Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

5. Processus migratoires et milieux de vie des populations d'origine étrangère

Mobilité résidentielle et milieu de vie des immigrés

Patrick Simon

Texte intégral

  • 1 Citons Gregory D. et Urry J. : « [...] la structure spatiale est maintenant conçue non seulement c (...)

1La recherche en sciences sociales tend, ces dernières années, à développer les analyses « contextualisées » des objets sociaux. Aux habituels descripteurs en termes de sexe, âge, position sociale, type de ménage, origine ethnique ou nationalité, s’ajoute désormais une mention de la localisation et du milieu de vie des individus. Bien plus qu’une simple caractérisation de la « position géographique » des acteurs sociaux, l’insistance mise sur l’ancrage territorial des pratiques et comportements relève sans doute d’une nouvelle mise en perspective de la relation entre espace et société. Reprenant à leur compte les intuitions fondatrices de l’École de Chicago, les animateurs du renouveau de la géographie sociale et d’une sociologie de l’espace (J. Urry, D. Gregory, G. Benko, J. Lévy, J. Remy, A. Giddens, pour ne citer qu’eux) réactivent l’analyse des liaisons entre la structure spatiale et les relations sociales1.

  • 2 Lebart L. et Tabard N., « La morphologie sociale des communes urbaines », Consommation, no 2, 1971
  • 3 Tabard N., « Représentation socio-économique du territoire », INSEE, Document de travail, no F/930 (...)
  • 4 Mansuy. M. et Marpsat M., « Les quartiers des grandes villes : contrastes sociaux en milieu urbain (...)

2Conjointement aux développements théoriques, la constitution d’une base statistique vient soutenir les constructions intellectuelles. L’application des méthodes d’analyse des données à l’analyse de la composition des « quartiers » a permis d’approfondir la question des regroupements ou des évitements dans la localisation des individus. Après les travaux pionniers de L. Lebart et N. Tabard2, plusieurs études ont consolidé des typologies basées sur l’analyse des correspondances entre positions professionnelles des habitants d’une part3, entre positions professionnelles et type de ménage d’autre part4. Dans leurs soubassements théoriques, ces applications respectent un principe jusque-là peu pris en compte par l’analyse descriptive traditionnelle. Elles intègrent en effet la notion de proximité et distance, ici statiques, entre les individus selon les critères retenus. Il ne s’agit donc pas d’une description des quartiers, mais d’une méthode consistant à regrouper les quartiers qui se ressemblent le plus du point de vue de leur composition sociale. De ce point de vue, les « types de quartier » obtenus s’apparentent aux différents milieux identifiés par J. Remy et L. Voyé (1992) et peuvent, en première instance, fournir un cadre de référence à l’analyse spatialisée des pratiques sociales.

3Le gain qualitatif de ce nouvel appareillage statistique se mesure pleinement lorsqu’on l’applique à l’étude des processus d’intégration des immigrés. On considère ainsi que la diffusion des immigrés dans un espace indifférencié favorise l’incorporation des normes et pratiques de la société d’installation, tandis que la constitution de « ghettos » repousse l’horizon de l’intégration aux générations suivantes. Cette perception un peu schématique est partagée par les pouvoirs publics qui n’ont de cesse de stigmatiser toute forme de regroupement de populations ethniquement ou socialement spécifiées et mettent en place des dispositifs destinés à réduire les poches de concentration. Ces représentations formulées par le corps social ont trouvé un écho dans la recherche. Les développements récents suivis par la « sociologie des migrations », à supposer qu’un tel label disciplinaire puisse être reconnu en France, accordent ainsi une attention soutenue à la localisation des immigrés et à leur concentration dans des espaces spécifiés. Prolongeant les études centrées sur les relations interethniques, la question des « territoires ethniques », ou plutôt de la territorialisation de certaines populations immigrées, s’est imposée dans les analyses de l’intégration. Dans un article qui fait le bilan des relations entre immigration et territoire, A. Battegay (1992) résume ainsi l’apport des analyses locales :

Ces approches localisées montrent que la thématisation et la régulation de conflits interethniques diffèrent selon les formes urbaines de cohabitation et les modes de coexistence des autochtones et des immigrés. En insistant sur la singularité de contextes urbains et résidentiels en lien avec les formes de relations inter-ethniques qui s’y développent, ces approches interrogent le local comme lieu d’articulation entre relations sociales quotidiennes et rapports sociaux dominants, pour reprendre l’expression de V. De Rudder. [...] La classe sociale n’offre qu’une valeur explicative relative du type de relations interethniques localement observables, les contextes socio-urbains intervenant de manière décisive comme médiation. (1992, p. 86).

  • 5 Massey D. et Denton N. ont réhabilité les études sur la ségrégation ethnique et raciale, tombées e (...)

4Le paradigme spatial, qu’on pourrait qualifier à la suite de J. Remy « d’effet de milieu », s’inspire directement des recherches en écologie urbaine, notamment celles de la fameuse Ecole de Chicago. Les principaux travaux américains associent ainsi clairement ségrégation résidentielle et capacité d’assimilation. Dans le prolongement des travaux de Park et Wirth, pour qui la constitution « d’enclaves ethniques » constitue une étape préalable indispensable à la réalisation du parcours d’assimilation, Duncan et Lieberson (1959) établissent la correspondance entre diffusion et assimilation, tandis que Warner et Srole (1945) associent la mobilité sociale des membres des différents groupes ethniques aux États-Unis à une progression résidentielle des quartiers les plus dévalués aux secteurs huppés qui ne sont plus ethniquement structurés. Plus récemment, D. Massey et N. Denton (1995) ont rappelé, dans leur ouvrage American apartheid, la persistance de la question de la ségrégation dans la dynamique d’intégration sociale des communautés ethniques et raciales aux États-Unis5.

  • 6 Une exploitation particulière de l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris », réalisée par C (...)

5Dans le contexte français, la liaison entre concentration des immigrés et processus d’intégration n’a été approchée qu’à partir de travaux monographiques, sans que ces derniers puissent être replacés dans une perspective plus systématique. Il est vrai que les données statistiques de base sur les immigrés restaient le plus généralement lacunaires et, hormis dans le recensement, aucune étude fiable n’était envisageable. L’enquête MGIS réalisée par l’INED avec le concours de l’INSEE en 1992 offre enfin la possibilité de traiter cette question grâce à la collecte de données originales sur deux plans6. Tout d’abord, une enquête classique a été conduite auprès de 9 000 immigrés, permettant de recueillir une masse considérable d’informations sur leurs conditions de vie, leurs trajectoires résidentielles, familiales et professionnelles, sur leurs pratiques linguistiques, culturelles et religieuses et sur leur sociabilité (Tribalat et al, 1996). Par ailleurs, chaque enquêté a été replacé dans son îlot de résidence. On a pu alors extraire du recensement une série de variables caractérisant l’habitat et la composition socio-démographique de cet îlot. À partir de cette seconde base, nous avons établi une description typologique des « milieux de résidence » des immigrés enquêtés, typologie évidemment plus fine que l’indication de la tranche d’unité urbaine habituellement utilisée. Cette description combine d’une part une typologie fondée sur les types d’habitat et reprend d’autre part la typologie socio-économique élaborée par N. Tabard.

6L’objectif de la communication est de présenter la typologie ainsi obtenue en décrivant les « milieux de résidence » où évoluent les différentes populations immigrées figurant dans l’enquête (pour rappel, les courants migratoires retenus proviennent d’Algérie, du Maroc, d’Espagne, du Portugal, de Turquie, d’Asie du Sud-Est et d’Afrique noire sub-saharienne). Les niveaux de concentration ainsi que les caractéristiques socio-démographiques de ces espaces d’inscription seront détaillés. Pour rester dans l’analyse de parcours, thème du colloque, nous avons retracé les changements de « contexte de résidence » des immigrés, à partir d’un fragment de leurs trajectoires résidentielles. Les études de site ont permis de comprendre les processus en œuvre dans la formation des « quartiers d’immigration » (J.-C. Toubon et K. Messamah, 1990 ; P. Simon, 1993). La dynamique ségrégative qui concourt à l’organisation du territoire s’appuie aussi sur des multitudes de parcours de ménages qui, suivant des logiques individuelles et composant avec des contraintes structurelles, vont former la population des quartiers dont nous avons traité.

1. La mobilité et l’intégration

La mobilité mesure le changement social et la désorganisation sociale, parce qu’un changement social entraîne toujours un changement de position dans l’espace et que tout changement social, même celui que nous décrivons comme progrès, entraîne une désorganisation sociale.
R. E. Park, « La communauté urbaine. Un modèle spatial et un ordre moral », (trad, dans Y. Grafmeyer et I. Joseph, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Champ Urbain, 1979).

7La mobilité occupe une position ambiguë dans l’analyse du processus d’intégration. Interprétée comme un élément de réussite sociale, elle participe activement à l’acculturation des immigrés en les faisant accéder à des espaces ethniquement indifférenciés. Ce faisant, elle se traduit également par une désagrégation des réseaux communautaires, fragilisant la situation des immigrés en les privant prématurément de la protection d’un environnement familier. Ces deux facettes de la mobilité, l’émancipation et la déstructuration, reflètent les contradictions portées par le processus d’intégration lui-même. Celui-ci suppose-t-il la réduction rapide des spécificités culturelles et sociales des immigrés ou peut-il s’accomplir malgré la persistance d’une référence « allogène », les convergences n’intervenant que pour les générations suivantes ? Les exemples illustrant l’un et l’autre terme de l’alternative sont suffisamment divers et convaincants pour qu’on s’interdise de trancher. La même prudence s’impose dans l’interprétation de la mobilité résidentielle.

