Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Chapitre préliminaire. Les Hommes

Texte intégral

1Les hommes dont je vais étudier la vie et le rôle ont dirigé la politique religieuse du diocèse ou contribué à son succès : ce sont les princes-évêques, leurs auxiliaires, leurs conseillers. J’exclus donc les hérétiques, non que je nie ou minimise leur influence, mais je me réserve de décrire leur action,— anonyme le plus souvent, — dans une autre partie de ce livre. En outre, je me place au point de vue liégeois, considérant d’abord la lutte religieuse de l’intérieur, sous l’angle de la défense de la foi traditionnelle. La Contre-Réforme fut aux mains des évêques et de leurs dignitaires ; c’est pourquoi je consacrerai trois paragraphes à Corneille de Berghes, à Georges d’Autriche, à leurs principaux collaborateurs, ecclésiastiques pour la plupart.

2Après avoir ainsi procédé à la « distribution des rôles », il sera plus facile de suivre « l’action » que l’on verra se dérouler dans cet ouvrage.

I — CORNEILLE DE BERGHES (1538-1544)

3Le cardinal de la Marck, prince-évêque de Liége, était mort le 16 février 1538. Il laissait à Corneille de Berghes un bien lourd héritage. Trente années d’un règne glorieux avaient marqué d’une empreinte durable la vie politique, économique et morale du pays, et l’on sait combien il est difficile de succéder à un grand homme.

4Premier « prince moderne » de Liége, Érard de la Marck accomplit l’œuvre d’unification et de centralisation qui se justifiait assez après les luttes intestines et la persistante anarchie du xve siècle liégeois. La principauté bénéficia de réformes politiques analogues à celles que Charles-Quint implantait dans le même temps aux Pays-Bas.

  • 1 Révision, en 1507, de la Paix de 1487 ; cfr Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e(...)
  • 2 É. Poncelet, Le Conseil ordinaire, tribunal d’appel de la principauté de Liége, dans le Bulletin d (...)
  • 3 P. Harsin, L’alliance de la principauté de Liége avec les Pays-Bas au xvie siècle, dans la Revue b (...)
  • 4 É. Buchin, Érard de la Marck et la restauration des forteresses liégeoises, dans Leodium, t. xxi, (...)
  • 5 Sujet mal connu encore. Voir quelques indications utiles dans M. Devigne, La première Renaissance (...)

5Comme prince, Érard a donné à son pays une constitution dans la Paix de Saint-Jacques1, une nouvelle cour de justice par l’institution du Conseil ordinaire2, enfin l’alliance des Pays-Bas grâce aux traités de Saint-Trond3. Il y ajoutait une heureuse politique économique garantie par la défense vigilante des frontières4. En outre, son œuvre de restauration matérielle se couronnait d’un mécénat qui ouvrit toutes grandes les portes de Liége à l’esprit de la Renaissance5.

  • 6 A. Van Hove.Étude sur les conflits de juridiction dans le diocèse de Liége à l’époque d’Érard de l (...)
  • 7 L.-E. Halkin, Réforme protestante et Réforme catholique au diocèse de Liége. Le cardinal de la Mar (...)

6Évêque, le cardinal de Liége avait eu à lutter, pour la Réforme catholique, contre les protestants et contre son clergé. A tous, il voulait imposer le respect et la crainte de l’autorité épiscopale ; il prétendait introduire dans le domaine spirituel les méthodes d’unification dont s’était inspiré son gouvernement temporel. Les conflits de juridiction entre le prince et les collégiales, entre les tribunaux ecclésiastiques et laïques, les retards et les faiblesses de la réformation morale compromirent le succès de cette réaction urgente et méritoire qui exigeait trop de sacrifices6. Néanmoins, l’épiscopat d’Érard de la Marck ne se clôtura point par un échec. Il avait défini les principes et posé les premiers jalons de la Contre- Réforme7.

7Sans doute, il restait beaucoup à faire, ne fût-ce que pour conserver les résultats de tant d’efforts et demeurer fidèle à la politique personnelle du cardinal. C’est pourquoi la tâche du nouveau prince- évêque s’avérait exceptionnellement ingrate et malaisée.

***

  • 8 C. Tihon, La principauté et le diocèse de Liége sous Robert de Berghes (1557-1564), p. 29, Liége e (...)

8La famille de Corneille de Berghes était une branche bâtarde de la dynastie brabançonne et ses ancêtres avaient servi avec fidélité les princes belges, bourguignons et autrichiens. Dans les Pays-Bas, où l’aristocratie était appelée à jouer un grand rôle, les Berghes ne furent pas les derniers à mériter et à recevoir les faveurs des souverains8.

  • 9 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 129, Bruxelles, 1931. — J. Lyna, De gesta van de (...)
  • 10 E. de Marneffe, La principauté de Liége et les Pays-Bas au xvie siècle, t. ii, p. 10, 16, passim, (...)
  • 11 J. de Theux de Montjardin, Le Chapitre de Saint-Lambert à Liége, t. iii, p. 38, Bruxelles, 1874.

9Le futur prince-évêque de Liége était fils d’un conseiller et chambellan de l’empereur Maximilien. Il est vraisemblable qu’il naquit à Berg-op-Zoom en 1500 ou peu après cette date9. Destiné dès sa jeunesse à la carrière ecclésiastique, Corneille ne fut jamais prêtre, et il ne dépassa sans doute même pas le sous-diaconat10. Il n’en fit pas moins partie du Chapitre cathédral de Liége à partir de 151911.

  • 12 de Marneffe, o. c., t. i, p. 80. — Après son élection, Corneille résida souvent encore en Hollande
  • 13 J. Chapeaville, Gesta pontificum Leodiensium, t. iii, p. 278, Liége, 1616.
  • 14 Foullon, Historia Leodiensis, t. ii, p. 245, Liége, 1736. — de Marneffe, o. c, t. i, p. 324. — Bal (...)

10Conformément aux idées de son temps, il ne se souciait guère de desservir lui-même ce bénéfice et d’autres encore qui lui apportaient des rentes régulières. Il résidait le plus souvent dans ses terres de Berg-op-Zoom12 ou à la cour de la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite d’Autriche13, ou, non loin de là, à l’abbaye de la Cambre, auprès de sa sœur Élisabeth14.

  • 15 de Marneffe, o. c, t. i, p. 251. — Le 18 février 1538, John Hutton écrivait de Bruxelles à Thomas (...)
  • 16 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 313.
  • 17 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 14, 19, 38, 62. — Lyna, o. c., p. 199.

11Plus qu’à ses qualités personnelles, c’est à la protection des Habsbourg et au renom de sa famille qu’il dut d’importantes dignités et, plus tard, un des plus beaux évêchés de l’occident. Corneille de Berghes nous apparaît à travers sa correspondance comme un homme sans caractère, morose, débile par surcroît. Érard de la Marck l’estimait « sot » et pas du tout « ydoine »15, tandis que la gouvernante lui reprochait de ne rien prendre à cœur16, si ce n’est l’argent peut-être, et de ne sortir de son indécision habituelle que pour s’entêter avec une obstination aveugle17.

  • 18 Deux portraits sont conservés au palais de l’Évêché de Liége. L’un d’entre eux a été reproduit par (...)
  • 19 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. n, 1593 (Munters), fos 151, 151V. — Le 9 juin 1539, Corneille (...)
  • 20 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 129.
  • 21 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 278, 349.
  • 22 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 415.—Quelques traits élogieux dans de Marneffe, o. c, t. ii, p. 2 (...)

12L’examen de ses portraits confirme ce jugement sévère; les yeux dilatés, les longues oreilles, le poil hirsute donnent à la physionomie un aspect hagard et peu sympathique18. Les éloges des chroniqueurs pèsent bien peu auprès de ces appréciations défavorables. Leur banalité d’ailleurs ne permet pas d’en espérer une de ces réhabilitations historiques dont notre époque est friande. Munters loue sa piété19, Jean de Brusthem ses mœurs20, Chapeaville son courage prudent21, et un anonyme déclare qu’il était « fort aymé du peuple »22. Nous n’en retiendrons que deux traits : Corneille ne fut ni un tyran ni un débauché, mais il n’était pas plus capable que désireux de jouer un grand rôle.

  • 23 L.-E. Halkin, L’élection du prince-évêque de Liége Érard de la Marck, dans le Bulletin de l’Instit (...)

13L’accession du jeune seigneur de Berghes au trône de Liége ne s’était pas résolue en un jour. Depuis que les traités de Saint-Trond avaient, en 1518, réconcilié la principauté de Liége et les Pays-Bas, Charles d’Autriche s’était préoccupé de prévenir le retour d’une élection épiscopale dommageable à ses intérêts dynastiques. En 1505, en effet, c’était l’influence française qui avait présidé au choix d’Érard de la Marck par le Chapitre cathédral de Liége, et il n’avait pas fallu moins de treize ans pour amener ce prince français à l’alliance habsbourgeoise23.

  • 24 On trouvera les détails relatifs à ces points dans mon article : L’élection du prince-évêque de Li (...)

14Charles, élevé à l’empire dès 1519, réussira très adroitement à s’entendre avec l’évêque, puis avec le Chapitre lui-même, sur le choix du futur prince de Liége. A Worms, le 8 janvier 1521, alors que la promotion cardinalice d’Érard n’était pas encore rendue publique, son suzerain obtint de lui l’engagement de prendre immédiatement un coadjuteur à son gré. Le 21 mai 1522, un accord était conclu à Bruges, en présence de l’empereur, entre Érard de la Marck et Corneille de Berghes, agréé par le prince-évêque en qualité de coadjuteur « cum iure successionis »24.

  • 25 de Marneffe, o. c, t. i, p. 65-68. — A. Rodriguez-Villa, El emperador Carlos V y su corte, dans le (...)

15Les chanoines de Saint-Lambert avaient bien compris que, tôt ou tard, l’institution de la coadjutorerie porterait atteinte à leurs antiques privilèges d’électeurs. Néanmoins, comme le droit canon ne leur reconnaissait pas le pouvoir de choisir le successeur d’un cardinal, ils s’inclinèrent devant sa volonté unie à celle de l’empereur et ratifièrent solennellement la désignation de Corneille de Berghes25.

16Pour hâter une confirmation qu’il escomptait aisée de la part de son ancien précepteur, récemment élevé au pontificat sous le nom d’Adrien VI, Charles-Quint envoya Corneille de Berghes vers le pape. Celui-ci, au consistoire du 11 mars 1523, proposa de satisfaire à la requête impériale, mais les cardinaux élevèrent des objections. Rien ne fut conclu, et Corneille revint sans ses bulles. La mort imprévue d’Adrien VI retarda l’établissement définitif de la coadjutorerie.

  • 26 L.-E. Halkin, La coadjutorerie des princes-évêques de Liége au xvie siècle, dans la Revue belge de (...)
  • 27 Archives de lÉtat a Liége, Réceptions de la cathédrale, vol. 68, fos 185v°-192. — Archives vatica (...)

17Corneille de Berghes ne manifestait d’ailleurs aucun empressement pour la carrière que l’empereur ouvrait devant lui. Jamais l’on ne vit prétendant plus pâle et à ce point détaché des honneurs ecclésiastiques. D’Espagne, Charles-Quint continuait cependant à poursuivre le but qu’il s’était fixé depuis près de dix ans : la promotion de ce candidat par qui il prétendait faire triompher à Liége la politique des Pays-Bas grâce à l’aristocratie des Pays-Bas26. Enfin le 21 février 1530, les bulles furent expédiées et le 21 avril, Corneille de Berghes prêtait devant le Chapitre assemblé le serment d’usage27.

  • 28 de Marneffe, o. c, t. i. p. 215.

18Sur ces entrefaites, Corneille, que rien ne retenait au pays et qui ne pouvait se fixer nulle part, entreprit un long pèlerinage vers les lieux saints. Il quittait, au moment le plus critique, le poste où l’empereur regrettait de n’avoir pu nommer un homme de caractère. Excédé d’une telle irrésolution, Charles-Quint interrompit les dévotions du coadjuteur pour le faire comparaître devant lui, à Tolède. Il le somma de déclarer s’il voulait persévérer dans la carrière ecclésiastique. Corneille, tout en s’avouant « plus enclin de suyvir l’estat séculier que celluy de l’Église », protesta vouloir garder la dignité qu’il devait à l’empereur, si celui-ci ne lui trouvait pas un remplaçant convenable28.

  • 29 de Marneffe, o. c, t. i, p. 216 sv.
  • 30 de Marneffe, o. c, t. i, p. 304 sv., 307.

19Renvoyé aux Pays-Bas, le coadjuteur malchanceux resta donc titulaire de la charge pendant que son suzerain présentait de nouveaux candidats au cardinal devenu impotent et acariâtre29. Mais ce dernier proposa ouvertement son cousin Guillaume de la Marck. L’empereur eût préféré un seigneur des Pays-Bas ; l’évêque fut intraitable. Le 12 janvier 1538, Charles-Quint notifiait à la régente Marie de Hongrie qu’avait « esté bien clausulée la coadjutorie pour son nepveur »30. Érard, qui n’avait plus qu’un mois à vivre, n’eut pas le temps de faire ratifier par son Chapitre et par le pape cet acte de népotisme.

20Lorsqu’il mourut, ce fut la politique prudente de l’empereur qui triompha : Corneille de Berghes demeurait en fait et en droit coadjuteur. Tout en ne se méprenant pas sur la valeur du prélat, Charles-Quint préféra mettre en possession de l’évêché ce fidèle serviteur des Pays-Bas plutôt que de poursuivre l’élection d’un la Marck remuant et ambitieux.

21Le 16 février 1538, dès qu’il fut informé de la mort d’Érard de la Marck, le Chapitre cathédral prit en mains le pouvoir, rappela ses membres absents et défendit à tous les chanoines de quitter la ville. Le même jour, le testament du défunt fut lu, son sceau secret brisé, et trois délégués du Chapitre furent envoyés à Corneille de Berghes.

  • 31 de Marneffe, o. c, t. i, p. 313 sv. ; t. ii, p. 12. — Instruction inédite, du 16 février 1538, aux (...)

22Florent d’Egmont, comte de Buren, beau-frère de Corneille, séjournait alors à Liége, où Marie de Hongrie l’avait envoyé avec Philippe Nigri. Cet ambassadeur fit beaucoup pour que le pays de Liége acceptât son nouvel évêque. C’est lui qui désintéressa à prix d’argent Guillaume de la Marck et transmit au Chapitre les volontés de la régente31.

  • 32 Le 18 février, Corneille était chez le marquis de Berghes, à Bruxelles ; cfr Gairdner, o. c, t. xi (...)

23Corneille de Berghes, dans le calme de l’abbaye de la Cambre, attendait sans impatience que sa coadjutorerie prît fin, soit par la désignation d’un autre candidat, soit par le décès du cardinal. Nos trois délégués, porteurs du message du Chapitre, l’arrachèrent à sa vie tranquille32.

  • 33 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fos 7-11.

24L’attitude du Chapitre cathédral durant l’interrègne mérite d’être soulignée. En effet, s’il n’avait plus à se prononcer sur le choix du nouvel évêque, le Chapitre entendait bien gouverner « sede vacante » jusqu’à la prestation du serment solennel du coadjuteur nommé. Il affirmait son pouvoir par des interventions manifestes de son autorité, recevait l’hommage des châtelains du pays, remettait en liberté un prisonnier suspect d’hérésie, un autre, coupable d’avoir tenu des discours injurieux à l’adresse de Marie de Hongrie, et ordonnait, à la requête de la Cité de Liége, de restituer deux canons prêtés à Stockheim sous le règne d’Érard de la Marck33.

  • 34 Lyna, o. c., p. 203, 204. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 21. — Les fastes de la joye (...)

25Après avoir pris, le 1er mars, un rapide contact avec ses nouveaux sujets, Corneille chercha du repos dans son domaine de Curange. C’est de là qu’il partit pour sa joyeuse entrée ; il pénétra dans la Cité le dimanche 16 juin après-midi. A la porte de Saint-Léonard, les bourgmestres souhaitèrent la bienvenue au jeune prince qu’ils reçurent ensuite à la Violette. Le lendemain, Corneille de Berghes jura la « capitulation » traditionnelle des évêques de Liége34.

  • 35 É. Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lambert à Liége, t. v, p. 325, Bruxelles, 1913. — Archiv (...)

26Le 11 février 1540, l’élu désignait un procureur pour recevoir des mains de l’empereur la confirmation de ses pouvoirs de prince. Le 18 février, Charles-Quint lui accordait l’investiture temporelle de la principauté de Liége35.

***

  • 36 On consultera mon article : Notes pour servir à l’histoire du règne de Corneille de Berghes, princ (...)

27Le règne qui s’ouvrait devait être le plus court et le plus terne du siècle. De 1538 à 1544, Corneille de Berghes vit son pays bouleversé par une crise politique autant que religieuse36.

  • 37 Harsin, o. c., p. 93 sv.
  • 38 S. Bormans, Répertoire chronologique des Conclusions capitulaires du Chapitre cathédral de Saint-L (...)
  • 39 Archives de lÉtat a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 19. — de Marneffe, o. c, t. i (...)
  • 40 A. Henne, Histoire du règne de Charles-Quint en Belgique, t. vii, p. 386, n. 3, Bruxelles, 1859.
  • 41 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 290.

