Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Implication de la sociologie et engagement du sociologue sur un sujet d’actualité : l’immigration en France au cours des deux dernières décennies

Alain Battegay

Texte intégral

1Pour contribuer à une réflexion sur l’implication « objective » de la recherche en sciences sociales, je voudrais évoquer l’évolution d’un domaine d’études et de recherches qui s’est développé en France au cours de ces vingt dernières années concernant l’immigration, les relations interethniques, la ville : en quoi ce domaine d’études et de réflexions qui porte sur des situations et des questions depuis plusieurs années d’actualité en France, est-il objectivement impliqué dans le monde social et dans les affaires de la cité ? Comment la littérature scientifique concernant ce domaine d’études est-elle socialisée par ce rapport à l’actualité ? Quel statut singulier ce rapport à l’actualité confère-t-il à cette littérature, entre littérature indigène témoignant des préoccupations de la société française, littérature d’accompagnement de certaines de ses évolutions, et littérature d’élucidation de processus sociaux et d’enjeux de société ?

2Dans un second temps, j’interrogerai la prégnance d’une posture civique dans des démarches de chercheur œuvrant dans ce domaine d’études et de réflexions, en proposant une sorte de témoignage indigène, qui n’est pas seulement personnel.

Les registres de l’implication de la littérature scientifique

3Je voudrai soutenir ici l’hypothèse que le rapport à l’actualité de ce domaine d’études et de réflexions, en France au tournant des années 80, est constitutif de son développement, et que son implication dans les affaires de la cité et dans les évolutions de la société ne se limite pas aux engagements militants ou politiques des auteurs et des chercheurs.

  • 1 H. Blumer « Les États-Unis d’Amérique », Revue internationale des sciences sociales, vol. XIII, n° (...)

4Pour étayer cette hypothèse, j’utiliserai l’analyse faite par H. Blumer des études concernant les relations interethniques réalisées aux États-Unis entre 1948 et 19581, montrant les liens qu’elles entretiennent avec la société américaine de l’époque, ses cadres de pensée et d’action, comme grille de lecture pour interroger les études sur les migrations et les relations interethniques produites en France au cours des années 1980-1990. À cet effet, je retiendrai trois éléments clefs qu’il met en évidence : l’importance des préoccupations « mélioristes » dans l’élaboration et la mobilisation des paradigmes de recherches, les liens entre la construction des objets de recherches et les problèmes concrets qui se posent dans l’évolution des relations interethniques et interraciales, les variations de méthodes enfin qui manifestent la place prise par ce domaine d’études dans l’évolution des disciplines.

5Blumer soulignait tout d’abord que ces études avaient été orientées par des « préoccupations mélioristes » qui, elles-mêmes renvoyaient à un cadre idéologique marqué par les exigences de l’éthique démocratique : « On peut dire sans risque d’erreur que, si les divers groupes raciaux qui forment la société américaine avaient toujours entretenu des rapports harmonieux et démocratiques, il n’aurait jamais été question d’une discipline consacrée aux relations raciales. Ce sont les exigences de l’éthique démocratique qui ont orienté les travaux savants consacrés à ces relations et édicté l’énoncé des différents problèmes “scientifiques” proposés à l’étude et à la recherche. De façon générale, les recherches sur les relations raciales ont été conçues dans un cadre idéologique qui suppose la condamnation de tous rapports humains non conformes à la démocratie. Aussi les problèmes dont l’étude s’impose se rattachent-ils tous aux conditions dont on présume qu’elles gênent ou interdisent l’instauration de relations démocratiques entre les groupes raciaux ».

  • 2 P. Dewitte : « Immigration et intégration, l’état des savoirs », Paris, La Découverte, 1999. Ce do (...)
  • 3 Cf. G. Nicolas, « Fait “ethnique” et usage du concept d’ethnie », Cahiers Internationaux de Sociol (...)

6On peut dire sans risque d’erreur pour ce qui concerne la France des années 80, – et même si une telle revue systématique des études reste à faire-, que le même genre de « préoccupations mélioristes » signalées par Blumer sont fortement présentes, avec des colorations certes différentes, plus républicaines que démocrates, et plus centrées sur le couple immigration-intégration que sur les rapports entre les différents groupes ethniques2. Dans la France des années 80, le domaine des migrations et des relations interethniques est en effet un domaine relativement nouveau au regard de disciplines qui avaient privilégié la question sociale sur la question nationale3, et qui s’étaient intéressées à l’immigration essentiellement à partir de la figure du travailleur immigré. Les recherches qui se sont développées par la suite ont été orientées vers la connaissance de familles en situations migratoires installées durablement sur le sol français et dont les relations problématiques avec leurs environnements se sont publiquement manifestées au début des années 80, avec l’accès des « beurs » à l’espace public. Les enfants des familles immigrées, et particulièrement les jeunes issus de l’immigration algérienne, sont progressivement devenus une des figures de la recherche sur l’immigration en France, en même temps qu’ils s’imposaient figures d’actualité. Des courants de recherches se sont interrogés sur la place que laissaient ou qu’assignaient aux populations en situation migratoire les villes et les institutions, alors que d’autres ont aussi insisté sur la manière dont ces populations prenaient place dans les villes et la société française, en faisant apparaître des processus de diversification et de redéfinition des liens communautaires au fil des générations, des formes de mobilité et d’ancrage conjuguant des dimensions autant urbaines et économiques que culturelles et sociales. Des études se sont intéressées aux quartiers d’habitat social à la périphérie des grandes agglomérations, à leurs modes de peuplement et aux rapports de cohabitation résidentielle, alors que d’autres études portant sur la participation des immigrés à la vie de la cité ont interrogé la pertinence locale du modèle français de citoyenneté et de gestion de l’immigration.