  • 7 Sur le concept de stratégie et son application en matière de mobilité résidentielle, on renvoie le (...)

8Deux grands types de trajectoires sont identifiés : celles qui relèvent des stratégies et celles qui s’exécutent sous la contrainte7. Du côté de la stratégie, on identifie des conduites dirigées vers la réalisation d’un projet. Bien entendu, une stratégie dégagée des déterminismes n’existe pas et ce que les acteurs considèrent comme l’expression de leur volonté ne constitue bien souvent qu’une adaptation à leurs besoins et une intériorisation des contraintes auxquelles ils font face. On peut néanmoins considérer que l’accession à la propriété dans des zones pavillonnaires, dotées de caractéristiques précises, entre dans une stratégie définie de maîtriser sa localisation et son habitat et de s’entourer d’un contexte de résidence correspondant à ses usages de l’espace. Le constat se répète pour tous les secteurs d’habitat, du parc social à la copropriété en centre ancien. Du côté de la contrainte, on repère différentes sources de contraction du champ des opportunités résidentielles. La première concerne ce qu’on peut qualifier de « marché ». Le coût du logement contracte les localisations potentielles dans une fourchette proportionnelle aux revenus disponibles. Plus les revenus sont bas et plus la contrainte du marché est élevée. À cette source directe de limitation se substitue une contrainte institutionnelle, exercée dans le cadre du parc social. Destiné en principe à loger les ménages rejetés par le marché, ce parc joue un rôle de diversion sur la contrainte du marché. Cependant, l’accès y est réglementé et les procédures d’attributions font apparaître des filtrages encore plus accusés que sur le marché libre. La logique de la contrainte institutionnelle relève d’une nature différente, moins économique, que celle du marché. Elle reprend malgré tout les objectifs de solvabilité des ménages logés et poursuit des politiques de peuplement souvent contradictoires, oscillant entre le regroupement des ménages immigrés et les plus démunis dans les segments obsolètes et mal situés du parc (gestion de relégation), et la mise en œuvre volontariste d’une mixité sociale et ethnique dans les cités HLM.

  • 8 On opposera « immigrés » à « autochtones », c’est-à-dire « nés en France ». L’opposition habituell (...)
  • 9 L’absence de visibilité du groupe ne signifie pas nécessairement que l’individu lui-même n’est pas (...)

9La combinaison des stratégies des ménages immigrés et des contraintes qu’ils doivent gérer forment la trame de leurs trajectoires, nécessairement singulières par rapport à celles des « autochtones8 » La logique sous-tendant les parcours résidentiels contribue, par translation, à qualifier l’espace occupé par les immigrés. À une trajectoire marquée par la stratégie de l’agrégation, on associe l’idée du regroupement volontaire, la constitution d’un entre-soi. La concentration d’immigrés dans le même espace correspond alors à l’image de l’enclave protectrice. La stratégie résidentielle inverse aboutit à la diffusion en dehors des territoires communautaires. Les espaces occupés sont indifférenciés, sans connotation ethnique, et les immigrés y obtiennent une invisibilisation collective9. Si l’on insiste sur l’empreinte des contraintes sur les trajectoires des immigrés, la constitution de quartier « concentrationnaire » résulte d’une assignation à résidence. L’enclave devient alors espace captif, reflet de l’absence de perspectives résidentielles des ménages qui la composent. Dans ce cas, la mobilité est perçue comme l’expression d’une liberté, sa limitation ne pouvant que constituer une entrave à la réalisation des projets individuels. Mais la mobilité peut tout aussi bien devenir instrument de domination et constituer une contrainte. Le déplacement forcé de populations, soit par l’expulsion, soit par le relogement à la suite d’une démolition de l’immeuble occupé, représente également une forte contrainte à laquelle sont souvent confrontés les ménages immigrés. L’ambivalence de la mobilité peut s’exprimer dans un couple d’oppositions plus expressives. Les immigrés des centres anciens doivent composer avec une mobilité forcée, résultant des opérations urbaines, et un immobilisme imposé par le fonctionnement d’un système foncièrement ségrégatif.

10À une valorisation de la mobilité, on peut préférer une réflexion sur l’enracinement. Cette question s’inscrit au cœur de la plupart des problématiques traitant de l’immigration. J. Baron relève ainsi que les immigrés, confrontés à une mobilité résidentielle imposée, « s’efforcent à une tentative de fixation sur un espace donné, qu’ils tendent au maximum de s’approprier en y créant ainsi une forme de territorialité » (1980, p. 17). Appropriation de l’espace et « stabilité sociale » se développent alors symétriquement, chaque processus contribuant à la réalisation de l’autre. Dans leurs études des réseaux d’immigrés, J. Katuskewski et R. Ogien établissent cette relation :

En favorisant la stabilité sociale, un réseau connexe peut renforcer la stabilité géographique. De sorte que, paradoxalement, dans un réseau où les liens de type « communautaire » sont forts, le rapport au pays d’origine n’a pas le caractère d’une alternative concrète. (1981, p. 112).

11Derrière l’apologie de l’enracinement se profile une problématique différente de celle exposée jusqu’à maintenant. Les trajectoires ne forment plus seulement la trame d’un parcours social, familial ou résidentiel, mais elles participent à l’adaptation des individus à leur environnement, du local au national. Quel est l’impact du mouvement des hommes sur leurs capacités à gérer les relations sociales ? Dans la mesure où la composition des relations sociales est déterminée, entre autres, par le contexte dans lequel évolue l’immigré, la question se déplace de l’individu à son espace. Dans cette perspective, il s’agit d’évaluer en quoi la sédentarité, c’est-à-dire la permanence au même endroit, permet aux immigrés d’élaborer des nouveaux modes d’adaptation à la société d’installation. Le territoire devient alors une ressource dont la maîtrise, notamment au travers de l’appropriation de l’espace public, contribue à la recomposition de l’identité des migrants. On retrouve là une thématique très courante dans la sociologie des migrations depuis les descriptions des « quartiers ethniques » ou « ghettos » de la ville de Chicago. Appelés « quartiers fondateurs » par J. Remy (1990), ces territoires structurés par et pour les immigrés servent de points d’ancrage dans la société d’installation. Ils forment des univers de côtoiements avec la population autochtone ou les autres groupes immigrés, sans que les positions de domination soient déterminées par un statut juridique. Les relations interethniques s’y expérimentent à partir d’autres hiérarchies, établies notamment en fonction de l’ancienneté de résidence.

12Cette notion d’inscription territoriale et temporelle a été théorisée par N. Elias (1965), à travers l’opposition established/outsiders. Dans sa description des relations entre habitants d’un quartier, Elias distingue les « anciens » (old) et les « nouveaux venus » (newcomers), associant cette situation d’ancienneté de résidence à la possession de position de pouvoirs sur la scène locale. Le privilège que détiennent les « anciens » consiste à définir un ensemble de valeurs, de normes et de comportements auxquels tous doivent se conformer, notamment les « nouveaux venus ». Bien entendu, des tensions entre les deux groupes se produisent inévitablement. Les « nouveaux venus » sont perçus comme une menace par les « anciens » car, en apportant des pratiques déviantes, ils viennent perturber le fonctionnement habituel de l’ordre collectif. De leur côté, les « nouveaux venus » n’acceptent pas aisément de se faire imposer un mode de fonctionnement qui leur est exogène. Ils y souscrivent d’autant moins que les « anciens », ou « established », s’appuient sur l’ordre collectif pour maintenir les « nouveaux venus » ou « outsiders » en situation d’infériorité, de façon à conserver le contrôle des positions de pouvoir.

13La situation de cohabitation interethnique et interclasses qui caractérise le quartier de Belleville, dans le XXe arrondissement de Paris, correspond au système décrit par Elias (P. Simon, 1995). Depuis le début du siècle, l’ordre social bellevillois a accordé une prééminence aux « established ». La sédentarité garantit l’accès aux positions de domination et, plus encore, offre l’opportunité d’adapter l’environnement à ses propres usages. La prime à l’ancienneté caractérise les milieux populaires, à forte dominante artisanale, qui placent l’expérience au sommet des valeurs. La durée dans le quartier autorise une accumulation des « connaissances », au sens des personnes connues et reconnues, la maîtrise des convenances locales. En dépit de leur fort enracinement local, les ménages bellevillois ont quitté en masse le quartier entre 1950 et 1975 pour s’installer dans les nouveaux programmes de logements sociaux, en périphérie de Paris ou en banlieue plus lointaine. La perspective d’améliorer des conditions d’habitat particulièrement précaires en accédant au « confort HLM » s’est avérée plus séduisante que l’animation d’un quartier familier. Ils ont été remplacés par les immigrés, nouvelle population aux pratiques et à l’histoire singulièrement différentes, mais partageant la même aspiration à l’enracinement. De cités de transit en algécos, de foyers en meublés, ils ont longtemps expérimenté le transitoire et leur territoire n’était en définitive que « circulatoire », sans que cette circulation se traduise par des retombées positives en termes de participation à la vie sociale. Au contraire, le statut « d’outsiders » qui leur revient naturellement au niveau national se trouvait renforcé par la précarité de leur insertion spatiale. La stabilisation à Belleville leur procure une opportunité d’inversion de cette position. Là, ils ont développé les réseaux de relations locaux, implantés des structures permettant la réalisation d’une vie sociale familière et acquis une base territoriale leur conférant le pouvoir de définir les usages collectifs. Cela ne les empêche pas de continuer à occuper une position « d’outsiders » au niveau national. Au contraire même, la constitution de territoires appropriés par un groupe ethnique particulier accentue son statut d’allogène en rendant encore plus patentes les « différences » avec le reste du corps social. Une coupure s’établit alors, et tend à s’élargir par la suite, entre une « intégration locale », définie par la maîtrise des usages du quartier, et une apparente non conformité aux normes et codes en vigueur dans la société globale.