28La rivalité entre François Ier et Charles-Quint était une menace perpétuelle pour le territoire liégeois, particulièrement exposé, par sa situation géographique, aux incursions des belligérants. La trêve de Nice, signée le 18 juin 1538, n’avait pas été respectée longtemps, et l’avènement de Guillaume de Clèves au trône de Gueldre allait bientôt rallumer la guerre et obliger la principauté de Liége à prendre parti. Fidèles à l’alliance des Pays-Bas, les Liégeois s’efforcèrent cependant de ne pas perdre l’avantage de leur neutralité37. Des fortifications s’élevèrent un peu partout, la capitale fut mise en état de soutenir un siège, des troupes furent rassemblées là où le danger était le plus grand. Aux heures graves, le prince et les États acceptèrent d’ouvrir leurs forteresses aux armées de l’empereur pour y être protégés par elles38. Ils ne purent néanmoins préserver le pays du passage des armées et de la perpétuelle insécurité qui pesait sur leur neutralité fragile39. « Trouvons estrange, avouait Marie de Hongrie, que nos piétons et gens de guerre font autant de mal par les pays que les ennemys, excepté le feu »40. En effet, les traités de 1518 protégeaient la principauté mais la livraient aux exactions de ses alliés. Le timide Corneille de Berghes lui-même trouvait des accents presque énergiques pour défendre ses sujets malmenés par les chefs de bandes, pillés par les soldats sans solde, éprouvés de mille manières41.

29Comme on le constatera tout au long de ce travail, la révolution religieuse remplit l’épiscopat de Corneille de Berghes. La Réforme protestante et la Réforme catholique accomplirent de grandes choses sous lui, mais sans lui. Le luthéranisme et l’anabaptisme pénétrèrent les masses : une impitoyable répression ralentit leurs progrès. Dans l’ensemble, la principauté resta profondément catholique, malgré les faiblesses des institutions et l’indiscipline des mœurs ecclésiastiques. L’œuvre de la restauration religieuse fut poursuivie avec zèle sinon avec succès. Les conflits de juridiction entre l’évêque Liége et les provinces belges de son diocèse s’achevèrent en 1541 par un concordat oui a frayé la voie à l’unité religieuse de la Belgique. Les rapports de l’Église et de l’État se réglèrent sur cet acte transactionnel, pendant toute l’époque moderne, dans les Pays-Bas.

  • 42 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 346, 349 : «... episcopale munus onusque... forti constantique anim (...)

30Le rôle personnel de Corneille dans son gouvernement à la fois temporel et spirituel est d’une appréciation délicate. Il semble que les historiens de notre temps se soient acharnés sur sa mémoire ; il faut cependant reconnaître au prélat le mérite d’avoir gardé de bons conseillers et d’avoir manifesté parfois de louables efforts. S’il pécha, ce fut par omissions plutôt que par actions. Le récit de Chapeaville est loin de lui être défavorable, et Corneille devait bien avoir quelques qualités pour être proposé comme candidat au cardinalat par Alexandre Farnèse, légat du pape en Allemagne42.

  • 43 4 mars 1538 ; cfr de Marneffe, o. c, t. ii, p. 10.

31La vocation était ce qui faisait le plus défaut à Corneille de Berghes. Élevé au trône sans l’avoir brigué, il ne pouvait se consoler des honneurs que tant d’autres auraient estimés faciles à porter. Dès les premiers jours de son règne, il ne cachait pas la répugnance que l’état ecclésiastique lui inspirait. Marie de Hongrie exposait la situation à Charles-Quint en ces termes : « Iceluy de Zevenberghes m’a assez déclairé et à aucuns de ses dicts parents et amis que, à cause de sa débilitacion et pour le repos de sa conscience! il ne vouldroit longuement retenir cette dignité ni devenir prebstre comme il est requis qu’il se face, endedens ung an après sa dicté réception »43.

  • 44 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 12, 16.
  • 45 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 18, 26.
  • 46 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 27, 30, 35.
  • 47 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 34, 36 38.
  • 48 Ce qui provoquait des rappels à l’ordre et exigeait des dispenses pontificales ; voir un bref adre (...)

32Après bien des discussions, Corneille s’était résigné à accepter provisoirement l’évêché de Liége, se fiant à l’assurance que la régente lui avait donnée de le remplacer dans l’année44. Le malheureux, obsédé par ses responsabilités nouvelles, avait menacé de crier « sur les rues » son dégoût de la mitre45. Il avait même ajouté « qu’il ne sçauroit plus vivre, et vouldroit que l’on luy donnast un coup de Cousteau au cœur plutost que de demourer évesque »46. L’influence du comte de Buren, son beau-frère, habile interprète, de la politique impériale, avait enfin triomphé de ces velléités d’indépendance47. Corneille de Berghes était demeuré prince-évêque non seulement une année, mais six années, toutefois sans jamais recevoir l’ordination sacerdotale48.

  • 49 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 274, 285, etc.
  • 50 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 304. — Tihon, o. c, p. 21. — Lyna, o. c, p. 214.
  • 51 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 288. — Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1 (...)

33Ce qui permit à cet évêque malgré lui d’attendre si longtemps sa liberté, ce fut la façon très large dont il comprenait ses devoirs. Prince par la volonté de Charles-Quint, il « régna » le moins possible. Les États de Liége, et surtout le Chapitre de Saint-Lambert, furent les premiers bénéficiaires de cet abandon49. Le Chapitre cathédral fit vraiment figure de Sénat dans la république liégeoise50. « Je ne puis avoir mes confrères du Chapitre à mon opinion », écrivait avec franchise le prince humilié51.

  • 52 L. Roersch, Une description de la ville de Liége au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société li (...)
  • 53 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 62, 83, 118, 119 etc. — Bormans, Répertoire..., p. 239-248.
  • 54 Finot, Inventaire sommaire des Archives départementales du Nord. Archives civiles, t. v, p. 190, L (...)
  • 55 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 356.

34Corneille de Berghes souffrit peu sans doute de ce pouvoir concurrent, car il résidait rarement à Liége, dont il n’appréciait pas les charmes autant que son compatriote et contemporain Georges Macropedius52. Lorsqu’il ne se reposait pas dans le château qu’Érard de la Marck s’était fait bâtir à Curange, il fuyait les affaires plus loin, à Bruxelles, ou, « du cousté de la mer », en Hollande53. En 1541, il était demeuré absent de sa capitale pendant la plus grande partie de l’année54. En 1543, un correspondant de Charles-Quint se plaignait amèrement de la situation de la principauté privée de son chef naturel : « Monsieur de Liége se treuve bien peu icy, et n’y vient sinon comme à la dérobée, y entrant le soir à dix heures et partant le matin devant le jour »55.

35Il ne suffisait pas à Corneille de Berghes d’abandonner le pouvoir au Chapitre et de se réfugier sur ses terres. Seule, la nomination d’un successeur le délivrerait entièrement du fardeau épiscopal. Avant même qu’il ne fût évêque, il était question de son remplacement. Tout son règne est occupé par le choix difficile d’un coadjuteur. Enfin, l’archevêque de Valence, Georges d’Autriche, oncle de Charles-Quint, fut préféré. Corneille de Berghes se hâta de résigner le pouvoir. Il jouait de malheur, car son coadjuteur, en traversant la France ennemie, fut fait prisonnier et retenu vingt-deux mois.

  • 56 Je n’insiste pas sur ce point, ayant un travail en préparation sur les différentes visites de Char (...)
  • 57 Lyna, o. c, p. 219.
  • 58 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 390. — Au sujet du désintéressement très relatif de Corneille de Berg (...)

36La visite de Charles-Quint à Liége, du 5 au 7 janvier 1544, jeta quelque éclat sur la fin du règne56. La même année, Corneille de Berghes dit à Liége un définitif adieu, sans regretter les Liégeois et sans en être regretté57. Malgré ses apparences de désintéressement, il n’avait cédé qu’à bon prix ses droits sur l’évêché à Georges d’Autriche58.

***

  • 59 Praesulatum posteritatis desyderio relinquens » écrit, en 1544, Pierre Titelmans dans l’épître déd (...)
  • 60 Au sujet des procès soutenus par Corneille en qualité d’héritier de son frère voir Conseil privé. (...)

37Les contemporains crurent que Corneille de Berghes avait abdiqué pour se marier, comme il l’avait lui-même souvent laissé entendre59. Il n’avait pas quarante-cinq ans. La mort de son frère Maximilien faisait de lui le chef de sa famille et il était tout naturel qu’après avoir renoncé à la cléricature il pensât à fonder un foyer60.

38Nous ignorons si ce dessein ne fut pas, comme beaucoup d’autres, une simple velléité ; le caractère irrésolu du prince permet de penser qu’il en a été pour lui du mariage comme de l’épiscopat.

  • 61 D. Lenoir, Histoire de la Réformation dans l’ancien pays de Liége, p. 43, Bruxelles, 1861. — Corne (...)

39Corneille de Berghes se retira dans sa Hollande natale et l’on n’entendit plus parler de lui à Liége. Le pasteur Lenoir en conclut témérairement que « le mystère impénétrable où disparaît subitement une existence publique aussi importante est de nature à provoquer de singulières réflexions. Corneille était-il peut-être suspect d’hérésie, et l’inquisition l’expédia-t-elle secrètement pour éviter un scandale ?»61 La correspondance diplomatique qui étaie notre travail ne laisse aucune place à cette hypothèse extravagante. S’il y a un « mystère » en Corneille de Berghes, il ne faut pas le chercher ailleurs qu’en sa psychologie.

  • 62 1543 ou 1544 ; cfr Chapeaville, o. c, t. iii, tables chronologiques, à l’année. — 1544 ; cfr Balau(...)
  • 63 Daris, o. c., p. 142, par confusion avec le prince d’Orange, tué le 18 juillet. — C. de Borman, Le (...)
  • 64 de Borman, l. c.
  • 65 J. J. Vossen, La seigneurie de Grevenbroek à Achel, dans L’Ancien pays de Looz, t. i, p. 30, Hasse (...)
  • 66 Archives vaticanes, Div. Camer. Pii IV, vol. 200, f° 120: confirmation de l’accord du 2 janvier 15 (...)
  • 67 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 497. — Foullon, o. c, t. ii, p. 251. — En 1566, il est question d (...)

40Plusieurs auteurs ont affirmé qu’il mourut à Huy, qui en 1543, qui en 1544, qui en 154562. Daris croit qu’il périt en juillet 1544, au cours d’un combat63. Or, le pacifique Corneille était encore en vie le 5 octobre 1552, date à laquelle il transporta à Marie, sa sœur, le fief de Biémelet64. Nous le trouvons ensuite, en 1553, cité en qualité de seigneur de Grevenbroek65. Enfin, le 11 octobre 1560, Guidon Ascanius lui écrivait de Rome66. Une chronique vulgaire rapporte sa mort à cette année 1560, et Foullon partage cette opinion que j’adopte donc en la précisant : l’ancien prince-évêque de Liége est mort, dans ses terres, à la fin de 156067.

41Corneille de Berghes était de ces hommes qui doivent tout au milieu qui les a vu naître, à la protection des grands et aux calculs politiques. A Liége, ce descendant des ducs de Brabant ne fut que le représentant des Pays-Bas. Il lui manqua d’être, en fait et non seulement en titre, le prince et l’évêque des Liégeois.

II — Georges d’Autriche (1544-1557)

  • 68 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon article sous presse : Contribution à l’histoire de Geor (...)
  • 69 M. Herrgott, Taphographia principum Austriae... quod est monumentum augustae domus Austriacae, t. (...)
  • 70 Charles de Brimeu fut le légataire universel de Georges d’Autriche. On suppose qu’il était le pare (...)

42Georges d’Autriche est né à Gand en 150568. Il était un des nombreux bâtards de l’empereur Maximilien69. Sa mère appartenait vraisemblablement à la famille de Brimeu de Meghen70.

  • 71 de Marneffe, o. c, t. iii, frontispice, d’après le tableau conservé au palais de l’Évêché de Liége (...)
  • 72 Jean de Brusthem, ms. c. dans la note précédente, f° 349 v : ce début de la chronique du règne de (...)
  • 73 Georges d’Autriche, fils présumé de l’évêque, devint grand aumônier des archiducs, prévôt de Harle (...)

43Don Georges, — c’est ainsi qu’on appelait le jeune prince, — apparaît dans l’histoire comme un membre effacé mais fidèle de la puissante maison de Habsbourg. Ses rares portraits ne nous livrent rien de son caractère71 et les chroniqueurs liégeois lui décernent des éloges qui ne sortent pas de l’ordinaire72. Par contre, ils ignorent tout de sa vie privée et ne mentionnent même pas l’existence de son fils illégitime73.

  • 74 Pirenne. o. c, t. iii, p. 166. — Tihon, o. c., p. 21 — Delvaux reprochait déjà à Georges d’Autrich (...)
  • 75 Voir, entre autres, de Marneffe, o. c, t. iii, p. 8, 14, 18, 253, 254 et surtout 257. — On lira au (...)

44Les historiens modernes l’ont accusé d’irrésolution et l’ont confondu avec Corneille de Berghes, son pâle prédécesseur, dans un même dédain74. Or, la correspondance diplomatique de Georges d’Autriche, dont de nombreuses pièces ont été conservées, permet de réhabiliter l’oncle de Charles-Quint. Sans doute, il ne fut pas un homme de génie, un esprit original et puissant comme Érard de la Marck, mais personne ne lui ressemble moins que Corneille de Berghes. Si Georges d’Autriche a des auxiliaires d’élite, le mérite en revient à lui qui les a choisis. Lorsqu’il s’abrite derrière leur avis, j’y vois de l’habileté bien plus que de la faiblesse ; le dépit de Charles-Quint le montre clairement75. Si notre prince signe : l’« humble chapelain » de l’empereur ou de la régente, comme aussi : l’« indigne évêque de Liége », ce style, qui d’ailleurs est bien de son temps, ne révèle pas nécessairement de la bassesse, et peut- être a-t-il rendu plus facile l’expression de quelques vérités désagréables ?

  • 76 Bonus et admodum elegantis ingenii » dit de lui le nonce Morone; cfr Friedensburg, Nuntiaturberich (...)
  • 77 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 14.
  • 78 Georges d’Autriche fut en rapports avec de nombreux lettrés : Érasme, Agnesio, Mauch, Olivier, Tit (...)

45Intelligent et sympathique, cultivé par des voyages extraordinaires pour l’époque76, don Georges dut à sa complexion délicate de ne pouvoir réaliser de grandes choses77. Cet évêque, qui mourut à cinquante-deux ans, n’a pas donné toute sa mesure78.

***

  • 79 Rodriguez-Villa, El emperador Carlos V y su corte, dans le Boletin de la real Academia de la histo (...)
  • 80 Rodriguez-Villa, o. c., p. 74.

46Après qu’il eut partagé aux Pays-Bas les leçons et les jeux de Charles et Ferdinand d’Autriche, ses neveux, Georges avait été envoyé en Espagne où il vécut de pensions sur les évêchés de Tolède et de Tarragone. Son père mourut en 1519 sans avoir pu décider de sa carrière et orienter sa vie. Le testament de l’empereur ne faisait aucune mention du bâtard. Celui-ci n’en réclama pas moins une part de l’héritage paternel79. Peu après, il prenait l’habit clérical lot des cadets et des bâtards ; désormais il devenait en fait candidat au premier évêché vacant80.

  • 81 Aujourd’hui Bressanone. — Bauer. o. c, t. i, p. 337.
  • 82 Bauer, o. c, t. i, p. 71, 84.
  • 83 Rodriguez-Villa, o. c., p. 227.— Pour la coadjutorerie de Salzbourg, voir Bauer, o. c, t. i, p. 23 (...)
  • 84 Charles-Quint à Ferdinand, le 15 avril 1524 ; cfr Bauer, o. c, t. i, p. 105, 106.
  • 85 Charles-Quint à Ferdinand, le 15 février 1525 ; cfr Bauer, o. c, t. i, p. 265.

47En 1521 déjà, il avait été question de lui pour l’évêché de Brixen81. Deux années plus tard, Ferdinand demandait à Charles-Quint de prendre à sa charge ce « petit abbé » de moins de vingt ans et de lui trouver un bénéfice digne de son rang82. Son nom fut prononcé dès 1524 pour l’évêché de Burgos, puis pour celui de Salzbourg, mais don Georges était trop jeune encore83. Il demeura donc à Alcala, « à l’étude », « là où, écrivait l’empereur, j’espère qu’il se pourra faire homme de bien, et lors je l’advancerai »84. Il semble que les espérances de Charles-Quint ne furent pas trompées, s’il faut en croire cet éloge qu’il faisait de son oncle quelques mois plus tard : « il est tout vertueux et apparant d’estre grand homme de bien, d’honneur et de science »85.

  • 86 Bauer, o. c., t. i, p. 337. — Sinnacher, Beiträge sur Geschichte der bischöflichen Kirch Säben und (...)
  • 87 P. de Gayangos, o. c., t. v, 1re partie, p. 104. — Sur les difficultés des Pays- Bas avec le Danem (...)

48En octobre 1525, Georges d’Autriche fut récompensé de son application par son élévation à l’évêché de Brixen86. Il quitta aussitôt l’Espagne pour le Tyrol, mais il résida peu dans le diocèse confié à ses soins. Après avoir au moins deux fois accompagné Charles- Quint en Italie, il conduisit aux Pays-Bas la nouvelle gouvernante, sa nièce Marie de Hongrie. Cette princesse s’attacha le jeune évêque à qui elle confia, en 1534, une mission diplomatique à Hambourg et au Danemark87.

  • 88 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 11 sv.
  • 89 de Marneffe, o. c., t. i, p. 306, 309.

49Lorsqu’Érard de la Marck mourut, le 16 février 1538, deux évêchés devinrent vacants dans les États de Charles-Quint, celui de Liége et celui de Valence. Il est vrai qu’à Liége, Corneille de Berghes avait été désigné comme coadjuteur avec droit de succession, mais il n’avait accepté qu’à la condition d’être remplacé dans l’année. Aussitôt, Georges d’Autriche de prendre rang. Dès le 4 mars 1538, il est cité au nombre des candidats à l’évêché de Liége88. L’attitude ambiguë de Corneille amena l’évêque de Brixen à porter ses ambitions vers la succession espagnole du cardinal. Là aussi, Érard de la Marck avait espéré faire nommer coadjuteur son neveu Guillaume, mais la mort l’avait surpris89. Georges d’Autriche, qui avait mis sa confiance en l’empereur, ne fut pas déçu.

