Version classiqueVersion mobile

Henri l’Aveugle, Comte de Namur et de Luxembourg (1136-1196)

 | 
Félix Rousseau

Chapitre III. La question de la succession namuroise 1152-1190

Texte intégral

1Henri l’Aveugle avait mené à peu près de front la lutte contre l’Eglise de Trèves en Haute Lotharingie et la lutte contre l’Eglise de Liége dans le Lothier, car tous les événements relatés dans le chapitre précédent se placent entre 1139 et 1152. A partir de cette dernière année jusqu’à la fin de son règne (1196), il ne joue plus dans l’histoire de son temps qu’un rôle très effacé, un rôle passif. Son activité politique est nulle. Non seulement il n’ose plus entreprendre de guerre, mais encore, lorsqu’il est forcé de recourir aux armes pour résister aux empiétements d’un voisin, il est incapable de se défendre seul, et doit demander aide et assistance à ses alliés. D’où vient ce contraste si frappant entre les deux périodes de son règne ? A mon avis, il faut en chercher l’explication dans la situation intérieure du Namurois et du Luxembourg pendant la seconde moitié du xiie siècle.

2Comme comte de Namur et de Luxembourg, Henri ne disposait pas de grandes ressources en hommes et en argent. Dans les longues guerres qui remplissent la première partie de son règne, il avait engagé bien certainement toutes les forces vives de ses Etats. Ces derniers sortirent de la lutte complètement épuisés.

  • 1 A l’époque romaine, Namur était un bourg de la civitas Tungrorum [ASAN, t. VII, p. 409 ; t. XIV, p. (...)

3Le Namurois et le Luxembourg, en effet, offraient au xiie siècle un aspect bien différent de celui que présentaient à la même époque le Brabant et surtout la Flandre. La civilisation y était demeurée purement agricole. Couverts en grande partie de forêts et de bruyères, ils ne renfermaient aucune ville importante. Luxembourg n’était qu’une simple bourgade. Quant à Namur, malgré les avantages de sa situation idéale au confluent de la Sambre et de la Meuse, son développement avait cessé brusquement1.

  • 2 Sur ces famines, cfr. Annales Fossenses, SS, t. IV, p. 31 ; Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 23 ; (...)
  • 3 En acquérant l’alleu de Floreffe (avant 1121), le comte Godefroid avait accordé les avantages de la (...)

4Sur l’état de la classe rurale nous connaissons malheureusement peu de choses. Elle eut beaucoup à souffrir des famines qui désolèrent nos contrées en 1146 et 11512. De plus, il faut souligner le fait que précisément dans les années qui suivirent la guerre avec les Liégeois, le comte Henri confirma ou accorda des chartes-lois à un certain nombre de localités : en 1151, à Floreffe ; vers 1151, à Jamagne ; en 1154, à Brogne (Saint-Gérard), à Saint-Laurent et aux sections de Libenne, Sosoie, Maredret dépendant de Brogne ; en 1155, à Fleurus3.

  • 4 Je ne puis signaler ici que les caractères généraux de la loi de Namur. Une étude approfondie sur c (...)
  • 5 Par mort-bois, il faut entendre toute espèce de bois, excepté le chêne et le hêtre, cfr. Cartulaire (...)
  • 6 La charte de Namur est perdue. Elle n’existait déjà plus au xiiie siècle, cfr. Cartulaire de Namur, (...)

5Ces chartes furent dressées sur le même modèle ; elles accordaient des franchises identiques à celles dont jouissaient les bourgeois de Namur, et pouvant être résumées comme suit :4 Abolition des anciennes prestations domaniales : gîte, formariage et mortemain ; exemption des droits d’étalage et de tonlieu dans tout le comté ; jouissance du mort-bois dans la Marlagne et les autres forêts comtales5. Quant à la taille, elle devenait une redevance invariable, payable en espèces. Tout serf ayant résidé un an et un jour dans le territoire de la franchise, était entièrement libéré envers son ancien seigneur. Enfin la loi de Namur renfermait de nombreuses règles de droit civil et de droit pénal et fixait le tarif de certaines amendes6.

  • 7 Deux autres villages du Namurois jouissaient de franchises au xiie siècle, savoir Thisnes et Mousti (...)

6Les chartes rurales d’Henri l’Aveugle doivent être comptées parmi les plus libérales accordées dans l’ensemble de la Lotharingie au xiie siècle. Les motifs qui engagèrent notre comte à se montrer aussi large dans ses concessions nous échappent complètement. On peut présumer cependant qu’ils furent d’ordre économique7.

  • 8 Ce que l’on peut dire de certain, c’est que, sous le règne d’Henri l’Aveugle, les habitants de Luxe (...)
  • 9 ASAN, t. X, p. 446 et note 2 : Transports de Namur, reg. des années 1445-1450, fol. 62, 74, 79 v°, (...)
  • 10 Cartulaire de Namur, t. I, p. 157.

7Il est probable qu’il octroya également des franchises dans ses comtés de Laroche, Durbuy et Luxembourg. Mais nous ne possédons sur ce point que des indices8. Au xve siècle, Laroche, Durbuy, Marche-en-Famenne, Bastogne, Arville-Saint-Hubert, venaient à « chef de sens » à Namur9. Cette communauté de privilèges avec la capitale du Namurois permet de conjecturer que l’octroi en remontait au règne d’Henri l’Aveugle, c’est-à-dire à l’époque où ces localités avaient un souverain commun, circonstance qui ne devait plus se représenter avant la période moderne. Un autre privilège, survivance sans doute de cette même époque, persista jusqu’au xve siècle. Les sujets du comte de Namur étaient exempts de tonlieu dans le Luxembourg et les Luxembourgeois dans le Namurois. A la fin du xiiie siècle, cette prérogative passait pour immémoriale10.

8La classe sociale la mieux connue est la noblesse. Au xiie siècle, le comté de Namur ne comptait pas de familles aussi riches ni aussi puissantes que les Rumigny-Florennes dans la principauté de Liége, les d’Avesnes dans le Hainaut ou les Berthout dans le Brabant. C’était avant tout un pays de petite noblesse. Les nobles namurois doivent être considérés comme de simples propriétaires ruraux. Les fiefs et les alleux qu’ils possédaient, n’étaient jamais bien importants, ni très nombreux.

  • 11 Les alleux sont fort nombreux dans le Namurois au xiie siècle. Il suffit, pour s’en convaincre, de (...)
  • 12 Cfr. MGH, SS, t. XIV, pp. 536 et 537 ; AHEB, t. XVI, pp. 28, 30, 32 ; Amplissima collectio, t. I, p (...)
  • 13 A noter aussi que les seigneuries hautaines appartenant à des nobles furent rares dans le Namurois (...)
  • 14 Les autres forteresses appartenaient au comte de Namur, à savoir : sur la frontière du Hainaut : le (...)
  • 15 Sur la parenté des d’Atrive avec la maison comtale, cfr. ci-dessus,, p. 13, note 1, et Gislebert, p (...)
  • 16 Il n’en était pas de même dans le Hainaut, où Baudouin V comptait de nombreux parents dans les gran (...)
  • 17 Les fermes du pays de Namur, les censes pour employer l’expression locale, ont généralement une ori (...)

9Un alleu appartenait rarement à un seul et même propriétaire ; il se trouvait le plus souvent partagé entre plusieurs personnes (participes : copartageants)11. Ainsi — pour ne citer que deux exemples — l’alleu d’Onhaye, comme celui de Falmagne, était aux mains de cinq propriétaires différents12. Les dîmes restées en la possession dès laïcs apparaissent également comme très morcelées13. Grâce au chroniqueur Gislebert de Mons, nous connaissons exactement le nombre et l’importance des forteresses namuroises dans la seconde moitié du xiie siècle. Une seule famille, celle des sires d’Atrive, se trouvait en état de posséder un château-fort (castellum)14. Mais sa situation était vraiment hors de pair. Par les femmes, elle descendait du comte Godefroid15, et aucun autre lignage ne pouvait se prévaloir de liens de parenté avec la maison comtale16. Les nobles namurois habitaient d’ordinaire des fermes plus ou moins fortifiées. Le manoir des sires de Faing est aujourd’hui la cense de Foy (Falaen)17.

  • 18 Il figure en effet, comme témoin, dans la majorité des chartes namuroises émanées du comte Henri.
  • 19 Barbier, Floreffe, t. II, p. 18. — AHEB, t. XVII, p. 20.
  • 20 Gislebert, pp. 143 et 328. — MGH, SS, t. XIV, p. 534.
  • 21 Gislebert, p. 216.
  • 22 Cfr. son itinéraire en Lotharingie dans Gislebert, pp. 204 et suivantes.

10A cause de leur peu de ressources et des dépenses qu’entraînait chaque campagne militaire, les nobles namurois sortirent très éprouvés des guerres désastreuses entreprises par leur suzerain. Ainsi, Thierri de Faing, un des conseillers du comte Henri18, était vers 1160 criblé de dettes et forcé de recourir à des emprunts onéreux19. D’autres faisant argent de leur éducation militaire, louaient leurs services à des princes étrangers, comme Guillaume d’Eghezée qui devint un des commilitones de Baudouin V de Hainaut, ou le chevalier Jean de Thy qui mourut à l’armée du roi de France20. Certains même, s’il faut en croire Gislebert de Mons, allaient jusqu’à tirer profit des brigandages commis sur leurs terres21. Fait caractéristique, durant la seconde moitié du xiie siècle, on ne voit figurer aucun Namurois dans les nombreux tournois de chevalerie décrits par ce chroniqueur. Enfin, lorsque, en 1188, le cardinal Henri d’Albano vint prêcher la troisième croisade en Lotharingie, il ne crut pas nécessaire de se rendre dans le Namurois et le Luxembourg22.

  • 23 Gislebert, p. 103. — La partie allemande du comté de Luxembourg comptait quelques familles comme le (...)

11Quant à la situation de la noblesse dans ce dernier comté, tout ce que nous en savons, c’est qu’en 1171 le comte Henri eut à réprimer une révolte de vassaux23.

  • 24 D’après H. Sée, Les classes rurales en France au moyen âge, p. 337, le terme de sergent est assez v (...)

12Il me reste à parler des ministeriales, c’est-à-dire des fonctionnaires formant la familia comtale. Dans le Namurois, celle-ci apparaît comme nettement divisée en deux groupes : le groupe des chevaliers, d’origine noble, et le groupe des fonctionnaires inférieurs : maires, forestiers, percepteurs de péage et de tonlieu. Dans les souscriptions de nombreuses chartes, ces deux catégories sont clairement indiquées. Les premiers sont cités souvent avec leur titre de chevalier, les seconds figurent sous les rubriques de ministerialibus, de plebe ; ce sont les sergents (servientes)24, de la Chronique de Gislebert de Mons (voir tableau p. 63).

  • 25 Barbier, Floreffe, t. II, p. 6. — M. Smets, dans son ouvrage Henri Ier, duc de Brabant, p. 255, sig (...)

13Que la familia du comte de Namur ait compris des nobles, ce point n’est pas douteux. En 1127, la comtesse Ermesinde fit une donation à l’abbaye de Floreffe, de l’assentiment de son mari et sur le conseil « hominum famille nostre, tam liberorum quam ministerialium »25. D’autre part, si nous examinons ce que l’on pourrait appeler l’état-civil de ces chevaliers de la familia, nous arrivons à la même conclusion.

Classes sociales dans le Namurois au xiie siècle

Classes sociales dans le Namurois au xiie siècle
  • 26 L’édition des AHEB [d’après un cartulaire du xviiie siècle], porte Eugo de Chenptines. Il faut lire (...)

Eugo (de Champion) dapifer et pincerna.
1145, nobiles homines : Eugo dapifer [AHEB, t. VIII, 225]
1151, de familia : Eugo de Chenpluus [n° 1, du tableau]26.
1152, de familia : Eugo de Kenplus [n° 2, du tableau].
1154, de familia : Hugo pincerna [ASAN, t. V, 434].
1158, de familia (avant les de ministralibus) : Eugo [n° 6 du tableau].
vers 1160, de familia : Eugo dapifer [n° 8 du tableau].
1171, de familia (groupe des milites) : Eugo [n° 9 du tableau].

  • 27 AHEB, t. VIII, p. 225.
  • 28 ASAN, t. V, p. 434. — Selon toute probabilité ce Gossuin de Floriffoux était parent de Godescale, L (...)
  • 29 AHEB, t. XVI, p. 47.
  • 30 Cfr. G. roland, La maison noble de Jodion (xii-xive siècles), dans ASAN, t. XXVII, p. 246.
  • 31 AHEB, t. VIII, p. 225.

14La même constatation peut être faite relativement au chevalier Gossuin de Floriffoux, mentionné comme nobilis en 114527, et qui figure parmi la familia en 115428. Le cas est identique pour Nicolas de Jodion, membre de la familia en 1184. Ce Nicolas avait des biens ex hereditate à Longchamps29. Son frère, Jean de Jodion, chevalier, surnommé Boteris, était allié au puissant lignage des de Faing30. En 1145, un certain Conrad de Meux, chevalier de la familia d’Henri l’Aveugle, en entrant en religion au prieuré de Basse-Wavre céda à ce couvent l’alleu qu’il possédait au village de Leez et provenant de ses ancêtres. Les témoins de cette donation furent tous des nobiles homines31.

15Passons à l’examen du second groupe. Prenons deux exemples :

  • 32 Cfr. Annexes, charte n° III.
  • 33 Galliot, Hist. de Namur, t. V, p. 349.

I. Wedricus villicus (de Floreffe).
1151, de jamilia : Wiricus villicus [n° 1 du tableau].
1152, de jamilia : Wiricus de Floreffia [n° 2 du tableau].
1155, de plebe : Wedricus villicus [n° 5 du tableau].
1158, de familia (groupe des de ministralibus) : Wedricus [n° 6 du tableau].
II. Falco villicus (de Floreffe).
1171, de jamilia (groupe des de ministerialibus) : Falco [n° 9 du tableau].
1175, de jamilia : Falco villicus [n° 10 du tableau].
1179, (à la fin de la souscription) : Falco villicus de Floreffia Nicolaus villicus Namurcensis32
1182, (item) : Falco de Floreffia, Godefridus de Ponte, Onulphus de Foro33.

16Le second groupe de la familia comprenait en plus des villici ou maires, des échevins et des forestiers. Godefridus de Ponte et Onulphus de Foro qui figurent avec Falco de Floreffia dans un document de 1182 (cfr. supra), portent des noms suffisamment significatifs. L’un était, à n’en pas douter, percepteur de péage ; l’autre, collecteur des droits de marché.

17Quelle était la condition de ces ministeriales du second groupe ? Certainement, beaucoup appartenaient à la classe servile, mais il y avait aussi des libres parmi eux.

18La souscription de la charte de 1151, indiquée fréquemment dans les tableaux ci-dessus (n° 1), est libellée comme suit, relativement à la familia : « de familia : Eugo de Chenpluus et Henri-cus de Hanez, Wiricus villicus et scabini et forestarii qui eo tempore fuerunt ». Par cette charte, Henri l’Aveugle confirme aux habitants de Floreffe les franchises accordées par son père Godefroid. Les scabini renseignés dans la souscription sont incontestablement les échevins de Floreffe, puisque le villicus Wedricus qui les précède était le maire de Floreffe, et que la teneur de l’acte a pour objet les franchises de la localité. Dans ces conditions, il faut bien admettre que ces scabini avaient la même condition juridique que leurs administrés, c’est-à-dire étaient libres. A cette époque, tout justiciable ne pouvait être jugé que par ses pairs.

19De tout ce qui précède, il semble découler que les familiares du comte de Namur ne formaient pas une classe sociale, mais bien une catégorie de personnes chargées de fonctions administratives et provenant de milieux différents. Chacun de ses membres conservait probablement sa condition d’origine.

***

20Rien ne fera mieux saisir l’état d’infériorité où se trouvait Henri l’Aveugle vis-à-vis des dynastes voisins, pendant la seconde moitié du xiie siècle, que ce que nous connaissons de sa situation militaire.

  • 34 Sur la composition des armées en Lotharingie au xiie siècle, cfr. Vanderkindere, La chronique de Gi (...)

21On sait qu’à cette époque on jugeait du degré de puissance ou de fortune d’un prince féodal d’après le nombre de chevaliers qu’il pouvait mettre en ligne. Ceux ci, en effet, formaient le noyau principal de toute armée. Seuls, ils avaient une armure complète, avec la broigne et le haubert. Ils étaient accompagnés, suivant les cas, d’un ou de plusieurs sergents à cheval revêtus du haubergeon. Quant à l’infanterie, son rôle était à peu près nul. Elle était composée surtout de vilains, armés d’une façon rudimentaire. Les chevaliers étaient des vassaux astreints au service militaire ou des chevaliers libres qui louaient leurs services34.

  • 35 G. Smets, loc. cit., d’après les chiffres donnés par Gislebert, chiffres que l’on peut accepter san (...)
  • 36 Henri l’Aveugle avait avec lui 200 chevaliers en 1185, pour résister au due de Brabant, et 240 en 1 (...)

