Version classiqueVersion mobile

Histoire religieuse des règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, princes-évêques de Liège (1538-1557)

 | 
Léon-Ernest Halkin

Introduction

Texte intégral

« Pour arriver à l’objectivité, à l’impartialité sans laquelle il n’y a pas de science, il faut donc que l’historien comprime en lui-même et surmonte ses préjugés les plus chers, ses convictions les mieux assises, ses sentiments les plus naturels et les plus respectables. »
Henri PIRENNE.

I

1Les règnes de Corneille de Berghes et de Georges d’Autriche, par contraste avec celui d’Érard de la Marck, qui les précède, paraissent sans relief, voire sans intérêt. Cette appréciation défavorable semble inscrite dans les jugements des historiens : Joseph Daris, plutôt prolixe, n’accorde pas plus de quinze pages à l’histoire religieuse du pays de Liége de 1538 à 1557 ; Henri Pirenne, dans sa magistrale « Histoire de Belgique », ne consacre que quelques lignes aux successeurs du cardinal de la Marck, il serait aisé de retrouver chez d’autres auteurs des critiques aussi sommaires et peu flatteuses. Seuls, des préjugés dont je voudrais faire justice expliquent, à mon sens, cette indifférence ou cette sévérité. Loin de moi l’illusion de voir dans Corneille de Berghes un grand homme méconnu ; au contraire, je crois pouvoir lui enlever même l’auréole de désintéressement qu’on avait eu la pitié de lui concéder. Mais j’estime que son époque, sinon sa personne mérite de retenir l’attention de l’historien. Quant à Georges d’Autriche il n’est pas seulement l’« humble chapelain » de la régente des Pays-Bas mais un prince intelligent fin et avisé qui les aventures les plus extraordinaires. Son épiscopat, enfin, n’est pas moins digne d’intérêt. N’est-ce rien que d’avoir signé l’édit de 1545 contre l’hérésie publié les Statuts synodaux, les Statuts consistoriaux et le Rituel ? En outre la première moitié du xvie siècle est riche d’enseignements puisqu’elle est une période de transition entre la civilisation médiévale et moderne, un temps propice aux conflits juridictionnels les plus mesquins comme aux controverses religieuses de grande envergure.

  • 1 D’ailleurs l’excellente monographie de M. Camille Tihon sur le successeur immédiat de Georges d’Aut (...)

2Ce travail, en effet, n’est pas, à proprement parler, consacré aux princes-évêques ; le cadre biographique ne pouvait suffire à justifier mon plan qui embrasse essentiellement la Réforme, protestante ou catholique, ses manifestations diverses, son influence à travers tout le pays. Il fallait pourtant préciser chronologiquement mes recherches : j’ai choisi, comme point de départ, la date de la mort d’Érard de la Marck, à qui j’ai consacré mon premier volume et que Corneille de Berghes remplaça en 1538. Je termine mon enquête à la mort de Georges d’Autriche, en 1557 ; l’adoption de ce point de repère semblerait assez indifférente à l’histoire religieuse, mais il coïncide précisément avec d’autres faits de plus grande importance dans le domaine que nous explorons : les nouveaux évêchés, le concile de Trente, l’avènement de Philippe II et de Ferdinand Ier, surtout l’apparition du calvinisme dans le diocèse1.

II

  • 2 Voir dans la bibliographie les indications complètes relatives aux ouvrages signalés dans cette int (...)
  • 3 Le vol. 114 a fait l’objet d’une analyse défectueuse de S. Bormans. Le cahier formant le vol. 114 b (...)

