Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

6. Les sociabilités urbaines : effets de milieu et trajectoires sociales

Les sociabilités urbaines : effets de milieu et trajectoires sociales

Jean Rémy

Texte intégral

1Les diverses recherches de terrain nous livrent des informations qui s’entrecroisent et contribuent à construire une matrice complexe permettant la systématisation des connaissances acquises. Rendre cette matrice plus explicite permettra d’enrichir l’interprétation en faisant ressortir les processus et leurs modulations dans des contextes différents. L’explicitation d’une matrice complexe, si elle est utile pour l’interprétation, stimule aussi un va-et-vient entre des recherches livrant la conjoncture particulière à chaque contexte et des questions plus générales.

2Cette mise en relation des résultats de recherches est une exigence qui peut être satisfaite par une utilisation souple de problématiques proposées par divers auteurs. Les apports de chacun devraient permettre de construire notre propre problématique car nous allons essayer de les relier les uns aux autres. Les processus dont il est question portent sur la manière dont l’habitat intervient dans la coexistence entre une multiplicité d’individus et de groupes. Il s’agit de comprendre comment la cohabitation qui se déroule à diverses échelles spatiales oriente un jeu transactionnel entre les divers agents sociaux concernés.

3Au départ, nous nous inspirerons de la manière dont Georges Simmel caractérise la sociabilité urbaine. Cette approche sera ensuite mise en relation avec la notion de milieu que Durkheim propose notamment dans les Règles de la Méthode, et qui a été réélaborée par Halbwachs dans la Morphologie sociale. Ceci permettra de s’interroger sur l’intérêt d’une hybridation entre les deux approches, si on se les approprie de façon libre. Après cette étape centrée sur sociabilité et milieu, nous changerons de point de vue en reprenant la notion de réseau, qui suppose des contacts à distance. Celle-ci sera à son tour croisée avec la notion de milieu. Ceci nous amènera à une troisième étape organisée autour des notions de trajectoire collective et de parcours individuel. À ce moment, on pourra reprendre de façon cumulative les interrogations antérieures et se demander en quoi le milieu et le réseau sont une ressource dans le cadre des parcours individuels. À partir de là, les trajectoires collectives pourront être réanalysées comme résultat des transactions entre les agents impliqués à diverses échelles de l’espace urbain. Ces jeux transactionnels induiront la transformation de divers milieux urbains selon des rythmes temporels différents pour les uns et les autres. Cette réélaboration de la notion de trajectoire collective, articulant l’espace et le temps, devrait permettre de comprendre le présent par rapport au passé et d’esquisser les évolutions ultérieures.

1. G. Simmel et la sociabilité urbaine

4G. Simmel caractérise la sociabilité urbaine à partir de la vie berlinoise telle qu’il l’observe au tournant du siècle. Il élucide son expérience de la grande ville à partir de couples d’oppositions et de leur mise en forme dans la sociabilité urbaine. Celle-ci propose une composition originale, différente de celle qui prévaut dans la petite ville. La petite ville permet un échange social sur fond de singularité ; la grande ville permet un échange social sur fond d’individuation. Pour lui, l’opposition petite ville – grande ville représente deux univers sociaux qu’il est utile de mettre en correspondance sans vouloir que l’un se ramène à l’autre. Pour Simmel, l’action réciproque permet un mode particulier d’actions réciproques compatibles avec la modernité. Simmel est ainsi le premier sociologue qui s’est penché sur l’expérience de la grande ville sans l’évaluer à partir des paramètres qui faisaient la qualité de la petite ville.

5Les formes de sociabilité orientent l’action réciproque entre des agents différents. Pour Simmel, l’action réciproque est la base de l’analyse sociologique ; elle construit l’individu. Ce point de départ est en consonance avec des résultats de recherche où l’individu apparaît être le produit du réseau. Une fois constitué, l’individu utilise le réseau comme une ressource. Cette utilisation elle-même contribue à stabiliser le réseau tout en le transformant. Cette interférence circulaire est tout à fait dans la ligne de l’analyse de Simmel. Dans le cadre des cohabitations, on ne peut dissocier l’espace et le temps. Dégager des processus et des séquences temporelles est l’enjeu central de l’interprétation sociologique.

6Pour Simmel, la séquence découlant de l’action réciproque engendre un double processus d’individualisation et de socialisation, l’un et l’autre étant étroitement entremêlés. Ceci implique un présupposé latent : la vie sociale découle d’une double régulation. L’une est engendrée par les individus qui ont des exigences spécifiques, l’autre découle des exigences de l’échange social. Cette double exigence sous-tend l’action réciproque et fonde son statut analytique décisif.

7Ce présupposé est tout à fait différent de celui qui inspire E. Durkheim. Pour ce dernier, l’individu ne dispose pas de régulations propres. Sans régulation sociale, l’individu est un être anomique aux désirs illimités et chaotiques. Simmel, au contraire, est préoccupé de comprendre comment des exigences psychiques se traduisent dans des concrétisations sociales et réciproquement. Ainsi s’imposeront à lui diverses questions qui partent des exigences psychiques. Il examinera par exemple comment être reconnu par les autres tout en affirmant sa différence, comment composer une maîtrise intellectuelle avec l’affirmation de la sensibilité. La réponse à ces questions formulées autour de couples d’oppositions suppose la recherche de médiation qui loin d’affaiblir l’opposition, permet l’affirmation de l’un et l’autre pôles. Il aboutit par là à une conception de l’individualité qui se distancie quelque peu de Weber. Pour ce dernier, la modernité découle de l’affirmation d’une rationalité formelle qui se diffuse tout azimut. Pour Simmel, la modernité permet l’affirmation de l’individualité au travers des registres multiples où le particularisme se mêle à l’universalisme.

8Pour comprendre les compositions promues par la modernité, il est décisif d’élucider l’expérience de la grande ville. La grande ville est le laboratoire par excellence car elle est pour lui le lieu géométrique de convergence et d’amplification d’une série de tensions. L’individu y est soumis à des sollicitations multiples qui se combinent avec des échanges souples et élargis puisqu’ils se déroulent sur un fond d’anonymat.