  • 10 Annoncée par H. Coing dès I966 dans son article « Quartiers anciens et ville moderne » (Projet, no(...)

14La notion d’intégration locale s’accommode mal de la mobilité. Dans la mesure où l’ordre hiérarchique entre les groupes se définit avant tout par l’ancienneté de résidence, on imagine facilement que les populations les plus mobiles subissent un handicap insurmontable et sont condamnées à « prendre la queue » dans l’échelle du pouvoir local sans jamais espérer la gravir. Cependant, ce paradigme n’a de sens que dans un contexte social qui valorise l’expérience et la stabilité. La valorisation de la stabilité est coextensive d’un type particulier de quartier communément qualifié de « populaire » ou « communautaire » ou « quartier-village ». Après avoir été longtemps pronostiquée, la disparition de ces quartiers semble désormais consommée10. De nouveaux quartiers communautaires se forment-ils dans les quartiers d’habitat social ? La transposition semble hasardeuse, tant les différences d’organisation spatiale paraissent évidentes. Cependant, le transfert d’une grande partie des habitants des anciens quartiers populaires dans le parc social et la sédimentation, lente mais avérée, d’une « culture de banlieue » s’appuyant sur des réseaux de relations et d’interconnaissances et le développement d’un tissu associatif dynamique accréditent la thèse de la reconstitution des territoires communautaires. Du point de vue de la mobilité, les faibles taux de rotation des locataires enregistrés dans le parc social forcent à l’enracinement. L’opposition established/outsiders, pour reprendre la terminologie d’Elias, ne s’établit plus entre anciens et nouveaux locataires, mais entre « générations » dans la cité. Tous les dix ans, une nouvelle promotion de jeunes, nés dans la cité, entre en concurrence avec les plus âgés pour le contrôle de l’espace. Cette succession, différente de celle identifiée par l’écologie urbaine américaine, peut du reste s’analyser dans les mêmes termes. L’enjeu de la compétition n’est plus de résider sur le territoire, mais de s’en approprier l’usage.

  • 11 On a eu tendance à trop insister sur la responsabilité des dispositifs spatiaux des grands-ensembl (...)

15La faible mobilité résidentielle des locataires en HLM se prolonge dans les déplacements quotidiens. L’enclavement géographique des quartiers d’habitat social et les faibles incitations à fréquenter d’autres espaces ont un effet dépressif sur la circulation des habitants. Le repli sur l’espace de résidence, trait caractéristique des classes populaires, entre en contradiction avec l’évolution de la vie urbaine11. Les migrations alternantes se généralisent, tandis que les trajets parcourus pour s’approvisionner s’allongent. En se développant, le besoin de mobilité aiguise les inégalités sociales. Les niveaux de mobilité se superposent aux niveaux de revenus et offrent désormais une caractérisation des groupes sociaux. J. Remy et L. Voyé insistent particulièrement sur ce point dans leur « nouvelle définition » de la ville :

On arrive donc à la production de ce que l’on pourrait appeler un « espace mobile », où ce sont les groupes sociaux qui le produisent et se l’approprient qui se trouvent en situation de pouvoir. [...] La capacité de mobilité est étroitement liée et à la capacité financière des individus, et peut-être plus encore à une certaine capacité culturelle qui développe ou limite les exigences d’un enracinement spatial concret et stable. Dans cette perspective, on peut dire que plus on a affaire à une population qui a besoin de points de repère concrets et non transposables, plus la capacité de mobilité sera réduite ; c’est généralement le cas des groupes sociaux défavorisés qui fondent leur sécurité dans les relations de voisinage et dans la connaissance personnelle. Les groupes sociaux dominants, par contre, possèdent, à des degrés divers, une certaine capacité de délocalisation dans la mesure où leur réseau de relations n’est pas fondé sur la proximité spatiale et où ils disposent d’une capacité d’abstraction leur permettant, dans des espaces qu’ils ne connaissent pas, de se repérer aisément à partir d’une grille transposable de lecture de l’espace. (1992, p. 73).

  • 12 « Le déplacement n’est pas l’état inférieur de la sédentarité, la malédiction de l’errance, ou enc (...)

16Dans une perspective « d’intégration », ou du moins de socialisation dans la société d’installation, il est clair que la maîtrise de ses déplacements représente un paramètre important. Pourtant, le statut qu’occupe la « circulation » pour les populations immigrées brouille quelque peu les perspectives. On a vu que la sédentarité offre l’opportunité aux immigrés de consolider leur inscription spatiale et d’accomplir dans de meilleures conditions leur adaptation à la société d’installation. L’analyse en termes de cycle suppose qu’une telle configuration ne saurait se prolonger trop longtemps. En effet, la dimension intégrative d’un contexte ethniquement structuré devient à terme, variable selon les individus, sclérosante et fonctionne à rebours. La solidarité se mue en relations obligées, l’ordre social protecteur se fait coercitif, l’évolution des immigrés vers d’autres formes de la vie sociale apparaît bridée par l’environnement. Le départ du quartier constitue alors une forme d’ajustement à la transformation des modes de vie. La mobilité doit donc s’apprécier en référence au cycle de séjour des immigrés. Il faut par ailleurs se garder de projeter une trop forte valorisation de la stabilité comme indication d’une réussite sociale, à laquelle s’opposerait une errance sans cesse recommencée. C’est le sens de la thèse d’A. Tarrius qui fait l’apologie de la circulation et dénonce l’usage de la sédentarité comme mode d’insertion (1993). Selon lui, il faut au contraire considérer que « l’étranger, le nomade, l’errant » investit un espace plus vaste, qu’il appelle « territoires circulatoires ». Renversant l’opposition classique entre la stabilité du sédentaire et le déséquilibre du migrant, A. Tarrius construit une belle utopie du cheminement comme forme de socialisation12. Cependant, le propos se construit à partir de situations concrètes relativement spécifiques, ici les réseaux internationaux tenus par les commerçants maghrébins du centre de Marseille, et il reste délicat de généraliser la pratique à l’ensemble des immigrés. Pour une famille qui manipule avec aisance les espaces transnationaux, combien se retrouvent confinées sur un territoire qui leur demeure étranger ? Sans doute la pluralité des formes prises par l’immigration interdit de dresser un constat univoque. Il s’agit bien de rendre compte de « superposition », de « juxtaposition » de situations, et non d’une réalité monolithique de l’immigré comme victime du mouvement.

2. La localisation des immigrés : normalisation de l’habitat et tendance à la concentration

17Contrairement aux études nord-américaines ou britanniques qui ont considérablement développé l’analyse de la ségrégation des groupes ethniques ou raciaux, il reste difficile de reconstituer des séries historiques décrivant l’évolution de la ségrégation des immigrés en France. L’absence de données usuelles sur la population des immigrés renvoie à un « point aveugle » du système statistique français (M. Tribalat, 1996) (P. Simon, 1995), situation sur laquelle nous ne reviendrons pas. Rappelons malgré tout que l’indication de la nationalité de l’occupant principal ne figure même pas dans l’enquête logement de 1955, tandis que les exploitations des recensements de l’après-guerre insistent très peu sur les conditions d’habitat des immigrés. Par ailleurs, les recherches en géographie sur la localisation des immigrés se sont focalisées sur les étrangers, catégorie de population qui fluctue par le seul jeu des changements de nationalité. Retracer l’évolution de la localisation d’un groupe immigré sur une longue période relève de l’exploit, tant les biais d’observation abondent. La diminution de la présence des Italiens en Île de France provient-elle d’une mobilité vers d’autres régions ou de retour au pays, ou bien reflète-telle simplement le vieillissement de cette population et l’augmentation régulière des naturalisés ? En dépit des lacunes importantes dans le traitement de cette question, il est néanmoins possible, à partir de nombreuses monographies rédigées dans l’entre-deux-guerres, ainsi que des travaux en histoire entrepris récemment, de retracer l’évolution des conditions d’habitat des immigrés en France et des transformations de la concentration.

18L’installation des principales vagues migratoires dans l’entre-deux-guerres s’est réalisée le plus souvent à proximité des grands bassins d’extraction de matières premières (minerais, houille), des grandes unités de production industrielle (chimie, métallurgie, sidérurgie) ou des régions de production agricole. En dépit d’une représentation tenace, la diffusion des immigrés dans l’ensemble du territoire n’a été ni plus rapide, ni plus aisée, dans les années 20 qu’aujourd’hui. Les observateurs de l’époque rapportent l’existence de « quartiers italiens », « polonais » ou « espagnols », voire de villages entiers. Y. Lequin relève ainsi la tendance au regroupement des migrants dans les mêmes espaces, organisée par les employeurs qui favorisent les rapprochements familiaux et communautaires. Ces rapprochements débouchent sur une « cristallisation des hommes, des pratiques et des cultures, inscrite dans les pierres de la ville », annonçant les premières « enclaves » étrangères (Y. Lequin, 1988).

