Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Première partie. La réforme protestante

Chapitre premier. La propagation du protestantisme

Texte intégral

1On ne lira pas ici un exposé original des causes profondes qui ont agi dans les âmes en faveur d’une révolution religieuse : je n’ai décelé, dans notre histoire, aucun caractère psychologique digne de mention à cet égard. Mais on verra que les arguments invoqués par les réformés à l’appui de leurs thèses trouvaient en terre liégeoise, à côté de diverses circonstances propices, une confirmation qui pouvait certes encourager une campagne rénovatrice.

  • 1 L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 129-142.

2Lorsque Corneille de Berghes prit le pouvoir, le protestantisme, contenu et persécuté par Érard de la Marck, menaçait de relever la tête. Les progrès de la Réforme dans l’empire déchiré par les guerres politiques et religieuses, le caractère indécis du nouvel évêque et le désarroi de la principauté, dont le précédent chapitre vient de nous donner une idée, la persistance des abus enfin, sur laquelle je vais revenir, tout cela devait stimuler les protestants, animer leur zèle, dans un pays que sa situation géographique et ethnographique rendait, comme il sera facile de s’en convaincre, perméable à toutes les influences. Mais l’exemple d’Érard de la Marck inspirera l’attitude de ses successeurs. Les leçons de son habile politique religieuse, faite de souplesse et de fermeté, décideront du succès de la répression1. Parfois, la prédication persévérante de l’hérésie paraîtra près de réussir ; les champions du catholicisme sauront entraver la propagande et refouler le christianisme nouveau dans le secret des consciences.

***

  • 2 L. Febvre, Une question mal posée. Les origines de la Réforme française et le problème général des (...)

3J’ai écrit plus haut que la persistance des abus était de nature à favoriser la propagation de la Réforme. M. Lucien Febvre, qui s’est élevé vigoureusement contre la thèse traditionnelle des abus de l’Église considérés comme la cause principale de la Réforme, approuverait sans doute cette formule nuancée2. Pour l’éminent historien, les tares, généralement et généreusement dénoncées, ne sont que la conséquence d’un vice plus institutionnel que personnel, chronique plutôt qu’accidentel : un système empoisonnait, en effet, depuis plusieurs siècles l’organisation ecclésiastique, le système bénéficiai, qui avait dissocié l’office et le bénéfice, séparé les fonctions et les revenus. Cet état de choses, s’il n’est pas propre à l’époque étudiée, n’en servit pas moins dans une assez large mesure la cause de la Réforme.

  • 3 Érard de la Marck était prince-évêque de Liége, évêque de Chartres, archevêque de Valence et abbé (...)
  • 4 Henne, o. c.,t. iv, p. 287-288. — C’était aussi l’avis de Marie de Hongrie; cfr Lonchay, o. c.,p. (...)

4Or, dans le diocèse de Liége, les institutions religieuses prêtaient largement à la critique. Érard de la Marck avait vainement réclamé la réunion du concile général qui devait réformer l’Église. D’ailleurs, il sacrifiait lui-même à l’esprit de lucre en cumulant plusieurs évêchés, dont il abandonnait l’administration à des mercenaires3. Le clergé n’avait que trop profité des excuses que lui garantissait l’universalité des abus. Combien de curés en titre se faisaient remplacer par des desservants qui, comme leurs maîtres, se souciaient plus du casuel que des âmes ! On comprend dès lors que le Conseil privé des Pays-Bas ait déclaré, vers 1540, que « la principale cause de toutes les dites erreurs » était « l’insuffisance des curés et autres qui, pour ce jourd’hui, ont charge d’âmes », et reproché aux pasteurs d’être parfois « légers, inexpérimentez et indiscrets », « lubriques, donnés à ébriété », enfin « propriétaires et absents »4.

  • 5 Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 25 février 1555 ; original aux Archives Générales du Royaum (...)
  • 6 de Jongh, L’ancienne faculté de théologie de Louvain, au premier siècle de son existence (1432-154 (...)
  • 7 Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thiérry Hezius (1532 à 1545), dans le Bulletin de la (...)

5Georges d’Autriche ne pensait pas autrement, lorsqu’il dévoilait crûment «le scandale dont sordent les sectes et hérésies »5. L’inquisiteur louvaniste Ruard Tapper indiquait le relâchement de la discipline comme le véritable ferment de l’hérésie6, et son confrère liégeois Thierry Hezius allait jusqu’à stigmatiser les prêtres qui, avec plus ou moins de bonne foi, prêchaient l’hérésie au lieu de la bonne parole7.

  • 8 Encore une thèse traditionnelle qu’il convient de nuancer ; cfr P. Polman, De wetenschappelijke op (...)
  • 9 Munters, ms. c., f° 106 v°. — Cas analogue : Chambre des comptes, vol. 15465, f° 234.

6L’ignorance des curés allait de pair avec le laisser-aller de leurs mœurs8. Que dire alors des connaissances religieuses du peuple ? Une malheureuse, accusée de sorcellerie à Curange en 1540, ne savait ni le « Pater » ni le « Credo »9. Les hérétiques trouvèrent leurs conquêtes les plus faciles dans les villages où la religion n’était plus soutenue par l’enseignement, la prédication et l’exemple des pasteurs.

  • 10 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 115, n. 3. — Le 6 juillet 1547, Georges d’Autriche accordai (...)
  • 11 Redlich, Jülich-Bergische Kirchenpolitik..., t. ii, p. 66 sv. — Halkin, o. c.,p. 115, n. 4. — En 1 (...)
  • 12 Je crois cependant que peu d’étrangers établis à Liége professaient l’hérésie. En effet, nous poss (...)

7D’autre part, le diocèse de Liége était un admirable « pays de transition ». Deux fois plus vaste que la principauté du même nom, il englobait, entre autres, plusieurs provinces des Pays-Bas, des parties considérables des duchés de Gueldre et de Juliers, le pays de Stavelot et le territoire d’Aix-la-Chapelle. La variété des régimes politiques, des races et des langues, le commerce de l’étranger10, les études même des clercs qui rapportaient d’Allemagne des idées subversives11, ne contribuaient pas peu à préparer la voie aux comparaisons, puis aux critiques, enfin aux controverses12.

  • 13 Sur la carte du diocèse, voir la bibliographie donnée dans mon travail Introduction à l’histoire p (...)
  • 14 Sur le vagabondage, voir plus loin p. 300.

8La considérable étendue du diocèse13 ne permettait pas une surveillance sérieuse des vagabonds de toutes nations qui portaient de ville en ville l’écho des nouveautés religieuses14.

  • 15 «... propter librarios minores qui discurrunt hinc inde per patriam ad nundinas et dedicationes... (...)
  • 16 Fairon, o. c.,p. 158. — Fairon, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas (...)
  • 17 C. A. Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 620, Bruxelles, 1862. — Voir p. 163.
  • 18 Redlich, o. c.,t. ii, p. 66 sv.

9Aussi, il était impossible de fermer l’entrée du pays aux livres suspects allemands, flamands, latins ou, plus rarement, français. Liége ne possédait pas encore d’imprimerie, mais les colporteurs y introduisaient subrepticement les Bibles réformées et les auteurs réprouvés, Luther, Melanchton, Bucerus, bien d’autres encore, à l’occasion des marchés et des kermesses15. Les livres hérétiques « abondent », écrit Hezius, et tel ouvrage dangereux, traitant de la foi, de l’espérance et de la charité, est presque dans toutes les mains16. A Louvain, en 1544, le libraire Jérôme Cloet reconnaît que, chaque jour, des inconnus lui demandent de ces livres dont la vente est interdite par les « placards »17. A l’autre extrémité du diocèse, dans le pays de Juliers, sur douze desservants de la circonscription de Born, en 1559, sept ont des livres suspects18.

  • 19 Édit impérial du 10 juillet 1540 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210. (...)
  • 20 Sur les facteurs économiques de la Réforme dans nos régions, voir, à défaut d’une étude d’ensemble (...)

10Et ce ne sont pas seulement les livres qui répandent l’hérésie, ce sont les images, les chansons, les « jeux » des comédiens19. Ce sont, par dessus tout, les prédicants, lettrés ou sans lettres, qui enseignent à la dérobée le peuple, lui expliquent l’Écriture et, au péril de leur vie, font des prosélytes. Tout sert à leurs desseins, et la crise économique, et la pauvreté de leur auditoire, et l’insécurité des temps20. Rien ne les dérobe à leurs persécuteurs mieux que le désordre général.

  • 21 Fairon, o. c.,p. 111.
  • 22 Archives de lÉtat a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 v°.
  • 23 Fairon, o. c., p. 152. — Fairon, Le premier index..., p. 4. — En 1546, l’index de Louvain fera de (...)
  • 24 Pirenne, o. c., t. iii, p. 429. — J. Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, dans le Bullet (...)

11La langue germanique enfin, flamande ou allemande, fut un important facteur, pour ne pas dire le véhicule principal de la propagande hérétique. C’est du Nord et de l’Est que vinrent à Liége l’anabaptisme et le luthéranisme, de Munster, de Maestricht, de Juliers, d’Anvers. En 1545 encore, Hezius qualifiait l’hérésie de « fides Germanorum »21, et une commission générale d’inquisiteurs ne citait qu’un hérésiarque : Luther22. Calvin figurera, il est vrai, au nombre des auteurs que réprouve le projet d’édit liégeois contre l’hérésie, en cette même année 154523. Les rares hérétiques que nous rencontrons en pays wallon ne semblent cependant pas des calvinistes, mais des zwingliens et luthériens. Luthériens aussi, très certainement, les Louvanistes accusés d’hérésie en 1543 et 1544. Il y eut peut-être, avant 1557, quelques calvinistes dans le duché de Limbourg et dans le comté de Hainaut, mais je suis mal renseigné sur les progrès de l’hérésie en ces régions. Quant à Jacques de Bourgogne, seigneur de Fallais, s’il figura, au moins dès 1543, parmi les amis de Calvin, son cas dut rester exceptionnel24.

