Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Acteur, chercheur et paradoxes de l’engagement dans le monde des banlieues

Ahmed Boubeker

Texte intégral

Défaut d’engagement et paradoxe existentiel

1Est-ce bien mon monde, suis-je bien à ma place ? On se pose cette question de l’identité quand la communauté ne va plus de soi, quand une distance s’instaure et qu’on ne fait plus corps. Corps avec une communauté, ou avec un métier. Je pars de la posture du défaut d’engagement. Défaut d’engagement du chercheur ou de l’acteur. Défaut confondu dans mon expérience d’un parcours de recherche sur le terrain de l’immigration et des banlieues, terrain de tous les amalgames entre le social, le politique et le culturel. Par ses origines, sa naissance au milieu d’une situation donnée, on peut être pris dans un devenir d’engagement ; mais l’injonction de la nécessité peut inhiber l’action. Paradoxe de Hamlet. Paradoxe existentiel de l’héritier de l’immigration, dilemme entre expression et communication. Prendre la parole ou accepter l’aliénation : parler comme un fou, c’est-à-dire comme personne, ou parler comme tout le monde. Mon défaut d’engagement est-il lié au refus de parler le langage des autres ? Refus d’un accord sur les malentendus, dirait Sayad. Lot commun à l’acteur et au chercheur : à défaut d’engagement, on bute sur celui des autres.

  • 1 P. Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber éditions, 1996.
  • 2 A. Boubeker et N. Beau, Chroniques métissées, Alain Moreau, Paris, 1986.

2L’enfer des quartiers n’est-il pas en effet pavé des bonnes intentions militantes de tous ceux qui prétendent parler « à la place de » ? Si le verbe était pierre, le béton coulé entre les murs de toutes les banlieues françaises ne pèserait guère face au poids des coulées verbales qui ordonnent les présupposés et les mots d’ordre officiels sur ces cités outre-périphériques. Cette démultiplication du champ sémantique désignant la banlieue et l’immigration ne peut se résoudre dans une simple critique des médias : le champ des sciences humaines est lui-même investi par cette sur-désignation qui couvre les situations ; par ces légendes urbaines, ces « mots extraordinaires » selon Bourdieu1, parole performative, langue de bois, ou langage officiel en quête d’opérationnalisation. L’immigration est prise au piège des mots et la banlieue des mots d’ordre politiques ne correspond pas aux banlieues indigènes. Paradoxe de l’invisibilité des habitants de ces quartiers soumis pourtant à une totale visibilité publique. Paradoxe existentiel disions-nous : le citadin de banlieue a-t-il pied dans plusieurs monde ou est-il de nulle part ? Il ne s’agit pas d’un problème d’acculturation, de tiraillement entre deux cultures comme l’ont trop vite schématisé les premiers travaux de recherche sur les jeunes issus de l’immigration, mais plutôt d’une oscillation entre deux mondes, entre soi et son image publique, son double médiatique. Le défaut d’engagement prend une dimension de « stratégie de l’ambiguïté2 » : jouer sur tous les tableaux pour éviter de se situer ! Loin d’éclairer, l’espace public peut apparaître comme un lieu de recouvrement des situations sociales, un espace de leurres, de simulacres, espace de la « mauvaise foi » dans la perspective sartrienne d’un monde où quiconque est reconnu publiquement fait partie des salauds. C’est le contexte premier de la recherche sur le terrain de l’immigration et de la banlieue. Terrain miné où les mots sont piégés, où rien n’est gratuit.

3Et si parler c’est la guerre, comment prendre place pour un observateur non engagé ? Ambiguïté de la position du chercheur. Poussée parfois jusqu’au double langage : du terrain contre la discipline et de la discipline contre le terrain.

Engagement dans le refus et paradoxe de l’autonomie sociale

4L’engagement dans le refus ne dessine-t-il pas une première perspective d’engagement ?

5Au-delà d’un refuge dans l’ambiguïté, les héritiers de l’immigration persistent à se réclamer d’un « nous », référence à une communauté qui de fait n’existe plus, affirmation commune d’abord liée à un mouvement de refus. Refus de réduire sa vie, son expérience, son monde vécu à des rôles sociaux. Refus de baisser la tête et de raser les murs de la société française comme leurs pères. Refus qui ne se discute pas, silencieux même lorsqu’il a quelques échos spectaculaires sur la scène publique. Ce mouvement de refus apparaît comme une démarche solitaire plutôt que solidaire, fondée sur une expérience partagée, « feeling » commun, subjectivité du secret s’opposant aux clichés de la désignation sociale.

