Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Première partie. La réforme protestante

Chapitre troisième. Les procès de religion

Texte intégral

1Les procès de religion furent nombreux au diocèse de Liége, de 1538 à 1557. Leur étude est l’indispensable complément d’un exposé objectif de l’histoire de la Réforme.

2Que l’on ne croie pas cependant que ce chapitre n’embrasse que la répression du protestantisme, ou même de l’hérésie en général. Les procès de religion ont une plus vaste extension, celle de la « lèse-majesté » divine.

  • 1 de Damhoudere, La practicque et enchiridion des causes criminelles..., p. 101.

3Le juriste Damhoudere, au milieu du xvie siècle, traduisait une opinion universelle lorsqu’il écrivait : « Crimes ergo contre la divine majesté sont blasphème, prévarication, apostasie, hérésie, simonie, sortilège, divination, incantation et telz semblables »1. Il nous suffira de retenir de cette impressionnante énumération l’hérésie, en tout premier lieu, puis le blasphème, et enfin, par souci de comparaison, la sorcellerie et la divination.

  • 2 Meyhoffer, Le martyrologe protestant des Pays-Bas, p. 170, ne cite aucune victime liégeoise entre 1 (...)

4La nature exacte de ces divers délits religieux est parfois d’un discernement difficile, tant les sources dont je dispose sont insuffisantes. Rien dans les « Martyrologes » n’a gardé le souvenir des victimes liégeoises2. Nos chroniqueurs ont heureusement sauvé la mémoire de plusieurs martyrs, bien qu’il aient fait la part très petite à l’histoire religieuse.

  • 3 Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’inquisition en Franche-Comté, p. 22. — Certains aute (...)

5Les inquisiteurs n’ont pas laissé d’archives3. A Liége, les sentences du tribunal spécial de « loi » et « franchise » ont disparu.

  • 4 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. ii, 1593.

6Quelques procès avaient été oubliés dans les registres de l’officialité ou des échevinages. Je les ai exhumés et je me suis efforcé de les situer dans leur cadre, en m’aidant des récits des historiens. Entre autres documents inédits, je signalerai la chronique de Christian Munters, chapelain de Curange, à qui je dois maints détails inconnus4.

***

7La répression de l’hérésie était fatale et naturelle dans un pays où régnait le catholicisme d’État. Les princes, en protégeant l’orthodoxie, veillaient au maintien d’un équilibre millénaire, ils faisaient œuvre politique autant que religieuse.

8A Liége, les évêques avaient de plus fortes raisons encore de résister au nouvel évangile. Une principauté ecclésiastique ne pouvait en aucune manière s’accommoder d’une religion qui comptait la sécularisation parmi ses dogmes : aussi l’hérésie sera-t-elle beaucoup plus sévèrement punie que l’immoralité.

  • 5 Voir plus haut, p. 104, 121, 134.

9La distinction établie par les lois du temps entre le crime d’hérésie et celui de contravention aux édits partageait la tâche de la répression entre les juridictions laïques et les juridictions ecclésiastiques5. Échevins, officiaux, inquisiteurs se disputeront les hérétiques et leur appliqueront les rigueurs du droit.

  • 6 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 1re s., t. i, p. 540, 742 ; 2e s., t. i, p. 136. — Poulle (...)
  • 7 Exemple en 1555 ; cfr A. Hansay, Blasphémateurs, hérétiques et sorciers à Curange en 1555. dans le (...)

10Des enquêtes permettaient le plus souvent de démasquer les suspects. A Liége, l’accord de « loi » et « franchise » était requis pour toute enquête criminelle6. Dans les villes de peu d’importance, — par exemple à Curange, — les échevins prenaient seuls l’initiative des « traques de police »7.

  • 8 Fairon, Un dossier de l’inquisiteur..., p. 135. — Il est possible d’ailleurs que ces « articles » a (...)
  • 9 L. Lahaye, Les paroisses de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xlvi, (...)

11Les inquisiteurs, qui agissaient en marge des juridictions ordinaires, procédaient eux aussi à des interrogatoires et à de véritables enquêtes sommaires8, tandis que les synodes recueillaient les dénonciations des fidèles9.

  • 10 É. Poncelet, Le Conseil ordinaire..., dans le Bulletin de la Commission des anciennes lois et ordon (...)

12L’activité de l’inquisition au diocèse de Liége se présente sous des aspects divers. Ici, les inquisiteurs sont vraiment des juges ; là, ils apparaissent comme des conseillers spirituels, désireux d’éclairer les hérétiques plutôt que de les brûler ; ailleurs, leur rôle se rapproche de celui du jury de nos cours d’assises10. Parfois encore, ils font figure de « pourchasseurs » d’hérétiques.

  • 11 de Vocht, Titelmans (Pierre), dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 354.

13L’exemple de Pierre Titelmans, de Hasselt, illustre d’une façon frappante ce que les fonctions d’inquisiteur pouvaient présenter d’imprévu redoutable. C’était à la fois un policier et un justicier. Il s’aventurait dans les campagnes éloignées comme dans les bourgades remplies d’hérétiques ; il y ouvrait les instructions. Son courage impressionnait ses adversaires : il venait écouter un prêche à la dérobée, et emmenait le prédicant malgré la colère des réformés11.

  • 12 Voir plus loin, p. 176. — L’activité des inquisiteurs liégeois est sans doute conforme à celle des (...)

14La compétence des inquisiteurs ne varia point. En 1550, un bailli du comté de Namur leur soumettait le cas d’un sorcier ; les inquisiteurs se récusèrent, car l’hérésie n’était pas en cause12.

  • 13 Voir plus loin, p. 152, 176. — Les mêmes théologiens seront inquisiteurs des Pays-Bas et de Liége.
  • 14 Voir p. 117, 158, 169. — Certains cumuleront les fonctions d’inquisiteur et d’official.
  • 15 Voir plus haut, p. 108.

15Qu’ils fussent de Liége ou des Pays-Bas, pontificaux ou épiscopaux, les inquisiteurs avaient conscience de leur mission commune et, s’ils étaient souvent en conflit avec les magistratures laïques, ils veillaient à s’assister mutuellement13. En outre, ils s’entendaient non moins bien avec les juges spirituels ordinaires, les officiaux14, dont ils avaient, dans la principauté de Liége, hérité la charge de poursuivre les protestants15.

  • 16 Fredericq, Corpus documentorum inquisitionis..., t. iv, p. 291 ; t. v, p. 151. — Monseur, Contribut (...)
  • 17 Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t (...)
  • 18 Voir plus loin, p. 158 et p. 161 — Monseur, o. c., p. 109.— S. Axters, Bijdragen tot een bibliograp (...)
  • 19 Brom et Hensen, Romeinsche bronnen voor den kerkelijk-staatkundigen in de 16e eeuw, p. 52. — Je ne (...)
  • 20 Monseur, o. c., p. 100. — Daris, o. c., p. 105, 107. — P. Lejeune, Nalinnes, p. 118, Bruges, 1892.
  • 21 Β. M. Reichert, Monumenta ordinis praedicatorum historica, t. ix, p. 350, Rome, 1901

16Au premier rang des inquisiteurs généraux, figurent quelques dominicains qui tenaient de leur ordre des pouvoirs spéciaux. Nous citerons tout d’abord Jean de Baerle, prieur du couvent de Bois-le-Duc, qui exerça ses fonctions dans le diocèse de Liége jusqu’à sa mort, survenue le 4 juillet 153916. La même année, Tilman de Segenberk, prieur du couvent de Cologne, assiste à un procès à Tongres17. En 1543 et en 1545, un dominicain de Diest, Godefroid Stryrode, intervient dans des causes d’hérésie, à Louvain et dans sa ville natale18. Christian de Flandre est cité en 154719, et Jean Hentenius, prieur du couvent de Louvain, est nommé inquisiteur général du diocèse de Liége en 155620. Le Chapitre général dominicain gardait une réelle autorité sur ces inquisiteurs qu’il pouvait révoquer librement21.

17Les évêques de Liége, Corneille de Berghes et Georges d’Autriche, s’attachèrent des inquisiteurs qui dépendaient d’eux sans l’intermédiaire d’aucun supérieur religieux.

  • 22 Il faut y ajouter le doyen de Tongres, Guillaume Karsmekers, inquisiteur délégué ; cfr G. Remans, T (...)
  • 23 Halkin, o. c., p. 164, 173.
  • 24 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 63 v° ; cfr le n° vi des Pièces jus (...)
  • 25 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 72 ; cfr le n° vii des Pièces justificatives. — Daris, o. c., p (...)

18Dès 1539, nous rencontrons en cette qualité le franciscain Simon Sapiens et les chanoines de Liége Thierry Hezius, Arnold Luyd de Tongres et Jean Oems de Wyngaert22. Sapiens, — qui, comme Hezius, avait été inquisiteur sous Érard de la Marck23, — reçut, le 21 novembre 1540, une nouvelle commission lui accordant de larges pouvoirs dans le diocèse entier24. En 1542, un autre inquisiteur, dont le nom ne nous est pas connu, bénéficia d’une concession du même ordre, « usque ad sententiam diffinitivam inclusive », pour la partie brabançonne du diocèse25.

  • 26 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 ; cfr le n° xiv des Pièces justificatives. — Daris, o. c., (...)
  • 27 Voir plus haut, p. 117.
  • 28 Fairon, Un dossier..., p. 134, 135.

19De beaucoup plus grande conséquence fut la nomination, le 20 janvier 1545, des inquisiteurs généraux Thierry Hezius et Charles de Nicquet26, car ces deux chanoines, dont l’un, Hezius, avait été plusieurs fois inquisiteur, s’assignèrent la tâche de réorganiser l’institution à laquelle ils venaient d’être appelés27. C’est dans ce but qu’ils proposèrent à Georges d’Autriche de désigner des inquisiteurs locaux à Bois-le-Duc, Louvain, Bréda, en Gueldre et en Juliers. Leur choix se porta sur Augustin van Huesden, prieur des dominicains de Bois-le-Duc, Henri van der Molen, chanoine de Bois-le-Duc, et Thierry Strick, prieur des dominicains de Nimègue, mais je ne sais si l’évêque donna une suite à ces suggestions28.

  • 29 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140 (s. d.). — Daris, o. c., p. 180. — de Vocht, Tapper (Ruard) (...)

20Vers la même époque, le professeur de Louvain, Ruard Tapper, reçut l’ordre de poursuivre une enquête en dehors des frontières du diocèse29.

  • 30 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179. — C. Creemers, Kronijk (...)
  • 31 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179.

21En 1547, François Gouters, de Hasselt, prieur des dominicains de Maestricht, fut chargé d’assister les inquisiteurs dans l’instruction du procès de Henri de Wissem, curé de Weert30. Le prince-évêque, en 1551 environ, accorda une commission semblable à Grégoire Sylvius, prieur des dominicains de Liége, et l’envoya à Florennes et à Namur pour y recevoir des dépositions importantes31.

  • 32 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179. — Sur Jean Brictius, do (...)
  • 33 J. Frederichs, De inquisitie in het hertogdom Luxemburg voor en tijdens de 16de eeuw, p. 105, Gand, (...)

22Gilles Querceus, gardien des frères-mineurs de Couvin, et Jean Brictius, notaire de l’officialité, furent attachés aux inquisiteurs de Couvin32. Des inquisiteurs liégeois, dont j’ignore les noms, sont signalés à Mirwart en 155633.

23D’autres inquisiteurs, qui ne dépendaient en rien de l’évêque de Liége, surveillaient les Pays-Bas au nom de leur maître, l’empereur.

  • 34 Fredericq, o. c., t. iv, p. 275. — Monseur, o. c., p. 101.
  • 35 Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 25, 40, Bruxelles, 1862. — Monseur, o. c., p. 95 (...)
  • 36 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, f° 45 v°. — Sur (...)
  • 37 En même temps que Pierre Titelmans et François de Zon pour d’autres parties des Pays-Bas ; cfr Gach (...)

24Auprès de l’inquisiteur général Nicolas Houzeau34, d’autres inquisiteurs figurent dans les procès d’hérésie des Pays-Bas. Ce sont, à Louvain en 1543, Jacques Masson, Ruard Tapper, Gode-froid Stryrode et Tilman Clercx35, et, à Diest en 1545, Michel Drieux, Jean Glaviman, ainsi que de nouveau Tapper et Stryrode36. Nicolas de Monte fut revêtu, la même année, des fonctions d’inquisiteur délégué pour le Brabant37.

  • 38 Hubert, Liste chronologique..., p. 118 ; date rectifiée par Meyhoffer, o. c., p. 14, n. 3.
  • 39 Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277.
  • 40 Projets de pouvoirs des inquisiteurs à présenter au pape de la part de l’empereur ; cfr Archives gé (...)

25Le 6 juillet 1547, Ruard Tapper et Michel Drieux, respectivement doyen de Saint-Pierre et officiai à Louvain, furent appelés par le pape à diriger l’inquisition des Pays-Bas38. Leurs pouvoirs furent déterminés par un bref du 15 mars 154839, conformément aux désirs de Charles-Quint40.

  • 41 Papiers d’État et de l’Audience, vol. 1177, f° 394.
  • 42 U. Berlière, Coup d’œil historique sur l’ordre bénédictin en Belgique, dans la Revue liturgique et (...)

26En 1550, il fut question de nommer Louis de Blois, abbé de Liessies, inquisiteur pour la partie française des Pays-Bas, car Tapper « ne scet la langue walone »41. Mais le grand réformateur bénédictin ne put ou ne voulut accepter cette charge nouvelle qui cadrait mal avec ses aspirations42.

  • 43 Gachard, o. c., t. i, p. cxxiii. — Henne, o. c., t. x, p. 220. — Monseur, o. c., p. 105.

27Enfin, le 8 mars 1555, Corneille de Meldert, doyen de Saint-Jacques à Louvain, fut adjoint à Drieux et à Tapper comme inquisiteur général des Pays-Bas43.

28C’est là tout ce que nous savons de l’armée redoutable des inquisiteurs au diocèse de Liége depuis la mort d’Érard de la Marck jusqu’à l’apparition du calvinisme. L’enchevêtrement de ces juridictions disparates était le fait des circonstances et ne devait rien à une législation d’ensemble que l’on peut, à bon droit, s’étonner de ne pas rencontrer.

***

  • 44 Réserve faite des procès des cathares et autres hérétiques du Moyen Age ; cfr Halkin, L’hérésie et (...)
  • 45 Voir plus haut, p. 107, et Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 162.

29A Liége, le premier procès d’hérésie, dont l’histoire ait conservé le souvenir, date de 152844. J’ai dit ailleurs que le premier martyr de la Réforme dans le diocèse fut un prêtre français, jugé d’après l’édit de Worms, livré au bras séculier et condamné au bûcher45.

  • 46 Halkin, o. c., p. 159-188. — Idem, Un procès de religion à Liége en 1530, dans la Chronique archéol (...)

30D’autres exécutions suivirent, — il y en eut au moins cinquante-deux en dix ans dans la principauté, — et l’on peut considérer qu’à la mort du cardinal de la Marck la répression avait un passé déjà bien lourd. Les luthériens et surtout les anabaptistes connurent les rigueurs des enquêtes criminelles et les pièges de l’inquisition. Les blasphémateurs eux-mêmes furent pourchassés et punis46. L’official, les échevins, puis le tribunal de « loi » et « franchise » sévirent contre les hérétiques avec l’assistance des inquisiteurs. Tous les accusés n’étaient pas frappés ; la plupart des suspects, au prix de l’abjuration et d’une pénitence ecclésiastique, sauvèrent leur tête.

  • 47 Archives de l’état a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 7.
  • 48 On sait que, depuis 1533, l’official avait renoncé de fait à sa juridiction en matière d’hérésie su (...)

31Pendant les quelques jours d’interrègne qui précédèrent l’avènement de Corneille de Berghes, les chanoines de Saint-Lambert prirent, comme nous l’avons vu, l’initiative de rendre la liberté sous caution à Mathieu Doenen47. Ce dernier, inculpé de luthéranisme, était emprisonné dans la tour de l’official, attendant sans doute d’être examiné par les inquisiteurs pour être renvoyé, s’il était hérétique, devant la cour scabinale de Zepperen, son pays d’origine48. Les portes de la prison épiscopale s’ouvrirent devant Mathieu Doenen ; le nom de ce suspect ne reparaît plus dans les archives.

  • 49 Henne, o. c., t. ix, p. 89, n. 1. — Mise au point dans Meyhoffer, o. c., p. 89, n. 1.

32Nous ne connaissons pas davantage les causes exactes du supplice, à Malines en 1538, d’un autre Mathieu, natif de Liége, qui périt sur le bûcher. Henne, le trouvant cité dans les comptes de la cour de justice en même temps que des anabaptistes notoires, a conclu que le condamné liégeois avait partagé les croyances comme le châtiment de ses compagnons d’infortune49.

  • 50 Lyna, De wederdoopers..., p. 100. — Munters, ms. c., f° 117.
  • 51 Lyna, o. c., p. 100. — Munters, ms. c., f° 117 v°.
  • 52 Mantelius, Hasseletum..., p. 64, Louvain, 1664. — Gilles de Bocholtz relate le même châtiment, mais (...)

33Le 22 août 1541, deux luthériens, au dire de Christian Munters, furent faits prisonniers à Liége. L’un d’entre eux exerçait le métier de tailleur50. Munters nous apprend aussi que, le 20 octobre, deux luthériens, — les mêmes peut-être que précédemment, — subirent la peine de mort. Ils furent décapités, ce qui implique leur abjuration, car les hérétiques obstinés échappaient difficilement au bûcher51. S’il faut en croire Mantelius, plusieurs femmes furent alors précipitées dans la Meuse du haut du pont des Arches : c’étaient des anabaptistes52.

