Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Henri l’Aveugle, Comte de Namur et de Luxembourg (1136-1196)

 | 
Félix Rousseau

Chapitre I. Les premières années d’Henri l’Aveugle 1113 ? -1139

Texte intégral

  • 1 Sur la date et les circonstances de ce mariage efr. La Chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium. (...)
  • 2 Guibert de Nogent, pp. 133 et ss. Cet auteur place ces événements sous le règne d’Enguerrand, évêq (...)

1Godefroid, comte de Namur, père d’Henri l’Aveugle, se maria deux fois. Il épousa en premières noces, vers 1087, Sibylle de Château-Porcien, dont il eut deux filles, Isabelle et Flandrine1. Mais entre les années 1099 et 1104, Sibylle, qui habitait le château du Thour, près de Château-Porcien, dans les Ardennes françaises, pendant que Godefroid guerroyait en Lotharingie se laissa séduire par un seigneur du voisinage, Enguerrand de Boves, sire de Coucy. Sur le point de devenir mère, la jeune femme, redoutant la colère de son mari, se réfugia auprès de son amant, avec lequel elle vécut désormais. Godefroid exerça contre Enguerrand et les siens des représailles vraiment sauvages. Tout homme appartenant au sire de Coucy qui tombait entre ses mains était aveuglé, mutilé ou pendu. Les exécutions furent nombreuses. Guibert de Nogent rapporte, entre autres, qu’un habitant du pays lui raconta avoir vu pendre le même jour douze prisonniers2.

  • 3 Sibylle de Château-Porcien vivait encore vers 1115 ou 1116, époque où elle maria à Guy, châtelain (...)
  • 4 Aubry de Trois-Fontaines, p. 851 ; Gislebert de Mons, p. 62. Albert de Moha mourut, croit-on, vers (...)
  • 5 Miraeus et Foppens, Opera diplomatica, t. IV, p. 194 ; Gislebert de Mons, pp. 63 et 64 ; Aubry de (...)
  • 6 Charte du 27 nov. 1121, émanée de Godefroid et d’Ermesinde : « ...annuentibus filiis et filiabus n (...)

2Il n’est pas douteux que Godefroid parvint à faire annuler son union avec Sibylle, car il put se remarier de son vivant3. Il épousa vers 1111, Ermesinde, fille de Conrad Ier, comte de Luxembourg, et veuve d’Albert II de Moha4, dont il eut cinq enfants : Albert, Henri, Clémence, Béatrice et Alice ou Adélaïde. J’énumère ceux-ci dans l’ordre que nous présente la charte de fondation de l’abbaye de Floreffe, du 27 novembre 1121. Cet ordre est confirmé par Gislebert de Mons et Aubry de Trois-Fontaines en ce qui concerne les filles5. D’autre part, nous avons de bonnes raisons pour considérer Albert comme l’aîné des fils. On sait que, au xiie siècle, les personnages cités dans les documents diplomatiques, à l’occasion d’une donation ou d’une renonciation, étaient rangés d’après un ordre hiérarchique, rigoureusement établi. Dans ces conditions, on peut être certain qu’un cadet de famille appelé à figurer dans un acte en même temps que son aîné, n’était mentionné qu’après celui-ci. Or nous possédons deux chartes, de dates différentes, où Albert et Henri approuvent diverses donations faites par leurs parents. Dans les deux cas, Albert est cité en premier lieu.6

  • 7 Gislebert, op. cit., p. 63 : « De secunda uxore .... duos habuit [Godefridus comes] filios, Henric (...)

3Cependant Gislebert de Mons, dans sa généalogie de la maison de Namur, désigne Henri comme l’aîné : « Le comte Godefroid, écrit-il, eut deux fils de sa seconde femme, à savoir le comte Henri et Albert qui mourut jeune7 ».

4Il ne faut pas, je pense, attacher une grande importance à ce témoignage. Il est reconnu, en effet, que Gislebert, qui écrivait à la fin du xiie siècle, a recouru très fréquemment à la tradition orale pour la période antérieure à son temps. On conçoit, dès lors, qu’il ait été mal renseigné au sujet d’un personnage ayant vécu dans le premier quart de ce siècle, et n’ayant laissé qu’un souvenir très vague.

