Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Les circuits de la vie littéraire au xviiième siècle

Voltaire et l’opinion publique en 1733

Henri Duranton

Texte intégral

1Pour l’essentiel, l’information au XVIIIème siècle circule déjà à peu près comme elle le fera jusqu’à l’apparition de l’audiovisuel. Cette similitude fondamentale admet toutefois bien des diversités, l’usage des nouveaux circuits n’ayant pas encore fait renoncer aux anciennes manières de diffuser les connaissances. Il sera ici tenté d’en faire la vérification à partir d’un cas limité et précis, en l’espèce la manière dont l’opinion publique a pu être informée sur Voltaire en 1733.

  • 1 Bibliothèque britannique, Bibliothèque française, Bibliothèque raisonnée, Glaneur, Journal historiq (...)
  • 2 Presse et histoire au XVIIIème siècle : l’année 1734, éd. du CNRS, 1978.
  • 3 Saint-Etienne, 1981, avec une préface de Françoise Weil. Il sera abrégé en Journal dans la suite de (...)

2Le choix demande justification. Le cadre restreint de l’enquête suggérait le premier tiers du siècle ; le système périodique est en place, mais demeure modeste : 12 périodiques seulement consacrent au moins une référence à celui qui est déjà l’écrivain le plus célèbre du temps1. Le chiffre serait probablement multiplié par deux ou trois vers 1750 ou 1770. D’autres raisons, plus conjoncturelles, font de 1733 un bon promontoire pour l’observation. L’équipe lyonnaise a procédé antérieurement à un dépouillement systématique des journaux de 17342. Le fichier établi à cette occasion a pu servir de « butoir » pour d’éventuelles vérifications, par exemple pour retrouver des comptes rendus tardifs. Plus encore, pour cette année 1733, l’existence d’autres réseaux d’information qui complètent et enrichissent ce que dit la presse : des correspondances privées, au premier chef celle qui a pour centre à Dijon le président Bouhier ; surtout le recueil de nouvelles à la main connu sous le titre de Journal de la cour et de Paris depuis le 28 novembre 1732 jusqu’au 30 novembre 1733 récemment réédité3, dont les dates servent de bornes à cette même enquête.

3Presse périodique, nouvelles à la main, correspondances privées, les trois grands vecteurs de l’information en ce premier tiers du siècle sont donc bien représentés. Encore fallait-il déterminer sur quelle matière tester leurs mérites respectifs. Dans l’actualité de l’année, trois autres thèmes auraient pu être retenus. Les querelles religieuses, toujours aussi présentes, mais qui n’offrent pas d’originalité particulière, le feuilleton janséniste égrenant son lot coutumier de mandements, arrêts du conseil, numéros sarcastiques ou vengeurs des Nouvelles ecclésiastiques ; le conflit entre la monarchie et son parlement de Paris ; il atteint toutefois son paroxysme en 1732 avec l’envoi en exil des parlementaires rebelles ; en 1733 le ton est plutôt à la réconciliation ; enfin le début de la guerre de succession de Pologne ; mais les vrais affrontements auront lieu l’année suivante.

  • 4 Édition utilisée : La Haye, 1736. La consultation de l’index à l’article Voltaire est révélatrice. (...)
  • 5 Dernière raison du choix : la correspondance même de Voltaire qui autorise un contrôle de l’informa (...)

4Tout bien pesé, Voltaire se révèle le plus intéressant. Sans nul doute, dès cet instant, il est déjà la personnalité la plus en vue de la vie littéraire. Si besoin en était, on en aurait la preuve par la place qu’il occupe dans l’Histoire d’un voyage littéraire fait en 1733 en France, en Angleterre et en Hollande, sorte d’enquête de l’Allemand Jordan4. Non que les réactions qu’il suscite soient toujours favorables, loin de là. Mais la fascination est évidente5.

5En cette année 1733, l’activité de Voltaire a bien de quoi alimenter la curiosité des amateurs. Zaïre connaît un succès retentissant. Jouée 31 fois depuis sa première le 13 août 1732, c’est la grande pièce de la saisons théâtrale. Le Temple du goût fait scandale. On commente avec des mines effarouchées ses jugements abrupts sur les gloires passées et présentes du Panthéon littéraire. Le bruit court aussi avec insistance de certaines Lettres anglaises dont on ne sait pas encore grand chose, mais dont les initiés content merveilles. Ce n’est pas tout encore. L’échec d’Ériphile, deux livrets d’opéra, des poèmes comme le Temple de l’amitié, ou la Calomnie, sans compter ces pièces fugitives où Voltaire excelle, alimentent les conversations du Landerneau littéraire. Enfin cette rumeur ininterrompue qui accompagne la publication des œuvres de notre auteur : les démêlés avec la censure pour la publication de Zaïre, avec ou sans sa dédicace au marchand Falkener, en font l’essentiel pour 1733. Et on n’oubliera pas, car les amateurs de potins s’en régalent, l’affrontement venimeux avec J.B. Rousseau, où les coups volent allègrement de part et d’autre.

  • 6 Avec cependant un net fléchissement passé le mois de juin, même dans le Journal qui tient pourtant (...)
  • 7 L’Histoire de Charles XII a été annoncée en 1732 (JL, JS) et a obtenu 3 CR (JL, MT en 1732, BF en 1 (...)
  • 8 BF, t. XVII, 2ème partie, p.385. Autre écho indirect dans PC de juin 1733 (t. I, p.36-37).
  • 9 NL dans JL. JH et LSB y consacrent un CR en forme.