  • 90 Le 22 avril 1538, Charles-Quint écrivait à Marie de Hongrie qu’il avait accordé Valence à Georges (...)

50Charles-Quint désigna Georges d’Autriche pour l’archevêché de Valence. Il lui imposait de résigner le siège de Brixen et de recevoir la prêtrise et le sacre. Les bulles du nouvel archevêque sont datées du 29 novembre 1538, et sa joyeuse entrée à Valence eut lieu le 12 janvier de l’année suivante90.

  • 91 de Marneffe, o. c., t. i, p. 309.
  • 92 Sinnacher, o. c., t. vii, p. 247, 248, 328, 329.

51Georges d’Autriche, obéissant aux désirs de Charles-Quint, s’occupa activement de son archidiocèse. Il y trouvait nombre d’abus91. Pour les extirper, il voulut d’abord donner l’exemple du respect des lois de l’Église : le 18 janvier 1539, il renonçait à son bénéfice tyrolien ; le 8 avril, il était consacré prêtre et évêque92.

  • 93 Les bulles de nomination de Georges d’Autriche lui faisaient un devoir de s’intéresser aux Maures (...)
  • 94 H. C. Lea, A history of the inquisition of Spain, t. iii, p. 360, New-York, 1907. — de Gayangos, o (...)
  • 95 Communication de M. Riba. — J’ai aussi utilisé quelques documents inédits égarés à la Bibliothèque(...)
  • 96 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 189 (29 mai 1546).

52De sa tâche épiscopale en terre espagnole, nous ne connaissons pas grand chose. Nous savons qu’il eut à s’occuper de l’éducation chrétienne des fils des Maures convertis93, et que, sous son règne, l’inquisition agit avec rigueur contre les Juifs et contre les Musulmans, non sans éveiller les protestations des tribunaux séculiers94. Jean-Baptiste Agnesio, le saint apôtre des Maures de Valence, lui dédia alors son « Pro Sarracenis neophytis ». Enfin, des documents divers nous le montrent accordant son patronage à des œuvres de bienfaisance95. Plus tard, il pourra écrire à Charles-Quint : « Encoires que de deux ans et demy que j’ay résidé à Valence, j’ai édiffié plus que n’ont faict mes prédécesseurs en cent ans »96.

  • 97 de marneffe, o. c., t. ii, p. 11, 14, 21.

53On se rappelle que Georges d’Autriche avait été candidat au trône épiscopal de Liége. Corneille de Berghes avait pris possession de l’évêché de si mauvaise grâce que sa succession était déjà l’objet des prétentions de Robert, Eustache et Charles de Croy, Georges d’Egmont, et Adolphe de Schauembourg, respectivement évêques de Cambrai, Arras, Tournai, Utrecht, et coadjuteur de Cologne97. Les noms et les titres des prétendants indiquent assez le prix qui s’attachait à la dignité d’un prince-évêque de Liége. Archevêque de Valence, Georges d’Autriche ne crut pas déchoir en briguant l’évêché de Liége.

  • 98 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 29, 35, 37, 41, etc.

54Corneille invoqua le serment qu’il avait prêté au Chapitre cathédral pour s’excuser de ne pouvoir, sans l’assentiment de ce corps, disposer de sa succession98.

  • 99 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 47.
  • 100 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 56.

55L’objection ne semble pas avoir arrêté Charles-Quint qui, dès le 15 juin 1538, revenait en ces termes à la candidature de Georges d’Autriche : «bien confiant entièrement de lui,... il fauldroit qu’il délaisse l’archevesché de Valence, pour ce que, des bénéfices de mon patronaiges, je ne vois que aveq repos de conscience je puisse consentir qu’il ayt deux éveschez en une personne, et aussi qu’il y a si longtemps qu’il n’y eust prélat résident au dict Valance, qu’il est plus que requis et nécessaire que celluy qui en sera pourveu y réside »99. A ce moment, Georges était toujours dans l’empire, à la disposition immédiate de son souverain. En l’éloignant de nos contrées, son départ pour l’Espagne laissa en suspens sa candidature au trône de Liége100. Mais la mort de l’évêque d’Arras, un des prétendants les plus en vue, l’hostilité que le Chapitre de Liége manifestait à l’égard de l’évêque d’Utrecht, enfin l’effacement des autres compétiteurs, ramenèrent l’attention sur l’archevêque dont Marie de Hongrie n’oubliait pas les intérêts et qu’elle eût été heureuse de voir régner non loin d’elle.

  • 101 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 26, 30.
  • 102 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 61.
  • 103 Busthem situe la rencontre à Bruxelles ; cfr Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 136. — Corneille de (...)

56C’est en vain que Corneille de Berghes mit en avant les noms de son cousin Robert de Berghes, de son neveu Jean de Ligne ou de son petit-neveu de Montmorency101. Marie de Hongrie pensa même à demander au pape de créer cardinal Georges d’Autriche afin d’augmenter ses chances102. Georges ne fut pas cardinal ; il dut se contenter de briguer une place au Chapitre de Saint-Lambert, après que Charles-Quint eut obtenu l’assentiment de Corneille103.

  • 104 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. Chiflet 20, f° 96. — Archives de lÉtat a Liége, Réceptio (...)
  • 105 Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1981, f° 130. — de Theux, o. c., t. iii, p. 65.

57Ce ne fut pas déjà chose facile. Le 2 novembre 1540, Paul III avait conféré à Georges d’Autriche un canonicat de la cathédrale de Liége, vacant par résignation de Jean de Gays104. Ce dernier recevait une prébende et le titre de vicaire-général de l’archevêché de Valence105. Les chanoines de Liége n’avaient pas agréé aisément ce Habsbourg dont ils pénétraient les ambitions. Ils savaient que Georges d’Autriche ne demandait à devenir leur égal que pour pouvoir s’imposer à leurs suffrages. L’honneur de posséder un évêque dans la famille impériale semblait par trop compromettant pour leur esprit de liberté.

  • 106 Minute aux Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 1406

58Les efforts de l’empereur n’aboutirent pas sans peine. Le 3 décembre 1540, Philippe de Lannoy et Louis de Schoor, ses ambassadeurs, affirmaient leur confiance en l’avenir, mais ils demandaient que Charles-Quint écrivît de « bonnes lettres » au Chapitre et à l’évêque106.

  • 107 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 447, 448.
  • 108 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 277 v°. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 91.

59Enfin, le dernier jour de l’année 1540, « Monsieur de Liége » se déclara ouvertement en faveur de « Monsieur de Valence », qui fut reçu à sa prébende canoniale, «non sans difficulté»107, en la personne de son procureur, Louis de Seelandt, chanoine de Saint- Denis108.

  • 109 Corneille de Berghes demandait même qu’on attendît cinq ou six mois ; cfr de Marneffe, o. c., t. i (...)

60Désormais, Georges d’Autriche, qui n’avait pas encore quitté Valence, était éligible à Liége. Mais l’accueil plutôt froid du Chapitre et de l’évêque força les représentants de l’empereur à attendre quelques jours avant de découvrir leurs desseins et de proposer publiquement la désignation du nouveau chanoine en qualité de coadjuteur109.

  • 110 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 452.
  • 111 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 92. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 458, 459. — Balau e (...)

61Le 3 janvier 1541, Louis de Schoor adressait au Chapitre cathédral une harangue latine dont le texte nous a été conservé110 : l’ambassadeur impérial prononça un éloge sans réserve de l’archevêque de Valence, invoqua les désirs concordants de l’empereur et du prince-évêque et fit valoir habilement les avantages que le pays de Liége était en droit d’espérer d’un tel coadjuteur. Flattés, sinon convaincus, les chanoines de Liége s’inclinèrent, élirent Georges d’Autriche, et choisirent des procureurs qui solliciteraient du Souverain Pontife sa nomination111 ; comme les tréfonciers l’avaient pressenti, l’ingénieuse institution de la coadjutorerie substituait à l’élection libre une sorte d’élection dirigée.

  • 112 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 459, 460. — Marie de Hongrie en écrivit à Molembais et de Schoor, ai (...)
  • 113 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 113, 115-117. — Georges d’Autriche s’engagea à payer 7 200 florins et (...)
  • 114 De la relation de Boniface Ruggiero au duc Hercule de Ferrare : «... per essere come un antemurale (...)
  • 115 Cardauns, l. c.
  • 116 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 122 : lettre de Philippe Nigri à Marie de Hongrie.
  • 117 Voir le texte de neuf bulles relatives à cette nomination et adressées à Georges d’Autriche, au Ch (...)

62Charles-Quint et Marie de Hongrie ne cachèrent pas leur satisfaction112. Ils intervinrent à la curie romaine afin d’obtenir les bulles de Georges d’Autriche sans que ce dernier fût astreint à de trop lourdes dépenses113. Au consistoire du 23 février, le célèbre cardinal Jérôme Aléandre, l’ancien chancelier de la principauté de Liége, présenta un rapport favorable à la candidature de Georges. Des cardinaux français protestèrent vivement, ne voulant pas admettre que Charles-Quint considérât le pays de Liége comme une « marche » flamande114 et reprochant à l’archevêque d’abandonner, pour servir la politique impériale, le diocèse dont il avait reçu la charge peu auparavant115. Mais, « sur ce que le pape déclara qu’il voulloit que la chose se passît, leur contradiction servist de vent et n’eust aucun effect »116. Georges d’Autriche fut nommé coadjuteur et ses bulles furent expédiées le même jour117.

  • 118 Lyna, o. c., p. 214. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 134. — J. Ledeuil dEnquin, Captivité en Fran (...)

63Dans les premiers jours de juillet 1541, le nouveau coadjuteur reprit avec joie le chemin de l’Allemagne. Il ne se doutait nullement du sort qui l’attendait en France, où le roi, pour venger deux de ses ambassadeurs assassinés par des soldats de l’armée impériale, le fit arrêter à Lyon118.

  • 119 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 131 sv. — Voir une lettre du cardinal Farnèse, le 8 septembre 1541, (...)
  • 120 Ehses, o. c., t. iv, p. 208, n. i. — Friedensburg, Aktenstücke zur Politik Kaiser Karls V im Herbs (...)
  • 121 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 163.
  • 122 Archives départementales du Nord a Lille, Chambre des comptes (1544), B, 2442, f° 601 v°. — Ledeui (...)

64Le prince infortuné, victime de son nom et de la rivalité franco- allemande, fut traîné de prison en prison pendant près de deux ans119. Le pape et l’empereur mirent tout en œuvre pour obtenir plus tôt sa libération120. A Liége, Corneille de Berghes s’impatientait ; il fut même très sérieusement question de nommer un autre coadjuteur121. Enfin, François Ier, à court d’argent, consentit à relâcher Georges d’Autriche au prix d’une forte rançon122.

  • 123 Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 6 mai 1543 ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 297. — Ledeu (...)
  • 124 Lyna, De gesta..., p. 218. — Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 20. — Bormans, Répertoire..., (...)

65Le 2 mai 1543, l’archevêque était à Bruxelles123, mais une année devait s’écouler encore avant l’inauguration du nouveau règne. Elle fut occupée tout entière par les tergiversations de Corneille de Berghes124.

  • 125 Sur les difficultés de la dernière heure, voir de Marneffe, o. c, t. ii, p. 421.

66Le 24 juin 1544 seulement, la coadjutorerie prit fin, et Georges d’Autriche fut mis en possession de l’évêché de Liége125.

  • 126 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 76 v° (20 décembre 1544), f° 77 (3 janvier 1545).
  • 127 Conseil, privé: Dépêches, vol. 1, f° 84 v°.— Sur les « pains d’abbaye » voir p-223.
  • 128 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, fos 86, 112 v°.
  • 129 Archives de la Ville de Maestricht, Raadsverdragen (1544), fos 356 v°-357; cfr le n° xiii des Pièc (...)
  • 130 Archives de lÉtat a Liége, Conseil aulique, liasse 241. — Schwarz, o. c., p 36. — Poncelet, Cartu (...)

67La joyeuse entrée du nouveau prince dans sa capitale eut lieu le 17 août, avec la solennité accoutumée. A l’occasion de son avènement, Georges perçut les « aides »126, conféra des « pains d’abbaye »127, accorda des grâces128. A Maestricht, l’exercice de ce dernier droit provoqua un « conflit de hauteur » entre les deux co-souverains de la ville, Georges d’Autriche, en sa qualité de prince-évêque, et Charles-Quint, comme duc de Brabant129. Il semble que l’empereur eut le dernier mot dans cette querelle ; c’est pour cette raison peut-être qu’il ne fit pas attendre davantage la cession des droits régaliens au prince-évêque130.

***

68L’ère des voyages et des aventures était désormais close pour Georges d’Autriche, mais non l’ère des difficultés. Son règne s’ouvrait au milieu d’inextricables complications politiques : le nouvel évêque devait concilier malaisément son esprit de famille et ses devoirs de prince liégeois.

  • 131 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 140. — P. Harsin, L’alliance..., p. 98.
  • 132 Harsin, o. c., p. 117. — Gairdner et Brodie, o. c., t. xix, 2e partie, p. 6, 253, 364, 434, etc. ; (...)

69Quel que fût son attachement à l’alliance des Pays-Bas et de la principauté, il savait se souvenir opportunément de la neutralité liégeoise pour atténuer, lorsque c’était possible, les désastreuses répercussions de la guerre131. L’invasion des armées de Henri II obligea les Liégeois à faire appel sans vergogne à une étroite collaboration militaire avec les Pays-Bas132. Du reste, la principauté ne s’était pas souciée de l’alliance uniquement pour quémander la protection de ses puissants voisins, mais aussi pour concourir avec eux à la défense de son territoire.

  • 133 On trouvera des détails à ce sujet dans mon article cité : Contribution à l’histoire de Georges d’ (...)
  • 134 R. Ancel, Nonciatures de France. Nonciature de Paul IV, t. i, p. 42, Paris, 1909. — Henne, o. c., (...)
  • 135 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 277.

70Les forteresses de Marienbourg, Charlemont et Philippeville s’élevèrent dans l’Entre-Sambre-et-Meuse133. En 1552, les Français occupèrent la vallée de la Meuse et menacèrent même Liége134. Après bien des combats, une trêve fut conclue à Vaucelles, le 5 février 1556, et proclamée à Liége le 5 mars135. Un an plus tard, la reprise des hostilités assombrit les derniers jours de Georges d’Autriche dont le règne, inauguré pendant une guerre, finit au début d’une autre guerre.

71L’état des affaires religieuses était plus embarrassé encore que la situation politique ou économique, car le protestantisme avait repris une nouvelle vigueur. Georges d’Autriche réussit à réorganiser l’office inquisitorial et à proposer, en 1545, une ordonnance nouvelle contre les hérétiques. Après avoir publié la « Formula reformationis » d’Augsbourg en 1548, il promulgua, la même année, les Statuts synodaux qui introduisaient de remarquables progrès dans la discipline ecclésiastique. Dans le même ordre d’idées, le prince-évêque se fit représenter au concile de Trente appela de ses vœux un séminaire et un catéchisme, encouragea l’ordre nouveau des jésuites et prit à cœur la, réforme des tribunaux. Il dut beau- coud à ses conseillers les plus écoutés Gilles de Blocquerie Thierry Hezius Guillaume de Poitiers, Jean Huet et Gérard de Groesbeeck.

72On sait que Charles-Quint avait fait de la coadjutorerie de princes de Liége une tradition politique qui prévenait tous les risques des vacances épiscopales. Corneille de Berghes avait succédé à Érard de la Marck par voie de coadjutorerie. Georges d’Autriche, qui n’aurait sans doute pu parvenir différemment au trône de Liége, dut lui-même céder ses droits à une autre créature du tout-puissant empereur.

  • 136 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 188 (Charles-Quint à Marie de Hongrie le 28 mai 1546). — Je suis l’ (...)
  • 137 Archives vaticanes, Reg. Later. 1777, fos 302, 303 v°, 309, 310 v°. — de Marneffe, o. c., t. iii, (...)
  • 138 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 193 (Marie à Charles-Quint le 22 juin 1546).

73Dès le mois de mai 1546, sinon plus tôt, il fut question dans la correspondance de Charles-Quint de proposer un successeur au prince-évêque de Liége136. Celui-ci venait de recevoir de la grâce de l’empereur d’importantes pensions sur des évêchés espagnols137. Le moment paraissait donc favorable, mais Marie de Hongrie jugea opportun, avant de s’engager plus avant, d’attendre que fussent apaisés, par les concordats de 1546 et de 1548, des conflits de juridiction qui divisaient alors la principauté et les Pays-Bas138.

  • 139 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 276 (Hezius à Viglius le 10 juin 1549). — Il était encore question (...)
  • 140 Il est cependant inexact d’écrire, comme le fait H. E. Feine, Die Besetzung der Reichsbistümer vom (...)
  • 141 Fisen, o. c., t. ii, p. 346. — Bouille, o. c., t. ii, p. 377.
  • 142 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 293. — Correction au texte dans Tihon, o. c. p. 41, n. 3.