  • 8 Barbier, Hist. de Floreffe, t. II, pp. 4 et 5.
  • 9 J. Halkin, Les Regestes d’Albéron Ier, év. de Liége. BSAHL, t. VIII, p. 348.
  • 10 AHEB, t. VII, p. 10.
  • 11 AHEB, t. VIII, p. 311.
  • 12 Deux actes, l’un de 1159 [Borgnet, Cartulaire de Namur, t. I, p. 2], l’autre de 1182 [Galliot, His (...)

5Ce point est, du reste, sans grand intérêt, car Albert fournit une carrière fort courte. La charte de fondation de l’abbaye de Floreffe, du 27 novembre 1121, contient la plus ancienne mention de son nom. Le 7 janvier 1125, il approuva diverses donations en faveur de ce monastère8. Il est cité encore dans un acte de cette même année concernant l’église d’Incourt9. Il apparaît en dernier lieu dans un document de 112710. Il mourut vraisemblablement vers cette époque. L’obituaire de Brogne place l’anniversaire de son décès le 3 avril11. Il fut enterré dans la collégiale Saint-Aubain, à Namur, où reposaient plusieurs de ses ancêtres12.

  • 13 Clémence de Namur fut la mère de Berthold IV, duc de Zähringen, de Raoul qui devint évêque de Liég (...)
  • 14 De son mariage avec Witer de Rethel, Béatrice eut cinq fils :Manassès, qui succéda à son père ; He (...)
  • 15 Baudouin IV de Hainaut et Alice de Namur eurent sept enfants : Baudouin et Godefroid, qui moururen (...)

6Quant aux filles nées du second mariage du comte Godefroid, elles contractèrent toutes trois de brillantes alliances. L’aînée, Clémence, s’unit à Conrad, duc de Zähringen, un des seigneurs les plus puissants de l’Allemagne13 ; Béatrice épousa Witer, comte de Rethel et châtelain de Vitry14 ; Alice devint comtesse de Hainaut par son mariage avec Baudouin IV15.

***

  • 16 Le surnom d’Aveugle fut donné à Henri par les historiens modernes pour le distinguer d’Henri de Vi (...)
  • 17 On possède assez peu d’éléments pour déterminer la date de la naissance d’Henri l’Aveugle. Il fut (...)
  • 18 Cfr. G. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Gembloux, p. 59 ; ASAN, t. V, p. 430 ; et t. XX (...)

7Henri, surnommé plus tard l’Aveugle16, fils cadet du comte Godefroid de Namur, naquit vers 111317. Il apparaît pour la première fois dans l’histoire le 27 novembre 1121. Nous ne savons rien de son enfance. Devenu héritier du Namurois, vers 1127, par suite de la mort de son frère aîné, il fut associé au gouvernement du comté en 1131. A partir de cette époque, il est mentionné constamment dans les actes à côté de son père18.

  • 19 Voici quelques exemples. Le second fils de Baudouin IV de Hainaut, mort à 10 ans, laissait une veu (...)
  • 20 De Marne, Hist. du Comté de Namur, pp. 165 et 178.
  • 21 Laurette d’Alsace prit pour époux, en 1152, Raoul Ier de Vermandois, qui mourut la même année [Van (...)
  • 22 On pourrait objecter que Gislebert de Mons ne mentionne dans sa chronique que les mariages d’Henri (...)

8Ce fut probablement vers 1131 qu’il se maria pour la première fois. Au xiie siècle, les unions précoces étaient pour ainsi dire de règle dans les dynasties lotharingiennes ; d’ordinaire, au moment de leur entrée dans la vie politique, les jeunes princes prenaient femme19. D’après de Marne, il épousa en premières noces Laurette d’Alsace, fille de Thierry, comte de Flandre20. Or, nous le savons de source certaine, Laurette n’a pu devenir comtesse de Namur qu’après 115221. Il est dès lors invraisemblable qu’Henri, soucieux des intérêts de sa maison, soit resté dans le célibat jusqu’à cette époque. Il faut donc admettre qu’il se maria de fort bonne heure, suivant l’usage, et que — puisque nous ignorons jusqu’à son nom — sa première femme mourut jeune sans lui laisser d’enfant22.

9En 1136, Henri fit ses premières armes dans une guerre qui mit aux prises le comte Godefroid et le duc de Brabant.