3Parmi les sources que j’ai le plus souvent mises à contribution je citerai la chronique latine de Jean de Brusthem, le diaire flamand de Christian Munters et les chroniques françaises anonymes éditées par la Commission royale d’histoire2. Je dois beaucoup aussi à des publications de documents telles que les correspondances diplomatiques rassemblées par de Marneffe, ou le « Recueil des ordonnances de la principauté de Liége », ou encore le « Cartulaire de l’Église Saint-Lambert de Liége ». Les Archives de l’État à Liége, les Archives générales du Royaume à Bruxelles et les Archives de la Ville de Saint-Trond m’ont permis de compléter en de nombreux points la documentation imprimée. Je mentionnerai avec prédilection le volume 113bis des « Conclusions capitulaires » de la cathédrale, qui était demeuré inédit3, et les Registres aux sentences de l’officialité, dépouillés page par page pour la première fois. Les Archives vaticanes, comme aussi les Registres archidiaconaux des Archives de l’Évêché de Liége, m’ont livré une abondante moisson de textes précieux, particulièrement pour l’histoire morale. Si, en cinq ans, j’ai groupé quelque cinq mille « fiches », représentant l’analyse systématique des sources les plus disparates, publiées ou manuscrites, je ne puis cependant me vanter d’avoir recueilli tous les documents que je désirais rencontrer ; il y a des questions auxquelles ce livre ne répondra pas : quels étaient le mode de vie, la psychologie religieuse des protestants liégeois ou de leurs adversaires ? Comment s’exprimait leur foi ? Autant de problèmes passionnants que je ne puis ni ne veux résoudre, faute d’information scientifique. Quelquefois, au contraire, la richesse de la documentation est telle, — par exemple au sujet du ministère paroissial, du mariage, de l’officialité, — que j’ai dû renoncer à mettre en œuvre tous les textes qui remplissent mes tiroirs.

4J’ai pensé que l’on me serait reconnaissant de ne pas dépasser quatre cents pages et de ménager, d’autre pan, au lecteur, — rebuté par l’austérité d’un travail, où il est si souvent question d’institutions, de juridictions ou d’édits, — quelques aperçus de la vie privée et des idées morales du xvie siècle.

5Je formulerai brièvement les résultats auxquels je pense être parvenu. J’observerai tout d’abord qu’un des aspects caractéristiques des règnes étudiés me paraît être un effort persévérant de codification, de mise au point, de réglementation : en 1541, c’est le concordat conclu entre Corneille de Berghes et Charles-Quint ; en 1545, l’édit général promulgué contre les protestants ; en 1548, ce sont la « Formula reformations » d’Augsbourg acceptée à Liége et la rédaction des Statuts synodaux ; en 1551, une triple réforme assure les progrès des cours scabinales, féodales et spirituelles ; en 1553, paraît le premier Rituel imprimé du diocèse.

6Je consacre aux princes-évêques et à leurs collaborateurs un chapitre préliminaire, m’essayant à mettre en relief le rôle éminent de Georges d’Autriche, de Gilles de Blocquerie, d’autres encore, auxquels l’histoire liégeoise doit une réparation.

7En ce qui concerne la Réforme protestante, — objet de la première partie de mon étude, — l’examen comparé des édits et des procès de religion me conduit à décerner aux juges laïques, et non aux inquisiteurs, un brevet de sévérité dans la répression, en définitive, victorieuse. On verra aussi, peut-être avec surprise, que l’objet le plus fréquent des discussions qui entourent la campagne anti-protestante n’est point la liberté religieuse ou la cruauté des sanctions, mais quelque question de droit ou de forme qui, aujourd’hui, passerait second plan.

8Quant aux doctrines des réformés, je ne puis les étudier en tant que telles ni apprécier leur évolution dans ce volume qui n’embrasse que quelques années d’histoire des faits religieux. Des conclusions qui seraient, à proprement parler, du domaine de l’histoire des religions ne me paraissent plausibles qu’après l’achèvement de monographies consacrées à l’histoire liégeoise depuis l’introduction du protestantisme jusqu’à sa liquidation.

9De 1538 à 1557, la Réforme catholique est toujours dans l’enfance, puisqu’aussi bien le concile de Trente n’a pas encore publié ses décrets: livrés à leurs seules forces, les évêques, les moines et le clergé séculier ont dû faire face aux difficultés de l’heure ; ils n’ont pu remédier à tous les abus qui menaçaient leur Église, comme je l’expose avec force détails dans mes trois derniers chapitres. Il me semble donc permis d’affirmer que la Réforme catholique était loin d’avoir devancé, dans le diocèse de Liége, les opportunes décisions du concile de Trente.

10Nous observerons que de l’étude du règne d’Érard de la Marck se dégageait la même impression d’ensemble : Réforme protestante tenue en échec ; Réforme catholique, timide et lente. Cette constatation n’a rien de décevant. Lorsque l’on considère les succès du protestantisme en Allemagne et en France à la même époque, ou encore la révolution calviniste qui, moins de dix ans après la mort de Georges d’Autriche, semblera près de submerger le diocèse de Liége, les résultats obtenus sont plus remarquables qu’il ne paraît.