22Le duc de Brabant, le comte de Hainaut et le prince-évêque de Liége avaient sous leurs ordres en temps de guerre jusqu’à 700 chevaliers35. Dans les circonstances les plus critiques, le comte de Namur ne parvenait à en réunir que 200 à 25036.

***

23Ce fut précisément au moment où il se trouvait réduit pour ainsi dire à l’impuissance, que se posa la question de la succession namuroise qui devait avoir pour le comté de Namur de si funestes conséquences.

  • 37 Comme nous l’avons vu [chap. I], il est fort probable qu’Henri l’Aveugle se maria une première fois (...)
  • 38 Ces détails sont tirés de la lettre d’Alexandre III à l’archevêque de Reims, Amplissima collectio, (...)

24Henri était parvenu jusqu’en 1163, sans avoir eu d’enfant. Antérieurement au 22 mars de cette année, sa seconde femme, Laurette de Flandre37, le quitta brusquement, on ignore pour quel motif. Comme elle refusait avec obstination de revenir auprès de son mari, l’évêque de Cambrai l’excommunia ; mais cette sentence ne put être notifiée, car la comtesse changeait continuellement de résidence. Henri l’Aveugle s’adressa alors au pape Alexandre III, se plaignant de ce que sa femme, avec laquelle il avait vécu longtemps en bons termes, l’avait quitté sans motif plausible. Le Souverain Pontife écrivit à l’archevêque de Reims pour lui faire connaître les doléances du comte de Namur et lui prescrire, dans le cas où elles seraient fondées, les mesures à prendre envers Laurette. L’archevêque devait d’abord l’exhorter à retourner auprès de son mari dans les trente jours. Si, dans la suite, elle avait de bonnes raisons pour refuser la vie commune, le prélat devait la faire comparaître devant lui et la juger en tout état de cause. Si, malgré tout, la comtesse s’obstinait à vivre loin de son époux, il était tenu de l’excommunier38.

  • 39 Il est fait mention de la retraite de Laurette à Forest dans Gislebert, op. cit, p. 70, et dans deu (...)

25Laurette de Flandre eut probablement gain de cause dans cette affaire car elle put se retirer au monastère de Forest, près de Bruxelles, où elle prit l’habit religieux. La date de sa mort est inconnue39.

26En juin 1163, deux mois environ après la réception de la lettre d’Alexandre III, Henri l’Aveugle réunit à Heppignies, sur les confins du Namurois et du Hainaut, une assemblée de vassaux et en leur présence céda à son beau-frère le comte de Hainaut, à sa sœur Alice et à leur fils aîné Baudouin, la nue propriété de tous ses alleux. La charte relatant ces dispositions est parvenue jusqu’à nous. Son importance m’engage à en donner ici une analyse détaillée.

  • 40 On remarquera qu’il n’est pas fait mention du comté de Longwy. Ce comté cessa probablement sous le (...)
  • 41 Ego Henrieus... notum facio... quod, cum sine uxore essem et de uxore filium vel filiam non haberem (...)

27Le comte de Namur déclare que, se trouvant sans épouse et sans enfant, et vu les droits ex hereditate du comte et de la comtesse de Hainaut et de leur fils Baudouin sur ses biens allodiaux, il les investissait librement, par la motte et le rameau, de tous ses alleux des comtés de Namur, Laroche, Luxembourg et Durbuy40, en considération de ce que le comte et la comtesse consentaient à lui céder en viager leur part de ces mêmes alleux, et lui étaient venus en aide en maintes circonstances. Sa vie durant, il conservera l’usufruit desdits alleux, sans pouvoir aucunement les aliéner, vendre ou donner en gage. Même en son absence, tous ses vassaux, nobles, sergents et bourgeois, devront reconnaître son neveu Baudouin comme héritier de sa succession allodiale41.

  • 42 La principale source narrative qui va me permettre de reconstituer dans ses détails la question de (...)

28Ces conventions arrêtées à Heppignies constituent l’origine des droits de la maison de Hainaut sur les possessions d’Henri l’Aveugle. Mais, s’il faut en croire le chroniqueur Gislebert de Mons, ces droits seraient plus anciens et plus importants42.

  • 43 Vanderkindere, Gislebert, p. 61, note 5, place ce mariage vers 1130. Henri l’Aveugle n’était encore (...)
  • 44 Comme nous l’avons vu précédemment, Godefroid, comte de Namur, eut cinq filles : Elisabeth, Flandri (...)
  • 45 .... concessum fuit in contrahendo matrimonio quod quandocumque Henricus comes Namurcensis decedere (...)

29Lors du mariage de Baudouin IV et d’Alice, fille de Godefroid, comte de Namur43, lisons-nous dans le Chronicon Hanoniense, il fut décidé que tous les alleux, fiefs et terres censales qu’Henri, frère de la dite Alice, posséderait, comme comte de Namur, reviendraient à sa mort au comte et à la comtesse de Hainaut et à leurs héritiers. Bon nombre d’années après, Baudouin et Alice acquirent les parts d’alleux de deux des filles de Godefroid, c’est-à-dire d’Elisabeth, épouse du sire de Rozoy, et de Flandrine, femme du sire d’Espinoy. Ainsi, du -vivant d’Henri, comte de Namur, Baudouin et Alice étaient en droit de posséder trois parts d’alleux44. Mais ils en laissèrent la jouissance viagère à ce dernier et il fut convenu qu’en retour, lors de sa mort, l’ensemble de sa succession : alleux, fiefs, terres censales, leur reviendrait sans contestation45.

30D’après ce récit, deux conventions auraient donc été conclues touchant la succession d’Henri l’Aveugle, l’une à l’époque du mariage d’Alice, l’autre beaucoup plus tard, après l’abandon par la comtesse de Hainaut de ses trois parts d’alleux.

31La première de ces conventions, celle conclue vers 1130, au moment du mariage d’Alice, me paraît absolument invraisemblable. En effet, comment admettre que Godefroid comte de Namur ait déshérité complètement, au profit de la maison de Hainaut, la descendance que pouvait avoir son fils Henri, héritier présomptif de ses Etats, car, notons-le bien, Gislebert ne dit pas : « si Henri meurt sans enfant, ses biens passeront à sa sœur Alice et à Baudouin », mais il écrit : « quandocumque Henricus comes Namurcensis decederet », sans restriction aucune.

  • 46 Cette notice, restée inconnue à Vanderkindere, a été publiée par Arndt, MGH, SS, t. XXI, pp. 610-61 (...)

32De plus, ce qui porte à douter de l’existence de cette convention, c’est que Gislebert qui en fait, dans son Chronicon, l’origine des droits du comte de Hainaut sur les possessions d’Henri l’Aveugle, n’en dit mot dans une autre de ses œuvres, la Relation de l’inféodation du comté de Namur, où il aurait dû nécessairement en parler. Ecrite vers 1198, deux ans environ après l’achèvement du Chronicon, cette notice retrace succinctement la question de la succession namuroise46.

  • 47 Dans la charte d’Heppignies, Henri l’Aveugle fait allusion seulement aux droits que le comte et la (...)

33Remarquons encore qu’on ne relève aucune allusion à ces arrangements de 1130 dans la charte d’Heppignies de 1163, analysée plus haut47.

34Enfin, la seconde convention, à s’en tenir au texte du Chronicon, paraît avoir été conclue comme, si la première n’avait jamais existé.

35Passons maintenant à l’examen de la seconde convention. D’après Gislebert, Alice de Hainaut aurait racheté à deux de ses sœurs leurs parts d’alleux et les aurait cédées, en viager, avec la sienne propre à son frère le comte de Namur. Celui-ci en retour aurait institué les membres de la maison de Hainaut héritiers de toute sa succession : alleux, fiefs, terres censales.

  • 48 Cum... Aelydis supradicta Hainoensis comitissa [cura filio suo Balduino sepedicto] aliarum sororum (...)

36A mon avis, le rachat par la comtesse de Hainaut des parts d’alleux de deux de ses sœurs et leur cession avec la sienne propre à Henri l’Aveugle, doivent être tenus pour certains. Le premier de ces points est rapporté également par la Relation48, et la charte d’Heppignies de 1163 parle d’une part d’alleux cédée en viager par Alice. Le mot part, il est vrai, est au singulier, mais il peut être pris dans un sens général.

37Mais il est inadmissible qu’Henri de Namur, en retour de la jouissance des trois parts d’alleux de sa sœur, ait investi les membres de la maison de Hainaut de toute sa succession, non seulement allodiale, mais aussi féodale. La charte d’Heppignies de 1163, ne parle que de la succession allodiale et il ne peut avoir été question de la succession féodale avant 1183. Pour être déclaré héritier des fiefs namurois et luxembourgeois, le comte de Hainaut devait obtenir l’assentiment de l’empereur, dont ces fiefs relevaient. Or, comme nous le verrons, ce ne fut qu’en 1183 qu’il commença ses premières démarches dans ce but.

  • 49 Quod cum sepedictus Henricus comes Namurcensis et Lusceleborch predictam Lauretam in uxorem ducere (...)

38Jusqu’ici nous avons déjà pu nous rendre compte que Gislebert cherchait à attribuer au comte de Hainaut des droits plus anciens ou plus importants que ceux qu’il possédait en réalité. L’analyse qu’il a laissée dans son Chronicon Hanoniense, de la charte d’Heppignies, nous permettra en outre de constater qu’il n’a pas hésité parfois, pour les besoins de sa cause, à donner aux documents diplomatiques une portée totalement différente de leur portée réelle. « Lorsqu’Henri de Namur voulut épouser Laurette d’Alsace, nous dit-il, le mariage ne put avoir lieu sans le consentement du comte Baudouin, de la comtesse Alice et de leur fils. Ce consentement fut accordé à Heppignies, et à cette occasion les vassaux du comte de Namur renouvelèrent solennellement l’hommage qu’ils devaient au comte de Hainaut, à sa femme et à son fils comme héritiers des alleux et des fiefs de leur seigneur. Ces dispositions furent consignées par écrit en forme authentique49.

  • 50 Il y a de telles contradictions entre le texte de Gislebert et le texte authentique qu’on pourrait (...)

39Ces quelques lignes fourmillent d’erreurs. Tout d’abord, il ne pouvait être question du mariage d’Henri l’Aveugle et de Laurette de Flandre en juin 1163, puisque leur union se place entre les années 1152 et 1159. Ensuite la charte d’Heppignies s’occupe uniquement de la succession allodiale et il n’est pas fait mention d’un renouvellement d’hommage par les vassaux du comte de Namur50.

40De cette longue discussion, où nous avons confronté les récits du Chronicon Hanoniense avec la charte d’Heppignies de 1163 et la Relation de l’inféodation du comté de Namur, découlent les conclusions suivantes :

41Les droits de la maison de Hainaut sur les possessions d’Henri l’Aveugle ne remontent pas, comme le voudrait Gislebert, au mariage d’Alice de Namur et de Baudouin IV.

  • 51 Si, comme je le crois, les alleux d’Elisabeth, de Flandrine et d’Alice se trouvaient situés dans le (...)

42Sous le règne d’Henri l’Aveugle, entre 1139 et 1163, Alice comtesse de Hainaut racheta à deux de ses sœurs leur part respective d’alleux provenant de l’héritage paternel51.

  • 52 L’héritage allodial d’Henri l’Aveugle dont furent investis les membres de la maison de Hainaut, com (...)

43Dans une assemblée tenue à Heppignies, en juin 1163, Henri comte de Namur et de Luxembourg, qui se trouvait sans héritier direct et venait d’être abandonné par sa femme, régla sa succession allodiale, la seule dont il pouvait disposer librement. Comme sa sœur Alice consentait à lui céder la jouissance viagère de sa part d’alleux et des deux parts qu’elle avait rachetées, et qu’en maintes circonstances il avait été aidé par son beau-frère Baudouin, il les investit solennellement, ainsi que leur fils, de tout son héritage allodial52, ne s’en réservant que l’usufruit.

44Restait l’héritage féodal. A l’encontre de ce que prétend Gislebert, il n’en fut pas question à Heppignies. Le comte de Namur ne devait régler que beaucoup plus tard la succession de cette partie de son patrimoine.

***

  • 53 Gislebert, p. 98, n° 58. — Il n’est pas possible de savoir comment Ermesinde de Luxembourg et son f (...)

45Dans le courant de l’année 1168, c’est-à-dire cinq ans après la convention d’Heppignies, Henri l’Aveugle contracta un nouveau mariage. Dans le but de recouvrer la ville de Maestricht, que sa mère Ermesinde et lui avaient engagée à l’empereur pour seize cents marcs d’argent, il épousa Agnès, fille d’Henri comte de Gueldre, qui promit, lors du mariage, de verser à l’empereur la somme nécessaire pour dégager la ville. Cette union ne fut pas de longue durée. Quatre ans plus tard, voyant que son beau-père n’avait pas tenu ses engagements, Henri renvoya sa femme avec laquelle il n’avait eu aucun rapport conjugal53.

46Gislebert accuse Henri l’Aveugle d’avoir enfreint, en épousant Agnès de Gueldre, les arrangements conclus avec le comte de Hainaut au sujet de sa succession. Ce reproche est-il bien fondé ? A Heppignies, le comte de Namur s’était engagé, il est vrai, à ne pas vendre ou aliéner une part quelconque de son héritage allodial, mais de là s’ensuit-il nécessairement qu’il lui était interdit de se remarier ?

  • 54 Gislebert, p. 100, n° 60.

47Quoi qu’il en soit, ce mariage ne paraît pas avoir modifié les bons rapports du comte Baudouin avec son beau-frère ; en automne 1169, ce dernier ayant une guerre à soutenir contre le duc de Brabant, Baudouin et son fils se portèrent à son secours avec une armée de 700 chevaliers. Les Hennuyers prirent position aux Ecaussines, sur la frontière sud-ouest du Brabant, d’où ils attaquèrent et molestèrent le duc. Leur intervention permit au comte de Namur de conclure une paix honorable54.

  • 55 Le diplôme rédigé à cette occasion a été publié par Beyer, Urkundenbuch, t. II, p. 39 ; Gislebert n (...)

48Cependant les avantages accordés à Baudouin IV et à Alice par la charte d’Heppignies, n’avaient pas manqué d’éveiller les convoitises des autres parents du comte de Namur. Berthold, duc de Zähringen, ne se fit pas faute d’élever des prétentions sur l’héritage de son oncle et d’essayer d’en obtenir quelques parcelles. A la diète de Nimègue, en août 1171, il conclut avec Arnould, archevêque de Trèves, une convention au sujet des fiefs qu’Henri l’Aveugle relevait de cette Eglise. L’archevêque consentit à lui accorder l’investiture desdits fiefs pour en jouir après la mort d’Henri, et Berthold promit en retour de lui verser la somme de 350 maies d’argent dans les quinze semaines qui suivraient le jour du décès. Toutefois, n’étaient compris parmi ces fiefs, ni l’avouerie de Wittlich cédée par Henri de Namur à Conon de Malberg, ni la cour de Macheren dont le dit comte Henri n’avait que l’usufruit. Dans le cas où Berthold viendrait à mourir avant son oncle, ses droits passeraient à son jeune fils, dont la tutelle serait confiée à Raoul de Zähringen, évêque de Liége. En outre, des garanties étaient offertes à l’archevêque en cas de non-paiement des 350 marcs. Ces conventions furent arrêtées de l’assentiment du comte de Namur et ratifiées par l’empereur Frédéric55.

49En approuvant ce traité, Henri l’Aveugle ne violait en aucune façon les engagements consignés dans la charte de 1163, puisqu’il s’agissait non pas d’alleux, mais de fiefs, dont l’archevêque de Trèves avait la libre disposition en cas de vacance.

  • 56 Gislebert, p. 103, n° 65.

50Le comte de Hainaut ne semble pas du reste avoir pris ombrage de cet avantage obtenu par le duc de Zähringen ; en automne de de cette même année il aida son beau-frère à surmonter les difficultés considérables qu’il rencontrait dans le Luxembourg. Au dire de Gislebert, Henri de Namur était harcelé si violemment par les agressions de ses vassaux et de ses voisins qu’il n’osait quitter le château de Luxembourg, de peur qu’une trahison ne le lui enlevât. Le comte de Hainaut dépêcha à son secours son fils Baudouin et une troupe de 300 chevaliers, renforcés d’un même nombre de sergents montés. Les Hennuyers prirent de vive force le château de Bertringen et ravagèrent les terres des ennemis du comte Henri jusqu’aux portes de Metz56.

51Ce sont malheureusement les seuls détails que nous ayons sur cette affaire.

52Peu de temps après ces événements, Baudouin IV, comte de Hainaut, mourut à Mons. Sa femme Alice de Namur l’avait précédé de quelques années dans la tombe. Son fils Baudouin, surnommé le Courageux par les historiens modernes, lui succéda dans ses biens, ainsi que dans ses droits sur l’héritage allodial namurois. Le nouveau comte continua la politique de son père vis-à-vis d’Henri l’Aveugle, lui prêtant aide et assistance en toutes occasions.