74Ce ne fut qu’en 1549 que le problème fut envisagé dans toute son ampleur. Charles-Quint amena Georges d’Autriche à accepter un coadjuteur en la personne de son chancelier Guillaume de Poitiers, un des délégués de l’empereur au concile de Trente, serviteur très sûr de la politique impériale. Il restait à convaincre le Chapitre cathédral. A cet effet, la régente envoya à Liége Philippe Nigri, chanoine de Liége et chancelier de la Toison d’or. Cet ambassadeur, qui n’en était pas à sa première mission à Liége, devait s’enquérir discrètement des sentiments de ses confrères. Le résultat de sa mission fut désastreux. La majorité des chanoines était opposée à Guillaume de Poitiers. Les uns craignaient que son austérité ne les forçât à changer de vie ; les autres lui reprochaient de manquer de lignage ou de capacité, et surtout d’être trop étroitement soumis à l’empereur139. Des démarches plus pressantes n’aboutirent qu’à convaincre le Chapitre de son importance140. La nomination d’un coadjuteur avec droit de succession, disaient non sans raison les chanoines, équivaut à une véritable élection d’évêque. C’est pourquoi ils exigèrent de convoquer les électeurs absents141. Après bien des pourparlers, — la candidature de Guillaume de Poitiers étant définitivement écartée, — on tomba d’accord sur la présentation par le Chapitre à l’empereur de cinq candidats. L’évêque d’Arras, Antoine de Granvelle, le doyen Gérard de Groesbeeck, les prévôts Herman de Rennebourg et Antoine de Schauembourg, le proto-notaire Robert de Berghes furent choisis142.

  • 143 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 329. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 363. — Tihon, o. c., p. 42.

75Le 18 décembre 1549, Charles-Quint désigna, en qualité de coadjuteur, le cousin de l’évêque Corneille, « messire Robert, protho-notaire de Berghes, estant de noble et ancienne extraction, personnage doct et lettré, de bonne vie et conduite, apparant de bien et louablement povoir régir et administrer le dict éveschié et pays de Lyége »143.

  • 144 Archives vaticanes, Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 124.
  • 145 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 14.
  • 146 H. Foerster, Reformbestrebungen Adolfs III von Schaumburg..., p. 41, Munster, 1925

76Près de cinq ans passèrent. Enfin, le 25 juin 1554, le pape Jules III confirma l’élévation de Robert de Berghes à la coadjutorerie de Liége144. Georges d’Autriche n’avait plus que quelques années à vivre. Impotent145, il était d’une santé si délicate qu’en 1549 déjà il n’avait pu participer personnellement au concile provincial de Cologne146.

  • 147 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, vol. 116, f° 256. — Ti (...)
  • 148 M. Lossen, Briefe von Andreas Masius, p. 283 (15 octobre 1556), Leipzig, 1886.
  • 149 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 447
  • 150 Fisen, o. c., t. ii, p, 350.
  • 151 Bouille, o. c., t. ii, p. 402.
  • 152 Avec codicille du 30 mars 1557 ; cfr Archives de lÉtat a Liége, Testaments de la cathédrale, vol. (...)

77Il est difficile d’identifier le mal qui devait l’emporter. Les chroniqueurs parlent d’épilepsie147, d’apoplexie148, de pituite149, de fièvre lente150. Nous ne savons non plus ce qu’il convient de voir dans « l’ardeur secrette d’une fièvre qui le rongeoit lentement151 ». Le 26 novembre 1556, Georges d’Autriche fit son testament. Il n’oublia ni les églises de Brixen et de Valence, ni les pauvres de Liége. Il légua à cinquante miséreux des « vinâves » de la Cité, un vêtement noir avec un capuchon, à charge pour eux d’assister à ses obsèques dans cet accoutrement152.

  • 153 Tihon, o. c., p. 45. — Lettre de Robert de Berghes à Philippe II, le 8 janvier 1557, dans les Papi (...)
  • 154 Tihon, o. c., p. 45.
  • 155 Instructions de Georges d’Autriche aux ambassadeurs qu’il envoie à Bruxelles, le 24 février 1557 ; (...)
  • 156 Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, fos 6 (12 avril 1557, 13 v° (27 avril) 15 (3 mai).

78Le mois suivant, Robert de Berghes, sur l’ordre du roi d’Espagne, se rendit à Liége afin d’être prêt à recueillir le succession de Georges d’Autriche153. Celui-ci resta plusieurs mois dans un état de grande faiblesse. Comme il ne pouvait plus se déplacer aisément, il demanda que l’on construisît une galerie reliant le palais à une des chapelles de la cathédrale154. Il se déclarait « tant plus incertain combien il plaira à Dieu le laisser vivre »155. Bientôt, il ne put plus signer ses lettres156. Le 2 avril 1557, Robert de Berghes était reçu au Chapitre pour sa première résidence.

  • 157 Cercueil
  • 158 Conclusions capitulaires, vol. 114 bis, f° 7. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 447. — Tihon, o. (...)

79Enfin, « du moys de may le quatrième jour, à l’environ quattre heures après midy, révérendissime et illustrissime seigneur et prince monseigneur George d’Austrice, évesque de Liége, etc, après avoir bien fructueusement et laudablement administreit son éveschiet au salut de son aeme et de ses subyectz, depuys le jour de la nativité sains Jehan-Baptiste xxiiij de juing an XVe quarante-quatre jusques au dict iiij de may, et sur la fin estre escheu en grande maladie et tel qu’il en terminast vie par mort, dont Dieu en ayet l’aeme. Sur le lendemain, son corps vestit et aornez en pontificaulx avecque la mytre, superhumérale et baston pastorale entre ses bras, et ainssy mis en ung grand paele partout couvert de draps noires, avecque croies blanches au mytans, sur ung lyt précieusement aornez, où fust ainssy demeurez à visage découvert et les bras estendus avecque les gandz et verges et avecque pontificalz trois jours enthiers, et permis à ung chacun le veoir afin de tant plus inciter le peuple le voyant à pryer Dieu pour le salut de son aeme, et, au quatrième jour, fut le dict corps oincte et embaumez et les entrailles mis en une capse de plom et envoyez et sépulturez à la chapelle de Curange, maison de l’Englise. Et le dict corps mis et enfermez en ung grand waschea157 de plom et ainssy conservez à la chapelle du palays épiscopale jusques le jour de ses exèques »158.

  • 159 Ce dernier détail d’après Chapeaville, o. c, t. iii, p. 382, qui raconte qu’il assista aux funérai (...)
  • 160 Conclusions capitulaires, vol. 114 bis, f° 13 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 382. —Sur le tr (...)

80Ce jour, qui était le 18 mai, une foule immense emplissait la cathédrale tendue de velours noir et de soie blanche. Tous les corps de l’État étaient présents. De nombreux bourgeois portaient des flambeaux. Les écoles elles-mêmes avaient envoyé des délégations enfantines159. Le char funèbre, recouvert des vêtements épiscopaux, était suivi par les archidiacres d’Ardenne, de Campine et de Hainaut, par le Chapitre de Saint-Lambert et par le coadjuteur. Le suffragant chanta l’office funèbre qui s’acheva par l’inhumation du corps de l’évêque dans sa cathédrale160.

***

  • 161 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 662. — Quelques absences signalées par Bormans, Répertoire..., p (...)
  • 162 Il y eut une longue contestation au sujet de cet archidiaconé entre Poitiers et Lombartz ; cfr Con (...)
  • 163 Juten, o. c., p. 83.
  • 164 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 94 v°.
  • 165 Conseil privé. Dépêches, vol. 3. f° 111.
  • 166 Il reçut une pension de l’empereur ; cfr Henne, o. c., t. ix, p. 121, n. 1. — En 1557, il fut envo (...)

81Georges d’Autriche avait régné à Liége pendant douze ans, dix mois et dix jours. Son règne, beaucoup plus important et deux fois plus long que celui de son prédécesseur, s’en distingue par plus d’un point. Alors que Corneille de Berghes s’était permis trop souvent d’abandonner sa principauté, Georges d’Autriche avait « tout son temps résidé dans la ville de Liége »161. Comme Corneille’ Georges subit l’influence du Chapitre cathédral, mais s’il dut archidiacre de Famenne, archidiacre de Campine162, curé de Grathem163 et président du Conseil ordinaire. En 1541, il célébra sa première messe164 ; le 17 février 1548, il était enfin nommé chancelier165. Il représenta au concile de Trente l’empereur, dont il fut un des candidats préférés pour le siège épiscopal de Liége et pour celui de Saint-Omer, mais le Chapitre de Saint-Lambert, par crainte de sa rigueur, s’opposa à sa promotion, et Poitiers lui-même refusa l’évêché de Saint-Omer. C’était, en effet, un homme modeste, austère et très dévot, fidèle à ses devoirs, grand ami des jésuites et entièrement gagné à l’influence impériale166. Il mourut, prévôt de Liége, le 1er août 1570.

  • 167 de Theux, o. c., t. iii, p. 33, en fait à tort le chancelier d’Érard de la Marck. — H. Keussen, Di (...)

82Gilles de Blocquerie167, docteur en droit canon de Cologne, entra au Chapitre cathédral en 1516. Il était destiné à faire une carrière longue et glorieuse, coupée toutefois d’un temps de disgrâce. Official, puis vicaire-général d’Érard de la Marck, il devint en outre archidiacre de Hainaut, prévôt de Sainte-Croix, à Liége, et de Tongres, abbé séculier de Notre-Dame de Namur, chanoine de Courtrai, curé de Heerlen, Velthem, Kerckom et Houppertingen, enfin membre et président du Conseil ordinaire. En 1528, Marguerite d’Autriche le choisit comme avocat de la reine Catherine d’Angleterre, dans la célèbre affaire du divorce royal, mais j’ignore ce que fut son véritable rôle en cette circonstance. En 1533, pour des motifs inconnus, le cardinal de Liége déchargea Blocquerie de ses fonctions de vicaire-général. Le 30 novembre de cette année, Charles pieux, qui fut élu plusieurs fois prieur du couvent de Liége. En 1545 et en 1551, il remplit les fonctions d’inquisiteur. Il participa ensuite au concile de Trente comme « orateur » de l’évêque de Liége et en revint, en 1552, évêque de Tagaste et suffragant de Liége. Van der Gracht venait de mourir ; Sylvius le remplaça. Pendant vingt-six années, il remplit avec zèle la charge d’évêque auxiliaire, jusqu’à sa mort, survenue le 26 février 1578.

83Les chanceliers étaient les véritables ministres du prince-évêque. C’étaient par eux que passaient toutes les propositions intéressant la principauté, avant d’être discutées au Conseil privé et soumises aux États. Les vicaires-généraux, dont je vais parler, remplissaient des fonctions analogues dans l’administration du diocèse.

  • 168 de Theux, o. c., t. iii, p. 26. — Daris, o. c., p. 92, 123, 146.

84En 1538, Louis de Cortembach168 occupait la charge de vicaire-général et scelleur de l’évêque. Il était aussi chanoine noble de Saint-Lambert depuis 1511, écolâtre de Saint-Martin, chanoine de Saint-Servais à Maestricht et prévôt de Huy. Érard de la Marck, qui l’avait choisi comme chancelier en 1517, l’appela peu après à siéger au Conseil ordinaire ; en 1533 ou en 1534, il le nomma vicaire-général, en remplacement de Gilles de Blocquerie. Les successeurs du cardinal lui continuèrent sa confiance ; toutefois, en 1544, Louis de Cortembach était déchargé du vicariat au profit de Gilles de Blocquerie, déjà nommé. Il mourut le 8 janvier 1548.

  • 169 Jean Witten est aussi cité comme chancelier en 1538 et 1541, mais son cas reste obscur ; cfr de Th (...)

85Le chancelier Guillaume de Poitiers et le vicaire-général Gilles de Blocquerie sont des hommes d’une autre importance169.

  • 170 de Theux, o. c., t. iii, p. 74. — Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1019 (Delvaux), p. 21 (...)
  • 171 Nommé, le 13 janvier 1543, en remplacement de Jacques du Buisson ; cfr Conclusions capitulaires, v (...)
  • 172 Nommé le 5 mars 1545, il résigna la même année ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, fos 25.

86Guillaume de Poitiers170, baron de la Ferté, avait été reçu à Saint- Lambert, comme chanoine noble, le 25 juin 1535. Il était prévôt de Fûrnes et de Saint-Omer, écolâtre de Liége171, et de Huy172, pauté. Aucun cependant ne pourra faire oublier le tout-puissant ministre d’Érard de la Marck, le chancelier Jérôme Aléandre, aussi doué pour la politique religieuse que pour les belles-lettres.

  • 173 On trouvera dans les dernières pages de ce livre, à l’Annexe B, un tableau chronologique des princ (...)

87Je me propose de donner ici quelques notes biographiques brèves qui précisent et qui complètent ce que je dis ailleurs de l’action, pour la Réforme catholique et contre la Réforme protestante, des auxiliaires de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, éminents par leur rang, leur science ou leur influence173.

88Je dirai tout d’abord quelles furent les principales étapes de la vie des évêques auxiliaires Gédéon van der Gracht et Grégoire Sylvius, deux excellents religieux qui suppléèrent Corneille de Berghes et Georges d’Autriche dans l’exercice de leur ministère épiscopal.

  • 174 U. Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 89-92, Bruges, 1919.
  • 175 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 155 v°.
  • 176 Voir p. 248.

89Gédéon van der Gracht174 naquit à Gand en 1491 et entra au couvent des ermites de Saint-Augustin de la même ville. Il prit ensuite ses grades à Louvain. Confesseur de la gouvernante des Pays-Bas, Marie de Hongrie, il refusa la coadjutorerie de l’abbaye d’Oudenbourg. On peut supposer que c’est sur la recommandation de la gouvernante qu’Érard de la Marck le choisit comme suffragant. Le 10 janvier 1536, le nouveau prélat reçut les bulles l’élevant au siège de Castorie « in partibus infidelium ». Corneille de Berghes et Georges d’Autriche le maintinrent dans sa charge : le second de ces princes lui accorda, en outre, une pension de cent florins, le 20 décembre 1544175. En 1548 Gédéon mit une part importante au synode diocésain176. Charles-Quint le nomma trois ans plus tard abbé de Cambron, ce qui n’empêcha pas le suffragant de continuer ses fonctions à Liége, tout en rétablissant la discipline dans l’abbaye. Il se retira enfin à Cambron mourir le 15 octobre 1554

  • 177 P. Ansiaux, Grégoire Sylvius, inquisiteur et évêque auxiliaire liêgeois(1502-1578), dans le Bullet (...)
  • 178 Textes significatifs : Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 14 (6 avril 1546). — Conclusions capitu (...)
  • 179 C’est par erreur, à mon sens, que M. Tihon, o. c., p. 21, croit que l’autorité du Chapitre « fut l (...)
  • 180 Poncelet, Cartulaire... Saint-Lambert, t. v, p. 351, 352, 355. — Bormans, o. c., p. 381.
  • 181 de Marneffe. o. c., t. iii, p. 254, 257.

90Grégoire Sylvius177, lui, était un dominicain liégeois, lettré et compter avec cette illustre compagnie178, il ne craignit pas de s’opposer à ses velléités d’indépendance179. Il ne craignit pas davantage de résister à sa nièce Marie de Hongrie. Allié des Pays-Bas, prince de la maison de Habsbourg, il ne suivit pas aveuglément les directives politiques que Bruxelles lui prodiguait sans discrétion180. Impopulaire à Liége à cause de sa naissance, il était trop attaché à son pays d’adoption pour ne pas décevoir aussi Marie de Hongrie et Charles-Quint181.

91Ce prince-évêque, curieux, lettré et dévoué, avait parcouru une étonnante carrière avant de se fixer à Liége. Les années qui lui restaient à vivre ne furent pas assez nombreuses pour qu’il pût laisser une œuvre grandiose. Néanmoins son règne connaîtra, au milieu des pires difficultés, la récompense d’un effort persévérant pour la Réforme catholique.

III — LES COLLABORATEURS DES PRINCES-ÉVÊQUES

  • 182 de Marneffe, o. c, t. i, p. 193, 194.
  • 183 Archives vaticanes, Instrumenta miscellanea, n° 6443, f° 22. — P. Lefèvre, Inventaire des Instrume (...)
  • 184 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1496, f° 273.— Ce prieur manque aux listes dressées par J. Halkin, (...)
  • 185 J. Halkin, o. c., p. 169-171. — Berlière, o. c., t. ii, p. 108. — Ces deux auteurs confondent notr (...)
  • 186 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 21 v°.
  • 187 Sur ce personnage, maître d’hôtel du cardinal, voir Poncelet, o. c., t. v. p. 320, 322.
  • 188 Archives vaticanes, Arch. Arcis. Arm. i-xviii, vol. 6537, f° 132. — Je compte publier cette lettre (...)
  • 189 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 60 v°.
  • 190 Gilles de Blocquerie est cité comme vicaire-général dès le 14 mars 1545 ; cfr Daris, o. c., p. 147 (...)
  • 191 Voir plus loin p. 114. — Ce n’est pas Gilles de Blocquerie qui est cité dans une lettre de Gérard (...)