12L’indigence des sources ne permet pas de définir aisément à quelle confession appartiennent les hérétiques. Je crois pourtant que les anabaptistes furent la grande majorité. Le « protestantisme des pauvres », comme on a très justement surnommé l’anabaptisme, avait fait de très nombreux adeptes dans la Hesbaye et dans la Campine. L’extravagance même d’une doctrine qui exaltait l’individualisme mystique et se nourrissait du mythe d’un bouleversement social n’écartait pas les néophytes. La répression la plus sanglante n’avait pu en avoir raison.

  • 25 De Hoop-Scheffer, Geschiedenis der kerkhervorming in Nederland, p. 109, 614, Amsterdam, 1873. — Re (...)
  • 26 Munters, ms. c., f° 107 v°.
  • 27 Lyna, De wederdoopers in het graafschap Loon, dans le Bulletin de la Société scientifique et litté (...)
  • 28 Archives de lÉtat a Namur, Conseil provincial, liasse 712 ; cfr le n° xix des Pièces justificativ (...)
  • 29 Aux États de 1538, aucune distinction n’est établie entre les hérétiques, au point de vue de l’enq (...)
  • 30 «... tam varias novas sectas... » (texte inédit) ; cfr, plus loin, p. 346.

13Au milieu du xvie siècle, les anabaptistes étaient encore puissants dans le diocèse de Liége. Ce sont eux le plus souvent, et sans doute parfois aussi des sacramentaires, disciples de Zwingli, que les textes des chroniqueurs et même des procès désignent du nom de « luthériens ». L’imprécision des documents ne doit pas nous induire en erreur. Le nom de Luther a servi d’étiquette à beaucoup de novateurs arrêtés pour hérésie25. L’annaliste Munters traite sans sourciller d’« un luthérien qui avait été rebaptisé»26, et il qualifie de « luthérien » un anabaptiste aussi notoire que Jean van Rommershoven, dont il sera question plus loin27. Bien plus, luthérien avait si bien pris la signification générale d’hérétique qu’un martyr protestant du diocèse, Nicolas Villain, put affirmer que c’étaient les catholiques respectueux de l’abstinence qui méritaient d’être appelés luthériens28. Il semble d’ailleurs que la distinction juridique établie entre anabaptiste et luthériens, — distinction capitale dans les Pays-Bas, puisqu’elle réservait aux premiers un sort exceptionnellement cruel, — n’ait pas été d’un usage constant à Liége29. Thierry Hezius s’étonnait du nombre et de la variété des sectes protestantes, mais il ne s’est pas soucié de nous indiquer les divergences doctrinales des unes et des autres30.

  • 31 Le félicianisme est une forme de l’adoptianisme, hérésie en vertu de laquelle Marie n’aurait pas d (...)

14En 1554, des iconoclastes furent accusés de « félicianisme » ; cette appellation inusitée ne prouve toutefois que l’érudition théologique de son auteur31.

  • 32 Campan, o. c., t. i, p. 360.
  • 33 Fairon, Un dossier..., p. 144, 148.

15Si la croyance à l’impanation, confessée par certains inculpés de Louvain, est bien luthérienne32, les édits liégeois font de claires allusions aux doctrines anabaptistes de la communauté des femmes et du second baptême33.

  • 34 Campan, o. c., t. i, p. 62. — Henne, o. c., t. ix, p. 46. — Comparer au questionnaire présenté au (...)

16Un bel exemple de « Credo » réformé nous est donné par le syllabus hérétique imputé à Paul de Roovere, chapelain de Saint-Pierre à Louvain : « Primo, non dubitat affirmare, homo audacis-simus, quod sola fides iustificet. Secundo, ait quod credere remissionem peccatorum et amplecti misericordiam in evangelio oblatam sufficit ad salutem. Tertio, affirmat traditiones humanas non posse obligare conscientiam, etiam extra casum scandali. Quarto, negat esse liberum arbitrium. Quinto, negat esse purgatorium. Sexto, affirmat quod nec divina Virgo nec sancti in sua persona intercedunt pro nobis extra personam Christi. Septimo, quod neque divina Virgo, neque sancti sunt invocandi, quatenus sunt privati homines et non inserti corpori Christi »34.

17Affirmer que la foi seule justifie, nier le libre arbitre, rejeter l’intercession de la Vierge et des saints, voilà certes une authentique profession de foi protestante.

18La plupart des procès de religion sont malheureusement loin d’abonder en indications théologiques d’une telle précision. Les faits et propos « sentant l’hérésie » ne dépassent pas le plus souvent le mépris des lois ecclésiastiques dans leur ensemble, la critique de la confession auriculaire, du jeûne et de l’abstinence, du sacerdoce en général et du pape en particulier.

19L’opposition doctrinale entre les novateurs et les fidèles s’affirme clairement aussi dans la « Summa doctrinae christianae in usum christianae pueritiae », éditée à Louvain en 1555 et à Liége en 1557, où nous trouvons dénoncées les thèses classiques de la Réforme.

  • 35 O. c, f° 39.

20Un mandement initial de Ferdinand, roi des Romains, recommandait ce catéchisme aux maîtres d’écoles soucieux de lutter contre l’hérésie, et comparait les catholiques, « fils légitimes de l’Église », aux hérétiques qui répugnent à la « simplicité de la foi » et répudient le « magistère »35.

21Comme on le voit, le protestantisme ne s’attaque pas seulement aux abus, mais aussi à la conception catholique des rapports de l’âme avec son Dieu. Il renie, en même temps que les dogmes traditionnels de la justification et de l’eucharistie, les expressions les plus visibles et les plus sensibles de la religion. Aussi, le réformé ne se contentera pas de croire autrement que le catholique ; il vivra différemment, il méprisera les « dévotions » et s’écartera des sacrements, de la prédication, de l’Église elle-même.

***

22Nous venons de voir quels sont les facteurs de l’hérésie et les aspects principaux sous lesquels elle se présentait au pays de Liége. Il nous reste à passer en revue les manifestations diverses de la propagande protestante, d’abord à Liége, puis dans la principauté, enfin dans les parties les plus éloignées du diocèse. Dans un dernier paragraphe, j’essaierai d’apprécier l’attitude de Corneille de Berghes et. de Georges d’Autriche devant le problème protestant.

23Avant même que Corneille de Berghes n’eut pris possession du trône épiscopal, le problème de la répression du protestantisme retint l’attention des tout-puissants chanoines de Saint-Lambert. Les circonstances étaient assez curieuses. Le diocèse se trouvait sans pasteur depuis quatre jours, et le Chapitre cathédral, fort de ses privilèges, régnait « sede vacante ».

  • 36 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 7.

24C’est ce moment que choisit Mathieu Doenen, de Zepperen, pour réclamer sa liberté. Inculpé de luthéranisme, il était emprisonné dans la « tour » de l’official, attendant sans doute d’être examiné par les inquisiteurs. Deux amis du suspect, Nicolas Vrancken, de Pierreuse, et Arnold Greven, de la paroisse de Sainte-Aldegonde, engagèrent leurs biens en sa faveur. Mathieu Doenen fut alors libéré après avoir promis de réintégrer la prison dès la première réquisition du Chapitre36.

  • 37 Voir plus loin, p. 114.
  • 38 Voir plus haut, p. 35.

25Il est malaisé de découvrir les raisons qui poussèrent les chanoines à relâcher aussitôt cet obscur suspect. On pourrait supposer que le Chapitre cathédral désapprouvait la persécution anti-protestante inaugurée par Érard de la Marck. Mais cette hypothèse se heurte à tout ce que nous savons de l’intolérance de ce même Chapitre qui, quelques années plus tard, soutint que les hérétiques devaient être frappés dans leurs personnes et aussi dans leurs biens37. Je crois qu’il est plus vraisemblable de ne voir ici autre chose qu’un de ces actes de souveraineté que le Sénat de la principauté multipliait avec complaisance au cours des interrègnes38. Quoi qu’il en soit, les destinées ultérieures de Mathieu Doenen sont totalement inconnues.

  • 39 Voir p. 145 et p. 148. — J’y ajoute les exécutions d’anabaptistes rapportées sans précision par J. (...)
  • 40 Voir p. 145. — Le métier des orfèvres semble atteint plus que les autres par la propagande hérétiq (...)
  • 41 Voir p. 147.
  • 42 Voir p. 146.
  • 43 Voir p. 147.

26Durant les règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, il ne semble pas que la Cité de Liége ait été un important foyer d’hérésie. Alors que la mort était l’habituel châtiment des hérétiques, trois exécutions seulement sont connues avec certitude, deux en 1541, la dernière en 155439. Un orfèvre avait été inculpé, mais il présenta de suffisantes décharges40. Sans doute, des enquêtes eurent-elles lieu en 1545, puisque un inquisiteur fait allusion, à cette date, à des abjurations d’hérétiques41. Deux prêtres sont cités parmi les prisonniers réformés. L’un fut relâché42 ; quant à l’autre, qui n’appartenait pas au diocèse, je ne sais quel fut son sort43.