  • 57 Gislebert, p. 110, n° 71.

53Dans le courant de l’automne de l’année 1172, Henri, duc de Limbourg et comte d’Arlon, pilla certaines terres luxembourgeoises et usurpa l’hommage de plusieurs châteaux. Henri de Namur réclama le secours du jeune Baudouin, qui accourut à la tête de 340 chevaliers, d’un même nombre d’écuyers montés et de 1 500 fantassins d’élite. Ils mirent ensemble le siège devant Arlon, où s’était renfermé le duc. Après dix jours de blocus, Henri de Limbourg se vit contraint de capituler et d’accepter les conditions des vainqueurs57.

  • 58 In obsidione illa comes Namurcensis comiti Hanoniensi, suo tune dilectissimo nepoti, fidelitates et (...)

54Pendant le siège d’Arlon, Henri l’Aveugle fit renouveler par ses vassaux nobles et de condition servile l’hommage dû au comte de Hainaut comme héritier de sa succession allodiale58.

  • 59 Gislebert, p. 120.
  • 60 A. Cartellieri, Philipp II August, König von Frankreich, t. I, p. 65.

55Durant les neuf années suivantes, c’est-à-dire de 1172 à 1181, le comte Henri vécut en repos. Ce fut une des rares éclaircies de son règne mouvementé. Son nom n’est cité que dans deux circonstances : en 1176, il accompagna, en simple spectateur, son neveu Baudouin dans une expédition contre Jacques d’Avesnes dans le sud du Hainaut59 ; et le 28 avril 1180, il assista au château de Bapaume, près d’Arras, au mariage de sa petite-nièce Elisabeth de Hainaut avec Philippe, fils et héritier de Louis VII, roi de France60.

  • 61 Gislebert. p. 135. Sur Conon de Montaigu, cfr. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, ASAN, (...)

56Mais en juillet 1181, il eut une nouvelle guerre à soutenir, dans la Famenne cette fois, contre Conon, comte de Montaigu. Comme de coutume, Baudouin vint à la rescousse avec des forces imposantes. Les deux alliés assiégèrent le château de Rochefort, la principale forteresse de Conon dans cette région. L’intervention de son neveu permit à Henri l’Aveugle de conclure une paix honorable61.

  • 62 Quo audito [la maladie du comte de Namur] nepos ejus comes Hanoniensis eum visitare festinavit, cui (...)

57Pendant l’hiver 1182-1183, Henri tomba malade à Luxembourg et perdit l’usage de la vue. A la nouvelle de la maladie de son oncle, le comte de Hainaut s’empressa de se rendre auprès de lui. Ce fut, je pense, au cours de cette visite qu’Henri consentit pour la première fois à désigner Baudouin comme l’héritier de ses fiefs, et le fit reconnaître comme tel, par un certain nombre de ses vassaux luxembourgeois, nobles et ministériaux, ainsi que par les bourgeois de Luxembourg62.

  • 63 Jamais, avant 1183, Baudouin V n’avait fait de démarche auprès de l’empereur.

58Précisément à partir de cette époque, Baudouin s’efforça d’obtenir l’assentiment de l’empereur63. En matière féodale, en effet, les dispositions du comte de Namur n’étaient réalisables que si le suzerain consentait à les approuver. Il commença ses démarches dès le retour de Frédéric Barberousse dans les pays rhénans.

  • 64 Ce document a été publié par Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 307. Les dispositions de ce traité ne (...)

59Cependant Raoul de Zähringen, évêque de Liége, avait lui aussi des prétentions sur la succession d’Henri l’Aveugle. En bon politique, Baudouin jugea prudent de faire la part du feu. Au mois d’avril suivant, dans une assemblée tenue à Liége, il conclut avec le prélat une sorte de transaction. Raoul renonçait aux droits qu’il pouvait avoir sur l’héritage namurois au profit de son cousin de Hainaut et lui promettait aide et assistance. Baudouin, de son côté, s’engageait à céder au prince-évêque, après la mort de leur oncle, les revenus de l’alleu de Durbuy, moins la forteresse, pour en jouir sa vie durant. Ces conventions, jurées de part et d’autre, eurent pour garant Philippe d’Alsace, comte de Flandre, présent à l’assemblée. En outre, les deux parties désignèrent des otages : Bodon de Hozémont et Thomas de Hemricourt du côté de l’évêque, Eustache du Rœulx et Alman de Prouvy du côté hennuyer. Un acte relatant ces engagements fut ensuite rédigé en forme de chirographe par Jean, clerc de l’évêque, et Gislebert, chancelier de Hainaut. La partie du document scellée du sceau du comte fut laissée à Raoul ; l’autre, munie du sceau de ce dernier, remise à Baudouin64.

  • 65 K. Huygens, La valeur historique de Gislebert de Mons, p. 4.

60Dans sa chronique, Gislebert ne fait aucune allusion à cette charte dont il fut pourtant un des rédacteurs. La tendance caractéristique de cet écrivain, signalée par M. Huygens, est de ne rapporter que ce qui est favorable à son maître65. Dans le cas présent, il a craint sans doute qu’en exposant la transaction de Liége les droits du comte de Hainaut ne parussent, aux yeux de ses lecteurs, moins fondés qu’il le prétendait.

  • 66 L’empereur Frédéric était de retour dans les pays rhénans, cfr. Stumpf, Die Reichskanzler, t. II, p (...)
  • 67 Gislebert, p. 150, n° 107.

61Vers le début de l’année suivante66, Baudouin, désirant s’assurer la bienveillance de l’empereur Frédéric, en vue de la succession namuroise, lui députa deux chevaliers, l’habile et éloquent Gossuin de Thulin et Gauthier de Steenkerque. Frédéric se montra bien disposé à son égard, mais réclama sa visite personnelle67.

  • 68 Gislebert, p. 150. — D’après Gislebert [p. 77], Mathilde, mère des sires de Walcourt et d’Avesnes, (...)

62Vers la même époque, Jacques d’Avesnes se rendit à la cour impériale et tenta d’obtenir pour lui et son frère utérin, Wéry de Walcourt, la reconnaissance de leurs droits sur le comté de Laroche, qui faisait partie de l’héritage féodal d’Henri l’Aveugle. Les prétentions de ces deux seigneurs n’étaient pas dénuées de fondement. En effet, par leur mère Mathilde, ils se rattachaient à la famille comtale de Laroche (branche cadette de la maison de Namur), éteinte dans les mâles en 1152. Néanmoins les démarches du sire d’Avesnes n’aboutirent à aucun résultat68.

  • 69 Gislebert, p. 151.

63Au commencement du mois de mars, Baudouin se mit en route pour l’Allemagne. Il passa par Namur, où son oncle lui remit des suppliques (litteras deprecatorias) pour l’empereur, et arriva le 11 à Hagenau, en Alsace, où se trouvait Frédéric Barberousse. Celui-ci ainsi que ses deux fils, Henri roi des Romains et Frédéric duc de Souabe, lui firent bon accueil et consentirent à ce qu’il héritât de toutes les possessions du comte de Namur. Afin que l’octroi de cette faveur fût plus solennel et plus complet, ils prirent jour pour la fête de la Pentecôte à Mayence, où le roi des Romains et son frère devaient être armés chevaliers69.

  • 70 Ce document a été publié par Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 128. Je crois utile d’en reproduire l (...)

64Antérieurement au 30 mars, fort peu de temps après son retour en Lotharingie, Baudouin se rencontra, probablement à Gerpinnes, avec Henri de Namur. Ce dernier l’investit solennellement de tout son héritage allodial et le déclara héritier de tous ses fiefs, mais à la condition d’en conserver la jouissance sa vie durant. De nombreux vassaux tant namurois que luxembourgeois prêtèrent foi et hommage à Baudouin et le reconnurent comme l’héritier légitime de leur seigneur. L’acte consignant ces engagements fut rédigé par Robert, notaire du comte de Namur, et par Gislebert, chancelier de Hainaut, le 1er avril, jour de la fête de Pâques70.

65Comme nous l’avons vu, il est fort probable qu’il avait été question de la succession féodale lors de l’entrevue de Baudouin et de son oncle à Luxembourg, pendant l’hiver 1182-1183. Mais les circonstances, notamment la maladie du comte Henri, ne permirent pas d’entourer les dispositions arrêtées en ce moment des garanties habituelles. Elles ne purent être approuvées que par des vassaux luxembourgeois et restèrent verbales. A Gerpinnes, au contraire, les conventions furent conclues en présence du comte de Flandre et de nombreux témoins, et la foi et l’hommage prêtés par des vassaux namurois et luxembourgeois. De plus, l’acte rédigé à cette occasion souligne le fait que l’investiture fut donnée par la motte et le rameau, c’est-à-dire selon la forme traditionnelle.

66Dans sa chronique, Gislebert n’a pas cru devoir faire mention de la charte, pourtant si importante, de Gerpinnes.

  • 71 Gislebert, p. 155-160.

67Aux approches de la Pentecôte (20 mai), le comte Baudouin partit pour Mayence, accompagné d’une suite nombreuse. L’affluence à la diète fut considérable. Des princes, des archevêques, des évêques, des abbés, des ducs, des marquis, des comtes palatins et autres, des nobles et des ministériaux étaient venus de tous les points de l’empire. Le 20 mai, jour de la Pentecôte, le comte de Hainaut eut l’honneur fort envié de porter le glaive impérial. C’était cependant la première fois qu’il paraissait à une diète. Le lendemain, le roi des Romains et Frédéric de Souabe furent reçus chevaliers en grand apparat et firent leurs premières armes dans un tournoi. Le comte de Hainaut, pendant les joutes, porta la lance de l’empereur71.

  • 72 Gislebert, p. 161. Berthold de Zähringen mourut en 1186. L’empereur lui était peu favorable à cause (...)

68Cependant, au milieu des fêtes, Baudouin n’avait pas perdu de vue le but qui l’amenait à Mayence. Il rencontra un concurrent dans la personne de Berthold, duc de Zähringen, qui prétendait bien à tort, au dire de Gislebert, avoir des droits sur l’héritage de son oncle. Afin d’obtenir son désistement, Baudouin était décidé à lui bailler seize cents marcs d’argent pur, poids de Cologne, payables dans le terme de huit mois. Mais Frédéric Barberousse, apprenant la chose, lui conseilla de n’en rien faire. L’état de santé du duc donnait à penser qu’il mourrait avant le comte de Namur72.

  • 73 Gislebert, p. 161-162. Un détail qui a cependant son importance, mais que Gislebert se garde bien d (...)

69La question de la succession namuroise fit l’objet de plusieurs conseils, auxquels prirent part les princes d’empire, le chancelier, le protonotaire et plusieurs ministériaux impériaux. Baudouin de Hainaut y produisit sans aucun doute la charte rédigée à Gerpinnes six semaines auparavant. L’empereur se montra entièrement favorable à ses intérêts et lui délivra un diplôme73 qui est heureusement parvenu jusqu’à nous. Il est rédigé en forme de convention et comprend six articles que je vais reproduire.

    • 74 Nous croyons utile, vu son intérêt, de reproduire in extenso le texte du premier article : « Baldew (...)

    Tous les alleux du comte de Namur et de Luxembourg devront être reportés par lui ou par Baudouin en mains de l’empereur, dans toute leur intégrité, avec leurs droits, leurs abbayes, — leurs églises et leurs dépendances. Cette donation (donatio) accomplie, l’empereur constituera avec ces alleux et les fiefs que le comte de Namur et de Luxembourg relève de l’empire, un marquisat d’empire dont il accordera l’investiture au comte de Hainaut. Celui-ci deviendra ainsi son homme lige et sera élevé à la dignité de prince d’empire74.

  1. Les ministériaux du comte de Namur et de Luxembourg deviendront membres indissolubles du marquisat.

  2. Lorsque mourra le premier titulaire du marquisat, son fils lui succédera et, à défaut de fils, son frère. Si le marquis n’a ni fils, ni frère, sa fille deviendra son héritière, mais, si celle-ci a un fils, c’est ce dernier qui obtiendra le marquisat.

  3. Lorsque la remise des alleux (donatio) du comte de Namur et de Luxembourg en mains de l’empereur aura été accomplie, le comte de Hainaut sera tenu de verser à l’empereur, à son fils Henri et à la curia impériale, la somme de 800 marcs d’argent, et de donner 5 marcs d’or à l’impératrice.

  4. Si l’empereur vient à mourir avant l’accomplissement de ces conventions, son fils Henri, roi des Romains, se chargera de leur réalisation.

    • 75 MGH, Constitutiones, t. I, p. 423.

    Lorsque toutes les conditions stipulées précédemment auront été remplies, l’empereur et le roi des Romains confirmeront par privilège la création du marquisat en faveur du comte de Hainaut75.

70Ce diplôme avait une portée considérable. Non seulement la succession d’Henri l’Aveugle était assurée dans son intégrité à Baudouin, mais encore devait être érigée en marquisat à son profit. Pour bien comprendre l’importance de cette clause, il faut se rappeler que les comtés de Namur, Luxembourg, Laroche et Durbuy, bien que réunis sous un même sceptre, avaient conservé leur autonomie pleine et entière. Leur union n’était que personnelle, c’est-à-dire que le seul lien de cohésion qui existait entre eux était la personne du comte. Par la constitution d’un marquisat, l’empereur fusionnait ces quatre comtés en une seule et même principauté. C’était là un immense avantage obtenu par Baudouin. L’empereur y trouvait aussi son compte ; de cette façon il rattachait plus intimement à l’empire de petits États qui de jour en jour échappaient davantage à son action. En outre, le titulaire du nouveau marquisat, élevé à la dignité de prince d’empire, devenait le pair du duc de Brabant et du comte de Flandre, les seuls dynastes lotharingiens qui portaient ce titre.

71D’après le premier article, la création du marquisat ne devait avoir lieu que lorsque tous les alleux du comte de Namur et de Luxembourg auraient été reportés en mains de l’empereur. Légalement cette clause ne pouvait être réalisée qu’après la mort du comte Henri, puisque ce dernier avait spécifié, dans la charte de Gerpinnes, qu’il entendait conserver la jouissance de tous ses alleux comme de tous ses fiefs sa vie durant.

  • 76 Il faut cependant faire exception pour le deuxième article, qui est libellé comme suit : Item unive (...)

72Les autres articles, qui ne sont en somme que les compléments du premier, ont moins d’importance, et peuvent se passer de commentaires76.

  • 77 Gislebert de Mons [p. 186] ne donne pas de détail sur la première phase de cette guerre, phase à la (...)
  • 78 Gislebert, p. 185, n° 120. — Lettre de Guibert Martin, religieux de Gembloux, dans Gallia christian (...)

73Vers la fin du mois de mai de l’année 1185, le comte de Namur eut de nouveau à recourir aux armes pour résister au duc Godefroid III de Brabant. Celui-ci — on ignore pour quel motif — envahit le Namurois et détruisit probablement la ferté (firmitas) de Liernu77. Le comte Henri, en manière de représailles, fit une incursion dans le Brabant et s’avança jusqu’à Gembloux. Une solide enceinte de murailles mettait cette bourgade à l’abri d’un coup de main. Les efforts des Namurois n’aboutirent qu’à incendier une tour (munita) qui se dressait contre le rempart. Mais les flammèches, dispersées par un vent violent, portèrent l’incendie au delà des fortifications. Les habitations des bourgeois et le monastère devinrent la proie des flammes. Après cet exploit — à la suite sans doute d’un mouvement offensif du duc — Henri battit précipitamment en retraite et regagna son comté, d’où il implora le secours de son neveu de Hainaut. Baudouin prit trois jours pour rassembler des troupes puis vint rejoindre son oncle dans le Namurois. Les deux dynastes parurent devant Gembloux neuf jours après la première attaque. La place, défendue seulement par quelques chevaliers, par des sergents et par ses bourgeois, fut prise d’assaut après un vaillante résistance. Une fois le rempart forcé, la bataille se continua dans les rues et dans le monastère. Les vainqueurs se livrèrent à un pillage complet et firent main basse sur tout ce qui pouvait être emporté. Les moines et les clercs ne furent pas épargnés. On aurait enlevé à l’abbé de Gembloux jusqu’à son dernier vêtement et ses chaussures, s’il n’avait été reconnu. Tous les bourgeois qui ne furent pas massacrés furent amenés comme prisonniers de guerre. Parmi eux se trouvaient des hommes qui avaient pris la croix et qui, d’après les idées du temps, devaient être respectés par les belligérants78.

  • 79 Gislebert, p. 187.

74Après le sac de Gembloux, Namurois et Hennuyers poussèrent plus avant dans le Brabant. Mont-Saint-Guibert et de nombreux villages furent pillés et réduits en cendres sous les yeux du duc, qui, ne se sentant pas en force, n’osait intervenir et battait en retraite devant ses adversaires79.

  • 80 Comes Henricus instinctu Coloniensis archiepiscopi et comitis Flandrie et ducis Lovaniensis, qui in (...)
  • 81 Gislebert, p. 190.

