Version classiqueVersion mobile

Les Panthéons des cités

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Les dieux du Trophonion lébadéen : panthéon ou amalgame ?*

Pierre Bonnechere

Texte intégral

1. Introduction

  • * Cet article est la concrétisation partielle d’une recherche subventionnée par le Conseil de Recher (...)
  • 1 L’étude la plus complète et la plus récente sur Trophonios est celle de A. Schachter, Cults of Boi (...)

1Le Trophonion est un sanctuaire complexe1. Son panthéon n’est que très imparfaitement connu grâce à un célèbre passage de Pausanias (LX, 39, 1-14), qui énonce les divinités du lieu sans que l’on puisse deviner d’emblée les relations qu’elles entretenaient avec leurs congénères, sur les plans fusionnés du culte et de la mythologie. Étant donné la loquacité réduite des autres sources littéraires et des documents épigraphiques, ainsi que l’absence presque totale de données archéologiques, l’étude nécessite une prise en compte du problème trophoniaque dans toute son ampleur.

2. Constat topographique

2L’actuelle cité de Lébadée s’adosse, au sud, aux deux contreforts montagneux du Laphystion à l’est et de la montagne du prophète Élie à l’ouest. Ces deux pentes assez raides sont séparées par la profonde gorge de la rivière Hercyna, aujourd’hui dominée par une puissante forteresse médiévale.

1. Palaea Panagia. 2. Chapelle des Anargyres. 3. Palaea Theotokos. 4. Gorge de l’Hercyna. 5. Église Saint-Jean. 6. Contrefort montagneux conjoint à la colline du fort et à la montagne du Prophète Élie. 7. Temple de Zeus Basileus [Je dois ce plan à la gentillesse de L.A. Turner (Ancient Lebadeia [cité n. 2]), qui elle-même a bénéficié de la collaboration des services cartographiques de l’armée grecque.]

  • 2 The History, Monuments, and Topography of Ancient Lebadeia in Boeotia, Ann Arbor (UMI), 1994. Elle (...)

3Grâce aux recherches de Lee Ann Turner2, la configuration du site ancien a pu être précisée. Le sanctuaire s’étageait, on le sait depuis longtemps, sur trois secteurs : le bois sacré le long de la rive gauche de l’Hercyna, le sanctuaire de sommet sur la Montagne du Prophète Élie, et l’oracle proprement dit, dans une aire médiane. L’amélioration de nos connaissances provient du détail apporté à ce plan général.

La partie basse

  • 3 C’est la seule « correction » que j’apporterai aux conclusions de Lee Ann Turner, qui limitent le (...)

4Le secteur inférieur comprenait d’abord la gorge de l’Hercyna3. Pausanias précise que les sources du cours d’eau surgissaient au fond d’une caverne où l’on trouvait les statues de Trophonios et d’Hercyna, semblables à celles d’Asclépios et Hygie, avec des serpents autour de leur sceptre. À proximité s’élevaient la tombe du héros Arcésilas, dont les restes avaient été ramenés de Troie par Léitos, et un petit naos consacré à Hercyna, où la Nymphe était représentée avec un jars dans les bras, en relation avec l’aition de la rivière conté par le Périégète (LX, 39, 3).

  • 4 Paus., IX, 39, 3-4.
  • 5 Paus., IX, 37, 7 et 39, 8. Sur l’identification des sources : Turner, Ancient Lebadeia (cité n. 2) (...)

5Dans le bois sacré se dressait le temple de Trophonios, avec une statue du héros sous les traits du même Asclépios, œuvre de Praxitèle, ainsi qu’un sanctuaire de Déméter Europè et une statue hypèthre de Zeus Hyétios4. En plus d’un bothros consacré à Agamède, frère malheureux de Trophonios, deux sources, distinctes de celles de l’Hercyna, et appelées par Pausanias Léthé et Mnémosyné, se trouvaient en ces parages ; on est tenté aujourd’hui, selon la vraisemblance uniquement, d’identifier la première avec une source froide, dite Kryo, sur la rive gauche de l’Hercyna, et la seconde avec une des sources chaudes que l’on trouve en face, sur la rive droite5.

  • 6 On parle parfois aussi d’un monastère ou d’une église des Anargyres : voir Turner, Ancient Lebadei (...)
  • 7 L.A. Turner (Ancient Lebadeia [cité n. 2], p. 490) situe le temple de Trophonios sous l’actuelle é (...)
  • 8 Surtout que ces inscriptions, semble-t-il aujourd’hui détruites (IG, VII, 3092 : Pan et Nymphes ; (...)

6Trois églises ont été édifiées dans cette zone, partiellement avec des matériaux anciens. Sur la rive droite, l’église de Palaea Panagia (n° 1) et plus au sud, juste au début de la gorge, celle des Anargyres, les saints Cosme et Damien (n° 2), se trouvent sur des terrasses qui pourraient être antiques ; sur la rive gauche, celle de Panagia Theotokos (n° 3), qui est à proximité d’une chapelle des mêmes Anargyres6. Selon la vision que l’on a du site, on peut tenter d’identifier ces lieux de culte actuels avec les temples antiques, et l’un des deux sanctuaires des Anargyres, saints médecins, a bien des chances de recouvrir le sanctuaire de Trophonios7. La gorge (n° 4) apparaît comme un Nymphée, et fut utilisée comme tel, tandis que de nombreuses niches et cavités impliquent une activité cultuelle peut-être rattachée à Pan, honoré en deux inscriptions sur la paroi rocheuse de la rive gauche, et qui n’est que trop à l’aise en compagnie des Nymphes8.

La partie haute

  • 9 Héra Basilis n’est attestée qu’épigraphiquement : IG, VII, 3097.
  • 10 Paus., IX, 39, 4 (je laisse de côté le problème du lieu-dit « La chasse de Corè » :voir Schachter, (...)

7La sanctuaire au sommet de la montagne du Prophète Élie (n° 7) est plus simple à concevoir (IX, 39, 4) : outre un hieron d’Apollon, deux temples s’y élevaient, l’un dont les restes de fondation sont visibles encore, consacré à Zeus Basileus et Héra Basilis9, l’autre aujourd’hui disparu et abritant selon Pausanias les statues de Cronos, Zeus et Héra10.

La partie médiane

  • 11 Paus., IX, 39, 4 et 9-13.

8L’aire intermédiaire du sanctuaire comprenait l’oracle proprement dit. Pausanias dit clairement : « pour ceux qui montent du bois sacré vers l’oracle, et de là plus haut sur la montagne », vers le temple de Zeus Basileus (ἀναβᾶσι δὲ ἐπὶ τὸ μαντεῖον καὶ αὐτόθεν ἰοῦσιν ἐς τὸ πρόσω τοῦ ὄρους). L’entrée de l’oracle était une simple assise de pierre blanche, circulaire et de diamètre restreint, qui ouvrait en son milieu sur un puits au fond duquel, semble-t-il, un étroit boyau conduisait à l’adyton. À proximité se trouvait le trône de Mnémosyné sur lequel le consultant était censé se rappeler de ce qui lui avait été révélé11.

  • 12 Schol. à Lucien, Dialogues des morts, 10, 1.
  • 13 En dernier lieu Schachter, Cuits, 3, p. 74-75 (et bibl.). La translation de l’adyton, à l’époque h (...)

9Cette partie, archéologiquement, nous échappe complètement, mais si tous les secteurs du sanctuaire ont été proposés, un seul semble probable : le flanc nord conjoint de la colline que domine le château-fort et de la Montagne du Prophète Élie (n° 6). Lee Ann Turner propose de localiser l’adyton à l’emplacement de la vieille église Saint-Jean (n° 5), laquelle pourrait avoir été construite à l’endroit du martyrion de saint Christophe cité par un scholiaste de Lucien12. Enfin, on aurait découvert l’adyton de Trophonios de l’Antiquité tardive, juste au sud-ouest du grand temple sommital, mais l’identification du bâtiment est incertaine et de toute manière ne règle pas la question de la localisation de l’adyton classique13.

  • 15 Turner, The Topography and Monuments of Livadia (cité n. 2), p. 345.

10Cette situation floue est décevante quand on s’essaie à saisir l’essence d’un sanctuaire : rien de précis sur la disposition des édifices et lieux de culte au Trophonion, et comme Lébadée n’a pas été fouillée, nous savons moins que rien sur la distribution des aires religieuses dans la cité, sans même avoir la possibilité d’estimer clairement la situation du sanctuaire par rapport à la ville ; les estimations actuelles permettent tout au plus de penser que la cité se serait organisée sur un axe qui montre l’habitat entre les centres funéraires au nord-est et le sanctuaire de Trophonios au sud-ouest15.

  • 15 Le point de départ est une corruption du texte du Périégète (IX, 39, 2). La meilleure émendation e (...)
  • 16 J. Jannoray, Nouvelles inscriptions de Lébadée, in BCH, 64-65 (1940-1941), p. 36-37, et A. Keramop (...)