  • 53 Archives de l’État a Liége, Échevins de Liége. Obligations, vol. 23, f° 192 ; cfr le n° xi des Pièc (...)
  • 54 Ibidem. — J. Breuer, Les orfèvres du pays de Liége, dans le Bulletin de la Société des bibliophiles (...)

34En cette année 1541, un orfèvre de la cité, Mathieu Gruzen, fut dénoncé et accusé d’hérésie. Le sous-maïeur le fit appréhender et emprisonner. Sur ces entrefaites, un ami de l’inculpé, Georges, orfèvre lui aussi, offrit à la cour scabinale une caution de cinquante écus d’or, à charge de délivrer Mathieu Gruzen et de vider son cas dans l’année. Les échevins acceptèrent cette « oblégation » et la mirent en garde de loi le 7 octobre53. Un an s’écoula. Le sous-maïeur de Liége avait fait « son devoir et inquisition par enquestes et aultrement ». L’orfèvre triompha des suspicions élevées contre son orthodoxie, et la cour ne put que lui décerner un brevet de « bonne renommée ». Il restait à dégager le généreux confrère qui avait hâté la libération de Mathieu Gruzen par son opportune intervention. L’acte final, qui fut dressé le 30 décembre 1542, reconnaît à la fois l’innocence de Gruzen et la décharge de Georges54.

  • 55 Sur ce dossier, voir p. 345.
  • 56 Fairon, Un dossier..., p. 138; passage obscur, entre autres, dans l’interprétation du rôle de Xokie (...)

35Le dossier attribué à Hezius nous livre, pour l’année 1545, maints renseignements de valeur55. A travers les notes brèves de l’inquisiteur, nous devinons quelque chose de cette répression qu’il ne trouvait pas assez active. Les suspects, contre lesquels une première information avait été prise par les inquisiteurs, devaient être gardés dans la prison de l’official de Liége, non sans doute pour être jugés par la cour ecclésiastique, mais pour être « réconciliés » par les inquisiteurs ou, s’ils s’obstinaient, pour se voir livrés au bras séculier56.

  • 57 Aussi, Hezius souhaite une plus grande sévérité ; cfr Fairon, o. c., p. 135.

36Hezius lui-même dit son mot de ces « réconciliations » ou « abjurations », qui ont dû être assez fréquentes puisqu’il a pu écrire alors que « presque toujours » les hérétiques miséricordieusement élargis retombaient dans leurs erreurs57.

  • 58 Comme aussi celui de Jean Dubois, desservant de Limbourg ; cfr p. 165.
  • 59 Redlich, Jülich-bergische Kirchenpolitik..., p. 292, 293. — Forsthoff, Rheinische Kirchengeschichte (...)

37Le cas de Gérard Coenen est peut-être un de ceux qui motivaient le pessimisme de Hezius58. En effet, ce prêtre avait été emprisonné à Liége du chef de luthéranisme. Absous, sans être sincèrement converti, il jugea plus prudent de passer dans le diocèse de Cologne, où nous le trouvons, en 1549 et 1550, curé concubinaire d’Otzenrath59.

  • 60 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140. — Daris, o. c, p. 180, a lu Fayncart et Merchem. — Le docu (...)

38Un autre prêtre, Martin Fayneaulx, du diocèse de Cambrai, fut vers le même temps l’objet d’une enquête à Liége. Georges d’Autriche chargea Ruard Tapper de s’enquérir à Merchtem du passage de ce suspect, mais la suite du procès ne nous est pas parvenue60.

  • 61 Fairon, o. c., p. 135-137.

39Égarée dans le dossier relatif à la préparation de l’édit général en 1545, une pièce autographe de Thierry Hezius résume les thèmes d’une enquête générale. Cette enquête eut-elle lieu ? Les « articles » proposés furent-ils soumis aux témoins requis ? L’indigence des sources ne permet pas de répondre avec certitude à ces questions mais les « réconciliations » précitées rendent très vraisemblable une enquête de ce type61.

  • 62 Archives de l’État a Liége, Chambre impériale, n° 1334, pièce 292 (transmis par M. Fairon, d’après (...)
  • 63 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 172, 286. — Un Henri de Haccourt, junior, fils de Henri, fai (...)

40Le 16 août 1548, le Conseil de la Cité, statuant sur une requête présentée par Henri de Haccourt, junior, et les officiers du métier des orfèvres, décidait que le dit Henri devait être jugé par « loi » et « franchise »62. Malheureusement, l’extrait de la Chambre impériale, qui nous a conservé cette décision, ne fait aucune allusion à la nature de la cause instruite contre Henri de Haccourt. La nature du tribunal auquel il fut déféré amène tout naturellement à se demander s’il ne s’agit pas ici d’un procès d’hérésie. Cette hypothèse, — qui est invérifiable car les « œuvres » de « loi » et « franchise » nous manquent, — est d’autant plus vraisemblable qu’en 1533 déjà, un Henri de Haccourt, constructeur de jougs, avait abjuré l’hérésie, en compagnie d’autres luthériens liégeois63.

  • 64 Grivegnée faisait alors partie de la « banlieue » de Liége ; cfr Gobert, o. c., t. i, p. 80.
  • 65 Bormans, Extraits des cris du Péron de la Cité de Liége, dans le Bulletin de la Société scientifiqu (...)

41Lorsque, le 22 avril 1554, des mains impies eurent jeté à la rivière la statue de la Vierge de Grivegnée, une instruction fut ouverte à charge d’inconnus. Le mandement du 4 mai, « crié » au perron, promettait cent florins à celui qui dénoncerait les iconoclastes aux inquisiteurs ou aux échevins de Liége64. En outre, le délateur, s’il était « chargé d’aulcun cas punissable » bénéficierait d’une généreuse amnistie65. Mais aucune accusation ne répondit à ce « cri » du perron. Les auteurs de la profanation restèrent inconnus.

  • 66 Monumenta historica Societatis Iesu. Litterae quadrimestriales, t. iii, p. 139, Madrid, 1896.

42Un correspondant de saint Ignace de Loyola lui écrivait qu’au mois de mai 1554, le père Quentin Charlart, un des premiers jésuites belges, avait converti dans la prison de Liége un luthérien condamné à mort66.

  • 67 Daris, o. c., p. 180.

43En 1555, une enquête décrétée par « loi » et « franchise » conclut à diverses arrestations de suspects ; ces derniers prirent la fuite à temps67.

***

44Dans les villes et villages de la principauté et du comté de Looz, de nombreux hérétiques furent interrogés par les inquisiteurs, traduits devant les tribunaux, condamnés parfois au dernier supplice.

  • 68 Lyna, o. c., p. 98, en fait un luthérien, mais Munters appelle luthériens des anabaptistes notoires
  • 69 Meyhoffer, o. c., p. 74, n. 2.

45Le pays lossain renfermait plusieurs foyers d’anabaptisme. A Curange, le 15 mai 1538, Jean d’Alken fut rendu à la liberté au prix d’une caution de mille florins. En gage de repentir, il fut contraint à porter, le dimanche suivant, un cierge à la procession de Hasselt68. Trente ans plus tard, un Jean d’Alken, iconoclaste, était pendu à Limbourg69. Je ne sais s’il faut identifier ces deux victimes de la persécution ; il est tout au moins loisible de les supposer liées par une quelconque parenté.

  • 70 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 334. — Mantelius, o. c., p. 64. — Lenoir, o. c., p. 41. — Rahlenbeck(...)
  • 71 Daris, l. c., écrit qu’ils furent jugés par la haute cour de Vliermael.

46En cette même année 1538, les historiens situent, depuis Chapeaville, l’exécution massive d’anabaptistes chassés d’Angleterre70. Dispersés dans le comté de Looz, ces misérables y avaient été pourchassés, jugés et condamnés71. Dix-neuf subirent la peine de mort, neuf hommes sur le bûcher, dix femmes par immersion. De ces martyrs, Chapeaville ne cite que Jean van Rommershoven, dont je reparlerai plus loin.

  • 72 Lyna, o. c., p. 99.

47Il est heureux que nous disposions, en l’occurrence, de deux auteurs contemporains des faits pour contrôler le récit de Chapeaville. Christian Munters, le chapelain de Curange, a noté au jour le jour les exécutions d’hérétiques parmi les événements les plus remarquables dont il était le témoin. C’est ainsi qu’il cite Jean van Rommershoven ; mais il n’en fait pas un Anglais (le nom seul suffirait à écarter cette supposition). En outre, Munters ignore, pour cette époque, toute exécution d’un groupe important d’anabaptistes72. Ce silence, à lui seul, rend suspectes les affirmations de Chapeaville.

  • 73 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 131.
  • 74 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 133. — Sur les événements de Delft, voir Brandt, (...)

48La source principale de ce dernier chroniqueur n’est autre que l’œuvre de Jean de Brusthem. Or, cette relation digne de foi donne de la mort de Rommershoven une version conforme à celle de Munters, et elle n’en dit pas davantage au sujet de la répression des anabaptistes dans la région73. Mais, Brusthem, bien renseigné sur les malheurs de l’anabaptisme en Hollande, rappelle l’exécution de trente-et-un anabaptistes anglais à Delft74. Les termes qu’il emploie et la date qu’il propose ont visiblement inspiré Chapeaville, comme le montre une attentive comparaison de leurs textes :

49Brusthem.

« Sed et multi anabaptiste ex Anglia profligati, mense decembri [1538], oppido Hollandie Delf applicantes capiuntur, ex quibus, sequenti januario die VII, viri XVI capite plectuntur, mulieres vero XV aquis prefo-cantur ».

50Chapeaville.

« Hac tempestate anabaptistae ex Anglia pulsi, in varias inferioris Germaniae oras se diffundunt; plures, cum Curingiam, Hasseletum et vicina loca advenissent, vigilantia officiati in custodiam missi, supplicio affecti sunt : viri novem flammis exusti, foeminae decem submersae».

  • 75 Cette répression sévère est particulièrement vraisemblable en 1538, date à laquelle dix-sept anabap (...)

51Chapeaville n’a pourtant pas inventé les supplices des hérétiques. Ce serait mal connaître sa psychologie. Il a relaté des faits exacts, qui ont dû avoir pour théâtre non seulement Curange mais Hasselt et d’autres lieux du comté75. Le chroniqueur ne s’est trompé qu’en rapprochant de ces exécutions celle de Jean van Rommershoven, en ajoutant, à cet effet, le nom de Curange à celui de Hasselt, et en attribuant à nos anabaptistes lossains une origine anglaise improbable.

  • 76 Munters, ms. c., f° 71 (et non le 31, comme écrit M. Lyna, o. c., p. 99).
  • 77 C’est-à-dire hérétiques, car Munters ne fait aucune distinction entre anabaptistes et luthériens, c (...)

52Jean van Rommershoven avait été emprisonné à Curange, le 30 mai76. Chef des anabaptistes de la région, il venait de quitter sa compagne. Connaissant le sort qui l’attendait, Rommershoven ne céda qu’à la violence. Couvert de blessures, il dut se rendre, mais une fillette, son enfant peut-être, qui était avec lui eut le temps de se sauver. On trouva sur l’hérétique quelques livres « luthériens»77.

  • 78 Et non le 14, comme écrit M. Lyna, o. c., p. 99.
  • 79 Brusthem dit que Rommershoven fut étranglé par le diable, mais le récit de Munters, un témoin, mont (...)
  • 80 Les autres livres furent peut-être conservés pour l’inquisiteur.

53Après deux semaines d’informations et de procédures, Jean van Rommershoven monta sur le bûcher, le 15 juin78. Malgré les sollicitations des prêtres qui le conduisaient au supplice, il resta ferme dans sa foi jusqu’à la mort. Il s’était vanté de ne point mourir victime des flammes. C’est pourquoi sans doute il s’étrangla lui-même dans les liens qui l’attachaient à son gibet79. Le feu ne consumma que son cadavre et, avec lui, deux de ses livres80.

  • 81 Le 6, et non le 3 septembre ; cfr Munters, ms. c, fos 100 et 100 v°. — Lyna, 0. c., p. 100.

54A Curange encore, le 6 septembre 1540, un prêtre colonais et un soldat furent relâchés. Ils avaient été trouvés faisant route avec un hérétique. C’était là un indice suffisant pour les suspecter de luthéranisme, mais les deux voyageurs réussirent à se disculper81.

  • 82 Le 6 mars 1544, et non 1541 ; cfr Munters, ms. c, f° 149. — Lyna, o. c., p, 100.

55Les anabaptistes de Gors-Op-Leeuw, privés de leur chef Jean van Rommershoven, se firent oublier pendant quelques années. En 1544, un des leurs fut brûlé à Liége, le 6 mars. C’était un simple berger, mais il fit preuve d’un beau courage. Après avoir subi l’horrible supplice du percement de la langue, il alla à la mort sans renier ses convictions82.

  • 83 Lyna, o. c., p. 100.

56Le martyre du berger de Gors-Op-Leeuw suscita une vive émotion dans le village où couvait l’hérésie. Il est vraisemblable que des poursuites furent engagées contre des anabaptistes qui avaient imprudemment et violemment manifesté leur mépris de l’Église catholique. Mais la précieuse chronique de Munters ne dépasse pas les faits que j’ai rapportés et ne nous donne pas la suite de l’histoire des hérétiques de Gors-Op-Leeuw83.

  • 84 Archives de l’État a Liége, Officialité. Sentences, vol. 35, f° 223 v°.

57Un blasphémateur de Kerniel, Jean Bijnens, fut jugé par l’official de Liége, le 25 mai 1549. Comme il avait été entraîné par la colère et non par l’impiété, il ne fut condamné qu’à un pèlerinage expiatoire à Saint-Germain de Tirlemont84.

  • 85 Hansay, Blasphémateurs... en 1555, p. 27-37.

58Autant les accusations de blasphème étaient rares à l’officialité de Liége, autant elles furent nombreuses à Curange en 1555. A cette date, une enquête scabinale donna lieu à trente procès de blasphémateurs, ainsi qu’à une dizaine de procès d’hérétiques. Les lacunes des rôles criminels de Curange ne nous permettent pas de dire quelles sanctions couronnèrent ces procédures85.

59En dehors du comté de Looz, nous rencontrons çà et là quelques mentions d’hérétiques exécutés dans les parties flamandes de la principauté.

  • 86 J. S. Van Veen, Bijdrage tot de geschiedenis der hervorming in het overkwartier van Gelderland (154 (...)
  • 87 Henne, o. c., t. x, p. 222, n. 10.

60Vers 1547, une femme anabaptiste fut mise à mort à Stockheim86. En 1551 ou 1552, une autre anabaptiste, Marie Vleminckx, de Saint-Trond, subissait le même sort à Lierre87.

  • 88 G. Remans, Twee franciskaansche instellingen..., p. 132.

61Mais c’est à Tongres que nous rencontrons le centre le plus important de l’hérésie. Les inquisiteurs Thierry Hezius et Arnold Luyd se rendirent, en 1539, au couvent de Sainte-Agnès, à Tongres, pour y entendre quelques prisonniers luthériens et un grand nombre de témoins88.

  • 89 Lyna, o. c., p. 100.
  • 90 Paquay, Tongeren voorheen, p. 148. — Le même jour, s’il faut en croire Thys, Éphémérides tongroises (...)

62Lorsque, en août de la même année, un groupe de cinq ou six suspects fut appréhendé, la plupart réussirent à prendre la fuite. Un d’entre eux seulement resta dans les mains des sergents de la ville89 ; peut-être est-il le Jean Montaigne qui fut « réconcilié » le 5 novembre suivant90 ?

  • 91 Paquay, o. c., p. 150, 151.

63Le même jour, deux hérétiques, Lambert et Henri Goens, furent abandonnés à la cour séculière par les inquisiteurs épiscopaux Sapiens et Wyngaert, en plein accord avec l’inquisiteur pontifical colonais Tilman de Segenberk. La sentence de mort fut exécutée le 27 novembre91.

  • 92 Paquay, o. c., p. 149, 150. — Daris, Notices..., t. xvii, p. 44, écrit, sans indiquer sa source, qu (...)

64Le 15 mars 1540, Jean Jongen, bourgeois et drapier de Tongres, fut condamné à cent couronnes d’amende, au profit des pauvres de la ville, et à diverses pénitences ecclésiastiques, telles que jeûnes et processions. Cette sentence est d’autant plus bénigne que Jongen avait tenté de fuir pour échapper au jugement. L’abjuration solennelle qu’il prononça à Curange, devant le prince Corneille de Berghes, lui valut la vie sauve92.

  • 93 Paquay, o. c., p. 146.

65Une dernière cause d’hérésie fut jugée par la cour des échevins de Tongres, le 22 février 1543. Meken van Hasselt, bannie pour deux ans, abjura et fit amende honorable93.

66L’influence restreinte de la Réforme dans les régions wallonnes de la principauté explique que nous ne connaissions, en dehors de la ville même de Liége, aucun procès d’hérésie entre les années 1538 et 1557.

  • 94 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.) ; cfr Daris. Histoire..., p. 179. — Ce document (...)

67Tout au plus faut-il signaler ici les poursuites des inquisiteurs à Couvin94.

  • 95 Rahlenbeck, Les Gueux namurois, dans la Revue de Belgique, 2e s., t. xv, p. 81, Bruxelles, 1895.

