 59 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° I.
  • 60 Sur les événements antérieurs, voir L.-E. Halkin, O. c., p. 220. — Il faut noter que les Liégeois (...)

15Charles-Quint ne se soucia pas moins d'affirmer son pouvoir d'intervention sur les réguliers, en soumettant leurs acquisitions à son consentement préalable57. A Liége, Corneille de Berghes et Georges d'Autriche poursuivaient une politique toute semblable, comme le montrent leurs mandements, du 14 octobre 154358 et du 21 décembre 154559, sur les biens de mainmorte60.

  • 61 Georges d'Autriche lui-même en fit autant à son inauguration ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. I (...)
  • 62 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 84 v° (23 octobre 1540).

16Je termine ces notes générales en citant un cas, peu important en soi, mais typique, d'une intervention abusive des princes dans les monastères ; grâce aux prébendes laïques ou pains d'abbayes, des institutions religieuses étaient astreintes à entretenir les bénéfi-ciers parasites que leur imposait, en vertu d'induits apostoliques, l'empereur ou l'évêque61. On devine le désordre provoqué par des désignations de cette espèce : en 1540, Charles-Quint accorda une prébende du monastère liégeois de Saint-Laurent à Gilles Brochet, marié, cavalier et garde du corps de Sa Majesté ; le Chapitre cathédral, qui s'émut du fait, ne put que faire de vaines représentations au nonce62.

***

  • 63 J'ai continué mon enquête jusqu'aux nouveaux évêchés.

17Les considérations qui précèdent rendront plus compréhensible l'exposé des faits saillants de l'histoire des familles religieuses du diocèse, de 1538 à 155963- Je me bornerai à signaler les monastères et couvents remarquables par leur zèle pour la Réforme catholique ou, au contraire, les communautés qui se sont obstinées dans leurs abus.

18Les bénédictins, ordre prospère et bâtisseur, restent, en général, les observateurs fidèles de leur Règle millénaire. Ils possédaient, dans la Cité de Liége, deux monastères dont les constructions imposantes subsistent aujourd'hui ; ce sont les monastères de Saint-Jacques et de Saint-Laurent.

  • 64 Berlière, Monasticon belge, t. ii, p. 25, écrit que Herman Rave de Limbourg fut confirmé au consis (...)
  • 65 Berlière, o. c., t. ii, p. 25.
  • 66 Stéphani, o. c., t. i, p. 24. — Gobert, Liége à travers les âges, t. iv, p. 9, 317.

19Les abbés de Saint-Jacques, Nicolas de Beaulieu et Herman Rave de Limbourg64, se signalèrent par l'achèvement de l'admirable église, joyau de l'architecture gothique expirante, flanquée d'un portail de style Renaissance du plus bel effet65. Afin d'étendre ses libéralités au peuple des alentours, Nicolas de Beaulieu réédifia complètement la modeste église de Sainte-Marie-Madeleine, dans la rue voisine du Vertbois66.

  • 67 P. Daniels, Geraard van der Stappen, dans L'Ancien pays de Looz, t. i, p. 22, 23, Hasselt, 1896.
  • 68 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 84 v°.
  • 69 Berlière, o. c., t. ii, p. 52.
  • 70 Daris, Notice sur l'abbaye de Saint-Laurent à Liége, dans le Bulletin de la Société d'art et d'his (...)

20Le monastère de Saint-Laurent, sur le Publémont, connut à ce temps le long abbatiat de Gérard van der Stappen67, qui défendit contre Charles-Quint l'indépendance de sa maison68 et fit restaurer la chapelle de l'hospice de Sainte-Agathe69. En 1555, le suffra-gant de Liége, Grégoire Sylvius, fit la visite canonique de l'abbaye avec Remacle de Marche, abbé de Saint-Hubert, et le chanoine Guillaume de Poitiers, mais il ne trouva rien à réformer et, dit la chronique du monastère, il s'en retourna confus70.

  • 71 Berlière, o. c., t. i, p. 223. — A. C. Wotquenne, L'église abbatiale de Lobbes, dans Leodium, t. X (...)

21L'abbaye de Lobbes, qui avait bénéficié de l'influence édifiante de la congrégation de Bursfeld, fut détruite par un incendie fortuit en 1546. En 1550, l'excellent abbé Guillaume Caulier posait la première pierre de la nouvelle église. Son successeur, Dominique Capron, continua activement les travaux71.

22Les monastères de Brogne, Waulsort et Florennes furent durement éprouvés par les guerres de Rivalité.

  • 72 Berlière, o. c., t. i, p. 36, écrit que Mailly fut consacré le 14 novembre 1550, mais la date du 2 (...)
  • 73 Berlière, o. c., t. i, p. 36.

23A Brogne, après la mort de Guillaume Caulier, qui cumulait la prélature des abbayes de Lobbes et de Brogne, son coadjuteur Benoît de Mailly72 répara les ruines des édifices conventuels, mais il ne put empêcher l'incorporation de son abbaye à la mense de nouvel évêché de Namur73.

  • 74 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, f° 36. — Lahaye, Étude sur l'abbaye de Waulsort..., p. (...)
  • 75 Lahaye, l. c.
  • 76 Berlière, o. c., t. i, p. 47, 48.

24A Waulsort, l'élection de l'abbé Nicolas Sarteau, en 1551, fut présidée par les délégués du gouvernement des Pays-Bas. Ces représentants du pouvoir avaient fait durer leurs opérations si longtemps que les frais de leur séjour à l'abbaye montèrent à plus de quatre-cents florins « y comprins plusieurs pastez de venoison, perdrix d'engrasse, pourceaulx », etc74. Dès 1553, l'abbé dut aliéner les rentes de sa maison75. En 1554, les troupes françaises pillèrent le monastère et profanèrent l'église. Les religieux s'enfuirent à Saint-Laurent de Liége76.

  • 77 F. Baix, Fragments d'une chronique inédite de Dom Martin de Remouchamps..., dans le Bulletin de la (...)
  • 78 D. Brouwers, Les aides et subsides dans le comté de Namur au xvie siècle, p. xliv, n. 3, Namur, 19 (...)

25L'abbaye de Florennes subit le même sort, la même année, et ses religieux rejoignirent à Liége les fugitifs de Waulsort77. Pourtant, les biens de Florennes furent atteints dans une moindre proportion que ceux de Brogne et de Waulsort : ces deux abbayes, ruinées par la guerre, obtinrent, en effet, de 1555 à 1557, la rémission de leur quote-part dans les aides78.

  • 79 Berlière, o. c., t. i, p. 24. — L. Namèche, La ville et le comté de Gembloux, p. 163 sv., Gembloux (...)
  • 80 Namèche, o. c., p. 164 sv.
  • 81 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1610, f° 26 v ». — C. G. Roland, Recueil des chartes de l'abbaye d (...)
  • 82 Namèche, o. c., p. 164 sv.
  • 83 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1605, f° 9.
  • 84 Berlière, o. c., t. i, p. 24.
  • 85 Confirmé par Jules III, le 22 février 1550 ; cfr Reg. Vatic. 1752, f° 135. — Berlière, o. c., t. i(...)
  • 86 Confirmé le 26 juin 1560 ; cfr Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 264.
  • 87 Archives vaticanes, Miscellanea, arm. 13, vol. 38 (non folioté) ; ce document inédit donne le 23 o (...)

26Le monastère de Gembloux accrut ses constructions sous l'abbé Antoine Papin à qui succéda, en 1541, Arnold Dumont79. Alors que Papin avait été régulièrement élu par les moines, son successeur fut désigné par Charles-Quint malgré les suffrages exprimés en faveur de Robert Dyve80. Le candidat des religieux obtint cependant ses bulles, le Ier décembre 1541, contre l'« intrus » Arnold Dumont81. Dyve ne put faire triompher ses droits, car Marie de Hongrie envoya des soldats à Gembloux pour y rétablir l'ordre. Huit moines furent relégués à Villers. Robert Dyve se retira sous la protection de l'évêque de Liége. Les bourgeois qui s'étaient déclarés ses partisans passèrent sous les verges82. L'abbé Dumont fut confirmé par Paul III, le 25 août 154283. Il ne reçut la bénédiction qu'en 154384. Bernard Fourier85 et Lambert Hancart86 lui succédèrent sans que leur élection donnât lieu à de nouveaux incidents. En 1557, un commissaire de l'élection de Hancart faisait l'éloge de l'abbaye, tout en déplorant sa pauvreté87.

  • 88 Berlière, o. c., t. ii, p. 93, 94. — J. Halkin, Inventaire des archives de l'abbaye de Stavelot-Ma (...)
  • 89 F. A. Villers, Histoire chronologique des abbés-princes de Stavelot et Malmedy t. i, p. 212, Liége (...)
  • 90 L. Jadin, Les actes de la Congrégation consistoriale..., dans le Bulletin de l'Institut historique (...)
  • 91 Berlière, o. c., t. ii, p. 94, 95.