19La concentration de certaines populations immigrées atteint parfois des seuils remarquables, comme en témoigne les résultats du recensement de 1926 rapportés par G. Mauco :

En Meurthe-et-Moselle, par exemple, à Auboué, sur 5 000 habitants il y a 2 950 Italiens et 800 Polonais ; à Joeuf-Homécourt sur 17 000 habitants, il y a 8 200 Italiens et 2 800 Polonais [...]. Villerupt, où les 3/4 des habitants sont étrangers, donne l’impression d’une ville italienne. [...] Même phénomène dans les régions où les nouvelles industries d’électrométallurgie et chimie se sont développées. Villard-Bonnot dans l’Isère sur 5 442 habitants compte 5 300 étrangers soit 95 % ! [...] Les campagnes connaissent également de ces enclaves de populations étrangères, notamment dans le Sud-Ouest, en Normandie et dans le Nord. Le tillage de Villeneuve en Haute-Marne est hollandais, celui de Blanquefort dans le Gers est italien, et la pénurie de Français dans ces communes est telle, qu’elle rend même difficile la constitution d’un conseil municipal, voire la nomination d’un maire. (Mauco, 1932, p. 158).

  • 13 Dans son travail sur l’espace de l’immigration ouvrière. G. Noiriel (1989) critique la « logique d (...)
  • 14 L. Chevalier. P. Ariès ou A. Chatelain ont contribué à populariser l’image d’un Paris découpé en « (...)

20Jusqu’à la fin des années 30, les principales communautés immigrées poursuivent conjointement une lente diffusion dans l’ensemble de la société française et la structuration d’organes et institutions spécifiques au groupe. L’ouverture de commerces, d’écoles et de lieux de culte, la promotion de cadres issus du groupe, forment une infrastructure relativement complexe dans laquelle évoluent de larges fractions des Espagnols, Italiens (P. Milza, 1986), Polonais (J. Ponty, 1988), Arméniens (M. Hovanessian, 1992)... An regroupement géographique répond également la spécialisation professionnelle13. Dans les régions frontalières, certains métiers sont exclusivement occupés par les immigrés. On relève ainsi qu’en 1930, dans les trois départements des Alpes-Maritimes, du Var et des Bouches-du-Rhône, 75 % de la main d’œuvre du bâtiment et 62 % des manœuvres, dockers et manutentionnaires sont italiens. On pourrait multiplier les indications sur l’existence de « quartiers d’immigrés » qui attestent de l’ancienneté du phénomène de concentration spatiale des migrants dès les premiers temps des migrations de masse. On retrouve là un processus déjà identifié lors des migrations en provenance de la province. Les principaux terroirs se reconstituent provisoirement à proximité des points d’entrée dans la grande ville, puis, selon un mouvement centrifuge, les nouveaux citadins se répartissent dans l’ensemble de l’agglomération. Susbsistent néanmoins des « colonies » provinciales, disposant de cercles d’entraide, de cafés et commerces, voire même de paroisses que reviennent fréquenter les anciens « pays »14.

  • 15 Plusieurs ouvrages traitent directement des bidonvilles des années 60, ces « années de boue », pou (...)
  • 16 Source : enquête MGIS (Simon P, 1996).

21La reprise des flux d’immigration dès le début des années 50 va se traduire par une progression continue du nombre d’immigrés sur le territoire français et le renouvellement des origines géographiques. Les nouveaux flux vont se porter vers les secteurs délaissés, parce qu’insalubres, du parc d’habitation des grandes villes, tandis que se constituent, à la périphérie de Paris, Lyon, Grenoble ou Marseille, les bidonvilles qui accueilleront les exclus du « marché de l’insalubre ». Submergée par les arrivées toujours plus nombreuses de travailleurs, parfois rejoints par leurs familles, l’infrastructure immobilière urbaine ne parvient pas à fournir de logements décents aux primo-migrants. Plusieurs bidonvilles mythiques rappellent la précarité exceptionnelle des conditions d’habitat des immigrés à cette époque15. Les pouvoirs publics décident alors de mettre en place des structures spécifiques d’hébergement pour les « travailleurs étrangers » et de résorber les poches d’insalubrité. La SONACOTRA est ainsi chargée d’administrer un parc de foyers appelés à assurer le logement des travailleurs algériens dans un premier temps, puis des étrangers en général, tandis qu’un Groupement interministériel (GIP) supervise l’éradication des bidonvilles et îlots insalubres en centre-ville. L’importance de la localisation hors du « logement ordinaire » marque l’expérience de la plupart des courants migratoires venus dans les années 60. Entre les chambres en foyers ou en meublés et les habitations de fortune, ce sont ainsi plus de 35 % des originaires d’Algérie, du Maroc ou d’Afrique noire qui ont occupé des logements précaires lors de leur arrivée, cette proportion touchant plus de 55 % des immigrés venus sans leur famille16.

  • 17 La même analyse a été conduite à propos des conflits inter-raciaux aux États-Unis. Voir notamment (...)

22Bien que fortement concentrés dans les zones périphériques ou dans les interstices de la ville instituée, les immigrés n’apparaissent pas encore « ségrégués ». Résidant avant tout dans les marges, leur regroupement demeure peu sensible au reste de la population. Les années 70 marqueront l’amorce d’un processus de visibilisation des populations immigrées en France, d’une nature comparable à celui qu’avaient connus, dans les années 60, les Noirs aux États-Unis. Les immigrés quittent alors les « enclaves » où ils étaient tenus à l’écart et pénètrent en bloc des pans entiers de la société (V. de Rudder, 1993). Aussi bien au niveau du marché de l’emploi, dans l’habitat que dans l’école, les populations liées à l’immigration apparaissent alors comme des acteurs de premier plan, an point de focaliser les inquiétudes et, en définitive, le rejet d’une partie de la population française. La multiplication des conflits de cohabitation – de voisinage dans l’espace résidentiel ou d’ordre économique avec la concurrence pour l’accès à l’emploi devenu rare – est directement tributaire des mélanges qui se produisent dans l’habitat. C’est la coprésence dans les mêmes espaces d’immigrés et d’autochtones qui génère les conflits de légitimité, dont les revendications à la « préférence nationale » constituent le paroxysme, mais qui se déclinent le plus souvent dans des conduites d’opposition et de négation de l’altérité portée par les immigrés. C’est donc bien le mouvement de déségrégation amorcé à la fin des années 60 qui va susciter les tensions interethniques17.

23La diffusion des vagues d’immigration les plus récentes dans les différents segments de l’habitat normalisé, notamment le parc social dans sa fraction dégradée, se traduit donc en premier lieu par une explosion de la visibilité des populations immigrées. Paradoxalement, c’est au moment où la concentration dans l’habitat spécifique (foyers, meublés, immeubles insalubres) tend à diminuer, que la question de la ségrégation des immigrés prend une telle importance. De 1975 à 1990, les ménages étrangers résidant dans un logement précaire sont passés de 10 % à 4 %. Dans le même temps, les logements inconfortables ne représentaient plus que 15 % de ceux occupés par les étrangers, au lieu de 48 % en 1975. L’amélioration des conditions d’habitat des immigrés repose sur un double mouvement de mobilité résidentielle et de résorption du parc insalubre, plus communément appelé « parc social de fait ». 85 % du parc de chambres en meublés ont ainsi disparus depuis les années 60, tandis que le parc urbain construit avant 1949 et inconfortable diminuait de 70 % entre 1975 et 1990. L’évolution structurelle du parc a donc accompagné, sinon amplifié, les trajectoires résidentielles des immigrés. Celles-ci s’orientent soit vers l’accession à la propriété, avec une progression sensible des propriétaires chez les originaires du Portugal, d’Espagne ou d’Asie du Sud-Est, soit vers le parc social, notamment pour les migrants de Turquie. Il va de soi que ces deux types de parcours aboutissent à des niveaux de concentration très différents, dans la mesure où les quartiers pavillonnaires accueillent des populations beaucoup plus mélangées dans leurs origines ethniques que les quartiers d’habitat social.

  • 18 C’est ce qu’observent M. Guillon et Y. Chauviré (1991) pour 1 Île-de-France, aux périodes 1975-198 (...)