92Corneille de Berghes et Georges d’Autriche ne portaient pas seuls le poids des affaires ; de nombreux auxiliaires collaboraient avec eux à la direction du diocèse et se partageaient les responsabilités du pouvoir. Nul d’entre eux ne fut marqué du sceau du génie, mais, dans leur ensemble, ils dépassent les deux princes qu’ils servirent : presque tous, ils étaient gradués des universités, intelligents, moraux ;·plusieurs ont joué un rôle considérable en dehors du pays Granvelle par exemple le ministre de Philippe II ou encore Thierry Hezius le secrétaire d’Adrien VI ; certains comme les la Marck, d’une part, Groesbeeck et Poitiers, de l’autre, furent les agents de la politique française ou surtout espagnole dans la princi-Quint faisait part à Marie de Hongrie des offres de service de ce « personnaige expert », ce qui, sous la plume de l’empereur, n’est pas un petit éloge182. Charles-Quint et Marie de Hongrie s’attachèrent donc Gilles de Blocquerie, qui, dès lors, se qualifiera le plus souvent : archidiacre de Hainaut et conseiller de l’empereur, mais ils n’intervinrent en sa faveur qu’avec prudence et discrétion afin de ne point mécontenter son ancien maître. En 1536, les agents impériaux à Rome s’efforçaient d’obtenir du Saint-Siège une décision avantageuse Dour Blocquerie au sujet de la prévôté litigieuse de Tongres183. La même année l’archidiacre, déjà pourvu, en 1535, du prieuré de Bertrée184, obtint la commende du prieuré d’Aywaille mais l’archidiacre de Brabant, Guillaume de la Marck, soutenu par son oncle réussit à le frustrer de ce second bénéfice185. La mort d’Érard de la Marck rendit à Blocquerie toute liberté d’action : le 23 juin 1538, le Chapitre cathédral l’absolvait des censures portées contre lui186. Ces censures ne sont pas précisées mais une lettre inédite du même temps nous apprend que le cardinal avait fait infliger à son ancien vicaire-général des peines canoniques dont aucun indice ne nous permet de déterminer la cause ; c’est pour en obtenir une complète et solennelle absolution que, le 25 août 1538, Florent d’Egmont, le beau-frère de Corneille de Berghes, et Philippe Pielvake187, exécuteures testamentaires du cardinal, écrivaient au pape une lettre pressante188. On ne peut douter du succès de cette requête et du retour en grâce de Gilles de Blocquerie, lorsqu’on le voit, le 6 février 1540, délégué vers l’empereur par ses confrères du Chapitre, qui reconnaissaient ainsi son incontestable valeur189. L’avènement de Georges d’Autriche assura sa fortune : vicaire-général du nouveau prince, il fut vraiment son plus précieux auxiliaire190, particulièrement dans la préparation de l’édit général publié en 1545 contre les protestants191. La même année, il profita, — c’était de bonne guerre, — de la disgrâce de Guillaume de la Marck, compromis dans les conspirations de Liége pour faire triompher ses droits sur le prieuré d’Aywaille Il mourut en 1549, comblé de titres et de dignités.

  • 192 de Theux, o. c., t. iii, p. 105.
  • 193 Manare, De vita et moribus Everardi Mercuriani, praepositi generalis Societatis Iesu commentarius, (...)
  • 194 Officialité, Sentences, vol. 26, passim (1539-1540).
  • 195 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 20.
  • 196 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 392 v°.
  • 197 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 21 v°.
  • 198 Voir p. 202. — Le 17 septembre 1552, Huet reçut par bref l’autorisation de connaître sans irrégula (...)
  • 199 Archives de lÉvêché de Liége, Registre archidiaconal de Famenne (1549-1552), p. 17, 19.

93Jean Huet192, l’ami d’Éverard Mercurian193, lui succéda. Il était licencié dans les deux droits, et il avait débuté dans la carrière comme avocat de la cour ecclésiastique194. Le 16 juillet 1544, il était nommé official du diocèse195, et, le 19 octobre 1546, Georges d’Autriche lui accordait une prébende de Saint-Lambert196. En 1545 déjà, lorsque Gilles de Blocquerie s’était absenté du pays, Huet avait assuré l’intérim du vicariat-général197. Ses connaissances juridiques et son expérience des affaires furent mises à contribution par le prince-évêque qui confia à son vicaire-général le soin de présider à la réforme des cours spirituelles198. Jean Huet, qui était encore prévôt de Saint-Pierre à Liége, abbé séculier de Dinant et curé de Dorreux199, mourut le 20 mai 1554.

  • 200 de Theux, o. c., t. iii, p. 84. — L. Gross, Die Reichsregisterbücher Kaisers Karls V, p. 127, 130. (...)
  • 201 Officialité. Sentences, vol. 41, f° 13.
  • 202 Pourvu le 2 octobre 1539 ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 228. — Archives vaticanes, (...)

94Pour le remplacer, Georges d’Autriche fit appel à Arnold de Bocholtz200, le 4 août 1554201. Chanoine de Liége et archidiacre d’Ardenne depuis 1539202, Bocholtz était aussi chanoine de Mayence, prévôt de Cologne, prévôt de Tongres et prieur de Saint-Séverin-en-Condroz. En 1558, il obtint la prévôté de la cathédrale qu’il conserva jusqu’à sa mort, le 25 janvier 1568. Rien dans sa vie, si ce n’est ses titres, ne mérite d’être signalé.

95Aux officiaux de Liége appartenait la défense de la juridiction épiscopale. Cette charge importante échut successivement, de 1538 à 1557, à Arnold Carpentier, Nicolas Ponsard, Jean Huet et Charles de Nicquet.

  • 203 Daris, o. c., p. 42, 68, 129. — Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 261-263.
  • 204 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 276.
  • 205 de Theux, o. c., t. iii, p. 80. — Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de (...)
  • 206 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 v°.
  • 207 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 108 v°.
  • 208 Conclusion capitulaires, vol. 113 bis, f° 141 v°. — Un document des Archives vaticanes, Reg. Later (...)

96Arnold Carpentier203, bien qu’il ne fût pas chanoine de Saint- Lambert, avait succédé à Gilles de Blocquerie comme official, sans doute dès 1517, date de la promotion de Blocquerie au vicariat-général. Il était chanoine et costre de Saint-Denis, à Liége. Corneille de Berghes, le 14 mars 1538, le confirma dans ses fonctions204, mais, pour peu de temps. Nicolas Ponsard205, dès le 14 août 1538, était revêtu de son office206. C’était un licencié en droit, clerc du diocèse de Trèves et avocat de la cour spirituelle de Liége207. II démissionna en 1542208 pour devenir l’année suivante prévôt de Saint-Pierre à Liége. Il mourut en 1546.

  • 209 de Theux, o. c., t. iii, p. 44. — Daris, o. c., p. 139. — Sa commission d’official date du 4 novem (...)
  • 210 de Theux, o. c., t. iii, p. 117. — Daris, o. c., p. 171. — Poncelet, Inventaire analytique des cha (...)
  • 211 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 1 bis.

97Parmi ses successeurs, Jean de Sarta209 ne fit que passer, et j’ai déjà eu l’occasion de souligner les mérites de Jean Huet. Lorsque ce dernier devint vicaire-général, Charles de Nicquet210 fut choisi comme official et resta à ce poste pendant trente ans. Licencié en droit d’Orléans, Nicquet était doyen de Sainte-Croix à Liége, doyen de Fleurus et prévôt de Fosses. En 1545, il fut nommé inquisiteur en même temps que Thierry Hezius, dont il partageait l’ardeur et à qui il mérite d’être comparé. En 1550, il suppléa Jean Huet dans sa charge de vicaire-général211. Il mourut le 30 novembre 1579.

  • 212 de Theux, o. c., t. iii, p. 52. — Schwarz, o. c., p. 88, 89. — de Vocht, Monumenta..., p. 477, n. (...)
  • 213 Archives vaticanes, Reg. Later. 1684, f° 195 v°.
  • 214 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 154. — Bormans, o. c., p. 375. — Georges d’Egmont mourut le (...)

98Les doyens de la cathédrale, qui présidaient les réunions du célèbre Chapitre de Saint-Lambert, détenaient une réelle influence qui donnait au décanat un grand prix. Toutefois, le doyen en fonctions de 1534 à 1548, Georges d’Egmont212, abbé commendataire de Saint-Amand, renonça, à peine élu, au rôle qu’il aurait pu jouer : nommé évêque d’Utrecht à la fin de l’année 1534, il résida dans son évêché sans vouloir cependant renoncer au décanat de Liége. Le 17 décembre 1537 Paul III à la demande sans doute du Chapitre de Saint-Lambert, lui enjoignit de remplir personnellement ses devoirs de doyen ou de résigner213. Rien n’y fit, Georges demeura à Utrecht et les chanoines de Liége durent élire un vice-doyen, Thierry Hezius. Enfin le 7 août 1548 l’évêque d’Utrecht abandonna le décanat à Gérard de Groesbeeck qui lui céda en retour le rectorat de l’autel de Sainte-Catherine dans l’église de Louveigné214.

  • 215 de Theux, o. c., t. iii, p. 76. — Schwarz, o. c., p. 38. — Réceptions de la Cathédrale, vol. 68, f (...)
  • 216 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 154. — Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 423 v°.
  • 217 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 426.
  • 218 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 426 v°.
  • 219 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105 v° (8 janvier 1548).
  • 220 Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1019, p. 101.
  • 221 Archives vaticanes, Processi di vescovi (1564-1595), f° 69 v°.

99Gérard de Groesbeeck215 fut élu doyen par ses confrères, le lendemain 8 août216, confirmé par Georges d’Autriche, le 17 août217, et mis en possession, le 16 septembre 1548218. C’était un ecclésiastique instruit et pondéré à qui le mérite et le rang assuraient un bel avenir. Il faisait partie du Chapitre cathédral depuis 1536 et possédait de nombreuses dignités : un canonicat à Mayence, le décanat d’Aix, les prélatures de Ciney et de Dinant, l’écolâtrie de Saint-Martin, à Liége219, et la cure de Hoengen220. Gérard avait étudié à Paris221 et séjourné plusieurs fois en Italie, où il célébra sa première messe en 1550 et se lia. d’amitié avec saint Ignace ; en outre, il représenta l’évêque de Liége au concile de Trente et prit part à d’importantes missions diplomatiques. Il succéda à Robert de Berghes sur le trône de Liége et devint cardinal.

  • 222 de Theux, o. c., t. iii, p. 39. — Schwarz, o. c., p. 6, 7.
  • 223 de Theux, o. c., t. iii, p. 97. — Schwarz, o. c., p. 7, 8.

100Les deux prévôts de Liége, Adolphe222 et Antoine223 de Schauembourg, ne firent que passer dans le diocèse. Après s’être succédés dans la prévôté, ils illustrèrent l’un et l’autre le siège archiépiscopal de Cologne.

  • 224 de Theux, o. c., t. iii, p. 27.
  • 225 de Theux, o. c., t. iii, p. 17.
  • 226 de Theux, o. c., t. iii, p. 61
  • 227 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 429 v°.— Conseil privé. Dépêches, vol. 3, fos 26-28. — de(...)

101Parmi les archidiacres, je ne ferai que citer Jean Spyez224, Éverard de Manderscheidt225, Michel d’Enckevort226 et Jérôme van der Noot227, dont l’influence ne fut guère considérable.

  • 228 de Theux, o. c., t. iii, p. 72.— M. Vaes, Les curialistes belges à Rome, « I Lieggesi », dans les (...)

102L’archidiacre de Famenne, Pierre Vorstius228, mérite plus qu’une simple mention. Vers 1530, cet Anversois avait été nommé, en cour romaine, auditeur de la Rote pour l’Allemagne. Quelques années plus tard, nous le retrouvons en qualité de nonce chargé de la convocation du concile dont il ne cessa de poursuivre la réunion. Il mourut, évêque d’Acqui, le 8 décembre 1548.

  • 229 J. de Chestret de Haneffe, Histoire de la maison de la Marck y compris les Clèves de la seconde ra (...)
  • 230 Lefèvre, Inventaire..., p. 332.
  • 231 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 167 v°. — Lefèvre, o. c., p. 327. — J. Halkin, Les prieu (...)
  • 232 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 40 v° (s. d.).
  • 233 de Chestret, o. c., p. 210. — de Theux, o. c., t. iii, p. 60. — J. Halkin, o. c., p. 180. — Berliè (...)

103Les deux archidiacres de la Marck, Philippe et Guillaume, n’avaient été promus à leurs hautes dignités que grâce au cardinal, leur oncle et cousin, qui aurait voulu faire, de l’un ou de l’autre, son successeur. Philippe de la Marck229 était archidiacre de Hesbaye, chanoine de Saint-Servais à Maestricht230, prieur de Saint-Séverin-en-Condroz231 et archidiacre de Valence232. Il mourut en octobre 1545. Quant à Guillaume de la Marck233, archidiacre de Brabant, prévôt de Saint-Barthélemy à Liége prieur d’Aywaille et abbé commendataire de Beaulieu-en-Argonne, il vit ses revenus dans les Pays-Bas confisqués par Charles-Quint en 1543, pour le punir d’avoir trempé dans les conjurations françaises au pays de Liége. Par manière de représailles, l’archidiacre de Brabant, — il conserva ce titre jusqu’à sa. mort, — passat, ouvertement dans le parti français et obtint du roi plusieurs abbayes Il mourut, quelques jours après Georges d’Autriche le 13 mai 1557.

  • 234 de Theux, o. c., t. iii, p. 85.— C. Weiss, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. i, p. 573 ; (...)
  • 235 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 78 v°. — Sur l’attitude réservée de Granvelle à cette diète et (...)
  • 236 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105.
  • 237 Un autre chanoine de Liége, très attaché lui aussi aux Pays-Bas, Philippe Nigri, évêque nommé d’An (...)

104A côté de ces archidiacres, français d’origine et de sentiments, Antoine de Granvelle234, le plus grand homme politique peut-être des Pays-Bas au xvie siècle, fait figure d’authentique prélat espagnol. Ce Franc-Comtois, qui, par deux fois, avait été près de devenir prince de Liége, ne s’était pas introduit sans difficulté dans le Chapitre cathédral. Les chanoines de Saint-Lambert s’étaient montrés rétifs, mais ils avaient dû s’incliner devant les titres du candidat, déjà pourvu alors de l’évêché d’Arras, et surtout devant ses recommandations. Granvelle, archidiacre de Hesbaye, prévôt de Maeseyck et titulaire des dignités les plus estimées, représenta l’évêque de Liége à la diète de Worms en 1545235 et à la diète d’Augsbourg en 1548236. Lorsqu’il fut attaché plus étroitement à la politique des Habsbourg, il ne cessa de s’intéresser au diocèse de Liége. On sait qu’il fut le premier bénéficiaire des nouveaux évêchés érigés à la demande de Philippe II, puisqu’il devint archevêque de Malines237.

  • 238 de Theux, o. c., t. iii, p. 102. — Gross, o. c., p. 122, etc. — Daris, o. c., p. 171, se trompe en (...)
  • 239 Lefèvre, o. c., dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. ix, p. 325 sv. — Il y (...)

105L’activité de Pierre Boels238 était tout autre. Ce chanoine, qui cumulait les canonicats, les cures et les pensions, devait, sous Robert de Berghes, obtenir les titres de chancelier et de vicaire- général. En 1545 et 1546, il se contentait de diriger un véritable bureau d’affaires bénéficiales. Un heureux hasard a permis à un chercheur des Archives vaticanes de retrouver le volumineux courrier que Pierre Boels, de Liége, envoyait alors à son correspondant romain : ce ne sont que recommandations pour des prébendes, documents relatifs à des contestations, suppliques et protestations diverses239. Cette correspondance, apparemment dénuée d’intérêt, est précieuse en ce qu’elle illustre de la façon la plus concrète l’importance que les questions bénéficiales avaient prise dans la vie du diocèse.

  • 240 J’omets volontairement Granvelle et les Schauembourg dont l’action s’exerça surtout en dehors du d (...)
  • 241 Sur Hezius, Arnold Luyd et autres inquisiteurs, voir les chapitres consacrés aux ordonnances contr (...)

106Tels sont les plus « décoratifs » parmi les collaborateurs de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche. Il s’en faut de beaucoup cependant que cette liste de hauts personnages comprenne les auxiliaires de choix de qui on peut dire vraiment qu’ils ont pesé sur les destinées du pays. Je fais exception pour Gilles de Blocquerie, le seul administrateur digne de succéder à Jérôme Aléandre240. Mais, à cette réserve près, les conseillers des évêques, tels Hezius ou Arnold de Tongres, sont d’autres hommes que les dignitaires précédents. Nous les verrons à l’œuvre au cours de ce travail241.

  • 242 L.-E. Halkin, Curange, un petit Versailles liégeois au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société (...)

107Nos princes, parce qu’ils étaient étrangers au pays, se laissèrent facilement influencer par leurs familles. Corneille de Berghes semble avoir beaucoup écouté son beau-frère Florent d’Egmont, qui répétait d’ailleurs les leçons apprises à Bruxelles. Lorsque l’indolent prélat s’était retiré en son château de Curange, durant les premiers mois du règne, il était escorté de plusieurs membres de sa famille, heureux de partager sa table et de profiter de son nom242. Robert de Berghes, son jeune cousin, était, comme bien l’on pense, le candidat préféré par Corneille pour recevoir sa succession. Charles-Quint imposa son oncle Georges d’Autriche, mais les efforts de Corneille de Berghes réussirent à sauver les droits de Robert, qui montera, en 1557, sur le trône de Liége.

  • 243 Des difficultés inouïes marquèrent l’exécution de ce testament ; cfr Tihon, o. c., p. 56. — Henne, (...)

108Quant à Georges d’Autriche, il ne subit pas seulement l’emprise des Habsbourg, mais un parent de la branche maternelle, Charles de Brimeu, comte de Meghen, jouit d’un crédit extrême auprès de l’évêque qui le constitua son légataire universel243. On le devine, les Liégeois virent d’un très mauvais œil ces parentés encombrantes qui avaient tendance à traiter leur pays comme le fief de la famille.

  • 244 Diverses lettres de familiarité au Conseil privé. Dépêches, vol. 1, passim.

109A côté de la famille, — et parfois sans doute contre elle, — la Maison des princes constituait un autre foyer d’influences et d’intrigues. Ses membres portaient la livrée aux armes princières, signe de leur indépendance juridictionnelle244 ; ils étaient les premiers confidents des princes, les témoins de leur vie intime ; parmi eux, l’on trouve les secrétaires, les maîtres d’hôtel, le chapelain, le confesseur, le médecin, sans oublier les pages.

  • 245 Daniel Mauch, né à Ulm en 1504, était le fils d’un sculpteur renommé, appelé lui aussi Daniel, qui (...)
  • 246 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 65 v°. — Keussen, o. c., t. ii, p. 890, 1070. — de Theux, o. c (...)
  • 247 Acta et décréta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 6, Louvain, 1549·— L. Jadin, Procès d’informatio (...)

