Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Première partie. La réforme protestante

Chapitre deuxième. Les ordonnances en matière d’hérésie

Texte intégral

1Il est impossible d’imaginer ce que fut la Réforme protestante, de comprendre la véritable révolution qu’elle apportait avec ses prédicants et ses Bibles, sans analyser dans le détail les textes législatifs qui barrèrent la route aux sectateurs de l’hérésie sinon à l’hérésie elle-même. Les édits contre l’hérésie sont d’inestimables documents, des textes officiels, échos de la résistance de la tradition la mieux assise à la nouveauté la plus agissante. Leur intérêt apparaît encore si l’on veut bien songer à ce qu’ils nous apprennent de l’hérésie, leur cause, et des procès de religion, leurs conséquences.

2L’esprit dans lequel il faut se pencher sur ces documents doit être sincèrement dégagé de tout dogmatisme. Il n’est jamais inutile de rappeler que les lois pénales ne peuvent être isolées de leur temps et de leur milieu. Oublier qu’elles sont déterminées par des circonstances historiques, c’est se condamner à mal juger le code de la répression. Telle mesure qui nous paraît draconienne, et qui l’est en réalité, était d’une application à ce point fréquente et banale que personne ne s’étonnait jadis qu’elle fût étendue aussi aux hérétiques.

3Ne voyons pas dans le législateur un théoricien a priori. Au contraire, efforçons-nous de ne pas perdre de vue que le détail des prescriptions d’un édit est conditionné non pas tant par un système moral que par des infractions aux usages, des abus préalablement constatés.

4L’analyse des documents est donc utile, indispensable. Or, si l’on a beaucoup écrit sur la Réforme et l’inquisition, il est curieux de constater que le recours aux textes n’a pas souvent tenté les amateurs de déclamations passionnées ou de plaidoyers apologétiques.

  • 1 Lonchay, Les édits des princes-évêques de Liége en matière d’hérésie au xvie siècle, dans les Trav (...)
  • 2 A ces articles, déjà cités, de É. Fairon et L.-E. Halkin, ajouter les mémoires, cités aussi plus l (...)

5Les édits publiés au pays de Liége contre l’hérésie protestante n’ont fait l’objet d’une étude générale qu’en 1883, lorsque Henri Lonchay leur consacra un article de quelques pages1. Depuis cet essai, qui manque de bases documentaires, plus rien n’a été écrit sur cet important sujet, si ce n’est d’autres articles qui n’embrassent pas l’ensemble de la question2.

6Les sources de l’étude que j’ai l’ambition de reprendre à mon tour ont été partiellement publiées, soit dans le « Recueil des ordonnances du pays de Liége » ou le « Recueil des ordonnances des Pays-Bas », soit dans le « Corpus documentorum inquisitionis » de Paul Fredericq, soit enfin dans les « Gesta pontificum Leodiensium » de Chapeaville.

  • 3 Je suivrai de préférence le vol. 1 (1541-1605).
  • 4 F. Straven, Les archives des trois États de l’ancien pays de Liége, dans le Bulletin de la Commiss (...)
  • 5 A. Habets, Het land van Loon en de Geldersche succesieoorlog, dans les Limburgsche bijdragen, t. i (...)

7Il faudra recourir aussi aux procès-verbaux des Journées d’États de la principauté. Cette collection est malheureusement très incomplète et dispersée. Rien ne reste dans les archives du Chapitre cathédral ou de la Cité des délibérations de l’État primaire et du Tiers-État. Quelques registres de l’État noble ont connu un sort meilleur et sauvent de l’oubli le compte-rendu de certaines Journées3. Incidemment, le greffier rapporte aussi le sentiment des autres Ordres. A Saint-Trond4 et à Hasselt5 subsistent quelques documents relatifs à la représentation des villes. Ces trois sources, auxquelles il convient de comparer le récit de Chapeaville, permettent de reconstituer partiellement la physionomie des assemblées fameuses où les propositions du prince-évêque devaient être agréées avant de devenir les lois du pays.

  • 6 É. Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545), dans le Bulletin de (...)
  • 7 Voir cet examen préalable à l’Annexe C.

8Le document capital qui nous renseigne sur la politique et les intentions des évêques de Liége dans la répression de l’hérésie naissante est le dossier attribué par son éditeur, M. Fairon, au célèbre inquisiteur Thierry Hezius6. L’importance de ce petit recueil, — qui nous donne l’exemple le plus complet de la genèse d’une ordonnance, — est telle que j’ai cru devoir lui consacrer quelques pages d’examen critique que l’on trouvera dans les Annexes de ce livre7.

***

9On ne peut étudier les lois et leur évolution sans rappeler les diverses institutions juridictionnelles de l’époque et leur rôle respectif. C’est pourquoi notre appréciation envisagera tout à la fois ces deux aspects d’une même question.

  • 8 Sur tout ceci, voir L.-E. Halkin, L’hérésie et sa répression au pays de Liége avant la Réforme, da (...)

10Le crime d’hérésie était un crime du for ecclésiastique dont la connaissance et la punition appartenaient, en bonne règle, au juge spirituel. La coutume, à Liége comme ailleurs, permettait au juge séculier d’arrêter les suspects et lui réservait la tâche d’exécuter les condamnés8.

11Le blasphème relevait du for mixte, c’est-à-dire que la justice, laïque ou ecclésiastique, qui avait commencé la poursuite appliquait la peine. Le sortilège, la magie et l’irrévérence envers les images saintes étaient du for ecclésiastique ou du for séculier selon qu’ils impliquaient ou non abjuration de la foi.

12Ces principes, très généraux d’ailleurs, étaient traditionnels et assez simples, mais le nombre des conflits prouve qu’en ce domaine plus d’une question restait sans solution ferme et définitive.

13En matière religieuse, la justice s’exerçait au diocèse de Liége par une juridiction compliquée, laïque ou ecclésiastique, ordinaire ou extraordinaire, sanctionnée, en vertu de l’union de l’Église et de l’État, par les constitutions politiques.

  • 9 Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel dans l’ancienne principauté de Liége, p. 624, Brux (...)

14A Liége même, — et sans doute dans les villes principales, — la justice laïque était l’œuvre de la « loi » ou cour des échevins et de la « franchise », ou « statut », constituée par les bourgmestres et jurés de la Cité9. Le rôle des échevins liégeois était particulièrement important. Nommés par l’évêque, ils connaissaient de toutes les infractions du for séculier et du for mixte qui n’étaient pas expressément réservées à des tribunaux d’exception. De plus, « souverains juges au criminel », ils l’emportaient sur toutes les cours subalternes. Les bourgmestres et jurés étaient élus par les métiers. « Loi » et « franchise » pouvaient juger les bourgeois de Liége ; les « afforains » ou non-bourgeois étaient justiciables de la « loi » seule.

15En fait, dans la principauté, les échevinages connaissaient habituellement de l’hérésie. Aux Pays-Bas, comme dans les duchés de Gueldre et de Juliers, des écoutêtes et drossarts représentaient les princes locaux et poursuivaient les coupables.

  • 10 Comme nous le verrons, il y avait à Diest un officiai pour le Brabant. — Sur l’officialité en géné (...)

16La juridiction ecclésiastique, répartie dans le diocèse entre un grand nombre de dignitaires, vicaires-généraux, archidiacres et doyens de chrétienté, trouvait dans l’official de l’évêque son principal représentant. L’officialité, ou le « droit », avait pour ressort territorial le diocèse entier10. L’official connaissait de tous les crimes et délits des clercs non exempts, ainsi que des infractions du for ecclésiastique commises par les laïques.

  • 11 Hors le cas de flagrant délit ; cfr Raikem, o. c., p. 36.

17Toutefois, de nombreuses restrictions étaient apportées aux pouvoirs de l’official. Des milliers d’exempts, membres des Chapitres ou « suppôts » des collégiales, échappaient à sa compétence. D’autre part, l’official ne pouvait en aucun cas « décréter d’appréhension » les bourgeois de Liége, parce que ceux-ci avaient le privilège de n’être jugés « appréhensibles » que par « loi » et « franchise »11. De plus, quand le juge ecclésiastique voulait obtenir une condamnation capitale ou une quelconque « peine de sang », il était contraint de remettre le coupable au bras séculier. Enfin, il devait, avant d’entrer en charge, jurer d’être fidèle aux Paix du pays.

  • 12 S. Bormans, Recueil des ordonnances du pays de Liége, ie s., t. i, p. 754. — M. C. Tihon, o. c., p (...)
  • 13 De même, Bartollet, Consilium iuris, n° 258, cite un édit du 11 juin 1550, précisant qu’il y a « t (...)

18C’est ainsi que l’official, — comme les autres magistrats et comme le prince-évêque lui-même, — était tenu de se conformer à la célèbre Paix de Saint-Jacques, publiée en 1487 et renouvelée en 1507, qui ordonnait « que chascun soit traictiés et meneis par droit, par loy, par status, par juge compectent, selon ce que à chascun et au cas appartindra et non autrement »12. Par ce qui précède, on voit immédiatement que sous les vocables traditionnels de « droit », « loy » et « status », c’est de l’official, des échevins et des jurés qu’il s’agit13. Quant au « juge compectent », l’expression est vague, par souci sans doute d’être suffisamment large, en désignant d’un seul terme toutes les juridictions ordinaires et extraordinaires, devant lesquelles tout individu pouvait être attrait.

  • 14 Il y avait néanmoins des inquisiteurs nommés par l’évêque.

19La prééminence épiscopale en matière de justice était diminuée par l’intervention des juges extraordinaires, inquisiteurs de la foi, conservateurs des privilèges, ou autres délégués du Saint-Siège14.

  • 15 Une note de l’inquisiteur Thierry Hezius nous éclaire sur ce mécanisme de l’inquisition ; cfr Fair (...)

20Bien antérieure à la Réforme, l’inquisition créait, à côté des juges que j’ai cités, des chargés de pouvoir dont la mission caractéristique était de rechercher les suspects, de «réconcilier» les repentants et de transmettre aux juges séculiers l’instruction des hérétiques obstinés15. Son rôle, il est vrai variait de cas à cas et dépassait parfois les limites que j’ai indiquées, jusqu’à devenir prépondérant. Gardons-nous néanmoins de voir dans les inquisiteurs les justiciers uniques des protestants, comme le laisse croire une opinion simpliste très répandue.

  • 16 Tel l’adultère du mari ; cfr A. Vermeersch, La tolérance, p. 162, Paris, 1912.

21L’hérésie simple, — péché au for interne, — pouvait, dès avant la Réforme, entraîner, au for externe, une pénitence ecclésiastique, si elle était abjurée par le coupable. Mais l’obstination, le scandale ou la récidive constituaient à proprement parler le crime d’hérésie, tout comme, dans nos lois, certains faits ne sont punis par les tribunaux que lorsqu’ils sont aggravés par certaines circonstances16.

  • 17 Ces lois anciennes permettaient cependant la condamnation de l’hérétique à la mort ; cfr Fredericq (...)

22Quand la Réforme protestante, luthérienne, zwinglienne, anabaptiste ou calviniste, fit refleurir l’hérésie dans l’empire, les lois anciennes ne parurent pas suffisantes pour parer à ce danger nouveau qui menaçait à la fois l’Église et l’État17. Le pape et les évêques, l’empereur et les princes, les villes elles-mêmes promulguèrent des ordonnances, des statuts, des édits et des règlements mieux adaptés, pensaient-ils, au mal qu’il fallait vaincre. On imagine les conflits qui devaient naître de la mise en œuvre de ces lois multiples et mal coordonnées.

23Au xvie siècle, en effet, le droit de répression donne lieu à des difficultés sans nombre, qui contribuent du reste à le fixer et à le limiter. La connaissance de l’hérésie simple est parfois revendiquée par d’autres tribunaux que celui de la pénitence, et son châtiment ne se borne pas toujours à une pacifique « réconciliation ».

24Une distinction capitale isole le crime d’hérésie du crime de contravention aux édits en matière d’hérésie. Le crime d’hérésie n’est commis que par le catholique qui soutient une erreur contre la foi. Au contraire, le crime de contravention aux édits est perpétré par quiconque commet un acte spécialement défendu par la loi.

25Au diocèse de Liége, ce problème, — où la conception actuelle de la liberté de conscience tient peu de place, — est compliqué de l’opposition de la Cité à toute mesure législative qui entraverait la liberté individuelle, ainsi que du conflit mettant aux prises l’évêque de Liége et les tribunaux séculiers auxquels étaient déférés ses diocésains des Pays-Bas. Il ne faut pas perdre de vue que ce qui est en cause, ce n’est pas notre souci moderne d’humanité. La question litigieuse n’est pas la poursuite des hérétiques, ni même leur châtiment capital, mais il s’agit avant tout de discuter les formalités qui concernent l’arrestation préventive, la procédure sommaire, la confiscation des biens, les garanties constitutionnelles, la compétence respective des divers juges.

***

26Léon X répondit le premier à la révolution religieuse qui grondait en Allemagne. La bulle « Exsurge Domine », du 15 juin 1520, condamnait les thèses essentielles de Luther et ordonnait la destruction de ses livres. Jérôme Aléandre fut choisi, en qualité de nonce et d’inquisiteur général, pour porter la sentence pontificale à l’empereur et aux princes de l’empire.

  • 18 L.-E. Halkin, Le plus ancien texte d’édit promulgué contre les luthériens, dans la Revue d’histoir (...)
  • 19 «... aliis arbitrariis pœnis, quarum tertia pars... » ; cfr Fredericq, o. c., t. v, p. 397.
  • 20 «... sed et bonorum confiscationibus, presertim in omnibus his locis quae in temporali ipsius [epi (...)

27Ami du prince-évêque, le nonce fut reçu à Liége avec honneur. Le 17 octobre, Érard de la Marck publiait un édit prescrivant l’application de la bulle « Exsurge Domine ». Je crois avoir identifié ce document capital, le plus ancien texte d’édit promulgué contre le luthéranisme18. Aux censures pontificales, l’évêque ajoutait des peines pécuniaires dont devaient être frappés ceux qui ne remettraient pas au nonce, dans les trois jours, les livres destinés au bûcher. Le montant de ces amendes n’était pas limité19. Aléandre, rendant compte à Léon X du succès de sa mission, allait jusqu’à parler de confiscation des biens20.

  • 21 Halkin, o. c., dans la Revue d’histoire ecclésiastique, t. xxv, p. 83, n. 2.
  • 22 L’évêque pouvait invoquer, à la rigueur, le principe que Méan devait plus tard exprimer comme suit (...)
  • 23 Sur l’autodafé, voir Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 133, n. 4.
  • 24 Chapeaville, o. c. t. iii, p. 265. — Fredericq, o. c., t. iv, p. 50.

