Version classiqueVersion mobile

Henri l’Aveugle, Comte de Namur et de Luxembourg (1136-1196)

 | 
Félix Rousseau

Chapitre IV. Les dernières années d’Henri l’Aveugle (1191-1196). Le traité de Dinant (26 juillet 1199)

Texte intégral

  • 1 Gislebert, p. 255, n° 172 et note 2.

1Henri l’Aveugle passa les six dernières années de son règne dans le Luxembourg. On ne connaît aucune charte émanée de lui pendant cette période. Le comte de Champagne, qui était parti pour la Terre-Sainte, y épousa, le 2 mai 1192, Isabelle, fille d’Amaury Ier, roi de Jérusalem, et veuve du marquis de Montferrat. Nous savons par Gislebert que la petite Ermesinde de Namur, élevée en Champagne, ne fut rendue à son père que postérieurement à ce mariage1.

  • 2 Item, pp. 293 et ss. — Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 25 ; Annales Floreffienses, SS, t. XVI, p (...)

2En 1194, malgré son grand âge, Henri tenta un dernier effort pour reconquérir le Namurois. Il parvint à réunir une armée grâce à l’assistance, obtenue à prix d’argent, du duc de Limbourg et de ses deux fils, Henri et Waleran, et au concours de Simon, élu de Liége, d’Albert, comte de Moha, de Frédéric, comte de Vianden, de Gérard, comte de Juliers et de nombreux seigneurs brabançons. Les alliés envahirent le Namurois dans le dessein d’assiéger Namur et s’avancèrent jusqu’à Noville-sur-Mehaigne, dont ils prirent la petite forteresse (munitio parva et debilis). Baudouin, qui se trouvait à Gand, accourut à toute bride à cette nouvelle. Sans attendre le gros de ses troupes il fonça sur les alliés et les mit en complète déroute. Le duc et son fils Henri furent faits prisonniers ainsi que cent huit chevaliers. Henri de Namur, l’élu de Liége, Albert de Moha et Frédéric de Vianden parvinrent à s’échapper (1er août)2.

  • 3 Sur la date de la mort de Baudouin V, cfr. H. Pirenne, Quelques remarques sur la Chronique de Gisl (...)
  • 4 Gislebert, pp. 309 et 331. — En vertu des dispositions testamentaires de Baudouin V, Baudouin VI o (...)

3Ce fut la dernière victoire de Baudouin V, qui mourut à Mons le 18 décembre 11953. Son fils aîné, Baudouin, comte de Flandre depuis l’année précédente, lui succéda dans le Hainaut. Son second fils, Philippe, surnommé — on ne sait trop pourquoi — le Noble par les historiens modernes, obtint le marquisat de Namur à charge de le relever du comte de Hainaut4.

  • 5 L’année de la mort d’Henri l’Aveugle nous est connue par les Reineri Annales [SS, t. XVI, p. 652] (...)
  • 6 Déjà dans une Charte de l’année 1171, Henri l’Aveugle manifeste le désir d’être enterré dans l’égl (...)

4Henri l’Aveugle suivit de près son neveu dans la tombe. Il mourut dans le courant de l’année 1196, probablement le 14 août5. Son corps fut transporté dans le Namurois et inhumé dans l’église du monastère de Floreffe, sous un mausolée en marbre noir fort simple, sans sculpture ni armoiries, portant cette seule inscription : Henricus6.

  • 7 Tria tamen castra cum appendiciis, ab imperatore data comiti Alemanno Ottoni de Burgundia, comes B (...)

5Conformément aux conventions de juillet 1190, après le décès du comte Henri les comtés de Laroche et de Durbuy devaient être réunis au Namurois. Ils faisaient en effet partie intégrante du marquisat de Namur. L’empereur en disposa, ainsi que du comté de Luxembourg, en faveur d’Otton, comte de Bourgogne7.

  • 8 G. Smets, Henri Ier duc de Brabant, p. 84, note 10.
  • 9 Henri VI mourut le 28 septembre 1197, en Italie, où il se trouvait depuis plus d’un an.

6Cette décision était contraire à tous les traités conclus entre Baudouin de Hainaut et Henri VI. Aussi je crois, avec M. Smets8, qu’elle doit être attribuée non pas à ce dernier, mais à Philippe de Souabe, prince hostile à la maison de Hainaut, régent de l’empire après le 28 septembre 11979.

  • 10 Ermesinde épousa Thibaut après la mort d’Henri l’Aveugle [Reineri Annales, SS, t. XVI, p. 676]. D’ (...)
  • 11 Aubry de Trois-Fontaines, loc. cit.
  • 12 A. Verkooren, Inventaire des Chartes et Cartulaires du Luxembourg, t. I, p. 13, n° 10. — Sur les c (...)