110Quelques hommes se sont distingués dans ces emplois subalternes Daniel Mauch245, secrétaire de Georges d’Autriche, est le plus marquant. Gilles de Blocquerie, le jeune246, parent du vicaire-général du même nom, lui succéda. Rudger Verlerius247, « vir eruditus ac facundus », lut, au synode de 1548, la « Formula reformationis » d’Augsbourg. Comme il était en Espagne vers 1539 et que sa venue à Liége date des environs de 1544, je présume qu’il accompagna Georges d’Autriche ou, du moins, qu’il dut le connaître à Valence, avant d’être choisi comme son secrétaire.

  • 248 L. Lahaye, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Saint-Jean l’Évangéliste à Liége, (...)
  • 249 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 90, 116, 161. — Sur ses rapports probables avec Thierry Hezius, voi (...)

111Je citerai enfin le chapelain de l’évêque, Robert Chesneau ou Quercentius248, calligraphie, poète, historien et miniaturiste, ainsi que son maître d’hôtel Pierre de Villegas249 qui tint parfois la plume pour le prince.

***

112Les notes qui précèdent montrent comment se recutaient les collaborateurs des princes-évêques ; dignitaires, conseillers, familiers appartenaient ou à la noblesse ou à l’élite intellectuelle du pays. Ecclésiastiques pour la plupart, car il n’est pas encore question, au xvie siècle, de l’action militante des laïques, ils remplirent honnêtement leur tâche, mais les uns comme les autres vivaient des bénéfices, profitaient de la commende, abusaient du cumul. Ils ne demandaient qu’à poursuivre en paix la carrière dorée que leur ouvrait la faveur princière. Même les plus « modernes » d’entre eux les humanistes ne dédaignaient pas pour se mettre à l’abri des soucis matériels, de briguer les riches prébendes, sans se mettre en peine du devoir de la résidence.

113Ces défauts illustrent par avance les abus du régime bénéficial que les catholiques acceptaient avec un aveuglement intéressé et que les protestants devaient découvrir avec autant d’indignation que d’habileté.

Notes

1 Révision, en 1507, de la Paix de 1487 ; cfr Recueil des ordonnances de la principauté de Liége, 2e s., t. i, p. 1-7.

2 É. Poncelet, Le Conseil ordinaire, tribunal d’appel de la principauté de Liége, dans le Bulletin de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances, t. xiii, 1re partie, p. 133-257, Bruxelles, 1929.

3 P. Harsin, L’alliance de la principauté de Liége avec les Pays-Bas au xvie siècle, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t.vii, p. 1415-1452; t. viii, p. 93-125, Bruxelles, 1928 et 1929. — Une étude générale du règne, dans le travail d’ensemble de E. Buchin, Le règne d’Érard de la Marck. Étude d’histoire politique et économique, Liége et Paris, 1931.

4 É. Buchin, Érard de la Marck et la restauration des forteresses liégeoises, dans Leodium, t. xxi, p. 66-81, Liége, 1928.

5 Sujet mal connu encore. Voir quelques indications utiles dans M. Devigne, La première Renaissance liégeoise, dans la Fédération archéologique et historique de Belgique. XXIXme session : congrès de Liége 1932. Annales, t. iv, p. 234-248.

6 A. Van Hove.Étude sur les conflits de juridiction dans le diocèse de Liége à l’époque d’Érard de la Marck (1506-1538), Louvain, 1900. — Voir, à titre de comparaison, L.-E. Halkin, Les conflits de juridiction entre Érard de la Marck et le Chapitre cathédral de Chartres, Liége et Paris, 1933.

7 L.-E. Halkin, Réforme protestante et Réforme catholique au diocèse de Liége. Le cardinal de la Marck, prince-évêque de Liége (1505-1538). Liége et Paris, 1930.

8 C. Tihon, La principauté et le diocèse de Liége sous Robert de Berghes (1557-1564), p. 29, Liége et Paris, 1923. — H. Lonchay, De l’attitude des souverains des Pays- Bas à l’égard du pays de Liége au xvie siècle, p.48, Bruxelles, 1888.— A l’Annexe A du présent travail, on trouvera un fragment généalogique conforme aux données des Tables généalogiques de Lefort, vol. 9, fos 196 sv., aux Archives de lÉtat a Liége.

9 Balau et Fairon, Chroniques liégeoises, t. ii, p. 129, Bruxelles, 1931. — J. Lyna, De gesta van de Luiksche prins-bisschoppen Erard van der Marck, Cornelis van Bergen en Joris van Oostenrijk (1536-1545), dans les Bijdragen tot de geschiedenis, t. xvi, p. 200, Anvers, 1924-1935. — R. Schwarz, Personal- und Amtsdaten der Bischöfe der Kölner Kirchenprovinz von 1500-1800, p. 34, Cologne, 1914.

10 E. de Marneffe, La principauté de Liége et les Pays-Bas au xvie siècle, t. ii, p. 10, 16, passim, Liége, 1888. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 402, 415.

11 J. de Theux de Montjardin, Le Chapitre de Saint-Lambert à Liége, t. iii, p. 38, Bruxelles, 1874.

12 de Marneffe, o. c., t. i, p. 80. — Après son élection, Corneille résida souvent encore en Hollande.

13 J. Chapeaville, Gesta pontificum Leodiensium, t. iii, p. 278, Liége, 1616.

14 Foullon, Historia Leodiensis, t. ii, p. 245, Liége, 1736. — de Marneffe, o. c, t. i, p. 324. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 129.

15 de Marneffe, o. c, t. i, p. 251. — Le 18 février 1538, John Hutton écrivait de Bruxelles à Thomas Cromwell que Corneille lui paraissait sympathique, mais peu apte et peu instruit ; cfr J. Gairdner, Letters and papers... of Henry VIII, t. xiii, 2e partie, p. 109, Londres 1892.

16 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 313.

17 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 14, 19, 38, 62. — Lyna, o. c., p. 199.

18 Deux portraits sont conservés au palais de l’Évêché de Liége. L’un d’entre eux a été reproduit par de Marneffe, au frontispice de son second volume ; l’autre, qui est inédit, porte la devise : « Sicut Deo placet ».

19 Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. n, 1593 (Munters), fos 151, 151V. — Le 9 juin 1539, Corneille obtenait pour lui « et duodecim aliis per eum semel nominandis, confessionale in forma honesta » ; cfr Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 13, f°424. — Sur le privilège du « confessionale », voir Cauchie et Van Hove, Documents concernant la principauté de Liége (1230-1532) spécialement au début du xvie siècle, extraits des papiers du cardinal Jérôme Aléandre, t. ii, p. 359, Bruxelles, 1920.

20 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 129.

21 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 278, 349.

22 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 415.—Quelques traits élogieux dans de Marneffe, o. c, t. ii, p. 271, 371. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 346.

23 L.-E. Halkin, L’élection du prince-évêque de Liége Érard de la Marck, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. lii, p. 31-59. Liége, 1927. — Harsin, l. c. de Marneffe, o. c, t. i, passim.

24 On trouvera les détails relatifs à ces points dans mon article : L’élection du prince-évêque de Liége Corneille de Berghes, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xxvii, Liége, 1936 (sous presse).

25 de Marneffe, o. c, t. i, p. 65-68. — A. Rodriguez-Villa, El emperador Carlos V y su corte, dans le Boletin de la real Academia de la historia, t. xliii, p. 17, Madrid, 1903.

26 L.-E. Halkin, La coadjutorerie des princes-évêques de Liége au xvie siècle, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. vii, p. 1406, Bruxelles, 1928.

27 Archives de lÉtat a Liége, Réceptions de la cathédrale, vol. 68, fos 185v°-192. — Archives vaticanes, Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 18, fos 96, 202.

28 de Marneffe, o. c, t. i. p. 215.

29 de Marneffe, o. c, t. i, p. 216 sv.

30 de Marneffe, o. c, t. i, p. 304 sv., 307.

31 de Marneffe, o. c, t. i, p. 313 sv. ; t. ii, p. 12. — Instruction inédite, du 16 février 1538, aux Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, vol. 759 bis, fos 108 v°-109 ; cfr le n° 1 des Pièces justificatives. — Sur l’émotion suscitée à Bruxelles par la mort d’Érard, voir J. Gairdner, Letters and papers... of Henry VIII, t. xiii, 1re partie, p. 88, Londres, 1892.

32 Le 18 février, Corneille était chez le marquis de Berghes, à Bruxelles ; cfr Gairdner, o. c, t. xiii, 2e partie, p. 109.

33 Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fos 7-11.

34 Lyna, o. c., p. 203, 204. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 21. — Les fastes de la joyeuse entrée se répétèrent dans les bonnes villes de la principauté. Contrairement à la tradition, la réception de Corneille de Berghes eut lieu un autre jour que sa joyeuse entrée ; le 1er mars déjà, l’évêque avait juré la « capitulation » ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 68, fos 192, 196.

35 É. Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lambert à Liége, t. v, p. 325, Bruxelles, 1913. — Archives de lÉtat a Liége, Conseil aulique, liasse 241.

36 On consultera mon article : Notes pour servir à l’histoire du règne de Corneille de Berghes, prince-évêque de Liége (1538-1544), dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xxvii, p. 4-13, Liége, 1936.

37 Harsin, o. c., p. 93 sv.

38 S. Bormans, Répertoire chronologique des Conclusions capitulaires du Chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liége, dans les Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. vi, p. 243, Louvain, 1869.

39 Archives de lÉtat a Liége, État noble. Journées d’États, vol. 1, f° 19. — de Marneffe, o. c, t. ii, p. 420, 432 sv., etc.

40 A. Henne, Histoire du règne de Charles-Quint en Belgique, t. vii, p. 386, n. 3, Bruxelles, 1859.

41 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 290.

42 Chapeaville, o. c., t. iii, p. 346, 349 : «... episcopale munus onusque... forti constantique animo, infirma licet fere semper valetudine, sex annorum spatio sustinuisset ». — Je ne parle pas de Jean de Brusthem qui, comme historiographe contemporain, peut être soupçonné d’indulgence. — Le célèbre écrivain Hubert Thomas appréciait assez Corneille de Berghes pour lui dédier, le 1er décembre 1540, son De Tungris et Eburonibus aliisque Inferioris Germaniae populis commentarius. — Pour le cardinalat, voir L. Cardauns, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1533- 1559). T.v: Nuntiaturen Morones und Poggios. Legationen Farneses und Cervinis (1539-1540), p. 211, Berlin, 1909.

43 4 mars 1538 ; cfr de Marneffe, o. c, t. ii, p. 10.

44 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 12, 16.

45 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 18, 26.

46 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 27, 30, 35.

47 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 34, 36 38.

48 Ce qui provoquait des rappels à l’ordre et exigeait des dispenses pontificales ; voir un bref adressé à Corneille de Berghes, le 11 juin 1543, aux Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 27, f° 191 ; cfr le n° x des Pièces justificatives.

49 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 274, 285, etc.

50 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 304. — Tihon, o. c, p. 21. — Lyna, o. c, p. 214.

51 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 288. — Fairon, Un dossier de l’inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545) dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. lxxxviii, p. 145, Bruxelles, 1924.

52 L. Roersch, Une description de la ville de Liége au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société liégeoise de bibliographie, t. i, p. 180, Liége, 1893. — On trouvera d’autres descriptions de Liége à la même époque dans A. Barlandus, Germaniae Inferioris urbium... catalogus, p. 102, Anvers, 1551. — H. Thomas, De Tungris et Eburonibus..., p. 96-98, Anvers, 1585. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 444. — La population de Liége étant environ de 10 000 habitants en 1470 et de 37 000 en 1561, il n’est pas excessif d’estimer la population liégeoise, vers 1550, à 25 000 habitants ; cfr J. Servais, La population de Liége autrefois, dans Wallonia, t. xvi, p. 71, Liége, 1908.

53 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 62, 83, 118, 119 etc. — Bormans, Répertoire..., p. 239-248.

54 Finot, Inventaire sommaire des Archives départementales du Nord. Archives civiles, t. v, p. 190, Lille, 1885.

55 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 356.

56 Je n’insiste pas sur ce point, ayant un travail en préparation sur les différentes visites de Charles-Quint à Liége. — Consulter, pour une première information, Gachard et Piot, Collection des voyages des souverains des Pays-Bas, t. ii, p. 274, 275; — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 412; — Lyna, o. c., p. 218; — J. Matthieu, Charles-Quint à Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xi, p. 221, Liége, 1872.

57 Lyna, o. c, p. 219.

58 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 390. — Au sujet du désintéressement très relatif de Corneille de Berghes, voir Lyna, o. c, p. 199. — En 1545 et en 1546, Georges d’Autriche se préoccupera des rentes dues à Corneille de Berghes ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, fos 3, 57.

59 Praesulatum posteritatis desyderio relinquens » écrit, en 1544, Pierre Titelmans dans l’épître dédicatoire de la Paraphrastica elucidatio in evangelium secundum Mattheum. — de Marneffe, o. c, t. ii, p. 62 etc. — Abry-Loyens, Recueil héraldique..., p. 263. — B. Fisen, Sancta Legia, Ecclesiae Romanae filia..., t. ii, p. 343, Liége, 1696. — J. Gairdner et R. H. Brodie, Letters and papers... of Henry VIII, t. xvi, p. 61.

60 Au sujet des procès soutenus par Corneille en qualité d’héritier de son frère voir Conseil privé. Dépêches, vol. 1, fos 32, 122, 150 v°.

61 D. Lenoir, Histoire de la Réformation dans l’ancien pays de Liége, p. 43, Bruxelles, 1861. — Corneille de Berghes est encore cité à Curange le 3 décembre 1544 ; cfr Lyna, o. c, p. 223.

62 1543 ou 1544 ; cfr Chapeaville, o. c, t. iii, tables chronologiques, à l’année. — 1544 ; cfr Balau et Fairon, o. c, t. iii, p. 413, 656 ; — Mélart, o. c, p. 356.— 1545 ; cfr de Theux, o. c. t. iii, p. 39 ; — Schwarz, o. c, p. 34. — L’erreur relative à Huy s’explique par un texte cité par de Marneffe, o. c, t. ii, p. 407, où l’on voit l’évêque passer de Huy à Grevenbroek dans la seconde quinzaine de janvier 1544.

63 Daris, o. c., p. 142, par confusion avec le prince d’Orange, tué le 18 juillet. — C. de Borman, Le prince d’Orange à Maeseyck en 1544, dans Leodium, t. iv, p. 68, Liége, 1905. — Lyna, o. c, p. 221.

64 de Borman, l. c.

65 J. J. Vossen, La seigneurie de Grevenbroek à Achel, dans L’Ancien pays de Looz, t. i, p. 30, Hasselt, 1896.

66 Archives vaticanes, Div. Camer. Pii IV, vol. 200, f° 120: confirmation de l’accord du 2 janvier 1544 avec Georges d’Autriche.

67 Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 497. — Foullon, o. c, t. ii, p. 251. — En 1566, il est question dans les Conclusions capitulaires d’un procès relatif à l’héritage de Corneille de Berghes; cfr Bormans, Répertoire..., dans les Analectes..., t. vii, p. 6.

68 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon article sous presse : Contribution à l’histoire de Georges d’Autriche, prince-évêque de Liége (1544-1557). — L’épitaphe de Georges lui donne, le 5 mai 1557, un peu plus de cinquante-deux ans ; cfr Chapeaville, o. c., t. iii, p. 383. — Schwarz, o. c., p. 35, et Daris, o. c., p. 143, adoptent la date de 1505, mais la Biographie nationale, t. vii, col. 612, tient pour 1504. — En janvier 1541, il lui est attribué l’âge de trente-six ans environ; cfr de Marneffe, o.c, t. ii, p. 455. — Le lieu de naissance est donné dans une lettre inédite d’Augustin Sales, historiographe de Valence, en 1766, qui avait pu consulter les archives ecclésiastiques de cette ville ; cfr Bibliothèque municipale de Cherbourg, ms. 132.

69 M. Herrgott, Taphographia principum Austriae... quod est monumentum augustae domus Austriacae, t. iv, 1re partie, p. 291, Vienne, 1772. — G. Turba, Geschichte des Thronfolgerechtes, p. 153, Vienne, 1903. — A. Agustin, Dialogos de las armas, i linages de la nobleza de España, p. 16, Madrid, 1734. — Un frère de Georges, Léopold, devint évêque de Cordoue (1541-1557).

70 Charles de Brimeu fut le légataire universel de Georges d’Autriche. On suppose qu’il était le parent de la mère de l’évêque; cfr Τihon, o. c., p. 56; — Daris, o. c., p. 143. — Un neveu de Georges d’Autriche est cité, sans plus de précision, dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. ix, p. 327, Rome, 1929.— L’Allgemeine Deutsche Biographie, t. viii, p. 637, fait de la mère de Georges d’Autriche « une noble Salzbourgeoise ». — de Theux, o. c., t. iii, p. 94, et la Biographie nationale, t. vii, col. 612, croient qu’elle appartint à la famille hongroise de Walga. — de Theux, l c, signale aussi que le comte Jean d’Oostfrise était le beau-frère de Georges d’Autriche.

71 de Marneffe, o. c, t. iii, frontispice, d’après le tableau conservé au palais de l’Évêché de Liége. — Bibliothèque royale a Bruxelles, ms. 21 822, f° 349.

72 Jean de Brusthem, ms. c. dans la note précédente, f° 349 v : ce début de la chronique du règne de Georges d’Autriche est inédit. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 447-449. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 382.

73 Georges d’Autriche, fils présumé de l’évêque, devint grand aumônier des archiducs, prévôt de Harlebeke, prévôt de Saint-Pierre à Louvain, chancelier de l’université et prieur commendataire de Saint-Saulve à Valenciennes ; il mourut en 1619 ; cfr Sanderus, Flandria illustrata, t. iii, p. 26, La Haye, 1735.— A. dHoop, Inventaire général des archives ecclésiastiques du Brabant, t. i, p. 169, Bruxelles, 1905. — Georges fut légitimé par Philippe II en 1591 ; cfr Bibliothèque nationale a Paris, Collection Flandre et Artois, vol. 5 (Colbert : Flandre), f° 464. — Son épitaphe, qui ne donne malheureusement pas la date de naissance, à la Bibliothèque municipale de Lille, ms. 472, f° 199.