11Qne l’on ne s’attende pas à trouver ici un écho de ces théories à la mode qui font de la Réforme la source empoisonnée de l’individualisme révolutionnaire ou qui, au contraire, lui attribuent le mérite d’avoir seule apporté au monde la liberté de conscience. Je ne cherche pas ces solutions simplistes qui satisfont certains esprits par la netteté de leurs contours ; je me contente de solutions souvent complexes comme la vie elle-même. Il est bien évident toutefois que la Réforme, aussi bien la Réforme protestante que la Réforme catholique, s’est efforcée de résoudre une crise de l’esprit dont la gravité n’échappe à personne.

12Je m’abstiens de juger les croyances, bien que j’emploie sans intention des termes aussi équivoques que « hérésie » ou « orthodoxie » : il me suffit de me faire comprendre. Un travail d’érudition ne peut, en effet, se présenter sous les auspices d’une école philosophique, quelle qu’elle soit. J’espère être parvenu à réduire le plus possible des partis-pris involontaires. Je ne me cache pas les faiblesses et les lacunes de mon travail, mais j’ai la conscience de fournir moi-même aux critiques, par le nombre de mes notes et la précision de mes références, le moyen de contrôler ma contribution personnelle.

13Je me fais un devoir de rendre hommage à tous ceux qui ont bien voulu m’aider de leurs encouragements, particulièrement à mes anciens professeurs d’histoire de l’Université de Liége. Je tiens aussi à exprimer toute ma reconnaissance à M. Félix Magnette, professeur à l’Université de Liége, qui m’a donné les meilleurs conseils et dont la bienveillance à mon égard ne s’est jamais démentie. Je ne puis oublier non plus MM. Paul Harsin et Armand Delatte, professeurs à l’Université de Liége, Émile Fairon et Jean Yernaux, conservateur et conservateur-adjoint des Archives de l’État à Liége, l’abbé Jean Govaerts, archiviste de l’Évêché de Liége, Hubert Nélis, archiviste général adjoint aux Archives du royaume à Bruxelles, Ferdinand Courtoy, conservateur des Archives de l’État à Namur, Jean Lyna, conservateur des Archives de l’État à Hasselt Melle Lancien attachée aux Archives du Nord à Lille, Mgr Vaes, secrétaire de l’Institut historique belge de Rome, MM. Édouard Poncelet, président de la Commission royale d’histoire Henry de Vocht professeur à l’Université de Louvain Charles Riba professeur à l’Université de Valence Louis Jadin assistant à l’Université de Louvain le R Ρ Henri van Rooyen, MM. Arnold Rey pasteur à Liége Guillaume Βax pasteur à Maastricht, ainsi que mes amis MM. Guillaume Delrée et Maurice Danse avocats.

14En terminant, je m’en voudrais de ne point inscrire ici les noms aimés de mes parents, de mes frères et de ma femme, mes premiers collaborateurs. A chacun je veux dire mon plus sincère merci.

15Liége, le 28 décembre 1935.

Notes

1 D’ailleurs l’excellente monographie de M. Camille Tihon sur le successeur immédiat de Georges d’Autriche me dispense de m’étendre ici au-delà de 1557. Mon travail s’insère donc entre celui dans lequel j’ai étudié Érard de la Marck et celui que M. Tihon a consacré à Robert de Berghes.

2 Voir dans la bibliographie les indications complètes relatives aux ouvrages signalés dans cette introduction.— En ce qui concerne les historiens principaux de cette période, je me permets de renvoyer le lecteur à l’introduction de mon précédent travail, sur le cardinal Érard de la Marck. — M. Georges Boisée a consacré jadis sa dissertation au règne de Georges d’Autriche ; ce mémoire n’est pas imprimé et je n’en ai pas consulté le manuscrit.

3 Le vol. 114 a fait l’objet d’une analyse défectueuse de S. Bormans. Le cahier formant le vol. 114 bis a été à peine utilisé par mes devanciers.

© Presses universitaires de Liège, 1936

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search