7Mais, antérieurement au 5 avril 1198, se produisit un événement gros de conséquences : le mariage d’Ermesinde de Namur avec le comte Thibaut de Bar10. Le premier soin de celui-ci fut de racheter les droits d’Otton sur le Luxembourg, Laroche et Durbuy, puis il revendiqua les armes à la main les droits de sa femme sur le Namurois11. Après de longues luttes, dont il serait superflu de donner ici le détail, fut signé, le 26 juillet 1199, à Dinant, le traité de ce nom, qui forme en quelque sorte la conclusion du règne d’Henri l’Aveugle. Il consacrait le démembrement de ses États. Laroche, Durbuy, ainsi que la partie du Namurois située sur la rive droite de la Meuse, à l’exception du territoire qui devait former dans la suite le baillage de Samson, étaient laissés par Philippe le Noble et Baudouin VI de Hainaut à Ermesinde et à Thibaut12.

8Le Namurois, considérablement réduit et séparé des comtés de Laroche, de Durbuy et de Luxembourg, ne fut plus désormais qu’une petite principauté sans importance ; et le titre de marquis de Namur, qui ne correspondait à aucune réalité, devint purement honorifique.

Notes

1 Gislebert, p. 255, n° 172 et note 2.

2 Item, pp. 293 et ss. — Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 25 ; Annales Floreffienses, SS, t. XVI, p. 625.

3 Sur la date de la mort de Baudouin V, cfr. H. Pirenne, Quelques remarques sur la Chronique de Gislebert de Mons, Mélanges G. Kurth, t. I, p. 106.

4 Gislebert, pp. 309 et 331. — En vertu des dispositions testamentaires de Baudouin V, Baudouin VI obtenait la suzeraineté du marquisat de Namur. Cet arrangement, comme le fait remarquer Vanderkindere [p. 309, note 3], sauvegardait les dispositions de 1188 [cfr. supra]. Philippe devait à son frère l’hommage lige et était tenu d’assister aux plaids et aux enquêtes avec les vassaux du comte de Hainaut.

5 L’année de la mort d’Henri l’Aveugle nous est connue par les Reineri Annales [SS, t. XVI, p. 652] et les Annales Floreffienses [SS, t. XVI, p. 626]. — L’obituaire de Brogne [AHEB, t. XVIII, p. 325] contient, à la date du 21 juin, la mention, suivante : obierunt Henricus de Namurco... etc. Mais s’agit-il d’Henri comte de Namur ? A Floreffe, on faisait sa commémoraison le 3 février et le 14 août [L’Obituaire de Floreffe, AHEB, t. XIII, p. 30 et 233], à Prémontré le 14 août [R. Van Waefelghem, L’Obituaire de l’abbaye de Prémontré, p. 159], à Heylissem le 19 août à Bonne-Espérance et à Ninove le 14 août [item, p. 160, note 2], à Parc le 14 août [R. Van Waefelghem, Le nécrologe de l’abbaye du Parc, p. 328].

6 Déjà dans une Charte de l’année 1171, Henri l’Aveugle manifeste le désir d’être enterré dans l’église de Floreffe, où reposaient ses parents [AHEB, t. IX, p. 46]. — Son tombeau existait encore au xvie siècle. Il est décrit par Croonendael, Cronicque, t. I, p. 286.

7 Tria tamen castra cum appendiciis, ab imperatore data comiti Alemanno Ottoni de Burgundia, comes Barri ab ipso comite Ottone redemit, et ita cum uxore ea habuit : videlicet Lusceleburch, Drebuium et Rupem in Ardenna. Aubry de Trois-Fontaines, SS, t. XXIII, p. 870. — Aubry ne donne pas le nom de l’empereur qui disposa ainsi de ces comtés.

8 G. Smets, Henri Ier duc de Brabant, p. 84, note 10.

9 Henri VI mourut le 28 septembre 1197, en Italie, où il se trouvait depuis plus d’un an.

10 Ermesinde épousa Thibaut après la mort d’Henri l’Aveugle [Reineri Annales, SS, t. XVI, p. 676]. D’autre part, Thibaut apparaît pour la première fois comme comte de Luxembourg dans un acte du 5 avril 1198 [Würth-Paquet, Table chronologique des chartes et dipl. relatifs à l’histoire de l’ancien duché de Luxembourg, PSMGDL, t. XIV, p. 71].

11 Aubry de Trois-Fontaines, loc. cit.

12 A. Verkooren, Inventaire des Chartes et Cartulaires du Luxembourg, t. I, p. 13, n° 10. — Sur les clauses de ce traité cfr. Borgnet, Histoire de Namur, p. 69, et D.-D. Brouwers, L’administration et les finances du comté de Namur du xiiie au xve siècle, Cens et Renies, t. I, Introduct., pp. viii et ss. — La lutte reprit en 1214 entre Waleran de Limbourg, second mari d’Ermesinde, et Yolande et Pierre de Courtenay, qui avaient succédé à Philippe le Noble dans le Namurois. Le 13 mars 1222, un nouveau traité fut conclu à Dinant entre les deux parties, sur les mêmes bases que celui du 26 juillet 1199. Cfr. A. Pinchart, Inféodation du comté de Namur au comté de Hainaut. Mémoires et publ. de la Société des sciences et lettres du Hainaut, t. VIII, pp. 153 et ss.

© Presses universitaires de Liège, 1921

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search