6Le dépouillement de la presse du temps révèle donc une constante curiosité pour Voltaire6. L’Histoire de Charles XII parue en 1732 suscite encore quelque écho, par le biais d’abord des Remarques historiques de La Mottraye, puis d’une réédition de l’ouvrage avec la réponse de Voltaire7. Fort normalement les œuvres de l’année retiennent surtout l’attention. On a déjà beaucoup parlé des représentations de Zaïre. La Bibliothèque française les évoque encore avec retard pour conclure que « jamais pièce n’a tant fait aimer son auteur »8 (Elle continue son triomphe sur la scène. Mais les journaux commentent désormais ses éditions successives, en taisant d’ailleurs les difficultés que rencontre Voltaire9.

  • 10 JL, t. XX, 1ère partie, p.419-420. Le journaliste y voit « du feu, de la versification, du goût », (...)
  • 11 PC, nombre 5.
  • 12 BR d’avril 1733 qui veut voir dans l’auteur supposé anonyme un «petit-maître» ; JH de juillet-août. (...)

7Le Temple du goût, l’ouvrage par qui le scandale arrive, suscite plus de réactions encore, souvent hostiles. Le Journal littéraire se contente de l’annoncer en une note assez dédaigneuse, affectant de n’y voir qu’une plaisanterie sans conséquence10. D’autres en revanche le détaillent à leurs lecteurs pour la louange11 ou l’indignation12.

  • 13 « Des libraires anglais commenceront dans deux ou trois jours à débiter en français et en anglais l (...)
  • 14 BR BF JH

8Quant aux Lettres philosophiques, dans un premier temps on ne sait trop qu’en dire. Une rumeur venue d’Angleterre, d’abord vague, s’amplifie peu à peu. Dans un « extrait d’une lettre écrite de Londres le 1er juin concernant M. de Voltaire »13, le Mercure annonce une publication imminente. A l’automne, le public est avisé de l’existence d’une version anglaise14. La Bibliothèque britannique, fidèle à sa vocation, s’empresse de lui consacrer deux articles, avec d’ailleurs des sentiments mitigés (oct. - déc.). L’autre informateur attitré de la vie anglaise, le Pour et contre, est encore plus attentif. « Tout Londres est en attente » de la nouvelle édition annonce-t-il dès août. En septembre, le « nombre » 11 parle des Letters en fournissant des informations inédites. Les deux numéros suivants continueront une présentation rapide et intelligente de l’œuvre, entremêlant grandes louanges et discrètes critiques sur ce survol jugé bien rapide de la société anglaise. En un mot, la presse réagit assez vite à un phénomène d’édition qui se produit loin de Paris. Quant, aux alentours d’avril 1734, les premiers exemplaires de l’édition française commenceront à circuler dans Paris, le lecteur attentif des gazettes saura à quelle marchandise il peut s’attendre.

  • 15 Facteur déterminant, le Journal a une périodicité hebdomadaire.

9Il en va de même des autres œuvres. Les journalistes, répondant à la demande, ont fait à peu près leur travail d’informateur. Mais dans les limites du genre. D’abord avec une relative lenteur. La plupart des journaux littéraires ont une périodicité trimestrielle. C’est beaucoup pour parler d’un écrivain aussi rapide et prolifique. Ils se condamnent à ne pouvoir rendre compte de manière satisfaisante de l’actualité immédiate et ne le cherchent d’ailleurs pas trop. Ainsi la Bibliothèque française parle assez longuement du Temple du goût, mais en 1734 seulement, alors que l’émotion soulevée par cet ouvrage iconoclaste est déjà largement apaisée. D’autre part, les journaux ne retiennent de l’activité littéraire que son produit achevé : le livre. On peut poser la règle : pas de livre, pas de trace dans la presse, qui ne dit pratiquement rien de la vie littéraire. Pour dire plus, plus vite, ou autre chose, la presse parallèle et les correspondances privées se révèlent, en ce domaine, indispensables15.

  • 16 Ne serait-ce que par l’abondance des mentions. CR et NL confondus, on constate qu’aucun périodique (...)

10Sur le terrain même occupé par la presse périodique, il y a possibilité de rivalité victorieuse16. Dès le 15 janvier le Journal est en mesure de faire une description précise de la première édition de Zaïre, avec des renseignements sur les difficultés de l’auteur. Il fera ultérieurement la chronique des tractations infructueuses de Voltaire, et procurera même à ses lecteurs les passages censurés de la préface, passages qui ne seront pas édités avant le XIXème siècle. A la même date du 15 janvier, il signale que « le Temple du goût ne paraît pas encore dans le public. » Mais lui-même sait déjà à peu près quel en est le contenu. En revanche le journaliste parisien est moins bien au fait des futures Lettres philosophiques qui s’éditent trop loin de lui. Néanmoins dès le 12 décembre 1732, il a eu vent de « six lettres.. sur le système de Newton et de Descartes», sans qu’il sache exactement de quoi il s’agit. En juillet 1733, il pourra faire état de l’hostilité du garde des sceaux et de la réfutation de Pascal (27 juillet). Or la correspondance même de Voltaire permet de mesurer l’exactitude des renseignements et la rapidité de leur propagation. Par exemple, c’est le 1er juin seulement que Voltaire fait la première allusion à cet écrit, ne sachant même pas à cette époque ce qu’il en fera (Best. D.617).

11Quant aux correspondants du cercle Bouhier, qui apparemment ne connaissent pas le Journal, ils sont aussi remarquablement renseignés. Dès le 5 janvier, Le Blanc annonce que Zaïre est « enfin imprimée. » Bouhier reçoit la pièce le 20 de ce mois. Marais fait mieux encore : Dès le 19 il a la seconde édition. Même phénomène pour le Temple du goût. Le Blanc écrit le 17 mars qu’il « paraît ces jours-ci. » Marais le sait, lui, le 19. Le 21, à Dijon, Bouhier a l’édition entre les mains. En revanche, eux aussi ne sont pas en avance pour les Lettres philosophiques. Le 11 septembre 1733 seulement, Marais annonce : « On dit qu’il a fait des Lettres sur les Anglais. » Or le Mercure l’avait dit dès juin et l’édition anglaise avait paru à la mi-août.

