Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Conclusions

Texte intégral

1A l’époque des archives de Mari, qui correspond à Babylone aux règnes de Sin-muballiṭ et de Ḫammurabi, les nomades sont nombreux à circuler dans le Moyen-Euphrate et la Mésopotamie supérieure. Les Ḫanéens reconnaissent l’autorité du souverain de Mari et lui fournissent des contingents armés. Bien qu’ils résident d’ordinaire dans des campements, ils commencent de s’installer à demeure. Plus mobiles et plus turbulents, les Benjaminites sont le plus souvent sur un pied d’hostilité avec les sédentaires. La correspondance échangée entre Zimri-Lim et ses agents abonde en annonces de coups de main, d’assauts donnés à des villes, de rassemblements suspects ou d’indices d’insurrection générale. Les Benjaminites parcourent les vallées de l’Euphrate et du Ḫabur et les steppes qui couvrent l’ouest de la Haute Mésopotamie, affectionnant en particulier le secteur de Ḫarrân. Leur zone d’action ne s’arrête pas à l’Euphrate, car ils vont mener paître leurs troupeaux jusqu’aux pays d’Alep, de Qatna et d’Amurru. Malgré leurs déplacements fréquents, ils possèdent des établissements fixes, qui leur donnent l’occasion de pratiquer un peu de culture. Les Sutéens foulent la steppe syrienne, menaçant les villes sises en bordure de leur domaine et les pistes qui relient l’Euphrate à la Syrie en passant par Palmyre. Quant aux Ḫabiru, qui se manifestent de préférence dans l’ouest du Haut-Pays, ils sont issus des nomades, mais ne représentent pas un groupe particulier. On ignore encore ce qui leur vaut leur appellation.

2Tous ces nomades sont, rappelons-le, des éleveurs de moutons, qui vivent à la lisière du désert ou dans les régions subdésertiques, évitant les zones tout à fait arides, où seules les tribus chamelières pourraient pénétrer.

3Dans le même temps, c’est à peine si les textes babyloniens laissent soupçonner la présence de nomades. Ils nous signalent que des Sutéens avaient commis une agression dans le nord de la Babylonie, sur la rive droite de l’Euphrate, et que d’autres séjournaient à proximité d’une des portes de la ville d’Ur. En revanche, les mentions de Sutéens qui se sont établis dans le pays à titre individuel sont beaucoup plus fréquentes. La plus ancienne remonte au début de la Ire dynastie babylonienne (p. 86). A cette date, nous savons également que des groupements benjaminites s’étaient fixés définitivement en divers endroits de la Babylonie. C’est ainsi notamment que certaines de leurs tribus léguèrent leur nom à des localités voisines de Larsa et de Sippar (p. 51-52).

4Si notre documentation est si pauvre sur les mouvements des nomades en Babylonie, c’est précisément que celle-ci n’était pas une terre d’élection pour des pasteurs errant à la suite de leurs troupeaux, encore moins quand le pouvoir central était fort. Ceux qui se laissaient attirer par les richesses du pays devaient tôt ou tard abandonner la vie nomade ou repartir à la recherche d’espaces libres. Ce sont ces mouvements de retrait qui ont donné parfois l’illusion d’une migration au départ de la Babylonie. Le vrai sens de la marche, le seul qui soit en accord avec les conditions physiques, c’est celui qu’ont suivi les tribus venant du nord-ouest. La Babylonie n’a jamais pu jouer le rôle d’un réservoir de nomades. Ceux que les archives de Mari nous font connaître sont descendus des steppes qui s’étendent entre le Haut-Ḫabur et l’Euphrate, ou sont sortis du désert syrien, d’où ils proviennent tous en définitive.

5Leurs noms portent témoignage de leur commune appartenance à la grande migration « ouest-sémitique ». Nous avons vu pourquoi il ne semblait pas recommandé d’employer le terme d’ « amorrhéen », qui a le défaut de prêter à confusion (p. 243).

