Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 183


Texte intégral

1Corneille de Berghes et Georges d’Autriche furent les derniers princes-évêques qui commandèrent à l’immense diocèse de Liége, avant que Paul IV, dès les premières années du règne suivant, ne le démembrât au profit des nouveaux évêchés des Pays-Bas. L’importance territoriale d’un diocèse qui s’étendait sur plusieurs États est précisément un des facteurs qui en ont rendu l’administration difficile et la surveillance presque impossible, à une époque où un gigantesque effort était demandé aux évêques.

2Dès que le protestantisme eut pénétré dans le pays, la nécessité d’une restauration catholique s’était imposée à son chef ; Érard de la Marck en avait posé les principes et franchi les premières étapes, mais la Réforme catholique exigeait une véritable renaissance tant dans les milieux laïques qu’ecclésiastiques, séculiers que réguliers. En 1538, il restait beaucoup à faire ; en 1557, il ne semble pas que l’on ait très sérieusement progressé : toute révolution morale est lente et presque insensible ; celle qui fortifia le catholicisme dans le diocèse était bien réelle cependant, mais il faudra attendre un siècle avant que le succès, préparé de longue date, n’apparaisse évident à tous.

3Je me propose d’étudier d’abord les conflits de juridiction spirituelle qui retardèrent et compromirent singulièrement l’œuvre de la Réforme catholique ; j’y rattache l’histoire et l’analyse de deux actes aussi importants que le concordat de 1541 et les statuts consistoriaux de 1553. Un deuxième chapitre sera consacré aux efforts tentés pour rétablir la discipline dans les monastères et dans les couvents. Enfin le dernier chapitre, de loin le plus long de ce livre, retracera les tentatives de restauration religieuse dans le clergé séculier et dans le peuple, en accordant une place de choix au synode de 1548.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.