74 Pirenne. o. c, t. iii, p. 166. — Tihon, o. c., p. 21 — Delvaux reprochait déjà à Georges d’Autriche sa « mollesse » ; cfr Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1019, fos 66, 71.

75 Voir, entre autres, de Marneffe, o. c, t. iii, p. 8, 14, 18, 253, 254 et surtout 257. — On lira aussi avec intérêt le n° xxv des Pièces justificatives.

76 Bonus et admodum elegantis ingenii » dit de lui le nonce Morone; cfr Friedensburg, Nuntiaturberichte aus Deutschland (1533-1559). T. ii : Nuntiatur des Morone (1536-1538), p. 66, Gotha, 1892. — « Gentil caballero », écrit Salinas ; cfr Rodriguez-Villa, o. c., p. 224. — « C’estoit un personnage fort docte et schavant de plusieurs diverses langages, amateur des bonnes lettres diverses et de la musique et jardinages, grand observateur et patron de la justice » ; cfr Balau et Fairon. o. c, t. ii, p. 448.— Georges d’Autriche ignorait, paraît-il, le flamand ; cfr J. Paquay, Tongeren voorheen, dans le Bulletin..., t. xlix, p. 101, n. 1. — A noter cependant que Louis de Schoor, faisant l’éloge de Georges d’Autriche, disait : « novit quasi omnes linguas cristianorum, scilicet latinam, germanicam, gallicam, hyspanicam, italicam et teutonicam » ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 455.

77 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 14.

78 Georges d’Autriche fut en rapports avec de nombreux lettrés : Érasme, Agnesio, Mauch, Olivier, Titelmans, Guyot, Enzinas, Quercentius, etc.

79 Rodriguez-Villa, El emperador Carlos V y su corte, dans le Boletin de la real Academia de la historia, t. xliii, p. 48, 60, 64, 89, 105, Madrid, 1903. W. Bauer, Die Korrespondenz Ferdinands I, t. i, p. 187, 260, Vienne, 1912. — Allgemeine Deutsche Biographie, t. viii, p. 637. — P. de Gayangos, Calendar of letters, despatches and State papers..., t. iv, 2e partie, p. 30, Londres, 1890.

80 Rodriguez-Villa, o. c., p. 74.

81 Aujourd’hui Bressanone. — Bauer. o. c, t. i, p. 337.

82 Bauer, o. c, t. i, p. 71, 84.

83 Rodriguez-Villa, o. c., p. 227.— Pour la coadjutorerie de Salzbourg, voir Bauer, o. c, t. i, p. 234, 235, 350.

84 Charles-Quint à Ferdinand, le 15 avril 1524 ; cfr Bauer, o. c, t. i, p. 105, 106.

85 Charles-Quint à Ferdinand, le 15 février 1525 ; cfr Bauer, o. c, t. i, p. 265.

86 Bauer, o. c., t. i, p. 337. — Sinnacher, Beiträge sur Geschichte der bischöflichen Kirch Säben und Brixen, in Tyrol, t, vii, p. 245 sv., Brixen, 1830. — Sur l’évêché de Brixen, voir L. Santifaller, Das Brixner Domkapitel in seiner persönlichen Zusammensetzung in Mittelalter, 2 vol., Insbruck, 1924-1925.

87 P. de Gayangos, o. c., t. v, 1re partie, p. 104. — Sur les difficultés des Pays- Bas avec le Danemark, voir Henne, o. c., t. vi, p. 56 ; — Pirenne, o. c., t. iii, p. 109 sv. — Documents inédits sur le rôle de Georges d’Autriche, signalés par K. Brandi, Berichte und Studien zur Geschichte Karls V, dans les Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Phil. Hist. Klasse, 1931, p. 256.

88 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 11 sv.

89 de Marneffe, o. c., t. i, p. 306, 309.

90 Le 22 avril 1538, Charles-Quint écrivait à Marie de Hongrie qu’il avait accordé Valence à Georges d’Autriche ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 22, 39. — Le 19 juillet 1538, Morone écrivait à Farnèse que Georges était nommé ; cfr Friedensburg, o. c., p. 316. — Sur Valence à cette époque, voir une intéressante relation d’Antoine de Lalaing, dans Gachard et Ρiot, Collection des voyages..., t. i, p. 210- 214.

91 de Marneffe, o. c., t. i, p. 309.

92 Sinnacher, o. c., t. vii, p. 247, 248, 328, 329.

93 Les bulles de nomination de Georges d’Autriche lui faisaient un devoir de s’intéresser aux Maures convertis. — Voir aussi de Gayangos, o. c., t. vi, 1re partie, p. 364.

94 H. C. Lea, A history of the inquisition of Spain, t. iii, p. 360, New-York, 1907. — de Gayangos, o. c., t. vi, 1re partie, p. 241. — E. Schaefer, Beiträge zur Geschichte des spanische Protestantismus..., 3 vol., Gütersloh, 1902.—B. Liorca, Die spanische Inquisition..., Berlin, 1934

95 Communication de M. Riba. — J’ai aussi utilisé quelques documents inédits égarés à la Bibliothèque municipale de Cherbourg, ms. 132 : correspondances relatives à Georges d’Autriche, en 1766, entre M. de Chantereyne, de Cherbourg, André Magoral, archevêque de Valence, et Augustin Sales, historiographe de Valence.

96 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 189 (29 mai 1546).

97 de marneffe, o. c., t. ii, p. 11, 14, 21.

98 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 29, 35, 37, 41, etc.

99 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 47.

100 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 56.

101 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 26, 30.

102 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 61.

103 Busthem situe la rencontre à Bruxelles ; cfr Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 136. — Corneille de Berghes aurait suivi, à Bruxelles, Ferdinand qui était venu à Liége peu auparavant ; cfr Chapeaville, o. c., p. 337. — Munters situe la même rencontre à Namur et en décembre ; cfr Lyna, De gesta..., p. 213. — Au contraire, Chapeaville, l. c., suivi par Fisen, o. c., t. ii, p. 339, et Bouille, Histoire de la ville et pays de Liége, t. ii, p. 340, écrit que Corneille de Berghes rencontra Charles-Quint à Gand le 21 septembre.— Or, Brusthem et Munters, seuls, donnent des indications conformes à l’itinéraire de Charles-Quint, qui fut à Bruxelles de 31 août au 24octobre, à Gand le 31 octobre et à Namur du 24 au 27 décembre ; cfr Gachard et Ρiot, o. c., t. ii, p. 161, 166. — Sans doute, Corneille de Berghes s’entendit-il avec Charles-Quint à Bruxelles et confirma-t-il son attitude à Namur ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 440, 445.

104 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. Chiflet 20, f° 96. — Archives de lÉtat a Liége, Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 272 v°.

105 Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1981, f° 130. — de Theux, o. c., t. iii, p. 65.

106 Minute aux Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, liasse 1406.

107 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 447, 448.

108 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 277 v°. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 91.

109 Corneille de Berghes demandait même qu’on attendît cinq ou six mois ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 449.

110 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 452.

111 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 92. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 458, 459. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 407. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 341. — Tout le récit qui va suivre reprend et corrige mon article : La coadjutorerie des princes-évêques de Liége au xvie siècle, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. vii, p. 1411 sv., Bruxelles, 1928.

112 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 459, 460. — Marie de Hongrie en écrivit à Molembais et de Schoor, ainsi qu’à Corneille de Berghes ; cfr Papiers d’État et de l’Audience, liasse 1406.

113 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 113, 115-117. — Georges d’Autriche s’engagea à payer 7 200 florins et cinq « petits services » ; cfr U. Berlière, Inventaire analytique des libri obligationum et solutionum des Archives vaticanes, p. 215, Rome, 1904. — Ces droits furent payés par Charles-Quint ; cfr de Marneffe, o. c, t. ii, p. 134.

114 De la relation de Boniface Ruggiero au duc Hercule de Ferrare : «... per essere come un antemurale alla Fiandra... » ; cfr L. Cardauns, Zur geschichte der kirchlichen Union und Reform-bestrebungen von 1538 bis 1542, p. 201, Rome, 1910.

115 Cardauns, l. c.

116 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 122 : lettre de Philippe Nigri à Marie de Hongrie.

117 Voir le texte de neuf bulles relatives à cette nomination et adressées à Georges d’Autriche, au Chapitre, au clergé, aux vassaux, au peuple de Liége, à l’archevêque de Cologne, à l’empereur, aux évêques d’Utrecht et de Castorie ; cfr Archives vaticanes, Reg. Later. 1730, fos 76-80; — Acta miscellanea, vol. 18, f° 337 v°. — Archives de lÉtat a Liége, Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 20. — Bormans, Répertoire..., p. 242.

118 Lyna, o. c., p. 214. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 134. — J. Ledeuil dEnquin, Captivité en France de Georges d’Autriche, grand-oncle de Charles-Quint (1541-1543), dans la Revue historique, t. cxxxv, p. 248-256, Paris, 1920. — W. Friedensburg, Kaiser Karl V und Papst Paul III (1534-1549), p. 50, Leipzig, 1932.

119 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 131 sv. — Voir une lettre du cardinal Farnèse, le 8 septembre 1541, publiée partiellement par Ehses, Concilium Tridentium, t. iv, p. 208, n. i, Fribourg-en-Brisgau, 1904 ; cfr Bibliothèque nationale a Naples, Carte Farnesiane, liasse 691, minute. — Voir aussi les dépêches analysées par J. Gairdner et R. H. Brodie, Letters and papers... of Henry VIII, t. xvi, p. 518, 529, 557, 585, 591, 607, 609, 629, 631638, 687 ; t. xvii, p. 6, 22, 74.

120 Ehses, o. c., t. iv, p. 208, n. i. — Friedensburg, Aktenstücke zur Politik Kaiser Karls V im Herbst 1541, dans l’Archiv für Reformationsgeschichte, t. xxix, p. 60, Leipzig, 1932.

121 de Marneffe, o. c, t. ii, p. 163.

122 Archives départementales du Nord a Lille, Chambre des comptes (1544), B, 2442, f° 601 v°. — Ledeuil dEnquin, o. c, p. 256. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 275, 278, 283, 311. — de Gayangos, o. c., t. vi, 2e partie, p. 339, 413, 563. — Gairdner et Brodie, o. c., t. xviii, 1re partie, p. 19, 338, 425, 461.

123 Georges d’Autriche à Charles-Quint, le 6 mai 1543 ; cfr de Marneffe, o. c., t. ii, p. 297. — Ledeuil dEnquin, o. c., p. 256, date la libération de juin, mais il ignore les documents publiés par de Marneffe. — Quant à Chapeaville, o. c., t. iii, p. 351, il parle d’une captivité de vingt-deux jours. — Voir aussi Ehses, o. c., t. iv, p. 242, n. 4 ; cfr Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 27, f° 188, original ; voir le n° ix des Pièces justificatives. — Réponse de Paul iii, le 2 juin ; cfr ms. c, f° 353.

124 Lyna, De gesta..., p. 218. — Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 20. — Bormans, Répertoire..., p. 242. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 348, 349.

125 Sur les difficultés de la dernière heure, voir de Marneffe, o. c, t. ii, p. 421.

126 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 76 v° (20 décembre 1544), f° 77 (3 janvier 1545).

127 Conseil, privé: Dépêches, vol. 1, f° 84 v°.— Sur les « pains d’abbaye » voir p-223.

128 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, fos 86, 112 v°.

129 Archives de la Ville de Maestricht, Raadsverdragen (1544), fos 356 v°-357; cfr le n° xiii des Pièces justificatives. — Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 58, 64. — Bormans, o. c., p. 361. — Henne, o. c., t. viii, p. 233.

130 Archives de lÉtat a Liége, Conseil aulique, liasse 241. — Schwarz, o. c., p 36. — Poncelet, Cartulaire de l’Église Saint-Lambert à Liége, t. v, p. 333, qui indique par erreur le 8, au lieu du 18 novembre 1544.

131 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 140. — P. Harsin, L’alliance..., p. 98.

132 Harsin, o. c., p. 117. — Gairdner et Brodie, o. c., t. xix, 2e partie, p. 6, 253, 364, 434, etc. ; t. xx, 1re partie, p. 49, 101, etc. ; 2e partie, p. 77, 78, etc.

133 On trouvera des détails à ce sujet dans mon article cité : Contribution à l’histoire de Georges d’Autriche..., passim.

134 R. Ancel, Nonciatures de France. Nonciature de Paul IV, t. i, p. 42, Paris, 1909. — Henne, o. c., t. x, p. 123. — L. Gothier, Les guerres de Charles-Quint et la principauté de Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xxvi, p. 76, Liége, 1935.

135 Chapeaville, o. c, t. iii, p. 277.

136 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 188 (Charles-Quint à Marie de Hongrie le 28 mai 1546). — Je suis l’excellent exposé de M. Tihon, o. c., p. 33 sv.

137 Archives vaticanes, Reg. Later. 1777, fos 302, 303 v°, 309, 310 v°. — de Marneffe, o. c., t. iii, p. 188, 198.

138 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 193 (Marie à Charles-Quint le 22 juin 1546).

139 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 276 (Hezius à Viglius le 10 juin 1549). — Il était encore question des prétentions de Guillaume de la Marck à la mitre en 1547 ; cfr de Marneffe, o. c., t. iii, p. 231.

140 Il est cependant inexact d’écrire, comme le fait H. E. Feine, Die Besetzung der Reichsbistümer vom Westfälischen Frieden bis zur Säkularisation, p. 96, Stuttgart, 1921, que l’envoi d’une ambassade à Liége fut exceptionnel.

141 Fisen, o. c., t. ii, p. 346. — Bouille, o. c., t. ii, p. 377.

142 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 293. — Correction au texte dans Tihon, o. c. p. 41, n. 3.

143 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 329. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 363. — Tihon, o. c., p. 42.

144 Archives vaticanes, Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 124.

145 de Marneffe, o. c., t. ii, p. 14.

146 H. Foerster, Reformbestrebungen Adolfs III von Schaumburg..., p. 41, Munster, 1925

147 Archives générales du Royaume a Bruxelles, Papiers d’État et de l’Audience, vol. 116, f° 256. — Tihon, o. c., p. 45.

148 M. Lossen, Briefe von Andreas Masius, p. 283 (15 octobre 1556), Leipzig, 1886.

149 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 447

150 Fisen, o. c., t. ii, p, 350.

151 Bouille, o. c., t. ii, p. 402.

152 Avec codicille du 30 mars 1557 ; cfr Archives de lÉtat a Liége, Testaments de la cathédrale, vol. 5, fos 147 sv., 211 v° sv. — Testament ouvert le 5 mai 1557 ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114 bis, f° 8. — Le légataire universel, Charles de Brimeu de Meghen, réclama aux Liégeois des sommes invraisemblables ; cfr Chapeaville, o. c., t. iii, p. 407, 412. — Poncelet, Les bons métiers de la Cité de Liége, dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. xxviii, p. 62, Liége, 1900. — Daris, o. c., p. 192. — Daris, Notice sur l’abbaye de Saint-Laurent à Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. ii, p. 137, Liége, 1882.— Dès le 8 mars 1554, Georges d’Autriche avait obtenu du pape l’autorisation de disposer par testament ou par codicille de ses biens meubles et joyaux et de ses revenus ; cfr Poncelet, Cartulaire... Saint-Lambert, t. v, p. 351.

153 Tihon, o. c., p. 45. — Lettre de Robert de Berghes à Philippe II, le 8 janvier 1557, dans les Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, f° 32.

154 Tihon, o. c., p. 45.

155 Instructions de Georges d’Autriche aux ambassadeurs qu’il envoie à Bruxelles, le 24 février 1557 ; cfr Conseil privé, vol. 337, f° 73.

156 Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, fos 6 (12 avril 1557, 13 v° (27 avril) 15 (3 mai).

157 Cercueil

158 Conclusions capitulaires, vol. 114 bis, f° 7. — Balau et Fairon, o. c, t. ii, p. 447. — Tihon, o. c., p. 47.

159 Ce dernier détail d’après Chapeaville, o. c, t. iii, p. 382, qui raconte qu’il assista aux funérailles.

160 Conclusions capitulaires, vol. 114 bis, f° 13 v°. — Chapeaville, o. c., t. iii, p. 382. —Sur le transfert du cœur à Curange, voir Mantelius. Hasseletum..., p. 67, Louvain, 1664. — Sur l’épitaphe, voir L. de Naveau et A. Poullet, Recueil d’épitaphes..., t. i, p. 3, Liége, 1925. — En 1811, le corps de Georges d’Autriche fut transporté dans l’église Saint-Paul, où il repose encore aujourd’hui.

161 Balau et Fairon, o. c., t. ii, p. 662. — Quelques absences signalées par Bormans, Répertoire..., p. 368, 381.

162 Il y eut une longue contestation au sujet de cet archidiaconé entre Poitiers et Lombartz ; cfr Conseil Privé. Dépêches, vol. 2, f° 223 v°. — Juten, Beneficiënlijsten in de Landdekenaten Susteren, Maeseyck en Wassenberg (1474-1555), dans les Publications de la Société historique et archéologique... de Limbourg, t. lxi, p. 58, Maestricht, 1925. — A. Gaillard, Inventaire des mémoriaux du Grand Conseil de Matines, t. i, p. 104, Bruxelles, 1900.

163 Juten, o. c., p. 83.

164 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 94 v°.

165 Conseil privé. Dépêches, vol. 3. f° 111.

166 Il reçut une pension de l’empereur ; cfr Henne, o. c., t. ix, p. 121, n. 1. — En 1557, il fut envoyé à Bruxelles pour renouveler l’alliance de la principauté avec les Pays-Bas ; cfr Poncelet, Cartulaires de l’Église Saint-Lambert à Liége, t. v, p. 359.