11Une querelle s’est élevée aussi quant à savoir si le Trophonion était séparé de la cité par l’Hercyna15 ; s’il va de soi cependant qu’un tel sanctuaire chthonien devait être strictement délimité, je ne pense pas que la rivière ait joué le rôle d’une démarcation, car, aux alentours de la gorge, les édifices anciens semblent avoir été disposés sur les deux rives. Deux tronçons des remparts byzantins au nord de la ville ont par ailleurs été retrouvés à l’est et à l’ouest de l’Hercyna16, de quoi tempérer la ferveur des tenants d’une Hercyna-frontière entre le Trophonion sur la rive gauche et la cité antique sur la rive droite.

  • 17 Pour les références et un commentaire, voir Schachter, Cults, 1, p. 50 (Apollon) ; 1, p. 101 (Arté (...)

12D’autres cultes enfin sont épigraphiquement attestés, mais les inscriptions sont toutes de provenance inconnue, utilisées pour l’essentiel comme matériau de remploi dans les deux tronçons des murailles tardives, interdisant les conclusions topographiques : citons Apollon, Artémis, Daimôn [ou Zeus] Meilichios, Dionysos, Hermès, Homonoia et Mètèr17.

  • 18 Paraîtront très prochainement : La scène d’initiation des Nuées d’Aristophane et Trophonios : nouv (...)

13À Lébadée donc, le constat archéologique fait défaut, à peu de choses près, et le constat topographique est très limité. Quant aux cultes urbains, nous n’en savons rien, puisque Pausanias fut, au propre et au figuré, happé par le Trophonion et en oublia la riante cité qu’il ne mentionne qu’en passant. Ajoutons au tableau que l’activité du lieu a toujours été considérée comme réduite au seul domaine mantique. Avec une marge de manœuvre aussi étroite, on peut néanmoins atteindre certaines vérités susceptibles d’éclairer le complexe mythico-cultuel, et ce en focalisant l’attention sur le pivot du culte, Trophonios. Les quelques réflexions qui suivent s’insèrent dans une étude plus vaste et en bonne voie d’achèvement18.

3- Qui est Trophonios ? Premier essai : les légendes

  • 19 Par exemple Schachter, Cults, 3, p. 69 et 72, n. 4. Aussi W.K.C. Guthrie, Les Grecs et leurs dieux (...)
  • 20 Je donnerai ailleurs une étude complète des composantes légendaires, qui ici serait hors de propos (...)

14On connaît trois versions de la légende trophoniaque, rapidement déclarées contradictoires et incompréhensibles quant à leur relation avec le culte lébadéen19. Ces versions pourtant ne sont pas si disparates qu’elles en ont l’air20.

  • 21 Pind., fr. 2-3 Mähler (‘O δ’ ἐθέλων τε καὶ δυνάμενος ἁβρὰ πάσχειν τὰν ’Αγαμήδεϊ Τρεφωνίῳ θ’ ‘Εκατα (...)
  • 22 Par l’Hymne homérique à Apollon (294-299), on apprend que les deux frères posent le seuil de pierr (...)
  • 23 [Platon], ΑΧ., 367c ; Plut., Consol, à Apoll., 108f-109b. Sur les jumeaux argiens : Hdt., I, 31.
  • 24 Pind., Οl, II, 56-87 ; Thr., VII, fr. 129-136b Mähler. Voir J. Duchemin, Pindare poète et prophète (...)

15Un premier groupe de légendes était bien connu de Pindare, qui présente Trophonios et son frère Agamède comme les pieux ouvriers d’Apollon, usant à bon escient de leur compétence d’architecte21 : ils participent, pour être bref, à la construction de l’adyton de Delphes22, et le dieu, qui leur avait promis un salaire, les fait mourir durant leur sommeil. Plutarque et l’Axiochos pseudo-platonicien comparent le mythe avec celui de Cléobis et Biton, dont la mort est la récompense de la vertu23. Cette comparaison, entre autres indices, semble indiquer que Trophonios, avec son frère, était un héros chéri des dieux qui mourait en pleine jeunesse, dans un contexte implicitement mantique car relié à l’Apollon et au temple de Delphes. De plus, tant Pindare que Plutarque sont sensibles à la doctrine de la métempsycose24, et la volonté de faire mourir un héros jeune n’est pas à concevoir uniquement dans une perspective fataliste.

  • 25 Paus., IX, 37, 5-6 (trésor d’Hyrieus, Béotie) ; Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; Tzetz (...)
  • 26 J.G. Frazer (Pausanias’s Description of Greece [cité n. 5], p. 176-179) relevait déjà, vers 1900, (...)
  • 27 Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a (Holwerda). Voir F. (...)

16Une seconde version de la légende, apparemment opposée, montre les deux architectes bâtissant des trésors, qu’ils truquent pour en dérober de nuit les richesses par l’extérieur. Agamède finissait par se faire prendre, et Trophonios, de peur d’être reconnu, lui coupait la tête puis était englouti par la Terre à Lébadée25. Celui-ci devient donc un trickster, dans une histoire à l’action bien représentée dans le folklore mondial26. On y retiendra la ruse, apatè, qui permet à Trophonios de voler puis d’échapper à la justice terrestre. Dans une des variantes, il ne trouve son maître qu’en Dédale, l’architecte et technicien sans pareil27.

17Les deux versions se complètent plutôt qu’elles ne s’opposent : Trophonios et Agamède sont proches parents, architectes, jeunes selon Pausanias (IX, 37, 5), et à l’apatè du monde adolescent répond la fleur de l’âge des héros qui s’endorment à jamais dans la version pindarique. Pour s’en convaincre, signalons que le folklore clôt souvent ces histoires de vol par le mariage entre le voleur et la fille du roi volé. Bref, les modalités du décès des architectes sont bien sûr différentes, mais elles s’équivalent d’un point de vue structural. Trophonios peut donc être aussi, du moins dans certaines approches légendaires, un adolescent en « phase terminale ».

  • 28 Hom., Il., IX, 401-405 ; voir aussi Od., VIII, 79-80 : on y distingue la signification de passage, (...)
  • 29 Paus., IX, 11, 1.
  • 30 Voir surtout Motte, Prairies et jardins (cité n. 24), p. 81-87.
  • 31 Mêmes composantes dans le temple qu’ils construisent pour Poséidon à Mantinée : une pièce interdit (...)
  • 32 Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby. Voir aussi Photios, S.V. Λεβάδεια ; schol. à Aristoph. (...)
  • 33 Paus., IX, 39, 12.

18Maintenant, que construisent Trophonios et son frère ? Le trésor de rois et l’« adyton » du temple de Delphes, qui renferme chez Homère tous les trésors d’Apollon28, en bref des pièces closes et pleines de richesses. Ils construisent aussi la chambre d’Alcmène à Thèbes29, et on sait que le thalamos, – qui peut signifier aussi chambre du trésor, – est la retraite absolue de l’intimité conjugale ; l’assimilation de la femme à la Terre lors de l’étreinte confère à la pièce une évidente valeur chthonienne30. Aucune de ces chambres, coupées du monde et donc secrètes, n’est néanmoins parfaitement close : Apollon rend ses oracles à Delphes, les rois sont volés et Zeus féconde Alcmène dans son thalamos31. Des événements inexplicables y ont donc lieu : vols impalpables, et plus encore divination, fécondation surnaturelle. En fait, ces pièces sont autant de points de contact avec le divin dans sa dimension chthonienne et nocturne. Et l’oracle de Trophonios n’est pas autre chose, puisqu’il est un lieu de rencontre entre l’au-delà et l’ici-bas : aussi n’est-il nullement étonnant qu’une troisième version en ait plus tard rapporté l’édification à Trophonios lui-même. La présence, à Lébadée, d’un manteion à la construction soignée aurait donc impliqué une explication locale qui fit se rejoindre les épisodes du vol, du dol, de la disparition de Trophonios et de sa présence dans un bel édifice à Lébadée32, par ailleurs riche en or33.

  • 34 Il n’est aucune source qui fasse de Trophonios un devin de son vivant ; Trophonios, dans les légen (...)

19En ce qui concerne la légende et le culte, force est de constater une liaison beaucoup plus nette qu’on ne l’a dit jusqu’à présent. Trophonios est un héros, avec certains traits adolescents, que l’on vient consulter dans son antre, et qui avait passé sa vie à construire des chambres où divin et humain pouvaient se rejoindre : c’est de cette faculté de contact avec l’autre monde que lui vinrent ses pouvoirs divinatoires, qui semblent au départ lui avoir été étrangers34.