7Un souci mélioriste a orienté la plupart de ces recherches soucieuses de participer à la reprise d’un tissu « social déchiré », ou à une gestion politique et institutionnelle plus adaptée de l’immigration : le cadre idéologique dans lequel elles ont été conçues, pour reprendre les termes de Blumer, a été marqué par une tension entre des conceptions républicaines et universalistes, inquiètes des capacités de la société française mise à l’épreuve de traitements discriminatoires et d’affirmations publiques d’allure communautaires, à traiter et à intégrer des différences et des spécificités, et d’autre part des références démocratiques faisant davantage place à ces affirmations collectives et condamnant des relations entre différentes populations non conformes à l’idéal démocratique, notamment en matière d’égalité des droits.

8H. Blumer indique également dans son analyse que la nature et l’orientation des recherches sur les relations raciales aux États-Unis entre 1948 et 1958 ont été étroitement déterminées par la succession de problèmes concrets qui se sont posés au cours de l’histoire du pays – qu’il s’agisse de la diversité des contacts entre les groupes raciaux ou de la succession des problèmes politiques et moraux auxquels ils ont donné lieu.

9Par comparaison et par contraste, le développement, dans la France des années 80-90, des études concernant la ville, l’immigration, les relations interethniques, semble également renvoyer à des « problèmes concrets », qui se posent dans l’histoire du pays, et qui procèdent de deux grands gisements :

  • le premier concerne plutôt les processus et les conditions d’installation et de pérennisation de la présence, auparavant perçue comme temporaire, de populations immigrées en France. Ont ainsi été étudiées les transformations d’une immigration de travail en une immigration familiale et de peuplement dans un contexte de crise de l’emploi qui prive l’immigration de ses justifications économiques, en lien avec des processus de ségrégation/regroupement résidentiels de familles immigrées dans les grands ensembles périphériques devenus lieux de cohabitations interethniques, et avec l’émergence sur la scène publique des jeunes issus de l’immigration maghrébine et, depuis la fin des années 80, d’affirmations musulmanes ;
  • le second porte d’avantage sur les flux et les nouveaux courants migratoires, les réfugiés, les clandestins, les sans papiers en lien avec les définitions d’une politique d’immigration et les transformations du droit d’asile, elles-mêmes dépendantes, en cette fin de siècle, de législations européennes en construction.

10Les thématiques de recherches à travers lesquelles ces problèmes concrets ont été perçus diffèrent sensiblement de celles que relevait Blumer, notant que les liens entre préjugés et discrimination avaient constitué un lieu majeur et abondant d’études, en dépit, écrit-il, de « l’indigence théorique du schéma préjugé/discrimination ». Pour rendre compte de l’omniprésence et du succès de ce schéma dans les études réalisées, Blumer insistait sur sa pertinence au regard des préoccupations de la société américaine de l’époque qui percevait comme non naturelles les relations interethniques non conformes à l’éthique démocratique qui se déployaient en son sein. Dans ce contexte, le rôle dévolu à la recherche et aux études a consisté à interroger « les sentiments et les attitudes qu’ont ces groupes les uns à l’égard des autres » comme des sentiments non pas innés mais acquis : c’est ce présupposé que reprenait à son compte, en dépit de ses faiblesses scientifiques, le schéma préjugé/discrimination, et qui aurait assuré son succès dans les études réalisées.

  • 4 G. Noiriel, Sur la crise de l’histoire, Paris, Belin, 1996.

11Dans la France des années 1980-90, le schéma préjugé/discrimination, d’inspiration psychosociologique, a peu été repris comme cadre ou problématique de recherches (il avait largement été critiqué scientifiquement), et c’est plutôt le couple immigration/intégration d’inspiration socio-politique qui s’est imposé comme référent problématique dans la plupart des études. La psychologie et la psychosociologie ne semblent pas avoir joué ce rôle central que signalait Blumer pour les études américaines des années 50, et une conscience partagée du caractère historiquement construit des relations entre français et immigrés s’est affirmée dans la plupart de travaux de recherches, toutes disciplines confondues. Dans la France des années 80, toute la palette des sciences sociales s’est en effet mobilisée autour de ce domaine d’études selon une configuration qui semble privilégier histoire, sociologie, géographie, démographie, sciences juridiques, anthropologie, psychologie, sans oublier bien sûr les sciences politiques. Il y aurait ici matière à faire un recensement sur le poids des objets se rapportant à l’immigration et aux relations interethniques dans chaque discipline (Noiriel avait commencé à le faire en ce qui concerne l’histoire4) mais aussi une sorte d’économie politique des disciplines requises, sur la manière dont elles ont été promues ou requises dans les débats publics en lien avec la gestion de l’immigration sur la scène politique, sur les thèmes qu’elles ont fait émerger et les dispositifs qu’elles ont contribué à mettre en place dans ce travail de reconnaissance et de traitement de nouvelles composantes de la société et des villes françaises.

