Version classiqueVersion mobile

La restitution ethnographique à l’épreuve des enfants

Postface. La restitution, un processus participatif à géométrie variable

Anne-Gaël Bilhaut

Texte intégral

1« Rendre compte des résultats de sa recherche à ceux qui l’ont accueillie ne mérite a priori guère de justification, tant cette démarche semble acquise », écrit Vidal (2011) tel un préambule à la discussion sur la restitution. Sans doute est-ce le cas dans les projets de recherche pour le développement ; toutefois en anthropologie, en général, tant en Europe qu’en Amérique latine, la « restitution » de la recherche aux participants demeure peu courante, au point que ceux-ci s’étonnent parfois encore de la démarche. À quoi cela est-il dû ? Qu’est-ce qui motive les processus de restitution ? Sur quoi sont-ils fondés ?

2L’éthique dans la recherche ne peut plus se résumer au choix de la méthodologie et aux questions épistémiques. En sciences humaines et sociales, elle doit aussi caractériser la relation entre le chercheur et les participants de son enquête, ces derniers étant appelés à connaître le thème général et les objectifs de la recherche, la provenance des fonds qui la soutiennent, la méthodologie qui va être employée, et enfin, la manière dont elle va être « rendue », au-delà des articles et ouvrages scientifiques : comment, auprès de quels publics ? Avec quels objectifs ?

3Dans l’ouvrage que nous avons entre les mains, les auteurs répondent à ces questions et nous offrent de nombreux exemples de restitution auprès d’enfants et de jeunes ; ils nous décrivent des processus. Certains d’entre eux s’ancrent dans la méthodologie de la recherche, ils en sont une étape ; d’autres processus sont des ajustements ou sont pensés a posteriori. Dans tous les cas, cela correspond à un changement d’époque pour une anthropologie de plus en plus engagée et réflexive.

4Il faut dire que le terme « restitution » pose problème, comme le soulignent les auteurs de cet ouvrage. Lorsque l’on est accueilli pour une durée relativement longue dans une communauté, un groupe social, une association, une école, etc., peut-on jamais rendre l’équivalent de ce que l’on a reçu ? Si restituer, c’est présenter des résultats peu lisibles, parfois dans une autre langue que celle des participants, nos interlocuteurs, il n’y a guère de « restitution », de « rendu » ni même de « partage » dans la remise de cette information.

5Sans doute est-ce pour cela que des auteurs évoquent d’autres formes de « rendu », comme on parle d’un service rendu : la restitution-cadeau de Carmen C. Drăghici et Carmen María Sánchez Caro, les sorties avec les enfants de Neyra Patricia Alvarado Solís, les appuis administratifs apportés ou l’aide à la scolarisation à travers la relation de compérage de Valentina Glockner Fagetti par exemple. De son côté, Marie Campigotto offre une réflexion stimulante basée sur son expérience de terrain liégeois avec des enfants, où l’on voit de part et d’autre l’effort de « traduction » sur la présence, le travail et la place de l’ethnographe, les échanges « réciproques » se convertissant en autant de « micro-restitutions » (Éloïse Maréchal). C’est aussi ce type d’échanges que Guadalupe Reyes Domínguez relate pour illustrer les processus de restitution auprès des enfants. Mais ces aides, activités, échanges ne font-ils pas partie intrinsèque de la relation ethnographique de terrain, établie avec la communauté et les participants de la recherche ? La mal nommée « restitution » peut-elle être substituée par des contre-dons habituels ou des pratiques conversationnelles à la fois courantes et nécessaires pour se maintenir sur le terrain ? Ces échanges, certes importants dans la construction de la relation et la production des données (Bensa 2008), rendent-ils compte du processus de connaissance engagé par le chercheur avec les participants adultes, jeunes ou enfants de son enquête ?

  • 147 Il s’agit sans doute d’un idéal, pourtant, c’est à cela que sert notamment l’étape de recherche ex (...)

6Mon expérience m’amène à penser que la restitution véritable est un processus qui démarre avant même la recherche : elle est le pendant de l’approbation qui doit être obtenue lors de la formulation du projet147. La forme de la restitution, préétablie lors de l’étape (impérative) du consentement, peut être ajustée en accord avec les participants ou parties prenante : la restitution est alors un processus continu qui consiste à rendre audible ou visible la voix des participants dans la recherche. Elle est conditionnée par l’existence et la reconnaissance d’une coproduction des connaissances.

7Comme les auteurs du présent ouvrage, ma réflexion s’appuie sur mes propres recherches, mes relations de terrain, mes erreurs, mais aussi, mes lectures méthodologiques, ma formation en France et ma résidence en Équateur. Ces éléments me conduisent à proposer trois réflexions résultant en partie d’échanges avec des collègues et étudiants anthropologues.

8La première porte sur certaines spécificités de la discipline anthropologique, une science sociale marquée par la relation étroite, parfois intime, avec les membres du groupe social dans lequel le chercheur s’immerge. La deuxième s’attache aux formes de la restitution : certaines restent verticales et diachroniques, d’autres sont pensées en amont des projets et offrent de nouvelles dynamiques à la fois pour la recherche et pour les communautés locales et autres parties prenantes des projets ou bénéficiaires de ceux-ci. Finalement, je voudrais réaffirmer, à l’instar de plusieurs auteurs de cet ouvrage, que la restitution est un acte politique, au sens anthropologique du terme, allant de pair avec la posture ou l’attitude morale de l’anthropologue.

L’éthique dans la recherche anthropologique

  • 148 Selon les personnes que j’ai interrogées en 2021, étudiants ayant terminé le master ou le doctorat (...)
  • 149 Au mieux, cette étape fait l’objet d’un cours dans un cycle sur la méthodologie de la recherche.

9La plupart des recherches anthropologiques sont des recherches individuelles. Peu participatives ou collaboratives, la proposition méthodologique inclut encore rarement dans le chronogramme et le budget les étapes de présentation du projet et son acceptation par la communauté comme partie prenante, ainsi que les phases de restitution. Sans doute ne faut-il pas s’en étonner puisque dans les formations de master ou de doctorat d’anthropologie148, le sujet est à peine traité, et aucun cours ne porte spécifiquement sur la restitution et ses formes149. Sans orientation ni obligation, les jeunes chercheurs s’apprêtant à effectuer leur premier terrain espèrent présenter leurs résultats lors d’un dernier séjour ou visite, un souhait fréquemment énoncé auprès des communautés et participants, et qui, faute de projection, reste généralement lettre morte en raison des moyens supplémentaires qu’il induit.

  • 150 C’est une situation d’autant plus courante que l’anthropologue y a déjà effectué une recherche.

10Dès le démarrage de l’enquête ethnographique, le problème se pose. D’abord, il faut admettre que, souvent, les anthropologues supposent que l’acceptation de leur présence par une communauté implique de fait un consentement éclairé sur la collecte de données (Biswas 2015)150. Or l’obtention de celui-ci doit résulter d’un choix libre et individuel. Pour le donner, les participants doivent connaître les « risques » comme les « bénéfices » associés à l’étude. Face à la question : « qu’allons-nous gagner ? » ou « qu’allez-vous nous apporter ? » lors de sa première visite et présentation sur le terrain, l’anthropologue est parfois démuni. Pourtant, il s’agit d’une étape cruciale : c’est le début d’une négociation grâce à laquelle il va pouvoir collecter des données, observer, échanger, enregistrer, etc. Il doit donc avoir réfléchi à la question comme à la réponse, et pouvoir présenter cette enquête de manière transparente. En d’autres termes, ce qui est négocié au démarrage doit être vérifié à l’issue de l’enquête. Que cette étape, souvent informelle, fasse l’objet d’un document écrit est essentiel : cela permet aux participants de demander ou réclamer au chercheur qu’il présente ce pour quoi il s’est engagé de façon officielle. C’est bien l’objet de la restitution.

11Le terrain ethnographique, c’est avant tout une relation de confiance, établie dans le temps, auprès d’un ensemble de personnes. Or la relation ethnographique ne peut se substituer à cette obligation éthique du consentement comme de la restitution, qui sont deux termes d’un même processus.

12En dépit de son caractère impératif pour une recherche éthique, transparaît le manque de préparation de la restitution souvent proche de l’improvisation. Ce qui motive l’anthropologue à restituer, c’est avant tout la relation interpersonnelle de confiance établie avec les participants de l’enquête. Aussi, la restitution répond à la fois à une nécessité, une attente et une demande. Elle fait partie d’une négociation, celle qui a permis d’accéder au terrain.

Les formes de la restitution

13Restituer ou rendre compte ne sont pas des expressions optimales pour ce processus de la recherche ethnographique. Elles réfèrent surtout à une pratique verticale où l’anthropologue présente les données et la synthèse des résultats de la recherche, donc lors de son terme. Cette ambiguïté est parfois interprétée comme la remise d’un rapport, d’un mémoire ou d’un résumé aux parties prenantes. L’exercice est d’autant plus complexe (et contestable) que, bien souvent, la recherche et ses objectifs sont destinés à un public académique, et non au groupe social des participants.

14En Amérique latine, la restitution, ou devolución, est normée et compte parmi les indicateurs de qualité de la recherche universitaire dans plusieurs pays (voir notamment dans ce volume León García Lam sur ce processus bureaucratique au Mexique). En Équateur, il est indispensable de décrire et inclure la restitution (ou devolución en espagnol) dans le projet de recherche, quelles qu’en soient la ou les disciplines, les résultats publiés qui en sont issus risquant, dans le cas contraire, de ne pas être pris en compte par l’organisme national d’évaluation et d’accréditation des universités (Caces 2019). Bien qu’aucune définition formelle n’oriente le processus et que personne ne sache vraiment à quoi elle correspond, comment elle doit être menée, et avec quelles finalités, la restitution est exigée. Il existe donc un réel décalage entre les intentions et les moyens mis en œuvre pour les mettre en pratique.

15Selon ces injonctions, la restitution, telle qu’elle s’applique, renvoie à un processus participatif qui prend en compte les apports des participants, depuis la formulation du projet de recherche jusqu’à sa conclusion. Elle se présente alors comme une étape de présentation des données et conclusions, durant laquelle les participants peuvent encore faire des apports, nuancer les résultats ou en proposer une nouvelle interprétation. Ces rencontres sont essentielles, car elles offrent à la fois l’occasion de s’approprier la recherche, ses concepts et ses données, mais aussi de collaborer à l’analyse. En constituant une étape préalable au rapport final, la restitution s’inscrit donc dans la méthodologie même du projet. Toutefois, elle ne pourrait se résumer à cela. La restitution, en anthropologie, en raison de la nature même de la discipline et du terrain ethnographique long, est plus exigeante et complexe. Elle fait des sujets de la recherche, des coproducteurs de connaissances.

16Par exemple, plusieurs enquêtes ethnographiques réalisées auprès d’enfants, adolescents et jeunes en Équateur (Di Caudo et al. 2019) et en Argentine (Gandulfo 2015) montrent la capacité réflexive des participants et comment ils peuvent être des collaborateurs producteurs de connaissances et coauteurs de la recherche, en mesure de produire des définitions, des questions de recherche et des textes. Ainsi la restitution est-elle substituée par la présentation du produit final, élaboré avec et par les enfants, comme dans le cas de l’étude présentée par Guerrero (dir. 2017). On peut alors se demander s’il ne s’agit pas, avant tout, d’un exercice méthodologique sérieux, pertinent, mais porté par d’autres objectifs. Alors l’ouvrage coproduit avec les enfants et jeunes devient un exercice d’auto-ethnographie que l’anthropologue analyse ailleurs. Mentionnons aussi Gandulfo, dans son étude sur le bilinguisme guarani-castillan, qui décrit comment des collégiens et leurs professeurs ont réalisé la présentation des données lors de la restitution aux communautés à travers des photographies, un script et un jeu scénique à partir de saynètes ; à propos de ce qu’elle présente comme un « exercice méthodologique » pour que les enfants et les jeunes puissent s’approprier l’ensemble du projet, l’auteure écrit : « il est indéniable que ce processus a eu un impact sur ceux d’entre nous qui y ont participé, nous amenant à considérer l’urgence de définir des politiques publiques qui tiennent compte des caractéristiques du bilinguisme guarani-espagnol décrites dans cette étude » (2015 : 3, ma traduction). L’exemple montre que les formes de la restitution peuvent être motrices pour la réflexion politique.

  • 151 Voir par exemple Sanchez & Izurieta, éds. (2017) et le conte à fabriquer : il s’agit d’un ouvrage (...)

17Il existe diverses formes de restitution, matérielle ou immatérielles : ateliers d’échanges (Mélissa Cornuel), matériel audiovisuel et restitution visuelle (Alvarado Solís, Drăghici et Sánchez Caro), exposition, débats et ateliers mis en place et pensés par les enfants (Élodie Razy), un « bout-rimé » soit « un mélange de conte et de chant » (Élodie Willemsen), la préparation et publication d’un livre de photographies (Charles-Édouard de Suremain) … Les ouvrages de vulgarisation, parfois bilingues, en forme de bande dessinée ou de livres de contes permettent de valoriser la participation des enfants et jeunes dans l’étude et de leur fournir des supports attractifs pour s’approprier l’histoire ou la culture de la communauté151. Il me semble qu’ils offrent alors de belles formes de restitution pour les enfants et les jeunes participants des études anthropologiques.

La restitution, une dimension politique

18Définir la forme de la restitution est un acte politique : présenter devant une assemblée les résultats finaux de la recherche ou envoyer un rapport final a bien peu de sens pour les communautés s’il n’est pas accompagné d’activités permettant aux participants de s’approprier des concepts et des connaissances, de se former, de réduire les inégalités.

19Rachel Dobbels n’hésite pas à opposer une posture d’évitement à une posture de co-construction dans les échanges avec ses informateurs, de jeunes vendeurs sur les marchés, un cheminement réflexif qu’elle relate. La restitution comme étape à la fois nécessaire et impérative pour toute recherche anthropologique éthique peut-elle être une « posture » ? Le considérer, c’est admettre que certaines recherches anthropologiques n’appliquent pas les principes éthiques. De fait, si la restitution est une posture, elle est donc optionnelle et le fait d’une décision personnelle et non d’une conscience et de pratiques éthiques. En donnant la parole aux participants, elle doit intégrer leurs idées dans l’analyse et la compréhension des résultats. Offrir un espace d’échange, s’il n’est pas pris en compte dans le rapport final ou les productions académiques n’est ni pertinent ni éthique. Prendre en compte cette parole et la transcrire dans les résultats de la recherche est une manière de reconnaître l’agentivité politique et sociale des participants.

20Ces mêmes questions ont motivé l’organisation en 2018 en Équateur du congrès Yápankam : las voces de la investigación en la Alta Amazonia ecuatoriana par des anthropologues shuar et européens : « Quel est l’impact local de ces travaux et comment les chercheurs en sciences sociales peuvent-ils contribuer aux nations shuar et achuar d’aujourd’hui ? Et comment les Shuar, les Achuar et les universitaires et intellectuels étrangers pourraient-ils collaborer ? »152. À la demande initiale des Shuar, il s’agissait de réfléchir à la production de la connaissance : longtemps extractiviste (Smith 1999), elle tend désormais à être collaborative dans toutes ses étapes et reconnaît chaque sujet, indépendamment de sa condition sociale et économique, de genre et d’âge, comme agent de production de connaissances. De nouvelles épistémologies sont possibles, basées sur la « réciprocité profonde » (Rodriguez-Romero 2020), telles « l’ethnographie doublement réflexive » où la production et l’application des connaissances se font dans le cadre d’un même projet de recherche, la recherche-action participative, qui appelle une ethnographie « utile et transformatrice » (Mendoza Zuany et al. 2018) ou les épistémologies du Sud, développées par Sousa Santos, définies comme « la revendication de nouveaux processus de production, de valorisation des connaissances valides, scientifiques et non scientifiques, et de nouvelles relations entre les différents types de connaissances, à partir des pratiques des classes et des groupes sociaux qui ont subi, de manière systématique, la destruction, l’oppression et la discrimination causées par le capitalisme, le colonialisme et toutes les naturalisations de l’inégalité dans lesquelles elles se sont déployées » (Sousa Santos 2011-2012 : 16, ma traduction).

Conclusion

21En définitive, la restitution devrait consister en un échange libre sur les données produites, leur interprétation et les processus d’apprentissage qui en résultent : elle se transformerait en une phase active de la recherche, incluant une transmission, un échange, une transformation du savoir (Mendoza Zuany et al. 2018) qui peut alors prendre les formes déjà évoquées. Setti (2017) défend l’association entre la recherche ethnographique de longue durée, la restitution ethnographique et l’« anthropologie engagée », qui conditionne la possibilité de déboucher sur des propositions de politiques publiques visant à l’établissement d’une plus grande justice sociale.

22Au-delà de l’anthropologie de l’enfance, cet ouvrage offre donc une réflexion inédite sur la restitution, ses possibilités d’application et ses formes, à partir d’études menées en Europe et en Amérique Latine. Les auteurs, mus par une posture éthique et souvent politique, montrent à travers leur chapitre la difficulté à « restituer » mais aussi à définir la restitution. Sans doute est-ce cela être un anthropologue « honnête » : porter une attention toute particulière à la méthodologie d’enquête, aux questions d’éthique et au retour de l’enquête, pour son appropriation, son usage et ses apprentissages sur le terrain.

Bibliographie

Bensa A. 2008 « Conclusion. Remarques sur les politiques de l’intersubjectivité » (323-328), In Fassin D. & Bensa A. (dir.) Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte.

Biswas S. 2015 « Ethics in Anthropological Research: Responsibilities to the Participants » Human Biology Review 3(4) : 250-263.

Caces 2019 Modelo de evaluación externa de universidades y escuelas politécnicas 2019. Quito : Consejo de aseguramiento de la calidad de la educación superior.

Di Caudo M.V., Guerrero-Arias P., Madera S., Solórzano-Granada M.F. 2019 « La colaboración de niñas, niños y jóvenes en la investigación etnográfica ecuatoriana. Interlocución, producción de conocimiento y coautoría » Revista del CISEN 7(2) : 223-245.

Gandulfo C. 2015 « Itinerario de una investigación sociolingüística en colaboración con niños y maestros en un contexto bilingüe guaraní-castellano en la provincia de Corrientes, Argentina » Education policy analysis archives 23 : 96. DOI : https://doi.org/10.14507/epaa.v23.2048.

Guerrero P. (dir.) 2017 Catzuqui de Velasco. Cultura, identidad y memorias vivas. Etnografía con niños y niñas. Quito : Editorial Universitaria Abya-Yala.

Mendoza Zuany R.G., Dietz G. & Alatorre Frenk G. 1992 « Etnografía e investigación acción en la investigación educativa: convergencias, límites y retos » Revista Interamericana de Educación de Adultos 40(1) : 152-169.

Rodríguez-Romero M. 2020 Investigación educativa, neoliberalismo y crisis ecosocial. Del extractivismo a la reciprocidad profunda », REICE, Revista Iberoamericana sobre Calidad, Eficacia y Cambio en Educación 18(2) : 135-149 URL : https://doi.org/10.15366/reice2020.18.2.007.

Setti F. 2017 « Long-Lasting Fieldwork, Ethnographic Restitution and “Engaged Anthropology” in Romani Studies », The Urban Review 49(3) : 372-381.

Smith L.T. 1999 Decolonizing Methodologies: Research and Indigenous Peoples. Dunedin : Zed Books/University of Otago Press.

Sánchez Flores E. & Izurieta X. 2017 Ilaló, la montaña luminosa de Quito. Un cuento para armar, Quito : Pontifica Universidad Católica del Ecuador.

Sousa Santos B. (de) 2011-2012 « Introducción: las epistemologías del Sur » (9-22), In CIDOB (dir.) Formas-Otras, Saber, nombrar, narrar, hacer. Barcelona : CIDOB Ediciones.

Vidal L. 2011 « Rendre compte. La restitution comme lieu de refondation des sciences sociales en contexte de développement » Cahiers d’études africaines 202-203(2) : 591-607.

Notes

147 Il s’agit sans doute d’un idéal, pourtant, c’est à cela que sert notamment l’étape de recherche exploratoire. Par ailleurs, les appels à projet aux calendriers de plus en plus serrés rendent cette étape de plus en difficile à réaliser.

148 Selon les personnes que j’ai interrogées en 2021, étudiants ayant terminé le master ou le doctorat en France, Équateur, Colombie, Venezuela depuis moins de deux ans.

149 Au mieux, cette étape fait l’objet d’un cours dans un cycle sur la méthodologie de la recherche.

150 C’est une situation d’autant plus courante que l’anthropologue y a déjà effectué une recherche.

151 Voir par exemple Sanchez & Izurieta, éds. (2017) et le conte à fabriquer : il s’agit d’un ouvrage illustré qui contient un poster à colorier représentant le volcan Ilaló, dessiné par les adolescents, « à afficher dans un lieu visible pour nous souvenir des choses que nous devons faire pour récupérer notre volcan, la culture et les traditions ».

152 Voir https://yapankam.wordpress.com/ukunam/ consulté le 30/05/2021.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search