4. Qui est Trophonios ? Deuxième essai : les généalogies

  • 35 Lact. PLAC. à STACE, Théb., VII, 345 ; PAUS., IX, 37, 5 (selon lequel la plupart des pèlerins accr (...)
  • 36 IG, VII, 4136. Voir Schachter, A Consultation of Trophonios (cité η. 1), p. 258-270.
  • 37 Paus., IX, 39, 1-8 (sans compter le voyage dans l’au-delà, juridiction de Corè-Perséphone). La pré (...)

20En bref, le père de Trophonios peut être Erginos, roi d’Orchomène, Apollon, une fois même Zeus. La filiation apollinienne se fit pressante dans l’antiquité tardive35, mais on sait qu’au iiie siècle avant J.-C. la cité était consacrée à Trophonios et à Zeus Basileus36, tandis qu’au Trophonion on vénérait plutôt Déméter, Zeus et le couple Hercyna-Corè37.

  • 38 Hes., fr. 245 Merkelbach-West (19902) ; Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; schol. à Aris (...)
  • 39 H. hom. à Apoll, 294-299 ; Pind., fr. 2-3 Mahler ; [Platon], AX., 367c ; Plut., Consol, à Apoll., (...)

21L’Hymne homérique à Apollon fait de Trophonios le fils d’Erginos (297). Il est invariablement lié aussi à la mythologie mycénienne de Béotie par sa mère Épicaste, grande dame de la dynastie thébaine, parfois appelée Jocaste38. Trophonios et son frère toutefois, dès l’hymne homérique et jusqu’à basse époque, évoluent en directe association avec le dieu, à Delphes même39.

  • 40 Voilà un point de convergence du recueil d’articles édité par J. Solomon, Apollo. Origins and Infl (...)
  • 41 IG, VII, 3077 (prêtre de Zeus Trophonios, ca 50-120 ap. J.-C) ; 3098 (dédicace selon l’oracle de Z (...)
  • 42 Schol. à Aristoph., Nuées, 508a Holwerda, et Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a.

22Apollon aurait donc été peu à peu associé au personnage de Trophonios pour deux raisons assez classiques. La première est la divination, qui finit par devenir l’apanage essentiel du dieu de Delphes. La seconde est que Trophonios possède à certains égards les caractéristiques d’un adolescent mythique, et qu’Apollon est le patron des jeunes gens en passe de devenir adultes40. Aucune assimilation ne verra le jour, alors que par rapport à Zeus, Trophonios s’est davantage prêté à une assimilation qu’à une filiation41 : seule une mention tardive, et en soi peu crédible, des scholiastes d’Aristophane en fait le fils du roi des dieux et de Jocaste42.

  • 43 Cic, De la nat. des dieux, III, 22, 56.
  • 44 Poseidonios d’Apamee (FGrHist, 87 F 70 Jacoby) cite entre autres Orphée, Musée, Amphiaraos et Zalm (...)

23Trophonios apparaît donc tel un héros adolescent au point de convergence des mondes d’ici et d’en bas, qui de simple mortel devient héros aux pouvoirs divinatoires. Faut-il s’étonner dès lors qu’une généalogie transmise par Cicéron43 en fit le troisième Mercure ? Trophonios est de surcroît toujours présenté de concert avec d’autres héros aux mêmes affinités mantiques chthoniennes par « incubation », ayant conquis leur immortalité et définis comme macares44, ce à quoi s’opposent les Chrétiens.

5. Le Trophonion : caractères initiatiques, mystériques et chamaniques

  • 45 Citons par exemple les mortifications, interdits comportementaux et abstinences, connus par Pausan (...)

24Laissons Trophonios un moment pour nous attarder aux fonctions très larges que semble avoir remplies le sanctuaire de Lébadée en plus de sa fonction de manteion. De nombreuses colorations orphiques et pythagoriciennes du sanctuaire béotien sont remarquables, bien que ce dernier ne soit inféodé à aucun des deux mouvements : il s’agit davantage d’une élaboration parallèle sur base d’idées qui circulent depuis l’époque archaïque45.

  • 46 Alexis, PCG, fr. 238-240 ; Aristoph., Nuées, 506-508 (et sans doute bien davantage : voir infra, p (...)
  • 47 Principales sources : réclusion, thronôsis, mystagogie : Paus., IX, 39, 5-14. Danses armées et éro (...)
  • 48 Voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, 1968 (...)
  • 49 Timarque : Plut., Démon de Socr, 21 (Mor., 590b) ; Apollonios : Philostr., Vie d’Apoll, VIII, 19.

25La consultation consistait en une descente aux enfers, katabasis, qui vaut qu’on la décortique ; nombre d’éléments rapportés par Pausanias (IX, 39, 5-14) existaient sans aucun doute à l’époque de Cratinos, Aristophane, Céphisodore, Alexis et Ménandre46. L’itinéraire du consultant est un décalque du voyage dans l’au-delà et ressemble au « chemin » à suivre pour les âmes platoniciennes ou orphiques. Réclusion chthonienne, abstinences diverses, parfois éleusiniennes, régime alimentaire riche, danses armées et érotiques, thronôsis, personnel mystagogue47. Le sacrifice d’un bélier noir à Agamède est le premier acte chthonien et la condition dernière d’accès au Tirésias local, Trophonios : là, le consultant commence, euelpis, son parcours infernal. Deux jeunes garçons, les Hermai, le mènent à la rivière chthonienne et étymologiquement reliée à l’idée de frontière48, – ici, celle de l’Hadès, – pour l’y oindre d’huile et le laver. Les prêtres lui font boire aux deux sources infernales, l’Oubli et la Mémoire, puis vient la vision d’une statue secrète de Trophonios ; le consultant revêt la tunique blanche de lin et les sandales idoines, pour cheminer péniblement en direction de l’adyton, à la lumière des torches sur un long chemin rocailleux. Déjà sur le territoire chthonien, le consultant subit les étapes de séparation qui se succèdent, toujours, plus profondes : franchir les grilles protégeant la krèpis du manteion, descendre dans un gouffre par une échelle, avant d’insérer les pieds dans la crevasse pour y être soudain « englouti » ! Le corps pénétrait dans l’adyton et en ressortait les pieds en avant, selon le rituel du transport des cadavres… Il semble que les consultants soient ressortis de l’adyton le jour même, mais quelques traditions couraient sur des durées de loin supérieures : deux nuits pour Timarque, et évidemment la palme revenait à Apollonios de Tyane, une semaine complète49.

  • 50 Er : Platon, Rép., 613e-621d. Thespésios : Plut., Délais de la justice divine, 22-33 (Mor., 563b-5 (...)
  • 51 Voir déjà J. Hani, Le mythe de Timarque chez Plutarque et la structure de l’extase, in Reg, 88 (19 (...)
  • 52 Plut., fr. 178 Sandbach (= apud Stob., Anth., IV, 52b, 49, 4-14 Hense).

26Il n’était pas de voyage plus profond dans l’Hadès, et le consultant qui en revenait y gagnait le statut privilégié d’un vivant revenu de parmi les morts : son statut ontologique était modifié à la hausse. Le manteion de Trophonios avait ceci de particulier qu’il n’introduisait pas à un contact divin comme les oracles traditionnels, mais qu’il immergeait le consultant dans l’au-delà, l’autre monde, celui de l’alètheia. Le pèlerin, – comme Er et Thespésios50, – pour passer dans l’au-delà, subissait une mort temporaire. A priori donc, le rituel trophoniaque apparaît comme initiatique au sens large, et le consultant y gagnait tout à la fois son oracle et son initiation aux arcanes de l’autre monde51. Ces traditions initiatiques sont trop importantes pour considérer à la légère la possibilité d’une haute origine dans le temps. On a l’impression, à suivre Pausanias, de lire la description du cheminement de l’âme dans un fragment célèbre de Plutarque52 : « Ce qui vient ensuite, l’âme l’ignore, jusqu’au moment où survient la mort : alors elle éprouve une impression identique à celle dont font l’expérience ceux qui s’initient aux Grands Mystères (…). D’abord viennent les errances, et les pénibles détours, d’interminables marches effrayantes dans l’obscurité, puis avant l’aboutissement, tout devient atroce : frisson et frémissement, suées et épouvante sacrée. Mais après apparaît une lumière merveilleuse, et des lieux purs et des prairies fleuries vous sont données, qui livrent voix et danses, et la vénération de paroles sacrées et de saintes visions ».

  • 53 Pind., fr. 137.

27Derrière tout le rituel se profile donc l’idée d’une révélation plus vaste de la Vérité, voire d’une renaissance. L’expérience de la mort et de l’au-delà chez Trophonios ne pourrait-elle donc pas être perçue à la lumière des mots de Pindare, lequel fait mourir Trophonios vertueux : « Heureux qui a vu cela avant de descendre sous la terre »53 ?

  • 54 Betz, The Problem of Apocalyptic Genre (cité n. 1), p. 577-597 ; Clark, Trophonios (cité n. 1), p. (...)
  • 55 Résumé des positions chez M. Freyburger-Galland, Aristophane, l’initiation dévoilée ou parodiée ? (...)