9Ainsi s’ouvre un champ de contraintes et de possibilités. L’individu peut s’y livrer à diverses substitutions qui prennent place dans les formes de sociabilité caractérisant l’urbanité. Ainsi la distance à garder avec les autres lui apparaît comme une condition de communication sociale. L’intensité de communication peut varier d’après les lieux, les enjeux et les protagonistes. L’urbanité suppose que l’on trouve le régime adéquat de distance – proximité. Cette communication sélective revêt de multiples dimensions. Elle se distribue sur divers gradients tels l’intimité, la solidarité, l’efficacité... Ceci permet de complexifier la gamme des échanges. La sociabilité urbaine est à l’inverse de celle qui prendrait comme référence forte un univers fusionnel, ou qui trouverait en plus à s’exprimer dans un mode de coexistence spatiale. Dans ce cas, des individus différents de par leur statut, leur âge, etc., se rapprocheraient d’autant plus qu’ils seraient entremêlés à petite échelle au niveau de l’habitat. L’urbanité est une qualification résultant de l’action réciproque, et non une propriété découlant d’une morphologie de l’habitat. Elle suppose un mode approprié de communication, réglé par un régime adéquat de distance – proximité. L’invention de cette forme de sociabilité a un rapport flou avec l’habitat. Pourtant cela a une incidence sur les cultures de voisinage. Ceci contribue à rendre attractif ou non certains types d’espaces construits.

10La mise à l’écart d’une référence inspirée par un univers fusionnel s’impose d’autant mieux que la forme de sociabilité urbaine suppose la non-transparence partielle des individus les uns par rapport aux autres. Ceci permet à chacun de garder son autonomie de réaction malgré les communications intenses et variées. Cette transparence partielle est compatible avec un échange se déroulant sur fond de confiance. D’une part, on ne cache pas au partenaire les informations auxquelles il a droit ; d’autre part, celui-ci doit savoir qu’il n’a pas droit à toutes les informations. Cette culture de la communication suppose un accord sur le degré d’intimité souhaitable. Ainsi s’instaure un régime complexe de transparence sélective entre individus et entre groupes qui diffère d’après les enjeux de la vie sociale. Dans un tel contexte, une certaine forme d’anonymat, loin d’être un handicap, est une ressource pour élargir l’action réciproque tout en gardant à chacun une capacité de réserve et de quant-à-soi. Les multiples sollicitations, loin de désorienter, permettent alors une maîtrise sélective. L’individu dispose d’une capacité de non-réponse qui peut décontenancer ceux qui essaient de se faire des adeptes. Cela vaut pour diverses sollicitations : action culturelle, religieuse, politique... Ce qui est perçu comme une apathie par les organisateurs et une possibilité de maîtrise par les autres. Nous reviendrons ultérieurement sur l’ambiguïté des formes de sociabilité urbaine.

11De toutes façons, l’action réciproque, fondatrice du social, ne trouve pas un cas de figure privilégié dans la relation interpersonnelle à caractère intime. Car la figure type du social suppose toujours un tiers intervenant sous des formes diverses. Il peut tout aussi bien s’agir de tiers exclus que de tiers inclus. La relation ternaire est pour Simmel au centre de l’analyse du social.

12Cette capacité de réserve combinée avec l’intervention du tiers engendre la réflexivité diffuse. Comme dirait Guldens, cette dernière est la base d’une réflexivité discursive qui ne se coupe pas de l’expérience vécue. La réflexivité selon sa double modalité est décisive lorsque les multiples implications de l’individu aboutissent à des tensions entre diverses exigences qui doivent souvent être arbitrées par lui. Celui-ci peut avoir un rôle préféré qui ne correspond pas nécessairement avec une hiérarchie institutionnellement imposée.

13Ainsi de la réflexivité passe-t-on à l’individuation qui, pour G. Simmel, est le résultat d’un processus collectif ayant des effets ambigus. L’individuation peut engendrer autant l’individualisme que des formes nouvelles de solidarité. L’individuation est une volonté d’exprimer ses préférences qui s’appuie sur les alternatives disponibles et les substitutions possibles. Par là, elle contribue à les amplifier. Cette capacité de maîtriser son réseau d’échanges peut aboutir à l’individualisme aussi bien qu’à développer des implications très solidaires. Les renouveaux de solidarité se développent aujourd’hui sur fond d’individuation aussi bien que des formes de narcissisme. Le processus est ambigu. Le nouveau régime d’échanges modifie la liberté d’action du politique ainsi que ses modes d’intervention. D’où naît 1 évaluation en termes d’apathie que peuvent avoir certains militants. La solution n’est pas dans un retour en arrière. Le processus est cumulatif : plus on avance vers une forme urbaine complexe, plus l’ambiguïté structurelle se renforce. Vu cette ambiguïté, un échange à caractère impersonnel peut aussi bien engendrer des réseaux très personnalisés que des relations dépersonnalisées. L’individu peut y affirmer son originalité ou se diluer dans la massification. La réalisation de l’une ou de l’autre orientation ne peut s’imposer par décret ou par injonction. L’ambiguïté structurelle inhérente à la société moderne modifie également le rapport à la culture. Simmel est fort sensible à cette évaluation qui provoque chez lui une vue pessimiste sur 1 avenir. La situation tragique résulte de la disproportion croissante entre ce qu’il appelle la culture objective et la culture subjective. Le blasé est pour lui une figure-type d’un individu urbanisé. Il perçoit bien les différences mais tout lui apparaît équivalent. Face à cette figure négative, l’aventurier ou l’explorateur sont proposés comme deux figures plus positives dans la mesure où ils se forment en explorant le champ des possibles.

14La réalisation de soi ne découle pas de l’individuation. Celle-ci est un souhait de maîtrise, elle n’implique pas l’autonomie. L’autonomie suppose une capacité d’anticipation et de réalisation progressive d’un projet individuel ou collectif. Cette capacité d’unification dans l’espace et le temps ne naît pas simplement d’un dynamisme psychique. Elle découle d’une interférence entre le psychique et le social, sans que l’un n’ait un effet mécanique sur l’autre.

15L’usage des degrés de liberté va dépendre des ressources monétaires, culturelles et sociales dont chacun dispose. Des évolutions quantitatives aboutissent à des effets de seuil transformant qualitativement les réactions probables. Le processus est d’ailleurs cumulatif car sous l’angle social, le projet individuel devient condition d’efficacité collective.