28De fait, le premier édit liégeois contient en germe toutes les formes de la répression de l’hérésie. A-t-il été rendu exécutoire par les États ? Je ne sais ; les archives ne nous en ont pas conservé le souvenir21. D’autre part, l’évêque s’est peut-être cru assez puissant pour se passer du consentement des Ordres dans un acte de son gouvernement spirituel22. Enfin, accepté ou non par la représentation du pays, le mandement du 17 octobre a été suivi d’exécution à Liége même23, et l’édit de Worms y fit clairement allusion24.

  • 25 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 290.
  • 26 «... pena nihilominus contra librorum lutheranorum detentores ac lectores a sancta sede apostolica (...)
  • 27 M. Fairon, o. c., p. 102, 103, ne semble pas mettre en doute l’acceptation par les États de ce man (...)

29Ce « placard » impérial, signé à Worms en 1521, ordonnait à tous les princes de faire bonne justice des hérétiques, sans apporter aucun tempérament à la rigueur de la répression, ce qui malheureusement permettait les interprétations les plus abusives. Bien que les États de Liége eussent, en 1523, différé la publication légale de l’édit de Worms25, j’estime que le prince-évêque ne s’en obstina pas moins à le faire respecter. En 1526, un mandement épiscopal, qui s’attaquait surtout à l’anarchie, à la corruption et à la vénalité des clercs, faisait état des dispositions prises contre les hérétiques tant par le pape que par l’empereur26. Je ne crois pas que le mandement de l’évêque ait été soumis aux États, mais sa présence dans les archives de Sainte-Gertrude à Louvain prouve qu’il a été répandu dans le diocèse27.

  • 28 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 295. — Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 482, f° 975. — L’ (...)
  • 29 Tihon, o. c., p. 152.
  • 30 Halkin, o. c., p. 150.
  • 31 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 275. — Fredericq, o. c., t. iv, p. 57. — Écho de cette théorie dans (...)
  • 32 Sohet, Instituts de droits..., livre 5, titre 11, art. 15 ; titre 28, art. 1.— Poullet, Essai..., (...)

30En 1527 enfin, Érard de la Marck arracha aux États l’acceptation de l’édit de Worms28. La longue résistance du pays peut-elle s’expliquer ? On a écrit que les États, jaloux de leurs prérogagatives, « ne pouvaient admettre un édit qui faisait la part la plus large à l’arbitraire du prince »29, et je me suis rangé à cette opinion prudente que je voudrais dépasser aujourd’hui30. Ce n’est pas seulement leur rôle dans la vie politique de la nation que défendirent les États, mais la liberté des citoyens. En effet, ce qui dans l’édit impérial renforçait de la façon la plus habile et la plus implacable le pouvoir discrétionnaire du prince, c’était l’assimilation du crime d’hérésie au crime de lèse-majesté31. Ce rapprochement explique les initiatives les plus irritantes d’un justicier pressé, et fidèle quand même au droit : le criminel accusé et convaincu de lèse-majesté pâtissait de toutes les sévérités de la loi. Pour lui, point de recours contre l’arrestation préventive, la torture, la confiscation des biens. Les privilèges s’effaçaient devant la volonté du magistrat, et le droit en quelque sorte se donnait congé32.

  • 33 Chapeaville, notre seule source, ne précise pas d’où vint l’opposition. — M. Fairon, La répression (...)
  • 34 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 295.
  • 35 Pirenne, Histoire de Belgique, t. iii, p. 357.

31On comprend dès lors l’hésitation des métiers et peut-être même des trois États33. Leurs protestations n’échouèrent pas totalement, car les juges se montrèrent peu empressés à profiter des pleins pouvoirs que leur conférait l’édit de Worms. En 1528, un Français, prêtre et hérétique, avait été livré au bras séculier. Il n’est pas douteux que l’édit impérial n’ait alors inspiré l’arrêt de mort du premier martyr de la Réforme liégeoise. Mais ce bûcher ne fut suivi d’aucun autre jusqu’en 153334. Il en fut de l’édit de Worms à Liége comme des « placards » dans les Pays-Bas. Leur rigueur excessive ne permit pas de les apppliquer jusqu’au bout35.

  • 36 Fairon, Un dossier..., p. 119 sv. — Halkin, o. c., p. 151. — M. Fairon, La répression..., p. 284, (...)
  • 37 Texte perdu, analysé dans Chapeaville, o. c, t. iii, p. 320. — M. Tihon, o. c., p. 155, n. 4, a co (...)
  • 38 M. Fairon, o. c., p. 105, ne met pas en doute ce fait, mais il assimile l’édit à un « cri » du per (...)
  • 39 Tihon, o. c., p. 155. — Halkin, o. c., p. 154. — Je crois que le « cri » ajoutait à l’édit deux ar (...)
  • 40 Pour les Pays-Bas, il suffit de rappeler van der Hulst et son « inquisition d’État »; cfr Pirenne, (...)
  • 41 Texte obscur ; cfr Halkin, o. c., p. 154, 287. — Il semble que les procureurs d’office doivent dés (...)

32En 1532 cependant, le prince-évêque avait voulu introduire dans sa principauté les sévérités de la législation brabançonne contre l’hérésie. L’édit général qu’il proposa aux États fut repoussé par les Liégeois, résolus à défendre la compétence du tribunal de «loi » et « franchise » et leurs privilèges en matière d’arrestation préventive36. Érard de la Marck dut se contenter de signer un édit, le 3 décembre 1532, reconnaissant aux échevins et jurés le droit de connaître de l’hérésie des bourgeois, et accordant à la Cité le bénéfice des confiscations37. A moins de supposer que cette ordonnance n’ait concerné que la seule ville de Liége, il est évident, malgré la carence de nos sources, que les États l’ont approuvée puisqu’elle satisfaisait, en la Cité, le plus intraitable de ses membres38. Le « cri » du perron du 9 juin 1533 n’est qu’une application de l’édit du 3 décembre précédent39. Dès lors, l’official de Liége se voyait dépouillé de sa juridiction sur les laïques de la Cité suspects d’hérésie, mais les inquisiteurs continuèrent à intervenir dans les procès ; leur pouvoir, d’ailleurs, ne fut jamais aussi grand à Liége qu’aux Pays-Bas ou en Franche-Comté40. Bientôt, le 19 novembre 1533, l’official acceptait la situation qui lui était faite et, sans se dessaisir en droit, renonçait d’une manière générale à l’exercice de sa juridiction habituelle dans les causes d’hérésie41.

  • 42 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 327. — Halkin, o. c, p. 155. — Il n’est pas question, pour ce règle (...)

33Un règlement nouveau, pour la Cité, en date du 6 mai 1534, constituait un habile compromis entre les prétentions épiscopales et les susceptibilités des Liégeois. La confiscation y était admise, cette fois au bénéfice du prince. La torture pouvait être infligée aux bourgeois, mais pas avant que les bourgmestres et gouverneurs des métiers n’eussent entendu leur défense. Enfin, les inculpés, jugés par le tribunal spécial de « loi » et « franchise », devaient se constituer prisonniers pour présenter leurs décharges42.

34Comme on le voit, la législation spéciale contre l’hérésie s’est inspirée des coutumes et des traditions, ou encore des dispositions générales d’un édit aussi dangereusement imprécis que celui de Worms. Toutes les interprétations étaient possibles, même celles qui sacrifiaient les droits de la personne à la conservation de l’État religieux unitaire.

  • 43 Il est curieux de constater que les deux édits généraux de 1532 et de 1545 furent proposés lorsque (...)

35La série des ordonnances portées contre l’hérésie par Érard de la Marck s’arrête en 1534. Je pense que le cardinal de Liége n’avait pas oublié le projet d’édit général qu’il avait vainement défendu en 1532, alors qu’il pouvait encore compter sur un auxiliaire de choix, bientôt tombé en disgrâce, le vicaire-général Gilles de Blocquerie43. En l’absence de documents probants, il est permis de conjecturer que le savant chanoine Arnold Luyd de Tongres fut appelé à la rédaction d’un nouvel édit.

  • 44 L.-E. Halkin, Tongres (Arnold Luyd de), dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 498-500, Bruxel (...)

36Arnold naquit à Tongres vers 146844. En 1486, il s’inscrivit à la faculté des arts de Cologne où il devait suivre le cours habituel des études littéraires et théologiques. Docteur en théologie en 1509, il obtint, quatre ans plus tard, un canonicat à Cologne ; le 19 juillet 1533 seulement, il fut reçu au nombre des chanoines tréfonciers de Liége. C’est à partir de cette date qu’il fixa sa résidence ordinaire dans la principauté. Professeur et recteur des facultés de Cologne, cet universitaire eut l’inconstestable mérite de réhabiliter en quelque sorte, aux yeux de ses contemporains, les études hébraïques. Dans ce domaine, il se heurta à l’illustre Jean Reuchlin, qui estimait la Kabbale et le Talmud nécessaires à l’exégèse chrétienne, et contre lequel il ne tarda point à s’allier aux dominicains de Cologne. Il semble que son action, au cours de cette célèbre querelle sur l’interprétation des livres mystiques juifs, fut très remarquée en son temps et même décisive pour la condamnation de Reuchlin. Au nombre de ses admirateurs et de ses amis, nous trouvons l’humaniste Herman von dem Bussche, la cardinal Aléandre, Jacques de Hochstraten, Thierry Loher, Jean de Brusthem, Hubert Thomas et Thierry Hezius, son exécuteur testamentaire. Inquisiteur de la foi et défenseur de la réforme du clergé, Arnold est l’auteur de plusieurs ouvrages de théologie et de polémique, mais il ne put mener à bien l’édit dont il ne laissa qu’un projet, heureusement conservé dans le dossier de Hezius.

37Lorsque le timide Corneille de Berghes succéda au cardinal, le 16 février 1538, l’édit général était toujours en projet. Le 28 août 1540, Arnold Luyd mourait à son tour. Son ami et collègue Thierry Hezius devait continuer et parfaire son œuvre, mais l’élaboration définitive de l’ordonnance demanda plusieurs années encore.

  • 45 Chapeaville, o. c., p. 334. — La date est donnée par les Archives de la Ville de Saint-Trond, Jour (...)
  • 46 Réserve faite des officiaux des Chapitres et des archidiares, dont la juridiction était étroitemen (...)
  • 47 En 1549, les Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 7, s’exprimeront avec la même impré (...)

38Les premières mesures de répression de l’hérésie, sous Corneille de Berghes, furent proposées aux États de Liége, le 29 juin 1538. Il ne semble pas qu’un édit nouveau ait été promulgué à cette occasion. Les États se contentèrent d’enjoindre aux officiers de justice de la principauté d’appliquer les mandements impériaux. Le texte du principal historien de ces événements, Chapeaville, soulève plus d’une difficulté. Le voici : « Contra haereticos Lutheranos, et imprimis Anabaptistas edicta ad Patriae officiales missa, quibus ut officio iuxta Caroli Imperatoris scitum, satisfacerent, serio et severe admonebantur »45. Nous voyons que les fonctionnaires rappelés à l’ordre sont désignés sous le nom de « Patriae officiales ». Cette expression est ambiguë. A mon sens, elle ne peut s’entendre uniquement des officiaux, juges ecclésiastiques. Il n’y avait qu’un officiai dans la principauté, celui de Liége46. Le second officiai du diocèse avait son tribunal à Diest, en plein Brabant : par conséquent, il échappait à la juridiction des États du pays. Je crois donc qu’il faut voir dans les « Patriae officiales » les justiciers divers de la principauté, et de la principauté seulement47.

  • 48 Érard de la Marck avait de même fait envoyer le texte de l’édit impérial aux justiciers du pays ; (...)
  • 49 Lonchay, o. c., p. 40. — Tihon, o. c., p. 160. — Par parenthèse, cet édit de Spire, qui prévoyait (...)
  • 50 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iii, p. 477 (1535) ; t. iv, p. 74 (1538). — Ce der (...)

39Chapeaville nous apprend encore que ces officiers avaient reçu le texte de certains édits de Charles-Quint en matière de religion48. Ce trait montre à suffisance le souci des Liégeois, au début du nouveau règne, d’être fidèles à l’action entreprise par l’empereur pour la défense de la foi. Ces édits, rangés dès lors au nombre des lois du pays, ne sont pas désignés par Chapeaville. Lonchay n’a pensé qu’à un seul édit, le décret de Spire du 22 avril 1529, alors que Chapeaville fait clairement allusion à plusieurs édits qui atteignaient surtout, mais non exclusivement, les anabaptistes49. Il paraît plus vraisemblable de reconnaître ici, en plus de l’édit de Worms, les sévères « placards » de Charles-Quint du 10 juin 1535 et du 10 juin 153850. Ce dernier édit condamnait à mort les anabaptistes, leurs complices et ceux qui leur prêteraient assistance ; les obstinés et les meneurs étaient voués au bûcher ; parmi les repentants, les hommes devaient périr par l’épée et les femmes par la fosse. Les biens des condamnés étaient confisqués, et les dénonciateurs en obtenaient un tiers, pour prix de leur zèle.

  • 51 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’État (1489-1549). — Tihon. o. c., p. 160, n. 4.

40Les députés des villes flamandes de la principauté, dont les délibérations nous sont seules conservées, n’acceptèrent point les poursuites sommaires instituées par Charles-Quint. Ils exigèrent qu’on ne procédât pas contre les hérétiques sans les interroger et les convaincre, mais ils n’élevèrent point alors d’objections contre la confiscation des biens51.

  • 52 Lonchay, o. c, p. 40.
  • 53 Lyna, De wederdoopers..., p. 99.— Voir, plus loin, les réserves au sujet du texte correspondant de (...)
  • 54 Sur cette indulgence occasionnelle, voir Lyna, o. c., p. 98, 99. — Comparer à la mise en liberté d (...)

41On pourrait croire que la décision des États provoqua la recrudescence de sévérité dont les historiens du règne de Corneille de Berghes nous ont transmis le souvenir. Chapeaville, après avoir rappelé l’activité législative des États, mentionne l’exécution de dix-neuf anabaptistes. Lonchay en a conclu que cette rigueur ne se justifiait que par la récente décision des Liégeois de se conformer à l’exemple impérial52. Or, il y a là un contresens manifeste, car les principales poursuites contre les anabaptistes sont antérieures à la réunion des États53. C’est la clémence relative dont bénéficièrent parfois les suspects qui suffit à expliquer que les partisans d’une répression impitoyable aient rendu plus stricte l’application des lois, avant même l’approbation explicite des États54.

  • 55 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 2e s., t. i, p. 117-119. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. (...)