68J’y joins cet extrait du compte des souverains baillis de Namur, pour 1546-1547 : « Pour soy avoir transporté en la Cité de Liége portant lettres closes à la personne de l’official de Liége, contenant l’advertissement d’aucunes hérésies que ung frère Jehan Dubois, religieux de l’ordre de Saint-François, estant pour lors arrivé au couvent des frères-mineurs emprès Dinant, et deveroit avoir publiquement preschez en aulcunes églises paroichiales illecq et alenthour, affin d’en faire enquête »95. Mais les archives de l’officialité n’ont pas gardé la trace d’un procés intenté à ce franciscain.

***

  • 96 Je ne connais aucune trace d’hérésie, pour la période 1538-1557, dans la principauté de Stavelot-Ma (...)

69Il convient d’étudier les procès de religion, non seulement dans la principauté, mais dans tout le diocèse de Liége, c’est-à-dire aussi aux Pays-Bas, en Gueldre, en Juliers et à Aix-la-Chapelle96.

  • 97 Voir la lettre de Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 25 février 1555, dans les Papiers d’État e (...)
  • 98 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 172.

70Dans le Brabant wallon, — comme dans le Luxembourg et le Hainaut, — l’hérésie ne s’implanta pas profondément97. Je note une lettre de Charles-Quint ordonnant, le 1er août 1545, aux maïeur et échevins de Nivelles d’ajourner par édit et de procéder par défaut contre les habitants de leur ville qui s’étaient enfuis ou s’enfuiraient comme suspects d’hérésie98.

  • 99 Le, chanoine de Liége Englebert de Mérode obtint congé du Chapitre cathédral, le 1er juillet 1551, (...)

71Une instruction fut ouverte en 1551 à charge des luthériens de Houffalize99.

  • 100 J. Frederichs, De inquisitie in het hertogdom Luxemburg..., p. 105.

72A Mirwart, un hérétique fut arrêté en 1556 et interrogé par les inquisiteurs de l’évêque de Liége. Le Conseil du Luxembourg disputa le prisonnier à la justice ecclésiastique100. On ignore l’issue de ce débat et du précédent.

  • 101 A. Hallema, Bossche gevangenissen en gevangenen, dans les Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis (...)
  • 102 Henne, o. c., t. ix, p. 89, n. 1.

73Il en alla tout autrement à Bois-le-Duc, où, de 1538 à 1545, se multiplient les exécutions d’anabaptistes, avec le concours d’un théologien de Louvain101. En 1547 encore, Jean Plaetmans, passementier natif du pays de Liége, fut brûlé à Bois-le-Duc ainsi que d’autres anabaptistes102.

  • 103 H. Meindersma, Over het protestantisme in westelijk Brabant, dans le Nederlandsch Archief voor kerk (...)

74A Bréda et à Berg-op-Zoom, la répression fut tout aussi sévère103.

  • 104 Sur ces documents, voir plus loin, p. 347.
  • 105 Sur ce dossier en général, voir p. 345.
  • 106 Archives générales du Royaume de Bruxelles, Greffes scabinaux de Lou-t in, vol. 613, fos 37-46 v° ( (...)

75Deux documents sans date, joints au dossier attribué à Thierry Hezius, m’ont permis de reconstituer un procès de religion des plus étranges qui se déroula à Diest. Il s’agissait de deux consultations juridiques sur le cas d’Hedwige Strijbosch, dont l’official et l’écoutête du lieu se disputaient la connaissance104. Des allusions au récent concordat, conclu entre l’évêque de Liége et l’empereur, et la présence de ces documents dans les papiers de Hezius suggéraient la date approximative de 1545105. Des recherches dans les archives des greffes scabinaux de Diest ont confirmé cette hypothèse. Les débats du procès de Hedwige Strijbosch occupèrent de nombreuses séances du tribunal des échevins, du 7 mai au 24 décembre 1545. Les actes conservés ne couvrent pas moins de dix folios106. Le rapprochement de ces actes et des documents liégeois me paraît fructueux.

  • 107 Le vol. 607 des Greffes scabinaux de Louvain (1541) cite les noms de Jean et Gevaert Strijbosch. — (...)

76Hedwige Strijbosch, au début de mars 1545, avait été l’objet de graves accusations de blasphème et d’hérésie107. Au moment où la cloche annonçait l’« Angelus », Hedwige s’était élevée contre l’invocation de la Vierge et des saints. Dieu seul valait d’être prié, estimait-elle. Et elle avait ajouté : « Marie est une femme comme les autres et comme moi-même ».

  • 108 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 224.

77Il n’en fallait pas davantage pour frapper de suspicion l’imprudente femme. Arrêtée et emprisonnée par ordre du drossart, elle fut poursuivie davant le tribunal des échevins présidé par l’écoutête. Le drossart remit à cette cour les articles de l’accusation. On y pouvait lire qu’il avait consulté des théologiens de Louvain à seule fin de vérifier si les paroles incriminées « avaient un goût d’hérésie ». Édifié sur ce point, le drossart déclarait l’accusée coupable de contravention à l’édit du 22 septembre 1540108. Si les échevins avaient fait leurs les sentiments du drossart, la mort de Hedwige eût été certaine.

  • 109 Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, fos 37, 37 v°; cfr le n° xviii des Pièces justificatives.
  • 110 Un Henri van den Assche est cité comme échevin de Diest en 1522 ; cfr Archives de l’État a Liége, C (...)

78Le 7 mai 1545, l’écoutête lisait devant les échevins ses conclusions. Il demandait pour elle la mort sur le bûcher, si elle s’obstinait, et, dans le cas où elle abjurerait l’hérésie, la mort par le glaive, la fosse ou d’autres tourments109. Un avocat, Laurent van Assche, prit la défense de l’inculpée110. Les débats furent longs et animés.

  • 111 Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, f° 42.

79Sur ces entrefaites, l’official de Diest, — peut-être pour sauver la vie à la malheureuse et, en tout cas, pour affirmer sa propre compétence, — prétendit connaître du cas. Ce fut grand émoi à la cour scabinale dont les procédures s’arrêtèrent brusquement le 23 mai pour ne reprendre que cinq mois plus tard111.

  • 112 Conseil privé, liasse 163 ; cfr le n° xvi des Pièces justificatives.

80Dans l’entre-temps, l’official sollicita l’intervention d’un juriste anonyme qui rédigea l’« Informatio iuris super negotio mulieris captive in Diest propter heresim », conservée dans les archives du Conseil privé, à Liège112. La thèse défendue par l’auteur de cette « Informatio » manque de nuances et témoigne d’une rivalité tenace entre les deux pouvoirs. L’official, à son avis, peut connaître du cas, non seulement du chef d’hérésie, mais aussi du chef de contravention aux édits.

81C’est pour nous une occasion presque unique de saisir sur le vif la complication de la jurisprudence d’alors, et de voir que chaque cas n’était pas immédiatement classé, mais que sa solution dépendait de l’argutie déployée par les uns ou par les autres.

  • 113 Comparer à Fairon, Un dossier..., p. 123.
  • 114 Il faut rapprocher de ce vœu la décision ultérieure de l’édit perpétuel du 25 septembre 1550, qui o (...)

82Voici les principaux arguments invoqués par ce juriste astucieux. L’hérésie est un crime purement ecclésiastique113 ; dès lors, un laïque ne peut en connaître sans encourir l’excommunication. L’infraction à un édit séculier en matière ecclésiastique appartient au for ecclésiastique ; le tribunal de l’évêque a donc le droit de juger un laïque qui a désobéi à un édit impérial sur l’hérésie. En consultant les théologiens de Louvain, le drossart a reconnu indirectement la nature ecclésiastique du crime. La distinction de l’hérésie proprement dite et de la violation des édits est puérile aux yeux de notre « consulteur », car l’hérésie est l’élément principal, la contravention l’élément secondaire ; or, une règle élémentaire de droit peut être invoquée très opportunément en ce cas, celle qui affirme que « l’accessoire suit le principal ». Enfin, il faut repousser l’hypothèse de deux instances, c’est-à-dire d’un procès ecclésiastique pour hérésie, suivi d’un procès séculier pour contravention. Tout au moins, est-il indispensable de suspendre l’action des échevins jusqu’à ce que le juge ecclésiastique ait statué au sujet du crime éventuel d’hérésie. En conclusion, l’auteur demandait au drossart de s’adjoindre au procureur fiscal de l’official pour soumettre l’affaire à la juridiction spirituelle114.

83Ébranlé par cette argumentation massive, le drossart accepta de porter son ministère à la barre de l’officialité. Mais, après avoir ainsi donné satisfaction à la partie adverse, il émit la prétention de poursuivre quand même Hedwige Strijbosch devant les écoutête et échevins, du chef de contravention aux édits.

  • 115 A rapprocher de cette intervention, la comparution devant l’échevinage de Diest, le 28 octobre, de (...)
  • 116 Le document liégeois porte : Cornelius Bloemarius. — Le manuscrit cité des Greffes scabinaux, f° 42 (...)
  • 117 Conseil privé, liasse 163, minute avec signature autographe ; cfr le n° xvii des Pièces justificati (...)

84L’Official de Diest, décidé à connaître seul du cas, recourut à des avocats de la cour spirituelle de Liége qui l’encouragèrent à résister115. Un juriste du pays, Corneille Bloemaerts, qui est peut-être un avocat de l’officialité brabançonne et que nous voyons intervenir dans le procès116, rédigea alors une « Memoria pro conservatione iurisdictionis reverendissimi domini », destinée à convaincre l’écoutête de ne pas déférer à l’invitation du drossart117.

  • 118 23 décembre 1544 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 117.
  • 119 Ce qui est confirmé par le texte cité des Greffes scabinaux, vol. 613, f° 43.
  • 120 Voir ce texte important et mon commentaire, plus haut, p. 134.

85Ce document, qui fait aussi partie des archives liégeoises, multiplie les arguments capables d’assurer au juge ecclésiastique la connaissance exclusive du procès. En soumettant l’affaire Strijbosch à l’official, écrit Bloemaerts, le drossart s’est dessaisi, sans qu’il puisse revenir sur le fait. Les mandements impériaux visent d’ailleurs l’hérésie d’une façon expresse. Or, comme la prisonnière n’a pas contrevenu à autre chose qu’à la défense d’être hérétique, la sentence qui sera rendue par le tribunal spirituel permet d’invoquer l’exception de chose jugée. En outre, la sévérité des châtiments prévus pas les « placards » a incité l’empereur à ordonner que leur publication fût répétée deux fois par an, afin que personne ne pût prétexter l’ignorance118. Cet avertissement charitable a fait défaut à Diest119 et l’incurie du magistrat excuse suffisamment l’inculpée. Par conséquent, Bloemaerts est d’avis qu’il ne faut pas tenir compte, dans le cas concret, de la distinction établie par le concordat entre le crime d’hérésie et celui de contravention aux édits, car Hedwige n’a pas eu connaissance d’un édit et n’est pas coupable de ne pas le connaître. Il conclut en répétant que l’action du drossart est éteinte. Quant au concordat, il réserve à l’évêque la compétence en matière d’hérésie; si les juges séculiers possédaient cette compétence, le concordat l’aurait mentionné, comme il le mentionne en ce qui concerne le blasphème120. Mais, quoi qu’on en ait dit pour justifier le drossart, il ne s’agit pas ici de blasphème, puisqu’il a réclamé la peine capitale. Bloemaerts ne laisse aux échevins que la confiscation des biens de l’inculpée, si du moins le tribunal ecclésiastique, seul compétent, la déclare coupable.

  • 121 Ms. c., f° 45. — Ce sont peut-être les mêmes théologiens que le drossart avait consultés. A noter q (...)
  • 122 Ms. c., f° 44 v°. — M. Dubois, historien de Diest, veut bien me faire savoir que ce prévôt s’appela (...)
  • 123 Ms. c., fos 45, 45 v°.

86L’intervention des inquisiteurs des Pays-Bas, Tapper, Stryrode, Drieux et Glaviman121, agissant en accord avec le prévôt de Saint-Sulpice remplaçant l’official absent122, aboutit à l’absolution pure et simple de l’inculpée par ces ecclésiastiques123.

  • 124 Le concordat réservait en effet les droits de l’inquisition impériale ; cfr Recueil des ordonnanes (...)
  • 125 Le pouvoir exécutif devait, en toute hypothèse, mettre en branle le pouvoir judiciaire ; cfr Defacq (...)
  • 126 Les officiaux étaient souvent l’objet des critiques des juges séculiers à cause du peu de sévérité (...)
  • 127 Ms. c., f° 42.

87Les tribulations d’Hedwige Strijbosch semblaient devoir prendre fin, grâce à cette solution imprévue mais conforme au concordat124. L’écoutête de Diest, qui avait été régulièrement saisi par la « semonce » du drossart125, prétendit néanmoins ignorer la décision trop miséricordieuse du tribunal spirituel126. Le 14 octobre, il reprenait les procédures scabinales127.

  • 128 Ms. c., fos 46, 46 v° ; cfr le n° xviii des Pièces justificatives.

88On peut croire que l’official ne se tint pas pour battu, mais les détails de la polémique ultérieure font totalement défaut. Après deux mois et dix-huit audiences, les échevins de Diest, assistés des bourgmestres, rendirent leur sentence. Hedwige Strijbosch déclarée coupable de contravention à l’édit impérial, était condamnée à entendre la messe de Notre-Dame, tous les samedis, pendant six mois, et à prier Dieu et la Vierge pour ses péchés ainsi que pour la prospérité du souverain128.

  • 129 Usage général d’ailleurs, car les «placards» étaient trop sévères; cfr p. 131.
  • 130 Et encore, nombre de blasphémateurs avaient la langue percée. — Voir des cas de punition du blasphè (...)

89La peine était légère, sans proportion avec l’accusation. Il avait suffi au tribunal séculier de faire triompher sa compétence. En fait, il n’appliqua point à la lettre les sanctions des « placards »129. Poursuivie et condamnée comme hérétique, Hedwige Strijbosch reçut le châtiment des blasphémateurs, une simple pénitence130.

  • 131 L’édit du 25 septembre 1550 prévoira que les juges séculiers reprendront les causes d’hérésie, aprè (...)
  • 132 Ce dernier point exigerait une révision attentive du texte par un érudit au courant des coutumes lo (...)

90L’examen de ce procès jette un jour nouveau sur la répression de l’hérésie dans le Brabant. Il semble que l’official de Diest ait exagéré ses droits et forcé les termes du concordat en voulant soustraire complètement la suspecte au jugement des échevins. Par contre, il est étonnant de voir un tribunal séculier des Pays-Bas reprendre une affaire déjà instruite et résolue par des inquisiteurs des Pays-Bas131. Des privilèges locaux furent aussi invoqués ; ils compliquèrent, jusqu’à la rendre inextricable, une affaire déjà très complexe132.

91Mais on souhaiterait que la répression n’ait à se reprocher que de semblables lenteurs et complications. Le procès d’Hedwige Strijbosch montre qu’il dut quelquefois y avoir, malgré l’implacabilité des lois, quelques accommodements profitables aux accusés.

  • 133 C. A. Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, 2 tomes en 3 volumes ; avec des extraits des procès (...)

92Grâce aux Mémoires de François de Enzinas, luthérien espagnol qui étudia à Louvain, nous possédons un récit vivant de l’œuvre de l’inquisition dans la ville universitaire du diocèse. Enzinas n’écrit pas en historien, mais en partisan. Sous les exagérations de son style, subsiste pourtant un témoignage brûlant de sincérité, que la comparaison avec les documents d’archives permet de rectifier parfois, de confirmer le plus souvent133.

  • 134 Campan, o. c., t. i, p.11, 304, 322, 620. — G. Pascal, Jean de Lasco..., p. 125, 147 sv., Paris, 18 (...)

93En 1539, un cistercien de Frise, Albert Hardenberg, ami d’Enzinas et de Laski, avait été emprisonné à Louvain du chef d’hérésie. Il avait abjuré, mais il n’en resta pas moins luthérien convaincu. A Louvain, il assista à des conventicules hérétiques, puis, ne se sentant plus en sûreté, il se réfugia en Allemagne où il put tout à son aise prêcher et même se marier134.

  • 135 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 72. — Daris, o. c., p. 140.
  • 136 L. Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277 sv., Bruxelles, 1927.

94Ses coréligionnaires louvanistes n’eurent pas les mêmes bonnes fortunes. En 1542, Corneille de Berghes accordait une commission d’inquisiteur en Brabant à un personnage non nommé, qui résidait alors à Louvain135. La même année, la faculté de théologie intervenait énergiquement dans l’action anti-protestante136.

  • 137 Campan, o. c., t. i, p. 290.
  • 138 Campan, o. c., t. i, p. 538.
  • 139 Campan, o. c., t. i, p. 610.

95Mais, en 1543, ce fut bien autre chose : le procureur général de Brabant, Pierre du Fief, faisait arrêter vingt-huit suspects. Un procès extraordinaire allait s’ouvrir. Les accusés enlevés à leurs juges naturels, officiai et échevins, furent jugés par des inquisiteurs, des théologiens et des commissaires laïques mandatés par l’empereur137. L’on vit même un ecclésiastique interrogé par un de ces commissaires laïques138. L’assistance de l’official de Liége à Louvain, Michel Drieux, ne fut qu’occasionnelle ; on sait d’ailleurs que Drieux cumulait les fonctions d’official et celles d’inquisiteur139.

  • 140 Campan, o. c., t. i, p. 296. — Il faut y ajouter un religieux de Bethléem, Jean Roome ; cfr Campan, (...)

96La torture ne fut pas ménagée à ces criminels d’un genre nouveau parmi lesquels on pouvait compter six femmes et trois prêtres. Pas moins de quarante-trois personnes furent impliquées dans ce procès140. Plusieurs luthériens de Louvain furent condamnés à mort et exécutés. La plupart échappèrent au bûcher au prix d’une abjuration et d’une amende honorable. Des peines pécuniaires importantes furent en outre prononcées.