24De fait, le mouvement de diffusion dans le logement normalisé s’est traduit par un regroupement dans de nouveaux espaces, plutôt périphériques et dévalorisés. La recomposition de la « géographie » des immigrés dans les zones urbaines s’effectue sous la contrainte du système ségrégatif, dont le fonctionnement s’est affirmé à la fin des années 80. Le vieillissement du parc social construit dans les années 60, sa vacance provenant du départ des ménages populaires français en voie d’accession à la propriété, ainsi que sa disqualification afférente, l’ont rendu accessible aux familles récemment réunies par le regroupement familial. L’entrée massive des immigrés dans le parc social va cependant décupler la perception de l’ordre ségrégatif. En effet, les immigrés tendent à n’occuper que les secteurs faiblement attractifs du parc d’habitat. Leur présence dans certains quartiers manifeste clairement la perte de prestige du secteur, tandis que les quartiers en voie de requalification connaissent une baisse significative de leurs proportions d’immigrés (gentryfication des anciens quartiers centraux). Ces mouvements contrastés qui affectent la localisation des immigrés se concluent par un accroissement de leur concentration dans certains secteurs des grandes agglomérations18 (G. Desplanques et N. Tabard, 1991), ceux-là mêmes qui symbolisent, dans l’imaginaire collectif et les discours médiatiques, les « quartiers en difficultés ». Dans leur étude, G. Desplanques et N. Tabard mettent en évidence un facteur de « sur-concentration » des immigrés lorsqu’on contrôle leur position professionnelle. La concentration des Algériens, Marocains, Tunisiens et Africains dans les quartiers « ouvriers pauvres » apparaît, à qualification égale, beaucoup plus accusée que celle des Français. En revanche, ce phénomène ne fonctionne plus pour les Portugais, Espagnols et Italiens. L’éclatement de la population immigrée en plusieurs blocs, déjà perceptible à travers les pratiques et les trajectoires sociales suivies, se confirme avec les différences de localisation.

3. Morphologie du contexte de résidence et concentration des immigrés en France

25De nombreuses monographies de quartier ont décrit le cadre de vie des immigrés, mais aucune étude plus systématique n a établi de panorama global des milieux de vie. L’enquête MGIS offre cette possibilité pour 7 courants migratoires, grâce à la localisation des personnes enquêtées et à l’extraction de caractéristiques de l’îlot de résidence dans le fichier du recensement de 1990. Les variables décrivant l’habitat, les positions socio-économiques et l’origine géographique des habitants ont été sélectionnées et ont servi à l’élaboration de deux typologies distinctes. La première est celle construite par N. Tabard en fonction des positions socioéconomiques des habitants. Elle apporte une « qualification sociale » du territoire occupé par les immigrés. La seconde procède de la même méthode (analyse factorielle puis classification par ascendance hiérarchique), mais appliquée aux caractéristiques de l’habitat. Une nomenclature de 12 variables croisant l’ancienneté et le nombre de logements des immeubles, ainsi que le confort et le statut d’occupation des logements a été composée. Chacune de ces 12 variables a été dédoublée selon l’origine du chef de ménage : immigré ou né en France. L’introduction de la variable immigré à ce stade de l’élaboration de la typologie se justifie par une hypothèse forte qui oriente l’étude. Nous considérons que, par l’effet de marquage qu’elle suscite, la concentration de la population immigrée dans l’habitat produit une source supplémentaire de différenciation du parc. À caractéristiques de confort et d’ancienneté comparables, le logement occupé par un ménage à chef immigré est le plus souvent situé dans les fractions les plus dégradées du parc, ainsi que dans les immeubles les moins bien localisés.

26On dispose donc de deux typologies différentes qui caractérisent le contexte de résidence, soit à partir des positions socio-économiques, soit selon l’habitat et la concentration des immigrés. Les recoupements entre ces deux typologies sont nombreux, de telle sorte que certains types d’habitat ne se retrouvent que pour certains types sociaux. Ainsi, les quartiers de la bourgeoisie d’entreprise se situent-ils tous, ou presque, en centre-ville ancien, tout comme ceux des classes supérieures du tertiaire. À l’autre extrême du spectre social, les quartiers du monde rural ne se conçoivent que pavillonnaires, tandis que l’habitat des ouvriers à faible qualification et fortement au chômage comporte essentiellement des logements sociaux. Bien entendu, les polarisations socio-économiques des différents courants migratoires vont produire des localisations contrastées. L’accès différencié aux divers segments du parc d’habitat se traduit également par des distributions particulières dans l’espace résidentiel. La situation spécifique de chaque courant migratoire est détaillée dans le tableau 1.

Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992 ; recensement de 1990, fichier au 1/4, INSEE. Typologie de N. Tabard, CNRS/INSEE
Tableau 1
Milieu de vie des immigrés selon le type d’habitat et la qualification sociale caractérisant l’ilot (typologie résumées) par pays d’origine (en %)

  • 19 Le recours à la notion de « seuil », s’agissant de proportions d’immigrés, peut sembler problémati (...)

27On a choisi d’aborder la question de la concentration à partir de la distribution des proportions d’immigrés par îlot. Celle-ci a été segmentée en quartiles, le dernier quartile représentant les îlots à forte concentration (soit les îlots comprenant plus de 34 % d’immigrés). Par construction, 25 % de la population résident dans ces îlots. Les niveaux de concentration s’apprécient donc par rapport à ce seuil de référence19. On a également défini un niveau d’hyper-concentration à partir du dernier décile de la distribution. La situation de référence s’établit cette fois à 10 % de la population (îlots comprenant plus de 52 % d’immigrés). Les résultats figurent dans le tableau 2.

 % en concentration

 % en hyperconcentration

 % en DSQ

Algérie

44

21

19

Maroc

41

22

17

Portugal

27

9

7

Asie Sud Est

43

21

15

Espagne

14

6

6

Turquie

51

17

17

Afrique noire

35

12

12

France entière

25

10

10

Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992.
Tableau 2
Concentration des immigrés et localisation dans un quartier en DSQ selon le pays d’origine (en %)

28La distribution des courants migratoires selon les types d’îlot met en relief la diversité des contextes de résidence rencontrés par les immigrés (tableau 1). Les originaires du Portugal et d’Espagne évoluent en zones pavillonnaires ; les migrants turcs, algériens et marocains sont plutôt implantés en quartiers d’habitat social ; les originaires d’Asie du Sud-Est se localisent dans les secteurs de construction récente, que ce soit en centre-ville ou en banlieue ; enfin, les immigrés d’Afrique noire tendent à se regrouper dans les quartiers anciens centraux, mais également dans les zones rénovées ou de construction récente où ils occupent les immeubles en voie de réaffectation. Ces inscriptions exprimées en termes d’habitat recoupent les critères de « qualification sociale » du territoire, selon la typologie élaborée par N. Tabard. On retrouve les originaires de Turquie, du Maroc et d’Algérie dans les secteurs les plus ouvriers, tandis que les migrants portugais et espagnols s’implantent dans les quartiers des classes moyennes et les originaires d’Asie du Sud-Est et d’Afrique noire ont une présence plus marquée que la moyenne dans les quartiers de la bourgeoisie et du tertiaire supérieur.

  • 20 Quartiers en convention, plus simplement qualifiés de quartiers en DSQ (Développement social des q (...)

29Ces contrastes dans la distribution spatiale des populations immigrées aboutissent à des degrés de concentration très inégaux (tableau 2). Résidant à plus de 50 % dans les îlots du dernier quartile, les migrants turcs connaissent les conditions de concentration les plus accusées. Immigrés d’Algérie, du Maroc et d’Asie du Sud-Est se situent également à des niveaux élevés, correspondant à une localisation plus fréquente en quartiers relevant de la politique de la ville20. Les migrants portugais et espagnols résident dans un environnement beaucoup plus mélangé, où les immigrés représentent une minorité du voisinage.

30Les caractéristiques de l’îlot de résidence ne concordent pas nécessairement avec celles des ménages. Par construction, la typologie réunit des types d’habitat hétérogènes dont la combinaison apparaît récurrente. Le type pavillonnaire comprend donc également des immeubles en copropriété ou en locatif, voire des HLM. On trouve ainsi des locataires en HLM dans des îlots de centre-ville ancien, ou des propriétaires de pavillon dans des îlots d’habitat social. La divergence entre le type d’habitat du ménage et celui qui prévaut dans sa zone de résidence apporte une information supplémentaire sur la nature de cet habitat. En effet, un logement en HLM offre des prestations très différentes selon qu’il est situé en centre-ville ou au milieu d’une cité en grande périphérie. La hiérarchisation du parc social est telle qu’une « mise en contexte » du statut d’occupation apparaît nécessaire pour affiner les grilles de classement de l’habitat. De même, résider dans un pavillon en zone pavillonnaire ou en zone d’habitat mixte, voire à proximité de cités de grands-ensembles, ne correspond pas aux mêmes conditions d’habitat. L’uniformité de la zone garantit une certaine cohésion des usages sociaux de l’espace, par proximité des statuts résidentiels, alors que la diversification des types d’habitat demande l’établissement de normes de cohabitation tenant compte de la variabilité des statuts.

31Prenons un exemple. Les originaires d’Algérie et de Turquie s’inscrivent nettement dans les quartiers du parc social (47 % et 50 %) et dans ceux des centre-villes anciens (19 % et 17 %). Cette localisation reflète le rôle prépondérant joué par les HLM et le parc ancien insalubre dans le logement des immigrés algériens et turcs. Mais le statut d’occupation des ménages est relayé par un puissant effet de contexte. Lorsqu’ils deviennent propriétaires, les immigrés algériens et turcs résident à proximité des pôles d’implantation du groupe. Plus de 30 % des propriétaires originaires d’Algérie et de Turquie vivent en centre-ville ancien ou en secteur d’habitat social, alors que les propriétaires originaires du Portugal ne sont que 22 % dans ce cas, et ceux d’Asie du Sud-Est à peine 15 %. Ce mécanisme se répète pour les autres statuts d’occupation. Lorsqu’ils sont locataires d’un logement dégradé en secteur libre, les migrants portugais résident à 51 % en zone pavillonnaire, pour 14 % des migrants algériens et 4 % des originaires d’Afrique noire. Ces deux groupes se localisent majoritairement en centre-ville ancien. À statut d’occupation comparable, les polarisations dans certains types d’habitat se maintiennent. On peut dès lors conclure à une forte prégnance de l’inscription territoriale du groupe, les variations de statut d’occupation (le passage de locataire en HLM à propriétaire, par exemple) ne remettant pas en cause une localisation dans les zones d’implantation du groupe.