16L’individuation a une incidence sur l’évaluation des univers domestiques, ainsi que sur les unités de voisinage. Celle-ci peut se comprendre à travers les effets de l’individuation sur les rapports masculin – féminin, sur la formation du couple, les formes de mise en ménage et la pluralité des modèles de cohabitation. Il peut en résulter un souhait de changer de quartier à certaines étapes afin de recommencer sa vie à neuf. La non-possibilité de substitution peut être vécue par certains comme une assignation à résidence. Tout cela a une incidence sur l’univers domestique, le rapport au logement, les implications de voisinage façonnées par ces formes de sociabilité qui tendent à devenir une référence partagée.

17L’intelligence de la sociabilité urbaine revêt de multiples facettes. Ceci est une introduction qui pourrait être complétée par la lecture d’un texte comme « La grande ville et la petite ville : tension entre la forme de sociabilité et la forme esthétique » (J. Remy, 1995, p. 61 à 93).

18La ville est un lieu géométrique où les tensions de la modernité s’articulent de façon paroxystique. On ne peut comprendre les degrés de liberté associés à la ville qu’en les reliant à la généralisation de l’usage de l’argent qui lui aussi crée un pouvoir d’indétermination qui grandit au fur et à mesure que les sommes dont on dispose permettent de sortir d’un comportement de préoccupation où on ne sait jamais comment assurer les nécessités de base indispensables à la survie. Ce qui est vécu comme choix par l’un peut devenir contrainte pour un autre.

2. Effet de milieu et territorialité partagée

19E. Durkheim propose une perspective complémentaire lorsqu’il introduit la variation de milieu comme facteur explicatif de l’évolution des solidarités sociales. Pour lui le milieu est une unité d’analyse qui ne se ramène pas à une relation entre l’homme et son environnement. Le milieu est considéré comme une entité productive, disposant de propriétés propres. Il s’agit d’un espace pertinent pour un type d’enjeu, de rencontres ou d’activités, dont la composition en termes de volume, densité, hétérogénéité... a une incidence sur la réaction des unités qui le composent. Ainsi le passage de la notion de milieu à la morphologie sociale se fait par un glissement sémantique qui accentue les effets de composition. On peut ensuite passer de la notion de morphologie à la variable contextuelle à laquelle s’intéresse la statistique.

20Un quartier peut se définir comme un milieu, c’est-à-dire comme le lieu d’une convergence non intentionnelle entre une pluralité de trajectoires individuelles débouchant sur une solidarité d’effets. Ceux-ci sont constitutifs de l’ambiance du quartier et ils ont une incidence sur l’attraction sélective que le quartier exerce. Ce mode d’interférence peut être rapproché de la notion d’économies et de déséconomies externes utilisée par les économistes pour parler des avantages et des inconvénients qui se transfèrent entre agents économiques indépendamment des liens de marché qu’ils peuvent avoir ou ne pas avoir. Le transfert est un effet de proximité découlant du partage d’un même territoire.

21Cette manière de parler du quartier permet de mieux comprendre le processus collectif à travers lequel se transforment des réactions individuelles. Ainsi, dans un quartier occupé par des autochtones, les réactions vont-elles différer lorsque l’on passe d’une installation de quelques familles d’origine étrangère à une minorité suffisamment significative pour s’exprimer dans les espaces publics. La forme de sociabilité peut être marquée au départ par un accueil ouvert et aboutir après coup à une relation de méfiance fondée sur un repli défensif. La modification d’attitude ne s’explique pas d’abord par un facteur de mor alité, de générosité ou de solidarité. Elle repose davantage sur une modification des propriétés du milieu lorsque celui-ci suppose une coexistence spatiale entre une majorité et une minorité. Les recherches nous en donnent de multiples exemples vérifiant que la composition des quartiers multi-ethniques a une incidence sur les modes de cohabitation entre les groupes et qu’ainsi le milieu a des propriétés collectives. Une typologie permettrait de comparer des situations et de dégager des processus.

22Le quartier n’est qu’un exemple parmi d’autres. La ville compose de façon souple une multiplicité de milieux qui se recouvrent partiellement, qui se hiérarchisent de multiples manières et qui s’imbriquent à des échelles différentes. Le quartier lui-même peut coordonner des voisinages dont la signification fluctue d’après les caractéristiques sociales des individus et des groupes. À quel niveau se situe l’échange dans le respect et la différence ? Ce n’est pas nécessairement à l’échelle spatiale la plus réduite. Les milieux intégrateurs peuvent être des territoires interstitiels où l’on se rencontre sans enjeu collectif important. Ainsi en va-t-il de certains espaces où l’on change de moyen de transport, du moment que leurs abords soient quelque peu accueillants et que l’on dispose d’un certain temps libre. Il en va de même de certaines zones lisières entre deux quartiers où l’on n’est plus chez les uns sans être déjà chez les autres. Ni l’un, ni l’autre ne se présente comme le centre urbain. Celui-ci est encore une territorialité d’un autre type. N’importe qui ne se forge pas une identité à partir du centre urbain. La question reste ouverte : que signifie la « gentrification » du centre urbain du point de vue de l’invention d’un mode de vie, de l’ouverture à un certain cosmopolitisme ?

23Les milieux urbains supposent des articulations très complexes. Le voisinage n’est pas nécessairement le milieu de base où la réussite de l’échange est un préalable par rapport à une vie de quartier plus large. Découvrir les échelles pertinentes d’après les groupes et les situation est un enjeu décisif pour la recherche.

3. Effet de milieu et sociabilité urbaine

24La notion de « milieu » prend une signification renforcée si on l’articule de façon plus explicite sur les formes de sociabilité urbaine associées comme chez G. Simmel à un lieu où s’expérimente la diversité. La ville est un milieu complexe qui permet des rencontres malgré la diversité ou même à cause de la diversité et qui, en plus, est producteur de diversité. L’ouverture sélective qui en résulte accroît la chance de survenance de milieux innovateurs. La formation de tels milieux a été évoquée par les recherches portant sur les professionnels des métiers de la communication qui trouvent avantage à se retrouver dans certaines zones du centre urbain. Ce partage d’un territoire commun est important pour le métier : on y trouve des idées, des occasions de travail vu la multiplicité des rencontres qui sont à la fois ouvertes et sélectives. Dans les échanges qui s’y déroulent, l’on ne sait pas à l’avance qui est porteur de la bonne information, ni même quelle est la bonne information, mais le contact s’appuyant sur ces potentialités permet des inventions que l’on ne ferait pas si facilement ailleurs. La problématique des technopoles est dérivée de cette constatation. La mettre en œuvre à une autre échelle spatiale ne va pas de soi. Le développement d’un milieu innovateur suppose un souhait d’implication réciproque entre les partenaires. Il ne suffit pas de juxtaposer des centres de recherche pour qu’en découle un circuit d’information à la fois intégrateur et novateur. L’effet de milieu ne découle pas principalement de rencontres programmées en vue de résoudre un problème technique limité. Valoriser la diversité et l’engendrer suppose une conjoncture socio-spatiale aboutissant à un jeu souple de rencontres à caractère plus ou moins routinier. Il ne suffit pas de dénommer un espace comme technopole, d’être plus ou moins sélectif dans le choix des entreprises qui s’y installent pour créer un milieu dont les effets multiplient la capacité d’innovation de chacun. La juxtaposition spatiale n’a pas un effet automatique et mécanique.

25Lorsque la ville est perçue comme un espace multipliant les intersections entre des milieux, elle ne peut plus se réduire à un espace hiérarchisé à partir d’un centre. Elle apparaît d’abord comme une construction sociale décentralisée permettant des jeux multiples d’association et de mise à distance. La ville perd de son dynamisme et risque de se disloquer dans la mesure où les intersections et les convergences se réduisent. Celles-ci n’ont pas besoin d’être visibles pour être opérantes. La ville ne se réduit pas à une architectonique de l’espace, fonctionnelle pout 1 exercice du pouvoir politique, même si cette dimension est indispensable pour assurer une certaine régulation. Entre ordre et désordre, il s’agit d’éviter le chaos. La ville suppose une composition entre le visible et l’invisible, entre le décentré et le centralisé. Les deux dimensions prennent leur signification l’une à partir de l’autre.

26La composition entre ces diverses dimensions permet à la ville de devenir un lieu assurant des convergences de parcours autant que des bifurcations. Elle stimule un jeu sur les altérités. La ville n’est pas uniquement un milieu homogénéisateur. Elle incite à la diversification interne. Elle permet donc une composition originale entre homogénéité et hétérogénéité. Le régime de communication et d’échange s’appuie sur cette double ressource, mais le consensus n’est pas acquis entre les hétérogénéités acceptées et les homogénéités souhaitées. Il en résulte un paysage social où se dessine un type particulier de conflit fondé sur un jeu entre le légitime et l’illégitime. Ce paysage est lui-même marqué par le flou dans la mesure où ce qui est accepté ou rejeté évolue avec le temps. Les espaces à faible légitimité font partie de la configuration. Cette conjoncture devrait inspirer des recherches sur les hétérogénéités en train d’advenir et les appropriations spatiales ainsi que sur les conflits qui en dérivent... ou, à l’inverse, sur les formes et les lieux d’homogénéisation. L’intérêt de ces recherches empiriques découlera des multiples comparaisons qu’elles vont permettre en vue de nuancer, voire de remodeler la problématique de départ. Sans ce bilan, bien des informations resteront anecdotiques.

27Ces tensions entre homogénéité et hétérogénéité supposent des modes différenciés d’appropriation de l’espace qui sont éclairés par les deux couples opposant proximité à distance et concentration à dispersion. Ces tensions sont en plus modulées par l’échelle spatiale dans laquelle se noue l’échange. Il ne s’agit pas de mettre un lien univoque entre proximité spatiale et échange social. Ainsi mélanger à trop petite échelle, par exemple au niveau du logement, peut multiplier les frustration plutôt que rapprocher. Trop de proximité physique construit alors un sentiment de distance sociale aboutissant à un repli défensif. L’absence de mélange à d’autres échelles aboutit à des contacts occasionnels et superficiels. Les uns et les autres ne se reconnaissent plus qu’à travers des stéréotypes simplifiés, ce qui crée une défiance handicapant les contacts. Le harcèlement réciproque peut devenir un mode pervers de communication lors des rares possibilités de contacts. Ainsi s’amplifient des comportements d’évitement.

28Le statut du logement et du voisinage doit être bien précisé dans la mesure où, au niveau politique, on en fait souvent un enjeu important. Les ménages qui veulent se regrouper par affinités au niveau d’une cage d’escalier, expriment peut-être le souhait de maîtriser un espace de base ce qui leur permettrait d’aborder avec plus de sécurité des échanges extérieurs plus mélangés. Des hypothèses de ce genre mériteraient d’être testées. On devrait dégager, dans les expériences qui ont réussi, les modalités concrètes de mixité pour les comparer avec les séquences d’échec.

29Nous adopterons volontiers les hypothèses suivantes :

  • La mixité contrainte à petite échelle, sans possibilité de substitution, peut créer le sentiment d’être assigné à résidence.
  • Vu les conflits répétés envahissant la vie quotidienne, les personnes risquent de quitter un tel endroit dès qu’elles vont disposer de la possibilité de s’installer ailleurs.
  • Les possibilités s’amplifient lorsque le marché du logement se détend. Il y a donc association entre amélioration de la situation et regroupements volontaires.

30La vérification de telles hypothèses permettrait d’affiner le propos de K. Marx dénonçant les socialistes utopistes qui pensaient rapprocher et neutraliser à la base les inégalités en mélangeant les populations. Une telle illusion spatiale a un effet idéologique dans la mesure où elle empêche de voir la complexité d’une situation. Par ailleurs, il ne faudrait pas rejeter toute influence de la distribution spatiale sur la résolution des problèmes sociaux. L’efficacité des modes de regroupement et de dispersion ne découle pas d’une nostalgie du fusionnel. Cette référence est inadéquate pour penser le social en général et a fortiori la ville contemporaine.

31Les hypothèses précédentes se fondent sur les substitutions qui sont permises principalement par les potentialités du marché. Il faut les comprendre pour évaluer les régulations par le politique, dont il ne faut pas nier l’importance. Le jeu du marché laissé à lui-même est destructeur des avantages urbains fondés sur des économies externes qui se transfèrent indépendamment de lui. Préserver ces avantages est d’autant plus important qu’ils se produisent quelquefois entre agents n’ayant pas la même capacité économique de payer. Ces espaces d’agrégation fondés sur des économies externes doivent être maintenus et promus. Il faut éviter que certains promoteurs, en s’appuyant sur un avantage à court terme, contribuent à le détruire à long terme. La régulation doit maintenir et promouvoir des économies externes fondées sur des formes d’agrégation, mais elle sera d’autant plus efficace qu’elle est capable d’intégrer un certain nombre de processus sociaux.

32Vouloir les nier serait irréaliste. Ainsi serait-il irréaliste de faire l’hypothèse que l’individuation est marginale et qu’elle n’est pas une ressource pour redévelopper des solidarités nouvelles. Ceci s’impose d’autant plus que l’individuation se compose avec une référence égalitaire. Cette double conjonction aboutit à multiplier des comparaisons dans la vie quotidienne : « Si tu as cela, pourquoi pas moi ? » est une question qui vient normalement chez ceux qui ont moins de possibilités. Ceux qui en ont plus, se sentant enviés, sont contraints à une consommation discrète. La cohabitation de populations disposant de niveaux de vie différents peut multiplier les frustrations réciproques. Ainsi s’engendre un regroupement de populations selon le mode de vie. Il en allait autrement lorsque la coexistence s’organisait autour d’un modèle prônant l’harmonie dans la hiérarchie : chacun a sa place sans envier les gens vivant dans un autre « état ». À ce moment, la cohabitation pouvait être valorisée parce qu’elle permettait des échanges de services entre gens de niveaux différents. Ainsi au XVIIIe siècle, au sud des États-Unis, des populations blanches et noires pouvaient-elles coexister dans les mêmes quartiers sans que cela ne posât les problèmes que cela pose aujourd’hui, où il faut conjuguer liberté et égalité. Pour Louis Dumont, dans son ouvrage Homo aequalis (1976), ce dilemme caractérise l’Occident contemporain. Ainsi, composer différence et équivalence est un enjeu central dans la régulation urbanistique contemporaine qui doit pouvoir le faire en tenant compte de l’individuation. L’urbanisme doit baliser un espace sans fonctionner d’abord sur la multiplication des interdits.

4. Le réseau et le milieu

33La notion de réseau suppose un autre type de rapport à l’espace. Nous allons essayer d’en comprendre les implications. Nous verrons ensuite comment l’entrée par le réseau peut être mise en relations avec les autres points de vue analytiques : la forme de sociabilité et le milieu.

34La notion de réseau a été souvent évoquée dans les recherches précédentes. Le réseau est d’autant plus fort qu’il est délocalisé et qu’il connecte des personnes dispersées dans des espaces différents. Il a des propriétés différentes de celles du milieu, car au contraire de ce dernier, il ne repose pas sur un espace partagé. Certaines recherches ont évoqué des familles vivant à la campagne qui envoient leurs enfants faire des études en ville où ils sont accueillis et aidés par des familles « amies ». La double implantation crée des circulations de personnes qui peuvent s’apprivoiser rapidement à des contextes différents de leur lieu d’origine. Cette bilocalisation du réseau a toute chance d’être favorable aux étudiants et de connoter leurs études.

35La bilocalisation va devenir dans certains cas une multilocalisation. Certaines associations, comme un Rotary club, veulent créer des échanges sur fond de confiance entre des personnes originaires de lieux dispersés dans l’espace. Ainsi des membres d’un Rotary de Lyon peuvent être accueillis à Chicago et par là, avoir une possibilité accrue de contacts locaux. Dans ce cas, la construction du réseau est volontaire. Cette situation permet de comprendre la signification actuelle des « diasporas » qui, en reposant sur la valorisation d’une origine commune, maintiennent un lien basé sur la confiance.

36La « diaspora » peut se réduire à une famille étendue qui, pour diverses raisons, est dispersée dans plusieurs régions, voire plusieurs pays, et qui garde les liens sur plusieurs générations. Elle peut s’élargir et se fonder sur un sentiment de connivence entre une pluralité de familles unies par une origine commune réelle ou reconstruite. Les liens entretenus malgré la dispersion peuvent perdre de leur poids si les échanges perdent leurs enjeux. Il en va autrement dans le cas contraire. La dispersion devient une ressource entretenant le maintien, voire l’élargissement, des échanges. Le réseau crée des possibilités de substitution d’un endroit à l’autre. Il offre des informations potentielles et finalement fonde une solidarité permettant une promotion collective à la fois du groupe et des individus qui le composent. Une référence ethnique peut aussi bien se diluer que se renforcer dans le temps. Ainsi la dispersion des Portoricains à Montréal, par exemple, peut avoir des effets ambigus. Selon les circonstances, elle peut aussi bien être un facteur d’isolement handicapant une entraide interethnique qu’une manière d’accroître leur « pouvoir » sur l’environnement. L’évolution dépend des enjeux de l’échange. On peut même aller jusqu’à dire que le réseau construit l’individu autant qu’il est une ressource pour celui-ci. Même dans le cas où il est mobilisé par l’individu à ses fins personnelles, il ne se réduit pas à un simple instrument. Le registre expressif doit s’entremêler an registre instrumental, sinon le réseau se démonétise. On ne se trouve pas devant un processus où l’échange et le lien s’entretiennent réciproquement. Dans le réseau, l’individuation et la socialisation sont en interférences réciproques.

37Le réseau prend une signification nouvelle à partir des moyens de communication modernes. Ainsi des Turcs rencontrés à Liège s’échangent autant des cassettes chargées d’informations qu’ils se déplacent pour aller à un mariage à Berlin ou participer à une fête à Lyon. Ces échanges ont d’autant plus de sens que le réseau dispose de lieux où il est surlocalisé et remplit des fonctions de coordination. Ainsi A. Tarrius montre comment le quartier « Belsunce » à Marseille devient une plaque tournante dans l’organisation des échanges commerciaux à caractère « import – export ». Cette surlocalisation donne des points de repères forts et stables à des personnes en mouvement d’un endroit à un autre.

38Les individus et les groupes peuvent être mus par une double stratégie où se combinent une insertion dans un quartier et une implication dans un réseau. Ainsi peut-on se dire d’un quartier, d’une ville, d’un pays, tout en gardant ses attaches à la « diaspora ». La ressource est d’autant plus appréciée que l’on dispose de certains atouts économiques. Le monde anglo-saxon va s’attacher clans ce cadre à mieux comprendre comment se développe « l’ethnic business ». Cette double stratégie n’est pas nécessairement possible pour les autochtones. De ce fait, ils peuvent être moins aptes par exemple à profiter de l’ouverture du marché du travail à l’intérieur de la Communauté européenne.

39La ville peut ainsi être analysée comme une multiplicité de réseaux qui s’entrecroisent. L’espace urbain peut reposer sur la multiplication des espaces interstitiels de rencontre qui sont semi-transparents les uns aux autres. Ceci nous ramène à la notion de milieu. Les réseaux et les interstices sont souvent d’autant plus pertinents que leur visibilité globale est faible. Pourtant la ville perdrait de sa force si elle ne disposait pas de lieu public de mise en scène. On en revient à un jeu complexe sur le visible et l’invisible où les coulisses donnent sens à la mise en scène. Le jeu n’est pas le même pour tous. Le politique fait de la ville un espace de représentation. Pour lui, la mise en scène donne sens aux coulisses. En faire la référence unique serait s’illusionner sur ce qui fait l’attrait de la ville.

40Ainsi, l’analyse des réseaux peut s’articuler sur la sociabilité urbaine et sur des milieux urbains. On y retrouve la médiation des espaces interstitiels et de la transparence sélective. Vu ces interférences, le modèle d’analyse se complexifie. Les trois entrées sont interreliées, l’une ou l’autre peut être choisie en premier d’après le propos que la recherche poursuit. Quelle que soit l’entrée, tout s’enchaîne.

5. Trajectoires collectives et parcours individuels

41Les trajectoires collectives et les parcours individuels viennent prendre forme sur ce fond où interfèrent milieu, sociabilité et réseau. Cette nouvelle perspective d’analyse relie l’espace et le temps. Elle va nous aider à mieux comprendre comment se transforment certains milieux ou certains réseaux.

42Dans un quartier où s’entremêlent des populations stables et mobiles, certaines sont en fin de trajectoire, d’autres sont dans une période de transition. La séquence peut être bloquée ou ouverte. Des trajectoires peuvent être ascendantes ou descendantes. Cet entrecroisement qui vaut pour le quartier, vaut aussi aux multiples échelles de la vie urbaine. Ainsi des convergences non intentionnelles de trajectoires collectives et de parcours individuels engendrent des effets conjoints qui à leur tour contribuent à baliser la séquence.

43Le concept de trajectoire ou de parcours prend tout son poids si l’on fait l’hypothèse que la plupart des situations sociales sont semi-structurées c’est-à-dire que plusieurs réactions sont compatibles même si n’importe quoi n’est pas possible. Le travail de recherche aide à mieux comprendre ce qui permet d’accroître la chance de survenance d’une réaction par rapport à une autre. Ce faisant, il faut garder à l’esprit que les réactions elles-mêmes ne découlent pas d’une nécessité logique inhérente à l’acteur. Elles sont semi-aléatoires. Une part doit être laissée à l’invention du sujet. Des bifurcations sont possibles. Pour M. Weber, une même configuration de cause peut aboutir à des gribouillis chez l’un et stimuler un autre à concevoir une œuvre d’art. Le même M. Weber nous dit que la cohérence « ex post » d’une séquence historique n’implique pas que, « ex ante », elle était la seule séquence cohérente possible. Le statut du semi-structuré et du semi-aléatoire fonde pour nous une sociologie de l’action. C’est dans ce contexte que la notion de transaction sociale s’impose et vient se greffer sur une sociologie partant de l’action réciproque (}. Remy, 1994).

44La référence sociologique à la notion de transaction laisse ouvertes des réponses à des questions qui se posent à des niveaux épistémologiques plus profonds. Préexiste-t-il des modèles généraux que nous ne maîtrisons que partiellement, d’où le sentiment d’incertitude ? Si la réponse est positive, la recherche se doit alors de les décrypter en vue d’accroître la certitude tout en le faisant avec beaucoup de prudence. Dans ce cas, le semi-aléatoire exprime l’état imparfait de nos connaissances et est une bonne hypothèse dans un stade provisoire. Elle permet de ne pas réduire la complexité en imposant des schémas trop simples. Si la réponse est négative, le décryptage, aussi poussé soit-il, se limite à dégager des processus partiels. Ceux-ci constituent des îlots d’intelligibilité qui s’articulent les uns sur les autres en fonction d’événements et de conjonctions non reproductibles. Dans cette perspective, les faits ne sont pas reliés par une nécessité logique. Nous pensons que c’est la position de M. Weber qui veut contribuer par là à déconstruire les philosophies de l’histoire issues d’une certaine manière du rationalisme des Lumières. Il veut élaborer une sociologie historique qui donne un statut plus créatif à l’action.

45Quel que soit le présupposé adopté, la notion de transaction permet de reprendre divers concepts en vue d’élucider la chance de survenance d’une réaction. Nous en proposons deux : la logique d’action et la logique d’activité. La notion de logique suppose que l’on puisse dégager une cohérence dans une séquence temporelle qui ne découle pas toujours d’une anticipation. Le non-conscient a son importance. Reconstruire une logique d’action suppose que l’on dégage une cohérence même si elle n’est pas anticipée par l’agent à la manière d’une stratégie. La logique d’action suppose simplement une réflexivité diffuse qui permet de faire un bilan d’expérience. La logique d’action peut se trouver à divers niveaux d’agents individuels ou collectifs. Ainsi le promoteur immobilier est-il inspiré par une logique d’action différente de celle qui fait la cohérence du propriétaire foncier : l’un fait son profit sur des rentes de situation non encore escomptées par le marché et va donc travailler volontiers par sauts de puce, toujours à la recherche de la bonne opportunité ; l’autre n’est pas pressé de vendre et risque de retarder sa décision dans la mesure où il est sûr de vendre. Ainsi un urbanisme délimitant des périmètres d’occupation des sols peut aboutir à une non mise à disposition des terrains aux endroits qu’il a désignés. Ces logiques d’action permettent de délimiter des matrices de comportements probables, ainsi que des séquences transactionnelles.

46À côté des logiques d’action, on doit introduire les logiques d’activité. C’est à ces dernières que s’intéresse particulièrement M. Weber. L’action suppose un agent individuel ou collectif qui est un lieu d’initiative. L’activité suppose un problème à résoudre qui détermine un enjeu. La solution doit tenir compte de l’objectif et des contraintes. Il en découle un type de rationalité. Ainsi la rationalité politique est-elle différente de la rationalité économique. Ce qui est rationnel pour l’un, par exemple l’inamovibilité du fonctionnaire supposée garantir son impartialité, est irrationnelle dans le champ économique où la rationalité doit résoudre un autre problème. Ainsi la transaction entrecroise une logique d’action et une logique d’activité. Dans cet entrecroisement s’instaure une hiérarchie entre les diverses rationalités, par exemple entre celle qui découle du politique et celle qui découle de l’économique. Des normes s’élaborent dont le sens n’est pas entièrement donné à l’avance. L’élucidation sociale est progressive. Ainsi la transaction est-elle étroitement associée à la découverte de séquences chronologiques articulant logique d’action et logique d’activité sur fond semi-structuré. Cela vaut autant pour les parcours individuels que pour les trajectoires collectives. L’évolution du statut des métiers urbains s’insère dans un processus transactionnel avec d’autres professionnels. L’évolution est elle-même marquée par une transformation des enjeux. Ce qui vaut pour l’histoire collective d’un métier, vaut également pour l’histoire individuelle. Le parcours d’une personne à partir d’un récit de vie peut être reconstruit en dégageant diverses séquences transactionnelles insérées dans des contextes globaux. Mais on peut aussi partir d’autres méthodes d’observation. L’histoire des migrants fonctionnant sur la bicentration ou étant incapable de l’assumer ne doit pas être décontextualisée. On peut ainsi comparer des migrants de première génération arrivés à des moments marqués par une conjoncture collective différente, par exemple en 1935, en 1950 et 1960 pour s’interroger sur la bicentration et sur ses effets. On peut se demander si la seconde et la troisième générations poursuivent de façon linéaire les tendances de départ. La troisième génération, par exemple, peut renforcer la tendance dans certains cas et l’interrompre dans d’autres. Dans le monde islamique, une troisième génération peut revenir à l’Islam que la deuxième génération avait quelque peu délaissé. Le contexte général doit être spécifié par l’évolution du contexte économique. On passe ainsi d’une situation où le plein emploi est quasi atteint à une autre où le statut du travail devient problématique. À partir de là, la précarité s’impose comme expérience réelle ou menaçante. Dans ce cas, le statut du couple, du ménage et de la famille, ainsi que la signification du réseau et du quartier peuvent se renforcer. Des entrecroisements multiples permettent de mieux expliciter la spécificité de certaines séquences. Les îlots d’intelligibilité deviennent plus consistants, mais restent sur un fond semi-aléatoire. Comprendre les bifurcations est utile dans cette perspective.

47La préférence pour certains lieux peut être elle-même l’objet de transactions multiples en vue d’assurer des mises à distance suffisantes par rapport à un milieu d’origine et de promouvoir des proximités avec d’autres qui servent momentanément de groupe de référence. La contrainte de rester et la possibilité d’aller ailleurs sont importantes dans la perception de la ville comme espace de liberté même si la présence de substitution est une simple potentialité non utilisée.

48Les possibilités de substitution sont un élément clé dans la composition de l’espace urbain. La séquence chronologique dépend de la souplesse d’appropriation. Les transformations autant an plan des usages que des utilisateurs peuvent être plus ou moins rapides. La ville est un cadre à l’intérieur duquel la transaction est permanente entre des intervenants à pouvoirs inégaux. Ainsi, des lieux convoités ou délaissés se transforment dans le temps et évoluent. Pour mener son jeu, chaque groupe trouve un appui sur des ressources diverses, notamment dans les réseaux. Ceux-ci sont par eux-mêmes producteurs d’inégalités. L’égalité donnée comme point de départ incite à neutraliser les effets des réseaux, mais leur disparition peut engendrer l’isolement et une fragilité aux aléas.

49Le dynamisme d’un milieu suppose qu’il évolue avec la transformation plus globale du contexte. Un quartier peut être fonctionnel dans une situation de plein emploi où tout le monde se plaint du rythme « métro-boulot-dodo ». Il peut devenir inadéquat lorsque 20 % des habitants sont des chômeurs parce qu’il manque d’espaces pour mettre en œuvre des occupations alternatives. À ce moment, des lieux de rencontre deviennent décisifs pour stimuler la circulation d’informations et une prise d’initiatives. Cet habitat qui pouvait être perçu jadis comme agréable est ressenti aujourd’hui comme un espace amorphe qui ne stimule pas une spontanéité collective où l’on peut inventer par un jeu d’essais et d’erreurs des manières nouvelles de faire voir des emplois de proximité. Vu les problèmes à résoudre, d’autres formes d’habitat peuvent apparaître plus adéquates. Ainsi certains quartiers disposant d’espaces non normalisés vont permettre des appropriations souples surtout si des personnes à compétences diverses s’y rencontrent. Elles sont alors disponibles pour des engagements provisoires. Ceci peut accroître la chance de survenance d’un petit milieu innovateur. Certains quartiers traditionnels des villes anciennes ont à cet égard des atouts dont ne disposent pas des banlieues conçues selon les principes de l’urbanisme moderne.

50En abordant des points de vue complémentaires, ce texte essaie de proposer une matrice complexe d’interrogations utiles pour créer un champ de comparaison entre diverses recherches et pour renforcer le processus d’interprétation cumulative. Nous allons reprendre l’ensemble autour d’une interrogation relative aux populations qui sont à la base de la production de la ville comme entité sociale spécifique et nous demander : quel est le rôle respectif des sédentaires et des migrants ? Cette dualité de points de vue tenaillait G. Simmel qui associait l’étranger et la ville. Nous ferions volontiers l’hypothèse que la ville est constituée par l’opposition entre deux pôles en tension : d’une part, les sédentaires ; d’autre part, les migrants de tout type. La sédentarité seule est probablement stérile ; c’est le prototype de la ville de province, close et refermée sur elle-même. À l’inverse, la ville se résumant à être un carrefour de populations spatialement mobiles constituerait probablement une entité peu productive dans la mesure où elle ne permettrait guère une insertion dans des enjeux locaux. La mise en correspondance entre les deux types de populations engendre la conjoncture spécifique d’une ville, sans qu’on puisse jamais dépasser la tension entre les deux perspectives. La ville est autant un lieu d’acculturation accélérée qu’un lien stabilisant des différences et contribuant à les promouvoir.

51Pour bien comprendre cette dualité, il ne faut pas réduire les migrants aux immigrants venus de l’étranger. En outre, pour prendre le problème dans toute son ampleur, il faut encore le composer avec la dimension temporelle : parcours individuel et trajectoire collective. La première génération d’immigrés venus de loin a une expérience de sédentarité dans son pays d’origine et une culture de migration dans le territoire actuel où elle habite. Le travail que fait la seconde génération sur la ville découle de cette hybridation. Les situations hybrides sont multiples et sont constitutives de la ville. Il faut aussi tenir compte des étapes de la vie. Quelqu’un peut avoir quitté son lieu d’origine pour faire son expérience en divers endroits et ensuite revenir à 50 ans, plein d’initiatives. Ce détour – retour peut lui aussi être très bénéfique. En outre, certains groupes ont des traditions de mobilité spatiale et de réseaux dispersés. Ce qui favorise une double centration.

52Quel est le point de vue que nous avons tendance à privilégier comme chercheur ? Trop souvent, nous adoptons le point de vue de la ville construite par les sédentaires et nous percevons mal le point de vue de la ville construite par les migrants de tout type, ou nous le percevons comme se reliant de façon subsidiaire à la première. Le problème se poserait de façon encore plus paradoxale si les hybridations, les métissages et les interstices étaient l’épicentre décisif pour comprendre les potentialités d’échanges et de transformations qu’offre la ville. Les pôles opposés sont en interférence à travers une multiplicité de situations intermédiaires. À partir de là, on pourrait recomposer sociabilité urbaine, milieu, réseau, trajectoire. La ville apparaîtrait ainsi de façon de plus en plus nette comme une coproduction dont la cohérence ne résulte pas d’abord d’une pensée planificatrice. Pourtant cette planification est également partie prenante à la coproduction car la mise en communication d’une multiplicité de projets semi-autonomes demande des régulations. Comme le dit G. Simmel : « Quel chaos, si les horloges de Berlin étaient déréglées... ».

53Cela nous ramène au statut que le politique doit remplir pour constituer la ville comme une entité spécifique. S’il joue un rôle indispensable, facteur politique ne peut pas tout ramener à sa perspective. Ce qui est vrai pour la dynamique interne est aussi vrai si l’on examine le rapport de la ville à ce qui lui est extérieur. La territorialité découlant de l’activité politique, disait M. Weber, suppose un encadrement à partir d’une ville capitale se démultipliant dans un emboîtement hiérarchique et aboutissant à un quadrillage spatial qui délimite les compétences. L’économique fonctionne sur une tout autre architectonique spatiale où les rapports à distance ont autant d’importance que les rapports à proximité. Dans ce cas, les pôles urbains distants sont reliés par un maillage en filet où des villes prennent du poids parce qu’elles s’insèrent dans les intersections. Dans ce modèle, le mouvement et les trajectoires sont au cœur de l’observation. Le modèle de rapport à l’espace inspiré de l’activité économique permet de comprendre beaucoup mieux les formes de sociabilité en gestation que celles inspirées d’un quadrillage hiérarchisé du territoire. En fait, une compréhension de l’espace social suppose une articulation entre les deux modes d’appropriation. Cela permet de donner à la fois son importance et sa limite à l’action du politique.

54Cette double structuration de l’espace permet de prendre distance par rapport à une « normativité » ou le « normal » serait dérivé des paramètres de géométrie euclidienne. Ceux-ci mesureraient la distance et la proximité sociale normale et acceptable. La double référence que nous évoquons permet de donner de la plausibilité à une autre manière de ressentir ce qui est proche et distant. Des populations, vivant à Montréal, peuvent dire qu’en cas de déplacement contraint, elles préfèrent aller à Vancouver plutôt que de traverser le fleuve et s’installer à Longueuil. Cette préférence découle d’une perception où l’un apparaît comme un espace plein de potentialités alors que l’autre est davantage associé à un espace de relégation. Dans le second cas, celui qui déménage risque de perdre la face, alors que dans le premier cas, il peut apparaître comme un aventurier. Ceci est d’autant plus plausible que les réseaux matériels permettant la communication donnent une plasticité nouvelle aux réseaux sociaux. Le paramètre de la connivence spatiale n’est pas d’abord la proximité physique. Le rapport à l’espace est beaucoup plus complexe que celui dominé par une géométrie euclidienne, même si l’usage intensif des cartes contribue à le donner comme représentation légitime de la maîtrise moderne de l’espace.

55La phrase d’Émile Verhaeren, poète belge, flamand d’expression française, nous paraît évoquer dans une rêverie poétique ce que nous avons essayé d’expliciter. Parlant des villes du XIXe siècle qu’il avait devant les yeux, il écrivait : « Quels nœuds de volontés s’insèrent dans ton mystère ? ». Nœuds et volontés y sont au pluriel... le mystère, la non transparence est partie prenante du jeu transactionnel qui s’y déroule. C’est sur ce fond de complexité que surgit le problème des régulations sociales à imaginer en vue de renforcer les potentialités et l’identité de la ville.

Bibliographie

Références bibliographiques

Remy J., G. Simmel : Ville et modernité – Paris, L’Harmattan, 1995.

Remy J., « La transaction : de la notion heuristique au paradigme méthodologique » (p. 213 à 319), dans Vie quotidienne et démocratie : Pour une sociologie de ta transaction sociale (suite), Paris, L’Harmattan, 1994.

Tarrius A., Les Fourmis de l’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992.

Tarrius A., L’Anthropologie du mouvement, Caen, Éd. Paradigme, 1989.

Dumont L., Homo aequalis, Paris, Gallimard, 1976.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.