  • 23 « Cum enim monachi cum oppidanis, oppidani cum monachis non concordarent in substituendi abbatis e (...)
  • 24 Cfr. Vanderkindere, Formation territoriale, t. II, pp. 188 et 202 ; G. Kurth, Notger de Liége, pp. (...)
  • 25 On pourrait se demander également si l’intervention de Godefroid de Namur ne fut pas sollicitée pa (...)

10Le 22 février de cette année, mourut Anselme, abbé de Gem-bloux, monastère situé en territoire brabançon, à peu de distance des frontières du Namurois. Des dissensions très graves s’élevèrent entre les religieux et les habitants du bourg à propos de l’élection d’un nouvel abbé. La querelle s’envenima au point de provoquer un conflit entre le comte de Namur et Godefroid de Brabant23. Ce dernier était haut avoué de Gembloux, son intervention paraît toute naturelle. Mais on ne conçoit pas clairement ce qui a pu déterminer Godefroid de Namur à s’occuper d’une élection dans un monastère étranger à son comté. Peut-être a-t-il tenté, à cette occasion, de faire revivre certains droits possédés par ses ancêtres. Au xe siècle, Gembloux avait fait partie des États de Bérenger de Namur et de ses premiers successeurs. En 988, l’empereur Otton III céda l’abbaye et son avouerie à Notger, évêque de Liége ; dans la suite, les comtes de Louvain, devenus titulaires de l’avouerie, parvinrent à rattacher l’abbaye au Brabant24. Le souvenir de l’ancienne juridiction exercée sur cette région par le comte de Namur ne devait pas être entièrement effacé au début du xiie siècle25.

  • 26 Continuatio Gemblacensis, SS, t. VI, p 385.
  • 27 Sur ce personnage cfr. G. Roland, Hist. de la maison de Rumigny-Florennes, ASAN, t. XIX, pp. 121 e (...)

11Comme dans toutes les guerres féodales, les hostilités consistèrent uniquement en pillages et en ravages, les adversaires évitant toujours avec grand soin de se rencontrer face à face en rase campagne. Le fait le plus saillant fut l’incendie du bourg de Gembloux et de son église paroissiale par les troupes du comte de Namur. Toutes les possessions du monastère situées dans les environs furent saccagées et plusieurs villages réduits en cendres26. Parmi les chevaliers qui guerroyèrent sous la bannière du comte Godefroid, se trouvait Ebald de Viesville, avoué de Florennes, lequel se signala particulièrement par ses déprédations27.

  • 28 Gallia Christiana, t. III ; instrumenta, col. 127.

12La durée des hostilités, de même que l’issue de la guerre, ne sont pas connues. Nous savons seulement que, le 18 décembre 1137, le pape Innocent II enjoignit à Albéron, évêque de Liége, de sommer le comte de Namur, son fils Henri, ainsi qu’Ebald de Viesville, d’avoir à réparer dans les quarante jours, sous peine d’excommunication, les dommages qu’ils avaient causés à l’abbaye28.

13Dans le courant de l’année 1136, le comté de Luxembourg devint vacant par suite du décès de Conrad II, le dernier descendant mâle de la maison de Luxembourg. Ce comté n’avait pas alors l’importance qu’il devait acquérir dans la suite. Les territoires d’Arlon, de Chiny, de Laroche, de Durbuy, de Vianden, n’en faisaient pas partie et formaient autant de petites principautés indépendantes.

  • 29 Gislebert de Mons, pp. 62 et 63. Henri de Namur exerça pour la première fois les fonctions d’avoué (...)

14Le comté se composait d’alleux et de fiefs. Les alleux se transmirent par droit héréditaire. Le jeune Henri de Namur en reçut la moitié du chef de sa mère Ermesinde, fille de Conrad Ier de Luxembourg ; l’autre moitié échut à Luitgarde, sœur du comte défunt, épouse d’Henri II de Grandpré. Quant aux fiefs, c’est-à-dire la dignité comtale, Thionville, et les avoueries de Saint -Maximin et d’Echternach, ils relevaient de l’empereur, qui en avait la libre disposition. Henri de Namur et Henri de Grandpré cherchèrent l’un et l’autre à en obtenir l’investiture. L’empereur se prononça pour Henri de Namur, qui devint ainsi comte de Luxembourg29.