  • 44 En 1533, des anabaptistes avaient brisé des statues de saints dans l’église de Repen ; cfr Lyna, o (...)
  • 45 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 432.
  • 46 Entre autres, dans le procès de la blasphématrice condamnée à Liége en 1530 ; cfr Halkin, Un procè (...)

27On sait que la Réforme, dans son zèle contre « l’idolâtrie papiste », s’accompagna de fanatisme et de violence. Les excès des iconoclastes remplissent les récits du temps. Dans le pays de Liége, on trouve cependant peu de traces de ces colères religieuses qui n’épargnaient ni les riches trésors des cathédrales, ni les humbles souvenirs de la dévotion populaire44. Le caractère exceptionnel de ces faits contribuait à leur donner d’autant plus d’importance. Dans la nuit du 22 avril 1554, des impies enlevèrent la statue de la Vierge qui se trouvait près de l’église de Grivegnée. Ils la transportèrent à quelques centaines de mêtres et la jetèrent dans l’Ourthe, à proximité du pont d’Amercœur. Des fidèles y retrouvèrent la statue brisée et la firent placer en l’église de Saint-Nicolas, « où les gens en grande dévotion l’alèrent voir et luy allumèrent chandelles »45. L’émotion des Liégeois fut vive. Elle se traduit dans le mandement épiscopal du 4 mai, « crié » au perron le 7 du même mois. Georges d’Autriche n’hésite pas à y stigmatiser l’« hérésie feliciane » qui nie que la « saincte Égliese catholicque ayt institué les images des sainctz pour l’instruction des simples, admonition et remémoracion az scavans ». Il est plus raisonnable de discerner dans cette manifestation d’impiété la doctrine protestante anti-mariale que nous rencontrons plus d’une fois dans les annales de la Réforme liégeoise46.

  • 47 Voir p. 152, 153.

28Malgré les déclarations pessimistes de Thierry Hezius sur le succès du protestantisme dans toute la principauté, la propagande de l’hérésie fut peu active ou, tout au moins, peu efficace dans la population wallonne. Nous ne rencontrons que quelques traces de la religion nouvelle, à Couvin et à Dinant47.

  • 48 Voir p. 151.

29Il en alla tout autrement dans la région flamande. Le pays de Looz et la ville de Tongres furent alors deux centres actifs de l’anabaptisme expirant. Des hérétiques isolés sont signalés aussi à Saint-Trond et à Stockheim48.

  • 49 Voir p. 149.
  • 50 Lyna, o. c., p. 93, 97.
  • 51 Lyna, o. c., p. 99.

30En 1538, dix-neuf anabaptistes furent exécutés à Hasselt et en d’autres lieux du comté de Looz49. A Curange, Jean van Rommershoven, brûlé le 15 juin de la même année, fait figure de personnage important de la secte. Il était le chef de ces anabaptistes de Gors-Op-Leeuw et de Herck-Saint-Lambert, qui, dès 1533, avaient attiré l’attention des juges50. Son ministère l’avait conduit jusqu’à Anvers, et il avait procédé à de nombreux baptêmes. Dans les cérémonies de son office, il revêtait une étole de papier et un manipule de même51.

  • 52 Munters, ms. c., f° 149. — Lyna, o. c, p. 100 (lire 1544 au lieu de 1541). — Peut-être même le ber (...)
  • 53 Jean Hollenders, cité par M. Lyna, o. c., p. 100, doit être identifié avec le Jean Hollants, desse (...)

31L’exécution, à Liége, en 1544, d’un berger de Gors-Op-Leeuw ramena l’attention sur les anabaptistes de ce village52. Les coréligionnaires de la victime usèrent de représailles contre le vicaire Jean Hollenders, à qui, sans doute, ils reprochaient d’avoir dénoncé l’hérétique53.

  • 54 Voir p. 148.
  • 55 K. Vos, Martelaars uit Gelderland, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. x(...)

32Un certain Jean d’Alken fut libéré sous caution, à Curange, en 1538, et astreint à une pénitence religieuse54. Vers 1545, le maître d’école d’Alken, Léonard van Ysenbrock, fut accusé, au cours d’un procès en Gueldre, d’avoir rebaptisé deux femmes du pays de Maestricht55.

  • 56 A Hansay, Blasphémateurs, hérétiques et sorciers à Curange en 1555, dans le Bulletin de... la Soci (...)

33En 1555, une vaste enquête, à l’instigation des échevins de Curange, provoqua quatre-cent-cinquante dépositions. Une dizaine d’hérétiques furent poursuivis, ainsi que trente blasphémateurs et sept sorciers56. Le nombre des dépositions et des accusations prouve que, malgré la répression terrible de 1538, l’hérésie s’était maintenue dans le pays lossain.

34La ville de Tongres était dans une situation analogue, si l’on en juge par l’importance des procès de religion.

  • 57 Voir p. 151.
  • 58 Archives de la Ville de Tongres, Registrum plebiscitorum ab anno 1477, f° 177 v° — Thys, Éphémérid (...)
  • 59 J. Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbour (...)

35Dès 1539, des prisonniers et des témoins étaient interrogés par les inquisiteurs au cours d’une sérieuse enquête57. Tous les suspects ne purent cependant être atteints. En effet, la même année, le Tongrois Henri Maroyen mourut de mort naturelle ; c’était un luthérien, qui avait abjuré en 153458, mais qui était secrètement resté fidèle à sa foi nouvelle. Au prêtre qui l’exhortait, peu avant la mort, à recevoir les sacrements, Maroyen avait répondu que l’eucharistie n’était que du pain. Au surplus, il refusa de se confesser, alléguant que seul son père du ciel pouvait lui pardonner. C’était le 13 juin. Aussitôt que le relaps fut mort, les bourgmestres et jurés de la ville prirent conseil du clergé et envoyèrent un message à Liége, vers Hezius, afin de connaître la conduite à tenir dans ce cas imprévu. Hezius délibéra avec Arnold Luyd, puis confia par écrit le soin de prendre une décision à Guillaume Karsmekers, doyen de Tongres. Le lendemain, 14 juin, le doyen, remplissant les fonctions d’inquisiteur délégué, rendait la sentence suivante : «Nous affirmons et déclarons que Henri Maroyen, alias Smaltslegers, est retombé dans l’hérésie la plus néfaste. Son cadavre devra être livré à la justice séculière, conformément aux lois canoniques ». Les échevins décidèrent de brûler le corps de l’hérétique qu’ils regrettaient de n’avoir pu frapper lorsqu’il était en vie. Ce beau projet fut contrecarré par l’absence du bourreau. Aussi, l’on se contenta d’enfouir le corps dans un lieu non bénit et d’allumer un feu symbolique sur la tombe59.

  • 60 Voir p. 152.
  • 61 Voir p. 152.

36En 1539 encore, deux hérétiques furent mis à mort, un autre abjura60. Pour les années qui suivent, l’histoire tongroise ne connaît plus que des « réconciliations »61.

37On sait que le diocèse de Liége, dépassant les frontières de la principauté, s’étendait alors sur plusieurs provinces des Pays-Bas, de Bréda à Bastogne, et de Louvain à Eupen.

38Le pouvoir spirituel des évêques de Liége devait donc se préoccuper des progrès de l’hérésie dans le Brabant, le Limbourg, le Namurois, le Hainaut, le Luxembourg et la Gueldre.

39Aux Pays-Bas comme dans la principauté, les villes et villages flamands apparaissent plus accessibles que les campagnes wallonnes au protestantisme germanique de Luther et de Zwingli ou des anabaptistes.

  • 62 Voir p. 165.
  • 63 E. Del Marmol, Notes sur l’abbaye de Boneffe, dans les Annales de la Société archéologique de Namu (...)

40Il est vrai qu’une répression sérieuse dut être organisée dans le comté de Namur, où elle fit plusieurs victimes62. Ce ne fut là qu’une vague d’hérésie bientôt brisée. Il est curieux de constater que la Réforme namuroise ne présente que très peu un caractère populaire. Les principaux suspects furent des chanoines de Saint-Aubain, un curé, deux franciscains, un marguillier, à qui il faut ajouter les cisterciens flamands de Boneffe, qui apostasièrent vers le même temps63, et le noble seigneur de Longchamp, possesseur d’un livre hérétique.

  • 64 Voir p. 153.

41Dans le Luxembourg, quelques luthériens sont cités à Houffalize et à Mirwart64. Je n’ai relevé aucun indice de protestantisme dans les paroisses liégeoises du Hainaut.

  • 65 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le (...)

42En 1555, Georges d’Autriche pouvait écrire à Charles-Quint que dans les provinces de Namur, de Luxembourg et de Hainaut, « ne règne aucune hérésie ou secte »65.

  • 66 Voir p. 153.
  • 67 La terre de Fallais était contestée aux Brabançons par les Liégeois, mais la répression de l’hérés (...)
  • 68 Voir plus loin, p. 164 et 165.— Voir aussi J. Hashagen, Geschichte der Familie Hœsch, t. i, p. 402 (...)

43Une constatation semblable pouvait être faite dans le Brabant wallon où je ne connais pas d’hérétiques, sinon à Nivelles, en 154566, et à Fallais67, ainsi que dans le Limbourg wallon, que la proximité de Maestricht et d’Aix-la-Chapelle exposait cependant au prosélytisme réformé68.

44Il en allait tout autrement au nord de la frontière linguistique. Les villes de Louvain, Maestricht, Bois-le-Duc, Ruremonde et Venlo, comme aussi les campagnes environnantes, furent travaillées par les prédicants et fortement influencées par les idées de la Réforme.

  • 69 de Jongh, o. c., passim.