28Reste à tenter de dater cette conception « initiatique », voire mystérique, au Trophonion. Traditionnellement, on la considère comme hellénistique, voire romaine54. À cette époque elle ne fait aucun doute, mais il en est des traces antérieures qui me semblent indiscutables, et notamment la scène de parodie d’initiation des Nuées d’Aristophane, où se trouvent confondus mystères éleusiniens, orphiques, pythagoriciens, philosophiques et d’autres encore55.

  • 56 Pline l’ancien, Hist, nat., XXXI, 15.
  • 57 Aristoph., Nuées, 506-508 et schol. ad loc.
  • 58 Il n’est pas jusqu’à l’éclat de rire de Strepsiade à la sortie du « pensoir » (Nuées, 818-820) qui (...)

29Plusieurs indications capitales peuvent en être retirées. La première est que les deux sources de Lébadée, Léthé et Mnémosyné, mentionnées pour la première fois par Pline56, ne sont pas une adjonction tardive, due à l’influence « orphique » de l’époque hellénistique, mais elles peuvent remonter en toute vraisemblance au ve siècle avant J.-C, où elles s’affirment contemporaines des tablettes dionysiaques : en effet, le consultant de Trophonios descendait dans l’antre juste après avoir ingéré l’eau des deux sources, en tenant en mains des gâteaux de miel57. Aux vers 483-485 des Nuées, Strepsiade répond à Socrate, lequel lui demande s’il a de la mémoire, qu’il est plein de souvenir pour une créance (μέν… μνήμων πάνυ) et plein d’oubli pour une dette (δὲ… ἐπιπλήσμων πάνυ). Comme le vieillard réclame juste après des gâteaux de miel pour descendre dans le réduit de Socrate (506-508), le parallélisme est trop flagrant pour être fortuit. Et cela d’autant plus que la pièce des Nuées peut sans encombre être explicitée très valablement sous un jour trophoniaque, en comparant point par point le texte de la comédie et le récit de la consultation de Lébadée par Pausanias58. La moquerie d’Aristophane envers les sources Léthé et Mnémosyné confirme la présence, à la fin du ve siècle, d’une mythologie infernale à Lébadée, ayant partie liée avec la consultation.

  • 59 Plut., Démon de Socr., 21-23 (Mor., 589f-592e).

30Une seconde indication provient d’une comparaison des Nuées et du De Genio Socratis de Plutarque59 ; ici, lors d’une catalepsie chamanique, Timarque apprend dans l’antre de Trophonios le secret de la vie et de la réincarnation. Or la proximité entre les deux textes est tellement manifeste qu’on peut en conclure que Plutarque n’innovait pas quand il unissait Trophonios et révélation de la Vérité, mais qu’il s’appuyait sur un réseau de relations déjà présentes au Trophonion. Pour ne prendre qu’un exemple, Strepsiade, après avoir accueilli « pieusement » les Nuées et entendu leur voix, sent son âme s’envoler (ἡ ψυχή μου πεπότηται), alors que Timarque sent sa ψυχή s’échapper du corps par les sutures de son crâne (τὰς ῥαφὰς διαστάσας μεθιέναι τὴν ψυχήν). Socrate pose au vieillard, après l’initiation, une question en lui demandant, pour y répondre, de laisser son esprit prendre son essor dans l’air (761-763) ; en cela, le disciple est appelé à imiter le maître : en 225-230, Socrate déclare qu’il n’aurait jamais démêlé les choses célestes s’il n’avait pas « suspendu son esprit et confondu sa pensée subtile avec l’air ambiant » (εἰ μὴ κρεμάσας τὸ νόημα καὶ τὴν φροντίδα λεπτὴν καταμείξας εἰς τὸν ὅμοιον ἀέρα). Timarque eut l’impression qu’une fois libre, son âme, « joyeuse, se fondait dans l’air étincelant et pur » (κατεμίγνυτο πρὸς ἀέρα διαυγῆ καί καθαρὸν ἀσμένη). Ainsi déployée, l’âme peut prétendre à la révélation cosmique.

  • 60 Dicéarque, fr. 13-22 Wehrli.

31Dès le moment où on lit les Nuées avec un œil sur le culte lébadéen, cette ressemblance acquiert un poids supplémentaire. L’on a par ailleurs la trace d’une psychagogie trophoniaque dans les fragments de Dicéarque, qui avait consacré à la katabasis béotienne un ouvrage entier ; or cet élève d’Aristote y défendait l’idée d’un réel pouvoir divinatoire de l’âme lorsque celle-ci était totalement libérée de ses entraves corporelles60 : que fait l’âme des consultants de Trophonios sinon s’échapper du corps pour être plongée dans l’univers de l’alètheia ?

  • 61 De même qu’à la tradition chamanique grecque, d’origine archaïque : Phormion de Crotone, un des pe (...)

32Le mythe de Timarque puise donc, comme l’atteste déjà sans doute la pièce des Nuées, à la philosophie du ve siècle et très vraisemblablement à une tradition mystérique locale61.

6. Qui est Trophonios ? Dernier essai : regard sur le panthéon lébadéen

  • 62 Call., Hymne à Zeus, 42-54. Voir aussi Theocr., Thalys., 52-95 (Caminos). Euripide (Ion, 392-394) (...)
  • 63 H. hom. à Hermès, passim. On notera l’importance du miel et des abeilles dans les trois cas (pour (...)
  • 64 Voir supra, n. 41.

33Il est un aspect de Trophonios dont nous n’avons pas encore parlé et qui pourtant offre une clé de lecture importante : Pausanias signale que Trophonios était le nourrisson de Déméter Europe (LX, 39, 5). C’est une précision qui vaut son pesant d’or, d’autant que d’autres indices affleurent çà et là pour l’étoffer. Trophonios, dans sa caverne, pouvait donc apparaître comme un enfant recueilli par Déméter et semblable au Zeus Crétois de l’Ida62, et plus encore à l’Hermès du Mont Cyllène63. Cette tradition n’est nullement en contradiction avec les autres aspects de la légende adolescente du Trophonios architecte et passeur de mondes, et peut à elle seule expliquer pourquoi Trophonios fut bien près parfois d’être assimilé à Zeus64.

  • 65 paus., IX, 39, 2.
  • 66 Paus., IX, 39, 9.
  • 67 Motte, Prairies et jardins (cité n. 24), pour Corè-Perséphone : p. 35 ; 45-46 ; 117-118, 253-254 ; (...)
  • 68 Zeus Hyétios : Paus., IX, 39, 4 ; Esch., fr. 44 Nauck2. En dernier lieu P. Marchetti (et K. Koloko (...)
  • 69 Zeus Basileus offrait aussi les caractéristiques d’une divinité de la pluie et de l’orage, puisqu’ (...)

34Ce nourrisson était hébergé dans une caverne à proximité immédiate d’un alsos de Déméter, où Corè joue avec Hercyna65, endroit dont André Motte a mieux que personne saisi la dialectique de la génésis et de la phthora : sur le site de Lébadée, à l’alsos verdoyant de la déesse correspondait le chasma infernal, dont même la forme ronde percée d’un puits central66 rappelait l’hieros kyklos éleusinien de Déméter, voire ses autels chthoniens de Sicile67. Qui plus est, Zeus Hyétios, honoré dans le bois sacré avec Déméter, tombe à pic, car ce Zeus est un faiseur de pluie, fécondant la terre et que l’on peut rapprocher d’Ouranos dans le fragment des Danaïdes d’Eschyle qui en décrit l’union cosmique avec Gaia68. Voilà donc rapprochée la Terre d’un Zeus pluvieux et chthonien, dans l’entourage desquels gravite un nourrisson aimé des dieux. Il n’y a malheureusement aucune manière de s’assurer de l’antiquité de Zeus Hyétios69.

Un culte de renouveau cosmique

35Au total, le cadre du Trophonion apparaît considérablement élargi, gagnant les apparences d’un culte ouvert aux réalités du renouveau. Le héros du sanctuaire est emblématique de l’accession à un statut supérieur : éphèbe dans sa légende, il devait nourrir des affinités adolescentes dans la réalité, et gagner dans la mort un plus être qui se manifeste dans l’apparence mature que Pausanias lui connaît dans les représentations statuaires et dans ses capacités mantiques conjointes à celles de révélation mystérique voire eschatologique. L’union cosmique du Ciel et de la Terre donne au sanctuaire un relief insoupçonné, et permet de mieux appréhender le panthéon local, au moins à l’époque tardive, mais sans préjuger non plus de l’impossibilité d’une existence plus ancienne : le panthéon du iie siècle de notre ère aurait-il par ailleurs moins d’importance que celui du ve siècle avant J.-C. ?