  • 5 Y. Lequin (sous la dir.), La Mosaïque France, Histoire des étrangers et de l’immigration en France (...)
  • 6 B. Stora, Ils venaient d’Algérie, Paris, Fayard, 1992.
  • 7 C. Liauzu, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.
  • 8 F. Dubet : « Immigrations : qu’en savons-nous ? », Notes et études documentaires, no 4887, La Docu (...)
  • 9 D. Schnapper, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.
  • 10 P. Lucas, « Après la citoyenneté, les multi-citoyennetés », Cahiers internationaux de sociologie, (...)

12Chaque discipline a tenté de constituer dans ce domaine d’étude ses propres objets, en lien avec ses traditions propres de recherches. Les historiens ont ainsi tenté de rendre compte des relations entre français et immigrés, en relisant l’histoire du creuset français5, en inscrivant ces relations dans une histoire coloniale franco-algérienne6, ou encore en rappelant l’histoire longue des relations entre l’Europe et l’Islam7 : de telles études manifestent la pluralité des cadrages historiques possibles pour mettre en perspective l’actualité des relations interethniques dans la France contemporaine. Pour leur part, les études sociologiques ont inscrit l’actualité de ces relations sous une diversité de perspectives et de paradigmes d’analyse, au point d’en faire une sorte de caisse de résonance des interrogations sociologiques s’exerçant à l’égard des évolutions d’ensemble de la société française de cette fin de siècle8 : la question de l’intégration sociale et culturelle des immigrés a ainsi été liée à la question de l’intégration de la France elle-même au moment où elle était mise à l’épreuve de nouvelles formes d’exclusion, de dualisation, de fragmentation9 ; le thème de la participation des immigrés à la vie de la cité a alimenté des interrogations sur les redéfinitions des formes de citoyenneté (P. Lucas avait d’ailleurs commis un article à ce propos10) dans un contexte où les difficultés de socialisation des discours politiques sont patentes et où une conscience accrue de la pluralité des normes et des références interroge les notions de bien commun et d’intérêt public ; les thèmes de l’identité et de la construction identitaire en migration ont fait écho à des interrogations sur les identités dans les sociétés complexes, insistant à la fois sur leurs pluralités et leurs flexibilités, et sur la question des mobilisations identitaires dans des périodes troublées.

  • 11 B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratiques de l’histoire », Les Formes de l’expérience, une a (...)
  • 12 P. Rosenthal, Les Sentiers de l’invisible, Paris, Gallimard, 1999.
  • 13 A. Tarrius, Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme, 1989.
  • 14 E. Ma mung, Mobilités et réinvestissements des émigrés, L’Harmattan, 1996.

13Si bien que le domaine d’études autour de l’immigration, des relations interethniques, de la ville est devenu en partie un site exemplaire d’interrogations concernant l’ensemble de la société, alors même que d’autres démarches tentaient de faire exister ce domaine comme un domaine spécialisé, requérant des connaissances documentaires particulières si ce n’est des méthodes spécifiques. Car en ce qui concerne les méthodes de recherche, ce domaine d’études semble moins avoir été un lieu fort d’innovation méthodologique qu’un lieu d’application (et d’apprentissage pour des étudiants et de jeunes chercheurs) de techniques et de méthodes élaborées par ailleurs, sur d’autres objets que ceux qui seraient spécifiques au domaine concerné, ou en référence à des cadres théoriques et problématiques de grande généralité. Pour autant, les recherches en ce domaine ne se sont pourtant pas tenues à l’écart des réflexions et des inflexions méthodologiques qui ont traversé les disciplines de référence. Elles ont ainsi participé pour leur compte, à ce tournant pragmatique qu’évoquait B. Lepetit11 à propos des sciences sociales en France. Alors qu’auparavant l’analyse des causes et des surdéterminations de l’immigration avait orienté la plupart des approches, la majeure partie des recherches sur les migrations et les relations interethniques ont désormais mis l’insistance sur l’analyse des migrations en train de se faire, sur les processus de construction ou de recomposition des relations entre les mondes des migrations et différents secteurs de la société française, ou sur les transformations des relations dans les différentes expériences migratoires elles-mêmes. Parfois, ce domaine d’études et de recherches a été un terrain favorable à des croisements disciplinaires lorsque les travaux réalisés ne se sont pas contentés de juxtaposer des matériaux provenant de points de vue disciplinaires différents : ils se sont alors posés des questions d’articulation de sources, de techniques, de données en travaillant à la limite de plusieurs champs disciplinaires (histoire et démographie12, sociologie et anthropologie13, géographie et anthropologie14), pour se rapprocher des expériences migratoires dont ils essayaient de rendre compte à des échelles territoriales et de temporalités différentes.

  • 15 A. Bastenier et F. Dassetto, Immigrations et nouveaux pluralismes, une confrontation des sociétés,(...)