6Les « Ouest-Sémites » apparaissent en Babylonie au cours de la période dite d’Isin-Larsa. Sans qu’aucun signe avant-coureur ne dévoile leurs menées, on constate soudain qu’ils ont pris le pouvoir à Larsa, à Kiš, à Marad, à Sippar et dans la vallée de la Diyala ; un des leurs s’est fait proclamer roi dans une cité insignifiante jusque là, Babylone. Il est évident qu’ils n’étaient pas arrivés de la veille, comme le prouvent les quelques noms « ouest-sémitiques » découverts dans la masse des textes de la IIIe dynastie d’Ur (p. 155). Déjà du temps du second roi de Babylone, des territoires situés sur la rive orientale du Tigre portaient les noms des tribus « ouest-sémitiques » qui s’étaient arrêtées sur leur sol. Pourtant, même si nous remontons la route suivie par les envahisseurs, nous ne relevons pas leurs traces avant le début de la période précitée. C’est alors que fut fondée la dynastie à laquelle appartient Šamši-Addu et dont le fief devait être proche du Haut-Ḫabur (p. 212). A Mari, les « Ouest-Sémites » sont absents des sources immédiatement postérieures à la chute de la IIIe dynastie d’Ur (p. 206). Nous disposons là d’un excellent point de repère. Tandis que, sous le règne de Zimri- Lim, plus de la moitié, au moins, de la population était de souche « ouest-sémitique », pas un habitant, à notre connaissance, ne répondait à un nom « ouest-sémitique » au temps où la ville venait de se libérer de la tutelle d’Ur. Si, à cette date, les nomades devaient infester déjà les parages, ils n’avaient pas encore pris pied dans les centres civilisés du Moyen-Euphrate. Or, un siècle plus tard, l’invasion « ouest-sémitique » avait atteint son point culminant en Babylonie même ; les immigrants, passés à l’état sédentaire, étaient devenus les maîtres des vieilles cités.

7On ne peut trouver d’explication à ce brusque afflux que dans le bouleversement général qui suivit la ruine de la IIIe dynastie d’Ur. Les troubles graves qui marquèrent la fin d’Ibbi-Sin, la rupture de l’unité politique et les luttes intestines causèrent autant de brèches dans la résistance des sédentaires. Bientôt les vannes s’ouvrirent toutes larges au flot qui jaillissait de la steppe. Isolées, Mari et les autres villes du Moyen-Euphrate furent submergées au passage. La vague dut se répandre de la même manière sur la Mésopotamie supérieure, mais elle ne recouvrit pas la Babylonie, où, si l’on peut faire crédit aux statistiques, les « Ouest-Sémites » ne représentèrent jamais qu’une faible minorité. Il y eut, d’un côté, occupation, de l’autre, conquête. Les documents nous font malheureusement défaut pour nous rendre compte de la façon dont celle-ci fut menée. Il semble toutefois que les envahisseurs s’établirent en plus grand nombre au delà du Tigre, puisque plusieurs territoires de cette région leur doivent leur nom.

8Comme nous l’avons observé dès le début de cette étude, l’apport des populations nomades a été constant. Au temps des archives de Mari, environ deux siècles se sont écoulés depuis que l’effondrement de la puissance d’Ur a laissé le champ libre à l’invasion, et la pression des nomades ne se relâche pas. Mais, à cette heure, les barrières sont fermées ; les villes, peuplées pour une bonne part de descendants des premiers arrivés, montent une garde vigilante. Maintes générations ont dû passer depuis que l’avant-garde de la tribu de Iamutbal a pénétré en Babylonie et planté ses tentes sur la rive gauche du Tigre, et pourtant la tribu entière n’a pas renoncé à la vie errante ; ses membres circulent encore le long de la vallée de l’Euphrate (p. 216). En vérité, le réservoir paraît inépuisable. Le mouvement est sans fin ; les clans succèdent aux clans, les peuples aux peuples. Les « Ouest-Sémites » ont pris la place des Martu. Plus d’une fois, on les a confondus, comme on confondra entre eux les groupes qui viendront sur leurs pas : Ḫanéens et Benjaminites, Sutéens et Aḫlamû, Aḫlamû et Araméens.

  • 1 Cf. les remarques de Fr. Rosenthal (JAOS, 72 [1952]. p. 171),·à propos de la grammaire phénicienne (...)

9Dans le domaine de la linguistique, certains inclinent à défendre la théorie de l’origine « multiple » du sémitique nord-occidental. Au lieu de quelques grandes vagues, qui auraient déferlé sur la Mésopotamie à des moments déterminés, ils voient une série de petits groupes, qui auraient parlé des dialectes étroitement apparentés et se seraient installés successivement dans la zone fertile, en un mouvement continu1. Les considérations qui ont été développées ici sur le plan historique conduisent à une semblable conception des événements ; des Amorrhéens aux « Ouest-Sémites », des « Ouest-Sémites » aux Araméens, la pénétration des nomades sur les terres paysannes s’est poursuivie sans interruption.

Les pays du « sans fertile ».

Les pays du « sans fertile ».

Notes

1 Cf. les remarques de Fr. Rosenthal (JAOS, 72 [1952]. p. 171),·à propos de la grammaire phénicienne de J. Friedrich, Phönizisch-punische Grammatik (= Anal. Orient., 32), 1951.

Table des illustrations

Titre Les pays du « sans fertile ».
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search