  • 70 Paus., IX, 39, 4.
  • 71 Paus., I, 18, 7.
  • 72 Paus., VI, 20, 1.
  • 73 Sur les implications cultuelles de Cronos, voir H.S. Versnel, Inconsistencies in Greek and Roman R (...)

36Sur le sommet de la Montagne du Prophète Élie se dressait un petit temple, abritant Zeus, Héra et Cronos. L’apparition de Cronos, surprenante, n’est pas gratuite car il reçoit, comme les dieux tutélaires du lieu, une part dans les sacrifices offerts par les consultants ; de plus, Cronos possède ici la seule statue connue en Grèce70. En fait de culte et de temple, je n’en connais que deux autres : à Athènes, en relation avec le déluge71, et à Olympie72. Cronos est une figure de renversement en référence à l’âge d’or, le dieu de l’absence d’ordre avec ses côtés positifs et négatifs, qui n’existe qu’en des périodes extra-temporelles73 ; à ce titre, sa présence à Lébadée pourrait conforter l’idée d’un culte de renouvellement cosmique comprenant un brouillage absolu des normes.

  • 74 La question du temps a été étudiée, pour le traité sur le génie de Socrate de Plutarque, par F.E. (...)
  • 75 Paus., IX, 39, 11, et surtout Plut., Du génie de Socrate, 22 (Mor., 590b). Dicearque (fr. 13-22 We (...)
  • 76 Plut., Du visage qui apparaît dans la Lune, 25-30 (Mor., 940f-945d).
  • 77 Plut., ibid., 26 (Mor., 942a).

37Rien ne permet de dire évidemment que le culte lébadéen ait comporté un épisode de renversement, mais ses différentes composantes laissent entrevoir une nette propension à la suspension de la vie normale. Le personnage de Trophonios est tout entier ambigu, pieux et trickster, et sa situation physique elle-même n’est pas claire : mort sans avoir rejoint l’Hadès, immortel sans être dieu, présent mais invisible, dans ce monde-ci et dans l’au-delà. La consultation de Trophonios apparaît comme une mise entre parenthèses du temps normal, comme la suspension de la vie, comme un voyage libéré du temps74. L’état cognitif des consultants était aussi entre le rêve et la raison, l’inconscience et la conscience75. Le De facie in orbe Lunae, autre dialogue de Plutarque sur la destinée de l’âme, peut également éclairer la figure de Cronos à Lébadée76. Cronos, endormi dans l’île d’Ogygie pour l’éternité, y est entouré de démons qui le servent, comme à l’époque où il était roi. Ces daimones bénéficiaient, dans leur rôle de devins exceptionnels, du Savoir absolu que leur maître leur transmettait par oniromancie. En fait, « tout ce que Zeus projette, en songe le voit Cronos »77. Le père de Zeus apparaît comme possédant l’Alètheia, mais existe-t-il une liaison entre ce mythe philosophique et Lébadée ?

  • 78 Et qu’il est inutile de remplacer par Lébadée pour faire coller le témoignage à la réalité béotien (...)

38Plutarque cite les Trophoniades, résidant à Oudôra, – terme au demeurant inconnu78, – au rang de ces démons devins et acolytes de Cronos, dont le rôle était de pourvoir à la mantique sur la terre, durant leur attente sur la Lune. Trophonios, qui est de même un maître de vérité, pourrait avoir eu partie liée avec les Trophoniades, dont on fait souvent les simples enfants du héros. Malheureusement, leur proximité fondamentale avec le père de Zeus est impossible à déterminer, si bien que l’implication mantique de Cronos à Lébadée est impossible à établir avec certitude.

  • 79 Paus., VI, 20, 1. La place me manque pour développer l’argument ; qu’il suffise de citer les éléme (...)

39Le manque de données sur les périodes de consultation de l’oracle empêche toute conclusion supplémentaire à propos d’un éventuel temps de dissolution, en dépit d’utiles comparaisons à établir avec le culte de Sosipolis d’Olympie, au pied du Mont Cronion79.

Le côté adolescent et les valeurs du mariage

  • 80 Paus., LX, 39, 2-3. 81
  • 81 Paus., IX, 39, 5 (sur les interprétations proposées, voir Schachter, Cults, 1, p. 240-241).
  • 82 IG, VII, 3097 ; voir aussi le serment inaugural de IG, IX (1), 98.
  • 83 Sur les Daidala de Platées, voir Schachter, Cults, 1, p. 242-250. Aussi P. Guillon, Notes sur le l (...)
  • 84 Lycophr., Alex., 152-155 ; voir les schol. ad loc.
  • 85 Sur les jeux, voir Schachter, Cults, 3, p. 85-86 et 111-118.

40Qui dit fécondité universelle dit aussi fécondité des hommes et cycle naturel, au sein duquel s’intégrait le cycle des générations. La présence d’Hercyna et de Corè80 est à elle seule significative dans le leimôn de Déméter, de même que Trophonios, dont certaines légendes font un éphèbe mort avant l’âge. Aussi peut-on se demander dans quelle mesure l’épiclèse d’Héra, Hèniochè, soit l’aurige81, n’aurait pas une connotation matrimoniale ; Zeus et Héra sont honorés en tant que couple, avec l’épithète de Basileus/Basilis82. Avec Hyétios et Déméter dans le bois sacré, il s’agit du deuxième couple divin à Lébadée. En ce cas, Héra devrait se comprendre en tant que divinité qui passe la bride aux jeunes gens pour les soumettre au joug du mariage. L’accent ne serait donc pas tant mis sur le char que sur les rênes. On connaît les attaches béotiennes d’Héra avec le mariage, à Platées notamment83, et il suffit de se remémorer Cléobis et Biton pour comprendre que la supposition n’est pas gratuite, d’autant plus que les jumeaux argiens ont été maintes fois comparés aux frères lébadéens, dans une histoire à bien des égards sémantiquement semblable. Enfin, au Trophonion même, rappelons que Déméter est appelée soit Europè, soit Hercyna84 : au total, le sanctuaire de Trophonios cumule deux couples dont la déesse est considérée en relation immédiate avec son état de numphè. Le Trophonion recelait encore un contexte agonistique, dont on connaît les liaisons initiatiques et conjugales, mais l’épigraphie est trop pauvre et, surtout, n’a pas livré encore de documents anciens85.

7. Conclusions

  • 86 Voir P. et M. Bonnechere, Trophonios à Lébadée (cité n. 1), p. 302 ; avis rejeté par Schachter, Cu (...)

41Les conclusions à retenir, certes encore à nuancer, seraient celles-ci : Trophonios apparaît comme un enfant placé sous la garde d’une divine nourrice, et les nombreux aspects de son personnage légendaire démontrent qu’il est plus qu’un simple héros oraculaire. Le Trophonion, si l’on considère l’ensemble des caractéristiques cultuelles, apparaît lié à un culte de Déméter et Zeus, dans le cadre de fêtes de renouvellement cosmique, ayant trait à la fertilité en général, et vraisemblablement au cycle de renouvellement des générations, voire à la réalisation de mystères (et espoir de macarisme ?). L’aspect mantique et peut-être iatromantique86 qui faisait partie intégrante de ce complexe mythico-cultuel en relation avec le monde souterrain, – tout sent le soufre au Trophonion, — aurait fini soit par l’emporter sur les autres composantes, soit par focaliser toute l’attention.

  • 87 Le culte de Mètèr est souvent rattaché à la partie nord-est de la cité ancienne, sur la rive droit (...)

42D’après les rares renseignements sur les cultes lébadéens en dehors du Trophonion, on peut gager que la prééminence chthonienne du grand sanctuaire extra-urbain avait quelque peu déteint, car les deux cultes les mieux attestés semblent être ceux de Mètèr et de Meilichios dont, notons-le bien, nous n’avons aucune preuve qu’ils n’aient pas été conjoints au Trophonion87.

Notes

1 L’étude la plus complète et la plus récente sur Trophonios est celle de A. Schachter, Cults of Boiotia, 3: Potnia to Zeus, Londres, 1994, p. 66-89 (BICS, Suppl. 38, 3), ci-après cité Cults. Pour toutes les divinités proches de Trophonios, on se référera au même ouvrage, dont le classement est alphabétique (1 et 2, Londres, 1981 et 1986 [BICS, Suppl. 38, 1 et 2]). Sur certains aspects, on verra encore : H.D. Betz, The Problem of Apocalyptic Genre in Greek and Hellenistic Literature: The Case of the Oracle of Trophonius, in D. Hellholm (éd.), Apocalypticism in the Mediterranean World and the Near-East. Proceedings of the International Colloquium on Apocalypticism, Uppsala, August 12-17, 1979, Tubingen, 1983, p. 577-597 ; P. et M. Bonnechere, Trophonios à Lébadée. Histoire d’un oracle, in LEC, 67 (1989), p. 289-302 ; A. Brelich, Gli eroi greci. Un problema storico-religioso, Rome, 1958, p. 46-59 ; R.J. Clark, Trophonios: The Manner of his Revelation, in TAPhA, 99 (1968), p. 63-75 ; M. Nafissi, Zeus Basileus di Lebadeia. La politica religiosa del koinon beotico durante la guerra cleomenica, in Klio, 77 (1995), p. 149-169 ; A. Schachter, A Boeotian Cult-Type, in BICS, 14 (1967), p. 1-16 ; Id., A Consultation of Trophonios (IG 7.4136), in AJPh, 105 (1984), p. 258-270.