27Le monastère double de Stavelot et Malmedy demeura, de 1499 à 1576, dans la famille de Manderscheidt, Guillaume de Manders-cheidt, qui était aussi abbé de Prum, avait réformé et restauré son abbaye88. C'était un moine zélé et courageux, capable de célébrer, à Noël, la messe de la nuit à Stavelot, celle de l'aurore à Malmedy, et celle du jour à Prum89. En 1542, Paul III lui donnait son neveu Christophe, âgé de treize ans, comme coadjuteur90. Cette désignation était malheureuse, car le coadjuteur n'était pas encore moine lorsque son oncle mourut, le 2 juillet 1546. Christophe de Manderscheidt fit profession hâtivement, pour prendre possession de sa charge, et obtint l'autorisation de ne recevoir les ordres qu'à vingt-sept ans accomplis ; je ne sais même s'il fut jamais prêtre. Le monastère se maintint cependant dans la fidélité à la Règle. Un de ses religieux, Pierre Coelen, de Lixhe, fut envoyé à Echternach pour y faire refleurir la discipline91.

  • 92 Vrancken ou Franconis ; cfr L.-E. Halkin, o. c., p. 217. — de Vocht, Monu-menta..., p. 481, n. 3. (...)
  • 93 En 1545 ; cfr de Borman, Chronique de l'abbaye de Saint-Trond, t. ii, p. 382, Liége, 1877.
  • 94 1er juin 1546 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56 v°.

28A Saint-Trond, un violent conflit avait marqué les débuts du gouvernement de l'abbé Georges de Sarens (1532-1558). Ce prélat qui s'était distingué comme abbé de Boneffe et n'avait obtenu sa seconde mitre que par voie de coadjutorerie, s'était vu obligé de satisfaire, par la promesse d'une pension, le candidat des moines, Rudger Vrancken92. La mort d'Érard de la Marck priva Sarens de son principal protecteur. Rudger Vrancken harcela le pauvre abbé de ses réclamations les plus indiscrètes, à tel point que Sarens le retint en prison quelque temps93. Le prince-évêque Georges d'Autriche, ému par ces événements, chargea Guillaume de Poitiers d'une enquête à Saint-Trond94.

  • 95 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 38, f° 215.
  • 96 de Vocht, o. c., p. 476, 482.

29L'intervention épiscopale ne suffit pas à rendre la paix au monastère. Rudger Vrancken avait appelé au pape des mauvais traitements que l'abbé lui avait soi-disant fait subir. Paul III, par bref du 7 mars 1547, confia aux chanoines Thierry Hezius et Jean Huet le soin de terminer cette épineuse affaire95. Je ne sais si ces délégués furent vraiment favorables à Vrancken ou s'ils ne purent l'empêcher de se venger : en 1549, l'abbé de Sarens était excommunié, et la sentence était affichée au perron de Liége. L'injustice flagrante facilita la réparation. Jules III nomma de nouveaux arbitres, Philippe Nigri, doyen de Sainte-Gudule à Bruxelles, et Louis van den Berghe, abbé de Parc, qui confirmèrent Georges de Sarens dans ses fonctions, le 24 octobre 1550. Son fougueux compétiteur se retira à l'abbaye de Saint-Laurent où il mourut l'année suivante96.

  • 97 Simenon, L'organisation économique de l'abbaye de Saint-Trond..., p. 334, 335.

30Libre de ce côté, Georges de Sarens ne se montra pas moins actif dans la défense des droits de son monastère et mit tout en œuvre pour en accroître la prospérité97.

  • 98 J. Halkin, Les prieurés clunisiens de l'ancien diocèse de Liége, dans le Bulletin de la Société d' (...)
  • 99 J. Halkin, o. c., p. 204. — Berlière, o. c., t. ii, p. 115.
  • 100 J. Halkin, o. c., p. 184. — Berlière, o. c., t. ii, p. 128.
  • 101 J. Halkin, o. c., p. 215.
  • 102 J. Halkin, o. c., p. 226, 229.

31Les prieurés clunisiens de l'ordre de Saint-Benoît étaient nombreux au diocèse de Liége. Le xvie siècle vit leur décadence. A Aywaille98, à Bertrée99, à Saint-Séverin100 et à Namêche101, les prieurés tombèrent en ruines, victimes de la commende qui les livrait à des supérieurs étrangers à leur ordre, et entraînés par le déclin de la maison-mère, l'abbaye de Cluny elle-même. Seul, le prieuré des moniales de Saint-Victor de Huy parvint à se relever, mais pour se mettre sous la dépendance de l'abbaye liégeoise de Saint-Jacques102.

32L'ordre des cisterciens était abondamment représenté au diocèse. La plupart de ses abbayes se maintinrent dans une ferveur méritoire ; d'autres, cependant, ne furent rien moins qu'édifiantes.

  • 103 Berlière, o. c., t. ii, p. 166, 167.
  • 104 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f°s 57, 68.
  • 105 Berlière, o. c., t. ii, p. 167.
  • 106 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 97.
  • 107 Bibliothèque de l'Université de Liége, ms. 1019, f° 71. — Balau et Fairon o. c., t. ii, p. 446. — (...)

33Non loin de la Cité de Liége, le vaste monastère du Val-Saint-Lambert était dirigé par l'abbé Jean de Laminne, que l'obituaire du couvent appelle « le second fondateur et réformateur »103. A la mort de ce prélat, survenue le 24 juin 1546, le Conseil privé de la principauté adressa aux moines une lettre de recommandation en faveur de son candidat, Eustache de Loncin, qui fut choisi 104 mais mourut peu après105. Aussitôt, le Conseil privé donna commission à Gédéon van der Gracht, Louis de Cortembach et Tilman de Herckenrode d'administrer l'abbaye jusqu'à l'élection de l'abbé106. Les religieux appelèrent Jean d'Ivoz à la charge abbatiale. Le nouvel abbé eut fort à faire pour restaurer l'église qui avait été incendiée par la foudre, à la grande terreur des moines persuadés de la colère du ciel. Il mourut en 1559, sans avoir pu achever la reconstruction de l'édifice107.

  • 108 Berlière, o. c., t. i, p. 338, 339.
  • 109 Reg. Vatic. 1607A, fo 283.
  • 110 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 64 v°.
  • 111 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 65.
  • 112 Berlière, o. c., t. i, p. 339.

34A Aulne, l'abbé Jean de Lannoy poursuivit les travaux d'embellissement entrepris par son prédécesseur et bâtit des refuges à Huy, Binche, Louvain et Thuin. Bien lui en prit, car son monastère fut ravagé par les Français en 1538108. Le 31 juillet 1543, Guillaume Noël fut désigné par Paul III en qualité de coadjuteur109. Les moines n'avaient pas été consultés sur ce choix ; aussi leurs récriminations se firent entendre à tel point que le Conseil privé de Liége dut charger, le 26 août 1546, l'official Jean Huet d'une enquête sur l'idonéité du coadjuteur110. Enfin, le 19 septembre, un accord put se faire, grâce à cette intervention111. Guillaume Noël succéda, en 1556, à Jean de Lannoy et continua la reconstruction du monastère112.

  • 113 Berlière, o. c., t. ii, p. 149.
  • 114 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 83 sv. — (...)
  • 115 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 88.
  • 116 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 90 sv.
  • 117 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 91. — « Alentonr du dict cloistre demeurent beaucop (...)

35L'abbé du Val-Dieu, Thierry de Battenborch, laissa la discipline se relâcher113. A sa mort, en 1556, Mathias Hortebeek, abbé de Villers, et Michel Drieux, officiai de Louvain, furent envoyés par Philippe II pour présider à l'élection de son sucesseur. Les commissaires, qui étaient à Val-Dieu dès le 18 juin, ne purent que constater les lourdes charges de l'abbaye et l'urgence des réparations. Ils interrogèrent tous les religieux afin de connaître leurs sentiments. Le prieur Lambert de Limbourg fut choisi comme abbé par le plus grand nombre, en considération de son zèle, de sa charité, de ses qualités pour le gouvernement spirituel et temporel114. Hortebeek et Drieux, suffisamment édifiés, envoyèrent au roi, le 21 juin, un rapport favorable à la nomination du prieur115. Quelques jours plus tard, une nouvelle enquête eut lieu à cause de la compétition inattendue qui opposait Lambert de Limbourg à Melchior de Battenborch, neveu de l'abbé défunt. Les dépositions recueillies à cette occasion présentent un tableau affligeant de la discipline116. Dom Mathys, curé de Saint-Remy, concubinaire, a autrefois quitté l'habit, mais il a obtenu l'absolution de ses fautes. Un autre moine, Dom Gilles, n'est pas moins mal noté. « Bien est vray que luy et les autres religieux ont le bruyct de n'avoir faulte de femme quant ilz les veullent avoir, et que au dit couvent on est fort adonné à buverie et yvrognerie »117. « Quant au dict prieur, aucuns tesmoings déposent d'avoir oy dire qu'il auroit eu ung enflant d'une Jannecken van der Vogelsanck qu'il auroit envoyé accoucher à Maestricht, peult-estre xvij ou xviij ans, mais une femme sur ce examinée déclaira l'enfant avoir esté engendré par ung tisseran demorant au dit Maestricht, qu'est trépassé.