4. Changer de logement pour changer d’environnement ?

  • 21 La faible taille de l’échantillon nous a conduit à abandonner l’analyse des trajectoires des origi (...)
  • 22 Signalons que 28 % de l’échantillon initial avait déménagé en 2 ans ; 65 % des nouvelles adresses (...)
  • 23 Le fait de ne disposer que de deux points très rapprochés dans le temps constitue un lourd handica (...)

32L’évolution de la localisation des immigrés marque-t-elle un renforcement de la concentration ou, au contraire, apporte-t-elle la preuve d’une diffusion dans l’espace français ? L’enquête ne permet malheureusement pas d’associer les trajectoires résidentielles aux caractéristiques des quartiers traversés depuis l’arrivée en France des immigrés. La méthode rétrospective rend difficile, sinon impossible, le recueil d’une description précise des quartiers occupés antérieurement. En dehors d’enquête de suivi, du type panel, une telle reconstitution semble inaccessible. L’enquête MGIS fournit malgré tout des informations fiables sur les caractéristiques des îlots de résidence des enquêtés ayant déménagé entre le recensement de 1990 et 1992, date de passation du questionnaire. Pour ces personnes mobiles dont on a pu retrouver la nouvelle adresse, on dispose d’un repérage des îlots de 1990 et de 1992 pour 793 individus, répartis sur 6 origines21. Bien entendu, cet échantillon est beaucoup plus exposé aux biais de collecte, dans la mesure où la récupération des nouvelles coordonnées dépend, entre autres, du lieu de déménagement et des liens entretenus par la personne mobile et son ancien voisinage22. En dépit de ces faiblesses d’échantillonage, l’analyse des caractéristiques des points de départ et d’arrivée permet de saisir l’impact de la mobilité résidentielle sur le contexte de résidence23.

33On constate en premier lieu une sur-représentation des ménages localisés en centre-villes anciens parmi les ménages mobiles. La poursuite des opérations de rénovation des centre-villes, au début des années 90, maintient la pression sur les ménages immigrés logés en habitat insalubre. Il n’est donc pas surprenant d’enregistrer une mobilité plus forte pour ces ménages. Cependant, celle-ci se tient fréquemment à l’intérieur de la même zone, les quartiers en centres anciens conservant une part non négligeable de leurs résidants. On a calculé des « taux de diffusion » (tableau 3) qui évaluent, parmi les ménages mobiles, la proportion de résidants qui ont déménagé dans un quartier d’un autre type. Les taux de diffusion des quartiers en centre ancien se situent parmi les plus bas, démontrant ainsi la circulation des immigrés à l’intérieur de cet espace d’implantation. Les migrants turcs suivent une grille de mobilité inverse de celle des autres groupes. Ils tendent en effet à quitter plus facilement les secteurs où les autres groupes apparaissent stables (centres anciens et pavillonnaire), et à se fixer dans les secteurs où la mobilité générale est élevée (grands-ensembles et centres rénovés).

Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992. Lire ainsi : 68 % des immigrés algériens qui ont déménagé entre 1990 et 1992 et qui résidaient en quartier pavillonnaire ont changé de type de quartier. Ce taux de diffusion s’établit à 59 % pour l’ensemble des immigrés algériens.
Tableau 3
Taux de diffusion par quartiers de départ, selon le pays d’origine des immigrés mobiles (en %)

34Autre singularité, les immigrés algériens s’écartent des secteurs pavillonnaires, alors que les résidents originaires des autres pays tendent à s’y maintenir après leur déménagement. Pour les originaires d’Espagne, du Portugal et d’Afrique noire, la mobilité se traduit par une fuite des quartiers d’habitat social. Dernier résultat remarquable : les quartiers en centres rénovés ou dans les périphéries récemment urbanisées connaissent une rotation intense de leurs ménages mobiles. Alors que de nombreux ménages les quittent pour d’autres quartiers, ils captent une part non négligeable des trajectoires en provenance des quartiers pavillonnaires et des cités de grands-ensembles. Les installations en secteurs rénovés viennent compenser les départs, conférant à cet espace une fonction de sas qu’on aurait plutôt attribuée, en suivant le schéma de Burgess, aux centres anciens.

35Les quartiers qui captent les ménages mobiles diffèrent nettement selon les courants migratoires (tableau 4). Les zones pavillonnaires absorbent autour du tiers des originaires du Portugal et d’Espagne, ce qui confirme leur orientation dans ce secteur. Les migrants turcs participent également de ce mouvement, résultat plus surprenant qui annonce une redistribution de leur localisation des quartiers centraux anciens vers les zones pavillonnaires en périurbain. Les immigrés d’Algérie se redéploient dans les quartiers périphériques de construction récente, tandis que les originaires d’Afrique noire conservent une forte implantation dans les centres anciens. Les migrants marocains accentuent leur pénétration du parc social, dans les programmes de petites dimensions comme dans les quartiers de grands-ensembles. Les mouvements résidentiels récents renforcent donc en partie la structure de la distribution spatiale des courants migratoires. Les migrants turcs sont les seuls à expérimenter une amorce de diffusion dans des espaces où ils n’étaient que peu présents auparavant. Ces résultats doivent cependant être confirmés par une observation portant sur une plus longue période.

Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992.
Lire ainsi : sur 100 immigrés algériens qui ont déménagé entre 1990 et 1992 et ont changé de type de quartier, 24 se sont installés dans un quartier pavillonnaire.
Tableau 4
Réparation des immigrés ayant changé de type de quartier entre 1990 et 1992, selon le type de quartier occupé à l’arrivée et le pays d’origine (en %)

36Les ménages mobiles viennent de quartiers présentant de plus fortes concentrations d’immigrés que la moyenne. Bien entendu, les caractéristiques propres à ces zones s’ajoutent au facteur de concentration et interviennent fortement sur la propension au départ. Situés en centres anciens dégradés ou dans les quartiers d’habitat social datant des années 60, ces quartiers traversent actuellement une période de transition. De nouveaux occupants succèdent aux anciens résidants, ce qui explique la contribution de ces quartiers à l’ensemble de la mobilité. S’ils quittent principalement des secteurs à forte concentration, les ménages mobiles se portent prioritairement vers des quartiers à peuplement diffus en immigrés. Les écarts entre les îlots de départ et d’arrivée indiquent un mouvement de desserrement de la concentration résidentielle. De toute évidence, les changements de type de quartier s’accompagnent d’une diminution sensible du nombre d’immigrés résidant dans le voisinage. Cette transformation affecte la plupart des groupes, bien que les gains en matière de diffusion paraissent limités dans le cas des migrants espagnols, déjà largement répartis dans des quartiers à faible concentration.

Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992.
Classe 1 : premier quartile de la distribution des îlots selon la proportion d’immigrés (moins de 10 % d’immigrés dans ces îlots). Même principe pour les classes suivantes (2e, 3e et 4e quartiles). La classe 4 correspond aux îlots à forte concentration du tableau 2.
Tableau 5
Répartition des immigrés mobiles entre 1990 et 1992, selon le niveau de concentration du quartier et le pays d’origine (en %)

37Le suivi des trajectoires selon la qualification sociale des quartiers renforce l’indication d’une recomposition de la distribution géographique des immigrés. Un glissement significatif s’opère des quartiers de tradition ouvrière vers les zones regroupant les classes moyennes, bien que les écarts restent modérés. Le poids des quartiers du type « classes moyennes » augmente de 5 % à 10 % selon les groupes, tandis que les quartiers d’implantation ouvrière diminuent d’autant. La représentation des zones les plus huppées reste à peu près stable. La progression de l’implantation dans les quartiers mieux dotés socialement rend compte d’une mobilité résidentielle ascendante. Cependant, les résultats obtenus apparaissent délicats à extrapoler. On peut faire l’hypothèse que les ménages mobiles se situent précisément dans une perspective d’amélioration de leurs conditions d’habitat. Cette démarche s’accompagne souvent de la recherche d’un environnement social d’un niveau plus élevé. Dans quelle mesure peut-elle être considérée comme représentative de l’ensemble du groupe ? À ce stade de l’étude, deux pistes sont envisageables :

  • Les trajectoires suivies par les ménages mobiles reflètent un mouvement de fond qui touche, sur une période plus longue, l’ensemble du groupe. Les indications obtenues sur ces petits effectifs permettent d’établir des conclusions générales sur la diffusion des immigrés dans un éventail plus étendu d’espaces résidentiels. À terme, la polarisation de certains groupes (migrants algériens, marocains et turcs) dans les quartiers de tradition ouvrière va s’atténuer, ce qui provoquera une résorption des points de concentration.
  • La mobilité concerne des ménages d’un profil particulier. Se plaçant dans une dynamique d’ascension sociale, ces ménages instaurent une coupure territoriale avec le reste du groupe afin de s’en distinguer. L’installation dans des nouveaux quartiers, à distance des anciens voisins, vient entériner une rupture qui se réalise à l’intérieur des courants migratoires. Dans ce cas, l’hétérogénéité entre les différents groupes ethniques serait relayée par une croissance de la différenciation interne. Les fractions du groupe en voie d’ascension sociale se désolidariseraient de la communauté en s’installant dans des secteurs sans dominante ethnique.
  • 24 Il est intéressant de relever une évolution similaire au niveau de l’ensemble du territoire. N. Ta (...)

