Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Introduction

Commémoration et réflexion

Texte intégral

1Inviter à réfléchir collectivement sur l’implication de la recherche et du chercheur en sciences sociales, c’est sans doute prendre pour objet commun, au-delà de la diversité des manières de « faire de la recherche », le fait que toute recherche en sciences sociales se trouve objectivement engagée dans le monde social et plus ou moins dans les affaires de la cité ; c’est aussi s’interroger sur les modalités possibles et les conditions objectives de l’engagement des chercheurs en sciences sociales ; c’est enfin maintenir vivantes la pensée et l’action de Philippe Lucas qui avait lui-même développé dans ses textes et dans son activité de recherche l’heureuse formule de « la sociologie impliquée ».

2Homme de recherche, Philippe Lucas concevait celle-ci comme une aventure où il s’engageait lui-même entièrement, tout en rompant avec la seule « culture du diagnostic » : il ne lui suffisait pas de constater, d’analyser ni de qualifier des phénomènes à étudier, à caractériser et à définir ; soucieux d’ouverture sur les possibles, il s’efforçait de penser ce qui (nous) arrive et, pour ce faire, d’en discuter avec d’autres tant les finalités que les modalités d’avènement. Qu’il s’agisse de l’Algérie, celle des anthropologues ou celle de Franz Fanon, qu’il s’agisse de la relation thérapeutique ou de l’avenir des mineurs à Montceau-les-Mines, qu’il s’agisse de l’enseignement supérieur ou plus largement de l’école, Philippe Lucas a toujours suivi le précepte qu’il avançait lui-même dans Dire l’éthique : entrer dans la mêlée et accepter le débat. À ses yeux « l’intelligence du social » ne se limitait pas à l’explication des rapports sociaux mais supposait la compréhension de l’interdiscours qu’entretiennent les divers acteurs sociaux, elle passait donc par l’étude de la pluralité des significations qu’ils accordent simultanément à ce qu’ils vivent. Il avait le souci d’éviter de sacrifier aux approches déjà pratiquées, sans doute parce que sa pensée originale ne se satisfaisait pas de commentaires prêts à penser mais surtout parce que cet ailleurs théorique et méthodologique lui semblait permettre de découvrir des directions possibles dans l’entrelacs des « structures dialogiques ».

3C’est aussi le motif qui lui faisait souligner le rôle de tiers entre enquêteur et enquêtés, que jouent les « gens » concernés par l’objet d’une investigation toujours déjà collective mais appelée à le devenir davantage grâce au travail sociologique. Ce n’était pas chez lui une manière d’abandonner le terrain de la recherche aux intérêts des agents et à leurs préconceptions intéressées. Ce n’était pas davantage une façon de s’en tenir à l’enregistrement des conduites et interprétations des acteurs. Plus qu’une forme d’enquête-participation ou d’intervention, sa manière de procéder était, comme il la qualifiait lui-même, « invitation constante à une lecture polyphonique de la réalité observée », elle était aussi l’expression du rapport fondamental entre le travail collectif d’analyse ainsi mené et l’invention quotidienne du sens des pratiques. Sa conception du travail sociologique était animée du vif sentiment que les pratiques sociales prennent sens dans l’échange ; elle était aussi fondée sur la conscience aiguë tant de la pluralité des points de vue que de l’avantage cognitif à attendre de la confrontation des prises de position.

4En ce double sens, il s’agissait bien de ce que Philippe Lucas avait pertinemment nommé une « recherche impliquée ». Cette formule est certes à entendre du point de vue de la discipline : une sociologie impliquée qui trouve dans l’action sa source et son horizon. Mais elle est aussi à comprendre du point de vue du chercheur, c’est-à-dire d’un sociologue impliqué qui n’hésite pas à s’engager dans l’action publique. La volonté de dialogue fut d’ailleurs une de ses qualités premières : collègue, il avait une manière tout amicale de nous entraîner dans des entreprises qu’il initiait volontiers ; occupant des positions d’autorité, il avait à cœur d’exercer celle-ci en animateur d’action commune et il tenait à faire se rencontrer les diverses parties prenantes des activités dont en même temps il assumait pleinement la responsabilité. Ce désir de dialogue se traduisait aussi bien dans les rencontres amicales que dans l’organisation de colloques nationaux notamment sur les questions universitaires, mais aussi sur les problèmes d’éthique.

5Cette attitude profonde qui fut celle de Philippe Lucas, et cette façon de faire qu’il a rendu féconde, nous invitent à poursuivre l’interrogation critique qui fut la sienne, et d’abord à en mieux connaître les conditions de possibilité. C’est pourquoi nous avons organisé un colloque qui, dans notre esprit, devait constituer un temps fort de cette dynamique qu’il avait su engager. C’est aussi la raison qui nous a incités à publier les communications présentées au cours de ce colloque. Certes, outre celles-ci, il aurait été conforme à l’objectif de publier les débats qu’elles ont suscités, d’autant que certaines interventions valaient témoignages sur Philippe Lucas. Mais il aurait fallu produire un ouvrage par trop volumineux et les intervenants nous pardonneront peut-être en se disant qu’aucune transcription ne peut rendre la parole vivante qui s’exprime dans le vif d’un débat.

6Certaines contributions ont directement évoqué ce que fut l’engagement de Philippe Lucas à la fois comme universitaire, comme chercheur et comme citoyen. Pour ce faire, elles se sont directement référées à ses travaux dans leur histoire mais aussi leur logique propre. Elles ont été réunies dans une première partie de témoignages, qui présente également une bibliographie chronologique des principales publications de Philippe Lucas. La seconde partie rassemble des contributions qui ont en commun de réfléchir sur les rapports entre l’implication et l’engagement. Certaines ont été rédigées par des amis de Philippe Lucas et elles ne manquent pas de l’évoquer tout en étant centrées sur ce thème. D’autres sont le fait de chercheurs qui n’ont pas nécessairement connu Philippe Lucas mais qui ont été de quelque manière intéressés par le thème et, plus particulièrement, par l’actualité d’une sociologie impliquée telle qu’il la concevait : pour les uns comme pour les autres il s’agissait de s’interroger sur les implications d’une conception de la recherche comme engagement - sans doute sur les difficultés, les illusions ou les pièges qu’elle réserve, mais aussi et avant tout sur les potentialités qu’elle offre.

7La bipartition qui, compte tenu du nombre de communicants et de participants, s’était imposée aux organisateurs du colloque, n’a plus lieu d’être dans l’ouvrage. Il est vrai que certaines contributions s’appuient avant tout sur un témoignage, une recherche, une population ou un terrain, et analysent cette expérience en mettant l’accent sur les implications de la recherche et du chercheur, tandis que d’autres concentrent plutôt les réflexions sur l’engagement des savoirs et des chercheurs dans la cité. Mais cette bipolarité s’est avérée plus interne qu’externe, en ce sens qu’elle est pour ainsi dire présente dans la plupart des textes, et elle ne pouvait guère constituer un principe d’organisation du livre.

8Dédié à Philippe Lucas, le colloque des 21 et 22 janvier 1999, n’a pas seulement été un acte de commémoration. Nous souhaitons qu’il en aille de même pour cet ouvrage et qu’il soit un instrument de réflexion collective sur le rôle actuel des chercheurs en sciences sociales et plus généralement des intellectuels qui refusent le silence et l’irresponsabilité tout autant que le prophétisme ou la soumission à la pensée dominante. Pour tous ceux qui ont connu Philippe Lucas, qu’ils aient été de ses amis ou qu’ils aient travaillé avec lui, ce livre est à la fois un témoignage d’amitié ou de proximité et une manière de poursuivre une collaboration trop tôt suspendue. Quant à ceux qui ne l’ont pas connu mais qui se reconnaissent, sinon dans la façon de faire de Philippe Lucas, du moins dans son exigence d’une analyse rigoureuse et partagée, fondée sur l’écoute de ceux qui connaissent les contraintes économiques et sociales pour les subir et les vivre quotidiennement, plutôt que sur l’avis des experts qui en dissertent, nous souhaitons qu’ils trouvent dans ce livre des expressions diverses d’une même exigence qui fut celle de Philippe Lucas : celle de mettre en question les évidences, de discuter, d’objecter et de réfuter, mais aussi d’agir par l’argumentation en faisant partager ses idées – bref, une certaine manière de vivre spécifiquement l’engagement intellectuel.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search