42Le 14 février de l’année suivante, un « cri » du perron, édictant diverses mesures de police, défendait aux luthériens exilés de rentrer au pays et de correspondre d’une façon quelconque avec leur famille. « Item que les femmes et enffans des Rivagois, luthériens et autrez bannis et fugitives pour villains cas,... ne présument retourner ne rentrer, sur paine d’estre pugnies criminelement ; et quant az autres femmes et enffans des dessusdits Rivagois, luthériens et autres bannis et fugitives comme dessus, qui ne soy sont point absentés et qui sont demorés et demeurent en ceste Cité, sur paine d’estre à toujours bannis et exilés des dits Cités et pays ; et que pareilhement sur la meisme peine, les dits femmes et enffans ne envoient ou mandent lettrez, messaiges ou nouvelles à leurs maris et enffans ou autrez personnes, ny aussy ne recepvent quelcunnes, sans advertir les seigneurs mayeur et bourghemaistres »55.

  • 56 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 338. — Mélart, L’histoire de la ville et chasteau de Huy..., p. 343 (...)

43Dans les derniers mois de 1540, Corneille de Berghes publia un mandement dont nous ne possédons plus le texte ; nous ne savons même s’il fut soumis à l’approbation des États. Chapeaville, une fois de plus, est notre unique source d’information. Il nous rapporte que l’évêque étendit à la principauté les prescriptions d’un édit promulgué peu auparavant par Charles-Quint pour les Pays-Bas. Les détenteurs de livres hérétiques, — d’Arius aussi bien que de Luther, — devaient jeter au feu les ouvrages défendus, sous peine d’encourir une condamnation capitale56.

  • 57 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 224. — Cet édit devait être republié deux f (...)
  • 58 Il nous est malheureusement impossible de préciser davantage quels édits impériaux ont été approuv (...)

44L’édit impérial qui inspira le prince de Liége est vraisemblablement celui du 22 septembre 1540 ; l’empereur y menaçait de la mort par l’épée, la fosse ou le feu, les possesseurs de livres suspects57. Si Corneille de Berghes ne proposa pas aux États d’approuver cette ordonnance, ce fut peut-être parce qu’elle ne faisait que répéter des interdictions déjà sanctionnées58.

  • 59 Archives de l’État a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1 (1541-1605), f° 2 v° ; vol. 1bis (...)

45Le 14 décembre 1541, les États furent de nouveau assemblés sous la présidence de Corneille qui, s’inspirant sans doute des suggestions de l’inquisiteur défunt, Arnold de Tongres, s’adressa en ces termes aux députés : « Vous scavez que de passé plusieurs villes de cestuy pays ont estez infectées d’hérésie. Partant, seroit expédient soub vostre bon plaisir de faire ung status général que doresnavant, après informations sommaires, ceulx qui en seroyent attaints, après le dernier supplis, leurs biens meubles et immeubles fuyssent confisqués, inhabilles de disposer de leurs biens par aliénation, cession ou aultrement, transporter de dernière volonté et aultres, nonobstant tous privilèges contraires »59.

46La difficulté ne résidait pas seulement dans l’« information sommaire », mais surtout dans la confiscation. La proposition princière ne précisait pas au profit de qui les biens seraient enlevés aux condamnés ; la suite des débats montre que le prince avait voulu se les réserver. Elle ne prévoyait pas davantage un autre châtiment de l’hérétique. Sans doute, était-il implicitement acquis que ceux qui « seroyent attaints » devaient être ou bannis ou exécutés.

  • 60 A défaut de renseignements provenant des Archives capitulaires, voir État noble. Journées d’États, (...)
  • 61 État noble. Journées d’État, vol. 1, f° 3 v°.

47L’État primaire, constitué par le Chapitre cathédral, acquiesça d’une façon générale aux vœux de son évêque60. Les nobles élevèrent des objections touchant la confiscation, mais ce ne fut pas en faveur des malheureux menacés de spoliation. Égoïstement, ils exigèrent que les biens confisqués le fussent au profit du seigneur de l’inculpé61.

  • 62 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549) : « na den landrecht ende den vr (...)

48Le Tiers-État admit la répression de l’hérésie par « loi » et « franchise » et après preuve suffisante. Il se prononça contre la confiscation, faisant valoir avec raison que cette peine cruelle frapperait des innocents, et ruinerait toute une famille lorsque son chef seul serait coupable62.

  • 63 M. Tihon, o. c., p. 161, d’après les Archives de la Ville de Saint-Trond, écrit que le seigneur du (...)

49Corneille de Berghes composa, et, grâce à des concessions, il obtint le vote de l’édit. Il y était stipulé que les parents proches des condamnés conserveraient la moitié de leurs biens, alors que le prince n’en obtiendrait que trois huitièmes et, le seigneur du lieu, seulement un huitième63.

50Corneille de Berghes n’en demanda pas davantage ; il remit à des temps meilleurs la proposition d’une ordonnance plus conforme à ses vues. Il ambitionnait peut-être de vaincre la résistance des Liégeois, mais il n’avait ni le talent, ni l’énergie d’Érard de la Marck, que le Tiers-État avait cependant tenu en échec au cours d’une lutte semblable.

  • 64 Vicaire-général, Gilles de Blocquerie avait dû démissionner en 1533 ; on a vu plus haut qu’il rent (...)

51Lorsque Georges d’Autriche succéda à Corneille de Berghes, il reprit ouvertement le projet, déjà ancien, d’édit général contre l’hérésie. Il fut sans doute suivi, sinon précédé, dans cette voie par son vicaire-général et scelleur, Gilles de Blocquerie, qui, depuis 1532 déjà, connaissait d’expérience les débats suscités par la présentation d’un édit général64.

  • 65 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 25 v°. — Tihon, o. c., p. 161.

52Dès le lendemain de son inauguration, le 18 août 1544, Georges d’Autriche entretenait les États de ses desseins. « En après, déclara-t-il, est de mettre ordre contre les mauldictes sectes et érésies des luthériens, anabaptistes et autres plusieurs qui de plus en plus occultement infectent le pauvre peuple à perpétuelle damnation de leurs âmes et troublement des gens publicques. A ceste fin, désirants obvier à tels inconvénients que le simple peuple soit endoctriné selon les anchiennes foyd et traces de nos pères, avons conceu une conclusion avec constitution poenalle contre tous ceux qui tiendroit ou trovoit aultrement et au contraire des dittes conclusions, et qu’ilz debveront estre punis comme vrais éréticques ; lesquels conclusions et constitutions, après estre reveues par aulcuns professeurs en théologie à ce comis, somes délibérez de faire publier par les englieses et de nous employer à l’exécution contre les transgresseurs. Rest qu’aviser sur le droit des peines et principallement sur la confiscation de leurs biens »65.

53Ce texte fait clairement allusion à « une conclusion avec constitution poenalle », qui est, en partie sans doute, l’œuvre d’Arnold de Tongres. Le nouvel évêque et son vicaire-général avaient dû s’inspirer des notes laissées par cet inquisiteur, en projetant d’en confier la révision à des professeurs de Louvain.

  • 66 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 27 v° ; vol. 1 bis (1541-1580), f° 2 ; f° 26 v°, seul, ce (...)

54Voici l’avis que les chanoines de Saint-Lambert présentèrent en réponse aux propositions épiscopales : « Touchant les luthériens et anabaptistes, leur semble que l’opinion de monsieur le révérendissime est expédiente et nécessaire, priant qu’il soit publié et exécuté, et, quant à la confiscation, qu’elle eust lieu contre ceux qui soient obstinés jusques à la morte et aussy contre ceux qui auroyent abjurez et par après seront relapseis et aussy contre ceux qui seroient fugitifs et contre quelcque sentence seroit rendue ne soit exécutable »66.

  • 67 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 28 v°.

55Quant aux nobles, fidèles à leur attitude intransigeante, ils se déclarèrent « d’avis que ceux qui sont suspects soyent par les inquisiteurs examinez et selon leur délict corrigés, et en cas de confiscation celle doibt appartenir au sieur du lieu où les biens de tels délinquants soyent scituez »67.

  • 68 État noble. Journées d’État, vol. 1, f° 29. — Avis de la ville de Huy, au f°29 v°.

56Les « XXXIJ bons mestiers » de Liége prirent courageusement la défense des familles et se prononcèrent contre la confiscation : « A fait des luthériens, hérétiques et autres semblables, sont containts et désirent que tels gens, le cas bien cognu, soyent corrigés, sauff touttefois la confiscation de leurs biens qui debveront az femmes et enfants, héritiers non coulpables »68.

  • 69 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 351. — Fisen, Sancta Legia..., t. ii, p. 344 (17 août). — Bouille, (...)

57Les plans de Georges d’Autriche sont donc contrariés par les événements. Les États repoussent, avec plus d’énergie qu’en 1541, le principe même de la confiscation69.

58Pour remettre au point son édit général, le prince-évêque ne semble pas s’être adressé alors à Louvain. Décidé à faire admettre que les biens des hérétiques fussent confisqués, il fit appel d’abord au concours d’un illustre théologien du diocèse, Thierry Hezius.

  • 70 H. J. Allard, Dirk Adriaanz van Heeze, dans les Studiën op godsdienstig, wetenschappelijk en lette (...)

59Ancien secrétaire d’Adrien VI, vice-doyen du Chapitre cathédral et inquisiteur, Thierry Ariaans ou Adriani, appelé Hezius du nom de Heeze, son village natal, avait fait ses études à Louvain, où il s’inscrivit au collège du Faucon en 150470. Il fut le disciple, l’ami et le confident du professeur Adrien d’Utrecht, archidiacre du diocèse de Liége, qui devait être bientôt élevé au souverain pontificat sous le nom d’Adrien VI. Hezius suivit à Rome le nouveau pape en qualité de secrétaire. Sans doute eût-il été créé cardinal, si Adrien VI avait régné plus longtemps, mais, après la mort du pape, Thierry Hezius revint à Liége, dont il était chanoine.

60Dès lors son activité tout entière est consacrée au diocèse qui l’a vu naître. Hezius est un théologien averti, pessimiste parfois, un humaniste en renom, correspondant d’Érasme, de saint Ignace, de Giberti, d’Aléandre et des meilleurs esprits du temps. Bruno Loher, chartreux, lui dédie son édition des « Enarrationes » de Lanspergius, Jean Eck son « De purgatorio », et Nicolas van Winghe la traduction flamande de l’« Imitation ». Inquisiteur dès 1529, Hezius découvre sa voie dans ces fonctions ingrates, qui demandent autant de finesse que de fermeté. Il semble même qu’il ait exercé cet office en Flandre et en Brabant.

  • 71 Sur Nicquet, voir plus haut, p. 64.
  • 72 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 ; cfr le n° xiv des Pièces jus (...)
  • 73 Voir plus loin, p. 345-361, l’examen critique du dossier attribué à Hezius et mis en valeur par M. (...)

61Le 20 janvier 1545, Thierry Hezius et Charles de Nicquet, doyen de Sainte-Croix71, étaient nommés inquisiteurs de la foi72. Dès lors, la réorganisation de l’office inquisitorial et la préparation d’un édit général contre l’hérésie furent vigoureusement poursuivies. Les nombreuses notes laissées par Hezius nous éclairent sur ce point et permettent un essai de reconstitution de son travail73.

  • 74 Comme pourrait le faire croire l’expression « commission de l’index » dont use M. Fairon, qui dist (...)

62La tâche de Hezius et de ses collaborateurs était double. Ils devaient, d’une part, préciser les attributions et les pouvoirs des inquisiteurs, de l’autre, rédiger à nouveau l’édit général. Ce second objet était de loin le plus important. Il comportait la nécessité d’une argumentation plus persuasive destinée à enlever le vote des États, même sur l’article litigieux de la confiscation. En outre, l’intention des rédacteurs était d’insérer dans le texte même de l’édit un catalogue de livres prohibés, mais non de publier un index distinct de l’édit74.

  • 75 La lettre débute de la façon la plus claire : « Molimur iamdudum edictum... » ; cfr Fairon, Le pre (...)
  • 76 Fairon, Le premier index..., p. 12.
  • 77 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 30 v°.

63Lorsque Georges d’Autriche écrivit à la faculté de théologie de Louvain pour lui demander ce qu’il fallait penser des œuvres d’Érasme, c’était uniquement en vue de l’édit projeté75. Et quand Hezius priait l’évêque de prendre l’avis de Louis de Schoor, chef et président du Conseil privé des Pays-Bas, c’était encore dans l’intention d’améliorer la rédaction de ce même édit76. Davantage, Georges d’Autriche dira aux États que « la spécification des docteurs réprouveis » caractérise l’édit qu’il leur présentait77.

64Cet édit fut la grande préoccupation de Thierry Hezius en 1545. Il l’entoura de tous ses soins, il le fit bénéficier de l’expérience d’autrui, il n’épargna rien pour le rendre irréprochable.

  • 78 Date de l’envoi du document au scelleur ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 141-155.
  • 79 Le « Conceptus » laisse en blanc le détail des peines : « sub pena... ne propter » ; cfr Fairon, o (...)

65Nous n’en connaissons pas le texte définitif, mais seulement un « Conceptus edicti » antérieur au 19 juin 154578. Ce projet est incomplet, et il n’est pas douteux que le document proposé aux États n’ait présenté quelques variantes d’importance79. Néanmoins, il est intéressant de déterminer ce que les inquisiteurs ont tenté d’obtenir.

  • 80 Fairon, o. c., p. 112.
  • 81 Le document de Hezius, pulié par M. Fairon, o. c., p. 139, fait encore appel à l’autorité d’un « e (...)

66Le « Conceptus edicti » débute par « un long exposé des motifs qui doivent convaincre les États de la nécessité de sanctions sévères »80. Les ordonnances antérieures, pontificales, impériales ou épiscopales, n’ont pu empêcher la propagation de l’hérésie81. Bien plus, la recrudescence du mal a provoqué des exécutions nombreuses ; les prédications suspectes se multiplient ; les livres hérétiques répandent les doctrines nouvelles dans les foyers et jusque dans les écoles. Les hérétiques sont donc les pires ennemis publics et ils doivent être punis plus sévèrement que de vulgaires malfaiteurs. C’est un devoir pour le prince-évêque, comme pasteur des âmes et comme chef de son peuple, d’imposer les remèdes nécessaires.

  • 82 Voir ces propositions dogmatiques dans de Jongh. o. c., p. 81* à 89*. — Le texte abrégé, du 6 déce (...)

67Après ce préambule apologétique, vient un exposé des vérités religieuses qu’il est interdit de mettre en doute, directement ou indirectement, en privé ou en public. Cet exposé s’inspire des propositions dogmatiques adoptées par la faculté de théologie de Louvain, le 8 décembre 1544, et dont un abrégé se trouve dans le dossier attribué à Hezius82. On y lit l’énoncé de la doctrine catholique de l’Église, des sacrements, de la foi, des œuvres, du mérite, du libre arbitre, des vœux, du culte de la Vierge et des saints, du purgatoire et, en général, de toutes les questions controversées. Le projet d’édit énumérait même les thèses hérétiques les plus banales et les plus courantes.