  • 118 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 91 et 91 v ».

36Et, comme, depuis, le dit prieur a esté dix ou douze ans confesseur au monastère d'Orienté, dont depuis deux ans seulement il est revenu, l'on n'a peu entendre que bien de sa vie... Aucuns disent bien qu'il boit comme les autres : toutesfois, il y a qui disent qu'il n'est enclin à la buverie et n'est renommé de s'estre entre-batu avecq ses confrères comme ont fait autres... »118.

  • 119 J. S. Renier, Historique de l'abbaye du Val-Dieu, p. 57, Verviers, 1865.

37L'enquête se termina à l'avantage de Lambert de Limbourg, qui fut nommé par Philippe II, le 18 août 1556, et bénit le 6 septembre. Des instructions lui furent remises par le gouvernement des Pays-Bas pour la réforme de sa maison119.

  • 120 G. Lamotte, Étude historique sur le comté de Rochefort, p. 409, Namur, 1893.
  • 121 Berlière, o. c., t. i, p. 68. — J. Canivez, L'ordre de Citeaux en Belgique, p. 332, Forges, 1926.
  • 122 de Vocht, Monumenta..., p. 578.

38Les monastères de Rochefort120 et de Boneffe se signalèrent par leur ferveur121. L'humaniste Gérard Morinck ne craignait pas d'affirmer qu'à Boneffe seulement subsistait la coutume de la lecture spirituelle à la table de l'abbé, alors qu'à Liége, à Saint-Trond et ailleurs, la négligence avait eu raison de cette obligation monastique122.

  • 123 Berlière, o. c., t. i, p. 175.
  • 124 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 66 sv.
  • 125 Berlière, o. c., t. i, p. 85.

39A Moulins, les Français pillèrent le couvent, et l'abbé Pierre de Flandre dut se réfugier à l'abbaye de la Ramée, où il mourut en 1556123. Le 12 mai de la même année, les prélats de Villers et de Boneffe présidèrent, au nom du roi, au simulacre d'élection d'un abbé. Hubert Coolen réunit dix-sept voix, et les commissaires appuyèrent sa candidature. Néanmoins, Simon Coullon, qui n'avait obtenu qu'une voix, fut préféré par Philippe II et nommé124. Il restaura l'église et la fit réconcilier125.

  • 126 Berlière, Une chronique inédite de l'abbaye du Jardinet, dans le Bulletin de la Commission royale (...)

40L'abbaye du Jardinet, près de Walcourt, fut confiée, de 1530 à 1539, à Jacques de Rosa, savant homme mais mauvais religieux, qui cumulait la direction de plusieurs monastères. Il fut finalement obligé d'abandonner le Jardinet, où, dit la chronique du monastère, « il ne fut pas un père, mais un tyran et un voleur »126.

  • 127 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 74. — Canivez, o. c., p. 316.
  • 128 Canivez, o. c., p. 206.
  • 129 Boulmont et Ploegaerts, L'abbaye cistercienne de Villers pendant les cinq derniers siècles de son (...)
  • 130 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, fos 96 sv. — Au f° 104 de ce manuscrit, une lettre orig (...)
  • 131 Boulmont et Ploegaerts, o. c., p. 161-170.

41A Villers, Denis de Zeverdonck restaura son abbaye, au temporel comme au spirituel, et contribua à la réforme des monastères de Grandpré127 et d'Orienten128. Il lutta pour maintenir l'observance de la clôture et de la pauvreté129. Après lui, Denis de Spina et Mathias Hortebeek vécurent de son esprit. Spina rétablit la discipline parmi les cisterciennes de Binderen130. Quant à Hortebeek, il fut imposé au monastère par Marie de Hongrie qui l'avait apprécié comme abbé de Boneffe. Les religieux, mécontents, obtinrent que Rome refusât de confirmer l'abbé, mais, au bout de deux ans, le monastère fut conquis par la vertu de Hortebeek. Ce prélat, chose rare alors, célébrait la messe chaque jour131.

  • 132 Ploegaerts, Histoire de l'abaye de la Ramée, p. 41, Bruxelles, 192. 5
  • 133 Ploegaerts, Histoire de l'abbaye d'Aywières, p. 34, Bruxelles, 1924.
  • 134 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 99.
  • 135 Ploegaerts, Histoire de l'abbaye de Florival, p. 40, Bruxelles, 1925.
  • 136 j. Lavalleye, Histoire de l'abbaye de Valduc, p. 77, Bruxelles, 1926.

42Les moniales cisterciennes bénéficièrent de réformes opportunes qui conservèrent ou accrurent la ferveur de leurs maisons. Je citerai seulement les monastères les plus remarquables par leur discipline : la Ramée132, Aywières133, Marche-les-Dames134, Florival135 et Valduc136.

  • 137 j. Lyna, De protestantsche revolutie te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... le Hasselt, t. x(...)
  • 138 Reg. Vatic. 1647, f° 105.

43A Herckenrode, l'abbesse Mathilde de Lexhy fit reconstruire, en 1542, le refuge que sa communauté possédait à Hasselt137. Le 26 août 1544, elle obtint sa nièce Alice en qualité de coadjutrice138.

  • 139 31 mai 1546 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56. — Daris, Histoire... xvie siècle, p. 246
  • 140 11 avril 1548 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 122 v°. — Daris, o. c, p. 246.

44A Ter-Beeck, près de Saint-Trond139, et à Orienten140, Georges d'Autriche fit procéder à des visites canoniques, en 1546 et en 1548, par les soins de Thierry Hezius et de Guillaume de Poitiers, assistés des abbés de Villers et d'Aulne. Je ne suis pas renseigné sur les résultats de ces mesures disciplinaires.

  • 141 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, f° 122 v°. —Berlière, o. c., t. i, p. 108.

45A Salzinne, les commissaires du gouvernement des Pays-Bas, à qui revenait la direction de l'élection de l'abbesse, se rallièrent à l'avis de la majorité et obtinrent, en 1553, la nomination de Marie de Nys141.

  • 142 Berlière, o. c, t. ii, p. 190.— W. Depaquier, L'abbaye de Solières, dans le Bulletin de la Société (...)
  • 143 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 897, fos 92-93 v°.

46Une autre abbaye du comté de Namur, celle de Solières, fut troublée par la mauvaise administration de son abbesse, Anne de Hallemberghe142. En 1554, à la suite des plaintes des religieuses, le gouvernement de Bruxelles pria le prince-évêque de désigner les abbés d'Aulne et de Moulins pour faire une enquête. Ces prélats s'acquittèrent consciencieusement de leur mission. Ils prescrivirent que l'office fût dorénavant chanté « avecq bonnes pauses et gravité », que les moniales se confessassent et communiassent tous les quinze jours, et que le silence, « qui est la cleff de la religion », fût inviolablement gardé. Enfin, ils rétablirent la clôture et les usages monastiques et ne quittèrent pas le couvent sans rappeler l'abbesse à ses devoirs143.

  • 144 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 91.

47Comme les cisterciens, les guillelmites ou guillemins se rattachaient au tronc bénédictin. L'église de leur maison de Bois-le-Duc fut consacrée par le suffragant van der Gracht, le 6 juillet 1549144

  • 145 Tout ceci, à peu près textuellement, d'après E. Valvekens, L'ordre des Prémontrés et le concile de (...)
  • 146 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f°s 58 v° (23 janvier 1540), 60 v° (6 février 1540).

48Les prémontrés, possesseurs d'abbayes grandes et riches, avaient perdu la notion exacte de leur vœu de pauvreté. Dans notre pays, la plupart des membres de cet ordre profitaient de larges prébendes ou de multiples « pitances ». C'est ainsi que, à l'abbaye de Floreffe, les religieux avaient droit à quinze florins par an pour l'entretien de leurs vêtements, et ceux qui étaient prêtres pouvaient destiner au même usage leurs honoraires de messe. De plus, l'on y pouvait disposer à sa guise de la valeur de cinq pots de vin, auxquels chaque religieux prêtre avait droit une fois par semaine. Des habitudes semblables s'étaient introduites à Averbode, et l'on peut dire même que les chanoines prémontrés jouissaient d'un pécule personnel dont ils étaient les seuls maîtres145. Enfin, l'affectation des religieux au ministère paroissial les laissait dans un isolement dangereux, en même temps qu'elle provoquait des conflits de juridiction avec l'évêque de Liége et ses archidiacres146.

  • 147 Paul III, confirma son élection le 13 août 1548 ; cfr Reg. Vatic. 1692, f° 90 v°.
  • 148 Brouwers, o. c., p. lxiv, n. 3.