  • 141 Campan, o. c, t. i, p. 35.
  • 142 Campan, o, c., t. i, p. 383, 431.
  • 143 Campan, o. c., t. i, p. 435.
  • 144 Campan, o. c., t. i, p. 351.

97La prison perpétuelle fut le lot de Paul de Roovere, chapelain de Saint-Pierre, qui fut jugé par l’inquisition sans la collaboration du pouvoir séculier141. Ce prêtre avoua ne pas croire à la présence réelle142, ni au purgatoire, puisqu’il approuvait le rapt, aux dépens des églises Saint-Pierre et Saint-Jacques, de deux tableaux représentant les âmes de l’Église souffrante143. Fait plus significatif encore, Roovere avait organisé une manière de société de bienfaisance pour les réformés144.

  • 145 Campan, o. c., t. i, p. 40. — Monseur, o. c., p. 95, a rectifié l’identification de Tilmanus, qui n (...)
  • 146 Campan, o. c., t. i, p. 62.
  • 147 Campan, o. c., t. i, p. 76.

98Le procès public fut un assaut d’éloquence dirigé par quatre inquisiteurs, Masson, Tapper, Clercx et Stryrode145. L’accusation, présentée en latin puis en flamand, reprit sept propositions hérétiques imputées au chapelain146. Impressionné peut-être par la mise en scène des interrogatoires et par la menace, plus redoutable encore, des supplices réservés aux luthériens, Paul de Roovere rétracta les propositions condamnées et abjura l’hérésie. J’ignore la raison pour laquelle il échappa à la mort et fut relégué, au pain et à l’eau, au château de Vilvorde147.

  • 148 Campan, o. c., t. i, p. 36.

99Plus heureux que son confrère, Pierre Rythove, aussi chapelain de Saint-Pierre, réussit à prendre la fuite148.

  • 149 La sentence manque ; cfr Campan, o. c., t. i, p. 538, 612.

100Le dernier des prêtres inculpés, Mathieu van Rillaert, curé de Héverlé, fut sans doute condamné à la prison perpétuelle ou à la mort. On sut qu’il avait discuté de la justification par la foi et de la communion sous les deux espèces, qu’il avait imprimé chez lui et, enfin, qu’il avait envoyé à Anvers un Nouveau Testament latin, agrémenté d’annotations marginales. Il n’en fallait certes pas plus pour mériter la mort149.

  • 150 Campan, o. c., t. i, p. 298, 306 sv., 544 sv.

101Thierry Gheylaerts, chaussetier, inculpé ainsi que sa femme et son frère, était accusé d’avoir tenu des assemblées au cours desquelles on lisait une Bible allemande. Il avait de plus chanté le cantique suspect : « Gardez-vous bien du levain des pharisiens ». Ses répliques ne manquaient pas d’à-propos et d’humour. S’il fait peu de cas des indulgences, c’est, dit-il, qu’il préférerait employer à acheter du pain à ses enfants l’argent qu’on donne pour les obtenir. Quant aux pèlerinages, il estime que les dévotes gens s’y fatiguent plus qu’elles n’en retirent profit. Pour le reste, les trois accusés s’efforcèrent de démontrer leur orthodoxie150.

  • 151 Campan, o. c., t. i, p. 558, 568.

102La sentence fut rendue le 2 juin 1543. Les deux frères étaient condamnés à l’amende honorable. La femme de Thierry Gheylaerts était renvoyée, libre de toute charge151.

  • 152 Campan, o. c., t. i, p. 336, 360, 379, 380.
  • 153 Campan, o. c., t. i, p. 80, 368, 382.

103Deux relaps, Jean Vicart et Jean Schats, furent peu après condamnés au bûcher. Ils avaient avoué leur croyance en l’impanation et leur éloignement du sacrement de pénitence152. L’éxécution fut publique. Attachés au pilori, ces deux luthériens furent étranglés puis brûlés153.

  • 154 Campan, o. c., t. i, p. 245 sv., 322, 350.
  • 155 Campan, o. c., t. i, p. 596.

104Un des plus ardents hérétiques de Louvain, Josse van Ousberghen, ouvrier pelletier, avait été arrêté par le drossart dans la banlieue de la ville. C’était un fougueux ennemi des moines. Son procès manque aux dossiers des archives, mais Enzinas en a laissé un récit émouvant. Van Ousberghem fut décapité à Bruxelles154 ; Jean, son frère, fit amende honorable155.

  • 156 Campan, o. c., t. i, p. 432, 438 sv.
  • 157 Campan, o. c., t. i, p. 385, 450, 456, 460.
  • 158 Campan, o. c., t. i, p. 98, 102 sv., 318 sv.

105Jean Beyaerts, qui avait enlevé les tableaux des églises Saint-Pierre et Saint-Jacques et ne croyait pas au pouvoir pontifical, se repentit et abjura156. Catherine Metsys, sa femme, n’en fit pas autant et subit le supplice que la cruauté des mœurs réservait alors aux femmes ; elle fut enterrée vive157, ainsi qu’Antoinette van Roesmals158. Leurs biens furent confisqués.

  • 159 Campan, o. c., t. i, p. 27, 466 sv., 476, 490.

106Une autre femme, Catherine Sclercx, déclara avoir toujours cru ce que croit l’Église, tout en préférant s’adresser directement à Dieu sans l’intermédiaire des saints. On se contenta de lui faire faire amende honorable et de la taxer à quatre cents florins, à savoir deux cents pour l’empereur, deux cents pour les pauvres159.

  • 160 Campan, o. c., t. i, p. 610 sv.
  • 161 Fairon, Le premier index..., p. 13, n. 1.

107Jérôme Cloet, libraire, fut interrogé avec rigueur en présence de Michel Drieux et du recteur de l’université. Il n’avoua rien, sinon que, chaque jour, des inconnus lui demandaient des livres défendus. Les détails manquent sur la conclusion de cette intéressante affaire160. En 1545, une note de Hezius rappelait qu’un libraire louvaniste était détenu pour avoir mis en vente des livres hérétiques161. Peut-être était-ce notre Jérôme Cloet ?

  • 162 Campan, o. c., t. i, p. 154, 168. — Henne, o. c., t. v, p. 44, n. 2.
  • 163 A. Pinchart, Archives des arts, sciences et lettres, t. i, p. 27-31, Gand, 1860.

108Les derniers procès relatés par Enzinas datent de 1544. Perceval de Bruges, un lettré assez énigmatique, fut condamné comme luthérien à la prison perpétuelle162. Quant au célèbre géographe Gérard Mercator, s’étant absenté de Louvain, il fut arrêté en cours de route. Le curé de Saint-Pierre témoigna de son orthodoxie et l’abbé de Sainte-Gertrude, conservateur des privilèges de l’université, réclama la libération de son « suppôt ». Marie de Hongrie elle-même prétexta que Mercator avait fui et, par conséquent, ne pouvait plus jouir des privilèges académiques. Le savant suspect réussit d’ailleurs à prouver son innocence et à reprendre en paix ses travaux163.

109Pour les treize années qui suivent, je n’ai relevé aucun indice de procès de religion. Il est vraisemblable que les progrès du protestantisme s’étaient sérieusement ralentis et que, s’il y eut encore des procès d’hérésie à Louvain après 1544, il ne fut plus question d’enquête générale et d’arrestations en masse.

  • 164 Au sujet de la sévère répression de l’hérésie à Maestricht, sous Érard de la Marck, voir Halkin, o. (...)

110A Maestricht, — où la répression était confiée à la double autorité du duc de Brabant et de l’évêque de Liége, — nous assistons aux sursauts de l’anabaptisme expirant164.

  • 165 Munters, ms. c., f° 65. — Lyna, o. c., p. 98.
  • 166 Habets, De wederdoopers te Maastricht, dans les Publications de la Société archéologique et histori (...)
  • 167 Habets, o. c., p. 186.
  • 168 Munters, ms. c., f° 93 v°. — Lyna, o. c., p. 100 : « Een verbranding te Maastricht ».

111Dès le mois de mars 1538, deux hérétiques obstinés montent sur le bûcher165 ; un autre, Jean Schoenmaker, de Bemelen, est décapité, car il avait sans doute abjuré166. En 1539, deux suspects sont mis en liberté167, tandis qu’un de leurs compagnons paie de sa vie la fidélité à sa foi168.

  • 169 Lyna, o. c., p. 100.
  • 170 Munters, ms. c., f° 107 v° : « dij werdoep was ». — Lyna, o. c., p. 100.
  • 171 Habets, o. c., p. 186.
  • 172 Daris, o. c., p. 140.

112Des mesures sévères marquèrent l’année 1540. Le chef des ana­aptistes de Maestricht fut emprisonné à Curange, le 3 septembre, et sans doute exécuté169. Je ne sais si c’est lui ou l’un des siens qui abjura et eut la tête tranchée le 24 novembre170. En octobre, un « placard » impérial avait été publié171, et, en décembre, Corneille de Berghes chargeait les deux écoutêtes de poursuivre les hérétiques et de les faire juger par les deux cours, brabançonne et liégeoise, réunies172.

113J’ignore l’effet que purent produire ces dispositions, mais la liste des exécutions pour cause d’hérésie s’arrête à Maestricht en 1540. En 1542, deux suspects d’anabaptisme sont relâchés, et l’on n’entend plus parler des hérétiques de Maestricht, si ce n’est hors de Maestricht.

  • 173 Habets, o. c., p. 176 sv.

114A Anvers, en 1538 déjà, quatre femmes de la région maestrichtoise furent appréhendées au moment où deux d’entre elles allaient passer en Angleterre. C’étaient des anabaptistes ou des luthériennes : on trouva dans leurs bagages une Bible imprimée à Wittenberg173.

  • 174 Habets, o. c., p. 183.

115La même année, à Nimègue, la justice locale s’empara de la veuve de Ruth Ketelbueters, lequel avait été décapité à Maestricht, trois ans plus tôt174.

  • 175 Henne, o. c., t. x, p. 222, n. 10.

116Enfin, à Lierre, en 1551 ou 1552, Godevaert Mertens, de Saint-Pierre près de Maestricht, fut brûlé comme anabaptiste175.

117Dans les pays de Limbourg et d’Outre-Meuse, les procès semblent plutôt rares, bien que la propagande y ait été active.

  • 176 Hashagen, Gesckichte der Familie Hoesch, t. i, p. 402.

118En 1538, Jean Peet, qui s’était enfui de Liége, fut jugé à Limbourg. Après avoir abjuré, il subit la peine capitale176.

  • 177 Archives de l’État a Liége, Greffe des échevins de Liége. Jugements et sentences, vol. 346, f° 20 ; (...)

119Un certain Jean, dit Graz-Bocquet, de Dolhain, avait été exécuté (pour hérésie ?) à une date indéterminée. Sa veuve, Isabelle, requit les échevins de Liége, le 4 octobre 1539, de lui accorder un certificat d’orthodoxie. La cour consentit à la satisfaire après avoir interrogé divers témoins, dont le curé de Limbourg, « lequel, sur sa poitrinne sacerdotalle, at dit et déposeit qu’il at cognu la dite espeuze de dit défunct Graz-Bocquet, espance de quattre à chincque ans et icelle tenu et tint de bon nom, feame et honeste conversation,... qu’elle n’est entâchié d’aucune hérésie»177.

  • 178 Thisquen, Histoire de la ville de Limbourg, t. i, p. 277, Verviers, 1907.
  • 179 Conseil privé, vol. 337, fos 60 v°, 61 v°.
  • 180 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° (...)

120Le desservant effectif de Limbourg, Jean Dubois, n’aurait guère été qualifié pour garantir la religion de sa paroissienne. Convaincu d’hérésie avant 1538, il avait été absous178, mais, en 1554, son cas provoquait un échange de vues entre les gouvernements de Liége et de Bruxelles179. L’enquête liégeoise n’avait révélé que « bien peu de choses », ce qui explique sans doute l’interruption des procédures180.

  • 181 La suite manque ; cfr Archives générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des Comptes, vol. 13163, f (...)

121A Rolduc, vers 1546, un prêtre nommé Léonard, originaire du duché de Juliers, fut appréhendé par le drossart du chef de « lutherie » et envoyé sous bonne garde à Liége pour information181.

  • 182 Rahlenbeck, o. c., p.213.

122En 1551, un blasphémateur de Rolduc, Antoine Pelser, fut poursuivi sévèrement. Comme il put prouver de bonnes mœurs et un catholicisme sans tache, son crime fut mis sur le compte de l’ivresse et pardonné moyennant vingt-six florins182.

  • 183 Hashagen, o. c., t. i, p. 403.

123Enfin, deux luthériens de Bolland et Julémont furent remis en liberté par les échevins de Limbourg en 1555183.

  • 184 Sur l’efficacité de cette répression, voir le n° xxv des Pièces justificatives.

124Le comté de Namur est la seule région wallonne du diocèse où la Réforme s’implanta assez solidement pour provoquer une répression vigoureuse et d’ailleurs décisive184.

  • 185 Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protest (...)

125La liste des exécutions s’ouvre en 1541, avec celle de Jean Wanot, marguillier de Thisnes, luthérien. Il fut torturé cruellement et condamné au bûcher. « Néanmoins, condescendant à la pryerre et requeste du dit délinquant et pluysieurs aultres gens de byens, il fut exécuté par l’espée »185.

  • 186 Meyhoffer, o. c., p. 16.
  • 187 Meyhoffer, o. c., p. 17. — Henne, o. c., t. ix, p. 34. — Archives de l’État a Namur, Conseil provin (...)

126Le petit village de Spy fut, en 1545, le théâtre de deux arrestations. Le premier inculpé, après enquête, retrouva la liberté, promettant de vivre « comme ung bon christien doiet faire »186. Le second, Nicolas Villain, de Tournai, qui avait séjourné à Wesel et ailleurs, fut jugé par le Conseil provincial de Namur, mis à la torture et condamné à mort ; comme il refusa d’abjurer, il monta sur le bûcher, le 16 novembre 1545187.

  • 188 Meyhoffer, o. c., p. 17. — Henne, o. c., t. ix, p. 35. — A Moustier, la « demoiselle de Frizet » fu (...)
  • 189 Meyhoffer, o. c., p. 18. — Henne, o. c., t. ix, p. 75, n. 2.
  • 190 Meyhoffer, o. c., p. 19.
  • 191 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des comptes, vol. 15465, f° 223 v°.

127Jacques Daïesse, de Moustier-sur-Sambre, subit le même supplice en 1546188. Vers le même temps, le Conseil de Namur dénonça à l’official de Liége un franciscain suspect, Jean Dubois189. Un autre prêtre, le Breton Roland Gallye, fut emprisonné en 1547 « à raison qu’il avoit parlez contre l’Église »190. La même année, Collard del Chambre, de Temploux, soupçonné d’hérésie, fut banni à vie du bailliage de Fleurus191.

  • 192 Meyhoffer, o. c., p. 17, en fait sans raison un calviniste ; si Winant a été à Valenciennes, il a é (...)

128Un luthérien de Jambes, Gaspard Winant, fut condamné au bûcher en 1548, mais il mourut par l’épée, ayant sans doute abjuré192.

  • 193 Meyhoffer. o. c., p. 18.
  • 194 Cet ouvrage anonyme est cité, sans indication de lieu ni de date, dans l’index louvaniste du 9 mai (...)
  • 195 Procès inédits. Archives de l’État a Namur, Conseil provincial. Sentences (1546-1550), f° 153 v° ; (...)
  • 196 Ibidem.

129Le 26 mars 1550, deux importantes sentences étaient prononcées par le Conseil provincial de Namur. Daniel de Maldonade, de Namêche, fut banni pour six ans193. Un inculpé de marque, Guillaume de Gulpen, seigneur de Longchamp, eut les honneurs d’un arrêt motivé et détaillé. Ce gentilhomme, mal noté par ailleurs, avait eu l’imprudence de conserver un ouvrage prohibé par les édits impériaux, « Le livre de vraye et parfaicte oraison »194. Pour ce motif, il fut astreint à faire devant la cour un « escondit », c’est-à-dire une amende honorable, dont le texte nous est conservé195. En outre, Guillaume de Gulpen, après qu’il eut brûlé publiquement le livre, cause de tout le mal, fut condamné à payer « pour amende civile » trois cents florins. Il fut enfin incarcéré, devant « tenir prison fermée jusques il aura furny aus dictes amende et mises de justice »196.

  • 197 Meyhoffer, o. c., p. 20.

130L’année 1551 débuta à Namur par l’arrestation de quatre hérétiques de Valenciennes. Le cas parut assez grave pour entraîner le bannissement de trois inculpés et la décapitation du dernier197.

  • 198 Meyhoffer, o. c., p. 19. — Les noms des inquisiteurs d’après la lettre de Georges d’Autriche à Mari (...)

131Bien plus importante encore fut la cause instruite dans le même temps contre des prêtres namurois connus et influents. Plusieurs ecclésiastiques et quelques laïques avaient été appréhendés à Namur et conduits à Liége pour y être interrogés par les inquisiteurs Hezius, Sylvius et Sapiens198. Il n’était pas rare, en effet, que des suspects, de l’une ou de l’autre ville du diocèse, fussent déférés à l’inquisition épiscopale lorsque leurs cas semblaient difficiles.

