Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Préface*

Bruno Gelas

Texte intégral

  • * Allocution d’ouverture du colloque en hommage à Philippe Lucas.

1Ce matin l’Université Lumière a la voix qui s’enraye ou les yeux qui s’embrument. L’idée de ce colloque est née du jour où nous avons appris la mort de Philippe Lucas et il n’est pas évident de parler d’un ami mort. C’est la raison pour laquelle dans cette université où il a été l’un de nous, où il a enseigné, conduit ses recherches, milité, et dont il assura longtemps la présidence, la rencontre et les échanges que nous allons avoir durant ces deux journées ont délibérément voulu se situer au carrefour difficile mais nécessaire de l’hommage universitaire, là où le registre symbolique et codé de l’analyse et de l’institution ose se revendiquer aussi d’une énonciation amicale. De portrait, il n’y en aura qu’en filigrane, et c’est ce qui sera à travers la diversité et la multiplicité des recherches et des pratiques que l’œuvre de Philippe Lucas nous livre et nous laisse comme autant d’enseignements, c’est-à-dire comme autant de sollicitations et d’appels, autant de relais à saisir et qui ont tous en commun d’arpenter les voies d’une recherche impliquée, d’une tension maintenue entre la recherche, l’enseignement et l’intervention sociale. C’est que l’université n’a pas été seulement un thème parmi d’autres, un des lieux sociaux que dans sa vocation d’analyse Philippe Lucas a interrogés. Il a été celui à partir duquel il a pu conduire cette interrogation, mais aussi en situer l’enjeu et l’effet de transformation. Si la formule d’une recherche impliquée nous retient, c’est parce qu’elle est animée de la volonté de mettre fin à la trop facile distinction qui des plus lointaines pensées des anciens – l’oiseau de Minerve ne prend son vol qu’à la chute du jour – jusqu’aux ricanements les plus récents sur les intellectuels qui causent toujours et sont d’ailleurs toujours intéressés – trop facile distinction qui sépare farouchement les rêveurs et les acteurs, l’ordre de l’analyse et celui de l’action. La recherche impliquée c’est : analyser l’humain concourt de ce fait même à le transformer et c’est donc un pari hautement volontaire. Le sociologue à l’œuvre abondante n’a pas entamé à un moment de sa vie une seconde existence en germe dans son engagement syndical et politique lorsqu’il est devenu président de l’université, puis recteur. Il ne l’est devenu et ne l’est resté qu’au sein de sa réflexion de sociologue et qu’en son nom. Quand on est universitaire, quand on est président d’université, on n’intitule pas impunément l’Université captive l’ouvrage où l’on rend compte de ses analyses et de son action. Et quand on est universitaire, quand on est président d’université, on ne lit pas sans trouble sémantique l’hésitation que laisse ouverte ce titre entre la valeur adjective et la valeur verbale du mot captive. Philippe Lucas évoque au terme de cet ouvrage, à maints égards prémonitoire, ce que l’université pourrait gagner d’une politique qui prendrait la question universitaire pour ce qu’elle est : un problème politique plus qu’une affaire d’État. C’est sous ce signe que la faculté d’anthropologie et de sociologie et l’université Lumière ont voulu réunir, pour un hommage qui ne sera pas une hagiographie mais une manière de restaurer la dimension politique de la recherche et de la formation universitaires, là où l’analyse des champs et des tensions ouvre de ce fait un espace contractuel, là où la diversité des pratiques, l’hétérogénéité des acteurs, la crise maintenue forcent à créer des interactions humaines, là où l’université n’est pas réconciliée avec la cité dans un accord sans dissonances aucunes, mais où elles s’installent toutes deux dans un travail commun : les enseignements de Philippe Lucas en somme, mais ses enseignements en tant que tels, c’est-à-dire dans l’acte et les procédures de leur transmission. Vous comprendrez donc pourquoi je vous souhaite, peut-être, un peu plus qu’à d’autres un excellent colloque.

Notes de fin

* Allocution d’ouverture du colloque en hommage à Philippe Lucas.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search