2 The History, Monuments, and Topography of Ancient Lebadeia in Boeotia, Ann Arbor (UMI), 1994. Elle traite in extenso du site, des sondages, des sources et de la topographie anciennes. Ce travail, et plus particulièrement le chapitre VI, dispense désormais du recours aux contributions plus anciennes traitant de la localisation de l’oracle. Pour simplifier l’appareil des notes, je n’y renverrai pas dans le détail. Certaines parties de cette thèse ont été résumées ; voir L.A. Turner, The Topography and Monuments of Livadia: Intra- and Extra-Urban Landscapes, in AJA, 93 (1997), p. 345.

3 C’est la seule « correction » que j’apporterai aux conclusions de Lee Ann Turner, qui limitent le bois sacré à la rive gauche de l’Hercyna, au sortir des gorges.

4 Paus., IX, 39, 3-4.

5 Paus., IX, 37, 7 et 39, 8. Sur l’identification des sources : Turner, Ancient Lebadeia (cité n. 2), p. 437 ; J.G. Frazer, Pausanias’s Description of Greece, V, Londres, 1898, p. 196.

6 On parle parfois aussi d’un monastère ou d’une église des Anargyres : voir Turner, Ancient Lebadeia (cité n. 2), p. 436-437 (voir aussi ADelt, 36, B’ 1 [1981], p. 81).

7 L.A. Turner (Ancient Lebadeia [cité n. 2], p. 490) situe le temple de Trophonios sous l’actuelle église métropolitaine de Panagia Theotokos : rien ne sera définitif en l’absence de fouilles. Sur les Anargyres, dont la légende ne peut remonter au-delà de l’extrême fin du iiie siècle, et qui semblent avoir été particulièrement honorés à Byzance au ve siècle, voir A. Kazhdan, N.P. Sevsenko, art. Kosmas and Damianos, in The Oxford Dictionary of Byzantium, II, Oxford, 1991, p. 1151 (et bibl.) ; aussi F. Caraffa, art. Cosma e Damiano, in Bibliotheca Sanctorum, IV, Rome, 1964, col. 223-237 ; M. Van Esbroeck, La diffusion orientale de la légende des saints Cosme et Damien, in Hagiographie, cultures et sociétés. ive-xiie siècles, Paris, 1981, p. 61-77 (relevé de toutes les familles de textes).

8 Surtout que ces inscriptions, semble-t-il aujourd’hui détruites (IG, VII, 3092 : Pan et Nymphes ; IG, VII, 3094 : Pan), ont été recopiées par Cyriaque d’Ancône « à l’entrée d’une grotte » ; Paneion : Turner, Ancient Lebadeia (cité n. 2), p. 453-454.

9 Héra Basilis n’est attestée qu’épigraphiquement : IG, VII, 3097.

10 Paus., IX, 39, 4 (je laisse de côté le problème du lieu-dit « La chasse de Corè » :voir Schachter, Cults, 1, p. 240-241).

11 Paus., IX, 39, 4 et 9-13.

12 Schol. à Lucien, Dialogues des morts, 10, 1.

13 En dernier lieu Schachter, Cuits, 3, p. 74-75 (et bibl.). La translation de l’adyton, à l’époque hellénistique, de Valsos au sanctuaire de sommet demeure toutefois hypothétique.

15 Turner, The Topography and Monuments of Livadia (cité n. 2), p. 345.

15 Le point de départ est une corruption du texte du Périégète (IX, 39, 2). La meilleure émendation est celle de M. Cazevitz apud Schachter, Cults, 3, p. 72, n. 6 : διέργεται (au lieu de διείργει) δὲ ἀπ’ αὐτῆς (i.e. la cité) τὸ ἄλσος τοῦ Τροφωνίου.

16 J. Jannoray, Nouvelles inscriptions de Lébadée, in BCH, 64-65 (1940-1941), p. 36-37, et A. Keramopoullos, in ADelt, 3 (1917), p. 42K-423), n. 2.

17 Pour les références et un commentaire, voir Schachter, Cults, 1, p. 50 (Apollon) ; 1, p. 101 (Artémis) ; 1, p. 148 (Daimon Meilichios) [et 3, p. 119 (Zeus Meilichios)] ; 1, p. 178 (Dionysos) ; 2, p. 41 (Hermès) ; 2, p. 59 (Homonoia) ; 2, p. 127-130 (Mètèr).

18 Paraîtront très prochainement : La scène d’initiation des Nuées d’Aristophane et Trophonios : nouvelles lumières sur le culte lébadéen, et La personnalité légendaire de Trophonios. Un livre déjà bien entamé donnera une étude complète du complexe mythico-cultuel lébadéen.

19 Par exemple Schachter, Cults, 3, p. 69 et 72, n. 4. Aussi W.K.C. Guthrie, Les Grecs et leurs dieux, trad. S.M. Guillemin, Paris, 1956, p. 249, etc.

20 Je donnerai ailleurs une étude complète des composantes légendaires, qui ici serait hors de propos : voir La personnalité légendaire de Trophonios, à paraître.

21 Pind., fr. 2-3 Mähler (‘O δ’ ἐθέλων τε καὶ δυνάμενος ἁβρὰ πάσχειν τὰν ’Αγαμήδεϊ Τρεφωνίῳ θ’ ‘Εκαταβόλου συμβουλίαν λαβών […]) ; ce fragment est explicité par Plutarque, Consol. à Apoll, 108f-109b.

22 Par l’Hymne homérique à Apollon (294-299), on apprend que les deux frères posent le seuil de pierre de l’adyton, expression qu’il faut sans aucun doute prendre à la lettre : dans la pensée archaïque, le seuil évoque à la fois un passage mais aussi un passage sans retour (cf. d’ailleurs le « seuil de la vieillesse ») vers un lieu interdit.

23 [Platon], ΑΧ., 367c ; Plut., Consol, à Apoll., 108f-109b. Sur les jumeaux argiens : Hdt., I, 31.

24 Pind., Οl, II, 56-87 ; Thr., VII, fr. 129-136b Mähler. Voir J. Duchemin, Pindare poète et prophète, Paris, 1955, p. 323-334 (Collection d’études anciennes) ; G. Zuntz, Persephone. Three Essays on Religion and Thought in Magna Graecia, Oxford, 1971, p. 83-89. Le texte platonicien de YAxiochos parle lui aussi abondamment de la plaine d’Alètheia (371c), soit d’eschatologie. Sur ce thème chez Platon et les philosophes, voir A. Motte, Prairies et jardins de la Grèce antique. De la religion à la philosophie, Bruxelles, 1973 (Académie Royale de Belgique. Mémoires de la classe des Lettres, 61, 5), p. 325-410.

25 Paus., IX, 37, 5-6 (trésor d’Hyrieus, Béotie) ; Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a Holwerda (trésor dAugias, Élide). Télégonie, apud Proclos, Chresth., 309-312 (A. Severyns, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos. IV. La Vita Homeri et les sommaires du cycle, Paris, 1963 [Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 170], p. 96). La plupart des sources semblent suivre la Télégonie : Lact. Plac. et schol. à Stace, Théb., VII, 345 ; [Plut.], Prov., 1, 51 ; schol. à Aristoph., Nuées, 508a Holwerda ; Souda, s.v. Εις Τροφωνίου μεμάντευται.

26 J.G. Frazer (Pausanias’s Description of Greece [cité n. 5], p. 176-179) relevait déjà, vers 1900, vingt-huit versions apparentées, allant de la Bretagne au Bengale et au Tibet.

27 Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a (Holwerda). Voir F. Frontisi-Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, Paris, 1975, p. 185-188.

28 Hom., Il., IX, 401-405 ; voir aussi Od., VIII, 79-80 : on y distingue la signification de passage, de protection des richesses et de protection tout court (voir Il., VIII, 14-16 et Hés., Théog., 811-813).

29 Paus., IX, 11, 1.

30 Voir surtout Motte, Prairies et jardins (cité n. 24), p. 81-87.

31 Mêmes composantes dans le temple qu’ils construisent pour Poséidon à Mantinée : une pièce interdite d’accès, sauf à des époptes, et défendue seulement par un fil de laine (Paus., VIII, 10, 1-4).