75Ces faits datent de la fin de mai ou du commencement de juin 1185. Une paix ne tarda pas à être conclue entre Henri l’Aveugle et Godefroid III ; en automne de cette même année ils vivaient en bonne intelligence. C’est à cette époque que le duc et les autres ennemis du comte de Hainaut, l’archevêque de Cologne et Philippe de Flandre, parvinrent à réconcilier le comte et la comtesse de Namur, lesquels vivaient séparés depuis nombre d’années80. Les considérations qui déterminèrent ces princes à intervenir dans cette affaire de ménage, furent d’ordre purement politique et sont faciles à établir. Ils devaient envisager d’un fort mauvais œil le projet d’érection des comtés namurois en marquisat d’empire au profit de Baudouin V, car, s’il aboutissait, la maison de Hainaut, augmentant considérablement sa puissance territoriale, devenait prépondérante en Lotharingie. Ils désiraient ardemment qu’Henri de Namur eût un héritier direct. Leurs espérances se réalisèrent. Au mois de juillet de l’année suivante, la comtesse de Namur mit au monde une fille qui reçut le nom d’Ermesinde81.

76Avec la naissance de cette enfant commence la seconde phase de la succession namuroise. Mais il importe tout d’abord d’élucider la question suivante : Quels étaient les droits d’Ermesinde sur l’héritage paternel ?

  • 82 Cfr. à ce propos Duvivier, La Querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, p. 130, et Wauters, Ta (...)

77Il faut distinguer entre la succession féodale et la succession allodiale. En matière allodiale, la question ne présente pas de difficulté. D’après les coutumes en vigueur, Ermesinde pouvait hériter de tous les alleux paternels, à l’exception toutefois des alleux cédés par la comtesse Alice de Hainaut à Henri l’Aveugle, à Heppignies en juin 1163, et dont celui-ci n’avait que l’usufruit. Mais pouvait-elle prétendre à la succession féodale ? Dans le droit féodal primitif, le décès du vassal sans héritier mâle rendait le fief vacant. En fait, au xiie siècle, dans l’empire, les filles étaient généralement admises à recueillir les fiefs à défaut de fils. Cependant le droit n’était pas bien fixé sur ce point82.

78Dans ces conditions, et autant que nous puissions en juger, tous les efforts d’Henri l’Aveugle devaient tendre à un double but : 1° S’assurer la bienveillance de l’empereur et obtenir de lui un diplôme reconnaissant la capacité d’Ermesinde à succéder aux fiefs qu’il tenait de l’empire ; 2° Désintéresser par de justes compensations le comte de Hainaut, son fidèle allié, qui avait dépensé de fortes sommes d’argent pour s’assurer sa succession, et dont les droits devenaient nuls du moment où la capacité d’Ermesinde était proclamée.

79Henri de Namur fit preuve en cette circonstance d’un manque absolu de sens politique. Il ne tenta aucune démarche auprès de la cour impériale et ne chercha pas une formule d’accommodement avec le comte de Hainaut. Son unique préoccupation fut de découvrir un gendre assez puissant pour défendre les droits de sa fille, les armes à la main, en cas de contestation. Au mois de mars 1187, par l’entremise d’un autre de ses neveux, Manassès de Rethel, il fiança la petite Ermesinde, âgée de moins d’un an, à Henri comte de Champagne, neveu de Philippe-Auguste, roi de France et petit-fils du roi Louis VII

  • 83 Gislebert, p. 191.

80Cette alliance était plus brillante qu’avantageuse. Tout faisait prévoir qu’Henri l’Aveugle ne pourrait pas en retirer le profit qu’il en escomptait. Par la situation même de ses Etats, le comte de Champagne se trouvait très éloigné du Namurois et ses devoirs de vassal l’obligeaient à faire des séjours prolongés à l’armée de Philippe-Auguste, alors en guerre avec le roi d’Angleterre. Il était à présumer, en outre, que l’empereur, qui voyait d’un fort mauvais œil les progrès de l’influence française en Lotharingie, consentirait difficilement à accorder l’investiture des fiefs namurois et luxembourgeois à un prince français. Enfin, ce choix ne pouvait qu’irriter le comte de Hainaut. Un an auparavant, Henri de Champagne avait promis d’épouser sa fille cadette Yolande83.

81Depuis la naissance d’Ermesinde, Baudouin vivait dans l’indécision, hésitant sur le parti à prendre. Lorsqu’il reçut la nouvelle des fiançailles, il comprit la gravité de la faute politique commise par son oncle et arrêta aussitôt sa ligne de conduite.

  • 84 Dominus imperator... respondit quod, post decessum comitis Namurcensis et Lusceleborch, omnia feoda (...)

82Il dépêcha deux ambassadeurs à la cour impériale : Lambert, abbé de Saint-Ghislain, et son chancelier Gislebert. Ceux-ci ne manquèrent pas d’insister sur les conséquences fâcheuses qu’aurait pour l’influence allemande l’établissement d’un prince français en Lotharingie. Aussi Frédéric Barberousse déclara que lorsque les fiefs namurois lui feraient retour, il en disposerait en faveur du comte de Hainaut conformément aux décisions de la diète de Mayence ; quant aux alleux, il ne permettrait jamais qu’un Français en héritât84.

83Renseigné ou non sur les sentiments de l’empereur, Henri l’Aveugle n’en persévéra pas moins dans ses projets. Au mois de juillet, le comte de Champagne vint à Namur et promit sous serment d’épouser Ermesinde lorsqu’elle aurait atteint l’âge nubile, et la fit conduire aussitôt dans ses États. Son serment fut répété par les chevaliers champenois qui l’avaient accompagné. Les vassaux du comte de Namur : chevaliers, sergents et bourgeois, réunis dans le cimetière de Saint-Aubain, lui prêtèrent hommage et lui fournirent des garanties (securitates).

  • 85 Gislebert, p. 197, n° 132. — Gislebert ajoute que les vassaux namurois prêtèrent hommage à Henri de (...)

84Baudouin de Hainaut se présenta à cette assemblée. Au dire de Gislebert, il supplia son oncle de se souvenir de ses engagements et rappela au comte de Champagne sa promesse d’épouser sa propre fille. Ses réclamations furent vaines85.

  • 86 Dominus vero imperator comiti Hanoniensi super his (affaires de la succession namuroise) et aliis o (...)

85L’empereur Frédéric avait convoqué pour le 15 août de cette même année 1187, une diète solennelle à Worms. Baudouin y envoya Gossuin de Thulin et son fidèle Gislebert. Devant le souverain et les princes de l’empire, les deux hennuyers firent valoir les droits de leur maître sur l’héritage du comte de Namur en produisant les chartes émanées de ce dernier et munies de son sceau. Tous les assistants, suivant le récit de Gislebert, s’étonnèrent de la perfidie d’Henri l’Aveugle. L’empereur se montra bien disposé envers Baudouin et déclara que, lui vivant, le comte de Champagne ni aucun prince français ne recueillerait la riche succession du comte de Namur86.

  • 87 Gislebert, pp. 201 et 202.
  • 88 K. Huygens, La valeur historique de la Chronique de Gislebert de Mons, pp. 3 et 4.

86Au mois de décembre suivant, Frédéric Barberousse et le roi de France eurent une entrevue entre Ivoy et Mouzon. Le comte de Hainaut y assista. Le roi de France lui demanda de se ranger parmi les siens ; une invitation analogue lui fut adressée par l’empereur. Baudouin n’était le vassal ni de l’un ni de l’autre ; néanmoins, comme ses Etats se trouvaient situés dans l’empire, il se rangea du côté de Frédéric. Pendant l’entrevue, le comte de Champagne, appuyé par ses oncles l’archevêque de Reims et le comte de Blois, et par son cousin le duc de Bourgogne, demanda, mais sans succès, à l’empereur de lui accorder son assentiment au sujet de l’héritage namurois. De son côté Baudouin voulut faire renouveler par Frédéric les arrangements conclus précédemment. Celui-ci répondit qu’il ne pouvait rien ordonner à ce sujet sans l’approbation d’Henri, roi des Romains, alors en Italie. Il engagea le comte de Hainaut à venir le trouver dès que son fils serait de retour en Allemagne. Le roi de France, d’après Gislebert, appuya le comte de Hainaut plus que son propre neveu le comte de Champagne87. Mais cette attitude prêtée au roi de France est absolument invraisemblable. Comme le fait très bien remarquer M. Huygens, il est difficile d’admettre que Philippe Auguste ait soutenu contre les intérêts de son neveu les prétentions de Baudouin de Hainaut, qui dans l’entrevue s’était rangé du côté de l’empereur. Le fait même qu’à ce moment Frédéric n’ait pas cédé aux sollicitations de Baudouin, semble indiquer que le roi de France travaillait sous main contre lui88.

  • 89 Gislebert ne dit rien de plus sur cette supplique, qui paraît très singulière de la part d’Henri l’ (...)

87Au mois d’avril de l’année suivante, le comte de Hainaut, apprenant le retour d’Henri, roi des Romains, partit pour l’Allemagne. En passant par Namur, il eut une entrevue avec Henri l’Aveugle, au cours de laquelle celui-ci, craignant d’être desservi à la cour impériale, lui prodigua ses démonstrations d’amitié et lui fit force promesses. Baudouin ne crut guère à leur sincérité. Il reçut néanmoins une supplique (litteras deprecatorias) adressée à l’empereur89.

  • 90 C’était en effet la première fois depuis la naissance d’Ermesinde de Namur que l’empereur et son fi (...)
  • 91 Constance, femme d’Henri, roi des Romains, était fille de Roger, roi de Sicile, et de Béatrice de R (...)

88Il rejoignit le roi des Romains au palais d’Ingelheim, entre Mayence et Bingen. Le roi lui promit de l’appuyer auprès de l’empereur et le dirigea, avec quelques-uns de ses secrétaires, sur Seligenstadt, où ce dernier séjournait. Frédéric manda à son fils de le rejoindre en hâte. Après en avoir conféré ensemble, les souverains consentirent à ce que Baudouin succédât à son oncle dans ses alleux et ses fiefs, donnant cette adhésion en commun, ce qui n’avait pas encore eu lieu jusque là90 ; ils lui délivrèrent un diplôme (privilegia) à cet effet. La reine Constance, nouvellement mariée avec le roi des Romains et parente du comte de Hainaut91, soutint celui-ci de tout son crédit.

  • 92 Gislebert, p. 207, n° 139.

89Tel est le récit de Gislebert92.

  • 93 Ce diplôme est publié par Bormans et Schoolmeesters, Cart. de St-Lambert, t. I, p. 109.

90Nous possédons encore un diplôme se rapportant à l’entrevue de Seligenstadt. Il ne comprend que quelques lignes et est rédigé sous forme de convention entre le roi des Romains et le comte de Hainaut. Henri VI promet d’admettre Baudouin parmi ses familiers (in familiaritatem suam) lorsque, après la mort du comte de Namur, il aura recueilli les fiefs namurois relevant de l’empire et lui en aura fait hommage93.

  • 94 Le texte du Chronicon Hanoniense porte : « pater et filius... comiu Hanoniensi super allodiis et fe (...)

91Ce document est assez laconique. Le roi des Romains reconnaissait Baudouin comme l’héritier du comte de Namur, mais il n’est plus question de l’érection des comtés namurois en marquisat. Remarquons également que le roi des Romains agit seul ; l’empereur, qui, d’après le Chronicon Hanoniense, donna son assentiment de commun accord avec son fils, n’est pas mentionné. Il faut donc ou bien admettre qu’ici encore le récit de Gislebert est sujet à caution, ou supposer que Frédéric Barberousse accorda de son côté un diplôme aujourd’hui perdu94.

  • 95 Henri l’Aveugle ne prenait pas d’engagement important sans le faire confirmer et garantir par ses v (...)
  • 96 Gislebert, pp. 208-209.

92En quittant la cour impériale, Baudouin se rendit directement à Namur. Lorsqu’Henri l’Aveugle eut appris le succès des démarches de son neveu, il conclut avec lui un nouveau traité. En présence d’un bon nombre de ses vassaux : chevaliers, sergents clercs et bourgeois95, réunis dans le cimetière de Notre-Dame, il le reconnut comme héritier de tous ses biens, jurant sur des reliques de ne rien faire désormais pour le frustrer de son héritage. Sur son ordre, ses principaux vassaux, Clarembaud d’Atrive, Bastien de Gourdinne, Godefroid d’Orbais, Thierry de Faing, Guillaume de Mozet, Ibert d’Aische, Henri de Mielmont, Guillaume d’Eghezée, Jean de Golzinne, prêtèrent hommage à Baudouin et lui fournirent des garanties (securitates). En outre, il lui abandonna l’administration de sa terre et le soin d’y rendre la justice, s’engagea à rompre avec le comte de Champagne et à réclamer sa fille. De son côté, le comte de Hainaut promit sous serment de soutenir son oncle envers et contre tous, de lui garder loyalement sa terre et d’y rendre bonne justice96.

  • 97 Si nous possédions une source namuroise, les faits nous apparaîtraient bien probablement sous un au (...)

93En concluant ce traité qui constituait une véritable abdication, le comté de Namur ne cherchait vraisemblablement qu’à gagner du temps. Non seulement il ne renonça jamais à faire valoir les droits de sa fille, mais resta en rapports constants avec Henri de Champagne97.

  • 98 Gislebert, p. 215, n° 142.

94Baudouin s’établit à ses frais dans le comté de Namur, y faisant succéder, dit Gislebert, la tranquillité aux pillages et aux violences. Un de ses premiers soins fut de rétablir les frontières du côté du Brabant et de la principauté de Liége. Il prit ses fonctions de justicier trop à cœur. Ses mesures alarmèrent les vassaux du comte de Namur, qui, d’après le chroniqueur hennuyer, avaient l’habitude de tyranniser le pays. Ils commencèrent à semer la discorde entre l’oncle et le neveu, disant que si celui-ci demeurait longtemps encore le gardien du comté il finirait par s’en emparer. Une rupture ne tarda pas à éclater ; elle fut provoquée par l’incident suivant. Il advint qu’un pauvre marchand fut attaqué par un malfaiteur, lequel lui prit sa marchandise et le laissa pour mort. Le crime constaté, le malfaiteur fut saisi et incarcéré dans le ressort de la justice de Clarembaud d’Atrive, puis racheté moyennant quatorze marcs. Le marchand vint à Namur se plaindre à Baudouin. Celui-ci fit saisir le coupable et ordonna de le brûler vif dans un champ voisin de la ville, supplice qu’il infligeait d’ordinaire aux meurtriers. Cette exécution irrita profondément les conseillers du comte de Namur, qui tiraient habituellement un gain de ces sortes de méfaits. Ils s’appliquèrent à exciter la colère de leur seigneur contre son neveu et y réussirent sans peine. A l’insu de Baudouin, Henri dépêcha des messagers au comte de Champagne, demandant d’envoyer dans le plus bref délai possible des troupes pour la garde de ses châteaux98.

  • 99 Item, p. 217.

95Peu de temps après, Henri tomba malade à Andenne. Baudouin, qui était retourné dans le Hainaut, accourut en toute hâte, craignant, dit Gislebert, qu’en cas de décès les machinations de l’entourage ne le privassent de la succession. Son oncle le reçut fort mal : sa présence ne lui étant nullement agréable, il pouvait regagner ses États99.

96Sur ces entrefaites, les messagers envoyés en France revinrent, n’ayant trouvé que la mère du comte de Champagne. Ce dernier accompagnait Philippe-Auguste dans une expédition contre le roi d’Angleterre. Henri de Namur renvoya sur le champ les messagers, en renouvelant ses instances. Baudouin de Hainaut eut connaissance de cette nouvelle demande de secours. Il réunit aussitôt un certain nombre de chevaliers et, voulant connaître positivement les intentions de son oncle, s’en vint à Namur, où Henri l’Aveugle, malgré sa faiblesse, se fit transporter en bateau.

  • 100 L’entrevue fut écourtée sans doute par crainte d’un coup de main de la part des Hennuyers. Le texte (...)

97L’entrevue eut lieu au château de Namur. Le comte de Namur n’avait avec lui que trente hommes, tant chevaliers que sergents, alors que Baudouin était accompagné de cent quarante chevaliers et sergents. Gislebert fait remarquer à ce propos que si son maître l’avait voulu, il aurait pu s’emparer de la place et en expulser son oncle. L’entrevue fut de très courte durée, aucune parole, semble-t-il, ne fut prononcée100.

98Le lendemain, Baudouin, qui avait pris ses quartiers dans la ville, se présenta à la porte du château accompagné de son chancelier Gislebert, de trois chevaliers et de trois sergents à pied pour tenir les chevaux. L’entrée de la citadelle lui fut refusée. En outre, dans la matinée, il reçut l’ordre de quitter la ville. Il doutait encore que pareil ordre émanât de son oncle, lorsque, quelques heures plus tard, deux chevaliers vinrent lui renouveler la même injonction, ajoutant qu’en cas de refus le comte de Namur entendait éprouver le lendemain même lequel des deux serait le plus fort et qu’entretemps il lui interdisait tout achat. Après avoir consulté ses compagnons, Baudouin répondit qu’il était disposé à partir le lendemain, mais qu’auparavant il désirait avoir une entrevue. Ce qu’il obtint.