38Les deux scénarii peuvent se compléter et de nombreuses indications vont en ce sens. On observe conjointement une mobilité collective et un élargissement de la différenciation interne. La création « d’élites immigrées » creuse les inégalités de conditions sociales et de localisation en laissant sur place les ménages captifs de leur environnement24. L’aggravation de la division sociale de l’espace par mobilité des classes supérieures suit du reste un mécanisme bien identifié dans le fonctionnement du système ségrégatif. Les élites immigrées reproduisent donc des parcours caractéristiques de leurs classes sociales d’appartenance. De ce point de vue, la redistribution des populations immigrées dans 1 espace traduit, tout autant qu’elle favorise, le déroulement du processus d’intégration à la société d’installation. À terme, cette mobilité provoque-t-elle un affaiblissement des relations communautaires et annonce-t-elle la disparition des « quartiers d’immigration » sous l’impact du départ graduel de leurs habitants ? La redistribution des populations immigrées dans l’espace n’entraîne pas automatiquement une perte de fonctionnalité des quartiers anciennement structurés par la communauté. La mutation des « quartiers d’immigration » s’est accélérée et ceux-ci sont maintenant décrits comme des espaces de « centralité immigrée », comme 1 exprime bien le titre de l’ouvrage de Toubon et Messamah (1991).

39La fonction de centralité ne repose plus sur l’existence d’une « concentration » significative d’un groupe particulier, mais sur l’émergence d’une spécialisation économique, culturelle et sociale du territoire, de telle sorte qu’il représente un centre d’attraction communautaire pour la consommation, de biens ou symbolique. Elle se traduit par une fréquentation assidue du lieu de centralité par des membres de la communauté qui, sans résider sur place, viennent s’approvisionner ou entretenir des relations sociales. Si cette nouvelle fonction ne s’appuie pas nécessairement sur une densité résidentielle importante, elle induit malgré tout la concentration des membres du groupe à proximité. En effet, par le label que les activités communautaires projettent sur le quartier, elles déterminent son image et, jusqu’à un certain point, sélectionnent les habitants.

40Sans doute le concept de « centralité » s’accommode aisément d’une dispersion résidentielle et d’un regroupement des activités. C’est du reste ce que relève A. Raulin à propos de la Petite Asie de Paris (le quartier de Choisy dans le 13e arrondissement). Parallèlement au processus d’occupation de la totalité de l’espace commercial du quartier par la communauté asiatique, une diminution de la densité du peuplement par la communauté s’est engagée. L’auteur observe alors une « dissociation territoriale entre lieu de résidence et lieu de commerce communautaires ». Ainsi,

... la communauté ethnique ou culturelle clans le contexte urbain (ou posturbain) contemporain ne se manifeste plus nécessairement par l’appropriation d’un territoire qui serait à la fois de résidence, de consommation, de travail, de culte... Non seulement ces fonctions tendent à se spatialiser de façon spécifique, mais la territorialité de résidence n’est plus une stratégie systématique des communautés : il est apparu que celle-ci tend à se transmuer en « réseaux sociaux » dont le fonctionnement dans la distance est favorisé par les nouvelles technologies de communication et de transport. (1988, p. 240).

41Ces nouvelles formes de consommation à distance correspondent aux pratiques traditionnelles des diasporas, auxquelles appartiennent précisément les immigrés d’Asie du Sud-Est et, autre référence classique dans ce domaine, les juifs ashkénazes et séfarades. Pour les autres groupes, il n’existe pas de concentrations significatives d’activités commerciales et culturelles communautaires qui se soient développées indépendamment d’un substrat de peuplement. Aucune, à notre connaissance, n’a survécu au départ des habitants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barou J., « Immigration et enjeux urbains », Pluriel no 24, 1980, p. 3-20.

Battegay A., « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 8, no 2, 1992, p. 83-98.

Bonvalet C., Carpenter J., White P., « The residential mobility of ethnic minorities : a longitudinal analysis », Urban Studies, vol. 32, no 1, 1995, p. 87-103.

De Rudder V., « Le logement des immigrés », dans L’Immigration entre loi et vie quotidienne, Barou J. et KLe H (dir.), L’Harmattan, 1993.

Desplanques G., Tabard N., « La localisation de la population étrangère », Économie et Statistique, no 242, 1991, p. 51-62.

Duncan O. D., Lieberson S., « Ethnic segregation and assimilation », American Journal of Sociology, vol. 44, no 4, 1959, p. 364-374.

Elias N., Scotson. J. L., The Established and the Outsiders, London, Frank Cass & Co ltd, 1965.

Guillon M., Chauviré Y, Les Populations étrangères dans l’agglomération parisienne, Rapport à la DREIF, multigraphié, 1991.

Hovanessian M., Le Lien communautaire. Trois générations d’Arméniens, Paris, A. Colin, 1992.

Katuskewski J., Ogien R., Réseaux d’immigrés : ethnographie de nulle part, Paris, Éd. Économie et humanisme, Éd. ouvrières, 1981.

Lequin Y, « Travail immigré, Français de papiers », dans La Mosaïque France, Lequin Y (dir.), Paris, Larousse, 1988.

Massey D., Denton N., American Apartheid, Paris, Descartes et Cie, 1995.

Mauco G., Les Étrangers en France et leur rôle dans l’activité économique, Paris, A. Colin, 1932.

Milza P. (dir.), Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, École Française de Rome, 1986.

Noiriel G., « Les espaces de l’immigration ouvrière, 1880-1930 », dans Villes ouvrières, 1900-1950, Magri S. et Topalov C. (éds), Paris, L’Harmattan, 1989.

Ponty J., Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

Raulin A., « Espaces marchands et concentrations urbaines minoritaires. La petite Asie de Paris », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 85, 1988, p. 225-242.

Remy J., « La ville cosmopolite et la coexistence inter-ethnique », dans Immigrations et nouveaux pluralismes, Bastenier A. et Dassetto F. (éds), Bruxelles, De Boeck, 1990.

Remy J., Voyé L., La Ville, vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan, 1992. Et des mêmes auteurs, le numéro spécial de Recherches sociologiques, « Espace et théorie sociologique », vol. VI, no 3, 1975.

Simon P, « Les immigrés et le logement : une singularité qui s’atténue », dans Données Sociales 1996, INSEE, 1996.

Simon R, « La représentation statistique de l’immigration : peut-on comptabiliser l’ethnicité ? », communication au colloque Anciennes et nouvelles minorités, Centre Jacques Cartier et INED, 1996.

Simon P, « La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation, Belleville, Paris XXe », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 98, 1995, p. 161-190.

Simon R, « Les quartiers d’immigration : “ports de première entrée” ou espaces de sédentarisation ? L’exemple de Belleville », Espace, Populations, Sociétés, no 2, 1993, p. 379-388.

Tarrius A., « Territoires circulatoires des migrants et espaces urbains », dans Déplacements et liens sociaux, actes du séminaire organisé par le CETUR, Déplacements, no 14, 1993.

Toubon J.-C., Messamah K., Centralité immigrée. Le quartier de la Goutte d’Or, Paris, L’Harmattan/CIEMI, 1991.

Tribalat M., « L’enquête Mobilité Géographique et Insertion Sociale : une remise en cause des habitudes statistiques françaises », Espace, Populations et Sociétés, 1996.

Tribalat M., Simon R, Riandey B., De l’immigration à l’assimilation. Enquête sur les populations d’origine étrangère en France, Paris, La Découverte/INED, 1996.

Warner W. L., Srole L., The Social Systems of American Ethnic Groups, Yankee city series, vol. III, Yale University Press, 1945.

Notes

1 Citons Gregory D. et Urry J. : « [...] la structure spatiale est maintenant conçue non seulement comme l’arêne dans laquelle la vie sociale se déroule, mais comme un milieu à travers lequel les relations sociales sont produites et reproduites. », Social Mations and Spatial Structures, London, Macmillan, 1985, p. 3.

2 Lebart L. et Tabard N., « La morphologie sociale des communes urbaines », Consommation, no 2, 1971.

3 Tabard N., « Représentation socio-économique du territoire », INSEE, Document de travail, no F/9304, avril 1993 et, pour une version synthétique appliquée aux quartiers en convention, Tabard N., « Des quartiers pauvres aux banlieues aisées : une représentation sociale du territoire », Économie et Statistique, no 270, 1993.

4 Mansuy. M. et Marpsat M., « Les quartiers des grandes villes : contrastes sociaux en milieu urbain », Economie et Statistique, INSEE, no 245, 1991.

5 Massey D. et Denton N. ont réhabilité les études sur la ségrégation ethnique et raciale, tombées en désuétude depuis les années 70. Ils attribuent à la ségrégation résidentielle un rôle déterminant sur la situation sociale et économique des Noirs aux États-Unis : « L’effet de la ségrégation sur le bien-être des Noirs est structurel et non individuel. La ségrégation résidentielle n’a rien à voir avec la faculté de l’individu à changer : elle limite les chances des Noirs, indépendamment de leurs caractéristiques, de leurs motivations individuelles ou de leurs réalisations personnelles. » (1995, p. 15).

6 Une exploitation particulière de l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris », réalisée par Catherine Bonvalet à l’INED, a porté sur les trajectoires des immigrés figurant dans l’échantillon. Sur un périmètre géographiquement plus limité (la région parisienne), l’exploitation fournit des éclairages précieux sur les trajectoires résidentielles des migrants et notamment les caractéristiques des quartiers de première installation. Bonvalet C. et al, 1995.

7 Sur le concept de stratégie et son application en matière de mobilité résidentielle, on renvoie le lecteur à l’ouvrage Stratégies résidentielles réunissant les communications au séminaire organisé par C. Bonvalet et A.-M. Fribourg, Paris, INED, série Congrès, colloques et séminaires, no 2, 1990.

8 On opposera « immigrés » à « autochtones », c’est-à-dire « nés en France ». L’opposition habituelle entre « Français » et « immigrés » apporte beaucoup trop de confusion en mélangeant une dimension juridique de nationalité à un statut migratoire. Rappelons que les immigrés peuvent être Français ou étrangers.

9 L’absence de visibilité du groupe ne signifie pas nécessairement que l’individu lui-même n’est pas identifié comme immigré.

10 Annoncée par H. Coing dès I966 dans son article « Quartiers anciens et ville moderne » (Projet, no 9), la mort des quartiers communautaires ouvriers a depuis été proclamée à intervalles réguliers. Le dernier acte de décès figure dans l’ouvrage de Ascher F., Métapolis, ou l’avenir des villes, Paris, Éd. Odile Jacob, 1995.

11 On a eu tendance à trop insister sur la responsabilité des dispositifs spatiaux des grands-ensembles dans « l’enclavement » de leurs habitants, sans rappeler que les classes populaires se déplacent peu, qu’elles résident en cité HLM périphérique ou en vieux quartier de centre-ville. L’isolat social opère une coupure aussi radicale que les ruptures topographiques.

12 « Le déplacement n’est pas l’état inférieur de la sédentarité, la malédiction de l’errance, ou encore l’inconsistance de flux humains relevant de lois balistiques ; il confère au nomade un pouvoir sur le sédentaire : la connaissance des grands chemins qui, menant d’un centre à l’autre, sont eux-mêmes condition de la concentration-diffusion des richesses matérielles et immatérielles, donne force sur l’ordre des sédentarités, et plus précisément sur sa réification première, l’espace urbain. ». Tarrius A., 1993, p. 209-210.

13 Dans son travail sur l’espace de l’immigration ouvrière. G. Noiriel (1989) critique la « logique de l’espace » souvent avancée pour rendre compte de la localisation des immigrés en France. Au déterminisme géographique, il oppose le rôle prépondérant joué par la politique de recrutement des grands secteurs industriels de l’économie française. Logique du marché de l’emploi et logique spatiale se recouvrent alors pour produire la carte contrastée de l’implantation immigrée.

14 L. Chevalier. P. Ariès ou A. Chatelain ont contribué à populariser l’image d’un Paris découpé en « colonies provinciales ». Dans un article récent, C. Piette et B. M. Ratcliffe mettent en question la logique de regroupement des migrants. A partir de registres d’hôpitaux et de séries d’actes de mariage, les auteurs dégagent un schéma de dispersion des provinciaux dans la ville. Cependant, si les auteurs estiment qu’il n’existe pas de structure massive de regroupement (« Paris ne crée pas de ghettos résidentiels d’immigrants, que ces ghettos soient le fruit d’un regroupement volontaire ou d’une ségrégation », p. 280), ils reconnaissent que des formes plus marginales de concentration interviennent et qu’elles tendent à occulter la dispersion générale en raison de la visibilité qu’elles produisent. (« Les migrants et la ville : un nouveau regard sur le Paris de la première moitié du XIXe siècle », Annales de Démographie Historique, Paris, EHESS, p. 263-301).

15 Plusieurs ouvrages traitent directement des bidonvilles des années 60, ces « années de boue », pour reprendre l’expression de M.-C. Volovitch-Tavares (Portugais à Champigny, le temps des baraques. Autrement, coll. Français d’ailleurs, peuple d’ici, 1995). L’étude pionnière de C. Pétonnet, Ces gens là, décrit ainsi minutieusement les modes d’organisation des habitants du bidonville du petit-Nanterre. A. Begag revient également, dans son ouvrage Le Gone du Chaaba, sur son enfance dans un bidonville de la banlieue lyonnaise. Enfin, citons, outre l’ouvrage de M.-C. Volovitch-Tavares, celui d’A. Sayad et E. Dupuy, dans la même collection, sur les bidonvilles de Nanterre : Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles. Autrement. 1995.

16 Source : enquête MGIS (Simon P, 1996).

17 La même analyse a été conduite à propos des conflits inter-raciaux aux États-Unis. Voir notamment Allen I. L. (« White ethnic resistance to school desegregation : Italian-American parents in three Connecticut cities, 1966 », dans Culture, Ethnicity and Identity : current issues in research, Mc Cready W. C. (ed.), Chicago, Academic Press, University of Chicago, 1983), où l’auteur montre l’accroissement des conduites discriminatoires non institutionnelles consécutives à la suppression des lois ségrégationnistes.

18 C’est ce qu’observent M. Guillon et Y. Chauviré (1991) pour 1 Île-de-France, aux périodes 1975-1982 et 1982-1990.

19 Le recours à la notion de « seuil », s’agissant de proportions d’immigrés, peut sembler problématique. On se souvient en effet du débat qui avait agité le milieu des sciences sociales à propos de l’usage de la notion de « seuil de tolérance ». Cette notion institue une limite mathématique à la concentration au-delà de laquelle les relations entre immigrés et Français se dégradent. Discutée et largement invalidée par de nombreux travaux, la notion de seuil de tolérance a pourtant été reprise par les médias et les milieux politiques (voir à ce sujet le colloque du CIRDOM portant sur « le seuil de tolérance aux étrangers » et publié dans un numéro spécial de Sociologie du Sud-Est, no 5-6, 1975). Notre utilisation d’un « seuil » de concentration se distingue nettement de la notion subjective de tolérance. Elle ne vise qu’une description de la répartition des immigrés sur le territoire. sans qu’aucune liaison automatique avec des conflits interethniques ou des formes particulières d’appropriation de l’espace ne soient présupposées.

20 Quartiers en convention, plus simplement qualifiés de quartiers en DSQ (Développement social des quartiers).

21 La faible taille de l’échantillon nous a conduit à abandonner l’analyse des trajectoires des originaires d’Asie du Sud-Est.

22 Signalons que 28 % de l’échantillon initial avait déménagé en 2 ans ; 65 % des nouvelles adresses ont été récupérées. Pour plus de détail sur cet aspect de la collecte, on se reportera au texte de Riandey B., « Population, échantillon et collecte de l’enquête MGIS », dans Tribalat M. et al, 1990.

23 Le fait de ne disposer que de deux points très rapprochés dans le temps constitue un lourd handicap. On ne peut retracer les étapes successives des trajectoires et valider ainsi l’axiome mobilité résidentielle ascendante = intégration.

24 Il est intéressant de relever une évolution similaire au niveau de l’ensemble du territoire. N. Tabard et P. Bessy démontrent que la mobilité résidentielle entre 1982 et 1990 a accru les inégalités dans la répartition territoriale par les différences d’attractivité des villes : les zones les mieux dotées en professions libérales et en cadres en ont accueillis plus qu’elles n’en ont perdus. « tandis que le poids des catégories populaires a augmenté là où elles avaient déjà un poids élevé. » (« La concentration des qualifications sur le territoire », dans Données Sociales 1996, INSEE. 1996, p. 394).

Table des illustrations

Légende Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992 ; recensement de 1990, fichier au 1/4, INSEE. Typologie de N. Tabard, CNRS/INSEETableau 1Milieu de vie des immigrés selon le type d’habitat et la qualification sociale caractérisant l’ilot (typologie résumées) par pays d’origine (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992. Lire ainsi : 68 % des immigrés algériens qui ont déménagé entre 1990 et 1992 et qui résidaient en quartier pavillonnaire ont changé de type de quartier. Ce taux de diffusion s’établit à 59 % pour l’ensemble des immigrés algériens.Tableau 3Taux de diffusion par quartiers de départ, selon le pays d’origine des immigrés mobiles (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992.Lire ainsi : sur 100 immigrés algériens qui ont déménagé entre 1990 et 1992 et ont changé de type de quartier, 24 se sont installés dans un quartier pavillonnaire.Tableau 4Réparation des immigrés ayant changé de type de quartier entre 1990 et 1992, selon le type de quartier occupé à l’arrivée et le pays d’origine (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Source : INED, enquête MGIS réalisée avec le concours de l’INSEE, 1992.Classe 1 : premier quartile de la distribution des îlots selon la proportion d’immigrés (moins de 10 % d’immigrés dans ces îlots). Même principe pour les classes suivantes (2e, 3e et 4e quartiles). La classe 4 correspond aux îlots à forte concentration du tableau 2.Tableau 5Répartition des immigrés mobiles entre 1990 et 1992, selon le niveau de concentration du quartier et le pays d’origine (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.