  • 199 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

132Sur ces entrefaites, Marie de Hongrie écrivit au Conseil provincial de Namur, le 13 octobre 1551, pour l’engager à entreprendre des poursuites : « s’il se treuve que les dictz prisonniers ayent contrevenu aux placcars et ordonnances faictz et publiez de par Sa dicte Majesté sur le faict de hérésie, ordonnerez au procureur général de Namur d’y entrevenir et faire son office»199.

  • 200 La venue de Sylvius à Namur, en 1551,» pour s’enquérir suivant sa commission » est certifiée par le (...)

133Les inquisiteurs de l’évêque de Liége, entre autres Grégoire Sylvius, se transportèrent à Namur pour continuer leur enquête200.

  • 201 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c, écrit que Libert ne fut pas « sen (...)
  • 202 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c., ajoute la mention d’une amende.
  • 203 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, o. c., p. 19.
  • 204 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c., ajoute la mention d’une amende.
  • 205 La condamnation de Lambert de Limbourg, niée par M. Meyhoffer, o. c., p. 19, est citée dans une let (...)

134Le 10 novembre 1551, un chanoine de Saint-Aubain, François Libert, fut condamné, comme légèrement suspect, à l’abjuration, au jeûne tous les vendredis et à la lecture quotidienne d’une partie de l’office201. Le 21 novembre, deux membres du même Chapitre étaient sévèrement frappés par les « commissaires » ou inquisiteurs. François Marot, « vehementer suspectus », se voyait astreint, entre autres pénitences, à un an de réclusion dans un monastère du comté de Namur202. Henri del Saiwyer, convaincu d’opinions hérétiques au sujet de l’invocation des saints, du jeûne prescrit, des vœux monastiques et de l’usage liturgique des lumières, fut excommunié. Après avoir abjuré, il entendit la sentence qui le reléguait dans un monastère jusqu’à la fin de ses jours203. Le 11 janvier 1552, le chanoine Jean Durant était puni à son tour, mais son châtiment paraît extraordinairement bénin : il devait, pendant trois mois, fréquenter le chœur pour toutes les heures canoniales et lire les psaumes204. Enfin, un cinquième chanoine de Saint-Aubain, Lambert de Limbourg, fut aussi jugé et condamné par les inquisiteurs ; toutefois, sa sentence n’est pas parvenue jusqu’à nous205.

  • 206 Peut-être parce que, Maloteau étant malade, les inquisiteurs avaient eu, dès 1551, des preuves suff (...)
  • 207 Ce grief apparaît dans une lettre de Philippe II du 14 novembre 1556 ; cfr les Analectes pour servi (...)
  • 208 Cette reconstitution des événements d’après l’exploit du 12 janvier 1553 et la lettre inédite, déjà (...)

135Les inquisiteurs liégeois, leur tâche terminée, quittèrent Namur. Le Conseil provincial, satisfait de leurs services, les rappela peu après pour leur confier l’instruction de la cause d’un nouveau suspect, François Maloteau, curé de Saint-Loup. Pour des motifs quelconques, l’évêque de Liége ne délégua cette fois aucun inquisiteur à Namur206. C’est alors, en 1553, que le Conseil provincial, estimant que les inquisiteurs n’avaient pas procédé avec assez de vigueur207, se décida à sévir lui-même contre Maloteau, ainsi que contre Jean Durant et François Marot qui n’avaient pas purgé leurs peines208. Ce n’est pas la seule fois que nous voyons se préciser la tendance des inquisiteurs à traîter les hérétiques avec plus d’humanité que n’en montraient les juges laïques.

  • 209 24 octobre 1552 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.
  • 210 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 113.

136La résolution du Conseil provincial éveilla les susceptibilités des Liégeois pour qui la cause des chanoines de Saint-Aubain était entendue et qui ne pouvaient souffrir que les clercs fussent soumis à une juridiction laïque. Les Namurois sollicitèrent l’avis de la gouvernante qui les renvoya diplomatiquement aux textes législatifs : « Au regard des difficultez que trouvez au fait des gens d’Église notez d’hérésie, elle se treuve résolue au Xe article de l’ordonnance et placcart de Sa Majesté commenchant : En oultre, les juges ecclésiatiques, etc.. »209. Or, l’article visé de l’édit perpétuel du 25 septembre 1550 prescrivait aux cours séculières de prêter assistance aux juges spirituels qui ont commencé les procédures, étant entendu que, s’il y avait contravention aux édits, les juges laïques en pourraient connaître après la sentence de leurs confrères ecclésiastiques210.

  • 211 12 janvier 1553. Archives de l’État a Vienne, Pol. Arch. 84 ; cfr le n° xxiii des Pièces justificat (...)
  • 212 Mais, à Diest, l’official eut le dessous ; cfr p. 158.
  • 213 Le concordat réservait le droit de l’inquisiteur impérial, mais il n’en fut pas question à Namur.

137Il n’en fallait pas davantage pour que le Conseil de Namur s’osbtinât à procéder contre les hérétiques, même contre les « gens d’Église ». Georges d’Autriche s’en plaignit amèrement à Marie de Hongrie, au nom de sa juridiction épiscopale « notoirement violée et supprimée »211. Dans ce procès, comme dans celui de Hedwige Strijbosch à Diest212, l’interprétation du concordat, conclu en 1541 entre Charles-Quint et Corneille de Berghes, souleva maintes difficultés. Le Conseil privé des Pays-Bas, venant à l’aide du Conseil provincial, prétendait au droit d’arrêter et de détenir tous les hérétiques, puisque le concordat n’établissait aucune exception explicite en faveur des clercs. De l’avis de l’évêque, au contraire, les officiers de l’empereur ne pouvaient « appréhender les gens d’Église et les tenir prisonniers sans décret ou réquisition des inquisiteurs »213. Or, la sentence des dits inquisiteurs était « diffinitive » et ne comportait rien qui ressemblât à une remise au bras séculier. De plus, les dossiers des enquêtes avaient été régulièrement déposés au Conseil provincial de Namur.

  • 214 20 avril 1553 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

138L’attitude très ferme de Georges d’Autriche ne se démentit point. L’évêque pouvait compter sur le concours de tous ceux qui avaient intérêt au maintien du privilège des clercs de n’être jugés que par des clercs. L’abbé de Malonne réclama dans ce but la connaissance du procès de Maloteau, religieux de son obédience. Le procureur général de Namur lui répliqua que le « placard » impérial visait les ecclésiastiques, séculiers ou réguliers, « sans aulcune distinction de qualité »214.

  • 215 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.
  • 216 4 septembre 1556 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.
  • 217 2 octobre 1556 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

139Le prélat de Malonne se tint pour battu, mais le prince de Liége persista dans son intransigeance. En 1556, les débats étaient encore ouverts. Le 22 août de cette année, l’official de l’évêque, invoquant le concordat, la qualité de la personne et la nature du crime, opposa au procureur général des lettres d’inhibition dans l’affaire Marot215. Aussitôt, le Conseil de Namur en appela à Philippe II216, qui, après avoir demandé de plus amples informations217, consulta son Conseil privé.

  • 218 Le concordat, dans l’article unique relatif à la répression de l’hérésie, visait explicitement les (...)
  • 219 Conclusion, sans date, du Conseil privé, dans les Papiers d’État et de l’Audience, liasse 5282.

140Les conclusions du gouvernement furent favorables à Georges d’Autriche : « la manière et fourme des procédures contre les dits Marot et autres complices tenues au dict Conseil de Namur n’est deffensable en droit, comme estant dirigées contre personnes notoirement ecclésiastiques »218. Toutefois, pour sauver l’honneur de la juridiction royale, le Conseil privé ordonna de saisir le temporel des coupables, en vertu du droit de patronage de Philippe II sur les prébendes canoniales : « pour éviter les disputes qui se pourroient faire sur la formalité des procédures contre les dicts chanoines encommenchiées, Sa Majesté a choisi la dicte voye de saisissement comme la plus seure et efficace pour effectuer les peines des placcatz, et que partant ilz facent désister le procureur général des dictes procédures encommenchées »219.

  • 220 Ces lettres sont conservées dans les Papiers d’Étal et de l’Audience, liasse 11771. — Une d’entre e (...)

141En conséquence, le 14 novembre 1556, quatre lettres, signées par le roi, furent expédiées à Georges d’Autriche, à son chancelier, au Conseil provincial de Namur et enfin au Chapitre de Saint-Aubain220. A l’évêque et à son chancelier, le roi annonçait l’annulation des procédures incriminées, mais il déclarait s’en tenir à son droit de confiscation aux dépens de tout hérétique. De son côté, le Conseil de Namur était avisé de sa défaite. Cette défaite était, il est vrai, palliée par la promesse royale de requérir le Chapitre de « serrer la main » aux délinquants, « qui mangent nostre pain ».

  • 221 Il n’est plus question de Maloteau, le curé de Saint-Loup.— Sur la juridiction disciplinaire assez (...)

142Cette menace fut mise à exécution, et le Chapitre de Saint-Aubain reçut l’ordre de « couper » les revenus des cinq chanoines221. Tel était l’ingénieux expédient par lequel le souverain des Pays-Bas parvint à résoudre un épineux conflit de juridiction, en punissant la contravention aux édits plus sévèrement que l’évêque n’avait châtié le crime d’hérésie.

  • 222 D’après une quittance de la Chambre des comptes, du 14 juin 1553 ; cfr Rahlenbeck, Les Gueux namuro (...)

143Le procès d’un cordelier hérétique, Quirin Henricy, n’avait suscité aucune rivalité entre les justices spirituelle et temporelle. Ce pauvre moine vagabond avait été fait prisonnier le 27 juin 1552 « pour ce qu’il estoit famé qu’il alloit prescher par les villaiges et que en ses sermons il preschoit aulcuns propos contre la foi ». On trouva sur lui quelque argent, en tout dix-huit livres, que le maïeur de Namur confisqua. Une ordonnance impériale remit le procès aux mains du Conseil provincial, qui, dans les derniers jours de septembre, défendit à Henricy de prêcher, garda son argent et le bannit du comté222.

  • 223 L. Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’inquisition en Franche-Comté, Paris, 1911. — On s (...)
  • 224 Les actes du procès portent Henryet, Henryey, Henryot, Henricy.
  • 225 Sic ; cfr Febvre, o. c., p. 274. — J’ignore où peut se trouver Walembourg ; ce ne peut être Wassenb (...)
  • 226 Archives départementales du Doubs a Besançon, Délibérations du Parlement de Dôle, B. 175, f° 41. — (...)
  • 227 La femme, Marguerite Lonhay (cfr le manuscrit cité) avait été expulsée dès le 5 décembre 1570 ; cfr (...)
  • 228 Febvre, o. c., p. 274.

144L’excellente étude de M. Lucien Febvre sur la Réforme en Franche-Comté m’a permis de retrouver la trace de notre moine namurois223. Le 12 décembre 1570, le parlement de Dôle délibérait sur le sort de Quirin Henricy224, « natif du villaige de Walembourg, pays et diocèse de Liége »225, ordonné prêtre à Utrecht ou à Maestricht226, arrêté « en habit de cordelier, conduisant une femme par luy espousée et deux ses enffans »227. Le coupable fut trouvé porteur d’un « Calendrier ou Almanach historial contenant plusieurs faulces doctrines prohibées et défendues par édict de Sa Majesté »228.

  • 229 Febvre, o. c., p. 136, 273, 274. — M. Febvre (p. 136) identifie à tort notre Quirin Henricy, alias (...)

145A la fin du mois de mars 1571, la cour comtoise, plus implacable que le Conseil de Namur, conclut, après avoir entendu le rapport du suffragant, à la décapitation du moine apostat coupable de « transgression d’édictz »229. Quirin Henricy n’avait échappé à la justice de Charles-Quint que pour subir celle de Philippe II.

  • 230 I. A. Nijhoff, Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis, 1re s., t. iv, p. 223, Arnhem, 1844, affi (...)

146En Gueldre, où le protestantisme s’était répandu avec rapidité, la répression de l’hérésie fut fondée sur les mandements du duc Charles d’Egmont, puis, après l’annexion de la province aux Pays-Bas, en 1543, sur ceux de l’empereur230.

  • 231 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140. — Daris, o. c., p. 179.
  • 232 Van Veen, o. c., p. 320-324. — K. Vos, Martelaars uit Gelderland (1550), dans le Nederlandsch Archi (...)

147En 1547, le prieur des dominicains de Maestricht, François Gouters, de Hasselt, fut adjoint par Georges d’Autriche aux inquisiteurs chargés d’interroger le curé de Weert, Henri de Wissem231. Deux ans plus tard, Henri Kamerlinck, desservant de Venlo, était excommunié et banni. Le drossart de Montfort fit emprisonner en 1550 deux femmes anabaptistes, d’origine liégeoise, qui furent envoyées à Arnhem pour y être jugées232.

  • 233 Creemers, o. c., p. 155. — Van Veen, o. c., p. 328, 329.

148Nouvelle alerte en 1551. Georges d’Autriche avait adressé à la régente des Pays-Bas un mémoire sur la répression de l’hérésie en Gueldre. Marie de Hongrie souscrivit à la requête de l’évêque qui envoya Gédéon van der Gracht, son suffragant, à Venlo et à Ruremonde. Plusieurs obstinés montèrent sur le bûcher233.

  • 234 A l’occasion de la prédication suspecte, à Ruremonde, d’un franciscain de Cologne ; cfr Van Veen, o (...)

149Le parfait accord de Liége et de Bruxelles apparut aussi en 1553, lorsque Georges d’Autriche proposa à Marie de Hongrie que les délégués de l’évêque et de la gouvernante se réunissent pour les enquêtes234.

  • 235 Rembert, Die Wiedertäufer im Herzogtum Jülich, Berlin, 1899, a consacré aux anabaptistes du pays de (...)

150Dans le duché de Juliers, particulièrement exposé à l’hérésie, des exécutions sont citées, entre autres, à Sittard235.

  • 236 J. Hansen, Die Wiedertäufer in Aachen ind in der Aachener Gegend, dans le Zeitschrift des Aachener (...)

151La répression ne fut pas moins vigilante dans le territoire d’Aix-la-Chapelle, où Antoine de Granvelle fut envoyé par l’empereur236.

152Mais, en dehors de la principauté, l’action épiscopale ne put se manifester sérieusement dans le diocèse, sinon aux Pays-Bas, où l’alliance politique favorisait l’intervention religieuse.

***

153Les procès de religion n’étaient pas intentés aux seuls hérétiques ou blasphémateurs. Des sorciers figurent souvent parmi les victimes de la répression religieuse.

  • 237 J. Laenen, Heksenprocessen, p. 19 sv., Anvers, 1914. — de Damhoudere, Practicque..., p. 104, énumèr (...)

154A l’époque qui nous intéresse, les parties flamandes du diocèse paraissent plus atteintes que les autres par une véritable épidémie de cas de sorcellerie. La maladresse des ecclésiastiques et des laïques qui châtièrent rigoureusement ces crimes d’un nouveau genre contribua à leur donner de l’importance et à multiplier les manifestations de « diablerie »237.

  • 238 de Louvrex, o. c., t. i, p. 210.

155Le concordat de 1541 avait précisé que le juge séculier connaîtrait seul de la sorcellerie et de la divination, à moins que ces crimes, comportant l’invocation diabolique ou l’abjuration de la foi, ne relevassent du for ecclésiastique238. Or, ce ne fut pas exactement ce qui se produisit. Tandis que les diseurs de bonne aventure et les devins étaient jugés par l’official, bénignement du reste, les sorciers comparaissaient devant les cours séculières qui les faisaient brûler sans merci. La sévérité des châtiments portés contre les sorciers suffit à expliquer que les juges séculiers, seuls habiles à fulminer la peine capitale, se soient en quelque sorte réservé la punition de ces grands criminels.

156Les procès des devins, soumis à l’official ou à l’archidiacre, se ressemblent tous. C’est pourquoi je n’en donnerai que peu d’exemples, en faisant observer que la superstition, comme la sorcellerie et l’hérésie, se développa surtout en Hesbaye et en Campine.

  • 239 « Cum alias ipse reus equum suum amisisset,quemdam sortilegum seu veritatis hominem spiritum phelon (...)

157Le 23 octobre 1546, Louis Ruters, de Bilsen, comparaissait devant l’official de Liége. Il avoua que, pour retrouver le cheval qu’il avait perdu, il s’était adressé à un homme « possédant un esprit familier ». Il fut aussitôt condamné à un pèlerinage expiatoire à Notre-Dame de Cambrai239.

  • 240 Archives de l’Évêché de Liége, Registrum concernens penitentias et sententias archidiaconatus Hasba (...)

158Quelques jours plus tard, le 29 octobre, l’archidiacre de Hesbaye envoyait à Saint-Germain de Tirlemont, Pierre Stylis, de Hasselt, qui avait consulté un devin240.

  • 241 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 229, 242 bis.

159A Wellen, Henri Sterckmans, un guérisseur, qui imposait à ses malades de réciter, durant neuf jours, neuf « Pater » et neuf « Ave », n’est pas puni plus sévèrement qu’une de ses victimes. L’un et l’autre, en 1549, sont condamnés à un pèlerinage241.

  • 242 21 mars 1550 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 36, f° 172 v°. — Ce mince délit fut puni, ce qui mo (...)
  • 243 22 décembre 1550 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 75.
  • 244 7 septembre 1553 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 40, f° 21 v°.

160A Diepenbeek, une bonne femme, sacrifiant sans doute l’esprit liturgique à la dévotion la plus intéressée, avait fait célébrer trois messes en l’honneur de saint Antoine242. A Houppertingen, un ancien écoutête, Jean Berthelyns, s’était confié à un « magicien »243. A Meldert, des paysans avaient consulté un devin « super morbo suorum pecorum »244. Tous furent astreints à des pèlerinages judiciaires, qui à Saint-Trond, qui à Cambrai, qui à Diest.