  • 83 « Et quia res infinita ac prope impossibilis foret omnes propositiones erroneas hereticorum nostri (...)
  • 84 L’édit précise même que le crime d’hérésie est plus grave que le crime de lèse-majesté humaine : « (...)

68Le détail des peines était impressionnant par sa sévérité. Non seulement les hérétiques se voient menacés des derniers supplices, mais encore tous ceux qui, « dans leurs mœurs ou leur façon de vivre, se séparent du commun des fidèles »83. L’assimilation du crime d’hérésie au crime de lèse-majesté explique que l’édit prévoie et la mort du condamné et la confiscation de ses biens. Les obstinés comme les relaps devaient périr sur le bûcher. Les repentants non relaps étaient décapités84.

  • 85 Hezius fit ajouter dans le « Conceptus » les Colloquia d’Érasme ; cfr Fairon, o. c., p. 138, 152. (...)
  • 86 Fairon, Un dossier..., p. 152. — Hezius ajouta en marge les noms de Jean Calvin, Henri Bullingerus (...)
  • 87 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210. —La liste de livres publiée par M. Fai (...)

69Un index des livres prohibés complétait cette ordonnance. Il énumérait environ trente écrivains hérétiques, parfois avec les titres de leurs œuvres. D’abord, il ne citait ni Érasme85, ni Calvin86, mais Hezius ajouta lui-même ou fit ajouter ces deux noms illustres à l’index primitif qui s’inspirait d’un semblable catalogue publié en 1540 par l’université de Louvain87.

  • 88 Il n’y a aucune raison de croire que l’index n’ait pu être achevé pour la réunion des États du 29 (...)
  • 89 Il est excessif de dire que l’index n’eut pas de force légale ; cela est vrai seulement des listes (...)

70Comme nous ne possédons pas le texte définitif de l’édit de 1545, il nous est impossible de savoir si l’index du « Conceptus » est complet, ou s’il a été modifié d’une façon quelconque entre le 19 juin et la réunion des États88. Il est probable que ce que nous en connaissons représente l’essentiel de ce qui fut approuvé le 29 décembre89.

  • 90 Fairon, Un dossier..., p. 154.

71Les autres dispositions du projet d’ordonnance ne semblent pas rédigées avec le même soin que les précédentes. Elles prohibent les peintures, portraits et images qui portent au scandale en sapant le respect que les croyants doivent à la Vierge, aux saints, au pape, aux évêques, au clergé ou au peuple fidèle. Ceux qui possèdent de tels objets doivent aussitôt les brûler. Le texte continue par ce souhait : « Et statuantur pene... », ce qui paraît bien indiquer une rédaction provisoire90. De même, des châtiments appropriés, mais non précisés, menacent les audacieux qui brisent les crucifix, les images des saints, ou qui, d’une façon quelconque, manifestent leur impiété.

  • 91 Pour ces points, Hezius s’est peut-être inspiré du « placard » de Charles-Quint, du 26 janvier 154 (...)

72De multiples catégories de contrevenants sont décrites sommairement : ceux qui tiennent ou fréquentent des « conventicules » secrets dans le dessein d’y traiter de la religion ; les laïques qui prêchent publiquement ou secrètement ; les recéleurs, fauteurs, défenseurs, amis et familiers des hérétiques ; ceux qui refusent de dénoncer les coupables ou de témoigner contre eux, qui les excusent et les favorisent91.

  • 92 « ... per summariam informationem » ; cfr Fairon, o. c., p. 154. — Noter que cette expression se r (...)
  • 93 « Et de quibus dubitaverint utrum articulus de quo quis delatus aut convinctus est, sit hereticus (...)

73Enfin, l’édit remet aux justiciers du pays l’information sommaire92, la poursuite et la punition des contrevenants, en les engageant sous les peines les plus sévères à s’acquitter avec zèle et conscience de leur office. En ne précisant pas la qualité des justiciers chargés d’appliquer les prescriptions de cette ordonnance, ses auteurs montraient clairement qu’ils s’adressaient aux juges laïques comme aux juges ecclésiastiques. Ce qui confirme cette manière de penser, c’est le conseil donné par le même document aux juges scrupuleux, s’ils hésitent davant une proposition suspecte, de s’en référer aux inquisiteurs de la foi, à Liége93.

  • 94 Distinction admise par l’évêque de Liége dans le concordat de 1541 ; voir p. 134. — Fairon, o. c., (...)

74D’ailleurs, la précision des termes de l’édit, le luxe de ses détails et le dénombrement des thèses hérétiques permettaient à la justice séculière de poursuivre les suspects du chef de contravention à tel ou tel point de l’ordonnance. En cela, Hezius ne faisait qu’appliquer à son tour l’ingénieuse distinction entre le crime d’hérésie et celui d’infraction aux lois94.

  • 95 Halkin, o. c., p. 285.
  • 96 Voir des notes antérieures relatives au même sujet, dans Fairon, o. c., p. 138, 139 (le texte en i (...)
  • 97 « Quicumque hec non fecerint, casu quo postea deprehendantur, iudicabuntur et punientur ut relapsi (...)
  • 98 Réserve faite des hérétiques qui tomberaient dans l’hérésie après l’expiration du délai de grâce.

75Le dernier article n’est qu’indiqué dans le projet d’édit. Il est consacré au pardon à promettre à ceux qui feraient spontanément l’abjuration de leurs erreurs dans un délai à fixer. Pareille mesure de clémence avait été prise déjà en 153395, et Thierry Hezius accordait une grande importance à cette amnistie96. L’inquisiteur y voyait le moyen d’entraîner la conversion des hérétiques sans répandre le sang. De plus, en promettant le pardon aux abjurants volontaires, Hezius ne s’attribuait pas seulement le bénéfice moral d’une attitude pleine d’humanité. Par là, il trouvait en outre un procédé commode pour effrayer les suspects et hâter leur abjuration ; ceux qui auraient méprisé le temps du pardon mériteraient d’être punis comme des hérétiques pertinaces97. En d’autres termes, les contrevenants ne pouvaient plus hésiter qu’entre l’amende honorable ou le bûcher98.

  • 99 Fairon, o. c., p. 156-160.

76Ce projet latin d’édit est complété par une longue note de Hezius amendant la version française du même édit, version qui, à en juger par les quelques fragments conservés, différait légèrement lu « Conceptus »99. La note de l’inquisiteur est précieuse car elle aide à reconstituer le document présenté aux États du pays.

  • 100 Indiquées de A à M, plus Φ, plus trois articles ajoutés p. 159 et 160.— La lettre D, p. 157, se ra (...)
  • 101 La lettre E se rapporte à un passage antérieur au passage corrigé par la lettre D et postérieur au (...)
  • 102 Fairon, o. c., p. 153.
  • 103 Fairon, o. c., p. 157.
  • 104 Fairon, o. c., p. 158.
  • 105 Au mépris donc des privilèges des Liégeois en matière d’arrestation préventive ; cfr Fairon, o. c. (...)
  • 106 Fairon, o. c., p. 160.

77Les amendements de Hezius portent sur seize articles100. Ils modifient l’ordre de l’édit101 et en précisent les termes, surtout dans l’expression des sanctions. Le « Conceptus » avait proscrit les livres religieux non approuvés « ab universitate aliqua »102. Le texte français cite explicitement l’université de Louvain ; dans la note, Hezius complète : « et par Sa Majesté quant en icelle est, vel à luy, seu à icelle comme principal protecteur, garde et conservateur de la dicte foy et religion... »103. Hezius suggère aussi de frapper de peines pécuniaires les possesseurs de livres prohibés104. Il va plus loin en proposant d’assimiler aux suspects les chrétiens qui n’obéissent pas aux lois générales de l’Église, par exemple en n’assistant pas à la messe dominicale, en ne s’approchant pas des sacrements, ou en ne respectant pas le jeûne et l’abstinence. Tout au moins, l’inquisiteur exige-t-il que ces brebis galeuses soient punies dans leurs biens. En ce qui concerne la poursuite et la répression, Hezius insiste sur la collaboration, non seulement des curés à qui il appartient de recevoir les dénonciations, mais aussi de tous les officiers de la principauté qui doivent prêter assistance aux inquisiteurs, arrêter et garder dans les prisons de leur ressort ceux qu’ils auront ordre d’appréhender105. Enfin, de nouveaux articles, — sur lesquels nous ne sommes malheureusement pas renseignés, — prévoyaient, d’une part, l’application de l’édit aux régions du diocèse soumises à l’autorité temporelle de princes étrangers, d’autre part, la protection des inquisiteurs et des justiciers contre les rebelles106.

  • 107 Fairon, o. c., p. 134-135. — Sur la date que j’attribue à ce document, voir p. 360.
  • 108 Sur la réorganisation de l’office inquisitorial, voir plus loin, p. 141, et Fairon, o. c., p. 135- (...)
  • 109 Le texte n’est pas explicite : « Item de dispensatione super etate », mais il ne peut avoir d’autr (...)

78Un dernier « Memoriale » de Thierry Hezius est destiné à perfectionner l’organisation de l’inquisition et à faciliter la répression107. Il y est question de députer des inquisiteurs dans le diocèse, en dehors de la principauté, à Bois-le-Duc, Louvain, Bréda, en Juliers et en Gueldre. La confiscation y apparaît, mais comme un moyen de subvenir aux frais de l’inquisition. Enfin, Hezius s’y préoccupe de points pratiques, qui ne relevaient pas de l’ordonnance en préparation, mais plutôt de la réorganisation de l’office inquisitorial108, tels son souci de garder les prisonniers dans des lieux séparés, ou encore de diminuer le nombre des dispenses d’âge canonique trop facilement accordées aux bénéficiers109.

  • 110 Hezius suivait en cela l’exemple de Charles-Quint et comptait sans doute sur l’importance accordée (...)
  • 111 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 123.

79Par contre, c’est bien en vue de l’élaboration de l’édit contre l’hérésie, ou tout au moins de son application, que Hezius note qu’il faudra obtenir le pouvoir de déférer aux cours séculières, dès leur première faute, les hérétiques découverts par l’inquisiteur110. De cette façon, écrit-il, ils ne pourront pas, au prix d’une abjuration facile, retomber dans leurs erreurs ou dans des erreurs plus grandes. En écrivant ces lignes, Hezius voulait stigmatiser la faiblesse de l’organisation répressive de son temps ; on a vu, en effet, que le « Conceptus », pour remédier à cet état de choses, prévoyait la décapitation pour les abjurants non relaps. Toutefois, Hezius ne renonçait pas à la clémence promise aux abjurants volontaires. Mais sa sévérité se manifeste aussi dans la prétention qu’il exprime de suspendre de ses fonctions, jusqu’à sa justification ou jusqu’à la fin de son procès, tout curé, vicaire, prédicateur ou confesseur très suspect. Une note laconique fait allusion au récent mandement impérial contre les protestants réfugiés à Wesel, sans doute pour s’en inspirer dans l’édit liégeois en préparation111. Les documents du Conseil privé s’arrêtent là, mais nous en savons assez pour deviner le travail de mise au point qui incombait encore aux rédacteurs de l’édit, et à Thierry Hezius tout particulièrement. Il fallait reprendre le projet d’édit, le corriger, le compléter, expliciter les points qui n’étaient qu’indiqués, soumettre l’ensemble au Conseil, au prince et à l’avis peut-être de théologiens étrangers.

  • 112 29 décembre disent les Archives des États ; 31 décembre écrit Chapeaville, o. c., t. iii, p. 354. (...)
  • 113 État noble. Journées d’États, vol. 1, fos 30 v° et 32. — Le texte des Archives de Saint-Trond préc (...)

80Aux États réunis à Liége le 29 décembre 1545112, Georges d’Autriche fit les propositions suivantes : « A surplus, suivant l’advis de nostre précédente journée, au fait d’informer le simple peuple en croire [ ?] suivant la tradition de nostre mère la sainte Église, nous avons fait par advis de nostre Conseil et de plusieurs gens de bien, professeurs en théologie, redigié par forme de mandement les dittes conclusions, vous avisant d’exécuter les painnes contre les contraventeurs... Il y at ung édict conceu touchant les poincts de la religion contre les éréticques, ensemble la spécification des docteurs réprouveis »113.

81Nous pouvons nous imaginer l’émotion suscitée lorsque le prince exposa que la confiscation des biens figurait au nombre des « painnes contre les contraventeurs ». Un accord sur ces bases était impossible. La dialectique de Thierry Hezius, les arguments exposés devant les trois Ordres par le prince ou par ses représentants ne réussirent qu’à affermir les convictions du Tiers qui, à la précédente journée, avait refusé d’inscrire la confiscation des biens dans les lois pour la répression de l’hérésie.

  • 114 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 32 v°.

82Le Chapitre cathédral lui-même ne cacha pas son souci de respecter les privilèges des villes : « Touchant le fait contre les éréticques, [les chanoines de Saint-Lambert] sont d’advis de publier l’ordonnance conceue, sauff que rien ne soit attenté au préjudice des privilèges et liberté de la Cité et villes du pays »114.

  • 115 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 33. — Le texte cité des Archives de Saint-Trond montre qu (...)

83Les nobles, que l’on avait vus, en 1544 encore, disposés à faire fi des libertés du peuple pour s’assurer le bénéfice des confiscations, parlèrent cette fois sur un tout autre ton : « Touchant les héréticques, disent que tous doivent estre corrigeis et leurs biens dénomer à leurs femmes et enfants, mais s’ils estoyent fugitive et ne se purgeants de tel hérésie, l’on pouroit confisquer leurs biens à proffit du prince et des vassaux »115.

  • 116 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549). — Tihon, o. c., p. 162.

84Après de telles déclarations, le programme catégorique et radical que le Tiers-État allait défendre ne peut étonner : « L’advis de ceux de la Cité et des villes, porte le compte-rendu de la session, est conforme à celuy que sur cestuy affaires ont doné messieurs de la vénérable, et que Sa Grâce révérendissine, comme prince et vray pasteur cathédral, à telz pérylles pourvoie, faisant telz mandement et édits partout soigneusement publier, etc.. salvant toujours les privilèges, franchieses et libertés de la Cité et du pays, et suivant la responce que sur ce fut, à la dernière Journée des Estats en ceste Cité tenue, par la Cité faicte »116.

85En rappelant à l’assemblée les décisions antérieures de la Cité de Liége, les bonnes villes affirmaient brutalement leur complet accord avec la représentation démocratique de la capitale, et rejetaient définitivement la menace de confiscation.

  • 117 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 34.

86Pour Hezius et ses amis, les derniers termes de cette réponse furent sans doute les plus durs à supporter. L’attitude du Tiers-État dut enlever aux partisans de l’édit leurs dernières illusions. Bien plus, les autres Ordres se rallièrent à la résolution équitable des villes, pas l’« advis et modération » dont voici l’essentiel : « Ont persisté emprès la résolution du Chapitre touchant le fait de chastier les héréticques, mais, quand à la confiscation des biens, ont déclaré que les dits biens de tels personaiges eschastié debveront retourner az femmes et enfans et prochain amis, abolissant le rest du dit article »117.