32 Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby. Voir aussi Photios, S.V. Λεβάδεια ; schol. à Aristoph., Nuées, 508a et c Holwerda et 508b Koster ; Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a. Voir encore Cosmas Hierosolymitanus à Greg. Naz., Chants, 64, 284 (= J.-P. Migne, PG, 68, col. 512-513) et Nonnos Abbas à Greg. Naz., Oratio in sancta lumina, 6(- J.-P. Migne, PG, 36, col. 1069).

33 Paus., IX, 39, 12.

34 Il n’est aucune source qui fasse de Trophonios un devin de son vivant ; Trophonios, dans les légendes qui en parlent, gagne son pouvoir divinatoire à sa mort, comme sans doute son statut d’adulte : puisqu’au ive siècle Praxitèle le figura sous des traits asclépieiens (PAUS., IX, 39, 13-14), on peut gager que sa statue le représentait sous les traits d’un homme mûr et barbu. On connaît la même ambivalence d’âge pour Palaemon, à l’Isthme : il était enfant lors de sa mort mais de nombreuses figurations le montrent à l’âge adulte ; voir E. Vikela, R. Vollkommer, art. Melikertes, in LIMC, VI (1992), n° 1-49 (enfant) et 51-61 (adulte), et p. 443-444.

35 Lact. PLAC. à STACE, Théb., VII, 345 ; PAUS., IX, 37, 5 (selon lequel la plupart des pèlerins accréditaient cette origine apollinienne) ; Philostr., Vie d’Apoll., VIII, 19.

36 IG, VII, 4136. Voir Schachter, A Consultation of Trophonios (cité η. 1), p. 258-270.

37 Paus., IX, 39, 1-8 (sans compter le voyage dans l’au-delà, juridiction de Corè-Perséphone). La présence au Trophonion de Corè et de sa mère est attestée au moins depuis Lycophron (Alex., 152-155 ; voir les schol. ad loc). Sur Zeus, voir Schachter, Cults, 3, p. 109-119.

38 Hes., fr. 245 Merkelbach-West (19902) ; Charax de Pergame, FGrHist, 103 F 5 Jacoby ; schol. à Aristoph., Nuées, 508a Holwerda (aussi Jocaste) ; Tzetzes à ARISTOPH., Nuées, 506a (aussi Jocaste).

39 H. hom. à Apoll, 294-299 ; Pind., fr. 2-3 Mahler ; [Platon], AX., 367c ; Plut., Consol, à Apoll., 108f-109b (aussi dans la plupart des scholies aux Nuées d’Aristophane, 506-508). Relation aussi chez Eur., Ion, 300-302 ; 392-394 ; 404-409, et jusque dans la fondation de l’oracle : Paus., IX, 40, 1-2.

40 Voilà un point de convergence du recueil d’articles édité par J. Solomon, Apollo. Origins and Influences, Tucson-Londres, 1994.

41 IG, VII, 3077 (prêtre de Zeus Trophonios, ca 50-120 ap. J.-C) ; 3098 (dédicace selon l’oracle de Zeus Trophonios, IIe-Ier siècles av. J.-C) ; ADelt, 3, 1917, p. 421-422, n. 2, par. 5 (prêtre de Zeus Trophonios, post 213 ap. J.-C) ; voir aussi L. Ampelius, Livre des merv., VIII, 3 (sanctuaire [en Épire] de Jupiter Trophonios : mss corrompus et restitution très peu probable) ; Julius Obsequens, Prod., 50, 110 (temple de Jupiter Trophonios). Voir aussi Hesych., S.V. Λεβάδεια : oracle de Zeus (s.ν. Μαγίδες : Hésychios connaît Trophonios et ses serpents : il y a donc « assimilation »). Les témoignages sont rassemblés par Schachter, Cults, 3, p. 88-89 (Appendix 2: Trophonios and Zeus).

42 Schol. à Aristoph., Nuées, 508a Holwerda, et Tzetzes à Aristoph., Nuées, 506a.

43 Cic, De la nat. des dieux, III, 22, 56.

44 Poseidonios d’Apamee (FGrHist, 87 F 70 Jacoby) cite entre autres Orphée, Musée, Amphiaraos et Zalmoxis. Les auteurs plus tardifs (Ael. Arist., Ascl., 38, 21 Keil ; À Sarapis, p. 48, 25-32 Jebb ; Celse apud Orig, Contre Celse, III, 34-35) ajoutent Amphilochos, Aristée, Asclépios et Empédotime, et même Héraclès et Empédocle. Grégoire de Nazianze dénie à la plupart de ces héros le statut de macares (Chants, p. 1573, 10-12 ; C. Julien (1), IV, 59 ; Épigr. [Anth. gr.], VIII, 29, 1-3 ; aussi Cosmas Hier, à Greg. Naz., Chants, 64 [= J.-P. Migne, PG, 68, col. 512]).

45 Citons par exemple les mortifications, interdits comportementaux et abstinences, connus par Pausanias (IX, 39, 5) et les fragments d’auteurs comiques (voir infra, n. 46-47), la mention de Léthé et Mnémosyné qui renvoie aux tablettes « orphico-pythagoriciennes » (en fait dionysiaques), le port obligatoire d’une tunique de lin, l’aspect sombre des consultants (Paus., IX, 39, 8 et 13). Apollonios de Tyane ressort de chez Trophonios, après sept jours de consultation, avec un livre de préceptes pythagoriciens (Philostr., Vie d’Apoll., VIII, 19), et l’homme qui avait perdu la faculté de rire, Parméniscos, était membre du mouvement (Semos de Délos, FGrHist, 396 F 10 Jacoby [apud Athen., Deipn., XIV, 6l4a-b] ; voir aussi IG, XI 2, 161 Β 17). Une analyse fouillée permet de distinguer au moins une dizaine d’autres aspects « pythagorisants ».

46 Alexis, PCG, fr. 238-240 ; Aristoph., Nuées, 506-508 (et sans doute bien davantage : voir infra, p. 103 et n. 58) ; Cephisod., PCG, fr. 3-4 ; Cratinos, PCG, fr. 233-245 ; Men., Troph., fr. 462-464. Pour les autres sources, voir Schachter, Cults, 3, p. 79-81.

47 Principales sources : réclusion, thronôsis, mystagogie : Paus., IX, 39, 5-14. Danses armées et érotiques : Cratinos, PCG, fr. 234. Abstinences : Paus., IX, 39, 5 ; Cratinos, PCG, fr. 236. Régime alimentaire riche : Men., Troph., fr. 462 ; Paus., IX, 39, 5.

48 Voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, 1968, s.v. "Ερκος, p. 373 ; cette étymologie est acceptée par I.R. Metzger, Das Madchen mit der Gans, in AA, 34 A’ (1979), p. 64 ; Schachter, Cuits, 2, p. 38.

49 Timarque : Plut., Démon de Socr, 21 (Mor., 590b) ; Apollonios : Philostr., Vie d’Apoll, VIII, 19.

50 Er : Platon, Rép., 613e-621d. Thespésios : Plut., Délais de la justice divine, 22-33 (Mor., 563b-568f).

51 Voir déjà J. Hani, Le mythe de Timarque chez Plutarque et la structure de l’extase, in Reg, 88 (1975), p. 105-120.

52 Plut., fr. 178 Sandbach (= apud Stob., Anth., IV, 52b, 49, 4-14 Hense).

53 Pind., fr. 137.

54 Betz, The Problem of Apocalyptic Genre (cité n. 1), p. 577-597 ; Clark, Trophonios (cité n. 1), p. 67 ; H.W. Parke, Greek Oracles, Londres, 1969, p. 126-127 ; Zuntz, Persephone (cité n. 24), p. 379. Voir l’avis (sagement prudent) de Schachter, Cults, 3, p. 82, n. 1.

55 Résumé des positions chez M. Freyburger-Galland, Aristophane, l’initiation dévoilée ou parodiée ? (À propos des Nuées), in L’initiation. Actes du colloque international de Montpellier, 11-14 avril 1991, 2, Montpellier, 1992, p. 185-197 (mais sa bibliographie est déficiente). M. Marianetti, Religion and Politics in Aristophanes’ Clouds, Hildesheim, 1992 (Altertumswissenschaftlichen Texte und Studien, 24) ; Ead., Socratic Mystery-Parody and the Issue of ἁσέβεια in Aristophanes’ Clouds, in SO, 68 (1993), p- 5-31 (s’appuyant également sur une bibliographie fort incomplète) ; M. Menu, Philocléon : une initiation de la vieillesse dans les comédies d’Aristophane ?, in L’initiation (cité ci-dessus), 27 p. 171-172. Voir en dernier lieu : S. Byl et L. Couloubaritsis (éds), Mythe et philosophie dans les Nuées d’Aristophane, Bruxelles, 1994 (Ébauches).