6Ainsi se construit l’affirmation d’un « nous », socialité qui dessine la morphologie d’un monde des banlieues dans un rapport à l’autre proche, à l’exclusion du tiers représentant une société sans accès. Une perspective de l’engagement comme conduite, travail de conviction, permet alors d’ouvrir un avenir à l’action. La logique du refus s’inscrit dans une tension productrice. Dans la re-fusion de rôles sociaux et de domaines cloisonnés par l’ordre social. Ainsi, malgré tous les obstacles aux perspectives d’avenir des populations immigrées dans la société française, un jeu du jeu social (Duvignaud, 1980), des pratiques inventives, arts de faire au quotidien permettent d’échapper aux stéréotypes publics, pour se réapproprier l’espace, construire des usages nouveaux, dessiner des frontières instauratrices d’intimités collectives. Et cette re-fondation prend un sens global. Ce qui caractérise en effet cette expérience, ce n’est pas la volonté de donner un sens à telle inscription sociale ou professionnelle, c’est plutôt le besoin quotidien d’une construction de soi, envers et contre la société et une colonisation de la vie quotidienne (Habermas), l’obligation de se doter d’une vision globale pour être le seul maître de soi, donner un sens à son monde présent et le construire par un travail de combinaison de l’instrumental et du symbolique (Touraine).

  • 3 Y. Barel, La Marginalité sociale, Paris, PUF, 1982.
  • 4 D. Wellman, S. Warner et L. Weitzman, « Le héros, le pauvre type et le combinard », Espace et Soci (...)

7Mais il s’agit aussi d’une expérience territorialisée. Les engagements sont situés, spécifiques, et ils n’ont souvent pas de sens en dehors du territoire. Faille dans l’universalité, crime de lèse-modernité sanctionné par un déni de reconnaissance qui nous ramène à la marginalité invisible selon Barel3. Paradoxe de l’autonomie sociale, entre l’individu assisté et un retour de l’acteur. Figure du pauvre type contre celle du combinard4. Paradoxe qui se traduit aussi par le clivage entre une adaptation des gens de banlieue à une situation invivable et l’absence de solutions en termes de gestion publique… qui peut apparaître comme une solution à long terme !

  • 5 A. Giddens, Social Theory and Modem Sociology, Polity Press, 1987.
  • 6 M. Foucault, Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994.
  • 7 E. Morin, Sociologie, Paris, Fayard, 1984.

8Comme le souligne Giddens5, pourquoi la réflexivité reconnue à l’acteur ne serait-elle pas reconnue au chercheur ? Le refus s’inscrit aussi dans une perspective de recherche. Refus de confondre le réel et son double, copie des sciences humaines, sclérose de l’analyse, confort intellectuel. Refus de la bonne conscience, de l’imposture intellectuelle et de la banalisation du malheur. Engagement de « l’intellectuel spécifique » selon Foucault6, celui qui ne parle pas au nom de valeurs universelles mais au nom de sa compétence et de sa situation. Position d’un observateur engagé qui, dans sa propre pratique de recherche, soumet l’objectivité à l’épreuve d’une compréhension du point de vue à partir duquel il regarde le monde. Il ne s’agit pas de dénoncer le manquement aux valeurs proclamées mais de situer une démarche critique dans un contexte donné de l’engagement. Démarche d’autant plus nécessaire que le sociologue, à l’image du journaliste, n’est plus un personnage exotique en banlieue : il ne peut plus se cacher derrière les concepts d’une sociologie de droit divin. Comme le souligne Morin7, il ne semble donc guère scientifique de s’éliminer soi-même comme auteur de cette scientificité au risque d’un délire confusionnel entre la blouse blanche du chercheur et la soutane ecclésiastique.

9Ainsi l’engagement apparaît-il aussi comme une règle de vie, une façon de se rapporter aux événements, aux autres et à soi-même, quitte à oublier ses lunettes d’observateur lorsqu’elles deviennent des œillères. C’est une condition préalable pour une compréhension du monde des banlieues comme un monde de significations, pour explorer les formes de l’imaginaire et de la mémoire collective qui actualisent ce monde de banlieue à travers différentes figures d’une espérance collective.