  • 118 Lenoir, o. c., p. 44. — Daris, o. c., p. 149. — Tihon, o. c., p. 162. — Les archives du Conseil pr (...)

87La défaite des auteurs du projet de loi était consommée. La confiscation, pas plus que l’arrestation immédiate sur l’ordre des inquisiteurs, ne sera inscrite dans l’édit de 1545. L’édit n’en fut pas moins publié et il est permis de penser qu’il reproduisait, à quelques articles près, le projet présenté à l’assemblée par George d’Autriche118.

  • 119 Voir p. 106.

88Les États admirent peut-être même l’assimilation théorique de l’hérésie au cas de lèse-majesté, comme ils l’avaient fait en 1527, mais ils eurent soin, cette fois, de détruire à l’avance les effets juridiques de la concession en proclamant l’intangibilité des privilèges119.

89Malgré les limitations qu’y avait introduites l’opposition des États, cet édit était habile et fort. En consacrant la distinction du crime d’hérésie et du crime d’infraction aux lois, il armait efficacement les tribunaux séculiers. Rédigé par un inquisiteur, avec la collaboration d’un officiai, il avait bénéficié de l’expérience de théologiens et de juristes.

  • 120 Il n’est même pas cité par Lonchay, o. c., p. 41, qui attribue à Georges d’Autriche (mort en 1557) (...)

90L’édit de 1545 est le plus important de tous ceux que promulguèrent les princes-évêques depuis la mort d’Érard de la Marck jusqu’aux premières années du règne d’Ernest de Bavière120.

  • 121 Fairon, o. c., p. 117. — Fairon, La répression..., p. 287.
  • 122 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 2 v°. — En 1548, Georges d’Autriche se contenta de demand (...)
  • 123 Voir p. 113.
  • 124 État noble. Journées d’États, vol. 2 (1541-1590), f° 1 ; vol. 1 bis, f° 2.

91On a écrit, récemment et à deux reprises, que, le 14 décembre 1548, le prince remit vainement « à l’ordre du jour des États un statut général en vertu duquel les biens meubles et immeubles des hérétiques condamnés à mort ne pourraient plus être transmis par aliénation, cession, dispositions testamentaires, etc., nonobstant tous privilèges contraires »121. A première vue déjà, cette affirmation ne cadre point avec ce que nous savons de l’évolution caractéristique de l’organisation répressive. Le recours aux manuscrits justifie cette défiance et transforme en certitude ce qui n’était qu’une présomption d’erreur. Un texte de ce genre porte en effet dans les archives des États la date de 1548, mais avec ce contexte : « Cornelis de Berghes. 1541. Premier, le prince, pour lors le révérendissime Cornélis de Berghes, par sa proposition du XIIIJe de décembre XVcXLVIIJ... »122. Or, Corneille de Berghes, qui n’était plus évêque de Liége en 1548, a présidé une journée d’États le 14 décembre 1541, comme il a été dit plus haut123. En outre, deux autres manuscrits nous donnent le procès-verbal des mêmes réunions d’États ; ils portent la seule date possible : 1541124. Ce soi-disant retour sur la question de la confiscation n’est donc que le rappel erroné d’un essai antérieur.

  • 125 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 50. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 375, en accord avec (...)

92Le fameux édit de 1545 n’avait été publié par les États qu’après une longue lutte. Le prince-évêque avait dû reconnaître et respecter les privilèges de ses sujets. Dix ans plus tard, il fit effort pour augmenter le pouvoir de ses inquisiteurs aux dépens de celui des villes. Je ne sais si l’initiative en appartient à Georges d’Autriche lui-même, ou à Thierry Hezius, ou peut-être à Charles-Quint, comme le prince l’insinue prudemment dans la proposition qu’il lut aux États du 7 mars 1555 : « Nous sommes advertis et scavons la menné des héréticques qui croissent en cestuy pays et noz voisins. Sy ferons procéder en toutte righeur contre iceux par noz inquisitions à quoi appartient seullement la cognoissance, sans attaindre que par acquest [enquête] laïcale appréhension soit décrettée, car l’empereur nous admoneste au dit chastoy, qui nous at meu icy toucher ces mots, et partant avons délibéré de retiré nostre édict de l’an XLIJ » [lisez XLV]125.

  • 126 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 51.

93L’évêque fut pleinement approuvé par les membres de l’État primaire qui « louent l’intention de Sa Grâce touchant le chastiment des hérétiques, et, quant au poinct de confiscation de leurs biens, sont d’avis que les biens des fugitives et que la disposition demeure à Sa Grâce et ses États, et qu’ils ne soyent en cestuy pays sustenus »126.

  • 127 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 51 v°. — Pour cette date, calculée d’après le style de No (...)

94Les nobles, au contraire, maintinrent leurs positions antérieures : « Quant au chastiment des hérétiques, treuvent expédient qu’ils soyent corrigés et chastiés comme ils ont résolu à la journée de l’an XLVJ » [n. st. 1545]127.

  • 128 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1550-1567). — Tihon, o. c., p. 163.

95Quant aux villes, elles exigèrent que la correction des luthériens et anabaptistes se fît conformément aux décisions des États de 1545, et « comme l’on at faict de temps feu de noble mémoire monseigneur le cardinal »128.

  • 129 Interprétation abusive de cette session des États, dans Lonchay, L’inquisition au pays de Liége, d (...)
  • 130 A moins d’admettre avec Chapeaville, o. c, t. iii, p. 375, que les biens des fugitifs n’aient été (...)

96Ce ferme langage eut raison des dernières prétentions de l’évêque et de l’inquisition129. Désormais, il était permis moins que jamais de mettre en doute le droit des bourgeois de n’être jugés « appréhensibles » que par « loi » et « franchise », et la menace de la confiscation ne pesait plus sur le pays130.

97La même année, Thierry Hezius mourait, témoin impuissant de la politique libérale de ses compatriotes. Georges d’Autriche lui survécut deux ans, mais il ne manifesta plus aucune velléité d’arracher des concessions aux États de la principauté. Il se contenta de ne pas proposer la publication de la Paix d’Augsbourg.

  • 131 Sur la Paix d’Augsbourg, voir K. Brandi, Der Augsburger Religionsfriede vom 25. September 1555, pa (...)

98Par cette célèbre ordonnance, Charles-Quint, le 25 septembre 1555, avait reconnu aux princes de l’empire le droit d’opter pour la religion catholique ou pour la religion luthérienne. Le choix de la confession n’était pas laissé aux particuliers, mais aux seuls princes territoriaux : leurs sujets devaient embrasser la religion du chef de l’État ou s’expatrier. La Paix leur garantissait un délai pour vendre leurs biens avant de prendre la route de l’exil131.

  • 132 Sur l’application à Liége de la Paix d’Augsbourg, lire de bonnes appréciations dans Lonchay, Les é (...)
  • 133 En 1582 seulement, la Paix fut proclamée à Liége. — C’est donc par erreur que M. Pirenne, o. c., t (...)

99La Paix d’Augsbourg, si elle avait été approuvée par les États de Liége, n’aurait pas modifié considérablement le régime répressif, puisque le prince-évêque était, par vocation peut-on dire, le défenseur de la tradition romaine132. Ce que Georges d’Autriche pouvait lui reprocher, c’était d’accorder à l’hérésie les mêmes droits qu’à la religion catholique. On comprend dès lors que les accusés liégeois aient fréquemment invoqué la Paix d’Augsbourg dont ils opposaient l’intention tolérante à l’intransigeance dogmatique des juridictions de la principauté épiscopale. De plus, la Paix impériale prévoyait un délai avant l’exil volontaire. Je pense que Georges d’Autriche trouva là un nouveau motif pour en éluder la publication qui fut indéfiniment différée133.

***

100Dans les villes de la principauté et du comté de Looz, nous ne trouvons pas trace d’ordonnances locales en matière d’hérésie. Les lois générales du pays armaient suffisamment les justiciers et il n’y avait pas lieu d’en demander d’autres.

101Quelques mandements néanmoins avaient pour mission d’effrayer les blasphémateurs par le détail impressionnant de leurs peines.

  • 134 J. Gessler, Bier-artikelen uit een Diepenbeeksche ordonnantie van 1545, dans Limburg, t. vii, p. 2 (...)

102Une ordonnance de Diepenbeek, en 1545, fulminait contre ceux qui jurent ou blasphèment, l’amende d’un florin à appliquer à l’entretien des chemins134.

  • 135 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. ii, 1593 (Munters), fos 87, 87 v°

103A Curange, le 11 avril 1539, il fut arrêté, dans l’église même, sur avis du curé, de l’écoutête, des échevins, des jurés et de la communauté, de punir les blasphémateurs de la façon suivante. Pour leur première faute, les coupables avaient le choix entre un pèlerinage expiatoire à Saint-Servais de Maestricht, l’offrande d’un cierge d’une livre à Sainte-Gertrude de Curange, ou deux jours de prison. Les blasphémateurs convaincus une deuxième fois, une troisième, une quatrième et une cinquième fois, étaient menacés de voyages de pénitence à Aix, Duren, Cologne et Trèves, ou imposés d’un cierge de deux, trois, quatre et six livres, ou enfin détenus durant quatre, six, huit et seize jours, selon le cas. Les pèlerinages ne pouvaient être rachetés puisque le patient devait en rapporter l’attestation écrite de son passage. S’ils préféraient la prison, les blasphémateurs y étaient nourris au pain et à l’eau, et à leurs frais. En outre, les paroissiens qui ne dénonceraient pas les délinquants se voyaient punis des mêmes peines. Cette curieuse ordonnance fut lue aux deux messes dominicales, le 13 avril suivant135.

  • 136 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 2e s., t. i, p. 161. — L. Crahay, Coutumes du comté de L (...)

104La réformation du droit lossain, en date du 14 mars 1548, renfermait des dispositions analogues. Mais, ici, les pèlerinages se font seulement à Aix, Cologne et Trèves, et les blasphémateurs peuvent s’en dispenser au prix d’une amende de neuf, dix-huit ou vingt-sept patars, à appliquer par tiers à l’église du lieu, au seigneur et au dénonciateur136.

105Il y eut sans doute d’autres règlements de ce genre publiés ça et là dans la principauté. Soyons heureux que ceux-ci nous aient conservé les prescriptions savoureuses que l’on vient de lire.

***

106Le diocèse de Liége, on le sait, s’étendait, dans les Pays-Bas, au comté de Namur, au duché de Limbourg et à d’importantes parties du comté de Hainaut, des duchés de Luxembourg et de Brabant. Plus au Nord, Gueldre et Juliers ressortissaient aussi, pour bon nombre de leurs paroisses, au diocèse de saint Lambert.

  • 137 Sur ces conflits, voir p. 191 sv.

107Il convient dès lors de faire une place à la répression de l’hérésie dans ces régions où le pouvoir spirituel de l’évêque subsistait malgré d’épineux conflits de juridiction137. Cette étude permet de comparer, dans les limites du diocèse, la législation répressive de l’hérésie dans la principauté et hors de la principauté.

108L’histoire de la répression dans les Pays-Bas est relativement bien connue. Des textes nombreux et des dissertations serrées illustrent ces pages, les moins glorieuses des fastes belges.

  • 138 Pirenne, o. c., t. iii, p. 370. — Le mot « placard », synonyme d’édit, est consacré par l’usage.
  • 139 Voir plus loin, p. 157.
  • 140 de Jongh, o. c., p. 182, n. 4.

109Ce serait cependant une erreur de croire que les édits de Charles-Quint, — les célèbres « placards », — ont été appliqués à la lettre. L’outrance de leur sévérité compromit les résultats que l’empereur en attendait138. Leur publication régulière ne fut même pas toujours respectée139, et l’inquisiteur Tapper osait demander qu’un édit fût « adouci » pour qu’on pût enfin l’appliquer140.

  • 141 Poullet, Histoire du droit pénal dans le duché de Brabant..., p. 60, 61.

110En outre, la distinction capitale, établie entre le crime contre la foi et le crime contre la loi, dominait toute la jurisprudence141.

  • 142 de Damhoudere, o. c., p. 103.

111Damhoudere, témoin des difficultés de la répression, écrivait alors au sujet de l’hérésie que « le procès, faict le juge ecclésiastique, et le juge séculier faict l’exécution. Toutefois nostre présente coustume et usance nous a ad ce rapporté que tous juges séculiers communément ne prendrent ou acceptent pas seullement l’exécution mais aussi congnoissance des causes et prononciation de la sentence en crime d’hérésie »142.

  • 143 Poullet, o. c., p. 70, 71.

112Les édits impériaux avaient, en effet, fait la part belle à la justice laïque. Dès 1529, Charles-Quint inaugurait un système de répression dont le moins qu’on puisse dire est qu’il était « draconien, absurde, antijuridique, cruel dans sa simplicité » puisque la mort et la confiscation des biens y étaient prévues pour tous les hérétiques143.

  • 144 C’est pour assurer une meilleure application de ses « placards » que Charles-Quint, le 27 janvier (...)
  • 145 L. P. Gachard, Correspondance de Guillaume le Taciturne, t. vi, p. 359. — Voir une appréciation de (...)

113Ainsi qu’il a été dit plus haut, les juges se refusèrent à appliquer ce code féroce. Néanmoins, l’empereur, — comme après lui Philippe II, — persista dans sa sévérité144. Un des grands hommes d’État de ce temps, Viglius, nous a rapporté une scène caractéristique qui eut le Conseil privé pour théâtre : « En l’an cinquante, écrit-il, fut proposé que aussy repentans debvoyent morir. Le président dict lors que cela ne se povoit faire, estant contre le droict canon, ne fermant l’Église le giron aux repentans ; toutefoys, l’empereur le voulut ainsy, pour les simulations qu’il y a aux repentans ; nonobstant que le président dist que prestaret nocentem dimittere quam innocentem condemnare »145. Ce trait oppose à merveille la largeur de vues du ministre et l’intransigeance du souverain absolu pour qui, — au contraire de ce qui se passait dans la démocratique principauté de Liége, — le pouvoir législatif des États ne comptait pas.

  • 146 24 janvier 1539 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 104.— 27 janvier 1555 (...)
  • 147 27 janvier 1555 ; cfr Recueil..., 2e s., t. vi, p. 412.

114Ce n’est qu’occasionnellement que les « placards » promettent la clémence aux abjurants, en excluant d’ailleurs a priori les anabaptistes, les relaps et ceux qui font déjà l’objet d’une poursuite146. Parfois aussi, la peine de la confiscation est levée, mais temporairement147.