56 Pline l’ancien, Hist, nat., XXXI, 15.

57 Aristoph., Nuées, 506-508 et schol. ad loc.

58 Il n’est pas jusqu’à l’éclat de rire de Strepsiade à la sortie du « pensoir » (Nuées, 818-820) qui ne puisse être rapproché de la capacité de rire dont Pausanias affirme qu’elle revient peu à peu après la consultation (IX, 39, 13)… Après l’initiation, Strepsiade est sommé de s’asseoir sur un lit et Socrate tente de le faire accoucher d’idées qu’il doit puiser dans la révélation du Savoir qui est censée lui avoir été donnée par les Nuées (635-796) : cette thronôsis, souvent rapprochée vaguement de quelques exemples initiatiques connus, notamment l’exemple éleusinien, prend un sens bien plus amusant et profond si on la compare au trône de Mnémosyné sur lequel était assis le consultant au sortir de l’antre, auquel les prêtres posaient des questions pour savoir ce qu’il avait appris dans l’antre (Paus., IX, 39, 13). Voir mon article, La scène d’initiation des Nuées d’Aristophane et Trophonios : nouvelles lumières sur le culte lébadéen, à paraître.

59 Plut., Démon de Socr., 21-23 (Mor., 589f-592e).

60 Dicéarque, fr. 13-22 Wehrli.

61 De même qu’à la tradition chamanique grecque, d’origine archaïque : Phormion de Crotone, un des personnages chamaniques du monde grec, donc capables de sortir de leur corps, était personnellement cité par Cratinos dans son Trophonios (PCG, fr. 238) ; voir aussi Souda et Hesych., s.v. Φορμίών. Trophonios, dans l’Antiquité, n’a jamais été catalogué parmi les chamans grecs, mais il a souvent été inclus dans des listes parallèles. Sur le chamanisme grec, voir W. Burkert, Lore and Science in Ancient Pythagoreanism, trad. EX. Minar, Cambridge (Mass.), 1972, p. 141-165 ; E.R. Dodds, Les Grecs et l’irrationnel, trad. M. Gibson, Paris, 1965, p. 135-174 ; M. Eliade, Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, 19682 ; Id., Zalmoxis. The Vanishing God, trad. W.R. Trask, Chicago-Londres, 1972 [1970], p. 21-75 ; A.M. Bowie, Aristophanes. Myth, Ritual and Comedy, Cambridge, 1993, p. 112-124 ; C. Goyens-Slezakova, L’initiation dans le Philoctète de Sophocle, in L’initiation (cité n. 55), p. 141-144 (assimilation, peut-être trop rapide, de Philoctète à un chaman) ; M.L. West, The Orphic Poems, Oxford, 1983, p. 146-150.

62 Call., Hymne à Zeus, 42-54. Voir aussi Theocr., Thalys., 52-95 (Caminos). Euripide (Ion, 392-394) nomme la grotte de Trophonios θαλάμαι, et celle de Zeus enfant, en Crète, θαλάμευμα. Sur les enfances de Zeus, voir P. Faure, Fonctions des cavernes Cretoises, Paris, 1964, p. 94-131 ; en général et en dernier lieu : A. Motte, Le thème des enfances divines dans le mythe grec, in LEC, 64 (1989), p. 109-125.

63 H. hom. à Hermès, passim. On notera l’importance du miel et des abeilles dans les trois cas (pour Trophonios, son oracle est découvert par les hyménoptères, et l’usage de gâteaux de miel requis pour obtenir la révélation : Paus., IX, 39, 11 et 40, 1-2).

64 Voir supra, n. 41.

65 paus., IX, 39, 2.

66 Paus., IX, 39, 9.

67 Motte, Prairies et jardins (cité n. 24), pour Corè-Perséphone : p. 35 ; 45-46 ; 117-118, 253-254 ; 266-269 ; 273-276 ; en général, p. 153-324. Hieros kyklos : Aristoph., Gren., 441-446. Sur les autels démétriaques, voir M.-Th. Le Dinahet, Sanctuaires chthoniens de Sicile, de l’époque archaïque à l’époque classique, in G. Roux (dir.), Temples et sanctuaires, Séminaire de recherche 1981-1983, Lyon, 1984, p. 137-152 (Travaux de la Maison de l’Orient, 7).

68 Zeus Hyétios : Paus., IX, 39, 4 ; Esch., fr. 44 Nauck2. En dernier lieu P. Marchetti (et K. Kolokotsas), Le nymphée de l’agora d’Argos. Fouille, étude architecturale et historique, Athènes, 1995 (Études péloponnésiennes, 11), p. 256-258, et LA. Fowler, The myth of Kephalos as an Aition of Rain-Magic, in ZPE, 97 (1993), p. 29-42.

69 Zeus Basileus offrait aussi les caractéristiques d’une divinité de la pluie et de l’orage, puisqu’un foudre le désigne sur une monnaie de la cité (E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines, 2 (3), Paris, 1914, col. 273-274, pl. 203, 1).

70 Paus., IX, 39, 4.

71 Paus., I, 18, 7.

72 Paus., VI, 20, 1.

73 Sur les implications cultuelles de Cronos, voir H.S. Versnel, Inconsistencies in Greek and Roman Religion. 2. Transition and Reversal in Myth and Ritual, Leyde, 1993, p. 89-135.

74 La question du temps a été étudiée, pour le traité sur le génie de Socrate de Plutarque, par F.E. Brenk, Time as Structure in Plutarch’s The Daimonion of Sokrates, in L. van der Stockt (éd.), Plutarchea Lovaniensia. A Miscellany of Essays on Plutarch, Leuven, 1996 (Studia Hellenistica, 32), p. 29-51.

75 Paus., IX, 39, 11, et surtout Plut., Du génie de Socrate, 22 (Mor., 590b). Dicearque (fr. 13-22 Wehrli) évoque aussi le sommeil ou la psychagogie.

76 Plut., Du visage qui apparaît dans la Lune, 25-30 (Mor., 940f-945d).

77 Plut., ibid., 26 (Mor., 942a).

78 Et qu’il est inutile de remplacer par Lébadée pour faire coller le témoignage à la réalité béotienne !

79 Paus., VI, 20, 1. La place me manque pour développer l’argument ; qu’il suffise de citer les éléments comparables : culte sommital de Cronos, notion de « basileia », enfant-démon apparenté à un serpent, que l’on nourrit de gâteaux de miel, culte de Zeus et Héra.

80 Paus., LX, 39, 2-3. 81

81 Paus., IX, 39, 5 (sur les interprétations proposées, voir Schachter, Cults, 1, p. 240-241).

82 IG, VII, 3097 ; voir aussi le serment inaugural de IG, IX (1), 98.

83 Sur les Daidala de Platées, voir Schachter, Cults, 1, p. 242-250. Aussi P. Guillon, Notes sur le livre IX de Pausanias : Héra Corè au sanctuaire de Trophonios à Lébadée (Pausan. LX, 39, 3), in AFLA, 39 (1965), p. 64-66.

84 Lycophr., Alex., 152-155 ; voir les schol. ad loc.

85 Sur les jeux, voir Schachter, Cults, 3, p. 85-86 et 111-118.

86 Voir P. et M. Bonnechere, Trophonios à Lébadée (cité n. 1), p. 302 ; avis rejeté par Schachter, Cults, 3, p. 72.

87 Le culte de Mètèr est souvent rattaché à la partie nord-est de la cité ancienne, sur la rive droite de l’Hercyna, mais les bâtiments trouvés en cet endroit n’ont livré aucune inscription : il n’existe donc, pour valider l’identification du site, que la présomption selon laquelle les dédicaces à Mètèr, extraites dans le tronçon est de la muraille lébadéenne et dans la proximité immédiate du site en question, proviennent de là : voir le détail chez Turner, Ancient Lebadeia (cité n. 2), p. 459-465.

Notes de fin

* Cet article est la concrétisation partielle d’une recherche subventionnée par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada, et consacrée aux oracles de Béotie. Je remercie vivement les personnes qui m’ont fait bénéficier de leurs remarques, et particulièrement Walter Burkert et Albert Schachter. Je dois à Lee Ann Turner d’inestimables explications à propos du site et des découvertes archéologiques.

Table des illustrations

Légende 1. Palaea Panagia. 2. Chapelle des Anargyres. 3. Palaea Theotokos. 4. Gorge de l’Hercyna. 5. Église Saint-Jean. 6. Contrefort montagneux conjoint à la colline du fort et à la montagne du Prophète Élie. 7. Temple de Zeus Basileus [Je dois ce plan à la gentillesse de L.A. Turner (Ancient Lebadeia [cité n. 2]), qui elle-même a bénéficié de la collaboration des services cartographiques de l’armée grecque.]
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Auteur

Université de Montréal
Centre d’études classiques CP. 6128, succursale “Centre-Ville”
Montreal (Qc) H3C 3J7
e-mail :

Bonnechp@ere.umontreal.ca

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search