10Il ne s’agit pas, bien entendu, de comprendre cette notion d’imaginaire social comme une totalité signifiante. Les figures qui actualisent les imaginaires d’un monde de banlieue sont donc plus ou moins stables, plus ou moins partagées. Elles se construisent à partir d’un dialogue entre tradition et innovation, à partir de relations de mémoire et d’oubli, comme une diversité de répertoires culturels. Et elles s’articulent, s’enchevêtrent ou se succèdent comme différents styles de réponses dans un contexte donné qu’il faut comprendre comme des processus de subjectivation, des modes de vie qui permettent de contourner le paradoxe, dépasser l’ambiguïté et le jeu de cache-cache avec la société, le regard public, d’inventer des lignes de repli où l’on peut se loger, résister.

  • 8 G. Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

11Ces figures peuvent ainsi apparaître comme les intercesseurs, à la fois fictifs et réels d’une communauté imaginaire. Comme le souligne Deleuze, « aux fictions préétablies qui renvoient toujours au discours du colonisateur, opposer le discours de minorité qui se fait avec des intercesseurs »8.

De la fermeture à l’ouverture : paradoxe de la citoyenneté

12Une autre perspective de l’engagement public se décline autour d’un paradoxe de la citoyenneté.

  • 9 A. Sayad, « Identités : nominations/catégorisation », Citoyenneté, identités, Paris, Ministère de (...)

13Peut-on en rester à une perspective de l’exclusion réciproque entre le monde des banlieues et la société globale ? Il s’agit d’abord de s’interroger avec Sayad9 sur la pérennité d’identités culturelles sans garantie politique ou juridique de reconnaissance, sans droit de cité. Aujourd’hui, le spectre du clandestin hante l’espace public. Rejetée dans les oubliettes de l’Histoire nationale, l’immigration est de retour à travers le prisme de l’actualité. La rapidité de la carrière publique des beurs aurait-elle été suscitée pour conjurer cette hantise ?

  • 10 A. Battegay et A. Boubeker, Les Images publiques de l’immigration, Paris, L’Harmattan, 1992.

14Au début des années 80, l’apparition de la seconde génération sur la scène publique semble marquer la fin d’une exclusion réciproque entre le monde des banlieues et la société française. Les jeunes issus de l’immigration investissent la question sociale comme un lieu d’affirmation pour s’évader du ghetto imaginaire dans lequel ils avaient été confondus avec leur pères, travailleurs immigrés, zoufris dans le langage des cités. La figure beur exprime cette volonté de sortie de l’immigration et la construction d’un nouveau territoire sur la scène des banlieues devenue scène médiatique10. Elle apparaît alors comme l’illustration d’un avenir multiculturel de l’hexagone. Mais la culture politique des beurs n’échappe pas aux territoires épistémologiques d’une modernité à la française : se coupant d’un patrimoine originaire d’immigration, sa mémoire colonisée par des images publiques, le mouvement beur ne parvient pas à dépasser une affirmation première de singularité. Retour à la case anonymat, poubelles de l’actualité. C’est ainsi que le spectre du clandestin dans l’espace public, confondu pour eux avec la figure du zoufri, interroge les héritiers de l’immigration. Héritiers du sacrifice silencieux de leurs pères. Français doublement hantés par le spectre du zoufri.

  • 11 A. Boubeker, « Cultures urbaines et ethnicité. L’expression spécifique des héritiers de l’immigrat (...)

15Au-delà du moment beur, un nouvel acteur d’une « ethnicité à la française »11 tente de répondre de ce double héritage pour penser l’historicité même des formes de l’expérience et poser clairement la question : que signifie aujourd’hui être un Arabe, un Berbère ou un musulman de France ? Répondre de ce double héritage, c’est d’abord une injonction à responsabilité, une assignation à fidélité. Une issue pour sortir de l’immigration en y investissant une réserve de sens. Une issue pour échapper aussi à un jeu de simulacre avec le regard de la société française. Cette logique d’engagement s’inscrit dans une perspective de l’espace public qui serait moins un monde commun qu’un monde où la possibilité du conflit reste ouverte, où la question de la confrontation des identités ne se confond pas avec la concurrence des mélodrames privés, avec les corporatismes émancipés de toute logique sociale et autres revendications d’une liberté radicale et post-moderne.