  • 148 Recueil..., 2e s., t. v, p. 117. — Sur l’application défectueuse de cet édit, voir plus loin p. 15 (...)

115Le 23 décembre 1544, un mandement déterminait le mode de publication de l’ordonnance du 22 septembre 1540 : deux fois par an, lecture publique devait en être donnée148.

  • 149 Recueil..., 2e s., t. v, p. 120.
  • 150 Recueil..., 2e s., t. v, p. 227 ; t. vi, p. 85. — Henne, o. c., t. iv, p. 104 ; t. ix, p. 97. — E. (...)

116Le 26 janvier 1545, un nouveau mandement défendait de prêter asile ou assistance aux fugitifs149. Les fonctions et les pouvoirs des inquisiteurs furent réglementés par l’ordonnance du 28 février 1546 ; les réclamations des inquisiteurs obtinrent la révision de ce document, véritable code de l’inquisition, qui ne fut publié que le 31 mai 1550150.

  • 151 Recueil..., 2e s., t. vi, p. 55, 110. — Gachard, Correspondance de Philippe II, t. i, p. cvi.

117Ce « placard », ainsi que les édits perpétuels du 28 avril et du 25 septembre 1550, abrogèrent virtuellement la législation antérieure en faisant des inquisiteurs les auxiliaires des magistrats criminels. Ces documents prévoyaient la peine de mort, par le feu, le fer ou la fosse, pour ceux qui vendaient, copiaient ou recevaient des livres hérétiques ou des images impies, qui brisaient ou effaçaient les images des saints, qui tenaient ou permettaient des conventicules, qui disputaient sur les Saintes Écritures, qui soutenaient d’une façon quelconque les doctrines réprouvées. Le dernier édit, très long et très détaillé, ordonnait en outre de prêter assistance aux juges ecclésiastiques et de dénoncer les suspects, mais il n’y était plus nommément question d’inquisiteurs151.

  • 152 Terlinden, Liste chronologique provisoire des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Philippe (...)
  • 153 Hubert, o. c., p. 36.
  • 154 Willocx, L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la principauté (...)

118Lorsque Philippe II succéda à son père dans le gouvernement des Pays-Bas, il maintint et confirma les décisions paternelles. Le 9 février 1556, il avertissait les auteurs de « paroles infâmes, deshonnêtes et abominables »152. Le 20 août, il « renouvelait » l’édit perpétuel du 25 septembre 1550153. La cruauté de la répression sous le règne de Philippe II s’explique surtout par la volonté de faire respecter, mais d’une façon stricte et implacable, les édits impériaux. La résistance des provinces belges fut vive et parfois victorieuse, particulièrement en Brabant154.

  • 155 Voir ces édits dans le Recueil des ordonnances des Pays-Bas et dans Terlinden, o. c., passim.
  • 156 Recueil..., 2e s., t. iv, p. 210. — Reusch, Die Indices librorum prohibitorum..., p. 25.

119Parmi les nombreux édits de Charles-Quint et de Philippe II, de 1538 à 1557, la plupart concernent les livres hérétiques, les libraires, les imprimeurs. Presque chaque année, défense était faite de lire les auteurs réprouvés dont plusieurs index avaient fait connaître les noms155. Le 10 juillet 1540, une ordonnance impériale prescrivait de saisir les livres dangereux pour la foi « entre autres les libvres nagaires condampnez par nostre fille l’université de Louvain »156.

  • 157 2 mars 1543 ; cfr Recueil..., 2e s., t. iv, p. 430.
  • 158 9 mai et 30 juin 1546 ; cfr Recueil..., 2e s., t. v, p. 253, 307.— Reusch, o. c., p. 27.
  • 159 26 mars et 29 avril 1550 ; cfr Recueil..., 2e s., t. vi, p. 55.

120D’autres listes de livres furent publiées, en 1543157, 1546158 et 1550159, sous forme d’index.

  • 160 Le concordat fut publié en 1544 ; l’édition la plus récente, celle du Recueil des ordonnances des (...)

121En matière d’hérésie, le pouvoir épiscopal se heurtait aux prétentions du souverain des Pays-Bas. On comprend que l’empereur ait supporté malaisément l’intrusion d’une juridiction étrangère et qu’il se soit efforcé de limiter la compétence des juges ecclésiastiques, les officiaux de Liége et de Diest. Le concordat du 18 août 1541, qui s’occupait de la répression de l’hérésie, entre beaucoup d’autres choses, fixait comme suit les prérogatives de l’évêque de Liége et du prince, c’est-à-dire de Charles-Quint, en tant que duc de Brabant et comte de Namur : « De crimine heresis cognoscet episcopus solus, salva principi prerogativa sua quoad inquisitorem per eum a sede apostolica impetratum vel impetrandum, salva etiam eidem principi apprehensione et detentione personarum de heresi suspectarum, necnon annotatione et confiscatione bonorum de heresi condempnatorum, ex quibus episcopus moderatas expensas habebit si de crimine heresis cognoverit, reservata etiam eidem principi punitione eorum qui contra prohibitionem suam asserunt propositiones iam ut hereticas condempnatas aut quid aliud contra mandata seu prohibitiones faciunt ad iuvandum negotium fidei, facta vel factas »160.

  • 161 Bonnes observations, à ce sujet, dans Van Hove, o. c., p. 141, 142 ; — Tihon, o. c., p. 207, 208 ; (...)
  • 162 M. Van Hove, o. c., p. 141, remarque que le juge ecclésiastique conserva le droit de procéder conc (...)
  • 163 Évidemment le blasphème, le sortilège, etc., étaient du ressort exclusif du juge séculier, dans le (...)

122Il est curieux de remarquer que la formule initiale, qui paraît accorder satisfaction aux exigences épiscopales, est suivie de multiples restrictions qui diminuent singulièrement le rôle des représentants de l’évêque161. C’est ainsi que l’official de Liége devait céder le pas à l’inquisiteur de l’empereur et abandonner au pouvoir concurrent l’arrestation des suspects, leur détention, la confiscation de leurs biens162. Charles-Quint obtint davantage encore par la dernière clause du paragraphe cité plus haut. Désormais, la distinction du crime d’hérésie et du crime de contravention aux édits impériaux s’imposait officiellement à la juridiction épiscopale et lui enlevait la connaissance de la majorité des cas d’hérésie163. Il ne restait à l’évêque que la promesse d’une indemnité pour frais de justice.

123Une grave omission dans le texte adopté devait entraîner de nombreuses difficultés. Le concordat ne précisait pas la conduite à tenir à l’égard des clercs hérétiques. Dès lors, l’interprétation étroite de l’article unique consacré à la répression de l’hérésie pouvait entraîner les juges séculiers des Pays-Bas à revendiquer, contre le droit canon, la connaissance des causes de tous les hérétiques, clercs ou laïques.

  • 164 Sohet, o. c., traité préliminaire, titre iv, art. 82-85. — On voit la différence entre les précisi (...)

124En résumé, le concordat faisait de l’hérésie un crime du for ecclésiastique quant à l’appréciation de la doctrine, un crime du for séculier quant à la contravention aux « placards », un crime du for mixte quant à l’application des peines164.

***

125Lorsque l’on considère dans leur ensemble la législation liégeoise en matière d’hérésie et celle des Pays-Bas, quelques remarques s’imposent à l’observateur critique.

126Il faut tout d’abord noter que les divers mandements promulgués contre l’hérésie ne se résument point en formules nettes et indiscutables ; chacun d’eux supporte plusieurs acceptions.

127Aux Pays-Bas, la répression, plus dure et plus sévère, est précisée par des édits plus nombreux. Les tribunaux laïques y paraissent prépondérants, mais ce n’est là qu’un aspect assez trompeur des luttes juridictionnelles qui opposèrent les évêques de Liége et les souverains du Brabant ou de Namur, ses diocésains. Si les Pays-Bas ont diminué autant qu’ils le purent l’influence des officialités, ce ne fut pas parce qu’elles étaient ecclésiastiques mais parce qu’elles étaient étrangères. Le concordat de 1541 laissait de larges pouvoirs aux inquisiteurs pourvu qu’ils fussent ceux de l’empereur.

128Dans la principauté, au contraire, les judicatures séculières l’emportent nettement sur les spirituelles, et les échevinages sur l’officialité. Il convient cependant de noter que l’inquisition, qui fonctionnait dans le diocèse bien avant la Réforme, joua un rôle plus important d’année en année dans la répression du protestantisme.

129A Liége même, ce n’est pas seulement la « loi », la cour souveraine des échevins, qui triomphe : la représentation communale, la « franchise », fait entendre sa voix et impose son intervention.

  • 165 La situation caractéristique de la principauté de Liége apparaît mieux, en ce qui concerne la conf (...)

130Le code liégeois de la répression revêt avant tout un aspect démocratique. Les États du pays, — guidés par les métiers de la capitale,— rejettent de plus en plus résolument la confiscation des biens et sauvegardent la liberté individuelle, au prix d’efforts persévérants165.

  • 166 Lonchay, Les édits..., p. 49.

131Néanmoins, Pays-Bas et principauté de Liége, au xvie siècle, sont franchement unis pour la défense de la foi comme pour celle du territoire166. Dès avant la signature du concordat, et tout au début du règne de Corneille de Berghes, le 29 juin 1538, les États de Liége décident de faire appliquer dans le pays les « placards » impériaux. Ce nouvel hommage rendu par le vassal au suzerain ne peut étonner. Liége gravite alors dans l’orbite impériale, et c’est à Bruxelles qu’il faut chercher le ressort de sa politique.

132Dans la principauté, comme dans les Pays-Bas, règne la distinction capitale établie entre le crime d’hérésie et celui de contravention aux édits. La différence des régimes juridiques imposés aux suspects n’est pas le fait d’une largeur de vue propre aux évêques de Liége. Seuls, les États du pays ont eu le souci d’une certaine modération dans la répression de l’hérésie.

133L’examen des procès de religion montrera comment les juges interprétaient les lois et se faisaient de la tolérance une idée qui n’a rien de moderne.

Notes

1 Lonchay, Les édits des princes-évêques de Liége en matière d’hérésie au xvie siècle, dans les Travaux du cours pratique d’histoire nationale de Paul Fredericq, t. i, p. 25-50, Gand, 1883.

2 A ces articles, déjà cités, de É. Fairon et L.-E. Halkin, ajouter les mémoires, cités aussi plus loin, de Tihon et de Poullet. — J’ai pu consulter une collection de copies prises aux Archives de l’État à Liége par l’archiviste Schoonbroodt ; cette collection appartient à la Société d’histoire du protestantisme belge.

3 Je suivrai de préférence le vol. 1 (1541-1605).

4 F. Straven, Les archives des trois États de l’ancien pays de Liége, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxii, p. 18-26, Bruxelles, 1903.

5 A. Habets, Het land van Loon en de Geldersche succesieoorlog, dans les Limburgsche bijdragen, t. ii, p. 66 sv., Hasselt, 1904.

6 É. Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545), dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 99-160, Bruxelles, 1924. — Idem, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 1-16, Anvers, 1925. — M. Fairon a aussi publié une conférence, sans références détaillées : La répression de l’hérésie et la question constitutionnelle dans la principauté de Liége au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 1930, p. 276-299.

7 Voir cet examen préalable à l’Annexe C.

8 Sur tout ceci, voir L.-E. Halkin, L’hérésie et sa répression au pays de Liége avant la Réforme, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xliii, p. 105-127, Tongres, 1929.

9 Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel dans l’ancienne principauté de Liége, p. 624, Bruxelles, 1874. —Il est difficile d’adopter sur ces questions l’attitude négative et exclusive de Poullet, l. c., suivi par M. C. Tihon, o. c., p. 137, car, en 1533, nous voyons les enquêtes ordonnées par le maïeur de Dinant aboutir à un procès devant échevins, bourgmestres et jurés ; cfr Archives de l’État a Liége, Officialité. Sentences, vol 20, f° 37 v°. — Raikem, La liberté individuelle et l’inviolabilité du domicile dans l’ancien pays de Liége, p. 44, Liége, 1862.

10 Comme nous le verrons, il y avait à Diest un officiai pour le Brabant. — Sur l’officialité en général, voir p. 194 sv.

11 Hors le cas de flagrant délit ; cfr Raikem, o. c., p. 36.

12 S. Bormans, Recueil des ordonnances du pays de Liége, ie s., t. i, p. 754. — M. C. Tihon, o. c., p. 153, et M. É. Fairon, o. c., dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, p. 281, attribuent ce texte à la Paix de Fexhe.

13 De même, Bartollet, Consilium iuris, n° 258, cite un édit du 11 juin 1550, précisant qu’il y a « tres iudices in civitate, Ius, Lex, Statutum ».

14 Il y avait néanmoins des inquisiteurs nommés par l’évêque.

15 Une note de l’inquisiteur Thierry Hezius nous éclaire sur ce mécanisme de l’inquisition ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 135. — Hezius trouvait d’ailleurs l’organisation de son temps inefficace et souhaitait plus de sévérité ; cfr. p. 123.

16 Tel l’adultère du mari ; cfr A. Vermeersch, La tolérance, p. 162, Paris, 1912.

17 Ces lois anciennes permettaient cependant la condamnation de l’hérétique à la mort ; cfr Fredericq, Corpus documentorum inquisitionis haereticae pravitatis Neerlandicae, t. i, p. 30. 31 ; t. ii, p. 384. — Fairon, Un dossier.., p. 125.

18 L.-E. Halkin, Le plus ancien texte d’édit promulgué contre les luthériens, dans la Revue d’histoire ecclésiastique, t. xxv, p. 73-83, Louvain, 1929. — Le texte de cet édit se trouve, par erreur, publié sous la date du 8 avril 1521 dans Fredericq, o. c., t. v, p. 397.

19 «... aliis arbitrariis pœnis, quarum tertia pars... » ; cfr Fredericq, o. c., t. v, p. 397.

20 «... sed et bonorum confiscationibus, presertim in omnibus his locis quae in temporali ipsius [episcopi] dominio censentur » ; cfr Fredericq, o. c., t. iv, p. 34.

21 Halkin, o. c., dans la Revue d’histoire ecclésiastique, t. xxv, p. 83, n. 2.

22 L’évêque pouvait invoquer, à la rigueur, le principe que Méan devait plus tard exprimer comme suit : « Statuta curiae spiritualis condit episcopus absque consensu ordinum » ; cfr de Méan, Ius civile Leodiense, t. vii, p. 43.

23 Sur l’autodafé, voir Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 133, n. 4.

24 Chapeaville, o. c. t. iii, p. 265. — Fredericq, o. c., t. iv, p. 50.

25 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 290.

26 «... pena nihilominus contra librorum lutheranorum detentores ac lectores a sancta sede apostolica et imperiali maiestate decreta in suo robore permanente »; cfr Fredericq, o. c., t. v, p. 98. —Allusion évidente à la bulle « Exsurge » et à l’édit de Worms. — Vers 1545 encore, un projet d’édit se référait à l’édit de Worms ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 141, 144.