49Je n'ai pas trouvé de documents sur les efforts qui furent faits, avant le concile de Trente, pour remédier aux abus, à Averbode. A Floreffe, l'abbé Jean Doyen fut le premier prélat nommé par l'empereur147. Son successeur, Guillaume Doupaix, réussit à se faire désigner malgré l'avis défavorable des commissaires du gouvernement. La guerre avec la France devait bientôt éprouver le monastère dans ses biens. Aussi, de 1555 à 1557, l'abbaye de Floreffe fut-elle exempte de toute participation aux aides148.

  • 149 Berlière, Monasticon belge, t. II, p. 232.
  • 150 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433. — P. Ansiaux, Grégoire Sylvius..., p. 101, n. 2 (lire Beaur (...)
  • 151 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 94.

50A l'abbaye liégeoise de Beaurepart, rien non plus n'indique une volonté nette de réforme149. Le seul événement saillant de l'histoire de ce monastère fut l'achèvement de son église, dont le chœur fut consacré par Grégoire Sylvius en 1554150. Le même évêque auxiliaire avait consacré, l'année précédente, l'église des norber-tines de Heinsberg, dans le nord du diocèse151.

  • 152 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, fos 202 sv. — La Gallia christiana, t. v, p. 106, affir (...)

51Mais, à Heylissem, l'élection dirigée de 1553 et l'enquête menée à cette occasion révélèrent une situation alarmante dont les commissaires, le professeur Ruard Tapper et l'abbé de Parc, Louis van den Berghe, recueillirent les échos. Un candidat à la prélature, Simon van Overbeck, curé de Grimpen, était suspecté de trop d'intimité avec sa servante et d'aimer le vin. Il se justifia en alléguant que sa servante lui était nécessaire pour soigner son troupeau. Un de ses partisans lui fit gloire de son zèle pastoral, signalant que ce curé administrait en personne les sacrements, ce qui était en effet méritoire. La majorité se prononça en faveur du moine Gilles Bernard, mais les commissaires ne la suivirent point, et Embert Nivelaer, prieur de Tongerloo et prévôt de Saint-Sulpice à Diest, fut nommé par l'empereur152.

  • 153 Confirmé par Paul III, le 18 mai 1543 ; cfr Reg. Vatic. 1684, f° 256. — Arm. 29, vol. 118, f° 186.
  • 154 Valvekens, o. c., p. 76. — En 1546, Marie de Hongrie fit arrêter un religieux qui menait une vie s (...)

52Par contre, l'abbé de Parc, Louis van den Berghe153, que je viens de citer, s'intéressa activement à la réforme ; il proposa à ses religieux de reprendre la vie commune et l'observance stricte de la pauvreté. Le monastère suivit son chef : l'on constitua un proviseur qui administrerait tous les biens ; l'abbé, aidé par cet officier, prit l'engagement de décharger ses religieux de tout souci matériel154.

53On le voit, dès avant les décrets du concile de Trente, des tentatives isolées furent faites pour relever la discipline des monastères norbertins. Ces efforts ne purent donner des résultats immédiats et complets, mais ils faisaient bien augurer de l'avenir.

54Parmi les nombreuses communautés qui se réclamaient du patronage de saint Augustin et suivaient, avec plus ou moins de fidélité, sa Règle, il faut nommer en premier lieu les chanoines-réguliers de Saint-Augustin.

  • 155 É. Schoolmeesters, Les abbés du monastère de Saint-Gilles à Liége, dans le Bulletin de la Société (...)
  • 156 Officialité. Sentences, vol. 30,f° 114 v° (20 avril 1545).
  • 157 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 123 v° (18 mai 1545).
  • 158 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 94.
  • 159 Officialité. Sentences, vol. 3-4, f° II v°.

55Tandis que, à Liége, le monastère de Saint-Gilles se maintenait dans la régularité155, le prieuré rural de Beaufays se signalait par l'inconduite de ses moines. En 1545, l'official de Liége condamnait à un pèlerinage expiatoire à Notre-Dame de Paris, Jean Tamyn, religieux de Beaufays, convaincu de fornication incestueuse. Sa complice, qui avait été la concubine du prieur défunt, Georges de Thier, oncle de Tamyn, fut condamnée à faire le pèlerinage de Notre-Dame de Hal, après avoir participé, pieds nus et le cierge en main, à la procession de la Pentecôte156. Quelques jours plus tard, le prieur en exercice, Louis Charlier, prêtre, comparaissait devant l'official ; il avoua avoir entretenu des relations coupables à l'intérieur même du couvent. Il dut promettre de s'amender et fut envoyé, en expiation, à Notre-Dame de Cambrai157. Le 23 décembre 1547, un profès prêtre, Christian de Hersey, était condamné à une peine semblable pour une fréquentation suspecte qui faisait scandale depuis plusieurs années158. Enfin, le 5 janvier 1548, un autre profès prêtre, accusé de mœurs douteuses, Jean Ludovici, se voyait puni d'un pèlerinage à Notre-Dame d'Aix159.

56Les difficultés que nous constatons au monastère de Neuf-moustier, près de Huy, sont d'un tout autre ordre. Elles ne témoignent pas moins de multiples accrocs à l'observance régulière. Les chanoines de Neufmoustier avaient adressé, vers 1540, une longue supplique au chancelier de Liége. Les griefs qu'ils élevaient contre leur abbé, Nicolas de Maves, durent être assez sérieux pour que cet abbé leur répondît point par point. Les chanoines se plaignaient d'être tenus comme des chartreux. Il n'en est rien, riposte le prélat, car ils ne font aucune pénitence qui rappelle les rigueurs cartusiennes. En outre, l'abbé ne peut permettre aux parents des religieux de pénétrer dans l'abbaye sans sa permission. Les chanoines ont chacun leur part des biens conventuels, chacun leur portion de vin, et, si l'un d'entre eux a été emprisonné par ordre de l'abbé, il le méritait amplement.

57Les chanoines récalcitrants furent mis à la raison par l'official de Liége, assisté des abbés de Saint-Jacques et du Val-Saint-Lambert. Puis il fut procédé à un nouveau partage des biens entre l'abbé et les religieux. Le 21 février 1546, Nicolas de Maves mourut. Le soir même, le Chapitre annula les ordonnances du défunt et fit le concordat suivant : le futur abbé sera tenu de donner annuellement à chaque chanoine vingt florins et au prieur trente florins pour leur garde-robe ; il donnera chaque année trente florins pour l'entretien du vignoble des chanoines ; les vêtements et meubles des défunts seront distribués entre tous ; l'abbé, pour sa part, aura l'or et l'argent, mais il devra faire les obsèques ; l'abbé aménagera deux chambres pour les malades et leur fera donner les soins nécessaires, « bon feu, servante, serviteur et viande » ; en été, les chanoines pourront sortir de la maison jusqu'à huit heures du soir. Telles furent les principales dispositions que, « par leur foid corporelle », les chanoines de Neufmoustier s'engagèrent à respecter.

  • 160 Je suis, presque textuellement, l'excellent exposé de M. A. Tihon, Les rapports entre l'abbé et le (...)

58Le nouvel abbé, Léonard de Theux, renouvela ses promesses électorales, mais je ne sais s'il les tint scrupuleusement160 ! La discipline monastique avait tout à perdre à de pareilles concessions à l'esprit du siècle, et il n'est pas douteux que la décadence de Neufmoustier ne soit due, en bonne partie, à l'égoïsme de ses chanoines.

  • 161 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 137, 147. — Un apostat, profès de Géronsart, est mêlé à une a (...)

59Le situation des monastères de Géronsart et de Malonne était plus lamentable encore. Des religieux de ces maisons avaient apostasié et s'étaient livrés à des actes de violence qui nécessitèrent l'intervention de la justice161.

  • 162 Berlière, o. c., t. i, p. 457.
  • 163 Daris, o. c., p. 110, 445. — J. Kleintjens, De verkiezing van den laatsten abt van Rolduc voor de (...)

60Par contre, le prieuré d'Oignies se maintenait dans la ferveur162, et l'abbaye de Rolduc, bien qu'elle fût « fort désolée » et manquât de vocations, résistait à la contagion du mauvais exemple163.

  • 164 Je signalerai, à titre d'exemple, le cas de l'abbaye noble de Sinnich ; cfr D. Brouwers, Histoire (...)

61Enfin, les chanoinesses-régulières, dans leur grande majorité, étaient demeurées dignes de leur vocation et fidèles à la Règle de leur ordre164.

  • 165 P. Daniels, Quelques notes sur les alexiens de Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hassel (...)
  • 166 Gobert, Liége à travers les âges, t. v, p. 639.

62Les alexiens ou célites, religieux hospitaliers, suivaient aussi la Règle de saint Augustin. A Hasselt, la pauvreté régnait dans le couvent165, alors qu'à Liége les frères pouvaient commencer la construction, vers 1557, de leur église de Volière166.

  • 167 Voir, sur ce personnage, le paragraphe troisième du chapitre préliminaire.
  • 168 G. Brom et A. H. L. Hensen, Romeinsche bronnen voor de kerkelijk-staat-kundigen in de XVIde eeuw, (...)