  • 17 Vers à Mlle de Charolais (28 nov.) ; vers de Lefèvre à Voltaire avec la réponse de celui-ci (15 jui (...)
  • 18 Passages retranchés de la préface de Zaïre 24 (janv.) ; traduction d’un poème de Dryden qui paraîtr (...)
  • 19 Les extraits paraissent dans le Journal entre le 3 août et le 21 septembre. Or le 2 août, Voltaire (...)

12Le nouvelliste ne se contente pas d’améliorer l’information fournie par les périodiques. Il la déborde de toutes parts. Ainsi il propose souvent des œuvres originales, surtout lorsqu’il sait que l’édition en sera retardée ou interdite. Parfois il s’en tient à des pièces courtes17 ou à des fragments18. Mais il ne craint pas la publication d’ouvrages de plus longue haleine, comme le Temple de l’amitié, le sommet étant atteint avec le long poème de la Calomnie, qu’il restitue presque intégralement en cinq fois, l’ayant appris par cœur, dit-il, à des auditions privées. La pièce ne sera éditée qu’en 173619.

  • 20 Rencontre remarquable : Voltaire décrit cette mort à Fourmont (D.563) et Cideville (D.564) le 27 ja (...)
  • 21 L’œuvre est commencée le 2 juillet (D.627). Le Journal en parle le 27 du même mois.
  • 22 « Il est allé loger vis-à-vis le portail Saint-Gervais, le seul ami, dit-il, que lui ait fait son T (...)

13Il n’est pas moins abondant en informations précises sur l’existence agitée de Voltaire. Il est le seul à évoquer une représentation de Zaïre chez Mme de Fontaine-Martel (15 janvier). Les circonstances de la mort de cette protectrice de Voltaire ne lui échappent pas davantage20. On n’ignore rien du travail sur Adélaïde Du Guesclin, la Calomnie21, Alzire, sans compter de menus détails de la vie domestique, le fait par exemple que Voltaire a recueilli chez lui deux poètes faméliques (12 octobre) ou son exclamation désabusée en s’installant dans sa nouvelle demeure22.

  • 23 Il est le seul à parler de la Mule du pape qui ne sera connue qu’en 1734. La correspondance Bouhier (...)

14Dans le cercle de Bouhier, on se montre aussi avide de renseignements. Pour plaire au président dijonnais, l’abbé Le Blanc s’active, ayant des nouvelles de première main. C’est Voltaire lui-même qui lui dit qu’il va faire jouer Zaïre (16 juillet 1732). Une autre fois, il a l’occasion de rencontrer La Mottraye, le critique de l’Histoire de Charles XII, qui l’entretient de son projet23. Il joue d’ailleurs un double rôle assez déplaisant, faisant bonne figure à Voltaire, sur qui il multiplie par ailleurs les commentaires fielleux dans sa correspondance. Marais est aussi au courant de bien des détails et se hâte de les communiquer à Dijon. Ses informations se recoupent souvent avec celles du nouvelliste. Toutefois, moins bien informé, Marais se trompe plusieurs fois, ou reprend sans contrôle des ragots. Il évoque une cabale contre le Gustave Vasa de Piron (7 février), calomnie dont Voltaire a eu connaissance et qui le désole. Il dit aussi que Voltaire a empêché l’impression d’une parodie du Temple du goût jouée aux Italiens, ce qui est faux, tout autant que le bruit qu’il reprend d’une contrefaçon du Temple du goût, faite sur l’ordre même de Voltaire, qui la revendrait subrepticement, faisant ainsi concurrence au libraire à qui il avait confié son œuvre (11 avril). Est-il bien exact enfin qu’il a assisté à l’ouverture du corps de Mme de Fontaine-Martel ? Marais semble le seul à le dire (7 février).

  • 24 4 février 1733. Voir aussi 1er octobre et 5 janvier.
  • 25 « Cela est poussé au-delà de la passion et des sentiments humains.. Pour moi je mettrais la scène a (...)
  • 26 Voir lettres des 19 et 29 mars 1733.
  • 27 Cf. lettres de Marais des 19 déc. 1732, 20 janv. et 12 fév. de l’année suivante. On trouverait d’au (...)

15Autre différence significative avec les périodiques, la liberté de ton et de jugement. Non que les journaux soient unanimement louangeurs. Le Temple du goût surtout les choque, et ils n’hésitent pas à relever les intempérances de plume de Voltaire. On reprend Zaïre avec vivacité sur son peu de respect de la religion chrétienne. Avant même d’avoir connaissance des Lettres philosophiques, le Journal historique se gausse des ambitions de Voltaire et relève perfidement que « cet auteur aura une vaste matière s’il parle de tout ce qu’il n’entend point » (sept.-oct., p.307). Mais ces aménités ne sont rien auprès de ce qu’on lit dans la correspondance de Bouhier. Le Blanc, « ami » de Voltaire et auteur assez malheureux d’Aben-Saïd, accable de sarcasmes cette « crème fouettée » de Zaïre24. Le Temple du goût stimule la veine satirique de l’abbé qui y va de son méchant quatrain (17 mars). Quant à la Calomnie, pour lui elle n’est pas le fait d’un poète, mais d’« un crochetteur, un fort des halles qui dit des sottises » (16 août). Plus tard, il se fera un réel plaisir d’annoncer qu’Adélaïde a été un four magistral (4 février 1734). Marais n’est pas en reste, s’il a l’excuse de ne pas connaître personnellement l’auteur. Il avoue à regret que tout Paris pleure à Zaïre (28 janvier). La pièce lui inspire néanmoins des commentaires assez délirants, puisqu’il va jusqu’à y découvrir du jansénisme25. Il parle de ce Temple du dégoût dont il veut se faire l’Érostrate26, déplorant vivement que l’autorité ait interdit qu’il fût moqué dans une parodie aux marionnettes, car « l’impudence ne peut aller plus loin. » Bouhier lui-même, à qui on s’en souvient, Voltaire un jour succédera à l’Académie française, pour être plus mesuré, n’en est pas davantage élogieux27.

16Ainsi les correspondances privées et le Journal compensent ce que la presse officielle a de convenu et de livresque. On aurait tort toutefois d’en conclure à l’existence de deux champs parallèles. La réalité est nettement plus complexe, car d’un système à l’autre les échanges ne manquent pas. Ce serait en outre méconnaître l’existence d’autres vecteurs d’information.

  • 28 Le système peut s’étendre aux livres. Dans l’ouvrage de Jordan (Voyage littéraire..) figure en bonn (...)

17Les périodiques tout d’abord ne s’en tiennent pas toujours au rôle jusqu’ici décrit. Ils fonctionnent au besoin comme relais d’une correspondance. On leur envoie des lettres qu’ils publient volontiers. Parfois elles en viennent à se répondre par périodiques interposés. La Bibliothèque raisonnée imprime une lettre sur un passage de l’Histoire de Charles XII, où l’honneur de la ville de Hambourg était, paraît-il, calomnié (t. IX, 2ème partie). Zaïre donne matière à une missive assez anodine dans la Bibliothèque française (t. XVII, 2ème partie). Une autre, beaucoup plus virulente, signée il est vrai de J.B. Rousseau, paraît dans le Glaneur d’avril 1733, qui avec objectivité prête ultérieurement ses colonnes à deux réponses (20 avril et 25 mai). Le Mercure joue son rôle dans cette querelle en proposant à ses lecteurs d’avril une « Lettre de M... sur Zaïre à M. l’abbé S., en lui renvoyant la lettre de M. Rousseau sur la Z... » Le même Mercure, on l’a vu, glisse une information sur les Lettres philosophiques sous forme d’une correspondance envoyée de Londres. Voltaire lui-même utilise volontiers le procédé. Il fait écrire à son protégé Linant une justification du Temple du goût, destinée à paraître dans le Pour et contre (Best. D.656), qu’au reste, pour une raison inconnue, Prévost n’a pas insérée dans son périodique28.

  • 29 « Épître à Mlle Gossin » (nov. 1732 ;) « Épître à M. de Voltaire par Mlle de Vigne » (déc.) ; « Épî (...)

18D’autre part, à la manière du Journal, des textes courts peuvent connaître une sorte de prépublication dans des périodiques. A vrai dire, seul le Mercure joue ce rôle en 1733, proposant trois pièces en vers de Voltaire29.

  • 30 Cf. Henry A. Grubbs, Jean-Baptiste Rousseau, bis life and works (1941).

19Les œuvres mêmes peuvent à l’occasion entrer dans le réseau informatif. Voltaire y a souvent recours, notamment par ses préfaces. Celle de Zaïre par exemple esquisse un parallèle entre France et Angleterre, annonciateur des Lettres. Au besoin le texte même de l’œuvre admettra une incise, plus ou moins bien en situation. Voltaire attaque J.B. Rousseau dans un passage du Temple du goût et peu après, avec une violence inouïe, s’en prend longuement dans la Calomnie à « ce vieux rimeur couvert d’ignominies ». Rousseau ne sera pas en reste : il glisse dans l’édition de 1734 de ses Poésies diverses deux épigrammes et une chan son contre son adversaire30.

  • 31 « Vous ne sauriez croire combien de gens ont applaudi à cette satire. Pour moi, j’en ai eu le cœur (...)
  • 32 Cf. Arlequin au Parnasse de Nadal, les Enfants trouvés de Romagnesi et Riccoboni qui auront plusieu (...)
  • 33 Deux pièces également intitulées le Temple du goût, l’une de l’abbé d’Allainval, l’autre par Romagn (...)
  • 34 « Dans ton Temple assez mal bâti, / Le grand encens que tu m’as départi / Veut me faire un devoir d (...)
  • 35 [Du Castre d’Auvigny], Observations critiques sur le Temple du goût ; [Claude P. Goujet], Lettre de (...)

20La parodie elle-même est un moyen, certes biaisé et satirique, de faire circuler l’information. Elle fleurit en 1733, provoquant l’indignation du correspondant anonyme de Jordan31. Ni Zaïre32, ni le Temple du goût 33, n’y échappent. Les périodiques en rendent compte, presque autant que des œuvres mêmes. Le Mercure ira jusqu’à publier un compte rendu du Temple du goût, non pas l’œuvre de Voltaire passée sous silence, mais la comédie de ce nom qu’il a inspirée (juillet 1733). Plus rapide, mais non moins perfide, la pièce brève, chan son ou épigramme, fait fureur. Tel le mot atroce prêté au comte de Caylus, « rachetant » d’un louis d’or les éloges à lui décernés dans le Temple et acquérant à ce prix le droit d’en dire du mal34. Enfin, armes de plus gros calibre, nombre de dissertations critiques qui ont l’honneur d’une publication séparée. Le seul Temple du goût en suscite au moins quatre35.

  • 36 D’autres encore seraient à évoquer, qui sont absents de notre thème : les mandements d’évêques ou l (...)
  • 37 Reproduit dans le Journal du 24 janvier. Bouhier en a connaissance dès le 31 du même mois. Le 21 ma (...)
  • 38 Journal du 17 avril et Best. D.592.
  • 39 En réalité l’épigramme est probablement de Piron.

21La qurelle entre Voltaire et J.B. Rousseau, fort vive en 173 3, serait une bonne illustration de la variété des circuits de la vie littéraire36 Les périodiques ne peuvent l’évoquer directement puisqu’elle ne donne pas matière à des livres. Néanmoins les deux adversaires réussissent parfaitement à tenir le public au courant des coups qu’ils se portent. On connaît déjà les procédés de Voltaire. Rousseau ne reste pas en arrière. Son arme favorite est la lettre ostensible qui, par un détour quelconque, profite de la diffusion d’un périodique. Tout commence par une lettre à J.B Launay sur Zaïre parue dans le Glaneur du 6 avril 1733. Notre nouvelliste l’annonce et prévoit : « Ils vont s’engager insensiblement dans une petite guerre qui vengera et divertira Paris en même temps. » Rousseau peu après récidive, ayant appris les traits contre lui décochés dans le Temple du goût. Il diffuse des extraits de deux autres lettres à son ami Launay37. Puis le 6 avril, c’est une cruelle chanson (« Le maçon ») reproduite par le nouvelliste qui en ignore encore l’auteur. Récidive encore le 11 avril, avec une autre épigramme (« Dites de lui qu’il est fat, effronté.. ») recueillie dans le Journal avec l’inévitable lettre de Rousseau, cette fois à M. de Lasserée38. C’est en avril aussi que court l’épigramme prêtée au comte de Caylus, mais que la rumeur publique attribue à Rousseau39.

22Le « vieux rimeur » isolé à Bruxelles, mais qui a plus d’un tour dans son sac, sait donc parfaitement rendre coup pour coup. Le cadre rigide et apparemment inadapté de la communication périodique n’a en rien gêné les deux ennemis bien décidés à en découdre.

  • 40 Leur importance est attestée par toutes les études sérieuses sur l’époque. Par exemple dans le chap (...)
  • 41 Le Temple du goût a paru anonymement. Tous les comptes rendus révèlent le nom de l’auteur, sauf cel (...)

23Parler de l’information dans le premier tiers du siècle suppose la prise en compte de tous ces circuits40. Les connaître, c’est aussi être mieux au fait des conditions d’émergence du fait littéraire, non point tel qu’il est fantasmatiquement érigé dans les traités d’esthétique, mais tel qu’il est quotidiennement vécu. On y découvre d’abord l’étroitesse de la vie littéraire. La république des lettres en vérité est un village où tout le monde se connaît et se comprend à mi-mot. Les œuvres peuvent bien être couvertes par l’anonymat. Cela ne trompe personne ; lever le voile est facile jeu de société et peu s’y laissent prendre41. A lire un périodique, on peut être frappé par la discontinuité de son information, voyant par exemple annoncer la parodie d’un ouvrage dont il n’a jamais été question auparavant. C’est que le journaliste n’ignore pas qu’il peut faire confiance à son lecteur pour combler les lacunes.

24A l’évidence, d’autre part, malgré les protestations vertueuses, le plaisir esthétique n’est pas le but recherché, du moins au premier chef. Les correspondants de Bouhier en sont l’évidente preuve. Leur quête incessante de l’information tient du bonheur de la chasse, de la traque d’un gibier fuyant. Ils veulent être les premiers à avoir l’écrit interdit, savoir avant tout le monde.

25Or Voltaire est un gibier de choix. Il incarne à la perfection ce secret qu’il s’agit de débusquer. Tout le siècle s’est enchanté du jeu de cachecache auquel il était convié, fait de ruses d’auteur, de querelles littéraires, de feintes avec la censure, les autorités civiles et religieuses. Bref une merveilleuse comédie aux innombrables rebondissements, dont le public ne se lassera pas jusqu’en 1778. Et à ce jeu, par nature, nouvelles à la main, comme notre Journal, et correspondances littéraires (de Bouhier en 1733, de Grimm à la génération suivante) sont mieux adaptées que le circuit officiel.

  • 42 Marcel Bouchard, De l’humanisme à l’Encyclopédie. Essai sur l’évolution des esprits dans la bourgeo (...)

26Cette recherche obstinée de l’anecdote ne laisse pas que de jeter une lumière inquiétante sur l’état de la vie littéraire en cette fin du premier tiers du siècle. On veut davantage savoir qu’être ému ; le détail piquant prime sur l’idée. La mentalité collectionneuse l’emporte. On est bien dans cet univers post-humaniste et proprement sclérosé dénoncé jadis à juste titre par Bouchard42 (Ainsi s’explique le paradoxe d’une attention soutenue pour les faits et gestes de Voltaire, allant de pair avec un mépris fréquemment affiché. On ne tient pas en haute estime l’écrivain qui souvent scandalise ; mais l’individu intéresse, amuse. On suit des yeux, fasciné, ce ludion qui sautille gaiement.

  • 43 Journal, p. 52.
  • 44 Ibid., p. 67.
  • 45 Ses fructueuses spéculations sur la loterie de Le Pelletier-Desforts datent déjà de quelques années (...)

27Voltaire lui-même n’échappe pas totalement à l’esprit du siècle. Le Temple du goût, cette brillante revue satirique, ou la querelle avec Rousseau et bientôt Desfontaines, en témoignent. En même temps il en est déjà très loin. Lui qui est au centre de tous les regards, est un méconnu. De manière significative, J.B. Rousseau s’obstine à traiter ce presque quadragénaire de « jeune homme » plein d’« effronterie »43. Bouhier, Marais, le nouvelliste le réduisent à la mesure commune, celle du poète famélique prêt à tout pour tirer un écu. L’offre outrageante d’un louis par Caylus pour reprendre son droit de blâmer, suscite un commentaire entendu du Journal : « Voltaire recevra volontiers de pareilles épigrammes lorsqu’elles seront accompagnées du même passe port »44. On a vu de même Marais lui prêter un calcul sordide pour gagner frauduleusement de l’argent sur le dos de son éditeur. Voltaire d’ailleurs n’ignore pas cette triste réputation. On le voit par exemple s’inquiéter de ce qu’on sera peut-être obligé d’acheter deux fois ses Lettres philosophiques pour avoir la réfutation de Pascal, car il se doute des commentaires qu’on ne manquera pas d’en faire (Best. D.631). Or lui attribuer ces misérables petites fraudes n’est pas qu’insultant, c’est aussi inepte. En 173 3 Voltaire est déjà bien au-delà de ces expédients de traîne-misère. Quelques beaux coups l’ont mis dans une situation financière plus que confortable45. Mais on continue à le mesurer à l’aune des Roy, Rousseau et autres Desfontaines.

28A cette image périmée de picaro littéraire correspond une certaine conception de l’œuvre. On a vu la très médiocre estime dans laquelle un Le Blanc tient l’auteur de Zaïre et du Temple du goût. C’est au fond l’opinion générale. On lui reconnaît une place éminente, mais on n’admet pas ce que l’on appelle ses « audaces ». On aime en lui ce qui en fait un écrivain comme les autres. D’où l’accord à peu près unanime sur son Charles XII, encore très conforme à la tradition. Pour Bouhier et Marais, l’écrivain est décidément secondaire, intéressés qu’ils sont d’abord par le fumet « bastillable », comme ils disent, qu’ils hument avec délectation autour du poète. Qu’on ne parle pas seulement de malveillance. Ses amis ne le comprennent pas mieux. Il n’est que de voir Fourmont manifester ses réticences devant un Temple du goût trop « irrégulier » pour lui plaire (Best. D.303). Ou Cideville proposer une liste de corrections très intéressantes en ce qu’il s’agit au fond, avec les meilleures intentions du monde, de ramener l’œuvre au niveau commun (Best. D.307).

  • 46 Lui-même a raconté à La Harpe que dans le cercle de Mme de Tencin on n’était pas bien persuadé de s (...)

29Curieux blocage : plus on s’intéresse à Voltaire, et moins on le comprend. Avec plus de mesure, les périodiques adoptent la même attitude. La Bibliothèque française de 1733 au moins à trois reprises lui décerne un brevet de grand homme, parlant même déjà de lui au passé. « Il ne reste plus en France de gens de la première volée que M. de Fontenelle et M. de Voltaire, le premier très vieux et le second très infirme. En vérité cela fait trembler » (t. XVII, 1ère part., p.195). Il semble avoir pris une nouvelle dimension avec le Charles XII, « très propre à soutenir et augmenter même la grande réputation que M. de Voltaire s’est faite par des ouvrages d’un autre genre » (ibid., p.97). Mais qu’on y regarde de plus près et la perplexité se fait jour. Dans ce panthéon des auteurs dont l’époque est friande, où le placer ? aux côtés de Fontenelle certes, mais aussi bien de la Motte ou de Rousseau. La même Bibliothèque française qui l’encensait, le reprend vivement de s’attaquer à J.B. Rousseau, notre « plus illustre poète critique » (t. XIX, 1ère partie, p. 116). Tant de virtuosité dans tant de domaines ne laisse pas que d’inquiéter. A la limite on serait tenté d’y voir la preuve qu’il est un superficiel touche-à-tout (Journal historique, sept.-oct. 1733, p.307). Ailleurs on se refusera littéralement à percevoir la nouveauté du Temple du goût en affectant d’y voir un aimable jeu de société (Bibliothèque française, t. XIX, 1ère partie, p.189-190). En 1735 encore, un correspondant inconnu de ce périodique se demande gravement s’il mérite bien d’être appelé philosophe et savant : « Tout le monde connaissait depuis longtemps le talent poétique de cet auteur. Il s’est signalé par des pièces de théâtre, par un poème épique et même par une histoire de Charles XII assez de ce génie-là. Mais jusqu’ici personne que je sache, ne le soupçonnait de science » (ibid., t. XIX, 1ère partie, p.110). Avec plus de nuances et circonlocutions flatteuses, c’est la position aussi du Pour et contre. La dame qui sert de prête-nom à Prévost s’interroge sur la place que mériterait ce Protée dans son propre Temple du goût. Poète épique ? écrivain tragique ? historien ? épistolier capable d’exprimer « la fine fleur de l’esprit et du goût, un badinage fin, tendre, élégant » ? Pour finir, elle renonce sagement à trancher, et sa perplexité est celle de l’époque devant un écrivain dont on n’a pas encore pris l’exacte mesure46.

  • 47 La rencontre a été relevée par Besterman, Voltaire, p. 171.
  • 48 Op. Cit., p. 66-67.

30La pauvreté de l’interprétation ne doit pas masquer la remarquable efficacité dans la collecte et la transmission des nouvelles. Ce réseau encore artisanal, voire archaïque, d’information fonctionne bien. Il apparaît comme la réponse technologique à la demande d’une société qui trouve dans la pratique littéraire un exutoire admis et contrôlé. La politique étant secteur réservé, le religieux guère moins surveillé, reste la « littérature » où se focalisent les contradictions. Fort logiquement l’entreprise iconoclaste du Temple du goût provoque autant de remous que l’année suivante les Lettres philosophiques en des matières qu’on pourrait croire plus essentielles47. Un correspondant de Jordan le relève judicieusement : « On est si peu accoutumé à penser librement en France qu’on n’ose pas même dire ce qu’on pense en littérature et qu’on a fait un crime à M. de Voltaire du Temple du goût comme si c’était le livre d’un socinien »48.

31On reproche d’abord à Voltaire d’avoir une pensée non conformiste. Politique ou littérature, au fond c’est tout un. Mais dans le Temple du goût, on peut encore feindre de découvrir la traditionnelle irrévérence du picaro littéraire, dont l’opinion est de peu de conséquence. L’année suivante, les Lettres philosophiques, à qui saura les lire, révéleront mieux l’exacte nature de la contestation voltairienne. Mais cela, les moyens d’information de 1733 ne pouvaient pas le prévoir.

Notes

1 Bibliothèque britannique, Bibliothèque française, Bibliothèque raisonnée, Glaneur, Journal historique de la république des lettres, Journal littéraire, Journal des savants, Lettres sérieuses et badines, Mémoires de Trévoux, Mercure de Fran ce, Mercure suisse, Pour et contre. Ils seront désignés dans les notes par leurs initiales. On distinguera entre NL (nouvelles littéraires) et CR (compte rendu). On notera pendant cette période la disparition du Glaneur, le silence de Desfontaines, l’apparition du Pour et contre de Prévost. On constate aussi que les gazettes et les mercures politiques, absents de notre liste, ne diffusent pas ou presque pas d’information littéraire.

2 Presse et histoire au XVIIIème siècle : l’année 1734, éd. du CNRS, 1978.

3 Saint-Etienne, 1981, avec une préface de Françoise Weil. Il sera abrégé en Journal dans la suite de la communication.

4 Édition utilisée : La Haye, 1736. La consultation de l’index à l’article Voltaire est révélatrice. Tout dans le grand homme intéresse le voyageur.

5 Dernière raison du choix : la correspondance même de Voltaire qui autorise un contrôle de l’information. On la limitera à ce rôle. Elle ne sera pas prise en compte comme moyen d’information proprement dit. Fourmont et Cideville, à un moindre degré Linant et Thiériot, sont des interlocteurs privilégiés et des sources de renseignements de premier ordre : En particulier les deux amis normands, totalement subjugués par Voltaire, ne s’entretiennent guère que de lui. Ils sont les premiers informés de l’actualité, sont souvent même appelés en consultation. Mais théoriquement ce qu’ils savent ne doit pas sortir du cercle restreint des amis. En principe du moins, car il semble bien qu’en 173 3 comme toujours la rumeur autour de Voltaire s’alimente pour une bonne part d’indiscrétions.

6 Avec cependant un net fléchissement passé le mois de juin, même dans le Journal qui tient pourtant en permanence une sorte de chronique voltairienne. La guerre qui approche détourne l’attention. Le même Journal le relève : « Nos poètes n’ont rien fait de nouveau depuis longtemps. Il semble que le bruit qui court de la guerre leur ait glacé la veine » (p. 155).

7 L’Histoire de Charles XII a été annoncée en 1732 (JL, JS) et a obtenu 3 CR (JL, MT en 1732, BF en 1733), tous favorables. La réédition de 1733 est annoncée trois fois dans BF, également dans JL. La BF y consacrera un CR en 1734.

8 BF, t. XVII, 2ème partie, p.385. Autre écho indirect dans PC de juin 1733 (t. I, p.36-37).

9 NL dans JL. JH et LSB y consacrent un CR en forme.

10 JL, t. XX, 1ère partie, p.419-420. Le journaliste y voit « du feu, de la versification, du goût », mais y déplore le « défaut d’invention ».

11 PC, nombre 5.

12 BR d’avril 1733 qui veut voir dans l’auteur supposé anonyme un «petit-maître» ; JH de juillet-août. La BF ne réagit qu’en janvier 1734 portant un jugement assez nuancé.

13 « Des libraires anglais commenceront dans deux ou trois jours à débiter en français et en anglais les lettres de M. de Voltaire écrites en 1727.. Il y a longtemps que ces lettres sont connues en MS » p.1416-1417). (C’est la version souhaitée par l’auteur. Il y a donc lieu de penser qu’il est lui-même à la source de cette « indiscrétion ».

14 BR BF JH

15 Facteur déterminant, le Journal a une périodicité hebdomadaire.

16 Ne serait-ce que par l’abondance des mentions. CR et NL confondus, on constate qu’aucun périodique ne parle plus de quatre ou cinq fois de Voltaire en 1733. Le Journal manuscrit lui accorde au contraire une attention soutenue. Des 41 livraisons conservées, Voltaire n’est absent que 14 fois. Et cette « lacune » est compensée par les nombreux numéros où il apparaît plusieurs fois, ou par ceux où l’essentiel de la livraison est constitué par la publication d’un de ses textes. Au total, on peut estimer que 10 % de la surface rédactionnelle lui est consacrée. De même, il n’est pratiquement pas de lettres échangées entre Bouhier, Marais, Le Blanc dans les premiers mois de 1733 qui ne fassent allusion à Voltaire.

17 Vers à Mlle de Charolais (28 nov.) ; vers de Lefèvre à Voltaire avec la réponse de celui-ci (15 juin) ; « Vous connaissez ce poète fameux.. » (17 août) ; A M. Linant, « Connaissez mieux.. » (3 oct.) ; vers sur le mariage de M. de Sade (repris dans le Mercure suisse de janvier 1734).

18 Passages retranchés de la préface de Zaïre 24 (janv.) ; traduction d’un poème de Dryden qui paraîtra dans les Lettres philosophiques (9 nov.).

19 Les extraits paraissent dans le Journal entre le 3 août et le 21 septembre. Or le 2 août, Voltaire s’excuse auprès de Cideville de ne pouvoir lui envoyer le poème (Best. D.642), car Mme du Châtelet le lui a interdit, crainte d’indiscrétion !

20 Rencontre remarquable : Voltaire décrit cette mort à Fourmont (D.563) et Cideville (D.564) le 27 janvier ; le nouvelliste le fait aussi le 29, presque dans les mêmes termes. Le 28, Marais en parle aussi. Où ont-ils puisé leur information ?

21 L’œuvre est commencée le 2 juillet (D.627). Le Journal en parle le 27 du même mois.

22 « Il est allé loger vis-à-vis le portail Saint-Gervais, le seul ami, dit-il, que lui ait fait son Temple du goût » 25 (mai). L’expression se retrouve mot pour mot dans des lettres écrites au même moment par Voltaire (D.330, 333). Faut-il en conclure à une indiscrétion d’un correspondant, ou à une reprise complaisante du mot par Voltaire lui-même dans les salons parisiens ?

23 Il est le seul à parler de la Mule du pape qui ne sera connue qu’en 1734. La correspondance Bouhier-Le Blanc est à lire dans l’excellente édition d’Hélène Monod-Cassidy. Quant à celle avec Marais, elle est en cours de publication à Saint-Étienne.

24 4 février 1733. Voir aussi 1er octobre et 5 janvier.

25 « Cela est poussé au-delà de la passion et des sentiments humains.. Pour moi je mettrais la scène aux Petites-Maisons., il y a de l’athéisme, du mahométisme, même du jansénisme, de la dévotion, de l’insulte.. » (19 janvier).

26 Voir lettres des 19 et 29 mars 1733.

27 Cf. lettres de Marais des 19 déc. 1732, 20 janv. et 12 fév. de l’année suivante. On trouverait d’autres témoignages défavorables dans des lettres contemporaines de Richard de Ruffey, Brossette, Piron, pour ne rien dire du cercle d’amis de J.B. Rousseau.

28 Le système peut s’étendre aux livres. Dans l’ouvrage de Jordan (Voyage littéraire..) figure en bonne place une longue lettre d’un correspondant parisien à l’auteur revenu dans sa patrie.

29 « Épître à Mlle Gossin » (nov. 1732 ;) « Épître à M. de Voltaire par Mlle de Vigne » (déc.) ; « Épître à M. de Voltaire par M. Clément avec la réponse » (déc.).

30 Cf. Henry A. Grubbs, Jean-Baptiste Rousseau, bis life and works (1941).

31 « Vous ne sauriez croire combien de gens ont applaudi à cette satire. Pour moi, j’en ai eu le cœur percé, ne pouvant digérer qu’un des plus beaux esprits de France fût ainsi traité. » (P.65)

32 Cf. Arlequin au Parnasse de Nadal, les Enfants trouvés de Romagnesi et Riccoboni qui auront plusieurs éditions.

33 Deux pièces également intitulées le Temple du goût, l’une de l’abbé d’Allainval, l’autre par Romagnesi ; une pièce aux marionnettes : Polichinelle sur le Parnasse.

34 « Dans ton Temple assez mal bâti, / Le grand encens que tu m’as départi / Veut me faire un devoir de louer ton ouvrage. / Voltaire, accepte ce louis/Et laisse-moi racheter à ce prix / La liberté de mon suffrage. » Voir dans le Chansonnier historique du XVIIIème siècle la série des chansons suscitées par le Temple du goût (t. V, p.55-59).

35 [Du Castre d’Auvigny], Observations critiques sur le Temple du goût ; [Claude P. Goujet], Lettre de M.xxx à un ami au sujet du Temple du goût ; Perrin, Entretien de deux Gascons à la promenade sur le Temple du goût ; [Roy] Essai d’apologie des auteurs censurés dans le Temple du goût de M. de Voltaire.

36 D’autres encore seraient à évoquer, qui sont absents de notre thème : les mandements d’évêques ou les réquisitoires dans les affaires évoquées au Parlement. Le Mercure par exemple reproduit fréquemment les discours du procureur général requérant contre les livres licencieux ou dangereux. Ou encore le domaine mal connu des lectures publiques. Voltaire par exemple, moitié par crainte de représailles, moitié pour obtempérer au vœu de Mme du Châtelet, ne publie pas son poème de la Calomnie, mais le propose dans des lectures publiques fort recherchées.

37 Reproduit dans le Journal du 24 janvier. Bouhier en a connaissance dès le 31 du même mois. Le 21 mars, il commente : « Voilà donc la guerre déclarée. »

38 Journal du 17 avril et Best. D.592.

39 En réalité l’épigramme est probablement de Piron.

40 Leur importance est attestée par toutes les études sérieuses sur l’époque. Par exemple dans le chapitre correspondant du Voltaire de Desnoireterres, on trouve 38 renvois à la correspondance de Voltaire, 2 au Temple, une à la Calomnie ; en outre, 14 au Journal, 13 au cercle Bouhier et 13 divers (en particulier 3 aux œuvres de Rousseau ; 3 au Glaneur ; 3 à Jordan). C’est donc bien à partir de ces circuits que s’écrit l’histoire littéraire.

41 Le Temple du goût a paru anonymement. Tous les comptes rendus révèlent le nom de l’auteur, sauf celui de la BR. Mais il ne s’agit sans doute que d’un jeu, raffinement dans la feinte.

42 Marcel Bouchard, De l’humanisme à l’Encyclopédie. Essai sur l’évolution des esprits dans la bourgeoisie bourguignonne sous les règnes de Louis XIV et Louis XV (1929).

43 Journal, p. 52.

44 Ibid., p. 67.

45 Ses fructueuses spéculations sur la loterie de Le Pelletier-Desforts datent déjà de quelques années. Cf. J. Donvez, De quoi vivait Voltaire, et la mise au point de Th. Besterman, Voltaire, p. 160-161.

46 Lui-même a raconté à La Harpe que dans le cercle de Mme de Tencin on n’était pas bien persuadé de son talent pour la tragédie. Fontenelle et la Motte en particulier « l’engagèrent à lui conseiller de ne plus s’obstiner à suivre une carrière pour laquelle il ne semblait pas fait » (cité par Desnoireterres, t. I, p447). « Je demandai à Voltaire ce qu’il avait répondu à ce beau conseil. Rien, me dit-il, mais je donnai Zaïre. »

47 La rencontre a été relevée par Besterman, Voltaire, p. 171.

48 Op. Cit., p. 66-67.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540