  • 245 6 mars 1551, à Viversel ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 112. — 13 avril 1552 ; cfr Offici (...)

161Parfois, les prévenus accusés de pratiquer l’« ars magica » se « purgeaient » de tout soupçon par le serment de cinq répondants245.

  • 246 Munters, ms. c., fos 89 v°, 108. — Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 135. — J. Lyna(...)
  • 247 Cas à Curange, en 1540, pour une sorcière d’Alken ; cfr Lyna, l c.
  • 248 Cas à Hern-Saint-Hubert, en 1540 ; cfr Munters, ms. c., f° 107.

162Bien autrement sévère était la procédure imposée aux sorciers et sorcières. De 1539 à 1541, nous rencontrons près de vingt bûchers de ces malheureux, à Montenaeken, Saint-Trond, Hern-Saint-Hubert, Curange et Looz246. Supporter la torture était un indice de culpabilité, car les juges expliquaient la résistance à la douleur par l’intervention de Satan en personne247. On comprend dès lors que les prêtres aient eu recours aux exorcismes pour conjurer les puissances des ténèbres248.

  • 249 Lyna, l. c.

163A Grathem, en 1551, le procès d’une sorcière durait depuis plusieurs mois, lorsque l’infortunée se suicida dans sa prison pour échapper aux supplices249.

  • 250 Hansay, Blasphémateurs..., p. 33.

164A Curange, en 1555, sept personnes, dont six femmes, étaient accusées de sorcellerie250.

  • 251 Ou à la fin du régne d’Érard de la Marck ; cfr Daris, o. c., p. 561, 562.

165Quatre sorcières furent mises à mort, au début du règne de Corneille de Berghes, dans la terre de Saint-Hubert251.

  • 252 Henne, o. c., t. vii, p. 188, 189. — Nombreux cas d’exécutions aux Pays-Bas sous Charles-Quint, dan (...)

166Un procès extrêmement curieux est celui d’Arnold de Hawere, dit le Grand-Bergier, emprisonné, en 1550, à Golzinne, dans le comté de Namur, « estant faulmé qu’il auroit ung esprit familliaire et qu’il seroit conjureur des diables ». Mis à la torture, le Grand-Bergier avouait tout ce qu’on voulait, mais il se rétractait aussitôt après. Perplexe, le bailli du lieu s’adressa aux inquisiteurs de Malines. Ceux-ci objectèrent « que la matière ne compétoit et que c’estoit à faire à messieurs les inquisiteurs de la foi de Liége ». Les inquisiteurs liégeois renvoyèrent le bailli à son tribunal, car « le dit prisonnier n’estoit accusé, par confession, ni enquête, de leutherie » [luthéranisme] ; le luthéranisme occupait à ce point les esprits qu’il était devenu l’expression de l’hérésie en général. Lorsque le bailli revint à Golzinne, il apprit avec soulagement que l’accusé avait « librement confessé qu’il avoit renyé Dieu pour prendre le diable en ayde ». Sans plus tarder, on perça la langue du sorcier, après l’avoir battu de verges, puis, par une mesure inexplicable de clémence, on le renvoya252.

  • 253 Gachard, Analectes belgiques, t. i, p. 335. — Pour Louvain, voir J. Cuvelier, Les institutions de l (...)

167Dans le pays de Namur encore, Poncette Collart, sorcière d’Ardenne, fut condamnée par la cour du Chapitre, le 6 mai 1555, à être « arce et bruslée, tellement que la mort s’en ensuive »253.

168En somme, le siècle de la Renaissance, quoi qu’on puisse en penser, ne vit pas la disparition de la sorcellerie et des superstitions. Il semble que, pendant les règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, les sentences prononcées pour « diablerie » ne furent ni moins fréquentes ni moins cruelles qu’au Moyen Age.

***

169Les procès de religion sont plus instructifs encore que les édits contre les hérétiques, car ils montrent ce que furent les hommes et non ce que les pouvoirs constitués voulaient qu’ils fussent. Ils manifestent en particulier l’attachement des « sectaires » à leur foi, non moins que la rigueur de la répression.

170La critique de l’inquisition et de son œuvre destructive n’est plus à faire aujourd’hui. Il n’est pas étonnant que le dogmatisme des Réformés et de leurs adversaires ait provoqué des attitudes et des gestes que nous qualifierions aujourd’hui de fanatiques.

171D’autre part, au tableau trop connu des horreurs de l’intolérance, il importe d’apporter des retouches et de la lumière. Une conclusion sans nuances ne donnerait de la Réforme liégeoise au xvie siècle qu’une idée fausse, sans rapports avec la réalité complexe de l’histoire.

  • 254 Je ne parle pas ici de ceux qui étaient poursuivis, — rarement et sans sévérité,— pour l’un ou l’au (...)

172De l’examen et de la comparaison des procès que j’ai étudiés, se dégage toute une hiérarchie de châtiments. Les crimes « contre la divine majesté », en principe tous passibles de mort, n’étaient pas également punis. De fait, les sorciers furent bien victimes de la répression la plus impitoyable. Les lois se firent presque aussi rigoureuses pour frapper les anabaptistes. Quant aux autres hérétiques, ils bénéficiaient, il faut le reconnaître, d’une certaine mansuétude, très relative d’ailleurs et qui souffre de nombreuses exceptions. Les réformés rencontrèrent parfois des juges moins intransigeants que d’autres. Au cours de ce rapide exposé, combien n’avons-nous pas relevé de mises en liberté ou de condamnations légères, amendes, détentions, jeûnes, pénitences diverses ! Enfin, les blasphémateurs254 étaient punis de peines corporelles ou d’amendes honorables, et les devins se voyaient bénignement astreints à effectuer l’un ou l’autre pèlerinage. Les prêtres pâtissaient d’une plus grande sévérité en raison du scandale qui s’attachait à leur apostasie.

173Si les châtiments différaient selon la gravité des crimes et la qualité des coupables, leur sévérité dépendait aussi de la juridiction qui les infligeait.

  • 255 Cfr p. 158 et p. 169. — Comparer, pour Liége, à Tihon, o. c., p. 158.

174En matière de religion, ce furent les juges séculiers qui se montrèrent les moins conciliants, les moins souples et, pourrait-on dire, les moins casuistes. Cela est vrai surtout des Pays-Bas. A Namur, le Conseil provincial et, à Diest, l’échevinage avaient voulu par exemple corriger et aggraver certaines sentences des inquisiteurs255.

  • 256 de Jongh, o. c., p. 182, n. 4. — Gachard, Correspondance de Philippe II, t. I, p. cxx. — de Vocht, (...)

175Au contraire, les inquisiteurs se sont parfois élevés contre les « placards ». Il leur arriva même de ne pas vouloir transmettre au juge laïque les procès dont ils avaient assumé l’instruction : des prévenus, condamnés à une pénitence ecclésiastique par les juges spirituels, risquaient la mort si une cour séculière s’avisait d’appliquer strictement les édits impériaux. Charles-Quint ne put vaincre la résistance des inquisiteurs que par l’intervention de Paul III256.

176Mais, dans la démocratique Cité de Liége, c’était le tribunal de « loi » et « franchise » qui offrait le plus de garanties au bourgeois suspecté. Enfin, on ne saurait trop insister sur le caractère libéral de la constitution de la principauté qui consacrait le pouvoir législatif des États, sauvegardait la liberté individuelle et ignorait la peine de la confiscation pour hérésie.

  • 257 On peut s’en convaincre en consultant leurs sentences. — Je note, à titre d comparaison, qu’un inqu (...)

177Les officiaux et les archidiacres, habitués au régime des peines spirituelles, étaient les moins redoutés des juges de ce temps257.

  • 258 Hartzheim, o. c., t. vi, p. 553.

178Au reste, inquisiteurs et cours laïques se partageaient en fait les procès, et les juges ecclésiastiques ordinaires avaient rarement à intervenir. D’ailleurs, l’évêque de Liége, dont officiaux et archidiacres n’étaient que les représentants, avait été rappelé à ses devoirs évangéliques par le concile archidiocésain de Cologne qui, en 1549, promettait le pardon aux pécheurs contrits et encourageait toutes les bonnes volontés258.

  • 259 Le hasard d’une chronique, comme celle de Munters, nous vaut plusieurs mentions tout-à-fait inconnu (...)

179Cette largeur de vues ne pénétra que lentement les masses. La violence et les supplices étaient trop familiers encore aux esprits pour que les législateurs et les justiciers n’y recourussent point. C’est pourquoi les procès de religion furent si nombreux et si cruels. Les pages qui précèdent ont attiré l’attention sur les causes dont l’histoire nous a conservé le souvenir ; mais de combien de martyrs les noms sont-ils à jamais perdus259 ? Les victimes de la répression étaient pour la plupart de petits bourgeois, des artisans ou des villageois ; et il ne s’est pas trouvé alors un chroniqueur liégeois capable de comprendre que le malheur de ces humbles était aussi de l’histoire.

Notes

1 de Damhoudere, La practicque et enchiridion des causes criminelles..., p. 101.

2 Meyhoffer, Le martyrologe protestant des Pays-Bas, p. 170, ne cite aucune victime liégeoise entre 1536 et 1562 ; or, ce livre rassemble les éléments des anciens Martyrologes.

3 Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’inquisition en Franche-Comté, p. 22. — Certains auteurs prétendent que les procès des hérétiques étaient parfois brûlés avec les condamnés ; cfr A. Piaget et G. Berthoud, Notes sur le Livre des martyrs de Jean Crespin, p. 218-220 ; — N. Weiss, La Chambre ardente, p. 58. — Il s’agit peut-être seulement de la sentence ou de la copie de la sentence. — Voir aussi C. Moeller, Les bûchers et les auto-da-fe de l’inquisition depuis le Moyen Age, dans la Revue d’histoire ecclésiastique, t. xv, p. 53, n. 2, Louvain, 1914.

4 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. ii, 1593.

5 Voir plus haut, p. 104, 121, 134.

6 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 1re s., t. i, p. 540, 742 ; 2e s., t. i, p. 136. — Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel dans l’ancienne principauté de Liége, p. 397, 566. — Tihon, o. c., p. 169. — Une enquête annuelle de ce genre eut lieu à Liége en 1555 ; cfr Daris, o. c., p. 180. — Enquête pouvait aussi désigner l’interrogatoire de l’accusé et des témoins devant le tribunal. Dans ce sens, l’enquête était qualifiée, comme la procédure elle-même, ordinaire ou extraordinaire ; la procédure ordinaire ignorait la question et se déroulait en présence de l’accusé ; cfr A. Esmein, Histoire de la procédure criminelle en France, p. 114, Paris, 1882. — Sur la torture, voir Poullet, o. c., p. 474.

7 Exemple en 1555 ; cfr A. Hansay, Blasphémateurs, hérétiques et sorciers à Curange en 1555. dans le Bulletin de la... Société des mélophiles de Hasselt, t. xli, p. 27-37.

8 Fairon, Un dossier de l’inquisiteur..., p. 135. — Il est possible d’ailleurs que ces « articles » aient accompagné une enquête criminelle régulière. — En 1555, Georges d’Autriche demanda vainement aux États de pouvoir éluder l’enquête criminelle ; cfr Archives de l’État a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 5°.

9 L. Lahaye, Les paroisses de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xlvi, p. 87. — L’importance de la dénonciation et de la diffamation était considérable dans la procédure ecclésiastique ; cfr Halkin, o. c., p. 154, n. 6. — Comparer à la juridiction des synodes en matière matrimoniale, p. 315.

10 É. Poncelet, Le Conseil ordinaire..., dans le Bulletin de la Commission des anciennes lois et ordonnances, t. xiii, 1re partie, p. 165. — de Borman, Les échevins de la souveraine justice de Liége, t. i, p. 14. — Fairon, o. c., p. 155. — Halkin, o. c., p. 166. — Voir aussi une note dans la Revue belge de philologie et d’histoire. t. x. p. 313.

11 de Vocht, Titelmans (Pierre), dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 354.

12 Voir plus loin, p. 176. — L’activité des inquisiteurs liégeois est sans doute conforme à celle des inquisiteurs des Pays-Bas, en Frise, en 1553-1554, qui font arrêter les suspects, « réconcilient » les repentants, envoient les prêtres aux universités, visitent les monastères, livrent les obstinés au bras séculier ; cfr A. H. L. Hensen, Eene inquisitie-reis door Friesland, dans l’Archief voor de geschiedenis van het aartsbis-dom Utrecht, t. xxiv, p. 215 sv. — Comparer à Fairon. o. c., p. 135.

13 Voir plus loin, p. 152, 176. — Les mêmes théologiens seront inquisiteurs des Pays-Bas et de Liége.

14 Voir p. 117, 158, 169. — Certains cumuleront les fonctions d’inquisiteur et d’official.

15 Voir plus haut, p. 108.

16 Fredericq, Corpus documentorum inquisitionis..., t. iv, p. 291 ; t. v, p. 151. — Monseur, Contribution à l’histoire des inquisiteurs des Pays-Bas au xvie siècle, dans les Travaux du cours pratique... de Paul Fredericq, t. ii, p. 90.

17 Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlviii, p. 151. — Le texte porte Tilman van Syburg, mais l’identité des fonctions montre qu’il s’agit bien de Tilman de Segenberk, cité comme inquisiteur de Cologne en 1538, mort en 1557 ; cfr Analecta sacri ordinis fratrum praedicatorum, t. ii, p. 563 ; t. iii, p. 244, Rome, 1895-1897.

18 Voir plus loin, p. 158 et p. 161 — Monseur, o. c., p. 109.— S. Axters, Bijdragen tot een bibliographie van de nederlandsch dominikaansche vroomheid, dans Ons geestelijk erf, t. vii, p. 123, Anvers, 1933.

19 Brom et Hensen, Romeinsche bronnen voor den kerkelijk-staatkundigen in de 16e eeuw, p. 52. — Je ne connais aucune trace de l’activité de cet inquisiteur.

20 Monseur, o. c., p. 100. — Daris, o. c., p. 105, 107. — P. Lejeune, Nalinnes, p. 118, Bruges, 1892.

21 Β. M. Reichert, Monumenta ordinis praedicatorum historica, t. ix, p. 350, Rome, 1901

22 Il faut y ajouter le doyen de Tongres, Guillaume Karsmekers, inquisiteur délégué ; cfr G. Remans, Twee Franciskaansche instellingen te Tongeren, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlii, p. 132; — Paquay, o. c., p. 151. — Sur Sapiens, voir Daris, o. c., p. 140; — Daris, Notices..., t. xvii, p. 44; — Fairon, Un dossier..., p. 109, 120; — Campan, o. c., t. ii, p. 523; — N. J. Cornet, Observations sur... l’ordre de Saint-François, dans les Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. ix, p. 200, Louvain, 1872 ; — Testaments de la cathédrale, vol. 5, f° 80 v°. — Sur Jean Oems, voir Allen, o. c., t. vi, p. 264 ; — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 141 v°. — Il était le fils de Florent, pensionnaire de Dordrecht, cité aussi comme inquisiteur ; cfr Fredericq, Corpus..., t. iv, p. 114, 122 ; t. v, p. 264.

23 Halkin, o. c., p. 164, 173.

24 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 63 v° ; cfr le n° vi des Pièces justificatives. — Daris, o. c., p. 140.

25 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 72 ; cfr le n° vii des Pièces justificatives. — Daris, o. c., p. 140. — Sur l’importance de la « sentence définitive », voir un exemple caractéristique, plus loin, p. 170.

26 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 ; cfr le n° xiv des Pièces justificatives. — Daris, o. c., p. 179. — Tihon, o. c., p. 157, n. 5.

27 Voir plus haut, p. 117.

28 Fairon, Un dossier..., p. 134, 135.

29 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140 (s. d.). — Daris, o. c., p. 180. — de Vocht, Tapper (Ruard), dans la Biographie nationale, t. xxiv, col. 555 sv. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 399. — P. Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du xvie siècle, p. 335-338, Louvain, 1932. — Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277, Bruxelles, 1927. — Meyhoffer, Le martyrologe protestant des Pays-Bas, p. 14, n. 3.

30 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179. — C. Creemers, Kronijk uit het klooster Maria-Wijngaard te Weert, dans les Publications de la Société archéologique et historique... de Limbourg, t. xii, p. 154. — G. A. Meyers, Chronicon abbreviatum conventus Mosae Traiectensis ordinis praedicatorum, dans les Publications de la Société archéologique et historique... de Limbourg, t. xlvi, p. 116, 125, Maestricht, 1910. — C’est le « François de Hasselt » cité par Daris, o. c., p. 179, et par M. Fairon, Un dossier..., p. 109. — Voir aussi G. D. Franquinet, Beredeneerde inventaris der oorkonden en bescheiden van het klooster der predikheeren te Maastricht, p. 129, 133, 137, 143, 156, Maastricht, 1878-1880.

31 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179.

32 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.). — Daris, o. c., p. 179. — Sur Jean Brictius, doyen de Saint-Denis, chantre de Saint-Pierre et curé de Hierges, cfr Poncelet, Inventaire... Saint-Pierre, p. xli.—Bormans, Notices des cartulaires de la collégiale Saint-Denis à Liége, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. xiv, p. 33, Bruxelles, 1872. — Reg. Vatic. 1776, f° 119. — Bibliothèque de l’Université de Liége, ms. 1019, p. 101.—Bibliothèque municipale de Besançon, ms. Granvelle 23, f° 111.