  • 101 « Domine, ego bona fide cum labore et expensa propria assumpseram per voluntatem vestram terre vest (...)

99Le lendemain donc, après avoir entendu la messe, il monta au château avec toute sa suite. Henri l’Aveugle, dans la crainte d’un coup de main, était entouré d’environ soixante chevaliers. S’approchant du lit où la maladie retenait son oncle, Baudouin, au dire de Gislebert, prononça ces paroles : « Seigneur, j’avais de bonne foi et selon votre désir assumé la tâche de défendre votre terre et d’y rendre la justice. Mais je suis si désagréable à vous et à vos conseillers, que vous m’expulsez de votre ville, ce qui certes n’est digne ni de vous ni de moi. En conséquence je prétends être relevé du serment que j’ai prêté d’assurer votre avantage et votre tranquillité101 ». Le comte Henri se borna à répondre que lui et les siens suffisaient à la conservation de sa terre. C’était un congé en bonne et due forme. Aussi, après cette déclaration, Baudouin se considéra comme dégagé de ses obligations et quitta Namur.

  • 102 Gislebert a probablement exagéré lé nombre des défenseurs de Namur. Une autre source bien renseigné (...)

100Rentré dans le Hainaut et voyant, continue Gislebert, son héritage en péril, il convoqua en hâte son armée. Puis, prenant avec lui trois cents chevaliers et un grand nombre de sergents montés et de fantassins, à qui il défendit de piller, il se porta vivement sur Namur. Le lendemain de son arrivée, sans attendre le gros de ses troupes, il donna l’assaut. La ville, défendue par deux cent quarante chevaliers environ, des sergents et des fantassins, fut prise après une énergique défense102. Les Hennuyers firent de nombreux prisonniers, parmi lesquels cent quarante chevaliers que Baudouin renvoya sans rançon, après leur avoir fait jurer de ne plus porter les armes contre lui. Les vainqueurs se livrèrent à un pillage effréné. Ils enlevèrent aux bourgeois beaucoup d’or et d’argent, des étoffes neuves, telles que brunete, vert, toile, ainsi qu’une grande quantité de meubles et d’ustensiles divers. Le comte de Hainaut était assez dolent de voir tout ce pillage, car il aimait les habitants de la ville et en était aimé. Mais, ajoute Gislebert, il est impossible d’empêcher le pillage en pareil cas.

  • 103 Il est plus probable que ce furent les Hennuyers eux-mêmes qui mirent le feu à la ville. L’incendie (...)
  • 104 Tout ce récit est tiré de Gislebert, pp. 217-220. — Sur le siège de Namur, cfr. aussi Borgnet, Prom (...)
  • 105 C’est pour des fiefs luxembourgeois que Wéry de Walcourt était vassal de Henri l’Aveugle. Walcourt (...)

101Restait le château, où s’étaient réfugiés le comte Henri et les chevaliers qui n’avaient pas été faits prisonniers. Baudouin décida de l’assiéger du côté de Namur et en conséquence ordonna à ses chevaliers de prendre position à l’intérieur de l’enceinte urbaine. Ce que voyant, les défenseurs du château mirent furtivement le feu à la ville. L’entassement des maisons, la chaleur et le vent favorisèrent singulièrement l’incendie ; la bourgade fut presque entièrement détruite103. Le comte de Hainaut plaça alors ses tentes dans les prés situés entre la Sambre et la forêt de Marlagne, et aussi entre la forêt et le château. Après quelques jours de blocus, les assiégés capitulèrent. Le puits du château était tari et leur provision de vin et de bière se trouvait épuisée104. Les conditions de la reddition furent les suivantes. La garde des châteaux de Namur et de Durbuy serait confiée, tant que vivrait Henri l’Aveugle, à Roger de Condé, vassal à la fois des deux comtes. Ceux-ci ne pourraient y exercer aucune autorité. A la mort du comte Henri, ces forteresses seraient remises à Baudouin. Mais, comme le sire de Condé n’était pas présent, il fut décidé que la garde du château serait laissée, durant une quinzaine de jours, jusqu’au moment où Roger serait en état de les remplacer, à trois chevaliers hennuyers : Otton de Trazegnies, Gautier de Wargnies, et Nicolas de Barbançon. Quant au château de Durbuy, le comte de Namur et quatre de ses vassaux : Wéry de Walcourt105, Clarembaud d’Atrive, Sébastien de Gourdinne et Godescale de Morialmé, s’engagèrent sous serment à le remettre au sire de Condé avant que quinze jours ne fussent écoulés.

  • 106 Gislebert, pp. 220-221.
  • 107 Aujourd’hui Thy-le-Château, canton de Walcourt.
  • 108 Gislebert nous apprend que les chevaliers namurois qui se trouvaient à Bouvignes avaient déjà pris (...)
  • 109 Gislebert, loc. cit. — D’après la Sigeberti Continualio Aquicinctina [SS, t. VI, p. 425], le siège (...)

102Très peu de temps après ces événements, des chevaliers champenois arrivèrent pour prêter main-forte au comte de Namur. Sur son ordre, ils furent introduits dans les châteaux de Bouvignes et de Durbuy. Aussi, lorsque Roger de Condé vint le sommer de lui remettre Durbuy, il refusa. Informés de cette circonstance, les trois vassaux hennuyers, gardiens du château de Namur, livrèrent la forteresse à leur seigneur106. Baudouin y plaça une forte garnison, et, sans plus tarder, se disposa à faire la conquête du Namurois tout entier. Déjà, lorsqu’il était occupé au siège de Namur, une partie de ses troupes s’était emparée du château de Thy107, situé non loin des frontières du Hainaut. Vers le milieu du mois d’août, il vint assiéger Bouvignes, défendu par des chevaliers champenois et namurois108 et par les habitants du bourg. Le château, construit sur une colline, consistait en une grosse tour ou donjon entourée d’une muraille fortifiée. Il tombait presque en ruine. La garnison, qui espérait voir apparaître à bref délai une armée de secours envoyée par le comte de Champagne, opposa une résistance désespérée. Gislebert déclare, à ce propos, que sans ses machines de guerre son maître n’aurait jamais pu enlever la forteresse. Les Hennuyers, à l’aide d’un mangonneau, par vinrent à renverser la muraille, puis ils établirent une machine dite pierrier, laquelle força les assiégés réfugiés dans la tour à capituler. Ils obtinrent de regagner librement leurs foyers. Une fois en possession du château, Baudouin le fit réparer et y ajouta de nouveaux ouvrages109.

103Après la reddition de Bouvignes, l’armée hennuyère, continuant ses conquêtes, s’empara après plusieurs assauts du château de Viesville et de la ferté (firmitas) de Biesme-la-Colonoise.

  • 110 Gislebert, p. 222, n° 144.

104Cependant la conduite du comte de Hainaut envers son oncle et la prise de Namur avaient suscité la réprobation générale. Gislebert ne peut s’empêcher de le constater. Mandé à la cour de France, Baudouin s’y rendit après la prise de Bouvignes, vers la fin du mois d’août, et y fut très mal accueilli. Le comte de Flandre, le duc de Brabant et l’archevêque de Cologne ne cachaient pas leurs sentiments hostiles, et l’on rapportait que l’empereur et le roi des Romains avaient fait entendre des menaces110.

  • 111 Gislebert, p. 224, n° 147.

105De plus, une trêve conclue à la mi-août entre les rois de France et d’Angleterre avait libéré pour quelque temps le comte de Champagne de son service à l’armée royale. Le jeune comte s’était mis aussitôt en devoir de rassembler une armée considérable. Philippe-Auguste, Richard Cœur-de-Lion et ses nombreux parents lui avaient promis des seours111.

106Menacé de toutes parts, Baudouin tenta d’abord de se réconcilier avec le comte de Flandre, N’ayant pas réussi de ce côté, il résolut, après avoir pris conseil de ses vassaux, d’envoyer des délégués au roi des Romains qui séjournait dans les pays rhénans (septembre 1188). En conséquence il chargea son chancelier Gislebert et l’abbé de Vicogne, homme très lettré, parlant également bien le roman et l’allemand, d’aller plaider sa cause. Les délégués rejoignirent la roi à Francfort-sur-le-Mein. Au dire de Gislebert, ils se contentèrent de lui exposer en détail les nécessités qui avaient forcé leur seigneur à occuper les châteaux de son oncle. Le roi leur répondit avec bienveillance et fixa un jour au comte de Hainaut pour se rendre à Altenburg, en Saxe. Là, ils traiteraient l’affaire avec l’empereur, dans son intérêt, de manière à lui conserver la possession des châteaux namurois déjà occupés et à lui assurer les autres domaines encore au pouvoir du comte de Namur.

  • 112 Item, p. 227.

107Vers la même époque, Baudouin dépêcha un de ses chevaliers, Gossuin de Thulin, au roi de France. Gossuin sollicita une audience secrète, mais Philippe-Auguste ne voulut rien entendre si ce n’est en présence du comte de Champagne. Dans ces conditions, le sire de Thulin ne put s’acquitter de sa mission112.

  • 113 J’adopte ici l’hypothèse de L. König, Die Politik des Grafen Balduin V von Hennegau, BCRH, t. LXXIV (...)

108Cependant le comte de Champagne, qui avait réuni des troupes pour attaquer Baudouin, ne mit pas son projet à exécution. Son entreprise était en effet assez hasardeuse. Le Namurois et le Hainaut n’étaient abordables pour lui que du côté des Ardennes et de la Thiérache, contrées boisées et accidentées, et le comte de Hainaut se disposait à le recevoir chaudement à la tête de sa chevalerie. Peut-être aussi craignait-il de s’engager à fond, de peur de mécontenter le roi de France, que les affaires namuroises contrariaient fort, au moment où il voulait pouvoir disposer contre l’Angleterre des forces de tous ses vassaux113.

  • 114 Gislebert, p. 228. Cfr. aussi Smets, loc. cit.

109Pour ces raisons, sans doute, il résolut de chercher un allié en Lotharingie. Vers le début d’octobre, il vint dans le Luxembourg, où s’était retiré le comte de Namur, et le décida à réclamer l’assistance du jeune duc de Brabant. Sur ses conseils, Henri l’Aveugle engagea à ce dernier pour la somme de 5 000 marcs la partie de son comté située sur la rive gauche de la Sambre et de la Meuse. Cet accord eut pour garants Clarembaud d’Atrive et Henri de Mielmont, vassaux namurois, dont les fiefs se trouvaient compris dans la partie cédée. Henri de Brabant prit aussitôt ses dispositions en vue de combattre les Hennuyers. Il releva la ferté (firmitas) de Liernu, et, de concert avec Henri de Mielmont, mit une garnison de chevaliers et de sergents dans le château de ce nom. Mielmont, avec le monastère fortifié de Floreffe, occupé par une garnison namuroise, menaçaient les communications entre le Hainaut et Namur114.

110Ces préparatifs inspirèrent à Baudouin de si vives appréhensions qu’il n’osa quitter la Lotharingie pour se rendre à Altenburg au jour fixé. Finalement, de l’avis de ses conseillers, il députa à sa place le chevalier Gossuin de Thulin et son chancelier Gislebert, lesquels firent diligence et rejoignirent l’empereur et son fils à Erfurt, le 6 novembre.

111Pierre de Brizey, évêque de Toul, délégué du comte de Champagne, se trouvait à la cour impériale. Il offrait à l’empereur et au roi des Romains dix mille marcs, à la reine mille marcs, à la cour impériale plus de mille marcs et à d’autres conseillers environ dix-sept cents marcs, s’ils consentaient à reconnaître le comte de Champagne comme héritier des possessions du comte de Namur et s’ils acceptaient de fournir des secours en hommes contre le comte de Hainaut. Dans le cas où l’empereur, son fils et les conseillers ne seraient pas disposés à accorder des troupes, il proposait la moitié de ces sommes pour la seule reconnaissance des droits du comte de Champagne sur l’héritage namurois.

  • 115 Le roi des Romains apparaît seul dans les négociations ; son père l’empereur Frédéric avait pris la (...)
  • 116 Gislebert, pp. 228-230.

112Il semble bien que Frédéric Barberousse, le roi des Romains et les autres personnages de la cour aient été séduits un moment par les sommes énormes offertes par l’évêque de Toul. L’arrivée de Gislebert et de Gossuin de Thulin provoqua un revirement complet dans leurs sentiments. Les propositions de l’évêque furent dédaignées et il reçut bientôt son congé. Les Hennuyers obtinrent la faveur impériale en offrant seulement quinze cent cinquante marcs, payables en trois échéances, à savoir : un tiers à la Noël, un tiers à Pâques, le dernier tiers après le décès du comte de Namur, ou quand une paix serait conclue avec lui. Lorsque le roi115 séjournerait dans les pays rhénans, le comte de Hainaut viendrait le trouver et lui ferait hommage de tous les alleux et fiefs de son oncle. Cet hommage accompli, le roi les lui remettrait en fief lige. Le comte de Hainaut deviendrait ainsi marquis de Namur et prince d’empire. Ces conventions furent mises par écrit à Erfurt, le 10 novembre. Gossuin et Gislebert regagnèrent ensuite la Lotharingie, accompagné du chevalier Frédéric de Hausen, chargé d’amener le comte de Hainaut à la cour impériale116.

  • 117 On remarquera qu’il n’est pas fait mention du comté de Luxembourg, qui cependant, dans le projet de (...)
  • 118 Gislebert, pp. 231-232.

113Le 22 décembre suivant, Baudouin, profitant d’une trêve conclue avec ses ennemis, rejoignit en hâte le roi des Romains à Worms. Il fit hommage de tous les alleux du comte de Namur, de ceux qu’il détenait comme de ceux que possédait encore ce dernier, alleux situés dans les comtés de Namur, Laroche et Durbuy117. Le roi, réunissant les fiefs, les alleux, les serfs et les églises desdits comtés, en constitua un marquisat qu’il remit en fief lige au comte de Hainaut, en présence de nombreux témoins. Toutefois, le roi invita ceux-ci à garder le silence jusqu’à la mort du comte de Namur, ou du moins jusqu’au moment où Baudouin parviendrait à conclure un accord. De plus, on convint que, dans la succession future du comte de Hainaut, le nouveau marquisat ne serait attribué qu’au titulaire du comté de Hainaut118.

  • 119 Gislebert donne comme escorte au comte de Namur une centaine de chevaliers en armes renforcés de no (...)

114Après un séjour de seize jours à Worms, Baudouin suivit le roi des Romains à Liége, où, dans le but de ménager un accord, Henri VI avait mandé le comte de Namur pour l’octave de l’Epiphanie (13 janvier 1189). Henri l’Aveugle se présenta accompagné du duc de Brabant et escorté d’un grand nombre de chevaliers et de sergents armés119. Le roi, dont la suite était peu nombreuse et sans armes, fut très irrité de l’attitude provocante des deux seigneurs. Ses efforts pour réconcilier le comte de Namur avec son neveu n’aboutirent à aucun résultat ; aussi, après quelques jours de pourparlers, il congédia Henri. Ensuite, il reprit le chemin de l’Allemagne, amenant avec lui Baudouin et le jeune due, qu’il décida finalement à conclure avec le comte de Hainaut un traité dont Henri de Namur fut exclu.

115Les conditions furent les suivantes :

  1. Le duc de Brabant abandonnait le comte de Namur.

  2. Il cédait à Baudouin, contre une indemnité de sept cents marcs, la partie du Namurois que les comtes de Namur et de Champagne lui avaient engagée pour cinq mille marcs, à l’exception de Thynes et de Liernu, dont il obtenait la possession définitive.

  3. Baudouin promettait d’assister le duc dans toutes ses nécessités, envers et contre tous, sauf contre l’empereur, le roi des Romains, l’évêque de Liége et le comte de Flandre.

116Cet accord, consigné par écrit, eut le roi des Romains pour garant. On décida en outre qu’il serait ratifié en présence des principaux vassaux brabançons et hennuyers, à la frontière des deux États.

117Henri de Brabant n’avait souscrit à cet arrangement que pour échapper au roi des Romains. Une fois rentré en Lotharingie, il refusa de se dessaisir des terres qu’il tenait en engagère et fit savoir qu’il ne paraîtrait pas à l’entrevue projetée pour le carême à la frontière du Hainaut et du Brabant.

  • 120 Gislebert, p. 233, n° 150, et p. 237.

118Les deux partis continuèrent à vivre sur pied d’hostilités. Les garnisons de Floreffe et de Mielmont harcelaient sans cesse les Hennuyers et rendaient fort difficiles les communications entre le Hainaut et le Namurois. Dans le Luxembourg, Henri l’Aveugle restait sur la défensive. De temps à autre on concluait de courtes trêves, mais elles n’étaient jamais bien observées, déclare Gislebert120.