45L’université de Louvain s’était, dès 1519, élevée contre Luther69. La faculté de théologie, qui groupait plusieurs inquisiteurs, restait au premier rang des défenseurs du catholicisme. Néanmoins l’objet même des discussions polémiques et le cosmopolitisme de ses étudiants ne lui permit pas d’empêcher toute infiltration de l’hérésie. Des livres hérétiques circulaient sous le manteau et affermissaient les convictions secrètes des protestants.

  • 70 L. Cardauns, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1533-1559), t. v, p. 388. — Comparer au renouveau (...)
  • 71 Voir p. 159.

46En 1540, le légat pontifical Cervini se réjouissait de rencontrer à Louvain tant d’hommes «bien instruits, bien catholiques, et bien dévôts»70. Mais, trois ans plus tard, s’ouvrait le retentissant procès de religion dont François de Enzinas nous a laissé une relation détaillée71.

  • 72 Voir p. 160.
  • 73 Campan, o. c., t. i, p. 102. — G. Pascal, Jean de Lasco..., p. 117, 125, 147, Paris, 1894. — Sur l (...)
  • 74 Voir p. 94, n. 4.
  • 75 Voir p. 163.
  • 76 voir p. 163.

47Certes, ce procès, qui se termina par de nombreuses condamnations, ne semble pas avoir nui à la réputation de l’université. Aucun professeur ne figurait au banc des accusés, mais quelques humanistes avaient manifesté leurs préférences doctrinales : Albert Hardenberg, cistercien frison72, le Polonais Jean Laski73, le célèbre prédicant Valérand Poullain74, enfin Perceval de Bruges75 et l’Espagnol Enzinas lui-même. Le géographe Gérard Mercator avait été arrêté, puis relâché76.

48L’enseignement luthérien se trahit dans les déclarations du curé Mathieu van Rillaert, qui confessa qu’il valait mieux qu’un prêtre prît femme plutôt que de commettre le péché de fornication.

  • 77 Campan, o. c., t. i, p. 538.

49D’ailleurs, affirmait-il avec témérité, en Allemagne, les prêtres peuvent se marier77.

  • 78 Voir p. 161.

50La rétractation finale du prêtre Paul de Roovere, le plus marquant des hérétiques louvanistes, fut un gros succès pour les inquisiteurs et une amère défaite pour les protestants78.

  • 79 24 octobre 1545 ; cfr de Jongh, o. c., p. 265.

51La faculté de théologie, citadelle de l’orthodoxie dans le diocèse, n’avait pas ménagé ses conseils aux Liégeois. Elle manifesta en de multiples occasions ses tendances apologétiques, et les écrits des inquisiteurs la citent souvent et avec considération. Sous le rectorat de Ruard Tapper, pour soustraire l’« incauta iuventus » au péril de l’hérésie, l’université prescrivit à tous les étudiants le serment de fidélité à la foi catholique79.

  • 80 Publiées par de Jongh, o. c., p. 81* sv. — de Ram, Disquisitio de dogmatica declaratione a theolog (...)
  • 81 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 132. — Sur l’édition de 1545 (et non 1544), (...)

52Charles-Quint pria les théologiens de Louvain de dresser un aperçu des dogmes de l’Église. Ruard Tapper élabora un excellent mémento comportant cinquante-neuf propositions dogmatiques80. Une seconde série, en trente-deux articles, était destinée au peuple. Elle fut approuvée par l’empereur, le 14 mars 1545, et constitua une base solide pour l’œuvre doctrinale de la Contre-Réforme81.

  • 82 Voir p. 163.

53La répression de l’anabaptisme à Maestricht témoigne de l’accord des deux seigneurs de la ville, l’empereur-duc de Brabant et le prince-évêque de Liége. A partir de 1542, les hérétiques paraissent totalement éliminés. Les derniers « sectaires », s’ils n’avaient pris le chemin de l’exil, attendirent des temps meilleurs82.

  • 83 Voir p. 154.
  • 84 A. Hallema, Bossche gevangenissen en gevangenen, dans les Bijdragen voor vaderlandsche geschiedeni (...)
  • 85 H. Meindersma, De reformatorische beweging der XVIe eeuw te ‘s Hertogenbosch, dans le Nederlandsch (...)

54A Bois-le-Duc, les exécutions furent plus nombreuses encore qu’à Maestricht et se multiplièrent jusqu’en 154783. Le magistrat urbain veillait à refuser l’entrée aux étrangers suspects84. Deux religieux, un franciscain et un dominicain, choisirent de quitter leur ordre et leur pays pour obéir à leur conscience85.

  • 86 Voir p. 154.

55A Bréda et à Berg-op-Zoom la répression ne fut pas moins efficace86.

  • 87 Voir p. 157.

56A Diest, l’échevinage montra un vif désir de punir tout ce qui pouvait ressembler à l’hérésie, mais l’écoutête avait omis de promulguer deux fois par an, comme il se devait, le « placard » impérial, ce qui semble indiquer qu’il ne voyait pas la nécessité d’un tel rappel87.

  • 88 Voir p. 165.
  • 89 Rahlenbeck, Les Pays d’Outre-Meuse, p. 212, Bruxelles, 1888.

57Par contre, les pays d’Outre-Meuse étaient infestés de luthériens ou d’anabaptistes88. Un cas étrange est celui de ce fermier de Vaals, mort sans avoir reçu les sacrements de l’Église. Ses frères, soupçonnés d’indifférence coupable sinon d’hostilité, prirent la fuite. Leurs biens furent confisqués89.

58Dans les provinces gueldroises, annexées aux Pays-Bas en 1543, l’évêque de Liége étendait son autorité spirituelle sur quelques localités importantes, telles Ruremonde, Venlo et Weert, qui furent des terres d’élection pour l’hérésie.

  • 90 J. S. Van Veen, Bijdrage tot de geschiedenis der hervorming in het overkwartier van Gelderland (15 (...)
  • 91 Fairon, o. c., p. 135.

59Le 2 mars 1545, Georges d’Autriche dénonçait au « stadhouder » de Ruremonde le curé et le maître d’école de cette ville. Le magistrat répondit de façon à calmer les inquiétudes de l’évêque90. Celui-ci se défiait peut-être de l’orthodoxie de son correspondant, car, à la même date, Hezius suggérait d’envoyer un inquisiteur en Gueldre91.

  • 92 Van Veen, o. c., p. 316.
  • 93 C. Creemers, Kronijk uit het klooster Maria-Wijngaart te Weert (1442-1587), dans les Publiccations (...)
  • 94 Van Veen, o. c., p. 320-325.

60Des suspects furent signalés, dans les années qui suivirent, à Venlo92 et à Weert93. Les curés de ces deux villes, pas plus que celui de Ruremonde, ne paraissaient fermes dans la foi. L’un d’eux, Henri Kamerlinck, de Venlo, fut banni par des inquisiteurs. Les sympathies dont il jouissait dans la ville l’encouragèrent à rentrer subrepticement à Venlo, d’où le chassèrent les protestations de l’évêque. Kamerlinck se réfugia alors à Clèves94.

  • 95 Van Veen, o. c., p. 326-327. — Vos, Martelaars uit Gelderland, dans le Nederlandsch Archief voor k (...)
  • 96 Van Veen, Berichten over wederdoopers in het overkwartier van Gelderland, dans les Publications de (...)

61En 1550, deux femmes anabaptistes, d’origine liégeoise, furent surprises par le drossart de Montfort, au moment où elles allaient passer par le duché de Juliers. Interrogées par un ecclésiastique, elles avouèrent qu’elles ne croyaient pas à la présence réelle. Leurs enfants n’étaient pas encore baptisés parce que, disaient-elles, ils n’avaient pas l’âge de raison. De plus, elles cachaient des livres hérétiques dans leurs hardes. Les deux inculpées furent jugées à Arnhem95. Le prédicant Gilles d’Alken, qui devait être exécuté à Anvers en 1557, exerçait alors son ministère dans le duché depuis plusieurs années96.

  • 97 Van Veen, o. c., dans les Publications de la Société... de Limbourg t. xli, p. 328-329. — Le prêtr (...)
  • 98 Creemers, o. c., p. 155.

62La régente des Pays-Bas, en 1551, communiqua au magistrat de Ruremonde un mémoire de Georges d’Autriche. L’évêque, qui s’était adressé directement à la régente pour obliger le « stadhouder » à intervenir, demandait qu’il fût interdit de prêcher au maître d’école et à un franciscain97. La même année, le suffragant de Liége, Gédéon van der Gracht, se rendit à Venlo et à Ruremonde pour y présider à l’abjuration des anabaptistes. Ceux qui refusèrent de se « réconcilier » furent brûlés98.

  • 99 Van Veen, o. c., p. 331.

63Dans un nouvel avis à la régente, en 1553, l’évêque signalait le danger des prédications de carême à Ruremonde, où un franciscain de Cologne avait fait scandale. Il suggérait à Marie de Hongrie de confier l’enquête en commun aux délégués des Pays-Bas et de Liége99.

  • 100 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le (...)

64Le même souci de collaboration se retrouve dans une lettre de Georges d’Autriche à l’empereur, le 25 février 1555. En Gueldre, écrivait-il, « suis adverty avoir beaucop d’infectz de la dite hérésye, et sur quoy ay fait advertyr de l’escole que se tient à Dorssel-dorp [Dusseldorf] vostre chancellier du dit Gheldres, pour empescher qu’il ne fut parmiz à la jeunesse s’y transporter »100.

  • 101 Van Veen, o. c., p. 331.