  • 30 W. Bernhardi, Konrad III, pp. 15, 17, 25, 27, 28. — Conrad avait des liens de parenté avec la mais (...)
  • 31 Bernhardi, op. cit., p. 102.
  • 32 Le nécrologe de l’abbaye de Floreffe renferme , à la date du 19 août, la mention suivante : « comm (...)

15Le 3 décembre 1137, l’empereur Lothaire III mourut au cours d’un voyage en Italie. En mars de l’année suivante, un prince de la maison de Souabe, Conrad de Hohenstaufen, fut élu roi des Romains à Coblence et bientôt après couronné à Aix-la-Chapelle. Godefroid de Namur et son fils Henri lui prêtèrent hommage à Cologne, au commencement du mois d’avril30. Dans la seconde moitié de juin 1139, le nouveau souverain vint en Lotharingie et tint une diète à Liége. Le comte de Namur et son fils s’y rendirent31. Ce fut là le dernier acte de la vie politique de Godefroid. Peu après, il prit l’habit de frère convers à l’abbaye de Floreffe, où il mourut le 19 août suivant32.

  • 33 Gislebert de Mons, pp. 61 et 62. — Relatio de infeodatione comitatus Namucensis, SS, t. XXI, p. 60 (...)
  • 34 C’est la première diète à laquelle assista Henri l’Aveugle après la mort de son père. Sur cette di (...)

16Il laissait une riche succession. Suivant la coutume, les alleux furent partagés entre tous les enfants, mais Henri seul hérita des fiefs33, dont Conrad III lui accorda l’investiture, probablement à la diète de Worms, en février 114034.

  • 35 Le comté de Longwy était la propriété personnelle d’Ermesinde de Luxembourg, qui le tenait probabl (...)

17Le comté de Longwy lui échut vraisemblablement vers cette même époque35.

  • 36 Les comtés de Durbuy et de Laroche formaient les apanages des deux branches cadettes de la maison (...)
  • 37 Gislebert de Mons, p. 98. — Dans une charte de l’année 1163 [Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 127] (...)

18Henri se trouvait être ainsi, à la mort de son père, un des dynastes les plus en vue de la Lotharingie. Maître du Namurois, du Luxembourg, de Longwy, héritier des comtés de Laroche et de Durbuy36, il voyait ses possessions s’étendre, presque sans interruption, de la vallée de la Moselle aux bords de la Meuse. Il eut également des domaines situés en dehors de ces régions. La ville de Maestricht lui appartint quelque temps du chef de sa mère, mais il l’engagea à l’empereur pour la somme de 1 600 marcs d’argent37. Jamais depuis Bérenger aucun comte de Namur n’avait été aussi puissant et aussi riche.

Notes

1 Sur la date et les circonstances de ce mariage efr. La Chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium. p. 150 ; Guibert de Nogent. p. 135 ; G. Kurth, Chartes de l’abbaye de Saint-Hubert, t. I, p. 76, note 1. Je crois utile de donner en note tous les renseignements que j’ai recueillis sur les alliances et la descendance de chacune des filles du comte Godefroid. Ces renseignements auront leur utilité dans la suite du récit et j’y renverrai plus d’une fois le lecteur. Isabelle de Namur épousa d’abord, vers 1112, Gervais, comte de Rethel. Une fille, dont le nom et la destinée ne sont pas connus, naquit de ce mariage. Après la mort de Gervais, Isabelle se remaria avec Clarembaud de Rozoy, dont elle eut : Renaud qui fut sire de Rozoy, Roger qui devint évêque de Laon (1175-1201) et deux filles : Alice, qui épousa Gilles de Chimay et Alfelise, qui devint la femme de Philippe d’Atrive dans le Namurois. Isabelle de Namur mourut avant 1182. Elle fut inhumée au monastère de Signy, dans les Ardennes françaises. [Aubry de Trois-Fontaines, p. 822 ; Gislebert de Mons, Chronieon Hanoniense, pp. 63 et 64 ; G. Roland, La maison de Rumigny-Florennes, ASAN, t. XIX, p. 136 ; Callia Christiana, t. IX, col. 80-82 ; ASAN, t. XVII, p. 468.]. — Flandrine de Namur épousa Hugues d’Espinoy, homme noble de l’Artois, dont elle eut plusieurs enfants. Le seul d’entre eux dont nous connaissions le nom est Gérard, qui devint abbé de Clairmarais, près de Saint-Omer. Une des filles épousa Thierry d’Anvaing, dans l’ancien Brabant. [Aubry de Trois-Fontaines, p. 851 ; Gislebert de Mons, p. 64 et note 5].