14En somme, cette première approche, exploratoire, des études portant sur l’immigration, les relations interethniques, les villes dans la France des années 80, semblent signaler les ambiguïtés de leur statut scientifique : elles apparaissent à la fois comme produisant des connaissances datées (portant sur les conditions d’accueil et de traitement des divers types d’immigrations, sur les migrations elles-mêmes et les différentes expériences migratoires, sur leurs interactions avec et dans la société française), et en même temps comme portant témoignage, par la manière dont elles sont conduites, des présupposés scientifiques et publics d’un moment de découverte et d’apprentissage par la France elle-même de certains de ses nouveaux visages, de ses nouvelles fragmentations, des nouvelles formes de pluralisme qui la travaillent15.

15D’un côté ces études seraient à lire comme une sorte de littérature indigène, articulée sur un processus de pluralisation de la société française et notamment de ses villes, nous en apprenant autant sur les objets qu’elles se donnent que sur les cadres sociaux et scientifiques qui président à la définition de tels objets.

16D’un autre côté, ces recherches qui ont conjugué dans leurs propos, ancrages dans des traditions scientifiques et pertinences d’actualité, valent aussi comme littérature d’accompagnement, participant à l’élaboration de langages socialement acceptables autour de ces questions. Ces études et leurs auteurs ont en effet nourri ou abondé des énoncés médiatiques, des propos politiques, des dispositifs d’action publique et participé aux débats qui se sont développés au cours des années 80-90, en proposant, en reprenant ou en confortant, des thématiques qui ont elles-mêmes évolué au cours de ces deux dernières décennies. Les chantiers ouverts par la recherche ont parfois joué un rôle structurant dans les perceptions publiques des situations impliquant l’immigration, mais le plus souvent ils ont plutôt été dans une position de reprise d’autres types de récits publics, discours politiques ou journalistiques, pour les recadrer ou les conforter : si bien que ces discours scientifiques, quelles que soient leurs tonalités militantes, sont aussi à envisager comme un discours que la société française tient sur elle-même et sur sa propre actualité.

  • 16 Cf. A. Sayad, La double absence, Paris, Seuil, 1999. G. Simon, L’Espace des travailleurs tunisiens (...)
  • 17 A. Tarrius, Les Fourmis d’Europe, migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internatio (...)
  • 18 A. Boubeker, Familles de l’intégration, Paris, Stock, 1999.

17C’est dans un tel contexte que depuis deux décennies, s’est affirmé progressivement, en France, un domaine d’étude aux contours relativement flous, dessinés par les couples immigration/intégration ou immigration/banlieue eux-mêmes issus en partie de la médiatisation d’événements montés en affaire, traités comme des faits de société et impliquant à différents titres l’immigration. Au même moment, d’autres approches ont affirmé la nécessité de construire des objets de recherches faisant place au double statut d’émigré et d’immigré16, de prendre en compte des circulations migratoires17 ou d’analyser la construction d’ancrages locaux sans les rabattre sur des logiques d’intégration18 : elles ont été en partie décalées de l’actualité française de l’immigration au cours des années 80, mais elles semblent retrouver à la fin des années 90, une nouvelle pertinence en lien avec l’importance accordée dans l’actualité médiatique et scientifique, au thème de la mondialisation.

  • 19 Le domaine des études sur l’immigration et les relations interethniques n’est pas le seul domaine (...)

18Les liens entre actualité médiatique et actualité scientifique ont ainsi socialisé les études de ce domaine, sur un mode particulier19 :

  • d’un côté, d’un côté ces études et ces recherches ont composé avec leur pertinence au regard des préoccupations publiques et médiatiques, ce qui a élargi la sphère de leurs lecteurs et de leurs publics, les a fait participer à des entreprises de publication qui n’ont pas eu que des motifs d’ordre scientifique. Bref, ces approches ont pris rang dans une économie des discours et dans des dispositifs d’accompagnement qui les ont socialisées selon d’autres critères que les critères académiques ;
  • d’un autre côté, dans son mouvement même, une telle logique de développement a fait apparaître des chantiers de recherches auparavant absents du panorama scientifique français (ont ainsi été rendu visibles des fonctionnements sociaux et des logiques de populations jusqu’ici ignorées ou négligées), qui ont progressivement constitué leurs ancrages dans les sphères académiques à travers des revues et des publications.

19Sans doute s’agit-il là d’un cas de figure dont la sociologie de la connaissance, – et la sociologie de la sociologie – pourraient se saisir, pour mettre en perspective l’entrecroisement particulier des registres de socialisation du travail scientifique qui se nouent, en France, au cours des vingt dernières années, autour de ce domaine d’étude ; et faire apparaître à partir de ce cas et de ce domaine singulier, la littérature des sciences sociales comme une littérature objectivement impliquée dans et par la société, dans des postures qui sont autant d’accompagnement que d’élucidation.

Le chercheur et ses engagements, entre « parler avec » et « parler pour »

20Si la sociologie est objectivement impliquée dans les évolutions de la société, notamment à travers ce domaine particulier des études sur l’immigration qui a été au cours des deux dernières décennies, en France, un domaine d’actualité et de controverses, alors se pose aux chercheurs la question de la gestion de leurs engagements de recherche : entendons par là la question de la construction de leurs interrogations, de leurs terrains, de leurs pratiques de recherches avant même celle de leurs prises de positions publiques.