63L'ordre des dominicains compta, plus que d'autres, des inquisiteurs, mais il eut aussi ses apostats. Jean de Baerle, Godefroid Stryrode, Jean Hentenius et surtout Grégoire Sylvius menèrent une lutte vigoureuse contre l'hérésie167. Par contre, le procureur-général de l'ordre devait accorder au provincial de Germanie Inférieure, le 25 mars 1550, le pouvoir d'absoudre les religieux défroqués de sa province168.

  • 169 G. A. Meyer, Chronicon conventus Buscoducensis ordinis praedicatorum, p. 64, Bois-le-Duc, 1908.
  • 170 B. M. Reichert, Monumenta ordinis fratrum praedicatorum historica, t. ix, p. 350, Rome, 1901. — Le (...)

64Le couvent de Louvain reçut comme prieur, vers 1546, un religieux zélé, Thierry Strick, qui restaura la discipline169. On comprend d'ailleurs que la proximité des facultés ait exposé ce couvent plus que d'autres aux influences du dehors. En 1553, le Chapitre général ordonnait que nul étudiant de l'ordre ne pût résider à Louvain, si ce n'est dans le couvent170.

  • 171 Hartzheim, Concilia Germaniae, t. vi, p. 268, 269. — Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis (...)
  • 172 Munters, ms. c., fo 97 ; cfr P. V. Bets, Histoire de la ville de Tirlemont, t. II, p. 133, Louvain (...)
  • 173 Voir p. 87, 90.
  • 174 Van Veen, o. c., dans les Publications de la Société archéologique et historique...de Limbourg, t. (...)
  • 175 A. Paquay, Frans Tittelmans van Hasselt, passim, Hasselt, 1906. — Pastor, o. c., t. XI, p. 441.

65De leur côté, les franciscains, bien qu'ils eussent l'un ou l'autre inquisiteur appartenant à leur ordre, furent très éprouvés. C'est à eux surtout, sans doute, que faisaient allusion les décrets sévères du concile provincial de Cologne de 1536 ou du synode liégeois de 1548, stigmatisant la conduite des religieux qui, sortis du peuple, en partageaient le langage et les rancunes et sapaient dans ses bases le prestige de l'Église171. En 1540, Charles-Quint chassait du couvent de Tirlemont les religieux qui refusaient d'appliquer ses décrets réformateurs172. L'hérésie trouvera chez les franciscains moins de résistance que dans les autres familles religieuses. En 1546, et plus tard encore, des frères suspects d'hérésie étaient signalés à Namur, à Bois-le-Duc173 et à Ruremonde174. C'était pour fuir le spectacle de cette décadence que François Titelmans, de Hasselt, après avoir enseigné la philosophie à Louvain, s'était retiré en Italie, où il embrassa la réforme des capucins qui venaient de se constituer en branche distincte de l'ordre franciscain175.

  • 176 O. Manare, De vita... Mercuriani... commentarius, p. I, Bruxelles, 1882.
  • 177 É. Poncelet, o. c., t. v, p. 327 (4 mai 1541).
  • 178 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fo 26 (27 août 1538).
  • 179 L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 224.
  • 180 Redlich, o. c., t. II, p. 70, 257, 485, 598, 765, 817.

66Les jérômites ou frères de la vie commune se consacraient à l'enseignement et à la prédication. Leurs écoles de Liége étaient célèbres encore en 1538, au dire du jésuite Olivier Manare, qui rapporte fièrement que le général de son ordre, Éverard Mercurian, y avait commencé sa formation176. Ils recevaient des clercs pauvres177, voire même des recteurs d'autels178, et remplissaient en quelque sorte, et plutôt mal que bien, le rôle de nos séminaires. Les élèves sortis des écoles de Liége ne faisaient pas toujours honneur à leurs maîtres. Sturm et Sleidan, qui sont les plus illustres, passèrent au camp protestant179. Nombre de prêtres suspects du duché de Juliers se vantaient d'avoir fait leurs études au gymnase de Liége180.

  • 181 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, t. I, p. 41, Bruxelles, (...)
  • 182 L. Halkin, Les origines du collège des jésuites et du séminaire de Liége, dans le Bulletin de l'In (...)

67L'ordre nouveau des jésuites, qui plus tard devait supplanter les jérômites liégeois, fit son apparition dans le diocèse, en 1542, à Louvain181. Les saints Pierre Lefèvre et Pierre Canisius prirent plusieurs fois la parole à Liége, en 1544 et en 1546, pour commenter l'évangile et exhorter les prêtres. Dès 1553, l'écolâtre Guillaume de Poitiers conçut le projet de fonder à Liége un couvent de jésuites. Saint Ignace lui envoya, l'année suivante, deux religieux du Hainaut, les pères Charlart et Bouclet, pour répandre « la bonne odeur de la Compagnie ». Nos deux missionnaires adressèrent de pieux sermons aux écoliers du gymnase, visitèrent les prisonniers et convertirent un luthérien condamné à mort. Leurs protecteurs, Guillaume de Poitiers et son ami Thierry Hezius, s'employèrent activement à assurer l'établissement de la Compagnie dans le diocèse. La fondation d'un collège dans la capitale de la principauté fut remise à des temps meilleurs, puisque des revenus annuels suffisants ne pouvaient être assurés aux supérieurs de l'ordre. Georges d'Autriche montra ses bonnes dispositions en accordant aux jésuites, malgré l'opposition de l'université de Louvain, la libre jouissance de leurs privilèges, dans toute l'étendue de son diocèse. Philippe II suivit peu après cet exemple en autorisant officiellement l'érection des communautés dans les Pays-Bas182.

  • 183 A. Poncelet, o. c., t. i, p. 53.

68A Louvain, en dépit des facultés, le succès des jésuites fut considérable. On comptait plusieurs centaines de communions, chaque dimanche, dans la paroisse où l'un d'eux confessait. Les jours de grande fête, on distribuait la communion depuis le matin jusqu'à midi. Le père Arnold Hezius, — neveu de Thierry Hezius, — écrivait que, parmi la foule des pénitents qu'il avait entendus pendant huit jours à l'occasion de la Noël, il s'en trouvait à peine quarante qui ne s'étaient pas approchés des sacrements depuis Pâques. Un tel renouveau de vie chrétienne avait de quoi étonner, et des étrangers s'exclamaient en disant : « Louvain n'est pas une ville, c'est un couvent »183.

  • 184 A. Poncelet, o. c., t. i, p. 159. — Le collège de Dinant, en 1563, sera le premier collège jésuite (...)

69A Dinant, le père Henri de Sommai obtenait par ses prédications un mouvement de piété remarquable et l'estime enthousiaste de ses concitoyens184.

  • 185 J. Kleintjens et C. Slootmans, Het ontstaan der hervorming binnen Bergen-op-Zoom, dans Taxandria, (...)

70A Berg-op-Zoom, le curé Nicolas Floris (Goudanus) faisait apprécier par son zèle extraordinaire l'influence de la Compagnie, dans laquelle il ne tarda pas à entrer et dont il devint une des gloires185.

  • 186 L. Halkin, o. c., p. 174 sv. — A. Poncelet, o. c., t. I, p. 197 sv.

71A Liége, Guillaume de Poitiers continuait à s'intéresser à la fondation d'un collège. Ses efforts se heurtèrent à l'hostilité du clergé secondaire et d'une partie de l'opinion. C'est en 1582 seulement que le collège des jésuites de Liége remplacera le gymnase des jérômites186.

  • 187 J. Ceyssens, L'ordre du Saint-Sêpulchre, dans Leodium, t. xvi, p. 72-76, Liége, 1923.
  • 188 Stéphani, o. c., t. i, p. 221.

72Les sépulchrines réformées avaient ouvert des écoles nombreuses à Liége et dans la principauté187. En 1539, un nouveau couvent et une nouvelle école furent inaugurés à Saint-Trond188.

  • 189 C. Wilmet, Histoire des béguinages de Namur, dans les Annales de la Société archéologique de Namur (...)
  • 190 Officialité. Sentences, vol. 38, fo 161 (15 juin 1562).
  • 191 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, fo 60 vo (9 mai 1550).
  • 192 L. Lahaye, Les paroisses de Liége, dans le Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. xlvi, (...)

73Le xvie siècle vit le déclin des béguinages transformés peu à peu en maisons de retraite pour les vieilles femmes, servantes de chanoines ou autres. A cette époque, leur histoire n'abonde pas en événements sensationnels. Les béguines, à Namur, ne sont plus appelées alors que « les pauvres femmes »189. A Momalle, en 1552, la prieure fut condamnée par l'official, pour un délit dont je n'ai pu préciser la nature190. A Tirlemont, Ruard Tapper dut, au nom du prince-évêque, visiter le béguinage où Jean de Puteo, chanoine de Saint-Martin à Liége, s'était fait nommer proviseur subrepticement191. Les recluses, si nombreuses et si populaires au Moyen Age, ne résistèrent pas mieux au courant qui poussait les vocations vers les ordres prospères et bien organisés de contemplatives, d'enseignantes ou d'hospitalières192.