2 Guibert de Nogent, pp. 133 et ss. Cet auteur place ces événements sous le règne d’Enguerrand, évêque de Laon (1099-1104).

3 Sibylle de Château-Porcien vivait encore vers 1115 ou 1116, époque où elle maria à Guy, châtelain de Coucy, la fille qu’elle avait eue de ses relations avec Enguerrand. [Guibert de Nogent, p. 181]. Or, à ce moment, Godefroid était certainement remarié avec Ermesinde de Luxembourg.

4 Aubry de Trois-Fontaines, p. 851 ; Gislebert de Mons, p. 62. Albert de Moha mourut, croit-on, vers 1098, cfr. Vanderkindere, Formation territoriale, t. II, p. 155. Ce même historien, loc. cit., place le mariage de Godefroid et d’Ermesinde avant 1101, se basant sur une charte éditée par Calmet, Hist. de Lorraine, III2, XLVII, et datée de cette année ; charte où Ermesinde est citée avec le titre de comtesse de Namur. Or un érudit, M. H. Bloch, a prouvé de façon péremptoire que la date de 1101 ne figurait pas dans l’original et que celui-ci n’était pas daté. [H. Bloch, Die älteren Urkunden des Klosters S. Vanne zu Verdun, dans Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte, t. XIV (1902) p. 98]. Ermesinde apparaît pour la première fois en qualité de comtesse de Namur dans la charte de fondation de Floreffe, du 27 nov. 1121 [Miraeus et Foppens, t. IV, p. 194]. Son second fils Henri ayant tout au plus 18 ans en 1131, son mariage doit donc se placer dans les environs de l’année 1111.

5 Miraeus et Foppens, Opera diplomatica, t. IV, p. 194 ; Gislebert de Mons, pp. 63 et 64 ; Aubry de Trois-Fontaines, p. 851 ; ce dernier ne fait pas mention d’Albert.

6 Charte du 27 nov. 1121, émanée de Godefroid et d’Ermesinde : « ...annuentibus filiis et filiabus nostris, Adalberto, Henrico, Clementia, Beatrice, Adelaïde »... [Mihaeus et Foppens, op. cit., t. IV, p. 194J. Charte de 7 janvier 1125, « ... filiis suis Alberto et Henrico assentientibus. » [Barbier, Hist. de Floreffe, t. II, p. 4].

7 Gislebert, op. cit., p. 63 : « De secunda uxore .... duos habuit [Godefridus comes] filios, Henricum scilicet comitem sepedictum et Albertum qui juvenis decessit. »

8 Barbier, Hist. de Floreffe, t. II, pp. 4 et 5.

9 J. Halkin, Les Regestes d’Albéron Ier, év. de Liége. BSAHL, t. VIII, p. 348.

10 AHEB, t. VII, p. 10.

11 AHEB, t. VIII, p. 311.

12 Deux actes, l’un de 1159 [Borgnet, Cartulaire de Namur, t. I, p. 2], l’autre de 1182 [Galliot, Hist. de Namur, t. V, p. 349], y font allusion.

13 Clémence de Namur fut la mère de Berthold IV, duc de Zähringen, de Raoul qui devint évêque de Liége, d’Adalbert qui posséda Teck et ses dépendances et d’Hugo, qui se trouva, lui aussi, à la tête de biens importants. Clémence n’eut qu’une fille qui épousa Henri le Lion, duc de Saxe. Le due Conrad mourut en 1152. La date de la mort de son épouse n’est pas connue ; nous savons seulement qu’elle fut enterrée dans l’église du monastère de St-Pierre, dans la Forêt-Noire. [Genealogia Zaringorum, MGH, SS, t. XIII, p. 736 ; Gislebert de Mons, p. 65 ; Aubry de Trois-Fontaines, p. 851].