  • 20 P. Lucas, La Religion de la vie quotidienne, Paris, PUF, 1981. Cette formule, Philippe Lucas l’ava (...)
  • 21 Comme le souligne J.-M. Donegani, « Religion et politique : de la séparation des instances à l’uni (...)

21Pour aborder cet aspect, j’évoquerais des questions qui se sont posées et se posent aux chercheurs œuvrant dans ce domaine, en partant d’une sorte de témoignage indigène référant à des pratiques de terrain inspirées par des projets de compréhension de style socio-anthropologique, et qui articulent à leur ma manière la « sociologie comme politique de l’expérience », selon une formule de P. Lucas20. Une telle conception renvoie à l’idée d’une structuration dialogique de la vie sociale comme des pratiques de recherches, et fait de la politique de l’expérience à la fois un objet et une pratique sociologique : cherchant à comprendre les sens que les gens attribuent à ce qu’ils font et à ce qui leur arrive, elle oriente le travail du sociologue, non vers une sociologie des représentations mais vers une analyse des cours d’action, non vers un recensement des adhésions à des énoncés de foi, mais vers un repérage des actes d’énonciation de croyances qu’il s’agit de déchiffrer21.

22Cette conception dialogique de la vie sociale et des pratiques de recherches engage alors le sociologue dans un « parler avec » qui ne se confond ni avec un dialogue de familiarité ni avec un « parler pour ». Or, dans les pratiques de recherches s’organisant autour de populations en situations migratoires, l’instauration de ce « parler avec » se recompose au fil du temps selon des motifs divers, qui tiennent aux transformations des réseaux d’interlocuteurs, à des ruptures de communication, à un éloignement géographique et social du chercheur vis-à-vis de ses terrains avec lesquels il garde des relations épisodiques et construites, mais limitées.

  • 22 Sans insister sur les raisons de carrière qui éloignent parfois du terrain chercheurs et observate (...)

23En situation, le « parler avec » auquel se réfèrent ces démarches sociologiques ou anthropologiques interrogeant l’expérience migratoire sont également mises à l’épreuve. D’une part elles admettent des interlocuteurs diversifiés, mais un poids inégal leur est accordé, notamment dans le cas de terrains locaux : dans de tels contextes d’observation, le terrain en vient à désigner plus souvent les populations visées que les administrations qui ont en charge une part de leur gestion, et qui parfois sont des commanditaires d’études. Cette surcharge d’enjeux et de visées rend difficile, et parfois frauduleux le « parler avec ». De plus, l’instauration de ce « parler avec » est travaillé par des écarts de positions, particulièrement sensibles lorsqu’il s’agit de chercheurs « des classes moyennes » prenant langue avec des jeunes issus de l’immigration, vivant dans des quartiers populaires et souvent en rupture de communication avec leur environnement. Sans compter que les rapports au terrain se déclinent différemment au fur et à mesure de la carrière des sociologues, la constitution d’un réseau d’interlocuteurs étant plus stable dans les cadres institutionnels que parmi des populations dont les itinéraires se recomposent sans qu’ils soient ancrés dans des cadres d’action qui donnent sens au dialogue avec le chercheur22. Si bien que, dans la durée, le sociologue ou l’anthropologue travaillant sur ces terrains à controverses de l’immigration et des banlieues, trouve un point d’ancrage plutôt du côté de la gestion institutionnelle et politique : là au moins des cadres, mêmes flottants, de discours sont construits et des interlocuteurs sont situés. Dans ce contexte, l’équilibre est difficile à tenir pour le chercheur qui continue parfois à appuyer ses propos publics sur un « parler avec » qu’il ne pratique que de manière limitée et lacunaire. Il est alors conduit à recomposer sa navigation entre posture scientifique, posture militante et posture gestionnaire et sa capacité à tenir des propos qui ne soient pas de faussaire, est soumise à de nouvelles épreuves.

24Face à ces mises à l’épreuve et à ces déséquilibres fréquents, des rétablissements de posture s’opèrent parfois, par glissement d’un « parler avec » vers un « parler pour », du moins vers un « donner la parole ». Nombreux sont ainsi les textes de chercheurs qui entendent donner, à travers différents types de mises en scènes et de rhétoriques, une voix aux sans voix : autant de récits du malheur, de la misère du monde, ou de la galère qui mettent en intrigue ces voix rapportées en leur donnant une portée civique. Comme s’il s’agissait non seulement de restituer des propos tenus, mais de s’acquitter, par la dramatisation opérée et les effets de mobilisation escomptés, d’une sorte de dette à l’égard d’interlocuteurs de peu de poids social.

Posture civique et pratiques de recherches

25Comment dans les pratiques de recherches se manifeste le civisme du chercheur ? Ou plutôt : qu’en est-il du caractère civique non seulement des postures mais des objets de recherches que construisent les chercheurs ? En quoi le sens civique attribué par les chercheurs à leurs travaux les marquent-ils, dès lors qu’il ne se réduit pas aux déclarations de civisme qui accompagnent les récits de recherches, mais qu’il est considéré comme une posture de terrain construisant des positions d’observation autant que d’énonciation, organisant des points de voir et des points de vue, intervenant dans la production des matériaux de recherches à propos desquels la réflexion s’exerce ?