***

  • 193 Je ne dirai rien de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem qui possédait plusieurs commanderies dans l (...)
  • 194 Je ne puis malheureusement, pour le clergé régulier, proposer aucune indication numérique permetta (...)
  • 195 Le principe de l'exemption fut battu en brèche lors des premières sessions du concile, mais sans e (...)

74Il serait aisé mais superflu de détailler davantage l'histoire des communautés religieuses au diocèse de Liége193. Les quelques pages qui précèdent suffisent à établir l'importance du clergé régulier dans la vie religieuse du pays. Elles permettent aussi de faire toucher du doigt les difficultés que rencontra la Réforme catholique dans un milieu que l'on pouvait croire mieux préparé que d'autres à la recevoir. Et cependant, malgré les faiblesses de plusieurs d'entre eux, les religieux gardèrent une pureté de mœurs supérieure, en général, à celle des prêtres séculiers du diocèse194. Souhaité par beaucoup, entrepris par quelques-uns, le retour à la discipline et à la ferveur primitive n'était qu'une question de temps. Pendant cent ans environ, du milieu du xvie siècle au milieu du siècle suivant, l'esprit du concile de Trente pénétrera peu à peu dans les cloîtres et les couvents195. Des congrégations nouvelles ou des ordres anciens, mais réformés et rajeunis, mettront à profit les immenses ressources morales du clergé régulier pour en faire un des principaux facteurs de la restauration religieuse.

Notes

1 J. P. R. Stéphani, Mémoires pour servir à l'histoire monastique du pays de Liége (éd. Alexandre), 2 vol. in-8°, Liége, 1886 et 1887. — U. Berlière, Monasticon belge, 2 vol. in-4°, Maredsous, 1890-1897 et 1928-1929 (le t. II est inachevé).

2 Je prends donc le mot « monastique » dans son sens le plus large, désignant de ce seul terme tous les établissements du clergé régulier, de religieux et religieuses des grands ordres comme des congrégations locales. — Je ne donne de détails sur les couvents principaux que pour situer le cadre de la réforme catholique.

3 Hartzheim, Concilia Germaniae, t. VI, p. 297 sv., Cologne, 1765.

4 Sur l'attitude d'Érard de la Marck, voir L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 215 sv.

5 Voir Cauchie et Van Hove, Documents... Jérôme Aléandre, t. II, p. 77 sv. — Le même ouvrage, t. i, p. 342, contient cette demande significative de l'évêque au pape en 1516 : « Impetretur indultum quod dominus reverendissimus visitare ha-beat hospitalia, leprosaria et omnia pia loca tocius dioecesis ».

6 Archives de l'Évêché de Liége, Taxationes Ecclesiae Leodiensis ; cfr Halkin, o. c, p. 218. — Comparer à l'énumération des monastères et des Chapitres qui payaient des redevances à l'évêque de Liége en 1558 ; cfr C. B. de Ridder, Les diocèses de Belgique avant 1559, dans les Analectes pour servir à l'histoire ecclésiastique de Belgique, t. iii, p. 403 sv., Louvain, 1866. — Voir aussi plus haut p. 189.

7 Ms. c, f° 45 (1547) : 400 florins à l'occasion de la consécration de l'abbé.

8 Ms. c, f° 45 v° (1547) : 32 florins à l'occasion d'une coadjutorerie et de la consécration de l'abbé ; — f° 47 v° (1548) : 115 florins à l'occasion de la confirmation de l'abbé. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 97 v° (1541) : confirmation de l'abbé. — Ces notes permettent de préciser que l'exemption de ce monastère, censier du Saint-Siège, n'est pas aussi absolue que le laisse croire D. U. Berlière, Inventaire des libri obligation et solutionum des Archives vaticanes, p. vi, Rome, 1904. — Cette remarque s'applique aussi aux cas des abbés de Villers et de Floreffe.

9 Ms. c, f° 48 v° (1546) : consécration de l'abbé.

10 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation du prieur.

11 Ms. c, fos 48 v° (1546), 45 v° (1547) : consécration. — Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 68 (4 septembre 1546).

12 Ms c, f° 48 (1538) : 600 florins pour la confirmation de l'abbé. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 (7 août 1538).

13 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation de l'abbé.

14 Ms. c, fos 45, 45 v° (1547) : confirmation et consécration ; les taxes sont, d'une part, de 1700 florins du Rhin, de l'autre, de 3 000 florins de Hollande.

15 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation et consécration.

16 Ms. c, f° 46 (1547) : consécration.

17 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.

18 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.

19 Ms. c, fos 47 v° (1544), 45 (1547) : consécration. — J'ai écrit par erreur Lies-sies, pour Leffe, dans l'analyse du f° 44 ; cfr Halkin, o. c, p. 219.

20 Ms. c, f° 45 (1547) : confirmation.

21 Ms. c, f° 45 (1547) : consécration.

22 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation.

23 Ms. c, f° 45 v° (1547) : confirmation.

24 Ms. c, f° 47 v° (1544) : consécration.

25 Ms. c, f° 45 v° (1547) : consécration.

26 Ms. c, f° 48 v° (1543) : confirmation. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 173 (29 janvier 1544).

27 Ms. c, f° 45 v° (1545) : confirmation.

28 Ms. c, f° 46 (1547) : confirmation.

29 Ms. c, f° 46 (1547) : confirmation.

30 Ms. c, f° 46 (1547) : consécration.

31 Ms. c, f° 57 v° (1539-1550). — Halkin, o. c, p. 220.

32 Ms. c, f° 57 v° (1538).

33 Ms. c, f° 57 (1545).

34 Ms. c, fo 57 vo (1553).

35 Ms. c, f° 57 v° (1538).

36 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 (7 août 1538).

37 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 45 (4 novembre 1539).

38 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 97 V° (21 février 1541).

39 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 97 (3 août 1547).

40 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 72 v°.

41 Exception faite évidemment des monastères qui avaient réussi à lier leur sort à celui des collégiales ; cfr Cauchie et Van Hove, O. c., t. i, p. 371.

42 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56. — Daris, O. c., p. 246.

43 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 122 v°. — Daris, O. c., p. 246. — Le manuscrit des Taxationes, f° 45 V, porte, à l'année 1547, l'indication concordante d'une taxe de 200 florins du Rhin « pro procuratione reformationis de Orienten ».

44 Berlière, Monasticon belge, t. ii, p. 52.

45 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 50 v° (6 février 1546).

46 Simenon, L'organisation économique de l'abbaye de Saint-Trond, p. 335, Bruxelles 1913.

47 En 1538, à Liége, un franciscain vagabond fut condamné à la prison perpétuelle ; cfr Munters, ms. c, f° 52. — En 1548, le chapitre XVII des Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis ordonnait aux visiteurs du diocèse de remettre à leurs supérieurs les religieux apostats, fugitifs ou vagabonds. — En 1550, un croisier défroqué et concubinaire était desservant à Dilkrath ; cfr Redlich, o. c, t. ii, p. 161

48 Archives vaticanes, Arm. 42, vol. 6, f° 437.

49 Voir p. 191.

50 U. Berlière, La commende aux Pays-Bas, dans les Mélanges Godefroid Kurth, t. i, p. 185, Liége, 1908. — Berlière, Coup d'œil historique sur l'ordre bénédictin en Belgique, dans la Revue liturgique et monastique, t. xiv, p. 469, Maredsous, 1929.

51 C. B. D. R., Les élections abbatiales dans les Pays-Bas avant le xixe siècle, dans les Analectes..., t. v, p. 315-328, Louvain, 1868. — P. Claessens, Promotion aux prélatures abbatiales de l'ancienne Belgique, dans la Revue catholique, t. xlvii, p. 126-140, 465-480, Louvain, 1879. — E. Valvekens, Rondom de abtelijke benoe-mingen in de oude Nederlanden, dans les Analecta Praemonstratensia, t. vii, p. 324-337, Tongerloo, 1931.

52 L. Lahaye, Étude sur l'abbaye de Waulsort, de l'ordre de Saint-Benoît, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liége, t. v, p. 367, Liége, 1890.

53 Entre autres, les exemptions des franciscains et des dominicains ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 158 ; t. vi, p. 195, 297 (réserve quant aux exemptions d'impôts).

54 Recueil des ordonnance des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 406.

55 Munters, ms. c, f° 97.

56 Paquay, Actes pontificaux et documents diplomatiques..., dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xliii, p. 18, Tongres, 1929. — Barbier, Histoire de l'abbaye de Floreffe, t. i, p. 285, Namur, 1892. — Parfois aussi, il ne faut pas l'oublier, la visite était faite par les supérieurs de l'ordre ; en 1548, l'abbaye d'Averbode fut visitée par le prélat de son abbaye-mère, l'abbé de Saint-Michel à Anvers ; cfr P. Lefèvre, L'abbaye d'Averbode pendant l'époque moderne, t. i, p. 83, Louvain, 1924.

57 R. Koerperich, Les lois sur la mainmorte dans les Pays-Bas catholiques, p. 46-49, Louvain, 1922. — Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 336, etc

58 Archives de l'Évêché de Liége, Documenta Leodiensia, vol. 3, f° 181 v°.

59 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° I.