65En 1556 encore, l’évêque intervint pour accuser Pierre Stommel, gardien des franciscains de Ruremonde, mais le magistrat de cette ville, — suspect lui-aussi peut-être, — affirma qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre101.

  • 102 Redlich, o. c, t. i, p. 306.
  • 103 Redlich, o. c., t. i, p. 332 ; t. ii, p. 69, 80, 497, 716, 735.
  • 104 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des comptes, vol. 13163, f° 13 v° du compte de (...)
  • 105 Redlich, o. c., t. ii, p. 257, 292 sv. — Juten, De beneficiënlijsten in de landdekenaten Susteren, (...)

66Les paroisses liégeoises du duché de Juliers furent atteintes plus encore par l’hérésie. Déjà, vers 1539, Melanchton, un des grands chefs du luthéranisme, remarquait que les anabaptistes y étaient exceptionnellement nombreux102. Dix ans plus tard, la propagande anabaptiste n’avait pas ralenti ses progrès103. Un prêtre du pays, maître Léonard, osait prêcher sa foi jusqu’à Rolduc. Le drossart de ce lieu le fit appréhender pour « lutherie » et le remit à l’official de Liége. La suite de son procès n’est malheureusement pas connue104. D’autres prêtres suspects avaient attiré l’attention de l’autorité, les uns par leurs mœurs étranges, les autres par les auteurs réprouvés qui enrichissaient leurs bibliothèques105.

  • 106 A. A. Van Schelven, De nederduitsche vluchtelingenkerken der XVIe eeuw, p. 273 sv., La Haye, 1909. (...)
  • 107 Daris, o. c., p. 181. — Sur les réfugiés à Aix, voir aussi Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à (...)

67Des protestants wallons s’établirent en 1544 à Aix-la-Chapelle. Ils espéraient bénéficier d’une certaine tolérance dans cette ville qui jouissait d’une grande indépendance politique. Ils n’en furent pas moins persécutés par le magistrat avec le concours de l’empereur106. Pourtant, Aix reçut alors l’empreinte durable de la Réforme. En 1555 encore, un bourgeois de Liége, poursuivi pour hérésie, pouvait s’y réfugier et y demeurer cinq ans sans être découvert107.

68Les hérétiques liégeois ne se bornèrent pas à chercher la paix religieuse aux confins du diocèse, en Gueldre, en Juliers ou à Aix. Plusieurs parmi eux tentèrent de fuir plus loin. Ceux qui réussirent ne sont pas connus, mais les malheureux qui ne purent achever leur dessein témoignent de l’exode qui commence.

  • 108 Voir plus loin, p. 145 et 164.
  • 109 Voir p. 164.
  • 110 Voir p. 164.
  • 111 Voir p. 171.

69A Malines et à Lierre, des anabaptistes de Liége et de Saint-Trond moururent pour leur foi108. A Anvers, quatre femmes hérétiques, de Maestricht ou des environs, furent arrêtées alors que deux d’entre elles se préparaient à partir pour l’Angleterre109. Deux autres femmes de la région maestrichtoise subirent le même sort à Nimègue et à Lierre110. Un cordelier namurois, banni du comté, se fit condamner à Dôle111.

  • 112 A. Rey, Note sur l’origine liégeoise d’Idelette de Bure, femme de Calvin, dans le Bulletin de la S (...)
  • 113 Galesloot, o. c., p. 16 sv.

70A Strasbourg, l’hérétique liégeois Lambert de Bure avait trouvé un tout autre accueil. Banni de Liége en 1533, puis, plus tard, de Genève, il était devenu bourgeois de sa ville d’adoption. En 1538, les autorités strasbourgeoises intercédaient auprès de Corneille de Berghes, demandant pour Lambert de Bure la faveur exceptionnelle de rentrer au pays et d’y récupérer ses biens. Le prince-évêque refusa. Lambert de Bure resta donc à Strasbourg. Sa parente, Idelette, y épousa dans la suite Jean Calvin112. C’est près de Calvin que nous retrouverons aussi Jacques de Bourgogne, seigneur de Fallais113.

  • 114 Voir p. 112.

71Le 14 février 1539, un « cri » du perron défendait aux luthériens exilés de revenir à Liége et de correspondre d’une façon quelconque avec leur famille114.

  • 115 Archives de lÉtat a Liége, Échevins de Verviers. Plaids ruraux et jugements (1539-1540), f° 204 v (...)

72A Verviers, le 16 décembre 1540, les échevins accordèrent une attestation de bourgeoisie et de bonne renommée à Lambert Renson, d’Ensival, « fils à marié, expatrié et fugitif à cause de la secte luthéranne et cependant issu de bonne famille »115.

  • 116 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 123. — Le Tournaisien Nicolas Villain, exécu (...)
  • 117 Fairon, Un dossier..., p. 135. — Rahlenbeck, L’Église de Liége et la révolution, p. 81. —-A. A. Va (...)

73En 1545, les hérétiques liégeois réfugiés à Wesel devaient être assez nombreux puisque l’inquisiteur Hezius, — imitant l’exemple de Charles-Quint,116 — projetait de les citer dans un édit général117.

  • 118 Bauer, Valerand Poullain, p. 33, Elberfeld, 1927. — Rahlenbeck. Les réfugiés belges du xvie siècle (...)

74En Angleterre même, d’autres réformés de notre pays trouvèrent un asile jusqu’à la restauration catholique de Marie Tudor. Exilés une fois de plus, ils transportèrent leurs foyers à Francfort-sur-le-Mein118.

***

  • 119 Lenoir, o. c, p. 43.

75Il est malaisé de définir l’attitude personnelle des princes-évêques de Liége en face de la Réforme protestante. Corneille de Berghes n’est certes pas suspect d’hérésie, comme l’a avancé un auteur audacieux119. Peut-être même faut-il lui attribuer la responsabilité des rigueurs de la répression qui marque incontestablement le début de son règne ?

  • 120 Enzinas demeura quinze mois prisonnier ; cfr Campan, o. c., t. i, p. 270.

76Georges d’Autriche, comme tous les Habsbourg d’ailleurs, se montra, à Brixen, à Valence et à Liége, aussi hostile à l’hérésie qu’il était possible de l’être. Lorsque l’Espagnol François de Enzinas, se souvenant à propos des attaches que Georges d’Autriche ne pouvait manquer d’avoir conservées avec son diocèse d’au-delà des monts, lui écrivit de la prison où l’avait conduit son luthéranisme, il n’apparaît pas que l’évêque soit intervenu en sa faveur120.

  • 121 Lettre et réponse aux Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Fonds de l’université de Louvain,(...)
  • 122 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 82.
  • 123 Archives de lÉtat a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 131 v°. — H. Keussen, Regesten und (...)
  • 124 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 100. —Sur les frais supportés à cette occasion par le clerg (...)
  • 125 G. Brom, Het bisdom Utrecht en de mislukte protestantiseering van het aartsstift Keulen in 1542-15 (...)
  • 126 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 36, f° 301 ; Principi, vol. 14, f° 423 v°. — A de Wied succéda l (...)

77L’« affaire » de Wied allait donner à Georges d’Autriche l’occasion d’affirmer ses sentiments de catholique romain. Herman de Wied, archevêque de Cologne et métropolitain de Liége, s’était déclaré favorable aux réformateurs. A Cologne même et dans toute la Basse-Allemagne, l’émotion fut très vive, les protestations véhémentes. Le Chapitre métropolitain appela à Rome contre son archevêque. Le 11 mars 1545, Georges d’Autriche envoyait à la faculté de théologie de Louvain un livre de l’archevêque, demandant qu’il lui fût expliqué en quoi son auteur avait erré et ce qu’il convenait de lui répondre. Les théologiens louvanistes répondirent, le 18 mars, en condamnant le livre incriminé et en félicitant l’évêque de Liége121. Le 28 mars, le Chapitre cathédral de Liége s’unissait au clergé secondaire pour dénoncer l’hérésie manifeste de Herman de Wied122. Le 24 avril, l’évêque de Liége, son clergé et l’université de Louvain adhéraient solennellement à l’appel au pape prononcé par le Chapitre métropolitain contre l’archevêque apostat123. Le reste de l’année se passa en négociations diverses124. Le Chapitre cathédral d’Utrecht motiva son acte d’union en citant l’exemple liégeois125. Enfin, le 16 avril 1546, Herman de Wied était excommunié. Georges d’Autriche en fut averti par un bref du 3 juillet126.

  • 127 Voir p. 117 et p. 357.

78Dans sa politique religieuse intérieure, le prince-évêque ne se montra pas moins soucieux de sauver l’orthodoxie. Aux réunions d’États, il prit plusieurs fois la parole pour présenter des édits en matière d’hérésie, et, comme je l’exposerai ailleurs, il fit voter, en 1545, un important édit général127.

  • 128 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105 ; vol. 2, f° 20 v°. — Daris, o. c., p. 153. Hefele et Herg (...)
  • 129 Archives de lÉtat a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 34 (12 décembre 1549).

79En 1547, Georges d’Autriche, flanqué de Granvelle et de Groes-beeck, assista à la diète impériale d’Augsbourg, où fut scellée l’alliance des princes catholiques allemands pour la défense de la foi contre les dissidents128. La principauté fut taxée à un contingent de soixante cavaliers et cent-quatre-vingt-dix piétons, destinés à rejoindre l’armée impériale129.

  • 130 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 411.
  • 131 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le (...)

80L’accord de la principauté et des Pays-Bas, pour assurer l’extirpation consciencieuse des hérésies, se manifesta aussi clairement que celui de l’évêque et de l’empereur. Le 27 janvier 1555, Charles-Quint demandait aux évêques de favoriser la mission des inquisiteurs et d’encourager les archidiacres, les doyens et les prédicateurs à s’acquitter des devoirs de leur charge. Il sollicitait en outre un rapport sur la situation religieuse de chaque diocèse130. Georges d’Autriche répondit sans tarder à ce désir. Le 25 février, il adressait à l’empereur, son neveu, une lettre détaillée, exposant la satisfaction que lui donnaient ses diocésains wallons, mais se plaignant des hérétiques de Hesbaye et de Campine. De plus, l’évêque indiquait les remèdes à son avis les meilleurs, tels que la surveillance des imprimeurs et des libraires, l’enseignement approfondi de la religion dans les écoles, la discipline et la formation des prêtres131.

  • 132 Voir le chapitre suivant.

81Le rôle des collaborateurs des évêques, Arnold Luyd, Thierry Hezius et Gilles de Blocquerie, mérite d’être souligné. L’organisation de l’inquisition et les édits généraux contre l’hérésie sont leur œuvre au moins autant que celle de Corneille de Berghes ou même de Georges d’Autriche132.

  • 133 H. Jedin, Studien über die Schrittstellertätigkeit Albert Pigges, Münster, 1931. — Linsemann, Albe (...)
  • 134 P. Beuzart, Pierre Titelmans et l’inquisition en Flandre (1554-1567), dans le Bulletin de la Socié (...)

82Enfin, des théologiens distingués consacrèrent leur talent à lutter contre l’hérésie et firent honneur au diocèse de Liége. Albert Pighius133 et Pierre Titelmans134 prirent une part active aux polémiques religieuses en Allemagne et en Flandre.

***

  • 135 Du moins, dans la principauté.

83En 1557, lorsque mourut Georges d’Autriche, la première phase de la Réforme liégeoise était close. Anabaptistes, sacramentaires et luthériens avaient été réduits à un état voisin de l’impuissance135.

84Les champions de la Réforme et de la Contre-Réforme s’étaient affrontés sans douceur, mais avec une égale sincérité. Des essais d’épuration des mœurs et des institutions ecclésiastiques avaient accompagné la répression de l’hérésie. La Réforme catholique, toute imparfaite qu’elle fût, avait grandement contribué à la déroute du protestantisme.

85On pourrait croire que l’action du concile de Trente, le morcellement de l’évêché de Liége et la violente politique religieuse de Philippe II allaient porter les derniers coups aux réformés.

86Le calvinisme, qui fait alors son apparition, ouvre un nouveau chapitre de notre histoire religieuse. Encouragés par les huguenots de France ou de Hollande, les calvinistes envahiront à leur tour le diocèse et, par l’étendue de leurs conquêtes, appelleront sur leurs têtes de nouveaux châtiments. Pour autant que l’on paisse généraliser, le calvinisme devait trouver en pays wallon sa terre d’élection, alors que les luthériens et les anabaptistes s’étaient de préférence recrutés dans les régions de langue germanique.

  • 136 Je restreins ici mes conclusions à la seule principauté de Liége, mais elles s’appliquent, « mutat (...)
  • 137 G. Kurth, La Cité de Liége au Moyen Age, t. ii, p. 299, 300, Liége, 1910. — H. Lonchay, L’inquisit (...)
  • 138 H. Francotte, Essai historique sur la propagande des encyclopédistes français dans la principauté (...)
  • 139 Les historiens protestants estiment que la Réforme a été noyée dans le sang ; cfr, par exemple, Le (...)

87Le catholicisme, on le sait, se ressaisit et, après une lutte cruelle, finit par l’emporter. Il est permis de se demander quelles sont les raisons profondes de l’instabilité du protestantisme en terre liégeoise136. Est-il vrai, comme l’écrit Godefroid Kurth137, que l’orthodoxie du pays de Liége est « sans alliage » et qu’« elle fait en quelque sorte partie du patriotisme » ? Ou faudra-t-il suivre Henri Francotte138 pour qui les luthériens, « ne touchant qu’à l’ordre théologique, soulevaient des questions auxquelles le petit nombre seul était capable d’atteindre » ? Ces explications sacrifient trop à la rhétorique ou à la fantaisie pour pouvoir satisfaire l’esprit139. Les Liégeois, sans doute, auraient pu devenir et rester protestants s’ils n’avaient appartenu à une principauté ecclésiastique, dont les chefs, réunissant l’épée et la crosse, s’appliquèrent tout à la fois à éclairer les fidèles et à repousser les hérétiques. Endiguée par l’esprit démocratique des États du pays, la répression n’en fut que plus efficace : la modération des persécuteurs est moins précieuse aux religions nouvelles que l’auréole du martyre. La victoire resta à la force appuyée sur la tradition.

Notes

1 L.-E. Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 129-142.

2 L. Febvre, Une question mal posée. Les origines de la Réforme française et le problème général des causes de la Réforme, dans la Revue historique, t. clxi, p. 1-73, Paris, 1929. —L. Cristiani, Les causes de la Réforme, dans la Revue d’histoire de l’Église de France, t. xxi, p. 323-354, Paris, 1935.

3 Érard de la Marck était prince-évêque de Liége, évêque de Chartres, archevêque de Valence et abbé de plusieurs monastères ; cfr L.-E. Halkin, Les conflits de juridiction entre Érard de la Marck et le Chapitre cathédral de Chartres, p. 32, 58, Paris et Liége, 1933.

4 Henne, o. c.,t. iv, p. 287-288. — C’était aussi l’avis de Marie de Hongrie; cfr Lonchay, o. c.,p. 221. — Sur l’état religieux du diocèse, voir p. 277.

5 Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 25 février 1555 ; original aux Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.

6 de Jongh, L’ancienne faculté de théologie de Louvain, au premier siècle de son existence (1432-1540), p. 182, n. 4, Louvain, 1911.

7 Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thiérry Hezius (1532 à 1545), dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 142, Bruxelles, 1924.

8 Encore une thèse traditionnelle qu’il convient de nuancer ; cfr P. Polman, De wetenschappelijke opleiding van den Noord-Nederlandschen clerus secularis in de XVIe eeuw, dans Ons Geestelijk erf, t. viii, p. 398-417, Anvers, 1934.

9 Munters, ms. c., f° 106 v°. — Cas analogue : Chambre des comptes, vol. 15465, f° 234.

10 Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 115, n. 3. — Le 6 juillet 1547, Georges d’Autriche accordait passeport et sauf-conduit à quelques marchands juifs « nouveaux chrétiens », neuf hommes, vingt-sept femmes et enfants, deux chariots ; cfr Archives de lÉtat a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 94. — Une note de Hezius fait allusion aux étrangers suspects ; cfr Fairon, o. c.,p. 140. — Dans le Limbourg, la foire de Francfort servit la cause de la Réforme ; cfr J. Hashagen, Geschichte der Familie Hœsch, t. i, p. 402, Cologne, 1911.

11 Redlich, Jülich-Bergische Kirchenpolitik..., t. ii, p. 66 sv. — Halkin, o. c.,p. 115, n. 4. — En 1549, Gilles Gerson, du diocèse de Liége, étudiait à Wittenberg ; cfr Keussen, Die Kölner Universitäts-Matrikel, t. ii, p. 1010. — Le même ouvrage renferme de nombreux renseignements sur les Liégeois étudiant à Cologne.

12 Je crois cependant que peu d’étrangers établis à Liége professaient l’hérésie. En effet, nous possédons les jugements et sentences des échevins de Liége pour cette époque, et nous n’y avons relevé aucun cas d’hérésie, alors que, comme l’affirme Pirenne, o. c.,t. iv, p. 297, les étrangers étaient justiciables des échevins, sans intervention de la « franchise ».

13 Sur la carte du diocèse, voir la bibliographie donnée dans mon travail Introduction à l’histoire paroissiale de l’ancien diocèse de Liége, p. 16-18, Bruxelles, 1935. Y ajouter J. Laenen, Notes sur l’organisation ecclésiastique du Brabant..., dans les Annales de l’Académie royale d’archéologie de Belgique, t. lvi, p. 69 sv., Anvers, 1904.

14 Sur le vagabondage, voir plus loin p. 300.

15 «... propter librarios minores qui discurrunt hinc inde per patriam ad nundinas et dedicationes... » ; cfr Fairon, o. c.,p. 158.

16 Fairon, o. c.,p. 158. — Fairon, Le premier index de livres prohibés à Liége, 1545, dans Le Compas d’or, 2e s., t. iii, p. 13, n. 1, Anvers, 1925.

17 C. A. Campan, Mémoires de Francisco de Enzinas, t. i, p. 620, Bruxelles, 1862. — Voir p. 163.

18 Redlich, o. c.,t. ii, p. 66 sv.

19 Édit impérial du 10 juillet 1540 ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. iv, p. 210. — Projet de Hezius en 1545 ; cfr Fairon, Un dossier..., p. 153-154.

20 Sur les facteurs économiques de la Réforme dans nos régions, voir, à défaut d’une étude d’ensemble, J. Lyna, De protestantsche revolutie te Hasselt, dans les Verzamelde Opstellen... te Hasselt, t. x, p. 262 ; — Pirenne, o. c.,t. iii, p. 282 sv.

21 Fairon, o. c.,p. 111.

22 Archives de lÉtat a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 144 v°.

23 Fairon, o. c., p. 152. — Fairon, Le premier index..., p. 4. — En 1546, l’index de Louvain fera de même ; cfr Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 260.