119Vers la fin du mois de mai 1189, Baudouin eut l’habileté de susciter à Henri de Brabant un adversaire en la personne de Gérard, comte de Looz. Pendant que le jeune duc assiégeait Saint-Trond, il pénétra dans le Brabant, du côté de Viesville, et pilla les terres du duc jusqu’à la hauteur de Soignies. Henri leva le siège de Saint-Trond et se porta vivement vers la partie de ses États la plus menacée. Il n’était pas dans les intentions de Baudouin de pousser plus loin l’offensive. Après avoir renforcé les garnisons de Braine-le-Comte, de Binche, de Viesville et de Namur, il licencia ses troupes. Le duc envoya des chevaliers et des sergents dans ses forteresses voisines du Hainaut et du comté de Looz, et attendit, pour tirer vengeance de son adversaire, l’arrivée du comte de Champagne, qui précisément à cette époque réunissait une armée. Mais, cette fois encore, ce dernier différa son attaque.

  • 121 G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, p. 37.
  • 122 Gislebert, p. 240, n° 155.
  • 123 Durbuy possédait une garnison champenoise depuis le mois de juillet 1188, cfr. supra.
  • 124 Gislebert, p. 242.

120Il fut retenu probablement par Philippe-Auguste. A ce moment, en effet, le roi et le comte de Flandre, préoccupés de leurs projets de croisade, ne songeaient qu’à la paix121. Au mois de juillet, Philippe d’Alsace fit conclure, à Ypres, une trêve entre le duc de Brabant et le comte de Hainaut, trêve qui devait prendre fin le 8 septembre122. Le roi de France de son côté, voulant concilier les comtes de Champagne et de Hainaut, les manda tous deux à Pontoise, en août. Henri de Champagne chargea ses oncles l’archevêque de Reims et Thibaut de Blois de le représenter ; Baudouin de Hainaut vint en personne. Le roi proposa de trancher ainsi le problème de la succession namuroise : à Baudouin reviendrait le comté de Namur ; au comte de Champagne, Laroche et Durbuy ; quant au Luxembourg, il serait laissé à la libre disposition du roi des Romains. Le comte de Hainaut, l’archevêque de Reims et Thibaut de Blois acceptèrent cet arrangement et convinrent de le ratifier à Paris, le premier septembre suivant. Néanmoins, avant de s’engager à fond, Baudouin voulut obtenir l’assentiment du roi des Romains, à qui il dépêcha son chancelier Gislebert. Henri VI déclara qu’aussi longtemps que le comte de Champagne détiendrait une parcelle de l’héritage namurois123, il ne souscrirait pas à cet accord. Henri de Champagne, de son côté, ne voulut pas accepter la solution proposée par son suzerain et désavoua ses oncles124.

  • 125 Gislebert, p. 243. — C’est peut-être à cette époque qu’éclata en Champagne la révolte d’Hugues III, (...)

121La trêve, conclue à Ypres, finissait au début de septembre. Henri de Champagne leva une armée pour pénétrer en Lotharingie, où le duc de Brabant se disposait à l’appuyer. Le comte de Hainaut réunit toutes ses troupes et les tint rassemblées quelques jours ; mais, pour la troisième fois, Henri différa son mouvement125.

  • 126 Gislebert, p. 243, n° 157.

122D’accord avec l’archevêque de Cologne, le comte de Flandre intervint de nouveau. En octobre, il ménagea une entrevue à Hautecroix entre Henri de Brabant et Baudouin de Hainaut, et après trois jours de pourparlers leur fit conclure une paix définitive. Le duc, moyennant une indemnité de douze cents marcs, cédait au comte de Hainaut la partie du Namurois qui lui avait été engagée126.

123La défection d’un allié aussi puissant ôta au comte de Champagne l’espoir d’entrer en possession de l’héritage d’Henri l’Aveugle. Ce fut vers cette époque qu’il abandonna celui-ci.

  • 127 Item, p. 244, n° 158.
  • 128 Item, n° 159.

124Baudouin profita de ce que son oncle était privé de tout appui pour achever la conquête du Namurois. En novembre, il s’empara du château de Mielmont et, en janvier 1190, après 7 semaines de siège, du monastère fortifié de Floreffe127. Entretemps, le 27 décembre, tous les vassaux de la terre de Namur, réunis sur son ordre dans les prés d’Herbatte, devant Namur, le reconnurent pour leur seigneur par la foi et l’hommage128. Enfin, au mois de juillet suivant (1190), il parvint, par l’entremise de l’archevêque de Cologne, à conclure avec Henri l’Aveugle un traité de paix dont Gislebert nous a conservé les conditions.

  1. Le comte de Namur reconnaissait à son neveu la possession de la ville de Namur et des forteresses du comté, et lui cédait les hommages et la justice des fiefs dudit comté.

    • 129 Item, p. 245, n° 161.

    Il conservait la jouissance des comtés de Laroche et de Durbuy, ainsi que des villages sans château du Namurois. Mais, à sa mort, cette partie de son patrimoine devait faire retour au comte de Hainaut129.

125Quant au comté de Luxembourg, dont on s’étonne qu’il ne soit pas fait mention, il était laissé probablement à la disposition de l’empereur.

  • 130 Sur la date, cfr. G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, p. 41, note 4.
  • 131 Gislebert, pp. 249 et ss., n°s 168 et 170.

126Rien ne s’opposait plus désormais à la ratification solennelle des conventions de Worms. Elle eut lieu le 23 septembre130, à la diète de Schwäbisch-Hall, en Souabe. En présence d’environ quatre mille témoins, princes, nobles et chevaliers, le roi des Romains déclara qu’il avait érigé les comtés de Namur, de Durbuy et de Laroche en marquisat et en principauté d’empire au profit du comte de Hainaut. Henri, duc de Brabant, qui assistait à la diète, protesta contre cette érection, prétendant qu’une principauté ne pouvait pas être constituée dans les limites du duché de Lotharingie. Gislebert, représentant le comte Baudouin, répliqua que jamais les comtes de Louvain, devenus ducs de Lotharingie, n’avaient eu un droit quelconque sur le Namurois, sur Laroche ou sur le Hainaut, et que son maître s’en remettait au jugement de ses pairs. Ceux-ci décidèrent que le duc n’avait juridiction ducale que sur les fiefs tenus par lui ou relevant de lui, et que, par conséquent, les comtés en question pouvaient constituer un marquisat131.

  • 132 Item, p. 253, et p. 254, n° 171.

127Gislebert revint triomphalement en Lotharingie porteur d’un diplôme libellé par le chancelier et le protonotaire impérial, et rejoignit son maître à Namur. Baudouin convoqua aussitôt les chevaliers du Namurois dans la collégiale Saint-Aubain et leur fit donner lecture du diplôme. Il inaugura ensuite sa nouvelle principauté par une entrée solennelle dans cette même église. Enfin, il fit briser son sceau portant ces seuls mots : Comte de Hainaut, et le remplaça par un autre, avec cette légende : Marquis de Namur et comte de Hainaut132.

Notes

1 A l’époque romaine, Namur était un bourg de la civitas Tungrorum [ASAN, t. VII, p. 409 ; t. XIV, p. 1 ; t. XXVI, p. 173 ; Cong. arch. de Dinant, 1904, p. 547]. Sous les Mérovingiens, ce bourg posséda un atelier monétaire [ASAN, t. VI, p. 147 ; Rev. de numismatique, 1re série, p. 119], ce qui dénote une certaine activité commerciale, tout au moins l’existence d’un marché. Sous les Carolingiens, l’atelier monétaire de Namur fut assez actif, notamment durant les années 869-911, où il émit une variété de deniers portant au revers la légende : in vico Namuco [Congrès int. de Numismatique, Bruxelles 1910, p. 290]. Les qualificatifs donnés à Namur dans les documents littéraires ou diplomatiques sont intéressants à relever : seconde moitié du viiie siècle, pervenit (Bertuinus) opido Namuco ad locum ubi fluvius Samber dirivatur in alveo Mosae (dans Vita Bertuini, édit. Van der Essen, AHEB, 3e série, t. II, p. 21) ; en 866 : in Namuco portu [dans Descriptio villarum de l’abbaye de Lobbes de cette date, BCRH, t. LXXVIII, p. 261) ; en 922 : in vico Namuco (Chartes de Stavelot, t. I, p. 133] ; vers 937 : portus........vicus [ces deux qualificatifs sont donnés à Namur dans Ex virtutibus S. Eugenii Bronii ostensis. MGH, SS, t. XV, p. 652] ; en 985 : in vicis Traiecto, Hoio, Namucho, Deonanto [dans Cart. de Saint-Lambert de Liége, t. I, p. 21]. Au ixe siècle, l’anonyme de Ravenne cite Namur parmi les civitates de la Francia Rinensis.
Au xie siècle, l’industrie du cuivre existait à Namur. Ses batteurs travaillaient pour l’exportation ; des marchands namurois sont signalés dans le torlieu de Coblence en 1104, à côté des marchands dinantais [cfr. D.-D. Brouwers, Notes sur l’industrie du cuivre à Namur, dans Cong. arch. de Liége, 1909, p. 455]. La majorité des monnaies namuroises du xie siècle (ateliers de Namur et de Dinant), ont été découvertes au Danemark, en Suède, en Norvège et en Russie [cfr. F. Alvin, Le monnayage des premiers comtes de Namur, dans Cong. int. de Numismatique, Bruxelles 1910, p. 519]. Enfin, Namur possédait une charte-loi avant 1121, cfr. ci-après.
Dans le courant du xiie siècle, son activité commerciale et industrielle disparut. D’un passage de Gislebert [p. 219], on peut déduire qu’il y avait en 1188 des drapiers à Namur. Cependant leurs produits ne sont signalés nulle part à l’étranger. Ils travaillaient probablement pour le marché local.
Le rôle joué par les Namurois dans les événements politiques du comté au xiie siècle fut absolument nul. Dans la question de la succession d’Henri l’Aveugle, ils reconnurent tour à tour comme héritiers de la couronne comtale Henri de Champagne et Baudouin de Hainaut, selon les désirs de leur seigneur.

2 Sur ces famines, cfr. Annales Fossenses, SS, t. IV, p. 31 ; Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 23 ; Annales Floreffienses, SS, t. XVI, p. 624 ; Annales S. Jacobi Leod., SS, t. XVI, p. 641 ; Annales Rodenses, SS, t. XVI, p. 719 ; Continuatio Gemblacensis, SS, t. VI, p. 389.

3 En acquérant l’alleu de Floreffe (avant 1121), le comte Godefroid avait accordé les avantages de la loi de Namur à ses habitants. Cette concession fut probablement verbale. En 1151, son fils Henri la confirma. La charte rédigée à cette occasion a été publiée de façon fautive dans les AHEB, t. XI, p. 181, d’après un cartulaire du xviiie siècle. La phrase suivante : a comungiis in omnibus liberi permanebunt, doit être corrigée et complétée comme suit : a coniugüs in extraneo factis et mortua manu in omnibus liberi permanebunt, d’après la leçon du cartulaire de Floreffe du xiiie siècle, fol. 5 v° (Arch. de l’Etat, à Namur). — La charte de Jamagne est publiée dans Trésor national, année 1842, t. I, p. 206 ; la charte de Brogne dans ASAN, t. V, p. 434 ; le texte original de la charte de Fleurus n’existe plus ; nous en possédons une traduction romane faite en 1247, Soc. pal. et arch. de Charleroi, t. XXVII, p. 289.

4 Je ne puis signaler ici que les caractères généraux de la loi de Namur. Une étude approfondie sur cette question comporterait l’examen des chartes-lois accordées dans le courant du xiiie siècle. Je sortirais ainsi du cadre de mon sujet.

5 Par mort-bois, il faut entendre toute espèce de bois, excepté le chêne et le hêtre, cfr. Cartulaire de Namur, t. I, p. 111, note 1.

6 La charte de Namur est perdue. Elle n’existait déjà plus au xiiie siècle, cfr. Cartulaire de Namur, Introd. p. XCIX. Peut-être a-t-elle disparu dans l’incendie de la ville en juillet 1188. Sa teneur est connue par les chartes filiales.

7 Deux autres villages du Namurois jouissaient de franchises au xiie siècle, savoir Thisnes et Moustier-sur-Sambre. Les bourgeois de Thisnes sont mentionnés en 1194. [Reiffenberg, Monuments, t. I, p.318]. Thisnes était situé à l’extrême frontière est de cette partie de la Hesbaye réunie au Namurois par le comte Godefroid. Il est probable que ses privilèges remontaient à cette époque. Quant à Moustier tout ce que nous en savons, c’est qu’en 1194 Baudouin V de Hainaut, devenu marquis de Namur, confirma à ses habitants : libertatem ordinatam de liberalitate.....Henrici comitis Namucensis et Lusceleborch... secundum continentiam carte sue. [Duvivier, Documents anciens, t. II, p. 175].

8 Ce que l’on peut dire de certain, c’est que, sous le règne d’Henri l’Aveugle, les habitants de Luxembourg étaient bourgeois. Ils sont cités comme tels en 1182. [Gislebert, p. 145]. Des bourgeois de Luxembourg figurent en qualité de témoins dans quelques actes : en 1178 [Hugo, Ord. Praemonstratensis Annales, t. II, preuves, col. 333] ; en 1182 [Miraeus et Foppens, t. II, p. 1136] ; dans un acte non daté, mais appartenant certainement à la seconde moitié du XIIe siècle [BEYER, Urkundenbuch, t. III, p. 188, n° 146]. — Peu avant 1166, un bourgeois (civis) de Luxembourg nommé Herzelon fit construire sur le nouveau marché (in novo foro) de cette ville une chapelle en l’honneur de saint Nicolas, (le patron des marchands). En 1166, le comte Henri, à la demande de ce bourgeois, rattacha la chapelle à l’abbaye de Munster, de Luxembourg [Miraeus et Foppens, t. III, p. 712].

9 ASAN, t. X, p. 446 et note 2 : Transports de Namur, reg. des années 1445-1450, fol. 62, 74, 79 v°, 105. (Archives de l’Etat, à Namur).

10 Cartulaire de Namur, t. I, p. 157.

11 Les alleux sont fort nombreux dans le Namurois au xiie siècle. Il suffit, pour s’en convaincre, de parcourir les cartulaires des abbayes de la région. Leur importance est très variable.
L’alleu ne revenait pas comme le fief au fils aîné du propriétaire, mais était partagé entre tous les enfants, aussi bien filles que garçons. Cette coutume explique l’extrême division des alleux.

12 Cfr. MGH, SS, t. XIV, pp. 536 et 537 ; AHEB, t. XVI, pp. 28, 30, 32 ; Amplissima collectio, t. I, p. 864.

13 A noter aussi que les seigneuries hautaines appartenant à des nobles furent rares dans le Namurois avant le xviie siècle, c’est-à-dire l’époque des engagères. Presque partout le comte possédait la haute justice.

14 Les autres forteresses appartenaient au comte de Namur, à savoir : sur la frontière du Hainaut : les châteaux de Thy et de Viesville, la ferté (firmitas) de Biesmela-Colonoise ; sur la frontière brabançonne le château de Mielmont et les fertés de Liernu et de Noville-sur-Mehaigne, cette dernière de peu d’importance ; sur la Meuse le château de Bouvignes, qui tombait en ruines en 1188, et celui de Namur ; enfin, dominant le cours de la Basse-Sambre, le monastère de Floreffe, puissamment fortifié. Le comte de Namur avait le droit d’y mettre une garnison en temps de guerre. Il sera question de ces forteresses dans la suite du récit. (Sur les châteaux et fertés au xiie siècle, cfr. G. Des Marez, Les fortifications de la frontière du Brabant au xiie siècle, dans les Annales de la Soc. d’arch. de Bruxelles, t. XXVII, p. 331) Les de Mielmont, qui occupaient le château de ce nom, paraissent n’avoir été que des châtelains.

15 Sur la parenté des d’Atrive avec la maison comtale, cfr. ci-dessus,, p. 13, note 1, et Gislebert, p. 244.

16 Il n’en était pas de même dans le Hainaut, où Baudouin V comptait de nombreux parents dans les grandes familles de son comté (cfr. Gislebert, généalogies).

17 Les fermes du pays de Namur, les censes pour employer l’expression locale, ont généralement une origine ancienne. A l’époque féodale, toutes, peut-on dire, ont été des manoirs habités par des familles nobles. Beaucoup de ces familles leur empruntèrent leur nom. Exemples : les de Faing (ancien nom de Foy, com. de Falaen), les Dompierre (Noville-les-Bois), les du Chenoy (Emines), les de la Falize (Rhisnes), etc. Les censes étaient presque toujours fortifiées, mais fortifiées d’une façon sommaire. Elles pouvaient servir de refuge lors des querelles de lignage ou « guerres d’amis », mais étaient incapables de résister à des troupes nombreuses. C’est pourquoi elles ne jouèrent aucun rôle dans l’histoire militaire du comté. A la fin du xiiie siècle, Guy de Dampierre, voulant protéger l’Entre-Sambre-et-Meuse namuroise contre les incursions des Dinantais, fit construire sur un rocher dépendant de la terre de Faing le château de Montaigle [cfr. A. Becquet, Montaigle, 3e édit., Namur 1901]. Le manoir de Faing était donc incapable de remplir ce rôle.