60 Sur les événements antérieurs, voir L.-E. Halkin, O. c., p. 220. — Il faut noter que les Liégeois restèrent fidèles à cette politique ; cfr Crahay et Bormans, Coutumes de Liége, t. iii, p. 241, 306, 354, 414.

61 Georges d'Autriche lui-même en fit autant à son inauguration ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. I, f° 84 v°. — Simenon, Les pains d'abbaye au diocèse de Liége, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire... de Liége, t. xviii, p. 309, Liége, 1909.

62 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 84 v° (23 octobre 1540).

63 J'ai continué mon enquête jusqu'aux nouveaux évêchés.

64 Berlière, Monasticon belge, t. ii, p. 25, écrit que Herman Rave de Limbourg fut confirmé au consistoire du 18 janvier 1552. Or, c'est la date du 11 janvier 1552 que nous donnent les Archives vaticanes, Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 76. — Une note des chroniques vulgaires montre que la récitation nocturne de l'office était observée ; cfr Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 431, n. b.

65 Berlière, o. c., t. ii, p. 25.

66 Stéphani, o. c., t. i, p. 24. — Gobert, Liége à travers les âges, t. iv, p. 9, 317.

67 P. Daniels, Geraard van der Stappen, dans L'Ancien pays de Looz, t. i, p. 22, 23, Hasselt, 1896.

68 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 84 v°.

69 Berlière, o. c., t. ii, p. 52.

70 Daris, Notice sur l'abbaye de Saint-Laurent à Liége, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liége, t. ii, p. 137, Liége, 1882.

71 Berlière, o. c., t. i, p. 223. — A. C. Wotquenne, L'église abbatiale de Lobbes, dans Leodium, t. XXVIII, p. 24, Liége, 1935.

72 Berlière, o. c., t. i, p. 36, écrit que Mailly fut consacré le 14 novembre 1550, mais la date du 20 août de la même année est donnée par les Archives vaticanes, Arm. 29, vol. 155, f° 283 v°.

73 Berlière, o. c., t. i, p. 36.

74 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, f° 36. — Lahaye, Étude sur l'abbaye de Waulsort..., p. 367 sv.

75 Lahaye, l. c.

76 Berlière, o. c., t. i, p. 47, 48.

77 F. Baix, Fragments d'une chronique inédite de Dom Martin de Remouchamps..., dans le Bulletin de la Commission royale d'histoire, t. lxxvi, p. 49, Bruxelles, 1907.

78 D. Brouwers, Les aides et subsides dans le comté de Namur au xvie siècle, p. xliv, n. 3, Namur, 1934.

79 Berlière, o. c., t. i, p. 24. — L. Namèche, La ville et le comté de Gembloux, p. 163 sv., Gembloux, 1922.

80 Namèche, o. c., p. 164 sv.

81 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1610, f° 26 v ». — C. G. Roland, Recueil des chartes de l'abbaye de Gembloux, p. 263, Gembloux, 1921, a lu 1er décembre 1541 au lieu de 1er décembre 1544.

82 Namèche, o. c., p. 164 sv.

83 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1605, f° 9.

84 Berlière, o. c., t. i, p. 24.

85 Confirmé par Jules III, le 22 février 1550 ; cfr Reg. Vatic. 1752, f° 135. — Berlière, o. c., t. i, p. 25, 162.

86 Confirmé le 26 juin 1560 ; cfr Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 264.

87 Archives vaticanes, Miscellanea, arm. 13, vol. 38 (non folioté) ; ce document inédit donne le 23 octobre comme date de l'élection de Hancart. — Berlière o. c., t. I, p. 25, 162.

88 Berlière, o. c., t. ii, p. 93, 94. — J. Halkin, Inventaire des archives de l'abbaye de Stavelot-Malmedy..., dans le Bulletin de la Commission royale d'histoire, 5e s., t. vii, p. 295, Bruxelles, 1896.

89 F. A. Villers, Histoire chronologique des abbés-princes de Stavelot et Malmedy t. i, p. 212, Liége, 1878. — A. de Noue, Études historiques sur l'ancienne principauté de Stavelot-Malmedy, p. 368, Liége, 1848.

90 L. Jadin, Les actes de la Congrégation consistoriale..., dans le Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, t. xvi, p. 332, Rome, 1935, analyse un document indiquant que Christophe, en 1542, avait quinze ans. — Berlière, o. c., t. ii, p. 94. — J. Halkin et C.-G. Roland, Recueil des chartes de l'abbaye de Stavelot-Malmedy, t. ii, p. 551, Bruxelles, 1930.

91 Berlière, o. c., t. ii, p. 94, 95.

92 Vrancken ou Franconis ; cfr L.-E. Halkin, o. c., p. 217. — de Vocht, Monu-menta..., p. 481, n. 3. — Berlière, o. c., t. i, p. 67.

93 En 1545 ; cfr de Borman, Chronique de l'abbaye de Saint-Trond, t. ii, p. 382, Liége, 1877.

94 1er juin 1546 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56 v°.

95 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 38, f° 215.

96 de Vocht, o. c., p. 476, 482.

97 Simenon, L'organisation économique de l'abbaye de Saint-Trond..., p. 334, 335.

98 J. Halkin, Les prieurés clunisiens de l'ancien diocèse de Liége, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liége, t. x, p. 170, Liége, 1896. — Berlière, o. c., t. ii, p. 108.

99 J. Halkin, o. c., p. 204. — Berlière, o. c., t. ii, p. 115.

100 J. Halkin, o. c., p. 184. — Berlière, o. c., t. ii, p. 128.

101 J. Halkin, o. c., p. 215.

102 J. Halkin, o. c., p. 226, 229.

103 Berlière, o. c., t. ii, p. 166, 167.

104 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f°s 57, 68.

105 Berlière, o. c., t. ii, p. 167.

106 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 97.

107 Bibliothèque de l'Université de Liége, ms. 1019, f° 71. — Balau et Fairon o. c., t. ii, p. 446. — Berlière, o. c., t. ii, p. 167. — L. de Jaer, L'église primitive de l'abbaye du Val-Saint-Lambert et ses vicissitudes, dans le Bulletin de l'Institut archéologique liégois, t. lviii, p. 41-80, Liége, 1934.

108 Berlière, o. c., t. i, p. 338, 339.

109 Reg. Vatic. 1607A, fo 283.

110 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 64 v°.

111 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 65.

112 Berlière, o. c., t. i, p. 339.

113 Berlière, o. c., t. ii, p. 149.

114 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 83 sv. — Résumé dans Berlière, o. c., t. ii, p. 149.

115 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 88.

116 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 90 sv.

117 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 91. — « Alentonr du dict cloistre demeurent beaucop de femmes qui sont diffamées d'estre ribauldes » ; cfr Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, f° 106.

118 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 91 et 91 v ».

119 J. S. Renier, Historique de l'abbaye du Val-Dieu, p. 57, Verviers, 1865.

120 G. Lamotte, Étude historique sur le comté de Rochefort, p. 409, Namur, 1893.

121 Berlière, o. c., t. i, p. 68. — J. Canivez, L'ordre de Citeaux en Belgique, p. 332, Forges, 1926.

122 de Vocht, Monumenta..., p. 578.

123 Berlière, o. c., t. i, p. 175.

124 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 898, fos 66 sv.

125 Berlière, o. c., t. i, p. 85.

126 Berlière, Une chronique inédite de l'abbaye du Jardinet, dans le Bulletin de la Commission royale d'histoire, t. lxxxv, p. 95, 96, Bruxelles, 1921.

127 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 74. — Canivez, o. c., p. 316.

128 Canivez, o. c., p. 206.

129 Boulmont et Ploegaerts, L'abbaye cistercienne de Villers pendant les cinq derniers siècles de son existence, dans les Annales de la Société archéologique de l'arrondissement de Nivelles, t. xi, p. 150-160, Nivelles, 1914.

130 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, fos 96 sv. — Au f° 104 de ce manuscrit, une lettre originale de Denis de Spina à Viglius, le 27 septembre 1553, renferme les détails suivants : « les parrens des anchiennes religieuses qui onr refusez la réformation sont circumvoisins du dit monastère, lesquels leur pourraient causer troubles, molestes et fâcheries si bientost n'y est pourveu ».

131 Boulmont et Ploegaerts, o. c., p. 161-170.

132 Ploegaerts, Histoire de l'abaye de la Ramée, p. 41, Bruxelles, 192. 5

133 Ploegaerts, Histoire de l'abbaye d'Aywières, p. 34, Bruxelles, 1924.

134 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 99.

135 Ploegaerts, Histoire de l'abbaye de Florival, p. 40, Bruxelles, 1925.

136 j. Lavalleye, Histoire de l'abbaye de Valduc, p. 77, Bruxelles, 1926.

137 j. Lyna, De protestantsche revolutie te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... le Hasselt, t. x, p. 247, Hasselt, 1934.