27 M. Fairon, o. c., p. 102, 103, ne semble pas mettre en doute l’acceptation par les États de ce mandement qui ne s’adresse pas seulement au clergé, mais punit d’amendes les imprimeurs et vendeurs de livres non approuvés. Or, l’acceptation par les États du mandement de 1526 est aussi invérifiable que l’acceptation de l’édit de 1520, que M. Fairon rejette cependant ; cfr Fairon, La répression de l’hérésie..., p. 280.

28 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 295. — Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 482, f° 975. — L’accord date du 29 avril et non du 30, comme je l’ai écrit par erreur dans Le cardinal de la Marck..., p. 151.

29 Tihon, o. c., p. 152.

30 Halkin, o. c., p. 150.

31 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 275. — Fredericq, o. c., t. iv, p. 57. — Écho de cette théorie dans de Damhoudere, Practique..., p. 101.

32 Sohet, Instituts de droits..., livre 5, titre 11, art. 15 ; titre 28, art. 1.— Poullet, Essai..., p. 693, n. 1, 777, 796. — Poullet, Histoire du droit pénal dans le duché de Brabant depuis l’avènement de Charles-Quint..., dans les Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers publiés par l’Académie royale de Belgique, t. xxxv, p. 57. 133 sv., Bruxelles, 1870. — Il n’est évidemment pas question de croire que tous les condamnés pour lèse-majesté furent ainsi traités comme l’exigeait la théorie juridique. — Sur la confiscation, châtiment des traîtres, voir des textes curieux dans Balau, Chroniques liégeoises, t. i, p. 535 ; t. ii, p. 426, n. 1; — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 336, 337. — Sur les répugnances des Liégeois à appliquer la confiscation, voir Tihon, o. c., p. 64, n. 3.

33 Chapeaville, notre seule source, ne précise pas d’où vint l’opposition. — M. Fairon, La répression..., p. 280, insiste sur l’impopularité de la confiscation, mais les incidents de 1532 montrent que les Liégeois protestent d’abord contre l’arrestation préventive.

34 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 295.

35 Pirenne, Histoire de Belgique, t. iii, p. 357.

36 Fairon, Un dossier..., p. 119 sv. — Halkin, o. c., p. 151. — M. Fairon, La répression..., p. 284, a ingénieusement rapproché de ces débats sur l’arrestation préventive d’autres débats similaires de 1521-1528. J’y ajouterai ce trait inédit : en 1549 encore, les bourgmestres de Liége se plaignent de l’arrestation d’un bourgeois enfermé à l’officialité au préjudice des franchises, car il n’a pas été jugé appréhensible ; cfr Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 156. — Sur la compétence, particulièrement en matière de religion, du tribunal de « loi » et « franchise », voir Bartollet, o. c, nos 289, 293 à 303, 310, 318, 351 à 365.

37 Texte perdu, analysé dans Chapeaville, o. c, t. iii, p. 320. — M. Tihon, o. c., p. 155, n. 4, a conjecturé avec vraisemsemblance que le « cri » du perron du 9 juin 1533 permettait de se faire une idée de cet édit. — Sur les confiscations au profit de la ville, voir Chapeaville, o. c., t. iii, p. 325 ; — Fairon, Un dossier..., p. 206 ; — Halkin, o. c., p. 172, n. 3.

38 M. Fairon, o. c., p. 105, ne met pas en doute ce fait, mais il assimile l’édit à un « cri » du perron. — M. E. Polain, Ernest de Bavière, évêque et prince de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. liii. p. 108, Liége, 1929, le dit nul parce que non approuvé par les États.— D’autre part, les édits de Maeseyck, Tongres. Maestricht et Saint-Trond, en 1532, 1533 et 1534, ne me paraissent pas autre chose que des renouvellements de l’édit liégeois ; cfr Halkin, o. c., p. 154, n. 1, 156, 182.

39 Tihon, o. c., p. 155. — Halkin, o. c., p. 154. — Je crois que le « cri » ajoutait à l’édit deux articles, l’un contre les blasphémateurs, l’autre contre les vendeurs de livres.

40 Pour les Pays-Bas, il suffit de rappeler van der Hulst et son « inquisition d’État »; cfr Pirenne, o. c., t. iii, p. 349. — Pour la Franche-Comté, voir Febvre, o. c., p. 21 sv. — Pour Liége, au contraire, les malheurs de l’inquisiteur Jean de Namur, au zèle intempestif, plaident éloquemment pour le régime ; cfr Halkin, o. c., p. 164 ; — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 319.

41 Texte obscur ; cfr Halkin, o. c., p. 154, 287. — Il semble que les procureurs d’office doivent désormais transmettre leurs enquêtes au maïeur. Le 4 décembre 1533, l’official se préoccupe encore d’obtenir des dénonciations de laïques, sans doute pour les transmettre au maïeur ou aux inquisiteurs ; cfr Halkin, o. c., p. 154, n. 6.

42 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 327. — Halkin, o. c, p. 155. — Il n’est pas question, pour ce règlement local, d’une approbation des États.

43 Il est curieux de constater que les deux édits généraux de 1532 et de 1545 furent proposés lorsque Gilles de Blocquerie était scelleur. De 1533 à 1544, au contraire, Blocquerie étant en disgrâce ou en disponibilité, il n’est plus question d’édit général. — Sur Blocquerie, voir plus haut, p. 60.

44 L.-E. Halkin, Tongres (Arnold Luyd de), dans la Biographie nationale, t. xxv, col. 498-500, Bruxelles, 1931. — Keussen, o. c., t. ii, p. 203, etc. — L. Geiger, Johann Reuchlin, sein Leben und seine Werke, p. 261, Leipzig, 1871. — Hartzheim, Bibliotheca Coloniensis, p. 25, Cologne, 1750. — de Theux, o. c., p. 70.

45 Chapeaville, o. c., p. 334. — La date est donnée par les Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’État (1489-1549). — M. Tihon, o. c., p. 160, a lu 29 juillet.

46 Réserve faite des officiaux des Chapitres et des archidiares, dont la juridiction était étroitement limitée.

47 En 1549, les Acta et decreta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 7, s’exprimeront avec la même imprécision : « ut et officiales et ministri sui eamdem [reformationem] observarent ». — Voir aussi Chapeaville, o. c., t. iii, p. 406.— On a vu plus haut que l’official de Liége avait pratiquement renoncé, depuis 1533, à connaître de l’hérésie.

48 Érard de la Marck avait de même fait envoyer le texte de l’édit impérial aux justiciers du pays ; cfr Chapeaville, o. c., t. iii, p. 319.

49 Lonchay, o. c., p. 40. — Tihon, o. c., p. 160. — Par parenthèse, cet édit de Spire, qui prévoyait la peine de mort même sans l’intervention du juge spirituel, exclut la traduction de « Patriae officiales » par officiaux ; cfr M. Goldast, Collectio consuetudinum imperialium, t. iii, p. 494.

50 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iii, p. 477 (1535) ; t. iv, p. 74 (1538). — Ce dernier « placard «, signé à Bruxelles, pouvait être connu à Liége le 29 juin.

51 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’État (1489-1549). — Tihon. o. c., p. 160, n. 4.

52 Lonchay, o. c, p. 40.

53 Lyna, De wederdoopers..., p. 99.— Voir, plus loin, les réserves au sujet du texte correspondant de Chapeaville.

54 Sur cette indulgence occasionnelle, voir Lyna, o. c., p. 98, 99. — Comparer à la mise en liberté d’un suspect par le Chapitre cathédral de Liége ; cfr Archives de l’État a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 7.

55 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 2e s., t. i, p. 117-119. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 335.

56 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 338. — Mélart, L’histoire de la ville et chasteau de Huy..., p. 343. — Lonchay, o. c., p. 40. — Daris, o. c., p. 140, ajoute la mention fantaisiste des inquisiteurs ; or, il s’agissait, en 1540, de brûler immédiatement les livres et non de les remettre aux inquisiteurs en vue d’un autodafé, comme en 1520 ; cfr Halkin, o. c., p. 133.

57 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 224. — Cet édit devait être republié deux fois par an ; cfr Recueil...,2e s., t. v, p. 117.

58 Il nous est malheureusement impossible de préciser davantage quels édits impériaux ont été approuvés par les États en 1538.

59 Archives de l’État a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1 (1541-1605), f° 2 v° ; vol. 1bis (1541-1580), f° 3v°. — Manuscrits Lefort, 2e s., vol. 25, f° 5. — Daris, o. c., p. 129. — Tihon, o. c., p. 160. — Lonchay, l. c., ignore ces délibérations ; son récit nous transporte de 1540 à 1562 !

60 A défaut de renseignements provenant des Archives capitulaires, voir État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 3 v°.

61 État noble. Journées d’État, vol. 1, f° 3 v°.

62 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549) : « na den landrecht ende den vryheyden, al aencoempst genoechsame proeve ».— Tihon, o. c., p. 161. — A. Habets, o. c., dans les Limburgsche Bijdragen, t. ii, p. 66 (d’après les Archives de l’État à Hasselt).

63 M. Tihon, o. c., p. 161, d’après les Archives de la Ville de Saint-Trond, écrit que le seigneur du lieu obtint un quart des biens confisqués ; or, il s’agit du quart de la moitié confisquée. — A. Habets, o. c., p. 68.

64 Vicaire-général, Gilles de Blocquerie avait dû démissionner en 1533 ; on a vu plus haut qu’il rentra en charge dès les premiers jours du règne de Georges d’Autriche.

65 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 25 v°. — Tihon, o. c., p. 161.

66 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 27 v° ; vol. 1 bis (1541-1580), f° 2 ; f° 26 v°, seul, ce dernier ms. porte la bonne leçon « relapseis » et non « relaxés ». — Voir aussi Tihon, o. c., p. 161, n. 4.

67 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 28 v°.

68 État noble. Journées d’État, vol. 1, f° 29. — Avis de la ville de Huy, au f°29 v°.

69 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 351. — Fisen, Sancta Legia..., t. ii, p. 344 (17 août). — Bouille, Histoire de la ville et pays de Liége, t. ii, p. 358 (19 août !). — Daris, o. c., p. 146.

70 H. J. Allard, Dirk Adriaanz van Heeze, dans les Studiën op godsdienstig, wetenschappelijk en letterkundig gebied, t. xxii, Utrecht, 1884. — de Theux, o. c., t. iii, p. 48. — de Vocht, Monumenta..., p. 509. — de Vocht, Literae..., p. 587. — de Jongh, L’ancienne faculté de théologie de Louvain..., p. 221, 253, 257, Louvain, 1911. — P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi..., t. v, p. 198, 331. 530 ; t. vi. p. 129. Oxford, 1924 et 1926. — Concilium Tridentinum, t. x, p. 435, 449, 461, Fribourg-en-Brisgau, 1916. — Monumenta Ignatiana, t. iii, p. 28, Madrid, 1905. — L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 116, 124, 138, etc. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 376. — Fisen, o. c., t. ii, p. 350. — de Naveau et Poullet, o. c., t. i, p. 41. — Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545), dans le Bulletin de la commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 99-160, Bruxelles, 1924. — Fairon, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 1-15, Anvers, 1925. — Bormans, Répertoire..., p. 244. — Daris, o. c., p. 56, 68, 172, 179, 241, 252. — Weiss, o. c., t. ii, p. 594. — Paul III constitua une pension à Hezius en 1534 ; cfr Reg. Later. 1786, fos 94, 99.

71 Sur Nicquet, voir plus haut, p. 64.

72 Archives de l’État a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 ; cfr le n° xiv des Pièces justificatives. — Daris, o. c., p. 179. — Tihon, o. c., p. 157, n. 5. — Fairon, o. c., p. 109.

73 Voir plus loin, p. 345-361, l’examen critique du dossier attribué à Hezius et mis en valeur par M. É. Fairon.

74 Comme pourrait le faire croire l’expression « commission de l’index » dont use M. Fairon, qui distingue l’établissement de l’index de la préparation de l’édit ; cfr Fairon, o. c., p. 107, 113.

75 La lettre débute de la façon la plus claire : « Molimur iamdudum edictum... » ; cfr Fairon, Le premier index..., p. 5. — Les seuls livres retenus par Hezius sont cités dans son « Conceptus » ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 152 sv.

76 Fairon, Le premier index..., p. 12.

77 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 30 v°.

78 Date de l’envoi du document au scelleur ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 141-155.

79 Le « Conceptus » laisse en blanc le détail des peines : « sub pena... ne propter » ; cfr Fairon, o. c., p. 153.

80 Fairon, o. c., p. 112.

81 Le document de Hezius, pulié par M. Fairon, o. c., p. 139, fait encore appel à l’autorité d’un « edictum imperiale » ; lequel ?

82 Voir ces propositions dogmatiques dans de Jongh. o. c., p. 81* à 89*. — Le texte abrégé, du 6 décembre, est publié dans le Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 132. — Sur la composition du « Conceptus », voir plus loin, p. 351.

83 « Et quia res infinita ac prope impossibilis foret omnes propositiones erroneas hereticorum nostri temporis sigillatim recensere, cum errandi nullus sit finis et in dies novi errores emergant, presenti edicto statuimus et ordinamus quod quicumque ex supradictis propositionibus vel aliam quamcumque sancte catholice et apos-tolice veterique fidei quoquo modo contrariam affirmare, defendere, docere vel predicare presumpserit, verbo vel scripto, publice vel occulte directe vel indirecte, aut qui verbo vel facto contrariam fidem manifeste ostenderit, vel in montas seu modo vivendi a communitate fidelium dlscrepaverit, hoc ipso reus sit penarum de iure in hereticos pertinaces seu relapsos statutarum » ; cfr Fairon, o. c., p. 151.

84 L’édit précise même que le crime d’hérésie est plus grave que le crime de lèse-majesté humaine : « cum crimen heresis incomparabiliter sit gravius crimine lese maiestatis humane »; cfr Fairon, o. c., p. 151. — Note additionnelle de Hezius sur le même sujet, dans Fairon, o. c., p. 156.

85 Hezius fit ajouter dans le « Conceptus » les Colloquia d’Érasme ; cfr Fairon, o. c., p. 138, 152. — Voir aussi la correspondance échangée au sujet d’Érasme entre Georges d’Autriche et les théologiens de Louvain, le 9 et le 13 juin 1545, dans Le premier index..., p. 5-6. — Il faut noter le sentiment concordant de Ruard Tapper à l’égard des Colloquia ; cfr de Jongh, o. c., p. 182, n. 4.