  • 23 Cf. D. Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête », Revue française de sociologie vol. XXXIX-4, (...)
  • 24 Le fait que le sociologue soit perçu comme un indigène plus ou moins lié au monde de l’action publ (...)

26Le civisme intervient en effet fortement dans la manière de prendre langue auprès de populations et spécialement de jeunes qui, par ailleurs, ont à faire avec d’autres types d’intervenants, (éducateurs, travailleurs sociaux, policiers, journalistes, personnel politique) : dans ces situations, sociologues ou anthropologues doivent souvent justifier des enjeux de leur présence et de leur projet de compréhension, dans un ordre civique et pas seulement scientifique. Ils sont alors conduits à afficher leurs intentions civiques comme une des justifications de leur présence. Pour autant, cet usage « déclaratif » du civisme ne suffit pas à construire une posture d’observation et de recherches : les déclarations de civisme faisant droit aux populations à qui elles s’adressent, nombreuses sur ce genre de terrain, sont dans la durée, mises à l’épreuve23 d’engagements situés, et mesurées à l’aune des dispositifs auxquels la présence du sociologue est liée et de ses interventions locales et publiques24. En somme, dans ces situations, le sociologue peut parler haut de ses convictions de civisme, d’ailleurs sans garantie d’efficience ou de « parler fort », mais il se retrouve dans son activité même, modestement, comme un des interlocuteurs et un des acteurs dans des logiques et des cours d’action qu’il ne maîtrise pas.

  • 25 Ce domaine d’études autour de l’immigration et des banlieues n’a pas l’exclusivité de ces recouvre (...)

27La publication constitue, de ce point de vue, une occasion de « parler haut » et une épreuve critique : quels que soient les motifs affichés et les cartes de visite dont le sociologue fait état à l’égard de ses interlocuteurs, la publication est un moment qui éclaire sa propre logique d’action. Dans ce domaine d’études, où les propos prennent place et sens dans des controverses d’actualité et portent eux-mêmes à controverse, la question de la publication ne peut en effet être dissociée de la question de la restitution. La sociologie d’intervention a souvent pensé les scènes de restitution comme des mises à l’épreuve des interprétations opérées par les sociologues aux regards des acteurs concernés. Mais il n’est pas sûr que ce processus s’arrête là : la publication elle-même, les prestations dans les médias, la collaboration à des reportages ou à des émissions télévisées, les rebonds et autres pages idées sont aussi des temps et des scènes qui soumettent ces interprétations à des publics élargis, et en même temps aux acteurs initiaux25. La publication génère ainsi des scènes de réflexivité qui soumettent à des jugements publics différenciés les interprétations des sociologues.

28Les rhétoriques de publication elles-mêmes, empreintes de déclarations de civisme, témoignent de l’inconfort des sociologues œuvrant sur ce genre de terrain. Ces rhétoriques prennent souvent l’allure de discours d’alerte, exprimant les préoccupations civiques de ceux qui les énoncent. Mais elles se lisent également comme des mises en perspective qui donnent du sens et de la grandeur à des objets de recherches et comme des langages socialement acceptables, compatibles avec les horizons d’attente des publics diversifiés auxquels s’adressent ces analyses :

  • certaines de ces rhétoriques font écho à la peur, à l’inquiétude d’une société, qui s’interroge sur son unité et sur ces nouvelles fragmentations, parfois en dédramatisant les motifs de cette inquiétude et en les inscrivant dans une histoire longue, parfois au contraire en les majorant sous la figure d’un discours de l’urgence. De ce point de vue, le thème des violences urbaines est un lieu particulièrement favorable à ce genre de production rhétorique ;
  • d’autres se situent sur le registre de la compassion à l’égard de populations particulièrement touchées par des processus d’exclusion et de stigmatisation, registre particulièrement fort dans une société catholique laïcisée comme l’est la société française (à la différence de la société américaine et de son éthique protestante puritaine qui fait porter aux pauvres et aux démunis une part de responsabilité dans leur situation26) ;
  • d’autres encore convoquent les idéaux proclamés de cette société pour montrer leurs insuffisances, leurs déficits de mise en œuvre ou l’inadéquation des modèles d’organisation politiques qui les portent, pour donner une légitimité politique aux plaintes qu’elles relaient ou aux situations problématiques qu’elles tentent de décrire. Cette stratégie argumentative trouve un terrain favorable lorsqu’il s’agit de traiter des discriminations ethniques ou raciales, en mettant en évidence les contradictions entre les idéaux revendiqués et les situations de fait, ou lorsqu’il s’agit d’insister sur l’existence et la légitimité de nouvelles formes de citoyennetés sociales, en mettant en débat autant l’universalisme républicain que le multiculturalisme27 pour renvoyer à des affirmations démocratiques.

29La prégnance de cette posture civique, lisible à différents moments des pratiques de recherches – de l’entrée dans la place à la publication – renvoie, telle qu’elle est présentée ici, à des engagements personnels des chercheurs et à des méthodes de recherches qui valorisent au moins dans leurs ambitions, un « parler avec ». Pour autant, cette prégnance n’est pas spécifique aux démarches qui conçoivent la pratique du sociologue comme opératrice de civisme et de réflexivité.