138 Reg. Vatic. 1647, f° 105.

139 31 mai 1546 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 56. — Daris, Histoire... xvie siècle, p. 246.

140 11 avril 1548 ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 122 v°. — Daris, o. c, p. 246.

141 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, f° 122 v°. —Berlière, o. c., t. i, p. 108.

142 Berlière, o. c, t. ii, p. 190.— W. Depaquier, L'abbaye de Solières, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liége, t. x, p. 72, Liége, 1896, fait l'éloge de cette abbesse.

143 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 897, fos 92-93 v°.

144 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 91.

145 Tout ceci, à peu près textuellement, d'après E. Valvekens, L'ordre des Prémontrés et le concile de Trente, dans les Analecta Praemonstratensia, t. vi, p. 75, Tongerloo, 1930. — Cet article renvoie à d'autres travaux que je ne puis citer ici.

146 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f°s 58 v° (23 janvier 1540), 60 v° (6 février 1540).

147 Paul III, confirma son élection le 13 août 1548 ; cfr Reg. Vatic. 1692, f° 90 v°.

148 Brouwers, o. c., p. lxiv, n. 3.

149 Berlière, Monasticon belge, t. II, p. 232.

150 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 433. — P. Ansiaux, Grégoire Sylvius..., p. 101, n. 2 (lire Beaurepart et non Beauregard).

151 Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 94.

152 Papiers d'État et de l'Audience, vol. 896, fos 202 sv. — La Gallia christiana, t. v, p. 106, affirme que Nivelaer était abbé de 1533 à 1557, mais, comme l'abbé précédent est cité, dans la même liste, en 1544, et qu'il y eut une élection en 1553, je suppose que cette dernière date doit être retenue en lieu et place de 1533. Ce qui confirme cette opinion, c'est que, de 1553 précisément, date une « concordia » entre l'évêque de Liége et l'abbé ; cfr Archives de l'Évêché de Liége, Taxationes Eccle-siae Leodiensis, f° 57 v°.

153 Confirmé par Paul III, le 18 mai 1543 ; cfr Reg. Vatic. 1684, f° 256. — Arm. 29, vol. 118, f° 186.

154 Valvekens, o. c., p. 76. — En 1546, Marie de Hongrie fit arrêter un religieux qui menait une vie scandaleuse depuis huit ans ; cfr Lonchay, o. c., p. 127.

155 É. Schoolmeesters, Les abbés du monastère de Saint-Gilles à Liége, dans le Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, t. iii, p. 184-188, Liége, 1886-1887. — D. Van de Casteele, Chartes de Saint-Gilles, dans Leodium, t. v, p. 46, Liége, 1906.

156 Officialité. Sentences, vol. 30,f° 114 v° (20 avril 1545).

157 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 123 v° (18 mai 1545).

158 Officialité. Sentences, vol. 33, f° 94.

159 Officialité. Sentences, vol. 3-4, f° II v°.

160 Je suis, presque textuellement, l'excellent exposé de M. A. Tihon, Les rapports entre l'abbé et les chanoines de Neufmoustier, dans les Mélanges Charles Moeller, t. II, p. 169-172, Louvain, 1914.

161 Berlière, Monasticon belge, t. i, p. 137, 147. — Un apostat, profès de Géronsart, est mêlé à une affaire de coups en 1547 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 33, f° 4 v°— A Malonne, l'abbé reçut du pape l'ordre d'incarcérer jusqu'à réparation les religieux coupables de « crimes énormes » ; cfr V. Barbier, Cartulaire de l'abbaye de Malonne, dans les Analectes..., t. xx, p. 155, Louvain, 1886.

162 Berlière, o. c., t. i, p. 457.

163 Daris, o. c., p. 110, 445. — J. Kleintjens, De verkiezing van den laatsten abt van Rolduc voor de hervorming, dans les Publications de la Société archéologique et historique... de Limbourg, t. LXVIII, p. 61 sv., Maestricht, 1932.

164 Je signalerai, à titre d'exemple, le cas de l'abbaye noble de Sinnich ; cfr D. Brouwers, Histoire du Chapitre noble de Sinnich, p. 29, 30, Verviers, 1903. — Cependant, d'après Henne, o. c., t. x, p. 218, n. 3, la prieure de Sinnich fut déposée. — En 1539 et 1551, Gédéon van der Gracht cotisera des églises de cet ordre à Weert et à Venray ; cfr Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 90, 92.

165 P. Daniels, Quelques notes sur les alexiens de Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. VIII, p. 11, Hasselt, 1932.

166 Gobert, Liége à travers les âges, t. v, p. 639.

167 Voir, sur ce personnage, le paragraphe troisième du chapitre préliminaire.

168 G. Brom et A. H. L. Hensen, Romeinsche bronnen voor de kerkelijk-staat-kundigen in de XVIde eeuw, p. 53, La Haye, 1922. — C. Terlinden, Liste chronologique provisoire des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Philippe II(1555-1598), p. 43, Bruxelles, 1912.— Comparer au cas des chartreux apostats ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 393. — Conseil privé. Dépêches, vol. 2, fo 25 v° (Ier mars 1549). — Voir aussi plus haut, p. 90.

169 G. A. Meyer, Chronicon conventus Buscoducensis ordinis praedicatorum, p. 64, Bois-le-Duc, 1908.

170 B. M. Reichert, Monumenta ordinis fratrum praedicatorum historica, t. ix, p. 350, Rome, 1901. — Le même volume, p. 276, cite un conflit, mal défini, qui opposait en 1539 le couvent de Liége aux couvents de Louvain et de Bruxelles.

171 Hartzheim, Concilia Germaniae, t. vi, p. 268, 269. — Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, chapitre 8.

172 Munters, ms. c., fo 97 ; cfr P. V. Bets, Histoire de la ville de Tirlemont, t. II, p. 133, Louvain, 1861.

173 Voir p. 87, 90.

174 Van Veen, o. c., dans les Publications de la Société archéologique et historique...de Limbourg, t. XLI, p. 328-331.

175 A. Paquay, Frans Tittelmans van Hasselt, passim, Hasselt, 1906. — Pastor, o. c., t. XI, p. 441.

176 O. Manare, De vita... Mercuriani... commentarius, p. I, Bruxelles, 1882.

177 É. Poncelet, o. c., t. v, p. 327 (4 mai 1541).

178 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fo 26 (27 août 1538).

179 L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 224.

180 Redlich, o. c., t. II, p. 70, 257, 485, 598, 765, 817.

181 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, t. I, p. 41, Bruxelles, 1927.

182 L. Halkin, Les origines du collège des jésuites et du séminaire de Liége, dans le Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. li, p. 91-97, Liége, 1926.

183 A. Poncelet, o. c., t. i, p. 53.

184 A. Poncelet, o. c., t. i, p. 159. — Le collège de Dinant, en 1563, sera le premier collège jésuite de la principauté.

185 J. Kleintjens et C. Slootmans, Het ontstaan der hervorming binnen Bergen-op-Zoom, dans Taxandria, t. xxxix, p. 163 sv. — A. Poncelet, o. c., t. i, p. 46, 48, 133, 199 ; t. ii. p. 107, 507.

186 L. Halkin, o. c., p. 174 sv. — A. Poncelet, o. c., t. I, p. 197 sv.

187 J. Ceyssens, L'ordre du Saint-Sêpulchre, dans Leodium, t. xvi, p. 72-76, Liége, 1923.

188 Stéphani, o. c., t. i, p. 221.

189 C. Wilmet, Histoire des béguinages de Namur, dans les Annales de la Société archéologique de Namur, t. VI, p. 71, Namur, 1860. — Gobert, o. c., t. ii, p. 180. — Un nouveau béguinage sera cependant fondé à Huy en 1560 ; cfr L. Wilmotte, Notice historique sur le couvent des croisiers de Huy, dans les Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, t. xx, p. 211, Huy, 1929.

190 Officialité. Sentences, vol. 38, fo 161 (15 juin 1562).

191 Conseil privé. Dépêches, vol. 2, fo 60 vo (9 mai 1550).

192 L. Lahaye, Les paroisses de Liége, dans le Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. xlvi, p. 160, Liége, 1921.

193 Je ne dirai rien de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem qui possédait plusieurs commanderies dans le diocèse. Sur la commanderie de Flémalle, voir Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fo 10 (27 février 1538) ; — Gross, o. c., p. 164 (1556). — Sur la commanderie de Chantraine, voir Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 204 (22 décembre 1545). — Les trinitaires obtinrent un privilège de Georges d'Autriche, le 14 septembre 1545 ; cfr Schoolmeesters, L'ordre des trinitaires dans le diocèse de Liége, dans Leodium, t. IV, p. 159, Liége, 1905.

194 Je ne puis malheureusement, pour le clergé régulier, proposer aucune indication numérique permettant des comparaisons plus précises.

195 Le principe de l'exemption fut battu en brèche lors des premières sessions du concile, mais sans efficacité immédiate ; cfr J. Vendeuvre, L'exemption de visite monastique, p. 231 sv., Dijon, 1906.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter