Version classiqueVersion mobile

La restitution ethnographique à l’épreuve des enfants

Première partie : Ce que la restitution apporte à l’anthropologie. Mondes de l’enfance et mondes politiques en question – First Part: What Restitution Brings to Anthropology. Questioning the Worlds of Childhood and Politics

Chapitre 4. La déconstruction des rapports de pouvoir à travers les « actes de retour anodins ». Les relations ethnographiques entre le chercheur et les jeunes vendeurs sur le terrain des marchés de Leeds (Royaume-Uni) et de Liège (Belgique)

Rachel Dobbels

Résumé

Fondé sur une ethnographie des marchés de Liège (Belgique) et de Leeds (Royaume-Uni), ce chapitre envisage la question de la restitution auprès de jeunes vendeurs à travers les actes de retour a priori banals, anodins. C’est à la lumière de deux cas ethnographiques distincts qu’est mise en exergue la manière dont ces actes, initialement instaurés en tant que jalons pour la relation ethnographique, présentent la particularité de participer à une déconstruction des rapports de pouvoir dans les relations ethnographiques entre le chercheur et ses interlocuteurs.

Texte intégral

  • 38 Tout au long de ce texte, le terme de « chercheur » est également entendu dans son équivalent fémin (...)

1Bien que cela n’ait pas toujours été le cas, la question du « pourquoi restituer » peut sembler aujourd’hui aller de pair avec toute recherche en sciences sociales (Kobelinsky 2008 ; Vidal 2011 ; Farnarier 2015). En effet, le terrain « n’est pas un simple don à sens unique fait par des enquêtés que nous sommes allés chercher et qui n’ont rien demandé » (Danic et al. 2006 : 114). La question des modalités de la restitution est quant à elle plus problématique (Kobelinsky 2008). Comment restituer, autrement dit « rendre compte » (Vidal 2011), et « faire part des résultats d’une analyse » (Farnarier 2015) auprès des personnes qui ont accordé du temps au chercheur38 et qui ont partagé leur quotidien avec lui ? À côté des formes plus classiques (rapport écrit et/ou oral, discussion informelle, réunion, etc.), les chercheurs, sous l’impulsion de politiques d’enquête plus éthiques et notamment de l’accès aux technologies de l’information et de la communication (De Largy Healy 2011), ne cessent d’émettre de nouvelles propositions de restitution (productions cinématographiques, sonores, photographiques, expositions co-construites, etc.). Dans cette optique en écho aux processus de recherche, le moment privilégié pour la restitution s’invite en guise de conclusion, comme une « étape » venant signifier la fin de l’enquête. Pourtant, force est de constater que restituer intervient bien plus tôt dans le processus de recherche (Flamant 2005 ; Vidal 2011).

2En effet, les demandes et/ou propositions de restitution, tant de la part du chercheur que des interlocuteurs, sont désormais quasi systématiques dès le début de l’enquête (Flamant 2005 ; Leservoisier & Vidal 2007 ; Kobelinsky 2008 ; Debouny 2017). En réalité, c’est la relation ethnographique elle-même qui se trouve au cœur de la question de la restitution et, partant, des conditions de production de la connaissance (Flamant 2005). Inscrite dans une démarche réflexive propre à l’ethnographie (Leservoisier & Vidal 2007 ; Campigotto et al. 2017), la restitution vient façonner les relations ethnographiques entre le chercheur et les acteurs tout au long de la recherche (Flamant 2005). Elle permet en outre d’ouvrir la réflexion et même d’amorcer la relation elle-même (Vidal 2011). Si la restitution apparaît dès le début de la recherche, il est dès lors pertinent de la considérer également dans son sens élargi, en mettant en lumière des actes de l’ethnographe qui n’ont pas été proposés ou même réfléchis en amont en tant qu’actes de retour, notamment en raison de leur caractère a priori insignifiant, banal. Ils font en réalité partie des petites choses mises en œuvre dans la construction de toute relation humaine, mais qui permettent et enrichissent la relation ethnographique. Ils sont ainsi des jalons pour la construction des relations, inscrites dans la longue durée de l’entreprise ethnographique et fondées sur l’empathie, dans un climat de confiance (Fainzang 1994 ; Copans 2011 ; Berliner 2013). Ces jalons n’en restent pas moins des actes de retour, dans le sens du « rendre compte » (Vidal 2011), retours sur et pour le terrain, et les interlocuteurs de l’anthropologue.

3C’est à partir d’un terrain multisite mené sur des marchés de Liège (Belgique) et de Leeds (Royaume-Uni) dans le cadre d’une thèse de doctorat que la question de la restitution est ici envisagée. Ce chapitre propose d’entrer au cœur de la réflexivité en abordant la restitution dans l’optique des « actes de retour anodins » mis en œuvre dès le début de l’enquête auprès d’une population spécifique : celle des jeunes vendeurs âgés d’au moins 14 ans travaillant sur le marché et présentant des caractéristiques et traits communs (dépendance, posture, assignations, etc.), tant avec les enfants qu’avec l’anthropologue sur le terrain.

4Cette contribution est plus particulièrement le fruit d’un exercice réflexif, qui m’a notamment permis d’enrichir ma pratique du terrain et d’éclairer des situations ethnographiques passées. La relation entre jeunes et chercheur soulève ici une série de questions en matière de statuts, de rôles, de postures, d’assignations, et, partant, d’éthique. Ce chapitre tente ainsi de saisir l’« enjeu éthique » (De Largy Healy 2011) que représente la restitution sur le terrain du marché. Il s’agit de considérer l’une des particularités des actes de retour auprès de ces jeunes qui réside dans leur participation à la déconstruction des rapports de pouvoir initialement instaurés de par les statuts et postures respectifs des acteurs impliqués. Dans un premier temps, la place de la restitution sur le terrain des marchés de Liège et de Leeds est envisagée de manière générale. Des situations de malaise et de mise à l’épreuve sont présentées afin de pointer l’importance de la pratique du terrain dans la longue durée. Ensuite, le statut des jeunes dans ce contexte précis est abordé, avant de présenter deux exemples ethnographiques où la place du chercheur et celle des jeunes sont mises en question. À partir de ces exemples, il s’agit de saisir la manière dont les actes de retour anodins, mis en œuvre dans un processus de construction de la relation ethnographique, participent d’une déconstruction des rapports de pouvoir entre l’ethnographe et ces jeunes vendeurs.

« Rendre compte » de sa recherche. Entre malaise et retour sur la place de la restitution

  • 39 Cette thèse tire ses hypothèses des observations menées sur le terrain durant lesquelles les interl (...)
  • 40 De nombreuses associations sans but lucratif (ASBL) se trouvent sur les marchés de Liège et de Leed (...)

5Depuis 2014, j’ai entrepris une enquête ethnographique portant sur les pratiques des marchés – dits forains (La Pradelle 1996), publics ou encore de plein vent (Navarro 2012) – situés à Liège (la Batte, Belgique) et à Leeds (Kirkgate Market, Royaume-Uni). Ma thèse propose de s’intéresser à deux facettes des marchés, celle de l’authentique et celle de l’altérité, duo autour duquel semblent se construire les identités des multiples acteurs du marché39. Sur le terrain, je mène une observation participante qui consiste à passer du temps à observer les pratiques, à prendre part aux diverses activités et à relever les discours, ainsi qu’à participer aux discussions des chalands et des marchands. De ce fait, j’ai également l’occasion d’endosser le rôle de marchande et de prendre activement part aux transactions ou à la mise en place des stands. Sur le marché, j’ai affaire à différents interlocuteurs qui sont principalement des marchands, des habitués et chalands occasionnels, mais aussi des touristes, les représentants du service du marché et de diverses ABSL40, des commerçants, ou encore des habitants du quartier et de la ville. Le terrain du marché confère un caractère particulier aux interactions : elles sont pour la plupart rapides, éphémères et multiples, et la présence du chercheur ne vient pas contredire ce constat. Pour y faire du terrain, aucune autorisation ou introduction n’est dans un premier temps nécessaire. Ainsi, la raison de ma présence et l’objet de ma recherche ne sont pas systématiquement connus des personnes rencontrées sur le terrain, mais sont introduits au fil des entrevues ou des rencontres prolongées.

6En commençant ma recherche, la restitution tenait préalablement pour moi une place secondaire, comme une étape dont j’allais devoir me soucier a posteriori, à la fin de la rédaction, et qui nécessiterait in fine un travail d’adaptation et de précision – afin d’éviter tout impair – en fonction des différents interlocuteurs. Au fil du terrain, la restitution a néanmoins soulevé une série de questions quant à la manière de la mener à bien : sous quelle(s) forme(s) allais-je exactement restituer et auprès de qui ? Comment respecter la parole de mes interlocuteurs et adapter au mieux mon discours tout en préservant la validité scientifique de mes matériaux ? Allais-je restituer de la même façon sur mes différents terrains en Belgique et au Royaume-Uni ? Que devais-je exactement restituer et pourquoi ? Je souhaitais réserver ces questions pour ce qui était à mon sens le « moment approprié », mais les premiers tâtonnements sur le terrain m’ont amenée à constater que cette problématique de la restitution se présentait plus rapidement que je ne l’avais envisagé ou même soupçonné. Qui plus est, celle-ci allait généralement de pair avec la question de ma présence sur le terrain et de ma légitimité en tant que chercheuse tout autant que celle de la recherche elle-même. Ces interrogations sur la restitution conduisaient même à une autre problématique : dans quelle mesure cet impératif de restitution auprès des interlocuteurs allait-il influencer mes relations ethnographiques, et, partant, ma recherche ?

La restitution comme mise à l’épreuve : malaise et stratégies d’évitement

  • 41 Pétitions, questionnaires, radios trottoirs, journalistes, sans compter les criées et les technique (...)
  • 42 En effet, certains marchands sont par exemple régulièrement amenés à « jouer au marchand » à la dem (...)

7En commençant mon terrain, j’avais le souhait de partager les quelques « résultats » obtenus avec mes interlocuteurs, non seulement dans une perspective heuristique afin de connaître leurs opinions, leurs réactions, mais également pour leur montrer que je ne possédais aucun « agenda caché » (Fassin 2008). En effet, il était essentiel que mes interlocuteurs connaissent les raisons de ma présence sur le marché, et notamment le fait que je ne travaillais pas pour le service du marché ou que je n’étais pas en train d’écrire un article de presse à leur insu. Soulignons que le marché est un lieu particulièrement sollicité41, où chalands comme marchands peuvent être mis – volontairement ou non – à contribution d’aspirations politiques, religieuses, ou encore touristiques42. Les personnes sur le marché m’ont appris, et particulièrement les marchands, qu’elles expérimentaient régulièrement des situations d’instrumentalisation, « de prendre » sans nécessairement qu’il y ait de retour.

  • 43 Le terme de « recherche » a d’ailleurs été favorisé sur le terrain plutôt que celui d’enquête, dans (...)
  • 44 Rappelons que si certains interlocuteurs viennent sur le marché dans un but de détente et de chalan (...)

8Pour les personnes sur le terrain, j’étais une jeune femme de 25 ans, seule, que les marchands croisaient régulièrement sur différents marchés et qui effectuait une recherche43 : « So I saw you many times here, alone, looking and chatting. […] You’re here doing some research, aren’t you? […] Well, what d’you need to do? What d’you wanna know? » (Journal de terrain, Kirkgate Market, Carlton, marchand d’antiquités, octobre 2016). Ces interrogations quant à l’objet de ma présence et l’incompréhension face à la méthode employée me mettaient parfois mal à l’aise. Toutefois, j’ai rapidement compris qu’il était difficile d’expliciter la recherche, ainsi que la raison pour laquelle je me trouvais régulièrement seule sur différents marchés, mais une autre difficulté était de pouvoir réellement et le plus clairement possible en partager les résultats éventuels. Outre le souhait de ne pas être discréditée, un des obstacles était lié à l’exercice même du retour, qui est généralement effectué en quelques minutes au vu du contexte44, en prenant soin de s’adapter à chaque situation. Ainsi, le choix des termes et du contenu, mais aussi le corps du chercheur, ainsi que la manière dont ce dernier présente les résultats sont autant d’aspects ajustés selon les personnes avec lesquelles il interagit, et avec qui il souhaite éventuellement construire in fine une relation ethnographique fondée sur une certaine confiance.

9Sur le terrain, après m’être présentée et avoir présenté l’objet de ma recherche, plusieurs questions se sont posées telles que : « Alors, qu’est-ce que tu as appris sur le marché ? Qu’est-ce que tu as observé ? » (Journal de terrain, marché de la Batte, Steve, chaland rencontré alors que je prenais des notes assise aux abords du marché, juin 2014) ; « Tell me what you’ve been learning about the market? » (Journal de terrain, Leeds, Karl, service du marché, novembre 2016) ; « Donc tu es comme une spécialiste des marchés, qu’est-ce que tu peux nous dire ? » (la Batte, marchand de chaussures, septembre 2015) ; ou encore « So what d’you know about the market? For example what can you tell me about the people coming here? » (Journal de terrain, Kirkgate Market, Asad, novembre 2014). Qui plus est, ces interrogations – teintées pour certaines d’ironie – ne manquaient pas d’insinuer une sorte de mise à l’épreuve. En effet, une jeune chercheuse sortant de ses lectures universitaires n’allait certainement pas leur apprendre la manière dont fonctionne un marché, ni les dynamiques et les enjeux des interactions qui s’y produisent. Rapidement, je compris que plusieurs de mes interlocuteurs me plaçaient dans cette zone d’inconfort de manière volontaire dans le but de me tester. Ils mettaient ainsi en question la place de ma recherche et, parfois même, de la recherche en général, ainsi que mon statut de doctorante, d’étudiante.

10En outre, ces situations brèves et un peu scolaires de restitution ont entraîné à plusieurs reprises des moments de mise au point durant lesquels mes interlocuteurs me corrigeaient, notamment après avoir entendu une partie de ma « version des faits ». Ces moments de mise à l’« épreuve » (Farnarier 2015) font entre autres écho aux « nouveaux terrains » dont parlent Leservoisier & Vidal (2007). Ils mentionnent qu’il se trouve de plus en plus d’interlocuteurs questionnant l’enquête ethnographique, ses résultats, sa finalité (Debouny 2017) – auprès desquels il faut aussi « rendre compte » (Fassin 2008) –, et « qui parfois […] prétendent avoir le monopole de la parole » (Leservoisier & Vidal 2007 : 3). Si ces situations peuvent également accompagner une forme de contrôle des informations récoltées et de la production de connaissances (Flamant 2005), elles amorcent des interrogations quant à la place et au statut du chercheur et de sa recherche (Leservoisier & Vidal 2007), mais aussi quant à la posture qu’il adopte (Farnarier 2015). Pour ma part, cela s’est traduit dans un premier temps par la posture d’évitement, comme l’illustre l’extrait suivant :

11« Lors de cet entretien avec John [manager du marché ouvert], celui-ci m’a d’abord demandé à nouveau l’objet de ma recherche et de ma présence permanente sur le marché. Yes, because you know we see you all the time by yourself. I mean it’s all right. I believe it’s how you’ll learn, how you understand how things go around. […] And what did you learn so far about the market? About how it works with the traders, our customers […]? Face à ces questions, je me suis sentie mal à l’aise. D’abord, je ne savais pas exactement sous quel angle répondre car elles étaient larges, comme souvent. De plus, si je ne lui donnais pas une réponse assez claire, je redoutais alors le reste de l’entretien… J’ai alors répondu de manière générale en me focalisant sur les raisons pour lesquelles les chalands venaient sur ce marché en donnant un exemple de différentes personnes venant s’approvisionner chez Amar [vendeur de samoussas et confiseries indiennes]… J’ai finalement esquivé en restant vague et ai bifurqué vers la question portant sur son rôle de manager » (Journal de terrain, Kirkgate Cafe, premier entretien avec John 2016).

12Au début de ma recherche, je parvenais à éviter ces questions en plaidant son caractère relativement récent, ainsi que mon statut d’apprentie chercheuse. Progressivement, je mis en œuvre de stratégies d’évitement afin de contourner le malaise tout en parlant de mon intérêt pour le marché sans réellement répondre. De cette manière, je partageais quelques idées avec mes interlocuteurs et demandais directement ce qu’ils en pensaient, ou encore, comme l’illustre cet échange avec John, je réduisais la gamme de questions potentielles en avançant des généralités, comme : « Donc, ce que vous voulez savoir, c’est pourquoi les gens viennent toujours sur le marché en fait ? » (Journal de terrain, la Batte, chaland, stand de Youssef, juillet 2016). Finalement, je me suis rendu compte que, seulement après avoir passé plus de temps auprès de différents interlocuteurs sur le terrain, j’ai pu plus aisément partager des résultats potentiels, et solliciter leur opinion dans une approche plus co-constructive pour l’enquête, mais également pour eux-mêmes. En effet, mon observation participante impliquant des retours répétés sur le terrain m’a conduite à expliciter de plus en plus ma recherche, à faire part de certains résultats, à prendre et à donner des nouvelles, mais aussi à travailler en tant que marchande. Ainsi, cette posture d’évitement des premières rencontres avec mes interlocuteurs a évolué en posture co-constructive au fil du temps passé auprès d’eux.

Détour sur la restitution. Des actes de retour anodins

  • 45 Ce mémoire repose sur une enquête de terrain ethnographique menée en 2013 durant quatre mois, princ (...)

13En réfléchissant à la place de la restitution sur mon terrain multisite en Belgique et au Royaume-Uni, je pris le temps de revenir sur ma précédente enquête, menée en 2013 dans le cadre de mon master portant sur les marchés du Pays d’Arles en France45. À l’époque, j’entendais déjà la restitution comme une étape obligée, un peu comme une contrainte (Zonabend 1994), un moment de mise à l’épreuve de la recherche et de soi-même, à l’image d’un procès, néanmoins heuristique (Flamant 2005 ; Vidal 2011). Ce moment de la restitution, j’allais m’en soucier à la fin de l’analyse, lorsque des résultats seraient stabilisés. Une fois sur le terrain, j’ai à plusieurs reprises été amenée à discuter de ce que j’avais appris de manière informelle avec mes interlocuteurs. Je n’ai néanmoins pas eu l’occasion de faire une restitution « dans les règles », telle que je la concevais initialement, auprès de tous mes interlocuteurs, c’est-à-dire sous la forme d’un rapport écrit et/ou oral lors d’une réunion.

14L’intérêt d’un rapport sur ma recherche avait été mentionné par plusieurs de mes interlocuteurs. Dès les débuts sur le terrain, je le proposai dans un but de transparence, comme un gage sous-entendu pour l’entrée ou la sortie du terrain. Vers la fin de cette enquête, j'avançai la proposition d’envoyer le rapport ou d’organiser des rencontres avant mon départ. Toutefois, le désintérêt qu’ils affichaient le plus souvent à l’égard de ce rapport me faisait comprendre qu’en réalité, cela ne leur importait guère. Je n’insistais que très peu tant je redoutais ce moment de la restitution. Un an après la fin de ce terrain, je suis retournée dans le Pays d’Arles, et l’intérêt a plutôt porté sur ma réussite ou non, et sur l’exercice académique, suite au temps passé auprès d’eux, que sur le rapport que je proposais à nouveau de partager.

  • 46 La foire Saint-Martin est une festivité importante (alimentaire, artisanale, tout-venant, street fo (...)

15La mise en œuvre de cet « exercice réflexif » (Leservoisier & Vidal 2007) de la restitution lors de mon précédent terrain mené en France me permet aujourd’hui de mettre en lumière plusieurs similitudes avec mon terrain actuel. Les discussions informelles au cours desquelles je faisais part de ma recherche, de mes résultats en cours étaient davantage considérées comme des moments de confrontation des matériaux que comme des moments de restitution. Du point de vue de la restitution, je n’accordais pas autant de crédit alors à ces moments, pourtant extrêmement heuristiques, qu’à ce rapport ou à une future réunion. J’eus ainsi à l’égard de la plupart de mes interlocuteurs un sentiment d’inachevé et même de malhonnêteté, non sur ce que j’avais écrit, mais plutôt au regard de l’absence de retour concret qui aurait dû pourtant venir en échange de ce qu’ils avaient bien voulu partager avec moi. Tout comme lors de mon terrain en France, l’aboutissement de mon terrain à Liège et à Leeds semble amoindrir les attentes de retour formel de la part de mes interlocuteurs, du moins ceux avec lesquels j’ai passé le plus de temps. Ainsi, malgré mes propositions, le fait de garder contact et de se donner des nouvelles semble jusqu’à présent être davantage l’objet d’intérêt : « Tracasse ! Tant que tu as tout ce qu’il te faut, moi… Mais viens nous dire bonjour de temps en temps. […] Ne nous oublie pas ! » (Journal de terrain, foire Saint-Martin46, Bomal, Youssef, marchand de spécialités marocaines, novembre 2017).

16Ce n’est qu’en abordant la restitution dans son sens de « retour », comme le suggère Kobelinsky (2008), que j’ai été amenée à la considérer dans son sens élargi, en l’envisageant à travers les actes de retour a priori anodins. Kobelinsky (2008 : 187) propose le « retour » dans l’optique de « revenir sur ses pas sans pour autant revenir à un état antérieur des choses », et plus particulièrement en explicitant les « “situations de retour”, c’est-à-dire des moments critiques de l’action où la relation entre les enquêté·e·s et l’anthropologue se resserre, se crispe, en quelque sorte se redéfinit, pouvant éventuellement être mise en question ». Ces « situations de retour » ont été des moments de ma recherche qui ont fait l’objet autant de malaise et de défi, que de partage et de co-construction des matériaux et de la relation ethnographiques. C’est à partir de ces situations que cette contribution entend les actes de retour, généralement brefs, sur la recherche et le terrain lui-même, mais répétés et inscrits dans la longue durée et pouvant se rapporter aux services rendus aux interlocuteurs sur le terrain ou aux discussions informelles. Mon hypothèse est que ces actes de retour s’inscrivant de manière apparemment insignifiante dans le processus d’intégration et d’immersion tout au long du terrain (Fogel & Rivoal 2009) semblent détenir, au contraire, une place plus significative au terme de ma recherche que mes propositions de restitution plus formelles pour les interlocuteurs avec lesquels j’ai passé le plus de temps, dans la mesure où ils ont forgé progressivement mes relations sur le terrain.

  • 47 Lors de rencontres avec des enfants, d’observation de stands ou d’activités sur le marché où se ret (...)
  • 48 Comprises comme « la diversité des modes de fonctionnement commerciaux en termes d’interaction avec (...)

17En envisageant la restitution sur mon terrain et ses modalités, je me suis alors interrogée sur la place des jeunes vendeurs avec lesquels j’ai été amenée à passer beaucoup de temps, ayant travaillé sur certains stands à leurs côtés. Rappelons que ma recherche ne s’inscrit pas de manière spécifique en anthropologie des jeunes, ou de l’enfance et des enfants. En effet, les jeunes et les enfants sur mon terrain ne représentent que des interlocuteurs parmi d’autres, considérés en particulier sous l’angle de la transmission et de la mise en valeur du patrimoine. Hormis quelques situations inédites47, je n’ai pas cherché à adopter « the least-adult role » (Danic, Dalalande & Rayou 2006) auprès d’eux. Ainsi, la question de la restitution aux enfants et aux jeunes sur mon terrain ne m’a pas paru aussi évidente que celle auprès des adultes, avec lesquels je passais la plupart de mon temps. Ils se présentaient en fait comme les grands oubliés dans mon programme de restitution formulé a priori. Par ailleurs, lors de mon immersion, je travaillais la plupart du temps avec un ou deux marchands qui étaient pour moi des référents. Il s’agissait de leur stand, de leur façon de « faire le marché » (La Pradelle 1996), de mettre en œuvre des « scénographies commerciales48 » (Raulin 2000) qui leur étaient propres.

18Pourtant, ce n’est qu’après avoir pris le temps de réfléchir à la place des enfants et des jeunes sur mon terrain, et particulièrement à la manière de restituer auprès d’eux, que j’ai compris que je pouvais alors considérer et mettre en lumière le processus de restitution sous forme d’actes de retour anodins tout au long de mon terrain. L’éclairage porté sur ces actes a permis en outre de rendre justice à ces jeunes interlocuteurs dans une recherche ne portant pas de manière spécifique sur eux, mais pourtant construite avec eux. Ces retours, même s’ils n’étaient a priori pas compris en tant que tels, ont été mis en œuvre dans un premier temps pour l’observation participante, et étaient considérés comme des jalons pour la construction des relations ethnographiques.

Des actes de retour auprès des jeunes. Jalons pour la construction des relations ethnographiques

19Comme explicité précédemment, la majeure partie du temps passé sur les terrains des marchés de Liège et de Leeds renvoie à mon immersion auprès de plusieurs marchands avec lesquels j’ai également pris part aux activités en tant que marchande moi-même. C’est à partir de cet aspect particulier de mon terrain que je décide d’envisager ici la question de la restitution auprès des jeunes. Tout au long de mon enquête, j’ai été amenée à passer du temps avec les jeunes et les enfants en accompagnant les chalands sur le marché, en interrogeant les parents, en interagissant avec eux lors de transactions commerciales, ou encore en travaillant à leurs côtés. Avant d’entreprendre une réflexion sur la restitution auprès de ces jeunes vendeurs, leur statut doit être interrogé.

Enfants ? Jeunes ? Étudiants ?

  • 49 Le terme étudiant est indifféremment employé pour désigner des élèves du secondaire et des étudiant (...)

20Les interlocuteurs dont il est ici question sont des jeunes âgés de 14 à 24 ans, qui travaillaient sur les marchés pour une période plus ou moins longue. Lors de mes rencontres, j’appris que certains débutaient leur « job d’étudiant », alors que d’autres donnaient « un coup de main » (Journal de terrain, la Batte, Sofiane, stand de spécialités italiennes, juillet 2014). D’autres encore y travaillaient depuis plusieurs années, parfois à temps plein, et avaient déjà été employés par divers marchands, ou y étaient « depuis toujours » (Journal de terrain, la Batte, Ben, fils du marchand de plantes, avril 2015). La plupart de ces jeunes avaient en commun d’avoir été initiés à ce métier par le biais d’une connaissance ou d’un parent ; rares étaient ceux qui avaient postulé de leur propre chef. Il s’agissait pour la plupart d’« étudiants49 », travaillant de temps en temps, durant les week-ends et les vacances.

21Le terme « jeune » a été ici privilégié dans le sens où il peut être « défini par un ensemble particulier et temporaire de devoirs, de privilèges, d’interdits et d’épreuves », notamment par son entrée dans le monde du travail (Danic et al. 2006 : 12). Perçue dans une optique d’entre-deux, la jeunesse présente des contours flous, malléables, et gagne à être abordée en tant que « catégorie emic, telle qu’elle peut être appréhendée dans des situations concrètes » (Rivoal & Peatrik 2015 : 6). Enchevêtrement entre l’enfance et l’âge adulte (Peatrik 2020), c’est en référence à son sens social, économique et symbolique sur le marché (étudiant, dépendant, placé sous l’autorité d’un marchand, etc.) que j’entends ici le terme « jeune », plutôt qu’au sens légal du statut de mineur.

22Enfance et travail soulèvent un lot de questionnements en termes politique, historique, épistémologique et éthique quant au statut de l’enfance et des enfants (Zelizer 1992 ; Bonnet 2010). Dans le contexte du marché, la plupart des jeunes étudiants sont présents pour apprendre un métier et pour gagner un peu d’argent tout en restant dépendants de l’adulte (Danic et al. 2006). Face aux adultes, ces jeunes sont perçus comme des « adultes en devenir » (Christensen 2004 ; Bonnet 2010). De ce fait, le statut même d’adulte doit alors être interrogé (Christensen 2004). En effet, du point de vue des étudiants, ce statut pose souvent question et diffère selon le contexte et l’âge. Dans certains cas, des jeunes de même âge ont le statut d’étudiant alors que d’autres, exerçant le métier de manière permanente, occupent la position d’employé, a priori associée à l’âge « adulte », reflétant la pluralité des jeunesses décrite par Bourdieu (1978).

23Qui plus est, dans le contexte des marchés envisagés, l’importance de l’apprentissage d’un métier – même temporaire et ponctuel – accompagne la transmission d’un corpus de valeurs allant de la valorisation du travail physique à la « simplicité » des relations sociales perçues comme devant être « honnêtes » et « vraies ». Pour illustrer ces propos, voici un extrait de ma rencontre avec Jean, boulanger sur le marché de la Batte, qui emploie Baptiste, un étudiant : « OK, on se charrie, on rigole parfois, on est parfois un peu faux-culs avec les clients mais je peux te dire, après avoir travaillé ailleurs, qu’ici, au moins, on peut avoir de vrais rapports avec les gens, être soi, […] enfin moi je suis quelqu’un de simple mais de vrai quoi et y en a des gens ici pour qui c’est la même chose. […] Mais c’est ça aussi que j’lui apprends [en reparlant de Baptiste], après, lui il va continuer ses études, il va travailler dans je ne sais quoi, et tant mieux il faut […]. Ouais je pense que c’est bien que les jeunes comme lui viennent travailler sur les marchés, c’est important quoi, pas oublier les choses simples, vraies, les gens […] » (Journal de terrain, marché de la Batte, août 2015).

24Afin d’amorcer la réflexion sur les actes de retour auprès de ces jeunes vendeurs, deux exemples ethnographiques vont désormais être présentés plus en détail ; le premier se déroule sur un stand de fruits et de légumes de la Batte, à Liège, et le second, sur un stand de marchandises dites asiatiques sur le marché de Bradford. Ces situations seront ensuite considérées dans l’optique des actes de retour anodins et de la manière dont ils influencent les relations ethnographiques.

L’ethnographe apprenant

25Le premier cas ethnographique concerne un terrain mené en août 2014 sur un stand de fruits et de légumes du marché de la Batte à Liège. Il s’agissait d’une des premières fois où je travaillais avec des marchands en tant que marchande moi-même en Belgique, mais j’avais déjà pu expérimenter cette pratique d’immersion lors de mon précédent terrain mené en France. Ce stand est un des plus grands stands de fruits et légumes du marché de la Batte. Il est d’ailleurs si grand que les propriétaires en ont un second, situé dans un autre secteur du marché. Durant mon immersion, quatre personnes y travaillaient en tant qu’employées et sept jeunes de 14 à 24 ans y travaillaient en tant qu’« étudiants ». J’ai mené mon observation participante par le biais d’une connaissance, Patricia, rencontrée durant nos études. Elle travaillait sur ce stand comme employée le temps d’une reconversion professionnelle. Familière des enquêtes ethnographiques, elle m’a introduite en tant qu’étudiante menant une recherche visant à comprendre la vie et le métier de marchand, et plus largement la manière dont le marché fonctionne. Ainsi, j’ai été présentée comme une personne qui avait peu de connaissances du marché et qui était là pour apprendre. Plutôt d’accord avec cette description, j’ai commencé à participer au travail en embrassant le statut d’apprenant. J’ai ainsi accepté les décisions et ordres des différentes personnes travaillant sur ce stand.

26Comme j’étais « la nouvelle », ma formation a été placée entre les mains des étudiants, et, durant cette première observation, j’ai eu peu d’interactions avec les employés permanents, y compris Patricia. Je suivais ainsi les directives des jeunes vendeurs qui supervisaient mon travail et m’accompagnaient dans ma formation en m’apprenant les bases de la mise en place et des transactions marchandes spécifiques au stand. Il semblait qu’en tant que nouvelle, mais aussi « étudiante » à l’université, ces étudiants présupposaient mon manque de connaissance du métier de marchand : « Oui tu connais pas ça toi, hein ! » (en parlant des horaires des employés ayant accompagné les patrons pour l’approvisionnement, Momo, 23 ans, étudiant, au stand depuis six mois) ; ou plus généralement celui du travail physique : « Hé, c’est lourd ça ! T’as pas l’habitude, laisse, je vais m’en occuper » (Tatiana, lors du déchargement). De plus, pour plusieurs d’entre eux, le fait de travailler sur le marché signifiait que je n’étais pas une vraie chercheuse et que ma recherche relevait plutôt d’un intérêt personnel en vue de la création d’une affaire que d’un travail reconnu ou scientifique : « Ah donc tu fais vraiment une recherche pour l’univ’ et tout […] ; tu as choisi de travailler sur les marchés ! [Rires] Mais pourquoi ? Tu ne pouvais pas travailler sur quelque chose d’autre ! ? » (entre constat et interrogation, Jeff, 21 ans, étudiant, au stand depuis un an et demi) ; ou encore « Tu es doctorante, OK… donc tu cherches un boulot en fait ? C’est pour ça que tu es là en même temps ? Pour te faire un peu d’argent » (sur un ton entendu, Victoire 17 ans, étudiante, au stand depuis deux mois).

27Toutefois, progressivement leur opinion à mon sujet s’est modifiée. En effet, ce n’était pas la première fois que je travaillais sur le marché ou pour un stand de fruits et légumes, ou que j’accomplissais un « job physique » : « Donc, depuis combien de temps en fait tu travailles sur le marché ? C’est pas la première fois alors ? » (Victoire 17 ans) ; « Tu apprends vite ! On n’aurait pas dit au début quand tu nous as expliqué que tu étais là pour une recherche. » (Momo). Je comprenais alors que ce terrain m’avait amenée à mettre en œuvre des « techniques du corps » (Mauss 1934), sans même y penser, acquises au fil de mes différentes expériences de terrain, telles que la manière de soulever les cagettes ou de placer les marchandises. En plus de ces techniques, il existe des manières d’être, de faire, d’interagir avec les chalands ou encore de mener des transactions marchandes que j’ai peu à peu adoptées. Par la suite, nos échanges ont pris une tournure différente, notamment du fait que ma formation et ma supervision n’étaient plus autant nécessaires. Ils se sont alors montrés beaucoup plus intéressés par mon étude du marché et la véritable raison de ma présence. À mon tour, j’ai pu montrer un intérêt pour leur vie, leur famille, et les épauler dans leurs projets. Au fil des retours sur le terrain en tant que marchande, mais aussi chalande, j’ai progressivement pu construire des relations ethnographiques avec plusieurs d’entre eux en partageant notre quotidien, nos anecdotes sur le marché, mais aussi les avancées de la recherche.

Le statut dominant du chercheur

  • 50 Rapidement, Asad m’a présentée aux autres interlocuteurs comme étant sa « nièce » venant apprendre (...)

28Le second exemple ethnographique s’est déroulé sur le stand d’Asad à Bradford. Je connais Asad depuis mon premier terrain à Leeds en octobre 2014. Il vend des bijoux et des vêtements sur l’Asian Bazaar du mercredi à Leeds, marché qui regroupe une multitude de marchands vendant des objets de toutes provenances, mais aux caractéristiques dites « asian ». Durant mon séjour à Leeds en 2016, j’ai commencé à suivre Asad sur le marché de Bradford le dimanche. Ce marché est l’un des plus grands Asian Bazaar du Royaume-Uni et accueille entre autres un grand nombre de touristes. À Leeds, j’avais l’habitude de travailler seule avec Asad. Comme à Bradford le stand est environ trois fois plus grand que celui de Leeds, Asad travaillait alors avec un élève âgé de 15 ans, appelé Sahir. Lorsque je me suis rendue pour la première fois sur ce marché, mon statut, et par la même occasion celui de Sahir, ont été clairement annoncés. Asad m’a présentée comme sa « nièce50 » venue de Belgique, « une très bonne amie » travaillant à l’université, dont Sahir « need[s] to take care of ». En conclusion à cette mise au point avec Sahir, Asad l’a envoyé me chercher un café. Une fois au travail, Sahir, à ma demande, a tenté de me montrer la manière de placer les différents articles ; Asad l’a arrêté dans sa démonstration et a annoncé : « Don’t, don’t, she knows! » J’étais dans une situation très inconfortable. Le malaise de Sahir était tel qu’il n’osait pas me regarder ni s’approcher de moi, et encore moins discuter malgré mes tentatives.

  • 51 À noter qu’il ne s’agissait pas là uniquement d’une stratégie, considérant le fait que beaucoup d’a (...)

29La deuxième fois où je me suis rendue sur le marché de Bradford, je lui ai demandé beaucoup de conseils sur la manière de placer les objets ou encore des informations quant à l’utilisation d’un article51. Qui plus est, le stand d’Asad à Bradford dispose de nombreux « muslim items » (comme il les désigne) que je connaissais peu. Cela s’est révélé être un bon point de départ avec Sahir, dans la mesure où il est, selon Asad, « a good Muslim », quelqu’un qui respecte et vit selon les préceptes du Coran. Finalement, toujours face à son manque d’entrain à me parler de lui, je pris alors la décision de parler de moi, de ma famille, de l’endroit où je vivais à Leeds, plutôt que de ma recherche et de la raison pour laquelle je me trouvais là. Ainsi, « je me suis racontée » en partageant mes habitudes, mes soucis et mes questions sur la vie de tous les jours. Après cette seconde fois, je suis parvenue à développer une relation différente et, à son tour, il a commencé à me parler de lui. J’ai ensuite eu l’occasion de discuter de ma recherche, de partager des hypothèses, tandis que lui a commencé à m’expliquer des aspects du marché et de la culture matérielle.

Statuts, postures et assignations : vers une déconstruction des rapports de pouvoir ?

30Ces exemples ethnographiques permettent de souligner la manière dont les moments de discussion, de partage d’idées, de temps et d’informations, ou encore les services rendus – faisant partie de la relation ethnographique –, peuvent également être compris en tant qu’actes de retour. Ceux-ci sont adaptés selon les interlocuteurs et, partant, le temps passé auprès d’eux, les relations et la confiance construites, ainsi que leurs attentes.

31Qui plus est, l’un des intérêts à mettre en exergue ces actes de retour se trouve dans les dynamiques et les enjeux qu’ils révèlent en matière de statut, de posture et d’assignations concernant le chercheur ainsi que ses interlocuteurs sur le terrain. En plus de pointer un « seuil » entre un avant et un après dans l’évolution de la « relation ethnographique » (Fogel & Rivoal 2009) – aspect qui est par ailleurs loin d’être systématique dans la construction des relations sur le terrain –, ces exemples conduisent à mettre en lumière les conditions de la construction des matériaux sur le terrain. En me basant sur ces exemples, je vais à présent m’attarder sur certaines modalités que les actes de retour, dans le cadre de ces relations ethnographiques précises, permettent de mettre en évidence et qui peuvent influencer la déconstruction des rapports de pouvoir.

Des postures et statuts négociés et bouleversés aux assignations instrumentalisées : le chercheur et les jeunes vendeurs

32Lorsque le chercheur commence son terrain, il tente en réalité de s’insérer dans des systèmes de pouvoir et de relation préexistants (Flamant 2005), ce qui peut ainsi assigner une place et un rôle (Favret-Saada 1977 ; Fogel & Rivoal 2009). Ces systèmes sont à prendre en compte, notamment dans l’appréhension des statuts des différents interlocuteurs. Lors de mes terrains, mon statut était d’une grande ambiguïté, et, afin de la lever, j’ai rapidement opté pour la posture heuristique de l’« apprenant » (Danic et al. 2006 ; Fogel & Rivoal 2009). En effet, le chercheur « peut adopter une attitude de ‘naïf avisé’, et donc déployer aussi des postures tactiques, notamment en s’adaptant suite au calcul des pour et des contre des positionnements qu’il peut assumer » (Campigotto et al. 2017 : 12). Ce parti pris volontairement mis en œuvre m’a régulièrement été favorable sur le terrain et m’a permis d’obtenir un grand nombre d’explications et de détails à propos des pratiques du marché, contrairement aux situations où mon statut d’« expert » était présumé. Cette posture d’apprenante ne signifie pas pour autant afficher une ignorance à tout prix, au risque d’être complètement discrédité aux yeux des interlocuteurs sur le terrain. Au contraire, elle incite à partager humblement ses hypothèses, ses « résultats », et à mettre en pratique et en mots des apprentissages acquis tout au long du temps passé auprès des interlocuteurs.

33Lorsque j’ai été amenée à travailler aux côtés des jeunes vendeurs, mon statut a souvent été assimilé au leur, ce qui impliquait, au même titre que pour les étudiants, des remontrances plus ou moins agressives en cas d’impairs ou des mises au point sur ma pratique du marché tant de la part de marchands que de chalands. Par conséquent, et ce malgré mon âge, j’ai été à plusieurs reprises présentée comme « apprentie », « student », « stagiaire », ou encore « fille », « nièce », « family », plutôt que comme chercheuse. Néanmoins, comme nous le montrent par ailleurs ces deux exemples ethnographiques, cette posture d’apprenant se complexifie auprès des jeunes. En effet, elle n’est plus seulement celle d’un « entre-deux », entre adulte et jeune, elle se doit d’être également comprise, et surtout négociée, en fonction de ce statut d’étudiant. Ensuite, si les relations semblent être réduites à une question de statut social, elles sont en réalité bien plus complexes. « L’âge, l’origine, le sexe, la situation matrimoniale de l’ethnologue » (Fogel & Rivoal 2009 : 19) entrent en jeu dans l’assignation du chercheur sur le terrain. Ces dimensions auxquelles Razy (2010 : 3) ajoute « le phénotype et les caractéristiques corporelles » sont autant d’aspects à prendre en considération pour saisir la place et le rôle de chacun des interlocuteurs. En effet, qu’en est-il alors des assignations de ces jeunes induites par la présence de l’ethnographe ? Dans le cas de Sahir, ma présence s’est traduite par une rétrogradation de son statut, tout en devant assumer le même rôle, voire plus, dans la mesure où il m’a accompagnée durant mon observation participante. Tandis que sur la Batte ces jeunes gens devaient encadrer ma formation et m’expliquer le fonctionnement du stand, ils ont par la suite accepté de partager avec moi leurs points de vue et leurs anecdotes sur le marché. Ces aspects ont créé un bouleversement de leur rôle et de leur statut, qui s’est entre autres traduit par une valorisation de leurs compétences, mais aussi par une attention particulière portée à leurs propres pratiques marchandes – ce qui vaut également dans le cas de Sahir.

Des actes de retour : la relation ethnographique en question

34Ces deux exemples ethnographiques diffèrent à plusieurs titres quant aux relations de pouvoir ou encore aux stratégies mises en œuvre dans l’espoir d’établir une relation fondée sur une certaine confiance. Ils semblent cependant partager le même point de départ, soit la venue d’une apprentie chercheuse s’intéressant au marché et à ses pratiques. Ma formation a ainsi été confiée à ces jeunes vendeurs qui allaient devoir collaborer avec moi. Qui plus est, aucun consentement de leur part et encore moins leur opinion sur cette situation inédite n’avaient été sollicités. À l’instar de nombreuses enquêtes menées auprès d’enfants (Danic et al. 2006), je m’adressais à chaque fois aux patrons de stands afin de formuler ma requête. Alors que personne ne leur avait demandé leur avis, ces jeunes se retrouvaient malgré eux obligés d’encadrer ma formation et de subir ma présence, mes questions, et surtout mes nombreux impairs et erreurs. En référence au premier cas présenté, les étudiants ne m’ont certes pas accueillie à bras ouverts. Je débarquais dans leur quotidien, inexpérimentée, pour une période déterminée dans le but d’apprendre, d’observer et de tenter de comprendre une réalité qu’ils n’avaient pas nécessairement envie d’expliciter, une entreprise dont la plupart ne voyaient pas l’intérêt. De plus, mon statut de chercheuse n’était pas nécessairement pris au sérieux et celui d’étudiante amenait son lot d’ambiguïté : « Ah bon ? On vous fait faire ça à l’univ’ ? Ça sert à quoi ? » (Émilie lorsque je lui explique l’approche ethnographique).

35Ensuite, l’une des interrogations que posent ces situations de construction de relations ethnographiques avec des jeunes est celle de la confiance, et plus particulièrement de la manière de « gagner la confiance » (Danic et al. 2006 : 105) dans le but de « construire une situation de terrain satisfaisante » (ibid. : 95). Cette volonté de construire une relation ne serait-ce que plus confortable avec Sahir a marqué une grande partie de mon terrain à Bradford. En effet, j’ai été très mal à l’aise face à la situation instaurée à mon arrivée, notamment par les discours d’Asad m’accordant alors un statut dominant. Qui plus est, alors que je me trouvais sur ce terrain afin d’enrichir mes perspectives et d’approfondir des aspects moins connus à partir du marché de Leeds, ma posture d’apprenante n’était plus crédible car j’avais été d’emblée présentée comme « experte ». Ce statut d’étudiante en anthropologie, de jeune femme allant à l’université et réalisant une recherche se révélait alors sous une autre facette. À cela s’ajoutait le fait de disposer d’une situation socio-économique confortable et d’être présentée comme « a good person […] also very smart… » par Asad. Ce tableau ainsi dressé instaurait a fortiori une position dominante face à Sahir, 15 ans, arrivé au Royaume-Uni deux années auparavant, ne maîtrisant pas encore la langue anglaise, et travaillant notamment pour soutenir sa famille. Si cet exemple montre le caractère exacerbé du déséquilibre qu’engendrent non seulement la présence du chercheur sur le terrain mais aussi son statut socioculturel dans la relation ethnographique avec les jeunes en comparaison de celle entretenue avec les adultes (Danic et al. 2006), il révèle en outre l’importance des influences extérieures.

36La relation n’était pas simplement établie entre Sahir et moi. Asad, en tant que responsable, a instauré ce rapport tel qu’il l’entendait. « Gagner la confiance des enfants suppose de parvenir à créer une relation avec eux ‘malgré’ les autres adultes qui voudraient organiser l’interaction, et ‘malgré’ le statut d’adulte du chercheur » (Danic et al. 2006 : 105). Ce n’est que lorsque je décidai de placer mon statut d’apprentie chercheuse de côté et de mettre plutôt en avant ma posture d’apprenante, ainsi que mes interrogations et mes soucis sur la vie quotidienne, ou que je me mis à parler d’Asad sur le ton de la plaisanterie (« Don’t listen to him. He is just playing the big boss to bother you! », lui avais-je dit devant Asad), qu’il a été possible de construire une relation plus confortable, autorisant alors Sahir à parler enfin de lui. Cet aspect permet de rappeler que la relation ethnographique est avant tout « une relation humaine impliquant une reconnaissance de la part affective de l’échange (ou du lien), une gestion, voire une négociation des affects et un engagement dans la pratique à ce titre » (Fogel & Rivoal 2009 : 37). Par la suite, j’ai pu valoriser le discours de Sahir à travers la collecte des matériaux ainsi que les actes de retour.

37Dans le premier cas, au stand de la Batte, j’ai perçu que le rapport de confiance a finalement pu être amorcé par la maîtrise de « techniques du corps » apprises lors de mes précédents terrains. Le partage d’expériences implique pour le chercheur un apprentissage de pratiques et de savoirs, de savoir-faire particuliers qui passent par le corps. Ainsi, le corps de l’ethnographe est marqué par l’expérience et un apprentissage de techniques (Mauss 1934 ; Warnier 1999). Comme l’évoquent Fogel et Rivoal (2009 : 33), « ces savoirs sont souvent essentiels dans la dynamique de l’enquête en ce qu’ils permettent de transformer les contraintes liées aux assignations et aux rôles imposés, ou d’être mieux à même d’en jouer ». Elles ajoutent que ces savoirs sont également des « savoir-faire qui, lorsqu’ils sont acquis par l’ethnologue, constituent la mesure de son savoir-être en société », ce qui fait ainsi écho aux manières d’être et de faire en tant que marchand. Le fait que la maîtrise de ces techniques et savoir-faire – possible à la suite de plusieurs retours sur ce terrain – soit progressivement reconnue par mes interlocuteurs a permis un changement ayant une conséquence directe sur les relations avec les jeunes vendeurs. J’ai alors été prise au sérieux au regard de mon expérience, ce qui a amené un basculement de la relation asymétrique, notamment après le partage de mes idées et la sollicitation de leurs points de vue, de leurs conseils, ainsi que ma proposition d’aide pour leurs propres projets. Ce n’est qu’après un certain temps et plusieurs retours sur le terrain qu’une réciprocité a pu s’établir dans nos relations.

38Enfin, ces exemples ethnographiques amènent à souligner le rôle de ces jeunes comme véritables partenaires dans la construction de mes matériaux. Cependant, la situation avec Sahir met également en lumière un aspect « dérangeant » dans l’idéal de la co-construction des relations ethnographiques. En effet, étant imbriqué dans des rapports subjectifs (Tedlock 1991), le chercheur sur le terrain met inévitablement en scène son intimité, son intériorité, ses qualités physiques, sociales, culturelles, humaines ainsi que son histoire (Godelier 2007), lors de la négociation des rôles, des postures et des statuts. Toutefois, alors que Sahir excellait à m’éviter et à éluder mes questions, j’exigeais de lui non seulement cette relation, mais également un partage de lui-même, de sa vie, de son intériorité et de ses pratiques alors qu’il n’avait rien demandé. Ce n’est qu’au terme de discussions ou plutôt de monologues me concernant que la situation a alors pu évoluer. Cet aspect permet ainsi d’insister sur le fait que la relation ethnographique est avant tout une rencontre et un partage entre individus, et qu’il est important de ne pas oublier l’impact du chercheur dans le quotidien des interlocuteurs, dont la présence engendre des bouleversements sur le terrain. La relation ethnographique est entendue « comme une méthode de connaissance épistémologiquement fondée sur la rencontre et l’établissement de relations » (Fogel & Rivoal 2009 : 1), dépassant l’idée d’« interactions dialogiques » permettant la production de matériaux (Tedlock 1991). De là découle entre autres l’impératif de contextualisation des matériaux afin de saisir les conditions de production des connaissances.

Conclusion

39La restitution s’invite dans toute recherche menée en sciences sociales et ce, dès le début de l’enquête. Si celle-ci varie en matière de forme et de contenu de plus en plus diversifiés, le chercheur peut être rapidement sollicité par rapport à ce retour, lui-même désormais régulièrement attendu par les interlocuteurs. Pourtant, « rendre compte » de ses résultats n’est pas toujours chose aisée et peut éveiller des sentiments de malaise chez le chercheur – et partant chez ses interlocuteurs. Il peut avoir le sentiment d’être placé en situation de « mise à l’épreuve » par les sujets de sa recherche, auxquels il peut répondre par des postures et des stratégies d’évitement. Sur la base de l’analyse d’une première expérience de terrain menée en France et de nouvelles expériences en Belgique et au Royaume-Uni, la réflexion sur la restitution s’est alors élargie. En effet, lors de relations ethnographiques inscrites dans la longue durée, d’autres possibilités de restitution semblaient prendre le pas face à des formes plus formelles initialement réfléchies.

40C’est ainsi que ce chapitre a proposé de considérer la restitution à travers les actes de retour anodins qui ont eu lieu tout au long du terrain et qui n’ont pourtant pas été mis en œuvre comme tels a priori. Ces retours peuvent être compris comme des discussions informelles, du partage de temps, d’informations, de résultats éventuels concernant la recherche, mais également comme des services rendus. Plus particulièrement, la réflexion sur ces actes de retour m’a permis de mettre en évidence le rôle des jeunes vendeurs sur le terrain, dans le processus de la construction des matériaux et de la recherche en elle-même. Imbriqué dans des systèmes de pouvoir et de relations préexistants (Flamant 2005) impliquant une assignation de places et de rôles (Favret-Saada 1977 ; Fogel & Rivoal 2009), le chercheur peut tenter d’adopter une posture d’apprenant. Celle-ci permet en partie de contourner ces assignations, et plus particulièrement les statuts potentiellement contraignants pour la relation ethnographique qui pourraient en résulter. Ce jeu de places et de statuts du chercheur et de ses interlocuteurs relève de plusieurs dimensions : du statut socio-économique, mais aussi de l’âge, du sexe, ou encore du phénotype et des influences extérieures. Nous avons enfin appris que l’un des enjeux pour la déconstruction des rapports de pouvoir est la confiance que tente d’établir le chercheur avec les jeunes. Comme le montrent les exemples ethnographiques présentés, cette confiance a pu être progressivement amorcée par la maîtrise de savoir-faire ou le partage de l’intimité du chercheur.

41Soulignons que cette contribution s’est attachée à un aspect particulier de la restitution, très centré sur le chercheur. Si cette perspective peut être heuristique du point de vue de la restitution, il faut néanmoins la mettre en regard des bouleversements qu’engendrent la recherche et la restitution sur le terrain, et a fortiori une « restitution sur la restitution ». J’entends également cet exercice réflexif comme la preuve de l’importance de consacrer une place à un véritable travail de restitution pour les terrains d’enquête en anthropologie, qui relève d’un « enjeu éthique » que tout chercheur devrait considérer, quelles que soient les formes et modalités faisant sens pour les interlocuteurs du terrain.

42En guise de conclusion, je soulignerai les éclairages et les nouvelles perspectives que les études en anthropologie de la jeunesse, de l’enfance et des enfants apportent à l’anthropologie générale. Outre le fait de donner la parole aux jeunes et aux enfants en tant qu’individus à part entière, ces apports mettent le chercheur au défi de mener un travail réflexif plus approfondi et l’aident à enlever des œillères qui s’installent aisément dans toute recherche. Envisager la restitution auprès des jeunes permet en effet de déplacer le regard – en particulier dans le contexte d’un terrain mené depuis plusieurs années – et, partant, amène à déconstruire les enjeux et les dynamiques en matière de postures, de statuts, d’assignations et de rôles du chercheur et des jeunes pour mieux comprendre les processus à l’œuvre.

Bibliographie

Berliner D. 2013 « Le désir de participation ou Comment jouer à être un autre » L’Homme 206 : 151-170.

Bonnet D. 2010 « La construction sociale de l’enfance : une variété de normes et de contextes » Informations sociales 160 : 12-18.

Bourdieu P. 1978 « Entretien avec Anne-Marie Métailié » (520-530), In Les Jeunes et le premier emploi. Paris : Association des âges.

Campigotto M., Dobbels R. & Mescoli E. 2017 « Éditorial. La pratique du terrain “chez soi”. Entre familiarité, altérité et engagement » Émulations 22 : 7-15.

Christensen P. 2004 « Children’s Participation in Ethnographic Research: Issues of Power and Representation » Children & Society : 165-176.

Copans J. 2011 L’Enquête ethnologique de terrain. L’enquête et ses méthodes. Paris : Armand Colin.

Danic I., Delalande J. & Rayou P. 2006 Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Debouny L. 2017 « Pour une observation trébuchante. De l’inconfort de la posture ethnographique » Émulations 22 : 113-125.

De Largy Healy J. 2011 « Pour une anthropologie de la restitution. Archives culturelles et transmissions des savoirs en Australie » Cahiers d’ethnomusicologie 24.

Fainzang S. 1994 « L’objet construit et la méthode choisie : l’indéfectible lien » Terrain 23 : 161-172.

Farnarier C. 2015 « La restitution comme épreuve de la recherche » (203-224), In Vidal L. (dir.), Les Savoirs en sciences sociales. Marseille : IRD Éditions.

Fassin D. 2008 « Répondre de sa recherche. L’anthropologue face à ses ‘autres’ » (300-320), In Fassin D. & Bensa A. (dir.), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte.

Favret-Saada J. 1977 Les Mots, la mort, les sorts, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines ».

Flamant N. 2005 « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise » Terrain 44 : 137-152.

Fogel F. & Rivoal I. 2009 « Introduction » Ateliers du LESC 33 URL : https://journals.openedition.org/ateliers/8192.

Godelier M. 2007 Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie Paris : Albin Michel.

Kobelinsky C. 2008 « Les situations de retour. Restituer sa recherche à ses enquêtés » (185-204), In Fassin D. & Bensa A. (dir.) Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte.

La Pradelle (de) M. 1996 Les Vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs. Paris : Fayard.

Leservoisier O. & Vidal L. 2007 « L’exercice réflexif face aux conditions actuelles de la pratique ethnologique » (1-15), In Leservoisier O. & Vidal L. (dir.) L’Anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques. Paris : Éditions des archives contemporaines.

Mauss M. 1934 « Les techniques du corps » Journal de Psychologie 32.

Navarro A. 2012 « Les marchés de plein vent. Le cas des commerces de l’alimentation » Ethnologie française 165 : 111-120.

Peatrik A.-M. 2020 « Pour une anthropologie des jeunes en Afrique » Ateliers d’anthropologie [En ligne] 47, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 14 mai 2021 URL : http://journals.openedition.org/ateliers/12114. DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.12114.

Raulin A. 2000 L’ethnique est quotidien : diasporas, marchés et cultures métropolitaines. Paris : L’Harmattan.

Razy É. 2014 « La pratique de l’éthique : de l’anthropologie générale à l’anthropologie de l’enfance et retour » AnthopoChildren 4 URL : https://popups.uliege.be/2034-8517/index.php?id=2046.

Rivoal I. & Peatrik A.-M. 2015 « Les “jeunes” dans le sud de la Méditerranée » Ateliers danthropologie [En ligne] 42, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 14 mai 2021 URL : http://journals.openedition.org/ateliers/9972. DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.9972.

Tedlock B. 1991 « From Participant Observation to the Observation of Participation: the Emergence of Narrative Ethnography » Journal of Anthropological Research 47 : 69-94.

Vidal L. 2011 « Rendre compte. La restitution comme lieu de refondation des sciences sociales en contexte de développement » Cahiers d’études africaines 2(202-203) : 591-607.

Warnier J.-P. (dir.) 1994 Le Paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse. Paris : L’Harmattan.

Zelizer V. 1992 « Repenser le marché. La construction sociale du ‘marché aux enfants’ aux États-Unis » Actes de la recherche en sciences sociales 94 : 3-26.

Zonabend F. 1994 « De l’objet et de sa restitution en anthropologie » Gradhiva 16 : 3-14.

Notes

38 Tout au long de ce texte, le terme de « chercheur » est également entendu dans son équivalent féminin.

39 Cette thèse tire ses hypothèses des observations menées sur le terrain durant lesquelles les interlocuteurs mettaient en évidence des discours, des pratiques et des discours sur les pratiques en termes de « eux » et « nous » variant selon l’individu (parcours, genre, statut, identités, etc.). Ainsi, la problématique de l’authenticité et de l’altérité, et de leur rapport dialectique et complémentaire dans l’optique de la construction des identités sur le marché et ailleurs, s’est progressivement dessinée.

40 De nombreuses associations sans but lucratif (ASBL) se trouvent sur les marchés de Liège et de Leeds de manière temporaire, pour la promotion d’une alimentation saine, d’un mode de vie sans déchets, ou des soins médicaux (NHS à Leeds), etc.

41 Pétitions, questionnaires, radios trottoirs, journalistes, sans compter les criées et les techniques pour attirer les chalands.

42 En effet, certains marchands sont par exemple régulièrement amenés à « jouer au marchand » à la demande et selon le plaisir des touristes, notamment pour la prise de photos-souvenirs.

43 Le terme de « recherche » a d’ailleurs été favorisé sur le terrain plutôt que celui d’enquête, dans le but de se distinguer des enquêtes journalistiques ou policières.

44 Rappelons que si certains interlocuteurs viennent sur le marché dans un but de détente et de chalandage, d’autres au contraire travaillent et ont peu de temps pour la discussion.

45 Ce mémoire repose sur une enquête de terrain ethnographique menée en 2013 durant quatre mois, principalement sur les marchés d’Arles, de Tarascon et de Saint-Rémy-de-Provence, et a envisagé la problématique de la fabrique de l’authenticité.

46 La foire Saint-Martin est une festivité importante (alimentaire, artisanale, tout-venant, street food, etc.) dans la province du Luxembourg, située à Bomal où se trouve la « petite Batte », petite sœur du marché dominical de la Batte à Liège.

47 Lors de rencontres avec des enfants, d’observation de stands ou d’activités sur le marché où se retrouvaient des enfants, ou encore lors de visites pédagogiques organisées afin de leur faire connaître le marché.

48 Comprises comme « la diversité des modes de fonctionnement commerciaux en termes d’interaction avec la clientèle ou plus exactement avec les clientèles concernées » (Raulin, 2000 : 18).

49 Le terme étudiant est indifféremment employé pour désigner des élèves du secondaire et des étudiants menant des études supérieures.

50 Rapidement, Asad m’a présentée aux autres interlocuteurs comme étant sa « nièce » venant apprendre le travail de marchand. En dehors de la présence d’Asad, de nombreux marchands me connaissaient par ce lien, au point où les interlocuteurs m’encourageaient à l’appeler « uncle ».

51 À noter qu’il ne s’agissait pas là uniquement d’une stratégie, considérant le fait que beaucoup d’aspects m’étaient inconnus. En effet, le religieux et la place de la femme, mais aussi les transactions elles-mêmes, différaient sur le marché de Leeds.

Auteur

Doctorante à l’IRSS-LASC (FaSS, ULiège, Belgique), travaille sur la migration, le politique, le religieux, l’alimentation et le patrimoine dans le contexte du marché. Sa thèse porte sur la construction des identités au cœur des interactions impliquant vendeurs et chalands à partir du rapport dialectique entre authenticité et altérité. Ses terrains se situent en Belgique, en France et au Royaume-Uni.

 

A PhD student at IRSS-LASC (FaSS, ULiège, Belgium), works on migration, politics, religion, food, and heritage within marketplaces. Her thesis focuses on the construction of identities at the heart of interactions between salespeople and shoppers, from the dialectical relationship between authenticity and otherness. Her fieldwork takes place in Belgium, France, and the United Kingdom.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search