86 Fairon, Un dossier..., p. 152. — Hezius ajouta en marge les noms de Jean Calvin, Henri Bullingerus, Jean Gastius et Martin Bucerus. — Les autres notes de Hezius relatives aux livres prohibés ne citent pas Calvin, mais il ne faut pas en con­clure que ce nom était inconnu à Liége à cette époque, puisque, la même année Hezius l’ajoutera au « Conceptus » ; cfr Fairon, Le premier index..., p. 4.

87 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210. —La liste de livres publiée par M. Fairon, Un dossier..., p. 152, est plus maigre que celle que le même auteur a reconstituée dans Le premier index..., p. 7-15, mais elle est plus importante parce qu’elle est la plus récente et parce qu’elle constitue, à peu de chose près, la liste présentée aux États et normalement approuvée.

88 Il n’y a aucune raison de croire que l’index n’ait pu être achevé pour la réunion des États du 29 décembre ; cfr Fairon, Le premier index..., p. 3.

89 Il est excessif de dire que l’index n’eut pas de force légale ; cela est vrai seulement des listes de livres collectionnées par Hezius ; mais l’essentiel du « Conceptus », l’index y compris, dut normalement être approuvé par les États.

90 Fairon, Un dossier..., p. 154.

91 Pour ces points, Hezius s’est peut-être inspiré du « placard » de Charles-Quint, du 26 janvier 1545 ; cfr Recueil des Ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 120.

92 « ... per summariam informationem » ; cfr Fairon, o. c., p. 154. — Noter que cette expression se retrouve, comme nous l’avons vu, dans les propositions du prince aux États du 14 décembre 1541.

93 « Et de quibus dubitaverint utrum articulus de quo quis delatus aut convinctus est, sit hereticus necne, consulant inquisitores nostros Leodii residentes »; cfr Fairon, o. c., p. 155. — La note additionnelle de Hezius propose d’adapter un passage d’une ordonnance française, qui s’adressait à tous les justiciers du royaume ; cfr Fairon, o. c., p. 157-158.

94 Distinction admise par l’évêque de Liége dans le concordat de 1541 ; voir p. 134. — Fairon, o. c., p. 139, 154.

95 Halkin, o. c., p. 285.

96 Voir des notes antérieures relatives au même sujet, dans Fairon, o. c., p. 138, 139 (le texte en italique de la page 155 se rapporte uniquement au dernier paragraphe du « Conceptus »). — Voir aussi Fairon, o. c., p. 160.

97 « Quicumque hec non fecerint, casu quo postea deprehendantur, iudicabuntur et punientur ut relapsi seu pertinaces » ; cfr Fairon, o. c., p. 155.

98 Réserve faite des hérétiques qui tomberaient dans l’hérésie après l’expiration du délai de grâce.

99 Fairon, o. c., p. 156-160.

100 Indiquées de A à M, plus Φ, plus trois articles ajoutés p. 159 et 160.— La lettre D, p. 157, se rapporte à la huitième ligne de la p. 147 ; la lettre E à la page 153 ; la lettre Φ à la p. 145 ; les lettres H et I à la p. 153 ; la lettre Κ aux p. 151, 152.

101 La lettre E se rapporte à un passage antérieur au passage corrigé par la lettre D et postérieur au passage corrigé par la lettre Φ ; cfr la note précédente.

102 Fairon, o. c., p. 153.

103 Fairon, o. c., p. 157.

104 Fairon, o. c., p. 158.

105 Au mépris donc des privilèges des Liégeois en matière d’arrestation préventive ; cfr Fairon, o. c., p. 159.

106 Fairon, o. c., p. 160.

107 Fairon, o. c., p. 134-135. — Sur la date que j’attribue à ce document, voir p. 360.

108 Sur la réorganisation de l’office inquisitorial, voir plus loin, p. 141, et Fairon, o. c., p. 135-138.

109 Le texte n’est pas explicite : « Item de dispensatione super etate », mais il ne peut avoir d’autre signification si on le compare à des textes antérieurs, particulièrement à celui que j’ai publié dans Le cardinal de la Marck..., p. 292-293.

110 Hezius suivait en cela l’exemple de Charles-Quint et comptait sans doute sur l’importance accordée au crime de contravention aux édits pour renvoyer les coupables devant les tribunaux séculiers. Je ne sais d’ailleurs si l’édit de 1545 donna pleine force de loi à cette suggestion. — Fairon, o. c. p. 135.

111 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 123.

112 29 décembre disent les Archives des États ; 31 décembre écrit Chapeaville, o. c., t. iii, p. 354. — Peut-être l’assemblée tint-elle encore réunion le 31 et ne prit-elle une décision que ce jour là ? — Le 20 juillet 1545, Charles-Quint accorda aux Liégeois un privilège en vertu duquel, en cas de disparité de voix entre « loi » et «franchise » au sujet des enquêtes criminelles et des appréhensions, il ordonnait que les deux collèges se réunissent en un seul corps délibérant. En cas de parité de voix dans ce nouveau corps, il faudrait recourir à des commissaites de l’évêque ; cfr Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e s., t. i, p. 136. — Coutumes de Liége, t. ii, p. 362. — de Louvrex, o. c., t .i, p. 311.— Cette décision qui rappelle le «règlement » de 1424 (Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, ire s., t. i, p. 540) et la Paix de Saint-Jacques (o. c., p. 742), fut confirmée par l’empereur Ferdinand II, le 22 août 1626 ; cfr Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lam-bertde Liége, t. v, p. 468. — Daris, o. c., p. 148, affirme que la décision impériale ne fut pas appliquêe. Je ne sais ce qui en est et s’il y eut un rapport entre cette mesure et la répression de l’hérésie. Ce qui semble donner raison à Daris, c’est que la copie du privilège du 20 juillet 1545 (cfr Archives de l’État a Liége, Conseil aulique, liasse 240) porte que le passage en question a été ajouté par l’archidiacre de Hainaut. Par contre, la réforme des cours séculières, en 1551, maintenait, avec certaines modifications, l’intervention des commissaires ; cfr Raikem, La liberté individuelle..., p. 43. — Poullet, o. c., p. 566.

113 État noble. Journées d’États, vol. 1, fos 30 v° et 32. — Le texte des Archives de Saint-Trond précise qu’il s’agit de la faculté de théologie de Louvain.

114 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 32 v°.

115 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 33. — Le texte cité des Archives de Saint-Trond montre que les nobles avaient en vue « luthériens, anabaptistes et autres ».

116 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1489-1549). — Tihon, o. c., p. 162.

117 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 34.

118 Lenoir, o. c., p. 44. — Daris, o. c., p. 149. — Tihon, o. c., p. 162. — Les archives du Conseil privé ne donnent rien au sujet de l’échec de la proposition.

119 Voir p. 106.

120 Il n’est même pas cité par Lonchay, o. c., p. 41, qui attribue à Georges d’Autriche (mort en 1557) un édit de 1562 !

121 Fairon, o. c., p. 117. — Fairon, La répression..., p. 287.

122 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 2 v°. — En 1548, Georges d’Autriche se contenta de demander aux visiteurs des paroisses de s’enquérir des hérétiques et de les dénoncer aux inquisiteurs ; cfr Acta et decreta synodi diœcesanae Leodiensis, chap. 17, f° 21.

123 Voir p. 113.

124 État noble. Journées d’États, vol. 2 (1541-1590), f° 1 ; vol. 1 bis, f° 2.

125 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 50. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 375, en accord avec le vol. 2 de la même collection, f° 51 v°, a écrit la date du 17 mars ; cette date est sans doute erronée, car le 17 mars 1555 était un dimanche, et il est plus normal de fixer la réunion au jeudi 7 mars, d’accord avec le vol. 1 de l’État noble et avec les Archives de Saint-Trond. — Le texte du vol. 1, cité ci-dessus, porte que l’évêque veut renouveler l’édit de l’an xlij, mais il s’agit évidemment de 1545 ; cfr Daris, o. c., p. 162.

126 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 51.

127 État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 51 v°. — Pour cette date, calculée d’après le style de Noël, voir Tihon, o. c., p. 162, n. 2. — De même, Mantelius, o. c., p. 66, date de 1546 l’édit.

128 Archives de la Ville de Saint-Trond, Journées d’États (1550-1567). — Tihon, o. c., p. 163.

129 Interprétation abusive de cette session des États, dans Lonchay, L’inquisition au pays de Liége, dans la Revue de Belgique, t. xxxviii, p. 425. — Daris, o. c., p. 163. — Fairon, La répression..., p. 287-288.

130 A moins d’admettre avec Chapeaville, o. c, t. iii, p. 375, que les biens des fugitifs n’aient été attribués à la défense du pays. Mais ce texte semble en contradiction avec ce que nous apprennent les archives des États.

131 Sur la Paix d’Augsbourg, voir K. Brandi, Der Augsburger Religionsfriede vom 25. September 1555, passim, Göttingen, 1927.

132 Sur l’application à Liége de la Paix d’Augsbourg, lire de bonnes appréciations dans Lonchay, Les édits..., p. 45, n. 1 et 2 ; — Tihon, o. c., p. 164, n. 1 ; — Fairon, La répression..., p. 288.

133 En 1582 seulement, la Paix fut proclamée à Liége. — C’est donc par erreur que M. Pirenne, o. c., t. iv, p. 296, écrit que Gérard de Groesbeeck n’osa pas proclamer la Paix d’Augsbourg parce qu’elle obligeait à l’exil, ce qui eût été trop rigoureux pour Liége.

134 J. Gessler, Bier-artikelen uit een Diepenbeeksche ordonnantie van 1545, dans Limburg, t. vii, p. 218, Millen, 1926.

135 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. ii, 1593 (Munters), fos 87, 87 v°

136 Recueil des ordonnances du pays de Liége, 2e s., t. i, p. 161. — L. Crahay, Coutumes du comté de Looz, t. i, p. 6, 143, Bruxelles, 1871.

137 Sur ces conflits, voir p. 191 sv.

138 Pirenne, o. c., t. iii, p. 370. — Le mot « placard », synonyme d’édit, est consacré par l’usage.

139 Voir plus loin, p. 157.

140 de Jongh, o. c., p. 182, n. 4.

141 Poullet, Histoire du droit pénal dans le duché de Brabant..., p. 60, 61.

142 de Damhoudere, o. c., p. 103.

143 Poullet, o. c., p. 70, 71.

144 C’est pour assurer une meilleure application de ses « placards » que Charles-Quint, le 27 janvier 1555, ordonnait de ne choisir que de fervents catholiques en qualité d’officiers de justice, afin d’obtenir une action plus efficace contre l’hérésie ;cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 335 (qui porte, par erreur, 1554).

145 L. P. Gachard, Correspondance de Guillaume le Taciturne, t. vi, p. 359. — Voir une appréciation de la résistance des Pays-Bas à l’inquisition impériale dans J. de Wesenbeke, Mémoires (1524-1566), p. 19, Bruxelles, 1859.

146 24 janvier 1539 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 104.— 27 janvier 1555 ; cfr Recueil..., 2e s., t. vi, p. 413.

147 27 janvier 1555 ; cfr Recueil..., 2e s., t. vi, p. 412.

148 Recueil..., 2e s., t. v, p. 117. — Sur l’application défectueuse de cet édit, voir plus loin p. 157.

149 Recueil..., 2e s., t. v, p. 120.

150 Recueil..., 2e s., t. v, p. 227 ; t. vi, p. 85. — Henne, o. c., t. iv, p. 104 ; t. ix, p. 97. — E. Hubert, Étude sur la condition des protestants en Belgique depuis Charles-Quint jusqu’à Joseph II, p. 29, Bruxelles, 1882.

151 Recueil..., 2e s., t. vi, p. 55, 110. — Gachard, Correspondance de Philippe II, t. i, p. cvi.

152 Terlinden, Liste chronologique provisoire des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Philippe II (1555-1598), p. 6, Bruxelles, 1912.

153 Hubert, o. c., p. 36.

154 Willocx, L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la principauté de Liége, p. 132, Louvain, 1931.

155 Voir ces édits dans le Recueil des ordonnances des Pays-Bas et dans Terlinden, o. c., passim.

156 Recueil..., 2e s., t. iv, p. 210. — Reusch, Die Indices librorum prohibitorum..., p. 25.

157 2 mars 1543 ; cfr Recueil..., 2e s., t. iv, p. 430.

158 9 mai et 30 juin 1546 ; cfr Recueil..., 2e s., t. v, p. 253, 307.— Reusch, o. c., p. 27.

159 26 mars et 29 avril 1550 ; cfr Recueil..., 2e s., t. vi, p. 55.

160 Le concordat fut publié en 1544 ; l’édition la plus récente, celle du Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 443, est en recul manifeste sur celle de de Louvrex, o. c., t. i, p. 210. Le texte que je donne est celui des Archives de l’État a Liége, Conseil privé, vol. 337, f° 39, texte identique, en ce qui concerne le point envisagé, à l’accord du 19 mai 1528 ; cfr ms. c., f° 27.

161 Bonnes observations, à ce sujet, dans Van Hove, o. c., p. 141, 142 ; — Tihon, o. c., p. 207, 208 ; — Poullet, Essai..., p. 666, 667. — Sur le concordat en général, voir plus loin, p. 209. — Sur l’application délicate du concordat en matière d’hérésie, voir plus loin, p. 158 et 169.

162 M. Van Hove, o. c., p. 141, remarque que le juge ecclésiastique conserva le droit de procéder concuremment à l’arrestation des suspects. — F. Zypaeus, De iurisdictione ecclesiastica et civili libri quatuor, p. 94 sv., Liége, 1649, interprète le concordat dans un sens favorable à l’évêque.

163 Évidemment le blasphème, le sortilège, etc., étaient du ressort exclusif du juge séculier, dans le cas où ils n’impliquaient pas l’hérésie ; cfr Van Hove, o.c., p. 141.

164 Sohet, o. c., traité préliminaire, titre iv, art. 82-85. — On voit la différence entre les précisions du concordat et la doctrine traditionnelle que j’ai résumée plus haut, p. 101.

165 La situation caractéristique de la principauté de Liége apparaît mieux, en ce qui concerne la confiscation, lorsqu’on lit, dans des auteurs bien informés, une appréciation générale telle que celle-ci : « La confiscation des biens, partielle ou plus souvent totale, était le complément habituel du bannissement ou de la condamnation à mort » ; cfr A. Piaget et G. Berthoud, Notes sur le Livre des martyrs de Jean Crespin, p. 167, Neuchâtel, 1930. — Les « records » des échevins de Liége affirment par contre à plusieurs reprises que la confiscation des biens n’existe pas dans le droit liégeois ; cfr Crahay et Bormans, Coutumes de Liége, t. iii, p. 204, 425. — Un trait qui montre bien la différence, à ce point de vue, des coutumes liégeoises et brabançonnes, c’est l’application mitigée de la confiscation à Maestricht; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 103 (30 novembre 1540).

166 Lonchay, Les édits..., p. 49.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search