Version classiqueVersion mobile

Henri l’Aveugle, Comte de Namur et de Luxembourg (1136-1196)

 | 
Félix Rousseau

Conclusion

Texte intégral

1Le règne d’Henri l’Aveugle peut se résumer facilement. Il se divise en deux périodes bien distinctes : la période active, remplie par la lutte contre les Eglises impériales de Liége et de Trèves, et la période passive, occupée presque exclusivement par la question de la succession namuroise.

2Les principautés ecclésiastiques de Liége et de Trèves, qui s’étaient constituées aux dépens des comtés féodaux, sortaient très affaiblies de la Querelle des Investitures. L’occasion était belle de regagner le terrain perdu. Pour son malheur, Henri l’Aveugle rencontra comme adversaires deux hommes d’une réelle valeur : Henri de Leyen à Liége et Albéron de Montreuil à Trèves, qui par leur énergie, leur activité et leur dévouement à l’Empire, rappellent les grandes figures de l’épiscopat impérialiste des xe et xie siècles. Henri engagea dans cette lutte les forces vives de ses États. Aussi sa défaite eut-elle de graves conséquences.

  • 1 Presque toutes les chartes émanées d’Henri l’Aveugle que nous possédons, sont relatives à des dona (...)
  • 2 Henri n’eut à ce propos aucun différend avec les abbayes namuroises. Ainsi, dans la célèbre querel (...)
  • 3 Cfr. Annales de l’Académie d’Arch. de Belgique, t. VII, p. 69. — Ed. de Moreau, Chartes du xiie si (...)

3Comme tous ses contemporains, Henri distinguait soigneusement le domaine spirituel du domaine temporel. En attaquant l’Eglise, il visait uniquement sa puissance politique, car ce fut un prince très pieux. Il favorisa la prospérité des nombreux monastères qui existaient dans ses comtés1 et n’outrepassa jamais ses droits d’avoué2. Il accorda également des privilèges à des abbayes situées en dehors de ses États, notamment à Aulne, à Villers et à Signy3. Il laissa un excellent souvenir dans les traditions religieuses de sa région ; plus tard, on lui attribua la fondation de divers monastères, dont l’origine était inconnue.

  • 4 Theobaldus comes de Bar uxorem... novissimam Ermensendem filiam Henrici comitis Namucensis accepit (...)

4Dans la question de la succession namuroise, son grand tort et l’origine de ses malheurs fut d’abord sa négligence de s’assurer la bienveillance impériale afin d’obtenir un diplôme reconnaissant la capacité de sa fille à lui succéder, et ensuite d’avoir choisi pour gendre le comte de Champagne. Il agissait en toutes circonstances comme si l’empereur était quantité négligeable. Aussi celui-ci, irrité de son attitude, et hanté par la perspective de voir un prince français prendre pied en Lotharingie, fut-il amené à favoriser les Hennuyers et à légitimer la conquête du Namurois. Quant à la conduite de Baudouin V, qui, pour être certain de posséder l’héritage de son oncle, s’en empara de son vivant, elle fut jugée sévèrement par ses contemporains, lesquels pourtant, en ces matières, avaient la conscience fort large4.

  • 5 Godefroid de Namur, père d’Henri l’Aveugle, assistait à presque toutes les diètes tenues dans le p (...)

5Les rapports d’Henri l’Aveugle avec l’empereur ne furent jamais, semble-t-il, bien cordiaux. Il affecta toujours une grande indépendance vis-à-vis de son suzerain. Dans ses chartes, il s’intitule comte de Namur et de Luxembourg, Dei gratia, formule qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait employée. Il n’assista que très rarement aux diètes et se désintéressa complètement des événements d’outre-Rhin, ne conduisant plus, comme ses ancêtres, son contingent à l’armée impériale5.

6Le traité de Dinant, qui clôture logiquement son règne, ouvre dans l’histoire du Namurois une période nouvelle, bien différente de la précédente. Depuis le début du xe siècle, ce comté était en somme un des États féodaux les plus en vue de la Lotharingie. Le comte de Namur jouait un rôle politique important et marchait de pair avec les dynastes de Brabant et de Hainaut. A partir de ce traité, au contraire, le Namurois ne forme plus qu’une petite principauté servant d’apanage aux cadets des maisons de Hainaut et de Flandre. Le comte de Namur est trop faible désormais pour aspirer à exercer quelque action sur les événements politiques de son temps.

  • 6 Vanderkindere, Formation territoriale, t. II, p. 44.

7Le traité de Dinant est aussi une des grandes dates de l’histoire du Luxembourg. Jusqu’au règne d’Henri l’Aveugle, cette principauté avait plutôt fait partie de la Haute-Lotharingie6. Son union définitive avec les comtés de Laroche et de Durbuy, la rattacha pour toujours au Lothier.

Notes

1 Presque toutes les chartes émanées d’Henri l’Aveugle que nous possédons, sont relatives à des donations pieuses.

2 Henri n’eut à ce propos aucun différend avec les abbayes namuroises. Ainsi, dans la célèbre querelle entre Waulsort et Hastière au sujet de la prééminence, il n’intervint que pour faire mettre en liberté le prieur d’Hastière que l’abbé de Waulsort avait emprisonné [L. Lahaye, Etude sur l’abbaye de Waulsort, BSAHL, t. V, p. 264]. — Dans un différend également fameux entre les religieux de Brogne et le sire de Hierge pour la possession d’une parcelle de la vraie croix, Henri l’Aveugle prit parti pour les religieux. Il céda même de son plein gré les assises de Romerée à leur compétiteur pour amener son désistement [ASAN, t. V, p. 265].

3 Cfr. Annales de l’Académie d’Arch. de Belgique, t. VII, p. 69. — Ed. de Moreau, Chartes du xiie siècle de l’abbaye de Villers-en-Brabant, p. 53. — ASAN, t. XVII, p. 468.

4 Theobaldus comes de Bar uxorem... novissimam Ermensendem filiam Henrici comitis Namucensis accepit, que de comitatu Namucensi per Balduinum comitem Hainonensem injuste fuit exeredata, Reineri Annales, SS, t. XVI, p. 670 ; — Balduinus vero comes Hanonie nepos comitis ex sorore, adhuc ipso comite vivente Namucensi valde sene, injuste castrum abstulit et possedit, exheredata ejus unica filia, Chronique de l’anonyme de Laon, SS, t. XXVI, p. 451 ; — Hic est [Balduinus comes Haycnensis] qui Namucensem comitatum violenter extorserat avunculo suo Henrico, comite Namucensi nobilissimo, jam seni et oculis caligantibus ceco, Vita Alberti episcopi Leodiensis, SS, t. XXV, p. 139.

5 Godefroid de Namur, père d’Henri l’Aveugle, assistait à presque toutes les diètes tenues dans le pays rhénan. Il s’intéressait aussi aux événements d’outre-Rhin. On croit pouvoir l’identifier avec le comte Godefroid, qui, à la mort de l’empereur Henri V, se rendit à Bruges, avec le chancelier et l’archevêque de Cologne, pour offrir à Charles le Bon la couronne des César [cfr. Bernhardi, Lothar von Supplinburg, p. 9]. Il conduisait encore un contingent de chevaliers à l’armée impériale [cfr. Chronique de Saint-Trond, t. I, p. 100]. — Durant ses soixante ans de règne, Henri l’Aveugle n’assista qu’à neuf diètes.

6 Vanderkindere, Formation territoriale, t. II, p. 44.

© Presses universitaires de Liège, 1921

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search