L’enjeu civique dans les démarches scientifiques

30Même lorsqu’ils entendent se tenir à distance d’implications de terrain, les sociologues qui œuvrent sur ce genre de questions et entendent contribuer à l’intelligibilité d’une société en train de se faire, se retrouvent quand même rattrapés par des rôles et des questionnements qui engagent des enjeux civiques, au cœur même de leurs productions de données et de leurs analyses. Deux figures peuvent illustrer cet impossible désengagement :

  • Celle du sociologue opérateur d’officialité, particulièrement sensible lorsqu’il s’agit des catégories de l’ethnicité28 auxquelles se réfèrent, dans des sens certes différents, nombre d’études. D’un côté, ces catégories de l’ethnicité se présentent dans leurs définitions anthropologiques sous la figure de l’incertitude : leur définition devient floue, et de nombreux travaux de recherches réfutent le caractère substantialiste des identités ethniques pour insister au contraire sur leur caractère situationnel et flexible. Mais d’un autre côté, l’utilisation politique de la notion « d’identité ethnique » l’objective et la durcit, lorsqu’il s’agit par exemple de définir des critères d’éligibilité vis-à-vis de mesures de discrimination positive. Pris dans cette tension, le sociologue peut prendre belle allure en cultivant sa méfiance vis-à-vis de ces désignations, et préférer s’en tenir à distance au lieu de les manipuler : au risque de ne pouvoir offrir que des descriptions tronquées de situations et de processus en cours, et d’être soupçonné de préférer un politiquement correct à un sociologiquement soutenable. Celui qui, au contraire, prend le risque d’user de ces catégories, n’est pas pour autant assuré, quelle que soit sa vigilance, de ne pas être un des opérateurs de la mise en place de nouvelles technologies du social fonctionnant sur une rigidification de ces catégories « ethniques » et des assignations à identité ;
  • celle du sociologue opérateur de visibilité : des approches socio-anthropologiques de populations en migration sont conduites à insister sur l’importance de réseaux et de savoir circuler, qui opèrent en mettant en place des circuits d’économie parallèle (qui, pour être à la marge de la légalité, n’en sont pas pour autant maffieux) ou en développant des usages instrumentaux de dispositions légales (en matière d’accès à la nationalité ou d’usage de la nationalité par exemple). La reconnaissance de ces dispositifs et de ces agencements de populations, d’activités et de territoires, organisée autour de paradigmes de recherches, est en même temps un geste risqué de leur mise en visibilité. D’un côté, le sociologue peut argumenter que ces modes de fonctionnement n’ont rien de secret, car ils jouissent déjà d’une certaine forme de publicité au regard des populations impliquées dans ces fonctionnements ; mais leur mise en exergue par des regards sociologiques change leur forme de publicité et les sort d’une certaine discrétion, sans garantie en ce qui concerne les effets de cette mise en visibilité publique.

31Ces deux figures du chercheur embarrassé ne renvoient pas aux problématiques classiques qui distinguent les usages sociaux et politiques des discours scientifiques, de la construction même des discours scientifiques. Il ne s’agit pas seulement ici de distinguer le savant et le politique, à partir de cette tension entre explorations scientifiques et socialisation politique des propos de « spécialistes », ce qui parfois conduit à se satisfaire de conseils de prudence ou de vigilance vis-à-vis des usages publics et politiques de connaissances élaborées dans un espace scientifique réputé décalé des préoccupations publiques et qui se caractériserait, pour sa part, si ce n’est par la neutralité, du moins par un horizon d’impartialité. Ici au contraire, la responsabilité propre des chercheurs en sciences sociales est interrogée dans les catégories qu’ils utilisent, dans les positions d’observation et d’énonciation qu’ils prennent. Leurs rôles d’opérateurs d’officialité et de visibilité ne sont pas ici dissociables de leurs exigences d’élucidation de processus sociaux, et de leurs hypothèses que les fonctionnements qu’ils mettent à jour participent de tendances lourdes dans l’évolution de la société française, et méritent d’être décrits.

32Le retour de l’enjeu civique dans les pratiques de recherches qui s’en voudraient à l’écart interroge à leur tour, leur propre logique de construction de leurs objets, de leurs catégories, de leurs terrains. La question qui est alors posée aux chercheurs en sciences sociales, notamment à partir de ces terrains autour de l’immigration, est alors non celle d’une révérence à un civisme politiquement correct mais celle de pratiques scientifiques civilement soutenables.

Notes

1 H. Blumer « Les États-Unis d’Amérique », Revue internationale des sciences sociales, vol. XIII, n° 2,1961. L’analyse de Blumer porte sur plus de 200 études.

2 P. Dewitte : « Immigration et intégration, l’état des savoirs », Paris, La Découverte, 1999. Ce document témoigne de la prégnance du couple immigration/intégration sur la recherche française, et de la centralité accordée aux relations entre Français et immigrés dans le champ des relations interethniques : les relations entre différentes immigrations sont très peu prises en compte si ce n’est dans le cadre d’études contrastives ou comparatives.