24 Pirenne, o. c., t. iii, p. 429. — J. Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 1912, p. 17, n. 4, voit des calvinistes depuis 1540 dans les provinces wallonnes. — Lenoir, Histoire de la Réformation dans l’ancien pays de Liége, p. 41, Bruxelles, 1861, affirme que, vers 1539-1540, le prédicateur calviniste Égide Synegorus vint s’établir à Limbourg, mais cette assertion manque de preuve et de vraisemblance. — Rahlen-Beck, L’Église de Liége et la révolution, p. 157, Bruxelles, 1862, fait de Synegorus un zwinglien frison, Seinen, qui se sauva de Limbourg dans les dix dernières années du règne de Charles-Quint et devint maître d’école à Dusseldorf. — Sur le seigneur de Fallais, voir L. Galesloot, Jacques de Bourgogne..., dans la Revue trimestrielle, t. xxxiv, p. 5 sv., Bruxelles, 1862.

25 De Hoop-Scheffer, Geschiedenis der kerkhervorming in Nederland, p. 109, 614, Amsterdam, 1873. — Reitsma, Geschiedenis van de hervorming en der hervormde kerk der Nederlanden, p. 226, Utrecht, 1916. — Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlviii, p. 150, Tongres, 1934. — Les sorciers eux-mêmes étaient parfois appelés hérétiques, vaudois ou albigeois ; cfr Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’inquisition en Franche-Comté, p. 21, n. 2, Paris, 1911. — Autre cas curieux dans Henne, o. c., t. vii, p. 188. — On confondra de même anabaptistes et sacramentaires ; cfr K. Rembert, Dir Wiedertäufer im Herzogtum Jülich, p. 429, n. 3, Berlin, 1899.

26 Munters, ms. c., f° 107 v°.

27 Lyna, De wederdoopers in het graafschap Loon, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xxxv, p. 99, Tongres 1920.

28 Archives de lÉtat a Namur, Conseil provincial, liasse 712 ; cfr le n° xix des Pièces justificatives.

29 Aux États de 1538, aucune distinction n’est établie entre les hérétiques, au point de vue de l’enquête, par les villes flamandes où prédominait l’anabaptisme ; cfr C. Tihon, La principauté et le diocèse de Liége sous Robert de Berghes (1557-1564), p. 160, Paris et Liége, 1923.

30 «... tam varias novas sectas... » (texte inédit) ; cfr, plus loin, p. 346.

31 Le félicianisme est une forme de l’adoptianisme, hérésie en vertu de laquelle Marie n’aurait pas donné naissance au fils de Dieu, mais à un homme ultérieurement élu par Dieu.

32 Campan, o. c., t. i, p. 360.

33 Fairon, Un dossier..., p. 144, 148.

34 Campan, o. c., t. i, p. 62. — Henne, o. c., t. ix, p. 46. — Comparer au questionnaire présenté au concile de Cologne en 1550 ; cfr Hartzheim, Concilia Germaniae, t. vi, p. 650, Cologne, 1765.

35 O. c, f° 39.

36 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 7.

37 Voir plus loin, p. 114.

38 Voir plus haut, p. 35.

39 Voir p. 145 et p. 148. — J’y ajoute les exécutions d’anabaptistes rapportées sans précision par J. Mantelius, Hasseletum..., p. 64, Louvain, 1664.

40 Voir p. 145. — Le métier des orfèvres semble atteint plus que les autres par la propagande hérétique ; voir plus loin, p. 147, et Chapeaville, o. c., t. iii, p. 404.

41 Voir p. 147.

42 Voir p. 146.

43 Voir p. 147.

44 En 1533, des anabaptistes avaient brisé des statues de saints dans l’église de Repen ; cfr Lyna, o. c., p. 93.

45 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 432.

46 Entre autres, dans le procès de la blasphématrice condamnée à Liége en 1530 ; cfr Halkin, Un procès de religion à Liége en 1530, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xxvi, p. 15. — Voir aussi le procès d’Hedwige Strijbosch, plus loin, p. 154. — On trouvera, au n° xxiv des Pièces justificatives, le texte du mandement du 4 mai 1554; cfr Bormans, Extraits des cris du péron de la Cité de Liége, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. x, p. 198, Tongres, 1870.

47 Voir p. 152, 153.

48 Voir p. 151.

49 Voir p. 149.

50 Lyna, o. c., p. 93, 97.

51 Lyna, o. c., p. 99.

52 Munters, ms. c., f° 149. — Lyna, o. c, p. 100 (lire 1544 au lieu de 1541). — Peut-être même le berger a-t-il été exécuté à Liége pour éviter du désordre à Gors-Op-Leeuw où couvait l’hérésie ?

53 Jean Hollenders, cité par M. Lyna, o. c., p. 100, doit être identifié avec le Jean Hollants, desservant de Gors-Op-Leeuw en 1540, cité par M. Paquay, Gors-Opleeuw, dans les Verzamelde Opstellen...te Hasselt, t. x, p. 14, Hasselt, 1934.

54 Voir p. 148.

55 K. Vos, Martelaars uit Gelderland, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. x, p. 258, La Haye, 1913.

56 A Hansay, Blasphémateurs, hérétiques et sorciers à Curange en 1555, dans le Bulletin de... la Société... des mélophiles de Hasselt, t. xli, p. 27-37, Hasselt, 1913.

57 Voir p. 151.

58 Archives de la Ville de Tongres, Registrum plebiscitorum ab anno 1477, f° 177 v° — Thys, Éphémérides tongroises, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xii, p. 213, Tongres, 1872. — Halkin, o. c., p. 178 (corriger Marozen en Maroyen).

59 J. Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. xlviii, p. 147. — Comparer à des cas analogues relevés dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, t. lii, p. 385, 573 ; t. liii, p. 470 ; t. liv, p. 187, 285 ; t. lxxxiv, p. 514.

60 Voir p. 152.

61 Voir p. 152.

62 Voir p. 165.

63 E. Del Marmol, Notes sur l’abbaye de Boneffe, dans les Annales de la Société archéologique de Namur, t. viii, p. 93, Namur, 1864.

64 Voir p. 153.

65 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.

66 Voir p. 153.

67 La terre de Fallais était contestée aux Brabançons par les Liégeois, mais la répression de l’hérésie dans la famille des seigneurs de l’endroit appartient nettement à l’histoire religieuse des Pays-Bas ; cfr L. Galesloot, Jacques de Bourgogne, dans la Revue trimestrielle, t. xxxiv, p. 5 sv., Bruxelles, 1862. — E. Poswick, Histoire du comté de Fallais, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xix, p. 320 sv., Liége, 1888.

68 Voir plus loin, p. 164 et 165.— Voir aussi J. Hashagen, Geschichte der Familie Hœsch, t. i, p. 402, Cologne, 1911. — Il y eut peut-être quelques hérétiques dans le pays de Stavelot ; cfr F. A. Villers, Histoire... des abbés-princes..., t. i, p. 218.

69 de Jongh, o. c., passim.

70 L. Cardauns, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1533-1559), t. v, p. 388. — Comparer au renouveau de ferveur constaté par les jésuites à Louvain en 1553 ; cfr A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, t. i, p. 53, Bruxelles, 1927.

71 Voir p. 159.

72 Voir p. 160.

73 Campan, o. c., t. i, p. 102. — G. Pascal, Jean de Lasco..., p. 117, 125, 147, Paris, 1894. — Sur l’évolution de Laski vers le calvinisme, voir P. Mesnard, L’essor de la philosophie politique au xvie siècle, p. 246, 407, Paris, 1936, qui cite des ouvrages polonais que je n’ai pu consulter.

74 Voir p. 94, n. 4.

75 Voir p. 163.

76 voir p. 163.

77 Campan, o. c., t. i, p. 538.

78 Voir p. 161.

79 24 octobre 1545 ; cfr de Jongh, o. c., p. 265.

80 Publiées par de Jongh, o. c., p. 81* sv. — de Ram, Disquisitio de dogmatica declaratione a theologis Lovaniensibus edita anno 1544, dans les Mémoires de l’Académie royale de Belgique, t. xiv, p. 6 sv., Bruxelles, 1841. — P. Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du xvie siècle, p. 335 sv., Louvain, 1932.

81 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 132. — Sur l’édition de 1545 (et non 1544), voir A.Vincent, Les Velpius, dans la Revue des bibliothèques et archives de Belgique, t. vii, p. 252, Bruxelles, 1909.

82 Voir p. 163.

83 Voir p. 154.

84 A. Hallema, Bossche gevangenissen en gevangenen, dans les Bijdragen voor vaderlandsche geschiedenis, 7e s., t. iii, p. 86, La Haye, 1932.

85 H. Meindersma, De reformatorische beweging der XVIe eeuw te ‘s Hertogenbosch, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. vii, p. 273, La Haye, 1910.

86 Voir p. 154.

87 Voir p. 157.

88 Voir p. 165.

89 Rahlenbeck, Les Pays d’Outre-Meuse, p. 212, Bruxelles, 1888.

90 J. S. Van Veen, Bijdrage tot de geschiedenis der hervorming in het overkwartier van Gelderland (1543-1568), dans les Publications de la Société archéologique et histo-rique dans le duché de Limbourg, t. xli, p. 314, Maestricht, 1905.

91 Fairon, o. c., p. 135.

92 Van Veen, o. c., p. 316.

93 C. Creemers, Kronijk uit het klooster Maria-Wijngaart te Weert (1442-1587), dans les Publiccations de la Société... de Limbourg, t. xii, p. 154, Ruremonde, 1875. — Daris, o. c., p. 179.