16L’acteur ethnique se doit, à l’opposé de l’hédonisme post-moderne, de prétendre à une certaine organisation de la dispersion entre des intérêts spécifiques et collectifs pour revendiquer un droit de citer. Tension entre communauté et société. Tension indissociable de l’institution d’un réseau de parole et d’action qui permet de se constituer comme mouvement. Tension contribuant à une réactualisation des valeurs, de la laïcité à la survie de la cité qui dépend d’une volonté de vivre ensemble comme Ta souligné Arendt. Reste que ce travail de la société sur elle-même se heurte à la nostalgie républicaine d’un système politique devenu fermé sur lui-même et au constat global d’un défaut d’engagement civique. Paradoxe d’une citoyenneté à deux vitesses : citoyen-sujet de droits ouvrant des créances sur la société, se détournant des responsabilités sociales et des engagements collectifs contre citoyen de seconde zone, bénéficiaire de la solidarité nationale, en attente de reconnaissance, soumis à l’autorité institutionnelle pour faire ses preuves de responsabilité. Sur ce dernier pèse une injonction de civisme doublée d’un soupçon public de repli communautaire : dérive mafieuse, ethnique, islamique des quartiers. Contre la politique de la ville. Contre la République et la sacro-sainte communauté des citoyens.

  • 12 A. Touraine, « La formation du sujet », in F. Dubet et M. Wieviorka, Penser le sujet, Paris, Fayar (...)

17À contre courant de cette dérive de l’action publique, « la tâche des sociologues doit être aujourd’hui de faire apparaître […] l’engagement du sujet dans des rapports de production culturelle et dans leurs manifestations politiques »12 écrit Touraine. Mission d’autant plus délicate sur le terrain des banlieues et de l’immigration qu’une caricature de l’intellectuel universel Ta investi. Depuis le début des années 80, les mises en scènes médiatiques du malaise des banlieues ont ainsi servi de tribune à des intellectuels engagés dans la défense des principes de la République et d’une conception de « l’intégration à la française ». Ces positions formulées avec une certaine grandiloquence au nom d’une éthique de la conviction sacrifient sur l’autel de « l’universel abstrait » la multiplicité des projets existentiels et des modes de vie dans les quartiers populaires.

18Dans ce contexte, les discours publics sur les jeunes issus de l’immigration sont exemplaires d’un processus qui conduit à la fois à un excès de représentations et à un déficit de représentation politique. Impossibilité de fixer de manière satisfaisante le sens des termes servant à parler de ces personnes et de la politique à leur égard. D’où la position du sociologue, sur cette question des représentations, souvent partagé entre un rapport critique ou complice (Bourdieu, 1980). Un rapport de complicité lorsqu’il privilégie un engagement subjectiviste qui favorise la mise en avant d’un discours militant qui peut confondre la représentation de la réalité à la réalité de la représentation. Un rapport critique lorsque le sociologue prétend mesurer les représentations à la réalité ou lorsqu’il situe la question des représentations dans les seuls rapports de dominations symboliques. Entre l’idéal type de l’intégration et l’image de la « victime » que privilégient les théories de l’exclusion, le sujet disparaît derrière les représentations qui le constituent comme objet. Aussi longtemps qu’il se tient dans une position d’extériorité, dans une a-topie de la recherche, le chercheur n’entend que témoignages confirmant ces représentations. Entre clichés publics et démonstration, sinon d’une échappée-belle hors du monde des banlieues, du moins d’une capacité à se distancier de cet objet au même titre que le sociologue. Comme si n’existaient plus d’immigrés ni d’acteurs du monde des banlieues. Seuls resteraient sur place des crétins sociaux ayant coulé à pic et des survivants candidats à l’exil outre-périphérique, hors-immigration : l’acteur devient ainsi celui dont parlent ceux qui tiennent un discours sur la banlieue et il n’apparaît que comme sujet de l’énoncé. Sur la scène publique, le monde des banlieues n’existe ainsi que par excès ou par défaut. Il demeure caché derrière le problème de l’observateur. Problème du chercheur, du journaliste, du politicien… Comme si parler de l’immigration ou des banlieues signifiait toujours parler d’autre chose. Comme si ces problèmes publics fonctionnaient tels des échangeurs où même les concepts de la sociologie se transformeraient en slogans. Vertige de l’auto-référence. Rançon de la médiatisation sans sujet.

  • 13 A. Sayad, op. cit.

19Ou faut-il penser que par une ruse de la raison politique, ces repères du divorce entre les mots et les choses, ces seuils de dégradation du politique que sont l’immigration et les banlieues ne dessinent les nouvelles frontières intérieures d’un État-nation en proie aux tourmentes identitaires de la mondialisation : « C’est l’État qui se pense lui-même en pensant l’immigration »13 selon Sayad.

Janus à double face au carrefour d’un imaginaire de la Cité

20Une autre perspective de l’engagement du chercheur se joue dans l’exploration d’autres possibles par la gestion de ses implications sur le terrain. Dans une tension entre banlieue et immigration où il repère le monde des banlieues comme champ de recherche.

21Les enjeux de l’engagement du chercheur se distinguent de ceux du débat public en privilégiant le rapport au terrain pour problématiser les questions que posent les acteurs sociaux. Il ne s’agit pas de prétendre à un rôle de médiation du chercheur se réclamant de l’extériorité d’une démarche scientifique accoucheuse de prises de conscience, mais plutôt de socialiser la recherche sur un terrain. Prendre place dans un monde de banlieue, participer des modes d’échange et des préoccupations partagées pour construire et légitimer ses positions d’observation. En investissant précisément sur les ambitions militantes de reconnaissance des acteurs sociaux, sans garantie aucune d’une reconnaissance de cette démarche de recherche. La géographie tacite de l’expérience du monde des banlieues a besoin d’ouverture, de repères qui permettent un commerce socio-culturel, une reconnaissance, une issue sur d’autres mondes. Lieu visible traduisant de nouveaux cadres de référence. Lieu d’une topologie de l’action. Lieu de représentation issu d’un travail de conviction. Au-delà d’une fonction d’opérateur de reconnaissance, le chercheur peut participer à la construction de ce lieu.

22Mais il doit auparavant se garder d’une dérive de l’assimilation conceptuelle qui cantonne l’acteur dans le ghetto du sujet de l’énoncé, tandis que lui, le chercheur, planqué derrière son objet, conserverait le privilège de l’énonciation. Certes, le décalage est souvent marqué entre la sociologie spontanée des acteurs et le point de vue scientifique. Pourtant, cette inversion ne devient-elle pas perversion lorsque les acteurs ne se reconnaissent plus dans leurs doubles ethnographiques ? Il s’agit de prendre au sérieux le paradoxe de l’autonomie sociale dans l’expérience des jeunes issus de l’immigration au lieu de le schématiser. Partir du paradoxe pour rejoindre un lieu commun au chercheur et à l’acteur. Carrefour. Comment décrire les chemins qui s’y croisent ? Comment mettre en œuvre une ethnographie des carrefours du monde des banlieues ?

  • 14 M. Serres, « Discours et parcours », in C. Lévi-Strauss, L’Identité, Paris, PUF, 1977.

23Un carrefour peut déconnecter un parcours, mais aussi connecter la diversité qui le traverse (Serres, 1977). Entre le vide et le trop plein. Entre fermeture et ouverture. Si, comme le souligne Serres, « l’identité d’une culture est à lire sur une carte, sa carte d’identité »14, la métaphore postmoderne des autoroutes de l’information et des échangeurs d’un monde virtuel ne permet pas d’évoquer les chemins de traverse que tentent de se frayer les nouveaux vagabonds du social. Reste que cette connexion entre différents espaces d’une vie éclatée, fragmentée, de parcours chaotiques, semés d’embûches, d’obstacles, comme des terrains minés, périple ou odyssée, cette connexion peut ouvrir une voie. Il s’agit ainsi de tracer sa route en dehors des intersections des réseaux de la culture officielle dont l’accès reste fermé au citoyen de seconde zone. La topologie des mondes de banlieues, le lien social tissant un mode de vie entre la diversité des espaces ne s’inscrit pas dans nos découpages épistémologiques : la séparation entre organisation sociale et vie privée, domaine de la raison instrumentale et sphère des appartenances, n’est pas aussi tranchée que dans le modèle officiel de la modernité. Au contraire, c’est en articulant ces logiques d’action, en mobilisant ses ressources dans un projet de mobilité sociale que l’acteur ethnique parvient à devenir sujet de nouveaux récits de la modernité sur le territoire français et bien au-delà (Tarrius 1995).

24Ainsi, transparaît la figure de Janus à double face, « démon du passage » et « gardien des portes » dans les récits de nouvelles épopées migratoires. Une figure de la tension entre identité locale et cosmopolitisme, langage de l’enclave et langage de la conquête, dessinant une perspective paradoxale de l’insertion sociale. Hors des sentiers battus des campagnes intégratrices hantées par le spectre d’un retour des tribus.

25Mais on peut aussi se perdre sur ces chemins du monde des banlieues. Ne jamais accéder au discours de l’identité qui permet de connecter au carrefour.

26Pour instituer ce sens de la connexion à partir des carrefours, plusieurs voix peuvent fonder le discours. Récit des acteurs. Parole du chercheur. Les croisements entre imagination sociologique et imaginaires de l’acteur contribuent ainsi à une coproduction des figures du monde des banlieues. Reste que le chercheur est loin d’avoir le monopole de ce travail de figuration et les relations de l’acteur ethnique avec les médias sont décisives en termes de politique de reconnaissance.

  • 15 M. Merleau-Ponty, « Sartre, Merleau-Ponty : les lettres d’une rupture », Magazine littéraire, avri (...)

27Mais pour situer l’engagement du chercheur sur un autre plan, la socialisation de la recherche sur le terrain doit être une démarche continuée. À défaut, le risque est grand de reconstruire le stéréotype en s’arrêtant à l’archétype d’un imaginaire social, de figer les « consciences imageantes » (Bayart, 1997) au nom d’une authenticité de la vie concrète ou des mirages structuraux d’une sociologie du présent. De la fermeture des nouvelles frontières intérieures de l’État-nation aux carrefours d’un nomadisme urbain, du non-lieu des cités-caricatures aux figures mouvantes d’un monde des banlieues, il s’agit ainsi de repérer ce qui change, processus, dynamiques, temporalités nouvelles dans ces quartiers médusés par le regard public. L’engagement de l’acteur apparaît ainsi comme ouverture. Révolte contre le cercle des fatalité et la détermination du présent. Ouverture à la possibilité d’un sens futur. L’acteur en répond dès maintenant dans l’avenir, et par cette promesse il se veut bâtisseur du temps. Sa fidélité, son devenir d’engagement par le maintien et la vérification continue d’un pouvoir de refus ne se confond pas avec celui du chercheur. L’action de ce dernier n’est pas dans un engagement continué en réaction à l’événement mais plutôt « dans l’entre deux entre les événements et les pures pensées »15. Elle est action de dévoilement qui donne à penser.

28Reste qu’à force d’opiniâtreté, le pari intellectuel du chercheur engagé dans le monde des banlieues peut s’inscrire dans une dimension d’encadrement de la mémoire à l’origine d’une historicité militante. Ainsi l’acteur et le chercheur peuvent-ils se confondre dans une métamorphose de l’idole à double visage : Janus – « gardien des portes », « démon du passage » – qui est aussi « idole du commencement ».

Notes

1 P. Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber éditions, 1996.

2 A. Boubeker et N. Beau, Chroniques métissées, Alain Moreau, Paris, 1986.

3 Y. Barel, La Marginalité sociale, Paris, PUF, 1982.

4 D. Wellman, S. Warner et L. Weitzman, « Le héros, le pauvre type et le combinard », Espace et Société, 1983.

5 A. Giddens, Social Theory and Modem Sociology, Polity Press, 1987.

6 M. Foucault, Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994.

7 E. Morin, Sociologie, Paris, Fayard, 1984.

8 G. Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

9 A. Sayad, « Identités : nominations/catégorisation », Citoyenneté, identités, Paris, Ministère de la jeunesse et des sports, 1997.

10 A. Battegay et A. Boubeker, Les Images publiques de l’immigration, Paris, L’Harmattan, 1992.

11 A. Boubeker, « Cultures urbaines et ethnicité. L’expression spécifique des héritiers de l’immigration maghrébine », Migrants-formation, no 111, déc. 1997.

12 A. Touraine, « La formation du sujet », in F. Dubet et M. Wieviorka, Penser le sujet, Paris, Fayard, 1995.

13 A. Sayad, op. cit.

14 M. Serres, « Discours et parcours », in C. Lévi-Strauss, L’Identité, Paris, PUF, 1977.

15 M. Merleau-Ponty, « Sartre, Merleau-Ponty : les lettres d’une rupture », Magazine littéraire, avril 1994.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search