18 Il figure en effet, comme témoin, dans la majorité des chartes namuroises émanées du comte Henri.

19 Barbier, Floreffe, t. II, p. 18. — AHEB, t. XVII, p. 20.

20 Gislebert, pp. 143 et 328. — MGH, SS, t. XIV, p. 534.

21 Gislebert, p. 216.

22 Cfr. son itinéraire en Lotharingie dans Gislebert, pp. 204 et suivantes.

23 Gislebert, p. 103. — La partie allemande du comté de Luxembourg comptait quelques familles comme les d’Esch, les de Larochette (Fels), les de Falkenstein, qui paraissent avoir eu une certaine importance.

24 D’après H. Sée, Les classes rurales en France au moyen âge, p. 337, le terme de sergent est assez vague à cette époque pour désigner des fonctions très diverses.

25 Barbier, Floreffe, t. II, p. 6. — M. Smets, dans son ouvrage Henri Ier, duc de Brabant, p. 255, signale plusieurs chartes plaçant des nobles parmi la familia de ce prince. En outre, dans la souscription d’une charte de Floreffe de 1188 [publiée dans AHEB, t. VII, p. 374], on trouve cette mention : liberi homines de familia ducis [de Brabant]. Mais cette lecture est douteuse. Vérification faite sur le Cart, de Floreffe du xiiie siècle, fol. 29, v°. [Arch. de l’Etat, à Namur], je crois qu’elle doit être corrigée comme suit : ... liberi homines. De familia.... ; liberi homines se rapportant aux personnages qui précèdent et de familia à ceux qui suivent.

26 L’édition des AHEB [d’après un cartulaire du xviiie siècle], porte Eugo de Chenptines. Il faut lire Chenpluus, d’après la leçon du Cartulaire de Floreffe du xiiie siècle, fol. 5, v° [Arch. de l’Etat, à Namur]. Chenplus est Champion-lez-Namur.

27 AHEB, t. VIII, p. 225.

28 ASAN, t. V, p. 434. — Selon toute probabilité ce Gossuin de Floriffoux était parent de Godescale, Libert et Guillaume de Floriffoux, mentionnés fréquemment dans les chartes d’Henri l’Aveugle parmi les liberi ou les nobiles.

29 AHEB, t. XVI, p. 47.

30 Cfr. G. roland, La maison noble de Jodion (xii-xive siècles), dans ASAN, t. XXVII, p. 246.

31 AHEB, t. VIII, p. 225.

32 Cfr. Annexes, charte n° III.

33 Galliot, Hist. de Namur, t. V, p. 349.

34 Sur la composition des armées en Lotharingie au xiie siècle, cfr. Vanderkindere, La chronique de Gislebert de Mons, p. 103, note 5 ; G. Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 239.

35 G. Smets, loc. cit., d’après les chiffres donnés par Gislebert, chiffres que l’on peut accepter sans hésitation suivant Vanderkindere, op. cit., p. XXXIII.

36 Henri l’Aveugle avait avec lui 200 chevaliers en 1185, pour résister au due de Brabant, et 240 en 1188, lors du siège de la ville et du château de Namur [Gislebert, pp. 186 et 219]. Par contre, en 1141, au début de la guerre avec l’archevêque de Trèves, il était parvenu à mettre en ligne, d’après Baudry de Florennes [p. 253], 1 500 chevaliers. Ce nombre est probablement exagéré. Cependant, il est bon de faire remarquer que, pour réunir cette armée, Henri avait pu disposer du trésor de l’abbaye de Saint-Maximin, qui était fort riche.

37 Comme nous l’avons vu [chap. I], il est fort probable qu’Henri l’Aveugle se maria une première fois vers 1131. 11 épousa en secondes noces, entre 1152 et 1159, Laurette d’Alsace, fille de Thierry, comte de Flandre [item]. Laurette est citée pour la dernière fois comme comtesse de Namur, dans un acte de l’année 1161 [G. Kurth, Chartes de Saint-Hubert, t. I, p. 120].

38 Ces détails sont tirés de la lettre d’Alexandre III à l’archevêque de Reims, Amplissima collectio, t. II, p. 690. Pour la date de cette lettre, cfr. Jaffé Regesta Pontificum, t. II, p. 167, n° 10 841.

39 Il est fait mention de la retraite de Laurette à Forest dans Gislebert, op. cit, p. 70, et dans deux chartes de l’abbaye d’Afflighem [E. de Marneffe, Cartulaire d’Afflighem, pp. 218 et 236]. Comme Laurette vivait encore vers 1175 [charte, p. 236], son mariage avec Henri l’Aveugle doit avoir été dissous, car ce dernier put se remarier en 1168 avec Agnès de Gueldre.

40 On remarquera qu’il n’est pas fait mention du comté de Longwy. Ce comté cessa probablement sous le règne d’Henri l’Aveugle d’avoir une existence propre. Au xiiie siècle, Longwy n’est plus cité que comme simple châtellenie,cfr. A. Verkooren, Invent, des Chartes et Cartulaires du Luxembourg, t. I, p. 130, n° 161.

41 Ego Henrieus... notum facio... quod, cum sine uxore essem et de uxore filium vel filiam non haberem, sano usus Consilio propositoque commendabili, recognoscens Aelidi, comitissae Haynoensi, sorori meae et Balduino, marito illius, comi ti Haynoensi, et Balduino, eorum filio, qui in spe succedendi patri suo in comitatum Haynoensem manebat, jus suum proprium legitimum quod in allodiis meis et familiis, ex hereditate, habebant, dedi eis libere, per cespitem et ramum sub testimonio nobilium virorum omnia allodia mea et omnes familias meas infra honores et comitatus de Namuco et de Rocha et de Luscebure et de Durbui, et ubicumque ea tenebam,tanquam illisqui partem suam in iis nominatis mihi in vita mea tenendam dimittebant et qui mihi in multis et magnis tumultibus et necessitatibus suum magnum exibuerant auxilium ; hac conditione quod haec omnia, dum vixero, tenebo, post decessum vero meum haec omnia nominata ad jam dictam sororem meam Aelidem et ad Balduinum, filium ejus, libere et quiete possidenda redibunt. Sciendum etiam quod de omnibus allodiis meis et familiis nominatis nihil alicui homini dare vel vendere vel invadiare potero, nec de aliquo istorum aliquem hominem adhaereditare potero, nisi saepedictam sororem meam Aelidem et saepedictum filium ejus Balduinum. Praecepi quidem omnibus hominibus meis nobilibus et familiaribus servientibus et burgensibus, ut super iis haereditandis saepe nominato Balduino, nepoti meo, licet me absente, hominia et securitates facerent...... Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 127.

42 La principale source narrative qui va me permettre de reconstituer dans ses détails la question de la succession namuroise est le Chronicon Hanoniense de Gislebert de Mons. Cet auteur fut non seulement un témoin oculaire, il joua encore un rôle important dans toute cette affaire. Mais sa partialité pour son maître, le comte Baudouin V de Hainaut, doit nous mettre en garde contre la sincérité de son témoignage, d’autant plus que la conduite de Baudouin fut loin d’être à l’abri de tout reproche. Aussi, je chercherai autant que possible à contrôler de très près ses assertions en les confrontant avec des documents diplomatiques et les autres sources narratives contemporaines. Malheureusement celles-ci sont peu nombreuses et peu détaillées.

43 Vanderkindere, Gislebert, p. 61, note 5, place ce mariage vers 1130. Henri l’Aveugle n’était encore à cette époque que l’héritier présomptif du Namurois.

44 Comme nous l’avons vu précédemment, Godefroid, comte de Namur, eut cinq filles : Elisabeth, Flandrine, Clémence, Béatrice et Alice. Ses biens se composaient d’alleux et de fiefs. Les fiefs en vertu de la loi féodale échurent au seul fils qui lui resta, Henri. Quant aux alleux, selon la coutume, ils furent partagés entre tous les enfants. Chacune des cinq filles reçut sa part des alleux paternels. Les alleux formant les parts de Clémence et de Béatrice, se trouvaient situés en-dehors du Namurois, et c’est pour ce motif, sans doute, qu’elles en eurent la jouissance dès l’époque de leur mariage [Gislebert, p. 61 ; Relation de l’inféod. du comte de Namur, MGH, SS, t. XXI, p. 610] ; par contre, il semble résulter du texte de Gislebert et de celui de la Relation, que les trois autres filles Elisabeth, Flandrine et Alice, reçurent des alleux situés dans le Namurois et n’en jouirent qu’à la mort de leur père. La dernière des filles, Alice et son mari le comte de Hainaut rachetèrent, sous le règne d’Henri l’Aveugle, les parts d’Elisabeth et de Flandrine ; c’est pourquoi Gislebert dit qu’Alice devait posséder trois parts d’alleux : la sienne et les deux qu’elle avait rachetées.

45 .... concessum fuit in contrahendo matrimonio quod quandocumque Henricus comes Namurcensis decederet, omnia ejus allodia et feoda et terre censuales ad sepedictum Balduinum comitem Hanoniensem et ejus uxorem Alidem et eorum heredes redirent. Evolutis deinde quampluribus annis, Balduinus comes et ejus uxor Alidis, a duabus ipsius Alidis sororibus quarum una domino de Roseto, alia domino de Spinoit maritata fuit, partem suam in allodiis acquisierunt. Igitur cum Balduinus comes Hanoniensis et ejus uxor Alidis, saltem in allodiis, vivente eciam Henrico comite, tres partes debuissent possidere, tamen pro bono pacis compositum fuit ut Henricus comes Namurcensis et Roche et Lusceleborch, ea dum viveret teneret et post ejus decessum omnia allodia cum feodis et aliis terris ad Balduinum comitem et ad Alidem comitissam sine calumpnia devenirent. Gislebert, pp. 61-62.

46 Cette notice, restée inconnue à Vanderkindere, a été publiée par Arndt, MGH, SS, t. XXI, pp. 610-611, sous le titre de Relatio de infeodatione comitatus Namucensis. Sur son auteur cfr. H. Nélis, dans Album belge de Diplomatique, publié sous la direction de H. Pirenne, notice des planches XXV et XXVI (suite).

47 Dans la charte d’Heppignies, Henri l’Aveugle fait allusion seulement aux droits que le comte et la comtesse de Hainaut possédaient héréditairement [ex hereditate] sur son héritage allodial. Henri n’ayant pas d’héritier direct, à sa mort ses alleux, en vertu de la coutume suivie en matière allodiale, revenaient à ses cinq sœurs. Ex hereditate signifie donc par droit de famille. Ce qui n’implique nullement l’idée d’une convention.
Il est à remarquer en outre que, dans la charte d’Heppignies, le comte de Namur spécifie nettement pourquoi il favorise sa sœur Alice ; c’est 1° parce que celle-ci consent à lui abandonner la jouissance des alleux qu’elle possède dans le Namurois ; 2° parce que son beau-frère Baudouin lui est venu en aide en maintes circonstances Ce n’est, donc pas en vertu d’une convention antérieure.

48 Cum... Aelydis supradicta Hainoensis comitissa [cura filio suo Balduino sepedicto] aliarum sororum suarum, illius scilicet de Roseto et illius de Spineto, partes in predictis allodiis sibi acquisivisset. Relation, op. cit., p. 610.

49 Quod cum sepedictus Henricus comes Namurcensis et Lusceleborch predictam Lauretam in uxorem ducere voluisset, matrimonium nisi de consensu et laudamento Balduini comitis Hanoniensis et Alidis comitisse et corum filii Balduini contrahere non potuit. Quod quidem laudamentum apud Hepinias factum fuit sub multorum testimonio nobilium et ministerialium, ubi sepe nominatis Balduino et Alidi et eorum filio Balduino ab hominibus comitis Namurcensis et Lusceleborch super allodiis et feodis securitates antea facte fuerunt sollempniter renovate, scriptis autenticis commendate. Gislebert, op. cit., p. 70.

50 Il y a de telles contradictions entre le texte de Gislebert et le texte authentique qu’on pourrait se demander, à première vue, s’il n’a pas existé deux chartes datées d’Heppignies : l’une rédigée au moment du mariage d’Henri et de Laurette, entre 1152 et 1159, dont la teneur n’est connue que par le résumé de Gislebert ; l’autre rédigée en 1163, parvenue jusqu’à nous. Cette supposition est impossible. En effet, si l’on admet l’existence de deux chartes datées d’Heppignies concernant la succession d’Henri l’Aveugle, on est forcé de conclure que la seconde, celle de 1163, la seule dont on possède le texte authentique, reconnaît au comte et à la comtesse de Hainaut des droits bien moins étendus que la charte de 1152-1159 ; ce qui serait un non-sens, vu les circonstances.

51 Si, comme je le crois, les alleux d’Elisabeth, de Flandrine et d’Alice se trouvaient situés dans le Namurois, Alice était parvenue ainsi à récupérer la plus grosse partie de l’avoir allodial de son père Godefroid, dans le comté de Namur.

52 L’héritage allodial d’Henri l’Aveugle dont furent investis les membres de la maison de Hainaut, comprenait, d’après la charte d’Heppignies, non seulement les alleux situés dans le Namurois, mais aussi ceux des comtés de Luxembourg. Laroche et Durbuy.

53 Gislebert, p. 98, n° 58. — Il n’est pas possible de savoir comment Ermesinde de Luxembourg et son fils Henri avaient pu disposer de Maestricht, Vanderkindere op. cit., p. 98, note 4.

54 Gislebert, p. 100, n° 60.

55 Le diplôme rédigé à cette occasion a été publié par Beyer, Urkundenbuch, t. II, p. 39 ; Gislebert n’en fait pas mention dans sa chronique.

56 Gislebert, p. 103, n° 65.

57 Gislebert, p. 110, n° 71.

58 In obsidione illa comes Namurcensis comiti Hanoniensi, suo tune dilectissimo nepoti, fidelitates et securitates ab hominibus suis nobilibus et servilis conditionis, super possessionibus suis in spe succedendi, interpositis juramentis, renovari fecit. Gislebert, p. 111.

59 Gislebert, p. 120.

60 A. Cartellieri, Philipp II August, König von Frankreich, t. I, p. 65.

61 Gislebert. p. 135. Sur Conon de Montaigu, cfr. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, ASAN, t. XX, pp. 131 et suivantes.

62 Quo audito [la maladie du comte de Namur] nepos ejus comes Hanoniensis eum visitare festinavit, cui comes Namurcensis a nobilibus terre illius et familiaribus et burgensibus de Lusceleborch novas fecit fleri securitates. Quas quidem securitates et hominia comiti Hanoniensi milites fecerunt : [suit une liste de 36 chevaliers luxembourgeois] et cum istis quidam alii milites et servientes et burgenses. Gislebert, p. 146, n° 102. — Comme la thèse de Gislebert était que les droits de la maison de Hainaut sur les fiefs du comte de Namur remontaient à l’époque du mariage d’Alice de Namur [vers 1131] et n’avaient été que confirmés à Heppignies en juin 1163, il se contente de dire qu’à Luxembourg, en 1182-1183, les vassaux d’Henri l’Aveugle prêtèrent hommage au comte de Hainaut, sans préciser davantage.

63 Jamais, avant 1183, Baudouin V n’avait fait de démarche auprès de l’empereur.

64 Ce document a été publié par Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 307. Les dispositions de ce traité ne lurent jamais réalisées. Raoul de Zähringen mourut avant son oncle.

65 K. Huygens, La valeur historique de Gislebert de Mons, p. 4.

66 L’empereur Frédéric était de retour dans les pays rhénans, cfr. Stumpf, Die Reichskanzler, t. II, p. 393.

67 Gislebert, p. 150, n° 107.

68 Gislebert, p. 150. — D’après Gislebert [p. 77], Mathilde, mère des sires de Walcourt et d’Avesnes, était fille d’Henri Ier, comte de Laroche. Aubry de Trois-Fontaines [SS, t. XXIII, p. 853], généralement plus exact que Gislebert dans ses généalogies, en fait la fille d’Albert de Laroche et la sœur de Frédéric de Laroche, archevêque de Tyr. Sur ces deux derniers personnages. cfr. D.-U. Berliere, Frédéric de Laroche, évêque d’Aire et arch. de Tyr, AIAL, t. XLIII

69 Gislebert, p. 151.

70 Ce document a été publié par Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 128. Je crois utile d’en reproduire les principaux passages. Ego Henricus... notum facio quod Balduino, comiti Haynoensi, nepoti meo, dedi libere, per cespitem et ramum, omnia allodia mea et omnes familias meas et omnes haereditates meas et acquisitiones, et omnium feodorum meorum haeredem feci, prout melius et rationabilius potui ; hac tamen interposita conditione quod omnia haec, dum vixero, dominanter et potenter tenebo. Jam dictus vero comes Haynoensis, post decessum meum, omnia haec nominata, ex jure haereditario et ex mea concessione, possidebit. Et quia viri nobiles hanc donationem melius et sanius per cespitem et ramum posse fieri mihi indicaverunt, illam, sicut praedixi, per cespitem et ramum composui..... Subscriptio hominum meorum qui super iis omnibus sepedictum comitem Haynoensem, facto hominio et fide data et juramento, assecuraverunt et justum haeredem meum esse cognoverunt........— Cet acte fut rédigé postérieurement à l’entrevue des comtes de Namur et de Hainaut, car il est daté du 1er avril, et le 30 mars Baudouin se trouvait à Rouen [Gislebert. p. 153]. Le 1er avril est donc la date de la documentation et non celle de l’action. Celle-ci se place entre le 11 et le 30 mars. Cfr. l’intéressante note de R. Kerckx, dans son article Sur l’emploi du style de l’Annonciation, dans la chronique de Gislebert de Mons et dans la chancellerie montoise, à la fin du xiie siècle, dans les Annales de la Société d’Emulation de Bruges, t. LXI (1911), p. 100, note 2.