94 Van Veen, o. c., p. 320-325.

95 Van Veen, o. c., p. 326-327. — Vos, Martelaars uit Gelderland, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. x, p. 252 sv.

96 Van Veen, Berichten over wederdoopers in het overkwartier van Gelderland, dans les Publications de la Société... de Limbourg, t. xlviii, p. 430, Maestricht, 1912.

97 Van Veen, o. c., dans les Publications de la Société... de Limbourg t. xli, p. 328-329. — Le prêtre maître d’école avait déjà été dénoncé en 1545 ; ibidem, p. 314.

98 Creemers, o. c., p. 155.

99 Van Veen, o. c., p. 331.

100 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le n° xxv des Pièces justificatives.— Sur l’école de Dusseldorf, voir Friedensburg, Eine katholische Denkschrift zur Klevisch-Oesterreichischen Vermählung 1546, dans l’Archiv für Reformationsgeschichte, t. xxix, p. 258, Leipzig, 1932.

101 Van Veen, o. c., p. 331.

102 Redlich, o. c, t. i, p. 306.

103 Redlich, o. c., t. i, p. 332 ; t. ii, p. 69, 80, 497, 716, 735.

104 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Chambre des comptes, vol. 13163, f° 13 v° du compte de 1546-1551. — Rahlenbeck, Les Pays d’Outre-Meuse, p. 212, a donné de ces faits un résumé inexact.

105 Redlich, o. c., t. ii, p. 257, 292 sv. — Juten, De beneficiënlijsten in de landdekenaten Susteren, Maaseyck en Wassenberg (1474-1555), dans les Publications de la Société... de Limbourg, t. lxi, p. 56, Maestricht, 1925. — H. Forsthoff, Rheinische Kirchengeschichte. Die Reformation am Niederrhein, t. i, p. 351, Essen, 1929.

106 A. A. Van Schelven, De nederduitsche vluchtelingenkerken der XVIe eeuw, p. 273 sv., La Haye, 1909. — Daris, o. c., p. 182-183.

107 Daris, o. c., p. 181. — Sur les réfugiés à Aix, voir aussi Meyhoffer, Les hérésies et la Réforme à Namur, p. 17, 20. — Reitsma, o. c., p. 254.

108 Voir plus loin, p. 145 et 164.

109 Voir p. 164.

110 Voir p. 164.

111 Voir p. 171.

112 A. Rey, Note sur l’origine liégeoise d’Idelette de Bure, femme de Calvin, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 1922, p. 111-123. — Halkin, o. c., p. 127, n. 6.

113 Galesloot, o. c., p. 16 sv.

114 Voir p. 112.

115 Archives de lÉtat a Liége, Échevins de Verviers. Plaids ruraux et jugements (1539-1540), f° 204 v°. — Fairon, La répression de l’hérésie et la question constitutionnelle dans la principauté de Liége au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 1930, p. 294. — Le même auteur signale, p. 296, que les hérétiques de la région verviétoise, à partir de 1557, choisissent souvent l’exil. M. Fairon prépare une étude sur ce sujet, ce qui me dispense d’en dire plus dans ce travail.

116 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. v, p. 123. — Le Tournaisien Nicolas Villain, exécuté à Namur en 1545, avait été aussi à Wesel ; cfr L.-E. Halkin, Procès de religion à Namur au xvie siècle, dans Namurcum, Namur, 1936 (sous presse).

117 Fairon, Un dossier..., p. 135. — Rahlenbeck, L’Église de Liége et la révolution, p. 81. —-A. A. Van Schelven, De nederduitsche vluchtelingenkerken der XVIe eeuw in Engeland en Duitschland, p. 281 sv. — Rembert, Die Wiedertäufer im Herzogtum Jülich, p. 119, n. 2. — P. Bockmuhl, Der Wiederruf eines Taufgesin-ten in Wesel am 26 december 1547, dans le Nederlandsch Archief voor kerkgeschiedenis, 2e s., t. x, p. 103-106, La Haye, 1913.

118 Bauer, Valerand Poullain, p. 33, Elberfeld, 1927. — Rahlenbeck. Les réfugiés belges du xvie siècle en Angleterre, dans la Revue trimestrielle, t. xlviii, p. 5 sv. — Rahlenbeck, Les réfugiés belges du xvie siècle à Francfort sur-le-Mein, dans la Revue trimestrielle, t. li, p. 128 sv., Bruxelles, 1866.

119 Lenoir, o. c, p. 43.

120 Enzinas demeura quinze mois prisonnier ; cfr Campan, o. c., t. i, p. 270.

121 Lettre et réponse aux Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Fonds de l’université de Louvain, vol. 443, fos 15 et 15V° ; cfr le n° xv des Pièces justificatives. — de Jongh, o. c., p. 261, n. 4. — Sur l’affaire de Wied en général, voir H. J. Slosz, Actenstücke zur Geschichte des Kölner Erzbischofs Hermann von Wied (1543-1545), dans les Annalen des historischen Vereins für den Niederrhein, t. xxxvii, p. 120 sv., Cologne 1882. — Sur l’intervention de saint Pierre Canisius, à ce sujet, auprès de Georges d’Autriche, voir Pastor, Histoire des papes (trad. Poizat), t. xi, p. 541.

122 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 82.

123 Archives de lÉtat a Liége, Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 131 v°. — H. Keussen, Regesten und Auszüge zur Geschichte der Universität Köln (1381-1559), dans les Mitteilungen aus dem Stadtarchiv von Köln, t. xv, p. 438, Cologne, 1918.

124 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 100. —Sur les frais supportés à cette occasion par le clergé liégeois, voir le même vol. f° 127.

125 G. Brom, Het bisdom Utrecht en de mislukte protestantiseering van het aartsstift Keulen in 1542-1545, dans l’Archief voor de geschiedenis van het aartsbisdom Utrecht, t. xxiii, p. 161 sv., Utrecht, 1896.

126 Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 36, f° 301 ; Principi, vol. 14, f° 423 v°. — A de Wied succéda le prévôt de Liége Adolphe de Schauembourg.

127 Voir p. 117 et p. 357.

128 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105 ; vol. 2, f° 20 v°. — Daris, o. c., p. 153. Hefele et Hergenroether, Histoire des conciles, t. ix, p. 400, 418, 436. — Le Plat, Monumentorum ad historiam concilii Tridentini..., t. iv, p. 170, 202, Louvain, 1784.

129 Archives de lÉtat a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 34 (12 décembre 1549).

130 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e s., t. vi, p. 411.

131 Archives Générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 11774 ; cfr le n° xxv des Pièces justificatives. — Un mémoire adressé de Liége à la reine, avec, en marge, les conclusions de cette dernière, le 27 septembre 1555, porte : « Que l’yver passé, sa majesté a désiré avoir compte de l’estat de la religion et observance d’icelle par le diocèse de Liége ès terres patrimonielles, à quoy de sa part par escript il [Georges d’Autriche] a satisfaict sans que encoires il ayt sur ce entendu l’intention de sa majesté.
[En marge] La royne tiendra la main vers la majesté impériale d’ouyr le rapport et y ordonner selon son bon plaisir.
Qu’il est requis, tant en quelques lieux de la Campigne comme de Limborch et Gueldres, veiller sur la nouvelle doctrine et ceulx qui travaillent l’espardre, et que, à ceste fin, il serviroit s’informer par inquisiteurs ou autrement.
[En marge] Il sera bien que l’on donne de cecy plus particulière information au doyen de Louvain et à l’official du dict révérendissime y résident comme inquisiteurs principaulx, pour y pourveoir selon leur charge et commission. Et si l’on treuve aucune faulte aux officiers ou autres, estant de ce sa majesté deuement informée, elle y fera remédier comme appartiendra ».

132 Voir le chapitre suivant.

133 H. Jedin, Studien über die Schrittstellertätigkeit Albert Pigges, Münster, 1931. — Linsemann, Albertus Pighius und sein theologischer Standpunkt, dans le Theologische Quartalschrift, t. xlviii, p. 571-614, Augsbourg, 1886. —Polman, o. c., p. 89.

134 P. Beuzart, Pierre Titelmans et l’inquisition en Flandre (1554-1567), dans le Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, t. lxiii-lxiv, p. 224-242, Paris, 1914.

135 Du moins, dans la principauté.

136 Je restreins ici mes conclusions à la seule principauté de Liége, mais elles s’appliquent, « mutatis mutandis », à tout le diocèse.

137 G. Kurth, La Cité de Liége au Moyen Age, t. ii, p. 299, 300, Liége, 1910. — H. Lonchay, L’inquisition au pays de Liége, dans la Revue de Belgique, t. xxxviii, p. 415, Bruxelles, 1881, avait généralisé dans le sens contraire avec autant d’éloquence : « Toutes les hérésies qui devaient bientôt provoquer le schisme du protestantisme avaient germé depuis longtemps dans la principauté, elles n’attendaient plus qu’un souffle énergique pour éclore et se féconder ».

138 H. Francotte, Essai historique sur la propagande des encyclopédistes français dans la principauté de Liége, p. 29, Bruxelles, 1880.— On voit tout de suite combien il est téméraire d’affirmer que le peuple reste étranger à une doctrine qui modifie radicalement l’attitude du chrétien dans sa foi, dans sa piété, dans sa morale.

139 Les historiens protestants estiment que la Réforme a été noyée dans le sang ; cfr, par exemple, Lenoir, o. c., p. 504. — M. É. Fairon, Un dossier..., p. 118, a vivement réagi contre cette conclusion qu’il juge outrée.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search