33 J. Frederichs, De inquisitie in het hertogdom Luxemburg voor en tijdens de 16de eeuw, p. 105, Gand, 1897.

34 Fredericq, o. c., t. iv, p. 275. — Monseur, o. c., p. 101.

35 Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 25, 40, Bruxelles, 1862. — Monseur, o. c., p. 95, 104, 108, 109. — Sur Stryrode, cfr de Vocht, Literae..., p. 407 ; — de Vocht, Monumenta..., p. 109 ; — de Jongh, o. c., p. 54*, 60*.

36 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, f° 45 v°. — Sur Michel Drieux, voir de Vocht, Monumenta..., p. 129 ; — Monseur, o. c., p. 97.

37 En même temps que Pierre Titelmans et François de Zon pour d’autres parties des Pays-Bas ; cfr Gachard, Correspondance de Philippe II, t. i, p. cxiv.

38 Hubert, Liste chronologique..., p. 118 ; date rectifiée par Meyhoffer, o. c., p. 14, n. 3.

39 Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277.

40 Projets de pouvoirs des inquisiteurs à présenter au pape de la part de l’empereur ; cfr Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et l’Audience, liasse 1473.

41 Papiers d’État et de l’Audience, vol. 1177, f° 394.

42 U. Berlière, Coup d’œil historique sur l’ordre bénédictin en Belgique, dans la Revue liturgique et monastique, t. xiv, p. 477, Maredsous, 1929.

43 Gachard, o. c., t. i, p. cxxiii. — Henne, o. c., t. x, p. 220. — Monseur, o. c., p. 105.

44 Réserve faite des procès des cathares et autres hérétiques du Moyen Age ; cfr Halkin, L’hérésie et sa répression au pays de Liége avant la Réforme, passim.

45 Voir plus haut, p. 107, et Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 162.

46 Halkin, o. c., p. 159-188. — Idem, Un procès de religion à Liége en 1530, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xxvi, p. 15-18, Liége, 1935. — R. Sion, Un épisode des troubles religieux du xvie siècle à Grand-Axhe, dans la Chronique..., t. xxi, p. 37-40, Liége, 1930 (les hérétiques de 1533, cités dans cet article, sont évidemment des anabaptistes). — Voici encore un autre trait curieux qui manque à mon étude sur Le cardinal de la Marck : en 1535, un certain Collard de Berses fut accusé d’avoir dit «que le cardinal estoit dampneit et que l’on ne devoit pryer pour luy à cause qu’il avoit fait morir des Rivagois et des luthériens à tort » ; cfr Grand greffe des échevins de Liége, Plaintes criminelles (1523-1542), f° 102 v°.

47 Archives de l’état a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 7.

48 On sait que, depuis 1533, l’official avait renoncé de fait à sa juridiction en matière d’hérésie sur les laïques ; cfr p. 108. — Zepperen faisait partie des onze bancs de Saint-Servais de Maestricht.

49 Henne, o. c., t. ix, p. 89, n. 1. — Mise au point dans Meyhoffer, o. c., p. 89, n. 1.

50 Lyna, De wederdoopers..., p. 100. — Munters, ms. c., f° 117.

51 Lyna, o. c., p. 100. — Munters, ms. c., f° 117 v°.

52 Mantelius, Hasseletum..., p. 64, Louvain, 1664. — Gilles de Bocholtz relate le même châtiment, mais sans indication chronologique ; il ne vise d’ailleurs que des calvinistes, ce qui étonne plutôt, ; cfr J. Hubaux, Aegidii a Bocholtz poemata varia latina, p. 14, Liége, 1931. — Toujours est-il au moins certain que, du haut du pont, des cadavres de suppliciés ont été jetés dans le fleuve ; cfr Poullet, o. c., p. 434.

53 Archives de l’État a Liége, Échevins de Liége. Obligations, vol. 23, f° 192 ; cfr le n° xi des Pièces justificatives.

54 Ibidem. — J. Breuer, Les orfèvres du pays de Liége, dans le Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, t. xiii, p. 49, Liége, 1935, cite Georges l’orfèvre, qu’il identifie à Georges Minick, mais il ignore Mathieu Gruzen.— Un certificat d’orthodoxie analogue fut délivré par les échevins de Verviers en 1540 ; cfr Fairon, La répression..., p. 294.

55 Sur ce dossier, voir p. 345.

56 Fairon, Un dossier..., p. 138; passage obscur, entre autres, dans l’interprétation du rôle de Xokier (Chokier ?) et Lichtenborch.

57 Aussi, Hezius souhaite une plus grande sévérité ; cfr Fairon, o. c., p. 135.

58 Comme aussi celui de Jean Dubois, desservant de Limbourg ; cfr p. 165.

59 Redlich, Jülich-bergische Kirchenpolitik..., p. 292, 293. — Forsthoff, Rheinische Kirchengeschichte..., t. i, p. 357.

60 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140. — Daris, o. c, p. 180, a lu Fayncart et Merchem. — Le document est sans date, mais, comme Ruard Rapper, n’y est pas cité comme inquisiteur, je le crois antérieur à 1547.

61 Fairon, o. c., p. 135-137.

62 Archives de l’État a Liége, Chambre impériale, n° 1334, pièce 292 (transmis par M. Fairon, d’après le manuscrit de ses Régestes de la Cité de Liége).

63 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 172, 286. — Un Henri de Haccourt, junior, fils de Henri, faisait partie du métier des orfèvres en 1562-1564 ; cfr Breuer, o. c., p. 63.

64 Grivegnée faisait alors partie de la « banlieue » de Liége ; cfr Gobert, o. c., t. i, p. 80.

65 Bormans, Extraits des cris du Péron de la Cité de Liége, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. x, p. 198. — Archives de l’État a Liége, Mandements et Cris du Perron (1551-1555), f° 153 v° ; cfr le n° xxiv des Pièces justificatives.

66 Monumenta historica Societatis Iesu. Litterae quadrimestriales, t. iii, p. 139, Madrid, 1896.

67 Daris, o. c., p. 180.

68 Lyna, o. c., p. 98, en fait un luthérien, mais Munters appelle luthériens des anabaptistes notoires.

69 Meyhoffer, o. c., p. 74, n. 2.

70 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 334. — Mantelius, o. c., p. 64. — Lenoir, o. c., p. 41. — Rahlenbeck, o. c., p. 63. — Lonchay, o. c., p. 40.— Meyhoffer, o. c., p. 31. — Daris, o. c., p. 139, suppose que ces anabaptistes proviennent non seulement d’Angleterre, mais aussi d’Allemagne. L’intolérance de Henri VIII à l’égard des dissidents catholiques, anabaptistes et luthériens est cependant bien connue ; cfr G. Constant, La Réforme en Angleterre..., p. 251, Paris, 1930.

71 Daris, l. c., écrit qu’ils furent jugés par la haute cour de Vliermael.

72 Lyna, o. c., p. 99.

73 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 131.

74 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 133. — Sur les événements de Delft, voir Brandt, Historie der reformatie... in Nederlanden, t. i, p.134, Amsterdam, 1677.

75 Cette répression sévère est particulièrement vraisemblable en 1538, date à laquelle dix-sept anabaptistes furent exécutés à Bois-le-Duc ; cfr Henne, o. c., t. ix, p. 89, n. 1.

76 Munters, ms. c., f° 71 (et non le 31, comme écrit M. Lyna, o. c., p. 99).

77 C’est-à-dire hérétiques, car Munters ne fait aucune distinction entre anabaptistes et luthériens, comme il a été dit plus haut.

78 Et non le 14, comme écrit M. Lyna, o. c., p. 99.

79 Brusthem dit que Rommershoven fut étranglé par le diable, mais le récit de Munters, un témoin, montre que le malheureux, au prix d’un effort affreux, bien fait pour impressionner un public crédule, se donna la mort lui-même. — Voir un fait semblable dans Halkin, o. c., p. 171, n. 3.

80 Les autres livres furent peut-être conservés pour l’inquisiteur.

81 Le 6, et non le 3 septembre ; cfr Munters, ms. c, fos 100 et 100 v°. — Lyna, 0. c., p. 100.

82 Le 6 mars 1544, et non 1541 ; cfr Munters, ms. c, f° 149. — Lyna, o. c., p, 100.

83 Lyna, o. c., p. 100.

84 Archives de l’État a Liége, Officialité. Sentences, vol. 35, f° 223 v°.

85 Hansay, Blasphémateurs... en 1555, p. 27-37.

86 J. S. Van Veen, Bijdrage tot de geschiedenis der hervorming in het overkwartier van Gelderland (1543-1568), dans les Publications de la Société archéologique et historique... de Limbourg, t. xli, p. 314, Maestricht, 1905.

87 Henne, o. c., t. x, p. 222, n. 10.

88 G. Remans, Twee franciskaansche instellingen..., p. 132.

89 Lyna, o. c., p. 100.

90 Paquay, Tongeren voorheen, p. 148. — Le même jour, s’il faut en croire Thys, Éphémérides tongroises, dans le Bulletin de la Société scientifiqe et littéraire du Limbourg, t. xii, p. 287, Tongres, 1872, trois luthériens furent « réconciliés » et chargés de diverses pénitences. M. Paquay ne cite pas cette décision.

91 Paquay, o. c., p. 150, 151.

92 Paquay, o. c., p. 149, 150. — Daris, Notices..., t. xvii, p. 44, écrit, sans indiquer sa source, que Simon Sapiens condamna Jean Jongen à une pénitence, le 17 août 1540.

93 Paquay, o. c., p. 146.

94 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v° (s. d.) ; cfr Daris. Histoire..., p. 179. — Ce document désigne, comme adjoint aux inquisiteurs, Gilles Querceus, gardien des frères-mineurs de Couvin, et Jean Brictius, notaire de l’officialité de Liége. Or, Brictius devint chanoine de Saint-Denis, le 14 octobre 1552 ; cfr Archives vaticanes, Reg. Vat. 1776, f° 119. Je suppose donc que la commission inquisitoriale est antérieure à cette date, puisqu’elle ne donne pas à Brictius le titre de chanoine.

95 Rahlenbeck, Les Gueux namurois, dans la Revue de Belgique, 2e s., t. xv, p. 81, Bruxelles, 1895.

96 Je ne connais aucune trace d’hérésie, pour la période 1538-1557, dans la principauté de Stavelot-Malmedy, sinon ce que j’en ai signalé p. 87, n. 7.

97 Voir la lettre de Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 25 février 1555, dans les Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° xxv des Pièces justificatives. — Sur le seigneur de Fallais, voir p. 87, n. 6.

98 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 172.

99 Le, chanoine de Liége Englebert de Mérode obtint congé du Chapitre cathédral, le 1er juillet 1551, pour s’occuper des luthériens de son domaine de Houffalize ; cfr C. Laurent, Houffalize et ses anciens seigneurs, dans les Annales de l’Institut archéologique de Luxembourg, t. xix, p. 260, 261, Arlon, 1887.

100 J. Frederichs, De inquisitie in het hertogdom Luxemburg..., p. 105.

101 A. Hallema, Bossche gevangenissen en gevangenen, dans les Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis, 7e s., t. III, p. 84-86, La Haye, 1932. — Meyhoffer, o. c., p. 75, n. 1, 100, n. 1. —T. Goossens, Protestantsche martelaars te ‘s Heriogenbosch in 1545, dans De Katholiek, t. cxl, p. 337, Utrecht, 1911.— H. Meindersma, De reformatorische beweging der XVIe eeuw te ‘s Hertogenbosch, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. vii, p. 268, 272, La Haye, 1910. — Henne, o. c, t. ix, p. 89, n. 1.

102 Henne, o. c., t. ix, p. 89, n. 1.

103 H. Meindersma, Over het protestantisme in westelijk Brabant, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. viii, p. 298, La Haye, 1911. — J. Kleintjens et C. Slootmans, Het ontstaan der hervorming binnen Bergen-op-Zoom, dans Taxandria, t. xxxix, p. 166, 167, Berg-op-Zoom, 1932.

104 Sur ces documents, voir plus loin, p. 347.

105 Sur ce dossier en général, voir p. 345.

106 Archives générales du Royaume de Bruxelles, Greffes scabinaux de Lou-t in, vol. 613, fos 37-46 v° (sentences du tribunal de Diest «in criminalibus »).

107 Le vol. 607 des Greffes scabinaux de Louvain (1541) cite les noms de Jean et Gevaert Strijbosch. — Au procès de Hedwige, figurent des témoins de Weert, ce qui m’incline à croire que l’accusée a habité cette localité.

108 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 224.

109 Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, fos 37, 37 v°; cfr le n° xviii des Pièces justificatives.

110 Un Henri van den Assche est cité comme échevin de Diest en 1522 ; cfr Archives de l’État a Liége, Conseil privé, vol. 338 ; ce volume n’est pas paginé.

111 Greffes scabinaux de Louvain, vol. 613, f° 42.

112 Conseil privé, liasse 163 ; cfr le n° xvi des Pièces justificatives.

113 Comparer à Fairon, Un dossier..., p. 123.

114 Il faut rapprocher de ce vœu la décision ultérieure de l’édit perpétuel du 25 septembre 1550, qui ordonnait aux cours séculières de déléguer un membre de leur collège, à la demande des juges ecclésiastiques, pour être présent aux informations et procédures des dits juges ecclésiastiques ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s, t. vi, p. 113.

115 A rapprocher de cette intervention, la comparution devant l’échevinage de Diest, le 28 octobre, de témoins munis de lettres de l’official de Liége ; cfr ms. c., f° 44.

116 Le document liégeois porte : Cornelius Bloemarius. — Le manuscrit cité des Greffes scabinaux, f° 42 v°, porte : Cornelis Bloemaerts. — Guillaume de Blomart chanoine de Diest, est cité en 1534 ; cfr É. Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lambert de Liége, t. v, p. 310.

117 Conseil privé, liasse 163, minute avec signature autographe ; cfr le n° xvii des Pièces justificatives.

118 23 décembre 1544 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 117.

119 Ce qui est confirmé par le texte cité des Greffes scabinaux, vol. 613, f° 43.

120 Voir ce texte important et mon commentaire, plus haut, p. 134.

121 Ms. c., f° 45. — Ce sont peut-être les mêmes théologiens que le drossart avait consultés. A noter que Stryrode était de Diest et que Drieux devint official de Diest Quant à Glaviman (alias Glaverman), il doit sans doute être identifié, comme M. Henry de Vocht me l’a suggéré, avec le doyen de la faculté des arts de Louvain.

122 Ms. c., f° 44 v°. — M. Dubois, historien de Diest, veut bien me faire savoir que ce prévôt s’appelait Nivelaer.

123 Ms. c., fos 45, 45 v°.

124 Le concordat réservait en effet les droits de l’inquisition impériale ; cfr Recueil des ordonnanes des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 443.

125 Le pouvoir exécutif devait, en toute hypothèse, mettre en branle le pouvoir judiciaire ; cfr Defacqz, Ancien droit belgique, t. i, p. 47, Bruxelles, 1873.

126 Les officiaux étaient souvent l’objet des critiques des juges séculiers à cause du peu de sévérité de leurs sentences.

127 Ms. c., f° 42.

128 Ms. c., fos 46, 46 v° ; cfr le n° xviii des Pièces justificatives.

129 Usage général d’ailleurs, car les «placards» étaient trop sévères; cfr p. 131.

130 Et encore, nombre de blasphémateurs avaient la langue percée. — Voir des cas de punition du blasphème aux Pays-Bas, sous Charles-Quint, dans Henne, o. c., t. vii, p. 209.

131 L’édit du 25 septembre 1550 prévoira que les juges séculiers reprendront les causes d’hérésie, après jugement rendu par les juges ecclésiastiques, s’il y a contravention aux « placards » ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 113. —-Cette jurisprudence semble ancienne, puisque le juriste de l’official de Diest la critique en 1545 ; cfr le n° xviii des Pièces justificatives.

132 Ce dernier point exigerait une révision attentive du texte par un érudit au courant des coutumes locales. L’intervention dans le débat des droits des seigneurs de Diest, Guillaume d’Orange et Anne de Lorraine, pourrait sans doute s’expliquer davantage. — Je n’ai pas trouvé grande lumière dans l’article sommaire de J. Vertessen, Iets over strafrechtspleging in het oude Diest, dans le Diestersche Kunst-kring, t. ii, p. 50-53, Diest, 1929-1930.

133 C. A. Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, 2 tomes en 3 volumes ; avec des extraits des procès, d’après les Archives générales du Royaume à Bruxelles, du moins en ce qui concerne les laïques car, pour les prêtres, les procès n’ont pas été conservés.— On complètera Enzinas et Campan par Henne, o. c., t. ix, p. 45 sv., et H. Vander Linden, Geschiedenis van de stad Leuven, p. 187, sv., Louvain, 1899.

134 Campan, o. c., t. i, p.11, 304, 322, 620. — G. Pascal, Jean de Lasco..., p. 125, 147 sv., Paris, 1894.

135 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 72. — Daris, o. c., p. 140.

136 L. Van der Essen, L’université de Louvain à travers cinq siècles, p. 277 sv., Bruxelles, 1927.

137 Campan, o. c., t. i, p. 290.

138 Campan, o. c., t. i, p. 538.

139 Campan, o. c., t. i, p. 610.

140 Campan, o. c., t. i, p. 296. — Il faut y ajouter un religieux de Bethléem, Jean Roome ; cfr Campan, o. c., t. i, p. 305.

141 Campan, o. c, t. i, p. 35.

142 Campan, o, c., t. i, p. 383, 431.

143 Campan, o. c., t. i, p. 435.

144 Campan, o. c., t. i, p. 351.

145 Campan, o. c., t. i, p. 40. — Monseur, o. c., p. 95, a rectifié l’identification de Tilmanus, qui n’est pas Titelmans, mais Tilman Clercx.

