Version classiqueVersion mobile

Retour à la source

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

À la source de la religion grecque

Introduction

Texte intégral

1Dans la première partie de notre étude, nous avons inscrit la Périégèse dans son contexte propre et mis en évidence certains des modes de fonctionnement de l’œuvre monumentale et foisonnante de Pausanias.

2La deuxième partie qui s’ouvre ici est complémentaire de la première, tout en infléchissant la perspective. En repartant de la définition de ce que représente une telle sungraphè, il importe à présent de mesurer l’apport de cette « synthèse » à notre connaissance de la religion grecque antique. Pour ce faire, trois dossiers thématiques ont été privilégiés : la pratique sacrificielle, le monde des dieux, les cultes à mystères et autres secrets. Le noyau central du système religieux des Grecs étant l’offrande sacrificielle adressée à des puissances supra-humaines, le sacrifice et les dieux se sont imposés d’emblée. Une telle évidence réside aussi dans le recours quasi systématique à la Périégèse dans les travaux sur le sacrifice, tout simplement parce qu’un certain nombre de modalités sacrificielles nous sont connues du seul fait que Pausanias s’y est un jour intéressé. De même, l’étude de la configuration des panthéons locaux et des épiclèses, deux éléments centraux dans la représentation grecque du divin, est largement tributaire de son témoignage. Quant aux cultes à mystères, s’ils sont moins centraux que les sacrifices et les dieux dans ce système, leur succès à la période romaine n’en est pas moins remarquable et Pausanias est un témoin privilégié de cette situation.

  • 1 Sur Pausanias et les oracles, voir Della Santa (1999), p. 59-61.
  • 2 Paus., VII, 27, 1 (trad. Y. Lafond, CUF) : ἱερεῖς δὲ ἄνδρες τῶν ἐπιχωρίων εἰσὶ ϰατὰ δόξαν γένους μ (...)

3Restent d’autres composantes du système religieux des Grecs comme, par exemple, les oracles et les sacerdoces. Dans le premier cas, c’est notamment pour le compte rendu de sa consultation de l’oracle de Trophonios que Pausanias est appelé à la barre dans les travaux modernes. Nous avons pris ce passage en compte dans le chapitre sur les cultes à mystères et autres secrets, pour des raisons qui seront rappelées en temps voulu1. Quant aux sacerdoces mentionnés dans la Périégèse, ils forment incontestablement un beau dossier thématique car, là encore, Pausanias est très souvent le seul témoin de pratiques particulières. Leur étude impose d’envisager l’implication des élites locales dans la vie religieuse des différentes cités. Pausanias lui-même le laisse entendre lorsqu’il affirme, visitant l’alsos d’Artémis Sôteira à Pellène, que les prêtres « sont des gens du pays, choisis surtout pour la réputation de leur famille »2. L’inclusion d’un tel dossier aurait dès lors considérablement élargi la perspective interne qui est ici privilégiée et il n’est donc pas traité.

4Quoi qu’il en soit de la pertinence de ces choix, ils permettent déjà de remettre en cause un nombre important d’interprétations convenues de la Périègese comme source privilégiée de notre connaissance du système religieux des Grecs.

Notes

1 Sur Pausanias et les oracles, voir Della Santa (1999), p. 59-61.

2 Paus., VII, 27, 1 (trad. Y. Lafond, CUF) : ἱερεῖς δὲ ἄνδρες τῶν ἐπιχωρίων εἰσὶ ϰατὰ δόξαν γένους μάλιστα αἱροόμενοι. Cf. IX, 10, 4 : τῷ Ἀπόλλωνι τῷ Ἰσμηνίῳ παῖδα οἴϰου τε δοϰίμου ϰαὶ αὐτὸν εὖ μὲν εἴδους, εὖ δὲ ἔχοντα ϰαὶ ῥώμης, ἱερέα ἐνιαύσιον ποιοῦσιν, « Ils font d’un enfant de bonne famille, de belle apparence et de belle prestance le prêtre annuel d’Apollon Ismènios ». Voir Hupfloher (2000), Gengler (2005), Lafond (2001) et (2005).

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search