71 Gislebert, p. 155-160.

72 Gislebert, p. 161. Berthold de Zähringen mourut en 1186. L’empereur lui était peu favorable à cause de sa trop grande puissance territoriale. Cfr. L. König, Die Politik des Grafen Balduin V von Hennegau, BCRH, t. LXXIV, p. 412.

73 Gislebert, p. 161-162. Un détail qui a cependant son importance, mais que Gislebert se garde bien de rapporter, c’est que Baudouin donna de grosses sommes d’argent pour être reconnu héritier de la succession namuroise par l’empereur et par la curia impériale. La Sigeberti Continuatio Aquicinctina [SS, t. VI, p. 425], dit à ce propos : pro eo adipiscendo [le comté de Namur] tam imperatori Frederico quam ceteris de curia, multas dederat pecunias.

74 Nous croyons utile, vu son intérêt, de reproduire in extenso le texte du premier article : « Baldewinus comes Haynoensis disponet et efficaciter promovebit. quod Universum allodium Henrici comitis Namucensis et de Lucelbure, avunculi sui, sicut illud tenet et tenuit cum omni integritate et jure cum abbatiis et ecclesiis et universis appendiciis par manum suam vel avunculi sui imperio legitime conferatur. Et quandocumque comes Hainoensis hanc donationem perfecerit, dominus imperator comiti Hainoensi jamdictum allodium et insuper Universum feodum, quod Henricus comes Namucensis et de Lusceleburc tenet ac tenuit ab imperio, in feodo concedet et conjunctis tam feodis quam allodiis jam dictis, dominus imperator marchiam imperii ex eis constituet, quam marchiam comes Haynoensis a domino imperatore accipiet et ex ea princeps imperii et ligius homo censebitur et principum imperii gaudebit privilegio.

75 MGH, Constitutiones, t. I, p. 423.

76 Il faut cependant faire exception pour le deuxième article, qui est libellé comme suit : Item universi ministeriales Henrici comitis Namucensis et de Lucelburc dignitati marchie tradentur eo tenore, quod a marchia nequaquam possint alienari. Le sens en est, je pense, que les ministériaux des comtés de Namur, Laroche, Durbuy, Luxembourg, cessent d’être des ministériaux de ces comtés pour devenir les ministériaux du marquisat. Leurs offices, qui relevaient soit du Namurois, soit du Luxembourg, de Laroche ou bien de Durbuy, relèveront désormais du marquisat, et y seront incorporés comme les alleux et les fiefs.

77 Gislebert de Mons [p. 186] ne donne pas de détail sur la première phase de cette guerre, phase à laquelle Baudouin V ne prit aucune part. Mais dans un autre passage de sa chronique [p. 228], se rapportant à l’année 1188, il nous apprend, à propos de Liernu, que cette forteresse avait été détruite précédemment par le due de Brabant, lors d’une guerre avec le comte de Namur. Cet événement doit se placer, semble-t-il, plutôt pendant la première phase de la guerre de 1185 que pendant la guerre de 1169, dont il a été question plus haut.

78 Gislebert, p. 185, n° 120. — Lettre de Guibert Martin, religieux de Gembloux, dans Gallia christiana, t. III, instrumenta, col. 128 ; lettre de Jean, abbé de Gembloux, item col. 128 ; Annales Fossenses, MGH, SS, t. IV, p. 31 ; Annales Parchenses, SS, t. XVI, p. 606 ; Annales Floreffienses, SS, t. XVI, p. 625 ; Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 25 ; Sigeberti Continuatio Aquicinctina, SS, t. VI, p. 424, avec la date fautive de 1186. — Cfr. aussi G. Smets, Henri Ier duc de Brabant, p. 26.

79 Gislebert, p. 187.

80 Comes Henricus instinctu Coloniensis archiepiscopi et comitis Flandrie et ducis Lovaniensis, qui in exheredationem comitis Hanoniensis moliebantur, Agnetem uxorem suam a se per 15 annos remotam... recepit. Gislebert, p. 190. Dans un autre passage de sa chronique, [p. 58], le même auteur place le mariage d’Henri avec Agnès de Gueldre en 1168 et leur séparation en 1172. En 1185, il n’y avait donc pas 15 ans, comme il le dit ici, qu’ils vivaient séparés. Il y a là une distraction de sa part.

81 Gislebert, p. 190.

82 Cfr. à ce propos Duvivier, La Querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, p. 130, et Wauters, Table chronologique, t. VI, Introduct. p. xxx et ss. — Aubry de Trois-Fontaines dit au sujet des droits d’Ermesinde [SS, t. XXIII, p. 870] : Theobaldus comes Barrensis... filiam Henrici comitis... duxerat in uxorem nomine Ermensendem, per quam hereditare volebat, quamvis filie non soleant in imperio hereditare. — Cependant, au xiie siècle, en Lotharingie, la coutume prévalait que les filles, à défaut de fils, succédassent à leur père dans un fief. Dans une lettre de l’année 1148, adressée à Conrad, roi des Romains, l’abbé Wibald de Stavelot écrit : In beneficiis Stabulensis monasterii hereditant feminae, ubi masculi non supersunt. [Jaffé, Monum. Corbeiensia, p. 180]. En l’an 1200, Baudouin VI, comte de Hainaut, fit rédiger les coutumes de son comté concernant les successions en matière féodale et allodiale. Or, un des articles spécifie nettement qu’à défaut de fils la fille d’un vassal pouvait hériter des fiefs laissés par son père. [Devillers, Chartes du comté de Hainaut de l’an 1200, p. II]. Quelques années plus tard, la fille de ce même comte, Jeanne dite de Constantinople, lui succéda sans difficulté dans le comté de Hainaut. Il est bon de faire remarquer que le Hainaut, relevant de la principauté de Liége, n’était qu’un arrière-fief de l’Empire. En était-il de même pour les fiefs relevant directement de l’Empire ? Notons à ce propos que Gislebert, qui défendait si âprement les droits de son maître, ne fait pas état dans sa chronique de l’incapacité d’Ermesinde à recueillir les fiefs namurois et luxembourgeois. Mais il semble bien qu’une décision de l’empereur était nécessaire. Dans l’acte constitutif du marquisat de Namur, dressé à la diète de Mayence, en mai 1184, [cfr. supra], Frédéric Ier déclare qu’au décès du marquis sa fille lui succédera à défaut de fils ou de frères. En 1204, le duc Henri Ier de Brabant, se trouvant sans enfant mâle, obtint de Philippe de Souabe de pouvoir transmettre ses fiefs à ses filles à défaut de fils [Wauters, loc. cit.]. Le 19 juin 1282, Rodolphe de Habsbourg autorisa les filles du comte Florent V à succéder à leur père dans le comté de Hollande [Wauters, loc. cit.].

83 Gislebert, p. 191.

84 Dominus imperator... respondit quod, post decessum comitis Namurcensis et Lusceleborch, omnia feoda de dono suo erant et ea nemini concederet nisi soli comiti Hanoniensi, cui et feoda et allodia in curia Maguntina confirmaverat : in allodiis autem comitis Namurcensis neminem de regno Francorum illi succedere permitteret. Gislebert, p. 196.

85 Gislebert, p. 197, n° 132. — Gislebert ajoute que les vassaux namurois prêtèrent hommage à Henri de Champagne, les uns gagnés par l’or de celui-ci, les autres par crainte de leur seigneur. Cette assertion paraît sujette à caution.

86 Dominus vero imperator comiti Hanoniensi super his (affaires de la succession namuroise) et aliis omne bonum promittens, universis audientibus principibus et aliis viris nibilibus, dixit et asseruit, quod dum ipse viveret comes Campanensis vel aliquis potens Francorum princeps comiti Namurcensi in tantis bonis nequaquam succederet. Gislebert, p. 198. — On remarquera que l’empereur est surtout catégorique en ce qui concerne l’exclusion des princes français.

87 Gislebert, pp. 201 et 202.

88 K. Huygens, La valeur historique de la Chronique de Gislebert de Mons, pp. 3 et 4.

89 Gislebert ne dit rien de plus sur cette supplique, qui paraît très singulière de la part d’Henri l’Aveugle. Il est bien regrettable que nous n’ayons pas la version namuroise de cette entrevue.

90 C’était en effet la première fois depuis la naissance d’Ermesinde de Namur que l’empereur et son fils donnaient leur adhésion en même temps.

91 Constance, femme d’Henri, roi des Romains, était fille de Roger, roi de Sicile, et de Béatrice de Rethel, fille de Béatrice de Namur, cfr. généalogies [chap. I p. 16, note 1].

92 Gislebert, p. 207, n° 139.

93 Ce diplôme est publié par Bormans et Schoolmeesters, Cart. de St-Lambert, t. I, p. 109.

94 Le texte du Chronicon Hanoniense porte : « pater et filius... comiu Hanoniensi super allodiis et feodis avunculi sui gratiam suam concesserunt, ...et ei eadem privilegiis suis confirmaverunt. » On ne peut pas déduire nécessairement, de ce que le mot privilegium soit au pluriel, qu’il y ait eu deux actes. Ce mot est, en effet, employé parfois au pluriel, bien que désignant un seul acte.

95 Henri l’Aveugle ne prenait pas d’engagement important sans le faire confirmer et garantir par ses vassaux. Nous avons déjà vu qu’en juillet 1187 ceux-ci, réunis dans le cimetière de Saint-Aubain, prêtèrent hommage au comte de Champagne et lui fournirent des garanties [securitates]. Ces vassaux étaient des chevaliers, des sergents, des bourgeois [tam a militibus quam servientibus et burgensibus, Gislebert, p. 198]. Ici, à l’assemblée réunie dans le cimetière de Notre-Dame, outre les trois classes de personnes précédentes, on voit apparaître les clercs [congregatis hominibus suis multis, militibus, servientibus, clericis et burgensibus]. Ces assemblées furent, sans doute, l’origine des Etats de Namur.

96 Gislebert, pp. 208-209.

97 Si nous possédions une source namuroise, les faits nous apparaîtraient bien probablement sous un autre jour. — Les concessions faites par Henri l’Aveugle ne furent certainement pas aussi étendues que Gislebert le prétend. Il nous dit qu’Henri institua son neveu héritier de toute sa succession. Or, dans la liste des chevaliers qui prêtèrent l’hommage à Baudouin, ne figurent que des Namurois. D’autre part, à s’en tenir au contexte du Chronicon Hanoniense, Baudouin n’eut en main que l’administration et la justice du comté de Namur et non des comtés de Laroche, de Durbuy et de Luxembourg [cfr. Gislebert, pp. 209, 215, 216]. On peut donc supposer que dans l’assemblée tenue au cimetière de Notre-Dame, le comte Henri institua son neveu héritier non de toute sa succession, mais du seul comté de Namur, dont il lui abandonna, sa vie durant, l’administration et l’exercice de la justice.

98 Gislebert, p. 215, n° 142.

99 Item, p. 217.

100 L’entrevue fut écourtée sans doute par crainte d’un coup de main de la part des Hennuyers. Le texte de Gislebert laisse cette impression. On remarquera aussi que l’entrevue a lieu au château de Namur, où Henri s’était fait transporter malgré sa maladie, et non pas à Andenne, bourgade non fortifiée.

101 « Domine, ego bona fide cum labore et expensa propria assumpseram per voluntatem vestram terre vestre protectionem et justiciam. Video autem et audio quod et vobis et consiliariis vestris displiceat, cum vos me a burgo vestro exire coegeritis, quod quidem nec vobis nec mihi honestum videtur. Volo igitur, si vobis placeat, a fide interposita et juramento prestito pro bono et, pace vestra me liberum prorsus dimittatis. » Gislebert, p. 218.

102 Gislebert a probablement exagéré lé nombre des défenseurs de Namur. Une autre source bien renseignée, la Sigeberti Continuatio Aquicinctina [SS, t. VI, p. 425], s’exprime ainsi : « Cum autem ante mensem Augustum in guerra regis Francorum Henricus comes Trecensis inexcusabiliter occupatus esset et Henricus comes lecto decumberet, Balduinus undecumque contracto exercitu, Castrum milite nudatum et defensoribus repperiens, inexpugnabile Castrum Namucense, ut putabatur, fortuna sibi arridente, cepit. »

103 Il est plus probable que ce furent les Hennuyers eux-mêmes qui mirent le feu à la ville. L’incendie suivait d’ordinaire le pillage. Les assiégés n’avaient aucun intérêt à mettre le feu à la ville, car de ce côté le rocher sur lequel était bâti le château descend à pic. De plus, une autre source contemporaine, les Annales Fossenses, [SS, t. IV, p. 31], attribuent l’incendie au comte de Hainaut : « Comes Balduinus Hannonie avunculum suum comitem Henricum Namurcensem contra castrum Namurci obsidens, villam incendio vastat, castrum sibi subjugat. »

104 Tout ce récit est tiré de Gislebert, pp. 217-220. — Sur le siège de Namur, cfr. aussi Borgnet, Promenades dans Namur, p. 266.

105 C’est pour des fiefs luxembourgeois que Wéry de Walcourt était vassal de Henri l’Aveugle. Walcourt ne faisait pas partie au xiie siècle du comté de Namur. Cfr. Gislebert, p. 146 ; Daris, Notice sur les églises de Liége, t. IX, p. 59.

106 Gislebert, pp. 220-221.

107 Aujourd’hui Thy-le-Château, canton de Walcourt.

108 Gislebert nous apprend que les chevaliers namurois qui se trouvaient à Bouvignes avaient déjà pris part au siège de Namur, où ils avaient été faits prisonniers. Baudouin les avait renvoyés sans rançon, après leur avoir fait promettre de ne plus porter les armes contre lui.

109 Gislebert, loc. cit. — D’après la Sigeberti Continualio Aquicinctina [SS, t. VI, p. 425], le siège de Bouvignes fut entrepris vers le milieu du mois d’août et dura quinze jours. Sur l’ancien château de Bouvignes, qu’il ne faut pas confondre avec Crèvecœur, dont les ruines dominent aujourd’hui cette ville, cfr. A. Henri, Notes sur l’histoire de Bouvignes, pp. 113 et suivantes.

110 Gislebert, p. 222, n° 144.

111 Gislebert, p. 224, n° 147.

112 Item, p. 227.

113 J’adopte ici l’hypothèse de L. König, Die Politik des Grafen Balduin V von Hennegau, BCRH, t. LXXIV, p. 319, reprise par G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, p. 34.

114 Gislebert, p. 228. Cfr. aussi Smets, loc. cit.

115 Le roi des Romains apparaît seul dans les négociations ; son père l’empereur Frédéric avait pris la croix le 27 mars précédent [Gislebert, p. 206] et se disposait à partir pour l’Orient.

116 Gislebert, pp. 228-230.

117 On remarquera qu’il n’est pas fait mention du comté de Luxembourg, qui cependant, dans le projet de Mayence de mai 1184, devait faire partie du marquisat.

118 Gislebert, pp. 231-232.

119 Gislebert donne comme escorte au comte de Namur une centaine de chevaliers en armes renforcés de nombreux sergents montés, et au duc de Brabant trois cents chevaliers et autant de sergents montés.

120 Gislebert, p. 233, n° 150, et p. 237.

121 G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, p. 37.

122 Gislebert, p. 240, n° 155.

123 Durbuy possédait une garnison champenoise depuis le mois de juillet 1188, cfr. supra.

124 Gislebert, p. 242.

125 Gislebert, p. 243. — C’est peut-être à cette époque qu’éclata en Champagne la révolte d’Hugues III, seigneur de Broyes, révolte qui, d’après darbois de Jubainville, Hist. des comtes de Champagne, t. IV, p. 21, note a, fut un des obstacles qui empêchèrent Henri de Champagne de faire la guerre au comte de Hainaut.

126 Gislebert, p. 243, n° 157.

127 Item, p. 244, n° 158.

128 Item, n° 159.

129 Item, p. 245, n° 161.

130 Sur la date, cfr. G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, p. 41, note 4.

131 Gislebert, pp. 249 et ss., n°s 168 et 170.

132 Item, p. 253, et p. 254, n° 171.

Table des illustrations

Titre Classes sociales dans le Namurois au xiie siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 515k

© Presses universitaires de Liège, 1921

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search