146 Campan, o. c., t. i, p. 62.

147 Campan, o. c., t. i, p. 76.

148 Campan, o. c., t. i, p. 36.

149 La sentence manque ; cfr Campan, o. c., t. i, p. 538, 612.

150 Campan, o. c., t. i, p. 298, 306 sv., 544 sv.

151 Campan, o. c., t. i, p. 558, 568.

152 Campan, o. c., t. i, p. 336, 360, 379, 380.

153 Campan, o. c., t. i, p. 80, 368, 382.

154 Campan, o. c., t. i, p. 245 sv., 322, 350.

155 Campan, o. c., t. i, p. 596.

156 Campan, o. c., t. i, p. 432, 438 sv.

157 Campan, o. c., t. i, p. 385, 450, 456, 460.

158 Campan, o. c., t. i, p. 98, 102 sv., 318 sv.

159 Campan, o. c., t. i, p. 27, 466 sv., 476, 490.

160 Campan, o. c., t. i, p. 610 sv.

161 Fairon, Le premier index..., p. 13, n. 1.

162 Campan, o. c., t. i, p. 154, 168. — Henne, o. c., t. v, p. 44, n. 2.

163 A. Pinchart, Archives des arts, sciences et lettres, t. i, p. 27-31, Gand, 1860.

164 Au sujet de la sévère répression de l’hérésie à Maestricht, sous Érard de la Marck, voir Halkin, o. c., p. 181.

165 Munters, ms. c., f° 65. — Lyna, o. c., p. 98.

166 Habets, De wederdoopers te Maastricht, dans les Publications de la Société archéologique et historique...de Limbourg, t. xv, p. 185, Maestricht, 1878.

167 Habets, o. c., p. 186.

168 Munters, ms. c., f° 93 v°. — Lyna, o. c., p. 100 : « Een verbranding te Maastricht ».

169 Lyna, o. c., p. 100.

170 Munters, ms. c., f° 107 v° : « dij werdoep was ». — Lyna, o. c., p. 100.

171 Habets, o. c., p. 186.

172 Daris, o. c., p. 140.

173 Habets, o. c., p. 176 sv.

174 Habets, o. c., p. 183.

175 Henne, o. c., t. x, p. 222, n. 10.

176 Hashagen, Gesckichte der Familie Hoesch, t. i, p. 402.

177 Archives de l’État a Liége, Greffe des échevins de Liége. Jugements et sentences, vol. 346, f° 20 ; cfr le n° 11 des Pièces justificatives.

178 Thisquen, Histoire de la ville de Limbourg, t. i, p. 277, Verviers, 1907.

179 Conseil privé, vol. 337, fos 60 v°, 61 v°.

180 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° xxv des Pièces justificatives. — L’affaire avait été remise aux inquisiteurs généraux des Pays-Bas, par ordre de Marie de Hongrie ; cfr Conseil privé, vol 337, f° 69.

181 La suite manque ; cfr Archives générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des Comptes, vol. 13163, f° 13 v°. — Rahlenbeck, Les pays d’Outre-Meuse..., p. 212.

182 Rahlenbeck, o. c., p.213.

183 Hashagen, o. c., t. i, p. 403.

184 Sur l’efficacité de cette répression, voir le n° xxv des Pièces justificatives.

185 Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 1912, p. 15. — Henne, o. c., t. ix, p. 35, n. 3.

186 Meyhoffer, o. c., p. 16.

187 Meyhoffer, o. c., p. 17. — Henne, o. c., t. ix, p. 34. — Archives de l’État a Namur, Conseil provincial, liasse 712 ; cfr le n° xix des Pièces justificatives. — M. Meyhoffer, l. c, a singulièrement idéalisé ce personnage, mais il ne connaissait pas l’enquête du Conseil et les réponses de l’accusé. — Pour un supplément de détails, voir mon article Procès de religion à Namur au xvie siècle (sous presse).

188 Meyhoffer, o. c., p. 17. — Henne, o. c., t. ix, p. 35. — A Moustier, la « demoiselle de Frizet » fut l’objet d’une enquête en 1550 ; cfr Meyhoffer, o. c., p. 18.

189 Meyhoffer, o. c., p. 18. — Henne, o. c., t. ix, p. 75, n. 2.

190 Meyhoffer, o. c., p. 19.

191 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des comptes, vol. 15465, f° 223 v°.

192 Meyhoffer, o. c., p. 17, en fait sans raison un calviniste ; si Winant a été à Valenciennes, il a été aussi à Aix. — Henne, o. c., t. ix, p. 35.

193 Meyhoffer. o. c., p. 18.

194 Cet ouvrage anonyme est cité, sans indication de lieu ni de date, dans l’index louvaniste du 9 mai 1546, adopté par le « placard » impérial du 30 juin 1546 ; il est aussi cité dans l’index louvaniste du 26 mars 1550, adopté par le « placard » du 29 avril 1550 ; cfr Recueil des ordonnances 2e s., t. v, p. 263, 307 ; t. vi, p. 74.

195 Procès inédits. Archives de l’État a Namur, Conseil provincial. Sentences (1546-1550), f° 153 v° ; cfr le n° xxii des Pièces justificatives. — Détails complémentaires dans mon article cité Procès de religion à Namur au xvie siècle.

196 Ibidem.

197 Meyhoffer, o. c., p. 20.

198 Meyhoffer, o. c., p. 19. — Les noms des inquisiteurs d’après la lettre de Georges d’Autriche à Marie de Hongrie, le 12 janvier 1553, aux Archives de l’État a Vienne, Pol. Arch. 84 ; cfr le n° xxiii des Pièces justificatives.

199 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

200 La venue de Sylvius à Namur, en 1551,» pour s’enquérir suivant sa commission » est certifiée par les comptes de la ville de Namur ; cfr J. Borgnet, Mélanges concernant l’histoire ecclésiastique de Namur, dans les Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. ii, p. 104. D’autre part, Georges d’Autriche accorda à Sylvius une commission l’adjoignant aux inquisiteurs, à Namur et à Florennes, dans la cause d’un certain Jean ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 139 v°, et Daris, o. c., p. 179. Ce document, qui n’est pas daté, se rapporte peut-être au séjour de Sylvius à Namur en 1551, et Jean est peut-être Jean Durant.

201 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c, écrit que Libert ne fut pas « sentencié ».

202 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c., ajoute la mention d’une amende.

203 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, o. c., p. 19.

204 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Meyhoffer, l. c., ajoute la mention d’une amende.

205 La condamnation de Lambert de Limbourg, niée par M. Meyhoffer, o. c., p. 19, est citée dans une lettre du Conseil provincial de Namur à Philippe II, en date du 4 septembre 1556, dans les Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771. — Ce chanoine mourut en 1571 ; cfr Aigret, Histoire de l’Église et du Chapitre de Saint-Aubain à Namur, p. 170, Namur, 1881.

206 Peut-être parce que, Maloteau étant malade, les inquisiteurs avaient eu, dès 1551, des preuves suffisantes de sa culpabilité, sans vouloir toutefois le condamner en son absence ; voir un exploit du 12 janvier 1553, dans les Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

207 Ce grief apparaît dans une lettre de Philippe II du 14 novembre 1556 ; cfr les Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. v, p. 130.

208 Cette reconstitution des événements d’après l’exploit du 12 janvier 1553 et la lettre inédite, déjà citée, du 4 septembre 1556. Cette lettre signale en outre que Marot s’étant retiré à Liége, — et non dans un monastère du comté de Namur, — l’official de Liége accepta de le mettre à la raison.

209 24 octobre 1552 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

210 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 113.

211 12 janvier 1553. Archives de l’État a Vienne, Pol. Arch. 84 ; cfr le n° xxiii des Pièces justificatives. — Cette lettre fait allusion à d’autres lettres qui ne nous sont pas parvenues.

212 Mais, à Diest, l’official eut le dessous ; cfr p. 158.

213 Le concordat réservait le droit de l’inquisiteur impérial, mais il n’en fut pas question à Namur.

214 20 avril 1553 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

215 Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

216 4 septembre 1556 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

217 2 octobre 1556 ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11771.

218 Le concordat, dans l’article unique relatif à la répression de l’hérésie, visait explicitement les seuls laïues ; cfr de Louvrex, o. c., t. i, p. 210.

219 Conclusion, sans date, du Conseil privé, dans les Papiers d’État et de l’Audience, liasse 5282.

220 Ces lettres sont conservées dans les Papiers d’Étal et de l’Audience, liasse 11771. — Une d’entre elles, adressée au Chapitre de Saint-Aubain, a été publiée, avec la date de 1557 et l’attribution à Charles-Quint, par J. Barbier, Documents concernant le Chapitre de Saint-Aubain à Namur, dans les Analectes..., t. v, p. 130.

221 Il n’est plus question de Maloteau, le curé de Saint-Loup.— Sur la juridiction disciplinaire assez étendue du Chapitre de Saint-Aubain, voir Aigret, o. c., p. 83.

222 D’après une quittance de la Chambre des comptes, du 14 juin 1553 ; cfr Rahlenbeck, Les Gueux namurois, dans la Revue de Belgique, 2e s., t. xv, p. 81. — Henne, o. c., t. ix, p. 75, n. 2. — Meyhoffer, o. c., p. 18.

223 L. Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’inquisition en Franche-Comté, Paris, 1911. — On sait que la Franche-Comté était alors soumise au même souverain que les Pays-Bas.

224 Les actes du procès portent Henryet, Henryey, Henryot, Henricy.

225 Sic ; cfr Febvre, o. c., p. 274. — J’ignore où peut se trouver Walembourg ; ce ne peut être Wassenberg, qui est du diocèse, mais non du « pays » de Liége.

226 Archives départementales du Doubs a Besançon, Délibérations du Parlement de Dôle, B. 175, f° 41. — Le manuscrit porte « Tret » et non « Toitl » ou « Tritl », que M. Febvre suggère, prudemment d’ailleurs, d’identifier avec Toul ; cfr Febvre, o. c., p. 272, n. 1.

227 La femme, Marguerite Lonhay (cfr le manuscrit cité) avait été expulsée dès le 5 décembre 1570 ; cfr Febvre, o. c., p. 271.

228 Febvre, o. c., p. 274.

229 Febvre, o. c., p. 136, 273, 274. — M. Febvre (p. 136) identifie à tort notre Quirin Henricy, alias Henryot, avec Pierre Henriot, de Vaubécourt, décapité après 1568, en vertu d’une condamnation du Parlement de Dôle. Mais, c’est peut-être Pierre Henriot dont il est question p. 137, n. 2, et qui fut décapité à Dôle, le 20 décembre 1570.

230 I. A. Nijhoff, Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis, 1re s., t. iv, p. 223, Arnhem, 1844, affirme, d’après une lettre de Marguerite de Parme, de 1566, qu’il n’y avait alors en Gueldre ni inquisition, ni « placards », mais que la répression était uniquement commandée par un mandement du duc Charles d’Egmont. Nijhoff identifie ce dernier mandement avec celui de 1529. Or, si J. J. Pontanus, Historiae Gelricae libri XIV, p. 762, Arnhem, 1639, cite un mandement du 17 avril 1529, M. Fairon, Un dossier..., p. 129, publie un autre mandement ducal, du 23 mars 1534. De plus, divers mandements impériaux contre l’hérésie furent publiés en Gueldre, le 28 septembre 1543, le 6 août 1544, et le 20 avril 1546 ; cfr van Loon et Cannegieter, Groot Gelders placaetboeck, t. i, p. 1, 13, 20, Nimègue, 1701. Plus tard, l’incorporation aux Pays-Bas se manifesta davantage : ainsi, le « placard » impérial du 20 novembre 1549 est adressé aussi aux gouverneur et Conseil de Gueldre ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 577. —Voir aussi Gedenhboech ter gelegenheid van het zevenhonderd-jarig bestaan van Roermond als stad, p. 40 sv., Ruremonde, 1932.

231 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 140. — Daris, o. c., p. 179.

232 Van Veen, o. c., p. 320-324. — K. Vos, Martelaars uit Gelderland (1550), dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. x, p. 252 sv, La Haye, 1913.

233 Creemers, o. c., p. 155. — Van Veen, o. c., p. 328, 329.

234 A l’occasion de la prédication suspecte, à Ruremonde, d’un franciscain de Cologne ; cfr Van Veen, o. c., p. 331.

235 Rembert, Die Wiedertäufer im Herzogtum Jülich, Berlin, 1899, a consacré aux anabaptistes du pays de Juliers un excellent ouvrage auquel je ne peux que renvoyer le lecteur.

236 J. Hansen, Die Wiedertäufer in Aachen ind in der Aachener Gegend, dans le Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. vi, p. 302 sv., Aix-la-Chapelle, 1884 — Daris, o. c., p. 182, 183. — P. a Beeck, Aquisgranum..., p. 259, 260, Aix-la-Chapelle, 1620.

237 J. Laenen, Heksenprocessen, p. 19 sv., Anvers, 1914. — de Damhoudere, Practicque..., p. 104, énumère les catégories suivantes de sorciers, magiciens, etc. : « geomanti, hydromanti, pyromanti, aerimanti, mathematici, harioli, haruspices, sortilegi, augures, phitonissae, astrologi, genethliaci, salitores, necromantici ».

238 de Louvrex, o. c., t. i, p. 210.

239 « Cum alias ipse reus equum suum amisisset,quemdam sortilegum seu veritatis hominem spiritum phelonicum sibi familiarem habentem pro consilio habendo accessit... » ; cfr Archives de l’État a Liége, Officialité. Sentences, vol. 32, f° 51 v°. — Autres cas, dans le vol. 35, f° 82 v° (1548, à Cortessem), f° 235 v° (1548, à Wellen), dans le vol. 38, f° 62 (1551, à Hoesselt), f° 97 (1552, à Tongerloo), f° 168 v° (1552), dans le vol. 39, f° 40 v° (1552, à Tongerloo), f° 69 v° (1552, à Hilvarenbeek), f° 117 v° (1553, à Brée), dans le vol 41, f° 93 (1554, à Rosmeer), dans le vol. 42, f° 42 (1555, à Tessenderloo), dans le vol. 43, f° 18 v° (1556, à Exel), f° 43 (1556, à Kermpt), etc.

240 Archives de l’Évêché de Liége, Registrum concernens penitentias et sententias archidiaconatus Hasbaniae pro annis 1546-1592, p. 1. —Cas semblables dans le même manuscrit, p. 6, 20.

241 Officialité. Sentences, vol. 35, f° 229, 242 bis.

242 21 mars 1550 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 36, f° 172 v°. — Ce mince délit fut puni, ce qui montre une fois de plus l’importance attribuée à la rectitude de la foi, alors que la moralité était plutôt faible mais l’hérésie, surtout, menaçante.

243 22 décembre 1550 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 75.

244 7 septembre 1553 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 40, f° 21 v°.

245 6 mars 1551, à Viversel ; cfr Officialité. Sentences, vol. 37, f° 112. — 13 avril 1552 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 38, f° 129 v°.

246 Munters, ms. c., fos 89 v°, 108. — Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 135. — J. Lyna, De rechtspleging in zake keksenprocessen in ‘t graafschap Loon, dans Limburg, t. ii, p. 102, Millen, 1920-1921.

247 Cas à Curange, en 1540, pour une sorcière d’Alken ; cfr Lyna, l c.

248 Cas à Hern-Saint-Hubert, en 1540 ; cfr Munters, ms. c., f° 107.

249 Lyna, l. c.

250 Hansay, Blasphémateurs..., p. 33.

251 Ou à la fin du régne d’Érard de la Marck ; cfr Daris, o. c., p. 561, 562.

252 Henne, o. c., t. vii, p. 188, 189. — Nombreux cas d’exécutions aux Pays-Bas sous Charles-Quint, dans Henne, o. c., t. vii, p. 181, n. 3. — Cas dans le pays de Rolduc, vers 1546, dans Rahlenbeck, Les pays d’Outre-Meuse..., p. 214.

253 Gachard, Analectes belgiques, t. i, p. 335. — Pour Louvain, voir J. Cuvelier, Les institutions de la ville de Louvain au Moyen Age, p. 101, Bruxelles, 1935.

254 Je ne parle pas ici de ceux qui étaient poursuivis, — rarement et sans sévérité,— pour l’un ou l’autre juron ; voir un cas en 1554 : le coupable, de Canne, fut envoyé en pèlerinage expiatoire à Notre-Dame de Tongres ; cfr Officialité. Sentences, vol. 40, f° 145.

255 Cfr p. 158 et p. 169. — Comparer, pour Liége, à Tihon, o. c., p. 158.

256 de Jongh, o. c., p. 182, n. 4. — Gachard, Correspondance de Philippe II, t. I, p. cxx. — de Vocht, dans la Biographie natonale, t. xxiv, col. 562. — Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 485.

257 On peut s’en convaincre en consultant leurs sentences. — Je note, à titre d comparaison, qu’un inquisiteur de Normandie se plaignait, en 1539, de l’indulgence des officiaux ; cfr N. Weiss, La chambre ardente, p. xiv, Paris, 1889.

258 Hartzheim, o. c., t. vi, p. 553.

259 Le hasard d’une chronique, comme celle de Munters, nous vaut plusieurs mentions tout-à-fait inconnues d’exécutions capitales. De même, une lettre d’un jésuite de passage à Liége nous a conservé, pour 1554, le seul souvenir d’une condamnation à mort. Enfin, Hezius lui-même fait allusion, au début de son « Conceptus edicti », à de nombreuses exécutions. Dès lors, il est impossible de proposer une statistique des victimes de la répression.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search