3 Cf. G. Nicolas, « Fait “ethnique” et usage du concept d’ethnie », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. XIV, 1973, pp. 1-6. Voir aussi P. Simon, « L’étude des problèmes de minorités et de relations interethniques dans l’anthropologie et la sociologie française », Pluriel, no 32-33,1982-83, pp. 13-25.

4 G. Noiriel, Sur la crise de l’histoire, Paris, Belin, 1996.

5 Y. Lequin (sous la dir.), La Mosaïque France, Histoire des étrangers et de l’immigration en France, Paris, Larousse, 1988. G. Noiriel, Le Creuset français, histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1988.

6 B. Stora, Ils venaient d’Algérie, Paris, Fayard, 1992.

7 C. Liauzu, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.

8 F. Dubet : « Immigrations : qu’en savons-nous ? », Notes et études documentaires, no 4887, La Documentation française, 1989.

9 D. Schnapper, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.

10 P. Lucas, « Après la citoyenneté, les multi-citoyennetés », Cahiers internationaux de sociologie, no 79, 1985, pp. 239-252.

11 B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratiques de l’histoire », Les Formes de l’expérience, une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

12 P. Rosenthal, Les Sentiers de l’invisible, Paris, Gallimard, 1999.

13 A. Tarrius, Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme, 1989.

14 E. Ma mung, Mobilités et réinvestissements des émigrés, L’Harmattan, 1996.

15 A. Bastenier et F. Dassetto, Immigrations et nouveaux pluralismes, une confrontation des sociétés, Éditions universitaires, Paris, 1990.

16 Cf. A. Sayad, La double absence, Paris, Seuil, 1999. G. Simon, L’Espace des travailleurs tunisiens en France. Structure et fonction d’un champ migratoire international, Thèse d’État de Géographie, Poitiers, 1980.

17 A. Tarrius, Les Fourmis d’Europe, migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992.

18 A. Boubeker, Familles de l’intégration, Paris, Stock, 1999.

19 Le domaine des études sur l’immigration et les relations interethniques n’est pas le seul domaine où un tel branchement s’opère. Cf. notamment les approches en termes d’exclusion).

20 P. Lucas, La Religion de la vie quotidienne, Paris, PUF, 1981. Cette formule, Philippe Lucas l’avait énoncée lorsqu’il entendait esquisser une critique sociale du privatisme. Il insistait alors avec force sur une structuration dialogique des procédures d’enquêtes et de restitution, nécessaire selon lui au travail du sociologue : il définissait en effet ce travail comme consistant à rendre droit « au travail d’acquiescement et de dénégation tramant une vie quotidienne qui, loin de se réduire à la mécanique répétition de la trivialité, se lit au contraire comme le lieu d’une "sanctuarisation" de la vie civile, tissant une histoire persuasive et faisant de l’histoire d’abord une légende ».

21 Comme le souligne J.-M. Donegani, « Religion et politique : de la séparation des instances à l’unité de l’individu », Religions et société, Cahiers Français, no  273,1995.

22 Sans insister sur les raisons de carrière qui éloignent parfois du terrain chercheurs et observateurs sociaux travaillant sur des situations migratoires et d’inter-ethnicité, il est cependant à noter qu’elles sont en partie travaillées par ces passages d’une position de front-office à des positions de back-office qu’évoque J. Ion à propos des travailleurs sociaux, J. Ion, Le Travail social au singulier, Paris, Dunod, 1998.

23 Cf. D. Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête », Revue française de sociologie vol. XXXIX-4, octobre-décembre, 1998, pp. 752-786 ; et notamment p. 760 à propos du discours de présentation du chercheur et de la façon dont les gens accordent un faible crédit à ses explications, trop vertueuses pour être sensées et innocentes.

24 Le fait que le sociologue soit perçu comme un indigène plus ou moins lié au monde de l’action publique, ne joue pas forcément en sa faveur : des sociologues plus distants et moins indigènes, apparemment moins directement impliqués, peuvent faire de leur extériorité une ressource dans leur manière de prendre langue. Cf. Dietmar Loch et sa manière de s’entretenir avec Kelkal, Le Monde, 24 octobre 1995.

25 Ce domaine d’études autour de l’immigration et des banlieues n’a pas l’exclusivité de ces recouvrements de publics, d’acteurs, de témoins opérés par de tels modes de circulation des récits et des énoncés : il s’agit de phénomènes beaucoup plus généraux, auxquels la discipline anthropologique est sensible, notamment dans les études d’anthropologie à domicile, (Cf. les travaux de C. Geertz et ceux de N. Thomas, « Épistémologies anthropologiques » in Revue internationale des sciences sociales, no 153,1997) mais dont il reste à prendre la mesure dans des méthodes de recherches portant sur un domaine d’actualité.

26 S. Body-Gendrot « L’expérience américaine : logique économique et logique d’apartheid », Mixité et ségrégation, RATP, no 116,1997.

27 M. Wieviorka, Une société fragmentée ?, Paris, La Découverte, 1997.

28 Cf. la controverse récente portant sur l’utilisation de catégories « ethniques » dans les enquêtes de l’Institut National d’Études Démographiques, Population, Mai-Juin 1998, « La variable “ethnie” comme catégorie statistique », pp. 537-633, et Le Monde, 6 novembre 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search