167 de Theux, o. c., t. iii, p. 33, en fait à tort le chancelier d’Érard de la Marck. — H. Keussen, Die Matrikel der Universität Köln, t. ii, p. 569, Bonn, 1919. — Juten, o. c., p. 44, 45. — Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 88, n. 6, 261. — Pour l’archidiaconé de Hainaut, voir plus loin, p. 329, n. 1. — Pour le canonicat de Courtrai, cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 90 v° (15 juin 1547). — Pour son intervention dans les affaires d’Angleterre, cfr de Vocht, Literae..., p. 671.

168 de Theux, o. c., t. iii, p. 26. — Daris, o. c., p. 92, 123, 146.

169 Jean Witten est aussi cité comme chancelier en 1538 et 1541, mais son cas reste obscur ; cfr de Theux, o. c, t. iii, p. 68. — Daris, o. c., p. 185. — Poncelet, o. c, t. v, p. 320, 325, etc. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 v°.

170 de Theux, o. c., t. iii, p. 74. — Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1019 (Delvaux), p. 218.

171 Nommé, le 13 janvier 1543, en remplacement de Jacques du Buisson ; cfr Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 145. — Il résigna cette charge le 4 janvier 1549; cfr Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 156. — Bormans, Répertoire..., p. 378

172 Nommé le 5 mars 1545, il résigna la même année ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, fos 25.

173 On trouvera dans les dernières pages de ce livre, à l’Annexe B, un tableau chronologique des principaux dignitaires ecclésiastiques des deux règnes. Ce tableau, dont les cases furent, pour la plupart, remplies au hasard de renseignements d’archives, est presque totalement inédit. — Si l’on désire grouper les détails relatifs à un même personnage, on consultera la table onomastique qui termine ce volume.

174 U. Berlière, Les évêques auxiliaires de Liége, p. 89-92, Bruges, 1919.

175 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 155 v°.

176 Voir p. 248.

177 P. Ansiaux, Grégoire Sylvius, inquisiteur et évêque auxiliaire liêgeois(1502-1578), dans le Bulletin de la Société d’art et d’hitoire du diocèse de Liége, t. xxvi, p. 91-106, Liége, 1935.

178 Textes significatifs : Conseil privé. Dépêches, vol. 2, f° 14 (6 avril 1546). — Conclusions capitulaires, vol. 114, fos 158 (6 mars 1549), 172 (22 novembre 1549), 229 (11 avril 1554) ; cfr Bormans, o. c., p. 376, 378, 384. — Papiers d’État et de l’Audience, vol. 236, f° 6 (12 avril 1556).

179 C’est par erreur, à mon sens, que M. Tihon, o. c., p. 21, croit que l’autorité du Chapitre « fut loin de diminuer sous le successeur de Corneille de Berghes ». — A noter que, le 5 février 1548, Georges d’Autriche ordonnait à son receveur général de faire saisir les biens du Chapitre cathédral pour obliger les chanoines à s’acquitter de leur quote-part de taxes et tailles ; cfr Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 110 v°.

180 Poncelet, Cartulaire... Saint-Lambert, t. v, p. 351, 352, 355. — Bormans, o. c., p. 381.

181 de Marneffe. o. c., t. iii, p. 254, 257.

182 de Marneffe, o. c, t. i, p. 193, 194.

183 Archives vaticanes, Instrumenta miscellanea, n° 6443, f° 22. — P. Lefèvre, Inventaire des Instrumenta miscellanea des Archives vaticanes au point de vue de nos anciens diocèses, 2e supplément, dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. ix, p. 324, Rome, 1929, cite un document faisant suite au précédent.

184 Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1496, f° 273.— Ce prieur manque aux listes dressées par J. Halkin, Les prieurés clunisiens de l’ancien diocèse de Liége, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. x, p. 203, Liége, 1896 ; et U. Berlière, Monasticon belge, t. ii, p. 109, Maredsous, 1928-1929. — Gilles de Blocquerie est cependant cité en cette qualité le 29 août 1545 ; cfr Conseil privé, Dépêches, vol. 1, f° 140 v°.

185 J. Halkin, o. c., p. 169-171. — Berlière, o. c., t. ii, p. 108. — Ces deux auteurs confondent notre Gilles de Blocquerie († 1549) et Gilles Bobelon de Blocquerie, dit le jeune, dont il sera question plus loin.

186 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 21 v°.

187 Sur ce personnage, maître d’hôtel du cardinal, voir Poncelet, o. c., t. v. p. 320, 322.

188 Archives vaticanes, Arch. Arcis. Arm. i-xviii, vol. 6537, f° 132. — Je compte publier cette lettre, intéressante à divers points de vue, avec d’autres documents relatifs à la mort et à la succession d’Érard de la Marck.

189 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 60 v°.

190 Gilles de Blocquerie est cité comme vicaire-général dès le 14 mars 1545 ; cfr Daris, o. c., p. 147, n. 2. — Sa commission de vicaire-général au Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 20 v° (s. d.)

191 Voir plus loin p. 114. — Ce n’est pas Gilles de Blocquerie qui est cité dans une lettre de Gérard Morinck à Hezius en 1537, mais Arnold de Tongres ; cfr de Vocht, Monumenta humanistica Lovaniensia, p. 531, Louvain, 1934. — Gilles de Blocquerie était appelé parfois Gilles de Saint-Trond, mais non pas Maître de Tongres ; cfr Cauchie et Van Hove, Documents..., t. ii, p. 315.

192 de Theux, o. c., t. iii, p. 105.

193 Manare, De vita et moribus Everardi Mercuriani, praepositi generalis Societatis Iesu commentarius, p. 2, Bruxelles, 1882.

194 Officialité, Sentences, vol. 26, passim (1539-1540).

195 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 20.

196 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 392 v°.

197 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 21 v°.

198 Voir p. 202. — Le 17 septembre 1552, Huet reçut par bref l’autorisation de connaître sans irrégularité des causes criminelles qui exigent « une peine de sang » ; cfr Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 65, f° 305.

199 Archives de lÉvêché de Liége, Registre archidiaconal de Famenne (1549-1552), p. 17, 19.

200 de Theux, o. c., t. iii, p. 84. — L. Gross, Die Reichsregisterbücher Kaisers Karls V, p. 127, 130. 131-133, Vienne, 1930.

201 Officialité. Sentences, vol. 41, f° 13.

202 Pourvu le 2 octobre 1539 ; cfr Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 228. — Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1524, f° 150.

203 Daris, o. c., p. 42, 68, 129. — Halkin, Le cardinal de la Marck..., p. 261-263.

204 Officialité. Sentences, vol. 24, f° 276.

205 de Theux, o. c., t. iii, p. 80. — Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Saint-Pierre à Liége, p. xxvi, Bruxelles, 1906. — Réceptions de la cathédrale, vol. 68, f° 172.

206 Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, f° 25 v°.

207 Officialité. Sentences, vol. 30, f° 108 v°.

208 Conclusion capitulaires, vol. 113 bis, f° 141 v°. — Un document des Archives vaticanes, Reg. Later. 1738, f° 302, le cite cependant comme official, le 7 des ides de mai 1543, année neuvième de Paul III.

209 de Theux, o. c., t. iii, p. 44. — Daris, o. c., p. 139. — Sa commission d’official date du 4 novembre 1542 ; cfr Officialité. Sentences, vol. 28, f° 37 v°.

210 de Theux, o. c., t. iii, p. 117. — Daris, o. c., p. 171. — Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Sainte-Croix à Liége, t. ii, p. 95, Bruxelles, 1922 : lire 29 mai 1555 au lieu de 29 mai 1505. — Tihon, o. c., p. 157, 166, 178, 180. — Testaments de la cathédrale, vol. 7, f° 1.

211 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 1 bis.

212 de Theux, o. c., t. iii, p. 52. — Schwarz, o. c., p. 88, 89. — de Vocht, Monumenta..., p. 477, n. 1. — R. Post, Geschiedenis der Utrechtsche bisschopverkiezingen tot 1535, p. 196, Utrecht, 1933. — Halkin, o. c., p. 267. — Bormans, Répertoire..., p. 239 sv. — Munters, ms. c, f° 13 v°, écrit que Georges d’Egmont fut intronisé comme doyen le 8 mars 1534.

213 Archives vaticanes, Reg. Later. 1684, f° 195 v°.

214 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 154. — Bormans, o. c., p. 375. — Georges d’Egmont mourut le 26 septembre 1559, après avoir dignement administré l’évêché d’Utrecht.

215 de Theux, o. c., t. iii, p. 76. — Schwarz, o. c., p. 38. — Réceptions de la Cathédrale, vol. 68, f° 154. — Pour Dinant, cfr Archives vaticanes, Arm. 41, vol. 71, f° 242 (23 juin 1554). — Un bref du 6 avril 1551 lui réservait le premier canonicat vacant à Saint-Paul de Liége, mais Groesbeeck ne figure pas au nombre des chanoines de cette collégiale ; cfr O. J. Thimister, Histoire de l’église collégiale de Saint-Paul, Liége, 1890. — M. Georges Bonhomme prépare une étude détaillée sur la famille de Groesbeeck.

216 Conclusions capitulaires, vol. 114, f° 154. — Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 423 v°.

217 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 426.

218 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 426 v°.

219 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105 v° (8 janvier 1548).

220 Bibliothèque de lUniversité de Liége, ms. 1019, p. 101.

221 Archives vaticanes, Processi di vescovi (1564-1595), f° 69 v°.

222 de Theux, o. c., t. iii, p. 39. — Schwarz, o. c., p. 6, 7.

223 de Theux, o. c., t. iii, p. 97. — Schwarz, o. c., p. 7, 8.

224 de Theux, o. c., t. iii, p. 27.

225 de Theux, o. c., t. iii, p. 17.

226 de Theux, o. c., t. iii, p. 61

227 Réceptions de la cathédrale, vol. 69, f° 429 v°.— Conseil privé. Dépêches, vol. 3, fos 26-28. — de Theux, o. c., t. iii, p. 72.

228 de Theux, o. c., t. iii, p. 72.— M. Vaes, Les curialistes belges à Rome, « I Lieggesi », dans les Mélanges Moeller, t. ii, p. 103, Louvain, 1914. — Halkin, o. c., p. 127, 141, 186, 235, 249, 275. — Archives vaticanes, Arch. cons. Acta miscellanea, vol. 19, f° 12.

229 J. de Chestret de Haneffe, Histoire de la maison de la Marck y compris les Clèves de la seconde race, p. 169, Liége, 1898. — de Theux, o. c., t. iii, p. 52. — Halkin, o. c., p. 40, 58, 244, 246, 258, 275. —Bormans, o. c., p. 233, 368. — Testaments de la cathédrale, vol. 4, f° 113.

230 Lefèvre, Inventaire..., p. 332.

231 Conclusions capitulaires, vol. 113bis, f° 167 v°. — Lefèvre, o. c., p. 327. — J. Halkin, Les prieurés..., p. 184, n. 9. — Berlière, Monaslicon belge, t. ii, p. 128

232 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 40 v° (s. d.).

233 de Chestret, o. c., p. 210. — de Theux, o. c., t. iii, p. 60. — J. Halkin, o. c., p. 180. — Berlière, o. c., t. ii, p. 108.

234 de Theux, o. c., t. iii, p. 85.— C. Weiss, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. i, p. 573 ; t.ii, p. 37, 47, Paris, 1841. — Van der Essen, Les archives farnésiennes de Parme au point de vue de l’histoire des anciens Pays-Bas catholiques, p. 18, Bruxelles, 1913. — Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fos 67, 73 v°. — Archives vaticanes, Reg. Vatic. 1697, f° 291. — Documents divers sur l’archidiaconé de Hesbaye, à la Bibliothèque municipale de Besançon, ms. Granvelle 25, f° 38 ; 26, f° 142 ; 30, fos 121, 124, 125.

235 Conseil privé. Dépêches, vol. 1, f° 78 v°. — Sur l’attitude réservée de Granvelle à cette diète et les commentaires des diplomates, voir Gairdner et Brodie, o. c., t. xx, 1re partie, p. 471.

236 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 105.

237 Un autre chanoine de Liége, très attaché lui aussi aux Pays-Bas, Philippe Nigri, évêque nommé d’Anvers, s’intéressa à la création des nouveaux évêchés et à la politique liégeoise ; cfr de Theux, o. c., t. iii, p. 81. — Henne, o. c., t. vi, p. 50 ; t. vii, p. 128, 315 ; t. viii, p. 259, 362 ; t. x, p. 73. — Tihon, o. c., p. 34 sv. — de Marneffe, o. c., t. ii, passim.

238 de Theux, o. c., t. iii, p. 102. — Gross, o. c., p. 122, etc. — Daris, o. c., p. 171, se trompe en faisant de Boels le vicaire-général de Georges d’Autriche. — Bormans, o. c., p. 368, 378. — Archives vaticanes, Div. camer. Pii IV, vol. 200, fos 96, 108, 184. — Reg. Vatic. 1606, f° 316.— Conclusions capitulaires, vol. 113 bis, fos 101, 131, 189 v°, 191. — Testaments de la Cathédrale, vol. 6, f° 159.

239 Lefèvre, o. c., dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. ix, p. 325 sv. — Il y aurait lieu de revoir à fond cet inventaire, en dépouillant parallèlement l’énorme collection des Suppliche ; le Liévin van der Piek, cité p. 327, est évidemment Liévin van der Beek, dit Torrentius, autre diocésain illustre.

240 J’omets volontairement Granvelle et les Schauembourg dont l’action s’exerça surtout en dehors du diocèse.

241 Sur Hezius, Arnold Luyd et autres inquisiteurs, voir les chapitres consacrés aux ordonnances contre l’hérésie et aux procès de religion.

242 L.-E. Halkin, Curange, un petit Versailles liégeois au xvie siècle, dans le Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liége, n° 25, p. 388-389, Liége, 1935. — Sur Florent d’Egmont, comte de Buren, voir Henne, o. c., t. vi, p. 190 ; t. vii, p. 304.

243 Des difficultés inouïes marquèrent l’exécution de ce testament ; cfr Tihon, o. c., p. 56. — Henne, o. c., t. x, p. 58, 94, 108, 197, 202, 255. — Chapeaville, o. c, t. iii, p. 407.

244 Diverses lettres de familiarité au Conseil privé. Dépêches, vol. 1, passim.

245 Daniel Mauch, né à Ulm en 1504, était le fils d’un sculpteur renommé, appelé lui aussi Daniel, qui chercha à Liége un climat plus favorable à ses convictions catholiques. On s’est demandé pourquoi ce sculpteur avait choisi de se réfugier à Liége ; tout d’abord, on répond qu’il retrouva dans notre ville l’humaniste bénédictin Pascal Berselius, son ami, mais cet argument est faible, car l’artiste et le moine ont pu se lier à Liége même ; il est plus vraisemblable de supposer que Daniel Mauch, le jeune, qui, en 1531, accompagna Georges d’Autriche à Bruxelles, fut suivi de ses parents ; ceux-ci se seraient ensuite fixés à Liége dans l’espoir d’y retrouver leur fils lorsque Georges d’Autriche succéderait au prince-évêque. En 1532, Daniel Mauch était à Brixen, auprès de son maître ; ensuite, nous le retrouvons encore au service de Georges d’Autriche ; en 1541, il était à Rome, et, au milieu de la même année, il partageait l’infortune de l’évêque, prisonnier de la France. Il put sans doute reprendre sa liberté plus tôt que son maître, car dès 1542 il était avocat à la cour impériale de Spire. Liége, depuis que ses parents y étaient morts en 1540, n’avait plus d’attraits pour lui. Doyen et vicaire-général de Worms il mourut en 1567 ; rien ne prouve que ses parents se soient réfugiés à Liége dès 1530 ; ils se sont peut-être établis dans notre ville en 1538 seulement lorsque Georges d’Autriche escomptait la succession d’Érard de la Marck._Cfr J. Ceyssens Daniel Mauchius (1504-1567), dans Leodium, t xviii, p 68-74, Liége 1925. — J. Brassinne, Le sculpteur Daniel Mauch à Liége, dans la Chronique archéologique du pays de Liége, t. xvii, p. 43-47, Liége, 1926. — A. Nagele, Aus dem Leben eines schwäbische fahrenden Scholaren im Zeitalter des Humanismus und der Reformation, dans le Römische Quartalschrift, t. xxv, p. 94, Rome, 1911. — Allen, o. c., t. vi, p. 198. — de Marneffe, o. c., t. ii, p. 115, 131. — Gross, o. c., nos 5371, 8862.

246 Conseil privé. Dépêches, vol. 3, f° 65 v°. — Keussen, o. c., t. ii, p. 890, 1070. — de Theux, o. c., t. iii, p. 128.— Il succéda à son parent dans le rectorat de Kerckom ; cfr Reg. Vatic. 1589, f° 79 (1543).— Il obtint aussi le titre de prieur d’Aywaille, puisque le Gilles de Blocquerie cité après 1549 ne peut être le vicaire-général, comme je l’ai déjà fait remarquer plus haut ; cfr J. Halkin, o. c., p. 171.

247 Acta et décréta synodi dioecesanae Leodiensis, f° 6, Louvain, 1549·— L. Jadin, Procès d’information pour la nomination des évêques et abbés des Pays-Bas..., dans le Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. viii, p. 40, Rome, 1928.

248 L. Lahaye, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Saint-Jean l’Évangéliste à Liége, t. i, p. lxii, Bruxelles, 1921. — Brassinne, Deux poèmes inédits de Robert Quercentius, dans le Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, t. vii, p. 220-246, Liége, 1907. — Brassinne, L’évangéliaire de Robert Quercentius, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liége, t. xvi, p. 333-349, Liége, 1907.

249 de Marneffe, o. c., t. iii, p. 90, 116, 161. — Sur ses rapports probables avec Thierry Hezius, voir plus loin, p, 356.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search