14 De son mariage avec Witer de Rethel, Béatrice eut cinq fils :Manassès, qui succéda à son père ; Henri, Hugues, Baudouin, qui moururent sans postérité, et Albert, qui devint grand prévôt et archidiacre de St-Lambert, à Liége ; ainsi que trois filles, dont l’une épousa le roi Roger II de Sicile. Une autre des filles épousa Hugues de Pierrepont. L’évêque de Liége de ce nom fut un de ses enfants. La date de la mort de la comtesse de Rethel est inconnue. Elle vivait encore en 1151 ; cette année elle souscrivit avec son mari et ses fils une charte de donation en faveur du prieuré de Mont-Dieu (Gislebert, pp. 65 et 66 ; Aubry de Trois-Fontaines, pp. 822 et 852 ; Saige et Lacaille, Trésor des chartes du comté de Rethel, t. I, p. 10).

15 Baudouin IV de Hainaut et Alice de Namur eurent sept enfants : Baudouin et Godefroid, qui moururent jeunes ; puis, après la mort de l’aîné, un autre fils qui reprit son nom, le futur Baudouin V ; et trois filles, Yolende, Agnès et Laurette. Alice de Namur mourut à Valenciennes, à la fin de juillet 1168. Son corps fut transporté à Mons et inhumé dans la collégiale Ste-Waudru, où son mausolée existe encore. (Gislebert, pp. 66, 67, 96 ; Devillers, Mémoire sur l’église de Ste-Waudru, pp. 77-78).

16 Le surnom d’Aveugle fut donné à Henri par les historiens modernes pour le distinguer d’Henri de Vianden, comte de Namur de 1228 à 1237. Ce surnom ne doit pas être pris, comme le pense Borgnet, Histoire de Namur, p. 65, dans une acception morale. Henri perdit l’usage de la vue en 1182. Jean d’Outremeuse, chroniqueur du xive siècle, est le premier qui le désigne par ce surnom (Myreur des Histors, t. IV, p. 452).

17 On possède assez peu d’éléments pour déterminer la date de la naissance d’Henri l’Aveugle. Il fut associé au gouvernement du Namurois en 1131. Si nous recherchons, à ce propos, à quel âge les dynastes lotharingiens du xiie siècle associaient leur fils au gouvernement de leurs États, nous constatons que cet âge variait entre 14 et 18 ans. On peut suivre l’activité politique d’Henri Ier de Brabant, fils du duc Godefroid, depuis l’année 1179. Né en 1165, le jeune prince était donc âgé de 14 ans à cette époque [G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, pp. 1 et 2] ; Philippe d’Alsace n’avait pas encore 15 ans lorsque son père, sur le point de partir pour la Terre Sainte, lui confia le gouvernement de la Flandre [J. Johnen, Philipp von Elsass, Graf von Flandern. BCRH, t. LXXIX, p. 342] ; Baudouin V de Hainaut apparaît aux côtés de son père dans toutes les guerres et entreprises de celui-ci depuis 1168, année où il fut armé chevalier. Il avait alors 18 ans [Gislebert de Mons, pp. 97 et 329]. Pour faire naître Henri l’Aveugle en 1113, je suppose qu’il était âgé de 18 ans en 1131. C’est là certainement un maximum. Son frère aîné, Albert, mort en 1127 ou peu après, est qualifié de « puer » dans l’obituaire de Brogne [AEHB, t. XVIII, p. 311]. En 1141, un auteur liégeois qui le vit au siège de Bouillon, le dépeint comme étant un « juvenis quidem aetate sed animo ingens » [MGH, SS, t. XX, p. 502]. Notons enfin qu’en 1185 il se trouvait encore en âge d’avoir des enfants [Gislebert, p. 190].

18 Cfr. G. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Gembloux, p. 59 ; ASAN, t. V, p. 430 ; et t. XXX, p. 249 ; Miraeus et Foppens, t. II, p. 818.

19 Voici quelques exemples. Le second fils de Baudouin IV de Hainaut, mort à 10 ans, laissait une veuve, Eléonore de Vermandois [Gislebert, p. 67]. Baudouin V épousa à 19 ans Marguerite de Flandre [it. p. 99]. Philippe d’Alsace avait 14 ans lorsqu’il se maria avec Elisabeth de Vermandois [Johnen, Philipp von Elsass, op. cit. p. 344]. Lors de son mariage avec Mathilde de Boulogne, Henri de Brabant était âgé de 15 ans [G. Smets, Henri Ier de Brabant, p. 5].

20 De Marne, Hist. du Comté de Namur, pp. 165 et 178.

21 Laurette d’Alsace prit pour époux, en 1152, Raoul Ier de Vermandois, qui mourut la même année [Vanderkindere, Formation territoriale, t. I, p. 307]. Elle apparaît pour la première fois en qualité de comtesse de Namur dans un acte de 1159 [Borgnet, Cartulaire de Namur, t. I, p. 2]. Son mariage avec Henri l’Aveugle se place donc entre 1152 et 1159.

22 On pourrait objecter que Gislebert de Mons ne mentionne dans sa chronique que les mariages d’Henri avec Laurette de Flandre et Agnès de Gueldre [pp. 70 et 98]. Mais il ne faut pas oublier que ce chroniqueur, qui vivait à la fin du xiie siècle, est souvent très incomplet dans ses généalogies. De plus, il ne spécifie pas que Laurette fut la première femme d’Henri l’Aveugle et que celui-ci ne s’est marié que deux fois. — Une seconde objection peut être tirée du silence des sources diplomatiques. Il est à remarquer, à ce propos, que les comtesses de Namur figurent très rarement dans les chartes. Ainsi, Laurette d’Alsace n’est citée comme comtesse de Namur que dans deux actes [Borgnet, Cartulaire de Namur, t. I, p. 2 ; G. Kurth, Charles de St-Hubert, t. I, p. 120]. Bien plus, le mariage d’Henri l’Aveugle avec Agnès de Gueldre n’est connu que par la chronique de Gislebert ; le nom de la comtesse Agnès ne se rencontre dans aucun document diplomatique.

23 « Cum enim monachi cum oppidanis, oppidani cum monachis non concordarent in substituendi abbatis electione ; ad hoc usque processit malum discordiae’ ut dux Lovaniensis et comes Namucensis rupto pacis federe hostiliter inter se con-certarent multo tempore ». Continuatio Gemblacensis, SS, t. VI, p. 385.

24 Cfr. Vanderkindere, Formation territoriale, t. II, pp. 188 et 202 ; G. Kurth, Notger de Liége, pp. 86 et 120.

25 On pourrait se demander également si l’intervention de Godefroid de Namur ne fut pas sollicitée par l’un des partis en présence. Cette conjecture est peu vraisemblable, car, durant la guerre, il ne ménagea pas plus les bourgeois de Gembloux que les religieux.

26 Continuatio Gemblacensis, SS, t. VI, p 385.

27 Sur ce personnage cfr. G. Roland, Hist. de la maison de Rumigny-Florennes, ASAN, t. XIX, pp. 121 et ss., et Dom Berlière, Monasticon, p. 307. — D’après Gislebert de Mons, (p. 60), le fameux chevalier hennuyer Gilles de Chin aurait été tué pendant cette guerre. Mais ici encore la tradition orale, à laquelle Gislebert doit ce renseignement, est en défaut ; Gilles périt dans un tournoi en 1137. Cfr. C. Liégeois, Gilles de Chin, L’histoire et la légende, p. 8.

28 Gallia Christiana, t. III ; instrumenta, col. 127.

29 Gislebert de Mons, pp. 62 et 63. Henri de Namur exerça pour la première fois les fonctions d’avoué de St-Maximin en 1138 [Beyer, Urkundenbuch, t. I, p, 554, n° 499].

30 W. Bernhardi, Konrad III, pp. 15, 17, 25, 27, 28. — Conrad avait des liens de parenté avec la maison de Namur. Dans un acte de 1142 [AHEB, t. VIII, p. 378] il appelle Henri l’Aveugle « noster....... consanguineus ». L’origine de cette parenté n’est pas connue.

31 Bernhardi, op. cit., p. 102.

32 Le nécrologe de l’abbaye de Floreffe renferme , à la date du 19 août, la mention suivante : « commemoratio domini Godefridi, comitis Namurcensis, fundatoris hujus ecclesie, confratris et conversi nostri 1139 » [AHEB, t. XIII, p. 230]. La retraite de Godefroid est confirmée par la Vita Frederici episcopi Leodiensis [MGH, SS, t. XII, p. 504]. Il ne fut pas le seul prince lotharingien qui mourut sous l’habit religieux. Son contemporain Godefroid le Barbu, duc de Brabant, fut moine à l’abbaye d’Afflighem dans les derniers temps de sa vie [Annales Laubienses, SS, t. IV, p. 22]. On connaît l’année de la mort de Godefroid de Namur par l’obituaire de Floreffe, cité plus haut, et les annales du même monastère [SS, t. XVI, p. 624]. Quant au jour même du décès, l’obituaire de Floreffe le place le 19 août. Par contre, l’obituaire de Brogne le fixe au 27 avril : « V Kal. maii, obierunt... Godefridus de Namureo laicus ». [AHEB, t. XVIII, p. 310]. Cette date est certainement fautive car Godefroid vivait encore au mois de juin. De plus, il n’est pas bien certain que ce « Godefridus de Namureo », qui n’est pas qualifié de comes, soit Godefroid de Namur ; il existait à cette époque, dans le Namurois, une famille « de Namuco » ; cfr. sur cette famille G. Roland, Le domaine liégeois de Namur et ses avoués, ASAN, t. XXVI, pp. 243 et ss.

33 Gislebert de Mons, pp. 61 et 62. — Relatio de infeodatione comitatus Namucensis, SS, t. XXI, p. 609. — Clémence de Zähringen et Béatrice de Rethel entrèrent en jouissance de leur part des alleux paternels dès leur mariage. Les alleux qu’elles reçurent étaient situés en dehors des limites du Namurois ; malheureusement Gislebert, à qui l’on doit ces détails, ne nous renseigne pas sur leur situation exacte ni sur leur importance. Il nous apprend seulement que deux châteaux-forts formaient la part de Clémence (p. 161). Je reviendrai longuement sur ce sujet lorsque j’étudierai l’origine des droits des comtes de Hainaut sur l’héritage d’Henri l’Aveugle.

34 C’est la première diète à laquelle assista Henri l’Aveugle après la mort de son père. Sur cette diète, cfr. Bernhardi, Konrad III, p. 131.

35 Le comté de Longwy était la propriété personnelle d’Ermesinde de Luxembourg, qui le tenait probablement de sa mère [cfr. A. Fabri, La Comtesse Reine, BCRH, t. LXXXI, pp. 10,11, 15]. Ermesinde s’étant retirée comme sœur converse à Floreffe, en 1139, on peut supposer qu’elle abandonna la jouissance de Longwy à son fils Henri. Elle mourut en 1141. [Sur sa retraite et la date de sa mort, cfr. Nécrologe de Floreffe, AHEB, t. XIII, p. 215 ; Nécrologe de Saint-Vanne de Verdun, Jahrbuch für die lothringische Geschichte, etc., t. XIV, p. 142 ; — Les Annales Floreffienses, SS, t. XVI, p. 624, placent erronément sa mort en 1142.]

36 Les comtés de Durbuy et de Laroche formaient les apanages des deux branches cadettes de la maison de Namur. Henri l’Aveugle hérita du premier de ces comtés à la mort d’Henri II de Durbuy, survenue entre 1134 et 1151. Henri II de Durbuy est cité en dernier lieu dans un acte de l’année 1134, [D’Herbomez, Chartes de l’abbaye St-Martin de Tournai, t. I. p. 54] ; d’autre part, Durbuy apparaît pour la première fois entre les mains du comte de Namur en 1151, lors d’une guerre avec Henri de Leyen, évêque de Liége. Le comté de Laroche, à la différence du comté de Durbuy qui était un alleu [cfr. charte de 1183, Reiffenbebg, Monuments, t. I, p. 308], formait un fief relevant de l’empire, fief auquel était rattachée l’avouerie du monastère de Stavelot-Malmédy. Henri l’Aveugle en obtint l’investiture à la mort d’Henri de Laroche, fin 1152 ou commencement 1153 [Cfr. Gislebert de Mons, p. 77 ; Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy, t. I, p. 8|.

37 Gislebert de Mons, p. 98. — Dans une charte de l’année 1163 [Reiffenberg, Monuments, t. I, p. 127], le comte de Namur fait allusion aux alleux qu’il possède en dehors de ses comtés de Namur, de Luxembourg, de Laroche et de Durbuy ; et deux documents de l’année 1166 [Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy, t. I, pp. 488-489] nous apprennent qu’il tenait en fief de ce monastère la terre de Roclenge-Looz, aujourd’hui commune du canton de Looz, province de Limbourg.

© Presses universitaires de Liège, 1921

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter