Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

5. Processus migratoires et milieux de vie des populations d'origine étrangère

Les impacts de l’afflux de populations immigrantes sur la cohabitation dans le logement social

Francine Dansereau

Texte intégral

1Certains milieux de vie sont davantage l’objet de choix non contraints que d’autres et il est clair que cette marge de choix influence fortement la dynamique des relations sociales qui est susceptible de s’y développer. Dans le contexte québécois, les ménages qui habitent le parc social, et plus particulièrement sa composante HLM, constituent une population relativement captive. Seuls sont admis les ménages qui sont financièrement incapables de se loger sur le marché privé. Une fois sur place, la possibilité de déménager dans un autre ensemble se heurte à un éventail très restreint de solutions de rechange et elle est soumise à des contraintes et à des délais qui peuvent en décourager plusieurs. En outre, le ménage qui demande une relocalisation n’a pratiquement pas de contrôle sur le choix de l’immeuble où un logement lui sera proposé.

  • 1 Il s’agit des coopératives subventionnées par la Société d’habitation du Québec au titre du progra (...)
  • 2 Voir Dansereau et Séguin, 1995.

2Quant aux ménages qui habitent une coopérative sans but lucratif, leur droit d’occuper un logement n’est aucunement transférable à un autre ensemble coopératif. Le logement coopératif est sans doute l’objet d’un choix beaucoup plus libre au départ que le HLM car le locataire est en même temps membre de la coopérative et, dans bien des cas, il a participé à la conception même du projet d’habitation. Si par la suite son choix s’avère insatisfaisant du point de vue des relations de voisinage ou pour toute autre raison, il s’expose à la perte d’importants avantages financiers en quittant le projet. En effet, les coopératives1 de logements récemment formées et visées par la recherche2 sur laquelle s’appuient nos propos obéissent aux mêmes mécanismes de détermination des loyers que les HLM. Les niveaux de loyer sont établis en fonction du revenu du ménage (25 % du revenu total du ménage), ce qui, à toutes fins pratiques, en fait des « quasi-HLM » du point de vue des clientèles desservies. Le statut de membre d’une coopérative n’accorde au ménage aucune priorité pour obtenir un logement dans les autres coopératives du même genre subventionnées par la Société d’habitation du Québec. Le degré de captivité des ménages habitant ces coopératives est donc équivalent à celui des locataires de HLM dans le cas des ménages à faibles ressources.

  • 3 Ses travaux ne portent toutefois pas sur des ensembles d’habitat social mais sur des quartiers mul (...)
  • 4 Cette observation peut surprendre dans le cas des coopératives en raison de leur mode de gestion, (...)

3Ces contraintes colorent fortement les modalités de la cohabitation entre voisins. Si l’on reprend ici les différents cas de figure proposés par Véronique de Rudder (1987) pour caractériser les relations interethniques3, soit l’absence de relations, les échanges de bon voisinage et les situations conflictuelles, il faut d’abord indiquer que la situation la plus fréquente observée dans les ensembles étudiés4 est l’absence de relations ou encore la prédominance de relations superficielles entre personnes d’origines ethniques ou nationales différentes. On entretient des rapports distants qui se limitent le plus souvent à l’échange de formules de politesse. De nombreux locataires s’estiment satisfaits de ce modus vivendi alors que chez quelques-uns, on perçoit une aspiration à tisser des liens avec les voisins d’une autre origine ou des attentes déçues.

4Les échanges de bon voisinage, deuxième cas de figure défini par de Rudder, sont le fait de résidants qui se connaissent, se fréquentent et s’entraident à l’occasion. Dans notre recherche, les échanges de bon voisinage entre personnes de groupes ethniques différents paraissent plutôt l’exception, ce qui ne veut pas dire qu’on ne se situe pas dans un contexte de cohabitation paisible. Plusieurs locataires ont des liens un peu plus étroits avec quelques-uns de leurs voisins mais ces derniers appartiennent le plus souvent au même groupe d’origine. Les formes d’entraide les plus fréquentes entre groupes d’origines différentes ont tendance à passer par le canal de la vie associative : repas communautaires, bazars de vêtements usagés, cuisines collectives auxquelles participent des femmes d’origines diverses, etc.

  • 5 Cette pratique est encouragée par les OMH et il faut bien dire qu’elle n’est pas sans engendrer un (...)

5Le troisième type de rapport, marqué par les conflits, se manifeste de diverses façons : un silence hostile, l’opposition manifeste, l’intimidation ou le harcèlement. Dans les HLM étudiés on évite généralement les affrontements face à face et l’expression des conflits a plutôt tendance à passer par l’intermédiaire des canaux officiels : pétitions, appels à la police, lettres de plaintes envoyées à l’Office municipal d’habitation (OMH)5 pour dénoncer certains comportements jugés dérangeants.

6C’est dans les ensembles HLM les plus anciens où l’on observe une transformation marquée du profil ethnoculturel des clientèles que les tensions les plus vives ont tendance à se manifester. Ces ensembles qui, pour la plupart, datent du début des années 1970 se caractérisent par la présence d’une importante fraction de grands logements destinés à des familles nombreuses. Compte tenu de la faible natalité de la population québécoise « de souche », ces logements sont maintenant pratiquement toujours attribués à des familles de la « nouvelle immigration », essentiellement constituées de réfugiés ou d’immigrés récents. En plus de présenter des profils familiaux différents de ceux des ménages installés de longue date, les nouveaux arrivants ont aussi des histoires résidentielles et des modes d’habiter qui les singularisent. De là à dire que ces singularités les exposent à la stigmatisation et au stéréotype raciste, le pas est peut-être vite franchi, mais c’est néanmoins ce que l’on est porté à conclure de l’observation des situations de transition ou de renversement des équilibres antérieurs sur lesquelles cet exposé projette d’attirer l’attention.

7Dans un premier temps, toutefois, il convient de brosser un tableau global des sujets de tension dans les relations de cohabitation en tentant de préciser dans quelle mesure on a tendance à ethniciser ces difficultés, c’est-à-dire à les attribuer à des groupes précis en termes d’origines nationales ou ethniques et à généraliser à l’ensemble des membres du groupes les comportements ou les attitudes rapportés. Nous nous pencherons ensuite sur la dynamique particulière des ensembles en transformation marquée du point de vue de la composition ethnique et surtout raciale.

I – les sujets de tensions : un large éventail présentant des propensions variables à l’ethnicisation

  • 6 Voir à ce propos la revue de la littérature présentée dans Dansereau et Séguin (1993).

8Notre recherche sur une quinzaine d’ensembles HLM caractérisés par une forte multi-ethnicité nous a permis d’identifier les objets de tensions ou de difficultés de cohabitation interethnique les plus courants. Ces objets de tensions sont, dans une large mesure, « universels » : ils ressortent aussi bien des recherches menées en France qu’en Amérique du Nord6.

9Au premier plan figure le bruit, à cause non seulement de la piètre insonorisation de la plupart des constructions mais aussi du fait que le bruit est un signe tangible de la présence de l’autre et de son identité : bruits de musique, fêtes bruyantes, bruits de portes, cris et jeux tapageurs dans les logements, bruits d’enfants et d’adolescents « laissés à eux-mêmes » dans les corridors et dans les espaces extérieurs. La dimension ethnique est généralement présente dans les dénonciations. On fait allusion au fait que tel groupe a tendance à organiser des fêtes réunissant un grand nombre de parents, fêtes accompagnées de musique et qui se prolongent très tard ; les comportements tapageurs des jeunes sont une occasion d’incriminer les méthodes d’éducation ou plutôt le laisser-faire des parents de groupes ethniques précis. Dans les immeubles en transition ethnique ou raciale, comme nous l’avons indiqué, le fait que la composante famille nombreuse soit constituée essentiellement d’immigrés récents fait que les clivages opposant des groupes d’âge ou les familles nombreuses aux ménages d’une ou deux personnes sont indissociables du clivage ethnique ou racial.

10Les récriminations relatives aux odeurs sont également révélatrices du rapport à l’autre. On se plaint des odeurs de friture, d’ail, de poisson séché, etc. Ces plaintes sont systématiquement connotées en termes ethniques : des groupes ethniques ou nationaux précis sont identifiés comme « coupables ». Enfin, la présence de blattes vient tout de suite après le bruit comme source de vives tensions. Les visites répétées des exterminateurs et les opérations qu’elles impliquent (vider les armoires, le dessous de l’évier, les placards, etc.) contribuent à l’exaspération ou an sentiment de frustration des locataires touchés. De plus, chez les Québécois de vieille souche, le fait que les blattes aient longtemps été associées à la malpropreté ajoute au malaise, voire à l’humiliation, que provoque leur présence dans les logements. Les locataires issus des « minorités visibles » sont particulièrement visés par les dénonciations des Québécois de vieille souche qui attribuent une partie du problème aux pratiques de conservation des aliments de ces ménages on à la grande tolérance dont ils font preuve face à l’envahissement des blattes (ils ne se préoccupent pas d’avertir l’Office).

11La manière dont certains résidants se débarrassent de leurs déchets domestiques est aussi un sujet délicat qui donne lieu à la « mise en accusation » de ménages d’origines précises. Les sacs éventrés et les déchets disposés un peu partout sur le terrain sans égard aux horaires de collecte suscitent de vives critiques. La malpropreté des espaces communs (hall d’entrée, couloirs, etc.), déplorée notamment dans les ensembles où les locataires ont la responsabilité de nettoyer leurs paliers et escaliers, est aussi une occasion fréquente de se plaindre du fait que des voisins ne font pas leur part. Mais les remarques à ce propos n’ont guère tendance à prendre une coloration ethnique explicite. Il en va de même des dégradations des espaces collectifs (vitres et système d’éclairage brisés, portes on casiers de courrier défoncés, etc.). Ces dégradations sont généralement attribuées aux groupes d’adolescents, tontes origines confondues.

12Quant aux remarques de la part des résidants concernant les normes et pratiques d’entretien de l’intérieur des logements, elles ne sont pas fréquentes : l’entretien du logement est généralement considéré comme une affaire privée. Les commentaires concernant l’entretien des logements sont exprimés le plus souvent lorsque les locataires évoquent le problème des blattes ou parfois à propos des logements que certains ménages viennent de quitter. Dans les deux cas la tendance à l’ethnicisation est forte. Ce sont plutôt les concierges ou les gestionnaires qui se montrent préoccupés par la question de l’entretien du logement : les pratiques culinaires, l’absence de savoir-faire ou la négligence concernant l’application de la peinture, le nettoyage des surfaces ou l’entretien de certains appareils ménagers sont particulièrement soulignées et ces défauts sont rapportés le plus souvent à des groupes ethniques précis.

13Par rapport aux questions liées à la propreté, l’appropriation par des groupes de jeunes « livrés à eux-mêmes » des entrées, des corridors et des abords des immeubles est une source beaucoup plus vive de malaises et de tensions entre locataires. La présence de ces jeunes contribue souvent à engendrer ou à aggraver divers problèmes : bruits, saleté, petites dégradations de tous ordres. En plus de troubler la quiétude des logements, il arrive que cet envahissement des espaces communs suscite de la peur, notamment chez certaines femmes, québécoises de vieille souche qui vivent seules. Cette présence est ressentie comme particulièrement inquiétante du fait que certains groupes sont formés uniquement de jeunes « de couleur ». D’ailleurs, pour échapper à ces situations, certaines femmes demanderont à être relogées dans un autre immeuble, demandes auxquelles souscriront les gestionnaires de certains offices municipaux quand ils ne canaliseront pas eux-mêmes les flux à titre préventif, entérinant et renforçant les tendances à la ségrégation, comme nous le verrons plus loin.

14Les irrégularités dans l’occupation du logement constituent une dernière source de tensions. La présence de personnes non déclarées peut susciter des critiques de la part des voisins à deux titres. D’abord, la sur-occupation peut occasionner du bruit ou d’autres nuisances auxquelles on ne s’attendait pas, mais c’est souvent aussi le fait que les personnes non déclarées représentent des sources de revenus cachées, non captées dans le calcul du loyer, qui génère un sentiment d’injustice. Typiquement, la pure sur-occupation, c’est-à-dire le fait qu’un logement soit occupé par davantage de personnes que prévu, sans connotation de revenu caché (par exemple lorsqu’il s’agit d’enfants hébergés par leurs grands-parents dans un HLM pour personnes âgées ou encore de personnes de la parenté qui « tournent » à un rythme rapide), est nettement associée à l’immigration dans le discours des résidants. Les Québécois de vieille souche qui relèvent de telles irrégularités notent que les « autres » en cause sont « capables de vivre empilés », qu’« ils peuvent aussi bien vivre à vingt » dans un logement prévu pour trois, etc. Autrement dit, on en fait une question d’habitudes de vie, de trait culturel distinct du modèle dominant.

15Par contre, pour ce qui a trait aux revenus non déclarés, on reconnaît en général que les irrégularités sont le fait aussi bien de ménages blancs de vieille souche que de groupes immigrés arrivés plus récemment. Cependant, c’est toujours le cas de ces derniers qui est d’abord mis de l’avant ; les nuances viennent par la suite. Dans certains HLM, les commentaires sur les revenus non déclarés mènent à des remarques sur les activités économiques informelles dans lesquelles seraient fortement impliqués certains groupes immigrés, par exemple dans le monde de la restauration et des petits commerces tenus par des réseaux familiaux. Il y a un sentiment d’injustice qui s’exprime devant le fait que certains ménages puissent s’« enrichir » grâce au fait que leur travail échappe aux contrôles habituels et que, du même coup, leur loyer reste à un niveau très bas.

16Ce rapide survol des objets de tensions dans les relations de voisinage montre que la propension à l’ethnicisation varie selon les problèmes. Les récriminations concernant le bruit, les odeurs, les déchets domestiques, la présence de blattes sont celles qui sont le plus couramment ethnicisées. En revanche, d’autres thèmes comme le vandalisme, la dégradation des espaces communs ou les petits vols, généralement attribués aux adolescents, font beaucoup moins souvent l’objet d’un discours ethnicisant ou racialisant. Dans les immeubles qui ont connu récemment des épisodes assez lourds de criminalité (trafic de drogue important, meurtre, coups de feu à répétition, etc.), même si les locataires savent ou croient savoir quelles sont les personnes en cause, et conséquemment leur origine ethnique ou nationale, il n’y a généralement pas de processus d’ethnicisation au sens que l’on attribuerait les comportements criminels à l’ensemble du groupe. Il semble se tisser un sentiment de solidarité entre toutes les « victimes potentielles » sans considération de l’origine. Les problèmes de criminalité sont traités comme des fléaux sociaux qui mettent en cause des individus marginalisés.

17Cet examen de l’ethnicisation des différences ou des tensions n’épuise certes pas la question des attitudes et des conduites racistes. Sans que nous évoquions directement ce thème dans les interviews, des informateurs nous ont signalé, dans plusieurs ensembles résidentiels, l’existence chez certains locataires d’attitudes racistes à l’endroit des minorités visibles. Ces attitudes s’expriment, par exemple, dans les épithètes accolées à ces individus, dans des conduites d’évitement ou empreintes de méfiance ou encore dans des récits qui ont tendance à les identifier comme « fauteurs de trouble ».

18Dans les interviews, les propos ouvertement racistes demeurent toutefois l’exception, sans doute parce que l’on pratique l’autocensure. Mais les récriminations et les remarques formulées par plusieurs locataires laissent transparaître des attitudes racistes. De même, les situations rapportées par des personnes victimes d’attitudes racistes constituent autant de témoignages éloquents. Toutefois, il faut souligner que le racisme ne fonctionne pas qu’à sens unique. Certaines personnes qui font état du racisme dont elles sont parfois victimes déplorent en même temps la fermeture et l’ostracisme de leur propre groupe à l’égard des Blancs ou encore la tendance à brandir constamment les accusations de racisme qui caractérise leurs compatriotes.

II – La dynamique particulière des ensembles en transition

19Les situations vécues dans un certain nombre d’ensembles datant de la première vague des HLM et qui sont soumis à une transformation marquée de leur peuplement sur le plan ethnique et surtout racial méritent qu’on s’y attarde quelque peu. Ce qui est exprimé dans ces ensembles, tant par des Québécois de vieille souche que par des locataires issus de vagues d’immigration anciennes, c’est un sentiment de minorisation et de désappropriation de leur milieu de vie. Curieusement ces sentiments sont vécus aussi bien dans des cas où les Québécois de vieille souche ne sont effectivement plus qu’une minorité que dans d’autres où la présence des nouveaux arrivants demeure encore relativement faible avec 15 ou 20 % des effectifs. Ce qui importe, semble-t-il, c’est que le processus paraît inexorable aux yeux des personnes en place, compte tenu des règles d’attribution des logements (priorité aux familles nombreuses et aux tranches de revenus les plus basses).

20On assiste dans ces ensembles à une panne de la dynamique d’intégration, à un dérèglement des mécanismes habituels de socialisation. Certains vieux résidants maintenant en situation de minorité, évoquent avec nostalgie le temps où, peu nombreux, les Noirs se mêlaient aux Blancs alors que maintenant « c’est chacun de son côté ». Un intervenant va jusqu’à formuler l’idée qu’il y aurait une inversion des rapports dans le HLM où il est impliqué quotidiennement : habituellement, ce sont les immigrants qui doivent s’intégrer, ici ce sont les Québécois de vieille souche qui, selon lui, doivent faire des efforts pour « s’intégrer » à la majorité qui réside sur le site (de fait, les jeunes Blancs y parlent créole !).

21Les défis de l’intégration semblent, sur la base des perceptions des acteurs en présence, se poser avec une acuité particulière dans les milieux fortement polarisés, c’est-à-dire là où il y a deux camps... D’une part, les vieux résidants généralement francophones « de vieille souche » et, d’autre part, des immigrés récents, originaires du même pays, qui forment des familles nombreuses alors que le premier groupe est constitué essentiellement de ménages sans enfant et de familles monoparentales avec au plus deux enfants. Dans ces situations, l’existence de pratiques différenciées (relations de voisinage, pratiques culinaires, entretien des espaces communs, contrôle et éducation des enfants, etc.) engendre des tensions importantes et la négociation d’un mode de vie acceptable pour tous les résidants de l’ensemble ne semble pas possible. D’une part, les Québécois de vieille souche, devenus minoritaires, n’admettent pas de se conformer aux pratiques d’habiter du groupe majoritaire et, d’autre part, les ménages de ce dernier groupe refusent de se plier aux normes que tentent d’imposer les premiers. La situation prend alors le plus souvent des allures d’affrontement et des volontés ségrégatives s’expriment. Des demandes sont parfois clairement formulées pour que l’on ramène un certain équilibre dans la composition ethnique ou encore que l’on opte pour une gestion ségrégative des HLM (un HLM ou un bâtiment peuplé de Blancs et l’autre de Noirs). Ailleurs, des demandes répétées sont exprimées par des Québécois de vieille souche pour obtenir un logement du parc locatif privé profitant du supplément au loyer, afin d’éviter de vivre dans un ensemble d’habitations où ils occupent une position de minoritaires. D’autres locataires demanderont à vivre au sein de montées d’escaliers racialement homogènes ou à être relocalisés dans un autre ensemble. Enfin, on nous a même rapporté le cas d’un HLM où les habitants d’origine antillaise avaient voulu former une association de locataires sur une base raciale en excluant les autres résidants.

  • 7 Ces approches sont discutées dans Boumaza (1987).

22Ces situations nous amènent à formuler la question de fond suivante : comment reconnaître le droit à la différence sans faire des ensembles d’habitat social des lieux de conflits qui, à terme, risquent de devenir des ghettos ? Doit-on privilégier les actions intégratrices qui provoquent le nivellement des différences culturelles et l’adoption par les immigrés des modèles d’habiter et de consommer dominants dans la société d’accueil ? Doit-on plutôt opter pour l’approche opposée qui, se fondant sur les spécificités culturelles, favoriserait la constitution de milieux de vie homogènes ? Entre ces deux extrêmes, peut-on envisager une position mitoyenne qui chercherait à concilier les différences et ferait place à la négociation et aux compromis à l’échelle fine du bâtiment ou de la cage d’escalier qui constitue le milieu de cohabitation le plus immédiat7 ? Ce type de négociation pourrait permettre de dénouer des situations de crise. Par ailleurs, dans la vie quotidienne des HLM et parfois dans une perspective de prévention ou de vision à moyen terme, on pratique certains accommodements : nous devons en dire quelques mots.

III – Gestion du peuplement, accommodements et initiatives de rapprochement

23La gestion du peuplement à la française ou les tentatives de composition des milieux de vie sont, dans le cadre québécois, des pratiques inavouables et certainement inavouées. Cependant on peut faire état d’accommodements qui, dans les situations de transition que nous avons évoquées, ont clairement pour but de ralentir le rythme des successions. Ainsi l’assouplissement des règles d’occupation des logements (le plus souvent on accordera un nombre de chambres plus élevé que ne le prévoit le nombre d’occupants) permettra-t-il de stabiliser quelque peu les populations. Dans un autre cas, pour limiter l’afflux de populations de mêmes origines, on combinera l’élargissement du bassin de recrutement du HLM à une incitation à des groupes précis (les Asiatiques, c’est-à-dire des Cambodgiens, Vietnamiens, Laotiens, désignés par leurs voisins comme les « Chinois ») à étendre leur aire de recherche de logements HLM au-delà du quartier où une concentration est en train de se produire.

24Certaines formes d’accommodement, à l’inverse, ont tendance à entériner la ségrégation : ainsi l’acceptation des demandes de relocalisation ou encore le fait de canaliser certaines clientèles (v. g. les femmes seules souffrant d’« allergies raciales » mentionnées plus haut) vers des immeubles du marché privé où logent des personnes disposant du « supplément au loyer ».

25Sur un mode plus positif, il convient ici de faire état des activités conçues pour favoriser les rapprochements entre les groupes en présence. Citons, entre autres, la mise au point d’outils pour promouvoir la compréhension et la communication interculturelles (mises en situation, sketches ou représentations théâtrales avec des acteurs du crû ou des troupes « spécialisées »), l’organisation de « colloques » où les réfugiés originaires de différents pays sont appelés à raconter leur histoire : voilà certainement une utilisation imaginative de la notion de trajectoire, où le retour sur le passé permet de mieux comprendre et d’apprivoiser les différences d’aujourd’hui. On ne peut, enfin, passer sous silence les repas et autres festivals interculturels qui malheureusement ont parfois des effets boomerang : les absences de certains groupes bien précis ou des comportements dissonants produisent plutôt une exacerbation des stéréotypes et des tensions interethniques. Bref, suivant la logique classique des effets pervers, certains gestes bien intentionnés servent plutôt à révéler et aviver les tensions latentes qu’à les apaiser. On peut faire les mêmes observations à propos des « cuisines collectives », conçues comme des occasions d’échanges et de brassage privilégiées, ou encore de la fourniture de certains équipements ou lieux pour occuper les jeunes, qui suscitent parfois autant de phénomènes de crispation et de tensions qu’ils n’en résolvent.

26Cela dit, même s’il y a des expériences qui tournent court ou mal, il faut reconnaître la pertinence des actions engagées pour favoriser aussi bien le dénouement des conflits interethniques par la solution en commun de problèmes concrets que le désenclavement social et économique de divers groupes-cibles : jeunes, mères de familles monoparentales, etc. Les cours d’alphabétisation au sens large, les clubs de recherche d’emploi, l’emploi de jeunes des HLM dans les équipes d’entretien des immeubles, la fourniture de repas aux clientèles scolaires, etc., sont autant d’initiatives qui ont des effets de désenclavement et de décrispation des relations.

Conclusion

27Pour terminer maintenant sur une note un peu plus analytique voire prospectiviste, et en se gardant bien de proposer des façons de jouer sur la composition des milieux de vie, on peut se demander ce qui dans la « chimie » des milieux de vie peut favoriser des relations de cohabitation harmonieuse. À défaut d’histoire commune, qu’est-ce qui est susceptible d’assurer une certaine cohésion à ces milieux ? Il y a d’abord la communauté de situation ou de sort, c’est-à-dire un niveau semblable de pauvreté et de besoins qui peut, dans certains cas, entraîner le développement de solidarités pour résoudre des problèmes concrets : problèmes de sécurité, d’entretien, d’alimentation, de garde des enfants, etc. Il est clair que, dans plusieurs des ensembles étudiés, les contrastes importants du point de vue des profils démographiques constituent des différences objectives de situations qui font obstacle à la mobilisation de solidarités autour d’enjeux ou de problèmes vécus par tous. En outre, dans les ensembles résidentiels fortement clivés sur le plan ethnique on racial, de pareilles initiatives ont peu de chances de voir le jour et de se maintenir sans le soutien de ressources extérieures qui inscrivent le HLM dans un ensemble plus large. Ces ressources extérieures – associations ethniques ou organisations communautaires – peuvent fournir des agents de médiation, des « parrains » d’autant plus crédibles s’il s’agit de personnes de mêmes origines nationales que les populations captives du HLM aux yeux desquelles elles représentent des figures de réussite.

28Par delà les similitudes de destin ou de situation réelle, il faut attirer l’attention ici sur le rôle des images, des représentations du milieu qui font que l’on pourra s’y identifier au moins minimalement ou qu’au contraire on cherchera à s’en distancier. Au départ, l’image des HLM (sauf dans le cas des habitations pour personnes âgées) dans le milieu environnant est généralement plutôt négative. Si, de surcroît, l’ensemble est perçu de l’intérieur et de l’extérieur comme un « ghetto » social et racial, on a affaire à une image d’autant plus dévalorisante. Une des façons de contrer ces images et de permettre aux habitants du HLM de développer une perception positive d’eux-mêmes est d’ouvrir ce dernier au milieu environnant en partageant avec le voisinage certains équipements ou locaux de réunions, d’activités sociales, de sport, etc. Les HLM disposent souvent de locaux communautaires sous-utilisés : pourquoi ne pas y loger certaines activités aptes à sortir de leur marginalité certains groupes du HLM (par exemple, les « cuisines collectives » ou les activités dites d’« alphabétisation » pour les femmes immigrantes), à ouvrir le potentiel de relations sociales et conséquemment à ébranler des systèmes d’attentes et de représentations figées. Certes, ces tentatives d’ouverture peuvent, comme nous l’avons vu dans certains cas, renforcer les tensions et, au bout du compte, la ségrégation. Mais les probabilités d’apprentissage du dialogue et de la tolérance sont néanmoins présentes. Il faut bien avouer qu’il n’y a pas de recettes faciles ni sûres. Les difficultés sont d’autant plus grandes que l’on est en présence de populations qui sont non seulement captives mais fort mal outillées pour relever les défis de l’acceptation des différences et de l’intégration. Peu instruites, marginalisées culturellement et économiquement, les populations « hôtes » se voient attribuer des responsabilités qui souvent les dépassent. Les intervenants, tout comme les sociologues ou autres observateurs des malaises de l’habitat social, le reconnaissent ; ils ne devraient surtout pas l’oublier lorsqu’ils sont tentés de taxer de racistes ou xénophobes les expressions d’insécurité qui surgissent parfois dans ces contextes difficiles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Boumaza N., « Immigration et espace urbain. Une approche anthropologique », L’Homme et la société, no 83, 1987, p. 92-105.

Dansereau F., Séguin A.-M., La Cohabitation interethnique dans le logement social. État de la question, Montréal, Société d’habitation du Québec, 1993, 66 p.

Dansereau F., Séguin A.-M., La Cohabitation interethnique dans l’habitat social au Québec, Montréal, Société d’habitation du Québec, 1995, 305 p.

Rudder (de) V., en collaboration avec Guillon M., Autochtones et immigrés en quartier populaire. Du marché d’Aligre à l’Îlot Châlon, Paris, L’Harmattan, 1987, 234 p.

Notes

1 Il s’agit des coopératives subventionnées par la Société d’habitation du Québec au titre du programme sans but lucratif privé (PSBLP).

2 Voir Dansereau et Séguin, 1995.

3 Ses travaux ne portent toutefois pas sur des ensembles d’habitat social mais sur des quartiers multi-ethniques parisiens.

4 Cette observation peut surprendre dans le cas des coopératives en raison de leur mode de gestion, qui repose sur un conseil d’administration composé de résidants et sur la participation à divers comités et à diverses tâches, qui amène forcément les locataires à se connaître. Néanmoins, dans leurs témoignages, les résidants estiment que les relations entre membres de groupes ethniques ou nationaux différents demeurent généralement assez limitées ou distantes.

5 Cette pratique est encouragée par les OMH et il faut bien dire qu’elle n’est pas sans engendrer un climat de suspicion entre voisins. Chacun peut, en effet, se demander qui est l’auteur de la lettre de dénonciation ou l’initiateur de la pétition.

6 Voir à ce propos la revue de la littérature présentée dans Dansereau et Séguin (1993).

7 Ces approches sont discutées dans Boumaza (1987).

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.